You are on page 1of 50

Daniel Gostain * Joëlle Dreidemy

r*æ&æ§ Fffi#ruÇe§§§
ffi#}æ§ æu§ffirr{}§
BAYARD JEUNESSE
6 i
6
'
.I
LtQ û
Daniel Gostain *
"Jo51le Dreidemy Ô6 t TI' LtQ û
eio5
{ Daniel Gostain"Joëlle Dreidemy
eio5

\
)

\
',I, I q«"
I //P

)
BAYARD JEUNESSE

! BAYARD JEUNESSE
Ava,ut-plr.opoô

Au début de ma scolarité en primaire, je percevais la-grammalre Il nous fait partager ses étonnements. J'ai beaucoup savouré la
façon subtile dont mon collègue, le psychanalyste Analyser, amène Aimer
comme un fruit sans saveur, une matière sans clrait un médicament,
à se réapproprier son passé et à foncer vers l'avenir avec de nouveaux
genre huile de foie de morue (sait-on encore ce.que.c'est ?),.q1f il fallait
repères ; et là scène dè l'accouchement est d'une drôlerie rabelaisienne.
ibsorber en pinçant fort les narines avec ses doigts. Et puis. à l'âge de huit
ans, Je suls venu pour la première fois passer deivacanèes à Paris. On m'a
Dans ce vaste village, nous rencontrons le monde des sujets,
fait-prendre le mêtro..t, là, il s'est passé quelque chose.d'étrange.: je.me
des verbes et des compléments, qui n'a rien à envier à celui des humains.
suls passtonne pour la lecture des irajets. On he pouvait m'arracher à la
Nous assistons à la naissance de couples et de familles et nous saisissons
conËmplation'des plans affichés sur le quai des.stations. Il me semblait
l'importance des liens à établir pour vivre ensemble, en essâyant de faire
étonnarit qu'on puitt. rassembler en aussi peu de place tant de kilomètres
primer I'accord sur le désaccord.
à parcourir.
Dans ce monde grammatical, nous retrouvons avec bonheur un
Double conséquence, totalement inattendue : je suis devenu
parler vrai sur la vie, et la valeur du livre vient de ce qu'à aucun moment
incollable en gé.ographie - f institutrice m'utilisait comme une sorte de
ôn ne cesse d'avoir confiance dans ce qu'elle peut apporter, dans notre
slnge savant q,r, poruait expliquer comment on allait de Paris à Calcutta
capacité à affronter I'adversité. Et chacùn sait-que les-enfants d'aujour-
.n."prrrr,-,t p,ai Mars.ille, le'canal.de Suez et I'océan Indien - et ie me
d'hui en ont besoin, plus que jamais.
surs retrouve premler en Srammalre.
Les trois portes du savoir étant ouvertes simultanément dans
Ce n'est que plus tard que i'arfait le rapprochement entre
Wrbes, Swjets et Compagnie,l'enfant accepte beaucoup plus facilement
le métro, la géogiaphie et la grâmmaire. Sans güe je m'en d.oute,.j'avais
1es lois de la grammaiie et de l'apprentissage au sens large. I1 passe du per-
réalisé que làs cômposantes àe la grammaire n'étaient pas de petites
sonnage qui subit passivement à celui qui regarde, comme du haut d'une
graines àisséminéei au hasard, dépourvues de rapport entre elles, mais.
colline, un domaine qui est devenu le sien. Un domaine coloré et vivant,
ies éléments d'une totalité où je pouvais circuler §ans crainte. Ce n'était
animé par des personnages hauts en fantaisie, que j'imaginerais volontiers
plus un labyrinthe où je risquais-de rencontrer le Minotaure.
mis en scène dans les classes.
En lisant Wrbes, Sujeïs et Compagnie, i'ai retrouvé les sensations
Ce livre n'est donc pas qu'un simple divertissement. Il influe
que j'avais eues quand j'éiais enfant. Jài compris quelle en était la raison :
profondément, et avec quel art - car l'écriture et les illustrations sont
Daniel Gostain, tout comme moi, se refuse de séparer les savoirs.
d'une qualité exemplaire - sur les conditions de renouvellement
- Les savoirs trop peu vivants, prêts à être consommés, tels que les de la pédagogie.
livres nous les proposent le plus souvent ;
- les savoirs'moit s vivanti encore, constitués d'outils à prendre à
la lettre. Les règles et lois de la grammaire sont de cet ordre-là ; Jararu 9a'^a
- les savoirs-que l'élève et l'enseignant recréent comme s'ils en étaient
les inventeurs.

C'est grâce à ce troisième ÿpe d'accès au savoir que les deux


précédents pËnr.,-,t vie, et.'.rt.éit. voie-là que DanieiGostain a choisi
Jocques Lévrne, est docteur en psychologie eT psychonolyste. il est le fondoleur de
à'emprunter dans ce livre avec son héros, le verbe Aimer. I'AGSAS, qui réunii enseignonTs eT onolystes outour des problèmes scoloires.
Aimer nous fait pénétrer dans un univers où l'on découvre la grammaire il est égolemeni l'inrtioteur des « Aleliers de philosophie » ô l'école, qui ont pour
comme pour la première fois.
fondement le ploisrr que l'enfont prend ô penser les gronds problèmes de lo vie,

iF

§
&

-%*

Jo
^B
Ü*u"W 'jo aüt 0t .\l o.,,bo O"^rn. Qa dntt. ôbL 0n" T0. ba.\l*it abaobm!,rut W Âo fu. nnnorvfu, nLu p6\tpôtal
pwniùL 6ota ry,n vube. t6u*t, iut-c.o, peô? Et t" iu Et, pow oyo tw pw66u to.-twnzLtta dL fuÀ 6mntæu, À-ot
pa,b a,w bôwt d" tu a,rr,p,,;tul üLfusdilLt" ça ot\à, d.0À m§,mlntÀ fu ,rÿ,6u hîrÀî, dl%hrnrr,
l*,
et^AL qL urL vmL
6ow
dp 0,0i.0,, qua t* ttrnwe,wa d 0n $n
Auu" Y otbu, Sw6ott of Canpagnto., tw vu d.ôcawttin bt d.u" 81trc.

ute,rufi)l,ad e,,xt)r,aÆ,rdy+ÿt!,ô W é; vau d.e, uwru. J'o-rv oüt


oncohe tou,t ôtoufli! 0,0ou, \t^a nprv tnÀtoû!. banqillum.ont. To uu apprundtu
!
*>-: ?tott do clwau aw 0n bry* bm,trauu. Co 6i.)û" ban
9ou d,'un 6tonn*nt. ô eL runr*rvbtt, fui ær,W%,w,ü
uo1^,a1,0 d.$$ûurut dt 0.'ôco0u, tt* ra,"ua,6 pa,6 ort Mve,nilLl Et at
nprustll.octx., 0L6 bu,6ottt 6aL on prcb\i,nnd ailac
ry qMW tw pnîfu,a b, Wru ô" tu powrvtl, votllt, à" b, nî.up6À!r1....
Y e*u pur tni,a.ug*euit ;a1ror; 6 aL $utt pb"auru igffi
dau b, paaa6, 6aL ow O,h.ontuwc dz rundru ucaLte, aury.'Ulafr;an- / aon4, awt-mnL! 0n oi.. hebL§we p%o tL:utarvt,..
w
Yo*u... Et Ju * ta drt pan trwtl W
'f
,

t %,
96r' ffiv@ LTË' des 1J et(ses Manger alancé:
Manger ,r, E ne sais
- J'en .ai assez ! Quand ie dis ,..
jamais qui mange êt quand on mange. Comment
je prépare les repas, moi ?
%'-.;
Jouer a enchaîné :
Jo vau to. menruttt uru bo,Ob - Moi non plus, je ne sais jamais qui joue avec moi !
Tous les Verbes ont crié en chæur :
tnAtsûr,, p\.oLt o dt tupouu
_ Y EN A MARRT, ! IL FAUT QUE ÇA CHANGE !
do pettonÂAgu et d.o, d,icawutu. Alors, j'ai eu une idée : puisqu'on était tous un peu
perdus, il fallait qu'on trouve de l'aide hors de notre
Cette histoire débute lors d'une assemblée village. C'est vrai qu'à force de rester entre Verbes on
des Verbes. Ah oui, j'oubliais de te dire : finit par tourner en rond. J'ai donc proposé à l'assemblée
je suis moi-même le Verbe Aimer. de mener une expédition.
J'aifaitmon sac, j'ai dit au revoir à mes amis Verbes du
Tous les ans, nous nous réunissons pour 1" groupe, et aussi aux autres, y a pas de raison, et avec
fairela fête, mais aussi pour voir combien I les frères Chercher-Trouver nous sommes partis, pleins
nous sommes et vérifier s'il n'y a pas de d'espoir.
nouveaux Verbes à accueillir.
f-
J

\
Je te présente notre assemblée : l
I
Au centre, il y a les Verbes en -er, \
les plus nombreux et, comme nous *
t

sommes les plus nombreux, nous


i )
l
I

disons que nous sommes du 1" groupe. !


i

Tout serrés dans leur coin, lly a certains i


Verbes en -ir, du 2" groupe. Ils restent toujours ensemble, je ne i

sais pas pourquoi.


Et, enfin, dispersés partout dans la salle, un peu n'importe comment,
tous les autres Verbes en -ir, en -re, en -oir, du 3' groupe.
Ceux-là ont vraiment un sacré caractère. Ils ne font que ce qu'ils
veulent.
Dès le début de la dernière réunion, j'ai senti que les Verbes étaient
très énervés, que ça allait exploser.

1a

li
':G'-
?ryT retenu, car Ça pouvait le vexer - et, soudainement, il se
montre du doigt et crie ; ,,JE », puis il me désigne et
lance : "TIJ,.
Et ce n'est pas fini : voilà qu'il montre le soleil (" IL "),
la lune (" ELLE,), puis il fait un grand cercle avec son
Cu *upyi'a 6ü etxbannd:nata.IL a;ta bras (" ON» et enfin, désignant tout ce qui l'entoure,
6a,,*t
il nomme des Mots et des groupes de Mots, sans s'arrêter.
**:ndûo ru- aontî,a d.e, rwba ut!!n4o
W ffi. Qte c'est étrange !
Ensuite, il appelle tous ses amis et, à son signal, une
clameur s'élève : "NOUS »; puis tous, avec leur index
Mais bon, on ne pouvait pas trop s'arrêteL cat on avait dirigé vers nous, clament : " VOUS ", et ils continuent :
une mission, et tous les autres Verbes espéraient notre " ILS
,, " ELLE§ », et, désignant tout ce qui les entoure,
succès. ils nomment des Mots et des Groupes de Mots, sans
s'arrêter.
Pendant le trajet, nous en avons rencontré, des peuples
étonnants !
Il y avait les Nombres et les Chiffres, on n en voyatt
pas la fin, mais ils
étaient trop sérieux
pour nous.
Il y avait les Dates,
dont certaines, comme
1789,1515 ou 2000,
nous semblaient bien
trop prétentieuses.
I1y avait les Notes
de musique, bien trop
bruyantes.

Et puis, il y avait ceux


qui allaient devenir
nos Sujets.
Déjà, en les apercevant de loin, j'avais senti que
ça pourrait coller entre nous. Imaginez un paysage
verdoyant, Ie soleil radieux et un être qui s'avance
vers vous, tout sourires, le regard {tanc.
æ
æ Et là, arrivé près de nous trois, il nous regarde lon- Nous avions trouvé nos futurs compagnons.
guement - je n'étais pas loin de rire, mais me suls Il fallait absolument qu'on les invite dans notre village.
æ
1Q
lc)
Ie &*#e
À toi, ami lecteur, je vais
te confier les plus belles
paroles de notre réunion.
æ
Manger etJouer :
u Sw6ota ion\uÀru miÀ d,a.
.towa
à. a'cc,op , - Nous sommes très heureux
de vous rencontrer. I1 faut dire
nstw t *ttr,:beru. î..a aorwb\nartt o,rt x. a'w661 ü\ qu'on en a assez de vivre seuls,
[w,uatw dn charqw d"utüw6. rien qu'entre Verbes. Qre pouvez-
vous faire pour nous ?
Aiê.t nous sommes partis comme une grande caravane.
Les Sujets
il Atrt dire qu'ils étaient sacrément nombreux. :

Nous étionrbien fiers tous les trois, en particulier - Et si on se mettait par


Chercher et Trouver, qui avaient fait un bon boulç deux ? Nous sommes des
'ffi Mots, nous devenons aussi
Arrivés à notre ,ri11rgË,'rro,.r, ,..r,iorrs tous que ' vos Sujets : un Sujet-un
quelque chose se passait, que pour la première Verbe, un Suiet-un Verbe,
fôis nous allions vraiment changer, devenir plus un Sujet-un Verbe.
riches, plus adultes, comme des chenilles qui se
Vivre en couple, c'est magnifique !

transforment en papillons.

T'ai tout de suite proposé aux Verbes et à


hos invités de t oüt ràssembler et de décider
ensemble comment on allait s'entendre,
et même d'établir un contrat entre nous.
Les Verbes :

- Oui, mais au bout d'un moment, si on s'ennuie


à deux, on pourra changer ?

Les Sujets :

- Oui, on pourra changer, mais pas n'importe


comment. Quand un Verbe choisira un Sujet,
il devra bien le regarder et Ie reconn aître
pour bien s'entendre avec lui. Le Verbe
s'accordera toujours avec [e Suiet. D'accord ?
Les Verbes :

/!
- D'accord. Allez, ne perdons pas de temps.
Conjuguons-nous ! Coniuguons-nous !
'"#/---r

.A
IU

.ÇtÈ. 2
f
Ie J'aircmarqué qu'il y avait des Suiets se présentant
seuls (le Verbe Définir, notre spécialiste des mots,
a inventé l'expression Au singulier ») et d'autres
**ffi , "
Sujets qui arrivaient à plusieurs («[u pluriel").
Malheureusement, certains Verbes ont eu moins de
Da, 0n aontrB d.o, rwtta aduontb0.6o o,xbashditaiil, chance que moi, comme les Verbes Mourir, Souffrir,
car aucun Sujet n'avait envie de se conjuguer avec eux.
of aptù 0n or?rafuru da. e-p,t aunnd". r'r,wb 6u)t§rü
f\
W ,w.tre, va d.0!;l;tt charqw , d.îtonmalo. orv a-Llnit
b:,m A AruJÀUL

Enfin, pas au début, car c'est vrai que nous,


les Verbes, on devait tout d'un coup obéir aux
Sujets, et ça, c'étaitnouveâu et pas facile à accepter :
ce sont les Sujets qui allaient décider " qUI allait
faire,,, " qUI allait aimer,, . qUI allaitjouer".
Mais nous avions signé, un point, c'est tout !

Pour commencer à former des duos Suf et-


Verbe, nous tous, les Verbes, nous sommes
partis dans le village en criant : « Qui est-ce
q"i... ? » ou ; .. Quiest-ce qui... ?, Et, làr les
Suiets pouvaient choisir. Pour moi, c'était facile,
carlorsque j'ai demandé : "Qyi est-ce qui aimel",j'ai
eu beaucoup de Sujets volontaires qui se sont présentés.
n je, tu, il, elle,
J'ai eu les Sujets que tu connais déjà :
on, nous, vous, ils, elles », mais aussi, bien plus
nombreux, tous les autres Sujets possibles comme
"
le garçon rr, ,, l2 jeune femme rr, ,, l2 mamie ,, --]{r1.-.32
,, les enfanl5», et encore, je ne peux pas te les citer
-.:\vi-

tous. I1 fallait que je choisisse entre ,,J'aime ', --- '\,f


La mamie aimerr, ,, ls5 enfants aimentr, et il y
,,
en avait des centaines qui attendaient ma réponse.

Voilà pourquoi j'ai appelé les Sujets les " Rôis-Suiets ",
car c'étaient eux qui allaient décider pour le couple.

17

r-
'ÿa
ute à à ux. Je me conjuguais sans arrêt avec de nouveaux Sujets pour
bien m'habituer et connaître par cæur les règles d'accord
entre nos deux peuples. D'ailleurs, tous les Verbes, qu'ils
soient du 1", du 2" ou du 3' groupe, faisaient de même.
En revanche, j'ai remarqué une chose : autant les Verbes
Uorw ùtu 6o Lonn-à.wrvt [f;æ-V otbo:
O.e,n , de mon groupe faisaient comme moi et s'accordaient

§"aæ-V
otbu SuirYt-V oÀbe.... d 6tau tniÀ e/xcLtî,, tous de la même façon, autant les autres Verbes cher-
chaient à faire les originaux. Moi, j'aimais bien qu'on
W*" orwto, d.e, towt u6o"W, dt, runrcrvttton tou"o
ne fasse pas tous pareil, mais d'autres Verbes semblaient
0ait{u7atn. moins contents, eux, en particulier les Verbes Envier et
Jalouser.

Évidemm ent, j'ai fait comme c'était dit dans notre


contrât : à chaque fois que je voyais un Mot
ou un Groupe de Mots, ie l'observais longue-
ment, puis fe quittais ma tenue en -er.
Avant de connaître les Sujets, Définir avait appelé
cette tenue l'Infinitif, car on pensait qu'on allait
porter cette terminaison à l'infini, sans pouvoir un
jour la changer. Mais vous allez voir que ce n'était
pas vrai, grâce aux Sujets.
Ensuite, ie me conjuguais avec eux. Comme
c'était agréable ! Je choisissais n je » et nous devenions
,,turr, ,, ilr, ,, elle", << ofl))r ,, l'enfantr,
"J'aime», puis
« nous)>r <( VOUSrr,,, il5rrr r, gllg5rrr,, lg5 enfants"...
Découvre comment on se conjuguait. Peut-être
que toi aussi, ami lecteur, tu pourras un jour te
conjuguer - il paraît que toi, tu es un humain,
et j'ignore comment on se conjugue entre humains.
Ces deux-là, contrairement à moi, passaient leur temps
à surveiller les Verbes du 2'et du 3'groupe et ce qui se
J'oime Tuqimes il, elle, on, l'enfont oime passait entre ces Verbes et leur Sujet semblait bien
Nous oimons Vous oimez ils, elles, les enfonts oiment les intriguer...

19
Quizz
I Aimer fait partie
a) des Verbes du l.,groupe
:

b) des Verbes du 2, g.oup.


c) des Verbes du 3.;"r;.
4
j2 Aimer parti du village des Verbes
esr
a) parce :
qu'il voulait découvï
a ]rrr., peuples
b) pr... qu,it s,esr
c) parce que res verbes 3;; ,r.. ü;;,
erJouer
etaient perdus à force
de vivre seurement
entre eux
3 a)Quand un Verbe ïencontre un
Sujet :
c'est Ie Verbe ori aoiio;;;;ri. Sujet pour
b) c'est Ie Sujet
oli a",i"ir.'.* tiv.ru. pour s,accorder
s,accorder
c) pas besoin de s,observ.,
p;r;;;ccorder

Jêu o quotre,
*?tttnt en cercle'
+ Le \rrbe
,rl q.y.
changer
:
de Sujet
;;;"" " t";;;;;;dire
- -
un Verbe-corPs D) dolt toujours rester avec
le même Suiet
chacun, à son c) est obligé de changer de Sujet
tql#t*t
., i. r,i,. *..,"1'f;;;; îîîiL-Blï:;:ï'
Ye rb s'N z e ?.
e

îïil:l-',ï;Ï;i ".',ruô "'i['


;

Verbe-Jambes'
ExemPle t Co*'o-t*'"
,à§

1i I 1\. +
i ...'

l' "Ë'

lgs Verbes suivonts I


ia

!
Dessine .lilq -..--.
it
E

A ffiin de se coniugu"T: ,,"


:":

Apptaudir'
Lire; Pleurer; Danser; Dormir; Jouer;
Courir; Manger; Chanter;
C\A
ô1

rk"
ÿps§æ4ææÆ Envier:
- Ils_étaienttous en cercle, un Sujet_
'::::::-i=;==î:-'.":::;iL-:.:_î*_ :;-li.::.*:,:::,.î, un Verbe, un Sujet-un Verbe, un Sujet_
un Verbe, et chacun, à son tour, lançait
un cri.
Lu fu,rrx. cnnpà-,at Erutton st J a.\nuu utaant Jalouser :
dnnr- d,6ctfu6, d'up'wnnntt,\Lb V ubu d.od g' of 3" ; Çe qui m'a surpris, c,est que les
Sujets étaient tous habillés pareil.
De plus, j'ai constaté que ..ï,étri.rt que des ..Nous,
BretPu. !
Envier:
Je ne les aimais pas trop, ces deux-là, car ils passaient
- Alors, on a écouté et on a entendu : ,,Nous grandissonsr,
,, Nous réussisson5r>,,, §6s5
leur temps à fouiner partout; mais il faut dire que finissonsr,,, Nous saisissonsr.
parfois ça nous rendait bien service, à nous, les Verbes. Jalouser :

Qrand ils partaient espionner, ils chantaient touiours ;:;:':9:l::r! Quand ils s,accordent avec .<§6ss,,,
une petite ritournelle qui commençait ainsi : lts lont tous -lssons >>.
<<

,,Nous sommes les fouineurs, nous sommes les Envier:


rapporteurs, nous allons faire votre bonheur !" - Alors, j'ai eu l'idée de les appeler 11-Ig1ons, comme
gjlqqqlra dire enrre noui^,.ISSON§;il;.i, ça,' .
Ils sont allés voir la maison du 2'groupe. Ses habitants ISSONS comme Çâ rr, et bien rire.
vivaient tous ensemble, ce qui nous semblait d'ailleurs Jalouser :
j'ai pensé que ça vous intéresserait d'en
étrange. Et, en regardant par le trou de la serrure, ;,Et m9i, faire ra riste.
J. ;;;,la donne
Envier etJalouser allaient découvrir un secret, qu'ils v-oilà. J'en ai ceriainement oublié
tlî.r:la
a l'rntrnrtrf et par ordre alphabétique
nous ont raconté parla suite, très excités. :

$RR.huair, Avertir, !!9ttir, Bondir, Choisir, Démolir,


E n gl o utir, E nvohir,
von o uir, Finir,^G ué;iri;;, :ymp a, c el
.Sle. u i J à),
Moigrir, Nourrir, o_b-éir, pârir, Funir(rui,;.
iàime pas beaucoup),
Rolentir, Remplir, Réunir, Réüssir, nàudi,i, §àirir, "à vieiilir.
Envier:
- Et tu oublies leur chef Grondir, celui qui a établi|accord entre
Sujets et Verbes du 2, groupe.

Je grond§ Nous grondlEEqrs


ï.r grondlg
fl, elle, on, l'enfont grondif ÿous grqnd!§sez
ils, elles, les enfonts grqnd!§ient

ôa)
,frttgntiOn AUX i ,',,1 1:,. .,,,i.,1 ,,.,,,,, ,.,: ! Je vous explique :les Irréguliers n'agissent
pas comme nous, les Nombreux, ni comme
l;: *. - :, :: r..=- i-.**î:=: î-; - -
=*'.-:. -". . les Issons. Ceux-là, ils ne font rien comme les
autres. Déjà, avant de connaître les Sujets, ils étaient
af'
un peu foufous, mais c'était encore pire maintenant.
e rutw, et J alnuulia- htaarvt tunyoil.L[,n , d,' abond. Paraît-il qu'ils s' accord ent bizarrement avec
pan Sou.,,ira, unV otho 0,6604 aL4npattlw. m.eLa leurs Suiets. Moi-même, je n'y comprends rien...
... ou presque rien, car Sourire, voyant ma tristesse,
b;nrvtÂt 0.0.t co*pùad Sauu,Tonu st9,ar,"dta
m'afaitun petit cadeau. Il m'a révélé comment
as ærvt mpprcchî,n mptd,onwrvt. se conjuguent les Irréguliers :

Ils avaientl'air moins gentils, ceux-là :


- Qr'avez-vous tous les deux à espionner les Verbes ? Je souris Nous sourions
Vous sayez que c'est interdit ! Suivez-nous ! Tu souris Vous souriez
[Jn coup de sifflet, et aussitôt Tenir et Prendre se sont il, elle, on, l'enfont sourit ils, elles, les enfonts sourient
saisis d'Envier etJalouser, et, hop, direct en prison !

Moi, Ie Verbe Aimer, ne pouvais rien faire pour eux,


c'était la loi.
Je trouvais que ça leur faisait les pieds, d'ailleurs, même si
j'étais un peu triste. Ils savaient bien qu'il vaut mieux ne
pas s'opposer aux Irréguliers.

Il m'a dit que beau-


coup d'autres Verbes
faisaient comme lui
(Courir, Partir,
Sortir...) mais qu'il
y en avait pas mal,
I aussi, qui n'en faisaient qu'à leur tête.
.\
'11 Moi, en tout cas, j'ai remarqué que c'est surtout avec
I les Sujets njer,., tu» et «ll» que l'.pccord est different
du nôtre. Pour le reste, ça ressemble à notre groupe,
je trouve.

Bon, je vais rejoindre mon Sujet, il faut que je lui


raconte ce que m'a confié Sourire et ce qui est arrivé
à Envier etJalouser.

ôË
. iil

U"net nutt de Mais qu'est-ce que j'ai ? Maintenant je ne peux


plus m'empêcher d'accorder :
, *,---=rj:i-:;j:i:.F.--:::rÿ::::::::::':.-î:l:.j:-.::::::t*fi:t,i,;;:::=;t-:::.:l:-" ."*-*-*-,,.,.,,,r.-:_:*__,]"*.-._-
- Je tiens; tu tiens; il lienl; nous lenons;
vous tenez; ils tiennent..
Au secours ! Au secours ! Qrel cauchemar, ces
flfu, ni uog 6urq0u t!ilih\t ruit W Jo vi.o.u Irréguliers ! On peut même dire que ce sont des
d.e, paaawl Cauchemardeux.

tu dois; il doil;
Dès demain, je dois (ie dois;
Manifestement, les Irréguliers n'ont pas du tout apprécié nous devons; vous devez; ils doivent.. Stop !)
que je connaisse leurs secrets de conjugaison, alors, toute aller voir les deux Irréguliers les plus importants,
la nuit, ils m'ont dérangé. Être et Avoir, et leur demander de calmèr les autres.
D'abord, Pouvoir a chanté à tue-tête : Ce sont des anciens, ils auront certainement une
- Je peux;Îu peux; il peul; nous pouvons; idée. En plus, tous les autres les respectent, car eux,
vous pouvez; ils peuvent ce sont de vrais champions pour s'accorder avec leur
Il a vraiment du pouvoiE celui-là, et Sujet, pas des rigolos !Je vous en parlerai plus tard si
notamment de me gâcher mes nuits ! j'arrive à me reposer un peu !
Pouvoir a été suivi de Faire, à mon avis
le responsable de cette action contre moi,
qui a fait :
- Je fois; tu fois; il foit; nous foisons;
vous foiles; ils font \'
\
Et ce n'était que le début, car Aller est :

venu juste après se glisser dans mon l'


oreille, et il a chuchoté :
tu - Je vqis; tu vos; il vo; nous ollons;
I

ll
I

vous ollez; ils vont. i


:-
... tout en rejoignant Venir, qui est allé -, l

dans l'autre oreille pour souffler :


- Je viens;tu viens; il vient; nous
venons; vous venez; ils viennent
Qrels filous, ces deux-là !
Ça se calme !Je prends un somnifère.
- Je prends;Îu prends; il prend; nous prenons;
vous prenez; ils prennenl.

.-.'


c)A
.-,
x
rI
tne VâuoL\ Comment vivre sans Avoir ?
Si tu n'as pas, tu ne vis pas non plus ! Comment
vivre sans avoir faim ou soif sans avoir du plaisir
ou de la peine, sans avoir une mère, un pèrè ?
Moi-même, j'aisommeil, tu as envie de découvrir
fluaot d.o to taenrutu m.o6 h,o,y.orûtan auoc la suite de mon histoire, on a tous peur de mourir,
nous avons du plaisir à nous conjuguer, vous ayez
O.ea
$anauaeta of &vow, d.e,6 wvÆrvttaa certainement le désir de faire comme nous, et ils ont
rnpon"tnrvtu pob npL o.t psb mnrv 6omn/,tl,, eu tort, les Cauchemardeux, de me déranger.
,1.
$au"t W Jo
fu, pafu, d.'o-ua,.

Je te disais que ce ne sont pas des rigolos et qu'il


fallait que je les écoute, car sans eux on serait un peu
perdus. On peut même dire qu'on n'existerait pas !
Tu ne me crois pas ? Ecoute plutôt :

Comment vivre sans Être ?


Si tu n'es pas, tu ne vis pas ! Tout ce qui t'entoure
est. Moi-même, je suis un Verbe, tu es un humain,
il est mon Sujet, nous sommes vivants, vous êtes \
contents, j'imagine, de partager mes aventures, et ils il, elle, on, l'enfont o
sont nombreux, les Verbes qui auraient aimé raconter
cette histoire à ma place.
ils, elles, les enfonts ont

il, elle, on, l'enfont est I

\l
Être et Avoir sont de vrais Maîtres-Verbes.
faut donc que j'étudie bien leurs règles.de
I1
ils, elles, les enfonts soni conjuggison avant de les rencontrer ! F.t pourtant,
que. uis fatigué !
,1

ak
,JWon (',fr,üectt( - Je suis un Adiectlf, a-t-l|dit. Tiens, toi,
le Verbe Aimer, tu m'as l'air drôlement énervé.
Eh bien, tout à l'heure, tu auras besoin de moi
pour te présenter à mon maître, Être.
- Pourquoi, moi, j'aurais besoin de toi ?
IO OWtt nûCL, ey[Otau^1ru:Lü uw chÂ,ttaw - Qrand tu vas te trouver face à Être, tu vas lui dire
pantaryont€.fia of Ave,t- quelque chose comme ça: ,,Depuis cette nuit de cau-
W 60
chemar, je suis fatigué, excité, triste, pâle, lent, malade.,
§ - Et alors ?
Dès mon arrivée, j'ai été fouillé - hertreusement
'que j'aime
tout, sinon il y arâit de quoi
être vexé -, puis on mlâ interrogé.
ê
' « Fatigu êrr, ,rexcité
-:
,,
-Nom? « triste ,r, ,, pâle rr,
- Aimere
" lent
rr, ,, malade rr,
- *-Qd'.I groupe ? i, mais aussi ..iauner,
Pre*ier groupe. ,i1 «fougç: ,r, ..fugq1eux>>,
"
- Raison de votre visite ? i, ,. grand », « petit »,
- Retrouver :i et bien d'autres
le sommeil. '/, mots encore, sont
Enfin, 1'ai été n: des Adjectifs.
?
conduit dans
une salle d'attente.
Par chance,
j'étais seul.
Çrâce à moi, on peut dire comment sont
Au bout d'une les choses ou les personnes.
heure, pendant Comme je te trouve sympathique, si tu as un trou
:r-
f--,j
laquelle '1'ai fallh de mémoire quand tu parleras à Être, je te glisserai
m'endormir à plu- lâdjectif qui te manque.
sieurs reprises, est Il te suffira de regarder mon visage et tu sauras
arrivé un personnâge quel Adjectif je te souffle.
que je n'avais jamais Par exemple, si tu me vois tout rouge, tu devras
rencontré jusque-là. dire "furieux". Bon, assez bavardé, tu as dix
I1 avait un corps éton- minutes pour parler ar,e. Être. Il n'â pasgue ça
nant, tout en caoutchouc, à faire, et, si tu te conduis bien, je f emmènerai
et un visage très souple, ensuite chez Avoir.
comme s'il pouvait le tordre - Merci beaucoup, tu es génial, rigolorgentil, beau...
dans tous les sens. Comme c'est chouette, les Adjdctifs !

ôt
!u: m "lë * ln" c)rou?e - Alors, Aimer, je viens de voir les Irréguliers.

=:njlglÿ
'h1... '.
Ils sont très en colère, car tu détiens un de leurs
secrets. Sourire a été puni, et je suis très ennuyé
en ce qui te concerne !
Jî't

Le ontrd, mnmznt ôtttt amtu6, , Sa voix grondait et tonnait. Je ne l'avais jamais,,


0^ vu dans un tel état.
,r,\ A,A;ict4 mt e*nd.u*aatt cht4Eta.
- Je ne sais pas quoi dire... Je me sens tout... i
tout... comment dire ?... ; :'\
'
J'ai regard,é Adjectif : il avait la tête baissée. I 'tr
- Tout HONTEUX ! Qre puis-je faire pour : lit.J:
réparer cette faute ?
- Ô.r la révélé un de nos secrets. A toi de me t''r,
confier un secret du 1" groupe.
très ordinaires. Nous n'avons aucun secret, ou
alors de si petits, à côté de vous...
- Va pour les petits. Dépêche-toi, je n'ai pas que
ça à fate.Je dois vite calmer les lrréguliers.
- Il y a bien les Verbes en -.yer, en -eler et
lïlill:"1::_::::f :blf r_ry::,:,-.:.::::;=ri**
Aboyer : i'oboie; tu oboies; il oboie;
nous oboyons; vous oboyez; ils oboient

Appeler : i'oppfle; tu oppelles; il oppglle;


J'ai découvert une grande salle - le bureau d'Être ? - nous oppelons; vous oppele4; ils oppellent
toute en bois. Serait-ce du bois de hêtre ? Ce ne serait
pas étonnant, car Être aime bien jouer avec les mots Jeter : ie iette; tu ielles; il iette;
et notamment les Homonymes. nous ielons; vous ieiez; ils iefexl
Par exemple, .. mer >>, « mère >> et << maire » sont
des Homdnymes : ils se prononcent de la même
façon, mais ne disent pas la même chose. -Donc il y a bien quelques Irréguliers
Comme pour " Etre » et « Hêtre ». aussi dans le L" groupe. Merci, Aimer, de
m'avoir confié ce secret. Tiens ! Prends ça.
Adjectif est entr( en premier.Jel'ai suivi. Je me suis
?Vî}
trouvé face à Etre, Adjectif était à ma droite, et je Il m'a tendu un papier plié en quatre...
I voyais bien son visage. - Et toi, Adjectif, conduis-le chez Avoir.

QÔ ô.)

E
,rt tous ks I
Mon papier ? Où est mon papier ? Oh ! Il est déjà dans
1a main dâvoir. Je vous l'ai dit : il a tout.
Il le déplie, le parcourt des yeux, me regarde et ouvre
la bouche :
- Aimer, tu vas être le premier - après Être et moi-même,
îpniu utow unÊt*, 1'6taua dnàd dau touu bien sirr - à savoir ceci :
nor 6tab. of eL rvdtatt pat $ni!
Quond le verbe s'occorde ovec le suiet, il peut s'occorder
à tous les lemps, les temps du possé, les temps du prêsent et
Car arrivait mon entrevue avec Avoir, et là, jamais les temps du futur, les lemps simples ei les temps composés,
je n'aurais cru voir ce que j'allais voir et apprendre les temps du dêcor et les lemps de l'ociion.
ce que j'allais apprendre.
D'abord, le bureau dâvoir. Dans ce bureau, il y
avait tout ce qu'on peut rêver d'avoir. Ami lecteur, - Donc, si je comprends bien, c'est comme si je pouvais,
imagine n'importe quel objet et je te montrerai où avec mon Sujet, utiliser une machine à remonter
il se trouve chez Avoir : IL A TOUT ! le temps. Ouh là là ! Mais, alors, on va pouvoir se
conjuguer de mille façons ! Génial !
- Génial, oui, mais attention !Je serai souvent présent
lorsque tu te conjugueras, et donc tu auras intérêt à
ne pas faire n'importe quoi !
Savoir bien se conjuguer, c'est tout un art !
I1 m'a congédié d'un geste :
- Pars maintenant. I1 n'y a plus rien À VOIR t

Ensuite, Avoir lui-même. Il peut avoir, quand il


Ie veut et en même temps, toutes les qualités du
monde, mais aussi tous les défauts. Par exemple, 1à,
devant moi, il avait l'air à la fois gentil et méchant !
Alors, tu comprendras que moi, Aimet je me faisais
tout petit et que je n'avais plus qu'une chose à faire :
I tendre mon papier.

34

L
I

Ict lrêclre d',rtimel- Quizz


::;5#Éâ;F;' r"*'*.,'-;

1 Les Issons ont été appete, alA*i-ài#à:"


de leur terminaison quand ils se coniuguent :
a) à la 1'" personne du pluriel
b) à Ia 2'personne du pluriel
c) à la 3'personne du pluriel

2 Les lrréguliers sonr des Verbes qui se coniuguenr :


a) au hasard .i ', ,,
b) avec personne
c) de façon compliquée '.

,'. ":,-
,.'.t.t'
3 Être et Avoir ! 't''.'"-.''ir.,
a) se mélangent souvent entre *or ,--
b) se mettent souvent avec d'autres Verbes
c) restent toujours seuls

reu
Fabriqued:t
+ l9Pl,:,,?,
ptt{"rri.'"irl,Y.Tll,f",
a,, .. EIle a,,,
Les petits secrets de certains
Verbes du L" groupe, c'est :
dessus, "J'ai "' " ti:;; ont ", a) qu'ils ont, eux aussi, une conjugaison irrégulière
.. Nous u"3"t,.'i. ^urr,,,.IIs Il est ", b) qu'ils voudraient rejoindre les autres Groupes
rrrîr*,,.. Tu es,,r:
ont " r';ï;;pe êtes ", c) qu'ils se font des cachotteries
o Elles ", s »: n VouS

: iilffil î, : Tfii;,.* I ôr.,1:: [::ï'j., l,'v


(g's
;';;;','n' YïX,',ï,'i,ti ;"::ii .t aiouter
dire .t o"';";'irir.-"". cortecte'
\J 'Z
(e't
nour phrase
i"ri''^ce soi,
quî cq uc he rnqrde
: zztno

i::'*#:iï::'îi' i?9,:
:
.?,?#"T9
rempJ e, r.,..ï.,il::iï,;;JJ:f ,, on s rigor o,;,t'
ux 'JrJ^nO i rrlre4
i lng i rrUInoS
' _us sropo",.
vou,,Ë;;;;,:ff:"i:pes. il sripe. : suoss! sol

**B*
sasuodag
(hez k Il a lancé :
- Oh, toi, Aimer, tu m'as l'air de perdre ton temps !
- Mais oui, c'est vrai, comment avez-vous pu deviner?
- C'est mon métier. Et maintenant, parle-moi de toi.
T
)'6tat"a 6oLtL du c[tÂ,tenw compl.àtanant 6onn6,. - Mon pÈre était la lettre M et ma mère
Ehunt puL eztta nîN(lntîsn,
Ju iutau q*,* la lettre E. C'est pour ça que, quand je suis né,
, o'[.0,w mz coulhüL ,,\\
z'*,*--:--n ils m'ont appelé "Aimer". J'ai passé une enfance
boul, d..îÀt)L ?owL ni.upûwc ot
-j I/ /it'@ni.,.''
//r..-.e \ merveilleuse : j'aimais téter, gazouiller, j ouer, marcher,

c\ctt"y ,//,/i"'
re?anfu.a, m.Q,6 u?^LA. manger. C'était fabuleux !
n Ensuite, à l'école des Verbes, j'ai découvert les autres,
*f,wffit{,ç /
.

Et puis, au réveil - enfin une vraie nuit de sommeil ! - :,2,\ffi)*)..;_', ceux qu'on surnomme maintenant les Issons et
m'est venue cette pensée : Avoir s'était moqué de les Irréguliers, et j'ai tout fait pour qu'on s'entende
moi. I1 m'avait fait rêver, mais il ne m'avait rien dit entre nous.
sur ces voyages dans le temps. Comment faire ? Après l'école, j'ai{ait des études pour devenir
J'étais perdu et, quand je suis perdu, je me rends Spécialiste en Verbes du 1"groupe. Mes parents
tout de suite chez celui qui aide les Verbes étaient si fiers de moi quand j'ai obtenu mon
perdus, le psychologue des Verbes, le Verbe diplôme !
Analyser.
- C'est bien, Aimer. Mais dis donc, ton voyage
Dès mon entrée dans son cabinet, Analyser m'a dans le temps a commencé : tu as dêiàfait
proposé de bien m'allonget de bien détendre mon un voyage dans le passé. Tiens lJ'ai écrttces mots
"AI" et mon,,M, sur le dossier du fauteuil, et enfin pendant que tu parlais. Tir me diras ce que tu en penses.
de lui montrer mon n-ERr. Analyser commençait
toujours par examiner notre terminaison - pour moi,
c'est le -ER - et il disait ce qu'il voyait.
;il Sur la feuille, il y avait des mots placés n'importe
comment : <<mon père était"; " je suis né"; "ils
m'ont appelé " ; "j'aipassé " ; nj'aimais, i,,c'était" ;
j'ai découvert» ;
" "j'ai {ait"; <<mes parents étaient";
j'ai obtenu r.
"

id*.o,Â.
:
-!
:+- -l tr

:=2

Ë.
t.

38
I

æ#'* æ &
ÿLmpkseb (omposés Soudain, une phrase dâvoir m'est reveffië
en mémoire : "Je serai souvent présent.lorsque

tu te conjugueras. " Mais oui ! Parmi ces Verbes


conjugués, il y en alqui sont accompagnés
d'Avoir et même d'Etre, et d'autres non.
Rr-ntné^chl4 mnL, a?,rèa u)ow bon4ow üt ki
Tiens ! Faisons deux colonnes æi
à, npn Eüot. io na dwa înata-L!..î, da^a 0n cütuw :
.!UU
of aL wiar,Af 0n $ouillt &'A,talr6"aen.
6'

Pourquoi avait-rl écrit tous ces mots ?


Bien sCrr, j'ai rcmarqué tout de suite
ffi\\ qu'il y avait les couples que je connais
bien maintenant : un Sujet-un Verbe
wl *\
'î{Ëffi
(mon père * était), un Sujet-un Verbe
(je + suis né).
r\ §id Mais pourquoi Analyser avait-il écrit
_z
ces couples n'importe comment sur
--' 'i:***: : ,fi âii,;1..r..,.'-1','1 j

r '+^:".-l \.',' - i---;-t.-'**"- j


la feuille, et que devais-je trouver? ,.1i,..6
11&-ur"":
) l:sg:! ( Ë tr* r;
Réfléchissons. Faisons déjà la liste
des Verber Êt.. ; Naître ; Appeler; f **- "---"- - !
'
Passer; Aimer (j'y suis !) ; Découvrir;
Faire; Obtenir.
Il y a des Verbes de tous les groupes
avec des Sujets très variés. Mais, alors, -Ëtl- --
qu'y a-t-il de particulier ?
Çay est !J'avais trouvé :
Il y.a des tempr 4, où les Verbes se
s.
1, ''
r'\ pa^ssç
J1r-! 1
, d,] i
: i'. ! u *-i-1. coniuguent avec leur Sujet sans l'aide d'Avoir
'{lu! S.4 ou Etre. Ce sont des TEMPS SIMPLES.

Il y a des temps du passé où les Ver[es sont


accompagnés et aidés par Avoir ou Etre^.
Comme ils sont composés d'Avoir (ou Etre)
et d'un autçe Verbe, ce sont des TEMPS
coMPosÉs.

4t
Ie mcfich de - C'est bien, Aimer, mais tu n'es qu'au début de ton
voyage. Tu ne m'as encore pratiquement rien raconté
de ton enfance. Ferme les yeux et essaie de te souvenir
d'un événement qui t'est awlé quand tu étais petit.
- Alors, c'était au stade de football des Verbei.
Bun. t!. $awt W [o rruo d.npôcÿg , ô eL naru boe.snù I1 était plein. Il y avait notamment les grands maîtres
rund.o4-ueua ailoc ANW*. J aL hôto d.o 0L uouL. du village, Ëtre et Avoir, mais aussi mes parents,
^-4" M et E. Ils étaient venus pour assister à la finale
uw 0n-d,6enw):)Lte W
ï;L $atta 6w 016 Tonpa I rzW entre l'équipe des Verbes du 1.'groupe et celle des
8'*tp0^ of Corrupoaî,a. Verbes des deux autres groupes. J'adorais ces matchs,
car je jouais avec mon copain Blaguer. On s'entendait
Arrivé chezlui, j'aiplacé le "AI ,, le,,M, et le "-ER" à merveille sur le terrain, mais aussi dans la vie. Il faut
le plus vite possible en bonne position, tellement dire qu'il racontait drôlement bien les histoires
j'étais pressé de lui parler. drôles, par exemple, celle...

- Alors, Aimer, tu as avancé ? - Stop, Aimeq tu t'éloignes du match !

- Oh oui, Analyser, j'ai tout compris : quand - Oui, c'est vrai. Excusez-moi.
on voyage dan^s le Passé, soit on est seul,
sans Avoir ni Etre, soit on est accompagné - À ,., moment, je pris la balle, je la transmis à
de l'un des deux. Blaguer, nos adversaires ne purent l'intercepter,
Blaguer passa la balle à Marquer, qui tira en pleine
lucarne des buts !

- Bien ! Ouvre les yeux maintenant.


Regarde tes mains.

Dans ma paume gauche


étaient inscrits :
"c'était,; "il était";
" il y avait ; " il5
r,

étaient" ; "j'adorais " ;


je jouais r, ; ,.9n 5'sn-
"
tendait" ; "il racontaitr.
I
Dans ma paume droite :
n je pris » « je transmis ,
; ;
O
«nos adversaires ne purent»;
" il
passa ; il tira
" " ".

43
I
tëuohe des Ye.tit s Désormais, on vous appellera les Déterminants,
car c'est vous qui.êtes les premie_rs à indiquer
si les Sujets sont Un ou LIne,
et s'iIs sont Un ou Des.

Mu* W puuo-t-U? J'uOlnu ni$O.ôchn à, c.o,


, Il y aura donc un
6Q. Déterminant, parfois
un Adjectif et toujours
W ôttuLt Uuuit 6wL m.8,6 ma;n6, of voîLà W ?Lub un Nom, et, tous
ni-o.rv rw ua, a.w vtlln$o of
W bd Eu6ott aorut teu; ensemble, vous vous
taado.rwb0,i,a dau b,u" ao.0,0,e, d,o. ûnærv. nommerez Groupe
Nominal.
Je suis parti aussitôt pour voir ce qui se passait Vous êtes tous aussi importants,
et, là, c'était la panique. Je voyais plein de petits les petits comme les grands !
mots qui couraient dans tous les sens et criaient :

- Une seule solution : la manifestation ! Et les Déterminants sont repartis, enfin calmés,
Ce n'est pas parce que nous sommes des petits mots se disant entre eux avec fierté :
qu'on ne doit jamais parler de nous ! « Petits, oui, mais Déterminants. »

La paix était rétablie.


Mais je n'avais pas fini. Pour ne pas rendre
jalouxJe, Til, II et les autres, qui sont
',; aussi des petits mots, je les ai nommés
-':,' Pronoms Personnels. On les appelle
1; Pronoms, parce qu'ils sont comme
-. .f : , vent - , et Personnels, parce qu'ils
l: É [' sont assez fiers d'eux : ils aiment bien
{.- -: rappeler que ce sont eux, les Sujets les
plus utiles quand on raconte quelque
Alors, je les ai observés et j'ai annoncé : chose, et ils n'ont pas tort. Rien que dans
- Le, la, les, un, une, des, mon, ma, ton, ta, Ia phrase précédente, j'ai utilisé cinq fois
"ils,
son, sa, mes, tes, ses, notre, votre, leur, nos, et deux fois " on ".
vos, leurs, ce, cette, cet, unr,deux, trois, et \ù
tous les autres, vous êtes DETERÀ/IINANTS. Enfin, voilà deux nouveaux noms inventés en peu
On a besoin de vous ! Sans vous, les Sujets n'auraient de temps : Déterminants et Pronoms Personnels.
aucun sens. Par exemple, «petit garçon mange soupe », Pas mal, non ?
ça ne va pas !
tt de ræËs ! J'ai une idée : le Temps qui n'a pas supporté
la transpiration, je vais l'appeler Imparfait - il est
Ioin d'être parfait - et le Têmps qui est resté intact
sur ma paume droite, je vais l'appeler Passé Simple.

Q,roll^ 6mntæu rwwb uotLi.arul da vwru! J'ai doncvoyagé dans le passé, eti'ai
ÿ,u DOAmirrarvtt utui.o,rvt barv nü 0n paqatlb. rencontré en tout trois Temps différents :
l'Imp_arfait (f e l'ai employé quand f e faisais
Remis de mes émotions, je me suis souvenu alors de mes une description); le Passé Simple (ie I'ai
mains et de leurs secrets. Horreur ! I1 n'y avait plus que employé quand je racontais des gestes et
quelques traces des écrits dânalyser sur ma paume des actions) ; le Passé Copposé (telui qui
gauche, le reste était parti avec la sueur. Heureusement, est composé d'Avoir ou Etre, plus un Verbe).
sur ma paume droite, les mots étaient restés intacts.
Essayons-les un peu :

Dans ma paume gauche, on voyait


ait; ait; ait; aient; ais ; ais ; ait; ait. imporfoil Possé Simple Possé Composé
Tiens, que des sons o è r.
Ql'estrce que ça signifie ? il, elle oimoit il, elle oimo il, elle o oimé
Sur l'autre pâume, pas un ils, elles qimoient ils, elles oimèrent ils, elles ont oimé
',, seul son ,, é, !

Qy. j. me souvienne :
au début, j'ai décrit le stade,
le public, le match et les
joueurs. J'ai donc donné
le décor et, 1à, je n'ai employé
que des Verbes finissant pâr « è ». q

:
Ensuite, j'ai raconté une action tà
.g
G
*
::.- de jeu avec des passes, {trq
des tirs et, là, plus de
Verbes en " è r. Donc, t
sans m'en rendre
compte, j'ai utilisé
i /
*i\Izll..L
n.,i,5 deux Temps diffé- +.#-F
,\\ ëffi
'r

I
;

I
J0m *Â
.,
rents du passé.

I Mais qu'est-ce qui se passe ? Qri frappe à ma porte


Serait-ce encore un coup des Irréguliers ?
?

I
I

46 47
Quizz
va pouvoir voyager dans
{iT..
a) grâce à une machine
r o-- -"* Ie passé : ti::rr{.!l
::l§§ -
.&-1 ."':"

b) en racontant sa vie
c) grâce à Avoir qui lui a rout expliqué

verbe est au Tbmps composé


,î;.*:S'un quand
b) il est accompagné
d Avoir
c) rl est accompagné
d,Être

J a)r.,accompagnent
Déterminanrs :
le Nom
b) accompagnent Ie
Verbe
c) accompagnent Ie
Nom et le Verbe

JeU à quotfg.^.,* sur rune, te


mot 1présetl.: + utilise pour raireune description
;;;.,,"'::1:'",1ï,:îï::::ïii:,'.."tu-,;Y:,ffiï:T:
t"
.,f.frffii,ïrî,T"
b) I'Imparfait
est :
O"tt;:
sur I'autre' " vraie ou inventt:
",il..r,t.etracontsi;;;;;*tr."ji""rîjHt:*r*:1"1.'
]
c) le Passé Composé
"".îir.ire
dans le ternps
*H;;r. on peut 3i"ï*i,:_i.ltÏJ'rr,r,.esses, erc. uort:r (ç
,,, *oint tfente:,1i.Ï. ,,ir,oite de Verbes'
de 1 ro:ÿp (i
aîui.; uon:e ([
Histoire triste; H ror?P (z
uon:e (1
ê uor+fD,p saso.rqd no
,olgp op sêsDjr.{d
-':mer prit son sac et sortit du village des Verbes. $'v
(E'I
- (: no (q '7
-: village des Virgules était sur son chemin. (q't
-- s'y reposâ quelques jours. : zzno
- lr, dans ce village, habitait un point-virgule fort sympathique. sasuodgg
' --s repartirent tous les deux. :

b..<
Une chezkslen$es Dans la maison de Faire, un spectacle étonnant nous
attendait : le Verbe Faire était allongé sur son lit et
le SujetJe lui tenait la main. Faire passait par toutes
les couleurs et il suffoquait :
- Aimer, je fais euh, ie fais euh, i, f...
J at owut , d.elarvt nwt r!. g utaLt d.e.a Ve*u.
Y ofuu. - Tu fais QUOI ?
Jo ,aen,rrwu6a,ta 0n phpont-dt, m.u a,mia, nîmz A cette question, il a explosé :
o th oruar,orut. [, aw conpLÀtwrwrvt potdu. - Je fais la cuisine, le timide, des câlins, des bêtises,
le ménage, la pluie et le beau temps, de la bicyclette,
du sport... *,
Un Verbe que je n'avais jamais vu jusque-Ià s'est I1 n'arrêtait pas. . 1ÿÇ;v--:ÿ
t{
moi \L
avancé vers :

- Aimer, je suis le Verbe Accoucher.


- Accoucher ?
Accoucher prenait chaque mot dans
ses bras et le déposait précieusement
w
., .4'l-r11\

- Oui, Accoucher. Il y a une urgence. Le Verbe Faire sur un coussln en disant : - .,


,:f---.
'--a/\
I

- Oui, mon petit


FI
estbizarre. Il ne cesse de répéter : Je fais euh... Je ,. '., ,{s}'
fais euh... Je fais euh..., sans s'arrêter. I1 respire fort. Complément, que tu es f,æ
On sent qu'il va ajouter un complément. On a besoin beau ! Toi, tu es très puis-
v4ÿ
de toi pour l'aider à Ie dire. Moi, je m'occuperai sant (la pluie et le beau
du reste. temps); toi, tu es doux
(les câlins); toi, tu nous
mèneras la vie dure
(des bêtises); toi, tu...

Donc, un Sujet et t
un Verbe pouvaient";( a.

*
donner rrâirrurr..
à des Compléments;,' ' ) ,e§t tl
lril
-\l' I

C'estformidable! -i"

Suiet Verbe Complément

Je fois lo cuisine
Vous lisez mon histoire

tr^ 51

a E-
iloc(cncfilon des Ainsi, pour mon premier Complément, que j'ai appelé
je me suis rendu à ce Bureau pour en faire la
" Ia vie ",
déclaration.J'ai été reçu par le Verbe Enregistrer, celui
qui note toutes les naissances :
O i[ -
rÿel
-Nom?
1 p*t* d,e. e,B.
lu*, Cu^p\.ôntnta iorut e-ut6,
Ooa - Aimer.
- Nom du Sujet ?
d, oruiou daÂa touu O.e,a bury M 9u";ot-V e*0.
- Je.
- Comment s'appelle votre Complément ?

Les familles grandissaient, certaines avec un seul - La vie.


Complément, d'autres avec plusieurs. I1 y avait aussi - Donc, je note sur mon carnet ; "J'aime la vie ".
des duos qui préferaient ne pas en avoir. Après tout, Attention, .la vie » est votre Compiément à vous,
chacun fait selon son désir. le Verbe. C'est vous qui en êtes responsable !

Du coup, avec tous les nouveaux Compléments,


tout devenait plus compliqué : par exemple, les
Verbes avaient continuellement peur de perdre leurs
Compléments. Pour l'éviter, on a eu f idée de donner
à chaque Complément une carte avec, marqué dessus,
par exemple, "ys16. Aimerr. Comme ça, on pouvait
nous le ramener s'il se perdait dans le village. Et, pour
qu'il ne soit pas ramené par erreur au Sujet, on a
constitué deux groupes : le Groupe Suiet et
le Groupe Verbal.

Groupe Suiet Groupe Verbol (verbe + complément)

J' qime lo vie


Tous les hobilonts se rêunissent en ossemblêq.
[e Verbe Foire o eu un Complêment !
Envier est louiours en prison.
Le psychologue reçoit les Verbes perdus.
Une loi a été votée en assemblée des Verbes-
Sujets, disant güe, dès la naissance d'un
Complém ent, c'êtait au Verbe d'en faire Mais, au fait, sais-tu que, depuis qu'il y a les
la déclaration au Bureau des naissances. Compléments, j'ai une nouvelle maison ? Suis-moi...

53

f
JWa - Parfois, on appelle d'autres
'ffi?GffiffiL Compléments Essentiels, qui sont
olus lonss à arriver. Ce sont les
bompléilents d'Obiet Indirect (COt).
Pourquoi indirects ? Parce qu'ils
Du* ,la ryuoi A W a. u.t1,o, ?rèu pütwrpa.0.o,, doivent prendre dans une armoire
W Sa.Wn d.o, Couwa,ioo, oDu on ao rutnswto srvta une Préposition, c'est-à-dire un petit
mot qui les accompâgnera. Ces petits mots
ïr4utt, \l e*u tt eu^p0i-no.rvta. sont notamment oàret.,der. Moi, le Verbe
Aimer, je ne m'en sers pas beaucoup; mais
les Verbes Donner et Parier, eux, les aiment
Comment ça se passe ? bien : " I1 donne à son voisin " ; "J'ai parlé
- Un Sujet, par exemple Je, arrive chez moi, et de ton problème "...
propose de se conjuguer avec moi.

- On se conjugue ("J'aims "), et on fait appel à


des Compléments. Entre nous, on dit qu'on fait -Enfin, il y a les Compléments
un méli-mélo des Mots. Circonstanciels (CC). Ceux-là,
on les appelle seulement lors
- Le plus souvent, à la fin de la journée, quand de grandes circonstances,
on est fatigués après le travail, on appelle surtout quand on a le temps, par exemple
les Compléments qui dorment dans la le week-end ou pendant les fêtes.
pièce juste à côté, qui n'ont pas besoin Ils sont longs à arriver, car ils ont
de se préparer. Par exemple, " lx vie,, deux étages à monter. Mais qu'est-
« ta nouvelle coiffure )), << les chevaux" ; ce qu'ils sont rigolos ! Ce sont
" "J'aime ta nouvelle
(" J'aime la vie ; eux qui égayent nos Phrases, leur
coiffure"; "J'aime les chevaux"). donnent de la couleur.
Mon Sujet et moi, on les appelle les
Compléments d'Obf et Direct (COD), Et voilà qu'ils se révoltent !

car ce sont ceux qui viennent le plus


vite, directement de la pièce d'à côté.
Ce sont nos Compléments Essentiels,
car on ne peut pas vraiment se passer
d'eux : si tu di5 "J'aime )>, on te dira tout de
suite "Tir aimes qUI ? Tu aimes QUOI ?",
et tu auras besoin de chercher un COD.

" Jo, to O.at d.e,adinît po-go 6tlrrr,üLto.


AA
54 UU

J
-l :li:, .

i
,..

,,
lf
r
l

. ::t .
,l
i rl
';
ill'l'
il { --t itu:iÏll,- ::Èi::::it
,9]l ii:,
":r -' {
ir.ir,i:.6.n \"\\ -{
r t"i''-.)
t
I [r
i.i, . 'f:r'. : rr i
t
r
t, ;:
f ,.t, lt r,,l:,, t I

/{ ï
i
.
f'r, i :.'.;,: !.t .. , r.t . t
!
i

tr
1
. :':." r i.'r'i'.'.
..,.: ",
j
i :-t''"-aL
- --' ''
t
I

'*m
:ffi* L-É-'
@ ,-"---liï
{
J
il

i:
i.r'"/ {!-..
/r':
-.

ti
: -,1
: -'-..,---.*j:5-
lrqr
i
,,.,: .-ïl I
' tF't .l.' l ,t-' *{
r.i.u"r.: ...

..i : ),.:ri

ri
I
j
â-c^
ti
dt ,T'1r1f :

€+
I
ll
d I
ol
-t
§J*--4
't*_*)
-n
Eæffi ^.â/'
i
I
i
i
r
-/:
i--
r - i\i

Wt. id
Ja'l-t€l
;r-/#
t%
i*%
rs
r; id"fi"rï
§{
t!
tii§
i$
*<
-ô-\)
1t
BT

!t* ï,
tir
l ti
rti
i l.!
i ii
t i-i

rj;
rl
\t: {l:
lI

r
,
)§l
../t:.
ia
..:
''§ iI
\jj !i
it.t
-"+ i
Jci Jftcnntenctnt ! - Moi, Maintenant, et tous mes compagnons,
Hier, Aujourd'hui, Demain, L année prochaine,
Autrefois, Tout de suite, et j'en pâsse, nous voulons
être présents dès le début des Conjugaisons et ne
plus attendre le bon vouloir du Sujet-Verbe. On doit
Au* bu cor Co^p0Â\.arLtb, Ou C\D Wu" CC de monter toutes ces marches ! C'est quand
wtîl.rto tat^;- 0u jowu, Opa ClI q,rl nottr.,rut même un comble, de devoir attendre alors que
nous sommes les spécialistes du TEMPS !
d.wtonpa à, noinlpor,*, ot\,ot ëC
q-urv dont
?oLw|,el gand.o,a o,.tnawu.tn co*prcnùoa qto, C'est vrai qu'ils sont Compléments
?oLuL rww6, co iAtatt peb 0e $ôtt tsr^a 0,e,a jowul Circonstanciels de Temps, ceux qui
indiquent quand se dérout:.:l t.:-*Sltolÿ,
,.,,6f§ ib.#-. lt
Et justement, ce soir-là, c'étaient les CC qui avaient Derrière Ici et Maintenant, ,: E/'
déterré la hache de guerre, avec, en tête, Ici et il y avait aussi les représen-. .

Maintenant. tants des autres CC, avec

sont
â

- Moi, Ici, et tous mes compagnons ici présents, de Manière (" Çs ne :,


Là-bas, Dans cette maison, Au village, En haut, pas des -r.rièt.t !,), les CC',
En bas, Au loin, Dessus, Dessous, Au milieu, et de Moyen (,, Nous avons les
j'en passe, nous voulons habiter dans la Salle de moyens de vous faire changer
Conjugaison. On doit CC de monter toutes ces d'avis !»), et j'en passe encore...
marches ! C'est quand même un comble, d'être
à distance alors que nous sommes les spécialistes Sur la banderole principale
des LIEUX ! on lisait :

.:l{-st t.:,.::n.i,
.1 :a.,.
:
.,.,.,>-? ritg-:!

.!; ;,:' f

;.-f-- rr,
fj
C'est vrai qu'ils sont Compléments Moi, j'aimais bien les Phrases minimales
Circonstanciels de Lieu, ceux qui (Sujet +Verbe, et parfois un petit COD);
indiquent où se passent les actions. mais, bon, d'accord pour la fête ! Youpi !
'58

A
ÿ-a wclrê, d'Âimet 99t..
I unais.^_
I
Pes cornpléments inf r::i îî ïx!l+i::*i
c) Ie verbc
gur donne
;,
r", o.î;J:..
^ 'i nrrrrrllr.
.bssaied,écrire des
2 5 cornr " ci*liâi'J"'
.'--'lnce

fr.n:r",**fiir,,,ii#;1?,,ï,i,i,if _s,p.ssibe :Iérnent


--'r d'Airner
a) aftne lavioâIlnef Lr
est :
b) Ia vie
q c) i,airne
Ja vie

J r.,,., cornrrr,,,^-. les plus t


:l èôËurernents urilisés sonr
b) Ies COI ..

c) Ies CC'

4' Les cc se 5n^* .- -


B f*rtî:ri:;h'ï eue :

__rarcflt
,..ç:,*.
deJrois ioueurs cornrne aussi
Jeu à deux êquipes- irnportants
gue les autres
A** équipe ' ;;; t'oi' cartes-personnages rte - c o mpl ment'
é

une c arte- s ui t,
;;à-và,'! : : Ï.""b de chaque-équlpe
a
rof,/co3/|Ji-r-'ç't
çOD, COi ou CC ?
e
les trois joueurs f,f, / co3
Au signal de I'animateur' au hasard' et l'équipe
gagnânte uLv'rc sl ro) / Go3 '[
se répartis""t
it"i"î;;';t' COI ou
res passages
sourignés sont des coD, ))'z
oraiement une qht":'^
des des CC. COf,'I
est celle qui formera plus vtte' e f,f, no lof,'oof,
o Suiet + Verbe
+ ôomptérnent' le l] f ::l lo:r,, fait visiter sa maison.
(,'v
variante en remplaçant
2)
-./ II
rr esr
LrL enrré
crrrre
On peut aiouter une
ia Càrte-Co*pralàt f """tt
Carte-COD' ji Il ::::.te
t'effiau{§ol
oans
dans la oiè
oièce principale. rc'Ç
hZ
(r 'I
ërtt*COI ou Cart"-CC' ilI ry*
5) En ' "s"de;üür.ilÏ
fin de viiite, r
: zztno)

ffi à chacun de nous. sasuodgg

ôn
tcu ot

FF
In:
Hil lJ Flt 11 r,T ot ,.,rrj,,.' -

pour ks ÿhl'ases !
,

Celui-là, je l'aime bien : on met


toujours un Point à la fin d'une
Phrase (un Point . » ou un Point
<<

d'interrogation ,, ?, ou un Point
d'exclamation " !»), et la phrase 7
Un alnuW Ào arJlltu d.w mntûû.0.0.
aontaca peut ainsi se reposer
^atn,
petw 0b bôt!,, a* d.îd*e)Lt aw tsuu 0u paÂÂ,ua.u/x, I

;' j

of ruu,a fu" uillngo d.o,a u$$trhu îl&branu6.


LL
I1 s'agissait de voter pour les lois de la Phrase.
Qy. j. vous explique : les Phrases, on en a déjà C'est vrai que, quand tu roules
rencontré un «paquet». sur une phrase, les Virgules
Quand des mots se suivent et ont un sens, peuvent te servir d'aires de
ils forment une Phrase. repos. Ça te permet de souffler
Par exemple, "J'aime la vie » est ma phrase préférée. un rnstant.
A f inverse, ,,la vie aimej',n'est pas une phrase, -4f-
car cela n'a aucun sens. l^
,AuËr. frs I te.e1s *L
tsû f?"1A È çeÇn ff
Ces élections devaient décider quelles étaient les /i::'
iï'
meilleures façons de faire une phrase. Je vous livre lu Yt'v'* fl itu
1.-.
les slogans qui l'ont finalement emporté : C'est vrai, que si tu as - , quand. tu 1'{-1# Lr.I.l
*
veux commencer une conversatlon, i {}*1 \) t-:i
tu n'as plus de problème de commu- I U v[ Ux,ffii]
frveÉ ÿ{vr L. nication. D'ailleurs, beaucoup de
it À{v'"a rf & Fo P*T, Verbes et Sujets ont des Tirets -*"§
i

I
I
portables. I

I
rüun^r*ü'Ëifi
L,
iFi-
_\ CUI
.ûLIIX,
ffïtsô€ô i
Ce slogan aétéIe plus discuté.
§ANl 5 I i
Beaucoup de Ve.rbes s'y sont
opposés; mais, après §gut,
-t : " ..- l-.'
"--.i, i
1 1

les Phrases sans Verbê, comme :


I-'"\t 1.
"Vo-ilàles Sujets !, ou bien :
1

.!
\
C'est vrai que démarrer une phrase avec une grande V
,-,n "Voici mon amie», orrt aussi
lettre, une Majuscule, ça impressionne. I y-*[ k:/\ . le droit d'exister.
i,-
tAC) : tÀg^N risç
ffi
Àrr,^ V?r^)î,1

l ,fE
! J'ai eu une idée : je me suis déguisé en clown qui
veut tout savoir et pose sans arrêt des questions.
1,
{q
\ J'ai appelé mes Sujets, et on s'est reconjugués :
"Aimes-tu le poulet? Le chef des Verbes aime-t-il
# l'aventure ? Aimez-vous les films d'horreur ? Aimez-
Ilua.nt d.o. \nrv,o.n t;uuttùtr,fta powL 0i, hôtu.
0,e,6 vous le football, le rugby ou le tennis ? Est-ce qu'ils
aiment vraiment tout ? "On s'était changés en
6o,d,elaU
'*'ow,rpo
rw orutÀ.lînuL à, np, c*nyquut. Qrà,.A y questions, et j'ai remarqué qu'on se terminait
dL WLryL ch,06o, toit dsLt ôtta pa,,r$att. paf Un ..'? ».
Ça me plaisait tellement que j'ai encore changé
de tenue :je me suis habillé de toutes les couleurs,
J'ai décidé d'organiser une grande journée
Conjugaison avec tous les Sujets qui le désiraient. comme pour une fête, et on s'est rereconjugués en
J'ai pris un haut-parleur, j'ai sorti un tiret portable, faisant plein de gestes à chaque fois : " Comme
et j'ai annoncé au village : j'aime le poulet ! Le chef des Verbes aime beaucoup
- Oyez, o.yez, braves Sujets ! Aujourd'hui, Aimer l'aventure !J'aime bien les films d'horueur ! Vous
va se con;uguer avec vous. Il y aura une multitude aimez autant le football, le rugby et le tennis !
de Compléments qui vont naître, et vous savez Ils aiment tout !"
qu'avoir des Compléments du Verbe Aimer, c'est On s'était changés en exclamations, et i'ai
grécieux : il faut en profiter ! remarqué qu'on se terminaitpar un.,',!rt.
Evidemment, j'ai été pris d'assaut. J'ai reçu les Sujets
toute la journée sans m'arrêter.

Au début, je m'amusais bien : "J'aime le poulet.


Le chef des Verbes aime l'aventure. Nous aimons
les films d'horreur. Vous aimez le football, le rugby
et le tennis. Ils aiment tout. » Cependant, à force
de faire toujours les mêmes conjugaisons, J'ai fini
par m'ennuyer. Qre faire d'autre ?

\
\\
Définir m'a appris par la suite que nos \'.
premières phrases de conjugaison étaieît '\
dêclar atives, les secondes, interrogatives, et
les troisièmes, exclamatives.
En tout cas, ma maison a été sacrément animée,
et j'étais fin prêt à recevoir les Verbes et les Sujets
chez moi, en particulier Être et Avoir.
o+ 65

,E J,A
ÿnPP Cependant, une chose m'intriguait : pourquoi
Décorer avait-il écrit mon nom âvec un " é " à la fin ?

Je le lui ai demandé. Il m'a répondu :


J u * auu tswt da aatt dLt qLü. ba@Lt - Comme tu l'as dit au début de ton récit, être à
f infinitif c'est un peu triste. En revanche, être
Wjtutto 0u d.o,uxTYUanar-Yo*u. e,W accompagné d'Être et Avoir, ce n'est pas triste,
it U"vow,*b* d.'îxtfun W nt6 nnLfuut bien au contraire.
u)ar. \Ba Uaudwnatd.o,urx. n o 60 ruprcdut"oorvt. - C'est vrai.Je n'aime pas être à f infinitif.
- Aussi, ie t'ai inventé une terminaison,
le o@, que^tu porteras à chaque fois que tu
seras avec Etre ou Avoir. Ce sera la tenue de gala
de tous les Verbes du 1"'groupe. Les Issons et les
Irréguliers portent, eux, une tenue de gala différente,
avec d'autres terminaisons.
- C'est une drôle de bonne idée. Je suis sCrr que les
deux Maîtres seront fiers de constater que je mets
une tenue spéciale rien que pour eux.
- Attention, Aimer ! Cette tenue est un peu particu-
Iière : il te faudra très souvent la modifier au contact
d'Être et d'Avoir, car ils n'ont pas du tout le
même caractère ni les mêmes goûts. On peut
même dire qu'ils sont
quelque peu capricieux,
J'ai préparé la décoration de ma Salle de Conjugaison, mais ne le répète pas ! Pour
et, pour rendre hommage à ces deux prestigieux invités, f instant, va chercher ton PP.
j'ai demandé à Décorer de préprrarer des banderoles en leur - Mon PP?
honneur. Sur la première bandeerole, Décorer a inscrit : - Oui, le Pl c'est le npm
de ta tenue. Comme Etre
"qit'à*C -ft '(, fr.
i'1 t" t.; .- 3-."*, .'.r. r-
-1
,--1, É
'" r
et Avoir sont des anciens,
des Papis Verbes, autant
": ':n"'
Ëv\sv )'---
t,-rt
f,,r
I
[]*ât=-"-., r^A;t-.rL -- J,"r: appeler ta tenue le PP. I L

#:i lja
B ^t
-.Jl
paruît que certains spécialistes
des Verbes l'appellent aussi
1(rti
\JI

et sur la seconcde:Æ -ÿY Participe Passé, mais moi, je ne


Je trouvais que Décorer avait eu une belle idée : comprends pas pourquoi, alors
en effet, comment vivre heureux sans avoir aimé pour nous ce sera le PP.
et être aimé ?

oo a/

L n AG
?l'.' ;
ÿ'accol'd Écoutons-les : w-
- Je suis arrivé à f instant
- Tu es venu tout seul ?
- Oui. Ta maison est drôlement bien décorée.
- Nous sommes passés au magasin Guirlandex. ;'r
Qp* ut &uow ia\lnant paa tad.en. J'6tata - Etes-vous entrés dans la chambre des Compléments ? .
t
*

aùubo ailr.,c aw - Non. ir


^o"PP
çe olluLt Mn p\nrta.
mnL. Jo aorvta*a
- Vous irez plus tard dans Ia soirée. Être et Avoir sont I
W allés au buffet. Allons-y nous aussi ! I
ôt:
Ils sont arrivés accompagnés de mon copain I Adjectif. Qrand nous nous conjuguions avec Être, notre PP
t\ t
J'airegardé son visage : sa tête était toute droite, le changeait parfois de terminaison : arrivé; venu; # t'.
.t
menton haut, et il avait un petit sourire aux lèvres.
J'ai compris ce que je devais dire :
décorée; passés; entrés; allés. Pourquoi ?
\l) t
- Chers Maîtres-Verbes, je suis fier (Merci, Adjectif!) ))ai j'ai compris : le Verbe
regardé les Sujets, et i

et honoré de vous recevoir dans ma, euh, euh... Etre êtant très sympa, il laisse s'accorder €

(Adjectif s'est fait tout petit), -, modeste maison ! Ë' s"i.tï-.t Ë' Ép.- Æ
Etre était tout sourires. Il m'a serré la main, et surtout #-4
il a salué tous les Sujets présents chez moi, contraire- Qrand le Sujet est au masculin singulier
ment à Avoir, qui faisait Ia tête. Ça donnait envie à (UN SEUL), le PP ne change pas : arrivé;
tous les Verbes présents - comme Décorer, que j'avais venu; passé; allé.
bien sfir invité, mais aussi aux Verbes de mouvement, Qrand le Sujet est au feminin singulier
Arriver, Venir, Passer, Entrer ou Aller, les spécialistes (UNE SEULE), le PP se rajoute un « e » :
pour se déplacer 1à où on peut s'amuser - de profiter arrivée ; venue ; passée ;
de la présence d'Etre pour se conjuguer avec lui. allée.
Qrand le Sujet est au
masculin pluriel
(quELquES-UNS),
le PP se rajoute un «s>>:
arrivés ; venus; passés;
allés.
Qrand le Sujet est au
feminin pluriel
(quELquES-UNES),
le PP se rajoute un (< e »
etun«s»:arrivées;
venues ; passées ; allées. c..

68 69

IE
-ililirlir.ril
5 .. ri.i.l i.iii:i.t
I l
-iri{i!tiii,

muW@!
:,r,tï

&n:anuoit
'
Nous étions tous paralysés. Avoir faisait sa grandè-*
crise. Qr'allait-il arriver ? ""

""d

- Pour la peine, écoutez bien mes ordres :


avec moi, les Sujets et les PP ne s'accorderont
îAn,r^o W, bw, aubr$$et" 6o aalaa;^t d$d, iamais! " , uu"
utL æLp d!. tsnngli!, a rutmü dA^A 0a naltrz , Vous entsndez : Jamais ! Je ne suis pas un gentil,
comme Etre. Qr. le Suf et soit au masculin oüro
0ro* o.rupüt tswt 0t confia dL 0a ptirn. au féminin, au singulier ou au pluriel, je m'en
I0 Atnit g%Mt!ÀW. fiche : ça ne changera rien à la terminaison
du PP.
- Qre tous les Sujets s'alignent contre le mur ouest !

Qre tous les PP s'alignent contre le mur est ! Pas un mot ! Être n'osait rien dire, et le repas s'est poursuivi ,,
C'est quoi, cette folie ? Alors, on veut tout avoir : bien sous la surveillance d'Avoir. Dès qu'un Sujet se r i
manger, aimer tout le monde, avoir plein d'amis, faire rapprochait d'un PP, Avoir se glissait entre les deux
des conjugaisons sans arrêt, des accords avec tout le et empêchait tout accord.
monde ! Mais ça ne va pas ! Qyi est-ce qui a tout ? Cela donnait les propos suivants 1 "J'ai bien mangé;
alancé Avoir. Vous avez goûrté la mousse ? Nous avons fini les frites.
- C'est toi, Avoir. Elle a remercié Aimer. Les Verbes de Mouvement ont
- Enfin une parole intelligente ! Qri m'a demandé quitté la fête. "
l'autorisation de s'accorder comme ça, avec n'importe I1 n'y avaitplus aucun «e»ou «s" à la fin des PP.
qui ? Personne ! C'était un peu triste...

Avec Êrne toccord) Avec AVOiR (pos d'occord)

To moison est bien décorêe J'oi bien mongê


Nous sommes possés ou mogosin Vous ovez goûÎq lo mousse ?
Etes-vous entrês ? Nous ovons fini les friles
ils sont ollês ou buffet Elle o remerciê Aimer

4
Ia we{ffiryeGffi t,* - Chers Compléments,
Venez tous, nous allons nous amuser ensemble. Nos
# phrases seront longues, colorées et vivantes. Ce sera
la fête des Verbes, Sujets et compagnie. Nous serons
\.
toujours ensemble jusqu'à la fin des jours. Vous êtes
P o,,rdnrut c,o, tompt-\à. ü, Lk oru utatt fu* W tout pour moi !

htaant lnn d,o. harw 0n" hôto. 0n &truit pLfiôt Mais je n'ai pas remarqué que sous les portes,
qt,,!t 6auaant" 0n tîts. e' 6to*ot E rutten ot à travers les fenêtres, pâr la cheminée, s'étaient glissés
Jalnuu. «11e... pas», « ne...plusr, << ne... jamais>>r <( fle... rienr,
et plein d'autres Mots négatifs. Et voilà ce que j'ai dit :
On venait juste de les sortir de prison,
et ils n'attendaient qu'une occasion - Compléments détestés, que personne ne vienne,
pour se venger de moi, qui n'avais, nous n'allons pas nous amuser ensemble. Nos phrases
d'après eux, rien fait pour les libérer. ne seront ni longues, ni colorées, ni vivantes. Ce
Ils iont allés voir le Verbe Thansformer, ne sera plus la fête des Verbes, Sujets et compagnie.
le spécialiste des transformations en Nous ne serons jamais ensemble. Vous n'êtes rien
tout genre. pour moi !
Transform er était capable de changer
un Verbe sympathique en horrible per- #
-:* i;l , !:'

sonnage - une fois, je me suis réveillé


habillé en Détester, moi, Aimer ! Mais {er li
ti\r
"*îi
j'ai pu discuter avec lui, et il m'a redonné
ma vraie identité.
Transformer aime aussi inventer d'hor-
ribles conjugaisons comme : " Nous
aimonts la vie », ou encore ajouter des
mots dans des phrases.
Et, justement, c'est cette idée qu'Envier
etJalouser ont eue.

Tlansformer a recruté les Mots. Tout le monde était choqué : mon discours affir-
« lle » et pas », et tous ceux qul
<< matif s'était transformé en discours négatif!
sont toujôurs négatifs, et il leur C'était la catastrophe. Les Sujets sont repartis chez
a demandé de se glisser dans ma fête. eux, les Compléments sont retournés dans leurs
J'avais, malgré le coup de colère d'Avoir, chambres, et je me suis retrouvé tout seul, sans plus
décidé de faire ce petit discours : personne à aimer.
Envier etJalouser s'étaient bien vengés !

79 /ô
ïb
E
!-a û,ctë d',rtimel-
Quizz lr
!if,

I Grâce aux tirets portables,


--- peut:
on
a) tirer des ffaitsprria-iivrlr,
ilifl ïP-ft :'*3;Hf::îïfu
P:TT:'iilr.*i"n
présenter. lr".
,.
1
b) mieux .om.n uniqr;;;;;.
c) respirer entre 1.,
phrrr.
I,aurre

?
pour moi)
T,,,rot^',".ïii:'iii;;;'
qui donnent
en\ 2 Les Verbes meftent leur pp
:
a) quand ils sont accompagrre,
à,Àr.. seulement
b) quand its sont r..";;;;i, a,Êrr. ou Avoir
c) quand ils sont ,..orirfn?ïdâvoir seulement
"-".'!r"Lr(L

3 choisis ra bonne forme


a) Les filles sont arrivés.
:
Jeu q^9:l$H3.uen,
deu,'';;;;'i"ït
de
b) Les filles sont arrivé.
c) Les filles sont arrivées.
Par équiPes écrire un
en même t'*f:.:,jïri* ,r^"a nombre
t'-:^:;.;',r"s Avoir refuse
dialogue constltue "." et de :
de Phrases interrog.ati"::':
ffitil a) que ]e PP s,accord.e
en ,'ott **t-l-lt', avec les Déterminants
ii"H .l.ü*"iues :.,,
b.) ouele pp s,accorde
,".;;; îrii ,p
c) que Ie pp s,accorde
rr* f.'ir"i'
l

(, 'r
Les controires -L-^,aconnhrasesc
(, 'ç
\1
\9rç
ff plo' goût à rien'
FaiscommeleverbeTransfolmer,changecesphrasesenphrasesContraues : zztnE)
partis' Ai*t' se retrouvt
'*i' "''
Tous les io"lti' 'o"t Aimer vit'encore une mésaventure' sasuodgy
bit;;;*gés'
Envier ttluiàï"' " 'o"t complément chez lur'
at
11 n'v
' olJiï;* 'i

7,1
75

IE
''!

Siue(
t'
poul ,Atmet? i

J'uo* dnrw aou.o. ,


P* 0^ 8w6ob fitaarut pal.;ti,r,
of ba Conp[.ôntruta d ûtaarvt on$otmit chaun
dnu bun couru.
". :
-L' Ë.-
J'avais vécu plein de belles choses : Ia rencontre avec
*'

les Sujets, Ia naissance des premiers Compléments,


Ia rencontre des Maîtres.Verbes, la campagne électorale
des Phrases, mes voyages dans le passé arreCle psychologue i. * *
des Verbes... Et maintenant, plus rien !

Voilà désormais mon avenir

- --
-
f -/-J"§. -
/ -u
,.ffi"
/*b-
*l
,N''\
'§"ir\\
r ri
t/
l,nL;"1"' I \ r ! .,
rt'
. i'-::l .'lt' c.§
t
k pG i rr L
:

Tcisons
..".
:...:' î-" "" "
Ir c

Per,.darvt W&* ruepLt uo6 m.a66aflu,


t
aL orv $aUatt u& pow 0,e, potn\tw tawt e,o-
Wu" a appü gnÂ.ce ô, LaQ
§ ës
§F --3

ë'3
-ir,ftrS Le PASSÉ CON\rOSâ
l,'"rcirêux Dü FAslâ
; '!l
,+

\u*n^\ €u13 a;,fft Â,&,nn,?'e,n(o"t *a,ntrî


.lÊ*rAmry *.y G,uo 986«t',ry .û,, o\l'rn ?, o,,"rq6{ry,,! rirrs-
l.'.a*nq^^, €rr- *b,rra;n,L,rJL;,.*,f,*t4*l a;'"ü
rllS:r, ürr,ieï,* 1Fu,t* e,l{"t§k t§u, çX3u*,,,r{*,*k*i" ai'rn#ÿ' 911.,i^ UN -rrMfs DLt FUTL(F -_ q
.tm r
le ru-rüK sit{P{ w
A/ JT)
')'n umur r", "6t aimytay il,pfiÇo,on, (oti!,r nl «vnnw *

t>,ÿn
ÈS/-r
t-
r

WV

7Q l-**J:* ÿ, ,-# -
to
-d§,.*

r-l G
j*.
i'--'
1

Qu'on ne me pfus ! ,

i
I
i
l
it-

înnr4l J'un o.L a.6à%, dt ta,u e.p,t " i,"";,


msno,nto fu *nÀ%auerv o,t d" oneond^o
qti a'attîtou,t tou.[ d.'un .Æwpl ÿr1
!tr
1
i
É1
.lt :JJ
ï1
,&
J'en ai âssez, des caprices dâvoir, gâchant, §
I

lll I "ii
une fête qui aurait dCr nous remplir de ;, .!
,;,1"
;e
joie, me laissant tout seul! r tûc Daru le refuge, Qiie des personna§âs idêntiqües
J'ai besoin d'une journée de tranquillité, b€ comme lui, blancs, masqués, silencieux. Bien sûrr,
dans un endroit où rien d'imprévu ne peut se' o?f ça me faisait un peu peur, mais c'était bien ce que
passer, un refuge où on peut se reposer, fermer' " ; " ? je recherchais : le calme.
les yeux et ne penser à rien. ,.r'L.".'' Au moment d'avancer dans ce grand espace, j'ai
Un refuge ? Tiens, j'en connais un ! Mais oui, " "à*,- I
découvert une affiche qui disait :
le Refuge des Invariables ! Voilà ce qu'il ô'":, t "Vous êtes ici dans le Refuge des Invariables.
il,HT
me faut : un lieu où on ne se conjugue plus, Vous devez respecter ce lieu. Choisissez un masque
où on ne change iamais, où on reste t; dâdverbe qui vous correspond, et vous serez des
,î'
IN_VA-RIABLE !
r
t"
D,.='J
nôtres. "
'#f Un masque m'allait parfaitement : le masque
Le Refuge des Invariables était un bâtiment tout Aimablement.
simple, sans chichis, juste ce qu'il me fallait.
'Ér En effet, ma mère, É, m'avait raconté que, quand
Üg:' '

J'arfrappé à la porte et, contrairement au château j'étais petit, un cousin de ma famille s'appelait
i Ê j,§.
des Maîtres-Verbes, où un Adjectif m'ouvrait la porte Aimablement, un cousin qui ne se conjuguait avec
et égayait ma vie, ici, c'était un personnage habillé rù..iÿu .
personne. On l'appelait lâdverbe de la famille.
tout en blanc, portant un masque - vous sayez, Dans le Village des Verbes, il existe beaucoup
ces masque.s blancs sans caractère -, qgi sans un @ d'Adverbes qui, comme le nom Ad-verbe
w
mot m'a laissé entrer. , ,r,'**; '-. * d:
l'indique, accompagnent le Verbe, sans
t
& s'accorder aYec qui que ce soit.
Des exemples d'Adverbes ? n I1 me reçut aimable-
; ?st'§
ment. Ils marchaient silencieusement. Le masque
,

§-- m'allait bien. Je m'endormis vite dans ce refuge. "


Tous ces Adverbes sont bien utiles pour enrichir
§
@ le sens d'une phrase, vous ne trouvez pas ?
$'
§
Bon, assez parlé : qu'on ne me dérange plus !

80 81

llr
iE ü
Oans kt ,rttmet,
Puis le Verbe Animer entre en scène. Il fait presque
uoudt0is... partie de la famille Aimer. Il m'a un jour confié qu'il
aurait bien aimé être accepté, mais c'est impossible :
Animer n'est pas Aimer.
Animer prend toutes les cartes, nous mélange,
e ,4^ utatt 6tî, o,rute,nd.w ,
0t. cal.mu! TTLuo aprleL
et je me retrouve en contact avec les cousins
pQi,6ont1.0, tw m.o &îtangeatt. Jo powa,uo nz \nttdw et les cousines, les oncles et les tantes, ceux
all,uL à" utw dour,B, aontw\uu,. qui jouent les chefs de famille (les Noms),;

C'est étrange,je suis installé à une table, lors d'un


banquet apparemment, et tous les personnages qui
ceux qui me font rire quand je les vois (Ies
Adjectifs), ceux qui évitent de me toucher r
(les Adverbes), ceux qui ne cessent de parler
kp :# ænr'.

m'entourent sont tout plats. Ce sont des cartes à dâvoir et Etre (les PP), et tous les autres.
jouer ! Jamais je n'ai été aussi proche de ma famille.
Ily a, sur une carte, mon père, M, avec son costume, Ç
son chapeau haut de forme, toujours très élégant. Ensuite,Animernousdéposesurlatab1e,empi1és
Il y a ma mère, E, avec sa robe noire qui lui va si les uns sur les autres, .rou, laisse nous ,.por.i pr+d,#
bien, sa natte inclinée vers le haut, toujours très belle. annonce: .3
Et, autour, toutes les cartes de la famille : - Dans la famille Aimer, voudrais le père ! '
je 4
les Noms : Amout Amitié, Amant, Ami. Il prend la première carte, la consulte et crie :
Les Adjectifs : Aimable, Amical. - Mauvaise pioche !
Les PP : Aimé et Aimant - celui-là, je le découvre Il la déchire et continue : \i
pour la première fois. I1 dit être un Participe Présent - Dans la famille Aimer, je voudrais la mère !
mais, moi, je le mets dans les PP. Aujourd'hui, Et il poursuit ainsi, déchirant les membres de j
je n'ai pas envie de me compliquer la vie. ma famille les uns après les autres. Et voilà : "
Les Adverbes : Aimablement, Amicalement, et qu'il n'y a plus personne au-dessus de moi..',- \s. e\
je suis sfir que j'en oublie.
', " L,
Qre va-t-il m'arriver ? ,

K ,l

iIr^ fl <a.-
r$t"ldÀ-
_>tl
* .+:-
TJ
lj--{

83

E fr
ÿ-a lrêcnê d'timet Quizz
-:L-æ*
---Ææ
I Aimer a employé un
nouv
a) après etrelfo ,.r le Futur simple :
r. v.rî. aii,irl:*rs,
b) quand il a envisare
c) en parlant avec
,." ,"."1.
r.l *.Àu;;. sa famille
2 Les Adverbes sonr
:
a) des mots qui
ont été rejetés du village
b) des des Verbes
qri n. r.r.i#;,-àî,
c) des 'not,
mors qli ,,r..orà.ï1ri.i',. verbe

3 de Ia phrase oJe vous


ï:*::l:-:;#ire aime beaucoup, ?

j"rr.à pfusieurs b)Je vous aime.


c)Je vous aime tant.

,Ëiil|ïf:1,: :
;
:; "
reuirle
partie de Ia famille
un sujet
(on peut
**;.:ï,:ll
tu, T
verbe a lt,nnn,.,c ;b) #ff,Ïjii: iÏ,l,toit d'Aimer, esr :
*]r"' 11,
aa,
nous
vous et un Participe présent
-ïr,. ,.
,,. Lornposé n nl.Tll;';,^a;i, ,i,',
iJs
rernps
c) un Participe Futur
r-ï .iîlï.1.{* oyr^ii,- t!;:#
.orjrgu..
t!\î'.t
\ \ \"
conjus
\];tl.* uer ;;i::""tYUnternps.
sirnple.
l" ,I^I'tut
Ë
if ::,ï,i,,,.
ll f^,,* -_,.

\i r .§. 1 -.r
G'v
(e'g
lq'z
(q'r
: zzno

Lessontintrusqui sont
ceux se glissés
âJnlro^ i arrro,L
: snj+ut so'l
Ouels
Hiil;'ri.voiture
a'i verbe Voir ?
sasuodag
ï;,;ffi; :."i'iol l]ovante;
voile; volre
,oyrg.; vu; vue;

84
85
J)on petit pois dans la tête ni bois à chayffer), mais
qui souvent en disent bien plus, alors que le
sens propre, c'est le premier
sens des mots.

J u n* dnu un iit.Towt awtowr, dt m.sL, Et voilà la stratégie que j'ai trouvée pour
Cer,tpSfutzruta p,tq,làM, on panüu!;w me débarrasser d'Envier et deJalouser.
ryu *:k ua>>.
J'ai fart moi aussi appel à Transformer.
Je lui ai demandé de changer un joli
balai de chez moi en un balai qui me
permette de me déplacer instantanément et i
sans aucun bruit, à la manière des sorcières. ll
Je me suis introduit silencieusement dans la t
chambre où dormaient Envier etJalouser, je les t
ai pris dans mes bras et les ai retournés dans leur
lit. Ainsi, pour Envier, son E s'est retrouvé
au pied du lit et son R en tête. A leur
réveil, devant leur miroir, Envier et
Jalouser ont découvert
des inconnus. Envier était devenu
- Ah, Aimer, tu nous as fait peur. Tu as lancé un tel Reivne et Jalouser Resuolaj.
cri ! Tir as fait un sacré cauchemar ! Nous qui venions Ils n'étaient ni Verbes, ni Noms,
te voir pour te dire que tu avais reçu des milliers de ni Adjectifs, ni quoi que ce soit.
messages de soutien et d'amour. Ils n'étaient plus rien !
- C'est vrai ? Mais, alors, je ne suis pas tout seul ! Ils sont sortis de chez eux, sens dessus
Ç^ y est, j'ai à nouveau la pêche. À cause d'Envier dessous, et, comme leur nom était devenu
etJalouser, le ciel m'était tombé sur la tête. Ils m'ont compliqué à prononcer - essaie de dire
mis dans de sales draps, mais maintenant ils vont voir resuolaj d'un seul coup ! -, plus personne I
de quel bois je me chauffe ! Ils croyaient sans doute ne leur aUressait la parole. lti
que je ne tournais plus rond, mais je reprends déjà Depuis ce jour, Reivne et Resuolaj t
du poil de la bête. Ils vont se rendre compte que je sont partis vivre dans une grotte, loin ',

'iB
n'ai pas un petit pois dans la tête. Ils sont désormais de nôtre village. Ils ne peuvent même
sur la mauvaise pente. pas se parler, car tous les mots sortent
de leur bouche à l'envers. Je pense qu'ils
C'est bon signe : j'emploie de nouveau doivent bien regretter leurs mauvaises
des expressions au.sens,figuté, vous sayez, actions.
ces expressions qui ne disent pas exactement
ce que disent les mots (ie n'ai évidemment ni Je suis enfin sorti d'affaire.

86 87
D

r- G
Ies*ë ÂÆffi - Nous, les Verbes et les Sujets, nous ferions une fois
par an un voyage pour mieux connaître les peuples
des Nombres, des Dates ou des Notes de musique,
et en découvrir d'autres.

ila,nt1nnn\y l,* aL $w u)Qr. m.ob 6our.tÀ, Je sais que ces résolutions ne se réaliseront pas
à m.ot 0n bollB uw! toutes, mais, comme i'aifait des souhaits pour
le futur et qu'en ce iour spécial je peux rêver,
J'ai envie, pour te remercier de ton j'ai inventé un mode du futur possible que
aide, ami lecteur, de te promettre ce j'appelle le Conditionnel.
qui suit. Ce futur ne se réalisera en effet qu'à certaines condi-
Si je devais persister dans ma bonne tions, par exemple si je suis en forme ou de bonne
^humeur, voici ce que
je ferais : humeur.
-9 Et voilà sa conjuguaison :
J'irais chercher les pauvres Envier
etJalouser, et je leur pardonnerais tout. J'oimerois Tuoimerqis i!, elle, on, l'enfont oimeroit
nu J'arrêterais de séparer Nous qimerions Vous oimeriez ils, elles, les enfonts qimeroient
les COD, les COI et les CC,
ie les mettrais tous ensemble
et on se débrouillerait ainsi.
dk=.€"'*-& - J'essaierais de trouver une solution #f
ûr'
pour que le PP puisse s'accorder, 'H_)
mêrne quand Avoir est 1à.
- Je continuerais à apprendre les
nouveautés de la langue française :

1l paruîtrait qu'il existe des


temps qui s'appellent le Plus-
que-Parf ait, le Passé Antérieur
lè Futur enterieui, .t ,"rri q"i"
peut faire des phrases compli-
quées avec ce qu'on appelle des
Propositions Subordonnées et
j
des Propositions Coordonnées.
Mais tout ça, je te laisse le découvrir
i
si tu en as le désir.
1.
**!1**,F

88 89

EI:
!-esüet$€s,
.''.€
c'est âsYeFffiræteff I
-l---.-**.-_--'
-
--.1*.'qrryl'b'**-
,t
it ,

îrm^ a $oruwutr.i, 60ô uw,u/x et j'upùw do towt 't


I,,1
ry" tLl ao nînZ,r"1lut§tut.
I
m.§rv eN,wL
nËo-*è'
/11 Ri,Ci *e ( r*-. nüia,c'na, i tsüL#Â']c* -ts'o (rT oe, ljÇ& i
'ir âtet"tqtfr'
&uitrçil*,; s'tl.û- ,crrr.",1,:tt* qtt'*{ ** "a-"fJ'æt'* {«ç*'*'t f
Qrant à moi, l'auteur de cette histoire, il ne me reste
plus qu'à te transmettre à mon tour, jeune (ou moins §l rlyxar'ew.{";,S.
jeune) lecteur, quelques souhaits. ,7 aj'sl S'É*}
Excuse-moi, c'est plus fort que moi, ie n'ai pas pu tl d'ul.g {k ,o* -§*{tuïia'Lr} 1'*'+*'*tut'{ra't'r'rn*tl
'l
(\rÉC t*"*1" -âatl Cdls.}t .
m'empêcher d'y glisser une nouvelle forme \ ;l'
verbale, l'Impératif, elle sert à donner des §:r*,nâsr»** l{ç *'w{irc. rgsn-ât " ilr
conseils ou des ordres. i, I {
#*, s* .*-er' -,$sa{a^§tg ê'{'L'\}u ' .-"'c"1"+*À
Les voici : t
'] ç'):t't"ti*"[ t'"' -'1*n'"ti
"
{ 'F* ' t ,*,' ii'*'', { -'l gnog -.te t te&r,tut 5 tle p[crt f, QuË'",Lc
"r:â*fuaErtud{c
ti

,}
"? ç
' ''i tat .Ç-n't'ot (CA* }u l'etru eTÿue?\ COp -1"r$e"rÈ )' ,\
* T r* I
lt
s ,t
It
'l.t
-l - -
' , t I
t_
1f ?cn.'uq""{ f S*"*i'r"i"rr*t- :
:, 1, ,, l-- -"
,, ,l ,f.""n{i4e*y,-GÂ.,ilr;<*a &
.rr-,ead.a *
rr 1L0 üeng*r &.ids#"æ,
tEetr"}
"o [tt.r\g'trr1'r f' '
Q*-L n
I

1
'I
.Lr{G"qr*xvtr"ÿ {.1
J' r
l-
) F,t *r(.* r {v}'* f.ÈhtÀ im{t"'nr,ti& " dt,*'le't*{ rpu*e{aru{c{7,'
q ir' c,ir r-I rlt(.' Lul.o rr i ttr-e
t', irt e J i,e '

'[]*§rc, *la-rt *mnuru, i]'ia;nrÀt"u,. àqrtt rna",


§--

o4untr,,,. aÀ

i
**;
iÏ fo, El

ll':
'fël'
* //';Ï "
É,Æ fl
%%,# : B. è

.4.

. t -:
F-":T
"v)$LJ-
""€::î,{t>
§,@€
-# i ,j.:
Ît "+ -
.t't '' ! '
. l'L Æ -?

90 at

]-
'tnde:x d'r,ftimpl-
1,

§&

Od,.orrr0-r1, 45, 68, 82-83 Maiuscule 62


Adverbe 81, 82-83 Masculin 69
Avoir 29, 4l-42, 66-67, 70-7 1 Négatif 72-73
Complément 51, 52 à 55 Nom 45, 82
Complément Circonstanciel (CC) 55, 58-59 Participe Passé 66-67, 69 à 71, 82-83
Complément d'Objet Direct (COD) 54 Participe Présent 82
Complément d'Objet Indirect (COI) 55 Passé 39, 41 à 43,46-47
Compléments essentiels 54-55 Passé Composé 47,79
Composés (Têmps) 41-42 Passé Simple 47,78
Conditionnel 88-89 Phrase 59,62-63
Conjugaisons 18, 23, 25 à 29,33,35,47,78:79,89 Plwiel 17,69
Déclarative (phrase) 64-65 Point 63
Description 46-47 Préposition 55
Déterminants 44-45 Présent 35
Être 28, 41, 42, 66-67, 69,71 Pronoms 13, 45
Exclamative (phrase) 65 Se coniuguer 15,16,18-19, 35, 54, 64-65,
Famille de mots 82=83 \ Sens Propre/Sens Figuré 86-87
Féminin 69 Simples (Temps) 41,42
Futur 76-77,79 Singulier 17, 69
Groupes de Verbes 10 Sujets 14 à 17,51,54
Groupe Nominal 45 Temps 35, 41, 47,77 , . .,

Groupe Verbal - Groupe Sujet 53 Terminaison 10, 18, 38, 67,71


Homonymes 32 Tirets 63
Imparfait 47,78 1 Verbes du premier groupe 10, 18-19, 33
Impératif 90-91 Verbes du deuxième groupe I0, 19,22-23
Infinitif L8, 67,91 Verbes du troisième groupe '1,0, 19,24 à n
Interrogative (phrase) 65 Virgules 63
lnvariable 80-81

%,

1'
i.

- :lÊ.t
tgu de
('ote-des lJelr{ues
-\ri
" 6_

1
*&9gf" du ieu-
Matériel t l"-{eux dés .-§§,_

- l_e plateâir à détacher à la fin du livre


\
But du.jeu :.Parveni{}apremier à la case "Arrivée"(case 63)
. a .*
en tomhant juste sur èetiç tase.

Chaque.joueusà;ôn tour, lance rà i", dés:et àrrance son pion


du nombre de frinrs obtenus.

Pour démarrer le jeu, it iluthir. un six avec ses dés.

Celui qui est rejoint sur sa case ira prendre la place précédente
de son adversaire.
"" Le gagnanr est celui qui arrivera pile à la case 03. S'il [ait trop de points
. avec ses dés, il recule d'autant de cases qu'il y a de points en rrop.

' Qui arrive rur les cases " Aimer " (9, 18, 27 , 3G, 45, S4)
relance les dés et avance du nombre de points obtenus.'

Qui arrive sur les cases « Envier et Jalouser


" (12,24 et 42)
passe un tour.

Cases 15 et 49 : Le copain Adiectif te permel de relancer les dés et


d'avancer du nombre fait par un des deux dés. À toi de choisir lequel.

case 30 : Le verbe Transformer te fait échanger obligatoirement ta case


avec un de tes adversaires, que tu choisis.

case 33 : Envier etJalouser, triomphants, te font revenir à la case Départ.

Case 39 : Tir visites 1a maison dâimer. Tir es teliement perdu dans


toutesses pièces, que tu vas directement voir Analyser eï case 21.

Case 48 : Celui qui tombe sur 1a case d'Être permet à tous 1es autres
joueurs d'avanceidu nombre de points faits par les deux dés, et toi,
tu rejoues tout de suite.
Case 51 : Envier etJalouser ont finalementperdu. Tir vas en case 60
pour fêter cette nouvelle.

Case 56 : Avoir est tellement en colère que çâ te paralyse. Tir n,as plus
qu'à attendre que quelqu'un prenne ta place-poui te libérer.

*
&

& &
æ
I ,l ,
I '.' ,/
I

/ ffiJ"tb.. .\ ,
I .. .a
tf 'AJ
t' ,
- {t
,'{ I

,,

,l
/r

TF

,!
â

a_

('- I

I
t'
,t .J

J,
I
{
û'
*I
I

X %§ §
T
d

r \.
.*r %a \ ê *' -î*1l1l,**-+'*.*T"
-*t
#
-.
ü
CnË*'-
cb #
L
,
,J
t
o
/t
§
t
§
æ*
a

#
.I
#
&
.%
*s
.§ a

#
Ç
/
Æ' "
r
eg
* ry"
rF*
&\æ .a
&

#-*


rç§
æ -§
* É

§æ
æ#a
#

.a

ffi O
U€rîÂffiæ=@
d
ee??* §r*s?oÉr* d*bu?* Ë*rs d'un* *ss*c.§h**'e dss Ysrbe*.
Lc r,âvç*f* çr*nde. Y*us l*s V*rb*su
?ràs ânervê** r*clmmænÊ d*"* *hænç*re:er:Ë.

r*fUl*nçer * §cr:cê: * Y *n æ TT!#ryë T ***nd i* dÈs u'rrtütr*çer"o


!e n* *cis i<trnois qur m$r!ç§ *Ê quamd *ffi r**§ç#.
Cæræmer:ÿ i* tes pr$p*r*" E*s ræpæs* r**È ?
J*uer c enehciné: * Mc* n*m pla"lx, §* *æ x*is Bæs q*È §***e *v*c r:tæ* ë

T**s trcs Verhes *mt criê *R çhæur ;


* Y en fi i??§rr* ë *l fæe*É q#*. ç# e§:*reçæ,§ »
Âlçrs Âlm*r * le fuêr*s d* æætre h**sf**re :
eâ s*s sryr*s *hereh*r eË ?r*uven drë,e*demË d* p*rË*r,
piei*= d'exp**r, * *c reeh*rch* d* *?*uy#&ux ë*ffip*q§*s:s.."

ffi -t\-\

*
wffi
ffirur,[\


fl

fu*su y*y*Ëe *Ls cæur d'**:e


.*+-\-i:*:"
\=d
æflüfiïrrle$ræ
v*v*n?* eÊ p*§pÈËmruË*.
* **s p#Tsses r#*r$ p*csr r6v*sæfl ** s*ærææçmæt ë

* LJæ É*u de ë'*âe * *'*,?qxcher"

(D
Boyo rd
iE .i:a§ i: