Вы находитесь на странице: 1из 96

NOUVEAU PROGRAMME

Physique
Chimie 4 e

CYCLE 4
Livre du professeur
Sous la direction de
Jean-Luc AZAN
Inspecteur d'académie - Inspecteur pédagogique régional

Par une équipe d’enseignants de collège et de formateurs


Frédéric AMAUGER Florian HAUSS RIZZETTO
Aurore ANTMANN Jocelyne HENRY
Émilie BOST Flore DENIS-LANGLINAY
Marc BOULOC Delphine LAUGIER
Nicolas COPPENS Catherine LE BESNERAIS
Nicolas GERBER Olivier RENAULT
Sommaire

Thème 1   Organisation et transformations de la matière ������������������������������������������ 5


Chapitre 1. Dissolution des gaz dans l’eau���������������������������������������������������������������������������������������������������5
Chapitre 2. L'air qui nous entoure �����������������������������������������������������������������������������������������������������������������8
Chapitre 3. Description de la transformation chimique�������������������������������������������������������������������������� 14
Chapitre 4. Modélisation d’une transformation chimique���������������������������������������������������������������������� 19
Chapitre 5. Identification d’une espèce chimique������������������������������������������������������������������������������������ 28
Chapitre 6. L'Univers et le système solaire������������������������������������������������������������������������������������������������ 32
Chapitre 7. L’atome���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 38

Histoire des Sciences �������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 43

Thème 2   Mouvement et interaction��������������������������������������������������������������������������������������� 45


Chapitre 8. Vitesse d'un objet���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 45
Chapitre 9. Forces et interactions �������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 51

Histoire des Sciences �������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 56

Thème 3   L’énergie et ses conversions ���������������������������������������������������������������������������������� 57


Chapitre 10. Bilan énergétique�������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 57
Chapitre 11. Intensité du courant dans un circuit électrique���������������������������������������������������������������� 64
Chapitre 12. Tension dans un circuit électrique �������������������������������������������������������������������������������������� 70
Chapitre 13. Puissance d'un appareil électrique�������������������������������������������������������������������������������������� 76

Histoire des Sciences �������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 83

Thème 4   Des signaux pour observer et communiquer ������������������������������������������� 85


Chapitre 14. Signaux lumineux et autres types de rayonnement�������������������������������������������������������� 85
Chapitre 15. Utilisation des propriétés des signaux lumineux�������������������������������������������������������������� 91

Histoire des Sciences �������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 96

 3
Le photocopillage, c’est l’usage abusif et collectif de la photocopie sans autorisation des auteurs et des éditeurs.
Largement répandu dans les établissements d’enseignement, le photocopillage menace l’avenir du livre,
car il met en danger son avenir économique. Il prive les auteurs d’une juste rémunération.
En dehors de l’usage privé du copiste, toute reproduction totale ou partielle de cet ouvrage est interdite.
© Nathan 2017
25 avenue Pierre de Coubertin, 75013 Paris
ISBN : 978-2-09-171970-2
THÈME
1 Organisation et transformations
de la matière

Chapitre
Dissolution des gaz
1 dans l’eau

Choix pédagogiques
Ce chapitre a été rédigé de façon à être traité en classe de 4e afin de réinvestir
les connaissances des élèves dans le domaine des mélanges et techniques de
séparation (approche spiralaire de la notion de dissolution).
Ce chapitre est en lien avec la partie du programme « Mettre en œuvre des tests
caractéristiques d’espèces chimiques à partir d’une banque fournie » (test CO2)
abordée dans le chapitre 5.
Des calculs faisant intervenir la proportionnalité sont proposés dans plusieurs
exercices. Cette compétence est notamment abordée dans l’exercice résolu,
présentant deux méthodes de résolution (produit en croix et coefficient de
proportionnalité).
L’activité 1 permet de réinvestir la notion de dissolution afin de l’étendre
au mélange liquide + gaz. L’activité 2 propose un protocole permettant
de recueillir le gaz présent dans une boisson gazeuse afin de le caractériser.

Activité 1 J’interprète des résultats


4. Avant ouverture, l’eau de la bouteille est un
Peut-on dissoudre un gaz dans l’eau ? mélange homogène.
Lien avec le programme : 5. Le gaz est présent dans la bouteille avant ou-
Concevoir et réaliser des expériences pour verture, il est en partie dissous et l’autre partie
caractériser des mélanges. Solubilité. se trouve entre l’eau et le bouchon.

Commentaires Je communique avec un langage


Cette activité est l’occasion de préciser à l’élève scientifique
que le gaz qui s’échappe à l’ouverture d’une 6. Pour obtenir une eau gazeuse, il suffit de dis-
boisson gazeuse est déjà présent dans la bou- soudre du dioxyde de carbone dans de l’eau de
teille avant ouverture : il est dissous majoritai- façon à obtenir un mélange homogène.
rement dans la boisson et une partie se trouve
entre le bouchon et la boisson.
Activité 2
J’extrais des informations Comment recueillir et identifier le gaz
1. Le gaz est le dioxyde de carbone. présent dans une boisson gazeuse ?
2. Il s’échappe du magma.
3. On observe des bulles se former, et monter à
la surface pour y éclater.
CHAPITRE 1 Dissolution des gaz dans l’eau 5
Lien avec le programme : 2. Il est produit par une transformation chimique
Mettre en œuvre des tests caractéristiques entre un acide et le bicarbonate de sodium.
d’espèces chimiques à partir d’une banque 3. Le dioxyde de carbone des machines ac-
fournie (test CO2). tuelles provient d’une cartouche.

Commentaires 13 « Thau » de dioxygène


L’activité présente la technique de déplacement 1. Quand la température augmente, la concen-
d’eau pour recueillir un gaz. Cette technique tration en dioxygène diminue.
pourra être réinvestie dans la partie du pro- 2. La masse de dioxygène dissous dans un litre
gramme traitant de la transformation chimique d’eau à 2 °C est 14 mg.
(mise en évidence des produits, chapitre 3). 3. La masse de dioxygène dissous dans un litre
Le test à l’eau de chaux y est également pré- d’eau à 22 °C est environ 8,4 mg.
senté. 4. Une eau froide est préférable pour la survie
des poissons.
Je réalise des expériences Les poissons et coquillages respirent du dioxy-
2. Des bulles de gaz montent dans le tube. gène dissous dans l’eau, or il y a beaucoup
4. L’eau de chaux se trouble (formation d’un moins de dioxygène pendant l’été à cause de la
précipité blanc). température de l’eau qui augmente (question 3),
donc une eau froide est préférable pour la survie
J’interprète des résultats des poissons.
5. Les bulles de gaz chassent l’eau du tube pour
la remplacer : c’est pour cela qu’on peut parler 14 Science in English
de récupération de gaz par déplacement d’eau. Traduction de l’énoncé :
6. Le gaz recueilli est le dioxyde de carbone. Un verre de soda est placé dans de l’eau froide,
un autre verre est placé dans de l’eau chaude.
Je communique avec un langage 1. Est-ce que les bulles de gaz restent plus faci-
scientifique lement dans le soda s’il est chaud ou froid ?
7. Pour identifier le gaz dissous dans une boisson 2. Selon vos observations, pourquoi pensez-vous
gazeuse, il suffit de recueillir ce gaz par déplace- qu’on conserve le soda au frigo ?
ment d’eau et d’effectuer un test à l’eau de chaux. Correction :
L’eau de chaux doit se troubler. 1. Les bulles de gaz restent plus facilement dans
un soda froid.
2. Les boissons gazeuses sont conservées au
Auto-évaluation froid pour conserver les bulles.

Réponses aux QCM 15 C’est gonflé


1 b ; 2 b ; 3 a ; 4 a ; 5 c ; 6 a ; 7 c ; 1. Le ballon se gonfle grâce au gaz qui se dégage
8 b ; 9 c spontanément de l’eau gazeuse.
2. On peut gonfler davantage le ballon en agitant
la bouteille de façon à amplifier le dégazage.
Pour s’entraîner
16 Schéma à légender
10 Vrai ou faux 1. 1 eau gazeuse ; 2 ballon ; 3 tube à dégagement ;
1. Faux ; 2. Faux ; 3. Vrai 4 tube à essai ; 5 eau de chaux ; 6 précipité blanc.
2. Le gaz mis en évidence est le dioxyde de car-
11 Notice d’utilisation bone.
Le dioxyde de carbone se dissout plus facile-
ment dans un liquide froid. 17 Expirez, expirez
L’élève rejette du dioxyde de carbone quand elle
12 Un appareil gazogène expire.
1. Le gaz qui se dissout dans l’eau du vase supé-
rieur est le dioxyde de carbone. 18 Schéma à réaliser
1. Cette technique s’appelle un déplacement d’eau.
6 THÈME 1 Organisation et transformations de la matière
2. tube à dégagement 3. Le gaz le moins soluble à 5 °C est le diazote
4. Il diminue.
gaz recueilli
25 Pourquoi ces larmes ?
En coupant les oignons sous un filet d’eau, le
ballon tube
à essai gaz irritant qui se forme va se dissoudre dans
boisson l’eau et non dans le liquide lacrymal. Notre œil
pétillante
sera ainsi épargné.

26 Champagne, s’il vous plaît !


agitateur eau 1. Le gaz présent est le dioxyde de carbone.
cristallisoir
magnétique 2. Il est produit par la fermentation alcoolique.
3. La fermentation des vins non pétillants s’ef-
19 Mettre en balance fectue dans des cuves ouvertes pour que le
La différence de masse correspond à la masse dioxyde de carbone s’échappe naturellement du
du gaz qui s’est échappé de la boisson. Le gaz a vin au fur et à mesure qu’il est produit.
donc une masse. 4. Agiter la bouteille permet de faire se dégager
le gaz plus rapidement, qui entraîne avec lui le
20 Tablette effervescente champagne qui jaillit.
Pour récupérer le gaz qui se dégage, on peut
remplir un petit cristallisoir d’eau, y plonger le
comprimé que l’on place sous un entonnoir re- Tâches complexes
tourné. Il suffit de disposer un tube à essai rem-
pli d’eau au-dessus de la « sortie » de l’enton- 27 À servir bien frais
noir pour recueillir le gaz par déplacement d’eau. D’après le doc. 1, la masse de dioxyde de car-
bone dissous dans un litre d’eau est plus impor-
gaz tante quand la température est faible.
Pour éviter que le gaz se dégage, il est donc pré-
entonnoir férable de maintenir sa boisson au frais une fois
ouverte.

comprimé 28  Dissolution du dioxyde de carbone dans


les océans
D’après le doc. 2, un quart du dioxyde de car-
22 À vous de jouer ! bone rejeté par les activités humaines est ab-
1. La solubilité du dioxyde de carbone est de sorbé par les océans. Sans cette dissolution, da-
1 690 mg dans 1 L d’eau à 20 °C. vantage de dioxyde de carbone se retrouverait
2. Cette valeur signifie que l’on peut dissoudre dans l’atmosphère. Ce gaz, à effet de serre, par-
au maximum 1 690 mg de dioxyde de carbone ticipe au réchauffement climatique. L’absorption
dans un litre d’eau à 20 °C. d’une partie de ce gaz par les océans limite donc
3.  1 690 × 4,5 = 7 605 g. La masse maximale que le réchauffement climatique.
l’on peut dissoudre dans 4,5 L est 7 605 mg.
29 Un lac qui déborde de gaz
D’après les doc. 1 et 2, le dioxyde de carbone
Pour approfondir se dissout continuellement dans l’eau du lac.
Le dégazage permanent du lac est donc néces-
23 QCM sur documents saire pour limiter la concentration du gaz dans
1. a, b ; 2. a, c ; 3. a, c. l’eau du lac et ainsi éviter l’asphyxie des po-
pulations environnantes si un tremblement de
24 Des gaz dans l’eau terre se produit à nouveau, faisant se dégager le
1. Au maximum, on peut dissoudre 13 mL de dioxyde de carbone en grande quantité.
diazote dans 1 L d’eau à 30 °C.
2. Le gaz le plus soluble à 5 °C est le dioxyde de
carbone.
CHAPITRE 1 Dissolution des gaz dans l’eau 7
Chapitre
L’air
2 qui nous entoure

Choix pédagogiques
 e chapitre comporte quatre activités pour permettre de revenir de manière
C
spiralaire sur des notions déjà introduites dans le chapitre précédent ou en 5e.
Ce chapitre permet ainsi de revoir la distinction mélange/corps pur, la description
microscopique des états de la matière, l’utilisation de la masse volumique.
La première activité basée sur l’histoire des sciences permet de déterminer
simplement une composition approximative de l’air.
La deuxième activité insiste sur le fait que l’air possède une masse et peut
permettre d’aller jusqu’à la détermination de la masse volumique de l’air.
La troisième activité décrit le comportement des molécules au sein d’un gaz et
permet de faire le lien avec la pression. Nous avons, à cette occasion, spécialement
conçu une simulation numérique sur la pression, simple et abordable pour un élève
de collège.
Enfin, la dernière activité introduit le lien entre la masse volumique, la température
et la pression.

Activité 1 0,14
 × 100 = 17,5 %
Quelle est la composition de l’air ? 0,8

Lien avec le programme : Le pourcentage de diazote est égal à :


Composition de l’air
0,66
 × 100 = 82,5 %
0,8
Commentaires
Il est possible de compléter l’activité avec une Je passe d’une forme de langage
vidéo disponible dans le manuel numérique ou à une autre
via l’application Nathan live ! 6. En arrondissant les pourcentages à la dizaine,
on trouve 20 % de dioxygène et 80 % de diazote.
J’extrais les informations Cela signifie que sur 10 molécules, il y a 2 molé-
1. Il reste 0,66 L de diazote. cules de dioxygène et 8 molécules de diazote.
2. Le volume de dioxygène est égal à : On peut donc représenter graphiquement l’air
0,8 – 0,66 = 0,14 L. des manières suivantes :

J’exploite des documents scientifiques


dioxygène
3. Une partie du gaz a été consommé pour for- 20 %
mer de l’oxyde de mercure. C’est pour cette rai-
son que le volume d’air a diminué sous la cloche.
4. L’air est un mélange car il est composé de
diazote
deux types de molécules différentes : le dioxy- mercure
80 %
gène et le diazote.
diazote (80 %)
Je calcule dioxygène (20 %)
5. Le pourcentage de dioxygène est égal à :

8 THÈME 1 Organisation et transformations de la matière


Activité 2 Je communique avec un langage
L’air possède-t-il une masse ? scientifique
1 L d’air pèse 1,2 g. Les ballons dégonflés sont
Lien avec le programme : donc plus un peu plus légers que des ballons
Masse volumique : Relation m = ρ × V gonflés. Ils seront à la fois plus faciles à trans-
porter et un petit peu plus légers.
Commentaires
Nous avons décidé de proposer une activité per-
mettant de mesurer la masse volumique de l’air.
Activité 3
Cela permet d’introduire non seulement le fait Quel modèle microscopique
que les gaz ont une masse mais aussi de réin- de la matière permet d’interpréter
vestir la méthode de récupération des gaz par la pression ?
déplacement d’eau, toujours dans une logique Lien avec le programme :
spiralaire. Caractériser les différents états de la ma-
tière (solide, liquide et gaz).
J’identifie une question scientifique
Mathis se demande si l’air a une masse et quelle Commentaires
serait la masse d’1 L d’air. Cette activité s’appuie sur l’animation disponible
dans les ressources numériques. Cette anima-
Je propose une expérience tion a été pensée pour que l’élève fasse facile-
a) On a vu au chapitre précédent la méthode de ment le lien entre la grandeur macroscopique de
récupération d’un gaz par déplacement d’eau. la pression et le nombre de chocs sur les parois.
Il faut commencer par peser un ballon bien gon-
flé et en noter la masse. Ensuite, on récupère J’extrais les informations
un certain volume de gaz. On récupérera, ici, 1. L’appareil qui permet de mesurer la pression
250 mL du gaz contenu dans le ballon par la est le manomètre. L’unité de pression est le
méthode de récupération des gaz par déplace- Pascal : Pa.
ment d’eau car notre éprouvette a une capacité
de 250 mL. On pèse de nouveau le ballon. La dif- Je mesure
férence des deux masses correspond à la masse 2. a) La pression atmosphérique vaut 100 000 Pa.
de 250 mL d’air. b) La pression augmente lorsqu’on pousse le
b) Il faut un ballon, une balance, un cristallisoir, piston.
une éprouvette de 250 mL, un tuyau souple, une
aiguille, une potence. J’utilise une simulation numérique
3. Les molécules sont agitées, s’entrechoquent
Je réalise une expérience et cognent les parois de la seringue. Lorsqu’on
On utilise une balance avec une précision de comprime l’air dans la seringue, la pression aug-
± 0,1 g. La masse du ballon bien gonflé vaut mente et les molécules sont plus agitées. Lors-
375,6 ± 0,1 g. Une fois le ballon dégonflé, la ba- qu’on détend l’air, la pression diminue et les mo-
lance affiche 375,3 g. La masse du ballon dé- lécules sont moins agitées.
gonflé vaut donc 375,3 ± 0,1 g. 4. Lorsque le piston est tiré, le compteur indique
Remarque : Ces valeurs sont données à titre in- X chocs. Lorsqu’il est enfoncé, le compteur in-
dicatif, elles varieront en fonction des mesures dique Y chocs (X < Y).
des élèves.
J’interprète des résultats
J’interprète des résultats 5. Plus le nombre de chocs est sur une paroi est
375,6 – 375,3 = 0,3 g. On en déduit que 250 mL élevé, plus la pression augmente car lorsque le
d’air pèsent 0,3 g ± 0,2 g. Donc 1 L d’air pèse piston est enfoncé, le nombre de chocs est plus
1,2 g ± 0,8 g. élevé que lorsqu’il est tiré.

CHAPITRE 2 L’air qui nous entoure 9


Je communique avec un langage 7. La masse de l’air se conserve car le nombre
scientifique de molécules dans le ballon reste le même. Or,
6. Plus un pneu est gonflé, plus la pression à l’in- lorsque l’atitude augmente, la masse volumique
térieur est élevée. Si un pneu est trop gonflé, les diminue. Cela signifie donc que le volume du
molécules sont trop nombreuses pour l’espace ballon augmente.
disponible et sont donc serrées. Elles cognent
alors plus souvent la chambre à air. Ces chocs
peuvent faire éclater la chambre à air. Auto-évaluation

Réponses aux QCM


Activité 4 1  c ; 2  c ; 3  a ; 4  c ; 5  a ; 6  a ; 7  b ;
La masse volumique d’un gaz 8  b ; 9  a
dépend-elle de sa pression
et de sa température ?
Lien avec le programme : Pour s’entraîner
Masse volumique : Relation m = ρ × V
10  Un bon bol d’air pur
Commentaires 1. L’air est composé de plusieurs types de mo-
Cette activité permet de mettre en évidence que lécules donc le chimiste ne le qualifierait pas de
la masse volumique dépend de paramètres ex- pur.
ternes (température et pression). 2. L’auteur de la carte postale voulait dire que
l’air n’est pas pollué à la montagne.
J’extrais des informations
1. La couche d’ozone est située au-dessus de 11  Les ballons remplis d’hélium
17 km d’altitude. L’hélium est moins dense que le dioxygène et
que le diazote. Or l’air est composé essentiel-
J’exploite des documents scientifiques lement d’un mélange de ces deux gaz. Donc
2. La pression atmosphérique est beaucoup l’hélium est moins dense que l’air. Les ballons
plus faible à partir d’une certaine altitude. C’est s’envoleront donc.
pour cette raison qu’il faut pressuriser l’intérieur
d’un avion. 12  Respiration
Remarque : Sur le graphique du doc. 1, l’avion
21 × 0,5
est placé trop bas, il doit, en réalité, être situé 1. Vdioxygène =  = 0,105 L
100
dans la stratosphère. Cela sera corrigé lors des
réimpressions. L’air inspiré contient 0,105 L de dioxygène.
3. À 0 km d’altitude, la pression vaut 1 000 hPA.
78 × 0,5
À 5 km, la pression vaut environ 600 hPA. Vdiazote =  = 0,39 L
100
À 10 km, la pression vaut environ 275 hPa.
4. À 0 km d’altitude, la température vaut 15 °C. L’air inspiré contient 0,39 L de diazote.
À 5 km, la température vaut – 15 °C.
0,03 × 0,5
À 10 km, la température vaut – 50 °C. Vdioxyde de carbone =  = 0,00015 L
100
5. a) La pression et la température diminuent
lorsque l’altitude augmente. L’air inspiré contient 0,00015 L de dioxyde de
b) La masse volumique de l’air diminue lorsque carbone.
l’altitude augmente.
0,39
2. %diazote =   × 100 = 78 %
0,5
Je communique avec un langage
scientifique L’air expiré contient 78 % de diazote.
6. La masse volumique de l’air, qui est le rapport
0,08
entre la masse et le volume de l’air, dépend de la %dioxygène =   × 100 = 16 %
0,5
température et de la pression.
L’air expiré contient 16 % de dioxygène.

10 THÈME 1 Organisation et transformations de la matière


3. Ce résultat est cohérent avec ce qui a été vu
0,023
%dioxyde de carbone =   × 100 = 4,6 % avant puisque la masse de 1 L d’air à 20 °C et à
0,5
la pression atmosphérique du niveau de la mer
L’air expiré contient 4,6 % de dioxyde de carbone. est 1,2 g.
3. Il y a autant de diazote à l’inspiration qu’à
l’expiration, le diazote ne participe donc pas à 17  L’air ? Un gaz compressible et expansible
la respiration. 1.
L’air Pression
13  Un schéma vaut mieux qu’un long discours État du Compression Masse
enfermé Volume de l’air dans
piston ou détente ? de l’air
éprouvette est… la seringue
ballon Libre air à Patm à Patm V1 Patm m
balance
Poussé compression comprimé V2 < V1 P2 > Patm m

Tiré détente détendu V 3 > V1 P 3 < Patm m


étape 1 étape 2 étape 3
Pesée du ballon Récupération du gaz Pesée du ballon
bien gonflé par déplacement d’eau moins gonflé 2.

14  Capacité de 1,5 L ? Pas de problème !


1. m1 = 250 g
2. m2 = 248,1 g
3. m = m1 – m2 = 1,9 g
1,9 × 1
4. m’ = ≈ 1,3 g
1,5

1 L d’air pèse donc environ 1,3 g.

15  Science in English
Traduction de l'énoncé :
Leila, Philip, Mary et Tom ont mesuré la masse
de 2 litres d’air par déplacement d’eau. 1 g est 18  Quand la pression diminue
égal à 0,0022 livre. Voici leurs résulats : 1. Il y a 30 mL dans la seringue lorsqu’elle est à
pression atmosphérique.
Élève Leila Philip Mary Tom 2. La masse ne varie pas car le nombre de molé-
Masse de 2 L d’air
0,0053 0,0057 0,0057 0,0062 cules dans la seringue reste le même.
(en livre)
3. La pression diminue lorsque le volume aug-
1. Quelle est la masse moyenne, en livre, de 2 L mente.
d’air ? 4. La pression n’est pas proportionnelle au vo-
2. En déduire la masse, en livre, d’un litre d’air. lume de gaz dans la seringue puisque la courbe
Détailler les calculs. obtenue n’est pas une droite.
Correction : 5. Lorsque le volume augmente, le nombre de
1. La masse moyenne de 2 L d’air est 0,0057 livre. chocs sur les parois diminue. La pression aug-
mentant en fonction du nombre de chocs, la
0,0057
2. m1 L =  = 0,00285 pression diminue lorsque le volume augmente.
2

La masse d’1 L d’air est 0,00285 L. 19  Un ballon sous le choc


Lorsqu’on fait le vide, il n’y a presque plus de
16  Mettre en commun ses résultats choc sur les parois extérieures du ballon. Les
1. Cela peut s’expliquer par des erreurs de pré- chocs sur les parois intérieures font grossir le
cision. ballon jusqu’à ce qu’il y ait autant de chocs à
l’intérieur qu’à l’extérieur du ballon.
1,2 + 1,3 + 1,4 + 1,3 + 1,2 + 1,3
2. m =  = 1,28 g
6

CHAPITRE 2 L’air qui nous entoure 11


20  Quand la température change… Pour approfondir
1. Température normale : 0 °C
Pression normale : 1 013 hPa 24  QCM sur documents
2. La masse volumique de l’air est plus élevée 1.  a ; 2.  c ; 3. c.
(l’air est plus dense) lorsque la température est Remarque : Pour la question 1, la réponse c est
plus faible. C’est pour cela qu’à 20 °C Gwenaëlle fausse car, sans l’action du Soleil, il n’y a pas de
trouve une masse plus faible qu’à 0 °C. pic de pollution à l’ozone.

21  De plus en plus chaud 25  Une histoire de température


1. 1. La masse vaut 26 g.
Masse volumique (en kg/m3)
m 26
1,34 2. ρair =  =  = 1,3 g/L
V 20
1,3
1,26 À la température T, l’air a une masse volumique
1,22 de 1,3 g/L.
1,18 3. La masse vaut 23 g.
1,14 m 23
– 10 0 10 20 30 40 4. ρ’air = =  = 1,15 g/L
Température (en °C) V 20

2. La masse volumique diminue lorsque la tem- À la température T’, l’air a une masse volumique
pérature augmente. de 1,15 g/L.
5. ρ’air < ρair donc T’ > T
23  À vous de jouer ! Comme la masse volumique diminue lorsque la
1. L’air est approximativement constitué de température augmente, T’ est plus importante
80 % de diazote et de 20 % de dioxygène. que T.
2. Le volume total occupé par l’air est égal au
volume de la chambre à air, soit 10 L. 26  Intoxication au CO
2
Le volume occupé par le diazote est : 1. Le dioxyde de carbone est plus dense que le
%N2 80 dioxygène. Il est donc resté en bas à hauteur
VN = V ×  = 10 ×  = 8 L. des humains alors que le dioxygène est monté
2 100 100
au plafond. C’est pour cela que les personnes se
Le volume occupé par le dioxygène est : sont intoxiquées.
%O2 20 2. L’ozone pourrait provoquer le même type d’in-
VO = V ×  = 10 ×  = 2 L. toxication car sa masse volumique est plus im-
2 100 100
portante que celle du dioxyde de carbone.
3. La masse volumique de l’air ρ est égale à Remarque : Lors des réimpressions, l’argon sera
remplacé par du néon dont la masse volumique
m 24
ρ =  =  = 2,4 g/L. est inférieure à celle de l’oxygène (0,9 kg/m3).
V 10
Cela enlève ainsi toute ambiguïté à la question 2
4. La masse volumique de l’air pour une pres- car l’argon n’est pas un gaz polluant, cependant
sion de 1 bar et une température de 20 °C est s’il remplace l’oxygène de l’air, cela provoquera
de l’ordre de 1,2 g/L. La masse volumique de l’air une intoxication.
dans le pneu est deux fois supérieure à la masse
volumique dans les conditions habituelles de
pression et de température. Cela peut s’expli- Tâches complexes
quer par le fait que la pression, dans la chambre
à air, est deux fois supérieure à la pression at- 27  Préparation d’une bouteille de plongée
mosphérique normale de 1 bar. Le volume de dioxygène dans les 17 L d’air est :
21
17 ×  = 3,57 L.
100

12 THÈME 1 Organisation et transformations de la matière


Au total, il y a donc 7,57 L de dioxygène dans le plus dense que l’air inspiré. Le ballon gonflé à
mélange. l’air expiré sera donc plus dense que l’air exté-
Le pourcentage de dioxygène est donc : rieur. Donc il retombe.
Par contre, l’hélium est moins dense que l’air ex-
100
7,57 ×  = 36 %. térieur donc il s’envole.
21

Le mélange est donc du nitrox 36. 30  Combien d’air dans ma bouteille ?


D’après le doc. 2, P1 × V1 = P2 × V2.
28  Avec mon ballon solaire, je décolle ! Donc Patm × Vatm = Pbouteille × Vbouteille.
Le ballon solaire absorbe l’énergie solaire. La Pbouteille × Vbouteille
température de l’air à l’intérieur du ballon aug- Vatm = 
Patm
mente alors.
D’après le doc. 4, la masse volumique de l’air di-
230 × 6
minue lorsque la température augmente. Donc Vatm =  = 1 380 L
1
la masse volumique de l’air dans le ballon est
plus faible que la masse volumique de l’air exté- L’air comprimé à une pression de 230 bars dans
rieur. Le ballon s’envole. la bouteille de 6 L occuperait un volume de
1 380 L si sa pression était égale à la pression
29  S’envole ou s’envole pas ? atmosphérique de 1 bar.
L’air expiré contient plus de dioxyde de carbone
que l’air inspiré. Or le dioxyde de carbone est

CHAPITRE 2 L’air qui nous entoure 13


Chapitre
Description de la
3 transformation chimique

Choix pédagogiques
 es activités de ce chapitre permettent d’apprendre, d’une part, à identifier,
L
d’autre part, à modéliser une transformation chimique. Des situations variées
sont proposées afin de ne pas confondre les transformations chimiques et
les transformations physiques déjà rencontrées. Si ce chapitre figure avant
celui sur les tests d’identification, il permet toutefois d’apprendre à identifier
expérimentalement des gaz couramment rencontrés, tels la vapeur d’eau
et le dioxyde de carbone, ainsi qu’un dépôt de carbone.
Ces exemples sont ensuite enrichis par d’autres tests dans le chapitre
« Identification d’une espèce chimique », mettant ainsi en pratique l’esprit
spiralaire du programme.
C’est également à travers des exemples, dont l’interprétation moléculaire est de
plus en plus complexe, que la transformation chimique est étudiée. La modélisation
des états de la matière, des changements d’états, des mélanges et des dissolutions
a été abordée précédemment. Après la modélisation de ces transformations
physiques, c’est l’écriture de la réaction chimique qui est présentée, à travers
des exercices reposant le plus souvent sur une expérimentation ; ce qui permet
de débuter par une approche intuitive, et de formaliser ensuite lors de la
généralisation de cette modélisation.
La distinction entre transformations chimiques et physiques peut se faire dès le début
du cycle, d’autant plus que cette notion a déjà été abordée au cycle précédent.

Activité 1 J’exploite des documents scientifiques


1. Avec l’eau de chaux, on peut identifier le
Comment identifier une dioxyde de carbone. Lors de l’utilisation de l’eau
transformation chimique ? de chaux, il est préférable d’utiliser une blouse
Liens avec le programme : et des lunettes de protection.
• Décrire et expliquer des transformations
chimiques. Je réalise une expérience
• Identifier expérimentalement une trans- 2. Les manipulations sont à faire en classe.
formation chimique.
• 
Distinguer transformation chimique et J’interprète des résultats
mélange, transformation chimique et 3. a) Lorsqu’on fait brûler du fusain dans l’air, le
transformation physique. fusain devient incandescent (rouge et chaud),
puis, une fois placé dans le flacon rempli de
Commentaires dioxygène, il brûle vivement en formant des
Cette activité expérimentale a été choisie car flammes et des étincelles.
elle met bien en évidence la différence entre b) L’eau de chaux se trouble (elle devient blan-
transformation chimique et transformation phy- châtre, suite à la formation d’un précipité blanc).
sique. Le produit formé est facilement identifié On en déduit que le gaz formé lors de la com-
par les élèves et, en plus de l’identification d’une bustion est donc du dioxyde de carbone.
transformation chimique, c’est l’occasion de tra- 4. Les réactifs sont le carbone et le dioxygène.
vailler sur les problématiques liées à la sécurité Le dioxyde de carbone est le produit alors formé.
en chimie lors de pratiques expérimentales.
14 THÈME 1 Organisation et transformations de la matière
Je communique avec un langage J’exploite des documents scientifiques
scientifique 1. Lors d’une combustion incomplète, du mo-
5. Lors de cette combustion, les réactifs (le noxyde de carbone se forme. Il s’agit d’un gaz
dioxygène et le carbone) sont consommés : dangereux car il est toxique à faible dose et dif-
ils sont en effet transformés et n’existent plus ficilement identifiable (gaz incolore et inodore).
après transformation chimique (ce n’est donc 2. Il faut porter des lunettes de protection.
pas un mélange ou un changement d’état : dans Remarque : Il est utile de préciser aux élèves de
ce cas, les espèces chimiques ne seraient pas porter une blouse, de manipuler dans une pièce
modifiées, seuls l’organisation et le mouvement bien aérée et de s’attacher les cheveux lorsqu’ils
des particules changeraient). Le nouveau pro- sont longs.
duit formé est du dioxyde de carbone.
Je réalise une expérience
3. Les manipulations sont à faire en classe.
Activité 2
Comment décrire une transformation J’interprète des résultats
chimique ? 4. a) Au début de la combustion, tant que le bord
du tube est encore froid, on peut y observer de
Commentaires la buée. De la vapeur d’eau s’est donc formée.
Cette activité a été choisie car elle inhérente à la Elle s’est condensée sur la paroi en verre froide
vie quotidienne : elle met en évidence un danger et est alors visible.
bien réel lié aux combustions incomplètes. Elle b) L’eau de chaux se trouble (elle devient blan-
permet donc de mettre l’accent sur un compor- châtre, suite à la formation d’un précipité blanc).
tement responsable (ne pas boucher les aéra- On identifie ainsi le dioxyde de carbone.
tions lors de l’utilisation du gaz de ville ou du c) Un dépôt noir se forme sur la soucoupe. L’es-
butane dans un logement, régler attentivement pèce chimique ainsi identifiée est du carbone.
le débit de gaz d’une cuisinière ou d’une chau-
dière), tout en montrant qu’une même transfor- Je communique avec un langage
mation chimique peut provoquer la formation de scientifique
produits différents selon la quantité de combu- 5. Réaction chimique modélisant la combustion
rant, donc de dioxygène, disponible. incomplète du butane :

se transforment en...

butane + dioxygène eau + dioxyde de carbone + monoxyde de carbone + carbone

réactifs produits

Auto-évaluation 13  Et si on faisait des pâtes ?


Transformation Transformation
Réponses aux QCM Nom du phénomène
chimique physique
1 a ; 2 b ; 3 a ; 4 b ; 5 a, c ; 6 a ; 7 a, c ; Étape 1 Mélange (eau et huile) X
8 b ; 9 a ; 10 c Étape 2 Dissolution
X
(sel dans l’eau)
Étape 3 Changement d’état :
X
ébullition de l’eau
Pour s’entraîner Étape 4 Mélange (pâtes et eau) X
Étape 5 Changement d’état :
11  Reconnaître les transformations chimiques X
fusion du beurre
Les cas a , c et e correspondent à des trans-
formations chimiques. 14  Écrire une réaction chimique
1. Réaction chimique de la combustion du car-
12   Transformation chimique ? bone lorsque le dioxygène est présent en quan-
Une transformation chimique a lieu dans les cas tité suffisante :
d et e . carbone + dioxygène Æ dioxyde de carbone.
CHAPITRE 3 Description de la transformation chimique 15
2. Le carbone et le dioxygène sont les réactifs. 18  Obtenir une flamme de couleur verte
3. Le nouveau produit formé est le dioxyde de Réaction chimique de cette combustion :
carbone. Cuivre + dioxygène Æ oxyde de cuivre

15  Signification d’une réaction chimique 19  Le dihydrogène, un gaz plein d’avenir


1. Le méthane et le dioxygène sont les réactifs 1. a) Les réactifs sont le méthane et l’eau.
consommés. b) En plus du dihydrogène, du dioxyde de car-
2. L’eau et le dioxyde de carbone sont les pro- bone est formé.
duits formés. c) La transformation chimique s’arrête lorsqu’au
3. Le méthane est le combustible. moins un des réactifs est entièrement consommé.
4. Cette transformation chimique est appelée 2. Réaction chimique correspondante :
combustion. eau Æ dihydrogène + dioxygène
5. Il faut apporter une étincelle ou une flamme
pour démarrer la combustion (donc de l’énergie 20  Vive la fermentation !
thermique). 1. Réaction chimique de la fermentation effec-
tuée par la levure du pain :
16  Science in English Sucre Æ alcool + dioxyde de carbone (en pré-
Traduction de l'énoncé : sence d’une levure)
On dépose deux gouttes d’acide chlorhydrique 2. Les levures sont des micro-organismes ca-
sur une pierre calcaire. Cela produit une efferves- pables de vivre et de provoquer des fermen-
cence. Le gaz ainsi formé trouble l’eau de chaux. tations (des transformations chimiques) sans
Correction : dioxygène, or le dioxygène est un des deux prin-
1. Il s’agit d’une transformation chimique car la cipaux constituants de l’air.
roche calcaire se transforme.
2. L’acide chlorhydrique et le calcaire sont les ré- 21  Le dioxygène, réactif ou produit ?
actifs consommés. 1. Le dioxyde de carbone et l’eau sont les réac-
3. Le gaz formé est du dioxyde de carbone. tifs consommés.
4. Réaction chimique de cette transformation : 2. Le glucose et le dioxygène sont les produits
hydrochloric acid + limestone Æ water + cal- formés.
cium chloride* + carbon dioxid 3. Réaction chimique correspondante :
(calcium chloride* = chlorure de calcium ; limes- dioxyde de carbone + eau Æ glucose + dioxygène
tone = calcaire ; calcareous rock = roche cal- 4. La photosynthèse est une transformation
caire) chimique qui produit du dioxygène, un des
acide chlorhydrique + calcaire Æ eau + chlorure deux principaux constituants de l’air. De plus,
de calcium + dioxyde de carbone les plantes consomment du CO2 lors de la pho-
tosynthèse, cela permet donc de diminuer la
17  De la fumée concentration de ce GES (gaz à effet de serre),
1. Une transformation chimique a eu lieu car une d’où l’intérêt de planter des arbres afin de ré-
nouvelle espèce chimique est formée : du chlorure duire la pollution atmosphérique.
d’ammonium (la fumée blanche qui apparaît). 5. L’énergie nécessaire est fournie par le Soleil.
2. L’ammoniac et l’acide chlorhydrique sont les 6. Réaction chimique de la combustion du
réactifs consommés. glucose :
3. Réaction chimique correspondante : glucose + dioxygène Æ dioxyde de carbone + eau
ammoniac + acide chlorhydrique Æ chlorure
d’ammonium 22  Tests d’identification
Remarque : Attention, ne pas confondre am- 1. 
Réaction chimique correspondant à cette
moniaque (la solution) et ammoniac (le gaz). La transformation chimique :
bouteille utilisée dans l’exercice est bien une dioxyde de carbone + hydroxyde de calcium Æ
bouteille d’ammoniaque (une solution aqueuse). carbonate de calcium + eau
Mais lorsqu’on ouvre cette bouteille, il s’échappe 2. Une transformation physique a lieu car les
un gaz, de l’ammoniac, qui est le réactif de la particules de carbone incandescentes (qui co-
transformation étudiée ici. lorent la flamme en jaune) se refroidissent au

16 THÈME 1 Organisation et transformations de la matière


contact du verre froid de la soucoupe, d’où le dâtre provient de l’oxyde de cuivre formé sur les
dépôt d’une poudre noire. plaques). L’armature, de son côté, est en fer, seul
métal capable de rouiller (or, on sait par le doc.3
24  À vous de jouer ! que l’armature a été traitée contre la rouille).
1. Le savon est la substance chimique synthé- 2. Au moment de sa construction, la statue était
tisée. rouge orangée, couleur propre au cuivre avant
2. Non, l’éthanol n’est pas un réactif car il oxydation.
n’est pas consommé lors de la transformation 3. Réaction chimique de la corrosion qui a eu
chimique. Il sert de solvant commun aux deux lieu sur ces plaques métalliques :
réactifs (l’huile et la soude) qui ne sont pas mis- Cuivre + dioxygène Æ oxyde de cuivre
cibles entre eux.
3. Les produits formés sont le savon et le glycérol.
4. Non, on ne réalise pas une transformation Tâches complexes
chimique, le savon synthétisé précipite simple-
ment dans l’eau salée : il y devient en effet solide. 29  Ramonage obligatoire ?
5. Non, la filtration permet de récupérer le savon Lorsqu’on brûle du bois, un dépôt de carbone
solide tout en éliminant l’eau salée liquide. se forme dans la cheminée. Le carbone produit
est mis en évidence par le dépôt noir visible sur
25  QCM sur documents l’entonnoir du doc. 1 et, grâce au texte de la si-
1. a, c ; 2. a, b ; 3. a, b tuation déclenchante, on sait que la suie dépo-
sée dans le conduit de la cheminée est riche en
26  Synthèse du dioxygène carbone. Or ce carbone peut encore brûler, c’est
1. De gauche à droite, pour le permanganate de un combustible.
potassium : inflammable ; dangereux pour l’en- Le triangle du feu (doc. 2) nous informe que,
vironnement ; toxique ou irritant. pour éteindre un incendie, les pompiers éli-
Pour l’eau oxygénée : corrosif. minent l’une des trois conditions nécessaires
2. Il faudra manipuler loin de toute flamme ou pour qu’une combustion ait lieu (combustible,
étincelle et porter blouse, gants et lunettes de énergie d’activation ou dioxygène). Ainsi, le
protection. Les cheveux longs doivent être at- ramonage, en retirant la suie déposée dans le
tachés et les déchets seront à verser dans un conduit de cheminée, permet d’éliminer l’un des
flacon de récupération afin d’être traités (ne pas éléments nécessaires aux incendies.
les jeter directement dans l’évier). Ramoner une cheminée permet donc d’éliminer
3. Le permanganate de potassium et l’eau oxy- la présence de combustible dans le conduit et
génée sont les réactifs. C’est le test à la bûchette de limiter ainsi les risques d’incendies. Cela ex-
en bois incandescente qui permet de mettre en plique son caractère obligatoire.
évidence le gaz formé, car introduite dans le
dioxygène, la bûchette brûlera alors vivement. 30  Comment éviter la formation de rouille ?
Lors du phénomène de corrosion, le réactif for-
27  Une boisson chaude cément consommé est le dioxygène. On le sait
1. L’oxyde de calcium et l’eau sont les réactifs. grâce au doc. 1 et au tube D (4e en partant de
L’hydroxyde de calcium est le nouveau produit la gauche) du doc. 2. En effet, l’eau bouillie ne
formé. contient plus de dioxygène et la couche d’huile,
2. Réaction chimique correspondante : placée au-dessus de cette eau bouillie, empêche
oxyde de calcium + eau Æ hydroxyde de calcium le dioxygène présent dans l’air d’y pénétrer.
3. L’énergie sous forme thermique (chaleur) est La substance chimique qui subit la corrosion est
libérée au cours de la transformation chimique, bien sûr un métal : ici, il s’agit du fer, seul métal
lorsque l’oxyde de calcium et l’eau sont consom- pouvant rouiller (il est précisé dans le texte de
més. la situation déclenchante que la balustrade est
constituée de fer forgé). Le second réactif dans
28  Oxydation lente cette corrosion est donc le fer.
1. La couleur verte de la statue nous indique que Le doc. 2 permet de déterminer quels sont les
l’extérieur est constitué de cuivre (l’aspect ver- facteurs favorisant la formation de la rouille :

CHAPITRE 3 Description de la transformation chimique 17


– Le tube A (1er à gauche) indique qu’un clou pla- – par synthèse : transformation chimique réali-
cé dans l’air rouille. En effet, le dioxygène, l’un sée industriellement (d’après le doc. 3) : l’arôme
des réactifs de la corrosion, est l’un des princi- ne sera alors constitué que d’une seule molé-
paux constituants de l’air. cule, la vanilline (d’après le doc. 1).
– Le clou du tube B (2e en partant de la gauche) Quel que soit le procédé utilisé pour l’obtenir, la
est davantage rouillé que celui du A : l’eau inter- molécule de vanilline est la même. Elle est consti-
vient donc dans la corrosion, et est même indis- tuée de 8 atomes de carbone, de 8 atomes d’hy-
pensable, puisque dans le tube E (le dernier en drogène et de 3 atomes d’oxygène (d’après le
partant de la gauche), dans l’air déshydraté, le doc. 2).
clou ne rouille pas. L’eau est donc bien un réactif.
– C’est dans le tube C (3e en partant de la 32  Synthèse d’une substance artificielle : le
gauche), en présence d’eau salée, qu’il y a le nylon
plus de rouille : le sel est donc un facteur favo- Le diaminohexane et le dichlorure d’adipoyle
risant la corrosion, mais ce n’est pas un réactif sont, d’après le doc. 2 et le schéma du doc. 3, les
puisque la rouille se forme en son absence (dans deux réactifs utilisés pour synthétiser du nylon.
les tubes A et B). Les produits formés sont le nylon et l’acide chlo-
La réaction chimique correspondant à cette cor- rhydrique (cf. doc. 2 où il est indiqué qu’il faut
rosion est : éliminer cet acide également formé lors de cette
Fer + dioxygène + eau Æ rouille (ou oxyde de transformation chimique).
fer) La réaction chimique correspondante s’écrit donc :
diaminohexane + dichlorure d’adipoyleÆ nylon
31  La vanille, substance naturelle ou de syn- + acide chlorhydrique
thèse ? D’après le doc. 1, la molécule de nylon est consti-
L’arôme de vanille peut être obtenu par diffé- tuée d’une chaîne formée de motifs identiques
rents procédés : qui se répètent (modélisés par les carrés roses
– par un procédé physique : l’extraction à partir et bleus qui alternent dans le doc. 3), motifs que
de plantes, des gousses de vanille, (cf. doc. 3) : l’on retrouve dans le modèle moléculaire du ny-
cet arôme est alors constitué de nombreuses lon (cf. illustration de la situation déclenchante).
molécules (des composés aromatiques) dont Cette molécule, constituée de nombreux
la plus importante est la molécule de vanilline atomes, est très longue et constitue la fibre pré-
(d’après le texte de la situation déclenchante). levée, d’où le terme de macromolécule.

18 THÈME 1 Organisation et transformations de la matière


Chapitre
Modélisation
4 d’une transformation chimique

Choix pédagogiques
 e chapitre propose un apprentissage progressif de la modélisation d’une
C
transformation chimique. Après avoir appris à distinguer réactifs consommés
et produits nouveaux formés, l’élève étudie maintenant l’écriture du bilan d’une
transformation chimique (la réaction donc) ; puis, une fois que les formules et
symboles chimiques seront étudiés, la signification de l’équation d’une réaction.
Les exemples présentés reposent essentiellement sur des transformations
chimiques étudiées lors d’activités expérimentales. Conformément au programme,
les élèves ne doivent pas établir les équations de réaction, mais comprendre
leur signification et savoir justifier leur écriture.
Le principe de la conservation de la masse lors d’une transformation chimique
et la mise en évidence de particules chargées, les ions, sont abordés
expérimentalement. La notion d’électroneutralité de l’atome et de la matière,
notamment dans une solution ionique, est également étudiée dans ce chapitre.
L’étude du tableau périodique permet d’introduire la notion d’élément existant
sous différentes formes, atomique ou ionique. Seuls des exemples d’ions
monoatomiques sont donnés, ce qui permet d’aborder plus simplement la notion
de particules chargées, la constitution de l’atome avec le nuage électronique
n’étant pas encore connue.
De plus, le détail de la constitution des ions n’est pas étudié, même si on peut l’aborder
rapidement si on désire approfondir la question. La signification des charges positives
en excès dans un ion positif n’est pas détaillée : elle n’est abordée que dans la
question 10 du QCM d’auto-évaluation. La signification des charges négatives en
excès dans un ion n’est quant à elle vue que dans la question 4 de l’exercice 22.
Ce chapitre permet de travailler à nouveau plusieurs compétences du socle, dans
un esprit spiralaire. C’est le cas notamment de la démarche expérimentale qui
permet :
– d’éprouver une hypothèse avec interprétation de résultats expérimentaux ou
analyse de différents modèles pour expliquer des faits (domaines 2 et 4) ;
– de s’entraîner à pratiquer des langages adaptés, notamment en passant d’un
langage scientifique à un autre (domaine 1) ;
– de développer un comportement éthique et responsable (domaine 5), en
développement notamment une réflexion sur les polluants atmosphériques formés
lors des combustions.

CHAPITRE 4 Modélisation d’une transformation chimique 19


Activité 1 c) Le ballon évite que le gaz produit lors de la
transformation chimique entre la craie et le vi-
Y a-t-il conservation de la masse
naigre ne s’échappe. Il permet ainsi de tenir
lors d’une transformation chimique ?
compte de la masse de ce nouveau gaz formé.
Liens avec le programme :
• Décrire et expliquer des transformations J’interprète des résultats
chimiques. 4. a) La balance a une précision de 0,1 g (d’où
• Identifier expérimentalement une trans- une mesure donnée à ± 0,1 g).
formation chimique. b) Avant le mélange des réactifs :
• 
Conservation de la masse lors d’une m1 ≈ 125,2 ± 0,1 g
transformation chimique. La masse m1 (avant mélange) est donc comprise
entre 125,1 g et 125,3 g.
Commentaires Après le mélange des réactifs : m2 ≈ 125,1 ± 0,1 g
Il est intéressant de faire chercher aux élèves La masse m2 (après mélange) est donc comprise
quel montage permettrait de ne pas perdre entre 125,0 g et 125,2 g.
du produit formé lors de la transformation c) Je compare les masses mesurées avant et
chimique, sachant que l’un de ces produits est après transformation chimique :
du dioxyde de carbone.
Il est important d’insister sur la nécessité de
pouvoir mesurer la masse des réactifs avant

125,0

125,3

125,6

125,9
mélange (d’où la première mesure effectuée
avec le morceau de craie dans le ballon déjà fixé m (en g)
m2 m1
au culot de la bouteille qui renferme du vinaigre
blanc) et après mélange (une fois que la craie Les intervalles se chevauchent : on peut donc
est tombée dans le vinaigre), durant tout le dé- conclure que la masse n’a pas varié au cours de
roulement de la transformation chimique. Plu- la transformation chimique.
sieurs mesures peuvent être effectuées, sans m1 ≈ 125,2 g ≈ 125,1 g ≈ m2
avoir besoin d’attendre que la transformation d) La masse des réactifs consommés (craie et
chimique soit terminée. vinaigre) étant bien égale à la masse des pro-
Cette activité permet de travailler la précision duits nouveaux formés, je peux valider mon hy-
d’une mesure et la démarche expérimentale pothèse.
(formulation d’une hypothèse que l’élève va
pouvoir tester). Je communique avec un langage
scientifique
J’émets une hypothèse 5. Lors d’une transformation chimique, la masse
1. Hypothèse : je pense que lors d’une transfor- des réactifs consommés est égale à la masse
mation chimique la masse des réactifs est égale des produits formés : la masse se conserve
à celle des nouveaux produits formés et que la donc lors d’une transformation chimique.
masse se conserve donc.

Je réalise une expérience


Activité 2
Remarque : Les mesures qui suivent sont don- Comment rendre compte, au niveau
nées à titre indicatif, elles dépendent bien sûr du microscopique, d’une transformation
matériel utilisé. chimique ?
2. Je mesure la masse du montage avant le mé- Liens avec le programme :
lange des réactifs : m1 ≈ 125,2 g. • Décrire et expliquer des transformations
3. b) J’observe une effervescence dans la bou- chimiques.
teille et un gonflement du ballon (il se remplit • Interpréter une transformation chimique
de gaz). comme une redistribution des atomes.
Mesure de la masse du montage lorsque la trans- • Notions de molécules, atomes.
formation chimique est terminée : m2 ≈ 125,1 g • Interpréter une formule chimique en
termes atomiques.

20 THÈME 1 Organisation et transformations de la matière


Commentaires molécule de méthane est consommée. On re-
Cette activité peut se faire directement à partir marque que, lorsqu’une molécule de méthane
des documents fournis, ou bien s’accompagner est consommée, une seule molécule de dioxyde
de l’étude expérimentale de la combustion du de carbone est produite (le coefficient n’étant
méthane, avec mise en évidence des deux pro- pas écrit devant les formules chimiques CH4 et
duits formés (par l’utilisation des tests d’identifi- CO2, c’est que ce coefficient est égal à 1 dans
cation du chapitre « Identification d’une espèce chaque cas).
chimique »). On réinvestit la modélisation de
la nature microscopique de la matière, étudiée Je communique avec un langage
dans le chapitre « Les trois états de la matière » scientifique
en 5e, en montrant l’importance de la précision 5. Lors d’une transformation chimique, des pro-
du nom des molécules pour bien rendre compte duits nouveaux se forment suite à la redistribu-
de la conservation de chaque type d’atomes, et tion des atomes présents dans les réactifs. Cette
de leur redistribution dans une transformation redistribution des atomes se fait avec conserva-
chimique. tion du nombre de chaque type d’atome et donc
conservation de la masse, ce que traduit l’équa-
J’exploite des documents scientifiques tion de la réaction.
1. a) Il s’agit d’une combustion : celle du mé-
thane ici.
b) Les réactifs sont le méthane et le dioxygène.
Activité 3
Les produits formés sont le dioxyde de carbone Comment utiliser le tableau
et l’eau. périodique des éléments ?
Liens avec le programme :
Je passe d’une forme de langage • Décrire et expliquer des transformations
scientifique à une autre chimiques
2. On complète le tableau du doc. 4 : • Associer leurs symboles aux éléments à
Combustion complète du méthane l’aide de la classification périodique.
Réactifs Produits • Notions de molécules, atomes, ions.
Bilan avec
méthane + dioxygène dioxyde de carbone + eau.
les noms Commentaires
Bilan avec Cette activité permet de donner une première
les modèles   idée de ce qu’est un élément chimique, avec
moléculaires
Équation de une description succincte de la constitution de
CH4 + 2 O2 CO2 + 2 H2O l’atome. Sans que les noms des particules pré-
la réaction
Nombre de Méthane : 1 atome de Dioxyde de carbone : sentes dans le noyau soient donnés (ce sera fait
chaque type carbone et 4 atomes 1 atome de carbone et dans le chapitre « L’atome »), la notion d’élec-
d’atomes d’hydrogène 2 atomes d’oxygène troneutralité de l’atome est abordée. L’élève
Dioxygène : 4 atomes Eau : 4 atomes d’hydrogène apprend que l’élément est constitué d’un noyau
d’oxygène et 2 atomes d’oxygène contenant Z charges positives ainsi que des par-
Donc au total : 1 atome Donc au total : 1 atome de
ticules non chargées, et que, sous la forme d’un
de carbone, 4 atomes carbone, 4 atomes d’oxygène
atome, il a autant de charges négatives que de
d’oxygène et 4 atomes et 4 atomes d’hydrogène
d’hydrogène dans les dans les produits formés charges positives. Le nom électron est donné.
réactifs consommés. Cette description, simplifiée mais exacte, per-
met une première découverte du tableau pério-
3. Pour traduire l’équation de la réaction de la dique, dont l’étude spiralaire est poursuivie dans
combustion du méthane, on peut écrire : une le chapitre « L’atome ».
molécule de méthane réagit avec deux molé- Dans le tableau périodique, seules les informa-
cules de dioxygène pour donner une molécule tions les plus simples sont donc observées :
de dioxyde de carbone et deux molécules d’eau. – classement par numéros atomiques crois-
4. Il faut regarder, dans l’équation de la réaction sants, successivement de ligne en ligne,
de cette combustion, combien de molécules de – familles de matériaux tels les métaux et gaz
dioxyde de carbone sont formées lorsqu’une nobles (ces derniers sont cités dans le chapitre

CHAPITRE 4 Modélisation d’une transformation chimique 21


« L’air qui nous entoure » lors de l’étude de la tés chimiques très semblables : par exemple,
constitution de l’air, dans les exercices 12 et 26 les gaz nobles sont tous regroupés dans la co-
notamment). lonne 18. Les familles de matériaux sont éga-
Il est intéressant de profiter de cette activi- lement regroupées. Ainsi, les métaux sont-ils
té pour indiquer l’étymologie des noms et des placés dans le centre du tableau, dans plusieurs
symboles chimiques. Des exemples simples tels colonnes et sur plusieurs lignes, en fonction de
le sodium, le tungstène, l’or, l’azote… montrent leurs propriétés communes.
la diversité de l’origine des noms, des symboles
et l’évolution des connaissances scientifiques,
et permettent une approche par l’histoire des
Activité 4
sciences. Comment les ions peuvent-ils être
Par exemple, le nom sodium vient de l’arabe et modélisés dans une transformation
du latin (de sod ou souwad, du nom d’une plante chimique ?
qui contient du carbonate de sodium), alors que Liens avec le programme :
le symbole Na provient de l’allemand et du la- • Décrire et expliquer des transformations
tin (de natrium, dont l’origine est le natron, nom chimiques.
grec désignant une roche salée). • Associer leurs symboles aux éléments à
l’aide de la classification périodique.
J’exploite des documents scientifiques • Notions de molécules, atomes, ions.
1. Symbole du sodium : Na ; symbole de l’argon : • Utiliser une équation de réaction chimique
Ar fournie pour décrire une transformation
2. Les charges positives sont situées au centre chimique observée.
de l’atome, dans son noyau.
Commentaires
J’interprète des résultats Dans cette activité, on aborde l’existence d’un
3. a) Symbole de l’atome de cuivre : Cu ; son nu- autre type de particule : les ions, des particules
méro atomique : 29. chargées. Ainsi, l’élève apprend qu’un même
b) L’atome de cuivre possède donc 29 charges élément peut exister sous différentes formes :
positives et 29 électrons, soit 29 charges néga- atomique (atome lié ou non à d’autres atomes
tives puisque l’atome possède autant de chaque pour former une molécule) et ionique.
type de charges. Les exemples choisis sont ceux d’atomes et
4. a) L’élément dont le numéro atomique est d’ions fréquemment rencontrés dans la vie cou-
égal à 11 est le sodium. rante et facilement mis en évidence. Les tests
b) Les gaz nobles présents dans l’air sont tous d’identification étudiés dans le chapitre « Identi-
dans la colonne n° 18. fication d’une espèce chimique » (ou répertoriés
c) Les métaux précieux les plus utilisés en bijou- dans la fiche méthode 10) peuvent être réalisés
terie sont dans la colonne n° 11 (l’or, de symbole avec des solutions et du matériel très courants.
Au, de numéro atomique 79, n’apparaît pas dans Ainsi, le sulfate de cuivre est utilisé pour le trai-
l’extrait du tableau périodique du doc. 1. Il est si- tement de l’eau des piscines et en jardinage,
tué sous Ag, dans la ligne n° 6). pour ses propriétés fongicides et bactéricides.
Les métaux choisis, le cuivre comme le zinc, sont
Je communique avec un langage fréquemment utilisés dans l’industrie mais aussi
scientifique dans la confection des bijoux et des gravures :
5. Le tableau périodique répertorie l’ensemble un lien avec l’histoire des arts est donc aisé.
des éléments chimiques, à l’aide de leur sym- Lors de la transformation chimique entre le zinc
bole. Il les classe par ordre de numéro atomique et le sulfate de cuivre, il est intéressant de laisser
croissant (le numéro atomique d’un élément suffisamment longtemps la plaque de zinc dans
est le nombre de charges positives présentes la solution de sulfate de cuivre (plusieurs jours,
dans le noyau de cet élément : ainsi le cuivre, quitte à renouveler la solution). On observe alors
de symbole Cu, a 29 pour numéro atomique, son facilement que l’épaisseur de la plaque de zinc
noyau contient donc 29 charges positives). Les a diminué, ce qui permet de montrer que les
éléments d’une même colonne ont des proprié- atomes de zinc sont bien consommés lors de

22 THÈME 1 Organisation et transformations de la matière


cette transformation chimique. La consomma- 2. b) Après avoir plongé une plaque de zinc dans
tion du zinc métallique peut être mise en évi- la solution de sulfate de cuivre et l’y avoir lais-
dence par la mesure de la masse de la plaque de sé au moins une vingtaine de minutes, on ob-
zinc avant et après immersion dans la solution. serve que la solution se décolore (devient trans-
Avant de commencer l’activité expérimentale, il parente et incolore). Le dépôt formé est brun,
est intéressant de faire noter l’aspect du cuivre rouge-orangé.
et du zinc métallique, et d’en profiter pour abor- 3. b) Un précipité blanc se forme lorsqu’on
der les règles de sécurité dans la manipulation ajoute quelques gouttes de soude dans la solu-
du sulfate de cuivre (qui doit toujours s’effectuer tion prélevée : la solution contient donc mainte-
avec des lunettes de protection). On peut égale- nant des ions zinc (II).
ment en profiter pour étudier les pictogrammes Remarque : le schéma du doc. 4 a été davan-
de sécurité et de prévention, ainsi que le com- tage précisé pour les manuels élèves, pour fa-
portement à avoir lors de la manipulation de ciliter la réponse à cette question. Le test est
produits toxiques (toujours refermer les flacons donc présenté comme un test d’identification
après utilisation, ne pas les laisser au bord de des ions métalliques zinc (II), avec pour réactif
la paillasse, manipuler debout, tabourets rangés la soude, et un précipité blanc comme produit.
sous les tables…).
Il faut également penser à récupérer les di- J’interprète des résultats
verses solutions après manipulation, en faisant 4. La température de la solution augmente suite
un rappel sur les problèmes de pollution (cf. à l’ajout de poudre de zinc : une transformation
socle : règles de sécurité en chimie et avoir un chimique a donc eu lieu.
comportement éthique et responsable). 5. La solution était initialement bleue et devient
Prolongement possible : incolore et transparente après transforma-
Bien que les ions polyatomiques ne soient vo- tion chimique. Cette décoloration provient de
lontairement pas étudiés, on peut utiliser cette la transformation des ions cuivre (II) : ces ions
activité pour les aborder avec les ions sulfate sont consommés au cours de la transformation
(constitution, électroneutralité des solutions de chimique, or ce sont eux qui donnent la colora-
sulfate de cuivre et de sulfate de zinc) ; en expli- tion bleue de la solution initiale.
quant qu’il ne faut pas confondre les symboles 6. On observe un dépôt rouge-orangé sur la
chimiques du soufre S, et du sodium Na. plaque de zinc et au fond du bécher. C’est du
C’est aussi l’occasion de parler d’ions specta- cuivre métallique, reconnaissable par sa cou-
teurs, les ions sulfate n’étant pas consommés leur. Ce solide est constitué d’atomes Cu formés
lors de la transformation chimique étudiée dans lors de la transformation chimique.
cette activité (d’où l’écriture de l’équation de ré- 7. La transformation chimique entre les ions
action simplifiée dans laquelle ils n’apparaissent cuivre (II), Cu2+, et les atomes de zinc, Zn, de
pas). la plaque provoque la transformation des
On peut reprendre cet exemple après l’étude de atomes de zinc en ions zinc (II), Zn2+. La quantité
la constitution de l’atome (dans le chapitre 7) en d’atomes de zinc diminue donc et la plaque de-
expliquant que cette transformation chimique vient alors plus mince.
provient d’un échange d’électrons entre les dif-
férents éléments cuivre et zinc. Je communique avec un langage
scientifique
Je réalise une expérience 8. Lors de la transformation chimique entre les
Remarque : Les valeurs suivantes sont données ions cuivre (II) et la plaque de zinc, les ions cuivre
à titre indicatif. Elles dépendent des manipula- (II) et les atomes de zinc sont consommés et des
tions des élèves. ions zinc (II) ainsi que des atomes de cuivre sont
1. a) Température de la solution de sulfate de produits.
cuivre : T ≈ 17,1 °C
b) Température de la solution de sulfate de
cuivre après y avoir versé de la poudre de zinc :
T ≈ 20,4 °C

CHAPITRE 4 Modélisation d’une transformation chimique 23


Auto-évaluation mproduits = mréactifs
donc mdioxygène + mcarbone = mdioxyde de carbone d’où :
Réponses aux QCM
1 a, c ; 2 a, b ; 3 a ; 4 a, b ; 5 c ; 6 c ; 7 a ; – pour la 1re ligne :
8 a ; 9 b, c ; 10 a, c mdioxygène + mcarbone = 0,6 + 1,6 = 2,2 = mdioxyde de carbone

– pour la 2de ligne :


Pour s’entraîner mdioxygène + mcarbone = 3 + 8 = 11 = mdioxyde de carbone

11  Action du vinaigre sur la craie – pour la 3e ligne :


1. L’acide chlorhydrique et le calcaire sont les ré- mdioxygène + mcarbone = 6 + 16 = 22 = mdioxyde de carbone
actifs.
2. Masse de ces réactifs : mréactifs ≈ 57,3 g 15  CO , un gaz à effet de serre
2
3. Le dioxyde de carbone est l’un des produits 1. Titre du graphique : Évolution de la masse
formés. de dioxyde de carbone formé en fonction de la
4. a) La balance de droite indique une masse masse de carbone brûlé.
égale à 57,3 g. 2. Par lecture graphique, on détermine que
lorsque 55 g de carbone sont brûlés, alors 200 g
12  Transformation chimique ou changement de dioxyde de carbone sont formés.
d’état ? 3. Par lecture graphique, on détermine que
Transformation Changement lorsque 40 g de dioxyde de carbone sont pro-
Conservation
chimique d’état duits, alors 10 g de carbone ont été consommés.
du nombre de molécules x 4. Le graphique étant une droite passant par
du nombre d’atomes x x
l’origine, ces deux masses évoluent donc de fa-
du volume
de la masse x x çon proportionnelle : mdioxyde de carbone formé est pro-
portionnelle à mcarbone brûlé.
13  Science in English
Traduction de l’énoncé : 16  Calculer la masse de comburant nécessaire
Pour étudier l’action du vinaigre sur une craie, 1. Le carbone brûle en libérant de la chaleur,
Victor réalise les pesées ci-contre (avec une ba- c’est donc le combustible. Or 12 g de carbone
lance tarée). ont été consommés, soit mcombustible = 12 g.
Regarder les schémas et aider Victor à com- 2. Le dioxyde de carbone est le produit formé,
prendre ses résultats. d’où : mproduit = 44 g.
1. Quelle est la masse des réactifs ? 3. Masse du dioxygène consommé :
a) 5 g  b) 44,9 g  c) 35,8 g comme mproduits = mréactifs, alors
2. La masse de la balance de droite est : mdioxygène + mcarbone = mdioxyde de carbone
a) égale à la masse des réactifs. d’où : mdioxygène = mproduit – mcombustible
b) supérieure à la masse des réactifs. mdioxygène = 44 – 12 = 32 ; 32 g de dioxygène ont
c) inférieure à la masse des réactifs. donc été consommés.
3. Cette expérience :
a) ne prouve rien. 17  Combustion complète du carbone
b) montre que le dioxyde de carbone a une 1.
masse. Réactifs Produit(s)
Nom carbone dioxygène dioxyde de carbone
c) est en contradiction avec la loi de Lavoisier.
Correction : Modèle
1. b ; 2. c ; 3. a Formule
(ou symbole) C O2 CO2
14  Quelle relation entre les masses ? chimique
Ces différentes masses sont reliées par une re- 1 atome de carbone
Composition 1 atome 2 atomes
lation de proportionnalité, du fait de la conser- et 2 atomes
en atomes de carbone d’oxygène
vation de la masse lors d’une transformation d’oxygène
chimique.

24 THÈME 1 Organisation et transformations de la matière


2. Le nombre de chaque type d’atomes présents 22  L’iode, un élément plein d’avenir
dans les réactifs et dans les produits est conser- 1. Le symbole de l’iode est I.
vé. On peut en déduire que, lors d’une transfor- 2. La molécule de diiode a pour formule : I2.
mation chimique, les atomes des réactifs se re- 3. Le numéro atomique de l’iode est 53.
distribuent pour former les produits. 4. L’ion iodure a donc une charge négative en
excès par rapport à l’atome d’iode. Son symbole
18  Du modèle moléculaire à l’équation de la est donc : I–.
réaction
1. Combustion incomplète du carbone : 24  À vous de jouer !
2C + O2 Æ 2CO 1. Lors de la combustion d’une molécule d’éthanol,
2. Combustion complète du dihydrogène : 3 molécules de dioxygène sont consommées
O2 + 2H2 Æ 2H2O pour 2 molécules de dioxyde de carbone et
3. Combustion complète du propane : 3 molécules d’eau produites.
C3H8 + 5 O2 Æ 3CO2 + 4H2O 2. D’après la loi de la conservation de la matière
lors d’une transformation chimique :
19  Combustion du fusain mréactifs = mproduits
1. 6 atomes de carbone ont été brûlés. soit : méthanol + mdioxygène = mdioxyde de carbone + meau
2. 6 molécules de dioxygène ont été consom- d’où : mdioxygène = mdioxyde de carbone + meau – méthanol
mées, parmi 8 molécules initialement présentes. Soit : mdioxygène = 2 257 + 1 305 – 1 180
6 molécules de dioxyde de carbone ont été for- = 3 562 – 1 180 = 2 382 g
mées. 2 382 g de dioxygène sont donc nécessaires
3. Le nombre de molécules de dioxyde de car- pour faire brûler 1 180 g d’éthanol.
bone formées est égal au nombre de chacune 3. Lorsque trois molécules de dioxygène sont
des particules de réactifs consommées : donc consommées, alors deux molécules de dioxyde
pour un atome de carbone brûlé, c’est-à-dire de carbone sont formées. Soit, lorsque 3 L
pour une molécule de dioxygène consommée, il de dioxygène sont consommés, alors 2 L de
y a une molécule de dioxyde de carbone formée. dioxyde de carbone sont produits. On en déduit
que lors de la consommation de 6 L de dioxy-
20  Les autres noms du mercure gène (6 L = 2 × 3 L), 2 × 2 = 4 L de dioxyde de
hydra – eau : le mercure présente la particula- carbone sont formés.
rité d’être le seul métal liquide à température
ambiante, d’où son aspect comparable à des 25  QCM sur document
gouttes d’eau lorsqu’on en verse un peu dans 1. c ; 2. a, b ; 3. a
un récipient.
argyrum – argent : sa couleur gris clair, très bril- 26  Le dihydrogène, un gaz plein d’avenir
lante fait penser à l’aspect de l’argent bien poli. 1. Formule chimique du dihydrogène : H2 ; mo-
Le nom « vif-argent » vient de l’aspect gris bril- dèle moléculaire :
lant du mercure et du fait qu’il soit liquide à tem-
pérature ambiante. Cela lui permet de « cou-
ler », contrairement aux autres métaux qui sont 2. Lors de la transformation chimique d’élec-
solides à température ambiante. trolyse de l’eau, deux molécules d’eau sont
consommées pour que deux molécules de dihy-
21  L’eau salée : du chlorure de sodium drogène et une de dioxygène soient produites.
1. L’élément dont le numéro atomique est 17 est 3. L’utilisation de dihydrogène comme source
le chlore. d’énergie permet de limiter la production de gaz
2. Le symbole de l’atome de chlore est Cl et le à effet de serre dans l’atmosphère puisqu’il n’en
symbole de l’ion chlorure, ion négatif possédant libère pas lors de sa combustion, contrairement
une charge moins en excès par rapport à cet aux sources d’énergie fossiles.
atome, est Cl–.
3. Le symbole de l’élément sodium est Na. 27  Quelle masse de méthane a donc brûlé ?
4. Les constituants du sel ont pour symbole : 1. La flamme est de couleur bleue, on peut donc
Na+ (ion sodium) et Cl– (ion chlorure). en déduire que la combustion est complète (il

CHAPITRE 4 Modélisation d’une transformation chimique 25


n’y a pas de particule de carbone incandes- de ces combustibles ne nécessite pas le même
cente responsable d’une coloration jaune de la nombre de molécules et donc pas le même vo-
flamme). lume de dioxygène (cf. doc. 2). Une molécule de
2. Le méthane et le dioxygène sont les réac- méthane réagit avec 2 molécules de dioxygène,
tifs consommés. Les produits formés sont le alors qu’une molécule de propane réagit avec
dioxyde de carbone et l’eau. 5 molécules de dioxygène. Il faut donc un vo-
3. Réaction chimique de cette combustion : lume de dioxygène plus important pour brûler
méthane + dioxygène Æ dioxyde de carbone + eau du propane que pour brûler du méthane (5 L de
4. Comme la masse se conserve lors d’une dioxygène seront nécessaires pour brûler 1 L de
transformation chimique, alors : mréactifs = mproduits propane, alors que seuls 2 L de dioxygène se-
Soit : mméthane + mdioxygène = mdioxyde de carbone + meau ront nécessaires pour brûler 1 L de méthane). Il
D’où : mméthane = mdioxyde de carbone + meau – mdioxygène faut donc choisir l’injecteur en conséquence, en
et donc : mméthane = 44 + 36 – 64 = 16 fonction du diamètre de son orifice.
La masse du méthane consommé est 16 g. Remarque : Les gaz ne sont pas tous envoyés
avec la même pression. Ainsi, les trous des in-
28  Combustion du fer jecteurs utilisés pour les gaz en bouteille (pro-
1. L’oxyde magnétique de fer est constitué de pane ou butane) ou en citerne (propane) ont un
3 atomes de fer et de 4 atomes d’oxygène. diamètre plus réduit que ceux des injecteurs uti-
2. Réaction chimique : lisés pour le méthane, ce dernier étant envoyé
fer + dioxygène Æ oxyde magnétique de fer. avec une pression plus faible que le propane et
3. Équation de réaction ajustée : le butane.
3 Fe + 2 O2 Æ Fe3O4 Cette information peut être fournie aux élèves
afin de montrer que plusieurs facteurs sont sou-
29  Photosynthèse et respiration vent à considérer pour effectuer un choix judi-
1.  a  C6H12O6 + 6 O2 Æ 6 CO2 + 6 H2O : c’est l’équa- cieux.
tion de réaction de la respiration puisque le
dioxygène est un des réactifs consommés (for- 31  Une préparation dangereuse de sel !
mule chimique O2 écrite à gauche de la flèche). Le sel, dont le nom scientifique est chlorure
b  6 CO2 + 6 H2O Æ C6H12O6 + 6 O2 : c’est l’équa- de sodium (d’après le texte de la situation dé-
tion de réaction de la photosynthèse puisque le clenchante), est constitué d’ions chlorure Cl–,
dioxygène est l’un des nouveaux produits for- et d’ions sodium Na+ (cf. doc. 1). Ces ions sont
més (formule chimique O2 écrite à droite de la proches les uns des autres lorsque le sel est à
flèche). l’état solide (état ordonné et compact ; cf. doc. 1
2. Hypothèse : je pense que le poumon étant un schéma de gauche). Mais ces ions sont séparés
organe de l’organisme qui assure le renouvelle- les uns des autres et mélangés à des molécules
ment du dioxygène (et l’élimination du dioxyde d’eau lorsque le sel y est dissous, formant ainsi
de carbone), on peut comparer l’immense forêt de l’eau salée (cf. doc. 1 schéma de droite).
amazonienne à un poumon. En effet, les très Le doc. 4 nous indique que l’acide chlorhydrique
nombreuses plantes vertes de la forêt amazo- est constitué d’ions chlorure et d’ions hydro-
nienne produisent plus de dioxygène lors de la gène et que la soude contient des ions sodium
photosynthèse qu’elles n’en consomment lors et des ions hydroxyde.
de la respiration, d’où cette comparaison. Ainsi, lors de la transformation chimique entre
l’acide chlorhydrique et la soude se forme effec-
tivement une solution constituée d’ions chlo-
Tâches complexes rure, d’ions sodium et de molécules d’eau – le
solvant – (cf. doc. 3).
30  Gazinière, quel débit de gaz ? En laissant de l’eau salée dans un bécher à
Le méthane et le propane sont deux gaz utili- l’air libre, l’eau s’évapore, au contact de l’air (cf.
sés comme combustibles (cf. doc. 1). L’arrivée doc. 2). Seuls les ions Cl– et Na+ restent alors
du combustible se fait par l’intermédiaire de l’in- dans le bécher, formant ainsi un résidu solide de
jecteur qui en règle le débit (cf. doc. 3). Cepen- sel.
dant la combustion d’une molécule de chacun

26 THÈME 1 Organisation et transformations de la matière


32  Le bilan carbone du chauffage au bois 33  Les métaux, atomes ou ions ?
D’après le doc. 3, le bois est constitué de molé- D’après la situation déclenchante, on sait que ce
cules de cellulose, un polymère du glucose (c’est- médicament contient des substances chimiques
à-dire une chaîne de molécules de glucose). Or, appartenant à la famille des métaux : du cuivre,
lors de la combustion du bois, ces molécules de de l’or et de l’argent. Ces éléments ne sont pas
glucose sont consommées. Pour qu’un poêle à assimilables par l’organisme sous forme ato-
bûches affiche un bilan carbone neutre, il faut mique. Les atomes métalliques sont présents
que le même nombre de molécules de glucose dans les objets métalliques, mais ne sont pas
consommées par l’utilisation du poêle soient solubles dans l’eau, or le médicament oligosol
produites par un arbre grâce à la photosynthèse est, d’après le doc. 1, une solution aqueuse. C’est
(cf. doc. 2). La photosynthèse est une transfor- sous forme d’ions, donc de particules chargées,
mation chimique effectuée en présence de lu- que ces éléments sont présents dans le médi-
mière par les plantes qui utilisent le dioxyde de cament. Le doc. 2 indique que cette solution
carbone présent dans l’air (cf. doc. 1). Il est donc aqueuse contient des ions cuivre (ayant deux
nécessaire que tout arbre coupé pour obtenir charges positives en excès, donc de symbole
du bois de chauffage soit remplacé afin de per- Cu2+), des ions aureux (possédant une charge
mettre la formation de nouvelle matière orga- positive en excès, donc de symbole Au+) et des
nique végétale. ions argent, ayant également une seule charge
positive en excès (de symbole Ag+). Ces ions
métalliques, qui sont solubles dans l’eau, sont
dissous dans une solution aqueuse pour former
ce médicament.

CHAPITRE 4 Modélisation d’une transformation chimique 27


Chapitre
Identification d’une espèce
5 chimique

Choix pédagogiques
 e chapitre consolide les notions abordées dans le chapitre 3 « Description d’une
C
transformation chimique », dans lequel plusieurs de ces tests sont utilisés pour
identifier les réactifs ou produits d’une transformation chimique.
Le choix a été fait pour les ions de ne présenter, dans les activités, que les tests
de reconnaissances des ions cuivre (II), fer (II), fer (III) et chlorure. Ceci permet de
s’appuyer sur les solutions ioniques présentes au laboratoire puisque ces tests
d’identification étaient utilisés dans le programme 2008.
La tâche complexe de l’exercice 29 propose les tests d’identification des ions
calcium et sulfate.
Il est rappelé que le programme précise que ces tests ne sont pas à connaître, mais
seulement mis en œuvre par l’élève à partir d’une banque fournie.
Le choix a été fait d’utiliser le nom « nitrate d’argent » pour désigner la solution
du même nom dans un souci de simplification. Pour les mêmes raisons, la solution
d’hydroxyde de sodium est fréquemment appelée « soude ».
Ce chapitre est l’occasion d’attirer l’attention de l’élève sur le fait qu’il est
nécessaire de consulter les étiquettes des produits utilisés en classe (comme
à la maison) afin de s’équiper convenablement avant toute manipulation.
L’activité 1 présente les tests de reconnaissance des gaz (O2, CO2 et H2) au travers
d’une activité documentaire tirée de l’histoire des sciences.
L’activité 2 permet de travailler la réalisation d’un organigramme de recherche qui
pourra être réutilisé dans les exercices du chapitre, cette compétence ayant déjà
été travaillée en cycle 3 par exemple pour l’identification des matériaux ou pour
l’identification d’un animal (clé de détermination).

Activité 1 comment ce qui semble extrêmement complexe


au premier abord finit par être saisissable.
Comment identifier un gaz ? Une question supplémentaire peut être ajoutée
Lien avec le programme : après la question 3 : À quel gaz correspond l’ap-
Mettre en œuvre des tests caractéristiques pellation « acide crayeux aériforme » utilisée
d’espèces chimiques à partir d’une banque par Lavoisier dans le texte ?
fournie.

Commentaires J’extrais des informations


L’activité proposée ici s’appuie sur les expé- 1. La cloche est remplie d’air.
riences de Lavoisier sur la respiration. Elle per-
met de travailler la compétence du domaine 5 du J’exploite des documents scientifiques
socle « Expliquer, par l’histoire des sciences et 2. L’eau de chaux se trouble et une flamme
des techniques, comment les sciences évoluent s’éteint à son contact.
et influencent la société ». Cette activité peut 3. D’après le doc. 3, le gaz est du dioxyde de
être un moyen de faire sentir comment l’intelli- carbone.
gibilité du monde a été progressivement gagnée, 4. D’après le doc. 3, ce gaz est du dioxygène.

28 THÈME 1 Organisation et transformations de la matière


5. 
En approchant une allumette enflammée Commentaires
sous la cloche, on entendrait une détonation (de Cette activité peut prendre appui sur la fiche
type aboiement). méthode n° 10.

Je communique avec un langage J’extrais des informations


scientifique 1. Le pictogramme signifie que ce réactif est cor-
6. Les tests à l’eau de chaux et à la flamme ont rosif.
permis d’identifier respectivement le dioxyde de
carbone et le dioxygène. J’exploite des documents scientifiques
2. On obtient un précipité de couleur rouille.
3. Un précipité bleu révèle la présence de l’ion
Activité 2 cuivre (II).
Quelle démarche utiliser pour vérifier
la présence d’ions en solution ? Je passe d’une forme de langage
Lien avec le programme : scientifique à une autre
Mettre en œuvre des tests caractéristiques 4.
d’espèces chimiques à partir d’une banque
fournie.

Solution à analyser

Test au nitrate Test à l’hydroxyde


d’argent de sodium
test test test test
positif négatif positif négatif

Précipité blanc Aucun précipité Couleur Aucun précipité


du précipité

Présence d’ions Absence d’ions


Cl– Cl–
Bleu Vert Rouille Absence d’ions
Cu2+, Fe2+, Fe3+

Présence d’ions Présence d’ions Présence d’ions


Cu2+ Fe2+ Fe3+

Auto-évaluation 2. Elle doit déposer (très peu) de sulfate de


cuivre anhydre sur la poire et attendre que le jus
Réponses aux QCM de la poire soit entré en contact avec celui-ci.
1  c ; 2  c ; 3  a ; 4  a ; 5  b ; 6  c ; 7  a ; 3. Si elle a raison, le sulfate de cuivre anhydre
8  b ; 9  c doit bleuir.

11  À l’encre bleue
Pour s’entraîner L’encre étant bleue, on ne peut pas savoir avec
certitude si le changement de teinte du sulfate
10  De l’eau dans les aliments de cuivre anhydre est lié à la présence d’eau
1. Lola doit utiliser le sulfate de cuivre anhydre. dans l’encre ou si c’est la teinte de l’encre elle-

CHAPITRE 5 Identification d’une espèce chimique 29


même. Cette expérience ne permet donc pas de 19  En voir de toutes les couleurs
déterminer avec certitude si l’encre contient de 1. Le réactif de reconnaissance est la solution
l’eau. d’hydroxyde de sodium.
2. De gauche à droite : ion fer (II), ion fer (III), ion
12  Alcool à 70° cuivre (II).
Lorsque le sulfate de cuivre anhydre devient
bleu, cela signifie que la substance testée ren- 20  Traitement des eaux
ferme de l’eau. C’est bien le cas ici. On doit réaliser un test avec une solution de
nitrate d’argent pour mettre en évidence l’ion
13  Une flamme de reconnaissance chlorure, et un test à la soude pour identifier
Le gaz est le dioxygène puisque la flamme est l’ion fer (III).
entretenue.
21  Science in English
14  Pour faire du pain Traduction de l’énoncé :
On doit réaliser un test à l’eau de chaux. Test : Ajouter quelques gouttes de solution de
nitrate d’argent dans une solution aqueuse.
15  Histoire des sciences Résultats :
1. Ce sont deux gaz plus légers que l’air. Ion halogène présent Observation
2. Le dihydrogène est un gaz inflammable. Ion chlorure Cl− précipité blanc (de chlorure d’argent, AgCl)
Ion bromure Br− précipité jaunâtre (de bromure d’argent, AgBr)
16  Test au nitrate d’argent Ion iodure I− précipité jaune (de iodure d’argent, AgI)
1. L’eau du robinet renferme des ions chlorure 1. Est-ce que le nitrate d’argent peut seulement
mais pas l’eau distillée. détecter l’ion chlorure ?
2. Si l’on rince des tubes à l’eau du robinet avant 2. Quelle est la couleur du précipité que l’on ob-
de pratiquer un test d’identification à l’aide d’une tient quand on détecte l’ion bromure ?
solution de nitrate d’argent, un trouble (précipité 3. Quels sont tous les points communs des ions
blanc) apparaît à cause de l’eau du robinet qui bromure, chlorure et iodure ?
contient des ions chlorure, ce qui peut fausser Correction :
les résultats. 1. Non, la solution de nitrate d’argent permet
aussi d’identifier les ions bromure et iodure.
17  Ne te précipite pas ! 2. On obtient un précipité jaunâtre.
1. La première équation de réaction correspond 3. Ils réagissent tous les trois avec la solution de
à la reconnaissance de l’ion chlorure, puisque nitrate d’argent.
c’est la seule équation comportant l’ion chlo-
rure. 23  À vous de jouer !
2. La formule du précipité rouille est Fe(OH)3, 1. Les ions présents sont les ions chlorure et les
identifié dans l’équation de réaction dont les ions fer (II).
produits de la transformation font intervenir les 2. L’ion chlorure est mis en évidence par un test
ions fer (III). avec une solution de nitrate d’argent.
3. Le précipité bleu est obtenu avec l’ion cuivre L’ion fer (II) est mis en évidence grâce à une so-
(II). L’équation de réaction correspondant à son lution d’hydroxyde de sodium.
test d’identification est celle comportant l’ion 3. Un précipité blanc qui noircit à la lumière sera
Cu2+ dans les réactifs. La formule du précipité obtenu avec la solution de nitrate d’argent.
bleu est donc Cu(OH)2. Un précipité vert sera obtenu avec la solution
d’hydroxyde de sodium.
18  Dans une eau minérale
Le seul test qui sera positif est celui réalisé avec
la solution de nitrate d’argent car cette eau ren- Pour approfondir
ferme des ions chlorure. Aucun des autres ions
présents ne réagit avec la solution de soude. 24  QCM sur documents
1. b ; 2. b ; 3. a

30 THÈME 1 Organisation et transformations de la matière


25  Qui est qui ? Tâches complexes
Solution Solution
inconnue inconnue 27  De quelle solution s’agit-il ?
n° 1 n° 1 D’après le doc. 2, le précipité vert obtenu avec
la solution d’hydroxyde de sodium révèle la pré-
Solution Solution sence d’ions fer (II) dans la solution inconnue,
de sulfate de chlorure tandis que le précipité blanc obtenu avec la so-
de cuivre (II) de sodium
lution de nitrate d’argent indique la présence
Si un précipité bleu se forme, Si un précipité blanc se forme,
d’ions chlorure.
la solution inconnue n° 1 est la solution inconnue n° 1 est
la solution d’hydroxyde de sodium. le nitrate d’argent. La seule solution, proposée dans le doc. 1, ren-
La solution n° 2 est donc la solution La solution n° 2 est donc la solution fermant ces deux ions est le mélange d’une so-
de nitrate d’argent. d’hydroxyde de sodium. lution de chlorure de sodium et de sulfate de fer
(II).
26  En quête de solution
1. Le laboratoire a mesuré le pH des eaux à l’aide 28  Où le corps humain puise-t-il l’eau néces-
d’un pHmètre, et a réalisé des tests d’identifica- saire à la vie ?
tion des ions chlorure (à l’aide de la solution de
Boissons Respiration
nitrate d’argent) et fer (II) (à l’aide de la solution (1,5 L) (0,5 L)
d’hydroxyde de sodium).
2. La piscine peut correspondre à la scène de
crime, car ses trois caractéristiques corres- Corps Transpiration
pondent à celles de l’eau prélevée sur la victime. humain (0,5 L)

Aliments solides
(fruits, légumes...) Urines et selles
(1 L) (1,5 L)

29  Construire un organigramme

Solution à analyser

Test avec Test avec


une solution d’oxalate une solution de chlorure
d’ammonium de baryum
test test test test
positif négatif positif négatif

Précipité blanc Aucun précipité Précipité blanc Aucun précipité

Présence d’ions calcium Absence d’ions calcium Présence d’ions sulfate Absence d’ions sulfate

CHAPITRE 5 Identification d’une espèce chimique 31


Chapitre
L’Univers
6 et le système solaire

Choix pédagogiques
Ce chapitre a été rédigé de deux façons :
L’une de manière à pouvoir être traité entièrement dès la classe de 5e, même si la
notion de puissance de dix n’a pas encore été abordée en cours de mathématiques.
Dans ce cas, nous avons fait le choix d’utiliser millions et milliards pour indiquer les
différences d’échelles. D’autre part, le calcul d’une distance en utilisant la vitesse
de la lumière a été proposé de façon à pouvoir aussi faire l’objet d’une activité
en 5e puisque la relation permettant de calculer une vitesse est connue des élèves
à ce niveau.
Au titre de ces différences de compétences, l’exercice résolu et commenté
de ce chapitre est tout à fait différent entre le manuel de 5e et le manuel de 4e.
La seconde version (présente ici) utilise directement les puissances de dix.
Ce chapitre pourra ainsi faire l’objet d’une éventuelle deuxième approche
s’il a déjà été abordé en classe de 5e (vision spiralaire du programme).
L’activité 1 permet de faire le lien avec ce qui a déjà été vu au cycle 3
(la Terre dans le système solaire, les mouvements de la Terre), puis l'activité 2
élargit la connaissance des structures dans l’Univers. Les deux activités
sont indépendantes et il est possible de ne pas aborder toutes les questions
d’une même activité selon la progression choisie (approche spiralaire).

Activité 1 Le phénomène d’éclipse du Soleil est étudié


dans l’exercice 32, présenté sous la forme d’une
Quelle est la structure du système tâche complexe.
Soleil-Terre-Lune ?
Lien avec le programme : J’exploite des documents scientifiques
Décrire la structure du système solaire. 1. La Terre a un mouvement de révolution autour
du Soleil en 365 jours environ et un mouvement
Commentaires de rotation (autour d’elle-même) en 24 h. La
Les caractéristiques spatiales et temporelles du Lune a un mouvement de révolution autour de la
système Soleil-Terre-Lune sont présentées de Terre en 28 jours et un mouvement de rotation
façon simple pour fournir aux élèves des ordres (autour d’elle-même) en 28 jours également.
de grandeur qui leur permettront de comprendre 2. Le plan de l’orbite de la Terre se nomme plan
des observations du ciel qu’ils pourraient faire à de l’écliptique (du fait de son lien avec le phéno-
l’œil nu. Ces observations sont proposées aux mène des éclipses, voir exercice 32). Le plan de
exercices 14, 15 et 26. l’orbite de la Lune est incliné de 5° par rapport
Les phases de la Lune sont présentées en ap- au plan de l’écliptique.
plication du mouvement de la Lune autour de la 3. L’ombre de la Lune passe régulièrement sous
Terre car elles présentent l’avantage de pouvoir la Terre et celle de la Terre régulièrement sous
faire l’objet d’un travail expérimental à la mai- la Lune car le plan de l’orbite de la Lune autour
son : les élèves observent et dessinent l’aspect de la Terre et le plan de l’écliptique ne sont pas
de la Lune au cours d’un peu plus d’un mois et confondus.
observent alors la récurrence de l’aspect de la
Lune au bout d’une durée appelée lunaison.
32 THÈME 1 Organisation et transformations de la matière
Je fais preuve d’esprit critique cette superstructure pour ne pas complexifier à
4. Le doc. 2 présente la Lune tel qu’un obser- outrance les données déjà nombreuses de cette
vateur terrestre la voit au cours de son mouve- activité.
ment mensuel autour de la Terre : ce sont les Le dernier point du doc. 1 permet de faire le lien
phases de la Lune. avec ce qui a déjà été vu (si les chapitres ont
5. Pour la raison évoquée à la question 3, il n’y été traités dans cet ordre) dans la partie sur les
a pas d’éclipse de Lune à chaque pleine Lune, ni signaux et la vitesse de propagation de la lu-
d’éclipse de Soleil à chaque nouvelle Lune. mière dans le vide (chapitre 15). La question 4
permet de faire le lien entre ces chapitres et le
J’extrais des informations chapitre 6 qui pourrait déjà avoir été abordé dès
6. Pour revoir une même phase de la Lune, il faut la classe de 5e, dans le cadre d’une vision spira-
que celle-ci ait effectué un tour complet autour laire du programme.
de la Terre, soit 29 jours (durée appelée lunaison).
7. Au moment de la nouvelle Lune, la Lune pré- J’exploite des documents scientifiques
sente à la Terre sa face située à l’opposé du So- 1. L’Univers est composé d’amas de galaxies,
leil, côté ombre. Cette face n’étant pas éclairée constitués de galaxies, elles-mêmes composées
par le Soleil, on n’aperçoit plus la Lune depuis d’étoiles, autour desquelles tournent (souvent)
la Terre. des planètes. Le système solaire est constitué
8. Sept jours après le premier quartier de Lune d’une étoile, le Soleil, de huit planètes accompa-
(soit un quart de lunaison), un observateur ver- gnées de leurs satellites naturels, d’astéroïdes
ra la pleine Lune, c’est à dire la face de la Lune et de comètes qui le traversent parfois.
totalement éclairée par le Soleil situé face à elle. 2. Par ordre croissant de distances à la Terre, on
trouve : le système solaire, notre Galaxie (la Voie
Je communique avec un langage lactée) puis notre amas de galaxies (appelé le
scientifique Groupe Local).
9. La Terre est animée de mouvements de ré-
volution (autour du Soleil) et de rotation (autour J’effectue des recherches
d’elle-même). La Lune est animée de mouve- 3. Début 2014, plus de 600 satellites naturels
ments de révolution (autour de la Terre) et de étaient connus dans le système solaire, dont
rotation (autour d’elle-même). Les phases de la seulement 220 confirmés. 173 orbitent autour
Lune correspondent à la partie de la Lune éclai- des planètes : Jupiter (67), Saturne (62), Uranus
rée par le Soleil et ainsi rendue visible depuis la (27), Neptune (14), Mars (2), la Terre (1). Certains
Terre. Les phases de la Lune évoluent au cours satellites orbitent autour d’astéroïdes.
de la rotation de la Lune autour de la Terre sur
une durée appelée lunaison. Je calcule
d
4. D’après la relation c = , où c désigne la vi-
t
Activité 2 tesse de la lumière dans le vide, d la distance
Quelle est la structure de l’Univers ? parcourue par la lumière et t la durée de par-
Liens avec le programme : cours, on a :
•D  écrire la structure de l’Univers. 1 a.l. = c × t = 300 000 × 60 × 60 × 24 × 365 ≈
•Aborder les différentes unités de dis- 1012 km.
tances et savoir les convertir : du kilo- On peut utiliser un tableau de proportionnalité
mètre à l’année-lumière. pour déterminer la distance de l’amas de ga-
• Ordres de grandeur des distances astro- laxies de la Vierge exprimée en années-lumière :
nomiques. 1 a.l. 9,5 × 1012 km
? 5,7 × 1020 km
Commentaires On en déduit la distance exprimée en années-­
Dans le doc. 2, il n’est pas mentionné que les lumière :
1
amas de galaxies font partie d’une structure d = 5,7 × 1020 × ≈ 60 × 106 a.l.
9,5 × 1012
plus grande, appelée superamas de galaxies.
Le nôtre se nomme le superamas de la Vierge. L’année-lumière est donc une unité plus adap-
Nous avons fait le choix de ne pas parler de tée pour exprimer les grandes distances en as-
CHAPITRE 6 L’Univers et le système solaire 33
tronomie car le nombre 60 millions d’a.l. est plus 2. Galilée n’a pas représenté la pleine Lune, la
simple à manipuler que le nombre 570 milliards nouvelle Lune, le dernier croissant, la Lune gib-
de milliards de km. beuse croissante ou décroissante.
3. Au moment de la pleine Lune, la Terre, le Soleil
J’émets une hypothèse et la Lune sont positionnés ainsi :
5. L’Univers est structuré dans l’infiniment
grand, mais il est l’est aussi dans l’infiniment pe-
tit : l’Univers est structuré à toutes les échelles.

Je communique avec un langage


scientifique
6. L’échelle humaine se situe entre l’infiniment
petit et l’infiniment grand. L’Univers est structu-
ré à toutes les échelles : on trouve ainsi succes-
sivement les noyaux d’atomes, les atomes, les 13 Cycles célestes
molécules, les humains, les planètes, le système 1. Au cours d’une année, il y a 12 nouvelles Lune,
solaire, les étoiles, les galaxies. soit une par mois.
2. Un calendrier lunaire est un calendrier réglé
sur les phases de la Lune. Un mois représente
Auto-évaluation une lunaison. Durant ce mois, tout endroit de la
face visible est éclairé la moitié du temps et est
Réponses aux QCM dans l’obscurité durant l’autre moitié. Un mois
1  a, c ; 2  b ; 3  c ; 4  b ; 5  b ; 6  c ; 7  c ; correspond donc à un jour et une nuit. Comme il y
8  a, c ; 9  c. a 12 lunaisons durant une année lunaire (12 mois),
on peut donc dire qu’il y a 12 jours et 12 nuits.

Pour s’entraîner 14 Des étoiles qui bougent dans le ciel


Jade observe que l’étoile, vue depuis la Terre, a
10 Légender un schéma bougé dans le ciel car sa position par rapport à
Soleil : 3. Terre : 2. Lune : 1. plan de l’écliptique : 4. l’arbre est modifiée. Cela s’explique par le mou-
vement de rotation de la Terre. En 1 h, la Terre a
11 Les phases de la Lune effectué 1/24e de tour autour d’elle-même.
1. La lampe torche permettra de modéliser le So-
leil et la balle de tennis la Lune. 15 Des étoiles qui bougent dans le ciel (2)
2. Jade observe qu’après deux jours, l’étoile ne
se trouve plus à la même position par rapport
à l’arbre, alors que l’observation est faite à la
même heure. Ceci s’explique par le mouvement
de révolution de la Terre autour du Soleil. En
deux jours, la Terre a avancé de 2/365e de tour
autour du Soleil.

16 Mots croisés cosmiques


3. Dans une salle obscure, allumer la lampe et 1.  Planètes ; 2.  Galaxie ; 3.  Étoile ; 4.  Univers ;
éclairer la balle de tennis. Observer l’évolution 5.  Lune ; 6. Soleil.
de la partie éclairée de la balle tout en la faisant
tourner autour de soi. 17 Unités en astronomie
1. a) On utilise un tableau de proportionnalité :
12 Histoire des sciences 1 ua 150 000 000 km
1. Les phases de la Lune représentées par Ga-  ? 4 500 000 000 km
lilée sont : le premier croissant (quatre fois), le La distance Soleil-Neptune exprimée en unités
dernier quartier, le premier quartier. astronomiques est donc :

34 THÈME 1 Organisation et transformations de la matière


solaire, les systèmes planétaires ou les étoiles
1
4 500 000 000 × = 30 ua. seules, la galaxie, les amas de galaxies.
150 000 000
2. On dit que l’Univers est structuré à toutes
b) Pour exprimer les distances dans le système les échelles car chaque structure est imbriquée
solaire avec des nombres simples et assez pe- dans une structure plus grande qui l’englobe, et
tits, il est donc préférable d’utiliser l’unité astro- ce, quelle que soit l’échelle.
nomique plutôt que le kilomètre comme unité
de distance. 20 À la bonne distance !
2. a) On utilise de nouveau un tableau de pro- 1   a ; 2   c ; 3  b.
portionnalité :
1 ua 150 000 000  km 21 Dans le bon ordre et à la bonne place
  ?   5,2 × 1020 km 1. Par ordre croissant de distance à la Terre, on
La distance de l’amas de galaxies exprimée en trouve : la Lune, le Soleil, Proxima du Centaure
unités astronomiques est donc : et le nuage de Magellan.
2. La Lune et le Soleil se trouvent dans le sys-
5,2 × 1020 × 1
≈ 3,5 × 1012 ua. tème solaire. Proxima du Centaure se trouve
150 000 000
dans notre galaxie et le nuage de Magellan se
Une année-lumière est la distance parcourue trouve dans un amas de galaxies (le même que
dans le vide par la lumière en une année à la celui de la Voie Lactée, notre galaxie).
vitesse de 300  000 km/s. Cette distance est
donc : 22 Des planètes partout dans l’Univers !
d =  300 000 × 60 × 60 × 24 × 365 ≈ 9,5 × 1012 km. 1. Le système solaire est composé d’un corps
On a donc : massif central (le Soleil) et de plusieurs petits
1 a.l. 9,5 × 1012 km corps qui tournent autour de lui. De même, Ju-
 ?  5,2 × 1020 km piter et Saturne sont de « grosses » planètes
La distance de l’amas de galaxies exprimée en autour desquelles tournent des dizaines de pe-
années-lumière est donc : tits corps (satellites) : on peut donc affirmer que
ce sont des « systèmes solaires en miniature »
5,2 × 1020 × 1
≈ 5,5 × 107 a.l. car leurs dimensions sont bien plus petites que
9,5 × 1012
celles du système solaire.
b) Il est donc plus efficace d’utiliser l’année-lu- 2. Même à l’intérieur du système solaire, on
mière pour exprimer les distances des corps trouve des sous-structures comme les sys-
très lointains comme les amas de galaxies car tèmes planétaires de Jupiter et Saturne avec
les nombres utilisés sont alors plus petits que si leurs nombreux satellites naturels.
on utilisait l’unité astronomique pour exprimer 3. a) Toutes les planètes du système solaire pos-
les distances. sèdent des satellites naturels sauf Mercure et
Vénus. Les autres planètes possèdent des satel-
18 Le système solaire lites naturels : Jupiter (67), Saturne (62), Uranus
1. Le système solaire est constitué de huit pla- (27), Neptune (14), Mars (2), la Terre (1).
nètes, et d’une seule étoile appelée Soleil. b) et c) C’est en 1995 qu’a été découverte la
Autour de la majorité des planètes orbitent des première planète orbitant autour d’une étoile
satellites naturels. Celui de la Terre s’appelle la qui n’était pas le Soleil. On connaît désormais
Lune. plusieurs milliers de ces astres, appelés exopla-
Le système solaire comporte également des as- nètes. Pour connaître le nombre d’exoplanètes
téroïdes et des comètes. découvertes, consulter le site qui les recense :
2. Les étoiles sont regroupées en galaxies qui exoplanetes.esep.pro.
en comportent des milliards. L’Univers contient
des centaines de milliards de galaxies. 23 Science in English
Traduction de l’énoncé :
19 Un Univers structuré Ranger chacun de ces corps célestes du plus
1. De la plus petite à la plus grande structure, grand au plus petit, et indiquer la place de l’hu-
on trouve : le système Terre-Lune, le système manité parmi eux :

CHAPITRE 6 L’Univers et le système solaire 35


galaxies, étoiles, Lune, Terre, Univers, atomes, Le programme Orbitron permet de déterminer
molécules. les moments de passage du télescope au-des-
Correction : sus d’un point donné de la Terre : www.stoff.pl.
Universe, galaxies, stars, Earth, Moon, humans,
molecules, atoms. 28  Maquette du système solaire et de l’Univers
1. a) Pour que le système solaire occupe le maxi-
25 À vous de jouer ! mum de place dans la cour du collège, il faut
1. En utilisant un raisonnement identique à celui que la planète la plus éloignée soit au bout de
développé dans l’exercice 24, on a : la cour, donc à 150 m de distance. On a donc
centre amas l’équivalence pour Neptune (dernière planète) :
galaxie 30,10 UA 150 m
Structures de la Voie de galaxies
d’Andromède
Lactée de la Vierge 1 UA ?m
Distance L’échelle de la maquette du système solaire sera
2,7 × 1017 2,4 × 1019 6,8 × 1020
(en km) ÷ 150 × 106 donc : 1 UA correspond à :
Distance 150
1,8 × 109 1,6 × 1011 4,5 × 1012
(en UA) 1× ≈5m
÷ 9,5 × 1012 30,10
Distance
2,8 × 104 2,5 × 106 7,1 × 107 b) Les autres planètes seront donc à des dis-
(en a.l.)
tances du Soleil de :
2. L’unité la plus adaptée pour exprimer les Mercure (0,387 UA) : 0,387 × 5 ≈ 2 m.
distances dans l’Univers lointain est donc l’an- Terre (1,00 UA) : 1 × 5 = 5 m.
née-lumière puisque c’est dans cette unité que Jupiter (5,20 UA) : 5,20 × 5 = 26 m.
les chiffres utilisés sont les plus petits. 2. a) Pour que les différentes structures de
l’Univers occupent le maximum de place dans
la cour du collège, il faut que la structure la plus
Pour approfondir grande soit au bout de la cour, donc à 150 m de
distance. On a donc l’équivalence pour l’amas de
26 QCM sur documents galaxies de la Vierge :
1. b ; 2. b ; 3. b 6,8 × 1020 km 150 m
   1  km ? m
27 Les observatoires astronomiques L’échelle de la maquette de l’Univers sera donc :
1. En altitude, l’observation du ciel est plus ai- 1 km correspond à :
sée car ces sites sont plus éloignés des éclai-
1 × 150
rages publics (pollution lumineuse). La météo ≈ 2,2 × 10–19 m.
6,8 × 1020
y est aussi plus favorable. Au VLT au Chili, par
exemple, il y a 350 nuits sans nuages par an ! Les autres structures auront donc pour dimen-
L’atmosphère est moins agitée, ce qui permet sions :
d’obtenir des images de meilleure qualité. Centre de la Voie Lactée :
Pour plus d’informations sur la pollution lumi- 2,7 × 1017 × 2,2 × 10–19 = 0,05 m.
neuse et le concours « villes et villages étoilés » : Galaxie d’Andromède :
www.anpcen.fr. 2,4 × 1019 × 2,2 × 10–19 = 5,3 m.
Dans l’espace, les images réalisées par le téles- b) Le mot « lacunaire » signifie « qui présente
cope Hubble, par exemple, ne sont plus du tout des espaces vides ». La maquette de l’Univers
affectées par la présence de l’atmosphère : leur montre bien qu’entre le centre de notre galaxie,
qualité est bien meilleure ! et la galaxie la plus proche (Andromède), il y a
2. Le rayon de l’orbite du télescope Hubble est : une distance importante : du vide occupe l’es-
r = 6 371 + 600 = 6 971 km. Le périmètre du cercle pace entre les deux galaxies. De même, l’Uni-
de sa trajectoire est donc : vers représenté par la cour est essentiellement
d = 2 × π × r = 2 × π × 6 971 ≈ 43 800 km. constitué de vide puisque les galaxies y sont
Pour effectuer un tour complet autour de la très éloignées les unes des autres. On dit donc
Terre, le télescope Hubble met donc une durée : que l’Univers a une structure lacunaire.
d 43 800
t= = = 5 763 s = 96 min = 1 h 36. 29 Éclipse de Soleil ou exoplanète ?
v 7,6
1. Lors d’une éclipse de Soleil, la Lune s’aligne
avec le Soleil et la Terre et passe entre les deux,
36 THÈME 1 Organisation et transformations de la matière
cachant momentanément la surface du Soleil à Cependant, si l’on observe le système solaire de-
certains observateurs terrestres : la luminosi- puis un autre référentiel, on peut observer que
té du Soleil baisse donc. De même, lorsqu’une le Soleil est animé d’un mouvement de révolu-
exoplanète passe (on dit aussi transite) devant tion autour du centre de notre Galaxie (la Voie
l’étoile autour de laquelle elle orbite, la lumino- lactée), et qu’il entraîne avec lui son cortège de
sité de celle-ci diminue. planètes qui continuent à tourner autour de lui.
2. Lors d’une éclipse totale de Soleil, la Lune oc- De la combinaison de ces deux mouvements
culte la totalité de la surface du Soleil : depuis résulte des trajectoires des planètes qui s’en-
une zone restreinte de la surface terrestre, le roulent autour du Soleil sous forme d’une hé-
Soleil n’est plus du tout visible et sa luminosité lice : les planètes ne reviennent donc jamais à
baisse jusqu’à 0  % de son intensité maximale. la même place !
Il s’agit donc de la courbe de gauche. La courbe Remarque : La vidéo de support de cet exercice
de droite est donc celle qui correspond à l’ob- est parfois réutilisée à des fins d'intelligence de-
servation d’une exoplanète, trop petite et trop sign. Pour déconstruire ce propos, il est possible
éloignée de la Terre pour occulter totalement la de la compléter par un extrait du site de l'obser-
lumière de son étoile. vatoire de Paris (lien 6.2) ou par un extrait du
3.  Pour trouver un décompte actualisé du site du clemi de l’académie de Paris (lien 6.3).
nombre d’exoplanètes découvertes, se reporter C'est par conséquent l'occasion d'un travail spé-
au site : exoplanetes.esep.pro. cifique sur le concept de référentiel.

32 Éclipse solaire en vue


Tâches complexes Une éclipse totale de Soleil peut être observée
à condition que la Lune occulte totalement la
30 Période de rotation surface du Soleil observée depuis la Terre. Il faut
Sur la photographie circumpolaire, on mesure donc que la Terre, la Lune et le Soleil soient par-
l’angle entre le centre observé de la rotation des faitement alignés dans cet ordre. Dans ce cas,
étoiles et les deux extrémités d’un arc de lu- l’observation du Soleil réalisée depuis la petite
mière laissé par une étoile : on mesure un angle zone sur Terre où l’éclipse est visible nécessite
de 10°. de porter une paire de lunettes de protection
Or, d’après le doc. 2, on voit que la rotation ap- spécialement conçue pour cette observation
parente des étoiles autour d’un point est due afin d’éviter de graves risques de brûlure irré-
au mouvement de rotation de la Terre sur elle- versible de la cornée.
même, qui s’effectue en 24 h. Le point central Pour justifier de l’extraordinaire coïncidence qui
sur la photographie est donc l’étoile polaire diri- permet à la Lune de pouvoir occulter totalement
gée dans la prolongation de l’axe de rotation de la surface du Soleil, calculons le rapport des dis-
la Terre. Vérifions que la photographie a bien été tances et le rapport des diamètres :
prise depuis la Terre. dTerre-Soleil 150 000 000
10° 40 min = ≈ 400
dTerre-Lune 380 000
360° ? min
La période de rotation de la planète depuis la- diamètreSoleil 1 400 000
quelle la photographie a été réalisée est donc : = = 400
diamètreLune 3 500
40
360 × = 1 440 min = 24 h. Cette coïncidence explique que la Lune puisse
10
occulter la surface du Soleil alors qu’elle est
On vérifie ainsi qu’il ne s’agit d’aucune des pla- beaucoup plus petite que lui car elle est aussi
nètes présentées dans le doc. 1, mais bien de la plus proche de la Terre et dans les mêmes pro-
Terre. portions !
Remarque : La Lune s’éloigne de la Terre chaque
31 Mouvement du Soleil année de quelques centimètres. Le rapport des
Les planètes tournent autour du Soleil. Leur tra- distances ne sera donc plus égal au rapport des
jectoire est circulaire si l’on suppose que le So- diamètres dans plusieurs millions d’années et
leil est fixe (référentiel héliocentrique). Elles re- les éclipses de Soleil ne seront alors plus pos-
viennent alors à la même place lorsqu’elles ont sibles.
effectué un tour complet.
CHAPITRE 6 L’Univers et le système solaire 37
Chapitre
L’atome
7
Choix pédagogiques
Ce chapitre a été rédigé pour être traité en fin de cycle. La progression en mathématiques,
en particulier sur l’utilisation des puissances de 10, correspond à ce qui est vu en 4e
et 3e.
Dans une logique spiralaire, ce chapitre réinvestit les connaissances des élèves sur
l’atome vues dans le cadre des transformations chimiques (chapitre 3) et de leur
modélisation par la réaction chimique (chapitre 4). Dans le chapitre 4, le tableau
périodique est introduit avec le numéro atomique Z et l’atome est abordé comme
l’assemblage d’un noyau, possédant Z charges positives, et d’électrons chargés
négativement. L’électroneutralité de l’atome y est prolongée par l’étude des
transformations chimiques impliquant les ions.
L’objectif de ce chapitre 7 est d’affiner le modèle de l’atome et en particulier
la composition du noyau. Ainsi, le travail autour de l’élément chimique entamé
chapitre 4, à travers les atomes et les ions, est-il approfondi ici par les isotopes.
Si le concept d’élément est central, il n’est pour autant pas défini spécifiquement
car il sera stabilisé au lycée.
Une approche « histoire des sciences » autour du modèle de l’atome et de son noyau
a été privilégiée. Elle part de la « découverte » de l’électron (sur la pertinence du
terme, se reporter à l’article « Personne n’a découvert l’électron » dans la Recherche,
novembre 1997) jusqu’à celle du neutron. Aucun retour sur les théories antiques n’est
proposé dans le manuel, qui cible l’approche scientifique et non philosophique, mais
elles sont rappelées dans l’animation en complément numérique, avec la première
référence à une théorie atomiste par Dalton. Cette animation permet par ailleurs,
de combler une lacune dans les ressources existantes qui s’arrêtent soit au contenu
de l’ancien programme (noyau et électrons), soit poussent plus avant jusqu’au
programme de lycée par la structure électronique.
Si le nom des scientifiques engagés dans l’évolution du modèle de l’atome est cité,
les individus ne forment pas le cœur de la construction du modèle scientifique, conçu
comme une élaboration collective dans le temps qui progresse, s’affine et parfois
fournit des propositions invalidées par la suite (voir à ce sujet, l’interprétation des
isotopes par Aston en exercice supplémentaire).
Compte tenu des difficultés conceptuelles et mathématiques rencontrées par
les élèves, un travail spécifique autour des ordres de grandeur est proposé.
La comparaison quantitative de grandeurs passe par le calcul du quotient entre
ces deux grandeurs et son interprétation. On pourra à ce propos renvoyer l’élève
à la fiche méthode « comprendre un énoncé ».
Par ces deux aspects, l’approche retenue contribue à l’acquisition des compétences
liées aux domaines 4 et 5 du socle commun.

38 THÈME 1 Organisation et transformations de la matière


Activité 1 Activité 2
Quelle est la structure de l’atome ? Quelles sont les dimensions
et la masse de l’atome et
Lien avec le programme : de ses constituants ?
Constituants de l’atome, structure interne
d’un noyau atomique (nucléons : protons, Lien avec le programme :
neutrons), électrons. Constituants de l’atome, structure interne
d’un noyau atomique (nucléons : protons,
Commentaires neutrons), électrons.
Cette activité part de la découverte de l’élec-
tron et cible la description de la constitution de Commentaires
l’atome et de la structure interne du noyau. Elle Alors que le chapitre 6 permettait de situer la
est complétée par l’animation numérique. L’in- matière à grande échelle, cette activité cible
troduction des isotopes est un premier pas vers l’« infiniment » petit. Elle est l’occasion d’un tra-
le neutron. Le doc. 1 met en évidence le fait que vail sur les puissances de dix en lien avec les ma-
le modèle atomique que l’on connaît aujourd’hui thématiques. L’exercice 28, et son prolongement
s’est construit par une succession d’expériences numérique, mène jusqu’au bout la démonstration
ayant affiné ou mis en défaut les modèles ato- de l’affirmation d’Irène et Frédéric Joliot-Curie.
miques antérieurs.
J’utilise un modèle
J’extrais des informations 1. Un atome de carbone est composé de 6 élec-
1. Un atome est constitué d’électrons chargés trons et d’un noyau qui contient 6 protons et 6
négativement et d’un noyau, lui-même compo- neutrons.
sé de protons (chargés positivement) et de neu-
trons (non chargés). Je calcule
mnucléon 10−27 kg
2. En ordre de grandeur ≈ =  1 000
J’utilise un modèle mélectron 10−30 kg
2. L’atome de sodium, qui possède 11 électrons, Ou par calcul exact puis approché :
possède 11 protons dans son noyau car un mnucléon 1,7 × 10−27 kg
atome est électriquement neutre. Comme son =  = 1 868 ≈ 2 000
mélectron 9,1 × 10−31 kg
noyau contient, en tout, 23 nucléons, il possède
aussi 23 – 11 = 12 neutrons. La masse d’un électron est donc négligeable par
3. Le lithium possède 3 protons. Si sa masse rapport à celle d’un nucléon.
peut être 6 ou 7 fois celle de l’hydrogène qui ne datome 10−10
3. En ordre de grandeur =  ≈ 10 000
contient qu’un proton, c’est qu’il peut posséder dnoyau 10−14
3 ou 4 neutrons. Ainsi, la différence du nombre Ou par calcul exact puis approché :
de neutrons explique la différence de masse datome 135 × 10−12
entre les deux isotopes. =  ≈ 20 000
dnoyau 6,5 × 10−15
Je communique avec un langage 4. Un ballon de football a un diamètre d’envi-
scientifique ron 20 cm. L’atome aurait alors un diamètre de
4. Un atome est constitué d’un noyau et d’élec- l’ordre de 10 000 × 20 cm = 2 km (en ordre de
trons chargés négativement. Le noyau est com- grandeur, 4 km sinon).
posé de protons chargés positivement et de
neutrons non chargés électriquement. Je communique avec un langage
scientifique
5. L’atome a une dimension de l’ordre du dixième
de nanomètre, soit 10–10 m. Le diamètre du
noyau de carbone est environ 10 000 fois plus
petit que celui de l’atome, soit 10–14 m. L’atome
est donc essentiellement constitué de vide. La

CHAPITRE 7 L’atome 39
masse des électrons est bien plus faible que 13  Une légende pour un schéma
celle des nucléons.
électron
électron
proton
noyau neutron

10–10 m atome

10–14 m
Remarque : Cet exercice permet à la fois de tra-
vailler sur les connaissances liées au modèle de
l’atome et sur les compétences des domaines
1 (les langages) et 2 (les méthodes et outils). Il
permet de souligner la nécessité d’une légende
Remarque : Attention, le schéma n’est pas à dans toute représentation scientifique.
l’échelle.
14  Science in English
Traduction de l’énoncé : Utilise la classification
Auto-évaluation périodique pour trouver le nombre de protons
des éléments suivants : béryllium (Be), azote (N),
Réponses aux QCM fluor (F) et lithium (Li).
1  b ; 2  a ; 3  c ; 4  a ; 5  a ; 6  a ; 7  a et b ;
8  b ; 9  b ; 10  b Correction :
Le béryllium contient 4 protons, le fluor 9, le
lithium 3 et l’azote 7. Le nombre de protons cor-
Pour s’entraîner respond au numéro atomique Z :
Be F Li N
11  Composition des atomes Z=4 Z=9 Z=3 Z=7
Symbole de l’atome H U Fe Mg
15  Plombier plombé
Nom de l’atome hydrogène uranium fer magnésium
Nombre d’électrons 1 92 26 12 Un atome de plomb possède 82 électrons
Nombre total de et comporte, dans son noyau, 82 protons et
1 238 56 24
nucléons 207 – 82 = 125 neutrons.
Nombre de protons 1 92 26 12 Remarque : L’isotope majoritaire du plomb na-
Nombre de neu-
0 146 30 12 turel possède en réalité 208 nucléons.
trons
Or, les classifications périodiques indiquent en
Remarque : Dans la version du manuel pour les général la masse molaire moyenne des isotopes
élèves, dans la colonne de l’hydrogène, c’est le de l’élément, même si certaines simplifications
nombre de nucléons (et non celui de protons) qui conduisent à remplacer la masse molaire par le
a été renseigné en plus du nombre d’électrons. nombre de masse. Dans la mesure où la masse
molaire du plomb est 207,2 g/mol, il a été choisi
12  Qui suis-je ? de prendre la valeur la plus proche afin de facili-
1. noyau ter la transposition didactique.
2. électron Abondance Gamme de variation
3. nanomètre Isotope
(pourcentage molaire) naturelle
4. nucléon 204
Pb 1,4 (1) % 1,04 - 1,65 %
5. proton 206
Pb 24,1 (1) % 20,84 - 27,48 %
207
Pb 22,1 (1) % 17,62 - 23,65 %
208
Pb 52,4 (1) % 51,28 - 56,21 %

40 THÈME 1 Organisation et transformations de la matière


16  Arsenic et vieilles dentelles 21  Un atome parisien
Un atome d’arsenic possède 75 nucléons en tout 1. On estime le diamètre de Paris à environ
dont 42 neutrons donc : 75 – 42 = 33, il contient 9,5 km d’après l’échelle.
33 protons et 33 électrons. Son numéro ato- 2. Son noyau serait approximativement 100 000
mique est donc 33.
9,5 km 9 500 m
fois plus petit soit 
:  = =
100 000 100 000
17  Retrouver des isotopes 0,095 m ≈ 10 cm.
Nombre de protons 8 4 8 17 35 8 17 3. Un pamplemousse par exemple !
Nombre de nucléons 17 8 16 37 80 18 35
22  Ampoules fluo-compactes
1. Isotopes de l’oxygène 2. Isotopes du chlore mnucléon 10−30
1. ≈ donc la masse d’un nucléon est
18  Composition d’un ion mélectron 10−27
1. Un neutron ne porte pas de charge électrique. 1 000 fois plus grande que celle d’un électron.
Pour l’hypothèse 1, la charge est + 1 car il y a un Pour le calcul de la masse de l’atome, on peut
proton chargé positivement de plus que d’élec- donc négliger la masse des électrons.
trons chargés négativement. 2. En négligeant la masse des électrons, on
De même, pour l’hypothèse 2, la charge est + 1 trouve :
car il y a aussi un électron de moins que de pro- matome = 201 × 1,7 × 10-27 kg = 3,4 × 10-25 kg
tons. L’atome de mercure a donc une masse approxi-
2. C’est l’hypothèse 2 qui est correcte. Deux jus- mative de 3,4 × 10–25 kg.
tifications sont possibles. 3. Pour obtenir le nombre d’atomes, il faut di-
Justification possible n° 1 : Le nombre de viser la masse totale par la masse d’un atome.
protons dans le noyau ne varie pas qu’il s’agisse On obtient :
d’un atome ou d’un ion. Il y a donc 3 protons 1 mg 10–6 kg
=  = 3 × 1018 atomes.
dans le noyau (hypothèse 2). 3,4 × 10 kg 3,4 x 10–25 kg
–25

Justification possible n° 2 : Un ion est un atome Lorsqu’une ampoule fluo-compacte est brisée,
qui a gagné ou perdu un électron. Comme Z = 3, elle libère 3 × 1018 atomes de mercure.
le nombre d’électrons de l’atome est 3 donc Li+
possède 2 électrons (hypothèse 2). 23  Masses volumiques du noyau et de l’atome
1. En négligeant la masse des électrons devant
19  Dimensions de l’hélium celle des nucléons, on obtient :
1. ratome = 31 pm = 31 × 10-12 m = 3,1 × 10-11 m matome = 56 × 1,7 × 10–27 kg = 9,5 × 10–26 kg
rnoyau = 1,9 fm = 1,9 × 10-15 m
4
2. Pour comparer deux grandeurs, on calcule le 2. Vatome =  × π × r3atome = 1,4 × 10–29 m3
3
rapport entre les deux :
ratome 3,1 × 10−11 et Vnoyau = 6,6 × 10–43 m3
=  ≈ 16 000
rnoyau 1,9 × 10−15 matome 9,5 × 10−26 kg
On en déduit que le noyau est environ 16 000 3. ρatome =  soit ρatome = 
Vatome 1,4 × 10−29 m3
fois plus petit que l’atome.
Remarque : Contrairement à ce qu’on pourrait = 6,7 × 103 kg/m3
penser, l’hydrogène n’est pas le plus petit atome matome
de l’Univers car l’attraction des électrons aug- ρnoyau =  = 1,4 × 1017 kg/m3.
Vnoyau
mente en fonction du nombre de protons donc
ils sont davantage attirés dans le cas de l’hélium. ρnoyau 1,4 × 1017 kg/m3
4.  =  donc la masse volu-
20   À l’échelle ! ρatome 6,7 × 103 kg/m3
On considère que le noyau est environ 100 000 mique du noyau est 20 millions de millions de
fois plus petit que l’atome donc, si on respec- fois plus grande que celle de l’atome.
tait l’échelle, l’atome aurait une dimension de
100 000  × 1 mm = 100 000 mm = 100 m. Ce sont
les arènes de Nîmes qui représenteraient
l’atome.
CHAPITRE 7 L’atome 41
25  À vous de jouer ! Remarque : On trouvera, dans les exercices sup-
1. Comme le numéro atomique du chlore est 17, plémentaires, le détail par type d’atomes de ce
le noyau de l’atome de chlore possède 17 pro- calcul. Les valeurs ont été volontairement ap-
tons et 35 – 17 = 18 neutrons. prochées.
2. On néglige la masse des électrons devant
celle des nucléons car elle est environ 1 000 fois
plus petite. On a donc : Tâches complexes
matome ≈ mnoyau ≈ 35 × 1,7 × 10–27 kg ≈ 5,9 × 10–26 kg.
29  Microscopie à effet tunnel
ratome 79 × 10–12 m
3.  = ≈ 17 000. Le noyau est Sur le doc. 2, 3 atomes de fer ont une lon-
rnoyau 4,6 × 10–15 m
gueur de 1 cm correspondant dans la réalité à
donc environ 17 000 fois plus petit que l’atome. 6 × 150 pm = 900 pm = 900 × 10–12 m alors que
sur le doc. 1, 1 cm correspond à 50 µm = 50 ×
10–6 m dans la réalité.
Pour s’entraîner Le doc. 2 correspond donc à un agrandissement
environ 50 000 fois plus puissant.
26  QCM sur documents
1. a ; 2. a ; 3. b ; 4. b 30  Histoire des sciences
Remarque : Il est certain que la compréhension Selon le modèle de Thomson, en supposant
du δ13C est difficile. Néanmoins, cette courbe, is- que les atomes de la feuille d’or soient côte à
sue d’un article de Rubino et al. (2013) est capi- côte, les particules devraient être réfléchies et
tale dans l’argumentation sur le réchauffement ne pourraient pas traverser la feuille d’or. Or les
climatique. En effet, elle permet de prouver l’ori- résultats de l’expérience montrent le contraire.
gine anthropique du CO2, argument générale- Selon le modèle planétaire, il y a beaucoup de
ment mis en doute par les climato-sceptiques, vide entre deux noyaux consécutifs d’or et les
qui affirment que l’augmentation du CO2 atmos- particules peuvent ainsi traverser majoritaire-
phérique est liée à l’activité volcanique. ment la feuille d’or. Lorsqu’une particule percute
Voir à ce propos  : http://www.wired.com/2015/04/ un noyau d’or, elle est réfléchie voire déviée, ce
volcanic-versus-anthropogenic-carbon-dioxide- qui explique les résultats observés.
addendum/ Remarque : Une animation permet de visualiser
à différentes échelles cette expérience.
27  Évolution des rayons atomique et nucléaire
1. Le rayon du noyau dépend du nombre total de 31  Détecter un ulcère grâce aux isotopes
nucléons. 13
C
2. Le rayon atomique pourrait dépendre du nu- On mesure le rapport isotopique de l’air que
C
12
méro atomique.
3. Le bore a un rayon atomique inférieur au bé- vous expirez avant et 30 minutes après avoir in-
ryllium alors que son numéro atomique est su- géré de l’urée contenant du carbone 13. En ab-
périeur. sence d’helicobacter pylori, ce rapport isoto-
pique doit varier de moins de 4 ‰ soit 0,4 %. Si
28  Histoire des sciences votre estomac contient l’helicobacter pylori, le
carbone 13 présent dans l’urée que vous avez
50
1. N =  = 2,5 × 1027 ingérée sera rejeté dans le dioxyde de carbone
2 x 10–26
de l’air que vous expirez et le rapport isotopique
4
2. Vatome =  × π × (3 × 10–15)3 = 1,1 × 10–43 m3 augmentera.
3
Ici, votre rapport isotopique a augmenté de
Dans un individu, Vtous les atomes = N × Vatome 0,42  % soit plus de 0,4  %. Votre estomac
≈ 3 × 10–16 m3 contient donc une bactérie qui est susceptible
3. Vhumanité = 7 × 109 × 3 × 10–16 ≈ 2 × 10–6 m3 de vous causer un ulcère ou une inflammation.
4. Vhumanité ≈ 2 cm3. L’affirmation d’Irène et Frédé-
ric Joliot-Curie est donc validée.

42 THÈME 1 Organisation et transformations de la matière


Histoire
des Sciences Des anciennes unités de mesure
aux unités du système international
1. En France, avant la Révolution française, il y alors cela représentera une très grande incer-
a de très nombreuses unités et la valeur d’une titude pour une très grande distance (équiva-
même unité dépend parfois du lieu. lente à la distance en mètre × l’incertitude pour
un mètre).
2. Mettez sur une table 0,79 L de farine ; faites Si l’imprécision pour un mètre est de 1 cent mil-
un trou dans le milieu pour y mettre gros lionième de mètre
comme la moitié d’un œuf de bon beurre,
1 1
quatre œufs, blancs et jaunes, une pincée de ( de mètre) = 8 m = 10–8 m,
100 000 000 10
sel, 122,4 g de sucre fin, 183,54 g d’amandes
douces pilées. alors l’imprécision pour une distance astrono-
mique telle que 200 000 000 000  m (distance
3. Par définition, le gramme est la masse d’un Terre-Mars) est de 200 000 000 000 × 10–8 m =
volume d’eau égale à 1 cm3, or 1 cm3 = 1 mL. 2 000 m !
Donc 1 000 mL d’eau ont pour masse 1 000 g, En 1983, une nouvelle définition du mètre a été
donc 1 L d’eau a pour masse 1 kg. adoptée, basée sur la vitesse de la lumière.
Selon cette définition, un mètre est égal à la
distance que parcourt la lumière pendant
À vous de jouer !
1
Si on utilise un mètre étalon pour évaluer des s.
299 792 458
grandes distances et s’il y a une incertitude
de mesure trop grande sur la valeur du mètre,

Histoire
des Sciences Lavoisier contre les alchimistes

1. Lors de la combustion d’un morceau de bois, À vous de jouer !


la masse du bois diminue car une partie ou la
totalité disparaît. L’expérience est en complète contradiction
avec la théorie du phlogistique car dans la
2. Stahl explique la diminution de masse par la théorie du phlogistique, le «  phlogiston  »
perte du « phlogiston ». quitte ce qui est brulé ce qui devrait se traduire
par une perte de masse et non une augmen-
3. Lavoisier fait brûler des métaux et il observe tation.
que lorsqu’on les chauffe (qu’on les brûle), leur À son époque, Lavoisier a interprété cette ex-
masse augmente. Il reproche à Stahl d’avoir dé- périence en imaginant que le dioxygène de l’air
veloppé une théorie en ne tenant pas compte avait un rôle et réagissait avec le fer. L’aug-
du fait que la masse des métaux augmente mentation de la masse correspond à la masse
lors de leur combustion. du dioxygène de l’air qui s’est associé au fer. Le
La théorie du phlogistique est en complète produit obtenu, appelé oxyde de fer, est plus
contradiction avec l’augmentation de la masse lourd que le fer de départ.
des métaux lors de leur combustion.

Histoire des Sciences 43


44
2
THÈME Mouvement
et interaction

Chapitre
Vitesse
8 d’un objet

Choix pédagogiques
Ce chapitre s’inscrit dans le prolongement du chapitre « Mouvement d'un objet »
vu en 5e, qui porte sur l’étude du mouvement.
Il s’appuie sur les compétences traitées au cycle 3, qui portaient sur l’étude
qualitative de mouvements rectilignes à vitesse constante ou variable (étude
du module de la vitesse uniquement), pour les étendre à l’étude des mouvements
circulaires, en introduisant les notions de sens et de direction. Cette première
approche de la notion de vecteur, qui n’en dit pas le nom, sera poursuivie lors
de l’étude des forces.
Les calculs de vitesse se limiteront aux mouvements uniformes, la notion de
vitesse moyenne étant hors programme.
L’activité 1 permet d’appréhender les différents types de mouvements :
accélérés, ralentis et uniformes, à travers l’étude d’un exemple. Cette activité
s’appuie sur l’utilisation d’une animation multimédia permettant de réaliser des
chronophotographies de mouvements tout en traçant, en parallèle, la courbe
d’évolution de la vitesse en fonction du temps. L’activité 2 permet de caractériser
la vitesse d’un objet par sa valeur, son sens et sa direction. Elle s’appuie sur l’étude
d’un mouvement circulaire qui permet notamment de conclure qu’au cours
d’un mouvement circulaire uniforme, seule la valeur de la vitesse reste constante,
sa direction et son sens variant à chaque instant.

Activité 1 accélérés) à partir d’une animation multimédia.


Elle permettra par ailleurs d’introduire le prin-
Comment distinguer les différents cipe de la chronophotographie.
types de mouvement ? Les notions de sens et de direction de la vitesse
Liens avec le programme : ne seront pas introduites dans cette première
• Mouvements uniformes et mouvements activité.
dont la vitesse varie au cours du temps
en valeur. J’extrais des informations
• Utiliser la relation liant vitesse, distance et 1. Le mouvement du kart est étudié dans le réfé-
durée dans le cas d'un mouvement uni- rentiel terrestre (référentiel du sol).
forme. 2. Ce circuit est une succession de lignes droites
et de virages en épingle à cheveux. On peut
Commentaires donc supposer que le kart va devoir ralentir à
Cette activité doit permettre d’aborder la notion certains moments (virages) et pourra accélérer
de vitesse (mouvements uniformes, ralentis ou
CHAPITRE 8 Vitesse d’un objet 45
à d’autres. La vitesse du kart ne sera donc pas desquels seule la valeur (module) de la vitesse
toujours la même. peut varier. Dans ce contexte, un mouvement
uniforme se caractérise par une valeur de la
J’utilise une simulation numérique vitesse constante sans que les notions de sens
3. ou de direction de la vitesse ne soient abordées.
La vitesse est Sur la chronophotographie Dans cette activité 2, il s’agit d’étendre l’étude
Mouvement aux mouvements circulaires pour montrer qu’au
constante au cours les représentations successives
uniforme
du mouvement. de la voiture sont équidistantes. cours d’un mouvement uniforme circulaire, la
La vitesse aug- Sur la chronophotographie la direction de la vitesse varie pour être à chaque
Mouvement
mente au cours du distance entre les représentations instant tangente à la trajectoire.
accéléré
mouvement. successives de la voiture augmente. Une animation multimédia permet de visualiser
Sur la chronophotographie la
Mouvement La vitesse diminue la représentation de la vitesse pour les deux
distance entre les représentations
ralenti au cours du temps. situations abordées dans cette activité.
successives de la voiture diminue.

4. Ces trois mouvements ne sont pas identiques, J’extrais des informations


ils se distinguent par l’évolution de la vitesse au 1. Le mouvement du skateur est une succes-
cours du temps : constante, en augmentation sion de mouvements circulaires, sur les côtés
ou en diminution. du halfpipe, et de mouvements rectilignes sur
le fond de la piste d’entraînement. La vitesse
Je calcule n’est pas toujours la même : elle varie au cours
d
5. On utilise la relation v =  avec d = 30 m et du mouvement. Le sens du mouvement varie
t
t = 5 secondes au cours du temps au gré des allers-retours du
skateur (en et , vers la gauche ; en , vers
30
v =  la droite).
5
2. On observe ainsi des phases d’accélération
v = 6 m/s lors des descentes (phases 1 et 3), de décéléra-
Le kart dont le mouvement est uniforme roule à tion lors des montées (phase 2) voire des phases
une vitesse de 6 m/s. à vitesse constante sur la partie horizontale de
la piste (phase 3).
Je communique avec un langage
scientifique J’utilise un modèle
6. Il existe différents types de mouvements : 3. Classement des 3 positions du skateur, par
– les mouvements uniformes qui se caracté- ordre décroissant de la valeur de la vitesse :
risent par une vitesse constante ; position 3, position 1, position 2.
– les mouvements accélérés au cours desquels 4.
la vitesse augmente ; Direction Sens
Position 1 oblique vers la gauche
– les mouvements ralentis au cours desquels la
Position 2 oblique vers la gauche
vitesse diminue. Position 3 oblique vers la droite

5.
Activité 2 sens du trajectoire
Comment caractériser la vitesse mouvement 2 de la Lune
d’un objet en mouvement ? 3
1
Liens avec le programme :
• Vitesse : direction, sens et valeur.
• Mouvements uniformes et mouvements Terre Les trois flèches ont la même
dont la vitesse varie au cours du temps longueur et sont tangentes
en direction ou en valeur. à la trajectoire.

Commentaires Dans le référentiel terrestre, la vitesse de la


L’activité précédente restreint l’étude de la Lune n’est pas toujours la même. Si la valeur de
vitesse aux mouvements rectilignes au cours la vitesse et le sens du mouvement ne changent

46 THÈME 2 Mouvement et interaction


pas, la direction, quant à elle, varie à chaque ins- 15  Une allure d’escargot !
tant pour être tangente à la trajectoire. Ainsi, sur 1. d = v × t = 1 × 3 600 = 3 600 mm = 3,6 m
les trois caractéristiques de la vitesse (direction, L’escargot parcourt 3,6 m en 1 h.
sens, valeur), deux sont constantes et une varie. 2. Un piéton qui marche à 5 km/h parcourt 5 km
en 1 h, soit 5 000 m.
3. En 1 h, le piéton aura parcouru une distance
Auto-évaluation bien plus importante (environ 1 400 fois plus
importante) que l’escargot.
Réponses aux QCM
1  a ; 2  a ; 3  c ; 4  a ; 5  a ; 6  b ; 7  a ; 16  De plus en plus vite
8  c ; 9  a 1. d = v × t = 256 × 2 = 512 km
Paris et Lyon sont distants de 512 km.
d
Pour s’entraîner 2. v =  avec d = 512 km et t = 5 h 30 = 5,5 heures
t
512
10  Course de moto v =  = 93 km/h
5,5
Il s’agit d’un mouvement accéléré car les dis-
tances entre les positions successives de la Les trains à vapeur roulaient à 93 km/h.
moto augmentent au cours du mouvement.
17  Temps de trajet
11  Chute libre d’un objet
d 234
La trajectoire de la balle est rectiligne. 1. t =  =  = 1,8 h, soit 1 h 48 min.
v 130
Le sens du mouvement est de haut en bas.
Il s’agit d’un mouvement accéléré (les distances En roulant à 130 km/h, on parcourt 234 km en
entre les positions successives de la balle aug- 1 h  48 min.
mentent). 2. En procédant de la même façon, on obtient
t = 1,67 h, soit 1 h 40 min.
12  Lancer de balle 3. L’écart entre les deux trajets est de 0,13 h,
Lorsque la balle monte, le mouvement est ralenti soit environ 8 minutes. Respecter la limitation
car les distances entre les positions successives de vitesse permet de réduire les risques d’ac-
de la balle diminuent. cidents graves et ne fait pas arriver plus tard
Lorsque la balle descend, le mouvement est (l’écart de temps est insignifiant).
accéléré car les distances entre les positions
successives de la balle augmentent. 18  Science in English
Traduction de l'énoncé :
13  Traverser la Manche Ce graphique représente l’évolution de la vitesse
La vitesse du train est constante sous le tunnel. d’un cycliste en fonction du temps.
On peut donc utiliser la relation Correction :
1. En tout, le cycliste a parcouru 500 m.
d (en km)
v (en km/h) =  2. Il s’arrête 100 secondes, entre B et C, puis 50
t (en h)
d = 50 km secondes entre D et E, c’est-à-dire 150 secondes
t = 30 min = 0,5 h en tout soit 2 min 30 s.
50 d
v =  3. v =  a vec d = 500 m – 200 m = 300 m
0,5 t
et t = 200 s – 150 s = 50 s
v = 100 km/h
300
L’Eurostar roule à 100 km/h dans le tunnel. donc v =  = 6 m/s.
50
14  Vitesse de courses Entre C et D, le cycliste a roulé à 6 m/s.
1. b
2. a
3. c

CHAPITRE 8 Vitesse d’un objet 47


19  Vol d’essai 22  Trouver la nature du mouvement
1. v (en km/h) a) D’après les flèches dont la longueur diminue
300 de A à C, la vitesse diminue donc le mouvement
250
200
v (km/h) est ralenti.
150 b) D’après les flèches dont la longueur aug-
100 mente, la vitesse augmente donc le mouvement
50
0 est accéléré.
0 100 200 300 400
t (en s) 23  À la fête foraine
2. On observe 3 phases distinctes : Portion de
– de 0 s à 120 s : l’avion a un mouvement accéléré ; Direction Sens Valeur
trajectoire
– de 120 s à 240 s : l’avion a un mouvement uni- A→B Ne varie pas Ne varie pas Varie
forme ; B→C Ne varie pas Ne varie pas Ne varie pas
– de 240 s à 360 s : l’avion a un mouvement C→D Varie Ne varie pas Varie
D→E Varie Ne varie pas Varie
ralenti.
3. Au cours de la phase stationnaire : 25  À vous de jouer !
v = 270 km/h 1. La trajectoire est rectiligne.
t = 240 s – 120 s = 120 s = 0,033 h 2. La vitesse diminue au cours du mouvement.
d = v × t = 270 × 0,033 = 8,91 km 3.
Pendant sa phase stationnaire, l’avion a par- A B C
couru 8,91 km.

20  À moto

Longueurs des flèches :


– en A : 2 cm
– en B : 1,4 cm
La flèche qui représente la vitesse mesure 4,5 cm. – en C : 1 cm
d
21  Représenter la vitesse 4. v =  avec d = 60 m et t = 4 s
t
A B 60
v =  = 15 m/s
4

A v = 15 m/s = 15 × 3,6 km/h = 54 km/h


Ce jour-là la voiture roulait à 54 km/h.
B

Pour approfondir

26  QCM sur documents


B A
1. b ; 2. c ; 3. b
Remarque : pour la question 1, il faut préciser
que si l’intervalle de temps entre deux photogra-
phies n’est pas constant, il ne sera pas possible
Les flèches représentant la vitesse mesurent de conclure quant à la durée totale du mouve-
1,5 cm. ment et à l’évolution de la vitesse au cours de
ce mouvement. Néanmoins cela n’empêche pas
d’observer la trajectoire. Il est donc possible de
réaliser une chronophotographie avec un inter-

48 THÈME 2 Mouvement et interaction


d
valle de temps aléatoire entre les photos, mais v =  avec d =  149 500 000 × 2 × π
t
celle-ci sera difficilement exploitable. =  938 860 000  km
et t = 365 × 24 × 3 600 = 31 536 000 s
27  Vitesses à la surface de la Terre
938 860 000
1. C’est un mouvement circulaire uniforme. v =  = 29,8 km/s
31 536 000
2. Remarque : pour tous les calculs suivants,
c’est la valeur π = 3,14 qui a été utilisée.
Terre
d
v =  avec d =  12 800 × π = 40 192 km et t = 24 h
t
149 500 000 km
40 192
v =  = 1 675 km/h
24
Soleil
3. On applique le même calcul avec
d = 4 200 × 2 × π = 26 376 km
26 376
v =  = 1 099 km/h
24

4. Les deux vitesses sont différentes car la


distance parcourue en 24 h (pour faire un tour
complet) est différente : 40 192 km dans le pre- La flèche qui représente la vitesse mesure 1,98 cm.
mier cas et 26 376 dans le second cas.
30  Tour de France
28  Sécurité routière Longueur
Section Distance Durée Vitesse
de la flèche
d
1. t =  avec d = 38 m et v = 130 km/h = 36 m/s Orange 56,5 km 1 h 30 37,6 km/h 1,2 cm
v Rose 48,5 km 45 minutes 64,6 km/h 2,1 cm
38 Rouge 24,5 km 1 h 15 19,6 km/h 0,6 cm
t =  = 1,05 s Bleue 48,5 km 1 h 30* 32,3 km/h 1,1 cm
36
Verte 10 km 15 minutes 40 km/h 1,3 cm
À 130 km/h, il faut 1,05 s pour parcourir 38 m. * On en déduit que les cyclistes sont passés à Pierrefitte-Nestalas à 17 h.
2. Les deux voitures vont se percuter avant que Cela permet de déterminer le temps mis pour parcourir la section verte.
la voiture de derrière n’ait le temps de commen-
Pau
cer à freiner.
3. d = 38 × 2 + 14 = 90 m (12h) FRANCE
Deux voitures séparées par deux bandes blanches
sont situées à 90 m de distance. 11e étape
Pouzac
4. On applique le même calcul avec d = 90 m (13h30/56,5 km)
Lourdes La côte de Mauvezin
90
t =  = 2,5 s
36 La Barthe-
Pierrefitte-Nestalas Sainte-Marie de Campan de-Neste
À 130 km/h, on parcourt 90 m en 2,5 s. (178 km) (15h30/129,5 km)
5. Si la voiture de devant s’arrête brusquement, La côte de
cela laisse un peu de temps au conducteur de la Cauterets
voiture de derrière pour réagir et freiner. (17h15)
Le col Arreau
Le col du d’Aspin (14h15/
10 km Cauterets Tourmalet 105 km)
Tâches complexes (188 km)

29  Vitesse de rotation de la Terre autour du 31  Contrôler la vitesse


Soleil Dans le cadre d’un contrôle de vitesse, la police
La trajectoire de la Terre autour du Soleil est souhaite connaître la vitesse du véhicule par
circulaire. Il s’agit d’un mouvement uniforme rapport à la route.
(valeur de la vitesse constante).

CHAPITRE 8 Vitesse d’un objet 49


Les radars embarqués ne sont pas immobiles par
rapport au sol. Ils mesurent la vitesse relative du
véhicule par rapport à la voiture de police. Il est
donc nécessaire de connaître la vitesse de la voi-
ture de police par rapport au sol pour déterminer
la vitesse de la voiture contrôlée dans le référen-
tiel terrestre (principe d’additivité des vitesses).
Pour cela, le système utilise les informations
fournies par le GPS.

50 THÈME 2 Mouvement et interaction


Chapitre
Forces
9 et interactions

Choix pédagogiques
 ’activité 1 est présentée sous forme d’activité expérimentale : les expériences A
L
à D pourront être réalisées par le professeur car elles sont assez utiles pour
engager une discussion sur l’effet d’une action sur le mouvement d’un corps.
L’activité 1 a pour objectifs d’identifier différentes sortes d’actions (de contact,
à distance), et de les représenter sous forme d’un diagramme objet-interactions.
La notion de propulsion est abordée grâce à l’expérience C et la nature d’un
mouvement rectiligne uniforme (expérience D) est mise en relation avec l’absence
de frottements et la présence de forces qui se compensent.

 ’activité 2 est une activité documentaire réalisable par les élèves en autonomie : à
L
partir des quatre documents présentés, ils peuvent répondre aux questions posées
afin d’identifier les conditions nécessaires à la mise en mouvement d’un corps.
L’activité 2 permet d’aborder la modélisation d’une action mécanique sous la
forme d’une force représentée par une flèche, caractérisée par sa direction,
son sens, son point d’application et sa valeur. Le mot intensité n’est pas utilisé,
conformément au texte du BO. La notion d’équilibre statique d’un corps est
introduite dans le doc. 3. La notion de force est abordée comme condition
nécessaire à la mise en mouvement de tout corps initialement à l’équilibre.

Activité 1 la notion de force de gravitation, il est possible


de les aborder dès cette activité.
Quel est l’effet d’une action sur le
mouvement d’un corps ?
J’interprète des résultats
Liens avec le programme : 1. Dans l’expérience  A , le corps étudié est l’objet
• Identifier les interactions mises en jeu (de suspendu au ressort. Lorsqu’il est lâché après que
contact ou à distance). le ressort a été étiré, il est soumis à l’action exer-
• L’étude mécanique d’un système peut être cée par le ressort, tantôt vers le haut, tantôt vers
l’occasion d’utiliser les diagrammes objet- le bas, ainsi qu’à l’action exercée par la Terre.
interaction. • Dans l’expérience B , le corps étudié est la
• Expérimenter des situations d’équilibre limaille de fer. Elle est soumise à l’action exer-
statique (balance, ressort, force muscu- cée par l’aimant ainsi qu’à l’action exercée par la
laire). Terre (négligeable ici).
• Expérimenter la persistance du mouve- • Dans l’expérience C , le corps étudié est le
ment rectiligne uniforme en l’absence support auquel est fixé le ballon. Il est soumis à
d’interaction (frottement). l’action de l’air expulsé du ballon vers la gauche,
• Expérimenter des actions produisant un à l’action de la Terre et à la réaction du support,
mouvement (fusée, moteur à réaction). ici la table.
• Dans l’expérience D , le corps étudié est le gla-
Commentaires çon. Il est soumis à l’action exercée par la Terre
Dans cette activité, les expressions « action ainsi qu’à la réaction du support.
attractive » et « action répulsive » n’ont pas été 2. Actions de contact : celles exercées par le res-
introduites. Cependant, dans la perspective de sort, les supports, l’air expulsé par le ballon.
CHAPITRE 9 Forces et interactions 51
Actions à distance : celles exercées par l’aimant J’exploite des documents scientifiques
et la Terre. 1. Les valeurs des actions exercées sur les
3. cordes du doc. 2 ne sont pas identiques car on
limaille voit que la corde de gauche est moins étirée que
objet
de fer celle de droite : la valeur de la force exercée à
gauche est donc moins importante que celle de
la force exercée sur la corde de droite.
2. Caractéristiques de la force exercée sur la
ressort Terre aimant Terre corde de gauche :
– direction  : verticale ;
– sens : vers le bas ;
support – point d’application : centre de la corde.
glaçon
du ballon
Caractéristiques de la force exercée sur la corde
de droite :
– direction  : verticale ;
air Terre table air
table Terre
– sens : vers le bas ;
– point d’application : centre de la corde.
4. Dans l’expérience C , l’air est expulsé vers la 3. Le cube, initialement en équilibre statique sur
gauche et met en mouvement le ballon, donc le la table, doit subir une (ou plusieurs) action(s)
support auquel il est relié, vers la droite : c’est supplémentaire(s) qui ne se compensent pas
pourquoi on parle de « propulsion à réaction » pour être mis en mouvement.
car le mouvement se fait en réaction (dans le 4. Lorsque les deux joueuses n’avancent pas,
sens contraire) à celui de l’air. chacune exerce sur l’autre une action : c’est
5. La vitesse du glaçon ( D ) ne varie pas au cours pourquoi on dit qu’elles interagissent. La direc-
du temps car on voit, sur le schéma, que la dis- tion et la valeur des deux forces qui modélisent
tance parcourue pendant des durées égales ces actions sont identiques. Seuls changent le
reste constante. Le mouvement du glaçon est point d’application de ces forces et leurs sens.
donc rectiligne uniforme. Les deux forces étant opposées et de même
valeur, on dit qu’elles se compensent : leur effet
Je communique avec un langage sur le mouvement est nul.
scientifique
6. Un corps, dans un état initial de repos ou Je passe d’une forme de langage
de mouvement et qui est soumis à une action scientifique à une autre
supplémentaire à distance ou de contact, subit 5.
alors une mise en mouvement ou la modifica- • Forces exercées sur le stylo :
tion de son mouvement.

Activité 2 Fmain ↦ stylo


Fmain ↦ stylo
Comment modéliser une interaction ?
Liens avec le programme :
• Identifier les interactions mises en jeu et
les modéliser par des forces.
• Associer la notion d’interaction à la notion • Forces exercées lorsque les deux joueuses
de force. sont immobiles, puis lorsque la joueuse de
• Force : point d’application, direction, sens gauche attire vers elle celle de droite :
et valeur.

Commentaires
On peut faire référence à la force exercée par la
Terre par le terme « poids ».

52 THÈME 2 Mouvement et interaction


Je communique avec un langage 11 Interaction entre deux corps
scientifique 1. Les mises en mouvement de l’aimant de
6. Les deux joueuses du tir à la corde seront gauche ou de l’aimant de droite dépendent de
en mouvement dans un sens ou dans l’autre si la force exercée respectivement par l’aimant
s’exercent des forces ayant des directions et/ou de droite ou par l’aimant de gauche et de la
des valeurs et/ou des sens différents. force exercée par la main qui le retient. La Terre
exerce aussi une action à distance mais qui est
négligeable ici.
Auto-évaluation 2. Il y a interaction entre les deux aimants car, si
l’aimant de droite exerce une force sur celui de
Réponses aux QCM gauche, l’inverse est également vrai.
1 b ; 2 a, b ; 3 a ; 4 b, c ; 5 c ; 6 c ; 3.
7 a ; 8 c.
Terre

Pour s’entraîner
aimant de aimant de
gauche droite
9 Action de contact ou à distance
a) Engrenage : action de contact de la part des
autres engrenages et action à distance de la 12 Modéliser une action mécanique
Terre. 1. Le paquet cadeau est soumis à son poids (action
b) Chaîne du vélo : action de contact avec le exercée par la Terre) et à la réaction de la table. Le
pédalier et action à distance de la Terre. poisson est soumis à son poids et à l’action de
c) Voile de bateau : action de contact avec le l’eau (poussée d’Archimède). Le livre est soumis
vent et action à distance de la Terre. à son poids et à l’action de la main qui le tient. La
d) Parachutiste : action de contact avec les fusée est soumise à son poids et à l’action, appe-
molécules de l’atmosphère et action à distance lée poussée, des gaz sortant des moteurs.
de la Terre. Remarque : connaître le nom de la poussée
d’Archimède n’est pas attendu des élèves de 4e.
10 Diagramme objet-interactions 2.
1. a) Sac à dos : action de contact avec le dos de direction : verticale direction : verticale
sens : vers le haut sens : vers le haut
l’élève et action à distance de la Terre. point d’application : point d’application :
b) Pile de livres : action de contact avec la main R contact cadeau-table A centre du poisson
et action à distance de la Terre.
c) Station spatiale internationale : action à dis-
tance de la Terre. direction : verticale direction : verticale
d) Boule de marteau : action de contact de la P P
sens : vers le bas sens : vers le bas
point d’application : point d’application :
corde et action à distance de la Terre. centre du cadeau centre du poisson
2.
direction : verticale R direction : verticale
cartable livres sens : vers le haut sens : vers le haut
R
point d’application : point d’application :
centre du livre contact gaz-fusée

dos Terre main Terre


direction : verticale direction : verticale
P sens : vers le bas sens : vers le bas
point d’application : P point d’application :
centre du livre centre de la fusée
ISS marteau

3. Les flèches ainsi modélisées représentent des


forces.

Terre air
corde Terre

CHAPITRE 9 Forces et interactions 53


13 Représenter une force 3. Au repos, les forces qui s’exercent sur la fusée
se compensent. Après l’allumage des moteurs,
F2 quand la fusée a déjà décollé, les forces qui
F3 s’exercent sur la fusée ne se compensent plus
7
= 7 cm de car elle est en mouvement rectiligne non uni-
1
F1 longueur
forme.
20 50 4. La fusée pourra se mettre en mouvement dès
= 4 cm de = 5 cm de
5
longueur
10
longueur que la valeur de la poussée des moteurs (force
exercée vers le haut) sera supérieure à la valeur
14 Conséquences d’une action de la force exercée par la Terre (vers le bas).
1. Dans chacune des deux situations, le joueur Dans ce cas, la flèche verticale dirigée vers le
exerce une action de contact avec le ballon. On haut sur le schéma est plus grande que la flèche
la modélise par une force. verticale dirigée vers le bas.
2.
17 Caractéristiques d’une force
Cas Direction de la force Sens de la force Point d’application
1 Horizontale Vers la droite A
Vers le haut
2 Oblique B
et vers la droite
3. Les forces exercées modifient l’état de mou- Vers le bas
3 Oblique B
et vers la droite
vement du ballon.
4 Horizontale Vers la gauche B
• Sur la photo de gauche : la direction, la vitesse 5 Horizontale Vers la droite B
et le sens du ballon sont modifiés. 6 Verticale Vers le haut C
• Sur la photo de droite : le ballon passe d’un état
de mouvement à un état de repos, sa vitesse est 18 Équilibre ou mouvement ?
modifiée. 1. Une balance de Roberval fonctionne avec
deux plateaux : si les forces qui s’exercent sur
15 Et si les actions se compensent ? chacun des plateaux sont égales, alors l’aiguille
1. Des forces se compensent si elles ont même affiche une masse de 0 gramme (cf. fig. 1).
direction, même valeur mais des sens opposés. 2. Si l’on dépose des fruits ou légumes sur le
2. a) Si un corps est au repos et qu’il est soumis plateau de droite, alors celui-ci est soumis à des
à des actions qui se compensent, alors il persis- forces plus grandes (vers le bas), ce qui rompt
tera dans son état de repos. l’équilibre et fait basculer l’aiguille vers la droite
b) L’état de repos pourra être modifié si une (ou (cf. fig. 2).
plusieurs) force(s) s’exerce(nt) sur le corps, sans
se compenser. 0 0

16 Modification d’un mouvement


1. Avant le décollage de la fusée, celle-ci est sou-
mise à la force à distance exercée par la Terre P P P
P
(son poids) et à l’action du support sur lequel
elle repose. Après l’allumage des moteurs, la
fusée est toujours soumise à l’action de la Terre, figure 1 figure 2
mais également à la poussée des gaz.
R direction : verticale G direction : verticale 20 À vous de jouer !
sens : vers le haut sens : vers le haut
point d’application : point d’application :
1. Le bobsleigh est soumis à son poids, à la réac-
contact fusée-support contact fusée-gaz tion de la glace et aux frottements avec la glace
(négligés ici).

direction : verticale direction : verticale


sens : vers le bas sens : vers le bas
P point d’application : P point d’application :
centre de la fusée centre de la fusée

 a) Avant l’allumage b) Après l’allumage


54 THÈME 2 Mouvement et interaction
2. 24 Effet d’une force sur un mouvement
1. Les objets étudiés sont la balle suspendue et
R
l’objet retenu par le ressort. La balle est soumise
à l’action de la ficelle qui la retient et à l’action
de la Terre. L’objet retenu par le ressort est sou-
mis à l’action du ressort et à l’action de la Terre.
P
2. Pour la balle, la direction, le sens et la vitesse
de déplacement sont modifiés. Pour l’objet
Les forces qui s’exercent sur le bobsleigh se retenu par le ressort, la direction reste inchan-
compensent car elles ont même direction, gée, le sens est modifié si l’objet effectue plu-
même valeur, mais des sens opposés. sieurs allers-retours, et sa vitesse est égale-
3. Quand le bobsleigh est lancé avec une cer- ment modifiée.
taine vitesse, il a un mouvement rectiligne uni- 3. L’état de mouvement est modifié au cours du
forme (vitesse constante). temps du fait des forces qui s’exercent et qui ne
se compensent pas.

Pour approfondir
Tâches complexes
21 QCM sur document
1. a ; 2. b ; 3. a ; 4. b 25 Pourquoi la Lune tourne-t-elle autour de
la Terre ?
22 Formation de la Lune La Lune ne s’éloigne pas de la Terre car elle est
1. Avant l’impact de l’astéroïde, la Terre exerçait soumise à l’action attractive à distance de la
une action attractive à distance (gravitation). Terre (gravitation) modélisée dans le doc. 1 par
2. Au moment de l’impact, l’astéroïde a exercé le fil qui retient la balle. Cependant, la Lune ne
une action de contact sur la Terre. tombe pas non plus vers la surface de la Terre
3. car elle possède une vitesse suffisante pour se
Terre Terre satelliser, c’est-à-dire rester en permanence
à une distance constante de la Terre. Dans le
doc. 1, c’est la vitesse donnée par le mouvement
de la main qui tient la ficelle qui permet à la balle
astéroïde astéroïde de rester à la même distance de la main et donc
de tourner autour d’elle. Si cette vitesse diminue
a) Avant le choc b) Au moment du choc trop, alors la ficelle peut se détendre et la balle
4. Avant son choc avec la Terre, l’astéroïde n’était peut s’approcher de la main.
pas soumis à des forces qui se compensent : il
ne pouvait donc pas avoir une trajectoire recti- Terre Lune
ligne uniforme.
Lune trajectoire
23 Marées terrestres sans attraction
1. Sur le schéma, les flèches représentent la
force exercée par la Lune sur la croûte terrestre
(du côté de la Lune). « chute » de la Lune
2. Le modèle proposé permet de comprendre vers la Terre (sans
jamais l’atteindre)
« l’élongation » de la Terre vers la Lune (due à
son attraction gravitationnelle), mais également
à son opposé car la Terre est un système dyna-
mique et déformable, comme le ballon rempli
d’eau. Ainsi, sous l’action de la ficelle, le ballon
est étiré des deux côtés, de la même façon que la trajectoire
Terre
Terre subit des marées terrestres des deux côtés. de la Lune

CHAPITRE 9 Forces et interactions 55


26 Pourquoi un avion vole-t-il ? moteurs est donc de fournir la poussée néces-
En situation de vol saire à l’avancée de l’avion. C’est la portance
qui lui permet ensuite de « reposer » sur les
air sous
couches d’air de l’atmosphère sans tomber sous
l’avion
l’action de son poids.

27 Des textos qui font mal au cou


air à l’avant
avion moteurs L’utilisation prolongée d’un téléphone portable
de l’avion peut avoir de nombreuses répercussions sur
la colonne vertébrale, à cause de la force exer-
cée par le haut de la colonne sur la tête (doc. 2,
flèche verte). Or, cette force peut avoir des
Terre
conséquences néfastes sur la colonne et sur la
santé (doc. 3). On peut visualiser la force exercée
Pour modéliser la portance, c’est-à-dire la pous- par la tête sur la colonne grâce au doc. 1 et à la
sée d’Archimède exercée par l’air (fluide) sur photographie qui montrent qu’incliner la tête de
l’avion, on peut plonger une balle de ping-pong 60° est équivalent à porter un enfant de 6 ans
dans l’eau contenue dans un verre : la balle res- sur ses épaules. Comme on envoie en moyenne
sort verticalement car l’eau exerce une action 60 SMS par semaine, sur plusieurs années d’uti-
vers le haut. De même, un avion dans un fluide lisation du portable, les conséquences peuvent
(air) subit, de sa part, une force pressante diri- être importantes sur la santé (text-neck par
gée vers le haut, appelée portance. exemple).
Les forces qui permettent à un avion de s’éle- Pour y remédier, le plus simple est de limiter
ver dans les airs sont la poussée des moteurs l’utilisation répétée et longue du téléphone por-
et la portance, car leur somme est dirigée vers table, mais aussi d’adopter une posture plus
le haut en direction du mouvement. Le rôle des adéquate (tête moins penchée vers l’avant).

Histoire
des Sciences Influence de la masse
sur la chute des corps
1. Selon Aristote, la masse des objets a une ainsi certain qu’elles commencent leurs chutes
influence sur leur vitesse de chute. au même instant. Ce dispositif est plus précis
que le lâcher de deux boules tenues dans des
2. Galilée fait tomber de la même hauteur et en mains.
même temps deux boules de même taille mais
de masses différentes, une en bois et une en 4. Galilée conclut que la vitesse ne dépend pas
fer. Il constate que les deux boules atteignent de la masse de l’objet.
le sol en même temps. En faisant varier la hau-
teur de chute des boules, l’observation est tou-
À vous de jouer !
jours la même.
Dans le vide, la plume et la bille atteignent le
3. La « boîte à chute » est un dispositif qui bas de la cloche en même temps. Dans l’air, la
permet de faire tomber les boules en même plume atteint le bas de la cloche bien après la
temps. Une des faces de la boîte se retire, libé- bille en raison des frottements de l’air qui la
rant en même temps les deux boules. On est ralentissent.

56 THÈME 2 Mouvement et interaction


THÈME
3 L’énergie
et ses conversions

Chapitre
Bilan
10 énergétique

Choix pédagogiques
 e chapitre a été rédigé afin de poursuivre le travail déjà engagé sur l’énergie
C
dans le chapitre intitulé « Les différentes formes d’énergie » étudié en 5e.
Il permet d’étudier la conservation de l’énergie dans le cadre d’un bilan d’énergie
ainsi que le lien entre puissance et énergie.
Dans ce chapitre, nous avons décidé de garder l’expression « énergie associée au
mouvement » utilisée dans le cycle 3 et d’introduire les termes « énergie cinétique »
et « énergie potentielle (dépendant de la position) » uniquement dans le chapitre
« Énergie d’un objet en mouvement », en 3e.
L’activité 1 permet d’effectuer un bilan d’énergie et de construire une chaîne
énergétique à partir d’une situation de la vie quotidienne tandis que l’activité 2
permet d’étudier le lien entre puissance et énergie en étudiant les éclairs lors
d’un orage.

Activité 1
J’interprète des résultats
Comment s’éclairer à bicyclette ? 2. La lampe reçoit de l’énergie électrique.
Lien avec le programme : 3. Toute l’énergie reçue n’est pas convertie en
Établir un bilan énergétique pour un système énergie lumineuse.
simple. 4. La lampe convertit aussi l’énergie électrique
reçue en énergie thermique. Cette forme d’éner-
Commentaires gie n’est pas utile pour éclairer.
Cette activité expérimentale a pour but de mo-
déliser l’éclairage d’une bicyclette et d’effectuer Je communique avec un langage
un bilan énergétique en construisant une chaîne scientifique
énergétique. Ce travail peut être prolongé en 5. Chaîne énergétique de l’expérience 1
travaillant les exercices 10 à 16 avec les élèves. énergie énergie
électrique lumineuse
Pile
................... Lampe
................... .................
Je réalise des expériences
1. Les deux expériences à réaliser sont photo- énergie
graphiées dans les doc. 2 et 3. thermique
.................
(pertes)
énergie
thermique
Environnement extérieur
(pertes)

CHAPITRE 10 Bilan énergétique 57


Chaîne énergétique de l’expérience 2 J’extrais des informations
énergie 1. Les éclairs peuvent être dangereux. En effet,
énergie
électrique lumineuse d’après le document 1, les dégâts dus aux éclairs
Alternateur
................... Lampe
................... .................
sont importants et plus d’une dizaine de décès
énergie par an sont liés à la foudre en France.
thermique
................. 2. D’après le document 2, la puissance électrique
(pertes) délivrée par un réacteur nucléaire est égale à
énergie
thermique
Environnement extérieur 1 GW tandis que celle délivrée par un éclair vaut
(pertes)
20 GW, soit vingt fois plus que la puissance élec-
trique délivrée par un réacteur nucléaire.
Remarque : En réalité, la pile et l’alternateur ne
sont pas des réservoirs d’énergie, ce sont eux- Je calcule
mêmes des convertisseurs d’énergie que l’on 3. L’énergie produite E est égale à : E = P × t.
peut représenter de la façon suivante : Pour un réacteur nucléaire fonctionnant en
Chaîne énergétique d’une pile : continu pendant une durée d’un an :
énergie énergie E = 1 × 109 × 365 × 24 × 3 600 ≈ 3 × 1016 J
Éléments chimique électrique = 3 × 107 GJ.
chimiques Pile
de la pile Pour un éclair, pendant sa durée de vie de 0,025 s :
énergie
E = 20 × 109 × 0,025 = 5 × 108 J = 0,5 GJ.
thermique Les résultats des calculs sont bien cohérents
(pertes)
avec les informations données dans le doc. 2.
Environnement extérieur
J’interprète des résultats
Chaîne énergétique d’un alternateur : 4. D’après le doc. 1, il tombe chaque année en
énergie France environ un million d’éclairs. L’énergie
Glucides énergie associée au énergie de ces éclairs est égale à 5 × 105 GJ, ce qui est
et autres chimique
mouvement électrique
éléments
Muscle Alternateur
60 fois plus faible que l’énergie produite en un
nutritifs an par un réacteur nucléaire.
du corps
humain énergie énergie
thermique thermique
(pertes) (pertes) Je communique avec un langage
Environnement extérieur
scientifique
5. L’énergie de tous les éclairs tombés sur le ter-
ritoire français pendant un an n’est pas négli-
Activité 2 geable : elle est environ 60 fois plus faible que
l’énergie produite en un an par un réacteur nu-
Puissance ou énergie ? cléaire. Cependant il n’est pas intéressant d’uti-
Lien avec le programme : liser les éclairs comme source d’énergie car les
Utiliser la relation liant puissance, énergie éclairs dégagent une très grande puissance qui
et durée. peut être dangereuse pour les êtres humains et
qui pourrait aussi endommager les installations
Commentaires : prévues pour récupérer leur énergie. De plus, les
Cette activité documentaire permet de com- éclairs tombent partout en France à des instants
prendre pourquoi il n’est pas intéressant d’uti- aléatoires, ce qui ne permet pas d’utiliser leur
liser les éclairs comme source d’énergie. Pour énergie.
cela, les élèves utilisent la relation liant puis-
sance, énergie et durée, ce qui leur permet de
comprendre la notion de puissance, qui n’a pas Auto-évaluation
encore étudiée jusqu’à présent. Ce travail peut
être prolongé en travaillant avec les élèves les Réponses aux QCM
exercices 17 à 24. 1 b ; 2 b ; 3 b ; 4 a ; 5 c ; 6 b ; 7 b ;
8 c ; 9 a

58 THÈME 3 L’énergie et ses conversions


Pour s’entraîner 13 Quel convertisseur ?
Le schéma du convertisseur ci-dessous peut
10 Essuie-glace correspondre à une pile.
énergie énergie électrique
électrique
................. énergie
Moteur Balai chimique
Batterie
.............. d’essuie- Pile
électrique glace .................
énergie
énergie associée au
thermique mouvement
................. énergie...............
thermique
(pertes) (pertes)
Environnement extérieur
14 Énergie thermique
Remarque : La batterie n’est pas en réalité un ré- Un radiateur électrique et un sèche-cheveux
servoir d’énergie, c’est un convertisseur d’énergie sont deux appareils qui convertissent de l’éner-
que l’on peut représenter de la façon suivante : gie électrique en énergie thermique utile.
Chaîne énergétique d’une batterie :
énergie énergie 15 Panneau photovoltaïque
Éléments chimique électrique
énergie électrique
chimiques Batterie énergie (10 – 8,5 = 1,5 kJ)
.................
de la batterie solaire
énergie (10 kJ)
thermique
(pertes)
énergie perdue
Environnement extérieur (8,5 kJ)

16 Science in English
11 Lampe Traduction de l’énoncé :
énergie énergie Voici ce que Richard Feynman (1918-1988), prix
lumineuse
................. thermique
................. Nobel de physique en 1965 disait lors de ses
conférences de physique :
énergie «  C’est un fait ou, si vous voulez, une loi, qui
électrique
...................... gouverne tous les phénomènes naturels connus
à ce jour. Il n’y a pas d’exception connue à cette
loi – elle est exacte pour autant que nous le sa-
chions. La loi est appelée conservation de l’éner-
gie. Elle affirme qu’il y a une certaine quantité
12 Navette spatiale que nous appelons énergie, qui ne change pas
énergie énergie dans les multiples modifications que peut subir
chimique associée au la nature. »
Carburant ............... mouvement
+ Moteur
................. Navette (tome I de son cours de physique, Dunod, 1999)
air
Peut-on créer de l’énergie sur Terre pour ré-
énergie
thermique pondre aux besoins énergétiques humains sans
.................
(pertes) cesse croissants ?
Environnement extérieur
Correction :
Comme l’énergie se conserve, il n’est pas pos-
Remarque  : la forme d’énergie transférée du sible de créer de l’énergie sur Terre pour ré-
moteur à la navette est de l’énergie cinétique, pondre aux besoins énergétiques humains sans
que l’on appele ici de l’énergie associée au mou- cesse croissants. La seule solution pour préser-
vement car l’expression « énergie cinétique » ver notre planète est d’économiser l’énergie.
n’a a priori pas encore été vue par les élèves.
L’expression « énergie cinétique » sur le sché- 17 Centrale hydraulique
ma a donc été remplacée par « énergie associée L’énergie électrique E produite par la centrale
au mouvement » dans le manuel élève. hydraulique de puissance P = 1 × 109 W pendant
une durée t = 10 s est égale à :
E = P × t = 1 × 109 × 10 = 1 × 1010 J.
CHAPITRE 10 Bilan énergétique 59
18 Énergie utilisée dans un logement 23 Centrale solaire
La durée d’ensoleillement nécessaire t est égale
E
La durée t est égale à  : t = avec E l’énergie
P E
utilisée et P la puissance. à : t = avec E l’énergie électrique et P la puis-
P
80
Application numérique : t = = 8 h. sance électrique produite.
10
Application numérique :
On retrouve bien la valeur donnée dans l’énoncé.
1,116 × 1012
t=  = 1,8 × 104 s
62 × 106
19 Besoins énergétiques
E 1,8 × 104
La puissance P est égale à : P = avec E l’éner- t= = 5 h
t 3 600

gie chimique et t la durée (ici un jour). 24 Parc éolien


L’énergie électrique maximale E que pourra
Application numérique : produire ce parc éolien de puissance :
P = 4,96 × 108 W pendant une durée t = 1 jour =
8,4 × 106
P= = 97 W. 24 h est égale à :
24 × 60 × 60
E = P × t = 4,96 × 108 × 24 = 1,19 × 1010 Wh
On retrouve bien la valeur donnée dans l’énoncé. = 1,19 × 107 kWh.

20 Ordinateur portable 26 À vous de jouer !


La durée de fonctionnement t de l’ordinateur est 1. Chaîne énergétique d’une centrale hydraulique
énergie énergie électrique
E associée au utile
égale à  : t = avec E l’énergie fournie et P la
P mouvement
puissance. Centrale
Eau
hydraulique énergie
thermique
Application numérique : (pertes)
6,5 × 105 Environnement
t= = 2,2 × 104 s
30
2,2 × 104
t =  ≈ 6 h 2. La quantité d’énergie perdue sous forme ther-
3 600
mique est égale à :
21 Flash 6,5 × 104 – 5,0 × 104 = 1,5 × 104 kWh.
La puissance lumineuse P du flash est égale à : 3. La puissance électrique P produite par cette
centrale en fonctionnement est égale à :
E
P =  avec E l’énergie lumineuse et t la durée.
t E
P= avec E l’énergie électrique fournie et t la
t
Application numérique :
durée (ici 5 h).
12
P= = 12 × 103 W = 12 kW.
0,001
Application numérique :
22 Levage d’une charge
5,0 × 104
La puissance électrique P utilisée par la grue est P= = 1 × 104 kW.
5
E
égale à : P =  avec E l’énergie électrique
t
Pour approfondir
consommée par le moteur et t la durée de la
charge. 27 QCM sur documents
1. b ; 2. a.
Application numérique :
18 × 103
P= = 300 W.
60

60 THÈME 3 L’énergie et ses conversions


28 Construction de chaînes énergétiques 30 Badminton
1. Chaîne énergétique d’une éolienne : L’énergie E du volant est égale à : E = Ec + Ep
énergie énergie électrique À l’instant de date t1 = 0, E1 = 0,08 + 0,03 = 0,11 J.
associée au utile À l’instant de date t2 = 0,7 s,
mouvement
E2 = 0,04 + 0,04 = 0,08 J.
Vent Éolienne
énergie L’énergie E du volant a diminué durant cet
thermique
(pertes) échange. Comme l’énergie se conserve, cela
signifie que, durant cet échange, une partie de
Environnement l’énergie du volant a été convertie en énergie
thermique et transférée à l’environnement ex-
2. Chaîne énergétique d’une batterie de télé- térieur (l’air).
phone portable reliée à un chargeur :
énergie chimique 31 Lac Léman gelé
énergie utile 1. a) L’énergie E nécessaire pour faire fondre
électrique
Batterie du toute cette glace est égale à :
Chargeur téléphone
portable
énergie E = (5 × 109) × 0,1 = 5 × 108 kWh.
thermique
(pertes) b) Le coût de cette énergie utilisée pour la fonte
du lac vaudrait :
Environnement 5 × 108 × 0,10 = 5 × 107 €.
c) L’énergie E’ apportée par le Soleil est supé-
Remarque : dans la première version du manuel, rieure à l’énergie E calculée précédemment car
on demandait de schématiser la chaîne éner- l’énergie apportée par le Soleil ne sert pas uni-
gétique du chargeur. Cependant, le chargeur quement à faire fondre la glace du lac Léman.
transfère de l’énergie électrique (en perdant de 2.
l’énergie thermique) mais il ne la convertit pas a) La durée t de la fonte totale de la glace est
en une autre forme d’énergie. C’est pourquoi il
E
est préférable d’étudier la chaîne énergétique de égale à : t = avec E l’énergie nécessaire pour
P
la batterie d’un téléphone portable reliée à un
chargeur. La question a donc été modifiée dans faire fondre la glace et P la puissance des rayons
les réimpressions du manuel. du Soleil absorbée par le lac Léman à midi.
5 × 108
29 Consommation de carburant Application : t = = 25 h.
2 × 107
1. La quantité d’énergie utile E fournie par un
moteur thermique lorsqu’un litre de carburant a b) En réalité, la fonte de la glace a duré beau-
été consommé est égale à : coup plus longtemps (environ une semaine)
E = (8,0 × 107) × 0,30 = 2,4 × 107 J. car le calcul précédent a été effectué avec une
La quantité d’énergie E’ perdue par un moteur valeur de puissance correspondant à celle des
thermique lorsqu’un litre de carburant a été rayons du Soleil absorbée par le lac Léman à
consommé est égale à : midi. Or, la puissance moyenne absorbée par le
E’ = (8,0 × 107) × 0,70 = 5,6 × 107 J. lac Léman est inférieure à la puissance à midi
2. Si une voiture consomme 6 litres d’essence, (elle est nulle la nuit par exemple).
l’énergie utile Eu fournie par le moteur est égale
à :
Eu = 6 × E = 6 × 2,4 × 107 =1,4 × 108 J.

La puissance utile P du moteur est égale à :


Eu
P= avec t la durée du voyage (t = 1 h = 3 600 s).
t
Application numérique :
1,4 × 108
P= = 4 × 104 W.
3 600

CHAPITRE 10 Bilan énergétique 61


Tâches complexes chaude et du chauffage pour des écoles, des hô-
pitaux ou des immeubles par exemple, comme
32 Pertes d’énergie cela est décrit dans le schéma ci-après.
gaz naturel, Échangeur production
Année 1998 2009 déchets de bois ou thermique d’eau chaude
Énergie électrique transportée autres combustibles et de chauffage
460 520 pour des écoles,
(en milliards de kWh) Chambre de hôpitaux,
Énergie électrique à disposition combustion immeubles...
des consommateurs (en 429 520 – 33 = 487 eau
liquide
milliards de kWh) vapeur
Pertes d’énergie durant le d’eau
460 – 429 = 31 33
transport (en milliards de kWh)
31 33 air
Pertes d’énergie durant le = 0,067 = 0,063 production
Turbine
transport (en % de l’énergie 460 520 réservoir d’eau Alternateur d’énergie
électrique transportée) électrique
= 6,7 % = 6,3 %
Schéma d’une centrale électrique
L’augmentation de l’énergie électrique transpor- à cogénération
tée en France entre 1998 et 2009 est égale à :
Le transport de l’énergie thermique sur une
(520– 460) × 100
= 13 %. longue distance est impossible. C’est l’inconvé-
460
nient principal de la cogénération : il faut que
En effet, notre mode de vie demande de plus en les utilisateurs de l’énergie thermique récupérée
plus d’énergie électrique, qu’il faut donc trans- soient situés à proximité de la centrale. Cepen-
porter jusqu’aux lieux de vie et d’habitation. dant, les avantages d’une centrale électrique à
Avec les progrès techniques, les pertes d’éner- cogénération par rapport à une centrale élec-
gie (en pourcentage) ont légèrement diminué trique à flamme sont nombreux :
entre 1998 et 2009 mais cela ne suffit pas pour – les rendements sont très bons. Les centrales à
compenser la hausse du transport d’énergie. cogénération peuvent convertir en énergie utile
Si on suppose que l’augmentation annuelle de (énergie électrique et énergie thermique) envi-
l’énergie électrique transportée est identique ron 70 % de l’énergie chimique du combustible
entre 1998 et 2009 et entre 2009 et 2017, c’est- utilisé alors que le rendement d’une centrale
à-dire égale à 13 % sur l’ensemble de la période, électrique à flamme est de 45 %, puisque l’éner-
l’énergie électrique transportée en France en gie thermique produite est perdue.
2017 est égale à : – la cogénération utilisée pour le chauffage ou
520 × 1,13 = 588 milliards de kWh. l’eau chaude à la place des centrales au gaz
naturel ou au charbon, par exemple, évite une
33 La cogénération partie de l’émission des polluants dans l’atmos-
Une centrale à flamme produit une énergie utile phère et permet de limiter les émissions de gaz
de 2,5 GJ. à effet de serre.
1. D’après le doc. 1, l’énergie utile que produirait Remarque : avant de réaliser cette tâche com-
une centrale à cogénération avec la même quanti- plexe, les élèves peuvent regarder la vidéo as-
sociée à cette activité. Cette vidéo, produite par
5,0 × 104
té de combustible est égale à :  = 3,9 GJ. EDF, décrit en moins d’une minute le fonctionne-
5
ment d’une centrale électrique à flamme.
2. Article de presse sur la cogénération.
Vous avez peut-être entendu parler de la cogé- 34 L’énergie de Facebook
nération. Qu’est-ce que c’est ? D’après le doc. 1, la consommation énergétique
Dans une centrale électrique, la cogénération totale de Facebook était 822 millions de kilowatt­
consiste à utiliser une partie de l’énergie ther- heures en 2013, soit 882 × 106 kWh.
mique produite qui serait normalement dissipée D’après le doc. 2, les besoins énergétiques d’un
dans l’environnement. habitant en France s’élèvent à environ 200 kWh
À l’aide d’un échangeur thermique, cette éner- par jour, soit 200 × 365 = 730 × 102 kWh.
gie thermique est utilisée pour produire de l’eau

62 THÈME 3 L’énergie et ses conversions


La consommation énergétique annuelle de En effet, dans ces pays, les data centers
Facebook correspond donc aux besoins énergé- peuvent être refroidis avec de l’air extérieur plu-
tôt qu’avec un système de climatisation, ce qui
882 × 106
tiques annuels de ≈ 12 000 habitants permet d’utiliser la quasi-totalité de l’énergie
730 × 102
pour alimenter les serveurs. De plus, en Suède,
d’un pays développé comme la France. les data centers sont alimentés par de l’énergie
Pour limiter l’impact sur l’environnement de notre issue de sources renouvelables comme l’eau,
utilisation des outils informatiques, Facebook et grâce aux nombreuses rivières de la région.
d’autres sociétés informatiques construisent de
plus en plus de data centers dans des pays froids,
comme sur le site de Luleå en Suède.

CHAPITRE 10 Bilan énergétique 63


Chapitre
Intensité du courant
11 dans un circuit électrique

Choix pédagogiques :
 ’objectif de ce chapitre est d’amener les élèves à utiliser les lois de l’intensité avec
L
des circuits dans lesquels les dipôles sont branchés en série ou en dérivation.
L’intensité est abordée par sa mesure (activité 1) et par le lien entre intensité
et risque électrique (activité 2). Les lois sont ensuite construites expérimentalement
(activités 3 et 4). Les exercices amènent à une maîtrise progressive de ces aspects,
en les travaillant séparément puis, au fur et à mesure, en les liant (tâches complexes
et exercices pour approfondir). La fiche méthode 8 « Mesurer une intensité »
et le résumé de cours (Essentiel) servent de soutien pendant l’apprentissage.

Activité 1 3.
M
mA
A
COM

Comment mesurer l’intensité +


d’un courant électrique ?
Lien avec le programme : –
Élaborer et mettre en œuvre un protocole
expérimental simple visant à réaliser un cir-
cuit électrique répondant à un cahier des Je mesure
charges simple. 4. La mesure d’intensité commence par le plus
grand calibre, puis on choisit un calibre plus pe-
Commentaires tit pour obtenir une mesure plus précise de la
L’élève peut découvrir le branchement du multi­ valeur de l’intensité.
mètre en ampèremètre à l’aide de l’explication L’intensité du courant qui traverse le moteur
du professeur ou de façon autonome en utilisant s’écrit par exemple : Imoteur = 263 mA.
la fiche méthode 8 « Mesurer une intensité ». 5. En inversant les bornes de la pile ou les bornes
La notion de précision d’une mesure est com- de l’ampèremètre, on mesure une intensité de
plexe. Dans ce cas, elle nécessite d’une part la même valeur mais de signe opposé.
maîtrise des chiffres décimaux et, d’autre part,
la conscience de la différence entre la valeur J’interprète des résultats
réelle de l’intensité et sa valeur mesurée. La 6. Un calibre plus petit donne une plus grande
comparaison entre les valeurs mesurées d’une précision : on connaît la valeur de l’intensité
même intensité avec des calibres différents per- avec un chiffre de plus à droite de la virgule.
met d’expliciter cette distinction. 7. L’intensité mesurée est inférieure à la valeur
du plus petit calibre qui permet de la mesurer.
J’exploite des documents scientifiques
1. « I » signifie « intensité du courant » et « A » Je communique avec un langage
signifie « ampère ». scientifique
2. L’ampèremètre permet de mesurer l’intensité 8. mA COM
M A
du courant électrique.
+
1,5 V

64 THÈME 3 L’énergie et ses conversions


Activité 2 des charges simple ou à vérifier une loi de
Comment protéger un circuit l’électricité.
d’une surintensité ? • Exploiter les lois de l’électricité.
• Dipôles en série
Liens avec le programme : • L’intensité du courant électrique est la
•E  xploiter les lois de l’électricité. même en tout point d’un circuit qui ne
• Mettre en relation les lois de l’électricité compte que des dipôles en série.
et les règles de sécurité dans ce domaine.
Commentaires
Commentaires L’épuisement du courant à la traversée d’un
Cette activité montre qu’un fusible protège un dipôle est une conception erronée très cou-
circuit en limitant l’intensité du courant qui le rante. Cette activité est structurée pour faire
traverse. En cela, elle introduit l’unicité de l’in- émerger cette conception erronée, si elle existe,
tensité dans une branche et l’adaptation d’un puis pour que l’élève la confronte à la réalité de
dipôle à un générateur. ses mesures. La validation (ou invalidation) de
son hypothèse par l’élève (question 4) organise
J’exploite des documents scientifiques cette confrontation.
1. Un fusible fond quand il est traversé par un Enfin, la formulation simple de la loi d’unicité de
courant trop intense. Le circuit est alors ouvert l’intensité à partir de mesures permet de prépa-
et le courant ne peut plus circuler. rer à celle, plus complexe, de l’intensité dans un
2. Si un fusible « 1 A » (1 ampère) est traversé circuit avec des dérivations.
par un courant d’intensité supérieure à 1 A (par
exemple 2 A), alors il fond. J’émets une hypothèse
3. Le doc. 1 montre que le fusible est là pour 1. Hypothèse 1 : les deux lampes sont différentes
empêcher un courant d’intensité supérieure à (insuffisant : hypothèse à préciser).
1 A de circuler. Hypothèse 2 : les deux lampes brillent différem-
4. Un fusible « 2,5 A » laissera passer des cou- ment lorsqu’elles sont traversées par un cou-
rants d’intensité inférieure à 2,5 A. Or la carte rant de même intensité.
mère ne doit pas être traversée par une intensi- Hypothèse 3 : les deux lampes sont traversées
té supérieure à 1 A. Un courant d’intensité com- par des courants d’intensité différente.
prise entre 1 A et 2,5 A ne sera donc pas arrêté
par le fusible et détériorera la carte mère. Je propose une expérience
2. a) On mesure l’intensité du courant à diffé-
Je communique avec un langage rents endroits du circuit, « avant » et « après »
scientifique chaque lampe.
5. « Bonjour Ali, b) Liste de matériel : un générateur, deux lampes,
La carte mère du circuit de ta console a dû être un interrupteur, un ampèremètre (qui sera dé-
détériorée par une surintensité. Le calibre du fu- placé) et cinq fils.
sible que tu as branché ne la protège que contre mA COM mA COM
des intensités supérieures à 2,5 A. Il aurait fallu A1 A2
brancher un fusible identique au précédent, qui + L1
fond à partir de 1 A.
Saskia » G L2

COM mA
Activité 3 A3
L’intensité du courant est-elle la même Remarque : Le même ampèremètre occupe suc-
partout dans un circuit en série ? cessivement les trois positions.
Liens avec le programme :
• Élaborer et mettre en œuvre un protocole Je mesure
expérimental simple visant à réaliser un 3. Les trois mesures donnent la même valeur
circuit électrique répondant à un cahier d’intensité. Si les valeurs mesurées sont légè-

CHAPITRE 11 Intensité du courant dans un circuit électrique 65


rement différentes, c’est l’occasion de souligner été modifié lors des réimpressions, ce qui a entraî-
l’incertitude inhérente à la mesure. né une modification des valeurs des intensités.
Voici les nouvelles données :
J’interprète des résultats I2 = 0,247 A ; I4 = 0,114 A ; I5 = 0,092 A ; I6 =  0,041 A ;
4. L’hypothèse 2 est validée et l’hypothèse 3 est I7 = 0,114 A ; I8 = 0,092 A et I9 = 0,247 A.
réfutée. Le livre du professeur a été rédigé en prenant en
5. Si l’intensité du courant qui traverse une compte ces nouvelles intensités.
lampe est proche de son intensité nominale,
alors elle brille normalement. Par contre, si elle J’exploite des documents scientifiques
est inférieure, la lampe brille faiblement. De 1. I1 = 0,247 A ; I3 = 0,041 A.
même, si l’intensité du courant est supérieure à 2.
son intensité nominale, elle brille fortement : il y l1
COM mA
a alors une surintensité qui peut endommager
un appareil si elle est trop importante ou si elle A A
mA COM
dure trop longtemps. l3
+
Je communique avec un langage G
scientifique – COM mA
6. L’intensité du courant est la même dans un A l9
circuit où les dipôles sont branchés en série.
Je passe d’une forme de langage
scientifique à une autre
Activité 4 3.
Comment se répartit le courant
dans un circuit en dérivation ?
Liens avec le programme : +
• Élaborer et mettre en œuvre un protocole G
expérimental simple visant à réaliser un –
circuit électrique répondant à un cahier
des charges simple ou à vérifier une loi de
l’électricité.
•E  xploiter les lois de l’électricité. 4. I1 = I2 = I9 = 0,247 A ; I3 = I6 = 0,041 A ;
•D  ipôles en série, dipôles en dérivation. I4 = I7 = 0,114 A ; I5 = I8 = 0,092 A.
• Loi d’additivité des intensités (circuit à 5. L’intensité du courant fourni par le générateur
deux mailles). se répartit dans les dipôles récepteurs (ici, dans
les lampes).
Commentaires
Il y a deux difficultés dans cette activité : J’interprète des résultats
– le branchement des ampèremètres dans les 6. I1 = I3 + I4 + I5
branches dérivées ; 0,247 A = 0,041 A + 0,114 A + 0,092 A
– l’identification des portions de circuit compor-
tant la même intensité. Je communique avec un langage
Cette activité est la troisième mettant en œuvre scientifique
la mesure de l’intensité avec un multimètre. Les 7. Dans un circuit en dérivation, l’intensité du
élèves doivent la maîtriser suffisamment dans courant dans la branche principale est égale à la
ce circuit. somme des intensités dans les autres branches.
L’utilisation de plusieurs supports de représen-
tation (schéma, photos, symboles) aide à la mo-
délisation des courants dans le circuit. Auto-évaluation
Remarque : le schéma du doc. 2 n’était pas co-
hérent avec le montage présenté sur la photo- Réponses aux Q.C.M.
graphie, où l’ampèremètre mesure l’intensité du 1  a, c ; 2  a, c ; 3  a ; 4  c ; 5  c ; 6  c ; 7  b ;
point 3 et non pas du point 4. Le schéma a donc 8  b ; 9  b et c ; 10  c ; 11  c

66 THÈME 3 L’énergie et ses conversions


Pour s’entraîner 18  Schéma d’un circuit avec un ampèremètre

12  Branchement d’un ampèremètre M


Ingmar ne doit pas utiliser la borne V mais la
mA
borne A/mA. +
A
13  Science in English –
COM
Traduction de l’énoncé :
Pour chacun des multimètres suivants, indiquer
les bornes à choisir pour mesurer l’intensité du
courant. L’ampèremètre peut être placé à n’importe
Correction : quelle place dans le circuit car tous les dipôles
Premier multimètre (rouge) : utiliser les bornes sont en série donc ils sont tous traversés par un
20 A ou mA, et la borne COM. courant de même intensité.
Deuxième multimètre (jaune) : utiliser la borne Remarque : La position du + et du – sur le sché-
10 ADC ou la borne VΩmA et la borne COM. ma du manuel était erronée. Cela a été corrigé
Troisième multimètre (bleu) : utiliser les bornes lors des réimpressions.
A ou μA-mA et la borne COM.
Quatrième multimètre (rouge)  : utiliser les 19  Les branchements multiples
bornes 10 A ou μAmA et la borne COM. Quand on branche beaucoup d’appareils sur
une prise de courant, on risque une surintensité
14  Mesure d’intensité car l’intensité du courant fourni par la prise est
I = 55,1 mA ; I = 18,82 mA. égale à la somme des intensités des courants
dans chaque appareil branché sur la multiprise.
15  Améliorer la précision d’une mesure
1. 20  Le fusible grillé
Valeur affichée 25,0 025 1. 1. Le fusible va fondre et ouvrir le circuit s’il est
Calibre utilisé 200 mA 2 000 mA 20 mA traversé par un courant d’intensité supérieure à
2. L’ampèremètre ne peut pas mesurer une 15 A.
intensité dont la valeur est supérieure au ca- 2. Si Shannon remplace le fusible « 15 A » par
libre (20 mA). La valeur d’intensité mesurée est un fusible « 10 A », le circuit ne pourra pas fonc-
25,0 mA. Le fusible de l’ampèremètre risque de tionner s’il a besoin d’une intensité comprise
fondre. entre 10 A et 15 A. Si Shannon le remplace par
3. Le meilleur calibre est 200 mA car il donne une un fusible « 20 A », le circuit de l’essuie-glace
mesure de l’intensité à 0,1 mA près (25,0 mA) ne sera pas protégé contre un courant d’inten-
alors que le calibre 2 000 mA donne une mesure sité comprise entre 15 A et 20 A. La surintensité
dix fois moins précise à 1 mA près (25 mA). peut alors endommager le circuit électrique de
l’essuie-glace.
16  Les dangers du courant
a picotements : I ≈ 0,5 mA 21  Loi de l’intensité dans un circuit à une maille
b décharge : I ≈ 5 mA 1. L’intensité du courant qui traverse le moteur
c contracture : I ≈ 10 mA vaut 437 mA.
2. Dans un circuit en série, l’intensité du courant
17  Convertir est la même dans tout le circuit.
1 A = 1 000 mA 0,8 A = 800 mA
0,063 A = 63 mA 5 000 mA = 5 A 22  Comprendre l’intensité dans un circuit en
324 mA = 0,324 A 12 mA = 0,012 A série
Milàn a tort : les lampes sont branchées en sé-
rie, elles sont donc traversées par un courant de
même intensité. Les deux lampes brillent diffé-
remment car elles sont différentes. Abdelkrim a
donc raison.

CHAPITRE 11 Intensité du courant dans un circuit électrique 67


23  Les fusibles Pour approfondir
Le fusible 2 A laisse passer tous les courants
dont l’intensité est inférieure à 2 A. Deux fusibles 29  QCM sur documents
1 A branchés en série vont fondre dès qu’ils se- 1. b ; 2. a et b ; 3. b et d.
ront traversés par un courant supérieur à 1 A.
30  Le circuit des phares
24  Calculer une intensité dans un circuit en 1. La batterie est symbolisée par un générateur,
dérivation le commutateur par un interrupteur, le voyant
240 mA = 75 mA + Ilampe. par une DEL et les phares par des lampes.
Donc Ilampe = 240 mA – 75 mA = 165 mA. 2. La DEL et la résistance sont placées en sé-
La lampe est traversée par un courant dont l’in- rie, elles sont donc traversées par un courant de
tensité vaut 165 mA. même intensité : IDEL = 130 mA.
La branche qui contient la DEL et la résistance
25  Calculer l’intensité dans la branche prin- est branchée en dérivation avec la batterie (gé-
cipale nérateur) et les deux lampes :
Igénérateur = 0,32 A + 110 mA = 0,32 A + 0,11 A = 0,43 A Ibatterie = IDEL + Ilampe + Ilampe
Le générateur fournit un courant dont l’intensité Ibatterie = 130 mA + 4,2 A + 4,2 A
vaut 0,43 A. = 0,130 A + 4,2 A + 4,2 A = 8,53 A
La batterie fournit un courant d’intensité égale
26  Ajouter une lampe à 8,53 A.
1. Si les deux premiers interrupteurs sont fer-
més, le générateur doit fournir le courant à deux 31  Modifier un circuit en dérivation
lampes. Comme les deux lampes sont iden- 1. Les deux lampes sont branchées en dériva-
tiques, le générateur fournit 230 mA à chaque tion donc l’intensité du courant dans la branche
lampe. Igénérateur = 230 mA + 230 mA = 460 mA. principale est égale à la somme des intensités
Si les trois premiers interrupteurs sont fer- dans les branches dérivées :
més, Igénérateur = 230 mA + 230 mA + 230 mA Igénérateur = Ilampe + Ilampe = 0,30 A + 0,30 A = 0,60 A.
= 690 mA. Le fusible est placé en série dans la branche
Si tous les interrupteurs sont fermés, principale, il est donc traversé par un courant
Igénérateur = 4 × 230 mA = 920 mA. d’intensité égale à 0,60 A.
2.
2.
0,30 A 0,30 A 0,30 A 0,30 A

+ G
G 230 V

2A

3. Ifusible = Igénérateur = 4 × 0,30 A = 1,20 A.


28  À vous de jouer ! 4. Le fusible peut supporter un courant d’inten-
1. Lorsque seule la première plaque de cuisson sité allant jusqu’à 2 A et il ne sera traversé que
(R1) est utilisée, la prise électrique ne doit fournir par 1,20 A. Il supportera donc le nouveau lustre.
du courant qu’à cette unique plaque. Elle fournit
donc un courant d’intensité égale à 5 A.
2. Iprise = IR1 + IR2 + IR3 = 5 A + 5 A + 9 A = 19 A Tâches complexes
Lorsque les trois plaques chauffent, la prise doit
fournir un courant d’intensité égale à 19 A. 32  Quel chargeur solaire choisir ?
Le téléphone de Romane a besoin d’un courant
d’intensité égale à 1 500 mA pour se charger,
soit 1,5 A. Le seul chargeur capable d’atteindre

68 THÈME 3 L’énergie et ses conversions


cette intensité est le chargeur solaire B qui peut gnétothermique : chacun d’eux est donc tra-
fournir jusqu’à 2 A. C’est donc celui-ci que Ro- versé par un courant de même intensité que le
mane devrait choisir. disjoncteur magnétothermique avec lequel ils
Les autres chargeurs seront capables de char- sont branchés.
ger son téléphone mais ils le feront beaucoup La cafetière, le grille-pain et la radio sont bran-
plus lentement. chées en dérivation et leur disjoncteur est dans
leur branche principale : il est donc traversé par
33  Sécurité : la multiprise un courant dont l’intensité est égale à la somme
Les appareils branchés sur une multiprise sont des intensités du courant traversant chacun des
branchés en dérivation. L’intensité du courant qui trois appareils : 6 A + 4 A + 0,2 A = 10,2 A.
traverse la multiprise est donc la somme des in- L’intensité à partir de laquelle un fusible fond et
tensités du courant qui traverse chaque appareil. ouvre le circuit doit être supérieure à l’intensité
Imultiprise = Ilampe + Iordinateur + Iradio + Ichauffage du courant qui alimente les appareils.
Imultiprise = 0,05 A + 6,5 A + 4,5 A + 9,5 A = 20,55 A. Cafetière,
On lit sur la fiche technique de la multiprise Plaques Deux
Dérivation Four Réfrigérateur grille-pain
de cuisson lampes
qu’elle supporte une intensité de 16 A maxi- et radio
mum. Lorsque tous les appareils fonctionnent Intensité
10 A 30 A 4A 0,1 A 10,2 A
en même temps, la multiprise est donc en surin- maximale
Disjoncteur 16 A 32 A 10 A 2A 16 A
tensité (20,55 A > 16 A). Elle peut surchauffer et
provoquer un incendie. Remarque : Les intensités indiquées étant peu
précises, il est délicat de choisir un disjoncteur
34  L’électricienne 10 A pour le four.
Le four, la plaque de cuisson et le réfrigérateur
sont branchés en série avec un disjoncteur ma-

CHAPITRE 11 Intensité du courant dans un circuit électrique 69


Chapitre
Tension dans un circuit
12 électrique

Choix pédagogiques
 ’objectif de ce chapitre est d’amener les élèves à utiliser les lois de la tension avec
L
des circuits dans lesquels les dipôles sont branchés en série ou en dérivation.
La tension est abordée par sa mesure (activité 1) et par le biais de l’adaptation de
la tension fournie par le générateur à la tension nominale du récepteur (activité 2).
Les lois sont ensuite construites expérimentalement grâce aux activités 3 et 4.
Les exercices amènent à une maîtrise progressive de ces aspects, en les travaillant
séparément puis, au fur et à mesure, en les liant dans les exercices de la partie
« Pour approfondir » et dans les tâches complexes. La fiche méthode 9 « Mesurer
une tension » et le résumé de cours (Essentiel) servent de soutien pendant
l’apprentissage.

Activité 1 Je passe d’une forme de langage


scientifique à une autre
Comment mesurer une tension
3. V COM
aux bornes d’un dipôle ? V
Lien avec le programme :
Élaborer et mettre en œuvre un protocole
expérimental simple visant à réaliser un cir-
cuit électrique.
+ –

Commentaires Je mesure
L’élève peut découvrir le branchement du mul- 4. Exemples de mesures avec une pile 4,5 V :
timètre en voltmètre à l’aide de l’explication du Calibre 600 V 200 V 20 V 2V
professeur ou de façon autonome en utilisant la Tension mesurée 4V 4,5 V 4,52 V 1.
fiche méthode 9 « Mesurer une tension ». 5. En inversant les bornes de la pile ou les bornes
La notion de précision d’une mesure est com- du voltmètre, on mesure une tension de même
plexe. Dans ce cas, elle nécessite d’une part la valeur mais de signe opposé.
maîtrise des chiffres décimaux et, d’autre part,
la conscience de la différence entre la valeur J’interprète des résultats
réelle de la tension et sa valeur mesurée. La 6. Un calibre plus petit donne une plus grande
comparaison entre les valeurs mesurées d’une précision : on connaît la valeur de la tension
même tension avec des calibres différents per- avec un chiffre de plus à droite de la virgule.
met d’expliciter cette distinction. 7. Si on utilise un calibre dont la valeur est in-
férieure à la tension mesurée, le voltmètre af-
J’extrais des informations fiche 1., ce qui signifie qu’il ne peut pas mesurer
1. Sur la première pile, on lit une tension de 9 V la tension.
et sur la seconde 4,5 V.
2. Le voltmètre permet de mesurer une tension. Je communique avec un langage
scientifique
8. Protocole de Malo :
– relier la borne positive de la pile à la borne V
du voltmètre avec un fil ;
70 THÈME 3 L’énergie et ses conversions
– relier la borne négative de la pile à la borne 5. La tension inscrite sur un générateur indique
COM du voltmètre avec un fil ; la tension qu’il fournit.
– placer le commutateur sur le calibre de la plus 6. La tension nominale indique la tension dont
grande valeur de tension (zone des tensions un appareil a besoin pour fonctionner normale-
continues) ; ment.
– choisir le calibre immédiatement supérieur à la
valeur de tension mesurée.
Activité 3
Quelle est la valeur de la tension aux
Activité 2 bornes de dipôles branchés
Que signifient les indications de en dérivation ?
tension sur les appareils électriques ? Liens avec le programme :
Liens avec le programme : • Élaborer et mettre en œuvre un protocole
• Élaborer et mettre en œuvre un protocole expérimental simple visant à réaliser un
expérimental simple visant à réaliser un circuit électrique répondant à un cahier
circuit électrique. des charges simple ou à vérifier une loi de
• Mettre en relation les lois de l’électricité l’électricité.
et les règles de sécurité dans ce domaine. • Dipôles en dérivation.
• Loi d’unicité des tensions.
Commentaires
Cette activité lie la fonction de récepteur ou de Commentaires
générateur à la notion de tension. Les élèves Cette activité réinvestit la mesure d’une tension
sont amenés à découvrir l’adaptation de tension avec un voltmètre et l’adaptation de la tension
par une démarche d’investigation en proposant pour découvrir la loi d’unicité des tensions pour
et en menant une expérimentation. des dipôles branchés en dérivation.

J’extrais des informations Je mobilise mes connaissances


1. Sur la première pile, on lit une tension de 1,5 V, 1. Chaque lampe a besoin d’une tension de 6 V
sur la seconde 4,5 V et sur la troisième 9 V. à ses bornes pour briller normalement. C’est la
Sur la première lampe, on lit une tension de 1,5 V, valeur de tension nominale qui est indiquée sur
sur la seconde 3,5 V et sur la troisième 6 V. chaque lampe.

Je propose une expérience Je propose une expérience


2. a) On réalise un circuit avec une pile et une 2. a)
lampe (et éventuellement un interrupteur). On V COM
V
note l’éclat de la lampe en indiquant la tension
fournie par la pile et la tension marquée sur la + –
lampe. Puis on essaie toutes les combinaisons
pile/lampe.
b) Matériel : trois piles, trois lampes et deux fils. V COM
V
On peut ajouter un interrupteur et un fil.
L1
Je réalise une expérience
3.
Lampe 1,5 V Lampe 3,5 V Lampe 6 V V COM
Pile 1,5 V éclat normal éclat faible éclat très faible V
Pile 4,5 V éclat très fort éclat normal éclat faible
L2
Pile 9 V éclat très fort éclat très fort éclat fort

J’interprète des résultats


4. Mathilde doit choisir la pile 1,5 V pour alimen- b) Matériel : une pile, deux lampes, un voltmètre
ter la lampe 1,5 V. et six fils.

CHAPITRE 12 Tension dans un circuit électrique 71


Protocole : On pourra choisir un calibre peu précis pour que
– Brancher les deux lampes en dérivation aux la relation entre les tensions soit plus facilement
bornes de la pile. repérée par les élèves.
– Mesurer la tension aux bornes de la pile en Remarque : les emplacements de la lampe et du
branchant la borne positive de la pile sur la moteur dans le schéma du doc. 2 n’étaient pas
borne V du voltmètre et la borne négative de la cohérents avec la photographie du doc. 1. Cela a
pile sur la borne COM du voltmètre. été corrigé lors des réimpressions.
– Mesurer la tension aux bornes de la première
lampe en branchant une borne de la lampe (celle J’extrais des informations
du côté du + de la pile) sur la borne V du volt- 1. Les dipôles sont associés en série dans le cir-
mètre et l’autre borne de la lampe sur la borne cuit d’Imran.
COM du voltmètre. 2. Le générateur fournit une tension de 4,5 V.
– Mesurer la tension aux bornes de la seconde La lampe et le moteur ont une tension nominale
lampe. de 3 V.

Je réalise une expérience Je réalise une expérience


3. Les trois mesures donnent la même valeur 3. Exemple de mesures :
de tension. Si les valeurs mesurées sont légè- Ugénérateur = 4,52 V ; Ulampe = 3,43 V ; Umoteur =  1,08 V ;
rement différentes, c’est l’occasion de souligner Uinterrupteur = 0,01 V.
l’incertitude inhérente à la mesure. 4. Pour donner une mesure précise des ten-
sions, le calibre doit avoir une valeur immédiate-
J’interprète des résultats ment supérieure à la tension mesurée.
4. Toutes les lampes identiques de la guirlande
ont besoin de la même tension pour briller de la J’interprète des résultats
même façon. Le générateur de la guirlande peut 5. 4,52 V = 3,43 V + 1,08 V + 0,01 V
leur donner la même tension car ces lampes Ugénérateur = Ulampe + Umoteur + Uinterrupteur
sont branchées en dérivation. 6. La lampe et le moteur ne fonctionnent pas
normalement car la tension à leurs bornes est
Je communique avec un langage inférieure à leur tension nominale.
scientifique
5. Dans un circuit en dérivation, la tension aux Je communique avec un langage
bornes de chaque récepteur est égale à la ten- scientifique
sion fournie par le générateur. 7. Dans un circuit en série, la somme des ten-
sions aux bornes des récepteurs est égale à la
tension fournie par le générateur.
Activité 4
Comment se répartissent les tensions
aux bornes de dipôles formant Auto-évaluation
une seule maille ?
Liens avec le programme : Réponses aux QCM
• Élaborer et mettre en œuvre un protocole 1   a ; 2   c ; 3   b ; 4  b, c ; 5   b ; 6   b ; 7   c ;
expérimental simple visant à réaliser un 8  a, b ; 9  a ; 10  a ; 11  c
circuit électrique répondant à un cahier
des charges.
•D  ipôles en série.
• Loi d’additivité des tensions (circuit a une
seule maille).

Commentaires
Cette activité réinvestit la mesure d’une tension
avec un voltmètre et l’adaptation de la tension
pour découvrir la loi d’additivité des tensions.

72 THÈME 3 L’énergie et ses conversions


Pour s’entraîner entre 100 et 127 V, ce qui est le cas de tous les
appareils électriques vendus au Canada par
12  Brancher un voltmètre exemple.

17  Des éclats différents


1. Le circuit a est le circuit d’Ethan et le circuit
+ b est celui de Valeriano.
G M 2. L’éclat de la lampe du circuit a est intense
– car la tension de la pile (4,5 V) est supérieure à
A mA COM V
la tension nominale de la lampe (3 V). L’éclat de
la lampe du circuit b est faible car la tension
nominale de la lampe (6 V) est supérieure à la
tension délivrée par la pile.

13  Schématiser un voltmètre 18  Calculer une tension


La tension aux bornes de la lampe est égale à
la tension aux bornes du générateur et du mo-
COM
– teur (3 V) car ils sont tous les trois branchés en
V dérivation.
+
V
19  Appliquer la loi d’unicité des tensions
1. La tension aux bornes de la lampe L2 est égale
14  Mesure de tension à celle aux bornes de la lampe L1 (3,2 V) car elles
I = 42,0 mV ; I = 7,51 V sont branchées en dérivation.
2. La pile est aussi branchée en dérivation, c’est
15  Améliorer la précision d’une mesure elle qui fournit une tension de 3,2 V.
1.
Valeur affichée 003 03.1 3.13 20  Mesurer des tensions
Calibre utilisé 600 V 200 V 20 V Les tensions aux bornes des trois dipôles bran-
2. La mesure de tension la plus précise est 3,13 V chés en dérivation sont égales mais les volt-
et la moins précise est 3 V. mètres, comme tous les appareils de mesure,
3. La tension aux bornes de la lampe n’a pas peuvent en mesurer la valeur avec un petit
changé pendant la mesure, c’est la précision écart : c’est l’incertitude de la mesure.
avec laquelle on la connaît qui a changé.
21  Trois dipôles en série
16  Science in English Dans un circuit en série, la somme des tensions
Traduction de l’énoncé : aux bornes des récepteurs est égale à la tension
Lenny quitte les États-Unis pour voyager dans fournie par le générateur :
le monde. Il prend avec lui son chargeur de télé- Ugénérateur = Uinterrupteur + Ulampe + Umoteur
phone. Est-ce que Lenny peut l’utiliser au Cana- La tension est nulle aux bornes d’un interrup-
da ? en France ? teur fermé : Uinterrupteur = 0 V.
Lenny trouve un transformateur de tension dans 8,8 V = 0 V + Ulampe + 5,3 V
un magasin. Expliquer son utilité. Ulampe = 8,8 V – 5,3 V = 3,5 V
Correction : La tension aux bornes de la lampe est égale à 3,5 V.
Lenny peut utiliser son chargeur de téléphone
au Canada, parce que la tension est comprise 22  La loi d’additivité des tensions
entre 100 et 127 V, comme aux États-Unis, mais il 1. La tension aux bornes d’un interrupteur fermé
ne peut pas l’utiliser en France où la tension est est toujours nulle : Uinterrupteur = 0 V.
entre 220 et 240 V et provoquerait une surten- 2. Dans un circuit en série, la somme des ten-
sion. sions aux bornes des récepteurs est égale à la
Le transformateur permet d’abaisser la tension tension fournie par le générateur :
de 220-240 V à 100-127 V pour y brancher des Ugénérateur = UL + UL + UL
1 2 3
appareils dont la tension nominale est comprise = 2,8 V + 2,8 V + 2,8 V = 8,4 V.
CHAPITRE 12 Tension dans un circuit électrique 73
3. La tension aux bornes de l’interrupteur ouvert 29  Circuit mixte
est la même qu’aux bornes du générateur. 1. Une lampe de tension nominale 6 V a besoin
d’une tension de 6 V à ses bornes pour briller
23  Prévoir une tension normalement. Une lampe de tension nominale
Dans un circuit en série, la somme des tensions 12 V a besoin de 12 V.
aux bornes des récepteurs est égale à la tension 2. Une lampe de tension nominale 12 V doit être
fournie par le générateur : branchée en dérivation avec le générateur pour
Ugén = Uinterrupteur + Udiode + Urésist + Umoteur que la tension à ses bornes soit égale à celle du
12 V = 0 V + 3 V + 4 V + Umoteur générateur.
Donc Umoteur = 12 V – 3 V – 4 V = 5 V. 3. Deux lampes de tension nominale 6 V doivent
être branchées en série avec le générateur pour
24  Appliquer la loi d’additivité des tensions que les 12 V fournis par le générateur se répar-
1. Uinterrupteur + Udiode + Urésist + Umoteur = 0 V + 2,9 V tissent en 6 V pour chaque lampe.
+ 3,8 V + 5,1 V = 11,8 V ≠ 12,1 V. 4.
2. Les tensions aux bornes des dipôles du circuit
vérifient bien la loi des tensions dans un circuit à 6V
une maille mais les mesures des tensions faites 12 V 12 V
par un voltmètres peuvent comporter un petit +
12 V
écart : c’est l’incertitude de la mesure. –
26  À vous de jouer ! 6V
1. La tension aux bornes de la lampe du phare
avant vaut 12 V car la lampe est branchée en dé-
rivation avec le générateur (la batterie). 30  Le ventilateur de poche
2. L’ensemble des feux arrière est également 1. Les deux piles sont branchées en série : la
branché en dérivation avec le générateur : la ten- tension aux bornes de l’ensemble des deux piles
sion aux bornes de l’ensemble vaut donc 12 V. vaut 1,5 V + 1,5 V = 3,0 V.
3. Les deux lampes sont branchées en série et Le moteur est branché en dérivation avec l’en-
la tension aux bornes de l’ensemble des deux semble des deux piles, donc : Umoteur = 3,0 V.
lampes vaut 12 V donc Ufeu1 + Ufeu2 = 12 V. 2. La résistance et la DEL sont branchées en dé-
De plus, les deux lampes des feux arrière sont rivation avec les deux piles :
identiques donc Ufeu1 = Ufeu2 = 6 V. UDEL + Urésist = 3,0 V donc Urésist = 3,0 V – 1,2 V = 1,8 V.
4. Soraya doit choisir une lampe de tension no-
minale égale à 6 V pour qu’elle fonctionne nor-
malement sous une tension de 6 V. Tâches complexes

31  Sur secteur ou sur piles


Pour approfondir Sarah doit brancher les quatre piles en série
et mesurer la tension à l’ensemble des quatre
27  QCM sur documents piles. Ensuite, elle doit brancher les quatre piles
1. a ; 2. c ; 3. b ; 4. b. en dérivation et mesurer la tension à l’ensemble
des quatre piles. Le branchement des piles dans
28  Le sèche-cheveux le compartiment de la station d’accueil est ce-
lui qui donnera la même tension que lorsque le
transformateur est branché sur secteur : 6 V.
230 V Circuit 1 : les piles sont branchées en série :

G + – + –
M + – + –

V COM
V
74 THÈME 3 L’énergie et ses conversions
Circuit 2 : les piles sont branchées en dérivation : La lampe, l’aspirateur et l’ordinateur sont bran-
chés en dérivation aux bornes de la prise : la
tension aux bornes de chaque appareil est égale
+ + V à la tension fournie par la prise de courant (en-
– – viron 230 V).
+ + V Les trois appareils sont donc alimentés avec une
– – COM tension dont la valeur est proche de leur tension
nominale : ils fonctionneront normalement.

C’est le branchement en série qui donne une 33  Le porte-clés


tension de 6 V. Lila doit brancher les trois DEL en dérivation aux
Remarque : si les piles ne sont pas toutes bran- bornes de la pile de 3 V. Elles seront alimentées
chées dans le même sens, la tension n’a pas la chacune par une tension de 3 V, proche de leur
même valeur. tension nominale.

32  La multiprise

230 V 3V
G M
Lampe Aspirateur Ordinateur

CHAPITRE 12 Tension dans un circuit électrique 75


Chapitre
Puissance
13 d’un appareil électrique

Choix pédagogiques
 ette partie a été rédigée en se basant sur les connaissances préalables des
C
élèves qui ont déjà travaillé sur les lois de l’électricité et la réalisation de bilans
énergétiques avec sources, formes, transferts et conversions d’énergie.
Ce chapitre permet d’introduire une nouvelle grandeur physique et une nouvelle
unité : la notion de puissance et le watt.

Les notions de tension et d’intensité sont des prérequis indispensables pour étudier
la relation entre puissance, tension et intensité.

Activité 1 J’exploite des documents scientifiques


1. Sur les étiquettes des appareils électriques,
Que signifient les informations on trouve les grandeurs électriques suivantes :
que l’on trouve sur les appareils fréquence, tension, puissance.
électriques ? Remarque : La notion de fréquence est intro-
Liens avec le programme : duite dans le thème 4 sur les signaux.
• Identifier les sources, les transferts, les 2. Les appareils de Tom par ordre de puissance
conversions et les formes d’énergie. croissante : chargeur de téléphone portable,
• Utiliser la conservation de l’énergie. lampe de bureau, télévision, chauffage électrique.
Remarque : Cette question permet d’aborder
Commentaires la comparaison d’ordres de grandeurs de puis-
La notion de puissance est d’abord introduite sance, comme conseillé dans les repères de pro-
dans cette activité sous l’angle de l’étude de gressivité du programme. Cette comparaison
fiches signalétiques d’appareils électriques avec sera reprise dans l’essentiel.
une nouvelle unité qui est le watt. Un rappel sur
les bilans énergétiques est effectué ainsi qu’un Je passe d’une forme de langage
travail sur la conservation de l’énergie. scientifique à une autre
Une comparaison des puissances électriques 3. Pour la lampe :
permet à l’élève de prendre conscience que tous énergie lumineuse
Prise utile
les appareils électriques possèdent des carac- électrique
téristiques différentes les uns des autres, en (c’est-à-dire Lampe
centrale énergie
fonction de leur utilisation. On pourra retrouver électrique) électrique
ce travail sur la comparaison de puissance dans énergie thermique
(pertes)
l’exercice 30.
Dans cette activité, l’élève doit faire preuve d’es- Environnement extérieur
prit critique pour justifier qu’une attitude n’est
pas éco-responsable. Pour le radiateur :

Prise
électrique
(c’est-à-dire Radiateur
centrale énergie énergie
électrique) électrique thermique

76 THÈME 3 L’énergie et ses conversions


4. L’énergie se conserve dans une lampe ou Remarque : Cette question permet un travail sur
dans un appareil de chauffage car si on compare les comparaisons de puissance avec extraction
l’énergie reçue par le convertisseur et la somme d’informations des documents.
de l’énergie utile et de l’énergie perdue, celles-ci
sont identiques. Ereçue = Eutile + Eperdue. Je réalise une expérience
Remarque : Cette égalité mathématique se re- 2. Les élèves doivent réaliser les montages à
trouve dans l’essentiel du chapitre 10, chapitre partir des symboles électriques travaillés en 5e.
où sont introduits les bilans énergétiques. Ils doivent vérifier si le calibre utilisé est le bon
sur chacun des deux appareils.
Je fais preuve d’esprit critique Un rappel sur l’utilisation des multimètres est
5. L’attitude de Tom n’est pas éco-responsable nécessaire.
car, branchée toute la journée, la télévision
consomme de l’énergie électrique. Une attitude Je mesure
responsable serait d’éteindre tous les appareils 3. Il est possible de réaliser un travail sur les
en veille quand ceux-ci ne sont plus utilisés. chiffres significatifs : combien faut-il garder de
chiffres pour mesurer l’intensité ? Cela dépend
Je communique avec un langage également de la sensibilité de l’appareil et du
scientifique calibre retenu.
6. Grâce aux caractéristiques inscrites sur les Lampe 1 Lampe 2 Lampe 3
appareils électriques, on peur se renseigner sur Puissance de fonctionnement
25 10 10
la puissance de fonctionnement de l’appareil (en (en watt W)
watt) et sur sa tension d’utilisation (en volt). Tension mesurée U (en volt V) 6 6 12
Intensité mesurée I (en ampère A) 4, 2 1,6 0,8
Produit U × I 25,2 9,6 9,6
Activité 2
Remarque : Les valeurs du tableau sont don-
Quelle est la relation entre puissance nées à titre indicatif, dans la réalité, elles dé-
électrique, tension et intensité ? pendent des mesures effectuées par les élèves
Lien avec le programme : et de la sensibilité des appareils.
Réaliser des circuits électriques simples et
exploiter les lois de l’électricité. J’interprète des résultats
4. Le produit P = U × I correspond à la puissance
Commentaires de fonctionnement indiquée sur chaque lampe,
Les notions de tension et d’intensité ainsi que en tenant compte de l’incertitude des mesures.
leur mesure par un voltmètre et un ampère- 5. Sachant que la lampe achetée par Lamia pos-
mètre doivent avoir été abordées pour réaliser sède une puissance de 3 W et que l’intensité du
cette activité. Le schéma du circuit électrique courant électrique qui doit la traverser est 0,25 A,
est donné afin de rappeler à l’élève qu’un volt-
P 3
mètre se branche en dérivation et qu’un ampè- on peut utiliser la relation U =  =  = 12 volts.
I 0,25
remètre se branche en série.
Le choix a été fait ici de déterminer la relation Je communique avec un langage
P = U × I à partir de mesures de tensions et scientifique
d’intensités pour une lampe. Un travail sur les 6. La puissance de fonctionnement d’un appa-
chiffres significatifs et les erreurs de mesures reil électrique est égale au produit de l’intensi-
peut également être abordé. En effet, les valeurs té électrique (en ampère) qui parcourt l’appareil
du produit U × I trouvées par les élèves ne seront par la tension de fonctionnement (en volt) de
pas rigoureusement égales aux valeurs de puis- l’appareil.
sance écrites sur le culot des lampes (doc. 1).

J’extrais des informations


Activité 3
1. La lampe la plus puissante est la lampe 1. Pourquoi l’électricité peut-elle
provoquer un incendie ?

CHAPITRE 13 Puissance d’un appareil électrique 77


Lien avec le programme : risques. Lorsqu’on utilise une prise électrique
Réaliser des circuits électriques simples et défectueuse, les fils des deux bornes de la prise
exploiter les lois de l’électricité. peuvent rentrer en contact et provoquer un
court-circuit puis un incendie.
Commentaires Remarque : Dans la première impression du ma-
La compétence travaillée dans cette activité est nuel, la question ne correspondait pas à la si-
« mettre en relation les lois de l’électricité et tuation déclenchante, cela a été corrigé dans les
les règles de sécurité dans ce domaine ». Cela réimpressions.
permet de travailler le domaine 3 du socle, en
particulier la compétence « adopter un compor-
tement éthique et responsable », en expliquant
Activité 4
les fondements des règles de sécurité en élec- Comment protéger un appareil
tricité. électrique ?
Lien avec le programme :
J’exploite des documents scientifiques Réaliser des circuits électriques simples et
1. Il faut vérifier la sécurité d’une installation exploiter les lois de l’électricité.
électrique car un incendie sur quatre, en France,
est dû à une installation électrique défectueuse Commentaires
(information extraite du doc. 2). Tout comme dans l’activité 3, la compétence
2. Quand on utilise une prise défectueuse (qui travaillée dans cette activité est « mettre en
présente un défaut d’isolement) il peut y avoir relation les lois de l’électricité et les règles de
une surintensité qui peut entraîner un incendie sécurité dans ce domaine ». Cela permet de
(information extraite du doc. 3). travailler le domaine 3 du socle, en particulier
la compétence « adopter un comportement
Je réalise une expérience éthique et responsable ».
Il faut que les expériences soient réalisées dans Cette activité permet d’aborder plusieurs
une coupelle pour réunir les meilleures condi- connaissances et de travailler plusieurs compé-
tions possibles de sécurité. tences du programme. Parmi elles, nous pou-
3. On observe que la paille de fer brûle, il y a vons en citer deux :
échauffement des fils de fer. – Élaborer et mettre en œuvre un protocole
4. Pour reproduire le circuit électrique d’une expérimental simple visant à réaliser un circuit
lampe de bureau relié à une prise électrique, il électrique répondant à un cahier des charges
faut : simple ou à vérifier une loi de l’électricité.
– un générateur pour représenter la prise élec- – Exploiter les lois de l’électricité.
trique et la source d’énergie électrique ; Cette activité complète l’activité 3 qui explique
– un interrupteur ; les surintensités. Un exemple de surintensité,
– une lampe ; dont la cause est l’utilisation d’un dipôle élec-
– 3 fils électriques. trique non adapté au circuit, est travaillé ici.
5. a) En réalisant le circuit, on observe que la Si le lien avec la puissance n’est pas explicite
lampe s’allume. La paille de fer conduit le cou- ici, un prolongement de cette activité peut per-
rant électrique car le fer est conducteur d’élec- mettre de montrer que la puissance des lampes
tricité. ajoutées (12 × 5 = 60 W) est supérieure à la puis-
b) En s’aidant du vocabulaire, l’élève doit être sance des anciennes lampes (24 W), en utilisant
capable de réaliser un court circuit en reliant les la relation entre P, U et I. Cette différence de
bornes de la lampe par un fil. puissance entraîne une surintensité, facteur de
Lorsqu’on court-circuite la lampe, elle ne brille risque dans une installation électrique.
plus et la paille de fer brûle.
J’identifie une question scientifique
J’interprète des résultats Problème  : Pourquoi les nouvelles lampes
6. Marion a raison car utiliser un appareil élec- n’éclairent-elles plus ? Pourquoi les fusibles ont-
trique avec des fils dénudés présente de grands ils grillé après le remplacement des lampes ?

78 THÈME 3 L’énergie et ses conversions


J’émets une hypothèse 11  Interdire les ampoules à incandescence
Je suppose que les lampes n’éclairent plus car Remarque : Pour illustrer la conservation de
elles ont grillé à cause d’une surintensité. l’énergie dans un appareil électrique, cet exer-
cice modélise les conversions d’énergie par la
Je propose une expérience taille de flèches.
Pour représenter le circuit électrique de la moto, 1. Bilan énergétique d’une lampe à incandescence :
il faut utiliser :
énergie utile :
– un générateur 12 V pour la batterie ; énergie lumineuse
– un interrupteur pour on/off ;
– deux lampes (12 V, 2 A) montées en dérivation Lampe
à incandescence
(d’après le doc. 1) ; énergie
– deux lampes (12 V, 5 A) pour remplacer les électrique
énergie perdue :
lampes précédentes ; énergie thermique
– des fils électriques ;
– un ampèremètre pour mesurer l’intensité du 2. Bilan énergétique d’une lampe fluocompacte :
courant électrique dans la boucle comprenant
énergie utile :
une des lampes à changer. énergie lumineuse

Je communique avec un vocabulaire Lampe


fluocompacte
scientifique énergie
Le fusible a grillé car l’intensité demandée par les électrique
énergie perdue :
nouvelles lampes était trop importante. Cela a pro- énergie thermique
voqué une surintensité qui a fait fondre le fusible
pour protéger l’installation électrique de la moto. 3. Les lampes à incandescence ont été interdites
dans l’Union Européenne car elles ne conver-
tissent pas assez d’énergie électrique en énergie
Auto-évaluation lumineuse (la notion de rendement énergétique
est difficile à aborder au collège) et trop d’éner-
Réponses aux QCM gie thermique est perdue dans l’environnement
1  c ; 2  a ; 3  b ; 4  b ; 5  c ; 6  b ; 7  b ; (considérée comme des pertes énergétiques).
8  a ; 9  c Remarque : c’est en 2008 que les états de l’UE ont
approuvé l’interdiction progressive des lampes
à incandescence à partir du 1er septembre 2009
Pour s’entraîner avec abandon total en 2012. Le passage à des
méthodes d’éclairage plus économes en énergie
10  Bilan énergétique permettrait, selon l’UE, d’économiser, à l’échelle
1. Bilan énergétique de la lampe : européenne, environ 40 TWh, soit la consom-
énergie utile : mation de 11 millions de ménages européens, et
énergie lumineuse ainsi de réduire les émissions de dioxyde de car-
bone de 15 millions de tonnes par an.
Lampe
énergie
électrique 12  Science in English
énergie perdue : Traduction de l’énoncé :
énergie thermique
Nous utilisons de nombreux types d’énergie dif-
férents : énergie électrique, énergie lumineuse,
2. Bilan énergétique de la pile : énergie thermique, énergie chimique…
énergie utile : 1. Repérer les différents types d’énergie visibles
énergie électrique sur le dessin (toutes les machines sont en fonc-
tionnement).
Pile 2. Choisir une machine qui utilise de l’électricité
énergie
chimique et construire la chaîne énergétique pour mon-
énergie perdue : trer les conversions d’énergie qui ont lieu.
énergie thermique

CHAPITRE 13 Puissance d’un appareil électrique 79


Correction : A
1.
– énergie électrique : télévision ; + V
– énergie chimique : téléphone ; G V
– énergie lumineuse : lampe ;
– COM
– énergie thermique : radiateur.
2. Bilan énergétique de la lampe :
énergie utile :
énergie lumineuse 17  La multiprise
1. Cette multiprise supporte une puissance
Lampe
à incandescence maximale de 3 680 W, c’est la valeur indiquée
énergie
électrique sur la fiche signalétique de l’appareil.
énergie perdue : 2. Si tous les appareils fonctionnent ensemble il
énergie thermique
faut fournir une puissance de 200 +  2 500  + 1 200
= 3 900 watts (attention aux conversions), ce
13  Les conversions d’énergie qui dépasse la valeur maximale supportée par la
1. Le réservoir d’énergie est le générateur. multiprise. Mehdi a raison.
2. Les lampes et le moteur peuvent réaliser une
conversion d’énergie. 18  Montages en court-circuit
3. On peut réaliser un circuit électrique puis me- 1. 2.
surer la température d’un dipôle en fonctionne-
ment (lampe ou moteur) et voir l’augmentation
de la température.
+ +
14  Sur le culot d’une lampe – –
1. Cette lampe a une tension nominale de 230 V.
2. La puissance de fonctionnement de la lampe M M

vaut 15 W.
P 15 3. Si la lampe est en court-circuit, elle ne s’allume
3. P = U × I donc I =  =  ≈ 6,5 × 10–2 A = 65 mA
U 230 plus mais le moteur continue de fonctionner.
Lorsque cette lampe fonctionne, elle est parcourue 4. Si la pile est en court-circuit, ni la lampe ni
par un courant d’intensité 6,5 × 10–2 A soit 65 mA. le moteur ne peuvent fonctionner. Il y a risque
d’échauffement et risque d’incendie.
15  Ordres de grandeurs
Four : 3 000 W Télévision : 100 W 19  Enquête sur un incendie
Chargeur : 5 W Lave-vaisselle : 800 W 1. Une surintensité est une intensité du courant
Aspirateur : 1 500 W électrique trop importante par rapport à ce que
peuvent supporter les fils électriques.
16  Vérifier les indications 2. Quand on ajoute une lampe dans un circuit en
1. Une tension se mesure avec un voltmètre. série, on observe que l’intensité dans le circuit
2. C’est sa tension de fonctionnement, celle qui diminue. Quand on ajoute une lampe dans un
est écrite sur la fiche signalétique de chaque ap- circuit en dérivation, on observe que l’intensité
pareil électrique. du courant augmente, provoquant une surin-
3. On peut réaliser un circuit en série avec un tensité.
générateur, une lampe, un voltmètre branché C’est donc Juliette qui a raison.
en dérivation aux bornes de la lampe et un
ampèremètre branché en série dans le circuit 20  Un coupe-circuit
électrique. On mesure la tension à l’aide du volt- 1. C’est un fusible.
mètre. On mesure l’intensité qui parcourt le cir- 2. Si l’intensité du courant électrique est trop
cuit à l’aide de l’ampèremètre. Enfin, on multiplie élevée, le fil à l’intérieur du fusible convertit de
ces deux mesures et on vérifie la valeur affichée. l’énergie électrique en énergie thermique et
4. Schéma du circuit électrique : fond. Il protège ainsi les installations électriques

80 THÈME 3 L’énergie et ses conversions


des surintensités qui peuvent entraîner des in- 3. Si Leïla utilise le fusible de 10 A, celui-ci va
cendies. fondre et ouvrir le circuit. Les appareils élec-
3. L’intensité maximale supportée par ce fusible triques ne pourront donc plus fonctionner en-
est 3 A, au-delà, il fond. semble.

21  Quel fusible choisir ?


1. Si tous les appareils électriques fonctionnent Pour approfondir
ensemble cela représente une puissance de :
600 +  30  +  80  +  2 000 = 2 710  watts. Sachant 24  QCM sur documents
que la tension du secteur est de 230 V, on peut 1. a ; 2. a ; 3. a, d
utiliser la relation liant la tension, l’intensité et
la puissance pour calculer l’intensité électrique 25  Centres de données informatiques
nécessaire au fonctionnement de tous ces ap- 1. L’énergie nécessaire au bon fonctionnement
pareils électriques. Cette intensité correspond des centres de données est l’énergie électrique.
à l’intensité que devra supporter le fusible soit : 2. Lorsqu’un courant électrique circule dans un
P 2 710 conducteur électrique, de l’énergie thermique
I =  =  = 11,8 A
U 230 est dissipée dans l’environnement. Cette forme
Le fusible le mieux adapté est celui de 12 A. d’énergie est considérée comme une perte
Remarque : Il est possible de discuter de l’utilité d’énergie.
d’acheter un fusible de 15 A. 3. En récupérant cette énergie, on évite de gas-
2. Si Eliott utilise le fusible de 10 A avec tous les piller l’énergie thermique produite et on peut
appareils en fonctionnement, celui-ci va fondre chauffer des bâtiments.
et ouvrir le circuit. Elliot ne pourra donc pas utili-
ser tous les appareils électriques cités en même 26  Chauffer une maison par le sol
temps. 1. Bilan énergétique d’un plancher chauffant :

23  À vous de jouer !
Résistance
1. La relation liant l’intensité du courant élec- énergie énergie
trique qui traverse un appareil électrique, sa électrique thermique
tension de fonctionnement et sa puissance est :
P = U ×  I. On déduit l’intensité circulant dans 2. Les résistances thermiques sont posées sur
chaque appareil électrique à l’aide de la relation : un isolant thermique car l’énergie thermique li-
bérée par les résistances est autant émise par
P
I =  . La tension d’utilisation des appareils élec- la surface intérieure que par la surface supé-
U
rieure. Or le chauffage de la surface intérieure
triques est la tension du secteur, soit 230 V. est inutile (c’est considéré comme de l’énergie
Donc : thermique perdue).
3. Les pertes d’énergie possibles dans une mai-
2 200
– pour le four électrique : I =  = 9,56 A ; son sont les fenêtres, les portes, les murs exté-
230
rieurs, etc.
800
– pour le four micro-ondes : I =  = 3,48 A ;
230
1 500
– pour le lave-vaisselle : I =  = 6,52 A. Tâches complexes
230

Remarque : Un travail sur les chiffres significa- 27  Informations manquantes


tifs est possible. Chargeur Four électrique Télévision
2. L’intensité du courant électrique nécessaire Puissance électrique 5 W 3 450 W 200 W
pour alimenter tous ces appareils électriques Tension d’utilisation 10 V 230 V 230 V
est donc : I = 9,56 +3,48 + 6,52 = 19,56 A. Intensité 0,5 A 15 A 0,9 A
Il faudra donc utiliser un fusible de 20 A permet- Fréquence du secteur 50 Hz 50 Hz 50 Hz
tant de supporter une telle intensité.

CHAPITRE 13 Puissance d’un appareil électrique 81


28  Le disjoncteur a sauté 29  Les plaques de cuisson
D’après le doc. 2, l’intensité du courant élec- Pour saisir une viande, on peut choisir des
trique supportée par le disjoncteur est 30 A. plaques à induction avec un récipient en fer car
La puissance totale demandée lorsque tous les l’échauffement est très rapide, avec utilisation
appareils sont en fonctionnement est : 2 300 du booster par exemple. L’échauffement se fait
+ 1 500 + 200 + 10 + 2 800 + 200 = 7 010 W. très vite car, parmi les trois types de plaques, la
Pour trouver l’intensité du courant électrique plaque à induction est celle qui a la puissance la
nécessaire au fonctionnement de tous les appa- plus élevée.
reils électriques, il faut utiliser la relation entre Pour mijoter un plat cuisiné, on peut utiliser des
P, U et I. plaques en fonte, qui sont des plaques de faible
Si tous les appareils électriques fonctionnent en puissance et qui chauffent lentement.
même temps, il faut fournir un courant élec- Pour faire la cuisine sans consommer beaucoup
d’énergie électrique, il est préférable d’utiliser
P 7 010
trique de I =  =  = 30,5 A les plaques à induction car l’échauffement est
U 230
quasi instantané et l’utilisation de ces plaques
Cette intensité est supérieure à l’intensité est très réduit.
maximale supportée par le disjoncteur. Celui-ci Pour faire bouillir les pâtes dans une casserole
disjoncte donc et coupe l’arrivée d’électricité. en cuivre, il est préférable d’utiliser les plaques
Remarque : on peut utiliser une autre méthode : vitrocéramiques car on ne peut pas utiliser de
déterminer l’intensité nécessaire au fonctionne- cuivre sur les plaques à induction. Les plaques
ment de chaque appareil puis ajouter ces inten- vitrocéramiques sont plus efficaces que les
sités pour déterminer l’intensité maximale. En plaques en fonte pour chauffer l’eau.
comparant avec l’intensité écrite sur le disjonc-
teur l’élève arrive à la même conclusion (c’est la
méthode développée à l’exercice 22).

82 THÈME 3 L’énergie et ses conversions


Histoire
des Sciences D’où vient le sens conventionnel
du courant ?
1. Les deux théories se nomment « théorie des À vous de jouer !
deux courants » et théorie du « fluide unique ».
La pile de Volta est constituée d’un empilement
2. Ampère a défini le sens conventionnel du de disques de zinc et de cuivre. Ces couples
courant. de métaux sont séparés les uns des autres par
des draps imbibés d’une solution conductrice
3. Par convention, le sens du courant corres- (eau). Pour rendre l’eau encore plus conduc-
pond au sens de déplacement du fluide posi- trice, Volta l’a salée. Les particules qui se dé-
tif. Le sens conventionnel du courant est de la placent dans les fils sont les électrons.
borne positive vers la borne négative (à l’exté-
rieur du générateur).

Histoire
des Sciences Du danger de la foudre à l’interpré-
tation du phénomène
1. foudre À vous de jouer !

Les conseils suivants sont donnés : ne pas tou-


cher les objets métalliques, ne pas rester sous
un arbre isolé, éviter les sorties en forêt et en
montagne, ne pas rester debout sur un espace
plat comme la plage au risque de jouer le rôle
d’un paratonnerre, se réfugier dans une habi-
tation et débrancher téléphone, télévision et
sol ordinateur.
Les objets métalliques conduisent le courant
électrique, c’est la raison pour laquelle il vaut
mieux éviter de les toucher. L’arbre isolé a ten-
2. La clé, la tige fixée au cerf-volant et le fil dance à être la cible choisie par la foudre. Des
métallique entortillé autour de la corde sont études montrent qu’un arbre isolé a plus de
conducteurs de l’électricité, car les métaux chances d’être foudroyé qu’un homme debout.
sont conducteurs. Il ne faut pas sortir en forêt ou en montagne car
il n’y a pas d’habitations dans lesquelles s’abri-
3. Le risque est d’autant plus élevé que la ten- ter. Un paratonnerre est une tige métallique
sion entre les pieds est importante. Or la ten- qui sert à protéger les habitations de la foudre,
sion entre deux points B et C, près du point qui vient frapper de préférence les objets poin-
d’impact A de la foudre, est plus grande quand tus et isolés comme les paratonnerres. Rester
B et C sont espacés. Une personne est donc debout sur un espace plat risque donc de nous
plus en danger lorsqu’elle marche à grands transformer en paratonnerre. Il ne faut pas
pas. porter d’objets métalliques et pointus tels que
le parapluie par exemple, qui pourrait jouer le
rôle de paratonnerre.

Histoire des Sciences 83


84
4
THÈME Des signaux pour observer
et communiquer

Chapitre
Signaux lumineux et autres
14 types de rayonnements

Choix pédagogiques
 e chapitre permet une découverte des différents types de rayonnements :
C
lumière visible, ondes radio, micro-ondes, infrarouges, ultraviolets, rayons X, rayons
gamma, ce qui constitue une nouveauté puisque jusqu’à présent seule la lumière
visible était abordée. La lumière visible est ensuite plus spécifiquement étudiée :
source de lumière, propagation (ou non propagation) de la lumière visible dans
différents milieux, propagation rectiligne de la lumière et modèle du rayon de
lumière, notion de vitesse finie de la lumière.
Les quatre activités sont indépendantes et ne nécessitent aucune connaissance
préalable.
Les notions de décomposition de la lumière blanche, de lumières colorées, le rôle
d’un filtre, la synthèse additive des couleurs et les lentilles ne sont dorénavant plus
au programme.

Activité 1 Par respect avec les textes officiels, l’expression


« signal lumineux » est réservée à la lumière vi-
Quels sont les différents types sible.
de rayonnements émis par le Soleil ? On peut rajouter une dernière question pour ex-
Liens avec le programme : ploiter davantage les docs. 3, 4 et 5 : « Pourquoi
• Caractériser différents types de signaux la crème solaire ne filtre-t-elle que les UVA et les
(lumineux, sonores, radio…). UVB et non pas les autres rayonnements ? »
• Les élèves découvrent différents types de La réponse attendue ressemblerait à ceci  :
rayonnements (lumière visible, ondes ra- « D’après le doc. 3, la lumière qui atteint notre
dio, rayons X…). peau n’est composée que d’ultra-violets, de lu-
mière visible et d’infrarouges. Les infrarouges
Commentaires n’ont pas besoin d’être filtrés car d’après les
L’élève est amené à mettre en relation des in- doc. 4 et 5, ils ont moins d’énergie et sont donc
formations extraites de documents différents moins dangereux que la lumière visible. Les UVC,
pour : très dangereux, sont déjà bloqués par la couche
– réaliser que la lumière provenant du Soleil ne d’ozone, d’après le doc 5. La crème solaire n’a
contient pas que de la lumière visible ; donc besoin de filtrer que les UVA et les UVB. »
– constater que les différents rayonnements se
distinguent par leur énergie ; J’exploite des documents scientifiques
– comprendre le rôle d’une crème solaire. 1. D’après l’étiquette lue par Elisa, la crème so-
laire absorbe les UVB et UVA.

CHAPITRE 14 Signaux lumineux et autres types de rayonnements 85


2. D’après le doc. 3, on sait que la lumière du Je réalise une expérience
Soleil qui atteint notre peau est composée d’ul- 1.
tra-violets, de lumière visible et d’infrarouges. Objets transparents Objets translucides Objets opaques
D’après le doc. 5, les UVA et UVB causent des • règle en plastique • protège-cahier • règle métallique
cancers de la peau, c’est pourquoi la crème so- (mais certaines règles ont (s’il est éloigné • surligneur
laire doit les absorber pour qu’ils n’atteignent des parties translucides) de l’objet observé) en plastique
• morceau plat de bouteille • objet en verre dépoli • papier calque
pas la peau.
en plastique • papier calque (s’il est éloigné
• fine plaque en verre (s’il est proche du texte observé)
Je communique avec un langage (de type boîte de Petri) du texte observé) • lait
scientifique • protège-cahier (s’il est • huile
3. D’après le doc. 5, on sait que plus l’énergie collé à l’objet observé) (si elle est éloignée
d’un rayonnement est élevée et plus il est dan- • papier calque (s’il est de l’objet observé)
gereux or d’après le doc. 4, l’énergie des ultra- collé au texte observé)
violets est supérieure à celle de la lumière vi- • eau
sible. C’est pourquoi les ultra-violets sont plus • éthanol
dangereux que la lumière visible. • huile (si elle est proche
de l’objet observé)
2.
Activité 2 Objets Objets Objets
Dans quels milieux la lumière visible qui se laissent qui transmettent qui ne se laissent
se propage t-elle ? traverser et diffusent pas traverser
Liens avec le programme : par la lumière la lumière par la lumière
• règle en plastique • protège-cahier • règle métallique
•L umière : propagation.
• morceau plat de bou- • objet en verre dépoli • s urligneur
•Les activités proposées permettent de teille en plastique • papier calque en plastique
sensibiliser les élèves aux risques d’em- • fine plaque en verre (grande diffusion) • lait
ploi des sources lumineuses (laser par (de type boîte de Petri)
exemple). • eau
• éthanol
Commentaires • huile
Dans une première partie, l’élève est invité à
classer des objets en trois catégories : trans- Je communique avec un langage
parents, opaques ou translucides en utilisant le scientifique
vocabulaire de l’encadré. Il doit pour cela tenter 3. Le doc. 2 permet aux élèves de comprendre
de regarder à travers les différents objets. Dans ce qui arrive au faisceau laser après la traversée
une deuxième partie, l’élève doit utiliser les d’un objet translucide et permet de faire le lien
mêmes objets et les classer en trois catégories : entre les deux tableaux pour ces objets.
ceux qui se laissent traverser par la lumière, Un objet opaque ne se laisse pas traverser par
ceux qui transmettent et diffusent la lumière la lumière.
et ceux qui ne se laissent pas traverser par la Un objet est transparent s’il se laisse traverser
lumière. Le vocabulaire de l’encadré est de nou- par la lumière.
veau à utiliser pour la compréhension de « dif- Un objet est translucide s’il se laisse traverser
fuser ». L’élève doit ensuite faire le lien entre les par la lumière mais en la diffusant (le faisceau
deux tableaux afin de mettre en relation le fait s’élargit).
que l’on puisse ou non voir à travers un objet et 4. L’encre produite par le poulpe est opaque, elle
le fait que l’objet se laisse traverser ou non par ne laisse pas passer la lumière. Le prédateur ou
la lumière. le plongeur ne peuvent plus voir le poulpe caché
derrière l’encre.

86 THÈME 4 Des signaux pour observer et communiquer


Activité 3 J’utilise un modèle
4.
Comment se propage la lumière et
comment représenter sa trajectoire ? zone éclairée écran
Liens avec le programme :
•L  umière : propagation.
• Exploiter expérimentalement la propaga-
tion rectiligne de la lumière dans le vide et
le modèle du rayon de lumière.
projecteur
•M  odèle du rayon de lumière. zone non éclairée
• L’exploitation de la propagation rectiligne
de la lumière dans le vide et le modèle du zone éclairée écran
rayon de lumière peuvent conduire à tra-
vailler sur les ombres.

Commentaires
Après avoir émis une hypothèse sur la posi-
tion du danseur entre la source de lumière et projecteur zone non éclairée
l’écran afin que son ombre soit grande ou petite,
l’élève est invité à réaliser l’expérience de façon
à confronter observations et hypothèses. Après
avoir validé ou invalidé ses hypothèses, il doit
Activité 4
tracer les rayons de lumière permettant de trou- La lumière se propage-t-elle
ver la position et la taille de l’ombre de la boule instantanément ?
sur l’écran. L’observation ne s’interprète que Lien avec le programme :
grâce à la propagation rectiligne de la lumière. Lumière : propagation, vitesse de propagation.
Le modèle du rayon de lumière donné dans le
doc. 3 est alors utilisé. Commentaires
La notion de vitesse finie de la lumière est in-
J’émets une hypothèse troduite par le débat scientifique connu au 17e
1. L’élève doit bien préciser par deux phrases ré- siècle. La comparaison des distances parcou-
digées (une pour l’ombre petite, une autre pour rues par la lumière depuis Io, satellite de Jupi-
l’ombre grande) où doit être placé le danseur par ter, jusqu’à la Terre à deux dates différentes de
rapport à la source de lumière et l’écran (tous l’année 1676 a permis à Rømer de proposer une
deux immobiles). explication au problème de Cassini. Il propose
L'hypothèse juste est la suivante : pour avoir de tenir compte du fait que la lumière a besoin
une ombre grande, le danseur doit être près du de temps pour se propager depuis Io, et que de
projecteur et donc loin de l’écran. Pour avoir une ce fait sa vitesse n’est pas infinie.
ombre petite, le danseur doit être loin du projec-
teur (près de l’écran). Certains élèves pourront J’exploite des documents scientifiques
écrire l’inverse, ou ne pas préciser suffisamment 1. Entre août 1676 et novembre 1676, Jupiter est
la position du danseur. passé de la position A à la position D. Il s’est dé-
placé sur son orbite autour du Soleil.
Je réalise une expérience 2. Entre août 1676 et novembre 1676, la Terre est
2. Les sources de lumière peuvent être les sup- passée de la position B à la position E. Elle s’est
ports de lampe (avec lampe de tension nominale déplacée sur son orbite autour du Soleil.
6 V) couramment utilisés en électricité, l’écran 3. Entre août 1676 et novembre 1676, la distance
blanc une feuille blanche de papier cartonnée. parcourue par la lumière depuis Io jusqu’à la
Terre a changé. En août, cette distance est re-
J’interprète des résultats présentée par le segment [BC]. En novembre,
3. L’élève doit valider ou invalider ses deux hy- cette distance est représentée par le segment
pothèses. En cas d’invalidation, il doit décrire [EF]. Sur le schéma, on voit que la distance EF
son observation. est supérieure à la distance BC.
CHAPITRE 14 Signaux lumineux et autres types de rayonnements 87
4. La distance parcourue par la lumière depuis 12  Le rôle des lunettes de soleil
Io jusqu’à la Terre a changé entre août et no- 1. Si les verres étaient opaques à 100 % à la lu-
vembre 1676. Si la lumière se déplaçait instanta- mière visible, alors aucune lumière ne traverse-
nément, alors Io devrait sortir du cône d’ombre rait les verres et ne rentrerait dans l’œil. On ne
de Jupiter aux horaires prévus avec grande pré- verrait alors rien !
cision par Cassini. La lumière a donc une vitesse 2. La quasi-totalité du rayonnement ultra-violet
finie (non infinie), elle met du temps à se dépla- est arrêté par le verre des lunettes, le verre des
cer. Si la distance qu’elle doit parcourir depuis Io lunettes est donc opaque aux ultraviolets car il
change, alors la durée nécessaire à la propaga- ne les laisse pas passer.
tion de la lumière depuis Io va changer aussi.
13  Science in English
Je communique avec un langage Traduction de l’énoncé :
scientifique Parmi les exemples suivants, lequels sont trans-
5. La lumière a une vitesse qui n’est pas infinie. parents ? lesquels sont opaques ?
Elle met une certaine durée pour parcourir la Une feuille de papier, une fenêtre, le vide inters-
distance entre Io et la Terre. tellaire, de l’eau, une pierre.
Correction :
Objets opaques : une feuille de papier, une
Auto-évaluation pierre.
Objets transparents : une fenêtre, le vide inters-
Réponses aux QCM tellaire, de l’eau.
1  a, c ; 2  b ; 3  c ; 4  c ; 5  b ; 6  b ; 7  c ;
8  b ; 9  a. 14  Platon et la propagation de la lumière
Platon fait un raisonnement par l’absurde. Il dit
que si la lumière ne se propageait pas en ligne
Pour s’entraîner droite, alors il verrait la pomme car la lumière is-
sue de la pomme contournerait la pomme pour
10  Des rayonnements perçus par certains atteindre l’œil. Or la lumière issue de la pomme
animaux est arrêtée par la brique opaque. La lumière se
1. Les infrarouges et les ultraviolets ne sont pas propage donc en ligne droite.
perceptibles par les humains et sont percep-
tibles par certains animaux. 15  Taille de l’ombre d’une boule sur un écran
2. Les infrarouges ont une énergie inférieure à La hauteur d’un objet est proportionnelle à la
celle des ultraviolets. longueur de son ombre sur l’écran, ce qui signi-
fie que le diamètre de la boule est proportionnel
infra- ultra- au diamètre de l’ombre de la boule sur l’écran. Si
rouges violets on divise par deux le diamètre de la boule, alors
le diamètre de l’ombre de la boule sera divisé
énergie croissante
par deux aussi.
11  Les téléphones portables : une menace
pour la santé ? 16  Une enquête criminelle
1. Les téléphones portables et les antennes re- La femme de la victime indique avoir vu un
lais émettent des ondes de types micro-ondes. homme inconnu quitter l’appartement depuis
2. Les mauvaises habitudes avec un téléphone la terrasse. Les portes étaient toutes ouvertes.
portable sont de coller le téléphone à l’oreille Pour qu’un homme sur la terrasse soit visible de-
pendant la numérotation et pendant la conver- puis la salle de bain, il faut que la lumière puisse
sation. Les documents suggèrent d’éloigner le se propager depuis l’homme vers la salle de bain
téléphone de l’oreille pendant la numérotation, (c’est la lumière du Soleil diffusée par l’homme
ainsi que d’utiliser une oreillette (kit main-libres) qui entre dans l’œil de la personne située dans la
pendant la discussion. salle de bain). Or la lumière se propage en ligne
droite. Le témoignage de l’épouse est faux car
il y a de nombreux objets opaques sur le trajet

88 THÈME 4 Des signaux pour observer et communiquer


de la lumière (les murs), il est donc impossible 20  Histoire des sciences
que depuis la salle de bain, elle puisse voir un Si d est la distance entre la source de lumière et
homme sur la terrasse. le miroir et t la durée de l’aller-retour alors :
Échelle : 2×d
v =  .
salle 1m t
de bain
D’après l’épouse, Pour calculer la vitesse en km/s, il faut que la
un inconnu a quitté distance soit exprimée en km et la durée en s.
l’appartement par
cuisine
ce côté de la terrasse. 2 × 8,633
On a donc v =  = 313 927 km/s.
0,000 055
salon
terrasse La valeur de la vitesse de la lumière déterminée
par Fizeau est environ 313 927 km/s.

22  À vous de jouer ! mur sur lequel


chambre 1. et 2. se forme l’image
volet percé

Il est scientifiquement possible que la femme de


ménage ait pu voir la terrasse depuis la cuisine.
En effet, il y a une vitre transparente à la lumière
et aucun objet opaque n’est disposé entre l’en-
droit de la terrasse où aurait été vu l’individu et
la fenêtre de la cuisine. Cependant, la femme
de ménage pouvait ne pas regarder à ce mo-
ment-là à travers la fenêtre, donc son témoi-
gnage est scientifiquement possible. On ne sait pièce fermée
donc pas si son témoignage est vrai ou faux, on 3. L’image de l’arbre est à l’envers et plus petite
sait juste qu’il est possible scientifiquement. que l’arbre.
En plus, on sait que le témoignage de la femme
de la victime est faux, donc il n’y avait peut-
être pas d’inconnu à voir sur la terrasse à 9 h 15, Pour approfondir
même en regardant par la fenêtre. Dans ce cas-
là, le témoignage de la femme de ménage est 23  Les télescopes à rayons X
possible scientifiquement et serait vrai. Le rayonnement solaire qui atteint la surface de
la Terre ne contient que des ultraviolets, de la
17  Quelle est la question ? lumière visible et des infrarouges. Les rayons
Le tableau permet de répondre à la question a. X sont arrêtés par l’atmosphère terrestre. Pour
détecter les rayons X émis par le Soleil, il faut
18  Distance parcourue donc placer les télescopes en orbite au-delà de
La réponse est la b. En effet, la vitesse de la lu- l’atmosphère terrestre (couche d’air qui entoure
mière est de 300 000 km/s. Cela signifie qu’en la Terre).
1 seconde, la lumière parcourt 300 000 km. En
10 s, elle parcourt donc 3 000 000 km. 24  QCM sur documents
1. La réponse est la réponse d. On ne teste
19  Calcul de vitesse pas ces substances puisqu’on sait déjà si elles
La réponse est la c. Il faut diviser la distance par laissent passer ou si elles absorbent la lumière
la durée convertie en secondes : du Soleil.
8 min = 8 × 60 s. 2. La réponse est la réponse d. Il est important
que toutes les gouttes aient la même épaisseur
afin que la variation d’épaisseur de la crème so-
laire n’influence pas les résultats.
CHAPITRE 14 Signaux lumineux et autres types de rayonnements 89
3. L’huile minérale laisse passer presque com- 26  Seul sur Mars
plètement la lumière, le cercle M doit donc de-
d
venir gris très clair ou blanc. Les schémas a et On sait que v =  donc pour calculer une durée,
t
b sont impossibles. L’oxyde de zinc absorbe
d
presque toute la lumière du Soleil, le cercle ZnO cette formule devient t =  avec v en km/s, t en
v
doit donc rester gris foncé. Les schémas b et s et d en km.
d sont impossibles. Seul le schéma c est donc Or, d’après le doc. 4, Mark Watney se situe à
possible. 250 millions de km de la Terre donc
À propos de PISA : PISA est une enquête me- d = 250 000 000 km.
née tous les trois ans auprès de jeunes de 15 ans D’après le doc. 1, v = 300 000 km/s.
dans les 34 pays membres de l’OCDE et dans de
250 000 000
nombreux pays partenaires. Elle évalue l’acqui- Donc t =  ≈ 833 s.
300 000
sition de savoirs et savoir-faire essentiels à la
833
vie quotidienne au terme de la scolarité obliga- = 13,88 donc 833 s = 13 min et 53 s.
60
toire. Les tests portent sur la lecture, la culture
mathématique et la culture scientifique. Plutôt Le signal met environ 14 min pour se propager
que la maîtrise d’un programme scolaire précis, depuis Mars jusqu’à la Terre.
PISA teste l’aptitude des élèves à appliquer les
connaissances acquises à l’école aux situations 27  Qu’est ce que la géolocalisation ?
de la vie réelle. D’après le doc. 3, on sait que le téléphone est
connecté à trois antennes relais. D’après le
doc. 2, on sait qu’on est dans le cas B (géolo-
Tâches complexes calisation par triangulation). Il faut tracer trois
cercles de centre l’emplacement de l’antenne re-
25  Comment mesurer la hauteur de l’arbre lais et de rayon la portée maximale de l’antenne
de la cour en utilisant son ombre ? relais. La portée maximale de chaque antenne
Bâton 1 Bâton 2 Arbre est 1 000 m, or l’échelle est la suivante : 1,8 cm
Hauteur (en m) 1 2 ? sur le papier correspond à 1 000 m en réalité.
Longueur de Il faut tracer trois cercles de rayon 3,6 cm.
1,73 3,46 13,86
l’ombre (en m)
×2
D’après le tableau, on constate que si la hauteur
du bâton double, alors la longueur de son ombre
double aussi (1,73 × 2 = 3,46). On en déduit donc
que la hauteur de l’objet tenu verticalement est
proportionnelle à la longueur de son ombre. On
utilise la 3e colonne du tableau pour déterminer
la hauteur de l’arbre, connaissant la longueur de
son ombre :
2 × 13,86
?= = 8,01 m.
3,46

La hauteur de l’arbre est environ 8 m.

Le cambrioleur est dans la zone hachurée (inter-


section commune aux trois disques).

90 THÈME 4 Des signaux pour observer et communiquer


Chapitre
Utilisation des propriétés
15 des signaux lumineux

Choix pédagogiques
 e chapitre prolonge le chapitre 14, où les caractéristiques des signaux lumineux
C
sont abordées : source de lumière, danger de certaines sources de lumière,
propagation ou non propagation de la lumière (milieux transparents, translucides
ou opaques), vitesse finie de la lumière et valeur de la vitesse de la lumière dans
l’air et dans le vide. Les autres types de rayonnements sont également abordés
dans le chapitre 14.
Le chapitre 15 aborde l’utilisation des propriétés des signaux lumineux et des
autres types de rayonnements. Les quatre activités illustrent :
– l’utilisation de la diffusion de la lumière ;
– l’utilisation de l’énergie transportée par un faisceau laser ;
– l’utilisation des rayonnements en médecine ;
– l’utilisation de la lumière pour calculer les distances dans l’Univers.
Les activités 1, 2, et 3 sont réalisables sans prérequis. Toutefois, il est judicieux
de traiter au préalable la notion de transparence et d’opacité à la lumière visible
qui a déjà été abordée dans l’activité 2 du chapitre 14.
L’acquisition de la notion de vitesse finie pour la lumière est conseillée avant
la réalisation de l’activité 4 du chapitre 15 (notion travaillée dans l’activité 4 du
chapitre 14). Après avoir été abordé dans l’activité 2 du chapitre 14, le risque
d’emploi de certaines sources de lumière est à nouveau évoqué dans l’activité 2
du chapitre 15, pour une approche spiralaire du programme.
Les quatre activités sont indépendantes. Par souci d’homogénéité avec les textes
officiels, l’expression « signal lumineux » est réservée à la lumière visible.

Activité 1 Hypothèse 2 : L’élève émet une hypothèse sur


la couleur d’écran à choisir afin d’obtenir le plus
Comment utiliser la lumière diffusée ? fort éclairage de la balle.
Lien avec le programme :
Distinguer une source primaire (objet Je réalise une expérience
lumineux) d’un objet diffusant. Concernant le matériel, le plus simple est de po-
ser la balle sur une table blanche et donc d’uti-
Commentaires liser une source de lumière sans pied de façon
L’élève est amené à suivre une démarche scien- à ce que le faisceau soit visible sur la table. Les
tifique. L’éclairage direct en photographie est lampes anciennement utilisées pour la synthèse
souvent non souhaité, c’est la raison pour la- additive des couleurs sont idéales. Réaliser l’ex-
quelle un éclairage indirect est parfois recher- périence dans une salle la plus obscure possible
ché. (rideau occultant).

J’émets une hypothèse J’interprète des résultats


Hypothèse 1 : L’élève doit ajouter sur le sché- L’écran doit être placé dans le faisceau et orien-
ma du doc. 3, qu’il aura reproduit, la position de té vers la balle.
l’écran. Le schéma étant une vue de dessus, un
trait à la règle suffit pour représenter la position
de l’écran.
CHAPITRE 15 Utilisation des propriétés des signaux lumineux 91
source de 2. D’après la 4e image du doc. 3, Alhazen pense
lumière que l’œil capte la lumière, c’est-à-dire que l’œil
est un récepteur de lumière.
écran blanc 3. D’après le doc. 2, la chirurgie laser utilise un
faisceau laser de grande puissance pour dé-
truire les cellules cancéreuses. Pour permettre
une grande précision de l’acte chirurgical et ne
pas endommager de cellules saines, le faisceau
laser est très fin.
balle de
ping-pong Je communique avec un langage
scientifique
faisceau de lumière 4. Diriger un pointeur laser de classe 2 vers
les yeux est dangereux. En effet, nous savons
L’éclairage le plus fort est obtenu avec l’écran d’après le doc. 3 que l’œil est un récepteur de
blanc. Avec l’écran rouge, la balle apparaît légè- lumière : Alhazen est fortement ébloui par la lu-
rement rouge et avec l’écran noir, la balle n’est mière qui rentre dans ses yeux, cette lumière est
pas éclairée. diffusée par la coupole d’un bâtiment. D’après le
doc. 2, nous savons que les lasers de puissance
Je communique avec un langage élevée détruisent les cellules vivantes. Le doc. 1
scientifique nous informe du danger du laser pour les yeux,
Le photographe utilise un écran diffusant. L’écran même s’ils ne sont pas de puissance élevée.
diffuse la lumière qu’il reçoit. La lumière est ainsi
renvoyée par l’écran vers l’objet photographié.
Remarque : L’encart vocabulaire est à utiliser
Activité 3
par l’élève. Quelles sont les applications
des rayonnements en médecine ?
Liens avec le programme :
Activité 2 • Utiliser les propriétés de ces signaux (lu-
Pourquoi l’énergie transportée mineux, radio…).
par la lumière peut-elle présenter • Les élèves découvrent différents types de
un danger ? rayonnements (lumière visible, ondes radio,
Lien avec le programme : rayons X…).
Les activités proposées permettent de sen-
sibiliser les élèves aux risques d’emploi des Commentaires
sources lumineuses (laser par exemple). L’élève est amené à mettre en relation des in-
formations provenant de documents différents.
Commentaires
L’élève est amené à mettre en relation des in- J’exploite des documents scientifiques.
formations provenant de documents différents. 1. Le doc. 1 nous donne un classement des
C’est l’occasion d’aborder, par l’histoire des structures de la plus transparente à la plus opa-
sciences, le rôle de l’œil dans le phénomène de que. Le milieu le plus transparent aux rayons X
vision. L’introduction de l’aspect historique se est donc l’air. Le milieu le moins transparent aux
fait ici de manière ludique, grâce à la bande des- rayons X et donc le plus opaque est l’os. L’air est
sinée de Sciences&Vie junior. la structure qui laisse passer le plus de rayons X
alors que l’os est la structure qui laisse le moins
J’exploite des documents scientifiques passer les rayons X.
1. D’après la 3e image du doc. 3, Euclide et Pto- 2. La fibroscopie est le nom de la technique uti-
lémée soutiennent que la lumière est produite lisant la lumière visible.
par le regard, c’est-à-dire l’œil. Pour Euclide et
Ptolémée, l’œil produit la lumière.

92 THÈME 4 Des signaux pour observer et communiquer


Je communique avec un langage Auto-évaluation
scientifique
3. D’après le doc. 2a, la plaque (future radiogra- Réponses aux QCM
phie) est blanche au départ et noircit au contact 1  b, c ; 2  a ; 3  b ; 4  c ; 5  b ; 6  a ; 7  b ;
des rayons X. Les os ne laissent pas, ou qua- 8  b ; 9  a
siment pas, passer les rayons X, c’est la raison
pour laquelle la zone correspondant aux os
reste blanche. Pour s’entraîner

10  L’étoile du Berger
Activité 4 La planète Vénus est un objet diffusant qui dif-
Comment calculer la distance fuse la lumière qu’elle reçoit du Soleil. Elle brille
parcourue par la lumière dans donc dans le ciel.
l’Univers ?
Liens avec le programme : 11  Un faisceau laser visible dans le ciel
• Lumière : sources, propagation, vitesse Un faisceau laser n’est pas visible. Il le devient
de propagation, année-lumière. lorsque la lumière se propage dans un milieu dif-
• Utiliser l’unité « année-lumière » comme fusant : air chargé de poussières, de petites par-
unité de distance. ticules diverses en suspension dont certaines
• L’exploitation de la propagation rectiligne particules polluantes, etc. Ces particules dif-
de la lumière dans le vide peut conduire fusent la lumière qu’elles reçoivent lorsqu’elles
à travailler sur les mesures de distances. sont atteintes par le faisceau laser. La lumière
diffusée entre dans l’œil de l’observateur qui
Commentaires voit alors le faisceau.
Cette activité introduit l’année-lumière. L’élève
est amené à mettre en relation des informations 12  Science in English
provenant de documents différents. Traduction de l’énoncé :
Choisir la (ou les) bonne(s) réponse(s) :
J’exploite des documents scientifiques a) La lumière entre dans les yeux.
1. La lumière traverse le vide puis l’air, sa vitesse b) La lumière sort des yeux.
est donc environ 300 000 km/s (d’après le doc. 2). c) L’œil est un récepteur de lumière.
2. L’étoile se situait à 170 000 années-lumière d) L’œil émet de la lumière.
(doc. 1), cela signifie d’après le doc. 3 que la lu- Correction :
mière a mis 170 000 ans pour se propager de- Les bonnes réponses sont : a et c.
puis l’étoile jusqu’à la Terre.
13  Utilisation des lampes à UV
Je calcule 1. Le rôle de la lampe à UV est de permettre de
3. 1 année = 365 × 24 × 60 × 60 = 31 536 000 s. voir des taches sur la plaque de chromatogra-
4. On utilise la formule du doc. 4 : d = v × t. Si v phie qui ne se voient pas avec la lumière du
est en km/s et t en s alors d est en km, donc : Soleil et des lampes « classiques ».
1 année-lumière = 300 000 × 31 536 000  2. Il faut utiliser des lunettes de protection spé-
= 9,46 × 1012 km. ciales UV, et non pas des lunettes de Soleil.
5. d = 170 000 × 9,46 × 1012 km = 1,61 × 1018 km.
14  Le transit de Vénus
Je communique avec un langage Réponse c. Si le télescope n’est pas protégé par
scientifique des filtres spécifiques, on ne peut pas regarder
6. L’année-lumière est utilisée pour les dis- à travers le télescope car la lumière du Soleil est
tances astronomiques, c’est-à-dire les distances dangereuse pour les yeux. L’image projetée est
dans l’univers qui sont énormes. Dire que l’étoile beaucoup moins lumineuse et on peut la regar-
se trouve à 170 000 années-lumière de la Terre der.
est plus facile à écrire et à comprendre que
1,61 × 1018 km, car on sait ainsi que la lumière a
mis 170 000 années à nous parvenir.
CHAPITRE 15 Utilisation des propriétés des signaux lumineux 93
15  Comment se protéger lorsqu’on fait pas- le télémètre en déduit la distance d entre le télé-
ser une radiographie ? mètre et la paroi : 2 × d = v × t.
Si le plomb est utilisé c’est parce qu’il est opa-
que aux rayons X, il ne les laisse pas passer. paroi
télémètre
16  Histoire des sciences
d
1. La zone atteinte par les rayons X apparaît
noire.
2. La partie correspondante aux os apparaît
claire car les os sont opaques aux rayons X, ces
derniers n’atteignent pas la plaque qui reste
alors blanche. Remarque : d est la distance entre le télémètre
3. La bague apparaît blanche aussi, elle est donc et la paroi. Quand la lumière parcourt l’aller-re-
opaque aux rayons X. tour en t secondes, elle parcourt deux fois la dis-
tance d.
17  Les vêtements anti-UV
Parmi les rayonnements du Soleil arrivant sur 22  À vous de jouer !
les vêtements, seuls les UV ne vont pas passer. 1. Pour exprimer la distance en années-lumière,
Tous les rayonnements passent sauf les UV. il faut diviser la distance en km par la valeur
Remarque : voir chapitre 14, activité 1 pour avoir d’une année lumière (exprimée en km). On ob-
la composition du rayonnement solaire à la sur- tient :
face terrestre.
1,3 × 1019 km 1,3 × 107
d =   = ≈ 0,137 × 107
9,46 × 10  km
12
9,46
18  L’exoplanète HD 189733b
D’après l’Essentiel, une année lumière est égale ≈ 1 370 000 années-lumière.
à 9,46 × 1012 km. La nébuleuse d’Orion est située à environ
La distance entre la Terre et cette exoplanète 1 370 000 années-lumière de la Terre.
est donc égale à 63 × 9,46 × 1012 km, soit 2. Il faut multiplier la distance exprimée en an-
5,96 × 1014 km. nées-lumière par la valeur d’une année-lumière
exprimée en km. On obtient :
19  Distance entre les étoiles d = 5,9 × 9,46 × 1012 km = 55,814 × 1012 km.
La bonne réponse est la réponse c. La distance L’étoile de Barnard est située à environ
entre ces étoiles dépend de leur position par 55,8 × 1012 km de la Terre.
rapport à la Terre, information dont nous ne dis-
posons pas.
positions Pour approfondir
possibles
de l’étoile 23  QCM sur documents
Bételgeuse
La bonne réponse est la réponse c. Le doc. 1
Terre explique le principe de la télémétrie et le doc. 2
427 a.l.
donne deux arguments qui permettent de com-
prendre que la durée de l’aller-retour n’a pas
positions toujours exactement la même valeur. Si la dis-
possibles 243 a.l.
de l’étoile tance Terre-Lune varie à cause de la forme ellip-
Bellatrix tique de l’orbite de la Lune, alors la durée de l’al-
ler-retour aussi. Si la vitesse de la lumière varie,
alors la durée de l’aller-retour aussi.
20  Le télémètre de chantier
Le télémètre envoie un faisceau laser qui se ré- 24  Des visions différentes
fléchit contre une paroi et revient vers le télé- 1. Les docs. 1, 2 et 3 sont dans l’ordre chronolo-
mètre. Le télémètre mesure la durée t de l’al- gique. Platon pense que la vision résulte de la
ler-retour. Connaissant la vitesse v de la lumière, rencontre de deux rayons : l’un sortant de l’œil

94 THÈME 4 Des signaux pour observer et communiquer


et l’autre sortant de l’objet. Ensuite, Euclide et 27  Télémétrie laser Terre-Lune
Ptolémée émettent l’hypothèse que l’œil produit Pour calculer la distance moyenne, il faut calcu-
de la lumière. Alhazen émet ensuite l’hypothèse ler la moyenne des durées aller-retour.
que l’œil est un récepteur de lumière. La durée moyenne est égale à :
2. L’explication la plus récente, celle d’Alhazen,
2,4648 + 2,4640 + 2,4635
a été validée.  = 2,4641 s.
3
25  Calcul de durée Pour calculer la distance Terre-Lune on utilise la
Pour calculer une durée, il faut utiliser la formule formule d = v × t, avec v = 300 000 km/s, t en s
d et d alors obtenue en km. On obtient :
d = v × t. Cela revient à écrire t =  .
v d = 300 000 × 2,4641 = 739 230 km.
Si la distance est en km et la vitesse en km/s Hypothèses possibles :
alors la durée t est en s. – L’orbite de la Lune n’est pas parfaitement cir-
8,1 × 1013 culaire mais de forme légèrement elliptique.
On obtient t =   = 2,7 × 108 s.
300 000 – La Lune n’est pas une sphère parfaite, les dif-
Or une année = 365 × 24 × 3 600 s = 31 536 000 s. férents réflecteurs ne sont donc pas à la même
Pour savoir combien il y a d’années, on calcule : altitude.
2,7 × 108 – La vitesse de la lumière n’est pas tout à fait
 = 8,56 années.
31 536 000 constante tout au long du trajet Terre-Lune en
La lumière met environ 8 années et demie pour raison des différentes couches d’air rencontrées.
parcourir la distance entre l’étoile Sirius A et la – L’émetteur laser se déplace car la Terre bouge.
Terre. – Les réflecteurs posés sur la Lune bougent car
la Lune bouge.

Tâches complexes 28  Le système Télétact : la canne laser au


service des non-voyants
26  Des rayons X pour lutter contre le trafic Si d est la distance entre la canne laser et l’obs-
de drogue tacle, alors la distance parcourue par le laser
La masse volumique de la drogue est supérieure entre l’émission du faisceau et sa réception est :
à celle des tissus vivants mous (doc. 3). Or plus 2 × d = v × t.
la masse volumique est grande et plus le maté- Pour avoir la distance en mètre, v doit être
riau est dense (doc. 2). Les rayons X sont donc en m/s et la durée t en s. v = 300 000 km/s =
plus arrêtés par la drogue que par les tissus vi- 300 000 000 m/s. On a donc :
vants mous (doc. 2). La drogue apparaît donc v × t
d =  .
plus claire que les tissus mous. Les os appa- 2
raissent blanc, la drogue gris clair et les tissus
300 000 000 × 1,67 × 10–8
mous gris plus foncé. Le contraste est suffisant d =  ≈ 2,5 m.
2
et permet de distinguer les sachets de drogue
sur la radiographie. Il est donc faux de penser La non-voyante ressentira une vibration conti-
que les sachets noirs ne seront pas « détec- nue sur le petit doigt.
tables » à la radiographie. Si la lumière visible
ne traverse pas un sachet noir, les rayons X y
arrivent.

CHAPITRE 15 Utilisation des propriétés des signaux lumineux 95


Histoire
des Sciences Les premières mesures
de la vitesse du son
Pour calculer la vitesse v du son en connais- À vous de jouer !
sant la distance d parcourue par le son et sa
durée de propagation t, on utilise la formule Il suffit d’utiliser un vase vertical et un tuyau
en plastique vide de façon à ce que le tuyau
d (m)
v (m/s) = . dépasse de quelques cm le haut du vase lors-
t (s)
qu’il est immergé complètement dans l’eau. Au
1. En 1738, l’Académie des Sciences estime que départ, le tuyau est positionné dans le vase. Il
le son parcourt 29 km dans l’air en 86 s. touche le fond du vase. On fait vibrer un diapa-
son de fréquence connue f =440 Hz, et on le
29 000
On a donc v = = 337,209 m/s ≈ 337 m/s. place à l’entrée du tuyau (attention : il ne doit
86
pas toucher les parois). On soulève l’ensemble
2. En 1827, Colladon et Sturm estiment que le tuyau et diapason, on cherche la position pour
son parcourt 13,5 km dans l’eau du lac en 9,5 s. laquelle le son est le plus fort. On utilise alors
la formule :
13 500
On a donc v = = 1 421,05 m/s ≈ 1 421 m/s. v (m/s) = 4 × d (m) × f (Hz), avec d la longueur
9,5
de la partie du tuyau hors de l’eau au moment
3. La vitesse du son dans l’eau est plus de où l’amplitude sonore est la plus grande.
4 fois supérieure à celle du son dans l’air.

Édition : Malvina Juhel, Justine Taillade Couverture : Pierre-Yves Skrzypczak


Mise en page : Dominik Raboin (DOMINO) Schémas : DOMINO
Conception graphique : Géraldine Chazel