Вы находитесь на странице: 1из 4

WWW.FEB.

BE
>INFORFEB
La newsletter pour décideurs
[ 1 ER AVRIL 2010 – N° 13 ]

Taxe carbone : le bilan ne sera positif


que sous certaines conditions
taxe carbone au niveau national. eux aussi par le biais de l’indexation automa-
Deuxième aspect à prendre en considération : il tique des salaires. Le résultat de ce mécanisme
existe différents moyens de diminuer les émis- consistera, pour les ménages, en une compen-
sions de CO2. Le plus connu d’entre eux est sation de la hausse des prix entraînée par une
peut-être le système européen d'échange de taxe carbone.
quotas d'émission (ETS) pour les industries à
haute intensité d'énergie et le secteur élec- L’introduction d’une taxe carbone
trique. Celui-ci prévoit des droits d’émission ne pourra être bénéfique sur les
La semaine passée, la FEB a répondu au sein pouvant être achetés et vendus par les entre- plans économique, environnemen-
du Conseil central de l’économie et du Conseil prises sur un marché secondaire. Un autre tal et social que si l’on neutralise
fédéral du développement durable à la demande exemple concerne les accords volontaires que son impact sur l’index.
d’avis du ministre Magnette concernant différentes entreprises ont conclus avec les
l'instauration d’une taxe CO2 en Belgique. La autorités régionales et dans lesquels elles Cela ne contribuera certainement pas à motiver
lutte contre le changement climatique est indis- s’engagent à faire partie des 10% des entre- chez eux un comportement plus responsable
cutablement un des plus grands défis à long prises mondiales les plus performantes de leur vis-à-vis de l’environnement. Or, il s’agit bien là
terme auxquels le monde se trouve confronté. secteur en matière d’efficacité énergétique. de l’objectif principal de l’instauration d’une
Ce n’est qu’au moyen d’une politique bien réflé- Toutes ces mesures ont pour but de réduire les taxe carbone ! Deuxième effet pervers lié à cette
chie qu’il sera possible de diminuer les émis- émissions de CO2, tout comme la taxe carbone. taxe carbone : les coûts salariaux belges aug-
sions globales de CO2 de manière drastique au Il ne saurait être question de faire payer ces menteront à nouveau plus rapidement que dans
cours des prochaines décennies. Il est clair que entreprises deux fois pour leurs émissions de les trois pays voisins. De ce fait, la pression sur
notre pays devra, lui aussi, apporter sa pierre à CO2. Elles ne peuvent donc pas être soumises la compétitivité de nos entreprises se trouvera
l’édifice. à une éventuelle taxe carbone, de même que accentuée, d’une part, et la création d’emplois
Eu égard au caractère très ouvert de notre éco- toutes les autres entreprises qui n’ont pas enco- atténuée, d’autre part. Et ce, alors que prati-
nomie, il semble peu opportun de n’introduire re conclu d’accord volontaire, mais envisagent quement tous les acteurs de la société
une taxe carbone qu’en Belgique. En effet, le cette possibilité. s’accordent à dire que la montée du chômage
risque est réel de voir ensuite un grand nombre Troisième point à souligner : les modalités spé- due à la crise économique doit être freinée le
de ménages passer la frontière pour effectuer cifiques d’une taxe carbone auront un impact plus rapidement possible. Nous pouvons donc
leurs achats. La question de l’introduction non négligeable sur la compétitivité de en conclure que l’introduction d’une telle taxe
d’une taxe carbone doit donc être étudiée à l’économie belge. Le rôle de l’indexation auto- ne pourra être bénéfique sur les plans écono-
l’échelon européen plutôt qu’au niveau de la matique des salaires mérite tout particulière- mique, environnemental et social que si l’on
Belgique. C'est ce que viennent de comprendre ment notre attention. L’introduction d’une taxe neutralise son impact sur l’index.
les Français, après s’être montrés dans un pre- carbone ayant une augmentation des prix com-
mier temps favorables à l’instauration d’une me corollaire, les salaires bruts augmenteront RUDI THOMAES, ADMINISTRATEUR DÉLÉGUÉ

A EPINGLER LE CHIFFRE DE LA SEMAINE


> UNION EUROPÉENNE > Le Sommet de printemps mise sur
l’emploi et la croissance Pression sur le coût de financement
> Une nouvelle hausse
SALAIRE MINIMUM EUROPÉEN
représenterait un coût prohibitif
> Après les mesures
RAPPORT ANNUEL 2009 DE L’ONEM
temporaires, l’heure est aux mesures structurelles
15 Lorsque le coût de financement des pouvoirs publics aug-
mente de 100 points de base par rapport à l’Allemagne,
cela représente un coût de financement supplémentaire de
points de base 10 à 20 points de base pour les entreprises. C’est ce qui
ressort d’études internes réalisées par la BCE. Les entrepri-
ses n’ont donc vraiment pas besoin des tensions qui règnent actuellement sur
les marchés des fonds publics.
HEBDOMADAIRE — BUREAU DE DÉPÔT : SINT-NIKLAAS — P409959 www.feb.be > publications > chiffres et faits
[ INFOR FEB 13 — 1 ER AVRIL 2010 ]

> SALAIRE MINIMUM EUROPÉEN péen à l'agenda de la présidence belge, alors


que nos coûts salariaux sont déjà parmi les
Une nouvelle hausse représenterait un coût prohibitif plus élevés d'Europe et constituent un impor-
tant handicap pour le recrutement et l'emploi
Le 23 mars dernier, la commission des Affaires salaire minimum européen serait fixé à 60%
des personnes peu qualifiées.
sociales de la Chambre a approuvé une réso- du revenu médian dans chaque État membre.
lution dans laquelle elle demande au gouver- Apparemment, personne ne se rend compte Michèle Claus – mc@vbo-feb.be

nement d'inscrire la question d’un salaire de l'impact d'une telle mesure sur l'emploi
minimum européen à l’agenda de la présiden- dans notre pays. Avec le Luxembourg, l'Irlande
> RAPPORT ANNUEL 2009
ce belge de l’Union européenne. Le seuil de ce et les Pays-Bas, la Belgique figure parmi les DE L’ONEM
pays européens accordant les
plus hauts salaires mini-
Après les mesures tempo-
mums. Le salaire médian bel- raires, l’heure est aux
ge se situe lui aussi à un mesures structurelles
niveau élevé. Cette proposi-
tion se traduirait, en Belgique, Le rapport annuel 2009 de l’Office national de
par une nouvelle hausse des l’emploi (Onem) illustre l’impact de la crise sur
salaires minimums, ce qui représenterait un le marché du travail belge. Le chômage indem-
coût prohibitif pour les entreprises et ne man- nisé a crû modérément (+4% : +7,3% de
querait pas d'exercer un impact négatif sur demandeurs d’emplois et –2,2% de non-
l'emploi. Des salaires minimums élevés demandeurs d’emploi). L’augmentation moyen-
accroissent en effet les charges d'exploitation ne de 30.275 demandeurs d’emploi en 2009
et mettent un frein à la demande de travail peu est, derrière l’Allemagne, la plus faible
qualifié, principalement dans des régions d’Europe. Sans l’amortisseur du chômage tem-
confrontées à un chômage persistant. Diverses poraire (+52%, en moyenne 60.566 tra-
études le démontrent. vailleurs par jour), le chômage complet aurait
Il est incompréhensible que la Belgique augmenté deux fois plus. Pour 2010, on pré-
inscrive le thème d'un salaire minimum euro- voit 40.000 demandeurs d’emploi supplé- >

ACTION FEB

> La FEB en mission > Sécurité et santé Une politique sur papier ne suffit pas :
princière en Inde Présentation des résultats l’application effective et l’assistance aux entre-
La semaine dernière, Rudi Thomaes, adminis- d'une enquête européenne prises (en particulier aux PME) dans ce cadre
trateur délégué de la FEB, a participé à la mis- À la demande du nouveau commissaire euro- doivent bénéficier d’une attention accrue de la
sion commerciale conjointe en Inde, sous la péen chargé de l'emploi et des affaires sociales part de l'Europe et des États membres.
présidence du Prince Philippe. Lors László Andor et des europarlemen- Kris De Meester – kdm@vbo-feb.be

d'un petit-déjeuner de travail organi- taires Alejandro Cercas et Csaba Ory,


sé par la FEB, Suman K. Bery, direc- les premiers résultats de l’enquête > Débat avec Jan Denys et
teur général du NCAER, l’un des ESENER (The European Survey of Yves Desmet à la FEB
organismes de recherche indépen- Enterprises on New and Emerging Faisant suite à la parution récente du livre
dants les plus réputés d’Inde, a pré- Risks) ont été présentés mercredi ‘Free to work’ de Jan Denys (Randstad) et à
senté un exposé sur la situation dernier devant un public choisi. Cette l’opinion ‘Het recht op nuttigheid’ d’Yves
socio-économique et les perspectives enquête, la première en son genre à Desmet dans le journal De Morgen, la FEB a
d'avenir du pays. En Inde, la FEB a assuré la être exclusivement axée sur la sécurité et la invité ces deux analystes dans le cadre d’un
promotion, entre autres, des technologies vertes santé dans les entreprises en Europe, est due débat réunissant dirigeants d’entreprise et
belges. À l'occasion de la mission, elle a publié à l'initiative de l'Agence européenne pour la représentants des employeurs. Les orateurs ont
une nouvelle édition de la brochure ‘Belgian sécurité et la santé au travail. Au total, 28.649 dressé un aperçu très intéressant de la situa-
eco-solutions leading the way – Unique ans- dirigeants d'entreprise et 7.226 représentants tion actuelle, ponctué de plusieurs observa-
wers to multiple environmental challenges’, de travailleurs ont été interrogés dans 31 pays tions pointues : notre perception du marché du
mettant en lumière un certain nombre de tech- (UE-27, Croatie, Turquie, Suisse et Norvège). travail est très négative et inquiète, la légiti-
nologies et réalisations belges en matière Au nom des employeurs européens, Kris De mité de la sécurité sociale est de plus en plus
d’énergie renouvelable, d’efficacité énergétique Meester (FEB) s'est déclaré agréablement sur- souvent mise en question, nos institutions
et d’épuration des eaux. Cette brochure évoque pris que 76% des entreprises en moyenne constituent un frein au changement et des
également un éventail de solutions innovantes (78% en Belgique) disposent d'une politique, réformes structurelles sont nécessaires, requé-
dans le domaine du traitement des déchets, du d'un système de gestion ou d'un plan d'action rant vision et courage de la part des différents
recyclage, de la dépollution des sols et de la documentés en matière de sécurité et de san- acteurs politiques.
purification de l'air. té. Il a toutefois mis en garde contre les conclu- Klaas Soens – ks@vbo-feb.be

Elizabeth De Wandeler – edw@vbo-feb.be sions trop générales que l'on pourrait en tirer.
[ INFOR FEB 13 — 1 ER AVRIL 2010 ]
> UNION EUROPÉENNE

Le Sommet de printemps mise sur l’emploi et la croissance


Lors du Sommet de printemps, qui s’est tenu les 25 et 26 mars der- préparé la Conference of the Parties (COP16) qui se tiendra à Cancún
niers, le Conseil européen a discuté de la nouvelle stratégie de l’Union ainsi que la position de l’UE en matière de financement pour les pays
européenne pour l’emploi et la croissance. Les principaux éléments de en développement. Enfin, les Chefs d’État et de gouvernement de la
cette Stratégie Europe 2020 (voir aussi l'Infor 11 du 18 mars 2010) zone euro ont rappelé la responsabilité partagée de chacun de ses
ont été approuvés, tant les objectifs clés qui guideront sa mise en membres pour la stabilité économique et financière de celle-ci.
œuvre que les dispositions de gouvernance qui devraient permettre Selon la FEB, il est positif que les discussions relatives à la zone
d’en assurer le suivi. Les chefs d’État ou de gouvernement se sont éga- euro aient permis de confirmer le rôle du Conseil européen dans le ren-
lement penchés sur la compétitivité, un aspect essentiel des perspec- forcement d’un 'gouvernement économique' (*) de l’Union européenne.
tives de croissance de l’Europe. À cet égard, ils ont évalué l’état de la Il faut également souligner que l’accord de principe obtenu sur la
préparation du prochain Sommet du G20. S’agissant du changement Stratégie Europe 2020 a judicieusement insisté sur la nécessité de
climatique, les membres du Conseil européen ont estimé qu’une nou- miser sur la croissance et l’emploi dans les dix années à venir. Il impor-
velle impulsion aux négociations est nécessaire. Ils ont, entre autres, te, à présent, que chaque État membre définisse ses objectifs nationaux
de manière à pouvoir adopter for-
mellement la stratégie en juin
2010 et ouvrir la voie aux
Les discussions relatives à réformes.

la zone euro ont permis de Arnaud Thysen – at@vbo-feb.be

confirmer le rôle du Conseil


(*) http://www.european-council.
européen dans le renforce-
europa.eu, contenant les conclusions
ment d’un 'gouvernement du Conseil européen ainsi que la
économique' de l’UE. Déclaration des Chefs d’État ou de
gouvernement de la zone euro.

> mentaires, soit mieux que les prévisions pré- soit leur âge, et sur l’adoption de mesures ventions des partenaires sociaux.
cédentes. Pas de record donc en ce qui concer- structurelles destinées à mettre plus de per- La crise économique et financière aura
ne le chômage, mais bien pour ce qui est du sonnes au travail et à relever l’âge effectif de des conséquences douloureuses cette année
nombre d’allocataires Onem (pas moins de 1,3 la retraite. encore. Bon nombre d'entreprises doivent pro-
million ou +10%) et des dépenses Klaas Soens – ks@vbo-feb.be céder à des restructurations. Elles ne le font
d’allocations (9,5 milliards EUR). La crise n’en Bart Buysse – bb@vbo-feb.be pas de gaieté de cœur mais parce qu'elles doi-
est pas seule responsable. Ainsi, le groupe des vent s'adapter pour survivre. Il ne faut pas
travailleurs qui aménagent leur temps de tra- oublier que lorsqu'une restructuration inter-
vail avec une allocation Onem (interruption de
> UNION EUROPÉENNE
vient trop tard, cela a souvent des consé-
carrière, crédit-temps) a progressé de 7% et le Le Sommet social tripar- quences dramatiques pour l'entreprise tout
congé parental de 18%.
tite sous le signe des entière et donc pour tous ses travailleurs. Pour
Le système du chômage temporaire a la FEB, c'est vraiment une question de ‘modi-
prouvé son utilité : de nombreux licenciements
réformes économiques fy or mummify’. Lors des discussions, tous
ont pu être évités. Après avoir préservé l’emploi À la veille du Sommet européen de printemps s'accordaient à dire que l'Europe doit doubler
via les mesures de crise, il faudra miser en s'est déroulé à Bruxelles un sommet social tri- son potentiel de croissance pour sauvegarder
2010 sur la sortie de crise, entre autres grâce partite. En présence d'Herman Van Rompuy, son modèle. Pour ce faire, des réformes struc-
à un suivi renforcé des chômeurs, quel que président du Conseil européen, et de Jose turelles sont indispensables. La flexisécurité
Manuel Barroso, président de la doit permettre au marché du travail de mieux
Commission européenne, un débat a eu faire face à la mondialisation et à la transition
lieu entre employeurs et syndicats euro- vers une économie de la connaissance. Dès
péens. Étant donné que la Belgique lors, la FEB se réjouit que la communication de
assumera la présidence de l'UE au la Commission européenne sur la stratégie
second semestre de cette année, Pieter Europe 2020 contienne le même message.
Timmermans y a défendu les positions Enfin, le défi du vieillissement de la population
patronales au nom de la FEB. et des pensions a également été abordé. Il est
Le Premier ministre Yves Leterme essentiel pour la FEB que la stratégie de
et la ministre de l'Emploi Joëlle chaque État membre face à ce problème soit
Milquet ont pour leur part présenté les examinée à la loupe par la Commission euro-
priorités belges et pris acte des inter- péenne et que des recommandations indivi- >
[ INFOR FEB 13 — 1 ER AVRIL 2010 ]

AGENDA 2e édition de la FEB Social Academy Info: T 02 515 08 91 – cd@vbo-feb.be

Sécurité sociale européenne : le nouveau règlement européen T 02 515 09 64 – ls@vbo-feb.be

Corporate Governance : la pratique en chiffres et les nouvelles règles du jeu T 02 515 09 64 – ls@vbo-feb.be

Le Traité de Lisbonne : quel nouveau processus de décision pour l’UE ? T 02 515 09 64 – ls@vbo-feb.be

La nouvelle loi sur les pratiques du marché. L’étau se desserre pour les entreprises T 02 515 08 91 – cd@vbo-feb.be

> Plus d’infos > www.feb.be > Manifestations

> duelles soient formulées pour garantir la dura- avis des juristes d’entreprise consacrée par la trimestre 2010 peut également être consulté
bilité du système à long terme. loi du 1er mars 2000. Des orateurs influents sur notre site web.
Michael Voordeckers – mv@vbo-feb.be du monde politique et économique ont égale- Anneleen Bettens – ab@vbo-feb.be

ment fait part de leur vision de cette profes- www.feb.be / publications / chiffres et faits /
sion et de l’évolution qu’elle va connaître. Le montants sociaux 2010
> JURISTE D'ENTREPRISE
ministre de la Justice Stefaan De Clerck a
L’importance de la fonc- souligné le rôle clé du juriste d’entreprise dans

tion ne cesse de croître le paysage juridique belge. Les témoignages > FISCALITÉ
de Baert De Graeve (Bekaert) et de Sophie
Le 30 mars dernier, l’Institut des juristes Dutordoir (Electrabel) ont rappelé l’évolution
Nouvelles formes de
d’entreprise (IJE) a fêté ses 10 ans en pré- importante de cette profession durant les 10 fraude à la TVA
sence de plus de 1.000 invités dans dernières années. La fraude à la TVA classique est aussi vieille
l’Auditoire 2000 du Heysel. L’IJE a vu le jour Nathalie Ragheno – nr@vbo-feb.be que la TVA elle-même. Ces dernières années,
le 1er mars 2000 au travers d’une loi qui pro- l'on observe toutefois l'apparition de formes
tège le titre de juriste d'entreprise et régle- plus complexes de fraude carrousel organisée.
mente la profession. Il compte à ce jour plus Par ce biais, les fraudeurs impliquent, à leur
> SÉCURITÉ SOCIALE
de 1.500 membres. Lors de cet événement, le insu, d’autres entreprises dans leurs méca-
président de la FEB Thomas Leysen a fait part Les cotisations sociales nismes de fraude pour éviter d’être détectés.
de sa vision sur l’avenir de la profession de
pour le 2e trimestre 2010 Par ailleurs, la fraude opère de plus en plus un
juriste d’entreprise. Le juriste d’entreprise est glissement des biens matériels (GSM, proces-
le défenseur et le promoteur de l’intérêt juri- Chaque trimestre, la FEB publie un tableau seurs informatiques, parfums,…) vers les biens
dique de l’entreprise. L’importance de sa fonc- reprenant les taux de cotisations sociales. Il immatériels et les services. Au cours de l'été
tion ne cesse de croître face à l’augmentation indique, pour chaque secteur de la sécurité 2009, des messages alarmants ont fait état
de la réglementation dans tous les domaines sociale, le pourcentage des cotisations per- d'une fraude à la TVA à grande échelle portant
et à l’internationalisation du monde des entre- sonnelles et patronales dues. Pour le deuxiè- sur les quotas d'émission de CO2. Plusieurs
prises. Les qualités requises vont de pair avec me trimestre 2010, les cotisations sociales États membres, dont la Belgique, ont dans
les exigences de cette fonction. Thomas restent inchangées par rapport au trimestre l'intervalle pris des mesures visant à empê-
Leysen a également rappelé l’importance, précédent (voir annexe à l’Infor n°3 du 22 cher ce type de fraude. Mais les fraudeurs font
pour les entreprises, de la confidentialité des janvier 2010). Le tableau pour le deuxième preuve d'une créativité sans bornes, au sens
propre comme au sens figuré...
Ce mois-ci dans Forward, le magazine de la FEB Toutes les entreprises, même celles qui
sont actives dans les secteurs moins
• Intérêts notionnels : 'traditionnels', peuvent se retrouver, involon-

Les points sur les ‘i’ tairement et inconsciemment, impliquées


dans une fraude à la TVA. Pour notre législa-
• Luc Vriens (Waterleau) : son franc-parler fait mouche
tion en matière de TVA, ignorance n'équivaut
• Les propositions énergétiques de Peter Claes (Febeliec)
toutefois pas à innocence : quiconque 'était
Graphisme et production : The Mailshop – tél. 03 771 12 30 – mail@themailshop.be

• PME belges : de Bruxelles à Bollywood censé savoir' qu’il était impliqué dans une
• Spécial Assurance-crédit fraude à la TVA peut être tenu solidairement
Plus d’info : www.feb.be (publications > Forward) responsable de la dette de TVA. Parce que
mieux vaut prévenir que guérir, la FEB a orga-
nisé, le 30 mars dernier, en collaboration avec
FEB – Fédération des Entreprises de Belgique ASBL la police fédérale, une séance d'information
rue Ravenstein 4 – 1000 Bruxelles – tél. 02 515 08 11 – fax 02 515 09 15
visant à sensibiliser les entreprises.
RÉDACTION : Anne Michiels – tél. 02 515 09 44 – am@vbo-feb.be
Thérèse Franckx – tél. 02 515 09 50 – tf@vbo-feb.be
Alain Lecocq – ale@vbo-feb.be
ÉDITEUR RESPONSABLE : Olivier Joris – rue du Wolvenberg 17 – 1180 Bruxelles
PUBLICATION MANAGER: Stefan Maes – tél. 02 515 08 43 – sm@vbo-feb.be
ANNEXES PUBLICITAIRES : ADeMar bvba – tél. 03 448 07 57 – nele.brauers@ademaronline.com
CHANGEMENTS D’ADRESSE : FEB – Service mailing – tél. 02 515 09 06 – fax 02 515 09 55 – mailing@vbo-feb.be
COPYRIGHT : Reproduction autorisée moyennant mention de la source Le prochain InforFEB
L’Infor est imprimé sur du papier issu de la gestion durable des forêts. La gestion durable des forêts tient compte de
l'écosystème forestier, respecte les aspects sociaux (droits des populations indigènes et des travailleurs forestiers*) et est
responsable d'un point de vue économique. paraît le 15 avril.

Оценить