Вы находитесь на странице: 1из 6

10 façons de se libérer de la peur

Tout d’abord, quand vous ressentez que ce soit la peur ou l’anxiété face à un événement ou une décision,
généralement votre tête est comme dans un brouillard et il vous est difficile de penser clairement. Une des
premières choses à faire est de sortir prendre l’air et de marcher au moins 15 minutes, ou d’occuper votre
cerveau à autre chose d’agréable par exemple prendre un thé, ou un bain.

Respirez de façon abdominale et si vous remarquez que votre cœur bat rapidement, ne vous en faites pas
trop et continuez de respirer par le nez et regardez par exemple un arbre, le ciel, ou une image que vous
appréciez.

Vous pouvez mettre vos mains sur votre plexus solaire et rester présent à vous –mêmes. L’idée n’est pas de
combattre la peur mais de rester présent à vous-mêmes.

Affrontez vos peurs


Cela a pour effet de les voir diminuer et s’il s’agit par exemple de prendre l’ascenseur, traverser un pont,
appeler une personne pour une entrevue d’embauche, passez à l’action, vous vous rendrez compte que
premièrement vous n’êtes pas mort et qu’on pourrait être intéressé à vous rencontrer.

Osez explorer
Imaginez le pire qui puisse arriver, vous passez 10 entrevues et personne ne vous engage. Il est peut-être
temps de repenser à ce que vous désirez vraiment dans la vie, est-ce vraiment ce genre de boulot, est-ce le
bon endroit? Peut-être êtes-vous destiné à autre chose que ce que vos peurs vous dictent? Osez explorer ne
serait-ce que mentalement ou sur le web, ce qui vous fait vraiment envie.

Faire un premier pas.


Imaginez le pire qui puisse arriver si vous faites ce premier pas, par exemple, faire un voyage à l’autre-bout
du monde, faire savoir à une personne qui vous intéresse que vous pensez à elle, vous mettre au vélo de
montagne, lancer votre entreprise, et vous verrez que votre sagesse et capacité de faire la différence entre la
témérité et le gros bon sens font partie de vos ressources existantes.

Inspirez-vous des autres


S’il s’agit par exemple de la phobie des ascenseurs ou des insectes, essayez de vous rappeler d’une personne
qui avait cette même crainte de suffoquer et demandez-vous s’il y a des chances réelles que ça vous arrive.

Sortez de votre cadre de vie habituel


Dans le fond, avoir peur c’est parfois bon signe. C’est le signe que vous sortez de votre cadre de vie habituel,
que vous faites un saut dans l’inconnu et dans la plus grande majorité des cas, vous aurez plus d’assurance
une fois que vous aurez osé faire le pas.

N’essayez pas d’être parfait


Rappelez-vous que personne n’est parfait et qu’il y a toujours de bonnes et moins bonnes journées, que la
vie est parfois en zigzag et que c’est la réalité de bien des gens malgré les apparences.

Visualisez un endroit agréable.


Vous pouvez vous imaginer marchant sur la plage, être dans un parc en train de vous amuser avec votre
chien, ou vous rappeler des moments agréables lorsque vous étiez enfant. L’important est de laisser les
sensations agréables prendre le dessus jusqu’à ce que vous vous sentiez plus détendu.
Ouvrez-vous à une personne compétente.
Parfois on peut en parler à un ami, mais il vaut mieux s’adresser à une personne neutre qui vous ramènera à
vos ressources et vous aidera à voir le réalisme derrière ces peurs ou blocages.

20 erreurs à éviter dans une étude de


marché
1) Etre biaisé dès le début de l’étude

Lorsqu’on a eu une idée qu’on croit être géniale, on a tendance à foncer tête baissée dans l’étude de marché dans
le but de prouver que l’idée est effectivement brillante. Or, c’est le meilleur moyen de sélectionner les
informations qui nous arrangent, de vouloir justifier coûte que coûte ses intuitions, et donc de commettre
certaines des erreurs listées ci-dessous.

2) Croire aveuglément au tout-en-ligne

Internet sera pour votre étude un outil indispensable et des plus utiles pour réaliser une étude de marché, d’une
part du fait des ressources disponibles (articles, sondages, études…) qui l'étaieront, d’autre part parce qu’on peut
très facilement y interroger les besoins des personnes qu'on souhaite toucher. Attention néanmoins à deux
écueils : avoir une confiance aveugle dans les informations trouvées en ligne et ne se fier qu'à ce qu’on y trouve.
Menez dans la mesure du possible une étude terrain qui complètera votre étude sur internet.

3) Faire une étude purement macroéconomique

Une étude de marché ne peut pas se cantonner à une observation générale de l’état du marché, de laquelle vous
ne pourrez tirer des conclusions pertinentes pour votre produit. Si vous devez en connaître les grandes
caractéristiques, n’oubliez pas que c’est bien ce produit que vous devez tester car c’est lui qui doit convaincre
votre public cible et résister à la concurrence.

4) Choisir une zone géographique trop large – ou trop petite


Sachez vous fixer rapidement sur la zone dans laquelle vous souhaiter d’abord percer. Pourquoi ? Premièrement, ça facilitera et
légitimera votre étude de marché, et vous pourrez en tirer des conclusions plus pertinentes. Ensuite, il est sans doute trop
ambitieux de parier sur un public réparti aux quatre coins du monde. Néanmoins, ne manquez pas d’ambition non plus ! Ce qui
vaut pour une échelle d’étude trop grande vaut aussi pour une échelle trop petite : votre étude perdra en pertinence.

5) Parier sur la création d’un marché

Il y aura toujours l’exception qui confirme la règle, mais de manière générale, ne comptez pas trop
sur l’apparition soudaine d’un marché grâce à votre produit ou votre service. Si les personnes que vous
interrogez ne semblent pas intéressées, tirez-en les conclusions nécessaires.

6) Mal connaître les besoins du marché

Avant même de tester la demande potentielle avec votre questionnaire par exemple, il faut que vous ayez
une idée précise des besoins du marché que vous souhaitez toucher : les habitudes et la fréquence de
consommation, les gammes de prix… Les études sur internet et sur le terrain vous permettront de vous faire
rapidement une idée qui confirmera ou infirmera votre intuition.

7) Croire que vous n’avez pas de concurrent

Ça n’est pas parce qu’aucune entreprise ne vend un produit analoge avec exactement les mêmes spécificités, ni
parce que vous n’en avez pas trouvé, que vous n’avez pas de concurrent. Ne sous-estimez pas non plus la
concurrence indirecte à laquelle vous serez forcément confrontés.

8) Ne pas étudier la réglementation

L’environnement réglementaire et juridique est une partie essentielle de votre étude de marché, qu’on a
tendance à oublier ou à négliger. Si votre activité est illégale par exemple mais que vous ne le saviez pas, vous
feriez de ne pas la lancer même si votre étude de marché vous dit le contraire. Prenez donc le temps
de comprendre le cadre dans lequel devra s'inscrire votre activité.

9) Mal se positionner

Rien ne sert d’interroger les clients de l’épicerie du coin dans un quartier à faible revenu si vous comptez lancer
une boutique de champagne haut de gamme. Vous perdrez du temps, voire de l’argent, si vous n’avez pas
une idée précise de votre positionnement, et a fortiori des caractéristiques socio-culturelles de votre public cible.

10) Mal choisir son échantillon

Conséquence directe de l’erreur précédente, le mauvais échantillon, ou l’échantillon non


représentatif n’apportera rien à votre étude de marché. Vérifiez que les personnes interrogées correspondent
bien aux critères socio-économiques et géographiques qui vous intéressent, et que la taille de l’échantillon est
suffisamment grande pour que vous puissiez tirer des conclusions pertinentes de votre étude. On considère en
général que 400 réponses représentatives est un échantillon satisfaisant pour une étude quantitative.

11) Poser trop de questions

Allez à l’essentiel, et posez les questions dont les réponses apporteront une vraie valeur ajoutée au projet. Si vous
avez trop de questions à poser, c’est que vous n’êtes au clair sur votre produit et que l’étude de marché intervient
trop tôt pour vous apporter les réponses que vous cherchez. Par ailleurs, vous risquez de récupérer des réponses
non valide en essouflant votre interlocuteur qui voudra aller au plus vite.

12) Poser des questions ambigües

Pareillement, les questions ambigües vous apporteront des réponses inexploitables parce que le sondé donnera
une réponse à la question qu’il aura comprise, pas à votre question. Par exemple, préférez toujours
des indicateurs temporels plutôt que des adverbes : tous les jours plutôt que régulièrement, une fois par semaine
plutôt que fréquemment.

13) Interroger les gens en utilisant du jargon

De la même manière que vous gagnerez à aller à l’essentiel dans vos questions, gardez une formulation simple en
partant du principe que vous vous adressez à un enfant. C’est le meilleur moyen d’éviter d’introduire un
biais dans les réponses en fonction de ce que le sondé a compris de la question.

14) Suggérer les réponses aux questions


Attention à ne pas formuler les questions de telle sorte que le sondé n’ait le choix qu’en apparence, soit parce que
la réponse à la question est trop évidente, soit parce que les réponses proposées sont insatisfaisantes, soit parce
que vous donnez la réponse dans la question. Exemple : « achèteriez-vous le produit malgré les défauts que vous
avez cités ? »

15) Confondre sondé, prospect et client

Ne tirez pas de conclusions hâtives ou trop évidentes de votre étude de potentiel. Ça n’est pas parce que des
sondés vous ont répondu qu’ils étaient prêts à acheter votre produit, qu’ils le feront forcément et que vous
pourrez baser vos hypothèses de croissance sur le pourcentage obtenu. Partez du principe que vous
devrez acquérir ceux qui sont prêts à acheter votre produit, et convaincre les autres.
Comment Réussir Dans Les Affaires ?
Richard Branson, Xavier Niel, Kosciusco-Morizet, etc. sont des noms d’entrepreneurs qui riment avec réussite dans les affaires.
Quel est leur secret ? Quelles sont leurs méthodes ? Comment vous lancer dans les affaires et trouver la clé du succès ?

Vivez votre passion jusqu’au bout

Lancer une affaire nécessite beaucoup de temps. Si vous choisissez quelque chose qui ne vous plaît pas, autant dire qu’il sera
difficile de supporter les heures consacrées à votre projet. Privilégiez un domaine dans lequel vous prendrez plaisir à vous investir
durant des heures innombrables (et il vaut mieux ne pas tenter de calculer …cela risquerait de vous décourager !). Il est important
de prendre du plaisir à effectuer des choses qui vous apportent du plaisir. Vous obtiendrez la plus grande satisfaction dans les
affaires dont vous vous occupez vraiment à 100%. Attention, il faut être conscient que votre travail n’est jamais terminé. Avec
l’évolution permanente du monde des affaires, il vaut mieux rester aux aguets. Lancez sur le marché votre produit dès lors que vous
êtes convaincu de la différence qu’il peut apporter.

Créez un produit exceptionnel

Dans notre monde moderne où tout évolue très vite, il est extrêmement difficile de survivre avec une nouvelle marque ou un
nouveau produit … qui ne sont nouveaux que pour un temps. Pour cette raison, réfléchissez longuement à ce que vous voulez et
demandez vous en quoi votre projet innovant se distingue radicalement des produits déjà existants sur le marché. Il ne faut pas
rester sur un produit innovant, mais toujours innover en réinventant chaque fois votre idée initiale. De toute évidence, un produit
ou un service doivent répondre à un besoin afin que les gens s’y intéressent. Cherchez un besoin non comblé. Il est certain
qu’aujourd’hui cela devient difficile mais si vous trouvez, sachez que ce besoin non comblé deviendra un filon pour développer une
idée d’affaires. Vous pouvez également emprunter une autre voie qui consisterait à explorer des besoins qui ne sont pas entièrement
comblés et des gens qui attendent davantage de l’offre actuelle. Visez une cible frustrée par l’offre présente et apportez lui plus que
ce qu’elle attend. Vous devez opter pour une stratégie de généralisation ou une stratégie de spécialisation. Dans le premier cas, vous
proposerez des produits ou des services qui viseront à satisfaire une majorité de personnes. Dans le second cas, vous ciblerez une
partie de la clientèle moins bien desservie par le généraliste.

Renseignez-vous sur le secteur dans lequel vous souhaitez entreprendre

Vous devez réfléchir à la rentabilité de votre business pour faire durer votre entreprise. De toute évidence, vous devez procédez à
une étude de marché qui vous permettra d’évaluer vos chances de réussite et la direction que vous devez prendre – ou pas. Vous
pouvez entreprendre une étude de statistiques afin de chiffrer le marché potentiel concernant votre offre de produit ou de service.

Ne restez pas planté derrière votre bureau et rendez vous sur le terrain. Déplacez vous sur les lieux, discutez avec les concurrents
potentiels et établissez des comparatifs. Cela vous permettra de déterminer le modèle qui le plus traité et d’y apporter des
améliorations pour faire de votre produit ou de votre service un projet innovant. Vous devez procéder de manière identique avec les
clients des concurrents : les observer et les interroger de manière ciblée vous permettra de comprendre leurs besoins et d’adapter
votre offre suivant ceux-ci.