Вы находитесь на странице: 1из 3

Le manuel Thérapeutique 2017-2018 . Faculté de Médecine d’Alger . Organisé par FENCHOUCH.

B 1

Grossesse Extra-utérine ( GEU )

1 - Définition :

La grossesse extra utérine ou grossesse ectopique est une grossesse qui se développe hors de
l’utérus, le plus souvent dans les trompes. Elle peut se rompre mettant ainsi le pronostic vital en
jeu. Dans ce cas c’est une urgence vitale nécessitant un traitement chirurgical
immédiat.

2 - Clinique :

Le tableau est celui d'une femme jeune qui présente brutalement une douleur pelvienne et
unilatérale, un saignement vaginal (métrorragies) provenant de l’endocol.
Des signes sympathiques de grossesse peuvent être rapportés.
L'état général est conservé, avec un état hémodynamique stable (TA et pouls normaux), et
absence de fièvre.
A l’examen physique on retrouve une sensibilité pelvienne, voire latéro-utérine, sensibilité à la
décompression et à la mobilisation cervicale ou utérine. Au spéculum : saignement d’origine endo-
utérine.

3 - Principales hypothèses diagnostiques en fonction des données cliniques et de


l'échographie pelvienne

Diagnostic
Eléments cliniques Echographie pelvienne
évoqué
. Image latéro- utérine
. Présence d’un sac gestationnel en dehors
. Absence de fièvre
de l’utérus
.Douleurs pelviennes
.Vacuité utérine
GEU .Sensibilité latéro-utérine
.Hématosalpinx
.Hémorragie génitale
.Hémopéritoine de petite ou grande
. Taux de B HCG élevé
abondance
. Aucune anomalie
Kyste ovarien
. Absence de fièvre
compliqué . Image de kyste rompu ou en torsion
.Douleurs pelviennes
(Rompu ou en .Hémopéritoine
.B HCG négatif
torsion)
. Absence de fièvre
.Douleurs pelviennes. . image intra utérine
Avortement
.Hémorragie génitale .ou aucune anomalies
.Beta HCG élevé

4 - Examens complémentaires

- Le taux de HCG (normale < 5UI), est élevé (>500UI) et confirme la grossesse
- L’échographie pelvienne peut montrer une masse latéro-utérine, une vacuité utérine et un
épanchement péritonéal
Le manuel Thérapeutique 2017-2018 . Faculté de Médecine d’Alger . Organisé par FENCHOUCH.B 2

5 - Mécanismes physiopathologiques

La Grossesse Extra Utérine GEU résulte d'un :


* Retard de captation embryonnaire : la fécondation a lieu dans le cul de sac
de douglas par défaut de captation de l'ovocyte au moment de l'ovulation expliquant les GEU non
tubaires : ovariennes ou abdominales.
* Retard de migration : la trompe n'assure pas son rôle de transport de façon correcte de tel sorte
qu'au 4 à 5 J après l'ovulation, l'œuf est toujours dans la trompe.

* Reflux tubaire : le blastocyste après avoir atteint la cavité utérine est rejeté dans les trompes,
soit par suite d'anomalies hormonales, soit lors des FIV

6 - Diagnostic positif

Il sera établi sur les éléments suivants : femme jeune, en activité génitale
- des douleurs pelviennes
- Hémorragie génitale du 1er trimestre
- Sensibilité latéro-utérine à l’examen physique et un saignement endo-utérin au speculum
- Un taux de HCG élevé
- et une image latéro utérine associée à une vacuité utérine à l’échographie

7 - Facteurs de risque

- Salpingite (infection et inflammation de la trompe)


- Prise de pilule microprogestative : ralentissement de la mobilité tubaire
- Antécédents de chirurgie tubaire
- Endométriose pelvienne
- dispositif intra-utérin
- Tabac
8 - Les Premières mesures à mettre en œuvre

Hospitaliser la patiente
Poser un abord veineux
prélever du sang en vue d’un bilan biologique Ce bilan doit comporter une FNS (Hémoglobine)
et le groupage. Demander toujours à la patiente si elle en a un car permet de gagner du temps.
Surveiller : état de conscience, PA, Pouls
Présenter la patiente au gynécologue

9 - Signes de gravité

En cas de suspicion de GEU rechercher toujours une GEU rompue.


L’apparition d’une tachycardie, une hypotension artérielle ainsi qu’une altération de l’état de
conscience (hypoperfusion cérébrale) doit faire penser à un état de choc hémorragique.
Dans ce cas la priorité est de :
1- lever et traiter l’état de choc
2- confier la patiente aux gynécologues pour une chirurgie urgente
Le manuel Thérapeutique 2017-2018 . Faculté de Médecine d’Alger . Organisé par FENCHOUCH.B 3

10 - Premières mesures à mettre en œuvre : traitement du choc hémorragique

10 - 1- Gestes et manœuvres :

* Oxygénothérapie à 6l/mn pour corriger l’hypoxémie due à lřétat de choc,


* Allonger la patiente, lui surélever les jambes (augmentation de la TA),
* Prise de 2 voies veineuses de gros calibre pour un remplissage rapide,
* Initier un remplissage vasculaire avec des cristalloïdes (500 cc de Sérum salé isotonique ou
Ringer lactate) en attendant la transfusion,
* Transfusion sanguine avec des concentres de globules rouges (CGR) iso groupe iso rhésus ;
objectif d’hémoglobine > 8 g/dl
* Mettre en place une sonde urinaire pour surveiller la diurèse et également le remplissage,
* Contrôle des documents transfusionnels (2 cartes de groupages)
* Réchauffer la patiente (réchauffement des solutés de perfusion + réchauffement cutané)
* Faire bilan sanguin : FNS, TP, TCA, Taux de fibrinogène

10 - 2- Mesures de surveillance immédiate :

* Surveillance de la TA, FC, Sp O2, conscience, Diurèse

10 - 3 - Orientation de la patiente :

Présenter la malade aux gynécologues pour une chirurgie en urgence, en précisant:


l’état de la patiente à l’admission,
son évolution
les mesures thérapeutiques entreprises depuis son arrivée .

Evolution des paramètres hémodynamiques lors du choc


hémorragique ANAES 1997.

Pertes 750 800- 1500 1500- 2000 > 2000


sanguines (ml)

PAS mm Hg Inchangé Normale Diminuée Très basse

PAD mm Hg Inchangé Augmentée Diminuée Très basse

FC(bpm) Tachycardie 100 - 120 >120 >120


modérée
Débit urinaire >30 20 - 30 10 - 20 0 - 10
(ml/h)
Coloration Normale Pale Pale Grise

Conscience Normale Anxiété Anxiété Altérée


agressivité agressivité