Вы находитесь на странице: 1из 47

physique

5 e

Livre du professeur
chimie Nouveau programme 2009

Sous la direction de Jean-Marie Parisi

Éric Donadéi
Professeur au collège Théodore-Monod, Villerupt

Fabienne Foltrauer
Professeur au collège
et lycée Notre-Dame-de-la-Providence, Thionville

Nicolas Riverain
Professeur au collège Marie-Curie, Paris 18e

Livre 1.indb 1 31/03/10 11:23:40


La nouvelle collection de Physique-Chimie 5e met à la disposition des professeurs
un ensemble d’outils complémentaires (voir au dos de la couverture).

L’équipe d’auteurs est à votre écoute pour toute question dès maintenant ;
il vous suffit d’envoyer un courriel à :
physiquechimie-college@editions-belin.fr
Vous recevrez une réponse dans les plus brefs délais.

Photo de couverture : © Beat Glanzmann/Corbis.


Illustrations et schémas : Amélie Veaux, Laurent Blondel/COREDOC.

Belin s’engage, avec ses partenaires, pour l’environnement et le développement durable. Belin garantit :
• l’utilisation de papier recyclé ou de pâte à papier issue de forêts gérées de façon durable ;
• un processus de blanchiment du papier sans chlore ;
• des imprimeurs respectant l’environnement (label Imprim’Vert ou norme ISO 14001).

Toutes les références à des sites Internet présentées dans le manuel et dans le livre du professeur ont été vérifiées attentivement à la date d’impression.
Compte tenu de la volatilité des sites et du détournement possible de leur adresse, les éditions Belin ne peuvent en aucun cas être tenues pour responsables
de leur évolution. Nous appelons donc chaque utilisateur à rester vigilant quant à leur utilisation.

Le code de la propriété intellectuelle n’autorise que « les copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective »
[article L. 122-5] ; il autorise également les courtes citations effectuées dans un but d’exemple ou d’illustration. En revanche « toute représentation ou reproduction intégrale ou
partielle, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite » [article L. 122-4]. La loi 95-4 du 3 janvier 1994 a confié au C.F.C. (Centre français
de l’exploitation du droit de copie, 20, rue des Grands-Augustins, 75006 Paris), l’exclusivité de la gestion du droit de reprographie. Toute photocopie d’oeuvres protégées, exécutée
sans son accord préalable, constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du Code pénal.
© Éditions Belin, 2010 Code 982942

Livre 1.indb 2 31/03/10 11:23:40


Sommaire
Partie A. L’eau dans notre environnement
Mélanges et corps purs

1. L’eau autour de nous......................................................................................... 5


2. Les mélanges aqueux ....................................................................................... 7
3. Mélanges homogènes et corps purs .............................................................. 9
4. Les états de l’eau ............................................................................................. 11
5. Les changements d’état.................................................................................. 13
6. L’eau est un solvant ......................................................................................... 16

Partie B. Les circuits électriques en courant continus

7. Circuit électrique simple ................................................................................. 19


8. Circuit électrique en série ............................................................................... 21
9. Circuit comportant une dérivation ................................................................ 24

Partie C. La lumière : sources et propagation rectiligne

10. Sources de lumière ....................................................................................... 27


11. Les ombres..................................................................................................... 30
12. Soleil-Terre-Lune ........................................................................................... 33

Fiches photocopiables : les schémas-bilan de tous les chapitres .............. 36

Livre 1.indb 3 31/03/10 11:23:40


Chapitre

>> Livre de l’élève p. 10

1 L’eau qui nous entoure

Extraits du programme/Correspondance avec le manuel


Connaissances Capacités Activités
L’eau dans notre environnement : quel rôle l’eau joue-t-elle dans notre environnement et dans notre alimentation ?
L’eau est omniprésente dans notre Suivre un protocole donné pour mettre Activité 1 p. 12.
environnement, notamment dans les en évidence la présence d’eau dans Se documenter sur la présence d’eau
boissons et des organismes vivants. différentes substances. autour de nous
Test de reconnaissance de l’eau par le Valider ou invalider l’hypothèse de la Activité 2 p. 13.
sulfate de cuivre anhydre. présence d’eau. Réaliser le test de reconnaissance de
l’eau

Choix pédagogiques
Ce premier chapitre vise à montrer que l’eau est présente L’activité 2 est expérimentale. Le test de reconnaissance
partout autour de nous. Il faut ensuite pouvoir démontrer de l’eau par le sulfate de cuivre anhydre est réalisé sur dif-
sa présence grâce à un test : le test de reconnaissance de férents liquides, alimentaires ou non alimentaires. L’étude
l’eau par le sulfate de cuivre anhydre. du white-spirit est intéressante, car ce liquide a le même
L’activité 1 est documentaire. On s’en tient à montrer aspect que l’eau, mais n’en contient pas. Ce test permet
que l’eau est partout présente autour de nous en quan- de dissiper la confusion fréquente et tenace chez les élè-
tité considérable. Pourtant, l’eau douce, qui est vitale, ves entre les concepts d’eau et de liquide.
est rare et précieuse. Un développement sur les change- Les résultats des tests permettent de dire que toutes
ments d’états de l’eau sera fait plus tard (cƒ. chapitre 5, les boissons et presque tous les aliments contiennent
p. 72 du manuel). de l’eau.

Quelques conseils pratiques

Activité 2 de cuivre anhydre suffisante pour toutes les classes. Vérifier


Pour chaque groupe, il faut : 1 verre de montre, 1 spatule, que les élèves referment hermétiquement les boîtes après
du sulfate de cuivre anhydre (conditionné dans une boîte de usage pour éviter le bleuissement dû à l’humidité de l’air.
pellicule photo), des lunettes de protection. • Si le laboratoire ne dispose pas de sulfate de cuivre anhy-
Pour la classe, il faut autant de béchers propres et secs que dre, il peut être préparé par déshydratation du sulfate de cui-
de groupes (chaque bécher contient une pipette en plastique vre en utilisant un four à micro-onde ou un autre moyen de
propre et sèche). Répartir dans les béchers : le lait, le jus chauffage. Il sera tout de même de moins bonne qualité que
d’orange, l’huile, la limonade et le white-spirit. le produit commercial.
• Vous pouvez acheter des lunettes de protection dans les • Pour éviter l’utilisation d’un trop grand nombre de béchers,
magasins de bricolage pour un coût assez faible. les groupes testent les différents liquides par permutation.
• Des petites boîtes pour pellicules photographiques sont pra- Vidéos Pierron Éducation :
tiques pour reconditionner le sulfate de cuivre anhydre. Votre • Le test de l’eau.
photographe vous en donnera. Prévoir la quantité de sulfate • Test de l’eau sur différents liquides.

Chapitre 1 • L’eau qui nous entoure • • • 5

Livre 1.indb 5 31/03/10 11:23:40


Corrigés des exercices

Ch i
9. a. Oui. 27. 1 : limonade. 2 : blanc. b. Chauffer l’encre bleue et tester la buée
b. Aucune autre planète du système 3 : sulfate de cuivre anhydre. 4 : bleu. obtenue.
solaire. 39. a. Sulfate de cuivre anhydre.
28. Test de reconnaissance de l’eau par le
10. a. Fausse. b. Fausse. c. Vraie. sulfate de cuivre anhydre. b. Le sulfate de cuivre anhydre est
devenu bleu au contact du jaune et du
11. a. L’eau est présente chez tous les 29. a. L’air contient de l’eau. blanc d’œuf.
organismes vivants. b. Hypothèse validée. c. Le jaune et le blanc d’œuf contiennent
12. a. Sulfate de cuivre anhydre. 30. a. De nombreuses substances sont de l’eau.
b. Blanc. c. Bleu ; eau. nocives. d. Hypothèse invalidée.
13. Hypothèse 2 validée. b. Facilement inflammable. Irritant pour 40. Le vinaigre contient de l’eau car le sul-
la peau. Très toxique pour les organis- fate de cuivre anhydre bleuit à son contact.
14. c ; d; a; b.
mes aquatiques, peut entraîner des effets Un défi (p. 22)
15. Pas de lunettes de protection ; trop
néfastes à long terme pour l’environne-
grande quantité de sulfate de cuivre anhy- Le sulfate de cuivre anhydre s’est hydraté
ment aquatique.
dre. au contact de l’air humide. La masse du
Nocif : peut provoquer une atteinte des
16. 1 : Douce. 2 : Boisson. contenu du verre de montre a donc légè-
poumons en cas d’ingestion. L’inhalation
rement augmenté.
3 : Bleue. 4 : Salée. 5 : Eau. de vapeurs peut provoquer somnolence
17. a. Dans les lacs, les rivières, les nap- et vertiges. Donc substance à ne pas Sécurité (p. 23)
pes phréatiques, les glaciers, les glaces chauffer, rejeter dans la nature, toucher,
a. Xn : nocif.
polaires, les neiges persistantes. inhaler, avaler.
b. 2,8 %. c. Lunettes de protection.
c. Rare. d. Cyclohexane, sulfate de cuivre anhy-
dre, une spatule, une pipette, une cou-
18. a. Zones humides. Dangereux
pelle, des lunettes de protection.
b. L’eau est nécessaire à la vie. e. pour l’environnement.
c. Sahara.
19. Toutes les boissons contiennent de b. Il ne faut ni goûter, ni toucher, ni sentir
l’eau. ce produit. Le port des lunettes de protec-
31. À l’humidité de l’air.
tion est conseillé.
20. a. Masse d’eau dans le corps : Le produit ne doit pas être jeté dans
32. a. Sulfate de cuivre anhydre.
m = 65 x 80/ 100 = 52 kg. l’évier.
b. Concombre (1) et soda (2).
b. Masse d’eau dans les cellules : (Proscrire soigneusement inhalation,
m = 52 / 2 = 26 kg. 33. a. L’eau. ingestion et contact avec la peau. Ne pas
21. a. 1,5 L par jour. b. Lait rejeter dans l’environnement.)
b. Avant, pendant et après. c. Parce qu’il est dangereux pour la santé
Sulfate de cuivre et l’environnement.
22. d. Une douche de 4 min environ : 60 anhydre
à 80 L d’eau. Un bain : 150 à 200 L d’eau. Attention, à partir de 2010, les normes
e. En moyenne : 365 douches ou bains Avant l’expérience d’étiquetage changent. Les nouveaux pic-
par an. togrammes SGH (système général har-
f. Volume d’eau de douches en 1 an : monisé) seront pour le sulfate de cuivre
Vmin = 365 x 60 = 21 900 L ; anhydre :
Après l’expérience et
Vmax = 365 x 80 = 29 200 L.
Volume d’eau de bains en 1 an : 34. a. Eau.
Vmin = 365 x 150 = 54 750 L ; b. Test de reconnaissance de l’eau par le
sulfate de cuivre anhydre. Pour plus d’information :
Vmax = 365 x 200 = 73 000 L. c. Anhydre. www.inrs.fr/dossiers/clp.html
23. Oui. 35. a. Lydia a raison, les liquides ne www.etiquette.scienceamusante.net/
24. a. L’eau stockée est utilisée pour pro- contiennent pas tous de l’eau. index.php
duire de l’énergie électrique. b. Test de reconnaissance de l’eau par le
b. Centrales hydrauliques. sulfate de cuivre anhydre.
c. Voir exercice 14 p. 17.
25. Voir les étapes de l’exercice 14 p. 17 Bibliographie pour le professeur
dans l’ordre suivant : c ; d ; a ; b. 36. a. L’eau. Encrenaz Thérèse, À la recherche de l’eau
b. Test de reconnaissance de l’eau par le dans l’Univers, Belin, 2004.
26. a. Sulfate de cuivre anhydre. sulfate de cuivre anhydre.
b. Une coupelle. Le Mestel Martine, Lorient Denis, Simatos
37. a. L’air peut être humide. Denise, L’eau dans les aliments : Aspects
c. Le liquide à tester.
b. Il dessèche l’air. fondamentaux, signification dans les pro-
d. Protéger les yeux d’un contact éven-
tuel avec le sulfate de cuivre anhydre qui 38. a. L’encre est bleue, tout comme le priétés sensorielles des aliments et dans
est nocif. sulfate de cuivre au contact avec de l’eau. la conduite des procédés, Staa, 2002.

6 •••

Livre 1.indb 6 31/03/10 11:23:40


Chapitre

>> Livre de l’élève p. 24

2 Les mélanges aqueux

Extraits du programme/Correspondance avec le manuel


Connaissances Capacités Activités
Mélanges aqueux : comment obtenir de l’eau limpide ?
Mélanges homogènes et hétérogènes. Extraire des informations de l’observa- Activité 1 p. 26.
tion d’un mélange. Distinguer un mélange homogène d’un
mélange hétérogène
Décantation. Filtration. Réaliser un montage de décantation ou Activité 2 p. 27.
de filtration à partir d’un schéma. Séparer les constituants d’un mélange
Faire le schéma d’un montage de hétérogène
décantation ou de filtration
en respectant des conventions.
L’eau peut contenir des gaz dissous. Mettre en œuvre un protocole pour Activité 3 p. 28.
récupérer un gaz par déplacement d’eau. Récupérer le gaz d’une boisson
pétillante

Test de reconnaissance du dioxyde de Réaliser le test, le schématiser. Activité 4 p. 29.


carbone par l’eau de chaux. Identifier le gaz dissous dans une eau
pétillante

Choix pédagogiques
Ce chapitre prolonge les acquis du primaire, conforte et Au chapitre suivant, les élèves apprendront à séparer les
enrichit le vocabulaire : mélanges homogènes et mélan- constituants d’un mélange homogène avec des techni-
ges hétérogènes. Il développe les savoir-faire expérimen- ques appropriées.
taux avec la manipulation d’une verrerie spécifique. Pour les techniques de décantation et de filtration
L’activité 1 propose l’utilisation du jus d’ananas et de (activité 2), nous avons choisi de rendre limpide une eau
menthe à l’eau, pour distinguer un mélange homogène et boueuse pour sensibiliser les élèves au développement
un mélange hétérogène. Ce chapitre se concentre sur les durable.
mélanges hétérogènes, avec les techniques particulières Une eau pétillante au repos est homogène, mais on met
de séparation de certains de leurs constituants : décanta- en évidence qu’elle contient un corps gazeux, que l’on
tion, filtration. Le dégazage du dioxyde de carbone, dans récupère par déplacement d’eau, puis que l’on identifie
le cas des eaux pétillantes, est également proposé. par le test à l’eau de chaux (activités 3 et 4).

Quelques conseils pratiques


Activité 1 bicyclette, vendues dans les magasins de sport. On peut
Choisir un jus d’ananas avec grosse pulpe, car elle se dépose aussi utiliser le dioxyde de carbone d’un extincteur usagé ou
assez rapidement. même en fabriquer par action du vinaigre sur l’hydrogéno-
Activité 2 carbonate de sodium.
Préférer les erlenmeyers aux béchers, car on peut y poser les Si le dioxyde de carbone est stocké dans les tubes à essai
entonnoirs sans avoir besoin de support. en vue d’une identification à la séance suivante, il ne faut
Vidéos Pierron Éducation : pas prendre des bouchons trop petits, car le dioxyde de
• Filtration d’une eau boueuse. carbone se dissout dans l’eau résiduelle à l’intérieur du tube
• Décantation et centrifugation. et la pression intérieure diminue, ce qui coince un bouchon
• Filtration. trop petit.
Activité 3 et 4 Vidéo Pierron Éducation :
Le professeur pourra trouver du dioxyde de carbone dans Dégazage d’une eau gazeuse.
des petites cartouches servant à « gonfler » les pneus de

Chapitre 2 • Les mélanges aqueux • • • 7

Livre 1.indb 7 31/03/10 11:23:41


Corrigés des exercices

Ch i
8. a. homogène. b. hétérogène. 25. c. Ce liquide contient de l’eau (test de
reconnaissance au sulfate de cuivre anhy-
9. Mélange 2. dre) et du dioxyde de carbone (test à l’eau
10. a. hétérogène. b. lourds. de chaux).
11. a. hétérogène. b. homogène. 26. a. Décantation. b. Au fond du tube. 36. a. Expérience 1 : récupération du gaz
c. filtre. d. filtrat. par déplacement d’eau.
c.
Expérience 2 : test de reconnaissance du
12. a. Vraie. b. Fausse. c. Vraie.
dioxyde de carbone par l’eau de chaux.
13. a. Le dioxyde de carbone. Eau b. Expérience 1 : Gaz recueilli
Terre
b. Tube 1 : trouble. Tube 2 : limpide.
c. Tube 1. 27. a. On distingue plusieurs constituants Bulles
à l’œil nu dans le sang après centrifuga- de gaz
14. Dans le bécher : eau de chaux lim- tion, donc le sang n’est pas un mélange Bulles
pide. Dans le tube à essai : eau de chaux de gaz
homogène.
trouble. b. Les particules les plus lourdes se Eau
15. 1 : homogène. 2 : dioxyde de car- déposent au fond des tubes.
bone. 3 : filtration. 4 : décantation. c. Le dépôt des constituants les plus
5 : hétérogène. 6 : gaz. 7 : eau de lourds se réalise rapidement. Eau avec
d. L’essoreuse à salade, le tambour d’une cachet effervescent
chaux. Mot caché : mélange.
machine à laver… Expérience 2 :
16. Mélange hétérogène : contient de la
pulpe. 28. En Turquie, on utilise la décantation ;
en France, la filtration.
17. a. On distingue à l’œil nu les deux
b. En Turquie, le café est trouble car il
liquides, donc le mélange est hétérogène.
reste du café moulu en suspension dans
b. En 1.
le liquide.
Eau de chaux
18. Mélange homogène : c. limpide
Eau chaude Filtre Précipité
sirop de menthe + eau.
Café moulu blanc
Mélange hétérogène : Gaz
récupéré
jus d’ananas + pulpe.
19. Intrus : mélange 2, seul mélange hété-
rogène. 37. Dioxyde de carbone.
Café (boisson)
20. a. Mélange homogène.
Un défi (p. 38)
b. Aspect d’une émulsion. Mélange hété-
29. a. Filtre. b. Filtration. Il faut mettre les liquides dans un cer-
rogène.
tain ordre : l’huile, l’eau, le sirop. Il faut
c. L’aspect du lait dépend de l’échelle 30. Aucun n’a raison : les deux techni-
les faire couler doucement à l’aide d’une
d’observation. ques proposées sont inefficaces pour un
cuillère ou prendre un entonnoir.
21. Entonnoir, filtre, erlenmeyer. mélange homogène comme la grenadine
à l’eau. Environnement et développe-
22. a. On distingue à l’œil nu les feuilles
de thé et le liquide, donc le mélange est
31. a. Filtration. b. Filtre. ment durable (p. 38)
c. Oui. Pour éliminer les saletés que le a. L’excès de dioxyde de carbone aug-
hétérogène.
sable a retenues. mente l’effet de serre et participe au
b. Le thé (boisson) : au-dessus de l’élé-
32. Les filtrations successives permettent changement climatique.
ment 1. Les feuilles de thé : en dessous.
d’éliminer les particules de plus en plus b. Les océans limitent cette pollution en
c. Élément 1 : un filtre.
petites. absorbant le dioxyde de carbone.
23. a. Hétérogène. b. Homogène. c. L’augmentation de la température
On applique cette méthode de filtration
c. Retenir les feuilles de thé. réchauffe l’eau des océans et le dioxyde
dans les usines de traitement des eaux.
d. de carbone se dissout moins bien dans
33. a. l’eau chaude que dans l’eau froide.
Boisson
Eau + gazeuse Dioxyde
feuilles de carbone Santé (p. 39)
de thé Eau a. Oui, mais très peu.
Filtre Agitateur
magnétique Eau b. L’hémoglobine des globules rouges
Feuilles de thé
fixe le dioxygène et facilite sa dissolution
dans le sang.
b. Agiter la boisson et favoriser ainsi le c. L’organisme d’un fumeur manque de
Thé liquide dégazage. dioxygène.
homogène
34. a. Le gaz dissous.
b. 1 : eau. 2 : eau. 3 : gaz. 4 : eau. 5 :
Objectif B2i (p. 39)
24. a. Jus d’orange sans pulpe : a. Dégrillage, tamisage, filtration sur
eau. 6 : gaz. 7 : gaz.
mélange homogène. Jus d’orange avec sable et sur charbon actif.
c. Récupération d’un gaz par déplacement
pulpe : mélange hétérogène. b. La taille des trous de ces filtres est dif-
d’eau.
b. Elle place un filtre à café dans l’enton- férente : les trous sont plus gros pour la
noir, puis l’entonnoir au-dessus du verre. 35. a. Les deux tests de reconnaissance grille que pour le tamis.
Elle verse le jus d’orange avec pulpe dans réalisés sont positifs. c. L’eau limpide contient des bactéries,
le filtre. Elle récupère le jus d’orange sans b. On ne distingue pas les différents des virus et de la matière organique.
pulpe dans le verre. constituants à l’œil nu, donc c’est un d. Des bactéries consomment la matière
c. Dans le filtre. mélange homogène. organique encore présente dans l’eau.

8 •••

Livre 1.indb 8 31/03/10 11:23:41


Chapitre

>> Livre de l’élève p 40

3 Mélanges homogènes
et corps purs

Extraits du programme/Correspondance avec le manuel


Connaissances Capacités Activités
Mélanges homogènes et corps purs : un liquide d’aspect homogène est-il pur ?
Une eau limpide est-elle une eau pure ?
Une eau d’apparence homogène peut Extraire les informations utiles de Activité 1 p. 42.
contenir des substances autres que l’étiquette d’une eau minérale ou d’un Séparer les constituants d’un colorant
l’eau. autre document. alimentaire
Mélanges et corps purs. Pratiquer une démarche expérimentale.
Activité 2 p. 43.
Évaporation. Suivre un protocole pour réaliser une Évaporer une eau minérale
chromatographie.
Chromatographie.
Interpréter un chromatogramme
simple.
La distillation d’une eau minérale Présenter la démarche suivie lors d’une Activité 3 p. 44.
permet d’obtenir de l’eau quasi pure. distillation, les résultats obtenus. Distiller une eau minérale
Activité 4 p. 45.
Évaporer le distillat d’une eau minérale

Choix pédagogiques
Ce chapitre traite des méthodes de séparation des mélan- En effet, son chromatogramme présente plusieurs taches.
ges homogènes : la chromatographie, l’évaporation, puis Les sels minéraux, indiqués sur l’étiquette d’une eau
la distillation. Un des points importants est d’insister sur minérale, sont mis en évidence par évaporation : observa-
le fait que l’apparence homogène d’une substance ne tion d’un résidu solide (activité 2).
suffit pas pour affirmer qu’il s’agit d’un mélange ou d’un Les activités 2 et 3 développent la distillation d’une eau
corps pur. minérale : comment obtenir de l’eau quasi pure à partir
La chromatographie (activité 1) du colorant vert pour d’une eau minérale ? L’absence de résidu solide du dis-
sirop de menthe montre que ce colorant est un mélange. tillat montre la récupération d’une eau quasi pure.

Quelques conseils pratiques


Activité 1 dans un cristallisoir en verre résistant à la chaleur. Choisir
De l’eau légèrement salée suffit pour la chromatographie du un cristallisoir de diamètre important pour avoir une sur-
colorant du sirop de menthe. La séparation des taches peut face la plus grande possible et augmenter ainsi la vitesse
être accentuée en utilisant l’éluant suivant : 2 mL d’éthanol d’évaporation.
pour 10 mL de solution de chlorure de sodium à 40 g/L. Cet Vidéo Pierron Éducation : Chauffage de l’eau Hépar.
éluant est utilisé pour la chromatographie de l’encre noire.
Activité 3
Vidéos Pierron Éducation :
• Chromatographie sur papier de colorants alimentaires. Un appareil à distillation simple suffit. Si le laboratoire n’en
• Séparation des colorants d’un sirop de menthe par chro- possède pas, vous pouvez fabriquer un appareil à distiller
matographie sur colonne. avec réfrigérant à air : un long tube coudé fait l’affaire, mais
cela est bien moins efficace.
Activité 2
Pour l’évaporation de l’eau minérale, choisir une eau très Activité 4
dure, comme l’eau Hépar. Mettre très peu d’eau minérale Vidéo Pierron Éducation : Distillation.

Chapitre 3 • Mélanges homogènes et corps purs • • • 9

Livre 1.indb 9 31/03/10 11:23:42


Corrigés des exercices
9. a. Fausse. b. Fausse. c. Vraie. 23. a. Colorant vert : 2 taches. 34. a. Dans le bas de la tour.
Colorant rouge : 1 tache. b. Dans le bas de la tour.
10. Non, étiquette d’un mélange : Colorant jaune : 1 tache. c. Les gaz. d. Gaz : chauffage.
eau + substances dissoutes. b. Colorant vert : mélange. Colorant rouge Essence légère : véhicules.
11. a. Un constituant. et colorant jaune : corps purs. Naphta : industries chimiques.
b. Plusieurs constituants. 24. a. Déminéraliser : éliminer les sels Kérosène : avions.
minéraux de l’eau ; adoucir. Gazole : véhicules.
12. a. Deux. b. Mélange. Bitume : routes.
b. Corps pur : ne contient que de l’eau.
13. a. Fausse. b. Fausse. c. Vraie. c. Pour éviter le dépôt de sels minéraux 35. a. Favoriser l’évaporation de l’eau.
14. a. Photo b. b. Photo a. dans l’appareil. b. Douce. c. Dans le saladier.
15. a. Bouillir. b. Vapeur. 25. a. Un bécher, une bande de papier, 36. 1 : mélange après distillation.
trois cure-dents, un éluant (eau salée, par 2 : mélange avant distillation.
c. Réfrigérant. d. Distillat. exemple), du sirop de menthe glaciale et 3 : distillat.
16. a. Vraie. b. Fausse. c. Vraie. du sirop de menthe.
37. a. La menthe à l’eau contient de
b. Une goutte de sirop de menthe glaciale
17. 1 : homogène. 2 : distillation. l’eau et des colorants, donc il s’agit d’un
et une goutte de sirop de menthe.
3 : chromatographie. 4 : mélange. mélange.
c. Sirop de menthe glaciale : 1 tache.
5 : pure. b. L’apparence homogène du distillat ne
Sirop de menthe : 2 taches.
suffit pas pour savoir si c’est un mélange
18. a. Bonbon : deux taches rouges. Colo-
26. a. Eau déminéralisée : corps pur. ou un corps pur.
rant alimentaire : une tache rouge.
b. Besoins de sels minéraux.
b. Colorant du bonbon : mélange. Colo- 38. a. Séparer les constituants d’un
c. Évaporer de l’eau minérale.
rant alimentaire : corps pur. mélange homogène.
c. Deux taches sont à la même hauteur 27. a. Résultat 1. b. Éthanol.
donc les deux colorants correspondants b. Non, ils contiennent aussi des sels
sont identiques. minéraux. Un objet (p. 54)
c. Caries, obésité, diabète, troubles car- a. L’eau du robinet peut contenir du cal-
19. Le garçon a raison : l’apparence dio-vasculaires… caire et du chlore.
homogène d’un liquide ne suffit pas pour
28. a. Sels minéraux. b. Laisser l’eau au repos pendant 1
affirmer qu’il s’agit d’un mélange ou d’un
b. De l’eau du robinet. heure.
corps pur.
c. On évite les emballages et l’énergie
20. a. Les deux tests de reconnaissance 29. a. L’évaporation de l’eau de pluie. nécessaire transport.
b. L’eau de pluie contient des sels minéraux.
réalisés sont positifs.
c. Un dépôt blanc. Histoire de sciences (p. 55)
b. Test de reconnaissance du dioxyde de
carbone par l’eau de chaux. 30. a. Montage de la distillation. a. Les alchimistes essayaient de créer
Test de reconnaissance de l’eau par le b. 1 : appareil de chauffage. des élixirs de vie éternelle et cherchaient
sulfate de cuivre anhydre. 2 : mélange homogène. des méthodes pour transformer le plomb
c. C’est une eau minérale : elle contient 3 : ballon. 4 : réfrigérant. en or.
des sels minéraux dissous. 5 : bécher. 6 : distillat. b. L’expérience.
31. a. Liquide homogène incolore. c. Décantation, distillation.
21. a. Cette eau contient des sels miné-
raux, donc il s’agit d’un mélange. b. La distillation permet de séparer des
substances colorantes du jus d’ananas.
Métier (p. 55)
b. La masse des sels minéraux pour 1
Ce jus de fruit est donc un mélange. a. Surveiller et analyser les rejets des
litre de cette eau minérale.
c. Hypothèse validée. eaux usées. Traiter les pollutions locales.
c. Masse de calcium : 103/ 4 = 25,75 g.
b. L’eau est une ressource naturelle qui
22. a. Vraie. b. Fausse. 32. a. Distillation. b. Dans le ballon. doit être protégée. Le technicien participe
Exemples : eau minérale, eau salée, sirop c. Dans le bécher. d. Le distillat. au maintien de sa qualité.
de fruit… 33. Le distillat du café contient de l’eau c. Elle inspecte essentiellement les indus-
c. Fausse. Exemples : jus de fruit avec et des arômes de café. C’est donc un tries de traitement de surface, de l’agroa-
pulpe, eau boueuse… mélange. limentaire et de la chimie.

10 •••

Livre 1.indb 10 31/03/10 11:23:42


Chapitre

>> Livre de l’élève p. 56

4 Les états de l’eau

Extrait du programme/Correspondance avec le manuel


Connaissances Capacités Activités
Les changements d’état de l’eau : que se passe-t-il quand on chauffe ou refroidit de l’eau (sous pression normale) ?
Propriétés spécifiques de chaque état Observer et recenser des informations Activité 1 p. 58.
physique de l’eau : relatives à la météorologie et à la Se documenter sur la météorologie
– forme propre de l’eau solide (glace) ; climatologie.
Activité 2 p. 59.
– absence de forme propre de l’eau Identifier et décrire un état physique à
liquide ; Distinguer les trois états de la matière
partir de ses propriétés.
– horizontalité de la surface libre de
l’eau liquide ; Respecter sur un schéma les propriétés
– compressibilité et expansibilité de la liées aux états de la matière.
vapeur d’eau qui occupe tout le volume
offert.
Les changements d’état
Cycle de l’eau Activité 3 p. 60.
Se documenter sur le cycle de l’eau
Solidification, fusion, liquéfaction, Réaliser, observer, schématiser des Activité 4 p. 59.
vaporisation. expériences de changements d’état. Réaliser des changements d’état

Choix pédagogiques
Ce chapitre présente les trois états physiques de la ble, le professeur présente un gaz roux. L’orientation de
matière et les changements d’état associés. La matière la surface libre d’un liquide au repos est comparée à la
étudiée est l’eau, familière aux élèves, qui permet de tra- direction d’un fil à plomb.
vailler sur des sujets en relation avec l’environnement, et
de développer la météorologie et la climatologie. L’activité 3 présente le cycle de l’eau qui montre que
Il est important de dissiper cette confusion tenace chez l’eau peut passer d’un état physique à l’autre et dans les
les élèves entre eau et liquide. deux sens.

L’activité 1 présente des exemples d’eau dans les trois L’activité 4 montre comment passer d’un état à un autre
états physiques à travers des symboles utilisés en météo- et inversement par chauffage ou refroidissement : obten-
rologie. tion de la glace ou de la buée à partir de l’eau liquide. Le
vocabulaire technique est introduit : solidification, fusion,
L’activité 2 traite des propriétés des états de la matière : vaporisation, liquéfaction. Les températures de change-
solide, liquide et gaz. Comme la vapeur d’eau est invisi- ment d’état seront étudiées au chapitre suivant.

Quelques conseils pratiques


Activité 1 Activité 2
• Le mélange réfrigérant idéal est environ 10 % en volume de Vidéo Pierron Éducation : Observations de solides et
sel de cuisine et 90 % en volume de glace pilée sèche. Vous liquides familiers.
pourrez demander de la glace pilée chez le poissonnier ou au
rayon poissonnerie d’un supermarché. Activité 4
• Il est important d’arrêter le chauffage dès l’apparition de Vidéo Pierron Éducation :
buée pour éviter l’ébullition. Les trois états de l’eau.

Chapitre 4 • Les états de l’eau • • • 11

Livre 1.indb 11 31/03/10 11:23:42


Corrigés des exercices

Ch i
9. a. Numéro 1. 26. a. Non. b. Oui. à l’état liquide.
b. 1 : liquide. 2 : solide. c. La compressibilité des gaz. d. Fusion, passage de l’état solide à l’état
27. a. liquide.
10. a. Solide, liquide, gaz.
b. Buée : liquide. Givre : solide. 36. a. Liquéfaction de la vapeur d’eau
Air humide : gaz. dégagée par les sportifs.
c. Solide : verglas. Liquide : brouillard. b. Par refroidissement de la vapeur d’eau
Gaz : vapeur d’eau. par l’air.
11. État solide : forme propre. 37. a. Le sol froid. b. Liquéfaction.
État liquide : surface libre plane et hori- c. Brouillard.
zontale au repos. 38. Brouillard : fines gouttelettes d’eau en
État gazeux : compressibilité et expansi- b. suspension dans l’air.
bilité.
39. a. Le glaçon a une forme propre :
12. 1 : liquide. 2 : solide. 3 : gaz. c’est de l’eau à l’état solide.
13. b. L’eau liquide mise dans le moule n’a
pas de forme propre, elle prend donc la
forme du moule.
40. a. L’huile a une forme propre, donc
elle est à l’état solide.
28. a. Gaz. b. 10 L
c. Compressibilité et expansibilité. b. Liquide. c. Solidification.
14. a. Atmosphère. d. Refroidir.
b. Nuages. c. Soleil. d. Précipitations. 29. 1 : liquide. 2 : gaz. 3 : liquide.
41. a. Liquide. b. Solidification.
15. 1 : fusion. 2 : vaporisation. 30. Le mercure : liquide à température
c. Le verre refroidit sur de l’étain liquide
3 : solidification. 4 : liquéfaction. ambiante, sous pression normale.
et un liquide au repos a une surface plane
16. a. La fusion et la vaporisation. 31. 1 : solide. 2 : douce. 3 : neige. et horizontale.
b. La solidification et la liquéfaction. 4 : liquide. 5 : mers. 6 : pluie.
17. 1 : vaporisation. 2 : liquéfaction. 32. a. Histoire des arts (p. 70)
Glaçons a. Le froid permet de conserver l’eau à
3 : horizontale. 4 : gaz. 5 : solide. Film l’état solide.
6 : solidification. 7 : fusion. alimentaire
b. Faire fondre l’eau pour donner à la
18. a. Solide, liquide, gaz. glace la forme souhaitée.
b. Solide : neige, glace, grêle. Eau chaude c. Non, car la glace fondrait rapidement.
Liquide : brouillard, océans, lacs, buée,
b. Gouttelettes visibles sur le film, qui Objectif B2i (p. 70)
fleuves, rosée.
retombent dans le cristallisoir. Glaçons a. La vapeur d’eau est invisible.
Gaz : vapeur d’eau.
fondus. b. Il faut placer l’eau liquide au congéla-
19. a. Le samedi. teur.
33. a. 1 B. 2 D. 3 A. 4 C. 5 E.
b. Neige. c. Grêle, pluie. c. Vaporisation, fusion, solidification,
6 G. 7 F.
20. La fille a raison. b. A, F et G. condensation.
d. La condensation est un synonyme de
21. a. L’eau. c. A : évaporation, passage de l’état li—
la liquéfaction.
b. Brouillard : eau à l’état liquide. Tous les quide à l’état gazeux.
autres : état solide. F : fusion, passage de l’état solide à l’état
liquide.
Météorologie (p. 71)
22. a. Oui. b. Solide. a. Liquéfaction et solidification.
G : liquéfaction, passage de l’état gazeux
23. a. Le volume du gaz a diminué. b. Oui (cumulus humilis, par exemple).
à l’état liquide.
b. La compressibilité. c. Cumulonimbus.
34. a. Par chauffage. b. Fusion.
24. a. Un grêlon a une forme propre,
donc un grêlon est un solide. 35. a. Évaporation, passage de l’état li— Un défi (p. 71)
quide à l’état gazeux. La vapeur d’eau contenue dans l’air
b. Des nuages.
b. Solidification, passage de l’état liquide ambiant subit une condensation solide au
25. a. Lait : liquide. Sucre : solide. à l’état solide. contact des parois froides du bac à gla-
b. Solide : a une forme propre. c. Liquéfaction, passage de l’état gazeux çons.

12 •••

Livre 1.indb 12 31/03/10 11:23:43


Chapitre

>> Livre de l’élève p. 72

5 Les changements d’état

Extraits du programme/Correspondance avec le manuel


Connaissances Capacités Activités
Les changements d’état de l’eau : que se passe-t-il quand on chauffe ou refroidit de l’eau (sous pression normale) ?
Les changements d’état
Lors des changements d’état, la masse Pratiquer une démarche expérimentale Activité 2 p. 75.
se conserve et le volume varie. pour mettre en évidence ces phéno- Observer la masse et le volume lors
mènes. d’une solidification
Voir aussi la fiche technique :
• Mesurer une masse avec une balance
électronique, p. 208
Un palier de température apparaît lors Construire le graphique correspondant Activité 3 p. 76.
du changement d’état d’un corps pur. en appliquant des consignes. Repérer la température de l’eau liquide
Contrôler, exploiter les résultats lors de son chauffage
Activité 4 p. 77.
Repérer la température de l’eau liquide
lors de son refroidissement
Voir aussi la fiche technique :
• Construire et exploiter un graphique,
p. 210
L’augmentation de la température Activités 3 p. 76 et 4 p. 77.
d’un corps pur nécessite un apport Voir aussi les fiches techniques :
d’énergie. • Mesurer une masse avec une balance
Les changements d’état d’un corps pur électronique, p. 208
mettent en jeu des transferts d’énergie. • Mesurer un volume d’un liquide avec
Températures de changements d’état une éprouvetet, p. 209
de l’eau sous pression normale.
Les grandeurs physiques associées
Masse et volume. Associer les unités aux grandeurs Activité 1 p. 74.
La masse de 1 L d’eau liquide est correspondantes. Mesurer la masse d’un certain volume
voisine de 1 kg dans les conditions Lire des mesures de masse et de d’eau
usuelles de notre environnement. volume.
1 L = 1 dm3 = ; 1 mL = 1 cm3. Choisir les conditions de mesures
optimales (éprouvette graduée, balance
électronique).
Maîtriser les correspondances simples
entre ces unités.
Température. Repérer une température en utilisant un Activités 3 p. 76 et 4 p. 77.
Nom et symbole de l’unité usuelle de thermomètre, un capteur.
température : le degré Celsius (°C).

Choix pédagogiques
Ce chapitre étudie les changements d’état de l’eau à tra- L’activité 2 relie la masse et le volume de l’eau. Ces deux
vers le volume, la masse, puis la température. Les échan- grandeurs sont trop souvent confondues par les élèves.
ges d’énergie mis en jeu sont introduits. Ce chapitre tente de les distinguer nettement en montrant
que le volume d’une masse donnée d’eau change suivant
L’activité 1 introduit deux grandeurs physiques (masse et l’état de l’eau. L’étude pratique réalisable par les élèves
volume) par la mesure de la masse d’un litre d’eau liquide, porte sur la fusion, facile à mettre en œuvre. Notons
qui est proche de 1 kg. Les instruments de mesure spécifi- que c’est surtout pour la vaporisation que la variation de
ques sont introduits : balance, éprouvette graduée. volume est importante.

Chapitre 5 • Les changements d’état • • • 13

Livre 1.indb 13 31/03/10 11:23:43


Les activités 3 et 4 portent sur les changements d’état L’activité 4 permet l’étude de la solidification de l’eau.
de l’eau avec le repérage de la température, ainsi que sur Les élèves utilisent maintenant un autre type de thermo-
les transferts d’énergie mis en jeu. mètre : le thermomètre numérique.
L’activité 3 porte sur l’étude de l’ébullition de l’eau sous
pression ordinaire. Les élèves utilisent un premier type de
thermomètre : le thermomètre à liquide.

Quelques conseils pratiques


Activité 1 pierre ponce, des poils de balai de cantonnier feront l’affaire.
Il faut choisir des éprouvettes graduées en plastique si les Il est préférable de commencer les relevés de température à
portées des balances sont insuffisantes. Certaines balances partir de 30 °C, afin de laisser le temps à l’appareil de chauf-
s’éteignent après quelques minutes. Mesurer la masse de fage de fournir une puissance thermique constante et d’obte-
l’éprouvette vide peut être alors préférable à la tare. L’utili- nir une courbe la plus linéaire possible avant l’ébullition.
sation d’un tableur-grapheur est utile pour consigner l’en- Vidéos Pierron Éducation :
semble des résultats et montrer la proportionnalité entre la • Chauffage de l’eau pure et de l’eau salée.
masse et le volume, aux erreurs de mesure près. •Vaporisation de l’eau sous pression réduite.
Vidéo Pierron Éducation : Activité 4
Mesure indirecte de la masse d’un litre d’eau pure. Un thermomètre numérique permet de lire facilement la tem-
Activité 2 pérature. Les contraintes mécaniques lors de la solidification
Il faut essuyer l’extérieur du récipient qui contient la glace de la glace risqueraient de briser le réservoir d’un thermo-
lors de la mesure de masse. En effet, la condensation de la mètre à liquide. Rappelons que les thermomètres à mercure
vapeur d’eau de l’air peut alourdir le récipient. Le professeur sont interdits. L’agitateur est fabriqué avec un fil électrique
doit préparer des tubes d’eau glacée avant la séance en les dénudé. Une partie de ce fil est enroulée sur une tige cylin-
plaçant au congélateur du laboratoire de SVT. Attention, il drique de diamètre adapté. Le tortillon permet une bonne
se peut que les tubes se brisent si la température est trop agitation autour de la sonde du thermomètre et évite la sur-
basse. Utiliser un mélange réfrigérant (glace et sel de cui- fusion. Le mélange réfrigérant idéal est décrit plus haut. La
sine) si vous n’avez pas de congélateur à votre disposition. glace pilée se trouve sans difficulté chez le poissonnier ou
Le mélange réfrigérant idéal est environ 10 % en volume de dans le rayon poissonnerie d’un supermarché. Pour le refroi-
sel de cuisine et 90 % en volume de glace pilée sèche. dissement, d’autres solutions sont envisageables, comme de
Vidéo Pierron Éducation : Chauffer de la glace. l’alcool à brûler très froid ou de l’eau très salée, mais leur
faible capacité thermique fait que ces réfrigérants peuvent se
Activité 3 réchauffer trop vite avant la solidification complète de l’eau.
Il est nécessaire d’utiliser un récipient en verre résistant à la Vidéos Pierron Éducation :
chaleur. Quelques grains de pierre ponce plongés dans l’eau • Refroidissement de l’eau pure et de l’eau salée.
permettent une ébullition régulière. Si vous n’avez pas de • Solidification du cyclohexane.

14 •••

Livre 1.indb 14 31/03/10 11:23:43


Corrigés des exercices
9. a. Balance. La glace a alors cassé la canalisation. b. Cyclohexane et eau.
b. Éprouvette graduée. c. Solidification de l’eau dans un tube c. Cyclohexane : 80,7 °C. Eau : 100 °C.
c. Le kilogramme (kg) plongé dans un réfrigérant. 36. a. Sensation de froid.
d. Le mètre cube (m3). 26. a. 1 kg b. 150 g. c. 0,150 kg. b. Évaporation.
10. 1 kg. 27. Le volume de l’eau augmente au
c. De la peau vers l’eau (salive).
11. a. Fausse. b. Fausse. cours de sa solidification, la bouteille ris- 37. a. Liquide. b. Région 2.
3 3 que de se casser. c. Solidification.
12. a. 1 L = 1 dm . b. 1 mL = 1 cm .
13. a. Reste la même. b. Apport. 28. a. 132,7 g. 38. a. La température de la boisson
b. Le volume va diminuer. diminue, donc la boisson subit un retrait
14. Apporter de l’énergie.
d’énergie.
29. Cas 5.
15. a. Thermomètre. b. Les glaçons fondent, donc ils subis-
b. Le degré Celsius (°C). 30. 1 : T = 9 °C ; 2 : T = 38 °C ; sent un apport d’énergie.
3 : T = – 12 °C ; 4 : T = 37,7 °C. c. De la boisson vers les glaçons.
16. Apport d’énergie à l’eau : fusion et
vaporisation. 31. 39. b. Pas de palier de température.
Retrait d’énergie à l’eau : solidification et Température (en °C) c. Le chocolat est un mélange.
liquéfaction. 100
40. a. Vaporisation et liquéfaction.
17. Tfusion = Tsolidification = 0 °C. b. Vaporisation.
Tébullition = Tliquéfaction = 100 °C. c. Par l’appareil de chauffage.
d. L’eau du réfrigérant reçoit de l’énergie
18. 1 : volume. 2 : température.
50 provenant des vapeurs qui se liquéfient.
3 : palier. 4 : zéro. 5 : masse.
6 : ébullition. 41. a. L’eau bout dans la casserole dans
3
les deux cas, donc la température de l’eau
19. a. V = 47 cm . b. m = 47,0 g.
est égale à 100 °C dans les deux cas.
c. Ce liquide est de l’eau. Temps (en min) b. Elles cuisent aussi vite dans les deux
0
20. a. Balance. b. L’unité : le gramme. 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 cas.
c. m = 177 g c. On utilise moins de gaz pour le chauf-
32. Thermomètre à éthanol : à – 50 °C,
21. a. 10 g = 10 000 mg ; fage de l’eau.
l’éthanol est encore à l’état liquide, alors
0,145 kg = 145 g ; 4 500 g = 4,500 kg. que le mercure est à l’état solide.
b. 125,6 g = 0,1256 kg ;
0,456 kg = 456 g ; 9,5 dg = 950 mg. 33. a.
3
22. a. 1 000 m = 1 000 000 l ; Température (en °C) Science in English (p. 86)
2,5 mL = 2,5 cm3 ; a. Ces multiples ne sont pas issus du
1,5 L = 15 dL = 0,0015 m3. 20 système décimal.
b. 0,35 L = 350 cm3 ; b. He needs a jacket because 42 °F is a
498 cm3 = 0,498 L ; very cold temperature (5,5 °C).
10
15,3 dL = 1 530 cm3.
23. a. V = 3 ⫻ 2 ⫻ 2 = 12 m3. 6 Temps (en min)
Histoire des sciences (p. 87)
3 3
0 a. Pour faciliter les échanges et limiter les
b. 1 m = 1 000 dm et 1 L d’eau a une 1 2 3 4 5 7 8 9
escroqueries.
masse de 1 kg environ. D’où la masse
b. La longueur d’un méridien terrestre
maximale d’eau : 12 000 kg, soit 12 ton- –10
permet de définir le mètre.
nes.
c. L’eau pure à 4 °C.
24. a. V = 18,5 – 14 = 4,5 mL.
b. À partir de 0 °C. c. 3 minutes.
b. Le morceau de pâte à modeler n’a pas
une forme géométrique connue, donc une 34. a. De la fusion de la glace.
Climatologie (p. 87)
Lucie a raison : la fonte des glaces du pôle
règle ne permet pas de mesurer sa lon- b. La température à la surface du cygne
Nord ne fera pas augmenter le niveau
gueur, sa largeur et sa hauteur pour cal- est égale à 0 °C, car c’est la température
des mers. Pour le montrer, on introduit
culer ensuite son volume. de fusion de l’eau.
de l’eau liquide et de la glace dans une
25. a. Présence d’eau liquide sur le sol de 35. a. 1 : cyclohexane (palier de tempéra- éprouvette graduée. On mesure le volume
la classe. ture pour un corps pur). au niveau de la surface libre de l’eau.
b. Le volume de l’eau a augmenté lors 2 : eau (palier de température à 100 °C). Quand la glace a fondu, ce volume n’a
de sa solidification dans la canalisation. 3 : eau salée (pas de palier de température). pas changé.

Chapitre 5 • Les changements d’état • • • 15

Livre 1.indb 15 31/03/10 11:23:44


Chapitre

>> Livre de l’élève p. 88

6 L’eau est un solvant

Extraits du programme/Correspondance avec le manuel


Connaissances Capacités Activités
L’eau solvant : peut-on dissoudre n’importe quel solide dans l’eau (sucre, sel, sable…) ? Peut-on réaliser un mélange
homogène dans l’eau avec n’importe quel liquide (alcool, huile, pétrole…) ?
L’eau est un solvant de certains solides Pratiquer une démarche expérimentale : Activité 1 p. 90.
et de certains gaz. dissolution de divers solides. Dissoudre des solides dans l’eau
L’eau et certains liquides sont misci- Suivre un protocole (ampoule à Activité 3 p. 92.
bles. décanter).
Mélanger des liquides avec de l’eau
Dissolution, miscibilité, solution, corps Décrire une observation, une situation
dissous (soluté), solvant, solution par une phrase correcte (expression, Activité 4 p. 93.
saturée, soluble, insoluble, liquides vocabulaire, sens). Séparer deux liquides non miscibles
miscibles et non miscibles, distinction
entre dissolution et fusion.
La masse totale se conserve au cours Pratiquer une démarche expérimentale Activité 2 p. 91.
d’une dissolution. en lien avec cette propriété. Mesurer la masse totale avant et après
dissolution
Voir aussi la fiche technique :
• Mesurer une masse avec une balance
électronique, p. 208

Choix pédagogiques
Dans ce chapitre, les élèves utilisent le vocabulaire de la Les activités 3 et 4 se distinguent des deux premières,
dissolution et de la miscibilité. L’idée principale est que car il ne faut pas confondre dissolution et miscibilité.
l’eau est un très bon solvant, capable de dissoudre de Une solution contient un solvant en grande quantité et un
nombreuses substances solides, liquides et gazeuses. soluté en petite quantité. Dans une expérience de miscibi-
Les activités 1 et 2 portent sur la dissolution. Le voca- lité, les deux liquides peuvent être en quantité identique.
bulaire spécifique est introduit progressivement : dissolu- Le vocabulaire spécifique est introduit : miscible, non
tion, soluble, soluté, solution, solvant. miscible. L’utilisation d’une ampoule à décanter permet
Une mesure de masse avant et après dissolution montre de récupérer un liquide à partir d’un mélange de liquides
la conservation de celle-là. non miscibles.

16 •••

Livre 1.indb 16 31/03/10 11:23:44


Quelques conseils pratiques
Activités 1 et 2 Vidéos Pierron Éducation :
En général, les balances électroniques du collège ont une • Dissolution de substances dans l’eau.
portée de 200 g avec une précision de 0,1 g. Il faut donc pré- • Réalisation d’une solution saturée.
voir de la verrerie dont la masse est adaptée. Prendre de la Activité 3
verrerie en plastique si besoin. Certaines balances s’arrêtent Vidéo Pierron Éducation :
automatiquement après quelque temps. Il peut donc être pré- Mélanger de l’eau avec du sirop de menthe, de l’alcool, de
férable de ne pas faire la tare pour éviter de perdre la mesure l’huile et du pétrole.
avant dissolution.

Corrigés des exercices


9. a. Réaliser le test de dissolution du sel dans c. Masse du verre et de son contenu :
le filtrat. m = 30 + 120 + 10 = 160 g.
10. a. Solution. b. Solvant.
c. Soluble. 27. a. Oui. b. Solvant. 37. a. Eau.
28. a. Oui. b. Lait en poudre.
d. Corps dissous.
b. L’eau du lac est saturée en sel. c. Masse de lait en poudre :
11. a. Corps dissous dans un solvant. m = 230 – 210 = 20 g.
b. Solution dans laquelle on ne peut plus 29. a. Mélange homogène (1) et mélange
hétérogène (2). 38. La fille a raison : l’huile n’est pas mis-
dissoudre du sucre.
b. Eau. c. Du solvant. cible avec l’eau. En revanche, elle l’est
12. a. Fond. b. Se dissout. avec le white spirit.
c. Se dissout. 30. Verser le mélange de sel et de sable
dans l’eau. Agiter jusqu’à dissolution 39. a. Non, il est insoluble. b. Non.
13. a. Se conserve. b. Vaut. c. Voir les bulles remonter à la surface.
totale du sel. Filtrer le mélange (on récu-
14. Certains liquides sont miscibles à père le sable dans le filtre). Évaporer le 40. a. Oui. b. Non. c. Huile.
l’eau. filtrat (eau salée).
41. a. On observe des petites gouttes
15. « Je forme un mélange homogène 31. Former deux petits sacs avec le film d’huile en suspension dans l’eau.
avec l’eau, donc je suis miscible à l’eau. » alimentaire. Mettre un glaçon dans un sac b. Mélange hétérogène de deux liquides
« Je forme un mélange hétérogène avec et un morceau de sucre dans l’autre. Fer- non miscibles dont l’un forme des gout-
l’eau, donc je suis non miscible à l’eau. » mer hermétiquement les deux sacs et les telettes microscopiques en suspension
16. a. Décantation. b. Au repos. déposer dans les verres contenant l’eau. dans l’autre. c. Oui. d. Oui.
c. Dessous. d. Dessus. (Résultat : le glaçon finit par fondre, alors
42. a. Le mélange de cyclohexane et
que le morceau de sucre reste intact.)
17. 1 : solution. 2 : solvant. d’eau est hétérogène, donc ces deux
3 : masse. 4 : soluble. 5 : soluté. 32. Hypothèse : Je pense que le liquide liquides sont non miscibles.
6 : saturée. 7 : miscibles. n’est pas de l’eau. b. Décantation.
8 : dissolution. 9 : eau. Expérience : J’essaie de dissoudre du c. Faire couler l’eau dans un premier
sucre dans ce liquide. bécher, puis faire couler le cyclohexane
18. a. Mélange hétérogène. b. Non. Observation : Le sucre ne se dissout pas dans un second bécher.
c. Non. dans le liquide. 43. a. Hétérogène. b. Non miscibles.
19. Ordre chronologique : b ; d ; a ; c. Interprétation : Le liquide n’est pas de
l’eau car le sucre ne s’est pas dissous 44. a. Une ampoule à décanter.
20. a. Le sucre s’est dissous dans l’eau. b. Faire couler l’eau dans un premier
dedans.
b. Le sucre est soluble dans l’eau. bécher, puis faire couler l’huile dans un
Raisonnement juste.
21. a. Dans l’eau. b. Dissous. second bécher.
33. a. Corps dissous : chlorure de sodium. c. Non. La décantation ne permet pas de
22. a. Qui peut se dissoudre. Solvant : eau. séparer les constituants d’un mélange
b. Verser une petite quantité de café au b. 100 mL d’eau ont une masse de 100 g. homogène.
lait en poudre dans de l’eau chaude et D’où masse de la solution :
agiter. m = 100 + 0,9 = 100,9 g Un défi (p. 102)
23. a. Solubles : sel, sucre, chocolat en 34. a. 1 kg. Le professeur prépare du thé sucré.
poudre. b. m = 100 + 10 = 110 g.
Insolubles : sable, bois, fer en poudre, c. La masse de la solution diminue. Histoire des arts (p. 102)
farine. a. Le liant permet de rendre homogène le
35. Hypothèse : Je pense que le soluté ne mélange des poudres colorées et d’eau.
b. Verser un peu de solide à tester dans
disparaît pas lors de la dissolution. b. Le solvant est l’eau. Elle permet de
l’eau, agiter, laisser au repos, puis obser-
Expérience : Je mesure la masse totale dissoudre et d’étaler les pigments sur le
ver.
avant et après dissolution. support.
24. a. La sucette s’est dissoute dans Observation : La masse est la même avant
l’eau. et après dissolution. Objectif B2i (p. 103)
b. Eau sucrée : liquide incolore homo- Interprétation : La masse totale se a. Oui, sous forme solide, gazeuse et
gène. conserve au cours de la dissolution. peut-être sous forme liquide dans le
25. Le dissolvant dissout le vernis. Conclusion : Mon hypothèse est juste. sous-sol profond.
36. a. Le sucre s’est dissous dans l’eau. b. L’eau de Vénus s’est évaporée et s’est
26. Récupérer l’eau salée par filtration. échappée dans l’espace.
b. Solvant.

Chapitre 6 • L’eau est un solvant • • • 17

Livre 1.indb 17 31/03/10 11:23:44


c. Pour être dans la zone de vie, une pla- 3. Le distillat n’a pas le même aspect que 6. De l’énergie est apportée à l’eau quand

Ch i
nète doit être ni trop proche, ni trop loin le filtrat, donc le filtrat n’est pas un corps elle est chauffée.
d’une étoile pour que l’eau puisse y exis- pur. L’hypothèse est invalidée. 7. Au cours du cycle de l’eau sur Terre,
ter sous forme liquide. 4. On pourrait réaliser l’évaporation du l’eau subit des vaporisations, des liqué-
filtrat. factions, des fusions et des solidifica-
Un objet (p. 103) 5. Comme toutes les boissons, la boisson tions.
a. L’eau n’est pas miscible à l’huile. préférée de Julie contient de l’eau. 8. La température de fusion de la glace
b. L’eau sert à rincer le savon et l’huile 6. L’eau est vitale pour l’organisme. est égale à 0 °C. Le réchauffement clima-
c. En brassant correctement, on enve- 7. Non, l’eau sur Terre est salée en majorité. tique a pour conséquence l’augmentation
loppe des gouttelettes d’huile par le 8. Le dioxyde de carbone est le gaz dis- du niveau des océans.
savon. sous dans la boisson de Julie.
2. Eau ou alcool ?
Exercices de synthèse 1. La température du liquide augmente
(p. 101-105) jusqu’à 100 °C, puis reste constante.
1. Étude d’une boisson à base de jus 2. La masse de 50 mL du liquide est égale
d’orange à 50 g.
1. La filtration permet de séparer la pulpe La masse de 1 L, soit 1 000 mL, de ce
du reste de la boisson à l’orange. liquide est donc : m = 1 000 g, soit 1 kg.
3. Le liquide étudié a une température
d’ébullition égale à 100 °C et la masse
d’un litre de ce liquide est égale à 1 kg,
Boisson à l’orange donc ce liquide est l’eau.
avec pulpe
Filtre 4. On pourrait réaliser le test de dissolu-
Pulpe tion du sucre dans le liquide étudié.

Agitation
Eau Eau
sucrée
Sucre
Boisson à l’orange
sans pulpe
5. Oui, la masse totale de l’eau et celle du
2. Hypothèse : la boisson à l’orange sans sucre se conservent au cours de la dis-
pulpe, c’est-à-dire le filtrat, est un corps pur. solution.

18 •••

Livre 1.indb 18 31/03/10 11:23:44


Chapitre

>> Livre de l’élève p. 108

7 Circuit électrique simple

Extraits du programme/Correspondance avec le manuel


Connaissances Capacités Activités
Circuit électrique. Les expériences ne doivent pas être réalisées avec le courant du secteur pour des raisons de sécurité.
Un générateur est nécessaire pour Réaliser un montage simple permettant Activité 1 p. 110.
qu’une lampe éclaire, pour qu’un d’allumer une lampe ou d’entraîner un Réaliser un circuit électrique simple
moteur tourne. moteur. Voir aussi la fiche technique :
Un générateur transfère de l’énergie Suivre un protocole donné. • Réaliser un circuit électrique, p. 213
électrique à une lampe ou à un moteur
qui la convertit en d’autres formes.
Une photopile convertit de l’énergie Activité 2 p. 111.
lumineuse en énergie électrique. Utiliser une photopile
En présence d’un générateur, le circuit Activité 1 p. 110.
doit être fermé pour qu’il y ait transfert
d’énergie. Il y a alors circulation d’un
courant électrique.
Danger en cas de court-circuit d’un Identifier la situation de court-circuit du Activité 3 p. 112.
générateur. générateur et le risque correspondant. Observer le court-circuit d’une pile
Respecter les règles de sécurité.
Activité 4 p. 113.
Se documenter sur les dangers des
prises de courant

Choix pédagogiques

Dans ce chapitre, certains élèves découvrent le circuit de connexion. Dans ce chapitre, les fils ont tous la même
électrique élémentaire s’ils ne l’ont pas déjà fait au pri- couleur, car le sens du courant n’est pas encore introduit.
maire. Les premières notions de transfert et de conver- L’activité 2 présente la photopile, qui convertit l’éner-
sion d’énergie sont introduites. Ce chapitre, comme les gie lumineuse reçue en énergie électrique. Cette acti-
chapitres suivants d’électricité, présente un grand intérêt vité ne manquera pas d’intéresser les élèves. En effet,
en raison de l’importance de l’électricité dans la vie quo- aujourd’hui, beaucoup de particuliers installent des pan-
tidienne. Il permet aussi de développer les thèmes de neaux photovoltaïques. Différentes formes d’énergie sont
convergence : énergie, sécurité. La notion de court-circuit présentées : énergie électrique, énergie lumineuse, éner-
est également abordée. La schématisation sera dévelop- gie de mouvement.
pée au chapitre suivant.
Les activités 3 et 4 portent sur la sécurité. L’activité 3
L’activité 1 définit le circuit électrique simple : un géné- présente les dangers du court-circuit du générateur ; l’ac-
rateur, un récepteur et un interrupteur reliés par des fils tivité 4 présente les dangers d’une prise de courant.

Chapitre 7 • Circuit électrique simple • • • 19

Livre 1.indb 19 31/03/10 11:23:44


Quelques conseils pratiques
Activité 1 Remarque : le moteur est dit « solaire », car une faible éner-
• Matériel : 1 pile plate 4,5 V ; 3 fils de connexion ; 1 lampe 3,5 gie est nécessaire pour le faire tourner. Ses valeurs nominales
V-0,3 A sur support ; 1 interrupteur sur support ; 2 pinces cro- sont environ 0,4 V et 10 mA. Vous pouvez vous en procurer
codiles. chez les distributeurs de matériel électronique pour environ
• Le support de lampe n’a pas besoin d’avoir ses pièces 10 euros. Essayer de faire tourner un petit moteur classique
métalliques non accessibles au toucher, car on utilise une serait vain en raison des valeurs nominales non adaptées.
tension de 4,5 V. Si vous utilisez un autre type de générateur
Activité 3
se branchant sur le secteur avec des dipôles non protégés, il
• Matériel : 1 pile plate 4,5 V ; 2 fils de connexion noirs ; 2 fils
faut un générateur TBTS (très basse tension de sécurité).
de connexion verts (ou une autre couleur différente du noir) ;
Vidéo Pierron Éducation : Réalisation d’un circuit 1 lampe 3,5 V-0,3 A sur support ; 4 pinces crocodiles ; paille
élémentaire. de fer ultra-fine n° 000.
Activité 2 Remarque : l’échauffement de la pile dépend de son état
• Matériel : 1 lampe de puissance 20 W ; 1 photopile ; 1 moteur d’usure, mais aussi de la qualité de la pile. Les résultats sont
« solaire ». très satisfaisants avec la marque Duracell.

Corrigés des exercices


9. Générateur. b. Une éolienne transfère de l’énergie a. La fille doit sortir du bain et se sécher
électrique, donc on peut la considérer pour pouvoir utiliser le sèche-cheveux.
10. a. Transfère. b. Convertit.
comme un générateur. b. Le garçon doit débrancher la lampe de
c. Moteur.
23. a. De l’alternateur. b. Générateur. bureau de la prise de courant avant de la
11. a. Cas 1. b. Cas 2. c. Cas 2. réparer.
24. L’énergie électrique transférée par la c. Le garçon doit débrancher la bouilloire
12.
pile n’est pas suffisante pour faire briller de la prise de courant avant de la remplir.
Énergie Énergie
la lampe. d. La fille ne doit surtout plus utiliser ce
Photopile
lumineuse électrique grille-pain avec les fils dans cet état.
25. a. Énergie lumineuse.
b. Énergie électrique. c. Générateur.
13. Danger d’incendie. 26. a. Énergie solaire.
b. Énergie électrique.
Science in english (p. 122)
14. a. Électrocution. Le rythme pour le Morse n’est pas facile
b. Prises de courant. 27. a. La photopile. b. Le ventilateur. à adopter rapidement. Il est utile lors de
c. Sécurité. 28. Le court-circuit de la pile. la lecture de noter sur une feuille l’alter-
15. 1 : énergie. 2 : dipôle. nance des points, tirets et silences.
29. a. Le court-circuit de la pile.
3 : transfert. 4 : moteur. b. De la pile.
5 : court-circuit. 6 : générateur. Objectif B2i (p. 122)
30. a. Le court-circuit de la lampe mais Attention, certains sites de presse sont
16. a. Pile, lampe et interrupteur. aussi celui de la pile.
b. La pile. payants lorsque l’on veut consulter le
b. Danger d’incendie. contenu des articles.
c. La lampe brille, donc le circuit est
fermé. 31. a. La DEL a un sens de branchement :
d. Un courant circule. elle ne brille donc que dans le sens pas- Métier (p. 123)
sant. b. Non. a. L’électricien doit s’assurer du respect
17. des règles de sécurité afin qu’aucun acci-
32. Une prise de courant présente un
dent puisse survenir (incendie dû à un
danger d’électrocution.
court-circuit, par exemple).
33. a. b. Les câbles électriques servent à dis-
tribuer l’énergie électrique, ils peuvent
conduire de l’information.

18. a. Générateur. Énergie et développement dura-


b. Transférer de l’énergie électrique au ble (p. 123)
reste du circuit. a. Elle provient de l’énergie chimique des
19. a. Fils de connexion. b. Fermé. constituants de la pile.
b. Quand l’anneau touche le serpentin, un
b. Le recyclage permet la diminution des
20. transfert d’énergie est réalisé. c. Oui.
rejets de produits toxiques dans la nature
Énergie Énergie d. Danger d’électrocution avec une prise
Radiateur et leur récupération pour d’autres utilisa-
de courant.
électrique électrique thermique tions.
34. a. Risque d’électrocution.
Remarque : les affiches d’information peu-
b. Ils ne touchent qu’un seul fil et ne tou-
vent se faire en partenariat avec les clas-
21. Hypothèse : la pile est nécessaire pour chent pas le sol.
ses de 3e, avec des entreprises de collecte
que le moteur tourne. 35. Dans toutes les situations : risque ou de recyclage qui pourront organiser
22. a. Énergie électrique. d’électrocution. des points de collecte dans le collège.

20 •••

Livre 1.indb 20 31/03/10 11:23:44


Chapitre

>> Livre de l’élève p. 124

8 Circuit électrique en série

Extraits du programme/Correspondance avec le manuel


Connaissances Capacités Activités
Circuit électrique en série
Les dipôles constituant le circuit en Réaliser un montage en série à partir Activité 1 p. 126.
série ne forment qu’une seule boucle. d’un schéma. Brancher deux lampes en série
Sens conventionnel du courant élec- Faire le schéma normalisé d’un Activité 2 p. 127.
trique. montage en série en respectant les Utiliser une diode dans un circuit en
conventions. série
Symboles normalisés d’une lampe et
d’un générateur, d’une diode, d’une Raisonner, argumenter, pratiquer Voir aussi les fiches techniques :
diode électroluminescente (DEL). une démarche expérimentale relative • Schématiser un circuit électrique, p. 212
au sens conventionnel du courant • Réaliser un circuit électrique, p. 213
électrique.
Pour un circuit donné, l’ordre des dipô- Valider ou invalider une hypothèse Activité 3 p. 128.
les n’influence pas leur fonctionnement. correspondante. Inverser l’ordre des dipôles dans
un circuit en série
Certains matériaux sont conducteurs ; Valider ou invalider une hypothèse sur Activité 4 p. 129
d’autres sont isolants. le caractère conducteur ou isolant d’un Identifier des matériaux conducteurs
matériau. et des matériaux isolants
Le corps humain est conducteur.

Un interrupteur ouvert se comporte


comme un isolant ; un interrupteur
fermé se comporte comme un conduc-
teur.

Choix pédagogiques
Ce chapitre introduit le circuit série, le sens du courant lampe et une DEL, deux dipôles différents, mais dont les
électrique, la non influence de l’ordre des dipôles dans luminosités traduisent l’intensité du courant. L’utilisation
un circuit série, ainsi que les notions de conducteurs et de la DEL dans cette activité offre également l’avantage
d’isolants. de présenter un dipôle sensible au sens du courant autre
que la diode.
L’activité 1 porte sur le circuit série. Les élèves associent
deux lampes en série et constatent que si l’une est dévis- L’activité 4 aborde les notions de conducteurs et d’iso-
sée, alors l’autre s’éteint. lants. Différentes matières sont testées, ainsi que l’air,
afin de comprendre le fonctionnement de l’interrupteur
L’activité 2 utilise une diode pour montrer que le courant ouvert ou fermé. On remarque que les métaux sont de
a un sens de circulation. La convention du sens du cou- bons conducteurs, alors que les plastiques sont de bons
rant est donnée dans le cours (p. 130 du manuel). isolants. Le corps humain est conducteur et cette activité
L’activité 3 montre que l’ordre des dipôles dans un cir- est l’occasion de mettre en garde les élèves contre la réa-
cuit série n’a pas d’importance. Les élèves utilisent une lisation d’expériences avec des prises de courant.

Chapitre 8 • Circuit électrique en série • • • 21

Livre 1.indb 21 31/03/10 11:23:45


Quelques conseils pratiques
Activité 1 Activité 3
• Matériel : 1 pile plate 4,5 V ; 3 fils de connexion de même Matériel : 1 pile plate 4,5 V ; 2 fils de connexion rouges ; 1 fil
couleur ; 2 lampes 3,5 V-0,3 A sur support. de connexion noir ; 1 lampe 6 V-0,1 A sur support ; 1 DEL
• Les deux lampes identiques étant branchées en série, il est verte sur support.
normal qu’elles brillent moins que chacune seule aux bornes Remarque : avec les dipôles utilisés, l’intensité du courant
de la pile. Le professeur peut distribuer du matériel en excès dans le circuit ne met pas en danger la DEL bien qu’elle
que les élèves doivent reconnaître. dépasse sa valeur nominale. Il est alors prudent de ne pas
Vidéos Pierron Éducation : laisser trop longtemps la DEL briller.
• Circuit série, circuit parallèle.
Activité 4
• Court-circuit.
Matériel : 1 pile plate 4,5 V ; 3 fils de connexion ; 1 lampe 3,5
Activité 2 V-0,3 A sur support ; 4 pinces crocodiles ; différents objets
Matériel : 1 pile plate 4,5 V ; 3 fils de connexion de couleur de matières différentes.
identique ; 1 lampe 3,5 V-0,3 A sur support ; 2 pinces croco- Vidéos Pierron Éducation :
diles ; 1 diode sur support. • Test de conductivité.
Remarque : choisir une diode de puissance suffisante pou- • Étude d’une lampe à incandescence.
vant supporter l’intensité parcourant le circuit.
Vidéos Pierron Éducation :
• Utiliser une diode.
• Sens du courant.

Corrigés des exercices


9. a. Vraie. b. Fausse. c. Fausse. 17. a. Le circuit ne comporte qu’une 21. Les lampes sont branchées en série :
seule boucle donc il s’agit d’un circuit en si l’une d’entre elles grille, les autres ne
10. Par convention, à l’extérieur du géné- série. peuvent plus s’allumer.
rateur, le courant électrique va de la borne b. et c.
positive vers la borne négative. 22. a. Non. b. Ouvert.
c. Hypothèse validée.
11. Lampe :
23. a. et b.

Générateur : M

d. Non. Le circuit est ouvert.


M
Pile, générateur 18. a. A B
(Le grand trait
représente la borne +)
24.
Diode :

b. Une.
DEL : c.

12. a. Ne varie pas. b. N’a pas.


13. Le cuivre.
19. Circuit 2.
14. Le corps humain est conducteur.
20. Le garçon a raison. Si la lampe était
15. a. fermé… conducteur. mal vissée, alors les autres lampes ne
b. ouvert… isolant. pourraient pas briller. Il n’existe en effet 25. a. Oui. b. Non. c. Non.
qu’une seule boucle. La lampe ne brille
16. 1 : DEL ; 2 : conducteur ; 3 : sens ; pas car elle ne reçoit pas suffisamment
4 : isolant ; 5 : diode ; 6 : série. d’énergie électrique.

22 •••

Livre 1.indb 22 31/03/10 11:23:46


26. a. 29. a. et b. 40. a. L’interrupteur. b. Circuit 2.
c. Non. d. L’air.

M
Un défi (p. 138)
Sophie va court-circuiter chacune des
lampes.
Si une lampe est grillée : l’autre brillera
Fil 30. a. Oui. b. Oui. alors.
magique
31. a. Une lampe, un interrupteur, une Si la pile est usée : aucune lampe ne
b. Le « fil magique » doit être branché aux résistance et un moteur. brillera.
bornes de la diode pour la court-circuiter. b. Oui. c. Non.
Voir le schéma ci-dessus. 32. L’ordre des dipôles n’a pas d’in-
fluence sur leur fonctionnement, donc les Un objet (p. 139)
27. a. et b. deux lampes brillent de la même façon si a. Un mauvais conducteur s’échauffe
on inverse leur position dans le circuit : lorsqu’il est traversé par un courant
L1 brille toujours plus que L2. intense. Risque d’incendie.
33. Avant ou après. L’ordre des dipôles b. En captant l’éclair, le paratonnerre
n’a pas d’influence sur leur fonctionne- évite qu’il frappe directement le bâtiment
M et qu’il cause des dégâts.
ment.
c. Le paratonnerre conduit l’électricité de
34. a. Hypothèse : l’ordre des dipôles a
c. la pointe vers le sol : le métal est un excel-
une influence sur leur fonctionnement.
lent conducteur.
b. Hypothèse invalidée.
35. a. Oui. b. Conductrice. c. Invali-
M
dée. Histoire des sciences (p. 139)
36. a. Anneau en verre noir, noyau en a. Le sens conventionnel du courant est
ciment, ampoule en verre. du + vers le – à l’extérieur du générateur.
b. Dans l’ordre : plot, tige, filament, tige, b. Ampère cherchait à éviter que les
28. a. La lampe brille dans le circuit 1, culot. scientifiques restent bloqués sur le pro-
donc un courant circule dans le circuit 1. c. Non. La chaîne des conducteurs est blème du sens du courant.
b. et c. interrompue. c. Oui, car les plus grandes théories
38. a. Conducteur. de l’électricité sont fondées sur cette
b. Danger d’électrocution. S’éloigner des convention.
lignes à haute tension. Pour aller plus loin : G. Borvon, De Dufay
à Ampère. Des deux espèces d’électri-
39. La petite fille court un grand danger : cité aux deux sens du courant électrique,
elle risque de s’électrocuter en touchant Bulletin de l’Union des Physiciens, jan-
le sol et une borne de la prise de courant. vier 1994, p. 27-60.

Chapitre 8 • Circuit électrique en série • • • 23

Livre 1.indb 23 31/03/10 11:23:46


Chapitre

>> Livre de l’élève p. 140

9 Circuit électrique comportant


une dérivation

Extraits du programme/Correspondance avec le manuel


Connaissances Capacités Activités
Circuit électrique comportant une dérivation
Circuit avec une dérivation. Réaliser un montage avec une dériva- Activité 1 p. 142.
tion à partir d’un schéma. Étudier le comportement d’un circuit
Faire le schéma normalisé d’un circuit comportant une dérivation
avec une dérivation en respectant les
conventions. Voir aussi les fiches techniques :
• Schématiser un circuit électrique, p. 212
• Réaliser un circuit électrique, p. 213
Une installation domestique classique Raisonner, argumenter, pratiquer une Activité 2 p. 143.
est constituée d’appareils en dérivation. démarche expérimentale. Se documenter sur le branchement des
appareils domestiques

Choix pédagogiques
Ce dernier chapitre d’électricité introduit le circuit com- vation continuent de fonctionner. Les dipôles utilisés sont
portant une dérivation. Il présente un grand intérêt en deux lampes branchées. Elles permettent de visualiser le
raison de l’importance de l’électricité dans la vie quoti- passage du courant. Les élèves doivent dévisser une des
dienne. En effet, les installations domestiques classiques deux lampes, puis interpréter leurs observations.
sont constituées d’appareils branchés en dérivation. L’activité 2 porte sur les appareils domestiques. À tra-
L’activité 1 définit le circuit comportant une dérivation par vers une étude documentaire, les élèves constatent que
le fait qu’il comporte deux boucles. Si un dipôle ne reçoit ces appareils sont branchés en dérivation et peuvent donc
plus de courant, alors les autres dipôles branchés en déri- fonctionner indépendamment les uns des autres.

Quelques conseils pratiques


Activité 1 Elle s’use alors assez rapidement. Vous pourrez peut-être
Matériel : 1 pile plate 4,5 V ; 2 fils de connexion rouges ; 2 remarquer que les deux lampes ont un éclat un peu plus
fils de connexion noirs ; 2 lampes 3,5 V-0,3 A sur support ; 2 faible qu’avec une lampe seule. Cela est dû à la résistance
pinces crocodiles. interne de la pile. Cette résistance augmente avec l’usure de
Remarque : du matériel en excès peut être distribué. Ne pas la pile.
laisser trop longtemps la pile en fonctionnement car l’inten- Vidéos Pierron Éducation :
sité du courant qui la traverse vaut environ 0,7 A quand les • Circuit série, circuit parallèle (partie parallèle)
deux lampes sont branchées en dérivation à ses bornes. • Court-circuit (partie parallèle).

24 •••

Livre 1.indb 24 31/03/10 11:23:46


Corrigés des exercices
8. Montages 1 et 2. Montage d’Élisa : 35. a. Oui. b. En dérivation.
9. c. Risque d’incendie.

Un défi (p. 152)


L1 L2 Matériel : 1 pile, 4 lampes, 2 interrupteurs,
10 fils de connexion.

10. a. 4 fils de connexion.


b. Les bornes de L1 sont reliées aux
bornes de la pile. Les bornes de L2 sont L3
reliées aux bornes de L1.
21. a. Aucune. b. L1 et L2. c. L3. Histoire des arts (p. 152)
11. b. Pompes qui emmagasinent l’air ; lam-
22. Une lampe est grillée et les autres
brillent donc toutes ces lampes sont pes ; horloge ; capteur qui mesure la
branchées en dérivation. vitesse ; télégramme ; cuisinière ; distilla-
tion de l’eau ; moteur du Nautilus.
23. a. Aucune. b. Une. c. Deux. c. Tous ces appareils existent.
24. a. En dérivation. b. Non.
c. Danger d’incendie. Un objet (p. 153)
12. En dérivation. a. Dans le tableau, on câble des boucles
25. a. La diode. indépendantes : des dérivations.
13. a. Montage 2. b. Montage 2. b. b. Les disjoncteurs, les coupe-circuits et
14. Dérivation. Définition : voir le Mini- les fusibles.
dico, manuel p. 218. c. Le différentiel.
15. a et b. Sécurité (p. 153)
a. Les prises sont indépendantes, bran-
26. a. La lampe et le moteur. chées en dérivation.
b. La lampe, la DEL et la résistance. b. Les autres appareils continuent de
c. Aucun. fonctionner.
L1 27. a. Cas 1 : en série. c. Le risque est l’incendie.
Cas 2 : en dérivation.
L2 b. La lampe est allumée quand K1 ET K2 Exercices de synthèse
sont fermés. D’où l’appellation du circuit
« ET ». (p. 154-155)
L3
c. La lampe est allumée quand K1 OU K2 1. Test de conductivité
c. Oui. d. Oui. sont fermés. D’où l’appellation du circuit 1. Problème : le corps humain est-il
16. a. Deux fils de connexion. « OU ». conducteur ?
28. a. Oui. b. Sur une branche dérivée. 2. La pile est nécessaire pour obtenir un
b. Aux bornes de L1.
courant électrique.
17. a. 1 pile, 1 interrupteur, 1 lampe et 1 29. Si une lampe grille alors les autres 3. La DEL s’allume, donc le corps humain
moteur. b. 5 fils de connexion. peuvent encore fonctionner dans le cas est conducteur.
c. 3 fils rouges et 2 fils noirs. où elles sont branchées en dérivation. 4. La DEL s’éteint car la chaîne des
18. a Les schémas 1, 3 et 4 représentent 30. a. Oui. b. En dérivation. conducteurs est interrompue par l’air
le même circuit. (isolant).
31. a. Si les lampes étaient branchées en 5. Les matériaux qui ne sont pas des
Les schémas 2 et 5 représentent le même série dans la guirlande, on ouvrirait le cir-
circuit. conducteurs sont appelés des isolants.
cuit en coupant la guirlande et les lampes Exemples : un plastique, air.
b. Circuit représenté en 1, 3 et 4 : L3 en ne pourraient plus fonctionner.
dérivation sur L1. 6. La DEL convertit de l’énergie électrique
b. en énergie lumineuse.
Circuit représenté en 2 et 5 : L1, L2 et L3
en série. 7. Il ne faut pas jeter les piles usagées
dans la nature pour éviter la pollution.
19. a. 8. La photopile peut utiliser l’énergie du
L1 32. Schéma correct : 4. Soleil pour la convertir en énergie électri-
Schéma 1 : les lampes sont branchées en que.
L2 L3 série. 2. Étude d’un système d’éclairage
Schéma 2 : un des interrupteurs ne com- 1. Les lampes sont branchées en dériva-
mande rien si l’autre reste ouvert. tion.
Schéma 3 : l’interrupteur commande les 2.
b. Hypothèse invalidée. deux lampes en même temps.
20. Montage de Pierre : 33. a. En dérivation. b. La pile.
c. Danger d’incendie.
34. Secteur
(source

L1 L2
d'énergie)
3. Lætitia réalise deux circuits comportant
chacun une pile et deux lampes. Dans un
circuit, les lampes sont branchées en
série, dans l’autre elles sont branchées
en dérivation. Puis elle dévisse une lampe
L3

Chapitre 9 • Circuit électrique comportant une dérivation • • • 25

Livre 1.indb 25 31/03/10 11:23:47


dans chacun de ces circuits et observe 5. On risque l’électrocution. 8. Afin de protéger l’environnement, on

Ch i
l’éclat des lampes. 6. Une lampe halogène convertit l’éner- peut utiliser une lampe économique.
4. Les lampes sont branchées en déri- gie électrique en énergie lumineuse et en
vation pour une raison pratique : si une énergie thermique.
lampe grille, les autres continuent de 7. La centrale électrique utilisant le vent
fonctionner. est une éolienne.

26 •••

Livre 1.indb 26 31/03/10 11:23:47


Chapitre

>> Livre de l’élève p. 158

10 Sources de lumière

Extraits du programme/Correspondance avec le manuel


Connaissances Capacités Activités
Sources de lumière - Vision d’un objet : comment éclairer et voir un objet ?
Le Soleil, les étoiles et les lampes sont Rechercher, extraire et organiser l’infor- Activité 1 p. 160.
des sources primaires ; la Lune, les mation utile, observable. Distinguer des sources de lumière
planètes, les objets éclairés sont des
objets diffusants. Activité 2 p. 161.
Éclairer un objet avec un écran diffusant
Pour voir un objet, il faut que l’œil en Pratiquer une démarche expérimentale Activité 3 p. 162.
reçoive de la lumière. mettant en jeu des sources de lumières, Voir un objet
des objets diffusants et des obstacles
opaques.
Le laser présente un danger pour l’œil. Identifier le risque correspondant, Activité 4 p. 163.
respecter les règles de sécurité. S’informer sr le laser

Choix pédagogiques
Comme l’eau et l’électricité, la lumière fait partie de notre taire offre l’intérêt d’expliquer simplement l’origine de la
environnement quotidien. Son introduction dans ce cha- lumière émise ou diffusée par un corps.
pitre prolonge les approches faites à l’école primaire.
L’activité 2 utilise un écran diffusant pour renvoyer la
Ce premier chapitre d’optique est consacré aux deux
lumière d’une lampe, source primaire de lumière. Un objet
types de sources de lumière et à la condition nécessaire
caché de la lampe par un écran opaque est ainsi éclairé.
pour voir. Il est important pour la compréhension des
autres chapitres, d’introduire rapidement l’idée que pour L’activité 3 utilise un faisceau lumineux issu d’une lampe
voir, il faut que l’œil reçoive de la lumière. C’est l’occasion et limité par le trou d’un écran qui balaye le visage d’un
également de rappeler des règles de sécurité, notamment observateur. Ce dernier voit la lampe lorsque le faisceau
avec le laser, très courant aujourd’hui, mais qui nécessite arrive dans son œil : on montre ainsi de façon très par-
une utilisation réfléchie. lante la condition nécessaire pour voir.
L’activité 1 présente quelques sources primaires de L’activité 4 présente les dangers liés à l’utilisation du
lumière et d’objets diffusants. Cette activité documen- laser.

Chapitre 10 • Sources de lumière • • • 27

Livre 1.indb 27 31/03/10 11:23:47


Quelques conseils pratiques
Activité 1 Vidéo Pierron Éducation : Éclairage d’une boule blanche
Vidéo Pierron Éducation : Quelques sources primaires. par différents écrans colorés.
Activité 2 Activité 3
Matériel : 1 pile plate 4,5 V ; 1 lampe 3,5 V-0,3 A sur support ; Matériel : 1 pile plate 4,5 V ; 1 lampe 3,5 V-0,3 A sur support ;
2 fil de connexion ; 2 pinces crocodiles ; 2 écrans opaques 2 fil de connexion ; 2 pinces crocodiles ; 1 écran opaque avec
blancs ; 1 figurine assez claire (type Playmobil®). trou de diamètre 1 cm.
• Vous pouvez prévoir des écrans supplémentaires, dont 1 Vidéo Pierron Éducation : Pour voir, la lumière doit
miroir qui renvoie la lumière dans une seule direction et un entrer dans l’œil.
écran noir qui diffuse très peu de lumière.

Corrigés des exercices


9. a. Produit. b. Renvoie. c. Diffuse. objet diffusant : il envoie de la lumière 29. Dessin 1.
dans toutes les directions. 30. a. Source primaire.
10. Source primaire : étoile, lampe, Soleil.
Objet diffusant : Lune, mur blanc, planète. 22. a. Luminescent : où se produit le b. Objet diffusant.
phénomène de la luminescence. Lumi- c. Si de la lumière diffusée par une pla-
11. a. L’écran opaque ne laisse pas pas- nescence : émission de lumière par un nète rentre dans nos yeux, alors nous
ser la lumière envoyée par la lampe. corps non incandescent, déterminée par pouvons voir cette planète.
b. une radiation lumineuse excitatrice (pho- 31. a. Obscurité : absence de lumière.
12. a. Envoie. b. Entre. toluminescence), un courant électrique b. Les objets ne reçoivent pas de lumière
(électroluminescence), la radioactivité donc ils ne peuvent en renvoyer.
(radioluminescence), une réaction chimi-
que (chimiluminescence). 32. a. Les enfants 1 et 3.
b. Sources primaires. b. Les enfants 2, 4 et 5.
23. a. Écran a. b. Écrans a, b et c. 33. Cas 2 : de la lumière émise par la
c. Un écran ne doit pas forcément être lampe entre dans l’œil d’Ophélie.
éclairé par une source primaire pour 34. Le mur est un obstacle opaque placé
pouvoir éclairer. Dans cette expérience, entre le panier de basket et les yeux de la
l’écran c, éclairé par l’écran a, éclaire fille.
l’écran b.
35. a. Protéger les yeux de la lumière
13. a. Vraie. b. Vraie. c. Fausse. 24. a. Non. Absence de lumière. intense du Soleil.
14. a. Un danger. b. Devenir aveugle. b. Non. L’écran opaque ne laisse pas pas- b. Danger de devenir aveugle.
ser la lumière envoyée par la lampe.
15. Il ne faut jamais que de la lumière 36. La neige diffuse très bien la lumière
laser entre directement dans les yeux. c. et d. du Soleil qu’elle reçoit.
16. 1 : diffusant ; 2 : œil ; 3 : étoiles ; 25. a. Cas 1. b. Clair. 37. Une feuille blanche diffuse bien la
4 : lumière ; 5 : primaire ; 6 : planètes. lumière. En revanche, une feuille noire ne
la diffuse pas.
17. a. L’écran de télévision.
b. Source primaire. 38. a. Acronyme : mot formé de syllabes
c. La lumière est envoyée dans toutes les de mots différents.
directions. b. Laser : amplification de la lumière par
émission stimulée de radiation.
18. a. La lumière. b. La Lune. 26. Hypothèse : le miroir est un objet dif-
c. Étoile, lampe. fusant. 39. a. Danger de devenir aveugle.
b. Ne jamais faire rentrer de la lumière
19. Sources primaires : phare allumé, 27. Les parapluies du photographe diffu- laser directement dans l’œil.
écran de télévision allumé, étoile, Soleil. sent la lumière reçue et donc éclairent les
Objets diffusants : Lune, écran de cinéma, sujets à photographier. 40 et 41. L’utilisation du laser est dange-
planète, plafond clair, lampe éteinte, œil- reuse : cette lumière puissante peut ren-
28. a. Les plafonds renvoient la lumière dre aveugle.
de-chat.
qu’ils reçoivent, donc ce sont des objets
20. Ce gilet renvoie très bien la lumière diffusants.
qu’il reçoit. b. Les objets diffusants blancs ou clairs
renvoient mieux la lumière que les objets
21. Le tableau avec ses écritures est un
foncés.

28 •••

Livre 1.indb 28 31/03/10 11:23:48


Culture (p. 172) b. Ces lampes chauffent plus qu’elles ne Objectif B2i (p. 173)
produisent de lumière : elles gaspillent
a. Un lumignon est une bougie : c’est une l’énergie électrique. d. Les sources d’énergie sont : énergie
source primaire. c. Les lampes fluocompactes, les tubes et électrique, énergie chimique, énergie bio-
b. Cela dépend de la couleur du verre les DEL. chimique, énergie nucléaire.
transparent qui contient la bougie. Cette liste de sources d’énergie n’est pas
c. Les façades sont des objets diffusants. Wissenschaft auf Deutsch exhaustive.
(p. 173)
Énergie et développement dura-
a. Il abrite le parlement allemand.
ble (p. 172) b. Le Soleil est la source de lumière
a. L’électricité chauffe le filament, ce qui « naturelle ».
le fait briller. c. La lumière des lampes est artificielle

Chapitre 10 • Sources de lumière • • • 29

Livre 1.indb 29 31/03/10 11:23:48


Chapitre

>> Livre de l’élève p. 174

11 Les ombres

Extraits du programme/Correspondance avec le manuel


Connaissances Capacités Activités
Comment se propage la lumière ?
La lumière se propage de façon Faire un schéma normalisé du rayon Activité 1 p. 176.
rectiligne. lumineux en respectant les conventions. Visualiser le trajet de la lumière
Le trajet rectiligne de la lumière est Activité 2 p. 177.
modélisé par le rayon lumineux. Représenter le trajet rectiligne
de la lumière
Une source lumineuse ponctuelle et un Faire un schéma du cône d’ombre Activité 3 p. 178.
objet opaque déterminent deux zones : en respectant les conventions. Déterminer un cône d’ombre
une zone éclairée de laquelle l’observa-
teur voit la source, une zone d’ombre Activité 4 p. 179.
(appelée cône d’ombre) de laquelle Observer des ombres
l’observateur ne voit pas la source.

Ombre propre. Ombre portée.

Choix pédagogiques
Ce chapitre traite de la propagation rectiligne de la L’activité 3 utilise le modèle du rayon lumineux pour déli-
lumière, puis des ombres qui en découlent directement. miter le cône d’ombre déterminé par une source ponc-
La propagation rectiligne de la lumière, élément nouveau tuelle et un objet opaque. Les élèves vérifient leur tracé
par rapport à l’école primaire, est un excellent moyen pour grâce à un écran troué d’exploration. Ils vérifient que si le
introduire la notion de modèle avec le rayon lumineux. trou d’exploration est situé dans le cône d’ombre, ils ne
L’activité 1 introduit la nécessité d’un milieu diffusant, peuvent pas voir la source de lumière.
comme la fumée, pour visualiser le passage de la lumière. L’activité 4 exploite le modèle du rayon lumineux pour
Les élèves observent à travers le fin faisceau laser qui se expliquer la forme et la taille des ombres. Une petite
propage en ligne droite. lampe, source ponctuelle de lumière blanche (la notion de
L’activité 2 met à profit la propagation rectiligne. Les élè- pénombre est hors programme), éclaire un objet opaque
ves réalisent la visée d’une petite lampe à travers 3 fentes placé devant un écran opaque. Le vocabulaire spécifique
et découvrent ainsi la notion de rayon lumineux. ombre propre, ombre portée est introduit.

30 •••

Livre 1.indb 30 31/03/10 11:23:48


Quelques conseils pratiques
Activité 1 ticalement en les coinçant dans des supports pour lentilles
L’utilisation d’une source laser est très intéressante. Elle per- existant couramment dans les laboratoires des collèges.
met une très bonne visualisation de toute la surface transver- Activité 3
sale de son faisceau, car un laser est relativement puissant et Matériel : 1 feuille blanche A4 ; 1 lampe 6 V-0,3 A sur sup-
très directionnel. Une source laser à diode suffit largement port ; 1 générateur ; 1 écran jaune 8 cm ⫻ 5 cm ; 1 écran
pour cette activité. De plus, ce matériel est bien moins coû- troué d’observation 8 cm ⫻ 2 cm avec trou 4 mm à la même
teux qu’une source laser He-Ne. Nous avons utilisé une cuve hauteur que le filament de la lampe.
en verre à face parallèle de petites dimensions (80 ⫻ 30 ⫻ Remarque : les écrans en PVC (écran jaune et écran d’obser-
40 mm) car elle nécessite moins de fumée et peut être trans- vation) peuvent très facilement être fabriquer avec l’aide de
portée facilement. Une fumée de bonne qualité est réalisée votre collègue de technologie qui est outillé en découpeuse,
par combustion du papier d’Arménie. Retourner la cuve sur plieuse et perceuse.
la fumée pour en récupérer et placer ensuite un petit carton Vidéo Pierron Éducation : Faire des ombres.
dessus pour la fermer.
Activité 4
Vidéos Pierron Éducation :
Matériel : 1 pile plate 4,5 V ; 1 lampe 3,5 V-0,3 A ; 2 fils de
• « Visualisation » d’un faisceau laser.
connexion ; 2 pinces crocodiles ; 1 boule blanche opaque
• Limitation d’un faisceau lumineux avec des « peignes ».
(modèle atomique de l’hydrogène avec sa tige de fixation
• Visée à travers des trous.
pour modèle moléculaire fixée avec un bouchon N° 1, 1
Activité 2 trou) ; 1 écran en bois peint en blanc. L’écran est choisi avec
Vous pouvez construire des écrans avec des fentes fines une épaisseur suffisante pour tenir seul verticalement.
dans du carton épais à l’aide d’un cutter. Les fentes ont une Vidéo Pierron Éducation : Regarder des sources lumi-
épaisseur d’1 mm environ. Les 3 écrans peuvent tenir ver- neuses derrière des écrans troués.

Corrigés des exercices


9. La lumière se propage en ligne droite, c. La lumière se propage de la lampe vers 23. a. On constate la formation d’une
du laser, vers l’écran. l’œil de Denis. image inversée sur la papier calque.
b. Les rayons lumineux issus de la télévi-
10. a. Faux. b. Vrai. c. Vrai. Source sion et qui passent par le petit trou de la
11. a. Le modèle 3. lumineuse
boîte se croisent.
b. Ce modèle s’appelle le rayon lumineux. 3 c.
12.
19. La lumière se propage en ligne droite.
A

Source 20. a. Eau et lait. B


lumineuse b. Oui car une petite partie de la lumière C
est diffusée dans notre œil.
13. a. voit. b. ne voit pas.
c. En ligne droite.
14. a et b. 24. Par une visée.
21. a et b.
25. Cas 1 : l’œil de Julien est aligné avec
Objet
les crayons.
Cas 2 : l’œil de Julien est de côté.
Source 26. a. Des rayons lumineux.
lumineuse b. Cas 1 : 4,4 mL. Cas 2 : 4 mL.
Écran
opaque c. Visée 2.
27. Un coin de ciel.
15. L’ombre propre se trouve sur la boule Œil
Œi
et l’ombre portée se trouve sur l’écran. 28. Derrière Christine car le Soleil est
22. a. Karim voit la fleur rouge. Alain voit derrière.
16. Portée.
la fleur orange. 29. a.
17. 1 : rectiligne ; 2 : rayon ; b. 1
Écran
3 : ombre ; 4 : propre ; 5 : portée. opaque
18. a. Dans un milieu transparent, la
lumière se propage en ligne droite. Karim
Kari
im
b. Denis doit placer son œil dans la posi- 2
tion 1.
Alain Source
l i
Chapitre 11 • Les ombres • • • 31

Livre 1.indb 31 31/03/10 11:23:48


b. Observateur 2. 37. a. Ombre portée. Un défi (p. 188)

Ch i
b. Oui. Ombre propre. Avec sa lampe, Fabrice va envoyer de la
30. a. Observateurs 2 et 3.
c. L’ombre sur l’écran s’agrandit. lumière depuis une extrémité de la clô-
b. Cône d’ombre.
ture vers l’autre extrémité. Si Zied voit la
31. a. Ombre propre. lumière à l’autre extrémité en regardant
b. Au-dessus de la pomme. par le trou du dernier piquet, alors les
32. piquets sont alignés (c’est une visée).

Rayon Ombre Ombre


lumineux propre portée Histoire des arts (p. 188)
a. Pour un spectateur l’ordre est : écran,
marionnettes, source de lumière.
b. L’écran doit être translucide.
Source c. Il faut rapprocher les marionnettes de
lumineuse Cône
ponctuelle la source de lumière.
d’ombre

Métier (p. 189)


33. 1 : C ; 2: B; 3 : A. a. Il doit maîtriser le matériel et les tech-
34. a. La bille se trouve dans le cône niques d’électricité, photométrie, colo-
d’ombre. L’œil se trouve dans la zone rimétrie, optique, informatique… Il sait
éclairée. respecter les règles de sécurité.
b. L’écran blanc diffuse de la lumière sur b. Contre-plongée : éclairage par le bas.
la bille. Les traits du visage sont marqués de
manière non habituelle.
35. a. 1, 2 et 3 b. 2 c. 3. 38. a. Noire. b. Absence de lumière. c. L’écran joue le rôle d’une autre source
36. a. Il faut du Soleil et que les rayons 39. a. Ombres portées. de lumière, donc diminue les ombres.
du Soleil arrivent sur le style. b. Dans le dos des marionnettes.
b. Ombre portée. c. Translucide.

32 •••

Livre 1.indb 32 31/03/10 11:23:50


Chapitre

>> Livre de l’élève p. 190

12 Soleil - Terre - Lune

Extraits du programme/Correspondance avec le manuel


Connaissances Capacités Activités
Circuit électrique en série
Description simple des mouvements Interpréter le phénomène visible par un Activité 1 p. 192.
pour le système Soleil - Terre - Lune. observateur terrestre dans une confi- Se documenter sur les mouvements de
Phases de la Lune, éclipses. guration donnée du système simplifié la Terre
Soleil – Terre – Lune
Activité 2 p. 193.
Se documenter sur les mouvements de
la Lune
Activité 3 p. 194.
Reproduire les phases de la Lune
Activité 4 p. 195.
Reproduire les éclipses

Choix pédagogiques
Ce dernier chapitre d’optique étudie d’une façon élémen- Lune et le plan de l’écliptique. Cette information capitale
taire le système Soleil-Terre-Lune. La compréhension de est nécessaire pour comprendre les phases de la Lune
ce système astronomique permet d’expliquer alors les et les éclipses. Le mot « journée », qui désigne la durée
journées et les saisons, puis les phases de la Lune et les pendant laquelle le Soleil est levé, a été préféré au mot
éclipses. « jour » pour ne pas confondre avec la durée d’un tour de
Les activités 1 et 2 sont documentaires. Les élèves étu- la Terre sur elle-même.
dient un schéma simplifié du système Soleil-Terre, puis
un schéma simplifié du système Soleil-Terre-Lune. Ces Les activités 3 et 4 sont expérimentales. Les élèves uti-
schémas sont accompagnés de textes complémentaires. lisent une maquette du système Soleil-Terre-Lune pour
Il est mentionné que l’axe de la Terre est incliné, ce qui expliquer les phases de la Lune et les éclipses. Une figu-
est fondamental pour comprendre les saisons. On signale rine est placée sur la maquette de la Terre car l’observa-
également qu’il existe un angle entre le plan orbital de la tion terrestre dépend de la position de l’observateur.

Chapitre 12 • Soleil - Terre - Lune • • • 33

Livre 1.indb 33 31/03/10 11:23:50


Quelques conseils pratiques
Activité 3 et 4 créatifs. La boule de polystyrène peut être suspendue avec
La maquette du système Soleil-Terre-Lune peut être réalisée un fil de pêche presque invisible. Le Soleil est simulé avec un
avec un globe terrestre emprunté aux collègues d’histoire et rétroprojecteur, source de lumière très intense permettant de
géographie. Une boule de polystyrène simule la Lune. Vous visualiser les différentes ombres, même avec une obscurité
pouvez respecter l’échelle des tailles (le diamètre de la Lune très médiocre. La figurine simulant un observateur terrestre
est environ égal au quart de celui de la Terre), mais pas est de type Playmobil®. Elle se colle sur le globe terrestre
l’échelle des distances. Vous trouverez des boules en polys- avec de la pâte à fixe.
tyrène de dimensions très variées dans les magasins d’arts

Corrigés des exercices


8. La Terre tourne sur elle-même en un 36. a. En 1 : éclipse de Soleil.
Lune
jour et autour du Soleil en un an, dans le En 2 : éclipse de Lune.
plan de l’écliptique. Terre
b. Entre le Soleil et la Terre.
c. Dans le cône d’ombre de la Terre.
9. a. Des journées et des nuits.
b. Des saisons. 37. a. Alignés.
b. et c. Voir les schémas p. 197 du
10. a. Vraie. b. Fausse. c. Fausse.
26. a. La lune met autant de temps pour manuel.
11. a. Différente. b. La même face. faire un tour complet autour de la Terre
38. Le garçon a raison. Si le plan orbital
12. A : pleine Lune. B : premier quartier. qu’un tour sur elle-même : elle présente
de la Lune était confondu avec le plan
C : nouvelle Lune. D : dernier quartier. toujours la même face à la Terre.
de l’écliptique, il y aurait une éclipse de
b. On peut photographier la face cachée
13. a. Phases de la Lune. b. Lunaison. Soleil à chaque nouvelle Lune. Or le plan
de la Lune à partir de sondes spatiales. Il
de l’orbite de la Lune est incliné par rap-
14. 1 : Éclipse de Soleil. 2 : Éclipse de a fallu attendre les années 1960 pour que
port au plan de l’écliptique.
Lune. la face cachée soit connue, grâce notam-
ment aux sondes soviétiques Luna 3 et
15. a. Sont. b. Soleil. c. Lune. américaines Lunar Orbiter 1.
16. 1 : phases ; 2 : jour ; 3 : éclipse ; 4 : Un défi (p. 204)
27. Schéma 2. Un observateur terrestre voyait la Lune en
année ; 5 : nuit ; 6 : lunaison.
Mot caché : Soleil. 28. a. La rotation de la Lune sur elle- position premier quartier.
même et la rotation de la Lune autour de
17. a. Le Soleil. b. À gauche. la Terre.
c. Dans l’hémisphère sud. b. « Ainsi donc, la Lune montre sans
d. Dans l’hémisphère Sud : l’été. cesse la même face à la Terre. »
Dans l’hémisphère Nord : l’hiver.
29. a. Problème : à quel moment de la
18. a. 12 heures. nuit peut-on observer le dernier quartier
b. Équinoxe de printemps : vers le 20 ou de la Lune ?
le 21 mars. b. Interprétation : dans la première moi-
Équinoxe d’automne : vers le 22 ou le 23
septembre.
tié de la nuit, le personnage ne voit pas Objectif B2i (p. 204)
la Lune et dans la deuxième moitié de la e. Les étoiles semblent tourner autour de
19. a. Le Soleil. nuit, le personnage voit la Lune. Réponse Polaris.
b. Nuit en B et C. Journée en A. au problème : le dernier quartier de Lune f. La position de Polaris dans le ciel ne
c. Le point C. est observé dans la deuxième moitié de la change pas au cours du temps, cette
nuit. étoile peut servir de point de repère.
20. Vers l’Est.
c. On peut voir le dernier quartier de la
21. a. Non. La lumière est nécessaire à Lune le matin.
leur fonctionnement. Un objet (p. 205)
30. a. Le premier quartier. b. 90°. a. Non, le style et la table doivent être
b. En été. Ils reçoivent plus de lumière.
31. a. Pour les 4 positions : pleine Lune. orientés correctement.
22. À la rotation de la Terre sur elle-
b. Position 1 : nouvelle Lune. b. 12 h 00 est facile à connaître, car l’om-
même.
Position 2 : premier quartier. bre est alors la plus courte.
23. a. D’ouest en est. Position 3 : nouvelle Lune. c. Le style doit former une ombre sur la
b. L’ombre portée est la plus courte. Position 4 : dernier quartier. table. Les jours de pluie, on ne voit pas
24. a. Le Soleil. d’ombre portée.
32. Dans l’ordre : C, F, E, D, B, H, G, A.
b. Oui. Dans le plan de l’écliptique.
33. a. En 1 : le dernier quartier.
c. Non. Le satellite de la Terre est la Histoire des sciences (p. 205)
En 2 : le premier quartier.
Lune. a. Copernic a lutté contre l’idée que la
b. La lettre p. c. La lettre d.
d. Mercure, Vénus, Terre, Mars, Jupiter, Terre était au centre de l’Univers.
Saturne, Uranus, Neptune. 34. a. Une éclipse de Soleil. b. Non, son travail était entaché des
b. Dans l’ombre portée de la Lune. erreurs de ses prédécesseurs.
25. a. Un mois environ.
b. Un mois environ. 35. a. La pleine Lune. c. Les « astres errants » sont les planè-
c. et d. Voir schéma ci-après. b. Le cône d’ombre de la Terre. tes, car elles tournent autour du Soleil,
c. Une couleur rousse. comme la Terre.

34 •••

Livre 1.indb 34 31/03/10 11:23:50


Exercices de synthèse 6. La lumière très intense du Soleil peut 2. D’après le tableau, la durée de la jour-
rendre aveugle quand elle entre directe- née augmente jusqu’en juillet, puis dimi-
(p. 206-207) ment dans les yeux. nue jusqu’en janvier. Avec plus de préci-
1. Les rayons du Soleil 7. Le Soleil est une source d’énergie sions, elle augmente jusqu’au 21 juin et
1. Problème : les rayons du Soleil sont-ils renouvelable. diminue jusqu’au 21 décembre.
parallèles ? 8. Si la couche d’ozone est détruite en 3. Les deux expériences permettent d’ex-
partie, alors elle nous protège moins bien pliquer l’alternance des journées et des
2.
des dangereux rayons ultraviolets du nuits, due à la rotation de la Terre sur
Soleil. elle-même.
Rayon du soleil 4. Seule l’expérience de Fabienne permet
2. La durée des journées et les saisons
d’expliquer la variation de la durée de
1.
la journée au cours de l’année : la zone
Clou Durée de la éclairée sur la maquette de la Terre est
Date Lever Coucher
journée plus ou moins grande selon la position de
01/01 07 h 29 15 h 58 8 h 29 min la maquette de la Terre.
01/02 07 h 09 16 h 38 9 h 29 min 5. La Terre tourne sur elle-même en un
Ombres portées jour et autour du Soleil en un an.
01/03 06 h 22 17 h 24 11 h 02 min
3. Les longueurs des ombres portées 01/04 05 h 21 18 h 08 12 h 47 min 6. La Lune tourne autour de la Terre en
sont égales. 01/05 04 h 25 18 h 49 14 h 24 min un mois environ.
4. Exposer les clous au Soleil et mesurer 01/06 03 h 50 19 h 27 15 h 37 min
7. C’est le printemps.
la longueur de l’ombre portée de chaque 8. Le pôle Nord et le pôle Sud sont les
01/07 03 h 49 19 h 38 15 h 49 min
clou. deux régions de la Terre les plus froides.
01/08 04 h 20 19 h 11 14 h 51 min
5. Les clous reçoivent de la lumière du 01/09 05 h 00 18 h 18 13 h 18 min
Soleil et en renvoient dans toutes les 01/10 05 h 41 17 h 18 11 h 37 min
directions. Si de la lumière diffusée par 01/11 06 h 25 16 h 22 9 h 57 min
les clous entre dans les yeux, alors on 01/12 07 h 08 15 h 50 8 h 42 min
voit les clous.

Chapitre 12 • Soleil - Terre - Lune • • • 35

Livre 1.indb 35 31/03/10 11:23:50


Chapitre

Ch i
1 L’eau autour de nous

L’eau est omniprésente dans notre environnement

__________

______

_____

Lac ( _ _ _ _ _ _ _ _ )

_______
_ _ _ _ _ _ _ _ et _ _ _ _ _ _ _ _

__________ _______
(plantes, animaux) Le test de reconnaissance
de l’eau

Sulfate de cuivre ( ):

devient au contact de l’

36 • • • Fiches photocopiables - © Éditions Belin 2010

Livre 1.indb 36 31/03/10 11:23:50


Chapitre

2 Les mélanges aqueux

Séparation des constituants d’un mélange hétérogène

Mélange Liquide Mélange


Mél
Méla
ange
Constituants

Temps
Temps

:
liquide
e
homogène e

Dépôt

Récupération du dioxyde de carbone dissous et test à l’eau de chaux

RÉCUPÉRATION DU
PAR TEST À

Bulles
Bulles
de Eau de
de chaux
( )

Gaz recueilli :
Agitation
t ion
tati

Eau de chaux

Eau

Fiches photocopiables - © Éditions Belin 2010 • • • 37

Livre 1.indb 37 31/03/10 11:23:51


Chapitre

Ch i
3 Mélanges homogènes
et corps purs

Chromatographie Évaporation

Dépôt Éluant Deux : Dépôt


d'une séparation
(sels )
de mélange des
du mélange

Distillation

(on refroidit
la vapeur d'eau)
Mélange

Eau froide

Appareil de

(on fait bouillir


le mélange)

38 • • • Fiches photocopiables - © Éditions Belin 2010

Livre 1.indb 38 31/03/10 11:23:51


Chapitre

4 Les états de l’eau

Les trois états physiques de l’eau

ÉTAT ÉTAT ÉTAT


(glace) (vapeur d'eau)
Surface libre

Pas de Pas de

Les changements d’état

ÉTAT ÉTAT ÉTAT


(glace) (vapeur d'eau)

(chauffage) (chauffage)

(refroidissement) (refroidissement)

Fiches photocopiables - © Éditions Belin 2010 • • • 39

Livre 1.indb 39 31/03/10 11:23:51


Chapitre

Ch i
5 Les changements d’état

La masse et le volume de l’eau

La masse d’1L d
d’eau est Lors d’un :

1 L d’eau liquide - la masse ,


- le volume

Même masse
masse

Volumem
me
différent
rent
re
ent
1 kg
Eau Eau

La température de changement d’état

Température (en °C)


100
Première bulle
de vapeur d’eau
50
Eau Eau et Temps
(en min)
0
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Apport d’ (chauffage)
Température (en °C)
20
15 Eau et Eau
10 Temps
Dernière goutte d’eau
5 (en min)
9 10
0
–5 1 2 3 4 5 6 7 8
–10 Premier cristal de glace

Retrait d’ (refroidissement)

40 • • • Fiches photocopiables - © Éditions Belin 2010

Livre 1.indb 40 31/03/10 11:23:51


Chapitre

6 L’eau est un solvant

L’eau est un solvant

Solide
Solide
Sol ide On d e
dissout le
Repos
Repo
os
dan
ns l’e
dans e
l’eau.
d
dans l’ Eau + sel

Mélange

élange
Eau

Solide
Sol ide Sel
dan
nss l’eau.
n
dans ll’e
e
Le solide
ssolid est
Eau le et l’eau 118,3 g 118,3 g
Reposs
le

Solution
on (mélange ) La masse

L’eau est miscible avec certains liquides

Alcool Huile Mélange Mélange

1 2 1 2

On agite
et on attend

Eau Eau

Fiches photocopiables - © Éditions Belin 2010 • • • 41

Livre 1.indb 41 31/03/10 11:23:51


Chapitre

Ch i
7 Circuit électrique simple

Le circuit électrique simple

Énergie Énergie
Photopile
( )

Énergie
Lampe Lampe

Pile
( )

Interrupteur
Moteur
(le courant )
Énergie de

Les dangers du court-circuit et des prises de courant

Lampe

Pile
Piile

Laine
e de fer

Risque
Risque d' quand Il ne faut jamais faire d'expériences

on un . avec une : tu risques l' .

42 • • • Fiches photocopiables - © Éditions Belin 2010

Livre 1.indb 42 31/03/10 11:23:51


Chapitre

8 Circuit électrique en série

Circuit en série et sens du courant

Schéma
L2

L1 L2 Circuit
L1

Une seule : si une lampe est ,


l’autre s’

Ordre des dipôles

DEL

On change des dipôles


La lampe et la DEL

Conducteurs et isolants

Objets métalliques, corps humain, Objets en plastique, air,


interrupteur fermé, diode en sens passant… interrupteur ouvert, diode en sens non passant…

Fiches photocopiables - © Éditions Belin 2010 • • • 43

Livre 1.indb 43 31/03/10 11:23:51


Chapitre

Ch i
9 Circuit comportant une dérivation

Comportement d’un circuit en dérivation

Schéma
L1

L1 L1

Circuit

L2 L2
L2
Deux : si une lampe est , l'autre reste .

Une installation domestique

Secteur
( )

Appareils branchés en .

Si un appareil tombe en panne ou est éteint, les autres .

44 • • • Fiches photocopiables - © Éditions Belin 2010

Livre 1.indb 44 31/03/10 11:23:51


Chapitre

10 Sources de lumière

Les sources de lumière

SOURCES OBJETS

Lampe, source laser, Écran blanc ou clair, mur Planète, Lune,


flamme... Soleil (une étoile) blanc, page de livre satellite

Les conditions pour voir et pour éclairer un objet

La lampe éclaire l'écran Écran opaque


( ) (ne laisse pas passer )

L'œil la lumière
La figurine de la figurine :
éclaire l'œil
la figurine est .
( )

L'écran blanc (ou clair)


( )
renvoie
vers

Fiches photocopiables - © Éditions Belin 2010 • • • 45

Livre 1.indb 45 31/03/10 11:23:51


Chapitre

Ch i
11 Les ombres

La propagation rectiligne de la lumière

Écran blanc
Faisceau lumineux
miss en
e évidence
é de ce
par
pa
p ar la présence
p de fumée
fumé
ée Air

Laser (
)

Cuve
Cuve transparente Le
e faisceau
f
remplie
remp de fumée
mplie lumineux
lu
um
u
( ) est
es
st

(de la lampe vers l'œil)

Les ombres

On voit
la source

On ne
voit pas
la source

Objet opaque

46 • • • Fiches photocopiables - © Éditions Belin 2010

Livre 1.indb 46 31/03/10 11:23:51


Chapitre

12 Soleil-Terre-Lune

Le système Soleil-Terre-Lune

Orbite de la Lune
( )
Pleine
Dernier Lune
quartier

Soleil
Terre
(hiver)

rb
O

ite nouvelle
de Lune
la Premier
Ter quartier
re (
)

Les phases de la Lune Les éclipses

Éclipse de

Soleil

Éclipse de

Fiches photocopiables - © Éditions Belin 2010 • • • 47

Livre 1.indb 47 31/03/10 11:23:51


Livre 1.indb 48
47 31/03/10 11:23:51