Вы находитесь на странице: 1из 12

Université KASDI MERBAH Ouargla

Faculté HERSTU
Département de Forage et MCP
Cours : Le Forage en offshore (Offshore drilling)
Niveau : 1ère année Master Forage
Enseignante : HADJADJ Souad

Chapitre II : L’environnement du forage en offshore


L’exploitation pétrolière en offshore dépend de plusieurs paramètres d’environnement
assemblant les phénomènes météorologiques et l’état de la mer (océanographie physique),
ainsi que (parfois) les caractéristiques géologique des sols
Ces paramètres influent directement sur la plateforme, en précisant même ses
mouvements, l’état des contraintes extérieurs et la résistance mécanique impliquée par la
matière, ses caractéristiques physiques et chimiques, ainsi que sa forme ; ou indirectement
sur les opérations de forage.
I. Phénomènes océan-météorologiques

1. Définition de la masse d'air


Une portion importante de l'atmosphère, dont les dimensions horizontales peuvent
atteindre plusieurs milliers de kilomètres et qui possède des caractéristiques physiques et
une structure suffisamment homogènes, qui dépendent au départ de leur mouvement, de la
zone au-dessus de laquelle elles se sont formées.
Les masses d'air sont classées selon leurs caractéristiques :
- La température :
Très chaude : masse d'air équatoriale
Chaude : masse d'air tropicale
Froide : masse d'air polaire
Très froide : masse d'air arctique
- L’humidité :
Sèche : masse d'air continentale
Humide : masse d'air maritime

2. Le Vent
2.1. Définition du vent
Le mouvement d'une masse d'air dans une direction, provoqué par les différences de
pression atmosphérique. Généralement ce mouvement est horizontal, vu que le
mouvement vertical est négligé par rapport à ce dernier.
Direction : d'où il vient (son origine), selon un cercle gradué de 0° à 360°
Exp : le vent de sud → vient de sud (180°)
Vitesse : est exprimée en nœuds : la vitesse d'un corps mobile en traversant 1 mille marin
en 1 heure)
Le mille marin
Dans la pratique de la navigation, la terre est considérée comme une sphère de rayon égale
à 6.367 km et d'une circonférence de 40000 km environ

5
Université KASDI MERBAH Ouargla
Faculté HERSTU
Département de Forage et MCP
Cours : Le Forage en offshore (Offshore drilling)
Niveau : 1ère année Master Forage
Enseignante : HADJADJ Souad
40000
 111,111km
360
Selon l'astronomie : 1° → 60 minutes
111,111
La longueur de l'arc de 1mn   1.852km  1mille  marin ( NM )
60
1NM 1852
1kt(noeud )    0.514  0.5m / s
heure 3600
1m / s  3.6km / h  1.9kt(noeuds)

2.2. Forces déterminants et agissant sur le vent


Quatre forces influent sur le vent ou bien fond mouvementer la masse d'air, sont :
- Le gradient de pression
- la force de Coriolis
- la force centrifuge
- la force de frottement
 Le gradient de pression
La masse d'air se déplace de hautes pressions vers les basses pressions.
m dP
en surface : Fp 
 dl
dont :
m : masse de particule d'air
ρ : masse volumique de l'air
dP
: le gradient de pression
dl
dz
En altitude : Fp  9.8m
dl
Dont :
9.8 est la gravité
dz
: la pente
dl

6
Université KASDI MERBAH Ouargla
Faculté HERSTU
Département de Forage et MCP
Cours : Le Forage en offshore (Offshore drilling)
Niveau : 1ère année Master Forage
Enseignante : HADJADJ Souad

 la force de Coriolis
Le mouvement de rotation de la terre sur elle-même, détermine sur tout les corps dans
l'atmosphère une force perpendiculaire à son déplacement.
Dans l'hémisphère nord : elle dévie les trajectoires vers la droite et en sens inverse dans
l'hémisphère sud
Cette force tient son maximum aux pôles et son minimum à l'équateur (presque nulle)
Fc  2mV sin   mfV
Dont :
V : la vitesse de particule d'air
sin  : sinus de la latitude du lieu
 : la rotation angulaire de la terre
2
   7.29  10  5 rd / s (la terre tourne en 23h 56mn 4s)
86164
f  2 sin 

 la force centrifuge
La Terre est animée d'un mouvement de rotation sur elle-même dont les corps sur son
surface sont soumis sous l’effet d’une force centrifuge
Cette force atteint son maximum à l’équateur et s’annule auprès des pôles (nord et sud)
L'air tend à se déplacer parallèlement aux isobares lorsqu'elles présentent des courbures.
L'air suit une trajectoire incurvée et soumit à la force centrifuge dirigé vers l'extérieur de la
courbure
NB la force centrifuge complète la force de Coriolis
A l’équateur → F centrifuge = max ; F de Coriolis = 0
Aux pôles → F centrifuge = 0 ; F de Coriolis = max
 la force de frottement
L'écoulement de l'air dans les basses couches est freiné par le frottement sur la surface
terrestre (présence des reliefs).
Cette force est négligeable au-dessus d'environ 1 km d'altitude, elle peut réduire la force
du vent à 50% en influant sur sa direction
Son effet sur la mer est moindre

7
Université KASDI MERBAH Ouargla
Faculté HERSTU
Département de Forage et MCP
Cours : Le Forage en offshore (Offshore drilling)
Niveau : 1ère année Master Forage
Enseignante : HADJADJ Souad
2.3. Le vent géostrophique (Vg) :
Le géotrophysm est les hypothèses qui simplifient le calcule de la vitesse du vent, ce sont :
- le mouvement de la particule d'air est rectiligne et uniforme → accélération nulle
dV
 0 (vitesse constante) + trajectoire est droite
dt
- le frottement est négligé Fg  0
En surface :
m dP 1 dP
 mfVg  Vg 
 dl f dl
En altitude :
dz 9.8 dz
9.8m  mfVg  Vg 
dl f dl
La pente ↑ Vg ↑ ; Le gradient de pression ↑ Vg ↑

8
Université KASDI MERBAH Ouargla
Faculté HERSTU
Département de Forage et MCP
Cours : Le Forage en offshore (Offshore drilling)
Niveau : 1ère année Master Forage
Enseignante : HADJADJ Souad

2.4. Zones de pression


Anticyclone: Zones de haute pression, dont le vent est faible et le temps est beau avec un
ciel souvent bien dégagé
Dépression : Zones de basse pression, où le vent est plutôt fort et le temps est mauvais
avec un ciel couvert et probabilité de précipitations.
Les Cols : Zone située entre des dépressions ou anticyclones, elle prend la forme d'une
selle et marquant une inversion de sens d’évolution de la pression, où la pression de l'air
est légèrement plus élevée que celle des régions dépressionnaires, mais plus basse que
celle des zones anticycloniques, les vents sont relativement calmes et de direction variable
et le temps est également variable.
Les Marais Barométriques
Ce sont de vastes zones de mauvais temps stagnant ou la pression évolue très peu, les
vents y sont faibles et de directions très variables.

2.5. Type des vents


 Les vents dominants
On distingue selon la répartition moyenne du champ de pression sur le globe terrestre
plusieurs zones de pression :
- un centre anticyclonique au Pôle
- une dépression subpolaire à 60° N
- un anticyclone subtropical à 30° (N/S)
- une convergence intertropicale près de l'équateur

9
Université KASDI MERBAH Ouargla
Faculté HERSTU
Département de Forage et MCP
Cours : Le Forage en offshore (Offshore drilling)
Niveau : 1ère année Master Forage
Enseignante : HADJADJ Souad
Sur la base de cette répartition on constate des courants d’air, dits vents dominants qui
jouent un rôle déterminant sur la terre, s'étendent depuis le niveau de la mer jusqu'à 2000
m environ d'altitude, ces derniers sont :
- courant polaire d'est : des vents polaires soufflent de l'est du pôle jusque 60° (N/S).
- courant tempéré d'ouest : des vents d'ouest de 60° (N/S) à 30° (N/S)
- alizés «Trade winds» ou «vents commerciaux » : dans les zones intertropicales, entre 30°
N et l'équateur; ils soufflent du nord-est dans l'hémisphère nord, et du sud-est dans
l'hémisphère sud. Ils donnent naissance à la zone de convergence intertropicale.

 Les tempêtes
Une tempête est un phénomène météorologique violent à large échelle dite synoptique,
avec un diamètre compris en général entre 200 à 1 000 km, caractérisé par des vents
rapides (tourbillon) et des précipitations intenses. Elle peut être accompagnée d'orages
donnant des éclairs et du tonnerre ainsi que de la grêle et des tornades.
Les tempêtes sont liées à la formation d'un cyclone ou dépression, il existe plusieurs types
sont
La tornade : est un vortex (tourbillon) de vents extrêmement violents
 Les tempêtes tropicales, dont l'énergie est tirée de l'instabilité de la masse d'air qui
les entoure, présente des vents soutenus d'une vitesse comprise entre 63 et 118
km/h, au-delà de ça la tempête tropicale s’évolue à un cyclone.
Ces systèmes sont appelés "cyclone" dans l'océan Indien et le sud de l'océan Pacifique,
"l'ouragan" dans l'Atlantique Ouest et dans l'Est de l'océan Pacifique, et "Typhoon" dans
l'océan Pacifique.

01
Université KASDI MERBAH Ouargla
Faculté HERSTU
Département de Forage et MCP
Cours : Le Forage en offshore (Offshore drilling)
Niveau : 1ère année Master Forage
Enseignante : HADJADJ Souad
Les ouragans et les typhons (nom locaux pour les tempêtes en provenance des Caraïbes et
du sud de la mer de chine, respectivement) sont le même type de phénomène que les
"cyclones tropicaux"
 Les tempêtes (cyclones) extratropicaux (dit : des latitudes moyennes) dont le
moteur est la rencontre de masses d'air de différentes températures.
Sont souvent d'origine océanique lorsqu'une dépression atmosphérique se forme entre la
bordure océanique plus chaude et le continent plus froid, là où l'humidité de l'air se
condense et fait baisser la pression. Elles peuvent également provenir de zones
continentales, particulièrement en hiver (tempête de neige), lorsque les masses d'air
arctiques et maritimes s'y rencontrent.
Remarque : il existe d’autres types des vents, tels que les vents locaux ou régionaux, qui
dépendent des caractéristiques locales ou régionales de la zone, où ils naissent, exp :
mistral, sirocco, …etc
Ainsi que les brises des vents qui naissent sous l’effet des échanges thermiques entre :
- La mer et la terre (en bord de la mer): brise de mer (jour) et brise de terre (nuit)
- La vallée et la montagne (pente) : brise montante (vent anabatique) (jour) et brise
descendante (vent catabatique) (nuit)

2.6. Observation du vent


L'observation de la manche à air permet une estimation plus précise du vent en surface, en
particulier pour la détermination de sa vitesse. Chaque bande de tissu de la manche à air
(rouge ou blanche) représente 5 kt.

00
Université KASDI MERBAH Ouargla
Faculté HERSTU
Département de Forage et MCP
Cours : Le Forage en offshore (Offshore drilling)
Niveau : 1ère année Master Forage
Enseignante : HADJADJ Souad
II. Etat de la mer (océanographie physique)
Étudie les caractéristiques physiques de l'océan (telles que la structure thermohaline, les
vagues, les marées et les courants marins)
Océan, Mer et Lac, ce sont des grandes étendues d'eau salée entourée par des terres, qui se
diffèrent en profondeur, en surface et en degré de salinité.
Ils existent cinq océans (le pacifique, l’indien, l’atlantique, l’antarctique et l’arctique) et
des centaines des mers
1. Classification des mers :
On peut classifier les mers selon les océans existants, si non selon leur géographie,
suivant :
1.1. Mer méditerranée : est presque fermée communiquant avec l'océan par un détroit,
elles se subdivisent à leurs tours en mer intercontinentale et intracontinentale
suivant le nombre de continents les bordant
Exp : La Méditerranée américaine (se compose de la mer des Caraïbes et du golfe du
Mexique)
1.2. Mer épicontinentale : recouvrant une portion d'un plateau continental
Exp : la Baltique (occupe le centre de la cuvette scandinave)
La Celtique (largement ouverte vers l'océan Atlantique, qui s'étend entre l'Irlande, le pays
de Galles, les Cornouailles britanniques et la Bretagne armoricaine)
La Manche (intracontinentale, qui forme un couloir entre le sud de la Grande-Bretagne et
la France du Nord-Ouest)
La mer du Nord
1.3. Mer marginale : est définie comme une mer située dans le domaine des marges
actives, liée à la subduction océanique sous la marge continentale (arc volcanique).
Trois zones géologiquement contiennent des mers marginales sont :
L’est de l’océan pacifique, depuis la fosse de Kermadec (entre le pacifique et la nouvelle
Zélande) jusqu’aux iles Aléoutiennes (Alaska)
La zone Téthysienne Vestige, comprend les caraïbes et la méditerranéenne
Une petite zone entre l’Amérique de sud et l’Antarctique
1.4. Mer bordière : est en communication large avec l'océan qu'elle borde, elle est
souvent épicontinentale et ce terme est parfois utilisé comme un synonyme de mer
épicontinentale
Exp : la Mer Du Nord, mer Celtique, mer d’Andaman
1.5. Mer intérieure : ne communiquant qu'avec une autre mer. Les mers intérieures sont
fréquemment des mers méditerranéennes
Exp : mer noire (mer adriatique), mer Baltique
1.6. Mer fermée : ne communiquant avec aucune autre mer ou océan
Exp : mer Caspienne, mer Aral
01
Université KASDI MERBAH Ouargla
Faculté HERSTU
Département de Forage et MCP
Cours : Le Forage en offshore (Offshore drilling)
Niveau : 1ère année Master Forage
Enseignante : HADJADJ Souad

2. Zones de présence ou d’application de l’exploitation pétrolière


On trouve des plateformes pétrolières en offshore dans les régions suivantes :
- Mer du nord (grande Bretagne, Norvège, Pays bas et Danemark) plus de 450
plateformes)
- Golf Persique
- Golf de Guinée (Gabon, Angola et Nigeria)
- Mer de chine (Vietnam, Malaysia et la chine)
- Certaines parties de l’archipel indonésien
- Mer méditerranée (Afrique du nord, environ 16 plateformes)
- Mer caspienne
- Cotes de brésil
- Golf de Mexique (cotes américaines et Campeche)
- Cotes nord ouest et sud est de l’Australie
- Littoral atlantique canadien, au large de terre neuve (Hibernia, white rose)
3.2. Vague :
Est une masse d'eau de la mer, d'une rivière ou d'un lac, qui est agitée et soulevée par le
vent. La vague se caractérise par :
Une crête : le point haut
Un creux : le point bas (entre deux crêtes)
Une hauteur : la distance entre le creux et la crête
01
Université KASDI MERBAH Ouargla
Faculté HERSTU
Département de Forage et MCP
Cours : Le Forage en offshore (Offshore drilling)
Niveau : 1ère année Master Forage
Enseignante : HADJADJ Souad

Une longueur : la distance entre deux crêtes ou deux creux successifs


Une cambrure : le rapport de sa hauteur sur sa longueur.
Une célérité : une vitesse
Une période : le temps qui s'écoule entre le passage en un point donné de deux crêtes
successives
Ces paramètres dépendent de la force du vent, de la durée et de l'étendue sur laquelle il
souffle, appelée le FETCH, en bref de l'énergie que le vent cède au milieu marin.
Les vagues individuelles peuvent avoir des hauteurs de crête à creux allant de quelques
centimètres à quelques dizaines de mètres (environ 34 m)
 La mer du vent (wind sea)
L’ensemble des vagues qui se forment sous l'action du vent.
 Houle (swell):
La propagation libre et continue des vagues, en absence du vent, en s’éloignant plus loin à
des grandes distances
Le mouvement de la houle résulte du transfert permanent de l'énergie liée à la pesanteur, et
à la cinétique du mouvement elliptique des particules d'eau.
Ainsi donc la houle est comparable à un mouvement pur dont la théorie indique que si rien
ne l'altère, il est infini et surtout ne perd rien de son énergie de départ.
Par exemple si rien ne venait la perturber, une vague en mer de 10 mètres mettrait 3 ans
pour descendre à 4 mètres (puisqu'il y aurait tout de même une perte d'énergie par
frottements entre les particules d'eau).
La houle se déplace en moyenne à une vitesse de 30 km/h. Ainsi quand on voit une
perturbation sur l'Atlantique ; après avoir déterminé la vitesse probable du vent dans la
perturbation, on peut déterminer le jour auquel la houle issue de cette perturbation
arrivera.
3.3. Courant :
Un courant marin est un déplacement d’eau de mer caractérisé par sa vitesse, sa direction
et son débit.
Le principal responsable des courants marins est le soleil. En effet, la Terre reçoit
inégalement l’énergie solaire (n’est pas la même selon que l’on se trouve au pôle ou à
l’équateur) ce déséquilibre met en mouvement les océans et l’atmosphère (les vents), afin
de rééquilibrer thermiquement l'ensemble.
Il existe deux types de courant, sont :
 Les courants de surfaces : provoqués par les vents dominants, et la force de
Coriolis qui les déviée vers la droite dans l’hémisphère Nord (inversement dans
l’hémisphère Sud). L’effet direct du vent va au-delà d’une profondeur de 300 m.

01
Université KASDI MERBAH Ouargla
Faculté HERSTU
Département de Forage et MCP
Cours : Le Forage en offshore (Offshore drilling)
Niveau : 1ère année Master Forage
Enseignante : HADJADJ Souad

 Les courants de profondeur : L’influence des vents disparaissent après 800m de


profondeur, le moteur de ces courants (plus de la température) est la salinité, dite la
circulation thermohaline. Le rôle de ces boucles convectives est essentiel car il
permet le transport de chaleur, libérée dans l'atmosphère, de l'équateur vers les
pôles. Si ce transfert n'existait pas, il ferait plus chaud à l'équateur et plus froid aux
hautes latitudes.
Les courants de surface et les courants profonds ainsi formés se trouvent interconnectés.
On a alors introduit l'expression imagée de « tapis roulant » pour décrire les changements
thermiques saisonniers des masses d'air, qui influent directement sur les changements
météorologiques et à la climatologie terrestre

05
Université KASDI MERBAH Ouargla
Faculté HERSTU
Département de Forage et MCP
Cours : Le Forage en offshore (Offshore drilling)
Niveau : 1ère année Master Forage
Enseignante : HADJADJ Souad
3.4. Marée : C'est le phénomène de montée (flux ou flot) et de descente (reflux ou jusant)
périodique du niveau des eaux (mer et océan) provoqué par l'attraction gravitationnelle de
la Lune et du Soleil sur la Terre.
- La force gravitationnelle
- La force centrifuge (mouvement de la terre sur son orbite autour du soleil)
Le niveau le plus élevé atteint par la mer au cours d'un cycle de marée est appelé pleine
mer ou la « marée haute » (PM).
Le niveau le plus bas s’appelle basse mer ou la « marée basse »(BM).
 Courants de marée (flux de marées)
Sont les mouvements latéraux et horizontaux qui accompagnent la montée et la descente
verticales des eaux marines; ces courants ne se confondent pas avec les courants marins.
Dans les zones océaniques européennes, en flux, les courants de marées se dirigent vers la
côte. Pendant le reflux, c'est la situation inverse, qui dure le même temps de PM. Pendant
la période dite de renversement des marées (à marée haute comme à marée basse), l'eau ne
monte ni ne descend : c'est l'étale.
Toutes les semaines, la marée alterne entre de forts coefficients (marées de vives eaux) et
de faibles coefficients (marées de mortes eaux). Cet effet est dû à la combinaison des
marées lunaires et des marées solaires. En effet, lorsque les deux astres sont alignés, les
effets s'ajoutent et le marnage est important : il s'agit de marée de vives eaux.
Par contre, lorsque les deux astres sont perpendiculaires, les effets se soustraient et le
marnage est faible ; il s'agit alors d'une marée de mortes eaux.
Il existe quatre grands types de marées dans le monde¹ :
 Le type diurne : Il y a une pleine mer et une basse mer par jour (Golfe du Mexique)
 Le type semi-diurne : il y a deux pleines mers et deux basses mers d'importances
sensiblement égales par jour (les côtes européennes et en Atlantique)
 Le type semi-diurne à inégalité diurne : il s'agit d'un cas intermédiaire entre les types
diurnes et semi-diurnes. Il y a toujours deux pleines mers et deux basses mers par jour
mais les hauteurs des pleines mers ou des basses mers consécutives peuvent être très
différentes (l'Océan Indien)
 Le type mixte : Il y a tantôt deux pleines mers et deux basses mers par jour lorsque la
Lune est à l'équateur et tantôt une pleine mer et une basse mer par jour lorsque la
déclinaison de la Lune est proche de son maximum (le Pacifique).

06