Вы находитесь на странице: 1из 11

Note: Vous devez terminer ce module en deux heures environ.

Module 10 : Protection des obtentions végétales

Objectifs
À la fin de ce module, vous pourrez :

1. Décrire le rôle de l’Union internationale pour la protection des


obtentions végétales (UPOV)
2. Expliquer pourquoi les obtentions végétales doivent être protégées
3. Énumérer les conditions que doit remplir toute variété nouvelle pour
être protégée
4. Indiquer les droits octroyés au titulaire
5. Déterminer la durée de la protection susceptible d’être accordée

© WIPO/OMPI
-2-

Introduction

La protection des obtentions végétales est un aspect des droits de propriété


intellectuelle et, à ce titre, elle vise à reconnaître la créativité des obtenteurs de
variétés nouvelles en leur octroyant, pour une période définie, un droit exclusif.
Pour obtenir cette protection, les obtentions végétales doivent satisfaire à
certains critères.

L’organisation chargée de la protection des obtentions végétales est


l’UPOV, acronyme de l’Union internationale pour la protection des obtentions
végétales.

© WIPO/OMPI
-3-

Pourquoi protéger les obtentions végétales?

La protection s’applique à toute variété nouvelle afin de préserver les


intérêts des obtenteurs et d’encourager les activités d’amélioration des plantes
pour l’agriculture, l’horticulture et la sylviculture. La sélection des variétés est un
facteur nécessaire et économique de l’amélioration du rendement et de la qualité
des végétaux de toutes sortes.

La création variétale nécessite un investissement important en termes de


savoir-faire, de main d’œuvre, d’équipement, de moyens financiers et de temps.
L’octroi de certains droits exclusifs à l’égard d’une obtention végétale peut
permettre à l’obtenteur de récupérer son investissement et de réinvestir des
capitaux. Sans cette reconnaissance juridique, ces objectifs sont plus difficiles à
atteindre, dans la mesure où rien ne permet d’empêcher des tiers de multiplier
les semences ou le matériel de reproduction produit par l’obtenteur et d’exploiter
les variétés à des fins commerciales sans contrepartie pour l’obtenteur.

© WIPO/OMPI
-4-

Comment les obtentions végétales peuvent-elles être protégées?

L’Accord sur les ADPIC prévoit trois types de protection :

1. Le mécanisme des brevets


2. Un système particulier (“sui generis”) pour les plantes
3. Une combinaison des deux systèmes

Il est largement admis que la plupart des obtentions végétales ne


remplissent pas le critère de non-évidence établi par le système de protection
par brevet, dans la mesure où elles résultent d’activités dont les objectifs et les
moyens sont connus. L’utilisation du système du droit des brevets risque donc
de soulever des difficultés. C’est pourquoi la plupart des pays ont opté pour un
système particulier (“sui generis”) de protection des obtentions végétales.

© WIPO/OMPI
-5-

QUESTION D'AUTO-ÉVALUATION (QAE)

QAE 1 : Quel est l’objectif de la protection des droits d’obtenteur?

1. Assurer la continuité de la création variétale en préservant les


intérêts des obtenteurs
2. Veiller à ce que l’approvisionnement en semences reste sain et
non corrompu

Ecrivez votre réponse ici:

Cliquez ici pour voir la réponse

QAE 1 Réponse:

La réponse 1 est juste. La réponse 2 a trait au contrôle de la qualité de la


production des semences et des végétaux.

© WIPO/OMPI
-6-

Quels sont les critères de protection d’une obtention végétale?

En vertu de l’Acte de 1991 de la Convention UPOV, la variété doit être :

1. Nouvelle
2. Distincte
3. Homogène
4. Stable, et
5. Désignée par une dénomination appropriée

La condition de nouveauté permet de s’assurer que la variété n’a pas déjà


fait l’objet d’une exploitation commerciale. Il s’agit d’un critère d’évaluation
juridique et non technique. La variété doit aussi être désignée par une
dénomination qui deviendra sa dénomination générique. Il existe trois critères
d’évaluation technique qui sont : la distinction, l’homogénéité et la stabilité.
Étudions chacun d’eux successivement.

© WIPO/OMPI
-7-

Distinction
La variété est réputée distincte si elle se distingue nettement de toute autre
variété dont l’existence, à la date de dépôt de la demande, est notoirement
connue. La définition technique précise de la distinction ressortit à la description
biologique de la variété, ce qui n’entre pas dans le cadre du présent module. Un
expert technique sera sollicité pour donner son opinion sur le sujet.

Homogénéité
La variété est réputée homogène si elle est suffisamment uniforme dans ses
caractères pertinents, sous réserve de la variation prévisible compte tenu des
particularités de sa reproduction sexuée ou de sa multiplication végétative.

Ce qui implique, en résumé, que toutes les plantes d’une même variété doivent
être identiques ou quasiment identiques, le degré de similitude dépendant du
mode de reproduction ou de multiplication.

Stabilité
La variété est réputée stable si ses caractères pertinents restent inchangés à la
suite de ses reproductions ou multiplications successives ou, en cas de cycle
particulier de reproduction ou de multiplication, à la fin de chaque cycle.

Ce qui, si l’on résume, implique que la variété doit rester inchangée pendant
plusieurs reproductions ou multiplications successives à partir de semences ou
au moyen d’autres méthodes.

Ces trois derniers critères qui conditionnent l’octroi du droit d’obtenteur font
l’objet d’un examen avant l’octroi des droits. Seuls des examinateurs habilités
peuvent procéder à ces examens.

© WIPO/OMPI
-8-

Quels sont les droits du titulaire de la protection?

En vertu de l’Acte de 1991 de la Convention UPOV, qui définit la protection


accordée aux obtenteurs, l’autorisation préalable de l’obtenteur est requise pour
les actes suivants :

1. La production ou la reproduction (multiplication)


2. Le conditionnement aux fins de la reproduction ou de la multiplication
3. L’offre à la vente
4. La vente ou toute autre forme de commercialisation
5. L’exportation
6. L’importation
7. La détention à l’une des fins mentionnées ci-dessus

Il est à noter que l’autorisation du titulaire d’un droit d’obtenteur n’est pas
requise pour les actes suivants :

1. Actes accomplis dans un cadre privé à des fins non commerciales

2. Actes accomplis à titre expérimental

3. Actes accomplis aux fins de la création de nouvelles variétés, sauf


lorsqu’il s’agit de variétés dérivées et certaines autres variétés qui ne
peuvent pas être exploitées sans l’autorisation de l’obtenteur de la
variété initiale

Prises littéralement, les dispositions de l’alinéa 1) signifieraient que les


agriculteurs doivent obtenir l’autorisation du titulaire du droit d’obtenteur pour
conserver des semences à planter en vue de la récolte suivante.

Toutefois, l’Acte de 1991 de la Convention UPOV prévoit une exception


facultative qui autorise les États à exclure les semences de ferme du champ
d’application du droit d’obtenteur et à mettre en œuvre des solutions
spécifiquement adaptées à leur environnement agricole national. Pratiquement
tous les pays qui ont adhéré à l’Acte de 1991 ont adopté un ”privilège de
l’agriculteur” sous une forme ou sous une autre.

© WIPO/OMPI
-9-

Quelle est la durée du droit d’obtenteur?

La durée minimale définie dans l’Acte de 1991 est de :

• 25 ans pour les arbres et la vigne


• 20 ans pour les autres végétaux

Séquence audio numéro 1 : L’obtenteur peut-il bénéficier d’une protection


internationale pour un végétal?

Comme c’est le cas dans d’autres mécanismes de protection, le droit doit


être octroyé dans chacun des États dans lesquels l’obtenteur souhaite
obtenir une protection. Toutefois, il existe déjà des mécanismes
supranationaux (l’Office communautaire des variétés végétales de l’Union
européenne, par exemple) et d’autres sont en cours d’établissement. Les
activités de l’UPOV simplifient considérablement ce processus en
encourageant les membres à reconnaître les examens techniques réalisés
dans d’autres États membres. Ces examens ont pour effet de réduire les
coûts et les moyens déployés pour obtenir une protection dans plusieurs
pays.

© WIPO/OMPI
- 10 -

Résumé

La protection s’applique à toute variété nouvelle afin de préserver les


intérêts des obtenteurs et d’encourager les activités d’amélioration des plantes
pour l’agriculture, l’horticulture et la sylviculture. La sélection des variétés est un
facteur nécessaire et économique de l’amélioration du rendement et de la qualité
des végétaux de toutes sortes.

La plupart des pays qui utilisent le droit d’obtenteur ont adopté une
législation particulière, fondée sur la Convention UPOVadminist rée par le
Bureau de l’Union, dont le siège est à Genève.

Pour bénéficier d’une protection, la variété doit être :

• Nouvelle
• Distincte*
• Homogène*
• Stable*, et
• Désignée par une dénomination appropriée
______
* Sous réserve d’un examen technique

© WIPO/OMPI
- 11 -

Une fois que la protection lui a été accordée, le titulaire du droit d’obtenteur
peut empêcher que les actes suivants soient accomplis sans son consentement :

• La production ou la reproduction (multiplication)


• Le conditionnement aux fins de la reproduction ou de la multiplication
• L’offre à la vente
• La vente ou toute autre forme de commercialisation
• L’exportation
• L’importation
• La détention à l’une des fins mentionnées ci-dessus

De nombreux pays ont adopté une législation spéciale qui autorise les
agriculteurs à conserver une partie du produit de leur récolte comme semences
oumat ériel de reproduction ou de multiplication à planter en vue de la récolte
suivante.

La durée minimale de la protection est de :

• 25 ans pour les arbres et la vigne


• 20 ans pour les autres végétaux

L’un des rôles de l’UPOV est d’aider les obtenteurs à obtenir une protection
dans plusieurs pays. Elle y parvient, notamment, en encourageant les pays à
reconnaître les résultats des examens réalisés dans d’autres pays membres de
l’UPOV.

Textes législatifs :

• Convention internationale pour la protection des obtentions végétales


(UPOV)

• Accord sur les ADPIC

© WIPO/OMPI

Оценить