Вы находитесь на странице: 1из 16

Corrigé de l’épreuve de Mathématiques

Baccalauréat Sciences Mathématiques A et B Effectué par Mr. EL ABBASSI Mohammed


Session ordinaire 2017-2018 Professeur de Mathématiques au lycée
Le 07-06-2018 Ibn abdoun- Khouribga

www.SalmiMath.com ‫ﻣوﻗﻊ ﻋﺎﻟم اﻟرﯾﺎﺿﯾﺎت‬


Exercice 1

x  2y 
On pose M  x, y     /  x, y   R2
y x  2y 
E  M  x, y  /  x, y   R 2  .
1) Montrons que E est un sous-groupe de  M 2  R  ,   .
On a E  M 2  R  , E   car O2  M  0,0E .
Soient M  M  x, y  et N  M  x, y deux éléments de E .
On a :
 x  2 y   x  2 y  
M N   
 y x  2 y   y  x  2 y  
 x  x  2  y  y   

 y  y x  x  2  y  y  
 
 M  x  x, y  y 
et comme x  x  R et y  y  R alors M  N  E .
D’où E est un sous-groupe de  M 2  R  ,   .
2) a- Montrons que E est un sous-espace vectoriel de  M2  R , ,. .
On a déjà mentionné que E  M 2  R  , E   .
Soient  et  deux réels et soient M  M  x, y  et N  M  x, y deux éléments
de E .
On a  M   N  M  x   x, y   y
et comme  x   x  R et  y   y  R alors  M   N  E .
D’où E est un sous-espace vectoriel de  M2  R , ,. .
b- Montrons que  I , J  est une base de E ,
1 0 0 2
avec I   et J   .
0 1 1 2

www.SalmiMath.com ‫ﻣوﻗﻊ ﻋﺎﻟم اﻟرﯾﺎﺿﯾﺎت‬


On a :   x, y   R2 : www.SalmiMath.com ‫ﻣوﻗﻊ ﻋﺎﻟم اﻟرﯾﺎﺿﯾﺎت‬
 x  2y 
M  x, y    
 y x  2y 
 x 0  0  2y
   
0 x  y 2y 
 xI  yJ
D’où  I , J  est une famille génératrice de E .
Montrons qu’elle est aussi libre, soit  a, b   R2 tel que aI  bJ  02 ,
montrons que a  0 et b  0 . On a :

 a  2b   0 0 
aI  bJ  02    
 b a  2b   0 0 
 a  0 et b  0
Donc  I , J  est une famille libre et par suite est une base de E .
3) a- Montrons que E est une partie stable de  M 2  R  ,  .
Soient M  M  a, b  et N  M  a, b deux éléments de E . On a :
M  N   aI  bJ  aI  bJ 
 aaI  abJ  baJ  bbJ 2
0  2 0  2   2  4 
or J 2  J  J       2I  2 J
1 2  1 2  2 2
donc M  N   aa  2bb I   ab  ba  2bb J
et comme aa  2bb  R et ab  ba  2bb  R alors M  N  E
et par suite E est une partie stable de  M 2  R  ,  .
b) Montrons que  E, ,  est anneau commutatif .
Comme E est un sous-espace vectoriel de  M2  R , ,. alors  E, ,. est un
espace vectoriel et donc  E,   est un groupe abélien .
Et comme E est stable par rapport aux deux lois  et  et que  M 2  R  , , 
est un anneau alors la loi  est associative et distributive par rapport
à  dans E , d’où  E, ,  est un anneau .
On a d’apès 3) a- M  N   aa  2bb I   ab  ba  2bb J pour tous M  M  a, b  et
N  M  a, b de E et comme les lois  et  sont commutatives dans R alors
M  N  N  M et par suite  E, ,  est un anneau commutatif .

www.SalmiMath.com ‫ﻣوﻗﻊ ﻋﺎﻟم اﻟرﯾﺎﺿﯾﺎت‬


Mr. EL ABBASSI Mohammed Prof de Mathématiques au lycée Ibn abdoun- Khouribga-2-
4)
 : C  M 2  R 
z  x  iy    z   M  x  y ,  y 

a- Montrons que  est un homomorphisme de  C  ,  vers  M 2  R  ,  .


Soient z  x  iy et z  x  iy deux éléments de C  donnés par leurs écritures
algébriques . On a d’une part :
  z  z    xx  yy  i  xy  yx  M  xx  yy  xy  yx,   xy  yx 
d’autre part :
  z     z   M  x  y,  y   M  x  y,  y 
 M   x  y  x  y   2   y   y  ,  x  y   y     y  x  y   2   y   y  
 M  xx  yy  xy  yx,  xy  yy  yx  y y  2 yy  
 M  xx  yy  xy  yx,   xy  yx  

D’où   z  z    z    z


et par suite  est un homomorphisme de  C  ,  vers  M 2  R  ,  .
b- Montrons que   C    E  .
On a par définition de E  ,
 M  M  R  
2  
M  E     x, y   C 2   0,0  : M  M  x, y 
 M    x  y   i   y 
 M    C    car  x, y    0,0    x  y   i   y   C  
Réciproquement, on a : www.SalmiMath.com ‫ﻣوﻗﻊ ﻋﺎﻟم اﻟرﯾﺎﺿﯾﺎت‬
M    C    z  x  iy  C  : M    x  iy   M  x  y,  y 

 
 M  E  car  x  iy  0   x  y,  y    0, 0  
Donc  M  M  R   M  E  M  C  et par suite   C   E .
2
   

c- Comme  est un homomorphisme de  C ,  vers  M  R  ,  et comme  C , 



2

est un groupe commutatif alors   C  ,  c.à.d  E ,  est un groupe commutatif.


 

5) Montrons que  E, ,  est un corps commutatif .


Comme  E, ,  est un anneau et comme  E  ,  est un groupe commutatif
alors  E, ,  est un corps commutatif .

Mr. EL ABBASSI Mohammed Prof de Mathématiques au lycée Ibn abdoun- Khouribga-3-


Exercice 2
Soit p un nombre premier qui s’écrit sous la forme p  3  4k avec k  N  .
Donc k  1 et p  7 .
1) Soit x  Z tel que x2  1 p , montrons que x p5  1 p
On a p  5  2  2k 1  4k  2 .
Et on a :
x 2  1 p    x 2 
2 k 1
 12 k 1  p 
 x 4 k  2  1 p 
 x p 5  1 p 
2) Réciproquement, soit x  Z tel que x p5  1 p .
a- Montrons que x  p  1 .
Comme x p5  1 p alors  k  Z  tel que x.x p6   k  . p  1 et comme p  7 alors
p  6  1 et donc x p 6  Z et par suite d’après le théorème de Bézout x  p  1 .
b- Montrons que x p1  1 p .
On a p est un entier naturel premier et x  p  1 alors d’après le théorème de
Fermat x p1  1 p . www.SalmiMath.com ‫ﻣوﻗﻊ ﻋﺎﻟم اﻟرﯾﺎﺿﯾﺎت‬
c- On a :
2   k  1 p  1  2   k  1 2  4k 
 2  2k  2  4k 2  4k
 4k 2  2k  k  4k  2 
 k  p  5

d- Montrons que x p5  1 p  x2  1 p . On a :



x p 5  1 p   x    1k  p 
k
p 5

 x    1 p 
k p 5

x
2   k 1 p 1

 1 p  car k  p  5   2   k  1 p  1 
 x 2  x p 1 
k 1
 1 p 
 x 2  1 p   car x p 1  1 p  d ' après b) 
3) Dans cette question on a p  67 , donc :
x 62  1 67   x 67 5  1 67 
 x 2  1 67   d ' apès ce qui précède 
 x 2  1  0  67 
  x  1 x  1  0  67 
 x  1  0  67  ou x  1  0  67   car 67 est premier 
 x  1  67 k ou x  1  67 k / k  Z
Mr. EL ABBASSI Mohammed Prof de Mathématiques au lycée Ibn abdoun- Khouribga-4-
Exercice 3
Partie I Soit l’équation  Em  : z 2  im  2 z  im  2  m  0 , m  C
1) a- On a :
   im  2   4  im  2  m 
2

  im   4m  4  4im  8  4m
2

  m 2  4m  4    m 2  4m  4 

  i  m  2     im  2i 
2 2

b- Si m  2 alors   0 et par suite l’équation  Em  admet une solution unique


im  2 im  2 
qui est  . Sm   
2  2 
Si m  2 alors l’équation  Em  admet deux racines distinctes qui sont :
  im  2   im  2i   im  2   im  2i
 im  i  1 et  1  i . Sm  im  i 1, 1  i
2 2
2) Pour m  i 2

www.SalmiMath.com ‫ﻣوﻗﻊ ﻋﺎﻟم اﻟرﯾﺎﺿﯾﺎت‬
i3
On a : 1  i  2 e 4
et on a :
 3 

 
i 
i 2 i  1  i  2   1  i   2  2 e  4 

 i  
 3 
i   i
 3   3 
  
 3 
i
 2 1  e  4    2e  8   e  8   e  8  
   
   
 3 
 3   i 
 2 2 cos  e
8 

 8 
3     3 
Et comme   0,  alors cos    0 et par suite l’écriture exponentielle
8  2  8 
 3 
3
de la racine i  2 i   1  i est 2 2 cos   i 8 
e .
 8 
Partie II
Soient les points A a  ,    , M  m et M   m avec
a  1  i ,   i , m  im  1  i

1) Soit R la rotation d’angle  , notons K son centre.
2
a- trouvons K . On a :

i
M   R  M   zM '  z K  e  zM  z K 
2

 m  i  m  z K   z K
 im  1  i  im  1  i  z K
1  i
 zK   i  z
1 i
Donc le centre de la rotation R est le point  .
Mr. EL ABBASSI Mohammed Prof de Mathématiques au lycée Ibn abdoun- Khouribga-5-
b- Soit le point B tel que A  R  B  , déterminons b l’affixe de B .
On a :
A  R  B   z A    i  z B  w 
  1  i  i  i  b  i 
 1  2i  ib  1
b2

2) a- On a d’une part m  a  im 1 i   1 i   im  2i et d’autre part


 a i   1  i  2i  1
 m  b   m  2   m  2   2i  m  2   im  2i
 b i2 i 1
a
D’où m  a  m  b .
 b
www.SalmiMath.com ‫ﻣوﻗﻊ ﻋﺎﻟم اﻟرﯾﺎﺿﯾﺎت‬
b- On a :
zM   z A
A, M et M  sont alignés  R
zM  z A
m  a
 R
ma
 a
m  b
  b R
ma
 a ma
  R
 b mb
z z z  zA
  A M R
z  z B z M  z B
 A, B,  et M sont cocycliques

c) Notons  F  l’ensemble des points du plan complexe tels que les points
A , M et M  sont alignés.
On a :
M   F   A , M et M  sont alignés
 A, B,  et M sont cocycliques ( d ' après Q II 2)b )
Donc l’ensemble  F  est le cercle défini par l’un de ses diamètres :  AB .
Le centre du cercle  F  est le point I milieu du segment  AB , on a :
z z
2 2
1 1 1 1 3 1 10
zI  A B   i et son rayon est r  IB  2   i        .
2 2 2 2 2 2 2 2

Mr. EL ABBASSI Mohammed Prof de Mathématiques au lycée Ibn abdoun- Khouribga-6-


Exercice 4
Partie I
1) a- Soit x 0,  .
 1 
x x
t
0 1  t dt  0 1  1  t  dt  t  ln 1  t 0  x  ln 1  x  .
x
On a

b- Soit x 0,  , pour tout t 0, x posons u  t 2 donc du  2tdt et t  u


on a : t  0  u  0 et t  x  u  x 2 . Donc :
1
x x2 du x2
t 1 du
0 1  t dt  0 1  u  2 0 1  u
2 .

c) Soit x 0,  , on a :


u  0, x 2   0  u  x 2
0 u  x
 1  1 u  1 x
1 1
  1
1 x 1 u
x2 x2 x2
1 1 1 1 1
  du   du   1 du ( car 0 x 2 )
2 0 1 x 2 0 1 u 20
x
x2 t x2
2 1  x  0 1  t
  dt 
2
x2 x2
  x  ln 1  x  
2 1  x  2
1 x  ln 1  x  1
  
2 1  x  x2 2
x  ln 1  x  1
2) Comme  x  0,   :
1 1 1
2 1  x 

x2
 et comme
2
lim 2 1  x   2
x  0

x  ln 1  x  1
alors lim  .
x  0 x2 2
www.SalmiMath.com ‫ﻣوﻗﻊ ﻋﺎﻟم اﻟرﯾﺎﺿﯾﺎت‬
Partie II
 x 1
 f  x  ln 1  x  , x  0, 
Soit la fonction f définie par :  x
 f  0  1

ln 1  x 
1) a- On a lim f  x   lim  x  1
x  0 x  0 x
 1  f 0

ln 1  x 
Car lim  1 et limx  1  1
x  0 x x  0

Donc f est continue à droite en 0 .


Mr. EL ABBASSI Mohammed Prof de Mathématiques au lycée Ibn abdoun- Khouribga-7-
b- On a :
x 1
f  x   f  0 ln 1  x   1
 lim x
lim
x  0 x0 x  0 x
x ln 1  x  x  ln 1  x 
 lim 
x  0 x2 x2
ln 1  x  x  ln 1  x 
 lim 
x  0 x x2
1 1
 1   R
2 2
1
Donc f est dérivable à droite en 0 et on a f d  0  
2
 1
x 1  
 1
c- On a lim f  x   lim 
x
ln 1  x   lim 1   ln 1  x   
x  x  x x   x
1
car lim ln 1  x    et lim1   1 .
x  x  x
f  x  x  1 . ln 1  x    2 1  ln 1  x 
2

On a lim  lim lim 1   2  . 0


x  x x  x 2
1 x x   x x  1 x
ln 1  x  ln t 2 1
car lim  lim  0 et lim  lim 2  0 .
x  1 x t  t x  x x  x

Donc la courbe  C  admet une branche parabolique de direction l’axe des


abscisses au voisinage de  .
x 1
 1  est dérivable sur 0,  et puisque
1
2) a- On a la fonction : x 
x x
La fonction : x  1  x est dérivable est strictement positive sur 0, 
alors la fonction : x  ln 1  x  est dérivable sur 0,  et par suite la
fonction f est dérivable sur 0,  ( produit de deux fonctions dérivables )
et on a : www.SalmiMath.com ‫ﻣوﻗﻊ ﻋﺎﻟم اﻟرﯾﺎﺿﯾﺎت‬

 x  0,   : f   x    1  1x  ln 1  x  
  
 1   1 x  
 1   ln 1  x      ln 1  x  
 x  x 
 1  1 x 1
   2  ln 1  x   
 x  x 1 x
 ln 1  x  1 x  ln 1  x 
  
x2 x x2
x  ln 1  x 
b) On a :  x  0,   : f   x  
x2
donc d’après la question I) 1-c , on a  x  0,   :
1
 f  x .
2 1  x 

Mr. EL ABBASSI Mohammed Prof de Mathématiques au lycée Ibn abdoun- Khouribga-8-


Et comme on a  x  0,   :0 alors  x  0,  :0 f   x  et par suite la
1
2 1  x 
fonction f est strictement croissante sur 0,  .
c) Comme la fonction f est continue et strictement croissante alors
 
f 0,     f  0  , lim f  x    1,  .
 x  
3) Représentation graphique de la fonction f .

www.SalmiMath.com ‫ﻣوﻗﻊ ﻋﺎﻟم اﻟرﯾﺎﺿﯾﺎت‬

En rouge la courbe  C  et en noir la demi-tangente à droite au point d’abscisse0

Partie III
1) x  0,   : g  x   f  x   x
a- Montrons que  x  0,   : 0  f   x  
1
.
2
x  ln 1  x 
On a  x  0,   : f   x   , donc d’après la question I) 1-c
x2
on a  x  0,   :  f   x   . Et comme on a  x  0,   :0
1 1 1
alors
2 1  x  2 2 1  x 

x  0,  :0  f   x   12 .


Mr. EL ABBASSI Mohammed Prof de Mathématiques au lycée Ibn abdoun- Khouribga-9-
b- On a g est dérivable sur 0,  ( différence de deux fonctions dérivables )
et on a  x  0,   : g   x   f   x  1 et comme  x  0,   : f   x  
1
alors
2
x  0,   : g  x  0 d’où la fonction g est strictement décroissante sur 0, 
et comme elle y est continue alors g  0,     lim g  x  , lim g  x    ,1 , en
x   x0 
 f  x  f  x
effet ,on a xlim g  x   lim x   1   ( car lim  0) et lim g  x   lim f  x   x  1  0  1
 x  x 
 x  x x 0 x 0

c- Montrons que  !  0,  : f     .


Comme la fonction g est continue et strictement décroissante sur 0, 
alors c’est une bijection de 0,  vers g  0,    ,1 et comme 0  ,1 alors
 !  0,  : g    0 ce qui est équivalent à  !  0,  : f     .
2) Soit la suite  un  définie par : u0  a  0,  et n  N  un1  f un  .
a- Montrons par récurrence que n  N  un 0 .
Pour n  0 , on a u0  a et comme a  0,  alors u0  0 .
Soit n  N , supposons que un  0 et montrons que un  0 .
Comme un  0,  ( selon l’hypothèse de la récurrence ) et comme
f 0,    1,  alors un1 1,  et donc un 1  0 .
Et par suite n  N  un 0 .
1
b- Montrons que  n  N  un1    un   .
2
Soit n  N . www.SalmiMath.com ‫اﻟرﯾﺎﺿﯾﺎت‬ ‫ﻣوﻗﻊ ﻋﺎﻟم‬
- Si un   alors f un   f     et par suite l’inégalité est évidente.
- Si un   , comme la fonction est continue sur le segment d’extrémités
u n et  et comme elle est dérivable sur ce segment privé de ses extrémités

Et comme  x  0,   : f   x   ( d’après Q) III 1)a ) alors d’après le


1
2
1
théorème de l’inégalité des accroissements finis f  un   f    un  
2
1
c.à.d un1    un   .
2
n

c) Montrons par récurrence que  n  N  un      a   .


1
2
0 0

Pour n  0 , on a   a    u0   donc u0      a   .
1 1
2 2
n n 1

Soit n  N , supposons que un      a   et montrons que un1     


1 1
a 
2 2

Mr. EL ABBASSI Mohammed Prof de Mathématiques au lycée Ibn abdoun- Khouribga-10-


n

On a selon l’hypothèse de la récurrence que un      a   donc


1
2
n n n 1
1 1 1 1 1 1 1
un    .   a   et comme un1    un   et .   a      a   alors
2 2 2 2 2 2 2
n 1 n
1
Et par suite,  n  N  un      a   .
1
un1      a  .
2 2
n n

d) Comme  n  N  un      a   et comme lim    0 ( car 0 1 ) alors


1 1 1
2  
n 2 2
la suite  un  est convergente et on a lim un   .
n

Exercice 5 www.SalmiMath.com ‫ﻣوﻗﻊ ﻋﺎﻟم اﻟرﯾﺎﺿﯾﺎت‬


x

 x  R  F  x    et dt
2

1) Comme la fonction : x  e x est continue sur R alors F est dérivable sur R


2

Et on a  x  R  F   x   e x et par suite F est continue sur R et comme


2

 x  R  e x  0 alors F est strictement croissante sur R .


2

2) a- Montrons que x  0,   F  x   x .


x x
Soit x 0,  Comme t 0, x  et  1 et comme 0 x alors  et dt   1dt et
2 2

0 0

par suite F  x   x , et comme lim x   alors xlim



F  x    .
x 

b- Montrons que F est impaire .


Comme DF  R alors  x  DF  on a  x  DF .
x
Soit x  DF , on a F   x    et dt , posons t  u , donc dt  du et on a :
2

0
x x
t  0  u  0 et t  x  u  x , donc F   x    e   du     eu du   F  x  .
2
u 2

0 0

D’où F est une fonction impaire .


On a :
lim F  x   lim F  t  ( on poset   x )
x  t 

 lim  F  t  ( car F est impaire )


t 

  ( car lim F  t    )
t 

c- Comme F est une fonction continue et strictement croissante sur R alors


c’est une bijection de R vers F  R   F  ,     xlim

F  x  , lim F  x    ,   R
x  
d- Comme la fonction F est dérivable en 0 et on a F   0  e0  1  0 alors
2

la fonction réciproque F 1 c.à.d G est dérivable en F  0  0 et on a :


G   0    F 1   F  0   
1 1
 1 .
F  0 1
Mr. EL ABBASSI Mohammed Prof de Mathématiques au lycée Ibn abdoun- Khouribga-11-