Вы находитесь на странице: 1из 234
Né le 17 décembre 1910 a Sardy-lés-Epiry (Niévre), Jean Maitron fut instituteur puis professeur de cours complémen- (aire jusqu’en 1955. Dés 1940, Jean Maitron avait décidé de se consacrer a l'histoire sociale. [I entreprit, la paix revenue, une thése d’Etat sur Phistoire du mouvement anarchiste en France. Il la soutint en 1950, sa thése complémentaire étant consacrée A un militant anarcho-syndicaliste, Paul Delesalle. Puis il entreprit d’elaborer un Dictionnaire biographique du mouve- ment ouvrier francais et international. Détaché au CNRS pour cing ans, il put avancer grandement dans la rédaction du Dictionnaire, ceuvre collective réunissant une centaine de parti- cipants. Chemin faisant, Jean Maitron s’était consacré a la quéte darchives ouvriéres et avait fondé le 18 mars 1949, sous le patronage de G. Bourgin et d’Ed. Dolléans, Institut francais Whistoire sociale qui fut doté d’importantes archives de mili- tants, dont celles de P. Delesalle, d’E. Armand, de P. Monatte, ete. Il en fut le secrétaire durant vingt ans (jusqu’en septembre 1969), créant également en 1951 une revue, L’Actualité de i'Histoire, a laquelle succéda, en 1960, Le Mouvement social dont les animateurs furent, aprés lui, Madeleine Rebérioux puis Patrick Fridenson. Nommé en 1963 maitre-assistant 4 la Sorbonne (aujourd’hui Paris 1), il eut pour mission de fonder un Centres @histoire du syndicalisme dont E. Labrousse fut le premier directeur. Par lettre du 11 mars 1981, Jean Maitron fit don au Centre Whistoire du syndicalisme et a différents centres nationaux de sa bibliothéque et de ses archives sociales. Le 16 novembre 1987, Jean Maitron s’éteignit. Le 16 novembre 1988, la bibliothéque du Centre prit le nom de Jean Maitron. ANARCHIE — ANARCHISTE Il n’y a, il ne peut y avoir ni Credo, ni Catéchisme libertaires. Ce qui existe et ce qui constitue ce qu’on peut appeler la doctrine anarchiste, c’est un ensemble de principes généraux, de conceptions fondamentales et d’applications pratiques sur les- quels laccord s’est établi enire individus qui pensent en enne- mis de l'Autorité et luttent, isolément ou collectivement, contre toutes les disciplines et contraintes politiques, économiques, intel- lectuelles et morales qui découlent de celle-ci. Il peut donc y avoir et, en fait, il y a plusieurs variétés Wanarchistes mais toutes ont un trait commun qui les sépare de toutes les autres variétés humaines. Ce point commun, c'est la négation du principe d’Autorité dans Vorganisation sociale: et la haine de toutes les contraintes qui procédent des institutions basées sur ce principe. Ainsi, quiconque nie l'Autorité et la combat est anarchiste. Go L’Autorité revét trois formes principales engendrant trois groupes de contraintes : 1° la forme politique : Etat; 2° la forme économique: le Capital; 3° la forme morale: la Religion. Sébastien Faure, Encyclopédie anarchiste.

Оценить