Вы находитесь на странице: 1из 12

Mohamed Iazza inspecteur pédagogique Berrechid Page 1

La gestion de classe est un défi pour plusieurs enseignants, elle implique des pratiques
complexes mises en place simultanément. Chaque enseignant développe un mode de
gestion de classe qui est influencé par ses conceptions personnelles de l’enseignement et
par ses représentations des besoins des élèves. Son expérience ainsi que l’âge et les
caractéristiques des élèves jouent également un rôle important dans la mise en place de
ses pratiques de gestion de classe. 1
Pour un meilleur rendement de ses élèves, l'enseignant(e) a la responsabilité de préparer
ses documents pédagogiques, d’organiser sa classe de manière à y assurer les conditions
convenables, de conduire efficacement les activités d’apprentissages, d’évaluer
pertinemment ses élèves et de prévoir des activités de soutien selon les besoins de chaque
élève.
La gestion c’est l’action de gérer, d’administrer, d’organiser pour un meilleur résultat.
Une classe est un ensemble d’élèves groupés selon le degré dans les études primaires
et secondaires (Larousse, Micro Robert, 1985)
- La salle dans laquelle sont regroupés ces élèves sous la conduite d’un(e)
enseignant(e).

1
Anne Lessard, PhD., Sylvine Schmidt, PhD., Université de Sherbrooke

Mohamed Iazza inspecteur pédagogique Berrechid Page 2


Un document pédagogique est tout document tenu par un enseignant et qui est en
rapport avec les enseignements donnés en classe. Gérer pédagogiquement une classe
revient à penser aux activités liées aux enseignements-apprentissages dans une salle de
classe où l'enseignant(e) est le premier responsable des activités qui s’y déroulent.
L'enseignant(e) est appelé à prépare les documents pédagogiques suivants:
 Fiche de renseignements (de L'enseignant(e))…
 Les planifications annuelles et mensuelles;
 La liste des élèves (tableau de scolarité);
 L’emploi du temps;
 Le cahier journal ;
 Les fiches de préparations des leçons;
 La fiche (cahier) des cotes (points);
 Coopérative de la classe;
 Récitations et chants;
 Bénéficiaires de la cantine;
 Recensement des élèves…

C’est un document administratif dans lequel sont enregistrés les noms et prénoms de
tous les élèves d’une classe donnée. Il renseigne, jour après jour ouvrable, pour un mois,
les absences de chaque élève. A la fin de chaque mois, l'enseignant(e) calcule le
pourcentage de fréquentation au bas de la liste. Le registre d’appel est rempli chaque jour
avant la sortie par l'enseignant(e) en recourant aux signes conventionnels appropriés. A la
dernière page se trouve un tableau synoptique des moyennes de présences de chaque
mois. L'enseignant(e) veillera à les remplir correctement.
Pour obtenir le pourcentage de fréquentation, on suit la démarche suivante :

Mohamed Iazza inspecteur pédagogique Berrechid Page 3


: Nombre de ½ journées effectives de classe du mois (½journées réelles où les
élèves ont été en classe).
: Nombre d’élèves;
: Nombre total de ½ journées effectives de classe du mois (½ journées réelles où
les élèves ont été en classe).
: Nombre de ½ journées d’absence des élèves.
: Nombre total des ½ journées de présences effectives du mois (présences
réelles).
Aperçu sur le registre de fréquentation.

Dans le cahier journal, l'enseignant(e) inscrit, au jour le jour, en conformité avec


l’emploi du temps, l’horaire et la durée de chaque séance, la leçon, l’objet de la leçon, les
objectifs d’apprentissage, la séance, la référence de la fiche et les observations.
Le cahier journal aide l'enseignant(e) à :
- éviter le tâtonnement dans le changement des leçons,
- s’assurer que toutes les leçons du jour ont été enseignées.
Le cahier journal est rempli la veille ou, tout au moins, avant d’entrer dans la salle de
classe pour enseigner et jamais après la leçon. Ce document se présente sous forme d’une
préparation succincte car il peut même aider l'enseignant(e) (expérimenté(e)) à donner
ses leçons.

Mohamed Iazza inspecteur pédagogique Berrechid Page 4


Date :

Séquence(ou unité didactique): Thème:

Semaine:

Jour:

Matière Titre Objectif(s)


Horaires Séance N. F.
(Discipline) (Objet) d’apprentissage

Récréation

La fiche de préparation est un document dans lequel l'enseignant(e) écrit avec détails, les
renseignements sur la matière à enseigner, la manière d’enseigner à chaque étape de la
séquence didactique, le contenu de la séquence et les applications pour s’assurer que la
matière a été comprise par les apprenants. Cette fiche aide l'enseignant(e) à éviter des
erreurs qui le discréditent, les tâtonnements et à prévoir le matériel didactique et toutes
les dispositions utiles à la réussite de ses enseignements.
La préparation est à rédiger avant la leçon. Comme les autres documents, la fiche de
préparation doit être entre les mains de l'enseignant(e) chaque jour que ce dernier se
présente à l’école pour le service. Les leçons peuvent être préparées sur des fiches isolées,
mais aussi dans un cahier. Chaque fiche de préparation doit être numérotée. C’est ce
numéro qui servira de référence dans le journal de classe. Il n’est pas indispensable de
mentionner la date de la préparation sur la fiche de préparation. Cette date se retrouvera
dans le journal de classe.

Mohamed Iazza inspecteur pédagogique Berrechid Page 5


Pour évaluer ses enseignements, le maître recourt aux travaux des élèves (devoirs,
contrôles continus, interrogations, examens). Les réponses aux questions posées lui
permettront de s’assurer si les apprenants ont compris ou non la matière enseignée. Les
questions doivent être précises (non confuses), doivent porter sur la notion enseignée ; les
critères de notation doivent être bien définis.
Après la correction des travaux des élèves, le maître indique pour chaque élève, les
points obtenus dans chacune des matières. Ces notes sont portées dans un cahier (ou
fiche) appelé: « cahier (fiche) des notes ».Dans ce cahier, l’usage du crayon, les ratures et
les surcharges sont déconseillées. Le passage des points des copies à ce cahier doit être
correct et honnête. Les totaux calculés dans ce cahier doivent être corrects.

Avec le concours de ses élèves, le professeur orne sa salle avec des affiches décoratives
afin de casser la monotonie des murs, créer une atmosphère de travail agréable et offrir à
ses apprenants une première culture artistique. Il est important que les affiches soient
évolutives et relèvent de travaux des élèves. L’enseignant(e) doit veiller à la lisibilité et à
l’impression donnée par l’affichage. En effet, rien de moins stimulant que des murs
couverts d’anciennes images, jaunies et à moitié tombantes, ou encore tellement
encombrantes que le message pédagogique s’en trouve saturé.

L’enseignant peut afficher quelques documents de travail tels que : l’emploi du temps ;
le tableau de scolarité ; la liste de membres de la coopérative scolaire ; le règlement
intérieur ; la liste des récitations et chants ; les planifications des apprentissages…

Il s’agit des différents écrits liés aux apprentissages : synthèses de leçons ; règles ;
productions des élèves. Cet affichage sera changé régulièrement dès qu’une notion est
acquise, il n’est pas détruit et sera préservé accessible si besoin est.

On y trouvera des reproductions d’œuvres d’art, les travaux des élèves, les constituants
du musée de la classe. On évite l’accumulation et on veille à son renouvellement
permanent pour permettre à tous les élèves d’y participer.

Mohamed Iazza inspecteur pédagogique Berrechid Page 6


1.
Ce cahier contient les traces des tâtonnements de l’élève, de ses essais et ses recherches.
Ces traces permettent à l’enseignant de repérer les difficultés rencontrées par l’élève ou
un groupe d’élèves et de construire un projet de différenciation pédagogique.
2.
C’est un cahier dans lequel l’élève note les règles de référence souvent illustrées
d’exemples, les résumés, les explications de quelques mots et expression, les notes prises
en classe…Ce cahier est contrôlé par l'enseignant(e).
3.
Ce cahier contient de multiples exercices qui permettent à l’élève de mettre en pratique
les connaissances et savoir-faire étudiés afin de les maitriser.
Les cahiers d’exercices sont corrigés par le professeur et par les élèves et annotés
régulièrement par le professeur. La correction collective se fait par confrontation et
validation des résultats. La correction individuelle est réalisée par l’élève en se servant
d’outils d’autocorrection : dictionnaires, manuels, fiches autocorrectives, écrits au
tableau…L’enseignant circule pour aider et conseiller. L’identification d’erreurs dans la
réalisation est un indice pour le professeur et pour l’élève.

Le matériel didactique est tout objet que l'enseignant(e) utilise pendant sa leçon pour
concrétiser son enseignement. Exemple: une balance; l’image d’une plante, d’un animal,
etc. A l’école primaire, le recours au matériel didactique est exigé pour les raisons
suivantes:
 L’enfant ne retient facilement que ce qu’il peut toucher, voir, observer, palper,
manipuler, … ; bref, le concret.
 Au début de la scolarité, le mode opératoire chez l’enfant reste basé essentiellement
sur le concret.2

2
Les quatre stades piagétiens : depuis la naissance à 2 ans : stade sensorimoteur (contact avec le monde à l’aide des
sens et des actions : regarder - toucher - porter à la bouche et saisir) ; de 2 à 6 ou 7 ans : stade préopératoire
(représentation des choses avec des mots ou des images) ; de 7 à 12 ans : stade opératoire concret (pensée logique à
propos d’événement concrets ; compréhension d’analogies concrète et capacité à exécuter des opérations
arithmétiques). Dès 12 ans : stade des opérations formelles (raisonnement abstarit).

Mohamed Iazza inspecteur pédagogique Berrechid Page 7


2.
 Matériel didactique naturel (authentique) : matériel tel qu’il est naturellement.
 Le matériel didactique représenté (fabriqué): il s’agit des représentations telles que
dessins, images, photos, cartes, illustrations…
Le matériel didactique concrétise la leçon ; facilite la compréhension ; augmente
l’attention des élèves et rend la leçon vivante. ; permet à l’enfant d’observer, de toucher,
de manipuler, etc. ; éveille la curiosité des élèves par sa nouveauté.

Un bon matériel didactique est celui qui


 est simple, clair, de bonne grandeur, réel et si possible naturel ;
 facilite la compréhension par son caractère concret ;
 rend les leçons vivantes et réduit le verbalisme ;
 suscite (éveille) l’intérêt des élèves, provoque l’activité sensuelle ou mentale chez les
élèves ;
 est non dangereux ; c’est-à-dire, ne mettant pas en danger la vie des élèves.

Conduire c’est accompagner, diriger, transmettre, orienter, entraîner.


La conduite de la classe c’est la façon d’agir, action de diriger, manière de s’y prendre.
Après avoir préparé ses différents documents pédagogiques, le professeur doit passer à
la pratique effective de classe, c’est-à-dire se rendre en classe, se placer devant ses élèves
et enseigner effectivement, conduire les différentes leçons préparées, assurer les
évaluations… C’est cette phase qui constitue la concrétisation du métier de l'enseignant(e).
C’est donc la phase la plus difficile de son métier car c’est elle qui valorise ou réduit la
considération de l’enseignant(e) vis-à-vis de ses partenaires (personnel de l’école, parents,
élèves, autorités scolaires, etc.). Dans la conduite de sa classe, le professeur devra
prendre des dispositions pratiques telles que:
 Avoir un règlement intérieur bien établi et respecté;
 Préparer ses leçons,
 Avoir une autorité douce et régulière,
 Enseigner avec méthode (stratégies choisies d’avance, matériel didactique préparé…),

Mohamed Iazza inspecteur pédagogique Berrechid Page 8


 Veiller à la propreté et à la décoration de la classe,
 Veiller à la propreté des élèves et celle de leur tenue,
 Donner le bon modèle aux élèves.
 Se fixer un (ou des) objectif(s) pédagogique à atteindre à la fin de la leçon.
 Eviter des réponses collectives,
 Donner aux élèves des occasions d’exposer leurs réflexions.
 Donner aux élèves des occasions de réfléchir individuellement à des questions posées
par le professeur.
 Amener les élèves à s’exprimer en toute aise même si leurs réponses ne sont pas
toujours correctes.
 Respecter la pensée de l’élève même si elle est erronée.
 Exploiter les erreurs des élèves pour aboutir aux réponses correctes.
 Traiter avec équité tous les élèves: ceux qui comprennent la leçon et ceux qui ne la
comprennent pas.
 Tout en laissant les élèves résoudre des problèmes, l’enseignant(e) parcourt la salle de
classe pour examiner leurs réponses.
 Montrer une flexibilité de poser des questions selon la capacité de compréhension des
élèves.
 Accorder une importance particulière au processus qui permet de trouver la bonne
réponse plutôt qu’à la réponse elle-même.
 Gérer le temps efficacement et administrer la leçon à un rythme adéquat pour faciliter
l’apprentissage des élèves.

Mohamed Iazza inspecteur pédagogique Berrechid Page 9


.
Evaluer: porter un jugement sur la valeur, estimer, apprécier, juger.
Evaluation: action d’évaluer, de porter un jugement de valeur. Selon De Ketele J.M.
(1989), «Evaluer, signifie recueillir un ensemble d’informations suffisamment pertinentes,
valides et fiables et examiner le degré d’adéquation entre cet ensemble d’informations et
un ensemble de critères adéquats aux objectifs fixés au départ ou ajustés en cours de
route, en vue de prendre une décision».3

L'enseignant(e) doit vérifier constamment si ses pratiques professionnelles sont efficaces


et si les élèves comprennent la matière enseignée. Pour y arriver :
Pour la matière du jour :
- il pose plusieurs questions au cours de sa leçon (évaluation formative) ;
- il pose des questions de synthèse ;
- il organise les applications.
Pour plusieurs séquences didactiques (période) :
- il donne des devoirs (en classe ou à domicile) ;
- il organise des interrogations périodiques.

3
De Ketele, J.M.(1989), L’évaluation de la productivité des institutions d’éducation, in Cahier de la
Fondation Universitaire ; Université et Société, le rendement de l’enseignement universitaire.

Mohamed Iazza inspecteur pédagogique Berrechid Page 10


Le tableau ci-après montre les caractéristiques de chaque type d’évaluations.

 Effectuée au cours des


apprentissages. Les
enseignants la pratiquent très  A intervalles
Au début d’une naturellement en réguliers. Après un
année, d’une  regardant les élèves entraînement ou une
séquence ou d’un travailler, révision ponctuelle.
cours.  En observant leurs cahiers,  A la fin d’un
 En les écoutant, apprentissage.
 En corrigeant leurs
exercices.

• L’évaluation des • Dresser un bilan


acquis des élèves • L’évaluation dite des connaissances et
fournit un état des formative apporte de des compétences
lieux. Que savent-ils l’information sur les acquis d’un élève.
déjà? Les ressources en construction. • Décider de
préalables sont-ils • Elle permet de situer la permettre à l’élève
bien en place? progression de l’élève par de passer ou non au
• A quoi font-ils rapport à un objectif donné. niveau scolaire
défaut ? supérieur.

• L’évaluation
diagnostique n’est • Des exercices
pas difficile à d’application. • Par des contrôles
pratiquer, mais elle • Des situations-problèmes. oraux et écrits notés.
n’a de sens que par • L’évaluation peut être • Attribution d’une
l’exploitation de ses collective ou individuelle, note par rapport à
résultats pour orale ou écrite, immédiate ou des critères.
adapter différée • Par des
l’enseignement aux • Recourir à des critères moyennes.
élèves tels qu’ils (élaborés avec les élèves?)
sont.

Mohamed Iazza inspecteur pédagogique Berrechid Page 11


Une fois les épreuves d’évaluation corrigées, l’enseignant va définir ses groupes de
besoins pour les séances de classe suivantes:
a. Un groupe en réussite qui se verra proposer des exercices de recherche ou des
situations plus complexes à explorer individuellement, ou par deux ou par petits groupes
(à voix basse).
b. Un groupe ayant fait quelques erreurs, mais témoignant d’une assez bonne
compréhension de la notion, aura des tâches de consolidation et d’entraînement
autonome (ou semi-dirigé: le professeur lance, réactive puis laisse les élèves s’exercer).
C. Enfin, les élèves qui n’ont pas assimilé la notion abordée et qui ont commis des
erreurs récurrentes; ceux-là seront pris en atelier dirigé en présence de l’enseignant(e) qui
trouvera d’autres stratégies explicatives pour réinstaller la compréhension.

Un(e) bon(ne) enseignant(e) possède des qualités humaines (sympathique, bonnes


rapports avec son entourage professionnel). Il aime ses élèves, les respecte, leur montre
qu’il s’intéresse à eux et réussit à les motiver à apprendre.
Ses cours sont bien construits, il sait gérer sa classe et tient compte des différences
existant entre ses apprenants. Il aime son métier et parvient à la faire aimer sa matière
grâce à sa personnalité et à la démarche pédagogique qu’il adopte (capacité de de donner
du sens à son cours, utilisation de supports didactiques pertinent…).
Enfin, il cherche continuellement à affiner ses pratiques pédagogiques grâce à
l’autoformation, aux partages avec les collègues et à l’amélioration des stratégies et des
méthodes d’enseignement en réalisant des feedbacks à partir des résultats obtenus en vue
de leur perfectionnement.

Mohamed Iazza inspecteur pédagogique Berrechid Page 12