Вы находитесь на странице: 1из 3

Brockwood Park, le 10 septembre 1970

Nous nous rendons compte que la division existe, dans la vie, en moi et en vous. Le moi et le vous sont de multiples fragments. On est soi- même constitué de multiples fragments. L’obser­ vateur est l’un des fragments et l’observé est le reste de ces fragments. L’observateur prend conscience des fragments mais il est lui-même un de ces fragments. Il n’est pas différent du reste des fragments. Vous devez donc découvrir qui est l’observateur, l’expérimentateur, le penseur. De

quoi il est fait et comment naît la division entre lui et l’observé. L’observateur, comme nous l’avons déjà dit, est l’un des fragments. Pourquoi s’est-il séparé, pourquoi a-t-il endossé le rôle d’analyseur, celui qui est conscient, capable de contrôler, chan­ ger, supprimer, etc. L’observateur est le censeur le produit du conditionnement et de l’environne­ ment social, religieux et culturel. En d’autres termes, les divisions culturelles ont affirmé que

vous êtes différent de la chose observée

Vous êtes

98

le moi supérieur et lui, c’est le moi inférieur. Vous êtes illuminé et lui ne l’est pas. Qui lui a donc donné le droit de se dire illuminé ? Parce qu’il est devenu le censeur ? Et le censeur déclare : « C’est juste, c’est faux, c’est bien, c’est mal, je dois faire ceci et je ne dois pas faire cela », ce qui est le résultat de son conditionnement, le conditionnement de la société, de la culture, de la religion, de la famille, de toute la race, etc. L’observateur est ainsi le censeur, conditionné par son environnement. Il s’est donné l’autorité d’être l’analyseur et chacun des autres fragments s’est aussi attribué sa propre autorité. Chaque fragment ayant son autorité, c’est la guerre. Il y a ainsi conflit entre l’observateur et l’observé. Pour vous libérer de ce conflit, vous devez découvrir si vous pouvez observer sans l’œil du censeur, c’est- à-dire être conscient, conscient que l’œil du censeur est le résultat de son conditionnement. Et le censeur peut-il avoir un regard libre et innocent ?

L’esprit peut-il être libéré de tout ce condition­

Je suis conditionné par une culture qui

existe depuis des milliers d’années

cerveau peuvent-elles se libérer du conditionne­ ment de l’observateur, d’une entité conformiste, conditionnée par l’environnement, la culture, la famille et la race? Si l’esprit n’est pas libéré du

Les cellules du

nement?

99

conditionnement, il ne peut jamais s’affranchir du

conflit et donc de ses névroses

serons pas complètement libres, nous resterons des gens déséquilibrés. Et notre déséquilibre nous entraîne à commettre toutes sortes de méfaits.

Tant que nous ne

La maturité, c’est donc se libérer du condition­ nement. Et cette liberté, bien évidemment, n’est pas due à l’observateur qui est la source même de tous les souvenirs et de toutes les pensées. Puis-je regarder avec des yeux qui non jamais été touchés par le passé? Être sain, c’est cela. Pouvez-vous regarder le nuage, l’arbre, votre femme, votre mari, votre ami sans images ? Réaliser que vous avez une image est la première chose à faire, n’est- ce pas ? Être conscient que vous regardez la vie à travers des formules, des images, des concepts qui déforment la réalité. Et en avoir conscience sans choix. Tant que l’observateur en est conscient, il y a déformation. Pouvez-vous donc regarder, l’esprit peut-il observer sans le censeur? Pouvez-vous écouter sans interprétation, comparaison, juge­ ment ou évaluation ? Écouter cette brise, ce vent, sans l’interférence du passé ?