Вы находитесь на странице: 1из 416

)^&3'y '' -'

" ' ''''

y ;

1:'^^

Vï.

TEXTES ET DOCUMENTS

rOLR

L'ÉTUDE HISTORIQUE

DU CHRISTIANISME

Publiés sous la direction de

HIPPOLYTE HEMMER et PAUL LEJAY

Depuis une vingtaine d'années, l'attention des hommes ins-

truits se porte vers les études religieuses. L'histoire du chris-

tianisme, surtout celle des premiers siècles, est l'objet d'une

la matière de travaux

curiosité toujours en éveil et forme

innombrables. Le développement des sciences historiques et des

exercices pratiques rend de plus en plus habituel le maniement

des textes. Dans les Facultés de l'État, à l'Ecole pratique des Hautes Etudes, dans les séminaires catholiques, on recourt sans

cesse, pour éclairer les origines chrétiennes, à l'interprétation

des documents de la tradition. Malheureusement les collections

patristiques sont difficilement abordables aux étudiants, aux érudits, aux prêtres laborieux, en dehors des grandes villes;

le format des collections n'en permet guère l'usage dans les cours

et conférences. Les textes grecs sont souvent difficiles à com- prendre, et la traduction latine qui les accompagne d'ordinaire

ne les éclaircit pas toujours. Afin d'obvier à ces divers inconvénients, nous avons entrepris

de publier une collection de Textes et Documents pour Vétude

hinloriiiiic du rhiinliuninme. KIlc compreiidin les œuvrci» les

plus iilili's prMir Hiisloin |>n.preincnt ditr <lu cfiri»tiaiii»mc•,

p(nir Ci'Wv (le H.-s itiHlitiiliMim cl «h• son dogme. Lee ouvragen

trop lotiKs Hcroiil pirsciilrs dans leurs parties essentielles,

leliéfs par des analyses.

La collection a pour but de mettre sous les yeux les textes

oriKiniuix auvcpu-ls il faut toujours revenir quand on veut faire un Inivail >oli(le. Toiil. luis iU srront accompaKnos d'une traduc-

tion IVanvaise.

Des introductions prrciscs r

urniront

les données indispen-

sables sur la bio^rapiiie de l'auteur et sur les circonstances ou

furent composés ses écrits, les renseiK'nements utiles à l'intelli-

^^encc d un ouvrage et à l'appréciation de sa valeur historique.

Chaque volume sera muni d'un index détaillé des matières,

comprenant les n<.ms propres, les ouvrages cités par l'auteur,

les faits principaux, les termes philosophiques et théologiques

pouvant aider à une recherche ou

une comparaison.

Les directeurs de la collection s'interdisent de faire un travad

critique.

pagnant

Ils reproduiront le meilleur texte connu, en l'accom-

d'indicati(ms sur l'état de la science et sur les progrés

peuvent rester à accomplir. Ils refusent

de se mêler à

qui

aucune polémique religieuse, voulant se renfermer dans le rôle

modeste qu'ils ont déihii et ne présenter aux lecteurs que des textes sûrs et des traductions exactes, des faits et des docu-

ments.

Nous espéronsqueMM.les professeurs de Facultés, les direc-

teurs des Écoles de Théologie, les chefs des établissements

d'études supérieures accueilleront cette collection avec bienveil-

lance et lui accorderont leur faveur.

Ilippolyte .

Paul Lejay.

Les volumes de cette collection paraissent à intervalle rap-

dans le format in-12. et seront d'un prix extrêmement

proché,

modique, les plus gros volumes de 500 pages ne devant pas

dépasser 4 fr. Nous désirons ainsi mettre à la portée de tous

des textes si importants à connaître.

Volumes parus:

J. Justin, Apologies, publié par Louis Paitig.ny, agrégé de l'Uni-

versité, 1 vol. 2 fr. 50.

'2. EusÈBE, Histoire ecclésiastique, livres -'. publié par E. Gn.v-

piN, curé-doyen de Nuits. 1 vol. i fr.

•3. Tertulmen, De paenitentia, de piidicitia. publié par P. de L.\- BRiOLLE, professeur à l'Université de Fribourg Suisse), 1 vol.

3 fr.

i. Tertui.me.x, De Praescriptione Haerelicorum, publié par P.

Ladriolle, professeur à l'Université de Fribourg Suisse), 1 vol.

2 fr.

ô. Les Pères apostoliques, I ; Doctrine des Apôtres. Epitre de

Barnabe, publié par Hipp. Hemmer. Oger et II. Laurent,

1 vol. 2 fr. 50.

<5. Grégoire de

, Discours funèbres en Vhonneur de

son frère Césaire et de Basile de Césarée, publié par Fernand

BouLENGER. maître de conférences à la faculté libre des lettres

de Lille, 1 vol. 3 fr.

~. Grégoire de Nysse, Discours catéchétique, publié par Louis MÉRiDiER. docteur es lettres, professeur agrégé des lettres au

lycée de Sens, 1 vol. 3 fr.

S et 11. Justin, Dialogue avec Tryphon, publie par Georges

Archambaui.t, directeur à l'Ecole Fénelon, 2 vol. 7 fr. i). Philon, Commentaire allégorique des saintes Lois après

l'œuvre des six jours, publié parE. Bréhier, maître de confé-

rences à l'Université de Rennes, 1 xo\. 3 fr. 50.

10. Les Pères apostoliques, II ; Clément de Rome : Epître aux Corinthiens. Homélie du ii* siècle dite II" Epître de Clément

,

publié par Hippolyte Hemmer, 1 vol. 3 fr.

Sous presse :

Les Pères apostoliques. III : Ignace d'Antioche, Epi très, et

PoLYCARPE de Smyrne : Epître aux Philippiens, par A. Lelong.

EusÈBE : ///sio/'re ecclésiastique, t. Il, livi-es V-VIII, par E. Gra-

PIN.

Apocryphes du Xouveau Testament, par Ch. Michel, professeur à l'Université de Liège, I : Proto-évangile de Jacques. Evan-

gile du Pseudo-Mathieu. Evangile de Thomas. Evangile armé-

nien de l'Enfance. Histoire de Joseph le Charpentier.

Pour paraître en 1910 :

EusÈBE, Histoire Ecclésiastique, tome III et dernier.

Apocryphes du Nouveau testament, II : Evangile de Nicodème :

l" p'% Les Actes de Pilate; p'% La descente de Jésus aux Enfers, III: Agrapha et Logia. Evangiles non canoniques et

fragmentaires des Hébreux, de Pierre, etc. Pères apostoliques, V : Le Pasteur d'Hermas.

En préparation prochaine :

l^Ai.i.Ai.M

s, llisloiri' lausiaque.

Ci.i'.MKM (1 .:»'-, SÎro-

male$.

Conciles Krccs. Conciles (1 Alnquf.

Coiicileb incioviuKicnB.

j.:,.,|.iia>f

sieK.

P.(«.<riijm oti lléré-

,

,^4,^^,

Pour paraître ultérieurement:

Us Apologistes du

j;ore.

siècle auTes que S. Ju.liu et Alhcna-
'

S. 1i»km':i:. Adversus Iliiereses.

Clément nALKXAM>niE. ProlrepUque.

Les Conslilulions apostoliques.

(ÎHÉoo.HE

K TuAiMATtHOE. -Épîtie canoniquc.

Tehïillien. - ApolcK^ique; ad S'capu/«m.

S. Cypbien. - De cutholicae ecclesiae umlate; De lapsis.

MiNicii's Feux. Octavius.

Ahnoue. Extrait». Pai'es. Lettres.

-

,

Athanase. -œuvres hislo,ic|ucs ; EMra.U des œuvres IheoU-

B.rsL Oe Césa,,ée. - Correspondance ; EMraits des œuvre.

mystiques et théologiques.

Grégoire

de . - Discours ; Lettres.

Grégoire de Nvsse. - Dialogue sur lànie et la résurrection.

Cyriixe de JÉRUSALEM. Catéclièses.

Chrysostome. Œuvres choisies et extraits.

Amuroise. - De «.j/s/er/Zs (avec Extraits du De sacramen.,s.

Lettres clioisies.

.

.

Augustin.

- Lettres choisies ; La Cité

de

Dieu : Ch^^^^ '^

sermons : Extraits des principaux ouvrages théologiques.

Jérôme De viris illustrihus ; Correspondance.

- Choix de Lettres et Sermons.

LÉON LE Grand.

Grégoire le

Grand. - Régula pasioralis : Choix des 3/oraie.

et des Lettres. Recueil d'inscriptions chrétiennes.

Textes liturgiques.

MAÇON PROTAT FRÈRES, IMPRIMEURS.

JUSTIN

DIALOGUE AVEC TRYPHON

MAÇON, l'MOTAT I HIIUS. »

TEXTES ET DOCUMENTS

POUR l'étude historique du christianisme

PUBLIÉS sous LA DIRECTION DE

HippoLYTE HEMMER ft Paul LEJAY

JUSTIN

DIALOGUE AVEC TRYPHON

TEXTE GREC, TRADUCTION FRANÇAISE

INTRODUCTION, NOTES ET INDEX

PAR

Georges ARGHAMBAULT

UlUECTEUR

l'kCOLE FÉNELON

TOME II

PARIS

LIBRAIRIE ALPHONSE PICARD ET FILS

82, RUE BONAPARTE, 82

1909

THE mSTITUTE OF WrDIAEV/»L STUUIU

10 ELMSLEY PLACE

JUHOi^TO 6, CAiXAOA,

OCT 15 i931

697

TEXTE

ET

TRADUCTION

[ -'

,

()

,,

*

^

IS].

LXXV.

[4]

$'.|

5, \

;j-î,

•.

.

,

,

)

,

,

^,

*^,

•.

^ ]

'.'. -

. ».

,

:'

" •.•.

.

-

,

[Deut., , IB-

.

)

)

(;)

-

Ce titre n'appartient pas au ms. G (voyez lxxiv, 3, et la

note) ; il a été emprunté à la citation de Jean Damascène,

dans les Sacra Parallela ; voy. V Introduction, p. liv. Il n'a

sans doute pas plus de chance, malgré sa plus grande anti-

SECOND ENTRETIEN AVEC TRYPHON

LXXIV [4] « au pays dans lequel il est intro-

duit, et ils m'abandonneront, et ils détruiront mon

alliance que j'avais établie pour eux en ce jour-là. Et je

les abandonnerai et je détournerai mon visage loin

d'eux

; et il y aura de la nourriture, et il sera atteint de

maux nombreux et de tribulations. Et il dira ce jour-là :

« C'est parce que le Seig-neur mon Dieu n'est pas parmi

u nous que j'ai été atteint par ces

maux ». Mais moi je

détournerai absolument mon visage d'eux ce jour-là, à

cause de toutes lesmauvaises actions qu'ils aurontfaites,

parce qu'ils se sont tournés vers les dieux étrangers. »

LXXV. Dans le livre de VExode^ il a déclaré en mys-

tère par la bouche de Moïse que le nom de Dieu lui-même

était aussi Jésus, ce qu'il affirme n'avoir été révélé ni à

Abraham, ni à Jacob, et nous l'avons compris aussi. 11

quité, d'avoir appartenu au texte primitif que le titre géné-

ral fourni par le ms. C, et que nous avons mis en tête de

la Première Partie. Sur l'étendue de la lacune, cf. I, p. lxix

suiv.

LXXV. 1 .

: cf. xlix, 6 ; xc, 4-o ; cxiii, 2 ; cxv, 2-3,

etc. La transcription grecque des LXX pour ^^^ (la Vul-

gate a « Josue ») est

, le nom même du Christ. D'où

5S5

4 DlALOGUt: AVKC TRVPHUiN, LXXV . 1 LXXV, 4

•.

),

^

^

[fol. 129*]

.

'

* FAzï

*?) 6, ');

-

, '

20-21 j. [2]

;

,

.

[Exod., XX, 22 ; xxill,

/

'

^.

-

-

,

'

^

'

'

et cf. Nombr., , 17],

25]. [3] "

^

,

\Exocl., , 21

,.

'-

[cf. Gen., XXXII,

-

)-

,

.

.

[Is., ,

8].

*/

., -

'

.

[4]

'

'

rutilisation messianique. On la trouve très répandue au

11^ siècle et même ensuite : cf. Barnabe, xii, 8-9 (), p. 76) ;

Irénée, fr. XIX {PG, \ji, 1241); Tertullien, Adv. Marcion.,

III, XVI {CSEL, III, 402-403); IV, vu {ibid., 436 , et Adv.

Jud., IX [PL, II, 622-23) : ici ressemblances verbales avec

JÉSUS, FiLS DE NAUÉ

s'exprime ainsi : « Le Seigneur dit à Moïse: « Dis à ce

« peuple: Voici que j'envoie mon ange devant ta face,

« afin qu'il te garde dans le chemin, pour t'introduire

« dans le pays que je t'ai préparé. Donne-lui attention,

écoute-le, ne te défie pas de lui, car il ne t'abandonnera

pas : mon

nom est sur lui. » [2] Quel est donc celui qui

a introduit vos pères dans le pays ? Comprenez enfin que c'était celui qu'on désignait par ce nom, Jésus

'Josué), celui qu'on appelait auparavant Ausès. Lorsque

vous l'aurez compris, vous reconnaîtrez encore que le nom

de celui qui dit à Moïse : « Mon nom estsur lui », c'était

Jésus (Josué). Et en eifet, il s'appelait encore Israël, et

il imposa de même ce nom à Jacob. [3] D'autre part

que le nom d'ange et d'apôtre de Dieu est donné aux prophètes envoyés pour annoncer ce qui vient de lui,

cela parait dans Isaïe.

En cet endroit, en efîet, Isaïe

dit : « Envoie-moi » ; et il est manifeste pour tout le

monde que celui qui a reçu le surnom de Jésus fut un

prophète puissant

Et, puisque nous

et grand.

[4]

(GCS, I, 125-26); Lactance, Inst. Div., IV, xiv {PL, VI,

488-89);

2.

Eusèbe, H.E., I, m, 3-4 {TD, I, 32), etc.

(') manque

/

en C, Ces changements de nom

sont plus abondamment

XXXIV, 6 et la note.

expliqués

{. au ch. cxxv, 1 etsuiv. Cf.

: Barnabe, xii, 8 ( TD,

p. 76), et Tertull., Adv. JucL, ix (PL, II, 622), parlent

aussi des vertus qui valurent au fils de Naué de porter le

/

nom de Jésus. Pour , voyez

Josué, si souvent répétée :

à

(Deui., xxxi, 7

et 23 ; Josué, i, 6, 7, 9 et 18). Il avait été aussi prédit du

l'exhortation

de Moïse

Messie qu'il serait

8 et la note.

au

Ps. xvrii, 5 : voy. DiaL, lxiv,

-

DiALoiiUK AVEC TRYPiiON, I.XXV,

6

' LXXVI, 2

,

<7) ') ,' (») !>

,

£•?|0,

f«>v

•?,

'»

'

) •. ; Tb

/

.

|cf.

5•. -

[fol.

/)5'.

129'

LXXVI.

VII, 13-14],

à^^ç>{jiT:c\j ,

,

.

Dan

-

.

[cf. //., 11. 34],

pb

, ') .

Tb ajTb

.

[2]

[Is. ,

'

^^ -

LUI, 8] ; -

'

(,

*

,

.

-

-

Tbv

[Gen., XLix, 11],

,

Tzpbz,

Sylburg : ? C et .

lxxiii, 6 ; c, 6, etc. : -

4. , restitution de

d'après lxviii, 1 ;

C.

.

LXXVI. 1.

: Dans le texte de Daniel, il s'agit

de-la pierre « détachée >• de la montagne. Théodotion avait

JÉSLS, FU.S DE NAUE

7

savons que ce Dieu s'est manifesté sous tant de formes

à Abraham, à Jacob et à Moïse, pourquoi cet embarras

selon la volonté du Père de

et ce refus de croire que

toutes choses, il a pu aussi naître homme d'une vierge,

et cela lorsque nous avons tant d'Ecritures d'où l'on

peut comprendre clairement que cette naissance encore

est arrivée selon la volonté du Père.

LXXVI. Car lorsque Daniel désigne « comme un fils

« royauté éternelle »

d'homme

celui qui

reçoit la

n'insinue-t-il pas cette chose-là même ? Le désigner comme un tils d'homme, c'est manifester qu'il est

apparu et qu'il est devenu homme, mais c'est montrer

aussi que ce ne fut point par une semence humaine.

Dire qu'il est une « pierre taillée, mais sans mains

d'homme », c'est proclamer la même chose en mystère,

car dire qu' « il a été taillé sans mains d'homme » c'est

montrer qu'il n'est pas une

œuvre humaine, mais

l'œuvre de la volonté de Celui qui l'a produit, le Père, Dieu de toutes choses. [2] Lorsqu'Isaïe dit: « Qui racon- tera sa génération ? >> il a montré aussi que son ori-

gine est inénarrable, et

aucun homme d'entre les

hommes n'a une origine inénarrable.

Quand Moïse dit qu' « il' lavera sa tunique dans le

traduit Taraméen : m7jrn par /, mais les LXX par

; Justin, qui lit ce passage dans les LXX, a donné au

mot

ner »

(cf.

son sens le plus complet :

otvôpoSrivov

tailler pour façon-

manque

). Cf. lxx, i.

en C, restitué d'après

les autres exemples de ce chapitre.

-

2.

:

Liv, 1-2 ; Lxin, 2.

C; cf. Lxnr, 2.

-

,

cf.

s

. avî:<;

, ', 2 LXXVI. 6

/:) !> ,

'^z

'

;

(3J

ijj,

' ,

()

'

àvOpoWoiv, cv

)> s

9)

aJTOv 7:( [Is., ,

'.

[fol. 130*]

oj*//.

^ ^,

;

)

•?)7•.

-

-

•?|

)7: ,

-.

j*]

?)

7:7:),

».

'

,

^

! [.,, -12]. [5] '

'

Tf<

•,

-

" ,,

'

'

,

:

[., , 22-23,

et

-

'

Le, XIII, 26-27].

'

'

,

.

,

, 41 \ . [61

-

5. où

ovotxatt

Ce logion semblerait une

combinaison, cFailleurs surprenante, de Luc et de Mathieu;

il se trouve en tout

Otto :

cas hors la pensée de l'un et de l'autre.

'. C. (^e mot se rapporte à .

LA NAISSANCE VIRGTNALE

9

sang de la grappe », n'est-ce pas ce que je vous ai

déjà dit souvent qu'il avait prophétisé obscurément :

il

a

déclaré par avance qu'il aurait du sang, mais

non pas un sang venu des hommes,

tout de même

que le sang de la vigne, c'est Dieu et non p;is l'homme

qui le produit ? [3]

Isaïe

encore, lorsqu'il l'appelait

«ange du grand conseil », n'a-t-il pas ainsi annoncé

par avance qu'il a été le didascale des choses qu'il est

venu enseigner ? Car les grands conseils du Père tant

vis-à-A'is de tous les hommes qui lui sont ou devien-

dront agréables, que vis-à-vis de ceux, hommes et

anges, qui se sont éloignés de son

conseil, c'est lui

seul qui les a enseignés ouvertement lorsqu'il a dit :

[4] (( Ils viendront de

l'Orient et de l'Occident, et

ils prendront part au festin avec Abraham, Isaac et Jacob dans le royaume des cieux ; mais les fils du

royaume seront rejetés dans les ténèbres extérieures. »

[5J Encore :

«

Beaucoup me diront en ce jour-là

:

c( Seigneur, Seigneur, n'avons-nous pas en ton nom u mangé, bu, prophétisé et chassé les démons? » Et je

leur dirai : « Retirez- vous de moi. » Voici encore les

paroles de condamnation qu'il doit prononcer, il l'a dit,

contre ceux qui sont indignes du salut : « Allez-vous dans les ténèbres extérieures, que le Père a pré-

parées à Satan et à

en

ses

Anges.

»

[6] De même en d'autres passages, il a dit : « Je vous

non à ', .

corde pas exactement avec le texte de ., xxv, 41 ; on la

retrouve identique dans les Homélies Pseudo Clémentines^

XIX, 2 (PG, I, 424).

;

Cette citation ne con-

>,() avhî;

5

-,

H)

iuvimion. LXXVI,H LXXVI.T

)

/,.'.

[Lly:,

.

,

19],

•.

:'.

. in y.

^.

--

/. •.

130'' -

/.y.',

; .

[7]

-

-

7: ); /

),

;

'

,

xbv

.

'.

^

. '.

',)

'

'

,

(.

( : bien ([ue ce point de vue ne puisse pas rendre compte de tout ce qu'était le Christianisme, celui-ci

apparaissait très principalement comme une victoire de Dieu le Père par le Logos son Fils sur les dieux païens,

c'est-à-dire sur les démons, principes de tout mal. Ils con-

stituent l'armée du Diable, et suscitent juifs et païens

contre les chrétiens (cf. cxxxi, 2;. Voy. sur ce point le début du chapitre : La question des droils du démon, dans

Le Dogme de la Rédemption, par l'abbé J. Rivière, Paris,

1905, p. 373 suiv. Cette mythologie vaincue d'ailleurs diffé-

rait suivant les esprits, selon qu'il s'agissait d'un Oriental

ou d'un Grec. Le pouvoir sur les démons fut un charisme

très vivant dans l'ancienne Eglise, tant qu'elle eut à lutter contre les dieux. Non seulement Justin en parle souvent (//

ApoL, VI, 6; Dial., xxx, 3 ; xxxv, 8 ; lxxxv, 2 ; cxi, 2 ; cxxi, 3),

mais encore tous les Pères : cf. Irénée, II, xxxii, 4-5

PG,

VII, H29-30 ; Tertili

,

Apologet., xxifi. xxvii, xxxn, xxxvri

LA NAISSANCE VIRGIN ALt:

11

donne le pouvoir de marcher sur les serpents, les scor-

pions, les scolopendres, et sur toute Puissance de l'Enne-

mi. » Pour nous, maintenant, qui croyons au crucifié

sous Ponce Pilate, Jésus, notre Seigneur, nous exorcisons

tous les démons et esprits mauvais, et ils nous sont sou-

mis. Car si, parla bouche des prophètes, il a été obscu-

rément annoncé que Christ souffrirait, et qu'après

cela il serait Seigneur de toutes choses, personne, du

moins, ne pouvait le comprendre, jusqu'à ce qu'il ait persuadé lui-même aux Apôtres que ces choses se trouvent clairement annoncées dans les Ecritures.

[7] Il s'est en effet écrié avant d'être crucifié :

II faut

que le

rejeté

fils

de l'homme souffre beaucoup, qu'il soit

par les

Scribes et

les Pharisiens, qu'il soit

{PL, 1, 410- 464); Cyprien, Ad Demetr. [CSEL, I, 361);

Origène, Contr. Cels., I, vi {GCS, I, 59); xlvi [ibid., p. 96) ;

Lxvii {ibid., 121), etc. La puissance que les démons gardent

sur les païens non convertis se concevra mieux lorsqu'on se

sera rappelé que Justin croit que le Diable et son armée ne sont pas encore jetés au feu : ils le seront cependant un

jour: le Christ

différé ce châtiment, c'est parce qu'il veut qu'ils soient jetés

au feu avec les hommes qui les auront suivis, mais laisser

à ceux-ci le temps de la pénitence {I ApoL, xxvrii, 1-2).

(voy.

., xxv, 41) l'a

prédit. Si Dieu a

Les Juifs n'avaient donc pas pu les prophéties, qui leur avaient été faites d'ail-

leurs

de Jésus qui aidèrent les chrétiens, avec la grâce de l'Esprit

saint à en découvrir le sens. Irénée, IV, xxvi, 1 (PG, ',

1052-53), pour exprimer la même idée, compare les Ecri-

tures au trésor caché dans le champ. Voy. d'autre part la

comprendre

-/

Ce sont les événements de la vie

12 DIAI.OiiUE AVIiC THVI'MON, LXXVI, 7 LXXVIl, 1

/. t?J ;

(3£6?5

'( 5

31 ; Le, IX,

22 J.

•?; [Mc, Vin,

(

[cf. ^., CIX, 3, etLXXl,

?), 17]

licj /.

,

[cf.

Ps.,

vin,

)

6]

cvia, .

(cf. Ps

». ; cjv /.'• 2'.

,

7S•. *

5.

». 5

,

-

XLIV, 13, et Lxxi, 11],

'

LXXVIl.

'

,

.

)7:?| .

i'v

^ '

.

7. : Justin paraît interpréter ici « avant le so-

leil » dans le sens de « pendant la nuit », comme fera Ter-

TULLiEN très clairement [Adv. Marcion., V, ix, CSEL, III,

603), pour le Ps. cix, 3 :

: « nos edimus evan-

gelia

nocturna nativitate declarantia dominum, ut hoc sit

« ante luciferum », et ex Stella magis intellecta et ex testi-

monio angeli, qui nocte pastoribus adnuntiavit natum esse

cum maxime Christum, et ex loco partus ; in diversorium

enim ad noc/em convenitur. » Toutefois Justin n'interprète

pas seulement ici le Ps. cix, 3, il en combine la donnée

relative à la naissance virginale :

avec une expres-

sion en apparence synonyme, empruntée au Ps. lxxi, 5 :

. De telle manière qu'il ne peut plus être

question, malgré Otto ad loc, du sens plus explicitement fourni par TertuUien. « Avant la lune ' ne peut désigner la

LA NAISSANCK VIRGINALE

13

crucitié et que

le

troisième jour

il

ressuscite. »

Et David a proclamé qu' « avant le soleil et la lune il

naîtrait du sein

» selon la volonté du Père, et il a

montré