Вы находитесь на странице: 1из 8

4 - Chapitre 4 – Couche transport OSI (résumé et révision) 1/8

4,6 Résumé du chapitre


4,6,1 Résumé et révision

La couche transport fournit les données dont le réseau a besoin en :


• Divisant en segments les données reçues d’une application ;
• Ajoutant un en-tête pour identifier et gérer chaque segment ;
• Utilisant les informations de l’en-tête pour réassembler les segments en données d’application ;
• Transférant les données assemblées à l’application adéquate.

Les protocoles UDP et TCP sont couramment utilisés en tant que couche transport.

Les datagrammes UDP et les segments TCP ajoutent aux données des préfixes, composés d’en-têtes
contenant un numéro de port source et un numéro de port de destination. Ces numéros de port
permettent d’orienter les données vers l’application correcte s’exécutant sur l’ordinateur de
destination.

Le protocole TCP ne transmet aucune donnée au réseau tant qu’il n’a pas la confirmation que la
destination est prête à les recevoir. Le protocole TCP gère alors le flux de données et renvoie tout
segment de données pour lequel la destination n’a pas envoyé d’accusé de réception. TCP utilise
divers mécanismes comme les connexions en trois étapes, les minuteurs, les accusés de réception et
le fenêtrage dynamique pour assurer la fiabilité de ces fonctions. Néanmoins, cette fiabilité impose
une surcharge au réseau car elle crée des en-têtes de segments beaucoup plus volumineux et accroît
le trafic réseau entre la source et la destination qui gèrent le transport des données.

Si les données d’application doivent être rapidement livrées à travers le réseau, ou si la bande
passante du réseau ne peut pas prendre en charge la surcharge représentée par les messages de
contrôle échangés entre les systèmes source et de destination, les développeurs préfèrent recourir au
4 - Chapitre 4 – Couche transport OSI (résumé et révision) 2/8

protocole UDP pour la couche transport. Ceci s’explique par le fait que le protocole UDP n’effectue
pas de suivi, et n’accuse pas réception des datagrammes parvenus à leur destination. Il se contente
de transmettre les datagrammes reçus à la couche application dans l’ordre de leur arrivée et il ne
réexpédie pas les datagrammes perdus. Ceci n’implique pourtant pas nécessairement que la
communication elle-même n’est pas fiable car les protocoles et services de la couche application
peuvent comporter des mécanismes permettant de traiter les datagrammes perdus ou retardés si
l’application l’exige.

Les développeurs d’applications choisissent le protocole de la couche transport répondant le mieux


aux exigences des utilisateurs. Ces développeurs n’oublient pas, cependant, que les autres couches
jouent un rôle dans les communications sur les réseaux de données et qu’elles influencent leurs
performances.
4 - Chapitre 4 – Couche transport OSI (résumé et révision) 3/8
4 - Chapitre 4 – Couche transport OSI (résumé et révision) 4/8
4 - Chapitre 4 – Couche transport OSI (résumé et révision) 5/8
4 - Chapitre 4 – Couche transport OSI (résumé et révision) 6/8
4 - Chapitre 4 – Couche transport OSI (résumé et révision) 7/8
4 - Chapitre 4 – Couche transport OSI (résumé et révision) 8/8