Вы находитесь на странице: 1из 46

Introduction générale

Avec la mondialisation, les entreprises doivent être compétitives, de ce


fait, conserver un avantage concurrentiel sur le marché est un défi de
plus en plus complexe. On s’attend à deux objectifs opposés et
contradictoires : assurer un taux de service le plus élevé possible avec un
coût de possession le plus faible d’où l’art de la gestion des stocks.

Une saine gestion de stocks doit être profitable à l’entreprise, tout en


permettant la satisfaction maximale de ses clients et fournisseurs. Mais
cela ne s’improvise pas : les contraintes sont nombreuses, les demandes
futurs mal connues, les valeurs des paramètres difficiles à déterminer et
l’estimation des coûts et sujette à erreurs.
Il est nécessaire d’optimiser les niveaux des stocks et des encours sur
l’ensemble du flux amont-aval, du fournisseur au client.

Le cours expose les règles à appliquer pour bien gérer le processus


d’approvisionnement et la gestion des stocks dans un contexte de zéro
rupture ; les thèmes suivants seront abordés : les fonctions des stocks, les
avantages et les inconvénients des stocks, le calcul de la quantité
économique de commande, l’optimisation des coûts de stock, les
méthodes de gestion…

La gestion des stocks constitue un pavé fondamental dans la construction


d’un système analytique de maîtrise des coûts.

1
Le gestionnaire du stock doit répondre aux questions suivantes :

 Combien d’unités doit-on commander chaque fois que l’on doit


renouveler le stock ?
 A quel moment doit-on décider de renouveler le stock ?

La gestion des stocks repose donc sur une démarche rigoureuse, sur des
méthodes scientifiques telles que : statistiques, mathématiques,
économie, informatique… et sur des techniques qui lui sont propres pour
réduire le plus rapidement possible la quantité des produits et pour
libérer les liquidités de l’entreprise.

2
I Les objectifs de la gestion des stocks
La gestion des stocks a pour objectifs :
- D’éviter les ruptures de stock et d’assurer un approvisionnement régulier
de l’entreprise.
- De minimiser le prix d’achat en profitant de certaines remises de prix. Par
exemple, en achetant en grande quantité, l’entreprise peut bénéficier
d’une réduction de prix ;
- De minimiser le coût de transport : par exemple, dans le cas de la location
d’un conteneur, il vaut mieux le charger à sa capacité maximale afin de
minimiser le coût unitaire de transport ;
- De minimiser le coût de stockage ;
- D’éviter les surplus de stock que l’entreprise sera obligée de revendre ou
de rendre au fournisseur à un prix inférieur au prix d’achat.

Le rôle de la gestion des stocks consiste, entre autres, à réduire le niveau des
stocks au minimum (le tampon) sans pour autant provoquer de ruptures de
stocks. Extrant

Intrants Extrants

-Information Réservoir -Services


-Energie Le tampon -Produits finis
-Matières premières (Stock minimum) -Et semi finis
-Matériel -Matériel
-Communication

En fait, ce que nous recherchons dans la gestion des stocks, c’est un équilibre
dynamique qui nous permette d’absorber les variations plus au moins grandes
dans les arrivages et les livraisons de matériel.

3
Les stocks sont indispensables à l’entreprise dans la mesure où ils lui évitent les
ruptures qui engendrent l’arrêt de production et parfois la perte de certains
clients. Mais les stocks coûtent cher, il faut donc les gérer d’une manière
rationnelle.

II Définition et types des stocks


A Définition du stock par le PCG
Les stocks peuvent être définis comme l’ensemble des articles rassemblés à
l’intérieur de l’entreprise et en attente d’utilisation.
B Les types de stocks
Les stocks sont de natures différentes, ils constituent à la fois une nécessité et
une lourde contrainte financière. On distingue cinq types de stocks :
1) Les matières premières1
Ce sont l’ensemble des articles reçus qui ne sont pas encore rentrés dans le
processus de fabrication. Elles incluent les matières, composants et sous
ensembles achetés. Ce stock permet de spéculer et d’anticiper les fluctuations
des prix d’achat. Il permet la réduction des coûts d’acquisition par achats de lots
de taille plus importante. Il permet de se protéger contre les défaillances des
fournisseurs, les retards de livraison…
2) Les « encours »
C'est-à-dire l’ensemble des articles qui sont rentrés dans le processus de
fabrication et qui sont en cours de transformation. Ce stock intervient dans le
processus de production comportant des étapes intermédiaires. Il permet d’une
part un découplage des divers stades de la production et, d’autre part, une
protection contre les arrêts de production et les défaillances.

1
Stock de matières premières joue le rôle de tampon entre les fournisseurs et la fabrication.

4
3) Les produits finis2
Ce sont l’ensemble des articles sortis du processus de fabrication et qui sont
prêts à être expédiés. Ce stock permet d’amortir les fluctuations de nature
saisonnière et de nature aléatoire de la demande, de façon à assurer une
meilleure utilisation de l’outil de production. Il sert enfin de stock de sécurité
face à la production.
4) Les stocks de distribution (dépôts)
Ce sont l’ensemble des produits finis situés dans le système de distribution lui-
même.
5) Les pièces de rechange, de maintenance et les fournitures diverses
Il s’agit de l’ensemble des articles utilisés en production, mais qui ne font pas
partie des produits et de leur nomenclature. Ils peuvent inclure, les outillages, les
outils, les pièces de rechange.

III Les avantages et les inconvénients des stocks


A Les avantages
1-Si les matières ou les pièces nécessaires ne sont pas disponibles au moment
voulu, la production peut être arrêtée. C’est un gaspillage en termes de main-
d’œuvre et de machines et la production prend du retard. Les stocks sont l’une
des solutions à ce problème.
2- Le fait de commander des pièces et matières par grande quantité permet de
réduire le coût des achats.
3- Les stocks de produits finis permettent de livrer rapidement les clients.
4-Les stocks sont un moyen de faire face à des commandes imprévues, à des
demandes urgentes, à la fabrication d’un nombre inhabituel de produits
défectueux, à des accidents de production et à toute sorte d’imprévus.

B Les inconvénients des stocks


2
Les stocks de produits finis jouent le rôle de tampon entre la fabrication et le client.

5
1-Le capital immobilisé dans le financement des stocks de matières et de
produits finis ne produit pas d’intérêts.
2- Les stocks occupent de la place et leur gestion coûte3 cher.
3-Les matières et les produits finis entreposés peuvent se dégrader au point de
devenir inutilisables.
Il est donc de la plus haute importance de maintenir les stocks à leur niveau
optimum.
Pour gérer les stocks, le gestionnaire utilise les outils de gestion suivants :

IV Les outils de gestion des stocks


Gérer les mouvements des stocks, c’est noter les entrées et les sorties qui
permettent à tout moment de savoir pour tout article, ce que l’on a en stock.
Pour gérer les stocks, le gestionnaire utilise les outils de gestion suivants :
1La nomenclature
La nomenclature des articles stockés est une fiche qui comprend pour chaque
article le numéro de code et une désignation simple, précise et complète.
Elle fournit un langage commun (le code) à tous ceux qui, dans l’entreprise, ont
intérêt à connaître les stocks (le responsable du service achat, le magasinier, le
responsable de la production…).Elle facilite ainsi la communication entre les
membres de l’entreprise et permet d’éviter les erreurs.

2Les fiches des stocks


Ce sont des fiches qui portent les renseignements nécessaires à l’entreprise
concernant chacun des articles stockés. Ces renseignements sont le numéro de
code de l’article, sa désignation, son unité de comptage, les commandes en
cours, le niveau du stock disponible en magasin et les indices permettant de
repérer les articles à approvisionner, à épuiser ou à éliminer,…

3
Le principal inconvénient des stocks est donc de solliciter lourdement la trésorerie de l’entreprise. Combien de
sociétés ont dû déposer le bilan alors qu’elles avaient un carnet de commandes bien rempli, mais des stocks
pléthoriques et une trésorerie négative ?

6
Ces fiches sont généralement classées selon un critère déterminé, choisi par le
responsable des stocks.
Ce critère peut être le numéro de code, l’ordre alphabétique…

FICHE DE STOCK

Code : …… Désignation : …..


Emplacement : …… Unité : …..
Stock minimum : ……

Date Numéro Quantité Stock


du bon Entrée Sortie (restant)

12/01/07 150
15/01/07 90 60
25/01/07 40 20
30/01/07 100 120

Réapprovisionnement si stock disponible < 100

3 Les fiches d’approvisionnement


Ces fiches sont tenues par le gestionnaire du stock. Elles renferment des
éléments fixes concernant les stocks tels que le numéro de l’article et sa
désignation, des éléments révisables comme le délai d’approvisionnement ou la
consommation moyenne mensuelle de l’article et des éléments variables comme
la quantité disponible en magasin, la quantité en commande, la quantité à
commander…

V Les méthodes de suivi administratif des stocks


Les articles utilisés par l’entreprise n’ont pas tous la même importance et ne
nécessitent pas tous l’application des mêmes techniques de gestion. Comme le
coût du système de gestion de stock croît avec sa complexité, l’entreprise a

7
intérêt à différencier ses stocks et à leur appliquer les méthodes de gestion
appropriées afin de minimiser les coûts de gestion de ses stocks. Deux méthodes
permettent l’analyse et la classification des articles stockés : la méthode 20/80
et la méthode ABC.
V1 La méthode 20/80 (loi de Pareto)4
La méthode 20/80 est une méthode de classification des articles qui permet de
connaître l’importance économique de chacun des articles.
Selon cette méthode, généralement, 20% environ du nombre d’articles
consommés par l’entreprise représentent environ 80% de la valeur totale de la
consommation. Le suivi précis des stocks ne s’appliquera qu’à ces 20%, le reste
relevant de procédures sommaires.

4
Vilfredo Pareto, économiste et sociologue italien. Il a démontré que 80% des richesses sont détenues par 20%
des personnes.

8
Valeurs
cumulées en %
100

80

Nombre cumulé
20 100 des articles en %

Représentation graphique de l’analyse 20/80

Exercice N°1
L’entreprise X est spécialisée dans la fabrication des produits élctromenagers et
vous communique le tableau suivant :

Articles Valeur
C 100
E 1000

9
A 5000
G 35000
F 2000
D 500
I 1000
J 65000
B 900
H 17000
Total 126 800

T.A.F
1) Classer les articles par ordre décroissant de la valeur de la consommation
annuelle (méthode 20/80).
2) Représenter par un diagramme de Pareto les valeurs cumulées des
consommations en fonction du rang de l’article.
3) Commenter le résultat.

Corrigé
1)
Articles Valeur Valeur % de la valeur % de référence % de référence
cumulée cumulée cumulée
J 65 000 65000 51,26 10 10
G 35 000 100 000 78 ,86 10 20
H 17 000 117 000 92,27 10 30
A 5 000 122 000 96,21 10 40

10
F 2 000 124 000 97,79 10 50
E 1 000 125 000 98,58 10 60
I 1 000 126 000 99,36 10 70
D 500 126 500 99,76 10 80
B 200 126 700 99,92 10 90
C 100 126 800 100 10 100
3)

100
%cumulé en valeur

90
80
70
60
50
40
30
20
10
0
10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
% de référence cumuléé

Diagramme de Pareto

3) Commentaire du résultat
Les articles J et G représentent 80% en valeur et 20% en nombre d’articles.
Donc ils doivent être gérés d’une façon très efficiente et rigoureuse.

Etude de cas

11
La société montagnarde de fonderie est une PME familiale, héritière
d’une longue tradition métallurgique comme on en trouvait, au début
du siècle, dans des maintes vallées isolées .Cependant, elle a su évoluer
avec dynamisme jusqu’à devenir le leader européen de sa spécialité.
Celle–ci consiste à produire des pièces aéronautiques en aluminium par
le procédé dit « à la cire perdue ».
La direction a dû réagir à une détérioration de la rentabilité en raison
d’une baisse des prix, consécutive à l’entrée de nouveaux opérateurs sur
ce marché.
Elle a décidé de réduire tous les coûts qui peuvent l’être. Notamment, le
service achats a reçu la mission de réduire le coût du stockage des
matières premières, matières consommables et produits intermédiaires.
L’entrepris travaillant à la commande, les produits finis n’ont pas à être
stockés.
Le responsable du service Achats a entrepris une enquête préparatoire
à la mise en place d’une gestion optimale des stocks, au début de l’année
N. Il a d’abord dressé une liste alphabétique des articles stockés avec
l’indication du cout unitaire et de la quantité annuelle consommée (voir
annexe 1). Il classe ensuite les articles en catégories en fonction de
l’intensité de la surveillance qu’ils requièrent.

T.A.F
1-Classer les articles par ordre décroissant de la valeur de la
consommation annuelle (méthode 20/80).
2-Représenter par un diagramme de Pareto les valeurs cumulées des
consommations en fonction du rang de l’article.
3- commenter le résultat.
Annexe 1

Référence de l’article Coût unitaire (en F) Quantité annuelle consommée

12
(en unité)
A 7,4 2800
B 2,80 3600
C 51,40 7200
D 3,34 6000
E 9,40 3200
F 5,50 3600
G 7,82 6400
H 12,50 3200
I 7,10 2800
J 350 1200

Solution
1Classement en catégories
Classement par ordre décroissant de la valeur des consommations annuelles

Référence Coût Quantité Valeur de la Valeur Rang en % Valeur


de unitaire annuelle consommation cumulée du nombre cumulée en
l’article (en F) consommée (en F) de % du
(en unité) référencé nombre de
référencé

J 350 1200 420 000 420 000 10% 42%


C 51,40 7200 370 000 790 000 20% 79%
G 7,82 6400 50 048 840 128 30% 84%
H 12,50 3200 40 000 880 128 40% 88%
E 9,40 3200 30 080 910 208 50% 91%
D 3,34 6000 20 040 930 248 60% 93%
A 7,14 2800 19 992 950 240 70% 95%
I 7,10 2800 19 880 970 120 80% 97%
F 5,50 3600 19 800 989 920 90% 99%
B 2,80 3600 10 080 1 000 000 100% 100%
Total 1000 000

2)

13
Nb cumulé des
valeurs en %
Diagramme de Parîto

100%
90%
80%
70%
60%
50%
40%
30%
20% Nb cumulé des
10% références en %
0%
10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100%

3- Commentaire du résultat
Les articles J et C représentent ensemble 20% des références et 79% de la
valeur : ils constituent le premier groupe dont la gestion doit être suivie avec une
attention particulière.
Les autres articles (80% des références et 21% de la valeur) peuvent être gérés
plus simplement.

V2 La méthode A.B.C
La méthode A.B.C est aussi une méthode de classification et de différenciation
des articles stockés selon leur valeur. Elle constitue une amélioration de la
méthode 20/80. Cette méthode permet de classer les articles en stocks selon trois
groupes.

Groupe A
 Ce groupe qui ne constitue que 10% du total des articles, représente 60%

de la valeur de la consommation totale.


Ce classement permet de pratiquer une gestion sélective en affectant le
maximum d’efforts et les méthodes les plus fines aux articles de la catégorie A :
• Tenue d’un inventaire permanent ;

14
• Calcul régulier du stock disponible ;
• Mise à jour fréquente des paramètres et des lancements de
commandes ;
• Contrôles fréquent.

Groupe B
Ce deuxième groupe constitue 25% du nombre total des articles stockés et
représente à 30% de la valeur de la consommation totale ;
En revanche, ces articles n’exigent pas la même gestion aussi rigoureuse
appliquée aux articles du groupe A. Ils seront gérés de façon plus souple : par
exemple, des révisions périodiques peuvent suffire.

Groupe C
Ce troisième groupe constitue 65% du nombre total des articles et représente
10% de la valeur de la consommation totale.
Ce groupe ne mérite ni méthode sophistiquée, ni surveillance constante.

Selon la méthode d’analyse A.B.C ; les stocks ont généralement la structure


suivante :

Stock % de la consommation % cumulé de la % de % cumulé de la


en valeur consommation en la consommation consommation en
valeur en nombre d’articles nombre d’articles
A 60 60 10 10
B 30 90 25 35
C 10 100 65 100

15
% cumulé de la
consommation
en v
100

90

60
C
B
A
10 35 100 % cumulé de la
consommation en
Nbr d’art

Exercice
L’entreprise AMRO utilise les composantes suivantes pour sa fabrication. Les
consommations annuelles sont approximativement les suivantes :
Composantes Consommation en K DH
E14 84
A15 1000
C13 400
B12 2000

16
K10 200
L3 7986
D11 1100
F7 350
F9 90
M5 100
Total 13310

T.A.F
1) Classer les articles par ordre d’importance selon la méthode ABC.
2) Commenter ces résultats.

Solution
1)
Articles Valeur Valeur % de la valeur % de référence % de référence
cumulée cumulée cumulée
L3 7986 60 60 10 10
B12 2000 15,02 75,02 10 20
D11 1100 82,6 83,28 10 30
A15 100 7,51 90,79 10 40
C13 400 3 93,79 10 50
F7 350 2,62 96,41 10 60
K10 200 1,5 97,91 10 70
M5 100 0,75 98,66 10 80
F7 90 0,67 99,33 10 90
E14 84 0,63 100 10 100
Total 13310 100 100

2) Les stocks peuvent être classés en trois catégories :

17
-Le groupe A : constitué par la composante L3 représente 10% du nombre de
composante et 60 % de la valeur en consommation, cette composante mérite une
attention particulière consistant à réduire ses coûts.
Le groupe B représente 30 % de la valeur en consommation et 30 % des
références. Ce groupe est constitué par les articles B12 D11 A15 doivent être gérés
d’une façon très souple.
Le groupe C représenté par 60 % des références pour environ 10 % des valeurs.
Il est constitué par les articles de C13 → E14. Ce groupe ne fait pas l’objet d’une
véritable gestion des stocks

Etude de cas
Une entreprise commerciale qui importe certains produits dispose du stock
suivant :
Désignation O PU en D
TV couleurs (70 cm) 40 800
TV couleurs (61 cm) 26 600
Antennes internes 80 112,5
Radio –cassettes type A 100 150
Radio –cassettes type B 60 180
Ecouteurs type X 100 60
Transistors type A 64 33,75
Pièces type X 240 3
Ampoules types A 50 3,72
Ampoules type B 80 1,95
Adios 160 36
Total 1000 -

Afin de minimiser les coûts de gestion, l’entreprise cherche à procéder à une


gestion sélective des stocks. Il s’agit de les analyser à partir de la méthode
A.B.C, de commenter les résultats et de les représenter graphiquement.

Désignations Valeur % en % % en nbr % cumulé


totale valeur cumulés d’article en nbr
en valeur d’article
TV couleurs (70 cm) 32.000 32,86 32,86 4 4
TV couleurs (61 cm) 15.600 16,02 48,88_ 2,6 6,6

18
Radio –cassettes type A 15.000 15,4 64,28 10 16,6
Radio –cassettes type B 10.800 11,09 75,37 6 22,6
Antennes internes 9.000 9,24 84,61 8 30,6
Ecouteurs type X 6.000 6,16 90,77 10 40,6
Radios 5.700 5,92 96,69 16 56,6
Transistors type A 2.160 2,22 98,91 6,4 63
Pièces type X 720 0,74 99,65 24 87
Ampoules types A 186 0,19 99,84 5 92
Ampoules type B 156 0,16 100 8 100
Total 97.382 100 100 100 100

Commentaire des résultats


On remarque que la catégorie A qui constitue 64,28% de la valeur du stock ne
représente que 16,6% du nombre d’articles stockés. La catégorie B représentant
26,49% de la valeur totale du stock représente 24% du nombre d’unités stockés
et la catégorie C qui ne constitue que 9,33% de la valeur totale du stock
représente 59,4% du nombre d’articles stockés.

L’indice le plus important sur la base duquel seront différenciés les articles et
groupes d’articles étant le pourcentage en valeur. Par conséquent, les articles qui
doivent être gérés soigneusement et contrôlés rigoureusement sont ceux qui
composent la catégorie A et les deux premiers appartenant à la catégorie B.

19
%
cumulés
en valeur

100
9,33
90,77

26,49 64,28

A B C
% Cumulés en
100 nombre d’articles
16,6 40,6

24 59,4

En classant les articles stockés en fonction de leur consommation en valeur, le


gestionnaire du stock effectue une gestion sélective qui lui permet de déterminer
la politique d’approvisionnement à suivre pour chaque type d’articles. Ceux qui
représentent le plus en valeur de consommation (A) sont ceux qui doivent être
gérés au mieux et qui demandent un contrôle fréquent.

VI3 Le modèle de Wilson pur (sans pénurie)


1Les coûts de la gestion des flux de produits
a Le problème : flux amont et flux aval
- Le flux amont correspond aux entrées en stock et donc aux décisions de
commandes aux fournisseurs. Il est donc lié à deux paramètres
importants :
 Les coûts de fonctionnement de la structure approvisionnement, qui
détermine celui des lancements de commandes,

20
 Les coûts liés à la détention du stock de roulement dans l’entreprise. Cette

gestion du flux amont a été traitée dès 1931 par Wilson.

- Le flux aval correspond aux flux de demande exprimés par la clientèle ou les
services de production. Il s’agit d’assurer un certain degré de qualité de service
pour respecter des marges, développer un chiffre d’affaires, maintenir un indice
de satisfaction de la clientèle ou bien éviter des ruptures des stocks qui
entraîneraient des arrêts de fabrication coûteux. La gestion de ce flux dépend de
deux paramètres : les coûts d’expédition et les coûts de rupture de stocks.

b Les coûts liés à la gestion des stocks


b1 Les coûts de passation ou de lancement
Le coût de passation de la commande englobe tous les frais que l’entreprise
supporte à partir du moment où une décision d’approvisionnement a été prise
jusqu’à la réception et le stockage de la marchandise. Il s’agit des frais d’étude
du marché- amont, de négociation avec les fournisseurs, du transport des
marchandises, du personnel et de la réception de la marchandise.
b2 Le coût de possession
Le coût de possession est inhérent à l’existence même du stock. Il renferme deux
types de frais :
- Les charges financières constituées par les intérêts des emprunts employés
pour financer l’achat des stocks ;
- Les frais d’emmagasinage ; ces frais sont composés :
 Des coûts de fonctionnement du magasin ;
 Des coûts d’assurance de la marchandise stockée ;
 Des coûts provenant d’un certain nombre de risques (perte, vol,…)

et

21
 D’autres coûts engendrés par l’existence des stocks dans le magasin
de l’entreprise (loyer, amortissement des locaux et de
l’équipement,…).

b3 Le coût de rupture (ou pénurie) du stock


Le coût de rupture du stock est le coût engendré par un épuisement imprévu du
stock, causant un dysfonctionnement d’un ou de plusieurs services de
l’entreprise. Ce coût, généralement non mesurable, représente la perte subie par
l’entreprise suite à la rupture du stock (perte d’un client, coûts supplémentaires
engagés pour assurer un réapprovisionnement de l’article dans les conditions
anormales,…).
c Formulation du modèle
c1 Quantité économique à commander
La formule de base ‘’série économique de Wilson’’ est bâtie sur une série
d’hypothèses dont bien peu sont réalisées :

 La demande est régulière pendant l’année et constante pour l’unité de


temps.
 Le délai d’obtention entre la commande et l’entrée en magasin est connu
et constant.
 Le prix ou le coût de l’article est connu et fixe ; il est indépendant de la
quantité commandée.
 La pénurie est exclue : à aucun moment on n’admet de rupture de stock.
 Le coût de commande ou de lancement est connu et fixe.
 Le coût de stockage est proportionnel à la valeur stockée ; il est constant
par unité.
 Le stock est connu en permanence.

22
Pour une consommation annuelle connue, il s’agit d’équilibrer le coût de
lancement ramené à la pièce et le coût de stockage moyen (voir figure ci
dessus).

Coûts Coûts totaux

Coût de
possession
stockage

Cp=Cl
Coûts de
lancement

Q Quantités

Figure : Equilibrage entre coût de lancement et coût de possession

23
Cette quantité vise à minimiser la part variable du coût global de la gestion des
stocks, c’est à- dire le coût de maintien en stock et le coût de
réapprovisionnement.
Sur 1 an, on peut exprimer le coût global de la façon suivante :

C total = Cach + C lan + C poss

Déterminons chacun des coûts:


Cach = Consommation annuelle x prix d’une unité

Cach = Ca x U

C lan = Coût d’un lancement x nombre de lancements


consommation annuelle
C lan = Coût d’un lancement x Qté Q
C1 x C a
C lan = avec Cl coût de lancement
Q

( Stock maxi + stock min )


C poss = x U x Taux i
2

( Q + 0) x U x i = Q x U x i
C poss = (on suppose stock mini = 0)
2 2

Soit:
C1 x C a Q x U x i
C total = Ca x U + +
Q 2
Le minimum est obtenu en dérivant cette fonction par rapport à la quantité Q,
c'est-à-dire :

C1 x C a U x i
0=0- +
Q2 2

24
2 x C1 x C a
Donc : Q2 =
Uxi

D’où :

Q =
2 C1 C a
(I)
Ui
Avec :
Ca: consommation annuelle prévue en quantité;
U : prix unitaire de l’article ;
I : taux de possession annuel du stock.
On peut déterminer aussi l’optimum à partir des relations suivantes fondées
sur l’idée qu’à l’optimum, les coûts annuels de stockage et les coûts de
commande doivent être égaux.
On doit avoir : C lan= C poss
C1 x Ca Q x U x i
=
Q 2
2 C1 C a
D’où : Q =
Ui
c2 Nombre de commandes économiques
C’est le nombre de commande qu’il faut lancer dans l’année : il est égal à la
quantité à approvisionner sur la quantité économique à commander d’où :

Ca
N=
Q
Si on remplace dans (I), la valeur de N est :

Ca x U x i
N=
2C1

25
Exercice N°1
1° Calculer la quantité économique et le nombre optimum de commandes d’un
article dont les données sont les suivantes :
Besoins à satisfaire : 3600 unités par an
Prix unitaire : 10 DH
Coût de détention en % : 30%
Coût de lancement: 150 DH.
2° Déterminer graphiquement la quantité économique trouvée.

Solution
2 C1 C a 2 x 3600 x 150
1° Q = =
Ui 10 x 0,3

= 600 unités

Ca x U x i 3600 x 0,3 x 10
N= =
2C1 2 x 150
= 6 commandes
2° On note que Y = coût total
Y= Coût d’achat + coût de lancement + coût de lancement
Q x U x i C1 x C a
= Ca x U + +
2 Q
600 x 10 x 0,3 3600 x 150
= 3600 x 10 + +
2 600
Y=37.800 DH

26
2° Détermination graphique de la quantité économique

Equilibrage entre coût de possession et coût de lancement

5000
4500
4000
3500
Valeurs

3000
Coût de possession
2500 Coût de lancement
Coût total
2000
1500
1000
500
0
0 200 400 600 800 1000 1200 1400 1600 1800 2000 2200 2400 2600 2800 3000 3200

Quantités

Exercice N°2
La consommation annuelle d’une matière L est de 48 000 DH, représentée par
12000 unités, soit 12 000 unités soit 4 DH par unité
- Le coût de lancement d’une commande est de 60 DH.
- Le coût de possession des stocks représente 9 % de la valeur du stock
moyen.
T.A.F
1° Déterminer la quantité économique Q et le nombre de lancement
2° Retrouver le nombre de commande par l’égalisation du coût de lancement et
du coût de possession (exprimé en fonction de N).

Solution
2 C1 C a 2 x 60 x 1200
1° Q = =
Ui 4 x 0,09
= 2000 unités
N = Ca / Q = 12 000/2000 = 6 commandes.

27
2) Coût de lancement = N x Cl = 60 N
Coût de possession = Ca x u x i / 2N = 12000 x 4 x 0,09/ 2N

A l’équilibre le coût de lancement =coût de possession.

60 N = 12000 x 4 x 0,09/ 2N

4 x 0,09 x 12000
D’où N=
2 x 60
= 6 commandes.

C3 Représentation de la quantité économique Q en fonction du délai


d’approvisionnement

Stock moyen = Q/2

Exercice
Une entreprise fournisseur de pièces pour le téléphone fabrique des
relais électriques dont un élément x est sous-traité à 0,015 € l'unité.

• Elle utilise 1000 x par jour, 250 jours par an.

• Les approvisionnements se font par le camion de l'entreprise (15 €


par voyage).

28
• Le taux de possession est de 20% l'an.

T.A.F

1- Calculer la quantité économique de réapprovisionnement.


2- Représenter graphiquement la courbe d'évolution du stock.

Solution

2 x 15 x 1000x250
1) Q =
0,2 x 0,015
Q = 50 000 Unités
D’où le nombre de lancement =Ca /Q = 250 000/50000 = 5 commandes/250j.
2) Représentation graphique

50000

50J 100J 150J 200J 250J


Temps

c3 Modèle de Wilson et tarif dégressif du fournisseur


Fréquemment, les fournisseurs proposent des tarifs dégressifs en fonction des
quantités commandées, remettant en cause une des hypothèses du modèle de
Wilson « pur ».
La solution retenue dans ce cas doit tenir compte des économies potentielles que
représente l’achat des matières premières à un prix préférentiel. L’objectif du
modèle est donc modifié.
Solution du modèle

29
 Calculer, pour chaque prix du tarif du fournisseur, la quantité optimale
obtenue par l’application de la formule de Wilson.
 Vérifier la cohérence entre la valeur obtenue Q* et le prix proposé par le
fournisseur.
 En cas d’incohérence, choisir la quantité minimale qui permette de
bénéficier du prix proposé.
 Calculer, pour chaque prix proposé, le coût total du stock pour la
quantité retenue.
 Choisir la solution qui donne un coût total minimum.

Exercice N°1
- Consommation annuelle : 10.000 unités
- Coût unitaire : 10 DH
- Coût de stockage 25% de la valeur du stock moyen
- Coût par commande : 20 DH
Le fournisseur accorde les escomptes suivants :
- 0 à 999 unités 10 DH.
- 1000 à 1999 unités 9,95 DH.
- 2000 et plus 9,90 DH.

T.A.F
1° Calculer la quantité économique.
2° Quelle offre doit-on choisir ?

Solution
1° Calcul du lot économique

2 C1 C a 2 x 10.000 x 20
Q= =
Ui 10 x 0,25

30
= 400 unités
2° On a le choix entre :
400 unités à 1000 unités à 2000 unités à
10 DH 9,95 DH 9,90 DH

A l’aide du tableau suivant, procédons à l’analyse de ces trois offres :


400 unités 1000 unités 2000 unités
Coût annuel d’achat 100.000 DH 99.500 DH 99 000 DH
Coût de stockage 500 DH 1243,75 DH 2475 DH
Coût de commande 500 DH 200 DH 100 DH
Coût total 101.000 DH 100.943,75 DH 101.575 DH

Du point de vue strictement économique, le choix portera donc sur la commande


de 1000 unités à 9,95 DH.
Exercice N°2
Soit une consommation annuelle C = 12 000 articles, un coût
d’obtention des commandes de 200 € et un taux de possession du
stock évalué à 12%.
Le fournisseur propose les conditions de prix suivantes :
P= 42 € pour des commandes inférieures à 900 produits ;
P = 40 € pour des commandes comprises entre 900 et 1200
produits ;
P = 38 € pour des commandes supérieures à 1200 produits.

T.A.F
Quelle offre doit-on choisir ?

Solution

31
Les résultats sont résumés dans le tableau suivant :
Prix = 42 Prix = 40 Prix = 38
Quantité économique 2 x12.000 x200 2 x12.000 x200 2 x12.000 x200
2 C1 C a 42 x 0,12 40 x 0,12 38 x 0,12
Q=
Ui Q =975 Q = 1.000 Q =1.025,9
Cohérence entre Q* et le Impossible possible Impossible
prix proposé
Quantité retenue pour Q= 900 Q= 1.000 Q= 1.200
bénéficier du prix
Coût de lancement des
commandes :
Ca 2 .667 2.400 2.000
Cl x Q

Coût de possession du
stock :
QxUxi
2 2 .268 2.400 2. 736

Coût d’achat des articles


Ca x U 504.000 480.000 456. 000

Coût du stock 508. 935 484. 800 460.736

L’entreprise choisira des approvisionnements constants de 1200 produits.

Etude de cas
La production envisagée serait réalisée de façon discontinue, c'est-à-dire
par lots, on a calculé, que chaque fois qu’un lot serait lancé, l’entreprise
supporterait des frais de lancement évalués à 500 DH. Le coût de

possession du stock des produits fabriqués serait égal à 12 % de la valeur


moyenne du stock.

32
Pour une année déterminée, l’entreprise envisage une production totale
de 100 000 produits. Le coût de production est toujours donné par la
relation :
C = 200 000 + 5 Q (Q ; quantité produite).
T.A.F
Déterminer l’importance des lots (séries économiques) à mettre en
fabrication de manière à ce que la somme du coût de lancement et du
coût de possession du stock minimum.
Solution
Désignons par n le nombre de lancement à effectuer sur une période
d’une année, le coût de lancement des lots est égal à CL = 500 N.
Déterminons la quantité des produits contenus dans un lot, si on a
effectué N lancements, on obtiendra :
100 000/ N en quantité
Si on valorise ce lancement il vient ; C = 200 000+ 5x 100 000/N soit
700 000/N.
Le coût de possession CP = 700 000 x 0,12 /2N = 42 000/N.
Il convient de minimiser le coût total : CT = 500 N + 42 000/N.
Le minimum est atteint lorsque la dérivée du CT = 0.
500 – 42 000/N2 =0
N= √84 = 9,165151
Et pour 100 000 produits fabriqués le lot économique est de 100 000/9,165151
=10190,89 arrondi à 10911 produits.

C4 Programme d’approvisionnement

33
Ce programme ou budget d’approvisionnement permet de déterminer la date
exacte de commande, et de calculer à chaque fois le stock initial, et le stock en
fin de période.
L'entreprise doit choisir entre deux modalités d'approvisionnement :
Un approvisionnement par quantités constantes à des dates variables.
Un approvisionnement quantités variables à dates fixes.
Exercice :
Pour une matière M, les prévisions de consommation en quantités pour
l'année à venir s'établissent ainsi par mois.

J F M A M J J A S O N D
200 150 250 250 200 200 150 50 200 250 250 250

En outre, nous disposons des informations suivantes : stock au 1er


janvier : 350 unités, la quantité à commander est 400 unités. Le nombre
de commande est de 6 commandes par année et le délai de
réapprovisionnement est de deux mois.

T.A.F
Etablir le programme d’approvisionnement pour la matière M.

Solution

Soit des livraisons de 400 unités à des dates à déterminer.


dans cette méthode, la recherche des éléments de budget est faite à l'aide
d'un tableau qui peut être ainsi présenté :

J F M A M J J A S O N D

34
SI 350 150 400 550 300 500 300 150 500 300 450 600
C 200 150 250 250 200 200 150 50 200 250 250 250
SF 150a 0b 150c 300 100 300 150 100 300 50 200 350
L 0 400 400 0 400 0 0 400 0 400 400 0
SFR 150 400 550 300 500 300 150 500 300 450 600 350

C : sont les sorties c'est à dire les consommations


L : sont les entrées c'est à dire les livraisons
SFR : stock final rectifié
(a) En janvier le stock final (150) est suffisant pour couvrir la
consommation de février (150). Aucune livraison n'est donc
programmée.
(b) En février le SF est nul (0), ainsi il est impossible de couvrir la
consommation de mars (250), d'où une livraison de (400) est
donc programmée.
(c) En mars le SF de 150 est insuffisant pour couvrir la consommation
d'avril (250), d'où une livraison de (400) est donc programmée.

Etude de cas
La société strasbourgeoise d’ameublement de bureau fabrique divers
modèles de chaises de bureau à partir du même piètement mais avec des
rembourrages différents. La fabrication est souvent perturbée par des
ruptures d’approvisionnement des piètements. Le comptable souhaite
améliorer la gestion des stocks de piètements.
Le programme de production de sièges de bureau est reproduit dans
l’annexe 1. Les règles de gestion du stock de piètements sont indiquées
dans l’annexe 2.

Annexe 1 : programme de production de sièges (exercice N)

35
Janvier 860 Mai 1020 Septembre 930
Février 880 Juin 1060 Octobre 880
Mars 900 Juillet 870 Novembre 900
Avril 950 Août 520 Décembre 920

Annexe 2 : règles de gestion du stock de piétements de chaises


Le stock était de 40 unités au 1er janvier N et doit être porté à 600 unités
au 31 décembre N.
L’approvisionnement est réalisé par quantités constantes.
Le coût de lancement (suivi et réception d’une commande) est de 1000 €
montant relativement important car ce produit est importé. Le taux de
possession du stock (coût financier + coût de magasinage) est estimé à
12% de la valeur moyenne du stock.
Le prix d’achat des piétements est de 120 € l’unité.
T.A.F
En notant par N le nombre de commande, déterminer en fonction de
cette variable :
1) Le nombre optimal de commandes.
2) La quantité économique de commande.
3) Le coût minimal de gestion du stock pour l’exercice N.
4) Etablir le programme d’approvisionnement de la société
strasbourgeoise de l’exercice N.

Solution

36
1) Quantité total à approvisionner = consommation de l’exercice +
reconstitution du stock = 10690 + (600- 40) = 11250 articles.
Coût total de stockage = 1000 N+Ca x u x i/2N
=1000N+ 11250 x 120 x 12%/2N
L’optimum est atteint si f’(N) = (1000N + 81 000/N)’=0
⇒N = 9
2) Q = Ca /N = 11250/9 = 1250 unités ou articles.
3) Coût minimal de gestion du stock
= Coût d’achat +coût de lancement + coût de possession.
= 11250 x 120 + 9x 1000 + 81 000/9
= 1 368 000 €.

4) Programme d’approvisionnement
Jav Fev Mars Av Mai Juin Jui Ao Sep Oct Nov Déc
SI 40 430 800 1150 200 430 620 1000 480 800 1170 270
C° 860 880 900 950 1020 1060 870 520 930 880 900 920
COM 1250 1250 1250 X 1250 1250 1250 X 1250 1250 X 1250
SF 430 800 1150 200 430 620 1000 480 800 1170 270 600

C5 Modèle de Wilson avec pénurie


L’objectif reste la minimisation du coût d’approvisionnement mais en incluant le
coût de pénurie.
Les données restent celles du modèle simple précédent (Ca, Cl, Cs). Il s’y ajoute
une donnée de plus :
Cp5 coût de pénurie par unité manquante et par unité de temps.

Les variables d’action sont :


T : période de réapprovisionnement, elle- même divisée en une période de
stockage Ts (stock >0) et une période de pénurie Tp (stock= 0).

5
C’est la somme des coûts qui découlent d’une rupture des stocks, c'est-à-dire du manque d’un article, la rupture
des stocks entraîne différentes pertes qui sont très difficiles à évaluer.

37
Q : volume d’une commande (comme dans le modèle de Wilson).
n : volume du stock disponible en début de période.
En général, n < Q en raison de l’affectation d’une partie de Q au rattrapage des
ventes différées.
n Ts
Par ailleurs, remarquons la proportion : =
Q T

Q-n
Ts Tp

Période de stockage T Période de pénurie

Période totale de réapprovisionnement

Schéma d’un approvisionnement avec pénurie et demande différée

Le coût d’approvisionnement, pendant une unité de temps, comprend :

38
Ts
- Le coût de possession du stock moyen (fraction du temps pendant
T

n Ts
laquelle le stock est > 0) : Cs x x .
2 T
- Le coût de pénurie pour le nombre moyen d’articles manquants (fraction

Tp Q - n Tp
du temps pendant laquelle le stock = o) : Cp x x .
T 2 T
- Le coût de lancement des commandes (pendant l’unité de temps) :
Ca
Cl x
Q
Le coût d’approvisionnement hors coût d’achat (pendant une unité de temps) est
une fonction des variables Q et n, soit :

n Ts Q - n Tp Ca
Cs x x + Cp x x + Cl x
2 T 2 T Q

Le facteur de pénurie est noté par α = Cp


Cs + C p

On démontre que le coût d’approvisionnement est minimal quand :


Le volume du stock de début de période n et le volume des commandes Q sont
dans le rapport :
n Ts Cp
= =
Q T Cs + C p

39
C p + CS
Q’avec pénurie = Q (Wilson sans pénurie) x
Cp
Exercice N°1
Un fabricant de cable électrique isolé livre chaque jour ouvrable dix
kilomètres de cable isolé à une entreprise. On a convenu d’une remise de
2% par kilomètre de cable non livré (remise ramenée au prix de revient).
Le prix de revient est de 3250 € au kilomètre.
Le nombre de jours ouvrables est de 220. La quantité annuelle de
livraison est de 220 x 10 =2200 kilomètres.
Le coût de lancement de fabrication d’un lot est de 3500 €, chaque
lancement nécessitant le nettoyage des tubes de vulcanisation et leur
réglage. Le taux de stockage est de 25 %.

T.A.F
1) Calculer la quantité économique sans pénurie.
2) Calculer la quantité sans pénurie.

Solution

2 C1 C a 2 x 2200 x3500
1) Q = =
Ui 3250 x 0,25

= 137 unités

40
Le nombre de lancement est L = Ca/Q
= 2200/137
= 16 lancements

2) Le coût de stockage d’un kilomètre est Cs :3250 x 0,25 =812.


Le coût de pénurie : si l’on envisage la pénurie, il y aura 16 ruptures de
stocks envisageables. Leur coût annuel par kilomètre sera :
Cp = 3250 x 0,02 x 16 =1040 €.

C p + CS
Q’avec pénurie = Q x
Cp

1040 + 812
= Q’x
1040
= 182 unités
Exercice N°2
La société X achète de la matière M qu’elle vend à ses clients au rythme de
50 tonnes par mois. Les ventes sont également réparties sur toute l’année.
Le prix d’achat d’une tonne de matière est 540 DH. Le coût de possession
s’élève à 8% du prix d’achat pour un an de stockage. Le coût
administratif d’une commande au fournisseur de la société X est de 518,40
DH.
Le coût unitaire de pénurie est Cp = 28,8 DH (coût par unité manquante
pendant une unité de temps).

41
T.A.F
1-Calculer la quantité économique sans et avec pénurie.
2- Calculer le coût global.

Solution
1-Détermination du lot économique
Choisissons le mois comme unité de temps
Q = 50 ; Cl = 518,4 ; CS = 540 x 0,08 x 1/12 = 3,6

2 x50 x518,4
Q=
3,6
= 120 tonnes
Compte tenu de ce coût de pénurie : le lot économique s’élève à

2 x50 x518,4 28,8 + 3,6


Q= x
3,6 28,8
= 127,27 tonnes
2- Calcul du coût global
Le stock de début de période s’élève à :
Cp 28,8
n=qx =127,27 x
Cs + C p 28,8 + 3,6
= 127,27 x 0,89 =113,27 tonnes
La durée de la pénurie représente une fraction de la durée totale égale à :

42
Tp T Cp
=1- s =1- = 1-0,89 =11%
T T Cs + C p
113,27
- Coût de possession : (3,6 x x 89%) =181,45 DH
2
127,27 - 113,27
- Coût de pénurie : (28,8 x x11%) =22,17 DH
2
50
- Coût de lancement : (518,4 x ) = 203,66 DH
127,27

- Prix d’achat : 540 x 50 = 27.000 DH


- Coût global : 27407,25 DH.

Rq : Le coût de lancement à l’optimum est égal au total du coût


de possession et du coût de pénurie.
Le modèle montre qu’il peut être économique d’envisager
systématiquement la rupture du stock pendant une fraction du temps.
Tout dépend de l’importance relative des coûts unitaires de possession et
de pénurie.

Suite du cas strasbourgeoise


Le coût de pénurie dû à la modification du plan de production est estimé
à 1500 € par lot de 1250 piètements manquants et par période de
10jours.
T.A.F
1) Représenter graphiquement l’évolution du niveau des stocks, en
désignant par n le stock de début de période et par Q le volume d’une
commande.

43
2) Déterminer le nombre optimal de commande et la quantité
économique de commande.
3) Calculer la durée de la pénurie et la durée du service durant un
exercice comptable ; en déduire le coût de pénurie et le coût de stockage.
4) Calculer le coût total de gestion du stock.
5) Conclure quant à la pertinence de l’étude.

Solution
1) Voir cour.
2) Soit Cs le coût de stockage et Cp le coût de pénurie
Cs = 120 x 12% = 14,40 € par an, soit 0,04 par jour et par article.
Cp =1500 /1250 =1,25 par 10 jour soit 0,12 par jour et par article.
C p + CS
Q’avec pénurie = Q x
Cp

0,12 + 0,04
= 1250
0,12
= 1443 articles.
Cp
3) Durée de pénurie = (1- ) x 360 =90 jours.
Cp + Cs
Durée de service ou du stockage 360 -90 = 270 jours ou Ts/T.
Stock en début de cycle = n =Q x α =1443 x 0,12/ 0,12 +0,04.
= 1082 articles.
Coût de stockage = n/2 x Ts/T x Cs = 1082/2 x 270 x 0,04
= 5842,8 €.
Coût de pénurie = Cp x Q-n/2 x Tp/T = 0,12 x 1443 – 1082/2 x 90
= 1949, 40 €.
4) Pertinence de l’étude

44
Cette méthode permet théoriquement une économie de coûts, cependant
elle désorganise la production puisque l’entreprise connaît une rupture
de stock un jour sur quatre. La prise en considération des seuls coûts de
production explicites occasionnés par les ruptures est insuffisante, il
faudrait intégrer les coûts « cachés », c'est-à-dire :
- Le mécontentement des clients servis hors des délais normaux ;
- Le coût de gestion des situations de pénurie (temps consacré par
les managers).

C/C
Le coût de gestion du stock avec pénurie est donc plus faible que celui
obtenu sans pénurie. Ainsi et cela paraît logique, vouloir satisfaire la
clientèle à 100 % est plus coûteux que de satisfaire d’un taux de service
pus faible.

C6 Limites de la formule de Wilson


La formule du lot économique n’est pas recommandée dans certains cas à cause
de l’imprécision de ses résultats. On peut citer les cas suivants :
• Produits dont le prix fluctue beaucoup ;
• Produits dont le taux d’utilisation varie fréquemment ;
• Produits dont l’utilisation ne peut être prévue avec un degré
raisonnable de précision.

La théorie du calcul de la quantité optimale d’approvisionnement omet de tenir


compte de certaines fluctuations aléatoires qui caractérisent les phénomènes
réels. En effet, dans ces formules, la consommation est supposée constante et
linéaire, et la production est assimilée elle-même à un processus linéaire
constant, ce qui ne correspond pas à la pratique.

45
Pour être exacte, cette théorie devrait tenir compte de la distribution aléatoire
tant de production que de la consommation, et de ses caractéristiques : moyenne
et écart type. Mais il ne faut pas perdre de vue que ce calcul ne peut en aucun
cas être parfaitement rigoureux.

46

Оценить