Наслаждайтесь миллионами электронных книг, аудиокниг, журналов и других видов контента

Только $11.99 в месяц после пробной версии. Можно отменить в любое время.

Sceptique à Salem : Un épisode de mort (Un roman policier ensorcelé – Livre 3)

Sceptique à Salem : Un épisode de mort (Un roman policier ensorcelé – Livre 3)

Автор Fiona Grace

Читать отрывок

Sceptique à Salem : Un épisode de mort (Un roman policier ensorcelé – Livre 3)

Автор Fiona Grace

Длина:
311 страниц
4 часа
Издатель:
Издано:
25 авг. 2021 г.
ISBN:
9781094344676
Формат:
Книга

Описание

« Très divertissant. Hautement recommandé pour la bibliothèque de tout lecteur qui apprécie un mystère bien écrit, avec des rebondissements et une intrigue intelligente. Vous ne serez pas déçu. Excellente façon de passer un week-end au chaud ! »
--Books and Movie Reviews (pour Meurtre au manoir)

SCEPTIQUE À SALEM : UN ÉPISODE DE MORT est la première histoire d’une charmante nouvelle série de cosy mystery par Fiona Grace, l’auteure à succès de Meurtre au manoir, un best-seller avec plus de 100 avis 5 étoiles (en téléchargement gratuit) !

Quand Mia Bold, 30 ans, apprend que l’entreprise pharmaceutique qui l’emploie ne s’intéresse qu’au profit, elle démissionne sur-le-champ, abandonnant une carrière de haut niveau – ainsi que son petit ami de longue date, qui a rompu avec elle.

Avec le lancement du podcast et de l’émission de télévision, la carrière et la vie de Mia recommencent enfin à s’épanouir. Or sa famille très collet monté fait une visite inattendue à Salem, pour jeter le doute sur sa passion et l’inciter à rentrer chez elle.

En même temps, l’émission de Mia doit tenter de démystifier une maison notoirement hantée, désormais en vente. Mia, incapable d’expliquer le phénomène, semble avoir trouvé à qui parler – juste au moment où l’agent immobilier tombe raide mort.

Cette maison serait-elle aussi insidieuse qu’elle le paraît ?

Ou pourrait-il y avoir un autre mobile à ce crime ?

Envoûtant, rempli d’intrigues, de mystères, de romance, d’animaux, de bons repas et surtout de surnaturel, SCEPTIQUE À SALEM est un cosy mystery plein de rebondissements que vous chérirez tout autant que son personnage principal, et qui vous captivera (et vous fera rire) jusque tard dans la nuit.

« Ce livre a du cœur et toute l’histoire se déroule de manière harmonieuse, sans sacrifier l’intrigue ni la personnalité. J’ai adoré les personnages – tous ces personnages géniaux ! J’ai hâte de lire les prochains romans de Fiona Grace ! »
--Commentaire sur Amazon (pour Meurtre au manoir)

« Wow, ce livre décolle et ne s’arrête jamais ! Je n’ai pas pu le lâcher ! Chaudement recommandé pour ceux qui aiment un grand mystère avec des rebondissements, des tournants, de la romance et un membre de la famille perdu depuis longtemps ! J’attaque le prochain livre tout de suite ! »
--Commentaire sur Amazon (pour Meurtre au manoir)

« Ce livre se lit assez vite. Il a le bon mélange de personnages, de lieux et d’émotions. C’était difficile de le lâcher et j’espère lire le prochain livre de la série ».
--Commentaire sur Amazon (pour Meurtre au manoir)
Издатель:
Издано:
25 авг. 2021 г.
ISBN:
9781094344676
Формат:
Книга

Об авторе


Предварительный просмотр книги

Sceptique à Salem - Fiona Grace

cover.jpg

UNE SCEPTIQUE À SALEM :

UN ÉPISODE DE MORT

(Un Roman Policier Ensorcelé – Livre Trois)

FIONA GRACE

Fiona Grace

L’auteure débutante Fiona Grace est l’auteure de la série LES HISTOIRES À SUSPENSE DE LACEY DOYLE, qui comporte neuf tomes (pour l’instant), de la série des ROMANS À SUSPENSE EN VIGNOBLE TOSCAN, qui comporte sept tomes (pour l’instant), de la série des ROMAN POLICIER ENSORCELÉ, qui comporte trois tomes (pour l’instant) et de la série des ROMANS À SUSPENSE DE LA BOULANGERIE DE LA PLAGE, qui comporte six tomes (pour l’instant).

Comme Fiona aimerait communiquer avec vous, allez sur www.fionagraceauthor.com et vous aurez droit à des livres électroniques gratuits, vous apprendrez les dernières nouvelles et vous resterez en contact avec elle.

img1.png

Copyright © 2021 par Fiona Grace. Tous droits réservés. Sauf exception édictée par la loi américaine sur les droits d’auteurs de 1976, aucune partie de la présente publication ne peut être reproduite, distribuée ou transmise dans toute forme ou par tout moyen, ou conservée dans une base de données ou système de reproduction, sans l’accord préalable de l’auteur. Le présent livre numérique vous est accordé sous licence, pour votre plaisir personnel uniquement. Ledit livre numérique ne saurait être revendu ou donné à d’autres personnes. Dans le cas où vous souhaiteriez partager le présent livre avec une autre personne, veuillez vous procurer un exemplaire supplémentaire pour chaque destinataire. Si vous lisez ce livre mais que vous ne l’avez pas acheté, ou qu’il n’a pas été acheté pour votre usage personnel, veuillez le retourner et acheter votre propre exemplaire. Nous vous remercions de respecter le dur labeur de l’auteur. Il s’agit d’une œuvre de fiction. Les noms, personnages, entreprises, organismes, endroits, événements ou incident sont soit le fruit de l’imagination de l’auteur, soit utilisés à des fins de fiction. Toute ressemblance à des personnes réelles, qu’elles soient vivantes ou décédées n’est que fortuite. Image de couverture Copyright JENNY STYLE, utilisée sous licence depuis Shutterstock.com.

PAR FIONA GRACE

UN COZY MYSTERY AVEC CHATS ET CHIENS

UNE VILLA EN SICILE : MEURTRE ET HUILE D’OLIVE (Tome 1)

UNE VILLA EN SICILE : DES FIGUES ET UN CADAVRE (Tome 2)

UNE VILLA EN SICILE : VIN ET MORT (Tome 3)

SÉRIE POLICIÈRE COSY LA BOULANGERIE DE LA PLAGE

UN CUPCAKE FATAL (Tome 1)

UN MACARON MEURTRIER (Tome 2)

UN ROMAN POLICIER ENSORCELÉ

SCEPTIQUE À SALEM : UN ÉPISODE DE MEURTRE (Tome 1)

SCEPTIQUE À SALEM : UN ÉPISODE DE CRIME (Tome 2)

SCEPTIQUE À SALEM : UN ÉPISODE DE MORT (Tome 3)

LES ROMANS POLICIERS DE LACEY DOYLE

MEURTRE AU MANOIR (Tome 1)

LA MORT ET LE CHIEN (Tome 2)

CRIME AU CAFÉ (Tome 3)

UNE VISITE CONTRARIANTE (Tome 4)

TUÉ PAR UN BAISER (Tome 5)

RUINE PAR UNE PEINTURE (Tome 6)

RÉDUIT AU SILENCE PAR UN SORT (Tome 7)

PIÉGÉE PAR UN FAUX (Tome 8)

CATASTROPHE DANS UN CLOÎTRE (Tome 9)

ROMAN À SUSPENSE EN VIGNOBLE TOSCAN

MÛR POUR LE MEURTRE (Tome 1)

MÛR POUR LA MORT (Tome 2)

MÛR POUR LA PAGAILLE (Tome 3)

MÛR POUR LA SÉDUCTION (Tome 4)

MÛR POUR LA VENGEANCE (Tome 5)

MÛR POUR L’AMERTUME (Tome 6)

MÛR POUR LA MALVEILLANCE (Tome 7)

TABLE DES MATIÈRES

CHAPITRE UN

CHAPITRE DEUX

CHAPITRE TROIS

CHAPITRE QUATRE

CHAPITRE CINQ

CHAPITRE SIX

CHAPITRE SEPT

CHAPITRE HUIT

CHAPITRE NEUF

CHAPITRE DIX

CHAPITRE ONZE

CHAPITRE DOUZE

CHAPITRE TREIZE

CHAPITRE QUATORZE

CHAPITRE QUINZE

CHAPITRE SEIZE

CHAPITRE DIX-SEPT

CHAPITRE DIX-HUIT

CHAPITRE DIX-NEUF

CHAPITRE VINGT

CHAPITRE VINGT-ET-UN

CHAPITRE VINGT-DEUX

CHAPITRE VINGT-TROIS

CHAPITRE VINGT-QUATRE

CHAPITRE VINGT-CINQ

CHAPITRE VINGT-SIX

CHAPITRE VINGT-SEPT

CHAPITRE VINGT-HUIT

CHAPITRE VINGT-NEUF

CHAPITRE TRENTE

ÉPILOGUE

CHAPITRE UN

Mia Bold appliqua un masque au thé vert sur son visage. Elle essayait encore de purifier ses pores après l’excursion de la veille, où elle avait passé l’après-midi à parcourir le marais de Hockomock. Son croisé border collie, Tandy, et son chaton blanc, Rose, la regardaient avec curiosité sans comprendre pourquoi leur maîtresse avait du vert gluant partout sur le visage.

— C’est juste un nettoyage des pores, expliqua Mia. Dans dix minutes, je serai comme neuve, promis.

Tandy l’observa d’un air sceptique, perdu face à la signification de ce rituel.

La veille, Mia et Tandy étaient allés faire du repérage pour son podcast et potentielle future émission télé : Cloche, Livre et Bougie. Mia avait conduit pendant une heure et demie vers le sud de Salem, Massachusetts, pour se promener dans une zone obscure appelée « le marécage du Diable », qui faisait partie du triangle de Bridgewater, un foyer d’activités paranormales notoire. Une demi-douzaine de lectures d’ondes électromagnétiques plus tard, Mia et Tandy étaient rentrés à la maison, couverts de boue, de piqûres d’insectes et de coups de soleil, malgré le temps frais. Même avec l’inconfort dû à la situation, ç’avait été une belle journée.

À présent, Mia était de retour dans son appartement rue Essex, enveloppée dans un peignoir, la peau rougie après une douche brûlante, les cheveux noués au-dessus de la tête, et le masque au thé vert picotant son visage. Elle s’imagina qu’elle pouvait sentir ses pores se resserrer. Mia alla à la cuisine, prit un café, et se dirigea vers son bureau en enjambant des dossiers et en se frayant un chemin entre les nombreuses piles de livres éparpillées sur le sol du salon. C’était la semaine de recherches, et on aurait dit qu’un ouragan avait ravagé son appartement, pourtant ordonné d’habitude. Il y avait aussi le fait qu’elle et Tandy avaient laissé des empreintes de pattes et de bottes boueuses partout après leur journée dans le marais. Elle avait fini par donner un bain à Tandy pendant que Rose les regardait de loin, nettoyant tranquillement son petit nez rose et ses moustaches blanches alors que le chien était frotté avec vigueur — ce qui avait laissé un cercle de crasse et de décombres dans la baignoire. Mais le temps lui manquait pour nettoyer l’appartement. Elle devait terminer ses recherches avant que le jour J ne vienne bouleverser sa vie !

Mia jeta un œil au calendrier au-dessus de son bureau, où un immense « M » était griffonné au marqueur rouge. Demain, c’était le jour où sa famille, les Middleton, devait débarquer en ville. Dès leur arrivée, ils la distrairaient sans aucun doute avec un million de questions sur les activités à faire. Aujourd’hui était donc sa dernière chance de terminer ses recherches à temps, puisque la réunion de production pour discuter de la prochaine émission était prévue pour demain.

Merci, les gars ! Excellent timing !

Une fois qu’elle aurait terminé ses recherches et se sentirait prête pour la réunion, elle prévoyait de se mettre à fond dans le rangement de son appartement. Dans son état actuel — le chaos absolu — cet endroit ferait péter les plombs à sa mère et à son beau-père.

Mia soupira et jeta un œil à sa carte du marécage du Diable, étalée sur la table basse et recouverte de post-its. Sur chacun d’entre eux étaient notées des apparitions de l’homme-papillon, de Bigfoot, une bête aux yeux rouges des marais célèbre dans la région, et de plusieurs fantômes. Mais même si le marais était un endroit rêvé, elle avait fini par admettre que pour filmer sur ce terrain accidenté, ils auraient besoin de plus de gens et de matériel que Cloche, Livre et Bougie ne pouvait se le permettre. Mais ce n’était pas un souci : elle avait déjà établi une super liste d’autres endroits.

Dans la plupart des villes et villages, les lieux hantés étaient rares, mais pas à Salem. Depuis que Mia avait emménagé dans la petite ville à la réputation troublante, elle ne pouvait que constater que le nombre de phénomènes paranormaux était stupéfiant. On aurait dit que tous les habitants de cette ville avaient une histoire de fantômes à raconter. On lui avait envoyé tant de mythes, d’histoires et d’apparitions de fantômes qu’elle pouvait à peine tous les lire. D’ailleurs, sa boîte de réception était tellement incontrôlable qu’elle allait bientôt devoir demander à Will, le stagiaire, de l’aider à répondre à sa place.

Elle se réinstalla à son bureau et écrivit un mail à ses producteurs, Graham Stone et Ollie Cooper :

RE : Emplacements pour le prochain épisode

Après avoir visité une douzaine de sites, j’ai réduit mes trois premiers choix pour notre prochain épisode aux emplacements suivants :

La maison de Joshua Ward à Salem

Le rocher du donjon à Lynn

Le fort Sewall à Marblehead

Si la série venait à être choisie, j’aimerais discuter d’un futur emplacement possible : le marais de Hockomock, dans le triangle de Bridgewater.

À très bientôt.

Elle envoya le mail et sourit. Cela devrait les occuper pendant quelque temps. Un petit teaser avant le grand rendez-vous. Même si elle s’était prononcée contre le marécage du diable pour le moment, elle espérait bien y tourner un épisode un jour. Maintenant, elle n’avait plus qu’à se préparer à répondre aux inévitables questions de ses producteurs et de son équipe à propos de chaque emplacement. Elle devait revoir l’éclairage, le terrain, les apparitions de fantômes, l’histoire de chaque endroit et de nombreux autres détails encore. Peut-être était-elle trop prudente, mais elle détestait être prise au dépourvu. Elle se sentirait plus tranquille et confiante après une autre journée complète de recherches.

C’est si excitant qu’une chaîne du câble soit intéressée par l’émission ! se dit Mia. Selon Graham, la chaîne avait adoré leur dernier épisode. Et Ollie avait déclaré que la production envisageait une série complète d’épisodes. Les deux producteurs poussaient tout le monde à réaliser un excellent deuxième épisode de l’émission.

Mia devait bien admettre que sa carrière était au mieux. Jusqu’à récemment, Cloche, Livre et Bougie n’était qu’un podcast. Maintenant, après un seul épisode, on envisageait d’en faire une émission. Mia n’aurait jamais imaginé qu’elle animerait une émission de télévision un jour, mais c’était exactement ce qui se passait. Et même si elle faisait des journées de douze heures minimum, elle adorait son travail. Et maintenant, elle avait même un salaire. Ce n’était pas grand-chose pour le moment, mais c’était toujours mieux que de travailler gratuitement !

Mia regarda l’horloge. Sa meilleure amie, Sylvie, qui habitait au bout du couloir, allait bientôt se réveiller. Elle était ingénieur du son et monteuse pour Cloche, Livre et Bougie. Elles avaient toujours un million de choses à se raconter, que ce soit à propos de leurs petits amis ou des séquences vidéo. Aujourd’hui, elles prévoyaient de se rendre au Café Noir, leur restaurant local préféré, dont le propriétaire était Hugh Wolfe, le chef sexy de 1,80 m avec qui Mia sortait. Enfin, pour l’instant elle n’était sortie avec lui qu’une fois. Mais ils avaient tous les deux évoqué un deuxième rendez-vous. En pensant au beau Hugh Wolfe, elle eut des papillons dans le ventre. Peut-être qu’aujourd’hui il lui proposerait un deuxième rendez-vous autour d’un délicieux plat français. Dans l’ensemble, la journée s’annonçait excellente !

Tandy posa ses pattes sur les genoux de Mia et essaya de lécher son visage vert menthe pendant que Rose se pelotonnait sous la lumière croissante du soleil et ronronnait. Mia avait trouvé le petit chaton abandonné dans la rue. Maintenant, elle grandissait vite et devenait un chat au poil soyeux avec de légères rayures argentées sous sa fourrure blanche.

Mia se promit de demander à Will s’il pouvait lui installer le parcours d’exercice pour chat qu’elle avait commandé. Le propriétaire de l’appartement, Tom Hatter, avait donné son feu vert au projet, même s’il affirmait que les chats blancs étaient synonymes de malchance à Salem. La boîte était encore posée contre le mur de la cuisine.

On frappa fort à la porte.

Enfin ! Ce devait être Sylvie. Il était temps de laver le masque vert et de se préparer pour un délicieux petit-déjeuner. Et pour aller voir Hugh Wolfe, son futur petit ami très sexy, bien sûr.

— Entrez, cria Mia en enjambant une pile de papiers.

Lorsque la porte s’ouvrit, Tandy sursauta et aboya bruyamment. C’est bizarre, pensa Mia. Tandy aboyait rarement, et encore moins quand il voyait Sylvie. Puis Mia eut l’impression horrible de se noyer, tout d’un coup. Lorsqu’elle réalisa ce qui se passait, il était déjà trop tard.

— Oh, non, murmura-t-elle en voyant qui se tenait à la porte.

CHAPITRE DEUX

Mia agrippa son peignoir de toutes ses forces, les yeux rivés sur ses invités surprise alors que le masque au thé vert craquait sur son visage comme le sable du Sahara. Elle n’avait qu’une envie : se recroqueviller et disparaître à jamais. Comment est-ce possible ?

— Je… je croyais que vous arriviez demain, réussit-elle à dire. 

Sa famille au grand complet était debout dans le couloir : son beau-père, Daniel Middleton, vêtu d’une veste en tweed, d’un chapeau à la Sherlock Holmes et d’un pantalon de voyage ; la mère de Mia, Madison Monroe Middleton, portait un élégant caban et un foulard noué autour de son chignon blond noué haut ; et sa demi-sœur, Brynn, avait une veste en tartan Chanel, un jean de créateur et des talons hauts avec des boucles en laiton. Et enfin, Daniel avait amené son assistant, Reynolds, qui se tenait à l’écart, lunettes à monture métallique sur le nez, vêtu d’une chemise à carreaux et d’un pantalon kaki.

— Oh ! Bon Dieu, Mimi ! dit Brynn en se couvrant la bouche pour étouffer un rire. C’est bien toi ?

Mia hocha la tête, impuissante. Puis elle se souvint soudain que son appartement ressemblait à un zoo dont les animaux se seraient échappés des cages et auraient tout massacré au passage.

— Peut-être que je pourrais vous retrouver plus tard… proposa Mia en essayant de cacher la vue de son appartement.

— C’est ridicule ! Nous sommes venus t’inviter à petit-déjeuner avec nous, l’interrompit Daniel en faisant irruption dans le salon. Mia se recula alors que le troupeau de Middleton entrait chez elle. Brynn appela Tandy et lui tapota la tête.

— Coucou bébé ! Comment tu vas, mon grand ?

Tandy remua la queue, heureux de la voir. Puis elle vit Rose. 

— Ohhhhhh ! Et qui c’est, ça ? demanda-t-elle en posant le chat dans le creux de son bras. Rose avança son petit nez rose pour se lover contre Brynn.

— Rose, dit Mia, complètement accablée. Mon chaton.

— Elle est adorable ! s’exclama Brynn en s’approchant de Mia. J’imagine qu’on t’a prise par surprise, chuchota-t-elle.

— Ç’aurait été chouette de prévenir, Brynn, répondit Mia tout bas, la gorge serrée. Tu aurais pu m’envoyer un texto. 

Sous le masque vert, l’embarras avait fait virer son visage au rouge vif.

Reynolds, l’assistant de Daniel, baissa les yeux, mortifié en réalisant que Mia venait d’être prise, non seulement par surprise, mais aussi en flagrant délit.

— Désolé, Mia, murmura Reynolds d’un air navré.

Madison entra dans l’appartement et regarda le désordre comme si elle était la propriétaire des lieux.

— Oh mon Dieu, ma chérie, dit-elle sur un ton impérieux. Est-ce que ton appartement est tout le temps dans cet état-là ?

— Bien sûr que non, maman ! répondit Mia. Je travaille sur un projet.

— Quel genre de projet ? demanda Daniel. Il se dirigea vers la carte sur la table basse et la regarda avec curiosité. Le diable de Jersey et l’homme-papillon ?

— Je fais du repérage de lieux, déclara Mia. Vous savez, dans les endroits où il y a des apparitions.

— Je vois, tu chasses des choses qui n’existent pas ? Je ne suis pas sûr que ce soit la meilleure façon de passer le temps, dit Daniel en scrutant le salon avec dégoût, repérant les empreintes de pattes boueuses. J’espère vraiment que tu n’es pas toujours aussi désordonnée. Reynolds ? Voyons voir si on peut trouver quelqu’un qui aiderait Mia pour le ménage.

— Oui monsieur, répondit Reynolds.

— Je n’ai pas besoin d’aide, affirma Mia faiblement. Je fais des recherches, c’est tout. Je suis allée dans un marais hier et j’ai passé beaucoup de temps à examiner mes découvertes.

— Un marais ? Ça ne m’a pas l’air bien digne d’une dame, déclara Madison.

— Le marais du diable ? dit Daniel en regardant la carte. Hum hum.

— Tout va bien, ma chérie, dit Madison en glissant son bras dans la manche de Mia. Je vois que tu as besoin de cinq minutes pour te préparer. Je vais faire passer du café pendant que tu t’habilles.

Mia regarda ses cartes couvertes de post-its et soupira, désemparée. Tous ses projets de recherches venaient de partir en fumée.

Brynn haussa les sourcils et fit signe à Mia d’aller se nettoyer et s’habiller.

— Oui Brynn, je sais. Je reviens tout de suite.

Elle disparut dans la salle de bain et se mouilla le visage jusqu’à ce que le masque se dissolve et que l’eau devienne verte. Alors que Mia enfilait un jean et un t-shirt puis brossait ses longs cheveux noirs ondulés, son esprit était déjà en mode panique totale. Le clan Middleton démarrait sur les chapeaux de roue. Elle avait du mal à croire à quel point les choses allaient mal. Daniel ne voyait pas du tout son travail d’un bon œil, son appartement était un désordre sans nom, et maintenant elle allait devoir improviser lors de la réunion de production. La situation pouvait-elle encore empirer ? Elle retourna dans le salon pour éteindre son ordinateur. Toute la famille était dans la cuisine. Mia courut pour ranger les piles de papier et ramasser des verres et des tasses éparpillés. Lorsqu’elle revint à la cuisine, elle y trouva tous les Middleton agglutinés ensemble. Reynolds était appuyé sur le comptoir tandis que Daniel était assis sur l’une des chaises de cuisine, raide comme un piquet, tel un roi régnant sur ses sujets. Brynn était accaparée par son téléphone tandis que Madison avait commencé à faire la vaisselle.

— Maman, arrête ! l’implora Mia.

— Ça ne me prendra qu’une seconde, ma chérie, répondit-elle en jetant un œil au carrelage couvert d’empreintes de pattes avant de pousser un soupir.

— Qu’est-ce que vous faites tous ici ? demanda Mia. Vous n’étiez pas censés arriver demain après-midi ?

— Daniel a eu l’occasion de nous faire voyager en première classe, déclara Madison.

— J’ai demandé à Reynolds de t’envoyer une copie de l’itinéraire, dit Daniel.

— La semaine dernière ? demanda Mia.

— Le nouvel itinéraire. Hier après-midi. 

Il sortit une feuille de sa poche et la déplia. Puis il tapota la première tranche horaire de la journée d’aujourd’hui. 

— Tu vois ? Regarde : matin, petit-déjeuner.

Mia fixa l’itinéraire et réalisa qu’elle était piégée. Lorsque Daniel écrivait quelque chose dans son planning, c’était gravé dans la roche. Il avait dû tout changer pendant qu’elle errait dans les marais avec Tandy. En rentrant à la maison, elle était tellement épuisée qu’elle s’était endormie tôt sans même jeter un œil à ses mails. Encore une journée où elle ne pourrait pas terminer ses recherches.

Il y eut un autre coup à la porte. Quoi encore ? pensa Mia. Cette fois-ci, Tandy accourut et remua la queue. Sylvie entra vêtue d’un pantalon en tartan, d’un haut noir à bretelles croisées, d’une veste courte en cuir et de Doc Martens arborant des cochons volants.

— T’es prête ? Qu’est-ce que… s’exclama-t-elle avant de s’arrêter en constatant que la totalité du clan Middleton était rassemblé dans le minuscule espace.

— Hum, surprise, dit Mia en désignant la cuisine d’un mouvement de tête. 

Sylvie haussa les sourcils, étonnée, mais elle s’en remit rapidement et passa en mode diplomate.

— Vous devez être… ne me dites rien, voulut-elle deviner en leur tendant la main. Brynn ? Je te reconnais grâce aux photos. Monsieur et madame Middleton ? Puis-je vous appeler Daniel et Madison ? J’adore votre caban, Maddy. Et vous devez être Reynolds ?

Ils hochèrent tous la tête, heureux d’être reconnus.

Mia fut étonnée par la façon dont Sylvie gérait sa famille. Elle était vraiment reconnaissante d’avoir une meilleure amie si merveilleuse.

— Vous êtes Sylvie Payne ? demanda Daniel. La voisine de Mia ?

— Et son acolyte, ajouta-t-elle en souriant et en lui serrant la main. Je connais un super petit café français dans le coin. On y va ?

Mia secoua la tête pour essayer de dissuader Sylvie d’emmener sa famille au Café Noir. Après son premier rendez-vous avec Hugh, elle essayait encore de comprendre s’il était intéressé par elle et quels étaient ses propres sentiments. Elle n’était pas sûre de vouloir lui faire subir une visite du clan Middleton dans son intégralité ! Pas encore, en tout cas. Sylvie repéra l’expression de Mia et leva le pouce pour lui signifier que tout irait bien.

Mia décida d’avoir confiance en elle et enfila une veste. Ils descendirent tous les marches étroites et arrivèrent en bas de l’immeuble, où Tom Hatter était en train de balayer. Il portait une chemise à carreaux et un tablier de magasin blasonné Emporium Hatter. Ses cheveux gris étaient dissimulés sous une casquette gavroche.

— Je vois que ta famille t’a trouvée, Mia, dit Tom en faisant tinter ses clés. Si vous avez besoin de plus de cartes ou d’informations historiques, passez me voir à la boutique.

— Je vais vous prendre au mot, monsieur Hatter, s’exclama Daniel. Merci pour votre temps et pour le guide.

— C’est tout naturel, répondit Tom.

— Euh, merci, ajouta Mia. Donc c’est comme ça qu’ils sont montés à l’étage !

Alors qu’ils commençaient à descendre la rue, Daniel se tourna vers Mia et commenta :

— Un homme charmant, qui connaît bien ses classiques.

Le centre commercial de la rue Essex était fréquenté par les touristes et les artistes de rue. Le groupe de Middleton croisa la méchante sorcière de l’Ouest et un groupe de voyageurs dans le temps en costumes rassemblés à une intersection.

Mia jeta quelques pièces dans leur chapeau alors que son beau-père reniflait avec dédain.

— Tu ne

Вы достигли конца предварительного просмотра. , чтобы узнать больше!
Страница 1 из 1

Обзоры

Что люди думают о Sceptique à Salem

0
0 оценки / 0 Обзоры
Ваше мнение?
Рейтинг: 0 из 5 звезд

Отзывы читателей