Вы находитесь на странице: 1из 1

terrain

personnels. La carbonisation est


telle que tout éclate. On peut re-
trouver un bridge sous un siège de
voiture. Les gens ne savent pas
reconnaître un bout de dent dans
PIERRE FRONTY un amas carbonisé.»
Une fois les corps transportés à la
Odontologue de terrain morgue dans des housses qui ne
portent que des numéros, le tra-
n novembre dernier, à Poi- fumée, des automobilistes et des vail d’identification commence
E tiers, Pierre Fronty, chirur- pompiers traumatisés. Dans les
décombres encore brûlants, des
pour les équipes qui suivent une
seule victime. Les autopsies sont
gien dentiste, quitte précipitam-
ment son cabinet pour se rendre sur corps à qui il faut rendre un nom. pratiquées minutieusement, car le
les lieux du carambolage de l’A10, Sur place, le docteur Fronty re- médecin doit pouvoir dire aux fa-
alors que les premiers blessés sont trouve des spécialistes qu’il con- milles comment les victimes sont
à peine évacués. Dentiste de fau- naît bien. Le docteur Michel mortes. Le dentiste est le princi-
teuil, Pierre Fronty est aussi doc- Sapanet, médecin légiste du CHU pal garant de l’identification. Une
teur en odontologie médico-légale, de Poitiers et le docteur Charles équipe d’enquêteurs (ante
expert auprès des tribunaux. Cette Georget, dentiste et odontologue mortem), parallèlement à celle qui
fois, il a travaillé à chaud, sur le avec qui il a écrit un livre de réfé- effectue des autopsies, réalise une
lieu même du drame afin d’établir rence sur l’odontologie médico- enquête auprès des proches des
L’identification
comparative. l’identité des victimes. Des dizai- légale, c’est-à-dire la discipline personnes qui auraient pu être pri-
Les cahiers nes de voitures accidentées, des appliquée aux dents pour l’exper- ses dans le carambolage et portées
d’odontologie
poids lourds fumants, à l’état d’épa- tise ou l’identification. Féru de disparues. Les dossiers des den-
médico-légale, t 1,
éd. Atlantique, ves, des risques d’incendies, une paléontologie, Pierre Fronty a aussi tistes et médecins traitants sont
190 p., 54,88 e vision d’horreur au milieu de la participé à des chantiers de fouilles d’une importance capitale.
dans le désert tchadien en compa- Après 35 heures de travail, les spé-
gnie de Michel Brunet. cialistes n’en ont pas fini. Le pro-
Présents dès le début de la catas- cureur leur demande de l’assister
trophe, réquisitionnés dans le ca- au moment où il recevra les fa-
dre de l’enquête de flagrance par milles des victimes. Un moment
le procureur de la République de éprouvant pour l’odontologue con-
Poitiers, Pierre Fronty et ses col- fronté non plus à la mort physique,
lègues ont conscience qu’ils parti- mais à la mort affective, au deuil
cipent à une première. D’habi- des proches.
tude, ce sont les gendarmes et les Pierre Fronty espère bien que son
pompiers qui s’occupent de la expérience portera ses fruits. Au
sombre besogne. Ce jour-là en sein du conseil de l’Ordre des chi-
quelques minutes, huit personnes rurgiens-dentistes, il a lancé l’idée
ont trouvé la mort. Les voitures d’une Unité d’identification odon-
sont carbonisées, leurs occupants tologique. «Le principe est celui
aussi. Les plaques minéralogiques, d’une liste d’odontologues de ter-
les papiers, presque tout est dé- rain qui répondraient à la question
truit. «C’est la première fois en suivante : est-ce que les confrères
France qu’on travaille aussi bien, spécialisés sont prêts, en cas de
c’est-à-dire du début à la fin. Nous catastrophe, à tout lâcher et à partir
étions présents sur le site de l’auto- avec leur petite mallette pour une
Marie Augustin

route pour le relevage des corps. demi-journée… ou quinze jours,


L’important était de préserver les pourquoi pas ?»
pièces anatomiques et les objets Valérie Bridard

LE COMMERCE la maison Martell… Il en surtout l’incontestable montée


DES EAUX-DE-VIE ressort un grand livre sur les du dominat de Cognac et de
SOUS L’ANCIEN RÉGIME débuts du cognac. Cette étude Jarnac, basée sur la maîtrise
Louis M. Cullen, professeur fourmille de visions nouvelles des filières d’exportation et la
d’histoire moderne à Trinity sur cette période fondatrice de recherche constante pour
College (Université de Dublin), l’histoire charentaise : le l’amélioration du produit.
s’est plongé dans les archives ratage séculaire de La Paru en anglais en 1998, ce
inexplorées des premiers Rochelle et le bref succès livre de référence est traduit
négociants en eau-de-vie : d’Angoulême, le rôle essentiel par Catherine Simon-
Augier, Delamain, Broussard, des petits centres spécialisés Goulletquer et Alain Braastad,
Saule, Turner pour la maison comme Saint-Jean-d’Angély, et publié par Le Croît vif
Hennessy ou Lallemand pour Aigre, Pons ou Mortagne, et (342 p., 25 e ).

6 ■ L’ACTUALITÉ POITOU-CHARENTES ■ N° 59 ■