Вы находитесь на странице: 1из 52

Les Cahiers de la Réforme

Transparence, Vérité, Actions

Combattons les Injustices


Ensemble Cassons les Monopoles
 
La décolonisation économique dans le cadre de la République et du droit commun,
ayant pour objectif, l’égalité économique au service de la dignité des Réunionnais...

• Co m m e nt mo r a l i s er l ’ éc o n o mie
• Le pr i n c i pe d e j u s t i ce et d e la re d istrib u tion d e la vale u r travail
• Le s s a c r i f i és d u s y s t è m e éc on omiq u e
• L’é t hi q u e e t l a r é f l ex i o n s o ci é tale
• Le s o ut i l s p o u r c a s s er l e s m on op ole s
3 axes
Assainir
Réussir Valoriser
Sommaires : 
Défense du Pouvoir D’achat������������������������������������4 L’université�������������������������������������������������������������19 La RN3 : Cordon Ombilical Entre le Sud et l’Est ���37
La Grande Distribution���������������������������������������������5 Développer l’Economie Numérique������������������������20 La RN5 : Route de Cilaos���������������������������������������38
Matériaux de Construction���������������������������������������6 Centre d’Hébergement Numérique à La Réunion��21 Automobile�������������������������������������������������������������39
La Zone Franche Globale d’Activités�����������������������8 Maitrise de L’énergie - Éco Habitat������������������������22 Insertion des Dom dans leur Environnement���������41
Secteurs Prioritaires - Encourager le Télétravail������9 Énergie Renouvelables�������������������������������������������25 Z.C.E.����������������������������������������������������������������������42
Ivestir dans L’humain����������������������������������������������10 Le Pole Aéroportuaire de Pierrefonds��������������������26 L’Identité Locale, la Culture et la Mémoire�������������43
Ethique / Morale Politique��������������������������������������12 Les Quais de Débarquement����������������������������������28 Diffuson D’Informations Valorisantes sur les Dom�44
Charte des Élus Réunionnais���������������������������������13 Foncier Économique����������������������������������������������29 Transport Aérien et Continuité Territoriale Volontaire�45
Secteurs Prioritaires Développer l’Administration Le Tourisme������������������������������������������������������������30 La Ruralité��������������������������������������������������������������46
Électronique�����������������������������������������������������������14 Assainissement des Eaux Usées���������������������������31 Dévelopement Durable des Espaces Ruraux���������48
Associations�����������������������������������������������������������15 Gestion des Dechets����������������������������������������������32 Banques et Entreprises������������������������������������������49
Implication Civique Volontaire Benevole (Icvb)�����16 Eau�������������������������������������������������������������������������34 Bureau de Défiscalisation���������������������������������������50
Service Civique Volontaire��������������������������������������17 Terre������������������������������������������������������������������������35 Fonds de Garantie��������������������������������������������������51
Statut du Parent au Foyer��������������������������������������18 Le Chr, Futur Chu������������������������������������������������36
2
L
Le monde connaît actuellement des évolutions majeures, amplifiées par un contexte de crise et un climat d’incertitude.

PRéface
Les vagues de décentralisation et le transfert de missions aux collectivités territoriales n’ont pas été à la hauteur de ces
bouleversements mondiaux car elles ne se sont pas traduites par une réelle prise en compte des spécificités économiques
des Départements d’Outremer et notamment de celles de La Réunion. La logique de rattrapage par rapport à la
métropole a montré ses limites et il convient maintenant de la compléter par une véritable valorisation des
atouts de nos Régions ultrapériphériques.

Dans les Cahiers de la Réforme que nous avons l’honneur de vous présenter et qui vont, nous l’espérons, permettre un
débat fructueux et ouvert en faveur du développement de La Réunion, nous en appelons à une grande réforme dans
nos façons de penser l’avenir, et dans les politiques qui en découlent. Nous vous proposons un certain nombre de
pistes de réflexion et d’actions ; certaines d’entre elles nécessitant des adaptations sur le plan national et d’autres sur le plan
communautaire.

Nous proposons donc au Gouvernement de mettre en place une véritable respiration législative
tant au plan National que Communautaire de la façon suivante :

• Au plan National nous estimons que pour répondre au soucis d’innovation et de créativité qu’implique notre volonté de
modernité adaptée aux réalités locales et aux exigences de la mondialisation, nous devons avoir recours de manière
plus fréquente à l’expérimentation mise en œuvre par nos collectivités locales comme le prévoit l’article 72 alinéa 4 de
la constitution et les articles LO1113-1 et suivants du CGCT.

• Tous les parlementaires doivent préparer ensemble les adaptations législatives qu’implique notre situation particulière,
conformément à l’article 48 de la constitution. Pour cela au moins une fois par an, une loi de cadrage législative devrait
être votée par le parlement en faveur des DOM sur proposition de nos parlementaires.

• Enfin sur le plan communautaire TVA (Transparence, Vérité, Actions) demande que soit créé au plan National et
Européen une structure interministérielle chargée de mettre en œuvre les politiques communautaires indispensables à
la valorisation des atouts des Département d’outre mer, conformément au 299-2 du traité d’Amsterdam.

Ces cahiers de la Réforme sont le fruit d’une longue concertation au niveau local avec l’ensemble des acteurs et responsables
du développement économique, qu’il s’agisse des élus locaux, nationaux ou des représentants socioprofessionnels. Ce document
a vocation à être remanié afin de tenir compte de vos remarques et suggestions. Le monde évolue, notre vision de l’avenir
doit aussi évoluer.

Le directoire : Fabienne COUAPEL, Yanick GIRONCEL, Jean Paul VIRAPOULLE


-3-
ASSAINIR
Comment faire baisser les prix  DéFENSE DU POUVOIR D’ACHAT
>> Contexte Pour les produits de première nécessité, un contrôle des prix devra être mis
52% de la population réunionnaise vit au dessous du seuil de pauvreté, et a en place.
l’impression d’être en marge de la société de consommation. Par ailleurs, les Il faudra obligatoirement se pencher sur les monopoles aériens et maritimes
situations de monopole perdurent dans différents secteurs économiques de existants.
l’île (agro-alimentaire, énergie, transports aériens et maritimes, automobile, TIC, etc). Pour les logements sociaux, un accord a été trouvé. Par contre, pour les
La baisse du pouvoir d’achat des ménages, la crise mondiale qui touche logements privés, les prix devront baisser pour les immeubles ayant bénéficié
sévèrement le département, provoquent la demande de mieux-être et de la défiscalisation.
l’amélioration du pouvoir d’achat et cristallisent le mécontentement de la L’accès aux soins devient de plus en plus difficile pour une majorité de
population. familles. La franchise médicale pèse lourdement sur les budgets ainsi que les
cotisations pour les mutuelles. Il faudra revoir l’ensemble du système.
>> L’enjeu
Les réunionnais ont principalement besoin de se loger, de se nourrir, d’avoir Agir sur la fiscalité
un emploi, de se soigner, de se déplacer ; ils ont besoin de loisirs. Il faut revoir certains taux d’Octroi de mer appliqués dans le département, car
Tout le l’enjeu des Etats Généraux sera d’apporter des réponses concrètes cette taxe renchérit considérablement le coût de la vie.
sur chacun de ces points. Il y aura lieu de revoir également tous les impôts locaux qui pèsent sur le
budget des ménages.
>> Objectifs  
Pour répondre aux demandes de la population, on doit pouvoir utiliser Mieux dépenser l’argent public
quatre leviers qui nous paraissent important : Il faudra lutter contre le gaspillage. En cette période de crise, il faut que tous
• Agir sur la baisse des prix. les Elus arrêtent de penser taxations et impôts divers. Toutes les solutions
• Agir sur la fiscalité. permettant de faire des économies doivent s’imposer.
• Mieux dépenser l’argent public.
• Augmenter les salaires et les retraites. Augmenter les salaires et les retraites
Que l’on puisse augmenter les bas salaires : OUI ! Par contre, il y aura lieu
>> Propositions de veiller à la structuration des salaires dans les entreprises afin de ne pas
Agir sur la baisse des prix : pervertir le système (Quid de celui qui est actuellement à 1,6 Smig mensuel : il risque
Il est important de revoir la chaîne de formation des prix du producteur au de toucher moins que celui qui est au dessous de lui dans la grille des salaires).
consommateur final. (Il est anormal que, pour un produit expédié de Métropole, l’on Pour les retraites, l’Etat devra absolument revaloriser les retraites en fonction
paye l’Octroi de Mer sur l’assurance et le fret). en d’autre termes l’octroi de mer de la hausse des prix, afin que tous les retraités ne perdent pas du pouvoir
devra être appliqué sur le prix hors-taxes arrivé à La Réunion et non sur d’achat.
le fret et la marge.
4
Comment faire baisser les prix  LA GRANDE DISTRIBUTION
>> Objectif
Prise en compte et renforcement du Développement durable dans le
secteur de la grande distribution.
Les entreprises du secteur doivent respecter les meilleures pratiques sur les
questions de sécurité sanitaire, de masse salariale ...
Elles doivent répondre à l’utilité solidaire en faveur des consommateurs qui
doivent être informés sur la composition des prix, la qualité, l’origine ...
Elles doivent s’inscrire sans réserve dans une démarche de protection
de l’environnement en décryptant toutes les étapes de la production à la
commercialisation des biens, les modes de production, la chaîne logistique
>> Contexte d’acheminement entre site de production et site de vente afin d’optimiser les
Le secteur de la grande distribution s’étale à la Réunion entraînant à la fois
coûts et les répercuter par une baisse des prix pratiqués.
des comportements nouveaux chez le consommateur Réunionnais et une
modification des paysages naturels.
Le Réunionnais assiste régulièrement aux changements d’enseignes sur les
façades des grandes surfaces mais reste sur sa fin quant aux prix proposés
par celles-ci. Les marques se succèdent mais les prix demeurent peu
abordables.
Force est de constater qu’à la Réunion, la grande distribution constituée par
un petit nombre d’enseigne et au sein de laquelle la concurrence économique
est fortement limitée, n’œuvre pas pour l’emploi et le pouvoir d’achat.

>> L’enjeu
Réduire les marges de la grande distribution pour contribuer au
pouvoir d’achat des consommateurs.
Les acteurs de la grande distribution doivent s’expliquer sur les écarts majeurs >> Propositions
entre les prix de vente des produits et leurs prix d’achat (prix des viandes par • Favoriser la vente directe.
exemple, produits locaux plus chers que les produits locaux) Seul 1/3 du prix serait • Restructurer les filières intermédiaires.
justifié (la conjoncture internationale, les aléas économiques). Les 2/3 restants ne • Développer les centrales et magasins solidaires.
seraient pas justifiés. La marge tombe directement dans la poche des grands • Afficher le prix détaillé avec toute les composantes : HT, taxes et
distributeurs et pas dans celle du producteur qui assure pourtant la valeur Octroi de mer = TTC.
ajoutée du produit.
-5-
ASSAINIR
Comment faire baisser les prix  MATéRIAUX DE CONSTRUCTION
>> Contexte
Le secteur du BTP est devenu un élément essentiel de la stabilité sociale
à La Réunion. Avec 22 600 salariés en emplois directs (fin 2007), il constitue
aujourd’hui, après le tourisme et l’agriculture, l’un des plus gros employeurs du
département. La dynamique de construction de logements privés, la politique
des grands travaux ainsi que la forte demande en logements sociaux ont en
effet, permis la création de nombreux emplois.
 
Nous constatons néanmoins des effets pervers à cette dynamique :
Fragilisation des petites et moyennes entreprises qui sont devenues en
grande partie des sous-traitants de quelques grosses entreprises qui sont
elles mêmes des filiales des grands groupes nationaux (transfert systématique
>> L’enjeu
Cette situation de dépendance des entreprises réunionnaises prive La
des capitaux vers la métropole). Cette dépendance les confine désormais dans
Réunion de sa liberté d’entreprendre et de son image de dynamisme.
un rôle de « fusible » au sein de l’économie réunionnaise.
 
 
Nous demandons toujours plus, pour acheter plus cher, pour vendre plus cher
L’augmentation anormale des prix des matériaux de construction concerne
et cela sans aucun lien avec la réalité.
aussi bien les produits fabriqués localement (exemple des agrégats) que les
 
produits d’exportation. Cette réalité aggrave et ou contribue encore plus à
L’enjeu principal est de briser cet aspect spéculatif afin de libérer les
ce phénomène de dépendance du tissu économique vis-à-vis de quelques
entreprises réunionnaises qui doivent se concentrer sur la production et la
grands groupes.
création de richesse. De libérer la population réunionnaise (besoin de logement)
 
et les collectivités locales (besoin en équipement), qui sont devenus des otages
Nous ne pouvons aujourd’hui, malheureusement, que constater et subir cette
et des « vaches à lait » de certains lobbies.
situation de monopole.
 
Sans une correction de cette injustice (abus de positon dominante), la stabilité >> Objectifs
du tissu économique est menacée à moyen et long terme : une économie ne Il est nécessaire d’intervenir à deux niveaux :
peut éternellement vivre sous perfusion et dépendre du bon vouloir d’une  
minorité. 1 - Sur les matériaux produits localement :
Mis à plat de l’exploitation des carrières à la Réunion afin d’aboutir à un
juste prix :
• délivrance des droits et formation des prix.

6
En effet, deux groupes se partagent aujourd’hui les droits d’exploitation sur l’Ile.

Conséquences :
• situation de monopole au niveau des agrégats.
• situation de monopole au niveau de la production des blocs.
 
Ces deux produits constituent des éléments de base, dans le BTP d’où la
dépendance des entreprises à ces deux groupes.
 
Une seule solution est envisageable aujourd’hui :
Intervention d’un groupement d’entreprises (coopérative) dans le milieu des
exploitants de carrières
 
2) Sur les matériaux d’importation :
La situation de monopole est aujourd’hui admise de tous au niveau de
l’approvisionnement des principales fournitures, nécessaires au secteur du
BTP : ciment, enrobé, fabrication du béton, acier, bois, …
 
Deux solutions sont envisageables afin de briser ce monopole :
• Refonder le système d’approvisionnement de l’Ile.
• Création d’une centrale d’achat en s’inspirant des coopératives existantes,
notamment dans le domaine des aliments pour le bétail.
 
Dans les deux cas l’objectif à atteindre doit être :
Prix Réunion = Prix Métropole + Transport

>> Proposition
• Avoir un prix de construction moralement acceptable :
  Prix Réunion = Prix Métropole + Transport

-7-
ASSAINIR
Comment faire baisser les prix  LA ZONE FRANCHE GLOBALE D’ACTIVITéS
>> Contexte >> L’enjeu
Les limites d’intervention des communes réunionnaises Les très petites entreprises constituent plus de 90% du tissu
Cette situation pèse lourd sur les recettes fiscales des collectivités locales, la économique local. L’enjeu principal est :
capacité contributive des habitants de nos communes étant liée à leurs difficultés De s’appuyer sur ce tissu existant pour la création de nouveaux emplois dans
d’accès à une activité rémunérée. des secteurs déjà bien identifiés et bien maîtrisés par les chefs d’entreprises ;
  D’accompagner ces petits investisseurs dans leur mutation vers une structuration
Caractéristiques du tissu économique local de type PME dans des conditions matérielles mieux adaptées ;
Le développement de l’économie réunionnaise connaît une croissance remarquable D’offrir à ces structures la possibilité de s’installer dans les meilleurs délais
et peut encore progresser. Le tissu économique local est constitué surtout de TPE dans des zones équipées et bien situées sur des axes d’échanges facilitant
(très petites entreprises) installées le plus souvent dans la sphère familiale. Cette approvisionnement et distribution.
situation cause rapidement des conflits d’usage avec la famille et les voisins. Elle
entraîne aussi des conséquences néfastes : >> Objectif
La mise en œuvre de nouvelles zones d’activités dans une logique d’aide proche
Pour l’environnement (traitement des effluents… nuisances…) ; de celle adoptée pour le logement social avec le FRAFU devrait permettre
Pour le développement de l’activité, sans possibilité d’extension permettant un aux collectivités locales d’accompagner le développement économique en
passage à la vitesse supérieure en matière de création de richesses et d’emplois. absorbant les surcoûts relatifs à la maîtrise du foncier et à la construction des
réseaux aux normes européennes.
Le développement de nouvelles zones d’activités est la solution
La multiplication des zones d’activités est au regard des capacités financières
des communes difficile à mettre en œuvre si l’on prend en compte l’ensemble
des aménagements nécessaires à la réalisation d’installations aux normes
européennes.

Sans un accompagnement fort dans ce domaine, sans une simplification des


procédures pour la mise en œuvre rapide de nouvelles zones, les chances de
réussite d’une zone Franche globale seraient immanquablement réduites.
Une mutualisation de l’effort doit pouvoir se faire à l’échelle de la nation pour
que notre population active puisse passer ce cap difficile et s’inscrire dans une
perspective d’espoir pour notre jeunesse.

8
Comment faire baisser les prix  SECTEURS PRIORITAIRES - Encourager le télétravail
>> Contexte souplesse et la flexibilité pour les employés et la réduction des déplacements
La congestion routière sur l’île de La Réunion est importante. On le domicile / entreprise, permettant de réduire nos émissions de gaz à effet de
constate chaque jour avec les nombreux embouteillages sur les différents serre. Le télétravail, que ce soit à temps complet au domicile, en alternance
réseaux routiers de l’île. Avec plus de 310 000 véhicules particuliers pour entre le lieu de travail et le domicile ou encore en mode nomade nécessite
785 000 habitants (soit une voiture pour 2 réunionnais), la progression du également le recours massif aux technologies de l’information et de la
parc automobile, de l’ordre de 4% chaque année s’est accélérée ces communication. Son développement épouse intimement celui d’Internet et
dernières années. Compte tenu d’un réseau routier peu ramifié (360 km de des réseaux. Il est essentiel de poursuivre le développement du télétravail
routes nationales dont 103 en 2x2 voies / 720 km de routes départementales / 2600 km en aidant les entreprises réunionnaises et les administrations à s’adapter à la
de voies diverses : communales, agricole, onf), de la pression engendrée par diversité des situations liées au travail à distance.
l’augmentation de la population (830 000 en 2010, 1 million en 2020) et du
rattrapage inévitable en matière de parc automobile par rapport à la Ce projet pourrait être mis en œuvre rapidement à un coût faible et sans les
métropole (taux de motorisation des ménage de 80 % en métropole contre 68 % à contraintes, les surcoûts et les aléas liés à la construction d’un Tram-Train
La Réunion), il est évident que la saturation automobile qui est déjà une
réalité à la Réunion risque de s’amplifier à moyen terme. Pour satisfaire >> Objectifs
aux exigences du développement durable et veiller à un aménagement • Adosser au programme GERRI, un volet NTIC permettant le développement
équilibré du territoire, il apparaît donc indispensable - en complément des du télétravail.
nouveaux projets d’infrastructure comme la route des Tamarins, la nouvelle • Encourager le développement du télétravail (ou travail pendulaire) dans les
route du littoral, de développer et d’encourager le télétravail. En 2005, administrations publiques.
sur 1 175 000 déplacements comptabilisés, 1 035 000 s’effectuent en voiture • Créer des télé-centres pour permettre la création d’un pôle d’activité
particulière et il n’est pas rare d’observer des déplacements domicile-travail attractif autour des TIC, Proposer à des entreprises locales, régionales,
qui durent plus de deux heures nationales voire internationales de délocaliser des postes vers les
télé-centres.
>> L’enjeu • Attirer les investissements autour des activités porteuses liées aux TIC
Les caractéristiques topographiques et climatiques, la croissance continue telles que les centres d’appels, la téléassistance ou les prestataires de
du trafic entraînent de nombreuses perturbations et congestions récurrentes services externalisés.
sur l’île. Il est donc essentiel d’encourager le développement du télétravail • Créer des fonctions de « e-médiateurs économiques » : ces agents
dans un cadre souple adapté à la diversité des situations liées au travail en commerciaux spécialisés sur les technologies de marketing internet,
réseau. sauront proposer et mettre en valeur les produits de l’artisanat et de
l’économie locale.
Le télétravail s’accompagne d’avantages indéniables tels que l’allègement
des charges de structure pour les entreprises et les entrepreneurs, la

-9-
r é ussir
Comment favoriser le dialogue social et l’accès à la formation professionnelle investir dans l’humain

• Co m m e nt mo r a l i s er l ’ éc o n o mie
• Le pr i n c i pe d e j u s t i ce et d e la re d istrib u tion d e la vale u r travail
• Le s s a c r i f i és d u s y s t è m e éc on omiq u e
• L’é t hi q u e e t l a r é f l ex i o n s o ci é tale
• Le s o ut i l s p o u r c a s s er l e s m on op ole s
défiscalisation, à savoir, la flambée du foncier. De plus, on constate un net recul
des moyens financiers affectés au logement social depuis 2004. L’éducation
réunionnaise essuie aussi des revers. Le niveau des écoliers et collègiens réunionnais
laisse toujours à désirer par rapport au standard métropolitain. Fait inquiétant
lorsqu’on connaît l’importance du niveau d’éducation pour l’insertion dans le
monde économique. Outre ces faits sociaux, la structure familiale traditionnelle
est mise à mal, les réunionnais se marient et s’engagent donc de moins en moins
lorsque, dans le même temps, le divorce continue son ascension. Dans notre
contexte réunionnais, le dernier garde-fou, qu’était l’unité familiale et sa stabilité, se

>> Contexte
La crise financière actuelle aura eu pour mérite d’être un révélateur de malaise, désagrège, laissant entrevoir une augmentation du mal-être social.
qu’il soit social, économique ou même moral. Bien qu’ayant bénéficié de l’afflux de
capitaux, français, européens ou issus de la défiscalisation, ces dernières années, Une fois ces faits énumérés, nous voyons aisément qu’un acteur essentiel a été
l’économie réunionnaise souffre de problèmes structurels et ne possède pas de oublié : L’humain. Pendant longtemps, le principe de concurrence aura prévalu
fondamentaux solides pour faire face aux défis démographiques et économiques (concurrence scolaire, concurrence sociale, concurrence économique...) mais aujourd’hui,
de demain. Le bâtiment est dans une logique de court terme sous perfusion de la morale fait son entrée par la grande porte. Nous sommes une « Société », ce qui
projets structurants et l’économie locale vit du marché local et est sensible aux implique une communauté d’humains ayant un intérêt collectif. L’intérêt individuel
aléas conjoncturels. A la Réunion, on importe 13 fois plus qu’on exporte. n’aurait-il pas pris le pas sur l’intérêt collectif pendant trop longtemps?

A ce contexte économique difficile, s’ajoutent d’autres difficultés d’ordre social. Voilà qui a pour mérite de nous interroger sur nous, Réunionnais, notre
Le logement est plombé par un des effets pervers de l’ancien dispositif de modèle de développement à long terme et surtout notre projet sociétal.
10
Comment favoriser le dialogue social et l’accès à la formation professionnelle investir dans l’humain

>> Enjeux >> Objectifs


Ces objectifs n’ont de sens que s’ils répondent à une problématique à long terme. Logement
En effet, l’objectif ultime reste un modèle de développement et un projet sociétal L’accès à la propriété, dont le Président de la République a fait une de ses
en cohérence avec notre spécificité réunionnaise. A l’heure de la mondialisation, il priorités, doit se matérialiser. L’Etat doit renforcer la solvabilité des postulants
paraît évident que la voie du développement réunionnais n’est pas celui du territoire à l’accession. Développer prioritairement le logement évolutif social (LES) par
métropolitain même s’il peut parfois emprunter quelques chemins similaires. rapport au logement locatif social. La création du « jardin ouvrier » réunionnais en
Le modèle de développement s’inscrit dans un cadre régional et même dans une milieu urbain.
optique de « partenariat historique » (à l’image de L’Île Maurice et de ses liens avec l’Inde  
et la Chine). Le Réunionnais de demain doit se penser comme d’abord un citoyen économie
français et aussi comme un européen et un habitant des Mascareignes afin de  Encadrer la redistribution du profit. Le profit doit prioritairement être réinvesti dans
s’intégrer dans sa réalité régionale. Ainsi, les médias semblent représenter les l’outil productif et partagé équitablement entre les différents acteurs de l’entreprise
partenaires essentiels à la construction de l’image du Réunionnais Nouveau avec (salariés, dirigeants, actionnaires).Une information précise et transparente sur la
l’éducation, pilier central de l’Homme Nouveau ayant, entre autre, pour valeur la rentabilité et la productivité du salarié. Fixer un ratio juste entre la rémunération
fraternité républicaine (au sens de l’entraide, de l’intérêt collectif et de la coopération). des dirigeants et des salariés.Au niveau du tourisme, développer le partenariat
Cette société réunionnaise n’est pas une utopie puisqu’elle existait il y a 40 ans. touristique dans les Mascareignes en valorisant les atouts spécifiques de la
Réunion. Développer la coopération régionale notamment pour agrandir la taille
Le modèle réunionnais ne se trouvera que renforcé par ces valeurs morales, qui du marché intérieur réunionnais qui deviendrait un marché « intérieur » régional.
ont fait sa force d’hier face à l’adversité, conjuguées aux progrès d’aujourd’hui.  
Une éducation forte et en phase avec son temps et ses réalités économiques Éducation
nous permettra de posséder une économie forte avec des capacités d’adaptation. Adapter le modèle scolaire en modifiant son calendrier. Une journée type étant
Enfin, de manière plus pragmatique, le logement (et la fin du nomadisme) par l’accès les activités scolaires prévues au programme le matin et le développement du
à la propriété est une des conditions nécessaires à la stabilité et à la paix sociale. sens coopératif et de l’entraide l’après-midi au travers des activités sportives et
artistiques ou d’un projet de groupe (Visite de personnes âgées dans une maison de retraite
Notre modèle de développement est indissociable de notre projet sociétal. En débouchant sur un échange). Un droit de regard sur l’offre de formation universitaire.
effet, le lien sera le ciment qui fera de nous un Peuple Réunionnais soudé et fort. Valorisation des métiers dits « manuels » afin d’éviter la prépondérance de la filière
Le lien, qu’il soit familial, social, régional ou historique, doit être la base, à l’image générale qui conduit aujourd’hui au problème des « diplômés sans métier ».
du socle familial, de notre vision de l’avenir et de la société que nous voulons  
laisser à nos enfants.
Médias
Un droit de regard sur les programmes aux heures de grande écoute.
Une télévision à l’image du réunionnais, de sa région, de son histoire et du
monde.
- 11 -
r é ussir
Comment mieux organiser la gestion des Collectivités et de L’Etat eTHIQUE / MORALE POLITIQUE
>> Contexte inéligibilité définitive et non plus seulement temporaire des élus qui auraient
Il existe une réelle crise de confiance des citoyens dans la capacité de leurs élus et fait l’objet d’une condamnation définitive pour avoir pendant leur mandat
des Institutions d’incarner leurs préoccupations, d’agir dans l’intérêt général. commis des délits financiers, délits d’initiés, détournements de fonds publics…
La responsabilité des élus quelque soit le niveau d’intervention, échelon local, et plus généralement pour tous crimes et délits contre les personnes et les biens,
national ou européen, dans cette crise de confiance est réelle et davantage et contre la Nation, l’Etat et la paix publique.
ressentie à la Réunion.
L’absence d’une véritable citoyenneté active de la population, qui est démobilisée 3/ Réduire voire supprimer certains avantages des élus.
est une réalité. Le fort taux d’abstentionnistes à chaque élection est révélateur. Rendre obligatoire la signature par les élus d’une charte comprenant des
engagements et la réduction ou suppression de certains avantages.
>> L’enjeu
Redonner confiance aux citoyens, en leurs élus, en moralisant la politique au >> Proposition
niveau local et au niveau national. Modification d’articles de loi, de disposition du code pénal.
Projet de loi.
>> Objectifs Référendum d’initiative conjointe des électeurs et du Parlement en vertu de la
1/ Sanctionner les manquements en supprimant les loi constitutionnelle du 21 juillet 2008 sur la modernisation des Institutions.
« exonérations » Modification de loi.
dont bénéficient les personnes physiques exerçant un mandat électif ou des
activités syndicales. Article 131-27
Lorsque la loi le prévoit, une ou plusieurs peines complémentaires peuvent être Modifié par LOI n°2008-776 du 4 août 2008 - art. 70
prononcées. Elles frappent les personnes physiques et emportent par exemple, Lorsqu’elle est encourue à titre de peine complémentaire pour un crime ou un
interdiction, déchéance, incapacité ou retrait d’un droit. La peine est généralement délit, l’interdiction d’exercer une fonction publique ou d’exercer une activité
complémentaire à une peine principale, facultative et temporaire. professionnelle ou sociale est soit définitive, soit temporaire ; dans ce dernier
Il existe des peines complémentaires particulières, par exemple : peine d’exclusion cas, elle ne peut excéder une durée de cinq ans.
des marchés publics, interdiction du droit de vote ou d’éligibilité, interdiction L’interdiction d’exercer une profession commerciale ou industrielle, de diriger,
d’exercer une fonction ou une activité. d’administrer, de gérer ou de contrôler à un titre quelconque, directement
Or il existe une inégalité de traitement entre les personnes physiques punissables ou indirectement, pour son propre compte ou pour le compte d’autrui, une
puisque ces interdictions ne sont pas applicables à l’exercice d’un mandat électif entreprise commerciale ou industrielle ou une société commerciale est soit
ou de responsabilités syndicales. Article 131-27 du code pénal modifié par la loi définitive, soit temporaire ; dans ce dernier cas, elle ne peut excéder une
de modernisation de l’économie du 4 août 2008 (article 70). durée de dix ans.
Il conviendrait donc de modifier cette disposition et de supprimer l’exclusion. Il
conviendrait également d’égaliser la durée de l’interdiction. Cette interdiction n’est pas applicable à l’exercice d’un mandat
  électif ou de responsabilités syndicales. Elle n’est pas non plus
2/ Sanctionner les manquements en proposant le principe d’une applicable en matière de délit de presse.
12
Comment mieux organiser la gestion des Collectivités et de l’Etat CHARTE DES éLUS RéUNIONNAIS
>> L’enjeu
Redonner confiance aux citoyens, en leurs élus, en moralisant la politique au
niveau local et en permettant une meilleure information rendue obligatoire des
usagers, des bénéficiaires du service public.

>> Objectifs
1/ Rédaction d’une charte qui devra être signée par tous les
élus.

2/ Contenu de la Charte :
Série d’engagements moraux qui vont plus loin que les dispositions légales
en vigueur :
• Non cumul de mandats pour éviter la concentration des pouvoirs et donc
l’absence de contre pouvoir. Un seul mandat d’exécutif local.
• Non cumul d’un mandat électif avec 2 fonctions exécutives dans les SEM,
SPLA, établissements publics.
>> Contexte • transparence rigoureuse de la gestion des deniers publics, transparence
La crise de confiance des citoyens envers leurs élus locaux résulte : sur les indemnités et le cumul des indemnités des élus.
• formation des élus qui le souhaitent à la gestion saine des deniers
• du cumul des mandats qui entraine un manque de disponibilité. publics.

• du cumul de mandats avec des prises de responsabilités dans des SEM, 3/ Obligation d’un site internet permettant une accessibilité
SPLA qui entraine toujours un manque de disponibilité auquel s’ajoute des facilitée aux données administratives, dossiers, délibérations.
soupçons de collusion, de clientélisme, d’ententes, de conflits d’intérêts.

• de l’absence de réelle accessibilité aux données administratives.


>> Proposition
• de l’absence de diffusion qualitative de données publiques. • Rédaction d’une charte.

• de l’absence de transparence.

- 13 -
r é ussir

Comment organiser la gestion des Collectivités et de l’État SECTEURS PRIORITAIRES Développer


l’Administration Électronique

>> Contexte
La France et La Réunion se sont déjà engagées dans la voie de >> L’enjeu
l’administration électronique avec quelques succès. Il convient dorénavant de passer à une deuxième phase du développement
L’information en ligne des services déconcentrés de l’Etat et des collectivités de l’administration électronique, en renforçant une vision centrée sur l’usager
locales se développe rapidement à La Réunion comme l’illustre le Portail de et de proposer des services personnalisés. L’heure est venue de passer
services de l’Etat permettant d’accéder au site de la Préfecture et aux sites des administrations en ligne au « Service Public en ligne ». L’objectif est
des différentes administrations déconcentrées. Ces sites offrent parfois des d’ouvrir un accès personnalisé et sécurisé aux services de l’administration
possibilités de téléchargements (formulaires…). Le développement de toutes pour chaque Réunionnais.
les administrations en ligne contribuent à limiter les déplacements et de
satisfaire les exigences et les objectifs du programme Gerri en matière de
développement durable. >> Objectif
Ce plan, qui devra également être adossé au programme Gerri, comportera
deux volets principaux, l’un sur la modernisation du service public et le second
sur la mise en œuvre de services dédiés aux usagers et aux entreprises.
 
• Implanter et stocker localement tous les sites Internet des administrations
avec pour objectif de réduire les communications sortantes.
• Dématérialiser les échanges de bout en bout.
• Dématérialiser les échanges entre l’administration et les entreprises.
• Dématérialiser les échanges entre l’administration et les usagers.
• Prévoir et assurer l’archivage électronique des données et documents
numériques.
• Faciliter l’accès aux services de l’usager.
• Assurer l’interopérabilité entre administrations.
• Assurer l’accessibilité des sites de l’administration.

14
Comment améliorer l’insertion des jeunes et garantir l’égalité des chances ASSOCIATIONS
>> Contexte
A la Réunion il existe plus de 16 000 associations qui emploient entre 15 000
et 20 000 personnes. Ces institutions jouent un rôle majeur dans la société
Réunionnaise car elles sont un maillon essentiel qui cimente la société. Beaucoup
d’entre elles assurent des missions non prises en charge par les collectivités
locales ou l’État et sans elles, combien de Réunionnais ne pourraient pas faire de
sport, pratiquer une activité culturelle, trouver des gens pour les aider 24 h sur 24 ?
Beaucoup d’associations, notamment celle ayant comme objet une utilité sociale
rendent énormément de services à la population. Ces services, ces activités, ces
pratiques sont quantifiables et les perdre serait catastrophique pour la Réunion.
Depuis le début de l’année 2009, la presse se fait l’écho chaque jour de cas
d’associations en situation difficile, voire catastrophique pour certaines. Ces
problèmes malgré la crise mondiale, étaient prévisibles tant le statut même des
associations les rendent fragiles. En effet, les associations « employeurs » sont
considérées par les services collecteurs d’impôts (CGSS, PÔLE EMPLOI, CRR, CRP,
CAPIMMEC etc.) comme des entreprises alors même que leur but diffère de celui
d’une entreprise qui a pour objectif elle, de faire des bénéfices.

De plus, la plupart des associations vivent grâce aux subventions publiques


(Europe, État, collectivités locales) et devant la crise, les subventionneurs ont de plus
en plus de mal à maintenir le niveau des subventions des années précédentes ou
simplement pour permettre aux associations de continuer leur activité.

>> L’enjeu
Les associations Réunionnaises font vivre plus de 15 000 familles et par le biais de
leurs salariés, jouent un rôle de cohésion sociale indéniable dans la société pour
des milliers de familles Réunionnaises grâce à leurs actions au quotidien tout au >> Proposition
long de l’année.Les associations vivent pour la plupart des subventions publiques • Exonérer les salariés de droit commun des associations (CDI et CDD)
et ont de plus en plus de mal à boucler leurs budgets annuels. de charges sociales (sur le modèle de la mesure zéro charges que l’État a mis
Les associations doivent payer au centime près et dans les délais très stricts en place en direction des TPE pour 2009).
imposés par l’État (sous peine de pénalités importantes) l’ensemble des charges  
sociales au même titre que les entreprises alors que leurs objectifs diffèrent Limité aux associations d’utilité civique œuvrant dans le
largement (les entreprises font des bénéfices et les associations sont sans buts lucratifs). milieu social et l’insertion.
- 15 -
r é ussir
Comment améliorer l’insertion des jeunes IMPLICATION CIVIQUE VOLONTAIRE BENEVOLE (ICVB)
et garantir l’égalité des chances
dépendante des prestations sociales.
L’Implication Civique Volontaire Bénévole repose sur l’altruisme, la générosité,
la solidarité, l’utilité, le volontariat et le bénévolat.
Permettre à ceux qui ont plus de 25 ans et qui sont bénéficiaires de prestations
sociales, comme le RMI, RSA, RSTA d’accomplir des tâches utiles à la
collectivité.
Instaurer une collaboration désintéressée s’inscrivant dans une mission
d’intérêt général sans rémunération.
Mettre en place un dispositif dénommé «  ICVB  » qui permettrait un
engagement, un investissement en temps et en compétences de plusieurs
heures par mois (une dizaine au minimum) pour la défense d’une cause dans des
secteurs aussi divers que le sport, la santé, les loisirs, l’éducation, la culture,
l’aide humanitaire, les domaines scientifiques, l’environnement.
Le Conseil Général pourrait adresser à chaque bénéficiaire des prestations
RMI, RSA, RSTA un questionnaire pour exposer et proposer une ICVB,
éventuellement prévoir des mesures incitatives. Une campagne médiatique
au niveau local et au niveau national.
La Réunion pourrait être désignée pour être le laboratoire expérimental de
ce système et notamment pour le secteur lié au développement durable et à
Les études démontrent que certaines personnes bénéficiaires des minimas
l’idée de Réunion île verte.
sociaux s’inscrivent dans une logique d’assistance continue sans contrepartie
« Aider les jeunes à aider » et mettre en évidence un système de valorisation
pour la collectivité. Une fracture sociale se met insidieusement en place entre
de l’expérience acquise dans l’investissement bénévole.
ceux qui paient et ceux qui reçoivent et ce d’autant que la paupérisation touche
L’ICVB n’a pas vocation à se substituer à un contrat de travail ni au contrat
de plus en plus les classes moyennes.
de volontariat rémunéré.
Parallèlement, des structures associatives nécessaires au maintien du lien social
L’ICVB peut avoir également un effet positif pour restreindre le travail
sont en manque de bénévoles. Le volontariat associatif initié par la loi du 23 mai
clandestin
2006 représente une avancée mais n’est pas suffisant pour satisfaire les besoins
des associations ou des fondations reconnues d’utilité publique et en outre ne
repose pas sur le bénévolat.
Disposition législative nouvelle ou compléter la loi n°2006-586 du 23 mai 2006
et le décret n°2006-1205 du 29 septembre 2006 sur le volontariat associatif et
Vers une économie solidaire pour une meilleure insertion et moins d’assistanat.
l’engagement éducatif.
Eviter qu’une catégorie sociale progresse alors qu’une autre stagne et reste
16
Comment améliorer l’insertion des jeunes et garantir l’égalité des chances SERVICE CIVIQUE VOLONTAIRE

>> L’enjeu
Ouvrir les jeunes Réunionnais de 16 à 25 ans à plus de citoyenneté en leur
permettant d’accomplir une mission d’intérêt général, de bénéficier d’une
formation citoyenne et d’un accompagnement vers l’emploi.
Valoriser la mixité sociale et faire coïncider l’engagement et l’intérêt général.
Ouvrir les jeunes Réunionnais au monde, leur permettre de voyager, de
remédier aux inconvénients de l’insularité, de découvrir tout en bénéficiant
d’un encadrement et de mesures pédagogiques et ensuite de la validation
des acquis.

>> Objectif
Compléter le dispositif de service civique volontaire proposé par le Haut
Commissaire.
L’étendre aux jeunes Réunionnais dès 16 ans jusqu’à 25 ans. Prendre
en considération le désœuvrement de jeunes sortis trop tôt du système
scolaire.
Leur faire prendre conscience de la dimension européenne en leur permettant
de s’investir dans des structures et projets européens.
Accueillir de jeunes métropolitains « engagés » à la Réunion pour les sensibiliser
>> Contexte aux atouts que représentent les DOM pour la métropole et l’Europe.
La disparition du service militaire obligatoire en 1996 a contribué à la modification
Indemnité  : 650 euros par mois et prise en charge des coûts liés au
des comportements sociaux et a entrainé une perte des valeurs liées à la
transport.
citoyenneté et au concept de Nation. L’opinion publique a le sentiment qu’il
n’existe plus de creuset républicain.
Ce sentiment est d’ailleurs partagé par la plupart des tendances politiques.
Selon un sondage réalisé en juin 2008, plus de 260 000 jeunes seraient prêts à
accomplir un service civique de 6 mois.
>> Proposition
• Compléter les dispositions proposées par le Haut Commissaire.
Le Haut Commissaire à la jeunesse, Martin HIRSH, a confirmé la création d’un
Projet de loi.
service civique volontaire, sur la base du rapport remis par Luc FERRY. Ce
rapport préconise la mobilisation des jeunes de 18 à 25 ans, pour une durée
de 6 mois consécutifs, moyennant une bourse de 650 euros mensuels, sur des
projets d’intérêt public touchant par exemple à l’écologie ou à des structures
européennes.
- 17 -
r é ussir
Comment améliorer l’insertion des jeunes et garantir l’égalité des chances STATUT DU PARENT AU FOYER
>> Contexte de tous les instants, souvent plus important que les contraintes liées à
L’évolution de nos sociétés modernes et de la société réunionnaise en particulier l’exercice d’une profession.
a profondément modifié les rapports familiaux et sociaux. Multiplication des
divorces (30,2% avant la fin de la 4ème année de mariage en France métropolitaine), des >> Objectif
séparations, des familles recomposées, exigence de mobilité professionnelle, Création d’une prestation dont le versement serait spécialement lié au
maintient d’un taux important d’illettrés, de grossesses précoces, fort taux maintien au foyer en vue de l’éducation et de l’entretien du ou des enfants :
d’obésité et de maladies liées au diabète, véritable problème de santé l’Allocation parentale de prévoyance.
publique. Cette allocation correspondrait à 70 % du SMIC, non cumulable avec d’autres
Les parents jouent un rôle essentiel dans l’éducation des enfants et contribuent prestations liées à la politique familiale, ni avec le RMI, RSA ou RSTA, ni avec
à l’équilibre de la société. Or le manque de disponibilité des parents, les les allocations chômage.
fractures qui touchent les familles, la présence sans cesse grandissante dans Elle serait versée par la CAF, financée comme les prestations familiales
les foyers des jeux vidéos démontrent que les enfants ne bénéficient pas actuellement, dont elle diminuerait le poids.
toujours d’une éducation épanouissante. Elle serait assujettie aux cotisations de sécurité sociale, d’assurance chômage,
Chiffres INSEE : et de retraite complémentaire.
France métropolitaine : Instaurer parallèlement une formation continue, pour une meilleure insertion
• Familles monoparentales : 7,4 % en 1999 en. professionnelle. Le statut du parent au foyer doit nécessairement prendre
en compte l’employabilité de ceux et celles qui choisissent de se consacrer
A la Réunion : à l’éducation des enfants, afin de leur permettre de reprendre une activité
• 14 808 naissances en 2007 à la Réunion. ultérieurement, s’ils le souhaitent.
• Parent ayant fait le choix de ne travailler qu’à temps partiel pour permettre Le passeport formation permettrait concomitamment au versement de
de dégager du temps pour la famille : l’allocation parentale de prévoyance, de suivre une formation de quelques
heures par an pour actualiser des formations déjà acquises voire pour acquérir
>> L’enjeu de nouvelles compétences.
Mettre en place une politique familiale ambitieuse, à l’instar de plusieurs pays
européens.
La présence du parent au foyer est structurante pour la famille. Elle permet >> Proposition
une véritable continuité du lien affectif et permet un suivi personnel de • Texte de loi.
l’éducation des enfants.
Donner au parent au foyer une liberté de choix.
Valoriser le parent au foyer en créant un véritable statut, car se consacrer à
l éducation des enfants est une véritable activité demandant un investissement

18
Comment améliorer l’insertion des jeunes et garantir l’égalité des chances L’UNIVERSITé
Néanmoins l’université au Tampon, telle qu’elle est aujourd’hui conçue par
les pouvoirs publics, ne nous permet pas d’envisager la formation de notre
jeunesse et le développement du bassin Sud dans les meilleures conditions.
 
Trop souvent en effet, les filières proposées au Tampon s’arrêtent à la deuxième
année, à charge par la suite pour les étudiants de se tourner vers l’université
de Saint-Denis, vers la métropole ou vers les universités étrangères.
 
Si cette mobilité est bien évidemment louable pour celles et ceux qui le
souhaitent et pour celles et ceux qui en ont les moyens, elle représente
pour beaucoup de familles réunionnaises un obstacle financier majeur à la
poursuite des études de leurs enfants.
 
Il faut donc donner à notre université les moyens de son ambition pour que la
jeunesse du Sud ne reste pas à l’écart du développement de la Réunion.

>> L’enjeu
Il s’agit d’offrir aux jeunes du Sud les mêmes chances de réussite que les
étudiants du Nord.
Renforcer les filières existantes
Ouvrir les jeunes vers de nouvelles orientations tel que : L’agrotourisme et les
énergie renouvellable.

>> Objectif
• Diversifier les filières pour plus de diplômes.
• Création d’un pôle intelligence.
• Création d’un institut régional de l’Administration.
>> Contexte • Création d’un pôle unique d’information et d’orientation.
L’université occupe une place centrale dans toutes les stratégies de
développement de la Réunion.
 

- 19 -
r é ussir
Quels projets structurants pour l’avenir de chaque territoire DéVELOPPER L’éCONOMIE NUMéRIQUE
>> Contexte localement. Ce projet pourrait être mis en œuvre rapidement à un coût
Les consommateurs réunionnais n’ont pas accès au même niveau d’offres haut faible et sans les contraintes et les aléas liés à la construction du câble
débit que les consommateurs métropolitains. Des offres plus chères et moins « Ravenal » actuellement envisagé par La Région Réunion.
diversifiées conduisent à un taux de pénétration inférieur. Ce décalage provient • L’utilisation du fonds de continuité territoriale numérique pour l’achat de
essentiellement des surcoûts structurels liés à la remontée du trafic de notre île bande passante a pour conséquence de remplir des serveurs de contenu
vers la métropole ainsi que du contexte concurrentiel local. installés localement (par exemple Youtube, Daily motion, Akamaï, Itunes, etc…).
Nombre d’abonnés ADSL : 91 000 Dans un premier temps, 15 millions € pourraient servir à réserver 1gigabit
Opérateurs : Orange, Outremer Télécom (Only), Mobius (iZi), Mediaserv, Runnet de bande passante pour une durée de 15 ans sous forme d’IRU (droit
La part de marché de l’opérateur historique : 75% irrévocable d’utilisation).
Offres triple play : 29,90€ en métropole et 65 € à La Réunion
Octroi de mer (matériel informatique) : 5,5% >> Développer la filière en ciblant des domaines prioritaires :
Aides consacrés au développement de l’économie numérique  • Faire de La Réunion un site pilote en matière d’utilisation des TIC par
• PO FEDER 2007-2013 : 68 M € les administrations publiques visant à rendre les services publics plus
• Fonds de continuité territoriale numérique : 44 M € accessibles à leurs usagers et à améliorer leur fonctionnement interne.
(Le cadre d’intervention n’a pas été encore approuvé pour cette mesure) • Faire de La Réunion une région pilote en matière de télétravail
• Encourager l’usage des techniques de géo localisation, de l’archivage
>> L’enjeu numérique, de la dématérialisation, la visioconférence, l’EDI (échange de
Les TIC constituent pour l’économie réunionnaise un enjeu fort pour réduire données informatisées), le paiement électronique, les systèmes assurant la
les effets de l’insularité, accélérer le développement de certains marchés, sécurité des données au sein des TPE/PME.
tisser de nouveaux liens économiques avec d’autres territoires proches ou • Mise en place d’une structure « Océan indien numérique » pour développer
plus éloignés et valoriser des savoir-faire à l’échelle mondiale. la coopération avec les pays de la zone (salons régionaux, voyage d’étude).
Le défi auquel La Réunion doit faire face est celui d’un saut qualitatif grâce au  
numérique qui lui permettra de gagner en attractivité et compétitivité. >> Aide à la filière :
• Adapter la défiscalisation aux entreprises numériques en rendant éligible
>> Objectifs toute innovation d’usage, études de marché etc au dispositif et plus
>> Infrastructure : Permettre aux Réunionnais de disposer d’une généralement à la R/D.
connectivité performante en débit et en coût comparables à la • Mise en place de financement pour l’amorçage des projets les plus
métropole. innovants.
• Contribuer à améliorer le choix pour les consommateurs et le • Soutenir le développement à l’international du secteur TIC en favorisant
développement de la concurrence entre opérateurs à La Réunion en des missions à l’étranger pour saisir toutes les opportunités du marché
saisissant dès que nécessaire l’ARCEP et l’Autorité de la Concurrence. (installation de bureaux mutualisés à Silicone Valley).
• Création d’un centre d’hébergement (data center) qui favoriserait la
production et la mise à disposition de contenus et de ressources stockés
20
Quels projets structurants pour l’avenir de chaque territoire Centre d’hébergement
 numérique à La Réunion

>> Contexte « contenu » est acheminé une seule et unique fois, « stocké » sur des serveurs
L’une des problématiques de La Réunion en terme de trafic internet est que la installés localement, et devient dès lors aussitôt accessible par tous les
quasi-totalité des ressources auxquelles accèdent les internautes est située internautes réunionnais. Cette initiative qui est actuellement portée par
en dehors de l’île. Aussi le Conseil régional a-t-il publié une consultation ayant l’ARTIC peut conduire à des réductions de coûts immédiates, et pourrait
pour objet le recrutement dune assistance technique, économique et juridique en partie être financée par le fonds de continuité territoriale numérique qui
pour la mise en œuvre d’une infrastructure de communications électroniques, s’élève à plus de 44 millions €.
dénommée « Ravenal » pour un montant de 57 millions €. Au-delà du fait qu’un data center (un serveur de contenus répliqué localement)
Si ce projet d’investissement pouvait se justifier en 2006 où notre région favorise le trafic internet local et permet de baisser les coûts d’internet, en
subissait encore un retard dans le développement d’offres internet, le contexte ce qu’il évite la remontée du trafic vers la France métropolitaine, les Etats-
numérique a aujourd’hui totalement changé du fait de l’ouverture à la Unis ou l’Asie, ce type de dispositif permet d’envisager plus facilement la
concurrence du câble SAFE mais surtout de la construction programmée production et la mise à disposition de contenus locaux, avec ce que cela
de trois nouveaux câbles sous marins dans la zone Océan indien. France suppose en terme d’affichage social et culturel (ex : You tube réunionnais).
Télécom a annoncé la mise en service prochaine d’un câble LION entre
La Réunion et Madagascar, enfin, est attendue également pour 2010 la >> Objectifs
construction de deux câbles internationaux, (EASSY et SEACOM) desservant Une utilisation rationnelle et économe des fonds publics : le projet est estimé
Toliary et s’interconnectant aux grands réseaux mondiaux. La fibre optique à 15 millions € contre 57 €. Pour le projet « Ravenal » et pourrait être financé
devient une réalité tangible pour l’Océan Indien d’autant que le récent par le Fonds de continuité territoriale numérique.
amendement Virapoullé conditionne l’octroi de la défiscalisation à l’ouverture • Négocier dans une logique gagnant-gagnant l’implantation de fournisseurs
aux autres opérateurs. de contenus à La Réunion.
• Encourager l’usage des techniques de géo localisation, de l’archivage
>> L’enjeu numérique, de la dématérialisation, la visioconférence, l’EDI (échange de
Nous souhaiterions évoquer une autre piste. L’une des problématiques données informatisées), le paiement électronique, les systèmes assurant la
de La Réunion en terme de trafic internet est que la quasi-totalité des sécurité des données au sein des TPE/PME.
ressources auxquelles accèdent les internautes est située en dehors de
l’île. Plutôt que de s’engager dans l’installation d’un énième câble, la
solution la plus pragmatique, la moins coûteuse et la plus rapidement
opérationnelle serait d’envisager dés aujourd’hui la création d’un centre
d’hébergement afin de relocaliser le trafic à La Réunion.
Si l’enjeu de ce projet est important, l’idée est relativement simple : le
- 21 -
r é ussir
Quels projets structurants pour l’avenir de chaque territoire maitrise de l’énergie - éco habitat
>> Contexte Le bâti
Ile : les actions du neuf et de l’existant peuvent être couplés
éloignement du territoire européen (atout à mettre en avant car proche des pays de Au niveau du bâti, il est important de sensibiliser la population sur les entretiens
l’Océan Indien) dépendant énergétiquement (importation de fioul). à effectuer pour une bonne vie de leur habitat et leur assurer confort et santé.
Production, hydraulique, bagasse, solaire et éolien… Réaliser un bâti éclairé au maximum de manière naturelle.
Les désavantages doivent être reconsidérés. En effet, la connaissance des Le but est de concevoir un habitat qui est bien conçu et idéalement isolé.
« points négatifs » doit nous permettre de parer à ces problématiques et par Ainsi, des éléments énergivores tels que chauffage, climatisation, éclairage, …
conséquent à être innovant/novateur. (selon la zone concernée) ne seront pas nécessaires.
Pour chaque zone, il est nécessaire d’analyser les problématiques afin de
cerner des solutions intéressantes pour le milieu. Par exemple, il est important
>> Objectif de savoir si la zone est ventée ou pas. Si oui, savoir d’où provient le vent
Région : échéance 2020-2030 : indépendant énergétiquement à 100%. afin de positionner au mieux l’habitation ou les serres agricoles (cas de Salazie
Faire de notre île, qui souhaite s’inscrire en partie au patrimoine mondial sur Hell Bourg où les serres sont installées en plein vent : pas ingénieux, à chaque petit
de l’Unesco, un territoire conciliant une économie dynamique avec une cyclone les serres ne résistent pas). Suivant l’orientation du soleil, on anticipe le
implication de ses habitants tout en développant l’ensemble des activités positionnement du bâti pour par exemple par la suite y installer un chauffe-
avec l’environnement. Prôner un développement durable sain de notre eau solaire.
territoire. Permettre à chacun d’accéder au « mieux vivre ». Très important : la végétalisation des cours privées ou collectives. Les plantes
Faire de l’île : un exemple pour la Métropole, l’Europe, et pourquoi pas au- doivent être choisies avec soins. Par exemple pour des zones littorales ne pas
delà. planter des arbres ou végétaux consommateurs d’eau. A chaque fois, il faut
s’adapter à son site.
>> L’enjeu
Les propositions doivent s’établir suivant la zone géographique et par
conséquent par la prise en compte des micros climats :
littoral  avec notamment la problématique du sel marin, risques de houles ;
mi pente ;
les hauts (>800 m altitude): problématique majeure d’humidité
Prise en compte des atouts de chaque secteur, de ce qui devrait y être
développé. Raisonnement en coût global depuis la création jusque la
destruction.
L’ensemble des zones est concernée par les termites d’où la nécessité de
choisir des matériaux adéquats à leur non prolifération.

22
Quels projets structurants pour l’avenir de chaque territoire maitrise de l’énergie - éco habitat
L’idéal serait de se référer aux recommandations PERENE (PERformance ENErgétique).

L’existant Le neuf
Permettre à chacun d’améliorer son habitat individuel, ou autre. Revoir au Les choix des matériaux selon les secteurs géographiques et leurs
niveau des étanchéités. Si le bâtiment n’est pas traversant, et dans la mesure particularités.
du possible, réaliser des ouvertures. Changer les matériaux qui sont émissifs ou Mettre en avant certains produits fabriqués ou existants à la Réunion.
dangereux. Le bois peut être mis en avant. Mais à savoir : sa provenance, le traitement
appliqué (anti termites, …). Exemple  : si le bois est importé d’Amazonie, il faut
Zone littorale savoir : la destruction pour le pays en question, si les arbres seront replantés, le
Zone en bord de mer : problèmes majeurs : du sel marin (corrosif, …), chaleur, coût du transport et sa population pour être acheminé à notre île, les traitements
blattes appliqués s’ils ne sont pas toxiques dans le temps, …
Les matériaux à préconiser bois, béton. Le béton n’est pas à bannir, mais il doit être couplé avec d’autres matériaux tels
Zone mi-pente que le bois pour permettre une isolation satisfaisante (pareil que ci-dessus, attention
Cette zone est mixte et regroupe un peu l’ensemble des problématiques. au traitement appliqué au bois).
Retravailler sur l’isolation et ainsi coupler de nouveaux matériaux tels que le Intégrer dans les documents d’urbanisme ou autre : l’orientation à adopter, le
bois. Pour les jardins et ainsi permettre un rafraîchissement : il est nécessaire de type de matériaux conseillés. Exemple : dans les hauts il est préférable d’utiliser
végétaliser afin de ne pas utiliser la climatisation. C’est la création d’un cadre de du polyuréthane par rapport à la laine de verre. De plus, polyuréthane très peu
vie que l’habitant doit apprendre à entretenir, valoriser. émissif de composé organique volatils (en partie responsable des allergies).
Zone des hauts Attention : le sol ne doit pas revêtir que du béton. La surface doit être perméable
Zone à + de 800 mètres d’altitude. Problème majeur d’humidité, hygrométrie afin de permettre le regorgement de nos nappes phréatiques.
importante. Lors de rénovation préférer pour les plafonds du polyuréthane  
(produit synthétique) à la laine de verre ou de roche (produits naturels). La laine
Zone littorale
de verre ou de roche est un produit naturel avec des fibres mais qui peut être
Zone en bord de mer : problèmes majeurs : du sel marin (corrosif, …), chaleur,
allergisante, notamment pour les personnes qui l’installent sans protection.
blattes
De plus, dans les secteurs humides des hauts, le matériau a plus tendance à
Les matériaux à préconiser  : béton et bois. Eviter le fer. Pour les toitures  :
s’imbiber d’eau comparativement au polyuréthane et par conséquent isole mal.
Le polyuréthane a une meilleure capacité à contenir la chaleur, ce qui est idéal en toitures végétalisées. Selon l’inclinaison des pentes de toiture (<20, =20, >20), les
période d’hiver. Revêtement de sol : dans la mesure du possible, préconiser spécialistes proposent des plantes adaptées.
soit du bois, du caoutchouc (très peu émissif en Composé Organique Volatil (COV)) Zone mi-pente
Tout en sachant qu’il y a un coût sanitaire dans ces zones avec par exemple Isolation, orientation du bâti, végétalisation.
la problématique des rhumatismes (principalement chez les personnes d’un âge Zone des hauts
avancé).  Maillage bois, béton et fer (surtout pour les toitures). Isolation très importante.

- 23 -
r é ussir
Quels projets structurants pour l’avenir de chaque territoire maitrise de l’énergie - éco habitat
>> Propositions blattes
MDE : Maîtrise De l’Energie (ou Maîtrise de la Demande en Electricité au sens d’EDF) Les matériaux à préconiser
Ces actions seront mises en œuvre notamment dans les constructions Zone mi-pente
existantes. Il faut un maillage des matériaux : bois, béton, fer.
Conseils dans la maison sur l’achat des électroménagers. Remplacement de Zone des hauts
certains appareils par d’autres moins énergivores. Ce qui consomme le plus dans ces zones  : l’Eau Chaude Sanitaire (ECS),
Lampes à incandescence > lampes basses consommations (attention problème chauffage.
de parasite sur le réseau). Différer soit la cuisson de ces aliments par rapport aux L’ECS doit souvent être couplée avec l’appoint électrique. Cette installation est
heures de forts appels de puissance (par exemple marmites à riz à 19h). Il serait intéressante si le positionnement est bien réfléchi pour assurer une utilisation
intéressant de promouvoir les leds: peu énergivores, longue durée de vie (coût moindre de l’appoint électrique.
encore un peu élevé). Promouvoir ventilation naturelle, et préférer un ventilateur à
la climatisation.
Attention le chauffe-eau solaire n’est pas à préconiser pour les résidences
secondaires, sauf si les habitants sont bien avertis du risque de légionellose et
effectue les actions nécessaires afin de l’éliminer.
 
Pour l’ensemble des zones, il est important d’insister sur l’orientation optimale,
concernant l’ensoleillement, notamment pour favoriser l’éclairage naturel et
permettre une ventilation naturelle.

Eclairage naturel
Avantage : moins d’utilisation de lumière/d’ampoule.
Ventilation naturelle
Avantages : pas de climatisation ou très peu,
Dans les zones très chaudes  : préférer le ventilateur à la climatisation (cette
dernière assèche l’air et développe des allergies et symptômes concernant
l’asthme par exemple, mis à part les conséquences relatives aux rejets dans
l’air).

Zone littorale
Zone en bord de mer : problèmes majeurs : du sel marin (corrosif, …), chaleur,

24
Quels projets structurants pour l’avenir de chaque territoire énergie renouvelables
>> Propositions Atout le vent et le soleil. PV, éolienne (individuelle à développer pour baisser les
ENR : ENergies Renouvelables coûts).
Lorsque les autres points ont été vus, là on peut mettre en œuvre des ENR. Il Zone des hauts
n’est pas très utile d’installer des ENR pour la publicité politique ou donner des Photovoltaïque. Valorisation des déchets agricole produisant du méthane.
illusions d’un mieux être à la population.
 
Solaire
Toutes les zones confondues peuvent accueillir du PV. Conclusion :
Attention : photovoltaïque (PV) très énergivore à la construction et ne sait pas
comment ça se passe pour la destruction. Peut être intéressant de coupler
systématiquement : toiture PV et végétale. Mettre en avant l’information, la sensibilisation. Le
réunionnais doit réapprendre à vivre avec son environnement
Géothermie
et à le respecter. Le réunionnais doit devenir un éco citoyen
Vérifier la possibilité de promouvoir la géothermie de basse surface. Géothermie
profonde n’est pas assez intéressante, de plus défiguration de notre beau site responsable, ainsi il doit être conscient de la conséquence
naturel. de ces actes.

Biomasse Toujours faire attention sur ce qu’on met en œuvre, leur


Valorisation des déchets de nos Centres d’Enfouissement Technique  (CET)? conséquence et surtout les impacts environnemental et
Valorisation pour réaliser des engrais, de l’énergie ? sanitaire.
Valoriser le méthane pour qu’il ne soit pas rejeté directement dans l’air et qu’il
permette une valorisation énergétique par production d’électricité ? Réglementation Thermique (RT) Réunion ?
Encourager le compost individuel ? (pour avoir un référentiel règlementaire regroupant l’ensemble
  des préconisations suivant les zones) 
Faire de l’île une plateforme expérimentale qui accueillerait pour test tout ce
qui est phase de recherche ou encore expérimental.
  Que se passe t-il ?
Zone littorale
Atout de la mer. Valoriser ces potentiels et faire des essais : pour les marais, Toujours en cours de réalisation ?
différence de température d’eau, vagues, …
Zone mi-pente
- 25 -
r é ussir
Quels projets structurants pour l’avenir de chaque territoire LE POLE AéROPORTUAIRE DE PIERREFONDS
>> Contexte
Depuis sa création en 1998 l’aéroport de Pierrefonds a su se faire une place de En effet le développement et l’activité aéroportuaire conditionnent
choix dans le cœur des Réunionnaises et des Réunionnais et s’ouvrir sur la zone le développement touristique du Sud :
Océan indien. L’utilité de l’aéroport ne fait désormais plus aucun doute pour la Ouverture du Sud sur les marchés de la zone océan indien et européens
population du Sud : plus de 100 000 personnes ont transité par cet aéroport en via Maurice et Saint-Denis :
2006. Cependant, cet outil connaît une crise de croissance et de maturité : en Favoriser la fluidité de l’offre entre La Réunion et Maurice pour la mise
2006, le trafic a été pratiquement stable, alors que les années précédentes, il a en place de combinés aériens positionnant le Sud comme complément
augmenté de 19% par an. Cela ne peut pas durer car cette stagnation a plombé les de l’offre balnéaire de Maurice ;
recettes du Syndicat Mixte de Pierrefonds et entraîné des mouvements sociaux. Permettre de jouer la porte du Sud en développant Pierrefonds sur le
segment du transport de proximité ;
Plusieurs handicaps pénalisent le développement du pôle offrir un accès privilégié permettant d’éviter le désagrément des
aéroportuaire de Pierrefonds : embouteillages sur l’île et en offrant une vue imprenable de découverte
Manque de lisibilité de l’action publique, hormis le volet aéroport
de l’île : atout qualitatif indéniable et image positive. 
permettant de mettre en œuvre le pôle économique régional de
 
Pierrefonds ;
La planification des espaces économiques constitue un des enjeux de
Absence de consensus sur le projet économique à développer en lien et
autour de l’infrastructure aéroportuaire ; l’aménagement du territoire car l’économie et l’emploi jouent un rôle
Pénurie d’espaces économiques aménagés et disponibles : Planification majeur dans l’attractivité du territoire mais aussi dans le fonctionnement
et réalisations insuffisantes d’aménagements d’espaces économiques de la ville et dans l’équilibre des pôles urbains. Par ailleurs, le pôle
sur l’ensemble du Territoire du Grand Sud et notamment sur le pôle aéroportuaire présente un enjeu de développement majeur pour le Sud.
d’attractivité régional défini dans le SCOT allant des Sables (Etang-Salé)  
à ravine Blanche (Saint-Pierre) ; Cette problématique prend toute son importance et ce pour trois
Un développement touristique du Sud en deçà de ses possibilités, une véritable raisons :
absence d’image touristique du Sud, l’aéroport ne joue pas (ou si peu) le rôle de Le développement économique du Sud est un objectif prioritaire pour
porte d’entrée du Sud. répondre au défi du chômage et permettre un rééquilibrage entre les régions
de l’île, l’ouverture de la route des Tamarins, infrastructure majeure, va
>> L’enjeu profondément modifier le positionnement de la microrégion en élargissant
Il faut positionner clairement l’aéroport de Pierrefonds comme porte d’entrée sa zone de chalandise et en la rapprochant du Port et de St Denis. C’est en
à vocation régionale et internationale. De plus, le développement futur doit anticipant ce changement que son impact pourra être positif pour le Sud.
s’inscrire dans une recherche d’un faible coût de revient, pour un prix de Le territoire doit devenir attractif pour les entreprises implantées et faciliter
pose compétitif et Pierrefonds doit être la base logistique d’une compagnie l’accueil de nouvelles activités pour répondre aux enjeux de la croissance
aérienne qui doit y positionner des avions. L’augmentation du trafic permettra annoncée de la population active.
alors de trouver un équilibre financier.
26
Quels projets structurants pour l’avenir de chaque territoire LE POLE AéROPORTUAIRE DE PIERREFONDS
les différentes zones d’activités « de proximité » inscrites dans les pôles des
différents bassins de vie ;
Zones à vocations particulières (technopôle, agroalimentaire, environnement –
énergie….).

Développement et aménagement de la zone aéroportuaire et


économique de Pierrefonds

Allongement de la piste pour permettre l’organisation de vols longs courriers


sans escale (au départ) pour la mise en place d’une destination touristique
complémentaire de Maurice d’une part et de séjours dans le Sud ;
Construction de l’image touristique du Sud autour de l’aéroport porte d’entrée ;
Développement de l’activité logistique avec l’implantation du « pôle
logistisud » ;
Développement d’activités connexes liées à l’activité aéroportuaire au sein de
la zone.
>> Objectifs
Les orientations stratégiques
 
Lancer une étude sur le positionnement de l’aéroport ;
Mettre en place le triangle Europe-Réunion-Maurice-Europe permettant au
Sud d’accueillir, dans une configuration proche de l’actuelle, des gros porteurs
qui peuvent repartir avec une charge minimale de carburant ;
Se positionner comme l’aéroport « low-cost » de la Réunion, ce qui contribuera
à la baisse du prix du billet d’avion.
 
Structuration et maillage des espaces économiques au niveau
régional
 
Pôle économique structurant de PIERREFONDS / BEL AIR regroupant
des équipements stratégiques pour le développement économique de la
microrégion Sud au sein du contexte régional ;
Pôle économique structurant de PIERREFONDS en complémentarité avec

- 27 -
r é ussir
Quels projets structurants pour l’avenir de chaque territoire LES QUAIS DE DéBARQUEMENT
>> Contexte majeur de la ZFU
La réalisation d’un quai de déchargement à Saint-Louis, port d’éclatement pour La création de nouvelles activités liées à l’export et aux services.
le Sud, et d’un quai de déchargement à Saint-André se justifie notamment pour le Alimenter l’aéroport, coupé du port Réunion par la route du littoral.
transport de certaines marchandises depuis le Nord ou l’Ouest comme le charbon
avec un besoin de 600 000 tonnes nécessaires aux centrales thermiques. Plusieurs >> Objectifs
autres produits seraient également concernés (ex : le sucre). Des activités directes En plus de l’aménagement du territoire et du rééquilibrage territorial
et industrielles seraient également engendrées telles que le fret, le stockage de régional, ce projet aurait de multiples dimensions :
matières premières, les douanes, la police... une dimension politique en faveur de l’amélioration du cadre de vie ;
  une dimension de sécurité des approvisionnements de la Réunion en
Il est également à indiquer que, eu égard à l’augmentation annuelle moyenne du offrant une deuxième et troisième porte d’entrée et de sortie ;
trafic d’environ 4% (3,5 millions de tonnes de marchandises ont été débarquées en 2003), une dimension de développement durable avec une participation active à la
le port de la rivière des galets sera, malgré les aménagements prévus, à saturation réduction des gaz à effet de serre et des autres polluants atmosphériques ;
à l’horizon 2015. une dimension d’économie d’énergie (réduction d’environ 1,7 M de litres de
  carburant / an).
Par ailleurs, d’autres points de liaison économique et maritime pourront également
contribuer à améliorer la compétitivité globale de la Réunion face aux pays de la Il permettra :
zone : des outils complémentaires et non concurrents à Port Réunion. • De positionner les futurs quais de débarquement en complémentarité
de Port Réunion dans le cadre d’un trafic de cabotage intra-insulaire,
>> L’enjeu constituant une alternative au trafic routier  
Au Sud : • D’impliquer les acteurs économiques et institutionnels sous forme de
L’existence d’une infrastructure portuaire présenterait un intérêt partenariat public-privé, une implication conséquente de la collectivité
économique important : étant nécessaire d’un point de vue strictement économique et financier ;
La consolidation des activités existantes dans les zones proches (aéroport de • De limiter les impacts environnementaux du transport de marchandises
Pierrefonds). avec la mise en place d’un transport maritime, qui, même s’il est
La création de nouvelles activités liées à l’export et aux services. nettement plus compétitif que la route, a une compétitivité strictement
Il est donc nécessaire d’inscrire le Sud comme point de desserte maritime économique difficile à atteindre compte tenu de la nécessité de réaliser
dans les orientations du PLU, du SCOT, du Schéma d’Aménagement Régional des investissements pour construire les infrastructures portuaires de
et de la mise en valeur de la mer ainsi que du schéma directeur portuaire et de cabotage ;
prévoir les crédits nécessaires.  
La réalisation des quais de débarquement de Saint-Louis et Saint-André doit
A l’Est : être analysée sous l’angle de la compétitivité environnementale et sociale
L’existence d’une infrastructure portuaire présenterait un intérêt pour l’île de la Réunion du fait de sa forte contribution à l’amélioration des
économique important : impacts environnementaux et sociaux dans le cadre de son développement
La consolidation des activités existantes dans les zones proches, et axe économique et de l’approvisionnement de son tissu économique.
Coûts : d’un quai de déchargement (26 ME).
28
Quels projets structurants pour l’avenir de chaque territoire FONCIER ÉCONOMIQUE
>> L’enjeu
En délocalisant les activités en ZA, on libère de l’espace commercial et du
parking en centre ville. Une forte demande d’expansion de l’entreprise.
Une proportion importante des artisans n’ont pas de locaux professionnels et
domicilient par défaut le siège de leur entreprise chez eux. Un regroupement
d’activité pour une meilleure mutualisation des moyens, alors qu’aujourd’hui
une majorité des artisans sont dispersés sur l’ensemble du territoire.
60% des professionnels souhaitent l’achat et 90% souhaitent une
délocalisation en ZA.

>> Objectifs
• Création de pôle économique micro-régional.
• Développement de zones d’activités de proximité.
• Cibler la vocation des zones d’activités (ZA, pôle de compétitivité…).
• Favoriser l’implantation d’immeuble tertiaire en ZAE.
• Densifier les zones d’activités.
• Développer les ateliers locatifs.
• Mutualisation des espaces.
• Favoriser des espaces de stockage.
>> Contexte • Rationaliser l’occupation de l’espace.
La quasi-totalité des parcelles au sein des ZA existantes sont aujourd’hui • La collectivité doit garder la maitrise foncière, l’entreprise n’a pas vocation
commercialisées. Sur l’ensemble de l’ile, on connait une réelle pénurie de foncier à être une agence immobilière.
économique aménagé et immédiatement disponible. Avec une économie en • Création de pépinières d’entreprises et d’incubateurs.
croissance qui génère des besoins en espaces, cette situation constitue un frein
au développement économique.
Il existe dès aujourd’hui une demande significative de foncier économique et de
locaux de la part des entreprises, et une bonne partie d’entre elles sont localisées
dans le tissu urbain et souhaitent s’implanter en zones d’activités.
Les locaux demandés se répartissent entre les ateliers (37%) et espaces de
stockage (55%), les surfaces de bureaux sont très peu demandées, et c’est le
secteur production qui arrive au premier rang par les surfaces de locaux et de
foncier demandés.

- 29 -
r é ussir
Quels projets structurants pour l’avenir de chaque territoire LE TOURISME

>> Contexte
Le tourisme est un secteur exsangue qui ne progresse plus depuis plusieurs
années. Les touristes affinitaires sont devenus plus nombreux que les touristes
d’agrément. La crise du chikungunya est venue aggraver une situation déjà fragile.
Elle a fait disparaître un grand nombre d’entreprises et a montré les faiblesses de
la stratégie de mono marché axée sur la France métropolitaine que l’on a toujours
suivie

>> L’enjeu
Il s’agit de lancer ou relancer le secteur. Cela sous-entend qu’il faille donner de
la visibilité et des perspectives de développement à l’ensemble des acteurs.
En diversifiant nos sources, nous serons moins tributaires des fluctuations du
tourisme français. La contrainte du temps est primordiale. Les décisions et
les actions doivent se faire très rapidement pour apporter le chiffre d’affaires
nécessaire à la survie de nos entreprises

>> Objectifs
Diversifier nos marchés en s’appuyant sur les exemples de
réussite :
• Créer des combinés Réunion – Maurice au départ de l’Europe (Angleterre et
Allemagne). Ce produit serait commercialisé en commun sur les salons et
auprès des tour-opérateurs.
• Commercialiser la Réunion en Afrique du Sud, Australie, voire vers les
pays asiatiques.
• Créer une véritable structure de promotion et de coordination d’impulsion
des acteurs du tourisme professionnalisme et compétances reconnues.
• Valoriser les activités de pleine nature et l’éco-tourisme.

30
Quels projets structurants pour l’avenir de chaque territoire ASSAINISSEMENT DES EAUX USÉES

>> Contexte
En 1999, le volume total facturé des eaux usées du département s’élève à 26,6
millions de m3 dont 24,9 millions de m3 pour les eaux usées domestiques. Le
volume journalier moyen des eaux usées par abonné s’est élevé à 809 litres pour
les abonnés domestiques.

>> L’enjeu
L’assainissement et le traitement des eaux usées doit être une obligation
d’hygiène et de santé publique. Cela doit également contribuer au respect de
l’environnement par la préservation de la qualité de l’eau et du milieu marin.
40 % de la population est raccordée. Le retard d’équipement et
d’investissement dans le domaine de l’assainissement est de l’ordre de 650
M€ pour l’assainissement collectif et de 485 M€ pour le non collectif.

>> Objectifs
• Application des directives européennes.
• Respect de la Nature / de l’Environnement.
• Protection de la nappe phréatique.
• Non pollution du milieu marin et préservation de sa biodiversité.
• Réutilisation / recyclage des eaux usées après traitement pour l’arrosage
public et l’irrigation.

>> Proposition
La condition sine qua non pour préserver la Réunion à 1 million
d’habitants est la construction de 200 000 logements supplémentaires.

- 31 -
r é ussir
Quels projets structurants pour l’avenir de chaque territoire GESTION DES DECHETS

>> L’enjeu
Une véritable politique de gestion des déchets à la Réunion.
Mise en place d’un plan stratégique mobilisateur pour changer collectivement
les comportements.
La croissance de la population et le développement des activités entraînent une
augmentation de la production des déchets (ménagers, industriels, agricoles…).
Il est attendu une progression de 601 à 620 kg / hab / an jusqu’en 2010.

>> Contexte
En dépit de la prise de conscience de la nécessité de mettre en place une véritable
politique de gestion des déchets, par la France et les Institutions Européennes
surtout depuis 2006, le volume des déchets ne cesse d’augmenter tandis que
la progression du recyclage et de la valorisation est réelle mais encore très >> Objectifs
insuffisante. Nécessité de poursuivre et d’amplifier les efforts de
Les politiques de prévention ne donnent pas pleinement satisfaction et à la responsabilisation des différents acteurs.
Réunion, tant les professionnels que les consommateurs ne sont pas ou peu Sur la prévention des déchets, mise en évidence de la coresponsabilité des
sensibilisés et pas ou peu responsabilisés. différents acteurs  : les producteurs, les consommateurs, les collectivités
L’insularité décuple les problèmes liés à la gestion et au traitement des déchets locales.
La production totale de déchets ménagers moyenne annuelle à la Réunion
s’élevait à 520 kg par habitant (368 kg d’ordures ménagères + 152 kg d’encombrants et Producteurs :
de déchets verts), contre 514 kg par habitant en France métropolitaine.
obligation d’allègement des emballages, incitation au recyclage au
compactage, prise en charge opérationnelle des produits en fin de vie.
En 2005, 444 000 tonnes de déchets ménagers ont été collectées et traitées sur
Création de filières pour la prise en charge des produits manufacturés et
l’ensemble de l’île.
donc d’emplois. Réemployer des équipements reconditionnés (électroménager,
32
meubles, jouets….). Démanteler des produits manufacturés et leurs composants.
Dispositifs existent mais il faut des dispositifs spécifiques à la Réunion.
Instaurer un meilleur équilibre entre les contributions directes et les REP
(responsabilité élargie des producteurs) doit être recherché. Actuellement le
financement de la gestion des déchets est assuré majoritairement par les
contribuables, via la taxe d’enlèvement des ordures ménagères.

Consommateurs :
tri sélectif renforcé, recyclage quasi-obligatoire de la matière organique donc
développement du compostage domestique et du compostage de quartier
pour les logements collectifs pour que des milliers de tonnes de matière
organique retournent au sol, plutôt qu’en décharge.
Passer de la communication à l’information. Des Agences telles que l’ADEME
doivent être renforcées, création d’emplois de locaux. Etiquetage obligatoire
pour les produits non recyclables.

Collectivités locales :
consommatrices et organisatrices du service public. Avoir une attitude
exemplaire et inciter le personnel communal à trier.
Collectes sélectives à augmenter et optimiser, création d’emplois.
Création d’un pôle de valorisation biologique et de valorisation énergétique
des déchets.

>> Proposition ou Outil


• Grenelle de l’environnement des DOM.
• Mettre en place une entité administrative, maître d’ouvrage des
études, des réalisations de projets et de l’exploitation des unités de
traitement.
• Poursuivre une politique ambitieuse de collectes sélectives visant à
la valorisation particulière.
• Créer une unité de valorisation énergétique.
- 33 -
r é ussir
Quels projets structurants pour l’avenir de chaque territoire EAU

>> Contexte
En 1999, la production d’eau potable s’élève à 124 millions de m3 pour environ
241 milliers d’abonnés. L’eau potable sert à la fois à la consommation humaine,
à l’industrie, l’irrigation et l’arrosage. La consommation moyenne par abonné
s’élève à 893 litres (soit un volume consommé de 82 m3 par trimestre) et 748 litres pour
les abonnés domestiques.
Le rendement moyen de l’ensemble des réseaux du département s’élève
à 63,3 %.

>> L’enjeu
Île tropicale, la Réunion est très arrosée. Les ressources sont importantes,
globalement suffisantes pour couvrir les besoins, mais, du fait du relief
accidenté, ces ressources sont mal réparties.
Si rien n’est fait, les situations de manque d’eau se généraliseront dans
certains secteurs à l’horizon 2015.

>> Objectifs
• Protéger la ressource.
• Diversifier les moyens d’exploitation.
• Améliorer le rendement à 75 % (15 % d’augmentation du rendement permettrait
d’économiser 25 Millions de m3 d’eau par an).
• Tempérer l’augmentation du prix de l’eau compte tenu que 60 % de la
population a un revenu extrêmement modeste.
• Favoriser la performance et l’efficience dans la gestion de l’eau par
l’interconnexion des réseaux.
34
Quels projets structurants pour l’avenir de chaque territoire TERRE
>> Contexte
2500 km2 de superficie, 1000 km2 viable, l’indispensable équilibre entre le
développement de la Réunion, la préservation de son patrimoine naturel et de
la qualité de vie, permettent de jauger l’urgence d’appliquer des mesures de
protection des biens et des personnes.

>> L’enjeu
Les pluies sont régulièrement intenses, les zones littorales urbanisées sont
exposées aux phénomènes d’inondation en raison du relief. Les eaux de pluie
entraînent beaucoup de pollution qui se déverse dans les rivières, les eaux
côtières et les dégradent. D’autre part, la pression démographique exercée
sur le littoral doit être levée dans la perspective d’un développement durable
cohérent avec un projet de société pour La Réunion.

>> Objectifs
• Procéder à l’endiguement des rivières.
• Faire émerger la construction des villes des hauts.
• Veiller à l’aboutissement des procédures d’adoption des PPRI.
• Améliorer la collecte et le traitement des eaux pluviales.

- 35 -
r é ussir
Quels projets structurants pour l’avenir de chaque territoire LE CHR, FUTUR CHU
>> Contexte
Avec ses 1 300 lits et plus de 300 médecins, le GHSR est l’un des plus grands
groupes hospitaliers de l’Outre-mer.
 
C’est aussi un établissement de pointe avec sa banque d’organes et sa
neurochirurgie, entre autres.
 
Le développement de la Réunion passe également par une politique moderne en
matière de santé publique et par conséquent par la modernisation du GHSR et
du CHD. Avec près de 800 000 habitants, la Réunion ne disposait pas de Centre
Hospitalier Régional. C’est aujourd’hui chose faite.
 
Mais ce n’est pas la seule. Une autre étape, décisive, celle-là, doit nous permettre
d’ouvrir un Centre Hospitalier Universitaire de l’Océan Indien.

>> L’enjeu
Il s’agit d’une étape essentielle de l’amélioration du système de soins et de
santé au profit de l’ensemble des Réunionnaises et des Réunionnais et de la
zone Océan Indien.

>> Objectifs
La création d’un CHU permettra à la Réunion de former ses propres médecins
et sur cette question, l’ambition de la Réunion doit être de créer une véritable
faculté européenne de médecine dans l’Océan Indien. Cette faculté de
médecine sera orientée vers les maladies émergentes tropicales, à l’image
du chikungunya, et s’appuiera sur le centre de recherche des maladies
émergentes.

36
Quels projets structurants pour l’avenir de chaque territoire LA RN3 : Cordon ombilical entre le sud et l’est
>> Contexte
La Route Nationale 3 est le lien économique entre le Sud et l’Est, et par ailleurs >> Objectifs
elle assure la seule liaison permanente entre Saint-Pierre, Saint-Benoît et Saint- Face à la saturation progressive de cet axe majeur de l’île, il est
Denis. primordial de mettre en œuvre le projet de modernisation de la
  RN3 qui porte sur :
Les trafics comptabilisés en 2003 par la DDE s’échelonnent de 45 300 véhicules/ • La création de déviation ou d’axe parallèle sur les tronçons dont l’indice
jour sur le tronçon Saint-Pierre – Le Tampon à 5 600 véhicules/jour au niveau du de saturation est très élevé avec principalement :
Col de Bellevue. La RN3 a connu une croissance très importante de son trafic
• le contournement Est du Tampon.
avec des taux de croissance de son TMJA (Trafic Moyen Journalier Annuel) parmi les
• la liaison Université/ZI4.
plus élevés du Département sur la période 2001/2003 :
• la liaison directe RN3/RN2 à Saint-Benoît.
• L’amélioration des caractéristiques de la voie sur les tronçons de
plus de 30% de croissance entre 2001 et 2002 sur les tronçons Cambourg- Petite
montagne par la création d’un nouvel itinéraire fiabilisant la sécurité des
Plaine et 17ème km-RD3 ;
De 10 à 20% de croissance entre 2001 et 2002 sur les tronçons Petite Plaine usagers et les temps de trajets.
–17ème km. • La création d’une déviation à la Plaine des Palmistes pour permettre une
Une croissance entre 3 et 10% sur l’ensemble de l’itinéraire entre 2002 et 2003.  véritable reconquête du cadre de vie et de la qualité du centre ville.
Cependant le gabarit et l’aménagement de cette infrastructure ne sont pas
adaptés au trafic actuel et l’indice de saturation du réseau routier de la RN3 était
compris entre 35 à 53 % (donc dans la même classe d’amplitude que la Route du Littoral
et la RN1 entre Saint-Leu et l’Etang-Salé). Sur la déviation de Saint-Benoît cet indice
est compris entre 18 et 35%.

>> L’enjeu
La croissance démographique et l’augmentation du taux de motorisation des
ménages entraînent une augmentation régulière du parc automobile (+6,2 %
par an).
 
Le développement économique du Grand Sud et de l’Est passe entre autres
par l’amélioration de la qualité et de la fiabilité des liaisons quotidiennes
directes par la RN3, la RN2 présentant des risques récurrents de fermeture
dus aux coulées volcaniques. La RN3 doit également être un itinéraire de
liaison entre Saint-Pierre et Saint-Denis fiable et concurrentiel en temps de
trajet à la RN1.
- 37 -
r é ussir
Quels projets structurants pour l’avenir de chaque territoire LA RN5, Route de Cilaos
>> L’enjeu
400 000 tourismes passent chaque année sur la RN 5, station thermale, accès
au piton des neiges.

>> Objectifs
• Sécuriser la Route nationale 5.
• Développer la vallée de la pierre et du bois.
• Station thermale.

>> Contexte
La Route Nationale 5 est le lien vital et économique qui relie CILAOS au reste de
l’île, elle assure la seule liaison vers CILAOS.
 
Les trafics comptabilisés en 2003 par la DDE s’échelonnent de 14.723 Véhicules/
jour sur le tronçon urbain dans Saint-Louis à 1.620 Véhicules/jour après le Petit
Serré.

La RN5 a connu une croissance :


Négative (diminution de trafic) sur le tronçon entre Petit Serré et Cilaos trois années
de suite (de 2001à 2004).
Une croissance importante entre 2002 et 2003 sur le tronçon situé entre la rue du
Ouaki et le Petit Serré (+ 30% de croissance), les autres années la croissance a été faible
(entre 0 et 3%).

38
Quels projets structurants pour l’avenir de chaque territoire AUTOMOBILE

>> L’enjeu
Les enjeux liés à l’automobile sont contradictoires dans la mesure où, jusqu’à
maintenant, une politique du tout-automobile a été privilégiée, parfois au
détriment de l’environnement et de l’aménagement du territoire. Le secteur
automobile représente un chiffre d’affaires conséquent, et les emplois qu’il
génère ne peuvent être ignorés. De plus, le développement économique
et social de l’île, notamment des Hauts, ne pourra se faire que dans des
possibilités optimales de mobilité.

>> Objectifs
Partant de ces constats, et ayant déterminé les enjeux de l’automobile à la
Réunion, quelles peuvent en être les perspectives ? Si plusieurs scénarios
sont envisageables, certains paraissent plus crédibles que d’autres au vu des
évolutions du secteur. Ainsi, compte tenu de l’évolution des politiques locales
favorisant de plus en plus les transports publics et les véhicules rejetant
>> Contexte moins de C0², il faudra certainement que les transports publics et véhicules
Le parc automobile de la Réunion s’est fortement accru en quelques dizaines particuliers soient en concordance avec le devenir du tourisme vert donc
d’années. Comptant 92 900 voitures en 1985, il atteint 196 800 unités au début de 100% propre. Compte tenu de la saturation déjà visible du réseau routier,
l’année 1996. Entre ces deux dates, le parc est donc multiplié par deux. Malgré l’évolution du parc devrait considérablement ralentir .
cette croissance très forte, les Réunionnais demeurent faiblement motorisés
comparativement aux ménages métropolitains : 58 % des ménages possèdent
au moins une voiture en 1994 contre 78 % en moyenne nationale. Un revenu
moyen plus faible localement semble expliquer cet écart. Par contre, ce sont des
critères démographiques, économiques et sociaux qui expliquent majoritairement
l’évolution du parc automobile : la forte croissance de la population, l’évolution >> Proposition
favorable des revenus des ménages, notamment en raison des transferts sociaux, • Plan d’urgence favorisant le renouvellement du parc automobille
les besoins accrus de déplacements en partie liés à l’évolution du travail féminin. vers l’utilisation des véhicules propres (Voiture électrique, Hybride…).

Ces constats, basés à l’origine sur une observation empirique de la société


réunionnaise, feront l’objet d’un essai de validation dans cette étude par une
analyse économétrique visant à expliquer la part de chacun des facteurs évoqués
dans l’évolution du parc automobile.
- 39 -
V aloriser

40
Quelles relations faut-il développer avec  INSERTION DES DOM DANS LEUR ENVIRONNEMENT
les voisins de chaque territoire d’Outre Mer

>> Objectif
1er cercle : Donner aux régions des DOM les moyens financiers réels d’une
coopération avec les pays les moins avancés de la zone, en
liaison avec le nouveau département de Mayotte.
 
2ème cercle : Parvenir à une maîtrise de l’ouverture des frontières dans les
APE grâce à la création de « Zones de Complémentarité
Economiques ». Cette proposition concerne surtout les
relations avec Maurice.
 
>> Contexte 3ème cercle : Mettre en place avec les pays du troisième cercle des
L’environnement régional de la Réunion est constitué de coopérations sur les sujets communs : exemple, envoi
3 cercles : d’étudiants en Australie et coopération dans les NTIC avec
l’Inde. Cette coopération pourrait être réalisée sous la forme
• 1er cercle : Les pays proches mais pauvres  : Madagascar, Comores, d’une « Université de l’Océan Indien ».
Seychelles.
• 2ème cercle : Un pays proche mais en plein essor économique : Maurice.
• 3ème cercle : Les pays lointains et en plein développement économique  :
Inde, Chine, Australie, Afrique du Sud.
 
Etant une RUP, la Réunion a essentiellement développé des relations avec
l’Europe et peine à trouver sa place économique dans la région. Sa place dans les
ensembles régionaux existants (SADC, COMESA,…) a été plus que modeste.

>> L’enjeu
Avec l’entrée des pays de l’Est dans l’Union Européenne depuis 2004,
les Fonds européens finiront par être fortement réduits. D’autre part les
négociations internationales visant à libéraliser le commerce risquent de
porter un coup fatal à nos exportations. L’intégration économique dans la
zone est donc une nécessité vitale pour la Réunion.
- 41 -
V aloriser
Quelles relations faut-il développer avec les voisins de chaque territoire d’Outre Mer Z.C.E.
>> Contexte
Les DOM sont considérés comme des terres « européennes » par les pays ACP,
c’est-à-dire des zones de haute productivité. Les pays ACP se méfient donc des
importations des DOM. Or, dans la réalité, les produits exportés par les DOM sont
les mêmes que ceux fabriqués dans les pays ACP (sucre, fruits, etc…) mais avec un
coût du travail beaucoup plus cher.

>> L’enjeu
Depuis 2000, est prévue dans les accords de Cotonou une libéralisation
asymétrique du commerce entre les pays ACP et l’Union Européenne, et ce à
partir du 1er janvier 2008.
L’ouverture est asymétrique en ce sens que les produits des pays ACP
entrent sans droits de douane dans l’U.E. tandis qu’un régime dérogatoire
allant jusqu’à 25 ans pour certains produits est autorisé concernant l’entrée
des produits européens dans les pays ACP.
Autre changement : les négociations se font désormais dans le cadre
d’accords de partenariats économiques régionaux (APE) dont le premier a été
signé le 16 décembre 2007 et concerne les Etats Caraïbes.
Compte tenu des particularités des R.U.P. certains mécanismes de sauvegarde
ont été octroyés.
 
L’enjeu est donc d’éviter que la  négociation sur les APE
n’avance plus vite que la notion de ZCE qui reste à inventer.

>> Objectifs
• Concilier une loyauté des échanges et une pratique raisonnable du libre-
échange.
• Mettre en place des « Zones de Complémentarités Economiques », c’est-
à-dire des zones entre DOM et pays ACP où il existe un libre-échange
« gagnant-gagnant » pour les produits où il existe une complémentarité.
Pour tout autre type de produit, une clause de sauvegarde doit jouer.
• Création d’un certificat de type EUR1-RUP afin de garantir qu’un produit
soit bien fabriqué dans les DOM afin d’être exporté vers les ACP.
42
Quel travail faut-il accomplir pour réconcilier L’IDENTITé LOCALE, LA CULTURE ET LA MéMOIRE
la mémoire, la culture, l’identité

>> Contexte >> Objectif


La Réunion connaît une diversité et une richesse multiculturelle qui se posent en • Inscrire le volet culturel dans le schéma de développement de la Réunion
opportunité pour le développement de l’île. en tant que vecteur d’enrichissement.
Durant les deux dernières décennies, la Réunion a connu un développement • La consolidation de l’identité créole pour l’ensemble des réunionnais
considérable en divers aspects. dans un travail de mémoire sur l’héritage historique, la mise en valeur
Aspect éducatif et identitaire par la valorisation des différents modes d’expression du patrimoine culturel (origine, peuplement, ...) et le partage des valeurs
de la culture réunionnaise et de ses composantes originelles et diffusion à de la société pour construire une citoyenneté réunionnaise exemple
l’ensemble des réunionnais, d’universalité.
Valorisation de l’image de la Réunion en métropole et dans le monde par la  • Dans le domaine éducatif (école, famille, collectivités, associations) : lutte contre
musique, le théâtre, le sport ... l’illettrisme et l’exclusion, programme d’éducation tout au long de la vie,
Emergence de nouvelles filières économiques liées à la production artistique et apprentissage de langues étrangères dès le plus jeune âge.
culturelle notamment. • Dans le rapport à l’environnement et à la qualité énergétique œuvrer pour
la maîtrise et la gestion des énergies et des ressources ainsi que pour la
>> L’enjeu préservation du patrimoine environnemental.
d’un développement culturel partagé et solidaire • Dans la relation avec son histoire, par la promotion de la solidarité
• Retisser les liens de la société réunionnaise en plaçant l’homme intergénérationnelle, tisser les liens qui unissent les individus de la société
réunionnais au cœur du développement. réunionnaise en favorisant la transmission des savoirs.
• Affirmation de l’identité réunionnaise.
• Mobilisation de tous les acteurs du monde culturel dans la construction Cela, dans l’appropriation de la mobilité, pour un meilleur
du projet de société. épanouissement de l’Homme réunionnais sans rupture avec
• Popularisation de la culture à travers la pratique d’activités, le l’identité culturelle.
développement d’outils, la réalisation de structures et d’équipements de
proximité.
>> Propositions
• Mise en valeur du patrimoine naturel et culturel de la Réunion.
• Recherche d’authenticité et de qualité.
Favoriser l’ouverture culturelle :
• Ouverture sur le monde et sur l’Europe en favorisant les échanges
• Facilitation de la diffusion des productions locales.
culturels et l’apprentissage de l’anglais principalement mais aussi
• Multiplication des échanges avec les pays de la ZOI.
des langues rares dès le plus jeune âge.
• Intégration des TIC comme vecteur primordial du développement
• Permettre à tous d’accéder à la culture afin de promouvoir les talents
culturel.
et les potentiels artistiques de chacun.
- 43 -
V aloriser
Quelles relations faut-il développer DIFFUSON D’INFORMATIONS VALORISANTES SUR LES DOM
avec les voisins de chaque territoire d’Outre Mer

>> Contexte
Les français de métropole ont une perception incomplète voire erronée des
départements d’outre-mer et plus particulièrement de la Réunion qu’ils ont parfois
même du mal à situer géographiquement.
Il existe une crise de confiance des français de métropole envers le potentiel que
peuvent représenter les DOM-TOM.
L’Europe en revanche a une vision plus ambitieuse et dynamique des OM et les
perçoit comme des « Régions opportunités ».
Les OM, c’est la France au cœur du Monde, c’est l’Europe au cœur du Monde.

>> L’enjeu
Redonner confiance aux Français de métropole en les informant sur le
potentiel des OM.

>> Objectifs
• Améliorer l’information, la communication, rétablir la vérité.
• Diffuser une information de qualité pour valoriser la perception des OM
que peuvent avoir les Français de métropole.

Chaque chaine de télévision publique ou privée devrait s’engager à diffuser


chaque jour un court reportage avant ou après le Journal Télévisé du soir ou
pendant le journal télévisé, sur un OM différent chaque soir.
Ces mini reportages diffusés à une heure de grande écoute pourraient porter
sur des thèmes économiques, culturels, de société avec une approche
valorisante.

Le week-end pourrait être consacré toujours sur le même principe aux autres >> Proposition ou outil
OM et Régions ultra périphériques dépendant de l’Europe. Intervention auprès des chaînes de télévisons et de radio publiques et
Comparons nos expériences porteuses de diversité et de richesses. privées. Intervention auprès du CSA. Intervention auprès du Ministre de
Les radios pourraient également choisir de s’impliquer. la Culture et de l’audiovisuel. Signature d’une charte.

44
Quelles relations faut-il développer avec TRANSPORT AéRIEN ET CONTINUITé
les voisins de chaque territoire d’Outre Mer TERRITORIALE VOLONTAIRE
Le coût du transport aérien est un handicap pour l’île de la Réunion et son L’objectif est d’organiser les transports entre la Réunion et la métropole par
développement économique, alors que le transport aérien pourrait être un l’application d’une logique de régulation publique afin d’assurer un service
facteur de désenclavement. La responsabilité des compagnies aériennes dans public qui permettrait de prendre en considération la migration dans les 2 sens,
la fixation des prix des billets d‘avion est certaine. La commission transport de inéluctable en période de vacances scolaires pour des raisons sociologiques
l’Observatoire des prix parle même d’opacité des prix du billet d’avion. Le marché et familiales évidentes.
de la desserte de la Réunion n’est pas en situation concurrentielle et correspond à Augmentation conséquente de l’enveloppe de continuité territoriale versée
un oligopole. Les 03 compagnies régulent le marché comme dans le cadre d’une par l’Etat.
entente illicite et développent une stratégie commerciale très éloignée de la prise Création d’un Office Réunionnais du Transport, placé dans un premier
en considération des besoins de la population réunionnaise, de la population temps, sous l’autorité de l’Etat qui définirait les modalités d’organisation des
métropolitaine et européenne. Les offres sont insuffisantes en période haute ou transports aériens entre la Réunion et la métropole.
rouge. En outre les compagnies font l’aveu que la desserte est d’excellente qualité Les obligations de service public (OSP) fixées par l’Etat, réglementeraient
et que l’arrivée de nouvelles compagnies déstabiliserait leur marché. l’organisation du transport aérien autour de 6 points  comme en Corse :
Les prix du billet d’avion pourraient baisser tout en préservant le seuil de rentabilité continuité, régularité, fréquence, qualité, prix, capacité.
qui est atteint lorsque le taux de remplissage est de 60 à 70 %. Pour les 03 La continuité territoriale aérienne entraînera la signature de conventions
compagnies réunies, le taux de remplissage moyen dépasse les 80 %. comme des contrats de délégation de service public et des conventions
Les nouvelles dispositions signées entre d’une part 2 compagnies Air France, d’aide sociale.
Corsair et d’autre part l’Etat démontrent une volonté politique d’améliorer la Intervenir auprès de la société d’économie mixte dénommée SEMATRA qui
mobilité des Réunionnais les plus défavorisés. détient majoritairement la capital d’AIR AUSTRAL afin qu’elle garantisse la
Cependant ces mesures restent insuffisantes et doivent être prise en compte de l’intérêt général. Hypothèse les compagnies low cost.
complétées. Obtenir la transparence dans la méthode de fixation des prix et taxes comme
la taxe aéroport prélevée notamment par la CCI ou la taxe carburant.
L’Etat a le devoir d’instaurer une vraie continuité territoriale entre la Réunion et la Obtenir la transparence des appels d’offre des institutions, services
métropole, à l’instar de la continuité existante entre la Corse et le Continent. déconcentrés de l’Etat.
La situation actuelle : l’enveloppe gérée jusqu’alors par le Conseil Régional et à
présent gérée par l’Etat est ridiculement faible en disproportion avec le nombre Saisir l’Autorité de la Concurrence.
de Réunionnais. Le système actuel exclut une grande partie de la population et • Mise en place d’une délégation de service public et/ou contrôle strict
contribue à maintenir des prix des billets élevés. et permanent de l’Etat auprès de la SEMATRA qui ne conjugue plus
performance économique et solidarité alors que le recours à la SEM doit
Mettre en place un dispositif capable de répondre aux besoins de la continuité garantir la prise en compte effective de l’intérêt général.
territoriale et qui permettra d‘atténuer les contraintes liées à l’insularité. • Procédure d’appel d’offres européenne pour une délégation de service
Nécessité d’inscrire la Réunion dans les courants de croissance des nouveaux public.
marchés et d’amplifier la politique de transport aérien ouverte sur l’étranger, • Billets Négociés. Système d’aide à caractère social.
créatrice de richesses économique et d’activité touristique.

- 45 -
V aloriser
Comment limiter les importations et augmenter la production locale LA RURALITÉ
>> Contexte >> L’enjeu
Nous devons avoir une logique d’aménagement équilibré de notre territoire, tenant L’enjeu consiste à trouver un équilibre entre l’urbain et le rural, les moyens
compte de la ruralité, dans un souci d’équilibre entre l’Urbain et le Rural. Les de concilier les réponses à des besoins aussi indispensables que sont :
structures de certaines exploitations agricoles ou entreprises de transformation l’habitat et les équipements nécessaires à une population qui augmente
et de commercialisation situées à la Réunion sont soumises à des difficultés rapidement, le maintien et le développement d’une activité agricole forte et la
spécifiques. préservation des espaces naturels de très grande qualité, vecteur indéniable
de développement durable.
Tenant compte de contraintes physiques et naturelles majeures
La pression démographique 800 000 habitants, sur un espace utile très réduit Il est essentiel de redéfinir un autre monde le « Rurbain », des espaces
de 1000 Km2 contraint par un relief difficile est l’une des contraintes majeures. densifiés, répondant à tous les besoins d’une population urbaine dans un
L’aménagement du territoire, la maîtrise des déplacements et la gestion rationnelle monde rural. Un nouvel aménagement du territoire pour une bonne politique
des ressources naturelles, leur préservation contre les nuisances, constituent foncière sans dénaturer l’identité rurale.
des enjeux transversaux du développement durable. Le projet de cœur du Parc
National couvre 40% de la superficie de la Réunion.
Les aléas naturels dont l’intensité et la fréquence génèrent des surcoûts importants
dans la conception et la réalisation des investissements publics et privés.

Le monde rural se situe entre :


Un anneau urbain littoral de 30 km de rayon et 5 km de section ; cet anneau à
lui tout seul recevra sur les 20 ans qui viennent le vingtième de l’accroissement
de la population de la France
Un cœur forestier de 1 000 km2 ; ce cœur constitue un des cinq points chauds
de la biodiversité de la France.
La ruralité est à la fois menacée dans son identité et reste pourtant
indispensable à l’identité de notre ile.
Une croissance démographique encore soutenue + 18,2 % à la Réunion

Une surface agricole restreinte soumise à une forte pression foncière


• Part de la SAU par rapport à la surface totale 20%.
• Part de la Surface forestière 35%.
• Superficie totale (ha) 252 000.

46
Comment limiter les importations et augmenter la production locale LA RURALITÉ
>> Objectifs
L’amélioration de l’auto approvisionnement de la population et de l’économie
locale par l’augmentation de la production ; soutenir l’irrigation.
La consolidation et la pérennisation du développement des filières pivots,
structurantes pour l’agriculture et l’énergie en soutenant fortement la replantation
de la nouvelle variété de canne.
La création locale de valeur ajoutée sur les produits locaux, notamment par le
développement des transformations artisanales et industrielles des potentialités
locales ;
L’appui aux filières par la recherche, l’expérimentation et la vulgarisation des
techniques. Le réseau d’encadrement doit être considéré comme un service
d’intérêt général d’aide à l’acquisition et au développement de techniques et doit
être maintenu car il est indispensable au développement rural ;
Soutenir la mise en place de démarches qualité et signes distinctifs de qualité,
labels de terroir.
Financer la mise en place de circuits de commercialisation au niveau local par la
structuration de réseaux, la valorisation de nouveaux potentiels de développement
et par le développement de l’exportation.
Poursuivre les efforts dans le tourisme rural, l’agro-tourisme en augmentant la
capacité d’hébergement, de développement de l’offre de loisirs de pleine nature,
d’équipement et d’amélioration du niveau d’équipement des sites majeurs,
poursuivre une politique intégrée en faveur des zones rurales défavorisées.

>> Proposition
• Doubler les fonds liés à la structuration des bourgs
• Soutien à la création d’entreprises dans l’agro-tourisme
• Subventionner à hauteur de 70% la création des hébergements en
milieu rural
• Financer les infrastructures pour une meilleure gestion des énergies
dans les hauts (photovoltaïque, récupérateur d’eau de pluie, éolien individuel,
méthanisation…).

- 47 -
V aloriser
Comment limiter les importations et augmenter la production locale dévelloppement
durable des espaces ruraux
>> Contexte  
La société rurale réunionnaise a connu en quelques années une mutation La complexité des enjeux de valorisation du territoire rural réunionnais à long
rapide et profonde avec notamment une évolution de l’activité économique terme implique une politique ambitieuse en matière d’équipement structurant
vers les services. La part économique relative au secteur agricole a diminué et pour parvenir à une répartition équilibrée des atouts de développement :
les espaces ruraux soumis à la poussée expansive des agglomérations, à des • Infrastructure de télécommunication.
impératifs d’aménagement du territoire et aux contraintes naturelles ont été • Infrastructure énergétique.
réduits. Le développement de modèles souvent importés de manière brutale, • Equipements publics et privés dans le domaine socio culturel, de
faisant référence à la modernisation et peu adaptés au contexte local a conduit à l’enseignement et médical.
une composition déséquilibrée du territoire réunionnais. Mais le secteur agricole
jouant un rôle social et environnemental majeur demeure un enjeu important pour >> Objectif
le développement durable de l’île. • Amélioration de la qualité de la vie au sein des territoires ruraux.
• Restructurer et densifier les cœurs de villes et villages ruraux en
La Réunion doit néanmoins poursuivre son développement en respectant l’équilibre augmentant notamment les offres en matière de logement locatif et
entre le monde rural et le monde urbain à travers une schéma d’aménagement du social.
territoire harmonieux et concerté. • Soutenir l’activité économique en développant les pôles d’excellence
rurale par l’innovation et la modernisation.
Les zones rurales de la Réunion situées principalement dans l’intérieur de l’île • Soutenir les entreprises artisanales et traditionnelles.
(les Hauts, cirques, plaines, mi pentes) souffrent d’inégalités et de déséquilibres. • Aider les entreprises du secteur agricole, environnemental et touristique.
La Réunion devra combler les retards des zones rurales par une politique de • Combler la fracture numérique qui prive certaines zones de haut débit
rattrapage volontariste et apporter des solutions face au défi du développement donc de l’installation d’entreprises et d’activités liées au télétravail, au télé
de ces zones en terme d’innovation, de compétitivité et de développement service.
durable pour lutter contre l’isolement géographique, économique et social tout en • Valoriser le patrimoine rural et développer les pratiques culturelles.
réaffirmant que la force des zones rurales reste l’agriculture.

>> L’enjeu >> Proposition


• Lutter contre la désertification rurale. Stratégies nouvelles de Développement Durable des Espaces
• Lutter contre le déclin rural et l’enclavement économique. Ruraux de l’Outre Mer afin de créer une dynamique et proposer
• Lutter contre l’exclusion territoriale et l’isolement géographique. de nouvelles perspectives rurales par :
• Assurer l’équité territoriale et la continuité des services publics et privés
au sein des espaces ruraux 1- Fiscalité attractive pour favoriser l’implantation d’entreprises nouvelles
• Assurer l’égalité des populations devant ces services. dans les ZR.
• Garantir l’ouverture des zones rurales sur l’extérieur par l’accès à l’information 2- Services d’aide à la personne au sein des ZR.
et à la communication mais aussi par l’équipement des territoires. 3- Continuité culturelle pour l’animation de la vie rurale.
• Consolider la communauté rurale. 4- Qualité environnementale et énergétique des ZR.
• Sauvegarder le patrimoine rural naturel et environnemental.
48
Comment limiter les importations et augmenter la production locale BANQUES ET ENTREPRISES
>> Objectif
Les pouvoirs publics doivent renforcer les dispositifs de garantie
en faveur du développement des PME, TPE.
• Améliorer la coopération banques-entreprises.

Le Conseil Régional qui a en charge la compétence économique devrait


impulser la rédaction d’une charte « responsabilité et croissance » précisant
>> Contexte les engagements réciproques du banquier et du chef d’entreprise et favorisant
L’activité économique de la Réunion reste fragile et doit être confortée. Les l’accès au crédit. Il convient d’aller plus loin que les dispositifs déjà mis en
entreprises doivent être plus compétitives et doivent s’insérer dans les nouveaux œuvre par le gouvernement pour le soutien à l’activité et au déploiement
schémas et pôles de développement mondiaux. Or les établissements bancaires économique, notamment sur l’accélération de l’investissement dans les
se refusent à s’inscrire dans cette dynamique. Il existe 05 établissements  : entreprises. 
Banque de la Réunion (20) BNP Paribas (13), Crédit Agricole (34), Banque Française La convention de partenariat relative au traitement des besoins en fonds
Commerciale (13), BRED Banque Populaire (5). propres des entreprises en Médiation, signée le 6 avril 2009, répond en partie
L’existence de seulement 5 entités pourrait d’ailleurs laisser supposer une situation à la demande de fonds propres des entreprises en situation de médiation (200
d’oligopole, et d’ententes illicites. entreprises réunionnaises ont déposé un dossier pour un encours en médiation de 20 000
Les entreprises, artisans, commerçants, PME, TPE rencontrent des difficultés KE à 40 000 KE), mais ne répond pas à celles qui n’ont pas sollicité de mesure
d‘accès au crédit, ce qui freine leur développement et empêche la création de médiation.
de nouvelles structures économiques. Qu’elles soient suffisamment ou
insuffisamment dotées en fonds propres elles se voient refuser par leur banque
des crédits nécessaires à leur croissance. Il est important de noter que plus de >> Proposition ou Outil
50 % des entreprises sont mono bancaires et par conséquent très dépendantes • Convention. Décret.
de leur banque. • Développer, élargir la défiscalisation de l’investissement en capital
Les acteurs du monde économique n’hésitent pas à parler de « maltraitance dans les entreprises pour relancer l’économie même en dehors de la
bancaire au quotidien ». médiation. Augmenter le taux d’exonération de l’impôt de solidarité sur
la fortune, et ne pas limiter l’exonération fiscale à l’ISF mais l’étendre à
>> L’enjeu l’IR.
• Aider les entreprises réunionnaises à se pérenniser, à se développer, à • Remédier aux aspects négatifs de la médiation  : en effet il résulte
innover. de l’étude des dossiers soumis à la médiation, des informations en
• Favoriser la création d’entités nouvelles dans des secteurs porteurs et cascade sur les fournisseurs, clients des entreprises concernées. Ces
innovants. informations ne doivent en aucun cas être utilisées par les représentants
des organismes bancaires.

- 49 -
V aloriser
Comment limiter les importations et augmenter la production locale BUREAU DE DéFISCALISATION
>> Contexte Lorsqu’il s’agit d’une entreprise relevant de l’IR, le taux de rétrocession est de
La défiscalisation outre-mer est régie par 4 articles du code général des 60 % au lieu des ¾. Ici l’entreprise bénéficiera de 60 % * 50 % de réduction
impôts : l’article 199 undecies A, l’article 199 undecies B, l’article 217 undecies d’impôt = 30 % d’apport.
et l’article 217 diodecies. La défiscalisation est autorisée dans 3 cas :
• La participation au financement d’investissement exploités par des Difficulté rencontrée : à la Réunion il y a très peu de concurrence entre
entreprises exerçant leur activité outre-mer. les intermédiaires pour obtenir des taux de rétrocession plus avantageux,
• La construction ou l’acquisition de logements neufs outre-mer. voire même supérieur au minimum légal (exemple: dans le cas pratique quand
• La souscription au capital de certaines sociétés exerçant leurs activités nous interrogeons ces intermédiaires financiers ou lorsque l’artisan présente son dossier de
outre-mer. financement, nous constatons que les apports sont variables de 28,5% à 33,5% voire plus).
Il est regrettable aussi que toutes ces SNC ou GIE se trouvent hors département
Les articles précédemment cités du CGI permettent des réductions d’IR ou donc ne profitent pas à l’économie endogène.
des déductions de résultats imposables correspondant aux investissements
productifs effectués dans certains secteurs économiques dans les DOM. >> L’enjeu
Cette déduction est offerte au propriétaire du bien, que le bien soit exploité • Allègement du coût des financements des investissements des entreprises
par lui-même, ou qu’il soit loué à une société exploitant dans un secteur en création et en développement.
défiscalisable. • Faciliter la modernisation de l’appareil de production de l’entreprise
Nous allons nous consacrer au premier cas, c’est à dire celle de l’aide fiscale et l’accroissement de la capacité de production, Possibilité d’investir
à l’investissement des entreprises outre mer et plus précisément lorsque malgré la faiblesse des fonds propres,Pérenniser l’entreprise, Permettre à
l’investissement est réalisé par l’intermédiaire d’une structure transparente l’entreprise d’avoir une réelle concurrence pour lui proposer les meilleurs
(SNC, GIE, ...). tarifs pour son financement.
Dans ce cas précis, les biens sont acquis par la SNC ou le GIE, qui les mettent
à la disposition de la société d’exploitation, par l’intermédiaire d’un contrat
de location d’une durée minimum de 5 ans, avec possibilité d’option d’achat
à l’issu de ce contrat. Les associés de la SNC ou les membres du GIE selon >> Proposition
le cas retenu, imputent 50 % du montant de l’investissement (déduction faite • Création d’une structure financière intermédiaire (SNC, GIE, ...) dont
des subventions publiques obtenues) sur leur IR, au prorata de leurs droits dans
les investisseurs seront locaux, et permettre de porter les projets
les résultats de la société et du groupement selon l’origine d’imposition d’investissement des acteurs économiques de l’ile. Création d’une
auquel l’investisseur est soumis, il doit rétrocéder à l’entreprise locataire un réelle concurrence dont une partie des bénéfices serait réinjectée dans
pourcentage de l’avantage fiscal obtenu sous forme de diminution de loyer et un FRP (fond régional de participation) crée par les chambres consulaires
du cas échéant du prix de cession du bien obtenu au terme des 5 ans. en permettant une autonomie vis-à-vis du secteur bancaire.
Lorsqu’il s’agit d’une société relevant de l’IS l’investisseur doit rétrocéder au
locataire les ¾ de l’avantage en impôt obtenu selon les 2 modalités que nous
avons vu précédemment.
50
Comment limiter les importations et augmenter la production locale FONDS DE GARANTIE

>> Objectif
• L’installation de nouveaux entrepreneurs.
la création de sociétés par des entreprises existantes développant des
activités ou des produits nouveaux ;
la transmission de la majorité du capital ou des droits de vote ou d’une position
minoritaire ayant vocation à atteindre la majorité dans un temps déterminé,
attesté par contrat ;
à titre exceptionnel et lorsque l’opération est essentielle au développement
de l’entreprise, le rachat par un actionnaire ou des actionnaires majoritaires
d’une minorité du capital ;
les investissements et les besoins en fonds de roulement liés à l’opération de
>> Contexte transmission dans l’année qui la suit ;
Afin de réaffirmer notre soutien aux TPE/PME. le développement des entreprises au travers de programmes d’investissements
Ce dispositif permet de soutenir l’investissement des entreprises, de soulager leur de diverses natures ;
trésorerie, de faciliter l’embauche. Il facilite le recours à des concours bancaires à le renforcement de la structure financière d’entreprises saines mais fragilisées,
court terme aux TPE Réunionnaises de moins de 10 salariés. ayant à financer l’accroissement de leur besoin en fonds de roulement, en
particulier en faisant diminuer de manière significative l’endettement à court
terme de celles-ci ;
>> L’enjeu à titre exceptionnel, des opérations intervenant dans le cadre d’entreprises
Pour renforcer les fonds propres et favoriser l’accès au viables mais connaissant des difficultés temporaires.
financement bancaire des PME / PMI.
Les très petites et moyennes entreprises, quels que soient leur secteur d’activité
et leur forme juridique exerçant une activité dans les DOM, quelle que soit leur
forme juridique, dont les associés majoritaires sont ensemble ou séparément >> Proposition
des personnes physiques, des PME ou TPE, des organismes de fonds propres L’intervention se fait à hauteur de 35% du capital de l’entreprise, sous
(non majoritairement individuellement y compris en droit de vote), non cotées.
un plafond de 200 000 €.Cette aide est cumulable avec d’autres aides
L’intervention du fond de garantie a pour objet de faciliter l’octroi de crédits publiques.Un dossier de demande de subvention doit être déposé
bancaires par la garantie de financement par l’Etat (ou la Région) au profit des dès que l’opération projetée est prête, c’est à dire lorsque le dossier
établissements prêteurs, à hauteur maximale de 70 %. technique est définitivement arrêté.L’ensemble des établissements
Pour se faire les TPE/PME doivent être inscrites au registre du commerce financiers peur avoir accès à la garantie du fonds pour les emprunts et
ou chambre des métiers, avoir moins de 10 salariés et un chiffre d’affaires les commissions de garantie.
inférieur à 1,5 millions d’euros.
- 51 -
Transparence Vérité Actions :
 
La décolonisation économique dans le cadre de la République
et du droit commun, ayant pour objectif, l’égalité économique au
service de la dignité des Réunionnais...

5, résidence Vasco de Gama, 9,


mail Rodrigues, Saint Gilles les Bains,
97434 Saint Paul.

Tél. : 0692 132 500


Site : http //www.tva974.org
Mail : contact@tva974.org
52