You are on page 1of 4

CANNELÉS BORDELAIS

Temps de préparation : 15 minutes


Temps de cuisson : 75 minutes

Ingrédients (pour 16 personnes) :- 50 cl de lait


- 2 œufs entiers
- 2 jaunes d'oeuf
- 1/2 gousse de vanille
- 1 cuillère à soupe de rhum
- 100 g de farine
- 250 g de sucre en poudre
- 50 g de beurre doux (+ 50 g pour beurrer les moules)
- 1 pincée de sel

PRÉPARATION DE LA RECETTE:

Faire bouillir le lait avec la gousse de vanille préalablement fendue et égrainée et le beurre.

Pendant ce temps, mélanger la farine et le sucre dans un saladier puis incorporer les œufs d'un
seul coup et verser ensuite le lait bouillant.

Mélanger doucement afin d'obtenir une pâte fluide comme une pâte à crêpes, laisser refroidir, puis
ajouter le rhum.

Placer au réfrigérateur et laisser reposer une heure.

Préchauffer le four à 240°C (thermostat 8) avec la tôle sur laquelle cuiront les cannelés [si vous
utilisez un moule en silicone, mettez le four à maximum 220°C (thermostat 6-7)].

Verser la pâte bien refroidie dans les moules bien beurrés, en ne les remplissant qu'à moitié;
rapidement, disposer les cannelés sur la tôle du four préchauffé, à 240°C, pendant 12 minutes (20
minutes à 220°C avec un moule en silicone), puis baisser la température à 180°C (thermostat 6) et
continuer la cuisson pendant 1 heure : le cannelé doit avoir une croûte brune et un intérieur bien
moelleux.

Démouler encore chaud. Déguster !


HISTOIRE DU CANELÉ BORDELAIS

Il est l’un des symboles de la ville de Bordeaux, et sa réputation n’est plus à faire. J’ai nommé
le canelé bordelais !

SON ORIGINE RESTE UN MYSTÈRE

D’après la légende, le canelé aurait été inventé au 18ème siècle par les religieuses du couvent
des Annonciades à Sainte-Eulalie, sous le nom de « canelas » ou « canelons ». Mais ces
canelas ne ressemblaient pas aux canelés que nous connaissons aujourd’hui. En effet, le
canelas était un petit gâteau de pâte très mince roulé autour d’une tige de canne, et frit au
saindoux.
Lors des fouilles archéologiques du site, aucun moule à canelé n’a été trouvé, et les archives ne
mentionnent aucun ustensile nécessaire à sa préparation. Ainsi, cette version de l’histoire peut
être remise en cause.

Mais saviez-vous que l’origine du canelé est liée au vin ? En effet, l’une des étapes
importantes dans la vinification est le collage. Cette étape consiste à filtrer le vin en cuve avec
traditionnellement du blanc d’œuf monté en neige. A l’époque, le personnel des châteaux de la
région séparait les blancs des jaunes d’œufs, et donnait les jaunes d’œufs non utilisés aux
Petites sœurs des pauvres, qui les auraient utilisés pour confectionner le gâteau.
Mais pourquoi le canelé est-il né à Bordeaux ? Il s’avère que le port de Bordeaux était réputé
pour son commerce avec des îles lointaines. De ce fait, le commerce de rhum et de vanille
(essentiels à la préparation du canelé) était abondant.
Ce qui est sûr, c’est que le canelé tel que nous le connaissons aujourd’hui est apparu dans la
première moitié du 20ème siècle. Par qui ? Cela reste également un mystère.

UN SUCCÈS RÉCENT MAIS FULGURANT :

Ce n’est que dans les années 80 que le canelé a été remis au gout du jour. La
maison Baillardran a ainsi multiplié les points de vente en France, pour faire connaitre cette
spécialité bordelaise. Tout comme le vin, le canelé est devenu l’un des produits phares de la
ville de Bordeaux.
Aujourd’hui, le canelé se vend dans 3 tailles différentes (2cm, 3.5cm et 5cm de hauteur) et se
décline en version sucrée ou salée, selon les préférences.
Moules en cuivres, aluminium ou silicone ? Tout dépend de votre budget ! Même si chaque
famille bordelaise réalise les canelés à sa manière, de nombreuses recettes sont disponibles
dans les livres ou sur internet.
MAIS AU FAIT, UN OU DEUX « N » ?

Dit-on « canelé » ou « cannelé » ? En 1985, certains boulangers/pâtissiers de Bordeaux se


sont réunis et ont formé la « Confrérie du canelé de Bordeaux » et ont ainsi tranché pour
« canelé ».
Le nom « canelé de Bordeaux » a d’ailleurs été déposé, mais celui-ci ne bénéficie pas de
l’appellation officielle. De ce fait, chacun peu choisir son camp ! Néanmoins, l’orthographe
« cannelé » reste la plus courante, car elle fait référence à sa forme unique due aux moules
cannelés en cuivre.
En bref, que vous l’aimiez sucré ou salé, ambré ou très cuit, grand ou en une bouchée, le
cannelé bordelais ne vous décevra jamais !
EGRAFIA
http://www.marmiton.org
http://defigrandesecoles.lexpress.fr