Вы находитесь на странице: 1из 2

recherche

CAROLINE DUGUÉ
De l’archéologie gauloise
à la médecine chinoise
ette année, l’école doctorale des ratoire Herma (Hellénisation et romanisa- tidien. La publication de ma thèse servira
C sciences humaines, économiques et tion dans le monde antique), de commen-
cer l’étude d’un thème cher à son direc-
aux chercheurs et aux étudiants. L’étude
de l’opus sectile peut m’ouvrir de belles
sociales de l’Université de Poitiers a dé-
cerné le premier prix de communication teur : l’opus sectile. perspectives d’avenir mais je ne veux pas
scientifique de la Région Poitou-Charentes Il s’agit d’un revêtement de sol ou de paroi devenir la spécialiste française. Désor-
à Caroline Dugué pour sa thèse intitulée constitué d’éléments sciés ou découpés mais, j’ai d’autres envies.»
«Les décors en opus sectile de la Gaule selon des formes géométriques pour créer Et quels projets d’avenir ? «J’ai toujours
Romaine. Contribution à l’étude du décor des dessins par contrastes géométriques. été passionnée par l’histoire du corps et de
romain, Ier siècle av. J.-C.- IVe siècle.» Séduite par l’aspect inédit de ce sujet, ses représentations dans l’Antiquité occi-
Originaire des Deux-Sèvres, Caroline Caroline Dugué se lance dans la création dentale et orientale. C’est pourquoi j’ai
Dugué a réalisé l’ensemble de ses études d’un répertoire de l’opus sectile en Gaule. décidé de monter des conférences sur ce
d’histoire de l’art et d’archéologie à l’Uni- Un travail qu’elle poursuit en thèse. sujet.» Danseuse, amatrice de philosophie
versité de Poitiers. Préférant l’histoire de Comme il n’y avait aucun spécialiste en et de techniques médicinales orientales,
l’art appliquée à l’archéologie plutôt que la matière sur le sol français, Caroline Caroline Dugué souhaite allier une acti-
la fouille, Caroline Dugué part à Carthage Dugué a dû travailler avec Federico vité pratique à ce travail sur la mémoire ;
pour réaliser sa maîtrise, dirigée par Alain Guidobaldi, professeur à l’institut ponti- elle a ouvert son cabinet de réflexologie il
Rebourg, maître de conférences en his- fical. Grâce au soutien financier du labo- y a deux mois. Elle a même décidé cette
toire de l’art antique. Son sujet vise à ratoire Herma, l’étudiante a pu se rendre année de commencer des études (6 ans) de
l’étude des lampes paléochrétiennes en plusieurs fois en Italie. médecine traditionnelle chinoise à l’insti-
terre cuite. L’année suivante, elle entre- Aujourd’hui, Caroline Dugué est une jeune tut du même nom à Paris. «J’aime les
prend un DEA sur les mosaïques africai- femme heureuse. «Les cinq années que études. Si je débute une nouvelle forma-
nes. Malheureusement, quelques mois plus m’ont pris cette thèse m’ont ouverte sur tion, ce n’est pas pour tirer un trait sur la
tard, Alain Rebourg décède. L’étudiante beaucoup de disciplines, mais elle m’ont précédente. J’essaie de trouver un équili-
abandonne son sujet et décide, sur propo- aussi permis de prendre mon temps, d’avoir bre entre l’intellect et la matière. Je parle-
sition de Pascale Ballet, professeur d’his- une vie sociale et de découvrir des activi- rai de l’opus sectile a chaque fois que j’en
toire de l’art antique et directrice du labo- tés qui font désormais partie de mon quo- aurai l’occasion. C’est ce qui m’a poussé
à participer au prix. Je n’avais pas parlé de
ma thèse depuis un an et ça me manquait.
Et puis, la récompense (1 500 €) corres-
pondait à la somme exacte de ma première
année de médecine chinoise. Une coïnci-
dence amusante.»
Pauline Lumeau

MAISON DES SCIENCES


DE L’HOMME
Le laboratoire Migrinter organise un
colloque international sur «la
migration des mineurs non
accompagnés en Europe» à la
MSHS de l’Université de Poitiers, les
10 et 11 octobre. Une session
spéciale est ouverte au public et aux
scolaires le 11 à 10h30 à la
présidence de l’Université (15, rue
de l’Hôtel-Dieu).
Du 17 au 19 octobre, le colloque
«littérature métisses en Amérique
latine : esthétique et idéologie»,
organisé par le Centre de recherches
latino-américaines/Archivos, doit
Franck Gérard

réunir environ 140 intervenants, dont


de nombreux écrivains de la Caraïbe
francophone.

4 ■ L’ACTUALITÉ POITOU-CHARENTES ■ N° 78 ■

Actu78.pmd 4 04/10/2007, 19:07


recherche

Lésions corticales :
des connexions rétablies chez la souris
’étonnantes souris transgéniques Chez l’adulte, une lésion au niveau du
D aux neurones verts ont vu le jour à cortex moteur, qui contrôle les mouve-
ments volontaires, leur coordination et
Poitiers, permettant à une équipe de cher-
cheurs du Pôle Biologie Santé de publier leur précision, entraîne souvent des dom-

Photo Afsaneh Gaillard, PBS - UMR 6187


leurs résultats dans la prestigieuse revue mages irréversibles. C’est le cas après un
scientifique internationale Nature, don- traumatisme cranien ou dans des mala-
nant aussi un immense espoir aux per- dies neurodégénératives telles que les
sonnes atteintes d’une pathologie maladies de Parkinson, d’Huntington ou
neurodégénérative. d’Alzheimer. Jusqu’à aujourd’hui, il était
C’est le fruit de trois années de travail et établi que le cerveau adulte n’était pas
d’une collaboration étroite entre l’Insti- permissif à la repousse de cellules trans-
tut de physiologie et biologie cellulaires plantées, aucune équipe n’ayant pu mon-
de l’Université de Poitiers (CNRS), le trer une restauration effective de voies Marquage au niveau du striatum après la
laboratoire de mouvement adaptation co- motrices endommagées par une greffe de transplantation des cellules embryonnaires
gnition de l’Université de Bordeaux 2 neurones. Pourtant, des chercheurs poi- dans le cortex.

(CNRS) et le laboratoire Immunologie et tevins, Afsaneh Gaillard et Mohamed


interactions moléculaires de l’Université Jaber, en collaboration avec Anne
de Poitiers. Cantereau, Laetitia Prestoz et Franck des cibles normales du site cortical du
Morel ont ouvert une nouvelle voie en receveur. Ces projections établissent des
Une partie des axons de neurones transplantés sont myélinisés. utilisant des neurones embryonnaires. contacts synaptiques avec des cellules
Photo au niveau du striatum (une région sous cortical). Issus de souris transgéniques exprimant nerveuses du receveur loin du site de
une protéine fluorescente de méduse, la transplantation.
«green fluorescent protein» (GFP), ces Après la souris, l’objectif des chercheurs
neurones ont été greffés au sein du cortex est maintenant de valider cette approche
moteur préalablement lésé de souris adul- thérapeutique chez un modèle primate de
tes (modèle de lésion corticale, telle que lésion corticale. La mise en évidence des
celle que l’on peut observer à la suite potentialités de repousse de fibres ner-
d’un traumatisme cranien). L’utilisation veuses embryonnaires après transplanta-
de souris transgéniques permet de distin- tion laisse donc entrevoir des stratégies
guer le greffon de l’hôte (dont les cellules inédites de reconstruction de voies ner-
Photo Afsaneh Gaillard, PBS - UMR 6187

sont fluorescentes) et de suivre ainsi la veuses centrales lésées. Elle ouvre ainsi
connectivité des neurones transplantés de nouvelles perspectives thérapeutiques
au niveau de leur cible. Les résultats dans le traitement des maladies liées à
obtenus par cette nouvelle approche une dégénérescence du système nerveux.
montrent que des neurones embryonnai- Laetitia Becq-Giraudon
res du cortex moteur, transplantés au
niveau de la lésion chez un receveur
adulte, développent des projections vers

VIENT DE PARAÎTRE LES VILLES ET LE ROI


CHEZ GESTE ÉDITIONS David Rivaud, chercheur au Centre
Les Instituteurs des Deux-Sèvres au Pérochon, sous la direction d’Eric d’histoire de la ville (Université de
début du XXe siècle, par Claudine Kocher-Marbœuf (512 p., 29 €). Tours), s’est intéressé à l’histoire
Béguier-Parot (coll. «Pays Guide des champignons de l’Ouest, urbaine grâce à Robert Favreau,
d’histoire», 360 p., 24 €). de Bernard Clément (238 p., 23 €). professeur à l’Université de Poitiers,
Histoire de l’Aunis et la Saintonge. La Rochelle années 1950, texte de puis il a effectué sa thèse à
1. Des origines à la fin du VIe siècle Jean-Louis Mahé et photographies l’Université de Paris IV sous la
après J.-C., sous la direction de de Jean Gaillard (240 p., 39 €). direction de Philippe Contamine,
Jean Glénisson, Louis Mauri, José Les grandes affaires criminelles, soutenue en 2003. Il en publie une
Gomez de Soto (336 p, 55 €, sous la direction d’Eric Alary (30 €). version remaniée sous le titre Les
parution en novembre). Petite histoire du Clain, de Vincent Villes et le Roi. Les municipalités de
Les Protestants de l’Ouest en 30 Olivier (112 p., 9 €) Bourges, Poitiers et Tours, et
questions, de Didier Poton (64 p., Le Monde il y a 100 ans, d’Anne l’émergence de l’Etat moderne 1440-
9 €, en novembre). Crestani (744 p., 30 €). 1560 (Presses universitaires de
Œuvres romanesques t. 2, d’Ernest Rennes, 346 p., 22 €).

■ L’ACTUALITÉ POITOU-CHARENTES ■ N° 78 ■ 5

Actu78.pmd 5 04/10/2007, 19:20

Оценить