Вы находитесь на странице: 1из 18

doc presse.

indd 1 03/10/2008 14:13:03


Final Fight est une exposition collective qui se
déroulera du 13 novembre 2008 au 4 décembre
2008 au sein du centre d’art Lieu-Commun.

Rendez-vous

Jeudi 13/11 à 19H00


Fight for food
par le collectif Chaise&Co
vernissage + concert du groupe Balza

Jeudi 27/11 à 19H00


Soirées performances et conférences
avec Julien Amillard, David Chaignon, Daphné Jamet, Lise Lacoste...

Jeudi 4/12 à 19H00


Finissage Veni vidi vici ?
La bataille finie, que s’est-il passé pendant ?

finalfight.fr

doc presse.indd 2 03/10/2008 14:13:05


En règle générale, si tant est que ces règles nous soient bien parvenues dans toutes leurs
justesses, les jeux du cirque se déroulent ainsi : citoyens de Rome, toge sous l’aisselle,
sandales sur les pavés, se réunissent dans le Colisée et échangent leur point de vue pendant
que fauves et hommes se disputent leur survie.
Les fauves, affamés, enchaînés dans une cage sous le sable, titillés pour les rendre aussi
agressifs que possible, débarquent dans l’arène.
Les hommes, esclaves destinés à rougir le sable, attendent et fuient, se débattent,
tentent d’échapper à une mort toujours inévitable ; mais de là à se laisser abattre sans se
défendre…
Et les réjouissances se poursuivent : entrée des gladiateurs.
Sur leur siège, à l’abri du sable, le public ne s’attend pas à voir autre chose qu’un spectacle
de plus, une mise à mort délicieusement mise en scène par leur favori. Mais dans l’arène,
celle d’aujourd’hui, les gladiateurs n’ont ni armure ni arme. Ils ne sont gladiateurs que
parce qu’il faut bien donner un nom à quelque chose. Et dans cette arène Final Fight,
le vainqueur ne sera peut-être personne.

Les étudiants de l’école supérieure des beaux-arts de Toulouse ont terminé leurs études
et présentent lors d’une exposition annuelle le travail qui mit fin à leur cinq années
d’étude.
Cette année, cette exposition nommée FINAL FIGHT déroge à la règle de cette simple
présentation pour s’étoffer avec la mise en place d’un work in progress : durant les
trois semaines que constituent le temps de cette exposition, les oeuvres se créeront, se
répondront, s’échangeront, se développeront avec celles des autres participants, celles
déjà montrées, sur le point de l’être, déjà disparues, n’en laissant que des traces…
Cette expérience artistique intense benificiera d’un cadre formidable, Le Lieu-Commun,
qui, à l’instar des étudiants des Beaux-arts diplômés, est un lieu jeune et dynamique. Ce
lieu vivant, animé par les artistes et membres des collectifs « A la Plage », « VKS » et
« ANNEXIA » réunira les trois spécialités qu’offrent l’école des beaux-arts de Toulouse :
Art, Communication et Design, et leurs spécificités respectives. Chaque option possède
en effet sa propre manière de poser un regard sur notre monde, et de le donner à voir dans
l’espace d’exposition.
Mais à l’intérieur de ces options, chacun des exposants possèdent également sa propre

doc presse.indd 3 03/10/2008 14:13:06


vision de notre modernité, des envies différentes pour exposer les enjeux de ses
questionnements, une problématique particulière sur la monstration d’un travail plastique.
Au sein d’un même lieu, comment cette diversité va-t-elle s’articuler...? Comment cette
exposition collective peut-elle prendre toute son ampleur alors qu’il ne s’agit pas de
l’exposition d’un collectif et qu’il n’y a pas de commissaire d’exposition : chacun est le
commissaire de tous les autres.
Le vernissage, le Jeudi 13 Novembre à 19h00, permettra au spectateur de se faire une
première idée au vue de la première installation, celle des travaux des diplômes et du
commencement des projets individuels du work in progress. Puis, le lieu évoluera au fil
de l’avancement des œuvres. Des rendez-vous ponctuels sont d’ores et déjà programmés
dont une soirée conférences et performances, ainsi qu’un finissage le Jeudi 4 Décembre,
qui permettra de se rendre compte du travail accompli et de proposer une synthèse, une
lecture globale de tous les enjeux qui furent questionnés lors de l’exposition.
On dénombrera alors les blessures, les morts, les victoires, les échecs.
Que le combat commence!

Julien Amillard & David Chaignon

doc presse.indd 4 03/10/2008 14:13:07


Jeff Koons est il un “boss” de fin de niveau ?

Final Fight !!!


Le dernier jeu vidéo qui va inonder le marché ?
Le jeu de combat ultime où les survivants d’un monde en crise s’affrontent sous les
yeux de richissimes spectateurs au milieu d’un espace d’exposition ?
Rien de tout cela évidement même si les dernières orientations du marché de l’art ne
laissent rien présager de bon quant aux futures surenchères artistiques.
Final Fight est le titre choisi par les étudiants de l’École des Beaux
Arts de Toulouse, pour l’exposition des diplômés de la promotion 2008, à Lieu-
Commun.
Ce titre sonne comme le constat guerrier d’une scolarité mouvementé, mais entendons
nous bien, comment 5 années passées dans une école d’art pourrait être un parcours
équivalent à un long fleuve tranquille.
L’école d’art, lieux de l’apprentissage et du désapprendre, dans le même temps, initie
un parcours riche et complexe où les certitudes télescopent les doutes, où la liberté
conceptuelle doit apprivoiser les contraintes matérielles.
Final Fight rend compte de tout cela, en étant à la fois l’achèvement d’un parcours
harassant et le début d’une route encore plus longue.

Les écoles d’art sont-elles un des derniers endroits où il est encore possible de
développer un art autrement, non tributaire de l’objet et donc non assujetti au marché ?
Mais alors quelle économie mettre en place pour que cet art là existe, où trouver les
producteurs et les diffuseurs, comment sauver cette exception dite française ?
Ce dernier combat se transforme ici en acte de naissance, naissance de nouveaux
diplômés au monde de l’art. Le diplôme ne fait pas l’artiste, un artiste apparaît d’abord
à lui même puis il met en scène son apparition, il négocie son appartenance à un milieu,
l’artiste se fait en s’appuyant sur des réseaux professionnels constitués qui ont pour
mission de s’adapter perpétuellement aux propositions nouvelles provenant des artistes.
Parfois si le champ paraît trop étroit, l’artiste se fait opérateur c’est lui qui invente le

doc presse.indd 5 03/10/2008 14:13:08


cadre de diffusion de son oeuvre.

Lieu-Commun ne tend pas à surligner une dichotomie entre ce que pourrait être l’art
autrement et l’oeuvre objet ressemblant à du consommable, les 2 existent, cohabitent et
font sens.
Être diplômé d’une école d’art en 2008 est chose ardue, il faut se positionner face à
un monde de l’art fait de strates multiples qui bien souvent diluent les intentions dans
un maelström sensationnel. Car si parfois l’art s’appuie aujourd’hui sur des acheteurs
compulsifs, victimes des modes, qui déterminent ainsi des courant esthétiques douteux,
où la forme de l’art ressemble de plus en plus à celles proposées par l’industrie du luxe,
il n’est alors pas étonnant que les nouvelles générations rentrent en réaction face à ces
travers, en proposant des formes plastiques plus brutes et précaires.
Par ailleurs la surenchère des matériaux, des formes, des prix, sont le quotidien d’une
spéculation planétaire qui ne s’enflamme que pour son reflet policé (dans un lapin
chromé ?) expression de sa vanité la plus évidente.
Il me semble que ce titre (Final Fight) ainsi que la note d’intention de l’exposition (le
work in progress, diluant les oeuvres au profit du process) sont la réaction à un système
de l’art pour l’instant entr’aperçu depuis le cocon protecteur de l’école, une réaction
épidermique, induite par la question principale que doit se poser chaque artiste : d’où
est ce que je parle, d’où vient mon travail, où
est-ce que je l’inscris ?
Vu de loin l’art paraît être une foire permanente où le sensationnel le dispute aux
records de ventes, où les artistes blockbustés brouillent la vision et empêchent de voir la
partie immergée de l’iceberg. Si il y a d’autres territoires que celui du marché, avec des
artistes, des opérateurs qui essayent de mettre en place des alternatives efficientes et des
réseaux différents, cette économie parallèle se retrouve forcément teintée en précarité,
et c’est là où il ne faut tomber dans un autre travers, celui d’un art en réaction, où le
revendicatif prend le pas sur une conscience aiguë.

C’est cette expérience que nous vivons à Lieu-Commun, depuis plus de 10 ans nos
différentes structures s’appuient sur l’ensemble des réseaux de l’art, publics, privés,
alternatifs, aucun n’est meilleur qu’un autre, ce sont leurs différences qui font la
richesse de tout propos. Final Fight
est pour nous l’occasion de partager une situation nouvelle, accompagner le temps
d’une exposition de jeunes artistes dans un cadre spécialisé ayant su garder toute la
fraîcheur et la candeur de l’amateurisme (amateurisme désintéressé contre l’âpreté ou la
brutalité des professionnels).

  And you make me talk


  And you make me feel
  And you make me show
  What I’m trying to conceal
  If I trust in you, would you let me down?
  Would you laugh at me, if I said I care for you?
  Could you feel the same way too?
  I wanna know..

extarit de la chanson “In the name of the game” du groupe ABBA

doc presse.indd 6 03/10/2008 14:13:09


PARTICIPANTS

Alexandre de Crombrugghe de Looringhe

Par la friction entre protocole et contexte, en con-


sidérant l’impondérable de celui-ci, il tente de faire
émerger la question du sujet.

Julien Amillard

Parti de l’écriture, il confronte son existentialis-


me littéraire à des objets et des installations teinté
d’humour.

http://askanitan.fr

Franck Audé

Injectant de l’humour dans l’horreur, il dessine des


personnages dans des situations incommodantes et
cruelles.

doc presse.indd 7 03/10/2008 14:13:10


Rémi Blanes

L’artiste blabla blablablablabla blablabla blablab-


lablabla blabla bla, BLA = BLA, blablabla blabla
Blanes.

http://toutcrayon.net/

Fanny Bourachinc

Dans la création de ses mobiliers, elle y dessine le


cadre des relations humaines, instaurant ainsi des at-
titudes particulières.

Amélie Bouvier

A travers le dessin, elle place l’écart entre la feuille


et la ligne, l’animation de ces formes pour dévoiler
nos individualités avec humour et dérision.

doc presse.indd 8 03/10/2008 14:13:11


Aurélie Brachet

Comment répondre à l’incertitude quant à l’avenir


écologique de la planète ?
Elle répond à cette question avec la création d’objets
du quotidien pouvant se transformer en bouée de
sauvetage.

David Chaignon

A travers la célébration du mythe moderne qu’est


Sylvester Stallone, il nous interroge sur les mécan-
ismes de façonnage de la culture.

Ghislaine Chortey

“Je vois d’abord, ressens ensuite puis dessine enfin.


Je fais des petits pas, n’aime pas courir, parle peu et
suis curieuse du sentiment. Mon dessin chemine de
la même façon.”

doc presse.indd 9 03/10/2008 14:13:13


Camille Dandelot

Le rapport qu’entretien l’homme avec les objets est


la source d’où elle crée des objets mettant en avant
nos mauvaises habitudes. (coller son chewing-gum
sous la chaise)

Elodie Gau

Reprenant les “trucs” des magiciens, elle amène de


la magie dans nos objets du quotidien.

Morvan Guenier

Captant les indices internes à une architecture, un


environnement, il remanie ces indices dans la con-
struction d’un nouveau lieu.

doc presse.indd 10 03/10/2008 14:13:14


Lucie Hourdequin

Par la définition du nouveau visuel du cinéma l’ABC


(Toulouse), elle y injecte ses engagements et ceux
du site.

Daphné Jamet

Sa rencontre avec le Docteur Romantico fut la ren-


contre d’un homme, d’un poète, de son oeuvre et
des personnes qui l’ont touché et changé leur vie.

Lise Lacoste

L’espace collectif, réseau d’obligations,


d’interdictions et soumis à une surveillance, est
l’espace où agit ses performances en décalage mais
non sans rapport avec l’espace où cela se déroule.

doc presse.indd 11 03/10/2008 14:13:15


Lucie Laflorentie

Marion Lapie

“Lorsqu’enfin je supposais capables mes jambes de


soutenir ma fuite, je m’engageais dans un étroit sen-
tier où je marchais longtemps.”

Judith Millot

L’image photographique et son rapport au réel : le


“ça a été”, ce qui nous pousse à croire que le réel est
saisissable à travers elle et le rapport qu’elle entre-
tient avec le spectateur.

doc presse.indd 12 03/10/2008 14:13:16


Alba Patten

Dans un environnement basé sur le culte de la


vitesse, elle cherche à voir comment le design peut
instaurer un autre rapport au temps que celui de la
rentabilité et de l’efficacité.

Pauline Payen

Les joies et les impossibilités du language sont le


terrain de performances incessantes et idiotes.

Spencer Pelizzari

“Le renouveau de la fonction de l’art se fera peut


être dans les ruines des lieux d’exposition que sont
les galeries.”

doc presse.indd 13 03/10/2008 14:13:17


Quian Jing

Un ordre des choses, certaines autorités peuvent


agir comme source d’émerveillement ou réveiller
au contraire un sentiment d’oppression, ou les deux
à la fois, et confèrent ainsi à notre perception et à
nos souvenirs une certaine tenue, une saveur par-
ticulière.

Axelle Sarrouy

Ramasser / Les discussions éparpillées, / Actions qui se soulèvent, / Par une observation du quo-
tidien. / Dans l’ombre tapie, / D’allers en retours, / Mes yeux sont à rebours. / Ils ne font que fixer
/ Ce que mes oreilles vont raconter. / Je plonge dans le monde urbain / Et pique dans les rues, les
cafés, / Des conversations échouées. / Promeneuse égarée des trottoirs
Mon micro et moi

Damien Schniebel

Ce film traite de l’isolement dans un environnement


apocalyptique qui se révèle être une métaphore de
notre société contemporaine.

doc presse.indd 14 03/10/2008 14:13:18


Charlotte de Sédouy

Le projet Que se passe-t-il? défend une vision du


dessin d’actualité dont le sens né d’un jeu de juxta-
position, de confrontation de ces données.

http://quesepassetil.net

Marie Sirgue

Il y a dans la relation des hommes et des choses une


sensibilité latente, métonimique et quasi-invisible ;
un point juste,une idée soumise à sa propre ambigu-
ité, son travail est dès lors une boite à outils.

Estelle Vernay

L’extraction de films fantastiques est la base et le


processus de son travail.

doc presse.indd 15 03/10/2008 14:13:20


Contact
finalfight.exposition@gmail.com

Equipe

Julien Amillard David Chaignon


Superviseur général Charte graphique
askanitan@yahoo.fr dc05@hotmail.fr

Lucie Hourdequin Rémi Blanes


luciehourdequin@hotmail.fr Webmestre - administrateur
Amélie Bouvier du site
amelie.bouvier@gmail.com remiblanes-1@yahoo.fr

Conception du catalogue

Morvan Guenier
Responsable budget
guenier14@voila.fr

doc presse.indd 16 03/10/2008 14:13:21


Partenaires principaux

Asso
 QUAIDELA$AURADE
4OULOUSE
ASSOCIATIONDESÏTUDIANTS
DELgÏCOLESUPÏRIEUREDES
BEAUX ARTSDE4OULOUSE

Président : Côme Fontaine


www.esba-toulouse.org

25 rue d’Armagnac
31500 Toulouse
0561238057
http://www.lieu-commun.fr

Partenaires officiels

doc presse.indd 17 03/10/2008 14:13:22


finalfight.fr

doc presse.indd 18 03/10/2008 14:13:22