Вы находитесь на странице: 1из 3

Caillot dans l’artère tibiale postérieure (vacularise la loge postérieure ) :

- Muscle privé d’O2  Réaction de nécrose du muscle  Troubles ioniques 


Augmentation du K+ et du H+

Physio : Equilibre ionique + Guihard avec les canaux


Volémie (reins…) + Equilibre acido basique

Histo : structure du muscle + Contraction (CICR ?)

Une personne arrive pour une douleur aigüe à la jambe droite. A l’examen clinique, la
jambe est pâle, froide au toucher, présence de fourmillements et est paralysée. Ces
signes sont évocateurs d’une ischéme des membres : Une obstruction de l’artère qui
irrigue les muscles.
Le fait de ne plus avoir de sang qui circule va entraîner une mort des cellules du muscles
qui vont alors relacher du K+ et du H+ dans le sang.

Exercice 1

Concernant la loge postérieure de la jambe : Muslces + Vascu + innervation


A) Quels muscles peuvent être impactés par cette obstruction ? (en gros,
lesquels sont vascularisés par cette artère, citer tous les muscles)
B) Est-ce que ces mouvements seront conservés si les muscles vascularisé
s sont atteints : supination du pied, Extension du pied, et flexion de la
jambe ?
C) Quelles sont les insertions du poplité ?
D) Quel est le rôle de la membrane interosseuse de la jambe ?
E) Le tendon du long flechisseur des orteils passe-t-il en avant ou en
arrière du muscle tibial postérieur ?

Corrigé exercice 1 :
A) Tous les muscles de la loge postérieure :
a. superficielle = poplitée, gastrocnémiens, soléaire, plantaire ;
b. profonde = tibiale postérieure, long fléchisseur des orteils, et long
fléchisseur de l’halux
B) Non, car les muscles qui les permettent sont des muscles de la loge
postérieure : (il faut partir des insertions des muscles, et imaginer le
mouvement : c’est alors plus facile de comprendre les mouvments (et
inversement)).
a. Supination : par le tibiale postérieur
b. Extension du pied : gastrocnémiens et le soléaire, long flechisseur des
orteils et de l’halux
c. Flexion de la jambe : poplité,
C) En proximal : fossette poplitée sous le condyle lateral du fémue, et endistal,
sur la face postérieure du tibia, au dessus de la ligne du soléaire.
D) Elle sépare les loges antérieures et postérieures de la jambe
E) Le Long fléchisseur des orteils s’insère sur le bord médial de la crête vertical
et sur la face postérieure du versant latéral du tibia. Il forme une arcade qui
laisse glisser en avant de lui le tibial postérieur. Tendon qui passe en arrière
du tibial postérieur (gouttière rétro-malléolaire médiale

2) Vrai ou faux ?
A) L’artère poplitée est l’élement le plus superficiel de la fosse poplitée .
B) L’artère tibiale postérieure passe en avant du muscle tibial postérieur et en arrière du
tendon du flong fléchisseur des orteils
C) L’artère tibiale postérieure passe en avant du nerf tibial.
D) Le nerf tibial accompagne le trajet de l’artère tibiale postérieure.
E) Le nerf fibulaire commun et le nerf tibial sont tous deux issus du nef sciatique.

2) A : Faux, c’est l’élement le plus profond de la fosse poplitée (les artères en géneral sont
profondes, contrairement aux veines qui, elles, sont plus superficielles).
B : Faux, L’artère tibiale postérieure (= artère de la loge postérieure), se place
en arrière du tibial postérieur et en arrière du tendon du long fléchisseur des orteils en
arrière de la gouttière rétro-malléolaire.
C) Vrai
D) Vrai, ils ont le meme trajet
E) Vrai, le nerf tibial reste en postérieur alors que le nerf fibulaire commun qui lui est
lateral se divise en fibulaire superficiel (antérieur) et fibulaire profond.

3) Concernant l’histologie musculaire :


A) Les cellules des muscles touchés sont des leiomyocites plurinuclées, faisant plus de
100 micromètres de diamètres, et au maximum 10 cm de longueur, et qui sont issus de
la fusion de plusieurs cellules.
B) Ces cellules musculaires présentent une double striation. Quelles sont les
différentes stries, et les protéines impliquées dans les stries ?
C) La molécule de myosine est un assemblage de 2 chaines lourdes, et de 4 chaines
légères.
D) Pendant la contraction, les filaments fins d’actine se retrouvent dans la bande H : ils
glissent alors vers les disque Z, ce qui entraine une réduction/disparition du disque H.
E) Quels sont les 6 étapes de la contraction ?

3)
A) Faux, ce sont des rhabdomyocytes, mais tout le reste est juste.
B) Disque A :
C) Vrai
D) Les filaments fins d'actine sont trouvés en dehors de la bande H : c'est le glissement
de ces filaments fins d'actine vers le centre du disque A, vers la strie M qui entraîne la
réduction ou la disparition du disque H → contraction → raccourcissement du
sarcomère
E) 1 ère : les têtes de myosine fixent molécule d'ATP
- 2 ème : entrée de calcium pour libérer les sites de fixation myosine sur actine
- 3 ème : contact actine myosine qui déclenche hydrolyse de l'ATP
- 4 ème : libération de phosphate libre
- 5 ème : l’ADP sera à nouveau libéré concomitant à un changement de conformation de
la tête de myosine
- 6 ème : qui va progressivement basculer et faire glisser : avancée de l'actine
vers le centre (strie M)

4)
A) Le sarcolemme du rhabdomyocyte est composé de 3 éléments. Lesquels ?
B) Pour la dépolarisation des rhabdomyocytes, la dépolarisation atteint les tubules
transverses, puis on a une entrée de calcium extra cellulaire. Est-ce que c’est ce calcium
qui entraîne la contraction ?
C) Le calcium libéré par le réticulum sarcoplasmique se fixe sur la sous unité de la
tropomyosine.
D) Les muscles striés de type I sont aérobie, rouges, possèdent de nombreuses
mitochondries. Ceci leur permet alors d’avoir une contraction rapide pour maintenir une
posture correcte.
E) La synapse est recouverte de myéline, et fonctionne grâce à la libération d’acétyl
choline.

4) A : La membrane plasmique, la lame basae (ne pénètre pas dans les tubules T), et le
réseau de réticuline (qui ne pénèrtre pas dans les invaginations)
B : Ce calcium permet juste d’activer les récepteurs à la ryonodine sensibles au calcium,
et ces canaux qui sont à la surface du réticulum sarcoplasmique vont permettre la
libération du Ca du réticulum.
C : Faux, il se fixe sur la troponine.
D : Faux, tout est vrai, mais leur contraction est lente. Ce sont cependant des muscles
posturaux.
E : Faux, pas de myéline à la synapse. Elle s’arrête juste avant la synapse. Mais c’est bien
l’acétylcholine qu’on a dans dans les jonctions neuromusclulaires