Вы находитесь на странице: 1из 64

La lettre du génie SOMMAIRE

◆ Éditorial

ÉDITORIAL
Composition
Sommaire
Le courrier des lecteurs
L’actualité en bref
Le génie combat
Le génie construit
Le génie secourt
GÉNÉRAL DE DIVISION
Le génie instruit
JEAN-LOUP CHINOUILH Histoire
A savoir
commandant l’École supérieure Coup d’œil sur…
et d’application du génie - Angers Témoignage
FNAS

GÉNÉRAL
DE CORPS D’ARMÉE (2S)
FRANÇOISE
président de la FNAS

ous venez de recevoir le premier numéro de cette nouvelle revue, commune à toute la grande
famille du génie. Cet événement n’est en fait qu’un retour aux sources.

En effet, à l’occasion de la parution du premier Vauban en 1963, le général de corps d’armée


Labouérie, inspecteur du génie, écrivait : « Au-delà de la vie courante des amicales, des associations
ou des sapeurs qui les composent, il pénétrera au cœur du génie militant, de ses corps de troupe et de
ses services, il suivra son évolution et ses transformations, qu’elles touchent aux hommes, aux
matériels, à l’emploi et à l’esprit. Resserrer l’union, faire rayonner la confiance, transporter les pensées
et les activités pour, en définitive, promouvoir le prestige du génie, est-ce trop ambitieux pour Vauban
qui sera tel que le voudront et le feront les sapeurs de toute origine et de toute spécialité. » Le général
de corps d’armée Prieur, directeur central du génie ajoutait : « Rappeler à chacun et aux jeunes en
particulier les exploits de nos anciens, faire connaître à tous la vie et les réalisations de leurs camarades
pour accroître le rayonnement du génie et entretenir au cœur de chaque sapeur un sentiment de
légitime fierté à l’égard de son arme, tels seront les buts de ce bulletin. » Quant au président Barret il
soulignait « cette tâche magnifique qui est celle d’unir active et réserve, sous le signe de la technique
et de la fraternité ».

Quarante-trois ans après, bien des choses ont changé : nous sommes passés à une armée
professionnelle, l’inspection du génie et la direction centrale du génie ont disparu. Pourtant le message
des anciens est toujours d’actualité : plus que jamais la vaste famille du génie doit se rassembler sous
la double bannière de l’École supérieure et d’application du génie, notre maison-mère, et de cette
nouvelle grande fédération nationale du génie. Vauban, la Lettre du génie sera, n’en doutons pas, ce
lien puissant entre tous les sapeurs, anciens ou en activité.

–1–
Composition indicative de la nouvelle revue
60 pages d’information et d’actualité sur l’arme
4 pages de PRÉSENTATION
Couverture, éditorial et sommaire
Et pour la couverture, pourquoi pas vous ? Tout dépend de la qualité de la photo,
de préférence en format portrait…
Pensez
a ux phot
25 pages sur les ACTIVITÉS du génie os !
À travers ses trois composantes : combat, infrastructure et sécurité
Brèves (entre 800 et 1000 signes) et reportages (maximum 10000 signes)
Pensez
a ux phot
8 pages de DOSSIERS THÉMATIQUES os !

Pour approfondir des aspects historiques et présenter des études

15 pages pour les NOUVELLES DE LA FÉDÉRATION


Actualités et projets de la FNAS (future FNG)

8 pages pour vous laisser la PAROLE


Courrier des lecteurs, promotion d’ouvrages
Encart central avec photos

Quelques conseils aux futurs rédacteurs…


Photo à 300 dpi en taille réelle
Une photo = un crédit photo et une légende
Un article est obligatoirement signé et
fourni sur support informatique
Transmission des photos et articles
10 semaines avant parution

Calendrier des prochaines parutions Contacts :


ESAG • Bureau communication
Avril : n° 1 106, rue Éblé • BP 34125 • 49041 Angers cedex 01
Juin : n° 2 02 41 24 86 36
Septembre : n° 3 oci@esag.terre.defense.gouv.fr
Décembre : n° 4 (avec le calendrier)
La lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial
1 Éditorial du général de division Chinouilh Composition
◆ Sommaire
et du général de corps d’armée (2S) Françoise Le courrier des lecteurs
L’actualité en bref
Le génie combat
2 Composition Le génie construit
Le génie secourt
Le génie instruit
3 Sommaire Histoire
A savoir
Coup d’œil sur…
Témoignage
4 Le courrier des lecteurs FNAS

5 L’actualité en bref

8 Le génie combat 6e RG : destruction à Roma Mahala

12 Le génie construit Le SID monte en puissance

15 Le génie secourt Les formations militaires de la sécurité civile et l’environnement


L’action « coup de poing » des FORMiSC

19 Le génie instruit Le CT découvre le patrimoine architectural angevin


Continuum de formation des
officiers : un nouveau CFCU pour Vauban, la Lettre du génie
est une publication de l’École supérieure
septembre 2006 et d’application du génie
106, rue Éblé - BP 34125
49041 ANGERS CEDEX 01
23 Histoire Quand Vauban commanda en chef :
Directeur de la publication :
à Camaret, Vauban sauve le royaume général de division Jean-Loup CHINOUILH

- 2e partie Rédacteur en chef :


CBA Jean-François PLANTEC
AFN 1952-1962 : la guerre d’Algérie Rédacteurs en chef adjoints :
LTN Anne-Lise LLOUQUET
et les combats du Maroc et de la M. Louis-François DUPONT
Tunisie Conception :
PAO : Mlle C. DOLO - M. F. GALISSON
PIR ESAG
30 À savoir Le rôle de la section génie dans la Impression : PIAT Saint-Maixent
descente du groupement tactique
Tirage : 7500 exemplaires
interarme numéro 2 sur Abidjan
Diffusion : SIR MSF société de routage :
02 41 74 19 50

33 Coup d’œil sur… La composante « énergie » est née au crédit photo couverture : BMN-NE/Girard
2e RG Un MPG de la compagnie génie du
19e mandat BMN-NE au travail
dans le quartier de Roma Mahala
(Mitrovica - Kosovo)
35 Témoignage Le colonel (er) Serge Laycuras, ESR
Rédaction : Tél. 02 41 24 82 45 ou 86 36
à l’ESAG, en mission humanitaire. Fax 02 41 24 83 16
La reconstruction au Sri Lanka intraterre :
jean-françois.plantec@esag.terre.defense.gouv.fr
anne-lise.llouquet@esag.terre.defense.gouv.fr
e-mail : oci@esag.terre.defense.gouv.fr
41 FNAS La vie de nos amicales
site non officiel : genie-militaire.com

Nos peines et nos joies Commission paritaire : en cours


ISSN : 1006 B 05886

Dépôt légal à parution


Portrait Général de la Noë

–3–
« Dans le cadre d'un travail de mémoire sur Général Jean Pantallaci, Ajaccio
l'histoire de la garnison de Trêves, depuis 1919
jusqu'au retrait définitif de nos éléments, je « L’article sur le 17e RGP me conduit à revenir sur les circonstances qui
suis à la recherche de documents écrits ou ico- m’ont conduit à être le premier commandant de ce régiment.
nographiques relatifs à la présence d'éléments À la fin de 1962, à ma sortie de l’école de guerre comme lieutenant-
ou d'unités du génie dans cette ville. » colonel, j’avais été affecté à l’état-major de la région de Marseille.
Je fus convoqué un jour par le général Houssay, qui commandait la
Alain GILETTA
région et par son chef d’état-major, le général Sérafino, devenu général
53, rue Gentille • 84200 CARPENTRAS
de division à son passage en 2e section et aujourd’hui mon voisin à
04 90 30 93 21 • 06 75 74 05 33 •
Ajaccio. On m’informa que l’on avait l’intention de me confier le
alain.giletta@tiscali.fr
commandement d’un régiment qui allait être créé à Castelsarrasin.
Cette localité étant depuis longtemps la base des sapeurs parachutistes,
je précisais que, si cela devait être le cas, je n’étais pas parachutiste. On
me répondit qu’on le savait, mais que ce n’était pas une raison suffisante
pour ne pas le devenir car effectivement il allait s’agir d’un régiment para.
Je fus séduit, je le reconnais, par la possibilité qui m’était ainsi offerte de porter le béret rouge. Je pris contact avec mon camarade
de promotion Le Borgne, qui commandait à Pau l’école des troupes aéroportées où je passai le brevet sans problème.
Comme j’allais dans un régiment où les cadres étaient tous des parachutistes chevronnés, on me fit faire 18 sauts avant d’arriver au
régiment. Je devins vite un accro du saut, ce qui me conduisit à faire 110 sauts pendant les trois années que j’eus la chance et
l’honneur de commander le 17.
Puis ultérieurement 50 autres sauts dans des circonstances diverses, mon dernier saut ayant été fait à la compagnie parachutiste du
corps d’armée de montagne, en Italie, où j’étais alors attaché militaire, quelques jours avant de passer en 2e section. J’avais été
nommé général de brigade en octobre 1973. »

« J’ai l’honneur de vous rendre compte de la création de l’Amicale des anciens sapeurs-pompiers de Créteil et de la 17e compagnie
en tant qu’association soumise à la loi de 1901 auprès de la préfecture du Val-de-Marne, en date du 24 janvier 2006.
Cette amicale regroupe les sapeurs-pompiers qui ont servi ou qui servent au centre de secours de Créteil (unité d’intervention de
la sécurité civile n° 1, ateliers du deuxième groupement d’incendie, 17e compagnie) et dans l’un des trois autres centres de secours
de la compagnie : Joinville, Maisons-Alfort, Villeneuve-Saint-Georges.
Conformément à l’appel aux associations de sapeurs que vous avez publié, j’ai donc l’honneur de solliciter de votre part un article
sur la création de cette amicale et sur les coordonnées de son président, afin de permettre à nos anciens, qui lisent votre revue,
d’y adhérer.
Dans l’attente, je vous prie d’agréer l’expression de mes sentiments respectueux et d’avance reconnaissants. »
Capitaine VILBÉ
commandant la compagnie
La rédaction remercie le capitaine Vilbé pour cette information.
Nous communiquons donc aux lecteurs de Vauban, la Lettre du génie les coordonnées de cette association :
Amicale des anciens sapeurs-pompiers de Créteil et de la 17e compagnie
Responsable : monsieur Claude DECŒUR
Centre de secours de Créteil
18, rue de l’Orme-Saint-Siméon • 94000 CRÉTEIL
01 49 80 28 17 • creteil.gpt2@pompiersparis.fr
Particularités des adhérents : anciens de la 17e compagnie d’incendie de la BSPP et anciens de l’UISC1 ayant servi à Créteil.

ERRATUM
Nos lecteurs avaient corrigé d’eux-mêmes l’erreur qui s’est glissée dans le sommaire (génie combat) de la Lettre du génie n° 35.
Il fallait lire 1er REG et non 1er RG.
LA RÉDACTION

–4–
>> IN MEMORIAM

La BSPP en deuil : décès sur feu du sergent (à titre posthume) Grégory Pailot.

PHOTO BSPP Originaire de l’Indre (36), incorporé à la brigade des sapeurs-pompiers


de Paris le 4 mars 2003, Grégory Pailot est nommé caporal-chef le
6 janvier 2006. Le même jour, il décède sur un incendie dans le sous-
sol d’un magasin à Asnières sur Seine (92). Comme il était affecté
depuis 2003 à la caserne de Colombes (92), ses obsèques ont eu lieu le
jeudi 12 janvier à la caserne de Gennevilliers (92) en présence des
ministres de la Défense et de l’Intérieur, Mme Michelle Alliot-Marie et
M. Nicolas Sarkozy. Après sa récente décoration d’une médaille pour
acte de courage et de dévouement sur un précédent feu en 2004, la
citation à l'ordre de l'Armée, l'attribution de la médaille militaire et de
la médaille d'or pour acte de courage et de dévouement témoignent à
titre posthume de la reconnaissance de la Nation.

LA SECTION QUIOT, 13E RG, EN CÔTE D’IVOIRE <<


Voilà maintenant quelques mois que 25 spécialistes du 13e RG ont rejoint la Côte d'Ivoire en renfort des troupes de l'opération
Licorne. Cuisiniers, mécaniciens, secrétaires, tous ont intégré la CCL du 43e BIMa, à Abidjan. Forte de 343 personnels permanents
et tournants, cette compagnie, la plus grosse de l'armée de terre, a pour mission de soutenir les troupes présentes sur Abidjan et, si
le besoin s'en faisait sentir, de défendre le camp du 43.
Dès leur arrivée, un nouvel environnement était, bien sûr, à prendre en compte : chaleur, humidité, horaires de travail particuliers
(de 12 heures à 15 heures, place à la sieste), précautions à prendre contre les moustiques…
Heureusement, la qualité de l'accueil par les permanents, visiblement habitués au remue-
ménage des relèves, a rapidement mis tout le monde à l'aise et tous, officiers, sous-officiers
et militaires du rang ont très vite été emportés dans le tourbillon de leurs nouvelles activités
au sein de leurs différentes cellules.
Les conditions de vie sont appréciées par tous, l'ambiance de travail est excellente quel que
soit le service, et le moral est au beau fixe.
Le LTN Quiot, officier instruction, passe le plus clair de son temps sur les champs de tir afin
que chacun effectue au moins un tir par mois. Il est efficacement secondé par le CCH
Raffaitin et le 1CL Ebran, armuriers, qui assurent la préparation matérielle des séances.
Les mécaniciens : le SCH Trohel, le SGT Ribouillard, les CPL Maillet et Failly et le 1CL Legros
se sont très vite intégrés aux ateliers et profitent de la disponibilité des pièces pour s'adonner
à leur passion. Ils savourent entre autre la chance qu'ils ont de pratiquer régulièrement des
PHOTO 13 RG
E

opérations mécaniques de haut niveau qui leurs sont interdites en métropole. Nul doute que
ce mandat sera pour eux une expérience particulièrement enrichissante. Pendant ce temps,
l'ADC Nicolas dirige d'une main experte la station service tandis que l'ADC Maitre s'arrache les cheveux avec le suivi d'une DTO
de 90 %.
À la rame transport, où l'ambiance est survoltée et où l'équipe partage son temps libre entre tournois sportifs et barbecues chez le
chef de section, le CCH Guelton et le CPL Sahraoui sont fortement sollicités, que ce soit tout au long de la semaine, lors des
nombreuses liaisons logistiques, ou le week-end pour emmener les unités se reposer à la plage… Pendant ce temps, le CCH Schiff,
qui s'est porté volontaire pour assumer le rôle de représentant des EVAT du module, coule des jours heureux et bien remplis au
dépôt de carburant.
La partie administrative est également bien représentée au 43 par les sapeurs du 13. Tout d'abord par le SGT Chabante qui assume
au bureau comptable de la CCL la gestion de tous les personnels tournants. Puis par le CPL Leblanc chez le vaguemestre et le sapeur
Millet à la trésorerie, qui se font remarquer par leur application et leur disponibilité, tandis que le CPL Hassan et le sapeur Dumas
se sont bien vite intégrés à la bonne ambiance qui règne au magasin du corps.
Pour finir, dans le domaine de la restauration, le SCH Fumery seconde efficacement le directeur de l'ordinaire où travaille également
le CCH Calaber. Du côté du mess, c'est le SGT Delouche qui fait valoir ses compétences tandis que dans l'ombre des cuisines le
CCH Imbault et le CPL Schramm œuvrent pour nous proposer des repas variés et de grande qualité. Enfin, le CCH Guyot et le 1CL
Grillot vous accueillent au foyer pour un casse-croûte ou un café à toute heure de la journée.

Lieutenant QUIOT
Chef de détachement du module BRAVO

–5–
SOMMAIRE
La lettre du génie

Éditorial
Composition >> JOURNÉE ENTREPRISE PHOTO EG MONTAUBAN

Sommaire
◆ Le courrier des lecteurs Le 8 décembre 2005, l’établissement du génie de Montauban a
L’actualité en bref organisé dans les locaux du centre de formation consulaire de
Le génie combat
Montauban, une demi-journée d’information « génie - maîtrise
Le génie construit
d’ouvrage - maîtrise d’œuvre » au profit de l’ensemble des
Le génie secourt
entreprises du bâtiment et des travaux publics de Midi-Pyrénées.
Le génie instruit
L’objectif de cette manifestation était de mieux faire connaître
Histoire
l’organisation de l’établissement, les procédures appliquées
A savoir
dans le cadre des marchés publics et de présenter le plan de
Coup d’œil sur…
Témoignage
charge des deux années à venir.
FNAS Le nombre important d’entreprises participantes (80) a démon-
tré l’importance du service du génie dans le tissu économique de Midi-Pyrénées.
Les échanges en fin de matinée ont été essentiellement orientés vers les procédures de dématérialisa-
tion des marchés publics. Ils montrent ainsi tout l’intérêt suscité par cette nouvelle formule de consul-
tation et de remise d’offres, mais dévoilent aussi l’inquiétude des entreprises en la matière.
Officier communication de l’EG de Montauban

LA LÉGION ÉTRANGÈRE RÉCOMPENSÉE POUR SA PRÉVENTION ROUTIÈRE <<

Le 1er REG gagne un prix national contre l’alcool au volant

Le 1er régiment étranger de génie de Laudun dans le Gard a gagné le 13 décembre dernier le prix national « Alpes » décerné par la MPSRA
(Mission Prévention et Sécurité Routières dans les Armées). Ce prix récompense les unités de l’armée de terre, l’armée de l’air ou la marine
nationale ayant mené les actions les plus novatrices et efficaces en matière de sécurité routière. Le jury de ce challenge national a été
particulièrement séduit par le clip vidéo proposé par le 1er REG.
Ce régiment de la légion étrangère a en effet entrepris depuis plusieurs années de sensibiliser
tout le personnel militaire et civil sur les comportements dangereux au volant d’un véhicule.
Il s’agit de faire évoluer les mentalités vers une conduite plus prudente et plus responsable
afin de réduire de façon significative les accidents de la route, première cause de mortalité
chez les militaires français, loin devant les missions opérationnelles.
Fermeté et pédagogie n’ont pas été mises en opposition. Parallèlement à l’augmentation des
contrôles, des séances d’information, des flashs d’information diffusés grâce à la messagerie
électronique du régiment, des campagnes d’affichages et des articles au sein du journal
régimentaire, le chef de corps a demandé de trouver un moyen informatif, efficace et ludique.
À l’aide d’un clip vidéo, l’objectif est alors de rendre accessible à tous la prévention routière,
en particulier au jeune légionnaire qui ne maîtrise pas encore totalement la langue française.
Le régiment a finalement sélectionné un étudiant de l’École européenne et supérieure
d’animation et d’effets spéciaux numériques (EESA). Préparant un diplôme de « réalisateur -
PHOTO 1 REG
ER
assistant en effets spéciaux numériques cinématographiques », Jean-Sébastien Leroux a alors
réalisé, selon les directives du 1er REG, un spot vidéo d’une minute mêlant à la fois images
de synthèse et prises de vues réelles. L’objectif du clip, qui sera diffusé au sein du régiment, est d’aborder le sujet de la prévention de façon à la
fois humoristique et dramatique avec clins d’œil et images chocs. Objectif réussi pour ce jeune breton de 20 ans, qui en faisant gagner le 1er REG,
confirme avec les technologies du XXIe siècle les mises en garde déjà affirmées dans un chant de tradition de la Légion :
« Pour faire un vrai légionnaire, il ne suffit pas de boire un coup,
Ça, tout le monde sait le faire, faut être aussi premier partout. »
Lieutenant LEROUX, officier communication

>> LES FORMISC À MONACO

Les formations militaires de la sécurité civile ont participé du 18 au 20 novembre 2005 PHOTO COMFORMISC

au soutien des unités monégasques lors des cérémonies d’intronisation de SAS le prince
Albert II.
Forces vives du Détachement Central Interministériel (DCI), les FORMISC participent depuis
1995 au soutien des unités spécialisées de police face à la menace du terrorisme NRBC au
côté de personnels issus de différents ministères.
Le détachement hautement spécialisé, compétent sur l’ensemble du territoire national, est
organisé et équipé pour neutraliser un engin susceptible de disperser des agents NRBC.
Il développe par ailleurs des capacités à intervenir face à des terroristes exerçant un chan-
tage à l’emploi d’engins NRBC.
Appui technique des services de police, de gendarmerie ou des douanes, ce détachement
contribue activement à la mission de la cellule nationale de conseil créée en 2001 après les
nombreuses alertes à l’anthrax.
Depuis 1998, les FORMISC participent ainsi activement aux dispositifs préventifs NRBC mis
en place lors des grandes manifestations. Leur capital d’expérience, la qualité des techniques et matériels développés et éprou-
vés, leur notoriété, les appellent aujourd’hui hors des frontières pour partager des savoir-faire incomparables et reconnus.
Chef de bataillon GIRAUD

–6–
La lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial
QUAND LE 17 SECOURT… << Composition
Sommaire
Le mardi 31 janvier 2006 à 16 heures, la 3e compagnie de combat du 17e régiment du ◆ Le courrier des lecteurs
génie parachutiste est mise en alerte. La mission serait de rétablir les voies de L’actualité en bref
communication de 2 villages dans la Montagne Noire à 30 km au sud de Castres (81). Le Le génie combat
froid, le vent et les fortes tombées de neige des dernières 72 heures Le génie construit
PHOTO 17E RGP sont la cause d’importantes chutes de tronc d’arbres sur les axes. Le génie secourt
À 18 heures, l’ordre d’engagement est donné, la compagnie est sur Le génie instruit
pied et après quelques heures de route, elle est en mesure de Histoire
prendre en compte cette mission de déblaiement. A savoir
Après 3 journées de travail, la compagnie a pu rétablir la circulation Coup d’œil sur…
Témoignage
sur 30 km d’axes (voie ferrée et voie routière) et permettre l’accès à
FNAS
de nombreux points névralgiques de la vallée du Thoré.
Cette mission aura permis, d’une part, à la section appui de la com-
pagnie de faire admirer à monsieur le préfet du Tarn la
puissance de ses MPG et aux sections de combat,
d’autre part, de restituer le savoir-faire du bûcheron-
nage ; le tout dans un excellent état d’esprit aux côtés
des marsouins parachutistes du 8e RPIMa.
De retour au quartier, fière d’avoir mis au service de la population la réacti-
vité de ses sapeurs parachutistes, la compagnie a repris sa préparation opéra-
tionnelle en vue d’entamer au mieux l’importante phase de projection du
17e régiment du génie parachutiste.
Capitaine PEZOUS
PHOTO 17E RGP
OSA du 17e RGP

>> EXERCICE ORCA 2005

Dans le cadre de sa préparation opérationnelle, la CCL du 1er REG a effectué un exercice au cours du mois de novembre 2005.
Cet exercice avait pour but de déployer, déplacer et animer le TC2 du régiment par des actions simples afin de vérifier les savoir-
faire individuels et collectifs. Il mettait en jeu toutes les cellules du TC2, ainsi qu’une partie de la section transmissions. Les
DINOPS et le GRIN participant à l’animation et réalisant des actions de plastron.
Reprenant le thème tactique du parcours d’entraînement permanent du régiment, la CCL s’est mise sur pied dans la journée du
21 novembre afin de se déployer dans le camp des Garrigues en fin d’après-midi.
Une fois prêt, le TC2 s’est déplacé sur les routes du Gard et déployé dans la zone du Mas Theron, préa-
lablement reconnue.
Une fois en place sur sa zone, différents incidents se sont enchaînés. L’action commença par le ravi-
taillement des MPG de la 2e compagnie. Ensuite, à compter de 23 heures, les incidents s’enchaînè-
rent : évacuation sanitaire, dépannage, ravitaillement des TC1. Les départs de véhicules se succédè-
rent tout au long de la nuit, permettant de vérifier les délais d’interventions, la capacité à se déplacer
de nuit et les réactions des différents chefs d’éléments. Tout cela dans une ambiance « mines » pré-
parées par le GRIN du régiment.
De plus, le DINOPS déployé dans la même zone, « testait » les dispositifs de nuit et observait la dis-
crétion générale.
PHOTO 1 REG
ER
Après une bascule de nuit et une autre dans la matinée du 22, le TC2 se déployait à nouveau aux
abords immédiats du quartier Général Rollet.
L’après-midi était consacré aux différents contrôles de la compagnie : tir, transmissions et documentation.
Le bilan de cette sortie est très positif et a permis, une fois n’est pas coutume, à la CCL de faire un exercice tactique en dehors du
cadre d’un exercice régimentaire. Les enseignements tirés permettront au TC2 d’être fin prêt en avril pour l’ANTARES du régiment.

Lieutenant LEROUX
Officier communication
PHOTO BSPP

L’OPEX À LA BSPP <<

L’OPEX à la brigade des sapeurs-pompiers reste très limité dans son champ d’action. Elle participe
toutefois à son 20e mandat (d’une durée de trois mois) à l’action des Nations Unies au Kosovo en
relation avec le bataillon des marins-pompiers de Marseille. Cependant, le 8 octobre 2005, le colonel
Gaëtan de Raucourt, commandant le 3e groupement d’incendie de la BSPP (partie ouest de Paris et le
département des Hauts-de-Seine, 92) a été envoyé au Pakistan suite au tremblement de terre. Envoyé
en tant que chef de détachement de l’élément de reconnaissance et d’évaluation (ERE) sous l’égide de
la DDSC (direction de la défense et de la sécurité civile), il était assisté de quatre officiers du milieu
de la sécurité civile (UISC, SDIS). La mission principale était d’évaluer le sinistre en vue de renseigner sur la nature et le volume de moyens
éventuels à engager. D’une durée de douze jours, ce soutien à la population pakistanaise et aux organisations non gouvernementales (ONG)
présentes a prouvé la réactivité des forces françaises de la sécurité civile. Les moyens français envoyés étaient composés d’un groupe de sauvetage
de vingt et un hommes et deux chiens, d’un hôpital de campagne avec quatre-vingts médecins et infirmiers, ainsi que de plusieurs avions de fret
humanitaire.
Laurent AUDOIN

–7–
« Parfois détruire… » pour mieux recontruire telle fut la mission de la 2e CCG du 6e RG.
Remplie avec succès, préparée avec soin, elle a permis de préparer le terrain pour la reconstruction
de tout un quartier de Mitrovica.
Chronique d’une destruction annoncée…

6 RG E

DESTRUCTION À ROMA MAHALA


Du 17 mai au 20 septembre 2005, la de plates-formes logistiques, réalisa- conjointe avec le KPS (la police
2e CCG du 6e RG a mis en place et a tion de postes de combat, démontages locale) et le KPC (corps de protection
armé la « Compagnie de combat du et mise en autonomie de sites isolés. du Kosovo).
génie » de la brigade multinationale
nord-est de l’opération Trident au Parfois initiées et financées par les Par ailleurs, rayer de la carte ce quar-
Kosovo. actions civilo-militaires, ces missions tier qui restait un des derniers stig-
nous ont aussi amenés à dépolluer un mates de la guerre a réveillé quelques
Forte de 136 hommes et de 70 véhi- champ cultivable de 77 obus de rancœurs, au moment où simultané-
cules et engins, elle était articulée en 150 mm datant de la Seconde Guerre ment nous démontions des postes
deux sections de combat, une section mondiale. fixes dans les quartiers multi-eth-
d’appui renforcée d’un groupe niques de Mitrovica nord.
« organisation du terrain », et une La KFOR étant en soutien direct de
section d’aide au déploiement renfor- l’UNMIK, les sapeurs de marine de la Une « communication offensive », par
cée d’un groupe « grue Liebherr ». La 2 ont reçu pour mission de détruire l’invitation de la presse de toutes les
section de commandement intégrait une partie des ruines du quartier parties à assister à la destruction par
notamment un groupe médical Roma Mahala de Mitrovica, en vue de explosif, et par la diffusion de com-
réduit, un ELI et une équipe EOD, permettre sa reconstruction et le muniqués les jours précédents, a per-
donnant ainsi une grande autonomie retour des Roms. Très intéressante du mis un déroulement particulièrement
à notre unité. point de vue technique (cf. article du serein de cette mission, et l’absence
LTN Niessler), cette mission l’était de tout mouvement de foule ou une
Sous la subordination directe de aussi par sa conception et sa entrave quelconque à notre action.
l’état-major, la compagnie a effectué conduite.
pendant quatre mois des missions très Ainsi, l’aspect « communication » a-t-
diverses, particulièrement tournées Tout d’abord, il a fallu convaincre les il été un élément clé de la réussite de
vers l’aide au déploiement et l’infra- autorités locales et les ONG des cette mission particulière.
structure opérationnelle : construc- risques mesurés de l’utilisation d’ex-
tion et réfection de ponts, réalisation plosif dans le centre de Mitrovica. De Capitaine LOGEAIS
de passage à gué, de pistes, création plus, il s’agissait d’une mission Commandant d’unité de la 2e CCG

–8–
La lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial
Le lundi 8 août 2005 au Kosovo, la sec- PHOTO 6E RG Composition
Sommaire
tion du lieutenant Niessler a réalisé une
Le courrier des lecteurs
destruction d’infrastructure à l’explosif L’actualité en bref
dans le centre ville de Mitrovica. ◆ Le génie combat
Le génie construit
Le génie secourt
La 2e compagnie de combat du génie
Le génie instruit
du 6e régiment du génie d’Angers avait Histoire
reçu une mission d’appui, au profit de A savoir
l’UNMIK, contrastant avec les mis- Coup d’œil sur…
Témoignage
sions habituelles de redéploiement de
FNAS
la force alliée dans cette province.

Le but était de permettre la construc- avec ses matériels majeurs, moyen d’espacer les explosions d’un temps
tion de nouvelles habitations dans polyvalent du génie, bennes et bull- très court et de réduire ainsi la quan-
l’ancien quartier rom en retirant les dozer D6, a entrepris de raser les tité d’explosif employée.
vestiges des événements passés car ce constructions individuelles compre-
lieu avait des allures de faubourg fan- nant au maximum un étage.
tôme. En effet, toutes les maisons Cependant devant les délais impor-
avaient été partiellement détruites et il tants pour se procurer de l’explosif de
En raison du risque d’effondrement sur carrière et les détonateurs micro-
ne restait que la structure poteaux – les engins, il a été décidé de détruire
poutres en béton armé. Les murs en retard, il a fallu utiliser la dotation des
les constructions plus importantes et à équipes EOD de théâtres ; c’est-à-dire
maçonnerie avaient été démolis* à l’explosif. Cependant, une telle des-
l’aide de masses afin d’empêcher le du plastic, du cordeau détonant et des
truction posait un certain nombre de détonateurs électriques.
retour des roms à leurs domiciles. De contraintes.
plus, les routes secondaires avaient
disparu et il ne subsistait que l’axe Tout d’abord, les bâtiments étaient Le principal souci était, alors, de
principal permettant de se rendre à situés à proximité du centre-ville de réduire la quantité d’explosif à utiliser,
l’est de la ville. Mitrovica et en bordure d’un axe fré- ce qui permettait de diminuer la
quenté où, dans un rayon de 100 m, superficie de la zone de sécurité.
Ce quartier ayant été également une on trouvait un stade, un centre d’am-
zone d’affrontement, la section a, en bulance et des habitations. S’inspirant des techniques civiles, la
premier lieu, effectué une vérification solution retenue visait à créer un défi-
de non-pollution de la zone à déblayer Il fallait alors imaginer une solution cit de support de charge au niveau des
sur une superficie d’environ un demi- permettant de détruire ces bâtiments poteaux porteurs afin de faire s’effon-
hectare. avec un minimum de projections, drer le bâtiment sur lui-même du fait
tout en atténuant l’onde de choc et de son propre poids.
À l’issue, agissant en coopération avec en n’obstruant pas la route princi-
des éléments du Corps de Protection pale pendant un laps de temps trop De manière schématique, en section-
du Kosovo (KPC), la section appui, long. nant successivement différents poteaux
en béton armé au niveau du rez-de-
Devant la morpholo- chaussée et du premier étage de
poteaux gie des constructions chaque construction, il faut initier un
à démolir, le chapitre déplacement du centre d’inertie de
poutre portant sur la destruc- l’édifice pour le faire basculer dans le
tion de bâtiment dans sens désiré.
le GEN 301 n’offrait
sens du
pas une solution
basculement
idéale car la charge Afin de contrôler précisément le sens
2 totale d’explosif à de chute des 4 bâtiments et de frac-
3
employer aurait suffi tionner la quantité d’explosif à utiliser,
à raser la moitié du 15 chaînes circulaires ont été mises en
1 quartier. œuvre.
charge interne

4 2 temps de mise Pour de telles des- Pour les poteaux extérieurs les plus
1
à feux
tructions, le génie près du sens de chute, deux profils de
civil utilise de l’ex- rupture ont été réalisés (le premier au
Coupe d'un bâtiment
plosif progressif et niveau du sol et le deuxième au
des détonateurs à niveau du plafond) afin d’accentuer le
* NdlR : par la population locale. micro-retard, afin déficit de support de charge.

–9–
SOMMAIRE
La lettre du génie

Éditorial
Composition PHOTO 6E RG PHOTO 6E RG PHOTO 6E RG à feu a eu lieu à 16 heures. Les
Sommaire
bâtiments se sont écroulés dans
Le courrier des lecteurs
L’actualité en bref
le sens prévu et il n’y eut
◆ Le génie combat aucune projection de béton à
Le génie construit plus de 5 m. De ce fait, une
Le génie secourt
demi-heure seulement après la
Le génie instruit
Histoire
mise à feu, la route principale
A savoir était ouverte de nouveau à la
Coup d’œil sur… circulation.
Témoignage
FNAS
Au total, nous avons utilisé 6 kg
de plastic mais la simulation
Il a fallu également simuler les permettait non pas de sectionner tota- des micro-retards nous a permis d’ini-
micro-retards dans la mise à feu suc- lement ce poteau, mais était suffisante tier seulement 500 g d’explosif, en
cessive de ces différentes chaînes. pour extruder le béton sur une dis- moyenne, à chaque instant. Cette mis-
L’utilisation de 15 exploseurs n’offrait tance importante
aucun gage de fiabilité totale ni de pour mettre les fer-
souplesse d’emploi. Après différents railles à nu et faire
tests, nous avons utilisé le procédé du plier ces dernières
piano (appelé aussi procédé de la sous le poids sup-
planche à clous) ; connecté aux batte- porté.
ries du véhicule blindé de mise en
œuvre, ce dispositif a permis de Afin de réduire les
mettre à feu successivement et dans projections éven-
un même élan 15 détonateurs élec- tuelles de morceaux
triques. de béton, une pro-
tection avec des
Pour la destruction des poteaux por- sacs à terre remplis
teurs, la comparaison des différents de sable était dispo-
procédés du GEN 301 a montré que sée autour des
l’emploi de charges internes permet- poteaux au niveau
tait d’employer moins d’explosif. des forages.

Devant la qualité aléatoire de cons- De même, en vue


truction des supports en béton armé, d’accentuer la protection des habita- sion fut l’occasion pour la section
nous avons mené des essais afin de tions les plus proches du lieu de la d’acquérir une expérience inédite dans
déterminer la quantité précise d’ex- destruction en arrêtant les éventuelles la démolition de bâtiment à l’explosif.
plosif à utiliser. Réalisés sur le poly- projections de béton, un mur de bas-
gone de mise en œuvre de Novo Selo tion wall a été érigé à 10 m des bâti- Notre savoir-faire, dans la réussite de
et grâce aux poteaux récupérés par la ments à détruire en s’appuyant sur une cette mission particulière, a permis
section appui sur les maisons précé- clôture existante. d’impressionner les sapeurs des
demment détruites, ces différents tests nations alliées et d’ancrer un peu plus
ont montré qu’une charge interne de Les 2 jours précédant la des-
50 g de plastic située au centre d’un truction ont été mis à profit PHOTO 6E RG

poteau en béton armé de 30 x 30 cm pour percer les poteaux,


grâce au DEMAG équipé d’un
foret de 40 mm, et réaliser
PHOTO 6E RG
des saignées dans les
quelques murs en brique qui
subsistaient.

Le jour J, la zone de sécurité a


été bouclée par la police
locale qui a procédé aux éva-
cuations des habitants dès
10 heures. À l’issue, la section
a mis en place les charges
explosives et confectionné les
Vue avant la mise à feu. chaînes circulaires. La mise Résultat après le basculement des bâtiments.

– 10 –
La lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial
le rôle majeur des sapeurs de marine Composition
au sein de la 9e brigade légère blindée Sommaire
Le courrier des lecteurs
d’infanterie de marine.
L’actualité en bref
◆ Le génie combat
Après réflexion, je pense qu’il n’est Le génie construit
pas nécessaire de percer systémati- Le génie secourt
quement tous les poteaux ; seule la Le génie instruit
destruction de quelques poteaux judi- Histoire
A savoir
cieusement choisis devrait suffire. Éga-
Coup d’œil sur…
lement, la destruction des murs des Témoignage
caves permettrait a priori de s’affran- FNAS
chir de percer les piliers supérieurs. Ltn NIESSLER

Poursuite de la mission par le 2e REG (mandat 20)


A routine n’existe pas pour les sapeurs d’assaut du 2e REG en

L projection extérieure au Kosovo. Ainsi, la compagnie d’appui du


capitaine Zozzi reçut la mission délicate de détruire cinq maisons
abandonnées au cœur de Mitrovica. Les deux sections de combat étaient
toute désignées pour la réaliser.
Après des reconnaissances techniques approfondies et des essais de
destruction sur des piliers prélevés sur zone, les sections préparèrent leur
devis en artifices et explosifs. La difficulté de cette mission était de
détruire entièrement les maisons en deux jours tout en limitant l’effet
mécanique de l’onde et en utilisant un minimum d’explosif. En effet ces
bâtiments à démolir se trouvaient à moins de 100 mètres d’habitations.
Suite aux différents tests,
le principe retenu de
destruction fut le suivant :
forer chaque pilier en
béton armé pour y placer
20 grammes de plastique.
Ce système permettait
ainsi de détruire une
maison de 2 à 3 étages
avec uniquement 1,6 kg
d’explosif.
Le 9 novembre, à 7 heures
du matin, les préparatifs
étaient terminés et les
sections du lieutenant
Costanzo-Bitz et du sous-lieutenant Helac s’activèrent pour mettre en
place toutes les charges.
Deux maisons furent ciblées pour ce jour. C’étaient les plus éloignées des
habitations habitées. À midi, les maisons à détruire étaient prêtes. Le
périmètre fut bouclé par la police locale et la tension de la population monta
d’un cran. À 15 heures, l’explosion retentit : succès sur toute la ligne ! Les
légionnaires virent s’écrouler les bâtiments sans aucune projection vers les
maisons habitées. Le lendemain, les légionnaires, concentrés, répétèrent
leurs gestes précis et minutieux pour un résultat identique.
Devant cette démonstration de professionnalisme et de démolition
« chirurgicale » en milieu urbain, l’état-major de la KFOR a confié à la CA,
la destruction complète d ‘un immeuble de 100 mètres de long et 5 étages,
situé dans le centre ville de Pristina. Nul doute que les sapeurs d’assaut
du 2 relèveront ce défi avec le succès qui s’impose.
OCI 2e REG

– 11 –
Dans le n° 35 de la Lettre du génie, nous avions consacré deux articles à la création du SID. Nous
revenons sur ce sujet avec d’autres informations et sous un angle différent.
Un tel changement en vaut bien la peine.

LE SID
M. Philippe DI MEGLIO
MONTE EN PUISSANCE Assistant de communication - DCSID

L’année 2005 a marqué la naissance organismes déconcentrés ainsi que Succès et mobilisation ont été au ren-
du service d’infrastructure de la la composition et l’organisation du dez-vous, les nombreuses proposi-
défense (SID), 2006 est celle de sa conseil de gestion du SID. tions qui ont été faites ont montré
montée en puissance. l’implication des personnels à tous les
Sous le sigle SID se révèle une cou- niveaux, central et déconcentré.
Depuis sa création, le 12 septembre verture géographique complète, tant
2005, le SID a consolidé ses fonda- sur le territoire métropolitain au plus
tions après six mois d’existence. Il près des besoins des formations de LA MONTÉE
s’est doté d’une organisation adminis- la défense qu’en dehors de la métro-
trative adaptée aux besoins des
EN PUISSANCE
pole par une présence permanente
armées mais aussi d’une identité outre-mer et à l’étranger auprès des ET SES « CHANTIERS »
visuelle fédératrice. Maintenant il se forces prépositionnées.
prépare à mettre en œuvre les « chan- En créant un service unique d’infra-
tiers » qui assureront une montée en structure, le ministère de la Défense
puissance harmonieuse de ce nou- s’est donné les moyens d’apporter un
UN LOGO FÉDÉRATEUR meilleur soutien aux forces armées,
veau service.
directions et services dans les
« La grande famille du SID » dispose domaines de l’infrastructure et de
désormais d’un logo clairement identi- l’immobilier ; c’est bien là la mission
UNE ORGANISATION fiable par les correspondants extérieurs essentielle du SID.
ADAPTÉE, du SID : trois lettres
évocatrices, « S I D », Il se positionne dès
UNE IMPLANTATION aux couleurs institu- lors comme « l’éche-
COMPLÈTE tionnelles rouge et lon central, l’interlocu-
bleu, le tout souligné teur unique des services
Le décret du 12 septembre 2005 a par un élément graphique stylisé, du ministère auquel tout
entériné le rattachement direct du SID moderne et fédérateur. problème d’infrastructure ou de
au secrétariat général pour l’adminis- construction doit être dorénavant sou-
tration (SGA) sous l’autorité du contrô- Cet identifiant visuel est le fruit de la mis. » (le général de division Alain
leur général des armées Christian contribution de l’ensemble des per- Addé, interview dans le Bulletin d’in-
Piotre. Ce sont les arrêtés du sonnels du SID. Le 25 octobre 2005, formation sociale de la Défense, BUS
22 novembre 2005 qui fixent l’organi- le général Addé, directeur central, lan- n° 64 de janvier 2006).
sation du nouveau service construc- çait le concours d’idées auprès de
teur, notamment la composition de la toute la chaîne SID pour la création Pour remplir pleinement ce rôle et
direction centrale (direction, sous- d’un logotype qui permettra d’affirmer mieux définir sa place au sein de la
directions et bureaux), la liste des l’identité du service. fonction immobilière du ministère,

– 12 –
La lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial
Composition
Sommaire
Le courrier des lecteurs
L’actualité en bref
Le génie combat
◆ Le génie construit
Le génie secourt
Le génie instruit
Histoire
A savoir
Coup d’œil sur…
Témoignage
FNAS

Trois domaines sont


concernés par les tra-
vaux de réflexions qui
vont être conduits
pendant cette phase
de montée en puis-
sance : les ressources
des ajustements sont encore néces- comité de direction élargi de la humaines, le fonctionnement du ser-
saires ; c’est l’objet des « chantiers » direction centrale (adjoints du direc- vice et l’optimisation de la fonction
qui ont été lancés lors de la réunion teur central, sous-directeurs, chefs de immobilière.
du 9 mars 2006 sous l’égide du bureaux), et la plupart des direc-
secrétaire général pour l’administra- teurs des organismes déconcentrés Les objectifs affichés sont clairs :
tion, M. Christian Piotre, et du général (directions des travaux maritimes, gagner en efficacité dans la gestion et
de division Alain Addé : étaient pré- directions régionales du génie, éta- les procédures, apporter des réponses
sents les adjoints, directeurs et chef blissements du génie et services tech- harmonisées en associant les autres
de service du SGA ; pour le SID, le niques). directions du SGA, se prémunir contre

– 13 –
SOMMAIRE
La lettre du génie

Éditorial
Composition
Sommaire
Le courrier des lecteurs
Le SID, « une grande famille » Le SID en chiffres
L’actualité en bref
Le génie combat 4 500 personnels, dont la majorité relève de la – Plus d’1 milliard d’euros
◆ Le génie construit filière technique : d’investissements annuels
Le génie secourt
Le génie instruit – 48 % de fonctionnaires ; – 291 500 ha de domaine
Histoire
A savoir
– 25 % de militaires ; – 56,5 millions de m2 de surface
Coup d’œil sur… – 25 % d’ouvriers ; hors œuvre développée
Témoignage
FNAS – 2 % de civils contractuels. – 5 500 immeubles

d’éventuelles difficultés de fonction- PHOTO DCSID/COM

nement. À terme, le but de ces « chan-


tiers » est de faire du SID, selon les
mots de son directeur central, « un
service incontournable, aux compé-
tences reconnues, maître de l’utilisa-
tion de ses moyens et dont le péri-
mètre d’intervention soit parfaitement
identifié. »

Le secrétaire général pour l’adminis-


tration a conclu en ces termes : « La
montée en puissance du SID est un
enjeu fort pour l’ensemble du minis-
tère de la Défense et le chantier
majeur de tout le SGA pour l’année Amphithéâtre Joffre - site des Récollets (Versailles) :
2006. » réunion du 9 mars 2006 portant sur les « chantiers » de la montée en puissance du SID.

Le SID, un bâtisseur en tous lieux


En métropole :
– une direction centrale ;
– 3 directions des travaux maritimes de Cherbourg, Brest et Toulon ;
– 5 directions régionales du génie (Bordeaux, Ile-de-France, Lyon, Metz et Rennes) ;
– 17 établissements du génie sur tout le territoire métropolitain, relayés par 120 services locaux d’infrastructure ;
– 2 services techniques : le service technique des bâtiments, fortifications et travaux (STBFT) et le service technique
des travaux immobiliers et maritimes (STTIM), basés respectivement à Versailles et à Paris ;
– l’école nationale des travaux maritimes (sur le site de l’ENTPE, à Vaux-en-Velin).

Hors métropole :
– 7 directions de travaux outre-mer (Cayenne, Dakar, Djibouti, Fort-de-France, Nouméa, Papeete et Saint-Denis) ;
– 3 services locaux constructeurs à l’étranger (Libreville, Port-Bouêt et N’Djamena).

Des partenaires incontournables :


– le ministère de l’Équipement pour le soutien des bases aériennes comportant une plate-forme aéronautique :
3 services spéciaux des bases aériennes (SSBA du sud-est, sud-ouest et Ile-de-France) et 35 directions
départementales de l’équipement (DDE), soit environ 800 agents ;
– l’École supérieure et d’application du génie (ESAG) à Angers pour les formations statutaire et continue.

« Par la diversité et la richesse de ses composants,


le SID dispose de nombreuses potentialités pour mieux répondre aux besoins. »
(le général de division Alain Addé, interview dans le Bulletin d’information sociale de la Défense, BUS n° 64 de janvier 2006)

– 14 –
La rubrique du dernier numéro était consacrée à la brigade cynophile de la sécurité civile.
Le numéro 35 met de nouveau à l’honneur cette spécialité, mais cette fois chez les pompiers et à
travers un championnat de niveau international.
Pour le numéro 36, c’est promis on arrête avec les chiens !

LES FORMATIONS MILITAIRES


DE LA SÉCURITÉ CIVILE
Aspirante Céline BRUNETAUD
ET L’ENVIRONNEMENT Officier communication de l’UIISC1

L’homme va quelque peu Vers les années 70, cinquante ans


modifier cette configuration après l’introduction du pin Alep, c’est
originelle et naturelle. le début des grands feux. Pour faire
face à ce désastre écologique, on
Rêvant de conquêtes, Louis aménage le terrain (création de pistes,
XIV aux XVIIe et XVIIIe siècles de citernes, etc.), on organise la sur-
et Napoléon Bonaparte au veillance (tours de guet, patrouilles,
XIXe siècle font construire des etc.). Les bombardiers d’eau (avec du
bateaux. Les forêts de retardant) survolent les forêts. Cette
Méditerranée - qui se trou- prévention a ses limites en termes
vent à proximité des ports - humains et matériels d’où une gestion
sont vite épuisées. des espaces forestiers par « le feu
utile » c’est-à-dire les brûlages dirigés.
Par la suite la révolution Grâce à cette technique, les feux sont
PHOTO UIISC 1 - F. PALAUSI industrielle porte un coup sélectifs (on brûle en hiver quand il y
fatal à cette forêt primaire. a peu de sève), les espèces peuvent
être préservées. Il est possible d’amé-
Comme chaque année, les compa- Pour faire face à cette déforestation, nager utilement les espaces et de créer
gnies RN partent au milieu de l’hiver un ingénieur agronome importe de des discontinuités afin d’éviter la pro-
pour les brûlages dirigés dans les Syrie le pin d’Alep. La forêt originelle pagation du feu.
Pyrénées orientales. est rapidement remplacée par une
forêt de pins. C’est la forêt méditerra- Pour les formations militaires de la
Mais savez-vous ce que sont les brû- néenne actuelle. sécurité civile, les brûlages dirigés per-
lages dirigés et à quoi ils servent exac- mettent aux sapeurs-sauveteurs de
tement ? On brûle mais pour quoi Malheureusement ce résineux pos- s’entraîner dans des conditions réelles
faire ? sède une essence particulièrement à la lutte contre les feux de forêts, de
inflammable qui rend l’environne- parfaire leur rusticité, et au comman-
Retour sur cette pratique ancestrale… ment très sensible au feu. L’absence dant d’unité de commander ses
d’entretien, le développement du hommes tout en détectant les éven-
La forêt de nos anciens était composée tourisme vert et surtout l’évolution tuelles défaillances. Enfin pour « le
de chênes, de châtaigniers et autres des mentalités (l’homme pressé et génie » c’est le moyen privilégié de
arbres à feuilles caduques qui résis- moderne prend le pas sur le contem- participer efficacement à la gestion
taient très bien au ravage du feu et for- platif) font que les incendies se déve- durable de l’environnement et à la res-
maient des pare-feu naturels. loppent. tauration des estives pastorales.

– 15 –
SOMMAIRE
La lettre du génie

Éditorial
Composition
Sommaire
Le courrier des lecteurs
L’actualité en bref
Le génie combat
Le génie construit
◆ Le génie secourt
Le génie instruit
Histoire
A savoir
Coup d’œil sur…
Témoignage
FNAS
PHOTO UIISC 1 - F. PALAUSI

PHOTO UIISC 1 - F. PALAUSI PHOTO UIISC 1 - F. PALAUSI

PHOTO UIISC 1 - F. PALAUSI


La lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial
PHOTO UIISC 1 Composition
Sommaire
Le courrier des lecteurs
L’actualité en bref
Le génie combat
Le génie construit
◆ Le génie secourt
Le génie instruit
Histoire
A savoir
Coup d’œil sur…
Témoignage
FNAS

L’ACTION « COUP DE POING » Asp. Céline BRUNETAUD


- UIISC 1 -

DES FORMISC officier communication


du détachement

Depuis le 23 décembre 2005, la MISSION DE RENFORT matériel sur les chantiers. Seul le vec-
Nouvelle-Calédonie vit un enfer : teur aérien permet d’atteindre les sec-
celui des flammes. Cette période est Le 28 décembre, la décision est prise teurs d’intervention situés entre 400 et
propice à ce genre de phénomène d’envoyer des renforts de métropole. 600 mètres d’altitude.
naturel. Les feux de brousse sont Un détachement des ForMiSC placé
fréquents en effet de mi-octobre à sous le commandement du lieutenant-
colonel Vally (UIISC 7) s’envole pour QUAND EFFICACITÉ
cette île. Une cellule commandement
et deux sections des Unités RIME AVEC RAPIDITÉ
d’Instruction et d’Intervention de la
Sécurité Civile de Nogent-le-Rotrou et Après un nouvel an original passé
de Brignoles ne forment plus qu’un à bord d’un Airbus de l’armée de
détachement pour venir en aide aux l’air, le détachement arrive le 1er jan-
sapeurs-pompiers. Fort de 76 person- vier. Une course contre la montre
nels, il est constitué pour soutenir nos s’engage.
camarades durement éprouvés par le
combat. Hautement qualifiés dans Le haut-commissaire de la République
l’attaque des feux de forêts, ces a demandé une action « coup de
sapeurs-sauveteurs peuvent intervenir poing » de la part des ForMiSC. Leur
en tout temps, en milieux difficiles et mission : éteindre d’innombrables
PHOTO UIISC 1
durant plusieurs
jours de suite sur
mi-février. Cette année, l’origine non feu, comme c’est le
accidentelle les rend plus délicats à cas chaque été en
maîtriser. Aux dires des anciens, cette Corse.
catastrophe est sans précédent. La
terre d’ordinaire rouge est devenue Avec eux, ils appor-
noire suite au ravage de la végétation tent 3,5 tonnes de
et les associations écologiques sont matériels autorisant
démunies. Localement, un élan de l’attaque des feux
solidarité se met alors en place et dans des zones diffi-
700 bénévoles partent en guerre cilement accessibles
contre ce mal qui ronge « le château aux véhicules. Les
d’eau » de la Nouvelle-Calédonie. Les premières reconnais-
sapeurs-pompiers territoriaux luttent sances héliportées
avec ténacité, mais 3 500 hectares confirment, en effet,
sur les communes de Dumbéa et que les CCF ne peu-
du Mont-Dore sont déjà partis en vent acheminer ni
fumée. les personnels ni le PHOTO UIISC 1

– 17 –
SOMMAIRE
La lettre du génie

Éditorial
Composition confiance. Ce témoignage ne serait
Sommaire
UIISC : Unité d’Instruction et d’Intervention pas complet sans un hommage
Le courrier des lecteurs
L’actualité en bref de la Sécurité Civile appuyé pour les FANC dont le soutien
Le génie combat a indiscutablement permis de remplir
Le génie construit ForMiSC : Formations Militaires de la au mieux la mission de secours.
◆ Le génie secourt Sécurité Civile
Le génie instruit
Si besoin en était encore, cette inter-
Histoire CCF : Camion Citerne Feux de Forêts
A savoir
vention illustre que civils et militaires
Coup d’œil sur… FANC : Forces Armées de Nouvelle- peuvent travailler en toute synergie
Témoignage Calédonie pour une cause commune et écolo-
FNAS gique.

La section Kodaly 22 de Nogent-le-


O UIISC 1 pompiers. De plus, les sapeurs-pom- Rotrou est rentrée le 6 janvier tandis
piers locaux leur ont laissé toute ini- que la section Verdi 22 de Brignoles
tiative, ce qui est, en soi, un gage de est restée jusqu’au 23 janvier.

PHOTO UIISC 1

fumerolles qui menacent de reprendre


sous l’effet du vent et de la chaleur.
Auparavant, les hélicoptères austra-
liens bombardiers d’eau et les pluies
tropicales avaient certes ralenti la pro-
pagation des feux de brousse mais res-
taient des foyers résiduels.

Les conditions sont très éprouvantes


pour les organismes : la température
est de 35 °C en moyenne (le déta-
chement avait quitté Paris par - 5 °C
le 30 décembre) et le terrain est
particulièrement accidenté. Mais à
raison de 12 heures de travail par
jour, les sapeurs-sauveteurs viennent
à bout du sinistre.

La condition physique et le moral très


élevé des personnels, leur profession-
nalisme sont unanimement reconnus
et leur valent le surnom de super PHOTO UIISC 1

– 18 –
Grâce au continuum de la formation des officiers, les futurs commandants d’unité passeront
4 semaines de plus au sein de la Maison-Mère lors de leur formation avant leur temps de
commandement. Ces quelques semaines supplémentaires correspondent à un transfert de modules du
DEM vers le CFCU. Explications en page 21 par le CBA Bavay, chef du CFCU.
Ci-dessous, un peu de tourisme architectural dans le vieil Angers.

LE CT DÉCOUVRE LE PATRIMOINE
Capitaine GALLO
ARCHITECTURAL ANGEVIN Stagiaire du CT 61

PHOTO ESAG Le plus gros module « construction »


commence dès le début de la forma-
tion.

C’est ainsi que le 5 octobre 2005, l’en-


semble de la promotion du certificat
technique TOI, a découvert la ville
d’Angers au cours d’une journée

La 61e promotion du certificat tech- chissant pour les futurs


nique TOI a commencé sa scolarité le chefs SLI s’articulera
31 août 2005 pour une durée de 11 sur 7 modules plus ou
mois. Cet enseignement dense et enri- moins volumineux. PHOTO ESAG

– 19 –
SOMMAIRE
La lettre du génie

Éditorial
Composition
Sommaire Avis des stagiaires
Le courrier des lecteurs
L’actualité en bref
« Visite vivement appréciée, menée par deux connaisseurs de la ville d’Angers qui nous ont fait le
Le génie combat plaisir de partager leur passion. »
Le génie construit
Le génie secourt « Une organisation très bonne et des personnes vraiment très qualifiées ont permis d’appréhender et de
◆ Le génie instruit cerner les styles architecturaux d’Angers. »
Histoire
A savoir « L’intérêt majeur de cette visite est de s’enrichir d’une culture architecturale afin de mieux maîtriser le
Coup d’œil sur…
monde du bâtiment. Il est intéressant de s’apercevoir que les bâtis récents s’intègrent dans l’ancien,
Témoignage
avec une appréciation laissée à chacun. »
FNAS

architecturale organisée par la divi- d’horizon complet sur PHOTO ESAG

sion d’enseignement supérieur de les différents styles


l’ESAG. Cette rencontre avec les diffé- composant la plupart
rentes époques architecturales a pu des villes françaises.
éveiller chez les stagiaires un véri- Chaque édifice a fait
table engouement pour leurs futurs l’objet d’un commen-
métiers. taire technique et his-
torique de grande qua-
Cette activité conduite par deux archi- lité. Le prochain objec-
tectes, M. Le Floch et le lieutenant tif sera la découverte
Perrin-Bayard enseignant tous deux de la ville de Rennes
à l’ESAG, a suscité un réel enthou- qui, sans aucun doute,
siasme de la promotion. De l’époque complétera encore la
gallo-romaine jusqu’au XXe siècle, culture de ces nouveaux adeptes du
cette visite a permis de faire un tour bâtiment.

PHOTO ESAG PHOTO ESAG

PHOTO ESAG

– 20 –
La lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial

CONTINUUM ( ) 1 Composition
Sommaire
Le courrier des lecteurs
L’actualité en bref

DE FORMATION DES OFFICIERS : Le génie combat


Le génie construit
Le génie secourt
◆ Le génie instruit

UN NOUVEAU CFCU (2) Histoire


A savoir
Coup d’œil sur…
Témoignage
CBA Pierre BAVAY
POUR SEPTEMBRE 2006 Chef du CFCU
FNAS

Depuis octobre 2005 se tiennent au • préparation des capitaines à l’après la BIA. L’ensemble des cours transférés
CoFAT (3) des groupes de travail sur le TC (5) en les formant aux techniques vers le CFCU représente un volume
continuum de formation des officiers. de rédaction d’état-major, et en brut de 60 heures auxquelles il faudra
augmentant leur niveau de connais- rajouter celles concernant l’environ-
En effet, la mise en place d’un sances interarmes. nement, soit l’équivalent de deux
concours unique interarmées dès semaines.
2007, remplaçant les actuels concours Les évolutions du continuum de la for-
du CSEM et BT, oblige à revoir le mation répondent bien dans un pre- L’essentiel des cours dispensés sera le
continuum de formation des officiers. mier temps aux choix de politique module « techniques de rédaction »
générale fondateurs du système des qui permettra aux futurs commandants
La nécessité de renforcer la formation ressources humaines de l’armée de d’unité d’être employé en état-major
interarmes dans le cursus de formation terre, et dans un deuxième temps à la ou en BOI de régiment dès leur fin de
des officiers est le deuxième para- nécessité d’élever le niveau de temps de commandement.
mètre retenu dans cette réforme. connaissances interarmes des officiers
à chaque strate de leur parcours pro- En revanche ce module revêt une
De ce fait, les différentes formations fessionnel. Le CFCU actuel subit donc importance particulière, puisqu’il
sont affectées et les nouveaux pro- une évolution de ses objectifs de for- représente la seule période d’ensei-
grammes de formation seront mis en mation et s’allonge dans la durée. gnement en vue de l’épreuve de syn-
place dès septembre 2006. thèse et de culture générale du futur
La première évolution majeure est le concours permettant l’accession au
Le CFCU tel qu’il existe actuellement transfert des modules « techniques de CID (11). À cette formation, viendront
va être densifié et sa durée augmentée rédaction » et « connais-
de 4 semaines. sances générales » du
DEM vers le CFCU. Cette
Ceci est le résultat du transfert d’une évolution dans les pro-
partie de la formation du DEM (4) et du grammes permettra à
besoin d’élever le niveau en connais- l’EEM (6) de se consacrer
sance interarmes. uniquement à la formation
tactique avec pour objectif
Ainsi, le CFCU comptera-t-il désor-
la connaissance (7) du
mais deux objectifs principaux de for-
GTIA (8) et de la BIA (9)
mation :
avec son environnement
• préparation des futurs comman- interarmes et logistique,
dants d’unité à leur emploi immé- ainsi que de la connais-
diat, celui de CDU ; sance de la MEDO (10) de

(1) Continuum : ensemble d’éléments homogènes.


(2) CFCU : Cours des Futurs Commandants d’Unité.
(3) CoFAT : Commandement de la Formation de l’Armée de Terre.
(4) DEM : Diplôme d’État-major.
(5) TC : Temps de Commandement.
(6) EEM : École d’État-major à Compiègne.
(7) Connaissance : compréhension globale du sujet et participation au processus de mise en œuvre.
(8) GTIa : groupement tactique interarmes.
(9) BIa : brigade interarmes.
(10) MEDO : méthode d’élaboration d’une décision opérationnelle.
(11) CID : cours interarmées de défense.

– 21 –
SOMMAIRE
La lettre du génie

Éditorial
Composition Cependant ceci obli-
Sommaire
gera d’atteindre un
Le courrier des lecteurs
L’actualité en bref
niveau-seuil minimal
Le génie combat d’information (12) con-
Le génie construit cernant le GTIa à l’en-
Le génie secourt trée à l’EEM. Ce
◆ Le génie instruit
niveau-seuil demandé
Histoire
A savoir oblige donc à densi-
Coup d’œil sur… fier la formation des
Témoignage futurs commandants
FNAS
d’unité lors du tronc
commun.

s’ajouter une formation en bureau- Enfin l’évolution vise


tique et une légère augmentation des également à élever la
connaissances générales. formation des com-
mandants d’unité qui
La seconde évolution du stage est pourront dorénavant
donc l’élévation de connaissances occuper, selon leur
interarmes demandée par le CoFAT. fonction opération- PHOTO ESAG

nelle, un emploi non


Le principe retenu par le CoFAT a été spécialisé dans un EM/PC de GTIa/régi- armes. En effet, ceux-ci travaillent
de définir un « fil rouge » tactique ment ou dans un CMO (13) ad hoc. dans un environnement tactique
générique SGTIa – GTIa, avec pour interarmes du niveau GTIa. La forma-
objectif l’appropriation d’une véri- Sur le principe, la formation dispensée tion portera en plus sur la connais-
table culture tactique interarmes com- à nos futurs commandants d’unité sance du PC/GTIa et de la MEDO pour
mune, sinon identique aux officiers de répond déjà en partie à cette réforme un GTIa à dominante combat embar-
l’armée de terre. de l’enseignement tactique inter- qué et à dominante combat débarqué.
Les structures actuelles à
l’ESAG permettent d’emblée
de faire tenir des emplois
non spécialisés aux capi-
taines lors des exercices tac-
tiques au sein d’un PC de
GTIa, grâce à la zone de
déploiement des PC pré-
sente sur l’école.

Cette réforme entreprise a


donc un impact important
pour nos futurs comman-
dants d’unité, d’une part par
l’allongement de la durée de
formation, mais d’autre part
par les enjeux à moyen
terme que représentent les
pré-requis au DEM et le
concours unique d’acces-
sion au CID. Dorénavant, à
compter de juin 2007, les
épreuves uniques d’admissi-
bilité auront lieu dès la 1re
année après TC et à l’issue
du DEM. Le temps de prépa-
ration des candidats est ainsi
PHOTO ESAG
réduit de fait.

(12) Information : notions générales sur le sujet.


(13) CMO : centre de mise en œuvre, dont la mission consiste à élaborer les ordres des unités d’appuis conservées aux ordres.

– 22 –
QUAND VAUBAN COMMANDA EN CHEF
À CAMARET, VAUBAN SAUVE LE ROYAUME
M. Alain FOUGERAY - ESAG 2e partie

Aux ordres de Lord Berkeley, un des du pays. Tout cela devoit s'executer
plus célèbres amiraux anglais, portant immediatement et n'attendait que
sur ses navires l'armée d'invasion, l'arrivée des troupes et cinq ou six
commandée par le lieutenant général jours de travail auraient mis cette
Talmash, la grande armée rassemblée partie de la cote en bon etat et d'une
par Guillaume III se lance à l'assaut de défense aisée. J'en revins satisfait et
Brest. Tous ses canons, mèches allu- content d’avoir donné tous les ordres
mées, menacent de balayer sous leur necessaires, quand sur les 10 heures
feu la côte du pays de Léon. Après du soir, on entend les signaux
avoir doublé Ouessant et les îles envi- d'Ouessant qui marquaient la vüe
ronnantes, cette armée navale, pre- d'une grande flotte.
nant un large tour, manœuvre auda- « Ce matin, au jour, les signaux se sont
cieuse, se rabat tout entière dans une continués et un batiment d'avis
entre la côte nord de Saint-Mathieu- envoyé par celui qui commande à
Fin-de-Terre, et les avancées de la Ouessant nous a appris qu'on avait
presqu'île de Crozon, afin d’arriver en Marin breton ayant participé à la bataille. découvert 30 ou 35 navires de
ordre parfait entre le Toulinguet et guerre et plus de 80 batiments de
Bertheaume. Les divisions anglo-hol- charge de toutes espèces ; ce qui
landaises se déploient sur ce vaste pour équiper tous ces volontaires, ils
s'est confirmé derechef sur les 4 à 5
plan d'eau et les 114 navires qui les prennent leurs pen-baz (14) ou emman-
heures du soir qu'ils sont venus
composent mettent à l'ancre en vue chent leur faux à revers. Vauban a
mouiller entre Camaret et Ber-
du goulet de Brest et de Camaret. rendu compte au roi des ordres qu’il a
theaume, à portée de bombes de ces
donnés et des dispositions prises pour
postes d'où on leur a lire 8 ou 10 qui
parer à l’attaque : ont presque toutes crevé en l'air. Je
Vauban, à cheval, parcourt au galop le
vaste cercle de littoral allant de la Brest le 17 juin à 11 heures du soir les ai tous vus, des batteries de Léon
pointe du Gouin à la pointe du et de Cornouailles où j'étais aller
« J'arrivai, hier soir, de visiter la cote de
Capucin (entrée du goulet de Brest). donner quelques ordres. On pouvait
Camaret et sa suite jusque vers la
Suivant ses ordres, les tranchées se les compter et les très bien distin-
baie de Douarnenez. J'ordonnai des
garnissent de tout un peuple en armes. guer. Ils ont 3 pavillons au grand mat
retranchements de plusieurs anses
Dans l'ombre de la nuit, la tour ras- et 2 au mat d'avant ce qui me per-
où l'on peut faire descente pour
semble ses artilleurs préparant les suade que c'est une armée compo-
prendre la presqu'ile de Roscanvel
grosses pièces de 48. Derrière les sée d'Anglois et de Hollandois.
par les derrières et tous nos retran-
revêtements des tranchées se dispo- chements de Camaret, je marquai en « Le vent leur est contraire. S'il
sent en rangs serrés soldats de marine même temps le camp des regiments change, je ne doute pas de les avoir
et miliciens garde-côtes. Les pêcheurs de La Roche Courbon et de La demain à la descente ou dans la
et beaucoup de paysans accourus des Boisserie qui ne sont pas encore arri- rade et peut être les deux. Nos
environs s’apprêtent à faire face à l'en- vés, les quartiers de M. de Servon et galères ne sont point venues, ce qui
nemi. Et, si l’armement ést insuffisant de La Vaisse et les postes de miliciens nous fait un grand tort. je leur ai

(14) Bâton noueux ferré dont les paysans bretons usaient tant comme instrument de travail que comme arme de défense.

– 23 –
SOMMAIRE
La lettre du génie

Éditorial
Composition
Sommaire
Le courrier des lecteurs
L’actualité en bref
Le génie combat
Le génie construit
Le génie secourt
Le génie instruit
◆ Histoire
A savoir
Coup d’œil sur…
Témoignage
FNAS

mandé ce soir de
faire tous leurs
efforts Pour entrer en
rangeant la cote de
près, à la faveur de
nos batteries de
terre. Je ne sais point
ce qu'elles pourront
faire mais je sais
bien que je ferai de
tout mon mieux pour
que V.M. soit
contente de moi. Si Plan de la bataille de Camaret annoté par Vauban.
les galeres fussent
venues, les troupes arrivées à temps La bataille par elle-même nous est garnit d'hommes en armes qui déchar-
et nos retranchements achevés, nous
connue par la relation qu’en a laissée gent mortiers, couleuvrines et mous-
etions bien. Dieu qui a toujours
M. de Saint-Pierre, aide de camp de quets.
assisté V.M., ne l'abandonnera pas,
Vauban (16).
sans doute en cette occasion. Nos « On a beaucoup tiré depuis midi et
affaires sont assez bien disposées Ce dernier est arrivé à Camaret sur les demi jusqu’à environ une heure et
dans la ville. demie avec peu de fruit de leur coté
onze heures du matin pour constater
« Vauban » (15) que la flotte anglo-hollandaise s’était ou moins pour ce qui regarde le
rassemblée autour du vaisseau amiral quartier ou pas loin. Je ne sais si le
Ce fut l’attente dans la nuit. Vauban « pour recevoir ses ordres et se ran- canon de nos batteries avait plus
était assuré que tous ses ordres avaient ger plus commodément dans leur d’effet mais il me paraissait quelle
été exécutés et que la partie pouvait marche ». Six ou sept vaisseaux se tiraient assez droit. Entre midi et une
enfin se jouer. Il traverse alors le gou- détachent alors et le premier vient heure cette quantité de petits bâti-
let et attend l’aube dans le fort de « mouiller fort fièrement près de la ments qui entouraient l’amiral a fait
Mingant. Mais ce petit matin du 18 batterie de Camaret ou il a essuyé un voile et au lieu de prendre la même
juin 1694 se lève dans une brume si assez gros feu de canon » pendant que route de leurs vaux qui était deve-
épaisse que nul ne voyait rien, ni les les autres s’approchent au plus près de nue périlleuse par le feu du canon
Anglo-Hollandais sur mer, ni les la côte pour débarquer les troupes. ils se sont étendus sur la gauche en
Français sur terre. Deux heures, trois rangeant la terre hors de portée de
heures passent ainsi, étreignant tous En effet, au mât de la tour, un pavillon mousquet du coté de la pointe du
les cœurs. a donné le signal du feu, et instanta- Capucin, en tirant vers la plage de
nément les 11 pièces de 48 lâchent Camaret. »
Enfin, vers neuf heures, l'épais rideau ensemble une salve de boulets chauf-
de brume se déchire brusquement et fés au rouge. Environ quarante chaloupes amènent
les pans entiers de ce brouillard s'éva- d’autres soldats sur la grève, dirigées
porent sous la chaleur du soleil de Simultanément, depuis le Gouin par un canot où M. de Saint-Pierre
juin. Et immédiatement, la bataille se jusqu'au Tremet, le demi-cercle des peut distinguer le commandant. Les
déchaîne, foudroyante. tranchées que Vauban avait conçu se assaillants - cinq à sept cents - sont

(15) SHD A1 1256, f° 701.


(16) Archives nationales. Fonds Marine B4 15. « Les deux aides de camp que j’ai pris ici sont du pays ; l’un s’appelle M. de Saint-Pierre,
ci-devant major de la marine, proche parent de M. le maréchal de Bellefond, homme sage et très capable. » (lettre de Vauban à
Barbezieux, de Brest le 21 juin 1694, SHD A1 1256).

– 24 –
La lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial
accueillis par un feu nourri, obligeant M. de Saint-Pierre, voulant aller Composition
Sommaire
la plus grande partie à se réfugier sur rendre compte à Vauban de l’issue de
Le courrier des lecteurs
les chaloupes qui sont alors prises la bataille, confie des prisonniers à M. L’actualité en bref
dans le reflux de la mer. de Sernon, accouru au galop avec Le génie combat
MM. de la Veze et du Plessis à la tête Le génie construit
Au cri de guerre des Armoricains : de son régiment de cavalerie. « J’ay Le génie secourt
Le génie instruit
« Torr he Pen (17) ! », répercuté de laissé M de Langeron fort occupé à
◆ Histoire
toutes parts, coude à coude, brandis- remettre en ordre ses gens qui se A savoir
sant mousquets, piques, haches, gour- débandaient pour piller et de plus fort Coup d’œil sur…
dins et lames de faux emmanchées à fatigué du travail d’une action où il lui Témoignage
FNAS
revers, les soldats de marine, garde- a fallu un grand mouvement ayant
côtes, pêcheurs et paysans se jettent à roulé presque toute sur lui. Je ne sau-
l'attaque. rais bien estimer la perte des ennemis
mais je ne crois pas qu’il se soit sauvé y a deux officiers dont l'un pourra
Le commandant Talmash est atteint 50 hommes de ceux qui se sont débar- mourir. La relation vous explique le
parmi les premiers et l'une des cha- qués. » détail de l'affaire.
loupes encore à flot le ramène vers l’es- « Les ennemis deliberent présente-
cadre. « Ils ont été un demi quart Ce combat, préparé avec une science ment sur l'entrée du goulet. Mais si
d’heure passer par les armes et voyant de grand stratège, est si intense et si les galeres pouvaient entrer cette
l’impossibilité de se sauver qu’à la nage rapide que Vauban, partant du fort nuit, je suis persuadé que toutes
ils ont demandé quartier qu’on leur a Mingant, traversant le goulet, galopant deliberations seroient finies et que,
donné. J’en ay vu beaucoup qui appa- tout le long de la presqu'île de contents de leurs actions, ils iroient
remment se sont noyez voulant gagner Roscanvel, n'arrive sur le lieu du com- demander fortune ailleurs. » (19)
en nageant les chaloupes qui étaient à bat qu'au moment où tout se termine.
flot et se servaient par merveilles de Soldats, marins, pêcheurs et paysans Cependant que la joie gagne tout le
leurs avirons pour se tirer de dessous le dans une immense clameur partie de pays de Camaret, l’amiral Berkeley, ne
feu du mousquet. Les vaisseaux et fré- toute la côte, acclament celui qui avait s’avouant pas vaincu, tente encore de
gates destinées à favoriser la défense en exigé de n'être lieutenant général de jeter ses plus gros navires contre les
voyant le mauvais succès ont aussitôt la Marine que pour l’honneur. défenseurs de la côte. Mais les pièces
mis à la voile pour se retirer. » de 48 de la tour et toutes les autres
Et Vauban, avec une concision remar- batteries allongeant le tir, ripostent de
C’est alors que, par la route de quable, résume la bataille dans son telle manière que Berkeley donne
Châteaulin, arrive au galop le régi- compte rendu à M. de Barbezieux : l’ordre de battre en retraite. Coupant
ment de Du Plessis-Praslin cavalerie, leurs câbles, hissant précipitamment
chargeant sabre au clair sur la grève Brest 18 juin 1694 à 10 heures du soir. leurs voiles, et profitant de l’aide don-
que le reflux a complètement dessé- « Les ennemis, Monseigneur, ont née par le renversement du grand cou-
chée. Laissant autour d'eux morts et aujourd'hui voulu tenter la descente rant de l’Iroise, navires de guerre et
blessés, les troupes de débarquement de Camaret avec 8 gros vaisseaux de bâtiments de transport font voiles vers
n'ont plus qu'à se rendre. guerre et plus de 10 autres petits le large en masses désordonnées (20).
batiments de toutes especes. Après
Sur le sable gisent 800 tués et blessés ; deux heures de grosse canonnade
600 survivants sont aux mains des de la part des vaisseaux, fort bien
vainqueurs qui n'ont eu de leur côté répondue par la Tour de Camaret, ils
qu'une quarantaine de blessés dont ont mis à terre à demi portée de
l’ingénieur Traverse, second de mousquet des retranchements aux-
Vauban, qui a eu un bras emporté (18). quels ils se sont présentés très fière-
Aux pertes des troupes anglaises, il ment. Ils y eut été reçus de même et
convient d’ajouter environ 500 marins en cette affaire ont eu 7 a 800 de
ennemis disparus dans les bateaux tués, pris ou noyés. Le surplus s'est
touchés par les pièces de la tour. sauvé ou n'a pas mis à terre.
Beaucoup de vaisseaux endomma-
En réalité, il semble que cette bataille gés car l'affaire a duré longtemps.
n’ait duré qu’à peine plus d'une heure De notre post il n’y a eu que 30 ou Schéma de l’uniforme de l’infanterie française
et demie. 40 tués ou blessés parmi lesquels il (1690) d’après Michel Pétard.

(17) Casse-lui la tête !


(18) Il assurera néanmoins, après sa guérison, les travaux d’achèvement de la tour.
(19) SHD A1 1256, f° 113.
(20) Toudouze (G.-G.), Camaret et Vauban.

– 25 –
SOMMAIRE
La lettre du génie

Éditorial
Composition tremblé, salue unanimement la vic- ral de l'Armorique), et « Anglis et bata-
Sommaire
toire décisive si bien menée de main vis caesis, et Jugatis 1694 » (Anglais et
Le courrier des lecteurs
L’actualité en bref
de maître par Vauban, qui, modeste Hollandais taillés en pièces, et mis en
Le génie combat écrivit à Louis XIV, de sa tour au crépi fuite) : ici, délicate flatterie à la mode
Le génie construit rouge de Camaret : « Je n'y ai eu de savante du XVIIe siècle, par laquelle le
Le génie secourt part que par mes conseils et mes graveur Roussel, dans le personnage
Le génie instruit
petites précautions ». mythologique de Minerve, déesse à la
◆ Histoire
A savoir fois de l'intelligence et de la victoire,
Coup d’œil sur… Louis XIV fit graver par Hiérôme représente le génie de Vauban.
Témoignage Roussel, de l'académie des Beaux-
FNAS
Arts, une médaille que conserve la Un combattant anonyme de la bataille
Monnaie de Paris : à l'avers, suivant composa un chant héroïque en langue
l’habitude, le profil du souverain ; au bretonne, poème naïf et coloré (21).
Une tempête surprend la flotte anglo- revers, une figure de Minerve debout
hollandaise en mer d’Iroise, lui cou- près d'un trophée naval avec, au loin- Et en mémoire de cette journée
lant deux navires de plus avant qu’elle tain, les lignes de la côte de Trez- héroïque, la grève de Trez-Rouz reçut
puisse enfin rejoindre l’Angleterre. La Rouz, et cette inscription « Custos le nom populaire de Maro-arsaozan :
France entière, qui, un moment avait orae Armoricae » (gardienne du litto- la mort anglaise.

(21) Écrit à la plume, au dos d'un papier de justice découvert dans un château finistérien, a été publié dans les Mémoires de la Société
Archéologique du Finistère.

SOURCES

Archives nationales : HALEVY (Daniel), Vauban. Paris, 1924.


B 15 Campagnes. Côtes de France, 1695-1695.
4 LA RONCIERE (Charles de), Histoire de la marine française,
Tome VI : Le crépuscule du Grand Règne. L’apogée de la
Service historique de la Défense - Terre : guerre de course. Paris, Plon, 1924.
LE GALLO (Yves), « Le paysan bas-breton et le mythe au
Correspondance : A1 1255 à 1260. XVIIe siècle », Annales de Bretagne, 1975, n° 4, p. 477-500.
Pièces éparses concernant la défense des côtes de Bretagne
LEVOT (P.), « Descente des Anglais à Camaret », Revue
et de Normandie sous le commandement de Choiseul, les
Maritime et Coloniale, 1872, tome XXXII, p. 27-57.
travaux de Vauban à Saint-Malo et à Brest ; mouvements de
la flotte anglo-hollandaise ; quelques pièces sur le combat de LEVOT (P.), Histoire de la ville et du port de Brest. Brest,
Camaret (1256-1257). 1863, in-8°, tome II.
LOYER (chef de bataillon), « Le commandement de Vauban
Bibliographie sommaire : en Basse-Bretagne - 1694-169 », Revue Maritime, juillet-
décembre, 1935, p. 313-357.
AUGOYAT (colonel), « La Défense des côtes », Revue
NEDELEC (P.-J.), « À propos du poème breton sur la bataille
Militaire, 1900.
de Camaret », Société archéologique du Finistère, tome
BLANCHARD (Anne), Vauban. Paris, Fayard, 1996.
LXXXVI, 1960, p. 3-12.
CHEVILLOTTE (Y.), « Le château de Bertheaume, la pointe
PUJO (Bernard), Vauban. Paris, Albin Michel, 1991.
de Perzel, des origines à Vauban (1694) », Association
Bretonne, 119e congrès, 1991, p. 253-264. ROCHAS D’AIGLUN (A.), Vauban, sa famille, ses écrits.
DELAVAUD (L.), « Un ministre de la Marine, Jérôme Paris-Nancy, Berger-Levrault, 1919, 2 volumes.
Phélypeaux de Pontchartrain… Sa visite des ports de France TOUDOUZE (G.), « La victoire de Camaret le 18 juin 1694
en 1694, 1695 et 1696 », Bulletin de la Société de et la poésie populaire bretonne », Société archéologique du
Géographie de Rochefort, 1911. Finistère, tome LXXXV, 1959, p. 29-66.
DIZERBO (A.-H.), « Une relation anglaise de la bataille de TOUDOUZE (G.-G.), Camaret et Vauban. Paris, Ed. Alpina,
Camaret (18 juin 1694) par Peregrine Osborne, marquis de 1967, in-8°, 100 p., pl.
Caermarthen. Traduction et commentaires », Société archéo- TOUDOUZE (G.-G.), Camaret, grand'garde du littoral de
logique du Finistère, tome CXII, 1983, p. 93-110. l'Armorique. Paris, Gründ, 1954, 103 p., pl., cartes.
FOURE (Pierre), « La bataille de Brest (le débarquement de TOUDOUZE (G.-G.), La Défense des côtes au dix-septième
Camaret – 18 juin 1694) », Carnets de la Sabretache, 1988, siècle. Paris, 1900, in-8°.
4e trimestre, p 143-146 et 1989, 1er trimestre, p. 4-7. TOUDOUZE (G.-G.), Monsieur de Vauban. Paris, Berger-
GLOTIN (Hyacinthe), « La flotte anglo-hollandaise sur le lit- Levrault, 1954.
toral vannetais en 1703 », Association bretonne, 1898, p.
273-277.

– 26 –
La lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial

AFN 1952-1962 Composition


Sommaire
Le courrier des lecteurs
L’actualité en bref

LA GUERRE D’ALGÉRIE Le génie combat


Le génie construit
Le génie secourt

LES COMBATS DU MAROC


Le génie instruit
ET ◆ Histoire
A savoir
Coup d’œil sur…

Général (2S) Bernard RICHE ET DE LA TUNISIE Témoignage


FNAS

LES DATES Le scrutin d’autodétermination aboutit


à l’indépendance le 1er juillet 1962. Le
dernier soldat français ne quittera
TUNISIE l’Algérie qu’à la fin de l’année 1967
après la réussite des essais scienti-
En 1881, le protectorat français est
fiques sur le site d’Hammaguir (lance-
établi en Tunisie par le traité du Bardo.
ment de fusées) et sur les sites de
Des troubles dans le pays à partir de
Reggan et d’In Amguel (expériences
janvier 1952 obligent les troupes fran-
nucléaires) au Sahara.
çaises à intervenir. Un nouveau statut
19e RG
conduit à l’autonomie externe en
1954, puis à l’indépendance en 1956.
LES EFFECTIFS
31e RG
MAROC Les troupes d’intervention sur ces trois
territoires étaient composées de mili-
La prééminence française au Maroc taires de carrière, d’engagés volon-
est reconnue par l’Angleterre en 1904 taires, d’appelés et de rappelés. Elles
et par l’Allemagne en 1911. Le pro- renforçaient les unités de l’armée
tectorat français est établi en 1912 sur d’Afrique pour le maintien de l’ordre
la plus grande partie du pays. et la pacification.

Des mouvements indépendantistes Les effectifs engagés, les tués et les


déclenchés en juin 1953 provoquent blessés sont récapitulés dans le 34e RG
l’intervention des troupes françaises. tableau ci-après.

L’indépendance du Maroc est recon-


nue par la France et l’Espagne en 1956. LES UNITÉS DU GÉNIE 1re CSG

ALGÉRIE Avant « les événements », le génie ne


comportait que des états-majors, 3 régi-
À partir de 1830, année de la prise ments (19e RG Algérie, 31e RG. Maroc,
d’Alger par les troupes françaises, la 34e RG Tunisie), le service du génie, le
conquête du territoire s’ensuit et se service du matériel du génie et deux
termine vers 1841. Elle est étendue au compagnies sahariennes.
territoire saharien de 1852 à 1871.
L’Algérie comptait trois départements En 1961, les unités suivantes étaient
français et les territoires du Sud. engagées en Algérie : 19e RG, 3e
BG, 9e BG, 12e BG, 31e BG,
Le 1er novembre 1954 des éléments 35e BG, 36e BG, 37e
nationalistes regroupés au sein du BG, 39e BG, 40e BG,
Front de Libération Nationale (FLN) 41e BG, 42e BG, 50e BG,
déclenchent une insurrection contre 72e BG, 157e bataillon tra-
laquelle la France emploie d’impor- vaux lourds, 30e bataillon de
tants moyens militaires. sapeurs mécaniciens, 950e, 951e,
952e compagnies d’entretien et d’entre-
Le cessez-le-feu intervient à la suite pôt, 1re, 2e, 3e, 4e compagnies saha-
des accords d’Évian en mars 1962. riennes du génie, 52e, 54e, 55e, 59e, 62e,

– 27 –
SOMMAIRE
La lettre du génie

Éditorial
Composition
LES RÉCOMPENSES • créées pendant le conflit :
Sommaire
La croix de la valeur militaire avec
Le courrier des lecteurs COLLECTIVES citations et la médaille commémora-
L’actualité en bref
Le génie combat ET INDIVIDUELLES tive des opérations de sécurité et du
Le génie construit maintien de l’ordre avec des agrafes ;
Le génie secourt Le génie au cours de ces campagnes
Le génie instruit • existantes adaptées au conflit :
◆ Histoire
aura utilisé 85 unités différentes dont
La croix du combattant volontaire, la
A savoir des unités de rappelés qui ne figurent
croix du combattant et la médaille des
Coup d’œil sur… pas sur la précédente liste de 1961 :
évadés ;
Témoignage 104e, 105e, 106e et 111e BG.
FNAS
• créées après le conflit :
Les états-majors, le service du génie, les médailles du Titre de reconnaissance
le service du matériel génie n’y figu- de la nation (TRN) : une première créée
63e, 64e, 67e, 69e, 70e, 71e, 75e, 77e, 79e rent pas non plus ; ils n’avaient pas de en 1997 spécialement pour les mili-
compagnies du génie de zone, 960e, fanions. taires ayant servi en Afrique du Nord,
961e, 962e, 963e compagnies mixtes une deuxième créée en 2001 pour les
d’équipement bennes, 60e, 61e compa- Il n’y avait pas de citations collectives participants de tous les conflits.
gnies du génie aéroporté, 5/1, 5/4 com- comme dans les conflits précédents et
pagnies de travaux lourds sur voie ferrée, comme nous étions en territoire fran- Le TRN créé primitivement pour les
971e, 972e, 973e, 975e, 976e, 977e çais, il n’y avait pas de croix de guerre combattants d’AFN sera étendu (d’où
compagnies d’électromécaniciens et TOE ni de médaille coloniale pour le même ruban) aux combattants de
11e régiment du génie saharien. récompenser les actes de bravoure ou tous les conflits de la guerre 1914-
la présence sur le territoire. 1918 aux missions extérieures.
S’inspirant des insignes des corps de
l’armée d’Afrique, les unités ci-dessus, La croix de la valeur militaire a donc La deuxième médaille est différente
souvent créées pour s’adapter aux été créée pour les personnels cités (à et le ruban peut recevoir plusieurs
variations de la forme du conflit, adop- l’ordre de l’armée, du corps d’armée, agrafes dont celle d’« Afrique du
tèrent dans la composition de leurs de la division, de la brigade ou du Nord » pour ce conflit.
insignes métalliques des symboles régiment) et la médaille commémora-
orientaux : le croissant, l’étoile, la tive des opérations de sécurité et de
croix chérifienne, la porte mauresque, maintien de l’ordre pour les partici-
la croix du Sud, la main de Fatima… pants avec différentes agrafes : Algérie
(1954-1964), Tunisie (1952-1958),
Maroc (1953-1958), Sahara (1961-
1964) et Mauritanie (1957-1960).

En récompense collective depuis


novembre 2004, cinq unités du génie
ont reçu l’inscription unique « AFN
1952-1962 » sur la soie de leur dra-
peau : 2e RG, 17e RGP, 19e RG, 31e RG
et 72e RG.

69e CGZ Les participants de ces campagnes ont


pu recevoir les décorations indivi-
duelles suivantes :

41e BG • ordres nationaux :


La Légion d’honneur, la médaille mili-
taire et l’ordre national du mérite ;

TERRITOIRES AFN
ALGÉRIE MAROC TUNISIE
PERSONNELS TOTAUX

Présents sur le terrain 1 747 927 1 419 125 165 049 163 753

157e BTL
Tués ou disparus 25108 (*) 23196 1 247 665

Blessés 70367 60278 7 041 3 048


(*) Dont 58 officiers du génie qui avaient été formés dans les diverses divisions d’instruction de l’École
d’application du génie à Angers (application, X-IMO, EOR…).
11e RGS

– 28 –
La lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial
DÉCORATIONS FRANÇAISES Composition
Sommaire
DE LA GUERRE D’ALGÉRIE Le courrier des lecteurs
L’actualité en bref
ET DES COMBATS DU MAROC ET DE LA TUNISIE Le génie combat
Le génie construit
Le génie secourt
Ordres nationaux, médaille militaire Le génie instruit
◆ Histoire
A savoir
Coup d’œil sur…
Témoignage
Croix Médaille Croix FNAS

de chevalier militaire de chevalier


de la Légion de l’ordre national
d’honneur du Mérite

Créée en 1802 Créée en 1852 Créée en 1963

Décorations créées pendant le conflit

Croix de la valeur militaire Médaille commémorative des opérations


(avec palmes ou étoiles) de sécurité et de maintien de l’ordre
(avec agrafe Algérie - Tunisie - Maroc -
Sahara - Mauritanie)

Créée en 1956 Créée en 1956

Décorations existantes adaptées aux conflits

Croix du combattant Croix Médaille


volontaire du combattant des évadés

Créée en 1953
(adaptée en 1988 Créée en 1930
avec agrafe « AFN ») (adaptée en 1978) Créée en 1926

Décorations créées après le conflit : titre de reconnaissance de la Nation


(décret 1993)

Médaille de la reconnaissance Médaille de la reconnaissance


de la Nation de la Nation
(agrafe Afrique du Nord) (agrafe Afrique du Nord)

Créée en 1993 Créée en 1993

– 29 –
Le 13e RG a participé de façon originale au développement du lien armée-nation tout en contribuant
à alimenter le patrimoine cinématographique de l’histoire militaire.
Ça tourne !
OPÉRATION LICORNE MANDAT 7 :
LE RÔLE DE LA SECTION GÉNIE
DANS LA DESCENTE DU GROUPEMENT
TACTIQUE INTERARME NUMÉRO 2 Capitaine FOUQUET
commandant
la 1re compagnie
SUR ABIDJAN du 6e régiment du génie

Le 6 novembre, la nouvelle nous


frappe de plein fouet : les avions de
chasse ivoiriens ont bombardé le
camp français de Bouaké. Neuf
morts et de nombreux blessés. Dans la
nuit du 6 au 7 novembre, à deux
heures du matin, tous les GTIA reçoi-
vent l’ordre de se diriger vers Abidjan
où la situation est très tendue. Le
temps presse.

ZOKOGUHE,
7 novembre,
2 heures du matin
L’escadron de reconnaissance, d’in-
vestigation et d’aide au déploiement
reçoit l’ordre d’abandonner son camp
et de rejoindre la rame du Grou-
pement Tactique Interarmes n° 2
(GTIA2) à hauteur du Sinfra, à une tions d’emploi. Il sait déjà que le com- faudra faire vite et le capitaine envi-
soixantaine de kilomètres plus au sud. mandant de l’escadron aura des choix sage d’abandonner nos MPG et de les
Le lieutenant Perchais, chef de la sec- à faire : les traversées de Daloa et de détruire sur place, prétextant leur
tion génie travaillant au profit du Gonate ne seront pas faciles. Les vil- manque de vélocité et de blindage.
GTIA2, est bloqué à l’état-major. C’est lages sont en effervescence, les jeunes
le sous-officier adjoint, le sergent-chef patriotes sont partout, la radio diffuse Le SOA lui propose plutôt de les déta-
Dupe, qui prend le commandement et des informations fantaisistes et sur- cher avec un chef de groupe dans le
prépare la mission, dont ses proposi- tout… anti-françaises. Sur la route, il premier échelon de tête avec pour mis-

– 30 –
La lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial
sion d’ouvrir les itinéraires PHOTO 6E RG Composition
Sommaire
obstrués. La section a déjà
Le courrier des lecteurs
fait ses preuves auprès de L’actualité en bref
cet escadron. Elle travaille Le génie combat
à son profit depuis le Le génie construit
début du mandat. Les Le génie secourt
Le génie instruit
MPG sont en état, les
Histoire
pilotes expérimentés. La ◆ A savoir
proposition est acceptée : Coup d’œil sur…
les engins partiront avec Témoignage
FNAS
l’échelon de tête. Un
MPG sera juste derrière le
VBL de premier échelon.
Sa protection sera assurée minutes s’écoulent,
par deux VAB T20-13. sans résultat. La foule
se rapproche et
Le deuxième MPG sera devient plus mena-
juste derrière en mesure, çante. La décision est
au mieux, de rétablir l’iti- prise : le passage va
néraire et permettre au être forcé. Des gre-
deuxième échelon de progresser au DALOA, 8 heures nades lacrymogènes sont lancées. Les
plus vite. Le chef de corps du GTIA a manifestants ripostent avec des pierres
été clair : « la force Licorne dispose de La foule est compacte. Plusieurs mil- et parfois des bouteilles de gaz. Face à
la liberté de mouvement sur l’ensemble liers d’Ivoiriens attendent le passage nous, des meubles, des voitures, des
du territoire ivoirien ». Les convois doi- des Français. Ils hurlent des slogans pneus en flamme, des grumes sont
vent passer et il n’est pas question de se hostiles. entassés tous les 30 mètres. La fumée
laisser retarder, encore moins de se et les manifestants empêchent les
faire arrêter. Des tentes, des réfrigéra- Derrière eux, des colonnes de fumée pilotes de voir les obstacles successifs.
teurs, des véhicules en panne, des s’élèvent. Les jeunes patriotes, enca- Les MPG et les VAB roquent de l’un à
caisses, du petit matériel, tout ce qui drant la foule, ont tout fait pour que la l’autre. Devant la taille de certaines
ne peut pas être chargé est détruit ou rame ne passe pas. barricades, les deux MPG sont obligés
abandonné sur place. Nous les retrou- soit de se mettre de front soit de
verons parfois, quelques semaines Dans un premier temps, le comman- prendre de l’élan pour disloquer les
plus tard, vendus sur les marchés ivoi- dant d’unité privilégie la négociation. obstacles les plus durs. La foule, parti-
riens. À 6 h 30, le drapeau est amené Il fait téléphoner aux chefs FANCI culièrement hostile, cherche à s’im-
sur le camp. Les couleurs françaises qu’il connaît dans le secteur. 45 miscer dans la rame. Elle tente parfois
n’y flotteront plus.

LISIÈRES SUD Enseignements majeurs


DE ZOKOGUHE,
EFFICACITÉ des MPG dans l’ouverture d’itinéraire lors de la des
7 heures
La rame rencontre les premiers obs-
L’ cente sur Abidjan a permis de réaffirmer le rôle du génie dans le
cadre de l’aide à la mobilité. L’intégration de la section génie dans
l’échelon de tête nécessite une coordination parfaite avec l’unité appuyée,
tacles : anciens points de contrôle qu’elle soit blindée ou d’infanterie.
réactivés, barricades improvisées, gra- Le traitement des obstacles en fonction de leur nature et de l’environne-
vats, grumes, herses. Protégé par les ment impose aux sapeurs et, dans le cas qui nous concerne, aux pilotes
VAB T20-13, le MPG ouvre la route d’engins, une réactivité et une présence d’esprit qui ne peuvent se limiter
sans problème et quasiment sans s’ar- aux seuls cadres. À l’instar du combat en zone urbanisée, la prise d’ini-
rêter. Son impact est autant psycholo- tiative reste la clé de la réussite quand rapidité et effet de surprise doi-
gique que physique : les manifestants, vent se conjuguer.
excités et attroupés autour de la route, L’optimisation des moyens du génie nécessite une bonne intégration du
reculent devant l’engin. L’escadron ne sapeur dans l’unité qu’il appuie. À cet égard, le rôle du chef de section et, le
déplore qu’un pneu de VAB crevé sur cas échéant, de l’officier de la compagnie génie inséré dans l’état-major doit
une herse. Grâce à son dispositif anti- être réaffirmé. Le sapeur doit, par une démarche volontariste et intelligente,
crevaison, il poursuit son chemin. Il créer une valeur ajoutée non seulement par la pertinence de ses proposi-
est 7 h 15 et les MPG ont déjà large- tions mais aussi par sa présence constante et son sens de l’anticipation.
ment prouvé leur efficacité.

– 31 –
SOMMAIRE
La lettre du génie

Éditorial
Composition PHOTO 6E RG

Sommaire
Le courrier des lecteurs
L’actualité en bref
Le génie combat
Le génie construit
Le génie secourt
Le génie instruit
Histoire
◆ A savoir
Coup d’œil sur…
Témoignage
FNAS

de reformer les barri-


cades après le pas-
sage des engins. Mais
l’effet de surprise est
tel que la rame pro-
gresse et finalement,
vers 9 heures, sort de
Daloa. La citerne a un
pneu crevé, les pare-brise ont souffert Au centre du village, la population a deux pilotes de MPG repèrent des tas
mais tous les véhicules poursuivent creusé, autour des canalisations, un de terre et comblent la brèche.
leur route et aucun blessé n’est à fossé à bord franc ne permettant pas le
déplorer. Nous avons mis près d’une passage de nos véhicules. Seul un
ponceau de fortune permet de franchir.
heure pour franchir les deux kilo- RIVES DU SINFRA,
mètres de Daloa.
Les premiers véhicules qui tentent de 16 heures
passer, doivent être tractés par le MPG
pour s’en sortir. Quelques centaines Le détachement rejoint la rame princi-
GONATE, 11 h 30 de mètres plus loin, un ruisseau pale du GTIA2. La section génie s’in-
empêche la progression des véhicules. tègre dans la colonne qui s’ébranle
Après les obstacles, nous sommes vers Abidjan. Les MPG s’avancent
confrontés à un autre type de pro- Sous la menace de la population mais avec les premiers éléments. Cette fois,
blème. protégés par les blindés de tête, les leur place ne se discute pas.

BULLETIN D’ABONNEMENT 3 numéros par an


France 20 €
Étranger 30 €
Abonnement collectif (unités du génie)
50 exemplaires 400 €
100 exemplaires 600 €

NOM : ............................................................ Prénom : .................................................... Grade : ........................................................

Adresse : ..................................................................................................................................................................................................................

Code postal : .................................................. Ville : ......................................................... Pays : ........................................................

Renvoyez le bulletin ci-dessus (ou sa photocopie) accompagné d’un chèque à l’ordre de :


• l’Association des amis du génie : OU • FNAS :
Vauban, la Lettre du génie Fort-Neuf de Vincennes
Abonnement 3 et 5, cour des Maréchaux
106, rue Éblé – BP 34125 – 49041 ANGERS Cedex 01 75012 PARIS

– 32 –
LA COMPOSANTE ÉNERGIE EST NÉE
Lieutenant Benoît KREBS
Officier communication AU 2
E
GÉNIE

Si elles ont des effets économiques et PHOTO 2E RG

humains dévastateurs, les guerres ont


toujours engendré des inventions
technologiques. Elles favorisent l’ar-
mée qui y a recours même si l’adver-
saire lui est supérieur. Les exemples
historiques sont nombreux. Une des
inventions majeures du XIXe siècle fut
l’électricité. Elle s’est vite imposée à
l’armée de terre qui a compris le
besoin impérieux de disposer de spé-
cialistes dans ce domaine, ceci afin
d’assurer son autonomie en énergie
électrique au niveau de la production,
du transport et de la distribution. En
toute logique, cette mission a été
confiée au génie, arme des « ingé-
nieurs du Roy ».

DES ORIGINES
À LA LIBÉRATION Algérie : alternateurs - centrale.

C’est ainsi que l’on voit apparaître dès réseau haute tension du secteur civil quelles s’ajoute en 1957 le Centre
1933, alors que la ligne Maginot se est amené par lignes aériennes jusqu’à d’instruction du génie n° 2 chargé de
construit, trois compagnies d’électro- des transformateurs bétonnés construits la formation dans cette spécialité. Aux
mécaniciens – les premières de l’ar- à des dizaines de kilomètres des deux bataillons du génie envoyés en
mée française – créées au 2e régiment ouvrages. La tension est alors abais- Afrique du Nord (52e BG en Algérie et
du génie. C’est la naissance des sée, puis le courant est acheminé aux 63e BG en Tunisie) s’ajoutent les six
« électros » qui, avec les sapeurs- ouvrages par lignes souterraines. La compagnies chargées d’exploiter et
mineurs de forteresse, participent à la qualité et la fiabilité de ces réalisations d’entretenir un obstacle électrifié. Le
réalisation des ouvrages fortifiés. ont été essentielles dans la capacité de long de la frontière avec la Tunisie, ce
Quand le service électromécanique résistance de la ligne Maginot. sont les 971e, 972e et 973e compagnies
du génie est créé en 1936, les unités d’électromécaniciens qui veillent sur
d’électromécaniciens du 2 y déta- les 1 500 km de barrages électrifiés.
chent des personnels afin de réaliser Haut de 2 mètres, le barrage est par-
l’ensemble des équipements intérieurs L’ALGÉRIE couru par un courant de 5 000 volts.
et extérieurs de la ligne ; l’emploi de Toute brèche ou coupure peut être
l’électricité est général dans les fortifi- Quand le régiment est recréé à Metz repérée avec une grande précision. Le
cations. Les « électros » réalisent un en 1946, la spécialité « électroméca- long de la frontière avec le Maroc, ce
vaste réseau d’alimentation électrique nique » lui est à nouveau confiée. Elle sont les 975e, 976e et 977e compagnies
par l’arrière. Le courant prélevé sur le représente plusieurs compagnies aux- d’électromécaniciens qui effectuent

– 33 –
SOMMAIRE
La lettre du génie

Éditorial
Composition PHOTO 2E RG gnies de production d’eau, et la 973e
Sommaire
compagnie d’infrastructure opération-
Le courrier des lecteurs
L’actualité en bref
nelle. Les électromécaniciens joueront
Le génie combat un rôle essentiel dans le déploie-
Le génie construit ment des forces françaises en ex-
Le génie secourt Yougoslavie, mais également lors des
Le génie instruit
déploiements en Afghanistan ou
Histoire
A savoir encore en Côte d’Ivoire. Qu’il s’agisse
◆ Coup d’œil sur… de la production d’énergie ou du trai-
Témoignage tement de l’eau, les « électros » assu-
FNAS
rent l’appui génie des autres unités
dans un domaine très technique,
demandant expérience et compé-
les mêmes missions. tence.
En plus de la cons-
Centrale 400 kw - exercice Émeraude.
truction des lignes, les Plus que jamais, les électromécani-
« électros » construi- ciens du « 2 » demeurent indispen-
ront les centrales, les abris pour les franchissement ou de travaux. Le 2 sables au déploiement des forces
sapeurs en poste, tout en réalisant les enverra ses sapeurs sur tous les françaises. En ex-Yougoslavie, ils n’ont
champs de mines qui protègent les théâtres d’opérations extérieures, aussi de cesse de fournir l’énergie à partir
barrages. Ces missions seront rendues bien les « électros » que les « génie de groupes électrogènes en grand
très difficiles par le soleil, le vent, le combat », qui s’illustreront en Asie, en nombre et vieillissants ; malgré les dif-
sable et un ennemi qui ne cesse d’es- Europe, ou encore au Moyen Orient. ficultés et les rigueurs du climat, la
sayer de franchir un obstacle, certes Quand arrive la professionnalisation mission est remplie. Avec les compa-
non totalement hermétique, mais des armées, tout change… gnies de production d’eau, ce sont
redoutablement efficace. Jusqu’à la fin trois compagnies dont les personnels
du conflit, les « électros » auront à sont électromécaniciens. En 2002,
faire face à plusieurs centaines de ten- pour faire face aux nombreuses pro-
tatives de franchissement de ce bar- L’ÉNERGIE ET L’AIDE
jections, une compagnie d’électromé-
rage, devant sans cesse le réparer, sou- AU DÉPLOIEMENT caniciens est créée au 1er régiment du
vent sous les tirs de tireurs embusqués, génie. Possédant aujourd’hui les com-
parfois sous les feux croisés des En 1999, le 2e régiment du génie pétences et les savoir-faire indispen-
patrouilles françaises et des rebelles. devient régiment d’aide au déploie- sables aux engagements militaires et
Mais toujours le travail sera fait avec ment de la brigade du génie. Les élec- aux missions d’assistance aux popu-
conscience, professionnalisme et tromécaniciens et les spécialistes de lations, les électromécaniciens du
détermination. Si l’étanchéité de la l’infrastructure opérationnelle seront 2e régiment du génie ont fait preuve,
frontière ne pouvait être totale, les regroupés au sein de compagnies depuis leur création et au cours de
électromécaniciens ont montré qu’ils d’aide au déploiement, puis de com- leur histoire, de remarquables qualités
étaient de grands spécialistes, d’excel- pagnies spécialisées : la 971e compa- de soldats, de sapeurs et de spécia-
lents sapeurs, mais avant tout de vrais gnie énergie, les 972e et 974e compa- listes…
soldats.

L’ÈRE DU NUCLÉAIRE

Ce savoir-faire exceptionnel ne se per-


dra pas avec la fin des hostilités,
puisque la composante sera mainte-
nue au régiment. Les électromécani-
ciens du 2 participent à la construc-
tion et à l’entretien des installations
dédiées aux essais nucléaires, d’abord
en Afrique saharienne, puis dans le
Pacifique, à Mururoa. En 1978, la
202/2e CEM prendra l’appellation de
971e CEM pour assurer la continuité
de la mission, seule unité élémentaire
constante et immuable, entourée de
compagnies de combat, d’appui, de PHOTO 2E RG

– 34 –
La terre a tremblé, la mer a fait vivre l’enfer à l’Asie en détruisant tout sur son passage. C’était le
26 décembre 2004.
Depuis, des hommes, des femmes, des civils, des militaires se mobilisent pour redonner un toit, des
routes, des écoles, de l’espoir à ces populations démunies.
Voici l’exemple du colonel Laycuras, réserviste à l’ESAG, en mission de reconstruction pour le compte
d’une ONG au Sri Lanka.
Témoignage…

Colonel (er) Serge LAYCURAS


ESR à l’ESAG MISSION HUMANITAIRE
POUR LA RECONSTRUCTION AU SRI LANKA
LA MISSION construire des logements d’urgence : il pée par le tsunami. Caritas est la seule
faut immédiatement reconnaître, éva- ONG de ce secteur. On estime que
luer et décider. 10 000 maisons y ont été détruites par
C’est sur un simple coup de fil d’un le tsunami de fin décembre 2004 mais
ami allemand travaillant pour Caritas Le séjour démarre sur les chapeaux de contrairement à la côte Est la popula-
(Le secours catholique) à Colombo roues, au milieu du tohu-bohu de tion a été alertée par la première
que tout se déclenche. Il faut répondre cette capitale bruyante et polluée par vague et a su se mettre à l’abri ; 35 vic-
tout de suite, il y a urgence ! Quelques un trafic dantesque. Les trois premiers times y ont été dénombrées ce qui est
jours après, c’est d’abord un bref pas- terrains ne posent pas de problème : très faible au regard du sinistre
sage à Köln chez l’employeur pour un deux sont des friches industrielles et le décompte dans d’autres zones du
entretien informel d’embauche puis à troisième un domaine militaire gardé pays.
Freiburg au siège de Caritas Inter- par l’armée. Le quatrième par contre
national pour les consignes de travail est la gigantesque décharge à ciel Une maison au bord de la route natio-
et enfin le départ de Frankfurt en vol ouvert de la capitale où des hordes en nale de Galle, avec un grand terrain,
direct pour le Sri Lanka. haillons, dont beaucoup très jeunes, est déjà louée pour installer la base de
un crochet de fer à la main trient les travail. Une petite équipe est en train
Colombo, premier jour d’arrivée ; le ordures amenées par un incessant bal- de la réhabiliter pour l’assainir et en
responsable allemand local de Caritas let de bennes hétéroclites. Sur la mon- faire des bureaux ; les abords ont été
vient de recevoir quatre propositions tagne fumante l’espace est disputé par nettoyés au tracto-pelle de tout ce qui
de terrains par le gouvernement pour les pauvres hères, des chèvres famé- a été amené par le tsunami.
liques et des bulldozers qui gerbent
les ordures. Au pied un immense Les équipes sociales ont déjà com-
bidonville construit en partie sur un mencé le travail d’évaluation dans les
marécage. Une zone « idéale » pour zones sinistrées.
installer les sinistrés… !

Mais la mission véritable va commen-


cer le lendemain, direction Payagala, PREMIERS CONSTATS
dans le district de Kalutara, à 4 heures
de route au Sud de Colombo. 1. Je suis le seul expatrié au milieu
d’une vingtaine de Cinghalais et
Il s’agit d’organiser le travail d’une tout le monde attend beaucoup de
grosse équipe locale chargée de la moi ! La langue de travail et de
PHOTO SERGE LAYCURAS
reconstruction sur 35 km de côte frap- communication sera l’anglais mais

– 35 –
SOMMAIRE
La lettre du génie

Éditorial
Composition PHOTO SERGE LAYCURAS

Sommaire
Le courrier des lecteurs
L’actualité en bref
Le génie combat
Le génie construit
Le génie secourt
Le génie instruit
Histoire
A savoir
Coup d’œil sur…
◆ Témoignage
FNAS

tous ne le parlent pas, seulement LA MÉTHODE rain des dégâts sur les habitations.
ceux qui ont fait des études secon- Ce travail d’expertise technique se
daires.
DE TRAVAIL concrétise d’abord par un schéma à
main levée sur le papier, puis avec
2. Tout le personnel masculin et fémi- Le travail préparatoire à la reconstruc- l’arrivée de 2 ordinateurs, avec le
nin, quel que soit le niveau d’em- tion est fait en deux temps : logiciel Auto Cad et une estimation
ploi et d’âge, est d’une extrême • le travail d’évaluation sociale est chiffrée des travaux sur Excel : four-
politesse et gentillesse. La réponse remarquablement bien fait par une nitures, main-d’œuvre nécessaire et
« oui » ou « non » déclenche le équipe de 10 étudiants, garçon et durée prévisible des travaux. Le tra-
même balancement latéral de tête, filles, qui vont sur le terrain à la ren- vail est rapide, précis, bien struc-
assez déconcertant, accompagné contre des sinistrés pour évaluer turé et immédiatement utilisable.
du même sourire ! leurs situations sociale et sanitaire.
Les dossiers sont bien structurés,
3. Ça va se confirmer avec le temps, avec un format type. Le constat est
chacun met dans sa part de res- LE CONSTAT
rédigé dans la belle écriture cingha-
ponsabilité beaucoup de sérieux et laise, toute en rondeur, que je ne SUR LE TERRAIN
de compétence. peux qu’admirer et me faire tra-
duire en anglais. Chaque dossier est Les zones d’investigation sont très
4. Je ne suis pas là pour décider mais étoffé de documents divers tels que encombrées de gravats. Les odeurs sont
pour organiser et conseiller à tous titre de propriété, extrait de nauséabondes à cause des réseaux
les niveaux mais en respectant la cadastre, avis de décès… ; d’assainissement en ruines.
hiérarchie en place : c’est le mode
de travail habituel de Caritas ! Un • le travail de l’équipe technique, soit Seule la voie ferrée qui longe la côte et
manager d’une cinquantaine d’an- deux jeunes ingénieurs et un traverse la zone sinistrée a été réhabi-
nées, a déjà été recruté pour être le conducteur de travaux chevronné, litée par les autorités. Les trains y cir-
responsable du programme de consiste en une reprise de chaque culent plusieurs fois par jour lente-
reconstruction. dossier et une expertise sur le ter- ment et très bruyamment, ce qui est
un gage de sécurité pour les popula-
PHOTO SERGE LAYCURAS
tions sinistrées qui campent aux
abords immédiats.

Les maisons sinistrées sont classées en


trois familles : petits dommages, gros
dommages ou totalement détruite. Le
classement dans les deux premières
familles est sujet à caution car les
faibles désordres apparents peuvent
souvent s’avérer catastrophiques lors-
qu’on constate que des fissures de
prime abord sans conséquences pro-
viennent en fait de l’affouillement des
fondations et des dalles de planchers
bas par l’eau.

Sur la bande littorale, rares sont les


maisons qui ont résisté à la poussée
brutale de l’eau, au mieux il reste l’os-

– 36 –
La lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial
sature en béton armé dépouillée des PHOTO SERGE LAYCURAS Composition
Sommaire
murs de remplissage, au pire il reste
Le courrier des lecteurs
seulement la dalle basse de plancher L’actualité en bref
avec l’amorce des murs. Mais le plus Le génie combat
souvent il n’y a même plus de trace de Le génie construit
construction, seulement des enchevê- Le génie secourt
Le génie instruit
trements hétéroclites de matériaux.
Histoire
A savoir
En arrière de cette bande côtière les Coup d’œil sur…
constructions un peu mieux protégées ◆ Témoignage
et souvent aussi mieux construites FNAS

sont moins endommagées ; générale-


ment toutes les menuiseries ont
« explosé », certains murs de façades 1981, mais seulement
et cloisons, parallèles à la côte ont été si les désordres restent
soufflés, arrachant au passage acceptables.
quelques chaînages verticaux ou hori-
zontaux mal faits et provoquant l’af- Dans le cas où tout
faissement des toitures ; les construc- devient possible, il
tions annexes en appentis ont été faut passer par la pro-
emportées, c’est un problème car il cédure usuelle : géo-
s’agissait souvent des latrines. mètre - cadastre,
notaire, permis de
Les habitants campent dans leurs construire et équipe-
ruines, sous des tentes ou sous des ment : eau, assainisse-
abris précaires en bois. Mais quand ment et électricité ;
les maisons semblent encore en rela- tout ça avec les délais
tif bon état, les habitants donnent Dès le lendemain du tsunami des géo- incompressibles habituels, incompa-
l’impression d’attendre leur déména- mètres ont été mandatés pour baliser tibles avec l’urgence de la situation.
gement. Il n’y a plus rien, tous les sur le terrain, à l’aide de jalons jaune
biens mobiliers ont été emportés par et rouge, la démarcation entre les Les responsables de programmes
l’eau. zones constructibles et les zones humanitaires ont souvent du mal à
inconstructibles. L’explication la plus admettre qu’ils œuvrent parfois dans
La situation est catastrophique mais commune en milieu humanitaire des « États de droit ».
reste supportable car la température expatrié, qui crie au scandale, est
est clémente et les pluies nocturnes que le gouvernement veut spolier
tièdes ; on est loin de la situation des les pêcheurs au profit de grands
sinistrés du Kosovo au plus dur de l’hi- ensembles hôteliers ! LE TRAVAIL
ver 1999-2000 avec 25 °C en dessous DE RECONSTRUCTION :
de zéro et encore beaucoup de
familles sous les tentes UNHCR ! « Il DE QUOI S’AGIT-IL EFFECTIVEMENT ? À LA FOIS
me semble que la misère serait moins UNE ENTREPRISE
pénible au soleil ! » dit la chanson ! Depuis 1981 il existe une loi littorale DE GROS ŒUVRE
interdisant toutes constructions dans
la bande des 100 mètres. ET UN BUREAU
DE MAÎTRISE D’ŒUVRE
LA POLÉMIQUE SUR Bien sûr cette loi a été bafouée par des
LE PROBLÈME DE LA constructions, sommaires et illégales,
de petits pêcheurs, qui se transforment L’ENTREPRISE DE GROS ŒUVRE
RECONSTRUCTION avec le temps, de la simple cabane
DES ZONES SINISTRÉES pour ranger les filets de pêche en un Le travail d’évaluation débouche
logement définitif de la famille. immédiatement sur les ordres de tra-
Le principal problème pour la recons- vail journaliers aux chefs d’équipe tra-
truction est l’interdiction du gouverne- Le tsunami a balayé toutes ces vaux sur le terrain, aux prévisions de
ment de reconstruire dans une bande habitations mal construites et les crédits à engager et aux commandes
littorale théorique des 100 m ! Les autorités veulent profiter de l’opportu- de matériaux. Les priorités sont défi-
ONG disposent d’énormes budgets, il nité pour assainir la situation. La nies en principe par des comités de
y a des dizaines de milliers de sinistrés preuve en est qu’il n’est pas interdit de quartier à l’examen des évaluations
mais plus du tout ou peu de terrains réhabiliter les maisons construites sociales mais en réalité presque essen-
pour reconstruire. légalement dans cette zone avant tiellement par les responsables de

– 37 –
SOMMAIRE
La lettre du génie

Éditorial
Composition spécialisé engagé, sélectionné, formé Toutes les cotations des plans et sur le
Sommaire
si nécessaire et les procédures de tra- terrain sont faites en mesure impériale,
Le courrier des lecteurs
L’actualité en bref
vail mises en place. pouces, pieds et yards, le système
Le génie combat métrique n’étant pas encore d’usage
Le génie construit Deux semaines après mon arrivée il y courant au Sri Lanka. Il faut travailler
Le génie secourt
a déjà quinze chantiers élémentaires aussi avec les mesures locales de sur-
Le génie instruit
de réhabilitation en cours et deux mai- faces de terrains : perch, rood et acre.
Histoire
A savoir sons neuves en construction. Les four-
Coup d’œil sur… nisseurs potentiels sont informés des C’est extrêmement déroutant, quand
◆ Témoignage
contrôles a priori sur les fournitures on est habitué au système métrique de
FNAS
(propreté des agrégats et pourcentage travailler et surtout d’estimer des tra-
d’argile, qualité du ciment, essais de vaux en mesures non métriques : le
rupture sur les blocs bétons, contrôle pouce se divise en huitième, il faut
PHOTO SERGE LAYCURAS
dimensionnel et de qualité des bois de douze pouces pour faire un pied et
charpente…) et deviennent, de fait, trois pieds pour faire un yard ; quand au
rapidement très vigilants sur leur perch il fait seize pieds et demi au carré
livraison. et il en faut 160 pour faire une acre !

Dans le même temps sont mis au LE BUREAU DE MAÎTRISE D’ŒUVRE


point, au bureau, en affichage mural,
des schémas de procédures simplifiées Si le travail de réhabilitation avance
et des tableaux de bord mis à jour tant bien il n’en va pas de même des
par les équipes sociales que par les constructions neuves. Rapidement j’ar-
responsables travaux. Ces visuels rive à faire admettre à tous que même
structurés et colorés permettent à tous si nos ouvriers sont capables de bien
de suivre pas à pas le travail des construire, il est indispensable de faire
équipes sur le terrain et de prendre appel aux entreprises locales pour tra-
rapidement les bonnes décisions. Ce vailler sur une plus grande échelle.
mode de travail collectif avec beau- Mais la méfiance est très grande car
coup de communication visuelle personne ne sait vraiment comment
ouverte à tous est nouveau ici. Il reçoit faire confiance aux entrepreneurs et
tout de suite un assentiment général avoir une garantie de résultats.
très enthousiaste particulièrement de
la part des jeunes. Les errances com- Ça va être mon travail essentiel :
munes sont généralement l’opacité convaincre, former et aider le mana-
totale de la part de ceux qui détien- ger et son équipe à rédiger le travail
nent une part de décision afin de pré- préparatoire à la passation de marché
paroisse, des prêtres catholiques, server leur parcelle de pouvoir ! en respectant les errements locaux.
autoritaires et respectés, dans notre
zone de travail à confession majori-
tairement chrétienne, la troisième
religion du Sri Lanka derrière le
bouddhisme (les Cinghalais) et l’hin-
douisme (les Tamouls).

Très rapidement l’équipe technique va


devenir une véritable entreprise de
gros œuvre avec 35 ouvriers spéciali-
sés et manœuvres. Un parc d’approvi-
sionnement avec un contrôle qualité
sur les matériaux et même une menui-
serie bien équipée où sont réparées
ou fabriquées toutes les huisseries,
portes et fenêtres. Il n’existe pas de
disponibilité sur le marché local.

En un rien de temps des bâtiments de


stockage et de travail sont construits,
les machines achetées, le personnel PHOTO SERGE LAYCURAS

– 38 –
La lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial
Composition
Sommaire
Le courrier des lecteurs
L’actualité en bref
Le génie combat
Le génie construit
Le génie secourt
Le génie instruit
Histoire
A savoir
Coup d’œil sur…
◆ Témoignage
FNAS

En fait le plan de travail sert à la cuis-


son des aliments à l’aide de deux ou
trois fourneaux au charbon de bois en
argile, ou quelque fois avec une
plaque de cuisson à gaz.
PHOTO SERGE LAYCURAS
L’entablement supérieur reçoit un
gros bidon en polyéthylène noir qui
Le choix est de lancer un appel immédiate des entreprises consultées sert de chauffe-eau solaire pour la
d’offres à la fois sur prix forfaitaire et qui comprennent tout de suite le sys- maison.
sur bordereaux de prix. tème mis en place et les garanties qui
en découlent pour les deux parties. Cette cheminée, élément essentiel de
Trois plans de maisons, respectant les la vie locale, sera scrupuleusement
usages de vie locale, particulièrement respectée dans la reconstruction des
au niveau de la cheminée tradition- maisons
nelle, bien spécifique pour la prépa-
RESPECTER
ration des repas, et de l’accès aux OU FAIRE MODIFIER
sanitaires, sont mis au point. Le béné- LES FONDATIONS
LES ERREMENTS
ficiaire peut choisir l’emplacement
des cloisons et des menuiseries mais LOCAUX Elles sont traditionnellement faites en
ne peut pas modifier la masse totale DE CONSTRUCTIONS béton cyclopéen ou en maçonnerie de
des travaux. Ces trois maisons types gros blocs de pierres non taillées. Ces
sont estimées à prix forfaitaire pour un
délai de réalisation défini. In fine à la LA CHEMINÉE
réception des travaux un bonus ou TRADITIONNELLE
malus, calculé sur la durée réelle des
travaux, permet d’ajuster le montant Dès les premiers jours, en
final. visitant des maisons encore
en état mais inoccupées, je
Le bordereau exhaustif de prix va per- suis surpris par les chemi-
mettre de donner de la souplesse aux nées bizarres que l’on
travaux et d’adapter le prix contractuel retrouve partout selon un
à l’existant ou aux difficultés de réali- modèle assez similaire.
sation des fondations.
Cette grosse cheminée de
Outre le travail technique de rédaction section carrée, environ un
des divers documents, administratifs mètre carré, maçonnée en
ou techniques, il faut mettre en place blocs de béton dans un
les procédures d’appel d’offres, de angle de la cuisine, avec
jugement, de notification et de suivi dépassement du faîtage, est
des contrats. terminée par un entablement
en béton armé et deux ouïes
L’équipe qui n’a jamais pratiqué la latérales. À l’intérieur, la
maîtrise d’œuvre travaille dans le bon cheminée comporte sur
sens mais affiche au début une cer- toute sa largeur un plan de
taine réticence ; cette réserve tombe travail à hauteur d’homme
vite quand tous constatent la réactivité en béton armé. PHOTO SERGE LAYCURAS

– 39 –
SOMMAIRE
La lettre du génie

Éditorial
Composition sont hourdés trois rangs de blocs de LES MURS EN BLOCS DE BÉTON
Sommaire
béton plein sur lequel sont fixées les
Le courrier des lecteurs
L’actualité en bref
sablières. Les murs sont traditionnellement mon-
Le génie combat tés en blocs de béton plein puisqu’il
Le génie construit C’est économique mais totalement n’existe pas de blocs creux sur le mar-
Le génie secourt illogique pour résister aux cyclones et ché local. Cette solution très coûteuse
Le génie instruit
aux séismes. Les ingénieurs d’abord en ciment a de plus l’inconvénient de
Histoire
A savoir surpris par mon constat finissent par faire des murs très sensibles à l’humi-
Coup d’œil sur… être totalement convaincus de ne pas dité et à forte inertie technique ce qui
◆ Témoignage confondre linteaux et chaînages, mal- est un double inconvénient dans un
FNAS
gré le surcoût que cela entraîne. pays chaud et humide.

PHOTO SERGE LAYCURAS

Je n’ai pas suffisamment de temps


pour faire fabriquer des blocs creux
et apprendre aux maçons leur mise en
œuvre. Quant à mes tentatives de
faire réaliser des maisons en ossature
bois elles tombent dans le domaine de
PHOTO SERGE LAYCURAS
la curiosité amusée !

longrines sont couronnées d’un peu


de béton armé, coffré entre deux rangs
de briques cuites.

Peu à peu je réussis à faire admettre


aux maçons de réaliser des longrines
en béton armé (les pierres coûtent plus
cher que le béton) coffré avec des
planches réutilisables et non des
briques cuites coûteuses, inutiles et
perdues.

LES CHAÎNAGES HORIZONTAUX


HAUTS

Le chaînage horizontal traditionnel se


situe au niveau des linteaux des ouver-
tures avec un cheminement curieux
lorsque celles-ci, sur une même
façade, ne sont pas au même niveau.
Au-dessus de ces linteaux – chaînages PHOTO SERGE LAYCURAS

– 40 –
DE FÊTES EN FÊTES POUR L’AMICALE DU 1 ER
GÉNIE
GEISPOLSHEIM : Fête de la choucroute
HINDISHEIM : « Les invités à la noce d’antan » par Danièle GUYOT

Le dimanche 28 août 2005, à Sébastien Zaegel, maire de la com- d’époque, nous firent revivre un passé
11 heures, à la salle des Fêtes de mune de Geispolsheim, conseiller qui n’est pas si lointain en compagnie
Geispolsheim (1), le président Pierre général, est membre de l’Amicale du des métiers d’autrefois.
Guyot et son épouse accueillaient les 1er génie, ce qui explique la présence
anciens pour la traditionnelle « Fête assidue des sapeurs à cette fête locale. Le dimanche 4 septembre 2005, une
de la choucroute ». De plus, le lieutenant-colonel Jean- quinzaine d’anciens avec le président
Jacques Soucasse, chef de corps du 1er Guyot et son épouse mirent le cap sur
Les festivités commençaient : anima- régiment du génie et son épouse, Hindisheim (2). Sous un soleil d’été, le
tion par la musique municipale et le étaient invités par monsieur le maire. thème choisi pour le cortège « Les invi-
célèbre groupe folklorique « les tés à la noce d’antan » était un véritable
Coquelicots », puis place à la chou- L’après-midi, le cortège avec ses chars régal. L’ambiance alsacienne 1900 a
croute qui régala la vingtaine d’an- richement décorés et animés par les permis à tous d’apprécier la richesse
ciens. Il est à noter que monsieur paysans et artisans en costumes des costumes, la valeur des traditions,
la beauté des attelages
sans oublier les nombreux
groupes folkloriques.

Selon l’usage, les femmes


du village accueillaient la
foule, de nombreux stands
étalaient leur production
d’artisans régionaux. Les
anciens se restaurèrent
sous le chapiteau où une
table leur était réservée,
monsieur le maire Jean-
Michel Galea et madame
sont des amis du président
et des sapeurs.

Ces deux sorties des


anciens dans des villages
d’Alsace permettent de
mieux connaître l’Alsace
tout en passant une
agréable journée, surtout
La fête des récoltes à Hindisheim : « les invités à la noce d’antan ». avec le soleil.

(1) Geispolsheim : ce village pittoresque se situe à 12 km sud-ouest de Strasbourg. Il conserve des rues bordées de fermes présentant leur mur pignon sur
rue. Ses productions de choucroute et de tabac sont réputées.
(2) Hindisheim : Ce village authentique aux nombreuses fermes anciennes est rattaché au Ried du Sud, région jadis marécageuse. On y voit de nombreux
séchoirs à tabac, hautes constructions de bois avec persiennes verticales mobiles et lattes horizontales pour accrocher les guirlandes de feuilles de
tabac.

– 41 –
SOMMAIRE
La lettre du génie

Éditorial
Composition
Sommaire
Le courrier des lecteurs
AMICALE DES ANCIENS DU GÉNIE
HAUTES-ALPES
L’actualité en bref
Le génie combat
Le génie construit
DES
Le génie secourt
Le génie instruit
Histoire
A savoir Journée « retrouvailles » du 4 septembre 2005
Coup d’œil sur…
Témoignage
à Puy-Saint-Pierre
◆ FNAS par le président Pierre PARA

C’est par un dimanche des plus enso- parc de la Schappe avait été organisée ments, présentés sur deux bayards joli-
leillés que les anciens sapeurs du par Marie-Laurence Faure, mémoire ment décorés aux couleurs de l’arme
génie des Hautes-Alpes accueillaient du passé briançonnais. du Génie et portés par quatre sapeurs.
à Puy-Saint-Pierre leurs homologues Puis suivait un café « maison » fait à
de Saint-Jean-de-Maurienne dans le La matinée bien remplie, l’apéritif offert l’ancienne au feu de bois sous la cré-
cadre de leur sortie « Retrouvailles ». par l’Amicale, en l’occurrence une déli- maillère, qui régala tous les palais.
cieuse « marquisette » concoctée par
Reçus par le président départemental René, attendait tout ce beau monde. Notre doyen sapeur, Loulou Margall,
Pierre Para dès 8 h 30, nos anciens et Pierre Para, en quelques mots chaleu- toujours jeune de corps et d’esprit,
leurs invités ont pu apprécier café et reux, remerciait la centaine de partici- enchaînait avec ses blagues habi-
chocolat ainsi que les excellentes pants à cette sortie « Retrouvailles », tuelles, suivi par des chanteurs aux
« bugnes » préparées par Mimi Faure. bien ancrée dans le calendrier des acti- voix les plus belles. Une tombola
vités de son amicale très active. Il souli- richement dotée était organisée et
Après le réconfort, une vingtaine de gnait la présence des présidents des combla bien des heureux, tout en
courageux sont partis à l’assaut du site amicales de Saint-Rambert d’Albon et confortant les caisses de l’amicale.
remarquable de Notre-Dame des de Villefranche-sur-Saône. Il en profita
Neiges (2 292 m), atteint dès 11 heures pour offrir un très beau bouquet de Après ce copieux et savoureux repas,
après 700 mètres de dénivelé gravis roses à notre doyenne et sapeur d’hon- la coupe « Gaston Faure » fut disputée
par les sentiers des Oratoires. Ces der- neur Mimi Faure pour sa participation à la pétanque et c’est l’équipe haute-
niers, superbement restaurés, firent active et sa gentillesse bien connue. alpine, Dédé Comba - Riquet Dagier -
l’admiration de tous. Quel panorama Tony Bérard - Jo Géraud - Dagier qui
merveilleux en ce lieu bien connu des Passés à table, chacun a pu apprécier l’emporta. La coupe leur fut remise
Briançonnais ! Des explications étaient l’excellent menu campagnard préparé par la veuve de l’ancien président
données par notre président sur les sur place par certaines de nos Gaston Faure.
nombreux forts qui occupent ces mon- épouses, ainsi que par le chef René
tagnes altières. Un bon vin blanc Gonthier et son épouse Nadège. Pour Nos convives passaient ensuite à table,
effaça la fatigue et voilà notre « sec- l’occasion, toutes les personnes de alors que deux solides sapeurs appor-
tion » dévalant la pente pour rejoindre service avaient revêtu des tenues pay- taient dans une énorme marmite de
Puy-Saint-Pierre. sannes d’époque, du plus bel effet. fonte la succulente soupe campagnarde
dite « soupe Dédé » cuite au feu de bois
Pour ceux qui ne purent ou ne voulu- Les desserts copieux, variés et succu- sous la crémaillère, elle aussi. Notre
rent point marcher, une visite guidée lents, fournis par les épouses haut- cuistot de service, Dédé Guiramand,
de la vieille ville de Briançon et du alpines étaient, sous les applaudisse- ancien du 4e régiment du génie, fut très
applaudi pour son mets toujours réussi.

La nuit était déjà bien avancée lorsque


le « Ce n’est qu’un au revoir » fut
entonné et sonnait la séparation. Tout
a une fin. Nos joyeux membres de
l’amicale étaient ravis. Ils regagnaient
leurs chaumières en pensant déjà à la
prochaine sortie.

Encore merci à celles et à ceux qui ont


œuvré pour la parfaite réussite de
cette belle sortie « Retrouvailles »,
digne des sapeurs du génie des
Les participants à la sortie « Retrouvailles » du 4 septembre 2005. Hautes-Alpes. VIVE LA SAPE !

– 42 –
La lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial

AMICALE DES SAPEURS DU GÉNIE


Composition
Sommaire
Le courrier des lecteurs

D’ILLE-ET-VILAINE
L’actualité en bref
Le génie combat
Le génie construit
Le génie secourt
Le génie instruit
par le président Eugène Limpalair Histoire
A savoir
Coup d’œil sur…
Témoignage
◆ FNAS

Repas à l’issue de l’Assemblée


générale.
De gauche à droite :
Mme Aimard, GBR Tesan,
Mme Limpalair, GDI Jolly,
Mme Tesan, LCL Legendre.
En arrière plan : M. Ferrand,
Après avoir été décoré, le CBA Caillebot H. Sanchez, E. Limpalair.
reçoit son diplôme.

Tout en préparant la commémoration – Assemblée générale, au cours de des Officiers de Réserve) de Rennes,
du centenaire de sa création, l’ami- laquelle Eugène Limpalair a annoncé chez notre ami A. Pratta.
cale n’a pas manqué de veiller à la que, en mars 2006, il passera la
réalisation de son programme habi- main à Louis Gravand, son succes- Elle a aussi voulu témoigner sa sympa-
tuel. seur coopté par le Conseil d’admi- thie aux familles endeuillées lors du
nistration. décès de Guillaume Marquet, membre
– Sainte Barbe, au cours de laquelle de l’amicale et de madame Delahais,
Félix Caillebot a été décoré du – Participation à la Journée des familles épouse de notre trésorier honoraire, à
mérite fédéral de 2e classe. organisée par l’A.O.R. (Association l’amicale depuis soixante années.

RÉUNION DES ANCIENS DU 9 E


RÉGIMENT DU GÉNIE
par Guy LEFEBVRE, auteur de l’ouvrage « La dernière garnison de Neuf-Brisach » (2005)

Nous vous l’avions annoncée dans ment sombré dans l’oubli. Grâce à une prêts à renouer avec leur passé, même
notre revue Vauban n° 152 à la petite « section » d’anciens, un site infor- après quarante années. Cette amicale
page 25 sous encart de coloris vert. matique a été créé (1), un ouvrage impor- s’est donnée pour objectif de rassem-
tant sur l’historique du régiment est sorti bler des sapeurs de tous grades pour
La réunion des anciens cadres d’active et est diffusé depuis novembre 2005 (2), communiquer et se retrouver avec
du 9e régiment du génie s’est bien une association est en cours. plaisir et convivialité.
déroulée comme prévu, le 9 décembre
2005, à l’École du génie d’Angers. Le Une réunion informelle d’un bureau à Dans un climat conjoncturel plutôt
but était de rassembler les « anciens » créer doit se tenir à Pâques 2006. La indifférent et qui n’attire pas l’atten-
pour un repas de la Sainte Barbe mais première assemblée générale se tiendra tion des médias, cet investissement de
également pour discuter de la création à Neuf-Brisach, lieu de l’ancienne gar- fidélité mérite d’être signalé.
d’une « Amicale des anciens du 9e RG ». nison, courant du mois de sep-
tembre 2006 pour confirmer ses statuts. (1) http : // www.neufgenie.ironie.org/
Après la dissolution du régiment en
1992 et la désaffection de sa garnison, le Il est encourageant de constater que (2) http : // la-derniere-garnison-
9e régiment du génie aurait certaine- des anciens du génie sont toujours monsite.wanadoo.fr/

– 43 –
SOMMAIRE
La lettre du génie

Éditorial
Composition
Sommaire
Le courrier des lecteurs
AMICALE DES ANCIENS SAPEURS
MAINE-ET-LOIRE
L’actualité en bref
Le génie combat
Le génie construit
DU GÉNIE DU
Le génie secourt
Le génie instruit
Histoire
Voyage en Croatie
A savoir
Coup d’œil sur…
du 30 septembre au 7 octobre 2005
Témoignage
◆ FNAS par le président Joseph Monier

Le 30 septembre 2005 un groupe de rain de la République, 50 ans mini- et passages étroits. Dubrovnik, la fière.
39 personnes embarque pour la mum, mais il ne gouvernait qu’un L’âme d’une ville réconciliée avec un
Croatie : décollage de Nantes vers mois sans sa famille et ne sortait riche et tragique passé. L’enfilade har-
Dubrovnik via Brest où nous prenons jamais. Il recevait les clés le soir et les monieuse des façades et les incompa-
des passagers pour compléter l’avion. rendait le matin. rables toits de tuiles rondes. Cette vue
Une anecdote : « avant le départ de sur la mer, une lumière très spéciale
Nantes, l’équipage fait passer tous les La cathédrale de l’Assomption (XVIIIe qui se dégage, bleue, verte et jaune,
passagers à l’arrière pour pouvoir siècle) : de style baroque, l’intérieur une palette de couleurs! C’est harmo-
décoller ». Après trois heures de vol, surprend par sa simplicité et sa clarté. nieux et magnifique.
Dubrovnik est en vue, par un temps Porte Pile : c’est la plus importante des
pluvieux et orageux. Après trois essais, trois portes de la ville. La statue de Dimanche 2 octobre - Une prome-
l’avion se pose enfin (1) sous une pluie Saint-Blaise, patron de la cité, domine nade en mer à travers les îles
diluvienne. le fronton. Elaphites. Le bateau est en bois verni,
souvenir d’une époque où les
Le 1er octobre - Soleil et découverte Palais Sponza : caractérisé par sa gale- constructions navales faisaient la for-
de Dubrovnik. Nous prenons d’abord rie à arcades avec façade ajourée. tune de Dubrovnik. Nous voguons sur
la route côtière pour apprécier le mer- une mer calme et limpide, direction
veilleux paysage et le découpage de la L’après-midi est libre. Beaucoup ont Kolocep (la plus petite des îles (2),
côte. Ensuite, nous passons les rem- choisi le tour des remparts - 2 kilo- quelques petites plages bordées de
parts pour découvrir la vieille ville et mètres environ - plusieurs centaines de pins. En se promenant dans les sen-
ses principaux édifices traversés par le marches et 30 mètres au-dessus de la tiers, les cloches d’une chapelle
Stradum, artère principale. mer. Du haut des remparts, on domine ancienne rénovée nous attirent.
Couvent des Franciscains. la ville, ses ruelles escarpées, ses nom- Beaucoup de fleurs et de senteurs sur
breuses églises, ses multiples escaliers cet îlot, au calme !
Cloître de style roman (1366) aux
arcades soutenues par de fines colon-
nettes ornées de chapiteaux très variés.

Musée : il abrite la plus ancienne


pharmacie du pays (1317) encore en
activité et des collections d’art reli-
gieux (icônes, chasubles lourdes d’or,
reliquaires…).

Palais des Recteurs : c’est un des plus


beaux édifices de Dubrovnik. A l’ori-
gine, une forteresse. Il a été dégradé
plusieurs fois (tremblement de terre,
guerres anciennes et récentes). Un
mélange de gothique et de Renais-
sance. Très belle cour intérieure. Ce
palais abritait tout à la fois : apparte-
ments, bureaux, salle de gardes, arse-
nal et prison. Le recteur était le souve-

(1) - La psychose des charters n’est pas loin. Le groupe des anciens du génie en Croatie.
(2) – La côte dalmate compterait 1186 î.??????? On reconnaît le président Monier à gauche de la photo en blouson bleu et avec sa paire de lunettes.

– 44 –
La lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial
Nous repartons pour l’île de Sipan vie et achevée par ses élèves. A noter Composition
Sommaire
(c’est la plus grande). Des demeures le baptistère souterrain et la vasque
Le courrier des lecteurs
résidentielles appartenant à de riches élégamment ciselée. L’actualité en bref
familles de Dubrovnik et des ruines Le génie combat
d’habitations de la dernière guerre Ensuite, direction Trogir à 30 km de Le génie construit
1991-1992. Nous déjeunons chez Split : ville fondée par les Grecs. De Le génie secourt

l’habitant : repas copieux à base de nombreux vestiges du XIIIe siècle dont Le génie instruit
Histoire
poisson grillé. Soleil radieux ! la cathédrale Saint-Laurent - style
A savoir
roman et gothique. Sa chapelle du Coup d’œil sur…
Nous flânons en attendant le départ Bienheureux Jean de Trogir est célèbre Témoignage
pour la 3e île : Lopud. Là, le tourisme pour ses 160 visages d’anges, d’apô- ◆ FNAS

reprend ses droits. Nous visitons tres ou de saints, sculptés dans la


l’église de Saint Marie (XVe siècle), pierre. Les remparts, la place du
nous nous promenons dans les petites centre « Ivana Pavla ». Se promener au la cathédrale Sainte-Anastasie et le
ruelles, traversons un jardin public et fil des ruelles… mais malheureuse- palais des archevêques ont été
nous longeons la promenade du bord ment il a plu toute la journée. construits avec des matériaux récupé-
de mer pour découvrir une chapelle rés près du forum après les tremble-
dédiée à Saint-Jérôme, coincée entre Mercredi 5 octobre - Nous prenons la ments de terre du VIe siècle. Nous
deux maisons. Les façades en pierre route de bonne heure, vers l’intérieur découvrons au cœur de la citadelle la
sont du XVe siècle, au temps de la pré- du pays, pour le parc national de place des 5 puits. Ils fournissaient l’eau
sence des Franciscains. On nous dit Plitvice. Il est célèbre pour ses 16 lacs, potable en cas de siège jusqu’à la fin
que 60 % de la population étaient des ses cascades calcaires. C’est une vallée du XIXe siècle. Un Anjou, roi des
religieux. située entre de hautes montagnes boi- Croates : Louis Ier d’Anjou (1326-1382)
sées et une enfilade de lacs et étangs roi de Hongrie força Venise à rendre
merveilleux, d’une couleur bleu vert. les villes dalmates à la Hongrie dont
Lundi 3 octobre - Départ pour Split, Zadar en 1358. Cinquante ans plus
Des lacs et des chutes, d’une beauté
centre historique et universitaire tard, toutes ses possessions dalmates
exceptionnelle. Malheureusement vus
construit au cœur de la côte dalmate seront revendues à Venise.
sous un ciel gris, brumeux et sous la
(pas vu de dalmatien à quatre pattes !).
pluie ! (à revoir sous le soleil !).
Ville médiévale aux ruelles tortueuses Parc national de Krka - Promenade en
bordées de magnifiques façades, de bateau de Skradinsli Buk à Visovac,
Jeudi 6 octobre - Nous partions pour
palais gothique et renaissance (palais visite du monastère Franciscain, église
Zadar, la plus grande ville de Dalmatie
de Dioclétien, la cathédrale). et musée, mais malheureusement sous
septentrionale, construite sur une pres-
qu’île. Ville universitaire depuis 1396. la pluie. La visite du parc de Krka est
Mardi 4 octobre - Visite de Sibenik. Elle conserve d’inestimables souvenirs circulaire, un ravissant sentier de
Flânerie dans la ville médiévale, pitto- de 2000 ans d’histoire, du forum découverte réunit une série de pon-
resque et escarpée, sillonnée de romain aux trésors baroques, en passant tons qui longent les chutes d’eau. Une
ruelles pavées et d’escaliers en traver- par de ravissantes églises romanes et faune et une flore importantes entre
tin. Elle porte l’empreinte de l’Occi- une grande partie de ses fortifications. un milieu humide et un climat sec.
dent chrétien. La cathédrale Saint-
Jacques, classée au patrimoine A retenir l’église circulaire Saint-Donat Vendredi 7 octobre - Réveil très tôt
mondial. Construite en un siècle avec (IXe siècle) qui est un curieux mélange pour prendre la direction de l’aéroport
comme architecte et artiste Georges le des premières églises carolingiennes et de Split. Retour Brest-Nantes et arrivée
Dalmate. La construction fut poursui- des sanctuaires byzantins. Cette église, à Angers sans encombre.

– 45 –
SOMMAIRE
La lettre du génie

Éditorial
Composition
Sommaire
Le courrier des lecteurs
LES ANCIENS DU 1 ER
RÉGIMENT DU GÉNIE
L’actualité en bref
Le génie combat
Le génie construit
Le génie secourt
à Verdun et aux Éparges
Le génie instruit
Histoire
(1er et 2 octobre 2005)
A savoir par Danièle GUYOT
Coup d’œil sur…
Témoignage
◆ FNAS

Ils se souviennent… au cours de la guerre


1915-1918 90 citations,
Comme chaque année, mais que le bilan des
l’amicale des anciens se pertes était très lourd
rend à l’éperon des puisque l’on dénombra
Éparges, haut lieu de la 132 officiers, 332 sous-
bataille de Verdun pour officiers, 4 319 capo-
les sapeurs. raux et sapeurs tués,
morts au champ d’hon-
A l’occasion du 90e neur.
anniversaire des com-
bats des Éparges, dans
Les anciens du 1er RG aux Éparges le 2 octobre 2005 L’inscription « Verdun-
une guerre de mines
livrée sans merci, un Argonne 1915-1918 »
groupe d’anciens et de cadres du 1er militaire au pied du monument « À la sur les plis du drapeau du régiment
régiment du génie visitait la citadelle gloire du génie », en présence des atteste le passé héroïque de nos
souterraine de Verdun le samedi autorités civiles et militaires. sapeurs.
1er octobre ; le dimanche 2 octobre, il
participait, sur le site des Éparges avec Le chef de bataillon (ER) Pierre Guyot, En 2006, la visite du saillant de Saint-
le drapeau de l’amicale porté par président de l’amicale, rappelait que Mihiel fera l’objet d’une visite avant la
Jacques Gradwohl, à la cérémonie le 1er régiment du génie avait obtenu cérémonie des Éparges.

AMICALE DES ANCIENS DU 2 E


RÉGIMENT DU GÉNIE
par Raymond SCHARFF, vice-président

Le 11 octobre 2005, une prise d’armes s’est


déroulée au 2e régiment du génie à l’occa-
sion d’une nouvelle inscription « AFN 1952-
1962 » qui a été inscrite sur le drapeau du 2e
régiment du génie.

De nombreux anciens chefs de corps étaient


présents ainsi que les autorités civiles et mili-
taires.

Le président François Pernodet a pris la


parole devant l’assistance pour citer les noms
et prénoms des sapeurs du régiment « Morts
pour la France » lors de cette triste période.
Par la suite, il a porté l’essentiel de son
exposé sur le devoir de mémoire de chacun
d’entre nous, devoir qu’il faut préserver et
Le comité de l’amicale derrière son drapeau sur la place d’Armes. honorer.

– 46 –
La lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial

VISITE DU CENTRE NATIONAL DES PONTS Composition


Sommaire
Le courrier des lecteurs

SECOURS (CNPS) PAR L’UAGIF


L’actualité en bref
DE Le génie combat
Le génie construit
Le génie secourt
Le génie instruit

à Verneuil-l’Étang (Seine-et-Marne) Histoire


A savoir

le 6 octobre 2005 Coup d’œil sur…


Témoignage
◆ FNAS
par le président Jean-Claude BOURGEOIS et Bernard ROZ

Le jeudi 6 octobre 2005, une déléga-


tion composée des membres de
l’UAGIF se rendait à Verneuil-l’Étang
en Seine-et-Marne pour visiter le
CNPS.

Ce centre, créé le 28 janvier 1978,


dépend de la Direction des routes du
ministère de Travaux publics et du
ministère de la Défense. Son siège et
son administration se trouvent à
Verneuil, avec ses dépôts de stockage
à Verneuil et à Chaumes-en-Brie.
Travures prêtes à l’utilisation.

La vocation du CNPS se Le CNPS possède en stock, 7 500


définit de la façon sui- mètres de ponts Bailey, 15 kilomètres
vante : d’autres ponts, 200 caissons compo-
sants des ponts flottants. C’est en outre
– être présent où l’urgence 41 agents dont 9 ingénieurs et techni-
s’impose ; ciens aidés, si nécessaire, par des per-
– rétablir la circulation, sonnels divers issus des DDE et des
sortir de l’isolement les communes concernées. Le CNPS
villages touchés par les intervient en France métropolitaine,
intempéries, puis conce- dans nos territoires d’Outre-mer, mais
également à l’étranger, toujours dans
voir et mettre en place
le cadre d’un besoin public. Toutes ses
Éléments de Ponts Bailey. une solution de franchis-
prestations sont payantes. En Europe,
sement dans les meil-
il y a un seul concurrent constitué par
leures conditions de
La première partie de la visite, en un groupe hollandais.
sécurité. Il agit en qua-
matinée, a lieu sur le site de Verneuil. lité de service public ;
Elle est consacrée à la présentation du L’après-midi, la seconde partie de la
CNPS et à ses activités par son direc- – avoir des solutions de franchissement visite a lieu à Chaumes-en-Brie où un
teur, monsieur Tixier. adapté au terrain. Au cœur de l’ur- repas de cohésion avait été pris au
gence, mais aussi au quotidien dans préalable dans une atmosphère très
Puis, c’est une visite guidée du dépôt le cadre d’opérations programmées, conviviale. La délégation UAGIF a
de Verneuil où se trouvent : le CNPS conçoit, monte et démonte découvert et apprécié les stockages
des ponts provisoires, développe des très bien ordonnés du matériel sous
– les stocks des éléments constitutifs prestations d’expertise, d’inspection hangar et en plein air. Il s’agissait entre
des ponts Bailey et Mabey ; d’ouvrage et des activités d’études ; autres des VMD et des caissons.
– les ateliers de remise en état des élé-
– avoir des moyens et des hommes : Nous devons remercier monsieur
ments à conserver ;
mise en place de ponts industriels Tixier pour ses exposés et ses com-
– les véhicules conçus par le CNPS et métalliques modulables (PIMM), de mentaires précis et non exempts d’hu-
aménagés de telle manière que le ponts Bailey et variantes, de viaduc mour, de même que Jean-Pierre
personnel soit entièrement auto- métallique démontable (VMD), de Pacchiano pour l’organisation de cette
nome sur les chantiers. ponts flottants, de piles et de palées. journée fort réussie.

– 47 –
SOMMAIRE
La lettre du génie

Éditorial
Composition
Sommaire
Le courrier des lecteurs
ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES ANCIENS
CÔTES-D’ARMOR
L’actualité en bref
Le génie combat
Le génie construit
DU GÉNIE DE
Le génie secourt
Le génie instruit
Histoire
A savoir à Plérin le 19 novembre 2005
Coup d’œil sur… par le président Joseph GUILLAUME
Témoignage
◆ FNAS

L’assemblée générale a eu lieu le des Côtes-d’Armor, puis d’un adhérent Sureau, MdR François Le Morellec,
samedi 19 novembre 2005 au « Chêne dans le Finistère, un dans l’Ille-et- adjudant-chef Fernand Laffitte, colo-
Vert » à Plérin (Côtes-d’Armor). Vilaine, un dans le Maine-et-Loire. nel Régis De Botmiliau, adjudant-chef
Jean-Baptiste Clec’h.
Elle a été présidée par le général de Notre gestion informatisée est assurée
corps d’armée (2S) Marcel Françoise, par les adhérents qui sont tous des
président de la Fédération nationale bénévoles, le bureau comprend 14 Accueil des adhérents
des amicales de sapeurs, en présence membres dont 3 épouses, le Conseil
du général de division Pierre-François d’administration, 22 membres dont 11 Nous y sommes très attentifs. C’est
Joly, adjoint au général commandant épouses, réparti entre le président, le pourquoi nous avons réalisé de 1992 à
la région terre Nord Ouest et de mon- vice-président, le trésorier, le trésorier- 2005 un grand nombre de supports.
sieur Le Faucheur, maire de la ville de adjoint, le secrétaire, le secrétaire-
Plérin. adjoint, le contrôleur du budget, les Le logo aux couleurs du département
adhésions et multimédia, les délégués des Côtes-d’Armor et armoiries de
On dénombrait 145 adhérents et leurs aux loisirs. notre illustre Vauban, par Hervé
épouses réunis autour du drapeau de Hennequin, puis la carte d’adhésion
l’amicale. conçue et informatisée dés 1992 aux
Les événements de l’année 2005 couleurs de notre arme avec logo inté-
gré (Hervé Hennequin), puis la pla-
Principaux points du rapport moral Au titre de nos joies, nous avons célé- quette d’information adressée aux
bré les noces d’Or de Colette et Robert futurs adhérents résidant en Côtes-
Créée en 1992 avec 6 adhérents, notre Baudet, d’Angèle et de Francis Morin. d’Armor, aux chefs de corps des for-
amicale comprend actuellement 117 Au titre de nos peines, nos camarades mations du génie en métropole et hors
adhérents dont 16 épouses veuves. suivants nous ont quitté : colonel Jean métropole, aux commandants et
L’âge moyen est de 69 ans
1/2, notre doyen ayant 90
ans et le plus jeune, 38 ans.
Durant la période de 1992
à 2005, nous avons
accueilli 161 adhérents soit
44 départs (3 en moyenne
par an), compris 27 décès,
10 radiations pour non-
paiement de la cotisation, 4
changements de résidence
et 3 démissionnaires.

Nos origines sont compo-


sées de 97 adhérents appe-
lés du contingent (82,9 %),
d’un militaire en activité et
de 19 militaires d’active à
la retraite (17,1 %).

Le lieu de résidence des


adhérents est à majorité
(115) dans le département Assemblée général de l’amicale des Côtres-d’Armor, le 19 novembre 2005.

– 48 –
La lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial
Composition
Compliments du président national de la FNAS, Sommaire
Le courrier des lecteurs
le général de corps d’armée (2S) Marcel Françoise,
L’actualité en bref
en date du 21 novembre 2005 Le génie combat
Le génie construit
« … tient encore une fois à vous féliciter, vous et votre équipe, pour la qualité de Le génie secourt
vos présentations et à vous remercier pour l’accueil très chaleureux que vous lui Le génie instruit
avez réservé ainsi qu’à son épouse. » Histoire
A savoir
Ces félicitations sont à partager et s’adressent à tous les adhérents et leurs Coup d’œil sur…
Témoignage
épouses, aux membres bénévoles pour la qualité des travaux réalisés depuis 1992
◆ FNAS
dans l’humilité et la sincérité. Puissions-nous poursuivre notre action dans la cohé-
sion et le don de soi, pour le bien de tous et de toutes, pour nos amis sapeurs appe-
lés à nous rejoindre en 2006 et ultérieurement !
Joseph GUILLAUME communes qui nous accueillent, par
Le 23 novembre 2005
des participations au soutien des
grandes causes nationales, cancer,
maladies génétiques etc. (850 € en
directeurs du génie, au commandant Nord-Ouest, l’École supérieure et 2004, 450 € en 2006).
de l’ESAG, aux présidents de catégo- d’application du génie, les formations
ries : officiers, sous-officiers, capo- du génie et autres unités où servent Il est à signaler que l’amicale est
raux-chefs, enfin la cravate d’arme des sapeurs. intervenue deux fois pour soutenir
offerte à tous nos adhérents depuis financièrement deux de nos adhé-
1992. En ce qui concerne la revue Vauban, rents (décès et chômage de longue
nous adressons nos chaleureux com- durée).
Nous avons tout particulièrement pliments à monsieur Louis-François
apprécié l’accueil et le soutien des Dupont, écrivain, rédacteur en chef de
Nos souhaits pour l’année 2006
chefs de corps du 6e régiment du génie la revue Vauban, pour son excellent
et du 25e régiment du génie de l’air en accueil et son étroite coopération
Ils se résument en quatre objectifs
janvier 2005. concernant nos propositions d’articles
bien définis :
à insérer dans cette revue.
1) Poursuivre et développer l’accueil
Communication et information
de nos adhérents et futurs adhé-
Emploi et soutien social
rents.
La voie postale est onéreuse mais elle
est totalement à la charge de l’amicale. Nous y attachons un grand intérêt à 2) Développer l’information dans la
La presse locale publie nos articles et l’emploi de nos adhérents en cours modernité, en utilisant chaque fois
nos informations dans les quotidiens et d’activité professionnelle, à celui des que possible la transmission par E-
les hebdomadaires départementaux. sapeurs du génie quittant le service mail et Internet.
actif à la recherche d’un emploi,
Notre E-mail : 3) Encourager et soutenir le parrai-
notamment à l’issue d’un contrat d’en-
sap.genie.armor@free.fr nage d’un nouvel adhérent par un
gagement limité dans la durée, au par-
sapeur de l’amicale résidant dans la
Notre site Internet : rainage du demandeur d’emploi par
localité, la commune ou la ville
http : // sapeurs.22.free.fr un adhérent qualifié, correspondant
concernée.
aux références de l’emploi souhaité.
Actuellement nous communiquons 4) Participer plus activement aux
par Internet avec nos adhérents, notre Le soutien social est assuré par des orientations et aux décisions au
Fédération nationale, le comman- dons de l’amicale, au musée du Génie niveau de notre Fédération natio-
dement du génie de la région terre à Angers, aux services sociaux des nale.

– 49 –
SOMMAIRE
La lettre du génie

Éditorial
Composition
Sommaire
Le courrier des lecteurs
AMICALE ARDENNAISE DES ANCIENS
3 RG
L’actualité en bref
E
Le génie combat
Le génie construit
DU GÉNIE ET DU
Le génie secourt
Le génie instruit
Histoire
A savoir Assemblée générale et Sainte Barbe
Coup d’œil sur…
Témoignage
Amagne (Ardennes) le 26 novembre 2005
◆ FNAS
par le président Jean-Pol LOISON

Le 26 novembre 2005, l’amicale MM. Blot, Esoy, Loison et deux nou- Joël Blot ne désirant pas se représenter
ardennaise des anciens du génie du veaux élus MM. Nicolas et Trouillet à la présidence de l’amicale, le bureau
3e régiment du génie tenait son assem- (félicitations !) après vote se compose de la manière
blée générale ordinaire le matin et suivante :
fêtait Sainte Barbe l’après-midi. Après une messe du Souvenir dans la
salle de conférences du régiment, il fut PRÉSIDENT : M. Jean-Pol Loison
L’assemblée générale s’est déroulée au procédé à un dépôt de gerbe au
1ER
VICE-PRÉSIDENT : M. Claude Desvages
3e régiment du génie au quartier monument aux Morts, place de
2 VICE-PRÉSIDENT : M. Jean-Pierre
E
Dumerbion à Charleville-Mézières. Le l’Hôtel-de-Ville où fut décoré de la
Trouillet
lieutenant-colonel Bonnaure, chef de croix du combattant avec barrette
TRÉSORIER : M. Jean Vergneaux
corps du 3e RG et les présidents de « 1939-1945 » monsieur Théodore
catégories du régiment ont été Rosnarho, décoration remise par le TRÉSORIER SUPPLÉANT : M. James Oudin
accueillis par le président Joël Blot. lieutenant-colonel Bonnaure. SECRÉTAIRE : M. Maurice Plat

En ouvrant la séance, le président fait Un vin d’honneur offert par la munici-


observer une minute de silence à la palité a clôturé cette partie officielle.
mémoire de nos camarades qui nous
ont quitté cette année : madame Membre de notre amicale, à l’hon-
Joscht, épouse de notre ancien prési- neur cette année, Monsieur Robert
dent décédé en 2001, messieurs Borgniet a été élevé au grade d’offi-
Double, Fontesse et Mahut. cier de la Légion d’honneur.

Il fait part à l’assemblée des change- La journée s’est poursuivie au cercle


ments à venir dans la réorganisation mess où un excellent repas a été servi
de la Fédération Nationale des à une centaine de convives qui appré-
Amicales de Sapeurs (FNAS). cièrent la chaleureuse ambiance de
l’équipe d’animation.
Il donne ensuite la parole au lieute-
nant-colonel Bonnaure qui nous Un remerciement particulier à qua-
informa des diverses activités du régi- torze anciens de l’amicale d’Arras
ment. dont le président, Paul Lesage qui,
malgré des chutes de neige abon-
Les rapports d’activités et financier dantes, étaient présents parmi nous.
furent présentés respectivement par Arras a été la garnison du 3e régiment
monsieur Patrice Plat, secrétaire et du génie de la fin du XIXe siècle à
monsieur Jean Vergneaux, trésorier. 1940.
Ensuite le 1er vice-président, mon-
sieur Jean-Pol Loison proposa à l’ap- Au terme de cette belle journée,
probation de l’assemblée les modifi- tous se quittèrent en souhaitant se
cations aux statuts et au règlement retrouver encore plus nombreux lors
intérieur. de la prochaine Sainte Barbe, le
18 novembre 2006.
Après approbation des modifications,
il fut procédé par vote à bulletin Le 8 décembre 2005, le Conseil d’ad-
Remise de la croix du combattant volontaire
secret, au renouvellement du tiers sor- ministration s’est réuni conformément 1939-1945 à M. Théodore Rosnahro
tant au Conseil d’administration. Suite à notre statut pour l’élection du par le lieutenant-colonel Bonnaure
au dépouillement, ont été réélus bureau. Notre président, Monsieur le 26 novembre 2005.

– 50 –
La lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial

AMICALE DES ANCIENS SAPEURS


Composition
Sommaire
Le courrier des lecteurs

DU GÉNIE DE L’AUDE
L’actualité en bref
Le génie combat
Le génie construit
Le génie secourt
Le génie instruit
par le président Georges COURRÈGES Histoire
A savoir
Coup d’œil sur…
Témoignage
◆ FNAS

L’assemblée respecte une minute de aux Morts, y déposait une gerbe et


recueillement à la mémoire des sapeurs observait une minute de silence à la
disparus au cours de l’année écoulée. mémoire des victimes de guerre. Au
cours de cette cérémonie, il fut pro-
Après avoir salué la présence du capi- cédé à une remise de distinction
taine commandant le détachement de « Honneur et fidélité au génie » :
maintenance du génie de Carcas-
Décoration du capitaine (H) Jules Cornaire
sonne et de son adjoint, le président – 1re classe - échelon or : capitaine (H)
par Georges Courrèges,. Cornaire Jules.
Cour-règes présentait les nouveaux
adhérents et leur souhaitait la bienve-
L’amicale des anciens sapeurs du nue au sein de l’amicale. La municipalité de Vilegly-Minervois
génie de l’Aude a tenu son assemblée recevait ensuite les adhérents de
générale et fêté la Sainte Barbe le Le trésorier présentait le compte rendu l’amicale et les invitait à un apéritif
4 décembre 2005 à Vilegly-Minervois. financier qui a fait apparaître un solde d’honneur. Le président remercia au
créditeur convenable. Les rapports nom de l’amicale, le maire et le
C’est dans la salle du Conseil munici- d’activité et financier furent adoptés à conseil municipal pour l’accueil cha-
pal, en présence de monsieur le l’unanimité. leureux qu’ils leur avaient réservé.
maire, que les adhérents de notre ami-
cale se pressaient nombreux pour A l’issue de cette assemblée générale, Les adhérents de l’amicale se retrou-
assister à l’assemblée générale de les membres présents accompagnés vaient ensuite pour un repas amical
cette journée sapeur, apportant, une de leurs épouses se dirigeaient vers avec parents et amis autour des tables
fois de plus, la preuve des liens frater- l’église paroissiale où une messe était dressées dans le foyer municipal. Les
nels qui les unissent. célébrée en l’honneur de Sainte Barbe anciens sapeurs célébraient avec
et pour les anciens sapeurs défunts. enthousiasme leur sainte patronne.
En ouvrant la séance, le président C’est dans la joie, mêlée d’un certain
Courrèges souhaitait la bienvenue à Faisant suite à l’office religieux, un regret que les anciens se sont quittés
tous. Il remerciait le maire de Vilegly- cortège renforcé par une délégation sans oublier les absents et après avoir
Minervois pour l’aide efficace appor- d’anciens combattants de Vilegly- entonné une nouvelle fois « La chan-
tée pour la réalisation de cette journée. Minervois se rendait au monument son du génie ».

AMICALE DES ANCIENS SAPEURS DU GÉNIE


DE LA CHARENTE-MARITIME
La vie de l’amicale en 2005 par le président Michel MORLIER

L’amicale continue à vivre avec ses maigre recrutement. C’est ainsi, rien blèmes d’organisation des rencontres,
hauts et ses bas, mais inexorablement ne peut arrêter cette marche du temps une estimation des participants deve-
les effectifs diminuent malgré quelque et cela pose de plus en plus de pro- nant impossible.

– 51 –
SOMMAIRE
La lettre du génie

Éditorial
Composition cueil « les Chaumes » à notre disposi-
Sommaire
tion. Un prêtre a bien voulu célébrer
Le courrier des lecteurs
L’actualité en bref
la messe en la chapelle privée. À noter
Le génie combat que dans cette chapelle, une statue en
Le génie construit bois de la Vierge, objet de pèlerinage
Le génie secourt jusqu’en 1793, est exposée. À cette
Le génie instruit
époque, la statue est profanée, une
Histoire
A savoir dame la sauve du feu et la donne
Coup d’œil sur… comme jouet à ses enfants. La statue
Témoignage est retrouvée en 1840 et les pèleri-
◆ FNAS
nages reprennent en 1876.

Malgré la pluie battante dont les eaux


C’est ainsi ! Nous coupaient la route par endroits et
n’empêcherons pas la empêchaient toute visibilité, tous les
marche du temps. Il Le moulin des Saules à Pouzou. participants étaient très satisfaits. Il est
faut faire face pour vrai que la directrice et tout le
que notre amicale héritée de nos disait François Ier), ayant conservé de personnel du couvent nous ont admi-
anciens, continue le plus longtemps beaux vestiges de sa période gallo- rablement reçus malgré la difficulté
possible ses activités très appréciées. Il romaine (arènes, arc de triomphe de du nombre inattendu de sapeurs qu’il
suffit de lire le courrier lors des vœux Germanicus, thermes, aqueducs), a fallu répartir en deux salles !
pour comprendre que les organisa- ainsi que l’abbaye aux Dames, la
teurs sont soutenus et encouragés cathédrale Saint Pierre (XII-XVe siècles), Le cusinier que nous connaissons de
dans leur tâche. A l’absence de mobi- l’église Saint Eutrope (1081), etc. longue date s’est surpassé. Un partici-
lité, nous répondons par l’organisation pant de l’île d’Oléron m’a dit, en
du covoiturage et, en obtenant des L’assemblée s’est déroulée dans les conclusion avec son accent de terroir
prix raisonnables pour les repas, avec conditions habituelles avec, en com- « Couillon, j’havons fait un sacré
une nourriture de qualité, nous per- plément, un exposé du colonel Albert gueuleton ». C’est peut-être la
mettons la venue d’un plus grand Rivière, président de l’amicale des meilleure récompense des organisa-
nombre. Deux-Sèvres, sur la présence et le rôle teurs de cette journée.
de l’armée française dans certaines
Le temps des sorties un peu éloignées parties du monde. Exposé très appré- C’est donc sur une note optimiste que
est totalement révolu, mais comme cié et applaudi. Le colonel Joseph nous avons terminé l’année 2005. Un
nous avons le bonheur de vivre dans Facon, délégué de la région Sud- programme a déjà été élaboré pour
un merveilleux département (le 3e Ouest nous a longuement parlé de la l’année 2006, espérons qu’il rassem-
département le plus visité de France, création de la Fédération nationale du blera.
après le Gard et l’Hérault), quatre génie et bien sûr nous
estuaires, quatre îles, un très riche avons rappelé que la
patrimoine architectural et historique, revue Vauban, lien des
doté d’un climat très agréable, nous liens du génie, avait
pouvons nous « retremper » dans le besoin d’adhérents
génie dans d’excellentes conditions pour vivre. Un repas
avec de belles images devant les yeux. avec fruits de mer, cela
s’impose, a prolongé
La première réunion a eu lieu au mou- cette très agréable jour-
lin des Saules à Pouzou, vieux moulin née. À noter que la pré-
à eau installé sur la Boutonne, ayant sence du colonel Jean-
conservé tout son mécanisme qui Louis Roche qui ne
fonctionne pendant que nous déjeu- manque aucune de nos
nons au-dessus de la rivière. Cette sor- manifestations ! Nous
tie très demandée depuis quelques n’étions que 39 en ce
années s’est déroulée sous un beau 12 mai.
soleil, dans un esprit très convivial et
très détendu. L’hiver ayant sévi jusqu’à Enfin, miracle de la
la semaine précédant cette journée du Sainte Barbe! Le 4 décem-
11 mars, nous n’étions que 28 ! bre, nous nous sommes
retrouvés 70 au cou-
L’assemblée générale au eu lieu à vent des Dominicaines
Saintes, ville traversée par la Charente à Corme-Écluse qui
(« le plus beau ruisseau de France » mettait sa maison d’ac- Église de Corme-Écluse.

– 52 –
La lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial

AMICALE DES ANCIENS DU GÉNIE


Composition
Sommaire
Le courrier des lecteurs

HAUT-RHIN
L’actualité en bref
DU Le génie combat
Le génie construit
Le génie secourt
Le génie instruit
Histoire
par le président Raymond RITTER A savoir
Coup d’œil sur…
Témoignage
◆ FNAS

Voici une rétrospective sommaire des


activités vécues par l’amicale des
anciens du génie du Haut-Rhin au
cours de cette année 2005 révolue.

C’est dès janvier que le président


Philippe Millithale rappelle le comité
pour, après avoir présenté ses vœux,
faire le bilan de la fête de la Sainte
Barbe 2004 et préparer l’année 2005.

En mars, en comité, on prépare l’as-


semblée générale. Parallèlement, nous
prenons note de la nouvelle organisa-
tion de la Fédération : FNAS devient
FNG, les amicales locales sont
regroupées…

En avril, l’assemblée générale est l’oc-


À gauche, l’ancien président Philippe Millithaler et madame et à droite Christian Schaub et madame.
casion de « rassembler les troupes ».
Deux nouveaux adhérents nous y
rejoignent. Le comité est renouvelé base 132 de Meyenheim. Cette base, aux décollages et ce dans un vacarme
partiellement. Le rappel des activités située au milieu de la plaine d’Alsace, étourdissant. Quelle journée, cette
de 2004 active les esprits pour propo- est telle une petite ville de 1 450 habi- rencontre des deux armées !
ser de nouvelles sorties. tants où chacun a sa place pour effec-
tuer son travail dans le cadre de son Pour finir l’année, notre patronne
En juin, par contre, c’est la déception : devoir. Ce sont quand même 140 Sainte Barbe est fêtée fin novembre,
trop peu de membres ont été intéressés pilotes qui, aux commandes de leurs autre moment fort pour les sapeurs.
par la visite de l’Hôtel du Département. magnifiques et puissants engins, rem- C’est à Mulhouse que les anciens et
plissent quotidiennement leurs mis- leurs amis se retrouvent, dans une
Fin juin, le comité se réunit, un peu tar- sions, prêts à intervenir si l’intérêt ou ambiance toujours conviviale. La tom-
divement, certes, pour entériner les la sécurité du pays le nécessite. bola, très bien achalandée, obtient son
décisions de l’assemblée générale. succès habituel Cette manifestation est
Notre président Philippe Millitahler fait Le groupe, après la photo souvenir également l’occasion d’officialiser la
part de sa décision de « passer le flam- devant l’emblème de la BA 132, passe passation de présidence, et dans son
beau », considérant qu’au bout de huit tour à tour, de la salle de réunion où la mot d’accueil, Christian Schaub remer-
années passées aux « commandes », il base nous est présentée, aux hangars cie chaleureusement son prédécesseur
était plus que temps de procéder à la « garage » des Mirage, aux ateliers de en lui offrant un cadeau souvenir et à
relève. Très rapidement la candidature maintenance et de révisions où cha- son épouse un bouquet de fleurs, sous
de Christian Schaub est acceptée et cun a la surprise de voir le… Rafale, les applaudissements de la « troupe ».
l’organigramme est remis à jour. puis au centre névralgique que consti-
Cependant, pour ne pas perdre totale- tue la salle des radars et enfin à la tour Au moment de terminer l’an 2005,
ment le « passif » de Philippe, il lui est de contrôle. nous tournons une nouvelle page d’un
demandé d’assurer la vice-présidence. livre qui commence à devenir épais
C’est une visite inoubliable qui se ter- avec… 44 ans d’histoires ! À bientôt
Après la saison estivale, en septembre, mine au mess des officiers, alors que pour une nouvelle année dans la
le comité est invité sur le tarmac de la sur la piste les atterrissages succèdent famille du Génie.

– 53 –
Nos peines
Juin 2005 MdR François Le Morellec amicale des anciens du génie des Côtes-d’Armor

Août 2005 Adc Fernand Laffitte amicale des anciens du génie des Côtes-d’Armor

Septembre 2005 Colonel Jean Biessy amicale des sapeurs du génie du Var
Colonel Régis de Botmiliau amicale des anciens du génie des Côtes-d’Armor

Octobre 2005 Général Huraux amicale des anciens du 2e régiment du génie

Novembre 2005 Adc Jean-Baptiste Clec’h amicale des anciens sapeurs des Côtes-d’Armor
Jacques Foury amicale du génie du Var, ancien du 152e RG, Rhin-et-Danube
Madame Joscht amicale ardennaise des anciens du génie et du 3e RG
Monsieur Double amicale ardennaise des anciens du génie et du 3e RG
Monsieur Fontesse amicale ardennaise des anciens du génie et du 3e RG
Monsieur Mahut amicale ardennaise des anciens du génie et du 3e RG

Janvier 2006 Général Henri Chadal amicale des anciens sapeurs du génie de l’Hérault
Capitaine Alain Cuggia amicale des anciens du 5e RG, administrateur revue Vauban
Février 2006 Colonel Jean Vial amicale des anciens sapeurs du génie de l’Hérault

Extraits de l’allocution prononcée le 11 août 2005 en l’église de Caurel (Côtes-d’Armor)


lors des obsèques de notre ami Fernand Laffitte
par Joseph GUILLAUME, président de l’amicale des Côtes-d’Armor

« Originaire de Le Port, en Ariège, vous êtes appelé sous les drapeaux le 15 octobre 1936 au
6e régiment du génie à Angers. À l’issue de votre service national, vous décidez de faire
carrière dans le génie.
De septembre 1939 à juin 1940, vous participez à la défense de la France occupée. Fait
prisonnier, vous êtes déporté en Allemagne de juin à novembre 1940. Vous décidez alors
de vous évader et vous rejoignez la France Libre à Moulins, avec le soutien et la complicité
des cheminots français. Vos brillants états de service seront récompensés le 25 juin 1940
par l’attribution de la croix de guerre.
Vous servez ensuite en Afrique du Nord, puis dans les Forces Françaises d’occupation en
Allemagne. Votre carrière militaire prendra fin après dix-sept années de services accomplis
dans la compétence, l’honneur et l’exemplarité.
En 1953, vous vous orientez vers une carrière de cadre, conducteur de travaux, en
entreprise de travaux publics pendant douze années à Paris. Vos qualités de technicien et
de meneur d’hommes seront unanimement appréciées.
En 1964, avec votre famille, vous rejoignez Caurel, localité où vous avez construit votre
résidence principale.
Le décès de Pierre-Yves, tragiquement disparu dans un accident de la route le 26 janvier 2001 vous accablera de
souffrance et de chagrin.
Mon Cher Ami, cher Fernand, au revoir, reposez en paix à Caurel auprès de votre fils Pierre-Yves trop tôt disparu.
Joseph Guillaume, président de l’amicale des Côtes-d’Armor. »

– 54 –
La lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial

Éloge funèbre du colonel Jean Biessy, prononcé le 19 septembre 2005 Composition


Sommaire
en l’église Saint-Paul-du-Mourillon à Toulon Le courrier des lecteurs
L’actualité en bref
par le général d’armée (2S) Paul LARDRY Le génie combat
Le génie construit
« Colonel Biessy, Mon Cher Jean Le génie secourt
Le génie instruit
Ce sont tes camarades de la promotion de Saint-Cyr « Général Frère », au premier rang des- Histoire
quels le général d’armée Schmitt, ancien chef d’état-major des armées, A savoir
- tes amis de l’Amicale des anciens sapeurs du génie du Var avec son président, le colonel Bizien, Coup d’œil sur…
Témoignage
- les membres de l’ordre national de la Légion d’honneur emmenés par le pharmacien géné-
◆ FNAS
ral Prieux, représentant le grand chancelier de l’ordre,
- les membres des associations patriotiques et de l’association des officiers de carrière en retraite,
les nombreux amis qu’avec Monique vous avez su vous faire, aussi bien dans la région qu’au-delà des mers en Afrique et
surtout au Viêt-Nam, qui sont ici devant toi, émus, tristes, entourant ton épouse, tes enfants, tes petits-enfants, toute ta famille.
En leur nom, j’aimerais en premier lieu saluer en toi le patriote qui de 1943 à 1969 a consacré plus de vingt-cinq ans de
sa vie au service de notre pays, la France.
Né en 1923, ton adolescence se déroule à Toulon où tu fais des études au lycée Peiresc. En pleine occupation tu rejoins
les chantiers de jeunesse et, dès que tu le peux, tu t’engages dans l’arme du génie pour rejoindre en 1945 l’Indochine avec
le 73e bataillon du génie. Pendant près de trois ans, tu contribues à l’ouverture et au maintien de la circulation sur un axe,
ô combien connu, la route coloniale n° 4 de Lang-Son à Cao-Bang.
Ton efficacité et ton courage te valent une première citation.
C’est à Saint-Cyr-Coëtquidan que nous allons, de 1949 à 1950,
nous côtoyer et nous connaître. Ton excellent classement de sortie
te permet de retrouver le génie. Après un bref séjour en Tunisie, tu
rejoins à nouveau l’Indochine en 1952. Tu prends rapidement le
commandement d’une compagnie, toujours au 73e bataillon du
génie. Tu es cité à l’ordre de la division.
A ton retour en métropole, tu suis, comme capitaine, les cours de
l’École supérieure technique du génie de Versailles. En 1959, tu
rejoins le génie de l’air où tu serviras pendant dix ans, à Toul puis
en Algérie où tu commandes, au 45e bataillon du génie de l’air, la
compagnie de Biskra puis celle d’Ouargla, enfin au centre d’expé-
rimentation du Pacifique où ta compétence et ton expérience te
Les cendres du colonel Jean Biessy seront transférées à l’école
de Caï-Tac qu’il a créée avec son épouse. Sur ce document,
conduisent, comme chef de bataillon à créer l’infrastructure néces-
Jean Biessy est debout, le 2 à gauche.
e saire aux essais nucléaires.
En 1969, tu juges préférable de quitter l’armée.
Expert reconnu en matière de travaux publics, tu es immédiatement sollicité par de grandes entreprises françaises. Pendant
près de vingt ans, tu parcours le monde, soit comme ingénieur expert, soit comme chef de projet. Ton nom est associé à
de nombreux grands travaux, que ce soit en Martinique, à Haïti, en Corée, au Cameroun, au Yémen, en Arabie Saoudite,
jusqu’au jour où tu décides, en 1988, de t’installer définitivement à Toulon.
Mais à soixante-cinq ans, tu ne peux rester inactif, les problèmes du tiers-monde continuent à t’interpeller et c’est tout
naturellement qu’avec Monique vous fondez « l’Association Sahel-Asie », destinée à venir en aide aux très jeunes enfants
exclus de tout système éducatif en raison, notamment, de la maladie de leurs parents, - la lèpre - ou de leur appartenance
à une minorité délaissée.
Parmi de nombreuses réalisations, j’aimerais citer cette école maternelle, - près de 150 enfants - située au Viêt-Nam du sud,
à Caï-Tac, dont tu as été l’architecte et le maître d’œuvre. Je me souviens de ta satisfaction et de ta joie au retour de ton der-
nier voyage au Viêt-Nam, destiné à vérifier la finition de cette école qui porte ton nom et où seront transférées tes cendres.
Pendant toutes ces années, tu auras montré en toutes circonstances que tu étais un homme de devoir, généreux, particu-
lièrement droit ; un homme, parfois réservé, même secret, maître de ses émotions, mais qui traite avec humour et ironies
les aléas de la vie, une force tranquille, un battant notamment dans l’adversité ; un homme d’une bonté infinie, dévoué
aux autres, fidèle en amitié ; un chef compétent, efficace, soucieux de ses hommes ; un soldat courageux qui a bien mérité
de recevoir la Légion d’honneur.
Pour toi, Jean, l’honneur, la dignité, l’amour du prochain n’étaient pas de vains mots.
Madame Rey, ta fille, et vous Ludovic et Émeline, tes petits-enfants, souvenez-vous avec fierté de l’homme qu’étaient votre
père et votre grand-père.
Monique, vous qui avez tant entouré Jean, nos paroles sont bien impuissantes pour vous réconforter dans votre grande détresse,
mais vous devez savoir qu’au-delà de leurs condoléances, tous ses camarades sont ici aujourd’hui pour partager votre peine.
Ils seront là demain pour vous apporter leur aide.
Adieu, Mon cher Jean, tu ne seras pas oublié. adieu colonel Biessy, nous allons observer une minute de silence en signe
de respect pour ta mémoire. »

– 55 –
SOMMAIRE
La lettre du génie

Éditorial
Composition
Sommaire
Décès du général Huraux de l’amicale du 2e régiment du génie
Le courrier des lecteurs par Raymond SCHARFF
L’actualité en bref
Le génie combat
Le génie construit Le général Huraux, membre de l’amicale du 2e régiment du génie depuis de longues années est
Le génie secourt décédé en octobre 2005. Ses obsèques ont été célébrées le 21 octobre 2005 à Billy-sous-
Le génie instruit
Histoire
Mangiennes (Meuse).
A savoir Monsieur François Pernodet, président de l’amicale du 2e régiment du génie, assistait à cette
Coup d’œil sur… cérémonie, accompagné de plusieurs membres de l’amicale et de son drapeau.
Témoignage
◆ FNAS

Extraits de l’allocution prononcée le 28 novembre 2005 en l’église de Trégueux,


lors des obsèques de Jean-Baptiste Clec’h
par le président Joseph GUILLAUME

« Cher Jean,

Né le 29 août 1928 à Plouegat-Guerand dans le Finistère, tu t’engages dés l’âge de


18 ans, à compter du 4 août 1944, au titre du bataillon FFI du Finistère pour la durée
de la guerre.
Volontaire pour servir en Extrême-Orient, tu quittes la métropole en janvier 1946
pour un séjour de deux ans et demi au 61e bataillon colonial du génie au Cambodge
et en Cochinchine ; tu participes avec ton bataillon aux nombreux chantiers de
rétablissement des communications dans la province de Camau et dans le delta du
Mékong ; tu participes également à l’opération LEA dans la région nord est du
Tonkin.
Tu accèdes au Corps des sous-officiers du Génie le 14 mai 1948.
Tu sers ensuite en Tunisie, en Algérie et, à plusieurs reprises, au 6e régiment du génie
à Angers.
Médaillé militaire, tu es admis à la retraite sur ta demande en octobre 1967 et tu
quittes ton arme après plus de 23 ans de bons et loyaux services.
S’ouvre à toi une reconversion aisée et méritée dans le secteur privé, l’entreprise de
transport Prost à Saint-Brieuc où tu es apprécié pour tes éminentes qualités
foncières. Le monde associatif t’accueille avec joie. C’est ainsi que tu es successivement trésorier de l’Union
départementale des sous-officiers en retraite pendant plus de 15 années puis président pendant 4 années.
Tu rejoins l’amicale des sapeurs du génie à sa création en 1992. Membre du bureau et du Conseil d’administration, tu
participes très activement à son développement et à son rayonnement.
Au revoir Jean, repose en paix, nous ne t’oublierons pas. »

Décès du général Henri Chadal, le 4 janvier 2006


par le président Christian ROFFAT

Le général de corps d’armée Henri Chadal est décédé le 4 janvier 2006 à l’âge de 85 ans. Il avait terminé sa carrière comme
directeur central du génie avant de se retirer à Béziers (Hérault) en 1980.
Ses obsèques se sont déroulées le samedi 7 janvier 2006 en l’église de l’Immaculée Conception à Béziers. Le
commandement de la légion étrangère avait envoyé une importante délégation, une section du 2e REI de Nîmes lui a rendu
les honneurs militaires.
Une foule nombreuse était présente à la cérémonie avec, en particulier, une forte participation de l’association des anciens
du génie de l’Hérault à laquelle il s’est intéressé jusqu’au bout. Il avait été en effet à l’initiative de la création de
l’Association des anciens sapeurs du génie de l’Hérault en 1984 et en était président d’honneur.
Il était commandeur de la Légion d’honneur et officier dans l’Ordre national du Mérite. Il était titulaire de la croix de guerre
1939-1945, de la croix de guerre des TOE et de la croix de la valeur militaire.

– 56 –
La lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial

Allocution prononcée lors des obsèques du général Henri Chadal Composition


Sommaire
par le général (2S) Jacques PERRY Le courrier des lecteurs
L’actualité en bref
« Mon Général, Le génie combat
Le génie construit
Le génie secourt
En ce moment si douloureux pour vos êtres chers et pour vos nombreux amis, le général de Le génie instruit
corps d’armée Françoise, président de la Fédération nationale des amicales de sapeurs m’a Histoire
demandé d’être son interprète pour rappeler ce que fut votre longue et belle carrière. A savoir
Coup d’œil sur…
Dès l’âge de 12 ans sous l’uniforme d’enfant de troupe, élève au Prytanée militaire de La
Témoignage
Flèche en 1937, vous êtes devenu Saint-Cyrien de la promotion Charles de Foucauld et ◆ FNAS
nommé sous-lieutenant en 1942. Après avoir rejoint la Résistance, vous participez à la
Libération, puis à la campagne de France et d’Allemagne avec le 81e régiment d’infanterie.
En 1946, vous êtes sapeur. Vous servez au 7e régiment du génie, puis vous êtes capitaine en 1949 et vous rejoignez
l’Indochine, affecté à Hiaphong, puis Hanoï, et enfin Nam Dinh, où vous obtenez deux citations.
Vous êtes ensuite professeur de génie à l’EAABC de Saumur, avant de servir en Algérie au 70e bataillon du génie, où vous
êtes à nouveau cité. Puis, chef de bataillon en 1957, vous êtes choisi comme chef du 3e bureau de la Xe région militaire.
Vous intégrez en 1959 la 74e promotion de l’École supérieure de guerre, d’où, breveté en 1962, vous êtes affecté au 4e
bureau de l’EMAT avant de repartir en Algérie prendre, à In Amguel, le commandement du 11e régiment du génie
saharien.
De retour en France, vous êtes en 1966 chef du bureau Organisation de la direction centrale du génie. Promu colonel en
1967, vous partez en Polynésie prendre le commandement du 5e régiment mixte du Pacifique.
Vous êtes directeur central adjoint et général de brigade en 1972, avant d’assumer les responsabilités de commandant du
génie de la VIe région militaire à Metz en même temps que celles de commandant du génie du 1er corps d’armée.
Général de division en 1976, de corps d’armée en 1979, vous êtes directeur central du génie de 1977 à 1980, moment
où vous posez votre sac à Béziers. Votre première action en 2e section sera de réunir quelques sapeurs pour fonder notre
association AASGH, dont vous avez été le dynamique président d’honneur, toujours présent, toujours attentif aux soucis
des autres, souvent sollicité pour sa sagesse…
Mon Général, c’est avec beaucoup d’émotion que je viens de rappeler les éléments de votre carrière, si complète, si
attachante. J’ai eu l’honneur de servir pendant plusieurs années sous vos ordres directs. Je peux témoigner. J’ai pu mesurer
tout ce que le Grand Ancien respecté que vous étiez, pouvait apporter aux jeunes officiers qu’il savait imprégner de son
exemple.
Mon Général, permettez-moi de lire des extraits de l’ordre du jour du général, chef d’état-major de l’armée de terre le
24 mars 1980, lors de votre adieu aux armes :
« Le général de corps d’armée Chadal est un chef exigeant, un organisateur accompli. Travailleur acharné, généreux dans
l’action, il sait toujours donner l’impulsion nécessaire, sachant faire face avec brio à l’accroissement des missions. Il fait
sentir sa compétence et son autorité dans tous les domaines. C’est un homme de devoir et de caractère, mais aussi un
homme de cœur sachant humaniser une forte personnalité. Il était un grand directeur, passionnément dévoué à son
arme, chef unanimement respecté. »
Au revoir, mon Général.
Madame, nous sommes nombreux ce matin à partager votre immense peine et celle de votre grande et admirable famille
à laquelle le général était si attaché et qui savait lui rendre si bien son affection. Veuillez accepter l’expression des
sentiments affligés de tous ceux qui ont tenu aujourd’hui à vous entourer de leur amitié et à vous aider de leur prière,
pour que Dieu vous accorde courage et réconfort. Nous resterons à vos côtés. »

Communiqué de presse du 13 janvier 2006

Madame Henri Chadal


et sa famille
très touchées par les marques de sympathie manifestées lors du décès du
général Henri Chadal
adressent leurs plus sincères remerciements aux associations des anciens sapeurs du
génie de l’Hérault ; aux anciens de la légion étrangère du Biterrois ; aux ingénieurs du
génie ; aux représentants de la Légion d’honneur ; aux membres de l’ANOCR de
l’Hérault.

– 57 –
SOMMAIRE
La lettre du génie

Éditorial
Composition
Sommaire
Le courrier des lecteurs
Nos joies
L’actualité en bref
Le génie combat
Le génie construit
Le génie secourt
Le génie instruit
Fête à l’UAGIF pour les 90 ans du président Marcellin Richard,
Histoire le 15 octobre 2005
A savoir
Coup d’œil sur…
Témoignage Ce samedi 15 octobre 2005, c’était une nuit avant que je puisse dire à mon épouse Fernande :
◆ FNAS « Oui !… Je suis nonagénaire ! »
En ce samedi 15 octobre 2005, lors de la réunion traditionnelle de notre « Union amicale du
génie de l’Ile-de-France », organisée à Bourg-la-Reine par madame Françoise Crinon, vice-
présidente, après la conférence, madame Yvonne Bourgeois, épouse de notre président de l’UAGIF Jean-Claude Bourgeois,
m’a appelé auprès d’elle avec mon épouse. Et… il m’a été confirmé que demain serait bien le 16 octobre et que j’y
atteindrai 90 ans !
Alors, il y a eu une longue file de dames, de messieurs, avec… quelque chose pour moi dans la main. Et, à la fin, la gerbe
de fleurs pour Fernande, mon épouse depuis 70 ans ! Noces de platine le 16 février, fêtées en famille à Paris.
Ces instants furent fort émouvants. J’ai essayé de dire
ce que Fernande et moi ressentions en fidèle amitié,
en profonds remerciements. Oui, ce jour-là encore,
nous avons été comblés.
Alors, notre fidélité auprès de toutes et tous, dans
notre groupe « génie » va continuer, et les services
que nous pourrons encore apporter le seront, car
tellement dus en reconnaissance de ce que vous
avez su nous apporter.
Aux amies, aux amis qui ont œuvré pour ces instants
de grand bonheur pour nous en ce 15 octobre 2005,
et qui n’ont pas pu être présents, Fernande et moi
dédions tout particulièrement ces lignes, en leur
exprimant nos regrets de n’avoir pu les remercier de
vive voix.

Marcellin et Fernande,
depuis les Sables-d’Olonne (Vendée)
Les récipiendaires émus admirent l’imposante gerbe florale. ce 31 octobre 2005

– 58 –
B U L L E T I N
D ’ A D H É S I O N
Association reconnue d’intérêt général. Association « Musée du Génie »
Réduction d’impôt égale à 60 % du montant des versements effectués.
(Envoi d’un reçu fiscal à partir de 20 euros)

Contact
ESAG/Cellule culture d’arme
Lieutenant-colonel Voyer – Commandant Garnier de Labareyre
106, rue Éblé – BP 34125 ANGERS Cedex 01
Tél. : 02 41 24 85 05 ou 02 41 24 82 40 – Fax : 02 41 24 83 39

J’ADHÈRE à l’association « Musée du Génie »


bulletin à retourner à l’adresse suivante :
association « Musée du Génie » - ESAG - BP 34125 - 49041 ANGERS Cedex 01

COTISATION ANNUELLE COTISATION À VIE


❒ membre actif : 10 euros minimum (20 euros avec reçu fiscal) ❒ membre à vie : 300 euros
❒ membre bienfaiteur : 50 euros (avec reçu fiscal) (avec reçu fiscal)
❒ collectivité militaire ou de réserve, association : 25 euros
❒ société civile : 150 euros (avec reçu fiscal)
❒ membre partenaire (entreprise) : 1000 euros

NOM : .................................................. Prénom : .............................................

Année de naissance : ................... Profession ou grade : ..............................

Adresse : ................................................................................................................ Signature


Code postal : ................................. Ville : .........................................................

N° tél. : ................................................

À ............................................................ le ..........................................................

BULLETIN D’ADHÉSION DES CORPS ET FORMATIONS D’ACTIVE


(collective, non personnalisée, cette adhésion ne remplace pas les adhésions individuelles des membres de l’organisme)

1 euro par cadre d’active officier et sous-officier; gratuit pour les EVAT
(ex. : régiment comptant 40 officiers, 150 sous-officiers et 700 EVAT : cotisation de 190 euros pour l’ensemble)

UNITÉ : ..........................................................................................................................

Adresse postale : ..........................................................................................................

N° tél. : ................................................

❒ ........................ cadres d’active x 1 euro TOTAL : ......................... euros


À ................................................................... le ..........................................................

Signature
GASTON OVIDE DE LA NOË
BIOGRAPHIE Gaston Ovide DE LA NOË
Né à Limoux (Aude) le 17 mai 1836.
Décédé en septembre 1902 (inhumé le 4).

« C’est mon fils ! » Colonel Goulier

ÉTATS DE SERVICE
École polytechnique.
1857 (1er octobre) Sous-lieutenant à l’École d’application.
1859 (1er octobre) Lieutenant. Adjoint de Goulier, professeur à l’École d’application.
1862 Professeur de topographie à l’École d’application.
1863 (31 décembre) Capitaine. Sert en Algérie.
1870 Nommé à Langres. Lors de la guerre, il met la place en état de
défense. Le 19 août, il détruit trois ponts de chemins de fer entre
Blesme et Chaumont ; le 28, il en détruit un autre à Château-
villain. Le 19 septembre, avec les mobiles de la Meurthe, il
s’apprête à faire sauter un ouvrage d’art près de Phalsbourg, mais
échoue, l’ennemi ayant été prévenu. À Épinal, membre du
comité de défense des Vosges, puis à Andelot et à Chaumont
dont il tente d’assurer la défense.
1877 (23 juin) Chef de bataillon. Chef de la brigade topographique du Génie.
1885 (29 juillet) Lieutenant-colonel. Sous-directeur du Service géographique à
PUBLICATIONS Paris.
1889 Colonel
DE LA NOË (général) et DE MARGERIE 1895 (16 mars) Général de brigade.
(Emmanuel), Les formes du terrain. Paris, 1896 Sous-chef d’état-major général de l’armée. Directeur du service
Imprimerie nationale, 1888, 205 p. suivi géographique.
d’un volume de 49 planches. 1897 En mission à l’Exposition de Bruxelles pour y étudier tout ce qui
« Mémoire sur un procédé de figuré du ter- peut intéresser l’armée.
rain dans l’hypothèse de la lumière 1898 Admis à la retraite après quarante-trois années de service.
oblique », Mémorial de l’officier du Génie, 1900 En mission d’études à l’Exposition de 1900. Il succède au général
n° 25. Vanson à la tête du musée de l’Armée.
« Procédé pour obtenir un cliché homogène
d’un modèle inégalement éclairé », Bulletin DISTINCTIONS HONORIFIQUES
de la Société française de photographie,
février 1883. • Chevalier de la Légion d’honneur le 5 mai 1871 ; officier le 11 juillet 1891 ;
« Le colonel Goulier », Revue du Génie commandeur le 11 juillet 1898.
militaire, 1892 • Officier de l’Instruction publique.
« Plans-reliefs d’étude », Cahiers du Service • Commandeur de la Couronne de Roumanie.
géographique de l’armée, n° 6.
« Principes de la fortification antique »,
Bulletin de géographie historique et descrip- BIBLIOGRAPHIE
tive, 1887 et 1888.
Notice nécrologique, Revue du Génie militaire, juillet-décembre 1902, pages 376-379.
(Éloge funèbre prononcé par le général Brun, le 4 septembre 1902)
CROUZET (colonel E.), « Note sur l’œuvre du général de La Noë comme topographe ».
Revue du Génie militaire, 1902, II, pages 379-382.
FOURNIER (Pierre), « Une activité oubliée du Génie : la cartographie au Dépôt des
fortifications », Revue Historique des Armées, numéro spécial Génie, septembre 2001,
ICONOGRAPHIE pages, 45-49, illustré.
CROUZET (colonel E.), « Les travaux des topographes du Génie militaire en France au
Portrait photographique accompagnant XIXe siècle. », Revue du Génie militaire, 1903, II, pages 127-158, 211-238, 323-348,
l’article de Pierre Fournier (voir infra). 397-424, 489-512 ; 1904, I, pages 44. (Bibliographie en fin d’étude).
Parfois détruire Souvent construire

Toujours servir

Оценить