Вы находитесь на странице: 1из 12

Une introduction

Une introduction
à l'étalement de spectre et au CDMA
à l'étalement de spectre et au CDMA, capacité (du sens montant)
capacité cellulaire

UE RMOB
Ph. Godlewski
Philippe Godlewski
P. Martins ENST, département InfRes
M. Coupechoux
Janvier 2006
2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 1 2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 2

Plan Terminologie
• Modulations numériques • Base Band : bande de base (BdB)
– SIR (ou SINR), dB • BER : Bit Error Rate (taux d’erreurs binaire)
– bande de base et fréquence porteuse • Carrier : porteuse (fréquence)
– modulation numériques, cas antipodal • DS : Direct Sequence, séquence directe
– (B) PSK et QPSK, BER et d.s.p. • Matched filter : filtre adapté
• Principe de l'étalement à séquence directe • NRZ : non retour à zéro, non return to zero
– séquences PN, chip/bit, gain d'étalement • PN : Pseudo Noise, pseudo aléatoire
• Récepteur par filtre adapté • PSK : Phase Shift Keying
– filtre adapté et corrélateurs, … , récepteur rake • Rake receiver : récepteur en rateau
• Spreading factor, facteur d'étalement (=gain d'étalement)
• L’accès multiple CDMA
• Spread Spectrum : Etalement de spectre
• Capacité cellulaire … la formule de QUALCOMM

2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 3 2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 4


Modulations numériques (en bande de base)
> Information "numérique" : x = (x0, x1, … , xk , … )
avec xk ∈ A (~ constellation, e.g. A = {+1, −1 }).
> Un "symbole numérique" ou échantillon xk est transmis via une forme
L’étalement de spectre d’impulsion s(t) décalée sur l'intervalle [kTs, (k+1) Ts] : xk s(t − k Ts)
(Cf. PCM, Pulse Coded Modulation)
sur un exemple simple s(t) ou − s(t) Impulsion de base : s(t)
0 Ts t
Rappels sur
> les modulations numériques simples
(PSK, QPSK) Train d'impulsions : X(t) = Σk xk s(t − k Ts)
> un exemple simple + s(t) − s(t) + s(t) − s(t) − s(t)
d’étalement par séquence directe Ts 2Ts 3Ts 4Ts 5Ts t
0

2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 5 2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 6

Modulation : de la fréquence porteuse à la bande de base Modulations numériques : PSK et QPSK (2)
Pour la PSK binaire, Ts = Tb (en l'absence d'étalement et
Rappels sur les modulations : modulations analogique
de codage). L'impulsion de base est le rectangle.
Transmission sur fréquence porteuse (carrier) f0 Le signal en BdB est NRZ (non retour à zero).
La partie de la fonction "modulation*" qui est + s(t) − s(t)
√(Es/Ts)
représentée ici est la translation en fréquence.
modulation* = modulation analogique + Ts 2Ts + 3Ts 4Ts 5Ts
t
0
au sens ancien.
− − −

>> Dans, cette présentation, nous considérerons la (B) PSK pour


Schéma équivalent en bande de base (BdB ou baseband).
simplifier les exemples. La QPSK consiste à utiliser la voie Q (voie
L'information numérique X(t) est typiquement sinus) en plus de la voie I (cosinus) … on se contente d'une
X(t)
véhiculée via un signal NRZ (cf. PSK). constellation en {±1} plutôt que {±1±i}. La BPSK et la QPSK ont la
même occupation spectrale, la même performance en BER(Eb).
2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 7 2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 8
Modulations numériques : paramètres Modulations numériques : PSK et QPSK (1)

Débit symbole (ou baud) : Rs = 1/Ts ; > Les modulations numériques de référence en CDMA sont
la PSK (et la QPSK).
débit binaire (sans codage de canal) : Rb = log2(| A|)/Ts.
> Phase Shift Keying ou BPSK,
La bande "normalisée" (bande de Nyquist) est W = 1/Ts Binary PSK ou en français MDP2.
Énergie par symbole Es = E(|| xk2 ||) ||s||2 C'est l'Exemple
||s||2 = ∫[0, Ts] ||s(t)||2 dt (= Es = Eb dans le cas antipodal) de modulation antipodale.

Cas antipodal : xk ∈ {+1, −1 } > La QPSK (≈ 1.PSK en phase + 1.PSK en quadrature,


x = (+1, −1, +1, −1, −1, … ) dans l'exemple précédent, ~ modulation à 4 phases)
intervient aussi au niveau du signal étalé.
bit "0" codé en +1, bit "1" codé en −1, bk -> ck = (−1)(bk) ((> La 8 PSK est utilisée dans EDGE, dans HDR du CDMA 2000))

2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 9 2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 10

Modulations numériques : PSK et QPSK (3) “hacher” une modulation NRZ


> La probabilité d'erreur par bit (bit error rate) d'une + s(t) − s(t)
√(Es/Ts)
modulation antipodale est théoriquement (i.e. en présence + Ts + t
0 2Ts 3Ts 4Ts 5Ts
de bruit blanc, Cf. AWGN channel) :
− − −
BER = Q(√(2Es/N0))
Q(x) : fonct. d'erreur de + s’(t) − s’(t)
la gaussienne normalisée
Q(x) = ∫[x, +∞] exp(-y2/2)/2π dy

> Des valeurs de référence


(Eb /N0)= 6 dB => BER = 2.10-3
(Eb /N0)= 8 dB => BER = 2.10-4
La modulation résultante est encore antipodale ;
même énergie par bit : ||s’||2 = ||s||2
2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 11 2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 12
Principe de l'étalement de spectre (par SD) (1) Schéma (simplifié) d'une transmission
> direct sequence spread spectrum
(ou étalement de spectre par séquence directe)
Schéma d'un modulateur à étalement
de spectre par séquence directe
(schéma équivalent en bande de base
ajouter la translation en fréquence
pour passer en fréquence porteuse)
PN(t) est la séquence d'étalement
Remarque : PN(t)*PN(t)= 1.
Signaux impliqués (en bdb) :
- signal véhiculant l'information NRZ(t),
- séquence pseudo aléatoire (pseudo noise) PN(t),
- signal NRZ étalé NRZ(t) × PN(t).

2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 13 2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 14

Récepteur par filtre adapté Récepteur par filtre adapté : exemple de sortie
> Exemple : filtrage adapté à s1(t) = +-++---+
(signal en forme se séquence de chip)
Sur les signaux échantillonnés,
cela revient à faire un simple
produit scalaire sur une fenêtre
glissante.
En pratique solution "coûteuse"
(utilisation de filtres à onde de
surface)

Sortie du récepteur par filtrage adapté


Il suffit de relever la polarité des pics mesurés au instants "bit".
(+-+-- …) -> (0 1 0 1 1 …), on retrouve la suite (des bits).
Remarque : le signal porte une information de synchro.
2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 15 2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 16
« Vision » spectrale

Représentation
familière pour f
Modélisation simplifiée
f
les analystes de
spectres (fréquences)
d’une chaîne de transmission
Signaux impliqués (en bdb) : Facteur (ou gain) d’étalement, SF=n
Rapport signaux à bruit S /N ou Ec /N0
f

(S/I ou Ec/I0) …. Le “EBNO” et ses pièges


L’interférence est étalée ("blanchie")
de même pour les brouilleurs à bande étroite
2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 17 2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 18

Etalement de spectre : modélisation Modélisation simplifiée


s(t) f0 I' N' f0 s(t-τ)

Schéma simplifié : le codage correcteur d’erreur (channel


Channel … to Channel
Coding
Modulator τ baseband ∫ Decoding coding) n’apparait plus. On le considère comme une
User Spreading
Data
Channel despreading
… Rake
fonction “booster”, d’amplification qui permet d’abaisser
or Match. F. le seuil de qualité requise [EBNO]threshold.
Schéma d'une transmission avec étalement par séquence directe

s(t) I N s(t-τ) s(t) I N s(t-τ)

bit chip chip bit


C C
τ ∫ τ ∫
User Spreading Channel despreading User Spreading Channel despreading
Data … Rake Data … Rake
or Match. F. or Match. F.

Schéma simplifié en bande de base Schéma simplifié en bande de base

2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 19 2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 20


Rapport signal à interférence : SIR
Échelle logarithmique : le dB, le dBm
• Le critère de qualité radio On utilise une échelle logarithmique pour représenter les
est le rapport de puissance : Puissance qualité qualité
SIR := S/I SIR EBNO rapports signaux à bruit (ou à interférences)
(signal to interference ratio) S ou C
X_dB = 10 log10(X_fois) => X_fois = 10(X_dB/10)
I N
En raisonnant sur des (notation s(t-τ)
équivalente) 10 dB = 10 fois
énergie par temps symbole, S SIRdB = 10 log10(SIRfois)
∫ 7 dB = 5 fois
on peut écire : 3 dB = 2 fois
Canal Ec Désétalement
… Rake
Eb Le dB miliwatt ou dBm : 0 dB = 1 fois
SIR = Ec / I0 ou filtre adapté -3 dB = ½ fois
• En radio mobile I >> N I0 N0 IN0 P_dBm = 10 log10(P_mW). -10 dB = 1/10 fois
l’interférence est le facteur dominant Energie ou dsp -13 dB = 1/20 fois
Ex SIRfois= 2 <=> SIRdB = 3 dB -17 dB = 1/50 fois
• Attention N0 ≠ N0 ((!!))
Le bruit blanc "canal" N0 est différent du bruit en sortie du dés-étaleur Attention … on utilise rarement les connotations …
(~interférences blanchies) noté aussi N0 (IN0 sur le sur la figure ) (mais cela ne signifie pas que 2 = 3 (!))

2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 21 2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 22

Gérer la puissance (est la gloire du CDMA!) Rappels : SNR (ou SIR ou SNIR) et EBNO
En GSM (ou dans un système TDMA), on gère On a S / N = Ec / N0
principalement des slots (Time Slots ou intervalle de temps) puissance/ Energie symbole/
puissance densité specrale de puissance
et des fréquences (cf. motifs cellulaires)
PS ou S = la puissance du signal utile
En CDMA, on gère des puissances
PS = Ec / Ts (rappel : 1/ Ts = Ws ~ bande du signal)
pour avoir une bonne QoS (qualité de service)
= "énergie d’un symbole" / "durée d’un symbole"
Puissance utile
La QoS physique = N := PN = N0 x Ws (densité spectrale de bruit x bande du signal)
Σ Puissances nuisibles
d.s.p. Ws
The Power and the
N0
Glory PN f

2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 23 2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 24


Gain d'étalement (1) Gain d'étalement (2)
> Gain d'étalement : comparaison IS95/WCDMA
1- Deux durées binaires interviennent dans ce schéma : IS95 Exemple si n = 128, alors Ge = 10 log10(128) = 21,07 dB
- Tb temps bit (Rb= 1/ Tb , débit utilisateur ≈ bande avant étalement) Eb = n Ec => (Eb/N0) = n (Ec /N0)
en posant (S/N) = (Ec /N0)
- Tc temps chip (Rc = 1/ Tc , débit chip ≈ bande après étalement). (Eb/N0) dB = Ge + (S/N)dB
2 - Le rapport n = Tb / Tc ou (Rc / Rb) est appelé si (Eb/N0) dB = 8 dB alors (S/N) = 8 - 21,07 = -13,07 dB
facteur d'étalement. le niveau de bruit est ≥ 20 ≈ 1013,07/10 fois le niveau de signal

"un bit = n chips" UMTS Exemple si n = 512, alors Ge = 10 log10(512) = 27.09 dB


On pose Ge = 10 log10(n) (gain d'étalement en dB) Eb = n Ec => (Eb/N0) = n (Ec /N0)
en posant (S/N) = (Ec /N0)
(Eb/N0)dB = Ge + (S/N)dB
si (Eb/N0) dB = 8 dB alors (S/N) = 8 - 27,09 = -19,07 dB
le niveau de bruit est ≥ 80 ≈ 1019,07/10 fois le niveau de signal
2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 25 2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 26

Performances en terme de BER (1) Performances … remarques … (2)


> Au niveau du bilan énergétique et de la probabilité d'erreur, > L'étalement de spectre est équivalent (au niveau
l'étalement de spectre n'apporte rien. énergétique) à l'utilisation d'un code (binaire) à répétition
La formule BER = Q(√(2Eb/N0)) [n, k = 1, dmin = n]
reste valable en présence de
bruit gaussien blanc (bruit de d.s.p. Remarque : Le gain asymptotique de codage est nul :
moyenne constante, égale à N0, dmin k /n = 1 => Gc := 10 log10(dmin k /n ) = 0 dB.
dans les bandes considérées).
Par contre le ChipER est "mauvais":
ChipER = Q(√2Eb/(nN0)) << BER
(n = 8)
On peut supposer que |PN(t)| = 1
(la séquence PN est normalisée).
Ainsi l'énergie par bit du signal NRZ originel et du signal NRZ étalé est la même. Au
niveau du bilan énergétique et de la probabilité d'erreur, l'étalement de spectre
n'apporte rien. (Le signal NRZ étalé correspond aussi à une modulation antipodale).

2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 27 2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 28


Principe de l'étalement de spectre (par SD) Autre exemple pour n = 128 (~IS95)
> Le même exemple (scolaire)
Correspondance bit/chip : bit -> code (séquence de chips)
0 -> +-++---+ = +s1(t)
1 -> -+--+++- = -s1(t)
1/ Données utilisateur "bit"
0.......1.......0.......1.......1
2/ Signal-chip transmis
Sortie du récepteur « filtre adapté », 0 interféreurs.
+-++---+-+--+++-+-++---+-+--+++--+--+++-
La signature s(t) est (pseudo) aléatoire (de 128 chips)
Le gain d'étalement est n = 8.
(cas sans bruit ni interférence). La suite de données utilisateurs
est (0, 1, 0, 1, 1) -> (+-+--), cf. exemple.
2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 29 2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 30

Autre exemple pour n = 128 (avec interférences) Filtre adapté et corrélateur

Sortie du récepteur « filtre adapté » (signal bleu)


(la signature s(t) comporte 128 chips) : cas avec 15 Si on est synchronisé, on peut réduire par un facteur n la charge des calculs :
interféreurs. Le signal semble noyé dans le bruit … mais, aux on ne calcule la réponse qu’au temps bit (instants significatifs)
instants bit, les valeurs sont correctes.
2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 31 2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 32
Multitrajet (multipath) Rake receiver (récepteur en râteau)

τ = T2 –T1
τ
T1 T2 t
Remarque : en soft handover
Si τ > Tc, les trajets sont distinguables (Tc ≈ 250 µs ~ 75 m) on peut combiner des corrélateurs
calés sur des séquences différentes
2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 33 2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 34

CDMA en accès multiple (1/4)


L’accès multiple
CDMA
Fig. système cellulaire
« Economie » du CDMA MS1 cellule
de référence
en sens montant
MSu des systèmes
… Le calcul (d’épicier) qui a permis N Iext aux modèles
d’imposer le CDMA
S1
Σ + Y = Σu Su + Iext + N
...
Fig. Modèle pour une
Su ... cellule
2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 35 2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 36
CDMA en accès multiple (2/4) CDMA en accès multiple (3/4)

• Chaque utilisateur a sa propre séquence • Avec un contrôle de puissance parfait, Su= Sv ,


d’embrouillage (scrambling code) Su Su
PNuser (t) SINR(u) = =
Iint + Iext + N M Su + Iext + N
• Dans le monde CDMA … "tout le monde brouille
tout le monde" ….on peut calculer un SINR • Si on néglige Iext et N (Iint est le terme
(rapport S/(I+N), SINR ) de l’utilisateur u :
dominant en pratique), alors SINR(u) ~ (1/M).
Su
SINR(u) = avec Iint = Σv≠u Sv Pour obtenir un Eb/ N0 positif … il faut avoir un
Iint + Iext + N
gain d’étalement SF > M . (en fait >>M)

2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 37 2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 38

Capacité cellulaire en CDMA (1/7)


CDMA en accès multiple (4/4)
Une première évaluation ("évaluation d’ingénieur“) pour la
>Les évaluations de capacité se font en calculant des capacité naïve du CDMA
rapports de puissance ou d’énergie
Cette estimation est donnée dans ([2]-[1]) :
… et non en comptant des fréquences ou des slots
>Le CDMA est une technique de multiplexage au Ccell = (Wr / Ru) . (F / [Eb/N0]thesh) . δ –1

niveau physique. Ccell = nombre d’appels par cellule (attention: aux USA, “cell” signifie site)
>L’interférence est « gérée » … comme du bruit Wr = bande de référence (spread spectrum bandwidth)
(CDMA naïf). Ru = débit binaire utilisateur pour un service de ref. (≈ digitalized voice service)
>Avec des techniques « multiuser detection » ou F = "frequency reuse efficiency" (rapport d’interference F = Iintern / Itotal )
[Eb/N0]target = SNR "cible" ou seuil en sortie de l’étage de désétalement
« interference cancellation » … => gain de capacité. δ = facteur d’activité vocale (voice duty cycle , cf. DTX, discontinuous trans.)

2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 39 2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 40


(2/7) … Capacité cellulaire CDMA : 1e estimation (3/7) … Capacité cellulaire CDMA : 1e estimation
Justification de la formule Ccell = (Wr / Ru).(F / [Eb/N0]thesh).δ -1 Justification de la relation Ccell = (Wr / Ru).(F / [Eb/N0]thesh).δ -1
… ("calculs d’épicier") … (3) Seuil de fonctionnement
SINRu ≥ [SINR]target (3’)
On part de la définition : SINR = S / (Itotal + N). [SINR]target := (SFeq)-1 [Eb/N0]target (3’’)
On considére les étapes (1) à (5) … déduit directement de la relation Eb := Ec (SFeq).
(4) Facteur d’étalement équivalent (equivalent spreading factor)
SFeq := Wr / Ru (4)
(1) Taux d’augmentation du bruit ("noise rise") (5) L’interférence interne …
r = (Itotal +N) / N
Iint,u = Σv≠u Sv = M' Sv ; ou M' := (M–1) (I interne est due aux M'
… mesure l’accroissement de "bruit" (en fait bruit +interférences) autres utilisateurs dans la cellule, le contrôle de puissance (PC) =>
du à l’activité cellulaire. Sv = Sv');
Ainsi (Itotal + N) = Itotal (1 – 1/r)-1 (1) Si on introduit un facteur d’activité (ex. pour la voix) δ
(2) Interférences (interne et externe) Iint,u = M' Sv δ (5)
Itotal = Iint + Iext = Iint / F
(remarque, Iint,u ~= Iint, en pratique)

2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 41 2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 42

(4/7) … Capacité cellulaire CDMA : 1e estimation (5/7) … Capacité cellulaire CDMA : 1e estimation
18

Justification de la relation Ccell= (Wr / Ru).(F / [Eb/N0]thesh).δ

noise rise (dB)


16
-1
14
En rassemblant les points (1) à (5) Application (avec les paramètres IS95) 12

… M' = Iint [Sv ]-1 δ-1 /suivant (5)/ Ccell = (Wr / Ru).(F / [Eb/N0]thesh).δ -1 10
(pole capacity)
M' = [Sv / (Itotal +N) ]-1 Iint (Itotal+N)-1 δ-1 /on introduit 2 fois (Itotal +N) /
8
Wr = 1.25 MHz, 6

M' = [Sv / (Itotal +N) ]-1 F Itotal (Itotal+N)-1 δ-1 /suivant (2) Iint= F Itotal / Ru= 9.6 kbit/s 4
[Eb/N0] = 6 dB = (4 “en unité naturelle")
M' = [SINR ]-1 F Itotal (Itotal+N)-1 δ-1 δ = 50% de silence
2

M' = (SINR )-1 F (1 – 1/r) δ-1


0
/suivant (1)/ F = 60 % 0 0.1 0.2 0.3 0.4 0.5 0.6 0.7 0.8 0.9 1
Nb_of_users/Capacity = M/Ccell
M' < ([SINR]target )-1 F (1 – 1/r) δ-1 /suivant (3’)/
Ccell ≈ (1250/9.6) × 0.6 × (1/4) × 2 = 39 utilisateurs pour la direction↑ (reverse)
M' < (SFeq [Eb/N0]target-1) F (1 – 1/r) δ-1 /suivant (3”)/ Capacité normalisée : (considérer 1 MHz au lieu de 1.25 ; et la transmission duplex)
M' < (SFeq) (F/[Eb/N0]target-1 ) (1 – 1/r) δ-1 /en réordonnant/ Ccell ≈ 39 /(1.25×2) ≈ 15 utilisateurs /cellule &/MHz
M' < (Wr / Rb) (F/[Eb/N0]target ) (1 – 1/r) δ
-1 -1 /suivant (4)/ ((pour mémoire … dans GSM une comptabilité donne
Pour I>>N, 1/r ≈ 0 (pour un rise noise très important) Ccell ≈ (1/2) (1/0.2)×8×(1/7) ~ 3 … mais ce ne sont que des estimations … ))
Pour un couple de porteuses UMTS (~ 2 × 4 MHz utile) …
Ccell = Max(M) ≈ Max(M') = (Wr / Ru).(F / [Eb/N0]thesh).δ –1. 120 utilisateurs … avec r = 3 dB 60 utilisateurs (chiffres plus réaliste)

2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 43 2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 44


(6/7) … Capacité cellulaire CDMA : 2e estimation (7/7) … Capacité cellulaire CDMA : 1e estimation

Capacity reduction factor


1 • Si le « noise rise » < 6 dB
0.9
… 25% en moins
• Calcul d’épicier … S/(I+N) ~ utile/inutile
0.8
• Si on fait intervenir … pas de raffinements (stochastiques)
reduction factor

0.7
<> la variabilité de la charge • Le résultat est valable pour le WCDMA (UMTS)
0.6 0 dB
0.5 dB (voix = processus on/off) dont la
0.5
1 dB
2 dB statistique dépend du nombre comme pour IS95.
4 dB
0.4

0.3
d’utilisateur • Hypothèse pessimiste … pas de suppression
<> l’erreur sur le PC d’interférence (ou de détection multi usager)
0.2
il faut introduire un autre facteur
0.1

0
correctif de • Hypothèse optimiste : PC (power control) parfait
10 20 40 80 100
M, number of active users
20 % ou 10 % en moins (cf. fig.) • Remarque : en 1998 un document Ericsson concluait à une
Valeur du facteur correctif (1+∆(cq) σY/mY)-1 capacité similaire entre GSM et IS95 (avec un petit
en fonction du nombre d’utilisateurs M avantage à GSM).
et différents σIPC (erreur de contrôle de puissance sur les signaux perturbateurs)

2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 45 2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 46

Références (sur la capacité)


[Gilhousen&alt.91] K.S Gilhousen, I.M.Jacobs, R. Padovani, A.J. Viterbi, L.A. Weaver Jr.,
C.E Wheatley III,"On the capacity of a cellular CDMA system", IEEE Transactions on
Vehicular Technology, Volume: 40 Issue: 2, May 1991, pp.303-312.
[Chebaro.95] T. Chebaro - “ Statistiques d'Interférences et Capacités dans les systèmes
radiomobiles cellulaires ”, Thèse ENST (95E013), soutenue le 2 juin 1995. Jury : A. J.
Viterbi, M. Marzong, J.L. Massey, Ph. Godlewski, G. Maziotto.

2005 P. Godlewski, Introduction au CDMA p. 47