You are on page 1of 639

Héritage du Sanskrit

Dictionnaire sanskrit-français

Gérard Huet

1er Avril 2012


Version 263, 1er Avril 2012

G.
c Huet 1994–2012
Avant-propos
Ce document est le texte écrit correspondant au site Web http://sanskrit.inria.fr/ sous sa
version 263, à la date du 1er Avril 2012. Il remplace l’ancien “Lexique sanskrit-français à l’usage
de glossaire indianiste” de l’auteur et sert maintenant d’abord de support lexicographique au
projet d’informatisation du sanskrit qui est en développement à l’Institut National de Recherche
en Informatique et en Automatique en son centre de Paris-Rocquencourt. On trouvera sur ce site
une version hypertexte du dictionnaire, avec accès à des outils grammaticaux.

Préface à la première édition (1998)


Ce lexique a pour ambition de présenter les termes sanskrits principaux nécessaires à la
compréhension du vocabulaire philosophique, religieux et mythologique de la tradition indienne,
aussi bien bouddhiste ou jaı̈ne qu’hindouiste, ainsi que certains termes spécialisés utilisés en ico-
nographie, en médecine, en astronomie/astrologie et en linguistique. Par transitivité, on donne les
racines expliquant l’origine des mots, ainsi que le vocabulaire de base étudié typiquement dans un
cours élémentaire de sanskrit. C’est ainsi que notre lexique couvre tout le vocabulaire du “Primer”
de Perry, du manuel “Teach yourself Sanskrit” de Michael Coulson, du cours “The Sanskrit lan-
guage” de W. H. Maurer, mais surtout du remarquable lexique du grand maı̂tre français des études
védiques Abel Bergaigne. Nous avons trouvé intéressant pour le lecteur de donner quelques indi-
cations étymologiques sur des mots voisins dans un certain nombre de langues Indo-européennes.
Ces correspondances étant parfois controversées, nous demandons l’indulgence des spécialistes
d’étymologie ou de nirukta.
Nous nous sommes appuyés principalement sur le “Sanskrit-English Dictionary” de Monier-
Williams, mais aussi sur le dictionnaire sanskrit-français de Stchoupak, Nitti et Renou, et sur
le “Practical Sanskrit-English Dictionary” d’Apte. Nous avons également utilisé le remarquable
lexique de Bergaigne, que nous avons incorporé ici in extenso. Nous avons consulté pour notre
glossaire des notions hindouı̈stes des ouvrages trop nombreux pour les citer tous.
Nous offrons ce lexique à la mémoire d’Émile Burnouf, précurseur des lexicographes français
du sanskrit, et d’Amarasiṁha “Lion immortel”, lexicographe bouddhiste de la cour du roi Vi-
kramāditya.

L’alphabet devanāgarı̄
Nous commençons par quelques brèves indications sur l’écriture devanāgarı̄ et sur la prononcia-
tion du sanskrit. Donnons tout d’abord l’alphabet sanskrit dans l’ordre traditionnel. La première
colonne donne la transcription en caractères latins munis de signes diacritiques. La deuxième
colonne donne la lettre dans l’écriture devanāgarı̄. La troisième donne une indication sur sa pro-
nonciation.

Voyelles
a a son ‘a’ bref, intermédiaire entre notre ‘a’ et notre ‘e’ muet
ā aA ‘a’ long, similaire à notre ‘à’
i i ‘i’ bref
ı̄ I ‘i’ long
u u ‘ou’ bref
ū U ‘ou’ long
r.  prononcé ‘ri’, ‘ru’ ou ‘re’ comme chambre
r̄.  r. long
.l  prononcé ‘li’ ou ‘le’ comme comble

1
Diphtongues
e e ê
ai e
 comme aı̈e
o ao ô
au aO ao

Gutturales
ka k comme calme
kha K k-ha
ga g comme gare
gha G g-ha
ṅa R nga comme vigne

Palatales
ca c tcha
cha C tch-ha
ja j dja
jha J dj-ha
ña  gna comme ignare, cognac

Cérébrales
t.a V ta rétroflexe, comme tea en anglais
t.ha W t-ha rétroflexe
d.a X da rétroflexe
d.ha Y d-ha rétroflexe
n.a Z na rétroflexe

Dentales
ta t ta
tha T t-ha
da d da
dha D d-ha
na n na

Labiales
pa p pa
pha P p-ha, et non fa
ba b ba, proche de va
bha B b-ha, proche de fa
ma m ma

Semi-voyelles
ya y ya
ra r ra, proche de la
la l la
va v wa, plus proche de oi que de va, sauf après r

2
Sifflantes ou sibilantes
śa f cha comme chat
s.a q sha intermédiaire entre śa et sa
sa s sa

Aspirée
ha h ha comme la finale de l’allemand Bach.

Syllabes
L’alphabet devanāgarı̄ est un alphabet phonétique.

Signes de voyelles et de nasalisation


Une syllabe est formée soit d’une voyelle seule, soit d’une combinaison de consonnes et d’un
signe de voyelle ou diphtongue. Les consonnes ci-dessus sont par défaut suivies de la voyelle “a”.
Voici les modifications apportées selon la voyelle, pour la consonne “t” :

t ta tā ti tı̄ tu tū tr. tr̄. tl. te tai to tau


t^ t tA Et tF t t t t t t
 t
{ to tO
Les diphtongues an, in, un, on sont formées par la voyelle correspondante, nasalisée par l’une
des nasales (ṅ, ñ, n., n, m), qui peut prendre la forme de l’anusvāra, signe écrit comme un point au-
dessus de la lettre-syllabe. Par exemple, t\ pour ‘tan’, transcrit tam . . Au contraire des diphtongues
françaises, sourdes, l’anusvāra est bourdonnant.
Finalement, un ‘s’ final est atténué en une expiration, symbolisée par le signe appelé visarga, et
ressemblant à notre deux-points : t, se prononce comme ‘tah’ ou ‘taha’ avec un léger écho, voire
‘to’, et sera transcrit par tah.. Les sons ‘u’, ‘f’, et ‘z’ n’existent pas en sanskrit.

Ordre alphabétique de l’anusvāra et du visarga


Lorsque l’anusvāra est un simple substitut d’une nasale R, , Z, n ou m, on compte l’anusvāra
comme la nasale d’origine, et on le transcrit m . . Lorsque l’anusvāra est original, c’est-à-dire lors-
qu’il est suivi d’une semi-voyelle, d’une sifflante ou de “h”, on le place dans l’ordre alphabétique
après les diphtongues, et on le transcrit plutôt ṁ. De même, le visarga, lorsqu’il provient d’une
atténuation d’une sibilante, est ordonné comme cette dernière ; sinon, il est placé entre l’anusvāra
et les consonnes.
L’ordre alphabétique devanāgarı̄ est une difficulté initiale à maı̂triser pour les novices en sanskrit.
Cette difficulté n’est d’ailleurs que mineure, comparée à celle de résoudre le découpage d’une phrase
en ses mots constitutifs, par inversion des règles d’euphonie [sandhi].
Il faut être conscient de la différence de traitement entre les signes diacritiques du sanskrit et les
lettres accentuées du français. En français, é et e sont au même rang orthographique : “lésé” est
avant “leur”. En devanāgarı̄ par contre, mādhurya est après manu, et donc loin derrière madhu
dont il dérive. Le lecteur devra donc être prêt à interpréter une voyelle longue ou une diphtongue
comme le degré plein [gun.a] ou long [vr.ddhi] d’une voyelle d’origine de la racine. On trouvera
ci-dessous la table de ces degrés vocaux.

base gun.a vr.ddhi


a a ā
i, ı̄ e ai
u, ū o au
r. ar ār
.l al āl

3
Ligatures
Les combinaisons de consonnes se forment par ligature. En voici quelques exemples.

Ligatures horizontales
nta gna jja bhya n.n.a ska
t `n >j <y Z -k

Ligatures verticales
kka kva ñja pta tna śca tta
Ã Ë Ò Ø × – 

Ligatures particulières
s.t.ha hna ddha ks.a jña
¤ ¡ ˆ " â
Cette dernière combinaison se prononce en général gya ou gnya.

Signes spéciaux pour le “r” en combinaison


rta rtam
. rke rtı̄ pra tra dra
t t k
 tF þ / dý

Méthode de transcription
Nous avons choisi de représenter la lettre f^ par ś, et non par ç – ce dernier usage est obsolète.
Nous écrivons ai et non āi, et de même au et non āu. Nous n’avons pas suivi Burnouf et l’école
de Nancy dans l’utilisation de symboles typographiques spéciaux pour les lettres aspirées D^, T^,
P^, etc. que nous transcrivons dh, th, ph, etc. respectivement. Nous n’avons pas employé non plus
la transcription x pour la ligature ", que nous rendons ks.. Enfin nous rendons toujours v^ par v,
même lorsque w serait mieux justifié par la prononciation.

Présentation du lexique
Il nous a paru essentiel de viser à une certaine complétude vis-à-vis de l’origine étymologique
des mots. Ceci nous a amené à accepter dans le lexique certains mots peu courants dans la langue
classique, mais dont la présentation était rendue nécessaire par l’introduction de l’un de ses com-
posés. D’une certaine manière, l’origine étymologique est la sémantique originelle du mot, la “teinte
d’origine” dont la coloration par les différents usages détermine la palette des significations du mot.
Le principal problème à résoudre dans un lexique sanskrit concerne l’ordonnancement séquentiel
des mots dérivés d’une même racine. Le problème consiste à mélanger l’ordre lexicographique stan-
dard issu de l’ordre alphabétique avec l’ordre logique plaçant un mot sous les mots dont ils dérivent.
Les dictionnaires existants peuvent privilégier plus ou moins l’ordre logique par rapport à l’ordre
lexicographique. C’est ainsi que le dictionnaire de Monier-Williams et le manuel de Bergaigne
classent caya sous ci, alors que le dictionnaire de Renou classe caya comme entrée indépendante. Il
s’ensuit que dans le premier cas car apparaı̂t avant caya, alors que dans le deuxième cas il apparaı̂t
après.
Il y a donc deux conceptions possibles de la présentation d’un dictionnaire sanskrit. La première
est logique, suivant la composition des mots par agglutination à partir d’une racine. Ce parti pris
est celui du dictionnaire de Monier-Williams jusqu’à un certain point (et sur 4 niveaux !), mais
surtout du manuel de Bergaigne systématiquement et récursivement. La deuxième méthode, plus
classique, liste les mots dans l’ordre alphabétique standard, de la gauche vers la droite ; c’est celle
qui est adoptée dans les dictionnaires de Burnouf et de Renou, sauf pour les composés. Cette
méthode est généralement considérée comme plus pratique pour les débutants.

4
Nous avons adopté une voie moyenne, en acceptant en cas de doute une redondance qui facilitera
l’usage du lexique sans entraı̂ner une trop grande duplication. C’est ainsi qu’un participe passé
est toujours indiqué avec sa racine, alors qu’il est souvent rappelé indépendamment dans son
rôle d’adjectif. De même, le pronom personnel masculin de la troisième personne apparaı̂t sous
son thème tad, sous ses nominatifs masculin sas, féminin sā et neutre tat, mais aussi en tant
qu’adjectif démonstartif (ce) sa. Certaines formes déclinées de pronoms ont même été rappelées
comme entrées supplémentaires.
En règle générale,
√ on donne d’abord, pour chaque mot, la forme devanāgarı̄, éventuellement
précédée du signe pour indiquer une racine. Lorsque plusieurs mots sont rangés sous une ra-
cine ou un thème principal, seul le mot principal est donné en devanāgarı̄. Les homonymes sont
numérotés avec des indices 1, 2, ...
Nous donnons le thème des mots, et non leur nominatif, comme le fait Coulson. Ainsi deva,
masculin, se décline-t-il en devas au nominatif singulier, qui peut se transformer en devah. ou devo
par consonnance [sandhi], alors que liṅga, neutre, donnera liṅgam ou liṅgam . . Les noms irréguliers
sont parfois donnés avec une forme faible du thème, utilisée pour les cas autres que le nominatif et
l’accusatif. Parfois on donne encore une forme oblique du thème, utilisée pour les cas faibles, autres
qu’instrumental, datif et ablatif des genres féminins et neutres, ainsi que locatif neutre. Le lecteur
désirant approfondir ces notions, et trouver les tables de déclinaison et de flexion, pourra consulter
la grammaire élémentaire de Gonda, ou les grammaires plus complètes de Macdonell, Renou ou
Whitney. Il pourra également consulter utilement le site Internet sanskrit.inria.fr, qui propose
des outils grammaticaux pour le sanskrit, ainsi qu’une version hypertexte de ce dictionnnaire. La
référence ultime reste bien sûr la grammaire de Pān.ini.
On indique ensuite éventuellement l’étymologie du mot, entre crochets. On donne alors sa
catégorie syntaxique. Les substantifs sont indiqués par m. f. ou n. suivant leur genre. Les ad-
jectifs (a.) sont donnés sous leur thème, avec entre crochets la forme féminine. Les noms en in et
en tr. sont indiqués comme agents ; ils peuvent servir de substantifs masculins comme d’adjectifs
(leur féminin étant en inı̄ et en trı̄ respectivement). Dans le cas des verbes, on donne ensuite entre
crochets leur famille, puis un certain nombre de formes conjuguées, en commençant par le présent,
avec la conjugaison de la 3ème personne du singulier (sauf l’impératif, qui est à la 2ème personne).
Pour les racines, on indique après pf. les préfixes utilisés pour former d’autres verbes. Pour les
verbes composés, on ne donne en général que le présent et le participe passé. On emploie, à la
suite de Bergaigne, participe futur passif pour l’adjectif verbal d’obligation (ex. kr.tya à faire) ;
par contre on emploie absolutif pour l’adverbial invariable de subordination, qu’il appelle gérondif
(ex. kr.tvā ayant fait).
Les différentes significations du mot sont ensuite listées. Les sens distincts sont séparés par le
signe |. Les sens voisins sont séparés par des points-virgules, les quasi-synonymes sont séparés par
des virgules. Si un mot est employé dans plusieurs genres, ou plusieurs catégories grammaticales,
ces différentes utilisations sont séparées par un tiret. De même pour les modes de conjugaison des
verbes. Par exemple, la conjugaison causale est mentionnée séparément de la conjugaison ordinaire
lorsque les deux existent. De même pour la conjugaison passive.
Enfin, on donne parfois quelques mots de même origine étymologique dans des langues
Indo-européennes (grec, latin, anglais, allemand, français, quelquefois hindi). Ces indications
étymologiques suivent le symbole k. Quelquefois certaines expressions idiomatiques sont enfin
mentionnées, et quelques citations donnent des exemples d’utilisation.
Notre lexique contient les termes les plus couramment utilisés par les indianistes. Les termes
du domaine religieux ou métaphysique ont été classés en plusieurs catégories, quelquefois un peu
arbitrairement : mythologie, philosophie et sociologie d’une part pour les termes “orthodoxes”,
bouddhisme et jaı̈nisme d’autre part. Toutefois, afin de ne pas encombrer exagérément la lexico-
graphie, nous ne donnons que des indications sommaires sur leur signification, nous ne prétendons
aucunement offrir une véritable encyclopédie du domaine. Nous renvoyons les lecteurs qui sou-
haitent approfondir les concepts philosophiques ou mythologiques au Dictionnaire de la civilisation
indienne de Louis Frédéric, collection bouquins, Robert Lafont 1987, ou bien sûr au monumen-
tal Manuel des Études Indiennes de Renou et Filliozat, Maisonneuve (rééd. 1985), ouvrage très
complet mais difficile à consulter par manque d’index.

5
Nous espérons remplir avec ce lexique une lacune, les dictionnaires franco-sanskrit existants
s’adressant davantage au linguiste qu’à l’étudiant indianiste ou à l’amateur. C’est ainsi que Ber-
gaigne déclare “inopportun de fatiguer par des choses trop indiennes” ses lecteurs débutants en
sanskrit, et n’hésite pas sur ce principe à omettre le mot śiva de son lexique. Même le Stchoupak,
Nitti et Renou, dont le vocabulaire est pourtant considérablement plus complet que notre lexique
élémentaire, propose ‘oranger’ pour l’arbre bilva, dont la feuille est la première composante des
rites du culte de Śiva.
Nous ne donnons qu’occasionnellement les références aux textes d’origine. Ainsi nous ne donnons
généralement pas les différentes versions d’un même mythe, souvent incompatibles entre elles, mais
nous préférons donner une version synthétique simplificatrice uniforme. On ne donne pas non plus
les variantes géographiques, ni d’indication sur la période historique concernée (sauf la mention
occasionnelle ‘védique’). Plus généralement, le point de vue linguistique est synchronique plutôt
que diachronique, mais le temps ici est le temps mythique plutôt que tel ou tel temps historique
particulier.
Il est difficile de faire œuvre originale dans le domaine de la lexicographie sanskrite. La voie
est étroite entre le plagiat pur et simple et l’innovation suspecte d’erreur. Nous ne nous sommes
écartés de la tradition qu’en de rares occurrences. C’est ainsi que nous listons la forme causale
d’un verbe sous son thème, souvent augmentation vr.ddhi du thème du présent. Les autres formes
à ce degré vocal, typiquement les substantifs obtenus par le suffixe -ya, sont indiquées comme
dérivant du thème causal, ce qui simplifie les notations ; d’ailleurs, ils correspondent souvent au
participe futur passif du causatif. Nous appelons “réfléchie” la voix de conjugaison appelée en
sanskrit ātmanepada, et appelée usuellement “moyenne” par les grammairiens (car intermédiaire
entre l’actif et le passif). Il est vrai que cette voix ne correspond pas toujours à un emploi réflexif,
l’action étant “pour soi” plutôt qu’“à soi”, mais nous trouvons néanmoins cette terminologie plus
parlante.
Nous tenons à remercier Frans Velthuis, de l’Université de Groningen, pour l’utilisation de son
logiciel de traitement des ligatures Devnag. Le traitement de texte utilisé est TEX, dû à Donald
Knuth. Merci également à André Padoux et Philippe Flajolet pour leurs conseils judicieux. Chris-
tian Rinderknecht a fourni des indications utiles pour le vocabulaire bouddhiste. Nous demandons
l’indulgence du lecteur pour les nombreuses erreurs qui doivent subsister. Qu’il soit assez aimable
pour nous les signaler.

Gérard Huet

id\ElEKtm^ id\s\-ktm^

6
Abréviations utilisées
a. adjectif i. instrumental
abl. ablatif id. idem
abs. absolutif ic. in composi
ac. actif ifc. in fine compositi
acc. accusatif iic. in initio compositi
adr. terme d’adresse imp. impératif
adv. adverbe impers. impersonnel
agt. agent impft. imparfait
all. allemand ind. indéclinable
ang. anglais inf. infinitif
ant. avant l’ère commune inj. injonctif
aor. aoriste intens. intensif
approx. approximativement interj. interjection
arch. architecture interr. interrogatif
astr. astronomie jn. jaı̈nisme
av. avec lat. latin
bd. bouddhisme lex. lexicographie
bén. bénédictif lit. littérature
ca. causatif litt. littéralement
c.-à-d. c’est-à-dire loc. locatif
cf. confer m. masculin
cl. clitique math. mathématique
comp. composé md. moyen
compar. comparatif méd. médecine
cond. conditionnel mod. moderne
conj. conjonction mus. musique
conjug. conjugaison myth. mythologie
cons. consonne n. neutre
contr. contraction natu. naturalisme
corr. correspondant nom. nominatif
corrél. corrélatif not. notamment
dat. datif nota. notation
dém. démonstratif np. nom propre
dés. désidératif num. numéral
du. duel obl. oblique
épith. épithète opp. opposé à
ex. exemple opt. optatif (potentiel)
excl. exclamatif ord. ordinal
ext. extension part. particule
f. féminin patr. patronyme
fb. faible péj. péjoratif
fig. figuré péri. périphrastique
fr. français pers. personne
fut. futur pf. préfixe
g. génitif pft. parfait
gén. général phil. philosophie
géo. géographie phon. phonétique
gr. grec pl. pluriel
gram. grammaire poss. possessif
hi. hindi postp. postposition
hist. histoire pfu. participe futur
hom. homonyme pfp. participe futur passif

7
pp. participe passé passif AB. Aitareya Brāhman.a
ppa. participe passé actif AG. As.t.āvakra Gı̄tā
ppft. participe parfait AP. Agni Purān.a
ppr. participe présent BhG. Bhagavad Gı̄tā
pr. présent BhP. Bhāgavata Purān.a
préc. précatif BP. Brahma Purān.a
prép. préposition BrP. Brahmān.d.a Purān.a
prk. prakr.t BS. Br.hat Sam . hitā
pron. pronom BU. Br.hadāran.yaka Upanis.ad
ps. passif BvP. Bhavis.ya Purān.a
qqc. quelque chose ChU. Chāndogya Upanis.ad
qqf. quelquefois DKC. Daśakumāracarita
qqn. quelqu’un GG. Gı̄tagovinda
r. réfléchi GP. Garud.a Purān.a
red. reduplication HV. Harivam . śa
resp. respectivement IU. Īśa Upanis.ad
rhét. rhétorique JB. Jaiminı̄ya Brāhman.a
rit. rituel KA. Kaut.ilı̄ya Arthaśāstra
s. substantif KB. Kaus.ı̄taki Brāhman.a
sf. suffixe KeU. Kena Upanis.ad
sg. singulier KS. Kāt.haka Sam . hitā
soc. société KSs. Kathāsaritsāgara
subj. subjonctif KU. Kat.ha Upanis.ad
super. superlatif Mah. Mahābhārata
suppl. supplétif Mai. Maitrāyan.ı̄ Upanis.ad
symb. symbolique MK. Mr.cchakat.ikā
syn. synonyme MkP. Mārkan.d.eya Purān.a
tantr. tantrique MP. Matsya Purān.a
th. thème MO. Mun.d.akopanis.ad
topo. toponyme MS. Manu Smr.ti
v. verbe MU. Mān.d.ūkyopanis.ad
var. variante Muk. Muktika Upanis.ad
véd. védique PP. Padma Purān.a
vn. verbe nominal PT. Pañcatantra
voc. vocatif Ragh. Raghuvam . śa
vr. vr.ddhi Rām. Rāmāyan.a
vulg. vulgaire RV. R. gveda Sam . hitā
zoo. zoologie SB. Śatapatha Brāhman.a
SK. Siddhānta Kaumudı̄
SRB. Subās.ita Ratna Bhān.d.āgara
SkP. Skanda Purān.a
SP. Śiva Purān.a
TA. Taittirı̄ya Āran.yaka
TU. Taittirı̄ya Upanis.ad
VaP. Vāmana Purān.a
Ve. Ven.ı̄sam. hāra
VeP. Vetālapañcavim . śatikā
Vi. Vikramorvaśı̄
VJ. Vessantara Jātaka
VP. Vis.n.u Purān.a
YjSm. Yājñavalkyasmr.ti
YS. Yogasūtra
YV. Yoga Vaśis.t.ha
ZS. Zivasuutra

8
a a akEn¤ akanis.t.ha [a-kanis.t.ha] a. m. n. f.
a a var. an1 pf. privatif ou négatif ; forme des akanis.t.hā qui n’est pas le plus jeune.
substantifs composés ; (rare) devant une forme akanis.t.hatā [-tā] f. aı̂nesse (fait d’être le plus
verbale, donne un sens de blâme k gr. α, αν ; vieux).
lat. in ; ang. un ; fr. a, an. akyA akanyā [a-kanyā] f. femme qui n’est
apacasi tu ne sais pas cuisiner. plus vierge.
a\f^ am.ś [vn. am.śa] v. [10] pr. (am.śayati) di- akM=y akampya [a-kampya] a. m. n. f.
viser, distribuer. akampyā imperturbable, inamovible.
a\f am.śa [aś1 ] m. (ce qu’on obtient) part, par- akt akartr. [a-kartr.] a. m. n. f. akartrı̄ non
tie, portion, division, part d’héritage | lit. tome créateur, non auteur ; inactif.
d’un ouvrage | myth. véd. np. d’Am . śa “Dispen- akartr.tva [-tva] n. état d’inaction.
sateur”, radieux [āditya] mineur personnifiant la akm k akarmaka [a-karmaka] a. m. n. f. akar-
rétribution divine. makā inactif | gram. (verbe) intransitif ; opp. sa-
am . śena avatr̄. myth. [“descendre partiellement”] karmaka.
se dit de Vis.n.u incarnant une partie de Lui- akm n^ akarman [a-karman] n. inactivité, in-
même sur Terre comme avatāra ; cf. kalā. action — a. m. n. f. akarman.ı̄ inactif.
am . śaka [-ka] ifc. a. m. n. f. am . śikā qui fait ak-mAt^ akasmāt [a-kasmāt] adv. sans cause
partie de. apparente ; tout d’un coup, de manière inatten-
a\f am.śú [am.ś] m. véd. filament ou jus de la due ; accidentellement, par hasard ; en vain.
plante soma ; fibre | rai de lumière. akasmādāgantu [āgantu] m. arrivée fortuite,
am hôte inattendu.
. śuka [-ka] n. tissu, vêtement.
am akAm akāma [a-kāma] a. m. n. f. akāmā sans
. śumát [-mat] a. m. n. f. am . śumatı̄ ra- désir, indifférent ; non épris de, qui ne prend pas
dieux, rayonnant — m. le Soleil |myth. np. du roi
Am plaisir à | gram. qualifie le sandhi qui élide un
. śumān “Rayonnant”, fils d’Asamañjā, père ‘r’ final devant un ‘r’ initial — n. akāma phil.
de Dilı̄pa ; il découvrit les cendres des 60000 fils
de son grand père Sagara, et obtint de Kapila absence de désir.
que son petit-fils Bhagı̄ratha puisse les purifier akAr akāra [(a)-kāra] m. le son ou la lettre
par la descente du Gange. ‘a’.
akārapraśles.a [praśles.a] m. gram. élision
a\s ám.sa m. épaule ; omoplate |coin d’un qua-
d’une lettre ‘a’ initiale, marquée en écriture par
drilatère | du. am . sau soc. les deux angles d’un l’avagraha.
autel k lat. umerus ; all. amsa.
akārānta [anta] a. m. n. f. akārāntā gram.
ám. sadaghná [daghna] a. m. n. f. am . sadaghnā (thème de mot) terminé par ‘a’.
(de l’eau) jusqu’aux épaules.
akArZ akāran.a [a-kāran.a] n. absence de mo-
a\sl am.salá [am.sa-la] a. m. n. f. am.salā tif — a. m. n. f. akāran.ā sans raison, sans motif,
musclé, fort ; robuste | tendre (se dit de la sans cause.
viande). akāran.am var. akāran.ena adv. sans raison.
a\hs^ am.has n. étroitesse, étouffement ; akAy akārya [a-kārya] a. m. n. f. akāryā qui
étranglement, asphyxie | anxiété, angoisse | phil. ne doit pas être fait ; mauvais, défendu, interdit
le péché, le Mal ; cf. nirr.ti k gr. αψoς ; lat. angor ; — n. mauvaise action.
fr. angoisse ; all. Angst. akAl akāla [a-kāla1 ] m. temps défavorable,
a\hFys^ am.hı̄yas [compar. am.hu] a. m. n. f. contre-temps.
am . hı̄yası̄ plus étroit. akāle adv. à contre-temps | sans délai.
a\h am.hu [relié à am.has] a. m. n. f. étroit — aEk\cn akim.cana var. akiñcana [a-kim.cana]
n. am . hú [abl. am. hós] véd. anxiété, détresse. a. m. n. f. akim . canā pauvre, indigent [“qui n’a
am . hubheda [bheda] a. m. n. f. am . hubhedı̄ à rien”].
la fente étroite — f. am . hubhedı̄ (femme) qui a aEk\Ecd^ akim.cid var. akiñcid [a-kim.cid] adv.
le vagin étroit. rien.
ak -aka [ac] vers | cf. -ka. akim. cijjña [jña] a. m. n. f. akim . cijjñā igno-
akc akaca [a-kaca] a. m. n. f. akacā chauve. rant [“qui ne sait rien”].
akETt akathita [a-kathita] a. m. n. f. aka- akim. citkara [kara1 ] a. m. n. f. akim . citkarā
thitā non mentionné, sous-entendu | gram. se impuissant [“qui ne fait rien”].
dit de l’objet secondaire d’un verbe gouvernant akFEt akı̄rti [a-kı̄rti] f. honte, déshonneur,
deux accusatifs. disgrâce, infâmie.

9
akı̄rtikara [kara1 ] a. m. n. f. akı̄rtikarā aEÊ£ aklis.t.a [a-klis.t.a] a. m. n. f. aklis.t.ā frais,
déshonorant, dégradant, qui fait honte. dispos, reposé ; serein | impeccable.
akEVl akut.ila [a-kut.ila] a. m. n. f. akut.ilā aÊFbtA
√ aklı̄batā [a-klı̄batā] f. virilité.
droit, non courbe. a"^ aks. [relié à aś1 ] v. [1] pr. (aks.ati) pft.
akfl akuśala [a-kuśala] a. m. n. f. akuśalā (ānaks.a) véd. atteindre ; traverser, pénétrer.
mauvais — n. mal. a" áks.a [aks.] m. essieu de voiture, objet tour-
akpAr akūpāra a. m. n. f. akūpārā véd. illi- nant ; char | aks.á dé à jouer (cylindre d’ivoire de
mité — m. l’océan | myth. np. d’Akūpāra, épith. section carrée, qu’on fait rouler pour choisir un
de Vis.n.u “l’Illimité”, incarné comme tortue cos- nombre parmi 4) | myth. cf. Aks.akumāra — n.
mique soutenant le monde ; cf. Kūrma. ifc. œil k lat. axis ; ang. axle ; fr. axe.
akt akr.ta [a-kr.ta] a. m. n. f. akr.tā non com- aks.akumāra [kumāra] m. myth. [Rām.] np.
mis, non fait, non accompli ; incréé | pas mûr ; du jeune rāks.asa Aks.akumāra “Œil”, fils cadet
non cuit. de Rāvan.a et Mandodarı̄ ; il fut tué par Ha-
akr.tavran.a [vran.a] m. myth. [Mah.] np. du numān.
brahmane Akr.tavran.a, ami de Jāmadagnya. aks.apari [pari] ind. coup de dé malheu-
akr.tārtha [artha] a. m. n. f. akr.tārthā infruc- reux (où le dé tourne en sens inverse du coup
tueux, qui a échoué, qui n’a pas atteint son but précédent).
| non satisfait. aks.apāda [pāda] m. hist. np. d’Aks.apāda
aktA-/ akr.tāstra [a-kr.tāstra] a. m. n. f. Gautama, fondateur de la doctrine nyāya ; il
akr.tāstrā non exercé au maniement des armes. vécut au 3e siècle ant.
aks.apriya [priya] a. m. n. f. aks.apriyā [“aimé
ak(y akr.tya [a-kr.tya] n. le mal.
des dés”] heureux au jeu, chanceux | adonné au
ak(vA akr.tvā [a-kr.tvā] adv. n’ayant pas fait. jeu, joueur | myth. épith. de Śiva “adonné aux
ak£ akr.s.t.a [a-kr.s.t.a] a. m. n. f. akr.s.t.ā non dés”.
cultivé ; qui pousse à l’état sauvage. aks.amada [mada] m. passion du jeu.
ak f akeśa [a-keśa] a. m. n. f. akeśā chauve aks.amālā [mālā] f. rosaire | myth. np.
|myth. np. d’Akeśa “le Chauve”, épith. de Ketu. d’Aks.amālā, avatar d’Arundhatı̄.
aÃA akkā f. [sg. voc. akka] mère (méprisant). aks.ahr.daya [hr.daya] n. expertise au jeu de
aÄ aktá [pp. añj] a. m. n. f. aktā oint, fardé dés.
— n. huile, onguent. a"t aks.ata [a-ks.ata] a. m. n. f. aks.atā non
aÄ aktú [akta] m. pommade, fard | lumière, frappé, non blessé, indemne ; non brisé — m. pl.
rayon | fin de nuit (juste avant l’aurore). aks.atās grains non vannés (not. d’orge).
aE‡ymAZ akriyamān.a [a-kriyamān.a] a. m. n. a"n^ aks.án [aks.a] n. œil | phil. [sām.khya]
f. akriyamān.ā n’étant pas accompli. le sens [buddhı̄ndriya] de la vue ; son régent
a‡r akrūra [a-krūra] a. m. n. f. akrūrā [niyantr.] est Āditya ; la perception [tanmātra]
pas méchant, doux, gentil — m. myth. np. du associée est la forme [rūpa] ; syn. caks.us | var.
prince yādava Akrūra “Bienveillant”, fils aı̂né de aks.i id. | du. aks.ı̄ les (2) yeux | véd. le Soleil et
Śvaphalka et de Nandinı̄1 ; [Mah.] il commanda la Lune — f. aks.ı̄ ifc. (femme) au regard hiic.i k
l’armée des yādavās ; c’est un sage parmi les des- lat. oculus ; ang. eye ; fr. œil.
cendants de Vr.s.n.i [vārs.n.eya] ; il est oncle pater- aks.an.vat [-vat] a. m. n. f. aks.an.vatı̄ véd.
nel et ami de Kr.s.n.a ; envoyé par Kam . sa pour in- muni d’yeux.
viter Kr.s.n.a et Balarāma au festival de Cāpapūjā a"m aks.ama [a-ks.ama] a. m. n. f. aks.amā in-
afin de les tuer, il comprit le complot, avertit capable de hloc. inf. iic.i ; qui ne convient pas
Kr.s.n.a et lui conseilla de tuer Kam . sa ; avec son | envieux, impatient — f. aks.amā envie ; impa-
ami Kr.tavarmā, il incita Śatadhanvā à assassi- tience.
ner Satrājit pour qu’il s’empare du joyau ma- aks.amavat [-vat] a. m. n. f. aks.amavatı̄ im-
gique Syamantaka, avant qu’il le leur confie ; ils patient.
allèrent ensuite faire pénitence à Kāśı̄ ; Akrūra a"y aks.aya [a-ks.aya2 ] a. m. n. f. aks.ayā
revint à Dvārakā pour mettre fin à une famine, impérissable, incorruptible, imputrescible.
et Kr.s.n.a et Balabhadra décidèrent qu’il garde- aks.ayatā [-tā] f. impérissabilité.
rait le joyau ; son épouse est Sutanu, ses fils aks.ayatr.tı̄yā [tr.tı̄yā] f. soc. 3e jour de la quin-
Devaka1 et Upadevaka. zaine claire du mois vaiśākha ; il est présumé
a‡oD akrodha [a-krodha] m. suppression de avoir été le premier jour du satyayuga ; il assure
la colère — a. m. n. f. akrodhā sans colère. la permanence des actions accomplies ce jour ;

10
ce jour de fête est populaire pour les mariages ; aKEXt akhan.d.ita [a-khan.d.ita] a. m. n. f.
il ouvre la saison des mangues. akhan.d.itā intact, entier | phil. non réfuté.
aks.ayatva [-tva] n. impérissabilité. aEKl akhila [a-khila] a. m. n. f. akhilā entier,
a"y aks.ayya [a-ks.ayya] a. m. n. f. aks.ayyā intégral, complet [“sans lacune”] ; tout.
indestructible. akhilena adv. entièrement.
a"r aks.ára [a-ks.ara] a. m. n. f. aks.arā aHyAEt akhyāti [a-khyāti] f. phil. [trika] la
impérissable, inaltérable ; éternel — n. son ; nescience ; syn. avidyā.
phonème, syllabe | lettre, caractère | la syllabe ag aga [a-ga] m. [“immobile”] montagne ;
sacrée om. arbre.
aks.aranyāsa [nyāsa] m. écriture. agy agan.ya [a-gan.ya] a. m. n. f. agan.yā in-
aks.aramus.t.ikākathana [mus.t.ikākathana] n. nombrable.
l’art de parler avec ses doigts, l’un des 64 arts agtAs agatāsu [a-gatāsu] a. m. n. f. vivant.
[kalā]. agd agadá [a-gada2 ] a. m. n. f. agadā non
aks.arasamāmnāya [samāmnāya] m. gram. malade ; sain, bien portant — m. bonne santé
énumération des phonèmes dans les śivasūtrān.i. | remède, médicament ; not. antidote.
aks.arāvali [āvali] f. chaı̂ne de caractères. agadatantra [tantra] n. méd. la science des
a"AEt aks.ānti [a-ks.ānti] f. impatience, in- antidotes, une section de l’Āyurveda.
tolérance ; irritabilité. agadaveda [veda] m. médecine.
a"Ar aks.āra [a-ks.āra] a. m. n. f. aks.ārā non agMy agamya [a-gamya] a. m. n. f. agamyā
impénétrable, inaccessible — f. agamyā soc.
caustique, non amer ; non épicé.
femme avec qui on ne doit pas avoir de rapport
aks.ārālavan.a [alavan.a] a. m. n. f.
sexuel.
aks.ārālavan.ā (aliment) ni épicé ni salé.
agMyA agamyā iic. f. de agamya.
aks.ārālavan.āśin [āśin] agt. m. f.
agamyāgamana [gamana] n. inceste.
aks.ārālavan.āśinı̄ qui s’abstient de manger
agE-t agásti [aga-asta] m. myth. np. du sage
l’épicé et le salé.
[r.s.i] Agasti ou Agastya “qui déplace les monta-
aE" aks.i cf. aks.an. gnes”, né dans une cruche [kumbha] du sperme
a"o<y aks.obhya [a-ks.obhya] a. m. n. f. mélangé de Mitra et de Varun.a répandu à la
aks.obhyā serein, inébranlable, imperturbable — vue de la nymphe Urvaśı̄, il est de petite sta-
m. bd. np. d’Aks.obhya “l’Inébranlable”, jina ture ; il représente l’énergie dévorante du So-
gardien de l’Est dans le panthéon du mahāyāna, leil ; il digéra l’ogre [rāks.asa] Vātāpi, qui se
représenté en gén. en bhūmisparśamudrā — n. déguisait en chèvre du sacrifice pour faire éclater
math. cent mille billions. ceux qui en mangeaient, et réduisit en cendres
a"OEhZF aks.auhin.ı̄ [aks.a-vāhinı̄] f. armée son frère et complice Ilvala dont il prit les ri-
complète de 10 corps d’armée [anı̄kinı̄] compre- chesses ; il s’établit alors dans une cave à cet
nant 21870 éléphants et chariots, 65610 chevaux endroit, nommé depuis Vātāpi (mod. Badāmi) ;
et 109350 fantassins. il assécha l’océan en l’avalant en une gorgée à la
aks.auhin.ı̄pati [pati] m. général en chef. demande d’Indra, pour combattre l’asura Kāliya
aKX akhan.d.a [a-khan.d.a] a. m. n. f. akhan.d.ā qui s’y cachait ; l’assèchement de la Terre qui
entier, indivis ; intégral ; ininterrompu, conti- en résulta fut remédié par Bhagı̄ratha, qui fit
nuel. descendre sur Terre le Gange Céleste ; [SkP.] il
akhan.d.am adv. sans interruption. se rendit au Kailāsa pour demander à Śiva une
akhan.d.ajyotis [jyotis] n. soc. feu ininter- eau sacrée pour consacrer un lieu saint [tı̄rtha] ;
rompu dans un temple. Śiva lui remit l’eau de la Kāverı̄ dans son pot
akhan.d.abhārata [bhārata] n. la Grande à eau ; Agastya partit au Sud, et surmonta de
Inde ; l’Inde éternelle. nombreux obstacles ; l’asura Krauñca lui barra
akhan.d.avākya [vākya] n. gram. phrase indi- le chemin en se transformant en montagne et en
visible, parole continue. provoquant la tempête ; avec quelques gouttes
akhan.d.avākyasphot.a [sphot.a] m. gram. d’eau bénite, Agastya le maudit d’un mantra
théorie de Bhartr.hari, posant l’indivisibilité de afin qu’il restât montagne jusqu’à recevoir une
la sémantique de la phrase. flèche de Skanda ; lorsqu’il arriva aux monts
aKXn akhan.d.ana [akhan.d.a-na] n. non- Vindhya, ceux ci, que Nārada avait rendus ja-
division ; fait de laisser entier | phil. non loux de la suprématie du Mont Meru et rem-
réfutation. plis d’orgueil, se dressèrent pour lui barrer la

11
route ; Agastya devint un géant et les aplatit ; ce titre sert d’intermédiaire entre les hommes
arrivé au Sud, il méditait au Mont Brahmagiri3 , et les dieux ; on dit qu’Oblation [Svāhā] est
lorsque Gan.eśa, changé en corbeau, se posa à la son épouse ; il protège des ténèbres, et garde
demande d’Indra sur son pot à eau, et le faisant le foyer ; il est Atithi l’Hôte ; il est le gar-
pencher donna naissance à la Kāverı̄ ; on dit au dien [dikpāla] de la direction du Sud-Est ; sa
Nord qu’il conquit et civilisa le Sud de l’Inde, monture est le bélier [mes.a] ; on dit qu’il a 7
où il introduisit le brahmanisme ; dans la tradi- langues [saptajihva] ; astr. il préside le naks.atra
tion drāvid.a il est dit premier parmi les accom- des Kr.ttikās ; phil. [sām . khya] il est le régent
plis [siddha1 ], et qu’il enseigna le yoga au Nord [niyantr.] de la faculté de parole [vāc] ; on l’in-
de l’Inde ; il est réputé être l’auteur d’hymnes voque par des prières conciliatoires [āpryas] ;
védiques ; il fut un archer insurpassable, et il cf. Atithi, Anala, Jātavedā, Dahana, Pāvaka,
donna son arc magique à Rāma, qu’il abrita Bharata, Mātariśvā, Vasu, Vahni, Vaiśvānara,
pendant son exil ; après la victoire de Rāma sur Śos.an.a, Havyavah, Hutabhuk, Hutāśana | phil.
Rāvan.a, il lui conta l’épopée du roi-vampire et [āyurveda] le principe chaud, opp. au principe
l’histoire de Hanumān ; Dr.d.hadasyu est son fils froid [soma] | symb. le nombre 3 k lat. ignis ; fr.
de sa femme Lopāmudrā ; on le représente blanc agile.
et barbu, avec une grosse panse, tenant un pot à agnikun.d.a [kun.d.a] n. fosse pour recevoir le
eau [kaman.d.alu] ; à sa mort, il fut fixé au ciel du feu sacré [agnihotra].
Sud comme la très brillante étoile Canopus (α agnicayana [cayana] n. soc. empilement de
de la Carène), dont il est le régent | astr. l’étoile briques pour l’autel du feu védique [uttaravedi] ;
Canopus ; on dit que les eaux souillées sont pu- il comprend 30×60 = 10800 briques |soc. rite de
rifiées à son lever | var. agastya myth. id. construction de cet autel.
agastimata [mata] n. lit. np. de l’Agasti- agnicit [cit3 ] a. m. n. f. soc. qui édifie (par
mata “Pensées d’Agasti”, traité de gemmolo- empilement de briques) l’autel du feu védique.
gie [ratnaśāstra] ; il forme une section de la agnitva [-tva] n. qualité ignée.
Br.hatsam . hitā. agniparı̄ks.ā [parı̄ks.ā] f. soc. épreuve du feu,
ag-(y agastya cf. agasti. ordalie par le feu.
agastyatı̄rtha [tı̄rtha] n. géo. np. du grand agnipurān.a [purān.a] n. lit. np. de l’Agni-
bassin Agastyatı̄rtha à Vātāpi-Badāmi. purān.a, texte myth. encyclopédique, hybride
agAD agādha [a-gādha] a. m. n. f. agādhā pro- vais.n.ava-śaiva, en 383 chapitres [adhyāya].
fond, où l’on n’a pas pied. agnimantha [mantha] m. natu. [“bâton à
agādhatā [-tā] f. profondeur. feu”] bot. Premna corymbosa, arbuste aux fleurs
agAr agāra var. āgāra m. n. maison, habita- verdâtres en ombelles malodorantes, utilisé en
tion ; demeure. médecine ; syn. gan.ikārikā.
agZ agun.a [a-gun.a] a. m. n. f. agun.ā sans agnimáya [maya] a. m. n. f. agnimayı̄ de la
qualité, sans valeur, mauvais — m. mauvaise nature du feu ; ardent, flamboyant ; brûlant, in-
qualité, défault ; démérite, faute. candescent.
agz aguru [a-guru] a. m. n. f. agurvı̄ léger agnimitra [mitra] m. lit. np. du roi Agnimi-
| phon. voyelle légère — m. natu. bot. Aquila- tra “l’ami d’Agni”, fils de Pus.yamitra Śuṅga1
ria agallocha, arbre Agar — n. soc. bois d’arbre auquel il succéda en 151 ant. ; il est le héros (du
Agar ou encens tibétain, remède psychoactif uti- temps où il était vice-roi de Vidiśā) du drame
lisé en médecine ayurvédique ; utilisé en fumiga- Mālavikāgnimitra de Kālidāsa.
tion comme parfum. agnivarn.a [varn.a] m. myth. [Rām.] np. du roi
agocr agocara [a-gocara] a. m. n. f. agocarā d’Ayodhyā Agnivarn.a “Couleur de feu”, fils de
qui n’est pas du domaine ; qui n’est pas à la Sudarśana2 , père de Śı̄ghraga.
portée, inaccessible. agnivelā [velā] f. [“heure du feu”] heure de
aE`n agni m. feu | myth. véd. np. d’Agni ranimer le feu sacré | après-midi.
le Feu, un dieu āṅgirasa ; on le dit fils de son agniveśa [veśa] m. myth. [Mah.] np. de l’er-
éclat Aṅgirā ou engendré par Br.haspati (ou par- mite Agniveśa “Vêtu de feu” ; Agasti lui ap-
fois par son fils Śam . yu) ; il est aussi appelé prit l’art des armes, qu’il enseigna à Dron.a et
Tanūnapāt l’Auto-engendré et Apām . napāt “issu Drupada ; Bharadvāja lui enseigna la science
des eaux” ; il a de nombreux aspects [āpryas] médicale [Āyurveda].
par lesquels on peut l’invoquer ; il mange l’obla- agniśaran.a [śaran.a] n. véd. lieu où est entre-
tion pour en porter le parfum aux dieux, et à tenu le feu sacré.

12
agniśikhā [śikhā] f. flamme. agrevan.a [vana] n. [“en avant du bois”] bord
agnis.oma [soma] m. du. agnis.omau myth. de la forêt.
le couple Agni-Soma, symbolisant l’union des aéy agryá [agra-ya] a. m. n. f. agryā qui est
contraires du feu et de l’eau, et la nature ar- en tête, le meilleur ; éminent.
dente du soma. aG aghá1 a. m. n. f. aghā mauvais, impur ;
agnis.t.oma [stoma] m. soc. l’Agnis.t.oma malveillant ; déchu (de sa caste) — n. impureté,
“louange à Agni”, un rite véd. du soma. faute ; péché, mal ; peine, souffrance — m.
agnihotra [hotra] n. véd. oblation à Agni myth. np. du démon [asura] Agha, vaincu par
(not. de lait frais) ; il est accompli matin et soir Kr.s.n.a enfant k lat. ango ; all. Angst.
par les brahmanes | soc. feu sacré perpétuel, bhuñjate te tvagham. pāpā ye pa-
préservé dans l’agnikun.d.a ; le brahmane initié cantyātmakāran.āt [BhG.] Alors que ne mangent
doit l’honorer trois fois par jour après le bain et que de l’ordure les pécheurs qui ne cuisinent
le garder perpétuellement allumé. que pour eux-mêmes.
agnihotrahavanı̄ [havanı̄] f. véd. cuiller à aghamars.an.a [mars.an.a] n. soc. rite d’abso-
oblation. lution des péchés, effectué en expirant par les
agnihotrin [-in] m. [nom. agnihotrı̄] véd. narines au-dessus d’un récipient d’eau.
prêtre pratiquant l’agnihotra. aG agha2 [vn. agha1 ] v. [10] pr. (aghāyáti)
agnyādheya [ādheya] n. véd. installation du faire du mal ; avoir de mauvaises intentions.
feu sacré. aGor aghora [a-ghora] a. m. n. f. aghorā non
ag} ágra n. pointe, sommet, extrémité |dessus terrible.
ou devant de qqc. ; surface ; façade — f. agrā ifc. aghoraśiva [śiva] m. hist. np. d’Aghoraśiva,
le meilleur de. auteur d’un manuel de rituel śaiva [paddhati].
ágre en face, devant ; en présence de hg.i | aGorc"s^ aghoracaks.us [a-ghoracaks.us] a.
d’abord, à l’origine ; avant habl.i. m. n. f. aghoracaks.us.ı̄ qui n’a pas le mauvais
agraja [ja] a. m. n. f. agrajā aı̂né [“né en pre- œil.
mier”] — m. frère aı̂né (opp. anuja) — f. agrajā
aGoq aghos.a [a-ghos.a] a. m. n. f. aghos.ā
sœur aı̂née.
phon. sourde (consonne) ; opp. ghos.avat, ghos.in.
agratás [-tas] adv. en tête ; devant qqc. hg.i ;
aèy aghnya [a-ghnya] a. m. n. f. aghnyā qui
devant soi ; en présence de hg.i | d’abord ; avant,
ne doit pas être tué — m. taureau — f. aghnyā
d’avance.
vache.
agratah. kr. mettre en avant.
ágravat [-vat] a. m. n. f. agravatı̄ qui est au
a¬^ aṅk [vn. aṅka] v. [10] pr. (aṅkayati) pp.
sommet. (aṅkita) pfp. (aṅkya) marquer au fer, flétrir ;
agraśas [-śas] adv. depuis le début. mettre un sceau, tamponner.
agrasena [senā] m. myth. np. du roi a¬ aṅká [añc] m. crochet ; courbe ; courbe
sūryavam . śin Agrasena “Dont l’armée est en des hanches, flanc, giron, sein ; voisinage | signe,
tête” ; il établit sa capitale à Agroha (mod. marque ; chiffre, sceau ; acte (d’une pièce de
ruines près de Hisar dans l’Hariyān.a) ; il eut 18 théâtre) |soc. cérémonie de la marque, préludant
fils, et conduisit 18 sacrifices [mahāyajña] pour à la frappe de la monnaie d’or pour l’année k
créer 18 clans [gotra] de marchands, formant la lat. uncus.
riche caste agrotavam . śa (mod. Agrawal). aṅkayantra [yantra] n. phil. [tantr.] dia-
agrahāyan.a [hāyana] m. n. [“meilleur mois gramme portant un carré magique, souvent
de l’année”] épith. de mārgaśı̄rs.a (novembre- dédié à une planète [graha].
décembre). aE¬t aṅkita [pp. aṅk] a. m. n. f. aṅkitā
agrahāra [hāra1 ] m. soc. donation de terres marqué, flétri.
ou de villages faite par le roi à une communauté a¬r aṅkura m. bourgeon, jeune pousse, reje-
de brahmanes. ton.
agrāśana [aśaná2 ] a. m. n. f. agrāśanā qui yathā deśastathā bhās.ā yathā rājā tathā
mange en premier ; qui mange avant habl.i. prajā | yathā bhūmistathā toyam . yathā
ag}h agraha [a-graha] m. phil. non bı̄jastathāṅkuram k Tel pays telle langue ; tel
appréhension, non perception. roi tels sujets ; telle terre telle eau ; telle graine
ag} ágru m. célibataire — f. agrū vierge. tel bourgeon.
ag} agre [loc. agra] ind. avant ; devant ; a¬f aṅkuśá [aṅka] m. croc ; not. croc servant
d’abord ; au bord de. au cornac à diriger un éléphant, et pouvant être

13
utilisé comme arme |phil. il symbolise les moyens de pavillon dans une toiture pyramidale ; syn.
de stimulation des forces d’inertie [tamas]. uruśr.ṅga.
aṅkuśadhārin.am myth. portant le croc comme aṅgahāra [hāra1 ] m. gesticulation ; mime.
emblème (se dit de Gan.eśa). aṅgahı̄na [hı̄na] a. m. n. f. aṅgahı̄nā mutilé,
aṅkuśamudrā [mudrā] f. soc. geste rituel uti- sans membres | incorporel — m. myth. épith. de
lisé comme bénédiction ; le majeur est étendu Kāma.
verticalement vers le sol, les autres doigts sont a½ aṅgá2 part. affirme, confirme, ou exprime
pliés. le désir ou l’impatience ; bien, d’accord ; certes,
a¯ aṅkya [pfp. [1] aṅk] a. m. n. f. aṅkyā à vraiment ; s’il vous plaı̂t ; vite |juste ; seulement.
marquer ; à stigmatiser. kim aṅga combien mieux, vraiment.
a²^ aṅkh [vn. aṅka] v. [10] pr. (aṅkháyati) pf. te ’ṅga eux seuls.
(pari) accrocher, harponner. so ’ṅga lui seul.
√ yad aṅga juste quand.
a½^ aṅg v. [1] pr. (aṅgati) aller, se déplacer.
a½n aṅgana [aṅg-ana] n. marche | cour
a½ áṅga1 [aṅg] n. membre ; partie du corps ; [“endroit où l’on marche”] | aṅgan.a cour, aire
le corps en entier ; la personne, la forme | partie, — f. aṅganā [“qui a une belle forme”] femme ;
portion, subdivision ; annexe | phil. l’une des épouse.
6 disciplines annexes du Veda ; cf. vedāṅga a½Ar aṅgāra m. charbon ; charbon ardent,
| (par ext.) symb. le nombre 6 | phil. une braise.
des 5 subdivisions de l’évocation [mantra] ; aṅgāraka [-ka] m. astr. np. de l’influence
on distingue : les moyens de l’initialisa- [graha] Aṅgāraka “Charbon ardent”, régent de
tion [karman.āmārambhopāya], l’équipement en la planète Mars ; cf. Kuja, Bhūmija, Maṅgala.
hommes et en matériels [purus.adravyasmapad], aṅgāraparn.a [parn.a] m. myth. [Mah.] np. du
la distribution de l’espace et du temps roi gandharva Aṅgāraparn.a “aux Ailes de brai-
[deśakālavibhāga], la réaction au désastre se” ; il possédait la science de vision extralu-
[vipattipratı̄kāra] et le succès [kāryasiddhi] | cide [cāks.us.ı̄] ; il l’enseigna à Arjuna qui l’avait
phil. l’une des 8 pratiques du rājayoga ; cf. vaincu au combat ; en retour il obtint l’arme
as.t.āṅgayoga | jn. l’un des 12 chapitres du ca- āgneyāstra ; cf. Citraratha.
non jaina | gram. radical, thème (fort), base de aE½n^ aṅgin [aṅga1 -in] a. m. n. f. aṅginı̄ ayant
flexion (forme non infléchie) | mus. subdivision des membres ; subdivisé, principal | corporel.
d’un rythme [tala] ; il y a 3 : léger [laghu] (une aE½r^ aṅgir m. myth. np. du sage [r.s.i] Aṅgı̄ ; il
frappe de l’instrument et un comptage avec les reçut le savoir sacré [brahmavidyā] d’Atharvā et
doigts), accompagné druta (une frappe et une le transmis à Satyavāha, qui l’enseigna à Aṅgirā.
onde) et court anudruta (une frappe) — m. géo. aE½rs^ áṅgiras [agni] m. [nom. aṅgirās]
np. de l’Aṅga, région du sud du Bihāra, vas- myth. véd. np. du géniteur [prajāpati] Aṅgirā
sale du Magadha ; sa capitale était Campā | pl. “l’Étincelant”, manifestation d’Agni en tant que
aṅgās géo. le Bengale ; ses habitants, les Aṅgās pouvoir d’illumination, symbolisé par la lumière
| myth. np. du roi Aṅga1 du Bengale, fils de de l’éclair ; né de la bouche de Brahmā, il
Dı̄rghatamā et Sudes.n.ā — ifc. annexe de, partie épousa Śraddhā, la Dévotion personnifiée, dont
de | gram. auxiliaire à ; causé par (cf. antaraṅga, il engendra Utathya, Br.haspati et Sam . varta ;
bahiraṅga) — a. m. n. f. aṅgā subdivisé |contigu. on mentionne aussi parfois Vayasya, Śānti1 ,
aṅgı̄ kr. donner sa part, concéder ; consentir, pro- Ghora, Virūpa, et Sudhanvā ; il est aussi ap-
mettre. pelé Atharvā ; qqf. c’est un épith. de Br.haspati ;
áṅgaja [ja] a. m. n. f. aṅgajā né du corps ; [Mah.] comme il illuminait le ciel, les hommes se
ornemental | soc. produit par une cérémonie détournèrent d’Agni, qui se cacha dans la forêt ;
supplémentaire — m. fils | myth. np. d’Aṅgaja, sans feu, le monde se désola, et Aṅgirā vint prier
épith. de Kāma — n. sang — f. aṅgajā fille. Agni de reprendre sa place, en reconnaissant
aṅgada [da] n. bracelet porté au bras. qu’il n’était lui-même que son fils aı̂né ; [VP.]
aṅgadeśa [deśa] m. géo. le Bengale. d’une épouse Smr.ti il eut 4 filles, dont Anumati
aṅgarāga [rāga] m. application de | pl. aṅgirasas soc. les chantres, une classe de
cosmétiques sur le corps après le bain. sages [r.s.i] ; engendrés par Aṅgirā, ils sont as-
aṅgavidyā [vidyā] f. l’un des 64 arts ; syn. sociés aux chants de l’Atharvaveda ; cf. Kapi,
kalā | not. la chiromancie. Gautama, Bhāradvāja, Virūpa ; avec Br.haspati
aṅgaśikhara [śikhara] m. n. arch. réduction à leur tête, ils aidèrent Indra à libérer les eaux ;

14
cf. vala | soc. par ext. clan brahmanique portant aQyt acyuta [a-cyuta] a. m. n. f. acyutā
ces noms de gotra. ferme, inébranlable ; constant, impérissable ;
a½F aṅgı̄ iic. pour aṅga1 . qui ne peut déchoir | myth. np. d’Acyuta
aṅgı̄karan.a [karan.a] n. fait de promettre ; “l’Impérissable”, épith. de Kr.s.n.a-Vis.n.u comme
concession. principe suprême | math. infini.
a½Er aṅguri [relié à aṅguli] f. doigt ; orteil acyutapreks.a [preks.ā] m. hist. np.
| var. aṅgurı̄ id. d’Acyutapreks.a “au Regard fixe”, maı̂tre
aṅgurı̄ya [-ya] m. n. bague. [guru] de Madhva ; ce dernier le convertit au
aṅgurı̄yaka [-ka] n. bague. dualisme [dvaita].

a½l aṅgula [aṅguli] m. unité de longueur, de aj^ aj v. [1] pr. (ájati) pr. md. (ájate) pf.
taille la largeur du pouce (environ 19 mm). (ut, sam) véd. mener, pousser, conduire k gr.
a½El aṅguli var. aṅguri [aṅga1 ] f. doigt ; or- αγω ; lat. ago.
teil | var. aṅgulı̄ id. aj ajá1 [aj] m. meneur, chef |myth. np. d’Aja
“Guide”, fils de Raghu, (ou [Rām.] de Nābhāga),
a½lF aṅgulı̄ iic. pour aṅguli.
père de Daśaratha ; un jour dans la forêt il fut
aṅgulı̄ya [-ya] m. n. bague. attaqué par un éléphant sauvage ; il le frappa
aṅgulı̄yaka [-ka] n. bague. d’une flèche, et celui-ci se révéla comme le gand-
aṅgulı̄ves.t.a [ves.t.a] m. gant. harva Priyam . vada maudit par Mataṅga | myth.
a½¤ aṅgus.t.ha [aṅguli-stha] m. pouce ; gros np. d’Aja1 , fils de Jahnu, aussi appelé Sind-
orteil. hudvı̄pa1 ; Balākāśva est son fils | myth. épith.
aEÀ áṅghri m. pied ; pied d’un siège ; pied d’Indra, de Rudra, d’Agni | animal meneur d’un
d’un arbre. troupeau | bouc — f. ajā chèvre k lat. agnus ; fr.
sahasrorvaṅghribāhvaks.a a. m. n. qui a mille agneau.
cuisses et pieds et mains et yeux. ajāvayas les chèvres et les brebis.
ac^ ac var. ı̄c [añc] ifc. après (anu, apa, arva, ajaks.ı̄ra [ks.ı̄ra] n. lait de chèvre.
ava, ut, tiras, dadhi, ni, parā, pra, prati, vis.u, ajamı̄d.ha [mı̄d.ha] m. myth. np. du roi
sam, sarva) a. m. n. f. acı̄ tourné vers, dirigé Ajamı̄d.ha “Bouc”, fils de Br.hatputra ; Jahnu
vers. est son fils de son épouse Keśinı̄ ; il est l’au-
acr acara [a-cara] a. m. n. f. acarı̄ immobile teur d’hymnes du RV. | myth. [Mah.] np. du roi
— m. plante. Ajamı̄d.ha1 , fils de Hastı̄ ; R . ks.a est son fils.
acl acala [a-cala] a. m. n. f. acalā immobile, ajaikapad [ekapad] m. myth. np. d’Ajai-
immuable ; stable, inébranlable ; impérissable ; kapād “Guide unijambe”, ou Ekapād, l’un
permanent — m. montagne. des 11 souffles divins [marut], forme de Śiva-
aEct^ acit [a-cit2 ] a. m. n. f. ignorant ; in- Bhairava ; il personnifie le poteau sacrificiel ;
sensé ; stupide. il est souvent représenté en ūrdhvaliṅga, avec
aEcE acitti [a-citti] f. stupidité. une seule jambe ; astr. il préside le naks.atra
aEc(y acintya [a-cintya] a. m. n. f. acintyā Pūrvapros.t.hapadās (αβ de Pégase) | var. ajai-
inconcevable, inimaginable ; incompréhensible. kapada id.
aEcr acira [a-cira] a. m. n. f. acirā bref — acc. aj aja2 [a-ja] a. m. n. f. ajā non né ; incréé
aciram adv. d’ici un instant, en peu de temps, | qui existe de toute éternité — m. temps | myth.
avant peu, bientôt | depuis peu ; récemment — épith. de Śiva, Vis.n.u, Brahmā ou Kāma — f. ajā
abl. acirāt id. — i. aciren.a id. ignorance | myth. np. d’Ajā “Éternelle”, épith.
ac tn acetana [a-cetana] a. m. n. f. acetanı̄ de Māyā.
inconscient, insensible, inanimé ; opp. sacetana. ajgv ajagava var. ajakava [aja2 ] m.
aQC accha a. m. n. f. acchā brillant, clair ; myth. np. d’Ajagava ou Ajakava, arc de Śiva
transparent, pur — m. cristal. [Śaivacāpa] fabriqué par Viśvakarmā afin de
acchabhalla [bhalla] m. natu. zoo. ours. détruire Tripura ; après son combat infructueux
acchoda [uda] a. m. n. f. acchodā aux eaux contre Vis.n.u, Śiva le donna à Devarāta Janaka ;
claires — n. géo. np. du lac Acchoda “aux Eaux plus tard le roi Janakarāja en hérita, et au
de cristal”, situé dans l’Himālaya, formé par la svayam . vara de sa fille Sı̄tā, le prince Rāma le
rivière Acchodā — f. acchodā géo. np. de la cassa.
rivière Acchodā dans l’Himālaya. ajX ajad.a [a-jad.a] a. m. n. f. ajad.ā animé,
aQCA acchā pf. vers hvb. mouvementi. sensible | éveillé, réactif.

15
ajn ajaná [a-jana] a. m. n. f. ajanā désert avait trois fils, Śunah.puccha, Śunah.śepa et
— m. personne insignifiante. Śunolāṅgūla ; il vendit Śunah.śepa pour 100
ajp ajapa [a-japa] a. m. n. f. ajapā qui ne vaches au roi Hariścandra pour servir de sub-
prie pas |non prononcé — f. ajapā soc. le mantra stitut à son fils Rohitāśva comme sacrifice à
‘ham . sa’ (qui se ventile en silence). Varun.a ; pour 100 vaches de plus il le lia au po-
ajpA ajapā iic. f. de ajapa. teau sacrificiel, et pour 100 vaches encore il prit
ajapājapa [japa] m. phil. ventilation du man- le couteau du bourreau ; Ajı̄garta est qqf. assi-
tra ham . sa. milé à R. cı̄ka.
ajy ajaya [a-jaya] m. défaite. a>Jl ajjhala m. charbon incandescent,
ajr ajára [a-jara] a. m. n. f. ajarā qui ne braise.
vieillit pas ; sans âge ; inusable, inaltérable. aâ ajña [a-jña] a. m. n. f. ajñā ignorant ; stu-
ajarāmara [amara] a. m. n. f. ajarāmarā sans pide, sot | inconscient ; dénué de conscience —
âge et immortel. m. sot.
ajarāmaravat [-vat] adv. comme sans âge et ajñatā [-tā] f. ignorance.
immortel. aâAt ájñāta [a-jñāta] a. m. n. f. ájñātā in-
ajú ájasra [a-jasra] a. m. n. f. ajasrā qui ne connu ; inattendu | ignorant k lat. ignotus ; fr.
s’éteint pas ; perpétuel (not. feu). ignorant.
ajasram var. ajasren.a perpétuelllement, pour ajñātam adv. sans savoir, en l’ignorance de.
toujours. ajñātakula [kula] a. m. n. f. ajñātakulā dont
ajAt ajāta [a-jāta] a. m. n. f. ajātā non-né ; on ne connaı̂t pas la famille.
non encore né. ajñātakulaśı̄la [śı̄la] a. m. n. f.
ajātaśatru [śatru] a. m. n. f. qui n’a pas ajñātakulaśı̄lā dont on ne connaı̂t ni la fa-
d’ennemi ; pacifique — m. myth. [Mah.] np. mille ni le caractère.
d’Ajātaśatru “Dont l’ennemi reste à naı̂tre”, ajñātajñāpaka [jñāpaka] a. m. n. f.
épith. de Yudhis.t.hira | géo. np. du roi du Ma- ajñātajñāpakā chercheur, découvreur, in-
gadha Ajātaśatru1 , fils de Bimbisāra et d’une novateur.
princesse du Videha ; d’abord régent de l’Aṅga ajñātavāsa [vāsa1 ] m. séjour incognito |
à Campā, il monta sur le trône à Rājagr.ha en as- myth. [Mah.] 13e année d’exil des pān.d.avās.
sassinant son père en 491 ant. ; contemporain du aâAEt ajñāti [a-jñāti] m. étranger, personne
Buddha, il patronna le bouddhisme ; il combat- sans lien de parenté k hi. ajnabı̄.
tit son oncle maternel Prasenajit pour annexer aâA(vA ajñātvā [a-jñātvā] adv. sans savoir.
la région de Kāśı̄ ; il se défendit du clan Licchavi aâAn ajñāna [a-jñāna] n. ignorance.
en fortifiant le village de Pāt.aligrāma, dont ajñānāt
√ var. ajñānatas adv. par ignorance.
il fit sa capitale Pāt.aliputra ; grand guerrier, aÑ^ añc v. [1] pr. (áñcati) ps. (acyáte) pp.
on lui attribue l’invention du chariot scythe ; (añcita) pf. (ut, ni) v. [1] pr. (ácati) pp. (akná)
il soumit les républiques Licchavi et établit la pf. (ā) courber, ployer — pr. md. (añcate) se
suprématie régionale du Magadha ; il se conver- courber, saluer — ca. (añcayati) dérouler ; pro-
tit au bouddhisme et fonda de nombreux reli- duire k gr. αγκoω ; lat. uncus ; ang. ankle ; all.
quaires [stūpa] et monastères ; il fut assassiné Enkel ; fr. angle, ancre.
par son fils Udayibhadra en 459 ant. aÑn añcana [añc-ana] n. fait de ployer, de se
aEjt ajita [a-jita] a. m. n. f. ajitā invaincu courber ; inclinaison, flexion.
— m. myth. np. d’Ajita “l’Invincible”, épith. de aÑl añcala [añc-ala] m. frange d’un
Vis.n.u. vêtement (de femme), d’une écharpe | œillade.
ajitanātha [nātha] m. jn. np. d’Ajitanātha aEÑt añcita [pp. añc] a. m. n. f. añcitā re-
“Maı̂tre invincible”, 2e tı̄rthaṅkara mythique ; courbé
√ ; bouclé (cheveux) ; dressé.
son corps est doré, l’éléphant est son symbole. aÒ^ añj v. [7] pr. (anakti) pp. (akta) abs.
aEjn ajı́na [aja1 -na] n. peau, not. d’antilope (aktvā, -añjya) pf. (abhi, ā, vi, sam) oindre,
noire ou de chèvre. enduire ; orner — pr. md. (añkte) s’enduire,
aEjr ajirá1 [aja1 -ra] a. m. n. f. ajirā agile, s’oindre de ; se farder — ps. (ajyate) être fardé,
rapide k lat. agilis. être beau — ca. (añjayati) oindre, enduire k lat.
aEjr ajira2 [vn. ajira1 ] v. [10] pr. md. ungo ; fr. oindre, onguent.
(ajirāyate) être rapide ; détaler. aÒn añjana [añj-ana] n. onguent, collyre,
ajFgt ajı̄garta [gr̄.1 ] m. myth. np. du brah- fard | myth. np. de l’éléphant céleste Añjana
mane Ajı̄garta “qui n’a rien à avaler” ; il “Fardé”, diggaja de l’Ouest — f. añjanā myth.

16
np. de la nymphe [apsaras] Añjanā “Collyre”, an.umātra [mātra] a. m. n. f. an.umātrā [“qui
réincarnation de Puñjikasthalā changée en singe a la dimension d’un atome”] minuscule.
par la malédiction d’un r.s.i qu’elle avait insulté ; an.uśakti [śakti] f. mod. énergie atomique.
son époux était le singe Kesarı̄ ; pour avoir un aX an.d.a n. œuf | testicule | arch. dôme.
fils, elle pria le dieu Vent [Pavana] dont elle reçut brahmān.d.a phil. [“œuf cosmique”] l’univers.
la semence dans les oreilles, et enfanta ainsi de an.d.akos.a [kos.a] m. scrotum.
Hanumān. an.d.aja [ja] a. m. n. f. an.d.ajā né d’un œuf ;
aÒEl añjalı́ m. posture [mudrā] de salut : ovipare
√ — m. oiseau.
mains ouvertes jointes en signe d’hommage, at^ at [relié à at.] v. [1] pr. (átati) pp. (atitá)
levées devant la poitrine (égal), le front (guru), véd. aller, courir.
ou au-dessus de la tête (Dieu) ; cf. mastakāñjali. at^ -at forme des ppr. actifs (parasmai-
añjalim . kr. saluer en posture d’añjali. pada).
prāñjali adv. en posture d’añjali. atdýp atadrūpa [a-tadrūpa] a. m. n. f.
añjalika [-ka] m. myth. [Mah.] np. d’Añjalika, atadrūpā de forme différente.
flèche magique par laquelle Arjuna tua Karn.a. atn atanu [a-tanu1 ] a. m. n. f. atanvı̄ impor-
aÒs^ áñjas [añj] n. onguent, pommade — tant, significatif.
adv. rapidement, instantanément, soudainement atdý átandra [a-tandrā] a. m. n. f. atandrā
— i. añjasā adv. tout droit ; avec droiture, cor- alerte ; reposé.
rectement ; vraiment, exactement | rapidement, atandrin [-in] a. m. n. f. atandrinı̄ alerte ; re-
immédiatement. posé.
aÒs añjasa [añjas] a. m. n. f. añjasā droit, atEdýt atandrita [a-tandrita] a. m. n. f. atan-
direct ; honnête. dritā alerte ; reposé.
añjah.sava [sava1 ] m. pressurage rapide (not. atl atala [a-tala] a. m. n. f. atalā sans fond
du soma). — n. myth. np. du monde [loka] Atala, premier

aV^ at. v. [1] pr. (at.ati) pp. (at.itá) pf. (pari) enfer souterrain.
aller çà et là, errer ; partir à l’aventure. ats^ átas [relié à ayam] adv. (substitut de
mr.gayām l’abl. de ayam) d’ici ; de là | à partir de cet en-
. at. chasser.
droit ; dès ce moment, alors | pour cela ; c’est
aVn at.ana [at.-ana] n. errance ; promenade ;
pourquoi, donc, en conséquence.
voyage — f. at.anı̄ extrémité encochée d’un arc.
ata eva adv. pour cela même ; c’est pourquoi.
aVvF at.avı̄ [at.] f. forêt. ata ūrdhvam adv. à partir de là ; ensuite.
aÓ at.t.a a. m. n. f. at.t.ā fort, éclatant, exces- atah. param adv. au delà.
sif ; bruyant | mus. cycle rythmique [tāla] com-
ato ’nya autre que cela.
prenant 2 laghu et 2 druta.
ato nimittam adv. à cause de cela.
at.t.aśūlā [śūlā] f. vente de nourriture. ato ’rtham adv. pour cet objet, à cette fin.
at.t.ahāsa [hāsa] m. éclat de rire (not. de ats atasa [at] m. vent, air — f. atası̄ natu.
Śiva). bot. Linum usitatissimum, lin.
aZk an.aka a. m. n. f. an.akā insignifiant ; aEt áti pf. sur, au-delà — prép. très, trop —
méprisable. adv. en excès, en grande proportion k gr. τ ι ;
an.akabhāryā épouse méprisable. lat. et.
aZEhlpAVk an.ahilapāt.aka n. géo. np. de la atikambalam [kambala] adv. après la période où
ville d’An.ahilapāt.aka, ancienne capitale de la l’on porte un manteau.
dynastie Cāpa, fondée en 746 ; après 974 capi- ati siktam . tvayā Tu as trop arrosé.
tale des Solaṅkı̄ ; pillée en 1024 par Mahmud de aEtkAy atikāya [ati-kāya] m. myth. [Rām.]
Ghazni ; capitale de Siddharāja au 12e siècle ; np. de l’ogre [rāks.asa] Atikāya “au Corps im-
mod. Pāt.an au Gujarāt. mense”, fils de Rāvan.a et Mandodarı̄, renais-
aEZmn^ an.iman [an.u-man] m. ténuité ; atome ; sance de Kait.abha ; il obtint trois vœux de
maigreur | phil. [yoga] le pouvoir de rapetisser, Brahmā à la suite d’une grande ascèse : l’arme
un as.t.asiddhi. brahmāstra, une cuirasse de diamants mer-
aZFys^ an.ı̄yas [compar. an.u] a. m. n. f. veilleuse et le pouvoir de n’être dérangé par
an.ı̄yası̄ plus minuscule. aucun désir importun ; de taille gigantesque, il
aZ án.u a. m. n. f. an.vı̄ fin, ténu, minuscule ; conduisait un char de mille chevaux ; il fut tué
faible, insignifiant ; subtil — m. atome ; unité en combat singulier par Laks.man.a.
infime de temps ou d’espace. aEtk atikr̄. [ati-kr̄.] pf. (vi) [inusité sans pf.].

17
aEt‡m^ atikram [ati-kram] v. [1] pr. aEtb} atibrū [ati-brū] v. [2] pr. (atibravı̄ti) pr.
(atikrāmati) pp. (atikrānta) traverser, franchir ; md. (atibrūté) insulter.
dépasser, excéder ; transgresser | passer (temps) aEtBy atibhaya [ati-bhaya] n. terreur.
| laisser de côté, négliger, laisser passer, omettre. aEtBAr atibhāra [ati-bhāra] m. charge exces-
aEt‡m atikrama [atikram] m. dépassement ; sive ; excédent, surcharge | grand travail, grande
invasion ; transgression | écoulement du temps peine.
| erreur, omission. aEtmDr atimadhura [ati-madhura] a. m. n. f.
atikramin [-in] ifc. agt. m. f. atikramin.ı̄ qui atimadhurā très charmant | mus. caractérise une
enfreint. classe de modes musicaux [rāga].
aEtKV^v atikhat.va [ati-khat.vā] a. m. n. f. aEtmA/ atimātra [ati-mātra] a. m. n. f.
atikhat.vā qui est sans lit. atimātrā démesuré, excessif.
aEtgA atigā [ati-gā1 ] v. [3] pr. (atijigāti) aor. atimātram adv. trop.
[1] (atyagāt) passer (se dit du temps) ; passer aEtmAnq atimānus.a [ati-mānus.a] a. m. n. f.
au-delà, mourir. atimānus.ā surhumain.
aEtcr^ aticar [ati-car] v. [1] pr. (aticarati) aEtmAzt átimāruta [ati-māruta] m. ouragan.
pp. (aticarita) éviter, enfreindre, transgresser ; aEtmAg atimārga [ati-mārga] m. soc. [“voie
offenser ; être infidèle (à son mari). supérieure”] enseignement ésotérique śaiva,
aEttrAm^ atitarām [compar. ati] adv. comprenant les textes lākula et vaimala.
supérieur à hacc.i | meilleur que, plus haut que, aEtyog átiyoga [ati-yoga] m. bd. “Yoga
davantage que habl.i | très ; trop, en excès. suprême”, discipline du bouddhisme tantrique.
aEtET átithi [a-tithi] m. [“inattendu”] visi- atiyogayāna [yāna] n. bd. discipline du yoga
teur | hôte (celui qui est reçu) ; invité | myth. np. suprême, dernière étape du vajrayāna ; elle
d’Atithi “l’Hôte”, épith. d’Agni. correspond au dzogchen de l’ordre tibétain
atithidevo bhava [TU.] Traite un hôte comme Nyingma.
Dieu. aEtrÄ atirakta [ati-rakta] a. m. n. f. atiraktā
atithigva [ga] m. myth. véd. np. d’Atithigva, très rouge — f. atiraktā myth. np. de l’une des
épith. du roi Divodāsa “vers qui vont les hôtes”. 7 langues d’Agni.
atithitva [-tva] n. hospitalité, réception. aEtrT atiratha [ati-ratha] m. grand guerrier
atithipati [pati] m. hôte (celui qui reçoit). [“qui excelle au char”].
atithis.atkāra [satkāra] m. hospitalité, de- aEtrA/ atirātra [ati-rātra] a. m. n. f. atirātrā
voirs rendus à l’hôte. préparé ou effectué durant la nuit — m. soc.
aEtdv  atidurvr.tta [ati-durvr.tta] a. m. n. f. “prolongement nocturne du rite du soma”,
atidurvr.ttā excessivement méchant. cérémonie concluant l’année véd. [gavāmayana],
aEtdr atidūra [ati-dūra] a. m. n. f. atidūrā la nuit suivant le mahāvrata ; c’est la dernière
très lointain, trop éloigné — n. grande distance. de la période des “dix nuits” [daśarātra].
atidūratva [-tva] n. grande distance. aEtErÄ atirikta [pp. atiric] a. m. n. f. ati-
aEtdf atideśa [ati-deśa] a. m. n. f. atideśā riktā qui excède, qui domine ; surabondant —
gram. dit de racines verbales qui échappent à m. excédent ; ce qui dépasse | pénis.
une condition par une règle qui les en dispense. aEtErc^ atiric [ati-ric] v. [4] pr. md. (atiri-
aEtDAEm k atidhārmika [ati-dhārmika] a. m. cyate) pp. (atirikta) pf. (vi) avoir un reste ; sur-
n. f. atidhārmikā très vertueux. passer, dominer hacc. abl.i ; s’imposer.
aEtpAp atipāpa [ati-pāpa] a. m. n. f. atipāpā aEtlAGv atilāghava [ati-lāghava] a. m. n.
très mal, criminel, sacrilège. f. atilāghavā extrêmement léger | gram. sous-
aEtþs½ atiprasaṅga [ati-prasaṅga] m. ata- généralisation ; opp. ativyāpti.
chement excessif ; obsession. aEtlOSy atilaulya [ati-laulya] n. extrême avi-
aEtEþy atipriya [ati-priya] a. m. n. f. atipriyā dité.
très cher | mus. caractérise une classe de modes aEtvAd ativāda [ati-vāda] m. [“parole exces-
musicaux [rāga]. sive”] paroles blessantes ; injures.
aEtbl atibala [ati-bala] a. m. n. f. atibalā aEtEv-tt ativistr.ta [ati-vistr.ta] a. m. n. f.
très fort ; d’une force excessive. ativistr.tā excessivement long ; prolixe.
aEtboEDs‚v atibodhisattva [ati-bodhisattva] ativistr.tadurāgamaviprakı̄rn.aśabdānuśāsana
a. m. n. f. atibodhisattvā bd. qui surpasse un [Hemacandra] Une grammaire verbeuse,
accompli [bodhisattva]. incompréhensible, en désordre.

18
aEtvt^ ativr.t [ati-vr.t1 ] v. [1] pr. md. (ativar- outre, dominer ; transcender ; laisser derrière | se
tate) pp. (ativr.tta) dépasser, surpasser ; traver- débarrasser de, échapper à.
ser | enfreindre, transgresser. atFt atı̄ta [pp. atı̄] a. m. n. f. atı̄tā passé,
aEtvE ativr.tti [ativr.t] f. fait de surpasser ; écoulé ; laissé en arrière ; trépassé, mort | qui
transgression, désobéissance. a franchi, qui est allé au-delà ; excessif | qui a
aEtvˆþnØ ativr.ddhapranaptr. [ati- négligé ; négligent — n. le passé.
vr.ddhapranaptr.] m. arrière-arrière-arrière- atFEdýy atı̄ndriya [ati-indriya] a. m. n. f.
petit-fils — f. ativr.ddhapranaptrı̄ arrière- atı̄ndriyā qui transcende les sens — n. âme, es-
arrière-arrière-petite-fille. prit.
aEtvˆþEptAmh ativr.ddhaprapitāmaha [ati- atFv atı̄va [ati-iva] adv. très, extrêmement ;
vr.ddhaprapitāmaha] m. arrière-arrière-arrière- trop, excessivement — prép. plutôt que hacc.i ;
grand-père paternel — f. ativr.ddhaprapitāmahı̄ plus que habl.i.
arrière-arrière-arrière-grand-mère paternelle. atl atula [a-tul] a. m. n. f. atulā incompa-
aEtvˆþmAtAmh ativr.ddhapramātāmaha rable ; inégalé — m. graine de sésame (de poids
[ati-vr.ddhapramātāmaha] m. arrière- insignifiant).
arrière-arrière-grand-père maternel — f. atulya [-ya] a. m. n. f. atulyā inégalé, incom-
ativr.ddhapramātāmahı̄ arrière-arrière-arrière- parable.
grand-mère maternelle. atØ atr.pta [a-tr.pta] a. m. n. f. atr.ptā insa-
aEtvE£ ativr.s.t.i [ati-vr.s.t.i] f. pluie diluvienne. tisfait, non rassasié ; insatiable.
aEt&yAEØ ativyāpti [ati-vyāpti] f. gram. atEØ atr.pti [a-tr.pti] f. insatisfaction ; insatia-
sur-généralisation ; extension excessive ; opp. bilité, boulimie.
avyāpti. a&y attavya [pfp. [3] ad1 ] a. m. n. f. attavyā
aEtfy atiśaya [atiśı̄] m. éminence, comestible.
prééminence, excellence. aE átti [ad1 -tr.] m. qui mange — m. attr. f.
attrı̄ id.
atiśayokti [ukti] f. hyperbole ; dithyrambe |
verbosité, emphase.
a(yE`n£om atyagnis.t.oma [ati-agnis.t.oma]
m. soc. deuxième modification du sacrifice
aEtfF atiśı̄ [ati-śı̄1 ] v. [2] pr. md. (atiśete) pp. jyotis.t.oma.
(atiśayita) surpasser, exceller.
a(yt atyanta [ati-anta] a. m. n. f.
aEt™m atiśrama [ati-śrama] m. fatigue atyantā constant, ininterrompu, éternel |violent,
extrême, épuisement.
extrême, qui passe les bornes.
aEt£t^ atis.t.at [a-tis.t.hat] a. m. n. f. atis.t.atı̄ atyantam adv. pour toujours ; tout-à-fait.
qui ne tient pas debout ; qui ne tient pas en atyantagata [gata] a. m. n. f. atyantagatā
place ; instable. parti pour toujours.
aEtsEÄ atisakti [ati-sakti] f. attachement ex- atyantamāheśvara [māheśvara] m. soc. ab-
cessif ; addiction | phil. attachement excessif au solument voué à Śiva, épith. royal ; syn. para-
monde et aux passions. mamāheśvara.
aEts\cy atisam.caya var. atisañcaya [ati- atyantasiddha [siddha1 ] a. m. n. f. atyanta-
sam. caya] m. accumulation excessive. siddhā phil. établi de façon absolue et éternelle.
aEts\t£ atisam.tus.t.a var. atisantus.t.a [ati- a(yfn atyaśana [ati-aśaná2 ] n. fait de trop
sam. tus.t.a] a. m. n. f. atisam . tus.t.ā très heureux, manger.
comblé de joie. a(ys^ atyas [ati-as2 ] v. [4] pr. (atyasyati)
aEts\EnDAn atisam.nidhāna var. atisan- pp. (atyasta) pf. (vi) vaincre en lançant (des
nidhāna [ati-sam . nidhāna] n. promiscuité flèches).
excessive. a(y-t atyasta [pp. atyas] a. m. n. f. atyastā
aEtsg atisarga [atisr.j] m. renvoi ; abandon ; qui a lancé au-delà de.
don | autorisation. a(yA>y atyājya [a-tyājya] a. m. n. f. atyājyā
atisargam . dā congédier ; donner l’autorisation ; qu’on ne doit pas abandonner.
donner une bénédiction de départ. a(yAsm^ atyāsam [ati-āsam] ifc. ind. après
aEtsj^ atisr.j [ati-sr.j1 ] v. [6] pr. (atisr.jati) une période de.
pp. (atisr.s.t.a) renvoyer, abandonner ; laisser | dvyahātyāsam deux jours plus tard | tous les 3
autoriser ; accorder ; pardonner. jours.
atF atı̄ [ati-i] v. [2] pr. (atyeti) pp. (atı̄ta) pf. a(yg} atyugra [ati-ugra] a. m. n. f. atyugrā
(vi) passer (temps) ; franchir (distance) | passer très fort ; extraordinaire.

19

atyugrapun.yapāpa [pun.yapāpa] n. pl. faits ad^ ad1 v. [2] pr. (átti) fut. (atsyáti)
extraordinairement bons et mauvais. inf. (áttum) pfp. (attavya) manger, consom-
a/ átra1 [ayam-tra] adv. ici | vers ici | en ce mer ; dévorer — ps. (adyate) être mangé — ca.
cas ; à ce propos ; sur ce point | en cet endroit (ādayati) nourrir k gr. δω ; lat. edo ; ang. to
hloc.i |pendant ce temps ; à cette occasion, alors. eat ; all. essen.
atraiva adv. ici même. ad^ ad2 [ad1 ] ifc. a. m. n. f. qui mange (ex.
atra sarasi adv. dans cet étang. matsyād qui mange du poisson) — m. ada ifc.
atra vastuni adv. en cette matière. id.
atrabhavat [bhavat2 ] m. adr. Monsieur (ici- ad\E£~n^ adam.s.t.rin [a-dam.s.t.rin] agt. m. f.
présent, forme polie de il) — f. atrabhavatı̄ Ma- adam . s.t.rin.ı̄ (éléphant) dépourvu de défenses.
dame. adk adaka [ad2 -aka] ifc. a. m. n. f. adakā qui
a/ atrá2 [ad1 -tra] m. myth. démon dévoreur ; mange.
not. un ogre vampire [rāks.asa] — n. átra nour- ad adatta [a-datta] a. m. n. f. adattā non
riture. donné.
a/-t atrasta [a-trasta] a. m. n. f. atrastā ads^ adás pn. dém. n. [sg. nom. acc. adas ; pl.
confiant, apprivoisé. nom. acc. ammūni ; autres cas cf. asau] cela ; ce,
aE/ átri [relié à atti] m. myth. np. du sage cet, ces (là bas) — m. cf. asau — f. cf. asau.
Atri “Dévoreur”, fils de l’esprit de Brahmā aEdEt aditi [a-diti] f. myth. véd. np. d’Aditi
[mānasaputra], patriache [saptars.i] et géniteur “l’Indivise”, déesse mère, personnifiant la Na-
[prajāpati] ; son épouse est Anasūyā ; faisant ture indivise, l’espace sans limites, l’énergie uni-
de dures austérités, les larmes lui vinrent aux verselle pure et libre ; par son époux Kaśyapa
yeux, dont l’éclat remplit l’univers et donna elle est mère des ādityās, et not. de Daks.a le
naissance à Candra ; il est associé à l’étoile magicien habile, qui est également son père ;
Megrez de la Grande Ourse ; Anasūyā obtint Nārāyan.a lui apprit le payovrata pour qu’elle
que la trimūrti se réincarnât comme ses enfants donne naissance à Vāmana ; elle préside le
Candra, Dattātreya et Durvāsā ; cf. Ugraśravā ; naks.atra des Punarvasū (Gémeaux).
[Rām.] on le dit aussi père de Bharadvāja. adFn adı̄na [a-dı̄na] a. m. n. f. adı̄nā vaillant,
aT átha conj. d’abord, et maintenant, en- non abattu.
suite ; même ; mais, par contre ; alors, si | et en- adı̄nātman [ātman] a. m. n. f. adı̄nātmanı̄
core, et alors (annonce le début d’un chapitre ou d’humeur vaillante.
d’une prière). adm ½l adurmaṅgala [a-durmaṅgala] a. m.
atho [u] adv. (pragr.hya1 ) et ensuite ; et aussi. n. f. adurmaṅgalı̄ qui n’apporte pas malchance.
athavā adv. ou aussi, alternativement | ou ad£ adus.t.a [a-dus.t.a] a. m. n. f. adus.t.ā non
plutôt, mais ; de plus, car. souillé, non corrompu, non impur |pur, innocent.
athāpi [api] adv. qui plus est ; de plus ; ainsi. adus.t.atva [-tva] n. innocence.
atha kim adv. oui ; certainement (comment en ad[ytF adr.śyantı̄ [a-dr.śya] f. myth. np.
serait-il autrement ?). d’Adr.śyantı̄ “l’Invisible”, épouse du r.s.i Śakti1 ,
athātas [atas] adv. à partir d’ici ; mainte- mère de Parāśara.
nant. ad£ adr.s.t.a [a-dr.s.t.a] a. m. n. f. adr.s.t.ā in-
aTv atharva iic. pour atharvan. aperçu, non encore vu, nouveau ; non observé,
atharvaveda [veda] m. l’Atharvaveda, le qua- non attesté, inconnu ; invisible | occulte ; sur-
trième Veda, qui comprend 731 hymnes ; il se naturel | qu’on ne peut regarder ; non autorisé
compose d’incantations, de chants, de charmes | phil. qui ne peut pas être compris par la per-
magiques et de prières ; ses recensions sont ap- ception ordinaire et le simple raisonnement —
pelées śaunaka et paippalāda ; cf. aṅgirasas. n. calamité imprévue ; destin tragique | phil.
aTv n^ átharvan m. myth. np. d’Atharvā, [Vātsyāyana1 ] attribut non perceptible ; not. ac-
premier géniteur [prajāpati] issu de l’esprit de cumulation de mérites et de fautes au cours des
Brahmā, prêtre fondateur du sacrifice ; il est existences passées [karma].
aussi appelé Aṅgirā | pl. atharvān.as soc. famille adr.s.t.am . kr. se rendre invisible.
de brahmanes védiques, descendants d’Atharvā, adr.s.t.akāma [kāma] m. amour envers qqn.
gardiens de l’Atharvaveda | lit. les hymnes de non encore rencontré.
l’Atharvaveda. adr.s.t.ārtha [artha] a. m. n. f. adr.s.t.ārthā dont
aT -athu forme des s. d’état. le mérite, le sens ou le but est caché, occulte, ou

20
invisible | phil. qui concerne le monde surnatu- advayavādin [vādin] agt. m. f. advayavādinı̄
rel ; syn. alaukika. soc. bouddhiste ; moniste.
ad v adeva [a-deva] a. m. n. f. adevā non di- aE’tFy advitı̄ya [a-dvitı̄ya] a. m. n. f. ad-
vin | sans dieu, impie | véd. qualifie les barbares vitı̄yā sans second, sans égal ; unique.
[dasyu] “qui n’honorent pas les dieux” (not. In- ekam eva advitı̄yam [ChU.] (L’Être est) unique,
dra, cf. anindra). sans second.
ad f adeśa [a-deśa] a. m. n. f. adeśā (docu- a’{t ádvaita [a-dvaita] n. phil. non-dualité ;
ment) non légal. doctrine phil. prêchée par Śaṅkara1 ; elle pos-
aE‰s^ adbhis [i. ap] ind. par les eaux. tule l’identité de paramātman, l’Âme univer-
a‰t adbhuta [ati-bhūta] a. m. n. f. adbhutā selle, avec jı̄vātman, l’âme individuelle.
extraordinaire, merveilleux ; surnaturel, miracu- advaitavādin [vādin] agt. m. f. advaitavādinı̄
leux — m. phil. le merveilleux, un des 9 modes phil. qui adhère à la non-dualité ; qui l’enseigne ;
artistiques [rasa] ; on lui associe la couleur jaune moniste.
et la divinité Brahmā | myth. [Mah.] np. d’Adb- advaitasiddhi [siddhi] f. lit. np. de l’Advai-
huta, le feu céleste “Merveilleux” — n. mer- tasiddhi “Perfection de la non-dualité”, œuvre
veille, prodige | bd. miracle. phil. de Madhusūdana1 Sarasvatı̄2 , qui réfute
adbhutarūpa [rūpa] a. m. n. f. adbhutarūpā avec force les théories dualistes.
d’une beauté prodigieuse. aD ádha [relié à atha] conj. véd. alors ; ainsi ;
a adyá [div] adv. aujourd’hui ; maintenant de plus | var. adhā véd. id.
k lat. hodie ; fr. aujourd’hui. adhayad juste lorsque.
adyāpi adv. en ce moment même ; à ce jour ; aD, adhah. cf. adhas.
jusqu’à présent. adhah.prastara [prastara] m. soc. couche
adya niśi adv. la nuit passée. d’herbe kuśa [darbha].
adya prabhr.ti adv. à partir d’aujourd’hui. adhah.śākham [śākhā] adv. ayant les
adya yāvat adv. jusqu’à aujourd’hui. branches en bas ; cf. ūrdhvamūla.
adhah.śāyin [śāyin] a. m. n. f. adhah.śāyinı̄ qui
adyatana [tana] a. m. n. f. adyatanı̄ d’au-
dort par terre.
jourd’hui |contemporain, moderne — m. aujour-
d’hui, le jour présent.
aDn adhana [a-dhana] a. m. n. f. adhanā
pauvre.
adyārabhya [ārabhya] a. m. n. f. adyārabhyā
à partir de maintenant, dorénavant.
aDy adhanya [a-dhanya] a. m. n. f. adhanyā
pauvre.
adý&y adravya [a-dravya1 ] n. chose insigni- aDm adhamá [super. adhas] a. m. n. f.
fiante, objet sans valeur.
adhamā le plus bas, très bas, pire ; vil k lat.
aEdý ádri m. pierre, rocher ; montagne | véd. inṅimus ; fr. infime.
meule, not. servant à presser le soma | pierre adhamakāvya [kāvya] n. lit. poème de qua-
projectile | symb. le nombre 7 (pour les 7 mon- lité inférieure | poèsie savante à interprétations
tagnes). multiples, jeux de mots.
adrivat [-vat] a. m. n. f. adrivatı̄ armé d’une aDr ádhara [compar. adhas] a. m. n.
fronde. f. adharā au-dessous, plus bas, inférieur |
aEdýkA adrikā f. myth. [Mah.] np. de la (direction) vers le bas — m. lèvre inférieure ;
nymphe-sirène Adrikā ; maudite par un brah- lèvre | nadir k lat. inṅerus ; ang. under ; all. un-
mane, elle fut condamnée à devenir poisson dans ter ; fr. inférieur.
la Yamunā ; elle y mangea le sperme du roi Upa- adharahanú [hanu] f. mâchoire inférieure.
ricara pour donner naissance à Matsyagandhı̄- adharottara [uttara] a. m. n. f. adharottarā
Satyavatı̄ et Matsya1 . meilleur et pire ; sens dessus dessous, en ordre
adýoG adroghá [a-drogha] a. m. n. f. adroghā inverse — n. haut et bas ; question et réponse.
droit, sincère, vrai. aDm adharma [a-dharma] m. injustice, tort ;
ádrogham adv. avec droiture, sincèrement. mal, faute ; péché, immoralité | myth. np.
ádroghavāc [vāc] a. m. n. f. sincère, fiable ; d’Adharma, personnification du Mal ; il préside
de bonne parole. au Vice et à l’Injustice, avec sa compagne Nirr.ti
adýoh adroha [a-droha] m. bienveillance, bon (ou parfois Him . sā ou Mithyā) ; ils engendrent les
vouloir ; fidélité. Péchés : Anr.ta, Dambha, Darpa, Nikr.ti.
a’y advaya [a-dvaya] a. m. n. f. advayā sans aDs^ adhas adv. sous, en dessous, vers le bas ;
égal, unique — n. phil. non-dualité. à terre, sur le sol.

21
adhah. kr. surpasser ; faire descendre ; renverser, une phrase ; not. le rôle [kāraka] locatif | lit.
mettre la tête en bas ; terrasser, engloutir. rhét. thème, sujet ; section, paragraphe — f.
adhaścaran.am [caran.a] adv. aux pieds de. adhikaran.ā ifc. qui gouverne ; en charge de.
adhaścaran.āvapāta [caran.a-avapāta] a. m. adhikaran.ya [-ya] n. pouvoir, autorité.
n. f. adhaścaran.āvapātā qui se jette aux pieds aEDkAr adhikāra [adhikr.] m. office, charge,
de. emploi ; administration | autorité ; juridiction ;
adhaścaran.āvapātam adv. en se précipitant aux pouvoir, gouvernement, charge royale ; droit,
pieds de. privilège, propriété ; titre, rang, charge | phil.
adhastāt adv. en bas, en dessous, vers le bas [nyāya] règle principale ; prérequis | lit. sujet
— prép. cl. sous, au-dessous de hg.i. d’un ouvrage ; thème | gram. règle gouvernant
adhoks.aja [aks.a-ja] m. myth. np. d’Adho- une section ; portée de cette règle | soc. qualifi-
ks.aja “Né sous la roue”, épith. de Kr.s.n.a. cation rituelle | phil. qualification spirituelle.
adhodhas [red.] adv. de plus en plus bas. adhikārapramatta [pramatta] a. m. n. f.
adhonilaya [nilaya] m. enfer [“séjour souter- adhikārapramattā négligent dans sa charge.
rain”]. adhikārin [-in] agt. m. f. adhikārin.ı̄ employé,
adhonivı̄ta [nivı̄ta] a. m. n. qui porte bas le préposé | propre à, autorisé ; disciple | personne
cordon sacré. de confiance ; personne ayant autorité.
aDA adhā cf. adha. aEDk adhikr. [adhi-kr.1 ] v. [8] pr. (adhikaróti)
aED ádhi prép. sur, au-dessus de (hloc.i) | pp. (adhikr.ta) confier une charge, nommer ;
supérieur ; en sus, en addition | hors de habl.i préposer à, mettre à la tête de hloc.i.
| concernant. aEDkt adhikr.ta [pp. adhikr.] a. m. n. f.
adhi pañcāles.u brahmadattah. Brahmadatta est adhikr.tā chargé ; qualifié — m. chef ; employé,
le chef des Pañcālās. préposé.
adhipān.i [pān.i] adv. sur la main. aEDk(y adhikr.tya [abs. adhikr.] ind. en ce qui
aEDk adhika [adhi-ka] a. m. n. f. adhikā ad- concerne hacc.i.
ditionnel, augmenté de, en surplus, extra ; ex- adhi kr.tvā ayant fait au-dessus (adhi prép.
cessif, extrême ; redondant | éminent, excellent ; plutôt que préverbe).
supérieur à habl.i — iic. astr. mois lunaire [māsa] aEDE"p^ adhiks.ip [adhi-ks.ip] v. [1] pr.
intercalaire du calendrier amānta permettant (adhiks.ipati) pp. (adhiks.ipta) insulter.
à l’année lunaire de rattraper l’année solaire aEDgt adhigata [pp. adhigam] a. m. n. f.
sidérale [nirayana] ; il se produit à un intervalle adhigatā approché, trouvé, obtenu, atteint ; ac-
compris entre 28 et 35 mois lunaires, soit 7 quis, reçu ; perçu, compris — n. découverte,
mois intercalaires tous les 19 ans ; cf. śuddha, compréhension.
ks.aya2 — n. surplus — num. sépare les cen- aEDg(y adhigatya [pfp. [1] adhigam] a. m. n.
taines ; exemple : catuh.s.as.t.yadhikadviśatatama f. adhigatyā à atteindre, devant être compris.
deux cent soixante quatrième | en excès de 1 ; aEDgm^ adhigam [adhi-gam] v. [1] pr. (adhi-
opp. ūna. gacchati) pp. (adhigata) pfp. (adhigatya, adhi-
adhikam très ; trop, en surplus ; plus. gamya) approcher ; trouver, obtenir, atteindre,
as.t.ādhikanavatih. 98. parvenir à ; recevoir | réaliser, percevoir, com-
ekādhikam . śatam 101. prendre.
adhikarūpavat [rūpavat] a. m. n. f. adhi- artham . adhigacchati il s’enrichit.
karūpavatı̄ d’une beauté stupéfiante. aEDgMy adhigamya [pfp. [1] adhigam] a. m.
adhikānurāga [anurāga] m. affection n. f. adhigamyā à atteindre, devant être compris.
extrême. aEDgA adhigā [adhi-gā1 ] v. [3] pr. (adhijigāti)
adhikārtha [artha] a. m. n. f. adhikārthā participer à ; se résoudre à | étudier, lire.
exagéré. aED>y adhijya [adhi-jyā3 ] a. m. n. f. adhijyā
adhikārthavacana [vacana] n. exagération ; qui a tiré la corde de son arc.
hyperbole. aEDd v adhideva [adhi-deva] m. divinité
aEDkrZ adhikaran.a [adhikr.-ana] n. tutélaire.
suprématie, gouvernement ; jugement, tri- adhidevatā [-tā] f. qualité de divinité
bunal, cour de justice | rapport ; affaire ; tutélaire.
domaine, substrat, support ; réceptacle | phil. aEDd {Evk adhidaivika [vr. adhideva-ka] a. m.
substrat ; catégorie | gram. gouvernement, n. f. adhidaivikā phil. spirituel ; surnaturel.
dépendance ; relation mutuelle entre mots dans aEDp adhipa [adhi-pa2 ] m. cf. adhipati.

22
aEDpEt adhipati [adhi-pati] m. maı̂tre, chef, aEDEvf^ adhiviś [adhi-viś1 ] ca. (adhiveśayati)
supérieur ; prince, maı̂tre suprême, roi | myth. pp. (adhiveśita) installer.
dieu souverain ; se dit not. d’Indra, de Varun.a, aEDvfn adhiveśana [adhiviś] n. installation ;
d’Agni | phil. [nyāya] cause efficace d’un session.
phénomène aEDfF adhiśı̄ [adhi-śı̄1 ] v. [2] pr. md.
aEDB adhibhū [adhi-bhū2 ] m. maı̂tre, domi- (adhiśete) pp. (adhiśayita) reposer, être couché
nateur. sur hacc.i.
aEDBt adhibhūta [adhibhū] n. phil. substrat aEDqvZ adhis.avan.a [adhis.u] n. véd. presse
spirituel des éléments matériels ; Esprit sacré manuelle pour extraire le soma.
imprégnant la Nature | phil. macrocosme (opp. adhis.avan.aphalaka [phalaka] n. du.
adhyātma). adhis.avan.aphalake cf. adhis.avan.ya.
aEDBOEdk adhibhaudika [vr. adhibhū-ka] a. adhis.avan.ya [-ya] m. du. adhis.avan.yau
m. n. f. adhibhaudikā qui concerne la suprématie [adhis.avan.aphalake] véd. les deux parties d’une
| phil. métaphysique. presse à soma.
aEDmAs adhimāsa [adhi-māsa] m. astr. mois aEDq adhis.u [adhi-su2 ] v. [5] pr. (adhisunoti)
intercalaire. pp. (adhisuta) véd. presser le soma pour le sa-
aEDmÄ adhimukta [pp. adhimuc] a. m. n. f. crifice.
adhimuktā bd. incliné à, attiré par, tendant à, aED¤A adhis.t.hā [adhi-sthā1 ] v. [1] pr. (adhi-
s’appliquant à hiic. loc. acc.i. tis.t.hati) pr. md. (adhitis.t.hate) pp. (adhis.t.hita)
aEDmEÄ adhimukti [adhimukta] f. bd. incli- se poser sur, monter sur ; se tenir sur, se te-
nation, tendance à hiic. loc. acc.i. nir au-dessus de | gouverner, diriger, avoir la
aEDmc^ adhimuc [adhi-muc1 ] v. [1] pr. (adhi- prédominance sur | arriver à ; s’emparer de.
muccati) pp. (adhimukta) bd. apprécier, être at- aED¤An adhis.t.hāna [adhis.t.hā-na] n. base,
tiré par, se plaire à. fondement | siège, place, domaine, lieu ; peuple-
aEDyâ adhiyajña [adhi-yajña] m. soc. sacri- ment, agglomération |(au fig.) personne qui sou-
fice principal | phil. œuvre rituelle, médiation tient ; gouvernement, autorité, pouvoir.
entre microcosme et macrocosme. aEDE¤t adhis.t.hita [pp. adhis.t.hā] a. m. n.
f. adhis.t.hitā peuplé, habité | gouverné, dirigé,
aEDrT adhiratha [adhi-ratha] a. m. n. f.
régulé | nommé (à un poste).
adhirathā qui est sur un chariot — m.
myth. [Mah.] np. d’Adhiratha “Aurige”, prince
aED¤y adhis.t.heya [pfp. [2] adhis.t.hā] a. m. n.
f. adhis.t.heyā à gouverner.
d’Aṅga, conducteur du char [sūta2 ] du roi Śūra,
époux de Rādhā1 , nourrice de Karn.a.
aEDE-/ adhistri [adhi-strı̄] adv. concernant
une femme ou une épouse.
aEDrAj^ adhirāj [adhi-rāj2 ] m. roi suprême ; aED-/F adhistrı̄ [adhi-strı̄] f. femme
empereur | var. adhirāja id. | var. adhirājan id.
supérieure.
aEDzh^ adhiruh [adhi-ruh1 ] v. [1] pr. (adhiro- aEDhEr adhihari [adhi-hari] adv. concernant
hati) pr. md. (adhirohate) monter sur, se mettre Vis.n.u.
sur, chevaucher hloc.i ; arriver à — ca. (adhiro- aEDhE-t adhihasti [adhi-hasti] adv. à dos
hayati) var. adhiropayati élever, mettre sur. d’éléphant.
aEDrop^ adhirop [ca. adhiruh] v. [10] pr. (adhi- aDF adhı̄ [adhi-i] v. [2] pr. md. (adhı̄té) pp.
ropayati) élever, mettre sur. (adhı̄ta) abs. (adhı̄tya) pf. (upa) répéter ; lire ;
aEDvÄ adhivaktr. [adhivac-tr.] agt. m. f. adhi- étudier | apprendre, annoncer | tomber sur, re-
vaktrı̄ avocat. marquer — v. [2] pr. (adhyeti) se rappeler
aEDvc^ adhivac [adhi-vac] v. [2] pr. (adhi- — ca. (adhyāpáyati) enseigner h2 acc.i — ps.
vakti) parler en faveur de. (adhı̄yate) être enseigné.
aEDvs^ adhivas [adhi-vas1 ] v. [1] pr. (adhiva- adhı̄ye j’étudie.
sati) habiter hacc.i. aDFkAr adhı̄kāra [adhikr.] m. administration
aEDvAs adhivāsa [vr. adhivas] m. habitation, de, supervision de hloc.i | cf. adhikāra.
séjour. aDFt adhı̄ta [pp. adhı̄] a. m. n. f. adhı̄tā ins-
adhivāsin [-in] agt. m. f. adhivāsinı̄ qui ha- truit | appris, étudié — n. étude.
bite | mod. aborigène. adhı̄taveda [veda] a. m. n. f. adhı̄tavedā qui
aEDvAEst adhivāsita [adhi-vāsita] a. m. n. f. a étudié le Veda ; dont les études sont terminées.
adhivāsitā parfumé ; imprégné de, influencé par aDFn adhı̄na [adhi] ifc. a. m. n. f. adhı̄nā situé
hi. ifc.i. sur, posé sur | subordonné, sujet à, dépendant

23
de. (adhyāste) pp. (adhyāsita) demeurer ; se poser ;
aDFyt^ adhı̄yat [ppr. adhı̄] a. m. n. f. adhı̄yatı̄ rendre visite ; entrer en fonction | mettre, enfiler
qui se rappelle | qui apprend, étudiant. (chaussures, etc.).
aDFr adhı̄ra [a-dhı̄ra1 ] a. m. n. f. adhı̄rā im- a@yAs adhyāsa [adhyas] m. soc. rit. imposi-
patient ; anxieux. tion | phil. attribution à tort.
aDnA adhunā adv. maintenant. a@yAhAr adhyāhāra [adhi-āhāra] m. fait d’ad-
a@y" adhyaks.a [adhi-aks.a] a. m. n. f. joindre ; supplément ; inférence | gram. para-
adhyaks.ā perceptible, observable [“sous les phrase suppléant les termes omis d’une ellipse.
yeux”] | qui supervise — m. observateur, témoin a@ydA adhyudātta [adhi-udātta] m. gram.
| soc. inspecteur : superintendant. accent initial.
a@yyn adhyayana [adhi-ayana] n. soc. lec- aD}v adhruva [a-dhruva] a. m. n. f. adhruvā
ture, étude personnelle (not. du Veda), l’un des mobile.
6 devoirs d’un brahmane [s.at.karmāni]. a@v adhva iic. pour adhvan.
a@yvsA adhyavasā [adhi-avasā] v. [4] pr. adhvaga [ga] agt. m. f. adhvagā voyageur —
(adhyavasyati) pp. (adhyavasita) décider, exa- n. fait de voyager — f. adhvagā géo. épith. de la
miner. rivière Gaṅgā “qui voyage”.
a@yfn adhyaśana [adhi-aśaná2 ] n. fait de adhvagabhogya [bhogya] m. natu. [“qui fait
manger trop tôt après le dernier repas. le délice des voyageurs”] épith. de bot. Spondias
a@ys^ adhyas [adhi-as2 ] v. [4] pr. (adhyasyati) Mangifera, le manguier sauvage.
pp. (adhyasta) placer ou jeter sur | phil. imputer adhveśa [ı̄śa] m. soc. [“gardien de la voie pu-
à tort. blique”] policier.
a@yA(m adhyātma [adhi-ātma] n. phil. l’Être a@vn^ ádhvan m. chemin | voyage, trajet ; dis-
ou âme suprême | phil. microcosme (opp. tance et temps (d’un voyage) | phil. [siddhānta]
adhibhūta). procession ; monde (subtil ou matériel) ; cf.
adhyātmarāmāyan.a [rāmāyan.a] n. lit. np. śuddhādhvan.
de l’Adhyātmarāmāyan.a ; le roi Rāma y adhvanya [-ya] agt. m. f. adhvanyā voyageur.
incarne l’Être suprême ; il fait partie du a@vr^ adhvar [vn. adhvara] v. [10] pr. (adh-
Brahmān.d.apurān.a. varyáti) effectuer le sacrifice ou le service divin.
adhyātmavidyā [vidyā] f. phil. science de a@vr adhvará [a-dhvarā] a. m. n. f. adhvarā
l’Être, connaissance du Soi. qui ne blesse pas — m. soc. rite, sacrifice non-
adhyātmika [-ika] a. m. n. f. adhyātmikā phil. violent ; not. sacrifice de soma.
qui concerne l’âme suprême ; spirituel. adhvarakarman [karman] n. soc. perfor-
adhyātmikavidyā [vidyā] f. connaissance de mance d’un sacrifice adhvara.
l’âme suprême ; connaissance spirituelle. adhvaraga [ga] a. m. n. f. adhvaragā soc. des-
a@yAp^ adhyāp [ca. adhı̄] v. [10] pr. tiné au sacrifice.
(adhyāpayati) enseigner h2 acc.i. adhvarastha [stha] a. m. n. f. adhvarasthā
a@yApk adhyāpaka [adhyāp-aka] a. m. n. f. soc. qui est dans le sacrifice.
adhyāpikā qui enseigne — m. professeur — f. a@vy adhvaryú [adhvara] m. soc. véd. prêtre
adhyāpikā (femme) professeur. officiant du sacrifice du soma ; il prononce les
a@yApn adhyāpana [adhyāp-ana] n. soc. en- formules de la yajuh.sam . hitā ; il fait l’oblation
seignement (not. du Veda), l’un des 6 devoirs de beurre [ghr.ta] dans le feu āhavanı̄ya ; il est
d’un brahmane [s.at.karmāni]. assisté du hotr., de l’udgātr. et du brahman ; syn.
a@yAy adhyāya [adhı̄] m. lecture, récitation yajyu.
(not. du Veda) | lit. chapitre (le R . gveda en com- an an1 pf. a privatif devant voyelle.
√ ^
porte 64, chacun composé d’une trentaine de an^ an2 v. [2] pr. (ániti) fut. (anis.yáti) pp.
sections [varga]) | langue védique ; opp. bhās.ā. (anita) pf. (pra) respirer, souffler, exhaler |vivre,
a@yAzh^ adhyāruh [adhi-āruh] v. [1] pr. être vivant ; se mouvoir — ca. (ānayati) faire
(adhyārohati) monter sur, faire l’ascension de vivre ; animer — dés. (aninis.ati) vouloir respi-
— ca. (adhyāropayati) faire monter. rer ; vouloir vivre k gr. ανµoς ; lat. anima ; fr.
a@yArop adhyāropa [adhyāruh] m. phil. âme, animal.
[vedānta] attribution erronée, inférence analo- an ana cf. ayam.
gique incorrecte. an -ana forme des noms verbaux d’action
a@yAs^ adhyās [adhi-ās2 ] v. [2] pr. md. n. et des a. ayant parfois valeur d’agent.

24
an"r anaks.ara [an1 -aks.ara] a. m. n. f. anantacaturdaśı̄ [caturdaśı̄] f. cf. ananta-
anaks.arā muet ; qui ne sait pas parler. vrata.
anG anagha [an1 -agha1 ] a. m. n. f. anaghā anantanātha [nātha] m. jn. np. d’Anantanā-
sans faute ; irréprochable. tha “Maı̂tre de l’Éternité”, 14e tı̄rthaṅkara my-
an½ anaṅga [an1 -aṅga1 ] a. m. n. f. anaṅgā thique ; son corps est doré, son symbole est un
incorporel — m. myth. np. d’Anaṅga “l’Incor- faucon ou un ours.
porel”, épith. du dieu Kāma (dont le corps fut anantavat [-vat] m. phil. [ChU.] l’Illimité ou
consumé par le feu de la colère de Śiva dont il partition [pāda] du brahman en quatre espaces :
avait troublé l’ascèse). la Terre [Pr.thivı̄], l’Atmosphère [Antariks.a], le
anaṅgabhı̄ma [bhı̄ma] m. hist. np. du roi Ciel [Dyau] et l’Océan [Samudra].
Anaṅgabhı̄ma III, de la dynastie Gaṅga ; il régna anantavarman [varman] m. hist. np. du
sur le Kaliṅga de 1211 à 1238 ; il établit le culte roi Anantavarmā Codagaṅga (1078–1147) ; ori-
d’État de Purus.ottama (plus tard appelé Ja- ginaire de la dynastie Gaṅga du Karn.āt.a,
gannātha). il conquit le Kaliṅga vers 1108 comme
anaṅgaraṅga [raṅga] m. lit. np. de Gaṅgeśvara ; il établit sa capitale à Kat.aka
l’Anaṅgaraṅga “Théâtre de l’Amour”, ou- (mod. Cuttack), et fit construire le temple de
vrage érotique dû à Kalyān.a Malla. Jagannātha à Purı̄ | lit. [DKC.] np. du jeune roi
anX^vh^ anad.váh [anas-vah2 ] m. [fb. Anantavarmā1 , fils de Pun.yavarmā.
anad.ud ; obl. anad.uh ; sg. nom. anad.vān, anantavāsudeva [vāsudeva] m. myth. np.
acc. anad.vāham, i. anad.uhā, voc. ánad.van ; du. d’Anantavāsudeva, épith. de Balarāma fils de
nom. acc. anad.vāhau ; pl. nom. anad.vāhas, acc. Vasudeva et incarnation d’Ananta | géo. np.
anad.uhas] bœuf (qui tire le chariot) | taureau ; du temple vishnouite Anantavāsudeva construit
astr. la constellation du Taureau. au bord du Bindusarovara à Bhuvaneśvarı̄1 en
anZFys^ anan.ı̄yas [an1 -an.ı̄yas] a. m. n. f. 1278.
anan.ı̄yası̄ pas du tout minuscule ; vaste, puis- anantavrata [vrata] n. soc. festival de Vis.n.u-
sant. Anantaśāyin, célébré le 14e jour [caturdaśı̄] du
antn anadyatana [an1 -adyatana] a. m. n. mois de bhādra ; au Mahārās.t.ra, il se ter-
f. anadyatanā gram. se dit d’un temps (passé ou mine par l’immersion [visarjana] d’une idole
futur) ne s’appliquant pas au jour présent. de Gan.eśa, installée 10 jours plus tôt pour
anEDkAr anadhikāra [an1 -adhikāra] m. ab- gan.eśacaturthı̄.
sence d’autorité ; incompétence.
anantaśāyin [śāyin] m. myth. np. d’Ananta-
anadhikārin [-in] agt. m. f. anadhikārin.ı̄ non
śāyin, épith. de Vis.n.u-Nārāyan.a “reposant sur
autorisé ; inapte, incapable, incompétent.
Ananta”.
anEDgt anadhigata [an1 -adhigata] a. m. n. f.
anantaśı̄rs.ā [śı̄rs.a] f. myth. np. d’Anantaśı̄rs.ā
anadhigatā non approché, laissé à l’écart ; non
“Aube de l’Éternité”, épouse de Śes.a.
étudié ; non atteint.
anadhigataśāstra [śāstra] a. m. n. f. anadhi- anantasūtra [sūtra] n. soc. cordon sacré ; cf.
gataśāstrā [“qui a négligé ses études”] inculte, upavı̄ta, yajñasūtra.
non instruit. antr anantará [an1 -antara] a. m. n. f. anan-
an@yyn anadhyayana [an1 -adhyayana] n. tarā qui suit immédiatement (dans le temps,
soc. interruption des études védiques ; vacances l’espace, le rang) ; adjacent — n. contiguı̈té
— m. anadhyāya id. — acc. anantaram adv. immédiatement après,
ann¤An ananus.t.hāna [an1 -anus.t.hāna] n. in- alors ; après quoi, à partir de là | juste à côté —
accomplissement ; négligence. prép. cl. aussitôt après hg. abl. iic.i.
ant anantá [an1 -anta] a. m. n. f. anantā and ananda [a-nanda] a. m. n. f. anandā
infini, illimité ; éternel — n. éternité — m. sans joie.
myth. np. d’Ananta “Éternel”, épith. du dra- anàAs anannāsa var. anam.nāsa n. natu. bot.
gon d’éternité [nāga] Śes.a, fils de Kaśyapa et Ananas comosus, ananas ; aussi appelé bahune-
de Kadrū ; durant la création il demeure aux traphala.
enfers [pātāla] et à la fin du Monde [kalpānta] any ananyá [an1 -anya] a. m. n. f. ananyā
Rudra émane de ses têtes pour détruire l’Uni- non différent, non autre ; identique |sans second ;
vers ; il s’incarna sur Terre comme Balarāma- unique ; seul | n’ayant pas d’autre intérêt.
Sam . kars.an.a ; Vāsuki est son frère, Manasā sa anp(y anapatya [an1 -apatya] a. m. n. f. ana-
sœur. patyā sans descendance.

25
anpv>y anapavr.jyá [an1 -apavr.jya] a. m. n. f. anh anarha [an1 -arha] a. m. n. f. anarhā in-
anapavr.jyā qui ne doit pas être abandonné (not. digne ; qui ne mérite pas.
chemin) ; sans fin (not. route) | qu’il ne faut pas anh t^ anarhat [an1 -arhat] a. m. n. f. ana-
terminer ; inexhaustible. rhantı̄ qui ne mérite pas (une punition ou une
anp " anapeks.a [an1 -apeks.ā] a. m. n. f. récompense) | indigne ; inadéquat.
anapeks.ā sans égard, sans considération ; non anl anala [an2 -ala] m. myth. np. d’Anala,
pertinent, injustifié — f. anapeks.ā inattention, le Feu, l’un des 8 Trésors [vasu] ; épith. d’Agni
négligence ; non égard. symbolisant la puissance de la durée.
anapeks.am sans considération ; sans examen analos.n.a [us.n.a] a. m. n. f. analos.n.ā brûlant
sérieux. comme le feu.
anp E"t anapeks.ita [an1 -apeks.ita] a. m. n. f. anSp analpa [an1 -alpa] iic. beaucoup de,
anapeks.itā négligé, ignoré | non nécessaire, in- nombreux ; très.
justifié ; inattendu. analpaghos.a [ghos.a] a. m. n. f. analpaghos.ā
nānapeks.itam ucyate [Mallinātha1 ] On ne doit très bruyant.
rien énoncer sans justification. analpamanyu [manyu] a. m. n. f. très en
anapeks.itahetu [hetu] a. m. n. f. qui ne tient colère.
pas compte de la cause. anvkAf anavakāśa [an1 -avakāśa] a. m. n. f.
anEBâ anabhijña [an1 -abhijña] a. m. n. f. anavakāśā inopportun ; qui ne se produit pas |
anabhijñā ignorant | non familier de hg. iic.i. gram. inapplicable.
anEBDAn anabhidhāna [an1 -abhidhāna] n. anavakāśatva [-tva] n. gram. inapplicabilité.
fait de ne pas exprimer | gram. forme non au- anvtØ anavatapta [an1 -avatapta] m. bd.
torisée ; forme sans dénotation ; forme non at- nom d’un serpent mythique | bd. nom du lac
testée ; forme non conforme à l’usage. merveilleux Anavatapta “qui ne se réchauffe
anabhidhānāt gram. [Patañjali] ça ne se dit pas. pas”, situé dans l’Himālaya (Mānasasarovara) ;
il donne naissance à 4 fleuves (dont la Śatadru)
anEBEht anabhihita [an1 -abhihita] a. m. n. f.
“dont les eaux libèrent de la boue des péchés” ;
anabhihitā non exprimé.
aussi appelé Rāvan.ahrada ; il est représenté à
anabhihite gram. [Pān.ini] lorsque (le rôle
Angkor par le Neak Pean.
[kāraka]) n’est pas déjà exprimé (il peut l’être
par les règles qui suivent).
anv anavadyá [an1 -avadya] a. m. n. f.
anavadyā irréprochable, immaculé, sans défaut,
anBF£ anabhı̄s.t.a [an1 -abhı̄s.t.a] a. m. n. f. sans reproche.
anabhı̄s.t.ā non souhaité, indésirable.
anavadyāṅga [aṅga1 ] a. m. n. f. anavadyāṅgı̄
anmFv anamı̄vá [an1 -amı̄va] a. m. n. f. dont le corps est sans défaut.
anamı̄vā sans maladie ou malaise, en bonne
anvm anavama [an1 -avama] a. m. n. f. ana-
santé — n. bien-être.
vamā haut ; noble.
anyA anayā [i. iyam] ind. par cette. anvsr anavasara [an1 -avasara] m. moment
anry anaran.ya [an1 -aran.ya] a. m. n. f. défavorable ; not. période intercalaire de double-
anaran.yā myth. np. du roi Anaran.ya “Civi- ment du mois ās.ād.ha ; aussi période où les divi-
lisé”, fils de Trasadasyu de la lignée solaire nités de Purı̄ sont confinées, entre snānapūrn.imā
[sūryavam . śa] ; il est père de Haryaśva | myth. et rathayātrā.
[Rām.] np. du roi Anaran.ya, fils de Bān.a1 , père anvE-TEt anavasthiti [an1 -avasthiti] f. insta-
de Pr.thu ; il combattit en vain Rāvan.a, et en bilité.
mourant au combat le maudit d’être vaincu par anvAy anavāyá [an1 -avāya] a. m. n. f.
Rāma. anavāyā ininterrompu ; qui ne se soumet pas.
an]y anarghya [an1 -arghya] a. m. n. f. anar- anv " anaveks.a [an1 -aveks.ā] a. m. n. f.
ghyā inestimable ; sans prix. anaveks.ā rude, sans égards | inattentif — f.
anarghyatva [-tva] n. fait d’être sans prix. anaveks.ā absence d’égards.
anT anartha [an1 -artha] m. désavantage ; in- anaveks.am adv. sans considération ; sans regar-
fortune, malheur — a. m. n. f. anarthā inutile, der autour de soi.
malheureux, qui porte malheur. anaveks.amān.a a. m. n. inattentif ; inattentionné.
anarthaka [-ka] a. m. n. f. anarthakā inutile, anfn anaśana [an1 -aśana2 ] n. jeûne ; suicide
sans valeur ; absurde, sans signification. par le jeûne — a. m. n. f. anaśanā qui ne mange
anarthakā hi mantrāh. [Kautsa1 ] Les mantras pas, qui jeûne.
védiques sont sans signification. anaśanatā [-tā] f. jeûne.

26
anEft anaśita [an1 -aśita] n. jeûne. l’Anattalakkhan.asutta, ouvrage du canon bd.
an—t^ anaśnat [an1 -aśnat] a. m. n. f. anaśnatı̄ pāli.
qui ne mange pas. anātmavāda [vāda] m. bd. doctrine de la
an™ anaśru [an1 -aśru] a. m. n. f. sans larmes. non-existence du Soi.
an£ anas.t.a [a-nas.t.a] a. m. n. f. anas.t.ā qui anA(mn^ anātman [an1 -ātman] m. qui n’est
n’est pas perdu ; non détruit, indemne — iic. pas soi ; un autre | bd. inexistence du Soi ;
qui n’est pas privé de. doctrine du déni de l’Âme ; syn. nairātmya —
ánas.t.apaśu [paśu] a. m. n. f. dont le troupeau a. m. n. non spirituel, matériel | dépourvu de
est indemne. conscience ; dénué de compréhension k pali
ans^ ánas n. char ; chariot, charrette (de anatta.
transport lourd) k lat. onus ; fr. onéreux. anAT anātha [a-nātha] a. m. n. f. anāthā
ansy anasūya [an1 -asūya] a. m. n. f. anasūyā sans tuteur, sans protecteur ; orphelin | sans res-
non envieux ; bienveillant — f. anasūyā absence sources, pauvre — f. anāthā veuve.
de cupidité, de convoitise, de jalousie ; bien- anAdr anādara [an1 -ādara] m. absence
veillance | myth. np. d’Anasūyā “Bienveillan- d’égards ; insulte.
te” fille de Daks.a, épouse d’Atri ; [BrP.] elle anAEd anādi [an1 -ādi] a. m. n. f. sans com-
apaisa Śı̄lavatı̄ qui pour épargner Ugraśravā mencement (se dit not. du Veda) | gram. se dit
avait empêché le lever du Soleil ; en récompense, d’un suffix non mentionné dans la classe des af-
la trimūrti se réincarna comme ses enfants Can- fixes primaire [un.ādi].
dra, Dattātreya et Durvāsā ; [BvP.] Brahmā, anADE£ anādhr.s.t.i [an1 -ādhr.s.t.i] m. myth.
Hari et Śambhu rendirent visite à Atri pour ex- [Mah.] np. du prince vr.s.n.i Anādhr.s.t.i “Inatta-
haucer ses vœux, mais celui-ci était immergé quable”, fils d’Ugrasena.
dans la contemplation du brahman ; ils de- anAD y anādhr.s.yá [an1 -ādhr.s.ya] a. m. n. f.
vinrent amoureux d’Anasūyā et tentèrent de la anādhr.s.yā inabordable, inattaquable.
séduire, mais elle les maudit d’être la risée des anAmk anāmaka [a-nāmaka] a. m. n. f.
hommes, tant qu’ils ne se seraient pas réincarnés anāmakā anonyme | infâme, innommable — m.
comme ses fils. mois intercalaire (pour rattraper l’année solaire)
anasūyaka [-ka] a. m. n. f. anasūyikā non en- — n. hémorroı̈des.
vieux ; bienveillant. anAmn^ anāman [a-nāman] a. m. n. f. anāmnı̄
anonyme | infâme, innommable.
anA -anā forme des noms de causes f.
anāmatva [-tva] n. anonymat.
anAgt anāgata [an1 -āgata] a. m. n. f. anAmy anāmayá [an1 -āmaya] a. m. n. f.
anāgatā non (encore) arrivé ; à venir, futur ; im-
anāmayā bien portant, en bonne santé — n.
minent | bd. [mahāyāna] qualifie un Buddha à
santé.
venir, tel que Maitreya | qui ne s’est pas pro-
anAmEy× anāmayitnú [an1 -āmayitnu] a. m.
duit, évité.
n. f. qui ne rend pas malade ; salubre |qui guérit ;
anāgatavam . śa [vam . śa] m. bd. chronique du curatif.
futur buddha Maitreya. anAEmkA anāmikā [a-nāmika] f. auriculaire
anāgatavam . śadeśanā [deśanā] f. bd. np. de [“l’anonyme”].
l’Anāgatavam . śadeśanā “Annonce de la venue du anAEmq anāmis.a [an1 -āmis.a] a. m. n.
futur Buddha (Maitreya)”, texte du mahāyāna. f. anāmis.ā sans fruit, infructueux, stérile ;
anāgatavat [-vat] a. m. n. f. anāgatavatı̄ re- désintéressé | sans viande, non carné.
latif au futur. anAyk anāyaka [a-nāyaka] a. m. n. f. anāyakā
anāgatavidhātr. [vidhātr.] agt. m. f. qui n’a pas de chef | anarchique.
anāgatavidhātrı̄ ordonnateur du futur anAy anāyatta [an1 -āyatta] a. m. n. f.
| prémonition. anāyattā indépendant.
anAgs^ ánāgas [an1 -āgas] a. m. n. f. sans anāyattavr.ttitā [vr.ttitā] f. fait d’avoir une
péché, innocent. existence indépendante.
anA(m anātma iic. pour anātman. anAyD anāyudhá [an1 -āyudha] a. m. n. f.
anātmajña [jña] a. m. n. f. anātmajñā qui ne anāyudhā sans arme, sans défense.
possède pas la sagesse ; ignorant | stupide. anAy y anāyus.ya [an1 -āyus.ya] a. m. n. f.
mā tāvat anātmajñe Ne sois pas aussi butée. anāyus.yā malsain ; empoisonné, mortel, fatal.
anātmalaks.an.a [laks.an.a] n. bd. anAz anāruhya [an1 -āruhya] adv. sans
“signes de l’inexistence du Soi”, np. de avoir surmonté.

27
anAy anārya [an1 -ārya] a. m. n. f. anāryā ou étranger fréquentable).
déloyal, perfide ; ignoble, vil, bas. aEnzÄ anirukta [a-nirukta] a. m. n. f. ani-
anAvt anāvr.ta [an1 -āvr.ta] a. m. n. f. anāvr.tā ruktā inexpliqué ; indistinct, sans structure,
découvert ; déshabillé | ouvert, non dissimulé. indéfini ; illimité.
anA™Emn^ anāśramin [an1 -āśramin] agt. m. f. aEnzˆ aniruddha [a-niruddha] a. m. n. f. ani-
anāśraminı̄ soc. qui ne suit pas les stades de la ruddhā autonome, libre d’agir, qui ne rencontre
vie brahmanique. pas d’obstacle | myth. np. d’Aniruddha “qui se
anA-vAEdt anāsvādita [an1 -āsvādita] a. m. n. manifeste sans obstruction”, fils de Pradyumna,
f. anāsvāditā non goûté, non apprécié. déifié comme aspect [vyūha] de Vāsudeva ; il
anAht anāhata [an1 -āhata] a. m. n. f. épousa Us.ā1 , et Vajra est leur fils.
anāhatā “non frappé” (se dit d’un son primor- aEnEd £ anirdis.t.a [a-nirdis.t.a] a. m. n. f.
dial) ; inaudible, ineffable — m. phil. le Son Sub- anirdis.t.ā non précisé, non spécifié ; indéfini.
til ; son siège est anāhatacakra. aEnd  [y anirdeśya [a-nirdeśya] a. m. n. f.
anāhatacakra [cakra] n. phil. [tantra] 4e ca- anirdeśyā inexplicable.
kra du yoga, situé au niveau du cœur ; il est aEnv cnFy anirvacanı̄ya [a-nirvacanı̄ya] a. m.
représenté par un lotus de 12 pétales d’or ; deux n. f. anirvacanı̄yā inexpliquable, impossible à
triangles entrelacés y symbolisent l’élément air, préciser | phil. dont on ne peut rien affirmer ;
et portent le bı̄jamantra ‘yam . ’ ; ce cakra contrôle not. le brahman | dont on ne doit pas discuter.
le sens du toucher ; de ce centre émane le Son anirvacanı̄yakhyāti [khyāti] f. phil. [vedānta]
Subtil. théorie de la perception de l’inexpliquable (seul
aEnV^ anit. [an1 -it.] nota. gram. se dit des ra- le substrat universel [brahman] étant réel).
cines se conjuguant sans ‘i’ intercalaire (opp. aEnEv Z anirvin.n.a [a-nirvin.n.a] a. m. n. f.
set.). anirvin.n.ā non découragé ; non déprimé ; serein.
aEn(y anitya [a-nitya] a. m. n. f. anityā sa niścayena yoktavyo yogo ’nirvin.n.acetasā
périssable, destructible ; éphémère, imperma- [BhG.] Le yoga doit être pratiqué avec résolution
nent ; instantané | incertain ; indécis. et dans un état d’esprit serein.
anityam adv. de temps en temps, exceptionnelle- aEnl anila [an2 ] m. vent | myth. np. d’Anila,
ment | toujours, éternellement ; continuellement, le Vent, l’un des 8 Trésors [vasu] ; cf. Vāyu, Pa-
régulièrement, tous les jours. vana, marut.
anityatva [-tva] n. impermanence ; aEnvAErt anivārita [a-nivārita] a. m. n. f.
indécision, incertitude. anivāritā non empêché, autorisé.
aEndý anidra [a-nidrā2 ] a. m. n. f. anidrā aEnvAy anivārya [a-nivārya] a. m. n. f.
éveillé ; privé de sommeil — f. anidrā état de anivāryā qui ne doit pas être empêché ;
veille ; manque de sommeil. inévitable, irrésistible.
aEnEdt anindita [a-nindita] a. m. n. f. anin- aEnEvfmAn aniviśamāna [a-niviśamāna] a.
ditā irréprochable. m. n. f. aniviśamānā sans repos.
aEndý anindra [an1 -indra] a. m. n. f. anindrā aEnv fn aniveśaná [a-niveśana] a. m. n. f.
véd. barbare [dasyu] “qui n’honore pas Indra”. aniveśanā sans-abri, qui n’est pas établi.
aEnEmq animis.a [a-nimis.a] a. m. n. f. animis.ā aEnf aniśa [a-niśa] a. m. n. f. aniśā ininter-
qui ne cligne pas des yeux ; au regard fixe ; vigi- rompu [“sans nuit”].
lant — m. myth. dieu [“au regard fixe”] |poisson. aniśam adv. toujours (sans arrêt).
animis.am avec vigilance. aEn£ anis.t.a [an1 -is.t.a1 ] a. m. n. f. anis.t.ā
animis.āks.a [aks.a] a. m. n. f. animis.āks.ı̄ au non désiré ; désagréable | mal, mauvais, fautif ;
regard fixe. désapprouvé ; défendu.
aEnm q animes.a [a-nimes.a] a. m. n. f. animes.ā anis.t.acintana [cintana] n. mauvaise pensée.
cf. animis.a. anis.t.atva [-tva] n. indésirabilité ; faute ; in-
animes.am avec vigilance. terdiction.
aEnym aniyama [a-niyama] m. absence de aEn«A anis.t.vā [an1 -is.t.vā] adv. sans avoir sa-
règle, non obligation | non respect de la disci- crifié.
pline ; irrégularité ; incertitude. anFk ánı̄ka [an2 ] n. visage, face ; (au fig.)
aEnyr^ aniyar nota. gram. affixe primaire apparence | face coupante (d’un couteau, d’une
[kr.t2 ] du pfp. en -ı̄ya (ex. gamanı̄ya). hache) | front ; (synec.) troupe, corps d’armée.
aEnrvEst aniravasita [a-niravasita] a. m. n. anı̄kavidāran.a [vidāran.a] m. “qui brise une
f. aniravasitā soc. non exclu (se dit d’un śūdra armée”, np. de prince.

28
anı̄kinı̄ [-in] f. corps d’armée, comprenant afin de (en analyse sémantique [śabdabodha]) —
2187 (37 ) éléphants et chars, 6561 chevaux et n. fait de suivre le courant ou la pente | faveur.
10935 fantassins (soit 27 divisions [vāhinı̄]). ank anukr. [anu-kr.1 ] v. [8] pr. (anukaróti) pp.
anFEtâ anı̄tijña [a-nı̄tijña] a. m. n. f. anı̄tijñā (anukr.ta) pfp. (anukr.tya) imiter, copier hacc.
mal élevé, indiscret, qui se conduit mal. g.i ; égaler ; rendre la pareille.
anFE=st anı̄psita [an1 -ı̄psita] a. m. n. f. ankt anukr.ta [pp. anukr.] a. m. n. f. anukr.tā
anı̄psitā non désiré, indésirable | gram. qualifie imité, copié ; rendu semblable à.
un objet [karman] écarté. ankEt anukr.ti [anukr.-ti] f. imitation ; copie ;
anFy -anı̄ya forme des pfp. d’obligation ou conformité.
de nécessité. ank(y anukr.tya [pfp. [1] anukr.] a. m. n. f.
anFyr^ anı̄yar nota. gram. suffixe kr.t2 du pfp. anukr.tyā qui peut être imité.
en -anı̄ya. an‡m^ anukram [anu-kram] v. [1] pr.
anFf anı̄śa [an1 -ı̄śa] a. m. n. f. anı̄śā qui n’est (anukrāmati) pp. (anukrānta) aller vers ; suivre
pas maı̂tre de hg.i ; impuissant | qui n’a pas de (un chemin) | énumérer.
maı̂tre ; libre — f. anı̄śā impuissance. an‡m anukrama [anukram] m. succession,
an anu prép. le long de, vers ; derrière, à la liste ; ordre, méthode | table des matières d’un
suite de |avec, selon, d’après, conformément à, à ouvrage.
l’imitation de hacc.i — adv. plus tard, derrière ; anukramam var. anukramāt, anukramen.a adv.
de nouveau, ensuite k gr. ανα. selon le rang, dans le bon ordre.
anujyes.t.ham en commençant par l’aı̂né. anukraman.a [-na] n. fait de suivre
nadı̄m anu sthitā senā l’armée se tient le long de méthodiquement, énumération — f. anukraman.ı̄
la rivière. var. anukraman.ikā lit. index des hymnes
anuka [-ka] a. m. n. f. anukā qui a un vif désir védiques, donnant le premier mot de chaque
de — m. amant. hymne, le nombre de versets, le nom du poète,
les divinités invoquées et le mètre.
an anu1 [anu] m. homme non-ārya | myth.
np. du roi Anu ou Anudruhyu, fils de Yayāti
an‡At anukrānta [pp. anukram] a. m. n.
f. anukrāntā qui prend une décision | énuméré,
et Śarmis.t.hā, frère de Puru et Druhyu ; il reçut
listé ; fait dans l’ordre ; lu | mentionné dans
en partage le Nord | pl. myth. les Anavas, les
l’anukraman.ı̄.
étrangers du Nord ; les iraniens.
ankMp^ anukamp [anu-kamp] v. [1] pr. md. anE‡yA anukriyā [anu-kriyā] f. imitation.
(anukampate) pp. (anukampita) éprouver de la
an"Zm^ anuks.an.am [anu-ks.an.a] adv. à tout
moment.
compassion pour, prendre en pitié qqn.
ang anuga [anugam] a. m. n. f. anugā qui
ankMpA anukampā [anukamp] f. compassion, suit, qui obéit à, qui se conforme à — m. servi-
pitié.
teur, accompagnateur.
śrı̄devyā anukampayā par la grâce de la Déesse.
angt anugata [pp. anugam] a. m. n. f. anu-
ankEMpn^ anukampin [anukamp-in] agt. m. f. gatā suivi, pratiqué | qui suit, qui cherche, qui
anukampinı̄ compatissant, qui compatit. imite ; pratiquant ; obéissant.
ankrZ anukaran.a [anukr.] n. imitation ; res- angEt anugati [anugata] f. fait de suivre ;
semblance | gram. onomatopée. imitation ; accompagnement.
ankAr anukāra [anukr.] m. ressemblance ; angt&y anugantavya [pfp. [3] anugam] a.
imitation. m. n. f. anugantavyā qui doit être suivi ; digne
ankAErn^ anukārin [anukr.-in] agt. m. f. d’être imité | soc. se dit d’une veuve qui doit
anukārin.ı̄ imitateur, copieur ; qui se conforme à. suivre son époux dans la mort.
ankFZ anukı̄rn.a [anu-kı̄rn.a] a. m. n. f. angm^ anugam [anu-gam] v. [1] pr. (anugac-
anukı̄rn.ā rempli de. chati) pp. (anugata) suivre | chercher, aller vers
ankFt ^ anukı̄rt [anu-kı̄rt] v. [10] pr. hacc.i | imiter, pratiquer, obéir à.
(anukı̄rtayati) mentionner, raconter. tava hr.dayam anugaccha Obéis à ton cœur.
ankFt n anukı̄rtana [anukı̄rt-ana] n. publica- angm anugama [anugam] m. fait de suivre ;
tion, récit. not. ce qui suit après la mort.
ankl anukūla [anu-kūla] a. m. n. f. anukūlā anugamana [-na] n. id. | imitation | soc. sui-
[“de son côté”] favorable, agréable, conforme, cide d’une veuve après la mort de son époux.
souhaité ; gentil, amical, aimable ; opp. pratikūla angFtA anugı̄tā [anu-gı̄tā] f. lit. np. de
— ifc. conforme à, en accord avec |gram. [nyāya] l’Anugı̄tā, section du 14e livre du Mah. décrivant

29
les instructions spirituelles de Kr.s.n.a à Arjuna à repentir, regretter, éprouver du remords — ca.
la fin de le guerre du Kuruks.etra. (anutāpayati) faire de la peine à.
anghFt anugr.hı̄ta [pp. anugrah] a. m. n. f. antAp anutāpa [anutap] m. repentir, regrets,
anugr.hı̄tā aidé, protégé. remords.
anugr.hı̄to’smi adr. merci de votre aide. an ánutta1 [pp. anudā] a. m. n. f. anuttā1
ang} anugra [an1 -ugra] a. m. n. f. anugrā non admis, accordé.
violent ; gentil. an ánutta2 [a-nutta] a. m. n. f. anuttā2
ang}h^ anugrah [anu-grah] v. [9] pr. (anu- inébranlable ; invincible.
gr.hn.āti) pr. md. (anugr.hn.ı̄té) pp. (anugr.hı̄ta) anm anuttama [an1 -uttama] a. m. n.
favoriser, protéger, aider. f. anuttamā [“qui n’a pas de meilleur”] le
ang}h anugraha [anugrah] m. (marque de) fa- plus haut, insurpassable, inégalable, suprême ;
veur, bonne disposition, aide, encouragement ; éminent, excellent, très précieux | qui n’est pas
opp. nigraha | phil. la grâce, l’une des 5 mani- le meilleur | gram. non utilisé à la 1e personne.
festations divines [pañcakr.tya] | phil. [śaiva] la anr anuttara [an1 -uttara] a. m. n. f.
délivrance par Śiva. anuttarā [“sans supérieur”] meilleur ; excellent ;
ancr^ anucar [anu-car] v. [1] pr. (anucarati) insurpassable — m. phil. [trika] état de
pp. (anucarita) suivre. conscience suprême, sans opposition entre l’état
ancr anucará [anucar] a. m. n. f. anucarı̄ qui de délivrance [moks.a] et la vie mondaine
suit — m. serviteur ; compagnon | pl. anucarās [sam . sāra].
suite. andA anudā [anu-dā1 ] v. [3] pr. (anudadāti)
v. [1] pr. (anudadati) pp. (anutta) accorder, ad-
ancErt anucarita [pp. anucar] a. m. n. f.
mettre.
anucaritā suivi — n. faits et gestes, aventures ;
histoire.
andA anudātta [an1 -udātta] a. m. n. f.
anudāttā non élevé (ton), sans accent — m.
ancAErn^ anucārin [anucar-in] agt. m. f. phon. absence d’accent, atonie.
anucārin.ı̄ qui suit.
anEdt anudita1 [an1 -udita1 ] a. m. n. f. anu-
anj anuja [anujan] a. m. n. f. anujā puı̂né, ditā1 non élevé ; qui ne s’est pas encore levé (so-
plus jeune — m. frère cadet (opp. agraja, syn.
leil).
avaraja) — ifc. frère cadet de — f. anujā sœur
anEdt anudita2 [an1 -udita2 ] a. m. n. f. anu-
cadette.
ditā2 non exprimé ; inexprimable.
anjn^ anujan [anu-jan] v. [4] pr. md. ant anudyūta [anu-dyūta] n. lit. np. de
(anujāyate) pp. (anujāta) naı̂tre après, se pro- l’Anudyūta “Continuation du jeu de dés”,
duire après ; renaı̂tre. épisode du Mah. (2e livre, chapitres 70 à 79).
anjAt anujāta [pp. anujan] a. m. n. f. anog anudyoga [an1 -udyoga] m. absence
anujātā né après ; né à nouveau |ceint du cordon d’effort, inexercice.
sacré ; syn. dvija (cf. upanayana, upavı̄ta). andý anudru [anu-dru1 ] v. [1] pr. (anudravati)
anEjG"A anujighr.ks.ā [anu-jighr.ks.ā] f. désir pp. (anudruta) courir derrière ; courir après,
d’accorder une faveur ; souhait de favoriser. poursuivre.
anjFv^ anujı̄v [anu-jı̄v] v. [1] pr. (anujı̄vati) andýt anudruta [pp. anudru] a. m. n. f. anu-
pp. (anujı̄vita) vivre selon, vivre comme ; vivre drutā poursuivi ; ayant poursuivi ; accompagné
de, dépendre de. — n. phon. mesure de temps d’un demi druta,
anjFEvn^ anujı̄vin [anujı̄v-in] agt. m. f. corr. à une voyelle brève | mus. rythme court
anujı̄vinı̄ dépendant ; parasite — m. serviteur, (une frappe de l’instrument).
sujet, subordonné. anDAv^ anudhāv [anu-dhāv1 ] v. [1] pr.
anâA anujñā1 [anu-jñā1 ] v. [9] pr. (anujānāti) (anudhāvati) pp. (anudhāvita) courir après,
pr. md. (anujānı̄té) pf. (abhi) approuver, per- poursuivre.
mettre, consentir, autoriser ; laisser aller, donner anny anunaya [anunı̄] a. m. n. f. anu-
congé. nayā conciliant, bien disposé — m. conciliation ;
anâA anujñā2 [anujñā1 ] f. consentement, per- conduite amicale ; attentions, égards ; flatterie.
mission ; congé. annAEsk anunāsika [anu-nāsikā] a. m. n. f.
an>y ¤ anujyes.t.ha [anu-jyes.t.ha] a. m. n. f. anunāsikā phon. nasal (se dit d’une voyelle nasa-
anujyes.t.hā second en seniorité. lisée) ; savarn.a anunāsika désigne l’anusvāra non
anujyes.t.ham selon la seniorité, par rang d’âge. original, substitut d’une consonne nasale — n.
antp^ anutap [anu-tap] ps. (anutapyáte) se phon. son nasal appliqué sur une voyelle (alors

30
que l’anusvāra est une résonance nasale sui- anþyÄ anuprayukta [pp. anuprayuj] a. m.
vant la voyelle) ; il est indiqué par un croissant n. f. anuprayuktā employé après ; ajouté après
surmonté d’un point [candrabindu] ; on l’utilise habl.i.
aussi pour marquer la nasalisation du ‘l’ par eu- anþyj^ anuprayuj [anu-prayuj] v. [7] pr.
phonie [sandhi] | défaut de prononciation (“par- (anuprayunakti) pr. md. (anuprayuṅkté) pp.
ler du nez”). (anuprayukta) employer après ; ajouter après
anEnfm^ anuniśam [anu-niśam] abs. habl.i ; suivre.
(anuniśamya) percevoir, entendre ; considérer. anþyog anuprayoga [anuprayuj] m. utilisa-
annF anunı̄ [anu-nı̄1 ] v. [1] pr. (anunayati) tion additionnelle | gram. auxiliaire (not. parfait
pp. (anunı̄ta) amener à soi, amadouer, se conci- périphrastique).
lier. anþ-TA anuprasthā [anu-prasthā] v. [1] pr.
anpkAErn^ anupakārin [an1 -upakārin] agt. m. (anupratis.t.hati) pp. (anuprasthita) partir à la
f. anupakārin.ı̄ qui n’est pas serviable. suite de, suivre — ca. (anuprasthāpayati) faire
anpm anupama [an1 -upama] a. m. n. f. suivre.
anupamā incomparable ; sans égal ; unique | anþAs^ anuprās [anu-prās] v. [4] pr.
excellent, suprême ; meilleur. (anuprāsyati) jeter à.
anpr  anupare [anu-pare] v. [2] pr. (anupa- anþAs anuprāsa [anuprās] m. gram. al-
reti) pp. (anupareta) suivre (un chemin). litération | lit. rhét. figure de style [alam. kāra]
anplND anupalabdha [an1 -upalabdha] a. m. de répétition ; cf. yamaka.
n. f. anupalabdhā non perçu, non reconnu ; in- anþ"^ anupreks. [anu-preks.] v. [1] pr. md.
compris. (anupreks.ate) pp. (anupreks.ita) suivre avec les
yeux.
anplEND anupalabdhi [anupalabdha] f. phil.
non appréhension.
anbˆ anubaddha [pp. anubandh] a. m. n. f.
anubaddhā tenu à, connecté à, suivi par.
anpsg anupasarga [an1 -upasarga] a. m. n. f. anbD^ anubandh [anu-bandh] v. [9] pr. (anu-
anupasargā gram. se dit d’une racine ou forme
nibadhnāti) pp. (anubaddha) attacher ; tenir
verbale non précédée d’un préverbe.
(par une obligation) ; lier à la suite, mettre en
anpA anupā1 [anu-pā1 ] v. [1] pr. (anupibati) succession — pr. md. (anubadhnı̄té) être suivi
boire avec ; boire après.
de ; causer, provoquer ; adhérer à, supporter.
anpA anupā2 [anu-pā2 ] ca. (anupālayati) pp. anbD anubandha [anubandh] m. ap-
(anupālita) garder, protéger, préserver. pendice ; succession ininterrompue, séquence ;
anpAt anupāta [anu-pāta] a. m. n. f. anupātā conséquence, résultat |symptôme ; raison, cause,
qui suit, suivant ; en succession | découlant de motif | motivation pour l’étude d’une science
— m. math. progression arithmétique ; règle de [śāstra] |gram. marqueur méta-linguistique ; not.
trois. syllabe-indice d’une racine dans le dhātupāt.ha
anupātin [-in] a. m. n. f. anupātinı̄ qui indiquant son paradigme de flexion [pratyaya].
découle de, résultant de. anbD^ anubudh [anu-budh1 ] v. [1] pr. (anu-
anpAn anupāna [anupā1 -na] n. méd. bois- bodhati) v. [4] pr. md. (anubudhyate) s’éveiller ;
son accompagnant ou suivant le médicament se rappeler | apprendre, comprendre.
| boisson digestive | boisson à proximité. anboD anubodha [anubudh] m. souvenir.
anpAElt anupālita [ca. pp. anupā2 ] a. m. n. anBv anubhava [anubhū1 ] m. perception,
f. anupālitā protégé. expérience, impression ; compréhension | phil.
bahubhir vasudhā dattā bahubhiś cānupālitā | expérience directe de l’Absolu, perception réelle
yasya yasya yadā bhūmis tasya tasya tadā pha- de Dieu.
lam k Beaucoup ont donné des terres et beau- anBAv^ anubhāv [ca. anubhū1 ] v. [10] pr.
coup les ont protégées ; quiconque possède la (anubhāvayati) montrer ; faire éprouver, faire
terre, tant qu’il la possède il en aura les fruits. ressentir | se représenter, penser, inférer.
anpv anupūrva [anu-pūrva] a. m. n. f. anBAv anubhāva [anubhāv] m.
anupūrvā régulier, bien ordonné ; symétrique. extériorisation d’un sentiment ; fait de res-
anupūrvam var. anupūrven.a adv. l’un après sentir | croyance, conviction, détermination
l’autre ; en ordre régulier | depuis le début ; de | dignité, majesté ; affirmation, autorité ;
haut en bas. conséquence.
anþyA anuprayā [anu-prayā] v. [2] pr. (anu- anBA y anubhās.ya [anu-bhās.ya] n. lit. np. de
prayāti) suivre, accompagner. l’Anubhās.ya, commentaire de Vallabha1 sur le

31
Brahmasūtra. anEmt anumita [pp. anumā] a. m. n. f. anu-
anBj^ anubhuj [anu-bhuj2 ] pr. md. mitā inféré, conclu — n. conclusion.
(anubhuṅkté) souffrir les conséquences de anEmEt anumiti [anumā] f. phil. [nyāya]
ses actes. conclusion, inférence ; syn. anumāna.
ekah. prajātaye jantur ekaiva pralı̄yate | eko anmd^ anumud [anu-mud1 ] v. [1] pr. md.
’nubhuṅkte sukr.itam ekaiva ca dus.kr.tam k (anumodate) v. [1] pr. (anumodati) pp. (anu-
[manusmr.ti] L’homme naı̂t seul, et seul aussi il mudita) encourager, approuver — ca. (anumo-
meurt ; seul aussi il reçoit la récompense de ses dayati) permettre, autoriser.
bonnes et de ses mauvaises actions. anm y anumeya [pfp. [1] anumā] a. m. n. f.
anB anubhū1 [anu-bhū1 ] v. [1] pr. (anubha- anumeyā inférable, démontrable.
vati) pp. (anubhūta) abs. (anubhūya) atteindre, anmod^ anumod [ca. anumud] v. [10] pr. (anu-
égaler ; ressentir, percevoir ; éprouver, suppor- modayati) permettre, autoriser.
ter ; faire l’expérience de ; goûter, jouir de hacc.i ; anmodn anumodana [anumod-ana] n. appro-
comprendre — ca. (anubhāvayati) montrer ; bation, acceptance ; sympathie.
faire éprouver, faire ressentir | se représenter, anyA anuyā [anu-yā1 ] v. [2] pr. (anuyāti) pp.
penser, inférer. (anuyāta) suivre, imiter.
anB anubhū2 [anubhū1 ] ifc. a. m. n. f. qui anyj^ anuyuj [anu-yuj1 ] v. [7] pr. (anu-
perçoit, qui comprend. yunákti) pr. md. (anuyuṅkté) pp. (anuyukta)
anBt anubhūta [pp. anubhū1 ] a. m. n. f. s’adresser à hacc.i.
anubhūtā perçu, appréhendé ; compris | survenu
anyog anuyoga [anuyuj] m. question, exa-
comme conséquence | qui a éprouvé, goûté, res-
men ; effort — ifc. lit. introduction à l’étude de.
senti, apprécié.
anuyogin [-in] agt. m. f. anuyoginı̄ ifc. qui
anBEt anubhūti [anubhū1 -ti] f. perception ;
se combine avec, qui s’unit à | connecté à hiic.i
expérience intérieure | phil. connaissance obte-
| qui interroge — m. phil. [navyanyāya] image
nue par les 4 moyens de connaissance légitimes
par une relation ; opp. pratiyogin.
[pramān.a].
anBy anubhūya [abs. anubhū1 ] ind. ayant anrÄ anurakta [pp. anurañj] a. m. n. f. anu-
ressenti, ayant éprouvé. raktā aimé, affectionné ; épris de, dévoué à, ai-
anmEt anumati [anuman-ti] f. approbation ; mant.
faveur (not. des dieux) |astr. lendemain de pleine anrÒ^ anurañj [anu-rañj] v. [4] pr.
lune ; c’est un jour favorable à célébrer les dieux (anurájyati) pp. (anurakta) être dévoué à,
et les mânes | myth. np. d’Anumati, “la Grâce” être attiré par, s’attacher à, s’éprendre de
personnifiée ; c’est une divinité lunaire qui ap- hloc.i.
porte la richesse. anrTm^ anuratham [anu-ratha] adv. derrière
anmn^ anuman [anu-man] v. [4] pr. md. (anu- le char.
manyate) v. [8] pr. md. (anumanute) pp. (anu- anrAg anurāga [vr. anurañj] m. penchant, af-
mata) accorder, approuver, permettre, autoriser fection ; amour, passion | lit. l’éveil du sentiment
— ca. (anumānayati) demander la permission, amoureux.
l’autorisation ; prendre congé. anrAD anurādha [anu-rādhā] a. m. n. f.
anm/^ anumantr [anu-mantr] v. [10] pr. anurādhā né sous le signe des Anurādhās |
(anumantrayati) pp. (anumantrita) consacrer hist. np. d’Anurādha, ministre du prince cin-
par un mantra | énoncer au sujet de | demander ghalais Vijaya2 — f. anurādhā pl. anurādhās
congé. astr. np. d’Anurādhās “(étoiles) après Rādhā2 ”,
anmE/t anumantrita [pp. anumantr] a. m. 15e astérisme lunaire [naks.atra], corr. à δ du
n. f. anumantritā consacré (par un mantra) | Scorpion ; Mitra y préside ; son symbole est une
congédié. rangée d’offrandes.
anmA anumā [anu-mā1 ] v. [3] pr. md. anurādhapura [pura] n. géo. np.
(anumimı̄te) pp. (anumita) concevoir ; inférer, d’Anurādhapura, ancienne capitale de Ceylan
conclure — ca. (anumāpayati) démontrer. fondée par Anurādha.
anmAn anumāna [anumā-na] n. formation de anzD^ anurudh [anu-rudh2 ] v. [7] pr.
concept ; inférence ; conclusion | phil. [nyāya] (anurun.addhi) pp. (anuruddha) être attaché,
l’inférence, un des 4 moyens de connaissance dévoué, fidèle à.
légitimes [pramān.a]. an !p anurūpa [anu-rūpa] a. m. n. f. anurūpā
anumānena adv. en concluant d’après. conforme, correspondant, analogue ; convenable.

32
anroD anurodha [anurudh] m. considération, anv anuvr.tta [pp. anuvr.t] a. m. n. f.
égard, obligeance — ifc. selon, en tenant compte anuvr.ttā qui suit, qui est conforme à, qui imite
de. | rond, arrondi.
anurodhena adv. en égard à. anvE anuvr.tti [anuvr.t] f. séquence ; durée ;
anurodhin [-in] agt. m. f. anurodhinı̄ qui souvenir ; rémanence, influence | prise en
montre des égards ; obligeant, attentionné. considération, approbation ; fait de se confor-
anElp^ anulip [anu-lip] v. [6] pr. (anulimpati) mer à |gram. [Pān.ini] ellipse, application par ta-
pp. (anulipta) oindre, consacrer par l’onction — cite reconduction d’éléments d’une règle [sūtra]
pr. md. (anulimpate) se frotter d’huile (après le donnée précédemment ; portée d’une telle règle.
bain). anuvr.ttyā adv. par suite de.
anElØ anulipta [pp. anulip] a. m. n. f. anu- an&yAHyAn anuvyākhyāna [anu-vyākhyāna]
liptā oint. n. lit. section d’un texte brāhman.a expliquant
anlom anuloma [anu-loman] a. m. n. f. anu- un passage obscur d’une autre section |lit. np. de
lomā soc. [“dans le sens du poil”] naturel, l’Anuvyākhyāna, commentaire du Brahmasūtra
régulier ; agréable ; à l’endroit |soc. conforme (se par Madhva.
dit d’un mariage hypergame où la femme a un anv}t ánuvrata [anu-vrata] a. m. n. f. anu-
statut inférieur ou égal à l’homme) ; opp. prati- vratā fidèle à son vœu, à ses engagements ; loyal,
loma — f. anulomā soc. femme de plus basse obéissant ; dévoué à hacc.i.
caste que son époux — m. pl. anulomās soc. anfy anuśáya [anuśı̄] m. importance (at-
[“descendants d’une anulomā”] déclassés ; hors- tachée à) ; attachement, dépendance | phil.
castes. conséquence d’un acte causant la transmigra-
anulomám dans le bon ordre. tion de l’âme | regret, repentir, remords ; ressen-
anulomena à l’endroit. timent, haine ; annulation d’un contrat.
anulomaviloma [viloma] m. phil. [yoga] mode anuśáyāna [-ana] a. m. n. f. anuśayānā qui se
de respiration où l’on alterne inhalation par la repend, qui regrette — f. anuśayānā lit. héroı̈ne
narine gauche et expiration par la narine droite. de théâtre qui souffre de la perte de son amant.
anulomavilomena dans le bon sens et à rebours. anfAs^ anuśās [anu-śās] v. [2] pr. (anuśāsti)
anSbZ anulban.a [an1 -ulban.a] a. m. n. f. pp. (anuśis.t.a, anuśasta) enseigner, conseiller.
anulban.ā mince ; lisse, droit (not. trame). anfAsn anuśāsana [anuśās-ana] n. enseigne-
anvc^ anuvac [anu-vac] v. [2] pr. (anuvakti) ment ; conseil ; instruction | précepte, comman-
pp. (anūkta) réciter (not. les formules pour un dement — ifc. traité de ; règle concernant.
rite) ; étudier. anuśāsanaparvan [parvan] n. lit. 13e livre du
anvcn anuvacana [anuvac-ana] n. étude, en- Mah., “de l’instruction”.
seignement. anEf"^ anuśiks. [anu-śiks.] ca. (anuśiks.ayati)
anvd^ anuvad [anu-vad] v. [1] pr. (anuvadati) pp. (anuśiks.ita) instruire ; apprendre qqc. à qqn.
répéter ; confirmer ; expliquer | imiter. h2 acc.i.
anvh anuvaha [anu-vaha] m. myth. np. anfF anuśı̄ [anu-śı̄1 ] v. [2] pr. md. (anuśete)
d’Anuvaha, vent de l’une des 7 voies du ciel v. [1] pr. md. (anuśayate) pp. (anuśayita) se cou-
[mārga] |myth. np. de l’une des 7 langues d’Agni. cher sur ; reposer en ; attacher de l’importance à
anvAk anuvāka [anuvac] m. subdivision d’un | éprouver du remords, regretter.
ouvrage, chapitre. anfFln anuśı̄lana [anu-śı̄lana] n. pra-
anvAd anuvāda [anuvad] m. répétition ; tique assidue, étude incessante (not du savoir
confirmation ; explication, glose ; not. explica- [śāstra]) ; dévotion.
tion d’une règle [vidhi] dans un brāhman.a | anfc^ anuśuc [anu-śuc] v. [1] pr. (anuśocati)
gram. glose d’une phrase. pp. (anuśocita) pleurer, regretter amèrement
anEvnf^ anuvinaś [anu-vinaś] v. [4] pr. (anu- qqn. hacc.i | compatir avec, se lamenter pour
vinaśyati) pp. (anuvinas.t.a) périr (après ou avec hacc.i — ca. (anusocayati) déplorer.
hacc.i). anfok anuśoka [anuśuc] m. peine, chagrin
anv anuvr. [anu-vr.1 ] v. [5] pr. (anuvr.n.oti) pp. | regret ; repentir, remords.
(anuvr.ta) recouvrir, envelopper. anfoEct anuśocita [pp. anuśuc] a. m. n. f.
anvt^ anuvr.t [anu-vr.t1 ] v. [1] pr. md. (anu- anuśocitā déploré, regretté.
vartate) pp. (anuvr.tta) suivre ; reconduire ; imi- anqÄ anus.akta [pp. anus.añj] a. m. n. f.
ter, ressembler à hacc.i. anus.aktā qui s’attache à ; lié à, connecté à.

33
anq½ anus.aṅga [anus.añj] m. adhérence ; an-m anusmr. [anu-smr.] v. [1] pr. (anus-
connection ; association, coalition | gram. co- marati) pp. (anusmr.ta) se souvenir de ; se
occurrence | phil. causalité, relation de cause à rappeller de hacc.i — ca. (anusmarayati) ca.
effet. (anusmārayati) pp. (anusmārita) rappeler qqc.
anus.aṅgika [-ika] a. m. n. f. anus.aṅgikā qui hacc.i à qqn. hacc.i.
s’ensuit | connecté ; inhérent ; concomitant. tasmāt sarves.u kāles.u mām anusmara yudhya
anus.aṅgin [-in] a. m. n. f. anus.aṅgin.ı̄ attaché ca [BhG.] Ainsi rappelle toi toujours de moi, et
à, connecté à | commun, usuel. combats.
anqÒ^ anus.añj [anu-sañj] pp. (anus.akta) ps. an-mt anusmr.ta [pp. anusmr.] a. m. n. f.
(anus.ajjate) être attaché à, s’occuper de hloc.i. anusmr.tā rappelé ; dont on garde le souvenir.
an£B^ anus.t.ubh1 [anu-stubh] v. [1] pr. an-mEt anusmr.ti [anusmr.] f. (bon) souvenir
(anus.t.obhati) véd. célébrer de concert (not. un | lit. np. de l’Anusmr.ti, épisode du Mah. (recen-
sāman). sion du Sud).
an£B^ anus.t.ubh2 [anus.t.ubh1 ] f. mètre véd. de an-vAr anusvāra [anu-svara] m. gram.
4 vers de 8 syllabes | symb. le nombre 8 | myth. [“(signe) après la voyelle”] phonème de nasali-
np. du cheval Anus.t.up, attelé au char de Sūrya. sation, écrit en devanāgarı̄ par un point [bindu]
an¤A anus.t.hā [anu-sthā1 ] v. [1] pr. (anu- au dessus de la syllabe, et représenté en trans-
tis.t.hati) pr. md. (anutis.t.hate) pp. (anus.t.hita) cription par m . ; cf. parasavarn.a.
pfp. (anus.t.heya) suivre, accomplir ; obéir, an Ad anuhrāda [anu-hrāda] m. myth. np. de
exécuter. Anuhrāda “qui fait un bruit continuel”, asura
an¤An anus.t.hāna [anus.t.hā-na] n. accom- fils de Hiran.yakaśipu.
plissement, exécution ; cf. svānus.t.hāna | soc. anÄ anūkta [pp. anuvac] a. m. n. f. anūktā
dévotion ; observance, rite ; pratique religieuse. récité, étudié ; entendu dire.
anE¤t anus.t.hita [pp. anus.t.hā] a. m. n. f. ancAn anūcāná [ppft. md. anuvac] a. m. n.
anus.t.hitā pratiqué, effectué, accompli, exécuté ; f. anūcānā érudit ; qui connaı̂t le Veda ; qui sait
établi. répéter le Veda et les vedas.ad.aṅga.
an¤ y anus.t.heya [pfp. [1] anus.t.hā] a. m. n. f. anp anūpa [anu-ap] a. m. n. f. anūpā situé
anus.t.heyā à exécuter ; à accomplir — n. [“ce qui près de l’eau ; humide, lacustre, marécageux —
doit être exécuté”] commission, mandat. m. terrain humide, marais ; bord de rivière ; opp.
an vDm^ anus.vadham [anu-svadhā] adv. de sa jāṅgala.
propre volonté.
anZ anr.n.a [an1 -r.n.a] a. m. n. f. anr.n.ā libre
ansr anusara [anusr.] a. m. n. f. anusarı̄ qui de dette ou d’obligation.
accompagne ; qui se conforme à.
anusaran.a [-na] n. fait de suivre ; engage-
ant anr.ta [an1 -r.ta] a. m. n. f. anr.tā faux,
mensonger ; contraire à l’ordre universel — n.
ment, accord | fait de chercher.
fausseté, mensonge ; mauvaise action |soc. l’agri-
ansAr anusāra [vr. anusr.] m. fait de suivre ;
culture (moyen de subsistance impropre à un
usage ; condition naturelle | ordre établi, usage
brahmane) ; opp. r.ta le glânage — m. myth. np.
courant ; conformité ; autorité ; prescription.
d’Anr.ta “Mensonge”, fils d’Adharma.
anusāren.a prép. cl. conformément à, par suite
de, selon hg.i. anf\s anr.śam.sa [a-nr.śam.sa] a. m. n. f.
anusāran.ā [-na] f. poursuite. anr.śam . sā doux, bon.
ansAErn^ anusārin [anusāra-in] a. m. n. f. anr.śam . sya [-ya] n. douceur, bonté.
anusārin.ı̄ qui suit ; qui correspond, qui res- an k aneka [an1 -eka] pn. m. n. f. anekā [“non
semble. unique”] multiple, nombreux | pl. anekās plu-
ans anusr. [anu-sr.] v. [1] pr. (anusarati) pp. sieurs.
(anusr.ta) suivre ; se diriger vers. anekatā [-tā] f. multiplicité ; diversité.
an-trZ anustaran.a [anustr̄.-na] n. soc. anekadhā [-dhā] adv. plusieurs fois ; souvent.
cérémonie funèbre, où le corps du mort est re- anekaśas [-śas] adv. en grand nombre.
couvert des membres d’une vache sacrifiée — f. anekārtha [artha] a. m. n. f. anekārthā aux
anustaran.ı̄ soc. vache sacrificielle. usages variés.
an-t anustr̄. [anu-str̄.] v. [5] pr. (anustr.n.óti) anekārthā hi dhātavah. Les racines verbales sont
pr. md. (anustr.n.uté) pp. (anustı̄rn.a) couvrir les en fait polysémiques.
membres d’un mort (not. des membres hi.i d’un an kAt anekānta [an1 -ekānta] a. m. n. f.
animal sacrifié lors de la cérémonie funèbre). anekāntā non exclusif ; incertain.

34
anekāntavāda [vāda] m. incertitude, doute antah.pihita [pihita] a. m. n. f. antah.pihitā
| phil. scepticisme, agnosticisme ; not. jn. ag- caché à l’intérieur.
nosticisme jaı̈n ; il postule que toute expression antah.pı̄t.ha [pı̄t.ha] a. m. n. f. antah.pı̄t.hā soc.
linguistique de la réalité est nécessairement in- qui se trouve à l’intérieur du champ sacré.
complète, et que les différents points de vue par- antah.pura [pura] n. citadelle | appartement
tiels sont mutuellement incohérents ; il propose privé d’un prince ; harem, chambre des femmes.
une logique modale selon différents modes de antah.purikā [-ika] f. femme du harem.
prédication ; syn. syādvāda. antah.sāra [sāra] a. m. n. f. antah.sārā solide
anekāntavādin [-in] m. sceptique ; agnos- à l’intérieur ; sain de cœur — n. force intérieure.
tique ; jaı̈n. antah.stha [stha] a. m. n. f. antah.sthā
anekāntaśāsana [śāsana] n. phil. doctrine de médian, intermédiaire ; situé dans hg. iic.i — m.
l’agnosticisme jaı̈n. phon. semi-voyelle.
an  ánedya [a-nedya] a. m. n. f. anedyā qui atk ántaka [anta-ka] a. m. n. f. antakā fi-
ne doit pas être blâmé ; sans faute, innocent. naliseur ; qui prépare la mort — m. myth. np.
an n anena [i. ayam] ind. par ce, par ceci — d’Antaka, la Mort personnifiée — ifc. qui ter-
adv. de ce fait. mine ; tueur de, qui supprime.
anena ... vivaks.itah. gram. par ceci on entend ... atkr antakara [anta-kara1 ] a. m. n. f. anta-
anena ... iti vivaks.yate gram. id. karā qui marque la fin — m. destructeur.
anena ... sūcitah. gram. par ceci on suggère ... atm ántama [super. anta] a. m. n. f. antamā
an ns^ anenás [an1 -enas] a. m. n. f. non cou- le plus proche, très proche — m. ami intime,
pable — m. myth. [Mah.] np. du roi Anenā “In- compagnon k lat. intumus ; fr. intime.
nocent”, fils de Kakutstha de la lignée solaire atr^ antár [anta] adv. à l’intérieur, entre, au
[sūryavam milieu, dedans — prép. dans, entre, parmi, in-
. śa] ; il est père de Pr.thulāśva.
terne à, à l’intérieur de hloc.i k lat. inter ; fr.
an hs^ anehás [an1 -ehas] a. m. n. f. sans rival,
interne.
incomparable ; inatteignable — m. [nom. anehā]
antaraṅga [aṅga1 ] a. m. n. f. antaraṅgā
temps.
intérieur, interne ; proche ; essentiel — n. organe
an {kAEtk anaikāntika [an1 -aikāntika] a. m. interne | cercle intérieur, communauté des in-
n. f. anaikāntikā variable, instable ; multifonc-
times ; opp. bahiraṅga | gram. se dit d’une règle
tion — n. phil. [vaiśes.ika] paradoxe de l’ambi-
dont les causes d’application sont internes au
guité du membre médian.
mot, et qui a priorité sur une règle plus externe
ano\kt anom.kr.ta [an1 -om.kr.ta] a. m. n. f. dite bahiraṅga.
anom . kr.tā non accompagné de l’om. antargata [gata] a. m. n. f. antargatā à
at ánta m. vicinité, proximité |limite ; bord, l’intérieur, interne ; intime ; caché, disparu.
lisière, bout, fin ; mort ; délivrance, solution, is- antarjñāna [jñāna] n. phil. connaissance
sue — ifc. se terminant par, qui s’achève en ; intérieure ; connaissance mystique.
le dernier des ; qui a pour but k ang. end ; all. antarjñānasādhaka [sādhaka] m. mystique.
Ende. antaryāmin [yāmin] m. phil. [“le contrôle
ante adv. finalement, à la fin. intérieur”] l’âme.
antevāsin m. [“qui habite dans le voisinage”] antarlajjā [lajjā] f. pudeur, honte intime.
élève. antarvaktra [vaktra] n. intérieur de la
antakāla [kāla1 ] m. heure de la mort ; mort. bouche.
antapāla [pāla] m. fonctionnaire de voirie ; antarvedi [vedi] a. m. n. f. situé à l’intérieur
garde-frontière | gardien de harem. de l’aire sacrificielle — adv. dans l’aire sacrifi-
antādi [ādi] m. du. antādı̄ le début et la fin. cielle — f. antarvedı̄ géo. région entre les rivières
at, antah. iic. pour antar. Gaṅgā et Yamunā (mod. Doab).
antah.karan.a [karan.a] n. phil. [sām . khya] atr ántara [antar] a. m. n. f. antarā
“l’instrument interne”, constitué des 3 sens psy- intérieur ; proche, intime |interne — n. intérieur,
chiques ou fonctions intellectuelles : le Men- place ; milieu, contenu ; intervalle, différence ;
tal [manas], l’Intellect [buddhi], et le Moi distance entre deux choses ; période, passage
[aham . kāra] ; cf. tattva | phil. [vedānta] on | occasion, occurrence, circonstance | sûreté ; ga-
ajoute la Conscience [citta], et on parle alors rantie — ifc. autre que, différent de ; autres.
d’antah.karan.a catus.t.aya, l’instrument interne antaram var. antare adv. à l’intérieur de, entre,
quadruple. parmi ; à cause de, en référence à, en ce qui

35
concerne hg. acc.i. aEtm antimá [super. anti] a. m. n. f. antimā
antaren.a adv. id. | sauf hacc.i. dernier k fr. ultime.
jalāntare adv. dans l’eau. a(y antya [anta-ya] a. m. n. f. antyā dernier ;
vanāntara sam . cārin m. qui se déplace dans les le plus bas ; le plus tard ; de la plus basse caste —
bois. ifc. immédiatement après — n. math. dix mille
antarajāla [jāla] n. mod. Internet. milliards.
antarātman [ātman] n. phil. l’âme ; le cœur. antyakarman [karman] n. soc. rites
atry antaraya [antari] m. empêchement, funéraires.
obstruction. antyakriyā [kriyā] f. soc. rites funéraires.
atrA antarā [antar] adv. au milieu ; à antyaja [ja] a. m. n. f. antyajā soc. de la plus
l’intérieur ; entre les deux ; parmi ; entre ; sur le basse caste — m. syn. śūdra.
trajet | pendant ce temps ; de temps en temps ; antyajāti [jāti] a. m. n. f. soc. de la plus basse
pour un certain temps | entre, pendant hacc. caste.
loc.i. antyajātitā [-tā] f. condition d’antyajāti.
triśaṅkurivāntarā tis.t.ha qui balance entre deux antyastrı̄ [strı̄] f. femme de la plus basse
positions (comme Triśaṅku). caste.
atrAy antarāya [antari] m. obstacle. antyes.t.i [is.t.i2 ] f. soc. rite de cérémonie
atEr antari [antar-i] v. [2] pr. (antareti) pr. funéraire ; après la toilette du mort, on lui met
md. (antarite) pp. (antarita) aller au milieu ; un vêtement neuf et une guirlande de fleurs ; il
faire diversion ; retirer, cacher ; omettre | exclure est porté sur une civière au champ crématoire
de habl. g.i | disparaı̂tre — v. [1] pr. (antarayati) [śmaśāna] où il est incinéré sur un bûcher al-
s’interposer ; dissimuler, faire disparaı̂tre. lumé par le fils aı̂né ; un pot de terre rempli
d’eau et percé est porté par un parent qui fait
atEr" antariks.a var. antarı̄ks.a [antar-ı̄ks.]
3 fois le tour du bûcher, puis il est brisé ; syn.
n. atmosphère (espace intermédiaire entre le
mr.tyusam . skāra.
Ciel et la Terre) | myth. np. d’Antariks.a l’At-
mosphère, personnifiée comme l’un des 8 Trésors
a/ antra n. intestin | pl. antrān.i entrailles.
[vasu].
aD andhá a. m. n. f. andhā aveugle ; aveuglé ;
qui empêche de voir | sombre ; secret, occulte
antariks.aga [ga] a. m. n. f. antariks.agā qui
— ifc. aveuglé par — n. obscurité — m. pl. le
va dans les airs — m. oiseau.
peuple des Andhās — v. [10] pr. (andhayati)
antariks.aloka [loka] m. phil. le monde in-
aveugler.
termédiaire entre la Terre et le Ciel.
andhı̄ kr. rendre aveugle.
atErt antárita [pp. antari] a. m. n. f. an- andhı̄ bhū devenir aveugle.
taritā interne ; caché, dissimulé, protégé | parti, andhaka [-ka] a. m. n. f. andhakā aveugle
disparu ; exclu, empêché — m. math. reste — m. myth. np. de l’asura Andhaka “Aveu-
arithmétique. gle”, né d’une goutte de sueur de Śiva quand
atDA antardhā1 [antar-dhā1 ] v. [3] pr. md. Pārvatı̄ lui couvrit les yeux avec les mains ; il
(antardhātte) déposer, recevoir ; cacher, dissi- fut élevé par Hiran.yāks.a, et fut couronné roi des
muler. démons [asura] ; ses cousins s’étant ligués pour le
antardhāna [-na] n. disparition ; invisibilité ; détrôner, il fit de grandes austérités, en jeûnant
cachette. debout sur une jambe pendant 1000 ans ; il im-
antardhāna i disparaı̂tre. plora Brahmā de recouvrer la vue et de ne pou-
aEt ánti prép. en face de, devant ; avant ; en voir être tué ni par un homme, ni par un démon,
présence de, proche de, près de hg. iic.i k gr. ni par un dieu, même Vis.n.u lui-même ; de plus
αντ ι ; lat. ante ; ang. answer. toute goutte de son sang le recréerait ; Brahmā
aEtk antiká [anti-ka] n. voisinage ; lui accorda ce vœu, pourvu qu’il énonçât les
présence ; syn. samı̄pa | à proximité de, circonstances de sa propre mort ; il choisit de
auprès de hiic. g.i — f. antikā ifc. qui termine. mourir s’il tombait amoureux de sa mère ; il de-
grahan.āntika a. m. n. [“qui achève l’acquisition vint alors un tyran sur les trois mondes pendant
des connaissances”] à la fin des études. des millions d’années ; [Haravijaya] un jour il vi-
aEtgh ántigr.ha [anti-gr.ha] m. véd. voisinage sita le Mont Mandara où Śiva se trouvait avec
de la maison ; voisin ; famille étendue. Pārvatı̄ ; au terme d’une longue bataille Śiva le
aEttr antitara [compar. anti] a. m. n. f. an- transperça de son trident, alors que Devı̄ buvait
titarā très voisin ; qui se tient tout près. son sang ; son squelette desséché devint Bhr.ṅgı̄ ;

36
cf. Haravijaya |pl. race de guerriers — f. andhikā anyacitta [citta] a. m. n. f. anyacittā qui
nuit. pense à autre chose, dont l’esprit est porté
andhakāra [kāra] m. n. ténèbres. ailleurs.
andhatā [-tā] f. cécité. anyatama [-tama] a. m. n. f. anyatamā super.
andhatva [-tva] n. cécité. l’un (parmi plusieurs).
andhapaṅgu [paṅgu] m. lit. maxime [nyāya] anyatará [-tara] a. m. n. f. anyatarā compar.
de l’aveugle et du paralytique ; elle prône la l’un de deux.
coopération entre les hommes. anyatarasyām gram. optionnellement.
aDs^ ándhas1 [andha] n. véd. obscurité ; anyatarátas [-tas] adv. d’un côté ou de
cécité. l’autre ; d’une manière ou d’une autre |
aDs^ ándhas2 n. véd. plante ou jus de soma. optionnellement.
aD} andhra m. géo. nom du pays Andhra du anyadā [-dā] adv. une autre fois |quelquefois,
sud de l’Inde (pays Telugu) | pl. andhrās son parfois ; une fois | dans un autre cas.
peuple, les Andhrās | basse caste de chasseurs. anyapada [pada] n. gram. mot (externe) qua-
aà ánna [ad1 -na] n. aliment, nourriture ; riz lifié par un composé bahuvrı̄hi.
bouilli ; céréale k lat. annona ; ang. oat. anyapus.t.a [pus.t.a] m. natu. [“nourri par un
jñānam annam [ZS.] La connaissance est la autre”] coucou indien ; syn. kokila.
nourriture. anyabhr.ta [bhr.ta] m. natu. [“élevé par un
annados.a [dos.a] m. faute commise en violant autre”] coucou indien ; syn. kokila.
un interdit alimentaire. anyamanas [manas] a. m. n. f. qui pense à
annapūrn.a [pūrn.a] a. m. n. f. annapūrn.ā autre chose, absent | possédé.
plein de nourriture — f. annapūrn.ā myth. np. anyamanaska [-ka] a. m. n. f. anyamanaskā
d’Annapūrn.ā, épith. de Durgā “Nourissière” | id.
géo. chaı̂ne de montagnes de l’Himālaya, qui anyavāpa [vāpa2 ] m. natu. [“qui pond chez
culmine à 8091 m à l’Ouest du Népal. les autres”] zoo. Eudynamis Orientalis, coucou
annaprāśana [prāśana] n. soc. premier repas indien ; syn. kokila.
d’un enfant avec du riz, sam . skāra effectué au 6 anyaśabdasannidhi [śabda-sam . nidhi] m.
ème mois. gram. colocation.
annamaya [maya] a. m. n. f. annamayā formé anyahrada [hrada] m. un autre bassin.
de nourriture, matériel. anyāpadeśa [apadeśa] m. lit. épigramme
annamayakośa [kośa] m. phil. [vedānta] allégorique.
l’enveloppe matérielle, formant avec prān.ama- anyokti [ukti] f. lit. rhét. figure de style
yakośa le corps grossier [sthūlaśarı̄ra]. [alam . kāra] d’éloge indirect ; syn. aprastuta-
annarasa [rasa] n. le boire et le manger. praśam . sā.
ánnavat [-vat] a. m. n. f. annavatı̄ pourvu de ayts^ anyátas [anya-tas] adv. dans une
nourriture. autre direction, autrement ; d’une autre source ;
annavyavahāra [vyavahāra] m. soc. fait de dans un autre endroit, ailleurs.
pouvoir partager un repas. aytA anyatā [anya-tā] f. différence.
aàMBÓ annambhat.t.a m. hist. np. du phi- ay/ anyatra [anya-tra] adv. ailleurs.
losophe Annambhat.t.a ; il vivait en Andhra au yadihāsti tadanyatra yannehāsti na tatkvacit k
17e siècle ; il est l’auteur du traité condensé de [Mah.] Ce qui est ici se retrouve ailleurs, ce qui
vaiśes.ika Tarkasam . graha, et de son commen- n’est pas ici ne se trouve nulle part.
taire Tarkadı̄pikā ; on lui doit aussi la Mitāks.arā, ay(v anyatva [anya-tva] n. différence.
commentaire de l’As.t.ādhyāyı̄. ayTA anyáthā [anya-thā] adv. autrement ;
ay anyá pn. m. f. anyā n. anyad autre, autre dans un autre cas ; sinon | autrement qu’il n’est
que habl.i ; un autre, cet autre-là | étranger ; vraiment, faussement.
différent (de habl.i) k lat. alius ; ang. alien ; fr. anyathā bhū devenir différent ; être altéré.
aliéner. nānyathā pas autrement ; justement.
anyac ca adv. en outre, de plus. anyathākhyāti [khyāti] f. phil. [nyāya]
anya ... anya adv. l’un ... l’autre. théorie de l’erreur (not. de perception, prendre
eka ... anya adv. l’un ... l’autre. une chose pour une autre) ; syn. viparı̄takhyāti.
anyasas un autre, cet autre-là. aydA anyadā [anya-thā] adv. à un autre mo-
yad anyat kim . cana quoi que ce soit d’autre. ment, une autre fois.

37
ayAy anyāya [a-nyāya] a. m. n. f. anyāyā avAs^ anvās [anu-ās2 ] v. [2] pr. md. (anvāste)
injuste ; illégal ; impropre ; illogique — m. pp. (anvāsita) abs. (anuvāsya) s’asseoir auprès
illégalité, irrégularité ; désordre. de ; vivre auprès de | rendre hommage ; servir.
anyāyavartin [vartin] agt. m. f. anyāyavartinı̄ avAsn anvāsana [anvās-ana] n. fait de servir
qui agit injustement. qqn.
anyāyavr.ddhi [vr.ddhi] f. soc. taux d’intérêt avAhAy anvāhārya [anu-āhārya] m. soc. re-
usuraire. pas funéraire en l’honneur des mânes [pitaras].
ayn anyūna [a-nyūna] a. m. n. f. anyūnā anvāhāryapacana [pacana] m. soc. feu
parfait — f. anyūnā myth. np. de la nymphe méridional du sacrifice védique ; on l’utilise pour
[apsaras] Anyūnā “Parfaite”. le rite anvāhārya ; syn. daks.in.āgni.
ay anye [loc. anya] ind. dans un autre. aEv anvi [anu-i] v. [2] pr. (anvéti) pr. md.
anyedyús [dyu] adv. le jour suivant, le lende- (anvite) pp. (anvita) pf. (sam) suivre, accom-
main | un autre jour. pagner ; être guidé par hacc.i | rechercher ; at-
ayoy anyonya [red. anya] a. m. n. f. teindre, toucher le but ; connaı̂tre.
anyonyā l’un l’autre ; réciproque — n. soc. débat aEvt anvita [pp. anvi] a. m. n. f. anvitā
de lettrés sur le Veda. joint, lié à, accompagné de ; doué de, possédant
anyo’nya id. hi. iic.i | qui suit ; imité.
anyonyam var. anyonyatas adv. mutuellement. aEvq^ anvis. [anu-is.1 ] v. [6] pr. (anvis.ati) pp.
anyonyam pratihr.cchaya amour réciproque. (anvis.t.a) désirer, rechercher ; viser à.
avc^ anvac var. anváñc [anu-ac] a. m. n. f. aEv£ anvis.t.a [pp. anvis.] a. m. n. f. anvis.t.ā
anūcı̄ [m. nom. anvaṅ ; n. nom. anvak] dirigé recherché.
vers ; derrière ; qui suit.
avF"A anvı̄ks.ā [anu-ı̄ks.ā] f. examen, investi-
anvak adv. derrière ; provenant de l’arrière —
gation | méditation.
prép. derrière, après hacc.i.
avy anvaya [anvi] m. succession ; descen- av qZ anves.an.a [anvis.-ana] n. recherche (de
hg. iic.i) — f. anves.an.ā id.
dance, famille ; race ; généalogie | connection,
association, dépendance ; corrélation ; causalité
av Eqn^ anves.in [anvis.-in] ifc. agt. m. f.
anves.in.ı̄ qui recherche.
| phil. enchaı̂nement logique des causes et des
effets ; inférence | gram. réarrangement logique ap^ ap var. ab f. pl. āpas [nom. āpas, acc. apas,
des mots d’une phrase par syntagmes ; syntaxe i. adbhis, dat. abl. adbhyas, g. apām, loc. apsu]
structurelle | continuation. phil. les Eaux, l’une des 9 substances [dravya1 ]
anvayaracanā [racanā] f. gram. analyse struc- du vaiśes.ika | phil. [sām . khya] l’élément [bhūta]
turelle d’une phrase. eau ; son pañcabhūtasthala est Jambukeśvara k
avT anvartha [anu-artha] a. m. n. f. an- lat. aqua ; fr. eau ; hi. Doab.
varthā conforme au sens | dont le sens est āpo jyotir āpo ’mr.tam Les Eaux sont la Lumière,
évident ; intelligible, clair | gram. terme dont le les Eaux sont l’Éternité.
sens est conforme à l’étymologie. ap ápa prép. séparément, hors de ; sans ; à
anvarthagrahan.a [grahan.a] n. gram. emploi partir de ; émanant de ; opp. upa k gr. απo ; lat.
d’un mot conformément à son sens. ab ; ang. of.
anvarthasam . jñā [sam. jñā2 ] f. gram. terme
apkAr apakāra [apakr.] m. offense, injure ;
technique dont la formation est conforme à son tort, dommage ; blessure.
sens. apakārin [-in] agt. m. f. apakārin.ı̄ qui
avAHyA anvākhyā [anu-ākhyā1 ] v. [2] pr. agresse, qui cause du tort.
(anvākhyāti) pp. (anvākhyāta) raconter ; apk apakr. [apa-kr.1 ] v. [8] pr. (apakaróti)
énumérer. pp. (apakr.ta) pf. (prati) écarter ; injurier, of-
sam . skr.tam . nāma daivo vāganvākhyātā fenser ; faire tort à qqn. hg. loc. acc.i — ca.
mahars.ibhih. [Dan.d.ı̄1 ] La langue parlée aux (apakārayati) faire du mal.
dieux par les prophètes s’appelle le sanskrit. apkq^ apakr.s. [apa-kr.s.] v. [1] pr. (apakars.ati)
avAcy anvācaya [anu-ācaya] m. gram. pp. (apakr.s.t.a) arracher ; déposer ; humilier.
énoncé d’une règle secondaire (précédant la règle apk£ apakr.s.t.a [pp. apakr.s.] a. m. n. f.
par défaut) | gram. coordination d’une action apakr.s.t.ā bas, vil ; insignifiant.
avec l’action principale. ap‡m^ apakram [apa-kram] v. [1] pr.
anvācaye adv. gram. emploi de ca pour la coor- (apakrāmati) pp. (apakrānta) s’écarter de, se re-
dination de formes verbales. tirer, céder.

38
apË apakva [a-pakva] a. m. n. f. apakvā cru apdý&y apadravya [apa-dravya1 ] n. mauvaise
| phil. non préparé par le yoga ; opp. paripakva. chose ou substance | petit objet.
ap"F apaks.ı̄ [apa-ks.ı̄] ps. (apaks.ı̄yate) apdý apadru [apa-dru1 ] v. [1] pr. (apadravati)
décliner ; se détériorer ; décroı̂tre (not. lune). s’enfuir en courant.
apgm^ apagam [apa-gam] v. [1] pr. (apa- apny^ apanay [ca. apanı̄] v. [10] pr. (apa-
gacchati) pp. (apagata) pf. (vi) s’éloigner, dis- nayayati) éloigner, écarter, rejeter, expulser.
paraı̂tre. apnyn apanayana [apanay-ana] n.
apagaccha imp. va-t’en ! disparais ! enlèvement, extraction ; mise à l’écart.
apgr apagara [apagr̄.] m. soc. invective apnF apanı̄ [apa-nı̄1 ] v. [1] pr. (apanayati)
cérémoniale (du prêtre principal lors d’un sacri- pp. (apanı̄ta) lever, enlever, voler, ravir ; écarter,
fice) ; opp. abhigara | soc. fonction d’invectiveur ôter ; extraire, soutirer — ca. (apanayayati)
lors d’un sacrifice. éloigner, écarter, rejeter, expulser.
apg apagr̄. [apa-gr̄.2 ] v. [9] pr. (abhigr.n.āti) apnFt apanı̄ta [pp. apanı̄] a. m. n. f. apanı̄tā
invectiver. dérobé, volé ; ôté, écarté.
apc apacá [a-paca] a. m. n. f. apacā qui ne apBF apabhı̄ [apa-bhı̄2 ] a. m. n. f. [“qui est
sait pas cuisiner. sans crainte”] intrépide, courageux.
apcr^ apacar [apa-car] v. [1] pr. (apacarati) apB}\f^ apabhram.ś [apa-bhram.ś] v. [1] pr. md.
pp. (apacarita) partir | [“s’écarter”] manquer, (apabhram . śate) v. [4] pr. (apabhraśyati) pp.
commettre une faute, pécher. (apabhras.t.a) tomber de habl.i, choir ; déchoir —
apcErt apacarita [pp. apacar] a. m. n. f. apa- ca. (apabhram . śayati) pp. (apabhram . śita) faire
caritā parti ; disparu ; mort — n. faute, péché ; tomber ou déchoir ; dégrader.
offense. apB}\f apabhram.śa [apabhram.ś] m. lit.
apcAr apacāra [vr. apacar] m. départ ; ab- [“sanskrit dégradé”] se dit de dialectes moyen-
sence ; défaut | péché, crime ; régime impropre. indiens | gram. mot vernaculaire ou non
apEc apaci [apa-ci] ps. (apacı̄yate) pp. (apa- conforme au sanskrit (opp. tadbhava) ; cf. tat-
cita) diminuer, décroı̂tre. sama.
apEXt apan.d.ita [a-pan.d.ita] a. m. n. f. apB}\Eft apabhram.śita [ca. pp. apabhram.ś]
apan.d.itā sot, ignorant. a. m. n. f. apabhram . śitā déchargé (d’une fonc-
apEtÍF ápatighnı̄ [a-patighnı̄] f. soc. femme tion) ; déchu.
non meurtrière de son mari. apB}£ apabhras.t.a [pp. apabhram.ś] a. m. n.
ap(y ápatya [apa] n. progéniture, descen- f. apabhras.t.ā tombé ; déchu | provincial, non
dance, enfant ; petit d’animal. grammatical, incorrect (langage) — m. gram.
gargasya apatyam gārgyah. Gārgya est un des- solécisme.
cendant de Garga. apmn^ apaman [apa-man] ca. (apamānayati)
apatyatā [-tā] f. condition enfantine. mépriser.
ap/p^ apatrap [apa-trap] v. [1] pr. md. (apa- apmAn apamāna [apaman] m. n. mépris.
trapate) se détourner avec honte ou embarras. apmK apamukha [apa-mukha] a. m. n. f. apa-
apT apatha [a-patha] a. m. n. f. apathā non mukhı̄ au visage difforme.
passable (sans chemin) — n. voie sans issue, apmD n^ apamūrdhan [apa-mūrdhan] a. m. n.
mauvais chemin. f. apamūrdhnı̄ décapité.
apathodeśah. pays sans chemins. apmj^ apamr.j [apa-mr.j] v. [2] pr. (apamārs.t.i)
apd^ apád [a-pad2 ] a. m. n. f. sans pied. pp. (apamr.s.t.a) effacer en frottant, essuyer, net-
apd apada [a-pada] a. m. n. f. apadā gram. toyer.
(mot) non fléchi. apyfs^ apayaśas [apa-yaśas] n. déshonneur.
apdAn apadāna [apa-dāna] n. acte glorieux | apyA apayā [apa-yā1 ] v. [2] pr. (apayāti) pp.
gram. le rôle thématique [kāraka] d’origine (hors (apayāta) s’en aller, s’enfuir.
de, à l’ablatif). apr ápara [compar. apa] a. m. n. f. aparā
apEdf^ apadiś [apa-diś1 ] v. [1] pr. (apadiśati) postérieur, plus tard, au-delà, après, qui suit ;
pp. (apadis.t.a) pf. (vi) indiquer, désigner | à l’Ouest ; opp. pūrva | junior, plus petit, plus
prétendre, prétexter. bas | autre, étranger — pn. m. l’autre ; un autre
apd f apadeśa [apadiś] m. prétexte ; | pl. apare les autres — f. aparı̄ pl. les jours pro-
déguisement, apparence | désignation, chains, le futur k all. aber ; ang. after.
dénomination. aparam . ca conj. de plus, en outre.
apadeśena adv. sous le prétexte de. aparatas adv. ailleurs.

39
aparathā adv. autrement. apErhAr aparihāra [a-parihāra] m. fait de ne
eka ... apara l’un ... l’autre. pas éviter ; obligation.
eke ... apare les uns ... les autres. apErhAy aparihārya [a-parihārya] a. m. n. f.
aparaśikha [śikhā] a. m. n. f. aparaśikhā soc. aparihāryā inévitable ; inéluctable ; obligé, qu’on
qui porte la mèche réservée en arrière (en queue ne peut omettre.
de cheval) ; opp. pūrvaśikha. aparihārye arthe na tvam . śocitumarhasi [BhG.]
aparasapara [red.] m. pl. aparasaparās l’un Tu ne dois pas déplorer l’inévitable.
après l’autre ; les uns les autres. aprFE"t aparı̄ks.ita [a-parı̄ks.ita] a. m. n. f.
aparāhn.a [ahna] m. après-midi (dernière aparı̄ks.itā non testé, inexaminé | inconsidéré.
garde de la journée) ; syn. parāhn.a. aparı̄ks.itakāritva [kāritva] n. “Conduite in-
apr(v aparatva [a-paratva] n. proximité | considérée”, titre du 5e livre du Pañcatantra,
phil. [vaiśes.ika] la propriété [gun.a] de proximité. qui montre le danger de la précipitation.
aprAÁK aparāṅmukha [a-parāṅmukha] a. apro" aparoks.a [a-paroks.a] a. m. n. f.
m. n. f. aparāṅmukhı̄ qui ne se détourne pas, aparoks.ā proche, direct, manifeste, perceptible ;
qui ne tourne pas le dos. présent, actuel | phil. dont on a l’expérience di-
aprAEjt áparājita [a-parājita] a. m. n. recte.
f. aparājitā invaincu ; invincible | myth. np. apyA Ø aparyāpta [a-paryāpta] a. m. n. f.
d’Aparājita “Invincible”, épith. de Vis.n.u ou aparyāptā incomplet, imparfait |illimité, innom-
Śiva — f. aparājitā la direction [diś2 ] du Nord- brable.
Est |myth. np. d’Aparājitā, épith. de Durgā l’In- aparyāptavat [-vat] a. m. n. f. aparyāptavatı̄
vincible ; on la célèbre à mahānavamı̄ | natu. incompétent à hinf.i.
bot. Clitoria ternatea, légumineuse grimpante apvd^ apavad [apa-vad] v. [1] pr. (apavadati)
aux fleurs bleu vif ; syn. girikarn.ikā. médire de ; injurier — pr. md. (apavadate) nier,
aprAˆ aparāddha [pp. aparādh] a. m. n. f. contredire.
aparāddhā qui a manqué le but ; qui a commis apvg apavarga [apavr.j] m. complétion,
une faute (envers hg.i) ; coupable — m. pécheur, fin | phil. émancipation de l’âme du corps ;
coupable. libération, délivrance finale ; arrêt des transmi-
aprAD^ aparādh [apa-rādh] v. [5] pr. grations.
(aparādhnóti) v. [1] pr. (aparādhati) pp. apvAd apavāda [apavad] m. blâme ; insulte ;
(aparāddha) manquer le but | offenser, faire contradiction | gram. exception (opp. utsarga).
injure à, manquer à, commettre une faute apavādasūtra [sūtra] n. gram. exception à la
envers hg.i. règle générale (opp. utsargasūtra).
aprAD aparādha [aparādh] m. faute, offense ; apEv/ apavitra [a-pavitra] a. m. n. f. apavitrā
transgression, péché ; erreur. impur, pollué.
aparādhaks.amā [ks.amā] f. pardon des fautes apEvˆ apaviddha [pp. apavyadh] a. m. n. f.
| soc. posture de demande de pardon : la main apaviddhā perçé ; rejeté, abandonné, supprimé.
droite saisit le lobe de l’oreille gauche, la main apaviddhaputra [putra] m. soc. enfant aban-
gauche celui de l’oreille droite, le pénitent de- donné par ses parents et adopté par des
bout fait une série de flexions en pliant les ge- étrangers.
noux. apvÄ apavr.kta [pp. apavr.j] a. m. n. f.
apErg}h aparigraha [a-parigraha] a. m. n. f. apavr.ktā fini, terminé.
aparigrahā indépendant ; indifférent aux biens apvEÄ apavr.kti [apavr.kta] f. complétion, ter-
matériels — m. privation de biens ; renoncement minaison.
à la fortune, vœu de pauvreté |phil. l’absence de apvj^ apavr.j [apa-vr.j] v. [7] pr. md.
convoitise, une des vertus [yama1 ] du yoga. (apavr.ṅkte) pp. (apavr.kta) écarter, chasser ;
apErQC d apariccheda [a-pariccheda] m. in- exclure ; déchirer — ca. (apavarjayati) aban-
certitude. donner, se débarrasser de ; se détourner de |
apErjAt aparijāta [a-parijāta] a. m. n. f. apa- transmettre, léguer ; donner.
rijātā non complètement développé (not. em- adhvānam apavr.j suivre le chemin.
bryon) ; prématuré ; mort-né. apv>y apavr.jya [pfp. [1] apavr.j] a. m. n. f.
apErZFy aparin.ı̄ya [a-parin.ı̄ya] adv. n’ayant apavr.jyā qui doit être abandonné ; qu’il faut ter-
pas épousé. miner.
apErEmt áparimita [a-parimita] a. m. n. f. ap&yD^ apavyadh [apa-vyadh] v. [4] pr. (apa-
áparimitā non mesuré ; illimité. vidhyati) pp. (apaviddha) jeter, rejeter, aban-

40
donner. | s’excuser.
apv}t ápavrata [apa-vrata] a. m. n. f. ap¡t apahnuta [pp. apahnu] a. m. n. f. apah-
apavratā infidèle à ses engagements ; déloyal, nutā dissimulé ; nié.
désobéissant ; opp. anuvrata | entêté. ap¡Et apahnuti [apahnu] f. dissimulation de
apfNd apaśabda [apa-śabda] m. vulgarité, la vérité |lit. rhét. (figure de style) paroles trom-
obscénité ; calomnie | gram. forme grammatica- peuses, dissimulation ; description déguisée ; le
lement impropre. fait dissimulé doit être suggéré mais nié ; syn.
apE–m apaścima [a-paścima] a. m. n. f. vyājokti.
apaścimā qui n’est pas le dernier | qui n’a per- apAkrZ apākaran.a [apākr.-na] n. réfutation.
sonne derrière soi ; dernier. apAkEr Z apākaris.n.u [apākr.] a. m. n. f. [“qui
aps^ apás1 cf. ap. laisse en arrière”] qui surpasse.
aps^ ápas2 n. travail k lat. opus. apAk apākr. [apa-ākr.] v. [8] pr. (apākaróti)
apsd apasada [apa-sad1 ] m. enfant ou pp. (apākr.ta) éloigner ; rejeter, abandonner |
homme rejeté, rebut social — ifc. le dernier payer, acquitter.
d’entre les. apA­ y apāṅkteya [a-pāṅkteya] a. m. n. f.
apEsD^ apasidh [apa-sidh2 ] v. [1] pr. (apased- apāṅkteyā soc. non fréquentable, déchu de sa
hati) pp. (apasiddha) repousser, écarter. caste | var. apāṅktya f. id.
aps apasr. [apa-sr.] v. [1] pr. (apasarati) apA½ apāṅga [apa-aṅga1 ] m. coin extérieur
pp. (apasr.ta) s’éloigner, s’enfuir, disparaı̂tre ; de l’œil.
échapper à habl.i — ca. (apasārayati) chasser, apAc^ apāc var. apāñc [apa-ac] a. m. n.
éloigner. f. apācı̄ [m. nom. apāṅ ; n. nom. apāk] situé
apst apasr.ta [pp. apasr.] a. m. n. f. apasr.tā derrière ; tourné dans l’arrière | tourné vers
libéré de ; disparu ; écoulé (temps). l’Ouest.
ap-tMb apastamba m. hist. np. du apāk adv. vers l’Ouest.
mathématicien Apastamba (600–540 ant.), apAEZnFy apān.inı̄ya [a-pān.inı̄ya] a. m. n. f.
auteur de l’Āpastamba śulbasūtra. apān.inı̄yā gram. non conforme à Pān.ini.
ap-mAr apasmāra [apa-smāra] m. épilepsie apAdAn apādāna [apa-ādāna] n. écart | gram.
| myth. np. du nain Apasmārapurus.a [Pān.ini] rôle thématique [kāraka] s’exprimant en
“Épileptique”, symbolisant l’ignorance, gén. à l’ablatif : point de la situation dont l’ac-
représenté tenant un serpent et foulé aux tion s’éloigne, ou objet de peur, ou actant dont
pieds par Śiva-Nat.arāja dans la posture de on se cache, ou origine de l’agent ou de son in-
danse nadānta. formation.
apasmārin [-in] agt. m. f. apasmārin.ı̄ apAn apāna [apa-āna] m. anus | [apānavāyu]
épileptique. phil. [yoga] le souffle d’excrétion, l’un des 5
aph apaha [apahan] ifc. a. m. n. f. apahā qui souffles vitaux [prān.a] ; cf. mūlabandha.
repousse ; qui enlève, qui détruit. apānodgāra [udgāra] m. pet.
aphn^ apahan [apa-han1 ] v. [2] pr. (apa- apAm^ apām [g. pl. ap] ind. des eaux.
hanti) pp. (apahata) éloigner, retirer ; repous- apām . napāt [napāt] m. véd. np.
ser ; détruire (en enlevant). d’Apām . napāt, épith. d’Agni “Issu des eaux” k
aphAr apahāra [apahr.] a. m. n. f. apahr.tā lat. Neptunus.
vol ; détournement ou dilapidation de richesses apAy apāya [ape] m. disparition ; ce qui
| dissimulation. manque pour atteindre le but (cf. upāya) |
apahāram . kr. dissimuler sa vraie nature. danger ; désavantage ; diminution.
apahāravarman [varman] m. lit. np. apAr apārá [a-pāra] a. m. n. f. apārā [“sans
d’Apahāravarmā “Protecteur des voleurs”, l’un rive opposée”] illimité ; infini — m. rive de ce
des dix jeunes héros du Daśakumāracarita. côté-ci d’une rivière.
apã apahr. [apa-hr.1 ] v. [1] pr. (apaharati) pp. apāre kāvyasam . sāre kavireva prajāpatih.
(apahr.ta) prendre, enlever, ravir ; voler, s’empa- [Dhvanyāloka] Le poète est le maı̂tre des
rer de, arracher. créations dans le courant illimité de la poèsie.
apãt apahr.ta [pp. apahr.] a. m. n. f. apahr.tā apAv apāvr. [apa-āvr.] v. [5] pr. (apāvr.n.óti)
volé, dérobé, emporté. pr. md. (apāvr.n.uté) pp. (apāvr.ta) ouvrir,
ap¡ apahnu [apa-hnu] v. [2] pr. md. (apah- découvrir, dévoiler.
nuté) pp. (apahnuta) dissimuler ; déguiser ; nier pratnakı̄rtim apāvr.n.u Découvre la gloire du

41
passé ! ap ape [apa-i] v. [2] pr. (apaiti) pp. (apeta)
aEp ápi conj. cl. et, aussi, encore, également ; partir, disparaı̂tre.
même | pourtant, toutefois, quoique, malgré cela ap"^ apeks. [apa-ı̄ks.] v. [1] pr. md. (apeks.ate)
|(après num.) exprime la totalité |(après interr.) pp. (apeks.ita) pf. (vi) respecter, prendre égard
exprime l’indéfini — prép. interr. (en début de à | attendre ; avoir en vue, désirer.
phrase) est-ce que ? | plût au ciel que hopt.i ! ap"A apeks.ā [apeks.] f. fait de regar-
peut-être — pf. sur, près de (qqf. abrégé en pi1 ). der autour ; prise en considération | égard,
api ... api aussi bien ... que ; à la fois ... et. considération, respect envers hiic.i | désir, at-
api ca même ; et de plus. tente, espérance.
api tu mais pourtant. apeks.ayā adv. par égard, avec respect ; concer-
kutrāpi en quelque endroit que ce soit. nant hiic.i.
kenāpi pour une raison quelconque. apeks.ābuddhi [buddhi] f. phil. [vaiśes.ika] fa-
ko ’pi quelqu’un, un certain ; quelque chose, je culté d’être soigneux, méthodique, rigoureux,
ne sais quel. clair.
na ko ’pi rien, personne. apE"t apeks.ita [pp. apeks.] a. m. n. f.
cāpi et. apeks.itā respecté ; désiré, souhaité ; requis.
tathā ’pi var. tadapi néanmoins, cependant. apeks.itam . vā désirez-vous ?
dvāvapi tous les deux. kati phalāni apeks.itāni combien de fruits
nāpi ni, et ne pas, mais ne pas, non plus. désirez-vous ?
yo ’pi quiconque. apE"n^ apeks.in [apeks.-in] agt. m. f. apeks.in.ı̄
vāpi ou bien. qui respecte ; qui attend.
na ... nāpi ni ... ni. apt apeta [pp. ape] a. m. n. f. apetā parti,
na ... vāpi ni ... ni. disparu | mis à l’écart de, qui s’écarte de.
sarve ’pi tous absolument. apogX apogan.d.a [a-pogan.d.a] a. m. n.
mām api moi aussi. f. apogan.d.ā impubère ; jeune garçon ; puéril,
kadā cid api na absolument jamais. juvénil | infirme.
svam apı̄ta ce qui est sien.
apoND apobdha [pp. apobh] a. m. n. f.
api stuyād vr.s.alam Il louerait même un hors-
apobdhā lié.
caste.
apoB^ apobh [apa-ubh] v. [6] pr. (apombhati)
aEpgm^ apigam [api-gam] subj. (ápigman) pp. (apobdha) lier ; enchaı̂ner.
véd. s’approcher.
aEpDA apidhā [api-dhā1 ] v. [3] pr. (api- apoh^ apoh [apa-ūh] v. [1] pr. (apohati)
dadhāti) pp. (apihita) fermer, couvrir | cacher. écarter — pr. md. (apohate) contester, objec-
apFXyt^ apı̄d.ayat [a-pı̄d.ayat] a. m. n. f. ter.
apı̄d.ayatı̄ qui n’opprime pas. apoh apoha [apoh] m. fait de contester, fait
apFXA apı̄d.ā [a-pı̄d.ā] f. non oppression. de nier ; objection, contestation.
apı̄d.ayā adv. de manière consentante, volontai- apohavāda [vāda] m. contestation ; exclu-
rement. sion | phil. déconstruction | bd. doctrine du
ap/ aputra [a-putra] a. m. n. f. aputrā sans nominalisme discriminant ; elle postule que la
fils. catégorisation par des universaux n’est que l’ex-
apnB v apunarbhava [a-punarbhava] m. phil. clusion des propriétés contraires, et est essentiel-
non renaissance ; libération. lement arbitraire.
apv apūrvá [a-pūrva] a. m. n. f. apūrvā sans apohasiddhi [siddhi] f. lit. np. de l’Apohasid-
prédécesseur, sans précédent ; nouveau ; incom- dhi “Connaissance de l’exclusion”, texte bd. dû
parable ; extraordinaire — m. nouveauté | phil. à Ratnakı̄rti.
[mı̄mām. sā] [“ce qui n’existait pas auparavant”] apOzq apaurus.a [a-paurus.a] n. qualité surhu-
force initiée par le rite ; bénéfice d’une action maine.
rituelle ; causalité (liant le rite à son fruit). apaurus.eya [-iya] a. m. n. f. apaurus.eyā de
apūrvatā [-tā] f. fait d’être sans précédent ; nature non humaine, non créé par l’homme |phil.
incomparabilité. se dit du Veda, révélé par Brahmā ; cf. śruti.
apūrvatva [-tva] n. fait d’être sans précédent ; apaurus.eyatva [-tva] n. phil. doctrine de
incomparabilité. l’absence d’auteur humain du Veda.
apūrvavat [-vat] adv. de manière singulière ; a=yy apyaya [api-aya] m. fin, disparition ;
comme jamais auparavant. destruction.

42
aþkV aprakat.a [a-prakat.a] a. m. n. f. aþAØ áprāpta [a-prāpta] a. m. n. f. aprāptā
aprakat.ā non manifeste, invisible. non obtenu, non accompli, non dérivable |
aprakat.alı̄lā [lı̄lā] f. myth. transfiguration de inapproprié | gram. impossible à dériver.
Kr.s.n.a en manifestation immanente non visible ; aþAmAy aprāmān.ya [a-prāmān.ya] a. m. n. f.
opp. prakat.alı̄lā. aprāmān.yā non justifié, non fondé, sans preuve,
aþkt aprakr.ta [a-prakr.ta] a. m. n. f. qui ne fait pas autorité | à ne pas prendre à la
aprakr.tā non principal ; secondaire (opp. pri- lettre — n. manque de preuve.
maire prakr.ta) | occasionnel ; non naturel ; non aþAfn aprāśana [a-prāśana] n. jeûne.
pertinent. aEþy ápriya [a-priya] a. m. n. f. apriyā non
aþgSB apragalbha [a-pragalbha] a. m. n. f. aimé, indésirable ; antipathique, désagréable —
apragalbhā timide, peureux. m. ennemi.
aþj ápraja [a-prajā] a. m. n. f. aprajā sans a=srs^ apsarás [ap-saras] f. myth. nymphe
postérité | var. aprajā id. — f. aprajā (femme) céleste ; les apsarasas sont filles de Kaśyapa,
stérile. ou issues du barattage de la mer de lait
aþâAt aprajñāta [a-prajñāta] a. m. n. f. [ks.ı̄rodamathana] ; elles sont compagnes des cen-
aprajñātā non reconnu ; inconnu. taures [gandharva], amantes des dieux [deva]
aþtÈ apratarkya [a-pratarkya] m. inimagi- comme des démons [asura] ; elles font répandre
nable, inconcevable. leur semence aux sages [r.s.i] ; leur voile magique
aþEt aprati [a-prati] a. m. n. f. sans égal. [tiraskarin.ı̄] les dissimule aux mortels ; la tra-
aþEtm apratima [a-pratimā2 ] a. m. n. f. apra- dition dit qu’elles sont sept ; cf. Puñjikasthalā-
timā sans égal ; inégalé. Añjanā, Anyūnā, Urvaśı̄, Ghr.tācı̄, Citralekhā,
aþtFt ápratı̄ta [a-pratı̄ta] m. inapproché, in- Jānapadı̄, Tilottamā, Devarati, Pun.d.arı̄kā, Ma-
attaquable, invincible | incompris, inusité (ex- noramā, Menakā, Rambhā, Sugandhā, Sura-
pression) ; désapprouvé | insatisfait, triste. tamañjarı̄, Hemā.
aþ apratta [a-pratta] a. m. n. f. aprattā non a=s apsu [loc. pl. ap] ind. dans les eaux.
accordé ; non promis en mariage. apsuyoni [yoni] a. m. n. f. issu des eaux.
aþ(y" apratyaks.a [a-pratyaks.a] a. m. n. f. ab^ ab iic. pour ap.
apratyaks.ā invisible, imperceptible. abja [ja] a. m. n. f. abjā né dans l’eau — n.
alpam pratyaks.am analpam apratyaks.am Il y a lotus ; syn. ambuja, ambhoja — n. math. un mil-
peu de visible et beaucoup d’invisible. liard — m. myth. np. d’Abja, épith. de Brahmā
aþ(yy apratyaya [a-pratyaya] m. défiance | “Né des eaux” | myth. cf. Abjadeva.
gram. (morphème) non suffixe | gram. (mot) ne abjadeva [deva] m. myth. np. d’Abjadeva
comportant pas de suffixe. “né de l’océan primordial”, épith. de Dhanvan-
aþDAn apradhāna [a-pradhāna] a. m. n. f. tari.
apradhānā auxiliaire ; secondaire. ábda [da] m. [“qui apporte l’eau”] saison des
aþmAZ apramān.a [a-pramān.a] n. gram. pluies | année.
(règle) qui ne s’applique pas ; jugement sans va- abdaka [-ka] ifc. a. m. n. f. abdikā agé de
leur. (tant d’années).
aþyÄ aprayukta [a-prayukta] a. m. n. f. abˆ ábaddha [a-baddha] a. m. n. f. abaddhā
aprayuktā non employé, inutilisé | gram. non at- desserré, dénoué, détaché ; lâche, libre | absurde.
testé. abl abala [a-bala] a. m. n. f. abalā faible —
aþyQCt^ áprayucchat [a-prayucchat] a. m. n. n. faiblesse — f. abalā femme.
f. aprayucchatı̄ attentif. abEˆmt^ abuddhimat [a-buddhimat] a. m. n.
aþvE apravr.tti [a-pravr.tti] f. inertie, inac- f. abuddhimatı̄ stupide ; imprudent.
tion ; résorption. aboD abodha [a-bodha] m. inconscience ;
aþ-tt aprastuta [a-prastuta] a. m. n. f. ignorance.
aprastutā non mentionné, omis |secondaire, non ab}AœZ abrāhman.a [a-brāhman.a] m. f.
pertinent. abrāhman.ı̄ soc. qui n’est pas un brahmane.
aprastutapraśam . sā [praśam
. sā] f. lit. rhét. fi- aB#y abhaks.ya [a-bhaks.ya] a. m. n. f.
gure de style [alam . kāra] d’éloge indirect ; syn. abhaks.yā incomestible, qui ne doit pas être
anyokti. mangé — n. ce qu’il ne faut pas manger.
aþ㣠aprahr.s.t.a [a-prahr.s.t.a] a. m. n. f. aB½ abhaṅga [a-bhaṅga] a. m. n. f. abhaṅgā
aprahr.s.t.ā triste ; malheureux. sans césure, continu | lit. forme de poème

43
dévotionnel [bhakti] marathe, perfectionnée par aEBg abhigr̄. [abhi-gr̄.2 ] v. [9] pr. (abhigr.n.āti)
Nāmadeva. s’adresser (avec approbation) à ; accueillir,
aBdý abhadra [a-bhadra] a. m. n. f. abhadrā louer ; approuver, acquiescer à, autoriser.
mauvais, infortuné ; méchant ; sale — n. mal, aEBcr^ abhicar [abhi-car] v. [1] pr. (abhica-
tort ; mauvaise intention. rati) pp. (abhicarita) pf. (vi) mal agir envers ;
aBy ábhaya [a-bhaya] a. m. n. f. abhayā mal se comporter ; not. (pour une femme) être
rassuré, sans crainte | sûr, sans danger | myth. infidèle | subjuguer, enchanter, ensorceler.
[Mah.] np. d’Abhaya “Sans peur”, l’un des fils de aEBcAr abhicāra [abhicar] m. soc. pouvoir
Dhr.tarās.t.ra ; il fut tué par Bhı̄ma — n. sûreté, [siddhi] de destruction des ennemis ; incantation,
sécurité ; sérénité. magie (à fins maléfiques) ; son usage est un crime
abhayamudrā [mudrā] f. [iconographie] geste mineur [upapātaka].
qui dissipe la peur (main au niveau de la poi- abhicārin [-in] agt. m. f. abhicārinı̄ magicien,
trine, paume en avant, doigts vers le ciel). envoûteur ; sorcier.
aBAv abhāva [a-bhāva] m. non existence ; aEBjn^ abhijan [abhi-jan] v. [4] pr. md.
absence, manque | destruction, mort | phil. (abhijāyate) pp. (abhijāta) naı̂tre, naı̂tre de nou-
[mı̄mām . sā] moyen de connaissance [pramān.a] veau ; être destiné à.
postulant que ce que nous n’avons pas le moyen aEBjAt abhijāta [pp. abhijan] a. m. n. f.
de connaı̂tre n’existe pas, par appel au bon sens abhijātā bien né, de noble origine ; beau, aimable
| phil. [nyāya] négation. — n. naissance noble.
aBAEvn^ abhāvin [abhāva-in] a. m. n. f. aEBEj abhiji [abhi-ji] v. [1] pr. (abhijayati)
abhāvinı̄ qui ne doit pas être ; qui ne va pas se
pp. (abhijita) conquérir complètement, acquérir
produire.
par la victoire — dés. (abhijigı̄s.ati) essayer de
aEB abhi prép. vers ; au sujet de, à propos de conquérir, attaquer.
— pf. vers, contre |supérieur à, intense ; suprême
k gr. αµφι ; lat. ambi ; all. um.
aEBEjt^ abhijit [relié à abhijita] a. m. n. f.
victorieux | né sous le signe de Véga — f. astr.
abhyagni en direction du feu.
np. d’Abhijit “Victorieuse”, 20e astérisme lu-
abhika [-ka] a. m. n. f. abhikā voluptueux ;
naire [naks.atra], corr. à l’étoile Véga de la Lyre ;
lascif, libidineux ; syn. abhı̄ka2 — m. amant.
Brahmā y préside ; son symbole est une noix.
abhikapracāra [pracāra] m. soc. conduite li-
cencieuse. aEBEjt abhijita [pp. abhiji] a. m. n. f. abhi-
aEBkMp^ abhikamp [abhi-kamp] v. [1] pr. md. jitā conquis.
(abhikampate) pp. (abhikampita) trembler for- aEBâ abhijña [abhijñā] a. m. n. f. abhijñā
tement. expérimenté, connaisseur ; habile | qui connaı̂t,
aEBkAf^ abhikāś [abhi-kāś] int. (abhicākaśı̄ti) familier de hg. iic.i — f. abhijñā1 souvenir, rap-
illuminer, irradier | observer attentivement, per- pel | bd. faculté supernaturelle du Buddha ; on
cevoir. en compte cinq : pouvoir de se montrer sous
une forme quelconque, audition ou vue à dis-
tayor anyah. pippalam . svādvatti | anaśnann anyo
abhicākaśı̄ti k [MO.] L’un d’eux mange la douce tance quelconque, influence sur les pensées d’une
baie, l’autre sans manger perçoit intensément. personne, connaissance de son état et de ses
aEBgm^ abhigam [abhi-gam] v. [1] pr. (abhi- antécédents k pali abhiññā.
gacchati) pp. (abhigata) aller vers, s’approcher aEBâA abhijñā2 [abhi-jñā1 ] v. [9] pr.
de, suivre ; rencontrer, rendre visite à | avoir des (abhijānāti) pr. md. (abhijānı̄té) pp. (abhijñāta)
rapports sexuels avec. pf. (prati) savoir, reconnaı̂tre ; concéder.
aEBgm abhigama [abhigam] m. approche ; vi- aEBâAn abhijñāna [abhijñā2 -na] n. reconnais-
site | approche sexuelle. sance ; signe de reconnaissance | permis ; sauf-
abhigamana [-na] n. approche, visite | soc. conduit.
l’approche de la divinité, un pañcopāsana selon abhijñānaśakuntalā [śakuntalā] f. lit. np.
Rāmānuja ; on nettoie et on purifie de bouse de de l’Abhijñānaśakuntalā “Signe de Śakuntalā”,
vache son chemin d’accès. célèbre drame de Kālidāsa (Śakuntalā est recon-
aEBgr abhigará [abhigr̄.] m. soc. approbation nue par l’anneau que le roi Dus.yanta lui a donné
cérémoniale (du prêtre principal lors d’un sacri- comme signe de reconnaissance).
fice) ; opp. apagara. aEBts^ abhitas [abhi-tas] adv. près de, devant
aEBgØ abhigupta [abhi-gupta] a. m. n. f. hacc.i | des deux côtés ; de tous les côtés ; tout
abhiguptā gardé, caché. autour | entièrement, tout à fait.

44
aEBdý abhidru [abhi-dru1 ] v. [1] pr. (abhidra- aEB@yAn abhidhyāna [-na] n. fait de penser
vati) pp. (abhidruta) accourir, courir après, cou- à ; méditation ; aspiration.
rir vers ; infester — ca. (abhidrāvayati) mettre aEBnd^ abhinand [abhi-nand] v. [1] pr. (abhi-
en fuite. nandati) pr. md. (abhinandate) se réjouir de,
aEBdýh^ abhidruh [abhi-druh1 ] v. [4] pr. (abhi- trouver son plaisir à hacc.i | accueillir, louer,
druhyati) pp. (abhidrugdha) faire tort à, en vou- féliciter, souhaiter la bienvenue à hacc.i — ca.
loir à ; chercher à nuire à hacc. dat.i ; offenser. (abhinandayati) réjouir.
aEBdýoh abhidrohá [abhidruh] m. offense. aEBnd abhinánda [abhinand] m. volupté —
aEBDm abhidharma [abhi-dharma] m. phil. f. abhinandā id. — ifc. désir de.
métaphysique, dogmes bd. | bd. philosophie k abhinandana [-na] n. réjouissement,
pali abhidhamma. réjouissance | félicitation, éloge, célébration
abhidharmakośa [kośa] m. lit. np. de l’Abhid- — m. jn. np. d’Abhinandana “Maı̂tre de la
harmakośa “Compendium de philosophie”, ou- félicité”, 4e tı̄rthaṅkara mythique ; son corps est
vrage bd. majeur de l’école nordique du doré, le singe est son symbole.
hı̄nayāna en sanskrit, dû à Vasubandhu. abhinandanagrantha volume en l’honneur d’un
abhidharmakośabhās.ya [bhās.ya] n. lit. maı̂tre.
texte de l’Abhidharmakośa de Vasubandhu ; il aEBndnFy abhinandanı̄ya [pfp. [2] abhi-
se compose d’une glose [bhās.ya] et de strophes nand] a. m. n. f. abhinandanı̄yā digne d’éloge ;
[kārikās] ; Yaśomitra en fit un commentaire qu’on doit féliciter.
[vyākhyā2 ]. aEBnEdn^ abhinandin [abhinand-in] agt. m.
abhidharmasamuccaya [samuccaya] m. lit. f. abhinandinı̄ qui trouve son plaisir à, qui loue,
np. de l’Abhidharmasamuccaya “Compendium qui se déclare satisfait de.
de métaphysique”, ouvrage bd. dû à Asaṅga. aEBny abhinaya [vr. abhinı̄] m. gestuelle ;
aEBDA abhidhā1 [abhi-dhā1 ] v. [3] pr. (abhi- jeu, interprétation d’un acteur ; pantomime,
dadhāti) pfp. (abhidheya) pp. (abhihita) véd. représentation théâtrale.
couvrir, protéger | expliquer, dire, exprimer ; sābhinayam adv. par gestes.
s’adresser à ; nommer — ps. (abhidhı̄yate) s’ap- abhinayadarpan.a [darpan.a] m. lit. np. de
peler, se nommer. l’Abhinayadarpan.a “Miroir de gestuelle”, ma-
aEBDA abhidhā2 [abhidhā1 ] f. désignation, nuel de gestuelle attribué à Nandikeśvara1 .
nom ; syn. ākhyā2 | gram. dénotation directe, aEBnv abhinava [abhi-nava1 ] a. m. n. f. abhi-
sens littéral d’un mot ; il précède les métaphores navā tout nouveau ; frais ; renouvelé ; moderne.
et autres sens secondaires [gun.avr.tti]. abhinavagupta [gupta] m. hist. np. d’Abhi-
aEBDAn abhidhāna [abhidhā2 -na] n. navagupta, important philosophe du Kaśmı̄ra
désignation, nom | gram. expression (mor- du 10e siècle, élève d’Utpaladeva, auteur de
phologique d’un kāraka) | soc. “nom” d’un nombreux ouvrages de śaivasiddhānta ; on lui
mantra, exprimant son but ; syn. sādhyanāma doit aussi un commentaire [locana] du Dh-
— ifc. qui a pour nom |lit. glossaire, vocabulaire vanyāloka expliquant l’esthétique des figures
de. de style en littérature, et un commentaire
abhidhānakośa [kośa] m. la lexicographie, du Nāt.yaśāstra ; il enseignait la pratique du
l’un des 64 arts [kalā]. sacrifice de transgression [kulayāga], et était
abhidhānacintāman.i [cintāman.i] m. lit. np. considéré comme une incarnation de Bhairava ;
de l’Abhidhānacintāman.i “Trésor de noms”, dic- Ks.emarāja fut son disciple ; cf. Tantrāloka, Pa-
tionnaire dû à Hemādri1 . ramārthasāra, Parātrim . śikāvivaran.a, Paryan-
aEBDAv^ abhidhāv [abhi-dhāv1 ] v. [1] pr. tapañcāśikā, Bodhapañcadaśikā, Vivaran.a2 .
(abhidhāvati) pp. (abhidhāvita) pf. (sam) courir aEBEnEvf^ abhiniviś [abhi-niviś] v. [6] pr. md.
vers. (abhiniviśate) pp. (abhinivis.t.a) se vouer à, se
aEBDy abhidheya [pfp. [1] abhidhā1 ] a. m. consacrer à hacc.i | se décharger (rivière).
n. f. abhidheyā à mentionner, à exprimer — n. aEBEnEv£ abhinivis.t.a [pp. abhiniviś] a. m. n.
gram. signification, sens | gram. substantif. f. abhinivis.t.ā occupé ; obstiné ; obsédé par, fixé
aEB@yA abhidhyā1 [abhi-dhyā] v. [1] pr. sur.
(abhidhyāyati) pp. (abhidhyāta) méditer ; pen- aEBEnvf abhiniveśa [abhiniviś] m. pen-
ser à hacc.i. chant, obsession, désir ardent ; affection en-
aEB@yA abhidhyā2 [abhidhyā1 ] f. désir. vers, dévotion envers hloc. iic.i | détermination,

45
opiniâtreté, obstination ; projet | phil. [yoga] at- la grande bataille il réussit à pénétrer le puis-
tachement à l’existence ; cf. abhiniveśakleśa. sant retranchement [cakravyūha] de l’armée des
abhiniveśakleśa [abhiniveśa-kleśa] m. phil. Kauravās, tua Laks.man.a1 fils de Duryodhana,
[yoga] affliction de l’attachement à la vie. mais fut finalement tué traı̂treusement par le
aEBnF abhinı̄ [abhi-nı̄1 ] v. [1] pr. (abhinayati) fils de Duh.śāsana à l’âge de 16 ans ; dans une
mimer, représenter. vie antérieure [pūrvajanman] il fut Varcā, en-
aEBà abhinna [a-bhinna] a. m. n. f. abhinnā voyé des dieux sur Terre pour servir le dharma
non divisé, non brisé ; ininterrompu | inchangé, pendant 16 ans avant de retrouver son père Can-
invariable ; constant |math. entier (nombre) |non dra.
différent de habl. iic.i. aEBmd abhimarda [abhimr.d] m. violence, at-
aEBpZ abhipūrn.a [pp. abhipr̄.] a. m. n. f. tentat.
abhipūrn.ā plein de hi. g.i. aEBmAEt abhimāti [abhiman-ti] a. m. n. f. in-
aEBpv m^ abhipūrvam [abhi-pūrvam] adv. en sidieux — f. plan d’attaque | ennemi.
succession. aEBmAn abhimāna [vr. abhiman] m. orgueil ;
aEBp abhipr̄. [abhi-pr̄.] v. [9] pr. (abhipr.n.āti) égoı̈sme ; préjugé.
pp. (abhipūrn.a) se remplir — ca. (abhipūrayati) abhimānavādin [vādin] agt. m. f.
remplir, donner en abondance. abhimānavādinı̄ soc. tenant de l’importance de
aEBþAy abhiprāya [abhi-prāya] m. plan, in- la fierté familiale ; opp. gotravādin.
tention, dessein, projet ; opinion. aEBmAztm^ abhimārutam [abhi-māruta] adv.
contre le vent.
aEBþ"^ abhipreks. [abhi-preks.] v. [1] pr. md.
(abhipreks.ate) pp. (abhipreks.ita) regarder, voir,
aEBmK abhimukha [abhi-mukha] a. m. n. f.
abhimukhı̄ tourné vers, se dirigeant vers hdat.
contempler.
acc.i ; imminent — ifc. prêt à, disposé à.
abhiplava [abhi-plava] m. soc. cérémonie de
6 jours, accomplie 5 fois pendant le sacrifice
aEBmd^ abhimr.d [abhi-mr.d1 ] v. [9] pr.
(abhimr.dnāti) v. [1] pr. (parimardati) traiter
gavāmayana ; cf. āyuh.s.t.oma.
violemment, détruire.
aEBBv abhibhava [abhibhū] m. humiliation. aEByÄ abhiyukta [pp. abhiyuj] a. m. n.
aEBBAq^ abhibhās. [abhi-bhās.] v. [1] pr. f. abhiyuktā appliqué à, compétent en hloc.i ;
md. (abhibhās.ate) pp. (abhibhās.ita) parler à,
nommé | attaqué ; blâmé | accusé, inculpé.
s’adresser à, accoster hacc.i.
aEByj^ abhiyuj [abhi-yuj1 ] v. [7] pr. md.
aEBBAEqn^ abhibhās.in [abhibhās.-in] agt. m. f. (abhiyuṅkté) pp. (abhiyukta) convoquer, invi-
abhibhās.in.ı̄ qui s’adresse à, qui accoste. ter hdat.i — v. [7] pr. (abhiyunakti) ordonner,
aEBB abhibhū [abhi-bhū1 ] v. [1] pr. (abhibha- charger de hloc.i ; rencontrer, attaquer.
vati) pp. (abhibhūta) dépasser, dominer, l’em- aEBr"^ abhiraks. [abhi-raks.] v. [1] pr.
porter sur ; subjuguer, soumettre, maı̂triser ; (abhiraks.ati) pp. (abhiraks.ita) défendre, gar-
vaincre. der ; surveiller.
aEBBt abhibhūta [pp. abhibhū] a. m. n. f. aEBrE"t abhiraks.ita [pp. abhiraks.] a. m. n.
abhibhūtā vaincu, défait ; subjugué, soumis ; hu- f. abhiraks.itā gardé, surveillé.
milié. aEBrt abhirata [pp. abhiram] a. m. n. f. abhi-
aEBBEt abhibhūti [abhibhū-ti] f. supériorité. ratā qui a plaisir à, qui s’occupe de, qui se voue
abhibhūtyojas [ojas] a. m. n. f. qui l’emporte à hloc.i.
pas la force. aEBrEt abhirati [abhiram-ti] f. plaisir trouvé
aEBmt abhimata [pp. abhiman] a. m. n. f. à hloc.i.
abhimatā désiré, estimé, cher, précieux — n. aEBrm^ abhiram [abhi-ram] v. [1] pr. md.
désir, vœu — m. amant. (abhiramate) pp. (abhirata) être enchanté ; se
aEBmn^ abhiman [abhi-man] v. [4] pr. md. plaire ; se reposer — ca. (abhiramayati) réjouir.
(abhimányate) v. [8] pr. md. (abhimanuté) pp. aEBrAm abhirāma [abhiram] a. m. n. f.
(abhimata) désirer ; avoir de mauvaises inten- abhirāmā agréable, aimable ; joli — ifc. plaisir
tions, menacer ; blesser | croire, présumer ; avoir à.
une haute opinion de soi, être orgueilleux. abhirāmam adv. pour faire plaisir à hiic.i.
aEBmy abhimanyu [abhiman] m. myth. abhirāmatā [-tā] f. charme ; beauté ; bonne
[Mah.] np. du vaillant Abhimanyu “le Fier”, disposition envers.
fils d’Arjuna et de Subhadrā ; il épousa Uttarā aEBzc^ abhiruc [abhi-ruc1 ] v. [1] pr. md.
qui lui donna son fils Parı̄ks.it ; au 13e jour de (abhirocate) pp. (abhirucita) luire, briller ;

46
plaire (à hdat.i) — ca. (abhirocayati) enchan- aEBvF"^ abhivı̄ks. [abhi-vı̄ks.] v. [1] pr. md.
ter, amuser. (abhivı̄ks.ate) pp. (abhivı̄ks.ita) voir, regarder ;
aEBzEct abhirucita [pp. abhiruc] a. m. n. percevoir ; considérer.
f. abhirucitā plaisant, agréable | satisfait ; qui aEBvt^ abhivr.t [abhi-vr.t1 ] v. [1] pr. md.
apprécie hloc. iic.i. (abhivartate) pp. (abhivr.tta) se rendre à ; s’ap-
aEB !p abhirūpa [abhi-rūpa] a. m. n. f. procher de, aller vers hacc.i.
abhirūpā beau ; instruit, cultivé ; aimé. aEBvD^ abhivr.dh [abhi-vr.dh1 ] v. [1] pr.
aEBlq^ abhilas. [abhi-las.] v. [1] pr. md. (abhivardhate) pp. (abhivr.ddha) croı̂tre,
(abhilas.ati) pp. (abhilas.ita) désirer, souhaiter. s’étendre, prendre de l’importance — ca. (abhi-
aEBlEqt abhilas.ita [pp. abhilas.] a. m. n. f. vardhayati) augmenter, fortifier.
abhilas.itā désiré — n. désir, vœu. aEBvq^ abhivr.s. [abhi-vr.s.] v. [1] pr.
abhilas.itārtha [artha] a. m. n. f. (abhivars.ati) pp. (abhivr.s.t.a) pleuvoir ; ar-
abhilas.itārthā qui exhauce les vœux. roser.
abhilas.itārthacintāman.i [cintāman.i] m. lit. aEB&yÄ abhivyakta [pp. abhivyañj] a. m. n.
np. de l’Abhilas.itārthacintāman.i, épith. de f. abhivyaktā manifeste, évident.
l’œuvre encyclopédique Mānasollāsa “Joyau qui abhivyaktam adv. manifestement.
satisfait tous les désirs”. aEB&yEÄ abhivyakti [abhi-vyakti] f. appari-
aEBlAq abhilās.a [vr. abhilas.] m. envie, désir ; tion, manifestation.
penchant. aEB&yÒ^ abhivyañj [abhi-vyañj] pp. (abhi-
vyakta) ps. (abhivyajyate) se révéler, se mani-
aEBElK^ abhilikh [abhi-likh] v. [6] pr. (abhi-
fester.
likhati) pp. (abhilikhita) peindre ; graver, ins-
crire.
aEB&yÒk abhivyañjaka [abhivyañj-aka] a. m.
n. f. abhivyañjakā qui manifeste, qui révèle ; qui
aEBElEKt abhilikhita [pp. abhilikh] a. m. n.
indique, qui montre.
f. abhilikhitā inscrit, gravé.
aEB&yÒn abhivyañjana [abhivyañj-ana] n.
aEBvd^ abhivad [abhi-vad] v. [1] pr. (abhiva- fait de rendre manifeste.
dati) adresser la parole, dire à qqn. hacc.i — ca.
aEB&yAhAr abhivyāhāra [abhivyāhr.] m.
(abhivādayati) saluer, accueillir.
énonciation ; phrase.
aEBvdn abhivadana [abhivad-ana] n. soc. sa- aEB&yAã abhivyāhr. [abhi-vyāhr.] v. [1] pr.
lutation, adresse.
(abhivyāharati) pp. (abhivyāhr.ta) pf. (sam)
aEBvd^ abhivand [abhi-vand] v. [1] pr. md. prononcer, dire ; converser.
(abhivandate) pp. (abhivandita) saluer respec- aEBfp^ abhiśap [abhi-śap] v. [1] pr.
tueusement, rendre hommage à hacc.i. (abhiśapati) pp. (abhiśapta) maudire, proférer
aEBvAd^ abhivād [ca. abhivad] v. [10] pr. une malédiction, lancer une imprécation — ca.
(abhivādayati) pfp. (abhivādya) saluer, ac- (abhiśāpayati) conjurer, implorer solennelle-
cueillir | faire réciter ; interpréter. ment qqn.
aEBvAd abhivāda [abhivād] m. salutation res- aEBfØ abhiśapta [pp. abhiśap] a. m. n. f.
pectueuse, accueil ; opp. ativāda | signification, abhiśaptā maudit | calomnié.
interprétation. aEBfAp^ abhiśāp [ca. abhiśap] v. [10] pr.
abhivādana [-na] n. soc. acte d’accueil et de (abhiśāpayati) conjurer, implorer solennelle-
salut respectueux d’une personne : on dit son ment qqn.
gotra et son nom, et on prononce “namah.” ; il aEBfAp abhiśāpa [abhiśāp] m. ensor-
est précédé du pratyutthāna, et peut être suivi cellement, sort ; malédiction, imprécation ;
de l’upasam . grahan.a | interprétation. anathème, interdit.
abhivādin [-in] agt. m. f. abhivādinı̄ qui ac- aEBEfrs^ abhiśiras [abhi-śiras] a. m. n. f. qui
cueille | [“qui explique”] interprète, commenta- a la tête tournée vers hacc.i.
teur. aEBEqÄ abhis.ikta [pp. abhis.ic] a. m. n. f.
aEBvA abhivādya [pfp. [1] abhivād] a. m. n. abhis.iktā oint, arrosé.
f. abhivādyā à saluer — ind. ayant salué. aEBEqc^ abhis.ic [abhi-sic] v. [6] pr.
aEBEvDA abhividhā [abhi-vidhā1 ] v. [3] pr. (abhis.iñcati) pp. (abhis.ikta) consacrer ; donner
(abhividadhāti) mettre en contact avec hacc.i. l’onction royale, sacrer — ca. (abhisecayati)
aEBEvED abhividhi [abhividhā] f. interval in- consacrer.
clusif de ses bornes ; il peut être temporel aEBqk abhis.eka [abhis.ic] m. sacre ;
[kālika] ou spatial [daiśika]. eau lustrale ; ablution rituelle, bain rituel ;

47
consécration. prédicat, et mis au nominatif pour s’accorder
nābhis.eko na sam . skārah. sim. hasya kriyate vane comme sujet.
Il n’y a dans la nature ni sacre ni intronisation abhihitatva [-tva] n. gram. fait d’être ex-
du lion. primé ou nommé.
aEBqc^ abhis.ec [ca. abhis.ic] v. [10] pr. aEBã abhihr. [abhi-hr.1 ] v. [1] pr. (abhiharati)
(abhis.ecayati) pfp. (abhis.ecanı̄ya) consacrer. pp. (abhihr.ta) offrir | enlever, arracher, déchirer
aEBqcn abhis.ecana [abhis.ec-ana] n. asper- — ca. (abhihārayati) présenter, apporter.
sion rituelle. aBF abhı̄1 [abhi-i] v. [2] pr. (abhyeti) pr. md.
aEBqcnFy abhis.ecanı̄ya [pfp. [2] abhis.ec] a. (abhı̄te) pp. (abhı̄ta1 ) s’approcher de, aller vers,
m. n. f. abhis.ecanı̄yā concernant la consécration se joindre à ; s’incarner en.
royale | digne de l’onction royale — m. véd. as- aBF abhı̄2 [a-bhı̄2 ] agt. m. f. abhı̄ sans crainte.
persion consacrant le roi dans la cérémonie du abhı̄ka1 [-ka] a. m. n. f. abhı̄kā1 courageux.
rājasūya. aBF abhı̄3 iic. pour abhi.
aEB¤A abhis.t.hā [abhi-sthā1 ] v. [1] pr. (abhi- aBFk abhı̄ka2 [abhika] a. m. n. f. abhı̄kā2 vo-
tis.t.hati) pr. md. (abhitis.t.hate) pp. (abhis.t.hita) luptueux ; lascif, libidineux ; syn. abhika — m.
fouler, piétiner | dominer, vaincre ; s’étendre sur amant.
hacc.i ; s’avancer vers, marcher sur hacc.i. aBFk abhı̄ka3 [abhi-ac] n. rencontre, colli-
aEBE¤t abhis.t.hita [pp. abhis.t.hā] a. m. n. f. sion.
abhis.t.hitā piétiné, écrasé ; soumis, vaincu. abhı̄ke en présence de hg.i ; vers ; s’approchant
aEBs\-m abhisam.smr. [abhi-sam.smr.] v. [1] pr. de.
(abhisam . smarati) pp. (abhisam . smr.ta) se rappe- aBFt abhı̄ta1 [pp. abhı̄1 ] a. m. n. f. abhı̄tā1
ler, se souvenir de hacc. g.i ; penser à — ca. approché.
(abhisam . smārayati) rappeler qqc. hacc.i à qqn. aBFt abhı̄ta2 [a-bhı̄ta] a. m. n. f. abhı̄tā2 sans
hacc. g.i.
crainte ; qui n’a pas peur.
aEBs\DA abhisam.dhā1 var. abhisandhā1 abhı̄tavat [-vat] adv. sans crainte.
[abhi-sam . dhā1 ] v. [3] pr. (abhisam . dadhāti) pp.
(abhisam
aBF abhı̄tta [abhı̄3 -datta] a. m. n. f. abhı̄ttā
. hita) viser ; avoir en vue, penser à conféré.
| tromper.
aEBs\DA abhisam.dhā2 var. abhisandhā2 aBF=s^ abhı̄ps [dés. abhyāp] v. [1] pr.
(abhı̄psati) pr. md. (abhı̄psate) pp. (abhı̄psita)
[abhisam . dhā1 ] ifc. f. affirmation, parole. rechercher, désirer, souhaiter.
abhisam . dhāna var. abhisandhāna [-na] n.
connexion ; parole | tromperie, art de tromper. aBF=s abhı̄psu [abhı̄ps] a. m. n. f. désireux
aEBs\ED abhisam.dhi var. abhisandhi [abhi- d’obtenir, qui recherche hacc.i.
sam aBFq^ abhı̄s. [abhi-is.1 ] v. [6] pr. (abhı̄cchati)
. dhi] m. déclaration délibérée ; intention, des-
sein | accord, convention | tromperie. pp. (abhı̄s.t.a) viser à, tendre à.
aEBs\bD^ abhisam.bandh var. abhisambandh aBF£ abhı̄s.t.a [pp. abhı̄s.] a. m. n. f. abhı̄s.t.ā
[abhi-sam désiré, aimé, cher — n. souhait.
. bandh] v. [9] pr. (abhisam . badhnāti)
abhı̄s.t.adevatā [devatā] f. phil. déesse
pp. (abhisam . baddha) faire référence à hacc.i, si-
gnifier. d’élection (invoquée not. au moment de
aEBs\bD abhisam.bandha var. abhisam- mourir).
bandha [abhisam . bandh] m. relation avec hi.i ; aBt abhūta [a-bhūta] a. m. n. f. abhūtā in-
lien (not. sexuel) | gram. ordre des mots dans existant.
la phrase. abhūtaparikalpa [parikalpa] n. bd.
aEBsAErkA abhisārikā [abhisr.] f. femme [vijñānavāda] conscience (qui imagine l’in-
adultère | lit. type d’héroı̈ne libertine du théâtre existant).
indien, qui sort la nuit pour rejoindre son amant. aB d abheda [a-bheda] m. absence de distinc-
aEBs abhisr. [abhi-sr.] v. [1] pr. (abhisarati) tion, identité | phil. monisme.
pp. (abhisr.ta) s’approcher. abhedagraha [graha] m. phil. [nyāya] percep-
aEBhn^ abhihan [abhi-han1 ] v. [2] pr. (abhi- tion d’une non-différence ; opp. bhedāgraha.
hanti) pp. (abhihata) frapper, abattre ; tuer. aBo>yAà abhojyānna [a-bhojyānna] a. m. n.
aEBhAs abhihāsa [abhi-hāsa] m. plaisanterie. f. abhojyānnā soc. impropre à préparer le repas
aEBEht abhihita [pp. abhidhā1 ] a. m. n. f. d’un brāhman.a (se dit d’un śūdra impur).
abhihitā exprimé, désigné ; expliqué | gram. ac- a<yÄ abhyakta [pp. abhyañj] a. m. n. f.
tant dont le rôle [kāraka] est exprimé par le abhyaktā oint ; paré, décoré | souillé.

48
a<y½ abhyaṅga [abhyañj] m. onction ; mas- (not. Kr.s.n.a).
sage d’huile | onguent. cintām abhyāgam venir à l’esprit, en venir à
abhyaṅgasnāna [snāna] n. soc. bain par- penser.
fumé, pris le jour de dhanvantaritrayodaśı̄ (mod. a<yA(m abhyātma [abhi-ātma] a. m. n. f.
Dhanteras). abhyātmā dirigé vers soi.
a<yÒ^ abhyañj [abhi-añj] v. [7] pr. (abhya- abhyātmam adv. vers soi-même.
nakti) pp. (abhyakta) oindre ; parer — pr. md. a<yAp^ abhyāp [abhi-āp] v. [5] pr.
(abhyañkte) s’oindre. (abhyāpnóti) pr. md. (abhyāpnuté) pp.
a<yEDk abhyadhika [abhi-adhika] a. m. n. f. (abhyāpta) atteindre — dés. (abhı̄psati) re-
abhyadhikā additionnel ; en plus. chercher, souhaiter — ca. (abhyāpayati) faire
a<ynâA abhyanujñā1 [abhi-anujñā1 ] v. [9] atteindre le but ; aller jusqu’au bout.
pr. (abhyanujānāti) pr. md. (abhyanujānı̄te) ap- a<yAf abhyāśa [vr. abhyaś] a. m. n. f.
prouver, permettre, consentir, autoriser ; laisser abhyāśā proche ; imminent — m. proximité, voi-
partir, donner congé. sinage.
a<ynâA abhyanujñā2 [abhyanujñā1 ] f. assen- abhyāśam dans le voisinage (de hg. abl.i).
timent ; consentement, permission ; congé. a<yAs abhyāsa [vr. abhyas] m. répétition,
a<ytr abhyantara [abhi-antara] a. m. n. récitation ; exercice, étude | usage, pratique, ha-
f. abhyantarā intérieur, contenu dans | secret ; bitude | soc. pratique spirituelle régulière | phon.
initié à hloc.i — m. proche, intime, confident ; redoublement.
opp. bāhya — n. intérieur ; intervalle, espace. a<ydy abhyudaya [abhyudi] m. fait de
abhyantarı̄ kr. initier ; introduire. s’élever ; not. lever d’un astre ; début d’un
a<yT^ abhyarth [abhi-arth] v. [10] pr. md. phénomène | bonheur, prospérité ; fortune ;
(abhyarthayate) pp. (abhyarthita) demander, triomphe | soc. utilité sociale ; bénéfice social ;
solliciter, implorer. œuvre pie | fête religieuse, festival.
a<yET t abhyarthita [pp. abhyarth] a. m. n. a<yEd abhyudi [abhi-udi] v. [2] pr.
f. abhyarthitā prié. (abhyudéti) pp. (abhyudita) se lever (corps
a<yvhAy abhyavahārya [pfp. [1] abhyavahr.] célestes) ; engager le combat ; prospérer.
a. m. n. f. abhyavahāryā mangeable — n.
a<yEdt abhyudita [pp. abhyudi] a. m. n.
nourriture.
f. abhyuditā levé (soleil) ; engagé au combat ;
sarvatra audarikasya abhyavahāryam eva
prospère.
vis.ayah. Pour le glouton, tout objet est nourri-
ture.
a<ypgm^ abhyupagam [abhi-upagam] v. [1]
pr. (abhyupagacchati) pp. (abhyupagata) accor-
a<yvã abhyavahr. [abhi-avahr.] v. [1] pr.
der, consentir, admettre.
(abhyavaharati) pp. (abhyavahr.ta) pfp. (abhya-
vahārya) jouir de, manger — ca. (abhya- a<yp abhyupe1 [abhi-upe1 ] v. [2] pr. (abhyu-
vahārayati) manger ; faire manger. paiti) pp. (abhyupeta) approcher, aller vers ; al-
satr.n.am abhyavaharati il avale tout, jusqu’à ler dans, entrer dans tel état ; choisir, consentir à
l’herbe. — ps. (abhyupeyate) être approuvé, être admis.
a<yf^ abhyaś [abhi-aś1 ] v. [5] pr. a<yp abhyupe2 [abhi-upe2 ] v. [2] pr. (abhyu-
(abhyaśnóti) pr. md. (abhyaśnuté) atteindre, paiti) s’approcher de, venir vers.
gagner ; dominer. śaranam abhyupe chercher refuge.
a<ys^ abhyas [abhi-as2 ] v. [4] pr. (abhya- a<ypt abhyupeta [pp. abhyupe1 ] a. m. n. f.
syati) pp. (abhyasta) échoir ; tomber, se jeter sur abhyupetā approché ; consenti, promis.
| s’appliquer à, s’adonner à, s’exercer à ; étudier, a<y abhye [abhi-e] v. [2] pr. (abhyéti) s’ap-
apprendre | répéter. procher de, aller vers, se diriger vers ; se joindre
yad atra mām abhis.yāt en sorte que cela à.
m’échoie. aB} abhrá [ap-bhr.] n. nuage de pluie,
a<yAgt abhyāgata [pp. abhyāgam] a. m. n. f. brouillard ; nuée, nuage ; atmosphère, ciel |math.
abhyāgatā arrivé ; manifesté — m. hôte imprévu symb. le nombre zéro k lat. imber, umbra ; fr.
(opp. atithi hôte invité). ombre.
kramāt abhyāgata hérité. abhrāvakāśika [avakāśika] a. m. n. f.
a<yAgm^ abhyāgam [abhi-āgam] pp. abhrāvakāśikā qui s’expose à la pluie.
(abhyāgata) s’approcher ; rendre visite à abhrita [-ta] a. m. n. f. abhritā couvert de
| myth. se dit de Vis.n.u se manifestant comme nuages.

49

am^ am v. [1] pr. (ámati) aor. [3] (āmamat) am(y ámartya [a-martya] a. m. n. f. amartyā
pp. (amita2 ) véd. aller vers |blesser, faire du mal immortel.
— ca. (āmáyati) rendre malade | être malade. amq amars.a [a-mars.] m. impatience ; colère
am½l amaṅgala [a-maṅgala] a. m. n. f. — a. m. n. f. amars.ā qui ne supporte pas.
amaṅgalā qui n’est pas de bon augure ; amars.an.a [-na] a. m. n. f. amars.an.ā impa-
défavorable — n. malheur. tient, irrité ; irritable — n. impatience de.
pratihatam amaṅgalam le malheur est écarté amars.in [-in] a. m. n. f. amars.in.ı̄ impatient,
(formule pour conjurer un mauvais présage). irrité ; qui ne laisse rien passer.
amd amada [a-mada] a. m. n. f. amadā sans aml amala [a-mala] a. m. n. f. amalā propre,
passion, impassible ; sans joie. impeccable ; pur.
amnFBAv amanı̄bhāva [a-manas-bhāva] m. amhA(mn^ amahātman [a-mahātman] a. m. n.
phil. [yoga] état d’arrêt de la pensée. sans grandeur d’âme, sans noblesse ; mesquin.
amt amantu [a-mantú] a. m. n. f. sans in- amA amā [relié à asau] adv. à la maison, chez
tention. soi | ensemble.
amr amára [a-mara] a. m. n. f. amarā immor- amā kr. rester chez soi.
tel — m. dieu. amā vas cohabiter.
amarakośa [kośa] m. lit. np. de l’Ama- amānta [anta] a. m. n. f. amāntā qui se ter-
rakośa ou “Thésaurus d’Amarasim . ha”, lexique mine par la nouvelle lune — m. astr. calen-
de sanskrit dû à Amarasim . ha ; aussi appelé drier dont le début du mois commence à la nou-
Nāmaliṅgānuśāsana et Trikān.dhaśes.a. velle lune ; il est utilisé en Inde du Sud ; syn.
amarakośodghāt.ana [udghāt.ana] n. lit. amāvāsyānta ; opp. pūrn.imānta.
np. de l’Amarakośodghāt.ana “Révélation du amāvasu [vasu] m. myth. np. d’Amāvasu, fils
lexique”, commentaire de l’Amarakośa dû à de Purūravā et d’Urvaśı̄ ; il fonda le royaume de
Ks.ı̄rasvāmı̄. Kanyākubja.
amaranātha [nātha] m. géo. np. d’Ama- amāvāsyā [vāsyā1 ] f. astr. [“quand la lune et
ranātha “Seigneur immortel”, grotte-sanctuaire le soleil habitent ensemble”] néoménie, (nuit de)
shivaı̈te du Kaśmı̄ra, abritant un liṅga de glace. nouvelle lune | var. amāvasyā id.
amaravat [-vat] adv. à l’instar des dieux. amāvāsyānta [anta] m. astr. calendrier
amaraśakti [śakti] m. lit. [PT.] np. du roi d’Inde du Sud, où les mois commencent à la nou-
Amaraśakti “Puissance éternelle”, qui demanda velle lune ; syn. amānta ; opp. pūrn.imānta.
à Vis.n.uśarmā d’éduquer ses trois crétins de fils. amA\sAfn amām.sāśana [a-mām.sāśana] a. m.
amarasim . ha [sim
. ha] m. hist. np. n. f. amām . sāśanā qui s’abstient de manger de la
d’Amarasim . ha “Lion immortel”, lexico- viande.
graphe bouddhiste de la cour du roi Vi- amAtk amātr.ka [a-mātr.-ka] a. m. n. f.
kramāditya, auteur de l’Amarakośa, aussi amātr.kā qui n’a pas de mère.
appelé Nāmaliṅgānuśāsana ; il est l’un des amA(y amātya [amā-tya] m. qui habite la
neuf joyaux [navaratna] de la cour du roi même maison ; proche, parent ; compagnon
Vikramāditya. | [“qui est de la maison royale”] ministre,
amarāvat [-vat] f. amarāvatı̄ myth. np. conseiller du roi.
d’Amarāvatı̄, “l’Immortelle” capitale d’Indra ; amAnq amānus.a [a-mānus.a] a. m. n. f.
elle se meut dans les airs |géo. np. d’Amarāvatı̄1 , amānus.ı̄ [“non humain”] de nature animale | de
capitale du pays Andhra sur la Kr.s.n.ā ; on y nature divine.
trouve un stūpa du 2e siècle ; grand lieu de amAyA amāyā [a-māyā] f. absence de trompe-
pélerinage shivaı̈te, c’est un pañcarāmaks.etra, rie ; sincérité.
le śivaliṅga Amareśvara y fut installé par In- aEmt amita1 [a-mita1 ] a. m. n. f. amitā
dra | géo. np. de la principauté d’Amarāvatı̄2 du démesuré, indéfini ; immense, sans borne, infini.
royaume hindouı̈sé du Campā1 au Sud-Vietnam. amitābha [ābhā2 ] m. bd. np. d’Amitābha
amareśvara [ı̄śvara] m. géo. np. de “Lumière infinie”, jina gardien de l’Ouest dans
l’Amareśvara, śivaliṅga installé par Indra le panthéon du mahāyāna, représenté en gén. en
à Amarāvatı̄1 . dhyāna mudrā ; son paradis est Sukhāvatı̄1 .
amarottama [uttama] a. m. n. f. amarottamā amitāyus [āyus] m. bd. np. d’Amitāyu
suprême parmi les dieux. “l’Éternel”, épith. d’Amitābha.
amaropama [upama] a. m. n. f. amaropamā amitaujas [ojas] a. m. n. f. dont l’énergie est
semblable à un dieu. sans limite.

50
aEmt amita2 [pp. am] a. m. n. f. amitā blessé ; am amū [nom. du. asau] ind. ces deux-là ;
malade. celles-deux-là — acc. celles-deux-là.
aEm/^ amitr [vn. amitra] v. [10] pr. (ami- amn^ amūn [nom. pl. asau] ind. ceux-là.
trayati) être hostile envers. amEBs^ amūbhis [i. pl. asau] ind. par celles-là.
aEm/ amı́tra [a-mitra] a. m. n. f. amitrā en- am<ys^ amūbhyas [dat. pl. asau] ind. à celles-
nemi. là — abl. de celles-là.
amitrakhāda [khāda] a. m. n. f. amitrakhādā am<yAm^ amūbhyām [i. du. asau] ind. par ces
“Dévoreur des ennemis”, titre de gloire, notam- deux-là ; par celles deux-là — dat. à ces deux-
ment du roi Bindusāra. là ; à celles deux-là — abl. de ces deux-là ; de
amitraghāta [ghāta] a. m. n. f. amitraghātā celles-deux-là.
“Tueur des ennemis”, titre de gloire, notamment amm^ amūm [acc. asau] ind. celle-là.
du roi Bindusāra. amt ámūrta [a-mūrta] a. m. n. f. amūrtā in-
amitrasenā [senā] f. armée des ennemis. corporel ; informe — m. myth. np. d’Amūrta
aEmTn amithuna [a-mithuna] a. m. n. f. ami- épith. de Śiva l’“Incorporel”.
thunā non composé de couples ; non apparié. amūrtarajasa [rajas] m. myth. [Rām.] np. du
amF amı̄ [nom. pl. asau] ind. ceux là. roi Amūrtarajasa, fils de Kuśa1 ; il fonda la ville
amFEBs^ amı̄bhis [i. pl. asau] ind. par ceux là. de Dharmāran.ya.
amF<ys^ amı̄bhyas [dat. pl. asau] ind. à ceux aml amūlá [a-mūla] a. m. n. f. amūlā sans
là — abl. de ceux là. fondement ; sans autorité, sans preuve, injustifié
amFmA\-y amı̄mām.sya [a-mı̄mām.sya] a. m. n. — f. amūlā plante à bulbe.
f. amı̄mām . syā indiscutable, dont on ne peut amSy amūlya [a-mūlya] a. m. n. f. amūlyā
douter. qui n’a pas de prix.
amFv amı̄va [am] n. chagrin, douleur — m. amqAm^ amūs.ām [g. pl. asau] ind. de celles-là.
esprit malin — f. amı̄vā maladie ; fléau, peste. amq amūs.u [loc. pl. asau] ind. en celles-là.
amı̄vacātana [cātana] a. m. n. f. amı̄vacātanı̄ ams^ amūs [nom. pl. asau] ind. celles-là —
qui écarte la maladie, qui guérit. acc. id.
amı̄vahan [han2 ] a. m. n. f. amı̄vahanı̄ qui amt amr.ta [a-mr.ta] a. m. n. f. amr.tā im-
apaise la douleur | qui tue l’esprit malin. mortel ; impérissable — m. myth. épith. de
amFqAm^ amı̄s.ām [g. pl. asau] ind. de ceux là. différents dieux, de Dhanvantari, etc. — n. im-
amFq amı̄s.u [loc. pl. asau] ind. en ceux là. mortalité ; paradis ; éternité | myth. nectar, am-
am amu iic. pour asau. broisie, source d’immortalité des dieux ; breu-
amuka [-ka] a. m. n. f. amukā untel | quelque vage apporté par Dhanvantari lors du barattage
chose ; truc, machin. de la mer de lait [ks.ı̄rodamathana], il fut dis-
amútas [-tas] adv. de là ; opp. itas |dans cette tribué aux dieux par Mohinı̄ |aumône volontaire,
direction-là, par là, vers là. moyen de subsistance convenable pour un brah-
mane [s.at.karman] — f. amr.tā nom de diverses
amútra [-tra] adv. là-bas, là ; opp. iha | là-
plantes, femmes et déesses k gr. αµβρoσια ; fr.
haut, dans l’autre monde, dans l’au-delà.
ambroisie.
amZA amun.ā [i. asau] ind. par cela.
amr.tatvá [-tva] n. immortalité.
amm^ amum [acc. asau] ind. cela.
amr.tabindu [bindu] m. n. goutte d’ambroisie
amyA amuyā [i. asau] ind. par celle-là — adv. | lit. np. de l’Amr.tabindūpanis.ad.
ainsi.
amr.tamathana [mathana] n. cf. ks.ı̄roda-
amyos^ amuyos [g. du. asau] ind. de ces deux- mathana.
là, de celles deux-là — loc. en ces deux-là, en
amr.tavars.in [vars.in] a. m. n. f. amr.tavars.in.ı̄
celles deux-là.
qui distribue l’ambroisie — f. amr.tavars.in.ı̄ (mus.
am mAt^ amus.māt [abl. asau] ind. de cela. carnatique) mode [rāga] destiné à faire pleuvoir ;
amE mn^ amus.min [loc. asau] ind. là-bas. myth. Rāvan.a le joua sur sa vı̄n.ā pour éteindre
am m{ amus.mai [dat. asau] ind. à cela. l’incendie lorsque Hanumān mit feu à Laṅkā
am y amus.ya [g. asau] ind. de cela. avec sa queue ; appelé mallāra en Inde du Nord.
am yAm^ amus.yām [loc. asau] ind. en celle-là. amoG amogha [a-mogha] a. m. n. f. amoghā
am yAs^ amus.yās [abl. asau] ind. de celle-là efficace ; infaillible (se dit. not du vajra d’Indra)
— g. id. | qui réussit | heureux, productif, fécond.
am y{ amus.yai [dat. asau] ind. à celle-là. amoghasam . kalpa [sam . kalpa] m. volonté

51
irrésistible. ambikā [-ika] f. petite mère (terme affec-
carati amoghasam . kalpo devavac cākhilam . jagat tueux) | myth. np. d’Ambikā “Petite Mère”, as-
[Suśruta] Il parcourt le monde entier avec une pect terrible de Durgā, śakti de Rudra | myth.
volonté irrésistible, tel un dieu. [Mah.] np. d’Ambikā1 , 2e fille du roi de Kāśi,
amoghasiddhi [siddhi] m. bd. np. d’Amogha- enlevée par Bhı̄s.ma pour épouser Vicitravı̄rya ;
siddhi “l’Infaillible”, jina gardien du Nord dans veuve sans héritier, on lui fit épouser l’ascète
le panthéon du mahāyāna, représenté en gén. en Vyāsa ; ayant fermé les yeux lors de leur union,
abhaya mudrā. son fils Dhr.tarās.t.ra naquit aveugle ; sollicitée de
aMb ámba cf. ambā. nouveau par Vyāsa, elle se fit remplacer par sa
aMbk ambaka n. œil. servante déguisée, de qui naquit Vidura.
aMbr ámbara [anuvr.] n. vêtement | ciel, es- aMb ámbu var. ambhas [abhra] n. eau.
pace, éther | symb. le nombre 0 — ifc. vêtu de. ambuja [ja] n. [“né de l’eau”] lotus ; syn.
abja, ambhoja — m. f. ambujā nom propre.
aMbrFq ambarı̄s.a m. myth. np. du rājars.i
Ambarı̄s.a, auteur d’hymnes du R ambudhi [dhi] m. [“réceptacle de l’eau”]
. gveda ; cf.
Śunah.śepha1 | myth. [Rām.] np. du roi océan | symb. le nombre 4.
d’Ayodhyā Ambarı̄s.a1 , fils de Praśuśruka- amburāśi [rāśi] m. [“amas d’eau”] mer.
Prasuśruta, père de Nahus.a1 . ambuvācı̄ f. soc. festival de quatre jours,
aMb¤ ambas.t.ha [amba-stha] m. nom d’un commençant le dixième jour [daśamı̄] de la quin-
pays et de ses habitants | soc. fils d’un homme zaine sombre [kr.s.n.apaks.a] du mois d’été ās.ād.ha ;
de classe brāhman.a et d’une femme de classe on y célèbre à Kāmagiri la menstruation de la
vaiśya. déesse Kāmākhyā ; dans cette période la terre
est impure, et l’agriculture prohibée ; le temple
aMbA ambā f. mère |myth. [Mah.] np. d’Ambā,
est fermé pendant trois jours, et réouvert le qua-
fille aı̂née du roi de Kāśi ; promise au roi Śālva,
trième avec une grande fête de fertilité.
elle fut enlevée par Bhı̄s.ma puis répudiée par
Śālva ; elle demanda en vain à tous les princes aMBs^ ámbhas [abhra] n. eau ; not. les eaux
de combattre Bhı̄s.ma ; par de grandes austérités célestes | puissance ; capacité | pl. ambhām . si
elle obtint la pitié de Subrahman.ya, qui lui offrit myth. les 4 puissances : les dieux [devās], les
une guirlande de lotus éternellement frais qui hommes [narās], les mânes [pitaras] et les titans
permettrait à celui qui la porterait de vaincre [asurās] | sg. math. symb. le nombre 4.
Bhı̄s.ma ; elle supplia de nouveau tous les princes ambhah.pati [pati] m. myth. np.
en vain, notamment le roi Drupada ; en par- d’Ambhah.pati, épith. de Varun.a “Maı̂tre
tant du palais de se dernier elle laissa la guir- des eaux”.
lande à sa porte ; elle demanda alors vengeance ambhoja [ja] n. [“né de l’eau”] lotus (de
à Rāma1 Jāmadagnya qui combattit Bhı̄s.ma jour) ; syn. abja, ambuja.
sans succès ; elle partit dans l’Himālaya faire aÝ amla a. m. n. f. amlā acide — m. acidité ;
de terribles pénitences et Śiva lui accorda de vinaigre, oseille, substance acide | phil. [nyāya]
renaı̂tre transsexuelle comme Śikhan.d.in pour l’acidité, un type de goût [rasa] k hi. imlı̄.
tuer Bhı̄s.ma ; elle fit un grand bûcher au bord aEÝkA amlikā [amla-ika] f. natu. bot. Tama-
de la Yamunā, dans lequel elle se jeta en disant rindus indica, arbre tamarin.
“Mort à Bhı̄s.ma” ; elle renaquit comme la fille ay áya [i] ifc. agt. m. f. ayā qui va |fait d’aller.
Śikhan.d.inı̄ du roi Drupada ; un jour elle retrouva ayâ ayajña [a-yajñá] a. m. n. f. ayajñā soc.
la guirlande à la porte de son palais et la mit au- qui ne pratique pas le sacrifice védique.
tour de son cou ; par des pénitences elle changea ayt ayata [a-yata] a. m. n. f. ayatā in-
de sexe, et devint Śikhan.d.in — voc. amba adr. contrôlé, sans contrainte.
Madame k tamil ammaa. ayTA ayathā [a-yathā] adv. improprement ;
ambād.ā f. mère | ambālā id. non conformément.
ambālikā f. petite mère (terme affectueux) ayathāmātram [mātra] adv. phon. impropre-
| myth. np. d’Ambālikā “Petite Mère”, épith. ment vis-à-vis de la mesure (défaut de pronon-
de Durgā | myth. [Mah.] np. d’Ambālikā1 , 3e ciation d’une voyelle).
fille du roi de Kāśi, enlevée par Bhı̄s.ma pour ayn áyana [aya-na] n. chemin, trajet, par-
épouser Vicitravı̄rya ; veuve sans héritier, on lui cours | astr. demi-année (parcours du Soleil
fit épouser l’ascète Vyāsa ; étant blanche de peur d’un solstice à l’autre) ; solstice ; cf. uttarāyan.a,
lors de leur union, son fils Pān.d.u naquit blanc. daks.in.āyana.

52
ayanaghos.a [ghos.a] m. myth. [GG.] np. ay  aye interj. oh ! ah ! (surprise) | eh ! holà !
d’Ayanaghos.a, vacher de Vr.ndāvana, époux de (appel).
Rādhā. ayo ayo cf. ayas.
ayanām. śa [am
. śa] m. astr. précession des ayog ayoga [a-yoga] m. séparation ; disjonc-
équinoxes (différence entre le zodiaque tropique tion |séparation d’un être aimé |non conformité ;
[sāyana] et le zodiaque sidéral [nirayana]). inutilité, inefficacité ; impossibilité | traitement
ayanānta [anta] m. astr. solstice. médical inapproprié | astr. conjonction d’astres
aym^ ayam pn. dém. m. f. iyam n. idam [sg. défavorable.
nom. ayam, acc. imam, i. anena, dat. asmai, abl. ayogavāha [vāha] m. phon. [“non non listé
asmāt, g. asya, loc. asmin ; du. nom. acc. imau, avec les autres phonèmes”] désigne l’anusvāra,
i. dat. abl. ābhyām, g. loc. anayos ; pl. nom. ime, le visarga et leurs variantes.
acc. imān, i. ebhis, dat. abl. ebhyas, g. es.ām, loc. ayogv ayogava m. f. ayogavı̄ soc. caste
es.u] ce, cet, ces (ici) ; celui-ci ; voici, ce qui suit mêlée ; se dit du descendant d’un homme śūdra
| il ; le. et d’une femme vaiśyā ; not. caste de charpen-
ayam . janah. cette personne-ci ; moi-même. tiers.
ayam asmi me voici. ayoˆ ayoddhr. [a-yoddhr.] agt. m. f. ayoddhrı̄
ime smah. nous voici. non-combattant ; lâche.
mām imam moi ici. ayo@y ayodhya [a-yodhya] a. m. n. f. ayodhyā
ko ’yam āyāti qui vient ici ? invincible — f. ayodhyā myth. np. de la ville
ays^ áyas n. véd. bronze, cuivre ; métal | d’Ayodhyā “l’Invincible”, fondée par Iks.vāku,
(après 1200 ant.) fer k lat. aes ; ang. ore ; fr. capitale de la lignée solaire [sūryavam . śa] et no-
airain. tamment du roi Rāma ; c’est l’une des 7 villes
áyasmáya [maya] a. m. n. f. ayasmayı̄ véd. en sacrées [saptapurı̄] ; mod. Oudh, près de Faiza-
fer ; métallique — f. ayasmayı̄ myth. np. d’Ayas- bad dans l’Uttar Pradesh.
mayı̄ “En fer”, l’une des 3 villes des anti-dieux ayoEn ayoni [a-yoni] a. m. n. f. hors de la ma-
[asura] ; cf. tripura. trice ; spontané, original ; sans commencement
ayogud.a [gud.a] m. boulet de fer. — m. myth. épith. de Brahmā “l’Incréé”.
ayodan.d.a [dan.d.a] m. barre de fer. ayonija [ja] a. m. n. f. ayonijā qui n’est pas
ayomus.t.i [mus.t.i] a. m. n. f. aux poings né du sein maternel |myth. np. d’Ayonija, épith.
d’acier. de Hariharaputra “Conçu sans matrice” ; on dit
ayAs^ ayās ind. véd. (a.) agile | (n.) feu. qu’il fut recueilli enfant par le roi Rājaśekhara1
de Pandalam au Kerala, descendant de la dy-
aEy ayi interj. hé ! holà ! s’il vous plaı̂t ! nastie Pān.d.ya, qui l’adopta comme son héritier ;
ayÄ áyukta [a-yukta] a. m. n. f. ayuktā sous le nom d’Ayyappā, il est l’objet d’un culte
non connecté ; non uni | non préparé ; non important au Kerala, not. à Sabarimala ; cf.
attentif | inadéquat, non conforme ; indigne ; Man.ikan.t.ha — f. ayonijā myth. [“Immaculée
déraisonnable, absurde. conception”] épith. de Sı̄tā, de Draupadı̄, etc.
ayj^ ayúj [a-yuj2 ] a. m. n. f. non apparié ; (en ayonisambhava [sambhava] a. m. n. f. ayo-
nombre) impair — a. m. n. ayujá id. nisambhavā cf. ayonija — m. génération spon-
ayt áyuta [a-yuta1 ] a. m. n. f. ayutā sans en- tanée.
traves, libre ; illimité, innombrable | inséparable, ar ará [arp] a. m. n. f. arā rapide — m. rayon
indissoluble — n. ayúta [“sans bornes”] dix d’une roue | jn. division du temps.
mille ; un milliard (100 kot.i) ; une myriade. aram adv. prêt, bien disposé ; assez, convenable-
ayutasiddha [siddha1 ] a. m. n. f. ayutasiddhā ment.
phil. [vaiśes.ika] inséparable, uni indissoluble- aram . kr. préparer.
ment ; ajouté en quantité (opp. yutasiddha) | aram . gam s’occuper de.
intrinsèque. araghat.t.a [ghat.t.a] m. roue ou poulie de
ayutāyus [āyus] m. myth. np. d’Ayutāyu puits.
“Infiniment âgé”, roi d’Ayodhyā, fils de Sind- aranātha [nātha] m. jn. np. d’Aranātha
hudvı̄pa, père de R . tuparn.a, ancêtre de Raghu “Maı̂tre du Temps”, 18e tı̄rthaṅkara mythique ;
et donc de Rāma | var. ayutāyu id. son corps est jaune d’or, son symbole est un
ayˆ áyuddha [a-yuddha] n. absence de com- poisson ; on lui associe aussi le diagramme
bat. nandyāvarta.

53
arZ áran.a [a-ran.a] a. m. n. f. aran.ā retiré, aEr/ aritra [r.] a. m. n. f. aritrā qui propulse,
étranger ; éloigné, distant ; isolé — n. refuge. qui conduit — m. rame ; gouvernail.
arEZ arán.i f. bâton à feu | sa partie aEr£ áris.t.a [a-ris.t.a] a. m. n. f. aris.t.ā indemne,
supérieure ; syn. aśvattha | du. aran.ı̄ ses deux sain et sauf — n. signe favorable, chance — m.
parties. myth. np. du démon [asura] Aris.t.a “Chanceux”,
ary áran.ya [aran.a-ya] n. bois, forêt ; nature fils de Bali, à l’aspect d’un énorme taureau fu-
sauvage | lieu isolé, désert ; cf. dharmāran.ya. rieux ; il fut vaincu par Kr.s.n.a, qui le poignarda
aran.yarājya [rājya] n. souveraineté sur la avec sa propre corne.
forêt. aris.t.átāti [tāti] f. bonheur ; santé ; chance.
aran.yavāsin [vāsin1 ] agt. m. f. aran.yavāsinı̄ áris.t.anemi [nemi] a. m. n. f. dont la jante
qui vit retiré dans la forêt. de roue est intacte — m. véd. np. d’Aris.t.anemi,
aran.yānı̄ [-ānı̄] f. nature sauvage. associé de Tārks.ya, auteur d’un hymne du RV. ;
ary  aran.ye [loc. aran.ya] iic. Sumati1 est sa fille |jn. épith. de Neminātha, 22e
aran.yetilaka [tilaka] m. pl. évènement inat- tı̄rthaṅkara.
tendu [“comme des grains de sésame dans la az aru m. le soleil — acc. arum [arus] cf.
forêt”]. arum . tuda.
arEt arati [a-rati] f. déplaisir, peine ; chagrin, azj aruja [a-ruj2 ] a. m. n. f. arujā sain, non
regret, deuil. malade.
arE× aratni m. coudée, aune ; mesure de lon- azZ arun.á a. m. n. f. arun.ā f. arun.ı̄
gueur, de 24 doigts [aṅgula] (environ 46 cm) — rougeâtre ; rouge (couleur de l’aurore) — m. la
f. coude. couleur rouge rosé ; l’aurore |myth. np. d’Arun.a,
arps^ arapás [a-rapas] a. m. n. f. sans infir- demi-dieu personnifiant l’Aurore, cocher du char
mité ; indemne ; bien portant. de Sūrya ; il est le fils estropié de Kaśyapa et Vi-
natā et frère de Garud.a ; son épouse est Śyenı̄,
arEvd aravinda m. lotus (de jour), nym-
Sampāti et Jat.āyu sont ses fils — n. rubis.
phea.
arun.ācala [acala] m. géo. np. d’Arun.ācala
aravindanābhi [nābhi] m. myth. np. d’Ara-
“Montagne de Feu”, colline du Tamil Nadu
vindanābhi, épith. de Vis.n.u-Nārāyan.a “Dont le
près de mod. Tiruvannamalai portant un temple
nombril porte un lotus”.
dédié à Śiva-Śaṅkara1 sous la forme du tejoliṅga
ars arasá [a-rasa] a. m. n. f. arasā sans goût, Arun.ācaleśvara ; cf. Rāman.a.
insipide ; faible | qui n’a pas le sens du goût —
arun.ācaleśvara [ı̄śvara] m. myth. np.
m. absence de sève, absence de jus.
d’Arun.ācaleśvara, “Seigneur de la colonne de
arsâ arasajña [a-rasajña] a. m. n. f. arasajñā feu”, forme ignée [tejoliṅga] de Śiva ; son sanc-
qui n’a pas de goût pour ; qui ne s’intéresse pas
tuaire est à Tiruvannamalai au Tamil Nadu ;
à.
c’est le pañcabhūtasthala associé à l’élément feu
arasajñatā [-tā] f. méd. perte du sens du [tejas].
goût, ageusia ; syn. rasājñāna. azEZ arun.i m. phil. np. du muni Arun.i.
arAjk arājaka [a-rājaka] n. absence de roi, azDtF arundhatı̄ [a-rundhat] f. myth. np.
anarchie — a. m. n. f. arājakā sans roi. d’Arundhatı̄ “Découverte”, épouse de Vasis.t.ha ;
arājakatā [-tā] f. anarchie. aux cérémonies de mariage le marié l’invoque
arAEt árāti [a-rāti] f. défaveur ; inimitié, hos- comme exemple de fidélité conjugale et le prêtre
tilité | pl. arātayas sorcières — m. ennemi. montre à la future épouse l’étoile Alcor qui
arAEˆ arāddhi [a-rāddhi] f. insuccès, échec. la symbolise ; on l’associe aussi à kun.d.alinı̄
aEr ari [r.] a. m. n. f. fidèle ; zélé, fervent, pieux et aux plantes médicinales ; cf. Maitrāvarun.ı̄,
| avide ; envieux | hostile — m. ennemi. Aks.amālā | astr. l’étoile Alcor de la Grande
arim . dama var. arindama [dama] a. m. n. f. Ourse ; peu visible, on la découvre en la
arim. damā qui subjugue son ennemi. désignant indirectement par son compagnon,
arisamāsa [samāsa] m. gram. l’étoile principale Mizar, qui symbolise son
[“rassemblement d’ennemis”] composé irrégulier époux Vasis.t.ha ; cf. Kr.ttikās.
(par ex. de sanskrit et de prakrit). iyamarundhatı̄ bhagavatı̄ sūks.mā ya enām na
arisūdana [sūdana] m. myth. np. de paśyati sa s.an.māsān mriyate Cette divine
Arisūdana, épith. de Kr.s.n.a “qui détruit Arundhatı̄ est minuscule ; celui qui ne peut la
l’ennemi”. voir mourra dans les 6 mois.
aErt aritr. [r.] agt. m. f. aritrı̄ rameur. arundhatı̄darśananyāya [darśana-nyāya] m.

54
phil. [“science de la vision d’Arundhatı̄”] aQy arcya [abs. r.c1 ] ind. ayant honoré.
procédé rhét. d’explication indirecte par ap- aj^ arj cf. r.j.
proximation (on montre l’étoile Alcor en mon-
trant d’abord la Grande Ourse, puis Mizar).
aj n arjana [r.j-ana] n. gain, acquisition.
azq arus.á [relié à arun.a] a. m. n. f. arus.ı̄ aEj t arjita [pp. r.j] a. m. n. f. arjitā acquis.
rougeâtre. aj n árjuna [r.j] a. m. n. f. arjunı̄ blanc, clair,
azs^ árus a. m. n. f. blessé — n. cicatrice, argenté ; brillant — m. myth. [Mah.] np. du
blessure. héros Arjuna “Immaculé”, l’un des 5 pān.d.avās,
arūkr. blesser. fils de Pān.d.u du clan des Bharatās ; il fut conçu
arum. tuda [tuda] a. m. n. f. arum . tudā qui des amours du dieu Indra et de Kuntı̄, et ainsi
blesse. appelé Pārtha ; il représente l’Homme comme
ar  are [voc. ari] interj. (appel) hé ! holà ! eh son cousin maternel Kr.s.n.a représente Dieu, se-
bien ! lon la dualité des jumeaux Nara-Nārāyan.a ; ar-
arog aroga [a-roga] a. m. n. f. arogā bien por- cher insurpassable, il possédait l’arc magique
tant, en bonne santé — m. santé. Gān.d.ı̄va de Varun.a, que lui avait remis Agni ;
aro`y arogya [aroga-ya] a. m. n. f. arogyā il était le meilleur élève de Dron.a, qui lui donna
sain, bien portant — m. santé. l’arme brahmaśiras ; pour payer son maı̂tre il
arogyatā [-tā] f. santé. soumit le roi Drupada, puis il conquit de nom-
ak arká [r.c1 ] m. véd. rayon, éclair | soleil ; breux autres royaumes ; il combattit le gand-
feu | symb. le nombre 12 | natu. bot. Cala- harva Aṅgāraparn.a, qui lui enseigna la science
tropis gigantea, plante médicinale et employée de vision extralucide [cāks.us.ı̄] ; au svayam . vara
dans des rituels de magie et en alchimie | soc. de la princesse Draupadı̄, déguisé en brahmane,
hymne, chant de louange ; cérémonie associée à il remporta l’épreuve, mais à son retour sa mère
l’aśvamedha | myth. np. d’Arka “Rayonnant”, Kuntı̄ ordonna qu’il partageât son prix avec ses
épith. du dieu Sūrya ou Indra. frères, et Draupadı̄ dut devenir l’épouse com-
mune des cinq pān.d.avās, accomplissant ainsi la
ag l argala m. verrou, barre (de porte).
promesse faite dans une vie antérieure à Indra-
argalam . dā tirer le verrou. senā1 ; son cousin Kr.s.n.a lui donna en mariage
ag Elt argalita [argala] a. m. n. f. argalitā
sa sœur Subhadrā, qu’il épousa après l’avoir
verrouillé, fermé.
enlevée, selon le mode de mariage ks.atriya ; il
aG arghá [arh] m. valeur, prix | don honori- épousa aussi Citrāṅgadā, dont il eut pour fils
fique.
Babhruvāhana ; il s’unit à la nymphe-serpent
a]y arghya [pfp. [1] arh] a. m. n. f. arghyā [nāgı̄] Ulūpı̄, dont il eut pour fils Irāvān ; il suivit
qui a de la valeur ; estimé ; qui mérite d’être of-
en exil son frère le roi Yudhis.t.hira, avec ses frères
fert — n. soc. eau d’hommage présentée à l’hôte
et leur épouse commune Draupadı̄ ; à leur 13e
[atithi] ; oblation à Sūrya, aux pitaras, etc.
année d’exil, il se dissimula comme le travesti
ac^ arc cf. r.c1 . Br.hannad.ā à la cour du roi Virāt.a ; il se prépara
ac k arcaka [arc-aka] a. m. n. f. arcakā qui à la bataille fratricide, not. en séjournant 5 ans
honore ; qui adore — m. adorateur | mod. offi- aux cieux chez Indra ; Śiva-Pinākin lui ensei-
ciant de temple. gna l’arme Pāśupata ; Kr.s.n.a lui servit de co-
ac n arcana [arc-ana] a. m. n. f. arcanı̄ ifc. cher dans la bataille du Kuruks.etra, où Il lui
qui honore, qui adore, qui vénère — n. hom- révéla Sa nature divine dans la Bhagavadgı̄tā,
mage rendu (à une divinité, un supérieur) | qui est un dialogue entre Dieu et l’Homme re-
soc. cérémonie au temple où le prêtre célébrant cevant son devoir [dharma] de se réaliser par
énonce le nom, le naks.atra de naissance et le go- l’action juste [karmayoga] ; lors de la bataille,
tra du fidèle aux fins de bénédiction — f. arcanā il fit tomber de son char son aı̈eul Bhı̄s.ma ; il
id. dut combattre son guru Dron.a ; il combattit l’in-
ac nFy arcanı̄ya [pfp. [2] r.c1 ] a. m. n. f. ar- vincible Karn.a, et le tua lorsque son char s’en-
canı̄yā à honorer ; vénérable. lisa ; pour ces actes négatifs il est Bı̄bhatsu qui
acA arcā [arc] f. culte, adoration | idole. répugne à la tâche ; après la grande bataille, il
aEc arci [r.c1 ] m. rayon, flamme — n. arcis id. suivit le cheval du sacrifice de Yudhis.t.hira pour
| splendeur. soumettre tous les rois de la Terre ; au Man.ipura
aEc t árcita [pp. r.c1 ] a. m. n. f. arcitā honoré, il défia son fils Babhruvāhana, qui le transperça
considéré. de flèches ; il fut ressuscité par Ulūpı̄ ; lorsque

55
Dharmarāja décida leur renoncement [tyāga], arthena balavān sarvo ’py arthād bhavati
il suivit ses frères et leur femme commune pan.d.itah. [PT.] C’est par l’argent que tout
dans leur marche vers le Ciel, vêtus d’écorce ; homme est fort, c’est de l’argent que vient même
dans la forêt, Agni lui demanda de rendre l’arc le pan.d.ita.
Gān.d.ı̄va en le jetant à la rivière, pour qu’il re- yasyārthās tasya mitrān.i | yasyārthās tasya
tournât à Varun.a ; il mourut en chemin, son bāndhavāh. | yasyārthās sa pumāṁlloke |
dharma n’étant pas parfait, car il s’était vanté yasyārthās sa ca pan.d.itah. k [PT.] Qui a de l’ar-
de tuer tous ses ennemis en une seule journée ; cf. gent a des amis ; qui a de l’argent a de la famille ;
Irāvān, Aindri, Kirı̄t.in, Gud.ākeśa, Jaya, Jis.n.u, qui a de l’argent est un homme en ce monde ; ce-
Tāpatya, Devadatta, Dhanañjaya, Nandighos.a, lui qui a de l’argent est même un grand savant.
Param . tapa, Phālguna, Bhārata, Vānaraketu, arthakriyā [kriyā] f. action en vue d’un but.
Vijaya, Śvetavahana, Savyasācin | myth. np. arthakriyākāritva [kāritva] n. phil. (essence
d’Arjuna1 Kārtavı̄rya, fils du roi Kr.tavı̄rya | de ce qui cause une action efficace) efficacité cau-
natu. bot. Terminalia arjuna, arbre Arjuna, une sale ; bd. caractérise l’existence [sattva].
combretacée ; il est employé en médecine pour arthagata [gata] a. m. n. f. arthagatā gram.
réduire le cholestérol ; syn. marudha |géo. chaı̂ne dont l’usage est indépendant du sens (se dit des
de moyenne montagne au Mahārās.t.ra k lat. ar- noms propres).
gentum ; fr. argent. arthagaurava [gaurava] n. profondeur, im-
aZ arn.a m. n. flot, courant, vague ; mer | portance du sujet (d’une œuvre).
syllabe. arthacitra [citra] n. lit. [“qui a plusieurs
aZ v arn.ava [arn.a-va] a. m. n. f. arn.avā agité sens”] jeu de mot ; équivoque.
de vague, houleux, bouillonnant ; aqueux, marin arthatattva [tattva] n. véritable nature de
— m. mer (houleuse) ; flots, vagues, écume. l’affaire.
aEt arti [relié à ārti] f. souffrance. arthatva [-tva] n. fait de servir à, usage.
artihara [hara] a. m. n. f. artiharā qui sup- arthadūs.an.a [dūs.an.a] n. spoliation de la pro-
prime la souffrance. priété d’autrui | prodigalité, gâchis de sa propre
aT^ arth [vn. artha] v. [10] pr. md. (arthayate) fortune.
pp. (arthita) pfp. (arthanı̄ya) pf. (abhi, pra, arthapati [pati] m. lit. [DKC.] np. d’Artha-
prati, sam) demander, solliciter h2 acc.i ; implo- pati “Affairiste”, riche caravanier, concurrent de
rer | donner la signification de. Dhanamitra, berné par Apahāravarmā.
aT ártha [r.-tha] m. but, cause, motif ; in- arthapara [para] a. m. n. f. arthaparā
tention ; sens, signification | chose, objet ; af- intéressé, affairiste.
faire ; fait, réalité | récompense ; utilité, intérêt artharūpa [rūpa] a. m. n. f. artharūpā consis-
| possession, propriété, biens, richesse, avoir ; tant en.
avantage, profit (de hi.i) ; pouvoir | soc. l’ac- arthavāda [vāda] m. phil. glose (not.
quisition de biens matériels, un des buts de d’hymnes védiques) | lit. texte liant le rituel à
l’existence [purus.ārtha] | gram. sens, significa- sa justification mythique ou cosmologique dans
tion d’un mot ; notion à exprimer, sémantique ; la littérature brāhman.a ; opp. vidhi.
but communicatif | gram. l’un des trois usages arthavijñāna [vijñāna] n. phil.
d’un mot : sens propre [abhidhā2 ], sens figuratif compréhension fine de l’enseignement.
[laks.an.ā] et sens suggestif [vyañjanā] — acc. ar- arthaśāstra [śāstra] n. gestion politique, ad-
tham adv. à cause de ; en vue de, afin de, pour ministration du royaume ; économie ; morale |lit.
obtenir ; à l’usage de ; en guise de, comme hg. np. de l’Arthaśāstra, traité d’économie politique
iic.i — g. arthāya id. — loc. arthe id. — i. ar- de Kaut.ilya, ministre de Candragupta Mau-
thena id. — dat. arthāt adv. selon le cas. rya ( ?313–289 ant.) ; il comprend 15 sections
ko ’rtho hi.i à quoi bon ? [adhikaran.a].
tadartha qui a tel objet, utile à cela ; qui existe arthasādhaka [sādhaka] a. m. n. f. ar-
en vue de. thasādhikā utile, efficace, profitable.
evamartham qui a tel objet, utile à cela ; qui arthāpatti [āpatti] f. phil. raisonnement par
existe en vue de. présomption.
yathārtham selon le sens. arthārjana [arjana] n. acquisition d’un objet.
arthasya purus.o dāso dāsas tvartho na kasya cit arthālam. kāra [alam . kāra] m. lit.
[Mah.] L’homme est l’esclave du pouvoir, mais [“embellissement du sens”] figure de style
le pouvoir n’est l’esclave de rien. poétique ; opp. śabdālam . kāra.

56
aT nFy arthanı̄ya [pfp. [2] arth] a. m. n. f. ardhamāgadhı̄ [māgadhı̄] f. dialecte de la
arthanı̄yā à réclamer. langue māgadhı̄, utilisé pour les textes sacrés de
aT vt^ arthavat [artha-vat] a. m. n. f. artha- la tradition jaina.
vatı̄ riche ; significatif ; valable, utile — f. artha- ardharcá [r.ca] m. n. gram. hémistiche, demi-
vattā richesse ; utilité. stance (marquée par une pause [avasāna] dans
aTA t^ arthāt [abl. artha] ind. selon le cas | en la récitation, avec absence de liaison [sandhi]).
fait ; c’est-à-dire. ardharcādi [ādi] a. m. n. f. gram. se dit d’un
aET t arthita [pp. arth] a. m. n. f. arthitā de- groupe [gan.a] de mots employés au neutre aussi
mandé. bien qu’au masculin.
aET n^ arthin [arth-in] agt. m. f. arthinı̄ ardhavirāma [virāma] m. milieu d’une
qui désire, qui recherche ; cupide ; solliciteur, stance, indiqué en écriture par le simple dan.d.a ;
quémandeur ; plaideur | pauvre, nécessiteux ; opp. pūrn.avirāma.
mendiant, suppliant | qui se propose ; amant. ardhavisarga [visarga] m. phon. marque les
aLy

arthya [arth-ya] a. m. n. f. arthyā riche. sons védiques jihvāmūlı̄ya et upadhmānı̄ya.
ad^ ard v. [1] pr. (ardati) pp. (ardita) tour- ardhāntaraikapadatā [antara-ekapada] f.
billonner, être agité |inquiéter, tourmenter, bles- gram. utilisation dans un hémistiche d’un mot
ser. grammatiquement lié dans l’autre.
ad n ardana [ard-ana] a. m. n. f. ardanā qui ardhokta [ukta] a. m. n. f. ardhoktā à moitié
tourmente, destructeur — m. myth. np. d’Ar- dit.
dana, épith. de Śiva “qui tourmente” — n. peine, aED k árdhika [ardh-ika] a. m. n. f. ardhikā
torture, destruction. formant la moitié de.
aEd t ardita [pp. ard] a. m. n. f. arditā affligé, aED n^ ardhin [ardh-in] agt. m. f. ardhinı̄ rece-
vant la moitié de.
tourmenté, blessé ; tué.
ap^ arp [ca. r.] v. [10] pr. (arpayati) pp. (ar-
aD^ ardh [ca. r.dh] v. [10] pr. (ardhayati) sa- pita) inf. (arpayitum) abs. (arpayitvā) envoyer,
tisfaire.
lancer, diriger vers |fixer, mettre sur, ficher dans
aD ardhá a. m. n. f. ardhā demi, semi — m. | offrir, restituer, transférer.
n. la moitié — loc. ardhe adv. au milieu de — ap Z arpan.a [arp-ana] n. envoi, soumission ;
iic. (avec ordinal) réduit d’une moitié. consigne ; transfert ; acte de confier à la garde.
ardhatr.tı̄ya deux et demi. aEp t arpita [pp. arp] a. m. n. f. arpitā fixé ;
ardhakukkut.ı̄nyāya [kukkut.ı̄-nyāya] m. phil. lancé ; mis ; muni de | abandonné, livré, offert ;
[“logique de la demi-poule”] dicton [subhās.ita] confié, soumis ; rendu.
exigeant la cohérence de la rhétorique. arpitamanobuddhi [manas-buddhi] f. phil.
na hi kukkut.yā ekadeśah. pacyata ekadeśah. pra- esprit et raison soumis (à Dieu).
savāya kalpate [Kumārila] On ne peut pas avoir ab d árbuda n. quantité innombrable ; cent
d’une part que la poule soit en train de cuire, et millions ; cf. mahārbuda |tumeur, grosseur ; mul-
d’autre part qu’elle soit en train de pondre. titude, troupe — m. véd. np. d’Arbuda, démon-
ardhagaṅgā [gaṅgā] f. myth. np. d’Ard- hydre [nāga] vaincu par Indra ; il descend de
hagaṅgā “Moitié du Gange”, épith. de la Kāverı̄, Kadrū [kādraveya] | géo. np. du Mont Arbuda,
moitié séparée de la Gaṅgā par Jahnu. mod. Mont Abū, sur un plateau à 1200 m au
ardhacandra [candra] m. demi-lune ; flèche à Rajasthan, près du Gujarāt ; c’est un lieu de
pointe en forme de demi-lune ; motif des plumes pélerinage jn. important.
de paon, etc. | gram. notation pour l’anusvāra ; arbudaparvata [parvata] m. géo. np. du
cf. candrabindu. Mont Arbuda2 “aux millions de pics”, à l’ouest
ardhacandram . dā saisir à la nuque. du Deccan ; c’est un important lieu de pélerinage
ardhadharmapūjā [dharma-pūjā] f. phil. rite Jaı̈n ; mod. Mont Abū.
de don de la moitié de son mérite religieux arbudaśikhara [śikhara] m. cf. arbudapar-
[dharma] à un pécheur. vata.
ardhadhātu [dhātu] m. cf. ārdhadhātuka. aB árbha a. m. n. f. arbhā véd. petit, insi-
ardhanārı̄śvara [nārı̄-ı̄śvara] m. myth. np. gnifiant — m. arbhá véd. garçon, enfant k gr.
d’Ardhanārı̄śvara le “Seigneur Androgyne”, oρφανoς ; lat. orbus.
épith. de Śiva [“à moitié femme”] ; cf. Bhr.ṅgı̄. arbhaká [-ka] a. m. n. f. arbhakā petit ; fra-
ardhaman.d.apa [man.d.apa] m. n. (arch.) hall gile — m. garçon, enfant ; petit d’animal.
d’entrée dans un temple. námo mahádbhyo námo arbhakédbhyo námo

57
yúvabhyo náma āśinébhyah. [RV.] Hommage aux al -ala forme des agt.
grands, hommage aux petits, hommage aux alk alaka m. n. boucle, mèche — f. alakā
jeunes, hommage aux vieux. myth. np. d’Alakā, capitale de Kubera, située
am árma m. pl. armās ruines. sur le flanc du Kailāsa.
armaká [-ka] n. ruines, décombres, déblais. alakanandā [nandā] f. petite fille entre 8 et
ay aryá [pfp. [1] r.] a. m. n. f. aryā [“qui sert 10 ans | géo. np. de la rivière Alakanandā, dans
avec zèle”] dévoué, fidèle, loyal ; favorable, at- l’Himālaya, principale tributaire du Gange ; elle
tentionné — m. árya noble, maı̂tre | soc. homme traverse Badarı̄nātha, et rejoint la Bhāgı̄rathı̄ à
de la 3e caste [varn.a] ; syn. vaiśya. Devaprayāga pour former la Gaṅgā.
ay mn^ aryamán [arya-man] m. proche, in- alÄ alakta m. laque rouge (les femmes s’en
time ; garçon d’honneur | myth. véd. np. fardent la paume des mains et la plante des
d’Aryamā “Parrain”, radieux [āditya] mineur, pieds).
adjoint de Mitra, garant de l’ordre de la société al"Z alaks.an.á [a-laks.an.a] a. m. n. f.
ārya, patron du mariage ; il garde notamment alaks.an.ā sans signe particulier ; ordinaire, non
l’exogamie : il faut se marier hors de son clan décoré.
[gotra] ; il préside les mânes [pitaras] et protège alE"t álaks.ita [a-laks.ita] a. m. n. f. alaks.itā
les chemins ; il symbolise l’hospitalité, et est le qui passe inaperçu, non remarqué ; non perçu.
dieu des Coutumes ; astr. il régit le naks.atra Ut- alG alaghu [a-laghu] a. m. n. f. lourd | long
taraphalgunı̄ (β du Lion). (syllabe) | lent | de poids, significatif ; sérieux,
aryamn.ah. panthās [pathin] la Voie Lactée solennel | intense ; violent.
[“chemin d’Aryamā”]. al¿nFy alaṅghanı̄ya [a-laṅghanı̄ya] a. m. n.
av arva iic. prêt, proche. f. alaṅghanı̄yā insurpassable ; qui ne peut être
av t^ árvat [ara-vat] a. m. n. f. arvatı̄ rapide, dépassé (not. à la course) ; invincible | qui ne
véloce — m. cheval ; coursier — m. arvan id. doit pas être transgressé ou enfreint.
avA k^ arvāk [nom. arvāc] adv. par ici ; de ce alaṅghanı̄yatā [-tā] f. état d’insurpassabilité ;
côté-ci ; devant |près de, à coté de hloc.i |à partir invincibilité ; fait de ne pas trop s’approcher ;
de habl.i. fait de ne pas être transgressé ou enfreint.
arvāk kr. mettre devant. alE¿t alaṅghita [a-laṅghita] a. m. n. f.
arvāṅ nud pousser vers l’avant, vers le bas. alaṅghitā vierge, non transgressé ; (chemin) non
arvākkālika [kālika] a. m. n. f. arvākkālikā foulé.
plus proche dans le temps ; postérieur. alND alabdha [a-labdha] a. m. n. f. alabdhā
arvākkālikatā [-tā] f. postériorité. non obtenu.
avA c^ arvāc var. arvāñc [arva-ac] a. m. n. f. alabdhanidra [nidrā2 ] a. m. n. f. alabdha-
arvācı̄ [m. nom. arvāṅ ; n. nom. arvāk] tourné nidrā insomniaque.
de ce côté ; tourné vers le bas. alBmAn alabhamāna [a-labhamāna] a. m. n.
arvāk adv. à côté. f. alabhamānā qui n’attrape pas.
af s^ arśas n. hémorrhoı̈des. alm^ álam [relié à aram] adv. assez, suffisam-
ment, très |assez de, que cesse, ne ... pas hi. abs.i
af s arśasa [arśas] a. m. n. f. arśasā souffrant | adéquat ou convenable pour, adapté à hdat. g.
d’hémorrhoı̈des. iic.i | prêt à, capable de, de taille à hinf.i.
aq^ ars. cf. r.s.. alam
√ . kr. préparer, orner.
ah^ arh v. [1] pr. (árhati) pr. md. (arhate) alam . kuruta adr. daignez vous installer.
aor. [5] (ārhı̄t) pp. (árhita) ppr. (arhat) pfp. (ar- alam . prajāyāh. capable de descendance.
ghya) être digne de, mériter, avoir droit à hacc.i ; alam . bhuktvā assez mangé.
devoir |pouvoir, être capable de — ca. (arháyati) alam . vicārya assez discuté.
donner le droit de, autoriser, permettre. alam . śokena ne soyez pas triste.
... arhasi adr. veuille, daigne, je te prie de ... alam . hanis.yati il pourra tuer.
hinf.i. alam. kāra var. alaṅkāra [kāra] m.
ah arha [arh] a. m. n. f. arhā digne de, préparation ; ornement, décoration ; fait
méritant ; susceptible de ; propre à hg. acc.i. d’orner | lit. figure de rhétorique ; ornement
ah t^ arhat [ppr. arh] a. m. n. f. arhantı̄ stylistique, tournure poétique | gram. sens figuré
méritant, bon ; digne, honorable, respectable | (opp. vastu sens propre).
bd. vénérable, saint. alaṅkāra priyo vis.n.ur abhis.eka priyo śivah.
al ala n. aiguillon (d’abeille ou de scorpion). soc. (prononcé pendant l’aspersion [abhis.eka]

58
du liṅga) Par l’ornement on adore Vis.n.u, par alaukikarasa [rasa] m. phil. [Abhinavagupta]
l’aspersion on honore Śiva. expérience esthétique sublime.
alaṅkāracūd.āman.i [cūd.āman.i] m. lit. np. aSp álpa a. m. n. f. alpā petit, court, faible,
de l’Alaṅkāracūd.āman.i “Sommet de l’art insignifiant | en petit nombre, en faible quantité,
poétique”, commentaire par Hemacandra de rare.
son Kāvyānuśāsana, lui-même poursuivi par son alpam adv. peu, un peu.
Viveka1 . alpakāla [kāla1 ] m. instant.
alam . kāratilaka [tilaka] m. lit. np. de alpakālam adv. en un instant, en peu de temps.
l’Alaṅkāratilaka “Ornement des figures de sty- alpadhı̄ [dhı̄2 ] a. m. n. f. faible d’esprit, stu-
le”, œuvre d’esthétique due à Bhānudatta. pide ; borné.
alam . kāraśāstra [śāstra] n. lit. poétique ; alpaprān.a [prān.a] a. m. n. f. alpaprān.ā
théorie littéraire. qui a le souffle court ; vite découragé, sans
alam . kr.ta var. alaṅkr.ta [kr.ta] a. m. n. f. persévérance |phon. (phonème) non aspiré ; opp.
alam. . tā préparé, orné ; décoré.
kr mahāprān.a.
alMbq alambus.a m. paume de la main, avec alpavidya [vidyā] a. m. n. f. alpavidyā peu
les doigts tendus — f. alambus.ā barrière ; ligne éduqué ; inculte.
à ne pas franchir. alpavı̄rya [vı̄rya] a. m. n. f. alpavı̄ryā faible,
alambus.āyā [ayā] f. myth. [Rām.] np. de la qui a peu de forces.
nymphe Alambus.āyā, qui enfanta de Viśāla par alpaśas [-śas] adv. à un faible degré, faible-
Iks.vāku. ment.
alvZ alavan.a [a-lavan.a] a. m. n. f. alavan.ā alpāhāra [āhāra] a. m. n. f. alpāhārā frugal,
non salé.
qui se contente de peu ; abstinent.
als alasá [a-lasa] a. m. n. f. alasā paresseux, alpāhārin [-in] a. m. n. f. alpāhārin.ı̄ id.
indolent, désœuvré ; sans énergie, fatigué ; inerte
| langoureux.
aSpk alpaka [alpa-ka] a. m. n. f. alpikā tout
petit, menu, faible.
alaseks.an.a à l’allure langoureuse.
alasakanyā [kanyā] f. arch. (sculpture) pos-
aSpFys^ alpı̄yas [compar. alpa] a. m. n. f.
alpı̄yası̄ moindre, plus petit ; très petit.
ture de jeune femme langoureuse.
alAb alābu f. natu. bot. Lagenaria vulgaris, a¥A

allā f. [sg. voc. alla] mère.
courge calebasse | var. alābū id. — n. alābu son av^ av v. [1] pr. (ávati) pp. (avita) pf. (pra)
fruit ; calebasse, gourde. démarrer | protéger, favoriser ; prendre plaisir à
alAB alābha [a-lābha] m. manque à gagner ; hacc.i | véd. satisfaire, restaurer — ca. (āvayati)
perte. consumer, dévorer k lat. avere, ave.
aEl ali [relié à alin] m. abeille | scorpion. na mr.s.ā śrāntam . yadavanti devāh. Les dieux ne
alikula [kula] n. essaim d’abeilles. favorisent pas ceux sont le labeur est feint.
aElk alika [relié à alı̄ka] m. front. av áva pf. vers le bas ; à l’écart de | péjoratif.
aEl½ aliṅga [a-liṅga] a. m. n. f. aliṅgā sans avkA ávakā f. natu. bot. Blyxa octandra, her-
marque, sans signe | phil. non différencié. bacée de marécages.
aEln^ alin [ala-in] m. abeille | scorpion — f. avkAf^ avakāś [ava-kāś] v. [1] pr. md.
alinı̄ abeille ; essaim. (avakāśate) pp. (avakāśita) pfp. (avakāśya) être
aEld alinda m. perron, terrasse. visible, être manifeste ; être accessible.
alindaka [-ka] m. perron, terrasse. avkAf avakāśá [avakāś] m. place, espace ; oc-
alFk álı̄ka a. m. n. f. alı̄kā désagréable, casion, opportunité | soc. vers dont la récitation
déplaisant | faux ; trompeur — n. fausseté ; men- se fait en fixant certains objets ; cf. avakāśya —
songe ; chose déplaisante | front ; syn. alika. ifc. exposition à.
álı̄katā [-tā] f. fausseté. avakāśam . kr. faire place, admettre, laisser pas-
álı̄kasupta [supta] m. semblant de dormir. ser.
alk^ aluk [a-luk] nota. gram. qualifie un com- avakāśam . dā faire place, admettre, laisser pas-
posé dont le premier membre est décliné ; ce ser.
procédé est non productif, et lexicalisé. avakāśika [-ika] ifc. a. m. n. f. avakāśikā qui
aloB alobha [a-lobha] m. absence de cupi- s’expose à, qui profite de.
dité, désintéressement. avkA[y avakāśya [pfp. [1] avakāś] a. m. n.
alOEkk alaukika [a-laukika] a. m. n. f. alau- f. avakāśyā à regarder ; qualifie not. les objets à
kikı̄ rare ; inhabituel | surnaturel, transcendant. regarder pendant la récitation des vers avakāśa.

59
avkFZ avakı̄rn.a [pp. avakr̄.] a. m. n. f. avg}h avagraha [ava-graha] m. gram. signe
avakı̄rn.ā répandu, versé | qui a répandu sa se- de séparation de mots ; il signale l’élision d’un a
mence. initial.
avakı̄rn.in [-in] agt. m. f. avakı̄rn.inı̄ soc. brah- avcy avacaya [avaci] m. cueillette, ramas-
macārin ayant rompu son vœu de chasteté. sage.
avk avakr. [ava-kr.1 ] v. [8] pr. (avakaroti) pp. avEc avaci [ava-ci] v. [5] pr. (avacinóti) pr.
(avakr.ta) diriger vers le bas. md. (avacinuté) pp. (avacita) cueillir, récolter,
avkt^ avakr.t [ava-kr.t1 ] v. [6] pr. (avakr.ntati) ramasser (des fleurs, des fruits, etc.) | examiner.
pp. (avakr.tta) détruire, découper ; retrancher. avEQCd^ avacchid [ava-chid1 ] v. [7] pr. (avac-
avkt avakr.ta [pp. avakr.] a. m. n. f. avakr.tā chinatti) pp. (avacchinna) pf. (vi) découper, re-
dirigé vers le bas. trancher ; repousser.
avk avakr̄. [ava-kr̄.] v. [6] pr. (avakirati) pp. avEQCà avacchinna [pp. avacchid] a. m. n.
(avakı̄rn.a) répandre, verser (not. retas). f. avacchinnā retranché | délimité | phil. [nyāya]
avE"p^ avaks.ip [ava-ks.ip] v. [1] pr. déterminé, discriminé ; généralisé.
(avaks.ipati) pp. (avaks.ipta) pf. (sam) jeter avQC d avaccheda [avacchid] m. partie, por-
en bas, abaisser | rejeter, mépriser, humilier. tion | séparation, délimitation ; discrimina-
av" p avaks.epa [avaks.ip] m. mépris. tion | phil. [nyāya] prédicat caractéristique ;
avaks.epan.a [-na] n. abaissement | phil. délimiteur ; généralisation.
[vaiśes.ika] l’activité [karman] d’abaissement. avacchedaka [-ka] m. découpe | délimiteur ;
avgZ^ avagan. [ava-gan.] v. [10] pr. discriminateur | phil. [nyāya] distinction, discri-
(avagan.ayati) pp. (avagan.ita) négliger, mination ; caractéristique.
mépriser — ps. (avagan.yate) être négligé, avacchedakatā [-tā] f. propriété de
être peu considéré. délimiter.
avgZ avagan.a [avagan.] a. m. n. f. avagan.ā avacchedakatāvacchedaka phil. [nyāya]
à l’écart ; isolé ; séparé de ses compagnons | délimiteur de délimitation.
pl. avagan.āh. géo. le pays et le peuple des avacchedakatva [-tva] n. état de délimiteur.
Avagan.āh. ; mod. Afghans. avEj avaji [ava-ji] v. [1] pr. (avajayati) pp.
avgEZt avagan.ita [pp. avagan.] a. m. n. f. (avajita) vaincre, conquérir ; enlever par la vic-
avagan.itā méprisé. toire ; écarter.
avgt avagata [pp. avagam] a. m. n. f. ava- avâA avajñā1 [ava-jñā1 ] v. [9] pr. (avajānāti)
gatā conçu, compris, connu, appris ; approuvé. pr. md. (avajānı̄té) pp. (avajñāta) mépriser.
avagatam (impers.) c’est compris. avâA avajñā2 [avajñā1 ] f. mépris, dédain.
avgt&y avagantavya [pfp. [3] avagam] a. m. avt\s avatam.sa m. n. guirlande ; boucle
n. f. avagantavyā à comprendre, à justifier. d’oreille, ornement — f. avatam . sā ifc. id..
avgm^ avagam [ava-gam] v. [1] pr. (avagac- avtp^ avatap [ava-tap] v. [1] pr. (avatapati)
chati) pp. (avagata) comprendre, percevoir ; ap- pr. md. (avatapate) pp. (avatapta) chauffer vers
prendre [“approfondir”]. le bas.
avgAh^ avagāh [ava-gāh] v. [1] pr. md. avtØ avatapta [pp. avatap] a. m. n. f. ava-
(avagāhate) pp. (avagād.ha) plonger dans, se bai- taptā chauffé (not. par le soleil).
gner dans hacc.i ; s’enfoncer, être absorbé dans avtr avatara [avatr̄.] m. descente, entrée.
| traverser. avataran.a [-na] n. fait de descendre | lit. tra-
avgAhn avagāhana [avagāh-ana] n. bain, duction.
plongeon ; immersion. avtAr avatāra [vr. avatr̄.] m. descente |
avgW^ avagun.t.h [ava-gun.t.h] ca. myth. incarnation divine (not. de Vis.n.u) ; cf.
(avagun.t.hayati) pp. (avagun.t.hita) couvrir, . śa, kalā k fr. avatar.
daśāvatāra, pūrn.āvatāra, am
voiler, envelopper. avt avatr̄. [ava-tr̄.] v. [1] pr. (avatarati)
avgWn avagun.t.hana [avagun.t.h-ana] n. dis- pp. (avatı̄rn.a) abs. (avatı̄rya) descendre — ca.
simulation ; voile. (avatārayati) faire descendre.
avagun.t.hanavat [-vat] a. m. n. f. avagun.t.ha- am. śena avatr̄. myth. se dit de Vis.n.u incarnant
navatı̄ voilé. une partie de Lui-même comme avatāra.
avgEWt avagun.t.hita [pp. avagun.t.h] a. m. av ávatta [pp. avadā1 ] a. m. n. f. avattā
n. f. avagun.t.hitā couvert, voilé, enveloppé ; dis- découpé — m. morceau découpé, not. de l’of-
simulé. frande.

60
avdA avadā1 [ava-dā2 ] v. [4] pr. (avadyati) pp. libéré de son égo, et indifférent au monde ;
(avatta) pf. (sam) découper (not. une partie de Goraks.anātha en est le modèle ; cf. Siddha-
l’offrande) ; déchiqueter. siddhāntapaddhati.
avdA avadā2 [ava-dā3 ] v. [1] pr. (avadāyati) avadhūtagı̄tā [gı̄tā] f. lit. np. de
pp. (avadāta) purifier. l’Avadhūtagı̄tā “Chant du renonçant”, texte
avdAt avadāta [pp. avadā2 ] a. m. n. f. mystique advaita, attribué à Dattātreya.
avadātā pur, clair, net ; blanc, brillant ; imma- avD avadhr. [ava-dhr.] pp. (avadhr.ta) ca.
culé, vertueux. (avadhārayati) considérer, réfléchir, apprendre.
avdAn avadāna1 [avadā1 -na] n. découpage ; av@y avadhyá [a-vadhya] a. m. n. f. avadhyā
fait de déchirer | part, portion. à qui on ne doit pas faire de mal, qui ne doit pas
avdAn avadāna2 [avadā2 -na] n. acte glorieux être puni | inviolable.
ou vertueux, prouesse | bd. conte édifiant. avadhyabhāva [bhāva] m. inviolabilité.
av avadyá [a-vadya] a. m. n. f. avadyā qui avnt avanata [pp. avanam] a. m. n. f. ava-
ne mérite pas l’éloge ; fautif, blâmable — n. im- natā courbé ; creusé | bandé (arc).
perfection, défaut ; vice, faute. avanatakāya [kāya] a. m. n. f. avanatakāyā
avDA avadhā [ava-dhā1 ] v. [3] pr. md. dont le corps est courbé.
(avadhatte) pp. (avahita) pf. (vi, sam) diriger avnm^ avanam [ava-nam] v. [1] pr. (avana-
son attention sur — ps. (avadhı̄yate) faire at- mati) pr. md. (avanamate) pp. (avanata) cour-
tention. ber, incliner, pencher | s’incliner, courber la tête
avDAn avadhāna [avadhā-na] n. fait de fixer — ca. (avanāmayati) incliner, courber.
son attention.
avnAm avanāma [avanam] m. fait de s’incli-
avadhānin [-in] a. m. n. f. avadhāninı̄ atten-
ner, révérence.
tif.
avanāmı̄ bhū se pencher, s’incliner.
avDAr^ avadhār [ca. avadhr.] v. [10] pr. avEn aváni f. lit ou cours d’une rivière ; cours
(avadhārayati) pp. (avadhārita) considérer,
d’eau ; terrain.
réfléchir, apprendre | limiter, restreindre.
avDAr avadhāra [avadhār] m. détermination avEt avanti m. géo. np. du pays Avanti,
aussi appelé Mālava (district d’Ujjayinı̄, au
précise.
nord-ouest du Deccan) | géo. np. de la rivière
avadhāran.a [-na] n. affirmation ; emphase
d’Avanti |pl. avantayas ses habitants — f. avantı̄
| détermination, limitation (not. du sens d’un
femme du pays d’Avanti | géo. np. de la ville
mot) ; restriction.
d’Avantı̄ (mod. Ujjayinı̄) ; cf. Pus.pakaran.d.inı̄.
avadhāran.apūrvapada [pūrvapada] n.
avantipura m. géo. np. de la ville sacrée
gram. composé karmadhāraya dont le consti-
d’Avantipura, mod. Ujjayinı̄.
tuant gauche est une restriction.
avED avadhi [avadhā] m. attention | limite ; avpt^ avapat [ava-pat1 ] v. [1] pr. (avapatati)
conclusion, terminaison | voisinage, environs ; pp. (avapatita) tomber, sauter en bas, piquer,
période de temps — adv. jusqu’à — abl. avadhes fondre sur.
jusqu’à, aussi loin que, aussi longtemps que hg. avpAt avapāta [vr. avapat] m. saut, des-
iic.i. cente ; action de se jeter vers le bas.
avDFr^ avadhı̄r [ava-dhı̄r] v. [10] pr. avpAn avapāna [ava-pāna] n. fait de boire |
(avadhı̄rayati) pp. (avadhı̄rita) abs. (avadhı̄rya) abreuvoir ; mare.
traiter avec mépris ; rejeter. avÚ avaplu [ava-plu] v. [1] pr. md. (avapla-
avDFrZ avadhı̄ran.a [avadhı̄r-ana] a. m. n. f. vate) pp. (avapluta) sauter à bas de.
avadhı̄ran.ā fait de traiter avec mépris. avbD^ avabudh [ava-budh1 ] v. [1] pr. (avabod-
avDFErt avadhı̄rita [pp. avadhı̄r] a. m. n. f. hati) pr. md. (avabudhyate) pp. (avabuddha)
avadhı̄ritā méprisé, rejeté. s’apercevoir de hacc.i.
avDFy avadhı̄rya [abs. avadhı̄r] ind. sans avB(s ^ avabharts [ava-bharts] v. [10] pr.
égard à. (avabhartsayati) pp. (avabhartsita) menacer, in-
avD avadhū [ava-dhū1 ] pp. (avadhūta) jurier.
écarter, exclure, rejeter (not. des esprits mau- avBT avabhr.thá [ava-bhr.tha] m. soc.
vais). cérémonie de purification d’un sacrificateur et
avDt avadhūta [pp. avadhū] a. m. n. f. de ses instruments après un sacrifice.
avadhūtā écarté, rejeté, mis au ban, exilé ; exor- avm avama [ava-ma] a. m. n. f. avamā le plus
cisé ; agité par le vent ; nettoyé | soc. renonçant bas ; inférieur, bas ; infime.

61
avm(y avamatya [abs. avaman] ind. ayant du harem.
méprisé. avroh avaroha [avaruh] m. racines aériennes
avmn^ avaman [ava-man] v. [4] pr. md. (du banian).
(avamányate) v. [8] pr. md. (avamanuté) pp. avZ avarn.a [a-varn.a] a. m. n. f. avarn.ā soc.
(avamata) abs. (avamatya, avamanya) mépriser. hors du système des 4 classes.
avmy avamanya [abs. avaman] ind. ayant avlMb^ avalamb [ava-lamb] v. [1] pr. md.
méprisé. (avalambate) pp. (avalambita) pfp. (avalambi-
avamanyaka [-ka] a. m. n. f. avamanyakā qui tavya) pendre à, s’appuyer sur ; recourir à, en
méprise hg.i. venir à tel état ; affecter ; s’attacher à, dépendre
avmf avamarśa [avamr.ś] m. contact. de, se vouer à.
avmAn avamāna [vr. avaman] m. mépris | avlMb avalamba [avalamb] a. m. n. f. ava-
mépris de soi. lambā qui pend de, attaché à — m. support,
avEmh^ avamih [ava-mih] v. [1] pr. (avame- point d’appui.
hati) uriner sur. avlMbn avalambana [avalamb-ana] n. appui,
avmc^ avamuc [ava-muc1 ] v. [6] pr. soutien.
(avamuñcati) relâcher ; libérer ; désarnacher. avlEMbt avalambita [pp. avalamb] a. m. n.
avmf^ avamr.ś [ava-mr.ś] v. [1] pr. (avamr.śati) f. avalambitā penché sur, qui s’appuie sur ; qui
pp. (avamr.s.t.a) pf. (prati) toucher. s’abandonne à ; attaché à.
avmocn avamocana [ava-mocana] n. yena nairāśyam avalambitam celui qui n’a plus
relâchement ; mise en liberté | [“où l’on dételle d’espérances.
les chevaux”] halte, lieu de repos. avlEMbt&y avalambitavya [pfp. [3] avalamb]
avyv avayava [avayu] m. partie, membre, a. m. n. f. avalambitavyā sur qui l’on peut s’ap-
portion ; opp. samudāya | phil. [nyāya] élément puyer ; dont on dépend.
d’un syllogisme. avlEMbn^ avalambin [avalamb-in] agt. m. f.
avayavāvayavı̄bhāva gram. relation entre la par- avalambinı̄ qui s’appuie sur.
tie et le tout. avElp^ avalip [ava-lip] v. [6] pr. md. (ava-
avayavadharma [dharma] m. phil. propriété limpáte) pp. (avalipta) s’oindre de ; (au fig.) être
caractéristique d’une partie. imbu de sa personne.
avayavaśas [-śas] adv. membre à membre. avElØ avalipta [pp. avalip] a. m. n. f. ava-
avayavin [-in] a. m. n. f. avayavinı̄ qui a des liptā oint | arrogant, orgueilleux.
subdivisions ; composite — f. avayavinı̄ phil. syl-
avaliptatā [-tā] f. orgueil.
logisme.
avy avayu [ava-yu2 ] v. [3] pr. (avayuyoti) avElh^ avalih [ava-lih1 ] v. [2] pr. (avaléd.hi)
séparer (de habl.i) — ca. (avayāvayati) écarter, pr. md. (avalı̄d.hé) pp. (avalı̄d.ha) lécher, laper.
tenir à distance. avlp^ avalup [ava-lup] v. [6] pr. (avalumpati)
avr ávara [ava-ra] a. m. n. f. avarā bas, pp. (avalupta) détruire, arracher ; éteindre ; ab-
inférieur | cadet, plus récent. sorber, faire disparaı̂tre.
avaraja [ja] a. m. n. f. avarajā puı̂né, plus avlMpn avalumpana [avalup-ana] n. assaut ;
jeune — m. frère cadet (opp. agraja, syn. anuja) fait de fondre sur une proie et de s’enfuir en
— ifc. frère cadet de — f. avarajā sœur cadette. l’emportant.
avzˆ avaruddha [pp. avarudh] a. m. n. f. avl p avalepa [avalip] m. orgueil, fierté.
avaruddhā retenu, arrêté, stoppé |mis au secret ; avlok^ avalok [ava-lok] v. [1] pr. md. (avalo-
emprisonné ; banni. kate) pp. (avalokita) voir, regarder — ca. (ava-
avaruddhikā [-ka] f. soc. femme cloı̂trée au lokayati) id. | observer, considérer.
harem. avlok avaloka [avalok] m. regard ; spectacle.
avzD^ avarudh [ava-rudh2 ] v. [7] pr. avalokana [-na] n. regard ; observation,
(avarun.addhi) pp. (avaruddha) retenir. contemplation — ifc. apparence.
avzh^ avaruh [ava-ruh1 ] v. [1] pr. (avarohati) avloEkt avalokita [pp. avalok] a. m. n. f.
pr. md. (avarohate) descendre | déchoir — ca. avalokitā vu, observé — n. action de regarder.
(avarohayati) var. avaropayati faire descendre ; avalokiteśvara [ı̄śvara] m. bd. [mahāyāna]
priver de habl.i, diminuer. np. de l’accompli [bodhisattva] Avalokiteśvara,
avroD avarodha [avarudh] m. séclusion, iso- “le Seigneur qui nous observe” ; cf. Padmapān.i,
lation |gynécée, harem |pl. avarodhās les femmes Man.ipadmā.

62
avalokiteśvaragun.akaran.d.avyūha [gun.a- avsAn avasāna [avasā-na] n. fin, terme,
karan.d.avyūha] m. lit. np. de l’Avalo- extrémité | [“où l’on dételle les chevaux”] halte,
kiteśvaragun.akaran.d.avyūha “Exposé concep- lieu de repos ; résidence | phon. pause ; elle est
tuel des qualités d’Avalokiteśvara”, ouvrage notée en écriture par le dan.d.a | phon. temps
ésotérique [sūtra] de bd. mahāyāna ; une version d’arrêt de la parole ; il est marqué par un es-
ancienne est en prose, une plus récente en vers pace dans le texte écrit | gram. fin d’un mot ;
[śloka] ; aussi appelé Kāran.d.avyūha. partie droite d’un composé ; fin d’une phrase —
avf avaśá [a-vaśa] a. m. n. f. avaśā f. avasānā ifc. conclusion, finition, cessation de.
indépendant, libre ; rétif, insoumis, avsAy avasāya [pfp. [1] avasā] a. m. n. f.
désobéissant ; incontrôlé. avasāyā à détruire — m. destruction.
avEfq^ avaśis. [ava-śis.] ps. (avaśis.yate) pp. avasāyin [-in] agt. m. f. avasāyinı̄ qui détruit.
(avaśis.t.a) rester, demeurer, survivre. avEsÄ avasikta [pp. avasic] a. m. n. f. ava-
avEf£ avaśis.t.a [pp. avaśis.] a. m. n. f. avaśis.t.ā siktā versé sur ; aspergé.
épargné, restant, survivant — ifc. dont il (ne) avEsc^ avasic [ava-sic] v. [6] pr. (avasiñcati)
reste (que) ; restant de. pp. (avasikta) asperger, arroser ; verser sur hacc.
avf q avaśes.a [avaśis.] n. reste — ifc. dont il loc.i.
(ne) reste (que). avEst avasita [pfp. [1] avasā] a. m. n. f. ava-
av[y avaśya [a-vaśya] a. m. n. f. avaśyā in- sitā terminé, complété ; fini ; déterminé, fixé ;
soumis, rétif. compris | véd. qui s’est fixé, qui a pris pour
avaśyam adv. nécessairement ; certainement, résidence — n. résidence.
sans aucun doute. avsj^ avasr.j [ava-sr.j1 ] v. [6] pr. (avasr.jati)
avs^ ávas1 [av] n. faveur, protection ; grâce pp. (avasr.s.t.a) relâcher, répandre ; faire couler,
| appréciation, plaisir ; désir, souhait. faire tomber |abandonner (sa colère, sa vie, etc.)
avs^ avás2 [ava] adv. vers le bas | en bas de | mettre au monde ; produire ; relâcher.
habl. i.i. rudhiraughān avāsr.jan [Rām.] (les rāks.asās)
avs avasá [av] n. nourriture, provision. firent pleuvoir des flots de sang.
avsd^ avasad [ava-sad1 ] v. [1] pr. (avası̄dati) avsp^ avasr.p [ava-sr.p] v. [1] pr. (avasárpati)
pp. (avasanna) succomber, tomber dans le mal- se coucher (soleil) ; se retirer (mer à marée
heur — ca. (avasādayati) calmer. basse) | s’approcher en secret.
avsà avasanna [pp. avasad] a. m. n. f. ava- avs£ avasr.s.t.a [pp. avasr.j] a. m. n. f. avasr.s.t.ā
sannā enfoncé, coulé ; pressuré ; qui croûle (sous relâché : envoyé — ifc. tombé de ; tombé sur.
un fardeau) | profond (blessure) ; opp. utsanna av-TA avasthā1 [ava-sthā1 ] v. [1] pr.
| déprimé, découragé ; malheureux | terminé ; (avatis.t.hati) pr. md. (avatis.t.hate) pp. (avas-
aboli (not. vision d’un aveugle) | soc. (droit) qui thita) pf. (vi) prendre place, se tenir, s’arrêter
a perdu un litige. | s’établir ; habiter, rester ; exister, être stable.
avsr avasara [ava-sara] m. pluie [“descente av-TA avasthā2 [avasthā1 ] f. condition,
(d’eau)”] | lieu propice | occasion heureuse, mo- degré ; état, situation.
ment favorable. avasthātraya [traya] n. phil. les trois états de
avasare en cette heureuse occasion. conscience : la veille [jāgrat], le rêve [svapna] et
avsg avasarga [avasr.j] m. fait de relâcher ; le sommeil profond [sus.upti].
relâchement | fait de suivre son inclination. av-TAn avasthāna [avasthā2 -na] n. fait de
avsp avasarpa [avasr.p] m. espion. se tenir ; situation, condition ; établissement |
avasarpan.a [-na] n. myth. endroit où Manu séjour, résidence ; stabilité.
posa le pied en descendant de l’arche. avE-Tt avasthita [pp. avasthā1 ] a. m. n. f.
avasarpin [-in] agt. m. f. avasarpin.ı̄ qui avasthitā présent, qui se tient prêt ; déterminé
décroı̂t, qui reflue — f. avasarpin.ı̄ jn. cycle | debout, ferme, stable.
descendant, période cosmique de descente gra- avE-TEt avasthiti [avasthita] f. stabilité.
duelle ; opp. utsarpin.ı̄. avht^ avahat [a-vahat] a. m. n. f. avahatı̄ qui
avsEp t avasarpita [ca. pp. avasr.p] a. m. n. ne coule pas ; qui reste à l’arrêt.
f. avasarpitā qu’on a fait refluer. avEht ávahita [pp. avadhā] a. m. n. f. avahitā
avsA avasā [ava-sā1 ] v. [4] pr. (avasyati) pp. attentif.
(avasita) pf. (adhi, nis, vi) finir, terminer ; aller avEh(T avahittha n. dissimulation — f. ava-
à sa fin, cesser. hitthā id.

63
avã avahr. [ava-hr.1 ] pf. (abhi, vi) [inusité aEvâAy avijñāya [a-vijñāya] ind. n’ayant pas
sans pf.]. discerné.
avAc^ avāc var. avāñc [ava-ac] a. m. n. f. avācı̄ aEvây avijñeya [a-vijñeya] a. m. n. f.
[m. nom. avāṅ ; n. nom. avāk] tourné vers le bas, avijñeyā indiscernable, imperceptible | qu’on ne
dirigé vers le bas |tourné vers le Sud ; méridional peut pas connaı̂tre, incompréhensible.
— f. avācı̄ direction vers le bas. aEvdAEsn^ avidāsin [a-vidas] a. m. n. f.
avāk adv. en bas, vers le bas ; en profondeur. avidāsinı̄ qui ne s’épuise pas ; qui ne se dessèche
avAQy avācya [a-vācya] a. m. n. f. avācyā pas (étang) ; pérenne.
dont on ne doit pas parler. aEvEdt avidita [a-vidita] a. m. n. f. aviditā
avAtr avāntará [ava-antara] a. m. n. f. inconnu | qui ne connaı̂t pas, ignorant de hg.i.
avāntarā intermédiaire | respectif — adv. avidite dans l’ignorance de hg.i.
avāntaram différemment de habl.i | var. aviditam sans connaı̂tre (hg.i) |afin que personne
avāntarām entre. ne sache.
avAp^ avāp [ava-āp] v. [5] pr. (avāpnóti) pr. aEv avidya [a-vidyā] a. m. n. f. avidyā igno-
md. (avāpnuté) pp. (avāpta) obtenir, atteindre ; rant ; inculte — f. avidyā ignorance |phil. la nes-
rencontrer, tomber sur | math. obtenir comme cience ; syn. akhyāti | bd. l’ignorance, 1re cause
quotient | prendre sur soi ; s’attirer, subir. de souffrance [pratı̄tyasamutpāda].
avAØ avāpta [pp. avāp] a. m. n. f. avāptā qui aEvmAn avidyamāna [a-vidyamāna] a. m. n.
a atteint | obtenu — n. math. quotient. f. avidyamānā inexistant ; absent.
avAy avāya [ava-aya] m. fait de descendre (à avidyamānatā [-tā] f. inexistence ; absence.
la rivière, etc.) | soumission. avidyamānatva [-tva] n. id.
aEv ávi m. mouton — f. brebis k lat. ovis ; avidyamānavat [-vat] adv. comme s’il n’était
ang. ewe ; fr. ovin. pas là.
aEvkAy avikārya [a-vikārya] a. m. n. f. aEv’s^ avidvas [a-vidvas] a. m. n. f. avidus.ı̄
avikāryā constant ; invariable. ignorant, imprudent ; sot, insensé, stupide.
aEvgFt avigı̄ta [a-vigı̄ta] a. m. n. f. avigı̄tā aEvDvA avidhavā [a-vidhavā] f. qui n’est pas
non contradictoire. veuve.
aEvcAr avicāra [a-vicāra] m. absence de dis- aEvDAnts^ avidhānatas [a-vidhānatas] adv.
cernement ; absence de réflexion. non conformément aux règles, irrégulièrement.
avicāram adv. sans hésitation. aEvDy avidheya [a-vidheya] a. m. n. f. avid-
aEvcArZ avicāran.a [a-vicāran.a] n. absence de heyā désobéissant, insoumis | méd. not. malade
délibération ; absence d’hésitation. non docile (à qui l’on peut refuser le traitement).
avicāran.āt adv. sans hésitation. aEvny avinaya [a-vinaya] m. mauvaise
aEvcArZFy avicāran.ı̄ya [a-vicāran.ı̄ya] a. m. conduite, impolitesse — a. m. n. f. avinayā mal
n. f. avicāran.ı̄yā qui ne nécessite pas délibération élevé, impoli, impertinent.
| inconcevable (se dit des dieux). aEvnAf avināśa [a-vināśa] m. non-
aEvcAErt avicārita [a-vicārita] a. m. n. f. destruction ; non-putréfaction.
avicāritā qui n’a pas été discuté | qui ne mérite aEvnAEft avināśita [a-vināśita] a. m. n. f.
pas discussion ; indiscutable ; certain, clair. avināśitā non putréfié ; sain.
avicāritam adv. sans hésitation. aEvnAEfn^ avināśin [a-vināśin] a. m. n. f.
aEvcAy avicārya1 [a-vicārya1 ] a. m. n. f. avināśinı̄ impérissable | qui ne se corrompt pas,
avicāryā indiscutable. qui ne pourrit pas.
aEvcAy avicārya2 [a-vicārya2 ] ind. sans dis- aEvnFt avinı̄ta [a-vinı̄ta] a. m. n. f. avinı̄tā
cussion ; n’ayant pas réfléchi. mal élevé, impoli ; indiscipliné ; arrogant, imper-
aEvEQCdt^ avicchindat [a-vicchindat] a. m. tinent — m. hist. np. du roi Avinita de la dynas-
n. f. avicchindatı̄ qui ne sépare pas, qui n’inter- tie Gaṅga au Karn.āt.a (6e siècle) ; son fils Dur-
rompt pas. vinı̄ta lui succéda.
aEvEQCà avicchinna [a-vicchinna] a. m. n. f. aEvÚt avipluta [a-vipluta] a. m. n. f. aviplutā
avicchinnā sans limitation ; non séparé, ininter- non souillé, non déshonoré.
rompu ; continu. aEvBÄ avibhakta [a-vibhakta] a. m. n. f.
aEvâ avijña [a-vijña] a. m. n. f. avijñā igno- avibhaktā indivis, non séparé.
rant. avibhaktatva [-tva] n. l’indivis ; le non dis-
avijñatā [-tā] f. ignorance. tingué.

64
avibhaktadāyāda [dāyādá] a. m. n. f. avib- seule chose — acc. avyagram adv. posément,
haktadāyādā soc. se dit de parents [sapin.d.a] délibérément, à loisir.
qui partagent les oblations [pin.d.a] lors d’une a&ypd [y avyapadeśya [a-vyapadeśya] a. m.
cérémonie d’hommage aux mânes [śrāddha]. n. f. avyapadeśyā phil. non verbalisé ; non
aEvmÄ avimukta [a-vimukta] a. m. n. f. énonçable, inexprimable, qui ne peut être ver-
avimuktā non libéré ; non abandonné — m. balisé.
np. d’Avimukta, épith. d’un tı̄rtha de la ville a&yy avyaya [a-vyaya] a. m. n. f. avyayā
de Bénarès “que Śiva n’a jamais abandonné” ; invariable, inaltérable, immuable ; constant ;
désigne Kāśı̄-Vārān.ası̄. indestructible, impérissable | avare | gram.
aEvroD avirodha [a-virodha] m. non opposi- indéclinable — m. avarice — n. gram. mot
tion à, compatibilité avec, harmonie avec hiic. indéclinable ; composé nominal invariable à tous
i.i. les genres et nombres, héritant sa fonction d’ad-
aEvvk aviveka [a-viveka] a. m. n. f. avivekā verbe de son premier membre.
sans discrimination, sans discernement ; irrai- avyayı̄bhāva [bhāva] m. gram. [“conversion
sonné. en indéclinable”] utilisation d’un composé no-
avivekatā [-tā] f. manque de discernement, minal de premier membre indéclinable comme
manque de jugement. adverbe figé (indéclinable).
aEvf¬ aviśaṅka [a-viśaṅkā] a. m. n. f. a&yAkt avyākr.ta [a-vyākr.ta] a. m. n. f.
aviśaṅkā qui n’hésite pas, décidé ; sans in- avyākr.tā phil. non manifeste, non développé ; la-
quiétude, sans réserve. tent.
aEvqy avis.aya [a-vis.aya] a. m. n. f. avis.ayā a&yAEØ avyāpti [a-vyāpti] f. gram. sous-
en dehors du domaine, hors-champ, hors-limite ; généralisation ; incomplétude ; opp. ativyāpti.
sans objet | qui ne vous regarde pas, qui n’est a&y(pà avyutpanna [a-vyutpanna] a. m. n.
pas votre affaire | illegal, impossible, interdit ; f. avyutpannā non dérivé | gram. se dit des sub-
impropre à hg.i. stantifs indérivables d’une racine.
avF avı̄ m. [sg. nom. avı̄h.] femme ayant ses √
af^ aś1 v. [5] pr. md. (aśnuté) pp. (as.t.á)
règles. pf. (abhi, ā, upa) atteindre, arriver à, parvenir
avF"Z avı̄ks.an.a [a-vı̄ks.an.a] n. fait de ne pas à hacc.i ; obtenir, acquérir, gagner ; jouir de.
observer. √
af^ aś2 v. [9] pr. (aśnāti) pp. (aśitá)
avk avr.ká [a-vr.ka] a. m. n. f. avr.kā sans dan- abs. (aśitvā, -áśya) pf. (pra) manger, dévorer ;
ger.
goûter, jouir de |détruire, perdre — ca. (āśayati)
avr.kám adv. en sécurité, sans agression ; avec
pp. (āśita) nourrir, faire manger k lat. esca.
amour.
av  ave [ava-i] v. [2] pr. (avaiti) pp. (aveta) afEÄ aśakti [a-śakti] f. impuissance.
pf. (sam) approcher | considérer comme ; com-
afÇvt^ aśaknuvat [a-śaknuvat] a. m. n. f.
aśaknuvatı̄ incapable de hinf.i.
prendre, savoir (hinf.i).
av "^ aveks. [ava-ı̄ks.] v. [1] pr. md. (aveks.ate) afÈ aśakya [a-śakya] a. m. n. f. aśakyā im-
pp. (aveks.ita) pfp. (aveks.ya) considérer, obser- possible.
ver, remarquer | prendre égard à, prendre en af¬ aśaṅka [a-śaṅkā] a. m. n. f. aśaṅkā sans
considération. hésitation ; sans inquiétude.
av "A aveks.ā [aveks.] f. regard circulaire | afn^ aśan [vn. aśana2 ] v. [10] pr. (aśanāyati)
égards, considération. désirer manger, avoir faim.
av #y aveks.ya [pfp. [1] aveks.] a. m. n. afn aśaná1 [aś1 -ana] a. m. n. f. aśanā1 qui
f. aveks.yā digne d’égards ; à prendre en atteint, qui obtient.
considération. afn aśaná2 [aś2 -ana] n. nourriture ; repas —
a&yÄ avyakta [a-vyakta] a. m. n. f. f. aśanā2 ifc. qui mange.
avyaktā invisible, indécelable, imperceptible ; aśanāyā [ayā] f. faim.
non-manifesté — m. phil. [sām . khya] la Na- afrZ aśaran.a [a-śaran.a] a. m. n. f. aśaran.ā
ture Primordiale [mūlaprakr.ti] sous sa forme sans protection, sans défense ; sans refuge.
du Non-manifesté ou Indéterminé, esprit subtil aśaran.ı̄ kr. priver de protection.
dont découlent tous les phénomènes du monde afrFr aśarı̄ra [a-śarı̄ra] a. m. n. f. aśarı̄rā
matériel de la Manifestation. sans corps, incorporel — m. myth. épith. de
a&yg} avyagra [a-vyagra] a. m. n. f. Kāma — n. gram. absence de verbe dans une
avyagrā calme, réfléchi ; inoccupé | occupé d’une phrase.

65
aśarı̄rin [-in] a. m. n. f. aśarı̄rin.ı̄ incorporel ; a[mn^ áśman m. pierre, roc | (coup de) foudre
se dit not. d’une voix céleste. | voûte des cieux k gr. ακµων.
aEft aśita [pp. aś2 ] a. m. n. f. aśitā mangé, aśmavat [-vat] a. m. n. f. aśmavatı̄ de pierre.
dévoré. a™ aśra1 cf. asra.
aEfrs^ aśiras [a-śiras] a. m. n. f. sans tête. aśrapa [pa1 ] a. m. n. f. aśrapā buveur de
aśiraska [aśiras-ka] a. m. n. f. aśiraskā id. sang.
aEf£ aśis.t.a [a-śis.t.a2 ] a. m. n. f. aśis.t.ā mal a™ aśra2 ifc. pour aśri.
élevé ; inculte | interdit k fr. inceste. a™Aˆ aśrāddha [a-śrāddha] a. m. n. f.
afFEt aśı̄ti [as.t.a-ti] num. f. sg. quatre-vingt. aśrāddhā soc. qui ne sacrifie pas aux mânes — n.
afEc aśuci [a-śuci] a. m. n. f. impur. nourriture ne servant pas d’offrande aux mânes.
afB áśubha [a-śubha] a. m. n. f. aśubhā aśrāddhabhogin [bhogin2 ] a. m. n. f.
désagréable ; défavorable, de mauvais augure ; aśrāddhabhoginı̄ soc. qui a fait le vœu de jeûner
vicieux — n. impûreté ; mal, péché ; malheur pendant le rite aux mânes.
| bd. pratique spirituelle d’évocation de l’aspect aE™ áśri f. angle, coin, sommet ; fil d’une
répugnant du corps physique pour contrôler le arme, tout objet aiguisé — m. aśra2 cl. après
désir k pali asubha. num. qui a tant de sommets k lat. acer.
afdý aśūdra [a-śūdra] a. m. n. f. aśūdrā soc. a™ aśru n. larme, pleur.
de classe noble. aśru kr. pleurer.
af v áśeva [a-śeva] a. m. n. f. aśevā non ami- aśrupūrn.ākuleks.an.am [pūrn.a-ākula-ı̄ks.an.a] adv.
cal ; hostile. avec les yeux chavirés et remplis de larmes.
af q aśes.a [a-śes.a] a. m. n. f. aśes.ā sans reste, aśrukan.t.ha [kan.t.ha] a. m. n. f. aśrukan.t.hā
entier. avec des larmes dans la voix.
aśes.atas [-tas] adv. entièrement, sans excep- aśrukan.t.hya [kan.t.hya] a. m. n. f.
tion. aśrukan.t.hyā avec la voix noyée de larmes.
afok aśoka [a-śoka] a. m. n. f. aśokā qui ne aśruvindu [vindu1 ] m. larme.
cause pas de peine ; gai, qui n’éprouve pas de aśruvindumat [-mat] a. m. n. f.
chagrin — m. natu. bot. Saraca asoka, arbre aśruvindumatı̄ qui fait pleurer — f.
Ashok à fleurs oranges en globules très odo- aśruvindumatı̄ myth. np. d’Aśruvindumatı̄
rants, à feuilles pennées ; myth. c’est dans un “qui fait pleurer”, fille de Kāma, envoyée par
bois d’ashoks que Rāvan.a emprisonna Sı̄tā ; on Indra pour séduire Yayāti.
dit qu’il ne fleurit que s’il est touché par le a™t aśruta [a-śruta] a. m. n. f. aśrutā igno-
pied d’une jeune femme | hist. np. de l’empereur rant.
Aśoka “(accouché) Sans douleur”, de la dynas- aš qA aśles.ā [a-śles.a] f. astr. np. d’Aśles.ā,
tie Maurya ; il régna à Pāt.aliputra au 3e siècle astérisme lunaire [naks.atra] de l’Hydre ; cf.
ant. et conquit le Kaliṅga par une guerre san- Āśles.ās.
glante ; il se convertit ensuite au bouddhisme et a˜ áśva m. cheval | cavalier aux échecs
publia des édits moraux dans toute l’Inde ; cf. [caturaṅgā] ; syn. turam . ga — f. aśvā jument k
Devānām . priya, Priyadarśin k pali Asoka. lat. eqūs ; gr. ιππoς.
afOc aśauca [a-śauca] n. impureté ; malpro- aśvakovida [kovida] a. m. n. f. aśvakovidā ha-
preté. bile cavalier.
a—t^ aśnat [ppr. aś2 ] a. m. n. f. aśnatı̄ qui aśvaghāsa [ghāsa] m. fourrage pour les che-
mange. vaux.
a[m aśma iic. pour aśman. aśvaghāsakāyastha [kāyastha] m. soc.
aśmaka [-ka] m. myth. [BhP.] np. du roi maréchal des logis.
Aśmaka1 “né (par césarienne) d’une pierre”, aśvaghos.a [ghos.a] m. hist. np. d’Aśvaghos.a
fils du roi Kalmās.apāda de la lignée solaire “Hennissement”, poète et dramaturge contem-
[sūryavam . śa] ; il est père de Mūlaka |pl. aśmakās porain de Kanis.ka (1er siècle) ; il vécut à
géo. np. du pays Aśmaka du sud de l’Inde et de Pāt.aliputra puis à Purus.apura à la cour de
son peuple guerrier les Aśmakās. Kanis.ka ; fils d’un brahmane, il se convertit au
aśmavat [-vat] a. m. n. f. aśmavatı̄ de pierre. bouddhisme ; il composa le Buddhacarita, le
aśmāropan.a [āropan.a] n. véd. rite de toucher Saundarananda et le Śāriputraprakaran.a.
d’une pierre par le pied droit ; not. par la jeune aśvatara [-tara] m. natu. zoo. mulet — f.
mariée lors de la cérémonie de mariage. aśvatarı̄ mule.

66
aśvadaghná [daghna] a. m. n. f. aśvadaghnā a˜l aśvalá [aśva-la] m. myth. np. d’Aśvala,
f. aśvadaghnı̄ (de l’eau) jusqu’à hauteur d’un prêtre-récitant [hotr.] du roi Janakarāja.
cheval. aE˜ aśvi iic. pour aśvin.
aśvapati [pati] m. myth. [Rām.] np. aśviyuj [yuj2 ] m. du. aśviyujau myth. np.
d’Aśvapati “Maı̂tre du cheval”, roi du Kekaya ; d’Aśviyujau “les deux cavaliers” ; désignent les
son fils aı̂né est Yudhājit, Kaikeyı̄ est sa fille. dieux Aśvinau et le naks.atra d’Aśvinı̄.
aśvamedhá [medha] m. soc. sacrifice du che- aE˜n^ aśvin [aśva-in] agt. m. f. aśvinı̄ cava-
val, cérémonie védique de conquête d’un empire lier | du. aśvinau myth. véd. np. des Aśvinau
parcouru en un an par un cheval. “les deux Cavaliers”, appelés aussi Nāsatyau ou
aśvayuj [yuj2 ] a. m. n. f. qui attelle ou Aśviyujau “Chevaux jumeaux” (plus tard dis-
maı̂trise des chevaux | du. aśvayujau astr. np. tingués comme Dasra et Nāsatya) ; ils sont fils
du naks.atra Aśvayujau “les deux Cavaliers” ; cf. de Saran.yū et Vivasvān ; ils burent le soma
Aśvinı̄. lors du yajña que Cyavana exécuta pour le roi
aśvaśāstra [śāstra] n. hippologie | lit. np. Śaryāti, contre la volonté d’Indra ; jeunes dieux
de l’Aśvaśāstra, ouvrage d’hippologie dû à jumeaux d’une grande beauté, ils ont pour com-
Nakula1 . mune épouse Us.ā l’Aurore ou leur sœur Sūryā ;
aśvasena [senā] m. myth. [Mah.] np. du ser- ils sont patrons de la médecine, de l’agricul-
pent [nāga] Aśvasena, fils de Taks.aka ; il échappa ture, et du mariage ; ils aident les nécessiteux
à l’incendie de la forêt Khān.d.ava grâce au sacri- et les malades ; ils montent des chevaux, ou
fice de sa mère, dans le corps de laquelle il s’était conduisent un char à 3 roues en or tiré par des
caché ; vouant une haine infinie à Arjuna, il se ânes [rāsabha] ou des oiseaux, et rapide comme
glissa comme flèche magique dans le carquois de la pensée [manojava] ; phil. [sām . khya] ils sont
Karn.a, mais Kr.s.n.a enfonça son char à temps régents [niyantr.] du sens de l’odorat [ghrān.a] —
pour prévenir sa morsure, et Arjuna le tua. f. aśvinı̄ astr. np. de la nymphe Aśvinı̄, épith.
aśvahr.daya [hr.daya] n. expertise équestre. de Saran.yū ; elle habite le 27e (plus tard 1er )
a˜k aśvaka [aśva-ka] m. petit cheval | jade astérisme lunaire [naks.atra], corr. aux étoiles βζ
— f. aśvikā petite jument. de la tête du Bélier ; les Aśvinau y président, son
a˜(T aśvattha [aśva-stha] m. natu. bot. Fi- symbole est une tête de cheval.
cus religiosa, figuier sacré, pipal [“sous lequel aöy aśvya [aśvi-ya] a. m. n. f. aśvyā composé
s’abritent les chevaux”] ; syn. pippala, bodhi- de chevaux | concernant le cheval, chevalin.
taru | bâton à feu [aran.i], fait de son bois — f.
aqAY as.ād.ha [a-sād.ha] a. m. n. f. as.ād.hā
aśvatthā pleine lune [pūrn.imā] du mois āśvina ;
invincible — f. as.ād.hā soc. première brique
aussi appelée kumārapūrn.imā k pali assattha.
[is.t.akā] de l’agnicayana | pl. astr. np. des
aśvatthopanayana [upanayana] n. soc.
As.ād.hās “les Invincibles” ; cf. Uttarās.ād.hās,
cérémonie d’investiture d’un pipal sacré.
Pūrvās.ād.hās.
a˜(TAmn^ aśvatthāman [aśva-sthāman] m.
myth. [Mah.] np. du héros Aśvatthāmā “Hennis-
a£ as.t.a iic. pour as.t.an.
sement de cheval”, fils de Dron.a et Kr.pı̄ ; après as.t.adiggaja [diggaja] m. myth. les 8
que Duryodhana ait été vaincu par Bhı̄ma, et éléphants soutenant les points cardinaux | hist.
inspiré par l’attaque nocturne de corbeaux par les 8 poètes Telugu de la cour de Kr.s.n.adeva
un hibou, il attaqua par surprise le camp des Rāya.
pān.d.avās pendant leur sommeil, le détruisit, et as.t.adhātu [dhātu] m. les 8 métaux : fer,
tua Dhr.s.t.adyumna et les Pāñcālās ; il combat- cuivre, zinc, mercure, plomb, étain, argent et or.
tit Arjuna avec l’arme céleste brahmaśiras, qu’il as.t.apad [pad2 ] m. natu. araignée | myth.
ne sut arrêter qu’en maudissant la descendance épith. du śarabha “qui a 8 pattes” |var. as.t.apāda
des pān.d.avās ; pour ce mauvais usage, Kr.s.n.a le id.
condamna à errer dans des lieux désolés pen- as.t.apada [pada] a. m. n. f. as.t.apadā lit.
dant 3000 ans, avec une plaie au front (son joyau (mètre) qui a 8 pieds.
princier arraché) qui ne guérirait pas ; c’est l’un as.t.apraharı̄ [prahara] f. soc. [8×3 = 24] fes-
des 7 immortels [ciram . jı̄vin] ; cf. Draun.i | myth. tival de chant sacré [sam . kı̄rtana] et de danse du-
[Mah.] np. de l’éléphant tué par Bhı̄ma, et dont rant 24 h (not. pour dolāpūrn.imā) |cérémonie de
Yudhis.t.hira annonça la mort à Dron.a, à la sug- 24 h de libation d’eau lustrale sur le liṅga d’un
gestion de Kr.s.n.a, lui faisant croire que son fils sanctuaire par une épouse pour prier longue vie
venait d’être tué afin de le démoraliser. pour son mari (not. durant śivarātri).

67
as.t.amá [-ma] a. m. n. f. as.t.amı̄ ord. huitième dha : la compréhension droite [samyagdr.s.t.i],
— f. as.t.amı̄ le 8e jour d’un demi-cycle lunaire l’intention droite [samyaksaṅkalpa], la pa-
[paks.a] | soc. ce jour est favorable, et occa- role droite [samyagvāc], la conduite droite
sion de fêtes ; cf. not. gopās.t.amı̄, janmās.t.amı̄, [samyakkarmānta], le mode de vie approprié
jyais.t.hās.t.amı̄, bhı̄s.mās.t.amı̄, bhairavās.t.amı̄. [samyagājı̄va], l’effort correct [samyagvyāyāma],
as.t.amaṅgala [maṅgala] n. soc. collection de l’attention juste [samyaksmr.ti], et la méditation
8 objets de bon augure ; not. le brahmane, la correcte [samyaksamādhi] ; cf. āryamārga.
vache, le feu, l’or, le ghee, le soleil, l’eau et le as.t.āṅgayoga [yoga] m. soc. les 8 pratiques
roi ; ou bien le lion, le taureau, l’éléphant, le ou étapes du rājayoga, codifiées par Patañjali1 :
pot à eau, l’éventail, le drapeau, le tambour et le contrôle de soi [yama1 ], la discipline morale
la lampe ; dans la religion jaı̈ne, on doit dessi- [niyama], le contrôle de son corps [āsana], la
ner les 8 symboles avec des grains de riz devant discipline du souffle [prān.āyāma], la rétraction
l’icône d’un tı̄rthaṅkara avant de lui rendre hom- des sens [pratyāhāra], la fixation de la pensée
mage ; dans la tradition digambara ces symboles [dhāran.ā], la méditation [dhyāna] (ou qqf. tarka
sont : le parasol [chattra], la bannière [dhvaja], ou vı̄ks.an.a) et la communion spirituelle ou ens-
le pot à eau [kalaśa], le chasse-mouche [cāmara], tase [samādhi].
le miroir [darpan.a], le trône [bhadrāsana] et as.t.āṅgasam. graha [sam . graha] m. lit. np. de
l’éventail ; dans la tradition śvetāmbara ils sont : l’As.t.āṅgasam . graha, manuel de médecine et chi-
le svastika, le śrı̄vatsa, le nandyāvarta, la lampe rurgie [āyurveda] en prose attribué à Vāgbhat.a.
vardhamānaka, le trône, le pot à eau, le miroir as.t.āṅgahr.daya [hr.daya] n. lit. np. de
et la paire de poissons [mı̄nayugala]. l’As.t.āṅgahr.daya sam . hitā, somme de médecine
as.t.avasu [vasu] m. myth. le groupe des 8 et chirurgie [āyurveda] de Vāgbhat.a, compre-
trésors ; cf. vasavas. nant 8000 versets [śloka] en 120 chapitres.
as.t.avidha [vidha] a. m. n. f. as.t.avidhā qui se as.t.ādhyāyı̄ [adhyāya] f. gram. np. de
produit huit fois ; de huit sortes ; en huit parties. l’As.t.ādhyāyı̄ “Octopartite”, grammaire
as.t.aśata [śata] num. n. 108 | 800. [śabdānuśāsana] en huit chapitres de Pān.ini,
as.t.as.as.t.i [s.as.t.i] f. 68 | var. as.t.ās.as.t.i id. composée vers-350.
as.t.asāhasraka [sāhasraka] a. m. n. f. as.t.āvadhāna [avadhāna] n. soc. [“attention à
as.t.asāhasrikā consistant en 8000 (not. 8 choses différentes”] exercice de mémorisation
vers [śloka]) — f. as.t.asāhasrikā bd. np. de pour un pan.d.ita ; il doit faire attention à 8 séries
l’As.t.asāhasrikā Prajñāpāramitā en 8000 for- d’événements simultanés tout en composant une
mules [sūtra], la plus ancienne de la tradition strophe sanskrite sur un sujet donné — m. f.
(1 er siècle ant.). as.t.āvadhānı̄ qui sait faire 8 choses en même
as.t.asiddhi [siddhi] f. phil. [yoga] l’un des 8 temps.
pouvoirs surnaturels d’un siddha1 ou de Śiva : a£k ás.t.aka [as.t.a-ka] a. m. n. f. as.t.ikā 8-
an.iman le pouvoir de rapetisser, mahiman le partite — n. catégorie de 8 objets | lit. not.
pouvoir de grandir, laghiman le pouvoir de se poème en 8 vers | livre en 8 chapitres [adhyāya] ;
rendre léger et de léviter, kāmāvasāyitā le pou- not. As.t.ādhyāyı̄ ; le R. gveda en comporte 8 — m.
voir d’éteindre ses passions, prākāmya la toute- myth. np. du rājars.i As.t.aka, fils de Viśvāmitra
puissance, vaśitva la volonté irrésistible, prāpti et Mādhavı̄ ; il effectua un grand sacrifice de che-
la supraperception, et ı̄śitva la suprématie di- val [aśvamedha] où tous les rois furent conviés ;
vine. il emmena au ciel dans son char volant ses trois
an.imā laghimā prāptih. prākāmyam mahimā frères aı̂nés Vasumanā, Pratardana et Śibi ; ren-
tathā | ı̄śitvam . ca vaśitvam . ca tathā contrant en vol le sage Nārada, ils l’invitèrent
kāmāvasāyitā k (śloka mnémotechnique). à bord ; As.t.aka lui demanda qui devraient-ils
as.t.āṅga [aṅga1 ] a. m. n. f. as.t.āṅgā constitué abandonner si seulement quatre d’entre eux
de 8 parties, qui a 8 membres, en 8 étapes. étaient autorisés à monter au Ciel, et Nārada
as.t.āṅgapāta [pāta] m. soc. prosternation répondit As.t.aka, pour s’être vanté du don de ses
sur les 8 parties du corps (mains, genoux, vaches ; si seulement trois, ce serait Pratardana,
pieds, poitrine et tête), posture de profonde pour n’avoir pas donné son cheval à un brah-
obéissance. mane ; si seulement deux, ce serait Vasumanā,
as.t.āṅgamārga [mārga] m. bd. “che- pour s’être glorifié de son char fleuri ; mais si
min en 8 étapes” menant à l’abolition de un seul était autorisé à aller au Ciel, ce serait
la souffrance, selon l’enseignement de Bud- Śibi, qui à la demande d’un brahmane tua son

68
fils unique Br.hadgarbha pour lui servir de repas abhi, ut, ni, nis, pari, pra, vi, sam) jeter, lancer ;
— f. as.t.akā 8e jour après la pleine lune | soc. brandir (une arme) | rejeter, repousser — ps.
oblation de ce jour, un pākayajña ; on y sacrifie (asyate) être lancé ; être rejeté — ca. (āsayati)
un animal aux mânes [śrāddha]. faire lancer ; faire jeter.
a£n^ as.t.an num. pers. [pl. nom. as.t.au ; en as^ -as forme des s. n.
comp. as.t.ā] le nombre huit k gr. oκτ ω ; lat. octo ; as\yt asam.yuta var. asam.yutta [a-sam.yuta]
ang. eight ; all. acht ; fr. huit. a. m. n. f. asam . yutā non joint, séparé.
a£A as.t.ā iic. pour as.t.an. asam . yutta hastau mains non jointes.
as.t.ādaśan [daśan] num. pers. 18. as\fEÄ asam.śakti [a-sam.śakti] f. phil. [YV.]
as.t.āpada [pada] n. échiquier ; jeu d’échecs. l’indifférence aux pouvoirs surnaturels, 5e ni-
as.t.āvakra [vakra] m. myth. [AG.] np. du veau de connaissance [jñānabhūmikā].
jeune mystique As.t.āvakra “Estropié huit fois”, as\fy asam.śaya [a-sam.śaya] m. absence de
fils du brahmane Kahod.a ; encore dans le ventre doute ; certitude.
de sa mère, il écoutait son père réciter le Veda, asam . śayam adv. sans aucun doute.
et le corrigeait lorsqu’il faisait une erreur ; son as\-kt asam.skr.ta [a-sam.skr.ta] a. m. n.
père le maudit, et il naquit infirme ; à l’âge de f. asam . skr.tā non préparé, non décoré ; non
12 ans il alla à la cour de Janakarāja pour l’ins- consacré ; brut | non raffiné, grossier (langage).
truire sur la nature du Soi [ātman] ; il obtint de as\ht asam.hata [a-sam.hata] a. m. n. f.
retrouver son père, et redressa son corps en fai- asam . hatā isolé, dispersé ; désuni, en désaccord.
sant un bain sacré. as\ Adyt^ asam.hrādayat [a-sam.hrādayat] a.
as.t.āvakragı̄tā [gı̄tā] f. lit. np. de m. n. f. asam
l’As.t.āvakragı̄tā [AG.], poème mystique de . hrādayatı̄ qui ne fait pas cliqueter.
askt^ asakr.t [a-sakr.t] adv. répétitivement ;
la philosophie advaita, composé par un maı̂tre
souvent | math. par un procédé itératif, par
anonyme de l’école de Śaṅkara1 ; on l’appelle
récurrence.
aussi As.t.āvakrasam . hitā.
as.t.āvakrasam
asÄ asakta [a-sakta] a. m. n. f. asaktā non
. hitā [sam . hitā] f. lit. np. de arrêté, non empêché | libre, indépendant | phil.
l’As.t.āvakrasam . hitā ; cf. As.t.āvakragı̄tā. détaché du monde et des passions.
as.t.āvim
. śa [vim . śa] a. m. n. f. as.t.āvim
. śı̄ vingt- asaktam sans obstacle ; sans résistance.
huitième | en 28 parties.
as.t.āvim asEÄ asakti [asakta] f. détachement | phil.
. śati [vim . śati] f. vingt-huit. détachement du monde et des passions.
a£Adf as.t.ādaśa iic. pour as.t.ādaśan.
as.t.ādaśāks.ara [aks.ara] a. m. n. f. as\Hy asam.khya var. asaṅkhya [a-sam.khya]
as.t.ādaśāks.arı̄ constitué de 18 syllables. a. m. n. f. asam . khyā innombrable.
as.t.ādaśāks.aramantra [mantra] n. man- asam . khyeya var. asaṅkhyeya [-ı̄ya] a. m. n.
tra de 18 syllabes utilisé not. pour le f. asam . khyeyā innombrable — n. multitude ;
culte de Jagannātha (klı̄m nombre incommensurable.
. ks.n.āya govindāya
gopı̄janavallabhāya svāhā). as½ asaṅga [a-saṅga] a. m. n. f. asaṅgā
aE£
√ ás.t.i [aś1 -ti] f. réussite | pépin, noyau.
détaché, libre ; indépendant ; qui se meut sans
as^ as1 v. [2] pr. (ásti) pft. (āsa) impft. obstacle | détaché du monde, indifférent, libéré
(āsı̄t) opt. (syāt) imp. (edhi) ppr. (sat) être, — m. absence d’attachement |hist. np. d’Asaṅga
exister ; être présent ; devenir ; avoir lieu, habi- “Libéré”, frère de Vasubandhu, philosophe
ter | échoir à, appartenir à qqn. hg.i k lat. est ; bouddhiste du 4e siècle de doctrine idéaliste
ang. is ; all. ist ; fr. être. [vijñānavāda] ; ont lui doit not. l’Abhidharma-
asmi je suis. samuccaya.
asti adv. il y a ; qu’il en soit ainsi. as\gt asam.gata var. asaṅgata [a-sam.gata] a.
asti mama j’ai. m. n. f. asam . gatā non conforme, inconvenant ;
... asti salut à ... malvenu, déplacé.
astu [imp.] soit ! d’accord ! asQCdý asacchūdra [a-sacchūdra] a. m. n. f.
evam astu ainsi soit il ; bien. asacchūdrā soc. śūdra de mauvaise conduite.
evam syāt il se pourrait. ast^ ásat [a-sat] a. m. n. f. asatı̄ mauvais,
āsa il advint que. injuste, méchant ; faux, inexistant — n. néant ;
āsı̄t mal, mensonge |phil. le Néant ; l’irréel — f. asatı̄
√ adv. il était une fois.
as^ as2 v. [4] pr. (ásyati) v. [1] pr. (asati) femme infidèle ; femme libertine.
pft. (āsa) impft. (āsyat) pp. (astá) pf. (ati, adhi, asatkārya [kārya] n. occupation blâmable.

69
asatkāryavāda [vāda] m. phil. discours dat. loc.i) | gram. (mot composé) ne formant
pernicieux | phil. [sām . khya] doctrine réfutant pas un constituant syntaxique.
la nécessaire pré-existence d’un effet dans sa as\pE asam.patti var. asampatti [a-
cause ; opp. satkāryavāda. sam . patti] f. insuccès ; infortune.
asatkhyāti [khyāti] f. bd. théorie de la per- as\þâAt asam.prajñāta var. asamprajñāta [a-
ception de l’irréel. sam . prajñāta] a. m. n. f. asam . prajñātā phil.
asadvāda [vāda] m. doctrine hétérodoxe ; [yoga] qualifie l’état où le yogin, par l’arrêt de
discours trompeur. la pensée, a perdu la conscience du monde ; cf.
as(y asatya [a-satya] a. m. n. f. asatyā faux, cittavr.ttinirodha.
trompeur — n. fausseté ; tromperie. as\bˆ asam.baddha var. asambaddha [a-
asatyavādin [vādin] agt. m. f. asatyavādı̄ qui sam . baddha] a. m. n. f. asam . baddhā détaché,
ment. déconnecté ; dissocié | incohérent.
asatyasam . dha [sam . dhā2 ] a. m. n. f. as\bD asam.bandha var. asambandha [a-
asatyasam . dhā [“qui ne tient pas sa parole”] sam . bandha] a. m. n. f. asam . bandhā sans lien
traı̂tre, déloyal. de parenté ; sans relation.
asDArZ asadhāran.a [a-sadhāran.a] a. m. n. f. as\Bv asam.bhava var. asambhava [a-
asadhāran.ı̄ spécial, particulier, spécifique | rare, sam . bhava] m. inapplicabilité.
extraordinaire | phil. [nyāya] caractérise la per- as\BA&y asam.bhāvya var. asambhāvya [a-
ception [pratyaks.a] spécifique ; on en dénombre sam . bhāvya] a. m. n. f. asam . bhāvyā qui ne peut
3 sortes : sāmānyalaks.an.a qui utilise l’analogie, pas se produire ; impossible.
et reconnaı̂t un type universel par son signe, as\BEt asam.bhūti var. asambhūti [a-
jñānalaks.an.a qui fait appel aux connaissances, sam . bhūti] f. phil. le Non-manifesté.
not. au sens commun ou à la mémoire, et yogaja, ash asaha [a-saha1 ] a. m. n. f. asahā im-
perception obtenue par le yoga — n. propriété patient ; qui ne supporte pas, qui n’endure pas
spécifique. | incapable de hinf.i.
asn^ asán [relié à ásr.j] n. [sg. nom. acc. asr.k] asADArZ asādhāran.a [a-sādhāran.a] a. m. n.
sang. f. asādhāran.ā seul en son genre, unique.
asn asana [as2 -ana] n. qui sert à lancer ; fait asAD asādhú [a-sādhu] a. m. n. f. mauvais ;
de lancer — f. asanā véd. missile ; flèche. méchant ; faux — m. mauvais homme — n. mal ;
as\t£ asam.tus.t.a var. asantus.t.a [a-sam.tus.t.a] malheur ; faute — interj. (désapprobation) mal-
a. m. n. f. asam . tus.t.ā mécontent ; insatisfait. heur ! honte !.
asantus.t.o dvijo nas.t.ah. Un brahmane insatisfait asādhúnā défavorablement.
est perdu. sādhvasādhúnı̄ le bien et le mal.
as\Ed`D asam.digdha var. asandigdha [a- asA@y asādhya [a-sādhya] a. m. n. f. asādhyā
sam . digdha] a. m. n. f. asam . digdhā clair ; non impossible, irréalisable, dont on ne peut venir à
ambigu ; sans confusion — n. gram. absence bout.
d’ambiguı̈té. aEs ası́ [as2 ] m. épée, glaive | véd. couteau
asEpX asapin.d.a [a-sapin.d.a] m. soc. parent sacrificiel — f. ası̄ géo. np. de la petite rivière
éloigné. Ası̄ près de Bénarès k lat. ensis.
as<y asabhya [a-sabhya] a. m. n. f. asabhyā asikalaha [kalaha] m. combat à l’épée.
impropre, malpoli, vulgaire ; not. langage vul- asidhārā [dhārā2 ] f. fil de l’épée.
gaire. asidhārāvrata [vrata] n. vœu très difficile ;
asm asama [a-sama] a. m. n. f. asamā inégal. not. pour un brahmacārin, de passer la nuit dans
asmÒs asamañjasa [a-samañjasa] a. m. n. f. le lit d’une jolie femme sans éprouver de désir.
asamañjasā inapproprié, malvenu ; incapable — asidhenu [dhenu] f. [“substitut d’épée”]
m. bon à rien — n. impropriété, non conformité ; dague.
inopportunité — m. asamañjas var. asamañja asiloman [loman] m. myth. np. de l’asura
myth. np. d’Asamañjā ou Asamañja “Impie”, Asilomā, premier ministre du tyran Mahis.a.
fils du roi Sagara par Keśinı̄1 ; il était pervers, aEst asita a. m. n. f. asiknı̄ noir, sombre
s’amusant à noyer les enfants dans la Sarayū, et | myth. [Rām.] np. du roi d’Ayodhyā Asita “le
fut renié par son père ; son fils Am . śumān était Sombre”, fils de Bharata4 , père de Sagara | bd.
juste et bon. np. d’Asita1 , ermite qui reconnut le nouveau-né
asmT asamartha [a-samartha] a. m. n. f. asa- Siddhārtha comme le futur Buddha ; il pleura,
marthā impropre ; inutile ; incapable (de hinf. triste de devoir mourir avant que de pouvoir

70
connaı̂tre son enseignement — f. asiknı̄ nuit asy asūya [asu] a. m. n. f. asūyā [“qui
| myth. np. d’Asiknı̄ “Nuit”, épouse de Daks.a, en veut à la vie”] envieux, malveillant — f.
mère de Satı̄. asūyā envie, malveillance ; jalousie | impatience ;
aEsˆ asiddha [a-siddha1 ] a. m. n. f. asiddhā mécontentement, indignation ; fait de détracter.
inaccompli, inachevé, incomplet ; imparfait ; non asy asūrya [a-sūrya] a. m. n. f. asūryā à
démontré ; impuissant | inexistent | gram. (règle) l’ombre, dans l’obscurité | démoniaque, impie ;
non appliquée dans le contexte courant. maléfique.
asiddhakān.d.a [kān.d.a] n. gram. ensemble des asūryam . paśya a. m. n. [“qui ne voit pas la
trois dernières sections de l’As.t.ādhyāyı̄ (à partir lumière du jour”] se dit des femmes d’un harem.
de la deuxième section du huitième livre) ; syn. asj^ ásr.j n. [sg. nom. acc. asr.k] sang.
tripādı̄. asO asau pn. dém. m. [sg. nom. asau, acc.
asiddhavat [-vat] a. m. n. f. asiddhavatı̄ amum, i. amun.ā, dat. amus.mai, abl. amus.māt,
gram. (règle) dont on ignore l’application dans g. amus.ya, loc. amus.min ; du. nom. acc. amū, i.
le contexte courant. dat. abl. amūbhyām, g. loc. amuyos ; pl. nom.
aEsEˆ asiddhi [a-siddhi] f. échec | phil. amı̄, acc. amūn, i. amı̄bhis, dat. abl. amı̄bhyas,
[logique] énoncé non établi ; incomplétude. g. amı̄s.ām, loc. amı̄s.u] ce, cet, celui-là, celle-
as ásu [as1 ] m. souffle vital, esprit vital ; vie, là, ces-là (au loin) | tel ; untel — f. [sg. nom.
vigueur | pl. ásavas élan vital : instinct animal. asau, acc. amūm, i. amuyā, dat. amus.yai, abl.
asutr.p [tr.p2 ] a. m. n. f. qui dérobe ou profite g. amus.yās, loc. amus.yām ; du. nom. acc. amū,
de la vie d’un autre | épicurien, voué aux joies i. dat. abl. amūbhyām, g. loc. amuyos ; pl. nom.
du monde. acc. amūs, i. amūbhis, dat. abl. amūbhyas, g.
asutr.pa a. m. n. f. asutr.pā id. amūs.ām, loc. amūs.u] cette, celle-là, celles-là —
asutyāga [tyāga] m. suicide. n. cf. adas.
ásunı̄ti [nı̄ti] f. phil. conduite de vie dans asāv amutra ayam asmin Celui-là dans ce monde
l’au-delà | myth. le monde des esprits ; sa per- là, celui-ci dans ce monde ci.
sonnification Asunı̄ti “Celle qui conduit les es- a-t ásta [pp. as2 ] a. m. n. f. astā lancé, jeté ;
prits”. abandonné — n. coucher du soleil ; disparition ;
asK asukha [a-sukha] n. chagrin. fin, mort | patrie, demeure — m. montagne du
astp^ asutr.p2 [a-sutr.p] a. m. n. f. insatiable. couchant.
asv asunvá [a-sunva] a. m. n. f. asunvā véd. astam hvb. mouvementi rentrer chez soi, se cou-
[“qui ne presse pas (le soma)”] indifférent aux cher ; disparaı̂tre à l’horizon ; mourir.
dieux, athée. astam gam disparaı̂tre derrière l’horizon (se dit
asr ásura [asu-ra] a. m. n. f. asurı̄ im- du soleil et d’autres corps célestes).
matériel, surnaturel — m. véd. [“maı̂tre du astam i se coucher (lune, soleil).
souffle vital”] un titan-asura, être surnatu-
astaprahara [prahara] m. soc. garde du cou-
rel précédant l’organisation du cosmos | pl.
chant (de 14 h au soleil couchant).
asurās myth. les titans ; parmi eux les ra-
astamauna [mauna] a. m. n. f. astamaunā
dieux [āditya], notamment Varun.a et Mitra, se
ayant renoncé au silence.
rangèrent parmi les dieux ; les autres devinrent
des êtres néfastes, ennemis des êtres de lumière aE-t asti [as1 ] ind. alors (au début de fables)
[sura] ; ils disputèrent en vain aux dieux [deva] — f. existence | myth. np. de Asti “Existence”,
l’élixir d’immortalité [amr.ta] lors du barratage fille de Jarāsandha, épouse de Kam . sa.
de l’océan de lait primordial [ks.ı̄rodamathana] ; a-t astr. [as2 -tr.] agt. m. f. astrı̄ [sg. nom. astā,
leur précepteur est Uśanā ; cf. daitya, dānava, acc. astāram] qui lance.
Naraka — f. asurı̄ myth. démon femelle k aves- a-ty asteya [a-steya] n. respect de la pro-
tique ahura ; lex. a-sura. priété, absence de vol, honnêteté | phil. la pro-
asuravivāha [vivāha] m. soc. mode de ma- bité, une des vertus [yama1 ] du yoga.
riage par achat de la mariée. a-/ astra [as2 -tra] n. arme de jet, javelot,
asy asuryá [asura-ya] a. m. n. f. asuryā im- projectile ; arme en gén. | art de l’archer | myth.
matériel ; divin | relatif aux asurās — n. phil. mantra-projectile.
spiritualité ; nature divine. a-Tn^ asthán n. os ; squelette ; noyau | var.
as asū [vn. asūya] v. [10] pr. (asūyáti) être ásthi id. k gr. oστ oν ; lat. ossis ; fr. os.
impatient ; être mécontent ; envier hdat.i | en a-TAvr asthāvara [a-sthāvara] a. m. n. f.
vouloir à hacc.i ; s’irriter de hacc. g.i. asthāvarā qui ne se tient pas debout ; qui ne se

71
tient pas droit ; qui bouge. a-v
d asveda [a-sveda] a. m. n. f. asvedā sans
aE-T ásthi cf. asthan. sueur.

asthisam. ghāta [sam . ghāta] m. méd. articula- ah^ ah pft. (āha) pf. (pra) parler ; considérer
tion. comme | dire (qqc. hacc.i à qqn. hdat. acc.i) k
a-pf asparśa [a-sparśa] m. absence de lat. aio, adagium.
contact. āhur on dit que ; ils disent que.
a-pft^ aspr.śat [a-spr.śat] a. m. n. f. aspr.śatı̄ ah áha1 interj. certes, bien sûr, exactement.
ne touchant pas ; sans contact. ah aha2 ifc. pour ahan.
a-p[y aspr.śya [a-spr.śya] a. m. n. f. aspr.śyā aht áhata [a-hata] a. m. n. f. ahatā non
qui ne doit pas être touché, intouchable ; qu’on frappé | neuf (se dit d’un vêtement non encore
ne doit pas mentionner. lavé).
a-p£ aspr.s.t.a [a-spr.s.t.a] a. m. n. f. aspr.s.t.ā qui ahn^ áhan var. ahar n. [sg. nom. ahar ; i.
n’est pas touché ; non mentionné, à quoi l’on n’a ahnā ; loc. áhani ; loc. ahni ; en comp. aha] jour
pas fait allusion. (opp. nuit [rātri]) | jour, journée | myth. np.
a-mt^ asmát [abl. pl. aham] ind. de nous |var. d’Ahar, le Jour personnifié, l’un des 8 Trésors
asmattas id. [vasu] — n. áha ifc. véd. jour de — m. ahá ifc.
asmadı̄ya [-ı̄ya] a. m. n. f. asmadı̄yā notre, le jour de.
nôtre. ahm^ aham pn. pers. 1ère pers. [sg. nom.
a-m<ym^ asmabhyam [dat. pl. aham] ind. aham, acc. mām, i. mayā, dat. mahyam, abl.
pour nous. mat, g. mama, loc. mayi, ou cl. acc. mā5 , ou
a-mAk asmāka [asmākam] a. m. n. f. asmākā cl. dat. g. me, ou cl. abl. mattas ; du. nom.
nôtre. acc. āvām, i. dat. abl. āvābhyām, g. loc. āvayos,
a-mAkm^ asmākam [g. pl. aham] ind. à nous, ou cl. acc. dat. g. nau2 ; pl. nom. vayam, acc.
de nous. asmān, i. asmābhis, dat. asmabhyam, abl. as-
a-mAt^ asmāt [abl. ayam] ind. de ce. mat asmattas, g. asmākam, loc. asmāsu, ou cl.
a-mAn^ asmān [acc. pl. aham] ind. nous. acc. dat. g. nas1 ] je, moi ; nous k lat. ego ; ang.
me, us ; fr. moi, me.
a-mAEBs^ asmābhis [i. pl. aham] ind. par nous. aham . kr. être conscient de son individualité.
a-mAs asmāsu [loc. pl. aham] ind. en nous. aham . vādin [vādin] a. m. n. f. aham . vādinı̄
aE-mtA asmitā [asmi-tā] f. conscience de soi ; [“qui ne parle que de soi”] vaniteux, vantard.
sentiment du moi, égotisme | égoı̈sme | phil.
aham . kāra var. ahaṅkāra [kāra] m. le moi,
[yoga] pure expérience du soi.
la personnalité, le sentiment d’individualité |
aE-mn^ asmin [loc. ayam] ind. dans ce. égoı̈sme, amour-propre ; orgueil |phil. [sām . khya]
asmin loke adv. en ce monde, ici-bas. le Moi, essence [tattva] de l’ego ; [vedānta]
a-mEt asmr.ti [a-smr.ti] f. impossibilité de se son siège est le cœur, où il renferme citta ;
souvenir ; oubli. c’est un constituant de l’instrument interne
a-m{ asmai [dat. ayam] ind. à ce. [antah.karan.a].
a-y asya [g. ayam] ind. de ce. aham . kr.ta var. ahaṅkr.ta [kr.ta] a. m. n.
a-yAm^ asyām [loc. iyam] ind. dans cette. f. aham . kr.tā orgueilleux, imbu de soi-même ;
asyām rātryām adv. cette nuit. égoı̈ste — f. aham . kr.ti orgueil, égoı̈sme.
a-yAs^ asyās [abl. iyam] ind. de cette — g. aham . buddhi var. ahambuddhi [buddhi] f.
id. fierté, orgueil.
a-y{ asyai [dat. iyam] ind. à cette. ahr^ áhar cf. ahan.
aú asra [relié à asr.j] n. var. aśra1 sang |math. ahar ahah. adv. de jour en jour.
angle. aharniśa [niśa] n. un jour et une nuit.
asrapa var. aśrapa [pa1 ] a. m. n. f. asrapā aharniśam adv. jour et nuit ; constamment.
buveur de sang — m. myth. vampire ; cf. rāks.asa ahSyA ahalyā [a-halya] f. myth. [Rām.] np.
— f. asrapā sangsue | myth. furie ; cf. d.ākinı̄. de la très belle Ahalyā “l’Immaculée”, Ève in-
a-vpt^ ásvapat [a-svapat] a. m. n. f. qui ne dienne, première femme créée par Brahmā, qui
dort pas. la mit sous la garde de Gautama de nombreuses
a-v-T asvastha [a-svastha] a. m. n. f. années ; celui-ci n’ayant pas montré de concu-
asvasthā malsain, malade ; mal à l’aise | piscence, Brahmā la lui donna pour épouse ; elle
dépendant ; qui ne se contrôle pas. fut séduite par Indra qui avait pris son appa-

72
rence ; Gautama, les surprenant, maudit Indra a¡ ahna [ahan] ifc. m. jour de.
de perdre ses testicules, et changea Ahalyā en ahnāya dat. adv. rapidement.
pierre ; elle dut attendre des milliers d’années
que Rāma vienne la rendre à la vie ; symbole aA ā
de l’attirance féminine, sa faute la priva du pri- aA ā pf. à, vers (le locuteur) hvb. de
vilège de la beauté. mouvementi (sens réfléchi) | un peu, tirant sur
ahs^ áhas cf. ahan. hs. de couleur ou quantitéi (ex. ānı̄la bleuâtre,
ahorātrá [rātra] n. jour et nuit. os.n.a tiède) — prép. depuis habl.i ; jusqu’à, et
ah-t ahastá [a-hasta] a. m. n. f. ahastā sans même jusqu’à, aussi loin que habl.i — conj. de
mains. plus, et même k lat. ā.
ahh ahaha interj. malheur ! | joie ! ca ... ā à la fois ... et.
ahAy ahārya [a-hārya] a. m. n. f. ahāryā qui ā evam en est-il donc ainsi ?.
ne peut être volé. ā samudrāt jusqu’à la mer.
ahāryatva [-tva] n. inaliénabilité. aAkr ākara [ākr̄.] m. [“qui donne en abondan-
aEh áhi m. serpent |myth. dragon ; not. Vr.tra, ce”] accumulation, abondance ; mine ; origine.
dragon du ciel k lat. anguis ; fr. anguille. aAkrZ ākaran.a [ākr.] n. appel ; convocation
áhigopā [gopā] a. m. f. ayant le dragon — f. ākaran.ā id.
comme gardien. aAkZ^ ākarn. [ā-karn.] v. [10] pr. (ākarn.ayati)
ahicchattra [chattra] m. géo. np. du pays pp. (ākarn.ita) pfp. (ākarn.ya) entendre ; écouter,
Ahicchattra au nord du Gange, partie nord du prêter l’oreille ; tendre l’oreille.
Pañcāla ; myth. [Mah.] Dron.a le confisqua à aAkZ ākarn.a [ā-karn.a] a. m. n. f. ākarn.ı̄ qui
Drupada pour y faire régner son fils Aśvatthāmā prête l’oreille, qui écoute.
— f. ahicchattrā géo. np. d’Ahicchattrā sa ca- ākarn.am adv. (tirée) depuis l’oreille (se dit d’une
pitale ; mod. village à l’ouest de mod. Bareilly, flèche).
Uttar Pradesh. ākarn.amūlam [mūla] adv. jusqu’à l’oreille.
ahitun.d.a [tun.d.a] n. gueule de serpent. aAkq ākars.a [ākr.s.] m. attraction, fascination
áhitun.d.ika var. āhitun.d.ika [-ika] m. mon- | aimant | jeu de dés.
treur de serpent. ākars.aka [-ka] a. m. n. f. ākars.ikā attrayant,
ahirbudhnya [budhnya] m. myth. np. d’Ahir- plaisant — f. ākars.ikā “Plaisance” (qualife une
budhnya “Serpent de mer”, l’un des 11 souffles ville) ; cf. ākhyā2 .
divins [marut] ; astr. il préside le naks.atra ākars.akrı̄d.ā [krı̄d.ā] f. jeu de dés, l’un des 64
Uttarapros.t.hapadās (γ de Pégase et α d’An- arts [kalā].
dromède). aAkA°^ ākāṅks. [ā-kāṅks.] v. [1] pr. (ākāṅks.ati)
ahivat [-vat] adv. comme un dragon.
pp. (ākāṅks.ita) désirer, souhaiter ; aspirer
áhihata [hata] a. m. n. f. ahihatā tué par un
à hacc. g.i | gram. requérir des actants
serpent.
supplémentaires pour avoir un sens.
ahihátya [hatya] n. myth. combat (d’Indra)
avec le dragon (Vr.tra) ; meurtre du dragon.
aAkA° ākāṅks.a [ākāṅks.] a. m. n. f. ākāṅks.ā
gram. qui requiert des actants supplémentaires
aEh\sA áhim.sā [a-him.sā] f. non nuisance ; non- pour avoir un sens — f. ākāṅks.ā désir, sou-
violence, respect de la vie ; non-résistance au
hait | gram. dépendance sémantique ; valence ;
mal par la violence ; absence de mauvaises in-
présupposition.
tentions ou de préjudice | phil. la bienveillance
ākāṅks.in [-in] ifc. agt. m. f. ākāṅks.in.ı̄ qui
(en actes, paroles et pensées), une des vertus
désire, qui espère.
[yama1 ] du yoga | myth. np. d’Ahim . sā “Bien-
veillance”, épouse de Dharma, mère de Nara. aAkA°^y ākāṅks.ya [pfp. [1] ākāṅks.] a. m. n. f.
aEht ahita [a-hita2 ] a. m. n. f. ahitā ākāṅks.yā désirable.
désagréable, désavantageux ; ennemi, nocif — n. aAkAr ākāra1 [vr. ākr.] m. forme, figure, as-
dommage causé, mal. pect, extérieur ; apparence ; expression | phil.
aãZAn áhr.n.āna [a-hr.n.āna] a. m. n. f. ahr.n.ānā forme structurée, objet direct de la perception.
véd. n’étant pas en colère. ākāravat [-vat] a. m. n. f. ākāravatı̄ bien
aho aho interj. oh ! ah ! (surprise, plaisante ou formé, bien fait, de bon aspect.
non) — part. excl. quel ... ! comme ... ! aAkAr ākāra2 [(ā)-kāra] m. le son ou la lettre
aho bata hélas ! ‘ā’.

73
ākārānta [anta] a. m. n. f. ākārāntā gram. mots, nommée par un membre caractéristique,
(mot) terminé par ‘ā’. comme pr.s.odara.
aAkArZ ākāran.a [ākāra1 -na] n. rassemble- aAkq^ ākr.s. [ā-kr.s.] v. [1] pr. (ākars.ati) pp.
ment ; appel, invocation. (ākr.s.t.a) attirer, tirer vers soi, amener à soi ; tirer
aAkAf^ ākāś [ā-kāś] v. [1] pr. md. (ākāśate) (not. la flèche sur la corde de l’arc) | séduire.
pp. (ākāśita) regarder, reconnaı̂tre. aAk£ ākr.s.t.a [pp. ākr.s.] a. m. n. f. ākr.s.t.ā tiré
aAkAf ākāśa [ākāś] n. [“visibilité”] es- (glaive), bandé (arc).
pace, air, ciel | phil. l’Espace ou Éther, l’une aAk ākr̄. [ā-kr̄.] v. [6] pr. (ākirati) pp. (ākı̄rn.a)
des 9 substances [dravya1 ] du vaiśes.ika, l’un répandre sur, verser.
des 5 éléments [bhūta] du sām . khya ; son aA‡m^ ākram [ā-kram] v. [1] pr. (ākrāmati)
pañcabhūtasthala est Cidambara-Nat.arāja | pp. (ākrānta) abs. (ākramya) s’approcher de, al-
phil. l’Impulsion primordiale (proprement l’éveil ler vers, rendre visite à | fouler aux pieds ; peser
de la manifestation) |math. zéro |mod. (commu- sur hacc.i ; saisir, attaquer — ca. (ākrāmayati)
nication) sans fil, radiodiffusion ; ondes, rayon- faire entrer.
nement. aA‡My ākramya [abs. ākram] ind. ayant at-
ākāśagarbha [garbha] m. bd. [vajrayāna] taqué.
np. de l’accompli [bodhisattva] Ākāśagarbha aA‡At ākrānta [pp. ākram] a. m. n. f.
“Réceptacle de Vide” ; on l’invoque pour ākrāntā visité, fréquenté ; atteint ; dépassé |
améliorer sa mémoire et ses capacités intellec- attaqué, saisi, battu | marqué de, opprimé par,
tuelles, et pour obtenir l’habileté manuelle. en proie à ; chargé de, rempli de hi.i.
ākāśamudrā [mudrā] f. geste de la main où le aA‡f^ ākruś [ā-kruś] v. [1] pr. (ākrośati) pp.
majeur est replié par le pouce, les autres doigts (ākrus.t.a) appeler en criant ; injurier, maudire.
étant étendus.
aA‡£ ākrus.t.a [pp. ākruś] a. m. n. f. ākrus.t.ā
ākāśavat [-vat] a. m. n. f. ākāśavatı̄ spacieux
injurié.
| (se dit des doigts) écarté.
ākāśávān.ı̄ [vān.ı̄] f. voix céleste, voix descen-
aAE"p^ āks.ip [ā-ks.ip] v. [1] pr. (āks.ipati) pp.
(āks.ipta) pf. (sam) enlever ; tirer à soi ; ti-
dant des cieux |phil. voix intérieure |mod. [“voix
rer de habl.i | railler ; provoquer, défier — ca.
des airs”] radio.
(āks.epayati) faire verser ; renverser.
iyam ākāśavān.ı̄ mod. ici la radio.
aAkFZ ākı̄rn.a [ā-kı̄rn.a] a. m. n. f. ākı̄rn.ā rem- aA" p āks.epa [āks.ip] m. enlèvement, arrache-
ment | offense, blâme ; objection | gram. fait de
pli de.
postuler ; ellipse.
aAkÑn ākuñcana [ā-kuñcana] n. contraction
mama tu āks.epah. nāsti je n’y ai pas d’objection.
| phil. [vaiśes.ika] l’activité [karman] de contrac-
tion. āks.epasamādhāna [samādhāna] n. lit. rhét.
aAkl^ ākul [vn. ākula] v. [10] pr. (ākulayati) réponse aux objections, technique de débat
pp. (ākulita) remplir de confusion, troubler. scholastique.
aAkl ākula [ākr̄.] a. m. n. f. ākulā recouvert, aAKr ākhara [ā-kha-ra] m. repaire, tanière.
jonché de ; rempli de, plein | (au fig.) troublé, aAKAX ākhād.a m. gymnase | soc. ordre
agité ; confus, perplexe ; désordonné, débordé. d’ascètes militants.
ākulam adv. dans la confusion, avec trouble. aAK ākhú [ā-khan] m. [“qui creuse un ter-
aAkElt ākulita [pp. ākul] a. m. n. f. ākulitā rier”] souris, rat ; taupe.
désorienté, désemparé. ākhudam . śita [dam . śita] a. m. n. f.
aAk ākū [ā-kū] v. [1] pr. md. (ākuvate) sou- ākhudam . śitā mordu par un rat.
haiter, désirer. aAHyA ākhyā1 [ā-khyā] v. [2] pr. (ākhyāti)
aAkt ākūta [ākū] n. intention. pp. (ākhyāta) pfp. (ākhyātavya) pf. (anu, prati,
aAk ākr. [ā-kr.1 ] v. [8] pr. (ākaróti) pp. (ākr.ta) vi) dire, raconter ; annoncer ; appeler h2 acc.i
pf. (apa, upa, nis, vi) rapprocher ; appeler, in- — ps. (ākhyāyate) s’appeler, se nommer — ca.
voquer — ps. (ākriyate) prendre forme — ca. (ākhyāpayati) pp. (ākyāpita) faire connaı̂tre.
(ākārayati) faire venir, créer. aAHyA ākhyā2 [ākhyā1 ] f. nom | compte, to-
aAkEt ākr.ti [ākr.-ti] f. forme, extérieur, as- tal — ifc. de nom ; ex. ākars.ikākhyā (ville) ap-
pect ; apparence | phil. forme générique, genre, pelée Plaisance — m. n. ākyhya ifc. id. ; ex.
classe, type ; syn. jāti ; opp. vyakti. prasaṅgākya (vice) de nom l’addiction.
ākr.tigan.a [gan.a] a. m. n. f. ākr.tigan.ā gram. aAHyAt ākhyāta [pp. ākhyā1 ] a. m. n. f.
paradigmatique, générique — m. gram. classe de ākhyātā dit, raconté, annoncé | appelé — n.

74
gram. [Yāska] forme verbale finie ; opp. dhātu aAgAEmn^ āgāmin [āgam-in] a. m. n. f. āgāminı̄
(racine). qui vient, qui arrive ; à venir |phil. part du karma
ākhyātārtha [artha] m. gram. sens des formes à venir.
verbales. aAgAr āgāra var. agāra n. logement, habita-
aAHyAt&y ākhyātavya [pfp. [3] ākhyā1 ] a. m. tion, maison.
n. f. ākhyātavyā à dire ; à déclarer ; à annoncer, aAE`n£oEmk āgnis.t.omika [vr. agnis.t.oma-ika]
à révéler. a. m. n. f. āgnis.t.omikā soc. qui étudie
aAHyAEt ākhyāti [ākhyā1 -ti] f. récit, rapport ; l’Agnis.t.oma.
déclaration. aA`nFD} āgnı̄dhra [vr. agni-dhr.] m. véd. prêtre
aAHyAn ākhyāna [ākhyā1 -na] n. conte, récit ; entretenant le feu sacré | myth. np. d’Āgnı̄dhra
communication, exposé. “qui entretient l’Autel”, fils de Priyavrata.
aAHyAEpt ākhyāpita [ca. pp. ākhyā1 ] a. m. n. aA`ny āgneyá [vr. agni-ya] a. m. n. f. āgneyı̄
f. ākhyāpitā rendu célèbre. inflammable | igné ; chaud et sec ; de caractère
aAHyAEykA ākhyāyikā [ākhyā1 -ika] f. conte, ardent (opp. saumya) | myth. relatif à Agni ou
histoire, récit ; not. genre de poème dynastique au feu sacré | au Sud-Est | myth. cf. āgneyāstra.
en prose — m. ākhyāyika ifc. histoire de. āgneyāstra [astra] n. myth. np. de l’arme
aAgQCt^ āgacchat [ppr. āgam] a. m. n. f. magique Āgneya “missile d’Agni”, arme ma-
āgacchantı̄ venant. gique ; Sagara la reçut d’Aurva ; [Mah.] Arjuna
aAgt āgata [pp. āgam] a. m. n. f. āgatā sur- la reçut de Dron.a, et s’en servit pour se défendre
venu, arrivé — n. action d’arriver, de se pro- d’Aṅgāraparn.a avant de lui en enseigner l’usage.
duire ; avènement, production |événement, chose aAg}yZ āgrayan.a [vr. agra] m. véd. première
arrivée ou qui s’est produite ; accident. libation de soma dans le rite de l’agnis.t.oma —
aAgEt āgati [ā-gati] f. arrivée ; avènement | n. soc. sacrifice des prémices, à la fin de la saison
origine, création. des pluies.
aAgt āgantu [āgam-tu] m. arrivée ; nouvel aAg}hAyZF āgrahāyan.ı̄ [vr. agrahāyan.a] f.
arrivant, hôte. astr. np. d’Āgrahāyan.ı̄, “meilleure de l’année”,
aAgm^ āgam [ā-gam] v. [1] pr. (āgacchati) pp. épith. de la pleine lune [pūrn.imā] du mois
(āgata) pf. (abhi, prati, sam) arriver à ou dans ; mārgaśı̄rs.a ; soc. on y pratique un pākayajña
venir de habl.i | aller vers ; survenir, se produire |astr. épith. de la constellation lunaire [naks.atra]
| avoir recours à ; tomber dans, encourir. Mr.gaśiras.
aAgm āgama [āgam] a. m. n. f. āgamā qui aAGAt āghāta [ā-ghāta] m. coup, meurtre,
arrive, qui se rapproche ; qui aborde — m. ar- destruction.
rivée, approche ; acquisition | moyen, accès ; ori- aAGEZ āghr.n.i [ā-ghr.] a. m. n. f. qui luit, qui
gine, tradition, savoir ; autorité | soc. texte re- rayonne ; brillant, radieux.
ligieux ; tradition sacrée, not. d’Inde du Sud aAG}A āghrā [ā-ghrā] v. [3] pr. (ājighrati) pp.
| gram. juxtaposition, affixation ; opp. ādeśa | (āghrāta) sentir ; flairer.
gram. accrément (par préfixe de la particule pri- aAG}AZ āghrān.a [āghrā-na] n. fait de sentir
vative ‘a’) ; modification d’un thème en gén. — (une odeur, un parfum).
n. [śaivāgama] lit. [“ce qui provient de Śiva”] aA½Ev āṅgavidya [vr. aṅgavidyā] a. m. n. f.
tantra shivaı̈te sous la forme d’un dialogue où āṅgavidyā soc. qui étudie ou connaı̂t la chiro-
Śiva répond à des questions de Śakti ; on en mancie.
dénombre traditionnellement 28 ; opp. nigama aAE½rs āṅgirasá [vr. aṅgiras] a. m. n.
| [pañcarātrāgama] lit. sam . hitā vishnouite | bd. f. āṅgirası̄ myth. descendant d’Aṅgirā ; cf.
recueil de la Loi | jn. recueil canonique jaina. aṅgirasas.
vars.āgame adv. à l’approche de la mousson ; la aAc"^ ācaks. [ā-caks.] v. [2] pr. md. (ācas.t.e) pf.
mousson étant venue. (prati, vi, sam) raconter, annoncer, dire ; parler
aAgmn āgamana [āgam-ana] n. approche, ar- à qqn. hdat. acc.i ; appeler, nommer.
rivée ; retour. aAcm^ ācam [ā-cam] v. [1] pr. (ācamati) pfp.
punar āgamana retour. (ācamanı̄ya) boire | soc. se rincer la bouche pour
aAgs^ āgas n. péché, faute, offense, mal. se purifier.
āgaskr.ta [kr.ta] a. m. n. f. āgaskr.tā malfai- aAcmt ācamata [imp. ācam] ind. rincez vous !
sant. aAcmn ācamana [ācam-ana] n. soc. rite de
aAgAEmk āgāmika [āgam-ika] a. m. n. f. purification de la bouche en buvant de l’eau
āgāmikā concernant le futur. versée dans la main, not. dans un temple — f.

75
ācamanı̄ soc. id. | soc. cuiller rituelle servant à aAj āja [vr. aja1 ] a. m. n. f. ājā issu de la
verser cette eau. chèvre.
aAcmnFy ācamanı̄ya [pfp. [2] ācam] a. m. n. ājādi [ādi] m. chèvres, etc..
f. ācamanı̄yā à purifier — n. soc. eau pour se pu- ājādimām. sa [mām . sa] n. soc. nourriture
rifier la bouche — m. soc. récipient d’eau utilisé carnée (interdite aux ascètes).
pour se rincer. aAjn^ ājan [ā-jan] v. [4] pr. md. (ājāyate) pp.
aAcy ācaya [ā-caya] m. collection, agrégat ; (ājāta) naı̂tre.
accumulation, multitude. aAjm ājanma [ā-janman] adv. de naissance,
aAcr^ ācar [ā-car] v. [1] pr. (ācarati) pp. depuis la naissance.
(ācarita) pf. (sam, ut) parcourir ; se conduire ; ājanmabhās.itr. [bhās.itr.] agt. m. f.
pratiquer, se mettre à ; accomplir. ājanmabhās.itrı̄ locuteur natif.
aAcrZ ācáran.a [ācar-ana] n. approche, ar- ājanmaśuddha [śuddha] a. m. n. f.
rivée (not. aube) | mise en œuvre, célébration, ājanmaśuddhā pur depuis sa naissance.
pratique | conduite, comportement. aAjrsm^ ājarasám [ā-jaras] adv. jusqu’à la
aAcy ācarya [pfp. [1] ācar] a. m. n. f. ācaryā vieillesse — dat. ājarasāya id.
qui doit être approché. aAjAEt ājāti [ājan] f. naissance.
aAcAr ācāra [ācar] m. comportement, aAjAn ājāna [ājan] n. naissance.
conduite, pratique ; démarche | coutume, règle, ājāneya [-iya] a. m. n. f. ājāneyı̄ de noble
rite ; loi commune, usage, tradition | phil. bonne naissance — m. cheval de race.
conduite ; conduite comme critère de jugement aAjAn ājānu [ā-jānu] iic. jusqu’au genou.
moral ; opp. vicāra. ājānubāhu [bāhu] a. m. n. f. dont les bras
ācāravat [-vat] a. m. n. f. ācāravatı̄ qui se descendent jusqu’au genou.
conduit bien ; vertueux. aAEj ājı́ [aj] m. course ; compétition ; bataille
ācārāṅga [aṅga1 ] n. jn. la discipline monas- k gr. αγων.
tique, premier chapitre [aṅga1 ] du canon jaina. aAjFv^ ājı̄v [ā-jı̄v] v. [1] pr. (ājı̄vati) pr. md.
aAcAy ācārya [ācāra-ya] m. maı̂tre, (ājı̄vate) pp. (ājı̄vita) vivre de.
précepteur spirituel ; professeur [“qui règle aAjFv ājı̄va [ājı̄v] m. moyen d’existence ;
la conduite”] ; not. enseignant du Veda. manière de vivre.
aAEc āci [ā-ci] v. [5] pr. (ācinoti) pr. md. ājı̄vam adv. pour la vie.
(ācinute) pp. (ācita) accumuler ; couvrir de hi.i. aAjFvAtm^ ājı̄vāntam [ā-jı̄vānta] adv. jusqu’à
aAEct ācita [pp. āci] a. m. n. f. ācitā accu- la mort ; pour toute la vie.
mulé, entassé | rempli de, couvert de hi. iic.i. aAjFEvk ājı̄vika [ājı̄v-ika] m. phil. [“qui suit
aAQCd^ ācchad1 [ā-chad1 ] v. [10] pr. les règles de vie”] membre d’une secte non or-
(ācchadati) pp. (ācchanna) pf. (sam) cou- thodoxe de renonçants matérialistes fondée par
vrir, vêtir — ca. (ācchādayati) pp. (ācchādita) Gośāla ; leur doctrine fataliste était basée sur
id. — ca. md. (ācchādayate) se vêtir. le strict déterminisme du destin [niyati] — f.
aAQCd^ ācchad2 [ācchad1 ] f. couverture. ājı̄vikā subsistance.
aAQCà ācchanna [pp. ācchad1 ] a. m. n. f. aAâØ ājñapta [ca. pp. ājñā1 ] a. m. n. f.
ācchannā vêtu. ājñaptā commandé, ordonné.
aAQCAd^ ācchād [ca. ācchad1 ] v. [1] pr. aAâEØ ājñapti [ājñapta] f. commande, ordre.
(ācchadayati) pp. (ācchādita) couvrir, vêtir — aAâA ājñā1 [ā-jñā1 ] v. [9] pr. (ājānāti) remar-
pr. md. (ācchādayate) se vêtir. quer, entendre dire — ca. (ājñāpayati) comman-
aAQCAd ācchāda [ācchād] m. vêtement. der, ordonner.
aAQCAdk ācchādaka [ācchād-aka] a. m. n. f. tathā ājñāpayati devah. comme le veut Sa Ma-
ācchādakā qui dissimule, qui cache. jesté (réponse d’un serviteur à un ordre royal).
ācchādakatva [-tva] n. dissimulation. aAâA ājñā2 [ājñā1 ] f. ordre, commandement
aAQCAdn ācchādana [ācchād-ana] n. dissimu- | autorité | cf. ājñācakra.
lation, couverture ; fait de cacher | vêtements ; ājñācakra [cakra] n. phil. 6e cakra du
manteau, cape | dessus de lit | charpente. yoga tantr., situé entre les deux sourcils
aAQCAEdt ācchādita [pp. ācchād] a. m. n. f. [bhrūmadhya] ; il est représenté par un lotus
ācchāditā dissimulé, caché ; couvert | vêtu. blanc de 2 pétales ; un triangle blanc y symbo-
aAEQCd^ ācchid [ā-chid1 ] v. [7] pr. (ācchinátti) lise l’esprit, et porte le bı̄jamantra ‘om’ ; ce cakra
pr. md. (ācchintté) pp. (ācchinna) retrancher, contrôle le mental ; il est le centre psychique de
enlever, prendre, voler | rompre. l’Autorité de la Vérité.

76
aA>y ājya [āñj] n. soc. beurre fondu (pour la aAtr ātura [ā-tura] a. m. n. f. āturā qui
libation), chrème ; syn. ghr.ta. souffre ; malade — ifc. affligé par | désireux de
ājyaśes.a [śes.a] m. n. soc. reliquat de beurre hinf.i.
fondu. āturasannyāsin [sannyāsin] agt. m. f.
ājyahoma [homa] m. soc. oblation de beurre āturasam . nyāsinı̄ soc. renonçant prononçant ses
fondu. vœux sur son lit de mort.
ājyāhutı́ [āhuti] f. soc. oblation de beurre aAtZ ātr.n.n.a [pp. ātr.d] a. m. n. f. ātr.n.n.ā
fondu ; syn. ājyahoma. percé.
aAÑ^ āñc [ā-añc] v. [1] pr. (ācati) pp. (ākta) aAtd^ ātr.d [ā-tr.d] v. [7] pr. (ātr.n.atti) pp.
courber. (ātr.n.n.a) diviser ; percer — inf. (ātr.das) trans-
percer.
aAÒ^ āñj [ā-añj] v. [7] pr. (ānakti) pp. (ākta)
oindre — pr. md. (āñkte) s’oindre de hacc.i.
aAtp^ ātr.p [ā-tr.p1 ] v. [4] pr. (ātr.pyati) pp.
(ātr.pta) être satisfait ; prendre plaisir à hg. i.i ;
aAÒn āñjana [āñj-ana] n. onguent k lat. un- devenir joyeux.
guen ; fr. onguent.
aAt=y ātr.pya [ātr.p-ya] m. natu. [“succulent”]
aAV āt.u m. arch. étage, not. du toit d’un bot. Anonna squamosa, arbre à anone —
temple. n. natu. son fruit, l’anone, comestible ; syn.
aAVop āt.opa m. pl. āt.opās gonflement, redon- sı̄tāphala.
dance ; orgueil, suffisance. aAt ātr̄. [ā-tr̄.] v. [1] pr. (ātarati) pp. (ātı̄rn.a)
aAYk ād.haka a. m. n. f. ād.hakı̄ qualificatif dompter.
de mesure de poids de grain, quart ; un ād.haka aA ātta [pp. ādā] a. m. n. f. āttā pris, enlevé ;
vaut 4 prastha (environ 3/5 kg) ; il y en a 4 dans reçu.
un dron.a. aA(m ātma iic. pour ātman.
aAä ād.hya [relié à arthya] a. m. n. f. ād.hyā ātmakāran.a [kāran.a] n. raison personnelle.
riche ; qui abonde en hi.i. ātmaguptā [gupta] f. natu. bot. Mucuna pru-
ād.hyam . karan.o mantrah. formule magique pour riens, pois mascate ; cette légumineuse grim-
devenir riche. pante, aphrodisiaque, est employée en médecine,
aAZv ān.ava [vr. an.u] a. m. n. f. ān.avā ato- notamment pour soulager de la maladie de Par-
mique ; infinitésimal — n. extrême petitesse. kinson [kampavāta] ; syn. kapikacchu.
aAt^ āt [abl. ayam] adv. sur ce, alors ; de plus. ātmacchandānucārin.ı̄ [chanda-anucārin] f.
ād id alors justement ; c’est juste à ce moment femme de mœurs libres [“qui suit son propre
que. désir”].
aAtk^ ātak [ā-tak] v. [7] pr. (ātanakti) coagu- ātmaja [ja] a. m. n. f. ātmajā né de soi-même
ler. — m. (son propre) fils — f. ātmajā (sa propre)
aAtt ātata [pp. ātan] a. m. n. f. ātatā étendu, fille.
étiré ; tendu, tiré (arc, corde). ātmajña [jña] a. m. n. f. ātmajñā qui se
aAtn^ ātan [ā-tan1 ] v. [5] pr. (ātanóti) pr. md. connaı̂t soi-même | phil. [vedānta] qui connaı̂t
(ātanuté) pp. (ātata) étendre, étirer ; couvrir, l’Esprit.
illuminer k lat. extendere ; fr. étendre. ātmatus.t.i [tus.t.i] f. phil. [“ce qui plaı̂t à
padam soi-même”] ce qui est bon, moral ou beau en
. ātan s’étendre, améliorer sa position.
conscience.
aAtn ātana [ātan] n. extension ; expansion,
ātmadāna [dāna] n. phil. don de soi.
manifestation | champ visuel ; panorama.
ātmadr.s.t.i [dr.s.t.i] f. phil. connaissance pro-
aAtp^ ātap [ā-tap] v. [1] pr. (ātapati) pr. md. fonde de l’essence des êtres et des choses ; opp.
(ātapate) pp. (ātapita) embraser.
carmadr.s.t.i | phil. croyance en la réalité du Soi.
aAtp ātapa [ātap] m. chaleur du soleil. ātmapaks.a [paks.a] m. son propre parti.
ātapatra [tra] n. [“qui protège de la chaleur”] ātmapurān.a [purān.a] n. lit. np. de
parasol. l’Ātmapurān.a, œuvre de Śam . karānanda ; il
aAtAn ātāna [vr. ātan] m. extension, donne une forme versifiée des principales leçons
étirement ; corde tendue. [upanis.ad] ; on l’appelle aussi Upanis.adratna.
aAEtTy ātitheya [vr. atithi-ı̄ya] a. m. n. f. ātmaprabha [prabha] a. m. n. f. ātmaprabhā
ātitheyā hospitalier — n. hospitalité. qui a sa propre splendeur.
aAEtLy ātithyá [vr. atithi-ya] a. m. n. f. ātmaprasāda [prasāda] m. phil. grâce divine
ātithyā hospitalier — n. hospitalité. du soi ; sérénité de l’âme.

77
ātmabandhu [bandhu] m. cousin. ātmanepadin [-in] agt. m. f. ātmanepadinı̄
ātmabodha [bodha] m. lit. np. de gram. (se dit d’un vb.) se conjuguant en
l’Ātmabodha “Connaissance de l’Âme”, texte ātmanepada.
non dualiste [advaita] attribué à Śaṅkara1 . aA/ y ātreyá [vr. atri-ya] m. myth. descen-
ātmabhava [bhava] m. génération spontanée. dant d’Atri | myth. np. du sage Ātreya, disciple
ātmabheda [bheda] m. différence essentielle. de Bharadvāja qui lui appris la science médicale
ātmamām [Āyurveda] ; il eut 6 disciples, dont Agniveśa.
. sa [mām. sa] n. sa propre chair.
ātmavát [-vat] a. m. n. f. ātmavatı̄ qui a une aAd ādá [ādā] ifc. agt. m. f. ādā1 qui prend ;
âme | réfléchi, réservé ; prudent — adv. par soi- qui reçoit.
même, comme soi-même. ādaghna [ās3 -daghna] a. m. n. f. ādaghnā f.
ātmavadha [vadha] m. suicide. ādaghnı̄ (de l’eau) jusqu’à la bouche.
ātmaviśrānti [viśrānti] f. phil. le repos dans aAdys^ ādayas ifc. pour ādi.
le Soi. aAdr ādara [ādr.] m. considération, respect,
ātmaśakti [śakti] f. son propre pouvoir. attention, soin | tenant compte de hloc.i.
ādaren.a var. ādarat adr. respectueusement ;
ātmaśon.ita [śon.ita] n. son propre sang.
avec soin, avec égard.
ātmasam . deha [sam . deha] m. danger person- snehādaren.a adr. amicalement.
nel, risque pour soi.
aAdrZFy ādaran.ı̄ya [pfp. [2] ādr.] a. m. n. f.
ātmasamarpan.a [samarpan.a] n. phil. aban- ādaran.ı̄yā que l’on doit respecter, respectable ;
don du soi, reddition du soi (à Dieu). vénérable.
ātmahita [hita2 ] n. son propre bien-être. aAdf ādarśa [ādr.ś] m. acte de perception par
ātmecchā [icchā] f. préférence personnelle. la vue | miroir | perfection, idéal — ifc. com-
ātmopanis.ad [upanis.ad] f. lit. np. de mentaire sur, regard sur, manuel de (nom d’ou-
l’Ātmopanis.ad. vrages).
ātmaupamya [aupamya] n. comparaison à aAdhn ādáhana [ā-dah1 -ana] n. champ
soi-même ; fait de se mettre à la place de qqn. crématoire.
d’autre. aAdA ādā [ā-dā1 ] v. [3] pr. md. (ādatte) pp.
aA(mk ātmaka [ātma-ka] a. m. n. f. ātmikā (ātta) abs. (ādāya2 ) pf. (upa, vi) prendre, en-
qui appartient à, qui forme la nature de hg.i — lever (de hdat.i) ; prendre avec soi, emporter ;
ifc. qui est de la nature ou du caractère de | qui dérober ; reprendre | accepter ; recevoir (de hloc.
consiste en ; composé de. i. abl.i).
eka śabdātmikā māyā Un est le symbole de l’illu- aAdAn ādāna [ā-dāna] n. prise, enlèvement ;
sion. réception, acceptation d’un don.
aA(mn^ ātmán [an2 ] pn. pers. r. [sg. nom. aAdAy ādāya1 [ādā] ifc. a. m. n. f. ādāyā qui
ātmā ; acc. ātmānam ; en comp. ātma] on, se, prend, qui saisit.
soi (aux 3 pers.) — m. souffle | principe de vie ; aAdAy ādāya2 [abs. ādā] ind. ayant pris ;
âme ; esprit, intelligence ; soi |essence, caractère, ayant reçu — prép. avec.
nature ; particularité ; corps | phil. [upanis.ad] aAEd ādi m. conception, commencement ;
np. d’Ātmā, “le Soi” ou Âme universelle, es- principe | premier, primordial, suprême | symb.
sence immuable de l’être, forme microcosmique le nombre 1 — iic. suprême — ifc. précédé de,
du brahman | phil. l’Âme, l’une des 9 substances commençant par ; et ainsi de suite |var. ādika id.
[dravya1 ] du vaiśes.ika — m. ātma ifc. dont l’es- | pl. ādayas et cætera ; les éléments commençant
prit est k gr. ατ µoς ; all. Odem ; fr. âme, at- par — loc. ādau adv. à l’origine ; en premier,
mosphère. tout d’abord.
aA(mnA ātmanā [i. ātman] adv. par soi-même ādim ādatte il fait un commencement.
— iic. (avec n-ième ordinal) étant soi-même (le ādav eva adv. juste avant ; juste en ce moment.
n-ième). indrādayah. surāh. les dieux commençant par In-
ātmanādvitı̄ya [dvitı̄ya] a. m. n. f. dra ; Indra et les autres dieux.
ātmanādvitı̄yā étant soi-même le second. bhūvādayas pl. gram. les racines verbales
aA(mn  ātmane [dat. ātman] ind. pour soi. (qui commencent par bhū1 dans le lexique
ātmanepada [pada] n. gram. [“mot pour soi”] [dhātupāt.ha]).
voix réfléchie (moyen) : l’action est pour son ādikavi [kavi] m. myth. np. d’Ādikavi, épith.
propre bénéfice ; opp. parasmaipada. de Vālmı̄ki le “Poète primordial”.

78
ādikāvya [kāvya] n. épith. du Rāmāyan.a, le aAEd£ ādis.t.a [pp. ādiś] a. m. n. f. ādis.t.ā ins-
“Poème primordial”. truit, renseigné, informé ; enjoint | annoncé, in-
ādinātha [nātha] m. jn. np. d’Ādinātha diqué, prescrit.
“Maı̂tre primordial”, 1er tı̄rthaṅkara mythique ; aAdFG ādı̄rgha [ā-dı̄rgha] a. m. n. f. ādı̄rghā
son corps est jaune, le taureau est son sym- allongé, ovale.
bole ; aussi appelé R . s.abhanātha, il aurait créé aAd ādr. [ā-dr.1 ] ps. (ādriyate) pp. (ādrita) res-
la religion Jaı̈ne | hist. np. d’Ādinātha1 , premier pecter, avoir égard envers.
maı̂tre de l’ordre des nāthayogin ; on lui attribue aAdf^ ādr.ś [ā-dr.ś1 ] ps. (ādr.śyate) être vu —
la Khecarı̄vidyā, ouvrage de hat.hayoga. ca. (ādarśayati) montrer.
ādiparvan [parvan] n. lit. 1er livre du Mah., aAd vn ādevana [ā-dı̄v1 ] n. lieu de jeu ; tripot.
“du commencement”. aAd f ādeśa [ādiś] m. avis, indication, infor-
ādipurān.a [purān.a] n. lit. np. de l’Ādipurān.a mation | prescription, règle ; commande, ordre
“Premier récit d’antan”, épith. du Brahma- | gram. substitut (not. d’une racine par une
purān.a. autre) ; opp. āgama, sthānin.
ādibuddha [buddha] m. bd. np. d’Ādi- aAd [y ādeśya [pfp. [1] ādiś] a. m. n. f. ādeśyā
buddha, le Buddha primordial. qui doit être dit ou prescrit.
ādimat [-mat] a. m. n. f. ādimatı̄ qui a un aA ādya1 [pfp. [1] ad1 ] a. m. n. f. ādyā1 à
début. manger ; comestible — n. aliment.
ādimattva [-tva] n. état de début ; se dit not. aA ādyá2 [ādi] a. m. n. f. ādyā2 premier,
de la voyelle ‘a’ dans le pran.ava om .. en tête, au début ; primitif | prééminent ; ex-
ādirāja [rāja] m. myth. roi mythique, roi cellent — ifc. qui commence par ; syn. ādi |
d’autrefois ; not. Manu, Pr.thu. immédiatement précédant |précédent, antérieur,
ādiśakti [śakti] f. myth. np. d’Ādiśakti, aı̂né — f. ādyā myth. np. d’Ādyā, épith. de
forme primordiale de la Déesse ; cf. Maṅgalā. Durgā “qui est en tête”.
ādiśes.a [śes.a] m. myth. np. de Ādiśes.a “Ves- ekādaśādya 10e [“qui précède le 11e ”].
tige primordial” ; cf. Śes.a. ādyābı̄ja [bı̄ja] n. phil. [tantra] le bı̄jamantra
ādisiddha [siddha1 ] a. m. n. f. ādisiddhā phil. ‘krı̄m . ’.
parfait de toute éternité (se dit de la conscience). aAEdýt ādrita [pp. ādr.] a. m. n. f. ādritā res-
ādistotra [stotra] n. lit. hymne fondamental. pecté, estimé.
ādyanta [anta] ifc. a. m. n. f. ādyantā com- aA’Adfm^ ādvādaśam [ā-dvādaśan] adv. jus-
mençant et finissant par | gram. finissant par ... qu’à douze.
etc. — m. du. ādyantau le début et la fin aADm^ ādham [ā-dham] v. [1] pr. md.
ādyantavat [-vat] a. m. n. f. ādyantavatı̄ (ādhamate) pp. (ādhmāta) se gonfler, s’enfler ;
[“qui a un début et une fin”] fini — adv. comme être plein.
si c’était le début et la fin. aADA ādhā [ā-dhā1 ] v. [3] pr. (ādádhāti) pp.
aAEd`D ādigdha [ā-digdha] a. m. n. f. ādigdhā (āhita) pfp. (ādheya) pf. (upa, vi, sam) placer
frotté d’onguent ; oint. sur, mettre, déposer — pr. md. (ādhatté) ac-
aAEd(y ādityá [vr. aditi-ya] m. myth. véd. cepter, recevoir ; garder.
radieux, dieu souverain, fils d’Aditi et de aADAn ādhāna [ādhā-na] n. depôt ; fait de dis-
Kaśyapa ; il y a d’abord 6 radieux [ādityās] : poser (not. le feu rituel) | prise ; réception ; effort
Varun.a, Mitra, Aryamā, Bhaga, Daks.a et Am . śa, | soc. consécration des feux védiques.
auxquels se sont adjoints plus tard Vis.n.u, aADAr ādhāra [ādhā-ra] m. support, base,
Tvas.t.ā, Pūs.ā, Vivasvān, Savitā et Śakra-Indra soutien ; fondement ; réceptacle | rôle (dans un
|myth. np. d’Āditya fils d’Aditi, le Soleil person- drame) | phil. [yoga] support de méditation ; cf.
nifié en 12 aspects radieux ou positions célestes ; s.od.aśādhāra.
cf. Sūrya, Ravi | phil. [sām . khya] le Soleil comme ādhārādheyabhāva phil. [navyanyāya] relation
régent [niyantr.] du sens de la vue [caks.us]. entre un objet et son réceptacle ou support.
aAEdn^ ādin [vr. ad1 -in] agt. m. f. ādinı̄ qui ādhāratā [-tā] f. phil. [navyanyāya] fait de
mange, qui dévore. servir de support ou de réceptacle.
aAEdf^ ādiś [ā-diś1 ] v. [1] pr. (ādiśati) pp. aAED ādhi1 [ādhā] m. réceptacle ; dépôt ; mise
(ādis.t.a) pfp. (ādeśya) pf. (prati) montrer, en- en gage ; location.
seigner, indiquer ; déclarer, annoncer | prescrire, ādhı̄ kr. [kr.1 ] mettre en gage.
commander — ca. (ādeśayati) indiquer, mon- aAED ādhi2 [ādhı̄1 ] f. pensée ; souci ; anxiété
trer, dire. | réflexion, examen de conscience ; espoir.

79
aAEDÈ ādhikya [vr. adhika-ya] n. surplus, aAnn ānana [āna-na] n. [“ce par quoi l’on res-
excès ; supériorité, prépondérance. pire”] bouche ; visage.
aAEDd{Evk ādhidaivika [vr. adhidaivika] a. m. aAnty ānantarya [vr. anantara-ya] n.
n. f. ādhidaivikā phil. concernant ou provenant contiguı̈té, fait d’être adjacent ou successeur
d’êtres surnaturels. immédiat | proximité.
aAEDp(y ādhipatya [vr. adhipati-ya] n. aAnd^ ānand [ā-nand] v. [1] pr. (ānandati)
suprématie ; souveraineté. se réjouir ; être heureux — ca. (ānandayati)
aAEDBOEtk ādhibhautika [vr. adhibhūta-ika] réjouir, combler de joie — ca. md. (ānandayate)
a. m. n. f. ādhibhautikı̄ phil. dérivé ou produit s’amuser.
des éléments naturels ; matériel | séculier. aAnd ānandá [ānand] m. joie, félicité ;
aADF ādhı̄1 [ā-dhı̄1 ] v. [4] pr. md. (ādhı̄yate) plaisir ; béatitude, joie extatique | phil.
pp. (ādhı̄ta) méditer ; se soucier de, réfléchir à. [vedānta] Joie de l’union Divine | bd. np.
aADF ādhı̄2 [ādhı̄1 ] f. pensée ; souci ; anxiété. d’Ānanda “Joyeux”, disciple du Buddha —
aAD ādhū [ā-dhū1 ] v. [5] pr. (ādhunóti) pp. n. [saccidānanda] phil. [vedānta] la Joie dans
(ādhūta) pf. (vi) secouer, agiter. l’unité brahman-ātman.
aADt ādhūta [pp. ādhū] f. ādhūtā secoué, ānandacinmaya [cinmaya] m. phil. joie spiri-
agité | dérangé ; qui tremble. tuelle pure.
aADq^ ādhr.s. [ā-dhr.s.] v. [5] pr. (ādhr.s.n.oti) v. ānandatān.d.ava [tān.d.ava] m. n. cf. nadānta.
[1] pr. (ādhars.ati) pp. (ādhr.s.t.a) pfp. (ādhr.s.ya) ānandatı̄rtha [tı̄rtha] m. hist. np.
attaquer, assaillir. d’Ānandatı̄rtha, épith. de Madhva “qui
aADE£ ādhr.s.t.i [ā-dhr.s.t.i] f. assault, attaque. fait accéder à la félicité”.
aAD y ādhr.s.ya [pfp. [1] ādhr.s.] a. m. n. f. ānandamaya [maya] a. m. n. f. ānandamayı̄
ādhr.s.yā qui peut être attaqué ; approchable. fait de félicité ; spirituel, extatique — f.
aADy ādheya [pfp. [1] ādhā] a. m. n. f. ādheyā ānandamayı̄ mod. np. de la mystique benga-
à poser ; à donner, à conférer | ce qui est reçu ou lie Mā Ānandamayı̄, née Nirmalā Sundarı̄ Devı̄
déposé — n. placement — ifc. instauration de, (1896–1982).
installation de. ānandamayakośa [kośa] m. phil. [vedānta]
aA@mAt ādhmāta [pp. ādham] a. m. n. f. l’enveloppe spirituelle ou extatique, formant le
ādhmātā gonflé, enflé. corps causal ou originel [kāran.aśarı̄ra].
aA@yAE(mk ādhyātmika [vr. adhyātmika] a. ānandalaharı̄ [laharı̄] f. lit. np. de
m. n. f. ādhyātmikā phil. qui concerne l’âme l’Ānandalaharı̄ “Flôt de béatitude”, texte
suprême ; de nature spirituelle — n. maladie de louange [stotra] dû à Śaṅkara1 , en mètre
mentale. śikharin.ı̄.
aA@ydA ādhyudātta [vr. adhyudātta] a. m. ānandavardhana [vardhana] m. hist. np.
n. f. ādhyudāttā gram. qui porte l’accent initial. d’Ānandavardhana, poète de la cour du roi du
aA@vy v ādhvaryava [vr. adhvaryu] n. soc. ser- Kaśmı̄ra Avantivarmā (9e siècle) ; on lui at-
vice du prêtre sacrifiant. tribue le Dhvanyāloka, qui établit que le sens
aAn āná [an2 ] a. m. n. f. ānā exhalé, soufflé — suggéré [dhvani] est l’essence de la poésie, et le
m. vent, souffle, respiration | not. exhalation par Sahr.dayāloka.
le nez | phil. l’un des 5 souffles vitaux [prān.a] ; ānandānugata [anugata] a. m. n. f.
cf. apāna, udāna, prān.a, vyāna, samāna1 . ānandānugatā phil. en état de grâce.
aAn -āna ifc. pour -māna. aAnEdn^ ānandin [ānanda-in] a. m. n. f.
aAnk ānaka m. gros tambour militaire |nuage ānandinı̄ qui se réjouit ; joyeux | réjouissant.
d’orage. aAnm^ ānam [ā-nam] v. [1] pr. (ānamati) pp.
ānakadundubhi [dundubhi] m. myth. np. de (ānata) se courber, s’incliner | saluer, honorer,
Ānakadundubhi “Tambour céleste”, épith. de rendre hommage à.
Vasudeva, dont la naissance fut saluée par un aAnt ānarta [ānr.t] m. salle de danse,
roulement de tambour divin. académie de danse ; théâtre | myth. np. du roi
aAnXh ānad.uha [vr. anad.vah] a. m. n. f. Ānarta, fils de Śaryāti ; Revata est son fils |
ānad.uhā taurin ; qui concerne le taureau. géo. np. du pays Ānarta, au Gurjara (nord du
aAnt ānata [pp. ānam] a. m. n. f. ānatā mod. Gujarāt) ; les yādavās y régnaient | pl. les
courbé, incliné |soumis, humble, obéissant |salué ānartās, ses habitants ; ses rois — n. l’empire des
avec révérence. ānartās | la danse.

80

ānartapura [pura] n. myth. np. d’Ānartapura aAp^ āp v. [5] pr. (āpnóti) pr. md. (āpnuté)
“Capitale d’Ānarta”, épith. de Dvāravatı̄. fut. (āps.yáti) pft. (āpa) aor. [2] (āpat) pp.
aAEnl ānila [vr. anila] a. m. n. f. ānilı̄ pro- (āpta) inf. (āptum) pfp. (āptavya, āptya) abs.
duit par le vent ; venteux — m. myth. épith. de (āptvā, -āpya) pf. (abhi, ava, pari, pra, vi, sam)
Hanumān (fils du vent). atteindre, obtenir ; accomplir ; acquérir, ga-
aAnF ānı̄ [ā-nı̄1 ] v. [1] pr. (ānayati) pp. (ānı̄ta) gner ; soumettre ; parvenir à, commettre hacc.i
abs. (ānı̄ya) pf. (sam) amener, apporter. — ca. (āpayati) faire atteindre, satisfaire —
aAnF -ānı̄ forme des noms f. not. d’épouses. ps. (āpyáte) être atteint ; être obtenu — dés.
aAnFt ānı̄ta [pp. ānı̄] a. m. n. f. ānı̄tā apporté ; (ı̄psati) cf. ı̄ps k lat. apiscor.
amené. aAp āpa [relié à āpas] m. myth. np. d’Āpa
aAnFy ānı̄ya [abs. ānı̄] ind. ayant apporté. personnifiant l’Eau, l’un des 8 Trésors [vasu] ;
aAnFl ānı̄la [ā-nı̄la] a. m. n. f. ānı̄lā bleuâtre ; il préside le naks.atra Pūrvās.ād.hās (δ du Sagit-
noirâtre — m. améthyste. taire).
aAnk^ ānuk nota. accrément du suffixe -ānı̄. aApZ āpan.a [ā-pan.a] m. marché ; boutique ;
aAnpv ānupūrva [vr. anupūrva] n. ordre, commerce.
série, succession | soc. ordre de précédence des aApt^ āpat [ā-pat1 ] v. [1] pr. (āpatati) pp.
castes. (āpatita) se précipiter sur, tomber sur, s’élancer
ānupūrven.a l’un après l’autre, dans l’ordre. vers.
ānupūrvya [-ya] n. ordre, succession | gram. aApE āpatti [āpad1 -ti] f. événement, occur-
ordre successif des mots dans la phrase ou dans rence ; obtention d’un état | détresse.
un mot composé. aApd^ āpad1 [ā-pad1 ] v. [4] pr. md. (āpadyate)
ānupūrvyāt dans l’ordre. pp. (āpanna) pf. (vi, sam) atteindre, arriver à,
aAnqk^ ānus.ák [vr. anus.añj] adv. sans cesse, parvenir à ; tomber dans.
sans interruption ; l’un après l’autre. aApd^ āpad2 [āpad1 ] f. malheur, accident ;
aAny ānr.n.ya [vr. anr.n.a-ya] n. absence de détresse, adversité, infortune — loc. pl. cf.
dette ; paiement d’une dette | acquittement āpatsu.
d’une dette ou d’un devoir sacré ; accomplisse- āpatsu adv. dans l’adversité.
ment d’une promesse due | assouvissement d’un āpaddharma [dharma] m. soc. loi de temps
désir “à cœur joie”. de détresse | mod. état d’urgence.
aAnt^ ānr.t [ā-nr.t] v. [4] pr. (ānr.tyati) danser aApà āpanna [pp. āpad1 ] a. m. n. f. āpannā
vers ; sauter vers. tombé dans ; affligé, malheureux | arrivé, sur-
aAnf\s ānr.śam.sa [vr. anr.śam.sa] n. bonté, venu ; obtenu, acquis | qui a obtenu, qui a acquis
gentillesse. hiic.i.
ānr.śam
. sya [-ya] a. m. n. f. ānr.śam . syā gen- aAps^ āpas [nom. pl. ap] ind. les eaux.
til, doux, bienveillant — n. douceur, bonté, gen- aAp-tMb āpastamba [vr. apastamba] a. m.
tillesse, compassion. n. f. āpastambā lit. relatif à ou composé par
sarves.ām ahim . sā satyam . śaucam anasūyā Apastamba ; not. l’Āpastamba śulbasūtra, qui
ānr.śam. syam. .ks amā ca [KA.] Envers tous la indique les mesures des instruments du sacri-
bienveillance, la sincérité, la pureté, l’absence de fice, not. le poteau sacrificiel [yūpa] — m. hist.
convoitise, la compassion, et l’indulgence. np. d’Āpastamba, philosophe antique (entre 600
aAtr āntara [vr. antara] a. m. n. f. āntarā et 300 ant.), auteur notamment de l’Āpastamba
intérieur ; interne ; à l’intérieur de ; intermédiaire dharmasūtra.
| indigène — m. ami intime. aApA āpā [ā-pā1 ] v. [1] pr. (āpibati) pp.
aAtEr" āntariks.a [vr. antariks.a] a. m. n. f. (āpı̄ta1 ) boire de, sucer, siroter | être tout ouı̈e.
āntariks.ı̄ atmosphérique — n. pluie. aApAt āpāta [vr. āpat] m. attaque, avance
aAD} āndhra [vr. andhra] a. m. n. f. āndhrā brusque, apparition soudaine.
relatif au peuple Andhra. aAEp āpi [āp] m. véd. ami, allié — a. m. n. f.
āndhradeśa [deśa] m. géo. le pays andhra āpi ifc. qui arrive, qui entre.
(mod. Andhra pradeśa). aAEpfEl āpiśali m. hist. np. d’Āpiśali, gram-
aAvF"k ānvı̄ks.aka [vr. anvı̄ks.ā-aka] a. m. n. mairien prédecesseur de Pān.ini, auteur de
f. ānvı̄ks.ikā qui examine — f. ānvı̄ks.ikı̄ examen, l’Āpiśaliśiks.ā.
investigation ; philosophie ; métaphysique — f. āpiśaliśiks.ā [śiks.ā] f. phon. np. de
ānvı̄ks.akı̄ id. l’Āpiśaliśiks.ā, traité de phonétique d’Āpiśali.

81
aApF āpı̄ [āpyā] a. m. n. f. āpı̄ accru, grossi ; aA=y āpya1 [pfp. [1] āp] a. m. n. f. āpyā1 véd.
gros. à obtenir, à atteindre.
aApFX^ āpı̄d. [ā-pı̄d.] v. [10] pr. (āpı̄d.ayati) pp. aA=y āpya2 [vr. ap-ya] a. m. n. f. āpyā2 re-
(āpı̄d.ita) presser, écraser. latif à l’eau ; aqueux ; liquide | constitué d’eau
aApFX āpı̄d.a [āpı̄d.] m. compression ; | aquatique | pl. myth. classe de divinités aqua-
écrasement | chapelet attaché en couronne tiques.
sur la tête comme ornement. aA=yA āpyā [ā-pyā] v. [1] pr. md. (āpyāyate)
aApFt āpı̄ta1 [pp. āpā] a. m. n. f. āpı̄tā1 bu, pp. (āpyāna) grossir, enfler, gonfler ; engraisser ;
avalé ; suçé. forcir, profiter | élargir, faire grossir ; accroı̂tre,
aApFt āpı̄ta2 [ā-pı̄ta2 ] a. m. n. f. āpı̄tā2 renforcer ; confirmer.
jaunâtre. aAþvs^ āpravas [ā-pravas] v. [1] pr.
aApt āpūrta [pp. āpr̄.] a. m. n. f. āpūrtā sa- (āpravasati) pp. (āpros.ita) revenir (de voyage,
tisfait — n. fait de satisfaire ; acte méritoire. de l’étranger, d’exil) ; retourner chez soi.
aAp āpr. [ā-pr.2 ] pf. (vi) [inusité sans pf.]. aAþvAs āpravāsa [āpravas] m. retour à son
aApQÐ āpr.cchya [pfp. [1] āpraś] a. m. n. f. domicile, au pays ; immmigration.
āpr.cchyā sur quoi l’on doit se renseigner. aAþf^ āpraś [ā-praś] v. [6] pr. (āpr.ccháti) pfp.
aAp āpr̄. [ā-pr̄.] v. [3] pr. (āpiparti) v. [9] pr. (āpr.cchya) se renseigner.
(āpr.n.āti) v. [6] pr. (āpr.n.áti) pp. (āpūrta) com- aAþF āprı̄1 [ā-prı̄] v. [9] pr. (āprı̄n.āti) pp.
bler, remplir, satisfaire — ps. (āpūryate) être (āprı̄ta) réjouir, contenter, satisfaire.
rempli, être satisfait — ca. (āpūrayati) remplir. aAþF āprı̄2 [āprı̄1 ] f. soc. véd. prière conci-
aAØ āptá [pp. āp] a. m. n. f. āptā obtenu, liatoire rituelle du sacrifice védique, invocation
atteint, reçu | ayant atteint, ayant reçu ; respon- d’un aspect d’Agni | pl. āpryas soc. les invoca-
sable, exact, fidèle, fiable ; approprié, vraisem- tions ou aspects d’Agni ; leur liste dépend des
blable, adapté, adéquat ; compétent, apte ; digne écoles de rituel ; par ex. Vaiśvānara “Celui qui
de confiance — m. proche, intime ; personne de est à tous les hommes”, épith. du Soleil ou du
confiance, ami | phil. [nyāya] voyant, personne feu āhavanı̄ya ; Tanūnapāt l’“Auto-engendré” ;
douée de perception directe et qui transmet un Narāśam . sa “Louange des hommes” ; Mātariśvā
enseignement — n. équation mathématique k “Qui enfle dans la mère”.
lat. aptus ; fr. apte, adapté. aAÚ āplu [ā-plu] v. [1] pr. md. (āplávate) pp.
āptakāma [kāma] a. m. n. f. āptakāmā qui (āpluta) mouiller, baigner, inonder ; plonger.
a satisfait ses désirs, satisfait | phil. qui connaı̂t aAENdk ābdika [vr. abda-ika] a. m. n. f. ābdikā
l’identité du brahman et de l’ātman. annuel — ifc. -ennal ; qui dure tant d’années.
āptadaks.in.a [daks.in.ā] a. m. n. f. āptadaks.in.ā aAB ābha [ābhā2 ] ifc. a. m. n. f. ābhā qui a
muni de dons appropriés. l’aspect de.
āptavacana [vacana] n. phil. parole digne aABrZ ābharan.a [ā-bhr.] n. [“ce qui est
de foi, un moyen de connaissance légitime porté”] ornement, costume, bijoux.
[pramān.a] ; syn. āptopadeśa. aABA ābhā1 [ā-bhā1 ] v. [2] pr. (ābhāti) pp.
āptopadeśa [upadeśa] m. phil. témoignage (ābhāta) briller, illuminer | ressembler à, avoir
transmis par un locuteur digne de foi, un l’aspect de.
moyen de connaissance légitime [pramān.a] ; syn. aABA ābhā2 [ābhā1 ] f. éclat, beauté, aspect,
āptavacana. couleur — ifc. cf. ābha.
aAEØ āpti [āp-ti] f. atteinte, obtention ; acqui- aABAZk ābhān.aka [ā-bhān.aka] m. dicton,
sition, gain ; abondance, fortune | connection, proverbe.
rapport, relation ; aptitude, adéquation | pl. aABAt ābhāta [pp. ābhā1 ] a. m. n. f. ābhātā
āptayas soc. les 12 invocations ; la 1e est āpaye qui brille | visible.
svāhā. aABAEt ābhāti [ābhā1 -ti] f. splendeur,
aAóy āptya1 [pfp. [1] āp] a. m. n. f. āptyā véd. lumière ; ombre.
à obtenir, à atteindre. aABAq^ ābhās. [ā-bhās.] v. [1] pr. md. (ābhās.ate)
aAóy āptya2 [āpas] m. myth. véd. esprit pp. (ābhās.ita) parler à, converser ; appeler.
des eaux ; les āptyās sont chargés de laver les aABAq ābhās.a [ābhās.] m. parole ; adresse,
souillures rituelles, et notamment le sang versé commande | dicton, proverbe | introduction,
lors des sacrifices ; ils sont associés au nadir préface.
[adhastāt] ; cf. Trita | myth. np. d’Āptya, épith. ābhās.an.a [-na] n. fait de s’adresser à, conver-
de Trita “Bouc émissaire”. sation avec.

82
aABAEqt ābhās.ita [pp. ābhās.] a. m. n. f. aAm/^ āmantr [ā-mantr] v. [10] pr. md.
ābhās.itā à qui l’on s’adresse ; à qui l’on a parlé. (āmantrayate) pp. (āmantrita) adresser la pa-
aABAs^ ābhās1 [ā-bhās1 ] v. [1] pr. md. role à, saluer, parler à ; sommer | dire au revoir,
(ābhāsate) pp. (ābhasita) paraı̂tre, ressembler prendre congé.
à ; avoir l’apparence (trompeuse) de. āmantrya ind. ayant payé ses respects à, ayant
aABAs^ ābhās2 [ābhās1 ] f. éclat. salué | ayant pris congé de.
aABAs ābhāsa [ābhās1 ] m. splendeur ; aspect, aAm/Z āmantran.a [āmantr-ana] n. adresse,
apparence | fantôme ; illusion, apparence trom- invitation ; accueil, bienvenue ; (formule de) sa-
peuse | phil. sophisme, paradoxe. lut.
ābhāsatā [-tā] f. fait d’être une illusion. aAmE/t āmantrita [pp. āmantr] a. m. n. f.
ābhāsatva [-tva] n. fait d’être une illusion. āmantritā adressé, à qui l’on parle ; de qui l’on
ābhāsana [-na] n. illumination ; illusion. prend congé — n. adresse ; entretien | gram. vo-
ābhāsavāda [vāda] m. phil. [śākta] théorie catif.
ontologique de la réalité physique comme aspect aAmy āmaya [āma-ya] m. maladie
ou illusion de la Réalité absolue. | destruction.
ābhāsin [-in] ifc. a. m. n. f. ābhāsinı̄ qui a aAmEy× āmayitnú [āma-yitnu] a. m. n. f. qui
l’apparence de. rend malade.
aABA-vr ābhāsvara [ābhās1 -vara] a. m. n. f. aAmd āmarda [āmr.d] m. écrasement.
ābhāsvarā qui brille — m. myth. illusion, classe āmardaka m. myth. épith. de Bhairava |
de divinités mineures, sous-classe du gan.a ; il y hist. np. d’Āmardaka, fondateur d’une secte
en a 64 ābhāsvarās. śaiva dualiste (8e siècle) ; il fonda un monastère
aAEBqk ābhis.eka [vr. abhis.eka] a. m. n. f. [mat.ha] éponyme à Ujjayinı̄.
ābhis.ekā relatif au sacre. aAmlk āmalaka [vr. amla-ka] m. f. āmalakı̄
aAEBs^ ābhis [i. pl. iyam] ind. par ces. natu. bot. Emblica officinalis, arbre myrobolan ;
syn. dhātrı̄ — n. [āmalakaphala] fruit du myro-
aABFr ābhı̄ra m. géo. nom d’un peuple bolan, groseille à maquerau indienne ; sa trans-
d’éleveurs | vacher, éleveur de troupeau | soc.
parence est utilisée en métaphore de vision ex-
caste mixte issu du mariage d’un brāhman.a et
tralucide not. du Buddha ; méd. on l’utilise not.
d’une femme de caste ambas.t.ha — f. ābhı̄rı̄
pour traiter la bile [pitta] ; cf. triphalā | arch.
femme de caste ābhı̄ra |langue du peuple ābhı̄ra.
motif couronnant le śikhara de certains temples
aA<ytr ābhyantara [vr. abhyantara] a. m. de l’Inde du Nord (en forme du fruit d’āmalaka).
n. f. ābhyantarā interne, situé à l’intérieur ; opp. aAmAvA-y āmāvāsyá [vr. amāvāsyā] a. m. n.
bāhya. f. āmāvāsyā relatif à la nouvelle lune | né sous
aA<ys^ ābhyas [abl. pl. iyam] ind. de ces — la nouvelle lune — n. soc. oblation de nouvelle
dat. à ces. lune.
aA<yAm^ ābhyām [i. du. iyam] ind. par ces deux aAEm/ āmitra [vr. amitra] a. m. n. f. amitrı̄
— abl. de ces deux — dat. à ces deux. inamical ; odieux.
aA<ydEyk ābhyudayika [vr. abhyudaya-ka] a. aAEmq āmis.a [āma] n. viande, chair ; nourri-
m. n. f. ābhyudayikā qui apporte la prospérité ture, proie ; butin désiré | désir ardent, passion.
— n. soc. cérémonie de śrāddha effectuée à l’oc- āmis.āśin [āśin] agt. m. f. āmis.āśinı̄ carnivore.
casion d’un heureux événement. aAEms^ āmis [āma] n. chair crue ; chair.
aAm^ ām1 interj. ah ! oui ! aAmlm^ āmūlam [ā-mūla] adv. depuis l’ori-
aAm^ ām2 [ca. am] v. [10] pr. (āmáyati) être gine ; à cœur ; à fond, radicalement [“jusqu’à la
malade. racine”].
aAm^ -ām forme des parfaits péri. ind. com- aAmd^ āmr.d [ā-mr.d1 ] v. [9] pr. (āmr.dnāti)
posés avec un verbe auxiliaire au parfait. broyer, écraser ; détruire en frottant.
aAm āmá [ām2 ] a. m. n. f. āmā cru [“pas cuit”] aAmod āmóda [ā-moda] m. joie ; parfum.
| vert [“pas mûr”] (opp. pakva) — m. maladie k aAßA āmnā [ā-mnā] v. [1] pr. (āmanati)
gr. ωµoς ; lat. amārus. pp. (āmnāta) pf. (sam) mentionner, citer ; ap-
āmarakta [rakta] m. méd. dysenterie. prendre.
āmavāta [vāta] m. méd. douleur intestinale, aAßAt āmnāta [pp. āmnā] a. m. n. f. āmnātā
flatulence ; constipation. transmis, enseigné.
āmaśūla [śūla] n. méd. colique. aAßAy āmnāya [āmnā-ya] m. doctrine sacrée ;
āmāśaya [āśaya] m. méd. estomac. Veda | tradition ; enseignement traditionnel.

83
āmnāyapı̄t.ha [pı̄t.ha] m. centre d’ensei- aAyAn āyāna [āyā-na] n. arrivée ;
gnement religieux ; les 4 principaux sont tempérament, disposition naturelle.
pūrvāmnāya à Purı̄, daks.in.āmnāya à Śr.ṅgeri, aAyAm āyāma [vr. āyam] m. étendue ; lon-
paścimāmnāya à Dvārakā, et uttarāmnāya à Ba- gueur.
darı̄nātha. aAyAs āyāsa [vr. āyas] m. effort ; fatigue.
aAm} āmra m. natu. bot. Mangifera indica, aAy āyú [e] a. m. n. f. actif ; vivant — m.
manguier — n. mangue. homme, humanité ; descendant ; famille | myth.
aAm}X^ āmred. [ā-mred.] ca. (āmred.ayati) pp. cf. Āyu — n. vie, durée de la vie.
(āmred.ita) répéter. aAyÄ āyukta [pp. āyuj] a. m. n. f. āyuktā
aAm}XA āmred.ā [āmred.] m. répétition. chargé de — m. employé.
aAm}EXt āmred.ita [ca. pp. āmred.] a. m. n. f. āyuktaka [-ka] m. personnage exerçant une
āmred.itā répété — n. gram. reduplication ; mot charge, fonctionnaire.
composé répétitif (par ex. divedive). aAyj^ āyuj [ā-yuj1 ] v. [7] pr. (āyunákti) pr.
aAÝ āmla [vr. amla] m. f. āmlā natu. bot. md. (āyuṅkté) pp. (āyukta) joindre, attacher.
Tamarindus indica, arbre tamarin — n. acidité. aAyD^ āyudh [ā-yudh1 ] v. [4] pr. (āyudhyati)
aAy āya [e] m. arrivée ; revenus, gains. pr. md. (āyudhyate) pp. (āyuddha) combattre.
aAyt^ āyat [ā-yat1 ] v. [1] pr. md. (āyatate) pp. aAyD āyudha [āyudh] n. arme — ifc. armé
(āyatta) arriver, atteindre | être à la disposition de.
de, dépendre de hloc.i. aAyr^ āyur iic. pour āyus.
aAyt āyata [pp. āyam] a. m. n. f. āyatā āyurdā [dā] a. m. n. f. qui donne la vie ; qui
étendu, long, grand. donne longue vie.
āyuryoga [yoga] m. astr. conjonction de
āyatalocana [locana] a. m. n. f. āyatalocanā
planètes utilisée en astrologie prédictive.
qui a de grands yeux.
āyurveda [veda] m. médecine [“science de la
aAytn āyátana [āyat-ana] n. demeure, force vitale”] |lit. l’Āyurveda, traité de médecine
résidence, patrie ; siège, refuge | soc. sanctuaire,
traditionnelle, un upaveda ; il comprend 8 sec-
temple [“demeure de dieu”] ; emplacement du
tions : śalya l’extraction des corps étrangers
foyer sacré, autel | phil. site de perception sen-
(épines, flèches), śālākya la chirurgie de l’œil et
sorielle ou de la pensée ; cf. s.ad.āyatana.
de l’oreille, kāyacikitsā la médecine du corps,
āyatanavat [-vat] m. phil. [ChU.] le Cognitif
bhūtavidyā la psychiatrie ou science des esprits
ou partition [pāda] du brahman en quatre cog-
malins, kaumārabhr.tya la pédiatrie, agadatan-
nitions : le souffle vital [prān.a], la vue [caks.us],
tra la science des antidotes, rāsāyanatantra la
l’ouı̈e [śrotra] et le mental [manas].
science des élixirs, et vājı̄karan.atantra la science
aAy āyatta [pp. āyat] a. m. n. f. āyattā des aphrodisiaques ; cf. Dhanvantari, Suśruta.
dépendant ; à disposition, prêt ; prudent. aAy mt^ āyus.mat [āyus-mat] a. m. n. f.
aAyn āyana [vr. ayana] a. m. n. f. āyanā re- āyus.matı̄ bien portant ; doué de longue vie ;
latif au solstice — ifc. descendant de (forme des âgé, vénérable — m. adr. Votre Éminence,
patr.). Sire, Vénérable | myth. np. de l’asura Āyus.mat
āyanya [-ya] ifc. m. fils de (forme des patr.). “Longévité”, fils de Sam . hrāda.
aAym^ āyam [ā-yam] v. [1] pr. (āyacchati) pp. aAy y āyus.ya [āyus-ya] a. m. n. f. āyus.yā qui
(āyata) pf. (vi) étendre, allonger — pr. md. donne longue vie, sain, vital — n. force vitale,
(āyacchate) retenir, arrêter ; contrôler, refréner, longévité.
maı̂triser — ca. (āyamayati) retenir, refréner. aAys^ āyus [āyu] n. âge, longévité ; vie, santé ;
aAym āyama [āyam] m. extension, longueur vigueur, force vitale | le vivant — m. myth. np.
| entrave ; contrôle, maı̂trise ; maintien. d’Āyu “le Vigoureux”, 3e roi de la lignée lunaire,
aAys^ āyas [ā-yas] v. [4] pr. (āyasyati) pp. fils de Purūravā et d’Urvaśı̄, père de Nahus.a ;
(āyasta) s’efforcer, se fatiguer, s’épuiser. il alla vers l’Est, et ses descendants peuplèrent
aAys āyasá [vr. ayas] a. m. n. f. āyası̄ de fer, la plaine Indo-Gangétique, tandis que son frère
en fer — n. métal ; fer. Amāvasu resta à l’Ouest k gr. αιoν ; lat. aevum ;
aAy-t āyasta [pp. āyas] a. m. n. f. āyastā fr. âge.
qui se fatigue ; zélé ; anxieux — n. énergie ; acte āyuh.s.t.oma [stoma] m. soc. rite pour obtenir
énergique. une longue vie, partie de la cérémonie abhiplava.
aAyA āyā [ā-yā1 ] v. [2] pr. (āyāti) pp. (āyāta) aAyogv āyogava var. ayogava m. f. āyogavı̄
pf. (sam) arriver ; en venir à tel état. soc. descendant d’un śūdra et d’une femme

84
vaiśya ; charpentier ; cf. sairam . dhra. aArA@y ārādhya [pfp. [1] ārādh] a. m. n. f.
aAyoDn āyodhana [āyudh-ana] n. combat ; ārādhyā dont il faut ou dont on peut gagner la
champ de bataille. faveur.
aAyoE@yk āyodhyika [vr. ayodhyā-ka] a. m. n. aArAm ārāmá [āram] m. plaisir, délice ; repos
f. āyodhyikā né, demeurant, ou situé à Ayodhyā. | endroit d’agrément, lieu de repos ; jardin.
aAr^ ār [ā-r.] pp. (ārta) avoir des ennuis, tom- aAzj^ āruj [ā-ruj1 ] v. [1] pr. (ārujati) briser,
ber en infortune. démolir ; interrompre.
aAry āran.ya [vr. aran.ya] a. m. n. f. āran.yā aAzEZ ārun.i [vr. arun.i] m. phil. [ChU.] patr.
relatif à la forêt, sylvestre ; sauvage — m. pl. d’Uddālaka Ārun.i, fils d’Arun.i.
āran.yās bêtes sauvages. ārun.eya [-ı̄ya] m. lit. np. de l’ārun.eya
āran.yaka [-ka] a. m. n. f. āran.yikā de la forêt, upanis.ad | phil. [BU.] np. d’Ārun.eya, patr. de
sauvage — m. habitant de la forêt, ermite — n. Śvetaketu, fils d’Uddālaka Ārun.i.
lit. sorte de textes brahmaniques ésotériques [“à aAzqF ārús.ı̄ f. myth. np. d’Ārus.ı̄ “Furie”, fille
lire en secret dans la solitude de la forêt”] ; cf. de Manu, épouse de Cyavana ; persécutée par les
Br.hadāran.yaka, Taittirı̄yāran.yaka. ks.atriyās, elle se réfugia enceinte dans une cave,
e où elle accoucha d’Aurva par la cuisse.
āran.yakam . parva lit. “le livre de la forêt”, 3
livre du Mahābhārata. aAzh^ āruh [ā-ruh1 ] v. [1] pr. (ārohati) pp.
aArND ārabdha [pp. ārabh] a. m. n. f. ārabdhā (ārūd.ha) abs. (āruhya) pf. (adhi, sam) monter
entrepris ; commencé. à, sur hacc.i ; grimper à | s’élever à, se placer
aArB^ ārabh [ā-rabh] v. [1] pr. md. (ārabhate) sur, faire l’ascension de hacc.i — ca. (ārohayati)
pp. (ārabdha) pfp. (ārabhya) pf. (pra) tenir var. āropayati lever, dresser ; faire monter sur
ferme | entreprendre ; commencer. hacc.i ; faire pousser ; placer (à un poste élevé)
aArBV ārabhat.a [ārabh] m. entrepreneur ; | attacher (not. une corde à un arc).
homme courageux — f. ārabhat.ı̄ intrépidité ; āruha mama śron.ı̄m . nes.yāmi tvām . vihāyasā
héroı̈sme | soc. représentation de faits héroı̈ques, [Mah.] Grimpe sur ma hanche, je te conduirai
violents ou surnaturels au théâtre. dans les airs (ogresse).
aAr<y ārabhya [pfp. [1] ārabh] a. m. n. f. vr.ks.am āruh monter à un arbre.
ārabhyā à entreprendre — ind. ayant été com- aAz āruhya [abs. āruh] ind. ayant surmonté,
mencé | à partir de habl. acc.i. ayant atteint.
aArm^ āram [ā-ram] v. [1] pr. (āramati) pp. aA !Y ārūd.ha [pp. āruh] a. m. n. f. ārūd.hā qui
(ārata) s’arrêter | se réjouir, se plaire ; prendre est monté, qui a réussi | atteint, escaladé — ifc.
plaisir à. ayant pour monture.
aArMB ārambha [ārabh] m. entreprise ; com- aAro`y ārogya [vr. aroga-ya] n. bonne santé.
mencement, origine ; hâte, effort. aArop^ ārop [ca. āruh] v. [10] pr. (āropayati)
ārambhah. kadā bhavati quand est-ce que ça pp. (āropita) lever, dresser ; faire monter sur
commence ? hacc.i ; faire pousser ; placer (à un poste élevé)
ārambhopāya [upāya] m. initialisation. | attacher (not. une corde à un arc).
aArAt^ ārāt var. ārād adv. de loin ; loin de hacc. aArop āropa [ārop] m. imposition ; charge, at-
abl.i. tribution ; action de placer en hauteur.
aArAE/k ārātrika [ā-rātrika] n. soc. cérémonie aAropZ āropan.a [ārop-ana] n. acte de faire
nocturne de salut d’une divinité par rotation monter sur (not. le bûcher funéraire) | action de
d’une flamme, not. de camphre [karpūra] k hi. lever, de dresser | action d’équiper un arc avec
ārati. sa corde.
aArAD^ ārādh [ā-rādh] ca. (ārādhayati) pp. aAroEpt āropita [pp. ārop] a. m. n. f. āropitā
(ārāddha) pfp. (ārādhya, ārādhanı̄ya) satisfaire, élevé ; placé sur.
gagner, se concilier. aAro=y āropya [pfp. [1] ārop] a. m. n. f. āropyā
aArADn ārādhana [ārādh-ana] a. m. n. f. à placer sur ; à faire monter, à dresser ; qui doit
ārādhanā qui se rend favorable — n. hommage, être élevé — ind. ayant été élevé.
service ; fait de gagner qqn. à sa cause | soc. ado- aAroh^ āroh [ca. āruh] v. [10] pr. (ārohayati)
ration d’une idole | mise en œuvre ; obtention. cf. ārop.
aArADnFy ārādhanı̄ya [pfp. [2] ārādh] a. m. n. aAroh ārohá [āroh] m. qui est monté sur, ca-
f. ārādhanı̄yā dont il faut gagner la faveur ; qu’il valier | ascension ; orgueil ; altitude, éminence
faut honorer. | croupe, hanches de la femme (servant de siège

85
à son jeune enfant). |noble, de race aryenne, bien né ; se dit du peuple
ārohan.a [-na] n. ascension. ārya, qui émigra d’Asie centrale en āryāvarta ;
ārohin [-in] agt. m. f. ārohin.ı̄ qui grimpe, qui il est issu de l’ancêtre mythique Puru — m.
monte ; not. cavalier. maı̂tre, chef de maison ; honnête homme | adr.
aAj v ārjava [vr. r.j-va] a. m. n. f. ārjavā Votre Excellence, Noble, Honorable — f. āryā
honnête, sincère — n. droiture, rectitude, noble dame | myth. épith. de la Noble Pārvatı̄
sincérité. | phon. nom d’un mètre de 30 + 27 temps k pra-
aAjF k ārjı̄ka [vr. r.j-ı̄ka] m. véd. région riche krit ayya,ajja ; pali ariya ; fr. aryen ; celte erinn ;
en soma ; récipient à soma. perse Iran ; tamil Iyer ; telugu Iyengar.
aAt ārta [pp. ār] a. m. n. f. ārtā atteint de, op- kim atra āryasya (poli) que puis-je faire pour
primé par hiic.i | tombé dans le malheur ; affligé ; Son Excellence ? | (brusque) que faites vous ici ?
tourmenté | blessé ; souffrant, malade ; malheu- āryā vāk f. sanskrit védique.
reux — f. ārtā état d’affliction ; souffrance. kr.n.vantu viśvam āryam [RV.] Rendez ce monde
ato ’nyad ārtam [BU.] Tout autre (état que celui noble (devise de l’Āryasamāja).
d’absorption dans le brahman) est souffrance. jāto nāryām anāryāyām āryād āryo bhaved
ārtatā [-tā] f. état d’affliction ; souffrance. gun.aih. | anāryāj jāta āryāyām anārya iti niścaya
aAt v ārtavá [vr. r.tu] a. m. n. f. ārtavı̄ saison- k [Manu] Une personne née d’un homme noble
nier | relatif aux menstruations — m. partie de [ārya] par une femme non-noble peut devenir
l’année — n. menstruations — f. ārtavı̄ femme noble par ses vertus, mais une personne née d’un
pendant ses règles | jument. homme non-noble n’est certes pas noble.
aAtA yEn ārtāyani [vr. r.tāyana] m. myth. āryadeva [deva] m. hist. np. d’Āryadeva, phi-
[Mah.] np. d’Ārtāyani, patr. de Śalya “Dont les losophe bd. disciple de Nāgārjuna qui l’intronisa
ancêtres suivaient la voie juste”. comme son successeur (vers 250) ; il est l’auteur
aAEt ārti [ārta] f. peine, souffrance (physique du Catuh.śataka, du Hastavālaprakaran.a et du
ou morale). Caryāmelāpakapradı̄pa.
ārtināśana [nāśana] n. destruction de la souf- āryaputra [putra] m. soc. “fils de noble ra-
france. ce”, titre honorifique donné par une femme à
aAT ārtha [vr. artha] a. m. n. f. ārthı̄ concer- son époux.
nant une chose ou un objet ; matériel, concret ; āryapura [pura] n. géo. np. d’Āryapura au
relatif à une possession | gram. relatif au sens, Karn.āt.a (mod. Aihole) ; le prince Jayasim . ha en
sémantique — m. gram. le signifié (opp. śābda fit la première capitale Cālukya au 5e siècle.
le signifiant). āryabhat.a [bhat.a] m. hist. np. d’Āryabhat.a,
aAdý ārdrá [vr. ard] a. m. n. f. ārdrā mouillé, astronome et mathématicien originaire du Ke-
humide ; frais, vert, nouveau | tendre, doux, sen- rala (476–∼550) ; il enseignait à Kusumapura ;
sible ; mou, flasque — n. cf. ārdraka — f. ārdrā il étudia les fonctions trigonométriques [jyā3 ],
astr. np. d’Ārdrā “la Fraı̂che”, 4e astérisme calcula π comme 3 . 1416, et évalua l’année
lunaire [naks.atra], corr. à l’étoile Bételgeuse ; solaire à 365/3586805 jours ; il proposa une
Rudra y préside ; son symbole est une pierre théorie héliocentrique de l’Univers, avec une
précieuse ; cf. Bāhū. Terre sphérique tournant sur son axe, dont il
ārdraka [-ka] n. natu. bot. Zingiber offici- mesura la circonférence ; on lui doit le traité
nale, gingembre | natu. sa racine, utilisée comme Āryabhat.ı̄ya ; les arabes l’appelent Arjabhad, les
condiment à l’état frais (opp. śun.t.hı̄) k hi. adrak. latins Ardubarius ; le 1er satellite indien (1975)
ārdrávāsas [vāsas] a. m. n. f. qui a ses fut nommé en son honneur.
vêtements mouillés. āryabhat.ı̄yā [-ı̄ya] m. lit. np. de
aAD DAtk ārdhadhātuka [vr. ardhadhātu-ka] l’Āryabhat.ı̄ya, ouvrage d’astronomie et de
n. gram. [“applicable à une forme plus courte mathématiques dû à Āryabhat.a (499) ; il com-
de la base verbale”] se dit des finales du parfait prend 2 parties : la Daśagı̄tikā et l’Āryās.t.aśata ;
et bénédictif, et de certains suffixes [pratyaya] ; il fut traduit en latin au 13e siècle.
opp. sārvadhātuka. āryamārga [mārga] m. bd. “Noble Chemin”
aAB v ārbhava [vr. r.bhu] a. m. n. f. ārbhavı̄ menant à la cessation de la souffrance selon l’en-
véd. concernant les r.bhavas ; sacré pour les seignement du Buddha ; cf. as.t.āṅgamārga.
r.bhavas. āryasatya [satya] n. bd. “Noble Vérité”, pro-
aAy ārya [vr. arya] a. m. n. f. āryā [“aux as- clamée par Buddha ; les Quatre Nobles Vérités
pirations élevées”] noble, généreux ; respectable [catvāryāryasatyāni] sont : la vérité de la souf-

86
france [duh.kha], la vérité de l’origine de la souf- aAlMb^ ālamb [ā-lamb] v. [1] pr. md.
france [samudāya], la vérité de la cessation de la (ālambate) pp. (ālambita) pf. (sam) pendre de,
souffrance [nirodha] et la vérité du noble chemin s’appuyer sur hloc.i | saisir, tenir, s’accrocher à.
[āryamārga] menant à la cessation de la souf- aAlMbn ālambana [ālamb-ana] n. support,
france. point d’appui ; fondation, base | phil. [nyāya]
āryāvarta [āvarta] m. géo. [“terre des cause nécessaire d’un effet, not. d’une sensation
aryens”] véd. np. de l’Āryāvarta ou plaine indo- |bd. attribut d’un objet contribuant à sa percep-
gangétique. tion par l’un des sens : forme, son, odeur, goût
ā samudrāt tu vai pūrvād ā samudrāc ca et texture.
paścimāt | tayor evāntaram giryor āryāvartam aAlEMbn^ ālambin [ālamb-in] a. m. n. f.
vidur budhāh. k [MS.] Les sages considèrent que ālambinı̄ appuyé sur.
l’Āryāvarta s’étend de la mer de l’Est à la mer aAly ālaya [ālı̄] m. n. maison, demeure ; asile,
de l’Ouest jusqu’aux montagnes entre les deux. temple.
āryās.t.aśata [as.t.aśata] n. lit. np. de aAl-y ālasya [vr. alasa-ya] n. paresse, mo-
l’Āryās.t.aśata, section de l’Āryabhat.ı̄ya de lesse, manque d’énergie.
108 vers. ālasyam . hi manus.yān.ām . śarı̄rastho mahān
āryās.t.āṅgamārga [as.t.āṅgamārga] m. bd. cf. ripuh. [Bhartr.hari] La paresse est le pire ennemi
āryamārga. corporel de l’homme.
aAy k āryaka [vr. arya-ka] a. m. n. f. āryakā ālasyavacana [vacana] n. [“parole de pares-
f. āryakı̄ noble, honorable, respectable — m. seux”] argument fataliste.
grand-père, aı̈eul | myth. [Mah.] np. du roi aAlAp ālāpá [ālap] m. fait d’adresser la
nāga Āryaka “Aı̈eul”, prince nāga de la lignée parole ; conversation | chant des oiseaux |
d’Airāvata ; Cikura est son fils ; à la demande math. énoncé d’un problème arithmétique ou
de Mātali, il donna son petit-fils Sumukha en algébrique — f. ālāpā mus. ouverture, introduc-
mariage à sa fille Gun.akeśı̄ | lit. np. d’Āryaka1 , tion à un morceau musical ; c’est une improvisa-
fils de bouvier, noble caractère dans la pièce tion mélodique sans accompagnement lyrique.
Mr.cchakat.ikā ; emprisonné par le roi Pālaka, il ālāpin [-in] agt. m. f. ālāpinı̄ qui dit ; qui
s’échappe grâce à Śarvilaka et le détrône — parle à.
n. soc. cérémonie en honneur des mânes [pitr.] ; aAElK^ ālikh [ā-likh] v. [6] pr. (ālikhati) pp.
récipient utilisé pour ce rite. (ālikhita) pfp. (ālekhya) faire un croquis ; dessi-
aAyA āryā cf. ārya. ner, peindre — ps. (ālikhyate) être décrit, être
āryāsaptaśatı̄ [saptaśatı̄] f. lit. np. du poème dessiné.
lyrique Āryāsaptaśatı̄ “700 vers en mètre āryā”, nāmūlāllikhyate kiñcit [Mallinātha1 ] On ne doit
dû à Govardhana1 . rien décrire sans fondement.
āryāsamāja [samāja] m. mod. np. du mou-
aAElh^ ālih [ā-lih1 ] v. [2] pr. (āléd.hi) pr. md.
vement de renouveau hindou Āryāsamāja “As-
(ālı̄d.hé) pp. (ālı̄d.ha) lécher, laper.
semblée des Purs” ou Āryasamāja “Noble as-
semblée”, fondé par Svāmı̄ Dayānanda1 Saras- aAlF ālı̄ [ā-lı̄] v. [4] pr. md. (ālı̄yate) pp.
vatı̄2 en 1875 ; il interdit not. le culte des idoles (ālı̄na) demeurer, se cacher.
[mūrti] et prône le retour aux Védas considérés aAlFY ālı̄d.ha [pp. ālih] a. m. n. f. ālı̄d.hā léché ;
comme révélation divine. lapé.
aAq ārs.a [vr. r.s.i] a. m. n. f. ārs.ā relatif aux aAl ālu m. ébène — n. racine comestible ;
sages [r.s.i] — n. texte sacré, Veda. patate douce | mod. pomme de terre.
aAq  y ārs.eya [ārs.a-iya] a. m. n. f. ārs.eyā re- āluka [-ka] n. natu. bot. Dioscorea alata, pa-
latif aux sages [r.s.i] — n. lignée de sages ; syn. tate douce.
pravara1 . aAl Hy ālekhya [pfp. [1] ālikh] a. m. n. f.
aAlp^ ālap [ā-lap] v. [1] pr. (ālapati) pp. ālekhyā à écrire ; à peindre — n. écriture, pein-
(ālapita) parler, dire à hacc.i — ca. (ālāpayati) ture ; portrait ; le dessin, l’un des 64 arts [kalā].
engager la conversation. aAlok^ ālok [ā-lok] v. [1] pr. (ālokati) ca.
aAlEpt ālapita [pp. ālap] a. m. n. f. ālapitā (ālokayati) pp. (ālokita) regarder, constater.
entretenu — n. entretien avec. aAlok āloka [ālok] m. vue ; lumière, éclairage.
aAlB^ ālabh [ā-labh] v. [1] pr. md. (ālabhate) ālokana [-na] n. contemplation.
pp. (ālabdha) pf. (upa) prendre en main ; gagner aAloEkn^ ālokin [ālok-in] agt. m. f. ālokinı̄ qui
qqn. regarde.

87
aAloc^ āloc [ā-loc] v. [1] pr. md. (ālocate) mariée) ; porter — ca. (āvāhayati) inviter.
pp. (ālocita) considérer, réfléchir sur — vinodam āvah procurer du plaisir.
ca. (ālocayati) montrer ; percevoir, regarder ; saukhyam āvah procurer la félicité.
considérer. aAvh āvaha [āvah] a. m. n. f. āvahā qui pro-
aAloEct ālocita [pp. āloc] a. m. n. f. ālocitā duit, qui procure, qui apporte | qui ramène à la
considéré, examiné. maison (une épouse) — m. myth. np. d’Āvaha,
aAloEht ālohita [ā-lohita] a. m. n. f. ālohitā vent de l’une des 7 voies du ciel [mārga] ;
rougeâtre, tirant vers le rouge. il souffle dans la région intermédiaire ou at-
aAvD^ āvadh [ā-vadh] aor. [5] (āvadhı̄t) mosphère [bhuvarloka] | myth. np. de l’une des
détruire. 7 langues d’Agni.
aAvt āvanta [vr. avanti] m. roi d’Avanti — aAvA<yAm^ āvābhyām [i. du. aham] ind. par
f. āvantı̄ langue d’Avanti. nous deux — dat. pour nous deux — abl. hors
aAv(y āvantya [vr. avanti-ya] a. m. n. f. de nous deux.
āvantyā originaire d’Avanti | pl. myth. le peuple aAvAm^ āvām [nom. du. aham] ind. nous deux
des Āvantyās, une tribu des Haihayās. — acc. à nous deux.
aAvyos^ āvayos [loc. du. aham] ind. en nous aAvAr āvāra [āvr.] m. abri ; défense, place forte
deux — g. de nous deux. — ifc. qui abrite, qui défend.
aAvrZ āvaran.a [āvr.] a. m. n. f. āvaran.ā cou- aAvAs āvāsa [āvas] m. demeure, résidence ;
vrant, protégeant — n. voile, couverture, pro- maison.
tection ; enclos, barrière ; mur ; bouclier, armure aAvAEsn^ āvāsin [āvāsa-in] ifc. agt. m. f.
| phil. pouvoir d’illusion de la māyā dissimulant āvāsinı̄ qui habite ; résident de.
la vraie nature divine | soc. motif circulaire d’un aAvAh^ āvāh [ca. āvah] v. [10] pr. (āvāhayati)
yantra ; il y en a 9 dans le śrı̄yantra. inviter.
aAvt āvarta [āvr.t1 ] m. tourbillon, gouffre | aAvAh āvāha [āvāh] m. invitation ; marriage.
āvāhana [-na] n. invitation, appel ; invoca-
boucle de cheveux | territoire.
tion | soc. [tantr.] rite d’invocation d’une divi-
aAvEl āvali [ā-vali] f. suite, ligne, rangée ; dy- nité dans une idole — f. āvāhanı̄ soc. posture
nastie — ifc. lit. recueil de | var. āvalı̄ id.
des mains [mudrā] d’invocation ou d’offrande ;
aAv[yk āvaśyaka [vr. avaśya-ka] a. m. n. cf. āvāhanamudrā.
f. āvaśyikā nécessaire, inévitable ; irrépressible āvāhanamudrā var. āvāhanı̄ [mudrā] f. soc.
— n. nécessité, obligation ; besoin naturel geste rituel de pūjā, les deux mains en coupe
| jn. l’un des 6 actes rituels quotidiens obliga- pour faire l’offrande de fleurs à l’idole en invo-
toires : la sérénité [sāmāyika], la vénération quant la divinité, les pouces touchant la racine
du supérieur de l’ordre [vandana], la confes- des auriculaires.
sion [pratikraman.a], le vœu d’ascétisme aAEvk āvika [vr. avi-ka] a. m. n. f. āvikı̄ relatif
[pratyākhyāna], la renonciation au corps au mouton | en laine — n. étoffe de laine — f.
[kāyotsarga] et la vénération des icônes et des āvikı̄ peau de mouton.
temples [caityavandana]. aAEvˆ āviddha [pp. āvyadh] a. m. n. f.
āvaśyakam vā avez vous besoin de qqc. ? āviddhā jeté ; chassé, renvoyé | percé, blessé |
punar annam āvaśyakam vā dois-je vous balancé | excité ; énervé — n. balancement.
resservir ? āviddhakarn.a [karn.a] a. m. n. f. āviddhakarn.ı̄
aAvs^ āvas [ā-vas1 ] v. [1] pr. (āvasati) pf. (ut) qui a les oreilles percées.
habiter, demeurer ; prendre possession d’un lo- aAEvl^ āvil [vn. āvila] v. [10] pr. (āvilayati)
gement. troubler, souiller.
aAvsEt āvasati [āvas-ti] f. abri ; logement aAEvl āvila var. ābila a. m. n. f. āvilā trouble
pour la nuit ; nuit de repos. (liquide, yeux), obscurci ; souillé, not. de sang.
aAvsT āvasathá [āvas-tha] m. logement, ha- aAEvf^ āviś [ā-viś1 ] v. [6] pr. md. (āviśate) pp.
bitation ; abri pour la nuit ; village. (āvis.t.a) pf. (sam) entrer dans, pénétrer.
āvasathya [-ya] a. m. n. f. āvasathyā résident aAEv£ āvis.t.a [pp. āviś] a. m. n. f. āvis.t.ā
— m. soc. feu domestique ; c’est l’un des pénétré, entré dans | possédé ; épileptique — ifc.
pañcāgni. rempli de ; sujet à ; ayant pour tâche.
aAvh^ āvah [ā-vah1 ] v. [1] pr. (āvahati) pp. aAEvs^ āvı́s adv. ouvertement, manifeste-
(aud.ha) pf. (ut) apporter auprès de ; approcher ment ; en vue.
| donner, procurer | emmener chez soi (not. la āvir as apparaı̂tre, se manifester.

88
āvir bhū apparaı̂tre, se manifester. aAf¬nFy āśaṅkanı̄ya [pfp. [2] āśaṅk] a. m. n.
āvis. kr. faire connaı̂tre, manifester ; rendre vi- f. āśaṅkanı̄yā suspect ; contestable | à craindre.
sible ; exhiber, montrer. aAf¬A āśaṅkā [āśaṅk] f. doute ; incertitude
āvis.kr.ta a. m. n. évident, connu. |inquiétude ; suspicion, défiance — ifc. objection
aAv āvutta m. beau-frère (mari d’une à — n. āśaṅka ifc. crainte de.
sœur) ; syn. bhaginı̄pati. aAfE¬t āśaṅkita [pp. āśaṅk] a. m. n. f.
aAv āvr. [ā-vr.1 ] v. [5] pr. (āvr.n.óti) pr. md. āśaṅkitā craint | qui inspire le doute.
(āvr.n.uté) pp. (āvr.ta) pf. (apa) couvrir, enfer- aAfy āśayá [āśı̄] m. lit ; lieu de repos, re-
mer ; protéger, cacher ; enlever, retenir. traite, asile | emplacement, localité ; récipient,
aAvt^ āvr.t1 [ā-vr.t1 ] v. [1] pr. md. (āvartate) réceptacle | cœur ; esprit ; intention | phil. [yoga]
pp. (āvr.tta) pf. (vi, sam) se retourner, revenir ensemble des mérites et démérites du karman ;
sur ses pas — ca. md. (āvartayate) faire tourner destin | méd. réceptacle, organe creux.
(not. le char) ; changer de direction. aAfs^ āśas [āśās] f. vœu, désir, souhait ; es-
aAvt^ āvr.t2 [āvr.t1 ] f. demi-tour ; changement poir.
de direction. aAfA āśā1 [f. āśa1 ] f. objectif, point atteint
aAvt āvr.ta [pp. āvr.] a. m. n. f. āvr.tā cou- | région ; quartier du ciel.
vert de ; vêtu de ; plein de | entouré de ; protégé ; aAfA āśā2 [āśas] f. vœu, désir, souhait ; espoir.
enclos, caché. aAfAvt^ āśāvat [āśā2 -vat] a. m. n. f. āśāvatı̄
aAvE āvr.tti [āvr.t1 ] f. retour au point de qui espère ; qui garde l’espoir ; qui a confiance.
départ ; répétition ; occurrence | fait de tour- aAfAs^ āśās [ā-śās] v. [2] pr. md. (āśāste) pp.
ner | math. multiplication | lit. (figure de style) (āśis.t.a, āśasta) désirer, espérer, prier.
répétition. aAfAE-t āśāsti [āśās-ti] f. prière.
aAvE£ āvr.s.t.i [ā-vr.s.t.i] f. pluie. aAEft āśita [pp. āś2 ] a. m. n. f. āśitā nourri,
aAvg āvega [ā-vega] m. hâte, agitation, exci- repu.
tation. aAEfn^ āśin [vr. aś2 -in] ifc. agt. m. f. āśinı̄ qui
mange.
aAvf āveśa [āviś] m. fait d’entrer, de prendre
possession | fait de s’absorber complètement
aAEfn āśiná [āśa1 ] a. m. n. f. āśinā véd. (qui
a atteint un grand âge) âgé.
dans une tâche ou une idée ; dévotion intense
| possession par un esprit ; épilepsie | arrogance ; aAEfs^ āśis1 [āśās] f. [sg. nom. āśı̄s ; en comp.
orgueil. āśı̄r] prière, souhait | bénédiction.
aA&yD^ āvyadh [ā-vyadh] v. [4] pr. (āvidhyati) aAEfs^ āśis2 f. crochet (de serpent).
pp. (āviddha) chasser, expulser | percer, blesser, aAfF āśı̄ [ā-śı̄1 ] v. [2] pr. md. (āśete)
frapper | balancer | agiter, exciter. pp. (āśayita) être étendu, reposer sur — ca.
(āśāyayati) étendre sur.
aAf^ āś1 [ā-aś1 ] v. [5] pr. (āśnóti) atteindre,
obtenir. aAfF āśı̄1 iic. pour āśis2 .
āśı̄vis.a [vis.a] m. serpent venimeux.
aAf^ āś2 [ca. aś2 ] v. [10] pr. (āśayati) pp.
(āśita) nourrir, faire manger. aAfFr^ āśı̄r iic. pour āśis1 .
āśı̄rliṅ [liṅ] nota. gram. lakāra du précatif ou
aAf āśa1 [āś1 ] m. obtention — f. cf. āśā1 .
bénédictif [“optatif de souhait”].
aAf āśa2 [āś2 ] m. repas ; nourriture. āśı̄rvāda [vāda] m. bénédiction.
aAf\s^ āśam.s [ā-śam.s] v. [1] pr. (āśam.sati) āśı̄rvādābhidhānavat [abhidhāna-vat] a. m.
pp. (āśasta) pfp. (āśam . sanı̄ya) espérer, implo- n. f. āśı̄rvādābhidhānavatı̄ (nom) qui contient
rer ; déclarer — ca. (āśam . sayati) pp. (āśam
. sita) une formule de bénédiction.
déclarer.
aAf āśú a. m. n. f. rapide — m. véd. cheval —
aAf\s āśam.sa [āśam.s] a. m. n. f. āśam.sā qui adv. vite ; rapidement, directement k gr. ωκυς ;
attend, qui espère — f. āśam . sā souhait, désir ; lat. ocior.
espoir. āśukavi [kavi] m. lit. poète expert d’improvi-
aAf\snFy āśam.sanı̄ya [pfp. [2] āśam.s] a. m. sation.
n. f. āśam . sanı̄yā désirable. āśukārin [kārin] a. m. n. f. āśukārin.ı̄ qui agit
aAf\Est āśam.sita [ca. pp. āśam.s] a. m. n. f. rapidement ; actif.
āśam. sitā espéré ; déclaré. āśugá [ga] a. m. n. f. āśugā qui se déplace
aAf¬^ āśaṅk [ā-śaṅk] v. [1] pr. md. (āśaṅkate) rapidement ; agile, rapide.
pp. (āśaṅkita) craindre. aAfOc āśauca [ā-śauca] n. impureté.

89
aA–y āścarya [ā-carya] a. m. n. f. āścaryā qui observe ; qui utilise |occupé, habité — m. su-
merveilleux, étonnant, extraordinaire — n. mer- jet, serviteur ; adepte — n. bd. objet perçu par
veille, prodige — acc. āścaryam interj. ô mer- les sens ou conçu par l’esprit.
veille ! — i. āścaryen.a adv. par miracle. āśritatva [-tva] n. dépendance.
āścaryavat [-vat] a. m. n. f. āścaryavatı̄ pro- aA™ āśru [ā-śru] v. [5] pr. (āśr.n.óti) pr.
digieux. md. (āśr.n.uté) pp. (āśruta) écouter ; entendre
aA[yAml āśyāmala [ā-śyāmala] a. m. n. f. | accepter ; promettre — ca. (āśr.āvayati) faire
āśyāmalā sombre, foncé. entendre ; annoncer ; s’adresser à | soc. proférer
aA™m āśrama [ā-śrama] m. n. retraite, asile, (not. lors d’un rite).
refuge | ermitage | stade de la vie brahmanique ; aAEšq^ āślis. [ā-ślis.] v. [4] pr. (āślis.yati) pp.
cf. caturāśrama. (āślis.t.a) embrasser ; adhérer à hloc. acc.i.
āśramadharma [dharma] m. soc. règle de aAEš£ āślis.t.a [pp. āślis.] a. m. n. f. āślis.t.ā
vie brahmanique, divisant l’existence en 4 étreint, embrassé, serré ; entrelacé | qui adhère ;
étapes [caturāśrama], chacune ayant ses devoirs qui étreint, qui embrasse.
propres [purus.ārtha]. aAš q āśles.a [āślis.] m. contact, mélange ; em-
āśramapada [pada] n. syn. āśrama. brassement, entrelacement — f. āśles.ā pl. astr.
np. des Āśles.ās “les Enlaçantes”, formant le 7e
āśramavāsa [vāsa1 ] m. séjour en ermitage.
astérisme lunaire [naks.atra], corr. à la constel-
āśramavāsika [-ka] a. m. n. f. āśramavāsikā
lation de l’Hydre ; les sarpās y président ; son
relatif au séjour à l’ermitage — n.
symbole est une roue de potier.
[āśramavāsikaparvan] lit. 15e livre du Mah.,
“du séjour à l’ermitage”.
aA˜ āśva [vr. aśva] a. m. n. f. āśvı̄ équestre ;
relatif au cheval ; tiré par un cheval — n. gent
aA™Emn^ āśramin [āśrama-in] agt. m. f. chevaline ; troupeau de chevaux.
āśraminı̄ soc. qui suit les stades de la vie brah-
aA˜pt āśvapata [vr. aśvapati] m. patr.
manique | ermite.
d’Āśvapata “descendant d’Aśvapati”.
aA™y āśraya [āśri] m. support ; siège ; re- aA˜m EDk āśvamedhika [vr. aśvamedha-ka] a.
fuge ; protection | autorité (dont on dépend) m. n. f. āśvamedhikā soc. qui concerne le sacri-
| pratique, habitude, dépendance, addiction | fice du cheval.
contiguité, vicinité ; connection, relation | gram. āśvamedhikaparvan [parvan] n. lit. 14e livre
relation de dépendance ; sujet | bd. ensemble des du Mah., “du sacrifice du cheval”.
5 organes des sens, plus l’intellect [manas] ; ils aA˜yj āśvayuja [vr. aśvayuj] a. m. n. f.
sont les récipients des sensations et concepts āśvayujā né sous le naks.atra Aśvayujau | relatif
[āśrita] issus des attributs [ālambana] des objets au mois āśvina — f. āśvayujı̄ astr. sa pleine lune ;
perçus — ifc. qui repose sur ; qui dépend de, qui soc. on y pratique un pākayajña.
concerne. aA˜lAyn āśvalāyana [vr. aśvaláāyana] m.
āśrayaparivr.tti [parivr.tti] f. [“retournement hist. np. d’Āśvalāyana “Descendant d’Aśvala”,
de la base”] changement de sexe (de femme disciple présumé de Śaunaka, antérieur au 4e
en homme) | bd. élimination irréversible des siècle ant. ; on lui attribue les ouvrages de rituel
souillures et de leurs causes (caractérise l’état qui suivent.
de buddha). āśvalāyanagr.hyasūtra [gr.hyasūtra] n. lit. np.
āśrayabhūta [bhūta] a. m. n. f. āśrayabhūtā de l’Āśvalāyanagr.hyasūtra, manuel de rituel do-
devenu un protecteur — m. protecteur. mestique attribué à Āśvalāyana.
aA™v āśrava [āśru] a. m. n. f. āśravā qui āśvalāyanaśrautasūtra [śrautasūtra] n. lit.
écoute ; qui suit les ordres | promesse, engage- np. de l’Āśvalāyanaśrautasūtra, manuel de ri-
ment. tuel solennel attribué à Āśvalāyana.
aAE™ āśri [ā-śri] v. [1] pr. md. (āśrayate) v. [1] aA˜s^ āśvas [ā-śvas1 ] v. [2] pr. (āśvásiti) pp.
pr. (āśrayati) pp. (āśrita) pf. (upa, sam) cher- (āśvásita) reprendre son souffle ; revivre | avoir
cher refuge auprès de, demander la protection confiance ; être tranquille.
de, avoir recours à, reposer sur, se retirer dans aAE˜n āśvina [vr. aśvin] m. nom du mois
hacc.i | s’attacher à, dépendre de, en référer à. d’Aśvinı̄, à la saison des pluies (septembre-
aAE™t āśrita [pp. āśri] a. m. n. f. āśritā at- octobre) ; cf. aśvatthā.
taché à, qui a rejoint |qui a recours à, qui cherche aAqAY ās.ād.ha [vr. as.ād.ha] m. astr. mois des
refuge en | sujet à, dépendant de ; qui concerne As.ād.hās (juin-juillet) ; on le double certaines
| qui habite, qui réside à | qui suit, qui pratique, années pour que le calendrier lunaire rattrape

90
le calendrier solaire ; cf. manasāpañcamı̄ — f. aAsà āsanna [pp. āsad] a. m. n. f. āsannā
ās.ād.hı̄ astr. sa pleine lune [pūrn.imā] ; on y proche, voisin, voisin de ; prochain — n. immi-
célèbre la fête de gurupūrn.imā. nence.
aAs^ ās1 interj. (surprise joyeuse ou āsanne adv. dans le voisinage, à proximité.
déplaisante)
√ ah ! | holà ! aAsm^ āsam [abs. as2 ] ifc. ind. ayant jeté.
aAs^ ās2 v. [2] pr. md. (āste) pft. (āsām) aAsmdým^ āsamudram [ā-samudra1 ] adv. jus-
aor. [5] (āsis.t.a) fut. (āsis.yáte) pp. (āsitá) ppr. qu’à la mer.
(āsı̄na) abs. (āsitvā, -āsya) inf. (āsitum) pf. aAsv āsava [āsu2 ] m. décoction, fermenta-
(adhi, anu, upa, sam) s’asseoir, être assis ; se tion ; distillation | jus, nectar ; boisson fermentée
trouver ; s’établir, rester ; résider |continuer, pra- ou distillée ; rhum.
tiquer ; être en train de [abs.] | aboutir à [dat.] aAsA āsādya [abs. āsad] ind. ayant ren-
— ps. (āsyate) être assis — ca. (āsáyati) placer contré — prép. à cause de, pour.
k gr. ηστ αι. aAsAm^ āsām [g. pl. iyam] ind. de ces.
āstām interj. soit, assez. aAsAr āsāra [āsr.] m. averse.
āsyatām adr. asseyez-vous (ps. imp. “qu’il s’as- aAEsc^ āsic [ā-sic] v. [6] pr. (āsiñcati) verser
seye”). dans.
āsām . cakre s’étant assis. aAEst āsita [pp. ās2 ] a. m. n. f. āsitā assis ;
juhvata āsate ils ont l’habitude de sacrifier. resté.
aAs^ ās3 n. [seulement i. abl. ] bouche, visage aAEsDAr āsidhāra [vr. asidhārā] a. m. n. f.
k lat. os. āsidhārā comme le fil d’une épée ; se dit not.
āsā var. āsayā adv. devant ses propres yeux ; en d’un vœu difficile [asidhārāvrata].
personne | de vive voix. aAEsn āsina [ās2 ] a. m. n. f. āsinā assis.
aAs āsa1 [vr. as2 ] ifc. agt. m. f. āsā qui lance. aAs āsu1 [loc. pl. iyam] ind. dans ces.
aAs āsa2 [ās2 ] m. siège | postérieur. aAs āsu2 [ā-su2 ] v. [5] pr. (āsunoti) pp.
aAsÄ āsakta [pp. āsañj] a. m. n. f. āsaktā (āsuta) véd. presser (not. le soma) | distiller.
attaché, appliqué à. aAsr āsurá [vr. asura] a. m. n. f. āsurı̄
aAsEÄ āsakti [āsakta] f. attachement. spirituel, divin | relatif aux démons [asura],
aAs½ āsaṅga [āsañj] m. attachement ; démoniaque | soc. forme de mariage où le marié
contact, association ; dévotion — a. m. n. f. achète sa femme à ses parents — m. f. āsurı̄
āsaṅgā ininterrompu. démon | pl. astr. étoiles de l’hémisphère Sud.
aAsÒ^ āsañj [ā-sañj] v. [1] pr. (āsajati) pp. aAs āsr. [ā-sr.] v. [1] pr. (āsarati) pp. (āsr.ta)
(āsakta) attacher, pendre ; s’attacher à. courir dans ; tomber à verse.
aAsE āsatti [āsad] f. vicinité, proximité ; aAs cn āsécana [āsic] n. cavité.
connexion, lien immédiat | gram. accord entre aAs cnvt^ āsecanavat [-vat] a. m. n. f.
mots | perplexité ; situation sans issue. āsecanavatı̄ qui a une cavité ; creux.
aAsd^ āsad [ā-sad1 ] v. [1] pr. (āsı̄dati) pp. aA-tr āstára [āstr̄.] n. couverture ; tapis ;
(āsanna) abs. (āsādya) pf. (sam) s’asseoir | coussin ; lit.
présider ; attendre | atteindre, approcher, trou- āstáran.a [-na] n. fait d’étendre, d’étaler (not.
ver |entreprendre, commencer — ca. (āsādayati) un tapis, un tissu) ; fait de joncher (de fleurs)
trouver, rencontrer. | couverture ; coussin ; lit ; jonchée — f. āstáran.ı̄
aAsn^ āsan [relié à āsya] n. bouche, visage, id.
gueule. aAE-tk āstika [vr. asti-ka] a. m. n. f. āstikı̄
aAsn āsana [ās2 -ana] n. siège ; poste, si- [“qui croit en l’existence (de Dieu ou d’un prin-
tuation | posture, manière d’être assis | phil. cipe suprême transcendant le réel)”] croyant,
posture rituelle de yoga ; cf. kukkut.āsana, pieux | phil. qui reconnaı̂t l’autorité du Veda ;
gomukhāsana, dhanurāsana, padmāsana, opp. nāstika | myth. [Mah.] np. d’Āstika “le
paścimātānāsana, bhadrāsana, mayūrāsana, Pieux”, fils de Jaratkāru et de Manasā ; il inter-
rājalı̄lāsana, lalitāsana, vajrāsana, vı̄rāsana, rompit le sacrifice de serpents de Janamejaya.
śavāsana, sarvāṅgāsana, sim . hāsana, svas- āstikya [-ya] n. foi ; piété.
tikāsana | séance, session ; tribunal | phil. le aA-tFZ āstı̄rn.a [pp. āstr̄.] a. m. n. f. āstı̄rn.ā
contrôle de son corps, 3e étape du rājayoga ; cf. étalé, éparpillé, jonché | couvert.
as.t.āṅgayoga. aA-t āstr̄. [ā-str̄.] v. [5] pr. (āstr.n.oti) pr.
aAsdF āsandı̄ [āsad] f. soc. trône d’osier uti- md. (āstr.n.ute) pp. (āstı̄rn.a) étendre, étaler,
lisé dans les rites véd. solennels. épandre ; joncher, couvrir de hi.i.

91
aA-TA āsthā1 [ā-sthā1 ] v. [1] pr. (ātis.t.hati) pr. āhávana [-na] n. soc. oblation.
md. (ātis.t.hate) pp. (āsthita) pf. (sam) monter aAhvnFy āhavanı̄ya [pfp. [2] āhu] a. m. n. f.
sur, se tenir sur ou dans ; entrer dans tel état āhavanı̄yā propre à l’oblation — m. soc. foyer
hacc.i | aller vers, suivre ; se vouer à, mettre en propre aux offrandes du sacrifice védique, à l’est
pratique. de l’aire sacrée [vedi] ; on le ranime deux fois par
aA-TA āsthā2 [āsthā1 ] f. préoccupation ; désir jour, à partir du foyer domestique [gārhapatya] ;
de, penchant pour hloc.i. cf. Vaiśvānara.
aA-pd āspada [ās2 -pada] n. lieu, place, séjour, āhavanı̄yāgni [agni] m. soc. feu du sacrifice.
siège ; occasion. aAhAr^ āhār [ca. āhr.] v. [10] pr. (āhārayati)
aA-Pl^ āsphal [ā-sphal] ca. (āsphalayati) pfp. (āhārya) prendre son repas, manger.
frapper, faire vibrer ; battre, fouetter ; déchirer aAhAr āhāra [āhār] a. m. n. f. āhārā ifc. qui
| jouer (de la vı̄n.ā). procure, qui amène — m. [“ce qu’on prend”]
aA-y āsya [ās3 -ya] n. bouche, visage, gueule. nourriture, aliment ; repas.
aA-yA āsyā [ās2 ] f. fait d’être assis | demeure ; āhāradāna [dāna] n. don de nourriture.
état de repos. āhāraparityāga [parityāga] m. renonciation à
aAúv āsrava [āsru] m. jn. attraction de l’âme la nourriture.
par les objets du monde. āhārādi [ādi] n. la nourriture et le reste.
aAú āsru [ā-sru] v. [1] pr. (āsravati) pp. āhārārthin [arthin] agt. m. f. āhārārthinı̄ qui
(āsruta) couler de, s’écouler de, suinter de | fuir quémande sa nourriture.
(d’un récipient). aAhAy āhārya [pfp. [1] āhār] a. m. n. f. āhāryā
aA-vd^ āsvad [ā-svad] v. [1] pr. (āsvadati) pp. qu’on doit amener ; à prendre — n. nourriture.
(āsvādita) manger — ca. (āsvādayati) goûter ; aAEht āhita [pp. ādhā] a. m. n. f. āhitā placé
jouir de ; manger. sur, déposé ; effectué.
aA-vAd āsvāda [vr. āsvad] a. m. n. f. āsvādā āhitalaks.an.a [laks.an.a] a. m. n. f.
qui goûte — m. ingestion ; jouissance ; goût, at- āhitalaks.an.ā renommé — ifc. connu comme ;
trait. appelé.
āsvadavat [-vat] a. m. n. f. āsvadavatı̄ qui a āhitāgni [agni] a. m. n. f. qui a établi le feu
bon goût, délicieux. (du sacrifice) — m. soc. [“celui qui a mis ses
aA-vAEdt āsvādita [pp. āsvad] a. m. n. f. feux en place”] véd. maı̂tre de maison [gr.hastha]
āsvāditā goûté, apprécié. ayant offert des sacrifices solennels requérant les
aAh āha interj. de reproche, de commande, de trois feux ; il doit avoir un fils, mais être encore
renvoi ; hé bien, ouste. jeune.
aAht āhata [pp. āhan] a. m. n. f. āhatā aAEhtEXk āhitun.d.ika [vr. ahitun.d.a-ika] m.
frappé ; atteint ; émis (son). montreur de serpent.
aAhEt āhati [āhan] f. coup. aAh āhu [ā-hu] v. [3] pr. (ājuhoti) pp. (āhuta)
aAh(y āhatya [abs. āhan] ind. ayant frappé pfp. (āhavanı̄ya) offrir dans hloc.i (not. le feu).
— adv. en tout, au total. aAhk āhuka [āhu-ka] m. myth. [Mah.] np. du
aAhn^ āhan [ā-han1 ] v. [2] pr. (āhanti) pp. roi vr.s.n.i Āhuka “Maı̂tre des offrandes” ; il est
(āhata) abs. (āhatya) pf. (vi, sam) frapper ; at- père de Devaka et d’Ugrasena.
taquer ; tuer | frapper (un tambour, une corde aAht āhuta [pp. āhu] a. m. n. f. āhutā offert
d’instrument musical). dans le feu ; déposé sur le bûcher (cadavre) —
aAhns^ āhanás a. m. n. f. qui gonfle, qui n. oblation.
fermente, qui mousse | écumé ; pressé, battu aAhEt āhuti [āhu] f. oblation, offrande ; fait
| indécent, obscène. d’offrir l’oblation.
asabhyabhās.an.ād āhanā iva bhavati En em- aAh āhū [ā-hū] v. [1] pr. (āhvayati) pp.
ployant des mots vulgaires on devient obscène. (āhūta) abs. (āhūya) appeler, convoquer ; man-
aAhr āhara [āhr.] m. offrande — ifc. qui ap- der, inviter — pr. md. (āhvayate) défier.
porte ; qui prend | qui s’adonne à. aAht āhūta [pp. āhū] a. m. n. f. āhūtā appelé,
āharan.a [-na] n. transport ; action d’amener, convoqué ; invoqué.
d’apporter, de prendre, de se charger. aAã āhr. [ā-hr.1 ] v. [1] pr. (āharati) pft.
aAhv āhava1 [āhū] m. défi, duel ; combat, (ājahāra) pp. (āhr.ta) pf. (ut, prati, vi, sam)
guerre. amener, apporter ; offrir, donner | aller cher-
āhavabhūmi [bhūmi] f. champ de bataille. cher, prendre, saisir ; recevoir ; employer — ca.
aAhv āhava2 [āhu] m. sacrifice. (āhārayati) manger.

92
kratum āhr. offrir un sacrifice. penchant ; volonté | phil. [vaiśes.ika] la propriété
punar āhr. reprendre. [gun.a] de désir.
prativākyam āhr. recevoir une réponse. icchādves.a [dves.a] m. du. icchādves.au
aAho āho interj. de doute — conj. ou (dans (dvandva d’opposés) le désir et l’aversion.
phrase interr.). icchāśakti [śakti] f. phil. [śaiva] pouvoir de la
āhosvid [svid1 ] conj. ou bien ? volonté.
kim ı̄śvarānapeks.itam āhosvid ı̄śvarāpeks.itam ij^ ij [yaj1 ] a. m. n. f. qui sacrifie.
Est-ce indépendant de Dieu ou bien dépendant i>yA ijyā [yaj1 ] f. soc. sacrifice, oblation ; c’est
de Dieu ? un pañcopāsana selon Rāmānuja.
aA¡ āhna [ahan] n. période de plusieurs jours. iV^ it. nota. gram. ‘i’ intercalaire de liaison en
āhnika [-ika] a. m. n. f. āhnikā diurne | conjugaison ; cf. anit., vet., set..
quotidien — n. soc. rite quotidien à heure fixe iX id.á [relié à id.ā] m. véd. np. d’Id.a, épith.
|journée de travail ; ration quotidienne |ce qu’on d’Agni “qui porte la libation”.
peut lire en un jour ; chapitre d’un livre. iXEvXA id.avid.ā var. ilavilā f. myth. np.
aAŸAn āhvāna [āhū] n. appel, invocation ; in- d’Id.avid.ā ou Ilavilā, fille de Tr.n.abindu, épouse
vitation | appel à comparaı̂tre ; défi. de Viśravā, mère de Kubera.
iXA id.ā f. rafraı̂chissement, réconfort |
i√ i libation ; (au fig.) flot de louanges | soc. part
i i v. [2] pr. (éti) pft. (iyāya) fut. (es.yáti) de l’offrande que les participants à un sacri-
imp. (ihi) v. [1] pr. md. (áyate) v. [4] pr. md. fice consomment en commun | myth. np. d’Id.ā
(ı̄yate) pp. (ita) pfu. (es.yat) pfp. (etavya) inf. “Libation”, fille de Manu-Vaivasvata ; [BhP.]
(etum) abs. (itvā, -itya) pf. (ati, adhi, anu, an- Manu avait demandé à Agastya d’effectuer un
tar, apa, abhi, ava, ā, ut, upa, ni, parā, pari, yajña aux Mitrāvarun.au pour obtenir un fils ; il
pra, prati, vi, sam) aller ; aller à, aller vers (là) ; s’étonna auprès de Vasis.t.ha d’avoir obtenu une
arriver | provenir de ; réussir, obtenir, atteindre ; fille ; le sage utilisa ses grands pouvoirs pour
être, devenir, tomber dans l’état de | (av. adhi) la transformer en garçon, qui fut alors appelé
se rappeler — pr. md. (ite) (av. adhi) étudier — Sudyumna ; celui-ci, devenu grand, alla chas-
ps. (ı̄yate) apparaı̂tre k lat. ire. ser dans la forêt Kumāravana, sans connaı̂tre
punar i revenir, retourner. sa malédiction qui le fit redevenir femme ; Su-
ı̄mahe véd. nous implorons. dyumna redevint donc la belle Id.ā, dont Budha
svetavya (impers.) il est facile de partir. tomba amoureux et fit son épouse ; Purūravā est
ik -ika -ka av. i euphonique ; f. -ikā des a. leur fils, qui fonda la lignée lunaire [somavam . śa] ;
en -aka. Id.ā a pour frère Iks.vāku, qui fonda la lignée
ikAr ikāra [(i)-kāra] m. le son ou la lettre ‘i’. solaire [sūryavam . śa] | phil. [yoga] canal psy-
chique lunaire [candranād.ı̄] du côté gauche,
i" iks.u m. canne à sucre.
représentation de Gaṅgā dans le microcosme ;
iks.urasa [rasa] m. suc de canne à sucre.
il part du testicule droit ; cf. Piṅgalā, Sus.umn.ā.
i#vAk iks.vāku f. courge — m. myth. np. it^ it nota. gram. marqueur méta-linguistique
d’Iks.vāku “Potiron”, fils de Manu-Vaivasvata
non-terminal ; cf. anubandha.
(ou issu de son crachat), roi d’Ayodhyā, fonda-
it ita [pp. i] ifc. a. m. n. f. itā allé.
teur de la lignée solaire [sūryavam . śa] des princes it -ita -ta av. i euphonique.
[ks.atriya] au tretāyuga ; il fonda leur capitale
itr ı́tara [idam-tara] pn. m. n. f. itarā l’autre
Ayodhyā ; Kuks.i-Vikuks.i, Nimi et Dan.d.aka sont
(de 2) ; un autre ; le reste | différent de habl.i ;
ses fils ; [Rām.] il est aussi père de Viśāla par
bas, commun — ifc. autre que, inverse k lat.
Alambus.āyā | pl. iks.vākavas myth. nom d’une
iterum ; fr. autre ; ang. other.
race de princes, les descendants d’Iks.vāku.
√ itaratra [-tra] adv. ailleurs ; autrement, si-
i½^ iṅg v. [1] pr. (iṅgati) pp. (iṅgita) se mou- non.
voir — ca. (iṅgayati) mettre en mouvement. itaravaraka [varaka1 ] m. phil. [nyāya]
iE½t iṅgita [pp. iṅg] n. geste, mouvement ; présence d’un élément superflu dans un
mine, air | intention, pensée, visée. syllogisme à 5 membres [pañcāvayava].
iQCt^ icchat [ppr. is.1 ] a. m. n. f. icchantı̄ qui itaretara [red.] a. m. n. f. itaretarā mutuel,
désire, qui souhaite. l’un l’autre | gram. (composé) coordinatif ; se dit
jayam icchat a. m. n. en souhaitant la victoire. d’un composé dvandva qui dénote l’union de ses
iQCA icchā [is.1 ] f. souhait, désir (opp. dves.a) ; membres ; opp. samāhāra.

93
its^ itás [relié à idam] adv. d’ici ; ici ; de ce i(Tm^ itthám [relié à idam] adv. ainsi ; comme
monde ; opp. amutas | dans cette direction-ci, cela ; de cette manière ; tellement k lat. item.
par ici, vers ici | à partir de maintenant. i(TA itthā [relié à idam] adv. véd. ainsi ;
itas tatas adv. çà et là, en telle ou telle circons- comme cela ; vraiment, en vérité — prép. certes
tance. (emphatique du mot suivant) k lat. itā.
iEt ı́ti [relié à idam] part. cl. ainsi, voilà, en itthādhı̄ [dhı̄2 ] f. véd. dévotion sincère — a.
ces termes ; à savoir, c’est pourquoi, c’est ainsi m. n. f. véd. très pieux.
que ; à cet effet | dit-il (ferme une citation impli- id^ id [idam] part. cl. véd. certes, justement,
cite) ; en disant, en parlant ; en se disant, en pen- exactement (souligne le mot précédent) k lat.
sant | même (souligne le mot précédent) ; sous le id.
nom de, voici le sens de | gram. dénote le sens idm^ idám [n. ayam] pn. dém. n. [sg. nom. acc.
du mot qui précède (autonymie) | d’après, selon idam ; du. nom. acc. ime ; pl. nom. acc. imāni ;
(devant un auteur) k lat. itidem. autres cas cf. ayam] ceci ; ce, cet, ces [ici] (opp.
iti kr.tvā adv. de ce fait ; ceci fait ; ayant ainsi asau) ; il, son, leur — n. ce monde — adv. ainsi ;
décidé. maintenant ; ici.
ityuktvā var. uktveti adv. ceci dit. idam . sarvam adv. ici-bas ; dans le monde.
śrutveti adv. à ces paroles. tad idam cela même.
kim iti pourquoi donc ? sous quel prétexte ? idam . viśvam bhuvanam Ce monde tout entier.
iti devā akurvan ainsi firent les dieux. idA idā [idam] adv. véd. maintenant.
iti dhāran.ā ainsi est la règle. idAnFm^ idānı̄m [idam-nı̄m] adv. maintenant,
iti pān.ini adv. gram. ainsi, selon Pān.ini. en cet instant ; justement.
ity artha gram. en est le sens (après une para- idānı̄meva en ce moment même.
phrase dans un commentaire). iD^ idh cf. indh.
iti bhāva gram. en donne l’idée (après para- i@m idhmá [indh] m. combustible ; not. bois
phrase). pour le feu sacrificiel.
iti yāvat gram. pour être précis ; en clair (après
idhmaciti [citi] f. pile de bois pour le feu.
paraphrase).
idhmavāha [vāha] m. myth. np. du sage Idh-
iti abhiprāya gram. en essence ; est l’intention
mavāha “qui alimente le feu sacré”, fils d’Agasti
(après paraphrase).
et de Lopāmudrā ; cf. Tridasyu, Dr.d.hadasyu.
iti tātparyah. lit. donne le sens général ; est visé √
(après paraphrase).
in^ in [relié à i] v. [5] pr. (inóti) véd.
conduire ; forcer.
iti āśayah. lit. donne l’intention de l’auteur
(après paraphrase). in^ -in var. -tin, -vin, -min comme, semblable
iti cet na lit. rhét. (après pūrvapaks.a) si (l’on à, qui est (forme des a.) | qui fait (forme des agt.
parle) ainsi, (nous répondons) : Non ! ifc.) | qui a, qui possède (sf. possessif, forme des
kriyanta iti karman.i gram. la forme kriyante est a.) | qui fait le vœu de | qui fait répétitivement.
au passif. in iná a. m. n. f. inā capable ; fort, puissant ;
āgacchāmah. iti vadanti “nous arrivons”, disent- brave, énergique, audacieux — m. seigneur ; roi.

ils. id^ ind v. [1] pr. (indati) pp. (indita) être
punar vadati iti tis.t.hanti pensant qu’il va parler puissant.
de nouveau, ils attendent. iEdrA indirā f. myth. np. d’Indirā “Splen-
iti iti phil. [vedānta] Ceci aussi, cela aussi deur”, épith. de Laks.mı̄ issue d’un lo-
(cette formule évoque l’omniprésence du brah- tus lors du barattage de l’océan primordial
man dans toute chose). [ks.ı̄rodamathana].
itivr.tta [vr.tta] n. occurrence, événement | indirālaya [ālaya] n. natu. [“réceptacle de
intrigue (théâtre). Laks.mı̄”] bot. Nymphæa stellata, lotus bleu.
itiha [ha] adv. ainsi en effet ; ainsi donc, une idFvr indı̄vara n. (fleur du) lotus bleu — m.
fois ; selon la tradition. abeille.
itihāsá [āsa] m. [“il était une fois”] légende, id indu m. lune | symb. le nombre 1.
saga, épopée (not. le Mah. et le Rām.). induvrata [vrata] n. soc. [“vœu lunaire”]
ityādi [ādi] adv. cl. (après une suite de s.) et jeûne gradué selon les phases de la Lune.
ainsi de suite, et cætera. induśekhara [śekhara] m. myth. np.
ityukta [ukta] n. [“ainsi parlé”] information, d’Induśekhara, épith. de Śiva “Couronné
rapport | bd. ouvrage explicatif de la doctrine. par la Lune”.

94
idý ı́ndra [ind-ra] m. myth. véd. np. d’Indra, nents [dvı̄pa] formant le jambudvı̄pa — ifc. le
aı̂né des 33 fils d’Aditi et Kaśyapa ; dieu ba- meilleur de ; le chef des, le prince des.
tailleur de l’orage, seigneur du ciel svarga, il est indrakı̄la [kı̄la] m. myth. [Mah.] np. du Mont
le roi des dieux ; il est ivre de soma ; sa capi- Indrakı̄la dans l’Himālaya, où Arjuna se rendit
tale est Amarāvatı̄ ; sa monture est l’éléphant pour obtenir de Śiva l’arme Pāśupata.
Airāvata, son char aérien [vimāna1 ] est tiré par indragopa [gopa] a. m. n. f. indragopā
le cheval Uccaih.śravā, son cocher est Mātali, protégé d’Indra — m. natu. zoo. coccinelle.
ses assistants sont les Trésors [vasavas] ; il aime indragopaka [-ka] m. natu. coccinelle | natu.
les chevaux bais [haripriya] dont il s’accom- vers luisant.
pagne [Harimān] ; son arme est le missile-foudre indrajāla [jāla] n. myth. filet d’Indra ; arme
[vajra], forgé par Tvas.t.ā ; son arc magique employée par Arjuna | magie, sorcellerie ; jongle-
est l’arc-en-ciel [śakradhanus] ; il tua Tvās.t.ra- rie, illusionnisme.
Viśvarūpa2 , fils synthétique de Tvas.t.ā, avec indrajit [jit] m. myth. np. d’Indrajit, épith.
l’aide de Trita ; mais par ce crime [brahmahan] il de Meghanāda “Vainqueur d’Indra”.
perdit sa majesté [tejas] au bénéfice de Dharma ;
indrajyes.t.ha [jyes.t.ha] a. m. n. f. indrajyes.t.hā
Tvas.t.ā se vengea en créant l’asura-dragon Vr.tra
qui a Indra comme chef.
qui retint les eaux prisonnières ; en tuant Vr.tra,
indratūla [tūla] n. flocon de coton.
Indra libéra les eaux et permit la vie ; par ce
indradyumna [dyumna] m. myth. np. du
nouveau crime il perdit sa force au bénéfice de
roi de Purı̄ Indradyumna “Gloire d’Indra” ; Ja-
Vāyu ; prenant l’apparence de son maı̂tre [guru]
gannātha lui apparut en rêve, et lui donna ins-
Gautama, il abusa de son épouse Ahalyā ; par
truction de recueillir son corps de bois sur la
ce viol il perdit sa beauté, qui passa aux deux
plage de Purı̄, et de l’enfermer loin de tout re-
Nāsatya ; Gautama le stigmatisa à porter 1000
gard ; l’impatience de la reine Gun.d.icā provoqua
vagins [yoni] sur son corps, que les brahmanes
l’interruption prématurée de l’apparition divine,
transformèrent en autant d’yeux, et fit tom-
qui n’a eu le temps de créer que son visage mais
ber ses testicules, que les dieux et les mânes
ni bras ni jambes pour pouvoir aider l’humanité
[pitr.devās] remplacèrent par ceux d’un bélier ; il
en ce kaliyuga ; Jagannātha ne peut ainsi que
tua les démons Namuci, Bala, et Śambara ; il se
contempler les péchés du Monde en attendant
transforma en faucon [śyena] pour voler le soma
sa destruction.
gardé par les centaures [gandharva] afin de le
donner à Manu, et échappa de peu à la flèche de indradhanus [dhanus] n. arc-en-ciel.
Kr.śānu ; [Rām.] lors du sacrifice de Marutta, il se indradhvaja [dhvaja] m. soc. étendard de
cacha de Rāvan.a dans la matrice d’un paon ; en victoire d’Indra ; il est représenté au théâtre
récompense, les paons portent ses 1000 yeux sur par le jarjara lors du prologue d’une pièce
leur queue ; [Rām.] il fut vaincu par Meghanāda- [prastāvanā].
Indrajit qui l’emmena prisonnier à Laṅkā, et indranı̄la [nı̄la] m. variété de saphir.
ne fut libéré que lorsque les dieux payèrent sa indrapurı̄ [purı̄] f. myth. np. d’Indrapurı̄
rançon ; Śacı̄-Indrān.ı̄ est son épouse, Jayanta est “capitale d’Indra”, épith. de la cité divine
son fils, Jayantı̄ est sa fille ; il s’incarna sur Terre Amarāvatı̄ | phil. [vedānta] siège de l’Âme
comme le roi Gādhi ; pour le punir de son arro- [ātman] dans le Cœur ; cf. ānandamayakośa —
gance, Śiva le jeta dans un cachot où croupis- n. indrapura géo. np. de la principauté d’Indra-
saient 4 Indrās des temps jadis, qui par puni- pura, au nord du royaume hindouı̈sé du Campā1
tion devront s’incarner en guerriers (ce seront au Sud-Vietnam.
les pān.d.avās) pour ne regagner le paradis d’In- indrapurogama [purogama] a. m. n. f. indra-
dra qu’à leur mort ; il est le gardien [dikpāla] purogamā précédé d’Indra, mené par Indra.
de la direction de l’Est ; phil. [sām . khya] il est indraprastha [prastha] n. myth. [Mah.] np.
le régent [niyantr.] de la faculté de préhension d’Indraprastha “plaine d’Indra”, magnifique ca-
[pān.i] ; astr. il préside le naks.atra Citrā (Épi pitale des pān.d.avās pendant leur exil, ancienne
de la Vierge) ainsi que celui de Jyes.t.hā (An- Delhi ; la rumeur de sa splendeur attira la visite
tarès), et parfois celui de Śatabhis.ak (λ du Ver- de Duryodhana, qui visita leur palais ; il tomba
seau) ; cf. Jı̄mūtavāhana, Devapati, Parjanya, dans une piscine en prenant l’eau pour un plan-
Purandara, Pūrudam . sā, Balasūdana, Maghavā, cher de cristal, et s’attira la moquerie de Drau-
Vāsava, Vijayanta, Vr.trahan, Śakra, Śatakratu, padı̄ qui évoqua la cécité de son père ; il revint
Sutrāman | [indradvı̄pa] myth. l’un des 10 conti- furieux à Hastināpūra, et Śakuni lui proposa de

95
se venger en jouant son royaume aux dés avec indrābr.haspati [br.haspati] m. du.
Yudhis.t.hira. indrābr.haspatı̄ myth. Indra et Br.haspati
indraloká [loka] m. paradis d’Indra ; syn. associés.
svarga. indrāyudha [āyudha] n. myth. l’arc-en-ciel,
ı́ndraśatru [śatru] a. m. n. f. myth. arme d’Indra ; syn. indradhanus.
[bahuvrı̄hi] ennemi d’Indra, vaincu par In- indrāvarun.a [varun.a] m. du. indrāvarun.au
dra ; se dit not. de Vr.tra | var. indraśatrú myth. np. d’Indrāvarun.au, Indra et Varun.a en-
myth. [tatpurus.a] qui vainc Indra (ce que semble.
Tvas.t.ā souhaita à sa créature Vr.tra, en de- indrotsava [utsava] m. soc. festival d’Indra,
mandant aux prêtres officiants de proférer institué par Uparicara.
indraśatrurvardhasva (Que prospère l’ennemi idýAZF indrān.ı̄ [indra-ānı̄] f. myth. np.
d’Indra), mais ceux-ci prononcèrent avec l’ac- d’Indrān.ı̄, puissance [śakti] d’Indra, une sap-
cent initial, prophétisant la destruction de tamātr.kā ; elle est incarnée par Śacı̄, fille de Pu-
Vr.tra) | myth. [Rām.] np. d’Indraśatru, épith. lomā1 .
de Meghanāda “Vainqueur d’Indra” ; cf. Indra-
iEdýy indriyá [indra-ya] a. m. n. f. indriyā
jit.
myth. relatif à Indra — n. véd. force phy-
indrasena [senā] a. m. n. f. indrasenā qui sert
sique, puissance | sens, faculté de perception
d’arme à Indra — m. myth. [Mah.] np. d’Indra-
corr. à un organe des sens ; cf. buddhı̄ndriya
sena “Missile d’Indra”, cocher de Yudhis.t.hira
| faculté d’action corr. à un organe physique ;
— f. indrasenā myth. np. d’Indrasenā “Arme-
syn. karmendriya | phil. [sām . khya] l’un des 10
séductrice d’Indra”, nymphe missionnée par In-
principes [tattva] d’interaction, comprenant les
dra pour détourner les ascètes de leurs austérités
5 sens [buddhı̄ndriya] et les 5 facultés d’ac-
| myth. [Mah.] np. d’Indrasenā1 , chaste épouse
tion [karmendriya] ; [yoga] énergie causale | bd.
de l’ermite Maudgalya ; lorsque celui-ci de-
faculté ; on compte 22 facultés physiques ou
vint décrépit et malodorant, elle lui resta très
mentales, comprenant : les bases ou sites de
dévouée ; lorsqu’il devint lépreux, et qu’un de
perception [āyatana] : l’œil [caks.us], l’oreille
ses doigts tomba dans son riz, elle continua son
[śrotra], le nez [ghon.ā], la langue [jihvā], le corps
repas ; il lui accorda alors un vœu, et elle lui de-
[kāya], et l’esprit [manas] ; les natures [bhāva] :
manda de faire l’amour continuellement ; après
féminité [strı̄tā] et masculinité [purus.atā] ; les
des milliers d’années Maudgalya s’en fatigua et
sensations [vedana] : la vitalité [jı̄vita], le plai-
reprit sa vie d’ermite, mais elle s’en plaignit, et
sir [sukha], la douleur physique [duh.kha], la
il proféra qu’elle devrait renaı̂tre avec 5 maris
gaité [sumanastā], la tristesse [durmanastā], et
pour contenter ses grands appêtits sexuels ; elle
l’indifférence [upeks.ā] ; les facultés psychiques
fit alors de grandes pénitences [pañcatapas], et
[bala] : la foi [śraddhā2 ], la force [vı̄rya], la
Śiva lui apparut, lui promit qu’elle allait renaı̂tre
sincérité [satya], la méditation [samādhi], et
avec 5 maris aussi puissants qu’Indra, et l’en-
la sagesse [prajñā2 ] ; et trois facultés cogni-
voya à Gaṅgā ; en ce temps là les dieux étaient
tives : la compréhension, la connaissance to-
réunis pour un yāga à Naimis.āran.ya ; Indra, in-
tale et la faculté de “Celui qui sait” | bd.
trigué par des fleurs flottant sur la Gaṅgā, re-
[pañcendriya] les 5 fondements des vertus mo-
monta à sa source et trouva la jeune femme ;
rales : la foi [śraddhā2 ], la vigueur [vı̄rya], la
il alla trouver Śiva, mais celui-ci était occupé à
mémoire [smr.ti], la méditation [samādhi], et la
jouer aux dés avec Pārvatı̄, et devant l’arrogance
sagesse [prajñā2 ].
d’Indra il l’enferma dans une cave où se trou-
indriyagrāma [grāma] m. ensemble des sens.
vaient déjà prisonniers 4 Indra des temps jadis ;
Īśāna-Śiva prédit alors à Indrasenā1 qu’elle al- indriyanigraha [nigraha] m. phil. [yoga]
lait renaı̂tre comme fille du roi des Pāñcālās, et rétraction des sens.

que les 5 Indra renaı̂traient dans la race lunaire iD^ indh var. idh v. [7] pr. md. (inddhé) pft.
comme ses époux ; elle revint donc sur Terre (ı̄dhé) fut. (indhis.yáti) pp. (iddhá) pf. (sam) al-
comme Pāñcālı̄-Draupadı̄, et Vyāsa expliqua à lumer — ps. (idhyate) être allumé, se consumer,
son père Drupada pourquoi elle devait épouser brûler k lat. aestus ; ang. oast.
les Pān.d.avās. iD ı́ndha [indh] a. m. n. f. indhā allumage.
indrāgnı́ [agni] m. du. indrāgnı̄ myth. np. indhaka [-ka] agt. m. f. indhakā qui allume.
d’Indrāgnı̄, Indra et Agni associés ; astr. ils iDn indhana [indh-ana] n. combustible, bois
président le naks.atra double Viśākhe (Balance). à brûler.

96

iv^ inv [relié à in] v. [1] pr. (ı́nvati) véd. central.
conduire ; envoyer | véd. prendre par la force ; iSvl ilvala m. myth. np. de l’ogre [rāks.asa]
avoir en son pouvoir. Ilvala, frère de Vātāpi, gardien de grandes ri-
iB ibha m. éléphant k lat. ebur ; fr. ivoire. chesses ; il détestait les brahmanes, et les tuait
imm^ imam cf. ayam. en transformant son frère en chèvre du sacrifice,
imAn^ imān cf. ayam. en le servant comme mets à ses hôtes, et en ap-
imAm^ imām cf. iyam. pelant Vātāpi qui les faisait éclater ; il essaya
imAs^ imās cf. iyam. ainsi de tromper Agastya, mais celui-ci digéra
im  ime cf. ayam. Vātāpi et il lui donna ses richesses.
iy -iya -ya av. i euphonique. iv iva [relié à idam] part. cl. comme, comme
iyt^ iyat [idam-yat] a. m. n. f. iyatı̄ en telle si, de même que |qui ressemble à hnom.i |semble-
quantité, autant ; tel nombre, si nombreux ; si t-il, pour ainsi dire, en quelque sorte | tout à fait
grand ; pas plus que. | hinterr.i donc ; est-ce que ?
iyacciram adv. pour autant de temps. candra iva mukham visage rond comme la lune.
iyantam kim iva comment donc ? quoi donc ?
. kālam adv. pour autant de temps.
iym^ iyam [f. ayam] pn. dém. f. [sg. nom. iyam, atı̄va cf. atı̄va.

acc. imām, i. anayā, dat. asyai, abl. g. asyās, loc. iq^ is.1 v. [6] pr. (iccháti) pft. (iyes.a) fut.
asyām ; du. nom. acc. ime, i. dat. abl. ābhyām, (es.is.yáti) aor. [5] (ais.ı̄t) pp. (is.t.a1 ) inf. (es.t.um)
g. loc. anayos ; pl. nom. acc. imās, i. ābhis, dat. abs. (-is.ya) pfp. (es.t.avya) pf. (anu, abhi) désirer,
abl. ābhyas, g. āsām, loc. āsu] cette, ces (ici) ; vouloir, souhaiter hinf.i — ps. (is.yate) être
elle | [pr.thivı̄] cette terre — m. cf. ayam — n. cf. désiré, être prescrit, être approuvé | être re-
idam. connu ; passer pour — ca. (is.áyati) cf. is.2 .

iyam pr.thivı̄ cette terre. iq^ is.2 v. [4] pr. (ı́s.yati) v. [9] pr. (is.n.āti) pft.
irs^ iras1 [r.] n. hostilité ; colère k lat. ı̄ra ; fr. (iyes.a) pp. (is.itá) inf. (ı́s.ayitum) abs. (-is.ya) pf.
irascible. (pra) envoyer, lancer, verser ; impulser.
irs^ iras2 [vn. iras1 ] v. [10] pr. (irasyati) être iq^ is.3 [is.1 ] ifc. a. m. n. f. qui recherche, qui
mal disposé ; montrer sa colère. désire.
ir-yA irasyā [iras2 ] f. inimitié, hostilité. iq^ is.4 f. rafraı̂chissement, boisson ; force, vi-
irA irā f. qui se boit ; fluide comestible ; nour- gueur ; (av. ūrj2 ) le boire et le manger.
riture ; réconfort, plaisir | eau ; lait ; parole | la iq is.á [is.4 ] m. rafraı̂chissement | nom d’un
Terre |myth. np. d’Irā, épith. de Sarasvatı̄ “dont mois véd. (āśvina, septembre-octobre) — a. m.
on boit les paroles”. n. f. is.ā plein de sève ; fertile | vigoureux, fruc-
irāvat [-vat] a. m. n. f. irāvatı̄ abondant tueux, profitable.
en nourriture ; qui rassasie ; qui réconforte — iqt^ is.at iic. un peu.
m. myth. [Mah.] np. d’Irāvān “Réconfort”, fils is.adrakta un peu rouge.
d’Arjuna et de la princesse serpente [nāga] iq ı́s.u [is.2 ] m. f. flèche.
Ulūpı̄ ; il fut décapité au début de la grande ba- is.udhi [dhi] m. carquois.
taille |myth. océan de lait primordial — f. irāvatı̄ i£ is.t.á1 [pp. is.1 ] a. m. n. f. is.t.ā1 désiré,
myth. np. d’Irāvatı̄, épith. de Durgā “qui ap- désirable, aimé ; choisi, préféré.
porte l’abondance” | lit. np. de la reine Irāvatı̄1 , is.t.am adv. volontiers.
personnage du Mālavikāgnimitra | myth. np. de is.t.ajana [jana] m. le bien-aimé.
l’éléphante Irāvatı̄2 , fille de Bhadramātā ; on dit is.t.adevatā [devatā] f. divinité d’élection
que Airāvata est son fils. (opp. kuladevatā, divinité de la lignée).
iErZ ı́rin.a [r.] n. ruisseau ; ravin |marais salant, is.t.alābha [lābha] m. obtention d’un objet
endroit désertique k hi. ran.a. désiré.
ivA z irvāru cf. urvāru.
√ is.t.aliṅga [liṅga] n. liṅga personnel ou mobile
il^ il v. [6] pr. (ilati) véd. se tenir immobile [jaṅgama] ; opp. sthāvaraliṅga ; cf. liṅgāyat.
— ca. (ilayati) ca. (elayati) envoyer. i£ is.t.á2 [pp. yaj1 ] a. m. n. f. is.t.ā2 offert, sa-
il -ila (forme des a.) à qui appartient, en crifié | honoré d’un sacrifice — n. offrande, sa-
qui est. crifice ; service pieux.
ilA ilā [relié à id.ā] f. flot, discours | la Terre. is.t.āpūrtá [āpūrta] n. soc. sacrifice et œuvres
ilāvr.ta [vr.ta2 ] m. [ilāvr.tavars.a] myth. l’un pies (qu’un homme offre aux dieux) ; par ext.
des 9 bassins versants [vars.a] du monde, le plus leur bénéfice.

97
i£kA ı́s.t.akā [is.t.a2 -ka] f. véd. brique servant à Idf^ ı̄dr.ś [dr.ś2 ] a. m. n. f. [nom. ı̄dr.k] de cette
édifier l’autel de l’agnicayana. sorte ci, de cette nature ci, tel | var. ı̄dr.ks.a f. id.
is.t.akāgr.ha [gr.ha] n. maison de briques. | var. ı̄dr.śa f. un tel.
is.t.akānyāsa [nyāsa] m. véd. mise en place ri- In -ı̄na forme des a. signifiant “convenable
tuelle des briques de l’autel. pour”.
iE£ is.t.ı́1 [is.t.a1 ] f. désir, vœu, souhait | gram. I=s^ ı̄ps [dés. āp] v. pr. (ı̄psati) pr. md. (ı̄psate)
desideratum, prescription. pp. (ı̄psita) désirer obtenir, désirer.
iE£ ı́s.t.i2 [is.t.a2 ] f. soc. rite propitiatoire IE=st ı̄psitá [pp. ı̄ps] a. m. n. f. ı̄psitā désiré,
(offrande rituelle de beurre, fruits, etc) ; cf. souhaité ; cher — n. désir ; but.
gārhapatya. ı̄psitatama [super. ı̄psita] a. m. n. f.
i«A is.t.vā [abs. yaj1 ] ind. ayant sacrifié. ı̄psitatamā préféré — m. gram. le but princi-
i¤ -is.t.ha forme des super. pal ; son rôle sémantique [kāraka] est l’objet
i Z -is.n.u forme des participes progressifs de [karman].
futur imminent ; cf. bhavis.n.u. kartur ı̄psitatamam karma [Pān.ini] Le but prin-
i vAs is.vāsa [is.u-āsa1 ] m. archer. cipal de l’agent est l’objet.
ih iha [relié à idam] adv. ici ; opp. atra, amu- I=s ı̄psu [ı̄ps] a. m. n. f. désirant.
tra | en ce monde, ici-bas (opp. pretya dans l’au- Im^ ı̄m [idam] part. cl. véd. (acc.) le, lui | véd.
delà). évite le hiatus (par ex. entre atha et ena).
iha loke adv. ici-bas. yá ı̄m véd. quiconque.
iha samaye adv. dans ce cas. ká ı̄m véd. qui donc ?
ihehi viens ici. Iy -ı̄ya forme des a. ord. ou possessifs k fr.
iheva ici même ; ici seulement. -ième.
Iys^ -ı̄yas forme des compar.
I ı̄ √
Ir^ ı̄r v. [2] pr. md. (ı̄rte) pp. (ı̄ritá) pf. (ut,
Ik -ı̄ka forme des a. avec le sens “relatif à”. pra, sam) aller, s’avancer, se mouvoir, s’élever
IkAr

ı̄kāra [(ı̄)-kāra] m. le son ou la lettre ‘ı̄’. — ca. (ı̄ráyati) provoquer, engendrer ; élever |
I"^ ı̄ks. [relié à aks.i] v. [1] pr. md. (ı̄ks.ate) faire retentir, annoncer, proclamer — ca. md.
fut. md. (ı̄ks.is.yáte) aor. [3] (aiciks.at) aor. [5] (ı̄ráyate) s’élever — ps. (ı̄ryate) être appelé k
(aiks.ı̄t) aor. md. [1] (aiks.i) pp. (ı̄ks.itá) abs. lat. ira.
(ı̄ks.itvā, -ı̄ks.ya) ps. (ı̄ks.yáte) pf. (apa, ava, upa, Ir ı̄ra [ı̄r] m. vent.
nis, pari, pra, prati, vi, sam) voir ; regarder, ı̄raja [ja] m. myth. épith. de Hanumān “né
contempler, observer. du vent”.
iks.ām. cakre il regardait. ı̄raputra [putra] m. myth. épith. de Ha-
I" ı̄ks.a [ı̄ks.] a. m. n. f. ı̄ks.ı̄ ifc. qui voit — m. numān “fils du vent”.
maille (d’un filet) — n. ce qui est vu — f. ı̄ks.ā IErt ı̄ritá [pp. ı̄r] a. m. n. f. ı̄ritā envoyé | dit,
vue ; considération, observation. proclamé.
I"k ı̄ks.aka [ı̄ks.-aka] m. spectateur, observa- IvA z ı̄rvāru cf. urvāru.

teur, témoin. Iq^ ı̄rs. v. [1] pr. (ı̄rs.yati) pp. (ı̄rs.ita) envier
I"Z ı̄ks.an.a [ı̄ks.-ana] n. regard, coup d’œil ; hdat.i.
vue | œil. I y ı̄rs.ya [pfp. [1] ı̄rs.] a. m. n. f. ı̄rs.yā envieux ;
IE"t ı̄ks.itá [pp. ı̄ks.] a. m. n. f. ı̄ks.itā vu, ob- jaloux — f. ı̄rs.yā mauvaise volonté ; envie, jalou-
servé. sie | var. ı̄rs.ā id.

IE"t ı̄ks.itr. [ı̄ks.-tr.] agt. m. f. ı̄ks.itrı̄ [sg. nom. If^ ı̄ś1 v. [2] pr. md. (ı̄s.t.e) fut. (ı̄śis.yáti) être
ı̄ks.itā ; acc. ı̄ks.itāram] qui voit ; spectateur, ob- maı̂tre de hg.i ; commander, dominer, posséder,
servateur. régner k all. eigen ; ang. owe, own, ought.

I²^ ı̄ṅkh v. [1] pr. (ı̄ṅkhati) ca. (ı̄ṅkháyati) If^ ı̄ś2 [ı̄ś1 ] m. maı̂tre, dominateur | phil. Dieu
pf. (pra) se balancer. suprême, Seigneur ; épith. de Śiva (qqf. Vis.n.u ou
Ic
√^
ı̄c var. ac [añc] ifc. m. tourné vers. Brahmā) ; divinité d’élection, Dieu intérieur ; cf.
IX^ ı̄d. v. [2] pr. md. (ı̄t.t.e) pp. (ı̄d.itá) pfp. ı̄śvara.
(ı̄d.ya) louer, célébrer (une divinité) ; prier, im- If ı̄śá [ı̄ś1 ] m. maı̂tre, dominateur, seigneur ;
plorer ; supplier — ps. (ı̄d.yate) louer. possesseur de |myth. np. d’Īśa “Seigneur”, épith.
I· ı̄d.ya [pfp. [1] ı̄d.] a. m. n. f. ı̄d.yā digne de Śiva gardien [dikpāla] du Nord-Est, symboli-
d’être loué. sant la souveraineté.

98
ı̄śopanis.ad [upanis.ad] f. lit. np. de [Pratyabhijñā], dû à Utpaladeva (Kaśmı̄ra, 10e
l’Īśopanis.ad. siècle).
IfA ı̄śā f. timon ; brancards. ı̄śvaravāda [vāda] m. phil. débat sur l’exis-
IfAn ı̄śāna [ı̄śá-ana] a. m. n. f. ı̄śānā riche, tence de Dieu ; not. section du Tattvacintāman.i.
puissant, régnant — m. seigneur | myth. np. ı̄śvarasam . hitā [sam . hitā] f. lit. np. de
d’Īśāna ou Īśa “Seigneur”, aspect de Śiva- l’Īśvarasam . hitā, texte vais.n.ava de la doctrine
Rudra ; [Mah.] Vyāsa expliqua à Drupada que pāñcarātra, du 8e ou 9e siècle ; il est suivi not.
sa fille Draupadı̄ était destinée à épouser les 5 pour le rituel du temple Nārāyan.asvāmı̄ de Mel-
pān.d.avās à cause d’une malédiction d’Īśāna à kote.
Indra qui le dérangea pendant une partie de ı̄śvarādhı̄na [adhı̄na] a. m. n. f. ı̄śvarādhı̄nā
dés avec Pārvatı̄ pour épouser Indrasenā1 , et subordonné du seigneur.

qu’il enferma dans une cave avec 4 autres Indra Iq^ ı̄s. [relié à is.2 ] v. [1] pr. md. (ı̄s.ate) pft.
des temps jadis afin de renaı̂tre sur Terre pour (ı̄s.e) pp. (ı̄s.itá) s’enfuir de, fuir devant [dat.] |
épouser la même femme, incarnation de Śrı̄. attaquer ; glâner.
IEf(v ı̄śitva [ı̄ś1 -tva] n. supériorité, Iqt^ ı̄s.át1 adv. légèrement, faiblement ; peu.
suprématie | phil. [yoga] la suprématie di- Iqt
√ ^ . 2
ı̄sat [ppr. ı̄s.] a. m. n. f. ı̄s.antı̄ qui attaque.
vine, un as.t.asiddhi ; ce pouvoir permet de créer Ih^ ı̄h v. [1] pr. md. (ı̄hate) pp. (ı̄hita) pf.
et de ressusciter. (sam) aspirer à, désirer ; s’efforcer de.
I˜r ı̄śvará [ı̄ś1 -vara1 ] a. m. n. f. ı̄śvarı̄ riche, ı̄hām . cakre il s’efforça.
puissant [“qui dirige ce qui nous entoure”] — m. Ih ı̄ha [ı̄h] m. essai, tentative — f. ı̄hā effort ;
seigneur, maı̂tre ; riche ; roi | myth. np. d’Īśvara exercice, activité | souhait, désir.
“Seigneur”, l’un des 11 souffles divins [marut]
| phil. Dieu suprême, Seigneur ; épith. de Śiva, u u
plus rarement de Vis.n.u ou Brahmā |soc. titre de u u interj. cl. véd. et, aussi, de plus | véd.
la divinité d’un temple shivaı̈te, symbolisée par maintenant, de suite | véd. (suivi de su1 ) tout
son signe [liṅga] | phil. [yoga] divinité d’élection, de suite.
Dieu intérieur — f. ı̄śvarı̄ myth. np. d’Īśvarı̄, u uttis.t.ha lève toi donc !
un nom de Durgā, de Laks.mı̄, ou d’une déesse u -u forme des agt., not. de dés.
[śakti] en gén. | bot. plante dont la racine est un uk -uka forme des participes progressifs ; cf.
antidote au venin de serpent. bhāvuka, vars.uka.
ı̄śvarakr.s.n.a [kr.s.n.a] m. hist. np. du philo- ukAr ukāra [(u)-kāra] m. le son ou la lettre
sophe Īśvarakr.s.n.a, auteur de la Sām . khyakārikā, ‘u’.
antérieur au 4e siècle ; premier rédacteur de la uÄ uktá [pp. vac] a. m. n. f. uktā dit, pro-
doctrine du sām . khya, il était athée. noncé, parlé | à qui on s’est adressé — n. mot,
ı̄śvaratā [-tā] f. suprématie, supériorité. phrase.
ı̄śvaratā [-tā] f. suprématie, supériorité. evam ukte ceci dit (locatif absolu).
ı̄śvaratva [-tva] n. suprématie, supériorité. uktam . ca et il a été dit.
ı̄śvarapran.idhāna [pran.idhāna] n. phil. piété, tenedam uktam il a dit ceci.
foi, consécration à Dieu (dévotion au Seigneur, evam ukte ’pi en dépit de ce qui vient d’être dit.
c.-à-d. à sa divinité d’élection), une des disci- uÄvt^ uktavat [ppa. vac] a. m. n. f. uktavatı̄
plines [niyama] du yoga. qui a dit.
ı̄śvarapratyabhijñā [pratyabhijñā2 ] f. phil. uktavān dit-il.
[śaivasiddhānta] doctrine de la “Reconnaissance uEÄ ukti [ukta] f. mot, phrase ; expression ;
du Seigneur”, fondée par Utpaladeva (Kaśmı̄ra, parole, déclaration.
10e siècle) et développée par Abhinavagupta. uÆA uktvā [abs. vac] ind. ayant parlé.
ı̄śvarapratyabhijñākārikā [kārikā] f. lit. u ?T ukthá [vac] n. énonciation, not.
stance de l’enseignement de la Reconnaissance dévotionnelle | soc. récitation rituelle, invoca-
du Seigneur [Īśvarapratyabhijñāsūtra], qui en tion ; hymne de louange.
compte 244. ukthavárdhana [vardhana] a. m. n. f. uk-
ı̄śvarapratyabhijñāsūtra [sūtra] n. pl. lit. thavardhanā se réconfortant, se revigorant (en
np. de l’Īśvarapratyabhijñāsūtra “Stances sur récitant des louanges).

la Reconnaissance du Seigneur”, ouvrage u"^ uks. v. [6] pr. (uks.áti) impft. (auks.at)
fondateur de l’école de la Reconnaissance aor. [5] (auks.ı̄t) fut. (uks.is.yáti) pp. (uks.itá)

99
abs. (-úks.ya) pf. (pra) asperger, mouiller ; redonna son royaume après avoir tué Kam . sa ;
imprégner ; uriner ; arroser. les héros Kaṅka1 , Śaṅku1 et Anādhr.s.t.i sont ses
u"n^ uks.án [uks.] m. taureau (qui imprègne le fils | myth. [Mah.] np. d’Ugrasena1 , épith. de
troupeau) | bœuf k all. auhsa ; ang. ox. Citrasena
√ 1.
uK ukha m. chaudron, pot — f. ukhā soc. uc^ uc v. [4] pr. (úcyati) fut. (ucis.yati) pft.
terrine rituelle obtenue en mélangeant à la terre (uvóca) aor. [5] (aucı̄t) pp. (ucitá) ppft. (ūcivás)
de l’eau bouillie avec la résine de l’arbre palāśa pf. (sam) véd. prendre plaisir à |avoir l’habitude
| pot, casserole, bouilloire ; écuelle. de ; être apte à ; être digne de.
ug} ugrá [vaj] a. m. n. f. ugrā très fort, puis- uEct ucitá [pp. uc] a. m. n. f. ucitā
sant ; dur, rude | terrible, redoutable ; violent, agréable ; usuel, habituel ; approprié à, conve-
impétueux | passionné ; en colère ; furieux | cruel, nable | habitué à, accoutumé.
féroce ; sauvage | myth. np. de Ugra, épith. de uÎ uccá [uccā] a. m. n. f. uccā élevé, haut ;
Rudra-Śiva — n. rudesse, colère. aigu (son) ; intense — m. hauteur — i. pl. cf.
ugrágandha [gandha] a. m. n. f. ugragandhā uccais.
à l’odeur forte ; fétide — m. ail — n. asa foetida uccatā [-tā] f. supériorité.
(poudre de résine de bot. Ferula assafoetida uti- uccatva [-tva] n. supériorité.
lisée comme condiment) — f. ugragandhā racine uccāvacá [ava-ca] a. m. n. f. uccāvacā haut
d’iris ; diverses plantes. et bas, petit et grand ; multiforme ; hétérogène,
ugratama [-tama] a. m. n. f. ugratamā super. irrégulier | varié, divers, de toutes sortes.
le plus terrible. uccāvacā janapadadharmā grāmadharmāśca
ugratara [-tara] a. m. n. f. ugratarā compar. [Āśvalāyanagr.hyasūtra] Les peuples ont des us
plus terrible. et coutumes variés.
ugratā [-tā] f. état colérique. uÎV^ uccat. [ut-cat.] v. [1] pr. (uccat.ati) pp.
ugraśānti [śānti] f. soc. rite pour éloigner la (uccat.ita) disparaı̂tre — ca. (uccāt.ayati) chas-
mort, effectué à l’âge de 60 ans. ser, renvoyer.
ugraśāsana [śāsana] a. m. n. f. ugraśāsanā qui uÎX uccan.d.a [ut-can.d.a] a. m. n. f. uccan.d.ā
dirige par la terreur — m. tyran impitoyable. f. uccan.d.ı̄ rapide, expéditif ; passionné | violent,
ugraśravas [śravas] m. myth. [Mah.] np. furieux, forcené ; redoutable.
d’Ugraśravā “à la Terrible renommée”, fils du uÎy uccaya [ucci] m. tas, pile, collection.
sūta2 Lomahars.an.a (et ainsi appelé Sauti) ; uÎr^ uccar [ut-car] v. [1] pr. (uccarati) pp.
il est le second récitant du Mah. auprès des (uccarita) pf. (pra) monter, s’élever ; surgir
brahmanes réunis pour un sattra dans la forêt — ca. (uccārayati) prononcer, dire ; émettre |
Naimis.a ; [BrP.] son épouse est la fidèle Śı̄lavatı̄ ; évacuer ; déféquer.
un jour qu’elle l’emmenait chez une prostituée, uÎrZ uccaran.a [uccar-ana] n. soulèvement,
il vit Mān.d.avya empalé par l’ordre du roi, et débordement | prononciation.
se moqua de lui ; celui-ci le maudit, et proféra uÎErt uccarita [pp. uccar] a. m. n. f. uccaritā
qu’il mourrait avant le prochain lever du so- émis ; prononcé ; évacué — n. excrément.
leil ; Śı̄lavatı̄ proféra en retour que le Soleil uÎA uccā [i. udac] adv. au dessus, vers le haut ;
ne se lèverait pas le lendemain, ce qui pro- au Ciel.
voqua l’inquiétude des dieux ; Brahmā, Vis.n.u uÎAV^ uccāt. [ca. uccat.] v. [10] pr. (uccāt.ayati)
et Maheśvara furent mandatés par eux, et de- chasser, renvoyer.
mandèrent à Anasūyā d’intercéder auprès de uÎAVn uccāt.ana [uccāt.-ana] n. renvoi, bannis-
Śı̄lavatı̄, qui rétracta sa malédiction avec l’as- sement ; destruction, éradication | phil. [tantra]
surance qu’Ugraśravā ne mourrait pas ; comme perte d’emploi par envoûtement — m. myth. np.
récompense de son aide, Anasūyā demanda à ce d’Uccāt.ana, une des flèches de Kāma.
que la trimūrti soit réincarnée comme ses en- uÎAr^ uccār [ca. uccar] v. [10] pr. (uccārayati)
fants Candra, Dattātreya et Durvāsā. prononcer, dire ; émettre | évacuer ; déféquer.
ugrasena [senā] m. myth. [Mah.] np. du uÎAr uccārá [uccār] a. m. n. f. uccārā qui
prince yādava Ugrasena “à la Terrible armée”, s’élève — m. décharge ; évacuation, émission ;
roi vr.s.n.i régnant à Mathurā, frère de Devaka ; excrément | énonciation.
son épouse Karn.ı̄ était très belle, et un démon uccāran.a [-na] n. acte de prononcer,
se présenta à elle sous les traits d’Ugrasena énonciation ; récitation ; acte de rendre audible.
pour l’abuser ; de cette union naquit Kam . sa uccāran.ārtham gram. pour les besoins de la pro-
qui détrôna son père et l’emprisonna ; Kr.s.n.a lui nonciation.

100
uccāran.ajña [jña] m. linguiste. uQC^vAs ucchvāsa [ucchvas] m. respira-
uEÎ ucci [ut-ci] v. [5] pr. (uccinoti) pr. md. tion ; inspiration profonde ; pause pour res-
(uccinute) pp. (uccita) pf. (sam) rassembler, pirer | lit. chapitre d’un ouvrage (not. le
réunir ; empiler. Daśakumāracarita).
uÎ {s^ uccais [i. pl. ucca] adv. en haut ; à haute uj^ uj cf. ut.
voix ; très, fortement, intensément. u>jn^ ujjan [ut-jan] v. [4] pr. md. (ujjāyate)
uccaistarām adv. plus haut. pp. (ujjāta) véd. naı̂tre ; être issu de habl.i.
uccaih.śravas [śravas] m. myth. np. du che- u>jEyn^ ujjayin [ut-jayin] agt. m. f. ujjayinı̄
val blanc merveilleux Uccaih.śravā “le Très Glo- victorieux — f. ujjayinı̄ géo. np. d’Ujjayinı̄ “Vic-
rieux”, issu du barratage de l’océan de lait toire”, ville sacrée sur la Śiprā, capitale du
[ks.ı̄rodamathana] ; il est l’ancêtre de tous les Mālava, d’abord appelée Avantipura, au nord de
chevaux ; Indra se l’appropria pour conduire son la mod. Ujjain au Madhya Pradesh ; elle était
char ; [Mah.] le voyant de loin, Kadrū et Vinatā un centre artistique renommé sous la dynastie
ont parié sur la couleur de sa queue avec comme Gupta ; elle fut la capitale de Vikramāditya, qui
enjeu l’esclavage de la perdante ; Vinatā, ayant la conquit par sa victoire sur les Śakās ; myth. on
parié noir, tenta de tricher en demandant à ses dit que Śiva y vainquit les démons [asura] de Tri-
fils-serpents de recouvrir sa queue ; sur leur re- pura ; c’est une ville de pélerinage, not. de kumb-
fus, elle les condamna à périr dans le sacrifice de hamela, et l’une des 7 villes sacrées [saptapurı̄] ;
Janamejaya ; se ravisant, ils permirent à Vinatā cf. Mahākāleśvara k gr. Oζν.
de gagner son pari, mais Kadrū fut sauvée de uE>j ujji [ut-ji] v. [1] pr. (ujjayati) pr. md.
l’esclavage par son fils Garud.a qui déroba l’am- (ujjayate) pp. (ujjita) vaincre, conquérir.
broisie [amr.ta] à la demande des serpents. u>jMB^ ujjr.mbh [ut-jr.mbh] v. [1] pr. md.
uQCl^ ucchal [ut-śal] v. [1] pr. (ucchalati) pp. (ujjr.mbhate) pp. (ujjr.mbhita) s’ouvrir, s’entrou-
(ucchalita) sauter, jaillir ; déborder ; s’envoler. vrir ; apparaı̂tre.
uQCElt ucchalita [pp. ucchal] a. m. n. f. uc- u>jEMBt ujjr.mbhita [pp. ujjr.mbh] a. m. n. f.
chalitā jailli. ujjr.mbhitā entrouvert ; apparu.
uEQCd^ ucchid [ut-chid1 ] v. [7] pr. (ucchinátti) u>>vl^ ujjval [ut-jval] v. [1] pr. (ujjvalati)
pr. md. (ucchintté) pp. (ucchinna) enlever, pp. (ujjvalita) s’enflammer, briller — ca. (ujj-
détruire ; exterminer. valayati) enflammer, illuminer.
uEQCq^ ucchis. [ut-śis.] v. [7] pr. (ucchinas.t.i) u>>vl ujjvala [ujjval] a. m. n. f. ujjvalā
pp. (ucchis.t.a) laisser en reste ; rejeter ; demeurer brillant.
comme reste. ujjvalatā [-tā] f. radiance ; splendeur, beauté.
uEQC£ úcchis.t.a var. uñśis.t.a [pp. ucchis.] a. m. ujjvalatva [-tva] n. radiance ; splendeur,
n. f. ucchis.t.ā laissé (comme reste), rejeté, craché, beauté.

vomi ; gâté, abı̂mé — m. (homme) impur rituel- u>J^ ujjh v. [6] pr. (ujjhati) pp. (ujjhita)
lement (not. ne s’étant pas rincé la bouche et les s’éloigner de, quitter, abandonner ; renoncer à,
mains après un repas) — n. restes (de repas, de éviter.
sacrifice). uE>Jt ujjhita [pp. ujjh] a. m. n. f. ujjhitā
uEQC y ucchis.ya [pfp. [1] ucchis.] a. m. n. f. laissé,
√ abandonné ; déchargé, émis.
ucchis.yā à laisser de reste uC^ uñch v. [1] pr. (uñchati) inf.
uQC Edn^ ucchedin [ucchid-in] a. m. n. f. ucche- (úñchitum) pfp. (uñchya) pf. (pra) ramasser,
dinı̄ qui détruit. rassembler, glâner k ang. wash.
uQC q ucches.a [ucchis.] m. reste ; déchet. uC uñcha [uñch] m. glânage, ramassage de
uEQC~ ucchri [ut-śri] v. [1] pr. (ucchrayati) pp. grains.
(ucchrita) lever, ériger — pr. md. (ucchrayate) uñchana [-na] n. glânage.
se lever. uñchanaka [-ka] a. m. n. f. uñchanikā
uEQC~t ucchrita [pp. ucchri] a. m. n. f. uc- glâneur ; coupeur d’herbe.
chritā levé, dressé, haut ; exubérant. uEf£ uñśis.t.a cf. ucchis.t.a.
uQC^vs^ ucchvas [ut-śvas1 ] v. [2] pr. (uc- uX ud.u f. étoile — n. astérisme lunaire.
chvásiti) pp. (ucchvásita) respirer, souffler ; sif- ud.upa [pa1 ] m. n. bateau, barque | la Lune.
fler, haleter ; reprendre son souffle. ud.uloma [loman] m. myth. np. du sage
uQC^vEst ucchvasita [pp. ucchvas] a. m. n. Ud.uloma “au Poil en étoile”.
f. ucchvasitā qui souffle, qui palpite ; calme, uXMbr ud.umbára m. cf. udumbara.
réconforté — n. souffle vital, soupir. uZ^ un. nota. gram. affixe primaire [kr.t2 ].

101
un.ādi [ādi] m. pl. un.ādayas gram. classe d’af- u(kl utkala m. géo. np. de l’Utkala, nom an-
fixes primaires [kr.t2 ] (commençant par un.) ; ces cien de la partie côtière de l’Orissa | pl. utkalās
affixes spécifiques sont non compositionnels : ils ses habitants.
forment des thèmes tout-faits non analysables uE(kr utkira [utkr̄.] ifc. a. m. n. f. utkirā qui
sémantiquement. entasse ; qui verse.
un.ādisūtra [sūtra] n. pl. un.ādisūtrān.i gram. u(kFZ utkı̄rn.a [pp. utkr̄.] a. m. n. f. utkı̄rn.ā
formulaire des affixes primaires non composi- entassé | creusé ; gravé.
tionnels. u(kc^ utkuc [ut-kuc] v. [6] pr. (utkucati) pp.
ut^ ut var. uc, uj, ud, un pf. vers le haut, hors (utkuñcita) se courber vers le haut ; s’ouvrir,
de ; échappant à, tendant à |supériorité sur ; ces- s’épanouir (fleur).
sation de k ang. out ; all. aus. u(kl utkula [ut-kula] a. m. n. f. utkulā rejeté
udvikramādityam adv. manifestant (le nom de) de sa famille, renié, déchu ; dégénéré.
Vikramāditya. u(kq^ utkr.s. [ut-kr.s.] v. [1] pr. (utkars.ati) pp.
ut utá1 conj. cl. et ; en vérité (part. d’em- (utkr.s.t.a) tirer, élever ; extraire, arracher — ca.
phase ou de vœu) | aussi, ou, même ; ou bien (utkars.ayati) élever, accroı̂tre, rendre éminent.
hinterr.i. u(k£ utkr.s.t.a [pp. utkr.s.] a. m. n. f. utkr.s.t.ā
uta ... uta à la fois ... et. extrait, arraché | supérieur, éminent.
uta vā ou même. u(k utkr̄. [ut-kr̄.] v. [6] pr. (utkiráti) pp.
kimuta à plus forte raison, d’autant plus que ; (utkı̄rn.a) disperser vers le haut ; entasser, em-
d’autant moins que. piler | creuser ; graver.
apyuta aussi. u(koc utkoca [utkuc] a. m. n. f. utkocā qui
pratyuta au contraire, mais plutôt. serpente — m. corruption.
ut utá2 var. ūta [pp. vā3 ] a. m. n. f. utā tissé. u(kock utkocaka [-ka] a. m. n. f. utkocakā
corrompu — n. myth. [Mah.] np. du tı̄rtha Ut-
utLy utathya m. myth. np. d’Utathya, fils
kocaka “Dont l’eau serpente” ; là se trouvait l’er-
d’Aṅgirā et de Śraddhā, frère aı̂né de Br.haspati ;
mitage de Devala et Dhaumya ; à la suggestion
son épouse est Mamatā, Dı̄rghatamā est leur
de Citraratha, les pān.d.avās s’y rendirent pour
fils ; il enseigna le devoir royal [rājadharma] à
nommer ce dernier leur chapelain.
Māndhātā.
u(kc utkaca [ut-kaca] a. m. n. f. utkacā u(‡m^ utkram [ut-kram] v. [1] pr. (utkrāmati)
pp. (utkrānta) monter à pied ; faire l’ascension
chauve.
de | faire un pas de côté ; s’éloigner, s’en aller ;
u(kV utkat.a [ut-kat.a] a. m. n. f. utkat.ā trépasser | omettre, négliger ; transgresser.
abondamment doué de ; immense, gigantesque ; u(‡m utkrama [utkram] m. ascension ; sortie
démesuré, excessif. | ordre inverse ; écart, déviation ; transgression.
utkat.am adv. violemment, excessivement.
uE("p^ utks.ip [ut-ks.ip] v. [1] pr. (utks.ipati)
u(kW^ utkan.t.h [vn. utkan.t.ha] v. [1] pr. md. pp. (utks.ipta) jeter en l’air ; dresser, élever.
(utkan.t.hate) pp. (utkan.t.hita) dresser le cou ; u("p utks.epa [utks.ip] m. fait de lever, de
désirer ; avoir hâte de retrouver, être amou- dresser, de lancer en l’air | chose lancée.
reux de | regretter hg. dat.i ; s’affliger — ca. utks.epan.a [-na] n. élévation | phil. [vaiśes.ika]
(utkan.t.hayati) exciter le désir de | affliger. l’activité [karman] d’élévation.
u(kW utkan.t.ha [ut-kan.t.ha] a. m. n. f. u(Kn^ utkhan [ut-khan] v. [1] pr. (utkhanati)
utkan.t.hā [“qui tend le cou”] volontaire, enthou- pp. (utkhāta) déterrer ; excaver, creuser ; arra-
siaste ; avide |mélancolique, regrettant l’absence cher, déraciner, tirer hors de.
d’un être cher — f. utkan.t.hā vif désir, avidité ; u(KAt utkhāta [pp. utkhan] a. m. n. f.
anxiété | tristesse, regret. utkhātā creusé, excavé ; déraciné, arraché, tiré
utkan.t.ham adv. avidement. | détruit — n. trou, cavité ; terrain défoncé |
u(kEWt utkan.t.hita [pp. utkan.t.h] a. m. n. f. arrachage.
utkan.t.hitā qui désire, qui regrette ; épris de. uE(Kd^ utkhid [ut-khid] v. [6] pr. (utkhidati)
u(kZ utkarn.a [ut-karn.a] a. m. n. f. utkarn.ı̄ qui pp. (utkhinna) extraire.
a les oreilles dressées | qui tend l’oreille, attentif. un^ uttan [ut-tan1 ] v. [8] pr. (uttanóti) pr.
u(kq utkars.a [utkr.s.] a. m. n. f. utkars.ā md. (uttanuté) pp. (uttata) s’étendre vers le
supérieur, éminent ; très ; excessif — m. haut, s’étirer.
élévation, extraction | éminence ; prospérité, up^ uttap [ut-tap] v. [1] pr. (uttapati) pp.
abondance ; vantardise. (uttapta) chauffer, brûler ; tourmenter, faire

102
souffrir — pr. md. (uttapate) se réchauffer. úttarakān.d.a [kān.d.a] n. lit. dernier chapitre ;
uEBt uttabhita [pp. uttambh] a. m. n. f. ut- not. du Rām., du Padmapurān.a, du Śivapurān.a.
tabhitā supporté, soutenu. uttarakāśi [kāśi] f. géo. np. d’Uttarakāśi
satyena uttabhitā bhūmih. [RV.] La Terre est “Kāśi du Nord”, ville sacrée sur les bords de
soutenue par la vérité. la Bhāgı̄rathı̄ (au mod. Uttarkhand).
um uttamá [super. ut] a. m. n. f. uttamā uttarakuru [kuru] m. pl. nom d’un peuple et
le plus haut, le principal | suprême, extrême, d’un pays nordique (Tibet, Assam ?).
supérieur, éminent ; excellent, très beau, très uttaratantra [tantra] n. soc. section
bien |dernier, final |supérieur à hg.i — ifc. forme postérieure d’un rite de l’Atharvaveda.
des superlatifs : le plus, le suprême | le chef des, uttaratás [-tas] adv. vers le Nord, au Nord
le meilleur des — m. gram. première personne — prép. au nord de hg.i.
(listée en dernier en sanskrit) | myth. np. d’Ut- uttaradāyaka [dāyaka] a. m. n. f. utta-
tama le Suprême, fils de Priyavrata-Uttānapāda radāyikā répondant ; contredisant.
et de Suruci, (demi) frère de Dhruva ; cf. Aut- úttaranārāyan.á [nārāyan.a] m. lit. deuxième
tami. partie de l’hymne au Purus.a [purus.asūkta].
uttamam au plus haut degré. úttarapatha [patha] m. géo. le nord de l’Inde
sarves.ām. purus.ān.ām
. rāma uttamah. Rāma est | hist. la route du Nord de l’empire d’Aśoka.
le meilleur parmi tous les hommes. uttarapada [pada] n. gram. second terme
vidyāyā buddhir uttamā [PT.] L’intelligence est d’un composé [samāsa] ; opp. pūrvapada.
supérieure à la science. uttarapadapradhāna [pradhāna] n. gram.
uttamagandha [gandha] m. fragrance, odeur primatie sémantique du second terme d’un com-
suave. posé.
uttamagandhād.hya [ād.hya] a. m. n. f. utta- uttarapadalopa [lopa] m. gram. chute du se-
magandhād.hyā qui exhale de suaves parfums. cond membre d’un composé.
uttamapurus.a [purus.a] m. gram. 1re pers. uttarapadalopin [lopin] a. m. n. f. utta-
(listée en dernier en sanskrit). rapadalopinı̄ gram. se dit d’un composé dont
uttamādhama [adhama] a. m. n. f. ut- le second membre est sous-entendu ; par ex.
tamādhamā haut et bas ; meilleur et pire. śākapārthiva.
uttamādhamamadhyama [madhyama] a. m. uttarapaścima [paścima] a. m. n. f. utta-
n. f. uttamādhamamadhyamā le meilleur et le rapaścimā au Nord-Ouest.
pire et l’intermédiaire ; du plus haut au plus bas. uttarapurastāt [purastāt] adv. au Nord-Est
uMB^ uttambh [ut-stambh] v. [9] pr. (ut- — prép. au nord-est de hg.i.
tabhnāti) pp. (uttabhita) soutenir, supporter uttarapraśna [praśna] m. lit. figure de style
— ca. (uttambhayati) soulever, élever, ériger poétique, où la réponse forme la question ; opp.
| honorer. praśnottara.
ur úttara [compar. ut] a. m. n. f. ut- uttarapros.t.hapadā [pros.t.hapadā] f. pl. astr.
tarā plus élevé, supérieur ; opp. adhara | np. d’Uttarapros.t.hapadās “les Pieds arrière
septentrional | postérieur, futur ; dernier ; en du lit”, 25e astérisme lunaire [naks.atra], corr.
plus ; opp. pūrva | meilleur, plus important ; aux étoiles γ de Pégase et α d’Andromède ;
vainqueur | myth. [Mah.] np. d’Uttara “Vain- Ahirbudhnya y préside ; son symbole est un
queur”, guerrier [ratha] des matsyās, au service double visage ; plus tard appelé aussi Utta-
des pān.d.avās ; monté sur un éléphant, il combat- rabhādrapadās.
tit le roi Śalya mais fut percé par son javelot — uttaraphalgunı̄ [phalgunı̄] f. astr. np. d’Ut-
ifc. suivi de ; formé de | gram. forme des compa- taraphalgunı̄ “la deuxième Rougeâtre”, 10e
ratifs — n. le Nord | la gauche | réponse, résultat astérisme lunaire [naks.atra], corr. à l’étoile β du
| gram. dernier élément d’une phrase de saluta- Lion (Denebola) ; Aryamā y préside.
tion | lit. np. de la partie [khan.d.a] Uttara d’un uttarabhādrapadā [bhādrapadā] f. pl. astr.
purān.a traitant de métaphysique — acc. utta- np. du naks.atra Uttarabhādrapadās “les
ram adv. finalement, en dernier — f. uttarā1 Pieds arrière (du lit) de bon augure” ; cf.
myth. np. d’Uttarā “la Nordique”, fille du roi Uttarapros.t.hapadās.
Virāt.a, épouse d’Abhimanyu dont elle enfanta uttaramı̄mām . sā [mı̄mām . sā] f. phil. syn.
de Parı̄ks.it k ang. outer. vedānta.
úttaren.a adv. au Nord — prép. au nord de hacc. uttararāmacarita [rāmacarita] n. lit. np. de
g. abl. iic.i. l’Uttararāmacarita, poème de Bhavabhūti, qui

103
conte l’histoire de Rāma après son couronne- délivrer, secourir | vomir.
ment à son retour de Laṅkā. uAr uttāra [uttār] m. traversée ; arrivée, ac-
úttaraloman [loman] a. m. n. f. qui a le poil costage ; délivrance, survie | décharge ; vomisse-
dressé. ment.
uttaravedi [vedi] f. soc. autel nord du rituel uttāran.a [-na] a. m. n. f. uttāran.ā qui sort
véd. solennel, situé sur un tertre carré surélevé, de ; qui traverse — n. sortie hors de (not. l’eau) ;
et portant le feu sacré [nāciketa] ; il peut prendre fait d’accoster, de débarquer.
la forme d’un empilement de briques en forme uAy uttārya [pfp. [1] uttār] a. m. n. f.
de faucon aux ailes déployées ; cf. agnicayana. uttāryā à faire accoster ; à éjecter ; à délivrer ;
uttarāmnāya [āmnāya] m. phil. “doctrine du à vomir — ind. ayant délivré, etc.
Nord”, ordre de Śaṅkara1 dont le jyotirmat.ha se uFZ uttı̄rn.a [pp. uttr̄.] a. m. n. f. uttı̄rn.ā
trouve à Badarı̄nātha. traversé | qui a traversé, qui a surmonté ;
uttarāyan.a [ayana] n. astr. période (favo- expérimenté.
rable) entre le solstice d’hiver et le solstice d’été uttı̄rn.e ca pare pāre naukāyāh. kim . prayojanam
(où le soleil paraı̂t se déplacer vers le Nord, et [SRB.] À quoi sert le bateau après qu’il vous aie
les jours rallongent) ; solstice d’été ; syn. uda- fait traverser ?.
gayana ; opp. daks.in.āyana. u½ uttuṅga [ut-tuṅga] a. m. n. f. uttuṅgā
uttarārtha [artha] m. gram. sens du second haut, dressé.
terme d’un composé — a. m. n. gram. qui u uttr̄. [ut-tr̄.] v. [1] pr. (uttarati) pp.
concerne les règles [sūtra] ultérieures. (uttı̄rn.a) traverser, émerger de, sortir de,
uttarārthapradhāna gram. qui a pour notion surmonter ; échapper à ; atteindre | vaincre ;
prépondérante son second membre (se dit d’un décharger, abandonner ; débarquer — ca.
composé tatpurus.a). (uttārayati) faire sortir de, extirper de |délivrer,
uttarās.ād.hā [as.ād.hā] f. pl. astr. np. d’Ut- secourir | vomir.
tarās.ād.hās “les Invincibles ultérieures”, 19e
u(TA utthā [ut-sthā1 ] v. [1] pr. (uttis.t.hati) pr.
astérisme lunaire [naks.atra], corr. à l’étoile σ
md. (uttis.t.hate) pp. (utthita) abs. (utthāya) pf.
du Sagittaire ; les Viśvedevās y président ; son
(prati, vi, sam) se dresser, se lever ; se réveiller ;
symbole est un lit de repos.
provenir, dériver ; naı̂tre, se produire ; ressusci-
urA uttarā2 [uttara] adv. vers le Nord. ter — ca. (utthāpayati) pp. (utthāpita) lever,
uttarāpatha [patha] n. géo. la route du Nord,
dresser, ériger ; animer, produire.
qui reliait le Gandhāra à Pāt.aliputra ; le pays du
Nord qu’elle traversait.
u(TAn utthāna [utthā-na] n. réveil, lever ; le-
ver du soleil ou de la lune ; résurrection |activité,
uttarārdhá [ardha] m. n. partie supérieure
effort.
(du corps) ; partie postérieure (opp. pūrvārdha)
| côté Nord.
u(TAp^ utthāp [ca. utthā] v. [10] pr.
(utthāpayati) pp. (utthāpita) pfp. (utthāpya1 )
uttarārdhya [-ya] a. m. n. f. uttarārdhyā du
lever, dresser, ériger ; animer, produire.
côté Nord.
uttarottara [red.] a. m. n. f. uttarottarā très u(TA=y utthāpya1 [pfp. [1] utthāp] a. m. n. f.
haut, de plus en plus haut — n. gram. réponse utthāpyā à lever, à dresser | à renvoyer | math.
à une réponse | bavardage — acc. uttarottaram (résultat) à produire par substitution.
adv. de plus en plus. utthāpyākāṅks.ā [ākāṅks.ā] f. gram.
urFy uttarı̄ya [uttara-ı̄ya] n. vêtement de dépendances sémantiques provenant de la
dessus, veste, manteau ; tissu porté autour de structure du discours.
l’épaule, châle, voile. u(TA=y utthāpya2 [abs. utthāp] ind. ayant
uAn uttāna [vr. uttan] a. m. n. f. uttānā levé ; ayant produit.
déployé, ouvert ; étendu sur le dos ; concave u(TAy utthāya [abs. utthā] ind. s’étant levé.
| [tendu] prêt à, porté à. u(TAEyn^ utthāyin [utthāya-in] agt. m. f.
uttānapāda [pāda] m. myth. np. d’Uttāna- utthāyinı̄ qui se lève, qui apparaı̂t ; actif.
pāda “Géant”, épith. de Priyavrata, fils de Manu uE(Tt utthita [pp. utthā] a. m. n. f. utthitā
Svāyam . bhuva ; il est père de Dhruva par Sunı̄ti levé ; relevé (de maladie) | élevé, haut ; éminent
et d’Uttama par Suruci ; il personnifie l’étoile | produit, né, dérivé, arrivé ; rentré (revenu).
Kochab (β de la Petite Ourse). u(pV^ utpat. [ut-pat.] ca. (utpāt.ayati) pp.
uAr^ uttār [ca. uttr̄.] v. [10] pr. (uttārayati) (utpāt.ita) arracher ; plumer | tirer (une épée du
abs. (uttarya) faire sortir de, extirper de | fourreau) | ouvrir (les yeux) ; éclore (fleur).

104
u(pt^ utpat [ut-pat1 ] v. [1] pr. (utpatati) pp. u(sg utsarga [utsr.j] m. rejet, excrément ; ces-
(utpatita) pf. (sam) s’envoler ; se relever. sation, abandon | offrande, don.
u(pE utpatti [utpad-ti] f. naissance ; produc- utsargasūtra [sūtra] n. gram. règle générale,
tion, création ; apparition, manifestation | phil. exprimant une régularité (opp. apavādasūtra,
manifestation de ce qui est créé (opp. vyakti ma- viśes.asūtra).
nifestation de ce qui était voilé). u(sj n utsarjana [utsr.j] n. abandon, cessa-
utpattisthāna [sthāna] n. phon. position tion ; suspension de la lecture du Veda | soc. fin
d’articulation des sons. des études védiques ; cf. upākarman.
u(pd^ utpad [ut-pad1 ] v. [4] pr. md. (utpa- u(sp utsarpa [utsr.p] m. qui s’élève douce-
dyate) pp. (utpanna) pf. (vi, sam) démarrer, se ment.
produire, se présenter, naı̂tre ; arriver, se mani- utsarpan.a [-na] n. fait de s’élever ; marée
fester, exister — ca. (utpādayati) faire se pro- montante.
duire, provoquer, créer, causer. utsarpin [-in] agt. m. f. utsarpin.ı̄ qui s’élève,
u(pà utpanna [pp. utpad] a. m. n. f. utpannā qui enfle — f. utsarpin.ı̄ jn. cycle ascendant,
levé, surgi ; produit, manifesté. période cosmique d’élévation graduelle ; opp.
u(pl utpala [utpat.] n. natu. (fleur du) lotus ; avasarpin.ı̄.
not. fleur de bot. Nymphæa nelumbo ou lotus u(sv utsavá [ut-sava2 ] m. entreprise, com-
bleu. mencement |fête, jour de fête, festival ; joie, bon-
utpaladeva [deva] m. hist. np. de Utpa- heur |soc. festival associé à un temple |élévation ;
ladeva “Seigneur du Lotus Bleu”, philosophe exhubérance, passion.
śaivasiddhānta du Kaśmı̄ra du 10e siècle ; élève utsavamūrti [mūrti] f. soc. statue mobile de
de Somānanda, il fonda la doctrine de la Re- temple ; cf. calantı̄ pratimā2 .
connaissance [Pratyabhijñā] ; il est l’auteur de u(sh^ utsah [ut-sah1 ] v. [1] pr. md. (utsáhate)
l’Īśvarapratyabhijñāsūtra ; Abhinavagupta fut
pp. (utsod.ha) endurer, supporter ; agir coura-
son élève ; on l’appelle aussi Utpalācārya.
geusement.
utpalācārya [ācārya] m. cf. utpaladeva.
u(pEln^ utpalin [utpala-in] a. m. n. f. utpalinı̄ u(sh utsaha [utsah] ifc. a. m. n. f. utsahā qui
supporte, qui endure.
abondant en lotus — f. utpalinı̄ étang couvert
de lotus.
u(sAh utsāha [vr. utsah] m. énergie, force ;
détermination, résolution ; enthousiasme.
u(pAV utpāt.a [utpat.] m. arrachage.
u(pAd^ utpād [ca. utpad] v. [10] pr. uE(sÄ utsikta [pp. utsic] a. m. n. f. utsiktā
débordant de, rendu orgueilleux par.
(utpādayati) faire se produire, provoquer,
créer, causer. uE(sc^ utsic [ut-sic] v. [6] pr. (utsiñcati) pp.
u(pAdn utpādana [utpād-ana] n. procréation. (utsikta) déborder en versant — ps. (utsicyate)
u(þ"^ utpreks. [ut-preks.] v. [1] pr. md. monter (liquide) ; déborder | s’enfler d’orgueil.
(utpreks.ate) pp. (utpreks.ita) regarder en levant uE(sD^ utsidh [ut-sidh2 ] v. [inusité sans pf.].
la tête, observer, considérer | imaginer, deviner. u(sk utsuka [ut-su1 -ka] a. m. n. f. utsukā
u(þ"A utpreks.ā [utpreks.] f. lit. figure de style inquiet, anxieux, mélancolique | désireux de,
métaphorique, comparaison poétique. préoccupé de, tendu vers hi. loc.i.
u(þE"t utpreks.ita [pp. utpreks.] a. m. n. f. u(sr utsūra [ut-sūra] m. temps du soleil cou-
utpreks.itā imaginé. chant.
u(Ú utplu [ut-plu] v. [1] pr. md. (utplávate) u(sj^ utsr.j [ut-sr.j1 ] v. [6] pr. (utsr.jati) pp.
pp. (utpluta) sauter, bondir. (utsr.s.t.a) lâcher, laisser aller, laisser s’échapper ;
u(Pl^ utphal [ut-phal] v. [1] pr. (utphalati) lancer |rejeter, déposer ; produire, répandre ; vo-
fut. (phalis.yati) pp. (phalita) ouvrir, éclater. mir, exhaler | élever la voix.
u(P¥ utphulla [utphal] a. m. n. f. utphullā u(sp^ utsr.p [ut-sr.p] v. [1] pr. (utsarpati)
grand ouvert, éclos. s’élever doucement ; se lever (soleil) ; monter
u(s½ utsaṅga [ut-saṅga] m. giron, hanche | (mer).
pente, talus ; terrasse. u(s k utseka [utsic] m. surabondance ;
u(sd^ utsad [ut-sad1 ] v. [1] pr. (utsı̄dati) démesure, orgueil.
pp. (utsanna) s’élever | disparaı̂tre — ca. utsekin [-in] agt. m. f. utsekinı̄ orgueilleux,
(utsādayati) enlever, supprimer, détruire. qui tire vanité de ; excessif.
u(sà utsanna [pp. utsad] a. m. n. f. utsannā u(-vn utsvana [ut-svana] m. son aigu.
élevé | aboli, supprimé. ud uda [und] iic. eau.

105
udakumbhá [kumbha] m. pot à eau | jarre qui régnait à Dhārā au 11e siècle, fils de Sind-
pleine d’eau. hurāja, frère cadet de Bhoja1 auquel il succéda ;
udapāna [pāna] m. n. puits. Naravarmā est son fils.
udapānaman.d.ūka [man.d.ūka] m. udyn udáyana [ut-ayana] n. lever (not.
[“grenouille de puits”] casanier, borné ; syn. du soleil) | sortie ; résultat, conclusion | hist.
kūpaman.d.ūka. np. d’Udayana ou Udayanācārya “Maı̂tre
udk udaká [uda-ka] n. eau. de l’inférence”, célèbre logicien du 10e
udakavādya [vādya] n. la musique exécutée siècle, précurseur du navyanyāya ; il unifia
dans l’eau, l’un des 64 arts [kalā]. l’épistémologie et la logique du nyāya avec
udakāghāta [āghāta] m. le jeu de bataille l’ontologie du vaiśes.ika ; il est l’auteur de
dans l’eau, l’un des 64 arts [kalā]. nombreux ouvrages, not. la Kiran.āvalı̄ | myth.
udakāñjali [añjali] m. soc. position des mains np. de Udayana1 , qui rendit visite à la cité
jointes remplies d’eau (pour l’aspersion rituelle). sous-marine Bhogavatı̄, où il obtint la vı̄n.ā
udÈ udakya [udaka-ya] a. m. n. f. udakyā qui magique Ghos.avatı̄.
est dans l’eau — f. udakyā femme qui menstrue. udEyn^ udayin [udaya-in] agt. m. f. udayinı̄ qui
udg^ udag iic. pour udac. monte, qui s’élève — m. hist. np. du roi Udayı̄ ou
udagayaná [ayana] n. syn. uttarāyan.a. Udayibhadra, fils d’Ajātaśatru, qu’il assassina
udagdaśa [daśā] a. m. n. f. udagdaśā qui a en 459 ant.
les coutures vers le haut, dont on voit la trame. udr udára [ut-r.] n. ventre ; estomac ; sein,
udg} udagra [ut-agra] a. m. n. f. udagrā vaste, ventre maternel k lat. uterus.
puissant, intense | excité, furieux. uds^ udas [ut-as2 ] v. [4] pr. (udasyati) pp.
udR^ udaṅ iic. pour udac. (udasta) pf. (pari) lancer en l’air, jeter vers le
udaṅmukha [mukha] a. m. n. f. udaṅmukhı̄ haut ; lancer (une arme de jet) | élever, ériger
qui est face au Nord. | jeter dehors, expulser.
udc^ údac [ut-ac] a. m. n. f. udı̄cı̄ [m. nom. ud-t udasta [pp. udas] a. m. n. f. udastā
udaṅ ; n. nom. udak] (tourné) vers le haut | lancé, jeté ; expulsé.
(tourné) vers le Nord — i. uccā adv. en haut udAcr^ udācar [ut-ācar] pf. (sam) [inusité sans
— f. udı̄cı̄ la direction du Nord. pf.].
udak adv. en haut, vers le haut ; vers le Nord.
udA udātta [ut-ātta] a. m. n. f. udāttā élevé,
udj^ udaj [ut-aj] v. [1] pr. (udajati) pr. md. haut ; noble — m. phon. accent aigu (opp. sva-
(udajate) expulser de.
rita).
udÑ^ udañc [ut-añc] v. [1] pr. (udañcati) pr.
md. (udacyate) pp. (udañcita) élever, s’élever ;
udAn udāna [ut-āna] m. phil. [yoga] le flux
d’élévation, l’un des 5 souffles vitaux [prān.a].
émaner de.
udED udadhi [uda-dhi] m. mer, océan. udānavarga [varga] m. lit. np. de
udn^ udan [relié à udaka] n. eau. l’Udānavarga, texte bd.
udy udayá [udi] m. lever ; lever du soleil ou de udānavargavivaran.a [vivaran.a] n. lit. np.
la lune | astr. ascendant d’un signe du zodiaque de l’Udānavargavivaran.a, commentaire de
[rāśi] | apparition, arrivée ; ascension, succès, l’Udānavarga dû à Prajñāvarmā.
avantage | conclusion, conséquence ; ce qui suit. udAr udārá [ut-r.] a. m. n. f. udārā
udayagiri [giri] m. montagne de l’Est grand, noble, majestueux, magnifique, excellent,
(derrière laquelle on dit que le Soleil se lève) illustre ; énergique |honnête, agréable ; généreux,
| géo. np. de la colline d’Udayagiri, jumelle magnanime — a. m. n. f. udārı̄ id.
de celle de Khan.d.agiri, à 8 km au nord de udāraka [-ka] a. m. n. f. udārikā généreux —
Bhubaneśvar, Orissa ; c’est un site de cavernes m. lit. [DKC.] np. d’Udāraka “Généreux”, épith.
creusées par des moines jaı̈nes (2e siècle ant.) ; de Dhanamitra.
la cave [gumpha] de la Reine [rān.ı̄] contient des udāracarita [carita] a. m. n. f. udāracaritā
sculptures ; la cave de l’éléphant [hāthı̄gumpha] qui se comporte avec noblesse.
porte une inscription du roi Kharavela | géo. udAvs^ udāvas [ut-āvas] v. [1] pr. (udāvasati)
np. de la colline d’Udayagiri1 , en Orissa ; cf. déménager ; émigrer — ca. (udāvāsayati) expul-
Pus.pagiri | géo. np. de la colline d’Udayagiri2 , ser.
cf. Vidiśā. udAvs udāvasu [udāvas] m. myth. [BhP.] np.
udayāditya [āditya] m. hist. np. d’Udāvasu, fils du roi Mithi Janaka de Mithilā,
d’Udayāditya “Soleil levant”, roi Paramāra père de Nandivardhana.

106
udAvh^ udāvah [ut-āvah] v. [1] pr. (udāvahati) consécration du rājasūya | variété de lèpre pro-
emporter, traı̂ner hors de ; épouser. voquant des lésions rougeâtres.
udAs udāsa [udas] m. lancer, jet ; expulsion. udMbl udumbalá a. m. n. f. udumbalā aux
udAhrZ udāharan.a [udāhr.-na] n. déclaration ; pouvoirs étendus | brun.
récit, mention ; exemple, illustration | phil. ud udr. [ut-r.] v. [3] pr. (udiyarti) s’élever.
[nyāya] l’exemple à l’appui du syllogisme u‹t udgata [pp. udgam] a. m. n. f. udgatā
[pañcāvayava] | gram. exemple d’application sorti, jailli ; apparu, surgi | étendu, large.
d’une règle. u‹Et udgati [udgam] f. apparition.
udāharan.akośa [kośa] m. lit. np. de u‹m^ udgam [ut-gam] v. [1] pr. (udgacchati)
l’Udāharan.akośa, recueil des exemples de pp. (udgata) apparaı̂tre, surgir, jaillir ; s’élever,
l’As.t.ādhyāyı̄ et de ses commentaires. s’étendre.
udAhrZFy udāharan.ı̄ya [pfp. [2] udāhr.] a. m. u‹m udgama [udgam] m. apparition, origine,
n. f. udāharan.ı̄yā à citer en exemple ; à mentio- départ ; production, déploiement | croissance ;
ner | gram. devant être mentionné (sūtra). bourgeon.
udAhAr udāhāra [udāhr.] m. exemple ; illustra- u‹A udgā [ut-gā2 ] v. [1] pr. (udgāyati) pp.
tion. (udgı̄ta) commencer à chanter, entonner |
udAã udāhr. [ut-āhr.] v. [1] pr. (udāharati) pp. chanter fort, couvrir de sa voix.
(udāhr.ta) exprimer ; annoncer, citer, mention- u‹At udgātr. [udgā-tr.] m. véd. prêtre-chantre
ner ; donner comme exemple. de sāman ; cf. prastotr..
udAãt udāhr.ta [pp. udāhr.] a. m. n. f. udāhr.tā u‹Ar udgāra [vr. udgr̄.] m. rejet du corps ; fait
dit, exprimé ; mentionné ; donné en exemple | de vomir, de roter, de cracher, de péter | récit
appelé, nommé, intitulé. ressassé.
uEd udi [ut-i] v. [2] pr. (udéti) pp. (udita1 ) pf. u‹Ft udgı̄ta [pp. udgā] a. m. n. f. udgı̄tā
(abhi, sam) s’avancer ; se lever (corps célestes), chanté ; annoncé, célébré — n. chant.
apparaı̂tre ; s’accroı̂tre. u‹FT udgı̄tha [udgı̄ta] m. véd. chant du
uEdt údita1 [pp. udi] a. m. n. f. uditā1 Sāmaveda par le prêtre udgātr. | phil. la syllabe
émergent ; levé ; haut ; accru ; fier. om.
uEdt uditá2 [pp. vad] a. m. n. f. uditā2 dit, u‹ udgr̄. [ut-gr̄.1 ] v. [6] pr. (udgirati) rejeter,
parlé ; déclaré | qui fait autorité ; juste. vomir, cracher.
udFcF udı̄cı̄ [f. udac] f. la direction du Nord. uŠV^ udghat. [ut-ghat.] v. [1] pr. md.
udFQy udı̄cya [udı̄cı̄] m. pays du Nord ; pl. ses (udghat.ate) pp. (udghat.ita) s’ouvrir — ca.
habitants. (udghāt.ayati) ouvrir ; peler.
udFr^ udı̄r [ut-ı̄r] v. [2] pr. md. (udı̄rte) pp. uŠEVt udghat.ita [pp. udghat.] a. m. n. f.
(udı̄rita) pf. (sam) s’élancer — ca. (udı̄rayati) udghat.itā ouvert.
dresser, exciter ; envoyer, lancer | annoncer, pro- uŠAV udghāt.a [vr. udghat.] m. fait d’ouvrir, de
clamer ; glorifier — ps. (udı̄ryate) être lancé montrer.
| passer pour. udghāt.aka [-ka] m. clé.
jayamudı̄rayet [Mah.] Que soit proclamée la vic- udghāt.ana [-na] a. m. n. f. udghāt.anā qui
toire. ouvre ; qui déverrouille — n. fait d’ouvrir ; fait
udFErt udı̄rita [pp. udı̄r] a. m. n. f. udı̄ritā de révéler.
excité, agité ; élevé | proclamé ; glorifié. uŠAt udghāta [uddhan] m. fait de frapper, de
udFZ udı̄rn.a [udı̄r-na] a. m. n. f. udı̄rn.ā excité ; blesser | blessure, coup | massue, maillet ; arme.
élevé | fier | proclamé. uŠq^ udghus. [ut-ghus.] v. [1] pr. (udghos.ati)
udMbr udumbára var. ud.umbara m. natu. pp. (udghus.t.a) crier — ca. (udghos.ayati) pro-
bot. Ficus glometara, figuier Gulār à l’épais clamer.
feuillage ; ses figues [sadāphala] sont comes- uŒX uddan.d.a [ut-dan.d.a] a. m. n. f. uddan.d.ā
tibles, de goût délicieux [svādurasa] ; son latex qui tient une bannière, une massue ou une canne
est aphrodisiaque ; ses fruits, feuilles, écorce et (se dit des gardiens) | qui a un bâton en main ;
racines ont de nombreux usages médicinaux ; il qui tient le sceptre.
est associé à la vigueur nutritive ; véd. on en uŒl^ uddal [ut-dal] ca. (uddālayati) faire
fait un trône sur lequel s’assied un vrātya pen- éclater, déchirer.
dant la cérémonie du mahāvrata ; on en fait une uŒAt uddānta [ut-dānta] a. m. n. f. uddāntā
coupe pour contenir l’onction du sacre lors de la humble.

107
e
uddāntapurı̄ [purı̄] f. géo. np. d’Uddāntapurı̄, Pradı̄pa dû à Annam . bhat.t.a (17 siècle).
monastère et université bd. du Magadha, proche uˆt uddhata [pp. uddhan] a. m. n. f. ud-
de Nālandā, établi par le roi Dharmapāla1 au 8e dhatā élevé, haut ; violent, intense | fier, vain,
siècle ; il fut détruit avec Nālandā par les musul- enorgueilli ; arrogant.
mans en 1193. uˆn^ uddhan [ut-han1 ] v. [2] pr. (uddhanti)
uŒAlk uddālaka [vr. uddal-aka] m. phil. pp. (uddhata) pf. (upa) déraciner, arracher ;
[ChU.] np. d’Uddālaka Ārun.i, philosophe du creuser — pr. md. (uddhante) se pendre, se sui-
clan Gautama qui enseigna le vrai sens du cider.
vedānta à son fils Śvetaketu ; [BU.] il débattit uˆv uddhava [ut-hava] m. feu sacrificiel ; fes-
sur le brahman avec Yājñavalkya et fut instruit tival ; joie | myth. [BhP.] np. d’Uddhava, cou-
sur la transmigration par Pravāhan.a Jaivali. sin, ami d’enfance et confident de Kr.s.n.a | hist.
uEŒf^ uddiś [ut-diś1 ] v. [1] pr. (uddiśati) pp. np. de l’ordre religieux [sam . pradāya] Uddhava1
(uddis.t.a) abs. (uddiśya) pf. (sam) désigner, fondé par Rāmānanda1 Svāmı̄ au Gujarāt au 18e
montrer, indiquer ; enseigner, expliquer ; pres- siècle ; il fut continué par l’ordre fondé par son
crire. élève Svāmı̄nārāyan.a.
uEŒ[y uddiśya [abs. uddiś] ind. ayant visé, uddhavagı̄tā [gı̄tā] f. myth. np. de l’Uddha-
ayant vu, ayant montré — cl. dans la direction vagı̄tā “Geste d’Uddhava”, où Kr.s.n.a révèle ses
de, vers ; en vue de, à cause de hacc.i. dernières paroles à Uddhava avant de quitter ce
uEŒ£ uddis.t.a [pp. uddiś] a. m. n. f. uddis.t.ā monde ; elle fait partie du BhP.
assigné, prescrit. uˆA uddhā [ut-hā2 ] v. [3] pr. md. (ujjihı̄te)
uŒFp^ uddı̄p [ut-dı̄p] v. [4] pr. md. (uddı̄pyate) ppr. md. (ujjı́hāna) s’élever ; se lever | s’ouvrir
pp. (uddı̄pta) s’enflammer, flamboyer — ca. (porte) — ca. (uddhāt.ayati) ouvrir (avec hi.i).
(uddı̄payati) s’allumer, s’enflammer ; illuminer uˆAr uddhāra [uddhr.] m. fait de tirer, d’arra-
| provoquer, inciter, exciter. cher ; sauvetage | discernement, choix, sélection ;
uŒFpn uddı̄pana [uddı̄p-ana] a. m. n. f. déduction ; rachat ; exception.
uddı̄panā excitant ; affectant violemment (not.
uˆ uddhū [ut-dhū1 ] v. [5] pr. (uddhunoti) pp.
poison) — n. acte d’enflammer (not. une pas-
(uddhūta) pf. (sam) agiter, exciter ; soulever,
sion) ; incitation, excitation ; stimulus, inspira-
lancer en l’air.
tion ; circonstance aggravante.
uŒf uddeśa [uddiś] m. mention, allusion ; sti- uˆ uddhr. [ut-hr.1 ] v. [1] pr. (uddharati) pp.
(uddhr.ta) pf. (sam) tirer, extraire ; arracher |
pulation, prescription | lieu, emplacement, siège.
arracher au danger (not. aux flammes) ; secourir,
uddeśena var. uddeśāt ind. ifc. en vue de, à pro-
sauver.
pos de.
uddeśaka [-ka] a. m. n. f. uddeśikā illustratif,
uˆt uddhr.ta [pp. uddhr.] a. m. n. f. uddhr.tā
tiré, extrait, arraché | secouru, sauvé.
explicatoire — m. illustration, exemple | math.
question, problème. uddhr.tasneha [sneha] a. m. n. f.
uŒ[y uddeśya [pfp. [1] uddiś] a. m. n. f. uddhr.tasnehā dont on a extrait l’huile.
uddeśyā à expliquer | ce dont il est question ; ce uddhr.toddhāra [uddhāra] a. m. n. f.
qui est exprimé en premier | destiné à — n. but ; uddhr.toddhārā sauf exception ; exceptionnel.
stimulant |gram. sujet (opp. prédicat [vidheya]). u“A p udbās.pa [ut-bās.pa] a. m. n. f. udbās.pā
ut^ uddyut [ut-dyut1 ] v. [1] pr. md. (uddyo- rempli de larmes.
tate) briller, resplendir — ca. (uddyotayati) illu- u“Ahk údbāhuka [ut-bāhuka] a. m. n. f.
miner, irradier | élucider, rendre lumineux. udbāhukā aux bras étendus.
uot uddyota [uddyut] m. éclair, lumière, u‰V udbhat.a m. hist. np. du poète
radiance — ifc. lit. éclaircissement de, titre Bhat.t.a Udbhat.a ou Bhat.t.odhbat.a, direc-
d’ouvrages | gram. np. de l’Uddyota de Nāgeśa teur de l’Académie [sabhāpati] du roi du
Bhat.t.a, commentaire du Pradı̄pa de Kaiyat.a ; Kaśmı̄ra Jayāpı̄d.a ; premier théoricien de
cf. Bhās.yapradı̄poddyota. l’expérience esthétique [rasa], il est l’auteur du
uddyotakara [kara1 ] a. m. n. f. uddyotakarā Kāvyālaṅkarasārasaṅgraha.
qui illumine, radieux — m. hist. np. du logicien u‰v udbhava [udbhū] m. naissance, origine ;
pāśupata Uddyotakara “Lumineux” (7e siècle) ; patrie, lieu de naissance — ifc. provenant de,
il est l’auteur du Nyāyavārttika. ayant pour origine.
uddyotana [-na] n. illumination | gram. np. u‰As^ udbhās [ut-bhās1 ] v. [1] pr. (udbhāsati)
de l’Uddyotana “Élucidation”, commentaire du pp. (udbhāsita) briller, illuminer.

108
u‰ udbhū [ut-bhū1 ] v. [1] pr. (udbhavati) pp. udriktacitta [citta] n. grande âme, garnd es-
(udbhūta) pf. (sam) atteindre, égaler | se lever ; prit — a. m. n. f. udriktacittā fier, arrogant,
surgir, apparaı̂tre ; croı̂tre — ca. (ubbhāvayati) imbu de soi-même.
produire, créer | expliquer, rendre apparent. udriktacetas [cetas] a. m. n. f. aux pensées
u‰t udbhūta [pp. udbhū] a. m. n. f. udbhūtā élevées | hautain.
produit, apparu ; surgi ; élevé, poussé, grandi ; uEdýc^ udric [ut-ric] ps. (udricyate) pp.
perceptible. (udrikta) exceller, se distinguer | augmenter ;
u‰~m^ udbhram [ut-bhram] v. [1] pr. (udbhra- abonder en | laisser, lâcher, vider ; évacuer,
mati) v. [4] pr. (udbhrāmyati) pp. (udbhrānta) relâcher — ca. (udrecayati) améliorer ; accroı̂tre.
s’élever, s’agiter dans les airs, être brandi — ca. ud
k
ý udreka [udric] m. abondance ;
(udbhrāmayati) brandir. excès ; superflu | supériorité, proéminence ;
u‰~At udbhrānta [pp. udbhram] a. m. n. prépondérence, prédominance.
f. udbhrāntā monté, perché ; agité, brandi | u’m^ udvam [ut-vam] v. [1] pr. (udvamati) pp.
troublé ; périlleux — n. fait de brandir (not. une (udvānta) vomir, cracher.
épée). u’h^ udvah [ut-vah1 ] v. [1] pr. (udvahati)
u udya [pfp. [1] vad] a. m. n. f. udyā qui doit élever, tirer hors de ; not. tirer des flèches d’un
être prononcé ; à dire. carquois ; épouser | apporter ; manifester, mon-
ut udyata [pp. udyam] a. m. n. f. udyatā trer.
levé, haut ; actif, prêt à agir. u’h udvahá [udvah] a. m. n. f. udvahā qui
um^ udyam [ut-yam] v. [1] pr. (udyacchati) transporte dans les airs ; qui emporte au loin
pp. (udyata) pf. (sam) lever, élever ; entre- |éminent, supérieur — m. fait d’amener chez soi
prendre, commencer. la nouvelle épouse, mariage | fils ; progéniture
um udyama [udyam] m. fait de lever ; not. | myth. np. d’Udvaha, l’un des 7 Vents célestes ;
de lever les mains pour se mettre au travail ; il supporte les maisons lunaires [naks.atra] et as-
fait d’entreprendre ; entreprise, tentative ; effort, sure leur rotation.
zèle. udvahana [-na] n. transport ; fait de soulever,
udyamena par zèle. d’emporter | transport par hi.i | mariage | arch.
udyamabhr.t [bhr.t] a. m. n. f. qui fait des support de pilier.
efforts ; zélé, entreprenant. u’Ah udvāha [vr. udvah] m. fait d’emmener la
uAn udyāna [ut-yāna] n. élévation | sortie nouvelle épouse, mariage.
| (lieu de sortie) jardin, parc, promenade | géo. uE’`n udvigna [pp. udvij] a. m. n. f. udvignā
np. de l’Udyāna ou Oddiyana, pays du Nord de effrayé, anxieux.
la vallée de l’Indus (mod. vallée du Swat et Ca- udvignacitta [citta] a. m. n. f. udvignacittā
chemire) ; ce fut un centre de diffusion du bd. anxieux.
(1 er siècle), associé au Gandhāra ; au 11 ème udvignamanas [manas] a. m. n. f. terrifié, an-
siècle il fut un centre d’enseignement du tan- xieux.
trisme avec Tilopa. uE’j^ udvij [ut-vij] v. [6] pr. md. (udvijate) v.
uÄ udyukta [pp. udyuj] a. m. n. f. udyuktā [6] pr. (udvijati) v. [7] pr. (udvinakti) pp. (udvi-
actif, entreprenant, zélé ; prêt, actif. gna) trembler, craindre habl.i — ca. (udvejayati)
uj^ udyuj [ut-yuj1 ] v. [7] pr. (udyunákti) pr. effrayer, affliger, terrifier ; provoquer du dégoût.
md. (udyuṅkté) pp. (udyukta) entreprendre, se u’F"^ udvı̄ks. [ut-vı̄ks.] pf. (sam) [inusité sans
préparer à, être actif. pf.].
uog udyoga [udyuj] m. zèle, effort, dili- u’t^ udvr.t [ut-vr.t1 ] v. [1] pr. md. (udvartate)
gence ; préparation ; entreprise. pp. (udvr.tta) déborder, s’élever, grossir (flots) ;
udyogaparvan [parvan] n. lit. 5e livre inonder | être arrogant.
du Mah., “des négociations”, contant les u’ udvr.tta [pp. udvr.t] a. m. n. f.
préparatifs pour la guerre. udvr.ttā grossi, agité ; qui déborde ; déchaı̂né |
udyogin [-in] agt. m. f. udyoginı̄ diligent, ac- extravagant ; insolent, malpoli.
tif, énergique. udvr.ttagaṅgā le Gange en crue.
udý udrá [uda] m. otarie — n. eau. u’
g udvega [udvij] m. excitation, trouble ;
uEdýÄ udrikta [pp. udric] a. m. n. f. udriktā agitation, tremblement ; détresse.
proéminent, qui se distingue | accru, augmenté ; udvegam
√ . kr. troubler.
amélioré ; abondant ; prédominant |en excès ; su- ud^ und v. [7] pr. (unátti) pp. (unna, utta)
perflu ; résidu. abs. (-údya) mouiller, arroser ; jaillir, couler ;

109
être humide k lat. unda ; slave voda ; ang. water ; umAg unmārga [ut-mārga] m. chemin
all. Wasser ; fr. onde. détourné, mauvaise voie — a. m. n. f. unmārgā
uà unná [pp. und] a. m. n. f. unnā mouillé, qui se trompe de chemin.
humide. unmārgavr.tti [vr.tti] a. m. n. f. dévoyé, qui
uàt unnata [pp. unnam] a. m. n. f. unnatā se conduit mal ; rebelle.
élevé, haut, grand ; noble. unmārgāmin [gāmin] agt. m. f. unmārgāminı̄
uàEt unnati [unnata] f. élévation ; prospérité, dévoyé ; malfaisant.
grandeur |myth. np. d’Unnati “Prospérité”, fille uEmq^ unmis. [ut-mis.] v. [6] pr. (unmis.ati)
de Daks.a, une des épouses de Dharma. pp. (unmis.ita) ouvrir les yeux ; soulever les
uàˆ unnaddha [pp. unnah] a. m. n. f. un- paupières | s’ouvrir (yeux, bourgeons) ; naı̂tre,
naddhā lié | délié ; illimité ; démesuré, excessif ; se développer ; devenir brillant.
arrogant. uEmEqt unmis.ita [pp. unmis.] a. m. n. f.
uàm^ unnam [ut-nam] v. [1] pr. (unnamati) pr. unmis.itā ouvert (œil, fleur) ; souriant (visage)
md. (unnamate) pp. (unnata) pf. (sam) se lever, — n. fait d’ouvrir les yeux.
se dresser — ca. (unnamayati) ériger, dresser. umFl^ unmı̄l [ut-mı̄l] v. [1] pr. (unmı̄lati) pp.
uày unnaya [vr. unnı̄] m. levage. (unmı̄lita) pf. (sam) ouvrir les yeux, cligner ; se
uàyn unnayana [unnaya-na] n. fait de le- fermer (yeux, fleurs).
ver | partition des cheveux, not. rituelle | phil. umFln unmı̄lana [unmı̄l-ana] n. ouverture
inférence. des yeux ; not. lors de la cérémonie de
uàh^ unnah [ut-nah] v. [4] pr. (unnahyati) pr. consécration d’une idole.
md. (unnahyate) pp. (unnaddha) pf. (sam) lier,
umq unmes.a [unmis.] m. fait d’ouvrir les
yeux ; fait de regarder | fait de fleurir (fleur)
ceindre | se libérer de ses liens, s’échapper.
| apparition, développement.
uEàdý unnidra [ut-nidrā1 ] a. m. n. f. unnidrā
unmes.an.a [-na] n. développement ; appari-
réveillé, éveillé ; qui renonce au sommeil | ouvert
tion ; parution.
(fleur).
up úpa prép. près de, vers hacc.i ; sous ; dans
uàF unnı̄ [ut-nı̄1 ] v. [1] pr. (unnayati) le- hloc.i ; opp. apa — pf. près, auprès, vers, proche,
ver, dresser ; mettre au-dessus |séparer ; déceler ;
contigu ; subordonné | pf. d’hommage | pf. de
inférer.
nom de cadet, junior k gr. υπo ; lat. sub.
uàFy unnı̄ya [pfp. [1] unnı̄] a. m. n. f. unnı̄yā upo [u] adv. (pragr.hya1 ) et vers.
à conduire en haut
upk" upakaks.a [upa-kaks.a] a. m. n. f.
um unmatta [pp. unmad] a. m. n. f. un- upakaks.ā sous les aisselles — n. poils sous les
mattā égaré, affolé ; fou, dément ; enivré, ivre. aisselles.
unmattadarśana [darśana] a. m. n. f. unmat- upakaks.adaghna [daghna] a. m. n. f.
tadarśanā au regard affolé. upakaks.adaghnā (de l’eau) jusqu’aux aisselles.
umd^ unmad [ut-mad1 ] v. [4] pr. (unmādyati) upkEnE¤kA upakanis.t.hikā [upa-kanis.t.hā] f.
pp. (unmatta) devenir fou, s’affoler ; s’enivrer. (av. aṅguli) annulaire.
umd unmada [unmad] a. m. n. f. unmadā fou, upkrZ upakaran.a [upakr.] n. aide, assistance |
furieux | qui intoxique, qui rend fou — m. folie, outil, machine, appareil, instruments |expédient,
démence. ressource, moyen de subsistance |objet fabriqué.
umns^ unmanas [ut-manas] a. m. n. f. per- upkt upakartr. [upakr.] a. m. n. f. qui fait une
plexe ; agité, excité ; désirant violemment. bonne action ; bienfaiteur.
unmanı̄ kr. exciter, mettre hors de soi. upkAr upakāra [vr. upakr.] m. service (rendu),
unmanı̄ bhū se faire du souci, s’inquiéter. aide, soin ; bénéfice, faveur ; bonté.
umn-k unmanaska [unmanas-ka] a. m. n. f. upakāraka [-ka] agt. m. f. upakārikā ser-
unmanaskā agité. viable, qui aide ; bienfaiteur | approprié ; requis,
unmanaskatā [-tā] f. perplexité. nécessaire ; subsidiaire, accessoire.
unmanaskatva [-tva] n. trouble d’esprit. sarvaśāstropakāraka utile à toutes les sciences.
umA unmā [ut-mā1 ] v. [3] pr. md. (unmimı̄te) upakārin [-in] agt. m. f. upakārin.ı̄ serviable,
mesurer la hauteur. qui aide ; bienfaiteur.
umAd unmāda [vr. unmad] m. enivrement, af- upkMBm^ upakumbham [upa-kumbha] adv.
folement ; folie, ivresse, passion. près de la jarre.
umAn unmāna [unmā-na] n. altitude, hauteur upkvA Z upakurvān.a [ppr. md. upakr.] m.
| épaisseur. soc. [“qui rend service”] étudiant brâmanique

110
[brahmacarya] optant à la fin de ses études pour upcErt&y upacaritavya [pfp. [3] upacar] a.
la vie de famille [gr.hastha] ; opp. nais.t.hika. m. n. f. upacaritavyā que l’on doit servir ou ho-
upk upakr. [upa-kr.1 ] v. [8] pr. (upakaróti) pp. norer — f. upacaritavyā service |méd. soins d’un
(upakr.ta) assister, servir ; secourir, soigner, faire malade, pratique de la médecine.
du bien ; obliger, rendre service à qqn. hg. loc.i upcy upacarya [pfp. [1] upacar] a. m. n. f.
— v. [8] pr. md. (upaskurute) pp. (upaskr.ta) upacaryā que l’on doit servir ou honorer — ind.
faire effort ; transformer ; suppléer (une proposi- ayant pris soin de, ayant honoré.
tion qui manque). upcAy upacāyya [pfp. [1] upaci] a. m. n. f.
upkEt upakr.ti [upakr.-ti] f. secours, aide, as- upacāyyā à accumuler ; à renforcer — m. soc.
sistance ; service rendu ou reçu. foyer du sacrifice.
upk ZAt^ upakr.s.n.āt [upa-kr.s.n.a] adv. ayant upacāyyapr.d.a n. or [“que l’on cherche à ac-
pris Kr.s.n.a comme refuge. cumuler”].
up‡m^ upakram [upa-kram] v. [1] pr. upcAr upacārá [upacar] m. révérence, hom-
(upakrāmati) pp. (upakrānta) s’approcher ; mage ; cadeau ; requête ; fait de servir, rôle de
arriver | se jeter sur, attaquer | méd. traiter, courtisan | acte de politesse (on en dénombre
soigner (un patient) — pr. md. (upakramate) 64) | traitement (not. médical) ; conduite ; com-
aborder, avoir recours à, se mettre à hacc. dat. portement correct ; emploi, cérémonie | soc.
inf.i. hommage à une divinité ; on en dénombre 16
up‡m upakrama [upakram] m. approche ; (s.od.aśopacāra) : la méditation [dhyāna], la pos-
commencement ; entreprise, plan | moyen, ture [āsana], le lavage des pieds [pādya], l’obla-
expédient ; stratagème | méd. remède ; traite- tion d’eau [arghya], la purification de la bouche
ment médical. [ācamana], le bain rituel [snāna], le vêtement
up‡F upakrı̄ [upa-krı̄] v. [9] pr. (upakrı̄n.āti) [vastra], le port du cordon sacré [yajñopavı̄ta],
acheter. le parfum [gandha], les fleurs [pus.pa], l’encens
upgt upagata [pp. upagam] a. m. n. f. upa- [dhūpa], la lampe [dı̄pa], l’offrande de nourri-
gatā approché, rencontré ; pris comme refuge ture [naivedya], le bétel [tāmbūla], l’illumina-
| obtenu, arrivé ; ressenti. tion par une lampe de camphre [nı̄rājana] et la
upgm^ upagam [upa-gam] v. [1] pr. (upagac- récitation d’un texte sacré en offrant des fleurs
chati) pp. (upagata) pf. (abhi, sam) approcher, [mantrapus.pa] ; on effectue les 16 hommages
atteindre ; entreprendre ; s’approcher de, arriver lors de la cérémonie de pañcāyatana | gram.
dans, tomber dans. métaphore.
upg upagu [upa-gu] m. myth. np. du roi upacārin [-in] agt. m. f. upacārin.ı̄ qui aide,
Upagu “Proche des vaches”. qui sert ; qui honore, qui révère.
upghFt upagr.hı̄ta [pp. upagrah] a. m. n. f. upEc upaci [upa-ci] v. [5] pr. (upacinóti) pp.
upagr.hı̄tā tenu, supporté ; saisi, soumis. (upacita) pfp. (upacāyya) ramasser, mettre en
upg}h^ upagrah [upa-grah] v. [9] pr. tas ; stocker, accumuler | accroı̂tre, renforcer —
(upagr.hn.āti) pp. (upagr.hı̄ta) saisir par dessous ; ps. (upacı̄yate) être accumulé ; se renforcer.
tenir sous ; supporter | recevoir un liquide dans upEct upacita [pp. upaci] a. m. n. f. upacitā
un récipient | maı̂triser, soumettre | se concilier, accumulé ; renforcé | prospère, opulent.
s’allier avec ; approuver. upQCd^ upacchand [upa-chand] ca. (upac-
upg}h upagraha [upagrah] m. saisie, prise ; chandayati) pp. (upacchandita) flatter, chercher
prisonnier | conciliation ; paix | gram. voix d’un à séduire ; offrir son amitié ou sa faveur.
verbe ; aspect | astr. corps céleste mineur ; upjn^ upajan [upa-jan] v. [4] pr. md.
comète, météore. (upajāyate) pp. (upajāta) naı̂tre, se produire,
upagrahan.a [-na] n. saisie ; capture | avoir lieu, exister — ca. (upajanayati) produire.
compréhension. kāmes.u saṅgāt krodha upajāyate La colère naı̂t
upG£ upaghus.t.a [upa-ghus.t.a] a. m. n. f. d’un attachement aux objets du désir.
upaghus.t.ā retentissant. upjAt upajāta [pp. upajan] a. m. n. f.
upcr^ upacar [upa-car] v. [1] pr. (upacarati) upajātā ajouté, additionnel ; produit, engendré ;
pr. md. (upacarate) pp. (upacarita) assister, ai- excité.
der ; servir, honorer ; prendre soin de ; soigner. upjAEt upajāti [upajan] f. lit. mètre poétique.
upcErt upacarita [pp. upacar] a. m. n. f. upa- upEj upaji [upa-ji] v. [1] pr. (upajayati) pp.
caritā assisté, servi ; soigné. (upajita) conquérir, gagner.

111
upjFv^ upajı̄v [upa-jı̄v] v. [1] pr. (upajı̄vati) upDA upadhā1 [upa-dhā1 ] v. [3] pr. (upa-
pr. md. (upajı̄vate) pp. (upajı̄vita) vivre de, se dadhāti) pr. md. (upadhatte) pp. (upahita) pla-
nourrir de hi.i. cer sur ; placer près de ; placer, poser ; installer,
upjFvk upajı̄vaka [upajı̄v-aka] a. m. n. f. équiper | atteler, harnasser (chevaux) | délivrer
upajı̄vikā qui dépend de, qui vit de hi. iic.i — n. (un enseignement) ; enseigner | livrer (une infor-
subsistance personnelle — f. upajı̄vikā id. mation) ; informer | poser (une addition) ; ad-
uptp^ upatap [upa-tap] v. [1] pr. (upatapati) ditionner | décerner (un titre) ; nommer (à une
pr. md. (upatapate) pp. (upatapita) échauffer, fonction).
brûler. upDA upadhā2 [upadhā1 ] f. imposition ; faux,
uptAEpn^ upatāpin [vr. upatap-in] agt. m. f. fraude, tricherie | soc. test d’honnêteté | gram.
upatāpinı̄ qui brûle, qui fait du mal. lettre penultième | condition, réserve.
upatāpitva [-tva] n. action de faire du mal. upDAv^ upadhāv [upa-dhāv1 ] v. [1] pr.
up(y upatya [upa-tya] a. m. n. f. upatyā (upadhāvati) pp. (upadhāvita) courir vers.
étendu sous k gr. υπτ ηoς. upED upadhi [upadhā1 ] m. fait de poser ; ad-
dition | fraude | condition, particularité, attribut
upatyakā [-ka] f. pays au pied d’une mon-
| qualification, titre.
tagne ; vallée.
upEdf^ upadiś [upa-diś1 ] v. [1] pr. up@mAn upadhmāna [upa-dhmāna] n. action
de souffler ou respirer vers le bas.
(upadiśati) pft. (upadideśa) pp. (upadis.t.a)
upadhmānı̄ya [-ı̄ya] a. m. n. f. upadhmānı̄yā
pfp. (upades.t.avya) inf. (upades.t.um) indiquer,
phon. se dit du visarga bilabial (f) ; opp.
conseiller ; diriger, instruire.
jihvāmūlı̄ya.
upEd£ upadis.t.a [pp. upadiś] a. m. n. f.
upadis.t.ā indiqué, conseillé ; enseigné.
upnt upanata [pp. upanam] a. m. n. f. upa-
natā échu à, dépendant de ; reçu, présenté ; exis-
updf^ upadr.ś1 [upa-dr.ś1 ] pp. (upadr.s.t.a) per- tant, présent.
cevoir ; décrire — ps. (upadr.śyate) être perçu ;
upnd upananda [upa-nanda] m. myth.
apparaı̂tre, se manifester — ca. (upadarśayati)
[Mah.] nom d’un tambour de Yudhis.t.hira.
pp. (upadarśita) montrer, exhiber ; expliquer |
tromper, faire illusion.
upnm^ upanam [upa-nam] v. [1] pr. (upana-
mati) pp. (upanata) échoir à ; avoir lieu.
updf^ upadr.ś2 [upadr.ś1 ] f. aspect, apparence. upny upanaya [upanı̄] m. fait de procurer ;
updvk upadevaka [upa-devaka] m. myth. np. fait d’atteindre | phil. [nyāya] l’application du
d’Upadevaka, fils cadet d’Akrūra. syllogisme [pañcāvayava].
updf upadeśa [upadiś] m. indication, conseil ; upnyn upanayana [upanaya-na] n. fait de
information, prescription ; instruction, enseigne- conduire ou d’amener vers | soc. initiation reli-
ment ; doctrine |gram. morphème (racine, affixe, gieuse ; investiture du cordon sacré, un sam . skāra
augment) ; règle morphologique. des 3 premières castes [varn.a] ; cette cérémonie
upadeśasāhasrı̄ [sāhasrı̄] f. lit. np. de confère au garçon la dignité de dvija ; cf.
l’Upadeśasāhasrı̄, œuvre de philosophie vedānta upavı̄ta, dvija.
attribuée à Śam
. kara1 . upnh^ upanah [upa-nah] v. [4] pr. (upana-
updEfn^ upadeśin [upadeśa-in] m. maı̂tre, en- hyati) pp. (upanaddha) attacher, nouer.
seignant. upnAy upanāya [upanı̄] m. soc. initiation.
upd£&y upades.t.avya [pfp. [3] upadiś] a. m. n. upanāyana [-na] n. cf. upanayana.
f. upades.t.avyā digne d’enseignement. upnAh upanāhá [upanah] m. faisceau, botte.
updýv upadrava [upadru] m. catastrophe, acci- upEnpt^ upanipat [upa-nipat] v. [1] pr. (upa-
dent subit ; attaque foudroyante ; calamité | soc. nipatati) pp. (upanipatita) descendre en volant ;
4e partie d’un chant sāman, prélude au final. accéder, se manifester ; arriver, s’imposer — ca.
updý£ upadras.t.r. [upadr.ś1 -tr.] agt. m. f. (upanipātayati) provoquer un événement sou-
upadras.t.rı̄ spectateur ; témoin. dain.
updý upadru [upa-dru1 ] v. [1] pr. (upadravati) upEnpAt upanipāta [upanipat] m. occur-
pp. (upadruta) courir vers ; se précipiter sur, at- rence ; événement soudain ; attaque surprise.
taquer | soc. chanter l’upadrava. anarthopanipāta arrivée subite d’un événement
updýt upadruta [pp. upadru] a. m. n. f. upa- funeste.
drutā poursuivi ; persécuté, opprimé ; frappé par upanipātin [-in] ifc. agt. m. f. upanipātinı̄ qui
une catastrophe. se précipite vers, qui se jette sur, qui s’empare

112
de. upyAs upanyāsa [upanyas] m. fait de pla-
upEnm/^ upanimantr [upa-nimantr] v. [10] cer à proximité ; apport, fourniture ; dépôt, gage
pr. md. (upanimantrayate) pp. (upanimantrita) | mention, référence, citation ; suggestion ; expli-
inviter à ; offrir. cation.
upEnm/Z upanimantran.a [upanimantr-ana] uppE upapatti [upapad-ti] f. apparition,
n. invitation à, offre de hi.i. occurrence, manifestation ; œuvre | phil.
upEnqd^ upanis.ad [upa-nis.ad] f. phil. démonstration, preuve, évidence.
connexion ; interconnexion (not. entre le upapattyā i. adv. convenablement, de façon
microcosme et le macrocosme) | [“assis près appropriée.
(du maı̂tre)”] leçon, session d’initiation ; uppd^ upapad [upa-pad1 ] v. [4] pr. md. (upa-
croyance, doctrine, secret | upanis.ad, leçon padyate) pp. (upapanna) avoir lieu, arriver, se
philosophique expliquant le Veda ; les 13 plus manifester | atteindre, obtenir, participer à, être
anciennes datent de l’époque védique, et font apte à hloc.i.
partie de la śruti ; [Muk.] il y a 108 leçons uppd upapada [upapad] n. gram. mot co-
majeures [mahopanis.ad] : ı̄śa, kena, kat.ha, occurrent avec un autre mot dont il contrôle la
praśna, mun.d.aka, mān.d.ūkya, taittirı̄ya, ai- désinence (par ex. saha avec i.) ; cf. vibhakti.
tareya, chāndogya, br.hadāran.yaka, brahma, uppà upapanna [pp. upapad] a. m. n. f.
kaivalya, jābāla, śvetāśvatara, ham . sa, ārun.eya, upapannā ayant acquis ; doué de, muni de hi.i
garbha, nārāyan.a, paramaham . sa, amr.tabindu, | obtenu ; prêt, à disposition ; possible, normal ;
amr.tanāda, atharvaśira, atharvaśikha, maitrā- approprié.
yan.i, kaus.ı̄taki, br.hajjābāla, nr.sim . hatāpanı̄, uppv n^ upaparvan [upa-parvan] n. lit. sous-
kālāgnirudra, maitreyi, subāla, kśurika, ma- section d’un livre ; not. l’une des 97 sous-sections
ntrika, sarvasāra, nirālamba, śukarahasya, du Mah.
vajrasūcika, tejobindu, nādabindu, dhyāna-
uppAtk upapātaka [upa-pātaka] n. soc. péché
bindu, brahmavidyā, yogatattva, ātmabodha,
véniel, offense mineure, délit ; not. tuer du
parivrāt. (Nāradaparivrājakā), tris.ikhi, sı̄to-
bétail, offenser son guru, briser son vœu de
panis.ad (sı̄tāthavāsı̄tā), yogacūd.āman.i,
chasteté, oublier le Veda, vendre le soma ; opp.
nirvān.a, man.d.alabrāhman.a, daks.in.āmūrti,
mahāpātaka.
śarabha, skanda, (tripādvibhūt.i) mahānārāya-
n.a, advayatāraka, rāmarahasya, rāmatāpan.i,
uppAdk upapāduka [upa-pāduka] a. m. n. f.
upapādukā auto-produit, né spontanément —
vāsudeva, mudgala, śān.d.ilya, paiṅgala, bhiks.u,
m. myth. être surnaturel.
mahatśārı̄raka, yogaśikhā, turı̄yātı̄ta, sam . nyāsa,
paramaham upprAZ upapurān.a [upa-purān.a] n. lit. l’un
. saparivrājaka, akśamālika, avyakta,
ekākśara, annapūrn.a, sūrya, aks.i, adhyātmā, des 18 livres mythologiques mineurs ; beaucoup
kun.d.ikopanis.ad, sāvitrı̄, ātma, pāśupata, pa- sont de composition tardive (après 1200) ; opp.
rabrahma, avadhūta, tripurātapanopanis.ad, mahāpurān.a.
devı̄, tripura, kara1 , bhāvana, rudrahr.daya, uppc^ upapr.c1 [upa-pr.c] v. [7] pr.
yogakun.d.alini, bhasmopanis.ad, rudrāks.a, (upapr.n.akti) pp. (upapr.kta) véd. s’appro-
gan.apati, darśana, tārasāra, mahāvākya, cher.
pañcabrahma, prān.āgnihotra, gopālatapan.i, uppc^ upapr.c2 [upapr.c1 ] a. m. n. f. véd. qui
kr.s.n.a, yājñavalkya, varāha, śātyāyani, s’accroche à, qui adhère à hg.i.
hayagrı̄va, dattātreya, gārud.a, kalisan.t.ā- upÚv upaplava [upaplu] m. invasion ; inon-
ran.a, jābāla, saubhāgya, sarasvatı̄rahasya, dation ; catastrophe, calamité, infortune |
bahvr.cā, muktikā. phénomène naturel (not. éclipse) | myth. épith.
upanis.adratna [ratna] n. lit. np. de de Rāhu.
l’Upanis.adratna “Joyau des leçons” ; cf. upaplavin [-in] agt. m. f. upaplavinı̄ affligé
Ātmapurān.a. par une calamité | inondé.
upnF upanı̄ [upa-nı̄1 ] v. [1] pr. (upanayati) upÚ&y upaplavya [pfp. [1] upaplu] a. m. n. f.
amener à, emmener, guider, introduire à |initier, upaplavyā inondable ; irriguable ; qu’il faut en-
consacrer. vahir — n. myth. [Mah.] np. d’Upaplavya “Sou-
upys^ upanyas [upa-nyas] v. [4] pr. mise aux crues”, épith. de Virāt.anagara, capi-
(upanyásyati) pp. (upanyasta) mettre en tale de Virāt.a, roi des matsyās ; les Pān.d.avās
avant, vouloir dire ; mentionner, annoncer s’y réfugièrent pendant leur exil ; Dhr.tarās.t.ra y
| suggérer, expliquer. envoya Sañjaya comme négociateur.

113
upÚ upaplu [upa-plu] v. [1] pr. (upaplavati) [pramān.a].
pp. (upapluta) pfp. (upaplavya) déborder, inon- upamitikaran.am upamānam [Tarkasam . graha]
der | envahir ; opprimer — v. [1] pr. md. (upa- L’identification est la cause efficiente de la
plavate) flotter en surface — ca. (upaplāvayati) connaissance analogique.
faire inonder ; irriger. upamānapūrvapada [pūrvapada] n. gram.
upÚt upapluta [pp. upaplu] a. m. n. f. upa- composé karmadhāraya dont le constituant
plutā inondé, irrigué ; envahi ; affligé. gauche est une comparaison (comme analos.n.a).
upBj^ upabhuj [upa-bhuj2 ] v. [7] pr. (upabhu- upamānabahuvrı̄hi [bahuvrı̄hi] m. gram.
nakti) pr. md. (upabhuṅkte) pp. (upabhukta) composé adjectival de comparaison.
jouir de, consommer, se servir de ; manger, upamānottarapada [uttarapada] n. gram.
boire ; recevoir en récompense. composé karmadhāraya dont le constituant droit
upBt^ upabhr.t [upa-bhr.t] f. soc. cuillère en est une comparaison (comme purus.avyāghra).
bois à oblation ; syn. sruc. upEmt upamita [pp. upamā1 ] a. m. n. f. upa-
upBog upabhoga [upabhuj] m. plaisir, jouis- mitā comparé.
sance ; consommation, plaisir de table ; plaisir upEmEt upamiti [upamā1 ] f. phil. [nyāya]
sexuel. connaissance par identification ; cf. upamāna.
upm upamá [upamā1 ] a. m. n. f. upamā2 sam . jñāsam. jñisam
. bandhajñānam upamitih.
meilleur, suprême ; excellent | premier ; plus [Tarkasam . graha] La connaissance par identifi-
proche, suivant — ifc. qui ressemble à, semblable cation est la connaissance de la relation entre
à, pareil à. un nom et la chose qu’il nomme.
upamaśravas [śravas] a. m. n. f. à la plus upyt upayantr. [upayam-tr.] m. époux.
grande gloire — m. [“le plus glorieux”] np. upym^ upayam [upa-yam] v. [1] pr. (upayac-
d’homme. chati) pp. (upayata) épouser.
upm@ymA upamadhyamā [upa-madhyamā] f. upyA upayā [upa-yā1 ] v. [2] pr. (upayāti) pp.
annulaire. (upayāta) s’approcher, arriver ; en venir à tel
upm@ymFy upamadhyamı̄ya [upa-madhyamı̄- état.
ya] a. m. n. f. upamadhyamı̄yā en dessous du upyAt upayāta [pp. upayā] a. m. n. f. upayātā
centre — m. phon. (véd) fricative bilabiale qui s’est approché ; venu, arrivé — n. arrivée.
sourde, remplacée en sanskrit classique par le upyÄ upayukta [pp. upayuj] a. m. n.
visarga. f. upayuktā employé, utilisé ; consommé |
upmy upamanyú [upa-manyu] a. m. n. f. em- applicable, utile ; juste ; digne de.
pressé, zélé, obéissant — m. myth. np. du r.s.i upyj^ upayuj [upa-yuj1 ] v. [7] pr. md.
Upamanyu “Obéissant”, élève de Dhaumya ; il (upayuṅkté) pp. (upayukta) s’approprier ; entre-
donnait à son maı̂tre la nourriture qu’il recevait prendre ; se soucier de, adhérer à, être dévoué
en aumônes ; ce dernier lui ordonna de ne pas à | jouir de, utiliser | employer quelqu’un —
mendier pour son propre compte, ni de boire le ps. (upayujyate) être employé, être utilisé ; être
lait des vaches, ni même la mousse du lait au utile à — ca. (upayojayati) employer, utiliser.
muffle des veaux ; il mangea d’une écorce em- upyog upayoga [upayuj] m. emploi, usage ;
poisonnée, devint aveugle, tomba dans un puits, utilisation ; utilité | consommation, jouissance ;
et recouvra la vue en priant les Aśvinau. acquisition (not. de connaissances).
upmA upamā1 [upa-mā1 ] v. [3] pr. md. (upa- upayogam . gam être utilisé, être employé.
mimı̄te) pp. (upamita) [“mesurer une chose avec upayogam . vraj id.
une autre”] comparer. upayogin [-in] a. m. n. f. upayoginı̄ conve-
upmA upamā2 [f. upama] f. comparaison ; res- nable, utile ; utilisable, approprié, pertinent.
semblance | similarité | gram. synonyme ; rhét. upr úpara [upa] a. m. n. f. uparā sous ;
métaphore, simile — ifc. similaire à, qui res- postérieur ; proche — m. soc. pierre support de
semble à, tel un, comme. la meule à soma.
amaropamā a. m. n. tel un immortel. uprt uparata [pp. uparam] a. m. n. f. uparatā
upamārtha [artha] m. raison d’une ressem- cessé ; indifférent ; disparu, mort.
blance ; sens d’une image. uprEt uparati [uparam] f. repos ; recueille-
upamārthena figurativement. ment | mort | phil. [vedānta] le recueillement,
upmAn upamāna [upamā1 -na] n. standard l’une des 6 vertus cardinales [s.at.sampad] ; sa
de comparaison | phil. [nyāya] l’identification, pratique implique la cessation de tous les de-
un des 4 moyens de connaissance légitimes voirs concernant les sacrifices.

114
upr× uparatna [upa-ratna] n. pierre semi- uplB^ upalabh [upa-labh] v. [1] pr. md. (upa-
précieuse : gomeda l’hyacinthe, pus.yarāga la to- labhate) pp. (upalabdha) prendre, s’emparer
paze, vaid.ūrya l’œil-de-chat et pravāla le corail. de, saisir ; obtenir | percevoir, comprendre, re-
uprm^ uparam [upa-ram] v. [1] pr. md. (upara- connaı̂tre — ca. (upalambhayati) faire obtenir ;
mate) pp. (uparata) cesser, se reposer, s’arrêter ; faire comprendre.
s’abstenir de, renoncer à habl.i. uplMB^ upalambh [ca. upalabh] v. [10]
upEr upári [upa] adv. au-dessus ; en outre ; pr. (upalambhayati) faire obtenir ; faire com-
après — prép. au-dessus de, au delà de hacc. loc. prendre.
g. abl.i ; après habl.i | à propos de, vis-à-vis de, uplMB upalambha [upalambh] m. obtention
en ce qui concerne hg.i — ifc. sur k ang. over ; | perception, compréhension ; reconnaissance.
all. über. upalambhaka [-ka] a. m. n. f. upalambhakā
uparyupari [red.] prép. loin au dessus de. qui obtient | qui perçoit | qui fait percevoir ; qui
kailāsaśikharopari adv. au sommet du Mont rappelle.
Kailāsa. upalambhana [-na] n. perception rapide ; in-
uparicara [cara] m. myth. [Mah.] np. d’Upa- telligence.
ricara “Qui va dans les airs (avec le char aérien uplA úpalā f. meule (supérieure).
que lui donna Indra)” épith. du roi Vasu1 du upElp^ upalip [upa-lip] v. [6] pr. (upalimpáti)
pays Cedi ; son épouse est Girikā, qui lui donna pp. (upalipta) enduire, oindre ; salir ; épandre,
cinq fils dont Br.hadratha ; un jour de Printemps lisser (not. la bouse [gomaya]).
où la Reine était indisposée, il alla chasser dans upvÑn upavañcana [upa-vañcana] n. ap-
la forêt et émit du sperme, qu’il confia à un proche chancelante.
milan, mais qui tomba dans la Yamunā et fut upvn upavana [upa-vana] n. sous-bois ; bos-
mangé par la nymphe-poisson Adrikā ; dans son quet.
ventre on trouva Matsyagandhı̄ (future Satya-
upvZ ^ upavarn. [upa-varn.] v. [10] pr.
vatı̄) et Matsya1 ; Indra lui donna une guir-
(upavarn.ayati) décrire, détailler, raconter.
lande éternellement fraı̂che [vaijayantı̄mālā], le
protégeant de toute blessure tant qu’il la porte-
upvs^ upavas [upa-vas1 ] v. [1] pr. (upavasati)
pp. (upos.ita) rester, demeurer |jeûner, s’abstenir
rait ; ainsi qu’un bâton de bambou [ven.udan.d.a]
de nourriture ; pratiquer la continence.
à planter en terre pour célébrer le festival d’In-
dra [indrotsava], qu’il institua ; il bâtit un grand
upvh^ upavah [upa-vah1 ] v. [1] pr. (upavahati)
empire, était l’ami d’Indra et de Garud.a, un pp. (upod.ha) porter près de, amener ; procurer.
dévot de Vis.n.u, un membre influent du conseil upvAs upavāsa [upavas] m. soc. [vinaya]
du Yama, et il monta finalement au ciel de jeûne, fête jeûnée ; abstinence de gratifications
Brahmā. sensuelles.
uparibhūmi [bhūmi] adv. au dessus du sol. upavāsin [-in] agt. m. f. upavāsinı̄ qui pra-
uparimartya [martya] a. m. n. f. uparimartyā tique le jeûne, l’abstinence.
surhumain — m. surhomme [“au-dessus des upEvA upavidyā [upa-vidyā] f. connaissance
mortels”]. inférieure ; science profane.
upáris.t.āt adv. en haut ; de dessus. upEvf^ upaviś [upa-viś1 ] v. [6] pr. md.
uparis.t.ha var. uparistha [stha] a. m. n. f. (upaviśate) pp. (upavis.t.a) pf. (sam) venir près
uparis.t.hā qui se tient au-dessus, situé sur. de, s’asseoir auprès de |se coucher (soleil) ; culti-
upzD^ uparudh [upa-rudh2 ] v. [7] pr. ver (sol) ; se vouer à — ps. (upaviśyate) être assis
(uparun.addhi) pp. (uparuddha) bloquer, — ca. (upaviśyati) faire asseoir, installer.
arrêter, entraver, obstruer, empêcher ; assiéger. upaviśyatām adr. asseyez-vous (ps. imp. “qu’il
upzD uparudha [pp. uparudh] a. m. n. f. upa- s’asseye ici”).
rudhā bloqué, arrêté, empêché. upEvq upavis.a [upa-vis.a] n. narcotique,
up !pk uparūpaka [upa-rūpaka] n. lit. genre drogue — f. upavis.ā natu. bot. Aconitum ferox,
mineur de théâtre. aconit féroce, renonculacée herbacée aux fleurs
uproD uparodha [uparudh] m. entrave, blo- bleues ; sa racine contient l’alcaloı̈de pseudaco-
cage, obstruction, obstacle | trouble ; insulte. nitine, un poison violent.
uparodhana [-na] n. entrave, blocage, obs- upEv£ upavis.t.a [pp. upaviś] a. m. n. f.
truction, obstacle. upavis.t.ā assis.
uplND upalabdha [pp. upalabh] a. m. n. f. upvFt úpavı̄ta [pp. upavyā] a. m. n. f. upavı̄tā
upalabdhā saisi ; compris ; perçu, reconnu. entouré | soc. ceint du cordon brahmanique

115
— n. fait de ceindre ce cordon | soc. cor- ups\g}h^ upasam.grah [upa-sam.grah] v. [9] pr.
don sacré des dvija ; formé de 6 brins de co- (upasam . gr.hn.āti) soc. prendre les pieds de qqn.
ton pour les brahmanes, il est porté en diago- dans ses mains en signe de respect.
nale entre l’épaule gauche et le flanc droit ; son ups\g}h upasam.graha [upa-sam.graha] m. ac-
nœud contient Brahmā ; cf. upanayana, anujāta, tion de saisir ou de toucher en manière de sup-
vı̄tasūtra, nivı̄ta. plication.
upvt^ upavr.t [upa-vr.t1 ] v. [1] pr. md. (upavar- upasam . grahan.a [-na] n. soc. geste d’hom-
tate) pp. (upavr.tta) pf. (sam) approcher ; échoir mage (not. envers son guru) où l’on se touche
à ; se reposer. les oreilles avec les mains qu’on croise ensuite
upv d upaveda [upa-veda] m. lit. science mi- en les pressant sur les pieds de la personne avec
neure, art ; ensemble de textes complémentaires la tête baissée.
du Veda ; on liste : la médecine ou Āyurveda, upsd^ upasad1 [upa-sad1 ] v. [1] pr. (upası̄dati)
l’archerie ou Dhanurveda, la musique ou pp. (upasanna) s’asseoir sur | s’asseoir près
Gāndharvaveda, et la science des armes de, s’approcher respectueusement de ; sollici-
ou Śastraśāstra ; mais aussi : l’architecture ter l’instruction d’un maı̂tre ; révérer — ca.
ou Sthāpatyaveda, le savoir artistique ou (upasādayati) placer sur ou à côté de.
Śilpaśāstra et la science du gouvernement ou Ar- upsd^ upasad2 [upasad1 ] a. m. n. f. qui s’as-
thaśāstra. seoit près de, qui s’approche respectueusement
upv f upaveśá [upaviś] m. fait de s’asseoir ; de ; qui honore.
fait de se mettre à une tâche | myth. np. du r.s.i
upsà upasanna [pp. upasad1 ] a. m. n. f. upa-
Upaveśa.
sannā placé sur ; approché de (pour instruction,
upaveśana [-na] n. action de s’asseoir ; at-
protection ou culte).
tente paisible.
upv Ef úpaveśi m. Upaveśi, np. d’homme. upsm-t upasamasta [upa-samasta] m. gram.
constituant d’un composé.
up&yA upavyā [upa-vyā] v. [4] pr. md. (upa-
vyayate) pp. (upavı̄ta) ceindre le cordon brah-
ups\pd^ upasam.pad1 [upa-sam.pad1 ] v. [4] pr.
md. (upasam . padyate) pp. (upasam . panna) ob-
manique.
tenir, réussir à | égaler ; être équivalent à — ca.
up&yAHyAn upavyākhyāna [upa-vyākhyāna]
(upasam . pādayati) amener près de, rapprocher
n. explication, interprétation.
de | procurer | bd. donner l’ordination, recevoir
up&yAG} upavyāghra [upa-vyāghra] m. natu.
comme moine.
zoo. léopard — f. upavyāghrı̄ natu. léopard fe-
melle. ups\pd^ upasam.pad2 [upasam.pad1 ] f. bd. or-
upfm^ upaśam [upa-śam1 ] v. [4] pr. dination supérieure, entrée dans les ordres | var.
(upaśāmyati) pp. (upaśānta) se calmer, se upasam . padā id..
tranquilliser ; s’éteindre. upasam . padājñapti [ājñapti] f. lit. np. de
upfm upaśama [upaśam] m. fait de se calmer, l’Upasam . padājñapti, manuel d’ordination bd..
assagissement ; quiétude ; arrêt, cessation. upsg upasarga [upasr.j] m. événement ; as-
upfAt upaśānta [pp. upaśam] a. m. n. f. sujettissement ; malheur, mal, accident | gram.
upaśāntā calmé, pacifié. postposition [“qui soumet à une dépendance”] ;
upfF upaśı̄ [upa-śı̄1 ] v. [2] pr. md. (upaśete) préverbe.
être étendu le long de ; être couché avec. upasargārtha [artha] m. gram. usage d’un
up™ upaśru [upa-śru] v. [5] pr. (upaśr.n.óti) pp. préverbe ou postposition.
(upaśruta) entendre ; entendre dire, apprendre. upsj n upasarjana [upasr.j-ana] n. acte de
up™Et upaśruti [upaśru-ti] f. fait d’entendre ; verser sur, d’agir sur ; action, imposition ;
rumeur | prophétie d’un oracle. dépendance, contrôle, commande | gram. com-
ups\hAr upasam.hāra [upasam.hr.] m. fin ; posant secondaire ou subordonné d’un mot com-
conclusion, épilogue | résumé. posé ; opp. pradhāna — a. m. n. f. upasarjanā
ups\ã upasam.hr. [upa-sam.hr.] v. [1] pr. md. subordonné à, auxiliaire de — f. upasarjanı̄ in-
(upasam . harate) pp. (upasam . hr.ta) mettre en fusion.
contact | retirer, refuser, supprimer, anéantir ; upsA(vn upasāntvana [upa-sāntvana] n. acte
résumer, interrompre | approcher de soi. d’apaisement ou de réconciliation ; consolation
ups\gm^ upasam.gam var. upasaṅgam [upa- de hg. iic.i | pl. upasāntvanāni bonnes paroles.
sam . gam] v. [1] pr. md. (upasam . gacchate) pp. upsd upasunda [upa-sunda] m. myth. np. du
(upasam . gata) s’approcher de, se joindre à. daitya Upasunda, qui s’entre-tua avec son frère

116
Sunda pour la possession de Tilottamā. hommage à ; adorer, prier | servir, se tenir aux
ups upasr. [upa-sr.] v. [1] pr. (upasarati) pp. ordres de | tomber au pouvoir de.
(upasr.ta) pf. (sam) s’approcher. up-TAn upasthāna [upasthā-na] n. fait de
upsj^ upasr.j [upa-sr.j1 ] v. [6] pr. (upasr.jati) d’approcher ; fait de servir, de rendre hommage.
pp. (upasr.s.t.a) relâcher ; répandre sur, arroser ; up-pf n upasparśana [upaspr.ś-ana] n. ablu-
émettre | rapprocher ; accompagner, mener (un tion ; bain.
veau à sa mère) | venir en contact avec, mettre up-pf^ upaspr.ś [upa-spr.ś1 ] v. [6] pr. (upa-
en contact ; ajouter à | visiter ; affliger, tomber spr.śati) pr. md. (upaspr.śate) pp. (upaspr.s.t.a) ca-
sur ; assujettir, soumettre, faire subir, contrôler. resser | toucher (not. l’eau pour se purifier) ; se
upsp^ upasr.p [upa-sr.p] v. [1] pr. (upasarpati) baigner.
pp. (upasr.pta) ramper vers, s’approcher en ram- upht upahata [pp. upahan] a. m. n. f. upa-
pant de hacc.i ; approcher sexuellement ; épier hatā atteint de, affecté par, gâté par | empêché,
| se mettre à hinf.i — ca. (upasarpayati) faire contesté, contredit.
s’approcher. uphn^ upahan [upa-han1 ] v. [2] pr. (upahanti)
upsØ upasr.pta [pp. upasr.p] a. m. n. f. pp. (upahata) frapper, heurter ; empêcher, en-
upasr.ptā possédé sexuellement. dommager.
ups£ upasr.s.t.a [pp. upasr.j] a. m. n. f. upasr.s.t.ā uphAs upahāsa [upa-hāsa] m. raillerie, af-
émis ; envoyé, mené |not. (veau) mené à sa mère ; front.
(lait) suçé par le veau | muni de | gram. pourvu upã upahr. [upa-hr.1 ] v. [1] pr. (upaharati) pp.
d’un préverbe | visité par, affligé de, emcombré (upahr.ta) tirer à soi ; offrir — ca. (upahārayati)
de, souffrant de | possédé par (dieu, démon) — présenter, offrir.
n. coı̈t. upãt upahr.ta [pp. upahr.] a. m. n. f. upahr.tā
ups cn upasecana [upa-secana] n. sauce offert.
(versée sur un mets). upA\f upām.śu [upa-am.śu] adv. [“en attendant
ups v^ upasev [upa-sev] v. [1] pr. md. (upase- le soma”] à voix basse |en secret — m. soc. prière
vate) pp. (upasevita) fréquenter, pratiquer |être murmurée (dans la liturgie véd., avant d’amener
au service de, rendre honneur à. le soma).
ups vA upasevā [upasev] f. action d’honorer ; upAkrZ upākaran.a [upākr.-ana] n. mise en
train, commencement | soc. début de la lecture
fait d’être dévoué à.
du Veda.
ups Evn^ upasevin [upasev-in] ifc. agt. m. f. upAkm n^ upākarman [upākr.-man] n. soc.
upasevinı̄ qui rend hommage à.
début des études védiques ; cf. utsarjana.
up-kr upaskara [upakr.] m. ustensile, acces- upAk upākr. [upa-ākr.] v. [8] pr. (upākaroti)
soire. pp. (upākr.ta) donner, transmettre ; se procurer,
up-k upaskr. cf. upakr.. obtenir | préparer (not. une cérémonie sacrée) ;
up-kt upaskr.ta [pp. upakr.] a. m. n. f. entreprendre.
upaskr.tā obtenu par effort ; altéré ; suppléé. upAHyA upākhyā [upa-ākhyā2 ] f. surnom.
up-tFZ upastı̄rn.a [pp. upastr̄.] a. m. n. f. upAHyAn upākhyāna [upa-ākhyāna] n. lit.
upastı̄rn.ā jonché de, tapissé de. court récit auxiliaire, épisode.
up-t upastr̄. [upa-str̄.] v. [9] pr. (upastr.n.āti) upAE`n upāgni [upa-agni] ind. sur le feu.
pp. (upastı̄rn.a) étaler, éparpiller, couvrir de hi.i. upA½ upāṅga [upa-aṅga1 ] n. subdivision ;
up-T upástha [upasthā] m. sexe ; not. va- complément, annexe ; partie auxiliaire d’un sa-
gin, organe génital féminin | phil. [sām . khya] voir | lit. littérature auxiliaire du Veda ; not.
faculté [karmendriya] de reproduction, dont le légendes mythologiques [purān.a], textes de lois
régent [niyantr.] est Prajāpati ; son élément [dharmaśāstra], traités annexes [vedāṅga] | jn.
[bhūta] prédominant est ap l’eau ; la perception classe de textes sacrés jaı̈ns.
[tanmātra] associée est la saveur [rasa] qui excite upA upātta [pp. upādā] a. m. n. f. upāttā
le sens [buddhı̄ndriya] du goût [jihvā]. résultant de.
upasthadaghna [daghna] a. m. n. f. upastha- upAdA upādā [upa-ādā] v. [3] pr. md.
daghnā f. upasthadaghnı̄ (de l’eau) jusqu’aux (upādadate) pp. (upātta) pfp. (upādeya) abs.
fesses. (upādāya) recevoir, accepter ; saisir, prendre.
up-TA upasthā [upa-sthā1 ] v. [1] pr. upAdAn upādāna [upādā-na] n. fait de s’appro-
(upatis.t.hati) pr. md. (upatis.t.hate) pp. (upas- prier ; acquisition | bd. l’attachement, 9e cause
thita) se tenir auprès de ; s’approcher de, rendre de souffrance [pratı̄tyasamutpāda] | phil. [nyāya]

117
cause matérielle (opp. nimitta, cause matérielle) upAlB^ upālabh [upa-ālabh] v. [1] pr. md.
| soc. le prélude au don, un pañcopāsana selon (upālabhate) pp. (upālabdha) réprimander,
Rāmānuja. blâmer.
upādānopādeya [upādeya] m. phil. [nyāya] la upAlMB upālambha [upālabh] m. reproche,
cause et l’effet. blâme, réprimande.
upādānopādeyabhāva [bhāva] m. phil. upAlMBn upālambhana [-na] n. reproche ;
[nyāya] relation de cause à effet. censure.
upAdAy upādāya [abs. upādā] ind. ayant pris ; upAEl upāli m. bd. np. d’Upāli, disciple prin-
ayant reçu — prép. y compris ; grâce à hacc.i. cipal de Buddha ; il récita les règles monastiques
upAd y upādeya [pfp. [1] upādā] a. m. n. f. [vinaya] lors du premier concile bd. de Rājagaha,
upādeyā qui doit être pris ; nécessaire — n. phil. 3 mois après son parinirvān.a.
[nyāya] l’effet. upAf^ upāś [upa-aś1 ] pf. (sam) [inusité sans
upADA upādhā [upa-ādhā] v. [3] pr. pf.].
(upādádhāti) pp. (upāhita) placer sur — upA™y upāśraya [upāśri] m. appui, support ;
pr. md. (upādhatté) saisir ; prendre ; séduire coussin | soc. courroie de méditation, utilisée
(une femme). pour retenir les jambes dans des postures de
upAED upādhi [upādhā] m. substitut, substi- yoga ; cf. yogapat.t.aka.
tution ; condition, postulat ; attribut, appella- upAE™ upāśri [upa-āśri] v. [1] pr. (upāśrayati)
tion | apparence, déguisement ; tromperie | phil. s’appuyer sur, se reposer sur | chercher refuge
condition contingente de l’être. en, s’abandonner à.
upADF upādhı̄ [upa-adhı̄] v. [2] pr. (upādhyeti) upAs^ upās [upa-ās2 ] v. [2] pr. md. (upāste)
pr. md. (upādhı̄te) pp. (upādhı̄ta) répéter, lire ; pp. (upāsita) pf. (pari) être assis auprès de ; ho-
apprendre. norer, servir, se dévouer à | être en attente (not.
d’instructions) ; s’attendre à |se soumettre à ; en-
upA@yAy upādhyāya [upādhı̄] m. maı̂tre,
durer, subir | s’approcher de, entrer dans l’état
précepteur, directeur spirituel — ifc. titre de
de ; considérer, savoir, connaı̂tre.
lettré, formant des noms propres.
upādhyāyāt purān.am
upAsk upāsaka [upās-aka] a. m. n. f. upāsikā
. śr.n.oti Il écoute le purān.a serviteur | adepte ; fidèle, disciple | occupé de ;
de la bouche du maı̂tre.
ayant l’intention de |bd. disciple laı̈c de Buddha ;
upAnh^ upānáh [upanah] f. sandale ; chaussure.
opp. bhiks.u.
upAt upāntá [upa-anta] n. [“proximité de la upAsn upāsana [upās-ana] n. hommage, res-
limite”] voisinage, bord. pect ; soumission à ; adoration, dévotion, service
upAy upāya [upe1 ] m. approche, moyen, | soc. rite d’adoration d’une divinité ; Rāmānuja
procédé ; expédient, stratagème, ruse ; avan- l’a codifié en 5 étapes [pañcopāsana] — ifc.
tage | ce par quoi on atteint le but, avan- connaissance de — f. upāsanā id.
tage, score (cf. apāya) | soc. rituel conjurant upA-y upāsya [pfp. [1] upās] a. m. n. f. upāsyā
une occasion défavorable | bd. vérité conven- respectable, à honorer ; vénérable, qu’on doit
tionnelle ; cf. sam . vr.ti | phil. stratagème pour adorer, qui fait l’objet d’un culte | qu’on doit
subjuguer un adversaire ; on en compte 4 : la approcher ; qu’on doit servir ; qu’il faut subir | à
négociation [sāman], la corruption [dāna], la tra- connaı̂tre, à savoir — ind. ayant honoré, ayant
hison [bheda] et l’attaque frontale [dan.d.a] ; cf. rendu hommage à.
bala | lit. [tantra] désigne le yogin dans la sym- up upe1 [upa-i] v. [2] pr. (upaiti) pp. (upeta)
bolique bd. érotique. abs. (upetya) pf. (abhi, sam) s’approcher de,
upāyatas [-tas] adv. par un expédient ; par la aller vers ; rencontrer, approcher sexuellement ;
ruse. entreprendre — pr. md. (upite) atteindre ; avoir
upāyana [-na] n. approche ; arrivée. en partage.
upAr^ upār [upa-r.] pft. (upāra) s’approcher de ; up upe2 [upa-e] v. [2] pr. (upaiti) pp. (upeta)
se hâter vers | faire une erreur ; transgresser. abs. (upetya) pf. (abhi) s’approcher de, venir
upAr upārá [upār] m. transgression ; péché. vers ; approcher sexuellement — pr. md. (upite)
upAj^ upārj [upa-r.j] v. [1] pr. (upārjati) pp. atteindre ; avoir en partage.
(upārjita) ca. (upārjayati) procurer ; acquérir, up"^ upeks. [upa-ı̄ks.] v. [1] pr. md. (upeks.ate)
obtenir, gagner. pp. (upeks.ita) négliger, laisser en plan |
upAEj t upārjita [pp. upārj] a. m. n. f. upārjitā percevoir ; supporter, souffrir ; prendre égard à,
obtenu, gagné. superviser ; accorder.

118
up
"Z upeks.an.a [upeks.-ana] n. laisser-aller, fois.
négligence ; indifférence. ubhayatva [-tva] n. état d’être double ; se dit
up
"A upeks.ā [upeks.] f. négligence ; in- not. de la voyelle ‘u’ dans le pran.ava om ..
différence | égalité d’humeur, sérénité | phil. ubhayathā [-thā] adv. id. |des deux manières.
l’équanimité, une des quatre qualités morales ubhayapada [pada] a. m. n. f. ubhayapadā
[brahmavihāra] k pali upekkhā. gram. (se dit d’un composé) dont les deux
up
t upeta [pp. upe1 ] a. m. n. f. upetā ap- membres sont hiic.i | gram. (se dit d’un vb.) se
proché ; servi par ; entré dans tel état | muni de, conjuguant à la voix active [parasmaipada] et à
pourvu de, possédant. la voix réfléchie [ātmanepada].
up
(y upetya [abs. upe1 ] ind. ayant approché ; ubhayapadin [-in] agt. m. f. ubhayapadinı̄
ayant atteint — prép. concernant. gram. vb. se conjuguant à la fois en parasmai-
up
dý upendra [upa-indra] m. myth. np. pada et en ātmanepada.
d’Upendra “Cadet d’Indra”, épith. de Vis.n.u en ubhayavyañjana [vyañjana] n. hermaphro-
tant que dernier né d’Aditi, titre décerné par In- dite.
dra à Kr.s.n.a ; on le représente enfant [bālarūpin] ; umA umā f. myth. np. d’Umā “Lumière”,
aussi épith. de Vis.n.u comme le nain Vāmana. épith. de Durgā-Pārvatı̄, épouse de Śiva-
upoY upod.ha [pp. upavah] a. m. n. f. upod.hā Maheśvara.
proche ; prochain ; avancé, amené — iic. qui va umāpati [pati] m. myth. np. d’Umāpati,
— f. upod.hā seconde épouse. épith. de Śiva “époux d’Umā”.
upod.hatapas [tapas1 ] a. m. n. f. qui est sur umāmaheśvara [maheśvara] m. myth.
le point d’accomplir des austérités. représentation iconographique d’Umā enlacée
upoŠAt upodghāta [upoddhan] m. introduc- avec Maheśvara, symbolisant la dissolution de
tion, préface ; commencement | lit. épisode nar- la dualité issue de l’ignorance.
ratif intercalaire |lit. exemple, illustration ; rhét. ur ura iic. pour uras.
outil d’exégèse. urága [ga] m. serpent [“qui rampe”] |
upoˆn^ upoddhan [upa-uddhan] ca. myth. dragon ou esprit-serpent [nāga] ; not. np.
(upodghātayati) parler en premier, intro- d’Uraga “Qui va sur la poitrine (de Śiva)”.
duire, commencer. urs^ úras [r.] n. poitrine.
upoEqt upos.ita [pp. upavas] a. m. n. f. upos.itā uraska [-ka] ifc. agt. m. f. uraskā à la poitrine
qui jeûne, qui a jeûné — n. jeûne. hiic.i.
uØ upta1 [pp. vap1 ] a. m. n. f. uptā1 rasé. urasya [-ya] a. m. n. f. uraskā concernant
uØ upta2 [pp. vap2 ] a. m. n. f. uptā2 semé, la poitrine ; pectoral ; venant de la poitrine |
répandu.
√ nécessitant l’usage de la poitrine | légitime (fils
uB^ ubh v. [9] pr. (ubhnāti) v. [6] pr. [“issu de sa propre poitrine”]) ; syn. aurasa —
(umbháti) pp. (ubdhá) pf. (apa) unir ; accoupler m. sein.
| couvrir ; confiner. urEs urasi [loc. uras] iic.
uB ubhá [ubh] pn. m. n. f. ubhā du. les deux, urasiloma [loma] a. m. n. à la poitrine velue.
tous deux k gr. αµφω ; lat. ambo ; fr. ambigu. urF urı̄ var. ūrı̄ [relié à uras] part. indique l’as-
āvāmubhau nous deux. sentiment, l’accord ou la promesse.
uBy ubháya [ubha-ya] a. m. n. f. ubhayı̄ l’un urı̄ kr. acquiescer, agréer ; consentir, promettre,
et l’autre, les deux ; des deux sortes | phil. les accorder.
deux mondes ; le ciel et la terre. uz urú a. m. n. f. urvı̄ large, grand ; étendu,
ubhayakāma [kāma] a. m. n. f. ubhayakāmā spacieux ; excessif ; excellent — n. l’espace,
qui désire les deux. l’étendue — adv. loin, au loin ; largement — f.
ubhayacakravartin [cakravartin] m. souve- urvı̄ terre ; chemin.
rain des deux mondes. urum . kr. faire de la place pour ; donner une op-
ubhayátas [-tas] adv. des deux côtés, dans les portunité à ; soulager.
deux cas, les deux à la fois ; de part et d’autre urum . vr.t circonscrire, comprendre.
de hacc. g.i. urukrama [krama] m. myth. np. d’Uru-
ubhayatah.sasya [sasya] a. m. n. f. krama, épith. de Vis.n.u-Trivikrama “Qui en-
ubhayatah.sasyā qui fait deux récoltes par jambe les trois mondes”.
an. urugāya [gāya] m. myth. np. d’Urugāya,
ubhayatra [-tra] adv. des deux côtés, aux épith. de Vis.n.u-Trivikrama “Qui parcourt l’Es-
deux endroits ; dans les deux cas, les deux à la pace”.

119
urucákri [cakri] a. m. n. f. qui fait de grandes Yudhis.t.hira, elle ressuscita celui-ci grâce à un
œuvres | qui soulage, qui libère (de habl.i). joyau magique.
am. hor urucakri qui libère de l’angoisse. uSkA ulkā [us.] f. météore ; nuée ardente |
uruviśā [viśā] f. géo. np. d’Uruviśā torche ; feu de paille | astr. l’un des 8 as-
l’“Excellent pays”, épith. de l’Orissa. pects de corps célestes utilisés pour décrire
uruvyácas [vyacas] n. qui s’étend largement. une configuration de naissance [daśā] en astro-
uruśr.ṅga [śr.ṅga] n. arch. réduction de logie prédictive [jyotis.a] | phil. [tantr.] np. de
pavillon dans une toiture pyramidale ; syn. Ulkā “Astrale”, l’une des 8 puissances divines
aṅgaśikhara. [yoginı̄].
urūn.asá [nasa] a. m. n. f. urūn.asā qui a un uSb ulba var. ulva [vr.1 ] n. enveloppe ; not.
gros nez | myth. au gros muffle (se dit des chiens membrane entourant l’embryon k lat. volva.
de Yama). uSbZ ulban.á [ulba-na] a. m. n. f. ulban.ā abon-
uzq^ urus. [vn. uru] v. [4] pr. (urus.yáti) dis- dant, massif, épais ; gros ; grossier, noueux, gru-
tancer, s’échapper | mettre à distance, sauver. meleux — ifc. abondamment muni de, foison-
uv rA urvarā [uru-vará2 ] f. [“la meilleure ter- nant de.
re”] sol fertile. u¥½^ ullaṅg [ut-laṅg] ca. (ullaṅgayati) pp.
uv fF urvaśı̄ var. ūrvaśı̄ [uru-aś1 ] f. myth. (ullaṅgita) abs. (ullaṅgya) sauter par dessus, en-
np. de la nymphe [apsaras] Urvaśı̄ ou Ūrvaśı̄ jamber ; transgressser.
“l’Immense”, née d’une fleur posée sur la cuisse u¥MPn ullamphana [ut-lamphana] n. saut
de Nārāyan.a ; [MP.] Indra ayant cherché à u¥s^ ullas [ut-las] v. [1] pr. (ullasati) pp. (ul-
détourner Vis.n.u de ses austérités avec des lasita) briller, irradier ; se manifester, apparaı̂tre
nymphes, celui-ci produisit de sa cuisse la très | danser ; jouer, être joyeux | s’agiter, trembler,
belle Urvaśı̄ ; devant sa grande beauté Mitra sautiller — ca. (ullāsayati) faire briller ; divertir,
et Varun.a [Mitrāvarun.au] répandirent leur se- amuser | faire danser, agiter.
mence qu’elle mêla dans un pot pour don- u¥Est ullasita [pp. ullas] a. m. n. f. ullasitā
ner naissance à Agasti ; le reste de la semence brillant ; manifeste ; tirée (épée).
donna naissance à Vasis.t.ha, qui avait perdu son u¥As ullāsa [ullas] m. lumière, splendeur ; ap-
corps par malédiction de Nimi ; elle personni- parition | joie, bonheur ; prospérité | lit. rhét.
fie l’Aube ; elle est invoquée pour obtenir le mise en valeur par comparaison | lit. division
succès en amour ; ses amours avec Purūravā, d’un ouvrage.
dont elle enfanta d’Āyu, sont contées dans la uE¥K^ ullikh [ut-likh] v. [6] pr. (ullikhati)
Vikramorvaśı̄. pp. (ullikhita) inciser, graver ; gratter ; ciseler
uvA z urvāru [relié à urvarā] m. f. natu. bot. | tailler, polir ; élucider, faire apparaı̂tre.
Cucumis utilissimus, sorte de courge, dont le uE¥EKt ullikhita [pp. ullikh] a. m. n. f. ulli-
fruit est le concombre ; syn. karkat.ı̄ | var. irvāru khitā incisé ; ciselé ; gratté, poli, taillé.
var. ı̄rvāru var. ervāru id. uf^ uś cf. vaś.
urvāruka [-ka] n. natu. son fruit, le uft^ uśat [ppr. vaś] a. m. n. f. uśatı̄ désirable,
concombre. charmant.
ulp ulapa [val] m. natu. variété d’herbe ufns^ uśánas [uś] m. [sg. nom. uśanā] myth.
tendre — f. ulapā id. np. du sage [r.s.i] Kāvya Uśanā “le Subjugateur”,
ulk úlūka m. natu. hibou | myth. [Mah.] np. précepteur [ācārya] des démons [asura], identifié
d’Ulūka “Oiseau de malheur”, fils de Śakuni, au graha Śukra, régent de Vénus ; ennemi de son
envoyé par Duryodhana pour provoquer les rival Br.haspati, il fut l’allié de Candra dans la
pān.d.avās à la guerre. guerre à propos d’Étoile [tārakāmayayuddha].
ulKl ulūkhala n. mortier (à piler le riz) ; bol uEfj^ uśij [uś] a. m. n. f. désirable, charmant.
en bois | véd. mortier à préparer le soma. ufF uśı̄ [uś] f. souhait.
ulp ulūpa m. cf. ulapa — f. ulūpı̄ myth. uśı̄nara [nara] m. géo. nom d’un peuple
[Mah.] np. d’Ulūpı̄, fille du roi nāga Kaura- ancien et de leur pays au centre de l’Inde |
vya ; lors de son exil, Arjuna l’épousa, et elle myth. np. d’Uśı̄nara, descendant de Yayāti par
lui donna le pouvoir de vaincre les créatures Anudruhyu, leur ancêtre fondateur ; il épousa
aquatiques ; Irāvān est leur fils ; lorsque Babh- Mādhavı̄, qui lui donna son fils aı̂né Śibi ; cf.
ruvāhana tua son père Arjuna qui l’avait mis Gālava | pl. uśı̄narās les Uśı̄narās, habitants du
au défi de s’opposer au sacrifice du cheval de pays uśı̄nara ; syn. bhojās.

120

uq^ us. [relié à vas4 ] v. [1] pr. (os.ati) aor. [5] UY ūd.há1 [pp. vah1 ] a. m. n. f. ūd.hā1 porté,
(aus.ı̄t) pp. (us.t.á) brûler ; briller | tourmenter, conduit, mené, transporté — f. ūd.hā1 épouse.
punir k lat. ustus. ūd.haratha [ratha] a. m. n. f. ūd.harathā attelé
uqs^ us.ás [us.] f. l’aurore | véd. np. d’Us.ā à un chariot.
“la Brillante”, personnifiant l’Aurore ; elle com- UY ūd.há2 [pp. ūh] a. m. n. f. ūd.hā2 conclu,
mença la Création au matin du monde par l’in- inféré.
ceste primordial avec son père Prajāpati ; on la Ut ūta var. utá2 [pp. vā3 ] a. m. n. f. ūtā tissé.
dit commune épouse des Aśvinau ; cf. Mr.gaśiras, UEt ūtı́ [av-ti] f. aide, secours ; réconfort |
Rohin.ı̄, Marı̄ci1 — f. us.ā l’aurore | myth. [Mah.] nourriture, boisson.
np. d’Us.ā1 “Aurore”, fille de l’asura Bān.a ; UDn^ ūdhan n. [sg. nom. acc. ūdhar] mamelle,
ayant vu Aniruddha en rêve, elle le fit venir par pis ; sein — f. ūdhnı̄ ifc. id. k lat. ūber ; ang.
magie dans son château, où Bān.a le retint pri- udder.
sonnier ; Kr.s.n.a et Pradyumna vinrent le libérer, UDs^ ūdhas iic. pour ūdhan.
et Aniruddha épousa Us.ā1 k gr. oς ; lat. au- ūdhasya [-ya] n. lait.
rorā ; all. Ostera ; ang. East ; fr. aurore. Un ūná a. m. n. f. ūnā déficient ; moindre de
us.asi adv. à l’aurore ; le matin. hi.i — iic. diminué d’un ; not. forme des num. en
us.ā adv. à l’aube. 9 ; opp. adhika — ifc. moins k ang. wane.
uEqt us.ita var. us.t.a2 [pp. vas1 ] a. m. n. f. us.itā ūnasaptati 69.
passé (temps) | qui a séjourné. ekonavim . śati 19.
uEq(vA us.itvā [abs. vas1 ] ind. ayant séjourné. pañconam . śatam 95.
u£ us.t.a1 [pp. us.] a. m. n. f. us.t.ā brûlé. Uz ūrú m. cuisse.
u£ us.t.a2 var. us.ita [pp. vas1 ] a. m. n. f. us.t.ā ūrudaghna [daghna] a. m. n. f. ūrudaghnā f.
passé (temps) | qui a séjourné.
ūrudaghnı̄ (de l’eau) jusqu’à la cuisse.
u£~ ús.t.ra [us.-tra] m. natu. zoo. chameau — f. √
Uj^ ūrj1 [relié à vr.j] ca. (ūrjayati) pp.
us.t.rı̄ natu. chamelle.
(ūrjita) renforcer, revigorer, rafraı̂chir — ca. md.
us.t.ramukha [mukha] a. m. n. f. us.t.ramukhı̄
(ūrjayate) être fort, être puissant k gr. oρψαo ;
[“qui a une tête de chameau”] laid.
lat. urgeo ; fr. orgasme.
u Z us.n.á [us.-na] a. m. n. f. us.n.ā chaud,
brûlant | (aliment) échauffant — m. n. chaleur,
Uj^ ūrj2 ifc. f. sève ; force, vigueur ; nourriture
k lat. virga.
ardeur | la canicule (juin-juillet).
os.n.a légèrement chaud, tiède. Uj ūrjá [ūrj1 ] a. m. n. f. ūrjā fort — m. force,
us.n.aka [-ka] a. m. n. f. us.n.ikā laborieux ; opp. pouvoir | nom d’un mois véd. (kārttika, octobre-
śı̄taka. novembre) — f. ūrjā sève ; force, vigueur ; nour-
us.n.aga [ga] m. pl. us.n.agās saison chaude. riture | myth. np. d’Ūrjā “Vigoureuse”, fille de
uE Zh^ us.n.ı́h [ut-snih2 ] f. [sg. nom. us.n.ik, i. Daks.a et femme de Vasis.t.ha ; cf. Arundhatı̄.
us.n.igbhis] phon. mètre védique (de 28 syllabes)
Uj s^ ūrjas [ūrj1 ] n. force, vigueur, puissance ;
énergie.
| myth. np. du cheval Us.n.ik, attelé au char de
Sūrya.
UEj t ūrjita [pp. ūrj1 ] a. m. n. f. ūrjitā
puissant, fort, important | vantard | myth. np.
uE ZhA us.n.ihā [us.n.ih] f. phon. mètre védique
d’Ūrjita “Puissant”, fils d’Arjuna1 Kārtavı̄rya
us.n.ih | nuque.
— n. puissance, force, valeur.
u ZFq us.n.ı̄s.a [us.n.a-ı̄s.] n. turban [“qui protège
ūrjitam adv. excellemment.
de la chaleur”] | bd. protubérance crânienne ca-
nonique du Buddha, surmontée de la flamme de UZ ūrn.a [vr.1 ] n. laine — f. ūrn.ā laine ; toile
la connaissance | arch. couronnement. d’araignée | bd. touffe de poils entre les sourcils ;
u mn^ us.man [us.-man] m. chaleur, ardeur. c’est un des attributs canoniques du Buddha k
uú usrá [us.] a. m. n. f. usrā brillant ; relatif lat. vellus ; ang. wool.
à l’aube — f. usrā l’aube k all. Austro ; ang. ūrn.anābha var. ūrn.anābhi [nābhi] m.
Easter. araignée [“qui fait sa toile par le nombril”].
u uhya cf. vah1 . ūrn.amudrā [mudrā] f. bd. geste de tenir avec
sa main gauche le bord de sa robe monastique.
U ū ūrn.amradas [mradas] a. m. n. f. doux comme
Uk -ūka forme des agents de l’intensif. de la laine.
UkAr ūkāra [(ū)-kāra] m. le son ou la lettre UZA ūrn.ā iic. f. de ūrn.a.
‘ū’. ūrn.āsūtra [sūtra] n. fil de laine.

121
ūrn.āstukā [stukā] f. tresse de laine ; laine consonnes sibilantes (‘ś’, ‘s.’, ‘s’) et de l’aspirée
filée. (‘h’).

UZ ūrn.u cf. vr.1 . Uh^ ūh [relié à vah1 ] v. [1] pr. (ūhati)
U@v ūrdhvá [vr.dh1 ] a. m. n. f. ūrdhvā qui pr. md. (ūhate) pft. (ūhe) aor. [5] (auhı̄t) pp.
se lève ; dressé, s’élevant, élevé ; haut (voix) ; (ūd.ha, ūhitá) pfp. (ūya, ūhitavya) pf. (apa, vi,
en érection (pénis) — f. ūrdhvā la direction du sam) pousser, bouger ; enlever ; changer, altérer,
zénith, une des diśas k lat. ardūs ; fr. ardu. modifier | [“faire avancer sa connaissance”] re-
ūrdhvam adv. vers le haut ; par dessus ; sur, au marquer ; considérer | raisonner, comprendre ;
delà, après habl.i. réfléchir.
ata ūrdhvam à partir de maintenant. apyūh comprendre.
ūrdhvatān.d.ava [tān.d.ava] m. n. myth. pose de Uh ūha [ūh] m. examen ; intelligence |
danse avec la jambe droite levée à la verticale, conclusion ; inférence | gram. [mı̄mām . sā] adap-
le bras gauche levé au-dessus de la tête ; cette tation d’un mantra véd. pour l’ajuster à une
posture acrobatique évoque la victoire de Śiva situation rituelle, en l’adaptant aux cas, genre
dans une compétition de danse avec Kālı̄. et nombre requis par le contexte, ou en substi-
ūrdhvatān.d.avamūrti [mūrti] f. repré- tuant le nom d’une divinité par une autre | méd.
sentation de Śiva en posture ūrdhvatān.d.ava. diagnostic fondant sa conclusion sur la base de
ūrdhvatilaka [tilaka] n. cf. ūrdhvapun.d.ra. plusieurs symptômes.
ūrdhvadr.s.t.i [dr.s.t.i] a. m. n. f. qui a le regard ūhavat [-vat] a. m. n. f. ūhavatı̄ intelligent.
tourné vers le haut. ūhāpoha [apoha] m. phil. réflexion sur les ap-
ūrdhvapun.d.ra [pun.d.ra] n. marque sectaire plications et non-applications de l’enseignement.
verticale sur le front ; not. marque vais.n.ava. UEhk ūhika a. m. n. f. ūhikā de ce monde ;
ūrdhvamūla [mūla] a. m. n. f. ūrdhvamūlā séculaire ; temporel | local — n. les affaires.
myth. [“dont les racines sont dans le ciel”] se dit UEht ūhita [pp. ūh] a. m. n. f. ūhitā changé,
du figuier céleste qui apporte la connaissance ; modifié.
ses feuilles sont les hymnes védiques [BhG.]. UEht&y ūhitavya [pfp. [3] ūh] a. m. n. f.
ūrdhvamūlam adhah.śākham aśvattham . prāhur ūhitavyā changé ; modifié.
avyayam | chandām . si yasya parn.āni yas tam . U ūhya [pfp. [1] ūh] a. m. n. f. ūhyā à chan-
veda sa vedavit k [BhG.] On parle de l’arbre ger ; à modifier.
pipal impérissable qui a les racines en haut et les
branches en bas ; les hymnes en sont ses feuilles ; 
√ r.
qui comprend ceci a la connaissance.  r. v. [1] pr. (r.ccháti) v. [3] pr. (iyarti) v. [5]
ūrdhvaretas [retas] a. m. n. f. chaste [“qui pr. (r.n.óti) pft. (āra) aor. [2] (ārat) pp. (r.ta) pf.
garde sa semence élevée”] ; opp. avakı̄rn.in — m. (ā, ut, upa, nis, prati, sam) se lever ; aller vers,
myth. épith. de Śiva “contrôlant sa semence”. s’avancer, rencontrer | parvenir à, atteindre, ac-
ūrdhváliṅga [liṅga] m. ithyphallique | chaste. complir, obtenir ; adapter | lever, élever | arriver,
ūrdhváliṅgin [-in] m. id. — m. myth. épith. survenir ; attaquer ; exciter — ca. (arpáyati) en-
de Śiva “en Priape”. voyer, lancer, diriger vers | fixer, mettre sur, fi-
ūrdhváloka [loka] m. le monde céleste ; les cher dans |offrir, restituer, transférer k lat. orior,
cieux. artus.
ūrdhvāmnāya [āmnāya] m. phil. “doctrine sa maran.am . r.cchati il rencontre la mort.
élevée”, nom d’une secte vais.n.ava. kAr r.kāra [(r.)-kāra] m. le son ou la lettre
UEm ūrmi f. vague — ifc. qui déborde de — ‘r.’.
m. océan k lat. volvo ; all. Welle. " r.ks.a a. m. n. f. r.ks.ā méchant, dange-
ūrmilā [-la] f. myth. [Rām.] np. d’Ūrmilā, fille reux — m. natu. zoo. ours | myth. np. de R . ks.a
de Janakarāja ; elle épousa Laks.man.a. “l’Ours”, roi de la lignée lunaire, descendant
ūrmya [-ya] a. m. n. f. ūrmyā qui ondule, qui de Bharata ; fils d’Ajamı̄d.ha1 , il est père de
forme des vagues — m. géo. np. du lac d’Our- Sam . varan.a k lat. ursus ; fr. ours.
mia, en Bactriane. g^ r.g iic. pour r.c2 .
Uv ūrva [ūru] m. véd. np. du r.s.i Ūrva “Sorti r.gvedá [veda] m. lit. le R . gveda ou Veda des
par la cuisse” ; cf. Aurva. strophes, texte le plus ancien du Veda ; il est
Uv fF ūrvaśı̄ cf. urvaśı̄. composé de 1017 stances (1028 en incluant les
U mn^ ūs.man [us.man] m. chaleur, ardeur ; hymnes apocryphes [vālakhilya]) ; il est organisé
fumée, vapeur | phon. souffle ; se dit des en 10 recueils [man.d.ala] ou alternativement en

122
8 chapitres [adhyāya] ; il est transmis par deux honnête ; opp. vr.jina k lat. rectus ; all. recht ;
recensions [śākhā] majeures : la recension pa- ang. right ; fr. direct, droit.
dapāt.ha de Vidagdha Śākalya comprend l’Aita- r.jū bhū se redresser.
reya brāhman.a ; la recension sam . hitāpāt.ha de r.jurekhā [rekhā] f. math. droite.
Bās.kala comprend les hymnes supplémentaires Z r.n.á a. m. n. f. r.n.ā fuite ; coupable de
khilāni et le Kaus.ı̄taki brāhman.a. transgression ; fugitif — n. manque ; dette, obli-
r.gvedin [-in] agt. m. f. r.gvedinı̄ soc. qui a gation ; culpabilité.
étudié
√ le R . gveda. r.n.am . kr. contracter une dette.
c^ r.c1 v. [1] pr. (árcati) fut. (arcis.yati) r.n.am . dā rembourser une dette.
pft. (ānarca) aor. [5] (ārcı̄t) pp. (arcita) pfp. (ar- r.n.am . prāp s’endetter.
cya, arcanı̄ya) abs. (arcitvā, -arcya) véd. briller | r.n.am . yāc solliciter un emprunt.
louer, vénérer, honorer — ca. (arcayati) opt. (ar- yāvat jı̄vet sukham jı̄vet | r.n.am kr.tvā ghr.tam pi-
cayet) faire briller ; honorer — dés. (arcicis.ati) bet | bhasmı̄bhūtasya dehasya punarāgamanam
vouloir honorer. kutah. k [Br.haspati1 ] Tant que vous vivez, vi-
nādevo devam arcayet Nul autre que Dieu ne vez dans la joie ; ayant emprunté, mangez gras-
doit adorer Dieu. sement ; lorsque votre corps aura été réduit en
c^ r.c2 [r.c1 ] f. vers sacré, strophe ou stance cendres, d’où reviendrait-il ?
du R . gveda | pl. r.cas les stances (du R . gveda). r.n.ágraha [graha] a. m. n. f. r.n.agrahā qui em-
c r.ca [r.c2 ] ifc. m. vers de. prunte ; qui contracte une dette — m. emprunt
cFk r.cı̄ka [r.c2 -ı̄ka] m. myth. np. du r.s.i (fait d’emprunter).
R. cı̄ka “Verset”, fils d’Aurva Bhārgava ; il épousa r.n.atraya [traya] n. phil. la “triple dette” de
sur ses vieux jours Satyavatı̄1 , en donnant à l’homme envers les dieux [deva], les sages [r.s.i]
son père Gādhi mille chevaux blancs avec une et les mânes [pitr.] ; on s’en acquitte respective-
oreille noire [śyāmakarn.āśva], que sur ses prières ment par le sacrifice, la récitation védique et la
Varun.a avait fait surgir de la Gaṅgā ; Satyavatı̄1 procréation d’une postérité.
le pria de lui donner un fils, et souhaita que r.n.ádātr. [dātr.] a. m. n. f. r.n.adātrı̄ qui rem-
sa mère ait aussi un fils pour qu’elle-même ait bourse une dette.
un frère ; R . cı̄ka fit un sacrifice véd. [homa] et r.n.ádāna [dāna] n. remboursement d’une
prépara deux boulettes de riz, dans lesquelles dette.
il avait insufflé resp. l’effulgence des brah- r.n.ádāyin [dātr.] agt. m. f. r.n.ádāyinı̄ qui rem-
manes [brahmatejas] et l’effulgence des princes bourse une dette.
[ks.ātratejas] ; le premier était destiné à Satya- r.n.ádāsa [dāsa] m. soc. [“esclave en dette”]
vatı̄1 , le second à l’épouse de Gādhi, mais cette celui qui s’acquitte de sa dette en devenant es-
dernière échangea les aliments, provoquant la clave de son créancier.
confusion des castes [varn.asam . kara] ; Satyavatı̄1 t r.tá [pp. r.] a. m. n. f. r.tā clair, vrai, pur ;
donna naissance à Jamadagni, sa mère obtint convenable, correct ; régulier — n. règle morale,
Viśvāmitra comme fils ; [Rām.] R . cı̄ka est assi- droit ; ordre établi, justice | coutume sacrée ;
milé à Ajı̄garta, dans une variante où il vend œuvre pie ; prière, foi | agencement exact ; loi
son fils Śunah.śepha1 au roi Ambarı̄s.a ; après sa divine, ordre cosmique ; vérité suprême | le
victoire sur Śiva, Vis.n.u donna son arc victorieux glânage, moyen de subsistance convenable pour
à R. cı̄ka, qui en fit don à Jamadagni, qui le donna un brahmane [s.at.karman] ; opp. anr.ta l’agricul-
à son fils Paraśurāma, qui l’utilisa pour affronter ture.
Rāma au retour du svayam . vara de Sı̄tā. r.tena à juste titre ; correctement.
QCA
√ r
. cchā [r
. ] ifc. f. cf. yadr.ccha. r.tasya yoni cœur de l’aire sacrificielle ; autel ;
j^ r.j v. [1] pr. (árjati) pp. (árjita) pf. (upa) saint des saints.
obtenir, acquérir, se procurer — ca. (arjayati) r.tasya sadana id.
id. — pr. md. (árjate) se tenir droit, être de- r.tádhāman [dhāman] a. m. n. f. r.tadhāmanı̄
bout ; être direct, être ferme, être fort — v. [6] qui accepte la loi divine.
pr. (r.ñjáti) atteindre ; s’étendre. r.tasáp [sap2 ] a. m. n. f. vertueux.
jFq r.jı̄s.á [r.j] n. véd. résidu du pressage du r.tāyana [ayana] n. phil. voie correcte.
soma. tm^ r.tam [acc. r.ta] iic.
r.jı̄s.in [-in] agt. m. f. r.jı̄s.in.ı̄ véd. qui reçoit le r.tam . bhara [bhara] m. myth. np. de
résidu du pressage du soma. R . tam . bhara, épith. de Brahmā “Porteur de la
j r.jú [r.j] a. m. n. f. r.jvı̄ droit ; probe, vérité suprême”, ou de Vis.n.u “qui maintient

123
l’ordre cosmique” — f. r.tam . bharā phil. [yoga] tribué à Kālidāsa.
concentration de l’esprit apportant la lumière t  r.te prép. sans, excepté, à l’exclusion de
divine infaillible. habl. acc.i.
r.tam. bharaprajña [prajñā2 ] a. m. n. f. E(vk^ r.tvik iic. pour r.tvij.
r.tam . bharaprajñā phil. (yogin) ayant la connais- E(vj^ r.tvij [r.tu-ij] m. [sg. nom. r.tvik] soc.
sance suprême. [“qui offre au temps consacré”] officiant védique,
tA r.tā iic. pour r.ta. prêtre ; selon ses fonctions on l’appelle hotr., adh-
r.tāvan [-van] a. m. n. f. r.tāvarı̄ conforme à varyu, udgātr. ou brahman.
l’ordre cosmique (se dit de phénomèes récurrents
ˆ r.ddha [pp. r.dh] a. m. n. f. r.ddhā prospère,
comme l’aube) | de bonne moralité, pieux ; juste
abondant ; riche — n. grain stocké |phil. conclu-
| soc. qui accomplit des actes sacrés ; qui les ac-
sion démontrée.
cepte (dieu).
r.ddhes.u bhuñjānes.u daridrā āsate Pendant que
r.tāvr.dh [vr.dh2 ] a. m. n. f. vertueux.
les riches mangent, les pauvres restent assis.
t r.tú [r.-tu] m. époque, période ; temps Eˆ r.ddhi [r.dh-ti] f. abondance, prospérité,
convenu, temps approprié, temps favorable (not.
richesse ; bénédiction ; fortune ; succès
pour un sacrifice) ; période fertile, règles (pour
| perfection ; pouvoir surnaturel ; magie | myth.
une femme) | temps de l’année, saison | astr. sai-
np. de R . ddhi “Prospérité”, épouse de Kubera.
son de 2 mois ; il y a en 6 : vasanta le prin-
temps, (mois de caitra et vaiśākha) grı̄s.ma l’été, r.ddhiprāpta [prāpta] a. m. n. f. r.ddhiprāptā
(mois de jyais.t.ha et ās.ād.ha) vars.ā la saison des qui a atteint à la perfection |soc. se dit du peuple
pluies, (mois de śrāvan.a2 et bhādrapada) śarad ārya de pure souche.

l’automne, (mois d’āśvina et kārttika) hemanta D^ r.dh v. [4] pr. (r.dhyati) v. [5]
l’hiver, (mois de mārgaśı̄rs.a et paus.a) et śiśira pr. (r.dhnoti) pp. (r.ddhá) pf. (sam) croı̂tre,
la saison froide (mois de māgha et phālguna) prospérer, réussir — ps. (r.dhyáte) prospérer —
| période fertile d’une femme après ses règles ca. (ardhayati) satisfaire.
| symb. le nombre 6 k lat. artus. B r.bhú [rabh] a. m. n. f. intelligent ; habile ;
r.tus.u adv. dans la période favorable (not. à la prudent — m. artisan, forgeron ; artiste |véd. np.
conception). de R . bhu, artisan divin, créateur du char [ratha],
sam patron des charrons [rathakāra] |pl. r.bhavas véd.
. vatare r.tavah. s.as. il y a 6 saisons dans
l’année. les trois artistes divins : R . bhu, Vāja et Vibhvā ;
r.tuparn.a [parn.a] m. myth. np. du roi ils représentent les trois saisons ; ils habitent la
d’Ayodhyā R sphère solaire ; ils façonnèrent les chevaux d’In-
. tuparn.a, fils d’Ayutāyu, père de
Sarvakāma, ancêtre de Raghu et donc de Rāma ; dra, et le char des Aśvinau ; les dieux leur en-
[Mah.] R voyèrent Agni avec la coupe de Tvas.t.ā, pour en
. tuparn.a est aussi appelé Bhāṅgāsuri
“fils de Bhaṅgāsura” ; sur les conseils de faire 4 copies ; ils furent alors admis à se joindre
Karkot.aka, le roi Nala se rendit incognito à la à eux comme compagnons d’Indra.
cour de R . tuparn.a pour devenir son conducteur BE"n^ r.bhuks.in [r.bhu] m. myth. l’un des
de char en chef, sous le nom de Bāhuka ; en se trois r.bhavas, not. R . bhu | myth. np. de
rendant ensemble au svayam . vara de Damayantı̄ R . bhuks . in, épith. d’Indra.
à Vidarbha, le roi montra ses pouvoirs à comp-  r.śya var. r.s.ya m. natu. zoo. antilope
ter très vite les feuilles et les fruits d’un arbre mâle.
vibhı̄taka, et donc à jouer aux dés [aks.ahr.daya] ; r.śyaśr.ṅga [śr.ṅga] m. myth. [Rām.] np. de
Nala lui échangea son savoir contre sa propre l’ascète R . śyaśr.ṅga “qui porte une corne d’anti-
expertise équestre [aśvahr.daya] ; dès qu’il eut le lope”, né de la semence de son père Vibhān.d.aka
pouvoir des dés, Nala expulsa de son corps le absorbée par une antilope ; il avait une petite
démon Kali qui vomit le poison de Karkot.aka ; corne sur le front ; il passa toute sa jeunesse en
enfin Damayantı̄ le reconnut, et ils furent réunis. ermite [vānaprastha] sans voir aucune femme ;
r.tumat [-mat] a. m. n. f. r.tumatı̄ qui se pro- une sécheresse terrible s’étant déclarée au pays
duit au temps approprié | selon la saison — n. Aṅga à la suite d’une transgression commise
myth. np. du bois où vit Varun.a — f. r.tumatı̄ par le roi Romapāda, ce dernier fit sortir par
[“qui a ses règles”] jeune fille pubère | femme ruse R . śyaśr.ṅga de son ermitage par des cour-
pendant sa période fertile. tisanes pour faire cesser ses pénitences et faire
r.tusam . hāra [sam. hāra] m. lit. np. du R
. tusam
.- ainsi tomber la pluie ; il lui donna sa fille Śāntā
hāra “La fin d’une époque”, poème lyrique at- en mariage, afin de rétablir le dharma ; le roi

124
Daśaratha le fit venir pour son sacrifice de che- e e
val ; il ajouta au sacrifice une oblation spéciale e e [ā-i] v. [2] pr. (eti) imp. (ehi) pp. (eta) pf.
destinée à lui procurer des fils. (abhi, upa, sam) approcher, arriver, venir (ici).

q^ r.s. var. ars. v. [1] pr. (árs.ati) pp. (r.s.t.a)
punar e revenir.
couler, répandre ; imprégner — v. [6] pr. (r.s.ati) ek éka pn. m. n. f. ekā sg. un, l’un, unique ;
déplacer, pousser | percer ; poignarder. seul, solitaire, seulement | un certain, un tel |
qB r.s.abhá [r.s.-bha] m. taureau [“qui pl. eke quelques, certains | [ekatāla] mus. cycle
féconde”] | animal mâle en gén. | myth. np. de rythmique [tāla] minimal répétant un laghu —
e
R. s.abha “le Taureau”, épith. de Nandı̄ | mus. 2 n. unité.
note de l’octave indienne — ifc. meilleur parmi ekes.ām adv. selon certains.
les — f. r.s.abhı̄ femme aux caractères masculins ekaika un par un.
| veuve. eke vadanti certains disent.
r.s.abhadeva [deva] m. cf. r.s.abhanātha. ekı̄ kr. combiner, associer, unifier.
r.s.abhanātha [nātha] m. jn. np. de R . s.abha-
ekı̄ bhū se combiner, se rassembler, s’unifier.
nātha “Maı̂tre au taureau”, 1er tı̄rthaṅkara my- eka ... anya ... l’un ..., un autre ...
thique ; son corps est jaune, le taureau est son eka ... dvitı̄ya ... le premier ..., le deuxième ...
symbole ; aussi appelé Ādinātha, il eut 100 fils, eka ... para ... l’un ..., l’autre ...
dont Bharata2 et Gommat.a. eke ... eke ... certains ..., certains ...
Eq r.s.i [r.s.] m. myth. chantre-auteur des ekakūt.a [kūt.a] a. m. n. f. ekakūt.ā arch. se dit
hymnes védiques (qu’“il répand”) ; poète ; d’un temple à un seul sanctuaire.
voyant | myth. démiurge ; géniteur [prajāpati] ; ekacitta [citta] a. m. n. f. ekacittā [“qui fixe
patriarche, vieux sage ; cf. saptars.i, devars.i, son attention”] absorbé, attentif — n. unani-
brahmars.i, rājars.i, mahars.i | myth. sage, ascète, mité ; consensus.
ermite ; saint, vénérable ; les r.s.ayas acquièrent ekacittatā [-tā] f. concentration ; unanimité.
de grands pouvoirs par leurs pénitences ; ils re- ekatatpara [tatpara] a. m. n. f. ekatatparā
cueillent la révélation par leur vision du Veda ; voué exclusivement à.
celui qui dérange leurs méditations s’expose à ekatama [-tama] pn. m. n. f. ekatamā un
leur colère, fut-il un dieu ; cf. Agasti, Aṅgirā, (entre plusieurs).
Aurva, Kaks.ı̄vān, Kan.va, Kāmanda, Kutsa, ekatara [-tara] pn. m. n. f. ekatarā l’un (de
Garga, Gālava, Gr.tsamada, Cyavana, Jahnu, 2).
Tittiri, Dadhı̄ci, Dı̄rghatamā, Durvāsā, De-
ekatas [-tas] adv. d’un côté ; d’une part.
vala, Devasthāna, Dharma, Nārada, Parāśara,
ékatāna [tāna] a. m. n. f. ekatānā obnubilé
Bharadvāja, Man.d.u, Mataṅga, Mārkan.d.eya,
par un objet, absorbé dans une occupation ;
Mudgala1 , Mr.kan.d.a, Medhātithi, Yājñavalkya,
très attentif — m. attention fixée sur un objet
Vālmı̄ki, Viśravā, Vyāsa, Śibi.
unique.
£ r.s.t.a [pp. r.s.] a. m. n. f. r.s.t.ā émis, lancé
ékatāla [tāla] m. harmonie ; unisson — f.
| poussé, lancé.
ekatālı̄ métronome.
E£ r.s.t.i [r.s.] f. lance ; épée.
ekatra [-tra] adv. quelque part ; en un certain
 y r.s.ya [r.śya] m. natu. zoo. antilope mâle.
endroit.
r.s.yamūka [mūka] m. [r.s.yamūkācala] myth.
ekatva [-tva] n. unité, identité ; union, coin-
[Rām.] np. de la montagne R . s.yamūka ; là se
cidence | gram. le singulier | fait d’être seul ; so-
trouvait l’ermitage du sage Mataṅga.
litude, isolation.
r.s.yaśr.ṅga [śr.ṅga] m. myth. [Rām.] np. du
jeune ascète R ekadā [-dā] adv. une fois, un jour ; quel-
. s.yaśr.ṅga “qui porte une corne
d’antilope” ; cf. R quefois, parfois ; il était une fois, jadis |
. śyaśr.ṅga.
simultanément.
 v r.s.vá a. m. n. f. r.s.vā élévé ; noble, ver-
tueux ; sublime. ekadeśa [deśa] m. un endroit ; un certain pas-
sage ; d’un côté | partie (d’un tout) | math. fac-
 r̄. teur — a. m. n. f. ekadeśā au même endroit.
kAr r̄.kāra [(r̄.)-kāra] m. le son ou la lettre ekadhā [-dhā] adv. simplement ; seulement |
‘r̄.’. ensemble, en même temps, en une fois.
ekanaks.atrá [naks.atra] n. astr. astérisme lu-
 .l naire à une seule étoile, ou dont le nom n’ap-
kAr .lkāra [(l.)-kāra] m. le son ou la lettre ‘l.’. paraı̂t qu’une fois.

125
ekapatnı̄ [patnı̄] f. femme fidèle | femme retourner qu’après avoir mis au monde un fils
unique | pl. ekapatnyas épouses du même aussi glorieux que Vis.n.u lui-même ; elle y fit des
homme. austérités pendant 1000 années divines ; sur sa
ekapatnı̄ka [-ka] a. m. n. f. ekapatnı̄kā mo- prière Śiva et Pārvatı̄ intercédèrent auprès de
nogame. Vis.n.u, qui descendit sur Terre sous la forme d’un
ekapatnı̄vrata [vrata] a. m. n. f. eka- cheval ; lorsque Laks.mı̄ accoucha d’un fils elle
patnı̄vratā qui a fait vœu de fidélité à son épouse revint au Vaikun.t.ha, et l’enfant fut adopté par
(se dit not. de Rāma fidèle à Sitā). le roi Śatajit sous le nom d’Ekavı̄ra “Premier
ekapad [pad2 ] m. myth. np. d’Ekapād “l’Uni- Héros” ; comme il est né d’un cheval [haya] on
jambe”, forme ithyphallique de Śiva-Bhairava ; l’appelle aussi Hehaya ; il est l’ancêtre des Hai-
cf. Ajaikapād. hayās et not. de Kr.tavı̄rya ; cf. Vı̄tahavya.
ekapada [pada] a. m. n. f. ekapadı̄ qui prend ekaśilā [śilā] f. géo. np. de la ville [nagara]
un pas. d’Ekaśilā “Monolithe”, riche capitale fortifiée
ékabhaks.a [bhaks.a] ifc. a. m. n. f. ekabhaks.ā des Kākatı̄yās, taillée dans un seul roc (mod.
qui se nourrit seulement de ; qui mange hiic.i Warangal, Andhra pradeśa) ; elle fut assiégée
seul. par le Sultanat de Delhi, et pillée en 1323 par
ékabhāva [bhāva] a. m. n. f. ekabhāvā una- le prince Ulugh Khan (parmi ses nombreux
nime ; sincère — m. unicité ; sincérité. trésors, le diamant Kohinoor fut emmené à
ékamati [mati] a. m. n. f. unanime. Delhi) ; elle fut reprise par le nāyaka Kāpaya
ekarūpa [rūpa] a. m. n. f. ekarūpā uniforme ; en 1326, et annexée au Sultanat de Bahmani en
de même couleur ou forme — n. forme unique. 1370.
ekalavya [lavya] m. myth. [Mah.] np. d’Eka- ekaśr.ṅga [śr.ṅga] m. myth. licorne | bd. épith.
lavya “dont un (pouce) a dû être coupé”, jeune de R . śyaśr.ṅga ; son histoire fut transmise en
fils orphelin d’un chef tribal [nis.āda] du Mont Chine par le moine Hiuen Tsiang (7e siècle).
Raivata1 ; il voulut apprendre l’archerie, et choi- ekaśes.a [śes.a] a. m. n. f. ekaśes.ā gram.
sit Dron.a comme instructeur, mais fut renié par mono-résiduel (procédé expliquant un du. ou pl.
lui comme élève à cause de sa basse naissance ; il comme composé dont on ne garde qu’un thème).
devint un maı̂tre en s’entraı̂nant seul, révérant ekaśruti [śruti] f. soc. récitation monotone du
une idole d’argile de Dron.a qu’il avait fabriquée ; Veda (sans accents) ; c’est le mode utilisé pour
il fut remarqué par Arjuna en mutilant un chien les rites sacrificiels.
juste assez pour l’empêcher d’aboyer, et sur- ekas.as.t.i [s.as.t.i] f. 61.
passa tous les princes venus le défier ; afin de ekāks.a [aks.a] a. m. n. f. ekāks.ā qui n’a qu’un
ne pas compromettre la suprématie de son élève axe | qui n’a qu’un œil — m. corbeau (qui est
Arjuna, Dron.a exigea qu’il se mutilât le pouce supposé n’avoir qu’un œil).
droit ; il symbolise l’obéissance aveugle à l’auto- ekāgra [agra] a. m. n. f. ekāgrā attentif,
rité du maı̂tre et la soumission au dharma de concentré ; qui a l’attention soutenue sur une
sa caste ; [BhP.] combattant aux côtés du roi seule chose | qui a un but unique ; absorbé dans
Jarāsandha, il fut tué par Kr.s.n.a ; cet acte pro- hloc.i | phil. attention yogique ; myth. [Mah.]
voqua ultimement la mort accidentelle de Kr.s.n.a c’est la raison de la suprématie d’Arjuna comme
par Jarāh.. archer.
ekavacana [vacana] n. gram. singulier. ekāgratā [-tā] f. phil. concentration mentale
ekavarn.a [varn.a] a. m. n. f. ekavarn.ā d’une parfaite, nécessaire à la fixation de la pensée
seule couleur ; (pelage) non tacheté. [dhāran.ā] en yoga, ou [bd.] à la contemplation
ekavākya [vākya] n. gram. énonciation d’une du vide [śūnya].
phrase ; la même phrase — a. m. n. f. ekavākyā ekāñjali [añjali] m. une poignée.
unanime. ékādaśan [daśan] num. pers. onze — a. m.
ekavākyatā [-tā] f. unanimité | gram. trans- n. ekādaśá f. ekādaśı̄ onzième — f. ekādaśı̄ astr.
mission fidèle des textes, not. du Veda. le 11e jour d’une quinzaine lunaire | soc. il est
ekavı̄ra [vı̄ra] m. myth. Revanta, ami d’In- de bon augure, et jour de fête ; le jeûne y est
dra, visita un jour Vaikun.t.ha sur le cheval nécessaire ; cf. vaikun.t.haikādaśı̄ ; Māndhātā.
Uccaih.śravā ; Laks.mı̄ fut saisie par la beauté ekādaśarudra [rudra] m. pl. myth. [Mah.]
du cheval et de son cavalier, et ne prêta pas les ekādaśarudrās sont les 11 aspects de Rudra ;
attention à Vis.n.u qui lui parlait ; ce dernier ce sont les vents ou courants d’énergie vitale
l’exila sur Terre comme une jument, pour ne [prān.a], identifiés aux souffles ou principes d’im-

126
mortalité [marut] : Mr.gavyādha “Chasseur”, ejy ejaya [ej-ya] a. m. n. f. ejayā qui fait
Sarpa “Serpent”, Nirr.ti1 “Calamité”, Ajaikapād trembler (ifc. avec acc., cf. janamejaya).
“Guide Unijambe”, Ahirbudhnya “Serpent de eX ed.a a. m. n. f. ed.ā sourd ; syn. badhira.
mer”, Pinākin “Archer”, Dahana “Brûlant”, ed.amūka [mūka] a. m. n. f. ed.amūkı̄ sourd-
Īśvara “Seigneur”, Kapālı̄ “Porteur de crâne”, muet.
Sthān.u “Pilier”, et Bhaga1 “Fortuné”. eZ en.a m. f. en.ı̄ natu. zoo. antilope noire.
ekānta [anta] a. m. n. f. ekāntā exclusif, ab- et éta [pp. e] a. m. n. f. etā f. enı̄ qui surgit,
solu [“qui n’a qu’un but”] — m. endroit soli- qui détale | bigarré — m. natu. daim.
taire ; but unique ; nécessité, exclusivité | phil. ett^ etat iic. pour etad.
dévotion à un seul objet, monothéisme. etatsamı̄pa [samı̄pa] n. présence de celui-ci.
ekāntam adv. absolument, exclusivement. etts^ etatas [abl. es.a] ind. de celui ; de ces
ekānte adv. seul, en privé ; en secret, à l’écart. deux ; de ces.
ekāpāya [apāya] m. diminution d’un. etd^ etád var. etat [n. es.a] pn. dém. n. ce,
ekāmra [āmra] m. géo. np. d’Ekāmra “Le ceci, celui-ci (proche du locuteur) ; voici | ce
manguier”, ancien nom du site de Bhu- qui précède ; ce qui vient d’arriver ; ce qui vient
vaneśvarı̄1 . d’être mentionné |(rarement) ce qui suit — adv.
ekāmraks.etra [ks.etra] n. géo. np. ainsi, alors.
d’Ekāmraks.etra “Champ du manguier”, etad ... idam ... pour ce qui précède ..., pour ce
ancien nom de la région de Bhuvaneśvarı̄1 . qui suit ....
ekāmreśvara [ı̄śvara] m. géo. np. etadartham [artha] adv. à cet effet, à cette
d’Ekāmreśvara, sanctuaire de Śiva situé à fin ; ainsi, c’est pourquoi.
Kāñcı̄pura ; c’est le pañcabhūtasthala associé à etm^ etam [acc. es.a] ind. ce.
l’élément terre [pr.thivı̄]. etyos^ etayos [g. du. es.a] ind. de ces deux —
ekāyaná [ayana] n. chemin étroit | seule loc. du. en ces deux.
conduite à tenir | politique | concentration sur etEh etárhi [etad] adv. de nos jours ; mainte-
un but unique. nant ; en ce moment | [corrél. de yarhi] alors.
ekāyanaveda [veda] m. lit. [pañcarātra] hy- et-mAt^ etasmāt [abl. es.a] ind. de celui.
pothétique unique Veda originel.
etE-mn^ etasmin [loc. es.a] ind. en celui.
ekārtha [artha] a. m. n. f. ekārthā gram. de
même sens, synonyme — m. un seul et même
et-m { etasmai [dat. es.a] ind. pour celui.
but.
et-y etasya [g. es.a] ind. de celui.
ekārthı̄bhāva [bhāva] m. gram. unification et-yAm^ etasyām [loc. es.ā] ind. en celle — abl.
des sens des constituents d’un composé ou d’un de celle.
dérivé secondaire. et-yAs^ etasyās [g. es.ā] ind. de celle.
ekāhá [aha] m. période d’une seule journée. etAdf^ etādr.ś [etad-dr.ś2 ] a. m. n. f. tel ; tel
ékaika [red.] a. m. n. f. ekaikā un à un ; juste que ; ainsi fait ; de cette sorte — a. m. n. etādr.śa
un ; chacun une seule fois ; chaque. f. etādr.śı̄ id.
ekaikaśas [-śas] adv. un par un ; l’un après etAn^ etān [acc. pl. es.a] ind. ces.
l’autre, multiplement. etAEBs^ etābhis [i. pl. es.ā] ind. par celles-ci.
ekona [ūna] a. m. n. f. ekonā dont il en etA<ys^ etābhyas [dat. pl. es.ā] ind. pour
manque un ; hifc.i moins un. celles-ci — abl. pl. de celles-ci.
ekonasaptati [saptati] f. 69 ; syn. navas.as.t.i. etA<yAm^ etābhyām [i. du. es.a] ind. par ces
ekk ekaka [eka-ka] a. m. n. f. ekikā seul de deux — g. du. de ces deux — abl. du. de ces
son espèce, isolé. deux.
ekt ekata [eka-ta] m. myth. [Mah.] np. etAvt^ etāvat [etad-vat] a. m. n. f. etāvatı̄
d’Ekata “Premier”, fils de Gautama, frère in- aussi grand, de cette sorte-ci, tel.
digne de Trita ; il fut transformé en singe. et ete [nom. pl. es.a] ind. ces — nom. acc. f.
ekAEkn^ ekākin [eka] agt. m. f. ekākinı̄ tout du. ces deux — nom. acc. n. du. ces deux.
seul ; solitaire. etn etena [i. es.a] ind. par ceci.
ekAr ekāra [(e)-kāra] m. le son ou la lettre etena ... vivaks.itah. gram. par ceci on entend ...
‘e’.√ et<ys^ etebhyas [dat. pl. es.a] ind. pour ces —
ej^ ej v. [1] pr. (éjati) pr. md. (ejate) pp. abl. pl. de ces.
(ejita) pfp. (ejitavya) bouger ; trembler — ca. etqAm^ etes.ām [g. pl. es.a] ind. de ces deux.
(ejayati) secouer, faire trembler. etq etes.u [loc. pl. es.a] ind. en ces.

127
et{s^ etais [i. pl. es.a] ind. par ceux-ci. grande plante herbacée aux feuilles palmées ; son
etO etau [nom. du. es.a] ind. ces deux.

fruit est la cardamome — n. elāka id. — f. elākā
eD^ edh v. [1] pr. md. (edhate) pp. (ed- petite cardamome.
hita) pf. (sam) croı̂tre, s’accroı̂tre, augmenter ; ev evá [i] prép. cl. seulement, cependant ;
se réjouir ; prospérer, réussir | gagner du terrain, juste, à peine, ne fait que | même, en-
s’étendre (feu, passion) ; grossir (eaux) ; s’inten- core | justement, précisément, exactement ; en
sifier ; devenir insolent — ca. (edhayati) faire fait, vraiment, tout-à-fait | car (part. souvent
prospérer ; bénir. explétive) ; juste | hparticipe ou abs.i au mo-
eD édha [indh] m. combustible — ifc. embra- ment même où ; immédiatement après avoir |
sement — n. édhas combustible. hnégationi vraiment pas.
eEDt edhita [pp. edh] a. m. n. f. edhitā accru, caiva aussi.
augmenté, étendu ; plein de hi.i. eva ca et de même.
en ena pn. 3ème pers. m. n. enad f. enā1 cl. jı̄vaiva adv. tout vivant.
après ayam, es.a [sg. acc. enam, i. enema ; du. tatraiva adv. ici même.
acc. enau, g. loc. enayos ; pl. acc. enān] il, lui, le tathaiva adv. de même, aussi ; exactement ainsi.
(anaphorique). naiva adv. pas même ; en aucune façon.
end^ enad [n. ena] pn. 3ème pers. n. cl. après etad eva justement celui-là.
ayam, es.a [sg. acc. enad, i. enema ; du. acc. ene, eka eva complètement seul.
g. loc. enayos ; pl. acc. enāni] il, le, en (anapho- saiva le même, lui-même.
rique). sarvaiva adv. tous absolument.
ens^ énas n. faute, péché ; acte de violence, anda eva aveugle immédiatement.
crime | mal, infortune, calamité. vasudhā eva la Terre entière.
enasvat [-vat] a. m. n. f. enasvatı̄ fautif ; cri- mr.tyur eva la mort assurée.
minel. pumām . sa eva seulement les hommes.
enA enā1 [f. ena] pn. 3ème pers. f. cl. après mūs.ika eva kr.tah. changé en une simple souris.
ayam, es.a [sg. acc. enām, i. enayā ; du. acc. ene, cintayann eva juste quand il réfléchissait.
g. loc. enayos ; pl. acc. enās] elle, la (anapho- uktam eva mayā juste quand je te dis.
rique). lokaih. kim . cid vaktavyam eva les gens diront
sûrement quelque chose.
enA enā2 adv. de cette manière, ainsi ; alors,
à ce moment | ici ; là. evm^ evam [eva] adv. ainsi ; comme cela ; de
enā paras de plus. cette manière.
para enā au delà d’ici ; au delà de hi.i. evam uktvā ayant ainsi parlé.
yátra ... enā de là ... à. evam . vāc [vāc] a. m. n. f. parlant ainsi.
eEBs^ ebhis [i. pl. ayam] ind. par ces. evam . vid [vid3 ] a. m. n. f. sachant cela ; en
e<ys^ ebhyas [abl. pl. ayam] ind. de ces — toute connaissance de cause.
dat. à ces. evam . vidha [vidhā2 ] a. m. n. f. evam . vidhā de
emq emus.á [am] a. m. n. f. emus.ā véd. étant telle sorte, tel.
allé vers — m. emūs.a véd. [RV.] np. du sanglier evam . bhūta [bhūta] a. m. n. f. evam . bhūtā tel.
céleste Emūs.a, héros d’un mythe de création eq es.a pn. dém. m. n. etad ce, cet ; celui ci
particulier ; il gardait le plat de riz et de lait (proche) ; ce qui précède — f. es.ā cette ; celle ci.
[odana] nourricier derrière une montagne ; Indra eqZ es.an.a [is.1 -na] n. désir — f. es.an.ā désir
frappa de sa flèche la montagne pour libérer le | impulsion.
lait, à l’instigation de Vis.n.u | myth. [SB.] san-
eqAm^ es.ām [g. pl. ayam] ind. de ces.
glier divin qui effectua le “plongeon cosmogoni-
que” pour aller rechercher la Terre au fond des eEqn^ es.in [is.1 -in] ifc. agt. m. f. es.inı̄ qui
Eaux ; plus tard identifié à l’avatāra Varāha. cherche, qui désire.
ey -eyá forme des a. possessifs. eq es.u [loc. pl. ayam] ind. dans ces.
erX eran.d.a m. natu. bot. Ricinus communis, e£&y es.t.avya [pfp. [3] is.1 ] a. m. n. f. es.t.avyā
ricin. désirable.
evA z ervāru cf. urvāru. e yt^ es.yat [pfu. i] a. m. n. f. es.yantı̄ immi-
elvAl elavālu n. natu. écorce odorante du nent, futur.
kapittha. eh ehá [ı̄h] a. m. n. f. ehā qui désire ; qui sou-
elA elā f. natu. bot. Elettaria cardamomum, haite — n. ehas colère ; émulation, rivalité.

128
e
 ai quelquefois assimilé à l’arc-en-ciel ; c’est le dig-
e
\ aim. part. phil. [tantra] vāgbhavabı̄ja, gaja de l’Est ; cf. Āryaka, Kauravya, Dvipendra,
bı̄jamantra d’évocation de Sarasvatı̄. Suragaja.
e
k@y aikadhya [vr. ekadhā-ya] n. unicité de airāvateśvara [ı̄śvara] m. géo. np. du temple
temps ; fait de se produire une seule fois. Cola d’Airāvateśvara (12e siècle), à Darasuram
aikadhyam tout de suite ; en une fois ; ensemble. (mod. Tamil Nadu).
e
kmt aikamata [vr. ekamati-ya] n. unani- e˜r aiśvara [vr. ı̄śvara] a. m. n. f. aiśvarā
mité. puissant, souverain.
e
kAEtk aikāntika [vr. ekānta-ka] a. m. n. aiśvarayoga [yoga] m. phil. [yoga] réalisation
f. aikāntikı̄ nécessaire ; absolu ; exclusif — m. spirituelle par la voie d’identification avec la
nécessité ; exclusivité — acc. aikāntikam adv. forme intérieure de Dieu.
nécessairement. e˜y aiśvarya [vr. ı̄śvara-ya] n. souveraineté,
e
kA(y aikāntya [vr. ekānta-ya] n. nécessité ; empire ; suprématie | phil. [yoga] pouvoir surhu-
unicité ; exclusivité. main ; not, un as.t.asiddhi.
e
kAr aikāra [(ai)-kāra] m. le son ou la lettre
‘ai’. ao o
e
#vAk aiks.vāka [vr. iks.vāku] a. m. n. f. ao\ om. cf. om.
aiks.vākı̄ myth. descendant d’Iks.vāku — m.
aok oka [uc] m. refuge, asile — n. ókas mai-
son, habitation ; chez soi ; refuge.
myth. épith. des rois d’Ayodhyā, de la lignée
solaire [sūryavam
aokAr okāra [(o)-kāra] m. le son ou la lettre
. śa] ; [Rām.] not. épith. de ‘o’.
Daśaratha — m. aiks.vāku id.
e
Z ain.a [en.a] a. m. n. f. ain.ā relatif à l’anti- aoG ogha [vah1 ] m. flot, courant rapide ; mul-
titude, masse.
lope noire (mâle) — a. m. n. ain.eya f. ain.eyā id.
(femelle).
aojs^ ojas [vaj] n. force, énergie, puissance k
lat. augustus.
e
try aitareya [vr. itara-iya] m. myth. np. ojasvin [-vin] agt. m. f. ojasvinı̄ robuste, fort,
d’Aitareya, patr. de Mahidāsa, auteur du
vigoureux.
brāhman.a éponyme du R . gveda | lit. np. de ojodā [dā] a. m. n. f. qui donne de l’énergie ;
l’aitareya upanis.ad.
fortifiant.
e
EthAEsk aitihāsika [vr. itihāsá-ika] m. soc. aoEj¤ ojis.t.ha [super. ugra] a. m. n. f. ojis.t.hā
conteur de vieilles légendes. le plus fort, le plus puissant.
e
Et aitihya [vr. itiha-ya] n. tradition orale aojFys^ ojı̄yas [compar. ugra] a. m. n. f.
| rumeur. ojı̄yası̄ plus fort, plus puissant.
e
dý aindrá [vr. indra] a. m. n. f. aindrı̄ myth. aoX~ od.ra m. géo. nom du pays et du peuple
relatif à Indra ; similaire à Indra — n. astr. le Od.ra (mod. Orissa) | pl. od.rās ses habitants.
naks.atra Jyes.t.hā — f. aindrı̄ myth. np. d’Aindrı̄, od.radeśa [deśa] m. géo. np. de l’Od.radeśa
déesse-mère personnifiant l’énergie [śakti] d’In- (mod. Orissa).
dra | astr. le naks.atra Jyes.t.hā. ao(sy m^ otsūryám [ā-utsūra-ya] adv. véd. jus-
e
dýjAl aindrajāla [vr. indrajāla] n. magie, qu’au lever du soleil.
sorcellerie, illusionnisme ; c’est l’un des 64 arts aodn odaná [uda-na] m. n. riz cuit (à l’eau
[kalā]. ou dans du lait) ; bouillie (de riz).
aindrābārhaspatyá [vr. indrābr.haspati-ya] a. aopf opaśá [upaśı̄] m. coussin, oreiller |
m. n. f. aindrābārhaspatyā myth. qui concerne plumet — n. support.
Indra et Br.haspati. aom^ om part. phil. syllabe sacrée que l’on
e
Edý aindri [vr. indra] m. myth. descendant peut découper en sons ‘a’, ‘u’ et ‘m . ’, et
d’Indra | myth. [Mah.] np. d’Aindri, épith. d’Ar- considérée parfois comme symbolisant la trinité
juna “fils d’Indra”. de Brahmā, Vis.n.u et Śiva ; om est la manifes-
e
rAvZ airāvan.a cf. airāvata. tation primordiale du Verbe, origine du pou-
e
rAvt airāvata var. airāvan.a [vr. irāvat] voir divin [śakti] ; [vedānta] le son ‘a’ corres-
m. myth. np. d’Airāvata ou Airāvan.a “Né pond à l’état de veille [jāgrat], le son ‘u’ au rêve
de l’océan primordial”, ou “fils d’Irāvatı̄2 ”, [svapna], le ‘m . ’ au sommeil profond [sus.upti],
éléphant blanc à trois têtes, issu du barattage de et le silence qui suit au 4e état [turı̄ya] de
la mer de lait [ks.ı̄rodamathana] ; ancien chef des libération ; prononcé avant un mantra, il ex-
dragons [nāga], c’est la monture d’Indra ; il est prime que le récitant en connaı̂t le sens ; la tradi-

129
tion tantrique lui substitue le bı̄jamantra ‘hrı̄m . ’; aOr auttara [vr. uttara] a. m. n. f. aut-
cf. aks.ara, pran.ava, udgı̄tha. tarā nordique — abl. auttarasmāt adv. jusqu’au
om . man.ipadme hum bd. “Ô toi qui porte le nord.
joyau et le lotus”, invocation [mantra] boud- aO(pEk autpattika [vr. utpatti-ka] a. m. n.
dhiste évoquant Avalokiteśvara sous sa forme f. autpattikā naturel ; inné.
féminine Man.ipadmā ; on l’appelle la formule en aO(sÈ autsukya [vr. utsuka-ya] n. désir, im-
6 syllabes [vidyās.ad.aks.arı̄] (souvent expliquée patience ; inquiétude, regret ; anxiété |bonne vo-
incorrectement comme tatpurus.a locatif “le lonté, zèle, ferveur.
joyau est dans le lotus”). aOdErk audarika [vr. udara-ka] a. m. n. f. au-
om . kāra [kāra] m. phon. prononciation de darikı̄ glouton.
la syllabe om ; lettre la représentant ; cf. aOdMbr audumbara [vr. udumbara] a. m. n.
mān.d.ūkyopanis.ad. f. audumbarā relatif à l’arbre udumbara.
om . kāra bindu “c’est l’anusvāra qui fait om”. aOŒ Efk auddeśika [vr. uddeśa-ka] a. m. n.
om . kāreśvara [ı̄śvara] m. géo. np. de f. auddeśikā stipulé ; indicatif | gram. (sens)
Om . kāreśvara, l’un des 12 signes divins de Śiva littéral ; opp. sām. yogika.
[jyotirliṅga], établi sur une ı̂le de la Narmadā, au aOpgv aupagavá [vr. upagu] a. m. n. f. au-
Madhya Pradesh, à 60 km au sud-est d’Indore. pagavı̄ issu de, composé par Upagu | descendant
om . kr.ta [kr.ta] a. m. n. f. om
. kr.tā accompagné d’Upagu.
de l’om. aOpEnqd aupanis.adá [vr. upanis.ad] a. m. n. f.
aoq os.a [us.] m. combustion — acc. os.ám adv. aupanis.adı̄ contenu ou enseigné dans les leçons
avec ardeur ; rapidement. [upanis.ad] | secret.
aoqDF ós.adhı̄ f. herbe ; herbe médicinale ; aupanis.adādhikaran.a [adhikaran.a] n. lit.
plante annuelle en gén. | var. os.adhi id. np. de l’Aupanis.adādhikaran.a “accomplisse-
os.adhipati [pati] m. myth. np. de Os.adhipati ment des leçons”, ouvrage de Kucumāra.
“Maı̂tre des simples”, épith. de Candra. aOpMy aupamya [vr. upamā2 -ya] n. comparai-
ao¤ os.t.ha m. lèvre supérieure, lèvre | du. son, analogie.
os.t.hau les lèvres. aOpEr£k auparis.t.aka [vr. uparis.t.āt-ka] n.
os.t.hya [-ya] a. m. n. f. os.t.hyā labial — m. [Kāmasūtra] fellation.
phon. phonème labial. aOpvEf aupaveśi [vr. upaveśa] m. myth. np.
ao Z os.n.a [ā-us.n.a] a. m. n. f. os.n.ā tiède. de Aupaveśi, patr. d’Arun.a.
aOrs aurasa [vr. uras] a. m. n. f. aurası̄
aO au concernant la poitrine ; venant de la poitrine
aOkAr aukāra [(au)-kāra] m. le son ou la lettre | personnel, issu de soi — m. légitime (fils [“issu
‘au’. de sa propre poitrine”]) ; syn. urasya — f. aurası̄
aOE ?Tk aukthika [vr. uktha-ika] a. m. n. f. légitime (fille).
aukthikā soc. qui étudie les hymnes de louange aOv aurva [vr. ūru] m. myth. np. du sage [r.s.i]
[uktha]. Aurva “Né par la cuisse” ou Ūrva, fils de Cya-
aOG aughá [vr. ogha] m. inondation. vana et d’Ārus.ı̄ ; les brahmanes Bhārgavās ayant
aOEctF aucitı̄ [vr. ucita] f. adéquation ; à- été rendus riches par Kr.tavı̄rya, ils suscitèrent la
propos, pertinence ; fait d’étre approprié, conve- jalousie des ks.atriyās qui les opprimèrent, et ils
nance | décorum. se durent se réfugier dans des caves ; là, Ārus.ı̄
aOEc(y aucitya [vr. ucita-ya] n. cf. aucitı̄ | qui était enceinte essaya de cacher son fils dans
tradition, habitude ; decorum |lit. la convenance, sa cuisse, mais fut dénoncée, capturée, et de
une qualité de l’art poétique. sa cuisse sortit Aurva, tellement radieux qu’il
aucityavicāracarca [vicāra-carcā] f. lit. np. en aveugla les ks.atriyās ; ils durent se proster-
de l’Aucityavicāracarcā “Considérations sur le ner devant lui afin de retrouver la vue ; Aurva
bien-fondé de la convenance”, manuel de com- fit des pénitences telles que le Monde entier se
position poétique dû à Ks.emendra. mit à brûler ; les mânes [pitaras] le supplièrent
aOXlom aud.uloma [vr. ud.uloma] m. [sg. d’arrêter et Aurva mit l’ardeur de sa pénitence
nom. aud.ulomih. ; du. nom. aud.ulomı̄ ; pl. nom. au fond de l’océan comme le feu sous-marin in-
ud.ulomās] myth. descendant d’Ud.uloma. extinguible Bad.avāgni ; il aida le roi Sagara à
aOEm auttami [vr. uttama] m. myth. np. regagner son trône grâce à l’āgneyāstra ; il est
d’Auttami, fils d’Uttama, 3e manu du kalpa. père de R . cı̄ka.

130
aOfFnr auśı̄nara [vr. uśı̄nara] a. m. n. f. codent 0 ; par ce codage toute syllabe code un
auśı̄narā relatif au peuple uśı̄nara | myth. chiffre, seule la dernière consonne compte ; les
[“descendant du roi Uśı̄nara”] patr. not. du roi syllabes successives d’un mot comptent les puis-
Śibi. sances de 10 ; ainsi jaya donne 8 + 1×10 = 18,
aOqD aus.adhá [vr. os.adhi] a. m. n. f. aus.adhı̄ le nombre de livres du Mah. et de sections de
constitué d’herbes — n. les herbes médicinales la Gı̄tā ; ce codage est aussi utilisé en musique
(collectif) | médicament, remède — f. aus.adhı̄ carnatique pour déterminer l’échelle d’un mode
myth. np. d’Aus.adhı̄ “qui guérit”, épith. de musical [rāga].
Dāks.āyan.ı̄ | var. aus.adhi cf. os.adhi. k -ka var. -aka forme des agt. | ifc. après s.
narasya śokadagdhasya de parenté en r. | diminutif.
suhr.ddarśanamaus.adham La vue d’un ami k\s kam.sá m. n. gobelet, coupe (en métal)
est le remède de l’homme en peine. | (collectif) ustensiles (en métal) — m. myth.
aO£~k aus.t.raka [vr. us.t.ra-ka] a. m. n. f. [Mah.] np. du cruel Kam . sa, fils d’un démon aux
aus.t.rakā relatif au chameau. traits d’Ugrasena, roi de Mathurā ; il épousa
Asti et Prāpti ; il incarnait l’asura Kālanemi,
k k et Nārada lui avait prophétisé qu’il serait tué
k ka1 pn. m. f. kā n. kim [pl. nom. ke] interr. par un fils de sa cousine Devakı̄ ; il empri-
qui ? lequel ? k lat. quis ; ang. who ; all. wer ; fr. sonna Devakı̄ et Vasudeva il fit tuer ses 6 pre-
qui. miers enfants, mais le 7e , Balarāma, s’échappa
kaścana m. quelqu’un, quiconque. [Sam . kars.an.a] en étant transféré par Magie
kaścid m. quelqu’un, quiconque ; quelque per- [Yogamāyā] dans le ventre de Rohin.ı̄ ; le 8e ,
sonne que ce soit. Kr.s.n.a, incarnant Vis.n.u, fut enlevé par Vasu-
na kaścid personne, aucun. deva par miracle, et élevé en secret par le roi des
na kaścid api absolument personne. bergers Nanda et sa femme Yaśodā ; plus tard
kecid quelques. Kr.s.n.a le détrôna et le tua ; cf. Asti — f. kam . sā
kecit ... kecit ... certains ..., d’autres ... myth. [BhP.] np. de Kam . sā, sœur de Kam . sa.
kānicitad ... kānicitad ... certains ... d’autres [n.]. kkAr kakāra [(ka)-kāra] m. le son ou la lettre
kānicid ... kānicid ... id. ‘ka’.
yat kim . ca n’importe quel, n’importe quoi. kkd^ kakud var. kakut f. colline, sommet |
kasmim . ścid en quelque ; en n’importe ; n’im- bosse de bovin | myth. np. de Kakud, fille de
porte où. Daks.a, épouse de Dharma — m. n. kakuda som-
yasyai kasyai ca devatāyai à une divinité quel- met ; chef ; symbole de royauté (not. le parasol
qu’elle soit. blanc).
yāni kāni ca mitrān.i tous les amis sans excep- kakutstha [stha] m. myth. [Mah.] np. du
tion. roi d’Ayodhyā Kakutstha “Qui se tient sur la
kecana certains ; quelques uns. bosse (du taureau incarné par Indra lors d’une
ko ’pi quelqu’un, un certain ; quelque chose, je bataille)” ; [Mah.] il est dit fils de Śaśāda, et
ne sais quel. ancêtre de Raghu par son fils Anenā ; ou bien
ko nāma qui donc ?. [Rām.] il est dit fils de Bhagı̄ratha et père de
ko nu qui vraiment ?. Raghu | myth. [Rām.] np. du roi de Viśālā
ko vā qui pourrait bien ?. Kakutstha1 , fils de Somadatta1 , père de Sumati.
na ko ’pi rien, personne. kkB^ kakubh [relié à kakud] f. sommet, pic,
kah. svid n’importe qui. cime | région du ciel | myth. np. de Kakubh (va-
k ka2 m. myth. np. de Ka, un nom de riante de Kakud), personnifiant un quartier du
Prajāpati — n. joie, bonheur | eau | tête | symb. ciel | lit. nom d’un mètre de 3 vers [pāda], de
le nombre 1. longueurs 8/12, 8.
kasya paridadāmi soc. Je (le) confie à Prajāpati kÃol kakkola var. kaṅkola m. f. kakkolı̄ natu.
(formule prononcée lors de l’upanayana). bot. Myrtus pimenta, myrte ; ses baies sont uti-
kat.apayādi [t.a-pa-ya] m. math. codage des lisées pour parfumer les cheveux.
chiffres par des phonèmes, attribué à Vararuci1 ; k" kaks.a m. repaire, tanière ; broussailles,
la série kādinava ‘ka’ ... ‘ña’ représente 1/2, ..., maquis, savane | aisselle | frange, ourlet ; galon,
9/0, la série t.ādinava ‘t.a’ ... ‘na’ aussi, la série ruban |sangle de ventre d’un éléphant — f. kaks.ā
pādipañca ‘pa’ ... ‘ma’ les chiffres 1 à 5, la série creux de l’aisselle ; frange du sous-vêtement ;
yādyas.t.a ‘ya’ ... ‘ha’ les chiffres 1 à 8 ; les voyelles bande, ceinture | milieu, centre ; enclos, chambre

131
| mur d’enceinte ; enceinte. boire à Śukra mélangé à du vin ; Śukra lui donna
k"Fvt^ kaks.ı̄vat [kaks.a-vat] m. myth. [RV.] alors le secret de l’immortalité, afin qu’il puisse
np. du sage [r.s.i] Kaks.ı̄vān Gautama “qui vit renaı̂tre de son estomac, et à son tour lui rendre
dans la brousse”, fils de Dı̄rghatamā et d’une la vie ; Śukra interdit alors aux brahmanes de
servante du roi Bali, auteur d’hymnes du RV. ; boire le vin trompeur ; quand son apprentissage
Can.d.a1 -Can.d.akauśika est son fils. fut terminé, Kaca prit congé de Śukra, mais re-
k#y káks.ya [kaks.a-ya] a. m. n. f. kaks.yā qui fusa de prendre Devayānı̄ pour femme “car il
vit dans les buissons ; qui habite la savane | bien était devenu comme son frère” ; elle le maudit
nourri — f. kaks.yā ventre ; circonférence, tour de ne pas pouvoir utiliser pour lui-même l’art de
| enclos ; appartement ; classe d’une école. sam . jı̄vanı̄, qu’il enseigna néanmoins aux dieux.
k¬ kaṅka m. natu. zoo. héron | myth. [Mah.] kEÎd^ kaccid var. kaccit [kad-cid1 ] part. est-ce
np. de Kaṅka “Marabout”, fausse identité de que ? peut-être ? n’est-il pas vrai que ? espérons
Yudhis.t.hira déguisé en brâmane expert au jeu que.
de dés, pour se cacher à la cour du roi Virāt.a śivāni vastı̄rthajalāni kaccit [RV.] Vos eaux
lors de la 13e année d’exil des pān.d.avās ; il se sacrées sont tranquilles, n’est-ce pas ?.
présente comme étant du gotra Vaiyāghrapadya kQC kaccha m. n. marais ; bord, rivage k topo.
| myth. [Mah.] np. du prince vr.s.n.i Kaṅka1 , fils Kutch.
d’Ugrasena ; c’est l’un des 7 célèbres archers kacchapa [pa2 ] m. [“gardien du marais”] tor-
yādavās, avec Kr.tavarmā, Anādhr.s.t.i, Śamı̄ka, tue.
Samitim . jaya, Śaṅku1 et Kunti. kQC kacchū [kas.] f. gale ; maladie de peau |
k¬Z kaṅkan.a m. n. bracelet ; anneau ; corde- kacchu id.
lette nouée autour du poignet (not. des époux k>jl kajjala n. noir de fumée ; poudre de
lors du mariage) | anneau de cheville, not. graphite (employés comme collyre ou fard) ; se
d’éléphant. dit not. de la couleur de la Yamunā.
k¬y kaṅkaya m. n. peigne — f. kaṅkayı̄ id. kÑk kañcuka m. veste, justaucorps ; cuirasse ;
k¬Al kaṅkāla m. n. squelette — m. mode mu- vêtement.
sical. kañcukin [-in] m. chambellan ; gardien du
kaṅkāladan.d.a [dan.d.a] m. n. soc. os des gynécée.
jambes et des bras d’un mort, réunis en faisceau
k\j kam.ja var. kañja [kam1 -ja] m. [“produit
par une corde et ornés de plumes de paon ; son
par la tête”] chevelure | myth. np. de Kam . ja,
meurtier doit le porter en expiation d’un crime
épith. de Brahmā “né des eaux” — n. lotus.
de bhrūn.aghna.
kaṅkālamūrti [mūrti] f. myth. représentation
kV kát.a [pkt. kr.ta] m. hanche, croupe ; flanc,
côté | natte, paille, tresse ; chaume | natte de re-
de Śiva-Bhairava en pénitent, après qu’il ait
pos, tapis ; paillasse, matelas.
coupé la 5e tête de Brahmā ; il porte sur son
kat.aka [-ka] m. paille ; natte — m. n. corde,
épaule gauche le kaṅkāladan.d.a fait des os de
bracelet, chaı̂ne | vallée ; versant | géo. np. de
Vis.vaksena1 .
Kat.aka, capitale du Kaliṅga (mod. Cuttack) ; sa
k¬ol kaṅkola [kakkola] m. f. kaṅkolı̄ natu.
divinité tutélaire est Kat.aka Can.d.ı̄ — f. kat.ikā
plante à baie.
natte ; paillasse.
kaṅkolı̄phala [phala] n. natu. son fruit.
kc kaca m. cheveu | myth. np. de Kaca “à kat.apūtanā [pūtanā] f. myth. np. de la
la belle chevelure”, fils aı̂né de Br.haspati ; il démonesse Kat.apūtanā, qui saisit de fièvre les
était d’une très grande beauté, et le favori des jeunes enfants.
dieux ; [Mah.] les dieux voulaient connaı̂tre le se- kat.aprū [prū] m. ver | joueur, parieur.
cret de l’immortalité [sam kat.āks.a [aks.a] m. regard de côté.
. jı̄vanı̄] que Śukra uti-
lisait pour rendre à la vie les démons [asura] ; kVh kat.aha m. poêle, wok ; chaudron, co-
Kaca devint durant 1000 ans l’élève de Śukra, cotte (semi-sphérique, avec des anses) | (objet
dont sa fille, la belle Devayānı̄, s’éprit de lui ; les renflé) carapace de tortue, bosse des tempes de
démons [asura] le tuèrent alors qu’il gardait son l’éléphant, tumulus | van.
troupeau, mais Devayānı̄ supplia son père de le kEV kat.i f. taille ; hanches ; fessier.
ressusciter ; les démons le tuèrent de nouveau, kat.itat.a [tat.a] n. taille, hanches.
et firent une pâte de son corps qu’ils jetèrent kVF kat.ı̄ [relié à kat.i] f. taille ; hanches ; fessier.
à la mer ; Śukra le ressuscita de nouveau ; les kV kat.u a. m. n. f. âcre, amer, épicé ; aigu
démons le réduisirent en poudre, et le firent (son) ; forte (odeur) | violent, impétueux.

132
kát.uka [-ka] a. m. n. f. kát.ukā id. — n. amer- kan.t.hadaghna [daghna] a. m. n. f.
tume ; force en goût, son, odeur — m. phil. kan.t.hadaghnā f. kan.t.hadaghnı̄ (de l’eau)
[nyāya] l’épicé, un type de goût [rasa]. jusqu’au cou.
kat.uvı̄ra [vı̄ra] m. natu. bot. Capsicum an- kan.t.hastha [stha] a. m. n. f. kan.t.hasthā
nuum, piment ; syn. raktamarica. [“dans la gorge”] se dit d’un savoir mémorisé,
kW kat.ha m. géo. nom du pays kat.ha (au nord jugé supérieur à un savoir lu dans un livre
du Pañjab) | pl. le peuple des kat.hās | hist. np. [granthastha].
du sage Kat.ha, fondateur d’une école du Yajur- kan.t.hābharan.a [ābharan.a] n. collier.
veda ; il était élève de Vaiśampāyana. kan.t.hekāla [kāla2 ] a. m. n. f. kan.t.hekālā qui
kat.hopanis.ad [upanis.ad] f. lit. np. de la a la gorge noire ; syn. kālakan.t.ha — m. myth.
Kat.hopanis.ad “Leçon de Kat.ha”. épith. de Śiva.
kEWn kat.hina a. m. n. f. kat.hinā dur, rigide ; kan.t.hos.t.hya [os.t.hya] a. m. n. f. kan.t.hos.t.hyā
inflexible, cruel. phon. gutturalo-labial (se dit des voyelles o, au).
kXMb kad.amba cf. kadamba. kÕ kan.t.hya [kan.t.ha-ya] a. m. n. f. kan.t.hyā
kXAr kad.āra a. m. n. f. kad.ārā basané — m. relatif à la gorge | phon. [“prononcé dans la gor-
serviteur, esclave. ge”] guttural — m. phonème vélaire ou guttural
kZ kán.a m. grain, graine ; goutte ; grain de (postpalatal) (k, kh, g, gh, ṅ) — ifc. qui a hiic.i
poussière ; atome. dans
√ la gorge.
kan.āda [ada] m. phil. np. de Kan.āda “qui kX^ kan.d. v. [10] pr. (kan.d.ayati) vanner.
se nourrit d’atomes”, épith. de Kaśyapa1 , fon- kXn kan.d.ana [kan.d.-ana] n. vannage ; fait de
dateur du système discriminatif [vaiśes.ika] ; on broyer — f. kan.d.anı̄ mortier.
lui attribue le Vaiśes.ikasūtra ; il vécut vers le kX kan.d.u [kan.d.] m. f. démangeaison — ifc.
6e siècle ant. ; on l’appelle aussi Kan.abhuk ou désir violent de — f. kan.d.ū1 démangeaison, pru-
Kan.abhaks.a. rit.
kan.ādarahasya [rahasya] n. lit. np. du kan.d.ūti [-ti] f. démangeaison | (au fig.) désir
Kan.ādarahasya “Doctrine secrète de Kan.āda”, sexuel (pour une femme).
manuel de nyāya-vaiśes.ika dû à Śam . kara2 Miśra. kan.d.ūyā [-ya] f. démangeaison.
kan.ābhaks.a [bhaks.a] m. phil. np. de kX kan.d.ū2 [vn. kan.d.ū1 ] v. [10] pr.
Kan.abhaks.a, épith. de Kan.āda “qui se nourrit (kan.d.ūyati) gratter — pr. md. (kan.d.ūyate) se
d’atomes”. gratter.
kan.ābhuk [bhuj3 ] m. phil. np. de Kan.abhuk, kan.d.vādi [ādi] m. gram. “qui commence par
épith. de Kan.āda “qui régit les atomes”. kan.d.ū”, qualifie la classe [gan.a] des verbes no-
kV kan.t.a m. épine. minaux.
kan.t.akāra [kāra] a. m. n. f. kan.t.akārı̄ épineux kv^ kan.v [vn. kan.va] v. [10] pr. md.
— f. kan.t.akārı̄ natu. bot. Solanum xanthocar- (kan.vāyate) commettre un péché.
pum, petite solanée épineuse aux fleurs violettes kv kán.va m. myth. np. du sage [r.s.i] Kan.va,
et aux fruits jaunes ; cette plante médicinale, fils de Medhātithi, auteur d’hymnes védiques,
employée contre la toux, est l’une des 5 petites vivant sur les bords de la Mālinı̄ ; il est époux
racines [hrasvapañcamūla]. de Gautamı̄ et père adoptif de Śakuntalā |myth.
kVk kán.t.aka [kan.t.a-ka] m. épine, écharde ; np. de Kan.va1 Kāśyapa | hist. np. de la dynastie
pointe, aiguille ; aiguillon, arête | rebelle, bandit, Kan.va, fondée par Vāsudeva2 vers 71 ant. ; elle
ennemi. succéda à la dynastie Śuṅga — n. péché.
kan.t.akita [-ita] a. m. n. f. kan.t.akitā épineux, kán.vatama [-tama] m. Kan.va en personne ;
piquant ; plein d’épines. un véritable Kan.va.
kVEk kan.t.aki iic. pour kan.t.akin. ktm katama [super. ka1 ] pn. m. n. interr. le-
kan.t.akiks.ı̄rin [ks.ı̄rin] m. pl. les plantes quel ? qui ? — f. katamā laquelle ?
épineuses et les plantes grasses. katamaś cana aucun (dans phrase négative).
kVEkn^ kan.t.akin [kan.t.aka-in] a. m. n. f. katamo ’pi id.
kan.t.akinı̄ pourvu d’épines, piquant — m. plante yatamát katamác ca n’importe lequel.
épineuse. ktr katara [compar. ka1 ] pn. m. n. interr.
kW kan.t.há m. cou, gorge. lequel (des deux) ? — f. katarā laquelle (des
kan.t.hatālavya [tālavya] a. m. n. f. deux) ?
kan.t.hatālavyā phon. gutturalo-palatal (se kEt kati [ka1 ] pn. pers. num. [pl. nom. acc.
dit des voyelles e, ai). voc. kati, i. katibhis, dat. abl. katibhyas, g.

133
katı̄nām, loc. katis.u] interr. combien ? combien kETt kathita [pp. kath] a. m. n. f. kathitā dit,
de ? k lat. quot ; fr. quotidien. mentionné, raconté — n. récit.
kati cid quelques, plusieurs. kd^ kad [n. ka1 ] iic. donne un sens péjoratif.
katyapi quelques, plusieurs. kaccid var. kaccit est-ce que ? peut-être ? n’est-il
kEtpy katipaya [kati] a. m. n. f. katipayı̄ pas vrai que ? espérons que.
quelques,
√ quelques uns ; plusieurs. kaccid dr.s.t.ā est-ce qu’on l’a vue ?
k(T^ katth v. [1] pr. md. (katthate) pp. kdMb kadamba m. natu. bot. Nauclea ca-
(katthita) pf. (vi) se vanter, se glorifier | louer damba, arbre aux fleurs en globules sphériques
| blâmer, mépriser. de couleur orange, très parfumées, éclosant à
kE(Tt katthita [pp. katth] a. m. n. f. katthitā l’arrivée des pluies ; c’est une rubiacée ; myth.
vantard — n. vantardise. c’est à un kadamba que Kr.s.n.a suspendit les
kT^ kath [vn. kathā] v. [10] pr. (katháyati) vêtements des bouvières [gopı̄] qui se bai-
impft. (akathayat) aor. [3] (acakathat) pp. (ka- gnaient ; le vr.ks.asthala du temple de Mı̄nāks.ı̄-
thita) pf. (sam) [“donner le comment”] dire, ra- Sundareśvara est un kadamba ; [Āryabhat.ı̄ya]
conter, exposer ; parler, appeler ; admettre — ps. on compare la Terre à sa fleur | astr. pôle
(kathyate) être considéré comme, se reconnaı̂tre de l’écliptique | var. kad.amba hist. np. de la
comme k ang. quote. dynastie Kadamba ou Kad.amba qui régna au
uttaram . kath dire la réponse, donner la solution. Karn.āt.a (345–525) ; elle fut fondée par le roi
kTn kathana [kath-ana] n. fait de raconter, Mayūraśarmā — n. multitude, collection, grou-
récit. pement, troupe, troupeau (forme des pluriels).
kTm^ kathám adv. interr. comment ? de quelle kadambaka [-ka] n. la fleur du kadamba ; elle
manière ? est sacrée à la Déesse, qui en porte une guir-
katham api adv. à peine, difficilement ; en lande.
quelque sorte. kdr kadara m. scie | croc à éléphant | cor,
katham . cana adv. en quelque façon ; tant bien callosité — n. lait caillé.
que mal, peu. kdT^ kadarth [vn. kadartha] v. [10] pr. (kadar-
katham . cit adv. à peine, difficilement ; en thayati) mépriser, tourmenter, traiter durement,
quelque sorte. ne faire aucun cas de.
katham . nu adv. comment donc ? kdT kadartha [kad-artha] m. chose inutile ou
katham etat comment cela ? funeste.
katham . rūpa de quelle forme ? kadarthı̄ kr. mépriser.
katham . vı̄rya de quelle force ? kadarthana [-na] n. trouble, tourment.
kTA kathā [katham] f. explication, discours ; kdy kadarya [kad-arya] a. m. n. f. kadaryā
récit, histoire (le “comment” d’un événement) ; avare, cupide | méprisable, mauvais ; ignoble.
conte, fable, geste | le fait de parler de ; entre- kdl kadala m. f. kadalı̄ natu. bot. Musa sa-
tien, conversation | [kathāsaritsāgara] lit. np. de pientum, bananier plantain ; sa tige est un sym-
Kathā, la Grande Histoire. bole de fragilité et de grâce.
kā kathā que dire de hg. loc.i ? à plus forte rai- kadalı̄pāka [pāka] n. lit. poèsie assez fa-
son ; sans parler de. cile à comprendre (comme la banane est facile
kathāchala [chala] n. semblant d’histoire, d’accès) ; opp. drāks.āpāka, nārikelapāka.
couverture. kadalı̄phala [phala] n. natu. banane.
kathāpı̄t.ha [pı̄t.ha] n. lit. [“origine de kdA kadā [ka1 -dā] adv. interr. quand ? k lat.
la Grande Histoire”] premier livre du quando ; slave kogda ; fr. quand.
Kathāsaritsāgara. kadā cana adv. jamais ; quelquefois.
kathāvatāra [avatāra] m. lit. incarnation de na kadā cana adv. jamais.
la Grande Histoire. kadā cid var. kadāpi adv. quelquefois, parfois ;
kathāsaritsāgara [sarit-sāgara] m. lit. np. une fois, un jour.
du Kathāsaritsāgara “Océan des fleuves des na kadā cid adv. jamais.
contes”, version de la Br.hatkathā due à Soma- kadā cid api na adv. jamais.
deva Bhat.t.a ; ce recueil de contes de 24000 vers pūrvam . kadācid adv. il était une fois ; autrefois.
a inspiré les Contes des Mille et Une Nuits ; il yadā ... kadā ca autant de fois que possible.
contient not. la Vetālapañcavim . śatikā ; il est di- kdý kádru a. m. n. f. kadrū roux, brun ; bronzé,
visé en 18 sections [lambaka] et 124 chapitres tanné — f. kadrū myth. np. de Kadrū “la Bru-
[taram . ga]. ne”, fille de Daks.a (ou Mah. Prajāpati), épouse

134
de Kaśyapa et mère des mille dragons [nāga] ; kdr kandara [kam1 -dara] n. caverne, ravin.
on la dit aussi fille de Kaśyapa et Krodhavaśā ; kdp kandarpa [kam1 -darpa] m. amour ; désir
elle s’opposa à sa sœur Vinatā ; cf. Uccaih.śravā sexuel | myth. np. de Kandarpa “Désir fou”,
| soc.
√ récipient à soma (brun). épith. de Kāma.
kn^ kan var. kā [relié à kam] v. [4] pr. kandarpaketu [ketu] m. myth. [Hitopadeśa]
(kāyati) pft. (cākana) pft. md. (cake) aor. [5] np. de Kandarpaketu “Qui a l’amour pour
(akānı̄t) véd. être satisfait, apprécier ; accepter, bannière”, roi des génies célestes [vidyādhara]
agréer | briller ; désirer. il est fils de Jı̄mūtaketu.
kn kana [kan] a. m. n. f. kanā jeune ; petit kdl kandala n. natu. fleur de la kandalı̄ —
(substitué à alpa pour le compar. et le super.). f. kandalı̄ natu. plante à fleurs blanches abon-
knk kánaka [kan] n. or — ifc. en or — a. m. dantes.
n. f. kanakā doré — f. kanakā myth. “Dorée”, kdk kanduka m. balle (à jouer) ; ballon.
np. de l’une des 7 langues d’Agni. kandukena krı̄d. jouer à la balle, au ballon.
kanakagamana [gamana] m. bd. np. de Ka- kandukakrı̄d.ā [krı̄d.ā] f. jeu de balle, de ballon
nakagamana “Pluie d’or”, buddha mythique | soc. thème iconographique de la jeune femme
de la 23e vie antérieure [jātaka] de Buddha, jouant à la balle.
deuxième de notre ère [kalpa] ; une pluie d’or ky kanya [super. kana] a. m. n. f. kanyā le
tomba sur l’Inde à sa naissance k pali Konaga- plus petit ; opp. uttama — f. kanyā jeune fille,
mana. vierge ; femme ; fille ; femelle |astr. signe zodiacal
kanakamaya [maya] a. m. n. f. kanakamayı̄ [rāśi] de la Vierge.
d’or. devakanyā jeune déesse.
kanakamr.ga [mr.ga] m. myth. [Rām.] daim rājakanyā princesse.
d’or, en lequel se métamorphosa Mārı̄ca pour kanyakā [-ka] f. jeune fille.
attirer Rāma ; syn. māyāmr.ga, hemamr.ga. kanyakubja var. kanyākubja [kubja] n. myth.
kanakasūtra [sūtra] n. chaı̂ne en or. np. du Kanyakubja, ancien royaume fondé par
kanakastambharucira [stambha] m. colonne Amāvasu ; cf. Kanyākubja.
d’or. kanyakumārı̄ var. kanyākumārı̄ [kumārı̄] f.
kanakastambharucira [rucira] a. m. n. f. ka- myth. np. de Kanyakumārı̄ ou Kanyākumārı̄
nakastambharucirā qui brille avec ses colonnes “Jeune fille”, épith. de Durgā-Pārvatı̄ | géo. ville
d’or. de pélerinage du Tamil Nadu, à l’extrême Sud
knt^ kanat [ppr. kan] a. m. n. f. kanantı̄ de l’Inde ; on y vénère Pārvatı̄ (mod. Cap Co-
brillant. morin).
kEn k kanis.ka m. hist. np. du roi Kanis.ka qui kyA kanyā iic. f. de kanya.
fonda la dynastie Kus.ān.a en Inde du Nord au kanyākubja [kubja] n. myth. np. du Kanya-
1er siècle ; sa capitale était Purus.apura (mod. kubja ou Kanyākubja, ancien royaume fondé
Peshawar) ; il fonda l’ère śaka. par Amāvasu ; [Rām.] Gādhi, puis son fils
kEn¤ kanis.t.ha [super. kana] a. m. n. f. Viśvāmitra, en furent rois — f. kanyākubjā géo.
kanis.t.hā le plus jeune, le cadet ; opp. jyes.t.ha — sa capitale Kanyākubjā, très grande ville sur le
f. kanis.t.hā auriculaire. Gange ; elle doit son nom “Fille Bossue” à la
kanis.t.haka [-ka] a. m. n. f. kanis.t.hikā le plus légende du roi Kuśanābha, dont les 100 filles
petit — f. kanis.t.hikā petit doigt. furent rendues bossues par Vāyu pour n’avoir
kanis.t.haprathama [prathama] a. m. n. f. pas cédé à ses désirs ; on l’appelle aussi Maho-
kanis.t.haprathamā ayant en premier le plus pe- dayā ; elle était renommée pour ses parfums et
tit. le savoir de ses brahmanes ; elle fut la capitale
knFys^ kanı̄yas [compar. kana] a. m. n. f. de Yaśovarmā au 8e siècle ; elle fut ensuite l’en-
kanı̄yası̄ plus jeune, cadet |moindre ; insignifiant jeu de luttes entre les Rās.t.rakūt.ās du Deccan,
— f. kanı̄yası̄ sœur cadette de l’épouse. les Pratı̄hārās à l’Ouest et les Pālās à l’Est ; elle
kt kanta [kam-ta] a. m. n. f. heureux. fut abandonnée après les raids de Mahmud de
kEt kanti [kam-ti] a. m. n. f. heureux. Gazni au 11e siècle ; il n’en reste qu’un immense
kt kantu [kam-tu] a. m. n. f. heureux — m. champ de ruines près de Kannauj, à 80 km au
myth. np. de Kantu “Heureux”, épith. de Kāma. nord-ouest de Kanpur.
kTA kanthā f. guenille, chiffon — n. kantha kanyākumārı̄ [kumārı̄] f. cf. kanyakumārı̄.
ifc. ville k lat. cento. kanyāratna [ratna] n. [“un bijou de fille”] jo-
kd kanda m. n. bulbe, oignon. lie fille, beauté.

135
kpV kapat.a m. n. tromperie, fraude — abl. mange la pulpe, dont on fait aussi sirop, gelée
kapat.āt ifc. sous les apparences de. et sorbet ; il est utilisé en médecine ; il guérit
kapat.aprabandha [prabandha] m. fraudes en de l’impuissance, et redonna à Varun.a sa viri-
série ; machination, conspiration. lité perdue ; syn. t.aṅka — n. son fruit la pomme
kpd kaparda m. coquille, coquillage ; not. zoo. d’éléphant ; sa pulpe brune, comestible, est as-
Cypraea moneta, dont le coquillage est utilisé tringente [grāhiphala].
comme monnaie k ang. cauri. kapitthaka [-ka] m. natu. bot. Feronia ele-
kapardin [-in] m. myth. np. de Kapardı̄, phantum — n. son fruit la pomme d’éléphant.
épith. de Śiva “aux Cheveux nattés en spirale”. kapisura [sura] m. myth. np. de Kapisura,
kpAV kapāt.a m. vantail ; porte (de temple, de épith. de Hanumān le “Dieu-singe”.
ville). kEpl kapilá [kapi-la] a. m. n. f. kapilā brun,
kpAl kapāla m. n. coupe, bol, écuelle ; écuelle rougeâtre, roux [“de la couleur des singes”] —
à aumônes ; couvercle | crâne, tête — n. coquille m. la couleur brun ; animal brun | myth. np.
d’œuf — f. kapālı̄ soc. calotte crânienne utilisée du r.s.i Kapila “le Roux” ; il tua les 60000 fils
comme bol d’aumônes par un ascète k lat. ca- du roi Sagara pour avoir troublé sa méditation ;
put ; fr. cap. il est considéré comme fondateur du systême
kapālakuhara [kuhara] n. cavité palatale ; cf. sām. khya ; on dit qu’il fut une manifestation de
khecarı̄mudrā. Vis.n.u.
kapālabhātı̄ [bhāti] f. phil. [yoga] exercice al- kapilavastu [vastu] n. géo. np. de Kapila-
ternant souffle et rétention du souffle ; exhala- vastu, ville natale du Buddha, au sud du Népal.
tion forcée par à-coups. kEpf kapiśá [relié à kapila] a. m. n. f. kapiśā
kapālavrata [vrata] n. soc. [“vœu du crâne”] brun, rougeâtre, roux [“de la couleur des singes”]
comportement transgressif d’ascètes shivaı̈stes — m. la couleur brune — n. sorte de rhum — f.
se vêtant d’os et autres impuretés, accompagnés kapiśā var. kapiśı̄ id.
d’un chien noir, et consommant de l’alcool en kpQCl kapúcchala [ka1 -puccha-la] n. touffe
excès. de cheveux pendant derrière la tête.
kapālin [-in] m. myth. np. de Kapālı̄ “Por- kpot kapóta m. pigeon, colombe — f. kapotı̄
teur de crâne”, aspect de Rudra, l’un des 11 pigeon femelle.
souffles divins [marut] | myth. Śiva en ascète varam adya kapotah. śvo mayūrāt [Nı̄tivākya-
mendiant l’aumône avec une calotte crânienne mr.ta] [“Mieux vaut un pigeon aujourd’hui qu’un
— f. kapālinı̄ myth. np. de Kapālinı̄, épith. de paon demain”] Un bon tiens vaut mieux que
Kālı̄ “Qui porte la guirlande de crânes”. deux tu l’auras.
kapāleśvāra [ı̄śvara] m. géo. np. du temple kpol kapola m. joue.
de Kapāleśvāra, situé à mod. Mylapore, au sud kE=PZ kapphin.a m. bd. np. du roi (my-
de Chennai ; myth. son liṅga y fut établi par thique) du Kapphin.a du Kaśmı̄ra ; le
Brahmā pour se repentir après que Śiva lui Kapphin.ābhyudaya relate sa guerre contre
ait coupé sa 5 ème tête ; le temple d’origine le roi Prasenajit2 , et sa conversion par le
fut construit par les Pallavās au 7e siècle, puis Buddha en personne.
détruit par les portugais ; le temple actuel date kapphin.ābhyudaya [abhyudaya] m. lit. np.
du 16e siècle ; il est le siège de nombreux festi- du mahākāvya Kapphin.ābhyudaya “Triomphe
vals. du roi Kapphin.a”, poème bouddhiste de Bhat.t.a
kEp kapı́ m. singe | myth. np. de Kapi, un r.s.i Śivasvāmı̄ (Kaśmı̄ra, 9e siècle).
parmi les aṅgirasas — f. var. kapı̄ singe femelle kP kapha m. le phlegme, l’une des trois hu-
k gr. κηπoς ; ang. ape. meurs [tridos.a] ; syn. khat.a, śles.man.
kapikacchu [kacchu] f. natu. bot. Mucuna kbD kábandha m. n. barrique ; récipient ven-
pruriens, pois mascate ; syn. ātmaguptā | tru | tronc humain décapité | gros nuage, not.
kapikacchū id. au coucher du soleil — m. myth. [Rām.] np.
kapittha [stha] m. natu. bot. Feronia ele- du dānava Kabandha “Tronc” ; né Viśvāvasu
phantum ou bot. Limonia acidissima, arbre comme fils d’un roi des gandharvās, c’était un
t.aṅka “où les singes se perchent” ; il peut at- géant d’une beauté prodigieuse, et Brahmā lui
teindre 8 m ; son tronc est couvert d’épines ; avait prédit longue vie ; plein d’orgueil, il provo-
on utilise sa résine comme vernis, et son écorce qua Indra au combat, et reçut de ce dernier un
comme cosmétique [elavālu] ; son fruit, de 5 à 9 coup lui enfonçant la tête et les jambes dans le
cm de diamètre, a une écorce très dure ; on en corps ; il avait de très longs bras, et sur le ventre

136
une grosse bouche affamée et un œil unique qui kambugrı̄va [grı̄vā] a. m. n. f. kambugrı̄vā
lançait des flammes ; il épouvantait les mondes qui a le cou plissé comme une conque ; syn.
et dévorait les voyageurs ; il captura Rāma et kambukan.t.ha — m. natu. tortue.
Laks.man.a en exil dans la forêt, mais ceux-ci buddhimān nı̄timān vāgmı̄ śrı̄mān
lui tranchèrent les bras, et il leur expliqua sa śatrunibarhan.ah. vipulām sah
. . mahābāhuh .
malédiction ; il ne pouvait retrouver sa forme kambugrı̄vah. mahāhanuh. ca [Rām.] (Rāma)
divine qu’après avoir été tué par eux et brûlé est intelligent, sagace, éloquent, glorieux, il
avec les rites ; il retrouva ainsi sa splendeur, et extermine ses ennemis ; il a de larges épaules,
remercia Rāma en lui conseillant de se faire un des bras puissants, sa nuque est musclée à l’égal
ami √ de Sugrı̄va. d’une conque, et sa mâchoire puissante.
km^ kam pft. (cakame) pp. (kāntá) pf. kamboja [ja] m. pl. géo. véd. clan royal
(ni) désirer, aimer, être amoureux de — ca. [ks.atriya] Kamboja des śakās ; pays et peuple
md. (kāmayate) ca. (kāmayati) id. | inspirer de de l’extrême nord-ouest de l’Inde, au nord du
l’amour | faire aimer. Gandhāra | leur roi | cheval ou éléphant du pays.
kāmaye dātum je souhaite donner. kyAD kayādhu [kravyād] f. myth. np. de
km^ kam1 [acc. ka2 ] iic. Kayādhu “Vampire”, épouse de Hiran.yakaśipu.
kmXl kaman.d.alu m. n. pot à eau utilisé par kr kará1 [kr.1 ] agt. m. f. karı̄ ifc. qui fait, qui
les ascètes. agit, qui produit, qui cause, qui donne | main ;
kml kámala [kam-ala] a. m. n. f. kāmalā trompe (de l’éléphant) ; pinces (du crabe) |rayon
rose pâle — m. n. natu. bot. Nelumbium spe- de lumière k lat. cerus.
ciosum, lotus rose — f. kamalā phil. [tantr.] karatala [tala] m. paume de la main.
np. de Kamalā “Lotus”, l’une des 10 puissances karatalı̄ kr. prendre dans la paume de sa main.
[mahāvidyā] de la Déesse [Śakti] ; on l’appelle karatalatāla [tāla] m. fait de taper dans ses
aussi Siddhilaks.mı̄. mains en rythme.
kamalāks.a [aks.a] a. m. n. f. kamalāks.ā qui a karatāla [tāla] m. cymbale — n. fait de battre
des yeux de lotus ; se dit not. de Kr.s.n.a — m. la mesure en frappant dans ses mains — f. ka-
myth. np. de Kamalāks.a “aux Yeux de lotus”, ratālı̄ cymbale.
fils de Tāraka ; cf. Tripura.
karatālaka [-ka] n. cymbale — f. karatālikā
kamalābı̄ja [bı̄ja] n. phil. [tantra] bı̄jamantra
frappe des mains en rythme.
‘śrı̄m
√. ’ d’évocation de Sarasvatı̄. karada1 [da] a. m. n. f. karadā1 qui donne la
kMp^ kamp v. [1] pr. md. (kámpate) pft.
main.
(cakampé) pp. (kampitá) inf. (kámpitum) abs.
(-kampya) pf. (anu, abhi, vi) trembler | être ef- karanyāsa [nyāsa] m. phil. [tantr.] transfert
frayé — ca. (kampayati) agiter. du pouvoir d’un mantra sur la main ou sur le
kMp kampa [kamp] m. tremblement, agitation corps par geste rituel.
| peur. karavāri [vāri] n. eau versée de la main.
kampavāta [vāta] m. maladie de Parkinson ; karavı̄ra [vı̄ra] m. natu. bot. Nerium odorum,
cf. ātmaguptā. laurier-rose ; cf. vadhyamālā |myth. formule ma-
kMpn kampana [kamp-ana] a. m. n. f. kam- gique pour rappeler une arme céleste — n. natu.
panā tremblant, instable | qui fait trembler ; qui fleur du laurier-rose.
secoue. karavı̄rapura [pura] n. myth. np. de la
kEMpt kampita [pp. kamp] a. m. n. f. kampitā ville de Karavı̄rapura où Laks.mı̄ se réfugia,
tremblant. mécontente que Bhr.gu ait frappé Vis.n.u à l’en-
kEMpl kampila m. myth. np. du sage [r.s.i] droit du Śrı̄vatsa où elle aimait reposer ; [HV.]
Kampila ; son ermitage se trouvait à Kāmpilya. Kr.s.n.a et Balarāma s’y réfugièrent, poursuivis
kM=y kampya [pfp. [1] kamp] a. m. n. f. par Jarāsandha ; ils y rencontrèrent Paraśurāma
kampyā à secouer ; à écarter, à chasser. | géo. on l’identifie à la mod. Kolhāpūra au
kMbl kambalá m. n. couverture ou étoffe de sud-ouest du Mahārās.t.ra, qui possède un grand
laine. temple de Mahālaks.mı̄.
kMb kambu m. coquille, coquillage, conque | kr kara2 [kr̄.] m. tribut, péage, impôt, taxe.
bracelet de coquillage. karada2 [da] a. m. n. f. karadā2 qui paye
kambukan.t.ha [kan.t.ha] a. m. n. f. l’impôt.
kambukan.t.hı̄ qui a le cou plissé comme krV karat.a [kara1 ] m. tempe de l’éléphant
une conque ; syn. kambugrı̄va. | corbeau | homme impie | pl. géo. nom du peuple

137
des karat.ās ; sa dynastie royale — f. karat.ā kEr y karis.ya [karis.yat] a. m. n. f. karis.yā qui
tempe de l’éléphant — f. karat.ı̄ corbeau. va être accompli.
karat.aka [-ka] m. corbeau | lit. [PT.] np. kEr yt^ karis.yat [pfu. kr.1 ] a. m. n. f. karis.yatı̄
du chacal Karat.aka, conseiller du roi-lion qui va faire.
Piṅgalaka1 avec son frère Damanaka. krFr karı̄ra m. n. pousse de bambou — m.
krEVn^ karat.in [karat.a-in] m. éléphant — f. pot à eau | natu. bot. Capparis aphylla, buisson
karat.inı̄ éléphante. épineux du désert dont se nourrissent les cha-
krZ káran.a [kara1 -na] a. m. n. f. karan.ı̄ qui meaux ; sa racine a des vertus médicinales — n.
fait, qui cause ; effectif, efficace — m. agent ; natu. son fruit, un câpre.
artisan ; scribe — n. fait, accomplissement, krFq karı̄s.a m. n. fumier ; bouse de vache
exécution, acte | instrument, moyen ; charme, séchée.
incantation | muscle, tendon ; organe | gram. kzZ^ karun. [vn. karun.ā] v. [10] pr. md.
[Pān.ini] rôle thématique [kāraka] s’exprimant (karun.āyate) éprouver de la compassion.
en gén. à l’instrumental de cause effective prin- kzZ karún.a a. m. n. f. karún.ā lamentable, pi-
cipale [sādhakatama] de l’action | soc. caste teux ; mélancolique, triste ; pitoyable, touchant
mélangée ; not. fils de père ks.atriya et de mère — m. phil. le pathétique, un des 9 modes ar-
vaiśya | pl. karan.ās astr. subdivisions du temps tistiques [rasa] ; on lui associe la couleur cendre
correspondant à 1/2 jour lunaire [tithi] ; il y en et la divinité Yama — f. karun.ā pitié, compas-
a 11 ; les 7 premiers sont dans l’ordre : bava sion |phil. la compassion, une des quatre qualités
ou vava, balava ou valava, kaulava ou kaulaba, morales [brahmavihāra].
taitila, gara, van.ija et vis.t.i ; ils sont dits mo- karun.apara [para] a. m. n. f. karun.aparā
biles [adhruva] et se répètent 8 fois à partir de plein de compassion.
la première moitié du jour de nouvelle lune ; karun.asāgara [sāgara] m. myth. np. de
les 4 derniers sont dits fixes [dhruva] et rem- Karun.asāgara “Océan de compassion”, un
plissent le reste du mois lunaire : kim . tughna ou épith. de Rāma.
kim . stughna, śakuni, nāga et catus.pada ; on ob- karun.āpara [para] a. m. n. f. karun.āparā
tient bien ainsi 7×8 + 4 = 2×30 demi-jours dans compatissant ; gentil.
un mois lunaire de 30 jours. karun.in [-in] a. m. n. f. karun.inı̄ pitoyable.
karan.ena var. karan.āt prép. à cause de. k !q karūs.a m. géo. [Mah.] nom d’un pays et
krZ(v karan.atva [karan.a-tva] n. causalité. d’un peuple | pl. karūs.ās ses habitants.
krZFy karan.ı̄ya [pfp. [2] kr.1 ] a. m. n. f. kk karká [kr.1 ] a. m. n. f. karkı̄ blanc ; ex-
karan.ı̄yā devant être fait, devant être accompli ; cellent — m. crabe ; syn. karkat.a | joyau — f.
à faire. karkı̄ natu. crabe femelle.
krX karan.d.a m. n. f. karan.d.ı̄ panier, cor- kk V karkat.a [karka] m. natu. zoo. crabe ;
beille en osier. écrevisse | astr. signe zodiacal [rāśi] du Can-
karan.d.aka [-ka] m. n. f. karan.d.ikā petite cer — f. karkat.ı̄ natu. crabe femelle | myth.
boı̂te en osier (not. contenant une amulette). np. de l’ogresse [rāks.ası̄] Karkat.ı̄ “Cancer” ;
dos.akaran.d.ikā phil. [“panier des fautes”] péché elle vivait dans l’Himālaya où elle ne trouvait
originel dû au karma individuel. à se nourrir, et elle implora Brahmā par de
pus.pakaran.d.ikā phil. [“corbeille de fleurs”] jar- longues austérités ; celui-ci lui accorda finale-
din d’Eden de l’innocence originelle. ment un vœu ; elle souhaita devenir aussi mince
karan.d.avyūha [vyūha] m. arrangement en qu’une aiguille [sūcı̄] pour s’introduire comme
panier | lit. exposé conceptuel. maladie et tuer les gens ; Brahmā lui accorda
krB karabha [kara1 -bha] m. jeune chameau d’être Vis.ūcı̄kā, vibrillon du choléra, et d’infec-
| trompe ; jeune éléphant. ter les gens qui ont une mauvaise hygiène et les
krMB karambhá m. gruau, bouillie ; not. méchants, mais d’épargner les braves gens ; il
bouillie donnée en offrande à Pūs.ā. lui donna aussi un mantra de guérison ; après
krAl karāla a. m. n. f. karālā qui baille, qui avoir tué des malades innombrables, elle s’en fa-
est grand ouvert (not. blessure) | qui a la gueule tigua et regretta son destin d’origine ; après de
ouverte ; effrayant — f. karālı̄ myth. np. de l’une nombreuses nouvelles pénitences elle réussit à
des 7 langues d’Agni. persuader Brahmā de lui rendre sa forme origi-
kErn^ karin [kara1 -in] m. [nom. karı̄] éléphant nelle ; il l’autorisa à parcourir le monde pour y
[“qui a une trompe”] — f. karin.ı̄ éléphante. manger les gens de mauvaise vie ; elle entra dans
kEr Z karis.n.u [kr.1 ] ifc. m. f. qui fait. une forêt, où elle rencontra le Roi des forestiers

138
et son ministre ; le Roi accepta de répondre à ses raka ; il est aussi Mahādānı̄, celui qui donne
questions, et par ses réponses la fit progresser tout ce qu’il possède ; il donna ainsi ses attri-
spirituellement dans la connaissance du brah- buts à Indra, bien qu’il sache devoir en mourir ;
man ; il lui proposa de venir à sa cour, de prendre il tua le monstre Ghat.otkaca, mais dut pour ce
les condamnés à mort, et de les emporter dans faire utiliser l’arme magique [brahmāstra] que
l’Himālaya pour les dévorer |natu. bot. Cucumis lui avait donné Jāmadagnya, et qu’il destinait
utilissimus, courge ; son fruit est le concombre ; à Arjuna ; son cocher était le roi Śalya avec
syn. urvāru k gr. καρκινoς ; lat. cancer. qui il se disputa ; lors de son combat avec Ar-
karkat.aka [-ka] m. f. karkat.akı̄ crabe ; juna conduit par Kr.s.n.a, la roue de son chariot
écrevisse. s’enlisa dans la boue, et Arjuna le tua avec la
kk f karkaśa [karka] a. m. n. f. karkaśā dur, flèche magique Añjalika ; Vr.s.asena est son fils ;
âpre, rude — m. épée, cimeterre. cf. Rādheya, Vaikartana — f. karn.ı̄ myth. [Mah.]
kk tn karketana [karka] m. chrysobéryl. np. de Karn.ı̄, épouse d’Ugrasena.
kko V karkot.a m. myth. np. de Karkot.a, nāga karn.aka [-ka] m. poignée (sur le côté d’un
du Pātāla ; cf. Kārkot.a. ustensile) — f. cf. karn.ikā.
karkot.aka [-ka] m. myth. [Mah.] np. du nāga karn.ajāpa [jāpa] m. chuchottement à l’oreille
Karkot.aka ; il fut maudit par Nārada pour | médisance, calomnie.
l’avoir trompé, et devait demeurer dans le feu ; karn.adhāra [dhāra] m. [“qui tient le gouver-
il en fut délivré par le roi Nala perdu dans la nail”] timonier, pilote.
forêt après avoir quitté Damayantı̄ ; sur sa pro- karn.apattrabhaṅga [pattrabhaṅga] m. l’or-
messe d’aide, celui-ci l’enleva du feu lorsqu’il se nement et le parfum des oreilles, l’un des 64 arts
réduisit à la dimension d’un pouce ; au dixième [kalā].
pas, Karkot.aka mordit Nala qui devint difforme karn.aparvan [parvan] n. lit. 8e livre du Mah.,
avec des petits bras et un corps bleu ; Karkot.aka “de Karn.a”.
le rassura, lui donna une écharpe merveilleuse karn.abhāra [bhāra] n. lit. np. du Karn.abhāra
lui permettant de retrouver son apparence nor- “Karn.a subissant son destin”, drame en un acte
male, lui dit qu’il devait se présenter au roi de Bhāsa, basé sur le Mah. ; il évoque le vol par
R. tuparn.a comme expert de chevaux sous le nom Indra de l’armure de Karn.a avant son combat
de Bāhuka, et qu’il devait échanger son exper- avec Arjuna, fin d’accomplir la malédiction de
tise contre la science du roi aux dés ; alors il Paraśurāma.
retrouverait sa famille. karn.ābharan.a [ābharan.a] n. ornement
kZ^ karn. [vn. karn.a] v. [10] pr. (karn.ayati) pf. d’oreille.
(ā) percer, creuser. karn.āvatam . sa [avatam. sa] n. boucle d’oreille.
kZ kárn.a m. oreille | gouvernail | math. hy- kZA V karn.āt.a m. géo. nom du pays Karn.āt.a
pothénuse d’un triangle | myth. [Mah.] np. de (mod. Karn.āt.aka) dans le Deccan ; sa capitale
Karn.a “Oreille (d’or)”, frère aı̂né secret des était Vijayanāgara | pl. karn.āt.ās ses habitants.
pān.d.avās, fils de Kuntı̄ et du dieu Sūrya, élevé karn.āt.aka [-ka] m. géo. le Karn.āt.aka.
en secret par le sūta2 Adhiratha et Rādhā1 ; kEZ k karn.ika [karn.a-ika] a. m. n. f. karn.ikā
sa naissance divine étant ignorée, on l’appe- muni d’oreilles ; avec de grandes oreilles | à la
lait Sauti ; héros au grand cœur des kauravās, barre — m. barreur — m. n. péricarpe (not. d’un
il est impétueux et vantard ; il était invin- lotus) — n. sorte de flèche (à pointe en forme
cible avec sa cuirasse [kavaca] et ses boucles d’oreille).
d’oreille [kun.d.ala] d’or qu’il avait de naissance ; kEZ kAr karn.ikāra [karn.a-kāra] m. natu. bot.
il possédait l’arc Vijaya4 que Viśvakarmā avait Pterospermum acerifolium, grand arbre du sud
fait pour Indra, et que Jāmadagnya lui avait de l’Himālaya.
donné [bhārgava] lorsqu’il lui rendit visite sur kEZ n^ karn.in [karn.a-in] agt. m. f. karn.inı̄ qui a
le Mont Mahendra1 pour apprendre la science des oreilles ou des appendices en forme d’oreille ;
des armes ; il y fut maudit par un brahmane qui porte une boucle d’oreille.
pour avoir tué le veau de sa vache par acci- kZ karn.e [loc. karn.a] iic.
dent, et condamné à mourir au combat, la roue karn.ejapa [japa] a. m. n. f. karn.ejapā
de son char enlisée ; il rejoignit Duryodhana, et dénonciateur.
l’aida à commettre le rapt de son épouse ; il kt kartá [kr.t1 ] m. tranchée, fossé.
succéda à Dron.a comme commandant en chef kt n kartana [kr.t1 ] n. fait de couper, excision
des kauravās ; il était possédé par l’asura Na- — f. kartanı̄ ciseaux.

139
kt Er kartari [kr.t1 ] f. ciseaux, couteau, coute- karmakara [kara1 ] a. m. n. f. karmakarı̄ soc.
las ; instrument coupant | var. kartarı̄ id. travailleur libre, ouvrier salarié, artisan.
kartarikā [-ka] f. id. karmakartr. [kartr.] m. gram. rôle thématique
kt &y kartavya [pfp. [3] kr.1 ] a. m. n. f. kar- [kāraka] d’agent d’un précédent objet, aussi ap-
tavyā devant être fait, devant être accompli ; à pelé usage intransitif-réfléchi.
faire — n. devoir, obligation, tâche. karmakān.d.a [kān.d.a] n. lit. section du Veda
mayā kartavyam c’est mon devoir, il faut que je ayant trait aux rites sacrificiels | lit. ensemble
le fasse. des 12 chapitres principaux du Mı̄mām . sāsūtra,
kartavyatā [-tā] f. fait d’être à faire. par opp. aux 4 chapitres suppléments du
kartavyatām brūhi dis moi ce que je dois faire. Sam . kars.akān.d.a.
kt kartr. [kr.1 -tr.] a. m. n. f. kartrı̄ [sg. nom. karmadhāraya [dhāra-ya] m. gram. [“qui
kartā ; acc. kartāram] qui fait, qui agit, actif ; porte le rôle”] composé appositionnel ou descrip-
créateur, auteur | soc. prêtre officiant | gram. tif, où le premier mot est un attribut du second
rôle thématique [kāraka] d’agent (nominatif en (séparément, ils se déclineraient pareillement) ;
voix active ou instrumental en voix passive) — lorsque le 1er terme est un nom de nombre, le
f. kartrı̄ créatrice. composé est appelé dvigu.
kartāsmi je dois faire, je vais faire. karmapravacanı̄ya [pravacanı̄ya] a. m. n.
kartā il va faire. f. karmapravacanı̄yā gram. qui sert à expri-
śraddham . kartā qui exécute le rite funèbre. mer l’acte ; utilisé par Pān.ini pour décrire les
kartr.ka [-ka] ifc. agt. m. f. kartr.kā id. prépositions.
kartr.tā [-tā] f. gram. fait d’être l’agent d’une karmaphala [phala] n. [“fruit de l’action”]
action. résultat ou conséquence d’un acte ; récompense
kartr.tva [-tva] n. gram. fait d’être l’agent | phil. conséquences de l’action ; on distingue
d’une action | statut d’être un acteur ou auteur les conséquences immédiates [prārabdha], po-
d’une action. tentielles [sam . cita], et futures [āgāmika] | natu.
fruit carambole ; cf. karmaraṅga.
kartr.stha [stha] a. m. n. f. kartr.sthā gram.
karmamāsa [māsa] m. calendrier de 30 jours.
qui réside dans l’agent.
karmamı̄mām . sā [mı̄mām
. sā] f. phil.
kartr.sthakriya [kriyā] a. m. n. f.
[“examen de l’action”] doctrine philoso-
kartr.sthakriyā gram. se dit d’une racine
phique pūrvamı̄mām . sā de Jaimini, exégèse du
dont l’action est située seulement dans l’agent ;
Veda et explication du rituel védique.
opp. karmasthakriya.
karmamı̄mām . sādarśana [darśana] n. lit. np.
kp V karpat.a n. guenille. du Karmamı̄mām . sādarśana, œuvre phil. at-
kp r karpara [relié à kapāla] m. tasse, bol, tribuée à Jaimini en 12 chapitres, aussi appelé
coupe | crâne | carapace de tortue. Mı̄mām . sāsūtra ; Śabara1 Svāmı̄ en fit le com-
kpA s karpāsa m. n. natu. bot. Gossypium mentaire ; il est complété par les 4 chapitres du
herbaceum, coton k gr. καρπασoς ; lat. carba- Sam . kars.akān.d.a.
sus. karmayoga [yoga] m. phil. réalisation spiri-
kp r karpūra [kr.p] m. n. camphre (plante tuelle par la voie de l’action ; cette discipline de
et résine) — f. karpūrā myth. [tantr.] np. de l’action fut prêchée par Kr.s.n.a dans la Bhaga-
Karpūrā, Déesse Camphre k ang. camphor ; fr. vadgı̄tā ; cf. sādr.śya, sādharmya.
camphre. karmaraṅga [raṅga] m. natu. bot. Averrhoa
karpūrastotra [stotra] n. lit. np. du carambola, arbre carambole ; son fruit, comes-
Karpūrastotra ; cf. Karpūrādistotra. tible, s’appelle karmaphala.
kp rA karpūrā iic. f. de karpūra. karmavacana [vacana] n. bd. rituel.
karpūrādistotra [ādistotra] n. lit. np. du karmavajra [vajra] a. m. n. f. karmavajrā
Karpūrādistotra “Hymne fondamental à la [“dont l’arme est le travail”] se dit des śūdrās.
Déesse Camphre”, poème en sanskrit élégant karmavaśa [vaśa] m. phil. influence des actes
composé par un lettré anonyme bengali du passés — a. m. n. f. karmavaśā qui est soumis à
17e siècle ; il décrit des pratiques tantriques cette influence.
extrêmes. karmavibhaṅga [vibhaṅga] m. phil.
kb r karbura a. m. n. f. karburā bigarré, ba- libération des liens du karma | lit. np. d’un
riolé | violet. ouvrage bd.
km karma iic. pour karman. karmaśobhā [śobhā] f. chef d’œuvre.

140
karmastha [stha] a. m. n. f. karmasthā gram. kq kars.a [kr.s.] m. fait de tirer, de traı̂ner, d’ar-
qui réside dans l’objet. racher | agriculture — m. n. poids d’or ou d’ar-
karmasthakriya [kriyā] a. m. n. f. karmas- gent (une pièce d’or, environ 25 g) ; il y en a 4
thakriyā gram. se dit d’une racine dont l’action dans un pala ; syn. suvarn.a.
est située dans l’objet (et non seulement dans kq Z kars.an.a [kars.a-na] n. fait de tirer, de
l’agent) ; opp. kartr.sthakriya. traı̂ner ; fait de tourmenter | labourage, culture ;
karmānus.t.hāna [anus.t.hāna] n. soc. pratique champ cultivé | soc. agriculture ; c’est un moyen
de ses devoirs ; exécution des rites prescrits par de subsistance non convenable pour un brah-
sa caste. mane [s.at.karman].

karmānus.t.hānin [-in] agt. m. f. kl^ kal v. [10] pr. (kaláyati) pr. md. (ka-
karmānus.t.hāninı̄ soc. qui pratique son de- layate) pp. (kalita) pf. (sam) inciter ; exciter ;
voir, qui exécute les rites prescrits. porter | faire, accomplir ; émettre (un son), mur-
karmānta [anta] m. accomplissement d’une murer | considérer, observer, remarquer ; comp-
action | travail, action ; conduite. ter, mesurer ; croire.
karmendriya [indriya] m. phil. [sām . khya] mūrchām . kal s’évanouir.
l’une des 5 facultés d’action : vāc la voix (faculté culukam . jalasya kal boire une gorgée d’eau.
de parole), pān.i la main (faculté de préhension), kl kala [kal] a. m. n. f. kalā1 rauque, indis-
pāda le pied (faculté de marche), upastha l’or- tinct, faible | inarticulé, bas ; doux, mélodieux
gane génital (faculté de copulation) et pāyu (voix).
l’anus (faculté d’excrétion). kalamūka [mūka] a. m. n. f. kalamūkā sourd-
km k karmaka [karma-ka] ifc. a. m. n. f. kar- muet.
mikā actif. kalaham . sa [ham . sa] m. f. kalaham . sı̄ natu.
km n^ kárman [kr.1 -man] m. n. [sg. nom. zoo. Anser anser, oie.
karmā ; acc. karmānam ; i. karmanā ; en comp. kl¬^ kalaṅk [vn. kalaṅka] v. [10] pr.
karma] acte, action, œuvre ; fait, exécution,
(kalaṅkayati) pp. (kalaṅkita) tacher ; diffamer.
opération ; cérémonie, sacrifice | ouvrage ; occu-
pation, métier ; destin |fonction individuelle, de-
kl¬ kalaṅka [kal-aṅka] m. tache ; marque ;
marque de rouille | marque d’infamie, blâme.
voir de sa caste | phil. accumulation de mérites
et de fautes au cours des existences passées ; klE¬t kalaṅkita [pp. kalaṅk] a. m. n. f.
rétribution de conduite passée ; destinée | Acte kalaṅkitā taché ; diffamé.
suprême, Œuvre sainte |pratique (opp. théorie) ; klcEr kalacuri m. hist. np. de la dynas-
syn. prayoga | gram. le rôle thématique [kāraka] tie Kalacuri ou Kalacūri ; leur capitale était
d’objet ou de but (indiqué par l’accusatif en Māhis.matı̄ ; cf. Kr.s.n.arāja.
voix active, le nominatif en voix passive, ou le kl/ kalatra n. femme, épouse | femelle ;
génitif d’un nom d’action) ; on distingue l’ob- croupe ; vagin | citadelle.
jet créé [nirvartya], l’objet transformé [vikārya], klB kalabha [relié à karabha] m. jeune
l’objet visé [prāpya] et l’objet écarté [anı̄psita] éléphant (de moins de 30 ans).
| phil. [vaiśes.ika] la catégorie [padārtha] des ac- kalabhaka [-ka] m. éléphanteau
tivités ; la tradition en donne 5 : utks.epan.a klm kalama [kal] m. riz récolté en hiver
l’élévation, avaks.epan.a l’abaissement, ākuñcana | calame, plume en roseau | soc. np. du clan
la contraction, prasāran.a l’expansion et gamana ks.atriya Kalama du pays Kosala, à l’époque de
le déplacement — n. karma ifc. exécution de ; Bimbisāra ; ses membres habitaient la ville de
destin de k pali kamma. Keśaputra ; bd. Buddha, qui y fit un sermon,
karman.i prayoga gram. emploi au passif. leur enseigna de se méfier des dogmes établis,
km vt^ karmavat [karma-vat] a. m. n. f. kar- des écritures, des traditions et des idées reçues
mavatı̄ occupé de son travail ; employé comme k gr. καλαµoς ; lat. calamus.
travailleur. klEv¬ kalaviṅka m. moineau | coucou.
kEm k karmika [karman] a. m. n. f. karmikā klf kalaśa m. n. vase, pot, coupe, cruche ;
actif, qui agit. syn. kumbha |baratte |jn. symbole sacré du pot à
kEm n^ karmin [karman] a. m. n. f. karminı̄ ac- eau associé à deux yeux divins ; cf. as.t.amaṅgala
tif, agissant ; occupé, au travail. | arch. pinacle d’un temple (en forme de vase)
kMm karmma forme géminée de karma. | var. kalasa id. — f. kalaśı̄ pot à eau, jarre ;
kq^ kars. [ca. kr.s.] v. [10] pr. (kars.ayati) ex- baratte | var. kalaśi id. k gr. καλιξ ; lat. calix ;
traire, arracher ; tourmenter. fr. calice.

141
klh kalaha m. dispute, querelle ; rixe, com- [vr.ks.āyurvedayoga], l’organisation de combat
bat | tromperie ; mensonge. d’animaux [mes.akukkut.alāvakayuddhavidhi],
klA kalā f. petite partie d’un tout, por- le dressage des perroquets et des mainates
tion, élément, atome ; seizième partie | not. [śukasārikāpralāpana], l’art de frotter, masser
seizième partie du cercle lunaire, cf. candrakalā et friser les cheveux (utsādane sam . vāhane
| unité de temps (approx. 1 mn) | astr. 1 keśamardane ca kauśalam), l’art de parler avec
degré d’arc (not. du zodiaque) | gram. temps ses doigts [aks.aramus.t.ikākathana], la connais-
d’une syllabe en prosodie | phil. atome de sance des langues étrangères [mlecchitavikalpa],
matière | phil. [ChU.] quartier d’une des quatre la compréhension des parlers régionaux
quadripartitions [pāda] du brahman | phil. [deśabhās.āvijñāna], l’arrangement d’un chariot
seizième partie de la manifestation divine de fleurs [pus.paśakat.ikā], la connaissance de
complète [pūrn.āvatāra] | l’un des 64 arts ; syn. l’alphabet des diagrammes [yantramātr.kā], la
aṅgavidyā ; le Kāmasūtra énumère : le chant mnémotechnie [dhāran.amātr.kā], la déclamation
[gı̄ta], la musique [vādya], la danse [nr.tya] et le du Veda en cœur [sam . pāt.hya], la poésie men-
théâtre [nāt.ya], le dessin [ālekhya], l’ornement tale (mānası̄ kāvyakriyā), la lexicographie
du visage par un tilaka [viśes.akacchedya], [abhidhānakośa], la métrique [chandojñāna],
l’ornement d’un temple en grains de la rhétorique [kriyāvikalpa], l’art des tours de
riz et fleurs [tan.d.ulakusumavalivikāra], magie [chalitakayogās], l’art de dissimuler dans
l’arrangement de jonchées de fleurs ses vêtements [vastragopana], les jeux de hasard
[pus.pāstaran.a], la coloration des dents et [dyūtaviśes.a], le jeu de dé [ākars.akrı̄d.ā], les
des vêtements [daśanavasanāṅgarāga], la jeux d’enfants [bālakrı̄d.anakāni], et les connais-
confection de mosaı̈ques en pierres précieuses sances militaires de la discipline [vainayikı̄],
[man.ibhūmikākarma], l’arrangement du lit de la stratégie [vaijayikı̄], et de la culture
[śayanaracana], la musique avec un pot rem- physique [vyāyāmikı̄] ; d’autres sources men-
pli d’eau [udakavādya], le jeu dans l’eau tionnent d’autres arts, comme la science du vol
[udakāghāta], les diverses [citra] sortes de [cauravidyā].
yoga magique, la confection des guirlandes klAp kalāpa [kalā-āp] m. [“ce qui tient en-
[mālyagrathanavikalpa], l’arrangement de semble”] lien, faisceau, botte ; carquois | queue
diadèmes [śekharāpı̄d.ayojana], l’art de la toi- de paon |collection d’objets tenus ensemble ; not.
lette [nepathyaprayoga], l’ornement des oreilles livre.
[karn.apattrabhaṅga], l’art du parfum et des kalāpin [-in] m. natu. zoo. paon.
cosmétqiues [gandhayukti], l’art de la parure kEl káli [kal] m. coup de dé perdant (de 1)
[bhūs.an.ayojana], l’illusionnisme [aindrajāla], | myth. [Mah.] sa personnification Kali “Mau-
la magie érotique [kaucumārayoga], la presti- vais sort”, esprit mauvais qui aida Pus.kara à
digitation [hastalāghava], l’art de préparer les gagner aux dés les possessions de son frère Nala
mets [vicitraśākayūs.abhaks.yavikārakriyā], | dispute, discorde ; mauvais objet parmi plu-
l’art de préparer les boissons sieurs.
[pānakarasarāgāsavayojana], les travaux kaliyuga [yuga] n. phil. 4e âge du monde, âge
de couture [sūcı̄vānakarmān.i], les jeux de fer ; la tradition fixe son commencement à la
de ficelle [sūtrakrı̄d.ā], le luth et le tam- mort de Kr.s.n.a en l’an 3102 ant. ; son roi en est
bourin [vı̄n.ād.amaruvādyāni], l’art de la Jagannātha ; [Rām.] les śūdrās y acquièrent le
devinette [prahelikā], l’art de réciter les droit de pratiquer l’ascèse [tapasya] ; [Mah.] il
vers à rebours [pratimālā], le jeu de mots est incarné par Duryodhana.
[durvācakayoga], la récitation en lecture kalivid.ambana [vid.ambana] n. lit. np.
[pustakavācana], le théâtre et les contes du poème satirique Kalivid.ambana, dû à
[nāt.akākhyāyikādarśana], le jeu de complétion Nı̄lakan.t.ha1 .
de poèmes [kāvyasamasyāpūran.a], le tressage kElkA kalikā [kalā] f. 16e de lune (unité de
d’étoffes et de joncs [pat.t.ikāvetravān.avikalpa], temps) | bouton (de fleur) ; bourgeon.
les travaux de filage [tarkukarmān.i], la me- kElkAtA kálikātā [relié à kālı̄ghat.t.a] f. géo.
nuiserie [taks.an.a], l’architecture [vāstuvidyā], np. de la ville de Kalikātā au Bengale (mod.
la connaissance des monnaies et des pierres Calcutta).
précieuses [rūpyaratnaparı̄ks.ā], la métallurgie kEl½ kaliṅga m. géo. np. du pays Kaliṅga et
et l’alchimie [dhātuvāda], la connaissance des de son peuple les kaliṅgās, sur la côte du Co-
gemmes [man.irāgākarajñāna], l’horticulture romandel, s’étendant au sud de Kat.aka ; l’em-

142
pereur Aśoka le conquit au terme d’une guerre verner.
sanglante ; sa capitale était Purı̄ ; mod. Orissa kalpataru [taru] m. cf. kalpavr.ks.a.
| lit. [Mah.] Sahadeva le conquit pour qu’il paye kalpadru [dru3 ] m. cf. kalpavr.ks.a.
tribut à Yudhis.t.hira |myth. np. du roi Kaliṅga1 , kalpadruma [druma] m. cf. kalpavr.ks.a.
fils de Dı̄rghatamā et Sudes.n.ā. kalpadrumakalikā [kalikā] f. jn. np. de la
kElt kalita [pp. kal] a. m. n. f. kalitā incité ; Kalpadrumakalikā ou Kalpadrukalikā “Bour-
conduit. geon de l’arbre d’abondance”, qui forme le Kal-
kEld kalinda m. géo. np. du Mont Kalinda, pasūtra jaı̈n.
d’où est issue la Yamunā | pl. géo. np. du peuple kálpabhava [bhava] m. pl. jn. classe d’êtres
et du pays des kalindās. célestes [vaimānika] de l’ère présente.
klq kalus.a a. m. n. f. kalus.ā sale, trouble, kalpavr.ks.a [vr.ks.a] m. myth. arbre ma-
turbide, vaseux ; impur | rauque (voix) — m.
gique qui accorde ce qu’on désire ; c’est l’un
buffle — f. kalus.ā bufflesse — n. saleté, impu-
des 5 arbres du paradis [svarga] d’Indra ; cf.
reté | faute, péché — v. [10] pr. (kalus.ayati) pp.
pañcavr.ks.a | natu. par ext. palmier à noix de
(kalus.ita) salir, polluer, contaminer — v. [10] pr.
coco.
md. (kalus.āyate) se troubler, se salir.
kalpasūtra [sūtra] n. pl. soc. recueil d’in-
kalus.ı̄ kr. polluer, salir.
jonctions rituelles ; les injonctions du Kal-
kroden.a kalus.ı̄ kr.ta [Rām.] étranglé de colère.
pasūtra forment le vedāṅga du rituel ; cf. not.
kalus.ı̄ bhū se troubler ; se salir.
Baudhāyana.
kl vr kalevara m. n. corps k lat. cadaver.
kSk kalka m. résidu ; ordure, saleté | kalpātita [bhava] m. pl. jn. classe d’êtres
hypocrisie, fausseté, tromperie. célestes [vaimānika] des ères passées.
kESkn^ kalkin m. [nom. kalkı̄] myth. np. de kalpānta [anta] m. myth. fin du Monde (fin
Kalkı̄, 10e avatāra de Vis.n.u ; il viendra détruire du présent kalpa) ; cf. Ananta.
l’univers à la fin du kaliyuga ; on le représente kSpn kalpana [kalpa-na] n. formation, fa-
comme un cavalier blanc sur un cheval noir, ou brication ; invention ; ornement, parure — f.
comme un cavalier noir sur un cheval noir (Ja- kalpanā disposition, arrangement, composition
gannātha) accompagné d’un cavalier blanc sur | supposition, hypothèse ; imagination, illusion,
un cheval blanc (Balabhadra) | var. kalki id. fiction ; invention.
kSp^ kalp [ca. kl.p] v. [10] pr. (kalpayati) pr. kESpt kalpita [pp. kalp] a. m. n. f. kalpitā
md. (kalpayate) pp. (kalpita) faire, fabriquer ; imaginé.
ordonner, nommer (à une fonction). kSmAq kalmās.a a. m. n. f. kalmās.ā bariolé,
bhāgaśas kalp diviser en parts. bigarré ; taché, tacheté.
kSp kálpa [kalp] a. m. n. f. kalpā faisable, kalmās.apāda [pāda] m. myth. [Mah.] np.
possible, praticable | propre à, apte à, ha- du roi d’Ayodhyā Kalmās.apāda “aux pieds
bile — m. moyen, procédé ; précepte, règle, tachés” ; il est Saudāsa “fils du roi Sudā1 ” de la
loi ; rituel — ifc. semblable à, qui s’approche dynastie solaire, aussi appelé Mitrasaha ; il fut
de, presque ; à peu près, approximativement ; maudit par son purohita Vasis.t.ha pour avoir re-
modèle de | phil. grand cycle cosmologique de fusé la priorité à son fils Śakti1 et l’avoir frappé ;
la création, où l’Univers matériel est créé, se Vasis.t.ha lui envoya le mauvais esprit Kim . kara ;
dégrade et est annihilé lors du kalpānta | myth. un jour, un brahmane vint lui demander un re-
période cosmologique d’un jour de Brahmā, pas de mouton ; le roi fit tuer un homme, qu’il lui
durée d’une création de l’Univers, valant 1000 servit comme repas ; le brahmane le maudit, et le
grandes ères [mahāyuga] (environ 4/32 mil- condamna à devenir vampire [rāks.asa] ; il dévora
liards d’années) ; chaque kalpa se compose de les 100 fils de Vasis.t.ha, puis tenta de dévorer
14 ères de Manu [manvantara] ; cf. mahākalpa Vasis.t.ha lui même, qui finit par l’exorciser ; pen-
| phil. le rituel, un des 6 membres du Veda dant sa malédiction [śāpa], il avait surpris un
[vedāṅga] |alternative ; syn. paks.a |investigation, couple brahmane faisant l’amour, avait dévoré
recherche ; détermination | méd. traitement des l’homme, et avait été maudit par la femme, le
malades, thérapie ; préparation des remèdes, condamnant à la stérilité ; il demanda à Vasis.t.ha
pharmacie k lat. corpus ; pali kappa. de guérir la reine, qui devint enceinte ; comme
svakarman.i na kalpah. incompétent dans sa fonc- elle n’avait toujours pas enfanté après 12 ans de
tion. grossesse, elle s’ouvrit le ventre avec une pierre
yadā na śāsitum. kalpah. s’il est incapable de gou- coupante pour délivrer son fils Aśmaka1 ; celui-ci

143
continua la dynastie ; le roi Dilı̄pa est son des- poète”, manuels de composition poétique dû à
cendant | myth. [Rām.] épith. du roi d’Ayodhyā Ks.emendra.
Pravr.ddha, descendant de Dilı̄pa. kavikratu [kratu] a. m. n. f. phil. qui possède
kSy kalya [kal] a. m. n. f. kalyā bien-portant, la vision divine omnisciente.
sain ; vigoureux ; fort | agréable, de bon augure ; kavitā [-tā] f. poésie ; état de poète.
instructif | prêt ; préparé à hloc. inf.i — n. santé kavitvá [-tva] n. art poétique.
| aube, matin ; hier | pl. géo. peuple des Kalyās. kavirahasya [rahasya] n. lit. np. de Kavira-
kSyAZ kalyān.a [kalya-ana] a. m. n. f. kalyān.ı̄ hasya “Poèsie secrète” de Halāyudha1 ; c’est une
beau, excellent, heureux, noble — voc. adr. grammaire du sanskrit déguisée en panégyrique
terme de politesse pour une personne (présente royal.
ou absente) — n. bonne fortune, bonheur, kavirāja [rājan] m. hist. np. de Kavirāja, titre
prospérité | bien, vertu (opp. pāpa) ; avantage, de “Roi des poètes” ; épith. not. de Viśvanātha1 .
salut | myth. cérémonie de mariage céleste ;
kaviśasta [śasta1 ] a. m. n. f. kaviśastā récité
cf. Jāmbavatı̄ — m. mus. nom d’un mode
par le chantre (se dit d’un mantra).
musical [rāga] nocturne | hist. np. de la dy-
kavisammelana [sammelana] n. réunion de
nastie Kalyān.a des Cālukyās de l’Ouest ; du
poètes, joute d’improvisation.
nom de leur capitale Kalyān.ı̄ | hist. np. de
Kalyān.a Malla, écrivain de cour du prince af- kf káśa m. fouet ; rênes — f. káśā fouet ;
ghan d’Oudh Lād.khān, vers 1500 ; il est l’auteur corde.
de l’Anaṅgaraṅga — f. kalyān.ı̄ vache | géo. np. kEfp kaśipu m. n. coussin, oreiller ; natte,
de la ville de Kalyān.ı̄ au Karn.āt.aka (mod. Ba- matelas.
savakalyān.a dans le district de Bidar) ; elle fut kfz kaśeru m. colonne vertébrale | myth.
fondée par le roi Someśvara1 ; Basavan.n.a y en- l’une des 10 régions [dvı̄pa] formant le jam-
seigna. budvı̄pa.
k¥V kallat.a m. hist. np. du phil. trika du k[mFr kaśmı̄ra m. géo. np. du Kaśmı̄ra (Ca-
Kaśmı̄ra Kallat.a Bhat.t.a, élève de Vasugupta chemire), pays de l’Inde du Nord-Ouest, contre-
(fin du 8e siècle) ; sous sa direction il composa fort de l’Himālaya | pl. kaśmı̄rās ses habitants.
les Spandakārikās. k[yp kaśyápa [relié à kacchapa] m. tortue
kShZ kalhan.a m. hist. np. de Kalhan.a, fils de | myth. np. de Kaśyapa, premier des saptars.i ;
Campaka, poète et historien du Kaśmı̄ra du 12e [Mah.] il est fils du brahmars.i Marı̄ci ; c’est un
siècle, auteur de l’épopée Rājataraṅgin.ı̄. géniteur universel prolifique ; il épousa 13 des
kv kava [ku1 ] pf. (particule péjorative) mau- filles de Daks.a ; il est père des dieux [deva] et
vais, mal ; petit ; usé, déficient — a. m. n. f. kavā plus tard de Vāmana (par son épouse Aditi), des
avare. démons [daitya] (par son épouse Diti), des on-
kvc kávaca m. n. cuirasse, armure. dins [dānava] (par son épouse Danu), d’Arun.a et
kavacamantra [mantra] n. soc. [tantra] for- de Garud.a (par son épouse Vinatā), des dragons
mule magique de protection ; on la porte en amu- [nāga] (par son épouse Kadrū), des vents [rudra]
lette dans une petite boı̂te de métal autour du et de Rohin.ı̄2 (par son épouse Surabhı̄), des
cou. génies centaures [gandharva] et gnomes [yaks.a]
kavacin [-in] agt. m. f. kavacinı̄ qui porte une par son épouse [Munı̄], et des animaux sauvages
cuirasse. (par son épouse Krodhā) ; il incarne la puissance
kvr kavara [ka1 -vara2 ] a. m. n. f. kavarā di- divine de procréation ; [HV.] guru de Varun.a,
vers ; mélangé — f. kavarı̄ tresse de cheveux. il lui vola les vaches de son sacrifice pour les
kvg kavarga [(ka)-varga] m. phon. la classe donner à Surabhı̄ et Aditi ; Varun.a s’en étant
des gutturales. plaint à Brahmā, celui-ci proposa à Nārāyan.a
kvl^ kaval [vn. kavala] v. [10] pr. (kavalayati) qu’en punition Kaśyapa devrait descendre sur
avaler, dévorer. Terre comme le vacher Vasudeva, pour épouser
kvl kavala [kaval] m. bouchée, gorgée. Surabhı̄ incarnée en Rohin.ı̄3 et Aditi incarnée
kavalı̄ kr. avaler ; dévorer. en Devakı̄ | hist. np. du philosophe Kaśyapa1 ,
kEv kavi [kū] m. poète |véd. poète visionnaire ; fondateur du système vaiśes.ika, connu comme
chantre d’hymnes révélés | myth. np. de Kavi Kan.āda k pali Kassapa.

“Poète”, épith. de Śukra. kq^ kas. v. [1] pr. (kas.ati) fut. (kas.is.yati)
kavikan.t.hābharan.a [kan.t.hābharan.a] n. pp. (kas.ita) pf. (ni) frotter, gratter — pr. md.
lit. np. du Kavikan.t.hābharan.a “Collier du (kas.ate) se gratter ; démanger.

144
kq kas.a [kas.] ifc. a. m. n. f. kas.ā qui gratte, kākati [-ti] f. myth. np. de Kākati, forme de
qui frotte. Durgā vénérée à Ekaśilā.
kqAy kas.āya [kas.] a. m. n. f. kas.āyā astrin- kākatı̄ya [-ı̄ya] m. soc. adorateur de Kākati
gent | orange — m. n. phil. [nyāya] l’astringent, |dynastie hindoue du Deccan ; elle régna entre le
un type de goût [rasa] | couleur safran (not. 12e et le 14e siècle à Ekaśilā | pl. kākatı̄yās géo.
des vêtements monastiques) | décoction, infu- np. du peuple des Kākatı̄yās, en pays Telugu
sion ; potion ; onguent, baume ; gomme, résine [Andhra].
| impûreté ; défaut ; péché. kākapaks.a [paks.a] m. [“aile de corbeau”]
k£ kas.t.a a. m. n. f. kas.t.ā mauvais, méchant ; boucles sur les tempes de jeunes hommes, le
sévère, rigoureux — n. mal, malheur, misère. reste de la tête étant rasé.
kas.t.am hélas ! malheur ! misère ! kākapaks.adhara [dhara] a. m. n. qui porte
kastāṅka [aṅka] m. degré de difficulté. des boucles aux tempes ; adolescent.
√ ..
ks^ kas v. [1] pr. (kasati) pp. (kasita) pf. kākapada [pada] n. marque d’un pied de cor-
(vi) [inusité sans pf.]. beau ; figure en V.
ksn^ kasun nota. gram. kr.t2 suffixe ‘am’ uti- kākarava [rava] a. m. n. f. kākaravā qui crie
lisé pour l’infinitif. comme un corbeau | couard — m. soc. couard ;
k-tErkA kastūrikā [kastūrı̄-ka] f. natu. zoo. homme banal.
cerf musqué | musc. kākaśaṅkin [śaṅkin] a. m. n. f. kākaśaṅkinı̄
k-trF kastūrı̄ f. musc. méfiant comme un corbeau.
kastūrı̄gandha [gandha] a. m. n. f. kākāks.a [aks.a] n. œil de corbeau (supposé
kastūrı̄gandhı̄ musqué — f. kastūrı̄gandhı̄ unique, et passant d’une orbite à l’autre) |gram.
myth. [Mah.] np. de Kastūrı̄gandhı̄ “au Par- constituant partagé par deux syntagmes conti-
fum de musc”, épith. de Satyavatı̄ après que gus.
Parāśara eut changé son odeur de poisson en kākolūka [ulūka] n. le corbeau et le hibou
odeur de musc ; cf. Gandhavatı̄. (couple d’ennemis jurés).
kastūrı̄mr.ga [mr.ga] m. natu. zoo. cerf kākolūkı̄ya [-ı̄ya] m. lit. “(Guerre) du cor-
musqué. beau et du hibou”, titre du 3e livre du
k-mAt^ kásmāt [abl. ka1 ] adv. pourquoi ? com- Pañcatantra, qui montre le danger de se fier à
ment ? d’où ? des inconnus.
kasmād agacchasi d’où viens tu ? kAk kāku f. intonation ; accent, emphase | cri
k-y kasya [g. ka1 ] ind. de qui. de détresse ; lamentation, plainte ; murmure.
kasyacid [cid1 ] adv. de qui que ce soit. kAk(-T kākutstha [vr. kakutstha] m. myth.
k-yAm^ kasyām [loc. kā] ind. dans quelque (f.). [Rām.] np. de Kākutstha “Descendant de Ka-
kasyāñcid [cid1 ] adv. dans quelque (f.) que kutstha”, patr. not. de Raghu, Daśaratha, Rāma
ce soit. et ses frères.
kasyāñcidavasthāyām dans quelque situation kAkol kākola [kāka-la] m. corbeau | var.
que ce soit. kākāla id.

kžAr kahlāra [ka2 -hlād] n. natu. bot. Nym- kA°^ kāṅks. v. [1] pr. (kāṅks.ati) pp.
phæa lotus, nymphéa blanc [“qui aime l’eau”]. (kāṅks.ita) pf. (ā) désirer, espérer ; aspirer à hacc.
kA kā [f. ka1 ] pn. f. interr. qui ? quelle ? — iic. dat.i.
part. péjorative. kA°A kāṅks.ā [kāṅks.] ifc. f. désir, souhait.
kātantra [tantra] n. lit. np. du Kātantra kAE°t kāṅks.ita [pp. kāṅks.] a. m. n. f. kāṅks.itā
“Système abrégé”, traité grammatical du sans- désiré, espéré — n. désir, vœu.
krit simplifié, sans traitement des formes kAE°n^ kāṅks.in [kāṅks.ā-in] agt. m. f. kāṅks.in.ı̄
védiques, dû à Śarvavarmā ; aussi appelé qui désire, qui souhaite ; qui attend.
Kaumāra et Kumāravyākaran.a. kAc kāca m. verre ; cristal.
kAk kāka [onomatopée] m. f. kākı̄ natu. zoo. kAÑn kāñcana a. m. n. f. kāñcanā d’or — n.
corneille ; corbeau |(péj. en métaphore) canaille, or.
personne non digne de confiance ; infirme. kAÑF kāñcı̄ f. ceinture (not. de femme) | géo.
kākah. ks.ı̄ram. pı̄tvā kokilah. na bhavati Un cor- np. de Kāñcı̄ ou Kāñcı̄pura, au Tamil Nadu ;
beau ne devient pas coucou en buvant du lait. c’est l’une des 7 villes sacrées [saptapurı̄].
na tvā kākam . manye Tu ne vaux pas mieux kāñcı̄pura [pura] n. géo. np. de la ville de
qu’un corbeau. Kāñcı̄pura, au Tamil Nadu ; cf. Kāñcı̄.

145
kAEÒk kāñjika var. kāñjı̄ka n. gruau, bouillie transformations magiques, c’est un chef-d’œuvre
de riz fermentée — f. kāñjı̄ id. de tournure poétique [alaṅkāraśāstra], et notam-
kAWk kāt.haka [vr. kat.ha-ka] m. habitant du ment de métaphores [upamā2 ] dans sa descrip-
kat.ha | pl. le peuple des kat.hākās — a. m. n. f. tion d’Ujjayinı̄ et du lac Acchoda.
kāt.hakā hist. attribué à Kat.ha. kAdEMbnF kādambinı̄ [vr. kadamba-in] f. nuée,
kāt.hakagr.hyasūtra [gr.hyasūtra] n. lit. np. du banc de nuages.
Kāt.hakagr.hyasūtra, recueil d’hymnes à usage kAdýv y kādraveyá [vr. kadrū-ı̄ya] m. myth.
domestique. [“fils de Kadrū”] désigne certains dragons [nāga]
kāt.hakasam . hitā [sam. hitā] f. lit. np. de la comme Arbuda.
Kāt.hakasam . hitā, recueil des premiers textes kAnn kānana m. bois, forêt, bosquet.
brāhman.a. kAt kānta [pp. kam] a. m. n. f. kāntā aimé,
kAZ kān.á a. m. n. f. kān.ā borgne ; troué, chéri | agréable, beau, magnifique — m. mari ;
perçé, perforé. bien-aimé — f. kāntā bien-aimée ; maı̂tresse.
aks.n.ā kān.ah. borgne d’un œil. kAtAr kāntāra m. n. forêt épaisse ; forêt
kAX kān.d.a [relié à khan.d.a] m. n. segment ; vierge, jungle.
not. portion de tige de bambou entre deux kAEt kānti [kānta] f. charme, beauté, grâce ;
nœuds | lit. chapitre, division, section d’un splendeur | myth. np. de Kānti “la Splendide”,
ouvrage | soc. division d’un rite sacrificiel | épith. de Laks.mı̄.
département, division, sujet | tronc, branche, kāntipura [pura] n. géo. np. de la ville de
tige | gerbe, botte, tas ; multitude | os du bras Kāntipura “Ville de Grâce”, dans la vallée du
ou de la jambe ; not. fémur | roseau, bambou — Népal ; elle fut fondée par le roi Gun.akāma
f. kān.d.ā ifc. section de, etc. — f. kān.d.ı̄ ifc. id. deva en 724 ; puis elle fédéra l’autorité de 12
kān.d.abhagna [bhagna] n. fracture. seigneurs [t.hakkura] ; Ratna Malla s’en empara
kAv kān.vá [vr. kan.va] a. m. n. f. kān.vā relatif à la fin du 15e siècle en les faisant tous em-
à Kan.va — m. descendant de Kan.va. poisonner, créant la dynastie des Malla, qui
kān.vaśākhā [śākhā] f. lit. recension de la dura jusqu’à la conquête Gurkha ; la ville fut
vājasaneyisam . hitā (Yajurveda blanc) attribuée renommée Kās.t.haman.d.apa (mod. Kathmandu)
à Kan.va. au 16e siècle.
kAt^ kāt [kad] pf. péjoratif (devant kr.1 et ses kAykNj kānyakubja [vr. kanya-kubja] n.
dérivés, insulter). géo. np. de la ville de Kānyakubja ; cf.
kātkr.ta [kr.ta] a. m. n. f. kātkr.tā insulté, Kanyākubjā, Kuśasthala, Kauśa — a. m. n. f.
déshonoré. kānyakubjı̄ habitant de Kanyākubjā.
kAtr kātara a. m. n. f. kātarā timide ; crain- kApy kāpaya m. hist. np. du nāyaka Kāpaya
tif ; lâche. ou Kāpanı̄du ; il reprit Ekaśilā aux musulmans
kA(yAyn kātyāyana m. hist. np. de en 1326, et fut défait par Siṅgama en 1370.
Kātyāyana, grammairien du 3e siècle ant., kApAl kāpāla [vr. kapāla] a. m. n. f. kāpālā
auteur de commentaires [vārttika] des relatif au crâne.
aphorismes [sūtra] de Pān.ini | hist. np. de kāpālika [-ika] m. ascète śaiva ; nom d’une
Kātyāyana1 , mathématicien à qui on doit un secte shivaı̈te (dont les membres ont un bol à
traité [śulbasūtra] vers 200 ant., donnant not. aumônes fait d’une calotte crânienne).
le théorème de Pythagore — f. kātyāyanı̄ myth. kAEpf kāpiśa [vr. kapiśa] n. sorte de rhum —
np. de Kātyāyanı̄, forme tantrique de Durgā ; f. kāpiśı̄ np. de la ville de Kāpiśı̄.
elle est célébrée le 6e jour de navarātra | lit. kāpiśāyana [āyana] a. m. n. f. kāpiśāyanı̄ pro-
np. de Kātyāyanı̄1 , une des deux épouses de venant de Kāpiśı̄.
Yājñavalkya. kāpiśāyanı̄ drāks.ā raisin de Kāpiśı̄.
kAdMbr kādambara [vr. kadamba-ra] m. n. kApzq kāpurus.a [kā-purus.a] a. m. n. f.
peau sur le lait ou la crème — f. kādambarı̄ suc kāpurus.ā lâche, poltron.
des fleurs du kadamba ; liqueur obtenue par dis- kA=y kāpya var. kāpeya [vr. kapi] a. m. n. f.
tillation de leur suc ; myth. Ādyā-Kālı̄ en boit kāpyā soc. du gotra des descendants de Kapi k
dans un crâne | liqueur en gén. | myth. np. de tamil kaappiya.
Kādambarı̄, fille de Citraratha et de Madirā |lit. kAm kāma [vr. kam] m. souhait, désir ; concu-
np. de la Kādambarı̄1 , conte romanesque [kathā] piscence | soc. le plaisir, un des buts de l’exis-
de Bān.a2 Bhat.t.a la mettant en scène (fin du tence [purus.ārtha] |myth. np. de Kāma “Désir”,
5e siècle) ; dans le genre littéraire sanskrit des toujours jeune dieu du désir amoureux ; son

146
arme est l’arc Hasita en canne à sucre et dont kāmabala [bala] n. puissance sexuelle ; force
la corde est faite d’abeilles, et il possède 5 de la libido.
flèches de fleurs [pus.pabān.a] avec lesquelles il kāmabı̄ja [bı̄ja] n. phil. [tantra] bı̄jamantra
excite le désir amoureux : le trouble amou- ‘klı̄m
. ’ d’évocation de Kāma.
reux [ketaka], la brûlure d’amour [dahana] (ou kāmamañjarı̄ [mañjarı̄] f. lit. [DKC.] np. de
sam . dı̄pana), le désir sexuel [bilva], le plaisir Kāmamañjarı̄ “Bouquet d’amour”, courtisane
du sexe [mohana], et la jouissance sexuelle qui gagna le pari de séduire l’ascète Marı̄ci.
[hars.an.a] ; véd. il est identifié à la forme d’Agni kāmayuj [yuj2 ] a. m. n. f. qui exhauce le vœu.
du feu dévorant de la passion ; il est le fils de kāmarūpa [rūpa] a. m. n. f. kāmarūpā qui
Dharma et de Śraddhā ; son corps fut consumé change de forme à volonté — m. pl. géo. np. du
par la colère de Śiva dont il avait troublé pays et du peuple des Kāmarūpās, au sud de
l’ascèse ; sa śakti-épouse, Rati, personnifie le Bengale et en Assam.
plaisir ; sa fille Aśruvindumatı̄ séduisit le roi kāmarūpin [rūpin] agt. m. f. kāmarūpin.ı̄ qui
Yayāti ; sa monture [vāhana] est un perroquet, change de forme à volonté.
son emblème le makara ; cf. Anaṅga, Uccāt.ana, kāmasakta [sakta] a. m. n. f. kāmasaktā qui
Kantu, Kandarpa, Kusumāyudha, Jhas.aketana, s’adonne à la luxure ; lascif, lubrique.
Pañcabān.a, Pañcayuddha, Pradyumna, Maka- kāmasāra [sāra] m. lit. np. du Kāmasāra,
raketana, Madana, Manmatha, Mādana, Smara résumé de sexologie en 41 vers, dû à Kāmadeva.
| myth. [harivam . śa] fils de Kr.s.n.a et de Rukmin.ı̄ kāmasūtra [sūtra] n. lit. np. du Kāmasūtra,
— n. objet aimé ou désiré ; l’agréable | sperme traité d’érotique dû à Vātsyāyana.
— ifc. ad libitum, à volonté, au choix. kāmāks.ı̄ [aks.ı̄] f. myth. np. de la déesse
kāmakāra [kāra] a. m. n. f. kāmakārā qui sa- Kāmāks.ı̄ “au regard de désir”, forme de la Mère
tisfait les désirs de hg.i — m. fait de suivre son (Amma) ; son temple se trouve à Kāñcı̄pura, au
inclination ; libre arbitre. Tamil Nadu.
kāmakāram kr. agir à sa guise. kāmākhyā [ākhyā2 ] f. myth. [tantra] np.
kāmagiri [giri] f. géo. np. de Kāmagiri, col- de Kāmākhyā, épith. de Durgā “qui répond
line près de Guwahati en Assam ; on y trouve aux désirs” ; elle est invoquée dans les for-
le temple de Kāmākhyā, un pı̄t.hasthāna très mules [mantra] de subjugation [vaśı̄karan.a] ; son
révéré (celui du yoni de Satı̄) ; on y célèbre le temple principal est à Kāmagiri ; on y fête sa
festival d’ambuvācı̄. menstruation au festival d’ambuvācı̄.
kāmachattra [chattra] n. clitoris. kāmāgni [agni] m. feu du désir.
kāmatattva [tattva] n. jouissance, sensation kāmāṅkuśa [aṅkuśa] m. [“aiguillon du désir”]
orgasmique ; par extension, son haletant produit pénis ; clitoris.
durant l’orgasme. kāmātman [ātman] a. m. n. f. kāmātmanı̄
kāmada [da] a. m. n. f. kāmadā qui accorde dont l’esprit est envahi par le désir.
les souhaits, qui exhauce les désirs — f. kāmadā kāmāvasāyin [avasāyin] agt. m. f.
cf. kāmadhenu. kāmāvasāyinı̄ qui supprime le désir.
kāmadugha [duh1 ] a. m. n. f. kāmadughā kāmāvasāyitā [-tā] f. phil. [yoga] le pouvoir
favorable, qui accorde les vœux, qui exhauce de subjuguer ses passions, un as.t.asiddhi.
les désirs — f. kāmadughā myth. np. de kāmāvasāyitva [-tva] n. id.
Kāmadughā, vache d’abondance de Vasis.t.ha ; cf. kAmd kāmanda m. myth. [Mah.] np. du r.s.i
Kāmadukh, Kāmadhenu. Kāmanda ou Kāmandaka.
kāmadughadhenu [dhenu] f. myth. vache kāmandaka [-ka] m. myth. id. — f.
d’abondance de Vasis.t.ha ; cf. Kāmadukh. kāmandakı̄ lit. np. de la nonne bd. Kāmandakı̄,
kāmaduh [duh2 ] f. myth. np. de la Vache habile entremetteuse du Mālatı̄mādhava.
d’abondance Kāmadukh “Qui exhauce les kAmm^ kāmam [acc. kāma] adv. à plaisir, à vo-
désirs”, épith. de la vache mythique Nandinı̄, lonté ; volontiers | à vrai dire, certes | même si ;
fille de Rohin.ı̄2 (ou née du barattage de la mer néanmoins, en tous cas ; quoique, bien que, en
de lait [ks.ı̄rodamathana]), donnée au sage [r.s.i] admettant que.
Vasis.t.ha ; elle accorde tous ses souhaits à ce- kāmam ... na plutôt ... que.
lui qui la trait ; on l’appelle aussi Kāmadhenu, kAEmk kāmika [kāma-ika] a. m. n. f. kāmikā
Kāmadughā. désiré, aimé ; espéré | qui satisfait les désirs — n.
kāmadhenu [dhenu] f. myth. np. de la Vache [kāmikatantra] lit. np. du Kāmika tantra, fonde-
d’abondance Kāmadhenu ; cf. Kāmadukh. ment de la doctrine shivaı̈te dualiste siddhānta.

147
kAEmn^ kāmin [kāma-in] a. m. n. f. kāminı̄ kAyk kāyaka [kāya-ka] a. m. n. f. kāyikā
désireux, amoureux, aimant — m. amant — f. concernant le corps ; corporel — m. kāyaka ifc.
kāminı̄ amante. corps de — f. kāyikā soc. intérêt [vr.ddhi] sur
kAmk kāmuka [kāma-ka] a. m. n. f. kāmukā un capital fixe, bétail ou autre ; rendement (not.
amoureux | soc. lascif ; c’est un défaut contraire d’une vache) ; opp. kālikā.
aux devoirs du sādhaka — m. amant — f. kāyikā vr.ddhi soc. intérêt simple sur un bien mis
kāmukı̄ amante. en gage.
kAEMpSy kāmpilya [vr. kampila-ya] m. géo. kAEyk kāyika [kāya-ika] a. m. n. f. kāyikı̄ fait
np. du pays Kāmpilya du Nord de l’Inde, partie avec le corps ; corporel — ifc. bd. qui concerne
sud du Pañcāla ; myth. Drupada en fut le roi — une multitude.
f. kāmpilyā géo. np. de Kāmpilyā, sa capitale, kAr^ kār [ca. kr.1 ] v. [10] pr. (kārayati) pp.
près du Gange ; mod. Kampil en Uttar Pradesh, (kārita) faire faire, faire exécuter.
village près de Farrukhabad. kAr kāra [kār] ifc. agt. m. f. kārı̄ celui ou celle
kAMboj kāmboja m. géo. pays de Caboul ; ses qui fait, ce qui fait | gram. la lettre ou le mot
chevaux étaient réputés | pl. kāmbojās ses habi- “hiic.i” ; cf. akāra, etc.
tants. kumbhakāra potier.
kAMy kāmya [pfp. [1] kam] a. m. n. f. kāmyā andhakāra cécité ; ténèbres.
souhaité, désiré ; aimable, désirable ; beau, char- kim . ceti cakārārthah. m. gram. le sens de la par-
mant | soc. rite “selon son désir” ou op- ticule “ca” est “de plus”.
tionnel, opp. obligatoire [nitya] ou occasionnel kArk kāraka [kāra-ka] a. m. n. f. kārikā ifc.
[naimittika]. qui fait, qui crée, qui produit, qui agit, qui ac-
kāmyaka [-ka] m. myth. [Mah.] np. de la complit | qui cause l’action ; auteur — n. gram.
forêt Kāmyaka “Agréable”, où les pān.d.avās de- rôle sémantique d’un mot dans une phrase ; rôle
meurèrent pendant leur exil (sauf Arjuna, alors d’un syntagme nominal par rapport au procès
au Ciel [Svarga] d’Indra) ; Jayadratha y enleva exprimé par le verbe ; on distingue : apadāna le
Draupadı̄. rôle d’origine (hors de, à l’ablatif), sam . pradāna
kAy kāya [ci] m. corps (humain) | tronc le rôle de destination (pour ou vers, au da-
(d’arbre) | corps d’un luth | rassemblement, col- tif), karan.a le rôle d’instrument (par, à l’ins-
lection, multitude | bd. cf. trikāya. trumental), adhikaran.a le rôle de support (sur
kāyacikitsā [cikitsā] f. médecine. ou dans, au locatif), karman le rôle d’objet (ac-
kāyastha [stha] m. phil. l’Esprit Suprême cusatif à l’actif, nominatif au passif), kartr. le
“qui réside dans le corps” | véd. clan Indo- rôle d’agent (nominatif à l’actif, instrumental
Européen Kāyastha | myth. descendant par au passif), et hetu le rôle de cause (nominatif
Bhat.t.ika de Citragupta, issu du corps de gouverné par un verbe causatif) — f. kārikā
Brahmā à la demande de Yama pour adminis- phil. strophe condensant efficacement un en-
trer la justice |soc. (homme de la) caste [jāti] des seignement philosophique ou linguistique ; opp.
lettrés ; scribe, secrétaire ; les kāyasthās étaient bhās.ya | pl. kārikās [harikārikās] gram. strophes
issus d’unions de princes [ks.atriya] et de ser- du Vākyapadı̄ya de Bhartr.hari.
vantes [śūdrā] ; ils apparurent sous la dynas- kArZ kāran.a [kāra-na] n. raison, cause, mo-
tie Maurya comme administrateurs et autres tif, origine ; principe | signe, marque | moyen ;
officiers subalternes des cours princières ; ils instrument | père (cause de la conception) ; dieu
prospérèrent dans la période musulmane puis (cause de la création) | phil. cause nécessaire
anglaise ; leur tradition d’éducation en fit la | justification d’une opinion ou d’un jugement
principale communauté des élites intellectuelles — f. kāran.ā douleur ; agonie.
de l’Inde moderne, comme Subash Chandra nis.kāran.a a. m. n. sans cause ; spontané.
Bose, Rajendra Prasad, mais aussi des maı̂tres kasmāt kāran.āt pour quelle raison ?
spirituels Vivekānanda, Aurobindo, et Mahars.i mama kāran.āt pour mon propre usage.
Maheśa Yogı̄ — f. kāyasthā soc. femme de cette yena kāran.ena parce que.
communauté. yasmin kāran.ena pour cette raison, ainsi.
kāyāgni [agni] m. [“feu du corps”] digestion kāran.aśarı̄ra [śarı̄ra] n. phil. [vedānta]
| impulsion motrice. corps causal ou originel de l’âme, formé de
kāyotsarga [utsarga] m. jn. position de l’ānandamayakośa.
méditation debout, not. des maı̂tres jaı̈ns kArX kāran.d.a var. kāran.d.ava m. natu. zoo.
[tı̄rthaṅkara]. canard, foulque ; oie.

148
kArX&yh kāran.d.avyūha [vr. karan.d.avyūha] de là ; Rāvan.a et tous les vampires [rāks.asās]
m. lit. np. du Kāran.d.avyūha, titre contracté de combattirent l’armée d’Arjuna1 ; celui-ci par-
l’Avalokiteśvaragun.akaran.d.avyūha. vint à capturer Rāvan.a en le liant avec ses
kArm^ kāram [abs. kr.1 ] ind. ayant fait. 1000 bras, et ne le libéra que sur la prière de
kArv ¥ kāravella m. natu. bot. Momordica Pulastya ; en visite à l’ermitage de Jamadagni,
charantia, courge amère ; elle est utilisée en mécontent de l’accueil de Ren.ukā, il vola le veau
médecine k hi. karelā. de sa vache laitière [homadhenu] ; Jamadagni
kArA kārā f. prison, geôle. courut après lui, coupa ses mille bras, et le li-
kAErkA kārikā cf. kāraka. vra à la mort ; il fut vengé par ses mille fils,
kārikāvalı̄ [āvalı̄] f. lit. np. de la Kārikāvalı̄ provoquant l’extermination par Paraśurāma de
“Guirlande de stances”, manuel de philosophie toute la classe princière [ks.atriyās] ; on l’invoque
nyāya-vaiśes.ika dû à Viśvanātha2 . quand on perd un objet ; ses 5 fils survivants
du massacre de Paraśurāma sont Jayadhvaja,
kAErt kārita [pp. kār] a. m. n. f. kāritā dont la
Śūrasena2 , Vr.s.abha2 , Madhu et Ūrjita.
création a été ordonnée ; causé, occasionné, pro-
kārtavı̄ryārjunanāmo rājā bāhusahasravān | ta-
voqué — n. gram. forme causale d’un verbe — f.
sya smaran.amātren.a gatam . nas.t.am
. ca labhyate
kāritā soc. intérêt [vr.ddhi] spécifié par contrat,
k Hommage au roi Kārtavı̄rya Arjuna1 aux mille
supérieur au taux usuraire usuel.
bras, par son invocation on retrouve ce qui était
kAErn^ kārin [kār-in] ifc. agt. m. f. kārin.ı̄ qui perdu.
fait ; agent, actif, faisant, produisant ; agissant ;
acteur.
kAE k kārttika [vr. kr.ttika] m. le mois
kārttika (octobre-novembre), où la lune est
kāritva [-tva] n. conduite, action, engage-
pleine dans les Pléiades ; cf. kaumuda.
ment.
kArFr kārı̄ra [vr. karı̄ra] a. m. n. f. kārı̄rı̄ relatif kAE ky kārttikeya [vr. kr.ttika-ı̄ya] m. myth.
np. de Kārttikeya “Élevé par les Pléiades”,
à la pousse de bambou ou au buisson karı̄ra.
épith. de Skanda, dieu de la guerre, fils de Śiva ;
kārı̄rı̄s.t.i [is.t.i1 ] f. soc. rite pour faire pleuvoir,
sa monture [vāhana] est le paon Paravān.i.
utilisant le fruit de bot. Capparis aphylla.
kArFq kārı̄s.a [vr. karı̄s.a] a. m. n. f. kārı̄s.ā kA(Ü kārtsna [vr. kr.tsna] n. totalité.
concernant la bouse de vache — n. bouse de
kA(-y kārtsnya [vr. kr.tsna-ya] n. totalité.
vache séchée utilisée comme combustible. kAp V kārpat.a [vr. karpat.a] a. m. n. f. kārpat.ā
kārı̄s.o ’gnir adhyāpayati Le feu de bouse permet [“en guenilles”] mendiant, gueux.
d’étudier. kārpat.ika [-ika] m. pélerin ; voyageur ; gueux
kAz kāru [kār] a. m. n. f. qui travaille ; qui | soc. vassal (se dit d’un pauvre déchirant ses
fait | ouvrier, artisan, artiste. guenilles en présence de son futur maı̂tre).
kAko V kārkot.a [vr. karkot.a] m. myth. np. kApA s kārpāsa [vr. karpāsa] a. m. n. f. kārpāsı̄
du génie-serpent [nāga] Kārkot.a ou Kārkot.aka