Вы находитесь на странице: 1из 5

SEANCE 3 : HISTOIRE DE LA FRANCOPHONIE

SEANCE 3 : HISTOIRE DE LA FRANCOPHONIE

A. La francophonie linguistique et coloniale

Dans cette séance 3, nous vous présentons l’histoire de la Francophonie. Vous verrez que le fait francophone s’est constitué à ses débuts sur le rayonnement de la langue française en Europe comme dans le monde, conséquence autant de l’influence royale que de l’expansion coloniale de la France dans le monde. Elle a ensuite pris un tournant associatif au niveau international dans les années 1960 et 1970, avant de déboucher sur la forme politique et institutionnelle que l’on connaît aujourd’hui.

François 1 er , Source : https://commons.wi kimedia.org/wiki/Fil e:Francis1-1.jpg
François 1 er , Source :
https://commons.wi
kimedia.org/wiki/Fil
e:Francis1-1.jpg

Avant la francophonie multilatérale des années 1960, la francophonie était un concept essentiellement linguistique. Ce mot désignait les nombreux parlants français à travers le monde, eux-mêmes le fruit de cinq siècles d’histoire. Sur le plan interne, en France, le français finit par émerger comme langue officielle et administrative à la Renaissance, et remplace ainsi le latin dans ces fonctions. La langue de la cour devient définitivement celle de l’administration, du clergé et des élites.

celle de l’administration, du clergé et des élites. Edit Villers Cotterêts. Source :

Edit Villers Cotterêts. Source :

En 1539, le roi François Ier édicte l’ordonnance de Villers-Cotterêts, qui donne un caractère obligatoire au français dans tous les actes officiels au lieu du latin.

Par conséquent, en France, le développement de la langue nationale apparaît organiquement lié au pouvoir royal centralisateur. En revanche, hors des frontières, la

diffusion du français ne relève d’aucune politique volontariste. Il se propage de lui-même.

À partir de Louis XIV, la langue française atteint sa maturité et son équilibre définitif. Elle remplace le latin comme langue de la diplomatie, tout simplement parce que la rédaction des traités et de leurs clauses territoriales exigent une précision absolue. La langue française devient ainsi la langue « internationale » et le restera pendant deux siècles, jusqu’à la fin de la Première guerre mondiale, où le traité de Versailles est rédigé en français, mais aussi en anglais.

Versailles est rédigé en français, mais aussi en anglais. LA FRANCOPHONIE : essence culturelle, nécessité politique

LA FRANCOPHONIE : essence culturelle, nécessité politique Session octobre 2016

- 1 -

D’où vient cette qualité linguistique qui explique cette prépondérance hors des frontières ? On la doit aux efforts de l’Académie française, d’origine royale, pour débarrasser le français de ce que l’on nomme ses « gasconnades », c’est-à-dire de ses approximations régionales. L’objectif est clair : on vise à « purifier » et « épurer » la langue française, entre guillemets, de ses soi-disant « imperfections ». Ce n’est plus la langue erratique de Montaigne. Syntaxe et orthographe se fixent. En effet, le travail des grammairiens et académiciens a pour effet de donner à la langue française les critères d’universalité.

Académie française. Source : http://salon-litteraire.com/fr/fenelon/content/1835179-lettre-sur-les-occupations-de-l-
Académie française. Source : http://salon-litteraire.com/fr/fenelon/content/1835179-lettre-sur-les-occupations-de-l-
academie-francaise-de-fenelon-resume

Des principales langues européennes, le français atteint sa maturité et sa stabilité au

XVII e siècle, tandis que l’anglais attend le XVIII e siècle au moins, et l’allemand et l’italien, le

XIX e avant de s’unifier. De Louis XIV à la Ière guerre mondiale, plus on monte dans l’échelle

sociale européenne, plus le français est répandu ; c’est la langue véhiculaire des intellectuels, des élites culturelles, des hommes politiques et des savants. Par exemple, le roi

de Prusse Frédéric II fonde en 1743 une Académie des Sciences et Belles-Lettres, où il

impose le français à l’exclusion du latin et… de l’allemand :

français à l’exclusion du latin et… de l’allemand : « Par le français, par ce seul

« Par le français, par ce seul idiome, vous vous épargnez quantité de langues qu’il vous faudrait apprendre, qui surchargeraient votre mémoire de mots à la place desquels vous pourrez la remplir de choses, ce qui est bien préférable ; vos idées se propageront d’une manière uniforme et la vérité y pénétrera par le même chemin dans tous les esprits. »

Frédéric II

La Révolution française, son messianisme guerrier et l’empire napoléonien ne modifient pas le statut du français comme langue des élites européennes. Du XVIIe siècle au

comme langue des élites européennes. Du XVIIe siècle au LA FRANCOPHONIE : essence culturelle, nécessité politique

LA FRANCOPHONIE : essence culturelle, nécessité politique Session octobre 2016

- 2 -

XIXe siècle, la situation devient paradoxale : on se méfie beaucoup de la France en tant que puissance. En revanche, sa langue internationale et sa culture universelle souffrent d’une concurrence réduite. Ainsi, francophonie n’est pas synonyme exact de francophilie. C’est ainsi que Guillaume I er et Bismarck s’entretiennent en français pour échapper aux oreilles indiscrètes. De même, la cour de Russie parle français, dans les soirées de Saint-Pétersbourg.

D’où le paradoxe : autant les conquêtes de Louis XIV, de la Révolution et de Napoléon procèdent à une planification rigoureuse, autant la diffusion internationale de la langue et de la culture françaises ne répond d’aucun volontarisme étatique. On doit attendre la défaite contre l’Allemagne (1870) et la IIIe République sur la défensive pour que naissent des organismes chargés de soutenir l’enseignement du et en français hors des frontières de la France : citons l’Alliance française (1883) et la Mission laïque (1902), mais aussi le soutien politique et financier constant apporté aux missions catholiques au Levant, en Terre sainte et en Egypte. On retrouve ce rôle premier des missions catholiques, à parité avec l’école publique, dans la diffusion du français au sein des colonies asiatiques et africaines.

du français au sein des colonies asiatiques et africaines. En fait, il existe deux empires coloniaux
du français au sein des colonies asiatiques et africaines. En fait, il existe deux empires coloniaux

En fait, il existe deux empires coloniaux français, celui de la monarchie et celui de la IIIe République. La francophonie doit au premier empire colonial le Québec, la Louisiane, les Antilles, la Réunion et les comptoirs indiens. Le Québec, découvert par Jacques Cartier en 1534, devient possession britannique au terme de la guerre de sept ans de 1756-1763. Cette guerre catastrophique pour la France inaugure l’empire britannique et une longue concurrence entre la culture française et la culture anglo-saxonne. C’est notamment la longue agonie de l’Amérique française : en 1803, après un intermède espagnol, Napoléon Bonaparte doit vendre la Louisiane (c’est-à-dire en théorie, toute la vallée du Mississipi) aux jeunes États-Unis. Il n’arrive plus à la défendre contre les Anglais.

Il n’arrive plus à la défendre contre les Anglais. Le second empire colonial français résulte du

Le second empire colonial français résulte du hasard et de la nécessité. En effet, quand Alger est conquise en 1830, à la suite

En effet, quand Alger est conquise en 1830, à la suite LA FRANCOPHONIE : essence culturelle,

LA FRANCOPHONIE : essence culturelle, nécessité politique Session octobre 2016

- 3 -

d’un raid de représailles contre le Bey, la France ne poursuivait à cet instant aucun programme d’annexion. En ce qui concerne l’Indochine, il s’agit plutôt du résultat d’une politique systématique voulue par Napoléon III, puis par le fondateur de la IIIe République, Jules Ferry, pour compenser la perte de l’Alsace-Lorraine en 1871. Ce n’est pas un hasard si Jules Ferry cumule la présidence du Conseil et le ministère de l’Instruction publique. En effet, pour les républicains au pouvoir, les armées françaises portent le messianisme des Lumières, en particulier le principe de Raison et de Connaissance.

en particulier le principe de Raison et de Connaissance. Enfin, dans la 2 e moitié du

Enfin, dans la 2 e moitié du XIXe, la conquête de l’Afrique noire résulte d’une succession d’événements politico-militaires déconnectés les uns des autres, avec pour seul souci de ne pas laisser la place aux Britanniques ou aux Allemands. Tout au plus, on espère vaguement relier Dakar à Djibouti à la fin du 19 e siècle. La crise de Fachoda, en 1898, et le risque d’une guerre mondiale avec la Grande-Bretagne refroidira les ardeurs et précipitera une inversion de polarité avec l’entente cordiale de 1904, où la France et le Royaume-Uni se partagent respectivement le Maroc et l’Egypte.

Le deuxième empire français sombrera, mais il laissera son empreinte sur les anciennes colonies, en particulier le rayonnement culturel et linguistique du français. Cette langue partagée constitue le terreau fertile d’où émergera la francophonie multilatérale…

Le commandant marchand. Source :
Le commandant marchand. Source :
https://commons.wikimedia.org/wiki /File:LeCommandantMarchand.jpg
https://commons.wikimedia.org/wiki
/File:LeCommandantMarchand.jpg
/File:LeCommandantMarchand.jpg LA FRANCOPHONIE : essence culturelle, nécessité politique

LA FRANCOPHONIE : essence culturelle, nécessité politique Session octobre 2016

- 4 -

LA FRANCOPHONIE : essence culturelle, nécessité politique Session octobre 2016 - 5 -
LA FRANCOPHONIE : essence culturelle, nécessité politique Session octobre 2016 - 5 -

LA FRANCOPHONIE : essence culturelle, nécessité politique Session octobre 2016

- 5 -