Вы находитесь на странице: 1из 6

Propriétés requises pour un alliage dentaire

• INTRO: rôle alliage (cf Q NP), importance, qualité. Les ≠ types, classif, compos, mise en
forme, historique.

• Le choix d’un alliage est une prescription sous la responsabilité d’un praticien.
‣Cahier des charges d’un alliage prothétique

‣ DE BASE (impératifs biologiques)


‣ Biocompatibilité: absence de troubles systémiques, cytotoxicité
‣ Inertie chimique et électrochimique
‣ Précision de mise en forme (joint, tolérance ging.): fonderie, CFAO

‣ SPECIFIQUES
‣ Propr physiques
‣ Propr mécaniques
‣ Propr de mise en forme
‣ Emaillage des CCM
‣ Aspects économiques

• CONCL:Etablir le choix d’abord sur des impératifs biologiques puis sur des critères techniques:
choix très contreversé ! Tenir compte d el’homogénéité des restaurations. Précieux sont
> d’un point de vue propriétés intrinsèques mais coût, situation clinique.

• Classif propr: Pour la fonderie de l’alliage: German


• Autre classement: Meyer
• pour CCM: Tucillo

1. PROPRIETES MECANIQUES (ɕ en bouche =20 GPa)

1.1. E
• module= pente courbe contrainte/déformation
• >: CCM, bridge, attelle, permet ép. plus fine si E>
• <>: onlay, couronne
• <: inlay
• Ti pas assez rigide pour grandes infrastructures ou PAP mais avantage pour tenons (
surtout qu’associé à LE élevée)

• CoCr (220-190 GPa)>NiCr (150-200) >all.Ti(130)>Ti (100)>Pccm(100-130) >Pmétal(80-


100 GPa)

1.2. LIMITE ELASTIQUE


• contrainte pour laquelle on a une déformation permanente de 0.2% (MPa). Important
pour le praticien car aptitude à R aux forces auxquelles il est soumis sans subir de dé-
formation permanente.
• ductilité inlay
• fction mise en forme ou techn coulée alliage, tr. therm.

• idem mais All. Ti > (crochets PAP)

• all.Ti (800 MPa)>CoCr (500-700)>NiCr (260-700: hétérogène, él. addition!, >avec Be)
>Ti (330=type IV)>Pccm(400-800 cf él.ad.) >Pmétal(100-400 MPa, cf Cu)

1.3. DURETE ET R à L’ABRASION


• Dureté: R à la pénétration d’un indenteur normalisé sous une charge donnée, tps don-
né→ L, ténacité,capacité déformation plastique. Pas d’intérêt au niveau de l’usage.
• CoCr (300-380HV) et all.Ti >NiCr (210-380 HV)>Ti (186-196)>Pccm>Pmétal (150-170
AuAgCu)

• R à l’abrasion→ dépend aussi ɕ, cinét.glissement, lubrifiant, μstructure et état de sur-


face (rugosités).
• type IV s’abrase moins. type II ou III pour bruxisme: ductilité et moindre abrasion. NP
s’abrase plus.

1.4. POURCENTAGE D’ALLONGEMENT A LA RUPTURE (Ar), DUCTILITE


• Aptitude à la déformation plastique. Ductilité ∺ Ar

• Rattraper erreurs, crochets de PAP


• Evolution occlusion
• ↘⊏ ⊐ ɕ en occlusal

• inv.∺ L
• ∺ %age déformation plastique, déformation permanente.

• Ti ductilité très favorable pour brunissage.


• Ti (35)>all Ti (15)Pmétal (15-30%)>Pccm (8-12%)>NiCr (8-20%)>CoCr(1,5-10%)
• ≠ entre Ni-Cr et Co-Cr < précipités incohérents présents dans Co-Cr.

‣ L rupture: peu significatif pour applications buccales (pas de contr. suffisantes: en bou-
che, <écrouissage ou défauts) mais all. Ti ont la plus élevée, puis NP, Ti 3X moins,
comme précieux plus ou moins.

1.5. RESILIENCE
• Capacité à enmagasiner de l’én. élastique.
• Crochets, fils ortho, attelle collée.

2. PROPRIETES PHYSIQUES

2.1. DENSITE (masse volumique g/cm3)


• ➚coulabilité mais moins léger pour PAP
• ∺ coût
• Précieux(15-18) 100%>NP (7,5 à 8,5: Co-Cr + élevé) 50% >Ti (moy α et β: 4.5) 25%
(centrifuger les NP) (cf PAP).

2.2. INTERVALLE DE FUSION


• Différence de t° entre t liquidus et solidus, caractérisé par h et largeur.

• Influence coulabilité, précision des coulées, compatibilité avec l’émaillage CM, lar-
geur influence l’impact des ségrégations donc homogénéité et compatibilité revête-
ment.

• Elevés: TI: 1700 (prob.coulée) , 1150-1350 (Pr CM), NP (Ni-Cr: 1150 cf


élém.addition-1400) (Co-Cr: 1250-1400) CM ou métal (diminue par Si et Bo)
• Bas: 800-1000 Pr métal, Pr CM (basse fusion)→ étroit pour homogène

2.3. CONDUCTIVITE THERMIQUE


• Coulabilité (cinét. fusion), refroidissement pièce, soudo-brasage
• Sensibilités pulpaires

• Pr (≠faible avec compo/cér 295 W/m°K) 100% > NP (25 à 60) 20%> Ti (21,9: faible)
10%

2.4. COEFFICIENT DE DILATATION THERMIQUE


• Coefficient angulaire de la tg à la courbe dilatométrique au point ϴ.
• CCM précision coulée
• retrait et précision des coulées

• NP (NiCr et CoCr: 15 à 17.10-6/°C) 100% > Pr (13 à 15) 80% >Ti (8 à 8,6) 50% (α cé-
ramique: 6-7)

3. PROPRIETES DE MISE EN FORME

3.1. COULABILITE
• Aptitude d’un alliage à l’état liquide à remplir une cavité.

3.1.1. FACTEURS LIES AU METAL


• densité, ɳ (inv), tension superficielle, capacité calorifique (em-
magasiner chaleur), conductibilité thermique, allure de la courbe
de solidif., t°coulée.

3.1.2. FACTEURS LIES AU REVETEMENT


• t° moule, capacité calorifique, conductibilité thermique.

3.1.3. FACTEURS LIES A LA MISE EN OEUVRE


• diam. longueur position tige de coulée, existence nourrice, orienta-
tion piéce dans cylindre.

• Maitrisé en dentaire pour Pr (Au>AuPd), technologie pallie NP, problème avec Ti


(voir Q)

3.2. PRECISION D’ADAPTATION DES COULEES


• Liée à inter. 3 mat.: cire, revêtement, alliage.
• Rétraction alliage et refroidissement à t°ambiante= expansion (revêtement)

• fction α, ⊏ ⊐ fusion, retrait solidif.



• Pr (retrait 1.3 à 1.5%)> NP (1.5 à 2,2%: plus élevé= Co-Cr)
• Basse fusion> haute fusion

3.3. SOUDO-BRASAGE
• Erreurs, situations cliniques complexes, prothèses composites
• Il ne faut pas d’oxydes sur surfaces à joindre sinon problèmes mouillabilité
• Utiliser métal d’apport de composition proche infrastructure. (Pas or sur NP: galva-
nisme)
• I ou II
• Ti insoudable par technique classique
• NP:
• Possible pour les alliages sans Be: NiCrMo, CoCrMo. Les brasures d’apport con-
tiennent B et Si, sous flux de désoxydant.
• Impossible pour les alliages avec Be: le flux ne peut pas déplacer l’oxyde adhé-
rent.
• problème de la conductivité thermique
• Pr (≠oxydation)>Base Pd> NP

3.4. ABSENCE DE POROSITES


• < retrait de solidification (μ-), inclusions gazeuses lors de la coulée, inclusions de revê-
tement, manque de coulabilité (macro-)
• csq: ↘ R méc, polissage -, ➚corrosion
• OK avec techniques actuelles

3.5. COMPATIBILITE AVEC LES REVETEMENTS


• t° (dégradation revêtement si t° trop >)
• Dimensionnelle
• α-case avec Ti

1. MICROSTRUCTURE !!!
• > granulaire (<50μ), homogène, Pr
• < dendritique (>50μ), non homogène, NP, Ti pur coulé (au coeur,α case en périph)

• COLLAGE: Dendritique mieux pour collage (bridges, attelles collées, inlay core). NP
(Ti?) nécessite traitements de surface de l’alliage (performant et R dans le tps à l’hydro-
lyse) (avec Be se mordancent mieux):
• sablage Al2O3 50-125μm
• “vitrification”: dépôt de Si par pyrolyse de silicone ou sablage réactif (Ro-
catec)
• application d’un silane

• Rôle dans de nombreuses propriétés: méc, chim, électrochim, thermoméc, corrosion,


biocompatibilité
• NB: all. dendritiques = formation couche oxyde hétérogène comme sa structure

2. RETASSURE
• altération morphologique de la pièce qui résulte du retrait de solidification qui se con-
centre au même endroit (non isotrope, génér. partie qui se refroidit en dernier). μ: répar-
tie ds pièce, macro: localisée (nourrice).
• intérêt de la germination hétérogène: OK actuellement

• Pr> NP

2. PROPRIETES LIEES A L’EMAILLAGE DES CCM (cf Q LCCM)

2.1. SOLIDUS>100°C T° CERAMIQUE


• NP: ⊏⊐ nettement > aux t° de fusion céramique (1050-920°c)

2.2. GRAINS FINS (rétraction isotrope,↘contr et couche oxydes rég)

2.3. STABILITE THERMIQUE


• Qd T°cuisson céramique proche fusion métal, celui-ci peut se déformer.
• NP>: mieux pour longues portées que précieux, de plus rigidité >

2.4. ABSENCE D’ELEMENTS COLORANTS


Pr: Au/Cu

2.5. α COMPATIBLE AVEC LA PORCELAINE (opaque)


• Ti: on varie Vanadium pour adapter α qui est trop< (craquelures dans céramique)
• NP: en bon accord (légèrement supérieur) frettage
• faire attention aussi à cinétique de refroidissement

2.6. FORMATION D’OXYDES


• Précieux: éléments addition oxydables (In, Sn, Ga 1%)
• Non précieux: él. limitant croissance (schéma Q NP)
• vitesse: NiO ou CoO (perm, intragran)>Cr2O3(imperm, joints de grains).
Résultat final= NiCr2O4, spinelle, oxyde mixte Ni-Cr. Après, comme moins
d’02, Cr203 croit à l’interface.
• Be, Al, SiO2 (1à 2%), Ce pour avoir formation précoce d’une pellicule
continue de Cr203+ éléments germinateurs pour affiner grains (donc plus de
joints de grains, sources de Cr2O3) mais difficile avec NP
• NiCr>CoCr
• Base titane: oxydation spontanée mais attention transfo allotr à 882°C C basse fusion
• Intérêt de la thermogravimétrie (év. poids fction t°)
• NB: all. dendritiques = formation couche oxyde hétérogène comme sa structure

1. E ET L ➚
• Rigidité pour avoir R déformation lors des cycles de cuisson. NP>

• CONCL: Pr= NP (LCCM pfois + forte avec NP), Ti basses fusion

2. R A LA CORROSION !!!
• ≠ avec corrosion chimique, en surface= ternissement inesthétique.
• Passivation:
‣ Ti non corrodables (couche d’oxydes spontanée), sauf HF (voir Q)
‣ NP: si Cr min 16%, Mo 2,5 à 4%, C max 30% de Cr (sinon Cr ne peut plus passi-
ver d’où corrosion par piqûre), pellicule protectrice d’oxydes Cr203 (imperméa-
ble diffusion ionique). Fonction aussi microstructure: polyphasé avec Be moins
bons.

• Csq corrosion: dégradation état de surface (→fracture), libération d’ions dans milieu biologi-
que (toxicité).
• Facteurs de la corrosion (cf Q): 4 structuraux, 4 environnementaux

• ph 4.8- Pr: relarguent éléments d’addition (Zn, Cu,...), préférer AuPd / NP: Nickel.
• ph 2.2- NP relarguent 50 à 100X plus d’ions (↘avec Mo) que Pr.

3. BIOCOMPATIBILITE

• Ti: couche d’oxyde, materiau bioinerte et non biotoléré. Rien n’indique que Ti et all. soient mu-
tagènes, cytotoxiques, cancérigènes ou allergisants. (Valentin 1980)
• All. NP: essentiellement constitué de métaux de transition (cf Ti), orbitales 3d incomplètes
réactivité dépendante du potentiel d’ionisation, de l’électroaffinité, du rayon atomique (réactivi-
té de surface cf état moins équilibré qu’en profondeur). Liaisons avec sites protéiques (thiols:
allergène, amines via grpts fonctionnels).

3.1. CYTOTOXICITE
Viabilité fibroblastes (contrôle = teflon)
• 90-100% Au (hte et moy teneur), base Pd
• 70-90% Base Ti
• 45-69% /
• < 44% Ni Cr ! (moins quand alliage ?)

3.2. MUTAGENICITE
• Cancérigène avéré et démontré Ni (ions), Cr hexavalent, Cd, Be
• Cancérigène possible Ni métallique, Co
• Propr. mutagènes except. Sn divalent, Cu divalent, Fe divalent
• Pas ou peu Zn
• Pas Indium et gallium métalliques, Pr (Au,Pt,Pd)

3.3. CYTOCOMPATIBILITE
• Culture au contact alliage: prolifération, adhésion, migration cellulaire
• Au Pd >

3.4. POUVOIR SENSIBILISANT


• Ni>Cr>Co (HS-Ni= allergène < contact avec épithélium kératinisé, mais pas en bouche
car pas de cell de Langerhans, pas kératinisé). 15% pop allergique au Ni, allergie croi-
sée avec Cr !
• Tous sont sensibilisants mais probabilité ≠
• % age population cobaye exposée: classe 0 (0% pour Pr), classe 5 (90% pour NiCr)
• Surtout au niveau local
4. PROPRIETES SPECIFIQUES DES Ni-Ti (cf Q Titane)
5. ASPECTS ECONOMIQUES