Вы находитесь на странице: 1из 2

L’impact des incoterms sur la couverture

d’assurance

Le but des incoterms est de fournir une série de règles internationales pour
l'interprétation des termes commerciaux les plus couramment utilisés en commerce
extérieur.

Ces termes définissent les obligations du vendeur et de l'acheteur lors d'une


transaction commerciale, le plus souvent internationale ils concernent essentiellement
les obligations des parties à un contrat de vente, en ce qui concerne la livraison de la
marchandise vendue, la répartition des frais et des risques liés à cette marchandise,
ainsi que la charge des formalités d'export et d'import.

A.2-Le partage des risques entre le vendeur et l’acheteur

C’est l’incoterm convenu dans le contrat de vente qui va déterminer lequel de


l’acheteur ou du vendeur doit veiller à assurer les risques du transport. Deux
incoterms donnent au vendeur l’obligation d’assurer : CIF et CIP

Pour les 11 autres incoterms, il convient de se référer aux obligations réciproques du


vendeur et de l’acheteur. C’est ainsi que l’acheteur doit s’assurer dans tous les contrats
portant sur des incoterms de vente départ, à part le CIF et le CIP ; à savoir EXW, FCA,
FOB, CFR, CPT et DAF. En ce qui concerne les autres incoterms de vente à l’arrivée
(DAT,DAP), la marchandise voyageant aux risques du vendeur, il appartient à celui-ci
de souscrire l’assurance-transport

L'intérêt assurable de l'acheteur et du vendeur

L'acheteur obtient un intérêt assurable dans la marchandise lorsque cette dernière est
individualisée.
Considérons l'exemple suivant:

Dans un contrat de vente de marchandises, le vendeur identifie la marchandise qui


doit être livrée à l'acheteur. Ce dernier, suite à l'identification, obtient un intérêt
assurable sur la marchandise même s'il n'en est pas encore le propriétaire. Le vendeur
garde un intérêt assurable dans la marchandise tant qu'il est le propriétaire ou qu'il
possède une garantie sur cette dernière.

Le meilleur exemple, sur le rôle que joue cette notion dans le contrat de vente, est
fourni par le terme de vente C.I.F. Ici, l'intérêt assurable permet au vendeur de
souscrire une assurance au profit de l'acheteur. D'ailleurs, c'est le même raisonnement
qui a été adopté dans les obligations du vendeur dans les deux termes C.I.F. et CIP
Incoterms. Signalons enfin que l'intérêt assurable du vendeur cesse en principe avec la
livraison de la marchandise, du fait que cette dernière opère aussi transfert de risque

L'obligation du vendeur de mettre la marchandise en la possession du


transporteur et d'en conclure le contrat de transport

Vu la distance qui sépare les deux parties, et l'impossibilité pour l'acheteur de


superviser le transport de la marchandise, surtout que la livraison ne se réalise qu'une
fois la marchandise est dûment livrée au transporteur et que le risque passe aussi à
partir de ce moment, le Code a pris soin d'imposer au vendeur un nombre de mesures
visant à garantir une livraison appropriée. Ainsi, le vendeur qui doit mettre la
marchandise en la possession du transporteur, est tenue également de conclure avec ce
dernier un contrat de transport afin d'expédier la marchandise. Les conditions du
contrat de transport doivent être conformes aux stipulations expresses de l'accord
conclu entre vendeur et acheteur. En l'absence d'un tel accord, le vendeur aura recours
à des critères raisonnables. Il est d'usage, dans ces contrats pour le vendeur, de
souscrire pour le compte et au profit de l'acheteur un contrat d'assurance couvrant les
risques du transport. À cet effet, la jurisprudence fait assumer au vendeur la
responsabilité des dommages éventuels, s'il s'avère que le montant de la couverture n'a
pas été suffisente .

Conclu : Et finalement on peut dire que l’objet de l’assurance marchandise transport et

la garantie de toutes les expéditions de marchandises appartenant à l’assuré désignées,

et/ou celles pour lesquelles l’assuré à, en application d’un contrat d’achat ou de vente.

L’assurance joue donc un rôle vital pour le transport ainsi que pour l’économie

nationale, elle représente une garantie pour toute la « supply chain » de transport.

Tous les acteurs du transport cherchent à se garantir des risques qu’ils peuvent

rencontrer.