Вы находитесь на странице: 1из 19

Anatomie

1. Décris, situe et donne le rôle de l’os frontal


Impaire, épais, de forme sphérique
Situé dans la région antéro-supérieur du crâne
Délimité par les cavités orbitaires et l’os propre du nez
Formé de bosses frontales et de cavités (sinus)

2 parties placées perpendiculairement l’une à l’autre :


- Partie antéro-supérieur :
De chaque côté de la ligne médiane : 2 bosses frontales
En dessous d’elles : 2 arcades sourcilières
Cette partie est creusée de deux cavités, les sinus frontaux, situés de part et d’autre de la ligne médiane
au dessus du nez, elles s’ouvrent dans les fosses nasales
- Partie inférieure :
Sur la ligne médiane : échancrure ethmoïdale
De chaque côté de l’échancrure : 2 fosses orbitaires constituant la paroi supérieure des orbites
Rôle : Il protège la zone frontale du cortex de l’encéphale

2. Décris, situe et donne le rôle de l’os ethmoïde


Os impair situé en dessous du frontal
4 parties :
- Lame verticale : forme la cloison des fosses nasales avant ; sa partie supérieure constitue l’apophyse
crista-galli
- Lame horizontale/criblée : s’insère dans l’échancrure ethmoïdale de la partie inférieure du frontal, percée
de petits trous qui livrent passage aux fibres du nerf olfactif
- 2 masses latérales : pendant aux extrémités des lames horizontales,
Leur face externe fait partie de la paroi interne de l’orbite.
Leur face interne fait partie de la paroi externe des fosses nasales, elle possède 2
lamelles situées l’une au-dessus de l’autre (cornet sup. et moyen)

3. Décris, situe et donne le rôle de l’os sphénoïde


Situé à la partie antérieure et moyenne de la base du crâne, entre l’ethmoïde et le frontal en avant, l’occipital et
les temporaux en arrière
- Corps : forme d’un cube, situé entre les fosses nasales et le trou occipital.
Sa face supérieure présente une excavation profonde : selle turcique/fosse pituitaire dans laquelle se
trouve l’hypophyse.
Sur ses faces latérales, les grandes ailes (en bas) et les petites ailes (en bas).
2 cavité (sinus sphénoïdaux) qui s’ouvrent dans les fosses nasales
- Petites ailes : longent le bord postérieur frontal
- Grandes ailes : s’étendent du frontal à l’os malaire en avant et le temporal en arrière
- Apophyses ptérygoïdes : 2 colonnes verticales qui se détachent de la face inférieure des grandes ailes et
descendent en arrière du maxillaire supérieur.
Rôle : Forme le plancher du crâne en position centrale

4. Décris, situe et donne le rôle de l’os occipital


En partie postérieure et inférieure du crâne
Présente un trou occipital dans lequel se trouve le tronc cérébral (prolongation de l’encéphale) auquel s’accroche
les nerfs crâniens. Il continue jusqu’à la 2 ème vertèbre lombaire
Se dépose sur la 1ère vertèbre (Atlas)

5. Décris, situe et donne le rôle de l’os temporal


En partie inférieure et latérale du crane entre le sphénoïde en avant, l’occipital en arrière et le pariétal en haut.
3 parties :
- Écaille, situé en avant du conduit auditif. Elle présente du côté externe : l’apophyse zygomatique qui se
dirige vers l’avant et vient s’articuler avec l’os malaire pour former l’arcade zygomatique ET, en bas, la
cavité glénoïde qui reçoit le condyle du maxillaire inférieur.
- Mastoïde, situé en arrière du conduit auditif. Elle est creusée de cavités (© mastoïdiennes) qui
communique avec l’oreille moyenne.
- Rocher, pyramide quadrangulaire, perpendiculaire à l’écaille, qui s’étend depuis l’orifice externe du
conduit auditif jusqu’au corps du sphénoïde. L’oreille moyenne et interne sont situées à l’intérieur du
rocher dans des cavités creusées à cet effet. Du côté externe, le rocher porte en bas une apophyse
longue et pointue apophyse styloïde.

6. Décris, situe et donne le rôle de l’os pariétal


Os pair, quadrilatère
Partie supérieure et latérale du crâne entre le frontal en avant, l’occipital en arrière, le temporal et le sphénoïde
en bas, le 2ème pariétal du coté opposé en haut.

7. Décris, situe et donne le rôle de l’os malaire


Entre le maxillaire supérieur en avant, l’apophyse zygomatique du temporal en arrière et le frontal en haut.
Os pair, de forme quadrilatère. Il forme la saillie des joues.
En haut, apophyse orbitaire qui fait partie des parois externe et inférieur de l’orbite

8. Décris, situe et donne le rôle de l’os propre du nez


De part et d’autre de la ligne médiane entre les deux apophyses montantes des maxillaires supérieurs,
immédiatement en-dessous du frontal.

9. Décris, situe et donne le rôle de l’os lacrymal


Entre la branche montante du maxillaire supérieur et la masse latérale de l’ethmoïde.
Os pair, forme d’une petite lamelle
Sa face externe fait partie de la paroi interne de l’orbite, elle est creusée de la gouttière lacrymo-nasale qui
conduit les larmes de l’œil dans les fosses nasales.
Sa face interne fait partie de la paroi externe des fosses nasales.

10. Décris, situe et donne le rôle de l’os palatin


En arrière du maxillaire supérieur
Os pair, 2 parties :
- Lame verticale, prolonge le maxillaire supérieur en arrière et constitue la partie postérieure de la paroi
externe des fosses nasales
- Lame horizontale, prolonge l’apophyse palatine du maxillaire supérieur en arrière et qui, en s’articulant
sur la ligne médiane avec celle du côté opposé, continue la partie postérieur de la paroi séparant les
fosses nasales de la cavité buccale.

11. Décris, situe et donne le rôle de l’os vomer


Os impair, en forme de lame
En dessous et en arrière de la lame verticale de l’ethmoïde
Rôle : Forme la cloison nasale/ cornets nasaux dans la partie inférieure

12. Décris, situe et donne le rôle du maxillaire inférieur


Partie inférieur de la face
3 parties :
- Corps/partie moyenne, en forme de U. Sa face postérieure montre 4 fossettes : 2 en haut près de la ligne
médiane, en rapport avec les glandes sublinguales ET 2 en bas et plus éloignées de la ligne médiane, en
rapport avec les glandes sous-maxillaires.
- 2 branches montantes, s’élèvent aux extrémités postérieures du corps. Leurs bords supérieurs présente 2
saillies : une postérieure aplatie, le condyle axillaire qui s’articule avec la cavité glénoïde du temporal ET
une antérieure pointue, l’apophyse coronoïde, où s’attache le muscle temporal.
Rôle : Forme la mâchoire inférieure

13. Décris, situe et donne le rôle de l’os hyoïde


Partie antérieure du cou au-dessus du larynx
Os impair en forme de U, la concavité du U regardant vers l’arrière.
Isolé du reste du squelette, relié par des muscles et des ligaments
Il comprend :
- Corps, partie moyenne, située en avant
- 4 cornes, de chaque extrémité latérale partent 2 prolongements : le grande corne qui se dirige en arrière
et en dehors ET la petite corne qui se dirige en haut et en arrière.

14. Montre que la colonne vertébrale est résistante et flexible de part sa structure
Le rachis est une longue tige osseuse qui est à la fois
- résistante, car constituée par des éléments osseux : les vertèbres sont régulièrement superposées et
solidement unies entres elles,
- et à la fois flexible car les vertèbres sont séparées l’une de l’autre par des disques fibro-cartilagineux
élastiques qui se laissent déprimer dans tous les sens (excepte les vertèbres du sacrum-coccyx, qui sont
par contre mobile l’un par rapport à l’autre)

15. Quelles sont les régions du rachis ?


- Cervicale (7)
- Dorsale (12)
- Lombaire (5)
- Sacrée (5)
- Coccygienne (4-5)

16. Quelles sont les courbures du rachis ?


Dans le plan sagittal
- Cervicale, concave vers l’arrière, lordose
- Dorsale, convexe vers l’arrière, cyphose
- Lombaire, concave vers l’arrière, lordose
- Sacro coccygienne, convexe vers l’arrière, cyphose
Dans le plan frontal
- En général, courbure au niveau de la partie supérieure de la colonne dorsale, le + souvent concave vers la
gauche.

17. Quel est l’intérêt de ses courbures ?


Bcp plus solide que si elle était droite.

18. Décris une vertèbre (général)


- Corps vertébral, en forme d’un segment de cylindre et situé en avant ; en se superposant, les corps
forment une longue colonne cylindrique.
- Arc neural, situé en arrière du corps et circonscrivant avec la face postérieure de celui-ci le trou
vertébral ou rachidien; en se superposant, ces trous forment le long canal vertébral ou rachidien, qui
abrite la moelle épinière.
L’arc vertébral est formé de chaque côté par :

*En avant, 2 pédicules : leurs bords supérieur et inférieur présentent une échancrure ; ces échancrures
en se superposant régulièrement à celles des vertèbres voisines forment, sur les 2 côtés de la colonne
vertébrale, une série de trous (2 / vertèbres) par lesquels passe le nerf rachidien = trous de conjugaison

*En arrière, 2 lames vertébrales

- Apophyses, implantées sur l’arc neural


On distingue :

*Apophyse épineuse, implantée en arrière de chaque côté à l’union des deux lames vertébrales, elle se
dirige vers l’arrière et fait saillie sous la peau, en se superposant  crête épineuse

*2 apophyses transverses, implantées de chaque côté à l’union du pédicule et de la lame vertébrale, elles
se dirigent vers l’extérieur.
*4 apophyses articulaires, implantées au même niveau que les apophyses transverses, 2 se dirigent vers
le haut, les 2 autres vers le bas pour s’articuler avec les apophyses correspondantes des 2 vertèbres
voisines (inf et sup). Elles portent à leur extrémité une surface articulaire.

19. Décris le trou vertébral selon les vertèbres


- Triangulaire, = au corps de la vertèbre : cervicale
- Circulaire : dorsale
- Triangulaire, - que le corps de la vertèbre

20. Quels sont les caractères distinctifs des vertèbres ?


- Cervicale : apophyses transverses, qui s’implantent tout le long du pédicule et sur la face latérale du
corps, sont percées d’un trou à leur base (pour l’artère vertébrale)
- Dorsale : corps vertébral présente de chaque côté, 2 ½ facettes articulaires en haut et en bas, pour la tête
des côtes (1 côte s’articule sur 2 vertèbres)
- Lombaire : corps très volumineux, car + bas donc doit supporter + de poids.

21. Décris l’atlas


- 1ère vertèbre cervicale
- 2 masses latérales réunies l’une à l’autre par un arc antérieur et postérieur
- Masse latérale = forme d’un segment de cylindre, placé verticalement.
Ses faces inférieure et supérieure portent des facettes articulaires (sup= condyles
occipitaux, inf= axis).
Sa face externe porte l’apophyse transverse percée d’un trou (artère vertébrale)
- Vertèbre cervicale sans corps et sans apophyse épineuse

22. Décris l’axis


- Corps prolongé en haut par une saillie verticale élevée = apophyse odontoïde/ dent de l’axis
- Se place entre les 2 masses latérales de l’atlas contre l’arc antérieur = corps de l’atlas

23. Décris le sacrum


- = soudure de 5 vertèbres sacrées
- Forme de pyramide quadrangulaire, sommet dirigé vers le bas, axe longitudinal +++ concave vers l’avant
- Avant : 5 corps vertébraux soudés
- Intérieur : canal vertébral = canal sacré
- Arrière, ligne médiane : apophyse épineuses = crête sacrée
- Arrière, de chaque côté : saillies des apophyses articulaires
- Arrière, + en dehors encore : apophyses transverses
- Trou de conjugaison remplacés de chaque côté par 4 canaux qui bifurquent et viennent s’ouvrir, en avant
et arrière à la surface de l’os, par les trous sacrés antérieurs et postérieurs (de part et d’autre de la ligne
médiane sur les faces antérieur et postérieure)
- Sur chaque côté : large surface articulaire en rapport avec l’os iliaque, surmonté d’une surface lisse
appelée aileron.

24. Décris le coccyx


- = réunion de 4-5 vertèbres coccygiennes
- Vertèbres atrophiées
- Forme triangulaire, pointe dirigée vers le bas

25. Décris, situe et donne le rôle du sternum


Partie antérieure du thorax sur la ligne médiane et dirigé en bas et en avant
- Os plat, 15-20 de long
- Forme d’épée
- Poignée = manubrium, elle présente en haut au centre une échancrure : la fourchette sternale.
De chaque côté : surface articulaire sur la clavicule = échancrure claviculaire.
Sur ses bords latéraux : 2 facette articulaires pour les 1er et 2ème cartilages costaux.
- Corps = mesosternum, formé de 4 pièces superposées et soudées entres elles = sternèbres
Sur bords latéraux : 6 facettes articulaires pour cartilages costaux = échancrures
costales.
- Pointe = appendice xyphoïde, forme variable suivant les sujets : triangulaire, ovalaire, bifide…
- Ligne d’union entre manubrium et corps= angle de Louis = angle saillant en avant (2 ème cartilage costal)
Rôle :

26. Décris, situe et donne le rôle des côtes


Disposées entre la colonne vertébrale et le sternum
- Os plat, en forme d’arc
- 24 = 12 de chaque côtés
- Corps, présente le long de son bord inférieur la gouttière costale pour les VS et N intercostaux
- Extrémité postérieure qui porte la tête costale présentant 2 petites facettes articulaires pour les 2
vertèbres correspondantes ET une tubérosité qui vient s’articuler avec l’apophyse transverse de la
vertèbre correspondante.
- Extrémité antérieure, se prolonge par le cartilage costal
- 3 ≠, Vraies côtes : s’articulent directement avec le sternum (1-7)
Fausses côtes : rattachées directement au sternum, ils s’unissent en avant avec le cartilage costal
situé au dessus (8-10)
Côtes flottantes : restent libres (11-12)
Rôle : Protection des poumons

27. Décris, situe et donne le rôle de la clavicule


Partie antéro-supérieure du thorax, entre le sternum (manubrium) et l’omoplate (acromion)
Os long
- Corps : contourné à la manière d’un S, il présente 2 courbures : une interne à concavité en arrière et une
externe à concavité en avant.
- Une extrémité interne : renflée et se termine par une facette articulaire en rapport avec le manubrium
sternal
- Une extrémité externe : aplatie et se termine par une facette articulaire en rapport avec l’acromion de
l’omoplate

28. Décris, situe et donne le rôle de l’omoplate


Appliqué sur la partie postéro-supérieur du thorax (en regard des 7 premières côtes)
Os plat, de forme triangulaire
- Épine de l’omoplate :
Lame osseuse triangulaire qui est implantée sur la face externe de l’omoplate vers le haut.
Elle se prolonge en dehors par une apophyse volumineuse (acromion) qui surplombe l’articulation de
l’épaule et qui présente une petite facette articulaire pour la clavicule.
- Cavité glénoïde :
Large surface articulaire pour la tête de l’humérus qui est située à la partie la plus externe de l’omoplate
et qui est rattachée au corps de l’omoplate par une partie rétrécie : le col.
- Apophyse coracoïde :
Elle s’implante au niveau du col de la cavité glénoïde et se dresse au dessus et en avant de celle-ci

29. Décris, situe et donne le rôle de l’humérus


Os long
- Corps : parait tordu sur son axe longitudinal
- Extrémité supérieure :
Se termine par une large surface articulaire arrondie, regardant en dedans, haut et arrière= tête de
l’humérus qui s’articule avec la cavité glénoïdale de l’omoplate
Présente plusieurs saillies où viennent s’insérer des muscles : le trochin (dedans) et le trochiter (dehors)
de part et d’autre de la gouttière bicipitale.
- Extrémité inférieure :
Se termine par une surface articulaire composée de 2 parties:trochlée humérale et condyle de l’humérus
Trochlée humérale : en forme de poulie, s’articule au cubitus
Condyle de l’humérus : semi-sphérique, s’articule au radius
De chaque côté de la surface articulaire s’implante une saillie:épitrochlée(dedans) et épicondyle (dehors)
Au-dessus de la trochlée, en arrière : fossette olécranienne (profonde) pour le bec de l’olécrâne du
cubitus
Rôle :
30. Décris, situe et donne le rôle du cubitus
Du côté interne de l’avant-bras, cad du côté du petit doigt quand la main est en supination
Os long
- Corps : + épais en haut qu’en bas
- Extrémité supérieure :
Forme de crochet ouvert en avant
Partie postérieure : verticale = olécrane, antérieure horizontale = apophyse coronoïde
Intérieur : constitué de la grande cavité sigmoïde (surface articulaire),articulée avec la trochlée humérale
Bord externe : en bas, petite cavité sigmoïde (SA) articulée avec la tête du radius
- Extrémité inférieur :
Se termine par une éminence arrondie, tête du cubitus, qui présente 2 SA
En bas, correspond aux os du carpe
En dehors, s’articule avec l’extrémité inférieure du radius
Dans la tête, l’apophyse styloïde du cubitus (apophyse à direction verticale)
31. Décris, situe et donne le rôle du radius
Côté externe de l’avant-bras, cad du côté du pouce quand la main est en supination
Os long
- Corps : + épais en bas qu’en haut.
En haut, côté interne : tubérosité bicipitale (saillie où s’insère le tendon du biceps)
- Extrémité supérieure :
Se termine par la tête du radius (saillie cylindrique) qui présente 2 SA :
Une en haut, qui est excavée en cupule (cupule radiale) et s’articule avec le condyle de l’humérus
Une sur le pourtour, qui s’articule avec la petite cavité sigmoïde du cubitus.
- Extrémité inférieure :
Partie la plus volumineuse de l’os
En bas, SA qui s’articule avec l’os du carpe
Dedans, SA qui s’articule avec la tête du cubitus = cavité sigmoïde du radius
Dehors, apophyse à direction verticale = apophyse styloïde du radius

32. Décris, situe et donne le rôle de l’os iliaque

33. Décris, situe et donne le rôle du fémur

34. Décris, situe et donne le rôle du tibia

35. Décris, situe et donne le rôle du péroné

36. Définis arthrologie


Partie de l’anatomie qui étudie les articulations, cad les endroits où deux ou plusieurs os se rejoignent et sont
réunis l’un à l’autre

37. Distingue les 3 types d’articulations


- Articulation mobile (diarthrose) : permettent aux os des mouvements étendus
- Semi-mobile (amphiarthrose) : permettent aux os des mouvements peu étendus
- Immobile (synarthrose) : ne permettent aucun mouvement aux os

38. Décris une articulation de ton choix : l’articulation mobile de la hanche


Articulation très mobile, elle permet les mouvements suivants du fémur sur le bassin :
- Flexion et extension
- Abduction et adduction
- Rotation
- Circumduction
1. Les surfaces articulaires
Entre la tête du fémur et la cavité cotyloïde de l’os iliaque ; celle-ci étant moins étendue que la tête du fémur,
un anneau fibro-cartilagineux, appelé bourrelet cotyloïdien est appliqué sur le pourtour et augmente la
profondeur de celle-ci.
Les surfaces osseuses sont recouvertes d’un cartilage articulaire qui permet d’amortir les chocs et les
frottements
2. Le fémur et l’os iliaque sont solidement unis entre eux par :
- Ligament rond situé à l’intérieur de l’articulation et qui s’étend de la fossette de la tête fémorale au fond
de la cavité cotyloïde
- Ligaments solides qui renforce la capsule articulaire de tout côté
3. Synoviale
Membrane mince qui tapisse la face interne la capsule articulaire et sécrète un liquide huileux : synovie. Elle
permet de faciliter les mouvements.

39. Donne le rôle du muscle temporal


- Relève la mâchoire inférieure

40. Donne le rôle du muscle masséter


- Relève la mâchoire inférieure

41. Donne le rôle du muscle sterno-cléido-mastoïdien


- Flexion de la tête(homolatérale)
- Rotation du côté opposé

42. Donne le rôle des muscles scalènes antérieur et postérieur


- Inspirateurs (relèvent les côtes)

43. Donne le rôle du muscle mylo-hyoïdien


- Plancher de la bouche

44. Donne le rôle du muscle grand pectoral


- Adducteur du bras
- Rotateur interne
- Soulève le tronc

45. Donne le rôle du muscle petit pectoral


- Abaisse l’épaule
- Inspirateur

46. Donne le rôle du muscle grand dentelé


- Elévateur des côtes

47. Donne le rôle des muscles intercostaux


- Élevateur des côtes

48. Donne le rôle du muscle diaphragme


- Sépare le thorax de l’abdomen
- Inspirateur
49. Donne le rôle du muscle trapèze
- Flexion postérieure de la tête
- Soulève les épaules
50. Donne le rôle du muscle grand dorsal
- Adducteur du bras
- Rotateur en dedans
51. Donne le rôle des muscles des gouttières vertébrales
- Extenseur de la colonne vertébrale
- Inclinaison latérale
- Rotation
52. Donne le rôle du muscle grand droit (ligne blanche)
- Flexion
- Rotation latérales du tronc
53. Donne le rôle du muscle grand oblique
- Flexion du bassin sur le tronc
- Compression des viscères abdominaux
54. Donne le rôle du muscle deltoïde
- Elévateur du bras avec abduction
55. Donne le rôle des muscles triceps brachial
- Extenseur de l’avant-bras
56. Donne le rôle du muscle grand, moyen et petit fessier
- Extension des membres inférieurs et abducteurs
57. Donne le rôle du muscle quadriceps crural
- Fléchisseur de la cuisse
- Extension de la jambe

58. Situe le cœur


- Dans la CAGE THORACIQUE où il occupe la moitié inférieure du médiastin antérieur, il n’est pourtant pas
médian mais reporté vers la gauche
- Sur le diaphragme
- En arrière de la cage thoracique (qu’il ne touche pas directement)
- En bas des gros vaisseaux
- Il se situe entre la 2ème et 5ème côte

59. Donne la configuration du cœur


- Grosseur d’un poing
- Forme d’un cône aplati, dont le grand axe est oblique vers le bas, la gauche et l’avant et dont la pointe est
situé en dessous du mamelon gauche
- A l’intérieur, il est divisé complètement par une cloison verticale qui le divise en deux : cœur droit et
cœur gauche
- Chacune de ces 2 parties est constitué de 2 cavités superposées : l’oreillette en haut, le ventricule en bas.
- Il comprend donc 4 cavités : 2x 1oreillette+1ventricule à droite et à gauche
- L’oreillette communique avec le ventricule correspondant à l’orifice auriculo-ventriculaire qui est fermé
par une valve qui peut laisser s’échapper le sang de l’oreillette au ventricule mais pas l’inverse
- Valve du cœur droit  VALVULE TRICUSPIDE
- Valve du cœur gauche  VALVULE MITRALE
- Les oreillettes reçoivent le sang
- L’embouchure des 2 grosses artères sortant des ventricules  VALVULES SIGMOIDES
- OD  reçoit le sang en arrière par la VEINE CAVE SUPERIEURE, qui ramène le sang de la ½ supérieure du
corps
- OD grande VEINE CORONAIRE évacue le sang ayant irrigué le cœur
- VD ARTERE PULMONAIRE conduit le sang dans les poumons
- OG reçoit 4 VEINES PULMONAIRES qui ramènent le sang des poumons
- VG aorte qui répartit le sang dans tout l’organisme

60. Quelle est la structure du cœur ?


- Paroi constitué d’un muscle puissant le MYOCARDE. Au niveau des ventricules, sa face interne présente
des saillies musculaires sur lesquelles s’insère les cordages des valvules auriculo-ventriculaires.
- Myocarde = fibres striées, non soumises à la volonté. Ces fibres s’insèrent sur des ANNEAUX FIBREUX qui
constituent le squelette du cœur
- A l’intérieur, le myocarde et les valvules sont tapissés par un épithélium simple et plat, l’ENDOCARDE
- A l’extérieur, le PERICARDE divisé en 2 parties : le péricarde fibreux et le péricarde séreux.
- Le péricarde séreux présente 2 feuillets séreux à épithélium simple et plat, ils sont séparés par la cavité
péricardique et sécrètent un liquide onctueux et donc glissent facilement l’une sur l’autre. Son rôle est de
faciliter les mouvements du cœur.
61. Trace la petite circulation
- Le sang part du ventricule droit par l’ARTERE PULMONAIRE, se ramifie dans les poumons, où le sang se
charge d’oxygène et perd une partie de ses déchets, et revient à l’oreillette gauche par les 4 VEINES
PULMONAIRES.

62. Trace la grande circulation


- Le sang part du ventricule gauche par l’AORTE, se répartit dans les organes du corps et revient à
l’oreillette droit par les 2 VEINES CAVES. C’est au niveau de la grande circulation que se font tous les
autres échanges entre le sang et les tissus. Le sang s’y charge d’aliments (intestin, lymphatiques
intestinaux) et d’hormones (glandes endocrines) qu’il va ensuite livrer, en même temps que l’oxygène, et
à toutes les cellules de l’organisme, et il emporte leur déchets qui lui seront retirés par les émonctoires
(notamment les reins)

63. Décris la structure des artères


- La paroi est constituée par 3 couche concentriques appelées tuniques et qu’on distingue, d’après leur
situation, en externe, moyenne et interne.
- La tunique externe ADVENTICE : tissu conjonctif
- La tunique moyenne : + épasse, fibres élastique et fibres musculaire lisses. Les grosses artères sont
surtout élastiques (reprennent leur calibre après l’afflux sanguin) tandis que les moyennes et petites sont
plus contractiles (contraction ou dilatation sous l’influence du SN
- Tunique interne : membrane à épithélium simple et plat, semblable à l’endocarde

64. Décris la structure des capillaires


- Endothélium simple et pavimenteux entouré d’une mince couche de tissu conjonctif
- Cette paroi très mince permet les échanges entre sang et tissus

65. Décris la structure des veines


- Trois tuniques comme les artères sauf que la tunique moyenne ne renferment que peu de fibres
élastiques
- Les veines sont contractiles, surtout MI et abdomen pour pouvoir faire remonter le sang
- Elles s’affaissent quand on les sectionne !
- Face interne : présente des valvules pour empêcher le sang de refluer en arrière

66. Quels sont les vaisseaux de la petite circulation au niveau artériel ?


- Artère pulmonaire nait du ventricule droit au niveau de la base du cœur et, située à gauche de l’AORTE,
se dirige vers le haut
- En dessous, de la CROSSE AORTIQUE, elle se divise en deux branches (droite et gauche), chacune de ces
deux ARTERES PULMONAIRES se porte vers la face interne du poumon correspondant, y pénètre et s’y
divise en autant de branches qu’il y a de lobes pulmonaires (3D, 2G)
- Ces branches se subdivisent elles-mêmes un grand nombre de fois, pour finalement donner naissance à
des capillaires très nombreux dans les parois des alvéoles

67. Quels sont les vaisseaux de la petite circulation au niveau veineux ?


- A ces capillaires, font suite des veinules qui se réunissent peu à peu les uns aux autres pour former des
veines de + en + grosses et finalement se résume dans chaque poumon en deux veines, les VEINES
PULMONAIRES. Celles-ci sortent du poumon au même niveau que l’artère et la bronche y entrent, cad
l’HILE, et se rendent directement dans l’oreillette gauche

68. Quels sont les vaisseaux de la grande circulation au niveau artériel ?


- L’AORTE, origine de tous les vaisseaux de la grande circulation, nait du VENTRICULE GAUCHE au niveau de
la base du cœur et monte derrière le sternum entre la VEINE CAVE SUPERIEURE à droite et l’ARTERE
PULMONAIRE à gauche.
- Arrivée hauteur du manubrium sternal, elle décrit une courbe, la CROSSE AORTIQUE, qui passe au-dessus
de la bronche et de l’artère pulmonaire gauche qui l’amène sur la face latérale gauche du corps de la 4 ème
vertèbre dorsale.
- Elle descend alors le long du bord gauche de la colonne dorsale en se rapprochant peu à peu de la ligne
médiane
- Elle atteint la LIGNE MEDIANE au niveau du diaphragme, traverse celui-ci et descend sur la face
antérieure de la colonne lombaire pour se terminer au niveau de la 4 ème VERTEBRE LOMBAIRE par 3
branches
- Une petite branche médiane qui descend le long de la face antérieure du sacrum et deux grosses
branches latérales : CROSSE AORTIQUE AORTE THORACIQUE AORTE ABDOMINALE

69. Quelles sont les branches de la crosse aortique ?

70. Quelles sont les branches de l’aorte thoracique ?


71. Quelles sont les branches de l’aorte abdominale ?

72. Quelles sont les branches terminales de l’aorte ?


73. Quels sont les vaisseaux de la grande circulation au niveau veineux ?
- Les capillaires des artères vont se réunir en branches de + en + grosses, les veines, qui se résument
finalement en 2 grosses veines : VEINES CAVES SUPERIEURE ET INFERIEURE, qui se jettent dans l’oreillette
droite du cœur
- Les veines suivent le même trajet que les artères dont elles drainent le sang et portent le même nom
qu’elles.

74. Explique la dualité du système veineux


- Alors que le système artériel de la grande circulation dérive d’une seule artère , l’aorte, le système
veineux se collecte en 2 grosses veines, les VEINES CAVES SUPERIEURE ET INFERIEURE
- La veine cave supérieur, qui reçoit le sang de la moitié supérieure du corps, cad le territoire irrigué par la
crosse aortique, et l’aorte thoracique, nait au niveau du premier cartilage costal doit et descend à droite
de l’aorte jusque dans l’oreillette droite

- Veine cave inférieure, qui reçoit le sang de la moitié inférieure du corps, cad le territoire irrigué par
l’aorte abdominale et les branches terminales de l’aorte, nait au niveau de la 4 ème vertèbre lombaire ,
remonte sur le côté droit des corps vertébraux le long de l’aorte, traverse le diaphragme et se jette dans
l’oreillette droite.
75. Décris, situe et donne le rôle des veines superficielles
- Il existe en plus des veines qui accompagnent les artères (profondes) des veines superficielles surtout au
niveau des membres.
- Elles cheminent dans le TISSU CELLULAIRE SOUS-CUTANE, où elles constituent un riche réseau qui
communique avec les veines profondes.
- Elles constituent une voie de dérivation en cas de blocage de celles-ci
- MS : veine cubitale superficielle, veine radiale superficielle, veine médiane divisée en veine basilique et
céphalique
- MI : 2 gros vaisseaux veines saphènes (interne et externe)

76. Décris et situe les sinus veineux du crâne


- Au niveau du crâne, toutes les veines des organes contenus dans la cavité crânienne (encéphale+
méninges) et des les cavités orbitaire (œil+annexes) aboutissent dans des canaux veineux spéciaux,
SINUS VEINEUX.
- Ils sont constitués par la dure-mère (membrane externe des méninges) qui sont extensibles et non-
contractiles
- Les principaux d’entre-eux sont : sinus longitudinal supérieur, sinus caverneux, sinus latéraux

77. Décris, situe et donne le rôle des lèvres


Muqueuse entourée de muscle en anneaux
Rôle : ouvrir-fermer la bouche, protège la bouche

78. Décris, situe et donne le rôle du palais


Voile du palais qui se termine par la luette

79. Décris, situe et donne le rôle de la luette


Muscle mobile
Rôle : se relève lorsqu’il y a déglutition pour fermer l’ouverture des choanes

80. Donne le rôle de la langue


Retropulsion pour ramener les aliments vers l’arrière

81. Décris, situe et donne le rôle de l’épiglotte


Muscle qui s’abaisse sur la partie haute de la trachée (larynx)
Rôle : empêcher le bol alimentaire de passer dans les voies respiratoires (pneumopathie)

82. Donne le rôle des papilles gustatives


Reconnaissance des goûts des aliments, amène les aliments derrière

83. Décris, situe les piliers


En arrière, de part et d’autre de la luette, petit muscle qui entoure les amygdales

84. Donne le rôle des amygdales


Situé sur le pourtour du larynx, de part et d’autre de la luette
Produit des AC qui luttent contre l’intrusion de micro-organisme dans l’arrière gorge

85. Quels sont les 3 glandes de la bouche, leur rôle, leur situation
 Parotide
Devant le conduit auditif
Rôle : acheminer, sécréter la salive par le canal de sténon
 Sous-maxillaire
Derrière le frein de la langue, sous le maxillaire
Rôle : acheminer, sécréter la salive par le canal de Warton
 Sublinguale
En dessous du massif lingual
Rôle : acheminer, secréter le salive par le canal de Bartolin
86. Décris, situe et donne le rôle du pharynx
Le pharynx est le carrefour aérodigestif (aliments et air ). Il est formé de 3 parties : le rhinopharynx vers le
haut (qui communique avec les fosses nasales), l'oropharynx à hauteur de la bouche, l'hypopharynx, en
contact avec la bouche de Killian, ouverture de l'œsophage.

87. Décris, situe et donne le rôle de l’œsophage


Muscle strié composé de 20 anneaux musclés contractiles, il est influencé par le système végétatif
Tout le long, mouvements souples, lents de constriction (en amont) et de reconstriction. La progression est
lente, elle aboutit au cardia

88. Décris, situe et donne le rôle du cardia


Petit muscle lisse sphincter, entrée de l’estomac qui prend fin à l’œsophage
Rôle : amener les nutriments dans l’estomac permet la fermeture partie haute, c’est un anti-reflux

89. Décris, situe et donne le rôle de l’estomac


 Composé de 3 parties :
- Poche à air (fondus) : contient de l’air, juste en dessous du diaphragme
- Corps
- Antre
Il a un potentiel d’acidité important (pH) donc il s’attaque à toutes les bactéries sauf HELICOBACTER PYLORI

90. Décris, situe et donne le rôle du pylore


Muscle lisse, sphincter
Rôle : empêche le reflux de la partie duodénal à l’antre

91. Décris, situe et donne le rôle du duodénum


Démarre à l’intestin, entoure le pancréas, il forme un angle droit.
 Composé de 4 parties :
- D1 s’implante dans l’antre
- D1 riche en canaux biliaires, abouchement du canal du pancréas (canal de Sentorini)
- D3
- D4 forme une courbe et s’attache au jéjunum
Rôle : Amener les sucs pancréatiques composés d’enzymes pancréatiques qui cheminent dans le canal dans sa
partie haute.

92. Décris, situe et donne le rôle du canal de Wirsung


Rôle : Amener les sucs pancréatiques composés d’enzymes pancréatiques de l’ampoule de Vater (région D2) de
qui part le canal cholédossien qui remonte jusqu’à un carrefour :
- Branche de gauche : vésicule biliaire (canal cystique)
- Branche de droite : hile hépatique

93. Décris, situe et donne le rôle de l’intestin grêle (iléon)


Tuyau qui épouse des méandres dans la cavité abdominale, il est centré entre les colons
Rôle : résorber l’eau, maintenir la volémie

94. Décris, situe et donne le rôle de la valvule iléo-caecale


Entre l’iléon et le colon ascendant

95. Décris, situe et donne le rôle du colon ascendant


Appendice de muqueuse, flore de fermentation
Il forme l’angle droit hépatique
Rôle : assimilation des derniers résidus glucidiques

96. Décris, situe et donne le rôle du colon transverse


Au niveau de l’ombilic qui va jusque l’estomac à gauche
97. Décris, situe et donne le rôle du colon descendant
Partie juste après l’angle splénique, il prend la forme d’une courbure (anse sigmoïde) pour arriver à l’ampoule
rectale, puis au méat rectal
Rôle : de putréfaction, digestion des protéines

98. Décris, situe et donne le rôle de l’anse sigmoïdienne


Courbure que prend le colon descendant

99. Décris, situe et donne le rôle du péritoine


Sangle de 2 feuillets de membrane (séreuse)
 Feuillet autour des organes (vicéral)
Rôle : Tenir, maintenir nos fonctions nobles dans un bon alignement dit anatomique (foie, estomac, colon)
 Feuillet extérieur (pariétal)
Accole au soutien, généralement l’arrière de la cavité abdominale

100. Décris, situe et donne le rôle des reins


Petits haricots, se trouvant au niveau des dernières dorsales(D11) et des premières lombaires (L2), contre la paroi
abdominale postérieure, en arrière du péritoine pariétal, qui passe au devant d’eux.
C’est un petit organe qui fournit un travail quotidien, puisqu’il a pour rôle d’éliminer les déchets (ex. urée)
 Composé de 2 zones
- Zone corticale : jaune, épaisse, périphérique
- Zone médullaire : rouge, constitue les masses pyramidales à la base corticale (pyramides de Malpighi)
Les reins sont entourés d’une capsule (paroi compacte et protégante)
 Composition du tissu rénal
- Milliers de tubes urinifères
- Structure :
- Capsule de Bowman : sac à double paroi, qui entoure des capillaires sanguins pelotonnés sur eux-mêmes
(Corpuscule de Malpighi)
- Tube contourné – tube descendant
- Anse de Henlé : tube urinifère rectiligne, qui devient courbe
- Tube ascendant, canal d’union, canal collecteur
- Tube droit
- Système collecteur des urines : calices, bassinet

101. Décris, situe et donne le rôle des néphrons


Unité fonctionnelle du système urinaire, ils se situent dans les reins

102. Décris, situe et donne le rôle des uretères


2 conduits musculo-membraneux qui descendent le long de la paroi abdominale postérieure, pénètrent dans le
bassinet et vont s’ouvrir dans la vessie, par un orifice ou valvule qui empêche le reflux d’urine dans les uretères.
Rôle : collecteur d’urine sécrété par les reins, conducteur d’urine des reins à la vessie

103. Décris, situe et donne le rôle de la vessie


Poche musculo-membraneuse où s’abouchent les 2 uretères et l’urètre (col de la vessie), c’est un organe stérile
Rôle : réservoir des urines

104. Décris, situe et donne le rôle de l’urètre


Part du col de la vessie à l’extrémité de la verge (h), du col de la vessie au méat urinaire (f)
Rôle : conducteur d’urine de la vessie vers l’extérieur
105. Quels sont les différents systèmes nerveux ?

106. Décris, situe et donne le rôle de la moelle épinière


Sorte de gros câble (cylindre aplati, de l’épaisseur d’un doigt) qui court depuis le trou occipital jusqu’au bas du
dos, en L2. De son extrémité inférieure, émerge un groupe de fibres nerveuses différenciées appelé queue de
cheval. Elle occupe les 2/3 de la colonne. On y retrouve la substance grise (corps cellulaire nerveux, axones non
myélinisés, cellules gliales, VS) dans sa partie centrale et la substance blanche dans sa partie externe. Cette
dernière est composée de voies nerveuses myélinisées transmettant les influx de la moelle épinière vers le
cerveau et vice versa.
 Elle présente 2 renflements
Renflement cervical (MS)
Renflement lombaire (MI)
 Elle est parcourue par 2 sillons
Sillon antérieur profond
Sillon postérieur peu profond
 A chaque vertèbre, émèregent 4 prolongements nerveux ou racines médullaires
2 racines antérieures ou motrices = fibres motrices volontaires
2 racines postérieures ou sensitives = fibres sensitives avec ganglion spinal

107. Décris, situe et donne le rôle du thalamus


Zone de substance grise qui relie les signaux nerveux sensoriels entre le cerveau, le tronc cérébral et la moelle
épinière.

108. Décris, situe et donne le rôle du tronc cérébral


Entre le cerveau et la moelle épinière. Il est constitué de pédoncules, de protubérance et d’un bulbe. La
protubérance et le bulbe sont creusés d’une cavité ou 4 ème ventricule, qui communique en haut avec le 3 ème
ventricule, en bas, avec le canal central de la moelle épinière.
Le plancher du 4ème ventricule communique avec les cavités sous-arachnoïdiennes.
Centre de régulation de plusieurs fonctions essentielles à la survie : battements cardiaques, respiration, TA,
digestion, et certains réflexes comme la déglutition et le vomissement.

109. Décris, situe et donne le rôle des ganglions spinaux


Chaque nerf rachidien porte sur sa racine dorsale un ganglion, amas de corps cellulaires neuroniques

110. Décris, situe, donne le rôle des racines dorsales


Constituées de fibres nerveuses sensorielles qui transmettent les informations en provenance des récepteurs
répartis dans tout l’organisme. L’influx est alors envoyé vers le cerveau par les voies nerveuses.

111. Décris, situe, donne le rôle des racines ventrales


Faisceaux de fibres nerveuses partant de la moelle épinière, conduisant l’influx du SNC vers le système
périphérique, contrôlant les mouvements volontaires et des processus involontaires tels que la digestion

112. Décris, situe et donne le rôle de l’hypothalamus


Glande qui a pour rôle d’être le centre de contrôle de système nerveux végétatif

113. Décris, situe et donne le rôle des noyaux de la base


Ces masses de substance grise situées dans la partie centrale du cerveau incluent le noyau lenticulaire et le
noyau caudé. Ces structures initient et maintiennent les mouvements volontaires. Des liens avec d’autres parties
du cerveau mettent à jour le programme moteur.

114. Décris, situe et donne le rôle des nerfs rachidiens


31 paires de nerfs rachidiens relient la moelle épinière à l’ensemble de l’organisme qui peut ainsi échanger des
signaux avec le SNC. Ils sont le résultat de l’union de la racine antérieure et de la racine postérieure de la moelle
épinière. Ils passent par les espaces intervertébraux et s’insèrent sur les faces antérieures et postérieures de la
moelle épinière par leurs racines ventrales et dorsales. Les nerfs ne s’arrêtent pas en L2, ils prennent une
direction de + en + oblique et forment en bas une touffe, appelée queue de cheval

115. Décris, situe et donne le rôle des méninges


= pie-mère, arachnoïde, dure-mère
3 membranes conjonctives qui protègent l’encéphale s’étendent jusqu’en bas de la moelle épinière.
Protection du SNC

116. Décris, situe et donne le rôle de la dure-mère


Membrane fibreuse et épaisse, résistante et inextensible qui émet des prolongements qui compartimentent le
crâne. Ainsi elle s’insinue entre le cerveau et le cervelet pour former la tente du cervelet. Elle s’engage également
entre les 2 hémisphères cérébraux et cérébelleux pour former pour former le faux cerveau puis la faux du
cervelet. Elle transforme la selle turcique en une véritable loge pour l’hypophyse. Elle tapisse de façon différente
l’intérieur du crâne et le canal rachidien. Elle est aussi une gaine pour les nerfs rachidiens, qui s’étend jusqu’à S2
et enferme la queue de cheval
Sa face externe est en rapport direct avec les os du crâne

117. Décris, situe et donne le rôle de l’arachnoïde


Membrane séreuse, très mince, très adhérente à la surface interne de la dure-mère

118. Décris, situe et donne le rôle de la pie-mère


Membrane porte-vaisseaux, cellulo-vasculaire qui tapisse la face externe de l’encéphale, pénètre dans tous les
sillons et qui à pour caractéristique de s’appliquer au névraxe et d’en suivre toutes les anfractuosités. Elle
détermine les espaces sous-arachnoïdiens
119. Décris, situe et donne le rôle du LCR
Les tissus mous du cerveau et la moelle épinière baignent dans le liquide céphalo-rachidien. Il rempli les 4
ventricules, le canal de l’épendyme, les espaces sous-arachnoïdiens de l’encéphale et de la moelle. Il est fluide,
aqueux et translucide.
Le LCR est produit dans les ventricules latéraux du cerveau par les plexus choroïdes (expansion de la pie-mère), il
passe dans le 3ème ventricule par le trou de Monro, puis dans l’aqueduc de Sylvius pour rejoindre le 4 ème ventricule.
Il se renouvelle 3-4/jour.
Il est résorbé par les granulations de Pacchioni (expansions de l’arachnoïde)
Il agit comme un coussin, il amortit les mouvements de l’encéphale dans la boîte crânienne en cas de choc, il
répartit la pression sanguine sur l’ensemble des centres nerveux et atténue les contraintes sur les nerfs. Il contient
du glucose qui alimente les cellules cérébrales. Il a un rôle protecteur et nutritif.

120. Décris, situe et donne le rôle du nerf


Constitué de fibres nerveuses rassemblées par des enveloppes de tissu conjonctif, chacun atteignant un secteur
donné de l’organisme. Ils peuvent être de 2 types :
- Sensoriels (afférents), qui véhiculent les signaux nerveux depuis les récepteurs sensoriels présents dans
la peau, les organes sensoriels et les organes internes vers la moelle épinière et le cerveau
- Moteurs (efférents) qui transmettent les signaux issus du cerveau et la moelle épinière vers les muscles
et les glandes

121. Décris, situe et donne le rôle des nerfs crâniens


Fibres motrices volontaires, fibres parasympathiques dans les noyaux moteurs de la protubérance, du bulbe, du
pédoncule cérébral, fibres sensibles
 12 paires :
I. Olfactif
II. Optique
III. Oculomoteur commun
IV. Pathétique
V. Trijumeau
VI. Oculo-moteur externe
VII. Facial
VIII. Auditif cochléaire ou acoustique, vestibulaire
IX. Glossopharyngien
X. Pneumogastrique vague
XI. Spinal (moteur trapèze)
XII. Grand hypoglosse (moteur langue)

122. Décris la structure microscopique du système nerveux central


 Cellules nerveuses
- Corps cellulaire grisâtres, forme étoilée.
- Prolongements protoplasmiques grisâtres
*Dendrites courts, ramifiés, de + en + petits
*Cylindres axe (axone), unique, de diamètre constant, pls dizaine de cm
 Tissu de soutien(nevrolgie)
- Petites cellules étoilées autour de l’axone
- Gaine de myéline : manchon de matière grasse blanchâtre, situé à une certaine distance du corps
cellulaire
- Gaine de Schwan : membrane dans laquelle sont disséminées des cellules très plates
 Substance grise, corps des cellules nerveuses, axones dénudés
 Substance blanche :
- Axones entourés de leur gaine de myéline
- Du nerf
- Réunion de plusieurs fibres nerveuses
- Chaque fibre est un axone entouré de ses gaines à l’exception du SN sympathique

123. Décris la structure du cerveau


Il constitue la partie antérieure et supérieure de l’encéphale, de forme ovoïde
Il comprend 2 hémisphères cérébraux : la scissure interhémisphérique et le corps calleux
Chaque hémisphère cérébral présente 3 scissures : de Rolando, perpendiculaire externe et de Sylvius
Les scissures délimitent 4 lobes : frontal (en avant), pariétal (au milieu), occipital, et temporal
 Creusé de 3 cavités
2 ventricules latéraux communiquant individuellement avec le 3 ème par le trou de Monro
Le 3ème ventricule communique avec le 4ème ventricule par l’aqueduc de Sylvius
 2 substances
La substance grise (cortex cérébral) composé de corps des cellules nerveuses et de corps d’axones dénudés
La substance blanche, composé d’axones entourés de leur gaine de myéline

124. Décris, situe et donne le rôle du cervelet


Partie postérieure de la cavité crânienne inférieure, en arrière de la protubérance et du bulbe
Il est formé de 3 lobes : le vermis, et 2 hémisphères cérébelleux droit et gauche
La substance grise est en périphérie, la substance blanche occupe tout le reste du cervelet

125. Décris, situe et donne le rôle du canal de l’épendyme


Prolongation vers l bas, du 4ème ventricule et parcourant la moelle en formant un canal central très exigu
Autour de ce canal, une zone de substance grise en forme de H appelée cornes antérieures et postérieures

Оценить