Вы находитесь на странице: 1из 2

Culture d’origine, culture d’adoption et les passerelles

de Issa Aït Belize


Culture | abdellahbaida | 11 juin 2010 à 7 h 00 min

C’est dans cet opus publié en 2008 que Issa Aït Belize a mis une grande part de sa
préoccupation culturelle : «Appelez-moi Sam» (Editions Averbode, Belgique).

Ecrivain d’origine rifaine vivant en Belgique depuis une quarantaine d’année, Aït Belize
n’a pas cessé d’écrire ses deux pays et au-delà. En avril 2005, il avait publié «Racines et
épines», premier volume de sa trilogie «Le fils du péché» qui sera composée de «Noces
sarrasines» paru en 2006 et s’achèvera avec «Calendes maghrébines» sorti en 2008, le
tout faisant plus de mille pages aux éditions Luce Wilquin. A travers cette trilogie, le
lecteur est invité à suivre l’itinéraire atypique d’un gavroche bien de chez nous puisqu’il
s’appelle Amrouche, petit Amazigh pauvre du Poblado tangérois. Fils naturel,
communément désigné dans cette autre partie de la Méditerranée par «fils du péché», on
le verra grandir rapidement -sans passer par l’enfance -dans un combat perpétuel avec
sa société et sa destinée.

«Appelez-moi Sam» est moins joufflu puisqu’il ne compte que 69 pages et il est d’abord
destiné à un public jeune mais je le trouve aussi très utile et agréable pour les grands.
C’est par la voix de la jeune Christina que nous découvrons les inextricables problèmes
de l’identité et de la nationalité qui se posent à son père d’origine marocaine. Ce
dernier, marié à une immigrée espagnole en terre de Belgique, porte le nom
Abdoussamad Sandali comme une cicatrice, il préfère qu’on l’appelle Sam Sandali qui
a «une consonance proche de l’italien» et soit dit en passant : «Italien, ça passe encore»
(p.17).

Au commencement fut donc le nom propre ! Et quand «deux cultures, deux


civilisations, deux êtres venus d’horizons différents, se rencontrent, il n’y a pas moyen
de faire autrement que de produire du nouveau, du jamais vu !» (p. 44). Le nouveau est
justement cette jeune fille que nous suivons dans l’édification de son identité et dans la
découverte de ses appartenances : Belge, Espagnole et Marocaine.

A travers un récit bien tissé, Issa Aït Belize traque dans la vie de ses personnages les
indices qui ressortent et mettent en valeur la pluralité et la diversité de leur identité
jusque par-delà la vie. En effet, il place la tombe de Sam, alias Abdoussamad, «entre un
soldat anglais, tombé ici en Belgique en hiver 1944, et un mineur polonais, mort de sa
belle mort» (p.47). Les nationalités cohabitant ainsi, l’auteur tentera de rapprocher aussi
les religions ce qui nous rappelle ce propos déjà ardemment défendu dans «Noces
sarrasines» : «Le rêve de la juive et celui de la musulmane […] ne pouvaient être
complets qu’en rejoignant celui de la chrétienne, de l’hindouiste, de la zoroastrienne,
de la bouddhiste ou de l’animiste, de l’athée… pour bannir l’exil et exiler le
bannissement à tout jamais de nos réactions viscérales, qu’elles fussent personnelles ou
collectives» (p.372). C’est à peu près le même message qu’a laissé Abdoussamad à sa
fille dans sa tentative de répondre aux interrogations de la gamine portant sur la religion
du père.
Christina, adulte et mariée à un Tchétchène, récupère la nationalité de son père et porte
en sus un prénom arabe (Shamsou-l-moulouk). Elle devient une de ces «femmes avides
de paix, prêtes à défendre les réfugiés du monde, avec ou sans papiers, les exilés, les
bannis, les Gitans, les Palestiniens, les Tchétchènes, les Soudanais du Darfour qu’on
persécute…» (p. 65). Bref, elle évolue en citoyenne qui brandit fièrement son identité
multiple qu’elle enrichit de jour en jour, bien consciente du fait que l’identité n’est pas
un objet figé ni un acquis définitif. Elle répond ainsi au conseil du père qui lui
recommanda dans ses dernières paroles : «Je ne voudrais pas te quitter ici sans te dire
ceci : tu es libre, ma fille chérie, de chercher la vérité par tes propres moyens,
indépendamment de celle de tes parents, de ta culture ou de tout autre héritage» (p. 10).
C’est là un conseil que nous acceptons volontiers de la part de Issa Aït Belize à qui nous
reconnaissons sa valeur de passeur entre les cultures et de citoyen du monde.

N’en déplaise à un certain André Gide qui affirmait qu’on «ne fait pas de la bonne
littérature avec de bons sentiments», Aït Belize a relevé le défi en injectant dans sa
mixture une considérable dose de «bons sentiments» brassée avec une bonne maitrise de
l’écriture et de l’art du récit. Il y adjoint un souci permanent d’une esthétique originale
dans sa manière de camper les personnages et de brosser les situations pour aboutir à
une texture harmonieuse… C’est ce qui fait de ce petit livre une grande œuvre et le
hisse au rang de la bonne littérature.