Вы находитесь на странице: 1из 4

1

L'ATLANTIDE et les T E C T I T ES

Platon fut le premier à la citer dans ses dialogues "Timée" et"Kritia" :

nous en chercherons maintenant les preuves [géologiques et bibliques]rt

maintenant les preuves [géologiques et bibliques]rt Edith et Alexander Tollman, sont un couple de géologues qui

Edith et Alexander Tollman, sont un couple de géologues qui œuvrèrent en- semble à l'Institut de Géologie de l'Université de Vienne où ils ont amassé une série très significative de données qui démontrent que la Terre a été frappée par une co- mète dans l'Olocène, il y à environ 10.000 ans. À ce sujet, ils avaient observé la dis- tribution de petits fragments vitrifiés de probable provenance météoritique, les tectites, qu'on retrouvent épandues dans de nombreuses zones formant un S sur la Terre. Les tectites présentent une composition chimique analogue à aucune roche éruptive et, pour les géologues, elles ont toujours représenté une énigme, puisque’elles sont composées de roches différentes. Une autre caractéristique est leur forme irrégu- lière mais arrondie comme celle produite par le refroidissement de roches fondues ex- pulsées dans l'atmosphère. Récemment, il a été généralement reconnu qu'il s'agit de produits de violents impacts à des énormes températures. L’analyse des tectites plus anciennes a permis à Alvarez d'indiquer la cause de l’extinction des dinosaures dûe une collision produite entre le Crétacé et le Tertiaire. En 1970 quelques tectites furent retrouvés en Australie, incluse dans un bloc de bois fossile ; la datation au radiocarbone établit qu'elles remontaient à 9.520 ans, avec une approximation de plus ou moins 200 ans. Les Tollman observèrent même que la datation des tectites retrouvées au Viet- nam, obtenues avec des méthodes stratigrafiques, donnait un résultat analogue. La da- tation fut confirmée lorsque fut calculé l'âge des tectites présentes dans les carotages effectués sur le fond de l'Océan Indien sur des couches de sediments dont l'âge d'environ 10.000 ans était connu.

------------------------------------------------------------------------

Données de deux encyclopédies :

Tectite : s.f. (du gr. tekein, fondre). Miner. Fragment de nature vitreuse, dépourvu de minéraux cristallisés, de couleur verte ou noire, de forme diverse, avec des dimensions de quelques centimètres. (Les tectites contiennent un grand % de silice et d'oxyde d'aluminium, de fer et de potasse. Leur origine est encore discutée, selon certains ils

2

seraient un type particulier de météorites, selon d'autres ils sont les produits de heurts entre des astéroïdes. Par contre, les analyses effectuées sur les échantillons de croûte lunaire effectués par les missions "Apollo", ont infirmé l'hypothèse qu'ils étaient des fragments du sol Lunairee. Il en a été trouvé en Bohème-Moravie, dans la péninsule indochinoise, en Indonésie, dans les Philippines, en Tasmanie et en Australie.)

Tectite : s.f. (du gr. tékton, constructeur + ite ]. Petit corps solide de couleur noirâtre et d'aspect vitreux, apparemment semblable à l'obsidienne, de forme généralement ar- rondie et de dimensions inférieures à quelques centimètres, qui présente des caractéris- tiques qui rappellent probablement des origine extraterrestre. Les tectites ont été re- trouvées jusqu'à présent seulement dans quelques aires bien délimitées, presque toutes disposées approximativement le long du plus grand cercle terrestre qui, de l'Australie se dirige vers l'archipel malais, les Philippines et la péninsule indochinoise, touche quel- ques régions des Etats Unis (Massachusetts, Georgia, Texas) ; l'unique localité dans la- quelle elles ont été retrouvées en dehors de cette bande est située dans la Côte d'Ivoire. Les tectites sont constituées d'une substance vitreuses à haut contenu en silice et pré- sentent diverses formes, sphéroïdales, lenticulaires, cylindriques, etc ; beaucoup de tec- tites retrouvées en Australie (des australites) ont un profil aérodynamique difficilement explicable sans en admettre une nature météoritique. Il s'agit de sphéroïdes qui présen- tent un relief disposé le long d'un cercle plus grand et vraisemblablement produit de la concentration de la couche superficielle de tectites rendues incandescentes et pâteuse par la friction pendant la traversée de l'atmosphère terrestre. La partie tournée en avant pendant la chute a une superficie lisse et présente de fines striures tournées vers le bord relevé, pendant que la postérieure a une superficie plus irrégulière, recouverte de filaments vitreux, projetés à l'état pâteux de la zone antérieure pendant la chute. La composition des tectites est assez uniforme : le verre qui les constitue est formé de 75% de silice et de 15% d'alumine, et de quantités mineures d'oxydes de fer, de ma- gnesium, de calcium, soude, potassium, etc. ; les tectites se différencient des obsidien- nes par l'extrême pénurie du contenu en eau ; des météorites par la composition chimi- que : en effet les météorites lithoïdes sont considérablement plus riches en fer et en magnesium et plus pauvres en silices ; leur composition est par contre semblable à beaucoup de ces roches ignées acides terrestres, comme les granites et les porphyres quartzifères, et même de roches sédimentarie, comme les grès et argiles.

même de roches sédimentarie, comme les grès et argiles. Sur cette photo sont représentés les sept

Sur cette photo sont représentés les sept points de chute probables des fragments de comète, d’astéroïde ou de météorite.

D’après les Tollman, le dessin indique où sont probablement tombés les sept fragments de comète en 7640 AEC environ, et celle-ci est même décrite dans le livre

3

d'Enoc. L’emplacement le plus probable 1 de l'Atlantide* décrite par Platon est repré- senté par la zone cerclée de rouge. La chute d'un fragment de comète expliquerait la disparition de l’Atlan- tide à l'improviste en un jour et une nuit et le “déluge universel” consécutif ra- conté dans presque toutes les "légendes" de toutes les civilisations mondiales.

la vision du ciel qui se précipitait et

était écrasé et tombait sur la terre. Et, lorsque il tomba sur la terre, je vis que la terre était engloutie dans un grand abîme, et les montagnes s'abattaient sur les mon- tagnes, et les collines se ruinaient sur les collines, et les grands arbres avaient leur tronc arraché et jeté à bas, tout au fond de l'abîme. Et alors il me vint un mot à la bouche, et j'élevai la voix pour crier : "la terre est détruite" ! " »

Suit ensuite la description sans équivoque des sept fragments de comète qui tombent sur la terre :

Enoc nous dit dans son récit: «

J'eus

«

Je

vis là bas sept étoiles comme de grandes montagnes ardentes, l'ange me

dit : "Ce lieu est le terme du ciel et de la terre : il est devenu une prison pour les étoiles et la troupe céleste. Et les étoiles qui tournent en feu sont celles qui ne se sont pas

levées aux instants prescrits, transgressant le commandement du Seigneur 2 .

Et Il s'est mis en colère contre elles et Il les a enchaînées jusqu'au moment où leur

faute sera consommée dans 10.000 ans

comme de grandes montagnes ardentes de feu. Alors, je dis :"Pour quelle faute se

trouvent-elles liées, et pour quel motif ont-elles été jetées ici ?

et voilà, une étoile tombait du ciel. Et, de nouveau, je vis beaucoup d'étoiles descen-

dre et tomber du ciel vers la première étoile

mencèrent à trembler et à s'effrayer en face d'elles et à fuir au loin. Et puis, je vis qu'ils commençaient à se transpercer et à se devorer l’un l’autre, et la terre commença à pousser de grands cris. »

Et je vis là sept étoiles du ciel liées ensemble,

et je vis le haut du ciel,

Et, aussi tous les fils de la terre com-

con un'altezza che in origine poi spegnendosi verso gli interni era pari alla profondità degli oceani nei quali i frammenti erano caduti, ed i miliardi di litri di acqua evaporata negl'impatti condensandosi nell'atmosfera si trasformarono poi in diluvi, si Diluvio è questa la parola magica, la catastrofe raccontata da tutte le civiltà in tutte le forme, e

nella Bibbia, "le acque dell'abisso" e "le cateratte del cielo", quale migliore spiegazione possono avere se non la caduta di un corpo o vari corpi sulla superficie della nostra amata terra?

---------------------------

L’Atlantide fut sûrement frappée par un fragment de cette comète et sa fin, comme nous la décrit Platon, se produisit en un jour et une nuit ; en laissant un monde bouleversé de mouvements de mers, de tremblements de terre et d’éruptions volcani- ques, de raz de marée (tsunamis, dont l'origine est inconnue mais probablement en rapport, du moins pour certains, avec la chute de météorites dont on n'a pas divulgué l'existence du fait que la terre en est journellement arrosée, et dont quelques uns avaient des dimensions considérables) raz de marée qui, avec une vitesse de 700/800 km/h investirent les côtes et les terres sur des milliers de km avec une hauteur d’ori- gine qui était égale à la profondeur des océans dans lesquels les fragments étaient tom-

1 L’emplacement le plus probable pour les Tollmann ! Pour nous, à <racines.traditions.free.fr>, c’est celui de la Mer du Nord selon la claire et indubitable démonstration de l’archéologue (et Pasteur) Jürgen Spanuth : cf. nos articles <r.t> : Déluges* et Atlantide*…

4

bés et qui alla ensuite en diminuant vers l'intérieur des terres. D’autre part, les milliards de litres d’eau évaporés lors de l’impact se transformèrent ensuite en Déluge par con- densation. Déluge* est un mot “magique”, celui de la catastrophe racontée dans toutes les civilisations, dans toutes les formes, et dans la Bible où nous trouvons ces expres- sions : "les eaux de l'abîme" et "la cataracte du ciel"… Quelle meilleure explication pourrions avoir avoir si ce n’est celle de la chute d'un corps, ou de corps variés, sur la surface de notre terre aimée ?

C’est ceci qui pourrait être la preuve incontestable de l'existence passée de la Civilisation de l’Atlantide* (…) Antonio Soldani.

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Note de lecture de <racines.traditions.free.fr> :

10.000 ans : Avons-nous là des traces de la “Grande Catastrophe” qui mit fin à la Glaciation ? Allons, encore un effortet l'on viendra nous rejoindre plus près de notre époque, vers la fin du XIIIème s. AEC, avec la Grande Transgression Marine de la Mer du Nord où le bolide Surt des Nordiques (Shekmet ou Seth pour les Égyptiens) s'est écrasé, enflammant les hydrates de carbone (cf. supplémentq “pdf”) des limons du Grand Marais danois, le Maglemose, et déclenchant l'effondrement du “Plateau du Chien” Fenrir, notre actuel Dogger Bank! C’est alors que l'Âge d'Or disparut “en un jour et demi” et que les Peuples de la Mer et du Nord, survivant à la consécutive vague de froid, s'expatrièrent vers le Sud de l’Europe… Tristan.

Site plus :

http-//www.caillou-noir.com