Вы находитесь на странице: 1из 3

L’origine de la division du travail chez Durkheim

Loi mise en évidence par Durkheim : M.Lallement écrit : « Pour le


Durkheim de « La division du travail social » , il existe une sorte de loi de
gravitation du monde social qui conduit la solidarité mécanique à se
raréfier au profit d’une solidarité organique toujours croissante »

Fondements de la loi :

- Durkheim rejette les explications fournies par les économistes qui


considèrent que la division du travail s’explique par la recherche du
bonheur passant par davantage de richesses .

- Or , rétorque Durkheim : « Les métamorphoses que provoque la


division du travail coûtent trop longtemps et rapportent peu
immédiatement . Il n’est donc pas intéressant pour une génération de se
sacrifier ainsi . » ( M.Lallement )

Durkheim va alors chercher les explications qui sont à l’origine de


la division du travail . Il en avance 3 , 2 accessoires et 1 essentielle :

• la moindre prégnance de la conscience commune qui donnerait


davantage de liberté d’actions aux individus .
• la diminution de l’hérédité .
• la troisième explication est l’explication fondamentale :
l’augmentation de la densité morale et matérielle

Justification de l’augmentation de la densité matérielle et morale :

• Il constate que la solidarité mécanique est caractéristique des


communautés de taille réduite qui entretiennent peu de
relations entre elles (à la limite qui vivent en autarcie) et qu’au
contraire la solidarité organique se retrouve dans les sociétés
denses : aussi bien d’un point de vue démographique , que du
point de vue des relations sociales existant entre les individus
et les groupes sociaux.
• En effet , plus la taille de la population augmente , plus les
relations entre les individus se développent , plus la lutte pour
la survie va devenir délicate .
• Dès lors , deux solutions ( pas forcément conscientes )
peuvent être envisagées
- soit l’élimination des plus faibles , seuls les plus forts
pouvant survivre dans un environnement n’ayant pas su évoluer,

- soit la spécialisation des individus qui leur permet en


s’adonnant à des tâches différentes de ne plus entrer en concurrence ,de
produire plus, de faire évoluer leur environnement donc de ne plus avoir à
lutter pour le vie , mais au contraire d’être complémentaires . Cette
spécialisation se remarque certes essentiellement dans la vie économique
mais elle concerne selon Durkheim tous les aspects de la vie sociale : «
Les fonctions politiques , administratives , judiciaires se spécialisent de
plus en plus . Il en est de même des fonctions artistiques et
scientifiques . »

R.Boudon synthétise la pensée de Durkheim en une loi : la


croissance de la densité morale et matérielle donne naissance à la division
du travail , celle-ci par un effet de rétroaction positif renforce la densité
morale et matérielle . On observe donc un processus autoentretenu ,
assurant le passage progressif de la solidarité mécanique à la solidarité
organique

L’étude de la division du travail est représentative de la méthode


sociologique de Durkheim . En effet , pour expliquer le développement
de la division du travail , 2 types d’analyse pourraient être suivies :

• partir des individus et des motivations qui les ont conduit à se


spécialiser . Cette solution , selon Durkheim n’est pas la bonne
: l’introspection (une analyse subjectiviste) ne mène à rien car
la division du travail est un processus largement inconscient ,
dont l’origine ne se trouve pas dans l’action individuelle mais
au niveau social .
• il faut alors mener une étude objective des phénomènes
sociaux au niveau macro-sociologique , c’est-à-dire traiter les
faits sociaux comme des choses(cf. cours de première sur le
suicide), car selon les propres mots de Durkheim : « Ils
consistent en des manière d’agir , de penser et de sentir
extérieurs à l’individu et qui sont doués d’un pouvoir de
coercition en vertu duquel ils s’imposent à lui. »

Conséquence positive de la division du travail selon Durkheim : «


Le plus remarquable effet de la division du travail n’est pas qu’elle
augmente le rendement des fonctions divisées mais qu’elle les rend
solidaires ( .. .) Nous sommes ainsi conduits à nous demander si la division
du travail n’aurait pas fonction d’intégrer le corps social , d’en assurer
l’unité » .La principale fonction de la division du travail serait donc d’ordre
moral : produire de la solidarité entre les membres de la société .

Effet pervers de la division du travail selon Boudon :Mais alors se


pose un problème clairement explicité par Boudon : « Le processus
évolutif entraîne en même temps un développement constant de
l’individualisme et de l’égoïsme , conséquence du développement de la
solidarité organique , l’individualisme exerce un effet dissolvant sur la
solidarité elle-même » et donc finalement sur la société .

Оценить