Вы находитесь на странице: 1из 13

Discussion et observation de divers sujets du Judo par Ronald Désormeaux

JUDO RON 30 - SEN NO SEN- Agir avant l’autre

Bien que le dictionnaire officiel du judo du Kodokan publié en l’an 2000 ne fasse pas
mention spécifiquement du terme Sen No Sen, plusieurs de ses ouvrages antérieurs en
soulèvent son importance. Dans un de mes livres i, j’ai brièvement identifié l’habileté du
Sen No Sen comme étant la huitième arme spécialisée en judo. Je voudrais ici, mieux
explorer cette dimension afin de vous la rendre plus accessible.

Sen est le terme employé pour signifier prendre le départ, l’initiative en combat. C’est
ce qui vient avant, c’est aussi cette faculté de saisir l’intention adverse et d’agir en
conséquence. Son usage peut prendre plusieurs formes, notamment; Go no sen , dans le
sens d’exprimer la reprise de l’initiative en utilisant un contre. Dans son sens plus aigu,
le Sen no Sen est apparenté à l’action d’anticipation ou le devancement sur l’initiative
de l’adversaire. C’est le fait d’agir avant même que ce dernier ne puisse débuter son
action. On y associe généralement trois étapes : capacité de pressentir l’onde
menaçante que dégage l’adversaire (sensibilité et observation); le jugement de la
menace et de sa portée (distance et angle) et la décision de porter l’attaque préventive
ou assurer l’exécution d’un geste déterminant et décisif. Cette action anticipatoire se
nomme Senken.

Les anciens maîtres du Kendo (escrime) et du Ju Jutsu (techniques souples) parlaient de


Sen no sakki, cette faculté intuitive rendant le combattant capable de percevoir une
onde agressive encore à l’état de gestation dans le cerveau adverse même lorsqu’elle
n’a pas encore pris de forme physiquement par le truchement d’une technique
quelconque. C’est dans cette tradition qu’en judo, avec des heures d’entraînement voir
des années de combats que certains maîtres-judokas ont réussi à développer cette sorte
de 6ième sens qui permet de capter des signes d’un danger imminent avant qu’il ne se
réalise. Le maître Mifune Kyuzo 10ième dan du Kodokan était l’un de ceux-là.

D’autres judokas contemporains détiennent cette habileté, mais il faut noter ici, que ce
genre d’habileté était plus facile à exercer dans les temps reculés où les adversaires
étaient séparés par des distances appropriées au maniement de leurs armes et qu’ils
bénéficiaient d’une position naturelle leur permettant une meilleure observation de leur
adversaire et du milieu environnemental. Avec ce Ma-ai naturel, (gestion de l’espace) ils
maintenaient une distance sûre, géraient leurs déplacements avec plus de raffinement
et pouvaient se permettre d’être à la fois détendus et en alerte. Cette détente nerveuse
absolue était aussi connue sous le vocable Fudoshin. (Esprit ouverte et en alerte)

1
Discussion et observation de divers sujets du Judo par Ronald Désormeaux

Dans les compétitions de judo actuelles, les judokas sont très rapprochés, la tête
souvent courbée et les bras en pleine tension, ces conditions associées aux luttes de
corps à corps ne sont pas aussi propices à ce genre d’éveil. Elles demandent plutôt une
très grande concentration et une utilisation créative des étapes de projection telles le
Kuzushi, le Tsukuri et le Kake car c’est le déséquilibre des forces en présence qui se joue
d’abord.

Pour revenir à l’intuition, nous l’associons souvent à la clairvoyance, à la vaste


expérience de combat qui permet à certains judokas de lire, prévoir, deviner, anticiper,
et même pénétrer la pensé et le geste de l’autre. (Yomu). L’histoire ancienne reliée aux
faits d’armes des nations nous raconte que certains militaires et stratèges ont utilisés
l’intuition et la clairvoyance en tant que capacités intellectuelles et sensorielles pour
développer et mieux utiliser l’esprit d’initiative comme arme ou tactique de guerre.

Cette habileté n’est pas apparente et je crois que nous devons la cultiver de longue
haleine si l’on veut qu’elle nous soit utile. On doit tenter de devenir un très bon
observateur et être à l’écoute de tout ce qui nous entoure. L’éveil sensorielle et mentale
doivent être éduqués à généraliser et non à se poser sur des points fixes.

Il faut s’habituer à percevoir les gros plans et à surveiller l’interprétation de l’ensemble


du discours ou de la situation sans s’attarder à des mots imprécis ou des images
embrouillées par un focus trop près. Il est indispensable de devenir des observateurs
émérites et de bien se connaître tant physiologiquement que mentalement. C’est avec
tout notre être qu’il faut surveiller l’ensemble de la situation et les nombreuses
positions prises par l’adversaire afin de pouvoir ajuster la nôtre en conséquence.

« Jetant des coups d’œil furtifs à l’oiseau, la libellule se tient à distance. »


Yagyu Munenori tiré de Heiho-Kadensho circa 1571-1647

Observation du Sen no Sen

Devant un adversaire ou une situation dangereuse, il sera important de bien évaluer et


de juger promptement de l’ensemble de la situation, les conséquences possibles, les
distances, du rythme, de l’harmonie des choses environnantes ainsi que des gestes qui
se dessinent et qui changent constamment. C’est seulement alors que nous pourrons
agir efficacement en temps opportun.

2
Discussion et observation de divers sujets du Judo par Ronald Désormeaux

On a souvent entendu dire que seules quelques personnes sont dotées d’une intuition
naturelle. Certains chercheurs ont même pensé que les personnes nées à une période
donnée ou sous un signe astrologique déterminé étaient naturellement plus intuitives
que d’autres. Mais des études plus poussées en psychologie et psychiatrie ont démontré
que tout le monde peut développer son intuition s’il se prend en main. Dans l’étude du
judo et des autres arts martiaux en général, la notion la plus importante de l’étude
dépasse la simple maîtrise de la technique, l’adepte doit tenter d’en comprendre
l’origine et le rationnel. C’est ce que nous tenterons maintenant d’élucider.

L’intuition c’est quoi?

Comment alors définir l’intuition? Lorsque vous ressentez fortement quelque chose en
vous et qu’il ne semble y avoir aucune raison logique, aucune idée fixe, aucune analyse
ou jugement volontaire, cela s'appelle l'intuition. Elle peut s’exprimer sous trois formes :
la clairvoyance (ou le troisième œil), la télédétection ou la perception à travers l'écoute.

La clairvoyance est un phénomène qui fait que vos yeux perçoivent des ondes ou images
au-delà de ce qu'ils voient. C'est aussi un état d’esprit qui vous permet d’être ouvert à
des phénomènes que d’autres ne réussissent pas à saisir. C’est un peu comme si vous
voyiez le déroulement d’une situation ou que vous sachiez ce qu'il se passe au-delà de
l’immédiat. Vous avez ainsi pénétré jusqu’à l’origine et pouvez maintenant anticiper son
déroulement.

« Il est important de pouvoir s’adapter à toutes les circonstances »

Matsura Seizan, 1760

La télédétection quant à elle, c’est fondamentalement ce que nous appelons un pré-


sentiment. C’est relié à notre niveau de sensibilité et à la capture de messages
extérieurs par les sens qui saisissent tout de l’environnement auxquels ils sont exposés.
La sueur qui réagit à la chaleur; le clignotement des yeux pour se protéger etc.

D'un autre côté, la perception à travers l’observation et l'écoute, ou clairvoyance est la


capacité à percevoir des sons et images dans leurs moindres détails. L'intuition arrive
aussi parfois à la suite de l’identification d'un son précis, quel qu'il soit (Un cri, un
clackson, une note de musique…) et que nous pouvons associé à un sentiment
quelconque qui se déclenche dès la réception du message.

Pourquoi vouloir développer son intuition demanderez- vous ? Pourquoi ne pas laisser
son état émotionnel et psychique au stage de développement auquel ils sont rendus ?

3
Discussion et observation de divers sujets du Judo par Ronald Désormeaux

Vous vous êtes inscrits dans la pratique d’un art martial et particulièrement le judo.
Vous rechercher donc l’amélioration continue et l’obtention d’un perfectionnement
technique le plus parfait possible. Même si vous avez atteint un niveau de
perfectionnement technique élevé, vous ne pourrez pas exercer adéquatement une
maîtrise de ces techniques tant que votre connaissance sera maintenu stagnante et que
votre esprit devienne plus flexible. Certains écrits estiment qu’un vrai maître dans une
discipline martiale peut se débrouiller dans n’importe quelle situation donnée, et ce,
simplement parce que son esprit est comme un miroir, totalement vide de
préoccupations et libre des pensées négatives qui pourraient l’emprisonner et le
restreindre dans ses actes.

Des psychologues ont reconnu que l’intuition s’exprime de pair avec l'estime de soi et
en quelque sorte, boucle le cycle d’apprentissage avec l’éveil, la créativité et
l’imagination. Elle vous rend plus ouvert et plus sensible à votre entourage. Le fait de
percevoir des détails qui échappent à d’autres vous permet d'éviter des situations qui
pourraient vous ennuyer et faire souffrir les autres involontairement. En étant
suffisamment intuitifs des circonstances qui se développent, vous pourrez mieux les
comprendre et agir promptement afin d’en minimiser les risques.

« Le moment le plus important commence avant même que vous portiez la main à votre
sabre. »

« Chaque chose possède un rythme qui lui est propre, il s’agit de trouver ce rythme et de
s’y adapter le mieux possible »

Matsura Seizan, 1760 ii

4
Discussion et observation de divers sujets du Judo par Ronald Désormeaux

Comment expliquer les phénomènes de perception et d’intuition?

Pour comprendre les phénomènes reliés à l’observation des mouvements, à la capacité


de déterminer les intentions des autres et à saisir d’un regard, l’ensemble d’une
situation, je crois qu’il faut passer un peu de temps à apprécier les fonctions du cerveau
humain. On peut prendre plusieurs chemins qui guideront notre étude, mais nous
tenterons ici de nous en tenir à l’essentiel.

Notre cerveau est l’organe principal de notre système nerveux central et réside dans
notre boîte crânienne, protégé par les os de la tête et par le liquide cérébro-spinal qui
constitue 74.5% de sa composition. Ce liquide va bouger, se compresser, se comprimer
et se dilater selon les signaux ou vibrations qu’il recevra. On lui attribue un déplacement
constant, même lorsque nous sommeillons.

Avec ses milliers de neurones interconnectés, le cerveau a pour fonctions de traiter les
informations en provenance des sens et de contrôler la réponse appropriée que doit
donner les autres systèmes ou fonctions de notre corps. Y sont compris dans ce groupe
de réponses, la motricité et les fonctions cognitives. En sorte, parce qu’il capte tous les
stimuli extérieurs, analyse les données, interprète celles-ci et les emmagasine, il est
responsable de préparer nos réactions de sauvegarde, ou d’interprétation des images. Il
prépare nos réactions et devient en quelque sorte, le guide de notre comportement.

Le cerveau dirige les comportements appris mais il n’est cependant pas responsable des
mouvements ou conditions reflexes que nous connaissons : chair de poule au froid,
retirement de la main à la chaleur intense etc. Cette fonction relève de la moelle
épinière et ne fait pas partie de notre entretien.

5
Discussion et observation de divers sujets du Judo par Ronald Désormeaux

iii

Du dessin ci-haut d’une coupe du cerveau selon SevenMice SARL 1999, nous
pouvons grossièrement observer, que le cerveau ressemble à une méduse dont les
tentacules s’étendent jusque dans la colonne dorsale et à l’intérieur desquelles, les
signaux des nerfs afférents situés autour des vertèbres remontent vers une chambre
haute distributrice que l’on nomme thalamus, à partir de cette salle d’attente, les
signaux sont ensuite répartis dans des milliers d’endroits de traitement à l’intérieur
du cortex qui est cette enveloppe formée de zones inter reliées et dont les circuits
servent à traiter l’information nerveuse.

L’information sensorielle rentre ainsi dans le système par le truchement des sens,
(la vue, l’ouïe, l’odorat, le goûté et le touché). Elle est traitée au niveau du thalamus
et du cortex pour être propulsée par les synapses vers les meilleurs endroits qui
assureront le mieux leur réponses/ réactions. Comme les neurones ne sont pas tous
interactifs en même temps et envoyés aux mêmes endroits pour traitement, il se
peut que la réponse trouve la route la plus courte via des chemins déjà parcourus ou
populaires. C’est pourquoi nous avons déjà exprimé la possibilité que l’expérience et
l’éducation provenant de l’observation de certains signes sensoriels puissent aider à
renforcir le phénomène de l’intuition et de la perception.

6
Discussion et observation de divers sujets du Judo par Ronald Désormeaux

Depuis des siècles, les anciens maîtres d’arts martiaux parlaient du besoin
d’intégration entre trois aspects : SHIN GI TAI, soit la complémentarité et
l’harmonie dans le travail qu’effectue l’ensemble du corps et de l’esprit et qui
s’exprime à travers la technique. La capture et l’interprétation de ces milliers de
signaux transmis par ses trois entités sont plus ou moins difficiles selon qu’ils sont
visibles, palpables ou cachés de nos sens.

L’interprétation de ses signaux peut s’avérer juste ou erronée selon les habiletés et
l’expérience de chacun. Toutes ces habiletés sont semble-t’il reliées à notre
structure nerveuse qui éprouve des sensations qu'elle organise en perceptions. Ces
perceptions dépendent des possibilités, des limites et des capacités du cerveau de
chacun.

Étant différents l’un de l’autre, il nous est impossible d’agir exactement de la même
manière avec le genre d’information capté de notre entourage et avoir ainsi la même
compréhension des choses. On ne peut pas "tout connaître, ni saisir toute la réalité".
Des différences sont certaines et des choses connues par les uns demeureront
inconnues pour les autres. La façon d’agir de l’un face à un événement ne signifie pas
que nous agirons tous de même manière dans les mêmes circonstances. Pour
comprendre les difficultés que cela peut représenter, allons chercher quelques
explications dans les sciences contemporaines.

L’Académie de Médecine de Toronto a publié en 1930, les travaux entrepris en 1902


par le scientifique Victor Segno de Los Angeles dans son ouvrage sur le pouvoir
mentaliv. Ce dernier explique comment une pensée originale ou créatrice devient
une image mentale de quelque chose et du fait, possède la capacité de déclencher
des vibrations ou vagues de stimulus dans le cerveau.

Des expériences de laboratoire ont démontré que ces vagues seraient plus ou moins
fortes selon que l’idée fût précise ou fluide. Ces vibrations se multiplient dans le
cortex et se transmettent éventuellement sous forme d’énergie à l’extérieur de nous-
mêmes. On peut percevoir l’éclair, la spontanéité, le moment de la création ou son
explosion. Elles seraient d’amplitudes variées et guidées par notre volonté de les
diriger vers des stations réceptrices disposées à recevoir et à capter ces ondes
aériennes (éthérées).

On estime que ce transfert d’énergie se réalise à des vitesses phénoménales à


travers l’atmosphère et ce, sans se préoccuper d’obstacles ou résistances pour enfin
rejoindre ces stations dites réceptrices qui seraient en harmonie (même longueur
d’ondes) avec la station émettrice.

7
Discussion et observation de divers sujets du Judo par Ronald Désormeaux

Victor Segno explique que l’idée créatrice qui n’est pas dirigée promptement, se
perd ultimement dans l’atmosphère tout comme l’électricité qui n’est pas captée et
redirigée. Il est donc loisible de penser que dans notre cas de Sen no Sen , les idées
de l’adversaire à passer à l’attaque ou de s’exprimer sont transformées en énergie et
émanées qu’il devient possible de capter à distance et rediriger au besoin.

Selon ce même chercheur, l’idée conçue a besoin de direction pour maximiser ses
effets. Plus les stations émettrices et réceptrices sont rapprochées plus les chances
sont grandes d’établir une transmission à deux sens. Il faut donc associer chez le
donneur ou passager, un certain carcan ou processus dès la phase de création. Nous
devons donc ajouter les fonctions intellectuelles de la détermination, du vouloir
d’agir et de la responsabilisation des effets de l’acte anticipé. Du point de vue du
receveur, il implique un vouloir d’association, une ouverture d’esprit à tenter de
s’harmoniser avec le message qui est projeté. Se mettre au diapason implique
vouloir s’harmoniser, être attiré par lui et une volonté à recevoir ce message. Là où
l’échange risque de se gâter, c’est dans l’interprétation des signaux tant envoyés que
reçus par les deux stations qui échangent.

Pour mieux comprendre le pourquoi des inconsistances dans ce genre de


transmission de messages linguistiques ou imagés, je propose d’examiner la pensé
courante en sémantique générale telle que présentée dans le discours de la
philosophe Isabelle Aubert-Baudron v.

Cette dernière nous fait le sommaire de l’évolution de la sémantique à travers les


temps. Elle relate l’influence des découvertes de la première moitié du XXIème siècle
en physique ainsi que la théorie de la relativité d’Albert Einstein qui ont bouleversé
notre conception de l'homme. Elle note qu’il est apparût avec Alfred Korzybski une
théorie scientifique de la sémantique générale qui se rapporte à l‘interprétation des
images et du sens des messages que nous donnons aux propos de l’homme, de notre
conception de celui-ci et de l’interaction qui se joue entre l’homme et la nature. Cette
filature nous permet de constater que nous sommes la création et le résultat de
nombreuses parties intégrés et elle nous confirme ainsi par des applications des
sciences modernes, ce que les anciens traitaient comme étant une association
naturelle : les dimensions harmonieuses du SHIN GI TAI.

C’est par l’entremise de preuves scientifiques et celles élaborées par Korzybski que
nous pouvons confirmer sans équivoque que l’homme forme un tout et que nous
pouvons assermenter que des facteurs psychiques ont des répercutions au niveau
du corps et qu’à l’inverse, des facteurs somatiques vont influencer notre
comportement psychique.

8
Discussion et observation de divers sujets du Judo par Ronald Désormeaux

Lorsque nous essayons d’élucider les thèmes de l’intuition et de la perception de


signes ou ondes à distance dans l’application de Sen no Sen , il est important de
réaliser que nous observons l’adversaire et notre environnement avec toutes les
parties de notre corps et que celles-ci subissent à divers degrés, les influences du
milieu dans lequel nous vivons.

Nous sommes en évolution constante.

L’étude du comportement d’un adversaire est assez complexe car nous sommes
différents de la majorité des sociétés animales qui nous entourent. Celles-ci sont
souvent imprégnées de comportements figés et statiques et même prévisibles.
Quant à nous, nous avons semble t’il évolué de génération en génération et
continuons ce processus d’amélioration. Chaque génération avant nous a enrichi et
refaçonné les acquis qu'elle a retransmis à la génération suivante. Il en sera
sûrement ainsi pour les générations à venir. C’est un peu le chemin vers la
perfection que nous suivons naturellement. Nous vivons constamment avec des
changements et des surprises de notre environnement. Il nous est donc possible de
retirer des leçons de notre passé, d’en identifier les acquis parvenus jusqu’à nous et
les utiliser afin de mieux bâtir notre avenir.

Nous possédons des attributs très spécifiques qu’il faut approfondir.

Prenons quelques exemples d’acquis sur lesquels nous pouvons bâtir. Ces attributs
ou facultés nous sont particulières. En voici quelques-unes :

1. Nous pouvons formuler et communiquer entre nous avec l’aide d’une


panoplie de signes, émotions, symboles et de mots qui sont soient limités ou
inexistants chez les autres espèces. De notre façon de s’exprimer découle
l'utilisation de certains langages symboliques plus ou moins complexes, la
transmission de signaux codifiés et l’usage de diverses écritures. On doit faire
un effort constant de décodage et d’entreposage afin de mieux saisir et
communiquer efficacement les transmissions de divers messages entre nous.

2. Nous pouvons établir une relation de temps-espace qui va souvent au-delà de


notre propre entourage et même de notre vie; grâce aux formes de
langage/écriture, des points de liaison peuvent être établis entre des gens
séparés de nous par des distances ou des temps variés ; par exemple, si nous
lisons, un livre écrit par un ancêtre il y a des siècles, nous sommes reliés à
travers l'espace/temps avec l'auteur de ce livre. Il en est de même si nous
avons vécu des expériences antérieures qui se renouvellent avec d’autres que
nous subissons dans un temps plus rapproché. Nous avons aussi la capacité
d’influencer une autre personne d’une façon positive ou négative avec
l’usage de nos sentiments et par nos pensées ou idées.

9
Discussion et observation de divers sujets du Judo par Ronald Désormeaux

3. Nous sommes aussi conscients de nos limites et de notre mort éventuelle.


Cette prise de conscience face à la mort aiguise en nous un besoin de survie,
une urgence d’agir dans des moments critiques et nous amène à considérer
des concepts associés soit au temps présent ou à notre devenir. Nous
sommes constamment à la recherche de moyens de nous protéger et de
s’améliorer. Devant des instances de menace, tout notre organisme se met en
éveil et se prépare à adopter un comportement souhaitable qui saura le
mieux répondre aux circonstances.

4. Nous avons développé un sens de responsabilité vis-à-vis ce qui doit être


réalisé en un certain temps donné. Nous sommes capables d'évaluer la portée
de nos actes et d’accepter les conséquences de ceux-ci . Cette faculté est
évidente dans la pratique de nos arts martiaux.

5. Finalement, nous possédons la faculté de décider de nos actes, d'agir en


fonction des choix que nous faisons. En d'autres termes, agir en toute liberté
et au moment opportun. Nous pouvons ainsi décider de faire le bien ou le
mal, de porter secours à autrui ou le détruire.

Ces cinq attributs dépendent en quelque sorte des activités de notre système
nerveux qui est comme nous l’avons vu, le siège de nos émotions et de notre
comportement. Nous avons situé, là aussi, notre outil de réflexion et de langage.
C’est par le biais du thalamus, que nous captons des signaux électromagnétiques et
que nous éprouvons des émotions et des sentiments. C’est grâce au cortex, que nous
pouvons les analyser, réfléchir à ce qui se passe en nous et autour de nous et utiliser
divers symboles ou langages pour décrire ce que nous ressentons et voyons.

Nous sommes donc en présence d’outils (thalamus et cortex) très complexes que
chacun manipule avec plus ou moins d’adresse. C’est l’intrigue qui nous guette tous.
Il arrive que certains de nous restent confus et même déçus par les interprétations
attribuées à des signes à cause de réactions émotionnelles qui vont limiter
l’utilisation du cortex et ses capacités de réflexion.

10
Discussion et observation de divers sujets du Judo par Ronald Désormeaux

Ces limites semblent être attribuées au fait qu’il soit possible de réagir
promptement à certains signaux, images ou mots comme si ces derniers étaient des
commandements ou reflexes conditionnées. Momentanément sous l'emprise des
émotions que provoquent les mots eux-mêmes nous aurons tendance à réagir sur le
champ tout comme c’est le cas dans le dressage des animaux.

De fait, nous devenons figées et nous n’avons pas encore saisie ce que ces mots ou
images représentent, mais demeurons attachées à leurs symboles. Nous n’avons pas
encore réalisé ce que ces choses sont par elles-mêmes. C’est là que résident les
difficultés d’interprétation et le besoin de poursuivre notre éducation
psychosomatique.

Au judo comme dans la vie courante, nous devons tous nous entraîner à observer, à
percevoir l’au-delà avec tous nos sens, à découvrir l’essence des choses et des
événements, de prêter attention aux moindres détails et de s’engager dans une
multitude d’expériences éducatives de notre milieu ambiant afin de minimiser les
confusions d’interprétation et passer plus promptement à l’analyse et à la réflexion
spontanée associées à l’intuition. Voici donc l’opportunité que nous recherchons
d’améliorer le Sen no Sen.

Voici quelques moyens pour aider le développement de l’intuition.

1. La méditation : Aidé par des exercices respiratoires qui facilitent l’introspection et


le calme, méditer devient une occasion de faire le vide et trouver la paix en soi. On a
déjà parlé de divers exercices tels le Yoga et le Zen, mais aussi le Mokuso vi, cette
session qui ouvre et ferme les cours de judo et qui peut s’exécuter ailleurs qu’au
dojo. C’est l’occasion de se libérer des préoccupations qui captent notre attention et
nous limitent l’ouverture sur le monde.

2. Libérez-vous de vos préoccupations négatives qui dispersent votre concentration.


Sortez de votre tête les bagages antérieurs que vous continuer à alimenter par des
souvenirs malheureux. Développez la pensée positive et la sincérité envers vous-
même sont d’autres dispositions que vous pouvez prendre pour améliorer votre
paix d’esprit et renforcer la confiance en vos habiletés tout en vous permettant de
mieux vous harmoniser avec votre entourage. En restant positif, vous vous ouvrez
la porte aux divers messages. Vous tirez mieux profit de la bonne énergie qui vous
entoure et qui vous aidera à reconnaître facilement les sentiments ou évènements
imminents.

3. Recherchez les moments de détente et de récréation qui vous sont profitables. Le


calme est un des meilleurs refuges pour l’esprit. Si vous êtes sur le point de prendre
une grande décision, N’agissez pas à la hâte, relâchez toutes les inhibitions et
réfugiez-vous dans un endroit calme où vous pourrez faire une meilleure
appréciation de la situation. On dit souvent qu’une bonne nuit porte conseil. S’il vous
est impossible de vous retirer de la situation, gardez vous près de la cause qui vous
préoccupe, soyez éveillé et en alerte afin de détecter les premiers signes et les
11
Discussion et observation de divers sujets du Judo par Ronald Désormeaux

courants possibles de son cheminement. Dès leurs apparitions, passer à l’offensive,


agissez sans autres arrières pensées.

4. Évitez les moments d’hésitation. N’attendez pas à ce que tous les éléments soient
de votre coté pour agir. Apprenez à vous servir des moyens du bord, à improviser
avec ce que vous avez autour de vous. La solution viendra de votre créativité tout en
ayant la chance de créer de nouvelles situations qui seront de votre vouloir et
tourner ainsi certains événements en votre faveur.

5. Sachez observer la nature. Prenez le temps de scruter l’azur, voir le vol des
oiseaux, décerner les nuages, entendre le bruit du vent et de l’eau, apprécier les
couleurs, repérer les divers cris des animaux, discerner la brise de la tempête,
différencier la chaleur du froid, suivre les mouvements du soleil et des ombres,
marcher dans le sable et sur le gazon pieds nus afin de découvrir des sensations
nouvelles, etc. Obtenez ainsi de nouvelles expériences qui seront enregistrées et qui
deviendront des repères mentaux, facilitant ainsi le cheminement futur de vos
pensées. Fiez-vous à vos premières impressions : Lorsque vous voyez quelqu'un ou
quelque chose pour la première fois tentez de tout observer sans faire de jugement
prématuré. Ne fixer pas votre regard sur un point fixe faites une appréciation en
suivant les diverses directions de la rose des vents. Demeurez en éveil, attentif,
captif et sur vos gardes. La plupart du temps, vos premières impressions
parviendront de l'intuition, alors, agissez naturellement.

6. Soyez en paix avec vous-même, restez heureux et sans nourrir des obsessions qui
ne vous sont pas profitables. Le bonheur attire d'immenses pouvoirs parmi lesquels
se trouve l'intuition. Votre motivation doit être le bonheur et la joie de vivre. Vous
constaterez que lorsque vous aurez acquis des dispositions positives, l'intuition
viendra à vous très facilement.

Soyez attentif et observez bien car : « L’esprit change dès que son environnement
change. Ce changement est souvent très subtil que vous ne pouvez le percevoir. »

Je vous souhaite à tous, le meilleur cheminement possible.

Ronald Désormeaux, Chikara Dojo, Gatineau, Canada, Avril 2010

Références

i
Ronald Désormeaux, Shin-Gi-Tai, Discovery of Judo’s Arsenal, Août 2008
ii
Kazumi Tabata, Tactiques Secrètes, Budo Éditions, France 2003
iii
SevenMice SARL, Les Fonctions du Cerveau Humain, 1999

12
Discussion et observation de divers sujets du Judo par Ronald Désormeaux

iv
Victor Segno, Law of Mentalism, Académie de Médecine Toronto, 1930
v
Isabelle Aubert-Baudron, Sémantique Générale, 26 juin 1998
v
Ronald Désormeaux, JUDO RON 24, Mokuso-Méditation, www.scribd.com

13

Оценить