You are on page 1of 4

FOND DE ROULEMENT NORMATIF

I. Définition

Le fonds de roulement est égal à la différence entre les capitaux


permanents (capitaux propres + capitaux d’emprunt) et les
valeurs immobilisées nettes (immobilisations + autres valeurs
immobilisées - amortissements - provisions). Il représente la
partie des capitaux permanents qui restent continuellement
dans l’entreprise pour assurer sans heurt la couverture du cycle
d’exploitation de l’entreprise (le besoin en fonds de roulement).
Ce besoin en fonds de roulement varie par à-coups en fonctions
des échéances de règlement et de paiement des tiers. Ce
besoin en fonds de roulement va être normalisé pour permettre
au gestionnaire de vérifier globalement que le besoin en fonds
de roulement est financé par un fonds de roulement correct.

Le besoin en fonds de roulement augmente avec


l’augmentation du chiffre d’affaires.

Le fonds de roulement normatif représente le besoin approché


de financement engendré par le cycle d’exploitation. Le fonds
de roulement net représente la part des capitaux permanents
affectés au financement du cycle d’exploitation. Il définit
l’aptitude de l’entreprise à financer son cycle d’exploitation
avec des capitaux stables.

Les principaux composants du besoin en fonds de roulement


normatif sont : • composante positive : les stocks ; •
composante positive : les clients ; • composante négative : les
fournisseurs ; • les autres :
composante négative : le personnel ;
composante négative : les organismes sociaux ;
composante positive et négative : l’état ;
composante négative : les associés ;
composante positive et négative : les débiteurs et créditeurs
divers

Les composantes positives sont des comptes que l’entreprise


doit financer (par exemple les clients à crédit). Les
composantes négatives sont des comptes qui financent le cycle
(par exemple les fournisseurs payés à crédit). Dans la pratique,
si l’on suit l’évolution du besoin en fonds de roulement au cours
de l’année, on constate une évolution "en dent de scie", le
besoin en fonds de roulement variant brutalement en fonction :
• des règlements des clients ; • des paiements des
fournisseurs ; • des mouvements de stock. Dans le but de
prévoir cette évolution, il est possible d’approximer
linéairement le besoin en fonds de roulement. Cette
approximation du besoin en fonds de roulement s’appelle le
fonds de roulement normatif.

Le calcul du fonds de roulement normatif part du principe que


tous les postes constitutifs du besoin en fonds de roulement
vont varier proportionnellement avec le chiffre d’affaires.

II. Fonds de roulement normatif et financement Dans le


cadre d’un strict équilibre financier, le chef d’entreprise doit
prévoir les capitaux qu’il lui faudra laisser en permanence dans
l’entreprise pour financer le cycle d’exploitation soit le décalage
qui existe principalement entre les règlements des clients, la
possession des stocks et les paiements des fournisseurs. Le
fonds de roulement normatif suppose que les composantes du
besoin en fonds de roulement varient proportionnellement à la
variation du chiffre d’affaire. C’est la méthode normative.

On établira par exemple qu’une entreprise, dans le cadre de son


exploitation normale, doit financer en moyenne :
20% de son CAHT annuel pour ses stocks ;
30% de son CAHT annuel pour ses clients ;
sous déduction de 10% de son CAHT annuel financé par ses
fournisseurs. Il en résulte un fonds de roulement normatif de
40% du CAHT annuel (20+30-10).

Dans cet exemple, l’entreprise devra laisser en permanence un


montant égal à 40% de son CAHT annuel pour financer son
cycle d’exploitation. Elle devra laisser tous les ans 40% de sa
prévision d’augmentation de chiffre d’affaires. Ces capitaux
seront prélevés soit sur ses résultats de l’année antérieure soit
à l’aide de financement extérieur moyen ou long terme en
fonction de ses perspectives d’augmentation de CA. Si
l’entreprise ne le fait pas, elle risque de se trouver confrontée à
un problème de découvert de trésorerie qui sera financé
éventuellement au taux fort. Le problème dans ces conditions
consiste alors à définir des règles pour calculer ces
pourcentages. La méthode normative donne ces règles dans les
lignes suivantes.

III. Fonds de roulement net et fonds de roulement


normatif

Le fonds de roulement net, différence entre capitaux


permanents et les immobilisations nettes, permet la couverture
du besoin en fonds de roulement. Grâce au fonds de roulement
normatif, nous pouvons approximer le besoin en fonds de
roulement qui résultera d’une activité prévisionnelle. Le fonds
de roulement net doit automatiquement être supérieur ou égal
au fonds de roulement normatif pour obtenir l’équilibre financier
soit une trésorerie positive ou nulle.

IV. La méthode normative

On va pouvoir calculer le fonds de roulement normatif de trois


manières différentes :
en montant ;
en pourcentage de CAHT annuel ;
ou en jours ou mois de CAHT. Les résultats obtenus, bien
qu’exprimés différemment on exactement la même
signification. Quelque soit la méthode utilisée, il faudra
déterminer un niveau moyen des compte constitutifs du besoin
en fonds de roulement.

A. En pourcentage de CAHT ou en montant On divisera la


somme des composantes positives sous déduction des
composantes négatives par le CAHT annuel. Ce pourcentage
multiplié par le CAHT annuel prévisionnel permettra de déduire
l’argent qui doit être immobilisé pour respecter un strict
équilibre financier.

B. En jour de CAHT- Après avoir déterminé un niveau moyen


de compte, on déterminera un temps d’écoulement du compte
qui multiplié par un ratio de structure donnera un nombre de
jours CAHT ;
Le temps d’écoulement en jours est égal à (niveau moyen de
compte x 360) / consommation annuelle du compte ;
Le ratio de structure est égal consommation annuelle du
compte / CAHT annuel Le temps d’écoulement nous donne le
délai moyen de consommation réelle du compte : • On peut en
général le déduire pour les clients et les fournisseurs en
fonction des conditions contractuelles de paiement ; • Par
exemple, les clients qui payent à 30 jours (s’ils respectent les
conditions contractuelles) ont un temps d’écoulement de 30
jours. Ce temps d’écoulement doit être pondéré par un ratio de
structure de 1,186 si toutes les prestations sont facturées à un
taux de 18,6% pour obtenir un nombre de jours de CAHT ; • En
l’absence d’information on peut calculer ce temps : il est égal
au rapport niveau moyen du compte au cours de l’année sur la
consommation annuelle du compte. On multiplie par 360 pour
obtenir des jours ou par 12 pour obtenir des mois.

V. L’excédent en fonds de roulement (fonds de roulement


négatif)

Certaines entreprises dégagent un excédent en fonds de


roulement. Dans ce cas, les crédits obtenus par les fournisseurs
sont plus importants que ceux accordés à la clientèle. Ceci est
fréquent dans les magasins à grande surface dont :
les stocks ont une rotation rapide ;
les crédits fournisseurs sont longs ;
la clientèle règle au comptant.