Вы находитесь на странице: 1из 41

Chapitre 1 : conception et dimensionnement de la

charpente en bois

le choix architectural de la charpente est le meme que celui des autres variantes la seul difference est
au niveau de la hauteur des poteux qu’on la démunier a 5 m en raison de l’effet de flambement et la
faible resistance du bois a cette effect.

Les compostantes notre charpente sont shématiser dans la figure suivante :

Normes et règlements :
Le dimensionnements des ossatures en bois nous a nécessité le travail par plusieurs normes et
règlements qui garantissent le respect de leurs fabrications et de leurs mises en œuvre.

 Les Eurocodes constituant un ensemble de 58 normes européennes pour harmoniser les


méthodes de calcul pour la stabilité et le dimensionnement des différents éléments de la
structure. Concernant la construction en ossature bois, en travaille avec

 L’Eurocode 5 : concernant les méthodes de calculs pour l’établissement des objets de


charpentes en bois afin de garantir une sécurité optimale.

 Règles Français CB71 c’est l’ancien règlement appliqué en France avant les Eurocodes. Pour
le cas de notre projet on l’a utilisé pour la vérification par Robot.

 La règle NV 65 qui prend en compte les charges climatiques (neige et vent) qu’induit la
situation du terrain sur la construction.
1|Page
1.1. LE BOIS, UN MATÉRIAU INTELLIGENT

Le bois, un matériau fascinant, polyvalent et intelligent, joue à bien des égards un rôle important pour
les humains. Dans la forêt, le jeune arbre, en plus de ses fonctions vitales pour le bien-être, la
protection de l’environnement et comme produit naturel, accomplit déjà une tâche précieuse : il
absorbe le dioxyde de carbone nocif de l’air, assimile le carbone et, en rejetant de l’oxygène, améliore
la qualité de l’air que nous respirons.

Fascinantes, les innombrables utilisations du bois, de la simple cuillère en bois de cuisine, du meuble,
de l’objet d‘art, de l’instrument de musique ou du biocombustible pour la production de chaleur et
d’énergie, jusqu’au composant high-tech pour le bâtiment et les constructions en bois massif.

Quotidiennement, nous sommes en contact avec ce matériau extraordinaire. Les caractéristiques de


celui-ci se manifestent également dans sa capacité portante, sa durabilité, sa stabilité et ses qualités
ignifuges. Le bois est bénéfique pour le bien-être de l’homme et pour sa santé.

1.2. Les différents types de bois


1.2.1. BOIS LAMELLÉ-COLLÉ (GL)

Le bois lamellé-collé ou BLC est un matériau qui s’obtient par collage de plusieurs lamelles
en bois dont le fil est essentiellement parallèle. Le bois lamellé-collé est appelé plus
simplement lamellé-collé ou bois lamellé.

Son intérêt est d'une part la fabrication d'une pièce de grande dimension ou de formes particulières
qui n'auraient pu être obtenues par utilisation du même matériau sans transformation, d'autre part
l'amélioration de la résistance mécanique par rapport à une pièce de bois massif (grâce au triage et à la
purge des défauts).

LES AVANTAGES

 Force portante

 Stabilité dimensionnelle

 Rapidité de mise en œuvre qualité des surfaces

 Poids réduit

 Facilité de réaliser de nombreux ensembles préfabriqués

 Multitude de formes

 Compacité et résistance élevée

 Polyvalence des conceptions architecturales

2|Page
1.2.2. BOIS MASSIF (C et D)

Le bois massif est extrait d'un tronc d'arbre abattu afin d'être découpé pour être transformé en poutres,
planches, basteings, lattes, chevrons, plateaux et liteaux.

Ils sont généralement vendus bruts ou rabotés. Le bois vendu brut est utilisé pour les charpentes et
celui vendu raboté est directement utilisable pour la menuiserie.

LES FAMILLES DE BOIS MASSIF:

On classe les multiples essences de bois en deux grands ensembles : les feuillus et les résineux.

Les bois feuillus (angiospermes) sont issus des végétaux à feuilles caduques, c’est-à-dire qui tombent
cycliquement tous les ans.

Les bois résineux (gymnospermes) sont issus des végétaux à feuillage persistant.

On peut néanmoins citer quelques exceptions, comme le Chêne vert qui est un feuillu à feuillage
persistant ou encore le Mélèze, qui est un résineux dont les aiguilles tombent en hiver.

Plus techniquement, le matériau bois issu des feuillus et celui issu des résineux se différencient au
niveau de la structure de leurs tissus. Cette différence influe, entre autres, sur les propriétés
mécaniques et thermiques du matériau ou encore sur ses capacités à résister aux altérations
biologiques.

Ce tableau résume les classes du bois en fonction de leur Essence :

Essence de bois Classes EN 338


Sapin, épicéa, douglas C18, C24, C30
Pins : sylvestre, maritime, noir, laricio C 14, C18, C24, C30
Mélèze C18, C24, C27
Sitka, peuplier C18, C24
Chêne D18, D24, D30
Gonfolo, Goupi, Alimiao D40
Angélique D50
Jaboty D35

Les avantages ET inconvénients du bois massif :

Il a l'avantage de posséder une belle couleur et un bon veinage. Par contre il a plusieurs
inconvénients:

 A cause des variations de températures et d'humidités, il a tendance à se déformer.

 Le prix est assez élevé dus aux essences nobles comme le chêne, le hêtre, l'acajou, le teck...

3|Page
 Pour la réalisation des planches, la largeur est limitée car ça ne peut pas dépasser le diamètre
du tronc d'arbre.

1.3. Charges
1.3.1. Transformation d’une charge ponctuelle en charge répartie
Condition
 Les charges ponctuelles sont de même intensité

 Les charges ponctuelles possèdent le même entraxe

On appliquera la transformation suivante :

F
q=
a

1.3.2. Transformer une


charge surfacique
en une charge
linéaire

Les solives reçoivent une charge surfacique q en


kN/m2. Les solives sont espacées d’un entraxe e =
0.5m

La surface hachurée est reprise par la solive la


bande de chargement de la solive vaut e*l.

Donc on peut écrire :

qlineaire=qsurfacique∗e

4|Page
1.4. Recherche des valeurs des résistances du bois

La résistance du bois et des produits dérivés est liée à leur humidité moyenne, à la durée d’application
des charges et à la grande dispersion des caractéristiques mécaniques.

1.4.1. Facteur kmod (modificatif)

La résistance d’un bois (à l’intérieur d’une même classe de résistance) est influencée par deux
paramètres :

 La durée d’application des chargements ;

 L’humidité moyenne du bois lorsqu’il est mis en œuvre.

En effet, un bois sec supportant une charge de courte durée sera plus résistant qu’un bois humide
supportant une charge sur une longue période. Ces deux caractères permettent de définir le facteur
kmod (modificatif).

Le facteur kmod doit être sélectionné en fonction de la charge la plus courte. Si une combinaison de
charge comprend des charges de structure et des charges d’exploitation, le facteur kmod sera
sélectionné en fonction des charges d’exploi- tation.

Les tableaux 15 et 16 mentionnent la valeur du kmod en fonction de la durée de la charge et de la classe


de service.

Valeur du kmod du bois massif, du lamellé-collé, du lamibois (LVL) et du


contreplaqué

Durée de chargement Classe de service


1 2 3

Classe de durée Exemple Hbois < 13 % 13 % < Hbois < 20 Hbois > 20 %
(local % (sous abri) (extérieur)
Permanente Charge de 0,6 0,6 0,5
(> 10 ans)
Long terme Stockage 0,7 0,7 0,55
(6 mois à 10 ans)
Moyen terme Charges
(1 semaine à 6 d’exploitation 0,8 0,8 0,65
Neige
Altitude > 1 000
Court terme Neige
m 0,9 0,9 0,7
(< 1 semaine) Altitude < 1 000
Instantanée Vent,mneige 1,1 1,1 0,9
exceptionnelle

5|Page
Valeur du kmod des panneaux de lamelles minces, longues et orientées (OSB)

Durée de chargement Classe de service


1 1 2

Classe de durée Exemple Hbois < 13 Hbois < 13 % 13 % < Hbois < 20
OSB/2 OSB/3, OSB/3, OSB/4
Permanente Charge de 0,3 0,4 0,3
(> 10 ans)
Long terme Stockage 0,45 0,5 0,4
(6 mois à 10 ans)
Moyen terme Charges
(1 semaine à 6 d’exploitation 0,65 0,7 0,55
Neige > 1000 m
Court terme Neige < 1000 m 0,85 0,9 0,7
(< 1 semaine)
Instantanée Vent, neige 1,1 1,1 0,9
exceptionnelle

1.4.2. Coefficient gM
La dispersion des caractéristiques mécaniques du métal est plus faible que la dispersion des produits
dérivés du bois, qui elle-même est plus faible que la dispersion du bois massif. Le coefficient M
(matériau) diminue la résistance des matériaux. Le tableau 17 indique la valeur du M pour les
principaux matériaux de structure.

Valeur du gM en fonction de la dispersion du matériau

États limites ultimes


Combinaisons fondamentales
Bois 1,3
Lamellé-collé 1,25
Matériaux
Lamibois (LVL), OSB 1,2
Assemblages 1,3
Combinaisons accidentelles 1,0
États limites de service 1,0

1.5. Valeurs limites de flèches

L’eurocode 5 distingue la flèche instantanée (Winst), la flèche de fluage (Wcreep), la contre-flèche (Wc),
la flèche résultante finale (Wnet,fin) et la flèche finale (Wfin).

La flèche instantanée (Winst) est provoquée par l’ensemble des charges au moment de leur application.

La flèche de fluage (Wcreep) correspond à l’amplification de la flèche due aux charges de longue durée.
Le calcul des charges est réalisé à partir des combinaisons d’actions quasi permanentes (ELSdiff, p.
6|Page
14). Un coefficient multiplicatif kdef (dans le tableau 19, p. 27) permet de tenir compte du fluage du
bois en service.

La flèche finale (Wfin) est la somme de flèche instantanée (Winst) et la flèche de fluage (Wcreep) : Wfin = Winst + Wcreep.

La contre-flèche (Wc) peut être réalisée à l’atelier lors de la fabrication de la poutre, notamment les
poutres en lamellé-collé. Elle permet d’augmenter sensiblement la valeur absolue de la déformation
de la poutre tout en restant dans les limites réglementaires.

La flèche résultante finale (Wnet,fin) est la flèche apparente totale mesurée sous la ligne des appuis. Elle
est déterminée par la formule :

Wnet,fin

= Wfin – Wc

= Winst + Wcreep – Wc

la flèche résultante finale (Wnet,fin) est mesurée sous les appuis

Wnet,fin Wc
Winst
Wfin

Wcreep

Trois contraintes sont imposées : la flèche finale, la flèche instantanée sous charges variables
(Winst(Q)) et l’éventuelle contre-flèche (incluse dans Wfin). Le tableau 18 indique les valeurs de
flèche conventionnelles. Ces valeurs sont des flèches relatives à la distance entre appuis. L/300
représente une flèche de 2 cm pour une poutre de 6 m entre appuis.

Valeurs limites pour les flèches verticales et horizontales

Bâtiments courants Bâtiments agricoles et


similaires
Winst(Q) Wnet,fin Wfin Winst(Q) Wnet,fin Wfin
Chevrons – L/150 L/150 – L/150 L/150
Éléments L/300 L/200 L/125 L/200 L/150 L/100
structuraux

Consoles et porte-à-faux : la valeur limite sera doublée. La valeur limite minimum est 5 mm.

Panneaux de planchers ou supports de toiture : Wnet,fin < L/250.


7|Page
Flèche horizontale : L/200 pour les éléments individuels soumis au vent. Pour les autres applications,
elles sont identiques aux valeurs limites verticales des éléments structuraux.

Le tableau 19 permet de calculer l’influence du fluage sur la déformation. Il mentionne la valeur de


kdef en fonction de l’humidité du bois. Ce critère est très important, car il peut varier de 0.6 à 2, voire 3
pour du bois dont l’humidité est supérieure à 20 %.

Valeur de Kdef (fluage)

Classe de service
1 2 3
Matériau / classe de durée de Hbois < 13 % 13 % < Hbois < 20 Hbois > 20
charge (local % (sous abris) % (extérieur)
NF EN 14081-1 chauffé)
Bois massif (1) 0,60 0,80 2,00
de mai 2006

Lamellé-collé NF EN 14080
de décembre 2005 0,60 0,80 2,00

Lamibois (LVL) NF EN 14374 0,60 0,80 2,00


de mars 2005
NF EN 636
de décembre 2003
Contreplaqué Milieu sec 0,80 Sans objet Sans objet
Milieu humide 0,80 1,00 Sans objet
Milieu extérieur 0,80 1,00 2,50
NF EN 300
d’octobre 2006
OSB
OSB/2 2,25 Sans objet Sans objet
OSB /3 /4 1,50 2,25 Sans objet
EN 312
de février 2004
Milieu sec (P4) 2,25 Sans objet Sans objet
Panneau
Milieu humide (P5) 2,25 3,00 Sans objet
de particules Sous contrainte 1,50 Sans objet Sans objet
élevée, milieu sec
(P6)
Sous
contrainte 1,50 2,25 Sans objet
élevée, milieu
(1) – Pour les bois massifs
humideplacés
(P7) à une humidité supérieure à 20 % et susceptibles de
sécher sous charge (classe de service 2), kdef est augmenté de 1,00.

1.6. Compression axiale avec risque de flambement

Les éléments sollicités en compression axiale sont généralement des poteaux, des montants de maison
à ossature bois, des éléments de contreventement, etc.

La contrainte de compression axiale induite par la charge (cf. la combinaison d’actions des états
limites ultimes, à la page 12) doit rester inférieure ou égale à la résistance de compression axiale
8|Page
calculée. S’il y a un risque de flambement, la résistance de compression sera diminuée par le
coefficient kc,z ou kc,y.

σ c ,0, d
Taux de travail= ≤1
Kc , z∗f c , 0, d

σc,0,d : contrainte de compression axiale induite par la combinaison des états limites ultimes en MPa

N
σ c , 0,d =
A

N : effort de compression en Newton.

A : aire de la pièce en mm2.

fc,0,d : résistance de compression axiale calculée en MPa

k∗kmod
f c , 0, d=f c , 0,
γm

fc,0,k : contrainte caractéristique de résistance en compression axiale en MPa.

kmod : coefficient modificatif en fonction de la charge de plus courte durée et de la classe de service.

M : coefficient partiel qui tient compte de la dispersion du matériau.

kc,y ou kc,z égal à 1 s’il n’y a pas de risque de flambement, sinon coefficient de flambement le plus
défavorable, selon l’axe y ou z

1
Kc , y=
( Ky+ √ Ky 2−λrel , y 2 )

Ky=0.5∗[ 1+ βc∗( λrel , y−0.3 )+ λrel , y 2 ]

βc = 0.2 pour le bois massif et 0,1 pour le bois lamellé-collé.

Le coefficient kc,z se calcule sur le même principe, mais par rapport à l’axe z.

lrel : prise en compte du flambage d’une pièce rectangulaire avec la même longueur de
flambement dans les deux directions de la section (y et z)

9|Page
Risque de flambage si l’élancement relatif rel, max > 0,3.

Le flambement correspond à l’instabilité d’une pièce soumise à de la compression axiale. Il y a risque


de déplacement selon l’élancement minimum de la pièce. Une pièce rectangulaire présente deux
directions principales d’inertie suivant les axes y et z. Sur le schéma 3, l’axe z est dans la même
direction que la hauteur. Le risque de flambement sera plus important autour de cet axe, il correspond
à l’axe de rotation si le poteau flambe (pour des liaisons identiques selon les axes y et z).

Axes y et z de la section
Z

Y
h

λrel , z=
λz
pi

√f c , 0, k
E 0,05

rel,z : élancement relatif suivant l’axe z.

z : élancement mécanique suivant l’axe z.

fc,0,k : contrainte caractéristique de résistance en compression axiale en MPa. E0,05 : module axial au 5e
pourcentile en MPa (ou caractéristique).

E0,05 : module axial au 5e pourcentile en MPa (ou caractéristique).

Influence des assemblages des extrémités sur la longueur de flambement

10 | P a g e
m=2 m=1 m = 0,7 m = 0,5
Lf = 2 lg Lf = lg Lf = 0,7 lg Lf = 0,5 lg

Lf
λz=
√ IGz / A
m : coefficient permettant de définir la longueur de flambement en fonction des liaisons aux
extrémités de la barre.

Lf : longueur de la barre en mm.

1.7. La flexion simple des poutres droites

La flexion concerne de nombreuses pièces, telles que les solives, poutres maîtresses et tous autres
éléments horizontaux. Cette sollicitation est la plus fréquemment rencontrée.

Les poutres travaillent en flexion simple lorsqu’elles se déforment dans un plan et lorsqu’elles ne
subissent pas simultanément d’autres sollicitations, telles que la traction ou la compression.

11 | P a g e
La justification des poutres droites travaillant en flexion doit être réalisée sur le critère résistance, la
poutre ne doit pas casser et sur le critère déformation, la flèche de la poutre ne doit pas dépasser une
valeur limite tenant compte de l’augmentation de la flèche dans le temps, c’est le fluage. Les
déformations augmentent avec la durée d’application de la charge et l’humidité du bois.

1.7.1. Vérification de la résistance (ELU)

La flexion produit une contrainte dans la direction de l’axe de la poutre, c’est-à- dire normale à la
section de la poutre. Cette contrainte est nulle sur la ligne moyenne (milieu de la poutre si la section
est symétrique). Elle est maximale dans la zone supérieure et inférieure de la poutre (schéma 18). La
contrainte de flexion est induite par la charge qui est calculée aux ELU, états limites ultimes (p. 12).
Elle doit rester inférieure à la contrainte de résistance déterminée.

σ m,d
Taux de travail= ≤1
Kcrit∗f m, d

σm,d : contrainte de flexion induite par la combinaison des états limites ultimes en MPa

Mf , y
σm ,d =
IGy
V

Mf,y : moment de flexion.

IG,y : moment quadratique, bh3/12 pour une section rectangulaire disposée sur chant.

V : distance à la fibre neutre, h/2 pour une section rectangulaire disposée sur chant.

k∗kmod
f m , d=f m , ∗ksys∗kh
γm

fm,k : contrainte caractéristique de résistance en flexion en MPa.

kmod : coefficient modificatif en fonction de la charge de plus courte durée et de la classe de service.

M : coefficient partiel qui tient compte de la dispersion du matériau. ksys et kh sont détaillés ci-après.

12 | P a g e
ksys : coefficient d’effet système

L’effet système apparaît lorsque plusieurs éléments porteurs de même nature et de même fonction
(solives, fermes) sont sollicités par un même type de chargement réparti uniformément. La résistance
de l’ensemble est alors supérieure à la résistance d’un seul élément pris isolément. Nous limiterons
son application aux solives et fermes assemblées par connecteurs. Le coefficient est de 1.1.

kh : coefficient de hauteur

Le coefficient kh majore les résistances pour les hauteurs inférieures à 150 mm pour le bois massif et
600 mm pour le bois lamellé-collé. Le risque de défauts cachés dans la structure du bois est moins
important pour les petites sections que pour les grandes sections.

Calcul du coefficient de hauteur pour du bois massif

Si h  150 mm, Kh = 1.

Si h  150 mm, Kh = min (1,3 ;(150/h)0.2). Avec h la hauteur de la pièce en mm.

Calcul du coefficient de hauteur pour du bois lamellé-collé

Si h  600 mm, Kh = 1.

Si h ‹ 600 mm, Kh = min (1,1 ;(600/h)0.1). Avec h la hauteur de la pièce en mm.

kcrit : coefficient d’instabilité provenant du déversement

Une poutre soumise à un moment de flexion peut déverser (flambement latéral de la membrure
comprimée). Le calcul du coefficient kcrit s’effectue à partir de la contrainte critique de flexion m,crit et
de l’élancement relatif de flexion rel,m.

Calcul de la contrainte critique σm,crit, contrainte à partir de laquelle apparaît le déversement

0.78∗E 0.05∗b 2
σm ,crit =
h .lef

E0,05 : module axial au 5e pourcentile (ou caractéristique) en MPa. b et h : hauteur et épaisseur de la


poutre en mm.

lef : longueur efficace, lef = L  klef en mm.

Valeurs de klef lorsque les appuis sont limités en torsion (sabots, encastrement dans un mur…) :

Sur appuis simples :


13 | P a g e
charge répartie : 0,9 ;

charge concentrée : 0,8.

Sur Porte-à-faux :

charge répartie : 0,5 ;

charge concentrée : 0,8.

Si la poutre est chargée sur sa fibre comprimée lef est augmentée de la valeur 2h. Si la poutre est
chargée sur sa partie tendue, lef est diminuée de 0,5h.

Calcul de l’élancement relatif de flexion lrel,m

λrel , m=
√ f m ,k
σm , crit

m,crit : contrainte critique de flexion.

fm,k : contrainte de flexion caractéristique en MPa.

Valeur du coefficient kcrit

Si rel,m  0,75 , kcrit = 1, pas de déversement.

Si 0,75 < rel,m  1,4, kcrit = 1,56 – 0,75 rel,m.

Si 1,4 < rel,m , kcrit = 1/


rel, .
2
m

14 | P a g e
1.8. Dimensionnements des solives et des pannes

On a les données suivantes :

 poids de la toiture en zinc est 25 Kg/m 2

 poids de l’isolation est 12 Kg/m2

 poids de la solive est 12 Kg/m 2

 poids de la panne est 13 Kg/m 2

 charge exploitation du a l’installation et l’entretient de la toiture de la toiture (poids d’une


personne) est 1.5 kN/m2

 Classe de service 1 (local chauffé)

 Entraxe entre pannes est de 4 m

 Entraxe entre portique est de 5m

1.8.1. DIMENTIONEMENT SOLIVE

On va travailler avec une solive C22 d’une hauteur de h=100 mm et largeur b= 100 mm

Entraxe entre les solives est de 0.5 m

G=( 25+12+12 )∗10=490 N /m2

On majore la force des poids à 0.5 kN/m2

D’où

q
=1.5∗Q+ 1.35∗G
m2

¿ 1.5∗1.5+1.35∗0.5=2.925 kN / m 2

Ce qui implique :

15 | P a g e
q
q= ∗e
m2

¿ 2.925∗0.5=1.4625 kN /m

Calcule de fm,d

k∗kmod
f m , d=f m , ∗ksys∗kh
γm

On h=100mm est on est dans le cas de bois massif donc

Kh = min (1,3 ;(150/h)0.2) = 1.08

Et Ksys=1.1

Kmod=0.9

ϒm=1.3

22∗0.9
f m , d= ∗1.1∗1.08=18.09 MPA
1.3

On doit vérifier que :

σ m,d
Taux de travail= ≤1
Kcrit∗f m, d

Mf , y
σm ,d =
Avec IGy
V

q ¿ L2
Mf , y= =2.925 kN . m
8

16 | P a g e
6∗2925∗1000
σm ,d = 2
=17.55 MPA
100∗100

Calculant σm,crit

0.78∗E 0.05∗b 2 0.78∗6700∗1002


σm ,crit = = =137.52 MPA
h .lef 100∗( 4000∗0.9+ 2∗100)

λrel , m=
√ f m ,k
σm, crit
=0.4

Donc

rel,m  0,75 , kcrit = 1, pas de déversement.

Finalement

σ m,d
Taux de travail= =0.97 ≤ 1
Kcrit∗f m, d

Donc le profiler (100*100) C22 vérifie les conditions de résistance et de déversement

1.8.2. Dimensionnements des pannes

On appliquera la transformation
suivante :

F
q=
a

Avec F dans notre cas est


q∗L
F= =2.925 kN d’entraxe a=0.5 m
2

17 | P a g e
F
D’où q= =5.85 kN /m
a

kN
Donc q=qsolive +1.35∗Gpanne=5.85+0.52=6.37
m

On pend q= 6.4 kN/m

On va travailler avec une panne C22 d’une hauteur de h=200 mm et largeur b= 200 mm

k∗kmod
f m , d=f m , ∗ksys∗kh
γm

On h=200mm est on est dans le cas de bois massif donc

h  150 mm, Kh = 1

Et Ksys=1.1

Kmod=0.9

ϒm=1.3

22∗0.9
f m , d= ∗1.1∗1=16.75 MPA
1.3

On doit vérifier que :

σ m,d
Taux de travail= ≤1
Kcrit∗f m, d

Mf , y
σm ,d =
Avec IGy
V
2
q¿ L
Mf , y= =20 kN . m
8

6∗20000∗1000
σm ,d = =15 MPA
200∗2002

18 | P a g e
Calculant σm,crit
2 2
0.78∗E 0.05∗b 0.78∗8000∗200
σm ,crit = = =254.69 MPA
h .lef 200∗(5000∗0.9+2∗200)

λrel , m=
√ f m ,k
σm , crit
=0.29

Donc

rel,m  0,75 , kcrit = 1, pas de déversement.

Finalement

σ m,d
Taux de travail= =0.89 ≤ 1
Kcrit∗f m, d

Donc le profiler (200*200) C22 vérifie les conditions de résistance et de déversement

1.9. Dimensionnements du portique (poutre + poteau)

1.9.1. Dimensionnement de la poutre

De la même façon on a les pannes qui s’appuient sur les poutres d’où on doit transformer les
forces concentrés en une charge équivalente repartie

Avec F dans notre cas est F=q∗l=32 kN d’entraxe a=4 m

F
D’où p= =8 kN /m
a

Pour le calcul des charge appliquer on a utilisé le logiciel Robot l’analyse du vent o néglige la
charge de neige vu que Fès n’est pas dans la zone de risque de neige et des combinaisons des
charge et résumé ci-dessous

1.9.2. CALCUL DES CHARGES DE NEIGE ET VENT selon NV65

19 | P a g e
Le calcul des charges de vents sont calculés grâce à une simulation Robot le détail de ce calcule
est dans l’annexe N 1.

1.9.3. Combinaison de charge à l’état limite ultime

On ci-dessous la représentation du portique avec les numéros des barre et des nœuds

Les combinaisons adopter à l’état limite ultime est :

q=1.35 G+ 1.5Q+1.5 W

Les forces et les moments appliqués sur le portique sont calculés à l’aide de Robot les valeurs
maximales nécessaires au dimensionnements sont résumé dans le tableau ci-dessous

Fx [kN] Fz [kN] My
[kN.m]
barre 1 43.83 24 123.25
barre 2 81.79 13.22 123.25
barre 3 84.26 7.22 110.84

1.9.4. Flexion composée, flexion et compression

Les contraintes de flexion et de compression sont induites par la charge calculée aux ELU, états
limites ultimes.

La somme des deux rapports suivants doit rester inférieure à 1 :

 contrainte de flexion induite divisée par la contrainte de résistance de flexion ;

20 | P a g e
 contrainte de compression induite sur la contrainte de résistance de compression. Dans
cette configuration (risque de déversement et de flambement), il faut :

 majorer le taux de travail de la flexion par le coefficient kcrit de risque de déversement et


l’élever au carré ;

 majorer le taux de travail de la compression par le coefficient kc,z de risque de


flambement.

2
σ c , 0, d σ m, d
Taux de travail= (+ )
K c , z∗f c ,0, d K crit∗f m , d
≤1

c,0,d : contrainte de compression induite par la combinaison d’action des états limites ultimes en
MPa.

fc,0,d : résistance de compression calculée en MPa.

kc,z : coefficient de flambement (ou kc,y s’il est plus défavorable).

m,d : contrainte de flexion induite par la combinaison d’action des états limites ultimes en MPa.

fm,d : résistance de flexion calculée en MPa.

kcrit : coefficient d’instabilité provenant du déversement.

Le choix du profilé doit satisfaire les conditions de résistance mécanique, résistance au


flambement et condition d’assemblage

Pour le cas de la poutre on a opté pour un profilé en bois lamellé GL36c (1000*270)
2
σ c , 0, d σ m, d
Taux de travail= (+ )
K c , z∗f c ,0, d K crit∗f m , d
≤1

Avec

N 43.83∗1000
σ c , 0,d = = =0.1623 MPA
A 1000∗270

Mf , y Mf , y
σm ,d = = =2.74 MPA
IGy b∗h∗h
V 6

k∗kmod 29∗0.9
f c , 0, d=f c , 0, = =20.08 MPA
γm 1.3

21 | P a g e
k∗kmod
f m , d=f m , ∗ksys∗kh
γm

Calcul du coefficient de hauteur pour du bois lamellé-collé

Si h  600 mm, Kh = 1

36∗0.9
f m , d= ∗1.1∗1=27.41 MPA
1.3

0.78∗E 0.05∗b 2
σm ,crit = =33.83 MPA
h .lef

λrel , m=
√ f m ,k
σm , crit
=1.031

Si 0,75 < rel,m  1,4, kcrit = 1,56 – 0,75 rel,m.

Krit=0.79

Lf
λz=
√ IGz / A

Lf est déduite du tableau page 15

Lf= L = 20m

20000
λz= =69.28
√ 83333.33
20000
λy= =256.6
√ 6075
L’elancement le plus important est suivant l’axe y

λrel , y=
λy
pi


f c ,0, k
E 0,05
=4.03

Ky=0.5∗[ 1+ βc∗( λrel , y−0.3 )+ λrel , y 2 ]=8.81

1
Kc , y= =0.06
( Ky+ √ Ky 2−λrel , y 2 )

22 | P a g e
2
σ c , 0, d σ m, d
Taux de travail= (+
K c , z∗f c ,0, d K crit∗f m , d)=0.15 ≤ 1

1.9.5. Dimensionnement du poteau

Pour le cas des poteaux on a opté pour un profilé en bois lamellé GL36c (1200*270)
2
σ c , 0, d σ m, d
Taux de travail= + (
K c , z∗f c ,0, d K crit∗f m , d
≤1)
Avec

N 84.26∗1000
σ c , 0,d = = =0.26 MPA
A 1200∗270

Mf , y Mf , y
σm ,d = = =1.9 MPA
IGy b∗h∗h
V 6

k∗kmod 29∗0.9
f c , 0, d=f c , 0, = =20.08 MPA
γm 1.3

k∗kmod
f m , d=f m , ∗ksys∗kh
γm

Calcul du coefficient de hauteur pour du bois lamellé-collé

h  600 mm, Kh = 1

36∗0.9
f m , d= ∗1.1∗1=27.41 MPA
1.3
2
0.78∗E 0.05∗b
σm ,crit = =81.72 MPA
h .lef

λrel , m=
√ f m ,k
σm , crit
=0.66

Si rel,m  0.75 kcrit = 1.

Lf
λz=
√ IGz / A

Lf est déduite du tableau page 15

23 | P a g e
lf =2∗h∗√ 1+0.8∗k

i
∗l
I
k=
h

l : portée

h : hauteur

i : moment quadratique du poteau

I : Moment quadratique de la traverse


3
i 1200
∗l 3
∗20000
I 1000
k= = =6.912
h 5000

lf =2∗h∗√ 1+0.8∗k=25.55 m

25550
λz= =73.76
√ 120000
25550
λy= =327.8
√ 6075
L’elancement le plus important est suivant l’axe y

λrel , y=
λy
pi


f c ,0, k
E 0,05
=5.15

Ky=0.5∗[ 1+ βc∗( λrel , y−0.3 )+ λrel , y 2 ]=14

1
Kc , y= =0.037
( Ky+ √ Ky 2−λrel , y 2 )

2
σ c , 0, d σ m, d
Taux de travail= (
+ )
K c , z∗f c ,0, d K crit∗f m , d
=0.35 ≤ 1

24 | P a g e
D’où on conclut que les profilé son bien adapter

1.10.Assemblage

Les assemblages dans la construction bois assurent la liaison de plusieurs pièces entre elles et la
transmission des sollicitations.

Le classement des assemblages s’effectue selon plusieurs critères. Le premier est le type
d’assemblage. Il existe des assemblages à entailles (tenon-mortaise, embrèvement, etc.) et des
assemblages par juxtaposition. On distingue dans ce deuxième type d’assemblage les différentes
variétés d’organes (pointes, agrafes, boulons, etc.) et le nombre de plans de cisaillement (simple,
double ou cisaillement multiple). Le deuxième critère est la modélisation mécanique : appui
simple ou glissant, articulation et encastrement. Le dernier critère est l’orientation des actions :
chargement latéral, axial ou combiné.

De la modélisation mécanique d’un assemblage découlent à la fois la nature et l’intensité des


actions qu’il doit transmettre. La résolution – manuelle ou à l’aide d’un logiciel de calcul de
structure – du problème mécanique permet de déterminer ces résultats. Ensuite, la recherche des
actions locales au niveau des plans de contact ou des organes d’assemblage constitue une partie
délicate et non réglementaire de la conception des assemblages. Il est nécessaire de déterminer
les surfaces ou organes actifs pour chaque combinaison d’action à étudier. Dans le cas des
ferrures, il est essentiel de déterminer le comportement cinématique de celles-ci (recherche du
centre de rotation d’une couronne de boulon ou d’une ferrure par exemple) afin d’effectuer le
calcul d’équilibre statique.

Assemblages par contact direct ou à entailles


Les assemblages par contact direct ou à entailles comprennent essentiellement les
enfourchements, embrèvements, les tenons-mortaises et les queues d’aronde. La majorité de ces
assemblages possèdent un sens de fonctionnement privilégié : la compression. En cas d’inversion
d’effort, il est nécessaire d’ajouter à l’assemblage un dispositif complémentaire (boulon par
exemple).

Pour l’assemblage à queue d’aronde, à nouveau très prisé avec le développement des centres
d’usinage à commande numérique, l’angle de taille de la partie mâle fragilise la section droite du
tenon lors d’une utilisation sur des solives fléchies.

1.10.1. Assemblages par crampons

Les crampons (EN 912 et EN 14545) sont utilisés comme éléments complémentaires
d’assemblage autour d’un boulon utilisé dans ce cas pour maintenir les pièces plaquées. Ils sont

25 | P a g e
en métal et leurs dents pénètrent dans le bois lors
du serrage. Les crampons sont de deux sortes :
simple ou double face :

 double face pour les assemblages bois-


bois ;

 simple face utilisable pour les assemblages


bois-métal ou bois-bois. Les crampons
simple face permettent de réaliser des
assemblages démontables.

Le montage des crampons nécessite des efforts importants pour permettre la pénétration des
dents dans le bois. Ceci n’est possible que pour des essences pas trop denses. Les fabricants
précisent la masse volumique maximale et avec des boulons de classe de résistance adaptée, la
résistance en traction de la tige doit être suffisante. Si les boulons sont utilisés pour le serrage, il
est nécessaire de dimensionner les rondelles en conséquence. La pression sous la rondelle lors du
serrage doit pouvoir être supportée par la partie de bois sous la rondelle.

1.10.2. Justification
Il faut vérifier la résistance des assemblages par crampons.

Fv , Ed
Taux de travail : ≤1
Fv , Rd
Fv,Ed : sollicitation agissante latérale.

kmod
Fv,Rd : capacité résistante latérale calculée, Fv , Rd= ∗Fv , Rk
γM
FV,Rk : résistance caractéristique du crampon en N.

kmod : coefficient modificatif en fonction de la charge de plus courte durée et de la classe de


service.

ϒM : coefficient partiel qui tient compte de la dispersion du matériau.

Contrairement aux anneaux, la contribution du boulon est ajoutée dans le calcul de la résistance
de l’ensemble.

Capacité résistante Fv,,Rk

Fv,Rk est la capacité résistante d’un crampon pour un plan de cisaillement (N). Elle dépend du nombre de
face :

{
1.5
Fv , Rk= 18∗k 1∗k 2∗k 3∗dc1.5 simple face
25∗k 1∗k 2∗k 3∗dc double face

26 | P a g e
k1, k2 et k3 : facteurs de modification.

Les valeurs de dc sont dépends du type et la forme du crampon les valeurs sont résumés dans le
tableau suivant :

Type de crampon Forme dc (mm)


C1 - C2 - C6 – C7 - Circulaire Ø
C5 - C8 - C9 Carré a
C3 - C4 Rectangulaire √ a∗b

1.10.3. Assemblage adopté entre poteaux et poutre

L’assemblage entre poteaux et poutre sont assuré par des crampons à double face de classe C1 ils ont
une forme circulaire le diamètre du boulon adopté est de 24 mm, le nombre de crampon adopté est de
14. Le détail du calcul de l’assemblage est à l’annexe N2.

1.10.4. Vérification par Robot

Les résultats de la vérification par Robot selon la norme CB71 sont détaillés dans l’annexe N3.

1.11.Le bois et le feu

Si le bois est certes combustible, il offre une excellente tenue au feu par rapport aux autres
matériaux de construction. Il a notamment une forte capacité à conserver ses propriétés
mécaniques sous les effets d’un incendie, ce qui permet d’assurer une grande stabilité des
ouvrages. Le bois possède pour atouts une très faible dilatation thermique et une très faible
conductivité thermique. En outre, contrairement à de nombreuses autres matières, le bois dégage
1500 fois moins de gaz toxiques. D’ailleurs, des pays comme la Suède et certains länder
allemands interdisent les menuiseries en PVC et leur préfèrent celles en bois.

1.11.1. Résistance au feu

La résistance au feu représente le temps pendant lequel les éléments de construction continuent à
remplir leur fonction malgré l’action de l’incendie. Elle concerne les éléments porteurs (poteaux,
poutres, structures de toitures, planchers), ainsi que les éléments de séparation ou de protection
(cloisons, portes, plafonds, conduits, clapets, ventilateurs de désenfumage). On distingue trois
critères de résistance au feu, exprimés en fraction d’heure :

 la stabilité au feu (SF) : durée pendant laquelle l’élément résiste mécaniquement ;

27 | P a g e
 le degré pare-flamme (PF) : durée pendant laquelle l’élément reste étanche aux flammes,
aux gaz et aux fumées ;

 le degré coupe-feu (CF) : durée pendant laquelle l’élément assure une isolation thermique
suffisante pour ne pas échauffer la face non exposée au foyer.

1.11.2. LES SOLUTIONS CONSTRUCTIVES BOIS

Lors d’un incendie, la résistance au feu des éléments de structure en bois (poteaux, murs,
poutres, planchers...) doit être assez élevée pour pouvoir continuer à assurer leur rôle afin de
permettre l’évacuation des personnes présentes.

a) La résistance au feu des parois

La stabilité des éléments de structure doit être assurée pendant toute la durée nécessaire à
l’évacuation des occupants. La résistance au feu d’une paroi dépend du type de parement utilisé.

Dès le stade préparatoire, le comportement et la stabilité au feu des structures, ainsi que les
degrés coupe-feu des différentes parois nécessitant un traitement de tenue au feu, doivent être
identifiés. En fonction des exigences requises, les éléments en bois exposés sont protégés par des
plaques de plâtre cartonnées ou fibreuses, voire des matériaux ininflammables. La résistance au
feu d’un ouvrage (stabilité au feu SF ou degré coupe-feu CF) peut être soit justifiée par le calcul,

28 | P a g e
soit obtenue par ajout d’un parement de protection possédant un PV d’essais, soit par la
combinaison des deux.

b) La résistance au feu des planchers

La résistance au feu des planchers est particulièrement importante pour maintenir la stabilité du
bâtiment le plus longtemps possible. Au niveau du plancher intermédiaire, la lame d’air dans le
mur extérieur et le mur mitoyen doit être interrompue au moyen d’un élément coupe-feu.

c) La résistance au feu des charpentes

Une charpente doit être conçue de manière à rester stable sous les contraintes et les effets de
charge qu'elle peut subir. Elle doit pouvoir supporter son propre poids, celui des matériaux de
couverture et, le cas échéant, celui de la neige. Elle doit également résister au vent. Structure
porteuse, elle doit aussi pouvoir tenir son rôle face à un incendie le plus longtemps possible afin
de permettre l'évacuation des occupants.

Annexe 1

CALCUL DES CHARGES DE NEIGE ET VENT selon NV65

DIMENSIONS DU BATIMENT
Hauteur: 5.00 m
Largeur: 20.00 m

29 | P a g e
Profondeur: 35.00 m
Toitures isolées: inactives
Flèche de la toiture: 0.00 m

Entraxe des portiques: 5.00 m


Position du sol: 0.00 m
Altitude de la construction: 5.00 m

DONNEES VENT
Région: 2
Type vent: normal
Site: normal ks= 1.000
Toiture multiple: désactivé
Potelets intermédiaires: non actif
Décrochements de façade: désactivé

Ce-Ci Minimum non actif


Action dynamique du vent: désactivée

Pression de base: 0.60 kPa

barre: 2 x = 0.00 qH: 0.45 kPa qr = qH * ks : 0.45 kPa


x = 1.00 qH: 0.53 kPa qr = qH * ks : 0.53 kPa

barre: 1 x = 0.00 qH: 0.53 kPa qr = qH * ks : 0.53 kPa


x = 1.00 qH: 0.53 kPa qr = qH * ks : 0.53 kPa

barre: 3 x = 0.00 qH: 0.53 kPa qr = qH * ks : 0.53 kPa


x = 1.00 qH: 0.45 kPa qr = qH * ks : 0.45 kPa

Perméabilité avancée: désactivée

Perméabilité
droite: 0.0 % Porte droite: 0.0 %
gauche: 0.0 % gauche: 5.7 %
avant: 0.0 % avant: 0.0 %
arrière: 0.0 % arrière: 0.0 %

RESULTATS VENT

Cas de charge: Vent G/D sur.(+)


Lambda : 0.143
Gamma : 0.850
Delta : 0.870
Coefficients de chargement
barre: 2 Ce : 0.800 CiS : 0.417 Ce-Ci = 0.383 de x = 0.000 à x = 1.000
barre: 1 Ce : -0.280 CiS : 0.417 Ce-Ci = -0.697 de x = 0.000 à x = 1.000
barre: 3 Ce : -0.305 CiS : 0.417 Ce-Ci = -0.722 de x = 0.000 à x = 1.000

30 | P a g e
pignon: Av Ce : -0.305 CiS : 0.417
pignon: Ar Ce : -0.305 CiS : 0.417

Cas de charge: Vent G/D dép.(-)


Lambda : 0.143
Gamma : 0.850
Delta : 0.870
Coefficients de chargement
barre: 2 Ce : 0.800 CiD : -0.200 Ce-Ci = 1.000 de x = 0.000 à x = 1.000
barre: 1 Ce : -0.280 CiD : -0.200 Ce-Ci = -0.080 de x = 0.000 à x = 1.000
barre: 3 Ce : -0.305 CiD : -0.200 Ce-Ci = -0.105 de x = 0.000 à x = 1.000
pignon: Av Ce : -0.305 CiD : -0.200
pignon: Ar Ce : -0.305 CiD : -0.200

Cas de charge: Vent D/G sur.(+)


Lambda : 0.143
Gamma : 0.850
Delta : 0.870
Coefficients de chargement
barre: 2 Ce : -0.305 CiS : 0.417 Ce-Ci = -0.722 de x = 0.000 à x = 1.000
barre: 1 Ce : -0.280 CiS : 0.417 Ce-Ci = -0.697 de x = 0.000 à x = 1.000
barre: 3 Ce : 0.800 CiS : 0.417 Ce-Ci = 0.383 de x = 0.000 à x = 1.000
pignon: Av Ce : -0.305 CiS : 0.417
pignon: Ar Ce : -0.305 CiS : 0.417

Cas de charge: Vent D/G dép.(-)


Lambda : 0.143
Gamma : 0.850
Delta : 0.870
Coefficients de chargement
barre: 2 Ce : -0.305 CiD : -0.200 Ce-Ci = -0.105 de x = 0.000 à x = 1.000
barre: 1 Ce : -0.280 CiD : -0.200 Ce-Ci = -0.080 de x = 0.000 à x = 1.000
barre: 3 Ce : 0.800 CiD : -0.200 Ce-Ci = 1.000 de x = 0.000 à x = 1.000
pignon: Av Ce : -0.305 CiD : -0.200
pignon: Ar Ce : -0.305 CiD : -0.200

Cas de charge: Vent Av./Arr. sur.(+)


Lambda : 0.250
Gamma : 0.850
Delta : 0.791
Coefficients de chargement
barre: 2 Ce : -0.305 CiS : 0.417 Ce-Ci = -0.722 de x = 0.000 à x = 1.000
barre: 1 Ce : -0.280 CiS : 0.417 Ce-Ci = -0.697 de x = 0.000 à x = 1.000
barre: 3 Ce : -0.305 CiS : 0.417 Ce-Ci = -0.722 de x = 0.000 à x = 1.000
pignon: Av Ce : 0.800 CiS : 0.417
pignon: Ar Ce : -0.305 CiS : 0.417

Cas de charge: Vent Av./Arr. dép.(-)


Lambda : 0.250

31 | P a g e
Gamma : 0.850
Delta : 0.791
Coefficients de chargement
barre: 2 Ce : -0.305 CiD : -0.200 Ce-Ci = -0.105 de x = 0.000 à x = 1.000
barre: 1 Ce : -0.280 CiD : -0.200 Ce-Ci = -0.080 de x = 0.000 à x = 1.000
barre: 3 Ce : -0.305 CiD : -0.200 Ce-Ci = -0.105 de x = 0.000 à x = 1.000
pignon: Av Ce : 0.800 CiD : -0.200
pignon: Ar Ce : -0.305 CiD : -0.200

Cas de charge: Vent G/D portes(G)


Lambda : 0.143
Gamma : 0.850
Delta : 0.870
Coefficients de chargement
barre: 2 Ce : 0.800 CiD : -0.200 Ce-Ci = 1.000 de x = 0.000 à x = 1.000
barre: 1 Ce : -0.280 CiS : 0.426 Ce-Ci = -0.706 de x = 0.000 à x = 1.000
barre: 3 Ce : -0.305 CiS : 0.426 Ce-Ci = -0.731 de x = 0.000 à x = 1.000
pignon: Av Ce : -0.305 CiS : 0.426
pignon: Ar Ce : -0.305 CiS : 0.426

Cas de charge: Vent D/G portes(G)


Lambda : 0.143
Gamma : 0.850
Delta : 0.870
Coefficients de chargement
barre: 2 Ce : -0.305 CiS : 0.417 Ce-Ci = -0.722 de x = 0.000 à x = 1.000
barre: 1 Ce : -0.280 CiD : -0.200 Ce-Ci = -0.080 de x = 0.000 à x = 1.000
barre: 3 Ce : 0.800 CiD : -0.200 Ce-Ci = 1.000 de x = 0.000 à x = 1.000
pignon: Av Ce : -0.305 CiD : -0.200
pignon: Ar Ce : -0.305 CiD : -0.200

Cas de charge: Vent Av./Arr. portes(G)


Lambda : 0.250
Gamma : 0.850
Delta : 0.791
Coefficients de chargement
barre: 2 Ce : -0.305 CiS : 0.417 Ce-Ci = -0.722 de x = 0.000 à x = 1.000
barre: 1 Ce : -0.280 CiD : -0.200 Ce-Ci = -0.080 de x = 0.000 à x = 1.000
barre: 3 Ce : -0.305 CiD : -0.200 Ce-Ci = -0.105 de x = 0.000 à x = 1.000
pignon: Av Ce : 0.800 CiD : -0.200
pignon: Ar Ce : -0.305 CiD : -0.200

VALEURS DES CHARGES NV selon NV65

CHARGE DE VENT

Cas de charge : Vent G/D sur.(+)

32 | P a g e
barre : 1 P : 1.61 kN/m sur toute de longueur de la barre
barre : 2 P : de -0.75 kN/m pour x = 0.000 à -0.89 kN/m pour x = 1.000
barre : 3 P : de -1.42 kN/m pour x = 0.000 à -1.67 kN/m pour x = 1.000

Cas de charge : Vent G/D dép.(-)


barre : 1 P : 0.18 kN/m sur toute de longueur de la barre
barre : 2 P : de -1.96 kN/m pour x = 0.000 à -2.31 kN/m pour x = 1.000
barre : 3 P : de -0.21 kN/m pour x = 0.000 à -0.24 kN/m pour x = 1.000

Cas de charge : Vent D/G sur.(+)


barre : 1 P : 1.61 kN/m sur toute de longueur de la barre
barre : 2 P : de 1.42 kN/m pour x = 0.000 à 1.67 kN/m pour x = 1.000
barre : 3 P : de 0.75 kN/m pour x = 0.000 à 0.89 kN/m pour x = 1.000

Cas de charge : Vent D/G dép.(-)


barre : 1 P : 0.18 kN/m sur toute de longueur de la barre
barre : 2 P : de 0.21 kN/m pour x = 0.000 à 0.24 kN/m pour x = 1.000
barre : 3 P : de 1.96 kN/m pour x = 0.000 à 2.31 kN/m pour x = 1.000

Cas de charge : Vent Av./Arr. sur.(+)


barre : 1 P : 1.46 kN/m sur toute de longueur de la barre
barre : 2 P : de 1.29 kN/m pour x = 0.000 à 1.52 kN/m pour x = 1.000
barre : 3 P : de -1.29 kN/m pour x = 0.000 à -1.52 kN/m pour x = 1.000

Cas de charge : Vent Av./Arr. dép.(-)


barre : 1 P : 0.17 kN/m sur toute de longueur de la barre
barre : 2 P : de 0.19 kN/m pour x = 0.000 à 0.22 kN/m pour x = 1.000
barre : 3 P : de -0.19 kN/m pour x = 0.000 à -0.22 kN/m pour x = 1.000

Cas de charge : Vent G/D portes(G)


barre : 1 P : 1.63 kN/m sur toute de longueur de la barre
barre : 2 P : de -1.96 kN/m pour x = 0.000 à -2.31 kN/m pour x = 1.000
barre : 3 P : de -1.44 kN/m pour x = 0.000 à -1.69 kN/m pour x = 1.000

Cas de charge : Vent D/G portes(G)


barre : 1 P : 0.18 kN/m sur toute de longueur de la barre
barre : 2 P : de 1.42 kN/m pour x = 0.000 à 1.67 kN/m pour x = 1.000
barre : 3 P : de 1.96 kN/m pour x = 0.000 à 2.31 kN/m pour x = 1.000

Cas de charge : Vent Av./Arr. portes(G)


barre : 1 P : 0.17 kN/m sur toute de longueur de la barre
barre : 2 P : de 1.29 kN/m pour x = 0.000 à 1.52 kN/m pour x = 1.000
barre : 3 P : de -0.19 kN/m pour x = 0.000 à -0.22 kN/m pour x = 1.000

33 | P a g e
Annexe 2

Note de calcul de l'assemblage

A. Géométrie et caractéristiques des barres


1) Poteau

Epaisseur d'une pièce = 270 mm

34 | P a g e
Hauteur = 1200 mm

Fruit = 2.3 °

Hauteur au rein = 1180 mm

Type de bois : Lamellé collé

2) Caractéristiques du bois pour cette barre

Nature du bois : Lamellé collé

Essence de bois : GL36 panaché AcerB

Humidité du bois : 12 %

Compression axiale : 138.0 daN/cm2 (adm. 138.0 daN/cm2)

Compression perpendiculaire : 32.0 daN/cm2 (adm. 32.0 daN/cm2)

Traction axiale : 107.0 daN/cm2 (adm. 107.0 daN/cm2)

Traction perpendiculaire : 2.0 daN/cm2 (adm. 2.0 daN/cm2)

Cisaillement axial : 18.0 daN/cm2 (adm. 18.0 daN/cm2)

Flexion : 171.0 daN/cm2 (adm. 171.0 daN/cm2)

3) Traverse

Epaisseur = 270 mm

Hauteur = 1000 mm

Pente toiture = 0 °

Pente sous-face = 0 °

Hauteur au rein = 1000 mm

Type de bois : Lamellé collé

4) Caractéristiques du bois pour cette barre

Nature du bois : Lamellé collé

35 | P a g e
Essence de bois : GL36 panaché AcerB

Humidité du bois : 12 %

Compression axiale : 138.0 daN/cm2 (adm. 138.0 daN/cm2)

Compression perpendiculaire : 32.0 daN/cm2 (adm. 32.0 daN/cm2)

Traction axiale : 107.0 daN/cm2 (adm. 107.0 daN/cm2)

Traction perpendiculaire : 2.0 daN/cm2 (adm. 2.0 daN/cm2)

Cisaillement axial : 18.0 daN/cm2 (adm. 18.0 daN/cm2)

Flexion : 171.0 daN/cm2 (adm. 171.0 daN/cm2)

5) Portique

Hauteur H1 = 5000 mm (intersection des arêtes extérieures)

Hauteur du poteau = 5000 mm

Demi-portée = 10000 mm

Longueur de la traverse = 10000 mm

Altitude du rein = 4500 mm

Abscisse du rein = 590 mm (au bord gauche du pied de poteau)

6) Assembleurs

Type d'assembleur : Crampon

Détail : Double denture

Libellé = C1 117 b24

Diam. Boulon = 24 mm

Résistance nominale = 3960 daN

Nombre total d'assembleurs = 14 (x2)

Nombre de lignes= 4

Nombre de colonnes = 5

36 | P a g e
Largeur biaise du rectangle = 750 mm

Hauteur droite du rectangle = 650 mm

Pas horizontal = 187.5 mm mini 175 mm

Pas vertical = 216.7 mm mini 175 mm

Pince gauche = 215 mm mini 175 mm

Pince droite = 202 mm mini 95.1 mm

Pince haute = 175 mm mini 175 mm

Pince basse = 175 mm mini 95 mm

B. Efforts appliqués

1) Traverse

Effort normal N = 4383 daN

Effort tranchant T = 2400 daN

Moment M = 12325 daNm

C. Vérification de l'assemblage

1) Eléments du calcul

Cisaillement assembleur (en daN) : 3816 <= 3960 OK

Accrochage extrémité traverse : 0.264 <= 1 OK

Cisaillement Rdm traverse : 0.074 <= 1 OK

Accrochage extrémité poteau : 0.097 <= 1 OK

Cisaillement Rdm poteau : 0.057 <= 1 OK

Disposition des assembleurs : OK

Dimensions assembleur possibles : OK

37 | P a g e
2) Conclusion

Assemblage satisfaisant

Annexe 3

CALCUL DES STRUCTURES BOIS


----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
NORME: CB71
TYPE D'ANALYSE: Vérification des pièces
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
FAMILLE:
PIECE: 1 Poutre bois_1 POINT: 3 COORDONNEE: x = 1.00 L = 20.00 m
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
CHARGEMENTS:
Cas de charge décisif: 12 ULS /4/ 1*1.35 + 2*1.00 + 4*1.50
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
MATERIAU:
GL36c AcerB Humidité du bois: 12.00 %

38 | P a g e
Variation de l'humidité: 0.00 %
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

PARAMETRES DE LA SECTION: RECT_1


ht=100.0 cm
bf=27.0 cm Ay=1800.00 cm2 Az=1800.00 cm2 Ax=2700.00 cm2
ea=13.5 cm Iy=2250000.00 cm4 Iz=164025.00 cm4 Ix=544497.39 cm4
es=13.5 cm Wely=45000.00 cm3 Welz=12150.00 cm3
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
CONTRAINTES DE CALCUL: CONTRAINTES ADMISSIBLES:
Sig' = 65.76/2700.00 = 0.24 MPa Sig'_b = 13.80 MPa
SigF_b = 17.10 MPa
SigFy = My/Wely coef.humcom = 1.12
= -333.12/45000.00 = 7.40 MPa coef.humflex = 1.06
coef.angle = 1.00
coef.haut = 1.00
coef.larg = 1.00
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

PARAMETRES DE DEVERSEMENT:
ld = 20.00 m Sig_cr = 34.12 MPa kinst = 1.00
ld mod = 0.9*lD-0.5*h =17.50 m Lambda = 0.71
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
PARAMETRES DE FLAMBEMENT:

en y: en z:
Ly = 20.00 m Lambda y = 69.28 Lz = 20.00 m Lambda z = 256.60
LFy = 20.00 m Ky = 1.62 LFz = 20.00 m Kz = 1000.00

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
FORMULES DE VERIFICATION:
Sig_adm = SigF_b*coef.humflex*coef.haut = 17.10*1.06*1.00 = 18.13 MPa
|(SigF_b/Sig'_b)*K*Sig'| + |SigFy/kinst| = ((17.10*1.06)/(13.80*1.12))*1000.00*0.24 + 7.40/1.00 = 293.03 >
18.13 MPa

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Profil instable !!!
CALCUL DES STRUCTURES BOIS
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
NORME: CB71
TYPE D'ANALYSE: Vérification des pièces
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
FAMILLE:
PIECE: 2 Poteau bois_2 POINT: 3 COORDONNEE: x = 1.00 L = 5.00 m
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
CHARGEMENTS:
Cas de charge décisif: 12 ULS /10/ 1*1.35 + 2*1.00 + 10*1.50
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
MATERIAU:
CB_RESIN C18 Humidité du bois: 18.00 %
Variation de l'humidité: 0.00 %
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

39 | P a g e
PARAMETRES DE LA SECTION: RECT_2
ht=120.0 cm
bf=27.0 cm Ay=2160.00 cm2 Az=2160.00 cm2 Ax=3240.00 cm2
ea=13.5 cm Iy=3888000.00 cm4 Iz=196830.00 cm4 Ix=675676.72 cm4
es=13.5 cm Wely=64800.00 cm3 Welz=14580.00 cm3
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
CONTRAINTES DE CALCUL: CONTRAINTES ADMISSIBLES:
Sig' = 117.81/3240.00 = 0.36 MPa Sig'_b = 8.50 MPa
SigF_b = 8.00 MPa
SigFy = My/Wely coef.humcom = 0.88
= -345.42/64800.00 = 5.33 MPa coef.humflex = 0.94
coef.angle = 1.00
coef.haut = 0.80
coef.larg = 0.84
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

PARAMETRES DE DEVERSEMENT:
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
PARAMETRES DE FLAMBEMENT:

en y: en z:
Ly = 5.00 m Lambda y = 14.43 Lz = 5.00 m Lambda z = 64.15
LFy = 5.00 m Ky = 1.00 LFz = 5.00 m Kz = 1.47

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
FORMULES DE VERIFICATION:
Sig_adm = SigF_b*coef.humflex*coef.haut = 8.00*0.94*0.80 = 6.02 MPa
|(SigF_b/Sig'_b)*K*Sig'| + |SigFy| = ((8.00*0.94)/(8.50*0.88))*1.47*0.36 + 5.33 = 5.87 < 6.02 MPa

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Profil correct !!!

CALCUL DES STRUCTURES BOIS


----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
NORME: CB71
TYPE D'ANALYSE: Vérification des pièces
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
FAMILLE:
PIECE: 3 Poteau bois_3 POINT: 3 COORDONNEE: x = 1.00 L = 5.00 m
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
CHARGEMENTS:
Cas de charge décisif: 12 ULS /4/ 1*1.35 + 2*1.00 + 4*1.50
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
MATERIAU:
CB_RESIN C18 Humidité du bois: 18.00 %
Variation de l'humidité: 0.00 %
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

PARAMETRES DE LA SECTION: RECT_2


ht=120.0 cm
bf=27.0 cm Ay=2160.00 cm2 Az=2160.00 cm2 Ax=3240.00 cm2
ea=13.5 cm Iy=3888000.00 cm4 Iz=196830.00 cm4 Ix=675676.72 cm4

40 | P a g e
es=13.5 cm Wely=64800.00 cm3 Welz=14580.00 cm3
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
CONTRAINTES DE CALCUL: CONTRAINTES ADMISSIBLES:
Sig' = 116.54/3240.00 = 0.36 MPa Sig'_b = 8.50 MPa
SigF_b = 8.00 MPa
SigFy = My/Wely coef.humcom = 0.88
= 333.12/64800.00 = 5.14 MPa coef.humflex = 0.94
coef.angle = 1.00
coef.haut = 0.80
coef.larg = 0.84
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

PARAMETRES DE DEVERSEMENT:
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
PARAMETRES DE FLAMBEMENT:

en y: en z:
Ly = 5.00 m Lambda y = 14.43 Lz = 5.00 m Lambda z = 64.15
LFy = 5.00 m Ky = 1.00 LFz = 5.00 m Kz = 1.47

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
FORMULES DE VERIFICATION:
Sig_adm = SigF_b*coef.humflex*coef.haut = 8.00*0.94*0.80 = 6.02 MPa
|(SigF_b/Sig'_b)*K*Sig'| + |SigFy| = ((8.00*0.94)/(8.50*0.88))*1.47*0.36 + 5.14 = 5.67 < 6.02 MPa

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Profil correct !!!

41 | P a g e