You are on page 1of 2

CRISE ÉCONOMIQUE : LE PIRE EST DEVANT NOUS

Il semble que la télévision ici au Québec et ailleurs au Canada nous rassure régulièrement sur la reprise
économique éventuelle, nous invitant à investir de nouveau dans une économie sur le point de
reprendre du poil de la bête ou qui serait même déjà de nouveau sur les rails. Pourtant, si on y regarde
de plus près, les grandes banques à travers le monde craignent un effondrement possible total de
l’économie mondiale.

La Société générale de France a publié un rapport en novembre dernier dans lequel l’institution
financière suggère à ses clients comment se préparer à un éventuel effondrement de l’économie
mondiale. La SGF a intitulé cette possibilité « le pire scénario de la dette », et précise qu’il ne s’agit que
d’une « exploration des dangers possibles » et non une prédiction officielle sur l’avenir de l’économie
mondiale. Cependant, à la lecture du rapport et de certains articles parus, les faits ne mentent pas : la
dette des pays « développés » grimpent en flèche, en particulier celle des États-Unis.

Le Figaro y consacrait un article le 20 novembre dernier : « Le pire pourrait être devant nous. C'est une
des hypothèses qui ressortent d'un rapport de la Société Générale, intitulé « le pire scénario de la
dette», selon lequel les récents plans de sauvetage mis en place par les gouvernements mondiaux ont
simplement transféré des passifs du secteur privé au secteur public, créant une nouvelle série de
problèmes. » Ce qui contredit le message qui est matraqué continuellement à la télévision comme quoi
la reprise économique est à nos portes.

On peut lire plus loin dans l’article : « Parmi les pires scénarios envisagés, le rapport évoque une
nouvelle chute des marchés, une inflation galopante ainsi qu'une forte chute du dollar. Or quand la crise
bat son plein, tout le monde se retourne vers la valeur refuge par excellence, l'or. Dans ce contexte, le
prix du métal jaune atteindrait des sommets jamais vus. En plus du métal jaune, le rapport table qu'une
autre valeur refuge devrait tirer son épingle du jeu, les denrées alimentaires. A contrario, la banque
conseille de se désengager du dollar et des valeurs cycliques, telles que les technologiques ou celles liées
au secteur de l'automobile. » En somme, dans une économie de bulles financières qui éclatent de
partout (donc en dépression), les seules choses qui auront encore de la valeur seront la bouffe et l’or! Il
ne faut pas oublier l’eau tout de même qui deviendra sans aucun doute une ressource convoitée.

Le prix de l’or est en hausse depuis un an et a atteint 1200$ l’once il y a quelques jours. Voici ce qu’on
pouvait lire sur cyberpresse à propos de l’or : « En toile de fond, l'or est favorisé par la dépréciation du
dollar, qui le rend moins cher pour les investisseurs munis d'autres devises, et encourage les épargnants
détenant des billets verts à diversifier leurs portefeuilles. » L’or bénéficie toujours directement de la
dépréciation du dollar et de l’inflation.

Le dollar américain souffre de faiblesses face à d’autres devises et certains pays proposent maintenant
d’adopter autre chose que la présente devise américaine de référence, comme peut-être les Droits de
Tirage Spéciaux du FMI. On pouvait lire sur cyberpresse que « dès le mois le mois de mars la Chine, puis
la Russie et le Brésil, ont lancé l'idée qu'il fallait inventer une nouvelle monnaie de réserve
internationale, basée sur les DTS (Droits de tirage spéciaux), devise artificielle utilisée par le Fonds
monétaire international et reposant sur un panier de monnaies (dollar, euro, yen, livre). » On sait aussi
que certains pays n’ont pas attendu le rapport alarmant de la SGF pour agir et ont pris les devants
comme la Chine, encore selon l’article de cyberpresse : « En outre la Chine, premier pays à acheter des
obligations du FMI au début du mois, à hauteur de 50 milliards de dollars, a pris la décision inhabituelle
de les acheter en yuans plutôt qu'en dollars. » Certains savent ce qui va se passer et semble se préparer
pour le mauvais temps.

En conclusion, la dette des pays « développés » qui galope vers des sommets inégalés (surtout aux États-
Unis) et un dollar américain qui n’inspire plus confiance seront les responsables d’une « possible »
catastrophe économique. Si tel était le cas, le prix des lingots d’or et des grains de riz grimpera vers des
hauteurs favorables à l’investissement financier.

D’un autre côté, si le prix de la nourriture augmente encore davantage et que si le dollar ne vaut plus
rien d’ici bientôt, bref s’il y a une hyperinflation, cela veut dire que ce sera bien plus difficile pour
beaucoup de familles et d’individus à boucler les fins de mois. Une dépression telle que l’annonce « le
pire scénario de la dette » de la SGF entrainerait un appauvrissement destructeur pour presque toutes
les classes sociales. Seuls les très riches, bien positionnés, s’en tireront indemnes et il est même à croire,
sans se tromper, qu’ils en profiteront pour consolider leur emprise déjà solide sur la vie du commun des
mortels.

Préparez-vous, le pire est à venir.