Вы находитесь на странице: 1из 28

Copyright

!  Copyright © 2017 Olivier Glück; all rights reserved


!  Ce support de cours est soumis aux droits d’auteur et n’est
donc pas dans le domaine public. Sa reproduction est
Partie 1 : Architecture et cependant autorisée à condition de respecter les conditions
communications Client/Serveur suivantes :
!  Si ce document est reproduit pour les besoins personnels du
reproducteur, toute forme de reproduction (totale ou partielle) est
autorisée à la condition de citer l’auteur.
!  Si ce document est reproduit dans le but d’être distribué à des tierces
Olivier GLÜCK personnes, il devra être reproduit dans son intégralité sans aucune
modification. Cette notice de copyright devra donc être présente. De
Université LYON 1/Département Informatique plus, il ne devra pas être vendu.
!  Cependant, dans le seul cas d’un enseignement gratuit, une
Olivier.Gluck@univ-lyon1.fr participation aux frais de reproduction pourra être demandée, mais elle
ne pourra être supérieure au prix du papier et de l’encre composant le
http://perso.univ-lyon1.fr/olivier.gluck document.
!  Toute reproduction sortant du cadre précisé ci-dessus est interdite
sans accord préalable écrit de l’auteur.
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 2

Remerciements Plan de la première partie

!  Certains transparents sont basés sur des !  Organisation pratique et contenu du module
supports de cours de : !  Bibliographie
Olivier Aubert (LYON 1)
! 
!  Quelques rappels : Internet et le modèle TCP/IP
!  Bénédicte Le Grand (UPMC)
!  Architecture Client/Serveur
!  Des figures sont issues des livres cités en
!  Communications inter-processus
bibliographie
!  Les sockets
!  Les appels de procédures distantes

Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 3 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 4

Les modules AppliSR et AdminSR


!  AppliSR : 18h + 4h de cours + 3h de travaux pratiques
AdminSR : 11h de cours + 31h TP (16h Admin. Unix + 15h
Organisation pratique et contenu ! 

Admin. Windows)
du module
!  Travaux pratiques :
!  Salles Réseaux : TPR1, TPR2, TPR3 (Linux/Windows 2000)
!  pas d’accès extérieur
!  possibilité de câblage
!  root sur les machines
!  AppliSR : un contrôle de fin de module (2 sessions)
!  AdminSR : plusieurs TPs notés + un petit contrôle (contrôle
continu donc pas de deuxième session)
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 6

1
Les modules AppliSR/AdminSR : objectifs Le module AppliSR : contenu (1)

!  Former des administrateurs systèmes et réseaux !  Modèle Client/Serveur et applications


!  " connaître le modèle Client/Serveur (90% des !  Architecture et communication de type Client/Serveur
applications de l’Internet)
!  " avoir des notions de conception d’applications !  Modèle Client/Serveur, middleware
Client/Serveur !  Conception d’une application Client/Serveur
!  " connaître les protocoles applicatifs de l’Internet et !  Les modes de communication entre processus
savoir mettre en place les services associés sous Linux
et sous Windows !  Les sockets TCP/IP

!  Dans Admin. Systèmes (SIR) : une partie !  Les serveurs multi-protocoles et multi-services
spécifiquement Windows !  Les appels de procédures distantes, l’exemple des
!  Jacques Delmas : 12h de cours et 18h de TPs RPC

Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 7 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 8

Le module AppliSR : contenu (2) Le module AdminSR : contenu


!  Applications Client/Serveur sur TCP/IP
!  Administration système et réseaux des technologies
!  Connexions à distance (telnet, rlogin, ssh, X11, …)
Windows NT (NT4, 2000, 2003 et XP) :
!  Transfert de fichiers et autres (FTP, TFTP, NFS, SMB)

!  Gestion d’utilisateurs distants (NIS)


!  Architecture en Domaines
!  Le courrier électronique (POP, IMAP, SMTP, WebMail)
!  Gestion des utilisateurs (Active Directory)
!  Les serveurs de noms (DNS) !  Profils errants, stratégie de groupe
!  Un annuaire fédérateur (LDAP) !  Système de fichiers et sécurité
!  Le web, protocole HTTP, serveur apache, caches Web !  Services réseaux
!  L’administration de réseaux et le protocole SNMP !  Scripts, base de registre
!  Les architectures pour le calcul et les communications !  Gestion des disques (partitions et raid)
distribuées (s’il reste du temps)
!  Sauvegardes et surveillance d'un parc, cluster
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 9 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 10

Bibliographie

!  « Réseaux », 4ième édition, Andrew Tanenbaum, Pearson


Education, ISBN 2-7440-7001-7
!  « La communication sous Unix », 2ième édition, Jean-Marie Quelques rappels : Internet et le
Rifflet, Ediscience international, ISBN 2-84074-106-7
!  « Analyse structurée des réseaux », 2ième édition, J. Kurose et
modèle TCP/IP
K. Ross, Pearson Education, ISBN 2-7440-7000-9
!  « TCP/IP Illustrated Volume 1, The Protocols », W. R. Stevens,
Addison Wesley, ISBN 0-201-63346-9
!  « TCP/IP, Architecture, protocoles, applications », 4ième
édition, D. Comer, Dunod, ISBN 2-10-008181-0
!  Internet…
!  http://www.w3.org/
!  http://www.rfc-editor.org/ (documents normatifs dans TCP/IP)

Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 11

2
Le visage de l'Internet (1) Le visage de l'Internet (2)
!  Un réseau de réseaux
!  Une construction à partir du « bas »
!  Un ensemble de logiciels et de protocoles !  réseau local (laboratoire, département)
!  Basé sur l’architecture TCP/IP !  réseau local (campus, entreprise)
!  Fonctionne en mode Client/Serveur !  réseau régional
!  Offre un ensemble de services (e-mail, transfert !  réseau national
de fichiers, connexion à distance, WWW, …) !  réseau mondial
!  Une somme « d’inventions » qui s’accumulent !  3 niveaux d’interconnexion
!  mécanismes réseau de base (TCP/IP) !  postes de travail (ordinateur, terminal...)
!  gestion des noms et des adresses !  liaisons physiques (câble, fibre, RTC...)
!  des outils et des protocoles spécialisés !  routeurs (équipement spécialisé, ordinateur...)
!  le langage HTML
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 13 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 14

Le visage de l'Internet (3) Le visage de l'Internet (4)


!  Un ensemble de sous-réseaux indépendants Point
(Autonomous System) et hétérogènes qui sont d'interconnexion

interconnectés (organisation hiérarchique)

Modèle Client/Serveur
Hétérogénéité
S'articule autour de Facteur d'échelle
plusieurs backbone

ISP aux US
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 15 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 16

L’architecture de TCP/IP (1) L’architecture de TCP/IP (2)


OSI
!  Une version simplifiée du modèle OSI
7 HTTP FTP TELNET SMTP DNS SNMP NFS ...
!  Application FTP, WWW, telnet, SMTP, … 6
5
!  Transport TCP, UDP (entre 2 processus aux extrémités) sockets Applications (processus utilisateur)
!  TCP : transfert fiable de données en mode connecté
Logiciel (système d'exploitation)
transpo
!  UDP : transfert non garanti de données en mode non TCP UDP
rt
connecté 4 protocoles de
protocoles de contrôle de l'Internet
3 transfert
!  Réseau IP (routage)
réseau IP ICMP ARP RARP BOOTP DHCP
!  Physique transmission entre 2 sites
TCP Transport Control Protocol Réseaux locaux
UDP User Datagram Protocol 2 SLIP PPP ATM FRelay Ethernet, Token Ring, ...
1
IP Internet Protocol Matériel

Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 17 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 18

3
L’architecture de TCP/IP (3) L’architecture de TCP/IP (4)
!  Deux machines sur un même sous réseau IP !  Prise en compte de l'hétérogénéité
Ordinateur A Ordinateur B Ordinateur A Ordinateur B
Protocole FTP Protocole FTP
Client FTP Serveur FTP Client FTP Serveur FTP
Réseau logique IP

Protocole TCP TCP - contrôle de bout en bout


TCP TCP TCP TCP
Linux Linux
kernel Datagrammes routeur De proche en kernel
Protocole IP IP proche
IP IP IP IP IP

trames trames
Protocole Ethernet
Pilote Pilote Pilote Ethernet Token Ring Pilote
NIC Ether Token NIC
Ethernet Sous-réseau de type
Ethernet Ethernet Token Ring
Ethernet sous-réseau de type sous-réseau de type
Ethernet Token Ring
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 19 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 20

L’architecture de TCP/IP (5) L’architecture de TCP/IP (6)


Couche réseau : communications entre machines Couche transport : communications entre applis
IP IP TCP TCP
IP IP IP IP TCP
IP IP IP
IP IP IP TCP IP
IP IP IP
IP IP
IP IP
IP IP
IP IP
datagramme IP IP Nœud d'extrémité
Nœud intermédiaire : routeur Flux TCP datagramme (end systems)
(matériel ou logiciel)
!  IP - protocole d'interconnexion, best-effort !  TCP - protocole de transport de bout en bout
!  acheminement de datagrammes (mode non connecté) !  uniquement présent aux extrémités
!  transport fiable de segments (mode connecté)
!  peu de fonctionnalités, pas de garanties
!  protocole complexe (retransmission, gestion des
!  simple mais robuste (défaillance d'un nœud intermédiaire) erreurs, séquencement, …)
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 21 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 22

L’architecture de TCP/IP (7) Identification des protocoles (1)

Serveur FTP HTTP FTP TELNET SMTP DNS SNMP BOOTP ...

en-tête données Numéro de port=21 port=25 port=161


applicatif utilisateur
port (dans port=80 port=23 port=53 port=67 ou 68
message l'en-tête TCP
TCP ou UDP) TCP UDP
en-tête
TCP données applicatives proto=6 proto=17
Identifiant de protocole
(dans l'en-tête IP)
segment
proto=1
IP ICMP IP ARP RARP
en-tête en-tête
IP TCP données applicatives type=0x800 type=0x835
EtherType (dans type=0x806
datagramme l'en-tête de la trame)
Pilote Ethernet ou
Ethernet SNAP
en-tête en-tête en-tête données applicatives en-queue
Ethernet IP TCP Ethernet
trame
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 23 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 24

4
Identification des protocoles (2) Identification des protocoles (3)

!  Une adresse de transport = une adresse IP + un


numéro de port (16 bits) -> adresse de socket
!  Une connexion s'établit entre une socket source et
une socket destinataire -> une connexion = un
quintuplé (proto, @src, port src, @dest, port dest)
!  Deux connexions peuvent aboutir à la même
socket
!  Les ports permettent un multiplexage ou
démultiplexage de connexions au niveau transport
!  Les ports inférieurs à 1024 sont appelés ports
réservés
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 25 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 26

Le protocole UDP Les utilisations d'UDP

!  UDP (RFC 768) - User Datagram Protocol !  Performance sans garantie de délivrance
!  protocole de transport le plus simple !  Souvent utilisé pour les applications multimédias
!  service de type best-effort (comme IP) !  tolérantes aux pertes
!  les datagrammes UDP peuvent être perdus
!  sensibles au débit
!  les datagrammes UDP peuvent arriver dans le désordre
!  Autres utilisations d'UDP
!  mode non connecté : chaque segment UDP est traité
indépendamment des autres !  applications qui envoient peu de données et qui ne
nécessitent pas un service fiable
!  Pourquoi un service non fiable sans connexion ? !  exemples : DNS, SNMP, BOOTP/DHCP
simple donc rapide (pas de délai de connexion, pas d'état
! 
entre émetteur/récepteur)
!  Transfert fiable sur UDP
!  ajouter des mécanismes de compensation de pertes
!  petit en-tête donc économie de bande passante
(reprise sur erreur) au niveau applicatif
!  sans contrôle de congestion donc UDP peut émettre aussi
rapidement qu'il le souhaite !  mécanismes adaptés à l'application
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 27 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 28

Le datagramme UDP Le protocole TCP


32 bits
!  Transport Control Protocol (RFC 793, 1122, 1323, 2018,
2581) Attention: les RFCs ne spécifient pas tout - beaucoup de
Port source Port destination choses dépendent de l'implémentation
8 octets
Longueur segment Checksum UDP !  Transport fiable en mode connecté
!  point à point, bidirectionnel : entre deux adresses de
transport (@IP src, port src) --> (@IP dest, port dest)
Données applicatives (message)
!  transporte un flot d'octets (ou flux)
!  l'application lit/écrit des octets dans un tampon

!  assure la délivrance des données en séquence


Taille totale du segment Total de contrôle du segment !  contrôle la validité des données reçues
(en-tête+données) (en-tête+données)
!  organise les reprises sur erreur ou sur temporisation
optionnel : peut être à 0
!  réalise le contrôle de flux et le contrôle de congestion
UDP = IP + multiplexage (adresse de transport) !! (à l'aide d'une fenêtre d'émission)
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 29 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 30

5
Exemples de protocole applicatif (1) Exemples de protocole applicatif (2)

!  HTTP - HyperText Transport Protocol !  SMTP - Simple Mail Transfer Protocol


!  protocole du web !  service d'envoi de courrier électronique

!  réception (POP, IMAP, IMAPS, …)


!  échange de requête/réponse entre un client et un
serveur web !  DNS - Domain Name System
!  assure la correspondance entre un nom symbolique
!  FTP - File Transfer Protocol
et une adresse Internet (adresse IP)
!  protocole de manipulation de fichiers distants
!  bases de données réparties sur le globe
!  transfert, suppression, création, …
!  SNMP - Simple Network Management Protocol
!  TELNET - TELetypewriter Network Protocol !  protocole d'administration de réseau (interrogation,

!  système de terminal virtuel configuration des équipements, …)


!  permet l'ouverture d'une session distante !  Les sockets - interface de programmation permettant
l'échange de données (via TCP ou UDP)
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 31 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 32

Les applications réseau (1)


!  Applications = la raison d'être des réseaux infos
!  Profusion d'applications depuis 30 ans grâce à
l'expansion d'Internet
années 1980/1990 : les applications "textuelles"
Architecture Client/Serveur
! 

!  messagerie électronique, accès à des terminaux

distants, transfert de fichiers, groupe de discussion


(forum, newsgroup), dialogue interactif en ligne
(chat), la navigation Web
!  plus récemment :
!  les applications multimédias : vidéo à la demande

(streaming), visioconférences, radio et téléphonie sur


Internet
!  la messagerie instantanée (ICQ, MSN Messenger)

!  les applications Peer-to-Peer (MP3, …)


Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 34

Les applications réseau (2) Terminologie des applications réseau

!  L'application est généralement répartie (ou !  Processus :


distribuée) sur plusieurs systèmes !  une entité communicante
!  Exemples : !  un programme qui s'exécute sur un hôte d'extrémité
!  L'application Web est constituée de deux logiciels !  Communications inter-processus locales :
communiquants : le navigateur client qui effectue une
!  communications entre des processus qui s'exécutent
requête pour disposer d'un document présent sur le
serveur Web sur un même hôte
!  L'application telnet : un terminal virtuel sur le client, un !  communications régies par le système d'exploitation
serveur telnet distant qui exécute les commandes (tubes UNIX, mémoire partagée, …)
!  La visioconférence : autant de clients que de !  Communications inter-processus distantes :
participants
!  les processus s'échangent des messages à travers le
!  --> Nécessité de disposer d'un protocole de réseau selon un protocole de la couche applications
communication applicatif ! !  nécessite une infrastructure de transport sous-jacente
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 35 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 36

6
Protocoles de la couche Applications Le modèle Client / Serveur
!  Le protocole applicatif définit : !  Idée : l'application est répartie sur différents
!  le format des messages échangés entre les processus sites pour optimiser le traitement, le stockage...
émetteur et récepteur
!  Le client
!  les types de messages : requête, réponse, …
!  effectue une demande de service auprès du serveur
!  l'ordre d'envoi des messages
(requête)
!  Exemples de protocoles applicatifs : !  initie le contact (parle en premier), ouvre la session
HTTP pour le Web, POP/IMAP/SMTP pour le courrier
! 
!  Le serveur
électronique, SNMP pour l'administration de réseau, …
!  est la partie de l'application qui offre un service
!  Ne pas confondre le protocole et l'application !
!  est à l'écoute des requêtes clientes
!  Application Web : un format de documents (HTML),
!  répond au service demandé par le client (réponse)
un navigateur Web, un serveur Web à qui on
demande un document, un protocole (HTTP)
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 37 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 38

Le modèle Client / Serveur Des clients et des serveurs...


Plusieurs clients, un serveur :
!  Le client et le serveur ne sont pas identiques, ils
forment un système coopératif Un client, un serveur :
Client Maître Client

!  les parties client et serveur de l'application peuvent


Client Serveur
s'exécuter sur des systèmes différents Esclave Esclave
Requête/Réponse
!  une même machine peut implanter les côtés client ET Le serveur traite plusieurs requêtes
serveur de l'application simultanées

!  un serveur peut répondre à plusieurs clients Un client, plusieurs serveurs :


simultanément
Client Serveur Serveur

Le serveur contacté peut faire appel à un


service sur un autre serveur (ex. SGBD)
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 39 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 40

Le modèle Client / Serveur Le modèle Client / Serveur


Client A
Applications
Application C/S modem
Transport
Processus Processus L'application est répartie sur Système autonome
Réseau
client Protocole applicatif serveur le client et le serveur qui Liaison
Système Système dialoguent selon un protocole Physique
(OS) (OS) applicatif spécifique
Matériel Réseau Matériel Applications
Transport
Partie cliente de requête Réseau
réponse
Le Web l'application Liaison
Serveur Applications Physique
Navigateur
HTTP Apache Transport
Réseau
L'exemple du Web Windows Linux
Liaison
Serveur
Modem Physique
Client B
Internet Ethernet Partie serveur de
ADSL
l'application
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 41 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 42

7
Exemple d'application client/serveur Exemple d'application client/serveur

!  Le client lit une ligne à partir de l'entrée standard !  DAYTIME (RFC 867) permet au client d'obtenir la
(clavier) et l'envoie au serveur date et l'heure du serveur
!  Le serveur lit la ligne reçue et la convertit en !  Le protocole spécifie
majuscules !  l'échange des messages :
!  dès qu'un serveur reçoit un message d'un client, il
!  Le serveur renvoie la ligne au client renvoie une chaîne de caractères contenant la date et
!  Le client lit la ligne reçue et l'affiche sur la sortie l'heure
!  le contenu du message client n'est même pas regardé
standard (écran)
!  le format de la chaîne renvoyée : 1 ligne ASCII
!  Par exemple "Weekday, Month Day, Year Time-Zone "

"Tuesday, February 22, 1982 17:37:43-PST "

Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 43 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 44

Interface de programmation réseau Interface de programmation réseau

!  Il faut une interface entre l'application réseau et


la couche transport
!  le transport n'est qu'un tuyau (TCP ou UDP dans Application C/S
Du ressort du
Internet) Processus Processus
développeur de
l'application client Protocole applicatif serveur
!  l'API (Application Programming Interface) n'est que le Interface d'accès
socket socket
moyen d'y accéder (interface de programmation) au transport

!  Les principales APIs de l'Internet Du ressort du TCP/IP TCP/IP


système
!  les sockets d'exploitation Matériel Matériel
Internet
!  apparus dans UNIX BSD 4.2

!  devenus le standard de fait Une socket : interface locale à l'hôte, créée par l'application, contrôlée par l'OS
!  les RPC : Remote Procedure Call - appel de Porte de communication entre le processus client et le processus serveur
procédures distantes
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 45 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 46

Application C/S - récapitulatif Le Middleware

!  Une application Client/Serveur, c'est !  Grossièrement : la gestion du protocole applicatif


!  une partie cliente qui exécute des requêtes vers un +l'API d'accès à la couche transport+des services
serveur
complémentaires
!  une partie serveur qui traite les requêtes clientes et
y répond !  C'est un ensemble de services logiciels construits
!  un protocole applicatif qui définit les échanges au dessus d'un protocole de transport afin de
entre un client et un serveur permettre l'échange de requête/réponse entre le
!  un accès via une API (interface de programmation) client et le serveur de manière transparente
à la couche de transport des messages
!  Bien souvent les parties cliente et serveur ne Client Serveur
sont pas écrites par les mêmes programmeurs Middleware
(Navigateur Netscape/Serveur apache) --> rôle
Réseau
important des RFCs qui spécifient le protocole !
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 47 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 48

8
Le Middleware Fonctions d’un Middleware

!  Complément de services du réseau permettant la !  Procédures d’établissement/fermeture de connexion


réalisation du dialogue client/serveur : !  Exécution des requêtes, récupération des résultats
!  prend en compte les requêtes de l’application cliente !  Initiation des processus sur différents sites
!  les transmet de manière transparente à travers le !  Services de répertoire
réseau jusqu’au serveur
!  Accès aux données à distance
!  prend en compte les données résultat du serveur et
les transmet vers l’application cliente !  Gestion d'accès concurrents
!  L’objectif essentiel du middleware est d’offrir !  Sécurité et intégrité (authentification, cryptage, …)
aux applications une interface unifiée permettant !  Monitoring (compteurs, …)
l’accès à l’ensemble des services disponibles sur !  Terminaison de processus
le réseau : l’API !  Mise en cache des résultats, des requêtes
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 49 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 50

Architecture of a Grid
Conception d'une application C/S
Portals

Portals that are Web Services based, shell scripts,


specialized (e.g. high end vis workstations, PDAs) ...

Encapsulation as Web Services, as Script Based Services, as Java Based Services

Visualization !  Comment découper une application informatique


Advanced
Services

en clients et serveurs ?
Workflow Data replication and --------

Resource management Authorization metadata management Data analysis Applications


-------- --------
brokering -------- --------
Grid MPI Data integration
Une application informatique est représentée
Fault Accounting -------- --------
management CORBA, DCOM, … Collaboration tools ! 
Grid Services Application Services
selon un modèle en trois couches :
Encapsulation as Web Services, as Script Based Services, as Java Based Services
!  la couche présentation (interface Homme/Machine) :
Basic Grid

!  gestion de l’affichage…
Resource Uniform
Services

Resource Uniform Data Monitoring and Identity


Scheduling Computing Authentication
Discovery Access Events Credentials
Access

Grid Communication Functions (transport services, security services)


!  la couche traitements (ou logique) qui assure la
Operational Support

fonctionnalité intrinsèque de l’application (algorithme)


Communications
space-based networks optical networks Internet ... !  la couche données qui assure la gestion des données
Resource access Resource access Resource access Resource access Resource access de l'application (stockage et accès)
Distributed

and functionality and functionality and functionality and functionality and functionality
Resources

supercomputer

scientific clusters Condor pools tertiary storage


instruments
facilities
national

of
workstations

Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 51 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 52
job initiation, event generators, GridFTP servers

Conception d'une application C/S Conception d'une application C/S


!  Exemples de découpage Client/Serveur : !  Autres exemples
!  le module de gestion des données peut être hébergé
par un serveur distant (SGBD, serveur web)
BD distribuée Serveur de fichiers Émulation de terminaux
!  le module de gestion de l’affichage peut également
être géré par un serveur distant (un terminal X par Présentation Présentation Présentation

exemple) Logique Logique

Données Logique
Présentation Données
telnetd
Données
Applets, JavaScript, … Logique Données
Logique

Le web X Window Présentation Données

Logique PHP, CGI, Servlets, …

Données Présentation

Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 53 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 54

9
Conception d'une application C/S Conception d'une application C/S

!  Modèle de Gartner pour les systèmes à 2 niveaux !  Modèle de Gartner pour les systèmes à 3 niveaux
(2-tiers) : (3-tiers) :
Client Présentation Présentation Présentation Présentation
Présentation Présentation Présentation Présentation Présentation
Client Logique Logique
Logique Logique Logique
Données
Données

Présentation
Serveur de milieu Logique Logique Logique Logique
Logique Logique Logique
Données
Serveur Données Données Données Données Données

Logique Logique
BD Données Transactions Présentations Présentations
réparties distantes réparties distantes réparties
Classe 1 Classe 2 Classe 3 Classe 4 Classe 5 Serveur Données Données Données Données

Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 55 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 56

Les modes de communication Les modes de communication


!  Communication en mode connecté
!  Communication en mode non connecté
Client Réseau Serveur

Client Réseau Serveur message de connexion prise en compte de


demande de
la connexion
message requête connexion
envoi d'une requête prise en compte de
la requête Création d’un contexte

réveil du serveur Emission de requêtes Exécution des


Réception de résultats requêtes
réception du résultat Synchronisation
exécution requête
message réponse
poursuite du traitement message de déconnexion
prise en compte de
demande de
la déconnexion
déconnexion
Libération du contexte
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 57 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 58

Serveur itératif ou concurrent Service avec ou sans état(s)


!  Serveur itératif
!  Service avec états
!  traite séquentiellement les requêtes
!  le serveur conserve localement un état pour chacun
!  adapté aux requêtes qui peuvent s'exécuter rapidement des clients connectés : informations sur le client, les
!  souvent utilisé en mode non connecté (recherche de la requêtes précédentes, …
performance) !  Service sans état
!  le serveur ne conserve aucune information sur
!  Serveur concurrent l'enchaînement des requêtes...
!  le serveur accepte les requêtes puis les "délègue" à un !  Incidence sur les performances et la tolérance
processus fils (traitement de plusieurs clients) aux pannes dans le cas où un client fait plusieurs
!  adapté aux requêtes qui demandent un certain requêtes successives
traitement (le coût du traitement est suffisamment !  performance --> service sans état
important pour que la création du processus fils ne soit !  tolérance aux pannes --> service avec états
pas pénalisante) !  Exemple : accès à un fichier distant
!  souvent utilisé en mode connecté !  RFS avec états, NFS sans état (pointeur de fichier…)
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 59 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 60

10
Clusters

Les communications inter-processus

Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 62

Cluster Architecture Modèle de fonctionnement

Parallel Applications Application


Parallel Applications
Parallel Applications
Sequential Applications
Sequential Applications Middleware (MPI, VIA, ...)
Sequential Applications Parallel Programming Environment
Interface Socket
Cluster Middleware Bibliothèque spécifique
(Bibliothèque standard)
(Single System Image and Availability Infrastructure)

PC/Workstation PC/Workstation PC/Workstation PC/Workstation


Noyau UDP TCP Initialisation
IP OS-Bypass
Communications Communications Communications Communications
Software Software Software Software Ethernet Pilote spécifique
Network Interface Network Interface Network Interface Network Interface
Hardware Hardware Hardware Hardware
Carte réseau Firmware
Cluster Interconnection Network/Switch

Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 63 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 64

Les schémas de communication Communication par mémoire partagée

!  Dès lors qu'une application est répartie, elle se !  Les processus se partagent une zone de
décompose en plusieurs processus qui doivent mémoire commune dans laquelle ils peuvent lire
communiquer (échanges de données) et/ou écrire
Zone de mémoire partagée
!  Deux grands types de schéma de communication write() entre P1 et P2 read()
!  communication par mémoire partagée (ou fichier) P1 P2
read() write()
communication par passage de messages
Intérêt : communications transparentes,
! 
! 
!  On retrouve ces deux schémas de communication limitation des copies mémoire
!  dans des communications locales : entre processus !  Problème : gestion de l'accès à une ressource
s'exécutant sur le même hôte
partagée
!  problème si deux écritures simultanées (ordre
!  dans des communications distantes : entre d’ordonnancement, atomicité des opérations)
processus s'exécutant sur des hôtes distants !  les processus P1 et P2 doivent se synchroniser pour
accéder au tampon partagé (verrou, sémaphore, …)
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 65 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 66

11
Communication par mémoire partagée Les tubes de communication (pipes)

!  Communications locales !  Communications locales type mémoire partagée


!  les deux processus s'exécutent sur la même machine !  le canal de communication est unidirectionnel (pas de
donc peuvent se partager une partie de leur espace problème de synchronisation)
d'adressage !  communications entre 2 processus uniquement : l'un
!  exemple : les threads s'exécutent dans le contexte écrit dans le tube, l'autre lit
d'un même processus !  Exemple : sh$ ls -l | wc -l
!  Communications distantes Création du tube et des processus fils
!  la mémoire partagée est physiquement répartie
fork(); sh fork();
!  le gestionnaire de mémoire virtuelle permet de exec(); exec();
regrouper les différents morceaux selon un seul
espace d'adressage write() read()
!  problème de cohérence mémoire... ls -l wc -l
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 67 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 68

Communication par passage de msg Communication par passage de msg


!  Les processus n'ont pas accès à des "variables" !  Il faut éviter les écritures concurrentes : write

communes write P2
read/write read/write
!  Ils communiquent en s'échangeant des messages P1 P2 P1
!  au moins deux primitives : send() et recv() read P3
!  des zones de mémoire locales à chaque processus read
permettent l'envoi et la réception des messages !  Pour se ramener à des communications point-à-
!  l'émetteur/récepteur doit pouvoir désigner le récepteur/ point
émetteur distant !  --> dissocier le tampon d'émission et de réception
--> avoir autant de tampons de réception que
Problèmes
! 
!  d'émetteurs potentiels
!  zones d'émission et réception distinctes ? !  --> il ne reste plus alors au protocole qu'à s'assurer
!  nombre d'émetteurs/récepteurs dans une zone ? que deux émissions successives (d'un même émetteur)
n'écrasent pas des données non encore lues (contrôle
!  opérations bloquantes/non bloquantes ? de flux)
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 69 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 70

Opérations bloquantes/non bloquantes Opérations bloquantes/non bloquantes

!  Quand un appel à une primitive send() ou recv() !  Plusieurs sémantiques en émission :


doit-il se terminer ? !  send() peut rendre la main
!  aussitôt (send() non bloquant)
!  Plusieurs sémantiques en réception :
!  quand les données ont été recopiées dans le
!  recv() peut rendre la main tampon d'émission local (les données peuvent être
!  aussitôt (recv() non bloquant) modifiées au niveau de l'application)
!  quand les données ont été reçues et recopiées !  quand les données ont été recopiées dans le

depuis le tampon de réception local (le tampon de tampon de réception distant (le tampon d'émission
réception est de nouveau libre) local est de nouveau libre)
!  quand le destinataire a consommé les données (le

tampon de réception est de nouveau libre)

Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 71 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 72

12
Opérations bloquantes Opérations non bloquantes

!  Le processus se bloque jusqu'à ce que !  Intérêt :


l’opération se termine : !  le processus peut faire autre chose en attendant que
les données soient émises ou reçues
Application Middleware
!  Le processus a tout de même besoin d'être
read() Appel système
informé de la complétion de l'opération (lecture
- Attente de l'arrivée des ou écriture)
données
- Recopie dans le tampon de !  Deux possibilités :
l'application !  attente active : appels réguliers à la primitive jusqu'à
Retour complétion
!  attente passive : le système informe le processus par
un moyen quelconque de la complétion de l'opération
(signaux par exemple)
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 73 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 74

Communication par signaux Opérations non bloquantes


!  Mécanisme de communications locales inter-
processus (ou depuis le noyau vers un processus)
permettant de notifier un événement Application Middleware
Appel système
!  Principe : interruption logicielle quand l'événement read()
WOULDBLOCK Attente des
se produit read()
Appel système
données

!  Le processus WOULDBLOCK
Appel système
!  indique les signaux qu'il souhaite capter (provoquant read()
son interruption) Recopie
Retour
!  met en place un handler (fonction particulière) qui sera
exécuté quand l'événement se produira
Attente active
!  Exemple : arrivée de données urgentes sur une
socket
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 75 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 76

Opérations non bloquantes Emission bloquante

Application Middleware
Application
Données
signal() Activer SIGIO
Retour
Copie
Attente des
données

handler() Signal SIGIO Appel système


read()
Appel système
sk_buff
Recopie Noyau
Retour Interruption

Attente passive
Carte réseau
Envoi Retransmission

Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 77 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 78

13
Emission non-bloquante Réception bloquante

Application
Données Application
Tampon Données
Copie

Appel système
MPI Soumission Notification
Noyau sk_buff
Noyau
Interruption

Carte réseau
Carte réseau
Envoi Retransmission Début du message Fin

Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 79 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 80

Réception non-bloquante Désignation du destinataire/émetteur

!  Pour faire du passage de messages, il est


Application
Tampon Données nécessaire de désigner l'autre extrémité de la
communication
!  Désignation explicite
MPI Soumission Attente Notification !  du ou des processus destinataire(s)/émetteurs
!  Désignation implicite
Noyau !  recevoir un message de n'importe qui
!  émettre un message à n'importe qui (diffusion)
Carte réseau !  une phase d'établissement de connexion désigne les
Message deux entités communicantes

Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 81 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 82

Les sockets - adressage

!  Deux processus communiquent en émettant et


recevant des données via les sockets
!  Les sockets sont des portes d'entrées/sorties
Les sockets vers le réseau (la couche transport)
!  Une socket est identifiée par une adresse de
transport qui permet d'identifier les processus de
l'application concernée
!  Une adresse de transport = un numéro de port
(identifie l'application) + une adresse IP
(identifie le serveur ou l'hôte dans le réseau)

Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 84

14
Les sockets - adressage Les sockets en pratique
!  Le serveur doit utiliser un numéro de port fixe vers !  Une socket est un fichier virtuel avec les opérations
lequel les requêtes clientes sont dirigées d'ouverture, fermeture, écriture, lecture, …
!  Les ports inférieurs à 1024 sont réservés : !  Ces opérations sont des appels système
!  "well-known ports"
!  ils permettent d'identifier les serveurs d'applications !  Il existe différents types de socket associés aux
connues différents services de transport :
!  ils sont attribués par l'IANA !  stream sockets (connection-oriented) - SOCK_STREAM
!  Les clients n'ont pas besoin d'utiliser des well- !  utilise TCP qui fournit un service de transport d'octets
known ports fiable, dans l'ordre, entre le client et le serveur
!  ils utilisent un port quelconque entre 1024 et 65535 à
condition que le triplet <transport/@IP/port> soit unique !  datagram sockets (connectionless) - SOCK_DGRAM
!  ils communiquent leur numéro de port au serveur lors de !  utilise UDP (transport non fiable de datagrammes)

la requête (à l'établissement de la connexion TCP ou !  raw sockets - SOCK_RAW


dans les datagrammes UDP)
!  utilise directement IP ou ICMP (ex. ping)
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 85 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 86

Les sockets en pratique Rappel - une connexion TCP

!  Une connexion = (proto, @IP_src, port_src, @IP_dest, port_dest)


Un descripteur de socket (sock_id) n'est qu'un point
d'entrée vers le noyau Port 5004
@IP client
L'appli écrit Client
TCP send buffer
Processus client ou serveur sock_id=2 IP
Segment TCP
Appel système L'appli lit TCP recv buffer dans un data-
Bibliothèque socket (API) write read
gramme IP
Couche socket du noyau socket buffers Contrôle de flux : l'émetteur ne
sature pas le tampon de réception
TCP UDP ... du récepteur
émission/réception d'un segment
TCP, datagramme UDP...
L'appli écrit Flux TCP
- la bibliothèque socket est liée à l'application TCP send buffer
- la couche socket du noyau réalise l'adaptation au protocole de IP
transport utilisé L'appli lit TCP recv buffer
Serveur @IP serveur
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 87 PortGlück
Olivier 80 - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 88

En mode connecté... En mode connecté...


!  Pour que le client puisse contacter le serveur socket()
!  le processus serveur doit déjà tourner Création du Attachement d'un numéro
!  le serveur doit avoir créé au préalable une socket pour descripteur local socket() bind() de port à la socket
recevoir les demandes de connexion des clients Demande Demande de
Le serveur autorise NMAX
!  Le client contacte le serveur d'ouverture de connect() connexion listen() connexions (le service est
connexion
!  en créant une socket locale au client ouvert !)
!  en spécifiant une adresse IP et un numéro de port Le serveur accepte (ou
accept()
pour joindre le processus serveur Connexion ouverte attend) une connexion
pendante et crée une
!  Le client demande alors l'établissement d'une nouvelle socket dédiée au
connexion avec le serveur write() read() client
Requête
!  Si le serveur accepte la demande de connexion Traitement de la requête
!  il crée une nouvelle socket permettant le dialogue
avec ce client read() Réponse write()
!  permet au serveur de dialoguer avec plusieurs clients
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 89 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 90

15
En mode connecté... En mode connecté...
Paramètres en entrée Paramètres en sortie Au retour
d'accept()
socket() type, domaine, protocole sock_id
File des connexions
Processus en attente
bind() sock_id, port client (pendantes) id=xxx id=xxx1 id=xxx2
sock_id=xxx

listen() sock_id, NMAX


TCP Créé par TCP
socket buffers listen()
connect() sock_id, @sock_dest
client1
client2
port=yyy port=80
sock_id @sock_src, client_sock_id
accept() IP IP

client_sock_id, @recv_buf, lg read_lg


read()

client_sock_id, @send_buf, lg write_lg Internet


write()
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 91 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 92

En mode connecté... En mode non connecté...


!  Attention : les émissions/réceptions ne sont pas !  Pour que le client puisse contacter le serveur
synchrones
!  il doit connaître l'adresse de la socket du serveur
!  read(m) : lecture d'au plus m caractères
!  write(m) : écriture de m caractères !  le serveur doit avoir créé la socket de réception
!  Le client envoie sa requête en précisant, lors de
chaque envoi, l'adresse de la socket destinataire
N écritures write(m) read(m) N lectures
!  Le datagramme envoyé par le client contient
l'adresse de la socket émettrice (port, @IP)
write(m) m m m m m !  Le serveur traite la requête et répond au client
Côté émission
en utilisant l'adresse de la socket émettrice de la
Côté réception
r1 r2 r3 r4 ... rN requête
r1+r2+r3+r4+…+rN <= N*m
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 93 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 94

En mode non connecté... En mode non connecté...


Paramètres en entrée Paramètres en sortie
socket()
Création du socket() type, domaine, protocole sock_id
Attachement d'un numéro
descripteur local socket() bind() de port à la socket
bind() sock_id, port
Le serveur est en
recv_from() attente d'une sock_id, @recv_buf, lg read_lg, @sock_src
recv_from()
requête cliente
sock_id, @sock_dest,
send_to() write_lg
Envoi de la @send_buf, lg
send_to() Traitement de la
requête requête
Requête
Rappel en mode connecté :
Attente de la Le serveur envoie la
recv_from() Réponse send_to() client_sock_id, @recv_buf, lg read_lg
réponse réponse read()

client_sock_id, @send_buf, lg write_lg


write()
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 95 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 96

16
En mode non connecté... Serveur itératif en mode connecté

socket()
Processus Le processus serveur :
Processus Processus bind() serveur - attend une connexion cliente
client serveur
sock_id=xxx sock_id=zzz - lit la requête
listen() - traite la requête
UDP UDP - envoie la réponse
socket buffers socket buffers
accept() - ferme la connexion cliente

port=yyy port=53 read()
IP IP Traitement de la requête cliente
write()

Internet close()

Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 97 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 98

Serveur concurrent en mode connecté Opérations bloquantes/non bloquantes


socket() Le processus serveur :
- attend une connexion cliente !  Par défaut, les primitives connect(),
bind() Processus - crée un processus fils ou thread accept(), send_to(), recv_from(),
serveur pour traiter le dialogue avec ce
client et exécuter sa requête read(), write() sont bloquantes
listen() …
!  recv() sur un tampon vide attendra l'arrivée des
données pour rendre la main
accept() !  send() sur un tampon plein attendra que les
création
thread dédié thread 1 thread 2 données quitte le tampon pour rendre la main
read() read() !  accept() ne rend la main qu'une fois une connexion
Traitement de la Traitement de la établie (bloque si pas de connexions pendantes)
requête cliente requête cliente !  connect() ne rend la main qu'une fois la connexion
write() write() cliente établie (sauf si pas entre listen() et
close() close() accept())
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 99 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 100

Opérations bloquantes/non bloquantes Opérations bloquantes/non bloquantes


!  Il est possible de paramètrer la socket lors de sa !  Comportement vis à vis de l'acceptation des
création pour rendre les opérations non bloquantes connexions en mode non bloquant
!  Comportement d'une émission non bloquante !  s'il n'y a pas de connexion pendante, retourne -1 ...
!  tout ce qui peut être écrit dans le tampon l'est, les (l'application doit réessayer plus tard)
caractères restants sont abandonnés (la primitive !  Comportement vis à vis des demandes de
retourne le nombre de caractères écrits)
connexions en mode non bloquant
!  si aucun caractère ne peut être écrit (tampon plein),
!  la primitive connect() retourne immédiatement
retourne -1 avec errno=EWOULDBLOCK (l'application
mais la demande de connexion n'est pas abandonnée
doit réessayer plus tard)
au niveau TCP...
!  Comportement d'une lecture non bloquante
!  s'il n'y a rien à lire dans la socket, retourne -1 ...
(l'application doit réessayer plus tard)
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 101 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 102

17
Paramétrage des sockets Les serveurs multi-protocoles
!  Les sockets sont paramétrables !  Un serveur qui offre le même service en mode
!  fonctions setsockopt() et getsockopt() connecté et non connecté
!  options booléennes et non booléennes !  exemple : DAYTIME (RFC 867) port 13 sur UDP et sur
TCP qui permet de lire la date et l'heure sur le serveur
!  Exemples d'options booléennes !  13/TCP : la demande de connexion du client
!  diffusion (dgram uniquement ; remplace l'@IP déclenche la réponse (à une requête donc implicite) :
destinataire par l'@ de diffusion de l'interface) le client n’émet aucune requête
!  keepalive : teste régulièrement la connexion (stream) !  13/UDP : la version UDP de DAYTIME requiert une
requête du client : cette requête consiste en un
!  tcpnodelay : force l'envoi des segments au fur et à datagramme arbitraire qui n‘est pas lu par le serveur
mesure des écritures dans le tampon mais qui déclenche l’émission de la donnée côté
!  Exemples d'options non booléennes serveur
!  taille du tampon d'émission, taille du tampon de !  Le serveur écoute sur 2 sockets distinctes pour
réception, type de la socket rendre le même service
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 103 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 104

Les serveurs multi-protocoles Les serveurs multi-protocoles

!  Pourquoi un serveur multi-protocoles ? !  En mode itératif


certains systèmes ferment tout accès à UDP pour des !  le serveur ouvre la socket UDP et la socket TCP puis
! 
boucle sur des appels non bloquants à accept() et
raisons de sécurité (pare-feu) recv_from() sur chacune des sockets
!  non duplication des ressources associées au service !  si une requête TCP arrive
(corps du serveur) !  le serveur utilise accept() provoquant la création
d’une nouvelle socket servant la communication avec
!  Fonctionnement le client
!  un seul processus utilisant des opérations non !  lorsque la communication avec le client est terminée,

bloquantes de manière à gérer les communications à le serveur ferme la socket "cliente" et réitère son
la fois en mode connecté et en mode non-connecté attente sur les deux sockets initiales
!  si une requête UDP arrive
!  deux implémentations possibles : en mode itératif et
!  le serveur reçoit et émet des messages avec le client
en mode concurrent !  lorsque les échanges sont terminés, le serveur réitère
son attente sur les deux sockets initiales
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 105 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 106

Les serveurs multi-protocoles Les serveurs multi-services

!  En mode concurrent !  Un serveur qui répond à plusieurs services (une


!  un automate gère l'arrivée des requêtes (primitives socket par service)
non bloquantes) !  Pourquoi un serveur multi-services ?
!  création d’un nouveau processus fils pour toute !  problème lié à la multiplication des serveurs : le
nouvelle connexion TCP nombre de processus nécessaires et les ressources
!  traitement de manière itérative des requêtes UDP consommées qui y sont associées
!  elles sont traitées en priorité
!  Avantages
!  pendant ce temps, les demandes de connexion
!  le code réalisant les services n’est présent que
sont mises en attente lorsqu’il est nécessaire
!  la maintenance se fait sur la base du service et non
du serveur : l’administrateur peut facilement activer
ou désactiver un service
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 107 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 108

18
Les serveurs multi-services Les serveurs multi-services
fork()
!  Fonctionnement : lancement d'un programme serveur processus
différent selon la requête entrante fils
processus
le serveur ouvre une socket par service offert, attend fork()
!  fils
une connexion entrante sur l’ensemble des sockets exec()
exec()
ouvertes
code
!  lorsqu’une demande de connexion arrive, le serveur dédié code
dédié
crée un processus fils qui prend en compte la
connexion
!  le processus fils exécute (via exec() sur système
UNIX) un programme dédié réalisant le service sockets : une
demandé par service sockets : une par connexion

Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 109 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 110

Les processus démons Le démon inetd


!  Un "super serveur"
!  L'invocation d'un service Internet standard (FTP, !  un processus multi-services multi-protocoles
TELNET, RLOGIN, SSH, …) nécessite la présence !  un serveur unique qui reçoit les requêtes
côté serveur d'un processus serveur !  activation des services à la demande
!  qui tourne en permanence !  permet d'éviter d'avoir un processus par service, en
!  qui est en attente des requêtes clientes attente de requêtes
!  On parle de démon !  une interface de configuration (fichier inetd.conf)
permettant à l’administrateur système d’ajouter ou
!  A priori, il faudrait un démon par service retirer de nouveaux services sans lancer ou arrêter un
nouveau processus
!  Problème : multiplication des services -->
multiplication du nombre de démons !  Le processus inetd attend les requêtes à l'aide
de la primitive select() et crée un nouveau
!  Sous UNIX, un super-démon : inetd processus pour chaque service demandé (excepté
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 111
certains services
Olivier Glück - © 2017
UDP qu'il traite lui-même)
M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 112

Le fichier /etc/inetd.conf La scrutation de plusieurs sockets


!  Scrutation : mécanisme permettant l'attente d'un
événement (lecture, connexion, …) sur plusieurs
# Internet services syntax :
# <service_name> <socket_type> <proto> <flags> <user> <server_pathname> <args>
points de communication
# wait : pour un service donné, un seul serveur peut exister à un instant donné !  nécessaire dans le cas des serveurs multi-services ou
# donc le serveur traite l'ensemble des requêtes à ce service multi-protocoles
# stream --> nowait : un serveur par connexion !  Problème lié aux caractères bloquants des
ftp stream tcp nowait root /etc/ftpd ftpd -l
tftp dgram udp wait root /etc/tftpd tftpd primitives
shell stream tcp nowait root /etc/rshd rshd !  exemple : une attente de connexion (accept) sur une
pop3 stream tcp nowait root /usr/local/lib/popper popper -s -d -t /var/log/poplog des sockets empêche l'acceptation sur les autres…
# internal services :
# => service réalisé par inetd directement !  Première solution
time stream tcp nowait root internal !  rendre les primitives non bloquantes à l'ouverture de la
time dgram udp nowait root internal socket
!  inconvénient : attente active (dans une boucle)
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 113 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 114

19
La scrutation de plusieurs sockets La scrutation de plusieurs sockets
!  Deuxième solution
!  créer un fils par socket pour la scrutation d'un service !  La primitive select() rend la main quand une
!  inconvénient : lourd, gaspillage de ressources de ces conditions se réalise :
!  mais avantage conservé d'activation à la demande
!  l'un des événements attendus sur un descripteur de
!  Troisième solution : la primitive select()
l'un des ensembles se réalise : les descripteurs sur
!  permet de réaliser un multiplexage d'opérations
bloquantes (scrutation) sur des ensembles de lesquels l'opération est possible sont dans un
descripteurs passés en argument : paramètre de sortie
!  descripteurs sur lesquels réaliser une lecture

!  descripteurs sur lesquels réaliser une écriture


!  le temps d'attente maximum s'est écoulé
!  descripteurs sur lesquels réaliser un test de condition !  le processus a capté un signal (provoque la sortie de
exceptionnelle (arrivée d'un caractère urgent)
select())
!  un argument permet de fixer un temps maximal
d'attente avant que l'une des opérations souhaitées ne
soit possible
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 115 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 116

Exemple d’une requête HTTP Exemple d’une requête HTTP

Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 117 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 118

Deux approches de conception


!  Un concepteur d’application distribuée peut
procéder selon deux approches :
!  conception orientée communication :
!  définition du protocole d’application (format et syntaxe
Les appels de procédures distantes des messages) inter-opérant entre le client et le serveur
!  conception des composants serveur et client, en

spécifiant comment ils réagissent aux messages


entrants et génèrent les messages sortants
!  conception orientée application :
!  construction d’une application conventionnelle, dans un

environnement mono-machine
!  subdivision de l’application en plusieurs modules qui

pourront s’exécuter sur différentes machines


Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 120

20
Principe général Principe général
!  Souvent, quand un client envoie une requête (des !  L'objectif des RPC est de faire en sorte qu'un
paramètres), il est bloqué jusqu'à la réception appel distant ressemble le plus possible à un
d'une réponse appel local
!  Analogie avec un appel de fonction !  Le processus client (l'appelant) est lié à une
!  la fonction ou procédure ne rend la main au programme petite procédure de bibliothèque, appelée stub
appelant qu'une fois le traitement (calcul) terminé
client, qui représente la procédure du serveur
!  RPC - Remote Procedure Call dans l'espace d'adressage du client
permettre à un processus de faire exécuter une fonction
! 
par un autre processus se trouvant sur une machine !  Le processus serveur (l'exécutant) est lié à un
distante stub serveur qui représente l'exécution du client
!  se traduit par l'envoi d'un message contenant
!  Dissimule le fait que l'appel de la procédure n'est
l'identification de la fonction et les paramètres
!  une fois le traitement terminé, un message retourne le
pas local : le programmeur de l'application utilise
résultat de la fonction à l'appelant un appel de procédure "normal" !
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 121 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 122

Le modèle RPC Le modèle RPC


Programme Procédure A Procédure B
principal (serveur) (serveur)

Client Serveur
Procédure
Application
RPC

Appel Retour Retour Exécuter


1 Procédure stub client Procédure 14 8 Procédure stub serveur Procédure 7
procA() procB()
2 Assemblage Désassemblage 13 9 Assemblage Désassemblage 6

3 SendRequest() ReceiveResponse() 12 10 SendResponse() ReceiveRequest() 5

return return return 11


Noyau
4 Réseau
Machine 1 Machine 2 Machine 3
réseau réseau
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 123 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 124

L'interface RPC Restrictions liées aux RPC

Application
Client
Interface RPC
Serveur !  Pas de passage de paramètres par adresse :
impossible de passer des pointeurs (ou
RPC/XDR Client stub Server stub références)
API socket Message RPC !  en effet, les espaces d'adressage du client et du
au format XDR (call) serveur sont différents donc aucun sens de passer
socket Librairie RPC Librairie RPC
TCP UDP
(reply) une adresse
Sockets TCP ou UDP
!  La procédure distante n'a pas accès aux
!  Intérêts : variables globales du client, aux périphériques
!  l'application n'a pas à manipuler directement les sockets d'E/S (affichage d'un message d'erreur !)
(le transport des données est transparent)
!  l'implémentation des RPC est indépendante de l'OS !  Un appel de procédure obéit à fonctionnement
!  Inconvénient : synchrone : une instruction suivant un appel de
!  l'utilisation des RPC est moins performante que l'utilisation
procédure ne peut pas s’exécuter tant que la
directe des sockets (couches supplémentaires) procédure appelée n’est pas terminée
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 125 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 126

21
Le protocole RPC L'implémentation de SUN
!  Sun Microsystems a développé une technologie RPC
!  Il doit définir le format du call (message du dite « Sun RPC » devenue aujourd’hui un standard
client vers le serveur), le format des arguments de fait
de la procédure, le format du reply (résultats) !  NFS (Network File Sytem) repose sur les Sun RPC
!  Il doit permettre d'identifier la procédure à !  Les Sun RPC définissent :
exécuter par le serveur quand un call arrive !  le format des messages que l’appelant (stub client) émet
pour déclencher la procédure distante sur un serveur
!  Il doit permettre d'authentifier la demande !  le format des arguments de la procédure
(problèmes de sécurité) !  le format des résultats de la procédure
!  Quelles machines distantes sont autorisées à exécuter !  Possibilité d'utiliser UDP ou TCP pour les
la procédure ? communications
!  Quels utilisateurs sont autorisés à exécuter la !  XDR assiste les RPC pour assurer le fonctionnement
procédure ? dans un environnement hétérogène (représentation
standard des arguments et résultats…)
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 127 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 128

Identification des procédures distantes Identification des procédures distantes

!  Un programme distant correspond à un serveur avec !  La procédure de numéro 0 permet de tester la


disponibilité du service
ses procédures et ses données propres
!  Un identifiant de programme peut correspondre
!  Chaque programme distant est identifié par un entier à plusieurs processus de service (mount/showmount)
unique codé sur 32 bits utilisé par l’appelant
Nom Identifiant Description
!  Les procédures d’un programme distant sont portmap 100000 port mapper
identifiées séquentiellement par les entiers 0, 1, ..., N rstat
ruserd
100001
100002
rstat, rup, perfmeter
remote users
!  Une procédure distante est identifiée par le triplet nfs 100003 Network File System
ypserv 100004 Yellow pages (NIS)
(program, version, procedure) mountd 100005 mount, showmount
!  program identifie le programme distant dbxd 100006 debugger
ypbind 100007 NIS binder
!  version identifie la version du programme etherstatd 100010 Ethernet sniffer
!  procedure identifie la procédure pcnfs 150001 NFS for PC
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 129 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 130

La sémantique "au moins une fois" La sémantique "au moins une fois"
!  Le concepteur d'une application RPC utilisant UDP doit
!  Les RPC sur un protocole de transport non fiable prendre en compte le fait que la non réception d'un
(UDP) reply ne signifie pas que la procédure distante n'a
!  si un appel de procédure distante s’exécutant sur UDP ne pas été exécutée...
retourne pas, l’appelant ne peut pas savoir si la procédure !  Exemple :
a été exécutée ou si la réponse a été perdue
!  lecture dans un fichier distant : pas gênant si une demande
!  du côté de l'appelant : la réception d'un reply signifie de lecture a généré deux exécutions de la procédure
uniquement que la procédure distante a été exécutée au !  écriture dans un fichier distant : gênant s'il s'agit d'un ajout
moins une fois en fin de fichier ; la chaîne peut être ajoutée deux fois au
!  du côté de serveur : un serveur recevant plusieurs fois la lieu d'une seule…
même requête ne peut pas savoir si le client s'attend à une !  Les procédures doivent être idempotentes :
unique exécution de la procédure ou bien s'il s'agit !  --> pas de procédure d'ajout en fin de fichier mais une
effectivement de N exécutions distinctes de la même proc. procédure d'écriture à telle position (ajout d'un paramètre
précisant où écrire dans le fichier)
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 131 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 132

22
Communications client/serveur Communications client/serveur

!  Les sockets utilisent un well-known port pour !  Le numéro de port du processus serveur est
contacter un serveur distant (ex: telnet=port 23) attribué dynamiquement quand il démarre
!  Les clients RPC ne connaissent que l'identifiant !  --> car le nombre de programmes RPC (identifiant sur
du programme RPC distant et le numéro de 32 bits) est potentiellement supérieur au nombre de
well-known ports (numéro de port sur 16 bits, ports
procédure (ex: 100003 pour NFS) réservés entre 0 et 1023)
!  Pourtant, les communications sous-jacentes se !  Un processus spécial, le démon portmap (ou
font en mode client/serveur : l’appelant doit rpcbind) maintient une base de données
connaître l’adresse (IP, port) utilisée par le
renseignant les associations locales entre
programme RPC distant (ex: nfsd) numéro de port et programme RPC

Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 133 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 134

Le processus portmap (rpcbind) Le processus portmap (rpcbind)

!  lorsqu’un programme RPC (serveur) démarre, il


alloue dynamiquement un numéro de port local,
contacte le port mapper de la machine sur laquelle il Programme le programme communique
RPC serveur le quadruplé (numéro de Port Mapper
s’exécute, puis informe ce dernier de l’association
protocole, numéro RPC,
!  lorsqu’un client désire contacter un programme RPC numéro de version, numéro
de port)
sur une machine distante, il interroge d'abord le port
mapper de cette machine pour connaître le port de TCP UDP TCP UDP
communication associé au service RPC sockets allouées dynamiquement sockets du port
au programme RPC mapper = 111
!  le port mapper est lui même un programme RPC
(100000) mais il est le seul à utiliser un port alloué
statiquement : le port 111/UDP et le port 111/TCP

Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 135 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 136

Le processus portmap (rpcbind) Utilisation du port mapper (rpcbind)

!  Les procédures du port mapper


!  0 : fonction vide (teste la présence de portmap)
!  1 : enregistrement d'un service (local)
!  2 : annulation d'un service (local)
!  3 : demande du numéro de port d'un service
enregistré localement
!  4 : liste tous les services enregistrés localement
!  5 : appel d'une procédure distante via le port mapper
--> permet de "pinger" une procédure distante

Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 137 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 138

23
Le format des messages RPC Les réponses possibles
Message ID Numérotation des CALL/REPLY
!  Plusieurs types de réponses possibles :
Message type CALL ou REPLY
!  SUCCESS : les résultats de la procédure sont renvoyés
RPC version number Version de la librairie RPC au client
REMOTE program
!  RPC_MISMATCH : les versions RPC du client et du
REMOTE program version Identifie la procédure distante serveur ne sont pas compatibles
REMOTE procedure !  AUTH_ERROR : problème d'authentification
Plusieurs types possibles (par ex.
Authentification fields UNIX : uid, gid, …) !  PROG_MISMATCH : la procédure demandée n'est pas
Procedure arguments disponible (problème de version du programme, …)
Nombre variable
(call) or results (reply)

Le format est de longueur variable car le nombre


!  Plus de détails : RFC 1057
d’arguments de la procédure appelée est variable

Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 139 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 140

La représentation XDR La représentation XDR

!  Les champs des messages RPC sont spécifiés !  Pourquoi XDR ?


dans le format XDR (eXternal Data !  répond au problème d'échange d'informations typées ou
structurées entre deux machines hétérogènes dans la
Representation) représentation locale des données
!  XDR : représentation des données définie par !  exemple : un entier de 32 bits ayant la valeur 260 sera
SUN Microsystems représenté par :
!  définit le type et le format des données échangées sur !  00000104h sur une machine de type "big endian" c’est

le réseau (paramètres de la procédure distante) à dire avec les Most Significant Bytes ayant les adresses
!  permet d’échanger des données entre machines basses et les LSB ayant les adresses hautes
ayant des représentations internes différentes !  40100000h sur une machine de type "little endian"

!  il faut adopter une représentation réseau et convertir sur


les extrémités les représentations locales en représentation
réseau et vice-versa
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 141 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 142

La représentation XDR La représentation XDR

!  L'hétérogénéité concerne : !  XDR va par exemple spécifier qu'un entier occupe


32 bits qui seront transférés dans l'ordre "big
la taille des objets typés : un entier peut être codé sur
! 
endian" sur le réseau
2 octets ou 4 octets…
!  si l'émetteur ou le récepteur n'est pas "big endian",
!  l'ordre des octets : big endian ou little indian XDR fera la conversion de l'entier
!  la représentation proprement dite d'un objet typé : !  Le problème se posait déjà pour les transmissions
combien de bits pour la mantisse et l'exposant par socket des adresses IP et numéros de port
représentant un nombre flottant, représentation d'un !  fonctions de conversion :
entier négatif… !  htons() et htonl() : représentation locale -->
représentation réseau
!  Inconvénient du protocole XDR : !  ntohs() et ntohl() : représentation réseau -->
!  l'encodage est effectué même si les machines source représentation locale
et destination utilisent déjà la même représentation !  ce problème ne se pose pas pour transférer un fichier :
transfert brut d'une séquence d'octets sans interpréter
!  --> perte de performance son contenu
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 143 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 144

24
La représentation XDR La représentation XDR
Type Taille Description !  Une donnée avant d'être envoyée est codée au
int 32 bits entier signé de 32 bits format XDR mais aucune information dans
unigned int 32 bits entier non signé de 32 bits
bool 32 bits valeur booléenne (0 ou 1) l'encodage ne donne le type de la donnée
enum arb. type énuméré !  si une application utilise un entier de 32 bits, le résultat
hyper 64 bits entier signé de 64 bits de l’encodage occupera exactement 32 bits et rien
unsigned hyper 64 bits entier non signé de 64 bits
float 32 bits virgule flot. simple précision
n’indiquera qu’il s’agit d’un type entier
double 64 bits virgule flot. double précision !  Cette forme d’encodage implique que clients et
opaque
fixed array
arb.
arb.
donnée non convertie (sans type)
tableau de longueur fixe de n’importe quel
serveurs doivent s’entendre sur le format exact
autre type des données qu’ils échangent
structure arb. agrégat de données
discriminated union arb. structure implémentant des formes alternatives
!  La bibliothèque de fonctions de conversion XDR
symbolic constant arb. constante symbolique permet simplement aux concepteurs d’applications
void 0 utilisé si pas de données RPC de ne pas se soucier de la représentation
string arb. chaîne de car. ASCII
locale des données
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 145 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 146

La représentation XDR La représentation XDR


XDR *xdrs; /* pointeur vers un buffer XDR */ Fonction arguments type de données converti
char buf[BUFSIZE]; /* buffer pour recevoir les données encodées */ xdr_bool xdrs, ptrbool booléen
xdr_mem_create (xdrs, buf, BUFSIZE, XDR_ENCODE); xdr_bytes xdrs, ptrstr, strsize, maxsize chaîne de caractères
xdr_char xdrs, ptrchar caractère
/* maintenant un buffer XDR est créé pour encoder les données xdr_double xdrs, ptrdouble virgule flot. double précision
* chaque appel à une fonction d’encodage va placer le résultat xdr_enum xdrs, ptrint type énuméré
* à la fin de ce buffer ; le pointeur xdrs sera mis à jour */ xdr_float xdrs, ptrfloat virgule flot. simple précision
xdr_int xdrs, ptrint entier 32 bits
xdr_long xdrs, ptrlong entier 64 bits
int i; xdr_opaque xdrs, ptrchar, count données non converties
... xdr_pointer xdrs, ptrobj pointeur
xdr_short xdrs, ptrshort entier 16 bits
i=260; xdr_string xdrs, ptrstr, maxsize chaîne de caractères
xdr_int(xdrs, &i); /* encode l’entier i et le place à la fin de buffer */ xdr_u_char xdrs, ptruchar entier 8 bits non signé
/* Le programme receveur devra décoder les données : xdr_u_int xdrs, ptrint entier 32 bits non signé
xdr_mem_create ( ... , XDR_DECODE) */

Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 147 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 148

Conception d'un programme RPC Conception d'un programme RPC


La méthodologie consiste à développer l’application !  Les procédures «stubs» remplacent les procédures
distribuée comme une application conventionnelle puis conventionnelles (appel de procédure côté client,
à définir les procédures qui seront exécutées à distance procédure appelée côté serveur)
!  côté client, entre l’appel de !  côté serveur, il faut :
procédure et la procédure !  accepter une demande Proc A1 Proc A2 (prog_num, ver, Dispatcher
proc_num)
distante, il faut : d'exécution RPC
!  encoder les arguments !  décoder les arguments selon
la représentation de la client stub
!  créer un message RPC CALL pour B2 server stub server stub
machine locale pour B1 pour B2
!  émettre ce message vers le
programme distant !  dispatcher le message vers la
procédure adéquate
!  attendre les résultats et
décoder ces résultats selon la !  construire la réponse puis
client stub Proc B1 Proc B2
représentation interne de la encoder celle-ci pour B1
machine locale !  émettre le message
correspondant vers le client
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 149 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 150

25
Génération de programme RPC Génération de programme RPC
!  rpcgen est un outil de génération de programme !  rpcgen produit quatre fichiers source dont les
RPC produisant automatiquement le code pour : noms sont dérivés du nom du fichier de
!  les procédures « stub » client et serveur spécification en entrée
un squelette de serveur
! 
!  Si le fichier en entrée est serv.x, les fichiers
les procédures XDR d'encodage/décodage des
! 
générés sont :
paramètres et des résultats
!  serv.h : déclarations des constantes et types
!  l'envoi et la réception des messages RPC
utilisés dans le code généré pour le client et le serveur
!  Le concepteur du programme RPC doit fournir un !  serv_xdr.c : procédures XDR utilisées par le client
fichier spécifiant et le serveur pour encoder/décoder les arguments
!  la description des structures de données des !  serv_clnt.c : procédure « stub » côté client
paramètres et des résultats !  serv_svc.c : procédure « stub » côté serveur
!  les fonctions réalisant le service désiré
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 151 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 152

Génération de programme RPC Génération de programme RPC


!  Un exemple de spécification !  Ensuite, côté client, il suffit d'appeler callrpc()
-- définitions des types -- callrpc(host,prog,progver,procnum,inproc,in,outproc,out);
struct couple_int {int min; int max;}; !  inproc est une procédure qui encode les arguments dans
struct couple_int_float {int s; float m;}; le message RPC
-- … -- !  in spécifie l’adresse des arguments de la procédure
distante
program VECTEUR_PROG {
!  outproc est une procédure qui décode les résultats dans le
version VECTEUR_VERSION_1 { message RPC
couple_int MIN_MAX(vecteur) = 1; !  out spécifie l’adresse en mémoire où les résultats seront
couple_int_float SOM_MOY(vecteur) = 2; décodés
int PRODUIT_SCALAIRE(couple_vecteur) = 3; !  Inconvénients
vecteur SOMME_VECTEUR(couple_vecteur) = 4; !  uniquement au dessus d'UDP
} = 1; -- num_version -- !  pas de paramétrage possible des temporisations (temps
} = 0x22222222; -- num_prog -- maximal d'attente d'un résultat = 25 s, ré-émission de la
requête toutes les 5 s)
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 153 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 154

Les RPC sous UNIX Les RPC sous UNIX

!  Le fichier /etc/rpc !  La commande rpcinfo


!  l'équivalent de /etc/services pour les sockets ! permet d'interroger le port mapper pour connaître les
(annuaire des services) services RPC disponibles la machine où il s'exécute
!  contient les informations relatives aux programmes RPC : (procédure n°4 du port mapper)
nom du service, numéro de programme, listes d'alias rpcinfo -p [host]
(par défault, host = localhost)
root@192.168.69.2# cat /etc/rpc
! permet de s'assurer de la disponibilité d'un service RPC
portmapper 100000 portmap sunrpc
particulier (exécution de la procédure 0 du service)
rusersd 100002 rusers
rpcinfo -u host prog_num [ver_num] (UDP)
nfs 100003 nfsprog
rpcinfo -t host prog_num [ver_num] (TCP)
ypserv 100004 ypprog nis (par défault, ver_num = 1)
mountd 100005 mount showmount
...
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 155 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 156

26
Les RPC sous UNIX Les RPC sous UNIX
root@192.168.69.1# rpcinfo -p 192.168.90.2
!  Sur le client (192.168.69.1)
program vers proto port
root@192.168.69.1# rpcinfo -u 192.168.69.2 nfs
100000 2 tcp 111 portmapper
100000 2 udp 111 portmapper rpcinfo: RPC: le programme n'est pas enregistré
100004 2 udp 954 ypserv Le programme 100003 n'est pas disponible.
100004 1 udp 954 ypserv root@192.168.69.1# rpcinfo -p 192.168.69.2
100004 2 tcp 957 ypserv Aucun programme enregistré sur l'hôte cible
100004 1 tcp 957 ypserv !  Sur le serveur (192.168.69.2)
100007 2 udp 959 ypbind root@192.168.69.2# rpcinfo -p 192.168.69.2
100007 1 udp 959 ypbind
No remote programs registered.
100007 2 tcp 962 ypbind
100007 1 tcp 962 ypbind root@192.168.69.2# rpcinfo -p | grep nfs
root@192.168.69.1# rpcinfo -u 192.168.90.2 ypserv 100003 2 udp 2049 nfs
program 100004 version 1 ready and waiting 100003 3 udp 2049 nfs
program 100004 version 2 ready and waiting !  Il faut autoriser les connexions RPC extérieures
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 157 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 158

Les RPC sous UNIX Les RPC sous UNIX


!  Les fichiers /etc/hosts.allow et /etc/
!  Comme pour les démons utilisant les sockets, il est
hosts.deny permettent d'autoriser ou non
possible de lancer dynamiquement le processus d'un
l'accès aux services réseaux (en particulier les
serveur RPC uniquement quand un client sollicite le
connexions RPC distantes sur la machine locale)
service (via le démon inetd)
!  Syntaxe générale (hors RPC) :
!  Il suffit d'ajouter une entrée par service RPC dans le
service: utilisateurs (autorisés dans hosts.allow,
fichier /etc/inetd.conf
rejetés dans hosts.deny)
# services RPC
!  Exemple (voir aussi man hosts_access) :
rpc 100002 1-2 dgram udp wait root /sbin/ypserv ypserv -d
root@192.168.69.2# cat /etc/hosts.deny
ALL: ALL #on ne peut plus rien faire à distance !  Quand le processus inetd se lance, il réalise
root@192.168.69.2# cat /etc/hosts.allow l'enregistrement des services RPC qu'il prend en
portmap nfsd sshd: 192.168.69. 192.168.90.3 compte auprès de portmap
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 159 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 160

Lecture bloquante/non bloquante

!  Une application (client ou serveur) veut lire


exactement 100 caractères sur une socket
(mode connecté)
Exercices !  Décrire l'algorithme correspondant et donnez les
avantages/inconvénients
!  dans le cas d'une lecture complétement bloquante
(read retourne quand tout est lu)
!  dans le cas standard des sockets (« au moins 1 »)
!  dans le cas d'une lecture non bloquante (-1 si
EWOULDBLOCK)

Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 162

27
Exemple de programmation C/S Un mini-inetd
icro
M

!  1. Quel est le service proposé par cette application client/serveur ? !  Voici la page man du programme mini-inetd ainsi que son code.
Combien d’arguments sont nécessaires au lancement du client ? !  1. Complétez la partie DESCRIPTION de la page man. Représentez
Quels sont-ils ?
à l’aide d’un schéma/diagramme la structure algorithmique du
!  2. Quel port utilise le serveur ? Aurait-on pu choisir une autre
valeur ? Quel port utilise le client ? Comment est-il attribué et par programme.
quelle primitive ? S’agit-il d’une connexion en mode connecté ou !  2. Dans le code ci-après, le code de la fonction tcp_listen() a
non et est-ce justifié ? volontairement été omis. Quelles sont les paramètres et la valeur de
!  3. A quoi correspondent les constants BUF_SIZE et QUEUE_SIZE ? retour de cette fonction ? Quelles sont les opérations qui doivent y
!  4. Quand est-ce que le serveur s’arrête ? Que fait le serveur une être réalisées et où les paramètres interviennent-ils ?
fois les initialisations terminées (décrire le cas où il y a des
connexions pendantes et le cas inverse) ? !  3. Commentez le nom du programme. Quelles sont les différences et
!  5. Que se passe t-il si le client est lancé avant que le serveur n’ait similitudes entre mini-inetd et inetd ?
démarré ? !  4. Comment modifieriez vous la structure donnée à la question 1
!  6. Quand est-ce que le client s’arrête si la connexion a réussi ? Que pour que mini-inetd puisse traiter plusieurs couples (port,
fait le client une fois la connexion établie ?
program) passés en arguments ?
!  7. Que pensez-vous de la structure actuelle du serveur ? Peut-il
satisfaire un grand nombre de connexions ? Expliquez. Proposez une
solution plus adaptée.
Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 163 Olivier Glück - © 2017 M2 SRIV - Applications Systèmes et Réseaux 164

28