Вы находитесь на странице: 1из 35

TT

Fatma Ezzahra Salem


Tunisie Télécom
TT
Tunisie
Année 2013
http://www.tunisietelecom.tn/

Rapport de Stage

Stage de Formation Humaine


Avant-Propos

Dans le cadre de notre formation d’ingénieur, tout élève est tenu d’accomplir
un stage de quelques semaines ouvrables comme une première émersion dans la vie
professionnelle.
L’objectif central de ce stage consiste à éveiller et développer chez l’élève-
ingénieur les compétences relationnelles et humaines indispensables à l’exercice
de ses futures responsabilités professionnelles. La découverte des réalités sociales
constitue tout de même un aspect important de ce stage.
Afin de découvrir l’environnement professionnel et d’enrichir mes acquis théo-
riques en télécommunications par une expérience pratique, j’ai eu l’honneur de
passer mon stage de formation humaine au sein de l’entreprise Tunisie Télécom
centrale Bizerte pendant le mois de juillet 2013.

2
Remerciements

Avant de commencer le présent rapport, je tiens tout d’abord à exprimer mon


profond respect et toute ma gratitude envers la direction de mon école : l’Ecole
Supérieure des Communications de Tunis (SUP’COM) qui m’a offert l’opportunité
d’effectuer ce stage.
De même, j’adresse mes sincères remerciements tout particulièrement à mon
encadreur M. CHETOUANE Rachid : chef du centre de commutation Automatique
pour l’aide qu’il m’a apportée lors des différents suivis évoqués pendant ce stage.
Je suis très reconnaissante du temps qu’il m’a consacré car il a ainsi enrichi mon
apprentissage pendant ce stage avec beaucoup de patience et de pédagogie.
Je remercie également tous les responsables aux unités de commutation et de
construction de lignes de Bizerte qui m’ont si gentiment accueillie et qui m’ont
donné l’opportunité, à travers mon stage, de partager leur savoir faire en m’adres-
sant leurs conseils et en répondant à mes questions, ce qui m’a permis de mener
efficacement ce stage.
Enfin, je tiens tout de même à remercier toute personne allant lire ou corriger
ce rapport.

3
Table des matières

Avant-Propos 2

Remerciements 2

Table des figures 6

Introduction 7

1 Description de l’Entreprise d’Accueil 8


1.1 Identité de l’entreprise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.2 Organigramme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
1.3 Historique de l’entreprise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
1.4 L’entreprise Aujourd’hui . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10

2 Description des services visités et leurs interactions 12


2.1 Centre de construction de lignes CCL . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
2.1.1 Définition et Rôle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
2.1.2 Organisation du CCL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
2.2 Présentation et architecture du réseau d’abonnés . . . . . . . . . . 13
2.2.1 Description des éléments de base du RLA . . . . . . . . . . 13
2.3 Centre de Commutation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
2.3.1 Rôle du centre de Commutation . . . . . . . . . . . . . . . . 17
2.3.2 Parties visitées dans le centre de commutation . . . . . . . . 17
2.4 GSM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
2.4.1 Sous-Système Radio (BSS) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
2.4.2 Sous-système réseau (NSS) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19

3 Tâches Effectuées 22
3.1 Construction d’une nouvelle ligne d’abonné . . . . . . . . . . . . . . 22
3.2 Réparation de dérangements avec l’équipe technique du CCL . . . . 22
3.2.1 Les différents types des dérangements . . . . . . . . . . . . . 22
3.2.2 Les causes des dérangements . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23

4
3.2.3 Réparation des dérangements . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
3.3 Manipulation de l’application GIS (Geographic Information Systems) 24
3.4 Apprendre à signaler un dérangement . . . . . . . . . . . . . . . . . 25

4 Analyse Critique de l’Entreprise 32

Conclusion 33

Bibliographie 34

5
Table des figures

1.1 L’identité de l’entreprise Tunisie Télécom . . . . . . . . . . . . . . . 8


1.2 Organigramme de Tunisie Télécom . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9

2.1 Organisation du CCL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12


2.2 Le Répartiteur Général . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
2.3 Le Sous-Répartiteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
2.4 Architecture du RLA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
2.5 Table d’essail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
2.6 Architecture d’un réseau GSM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21

3.1 Système GIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24


3.2 Système GIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
3.3 Génération des numéros libres pour l’ACTEL . . . . . . . . . . . . 25
3.4 Affectation des Numéros . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
3.5 Demande de Modification de Forfait . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
3.6 Activation de Services Supplémentaires . . . . . . . . . . . . . . . . 27
3.7 Consultation par Numéro (Interface1) . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
3.8 Consultation par Numéro (Interface2) . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
3.9 Basculement et Dé-numérotation d’Office . . . . . . . . . . . . . . . 28
3.10 Consultation des Statistiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29

-6- Rapport de Stage


Introduction

Ce dossier constitue le rapport de mon stage de formation humaine, effectué du


1er au 31 juillet 2013 au sein de l’entreprise Tunisie Télécom de Bizerte.

Pendant ce stage, j’ai eu l’opportunité d’approfondir mes connaissances techniques


et de m’épanouir aussi bien dans le plan professionnel que personnel.
Dans une première partie, je présenterai brièvement l’entreprise : l’identité, l’orga-
nigramme, le passé, le présent, les activités. . .

Puis, je décrirai le déroulement de mon stage ainsi que l’environnement de travail


et je présenterai les différentes unités visitées et leurs interactions.
Dans une troisième partie, je décrirai les tâches que j’ai pu effectuer tout au long
de mon stage.

Finalement, je terminerai ce rapport par une modeste analyse critique de l’entre-


prise.

-7- Rapport de Stage


1 Description de l’Entreprise
d’Accueil

1.1 Identité de l’entreprise

Figure 1.1 – L’identité de l’entreprise Tunisie Télécom

-8- Rapport de Stage


1.2. ORGANIGRAMME

1.2 Organigramme

Figure 1.2 – Organigramme de Tunisie Télécom

1.3 Historique de l’entreprise


Tunisie Télécom est le nom commercial de l’opérateur historique de télécom-
munications en Tunisie. La loi portant création de l’Office national des télécommu-
nications, dont le nom commercial est Tunisie Télécom, est promulguée le 17 avril
1995 et entre en vigueur le 1er janvier 1996.
Le 20 Mars 1998 a été la date de l’inauguration de la première ligne GSM.
Devenue société anonyme de droit public fin 2002, elle change de statut juridique,
par un décret du 5 avril 2004, pour devenir une société anonyme dénommée « Tu-
nisie Télécom ». Elle connaı̂t une privatisation partielle en juillet 2006 avec l’entrée
dans son capital, à hauteur de 35 %, de l’émirati TeCom-DIG.
Tunisie Télécom propose des services dans le domaine des télécommunications fixes
et mobiles. En juin 2006, il est fort de 1 259 000 abonnés au réseau fixe (RTCP),
dont il détient le monopole, et de 3 265 000 abonnés au réseau GSM (la première
ligne est inaugurée le 20 mars 1998), faisant de lui le leader sur ce marché devant

-9- Rapport de Stage


1.4. L’ENTREPRISE AUJOURD’HUI

l’opérateur privé Tunisiana. Le 21 mars 2009, Tunisie Télécom lance une nouvelle
marque, Elissa, avec des offres spécifiquement conçues pour les jeunes de moins de
25 ans. Il est également un fournisseur d’accès à Internet (Frame Relay, ADSL,
X.25, LS, RNIS et WLL pour la téléphonie rurale).
Tunisie Télécom met en place, exploite et commercialise le premier réseau GSM en
Mauritanie (Mattel) à partir de mai 2000. Elle conclut également une convention
de coopération technique avec Djibouti Télécom pour le développement de ses ré-
seaux de télécommunications.

1.4 L’entreprise Aujourd’hui


Depuis sa création, Tunisie Télécom œuvre à consolider l’infrastructure des té-
lécoms en Tunisie, à améliorer le taux de couverture et à renforcer sa compétitivité.
Elle contribue également activement à la promotion de l’usage des TIC et au dé-
veloppement des sociétés innovantes dans le domaine des télécoms. Elle a pour
mission d’assurer les activités relatives au domaine de télécommunication confor-
mément à la législation et la réglementation en vigueur notamment :

– L’installation et le développement, l’entretien et l’exploitation des réseaux


publics des télécommunications et en particulier les réseaux de téléphonie
fixe et mobile, de transmission des données et des services spécialisés.
– La promotion des nouveaux services de télécommunications à travers l’ins-
tallation des équipements nécessaires et leur adaptation au développement
technologie en ce domaine.
– La participation à l’effort national d’enseignement supérieur en matière des
télécommunications.
– La prestation des services fournis par les réseaux publics des télécommunica-
tions.
– La contribution au développement des études et recherches scientifiques liées
aux secteurs des télécommunications et aux domaines techniques qui y sont
rattachés.
– L’application des conventions et des traités des organisations internationales
et régionales spécialisées dans le domaine des télécommunications.
– La promotion de la coopération avec les institutions techniques étrangères et
les organisations techniques internationales et régionales spécialisées dans le
domaine des télécommunications.

- 10 - Rapport de Stage
1.4. L’ENTREPRISE AUJOURD’HUI

Pionnière du secteur des télécoms en Tunisie, Tunisie Telecom a établi un en-


semble de valeurs définitoires qui place le client au centre de ses priorités. L’adop-
tion de ces valeurs se traduit en particulier par une amélioration continue des
standards de l’entreprise et de la qualité des services.
Tunisie Telecom compte dans ses rangs plus de 6 millions abonnés dans la télépho-
nie fixe et mobile, en Tunisie et à l’étranger. Elle joue en outre un rôle important
dans l’amélioration du taux de pénétration de l’Internet en Tunisie, ce qui lui a
permis d’atteindre le nombre 140 mille abonnés à la toile à la fin du mois d’avril
2008.
Tunisie Telecom se compose de 24 directions régionales, de 80 Actels (Service s’oc-
cupant des demandes de la clientèle) et points de vente et de plus de 13 mille points
de vente privés. Elle emploie plus de 8000 agents.

- 11 - Rapport de Stage
2 Description des services visités
et leurs interactions

2.1 Centre de construction de lignes CCL


2.1.1 Définition et Rôle
CCL est l’abréviation du mot : Centre de Construction des Lignes. Ce centre
est destiné au raccordement de nouveaux abonnés au réseau général, à l’entretient
des lignes téléphoniques, à la maintenance du réseau implanté et à la réparation
des dérangements.

2.1.2 Organisation du CCL

Figure 2.1 – Organisation du CCL

Les travaux de ce centre sont donc rattachés directement à la partie réseau local
d’abonné. En effet, le CCL se charge du réseau téléphonique de son côté physique
à savoir : le câblage. Dans ce qui suit, je présenterai les différentes notions liées
au réseau d’abonnés et qui ont été expliquées par l’encadreur de stage de manière
théorique puis vues sur place.

- 12 - Rapport de Stage
2.2. PRÉSENTATION ET ARCHITECTURE DU RÉSEAU
D’ABONNÉS

2.2 Présentation et architecture du réseau d’abon-


nés
Le réseau des lignes d’abonnés (RLA) est l’ensemble qui relie les installations
d’abonnés au commutateur de rattachement. Les lignes d’abonnés constituent un
réseau étoilé centré sur le central.
L’architecture du réseau local d’abonné est basée sur les constituants suivants :
– RG : Répartiteur Général
– SR : Sous-Répartiteur
– PC : Point de Concentration
– Ab : Abonné
– Les différents câbles

2.2.1 Description des éléments de base du RLA


Répartiteur général (RG)

Le répartiteur général est un bâti métallique assurant la connexion entre le cen-


tral et le réseau. Il est composé de têtes placées verticalement et de réglettes hori-
zontales sur lesquelles sont câblés les équipements de commutation.

Figure 2.2 – Le Répartiteur Général


Le répartiteur d’entrée se compose de deux parties ou deux faces :
Réglettes ou têtes verticales :
C’est où aboutissent les lignes extérieures. Elles sont constituées de barres verti-
cales sur lesquelles s’éclatent les têtes des câbles venant de l’extérieur.
Une tête verticale est formée par 16 amorces comportant chacune 7 paires repérées
par des couleurs différentes, chaque paire représente un abonné, ce qui donne 112

- 13 - Rapport de Stage
2.2. PRÉSENTATION ET ARCHITECTURE DU RÉSEAU
D’ABONNÉS

abonnés par tête.


Réglettes horizontales :
C’est la partie d’alimentation du répartiteur où aboutissent les câbles provenant
du central. Une réglette horizontale raccorde 128 abonnés.
N’importe quelle paire de broches de réglettes horizontales peut être raccordée à
n’importe quelle paire de broches de têtes par l’intermédiaire des jarretières : ce
sont des paires de fils constitués de deux conducteurs en cuivre isolés par une ma-
tière plastique et torsadés. Pour diverses raisons (transfert, résiliation, essais...), il
s’avère nécessaire d’isoler la ligne d’abonné. Cette opération est possible soit en
supprimant la jarretière, soit en introduisant dans la réglette horizontale un isolant
pour interrompre la continuité métallique.
Identification d’un abonné sur le Répartiteur Général :
Un abonné est facilement repéré des deux côtés du répartiteur.
Il est repéré sur les réglettes horizontales par le numéro d’équipement. Sur les têtes
verticales, il est repéré par le numéro de la tête, le numéro de l’amorce et le numéro
de la paire ou sa couleur.

Le Sous-Répartiteur (SR)

Le sous répartiteur présente l’intermédiaire entre le point de concentration et


le répartiteur général. Il est installé sur les voies publiques ou dans les immeubles
dans un gros boı̂tier, souvent en armoire métallique, qui réunit plusieurs points de
concentration (PC).
D’un côté on y trouve, les câbles qui vont aux différents Points de Concentration
(câble de distribution) et de l’autre côté, un câble encore plus gros qui relie le Sous
Répartiteur au répartiteur (câble de transport).
On peut relier n’importe quelle paire de fils d’un câble de transport avec n’importe
quelle paire de fils d’un câble de distribution au moyen de fils de jarretière.

Figure 2.3 – Le Sous-Répartiteur


- 14 - Rapport de Stage
2.2. PRÉSENTATION ET ARCHITECTURE DU RÉSEAU
D’ABONNÉS

Un sous répartiteur est composé de plaquette horizontale, dans chacune il y a


4 amorces, chaque amorce regroupe 7 paires de couleurs différentes représentant
chacune un abonné, d’où 28 abonnés par plaquettes. On distingue : Les plaquettes
de transport (reliées aux câbles de transports) et les plaquettes de distributions
(reliées aux câbles de distribution).
Le sous répartiteur a une importance majeure dans la localisation de dérangement
ainsi que la possibilité de permuter un abonné sur une autre paire.

Point de Concentration (PC)

Le PC est un boı̂tier en plastique qui peut être installé soit sur un poteau soit
sur la façade ou à l’intérieur d’un immeuble et qui représente un petit répartiteur.
C’est le point le plus proche de l’installation privée de l’abonné. D’un côté on y
trouve, les paires de fils de cuivre qui vont chez les abonnés (câbles d’entrée de
poste) et de l’autre côté, un câble plus gros qui relie le PC au Sous-Répartiteur
(câble de distribution).
Il regroupe de 8 à 14 paires. Le PC est caractérisé par un numéro de distribution
et un numéro d’amorce (Dx/Ax) s’il est raccordé à un SR et par un numéro de
tête et un numéro d’amorce (Tx/Ax) s’il est raccordé à un RG.

Les câbles

Les câbles sont soit aériens soit souterrains. Un câble contient un nombre bien
déterminé de paires qui peut être 8, 14, 28, 56, 112, 224, 448, 896, 1792 ou 3384.
Il existe différents types de câbles :
Les câbles de transport :
Ce sont des câbles reliant les différents sous-répartiteurs au commutateur. Ce sont
des câbles souterrains ayant de grandes capacités : 112 – 224 – 448 – 900 – 1800
– 2700 paires. La longueur moyenne en transport est de l’ordre de 1350 à 2500
mètres. Les câbles de distribution :
Ce sont des câbles qui relient les sous-répartiteurs aux points de concentration. Ils
peuvent être souterrains ou aériens. Le réseau des câbles de distribution est composé
de câbles multi paires ; le nombre de paires varie de 8 à 56 au niveau aérien et peut
atteindre 112 au niveau souterrain. La longueur moyenne en distribution est entre
275 et 600 mètres même jusqu’à 1 kilomètre.
Les câbles de branchement : Ces sont des câbles à une paire qui relient le PC au
poste d’abonné. Il en existe deux types : les câbles 5/1 ou 5/9 (câbles à gaine noire)
pour les branchements externes et les câbles série 278 (câbles à gaine grise) pour

- 15 - Rapport de Stage
2.2. PRÉSENTATION ET ARCHITECTURE DU RÉSEAU
D’ABONNÉS

l’installation interne. Les câbles de branchement sont réalisés en :


– Aérien : sur poteau ou potelet dans les zones peu denses.
– Sous terrain : dans les lotissements
– Fourreau : dans les immeubles

Architecture du réseau d’abonnés

L’abonné est relié au PC à l’aide d’un câble de branchement (généralement


5/1), il occupe une paire de couleur bien déterminée parmi les 7 paires de couleurs
différentes regroupés dans le PC. Si le PC est proche de la centrale (c’est à dire
moins de 1200 m), il est raccordé directement à la centrale à l’aide des câbles de
transport : c’est le cas d’une distribution directe. Dans le cas échéant, la distribution
se fait par SR, le PC est donc relié à l’SR à l’aide de câbles de distribution.

Figure 2.4 – Architecture du RLA

- 16 - Rapport de Stage
2.3. CENTRE DE COMMUTATION

2.3 Centre de Commutation


2.3.1 Rôle du centre de Commutation
La commutation permet de mettre en relation un terminal (Téléphone, PC. . . )
avec un ou plusieurs autres terminaux.
Elle fait la concentration d’un trafic et achemine l’information d’une source vers
une destination et ceci en passant par les étapes suivantes :

– Détection de décrochage d’abonné


– Mise en place d’un organe intelligent pour traiter l’appel
– Réception de la numérotation (coordonnées du demandeur)
– Recherche et mise en place d’un itinéraire vers l’abonné demandé
– Test de la ligne demandé (libre ou occupé)
– Connexion demandeur demandé et conversation et simultanément début de
taxation
– Libération de la connexion à la fin de la conversation et simultanément fin
de taxation
Différents autocommutateurs sont utilisés dans les centraux de Tunisie Telecom,
on cite AXE (ERICSON), l’EWSD (SIEMENS), AXD, HUAWEI.
Une fois que tout est installé, l’intervention du personnel de Tunisie Télécom sur
ces autocommutateurs ne sera qu’une exploitation effectuée grâce à des terminaux
informatiques.

2.3.2 Parties visitées dans le centre de commutation


La table d’essai est un appareil de mesure permettant de déterminer la nature
et l’emplacement d’un dérangement survenu sur la ligne d’abonné à partir du ré-
partiteur général.
Elle se trouve généralement à proximité du répartiteur général, les agents utilisent
un appareil spécialisé qui leur permet de déterminer le type de dérangement : c’est
une sorte de maquette sur laquelle sont intégrés des appareils de mesure : Ohm-
mètre, Voltmètre, Ampèremètre
Après la construction d’une nouvelle ligne d’abonné, on doit contacter la table
d’essai pour envoyer la tonalité. C’est la mise en service.

- 17 - Rapport de Stage
2.4. GSM

Figure 2.5 – Table d’essail

2.4 GSM
Pendant mon stage, j’ai eu aussi la possibilité de visiter le centre de GSM et de
découvrir quelques notions. En réalité, je n’ai pas eu l’occasion de bien bénéficier
dans cette partie vu la non-disponibilité du responsable dans cette unité mais j’ai eu
l’opportunité de découvrir quelques notions théoriques dont j’étalerai la description
dans la suite.
L’ouverture commerciale de réseau GSM en Tunisie a eu lieu en 20 mars 1998. Il
s’est densifié et s’est étendu pour couvrir la totalité du pays en juillet 2000.
Le réseau GSM est un réseau cellulaire, composé principalement deux parties, à
savoir le BSS et le NSS :

2.4.1 Sous-Système Radio (BSS)


A ce niveau, nous distinguons essentiellement trois entités : la station mobile MS
(Mobile Station), la station de base BTS (Base Transceiver Station) et le contrôleur
de station de base BSC (Base station controller).

La Station Mobile MS

Elle est composée d’un équipement terminal et d’une carte SIM (Subscriber
Identification Module). Une station mobile permet à l’utilisateur d’accéder aux
services d’un réseau PLMN (Public Land Mobile Network) GSM. Elle est identi-
fiée par un numéro d’équipement mobile international (en anglais : International
Mobile Equipement Identity (IMEI). La carte SIM possède une identité mobile
internationale (IMSI : Internationale Mobile Subscriber Identity). De cette façon
l’IMSI est directement lié à l’abonné. Ce dernier peut insérer sa carte SIM dans

- 18 - Rapport de Stage
2.4. GSM

n’importe quelle MS.


Pour assurer une bonne confidentialité, une autre identité temporaire (TMSI :
Temporary Mobile Subscriber Identity) est allouée par l’enregistreur de localisa-
tion des visiteurs (Visitor Location Register : VLR). Elle peut être changée par
celui-ci à n’importe quel instant. Chaque abonné possède en outre un numéro pu-
blic (MSISDN) utilisé pour l’appeler.

Station d’émission-réception : BTS

La station de base BTS (Base Transceiver Station) assure la transmission radio


entre mobile et réseau. Une zone d’action d’une station de base est appelée cellule.
La capacité d’une BTS est mesurée en nombre d’émetteur/récepteur.

BSC (Base Station Control)

La gestion des ressources radio est assurée par le contrôleur de station de base
BSC. Il s’agit de l’organe intelligent du BSS, servant à gérer une ou plusieurs
stations de base. Le BSC joue le rôle d’une passerelle entre le MSC (Mobiles-services
Switching Center) et les stations de base. Le BSC se charge de l’attribution et de
la libération des ressources ainsi que du transfert intercellulaire.

2.4.2 Sous-système réseau (NSS)


Le sous-système réseau est composé principalement du commutateur MSC, d’un
ou plusieurs VLR (Visitor Location Register) et d’un registre de localisation nomi-
nale (HLR Home Location Register).

Le commutateur du service mobile MSC

Le commutateur du service mobile constitue le siège des opérations de traite-


ment des appels, principalement la commutation entre les différents abonnés. Il
permet d’assurer les interfonctionnements avec les réseaux fixes PSTN et les autres
PLMN. Le MSC assure également la supervision des BSC qui lui sont rattachés
et gère les procédures de contrôle d’appel. Conjointement avec le BSC et la BTS,
le MSC accompli les procédures de gestion de la mobilité des abonnés. Le MSC
dialogue avec le VLR pour assurer la gestion de la mobilité des usagers.

- 19 - Rapport de Stage
2.4. GSM

L’enregistreur de localisation des visiteurs (VLR)

L’enregistreur de localisation des visiteurs est aussi une base de données qui
enregistre les informations d’abonnement des abonnés présents dans la zone géo-
graphique relevant de sa gestion. Le VLR attribue au mobile accédant dans sa zone
de gestion un numéro provisoire TMSI. Le VLR indique la zone de localisation où
se trouve le MS. Dès qu’il y a un abonné qui entre dans la zone relevant de la ges-
tion du VLR, ce dernier demande les informations afférentes à cet abonné auprès
du MSC ou auprès du VLR précédent du mobile. Toutes les entités décrites pré-
cédemment sont interconnectées pour assurer les fonctions attendues des services
radio mobiles.

Le registre de localisation nominale (HLR)

L’enregistreur de localisation nominal est une base de données permettant d’as-


surer la gestion des abonnées d’un réseau PLMN. Il enregistre les informations des
abonnés liées l’identité internationale (IMSI), au numéro de l’annuaire (MSISDN),
et aux spécifications des droits d’abonnement des mobiles résidents de la zone gérée
par le MSC de rattachement. Le HLR comprend également des données dynamiques
liées à la localisation des abonnés ainsi que l’adresse du VLR de chaque abonné.

La figure suivante illustre la structure globale d’un réseau radio mobile GSM :

- 20 - Rapport de Stage
2.4. GSM

Figure 2.6 – Architecture d’un réseau GSM

- 21 - Rapport de Stage
3 Tâches Effectuées

3.1 Construction d’une nouvelle ligne d’abonné


Cette tache était effectué avec l’équipe technique du CCL.
Après avoir reçu la fiche des travaux, l’équipe de construction de ligne mène les
matériels nécessaires et se dirige vers le domicile de l’abonné pour finir l’installa-
tion.
On établit la continuité électrique de la paire d’abonné entre la réglette horizon-
tale et la tête au niveau du RG. Si la ligne est reliée à un SR, alors on établit la
continuité entre le câble de transport et le câble de distribution.
Au niveau du Point de Concentration : Le PC correspond à l’amorce de la distri-
bution indiquée dans la fiche des travaux, l’équipe de travail mène un câble 5/1 du
PC jusqu’au lieu de résidence de l’abonné, ensuite on le raccorde avec le câble uni
paire grise par un domino (Bloc de jonction d’un domino), ce câble gris est relié à
la poste par une boı̂te appelée rosace.

3.2 Réparation de dérangements avec l’équipe tech-


nique du CCL
Un dérangement est tout défaut qui perturbe le fonctionnement des lignes té-
léphoniques.

3.2.1 Les différents types des dérangements


– Boucle : c’est le court-circuit qui se produit sur la ligne téléphonique empê-
chant le courant d’alimentation de parvenir à l’abonné.
– L’isolement : c’est la coupure de l’un ou des deux fils de paire, c’est à dire la
présence de circuit ouvert.
– Mélange : c’est le contact entre deux fils de différentes paires.

- 22 - Rapport de Stage
3.2. RÉPARATION DE DÉRANGEMENTS AVEC L’ÉQUIPE
TECHNIQUE DU CCL

– Diaphonie ou friture : c’est le cas d’un mauvais contact qui produit une qualité
d’audition médiocre due à l’usure, l’humidité, etc.
– Perte à la terre : c’est à cause d’un dévoilement du cuivre, se produit un
contact à la terre.
– Courant étranger : c’est le courant d’un fil d’énergie étranger à l’une des
paires d’abonné.

3.2.2 Les causes des dérangements


Les dérangements peuvent être dus à des problèmes techniques ou à des pertur-
bations climatiques. Ils peuvent également être causés par des accidents comme,
par exemple, les travaux que font la STEG et la SONEDE et qui peuvent toucher
et endommager les câbles souterrains ou aériens du réseau téléphoniques.

3.2.3 Réparation des dérangements


En cas de dérangement, l’abonné fait une réclamation en se présentant au CCL
ou en composant 1100 de son poste téléphonique pour que son numéro s’affiche à
l’écran d’un TTY au central.
Ensuite on détecte le dérangement, on identifie sa nature et on le localise en sui-
vant le chemin de la ligne téléphonique du central au poste de l’abonné tout en
procédant par élimination.
En effet, on commence par effectuer des tests au niveau du RG (répartiteur gé-
néral). S’il y a tonalité au niveau de la paire relative à la ligne dérangée alors le
défaut peut être dans chacun des câbles (de transport, de distribution ou de bran-
chement). Par la suite, si la ligne est reliée à un sous-répartiteur, alors on teste la
tonalité au niveau de ce dernier. Si on n’en entend rien alors le dérangement est
sûrement situé au niveau du câble de transport. Sinon, le problème est soit dans
les câbles de distribution soit dans les câbles de branchement. Dans ce cas on teste
la tonalité au niveau du Point de Concentration. Si elle y est alors le dérangement
est dans le câble de branchement ou dans l’installation privée de l’abonné. Dans le
cas échéant, le défaut est certainement dans le câble de distribution.
Une fois le dérangement est localisé et il est situé en dehors de l’installation privée
de l’abonné, l’équipe technique du centre CCL fait le nécessaire pour sa réparation.

- 23 - Rapport de Stage
3.3. MANIPULATION DE L’APPLICATION GIS (GEOGRAPHIC
INFORMATION SYSTEMS)

3.3 Manipulation de l’application GIS (Geogra-


phic Information Systems)

Figure 3.1 – Système GIS

- 24 - Rapport de Stage
3.4. APPRENDRE À SIGNALER UN DÉRANGEMENT

3.4 Apprendre à signaler un dérangement


Le signal d’un dérangement est fait suite aux réclamations des clients dans le
bureau de maintenance du centre CCL

Figure 3.2 – Système GIS


La génération des numéros libres pour l’ACTEL :

Figure 3.3 – Génération des numéros libres pour l’ACTEL

- 25 - Rapport de Stage
3.4. APPRENDRE À SIGNALER UN DÉRANGEMENT

L’affectation des numéros :

Figure 3.4 – Affectation des Numéros


Demande de modification de forfait :

Figure 3.5 – Demande de Modification de Forfait

- 26 - Rapport de Stage
3.4. APPRENDRE À SIGNALER UN DÉRANGEMENT

L’activation de services supplémentaires :

Figure 3.6 – Activation de Services Supplémentaires


La consultation par numéro :

Figure 3.7 – Consultation par Numéro (Interface1)

- 27 - Rapport de Stage
3.4. APPRENDRE À SIGNALER UN DÉRANGEMENT

Figure 3.8 – Consultation par Numéro (Interface2)


Basculement et dé-numérotation d’office

Figure 3.9 – Basculement et Dé-numérotation d’Office

- 28 - Rapport de Stage
3.4. APPRENDRE À SIGNALER UN DÉRANGEMENT

Consultation des statistiques :

Figure 3.10 – Consultation des Statistiques

Changement d’une carte défectueuse :

J’ai tout de même appris comment trouver le numéro de la carte défectueuse à chan-
ger par des commandes sur les systèmes utilisés dans le centre de commutation,
parmi les commandes utilisées sur le système AXE, on trouve les deux suivantes :
<SLOMI : snb = num ; mp=1 ;
<SLOCI : snb = num ;

J’ai pu apprendre derechef comment remplacer la carte défectueuse par une


autre en bon état. Manipulation de plusieurs commandes du système AXE, EWSD,
AXD pour effectuer les tâches suivantes :

Consultation de l’état d’un abonné

Exemple : 72 43 20 00 :
<STSUP : SNB = 72432000 ;
Résultat :
Etat : busy

- 29 - Rapport de Stage
3.4. APPRENDRE À SIGNALER UN DÉRANGEMENT

Consultation de la classe d’un abonné :

<SUSCP : SNB = 72 43 20 00 ;
Résultat :
SCL
CBA – 15 and CFNRV -1
CBA : Restriction d’appel
CFNRV : Renvoi d’appel suite à la non-réponse

Consultation du compteur d’un abonné :

Exemple : 72 43 20 00
<CHSIP : SNB = 72432000 ;
Résultat :
BULKM1 = 896365 : compteur global, il englobe toutes les impulsions.
BULKM2 = 868400 : compteur international.
BULKM3 = 685860 : compteur interurbain.

Cas de taxation et de routage :

Numéro de l’abonné : 98 63 40 55
Nous avons commencé tout d’abord par l’instruction anbsp : b= 0-98 ; où b est
un nombre utilisé pour l’analyse des données.
=> Nous avons obtenu les valeurs suivantes : rc= 6 et cc= 56 ;
rc= routing case et cc=charging case
Pour chercher les cas de routage, nous utilisons par la suite la commande anrsp
comme suit : <ANRSP : rc = 6 ; La commande anrsp génère une impression des
cas de routage spécifiques ou de tous les cas de routage utilisés. Une impression
est faite des cas de routage dans l’ordre croissant. Si un cas de routage n’est pas
disponible alors on passe au suivant. Seuls les cas de routage contenant des données
dans la zone actuelle sont imprimés.
Pour consulter la taxation, nous avons utilisé de prime abord la commande cibsp :
<CIBSP : cc= 56 ; cette commande lance une impression d’analyse de charge et
nous obtenons comme résultat la valeur : CHP = 96.
Ensuite, nous avons utilisé la commande cipsp avec cette valeur de chp comme
argument :
<CIPSP : chp= 96 ; cette commande renvoie une valeur de tc (Trafic Class) qui

- 30 - Rapport de Stage
3.4. APPRENDRE À SIGNALER UN DÉRANGEMENT

est égale à 50.


L’instruction suivante est :
<CHCSP : tc=50 ; qui retourne comme résultat : t=71.
Finalement, la dernière instruction est :
<chtsp : t= 71 ; elle donne une valeur de TDS = 16, c’est le nombre de secondes
pendant lesquelles se produit une impulsion, on fixe le tarif pour une impulsion et
par la suite on peut mesurer la taxation pour chaque durée d’appel.

Création d’un abonné

La création d’un abonné se fait grâce à la commande SULII (subscriber line initiate)
qui permet de correspondre le numéro de l’abonné à un LIC donné. La commande
SULII a donc pour paramètres le numéro de l’abonné ainsi que le numéro du LIC
correspondant.
Par exemple :
<SULII : SNB = 72429242, DEV= LIMA-20312 ;
Nous utilisons aussi la commande : SUSCC :
<SUSCC : SNB = 72429242, scl= oba-150 ;
scl est pour préciser que la ligne est à Bizerte.

Résiliation d’un abonné

Pour déconnecter un abonné du réseau téléphonique, on utilise la commande SU-


LIE (subscriber line deletion end) qui admet comme unique paramètre le numéro
de l’abonné concerné.
Par exemple :
<SULIE : SNB=72432000 ;

- 31 - Rapport de Stage
4 Analyse Critique de
l’Entreprise

Dans cette partie, j’énumèrerai quelques points forts que j’ai bien appréciés
pendant mon stage et je citerai aussi quelques points négatifs :
Au commencement, je tiens à préciser qu’au contraire de ce qui est répandu concer-
nant le mauvais encadrement au sein de Tunisie Télécom et surtout de la non dispo-
nibilité des encadreurs et la négligence des stagiaires, je m’estime chanceuse d’avoir
profité d’un bon encadrement précisément dans le centre de commutation, l’unité
dans laquelle j’ai passé presque l’intégrité de mon stage. L’encadreur a fait preuve
de beaucoup de patience et nous a bien aidés en nous expliquant plusieurs notions
théoriques et en nous montrant les différents équipements et systèmes disponibles.
Ceci a fait vraiment de ce stage une bonne opportunité pour découvrir de près la
vie dans l’entreprise.
A ceci s’ajoute un second point fort que j’ai remarqué au sein du centre de com-
mutation, c’est que le travail est bien réparti entre tous les membres de l’équipe,
chacun dispose de certaines tâches précises à effectuer, mais le plus intéressant c’est
l’entraide entre tous les membres quand il s’agit d’une surcharge au niveau d’une
tâche donnée, dans ce cas tous les membres de l’équipe compensent leurs efforts
pour pouvoir mettre à terme le travail demandé dans les plus brefs délais.
En contre partie, il existe malheureusement quelques aspects que je n’ai pas ap-
préciés, je cite par exemple :
– La grande monotonie dans le travail.
– Le non-respect des horaires du travail : il n’y a pas un contrôle stricte des
retards et des absences, j’ai remarqué qu’il n’y a qu’une feuille de présence qui
doit être signée par chaque employé mais elle leur reste disponible pendant
presque toute la journée, de plus les employés ont l’habitude de sortir quand
est ce qu’ils veulent sans aucune restriction.
– L’acceptation de plusieurs stagiaires dans la même unité ce qui mène à un
encombrement dans la salle et même parfois on ne trouve pas suffisamment
de chaises pour toute l’équipe.

- 32 - Rapport de Stage
Conclusion

Ce stage de formation humaine était une occasion inestimable qui m’a permis
de lier l’acquis théorique à la vie pratique. J’ai eu la possibilité d’observer et de
comprendre la structure, l’organisation et les méthodes de travail dans l’entreprise.
Personnellement, j’ai eu de la chance d’avoir pu visiter la plupart des unités à
centrale Bizerte ce qui m’a permis de voir les différents services et plusieurs équi-
pements. Non seulement ces visites étaient bénéfiques sur le plan technique mais
aussi, elles m’ont permis d’enrichir mes connaissances sur le plan humain.

Cette expérience professionnelle était tellement intéressante au point qu’elle m’a


permis de renforcer mes idées sur le domaine des télécommunications et d’acquérir
une bonne intégration sociale dans l’environnement de l’entreprise.

J’espère que ce rapport ait bien présenté le suivi de mon stage et surtout la
nature du travail au sein de Tunisie Télécom centrale Bizerte.

Finalement, je veux remercier tous ceux qui m’ont remarquablement aidée et


soutenue durant le stage, je tiens aussi à les remercier pour le temps qu’ils m’ont
consacré et pour leur patience.

- 33 - Rapport de Stage
Bibliographie

[1] www.tunisietelecom.tn Site officiel de Tunisie Télécom


[2] http://www.wikipedia.org
[3] www.memoireonline.com
[4] http://www2.ulg.ac.be/telecom/publi/publications/mvd/Demoulin2004Principes

- 34 - Rapport de Stage