Вы находитесь на странице: 1из 6

Résumé - CHAPITRE 5

L'INFILTRATION ET LES ECOULEMENTS

Table des matières


L’infiltration _______________________________________________________________________ 1
Facteurs influençant l'infiltration ______________________________________________________ 2
Modélisation du processus d'infiltration _________________________________________________ 2
Les écoulements_____________________________________________________________________ 3
L’infiltration et l’écoulement 1

L’INFILTRATION

L’estimation de l’importance du processus d’infiltration permet de déterminer quelle fraction de la


pluie va participer à l’écoulement de surface, et quelle fraction va alimenter les écoulements
souterrains et donc aussi participer à la recharge des nappes souterraines

L'infiltration qualifie le transfert de l'eau à travers les couches superficielles du sol,


lorsque celui-ci reçoit une averse ou est exposé à une submersion.

On distinguera l’infiltration de la percolation qui représente le mouvement de l’eau,


essentiellement vertical, faisant suite à l’infiltration, vers les horizons profonds.

Paramètres descriptifs de l’infiltration

• Le régime d’infiltration i(t). Infiltration cumulative [mm]


I(t)
Taux d'infiltration [mm/h]

Nommé aussi taux d’infiltration ou


infiltrabilité, il désigne le flux d’eau
pénétrant dans le sol en surface
généralement exprimé en mm/h.

• L'infiltration cumulative I(t). C’est


le volume total d'eau infiltrée
pendant une période donnée. Elle est
égale à l’intégrale dans le temps du Ks i(t)
régime d’infiltration et s’exprime en
mm. Temps [h]
Evolution générale du régime d’infiltration et de
l’infiltration cumulative au cours du temps

• La capacité d'infiltration ou capacité d'absorption qui représente le flux d'eau maximal que
le sol est capable d'absorber à travers sa surface, lorsqu’il reçoit une pluie efficace ou est
recouvert d’eau. Cette capacité varie durant l’averse.
• La conductivité hydraulique à saturation Ks est un paramètre essentiel de l'infiltration. Si le
sol est saturé et homogène, il représente la valeur limite du taux d'infiltration.

Notion de pluie nette



Seuil de submersion

La pluie nette qui est la quantité


Taux d'infiltration [mm/h]

de pluie qui s’écoule à la surface Pluie nette


du terrain lors d’une averse. Régime
d'infiltration
• Le seuil de submersion, qui est
le moment où le régime
d'alimentation dépasse la
capacité d'infiltration du sol. Ce
seuil définit le début du
ruissellement superficiel. Le
volume de l’eau qui s’écoule
correspond à la pluie nette Temps [h]
définie ci-dessus
Régime d'infiltration et capacité d'infiltration d'un sol
2 Hydrologie générale - Résumé

Facteurs influençant l'infiltration

L'infiltration est conditionnée par différents facteurs que l’on a regroupé dans le tableau suivant :

structure

texture
Type de sol
hydrodynamique

type de végétation
Couverture du sol
pente

orientation
Topographie
Facteurs d’influence
morphologie

précipitation
Alimentation
irrigation

humidité
Etat du sol antécédente

degré de
compaction

Modélisation du processus d'infiltration

Parmi les nombreux modèles existants, il existe deux approches essentielles :

Modèles basés sur des relations empiriques,


à 2, 3 ou 4 paramètres
Les relations empiriques expriment une décroissance de l'infiltration en fonction du
temps à partir d'une valeur initiale, soit exponentiellement, soit comme une fonction
quadratique du temps, et tend vers une valeur limite, en général la conductivité
hydraulique à saturation Ks mais pouvant être proche de zéro. On peut citer la formule de
Horton.

Modèles à base physique


Ces modèles décrivent d’une manière simplifiée le mouvement de l’eau dans le sol, en
particulier au niveau du front d’humidification, en fonction de certains paramètres
physiques. Parmi les nombreux modèles existants on peut citer le modèle de Philip et le
modèle de Green et Ampt.
L’infiltration et l’écoulement 3

LES ECOULEMENTS

L’analyse des écoulements et la compréhension de leurs processus générateurs font l’objet du


chapitre 10 et 11 et ne seront par conséquent par traités dans ce résumé.

On peut toutefois rappeler qu’il existe deux grands types d’écoulements, à savoir :

• les écoulements « rapides » qui se subdivisent en écoulement de surface et écoulement de


subsurface,

• et par opposition, les écoulements souterrains qui représente la part infiltrée de l’eau de pluie
transitant lentement dans les nappes vers les exutoires.

L’écoulement total s’exprime


Ecoulement de surface ainsi :
surface
saturée
Et = Rs + Eh + Eb

Ecoulement Et : quantité d'eau qui s'écoule à


de subsurface l'exutoire d'un bassin versant
niveau de
la nappe
considéré.

Ecoulement
Rs, : écoulement superficiel
souterrain
Eh : écoulement hypodermique

Eb : écoulement de base (ou


Les différents types d'écoulements. écoulement souterrain)

Le bilan hydrologique d'un bassin versant est également caractérisé par trois coefficients
essentiels :

Coefficient d'écoulement total Cet Coefficient d'écoulement de surface Ces,

Rapport entre les quantités d'eau Rapport entre les quantités d'eau
écoulées Et et les quantités d'eau écoulées rapidement et les quantités
précipitées P : d'eau précipitées :
Et RS + Eh
Cet = Ces =
P P

Coefficient de ruissellement Cr

Rapport entre la quantité d'eau


ruisselée (i.e. écoulée) à la surface du
sol et celle des précipitations :
Rs
Cr =
P
4 Hydrologie générale - Résumé

LE TRANSPORT SOLIDE

Les écoulements de surface transportent avec eux les produits de la désagrégations des roches des
régions hautes vers les zones basses et en définitive vers la mer. Le transport solide est par définition
la quantité de sédiment (ou débit solide) transportée par un cours d’eau. Suivant les caractéristiques
des particules et de l’écoulement on distingue le transport en suspension et le charriage.

Le transport solide est limité par la


quantité de matériaux susceptible d’être
transportée (c’est à dire la fourniture
sédimentaire) et est principalement réglé
par deux propriétés du cours d’eau :

• Sa compétence – (diamètre maximum


des débris rocheux que peut transporter
le cours d’eau).

• Sa capacité – (quantité maximale de


matériaux solides que peut transporter le
cours d’eau).

Les variations de la compétence en


fonction de la vitesse ont été étudiées par
Hjulstrom (Fig. 5.11).
Diagramme de Hjulstrom