Вы находитесь на странице: 1из 1556

Dictionnaire latin

français... 41e édition...


Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
Quicherat, Louis (1799-1884). Dictionnaire latin français... 41e édition.... 1910.

1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la
BnF.Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 :
*La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source.
*La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits
élaborés ou de fourniture de service.

Cliquer ici pour accéder aux tarifs et à la licence

2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes publiques.

3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier. Il s'agit :

*des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés, sauf dans le cadre de la copie privée, sans
l'autorisation préalable du titulaire des droits.
*des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque
municipale de ... (ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation.

4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle.

5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays, il appartient à chaque utilisateur
de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays.

6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière de propriété intellectuelle. En cas de non
respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet 1978.

7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter reutilisation@bnf.fr.


DICTIONNAIRE

;LÂTIi^M:ÇAJf
A LA MÊME LIBRAIRIE

Gtuicherat : Dictionnaire latin-français, 39° édition entièrement refondue j Emile


Châtelain, membre de l'Institut. Un volume grand in-8, cartonnage toi g rr.

ûuicherat : Thésaurus poelicus lingum latinx, ou Dictionnaire prosodique Clique


de la langue latine; 29' édition, revue par M. Emile Châtelain. Un volume | m_g)
cartonnage toile. , 8 fr.

gommer : Lexique français-latin, à l'usage des classes élémentaires, extri l j)jc_


lionnaire français-latin de M, Qui.cherat; 20" édition entièrement refondue pâ Emile
Châtelain. Un volume in-8, cartonnage toile. ' fr.
75
^- à l'usage des classes élémentaires, extrait du D maire
Lexique latin-français,
latin-français de MM. Quiclierat et Daveluy; 27' édition entièrement re! e par
M. Emile Châtelain. Un volume in-8, cartonnage toile. . fr. 75

Châtelain (Ém.), membre de l'Institut: Lexique latin-français; nouvelle éd revue


et corrigée. Un volume in-16, cartonnage toile. 6 fr.

Bailly (A.), correspondant de l'Institut, professeur honoraire au lycée d'Orléans \tion-


naire grec-français, rédigé avec Je concours de E. Egger, à l'usage des Lyc si des
Collèges, contenant le vocabulaire complet de la langue grecque classiquepc les
indications grammaticales usuelles; la quantité; le sens, justifié par d'abondi réfé-
; rences, avec renvoi au texte, et de nombreux exemples traduits; l'élymologie noms
propres placés à leur ordre alphabétique; une liste des racines, etc. 6" édit evue.
Un volume grand in-8 de 2200pages, cartonnage toile. s 15 fr.

Abrégé du Dictionnaire grec-français, avec les noms propres placés ai ordre
alphabétique. Un volume in-8, cartonnage toile.' 'r. 50

Alexandre (C.) : Dictionnaire grec-français, suivi d'un Vocabulaire grei nçais


des noms propres de là langue grecque, par H. Pillon. Un très fort v le de
"
1820 pages, grand in-8;- cartonnage toile. 5 fr.

Alexandre, Planche et Defauconpret : Dictionnaire enri l'une


français-grec,
table des noms irréguliers, d'une table très complète des verbes irréguliers ou ciles,
et d'un vocabulaire des noms propres. Un volume grand in-8, loili 5 fr.
cartonnage
Dùbner : Lexique français-grec, à l'usage des classes élémentaires. Un vol in-8,
cartonnage toile. 6 fr.

Sommer (E.) : Lexique à l'usage des classes élémentaires. U lume


grec-français,
in-8, cartonnage toile. 5 fr.
L. QUICHERAT ET A. DAVELUY

DICTIONNAIRE

H
,|ATIN-FRANÇAIS
— TOUS LES MOTS
ÊOjKTfc'KAK^; EMPLOYÉS PAR LES AUTEURS LATINS
/ -RT T.F.K PH1WT.1P A T.F.K T N ST. R T PTÏ nw« r.iTTNIÎ.C
\ VIe'
JUSQU'AU SIÈCLE DE' NOTRE ÈRE
\^ "l'IiU ÎC RENVOIS AUX SOURCES, DES MOTS RARES

QUARANTE-SIXIÈME ÉDITION

RÉVISÉE, CORRIGEE ET AUGMENTÉE

D'ÂPRES LES TRAVAUX LES PLUS RÉCENTS DE LA LEXICOGRAPHIE LATI.NE

PAR

EMILE CHATELAIN
' MEMBRE DE L'iKSTITDT
.

PARIS
LIBRAIRIE HACHETTE ET C"
79, BOULEVARD SAINT-GERMAIN, 79

1910
' PRÉFACE>rm
DE LA PREMIÈRE
ÉDITION^/

C'est au .commencement de 1835 que nous avons arrêté le plan et commencé l'exécution
de cet ouvrage.,11 â donc coûté près de dix années à chacun de nous, c'est-à-dire près de
vingt ans "de travail. Nous avons l'assurance que ce travail frappera nos lecteurs, après un'
examen qui n'aura pas même besoin d'être approfondi. On; pouvait, nous le savons, beau-
coup le simplifier. Si Fauteur qui conçoit l'idée d'un lexique à l'usage des classes se contente
d'abréger les grands dictionnaires, s'ilne songe pas à contrôler ses modèles, s'il, suit, fidèle/
ment l'ordre qu'ils ont suivi, s'il reproduit, sous leur responsabilité, tous les mots qu'ils
ont admis, si, satisfait des richesses qui lui sont offertes et qu'il ne pourra pas toutes s'ap-
proprier, il se dispense de fouiller la mine à son tour, sans doute il allégera Beaucoup sa
tâche, et, avec du goût et de la patience, il pourra en quelques années livrer au public un
utile résumé de la science lexicographiquë. ^
Tel n'a pas été notre objet, et nosyues.se sont élevées plus haut. Nous nous sommes
imposé, dès l'abord, l'obligation de ne rien accepter que nous n'eussions vérifié nous-
mêmes. Ainsi, bien que nous ayons toujours eu sous les yeux Forcellini et Freund, nous ne
'
les avons jamais crus sur parole; et cet emploi constant d'une sévère critique nous a conduits
à modifier bien des sens, à rectifier ou même à retrancher bien des mots, enfin à redresser
bien des erreurs qui se transmettaient d'âge en âge.
Ce livre renferme, ainsi que nous l'annonçons, toute la nomenclature des.dictionnaires
savants, excepté toutefois les termes qu'on nous eût reproché d'y avoir laissés, et l'indi-
cation de tous les sens dans lesquels ces mots ont été employés. En outre, les notes nom-
breuses que nous avions recueillies dans les classiques, et les recherches.continuelles que
nous avons faites dans les index, nous ont permis de confirmer des acceptions faiblement
indiquées, ou d'en introduire d'autres qui avaient été complètement omises.
Nos lectures nous ont encore fourni le moyen d'ajouter environ 1500 mots à nos modèles.
Ces mots, on le pense bien, sont, à peu d'exceptions près, empruntés à des auteurs de la déca-v
dence; mais il suffit que ces auteurs soient admis par tous les lexicographes. No.-i additions
ont été tirées, en grande partie, des écrivains ecclésiastiques et des grammairiens. Assuré-
ment les défenseurs du christianisme naissant, pas plus que les auteurs païens du même
temps, n'ont reproduit le style des bons siècles; mais leur langue, altérée par la corruption
générale et enrichie par suite de besoins nouveaux, présente un grave- intérêt à des chré-
tiens, et nous avons cru devoir suppléer par nos propres recherches à.la notable insuffisance
des plus célèbres lexiques. Ouant à la'technologie grammaticale, personne ne nous repro-
chera sans doute d'y avoir beaucoup ajouté.
En revanche, la sévérité de notre plan a exigé de nombreuses suppressions. Nous nous:
sommes fait une loi de ne pas dépasser la fin du sixième siècle : nous commençons aux
chants saliens, et finissons à Foftunat. Nous n'avons fait d'exception qu'en faveur d'Isidore
de Séville, dont la vaste encyclopédie reproduit, souvent textuellement, la science des
anciens. Nous avons entièrement dépouillé les Origines de ce savant compilateur, et il nous
a fourni bien des rectifications et des additions précieuses.
On ne saurait croire combien de mots donnés par les dictionnaires classiques nous avons
dû rejeter, pour nous renfermer strictement dans notre cadre. D'abord nous avons fait'
ii PREFACE.

disparaître toutes les traductions d'écrivains grecs et tous les philologues modernes, tels
' Ca-
que Poiybe, Hippocrate, Galien, Dioscoride, Budée, Érasme, Scaliger, Casaubon,
avons retranché les auteurs du septième, du huitième et même du
lepin, etc. Ensuite,nous
douzième siècle, auxquels Forcellini ou ses nouveaux éditeurs ont fait de fréquents em-
pîrùntSi tels que Bède, Sisebut,'Adhelme, A.lcuin, Jean de Salisbury, etc.
Les glossaires, qui sont une source curieuse où il faut bien puiser, ont pu nous entraîner
malgré nous au delà de notre limite. Ici, tout est ténèbres : nul moyen de vérifier l'âge des
mots; mais, encore dans ce cas, nous nous sommes réservé le droi.t de choisir, et nous
avons laissé à du Gange les mots qui nous semblaient attester une époque trop barbare.
Nous ne manquons jamais de produire une ou plusieurs autorités pour chaque mot et
pour chaque sens. Nous préférons toujours les plus graves, et, autant que la chose est
possible, nous réunissons celle d'un prosateur et celle d'un poète. Nous avons voulu éviter
par là un des grands reprochés qu'on faisait aux dictionnaires répandus dans les classes,
celui de. transcrire bien des mots et d'alléguer bien des sens dont on ne pouvait fournir
aucune justification. Nous avons mis une .extrême rigueur dans la désignation de nos au-
torités. Nous n'attribuons pas, comme on le fait d'ordinaire, un mot à l'auteur ancien qui
le rapporte : c'est à celui qui s'en est servi que doit revenir la responsabilité. Il nous a paru
intéressant de faire figurer les Scipions, les Gracques, Brutus, Pompée, et tous les corres-
pondants de Cicéron, Auguste, Mécène, et d'autres noms illustres dans l'histoire. Mais en
cela nous n'avons pas voulu seulement satisfaire la curiosité : les personnages qui ont vécu dans
les beaux siècles assurent à leur langage un crédit auquel ne saurait prétendre le style des
grammairiens qui les mentionnent. On s'inquiète peu d'un mot de Festus, d'Aulu-Gelle ou
de Nonius Mareellus; mais ce mot prend une'valeur, quand il est donné comme de Caton,
d'Ennius ou de Vairon. Réciproquement"; on couvre à tort dé l'autorité de Cicéron des
termes vieillis qu'il transcrit des lois des XII Tables ou d'un ancien poète. Quel qu'ait été
notre désir d'être brefs, nous avons cru nécessaire de faire connaître dans ce cas et l'auteur
et la source. Nous ajouterons que chaque écrivain est désigné avec la plus grande exacti-
tude par une abréviation distincte ; nous avons tenu à ne pas tomber dans une confusion
dont on se plaignait à juste titre.
La distribution des grands articles est assurément la chose qui -nous a coûté le plus de •
peine; c'est aussi la partie de notre travail à laquelle nous attachons le plus de prix. L'ad-
mirable ouvrage de Forcellini, complété et amélioré à certains égards dans plusieurs édi-
tions successives, a perdu néanmoins sous le rapport de l'ordre. On n'a pas eu soin de
coordonner les additions avec le texte primitif, en sorte que beaucoup d'articles importants
ne sont plus qu'un chaos. La classification de Freund, quoique plus satisfaisante, ne pré-
sente pas assez de subdivisions pour la clarté, et si elle suffit à la langue allemande, ce qui
..nous paraît douteux, elle ne répond pas aux besoins déjà nôtre. Nous remontons toujours
au sens primitif, en notant toutefois les cas où ce.sens a été totalement abandonné, et alors
nous faisons ressortir l'acception ordinaire. Nous empruntons à M. Alexandre, le savant au-
- teur du Dictionnaire
grec-français, l'idée de résumer et de classer, au commencement des
grands articles, les différents sens d'un mot, en renvoyant par des chiffres aux exemples
qui les confirment. Ce procédé ingénieux a réuni tous les suffrages, et il nous a dispensé
de chercher nous-mêmes un moyen de faciliter les recherches aux jeunes gens.
Nous avons soumis à un rigoureux examen tous les ouvrages dont nous avons profité. La
critique des textes a beaucoup gagné depuis trois siècles, et les travaux des savants doi-
vent profiter à la lexicographie. Or, nous remarquions que les auteurs de dictionnaires,
consultant plutôt leurs, devanciers que les sources mêmes, pèrpétuaient-des erreurs ou des
doutes qui avaient dû cesser. Il est tel mot barbare qu'on a mis longtemps-sur le compte
d'un grand écrivain, mais qu'il, n'est plus permis aujourd'hui de lui imputer. Si donc il
arrivait qu'on trouvât dans quelque édition un de ces mots que nous n'aurions
pas repro-
duit, pn devrait conclure de son absence que nous l'avons proscrit à dessein. Quelquefois
nous avons supprimé des mots grecs qui nous ont paru avoir été écrits à tort en lettres latines.
Un grand nombre de ces mots ont été introduits dans les textes par l'ignorance des copistes,
1
sui- se servaient des caractères latins pour transcrire les citations grecques. La critique doit
tendre à les effacer et des auteurs à qui on les attribue et des lexiques
qui les sanctionnent
Quel que soit le travail de l'érudition moderne, les textes offrent encore bien des altéra-
PRÉFACE. m

tionè, des obscurités, des'variantes. Quelquefois même, l'incertitude existait déjà pour les
commentateurs latins. Dans ces cas difficiles, nous n'avonspas cru pouvoir affirmer, comme
léforit nos devanciers, et un signe de doute, indique notre hésitation. Quand on présente
avec doute ce qui est douteux, on éveille l'attention de la critique, et l'on permet à la vérité
de se produire; mais quand on donne le faux pour le vrai, on perpétue l'erreur en laissant
le lecteur sans défiance. ,.
Avant nous, on n'avait pas-divisé d'une manière rigoureuse le participe passé passif et
le verbe. Si l'on faisait cette distinction en principe, c'était pour la négliger à chaque
instant dans l'application. Freund est particulièrement un guide dangereux à cet égard.
Nous avons soigneusement restitué, au verbe ou au participe ce qui leur appartient. Cette
division entraîne des longueurs, des redites,'mais elle est essentielle, pour les verbes de la
troisième conjugaison. Il est facile de remarquer que le participé passif manque souvent de
certains sens du verbe, et que réciproquement il en prend quelquefois de nouveaux. .
Nous indiquons les différents régimes des verbes et 'des adjectifs. Nous avons tenu à
donner exactement le comparatif et lé superlatif des adjectifs et dés adverbes : on les
trouvera soit dans le cours de l'article, soit à la fin. Nous avons beaucoup ajouté à cette
nomenclature, et l'on peut inférer de notre silence qu'un adjectif ou un adverbe manquent
de tel degré de signification. Nous notons, avec une abondance et une rigueur dont aucun
lexique n'avait donné l'exemple, une foule de détails, curieux : les noms et-les adjectifs
dont le nominatif est inusité ou peu fréquent; les noms de la quatrième déclinaison qui ne
sont employés qu'au datif ou le plus souvent à l'ablatif; les noms neutres de la deuxième
déclinaison qui n'ont que le pluriel, bien qu'on leur attribue généralement le singulier; les
pluriels rares d'un grand nombre de substantifs en tûs, tià, tio, iludo; l'emploi excep-
tionnel de certains cas du pluriel, tels que vultibus, spebus, etc., tandis que le nominatif et
l'accusatif pluriels, vultus, spes, sont très légitimes; les nombreux adverbes qui n'ont, pas
de positif; le passage de certains verbes actifs au sens neutre, mais en le restreignant, êe •
qu'on ne faisait pas, au participe présent. Aucune de ces nuances ne nous a paru devoir être
négligée.
Autant qu'il nous est possible, nous donnons les étymologies; mais.nous usons à cet égard ,
de toute la sévérité de la critique moderne. Les noms anciens ne nous imposent pas : l'au-
torité de Varron et de Cicéron ne saurait nous faire accepter une dérivation qui nous paraît
forcée. Nous avons plus d'une fois substitué, nos propres idées à la tradition. Dans les cas
tout à fait douteux, nous aimons mieux nous abstenir. , ,
Au commencement de nos articles, nous notons la quantité, lorsqu'elle n'est pas déterminée
parles règles générales. Non seulement cette indication est un auxiliaire de la prosodie,'mais'
elle contribue à la clarté, en permettant de distinguer les homonymes. Dans cette partie' en-
core, nous nous sommes de temps en temps séparés de nos guides. . , .
On sait que les grands dictionnaires ne traduisent pas' les exemples qu'ils citent. Ce sys-
tème, qui est commode et abrège beaucoup, ne pouvait convenir à notre ouvrage. Nous tra-
duisons toujours, souvent même de plusieurs manières,, soit que notre langue fournisse deux
locutions, également avouées, soit qu'une explication littérale devienne nécessaire après un
équivalent qui s'éloigne un peu du texte. JN'ôus avons donné une, attention sérieuse à cette
partie de notre travail; nous nous sommes aidés, au besoin, des .meilleures traductions, et nous
espérons non seulement avoir rendu d'une manière plus convenable les passages rapportés,
mais avoir suivi et indiqué la vraie méthode.
Nous n'avons jamais-perdu de vue là destination spéciale de notre livre. Les dictionnaires
classiques placent sur la même ligne les mots surannés et les' mots usuels, les formes
archaïques et les formes ordinaires : armenta (fém.) et armentum, sevus et sevunx, gladius et
(jladium, vastities et vastitcts, anxietudo et ànxietas, liilarus et hilaris, consolo et consolor,
paciscô et paciscor, vago et vagor, sonere et sonare, etc. Ils donnent comme une chose
toute simple les futurs operibo, venibo, etc. Il est inutile de faire remarquer combien ces
assimilations sont dangereuses pour les jeunes latinistes.
Nous avons conservé, et même reproduit avec plus d'abondance qu'aucun lexique, tous
les termes et toutes les formes du vieux langage, mais nous les avons distingués avec foin
par un signe, donnant, ainsi aux élèves 'un avertissement nécessaire, et aux professeurs une
réponse à de continuelles objections.
'
iv. PREFACE.

: C'est encore en faveur des jeunes gens que nous avons donné le parfait des verbes, le
• et le nominatif pluriel des noms, dès qu'ils offraient la moindre difficulté.
génitif singulier
'' Ces renvois se trouvaient chez nos
devanciers, et ils nous ont paru indispensables.
. Nous .appelons l'attention sur nos longs articles, dont le mérite serait bien grand s'il éga-
lait la peine qu'ils nous ont coûtée. Si on les compare aux, mêmes articles traités dans les
dictionnaires classiques, on verra qu'ils en ont souvent trois fois l'étendue. Nous n'avons
, pas transcrit toutes les phrases des grands lexiques, mais nous avons souvent complété le
nombre des acceptions. A part cette richesse d'exemples, qu'il n'était ni possible, ni utile de
reproduire dans un ouvrage destiné aux classes, nous croyons pouvoir nous soumettre à toutes
les comparaisons. Nous n'ayons réussi à traiter ces articles capitaux avec un tel développe-
ment, tout en enrichissant là nomenclature, qu'à l'aide d'un système particulier d'abrévia-
tions. C'est, en économisant sur les formules les plus fréquentes qu'il nous a été possible
de faire entrer tant de matière dans un volume qui n'excède que d'un quart l'étendue des
dictionnaires lalin's-français répandus dans les collèges.
En commençant cet ouvrage, nous avons senti combien il était important qu'il se recom-
mandât par l'unité. Nous savions que le.public, voyant deux noms sur le titre, se montre-
rait sévère dans son examen. Nous avons tout fait pour nous rendre son jugement favorable.
Le travail de l'un a été tellement retouché, élagué et amplifié par l'autre, qu'on ne saurait
surprendre dans l'ensemble deux mains différentes. Nécessairement bien des dissidences nous
ont d'abord partagés ; mais celui qui soutenait l'opinion la plus plausible finissait toujours
par convaincre l'autre, et, comme le jury anglais, nous ne passions outre qu'après nous
être mis d'accord.
Nous livrons à la jeunesse studieuse, aux professeurs dont les encouragements nous ont
soutenus, à tous les amis des lettres latines, ce fruit d'une sérieuse étude. Le suffrage
public est la seule récompense qui puisse nous payer d'un pareil labeur. Nous avons la
confiance d'avoir fait quelque chose pour la science lexicographique. Sans doute notre Dic-
tionnaire n'est,pas complet, mais nous avons enrichi le trésor commun. Rien n'avait été
ajouté à l'inventaire de Forcellini par des auteurs qui disposaient de quatre volumes. Nous
avpns fourni notre pierre pour l'achèvement de l'édifice; et, quoique la destination de ce
livre soit bien modeste, nous pouvons nous dire avec quelque satisfaction qu'on ne pourra
désormais composer un grand lexique sans le consulter, non seulement pour emprunter les
additions que nous avons faites à la nomenclature, mais encore et surtout pour modifier
la distribution de certains articles, rectifier certaines interprétations et compléter les sens.
AVERTISSEMENT

SUR LA PRÉSENTE ÉDITION

Louis Quicherat, mon grand-oncle, n'a pas eu la satisfaction de diriger la


refonte du Dictionnaire latin-français, comme il avait pu le faire pour son
Thésaurus poeticus. Quelques années avant sa mort, épuisé par le travail, il dut
me confier cette tâche en me remettant plusieurs milliers de notes accumulées
depuis longtemps en vue d'.une recomposition rendue nécessaire par vingt-sept
tirages ayaut produit près de trois cent mille exemplaires.
D'un autre côté, le Dictionnaire de Quicherat et Daveluy demandait une. revi-
sion sérieuse au point de vue scientifique. Les travaux lexicographiques né se
sont pas ralentis depuis une cinquantaine d'années; il fallait en tenir compte
et profiter des progrès accomplis dans.les différents pays de l'Europe.
Le grand lexique de Forcellini, la mine féconde où ont puisé tous les auteurs
venus après lui, à été enrichi maintes fois en'notre siècle. L'édition allemande
publiée en 1839 avait été mise, à profit pour la composition primitive de ce Dic-
tionnaire. Rien autrement riche esL l'édition, achevée aujourd'hui, de Vincent
De-Vit dans laquelle ont été ajoutés une foule de mots dus à des récherches dans '
les auteurs de la décadence, principalement dans les Pères de l'Église et dans
les Inscriptions. On peut regretter qu'une autre édition de Forcellini, entre-
prise à Padoue par Corradini en 1864, ait marché si lentement et vienne seule-
ment d'être achevée; elle ne m'a que fort peu servi.
L'Allemagne n'avait guère contribué à enrichir les lexiques au commencement
du xixe siècle. L'oeuvre de Freund, malgré son mérite incontestable, avait peu
augmenté le vocabulaire. Mais les Dictionnaires de Klotz et de Georges, sont venus
combler cette lacune : si le premier fournit un plus grand nombre de mots,
surtout pour les noms propres, le'second est celui qui a tenu le plus grand
compte des modifications introduites dans les textes par la critique moderne.
Un vaillant compilateur, auquel semble avoir manqué un peu le sens critique,
1
•Cari von Paucker, mort depuis quelques années,, a relevé un grand nombre
d'Addenda lexicis dans ;une foule de brochures difficiles à réunir. Après sa mort,
Rônsch, dont les travaux sur le latin biblique sont célèbres,-, avait'entrepris la
publication de ces trouvailles 1, mais il est décédé lui-même avant l'achèvement
de cette publication dont on n'a, à l'heure actuelle, que la^moitié (lettres* A à L).
J'ai puisé largement à ces sources, en laissant de.côté les mots qui sentaient
trop la barbarie.
Un latiniste bien connu en Europe, M. Eduard Wôllflin, a fondé en 1884 une

1. Supplementum lexicorum latinorum. Berlin, 1883 sq.


vi AVERTISSEMENT.

revue spéciale pour la lexicographie latine 1, dans le but de préparer les malé-
riaux d'un .thésaurus définitif de la langue latine; mais en lexicographie comme
en toute science, plus on scruté de questions, mieux on met en évidence l'in-
à un dictionnaire de ce
' certitude de nos connaissances. Avant de s'attaquer
genre, il faudra que lés éditions de tous les auteurs latins, depuis les écrivains
de la République jusqu'à ceux de la décadence extrême, nous présentent un texte
bien établi ; malheureusement il faudra attendre encore longtemps. On possède,
sans doute, des lexiques très estimables de la langue de Cicéron (pour les
discours et en partie pour les écrits philosophiques)^ de la langue de César, de
celle de Tacite^ mais il faut bien faire des réserves sur le résultat définitif.
Combien lé texte de Cicéron est encore incertain! à peine estnm sûr de
suivre les bons manuscrits pour quelques discours et certains traités philoso-
phiques; quant aux'ouvrages de rhétorique et à la Correspondance, on ne
peut guère s'autoriser d'un passage pour établir, une règle de grammaire ou
fixer le sens d'un.mot. Pour César, on ne sait encore laquelle des deux familles
de manuscrits offre le plus de créance; quant à Tacite, la tâche est simplifiée
par la pénurie des manuscrits, quoiqu'il y ait place pour le doute dans un grand
nombre de passages. Que dire des autres auteurs ? Si l'on possède des éditions
avec apparat critique pour la plupart des classiques latins, ce n'est pas le cas
pour les écrivains de second ou troisième ordre. On ne peut qu'enregistrer
-quelques heureuses exceptions, par exemple les auteurs publiés dans la série
in-quarto des Moimvienla Germanioe (Auctores antiquissimi) publiés par l'Acadé-
mie de -Berlin. Grâce à l'Académie de Vienne, nous avons cinquante volumes
d'un Corpus scriptorum ecclesiasticorum, dont la plupart sont un modèle d'édi-
'
tions critiques; mais quand enverra-i-on la fin? Que sera-ce le jour où l'on vou-
dra éditer sur le même plan des polygraphes, comme S. Ambroise et S. Jérôme?
L'Angleterre possède aujourd'hui des dictionnaires latins-anglais qui ne
manquent pas de mérite : qu'il me suffise de citer celui de "VVhite et Riddle, et
surtout celui de Lewis et Short. Un travail bien autrement sérieux devait être
'
publié par l'Université d'Oxford, si l'on en juge par le volume que je viens de
recevoir db M. Henry Nettleship 2; je regrette qu'il ait paru trop tard pour que
j'aie pu.me servir de ses précieuses additions.'
D'autres pays, notamment le Portugal, se contentent de traduire mot pour
mot le dictionnaire latin-français de Quicherat et Daveluy en mettant sur le
titre,qu'on a suivi le même plan. -
La France d'ailleurs n'est pas restée inactive depuis quarante-cinq ans dans
cet ordre d'études. La vaste compilation de Theil a rendu et pourra rendre en-
,cbre des services aux professeurs ; le dictionnaire abrégé du même avait l'avan-
tage d'indiquer les passages des auteurs dans un certain nombre de cas; nous
citerons également le dictionnaire de M. Lebaigue, professeur de l'Université;
dont la première édition date de 1869.
Il s'agissait donc d'améliorer l'oeuvre de Quicherat et Daveluy en introduisant
les corrections que Quicherat y eût, faites lui-même, et en tenant compte des
travaux lexicographiques énoncés plus haut et des modifications survenues dans
les textes depuis 1844. Les additions, que je n'ai pas comptées, doivent s'élever
pour le moins à quatre mille mots. Mais les suppressions m'ont donné bien
plus de mal que les additions ; avant d'effacer un mot, il fallait remonter à la
source de l'erreur, m'assurer qu'il s'était introduit par la négligence d'un lexi-
* •
ï.rArehiv. fur lateinische Lexicographie und Grammalik, Leipzig, 1884 et suiv.
2. Contributions to latin Lexicography. Oxford, 1889. xxrv-624 p. in-8°.
,''..' - AVERTISSEMENT. vu

çographe antérieur. J'ai laissé à dessein beaucoup de mots précédés du signe do


doute (?) parce qu'ils peuvent encore se trouver dans les textes, que les élèves
doivent expliquer; cependant, autant que possible, j'ai renvoyé le lecteur à la
forme autorisée du mot. , . ,
Sur l'avis de philologues et de professeurs studieux, j'ai indiqué souvent les
passages des auteurs-cités; je me suis proposé de le faire toujours pour les
&ÎKÊ eîpriiJiÉva;quand on ne connaît qu'un seul exemple 'd'un-'mot, il était impor-
tant de le mentionner ; car du jour où la critique détruirait cette seule autorité,
le mot devrait disparaître des dictionnaires; j'ai négligé cette indication seule-
ment dans quelques cas, soit qu'il m'ait été impossible de retrouver le passage,
soit que l'indication (par exemple, pour une inscription publiée dans un ouvrage
rare) eût demandé trop de place. En outre, j'ai indiqué plusieurs passages
quand le mot ou le sens pouvait paraître douteux, et de même toutes les" fois
qu'il y a un intérêt quelconque pour le lecteur à se reporter au texte. Ce travail
de renvoi aux sources m'a'fourni l'occasion de rectifier plus d'une fausse attri-
bution.-Au contraire; pour les mots usuels, dont l'existence'ne peut faire aucun
doute, il n'y avait pas lieu de renvoyer aux passages, comme Forcellini, Freund
et Klotz, sous peine de grossir énormément le volume et d'en rendre l'usage
moins commode pour lès élèves en séparant par des chiffres la traduction fran-
çaise de la locution latine. Cet inconvénient n'existe pas pour les mots rares que
les élèves ne rencontreront guèr(e dans leurs versions.
Pour l'orthographe des mots latins, j'ai fait à la philologie plus de concessions
que n'en eût fait Quicherat lui-même. Il faut bien "reconnaître aujourd'hui que
Jes Latins écrivaient caslum, moeror, pamitet, Vergilius, etc., et approuver une
bonne partie des résultats auxquels est arrivé M. Brambach 1. Mais il est certain
aussi que, pour les Latins de l'épOque classique, l'orthographe n'avait pas l'im-
portance qu'elle a chez les modernes. Si les manuscrits nous permettent de
croire que,Cicéron et Catulle écrivaient quoi (pour cui) si'quom, nous sommes
dans l'incertitude sur la forme qu'ils donnaient à une foulé de mots. Une réforme
que j'ai introduite hardiment, sur l'avis de mon regretté maître Charles Thurot,
c'est d'écrire Euander,eudngelium, etc., dans les mots grecs, au lieu de Evander,
evangelium, etc., formes condamnées par la prosodie. Ce sont les grammairiens
qui ont établi l'orthographe latine au temps de Quintilien, et nous savons, par
des monuments et dés manuscrits, que leurs préceptes n'étaient pas admis sans
contestation. Aussi, tout en insérant les diverses formes sous lesquelles on ren-
contrera les mots dans des éditions différentes, n'ai-je pas cru devoir adopter
beaucoup; d'innovations orthographiques dans un livre destine surtout aux
élèves. , ,,-'.'
Plus délicate encore est la question de l'étymologie. Si les philologues sont
d'accord quand il s'agit de condamner des solutions proposées non seulement
par des anciens comme Vairon, mais par des modernes comme Dôderlein, ils
le sont moins souvent quand il s'agit d'en imposer une nouvelle. Nous n'avons
pas encore, malheureusement, le Dictionnaire d'étymologie latine entrepris par
M. Rréal dans ses conférences de l'École des hautes études. En attendant, j'ai
supprimé les étymologies qui m'ont paru absolument condamnées et suivi géné-
ralement les meilleurs lexiques. Le lecteur doit être aussi averti que le mot
grec placé entre parenthèses ne veut pas toujours dire que c'est la source du
mot latin, c'est parfois le contraire, et le rapprochement peut être fait simple-
ment pour prouver la quantité du mot latin. ! ._.

l.Die Neugeslallung der lateinischen Orthographie in ihrem Verhaltmss zur Schule, Leipz., 1868.
"
mu , .'; ' '_' AVERTISSEMENT.
i -
''''._,

Je me suis appliqué à marquer, aussi exactement que possible, la quantité


des voyelles, sans observer les modifications que la métrique peut introduire
dans le compte des syllabes 1; ainsi je marque seulement Vu bref dans volûcris,

quoique ce mot puisse former un bacchius dans un vers.


Le Vocabulaire des noms'propres que Quicherat avait publié à
latin-français
dans le corps du dic-
part, dans un caractère très fin, a été fondu en entier
tionnaire. On a évité par "là bien des redites aux noms comme Gères, Mi-
dans les deux ouvrages. La revision
nerva, etc., qui se trouvaient forcément
de ce Vocabulaire n'a pas été la partie la moins rude de ma tâche. Les dic-
tionnaires les plus riches pour les noms communs sont bien moins complets que
le Vocabulaire de Quicherat pour les noms propres. Je n'ai eu que pour les
lettres A-0 le secours du grand Onomasticon inachevé de M. De Vit. On ne sau-
rait croire combien le texte dés anciennes éditions de Pline était défiguré pour
les noms géographiques; l'édition de Detlefsen a été mon guide principal, sur-
tout quand je trouvais la confirmation d'un mot dans le riche dictionnaire des
noms propres grecs de Pape. Je pourrais faire la même remarque à propos du
texte d'Ammien Marcellin, de l'Itinéraire d'Antonin, etc.

La révision du présent dictionnaire m'a pris tous mes loisirs pendant sept
années; trois ont été remplies par la correction des épreuves, sur lesquelles
jusqu'au dernier jour j'ai ajouté de petites trouvailles, comme de nouveaux mots
fournis par les derniers volumes du Corpus inscriptionum latinarum ou le texte
récemment découvert de Priscillien. _ •
J'ai cru nécessaire d'enrichir la liste des auteurs cités de renseignements bio-
graphiques et bibliographiques qu'on chercherait vainement dans des diction-
naires plus gros que celui-ci. et qui serviront à orienter les professeurs et les
élèves de l'Enseignement supérieur.
Puisse le livre de Quicherat et Daveluy, sous sa nouvelle forme, être digne
de la faveur que le public lui accorde depuis près d'un demi-siècle; nous ne .
négligerons rien, d'ailleurs, pour faire disparaître, dans les prochains tirages,
les erreurs qui auraient pu nous échapper.

EMILE CHATELAIN.
LISTE
DES AUTEURS ET DES OUVRAGES
CITÉS EN ABRÉGÉ DANS CE DICTIONNAIRE

N.-B. — 'On
indique ici l'édition qui fournil .leplus de secours pour l'établissement du texte, et, à son
défaut, l'édition la plus récente ou la plus répandue. -

Ace. — Voy. ATT. ÀLDH. ou ALDHBLM. — ALDHELMUS, moine et évêque


ACKO. — HÉLÉNIDS ACRON, un des scoliastes d'Horace,
anglais, mort en 709 [éd. Giles, 1844].
plus ancien que Porphyrion et Servius [éd. Hauthal,
Virg. Carmen de Virginilate.
.1864-66:; éd. Keller, 1902]. ALEX. — De bello Alexandrino
[éd. R. Schneider,
ACT. AKVAL. ACTA FRATRUM ABVALIUM [éd. HenZCn, 1888]. Voy. HUIT.
1874; ou Corp. lnscr. Lat. "VI,' 2023-2119]. ALFEN. -S- P: ALFENUS VARUS, jurisconsulte de Cré-
ACT. KART. —ACTA MARTYRUM [éd. Ruinart, 1751 et mone, consul en l'an 755 dé Rome. Voy. DIG.
18591. AMBR. ou AMBROS. —r AHBROSIDS(saint né en
Ambroise),
ADAMANT. —ADAMANTIDS MARTVRICS,grammairien d'une Gaule de parents romains en 334> évêque de Milan
époque incertaine [Grammalici latini, éd. Keil, t. VII]. en 374, mort en 397 [Migne, t.
XIV-XVII].
JETHIC.—JETHICUS ou ETHICUS, cosmographe, vivait Hex. Hexaemeron lib. VI [éd. C.Schenkl,Yindob.,
auive siècle [Geographi lat.minores,éd. Riese, 1878]. 1896-97, Corp. Script, eccl., t. XXXII]
AFRAN."— L. AFRANIUS, poète comique, auteur de Parad. De paradiso [id.].
« togatoe », presque contemporain de Térence. On Cain., De' Càin et Abellib. II [id.].
connaît le titre et quelques fragments de 47 pièces Noe. De Noe et Arca [id.].
qu'il avait composées [Fragm. comicorum, 3e éd. Abrah. De Abraham lib.-II [id.].
Ribbeck, 1897-98]- Isaac.De Isaâc et anima [id.].
AFRIC. — De bello Africano. Voy. HIRT. et POLL. Bon. mort. De bono morlis [id.]. ,
AFRICAN. — SEX. C*CILH;S,AFRICAS.DS, jurisconsulte du Fug. seec. De-fuga.soeculi [id.].
iic siècle. Voy. DIG. Jacob. De Jacob et vila beata lib. II [id.].
AGAP. — AGAPET I, pape, 535-556 [Migne, Patrol. lat., Jos. Dé Joseph patriarcha,[id.].
t. LXVI]. , Patr. De patriarchis seU. de benedictionibus
' pa-
Ep. Epistola; septem. < triarcharum [id.].
AGEN. — AGEKIDS TJRBICDS, du i" siècle de n. è., a Elia. De Elia et jejunio [id.].

écrit sur les mesures agraires. Nab. De Sabuthe Israëlita
Voy. GROJÎ. [id.].
AGROEC. — AGROECIDS,grammairien Tob. De Tobia [id.].
d'origine gauloise, -
vivait probablement au v siècle [éd. Keil, Gramm. Int. Job. De interpellatione Job et David lib. IV
'
lat., t. Vin. [id-l- ,
ALBIN. — C. PEDO ALBINOVAKDS,poète
élégiaqne et hé- Ap. î)dv. Àpologia prophetoe David [id.].
roïque du siècle d'Auguste. Certains critiques lui Ap. ait. Dav. Apologia altéra ejusdem [id.].
attribuent les poèmes suivants [éd. Baebrens, 1879, Luc. Expositio euang. sec. Lucam [éd. Schenkl,
Poet. lat. min. t. I] : 1902.; id.].
Ad Lin. Consolatio ad Liviam Augustam de morte Psalni. Enarrationes in Psalmos XII.
. Drusi Neronis. in Psalmum 118.
Exp. Psalm. Expositio
Gbit. Élegia in obitum Mrccenatis. Off. min. De officiis ministrorum lib. III.
Mxc. mor.- Elegia de Moeeenate moribundo. Marc. Dé virginibus ad Marcellinam lib. III.
Virg.
Germ. Fragmenlum fie navigatione Germanici Vid. De viduis.
pér
OCeanum septentrionalem , Virg. '
[conservé par Sénè- De virginilate.
que, Suas. I). . r . Inst: virg. De inslitutione virginis.
ALCIM. — ALCIMUS ECDICIDSAVITOS Exh. Exhorlatio
(saint Avit), évêque virg virginitalis.
de Vienne en Gaule, vers l'an 490, mort en 518 De lapsu cohsecrataî.
Laps. virg. virginis
[éd. R. Peiper, 1883, Monumenta Germanise, 4°]. Mysl. De mysteriis.
Carm. Carmina VI (trad. de la Sacr. De sacramentis lib. VI., '•
' ' Genèse).
Ep. Epistula; 88. psenit. De paenitentia lib. II.
IJom. Homilia de rogationibus. Fid. Defide lib. V. -
Coll. Collatio episcoporum coram Gundebaldo. De Spiritu saneto lib. III.,
Spir.
Serni. Sermo in rogationibus habitus. \ lncarn. De Incarnationis dominicae sacranieiitc.
Fragm. Fragmenta aliquot homiliarum et carmi- Ep. ou Epist. Epistulae 91. .
num. Exe. fr. De excessu fratris sui Satyri lib. II.

LATIN- FRANÇAIS.— a • -
LISTE DES AUTEURS ET DES OUVRAGES
Ob. Valent. De
obitu Valenliniani II consolatio. de Rome, mort en 566, mit en vers les Actes des
Ob. Theod. De obitu Theodosii I oratio. et composa une épit're au patrice Parthe-
Apôtres
llymn. HymniXlI. nius [éd. Arntzen, 1769; TBigne, t. LXVIII].
ARBOR. — JEMILIOS MAGNBS ARBORIUS, oncle d'Ausone,
SPBRIA.
rhéteur de Toulouse vers l'an 400, dont il reste une
Serm. Sermones très. . . seule élégie.
Paul. Phil. In epistulam B. Pàuli ad Philipp. ABCAD. AUG. — FLAVIUS ARCABIBS AI'GBSTBS, empereur,
.Iractalus. 285-408, considéré comme un des Giomalici. Voy;
Assn..— AMHIANDS MARCELLINBS (Ammien Marcellin)i GROM.
semble né à Anlioche, florissait vers l'an/380, auteur ARCAD. — ADRELIPS ARCABIBS CHARISIBS, jurisconsulte,
d'une histoire en 51 livres, dont lès 13 premiers sont écrivit sous Constantin. Voy. DIG.
perdus [éd. Wagner, 1808; éd. Gardlhausen,,1874]- ARN. — ARNOBIUS (Arnobe), Africain, enseignait la rhé-
AMCÉN. — PRBDENTIOSAUOESUS, auquel on a attribué torique à Sicca, sous Dioclélien; il a écrit des Dis-
un poème en quatrains : Diplychon seu pulationes adversus riationes [éd. Reifferscheid,
quelquefois
Enchiridion vetms et novi 1875, Corp. Script, ceci., Vindob., t. IV].
Testament!, qui se
trouve à la fin des oeuvres de Prudence; il aurait ARN.-J. — ARNOBIBS JBNIOR, Gaulois, écrivait vers l'an
vécu au V siècle. 460 [Migne, t. LUI].
AUPEL. — L. AMPELIBS, historien qui imite Cornélius D. trin. Allercatio de Deo trino et uno, etc.
Psalm. Commentarii in Psalmos.
Nepos et Florus; il vivait après Trajan. 11 a laissé
un Liber menwrialis Euang. Annolationes ad euangeliorum loca.
[éd. YVôIfflin, 1854], imprimé
souvent à la suite de Florus. Cyril. Inlerpretatio epist. paschalis Cyrilli.
ANAL. GRAM.— ANALECTA GRAMMATICA-Recueil de divers ^ARUS. — ARBSIAKUS'MESSIPS, grammairien et rhéteur,
grammairiens [éd.Eichenfeld et Endlicher, Vindob., vivait vers la fin du ivc siècle [éd. Keil, t. VII].
1857]. ARVAL- — Voy. ACT. AP.VAL.
ANDR. — L-IVIPS ANBRONICBS, poète dramatique de Ta- Asc. ou ASCON. — Q. PEDIANBS ASCONIUS, de Padoue,
renle dont il ne reste que des fragments [3° éd. Rib- commentateur de Cicéron, écrivait entre les années
becU, 1897-98]. La représentation de sa première 54-57 de notre ère [éd. kiessling et Schoell, 1875].
pièce eut lieu l'an 514 de Rome. ASP. ou ASPER. — JEJIILIDS ASPEIÎ, grammairien, com-
ANECD. HELV. — ANÊCDOTAUELVETICA. Recueil de divers i mentateur de Virgile, antérieur à saint Jérôme.
ouvrages de grammaire publiés par Hagen en Ap- On en a quelques fragm. [dans l'éd. de Servius par
pendice aux Gramm. lalini de Keil. Thile et Hagen, t. III, 1902], ainsi qu'un petit
AN.NIAN. — AXXIANUS, diacre, défenseur dé l'hérésie de traité de grammaire [éd.,Keil, Gr. lat., t. Y].
Pelage, dont il reste quelques fragments ATIL. OU AT.-FORTUN. — ATILIOS FORTBXATIAXBS,gram-
[Migne,
t.- XX', p. 68-76, et t. XXX, p. 15]. mairien, contemporain de Cassiodore, a laissé un
ANTH. ou ANTHOL. — AKTHOLOGIA LATINÀ [éd. Meyer, traité sur la métrique d'Horace [éd; Keil, t. VI].
1855; éd. Riese éT Bûche'ler, 1870-1895]. ATT. — Lncros ATTIDS OU ACCIBS, poète du xw siècle
ANTHIM. — de « logalaî ». On connaît
ANTHIUUS, médecin grec, légat de Théodoric de Rome, auteur le
(512-534],dans un âge très avancé, a laissé une Epis- titre de 57 de ses pièces et quelques fragmente
tula de observalione ciborum [éd. Val. Rose, 1877]. [5e éd. Ribbeck; Fragm. poet., éd. Baehrens].
A.vroN. — ANTOXINI ITINERARIDM, composé au m" siècle ATTA. — C ou T. QBINTII'S ATTA, inventeur de la <Llo-
[éd. Wesseling, 1755; éd. Parlbey et Pinder, 1848].. gata », mort en 77 av. J.-C. Les grammairiens nous
APIC. — CJELIOS APICIDS. On a sous ce nom un ou- . ont conservé quelques fragments de dix comédies
vrage : De re coquinaria, en style négligé et qui [5° éd. Ribbeck].
sent la décadence. On pense qu'il a élé rédigé vers AUCT. ap. — ABCTOR apurl (anonyme cité par...).
le m' Siècle de notre ère, d'après des sources grec- AUCT. LIM. — ABCTOR LIMITBM. Voy. GROM.
ques [2' éd. C. Th. Schuch, 1874]. -AUCT. POND. — ABCTOR POXDERBM.Voy. RIIEJI.
APUL. —-L. APULEIUS (Apulée) de Madaure, philosophe AUCT. PR^EDEST. —Auteur d'un Irailé De Proedeslina-
et orateur sous Hadrien et Marc-Aurèle iione et gralia, faussement attribué autrefois à S. Au-
[éd. Hilde-
brand, 1842].' gustin [Migne, t. XLY].
Met. Meiamorphoseon sive Asini aurei lib. XI [éd. AUG. — ABRELIBS AnarsTiNns (saint
' Augustin), profes-
Helm, 1907]. - seur d'éloquence à Tagaste, à Cartilage et à Milan,
sive de Magia '
Apol. Apologia [éd. Van der Vliet, puis évêque d'Hippone, né en 554, mort en 450
*900]; [éd, Gaumc, 11 vol. in-8°, 1856-59; Migne,
Flor. Floridorum lib. IV [id.].. t:
XXXII-XLVII]
_ . Socr. De deo Socralis [éd. P. Thomas, Ret?\ Relraclationum
1908]. libri II [éd. Knoell, 1902,
Plat. De dogmale Platonis [id.]. Corp. Sçr. eccl.. t. XXXVI].
Mund. De mundo [id.]. Conf.' Confessionum libri XIII [éd. Knoell. 1896;
Trism. Trismegislus vel Aselepius ib. t. XXXIIIJ.
[id.].
Herrii. Libei' rapt Épu-evetaç [id.]. Acad. Contra Academieos i
lib. III.
Herb. Herbarium [éd. Ackermann, 1788]. Beat. v. De beala vita.
APUL. — L. CECILIMS MINBTIANHS APBLEIBS, grammai- Ord. De ordine libri II.
rien d'une époque inconnue [éd. Osann, Solil.
1826]. Soliloquiorum libri II.
Orth. De Orthographia. Immort. De immorlalilate animoe.
AQUIL. — AQUILA ROMANDS, rhéteur antérieur à Con- an. De quantitale
Quant, animae.
stantin
[Rhelores lat. minores, éd. llalm, Music. De musica libri VI.
1865].
Fig. De figuris sententiarjim et elocutionis. . Mag. De magistro.
Un autre, JBLI'S AQUILA,.avait écrit un Liber Lib. arb. De libero arbitrio libri III.
respnnsorum, dont quelques fragments Mor. eccl. De moribus
ligurent Ëcclesiae et.de moribus
dans le Digeste. Mamchaeorum-libri II.
ARAT. — ARATOR, poète ligurien, sousrdiacre del'ûglise -
Ver. rel. De verà religione.
CITÉS EN ABRÉGÉ DANS CE DICTIONNAIRE.
'
RegUl. De régula ad servos Dei.' Man. Fund. Conlra epistulam Maniclioei, quara
Doclr. De doclrina christiana lib. IV. vocant Fundamenlum [id.].
Gènes- imp. De Genesi ad litteram imperfectus Faust. Man. Conlra Faustum Manichaîum libri
liber! [éd. Zycha, 1894, C. Script.,éccl., XXVIII]. ,XXXIII [id.].
Gènes. De Genesi ad litteram libri XÏI [id.] Fel. Man. Conlra Felicem Manicloeum lib. II.
Loc. Ilepi. Loculionum in Heptatouchum libri VII ; [éd- Zycha, 1892, C
Script, eccl., XXV, p. 2].
[id.].; Nat. bon. De nalura boni conlra Mamchaeos [id.j.
Gènes. Man: De Genesi contra Manichoeos lib. II. Sec. Man. Contra Secundinum Maniehseum [id.].
Qusesl. Ilept. QUaistionuni in Heptaleuchum li- • Advers.
leg. Conlra adversariumlegis et prophe-
' '
bri VII [éd. Zycha, 1895. C. Script.eccl.,XXVIII]. tarum. , . .
Job. Annotationum in Job liber [id.]. Priscill. Ad Orosium contra Priscillianistas et
Spêcul. Spéculum [éd. Weihricli, Corp. Scr. eccl., Origenistas.
t. XII]. Sermo Arian. Sermo Arianorum (auquel Aug.
Cons. euang.'ïte consensu Euangelistarum libri IV. répond par le traité suivant) :
Serm. mont. De sermone Domini in monte lib. II. Contra Arian. Contra serhionem Arianorum.
Qwest, euang. QusestionumEuangelistarumlibrjII. Coll. Maxim. Collatio cum Maximino Arianorum
• • '.
Qusest. Malt. QuBestionurii VII in Euangelium episcopo. , .
sec. Matthaîum liber. Maxim. Contra Maximinum libri II.
Joli, euang.. In Johannis Euangelium traclatus 129. Trinit. De Trinjlale lib. XV.
Joli. Partit. In epistulam Johannis ad Parthos Epist. Parm. Contra epistulam Parmeriiani lib. il.
traclatus .10. Bapiism. De baplismo contra Donatislas lib. VIL
Propos. Rom. Expositio quarumdam propositio- Lilt. Petit Contra litteras Peliliani lib. III.
num ex Epistula ad Romanos. Donatist. Epistula ad catholicos contra Donatis-
Epist. Rom. Epist. ad Romanos inchoata expositio. las, ou De unitale Ecclesiaî.
Episl. Gai. Expositio EpistuUe ad Galatas. Crescon. Contra Crescpnium lib- IV.
Psalm. Enarrationes in Psalmos 150. / Unie. bapt. De unico baplismo conlra Petilianum;
Psalm. Don. Psalmus contra partem Donati. Coll. Don. Brevicnlus collaliohis cum Donatistis.
Serm. Sermones 595. Posl coll. Don. Post collationem ad Donatislas.
Div. qusest. Dg diversis qusestionibus 85 liber. Csesar. Sermo ad CaBsareensisecclesiaj plebem,
l
Div. ad Simpl. De "diversis qusestionibus ad Sim- Emeritp praesente, diclus.
plicium libri II. Emerit. De gestis cum Emerito.
Dulcit. De octo Dulcitii quoestionibus. Gaùdent. Contra Gaudentium libri II.
Fid. rer. De fide rerum quse non videntur. Rusl. subd. Sermo de Rusticiano subdiacono.
Enchir. Encliiridion de fide, spe et carilate [éd. Pecc. mer. De peccatorum merilis et rémissionc
' lib. III.
Krabinger, Tubing. 1861].
Fid. et Symb. De fide et symbolo [éd. Zycha, - J .
Spir. De spiritu et liltera.
,1900, Corp. Scr. eccl., XLI]. . Nat. gral. De nalura et gralia.
Fid. et oper. De Dde et operibus [id.].. , Perf. just. Dé perfeclione justilioe hominis [éd.
Agon. De agone ehristiano [id.]. Drba et Zycha, 1902, 'Corp. Scr, eccl., t. XL1I].
Contin. De continentia. [id.]. Pelag. De gestis Pelagii [id ].
Ron. conj. De bono conjugali [id.]. Grat. Chr. De gralia Christi et peccato originali
Virgin. De sanpta virginilate [id.]. Lia-]- .
Bon. vid. De bono viduitatis [id.] Nupl. De nuptiis et concupiscentia lib. II [id.].
Conj. adult. Deconjugiis adulterinis lib: II. [id.]. Anim. De anima et ejusdem origine lib. IV.
De mendac. De mendacio [id.]. > - , Epist. Pelag. Contra dùas épistulas Pelagiano-
Colilr. mend'. Conlra mendacium [id.]. rum lib. VI.
Op. monach. De opère monachorum [id.]. Julian. Contra Julianum lib, VI. /
Div. doem. De divinatione daemonum [id]. Lib. arb. De gratia et libero arbilrio.
Cur. mort, De cura pro mortuis gerenda [id.]. Corrept. De correptione et gratia.
Patient. De patientia [id.]. Persév. De dono perseverantiaj. •
Catech. De catechizandis rudibus. Sec. Julian. Contra secundam Juliani responsio-'
Symbol. De symbolo ad catechumenos tractatusIV. nem lib. VI.
'-
Discipl. chr. De disciplina christiana. Epist. Epislulse 270 [Ep. 1-184, éd. Goldbacher,
Gant. nov. .De cantico novo. 1898-1904; Corp. Scr. eccl.,.XXXIV et XL1V].
Quart, fer. De quarla feria. De orat. Liber de oratione.
Temp. barb. De fempore barbarico. Quat. virt. De qualluor virtutibus carilalis.
Jejun. De ulilitate jejunii. Dom. adv. Homilia in dominica 11 adventus.
Urb. exe. De urbis excidiô; Circumc. Sermo in circumeisione Domini.
Civ. De civitate Dei libri XXII [éd. Dombart, '
' . BBBIA;
1877 ; éd. Hoffmann (lib. 1-13), 1899, Corp.
, Scr. eccl., t. XL]. Gramm. ou Reg. gramm. Règles de grammaire 1
' — ' .
Eseres, De hoeresibus. , [Keil, t. V],
Adv. Jud. Traclatus adversus Judaîos. Rhet. De rhetoriça [Rhet. lat. min., éd Halm]
Util. cred. De utilitale credendi [éd. Zycha, 1891, Serm. Sermones, différents des sermons authen-
.- C. Script, eccl., XXV, p. I]. tiques [éd. Mai, Nova Bibl. Patr., t. I]. .
Duab. an. De duabus animabus [id.]. Spec. Spéculum sive ae divinis scripturis, traité
Fort. Man. Acla seù Disputatio contra Fortuna- différent du Spéculum authentique [éd. Weih-
tum Manichaîum [id.]. rich, 1887, C. Scr. eccl., t. XII].
Adimanl. Contra Adimantum Manichsei discipu- Préedest. De praedestmatione sanctorum.
lum [id.]. AUGUST. — C; JBLIUS CJJSAR OCTAVIANBSADGBSTUS.
LISTE DES AUTEURS ET DES OUVRAGES
romain, né en 767 de Rome, Orth. De orthographia.
(Auguste), empereur
Metr. De arte m'elrica.
f 14 ap. J.-C.
Grim. 1841-46]. sacroe Scripturae.
De figuris et tropis
Fragmenta [éd. Weicherl, Voy. Fig.
MON. ANCÏR. Cuc. Cuculus (ou Conflictus veris et hiemis)..

AUREL. — AOIOELIBS, évêque de Carthage, f 429 [Mi- Horol. Composilio horoiogii.


BENED. — BEXEBICTBS. Saint Benoît, né en 480, fonda
gne, t. XX].
de causa Leporii. le monaslère du mont Cassin en 525, mort en 543
Episc. Gai. Ad episcopos Gallioe
Episc. Byz. Ad episcopos Byzacenae de damna- [Migne, t: LXVTJ.
lione Pelagii. . Reg. Régula [éd. YVôlfflin, 1895].
Ad Bonifacium Serm. Sermo in discessu S. Mauri.
Bonif. episcopum.
Czelest. Ad Cajleslinum episcopum. Epist. Epistula ad S. Maurum.
AURELIAN. — ABRELIAXBS, évêque d'Arles en 545 [Mi- BIBAC. — M. FURIBS BIBACOLBS, poète satirique de Cré-
mone, contemporain de Cicéron. Il en reste quel-
gne, t. LXVII1].
Mon. Régula ad monachos. ques fragments [éd. L. Mûller, à la suile de Catulle].
i BOET. — ANICIDS NANLUJSTORQBATBSSEVEBTXBSBOETHIDS
Virg. Régula ad virgines.
Theodeb. Excerpta ex epistula ad Theodeberlum. (Boèce), palrice romain, né vers 455, mis â mort en
524 par ordre de Théodoric [éd. Basileensis, 1570,
Aus. — DECIMUS MAGXBSAUSONIBS (Ausone), poète né à
Bordeaux en 509, f 595 [éd. C. Schenkl, 1884, Mon. f"; Migne, t. LXIII-LXIV].
Cons. De consolalionephilosophiae[éd.Peiper,1871].
Germ. 4°; éd. Peiper, 1886].
Unit. De unilate et uno.
Mos. Mosella.
Arilhm. De arithmetiea [éd. Friedlein, 1867].
. Epigr. Epigrammata ' 146.
• Mus. De instilutione musica [id.].
Eph. Epliemeris.
Parent. Parentalia 50. Eucl. geo'm. Euclidis geometriae lib. II' [id.].
Professores Burdigalenses. Geom. De geomelria liber.
Prof.
lier. Epitaphia heroum 2.6. Porph. Vicl. In isagogen Porphyrii commenta a
Epit.
al. Epilaphia heroum aliorum 12. \ Victorino translata [éd. Brandi, 1906, C. Scrîpl.
Epit. lier
Cass. Duodecim Caesares. „eccl„ XLVIII].
24. Comm. Porph. Commenta in Porphyrium a se
Tetrasl. Tetraslicha
Clar. urb. Clarae urbes 14. translata [id.].
Ar. caleg. In categorias Aristotelis lib. IV.
Sap. Ludus septem sapientum.
Sentent. senlentias. Ar. inl. pr. In librum Arist. de interpretalione
Septem sapientum
20. libri duo (edilio prima) [éd. Meiser, 1877].
Idyl. Idyllia
Ar. int. sec. In librum Arist. de interpret. lib
Eclog. Eclogarium.
VI
(éd. secunda) [éd. Meiser, 1880].
Epist. Epistuloe 25.
Grat. acl. Ad Gralianum actio. Ar. an.pr. PriorumAnalylicorumAristotelislib. IL
gratiarum
Perioch. Periochae in Homeri lliadem et Odysseam. Ar. an. post. Posteriorum Analytic. Arist. lib. II.
Praefaliunculae 5. Intr. syll. Introduclio ad syllogismos categoricos.
Prxf.
AUSPIC. — ADSPICIBS; évêque de Toul, vers 470 [Mi- Syll. cal. De syllogismo calegorico.
gne, l. LXI, p. 1005]'. Syll. hyp. De syllogismo bypothetico.
AVIAN. — FLAVIDS AVIAXUS, fabuliste du v" siècle [éd. Divis. De divisione.
Froehner, 18G2; éd. Baehrens, Poet. min. V, p. 51]. Disi. De distinctione.
A.-YICT. — SES. AURELIDS VICTOR, Africain, préfet de Ar. top. Topica Arislotelis, Boethio interprète.
Rome en 588 [éd. Arntzen, 1755, 4°]. Ar. elench. Elencha sophistica Aristot., Boethio
Or. Origo gentis Romanas. interprète.
Vir. Ut De viris illustribus Urbis Romae. Cic. top. In Topica Ciceronis commentâria.
Cses. De Cassaribus historia. — Diff. top. De differenliis lopicis.
A.-YICT. MIN. —"SEV. ABRELIUS VICTOR, historien, Rhet. cogn. De rhetoricae eognatione.
pos-
térieur au précédent [éd. Arntzen, 1753]. Loc. rhet. Locorum rhetoricorum distïnctio.
Epit. Cses.' Epitome de Cajsaribus (ab Augusto ad Trin. De Trinitate [éd. Peiper, 1871].
obilum Theodosii 1). Divin. Utrum Pater et Filius,... de divinilate
uraBdicenlur
AVIEN.^— RUFIBS FESTBSAVIEXBS, poète né à" Volsinie, [id;].
en Étrurie, florissait "avant 587 [éd. Holder, 1887]. Subst. Quomodo substanlîaî in eo quod sint bonae
Phxn. Phaanomena ex Arato versa. sint, etc. {id.].
Progn. Prognostica. Fid. calh. De fide catholica [id.].
Perieg. Periegesïs, seu Descriplio orbis terrae. Person. De Dersona et duabus naturis crjntra Eu-
Or. mar. Ora marilima. tychen et Nestorium [id.].
(Et plusieurs poésies- dans l'Anfhol. lat.) Defens. Volumen defensionis conlra Basileium.
AVITUS. — BONIF. — BOXIFACE Ier, pape en 419-422 [Migne, t. XX].
Voy. ALCISI. '
BACHIAR. — BAÇHIARIUS, auteur ecclésiastique, écrivait Ep. Epistuloe XV.
vers Pan 420 [Migne, t. XX]. C^CIL. — CECILIUS STATIBS, poêle comique, mort en
Fid. Liber de fide. 166 av. J.-C. Il ne nous reste que le titre et
quel-
Repar. De reparatione lapsi ad Januarium. de 44 comédies
ques fragments [5e éd. Ribbeck,
BALB. — BALBDS, l'un des Gromalici; Il vivait sous Comic. fragm.].
Trajan. Yoy. GROM. C.ELEST. — CELESTIBS, hérésiarque, disciple de Pelage,
BAPT. BEB. — BAPTISMB'SBEBIAXI, poème chrétien qui ne écrivit au commencement du v« siècle
* [Migne,
peut être postérieur au y siècle. 't. XLVIII). On n'a que des fragments.
BASIL. — BASILIBS, auteur de quelques Fid. Libellus fidei.
pièces dans
l'Anthologie. Ep. Epistula ad clericos Romanos.
BED. — BEBA VENERABMS, prêtre et moine Pecc. Liber adversus peccatum
' (672-755) originale.
t. éd. Sent. Sententia; de impeccantia. - "-
[Migne, XC-XCV; Giles, -1844]. r..{
CITES EN ABRÉGÉ DANS CE DICTIONNAIRE.
CJBLESTIN. —CÉLÉSTINIer,pape en 422-432 [Migne, t.L]. Serm. Sermo de tempore barbarico (attribué
-
Ep. Epistula;, XXV. aussi à saint Augustin).
Nèsl. Fragm. sermonis adversus Nestorium. CASS. — MAGNUS ABRELIBS CASSIOBORBS(Cassiodore), né
CELIUS RUFUS, correspondant de Cicéron. en Calabre, consul en 514, mort vers 575 [Migne,
CES. — C. JBLIBS CÉSAR, né en 654, mort en 710 de t. LXIX-LXX].
Rome [éd. Kipperdey, 1847]. Var. Yariarumsiveepistul. lib. XII [éd. Mommsen,
Gai. De bello Gallico libri VII [éd. Frigell, 1860; 1894, Mon. Germ. 4°].
éd. Holder, 1871]. Ret or. Reliquiae orationum [éd. Traube, 1894, à
Civ. De bello civili libri III [éd. Holder, 1898]. la suite des Varia;, Mon. Germ. ¥].
— Vov. HUIT, et POLL. Eccl. Hisloria e'cclesiaslica.
,
CJES.-AREL. — Saint Césaire, évêque d'Arles, né vers Chron. Chronicà [éd. Mommsen. 1894, Mon.
- Germ.
503, mort en 545 [Migne, t. LXVII]. 4°].
Hom. Homiliae XX. Comp. Computum paschale.
Opusc. Opuscula II. Psalm. Expositio in psalmos CL,
Reg. mon. Régula ad monachos. Cant. Expositio in Cantica canticorum.
Reg. virg. Régula ad virgines. Div. lilt. Instilutiones divinarum litterarum.
Recap. Recâpitulatio. Hum. lilt. Institutiones humanarum litterarum,
Sanciim. Sermo ad sanctimoniales. sive De artibus liberalibus (Grammatica, rheto-
Epist. Epistula;. rica, dialeetiça, arithmetica, musica, geome-
Gral. Capitula de gratia et libero arbitrio. tria, astronomia).
Test. Testamenlum et fragm. homiliarum. Oral. De oratione et octo ejusdem partibus.
CJES.-BASS.—C/ESIBS BASSUS,grammairien [Keil, Gramm. Orth. De orthographia.
lat., t. VI]. . Anim. De anima. ,
CJESEL. — C^SELLIBS VINDEX, grammairien antérieur Compl. Complexiones in Epistulas et Acta Apost.
à'Scaurus, et dont Cassiodore nous a conservé des et(Apocalypsin.
extraits [Keil, t. VII]. . CASSIAN. — JOHANXESCASSIANBS(Cassien), contemporain
CAIUS. — Voy. GAIBS. de saint Jean Chrysostome, mort en 441 . [Migne,
ÏALLIST. — CALLISTRATE, jurisconsulte, vivait sous Sé- t.XLIX-L; éd. Petschenig, 1886-88 ; Corp. Script.
1
vère et Caracalla. Voy. DIG. . eccl.,-t. XIII et XVII].
CALP. — CALPBRNIBSSICBLBS, poète bucolique, semble Coll. Collationes sanclorum Patrum.
avoir vécu sous Néron [éd. Baehrens, Poet. min., III, Coen. Institutiones seu De coenobiorum institutia
p. 65]. -...' lib. XII.
Ed. Ecloga; VII. Incarn. De incarnatione Christi lib. VII.
CALP.-FLAG. — CALPBRNIBS FLACCBS, rhéteur, - CASSIUS. —
consul Philosophe qui conspira contre César. On a
suffectus en l'an 96 ap. J.-C. [éd. Lehnert,, de lui 5 lettres dans la correspondance de Cicéron.
1905].
Dect Declamationes LI. CÀ.T. — CVALEPJBS CATBLLBS (Catulle), poète héroïque
CAND. — CANBIDBS, disciple d'Arius, écrivait au milieu et épigrammatiste, né en l'an 667 de Rome, mort
du ivc siècle [Migne, t. VIII]. en 707 [éd.'"Baehrens, 1876-85; éd. R. Ellis. 1878;
Gêner,. Liber de generatione divina. éd. L. Mûller, 1885].
CATO. — M. PORCIBS CATO", né en l'an 520 de Rome
Epist. Epistula ad Marium Victorinum rhelorem.
'
C.-ANTIP. — CAÎLIBS ANTIPATER, auteur d'Annales dont consul en 559, censeur en 570, mort en 605.
les grammairiens nous ont conservé quelques frag- Agr. De agriculture [éd. Keil, 1882].
ments. Il vivait au vu" siècle de Rome. Orig.Originum fragmenta [éd. Jordan, 1860].
CAPEL. — MARTIANBS MINNEIBS FÉLIX CAPELLA, auteur Orat.OrationUm fragmenta [id.].

africain, vivait dans le .v" siècle de notre ère, a CATO (YALERIUS). Voy. YAL.-CAT.
laissé un ouvrage intitulé De nupliis philologis CATO-PHIL. — CATO philosophus, auteur des distiques
et Mercurii, mêlé de prose et de vers [éd. Eyssen- De moribus[éi. Baehrens,Poet. min., III],semblant
' avoir vécu au commencement du m6 s. après J.-C,
hardt, 1866]. ,'
CAPER. — FLAVIBS GAPER, grammairien antérieur à C.~-AUR. —UC^LIBS AURELIANBS, médecin, né en Numi-
Charisius [Keil, t. VII]. die, semble avoir écrit au Ve siècle [éd. Amman,
Orlh. De orthographia. Amstelod.,.1709, 4°].
Dub. De verbis dubiis. Chron. ou Chr. Chronicarum sive Tardarum pas-
t
CAPIT. — JULIUS CAPITOLINBS, un des auteurs .de l'His- sionum Iibri_V.
toire Auguste, vivait sous Dioctétien et Constantin Acut. Acutarum seu celerum passionum libri III.
[éd. Jordan et Eyssenliardt, 1864 ; 2» éd. Peler, 1884]. Isag. Isagoge in artem medendi.
T.Anl. T. Antoninus Pius. CELS. — A. CORNELIBSCELSBS (Çelse), médecin du temps
Aurel. M. Aurelius Antoninus. de Tibère [éd. Daremberg, 1859].
. Ver. L. Verus. Z imédicina libri VlII.
Perl. P, Helvius Pertinax. CENSOR. — CENSORINUS(Censorin), grammairien, vivait
Alb. Clodius Albinus. au m" siècle [éd. 0. Jahn,i 1845; éd. Hultsch, 1867].
Macr. M. Opilius Macrinus. De die nalali.
Max. pat. C. Julius Maximinus pater. CEREAL. — CEREALIS, évêque africain, écrivait vers l'an
Max. fil. C. Julius Maximinus lîlius. 485 [M^gne, t. LYIII].
Gord. Gordiahi très. Libellus conlra Maximinum Arianum.
Balb. D. Cajlius Balbinus. CET. FAV. —; Voy. FAV.
Pup. M. Claudius Pupienus Maximus. C.-FEL. — CASSIBSFÉLIX, auteur d'un traité De mediciiia
CAHREOL. — CUPREOLBS, évêque de Cartilage, vivait au traduit du grec en 447 ap. J.-C, [éd. V. Rose, 1879].
v« siècle [Migne, t. LUI]. CHALCID. — CHALCIBIUS, auteur d'une traduction la-

Epist. Epistula; II. tine du Timée de Platon, vivait vers l'an 330 [éd
Theod. Fragm. epistulae ad Theodosium. Wrobel, 1876]. ,,
— b.
LATIN-FRANÇAIS.
S1V LISTE DES AUTEURS ET DES OUVRAGES
Fat. De fato.
CHAR. — FLAVIUS SOSIPATER CHARISIBS, grammairien
latin presque contemporain de Diomède [éd. Keil, Sen. Cato Major seu De senectule.

Gram. lat.-, t. I]. • Amie. Lfelius seu De amicilia.

CHROMÂT. — CHROMATIUS, évêque d'Aquilée, mort en Off. De officiis.


Univ. De universo seu Timaeus.
407 [Migne, t. XX].
Béai. De octo beatitudinibus. 5° FRAGMENTS.
Matth. Tractatus in euangelium Matthaei.
Arat. Aratus en vers du poème d').
CHRYSOL. — PETBUS CHR\SOLOGBS,archevêque de Ra- (trad.
veime, mort en 450 [Migne, t. LU]. Frag. Fragments.
Sermones 176. Cic. FIL. — Cicero films (Cicéron le fils).
CIC. — M. TBLLIBS ÇICERO (Cicéron), orateur et philo- CINN. — Yoy. HELV.-CINK-
. sophe, né en l'an 648 de Rome, mort en 711 [2° éd. CLAUD. — CLADBIBS CLABBIANBS (Claudien), poêle d'A-
éd. MQller et Friedrich, 1878 sq.]. lexandrie, né vers l'an 365 [éd. L. Jeep, 1876-79;
Orellj, 1845-61;
éd. Birt, 1892, Mon. Germ. 4»].
1° OBVRAGES SBR LA RHÉTORIQBE.
Prob. Panegyrieus inProbini et Olybrii consulatum.
Ad Her. Ad Herennium. Yoy. CORNIF. Ruf. In Rufinum lib II.
Inv. De invénlione [éd. Weidner, 1878]. III. Cons. Hon. De III consulatu Honorii.
De oral. De oratorelib. III [éd. Wilkins, 1879-92]. t IV. Cons. Hon. Dé IV consulatu Honorii.
Brut. Brutus ou De claris oratoribus. Fesc. Fescennina IV in nupt. Honorii et Marias.
Or. AOrator [éd. Heerdegen, 1884]. Gild. De bello Gildonico.
Top. Topica. Cons. Theod. De consulatu FI. Mallii Thecdori.
Part. Oratoriae partitiones. Eutr. In Eutropium.
Laud. Stil. De laudibus Stilichonis.
2° BISCOBRS. ...
; Cons. Stil. De consulatu Stilichonis.
Quint. Pro P. Quintio.
Get. De bello Getico.
Rose. Am. Pro Roscio Amerino. Honorii.
VI. Cons. Hon. De sexto consulatu
_ Rose. Corn. Pro Roscio comoedo. Seren. Laus Serenae regina;.
Csecil. Divinatio in Caacilium.
Palladii et Celerinae.
Epith. Epithalamium
Verr. In Verrem [éd. Em. Thomas, 1894]. Pros. De raptu Proserpinae.
Tull.Pro M. Tullio (fragm.).
Gig. Gigantomachia.
Font. Pro M. Fonleio.
Epist. Epistula; V.
Csec. Pro A., Caecina.
Manil. De imperio Pompeii, ou De lege Manilia. Edyl. Edyllia VII.
Epig. Epigrammata L.
Clu. Pro Cluentio Habito.
Laud. Herc. Laudes Herculis.
Agr. De lege agraria. CLAUDIANUS MAMERTDS. — Y'oy. MASIERT.
Rab. perd. Pro Rabirio, perduellionis reo.
CLAUDIUS QUADRIGARIUS; — yoy. QBABBIGARIBS.
Cat. In Catilinam.
' CLEDON. — CLEBOXTDS,sénateur et grammairien, sem-
Mur. Pro L. Murena. ,
blé avoir vécu à l'époque de Servius et a laissé une
Flacc. Pro L. Flacco.
Expositio in Donati artem primam et secundam
Suit Pro Sulla. . . . ,
Arch. Pro Arehia poeta. [éd. Keil, t. Y].
CN. GELL. — Yoy. GELL.
Planée Pro Plancio.
" • COD. GREG. — COBEX GREGORIANBS,composé sous Dio-
Sesl. Pro Sestio.
Yat. In Vatinium. ' ctétien, par un certain Gregorius. Il n'en reste que
des fragments [éd. Haaiel, 1857].
Scaur. Pro JEmilio Scauro (fràgm.).
' COD. JUST. ou simplement COD. — COBEX JUSTISIANDS,
/ Cml. Pro,M. Cajlio.'.
Prov. De provinciis consularibus. composé sous l'empereur Juslinien en 529. Contient
les constitutions depuis Hadrien jusqu'à Justinicn
Balb. Pro Cornelio Balbo. -, _
[éd. Herrmann, 1843.; éd. Krùger, 1884].
Pis. In Pisonem,
COD. THEOD. —- COBEX THEODOSIAKBS,pubhé sous Théo-
Mit Pro Milone. i
dose II, en 438 [éd. Th. Mommsen, 1905].
Rab. Post. Pro Rabirio Postumo.
CQELIUS. ":— Voy. .CJSLIBS.' -
Marc. Pro Claudio Marcello.
COL. — L.
JUSTES MOBEBATBS COLUHELLA (Columelle),
Lig. JPro Ligario.
agronome, né en Espagne ; écrivit sous Tibère et
Dej. PrOf.rege Dejotaro. /
Claude [Script, rei rusticce, éd. Schneider,
Phil. Oratibnes Plùlippiça; in M. Antonium. 1794].
Rusl. De re rustica lib. XTI.
3° LETTRES. Arb. De arboribus.
Fam. ad familiares COMMOD. — COMMODIANBS(Commodien),
Epistula; [éd. Mendelssohn, " poète'chrétien
1895-; éd. VYesenberg, 1872-75]. en vers' rythmiques, originaire de Syrie, écrivait
vers l'an 270 [éd. E. Ludwig,
Q. fratr. Epistula; ad Quintum fratrem [id.]. 1877-78; éd. Dombart,
AU. Epistula; ad Attieum [id.]. 1887, Corp. Script, eccl., t. XV].
Inslr. InstructioUes LXXX adversus Paganos.
4" ÉCRITS PHILOSOPHIQBES.
Apol. Carmen apologeticum adversus Judasos et
Ac. Academica. géntes.
Fin. De finibus bon. etmal. [5° éd. Madvig, 1878]. CONS. AD Liv. — COKSOLATIOAB LIVIAM.
Voy. ALBIN.
Tusc. Tùsculâna;. CONSENT. — P. CONSENTIUS,grammairien
Disputationés de Constan-
Par. Paradoxa.. ; tinople, écrivait vers l'an 450 [éd. Keil, t.
V].
De republica. CORIP. — FLAVIUS, CRESCOXIBSCORIPPBS
Hep. (Corippe), évê^
. L"g. De legibus. que africain sous Justinien et Justin H, vr siècle
. Nat. De 'natura deorum, [éd. Imm. Bekker, 1836; éd. J.Partsch, 1879, Mon.
Div. île divinatione. Germ. 4°; éd. Petschenig,
1886].
CITÉS EN ARREGÉ DANS CE DICTIONNAIRE. .xv
Just. De laudibus Justini minores. tribuée à L. Seplimius, qui vivait sous Dioclétien, et
Fragm. Fragment, panegyrici in laudem Justini. à Cornélius Nepos [éd. Meister, 1872].
Anast. Panégyrieum. in laudem Anastasii. ,, DIG.,— DIGESTA (ou PANBECTÀ). Le Digeste, recueil de
Johan. Johannis, sive De bellis Libycis.] jurisprudence formé sous Justinien, pendant, les
CORNIF. — Q. CORKIFICIBS, rhéteur, tribun du peuple années 550-555 [éd. Mommsen, 1886].
en l'an 685 de Rome. On lui attribue le .traité Ad DIOCL. — DIOCLETIANUS. Édil de Dioclétien de l'an 501.
Herénnium qui se trouve dans les éditions com- [Corp. Inscr. Lat., III, p. 824 sq.].
plètes de Cicéron [éd. Kayser, 1854; éd. Marx, DIOM, — DIOMÈBE, . grammairien latin, antérieur à

1894]. Priscien[éd. Keil, t. 1].


C.-SEV. — COBSELIUSSEVERBS,
poète du siècle d'Au- DION.LEXIG. — DIONYSIBS IÎXIGBBS, d'origine scylhe,
guste, auteur d'un poème sur l'Etna que YYernsdorf .moine, ami de Cassiodore, mort vers 540 [Migne,
attribue à Lueilius Junior, le correspondant de Sé- . t. LXYII].

nèque[éd. Baehrens,Poet.min.,t.II; éd.Ellis, 1901]. DOM.-MABS. — DOMITIBS MARSBS, épigrammatiste du


CURT. -r- Q. CBBTIUS RBFBS (Quinte Curce), historien siècle d'Auguste, dont il ne reste presque rien [Frag.
d'une époque incertaine (peut-être du temps de poet. rom., éd. Baehrens]. .
Claude). On a de lui une histoire mutilée, De rébus DONAT. —.^ELIBS DONATUS (Donat), grammairien, en-'
gestis Alexandri. Magni [éd. Hedicke, 1867; éd. seignait à Rome en 354, fut un maître de saint Jé-
Th. Vogel, 1885; éd.'Damsté,M895]. . . rôme. Outre divers traités de grammaire publiés,
CYPR. — TBASCIBSCECILIUS CYPRIASBS (saint Cyprien), en dernier lieu dans les Grammaliçi de Keil, t. IV,
évêque de Cartilage, mort en 258 [éd. Hartel, 1868- nous avons de lui un commentaire sur les comédies
71, Corp. Script, eccl., t. III]. de Térence [éd. Klotz, 1858 ; éd. Wessner, 1902-1905].
Epist. Epistula; 81. Un autre Donat (Ti. CLABDIBS DOXATBS), postérieur
. Hab. Virg. De habita virginum. et d'une science médiocre, a composé une Vie de
Laps. De Iapsis. Virgile [éd. Reifferscheid, Suelo'n. reliq., p. 84] et
Unit. De unitate Ecclesiae. - un long commentaire sur l'Enéide [éd. Georgii,
Or. dom. De oratione dominica. 1905-06].
Demelr. Ad Démetriànum. DOSITH. — DOSITHEUS, grammairien, florissait à Rome
ldol. De idojorum vanitate. au. commencement du m" siècle de notre ère, et y
Mort. De mortalitate. enseignait le grec.
Op. eleem. Dé opère et eleemosynis. Gramm. Ars grâmmatica latino-grasca [publié
' — éd. Keil,
Bon. pal. De bono patien dans les Anal. Gramm<; 1871].
Zel. De zelo et livore. Int.Interpretamento'rum lib. III, groece et latine
Fortun. Epist. ad Fortunatum de exhortatione [éd. Bocking, 1832].
martyrii. Gloss. Glossa; graeco-latinae [éd. Keilj 1871].
Test. Jud. Testimonia advefsus Judaeos. DRAC. OU DRACONT. •—• BLOSSIBS AEMILIBS DBACONTIBS
Heer. bapi. Sententiae episcoporum 87 de haere- poète chrétien carthaginois du. v" siècle, composa su
ticis bàptizandis. la création un poème, Hexaenieron, qui futretoUch
'
CARMINA. I -par saint Eugène au vu" siècle [éd. Àrevalo, 1791;
' éd. Vollmer, Mon. Germ. On lui attri-
Gen. De Genesi. 1905, 4°].
bue aussi : >.•:'
Sod. De Sodoma et Ninive. /
>' '. Sat. Satisfactio.
Crue. De cruce ou Lignum vitae.
Carm. Carmina minora [éd. Duhn,-1873;
min. éd.
Sen. ap. Ad senatorem apostatam.
Baehrens, Poet. min., t. V, p. 126].
Resurr. De resurrectiçhe mortuorum.
DREP. OU DRËPAN. ^- DEEPANIDS FLORBS, poète gaulois,
SPURIA.
probablement du v" siècle, composa des hymnes,
'
Spect. De spectaculis. , , des psaumes et des épîtres [Migne, t. LXI].
Martyr. De laude martyrii. . ECCL. — AUCTORESECCLESIASTICI. ,
Pudic. De bono pudicitia;., ELEUTH. — ELEBTBERIUS (saint Éleuthère), évêque de
Novat. Ad Novatianum. Tournai en 487, mort en' 550 [Migne, l. LXY],
Rebapt. De rebaptismate. Serm. Sermones quinque.
Aleat. De alsatoribus [éd. Harnack, 1888]. Or. Oratio ad Deum.
Sin. De montibus Sina et Sion. EMPOR. — EMPORIBS, rhéteur conlemporain de. Cassio-
Vigil. Ad Vigilium de judaica incredulilate. dore [éd. Halm,' Rhetores latini minores, 1863].
- '
Jud. Adversus Judaeos. De ethopoeia. *
Ethop.
Oral. Orationes. Loc. Praeceptum locicommunis.
Abus. De duodecim abusivis saeculi. Dem. Praeceptum demonstrativa; mâteriae.
Sing. cler.
De singularitate clericorum. Delib. Praeceptum deliberalivum.
mort.
Dupl. De duplici martyrio. ENN. — Q. ENSUIS, de Rudies en Calabre, né en 515,
Comp. De pascha computus. mort en 585 de Rome; Outre ses Annales, qui ra-
DAMAS. — S. DAMASE, pape, mort en 384, auteur de contaient l'histoire de Rome en 18 chants, et un
petits poèmes sur des sujets chrétiens [éd. Ihm, 1895]. poème en vers ïambiqUes sur le premier Scipion, il
DAR. — DARES PHRYGIBS, historien grec de la guerre avait composé 28 tragédies 5 comédies e lune
de Troie, dont nous avons une traduction latine, satire [2° éd. Valilen, 1905; éd. Baehrens, Frag. poet.
faite vers le v* siècle de notre ère, intitulée De rom., , '...
1886].
excidio Trojse hisloria, [éd. Meisteiy 1875]. ENNOD. -— MAGNBS FÉLIX ENXOBIUS (saint Ennode), évê-
DEXT. — L. FLAVIOS DEXTER, de Barcelone, préfet du que de Pavie, ami de Boèce [Migne,
t. LXIII ; éd.

prploire en 392, mort en 450, auteur d'une Hislo- Hartel, 1882, Corp. Script, eccl. t. VI].
ria omnimoda [Migne, t. XXXI]. . Ep. Epistularum lib. IX. , .
DIOT. — DICTÏS CRETENSIS, auteur grec d'une histoire Op. Opuscula miscella.
de la guerre de Troie. On en a une traduction at- '1. Panegyricus dictus Thèoderico.
XVI LISTE DES AUTEURS ET'DES OUVRAGES
2. Libellus apologcticus pro synôdq. FAUSTIN. — FAUSTINBS, prêtre de la secte de Lucifer,
5. Yita Epiphanii episcopi Ticinensis. fiorissait vers 484 [Migne, ït. XIII].
4. De vila Antonii monachi Lerinensis. Irin. De Trinitale, sive de fide, contra Ariauos.
5. Eucharisticum de vila sua. Fid. Fides Theodosio oblala.
6. Paraenesis didascaliea ad Ambrosium et Lib. Libellus precum ad Valentinianum, Theo-
Beatum. dosium, Arcadium.
7; Praeceptum quando jussi sunt episcopi FAUST.-RHEG. — FABSTBS, évêque de Riez, contem-
cellulanos habere. porain de Sidoine Apollinaire [Migne, t. LYIII; éd.
'8. Petitorium quo absolutûs est Gérontius Engelbrecht, 1891, C. Scr. eccl., XXI]-
puer Agapiti. Gral. De gratia Dei et liberb arbitno hb. II.
9-10. Benedictio eerei. . Ep. Epistula; XIX [éd. Krusch, 1887].
Met. Dicliones XXVIII. Serm. Sermones VIII.
Carm. Carminum lib. II. FAV. — M. CETIUS FAVEXTIXUS, abréviateur de Yitruve
PIPHAN. — EPIPHAKIBS (Epiphane), évêque de Con- [2' éd. Rose, 1899]-
stanlinople, dont il reste quelques lettres adressées F'AVON. — FAVONIUS EBLOGIBS, rhéteur carthaginois,
au pape Hormisdas en 520-521, traduites en latin élève dé saint Augustin, auteur d'un commentaire
à une époque assez ancienne [Migne, t. LXIII]. sur le Songe de Scipion [éd. Holder, 1901].
EUANG. APOCR. — EUASGELIA APOÇRTPHA[éd. Tischen- FEL. — FÉLIX IV, pape de 526 à 530 [Migne, t. LXV].
dorf, 1855 et 1876]. Ep. Epistula ad Cassariam Arelatensem.
EUCH. — EUCHERIUS (saint Eucher), évêque de Lyon Rav. Constitutum de ecclesia Ravennatensi.
de 454 environ à 450, a laissé des lettres, des ho- —
Voy. C.-FEL.
mélies et divers'traités [Migne, t. L ; éd. Wotke, 1894, FENEST. — L. FEXESTELLA, historien contemporain de
Corp. Scr. eccl., t. XXXI]. César et d'Auguste. Il ne nous reste de ses Annales
EUCHER. — EUCRERIA, poétesse d'Aquitaine du v* ou que de courts fragments.
VIe siècle (?), dont on a quelques distiques [Anth., FIÎST. — SEX. POMPEIBS FESTOS vivait probablement
éd. Riese, n" 390]. au nr= siècle de notre ère ; il a composé, d'après
EUGEN. — EUGEXICS(saint Eugène), évêque de Cartilage, Verrais Flaccus, un traité de Verborum significa-
mort vers 505, a laissé une Profession de foi et une tione dont il ne nous reste que la seconde moitié.
-, Lettre [Migne, t. LYIII, p. 769]. Ce traité a élé aErégé-'lui-même par Paul Diacre
EUGEN.-TOL. — EuGENros (saint Eugène le Jeune), [éd. 0. Mûller, 1859; éd' Thew. de Ponor, 1889].
— FILASTRIBS
évêque de Tolède au milieu du vu" s., a laissé des Fil. (saint Filastre), évêque de Brescia,
épigrammes [Migne, t. LXXXVII, p. 547; éd. Voll- contemporain de saint Ambroise, auteur d'un diver-
mer, 1905, Mon. Germ., XIV]. sarum hereseon liber [éd. Marx, 1898, C. Script,
EUGIP: — EUGIPPIBS ou EUGYI-PIUS, moine des environs eccl., t. XXXVIII].
de Naples, a composé en 511 une Vila S. Severini FIRM. — J. FIBJUCBS MATEBKBS, vivait au milieu du
[éd. H. Sauppe, 1877, Mon. Germ. 4°] et des Ex- IVe siècle. (Suivant les critiques modernes, il y au-
cerpta ex libris S. Auguslini [éd. P. Knoell, rait deux auteurs du même nom et de la même
1885, Corp. Script, eccl., t. IX]. époque, dont l'un est païen et l'autre chrétien.)
EUGRAPH. — EBGRAPBIBS (Eugraphe), grammairien du -Mal. Malheseos seu Aslronomicorum lib. TOT [éd.
vi" s., auteur d'un Commentaire sur Térence [éd. Prucker, 1551 ; éd. Sittl, 1894].
Klotz, 1858-40]. Err. De errore profanarum religionum [éd. Halm,
EUM. — EBMESIBS (Eumène), né à Athènes, professeur 1867, Corp. Script, eccl., t. II ; éd. Ziegler, 1908]-
' de Constance FLORENT. — Fi.0BEXTrxus, jurisconsulte
Chlore, puis professeur à Autun, a qui semble
laissé un discours pro reslaurandis scholis avoir vécu sous Alex. Sévère. Le
Augus- Digeste contient
lodunensium et plusieurs des fragments de ses Institutiones en 12 livres.
Panégyriques [Paneg.
lat., éd. Baehrens, 1874]. FLOR. — L. ANNÉES FLORUS, historien, a composé un
EUSEB. — EUSEBIBS [saint Eusèbe), évêque de Verceil Epilome de gestis Roinanorum,en:4 hvres [éd.O.
en 540, mort en 571, auteur de Lettres et d'un opus- Jahn, 1852; éd. Rossbach, 1896].
cule sur la Sainte Trinité [Migne, t. XII]. FORT. —HOXOBIUS CLFJIEXTIAKUS VEKANTIUS FORTUSATUS
EUTR. —. EBTROPIBS (Eutrope), écrivit, vers la fin du (Fortunat), poète et historien né en 550,
chrétien,
ive siècle,' un Breviarium historiée Romanes en près de Trévise, évêque de Poitiers [éd. F. Léo et
12 livres [éd. H. Droysen. 1879, Mon. Germ. 4°; éd. Krusch, 1881-85, Monum. Germ. 4°].
RQlil, 1887]. Carm. Carminum libri XI.
EDTYCH. — EUTYCHES, disciple de Priscien, enseigna à Mart. De vita S. Martini lib. IY.
Conslantinople la grammaire latine [Gramm. lat., éd. Thur. De excidio Thuringia;.
,. Keil, t. Y]. Just. Ad Justinum juniorem et Sophiam Augg.
FACUND. — FACUXBUS,évêque d'Hermianum en Afrique, Art. Ad Artachin.
vivait sous Justinien, auquel il offrit en 547 sa Hii. Vila S. Hilarii episc. Pictaviensis.
défense de trois articles du concile de Chalcédoine Germ. Vita S. Germani
ep. Parisiensis.
[Migne, t. LXYirj. Albin. Yita S. ALbini ep.
Andegavensis.
Def. Pro defensione trium Mb. XII. Pal. Vila Paterni
capitulorum ep. Abrincensis.
Jlloc.Liber contra Mocianum scholasticum. Rad. Yita Radegundis reginoe.
Ep. Epistula fidei catholica;. Amant. Vila S. Amantii
ep. Rutenensis.
FALT. — FALTOXIA PROBA, poétesse chrétienne, a laissé Rem. Vila S. Remigii ep. Remensis.
un centon virgilien rappelant les principaux faits de Med. Yita S. Medardi ep. Noviomensis.
l'Ancien et du Nouveau Testament [éd. Kromayer, lîlarc. Vila S. Marcelli ep. Parisiensis.
1719; éd. Schenkl, 1888, C. Scr. eccl., t. XVI]. Leob. Vita S. Leobini ep. Carnotensis.
FAKN. — Voy. RHEM. FANS. Muuril. Vita Maurilii ep. Andegav'ensis.
FAST. — FASTI COXSULARF.SCAPÏTOLFAI [éd. Act. Acta passionis Dionysii
Henzen,
episcopi, Rustici et
Corp. Inscr Lat., I ] Èleutherii.
CITES EN ARRÉGÉ.DANS'CE DICTIONNAIRE. xvr
FORTUNAT. OU FORT. RHET. CuRIUS (OU C. Cllinius) 91 livres, dont il reste quelques fragments [éd.
FORTUNATIANBS,rhéteur du il* ou m" siècle de notre Peter, Hist. rom. frag., 1885]. ,
ère, a laissé : Arlis rhéloricm lib. III [éd. Halm, GENNAD. — GENKADIBS, prêtre de Marseille, historien
Rhet. lat. min., 1865]. chrétien, a composé, vers la fin du v« siècle, un
F.-PICT. — R. FABIUS PICTOR, vivait au temps de la traité De viris illuslribus qui forme la continua-
seconde guerre punique. Il -nous reste quelques tion de celui de saint Jérôme [Migne, t. LVIII].
. fragments de ses Annales [éd. Peter, Hist. rom. GERMAN. — C&'SAR GERMANICUS,fils adoptif de Tibère,
reliq., p. 109] et de ses 16 livres sur le Jus ponli- mort l'an 19 de J.-C. On a de lui une traduction
ficium [éd. Huschke, Jurisp. antejuslin., 1867]. en vers des Phénomènes d'Aralus, un fragment des
FRAGM. JUR. — FHAGMEXTAJURIS CIVILIS AXTEJUSTINIANEI, Pronostics 1899; Poet. min-, éd.
[éd. Breysig,
publiés pour la première fois en 1825 par A. Mai Baehrens, t.' IV, p. 102], et quelques épigrammes
'[éd. Huschke, 1867}. [Anth., éd. Riese, n" 78 et 709]. ,,
FRONTIN. — SEX. JULIBS FRONTINUS (Fronlin), né vers GLOSS. CYR. — GLOSSARIUMCÏRILLIANBM, glossaire grec-
l'an 40, mort vers 105. latin, ainsi nommé par le premier éditeur, Vulca-
Sfratf.-Strategematicon lib. IV [éd. Gundermann, nius,' parce qu'il se trouvait à la fin de quelques
1888]. écrits de saint Cyrille [éd. Goelz, Corp. gloss. lat.,
Aq. De aquis Urbis Romae
[éd. Bûcheler, 1858]. t. II, 1888].
Il a laissé, aussi
quelques opuscules sur l'ar- GLOSS. GR.-LAT- — GLOSSARIBUGR*:CO-LATINBH.
pentage. Yoy. GROM. GLOSS. ISID. — GLOSSJEISIDOM. Gloses faussement at-
FRONTO. — M. CORNÉLIUSFROXTO (Fronton) vivait sous tribuées à Isidore, recueillies par Scaliger, et pu-
Marc-Aurèle. Une partie de ses oeuvres a été publiée, bliés dans le Thésaurus'de Yulcanius. Ces gloses sont
d'après un unique palimpseste, par A. Mai (1823), à peu près les mêmes que celles dites de Pitho'u."
puis par À. Naber (1867). On lui attribue aussi GLOSS. LAT.-GR. — GLOSSARIUMLATINO-GBJECUM.
quelques opuscules de grammaire. GLOSS. PAP. -— GLOSS/E PAPI/É. Gloses recueillies par
FULG. —FULGENTIUS (saint Fulgence),né en 468, évêque
Papias, auteur du xr= siècle.
de Rusp en Afrique en 508, mort en 553 [Migne, GLOSS. PHIL. — GLOSSAHIUMPUILOXENI. Lexicon Iatinor
t. LXV]. groecum [éd. Goetz, 1888, Corp. gloss. lat., t. II].
C'est à un autre Fulgence (Fabius Planciades), GLOSS. PITH. — GLOSS,E PITIIOEI. Extraits laits par
également Africain, et à peu près contemporain, Pithou d'anciens glossaires [éd. Golhofredus, Auct.
qu'on attribue : lat. ling., 1602, 4°].
Myth. Mythologiarum libri très [éd. Rud. Helm, GLOSS. PLACID. — GLOSS.EPLACIBI. Gloses de Luctatius
1898].' Placidus, publiées par A. Mai (Class. auct., t. III et
Virg. Yirgiliana continentia, sive de allegoria , VI) [éd. Deuerling, 1876]. Voy. PLACIB.'
librorum Virgilii [id.]. GEAT. — GRATTIUS FALISCUS, poêle didactique du siècle
Prise. De Prisco sermone [id.]. a laissé un poème sur la chasse: Cyne-
/d'Auguste,
A ce dernier est.attribué un opus-
quelquefois geticon [Poet. min., éd. Baehrens, 1.1, p. 29].
cule De mlaiibus .mundi et hominis, publié à GRATIAN. — FLAVIUS GRATIAXÙS, empereur romain
Paris en 1696, et dans le Rheinisches Muséum On a de lui une lettre à saint Ambroise
(367-365).'
1868, p. 155 sq., sous le nom de Fabius Claudius [Migne, t. XVI] et une Conslitulio in rebaptizanles
Gordianus Fulgentius [éd. Helm, 1898]. anni 577 [Migne, t. XLIII]).
FUR. — FURIBS. Voy. BIBAC. GREG. OU S. GREG. — GRÉGOIUUSMAGNBS (saint Grégoire
FUR.-ANT. —r- FBRIBS ANTIIIANUS, jurisconsulte, vivait le Grand), pape, de 590 à 604 [éd. Ord. S. Bened.,
sous Seplime Sévère et Caracalla. Des fragments Paris, 1605,f°; Migne,t.LXXYI-LXXYIl].Oncitesur-
de ses écrits sont dans le Digeste. tout ses Lettres [éd. P. Ewald, 1887, Mon. Germ.,4°].
G.ETUL. — CNEIBS LENTULUS GJETBLICUS, épigrammafiste GREG.-TUR. — GEORGIUS FLORENTIUS GREGORIUS, TBRO-
sous Tibère. NENSIS(Grégoire de Tours), évêque de Tours de 573
GAIUS. — GAIUS, jurisconsulte du temps d'Hadrien à 594 [Migne, t. LXXI ; éd. Arndt et Krusch, 1885,
et MaroAurèle. On a de lui des fragments dans le Mon. Germ., 4°]. N'est guère cité que pour les noms
Digeste et des Institutiones conservées par un propres.
palimpseste de Vérone [éd. Kriiger et Studemund, GRIL. — GRILLIUS OU GRYLI.IBS. -rhéteur de la fin du
1899]. iv° siècle, dont on a un commentaire mutilé sur le De
GARG.— Q. GARGILIBS MARTIALIS (Gargile), agronome et invenlione de Cicéron [éd Halm, Rhelores lat.
historien, florissait sous Alexandre Sévère [éd. Val. min., p. 596-606].
Rose, 1875]. GROM. — GROMATICI VETERES. Recueil d'auteurs qui
Cur. De cura boum. ont traité de l'arpentage [éd. Laehmann, 1848].
Arb. De arboribus HADRIAN. — P. JELIUS HADRIAKUS (Hadrien),
pomiferis. empereur.
Pom. De pomis sive medicina de pomis. Des vers de sa composition nous ont élé conservés
GADDENT. — GiUBEKTiBs (saint Gaudence), évêque de par son biographe Sparlieri.
Brescia à la fin du iv° siècle, a laissé 21 sermons HÂTER. — JULIBS HATERIANU'S, avait composé sur Vir-
[Migne, t. XX]. gile des commentaires dont quelques fragments
GELAS. — GELASIUS (saint Gélase), pape de 492 à 496, figurent parmi les Scholia Veronensia [éd. Tliilo
a laissé des lettres et quelques opuscules [Epist. et Hagen, 1902, dans Servius, t. III].
Rom. pontif., éd. Thiel. — Décrétâtes PS.-ISID., éd. HELPID. — HELPIDIUS RUSTICUS, médecin du roi Tliéb-
doric, mis à mort avec Boèce, a laissé un petit
Hinschius].
GELL. — A. GELLIUS (Aulu-Gelle), célèbre grammai- poème: De J. C. Beneficiis, et une série dé vingt-

quatre tercets sur l'histoire


rien du second siècle de notre ..ère, a écrit des de l'Ancien et du Nou-
Nocles Allicee, en 20 livres Il vivait au commencement du
[éd. M. Hertz, 1885- veau Testament.
1887 ; éd. Hosius, 1905]- vic siècle [Coll. Pisaur., t.. VI, p. 77; Migne, LXII].
Un historien (Cn. Gellius) des derniers temps HELV. .CINN. — C. HELVIUS CINNA, poète épique et épi-
de la République avait composé des Annales en grammatisle de la fin du TU" siècle de Rome.
LISTE DES AUTEURS ET DES OUVRAGES
Matih. Commentarius in euang. Mattioei.
HEMIN. — L. CASSIUS HEMINA, historien contemporain Euang.
de ses An- Trin. De Trinilate libri XII.
de Caton ; il reste quelques fragments
nales [éd. Peter]. Syn. Liber de synodis.
ad reprehensores libri de syno-
HERM, — HERJIAS, auteur du 11esiècle de notre ère, Apol. Apologelica
traité intitulé Pastor dont il dis responsa.
composa, en grec, un
Abr. Epistula ad Abram filiam.
existe une trad. latine fort ancienne [éd. 0. von
missus.
Gebhardt et A. Harnack, 1877]. Hymn. Hymnus filiae suae Abrae
Const. Ad Constantium Augustum lib. II
HERMOG. - — CLAUDIBS HERMOGENIANUS, jurisconsulte
chrétien, dont on retrouve des frag- Conl. Const. Conlra Constantium.
probablement
Arian. Contra Arianos.
ments dans le Digeste.
Hist. ex opère historico.
HIER. — SOPHRONIUSEUSEBIBSHIERONYMBS(saintJérôme), Fragmenta
né en 551, mort en 420 Ep. Epistula seu libellus.
Père de l'Église, [éd.
Serm. Sermo de dedicatione ecclesiae, Pictavis.
Vallarsi, 1754-1742; Migne, t. XX1I-XXX].
aliorum operum perd.
Ep. Epistula; 150. Fragm. Fragmenta
HIL.-AREL. •— HILAHIUS ARELATEXSIS (saint Hilaire),
Vit'. Paul. Yita S. Pauli primi eremita;.
de 429 à 450 environ, écrivit en
Vit. Hit Vita S. Hilarionis eremitae. évêque d'Arles
Vit. Malch. Yita S. Malchi monachi. prose et en vers [Migne, t. L].
e graeco reddita. HIRT. — A. HIRTIBS, mort consul l'an 711 de Rome,
Reg. Pàch. Régula S. Pachomii
Pachomii et Theodorici. auteur du livre VIII des Commentaires de César
Epi Pach. Epistula;
Did. Liber Didymi de Spiritu Sancto e graeco redd. Les critiques modernes ne le regardent
' [Yoy. CES.].
des récits intitulés Bellum
Lucif. Dialogus contra Luciferianos. plus comme l'auteur
Alexandrinum, Bellum Africanum, et Bellum
Helv. Adversus' Helvidium.
Jovin. Adversus Jovinianum libri II. Hispaniense.
Vigil. Adversus Yigilaniium liber. HIST. APOL. — HISTORIA APOLLOXII RÉGIS TYRI, traduite
Joli. Jer. Adv. Johannem Jerosolymitanum liber. du grec vers le commencement du vr* siècle de
- notre ère
Ruf. Adversus Rufmum libri III. [2° éd. A. Riese, 1895].
Pelag. Adversus Pelagianos libri III. HIST. Mise. — HISTORIA MISCELLA. Continuation de
Vir. De viris illustribus [éd. Richardson, 1896]. l'abrégé d'Eutrope par Paul Diacre [éd. Eyssen-
Nom. Hebr. De nominibus Hebraicis [éd. Lagarde, hardt, 1869]. .
'
1887]. . . HOR. •— Q. HORATIUS FLACCUS (Horace), ami de Mécène
Loc. Hebr. De situ et nominibus locorum He- et d'Auguste, né à Yenouse en Apulie, poète lyrique,
braicorum [même éd.]. satirique et didactique (Ans de R.ome 689-746).
Qusest. Gen. QuaeslionumHebraic. liberin Genesim. [5* éd. Orelh^Bailer, 1850-52; éd. KeUer el Hol-
Eccl. Commentarius in Ecclesiasten. der, 1870].
Orig. Cant. Homeliae duo Origenis in Canticum Od. Odarum seu Carminum lib. IV.
canticorum latine redd. Epod. Epodon liber.
Isai. Commentariorum in Isaiam libri XVIII. C. S3sc. Carmen saaculare.
Jerem. Commentariorum in Jeremiam libri VI. Sat. Satyrarum lib. II.
Ezech. Commentariorum in Ezechielem libri XVI. Ep. ou Epist. Epistularum lib. II.
Dan. Explanatio in Danielem. Art. De arle poetica.
Orig. Jer. Homiliae XXVIII Origenis in Jeremiam HYG. — C. JULIUS HYGIXUS (Hygin), affranchi d'Auguste
et Ezechielem latine redd. et ami d'Ovide, qui avait écrit sur la mythologie et
Osée. Commentariorum in Osée libri III. l'astronomie. Nous n'avons de ses oeuvres qu'une
Joël. Commentariorum in Joelem liber. compilation.
Amos. Commentariorum in Amos libri III. Fab. Fabula; 277 [éd. Maur. Schmidt, Jena;, 1872].
Abd. Commentariorum in Abdiam liber. Astr. Astronomicon lib. IV [éd. Bunte, 1875].
Mich. Commentariorum in Michaeam libri II. Un autre Hygin, qui vivait sous Trajan, est l'au-
Nah. Commentariorum in Nahum liber. teur de divers traités d'arpentage publiés dans
. Hab. Commentariorum in Habacuc libri II. les Gromalici. Son Liber de munitione casiro-
Soph. Commentariorum in Sophoniam liber. rum a été publié à part en 1878 par Gemoll.
Agg. Commentariorum in Aggaeum liber- LXNOC. --- IXNOCENTIBS,auteur du Ve siècle sur les me-
Zach. Commentariorum in Zachariam libri III. sures agraires, publié dans les Gromalici. i
Malach. Commentariorum in Malachiam liber. mots sont aussi empruntés au pape
Quelques
Matth. Commentariorum in Matthaaum libri IV. Innocent I
(401-417) dont 45 épîtres nous sont
"
Orig. Luc. Origenis homilia; 59 in Lucam, e graeco. parvenues [Migne, t. XX).
Galat. Commentar. in epist; ad Galatas libri III. INSCR. -r- IXSCRIPTIOXES. Les principaux recueils cités
Ephes. Commentar. in epist. ad Ephesios libri III. ici sont :
Tit. Commentariorum in epist. ad Tilum liber! C. I. L. latinarum, éd.
' Philem. Corpus inseriptionum
Commentar. in epist. ad Philemonem liber. Acad. Boruss. 15 vol. f°, 1865 sqq.
Chron. Eusebii chronicon e graeco latine reddi- Orel. latinarum coUectio. éd. Orelli et
Inscript,
tum et continuatum ab anno 550 ad ann. 580 Henzen, 1828-1856.
[éd. Alf. Schoene, 1866-1875]. Neap. Inscript, -regni Neapolitani, éd. Mommsen,
On a encore, sous le nom de saint Jérôme, 1852!
divers opuscules rejetés en Appendice par les Fabret. Inscr. ant., éd. R. Fabretti, 1702.
éditeurs. Murât. Novus thésaurus inscr., éd. L. A. Mura-
Un. ou HIL.-PICT. — HILARIBS PICTAYTENSIS(saint Hi- 1759-42.
tori,
laire), évêque de Poitiers en 550, mort en 566 , Don. Inscr. antique, a J. B. Doni, 1751.
[Migne, t. IX-X]. Grut. Inscript, éd. Gruter, 1605.
anliq.,
Psalm. Traotat.us super Psalmos [éd. Zingerle, Renier, romaines de l'Algérie, éd.
Inscript, L.
1891, C. Script, eccl., t. XXII]. Renier. 1855 sq. . _
CITÉS EN ARRÉGÉ DANS CE DICTIONNAIRE. xix

Rossi, Inscr, christiana;, éd. J.-B. de Rossi, l'autre par (Class. aucl., t. III) et C. Mûller
Mai
1861-1889. (Geogr. grmci minores, t. II, p. 515).
Wilm. Exempla inscr. lat., éd. Wilmanns, 1875. JUST. — M. JUNIANUS JUSTINUS (Justin), historien qui
Le Bl. Inscr. chrét. de la Gaule, p. p. Le Blant, semble avoir vécu sous les Antonins, écrivit, en abré-
1856-1892. geant Trogue Pompée, les Historiée Philippicee,
INSTIT. — INSTITUTIONES JBSTINIAKI [éd. P. Kriiger, en 44 livres [éd. Diibner, 1831; éd. Rûhl, 1888].
1886]. Voy. COB. JUST. JUSTINIANUS. — Voy. DIG.
IREN. — IRENACI INTERPRES, ancienne traduction latine Juv. — D. JUNIUS JUVESALIS (Juvénal), poète satirique
de saint Irénée, évêque de Lyon [éd. Stieren, 1858]. né en 42 après J.-C, a laissé 16 satires [éd. 0.
ISID. — ISIDORUS(Isidore), évêque de Séville, né vers , Jahn, 1851].
560, mort en 656, grammairien, compilateur et Jûvc. — C. YETTIUS AQUILINUS JUVENCUS,prêtre espagnol,
théologien [éd. Arevalo, 1797-1803 ; Migne, t.,LXXXI- poète chrétien, a laissé un poème en quatre chants
LXXXIV]. De historia euangelica, dédié à Constantin (mort
libri XX. - en éd. Huemer,
Or. Originum 337) [éd. Marold, 1886; 1891,
ÀUeg. Allegoriae ex vet. et nov. Testamento. Corp. Scr. eccl,, t. XXIV].
Pair. De ortu et obitu Patrum." Divers fragments ont été publiés sous son nom
'
Prooem. Prooemia in vet. et nov. Testament. par le cardinal Pitra dans son Spicilegium Solcs-
Num. De numeris qui in' sacris Script, occur- mense.
runt. JUVENT. — P. CELSUS JCVENTIBS, jurisconsulte, consul
Qusesl. Qua;sliones de vet. et nov. Testament. en l'an 129. Des fragments de ses écrits se trouvent
Myst. Expositiones mysticorum sacramentorum in dans le Digeste.
Pentateuchum, Josue, etc. KALEND. •— KALENDARIA VETERA. Anciens calendriers,
Fid. De fide catholica contra Jùdaeos. publiés dans le C. I. L-, t. I.
Sent. Sentenliarum lib. III. LAB. — M. ANTISTIUS LABEO, un des principaux juris-
Eccl. De ecclesiasticis officiis. consultes du temps d'Auguste. Le Digeste a conservé
Min. De origine ministrorum. des fragments de ses oeuvres.
Syn. Synonymorum de lamentationë'animas pec- LABER. — D. LABERIUS, chevalier romain né en 648
catricis lib. II. de Rome, auteur de 43 mimes, dont quelques '
, Reg. Régula monachorum. fragments nous sont -parvenus par les grammairiens
Ep. Epistulae XIlI. [Comici lat., 3" éd. Ribbeck].
Nat. De natura rerum liber. LACT. — C^CILIUS FIRM'IANOS LACTANTIBS (Lactance),
'
Chron. Chronicon, [éd. Mommsen, 1894]. apologiste du christianisme, mort à Trêves en 325
de regibus Gothorum
Goi/i.'Historia [id.]. [Migne, t. YI-VII ; éd: Brandi et Laubmann, 1890-94,
Vir. Ut De viris illuslribus. C Script, eccl., XIX et XXVII].
ITIN.-ALEX. — ITINERARIBM ALEXANBRI [éd. Mai, 1817; , Inst. Institutionum divinarum lib. VII.
éd. Volkmann, 1871]. Ir. De ira Dei.
ITAL. — ITALICBS, poète du temps de Néron, a laissé Opif. De opificio Dei.
unellias laiina [éd. Baehrens, Poet. lat. min., t. III, Epit. Epitome inslitutionum divinarum.
p. 5; éd. Plessis, 1885]. Mort. De mortibus persecUtorum.
ITALA. — VERSIO ITALA. Version latine de la Bible On lui a attribué aussi quelques poèmes : De
antérieure à saint Jérôme, et dont il ne reste que passione Domini. Dcphoenice [Anthol., n° 751, éd.
certaines parties publiées par P. Sabatier (Reims, Riese] et 100 énigmes.
— Livras,
1745) et par Rianchini [Migne, t. XII], et en partie L*v. ancien poète lyrique, contemporain
par Tischendorf, E. Ranke, J. Belsheim, Scrivener, de Cicéron, avait composé un Erotopeegnion et pro-
B. Robert, L. Ziegler, T. K. Abbott; en dernier lieu bablement une traduction en vers hexamètres d'un
1
par G. Wordsworth (1885-88). poème grec, Cypriee Iliados. Il est souveri ÎCGU-
JABOL. — JABOLENUS,jurisconsulte. Voy. DIG. fondu dans les manuscrits avec LiviusAndronicus et
JORD. — JORBANES (Jornandès dans les anciennes édi- Nsevius [éd. L. Mûller, dans éd. Catulli, 1874, p. 76]'.
tions), Goth qui devint évêque de Ravenne, écrivit LAMPR. — JELIUS LAMPRIBIBS (Lampride), l'un des his-
une histoire De rébus Gelicis en 552 [éd. Th. toriens de l'Histoire Auguste [éd. Jordan et.Eyssen-
•Mommsen, 1882, Mon. Germ., 4°]. hardt, 1864; 2° éd. Peter, 1884].
JULIAN. —' SALVIBS JBLIANBS, jurisconsulte, consul en Comm. Yila Commodi Antonini. <
- '
148. Voy. DIG. Diad. Vila Antonini Diadumeni.
J.-PAR. — JULIUS PARIS, abréviateur de Yalère Maxime, Het Vita Heliogabali vel Elagabali.
semble avoir vécu à la fin du rv" siècle de notre Al. Sev. Yila Alexandri Severi.
'
ère [éd. Halm, 1865]. LEG. XII TAB: — LEGES XII TABULARUM, les ^Lois des
J.-RUFIN. — JULIUS RUFINIANUS, rhéteur, continuateur XII Tables [éd. Bruns, Fontes juris Romani, p. 1-12],
d'Aquila Romanus [Rhet. lat. min., éd. Halm, LÉO. — LÉON I, dit Léon le Grand, pape (440-461)
1865]. . : [Migne, t. LIV].
J.-YAL. — JULIUS YALERIUS, historien africain, de la Serin. Sermones 96.
fin du iv" siècle, a composé un abrégé intitulé Res Ep. Epistulae 173.
gestes Alexandrie Magni [éd. 1817;
Mai, éd. LIBER. — LIBERIBS, pape ,(552-566) [Migne, t. VIII].

Kuebler, Serm. Sermo (pour la prise de voile de Marcellina,


1888].
J.-YICT. — C. JULIBS VICTOR, rhéteur soeur de saint Ambroise).
[éd. Halm, Rhet.
lat. min., 1865]. Ep. Epistulae.
JUN. — JUNIOR, philosophe et' géographe grec, qui LICENT, — LICENTIUS, poète chrétien. Saint Augustin,
semble avoir. vécu au temps de Constantin ou de son contemporain, nous a conservé une de ses
ses fils. On a conservé ;
deux trad. latines de son épîtres. .
Expositio lotius mundi, l'une publiée dans les LICIN. — GRANIUS LICINIANBS, historien qui vivait sans
lat. éd. Riese doute sous les Antonins, avait écrit des Annales
Geographi minores, (p. 104-126),
LISTE DÉS AUTEURS ET DES OUVRAGES
oeuvres ont été mises à profit le
et dont les pour
dont il reste de courts
fragments [éd. philologo-
lrum Bonnensium heptas, 1858 ; .éd. Flemisch, 1904]. Digeste.
en 695 MARCIAN. — JELIBS MARCIANUS,jurisconsulte, sous Cara-
Liy. _ T. Livras (Tite Live), de Padoue, né
sous Tibère eh 772, calla (211-217), l'un des auteurs cités dans le Digeste.
de Rome, morl probablement
romaine dont il nous reste MART. — M. VALERIUS MARTIALIS (Martial), Espagnol,
avait écrit une histoire
/ les livres'1-10, 21-45 et de courts fragments/du poêle épigrammatiste, protégé par Titus et Domitien
livre 91 [éd. Madvig et Ussing, 1875 sq. ; éd. M. Hertz, [éd. Sehneidewin, 1855_; éd. Lindsay, 1902].
M.-AUR. — ANTONINUS AUGUSTBS M. AURELIBS (Marc-
1857-65]. né en 121, mort en 180.
romain,
LIV.-ANDR. — Yoy. ANBR. Aurèle), empereur
Nous avons de lui plusieurs lettres à son maître
LONG. — Voy. VEL. LONG.
à Cordoue en . Fronton. Voy. FROXTO.
Luc. — M. AKN/EUS LUCASUS (Lucain),né
de
58 ap. J.-Ç, auteur d'un poème épique en 10 chants MAX. — MAXIJIUS (saint Maxime), évêque de Turin,
intitulé Pharsalia, et mis à mort par Néron [2° éd. la lin du v* siècle [Migne, t. LYH].

Hosius, 1905; éd. Francken, 1896; liber I, qd. Hom. Homilia; 118.
P. Lejay, 1894]. Serm. Sermones 116.
LUCIF. — LUCIFER, évêque de Cagliari, controversiste Tract. Traclatus 5.
chrétien mort en 371 [Migne, t. XIII; éd. Hartel, Expos. Expositiones de capitulis euangel. 23.
1886, Corp. Script, eccl., t. XIV]. . MAXIM. — CORNÉLIUS MAXIMIANUS GALLUS ETRUSCUS,
LUCIL. •— C. LBCILIBS, chevalier romain (ans de Rome poète de la fin du v* siècle de notre ère, dont les
avait composé 30 livres de satires, dont il 6 élégies ont été longtemps attribuées à Cornélius
606-650),
reste un certain nombre de fragments [éd. L." Gallus [éd.Baehrens,Poet. min.,t. V,p. 515].
MAX.-YICT. — MAXIMUS VICTOHLNBS, grammairien latin
Mûller, 1876; éd. Baehrens, Frag. poet., 1886].
- [Keil, t. VI].
LUCIL,-JUN. — LUOLIUS JUNIOR . Yoy. C-SEV.
LUCR. — T. LUCRETIUS CARUS (Lucrèce), MEL.'—POMPONIBS MÊLA, célèbre géographe, de Tin-
disciple d'Epi-
en Espagne, sous le règne de
cure, r.é vers 1 an 659 de Rome, composa un poème, gentera, composa,
en chants, De nalura
six rerum [éd. Lachmann, Claude, 5 livres De situ orbis ouDe chorégraphia
1851., 3« édit. Munro, 1886]. [éd. G. Parlhey, 1867; éd. C. Frick, 1880].
LIIPERC. — SULPICIUSLUPERCBS SERVASTUS, grammairien M.-ÉMP. — MARCELLUS EMPIRICUS, médecin de Bordeaux
et pacte de l'extrême décadence, dont il reste vers 580, altaché à la personne de Théodose 1er, a

qqs pièces dans l'Anthologie:


laissé un traité De medïcamenlis [éd. Helm-
LUXOR. — LUXORIUS, poète épigrammatiste africain, reich, 1889]. .
vivait sous le roi des Vandales Thrasamund qui MERCAT. — MARIUS MERCATOB, contemporain de S. Au-

régna de 496 à 525. , gustin, controversiste [Migne, t. XLYlirj.


MAC. — ^ÎMILIUS MACER, jurisconsulte, vivait sous MEROB. — FLAVIUS MEROBAUDES, noble Espagnol, gé-
Alexandre Sévère (222-255). Le Digeste a conservé néral, poète et orateur du v= siècle de notre ère,
des fragments de ses oeuvres. auteur d'un poème sur J.-C. et de différents pané-
MACR. — AURELIBS AMBROSIUS THEOBOSIBS MACROBIUS gyriquesj entre autres du général Aétius [éd. Imm.

(Macrobe), personnage consulaire sous Théodose II Bekkér, 1856; éd. Vollmer, 1905, Mon. Germ., 4"].
(408-450), grammairien et philosophe [2e éd. Eyssen- MINUC. — MINUCIUS FÉLIX, avocat de Rome, écrivit,
hardt, 1895]. vers la fin du n° siècle, un dialogue, Octavius,
libri YII. la supériorité du christianisme
Sat. Sàturnaliorum pour démontrer [éd.
t. II; éd. Baehrens,
Somn. In somnium Scipionis commehtaria. C. Halm, 1867, C Script, eccl.,
MJEC. — L. YOLUSIBS M.ECIAKBS, jurisconsulte sous 1886; éd. Boenig].
Anlonin le Pieux et Marc-Aurèle (158-180), a laissé MOD. — MOBESTUS, vivait sous l'empereur Tacite, au
un opuscule De assis dislributione [Metrolog. in" siècle de notre ère. On a, sous son nom, un livre,
script., éd. Hultsch, p. 61-71] et des fragments insé- De vocabulis rei mililaris, publié à la suite de
rés dans le Digeste. iVégèce [éd. Stewech, 1592], mais très probablement
HALL.-TH. — MALLIUS THEOBORUS, consul l'an 599 de et sans aucune autorité.
apocryphe,
'
notre ère, a laissé un traité sur les mètres [Keil, MODEST. — HEREXSIUS MOBESTINUS,jurisconsulte célèbre,
t. VI]. conseiller de l'empereur Alexandre Sévère. Une
MAIIERT. — CLABBIASBS. MAMERTUS bonne partie de ses écrits nous a été conservée dans
(Claudien-Mamert)
prêtre de Vienne, en Gaule,- mort en 474 [Migne, le Digeste et l'on a sous son nom une petite pièce
t. LUI ; éd. Engelbrecht, 1885, C. script, eccl., t. XI]. [éd. Riese, Anfhol. lat., n° 275].
anacréontique
St. an. De statu anima; lib. III. MON. ANC. —, MOXUMENTUMANCYRASUH. Monument dé-
Carm. Carmen contra vanos poetas. couvert à Ancyre, en Galatie, et contenant, en grec
Ep. Epistula; II. et en latin, des inscriptions mentionnant les faits
MAMERTIN. — CLABBIUS MAJIERTISUS (Mamertin), ora- du règne d'Auguste [4e éd. Th. Mommsen, 1887].
teur gaulois [Panegyr. lat., éd. Baehrens]. MONTAN. •— MONTANUS, évêque de Tolède (522-551), a
Pan. Panegyricus Maximiano Aug. laissé quelques lettres [Migne, t. LXV].
Gen. Genethliacus eidem. MUSA. — ANTOXIBSMUSA, médecin du temps d'Auguste
Un autre plus jeune (Claudius Mamertinus), [éd. Caldani, 1800]. On a sous son nom :
peut-être son fils, fut consul en 562 et a laissé Val. Detuendavaletudinead Mascenatem Ubellus.
. un panégyrique ou Gratiarum aclio pro con- Med. Compositiones medica;.
sulatu Juliano. i On lui attribue aussi quelquefois un traité De
MAN; OU MANIL. — M. MANILIUS, du siècle Herba
poète betoniça [Medici antiqui, 1547].
d'Auguste, a composé un poème en 5 chants inti- M.-YICT. -— MARIUS (OU Q. FABIUS
LABREXTIBS) VICTO-
tulé : Aslronomicon [éd. Frid. Jacob, 1846; éd. RINUS, grammairien et rhéteur, né en Afrique, en-
Bechert, 1900, dans le Corpus de Posgale]. seigna la rhétorique à Rome et mourut en 570.
MARCEL. — DLPIBS MARCELI.BS, jurisconsulte qui vivait Ses traités sur et la métrique se
l'orthographe
sous Anlonin le Pieux et ses successeurs (158-192). trouvent dans Keil [t. VI], son commentaire sur la
CITÉS EN ARRÉGÉ DANS CE DICTIONNAIRE. xxi

Rhétorique de Cicéron dans Halm [Rhet. ). min.], ORIENT. — ORIENTIUS (saint Orience), Espagnol, auteur,
ses poésies chrétiennes en partie dans Migne [t. VIII] • d'une apologie du Christianisme, en vers élégiaques
On lui attribue aussi divers traités de controverse /ayant pour titre : Commonilorium fidelium, d'un

religieuse en prose. Voy. VICTOR. pelit poème sur la Trinité, et d'un recueil incom-
MYTII. OU MYTHOG. — MYTHOGRAPHI. Trois mylliogra- plet de prières, en vers iambiques : Orationes. Il
phes, découverts au Vatican et publiés par Ang. Ma vivait au V siècle ([éd. Ellis, Corp. script, eccl.,
ils semblent à Isi-
(Class. auct, t. III); postérieurs t. XVI,part. I].
dore [Script, rerum éd. Bode, OROS. — PAULUS. OROSIBS (Orose),
mythogr., 1854]; prêtre espagnol,
le troisième doit être de l'époque carlovingienne écrivit, à la demande, de saint Augustin, Hisloria-
[Mythogr., éd. Bode, 1854]. , riim libri Vil [éd. Zangemeister, 1882, Corp. Scr.
NvEV. — Ci*. N.EVIBS, poète épique, tragique et comi- ceci., t. Y]. . '.

que, né en Campanie, mourut l'an 550 de Rome. Ov. ou OVID. — OVIBIOS NASO (Ovide), poète illustre
On cite le titre de 36 de ses pièces, et un poème du siècle d'Auguste [éd. Riese, 1871-74].
sur la Première guerre Punique, écrit en vers Met. Metamorphoseon libri XV [éd. Korn, 1880;
saturniens [Frag. poet., éd. Baehrens, p. 43]. On éd. Magnus, 1892].
hésite entre Livius Andrpnicus, Naevius et Laevius Her. Heroides [éd. Seldmayer, 1886].
pour l'attribution de quelques ouvrages [3* éd. Am. Amores.
Ribbeck, Sca;n. fragm.]. A. Am. Ars amatoria.
RAZ. — NAZARIBS, professeur de Bordeaux, fit un Med. Medicamina.faciei.
panégyrique en l'honneur de Constantin en 521 Rem. Remédia amoris.
-
[Pan. lat., éd. Baehrens]. Fast. Fasli [éd. Merkel, 1841, 1889],
NEMES. — M. ABRELIBS OLYMPIUSREMESIÀNUS(Némésien), Tr. ou Trisl. Tristia [éd. Owen, 1889]. .
Africain, ami de l'empereur Sumérien, vivait 285 Pont. Epistula;, ex Ponto' [éd. Korn, 1868].
ans après J.-C. On a de lui 4 églogues, un poème HatHalieutica.
intitulé Cynegelicon, et un fragment De Aucupio, Nue.
de Ruce.
: [éd. Baehrens, Poet. min., t. III, p. 174j. Ib. Ibis [éd. Ellis, 1881].
NEP. — C CORNÉLIUSREPOS, historien, ami de Cicéron PACAT. •— LATINBS DREPANIBS PACATBS, professeur de
et de Catulle, avait beaucoup écrit; il nous est Bordeaux et ami d'Ausone, fit en 389 un panégyri-
parvenu, sous son nom, des Vilee èxcellenlium que en l'honneur de Théodose I [Paneg. lat., éd.
'
imperatorum, qui sont probablement l'oeuvré d'un Baehrens].
abréviateur. La Vie d'AUicus est peut-être seule PACIAN. — PACIANUS, évêque de Barcelone, mort à un
authentique [éd. Halm, 1871; éd. Fleckeisen, 1884]. âge'avancé en 390 [Migne, t. XIII].
REPOT. — JANBARIUS NEPOTIANBS, abréviateur de Yalère PACUV. — M. PACBVIUS, 'poète de Brindes, illustra le
Maxime, d'une époque incertaine [2° éd. Kempf, 1888]. théâtre au commencement du vu 1 siècle de' Rome.
NERAT. — PRISCBS NERATIBS, jurisconsulte, sous Tràjan Les grammairiens nous ont conservé de nombreux
'
et Hadrien. : fragments de ses ouvrages [Tragici Iatini, 3° éd. Rib-
NICET. — NICETAS, évêque d'Aquilée, vers le milieu du beck] .
v° siècle, a laissé quelques écrits [Migne, t. LU]. PALL. — RUTILIBS TAURBS JEMILIANUS PALLADIBS, agro-
NON. — NONIBS MARCELLBS, Africain, compilateur et nome, vivait probablement à la fin du iv" siècle de
grammairien, vivait au n° ou ni" siècle de notre notre ère. Outre son traité De re iruslica, en
ère ; il nous a conservé, dans son livre De compen- . 15 livres, il a laissé un opuscule en vers De insi-
'
diosa doclrina, la plus grande partie des fragments ..
lione[éd. Sehmitt,1898],
des auteurs de la République [éd. L. Quicherat, PALJEM. — Yoy. RHEMSIOS.
. 1872; éd. L. Mûller, 1888; éd. Lindsay, PAN. —DBOBECIMPANEGYRICI LATISI [éd. Baehrens, 1874].
1905].
NOT.-UIGN. — NOTITIA DIGNITATUM. Notice des dignités Yoy. PLIN. I., MAMERTIN., EUM., RAZ., PACAT.
de l'Empire, rédigée au commencement du vsiècle PAPIN. — L. JEMILIUS PAULUS PAPINIAKUS (Papinien),
denotre ère [éd. Bocking, 1839-52; éd.Seeck, 1876]. jurisconsulte célèbre, condamné à mort par Cara-
NOT.-GAL. — KOTITIA GALLIARUJI, rédigée entre les calla en 212. On trouve une partie de ses oeuvres
années 586 et 450 [mêmes éditions et Mommsen, - '
dans le Digesle.
Mon. Germ., IX]. PAPIR. -7- .PAPIRIBS JUSTUS,, jurisconsulte à
postérieur
NOT.-TIR. — ROTJÏ TIROXIS. Voy. TIR. Marc-Aurèle. Voy. DIG.
Nov.— Q. Novius, poète comique, de la fin du vne siècle PAUL. GR. — PAULUS GRAMMATICUSOU PAULUS EX FESTO
de Rome, auteur de 43 comédies, dont il nous reste , ou PAULUS DIACONUS (Paul diacre), abréviateur de
les titres et des fragments [3° éd. RibbeckJ. Festus au vin" siècle [éd. Ov Mûller, 1839], et au-
NOVAT. — NOVATIANUS, prêtre (romain qui embrassa teur de.l'Historia Miscella [éd. Eyssenhardt, 1869].
l'hérésie de'Rovatus, au temps de saint Cyprien PAUL.-JCT. — JULIBS PABLBS, illustre jurisconsulte,
' -
[Migne, t.-III]. . rappelé d'exil par Alexandre Sévère. Le Digeste fait
NOVEL. —
Voy. COB. JUST. des emprunts à. plus de 80 de ses écrits.
OBSEQ. — JBLIBS OBSEQUENS,auteur d'un Prodigiorum PAUL.-NOL., etc. — Yoy. P.-NOL., etc.,
liber. Vivait peut-être au iv siècle de notre ère PEDO. — Voy. ALBIN.
[éd. 0. Jahn, 1853]. PELAG. . — PELAGONIBS, auteur d'un traité sur l'art
OPTÂT. — OPTATIUS MILEVITANBS, évêque de Milève vétérinaire, antérieur à Yégèce [éd. Ihm, 1892].
en Numidie, composa vers 575 sept livres contre les PENTAD. — PESTADIUS, épigrammatiste, vivait sans
Donatistes [éd: Ziwsa, 1893, C. Script, eccl., XXVI]. doute au commencement du ive siècle.
Yoy. PUB. OPTÂT. PERS. — A. PERSIUS FLACCUS (Perse), poète satirique de
OBEST. — ORESTIS, tragédie attribuée par Mai à Dra- Volterra, en Étrurie, hé en 54, mort en 62 après
contius [éd. Baehrens, Poet. min., V, 218]. , J.-C, nous a laissé 6 satires sont souvent
(qui
ORIB. — ORIBASIUS. Vieille traduction latine d'Oribase réunies à celles de Juvénal) [éd. O. Jahn, 1851 ;
[éd. Molinier dans Oribase, p. p. Bussemaker et 5e éd. Bûcheler, 1895].
éd. Hagen, — PERVIGILIUH VENERJS. Petit
Daremberg, 1876; 1879]. PERV.-VEN. poème éM-
LISTE DES AUTEURS ET DES OUVRAGES
l'auteur éd. Riese, pL0T. — MARIUS PLOTIBS SACERBOS;grammairien,
gant, dont on ignore [Anthol., pro-
n° 200; Poet. lat. min., éd. Baehrens, IV, 292]. fessa à Rome probablement vers le rv" siècle de
PETR. — T. PETRONIUS ARBITEB (Pétrone) a laissé un nôtre" ère, a laissé un livre De melris [éd. Keil,
t. VI]. Suivant certains critiques, il faut identifier
écrit, mélangé de prose et de vers (intitulé Satiri-
con ou Saliree) dans lequel il critique vivement cet auteur avec M. Claudius Sacerdos..
les moeurs du temps de Claude et de Néron [éd. PL.-YAL. — PLIXIBS YALERIAKUS. On a sous cenom un

Bûcheler, 1862; 3» éd. 1882]. traité De re


medica que les manuscrits attribuent

PH. OU PHJEDB. — PBAÎBRUS ou PH^BER (Phèdre), simplement à un certain Plinius Secundus Junior. Ce

fabuliste, originaire de la Thrace et affranchi d'Au- traité semble avoir été écrit au iv» siècle [éd. y.

guste. Ses cinq livres de fables ont élé de nos jours Rose, 1875].
augmentés d'un supplément dont il n'est pas certain P.-ROL. — MEROPIUSPOSTIUS ANICIUS PAULTSUS NOLANUS
1852 ; éd. L. Havét, né près de Bordeaux vers l'an 553
qu'il soit l'auteur [éd. Orelli, (saint Paulin),
1895]. consul suffectus, évêque de Noie (Campanie) en 409,
PHILARG. — JBNIBS PHILARGYRIBS, commentateur de mort en 451 [Migne, t. LXI; éd. Hartel, 1894, C.

Virgile, semble avoir' vécu à la même époque que scr. eccl. XXIX-XXX].
Servius [éd. Hagen, après Servius, 1902]. Ep. Epistula; 51.
PHILOC. -r- FURIBS DKIXYSIBS PHILOCALBS, clironographe, Poem. Poemata 40-
vivait sous le pape Damase (mort en 385) [Migne, POLL. — Asisius POLLIOX, orateur, historien, poète
. t. XIII; éd. Mommsen, C. 1. L., I, 2« éd. p. 256-278]. tragique dont il reste de courts fragments [éd. Meyer,
PHOC. — PHOCAS, grammairien de Rome, antérieur à Orat. rom. fragm.]. Yv'ôlfflin etMiodonski ont publié
Priscien [éd. Keil, t. Y]. sous son nom en 1889 le Bellum Africum qui nous
PLACID. — LACTAXTIUS OU LUCTATIUSPLACIDUS, grammai- a été transmis par les manuscrits de César.
rien postérieur à Boèce. On lui attribue des Scholies POÏÏP.-GR. — POSIPFJCS GRAÎTMATICUS, grammairien
sur Stace [éd. Jahnke, 1898], des Fables publiées d'époque incertaine [éd. Keil, t. Y].
par Mai (Class. Auct., t. III) et Bode, des Narraliones Art. Commentnm artis Donati.
fabularumOvidii, enfin des gloses [éd. Deuerling, Barb. Commentariolum in librum Donati de bar-
1876]. barismis et metaplasmis.
PLACIT. — SEX. PAPYRIEXSISPLACITUS, médecin, semble POMP.-JCT. — SEX. POÛPOXIUS, célèbre jurisconsulte,
avoir composé au iv" siècle de notre ère son livre De disciple de Papinien et conseiller d'Alexandre Sévère
medicamenlisexanimalibus[éd. Ackermann, 1788]. Des extraits de «es oeuvres figurent au Digeste.
P.-LATR. -T- PORCIBSLATRO, orateur du siècle d'Auguste. POMPON. — L. POMPONIUS, de Bologne, né en l'an 604
Les déclamations qui lui sont quelquefois attribuées de Rome, auteur d'Alellanes, dont les grammairiens
se trouvent aussi "sous les noms de Cicéron [éd. Orelli] nous ont conservé les titres, avec des fragments
et de Salluste [5e éd. Jordan]. [Comici latini, 5' éd. Ribbeck].
PLAUT. — T. MACCIUS PLAUTUS (Piaule), poète comique PORPH. — POJIPOXICSPORPHYRIO (Porphyrion), scholiaste
né à Sarsine, en Ombrie, vivait dans le vi* siècle d'Horace, paraît avoir vécu entre les années 200 el
de Rome et mourut en 570 [éd. Ritschl, continuée 250 après J.-C. [éd. G. Meyer, 1874].
par Goelz, Loevve, Schoell, 1871-94; éd. Léo, 1895]. PORPHYRIUS. — Yoy. PCBL. OPTÂT.
Amp. Amphilruo. POSSID. — POSSIBIUS, évêque de Calame en Numidie.
As. ou Asin. Asinaria. composa une Vie de saint Augustin, et un som-
Aul. Aulularia. maire de ses oeuvres [Migne, t. XXXII et TT.TT]
Capl. Caplivi. POTAM. -— POTAMIUS, évêque de Lisbonne, embrassa en
Cure. Curculio. 557 leparti d'Arius, avait écrit en style barbare
Cas. Casina. divers traités conservés en partie [Migne, t. YIII].
Cisl. Cistellaria. P.-PELL. — PAULLYUS PELL^ÛS (Paulin de PeUa),
Ep. ou Epid. Epidicus. gendre d'Ausone, poète chrétien du milieu du
Bacch. Bacchides. V siècle, auteur d'un poème intitulé Eucharislicon
Most. Mostellaria. [éd. G. Brandes, 1888, C. script, eccl., t.XYI, part. 1].
Men. Menoechmi. P.-PETR. — PAULIXUS PETRICORDLE (Paulin de Péri-
Mil. Miles gloriosus. gueux),, auteur d'une traduction en vers de la Vie
Merc. Mercator. de saint Martin, écrite en prose par Septime Sévère
Ps. ou Pseud. Pseudolus. (après l'an 450 de notre ère) [éd. Petschenig, Corp.
Poen. Poenulus. script, eccl., t. XYI, part. lj.
Pei-s. Persa. PRLAP. — PRIAPELA, recueil de 87 pièces composées en
Rud. Rudens. l'honneur du dieu Priape, entré le règne d'Auguste
Stich. Sticlius. et celui de Domilien [Poet. lat. min., éd. Baehrens
Trin. Trinummus. t. I, 1879].
Truc. Truculentiis. PRIMAS. — PRIMASIUS (saint Primase), d'Ha-
évêque
Fr. ou Frag., Fragments. drumète, vivait au .milieu du vie siècle, a laissé un
PLIN. — C.PLIXIUS SECUXDUS(Pline l'Ancien ou Pline commentaire sur les Épîtres de saint Paul et sur
le Raturalisle), né à Côme en 52, mort en 79, a l'Apocalypse [Migne, t. ÏAYIII].
laissé une Histoire naturelle en 37 livres [éd. PRISC — PRISCIAXUSCESABIEXSIS (Priscien de Césarée),
Sillig, 1851-1858; éd. Detlefsen, 1866-82]. savant grammairien, à Constantinople
professait au
PLIN.-J. --C. PLISIBS CECILIBS SECBXDUS (Pline le temps de Juslinien. Outre ses écrits grammaticaux
Jeune), né en 62, mort vers 110, petit-fils du pré- [éd. Hertz, 1855-1860, dans Gram. lat. de Keil,
cédent, a laissé 10 livres à'Episiulse et un Panégy- t. II-III], il a laisse une traduction en vers de De-
rique en l'honneur de Trajan [éd. Keil, 1870]. nys le Périégète et qqs petites pièces
[Poetae lat.
Ep. Epistulae lib. X. min., éd. Baehrens, t. Y]. On lui attribue aussi par-
Pan. Panegvricus
" Trajano dictus [éd. Baehrens, fois le poème de Rhemnius Fannius.
1874]. PRISCIAXUS THEODORUS. — Voy. TH.-PRISC.
CITÉS EN ARRÉGÉ DANS CE DICTIONNAIRE. xxm
PRISCTL. — PRISCILLIANUS (Priscillien), évêque d'Abila, aujourd'hui que c'est à un rhéteur gaulois de la fin
en Espagne, décapité à Trêves en 380. Onze traités, de l'empire que nous devons les Déclamations qui
considérés comme perdus, ont été découverts dans nous sont parvenues sous le nom de Quinlilien [éd.
un manuscrit de Wurzbourg [éd. G. Schepss, 1889, Rilter, 1884], surtout les Declam. XIX majores
Corp. Script, eccl., t. XVIII]. [éd. Lehncrt,19041-
PROB. — M. VALERIBS PROBBS, grammairien de Bérytei RABIR. — C. RABIRIUS, poète épique, connu seulement
vivait au i<* siècle après J.-C. Nous avons, sous son par quelques vers, et dont l'on croit avoir retrouvé
nom, divers opuscules dont on n'est pas sûr qu'il un 'fragment sur les papyrus d'Herculanum. Il vivait
soit l'auteur. à la fin du vuc siècle de Rome [cf. Poet. lat. min.,
hist. Grammalicse institutiones. ' éd; Baehrens, t. I, p. 201].
Not. De notis Romanorum interpretandis libellus REMIG. — REMIGIUS (saint'Rémi), évêque de Reims,
[éd. Mommsen, dans Keil, Gram., I. IV]. hé en 459, mort en 535,-a laissé des Lettres, un
Virg. Cpmmentaria in Virgilii Bue. et Georg. [éd. Testamenlum et une Epilaphe de Clovis [Migne,
Keil, 1848; éd. Tliilo et Hagen, 1902]. t. LXV].
PROC. — PROCULUS, l'un des auteurs cités dans le REPOS. — REPOSIANUS, poêle de la décadence, dont
• nous avons un épilhalame sous le titre de Concu-
Digeste.
PROP. — SEX. PROPERTIUS (Properce), poète du siècle bilus Marlis et Veneris [Anthol. n° 253, éd. Riese;
d'Auguste, a laisse 4 livres d'Elégies [éd. L. Mûller, éd. Baehrens, P. min., t. IV, p. 548]. -:
1874; éd. Baehrens, 1880]. RHEH. FANN. OU RHEM. -— Q. RHEMXIUS FAKNIUS PALS-
PROSP. — PROSPER TIRO (saint Prosper), d'Aquitaine, JIOX, grammairien sous Néron, a composé un Ars
poète chrétien du v" siècle dont nous avons un grammatica [éd. Keil, t. Y]. Le nom de Remus
joème contre les ennemis de la Grâce [De Ingratis), Favinus se trouve dans certains manuscrits en tête
un autre sur la Providence de Dieu, et un recueil d'un joème sur les Poids et Mesures, attribué aussi.
d'épigrammes ou sentences morales, tirées de la à Priscien [Poet. lat. min,, éd. Raehrens, Y, 71].
doctrine de saint Augustin. Il a aussi composé des RUF. — SEXTUS RUFIBS FESTBS, composa au iv' siècle
ouvrages ecclésiastiques en prose et une Chronique de notre ère un Breviarium rerum gcslarum
[Migne, t. LI]. populi Romani [éd. W. FSrster, 1874].
On attribue à un autre Prosper, qui avait em- RUFIN. — RÙFISUS (Rufin), d'Antioche, grammairien,
brassé, puis rejeté la doctrine des Manichéens au poète et rhéteur du v" siècle après J.-C, dont il
commencement du vi" siècle,- l'opuscule intitulé : nous- reste quelques pièces légères insérées dans
Analhemalismi et fidei calholicee professio l'Anthologie et un traité sur les Mètres comiques
[Migne, t. LXY1- [éd. Keil, t. VI, p. 554].
PRUD. — M. AURELIUS CLEMESS PRUBENTIUS (Prudence), Un autre Rufin (TURRANNIUS RUFINÙS), prêtre
. poète chrétien né en 348 à Calaliorra, dans la Tarra- d'Aquilée à la fin du rvs siècle (de 545 à 410 envi-
connaise, mort vers 410 [éd. Dressel, 1860]. . ron), est célèbre par sa controverse avec son an-
Cal. Cathemerinon liber. cien ami saint Jérôme. Il a laissé une trentaine
Apotli. d'opuscules, la plupart traduits du grec d'Ori-
Apolheosis.
Ham. Hamartigenia. gène, d'Eusèbe, etc. [Migne, t. XXI].
Psych. Psychomachia. RURIC. — RURICIUS (saint Rurice), évêque de Limoges,
Symm. Adversus Symmachum libri II. mort en 507, a laissé 2 livres de Lettres [Migne,
Péri. Peristephanon hyrrini XIV. t. LYIII ; éd. Krusch,-1887, Mon: Germ. 4°; éd. En-
Dill. Dittochawn sive Énchiridion veteris et Rovi gelbrecht, 1891, Corp. Scr. eccl., XXI].
Testamenti. (Cette petite pièce a été aussi attri- RUST. — RUSTICBS, diacre de l'Eglise romaine, vivait
buée à un certain Amcenus.) au milieu du vi» siècle, a laissé quelques traités
Ps. — PSEBDO, se place devant un nom d'auteur pour [Migne, t. LXYII].
indiquer une fausse attribution; on cite ainsi les RUST.-HELP. Yoy. HELPIB.
. déclamations du Pseudo-Quintilien, certains com- PIUTIL. —CLABBIBS RUTILIUS NAMATIAKUS, Gaulois du
mentaires du Pseudo-Asconius, etc. commencement du v° siècle de notre ère, auteur
PUB.-OPTAT. — P. OPTATIAXUS PORPHYRIUS. rhéteur et d'un Itinéraire dont il manque une partie [éd. ,
de la cour de Constantin, a laissé des pièces L. Mûller, 1870; éd. Baehrens, Poet. min.,'. V, 5;
' poète
de vers disposés de manière à représenter certains éd. Keene, 1907].
objets [éd. L. Mûller,, 1877]. RUT.-JJUP. — P. .RUTILIUS LUPUS, rhéteur du temps
P.-SYR. — PUBLILIUS SYRUS, mimographe de là fin d'Auguste et de Tibère. Nous avons, sous son nom,
du vu" siècle, de Rome. Nous avons un recueil de un traité en 2 livres De figuris senlentiarum et
sentences en vers ïambiques extraites de ses pièces eheutiorium [Rhet. lat. min., éd. Halm., 1865].
et quelques fragments [éd. YVoelfllin, 1869; éd. YV. SABIN. — A. SABINUS, poète élégiaque contemporain
'
Meyer, 1880]. d'Ovide. Trois élégies, portant son nom, se trouvent
QUADRIG. —Q. CLAUBIBS QUABRIGARIUS, historien sous insérées dans les Héroïdes d'Ovide.
la Républiqne, avait composé des Annales dont les SAL.-BASS. ;— SALEIUS BASSUS, sous
poète héroïque
grammairiens nous ont conservé quelques fragments — Néron et Yespasien ; on lui a attribué un Carmen
[éd. Peter]. ad Pisones, que d'autres ont donné, sans plus de
Q.-CATUL. — Q. LUTATIUS CATULUS, poète contemporain raison, à Calpurnius [Poet. lat. min., éd. Baehrens,
de Cicéron, dont il lie nous reste que. 5 épigrammes. t. I, p. 221]. .
QUER. — QBEROLUS, comédie anonyme, écrite en vers SALL. — C SALLUSTIUS CRISPUS (SaUuste), historien
fort maltraités par les copistes [éd. L. Havet, 1880]. romain, né en 668, mort en 719 de Rome [5e éd.
QUINT. — M. FABIUS QUINTILIANUS (Quinlilien), célèbre Jordan, 1887].
rhéteur, enseignait à Rome sous Domilien, et mourut Cal. De bello Catilinario.
vers l'an 98. Nous avons conservé de lui De insli- Jug. De bello Jugurlhino.
lutione oraloria lib. XII [éd. C Halm, 1868-1869]. Hist. Uistoriarum fragmenta [éd. Maurenbrp.eb.er,
QUINT, OU PS.-QUINT. — PSEUDO-QUISTILIANUS. On pense 1893].
LISTE DES AUTEURS ET DES OUVRAGES
de Genève, éd. Huemer, 1885, Corp. script, eccl., t. X].
SALON. — SAI.ONIUS, évêque de Vienne'ou 1794;
au v» siècle, a laissé quelques traités mystiques SEN. _ M. ANKAHJS SENECA (Sénèque le père), rhéteur
mort vers
célèbre, né à Cordoue en 58 av. J.-C,
[Migne, l. LUI]. et des
de Marseille, l'an 32 après J.-C, a laissé des Suasoriw
SALV. — SALVIAKUS (Salvien), prêtre
Declamationes ou Conlroversiee [éd. Bursian,1857;
mort en 496, âgé de près de cent ans [éd. Halm,
éd. H.-J. Mûller,
1877, Mon Germ. 4°; éd. F. Pauly, 1885,, Corp. Scr. 1888].

SEN. — L. ANNÊUS SENECA (Sénèque le philosophe),
eccl., t. VIII].
Dei lib. VIII. à Cordoue en l'an 5, mort en 65 ap. J.-C. [éd.
Gub. De gubernalione
Av. Adversus avaros lib. IV. Haase, 1855-1862].
:
[éd. Gertz, 1886 ; éd. Hermès, 1905]
Ep. Epistulae IX. Dialogi
1. Prov. De providentia.
SAM. — Yoy. SEU. SAM.
2. Const. sap. De constantia sapientis.
SANCT. — Voy. SEV. SANCT.
vivait sous 5-5. Ir. De ira libri très.
SANTRA. — Auteur de poésies morales. Il
6. Marc. Consolalio ad Marciam.
les premiers empereurs.
7. Vit. De vila beala ad Gallionem.
SATURN. — Q. CLAUBIUS SATURN-UTOS,jurisconsulte,
8. Ol. De otio ad Serenum.
vivait sous les Antonins. Yoy. UIG.
9. Tronc.De ad Serenum.
SCJEVOL. — Q. CERVIDIBS SCÊVOLA, jurisconsulte sous tranquillitaleanimi
10. Brev. De brevitate vilae ad Paulinum.
Marc-Aurèle. Yoy. DIG. -
du 11. Helv. Consolatio ad Ilelviam matrem.
SCAUR. — Q. TERENTIANBS SCAURUS, grammairien
a laissé un traité sur YOrllio- 12. Polyb. Consolatio ad Polybium.
temps d'Hadrien,
de Ben. De beneficiis [éd. Gertz, 1876; éd. Hosius,
graphe [éd. Keil, t. VII] et quelques fragments
commentaires sur l'Enéide [éd. Mai, Çlass. auct., 1900].
t. VII]. Clem. De clementia [id.].
SCHOL. — ScnoLiA. Scholies ou commentaires sur un ad Lucilium [éd. Hense, 1898].
Ep. Epistula;
auteur \atin. Les principaux (outre Acron, Donat, Nat, Quaesliones naturales [éd. Gercke, 1907].
- Claudii Caesaris;
Porphyrion, etc.), sont : Apoc. Apocolocynlhosis [éd.
SCHÔL. ad Terentium, conservées par Calliopius, Buecheler, avec Pélrone, 1882].
de Milan [1815] le même
pub. par A. Mai d'après un ms. SEN.-TR. —Sénèque leTragique, probablement
et par Giles [éd. Ter., Londini, 1857]. que le philosophe [éd. Léo, 1878-79: éd. Richter,
SCHOL. BERNENSIA ad Virgilii Bue. et Georg. [éd. 1902].
H. Hagen, 1867]. Hcrc. fur. Hercules furens.
L'éditeur y reconnaît l'oeuvre 'de Philargyrius, Thyesl. Thyesles.
T. Gallus et Gaudentius, commentateurs anté- Phoen. Phoenissâc.
rieurs à Servius. Hipp. Hippolytus.
SCHOL. VERONENSIAadVirgilium, publiées d'après OEd. OEdipus.'
le palimpseste de Vérone, par A. Mai [1818], puis Tr. Troades.
par H. Keil [1848] et Hagen [1902]. Med: Medea.
SCHOL. BOBIENSIA ad Cic. Scholies, provenant de Agamemno.
Agam.
mss de Bobbio, sur divers discours de Cicéron Herc. OE. Hercules OEtaeus.
[éd. Mai, Class. auct., t. II; éd. Orelli, 1833]. Ocl. Octavia [anonyme].
SCHOL. GRONOVIAXA. Scholies sur des discours do SEPT.-SER.— SEPTIMIUS SEEESUS FALISCUS, poète pas-
Cicéron, publiées d'abord par Gronovius [éd. Orelli, toral et lyrique sous Hadrien, dont les grammai-

1835]. riens citent des fragments [Baehrens, Frag. poet.,


SCHOL. ad Persium, publiées d'abord par Casaubon, p. 584].
1615 [éd. 0. Jahn, 1845]. SER. SAM. —Q. SEREXUSSAMMOXICBS,médecin de Septime
SCHOL. ad Juv. Outre les gloses qui remontent aux Sévère, au me siècle après J.-C, auteur d'un poème

grammairiens anciens [éd. 0. Jahn, 1851], on cite sur les maladies, avec des recettes pour les guérir
encore celles d'un soi-disant Probus [cf. Mai, Glos- t. III, p. 105].
[Poet. lat. min,, éd. Baehrens,
sarium nov. lat., Spicil. Rom., t. IX]. SERG. — MARIUS SERGIUS, grammairien postérieur à
SCHOL. ad Lucanum [éd. Weber, 1851]. Une nouv. Servius, a rédige des commentaires sur Donat [éd.
édition, entreprise par H. Usener, ne contient en- Keil, t. IV].
core que les Commenta Bernensia [1869]. Les SERV. — MARIUS SERVIUS HOXORATUS, grammairien et
scholies du ms. de Montpellier ont été publiées dans scholiaste de la fin du ivc siècle, a laissé des traités
un programme par H. Genthe [Berlin, 1868]. de grammaire et de métrique [éd. Keil, t. IV]. Son
SCHOL. ad Germanici Aratea [éd. YVernsdorf, Poet. Commentaire sur les oeuvres de Virgile [éd. Thilo et
min., t. VI ; éd. Breysig, 1867]. On distingue les Hagen, 1878-87] est notoirement interpolé.
Scholia Basileensia, Strozziana, SEV. SANCT. — SEYERUS SAXCTUS, poète
Sangermanen- bucolique
sia, Bernensia, etc. chrétien, de Bordeaux, vivait au commencement du
SCHOL. ad Statium. Outre les scholies de Lactantius Y° siècle, auteur d'une églogue sur une épizoolie
Placidus, A. Mai [Gloss. nov. lat.] cite un scholiaste [éd. Riese, Anthol. lat., n° 895].
inédit, d'après un manuscrit du xn° siècle. SIC.-FLAC. — SICULUS FLACCUS, arpenteur, vivait sous-
SCRIB. — SCRIBOXIUS LARGUS, médecin du temps de . Domitien.
Yoy. GROM.
Tibère et Claude, a composé, dans un style barbare, SID. ou SIDON. — C. SOLLIUS SrBoxrus APOLLINAPJS
(Sidoine
un traité De compositione mcdicamentorum et un Apollinaire), Gaulois, évêque de Clermont, a laissé
De simplicibus aujourd'hui à l'état fragmentaire des épîtres mélangées de vers, «t des
Panégyriques
[éd. Helmreich, 1888]. écrits ,en différents mètres. Il vivait au milieu du
SEDUL. •— CÊLIUS SEBULIBS (Sédule), prêtre chrétien du v" siècle après J.-C [éd. Lûtjohann, 1887, Mon.
v° siècle après J.-C., qu'on croit d'origine irlandaise, Germ. 4°; éd. Mohr, 1895]. ;
auteur d'un poème en Sachants, intitulé : Carmen SIL. — C. SILIUS ITALICUS, personnage consulaire, au-
paschale, et de quelques hymnes [éd. F. Arevalo, teur d'un poème épique en 17 livres, sur la seconde
CITÉS EN ARRÉGÉ DANS CE DICTIONNAIRE.
'
Guerre punique. Il vécut sous Néron, Yitellius et en 364) [éd. O. Seeck, 1883, Mon. Germ. 4°].
Vespasieri [éd. Bauer, 1890-92]. Ep. Epistularum libri X.
SIHPL. — SIUPLICIBS, élu pape en 468, mort en 485, Laud. Laudes in Valentianum, Gratianùm.
a laissé une Lettre [Migne, t. LVIII]. Or. Orationum fragmenta.
Un autre SIMPLICIBS, d'époque incertaine, a écrit Les Relaliones, qui forment le livre 10° des
sur les mesures agraires: Yoy. GROM. Epislulie, contiennent aussi des Rapports d'Aure-
SISEBUT. — FLAVIUS SISEBBTUS, Sisebut, roi des lius Anicius Symmachus, préfet de Rome de '418
Visigoths d'Espagne, prosateur et poète, citépar à 420. '. ',
les certains mots évidemment SYMP. — CELIBS'FIRMIANÙS SYITFIIOSIUS,poète de la fin
lexicographes pour
empruntés à l'antiquité latine (ans 612-621 de du iv" siècle après J.-C, a laissé un cent
d'énigmes,
notre ère). un Carmen de forluna attribué aussi à un certain
SISEN. — L. COBNELIBS SISENNA, historien un peu an- Asclepiadius [Anlhol., éd. Rièse, n. 629] et un Car-
térieur à Cicéron. Nous n'avons de ses écrits que imen de livore que d'autres donnent
' à Vomanius
des fragments conservés par les grammairiens [His- [Anlh., n° 636 R.]. . ,
tor. Rom. frag., éd. Peter, 1885]. SYR. — Voy. P.-SYR.
SOLIN. — C. JULIUS SOLINBS (Solin), géographe, que TAC. — C. CORNÉLIUS TACITUS (Tacite), historien, né
l'on suppose avoir vécu vers l'an 250 après J.-C. . vers l'an 54, consul en 97, mort sans doute au com-
Rous avons de lui un ouvrage intitulé Polyhislor mencement dû règne d'Hadrien. De ses Annales,
et un fragment sur la Pèche [2° éd. Th. 16 livres, nous ne possédons que les
poétique qui formaient
Mommsen, 1895]. livres 1-4, 12-15 et des fragments des livres 5, 6,
SORAN. — Q. SORASUS, médecin du triumvir Marc 41, 16 ; des Histoires, en 14 livres à l'origine, les
Antoine. Son Isagoge in artem medendi ad Meece- livres 1-5 seuls ont été sauvés [2e éd. Orelli, 1859-
natem est considérée aujourd'hui comme apocryphe, 87; 4° éd. Halm, 1882].,
mais Valentin Rose a publié en 1870 [Anecd. Ami. Annales.
grâce, lat.] sous le nom de Soranus des Queestiones Hist. Historia;.
'
médicinales et un opuscule De pulsibus. Germ. Germania.
SPART. — Euvs, SPARTIANUS (Sparlien), l'un des histo- Agi: Agricola.
riens de l'Histoire Auguste, vivait au IV" s. de nôtre Or. Dialogus de oraloribus.
ère [2° éd. Peler, 1884]. . TER. — P.-TERENTIUS AFER (Térence), poêle comique,
Hadr. Vita P. JEln Hadriàni. né à Cartilage en 185 avant J.-C., amené à Rome
Ver. Vila L. M\i\ Veri. comme esclave, fui affranchi et admis dans la société
Jul. Yita M. Didii Juliani. , de Scipion l'Africain et de C. Laelius ; il mourut en
Pesé. Vita C. Pescennii Rigri. 159 [éd. Umpfenbach, 1870; éd. Dzialzko; 1884].
Sept. Vila Septimii Severi- Les six comédies qui restent de lui sont :
Ant. Vita Antonini And. Andria. •
Caracajli.
Get. Vila L. Antonini Getae. Eun. Eunuchus.
S.-SEV. — SULPICIBS SEVERBS (Sulpicc Sévère), né vers Heaut. Heautontimorumenos.
'
565 en Aquitaine, mort vers 410 [éd. Halm, 1866, Ad. Adelplu.
Corp. Script, eccl., t. I]. Hec. Hecyra.
Chron. Chronica. Pli. Phormio.
Dial. Dialogi. TERT. — Q. SEPTIMUSFLOREXS TERTBLLIAXBS
- (^ertuliien),
Ep. Epistulae. un des Pères de l'Eglise, mort vers 240 [éd. OEhler,
ST. OU STAT. — P. PAPINIUS STATIUS (Stace), de Naples, 1855],
poète épique sous'Domilien. Specl. De spectaculis [éd. Reifferscheid et YVis-
Silv. Silvarum lib. V [éd. Markland, 1827 ; éd. sowa, 1890, C. Scripl. eccl., I. XX].
Baehrensl 1876]. Nat. Ad naliones libri II [id.].
Th. Thebaïdos lib. XII [éd. Klotz, 1908]. Orat. De oratione [id.].
Ach. Achilieidos lib. II [éd. Klotz, 1902]. Rapt. De baplismo [id.].
SUECIUS. Voy. SUEV. Test. an. De testimonio anima; [id.].
SUET. — C. SUETONIUS TRASQBILLUS (Suétone), biogra- Gnost. Adversus Gnosticos ou Scorpiace [id.J
'
phe, a écrit la Vie des douze premiers empereurs Anim. De anima [id.].
romains [éd. Ihm, 1907] ; des vies, de grammairiens, Jejun. De jejunio ou Adversus Psychicos [id.].
rhéteurs et poètes célèbres [éd. Reifferscheid, 1860]. P'udic. De pudicitia [id.].
C'est aussi l'auteur d'un poème sur les Rois bar- Idol. De idololatria [id.].
bares, dont Ausone nous a conservé un fragment, et Apol. Apologeticus.
qu'on attribue à tort à saint Paulin (de Noie. Il vivait Mari. Ad martyres.
un siècle environ après J.-C. Uxor. Ad uxorem libri II.
SUEV. — SBEVIUS, SUECIUSOU SBTRIUS. Divers fragments Preescr: heer. De praescriplione hasreticoruro
nous sont parvenus sous ces différents noms. On Hab. mut De habitu m'uliebri.
ignore quand ces poètes ont vécu et la nature de Cuit. fem. De cullu feminarum.
leurs ouvrages [éd. L. Mûller, à la suite de Lucilius]. Psen. ou Psenit. De paenitentia.
SULPICIA. — Poétesse sous Domitien, dont il nous est Jud. Adversus Judaeos.
parvenu une satire [Frag. poet., éd. Baehrens, p. 550]. Casl. Exhortatio castitatis.
SULPIC. — C. SBLPICIBS ÂPOLLINARIS, professeur de Scap. Ad Scapulam.
grammaire sous les Antonins, auteur d'Arguments Patient. De patientia [éd. Kroymann, 1906, C.
pour Térence et Lucain, et de quelques épi- Script, eccl., XLVli].
grammes. Hermog. Adversus Hermogenem [id.].
1
SUTRIUS. — Voy. SBEV. Valent. Adversus Valentinianos [id.].
SYMM. —Q. ABRELIUS SYMMACHUS(Symmaque),, orateur Hoeres. Advertus omnes haereses [id.],
(fils de L. Aurelius Symmachus, préfet de Rome Marc. Adversus Marcionem libri V [id.].
XXVI LISTE DES AUTEURS ET DES OUVRAGES
Prax. Adversus Praxean [id.]. intitulé Faclorum diclorumque memorabilium

Resur. De'resurrectione carnis [id.]. libri IX [éd. C. Halm, 1865; éd. Kempf, 1888].
Carn. Ch. De carne Christi. Y.-ANT. — YALERIUS AXTIAS, historien du i" siècle av.

Paît De pallio. J.-C, dont il reste quelques fragments [éd. Peler,


De monogamia. Hist. rom. fragm,, 1870].
Monog.
velandis. VARR. — M. TERENTIUS VARRO (Varron), poète, histo-
Virg. De virginibus
rien, agronome, né l'an 658, mort
Fug. De fuga in persecutione. grammairien,
l'an 727 de Rome, avait composé une foule d'ou-
Coron. De corona militis.
vrages qui ne nous sont pas parvenus en entier.
SPURIA. On a de lui :
Carm. Marc. Carmen adversus Marcibnem, lib. V. Lai. De. lingua latina [éd. Spengel, 1885].
Jud. dont. Carmen de judicio Domini. Rust. Rei ruslicae libri III [éd. Keil, 1891].
THEOD. — THEODOSIBS (Théodose), empereur d'Orient Men. Satyrarum Menippearum' fragmenta [éd. A.
(408-450), fit publier le codex Theodosianus. Riese, 1865].
Nov. Liber Rovellarum. VABR.-ATAC — P. TERENTIUS VARRO ATACTNUS,
poète
Phïl. Epistulae ad Philippum praef. pr«torii contemporain du précédent. C'est à peine si nous
.avons quelques-uns de ses vers [Frag. poet., éd.
Illyrici.
Hon. Rescriptum ad Honorium. Baehrens, p. 352].
Val. Epistula ad Valenlinianum. VEG.— FLAVIUS YEGETIUS REXATUS (Yégèce), écrivit,
Gall. Epistula ad Gallam Placidiam. sous Valentinien II [(579-591),-un traité De re
Lie. Epistula ad Liciniam Eudoxiam. militari d'après des auteurs plus anciens [2e éd.
Voy. COB. THEOD. . C.Lang, 1885].
TH.-PRISC — TBEOBORUS PRISCIASBS, médecin, vivait Un autre P. YTEGETIUSPLENATUS, d'une époque
sous Gratien et Yalentinien II (fin du I'V" siècle), postérieure, a composé un ouvrage, en 4 livres,
[éd V. Rose, 1894]. intitulé Ars veterinaria [éd. Schneider, Script,
Med. De medicina libri IV. r. rust., IV, 1797].
Dieel. De diaeta liber. , VELL. —i- C. YELLEIUS PATEBCULUS né l'an 755, mis à
TIB. — ALBIUS TIBULLUS (TibuHe), né mort par Tibère, an 784 de Rome, a laissé une
poète élégiaque;
vers l'an 690, mort en l'an 735 de Rome [éd. L. Histoire romaine en deux Uvres qui s'étend jus-
Mûllerl870; éd. Baehrens, 1878; éd. Hiller, 1885]. qu'à la mort de Livie, femme d'Auguste [éd.
TIBER. — fut C. Halm, 1876; éd. EHis, 1898].
TIBERIANBS, poète qui probablement
comte d'Afrique en 526, préfet du prétoire en VEL.-LONG. — YELIBS LOXGBS, grammairien antérieur
Gaule l'an 556. Baehrens a réuni les pièces de vers à Charisius et Cassiodore, a laissé un traité De ortho-
qu'on peut.lui attribuer avec quelque vraisemblance [Gramm. lat., éd. Keil, t. VII].
graphia
[Poet. min., III, p. 265]. YENANTIUS. — Yoy. FORT.
TIR. — M. TULLIUS TIRO, affranchi de Cicéron, in- VENUL. — Q. CLAUDIUS Y'ENULEIUS SATURSIXUS, juriscon-
venta ou recueillit les notes qui portent son nom sulte sous Alexandre Sévère (222-255), un des dis-
(Rotestironiennes) [éd. Kopp, 1817-29 ; éd.G. Sehmitz, ciples de Papinien. Yoy. DIG.
1894]. VEREC. — Y'ERECUNBUS,évêque africain, mort en 552.
TITTN. — YETTIUS Tmsrus, poète comique, auteur de On a sous son nom des Commentaires sur les can-
Togalee, plus ancien que Varron [Comic. fragmenta, tiques, quelques poèmes rythmiques, ainsi que
5e éd. Ribbeck]. diverses [éd. Pitra,
pièces probablement apocryphes
T.-MAÛR. — TEREXTIANUS MÂUEUS, . grammairien et Spicil. Solesm., t. IV].
poète didactique, du temps de Marc-Aurèle, a laissé VERR. —! M. VERRTBS FLACCUS, grammairien célèbre du
un poème De litteris, syllabis, pedibus, inelris, avait composé, entre autres, un
temps d'Auguste,
[Gramm. lat., éd. Keil, t. VI]. traité De verborum sig'nificatione, dont Festus
TREB. —r TREBELLIBS POLLIO, biographe, un des auteurs rédigea un abrégé. Il ne nous reste de lui que de
de l'Histoire Auguste, vivait au commencement du courts fragments et une partie d'un calendrier de
. ive siècle; nous avons de lui la vie de Prénesle [C. J. L., t. I].
cinq empe-
reurs romains et celle des trente tyrans [2e éd. Pe- VESP. — VESPX JBDICIUÎI coa ET PISTORIS. On a sous
ter, 1884]. ce titre une petite pièce en hexamètres d'une assez
TRYPH. — CLABBIUS TRYPBOXTXUS,jurisconsulte, vivait bomie latinité n° 199, éd. Riese].
[Authol-,
sous Septime -Sévère et Caracalla: Voyez DIG. VET. GRAM. — YETUS GRAIIÎIATICUS (un vieux gram-
TURPIL. — SEX. TURPILIUS, poète comique, mort dans mairien anonyme).
un âge avancé l'an 655 de Rome, dont il ne nous YET. POET. ap... — VÊTUS POETA apud...
reste que des fragments [Comic. fragm., 5e éd. VET. SÉNAT. — VÊTUS SENATUS CONSULTUM.
Ribbeck]. VIR. — VTRIUS SEQBESTER, auteur qui vivait
probable-
ULP. — DOMITIUS ULPIANUS (Ulpien), jurisconsulte, ami ment vers le iv ou v« siècle de notre ère, a laissé
. de Septime Sévère [éd. Huschke, 1861]: Voy. DIG. un traité De fluminibus, nemo-
fontibus, lacubus,
VAL.-CAT. — VALERrcs CATO, poète satirique, vivait ribus, etc. quorum apud poêlas menlio fit [éd.
vers l'an 690 de Rome. On a sous son nom un petit C. Bursian, 1867, 4°; Geogr.'min., éd. Riese, 1878].
poème : Dirx ad Raltarum, attribué aussi à Vir- VICTOR. -^ CLAUDIUS MARIUS VICTOR,
poète du v» siècle
gile [éd. Ribbeck, Append. Verg.]. de notre ère. On a de lui un
poème sur la Genèse
VAL.-FLAC ou V.-FL. — C VALERIUS FLACCUS, né à intitulé Alethia [éd. Schenkl, 1888, C. Script, eccl.,
Sétia, en Campanie, écrivit sous Vespasien un t. XVI].

poème en 8 livres intitulé Argonaulica et mourut A. Mai lui attribue
(Class. auct., t. Y, p. 582)
à Padoue sous Domitien [éd. C. Schenkl, 1871 ; éd. un poème De nativilale, vila, passione, resur-
Baehrens, 1875]. rectione 'Domini dont il est douteux soit
qu'il
VAL.-MAX. OU MAX. —.M. YALERIUS MAXIMUS (Yalère l'auteur.
Maxime), historien, composa, sous Tibère, un ouvrage YICT.-TON. — VICTOR TOKKENSNSIS, en-
évêque africain,
CITÉS EN ARRÉGÉ DANS CE DICTIONNAIRE. XXVII

voyé en exil en 555, a composé mie Chronique em- VULG. — VULGATA, version de la Bible, traduite de
brassant les événements de 444 à 566, pour conti- l'hébreu, du chaldaïque et du grec pour l'Ancien
nuer celle de Prosper [éd. Mommsen, 1893]. Testament, pai S. Jérôme, et pour le Nouveau,, tra-
VICT.-VIT. — VICTOR VITENSIS, évêque de Vite, dans la duite du II° au iv° siècle [éd. Martianay, Migne,
Byzacène, a composé en 485 l'histoire de la persé- t. XXVIII-XXIX; Tischendorf (Vet. Test.),' 1873 cl
cution desVandales [éd.-Halm, 1879, Mon. Germ. 4°; (Rov. Test.) 1865; de Lagarde (Psautier), 1874;
éd. Petschenig, 1881, Corp! Script, eccl., t. VII]. Vvordsworlh, 1889 sq.] — Voy. ITALA.
Vand. De perseculione Vandalica libri Y.
VÊTUS TESTAHENTUH. '
Pass. Passio bealissimorum martyrum qui apùd
Carthaginem passi sunt sub rege Hunirico VI.
Gen. Genesis.
VICTORÎNUS. — Yoy. -M.-YICT. et MAX.-VICT. Ex. Exodus. .
YICTR. —: YICTRICIUS, évêque de Rouen à la fin du Lev. Leviticus.
IV siècle, ami de saint Paulin de Noie, mort vers
Num. Rumeri.
407, a composé un liber de laude sanclorum
Deut. Deuteronomium.
'
[Migne, t. XX]. Jos'. Josue.
YlG. — VIGILIBS, diacre et moine, vivait sous Honorius
Jud. Judices.
et Théodose ; on a de lui une Régula monachorum
Rutk. Ruth.
ou; Régula Orienlalis [Migne, t. L].
Reg. Regum libri IV.
VIG.-TAPS. — YIGILIBS TAPSEXSIS, évêque de Tapse, en
Parai. Paralipomena.
Afrique, controversiste de la seconde moitié du
Esdr. Esdras lib. I.
v° siècle, a laissé des opuscules dirigés contre les Neh. Liber Nehemia; (ou Esdrse lib. II).
hérétiques [Migne, t. LXII]. Tob. Liber Tobiae.
VINC.-LIR. — VINCEXTIUS LIKINENSIS (Vincent de Lérins), Jud. Liber Judith.
mort vers 450, auteur d'un Commonitorium Eslh. Liber Esther.
[Migne, t. L]. Job. Ljber- Job
YINDIC. — YINBICIANBSAFER, comte des Archialres, vivait
Ps. ou Psalm,. Liber Psalmorum.
sous Valcntinien I vers 570 ; fragments dans les
Prov. Liber Proverbiorum. . •. _
livres de Marcellus Empiricus [éd. Helmreich] et de Eccl. Liber Ecclesiastes.
Theodorus Priscianus [éd. Rose]. Canl. Canticum canticorum Salomonis.-
VIRG. — P. YÎRGILIÛS [et plus exactement VERGILIUS] Sap. Liber Sapientiae.
MARO (Virgile), poète épique né à Andes, près Sir. In Ècclesiast. Jesu filii Sirac prologus.
Mantoue, en 684, mort en 755 de Rome [2° éd. Eccli. Liber Ecclesiastici.
Ribbeck, 1894-95; éd. Ladewig, 1875]. Isai. ou Jesai. Prophelia -Isaiae.
Bue. Bucolica ou Eclogae X. Jer. Prophelia. Jeremiae.
Georg. Georgicorum libri IV. Thr. Threni ou Lamentationés Jeremia;
N
JEn. ^Eneidos libri XII. Bar. Prophetia Baruch.
On a aussi, sous son nom, les poèmes suivants, Ezech. Prophetia Ezechielis.
dont il n'est certainement pas l'auteur. Dan. Prophetia Danielis.
'
Cul. Culex. •- ' , Os. Prophelia Oseas.
Cir. Ciris. Joël. Prophetia Jqel.
Moi: Moretum. Am. Prophetia Amos.
Copa. Copa. Abd. Prophetia Abdia;.
Cat. Catalecta [cf. Appendix Vergilianaj éd. Baeh-
Jon. Prophetia Jonae.
rens, Poet. lat. min., t. II]. . Mich. Michaeae.
Prophetia
VITR. — M. VITRBVIUS POLLIO (Vitruve), célèbre archi- .' Nah. Nahum.
Prophelia
tecte, du siècle d'Auguste, a laissé un ouvrage
: Hab. Prophelia Habacuc. ,
De architectura lib. X[2" éd. Y. Rose, 1899].
Soph. Prophetia Sophoniae.
YOLUS. — Yoy. Ma:c.
Agg. Prophetia Aggaei.
VOMAN. — VOMABUSou YOMANIUS, poète dont on a un Zach. Prophetia .Zachariae. '
certain nombre d'épigrammes dans l'Anthologie [éd. Malachiae. ,
Mal. Prophetia
Riese, l, 2, 1870]. Machab. Machabaeorum libri IL
Vop. — FLAVIUS YOPISCBS,de Syracuse, un des auteurs
de l'Hisloire Auguste, vivait au IY" s. de notre ère
NOVUM TESTAMENTBM.
[2» éd. Peter, 1884]. , . .•
Dom. Vita L. Domitii Aureliani. Mallh. Euangelium secundum Malthaeum.
Tac. Vita M. Claudii Taciti. Marc.. Euangelium secundum Marcum.
Flor. Yita M. Annii Flqriani. Luc. Euangelium secundum Lucam.
Prob. Yila M. Aufelii Probi. Joh. Euangelium secundum Johannem.
Firm'. Yita Firmi, Sàturnini, Proculi, Bonosi Aci. Acla Apostolorum.
tyranhorum. Paul. Ep. Pauli epistulae XIV.
Car. Vila Cari, Numeriani, Carini. Jac. Ep. Jacobi epislula canonica.
VULC.-GALL. — YBLCATIBS GALLICANUS,un des auteurs de Petr. Ep. Pétri epistula; II.
l'Histoire vivait au IY° s. de notre ère . Joli. Ep. Johannis epistulae III.
Auguste,
[2° éd. Peler, 1884].. Jud. Ep. Judae epistula catholica.
Avid. Vita Avidii Cassii tyranni. Apoc. Johannis Apocalypsis.
VULC.-SEDIG. — YBLCATIBS SEDIGITUS, épigrammatiste, ZEN. — ZENO (S. Zenon), évêque de Vérone de 365 à
vivait vers l'an 100 avant J.-C [Frag. éd. 581, a laissé plusieurs traités [Migne, t. XI; éd.
poet.,
Baehrens, Giuliari, Vérone, 1884, 4°]. ,
p. 279].
EXPLICATION DES SIGNES ET ABRÉVIATIONS

|| Sépare les différents sens du mol; quelquefois pré- ? Indique le doute.


cède un renvoi. -j- Indique un mot ou un sens d'une mauvaise latinité
— Tient lieu du mot qui fait le sujet de l'article. (soit un archaïsme, soit un néologisme).

a. actif, 11. fleuve. peint, peinture,


abl. ablatif, fragm. fragment. pers. ou person. personne,
absoll. -absolument, fréq. fréquentatif. phys. ou physiq. physique,
ace. accusatif. fut. futur. pi. ou plur. pluriel,
, act. actif, gén. génitif. poét. poétique,
activt. activement, gén. (en gén.) en général. pple. peuple.
adj. adjectif, germ. mol germanique. préc. ou précéd. précédent,
adjeclivt. adjectivement, gr. grec, en grec. prés, présent,
adv. adverbe, qqf adverbialement, gramm. grammaire. primit. primitif,
adverbt. adverbialement, hab. habitant ou habitants. primitivt. primitivement,
al. al. alii aliter (textes douteux), hébr. en hébreu. priv. privatif,
allem. allemand, imparf. imparfait. prom. promontoire,
anat. anatomie. impér. impératif. pron. pronom,
~ -
anc. ancien. ind. ou indécl. indéclinable. prop. (au prop.) au propre,
anton. antonomase, indic. indicatif. propremt. proprement,
arch. archaïsme, inf. ou infin. infinitif. prov. province.
archit. architecture, inlerj. interjection. (Prov.) proverbe,
astrol. astrologie, inlerrog. inlerrogatif. qcq. quelconque,
aslron. astronomie. inus. inusité. qq. quelque,
Auj. aujourd'hui, Ion. dialecte ionien. qq. ch. quelque chose,
bolan. botanique, ironiq. ironiquement. qqf. quelquefois,
c.-à-d. c'est-à-dire, JCT. jurisconsulte. qqn. quelqu'un,
m. masculin. rarl. ou raremt. rarement,
cap. ou capit. capitale,
celt. mot celtique, m. à m. mot à mot. rhét. rhétorique. -
çh. chose, méd. médecine. riv. rivière,
chir. chirurgie, mouvt. mouvement. ' s.-ent. sous-entendu,
comp. ou compar. comparatif, mt. mont. seuil, ou seulmt. seulement,
conj. conjonction, mus. musique. simpl. ou simplt. simplement,
conjug. conjugaison, n. neutre. sing. singulier,
constell. constellation, néol. néologisme. souvt. souvent,
contr. contraction. nomin. nominatif. subj. subjonctif.
d. ou dép. déponent, ôppos. opposé, opposition. suhst. substantif, quelquefois sub-
dat. datif. ordint. ordinairement. stantivement,
décl. ou déclin, déclinaison, p.-adj. participe adjectif. subslantivt. substantivement,
dim. diminutif. parf. parfait. suiv. suivant,
Dor. dialecte dorien. pari, (en pari.) en parlant. sup. supin,
Eol. dialecte éolien. part, participe. superl. superlatif,
épith. épithète. part. f. participe futur. sync. syncope.
ex. exemple. partie, particule. t. terme.
ext. (par ext.) par extension, partie, (en partie.) en particulier. unip. unipersormel.
f. féminin, quelquefois futur, part. p. participe passé. v. ville.
famil. familièrement, pass. passif .^; V. Voyez,
AÏ^X" '
fig. (au fig.) au figuré, p.-ê. peut-êlrfi.X\^Jl_/;' /}^\ voc. vocatif.
fig. de rhét. figure de rhétorique. passivt. passivbinént. ^'\-£••"' \ Yoy. voyez.
DICTIONNAIRE

LATIN-FRANÇAIS

l.a,f. n. indécl. Cic. Div. 1, 23, père, j'ai ouï-dire à mon père; taborare a frigore PLIN. . souffrir
discere ab aliquo Liv. apprendre du froid; salvebis a Cicérone Cic.
première lettre de l'alphabet || A.
INSCR.abréviation du prénom Aulus de quelqu'un; ab eo laus impe- tu. recevras le bonjour de Cicéron ;
\\'A. U. C. anno urbis çoridita; ; ab ratoris non exspectabatur Cic. on plaga ab amico Cic. coup porté
urbe conditall A. Augustus; A. A. n'attendait pas de lui le mérite par un ami; vobis a Romanis
Augusti duo || III viriA. A. A. F. d'un général; litteree a Cxsare nulla spes Liv. vous n'avez rien à
INSCR.triumviri auro. argento, aeri C-ES. lettre dé César; vox ab Us espérer de la part des Romains |)
flando., feriundo || A. D. VIIIKAL. Cic. leur voix; fulgor ab auro 9° Gallia a paludibus invia SALL.
NOV. INSCR.Orel. 6i9, ante diem LUCR. l'éclat de l'or || 5° Cappa- la Gaule inaccessible à cause de
octavum kalendas novembres. docia patet a Syriâ Cic. la Cap- ses marais ; a suum cuique tri-
2. â ou âh, interj. Voy. ah. padoce est ouverte du côté de la buendo Cic.- de ce qu'on rend à
3. à, devant une consonne; âb, Syrie ; denudetur a pectore Cic. chacun ce qui lui estdû j ab armîs
devant une voyelle ou une con- qu'on lui découvre la poitrine (m. Gallicis. cognovit CES. il reconnut
sonne; abs, devant c, q, t (âitô et à m. qu'il soit mis à nu à l'endroit aux armes gauloises; ab ira, a
par apocope ait'), prép. qui gou- de la poitrine) ; a capite xgri desperatione Liv. de colère, de
verne l'ablatif: 1" au prop. et au fig. CELS. au chevet d'un malade; a désespoir; ab irrisu Liv. par mo-
de, hors de ; de chez ; du voisinage porta decumanâ C^ES.du côté de querie U10° ulcisci se ab aliquo
de ; 2° après (rang) ; 3° de (désignant la porte décumane; ab Oriente PLIN. se venger de quelqu'un ; de-
la patrie) ; 4" de la part de, prove- Cic.vers l'orient; atergo,a latere fendere a frigoreVIRG. défendre
nant de; 5" du côté de, vers; 6° &ES.par derrière,sur les flancs; a du froid; Urbs munita ab incen-
pour, en faveur de, du parti de; puppi Cic. du côté de la poupe; a dia SALL. Rome mise en sûreté
7° à partir de, après, depuis, en summo PLAUT. par le haut; a contre l'incendie || 11° a morbo
commençant par; 8° par, de, de la caudâ exire PLIN. sortir la queue valui, ab animo eeger fui PLAUT.
part de; 9° à cause de, par l'effet, la première U 6° hoc totum est a j'ai guéri le corps, l'esprit est
par suite de; 10° de, contre; 11° me Cic. ceci est tout à fait en ma devenu malade (m. à m. je suis
quant à, par rapport à; 12° d'entre, faveur: ' stare a mendacio Cic.dé- devenu malade quant à l'esprit) :
parmi; 13° locutions diverses || 1° fendre le mensonge ; dum a me doleo ab oculis PLAUT. j'ai mal
a cselo decidunt PLIN. ils tombent senliat PLAUT. pourvu qu'il soit de aux yeux; ab re frumentariâ
du ciel; a fano tollere CJES. en- mon avis ; Ceres est aBaccho LUCR. laborare CES. manquer de blé;
lever d'un temple; ab Cérès est l'amie de Bacchus ; nostri innoxius a veneno ISID. non
longinque
domo ENN. loin de la patrie; de- illi a Platone Cic. nos partisans coupable 'd'empoisonnement || 12"
terrere ab injuria Cic. détourner de Platon, nos philosophes de la iionnulli ab novissimis CES.
d'une injustice; a matre pulli secte de Platon || 7° a primo PLAUT. quelques-uns d'entre les derniers ;
COL. petits qu'on vient d'enlever d'abord; a principio TAC. dès âeligebantur ab universo populo
à leur mère; non àb -re est Liv. l'origine : a parvulo Lrv. dès l'en- Cic. ils étaient choisis parmi le
il n'est pas hors'de propos; dum peuple tout entier || 13° a se PLAUT.
fance; ab horâ tertiâ bibebatur
a re ne quid ores PLAUT. pourvu Cic. on tenait tablé depuis la troi- CIC. de soi-même, de son propre
que tu ne demandes rien contre la sième heure ; ab re divinâ PLAUT. mouvement; a se Cic. SuET.de son
justice (qui s'éloigne de la justice) ; après le sacrifice; protinus ab argent, de son bien ; legare pecu-
a me, a nobis TER. de chez Cic. aussitôt après l'a- niam ab aliquo Cic. léguer une
moi, adoptione
de chez nous; aliquis a milite doption; homo vitam a suppli- somme d'argent qui sera payée par
PLAUT. quelqu'un de la famille du ciis auspicatur PLIN. la vie de un tiers ; legare a filio Cic faire
soldat; iion ex eo, sed ab eo loco l'homme commence par des sup- un legs qui sera acquitté par son
Cic. non pas de ce lieu, mais des ab aliquo Cic.
plices || 8° ita a naturâ generati fils; suppeditare
environs || 2° secundus a rege sumus Cic. nous sommes ainsi fournir par l'entremise d'un autre ;
HIRT. le premier après le roi; al- faits par la nature; a civibus suis propius a contumelia TAC plus
ler ab itlo VIRG. le premier Cic. mis à mort par honteux (plus près d'un affront) ; a
après interemptus
lui || 3° Tumus ab Ariciâ Liv. ses concitoyens; cadere ab hoste stercore purgare CATO, débarras-
Tumus;d'Aricie; principes a Corâ Ov. tomber sous les coups d'un en- ser du fumier ; sus tinere se a lapsu
Liv. les principaux citoyens de Cora Liv. se retenir de tomber; mutatus
nemi; anima calescit ab- eo spi-
Il 4° si poslulalur a populo Cic. ritu Cic. l'air est échauffé par cette ab Mo Hectare VIRG. différent de
si l'on demande au cet Heclor ; àliud a libertate BRUT.
apatre aspiration ; bene audire ab aliquo
meo accepi SALL. peuple; et CASS.autre chose que la Uberté ;
je tiens de mon Cic. être considéré de quelqu'un ;
LATIN-FRANÇAIS.—1
2 ABA ABB ABD

ônis, f. Cic Top. communauté religieuse || HIER.


' ut reliquum tempus intermitte- âbSlïënâtïo,
retur a élabore CES. pour que le Î8, aliénation par vente, cession, Ep. ad Gai. 2, 4, 6, père.
travail fût interrompu le reste du transport, abandonnement. abbaeto, ïs, ère, n. Voy. abilo..
da- a, um, part. p. de i, f. Liv. 38, 15, ville
temps; nulla quies ab armis âbàlïênâtus, Abbassus,
batur Liv. on ne laissait pas repo- abalieno : vecligalia abalienata de Phrygie.
ser les armes; a manu servus Cic. revenus perdus pour l'Etat abbâtia, x, f. HIER, abbaye,,
SUET. esclave qui remplit les fonc- Il merribra abalienata morbis monastère.
tions de scribe, de secrétaire ; Nar- QUINT. 8, S, 75, membres frappés abbâtissa, x, f. INSCR. abbesse.
cissus ab epistulis, Pallasa ratio- de mort par la maladie; abalie- abbîto, ïs, ère, n. LUCIL. Voy,.
nibus SUET; Narcisse le secrétaire, natus jure civium Liv. 22, 60, abito.
Pallas l'intendant; faber a Corin- privé du droit de cité. Abbïus, a, m. f. INSCR. nom de ;
thiis INSCR. ouvrier qui fabrique âbàlîêno, as, are, Cic aliéner, famille romain.
des vases de Corinthe; medicus céder, vendre, transporter à un + abblandïor, iris, ïri, d. Hi-
ab oculis INSCR.médecin oculiste; autre, abandonner || au fig. alié- LAR. PICT. flatter.
a peregre\iis. de pays étranger; ner, éloigner, refroidir, détacher: -j- abbrëvïâtïo," ônis, f. HIER.
a modo HIER, récemment; a nunc abalienare a se Cic éloigner de Jsai. 28, 22, racourcissement.
CYPR. de ce moment || a, dans la soi; abalienare suis rébus NEP. abbrevïâtôr, ôris, m. PROBUS,.
eomposilion, marque la privation : détacher de ses intérêts |) PLAUT. Prxf. VAL.-MAX. ISID. abréviateur..
amens, privèderaison,insensè; ou séparer || TER. rejeter, repousser T abbrëvîâtus, a, um, part. p..
la séparation : amoveo, j'éloigne; Il abalienare mentem SCRÏB. alié- de abbrevio, HIER. Isai. 10,20, rac-
ner l'esprit, faire perdre la raison. courci.
avelto, j'arrache. '
Aârôn et.Arôn, m. ind. ECCL. Abâlîtês sinus, m. PLIN. 6,174, -j-' abbrëvïo, as, are, VEG. Mil-
Aaron, grand prêtre des Hébreux, golfe Abalite dans la mer Erythrée. 3, prol. abréger, réduire || HIER.
-h âbâlïud, adv. TERT.Nat. 1, 9, avancer.
IIÂâroneus, a, um, P. NOL. Carm.
d'un autre côté. abcïsïo, etc-
22,28, à'Aaron. _ , abcido, abcîse,
i, f. PLIN. 37, 35, île au lieu de abscido, abcise, etc.
ab, prép. Voy. a 3. Abalus,
Aba, x, m. PLIN. 5,83, Aba, mt. sur la côte nord de la Germanie. Abdâlônïmus ou -nymus, i, m.
d'Arménie. âbambûlo, as, ârè, h. FEST. se JUST. Abdalonime, roi de Sidon.
? àbâcînus, a,', um [abacus). retirer. Abdara, x, f. PLIN. 3,8, ville de;
PLIN. 35, 3, somptueux. âbâmïta, x, f. GAIUS, grand'- Bétique.
âbactîo, ônis, f. HIER, m Jerem. tante, soeur du trisaïeul (du côté Abdënâgo, m. ind. ECCL. Abdé-
i, 5, 15, vol (de bestiaux). paternel). nago, le même qu'Azarias.
âbactôr, ôris, m. [abigo] APUL. H-àbantë, adv. INSCR.Orel. 4396, Abdëra, x, f. Cic. et Abdêra,.
Met. 7 ; ISID. 10,14, voleur de bes- devant. ôrums n. pi. ( A65r)pa) Lrv. 45, 29,.
tiaux. . Abantëus, a, um, Ov. d'Abas. Abdère2 ville de Thrace.
1. âbactûs, a, um, part. p. de Abantïâdës, se, m. Ov. Acrisius, Abderïta et Abdentës, x, m.
abigo : grèges abacti Cic. grèges fils d'Abas || Ov. Persée, petit-fils Cic. Abdéritain, d'Abdère U-tânusr.
furto abàcti PLIN. troupeaux volés d'Abas H TERT. nom d'un des Eons. MART. et -tîcus, a, um, Cic d'Ab-
|| abactus conscientiâ HOR.détour- Àbantîâs, âdis, f. PLIN. 4, 64, dère, des Abdéritains.
né (d'un crime) par le remords; ancien nom de l'île d'Eubée. abdïoâtio, ônis, f. QUINT, ac-
nox abacta VIRG. nuit écoulée; Abantïus, a, um, STAT. Silv. 4, tion d'exclure le fils de la maison,
abacti magistratus FEST. magis- 8, 46, de l'Eubée. paternelle et de la famille, avec
trats contraints de sortir de charge. ? abaptistum, i, n. (àgâitti- privation de l'héritage |] abandon,,
2. âbactûs, ûs, m. expulsion : OTOV),CELS. trépan, instrument de renonciation, abdication : abdica-
quum abactus hospitum exerce- chirurgie. tio dictaturx Liv. 6, 16, l'actiorb
ret PLÏN.-J. Pan. 20, 4, quand il + àbarcëo ou âbercëo, es, ère, d'abdiquer la dictature ; — here-
chassait de chez eux les hôtes qui FEST. empêcher, défendre. ditatis COD. JUSTIN, abandon de
l'avaient reçu. Abâres ou Avares, um, m. pi. l'héritage.
Âbâcûc, nil ind. ECCL. Abacuc, ISID. Abares ou Avares, peuple + abdïcàtïvë, CAPEL. 4, 409, né-
prophète des Hébreux. scythe. gativement.
abâcùlus, i, m. PLIN. 36, 199, Abârimôn, gén. m. pi. PLIN. + abdïcâtîvus, a, um, APUL-
morceau de verre pour mosaïque. 7, 11, contrée de Scythie (pays Dog. Plat. S, ISID. négatif.
àbâcus, i, m. (à6a?). VARR. CIC. des.Abarimés). . •f- abdïcâtrix, îcfs, f. celle qui
bahut, buffet, crédence H PERS. Àbâris, is, m. Ov. nom d'un renonce à : abdicatrix misericor-
tableau pour les démonstrations prêtre d'Apollon || VIRG. SIL. autres dix SALV. Avar. 2, 11, celle qui
mathématiques; table de calcul || du même nom. || f. Voy. le suiv. étouffe la pitié.
SUET. Ner. 22, damier, table à Àbârîtânus, a, um, PLIN. d'A- abdîcâtus, a, um, part. p. de
jouer || YITR. j, s, 10, tablette de baris (ville d'Afrique). abdico, QUINT. 3, 6, 98 || antra
marbre ou de verre coloré qu'on + âbartîcùlâmentum,- i, n. S. abdicata soli' PRUD. Péri. 13, 52,.
appliquait sur les murs comme PLACIT. articulation. antres impénétrables au soleil. -
ornement || VITR. 4, 1, 11, tailloir, Âbâs, antis, m. HYG. Abas, roi 1. abdïco, as, âvi, âtum, âre-
partie supérieure du chapiteau d'Ai-gos y VIRG. Ov. autres du (ab,dïco):l° rejeter un fils, l'exclure-
d'une colonne. même nom. de la maison paternelle et de la
âbaddîr ou âbadïr, Iris, m. Abasgi, ôrum, m. pi. NOVEL. famille; 2° abdiquer, se démettre;
AUG. et n. indécl. TH.-PRISC 2, 34, peuple de la Colchide. d'une charge, renoncer (à des fonc-
bétyle, pierre que Saturne dé- Abâtos, i, f. Luc. 10, 323, île tions, à une manière d'être) ; 3° en.
vora.au lieu de Jupiter enfant. près de Memphis. gén. rejeter, repoussei'j interdire;
Aboesamis, ïdis, f. PLIN, 6,145, âbâvïa, as, f. GAIUS, trisaïeule. 4° nier || 1° filios abdicare PLIN.. .
ville d'Arabie. âbâvunculus,?', m. GAIUS,grand ne pas reconnaître les enfants,
àboestûo, as, are, n. TERT. Voy. oncle, frère, de la trisaïeule. mâles 112° abdicare dictaturam
adoestuo.- âbàvus, i, m. Cic. trisaïeul || Liv. abdiquer la dictature; quum
j- âbâgîo, ônis, f, VARR. Lat. 7, Cic père du trisaïeul [| au.pl. PLIN. se prxturâ abdicasset Cic. s'é—
31. Comme adagio. les ancêtres. tant démis de la préture ; abdica-
âbagmentum, i, n. TH.-PRISC , '+ àbax,.dois, m. (aSocE) JABOL. rent consules Cic que les consuls-
1
2, 34, remède qui a une force ex- Dig. 321100, S, PMSC pied ou pla- abdiquassent ; tutelâ me abdicare-
pulsive. teau qui supporte des vases; cogito Cic je songe à déposer la.
Abalë, es, f. PLIN. 6, 79, ville Abazea, ôrum, n. pi. Voy. Sa- tutelle
; abdicat se statu suo Mo-
d'Ethiopie. bazia. DEST. il renonce à son élat || 3° ab-
Abâlï, arum, m. pi. PLIN. 6, 67, abbà.VuLG. ISID., et abbâs, âtis, dicare aliquid in cibis Cic. dé-
Abales, peuple de l'Inde. m! SID. 16, 114, abbé, chef d'une fendre comme nourriture ; utinam.
ABD ABE ABE
posset abdicari aurum Cic plût ron, son époux; abducamus Ca- neut. avoir une issue, dégénérer
au ciel qu'on pût bannir l'usage tulum ex acie Cic faisons sortir en, finir; 7° n'avoir pas lieu, échap-
de l'or! abdicare CURT. Catulus des
patrem rangs || ,2° abduxere per; 8° baisser, diminuer (en par-
renier son père || 4° consangui- capità àb ictu VIRG. ils éloignent lant d'un prix) 111° abeo ab illo
neam esse abdicant PACUV. ils leurs têtes de la portée des coups ; PLAUT. je sors de chez lui ; abire
nient qu'elle soit de leur sang. —
gradus in terga relatos SIL. ex ocutis Liv. s'éloigner des yeux;
2. abdïco,ïs, xi, ctum. cëre {ab,' ils s'éloignent en tournant le dos ; abire sedibus TAC quitter son
1
dico), refuser d'adjuger (en terme abducere aliquem a fide Cic dé- pays; —in profundum LACTANT.
de droit) : abdieere ab aliquo vin- tourner quelqu'un de tenir sa pa- — via/m, PLAUT. s'en al-
s'engloutir;
dicias POMP. JCT. débouter quel- role;— se ab omni cura Cic se ler; abi quxrere PLAUT. va cher-
qu'un de sa demande en-provision détacher de tout soin ; — aliquem cher; abire magistratu TAC sor-
|| ne pas approuver (en t. d'augu- ad neàuitiam TER. porter qqn tir de charge; — tutélâUhP. ces-
rés) : quurri aves très partes ab- au mal (en détournant du bien) ser les fonctions de tuteur; illùc,
dixissent Cic Div. 1, 31, les au- || 3° abducere divinationem a unde abii, redeo HOR. je reviens
gures ayant condamné trois por- conjecturis Cic distinguer la di- au point d où je suis parti || 2° in-
tions (d un champ). vination des conjectures ]| 4° id sperato abiit || LUCIL. il ..est mort
abdïdi, parf. de abdo. (auferre et) abducere Cic em- soudainement; Cato abiit e vitâ
? abdïtàmentum. Voy. addita- porter cela;— somnos Ov."ban- CIC Catôn est mort; moïses abie-
mentum. nir lé sommeil || 5° abducere po- runt, decem TER. dix mois sont
abdïtê, Cic. Verr. 2,181, furti- tionem SCRÎB. prendre une potion écoulés ; nausea jam plane abiit
vement, secrètement. || 6° abducere aliquem INSCR.ren- Cic. \Â dégoût est entièrement
abdïtîvus, a, um, éloigné : ab- dre les derniers devoirs à qqn. passé; spe's abit Luc. l'espérance
ditivus a pâtre PLAUT. Poen. f abductïo, ônis, f. DAR. ac- s'évanouit || 3° ab jure abire Cic
prol. 65-, soustrait à son père || tion d'emmener || C.-AUR. expul- renonper à son droit || 4° ad sanos
PAUL, EX FEST. abortif. sion || HIER. Eccl. 38, 20, retraite, abeat tutela propinquos HOR. •
abdïtus, a, um, p.-adj. de abdo : solitude. que la tutelle passe aux mains de
abditus carceri VELL. caché dans abductus, a, um, part. p. de parents raisonnables; abit in
une prison || in. abdito PLIN. dans abduco : Poppxa abducta marito somnum LUCR. il s'endort ; abeunt
un heu retiré; abdita rerum HOR. SUET. Poppée ravie à son mari; in crura lacerti Ov. les bras de-
objets inconnus ; — tèrrx LUCR. 6, bos abductus aratro CLAUD.bceuf viennent des jambes; abire. in
809, les entrailles de la terre || ab- qu'on éloigne de -la charrue || ab^ mores Ov. passer dans les mô3urs;
— ludibrio
ditior, -issimus AUG. ductis montibUs'V.-VL. les mon- in ora virum Liv. de-
-
abdo, ïs, dïdi, ïtum, ère (ab, tagnes s^éloignant.
venir le jouet et la fable du public;
do), a. 1° écarter, éloigner; 2° ca- ? abdûmën, ïhis, n. CHAR. Voy. fructus prxdiorum . abeunt in
cher || 1° senex se rus abdidit abdomen. , sumptus Cic les revenus des ter-
TER. le vieillard s'est retiré à la abduxL, parf. de abduco. res, se changent (s'en, vont) en dé-
. campagne; e conspectu seabdi- abduxti, sync. pour abduxisti, penses || 5° abeo a sensibus Cic. je
derunt PLAUT. ils se sont dérobés PLAUT. . cesse de parler des sens ; abire ad
aux regards; abde domo VIRG. Abeatae, àrum, m. pi. PLIN. ha- ineptias Cic. passer à des raisons
bannis de la ferme ; se totum in bitants d'Abéa (ville de Messénie). 'qui n'en sont pas; longius nef as
litteras abdere Cic se réfugier abecedârïus, a, um, AUG. al- abiit Ov. le mal se répandit au
tout entier dans l'étude; abdere dans un ordre alpha^ loin; vide quo judicium meum
in insulam TAC reléguer dans Ehabétique,
étique; abecedaria (s.-ent. ars) abeat SEN. vois où tend ma pensée
une île || 2° gladiurn sinu abdere FULG. connaissance des premières || 6° non hoc, tibi sic abibit TER!
TAC cacher une épée sous sa robe; lettres || -ârîî, ôrum, m. pi. HIER. tu n'en sortiras .pas ainsi ; oppi-
abdere ensem lateri VIRG. enfon- enfants qui apprennent à lire dum abiit in villam Cic. la ville
cer le glaive dans le flanc; —sen- || subst.n, AUG. ordre dans lequel s'est trouvée réduite à une villa,||
sus TAC cacher ses impressions; se présentent les lettres. . 7° sires abiret ab eo Cic. si l'af-
id credebatur abdidisse TAC on abegi, parf. dé 'abigo. faire venait à lui échapper || .8° pre-
croyait qu'il avait .Caché cela au Àbël, m. ind. BIBL. Àbêl, élis, tium rétro abiit PLIN.-J. le prix a
-fond de son coeur (qu'il en con- m. PRUD. et Àbêius, i, m. VICTOR. baisséJ| Voy. 'abi.
servait un profond ressentiment). Abel, deuxième fils d'Adam. Àbëôna, sejf. (a&eo) AUG. Abéo-
Abdôlômmus. Voy. Abdalo- Àbêlïcus.a, um, MYTHOG.d'Abel. na, déesse qui présidait au départ.
Mimus. Âbella, x, t. VIRG. et Ab élise, Cf. Adeona.
abdomen, ïnis, n. Cic. ventre, ôrum, f. pi. CHAR, ville de Cam- âbëquîto, as,, are, n. Liv. 24, .
bas-ventre || PLIN. partie inférieure panie || -âni, ôrum, jn. pi. JUST. 31, '10, s'enfuir.à cheval.
du ventre de la truie ou du thon habitants d'Abella. ' âbëram, imparf. de absum.
J gloutonnerie; gourmandise; ho- âbellàna nux. Voy.' avellana..: + âbercëo. Voy. abarceo,
mo natus abdomini suo Cic âbellîna nux. Voy. avellana. âbëf o, fut, :de absum.
homme né pour manger, qui ne Abellïnâs, âtis, m. PLIN. habi- àberràtïo, ônis, f. distraction;
vit que pour son ventre ; abdomi- tant d'Abellinum. — à a molestiis
dolore, ' Cic.
nis voluptates Cic plaisir de la Âbellïnum, i, n. PLIN. ville du AU. }2, 38'; Fam. 15, 18, diver-
gourmandise." SamniUmjvilledeLucanie || -mus, sion à la douleur, aux inquiétudes.
f abdûcë, arch. pour abduc, a, um, INSCR. d'Abellinum. âberro, as', âvi, âtum, are, n.
PLAUT. TER. + âbëmïto, as, are, FEST. s'écarter, -s'éloigner, se fourvoyer,
abdûco, ïs, xi, ctum, cëre, a... Comme accipio. sortir du droit chemin : aberravit
l'emmener; enlever une femme à âbëo, ïs, ïvi ou ïi, ïtum, ïre, inter homines a pâtre PLAUT. il
son mari, la faire divorcer, tirer m 1° s'en aller; sortir (de charge, a perdu son père dans la foule ||
de; 2° au prop. et au fig. détour- cesser une' fonction) ; partir d'un au fig. aberrare a régula .Cic.
ner, éloigner; 3° séparer, distin- point (quand il s'agit d'un dis- s'écarter de la règle ; — verbo Cic.
guer ; 4° emporter, enlever ; 5° ava- cours) ; 2° dans un sens absolu ou se tromper sur un mot ; — conjec-
ler ; 6° rendre les derniers devoirs avec un complément: mourir; s'é- tura Cic se tromper dans ses con;
|| 1° abducere domum. TER. em- couler; passer (en parlant du; jectures; -- in inelius PLIN.-J; s'é-
mener à la maison;.— in servi-, temps); cesser, disparaître, 3° aban- garer à la recherche du mieux;
tutem CES. emmener en escla- donner, renoncer à ; 4° passer d'une mens omnis aberrat in vulnus
— foro Cic. a foro TER. de main dans une autre, d'un état à CLAUD.-l'esprit tout entier est à la
vage;
foro Liv. emmener de la place un autre; se changer en; 5° cesser blessure || se distraire, éloigner sa
publique; Liviam matrimonio de parler d'un sujet, passer d'un pensée de : a miseria aberrare
Tib. Neronis abduxit SUET. il sujet à un autre ; qqf. se répandre, possum Cic. je puis oublier mon
tendre vers; 6° au
(Auguste/ enleva Livie à Tib, Né- se propager; chagrin; nihiïequidem levor,sed
4 ABI ABJ ABJ
thmen aberro Cic je ne suis pas inescare homines TER. va, tu ne suppression || Cic Pis. 88, abatte-
soulagé, mais je me distrais. sais pas duper les gens. ment, désespoir.
âbes, indie. prés, ou impér. âbïbïtur, fut. pass. unip. PLAUT. abjectus.a, um, p.-adj. de ab-
2° personne de absum. on s'en ira. jicio : ad terram verberibùs ab-
Àbessâlôm ou -on, m. PRUD. âbîcio, ïs, ère, Juv. PRUD. forme jectus Cic tombant à terre sous
Comme Absalom. poétique de abjicio. les coup ; luelator abjeelus SEN.
âbesse, infin. de absum. âbîdum, impér. (abi, dum) TER. athlète "terrassé || CIC abject, bas, .
âbëuntis, gén. de abiens.^ va-l'en. méprisé ]| Cic. humble, qui man-
abfôre ou abfûtùrum esse, in- + âbïëgïnëus, âbïëgnëus et que d'élévation (en pari, du style)
fin. fut de absum, devoir être ab- âbïëgnïus, a, um, C. I. L. 1, 577. || Cic. CURT. abattu, désespéré ||
sent; nihilabfore credunt, quin... Comme abiegnus. NEP. dont les affaires sont en
VIRG. ils pensent qu'il ne s'en fau- âbïëgnus, a, uni, CAT. Liv. de mauvais étal || abjeclior Cic. -issi-
dra rien, qu'ils ne... — mus QUINT. V.-MAX.
sapin : equus PROP. 3, 17, 12,
abforem, es, et, imparf. du le cheval de Troie. abjîcîo, ïs, jêci, jectum, jïcëre
sùbj. de absum, BOET. âbîens, euntis, part, de abeo. (ab, jacio) : 1° jeter,rejeter, ren-
T abîuat, pour absit, FRONTO. àbïês, élis, f. Cic sapin (arbre) voyer, exclure ; 2° jeter à bas, tuer;
abfûi.parf. de absum. || VIRG. navire, vaisseau || VIRG. abaisser, courber; 3° dissiper, don-
abfûtûrus, a, uni, part. fut. de lance || PERS. tablettes à écrire || ner pour rien, avilir; 4° déposer,
absum, qui doit manquer. PLAUT. lettre. omettre, renoncer à, négliger || 1"
Abgar, INSCR. et Abgarus, i, âbïëtârïus, a, um, FEST. de abjiceré annulum in mare Cic..
m. SPART, nom de plusieurs rois —
sapin || subst. m. HIER. Exod. 35, jeter son anneau dans la mer;
de l'Osroène. 35, ouvrier qui travaille lé sapin. se e rauro "Cic. se jeter à bas d'un
•f- âbgrëgo,
' as, are, FEST. sé- ? abiëtînus. Voy. abiegnus. mur: psaltria aliquo abjicienda
parer du troupeau. àbïga, x, f. PLIN. 24, 29, ive est TER. il faut renvoyer la chan-
? âbhîbëo, es, ère, PLAUT. Trin. muscade (herbe). teuse quelque part, il faut s'en
éloigner. -j- âbîgeâtor, ôris, m. PAUL. défaire; militiâ abjicietur COD.
? âbhïëmat, unipers. PLIN. 18, Sent. 5j 18, 1, voleur de bestiaux. THEOD. qu'il soit exclu de l'armée
354 il fait de l'orage. 4- âbigëâtûs, ûs, m. MACER. JCT. || 2° abjecit belluamCic. il a tué le
abhinc, adv. depuis, jusqu'à ce enlèvement de bestiaux. monstre : nalura abjecit animan-
jour : abhinc triginta diebus Cic Sbïgëo, as, are, CYPR.Ep. 71, 2, tes CIC ia nature a courbé les ani-
depuis trente jours ; quxstor fuisti détourne^ enlever (le bétail). maux vers la lerre || 3° abjiceré pe-
abhinc annos quatuordecim Cic + âbîgeus, i. m. ULP. ISID. vo- cuniam DIG. dissiper sa fortune; .
tu as été questeur il y a quatorze leur de bestiaux. abjiciet agros PH^D. elle vendra
ans || PALL. à partir de ce moment l.-î-âbïgo, as, are, LUCIF. Comme ses terres à vil prix; hic annus
Il d'ici, de cel endroit : jurgium le suiv. auctoritatem senatus abjecit Cic.
abhinc auferas PLAUT. va que- 2. àbïgo, ïs, êgi, actum, ïgëre cette année a avili l'autorité du sé-
reller ailleurs || COD. THEOD. de
(ab, ago), chasser : abigam eumab nat ; pudor abjicit animum QUINT.
cela, à cause de cela. xdibus PLAUT. je le chasserai de la la honte abat le couragefl 4° abji-
âbhorrens, lis, part, de abhor- maison ; — rus PLAUT. je le relé- ceré xdificationeni Cic renoncer
reo : spes ab effectu non âbhor- à bâtir; — timorem
guerai à la campagne ; abigere fe- Cic étouffer
rens Liv. espérance non démentie bres PLIN. guérir les fièvres; la crainte; —consulatmnPux.-i.
par l'événement; mos abhorrons Agrippinam abegisse doluit renoncer au consulat, le déposer;
huic profectioni Liv. coutume SUET. il regretta d'avoir répudié abjiceré versum Cic prononcer
qui donne un démenti à ce départ. Agrippine || VARR. emmener, pous- négligemment un vers, le laisser
âbhorrëo, es, ûi, ère. n. et qqf. ser devant soi (un troupeau) || Cic tomber avec négUgence.
act. 1° être éloigné; au fig. s'éloi- voler des bestiaux ||
détourner, abjûdîcâtus, a, um, Liv.. part,
gner, différer ; 2° avoir de l'aver- abigere fetum COL. avorter; — p. de abjudico.
sion pour, éviter, fuir; 3° absolt. fetum a se conceptum SUET. se abjûdico, as, are, Cic ôterpar
être impropre, incapable || 1° ab- faire avorter. un jugement ]| enlever, ôter : abju-
horret hilaritudo PLAUT.. la joie 1. âbîi, parf. deabea.. dicare sibi libertqtem Cic. renon-
est en fuite ; abhorrere a consilio 2. Abii, iôrum, m. pi. CURT. cer à la liberté : — se a vitâ PLAUT.
ceterorum NEP. ne pas partager s'ôter la vie || ? Cic. rejeter, désap-
Abiens, peuple scythe.
l'avis des autres; — asuspicione Âbïla, x, f. PLIN. ville dé Judée. prouver.
Cic être à l'abri du soupçon ; — a PLACID. pour
|| Voy. Abyla. -j- abjùgassëre,
fide Liv. — vero TAC ne pas Abïlerms, i, adj. m. PLIN. d'A- abjugaturum esse.
mériter, d'être cru, s'écarter de la bila (en Judée). + abjûgo, as,' are, PACUV. éloi-
vérité; abhorret nostris moribus Abimelech, m. ind. BIBL. nom
CURT. il diffère de nos usages ; ab- gnerj séparer-
de plusieurs rois de Gérara. abjunctus, a, um, part. p. de
horrent inter se orationes 'Liv. : abjuncti
âbin', pour abisne, PLAUT. abjungo equi PROP.
les discours ne s'accordent pas ||
àbintëgro, pour ab intégra. chevaux,dételés || abjunctum CARM.
2° omnes illum abhorrebant Cic. âbintus. Yoy. intus. DE FIG. 55, expression concise..
tous le fuyaient; abhorreant vi- T àbinvïcem, HIER. Comme in-
liis Cic- qu'ils fuient les vices (il abjungo, ïs, nayi, nctum, ngere
vicem. VIRG. dételer, || Cic.
se construit plus ordint. avec la découpler
âbistinc, QUER. de ce côté. éloigner.
prép. a) || 3° sin plane abhorre- Àbîtâcus. Voy. Avitacus. T abjûrassit, PLAUT. pour ab-
bit, abstineal Cic. s'il n'a aucune Abitinensis, e, INSCR. d'Abitinia juraverit.
disposition, qu'il s'abstienne || avec (ville d'Afrique).
le dat. Voy. âbhorrens. abjûrâtïo, ônis, f. Isn>. 5, 26,
-j- âbîtïo, ônis, f. PLAUT. départ ;action denier un dépôt avec parjurel
âbhorresco, ïs, ère, n. et a. U FEST. mort,
RUFLW s'éloigner de, éviter.
-j- abjurâtôr, ôris, m. Ciss. 11,
-}- âbîto, ïs, ère, n. PLAUT. Ep. ,3, qui dénie avec parjure.
CHAR. 57, 5, d'une
âbhorrïde, 2, 2, 119, s'en aller. abjûrâtus, a, um, part. p. de
manière dure, choquante. âbltûs, ûs, m. Cic départ || ,abjuro, VIRG. nié avec un faux ser-
àbî, impér. dea&e'o ; abiinma- VIRG. TAC issue, passage. inent ||ENNOD. à quoi l'on a re- .
lam crucem PLAUT. va te faire àbîvi, parf. dé a6eo. nonce, abjuré.
pendre || s'emploie qqf. comme un ; -h
adverbe : abi, ludis. me PLAUT. al- abjëci, parf. de abjicio. abjurgo, as, are, HYG. Fab.
abjecte, Cic Tusc. 2,55, bas- 107, ôter.r refuser par jugement.
lons, tu te moques de moi;.non es sement J abjeclius TAC abjuro,- as, are, Cic SALL. nier
abi HOR. tu n'es pas
avarus, abjectîo, ônis, -f. C-AUR. Acut. par serment, foire du tort à quel-
avare, c'est bien, à merveille || ex- 2,10, 59, action de répéter, de lais- '•qu'un par un faux
prime aussi la colère : abi,nescis témoiernage ||
ser tomber ||QUINT, retranchement, :.ENNÔD. renoncer à, abjurera
t
ABL ABN ABO
ablactâtîo, ônis, f. HIER. Gen. + ablûtôr, ôris, m. TERT. adv. locus abnueretlhc. puisque le lieu
21, 8, sevrage. Marc. S, 221, celui qui lave. se.refusait à un assaut ||au pass.
ablactâtus, a, um, ARNOB. ISID. ablûtus, a, um, pari, p. de non abnuilur Liv. on ne nie pas.
sevré, part. p. de ablaclo. abluo, VIRG. |j au fig. COD. THEOD. -r abnùtïvus, a, um, DIG. né-
ablacto ou ablecto, as, are, 16; 6, 4, baptisé.. gatif.
HIER. AMBR. sevrer. -|-ablûvïo,ë)i?s, f. GROM. 124,1, + abnûto, as, are, n. PLAUT.
ablâquëâtîo, ônis, f. PLIN. dé- et 150,. 27, .action d'emporter en Capt. 611, faire signe que non.
chaussement de la vigne, des ar- lavant. Abobrica, x, f. PLIN. 4, 112,
bres, pour dégager leurs racines || T ablûvïum, ïi, n. LABER. ap. ville de la Tarraconnaise.
COL. Arb. 24, fossé, fosse. Gell. 16, 7, 2, inondation, déluge || Abodïâcum, i, n. PEUT, ville de
ablâquëâtus, a, um, PLIN. part, GROM. 82,19, nettoyage, coupe (de Vindélicie.
p.-de ablaqueo. bois). Abôlâni, ôrum, m. pi. PLIN.
ablâquëo, as, are (lacus) CATO, abmâtertëra, x, f. DIG. soeur 3, 69, peuple du Latium.
COL. déchausser un arbre, dégager de la trisaïeule. j- âbôlëfâcïo, ïs, ère, TERT.
le pied d'un arbre, creuser autour. abnâto, as, are, n. STAT. Ach. Apol, 35, abolir, anéantir.
-r ablâtïo, ônis, f. TERT. action 1, 383, s'éloigner en nageant. âbôlëo, es, èvi, et qqf., ûi, olï-
d'enlever || au pi. ITALA, Ezech. 44, abnëgâtïo, ônis, f. PRISC. né- tum, olère.(ab, olo), .Liv. abolir,
30. gation (en. t. de gramm.) || ARN. détruire, faire disparaître : abolere
ablâtîvus, m. (s.-ent. casus) dénégation. vires TAC. affaiblir (au fig.) ; —
QUINT. 1, 4,26, ablatif, sixième cas abnëgâtîvus, a, um, PRISC né- nomina reorum SUET. effacer de
des noms latins \\ablativx prx- gatif. , la liste des accusés ; — accusalio-
positiones ISID. prépositions qui T abnëgâtôr, ôris, m. TERT. IIBDÎ DIG. laisser tomber une .ac-
— memoriàm
gouvernent l'ablatif. Fug. 12, celui qui. nie ou refuse. cusation; THEOD.
.+ ablâtôr, ôris, m. AUG. SEDUL. abnëgo, as, are, refuser. obsti- — crimen DIG., effacer le souve-
ravisseur. nément : abnegat vilam produ- nir, ne pas poursuivre un crime ||
ablâtus, a, um, part. p. de au- cere VIRG. il refuse de prolonger au pass. ocissime àboleri PLIN.
fero : ventis ablala Ov. emportée sa vie; abnegare depositum PLIN. mourir le plus tôt possible || laver :
par les vents— U ablatus uberibus refuser de rendre un dépôt. abolere v.ndis VIRG. purifier en
PLIN. sevré; venenis Ov. enlevé abnëpôs, ôtis, m. SUET. Tib. 3, lavant.
à lui-même par l'effet d'un philtre. INSCR. fils à la quatrième généra- âbôlesco, ïs, ëvi,- sçërex n. être
ablêgâtïo, ônis, f.-Liv. 6,39,.7, tion. détruit, se perdre, être aboli : vinea
, envoi dans un lieu || PLIN. 7, 149, , abneptis, is, f. SUET. Ner. 35, non abolescit. COL. la vigne ne pé-
relégation. fille à fa quatrième génération. rit pas; nondum memoria abo-
ablêgâtus, a, um, part. p. de Abner, m. ind. BIBL. général de leverat Liv. le souvenir n'était
ablego Cic l'armée de Salil. pas encore effacé; poena abolevit
ablegmïna, um,n. pi. (ab, lëgo) Abnôba, x, m. PLIN. 4,79, Ah- GELL. la peine n'est plus en usage
FEST. parties des entrailles mises noba, mont de Germanie. || abôlessel, syncope pour abole-
à part pour être offertes aux dieux. abnocto, as, are, n. SEN. Vit.- visset, V.-FL.
ablêgo, as, are, envoyer dans 27 ; GELL. 13, 12, découcher, passer âbôlïtio, ônis, f. TAC. destruc-
un autre lieu, écarter, éloigner : la nuit hors de chez soi. tion , : abolition, anéantissement ||
ablegare foras PLAUT. mettre à la , abnôdâtus, à, um, COL. 4,22,4, DIG. remise d'une peine> pardon:
porte ; — venatum (au supin) Liv. part. p. de abnodo. abolitio facti SUET. Tib. 4, am-
— ab adventu
envoyer à la chasse ; abnôdo, as, are, COL".4, 24,10, nistie.
alicujus Cic. empêcher d'aller à couper les noeuds, les excroissan- -J- âbôlïtôr, ôris, m. Aus. Grat.
la rencontre de quelqu'un. ces des arbres, de la vigne. 2, qui abolit, qui détruit,
.+ ablepsïa, x', f. (àêXeàia) abnormis, e, HOR. Sat. 2, 2, S, 1. âbôlîtûs, a, wm-j part. p. de
SERV. JEn. 7, 647. aveuglement. qui ne suit pas de système, qui aboleo : xdes deûm igni abolitx
-j- ablëyo, as, are, AMBR. Ep. n'appartient pas à une règle, à une TAC. temples détruits par l'incendie.
68, 3, soulager. école. . 2. -j- âbôlïtus,.ûs, m. CASS. 4,
ablïgûrïo ou ablïgurrïo, ïs, ire, -r abnormïtâs, âtis, f. SALV. 41, abolition, désuétude.
Cic consumer en mangeant, dé- Gub. 1; GLOSS.énormité. âbolla, x, f. (à'go).oç). VARR.
vorer, manger || ARN. lécher. f abnûentïa, se, f. AUG. Rhet. manteau, vêtement militaire ||
ablïgûrîtio ou ablîgurrîtïo, p. 1i4, 2, dénégation, réfutation. MART. manteau de philosophe ||
ônis, f. CAPIT. Macr. 15, 2, action -j- abnuëo, es, ère, EKN. ' '
Ann. secte philosophique; facinus ma-
de manger, de consumer. 283. Comme abnuo. joris abollx Jav. 3, 115, le crime
abligûrîtôr ou ablïgurrîtôr, -j- abnûîtïo, ônis, f. FEST. refus. d'une philosophie plus sainte.
ôris, m. AMBR.Ep. ad Sab. 4, 2, abnùïtûrus, a, um, part. fut. j- âbfilûi, ancien parf. de abo-
dissipateur. île abnuo, SALL. Hist. frag. 1, 37, leo, PRISC. CASS.
ablingo, ïs, ère, M.-EMP. 8, oin- T abnûmëro, as, âre,KiGiD. ap. T âbômmâbïlis, e, PS.-QUINT.
dre, frotter. Gell.15,3,4, compter entièrement. HIER, abominable.
ablôco, 5s, are, SUET. Vit. 7, abnuo, ïs, ûi, ûlum, uëre, n. et -j- âbômïnâmentum, i, n. TERT.
donner à loyer, louer. act. faire,signe de la tête, ou faire adv. Jud. 13; OROS. 2, 5, chose
ablûdo, ïs, si, sum. dëre, n. signe qu'une chose n'est pas, qu'on abominable.
HOR. Sal. 2, 3, 320, différer, être ne consent pas, qu'on n'est pas âbômïnandus, a, uni, Liv.
différent de. d'un avis; ubi cenamus? Illi ab- QUINT, qu'on doit abhorrer.
ablûo, ïs, ûi, ûlum, ûëre, Cic. nuunt PLAUT. OÙ dînons-nous? Ils -j- âbômïnantër, CASS. d'une
laver, ôter en lavant : abluere si- répondent par un signe : Nulle manière abominable.
lim Ov. étancher la soif || VARR. part; manu abnuit quicquam -|- âbômïnâtïo, ônis, f. LACT.
emporter, entraîner les terres' (en opis in se esse Liv. il fît signe de la action de repousser || TERT. abo-
pari, de la pluie, de l'eau) fl- Ov. main qu'il ne fallait pas compter mination, chose abominable.
laver (d'une faute), effacer, puri- sur lui || absolt. Cic, HOR. ne pas âbomî'nâtus, a} um, part, de
fier || dissiper, faire disparaître : vouloir, refuser : abnuere de.ne- abominor, Liv. qui a eu en horreur
abluere ^sibi umbras LUCR. sor- gotio SALL. refuser une chose; ab- || pass. LIV. HOR. qui est en hor-
tir des ténèbres; — perturbatio- nuentes milites Liv..soldats qui ne reur, exécré.
nem animi Cic calmer l'agita- veulent plus combattre, découra- -J-âbômïno, as,âr'e, INSCR.R.N.
tion de l'âme. gés (qui renoncent) || avec un rég. 4871, ITALA, Judith. 9, 2. Comme
ablùtïo, ônis, f. PLIN. 17, 74, abnuere crimen Cic repousser abominor.
action de laver || MACR. 3, 7, ablu- une accusation; non abnuebanl âbôminor, âris, âtus sum, âri,
tion || ablulio peccaloris HIER, pu- parère Liv. ils ne refusaient pas d. repousser comme un mauvais
rification du pécheur. d'obéir || au fig. impetus quando présage, repousser : quod abomi-
6 ABR ABR ABS
sie de l'Europe; — se Cic. se sé-
nor Ov. PLIN.-J. ce qu'aux dieux Âbrâmëûs ou Abârmîûs, a, viscerum
ne plaise ! || Liv. détester. um, P.-NOL. 32, 581, d'Abraham. parer de ;—sibipartem
x, m. ECCL. des- CURT.s'arracher une partie des en-
+ âbômînôsus, a, um, DIOH. Abrâmïdës, — vincula Liv. briser
de mauvais présage. cendant d'Abraham. trailles;
les liens || 2° abrumpere vitam
Abôra, x, m. AMM. 23, 5,1, Abo- abrâsïo, ônis, f. ECCL. action de
raser. VIRG. mettre fin à la vie; — vi-
ras, fleuve de Mésopotamie.
lam a eivilale TAC cesser de vi-
Aboriense oppidum, n. PLIN. abrâsus, a,- um, part. p. de —
Cic. entièrement vre dans un Etat, s'éloigner;
5, 29, ville d'Afrique. abrado, rasé;
VIRG. s'inter-
écorchée. médium sërrnonem
' Abôrïgînes, um,m. pi. ('A6op> abrasx fauces Lucgorge
YIVEÇ)PLIN. 3, 56, premiers habi- Abraxâs, x, m. TERT. divinité rompre au milieu de son discours ;
tants ou naturels d'un pays || Cic. des secte d'hérétiques. .—iter CURT. s'arrêter || 3° abrum-
" Basilidiens,
Rep. 2,3, 5; SALL. JUST. Aborigè- + abrëlêgo, as, are, J.-YAL. 2, pere fas omne VIRG. violer toute
— fidem TAC violer la
nes, peuples primitifs de l'Italie. 17, reléguer. . justice;
Âborïgînëus, a, um, SEPTIM. + abrëlictus, a, um, part. p. foi donnée; — patientiam TAC.
de abrelinquo, TERT. abandonné. — voluplates
ap. T.-Maur. 1900, qui appartient patience;
aux Aborigènes. -j- abrënuntïâtïo, ônis, f. AUG. AC renoncer aux plaisirs.
Çerdre
àbôrïor, ëris, arch. iris, orlus CASSIAN. renonciation. abrupte, QUINT, brusquement,
d. VARR. mourir, pé- sans préparation : — agere JUST.
sum, orîri, -j- abrënuntïo, as, are, n. SALV.
rir : vox aboritur LUCR. la voix AMBR. Sacram. 1, 2, renoncer. se conduire inconsidérément ||
manque || -r activt. aboriri fetum 1. abreptus, a, um, part. p. de MACR. absolument || abruptius
ARN. 3,10, et absolt. aboriri. PLIN. abripio, Cic VIRG. arraché, en- AMM. 20, 5, 5, en toute liberté.
8, 205, avorter, accoucher avant le traîné, emporté || abreptus amore abruptîo, ônis, Cic Div. ê, 84,
terme d'un enfant mort. STAT. entraîné par l'amour. action de se rompre, rupture || Cic.
âbôriscor, ëris, ci, d. LUCR. 5, 2. abreptûs.iJs, m. SCHOL.-GERH. AU. 11,3,1, divorce || FEST. inter-
731, mourir. action d'arracher. ruption.
1. àborsuSja, um, part, deaoo- Abrettêni, ôrum, m. pi. PLIN. abruptum, i, n. pris subst.
rior || PAUL. Sent. 4, 9, 6, qui vient 5, 123, habitants de l'Abrettène pente rapide, précipice -.sorbere in
d'avorter. (partie de la Mysie). abruptum "VIRG. engloutir dans
2. f àborsûs, ûs, m. NON. 448, S, Âbrincatoe, ârum, NOT. IMPER. l'abîme; tractus in abruptum
IERT. Fug. 3, avortement. et Abrincatui, ôrum, m. pi. PLIN. TAC. précipité sans retour.
Abortae, arum, m. pi. PLIN. 6, 4, 107, peuple de la Gaule dans la abruptus, a, um, p.-adj. de
77, peuple de l'Inde. 2eLyonnaise (auj. Avranches). abrumpo, séparé, brisé : abruptx
1. âbortïo, ïs, ïvi,ïre, n. HIER. abrïpïo, ',ïs, ui, eptum, ipëre nubes VIRG. nuées entr'ouvertes ||
avorter, mettre bas avant terme. (ab, rapere), arracher de, emme- abrupti torrentes FLOR. torrents
2. âbortïo, ônis, f. Cic. avorte- ner de force, enlever, emporter : qui se précipitent || sol abruptus
ment || au pi. LACT. Op. dei, 12, 6. abripere in vincula Cic traîner STAT. soleil qui cesse de luire |]
f âbortium, ïi, n. HIER, avor- en prison H abripere se PLAUT. se Cic Liv. raide, haut, escarpé : per
tement. dérober, s'enfuir || au fig. Cic. dé- abrupta (s.-ent. loca) FLOR. à tra-
àbortïvum, i, n. PLIN.' 18, 150, tourner, entraîner. vers les 'lieux escarpés ; cxli abru-
avortement: aborlivum (s,-ent. Abr5dïaetus.Yoy..ffa6!"o<i«a°ius. pta STAT. les plus hautes régions
medicamentum) Juv. 6, 368, re- abrôdo,ïs, si,'sum, dëre, VARR. du ciel || périlleux, téméraire :
mède qui fait avorter. PERS. couper en rongeant. abrupta contumacia TAC oppo-
âbortïvus, a, um, PLIN. qui . -f abrogans, tis, GLOSS.ISID. et sition qui se perd elle-même ||
cause l'avortement || MART. 6, 93, GLOSS. PAP. humble. abruptum dicendi genus QUINT.
qui avorte || HOR. avorton, né ayant abrôgâtïo, ônis, Cic. Alt. S, 23, style coupé; haché || abruptum
f terme || au fig. avorté : aborlivi 2, abrogation, suppression. exitium AMM. ruine soudaine ||
messium fétus ENNOD. moissons abrôgâtôryôris, m. ARN. 1, 50, abruptus homo TERT. homme in-
qui périssent avant la maturité. destructeur. traitable || abruptior. PLIN. -issi-
+ àborto, as, are, n.VARR.Rust. abrôgâtus, a, um, Cic TAC mus PLIN.-J.
2, 4, 14, avorter J| a. FLRM. Math. part. p. de abrogo. abs, prép., autre forme de a.
6, 31 ^ mettre au jour avant terme. abrôgo, as, âvi, aluni, are, (abs se met devant les mots com-
f abortum, i, n. ULP. DIG. 29, abroger, annuler, casser : abro- mençant par une des lettres c, q
2, 30. Comme abortus. gare legem Cic abroger une loi; ont.) abs te.seorsussentio PLAUT.
1. âbortùs, ûs, in. Cic. avorte- —r magistratum, destituer d'une je ne partage pas ton avis ; abs te
ment : facere abortum — in- vincor Cic tu m'as vaincu.
PLIN.-J. magistrature; potestatem
avorter, accoucher avant terme ;^— tercedendiY .-MAX. enlever le droit Absâlôm ou Âbessâlôn, m. ind.
feminis PLIN. faire avorter les d'intercession || en gén." enlever, BIBL. Absalon, fils de David.
femmes || au fig. facere abortus ôter : dbrogare libertatem ARN. Absarrum, i. n. PLIN. 6, 12,
PLIN. accoucher d'ouvrages impar- ravir la liberté ; — fidem jurisju- fleuve de Colchide.
faits || MAN. coucher des astres. randi Cic infirmer la foi du ser- abscedentîa, ium, part. n. pi.
2. ? abortus, a, um, part, de ment || -j- avec le dat. abrogatur de abscedo. YITR. lointain, objets
aborior, lsm.9, 5, 21, qui meurl legi MODEST.on abroge la loi. qui fuient à l'oeil || CELS. ^abcès,
en naissant, mort-né. Abronïus, m. Voy. Arbronius. dépôts d'humeurs.
-j- àbôsus, a, um, COHMOD.Instr. abrosi, parf. de abrado. abscêdo, ïs, cessi, cessum, ce-
2, 29, 7, détesté. abrosus, a, um, part. p. de dère, n. 1° s'éloigner, se retirer;
abpâtrùus, i, m. DIG. frère du abrodo, PLIN. au fig. renoncera; 2° cesser; 3°se
trisaïeul paternel. abrôtônïtës vinum, COLUH. 12, former en abcès (en t. de méd.) ;
-habra, x, f. HIER. Judith, 8, 32. 35, vin d'aurone. 4° être perdu ; 5° mourir (INSCR.) ||
jeune servante. abrôtônum, i, n. (àëpÔTovov). 1° abscedere a curiâ Liv. s'éloi-
Àbrâbûra. Voy. Habracura. PLIN. et abrôtônus, i, m. LUCR. gner du sénat; — Spartâ NEP.
abrâdo, ïs, si, sum, dëre, VARR, 4, ^25, aurone (plante médicinale). quitter Sparte; — Rhodum TAC.
racler, ôter en raclant, enlever ; abrumpo, ïs, rûpi, ruptum, se retirer à Rhodes; — incepto
indicia finium abradit Nilui rumpërc : 1° disjoindre en bri- Liv. renoncer à une entreprise ||
CASS. le Nil détruit les limites des sant, séparer par violence; rom- 2° abscedit xgritudo.PLAUT. le
propriétés || au fig. Ce suppri- briser ; 2° interrompre ; 3° au mal s'en va || 3° sub linguà ali-
mer, retrancher. Ere,
g. briser, détruire, mettre fin à, quid abscedit CELS. quelques ab-
_ Abraham et Àbrâm,_ind^ BIBL. renoncer à || 1° abrumpere ramos cès se forment sous la langue || -
Abraham, âhx, PRUD, Abrâm, x Ov, cueillir des rameaux; -r- ve- 4° credens abscedere vitx STAT.
PRUD. et Abràhâmus, i, m. PRISC nus TAC couper les veines; — regardant comme perdu pour la
Abraham, patriarche hébreu. Asiam.Europx PLIN. séparer l'A- vie; ne quid abscederet SUET.
ABS ABS ABS
pour quç rien ne fût perdu || au xquor SIL. couvrir la mer de vais- amère, mais, salutaire || PLIN. vin
jussit abscedi ab Hannibale seaux; abscondere fugam furlo d'absinthe.
iv. il ordonna qu'on s'éloignât
Eass. VIRG., cacher sa fuite, s'éloigner •f- absinthîus, ïi, m. VARR.
d'Annibal ; non abcessum est Liv. furtivement || perdre de vue : Phxa- Men. 440. Comme absinthium.
on ne se retira pas. ; cum abscondimus arces VIRG. absis, ou mieux apsis, ïdis, f.
abscessem, sync pour absces- les hauteurs des Phéaciens dispa- (àiWç). PLIN. arc, voûle || ULP. plat,
sissem, SIL. raissent à nos yeux ; abscondi mus assiette ronde et creuse || ISID.
abscessïo, ônis; f. Cic. Tint. pueriliam SEN. nous perdons de choeur, sanctuaire d'église || PLIN.
12,38, éloignement, départ. vue l'enfance (l'enfance s'écoule) cercle dans lequel un astre fait sa
abscessûrus, a, um, part. fut. || au pass. abscondi VIRG. se cou- révolution : commissurx absidum
de abscedo, Liv. cher (en parlant des astres). PLIN. points de conjonction (en t.

abcessûs, ûs, m. Cic. TAC. éloi- -j- absconse, HYG. Fab. 184; d'astronomie).
retraite ; abscessus visûs FIRM. Math. 2, 2, en secret. absisto, ïs, slïti, slïlurn, si-
OET. perte de la vue H CELS. ab-
fnement, absconsïo, ônis, f. HIER. Isai, slëre, n. (ab, sisto) PLAUT. CIC
cès, apostume. 4, 6, action de cacher j d'abriter. s'éloigner, se retirer : absistere ab
abscîdo, ïs, îdi, ïsum, ïdëre, -r absconsôr, ôriSj m. FIRM. sole PLIN. s'éloigner du soleil || au
(abs, cxdo) : 1° séparer en coupant, Math. 3, 8 et 11, celui qui cache. fig. jaillir : ab ore scintillx absis-
•couper ; 2° au fig. retrancher, ôter -J-absconsus, a, uni, part. p. tunt VIRG. son visage étincelle ||
|| 1° ut falces absciderent Liv. de abscondo, FIRM. COMH. caché abandonner, renoncer à, se désis-
pour que les , faux coupassent ; || subst. n. AUG. Civ. 18, 32, un ter: absistere obsidione Liv. lever
abscidere qux arida sunt PALL. secret. le siège; non absistam benefa-,
couper le bois mort || 2° abscidere absectus, a, um, part. p. de cere Liv. je ne cesserai pas de

spem Liv. ravir l'espérance; l'inus. abseco, COD. JUST. séparé. bien faire ; absistere sequendb
causam miseriarum PETR. re- absëgmën, ïnis, n. (ab, seco) Liv. renoncer à poursuivre || absolt.
trancher la cause des maux. FEST. fragment, morceau. accusator abslitit TAC l'accusa-
abscindo, ïs, ïdi, issum, indëre absëns, tis, part, de absum, Cic. teur s'abstint (de poursuivre) Il au
{ab, scindo) : 1° séparer violem- absent, qui n est pas dans un lieu : pass. si non absisterelur bello,
ment, arracher, déchirer; 2° poét. hos versus recitavi absentes Liv. si l'on ne renonçait ' pas à la
' -
interrompre ; 3° poét. empêcher || GELL. j'ai cité ce passage de mé- guerre.
1° deus abseidit terras Oceano moire; in: Lucanis absens NEP. absït, 3e pers. subj. prés, de
HOR. un dieu a séparé la terre Hann. 5, 3, absent et se trouvant absum: absit! STAT.£>roc«£ absill
de l'Océan ; abscindere linguam en Lucanie ; absente nobis (pour APUL. aux dieux ne plaise! absit
PLAUT. arracher la langue ; —plan- absentibus) TER. en mon absence, te ista quxrerè SI-SEV. Dial. 1. 2,
tas VIRG. détacher des rejetons || en notre absence || qui ne vient loin de toi la pensée de chercher
2° querelas abscidit V.-FLAC. elle pas en personne briguer une char- cela! absit ut Milonem deseram
interrompit ses plaintes || 3° re- ge, qui ne se porte pas candidat : APUL. Met. 2, S, loin de moi l'idée
ditus abscindere dulces HOR. em- deligere consul absens Cic tu se- d'abandonner Milon !
pêcher le retour dans la douce pa- ras nommé consul sans que tu le absîtus, a, um, P.-NOL. éloigné.
trie. demandes ; tribunosplebis absen- absôcër, ëri,m. CAPITOL. Gord.
abscïsê, V.-MAX. 3, 7, briève- tes fecit Liv. il créa les tribuns 2, bisaïeul du mari ou de la femme.
ment, d'une manière concise. du peuple sans qu'ils briguassent ? absôlesco, ïs, scëre,n. TERT.
abscîsïo, ônis, f. ARN. action cet honneur || ? PLAUT. Cas. prol. n'être plus d'usage,passer de mode.
de couper || HIER, castration || PRISC '20, mort, qui n'est plus || -j- absen- absôlûbîlis, e.AMBR. Serm.12,
retranchement (de lettre), apocope. lissimus AUG. 7, digne d'être absous, d'être par-
? abscisse. Voy. abscise. SCRIB. absentâtum. Yoy. absinthia- donné.
interruption || CORNÏF.4, 67, inter- tum. absôlùtë, Cic. parfaitement:
ruption (fig. de rhét.). absentïa, se, f. Cic QUINT, ab- opéra inscripta absolute PLIN.
abscissïo, ônis, f. CASSIAN.Coen. sence, éloignement. ouvrages dont l'inscription témoi-
1, 5, action d'arracher. •f- absentïo, as, are, CHRYSOLOG. gne qu'ils sont achevés || SUET. en-
abscissus, a, um, part. p. de Comme absento. tièrement || CIC DIG. d'une manière
abscindo. absentïum. Voy. absinthium. déterminée, précise || Aus. briève-
abscîsus, a, um, p.-adj. deaos- ? absentîvus, a, um, PETR. 33, ment || PRISC. absolument (en t.
cido : abscisa capita VIRG. têtes 1, qui est longtemps absent. de gramm.) || absolulius MACR.
coupées, séparées du corps ; absci- + absento, as, are, COD.THEOD. -rissime Cic
sus in duas parles CES. séparé ki.cm:Ep.63, tenir éloigné || n. SID. absôlûtîo, ônis, f. Cic absolu-
en deux || QUINÏ. verba abscisa, être absent. tion, acquittement d'un criminel,
paroles incohérentes, sans suite + absîda^ x, f. P.-NOL. INSCR. d'un prévenu || ENNOD. élargisse-
|| dur, sévère : abscisior justitia Comme absis. ment d'un prisonnier || perfection,
V.-MAX. justice trop rigoureuse || absîdâtus, a, wm, CASS. 4, 51, idéal : hanc absolulionem pérfec-
ARN. eunuque IILIV. escarpé. arqué, voûté. lionemque desider.o Cic voilà
abscondi, _parf. de abscondo. Âbsilae, ârum, m. pi. PLIN. 6, l'idéal et la perfection que je dé-
.+ abscondidi, ancien parf. de 14, peuple du Pont. sire || Cic exactitude (t; de rhét.)
abscondo, PLAUT. absïlïo,ïs,ïi et ùi, ultum, ïlïre, || DIG. décharge, quittance || solu-
abscondïtë.VuLG. Judic. 4, 21, n. (ab, salio)- LUCR. 6, 1217, fuir tion : quxslionis absolutio AMBR.
HIER, en cachette || au ûg. Cic de en sautant, fuir. explication d'une énigme.
Inv.2, 69, obscurément/ 'd'une absim2 ts, ït. Yoy. absit. absôlûtîvê, CHAR,d'unemanière
manière enveloppée. absïmilis, e; différent : non ab- complète, précise ; au positif (t. de
abscondïtïo, ônis, f. AUG. m siniilis Tibeno fuit SUET. il ne grammaire).
Job, 7, action de se cacher. différait pas de Tibère. absôlûtîvus, a, um, DIOM. ab-
-j- abscondïtôr, ôris, m. FIRM. absinthïâcus, a, um, TH. PRISC solu, (opposé à reiativus).
Math. 5, 15j TERT. qui cache. 2, 2, 16, d'absinthe.. r absôlûtôr, ôris, m, CASS. 11,
absconditus, a, um, part. p. absinthïâtus, a, um, SEN. mêlé prxf. qui absout.
de abscondo, Cic. caché, secret, d'absinthe || absinthiatum, i, n. absoîûtôrïus, a, «m,. SUET. qui
mystérieux. (s. ent. vinum) PALL. vin d'ab- sert à l'acquittement, qui absout,
abscondo, ïs, ondi, arch. ondï- sinthe ou mêlé d'absinthe. qui acquitte || absolulorium (s.-
di, ondïtum (plus rarement oiv- absinthîtës, as, m. PLIN. COL. ent. medicamentum) PLIN. re-
sum), ëre (abs, condo) Cic cacher : vin d'absinthe. mède efficace, souverain.
fumus absconderat cxlum CURT. absinthium, ïi ou i, n. (à<]/;v- absôlûtus, a um, p.-adj. de
la fumée avait dérobé le ciel 6LOV). LUCR. PLIN. absinthe (herbe absolvol PLIN. délié, dégagé, sé-
aux yeux; abscondere puppibus amère) || au fig. QUINT, toute chose paré || libre, exempt : absolutus
8 ABS ABS ABS

omnibus impedimentis PALL. li- s'accorde pas ; nihil absonum fi- i- abstînax, aeis, PETR. 42, qui
bre dé tout empêchement || Cic. dei fuit Liv. rien ne démentit la s'abstient de nourriture.
achevé, terminé, fini, complet, en- croyance ; absoni a voce motus abstînens, lis, p.-adj. de absti-
tier ; parfait, accompli || MART. fini,, Liv. gestes qui ne s'accordent pas neo, qui s'abstient: habere oculos
détruit || Cic simple, absolu || avec la voix. abstinentes Cic. commander à
AMM,. simple, franc, sans détours absorbëo, es, ûi (plus usité que ses yeux; abstinens pecunix
|| causa absoluta ULP. cause qui absorpsi), pAum, bêre, HOR. ava- HOR. qui dédaigne l'argent;—ré-
n'offre pas d'équivoque || absoluta ler || Cic LUCR. inonder, engloutir bus venereis COL. qui s'interdit
donatio PAUL. JCT. donation ab- (en parlant de la mer) || PLAUT. les plaisirs || HOR. chaste || absti-
ruiner || au fig. entraîner : xstus nenlior Aus. -issimus COL.
solue, sans restriction || absolu-
tumverbum PRISC'mot indécli- nos consueludinis absorbet Cic. abstînentër, Cic. Sest. 37. mo-
nable || absoluta verba DIOM. le torrent de l'usage nous entraine. dérément, avec retenue j| abstinen-
mots qui expriment une action absorbïtïo, ônis, f. AUG. Serm. tius AUG. Mor. Manich. 2, 13
complète || absoluta nomina 162, 2 : — libidinis, état de quel- abstïnentïa, x, f. 1" respect de
PRISC mots qui ont un sens par qu'un plongé dans la débauche. ce qui appartient aux autres, dés-
eux-mêmes || absoluta, adjectiva ?absorptîo, ônis, f. SUET. ac- intéressement; 2° continence, em-
QUINT, adjectifs employés au posi- tion d'avaler. pire sur la passion; 3° diète, absti-
tif U absolulior QUINT, -issimus absorptus, a, um, part. p. de nence totale de nourriture; 4° abs-
CORNIF. absorbëo. FORT. tinence, acte de s'abstenir || 1° piro
absolvo, ïs,vi, ôlûtum, olvëre Absortîum, ïi, n. PLLN. 3, 140, abstinentia, avarilia SALL. à la
(àb, solvo) : 1° délier; au fig. déga- île de Liburnie. place du désintéressement, l'ava-
ger; 2° expédier, renvoyer; payer absp... Yoy. asp... rice; tentala est ejus abstinentia
un créancier (renvoyer en payant) ; abspello, "arch. Yoy. aspello. NEP. on tenta son désintéresse-
3° en gén. délivrer; 4° absoudre, 1. absquë, prép. qui gouverne ment || 2° Scipionis abstinentia-
sans : absque senlentiâ V.-MAX. continence de Scipion ||
acquitter d'une accusation ; 5° ache- l'ablatif,
ver, terminer ; raconter, traiter un Cic sans un avis Hexcepté : abs- 3° post unius diei abstinentiam
expliquer, résoudre: que jiaucis syllabis GELL. à quel- PLIN. après une diète d'un jour;.
sujet;.6°qqf.
7° prouver |1 1° absolvere canem ques syllabes près || se construit vitam abstinentia finivit TAC û
AMM. détacher un chien ; valvas avec un verbe : absque me essel se laissa mourir de faim || 4° sibi-
absolve APUL. ouvre les deux bat- PLAUT. sans moi; absque foret le. imperare abstinentiam convi-
tants ; absolverepromissum VARR. PLAUT. sans toi. ciorum SEN. se faire une loi d'in-
dégager sa parole, accomplir une 2. absquë, CARM.VET. ap. Macr. terdire toute injure.
]| 2° absolvilo hinc me Pour et abs. abstînëo, es. ui, enturn, ïnêre-
'LAUT. Amph. 5,1,45, lu vas m'ex-
Îiromesse abstantïa, x, f. YITR. 9, 1, 11, (abs, tenere) : 1° act. écarter, tenir
pédier i.legatos muneratos absol- distance, éloignement. éloigné, contenir, retenir ; 2° n.
vitÂnn. il congédie les envoyés avec abstëmïus,' a, um (abs, te- s'abstenir, se contenir, se retenir ;
des présents; ut hune absolvam rnum) Ov. qui s'abstient de boire 3° empêcher qqn de se porter pour
TER. pour le payer || 3° populum du vin : abstemium prandium héritier; ne pas se porter pour hé-
longobello absoCvereTkc. délivrer GELL. dîner sans vin || HOR. sobre, ritier; 4° faire diète; priver de
le peuple d'une longue guerre: cv.r tempérant || APUL. Aus, qui n'a pas nourriture : 5° être exempt : 6° ex-
judicio non absolvilur?Cic pour- bu de la journée, qui est à jeun. communier |i 1° abstinere' ignem.
quoi n'esl-il pas tenu quitte du abstentîo, ônis.t. C.-Ami.Acut. ab xde Liv. ne pas mettre Te feu
procès? cxde hostis se absolvere 3, 11, 103, suppression || AUG. ab- à un temple ; — vim aliquo HOR.
TAC. se réhabiliter en tuant un stention, abslmence. ne pas user de violence envers
— oculos ab alienis
ennemi; absolvi tutelx DIG. être -i- abstentus, a, um, part, p, qqn; Cic.
délivré de la tutelle; — tïmoris de abstineo : —hères DIG. qui re- détourner les yeux du bien d'au-
SEN. TR. de la crainte; dornum ex fuse de se porter héritier || C.-AUR. trui; fortuna eum abstinv.it bello
pignoribus absolvere DIG. déga- empêché, supprimé || CYPR. AUG. Liv.Ta fortune l'empêcha de faire
une maison d'hypothèques || exclu, excommunié. la guerre ; abstinere rnanus a se-
'
fer absolvere de prxoaricatione es, ersi, Cic. ne pas tourner ses mains con-
abstergëo, ersuni,
Cic. absoudre du crime de préva- gère, PLAUT. essuyer, nettoyer : ab- tre soi-même, ne pas se tuer ; con-
rication , — injuriarum CORNIF. slergere araneds Tins, enlever vivas abstinét suos MAET. il n'in-
du délit d'outrage; —fidem TAC les toiles d'araignée || au fig. effa- vite pas de convives; in par-
absoudre la fidélité'.; — — dolorem
regni sus- cer, faire disparaître : cimonie adulescentiam rneam
picione Liv. laver du soupçon Cic dissiper la douleur: — moles- abstinui CATO. j'astreignis ma jeu-
d'aspirer au trône || 5° absolvere tias Cicdissiper les ennuis [|absler-, nesse à l'économie : si se imber
institùta Cic achever ce qu'on a gère renias CURT.9,9,16. briser les abslineat PALL. s'il ne pleut pas ;
commencé; — diem AMEN, ache- rames, les emporter par un choc. se maledictis abstinere Cic. s'in-
ver sa viej Rhenus absolvilur abstergo, ïs, ersi, ersum, gëre terdire les injures ; qui me oslreis^
AMM. le Rhin achève son cours ; LUCIL. APUL. GREG.Comme le préc. abstinebam Cic. moi qui savais-
de conjuratione paucis absolvam . T absterno, ïs, ère, GLOSS.ISID. me passer d'huîtres: multum se
SALL. je raconterai la conjuration jeter, repousser. abstinebant consulés Liv. les con- •
en peu de mots || 6° xnigma absterrëo, es, ui, ïtum, ère suis se contenaient beaucoup U 2°-
quum non posset absolvi S.-SEV. TER. CIC écarter, éloigner par la abstinere ab aliquà re Cic. s'ab-
l'énigme ne pouvant être expli- crainte; en gén. écarter, éloigner, slenirde qq. ch.; — sermone grx-
quée || 7° Racchus absolvit SOL. repousser : absterrere vitiis HOR. co TAC de parler en grec; — nu-
Bacchus prouve. détourner du vice; —a jiecuniis méro Liv. ne pas donner le nom-
Cic. empêcher de se
absônans, tis, part, de l'inus. capiundis
— de bre; — nominibus CURT. taire les
absono, JUSTIN, contraire, opposé. vendre; frumento anseres noms ; — principis auribus TAC
absBne, APUL. .avec une voix PLAUT. écarter des oies d'un tas de les oreilles du prince ;
épargner
sourde ou fausse || au fig. non ab- blé || absterrere aliquid sibi non abstinere manibus TAC faire-
soné GELL. non maladroitement, LUCR. éloigner de soi, s'interdire violence; non abstinuit VIRG. il
heureusement || non absone ARN. qq. ch.; — auctum LUCR. empê- ne put se contenir; dum mihiab-
non sans raison. cher de croître. stineant invidere PLAUT. pourvu,
absôno, as, are, n. TER.-MAUR. absterrîtus, a. «m, part. p. de qu'ils cessent de me jalouser: ab-
détonner, produire une note fausse, absterrëo, Lrv. éloigné, détourné. stinere quin... Liv. —
quômi-
absônus, a, um, discordant, abstersi, parf. de abstergëo ou nus... SUET. s'empêcher de..; ab-
faux : sunt quidam iia voce ab- abstergo. stinetà irarum Hon. Od. 3. 27,
soni Cic. il y a des gens dont la abstersus, a, um, part. p. de 69, tu calmeras bien ta colère || 3°
voix est si fausse || au fig. qui ne abstergëo ou abstergo, Cic. tulores pupillum abstinuerunt
ABS ABS ABS
SCEVOL. les tuteurs empêchèrent abstrusïo,'ônis, f. ARN. 5,-37, : àbsûmo, ïs, mpsi,mplum, ëre:
le pupille de se porter pour héri- action de cacher, de couvrir. 1° consommer, dévorer, absorber,
tier ; potestas abstinendi POMP. abstrùsïus, AMM. 28l 1; 49, plus faire disparaître; 2° dépenser, pror
JCT. faculté de ne pas se porter secrètement || abslrusissime AUG. diguer ; 3° employer ; 4° user, dé-
pour héritier 114° abstinere débet Quant, an. 63. truire, faire périr || 1° absuniel
xger CELS. le malade doit faire abstrûsus, a,, um, p.-adj. de hères Cxcuba HOR. un héritier con-
— pullos cibo COL. priver abstrûdo: abstrûsus dolo'r Cic. sommera le vin de Cécube; absu-
diète;
les petits de nourriture || 5° absti- douleur concentrée; — Tiberius mere mensas VIRG. dévorer,les .
nere censione PLAUT. être exempt TAC Tibère qui était impénétrable; tables; solis radii absumunt hu-
de l'amende infligée par le censeur in abstruso silum esse PLAUT. être morem PLIN. les rayons du soleil
|| 6° abstinere aliquem CYPR.,ex- , caché ; esse in abstruso AMM. être absorbent l'humidité; absumere
communier, retrancher de l'église inconnu || dispulalio abstrusior spatium jactûs FLOR. ne pas lais-
|| au pass. ut ab inermi absti-. Cic. argumentation assez abstraite. ser assez d'espace à l'ennemi pour
nealur Liv. qu'on épargne ceux f abstûlâs, ât, pour auferas, lancer des trails || 2° absumere pe-
qui ont déposé les armes. at, PLAUT! ap. Diom. 380, 19. cuniam SUET. .dépenser de l'ar-
absto, âs,,stïti, are, n. HOR. abstflli, parf. de aufero. gent; quxrere ut absumant. Ov.
Art. 362, 'se tenir éloigné; ab- absum, es, abfûx, abesse : 1° être amasser pour prodiguer || 3° di-
standus est PLAUT. Trin. 264, il absent; au prop. et.au fig. être cendo lempus absumere Liv. user
doit se tenir au loin. éloigné ; 2° faire défaut à quelqu'un le temps à parler j ab'sumo diem
abstollo. Yoy. aufero. (ne pas le secourir) ; 3° être de Ov. j'emploie le jour || 4° absu-
+ abstractïo, ônis, f. DICT. 1. moins; manquer; 4° avoir dé l'é- mere lumina in fletus CAT. user
4, enlèvement || au fig. BOET.Anal, loignemenl ; 5° différer de ; 6° être ses yeux à pleurer; incendium
post. 1,14, abstraction. inférieur ou supérieur; 7° être dombs absumpsit PLIN. l'incendie
abstractus, a, um, p.-adj. de exempt de; 8° ne pas être séant; a détruit des maisons ; plures fa-
abstraho, Cic. tiré de, séparé || 9° s'en falloir || 1° absum domo, ines, quam ferrum, absumpsit
VIRG. emmené par force || TAC en- ab urbe, ex urbe Cic je suis ab- Liv. la faim en a fait plus périr
traîné à sa perte || omnia in duas sent de chez moi, de Rome ; ab- que le fer; absunii famé, morbo
parles abstracla erant SALL. l'É- esse in propinqua oppida SUET. TAC mourir de faim, être emporté
tat était divisé en deux camps' || s'absenter (de Rome) pour, aller par la maladie.
ISID. abstrait : abstractus nume- dans les villes voisines; abes pro- absumptïo, ônis, f. TJLP. con-
rus CASS. nombre abstrait, pius Cic. tu es moins éloigné; sommation : — corporum MACR. ,
abstraho, ïs, axi, aclum, hère : nilnl a me abest longius crudeli- Soinn. 2, 12, 14, -destruction des
1° arracher ; 2° au prop. et au fig. tate Cic rien ne m'est plus étran- corps.
entraîner ; 3° détacher (d'un parti); ger que la cruauté ; non procul se- absumptus, a, um} part, p. de
4° détourner, distraire; aveclepron. ditione obérant Liv, ils n'étaient absunio, HOR. || classis absumpta
personnel : s'éloigner, se sépa- pas loin de serévolter || 2°ego.qui vitempestatis SUET.flotte détruite
rer, sortir d'embarras ; 5° au pass. Antonio abfuerim Cic moi qui par la violence de la tempête ; ab-
être déprécié, baisser de prix || 1° n'ai pas défendu Antoine ; nomen sumptus es PLAUT. tu es un homme
spongix abstrahuntur PLIN. on longe Us abfuturum CES. nom' mort; absumpti sumus PLAUT.
arrache les éponges || 2° abstrahe- qui ne leur servira de rien || 3° abest c'est fait de;nous.
re in senitutem CES. entraîner historia lilteris nostristic. l'his- absurde, d'une manière désa-
en esclavage; — ad suppKcium — canere Cic
toire manque à notre littérature || gréable à l'oreille :
CURT.traîner au "supplice; -r-ësinu 4° abesse a sentenliâ aliquâ Cic chanter faux || d'une manière dé-
patries Cic. arracher du sein de la ne pas partager un avis; ab eo placée, absurdement, sottement:
patrie ; — de conspectu matris plurimum absum Cic je suis loin non absurde, responaere Cic Liv.
Cic. entraîner loin d'une, mère ; a de le prétendre ; abero.nt a peri- répondre heureusement || absur-
bono in pravum abstrahi SALL. culis SALL. ils ne voulaient pas dius DIG. -issime AUG.
être entraîné au mal; — a consue- s'exposer aux dangers, se compro- absurdités, âlis, t. son désa-
tudiné Cic renoncer à l'habitude mettre || 5° abesse a consueludinë — sohi PRISC son
gréable : dur,'
|| 3° abslraliere milites a Lepido somniorum Cic s'éloigner du ca- cacophonie || f MAMERT. absurdité,
Cic détacher des soldats du parti ractère des songes ; absumus a sottise; auplur. absurditales AUG.
'
de Lépidus || 4° senectus a rébus naturâ ferarum Cic nous diffé- .absurdus, a, um, Cic;, désa-
'
gerendis abstrahit Cic. la vieil- rons des bêtes sauvages || 6° mul- gréable à l'oreille || absurde, sot :
lesse détourne forcément des afT tum ab. Us obérât Fujius Cic. non sortiri absurdum est. Cic. il
faires; abslraliere aliquem . a Fufius leur était bien inférieur; est absurde de ne pas tirer au .sort ;
sensu mentis Cic. enlever quel- longissime Plancius a te abfuit bene diccre haud absurdum
qu'un à sa propre raison; — a sol- Cic Plancius l'a emporté sur toi SALL. bien dire n'est pas sans mb-
liciludine Cic. distraire de l'in- d'un grand nombre, de suffrages.; rite ; ingenium haud absurdum
quiétude ; animus se a corpore abest virtule Messalx HOR. if est SALL. esprit qui n'est' pas com-
abstrahit Cic l'âme s'isole du inférieur en mérite à Messala.|| 7° mun \Valens non absurdus ingé-
corps ; vix me hinc abstraxi TER. abesse a culpâ'Gic. être irrépro- nia TAC Yalens qui n'était pas

ce^ n'est pas sans peine que j'en chable; a reprehensione teme- sans talent || qui n'a pas d'apti-
suis sorti || 5° ne omnium melallo- ritalis Cic ne pas mériter le re- tude à qq. chose : si erit absur-,
rum pretia abslraherenlur ISID. proche de légèreté || 8° abesse a fo- dus Cic. s'il n'a aucune disposi-'
de peur de déprécier tous les mé- rensi contentione Cic ne pas con- tion || qui est • hors de propos :
taux. venir aux débats du forum; —a lempus absurdum Cic temps
abstraxë, syncope pour. ab- principis personâ NEP. Epam. 1, mal choisi ; repetere pauca, non
slraxisse, LUCR. S, 648. 2, n'être pas séant dans un homme absurda causis facinorum TAC.
abstrîtus, a, «m, .part. p. de l'i- fait pour commander || 9,° tantftm reprendre quelques détails qui ne
nus. abslerô, HLER.endurci (au fig.). abest Mi... Liv. tantum abest ab eo sont pas étrangers aux causes des
• abstrûdo, non absurda
ïs, ûsi, ûsum, dëre, ut... Cic tant s'en faut que... ; mi- crimes ; cognitu
cacher': se in silvam abstruderë lites tantum abfuerunl ut... IIIRT. TAC Ami. 6, 28, choses dignes
Cic s'enfoncer dans une forêt; ab- tant s'en fallut que les soldats...: d'être connues || absurdior Cic -is-
struderë melum TAC dissimuler très aberant noctes, ut... Ov. il simus TAC
la crainteJI au fig. in cerebro co- s'en fallait de trois nuits que...; Absurïtànus. Voy. Abziritanus.
laplios abslrudam luo PLAUT. je haud multum abfuit quin inler- absynthîum, Voy. absinthium.
t'enfoncerai mon poingdans latêle. ficeretur Liv. peu s'en fallul qu'il um, f. pi. PLIN, 3,
Absyrtïdes,
f- abstrûo, ïs, xi, ctum, ère, ne fût tué. Yoy. àbsit. , 151, îles de l'Adriatique.
TERT. adv. Marc. 27, cacher. + absùmëdo, ïnis, f. PLAUT. .?Absyrtis, is, m. fleuve. Yoy.
abstruse. \'oy. abstrusius. Capl. 904, consommation. Absyrtus.
40 ABU . AC ACA
Cic il décidait le
Absyrtus ou -os, i, m. VIRG. îâbûror,. PRUD., je suis brûlé. ac decreverat
de Médée || Luc. de ce qu'il avait arrêté
Absyrte, frère Abùsïna, x, f. ANTON. Abusina, contraire
fleuve de Colchide. ville de Yindélicie. d'abord ; par desiderium sui re-
Cic il em-
Abuccms, a, m. f. INSCR. nom âbûsîo, ônis, f. Cic. catachrèse liquit ac T. Gracchus
de famille romain. (fig. de rhétorique) || SALV. abus, porta les mêmes regrets que T.
mauvais aliud mihi ac tibi vi-
Abudiacum. Yoy. Abodiacum. emploi. Gracchus;
'-r âbundâbîlis, e, CASS. -FEL. 84, abusive, (JOINT, par catachrèse, detur Cic je vois autrement que
: diu-
17, plélhoriquej plein d'humeurs. abusivement, par abus || AMM. 24, toi || après un comparatif
abundans, tis, p.-adj. de abun- 4, 19, par manière d'acquit. lius ac nollem Cic. plus long-«
do : loca abundanlia YITR. lieux + âbûsîvus, a, um, PANEG. temps que je ne voudrais ; capere
d'eau || abundans olio Cic. CONST. 4, 3, employé d'une ma- plus ac HOR. contenir plus que.
remplis
riche de loisirs ; — omnium rerum nière abusive. âcâcïa, x, f. (àzazia) PLIN.
NEP. fourni de tout \\ homo abun- -j- âbûsôr, ôris, m. SALV. Gub. CELS. acacia (arbre épineux).
dans Cic homme opulent )| ex 8, 296, prodigue, dissipateur. âcâdemïa et -mîa, x, f. (ày.a--

abundantiQUINT, au delàde ce qui âbusquë, prép. de, depuis : êï]u.t'a) Académie, jardin près d'A-
est nécessaire, surabondamment mane PLAUT. depuis le matin ; — thènes || Cic. secte académique ||
|| abundantior Cic. -issimus Cic Oeeano TAC de l'Océan; Tiberio Cic. maison de campagne de Ci-
àbundantër, Cic. abondam- abusque TAC Ann. 13, 47, depuis céron. ,
ment, largement, avec profusion || l'époque de Tibère. âcâdëmïcus, a, um, Cic qui
abundantius Cic -issime SUET. 1. àbûsûs, a, um, part, deabu- appartient à la secte académique.
àbundantîa, as, f. Cic SUET. lor, CAT. qui a abusé || T PLAUT. Àcâdemus, i, m. HOR. Ép. 2, 2,
abondance, plénitude, déborde- Asin. 196, usé jusqu'au bout, dé- 45, Académus, Athénien.
ment : abundanlia amoris tui pensé. Acadïra, ôrum, n. pi. CURT. 8,
erga me Cic ta grande affection 2. âbusûs, ûs, m. Cic. mauvais 10, 19, ville de l'Inde.
— familiarum FLOR! usage, abus || en t. de droit ULP. i, n. PLIN. 3, 97,
pour moi ; Âcâlandrum,
grand nombre d'esclaves || SUET. emploi des choses fongibles (qui Acalandre, fleuve de Lueanie.
excès de nourriture || TAC richesse, se détériorent par l'usage). âcâlanthis, ïdis, f. (â-/.â).av6iç)
magnificence. âbûtèndus, a, um, SUET. Galb. YIRG. Georg. 3, 338, chardonneret
abundâtïo,ônis, f. PLIN.,?, 121, 14, dont on peut abuser. (oiseau).
inondation, débordement. •f âbûto, ïs, ëre, arch. VARR. ap. Acâlë, es, f. AVTEN. Or. 184,
âbundë, adv. SALL. abondam- PRISC 8, 16. Comme abulor. île voisine de la Lusitanie.
ment, en abondance; suffisam- âbûtor, ëris, ûsus sum, ûti, d. âcâlëphe, es, f. (àxaMjçrJ MA-
ment : abunde erit salisfactùm 1° user, employer; user pleine- CER. ortie.
huic quxslioni Cic nous aurons ment; consumer, perdre par l'u- Acàmantis, Mis, f. PLIN. 5, 129,
complètement
éclairci la question; sage ; 2° faire un mauvais usage, nom de l'île de Chypre.
— libertàtemrati SALL. Fragm. se abuser || 1° sagaeitate canum Àcàrnâs, VIRG. Aca.-
ântis,'m.
— Cic. nous tirons
regardant comme assez libres ; abutimur parti mas, fils de Thésée et de Phè-
ralus si frueretur TAC. regardant de la sagacité des chiens- abuli dre || V.-FL. un ouvrier de Yulcain ||
tomme suffisant de jouir, content 'èrrore hostium Liv. profiter de PLIN. promontoire de Chypre.
de jouir || tout à fait : abunde si- l'erreur des ennemis; libertate Acampsis, is, m. PLIN. 6, 12,
milis QUINT, entièrement sembla- abusus est Cic. il usa pleinement fleuve de Colchide.
animus de la liberté; nisi omni i, m. (cr/.avo;) PLIN.
ble; -*. constans CURT. tempore àcânôs,
âme pleine de fermeté |l abunde abusus ero Cic si je ne consume 22, 23, onoporde (plante qui ar-
est PLIN.-J. il suffit. || subst. avec tout le temps ; abusus sum rem rête le'sang).
le gén. abunde salis QUINT, assez palriam PLAUT. j'ai mangé la âcanthîce, es, f. (à-/.ov6;y.r,)PLiN.
de sel ; abunde potentix adeptus fortune de mon père || 2° abuli 21, 96, suc de la plante helxine.
SUET. ayant acquis assez de puis- patientiâ Cic. abuser de la pa- acanthillis, ïdis,'f. (ôxav6i)iî;)
sance. — legibus Cic. abuser des APUL. Herb.
tience; 84, asperge sauvage.
n. 1° couler — muliere TER. déshonorer COLUM.
âbundo, as, are, lois; àcanthïmis, a, um,
abondamment, déborder ; sortir en une femme; abutitur operam d'acanthe || subst. acanthïna et
abondance; 2° abonder, avoir en TER. il emploie mal son temps || acanthis, f. ISID. vêtement couleur
abondance, regorger ; 3° être riche ; T au pass. arch. être employé : ab d'acanthe'.
4° être de' trop, être redondant; rege abutamur YARR.' ap."Prise. àcanthîôn, ïi, n. (à-/.oev6iov)
5° T activl. excéder, surpasser j] soyons employés par le roi. PLIN. 24, 108, arbrisseau qui porte
i° quando aqua abundasset Liv. Âbydenus, a, um, Ov. d'Aby- une espèce de coton.
quand l'eau viendrait à grossir; dos (en Troade) H subst. m. Ov. acanthis, ïdis, t. (à-/.av6y CALP.
abundat sanguis perhares SCRIB. Léandre, amant d'Héro ; Abydeni, 6, 7. chardonneret || PLIN. 25,168,
le sang coule abondamment des m. pi. Liv. habitants d'Abydos. séneçon (herbe).
narines ; de terris abundant fru- Abydôs et Abydus, i, m. f. Ov. Acanthô. Yoy. Achanto.
ges LUCR. les moissons sortent de Cic. Abydos, ville maritime de la 1. Acanthus.i, m.PLIN.monta-
la terre en abondance || 2° villa Troade, vis-à-vis de Sestos || PLIN. gne d'EtoUe || f. LIV. ville de JMa-
abundat lacté Cic. la ferme a du ville de la Thébaïde (Egypte). cédoine || PLK. île de la Propontide
lait en abondance; abundare ho- Abyla, x, m. PLIN. S," 18, mon- •2. âcanthus, i, m. (axavôoç)
noribus. Cic être chargé d'hon- tagne de la Mauritanie. VIRG. acanthe ou branche ursine ||
neurs: quarum abundemiis re- -}- âbyssus, i, f. (i'gyo-croç) ISID. PLIN. nom d'un arbre d'Egvpte.
rum LUCIL. ce que nous pouvons abînie; gouffre || PRUD. l'enfer. àcanthyllis, -ïdis, f. (av.a\b-S>-
avoir en abondance ; mihi abundat Abziritânus, a, um, PLIN. 5,30, li:) PLIN. 10, 96, chardonneret.
pectus Ixtitiâ PLAUT. mon coeur d'Abzira (ville d'Afrique). âcapnôs, on, adj. (ay.cmvo;) qui
est inondé de joie || 3° si quando Abzooe, ôrum, m pi. PUN est sans fumée : acapna ligna
abundare coepero Cic si jamais 6, 38, peuple de Scythie. MART. 13,15, bois qui ne donne
je deviens riche || 4° abundat al- àc, conj. (qui se place ordint. de- pas de fumée, bois sec; acapnon
téra abnegatiô PRISC la seconde vant une consonne), et : faciam mel PLIN. 11, 45, miel re-
qu'on
fait pléonasme H 5° abun- ac lubens TER. je le ferai, et même cueille sans enfumer la ruche.
négation
dare quantitatem DIG. excéder la avec plaisir; ac non Cic et non ou âcarnê,
âcarna, x, es, f.
quantité. pas, et non plutôt ; ac pôlius Cic Comme acharne 2.
-r âbundus, a um, GELL. 1, 2, ou plutôt || aliter ac Cic. autre- Àcarnân, m. f. YIRG. qui
unis,
2, P.-NOL.-Fei. 13, 734, abondant. ment que; xque ac Cic autant est d'Acarnanie ]| -ânes, Mm, m.
Aburas. ac Liv. pi. Liv. Açarnaniens,
Yoy. Abora. que; juxta comme; per- habitants de
inde ac Liv. comme si || après un
Aburïus, ïi", m. Liv. 39, 4, S, î'Acarnanie.
nom d'homme. , adjectif : contrarium decernebat Àcarnànïa, x, f. PLIN. Aearna-
A.CC ACC ACC \\
nie, partie de l'Epire || -ïcus, a, (néanmoins la première de ces lo- accensïtus, a, um, part. p. de
um, Liv. de l'Acarnanie. cutions s'emploie ordinairement accensëo, VARR. ajouté.
?Acârus. Voy. Acorus.- dans une argumentation; la se- accensôr, ôris, m. AUG. Evang.
Acascomarci, ôrum, m. pi. conde, quand il s'agit d'une cir- J. tract. 23, S, celui qui allume,
.PLIN. 6, 21, peuple/du Pont. constance, d'un fait qui s'ajoute à allumeur.
Acastus, i, m. Ov. Acaste, fils d'autres) || 5° accedere ad condi- 1. accensus, a, um, part. p. de
de Pélias || Cic. esclave de Cicéron. ciones Cic. approuver, accepter accendo : accensx laces Cic. tor-
âcâtâlectïcus et àcâtâlectus, des conditions ;—suadentibus TAC ches allumées || STAT. PLIN. échau-
a, um (ày.aTâ),Yjy.toç, -tx6:) DIOM. suivre un conseil ; — secundis -fé, rougi au feu || accensi sensus
acatalectique, vers complet, dont STAT. se prêter à la fortune; civi- LUCR. sens éveillés; accensus ad
le dernier pied est entier. lates qux Othoni accesserant dominationem SALL. enflammé
àcâtïum, ïi, n. (àxomov) PLIN. TAC les villes qui avaient em- du désir de commander. || subst.
espèce de vaisseau grec || ISID. brassé le parti d'Othon ; accedere m. SUET. officier subalterne atta-
1
grande voile d'un navire. alicujus conatibus TAC seconder ché à quelque fonctionnaire dans
âcâtus, i, f. (axaxoç) Aus. TERT. les efforts de qqn || 6° proxime l'ordre civil ou militaire; appari-
navire léger. deos accedere tic. approcher des 'teur, messager || VARR. soldat at-
? Acaunum. Voy. Agaunensis. dieux'; accedere Homero QUINT. taché à la personne d'un décurion
âcaunumarga, x, f. PLIN. 17, ressembler à Homère || 7° accedere ou d'un centurion ULiv. soldat sur-
44, espèce de terre sablonneuse. ad rempublicam Cic se présenter numéraire || accensi velati INSCR.
âcàustôs, on .(axavoro;) PLIN. aux emplois publics ; — ad cau- ministres des autels, sacrificateurs.
37, 92, incombustible. sam Cic. se charger d'une cause; 2. accensus, abi. û, m. PLIN.
— ad
Acbârus, i, m. TAC. Ann. 12, periculum Cic s'exposer 34, 88; 37, 103j action d'allumer.
"—
12, nom commun aux rois arabes. au péril ; ad poenam Cic se accentïuncula, x, f. GELL. 13,
Acca, se, f. YIRG. une des com- mettre en devoir de punir; — in 6, 1, accent.
pagnes de Camille (héroïne) || Ov. eamdern infamiain PLAUT. par- accentôr, ôris, m. ISID. 6, 19,
Acca Larentia ou Laurentia, nour^ tager l'infamie || 8° accedere ad 13, qui chante avec un autre.
rice de Uomulus )| VARR. célèbre hastam Liv. prendre part à une accentùs, ûs, m. AMM. ton, in-
courtisane de. Rome || PROP. soeur vente publique j| au passif : acçedi tonation, accent || QUINT, accent,
du poète Gallus. - loca poterant TAC. on pouvait ap- élévation ou abaissement de la voix
accâdo, ïs, ëre, SEN. Suas. 6, S, procher des lieux; quum accede- sur une .syllabe || augmentation,
tomber devant. retur Cic lorsqu'on s'approchait. degré le plus fort : accentùs dolo-
Accâlïa, ïum ou ïôrum, "n. pi. -|- acceïa, x, f. ITALA, Levit. 11, ris M.-ÈHP. augmentation ou in-
VARR: fêtes en • l'honneur d'Acca 17, -bécasse (oiseau). tensité de la douleur; in maximo
(la courtisane). accëlërâtîo, ônis, L CORNIF. hiemis accentu Sm. au plus fort
accàno, ïs, ëre, VARR. La J. 6, 3, 23, accélération, promptitude. de Phiver.
75, chanter avec. accëlërâtus, a, um, partr p. de accëpi, parf. de accipio.
accantîto, as, are, LIV.-ANDR. accéléra, CASS. hâté, + accepso, arch. pour acceperô,
Comme accanlo. accëlero, as, are (ad, cèlera) PACUV. . -,
accanto ou adcantô, as, are, Cic accélérer, hâter : accelerarë accepta, x, f. GROM.14,17, por-
STAT. chanter avec ou à côté. oppugnationem TAC presser le tion, lot de terrain assigné par le~-
accëdo,«s, essi,éssum, dëre, n. siège || neut. Cic TAC se hâter, sort || ISID. sorte de navire.
(ad, cedo) : 1° s'approcher, arriver, faire diligence || au pass. cetera acceptâbïlis, e, LACT. TERT. ac-,
venir, aborder; 2f marcher contre, accelerantur TAC. on fait avancer ' céptable, agréable.
attaquer; 3° arriver, survenir; 4° le reste en diligence. -j- acceptàbïlîtër, INTERPR.
s'ajouter, être de surcroît ; 5° ac- ,+ accendîum, ïi, n. SOL. 5,23, ORIG. de manière à plaire.
céder, donner son assentiment, se embrasement. acceptâtïo, ônis, f. TERT. ré-
ranger du parti de; 6° approcher 1. accendo, ïs.', ndi, nsum, ception || FACUND. agrément ||
de, ressembler; 7° entreprendre, ndëre (ad, cando, inus.) : 1° allu- JUNIL. vocation (divine).
se porter à ; 8° se porter pour ac- mer, brûler, rendre brûlant; -j- acceptatôr, ôris, m. TERT.
quéreur || 1° senatus ad Cxsarem 2° éclairer, rendre brillant; 3° au qui accepte, qui INSCR.Orel.
agrée ||
accedit Cic le sénat s'approche de fig. enflammer, animer, exciter ; 6589, entrée ou place autour d'un
César; accéder e ad manus NEP. 4° augmenter || 1° aççendere lucer- monument.
en venir aux mains; — ad ma- nam PHJED.allumer une lanterne; acceptîlâtîo, ônis, f. DIG. ac-
num VOP. baiser la main; — aras Ov. allumer le feu sur ceptilation, déclaration d'un créan-
qùo
accedam? SALL. OÙ nie réfugier? l'autel ; xstasoram Cilicix accen- cier qu'il tient son débiteur quitte
ad aures sermo -mi accessit TER. dit CURT. l'été brûle les côtes de de sa dette. (Qqf. avec tmèse : Per
la conversation est venue jusqu'à la Cilicie || 2° sol accendil Olym- accepti quoque lationem PAUL.
moi; accedere in Macedoniam pum SIL. le soleil éclaire l'OIym^ JCT. au moyen de l'acceptilation.)
Cic. entrer en Macédoine;— sena- pe; clypeum. accendere auro SIL. acceptio, ônis, f. SALL. action
tum Cic venir au sénat;—ali- faire un bouclier resplendissant de recevoir, acceptation || APUL.
quem SALL. aller trouver qqn ; na- d'or || 3° accendere discordiam admission d'une proposition (en t.
ves Genuam accesserunt Liv. les Liv. allumer la discorde; accen- de logique) || —vocis. SIC-FLACC
vaisseaux abordèrent à Gênes || dere MI.TÀC. —contra SALL. ex- intelligence d'un mot, sens donné
2" hostis accedit cohortes Cic, citer contre H 4° accendere pre- à un mot par celui qui l'entend ||
l'ennemi attaque les cohortes ; ac- lium SÉN. augmenter le prix; — — personarum ARN. acception de
cedere sïlvis STAT. attaquer lés lucem Eoi STAT. ajouter à l'éclat personnes, égard pour le rang, la
forêts || 3° num libi slultilia ac- de l'aurore || au pass. diffiçillime qualité, etc.
cessit PLAUT. es-tu devenu fou? accèndi PLIN. rougir très difficile- ? acceptïto, as, are, PLAUT. ap.
illud nobis accedit incommodum ment au feu (en pari, de l'or). Non. 134, 29, recevoir souvent.
Cic. ce désagrément nous arrive || ' 2. -j- accendo, ônis, m. TERT. accepto, as, are (accipio)
4° ad virtulis summam Pall. 6, celui qui enflamme, qui QUINT, accepter, recevoir : àccep-
nihilpo-
test accedere Cic on ne peut rien stimule. lare votum TERT. agréer un voeu
ajouter à la vertu parfaite ; accedit accensëo et adcensëo, es, ûi, || lilhostrota acceplavere Roma-
prelium agris PLIN.-J. les' terres ïtum, ère (ad, censeo) SEN. ajou- ni PLIN. les Romains adoptèrent
enchérissent; plurimum preliq ter, adjoindre : accenseor illi Ov. les parquets en mosaïque.
accedit COL. le prix je me joins à lui. accepter, ôris, ni. BOET. celui
augmente
beaucoup; Cassio animus accessit -h accensîbïlis, e, YULG. Paul, qui reçoit, qui subit (une injure) ||
CIC. Cassius reprit courage ; acce- ad Hebr. 12, 18, allumé. PLAUT. qui approuve [| AUG. qui'
dit quod SALL. de plus, en outre ; accensïo, ônis, f. BOET. Top. 5, fait acception, qui tient compte de
accedit ut SALL. CIC. même sens p. 834, action d'allumer. || INSCR. receveur des impôts U
12 ACC ACC ACC
LUCIL.' épervier || GLOSS.. oiseleur. . + accessïto, as, are, n. CATO, I(s'il arrive contre notre espérance)
| 5° comparalio accidit adverbio
+ acceptôrârïus, ïi, m. LUXOR. Orig. 1 fr. 20, arriver, venir. ||
(Anth. 6,J3) receveur. accessûs, ûs, m. approche, ar- ]
DONAT. l'adverbe admet le compa-
— modu- i
ratif.
accep.torïus, a, um : rivée, venue : softs accessits dis-
lus FRONT. Aqu. 34, tuyau qui. re- cessusque. CIC Nat. 2, 7, 19, le 2. accîdo, ïs, ïdi, isum,ïdëre(ad,
çoit l'eau. rapprochement et l'éloignemenl •cxdo) CES. couper de près || Liv.
du soleil (sa marche annuelle) : idétruire, exterminer || ARN. ronger.
acceptrix, ïcis, f. PLAUT. Truc.
xsluum accessits el recessus P. NOL.
2, ,7, 18, celle qui reçoit \ accïdùus, a, um,
iCarm. 20, 137; Ep. 17, 2, qui ar-
acceptus, a, uni, p.-adj. de acci- Cic. Divin. -2,14. 34, le flux et le
pio : accepta pccunia Cic argent reflux || au entrée en ma- ]rive, fortuit.
fig. Ce
reçu;, codex accepti et expensi tière: —morbi CELS.attaque, accès i- accïëo, es, ïtum, ïëre, PLAUT.
Cic regislre où l'on porte la recette d'une maladie || PLIN. accès de Mil.
. faire venir.
3, S, 61, mander,
et la dépense; acceplum ferre fièvre || Ov. accès, entrée, lieu par accinctïo, ônis, f. HIER. Quxst.
Cic acceplo ferre ÛLP. in ae- où l'on entre, manière d'entrer ,
Heb. Gen. 30, 10. C. accinclus 2.
ceptum ferre ou referre Cic. tenir quelque part : accessum omnem l.accinctus, a, uni, p.-adj. de
compte, porter en compte sur son lustrons VIRG. examinant tous les <
aceingo : accinclus ferro TAC ar-
livre de recette; acceplum ou ac- environs || T.-MAUR. accroissement, i
mé d'une épée; — miles TAC. sol-
haberc accestis, sync. pour accessistis, <
dat armé || accinclus studio po-
cepta facere, acceplum.
ULP. porter sur son livre, ou re- VIRG. ;
pularium TAC. soutenu par l'atta-
connaître qu'on a reçu, libérer son Acci, ôrum, m. 'pi. INSCR. Orel. chement de ses concitoyens || prêt,
débiteur; acceplum ou acceplo 5057, colonie romaine en Espagne, idisposé à : in omnia accincta bo-
rogare ULP. demander à solder Accïa. Voy. Accius. nilas PLIN.-J. bonté toujours prête
son compte; acceplo liberare ULP. Accïànus, a, um, d'Accius." || Aus. modeste || pourvu, muni.:
donner une décharge, une quit- accîdens, tis, part, de accido : .
Rritannia lot accincta porlubus
tance, un solde de compte || au genibus principes accidens TAC :
EUM. la Bretagne qui possède tant
ide ports || accinctior Aus.
fig. nemo, qui Mon mihi vitam tombant aux genoux du prince ||
suam acceplam refçrret Cic. per- pris subst. QUINT, accident, mal- 2. accinctûs, ûs, m. HIER.
. sonne qui ne reconnût me devoir heur imprévu || accidentia QUINT. .
Psalm. 64, 8, action de ceindre,
la vie; hoc opus in acceplum ut SEN; accidents de la substance, d'entreprendre ; préparatifs.
referas, nihil postula Cic. je ne manière d'être accidentelle HBOET. accingîër, infin- pass. arch. de
demande pas que tu me tiennes qualités contingentes || ex acci- <
aceingo.
compte de ce service; culpa non dente POMP. JCT. d'après ce qui aceingo, is, nxi, nctum, gère
naturx fiai accepta PLIN. n'im- arrive, en conséquence d'un évé- : 1° ceindre, entourer;
'(ad, cingo)
putons pas la faute à la nature; nement accidentel || MACR. adjectif 2° munir, pourvoir: 3° disposer, pré-
accepta facere delicla TERT. re- || t. de gramm. accident, flexion parer; accingere se, ou absoit. se
mettre les péchés || appris, qu'on a d'un mot. disposer, se préparer || 1° accin-
entendu dire : hxc accepta tuen- T accïdentâlis, e, BOET. Porph. gereensem lateriYiRG. ceindre une
lùr LUCR. ils conservent ces tra- dial. 1, p. 19, accidentel. épée || 2° Pliraaten accingit pa-
ditions || accepti regio apparalu T àccidentâlïtër et acciden- ternum ad fasligium TAC il (Ti-
Cic traités avec une magnificence ter, BOET. accidentellement. bère) donne à Phraate les moyens
royale; adversarii maie accepti accïdentîa, x, f. PLIN. ce qui d'arriver au trône de son père; se
HIRT. les ennemis 'maltraités || arrive, accident || TERT. ce qu'on accingere juvene TAC. se donner
agréé, agréable à -.acceptus popu- éprouve de la part d'un autre. l'appui d'un jeune homme || 3° ac-
laribus SALL. bienvenu de ses ? accîdîa, x, f. PLIN.-VAL. cingere turmas ad munia pe-
concitoyens; nihil est Deo ac- Comme desidia.. diluni TAC tenir les cohortes
ceplius Cic. rien n'est plus agréa- f- accîdîôsus, a, um, REG. BEN. prêtes à combattre à pied; se
ble à Dieu ; acceplissimus apud flâneur. prxdx accingunt YIRG. ils se
te servus PLAUT. esclave très bien 1. accîdo, ïs, ïdi, ère. n. (ad, ca- préparent au partage: accingunt
venu de toi. (Ce superl. est aussi dq) : 1° tomber ; 2° parvenir ; 3° abou- omnes operi YIRG. tous se pré-
dans Cicéron.) tir, arriver à un résu Itat ; 4° arriver, .parent au travail || au passif : ac-
accerso. Voy. arcesso. survenir (le plus souvent en mau- cingi ad consulatum Liv. se

+ accessa, oe, f. SERV. ad JEn. vaise part) ; 5° en t. de gramm. être préparer au consulat ; in discri-
1, 246, (lux2 marée. admis || 1° accidere ad genua TER. men Liv. se préparer au combat ;

T àccessibïlis, e, TERT. Prax. genibus SUET. — adpedes Liv. accingar dicere YIRG. je me dis-
15, accessible, dont on peut appro- tomber aux genoux, aux pieds de poserai à chanter; magicas accin-
cher. || 2° farna accidit Liv. le bruit se gier artes VLRG. avoir recours à
f accessîbïlïtâs, âtis, f. TERT. répandit; accidere ad aures Cic des moyens magiques.
Prax. 15, libre accès. aures LUCR. auribus PLIN.-J. ar- accïno, ïs, ëre (ad, cano) DIOM. .
T accessîbïlïtér, MAMERT. Stat. river aux- oreilles; verbum in te chanter avec.
an. 1, S, 1, d'une manière ap- accidit TER. le mot s'applique à •
accinxi, parf. de aceingo.
prochante. toi || 3" bene ubi discimus consi- ^iccïo, ïs, ïvi et ïi, ïtum, ire. Cic
accèssîo, ônis, f. action d'ap- lium accidisse PLAUT. quand nous appeler, mander, faire venir : oc-
procher : quid tibi hue accessio apprenons qu'une chose a réussi ; cire mortem FLOR. se donner la
est ? PLAUT. qu'as-tu besoin de venir timeo quorsum hoc aceidatTER. Cic. causer du
mort;—voluplatem
ici? || CELS. accès (en t. de méd.) || je crains la fin de ceci || 4° quid plaisir.
accroissement, addition, augmen- accidit Cic qu'est-il arrivé? casu accïpîo, ïs, cèpi, ceplurn, ïpëre
tation, ce qui s'ajoute, accessoire : accidit ut Cic le hasard voulut. (ad, capio) : 1°prendre, recevoir;2°
cresçendi accessioncm habere : que; accidit quod Cic. il se fait percevoir (parles sens ou par l'in-
Cic pouvoir s'accroître; o.cces-- que; accidèrat mihi opus esse telligence) ; ouïr, entendre, appren-
sionem adjungere .xdibus Cic. Cic. il m'était arrivé d'avoir besoin dre, entendre dire ; 3° comprendre,
agrandir sa maison ; accessio defi- (se trouve très raremt. avec un concevoir, saisir, interpréter; 4°re-
nitionis Cic complément d'une ! infin.) ; qux ex illo accidebant Cic cevoir chez soi, traiter un convive;
définition • — tibi fuit ad necem : ce que
j'éprouvais de sa part; ac- au fig. accueillir, recevoir ; 5° en-
Platoris Cic. tu ajoutas au meurtre ; cidit de judicio QUINT, il résulte treprendre, se enarger de; 6° ad-
de P.lator ; — allerius videri PLIN.. du jugement ; si quid et accidat mettre, approuver ; 7° éprouver,
paraître faire double emploi avec: Cic. s'il lui arrive malheur; si çino! souffrir, être atteint par || 1° acci-
un autre || caution, garant,, sûreté i pupillo accidisset Cic s'il arri- pere manibus Cic. prendre avec
(en pari, des hommes et des cho- - vait quelque chose au pupille, en les mains ; — in manus NEP. dans
ses) : accèssionis loco promitlere : cas de mort du pupille; si secus ses mains ; — fidem SALL. rece-
PAUL.JCT. se porter caution. accidat SALL. en cas de malheur voir la foi_.la parole (ce qui se-fai-
ACC ACC ACC 13
sait en prenant la main droite); — |- accîtïô, ônis, f. ARNOB. 4,12, (ad, colo) habiter près de, ou alen-
gremio VIRG. prendre sur ses ge- évocation. tour : accolere xdibus PLAUT. ha-
noux; e Philotimo accepi' litte- + accïto, as, are, PAUL. GR. biter autour d'une maison ; —viam
- ras CIC. j'ai reçu une lettre de Phi- MACROB. Diff. gr. 18, 1, mouvoir. Liv. le long d'un chemin ; — Rhe- •
lolimus; accipere poenashvc. in- 1. accîtus, a, um, part, p." de num TAC les bords du Rhin || au
fliger un châtiment, punir;— pë- accio, SALL. appelé; accita lasei- fluvius accolilur oppidis
cuniam Cic recevoir de l'argent; via TAC corruption étrangère. Ïiass".
'LIN. le fleuve est bordé de villes
—veniam ab aliquo Cic recevoir 2. accîtus, abi. û, m. Cic. VIRG. || ? CATUL. 62, 53, cultiver.
le pardon de qqn ; — cxlum Ov. être ordre de venir, appel. accommôdâtë,' CIC d'une ma-
au comble de ses voeux ; — odium Accïus ou Àttïus, ïi ou i, m. nière conforme, appropriée à || ac-
in polu QUINT, haïr par l'effet, etAccîa ou Attïa,», f. INSCR.nom commôdatius, .-issime Cic.
d'un breuvage || 2° qux sensu ac- de famille romain || m. Attius, accommôdâtïo, ônis, f. Cic.
cipiunlur Cic: ce qu'on perçoit poète tragique romain. .conformité, rapport exact || accom-
par les sens; nostram accipe nien- accîvi, parf. de accio. modatio magistrdtuum Cic. Verr.
tem VIRG. écoute quelle est ma acclâmâtîo, ônis, f. Cic accla- 3, 189, indulgence, esprit d'accom-
pensée; accipies ex Pollione Cic mation, cri de joie ou d'approba- modement des magistrats.
tu apprendras dé Pollion; sicuti tion de plusieurs personnes || Cic accommodâtïvus, a, um, PRISC
ego accepi SALL. comme je l'ai SUET. cri, huée, clameur || CORNIF. 14, 25, conforme au sens, appro-
ouï-dire, suivant la tradition || 3° cri || QUINT. 8, 5, 11, épiphonème prié.
qux parum accepi Cic ce que (fig. de rhét.). -r accommôdâtôr, ôris, m.
j'ai mal compris ; accipere jussa ?acclamîto. Voy. occlamito. INSCR. Grut. 789, 4, ouvrier exer-
HOR. comprendre les ordres; acci- acclâmo, as, âvi, âtum, are çant oh ne sait quelle industrie.
pere in bonam partem Cic pren- (ad, clamo), n. crier : populus accommôdâtus, a, um', part
dre en bonne part; accipere ad acclamavit ipsa esse Cic Case. 10, p de accommodo : corpora viva
contumeliam TER. regarder com- 28, le peuple s'écria que c'était cum mortuis accommodata HOR-
me injurieux; accipere omnia in cela même || interrompre par des TENS. ap. Aug. corps morts atta-
majus Liv. s exagérer toute chose clameurs, désapprouver, huer : ali- chés à des corps vivants || apte,
l| 4° accipere hospitio Cic don-, cui acclamare Cic Brut. 256; propre à, conforme : accommada-
ner l'hospitalité ; accipit homo SEN. Ep. 47, 11, buer, siffler qqn tus ad consolandum. Cic propre
nemo melius TER. personne ne || approuver par acclamation : ac- à consoler; — ad naturam Cic.
traite mieux que lui ; accipiunt clamare Othoni TAC saluer Othon conformé à là nature || employé:
se vino ARNOB. ils ne s'épargnent par des cris || act. acclamare accommôdâtus. adversus morsus
pas le vin; accipere patienter fausta HIER, souhaiter par des ac- CELS. employé contre les morsures
aàmonilionem Cic subir patiem- clamations mille prospérités || dé-' || accommodatior PLIN.-J. -issi-
— verbe- clarer hautement,
ment une réprimande; proclamer : si mus PLIN.
ribus CIC frapper ; — in ami- nocentem acclamaverant TAC + accommode, RUFIN. Int. Orig.
citia/m Liv. admettre dans son s'ils proclamaient qu'il était cou- princip. 1„ 1, 7, d'une manière
— in civilatem Cic au
amitié; pable. appropriée.
nombre des citoyens', au droit de acclâro, as, âvi, are. Yoy. àd- accommodo, as, are (ad, com-
— in matrimonium clarassis.
cité; JUST. modo) : 1° adapter, ajuster; au fig.- '
ou smipl. accipere EUTR. épouser acclïriâtio, ônis, f. Axm.Psalm. donner, prêter; 2° approprier, as-
|| 5° accipere causdm TER. se 1l8, Serm.J, 19, gîte, couche. sortir, conformer ; 3° appliquer, em-
charger -d'une cause; maxume, acclînâtorîum, ïi, n. AMBR. de ployer à ; 4° accommoder de, don-
accipito hanc ad te litem PLAUT. Virg. 3, 5, 21, partie du lit où ner; 5° en t. de droit : interposer,
Most. 5, 2,23, très bien, tu évoque- l'on s'appuie. faire intervenir; interpréter favo-
ras à toi cette cause || 6° accipio acelînâtus, a, uni, part. p..de rablement; autoriser (pour la com-
HOR.j'en conviens; accipere condi- acclino : acclinata terris maria modité des plaideurs) || 1° aecom-
cionem TER. accepter une condi- STAT. mer qui retombe dans son modare coronam sibi in caput

tion, l'admettre ; judicium Cic. lit (calmée). Cic se mettre une couronne sur
consentir à être jugé ; -r- omen acelînis, e, appuyé, soutenu : la tête; — ensem lateri VIRG. cein-
Liv. .accepter un présage, le re- —; parieti JUST. appuyé contre un dre une épée; — effigiem diis
garder comme favorable ; accipio mur; acclinis urbs monti AMM CURT.donner une figure aux dieux ;
aeos YIRG. j'accepte cet augure ville adosée à une montagne || — alicuiverba Cic. prêter un lan-
(que me donnent les dieux) ; de S.-SEV. qui penche || au fig. ac- gage à qqn || 2° accommodare
plèbe consulem non accipiebal clinis falsis animus HOR. Sat. 2, orationem auribus multitudinis
Liv. il (Appius) n'admettait pas un 2, 6, esprit porté à l'erreur. Cic. mettre son langage à la por-
consul tiré du peuple || 7° acci- — tée de tous; — sumptus ad mer-
acclîno, as, are, pencher;
pere dolorem, calamitatem Cic latus STAT. se coucher || acclinare cedes Cic proportionner la dé-
— testes ad
éprouver de la douleur, un mal- se ad causam senatûs Liv. favo- pense aux revenus;
— cladem QUINT, essuyer riser la cause du sénat. crimen Cic. rapprocher les témoi-
heur;
une défaite. , acclîvis, e, Cic. YIRG. et acclî- gnages des faits de l'accusation;
— se dicenti '
accïpïtër,itris, m. PLIN. et qqf. v'us, a, uni,'Ov.Met. 2,19, qui va QUINT, imiter un
f. LUCR. 4, 1002, nom général des en montant, homme qui parle; — se ad rem-
oiseaux de proie : épervier, faucon acclîvïtàs, âlis, f. CES. Gall, 2, publicam Cic se mettre en état
Il au fig. PLAUT. Pers. 409, voleur. 18, montée, élévation d'un terrain. de gouverner; quodseSejano non
accïpïtrîna, x, f. APUL. Herb. acclîVus. Voy. acclivis. accommodassent SUET.parce .qu'ils
30, laitue sauvage (herbe). -J- accognosco, ïs, ëre, PÉTR. n'avaient pas' montré de sympa-
-r accîpîtro, as, are, hsv. ap. 69, TERT. fjxor, 2, 6, reconnaître. thie pour Séjan (m. à m. ne s'é-
Gell. 19, 7, déchirer, mettre en accola, x, m. qui habite près taient pas conformés à Séjan) || 3°
pièces. d'un lieu, habitant : pastor. accola accommodare vim^ad eloquen-
Accisi,ôrum, m. pi. PLIN. 6, 2, ejus loci LIV. un berger qui habi- tiam Cic appliquer son génie à
tait près de cet endroit ; accola lu- — curam pecoribus
1, peuple scythe. l'éloquence ;
accîsus, a, um, part, p. de ac- cis STAT. qui habile les bois sacrés; QUINT, soigner les troupeaux || 4'.
cido, VIRG. coupé || accisx dapes accolx Cereris Cic voisins du ut ei de habiiatione accommodes
VIRG. mets consommés || HOR. en- temple de Cérès || accola fluvius CIC. que tu laisses le logement à
tamé || accisx res Liv. opes TAC TAC. rivière, cours d'eau qui se sa disposition : accommodare lem-
affaires ruinées. jette dans un autre. pus brandx titis Cic donner tout
-r Accïtânus, a, um,^ PLIN. S, aecôlens, lis, m. PLIN. 36, 77, le temps de se défendre; menda-
25; MACR. 1,19,5, d'Acci, colonie MEL. 3, 1, 9, habitant. cium vestrum ei accommodastis
romaine. accôlo,ts, colui, cultum,colère Cic vous avez menli pour l'obli-.
14 ACC ACC ACD

ger ; aecomn\odare se assertorem monli accubans SUET. théâtre accurro, ïs,curri, arch. cûcur-
adossé à une montagne || se cou- n. (ad, cur^
humano generi SUET. se faire le ri, cursum, currëre,
vengeur de l'humanité ||
5° accom- cher pour manger, se mettre à ta- ro) accourir, courir à, courir vers :
modare fidem GAI. interposer sa. ble : accubare aliquem PLAUT. accurrere Romam Cic accourir â
parole; — vientem legis ULP. in- alicui Ce. être à table près de Rome ; — in Tusculanum Cic à
favorablement l'esprit qqn ; — àpud aliquem Cic man- la maison deTusculum ; — adprx-
terpréter
d'une loi; .— actionem alicui ger chez qqn. torem Cic vers le préteur ;—auxi-
POMP.JCT. autoriser qqn à plaider. accûbûi, parf. de accubo et ac- lio suis SALL.,Jug. 101, 10, courir
accommôdus, a, uni, VIRG. cumbo. au secours des siens || au fig. istx
STAT. propre, convenable à. + accûbûô, adv. PLAUT. Truc. imagines accurrunt Cic. ces ima-
+. accongero, ïs, essi, estum, 2, 4, 68, dans la posture d'un ges s'offrent soudain || au pass. ac-
currilur ab universis TAC. Ann.
erëre, PLAUT. Truc. 1, 2, 17, ac- homme couché.
cumuler. accûdo, ïs, ëre, forger en sus 1, 21, tous accourent.
+ accorpôro, as, are, SOL. 37 ; || PLAUT. MercL 2, S, 96, ajouter. accursûs, ûs, m. TAC STAT.
action d'accourir.
AMM. 16J 8, joindre, incorporer. -J-accumbïtorîum, ïi; n. INSCR.
accredo, ïs, dïdi, dïlum, .dëre Orel. 4511. Voy. accubilorium. accûsâbïlis, e, Cic. Tusc. 4, 35,
(ad, credo) Cic. croire, ajouter foi : accumbo, ïs-, cûbûi, cûbïtum, accusable, blâmable.
quisnam istuc accredat tibi? mbëre, n. se coucher, s'étendre, être accûsâtïo, onis, f. accusation:
PLAUT. AS. S, 3, 37, qui croira cela couché : accumbere summis in un- accusationem capessere TAC se
de toi? dis MANIL. s'étendre à la surface charger d'une accusation : — com-
f accrëdûam, arch. pour ac- de l'eau || se coucher, prendre place parare, constituere, factitare,
credam, PLAUT. AS. 5, 2, 4. à table : accumbere in leclo PLAUT. instruere Cic. établir, préparer une
+ aoc'rëmentum, i, n, BOET. lecto Liv. prendre place sur un accusation ; — exsequi TAC conti-
Elench. soph. 2, 9, accroissement. lit; accumbere in summo PLAUT. nuer une poursuite ; accusationem
accresco, ïs, crëvi, crêtum, summum HOR. occuper à table le dimillere A.-VICT. accusatione de-
seëre, n. croître, s'accroître : flu- haut d'un lit. c.-à-d. la gauche; sistere Cic. renoncer à une accu-
men accrevit Cic le fleuve a gros- — divûm YIRG. prendre sation- accusationes exercere TAC
epulis
si; cxspes pectori usque accreve- place au banquet des dieux; — ee- faire le métier d'accusateur || Cic
rat TAC le gazon s'élevait à hau- nam APUL. se mettre à labié. le discours de l'accusateur || aecM-
teur d'appui || survenir, être ajouté : accûmûlâtë, APUL. Met. 10, 27, saliones Hannibalis Liv. accusa-
veteribus negotUs nova ac'cres- abondamment,. largement || -tis- tions dont Hannibal est l'objet.
cunl PLIN.-J. de nouvelles affaires sïnie, CORNIF.V, 27. accûsâtîvus, a. um: accusati-
viennent s'ajouter'aux anciennes ; accûmûlâtïo, ônis, f. AHBR. ac- vus (s.-ent. casus^ QUINT; accusa-
pars ejus alteri accrescit PAUL. cumulation, comble || PLIN. 17, tif, quatrième cas des noms latins
JCT. sa part va grossir celle de 246, rechaussement des arbres. || accusativa prxpositio ISID. pré-
l'autre. , accùmùlâtôr, ôris, m. TAC position qui gouverne l'accusatif.
accrêtîo, ônis, f. Cic Tusc. 1, Ann. 3, 30, qui accumule. âccûsâtôr, ôris, m. Cic. accu-
28, accroissement, augmentation. accûmùlâtus, a, um,. part, p. sateur, celui qui accuse : sustinerë
accrêtus, a, um, part. p. de de accumulo. nomen accûsatoris TAC se porter
accresco, accru : eruca araneo accûmûlo, as, are (ad, cumu- pour accusateur (mais en accusant
' accreta PLIN. 17, 37, 1, la che- le-) Cic accumuler, entasser, mettre pour un autre) || SUET. délateur.
nille qui croît enveloppée dans le en tas : aecumuiare vineas PLIN. accûsâtôrîê, Ce Liv. en accu-
cocon H accrêtus lapis SULP.-SEV. 18, 230, rechausser les vignes || — sateur, à la manière des accusa-
pierre dense, non poreuse. cxdemcxdi LUCR.entasser meurtre teurs, avec passion.
accrêvi, parf. de accresco. sur meurtre || augmenter: —curas accûsâtôrïus, a, um, qui con-
Accûa, x, f. Liv. ville des Péli- Ov. metus ALBINOV. augmenter les cerne l'accusateur ou l'accusation :
gniens ||-aeus, a, uni, Liv. d'Accua. soucis, les craintes || YIRG. combler accusatorius animus Cic. animo-
accùbâtîô, f.Voy. accubitio. qqn de. || SIL. mettre le comble à. sité; accusatoriam vilamvivere
accûbîtâlïa, ium, |n. pi. TRE- •f- accûrasso, arch. pour aeew- QUINT, vivre d'accusations.
BELL. Claud. 14, 10, couvertures,^ ravero PLAUT. Pers. 393. accûsâtrix, ïcis, {. PLAUT. AS.
coussins-d'un lit de repos. accûrâtë, avec 3, 1,10; PLIN.-J. Ep. 10, 67, accu-
soigneusement,
accûbïtâris, e, DIOCL. 16, 6, re- soin, exactement : —? fallere TER. satrice.
latif au lit de table, de lit de table. And. 3, 2, 14, tromper adroite- acefisâtus, a, um, part. p. de
? accùbïtâtïo, f. SPART.Hel. 5,8, ment; s- hdbere SALL. Jugf. 103, accuso, Cic accusé.
Voy: accubitio. . , traiter avec égards || accuratis- accûsïto, as, are, PLAUT. Most.
accùbïtïù, ônis., f. Cic ATat. sime recepit, SALL. Jug. 16, il les 3, 2, 21, accuser, s'en prendre à.
1, 34, action d'être couché, pos- reçut très civilement || accuratius accûso, as, are (ad, causa) :
ture d'un homme couché à table; Cic -issime NEP. 1° accuser,
— epularis blâmer, reprendre;
amicorum Cic Sen. accùrâtio, ônis, f. Cic soin, 2° accuser en justice, mettre en
45, réunion d'amis à table || SPART. exactitude : ad omnem accuralio- cause || 1° accusemus gravius
Ver. 5, lit de table. nem YEG. Vet. 1, 56, avec tout le PLAUT. faisons de vifs reproches;
accubïto, as, are, n. SEDUL. se soin possible. accusare inertiam Cic. reprocher
coucher, prendre place à table. accûrâtus, a, um, part.-adj. de l'oisiveté;
— de
neglegentiâ epis-
'
. accûbitôr, ôris, m. PORPHYR.ad accuro, soigné, fait avec soin, tularum Cic d'être négligent à
Hor. Ep. 1, 18, 1, voisin de table. exact :*accurala malitia PLAUT. écrire; si idme non accusas TER.
accûbïtôrïus, a, um, PETR. ruse complète, à laquelle rien ne si tu ne "me reproches pas cela;
30, 11, qu'on met pour se coucher manque; accuratxrapx APIC ra- in quo te accuso Cic le point sur
à tablé (al. cubitorïa) || subst. n. ves apprêtées ; accuratissimx lit- t'accuse ; accusare
lequel je
INSCR. Orel. 4511, salle â manger terx Cic. lettre pleine de détails, quod... Cic accuser de ;—crimine
HINSCR.Ren. 4026, tombeau. qui entre dans tous les détails || invidix NEP. accuser d'envie |
accûbïtum, i, n. LAMPR. Elag. absolt. accurato opus', est PLAUT. 2° accusare ambitûs Cic! accuser
19, lit de table. il faut du soin || accuralior Cic ,'debrigue;— de vi Cic, accuser de
accùbïtûs, ûs, m. STAT. action accùro, as, âvi, âtum, are (ad, violence; — inter sicarios Cic.
de s'asseoir à table || STAT. action euro) soigner, donner ses soins accuser d'assassinat (comme étant
de peser sur || ISID. lit. à, s'occuper avec soin de : accu- dans la classe des assassins) || ca-
accùbo, ôs, ûi, ïtum, are, n. rare prandium alicùjus PLAUT; sus accusandi VARR. Lat. 7, 37,
lad, cubo), être couché près : huic préparer le dîner de qqn ; — hospi- l'accusatif.
bini custodes accubant PLAUT. tes PLAUT. s'occuper de ses hôtes;. Acdestis, is, m. ARN. Acdestis,
deux gardiens sont toujours à ses —victum humanunî Cic. pourvoir monstre né d'un songe de Jupiter
côtés || être adjacent : theairum à la nourriture de l'homme. || -înus, a, um, km. d'Acdestis.
'
ACE . ACE , . ACE 15
+ àcëdïa,oe, f. (àxviSîa) CASSIAN. quere TAC laisser un souvenir âcërôsus, a, wm,mêlédepaille :
Coll. 5,10, humeur sombre, cha- pénible; acris accusalio Cic. .ac- acerosum far LUCIL. farine gros-
cusation sévère; — lulum
grin, anxiété. acerrimus de- sière; LUCIL. torchis,
j- âcedïor, âris, àri, d. (ày.rr lectus Liv. levée très rigoureuse || boue mêlée de paille.
êiàu) YULG.Eccl. 6, 26; AUG. Spe- 6° acer prxceptor QUINT, maître âcerraj a?,f. (acMS,e«s)Cic.YiRG. '
cul. 6, souffrir impatiemment, se — rusticus VIRG. le la-
vigilant; petite boîte où l on mettait l'encens,
chagriner. boureur actif, infatigable; acres encens J| FEST. autel (devant un
f âcëdïôsus, a, um, GLOSS. custodix TAC: postes qui font mort) pour y brûler de l'encens.
anxieux. , bonne gardé, ou soigneusement Âcerrse, ârùni, f. pi. VIRG.
Acellius, ïi, m. INSCR..nom de établis; Acerres, v. de Campamé || PLIN.
famille romain. âcërâtôs, on (àxépxToç) PLIN. S, 114, ville d'Ombrie || -âni, ôrum,
Acelum, i, n. PLIN. S, 130, Acé- 30, 46, sans cornes. m. pi. Liv. habitants d'Acerres.
lum, ville de Vénétie, " ' âcërâtus, a, um (acus, cëris) Acerrâtîus, ïi, m.INSCR.nom de
Acenippo. Yoy. Acihippo. FEST. mêlé de'paille. famille romain.
âcenteta, ôrum, n. pi. (ày.k-i- âcerbâ, ,n. pi. pris adv. dure- acerrïmë, superL.de acriter.
tT|Ta) PLIN. 37, 28, cristaux purs, ment : acerba luens LUCR. 5, 34, Acerrônïus.à, m. f. INSCR. nom
sans jioinls, sans défauts. jetant un regard farouche. de famille romain.
âceo, es', acùi-, ëre, n. CATO, + acerbâtïo, ônis, f. CYPR. Ep. âcersëcômës, x, m. (àxEprâc6-
Rust. 148; ULP. Dig. 18, 1, aigrir, 45, 2. Comme acerbitas. p.-/)ç)Juv. 8-, 128, jeune favori.
tourner à l'aigre.. âcerbâtus, a, uni, part. 'p. de âcervâlis, e, Cic Div. 2, 11,
Âcëphâli, ôrum, m. pi. ISID acerbq, TERT. rendu cruel. qui met ou qui est mis en tas (nom
Acéphales, secte d'hérétiques. acerbe, Cic. durement, rigoureu- donné par Cicéron au sorite, es-
âcëphàlus, i, m. (àyicpaXpç) ISID. sement, sévèrement, cruellement: pèce d'argument) ; nletrum acer-
versus TER.-MAUR. •— ferre Cic souffrir vale M.-YiCT. 2494.
acéphale;— impatiem-
vers acéphale, tronqué au com- ment || acerbius Cic -issime CES. âcérvâtim, LUÇR. par las, en
mencement. acerbitas, âtis, f. Cic. verdeur monceaux ; — se de vallo prxci-
1. âcër, ëris, n. Ov. Met. 10, 95; des fruits qui ne sont pas mûrs || pitare HIRT. se précipiter du re-
PLIN. 16,26, H, érable (arbre). PALL. fruits qui ne sont pas mûrs tranchement, les uns sur les^utres
2. âcër, m., âcris, [., acre, n. : U Cic. âpreté (de moeurs), dureté |] au fig. acervatim dicere Cic.
1° en gén. tout ce qui agit forte- (de caractère) || QUINT, esprit mor- dire en gros.
ment sur les sens, acre au goût, dant, raillerie amère || Cic aigreur âcervâtîo, ônis, f. PLIN. 11,
vif à l'oeil, bruyant, etc.: 2° fort, || TAC affliction, calamité, mal- 282, SEN. Nat. 2, 2, 3, action d'en-
grand, véhément; 3° actif, péné- heur || SUET. colère; haine || AMM. tasser (au prop. et au fig.).
trant, vif (en parlant des sens ou infection, odeur infecte. âcervâtus, a, uni, part. p. de
des choses de l'intelligence), 4° ac- T- âcerbïtûdo, mis, f. GELL. acervo, PLIN. mis en tas || au fig.
tif, brave; énergique, vigoureux; 13, 3, 2. Comme acerbitas. Liv. entassé.
irascible ; fougueux, terrible ; 5° âcerbo,. as, are, STAT. rendre Acervetis, is, f. Voy. Cerbatis.
âpre, dur, sévère, cruel; 6° atten- amer : acerbare vulnus CLAUD; , âcervo, as, are,' PLIN. QUINT.
— (au prop; et
tif, soigneux || 1° acer gustatu envenimer une blessure; cri- entasser, accumuler
PLIN. aigre au goût; — stomachus men YIRG. aggraver un reproche. au fig.). /
HOR. estomac qui a des aigreurs ; f- âcerbôsitâs, âtis, f. PS.-CASS. âcervus, i, ta. (àydpw) Cic.
acria viscerunî PLIN. âcreté des Amie. 6. Comme acerbitas. monceau, amas || acervus nego-
humeurs; alvus acribus ducitur acerbum, i, n. pris subst. Ov. tiorum PLIN. surcharge d'affaires ;
CELS. les potions acres débarras- Juv. amertume. in his malorum acervis AMM.
sent les intestins; acer splendor âcerbus, a, um : 1° acerbe, dans cet excès de malheurs || HOR.
LUCR. vif éclat; colores acerrimi âpre au goûl; qui n'est pas mûr, sorite (t. de lôgiq.).
ruboris SEN. couleur du rouge le vert ; et par ext. imparfait, non âcesco, ïs, ère, n. HOR. PLIN.
plus éclatant; acer hinnitus VIRG. terminé; qui n'est pas en âge de devenir aigre || -J-aeescit aer TERT.
clair hennissement; — odor PLIN. se marier; 2° aigre, l'air se corrompt,
prématuré;
odeur forte, pénétrante; acris tiT criard (en parlant d un son) ; Âcësînês, x ou is, m. PLIN.
bia HOR. flûte perçante; —hiems 3° cruel, sévère,' ennemi,, hostile ; CURT. Acésiriès, fleuve de, l'Inde.
HOR. hiver rigoureux || 2° acris 4° fâcheux, pénible || 1° acerba Acësînus, i, m. PLIN. 6, 71,kee-
sitis TIB. soif ardente; acer dolor uva PHJED;raisin vert; res acerbx sinus, fleuve "de Sarmatie || -us, a,
LUCR.douleur poignante";—metus si erunt relictx Cic si l'ouvrage uni, V.-FL.de I-Acésinus.
YIRG. crainte mortelle; aeri sole denjeure imparfait; acerba virgo âcësis, is, f. VLÏK:.33, 92, cor-
siecare PLIN. faire sécher au grand Y'ARR. fille qui n'est pas nubile; néole ou chasse-peste (herbe).
soleil 41"3° acres oculi Cic vue funus acerbum Cic. mort préma- Acesta, x, f. VIRG. Ségeste, ville
perçante; acris memoria.Cic.mé- turée I] 2° vox acerba QUINT. 11, de Sicile || -aeus ou -eus; a, um,
moire sûre; acres imagines Cic 3,32, voix criarde; stellio strido- PuN.de Ségeste"||.-»i, ôrum, m.
vives acerrimus xstima- ris acerbi, PLIN. 29,90, le stellion pi. PLIN. habitants de Ségeste.
images^
tor Cic. excellent juge || 4° acres qui fait un bruit désagréable || Acestës, x,.m. VIRG. 'Aceste,roi .
polores HOR. buveurs intrépides; 3° acerbissimi feneratores Cic. de Sicile.
acer spiritus HOR. vive inspira- i, il. ULP. acéta-
impitoyables usuriers ; acerbis ani- âcëtàbùium,
tion; acer in rébus agendis Cic mis sxvire YIRG. sévir cruelle- bule, vase à vinaigré l| PLIN. trompe
plein d'activité; acria pocula ment; naturx acerbx vir SUET. de polype || PLIN. concavité dans
HOR. coupes qu'en vide fréquem- homme d'un naturel sévère ; eo laquelle s'emboîtent les Os || PLIN.
ment; acre genus Liv. race belli- die acerbum habuimus. Curio- calice des fleurs || SEN. . gobelet
queuse; acer militix TAC guer- nem Cic Curion nous a été hos- d'escamoteur || PLIN. mesure qui
rier infatigable; consilia acer- tile eh ce jour; ut. acerbum est! contenait le quart de l'hémine.
rima HIRT. conseils très - + âcêtâbûlus,
énergi- PLAUT. qu'il est cruel! || 4° in ré- i, m. ISID. Comme
senes acres vieillards bus acerbis LUCR. dans le mal- acetabulum. '
ques; QUINT,
irascibles: populus acer, suspi- heur ; acerbissimx peenx Ce châ- âcëtârïaj ôrum, n. pi. (s.-ent.
cax NEP. le peuple irritable, soup- timents terribles ; acerbx facetix olera) PLIN. 19, 58, légumes ou
çonneux; acer equus Ce cheval TAC plaisanteries mordantes; herbes qu'on mange en salade.
fougueux; — leo NEP. lion terri- acerbi-tumuli FLOR. hauteurs dif- + âcêtasco, ïs, ëre, n. APUL.
ble; successu acrior YIRG. animé ficiles à gravir || acerbior NEP. Herb. 3, devenir aigre.
par le succès || 5°. acre proelium + âcernëus, a, um, FORT, ad l.âcëto.ôs, ôre,FEST.poUragilo.
facereLiv. livrer un rude combat; Greg. 1. Comme acernus. 2. âcêto, as, are, n. GLOSS.LABB.
acre supplicium Cic supplice âcernus, a, um, VIRG. HOR. s'aigrir, devenir acide.
cruel; acrem memoriam relin- d'érable, de bois d'érable. âcêtôsus, a, um, A.mc.1,2, aigre.
"
46 ACH ACH ACI
1. âcëtum, i, n. (aceo) vinaigre : Achatôn, onis, m. PLIN. 4, 6, Achintus. Voy. Acincum.
— mulsum CATO, vinaigre tem-
montagne d'Etolie. Achisarmi, ôrum, ni. pi. PLIN.
péré de miel || au fig. Ilaluni ace- Âchelôîâs, âdis, et Achëlôïs, peuple d'Ethiopie.
tum HOR. sel romain, plaisanterie ïdis, f. SIL. de l'Achélous^ absolt, Âchïvus-, a. um, VIRG. grec, de
romaine ; aurem lotus acelo PERS: fille de l'AchéloUs || Acheloides, Grèce || subsi. m. pi. YIRG. les
dont l'esprit est pénétrant (m. à f. pi. Ov. les Sirènes. Grecs (proprement les habitants
m. dont l'oreille est lavée avec Achëlôïus, a, um, Ov. de l'A- de f Achaïe).
du vinaigre); ecguid liabel aceli chéloUs: Acheloius héros STAT. achlis, is, f. PLIN. 8, 39, animal
in peclore? PLAUT. PS. 739, a-t-il Tydée. sauvage du nord de l'Europe.
de la pénétration? Achëlous, i; m. Ov. Achélous, Achnê, es, f. PLIN. S, 133, île
2. âcëtum, i,n. (ay.oitov) PLIN. fleuve de l'Epire (suivant la fable, près de Rhodes.
c'eslun dieu qui, sous la forme d'un x. f. Liv. ville de la
11, 38, miel vierge. Acholla,
Achab, m. ind. BIBL. nom de taureau, combattit avec Hercule). Bvzaeèneil -lït'ânus, a, um. PLIN. 5,
deux rois d'Israël. Achenum,. i, n. PLIN, 6, 147, 30, d'Acholla.
Açhsei. Voy. Achxus 1. fleuve d'Arabie. âchôres, um, m. pi. (à-/5>ftç)
Achaeïâs. Voy. Achaias. ?Achërmi, Ôrum, m. pi. Ce. MACER. petits ulcères â la tête.
Achoemënes, is, m. HOR. Aché- Verr. S, 43, habitants d'Achéris Achôreûs, ei, m. Luc Achorée,
mène, premier roi dé Perse. (ville de Sicile). prêtre égyptien qui favorisait
Achaemënïdse, ârum, m. pi. Âchërôn, onlis, m. VIRG. Aché- Pompée.
PLIN. habitants de l'Achéménie, ron, fleuve de la Calabre- 11. des Achrâdîna, x, f. Cic Achradine,
partie de la Perse. enfers ; les enfers || Liv. fleuve de un des quartiers' de Syracuse.
Achaemënïdes, x, m. SOLIN. ha- l'Epire || V.-FL. fleuve du Pont || âchrâs, âdis et âdos, f. (àyeâç)
bitant de l'Achéménie || VIRG. Aché- INSCR.nom d'une divinité des Gau- COL. 7, 9, 6, poirier sauvage."
ménide, un des compagnons d'U- lois. || Achërontëus, CLAUD. et âchrômôs, on (a-/pMp.oç) FORT.
lysse. -tîus, a, um, SERV. de l'Achéron Rhet. 1, 3, sans ornements, sans
âchaemënis, ïdis, f. (oexaiuiv/iç) (des enfers) || -tïa, x, f. HOR. ville coloris.
PLIN. sorte d'herbe de l'Inde. d'Apulie || -tïeus, a, um, PRUD. de Aci, ôrum, m. pi. PLIN. 6, 17,
Àchsemënîus, a, um, Luc. d'A- l'Achéron || -tîni, ôrum, m. pi. peuple du Pont.
chéménie, par ext. de Perse. PLIN. peuple riverain de l'Achéron. âcîa, x, f. (acus). CELS. aiguil-
Àchaîtus, i, m. SIL. 14,268, Achërôs, m. Liv. 8,24,11, fleuve lée de fil : «è aciâ et acu ornnia
Achétus. fleuve de Sicile. de la Calabre (comme Acheron)., exponere (prov.) PETR. 76, 11,
1. Acnoeus, a, um, LUCR. de Àchëruns, untis, m. (forme la- entrer dans les moindres détails,
l'Achaïe, des Grecs || subst. m. pi. tine) PLAUT. PRISC Comme Ache- ne faire grâce de rien.
LIV. Achéens, habitantsdel'Achaïe, ron || -tïeus, PLAUT. et-tîniis, a, âcïârïum, ïi, n. GLOSS. GR. étui
Grecs; Aehxorum portus PLIN.
um, INSCR. de l'Achéron. à aiguilles.
port de,la Troade où les Grecs Àchërûsîa, x, f. PLIN. Achérusie, âcicùla, x, f. (acus) COD.THEOD.
. abordèrent ; — statio PLIN. port de marais de rEpire||subst. ou adject.; épingle de tête.
Thrace || Ov. peuple scythe. Àcherusia palus.— PLIN. marais de Acïdàlîus, a, ûm, d'Acidalie,
2. Âchoeus, i, m. Ov. roi de Lydie. la Campanie; specus PLIN. fontaine de Béot'ie; Acidalia ma-
Achâïa, x, f. Cic. Ov. l'Achaïe, Comme Acherusis. ter YIRG. Vénus;— aies, AD PIS.
partie septentrionale du Pélopon- Âchërusis, ïdis, f. V.-FL. 5, 73, 79, colombe.
nèse; la Grèce || Achaia Phlhio- caverne de Bithynie. Acidâs, ânis, m. PLIN. 37, 147,
lis Liv. partie de la Thessalie. Achërûsïus, a, um, Liv. de montagne de Perse.
Achâïâs, âdis, f. Ov. Grecque. l'Achéron (en Calabre) || SIL.'LUCR. f âcîdë, PETR. 92, 5, YULG.
Âchâîcus, a, um, Cic d'Achaïe, de l'Achéron (fleuve des enfers), Eccl. 4, .9, avec
aigreur (au fig.).
de Grèce || m. PLIN. Achaïque, des enfers || Voy. Acherusia. Acidînus, i, m. Cic. surnom ro-
surnom de L. Mummius (vain- acheta, x, f. PLIN. 11, 92, es- main.
queur de l'Achaïe) || f. SUET. sur- pèce de cigale. âcïdïtâs, âtis, f. M.-EHP. 20,
nom de femme. Àchëtus. Voy. Achxtus. acidité, aigreur.
Achâis, ïdis, f. Ov. Grecque 1| Achilla,f.AFRic.Commejlc/!oHa. âcïd'ùius, a, um, PLIN. 15, 56,
Ov. Achaïe, Grèce ||PLIN. V. d'Asie. Âchillâs, x, m. CES. Civ.3, 104, un peu aigre ^ acidula
aigrelet;
Achâïus, a, um, VIRG. Comme Achillas, meurtrier de Pompée. aqua PLTN. 31, 9, eau minérale.
Achaicus. Voy. Achaia. âchillëa,;oe, f. àchillëis, Mis, âcïdus, a, um, PLIN. acide, ai-
Achan ou Achar, m. ind. BIBL. f. et âchilleôs, i, f. PLIN. mille- gre : acida creta MART. craie dé-
Hébreu lapidé par l'ordre de Josué. feuille (plante dont Achille fit, dit- trempée de vinaigre || au fig. dé-
Âchanto, ûs, f. Cic Achanto, on, usage le premier). sagréable : id est acidum HOR.
Rhodienne, mère du Soleil. Achilïeidês. Yoy. Achillides'. cela est déplaisant || aigre à i'o-
achantum, i, n. VEG. Vet. 1, Achillëis, ïdis où ïdos, f. STAT. reillë, désagréable à entendre :
20, matière odorante. PRISC l'Achilléide, poème de Stace. acidum canticum PETR. chant qui
Achar. Voy. Achan. Àchillêôn, i, n. PLIN. 5, 125, blesse les oreilles || acidior PETR.
h âchàris, adj. m. (â'xapiç) YULG. ville de la Troade. -issimus PLAUT.
Eccl. 20, 21, ingrat. Achillës, is ou eiou i, ace cm Acïenses, ium, m. pi. PLIN. S,
Acharnoe, ârum, f. pi. STAT.
ou ea, m. Ce YIRG. Achille, fils de 69, ancien peuple du Latium.
Acharnes, bourg de l'Attique Pelée et de Thétis; insula Achil-
|| âcïêris, f. FEST. hache d'airain,
—nantis, a, um, NEP. et -neûs, ei lis PLIN. 4, 33. Comme Leuce || en usage dans les sacrifices.
ou eos, SEN. TR. d'Acharnés, Achar- Cic noin d'homme. âcîës, ïèi, f. 1° tranchant, pointe,
nien. i, n. PLIN. 9, 148,
âchilleum, épée; 2° vivacité du regard, pru-
1. Acharne, es, f. PLIN. 4, 32, éponge très serrée. nelle'de l'oeil, oeil; éclat vif ; 3°
pé-
Acharne, ville de Magnésie. Achillêus, a, um, YIRG. d'Achil- nétration, vivacité de l'esprit, in-
2. acharne, es. f. (â-/dcpvr,) PLIN. le : Achillea insula MEL. Comme telligence ; 4° force (morale) ; 5° li-
32,145, poisson de mer "fort délicat. Leuce. || — cothurnus, PROP. style gne de soldais, armée, flotte ran-
. Acharnides. Yoy. Alarnites. épique ou tragique ; achillea sta- gée en bataille; bataille, choc,
Acharrae, ârum, f. pi. Liv. tua PLIN. statue héroïque (nue et combat ; 6° controverse, discussion
32,13 Acharres, ville de Thessalie. armée d'une lance). Il l°acî'es falcis Ov. tranchant delà
1. Achâtes, x, m. SIL.
Achate, Àchillîâcus, a, um, FORT. Com- faux; acies rostri, unguiumVus.
fleuve de Sicile (auj. Dirillo) 1|YIRG' me Achillêus. bout du bec, des ongles ; dentium
un ami d'Enée. Achillîdës, x, m. Ov. Pyrrhus acie stridens AMM. grinçant des
2. àchâtês, x, m. et f. (àyùrr^) (fils d'Achifle). dents (du bout des
PLIN. 37,5 : Luc 10, 115, agate dents)"; aciem
Achillîtani, ôrum, m. pi. AFRIC. excilare, trahere PLIN. aiguiser,
(pierre précieuse). habitants d'AchîHa. —
affiler; prxstringere, hebe-
ACI ACO , ACQ 17
tare PLIN. émousser; stricto acies beaucoup de grains || PLIN. qui âcôpôs, i, f. (ay.OTtoç)PLiN. 37,
VIRG. épée tirée du fourreau, nue ressemble au grain du raisin. 143, pierre précieuse || PLIN. 27,
|j 2° acies oculorum CES. regard âcînum, i, n. et COL. àcïnus, i, 30, espèce d'herbe médicinale.
perçant; huc.geminas flecte acies 'm. PLIN. grain de. tout fruit à âcôpum, i, n. (axorcov) PLIN.
YIRG. tourne les yeux de ce côté; grappe ; acinorum nucleus PLIN. CELS. remède contre la fatigué.
intellegenlia est mentis acies pépin du grain || Cic. pépin. âcôr, ôris, m. (aceo) COL. 12,
Cic l'intelligence est l'oeil de l'es- ëris, m. Ce et âcï- 8, 13, aigreur, aeidilé || au fig.
âcîpenser,
prit; slellarum acies YIRG. éclat pensis, is, m. MART. poisson de PLIN.-J. Ep. 7, 3, 5, contretemps,
des étoiles || 3° nulla acies animi mer, qu'on croit être 1 esturgeon. léger déplaisir.
tanta est Cic il n'y a pas d'esprit Aciris, is, m. PLIN. S, 97, fleuve + âcora, x, f. TH.-PRISC 1, .5.
si pénétrant; animi acies obtu- de Lucanie. Comme achor.
sior SEN. esprit sans pénétration Âcis, is ou ïdis, m. Ov. et qqf. âcorna, x, f. PLIN. 21, 95, es-
|| 4° acies inlenlionis FLOR. force Acis, is, m. CLAUD.'Acis, fils de pèce de charbon de couleur rou-
de l'attention ;patimur hebescere Faune H Ov. fontaine de Sicile || f. geâlre.
aciem auctoritatis Cic nous lais- PLIN. une des Cyclades. âcôrus ou -5s, i, f. âcôrum
sons l'autorité s'affaiblir || 5° pri- Acisalitae, ârum, m. pi. PLIN. ou -on, i, n. (ay.opoç) PLIN. câlan-
ma acies, postrenia, transversa 4, 85, peuple de Taurique. gue (?) (herbe).
Liv. première ligne, arrière-garde, Acitavones, um, m. pi. PLIN. acquïesco, ïs, êvi, êlum, es-
flanc de l'armée; agmina ftiagis 3, 137, peuple des Alpes. cëre, n. (ad, quiesco) : 1° se repo-
quam acies pugnabant Liv. c'é- âcisco, is, ëre. Voy. acesco. ser, cesser; porter sur; s'arrêter
taient plutôt des engagements par- âciscûlum, i, n BOET. sorte de à; 2° trouver le repos, mourir
ticuliers qu'une bataille ; in aciem marteau "des tailleurs de pierres. (après une vie laborieuse) ; repo-
educere Liv. produeere NEP. ran- âciscûlârïus, M, m. GLOSS. tail- ser (en pari, des morts);. 3° re-
ger, mettre en bataille; aciem leur de pierres. couvrer le repos, respirer ; 4° être
ferre TAC soutenir le choc ; acies Acitoali, ôrum, m. pi. PLIN. 6, content de, s'en lenir à; se con-
inclinât ou inclinatur Liv. l'ar- 157, peuple d'Arabie. soler, se complaire dans; 5° ra-
mée plie; aciem instaurare YIRG. aclassis, is, f. FEST. tunique ou- rémt, consentir || 1° 1res horas
restituère Liv. rétablir le com- verte sur les épaules. acquieveram Cic je m'étais re-
bat : acie decernere NEP. décider âclis ou âclys, ïdis, f. («yxuMç) posé pendant-trois heures; ut la-
par les armes ; navalis acies NEP. VIRG. V.-FL, court javelot attaché à -bor paulisper acquiescerel GELL.
armée ou bataille navale || 6° in une courroie. pour que le travail fût un moment
aciem veniamus Cic ouvrons la Aclissse, ârum, m. pi. PLIN. 6, interrompu; vehementi polo ac-
discussion (engageons le combat). 67, peuple de l'Inde. quiescere COL. porter sur un pieu
+ âcïï, arch. pour aciei, MATT. Acmodoe, ârum, t. pi. PLIN. 4, solide ; aures in extremo acquie-
apud Gell. 9,14, 15. /ftîj.îlésauN. desîlesBritanniques. scunt Cic l'oreille s'arrête aux '
Acila, x, f. PLIN. 6, -151, marché Acmôn,. ônis, m. Ov. un des derniers sons (d'une '.phrase) ||
en Arabie. compagnons de Diomède. .2° anno acquievit septuagesimo .
Acîlïa, x, f. Liv. nom d'une cé- Acmônenses, ium, m. pi. Cic NEP. il (Annibal) mourut dans sa
lèbre famille plébéienne à Rome || habitants d'Acmohia ou Acmona- soixante-dixième année ; hic julia
adj. lex Acilia Cic la loi Acilia. .(ville de Grande-Phrygie). acquiescit INSCR. ici repose Julie
Acilïânus, a,.um, Liv. d'Acilius. Acmônïdes, as, m! Ov. Fast. 4, || 3" qui morte Clodii' acquierunt
Acïlîum, ïi, n. PLIN. 29, 12, car- 233, un des Cyclopes. Ce ceux à qui la mort de Clodius
refour de Rome. acnûa et agnua, x, f. VARR. a permis de respirer; ut,fessa bello
Àcîlîus, ïi, m. Cic LIV. nom de Rust .1,10,2; INSCR.C.I.L.2, '3361, acquiescerel civitas Liv. pour/que
famille romain || SERV. fontaine mesure d'arpentage, de cent vingt l'Etat fatigué par la guerre eût du
de Sicile. Voy. Acisl pieds carrés. repos; res familiaris acquiescit
Acilia. Voy. Acholla. âcoenônëtus, i, m. (àxoivtuvr,- Liv. sa fortune est soulagée (du
Acimincum, i, n. AMM. 19, 11, TOÇ)Juv. 7, 218, qui n'apaslesens poids des dépenses) || 4° nulla est
8, ville de Pannonie. t commun (surnom d'un pédagogue). civitas in quâ acquiescam Ce il
1. ? âcïna, x, f. CAT. 27, 4. . Accetës, x, m. Ov. nom d'hom- n'y a pas de gouvernement qui
Comme acinum. me. me satisfasse complètement ; in tuo
2. Acina, x, f. PLIN. 6,184, ville âcoetis, is, f. (axomç) LUCIL. nomine acquiesça Cic. je m'en
d'Ethiopie. femme, épouse. tiens à ton nom ; in tuis oculis
' âcînâçês, ïs,m. (dcxivây./]ç) HOR. âcoetum. Voy. acetumï. acquiesça Cic je ne cherche que
CURT. acinace, cimeterre des Orien- âcôlûthôs ou -us, on ou um, tes yeux; ego Celso acquiesça
taux. suit. Voy. le suiv. ULP. je suis de l'avis de Celsus;
-(àxô).ou9oç) qui m.
âcïnàrïus, a, um, qui a rap- âcolyttius, i, Aug. Ep. 191, parens in jilio Ocquiescens CURT.
port au raisin : acinaria vasa i; ISID. 7, 12, 29, acolyte, cferc qui père qui met toutes ses espérances
VARR. Rust. 1, .22, 4, vaisseaux où sert le prêtre, le diacre et le sous- dans son fils; in liUeris.luis ac-
l'on conserve le raisin. diacre à l'autel. quiesco Ce je me console en li-
âcînâtîcïus, a, um, fait avec Acônë, es, f. ISID. port de Bi- sant tes lettres; senes in adules-
du raisin : acinalicium vinum, centium caritate.
thynie. acquiescimus
ou simplt. acinalicium PALL. 1, 6, adv. (àxovm) PLIN. Cic. nous autres vieillards, nous
-j-acônïti,
CASS. 12, 4, vin de raisins secs. sommes heureux de l'affection des
35, 139, sans peine.
Acincum, i, n. AMM. 30, 5,13, âcônïtum, i, ri. VIRG. et âcônî- jeunes gens ; Grxculi quibus vel
et Acincus, i, f. SID. Carm. 5,107, maxime SUET. des
tôn, i, Ov. (àxôviTov) aconit (plante acquiescebat
ville de Pannonie Grecs dont il (Tibère) préférait la
(auj. Bude) || vénéneuse). .
-censis, e, NOT. DIGN. d'Àcincum. Àconteûs, ei, m. VIRG. Acontée, société à toute autre || -f 5° volen-
Acindynos ou Acindynus, i, nom de .guerrier. tibus amicis.... ., non acquievit
m. Aus. nom d'homme. HIER, ses amis voulaient..., il n'y
âcontiae, ârum, m. pl.fàxovTiai)
Acînëtôs, i, m. TERT. Valent: PLIN. 2, 89, météores qui traver- consentit pas.
8, un des Eons des Valentiniens. sent rapidement les airs. acquîro, ïs, ïsîvi et ïi (ULP.),
Acïnippo, ônis, f. PLIN. 3, 14, Acontismâ, âtis, n.AMM. 27, 4, ïsîtum, ïrëre (ad, quxro) ajouter à
ville de la Bétique (aux env. de
8, défilé des montagnes en Macé- quelque chose-.aequir ère ad fidem
Rondala Vieja). doine. Ce ajouter à son crédit || acquérir,
+ âcïnor, ôris, âri, d. GLOSS. Àcontïus, ïi, m. Ov. jeune se procurer : acquirere sibi fa-
ISID. mam PHJÎD. se faire un nom; —
s'occuper de bagatelles. homme de l'île de Cée, amant de Cy-
âcïnos, i, f. (axivo;) PLIN. 21; dippe || PLIN. 4,25, mont de Béotiè. benevolentiam QUINT, se concilier
174, basilic — moram
(?), -,herbe odorante. âcontîzo, as, are (àxovnÇw) la bienveillance; u.c.
âcïnôsus, a, um, PLIN. qui a VÉG. 1, 26,4, saillir. gagner du temps; — Galliam
LATIN -FRANÇAIS. — 2
18 ACR ACR ACT
FLOR. soumettre la Gaule || don- n. (àzpow-Y-
âcrïor, comp. de acer. âcrôcôlium, ïi,
ner, procurer : acquirere odorem âcris. Voy. acer. >.tov) C.-AOR. Acut. 1,11, 94, cuissc-
vino PLIN. donner une odeur au Acrïsïônë, es, f. VIRG. Calai. (de porc), jambon.
vin;
— alicui
periculum JUST. et -ônëis, ïdis, L;VIRG. Danaé, fille Âcrôcorinthôs, i, f- PLIN. 4,11
mettre quelqu'un en péril || absoll, d'Acrisius || -nseus, a,, uni, YIRG. Acroeorinthe, montagne qui do-
mine Corinlhe.
gagner de l'argent : volum acqui- de Danaé, d'Argos-: d'Ardée ||-nïâ- ; ,
rendi Juv. le désir de s'enrichir. um
dës, x, m. Ov. Persée (petit-fils âcrolïthus, a, (àxpôÀtSoç)
acquîsîtïo, ônis, f. INSTIT. ac- d'Acrisius). TREB. Tyr. 32, de pierre, ou dont
tion d'acquérir, acquisition || FRONT. Acrïsïus, ïi, m. Ov. Met. 4, 607, la partie supérieure est en pierre,
Acrisius, roi d Argos. en marbre.
accroissement, augmentation.
acquîsïtîvus, a, um, PRISC 1. âcrîtâs, âtis, f. GELL. 13,3,2. acroma. Voy. acroama.
BOET. qui procure, quifailacquérir. âcreté || ATT. force, puissance. Acrôn, ônis", va. VIRG. guerrier
acquîsîtôr, ôris, m. AUG. Serm. 2. Acrîtâs, x, m. PLIN. 4, 15, tué par Mézence || PROP. roi des
S02,7, celui qui acquiert, acquéreur. MEL. 2, 7, promontoire de Messé- Céniniens, tué par Romulus.
a, um, part. p. de nie ; aûlre'de Bithynie. Acroni'us lacus, m. MEL. 3, 2,8
acquîsîtus,
acquiro, QUINT. 8, pr. 29, acquis. âcrîtér, fortement, vivement : lac formé par le Rhin.
acra, ôrum, n. pi (axpa)pointe: acriter intueri Cic regarder fixe- Acrônôma saxa, n. pi. Cic. Alt.
acra Olympi APUL. les sommets — viridis PLIN. d'un vert 13, 40. 2, lieu inconnu de-l'Italie
ment;
de l'Olympe. — animum intendere méridionale.
éclatant; —
Acralapygïa,
n. pi.PLIN. 3,100, LIV. s'appliquer ardemment; âcrônycta; stellae, f. pi. (à/.po-
montagne de ITapygie. pugnare Cic. combattre courageu- vixrai) FIRM. Math. 2, 8. étoiles
Acrabâtena, x, f. PLIN. 5, 70, sement; adulescens non acriter qui paraissent à l'approche de la
Acrabatène, contrée de la Judée. inlellegens Cic jeune homme dont nuit,
Acrâdîna. Voy. Achradina. la conception n'est pas vive; acriz âcrSpôdîum, ïi, n.- (oe/.poTîôôiov)
Acra;, ârum, f. pi. SIL. Acre, 1er se morli offerre Cic s'offrir HYG. Fab. 88, base, piédestal.
ville de Sicile || PLIS. 4, 86, ville résolument à la mort; — -|- âcrôr, ôris, m. FULG. Cont.
egere
de la Chersonèse Taurique. PLAUT. être pressé par le besoin ; Virg. inil.- ISID. âcreté. amer-

Acraephîa, x, f. Liv. PLIN. 4,26, parcere SIL. épargner soigneu- tume.
ville de Béotie. sement; acrius cupere CURT.'dé- âcrôtërïum, ïi, n. ( ày.ç,iù-zrr
Acraeus, a, um, Liv. nom donné sirer vivement ; acerrime exspe- p-.ov) VITR. 5, 12, l'et 3,' 5,12. ex-
à certains dieux adorés sur des ctare Cic attendre fort impatiem- trémités , en général ; stylobates
lieux élevés. ment || durement, sévèrement, placés au-dessus des colonnes, et
Acrâgantïnus, a, um, LUCR. cruellement : acriter ulcisci inju- qui supportent de peliles statues;
1, 716, dAcragas ou Agrigénte. rias TAC. venger cruellement ses ou petites statues, têtes d'hommes
Acrâgâs, antis, m. VIRG. Ov. injures ; acerrime exercere viclo- ou d'animaux placées au faîte
Acragas, montagne de Sicile: Agri- riam SALL. abuser cruellement de d'un bâtiment.
ville de Sicile || PLIN. fleuve- la victoire. -
Acrôta, x. m. Ov. Met. 14, 617,
fente,
e Sicile. _ âcrïtûdo, ïnis, f. VITR. âcreté, Acrota, roi d'Albe.
Acrâthoôn, n. PLIN. 4, 37, ville aigreur, amertume || GELL. force, Acrotadus, ï. f. PLIN. 6, 99, île
'
située au sommet du mont Athos. énergie U APUL. dureté (au fig.). dans le golfe Pe'rsique.
àcrâtfiphôrôn i, n. (ày.pa-o?o- ? âcrïvox, ôeis, adj. ARN. 3, 14, T acrozymus, a, um. ISID. 20,2,
pov) Cic Fin. 3,15, petit vaisseau qui a la voix aigre. 15, légèrement fermenté.
à mettre du vin. âcro, ônis, m. (âxpwv) YEG. acrufolius. Yoy. acrifolius.
Acrauceles, um, m. pi. PLIN. 5, 2, 28, 17, les extrémités (du porc). \ âcrus, a, um, arch. comme
SS, peuple d'Afrique. âcrôâma, âtis, n. (àxpôap-a) acer, MATT. ap. Char.
âcrë, n. de acer, pris adv. : tout ce qu'on entend avec plaisir 1. acta, x, f. (âxTT,) Cic. YIRG.
acre invadunl SALL. ils s'élancent || SUET. concert. symphonie || Gic côte, rivage, enfoncement sur le
avec ardeur || PERS. avec aigreur, SUET. joueur d'instruments || Cic rivage.
amertume. bouffon, conteur plaisant. 2. acta, ôrum, n. pi. actions,
âcrëdo, ïnis, f. PALL. 2, 15,19, àcrôâmâtârïus, a, um. INSCR. faits : de actis aeorum credere
TH.-PRISC 1, 16, âcreté. Orell. 2385, propre à charmer, TAC.croire aux actes des dieux |! Cic
acredùla,' x, f. Cic. Div. 1, 14, l'oreille. Ov. hauts faits, exploits, prouesses
oiseau inconnu qu'on croit être la. âcrôàrnàtïcus. Yoy. acroaticus. guerrières || actes officiels des ma-
chouette. . T àcrôâsis, ïs, "f. (àxpôao-i;) gistrats, des empereurs, etc. : acta
Acrenses, m; pi. PLIN. S, 91, Cic Att. 15, 17, 2, auditoire, réu- Cxsaris servanda censeo ùc. je
habitants d'Acre (en Sicile). nion, école de savants || VITR. 10, suis d'avis qu'on maintienne tout
âcrîa, ôrum, n. pi. (s.-ent, re- 16, 31; SUET. Gr. 2, discours, dis- ce qu'a fait César; in acta alicu-'
média) CELS. des amers. sertation. jusjurare SUET. jurer sur les actes
Acria;, ârum. f. pi. Liv. 35, 27, T âcrôâtïcus, a, um (àxpoaTi- de quelqu'un || acta absolument,
ville maritime de Lâconie. y.ôç) GELL. 20, 5, 6, ce qu'on en- ou acta publica, urbana. Cic. ; —
? âerïcrëpans, tis, ATT. ap. tend (nom donné par Aristote à urbanarum
«rfiisLAMP.;—rerum
Non. p. 213, au bruit perçant. ceux de ses ouvrages qu'il ne fai- Cic. registres publics où l'on in-
âcrïcûlus, a.um, Cic Tusc. 3, sait lire qu'aux disciples dont il scrivait les jugements, les comices,
35^un peu acre, assez mordant. était sûr). les mariages, les morts, etc., pour
acrîdïa, x, f. ou âcrïdïum, ïi, n. T àcrôbâtïcus, a, um (àv.pooz- en conserver le souvenir; acta
IsiD.,47, 9, 64, scammonée (herbe). nxic) qui sert à monter : acra-. diurna SUET. journal,
âcrïiolïum ou âgrîfôlïum, éphéméri-
ïi, batica machina-YiTR.10, 1,échelle, des; ïn acta referre Juv.. in acta
n. MACR. 2, 16, alizier (?) (arbre). échafaudage. publica miltere PLIN.-J. consigner
àcrïf ôlîus, a, uni, CATO, en bois Âcrôcëraûnîa, ïôrum. dans les acies publics.]! acta fo-
n, pi.
de houx. PLIN. monts Acrocérauniens, en rensia SCEVÔL. causes, procès H
Aerilloe, ârum, f.pl. Liv. 24,35, Epire || -ïum, ïi, n. PLIN. promon- ab actis LNSCR.celui qui tient les
Acrilles, ville de Sicile. toire d'Epire || -ïus,
a, um, PLIN. registres publics || au fig. e^c-fre in
âcrïmônïa, x, f. âcreté, acidité : des monts Acrocérauniens. acta PLLN. arriver à là" publicité :
— GARG. fruits acides ;
fructuum Acrocerrêtes, um, m. pi. AVTEN. beneficium in acta non mitto
dulcis cum acrimoniâ PLIN. ai- Or. 550, peuple des Pyrénées. SEN. je ne divulgue pas un bien-
gre-doux || N.EV. dureté (de carac- T âcrochordôn, ônis, f. (dxpo- fait,
tère) || CORNIF.vivacité du regard -/opSûv) CELS. 5, 28; 14, durillon. actsea, x, î, PLI;. 27, 43. YOY.
|| Cic. énergie, véhémence (de l'o- âcrôcolefium, ïi, n YEG. 6. 1, acte 1.
rateur). 2, partie supérieure'du pied (cf'un Actsei, ôrum, m. pi. PLIN. G,
Acrion, m. Yoy. Arion. . porc). 154, peuple d'Arabie.
'
ACT ', ACT ..' ACT 19
Actoeôn, ônis, m. Ov. Actéon, reslituere actionem alicui SUET. + actôrïus, a, um, TEST. Anim-
célèbre chasseur. permettre d'appeler à d'autres ju- 14, actif, propre à l'action.
Actaeus, a, um, VIRG. de l'Atti- ges; expositis a Flavio aclioni- Actorius Naso, m. SUET..Acto-
que. bus Ce les formules ayant été rius Nason, historien romain.
Actalenses, ium, m. pi. PLIN. publiées par Flavius || 5°"ïn pri- Actrida, x, f. Voy. Âlhrida.
5, 147, peuple de Galatie. ma parte actionis QUINT, dans la j- actrix, ïcis, f. COD. CONST.7,
Actanîa, x, f. PLIN. 4, 97, île de première partie de la plaidoirie; 16, 41, demanderesse, celle qui in-
l'Océan, prosperx oralorum actiones tente une action || INSCR.intendante
actârïus, ïi, m. INSCR. C. I. L. SUET. plaidoyers victorieux des ou femme de charge || TERT. Spect.
6, 9106, teneur de livres.. orateurs || 6° in singulis telran- 18, actrice.
1. acte, es, f. (ôxTîj) PLIN. 26,120; torum aclionibus YITR. dans les actûâlis, e, MACR. Somn. 2,17,
' MACR.
APUL. Herb. 91, hièble (plante). enroulements des colonnes. actif || actualia nomina
2. Acte, es, f. PLIN. 4, 23, ancien -actïônâlis, e, ULP. qui concerne mots gui expriment une action.
nom de l'Attique || SUET. INSCR.C. I. la gestion, les actes. . actualïtër, MYTH. S, 6, 13, au
L.6,8760,kclé, affranchie de Néron. -actïônârïus, ïi, m. S. GREé.Ep. point de vue de l'activité.
Actïa. Voy. Alid. 1, 42; 12lS, agent, intendant. actûârïôla, x, f. dim. de ac-
Actîâcus, a, um, VELL. d'Ac- Actïônicês, oe, m., INSCR.Orel. tuaria, Ce Alt. 10, 11, 4, petit
tium || Ov. d'Apollon. 2633, vainqueur aux jeux établis en bâtiment, esquif.
Actïâs, âdis, f. VIRG. de l'Atti- mémoire de la bataille d'Actium. 1. actùârïus, ô, um (actus), lé-
que, Athénienne || STAT. d'Actium. -r actîôsus, a, Um, CASS. 11, ger, vile: actuaria noms CES. OU
actînôphôrâ, é, f. (ày.Tivoço- prxf. actif, agissant. simplt. actuaria Cic bâtiment lé-
poç) PLIN. 37,147, espèce de conque àctïtâtus, a, uni, AMM. 14, 9, ger || actuarii limilèsybic. chemins
radiée. _ part. p. de.actito. de traverse, vicinaux N
+ actinôsus, a, um (àx-nvuToç) actïto, as, are, fjéq. de ago: 2. actùârïus,ïi, m. (acta) SUET-
AMBR.Job.elDav.2, 4,16, brillant, actilare causas mullas Ce plai- inlendanl militaire, fournisseur ||
radieux. der fréquemment ; — tragcedias PETR. 53, f, secrétaire, commis.
actïo, ônis, f. (ago) : 1° faculté Cic — mimos TAC. jouer la tra- Voy. actarius.
d'açir,: acte, fait, action; 2° action gédie, dés minies. actum, i, n. Voy. acta, orum
de l'orateur ou de l'acteur (conte- Actïum, ïi, n. SUET. ville et || PRISC action (exprimée par un
nance, geste, voix) ; 3° affaire (sur- promont. d'Açarnanie, célèbres par verbe).
tout publique), opération; 4° en t. .la défaîte d'Antoine || Cic ville actûôsë, Ce de Or. S, 102, avec
de droit : action, droit de poursui- d'Ëpire, vis-à-vis de Corcyre. actio^ avec véhémence.
vre en justice, procès, formule, actïuncûla, x,, f. PLTN.-J. Ep. actuôsus, a, um, actif, agis-
procédure ; 5° discours, -plaidoirie ; 9, 15, 2, petit discours. sant: acluosascxna DONAT. scène
6° en t. 'd'architect. mouvement.en- 1. Actïus, a, um, VIRG.d'Actium. qui demande beaucoup d'action,
roulemenl (?) || 1° spoliare deos 2. Actïus, ïi, m. Yoy. Accius et fatigante; pars dctuosa orationis
actione divina Cic. dépouiller les Altius. Cic. Or. 125, partie d'un discours
dieux de l'action qui leur est pro- active, PRISC au sens actif. qui demande le plus, de chaleur ||
pre ; f es quibus actio'vitx conti- actîvïtâs, âtis, f. PROB. 36, 25, actuosior SEN. Ep. 39, 3.
netur Cic. -. les choses pour les- qualité de verbe actif. 1. actus, a, uni, part. p. deaoo,•
quelles on agit; negat ullius rei actîvuSj a, uni, SEN. actif; qui Liv.
quum aclx boves mugissent
actionem posse in eo esse, qui... agit (par opposit. à contemplatif) les génisses qu'on emmenait ayant
Cic il prétend que celui-là ne peut || PRISC. qui a un sens actif. mugi || poussé : ATotis actus HOR.
agir qui...; maximam actionem 1. actôrj ôris, m. (ago) celui qui poussé par lès vents || enfoncé, in-
pulo Cic je regarde comme très fait mouvoir : aclor habenx STAT. troduit : pâli in parietes acti COL.
difficiledansjapratique; aclionés celui qui fait tourner sa fronde || pieux enfoncés dans les murs;
corporis naiuraies CELS. les fonc- aclor causarum Cic. et absolt. hasla acta per armos VIRG. lance
ions naturelles; actio et passio actor QUINT, orateur, avocat || ac-. qui traversé les épaules || répandu :
verborùni PRISC verbes actifs et ,téur : gestus summorum aclo- venis omnibus acta sitis VIRG.
verbes passifs; actio gratiarum rum Cic. le geste des grands ac- soif qui se répand dans toutes les
Cic actions de grâces || 2° est ac- teurs; actor alienx personx Cic. veines || poursuivi, tourmenté : lot
tio quasi sermo corporis Cic celui qui joue un rôle d'emprunt || casibus acti VIRG. éprouvés par
l'action est comme le langage du celui qui fait, qui exécute : auclor, tant de maux || forcé, contraint :
corps; actio plena doloris Ce aclor rerum fuit Ce il donna le prodigiis acti cxleslibus VIRG.
action très pathétique || 3° actio de conseil et l'exécuta || celui qui ad- forcés par les prodiges célestes
pace sublala est Ce ies négocia- ministre, qui soigne, qui régit ; || fait accompli': res aclx SALL.
tions pour la, paix sont rompues; ' acti
intendant, agent, facteur, qqf. choses faites, événements;
nulla eral consularis actio Liv'. fermier: actor summarum SUET. labores Cic. travaux menés à fin;
il n'y avait
pas d'opérations consu- caissier, dispensateur de l'argent; actum ou acta àgere Cic. faire
laires ; actiones tribunorum Liv. aclor rerum DIG. homme d'af- une chose déjà faite, perdre son
rapports officiels des tribuns avec faires, régisseur général ; actàr temps; actum habere Cic approu-
le peuple ; latores rogalionis ac- pubUcus TAC agent du fisc; ac- ver, ratifier une chose (?); actum
tionem deposuerunl- Liv. les au- tor et familia peccant PLIN.-J. le est', Ce acta res est TER. c'en est
teurs du projet de loi renoncèrent fermier et ses gens sont en faute fait ; actum est de Servio Cic. c'en
•à leur proposition; scriplis ac- . || chargé d'affaires, syndic : adores est fait de Servius (c'est un homme
tiones suas mandare Ce écrire municipiorum, civitatum, colle- perdu) U écoulé, passé : melior
l'histoire de sa vie publique (ce giorum ULP. personnes chargées acta pars dieiWiRis. la plus grande
qu'on a fait dans le gouverne- de défendre les intérêts d'une ville, partie du jour esl passée ; con-
ment) || 4° actio injuriarum Ce d'une cité, d'une compagnie || ULP. scientia benc actx vitx SEN. la
procès en réparation d'un tort qui demandeur (en justice) || Ce celui conscience d'une vie sans re-
a été fait; actionem poslulare Ce qui poursuit au nom d'un autre || proche.
demander la permission de pour- COD. JUSTIN, tuteur substitué à un 2. actus, ûs, m. (ago) : 1° mou-
suivre; — habere Cicavoir action autre |) GREG. intendant. vement, impulsion, marche ; 2° ac-
contre; — dure alicui Cic. per- 2. Actor, ôris, m. HYG. Actor, fils tion de l'orateur et de l'acteur; re-
mettre d'assigner; — inslitueri, de Neptune, aïeul de Patrocle || V.- présentation d'une pièce de théâtre ;
inlcndere Cic intenter un procès"; FL. un des Argonautes || YIRG. an- 3° acte'd'une pièce de théâtre; au
actio competit in aliquem QUINT. cien héros de l'Ausonie. fig. acte; 4° en t, de droit: chemin
<MI peut traduire qqn en justice; de passage ; droit de passage sur la
ActôrïdëS, x, ni. Ov. Patrocle,
enferre actionem cum aliquo petit-fils d'Actor || Ov.-V.-FL. autres propriété d un autre; 5° acte, ac-
DIG. paraître en justice contre qqn ; du même nom. tion, fail; 6°charge,office, gestion;
20 ACU ACU ACU
7° affaires judiciaires, action de || dculealx litterx Ce exercitalione dicendi Cic. aigui-
guillon
rendre la justice; 8° mesure d'ar- Alt. 14, 8,1, lettre piquante ; acu- ser sa langue par l'exercice de la, .
leata sophismata Cic. sophismes parole; acueram me ad... Cic. je
pentage; 9° -j- acte, opposé à puis-
sance dans le langage de la philoso- subtils. m'étais préparé à...; acuere men-
1. âcûlëus, i, m. (acus) aiguil- tem Cic. donner du ressort à l'es-
phie scolaslique (APUL.) ; .10° série — lumina Ov. éclaircir la-
de nonibres (VARR.) || 1° actus fa- lon, pointe : aculeus apis Cic. dard prit;
— PLIN. — illum, hos f aller e Cic.
cilis rotx PETRON. mouvement ra- de l'abeille; spinarum vue;
— sagittxLiv. ouvrir les yeux à l'un, tromper les-
pide de la roue du potier; nions pointe des épines;
nécessitas
fertur magno actu VIRG. la mon- pointe d'une flèche || au fig. acu- autres || 3° ignaviam
leos severitalis evellere acuit CURT. la nécessité stimule la
tagne se précipite avec impétuo judicum
site; non actu ' infleclil illam Cic désarmer la sévérité des juges; paresse; acuere ad crudelitatem
Ce. ce n'est pas en la relinquere aculeos in ammis au- Cic. exciter à la cruautéj lupos
feram
Cic laisser l'aiguillon acuunt balatibus VIRG. les
poussant qu'il dirige cette bête; dïentium agni
speclabilis actu Ov. remarquable dans l'esprit des auditeurs; acu- agneaux par leurs bêlements exci-
sollicituâinum tent la Aireur des loups || 4° acuere-
par sa démarche || 2° orationis lei domeslicarum
actus QCINT. action oratoire; sine Ce vifs chagrins domestiques || studio. Liv. augmenter l'enthou-

imitandorum carminum actu pensée vive, brillante : aculei fo- siasme (du peuple) ; flelus V.-
Liv.. sans gestes pour exprimer le reuses Ce les traits brillants du FLAC pleurer plus abondamment;.
— YIRG. ajouter
sens des vers ; in auodam tragico barreau || raillerie piquante, sar- primes furores
actu SUET. pendant la représen- casme : aculei con lumeliarum aux fureurs premières ; — fraudi-
tation d'une tragédie; ex aliquo Cic sarcasmes offensants. bus enses SIL. ajouter la ruse à la
gravioreacluQmiîT. 6,2, 35, après 2. Acûlëus, i, m. Cic nom d'un force des armes || 5° si acuitur
. une représentation pathétique || jurisconsulte, parent de Cicéron. prima QUINT, si l'on prononce la
3°quinlo productior actu fabula âcûlôs. Voy. acylos. première avec l'accent aigu; mas-
HOR. pièce qui a plus de cinq actes ; àcûmën,, ïnis, n. pointe : acu- culinuni in fine acuitur PRISC. le
extremus actus xtatis Cic. le men rostri PLIN. bout du bec ; — masculin prend l'accent aigu sur-
dernier acte de la vie || 4° actus conïLucR. 4,431, sommet du cône; la dernière.
est jus agendi veljumentum vel — anguium Ov. queue des ser- -j- âcùpëdius, adj. m. (acus,.
vehiculumUiv.
1
Vactus est le droit pents ; auspicium ex acuminïbus pes) FEST. bon coureur.
de faire passer des bêtes de somme capture Cic tirer un augure des Scûpensër. Yoy. acipenser.
ou des chariots (sur le terrain pointes de lances, de javelots || dard, âcûpictus, a, um, LSID. 19, 22,.
d'aulrui) || 5° in pravis actibus aiguillon : acumen scorpii Cic. 22, brodé. _
Cic. dans les mauvaises actions ; dard, queue du scorpion |] ARN. acùpictnra, x f. CES. -AP.EL.
ad speculandos actus Hannibalis pointe, poinçon (de ciseleur) || ai- Reg. virg. 42, broderie.
JUST. pour éclairer les actions d'An- guillon, éperon : contra acumina 1. âcûs, ëris, n. VARR. Rust.1,.
nibal ; attrila quotidiano actu fo- calcitrare AMM. regimber contre 52,2, et f. COL. 2,10, 14, paille du
rensi ingénia QUINT. 10, 1,27, es- l'éperon; au fig. acumina dolo- grain de blé, d'avoine, etc.
prits usés par la pratique journalière rum ARN. les pointes de la douleur 2. âcûs,ï, m. M ART.10,37,6 ; PLIN.
du forum; in actu moriendi SEN. || goût piquant : saporis quxdam 9, 166, aiguille (poisson de mer).
au moment de mourir; actus Her- acumina PLIN. certaine saveur pi- 3. âcùs, lis, f. Cic. aiguille à.
culei CLAUD. travaux d'Hercule || quante || le plus haut degré : in coudre || MART. aiguille à broder j]
6° quum adprislinum actum re- acumine pulchritudinis esseARN. MART. aiguille de tête || prov. rem
versas fuerilTRAi. ap.Plin. quand être dans tout l'éclat de sa beauté acu langere PLAUT. mettre le-
il aura ses anciennes fonc- || DIOM. afccent aigu || pénétration, doigt dessuSj deviner qq. chose |),
repris
tions; collocati in actibus YOPISC. subtilité d'esprit : ubi est tuum TREBEL. ardillon d'une boucle jj.
hommes en place, fonctionnaires ; acumen? Cic qu'est devenue ta APUL. sonde, instrument de chirur-
actum gerere DIG. administrare pénétration? acumen ingeniorum gie U PALL. dent de"la houe |)
ULP. alicujus agere SCEVOL. in Cic vivacité de l'esprit; acumini PAUL. GR. armée prête à combattre
actu esse CALLIST. administrer, ingenii inservire NEP. cultiver || -i- m. PLIN. 26, 5.
remplir les fonctions d'intendant, soigneusement son esprit; Grxcis Acusagonoê, es, f. PLIN. 4, 61,.
de régisseur; actûs sui rationem admovit acumina charlis HOR. il île près de la Crète.
reddere ULP. rendre compte de sa appliqua son esprit aux ouvrages Acûsïlâs, as, m. Ce de Or. 2,.
gestion || 7° triginta aies aclui de la Grèce; acumina meretneis 12, 53, historien d'Argos.
rerum accommodavit SUET. il ré- HOR. artifices, ruses d'une courti- âcûtâlis, e, FRONTIN. qui se ter-
serva trente jours au jugement des sane ; acumen dialecticorum Cic mine en pointe.
affaires; rerum actum conjunxit subtilité de la dialectique || Cic T âcûtâtus, a, um, part. p. de
SUET. il rendit la justice sans in- finesse élégante du style " || BOET. l'inus. aeufo,YEG. Vet.1,22, aiguisé.
terruption ; actus, au plur, ULP. CAPEL. acuité (du son). âcûte et âcûtùm, d'une manière
affaires judiciaires || 8° actus mi- âcûmïnàrîus, a, um, qui sert aiguë, perçante : cërnere acutum
nimus DIG. ISID. pièce de .terre de à aiguiser : mola acuminaria VET. HOR. acute LUCR. avoir la vue
120 pieds de long sur 4 de large; INTERP.STAT. meule de rémouleur. perçante; acute sonare Cic acu-
— DIG. pièce de terré
qiiadratus âcûmïnâtus, a, um, part. p. de tum resônare Hon. rendre un son
de 120 pieds sur chaque face du acumino, PLIN. pointu, fait en aigu; acutissime audire SOLTN.
carré; — duplicatus Die le dou- pointe || SID. aiguisé (au fig.). avoir l'oreille très fine || Cic ingé-
ble du précédent. as, are, LACT. Opif.
àcûmîno, .nieusement, finement, avec esprit
actùtum, adv. (actus) Liv. TER. 7, 7, rendre pointu. l| aculius Cic. -issime Cic
bientôt, promptement, àcuncûla, x, f. GLOSS. LABB. T âcutëla, x, f. PRISC 4, 4, ac-
T àcùâlis, e, MACR. de Diff. petite aiguille. tion d'aiguiser.
p. 266, affecte de l'accent aigu. Acùnum, ;, n. ANTON, ville de àcûtïangùlum, i, n. GROM.378,.
âcùârïus, ïï,m. INSCR. C.I.L. Gaule (Ancone.près Montélimar). 18, angle aigu.
6, 9131, fabricant d'aiguilles, ou âcûo, ïs, ui, ûtum.uëre : 1° ai- T âcutïâtôr, ôris, m. GLOSS.
qui travaille à l'aiguille. guiser, affiler, rendre pointu ; 2° au qui aiguise, remouleur.
àcùi, parf. de aceo et de acuo, fig. aiguiser, rendre vif, pénétrant ; f àcuties, ëi, f. BOET. Music. 4r
ou dat. sing. de acus. 3° exciter, animer, aiguillonner; 4, acuité.
âcùla, x, f. (acus) CLEDON. 4° augmenter, ajouter à; 5° au Acutïus, a, m. f. LNSCR. noms-
Gramm. 41,3, petite aiguille. pass. avoir l'accent aigu (en t, de dé famille romains.
âcûlëâtus, a, um, PLIN. qui a gramm.) || 1° quum serra acuitur •f àcutôr, ôris, m. NOT. TIR. four-
un aiguillon, des pointes, des pi- Cic quand on aiguise une scie; bisseur.
quants, dés épines : aculeatus acuere palos COL. tailler des pieux Acutri, m. pi. PLJN. 6,.
ôrum,
ictus PLIN. coup porté avec un ai- en pointe || 2° acuere linguam 94, peuple de l'Ariane.
AD AD AD.E 21
âcûtûlë, dim. de acute, subti- populaire; ad regem mansil CES. d'un édit || 10° alere canes ad ve- ,
lement : quasi acutule niovebar il resta auprès du roi; canere ad nandum TER. nourrir des chiens
AUG. Conf. 3, 7, j'éprouvais comme tibicinem Cic chanter en étant ac- pour la chasse ; arguere ad perni-
•une légère émotion. compagné par la flûte; ad vinum ciem TAC accuser pour consommer
àcûtûlus, a, uni, dimin. de aeu- disertum esse Cic. être éloquent la ruine ; spes mulare ad metum
4us, Cic Nat. 3, 18 ; GELL. 17,5,3. dans le vin ; adunumquemquepe- TAC. changer les espérances en
âcûtûm, adv. Voy. acute. dum ENN. à chacun des pieds ; non crainte; adjulores ad injuriam
1. âcûtus, a, um, part.-adj. de adest ad exercilum PLAUT. il n'est Cic complices d'une injustice ; ra-
acuo : aigu, pointu : acutum red- pas à l'armée; ad inferos Cic aux diées advulnera Cic racines qui
dere ferrum HOR. aiguiser le fer; enfers ; nomen sanctum ad omnes guérissent les blessures ; tribuit ve-
acuta luna PLIN. croissant de. la gentes CES. nom respecté chez niam ad ea CES. il pardonne cela ;
•lune 1|dressé : aurx capripedum toutes les nations ; adhosles bellum aptus ad dicendum Cic. qui sait
acutx HOR. oreilles des Satyres . apparatur Cic on se prépare à la parler; signa ad salûtem TER. si-
dressées (pour entendre) || vif (en guerre du côté de l'ennemi ; senatus gnes de salut; àrgumentum ad
parlant des couleurs) : color non ad Apollinis (s.-ent. templum) scribendum Cic sujet de' compo-
-ita acutus SOL. couleur qui n'est habitus est Cic le' sénat s'est as- sition || 11° non callidus ad cetera
pas très vive; aeutissimum mi-, semblé dans le temple d'Apollon || Punica ingénia Liv. manquant
nium ISID. le minium est d'une 2° propensior ad vitia Ce enclin d'habileté, si on le compare aux
couleur très éclatante || aigre, per- aux vices ; redire ad suos CES. re- autres non compa-
Carthaginois;
dant (en parlant du son) : acutus venir vers les siens • — ad Capuam randus ad Ulum est TER. il ne
stridor HOR. bruit aigu ; acuta ex- Liv. revenir sous les murs de Ça- lui est pas comparable || 12° eji-
clamatio CORNIF.cri perçant || en poue ; scribere, nuntiare ad pa- cere ad manum YEG. Vet. 1, 47,
t. de gram. acutus accentùs DIOM. trem Cic. écrire, annoncer à son 1, repousser avec la main ; jacere
accent aigu ; acuta syllaba DIOM. père; in servitutem pauperem ad fundas VEG. Mil. 2, 15, lancer
syllabe qui prend l'accent aigu || ad ditem dare TER.'Phorm. 4, 3, avec des frondes ; ludere ad la-
PLIN. fort (en parlant des odeurs) |j 48, donner' une (femme) pauvre truncûlos Yopisc Proc. 13, jouer
piquant (en parlant du goût) : acu- en esclavage chez un riche; ad aux échecs || 13° ad id, ad hoc
tus sapor PLIN. saveur piquante || consùlem dediderunt sese Liv. Liv. en outre; ad id, quod Liv.
•perçant, pénétrant (en parlant du ils se rendirent au consul ; eamus outre que; ad cetera vulnera Cic
chaud, du froid) : sol acutus HOR. ad me, ad vos PLAUT. allons chez outre les autres blessures || 14° ad
«haleur pénétrante du soleil; gelu moi, chez vous ; venit ad castra hoc, ad hxc YIRG. en réponse à
acutum HOR. froid piquant || aigu, Pompeii Cic. il vint au camp (dans cela : ad prxsens TAC pour le mo-
violent : morbus acutus CELS.ma- le camp} de Pompée ; penetrare'ad ment: ad verbum Cic. mot pour
ladieaiguë (par opposit. à chro- animum QUINT, aller au coeur; re- mot, littéralement; ad sumniam.
nique) || fin, subtil, adroit : acutus cipere ad sese SUET. prendre sur Cic en somme, tout bien consi-
mugis quam eruditus Cic plus soi/ se charger || 3° ad scnem ali- déré; ad extremum Liv. au bout,
•spirituel qu'érudit; acutus ad qu'am fabricam fingit TER. il ma- à l'extrémité, CES. CIC à la fin,
fraudem NEP. habile à tromper ; chine quelque chose contre le,vieil- Ce enfin, Liv. tout à fait.
.acutx sententix Cic pensées in- lard • pugnare ad hydras PROP. àdactïo, ônis, f. action de con-
acutx nares HOR. nez combattre les hydres || 4° ad sum- traindre : —jurisjurandi Liv. 22,
fénieuses;
n (moquerie); acutus motus mum rhontis SALL. jusqu'au som- 38, 5, obligation de prêter- ser-
•STAT. mouvement adroit; acuta met de la montagne ; virgis ad ne- ment.
studia Cicétudes qui demandent cem exdi Cic. être frappé de verges 1. âdactus, a, uni, part. p. de
de la pénétration || Ce simple, jusqu'à la mort || 5° ad hiemem adigo : aile vulnus adactum VIRG.
•qui s'interdit les ornements (en Cic à l'approché de l'hiver; ad blessure profonde || adactus ad
-pari, de l'écrivain) || critique, pé- vesperam Cic. vers le soir; pu- jusjurandum CES. ; —jusjurdn-
rilleux : acuta belli HOR. les mau- giiatum ad lucem est Liv. on com- dum SEN. contraint de prêter ser-
vais pas, les hasards de la guerre battit jusqu'au jour; ad tempus ment : — propùlsare famem TAC
|| acutior —
PLIN. -issimus Cic. Cic. pour un temps, pour quelque obligé de satisfaire sa faim;
2. âcûtus., ûs, m. PRISC 6, 78, temps; ad brève SUET. pour peu de jugo SIL. soumis || tempus adac-
action d'aiguiser. temps; ad id TAC jusqu'à ce mo- tum LUCR. temps qui arrive, qui
âcylôs, m. et âcylôn, i, n. ment; ad diem. CES. ad tempus est proche || in faciem prorx pi-
(ay.u).oç) PLIN. 16, 19, gland du Liv. au jour fixé: ad exlremam nus adacla PROP. pin qui a reçu
chêne-vert. oralionem CES. à la fin de son dis- la forme d'un navire.
Àcyndïnus. Yoy. Acindynus. cours ; ad diem CES. au jour, avec 2. âdactûs, ûs, m. atteinte : —
Acys. Yoy. Acis. le jour || 6° annos ad quadraginla dentis LUCR. 5, 1328, morsure.
âcyfôlôgïa, x, f. (àv.upoloyi'x) natus Ce âgé d'environ quarante Àdâd ou Adadus,' ,ï, m. MACR.
SERV. impropriété d'expression. ans; cxsis ad hominum millibus 1, 23, 17, Adad, le premier des
Acytàs, x, f. PLIN. 4, 70, île, la quatuor (ad pris adverbialt.) CES. dieux chez les Assyriens ]| BIBL. nom
même que Mélos. jirès de quatre mille hommes ayant de plusieurs rois de Tldumée.
âd, prép. qui régit l'accusatif: été tués || 7° decoquere ad tertiam âdâdûnëphrôs, i, m. ('AoûSov
1° vers, du côté de, auprès de, chez, partem YARR. réduire des deux vE?p6ç) PLIN. 37, 186, sorte de
-dans; 2° (exprime la direction, la tiers par la cuisson; omnes ad pierre précieuse.
tendance) vers, chez, à; 3° contre; unum Ce tous jusqu'au dernier, âdoequâtïo, ônis, f. TERT. ad
4° jusqu'à: 5° (quand il s'agit du tous sans exception; sunt assensi Nat. 1, 1, action d'égaler.
temps) à rapproche de, vers, jus- ad unum Ce ils furent tous de âdaequâtus, a,, um, part, p. de
qu'à; à un moment fixé; 6° à peu cet avis || 8° sapere ad omnia adxquo, CES.
près, environ; 7°jusqu'à (quantité, TER. être sage en toute chose; ob- âdsequë, autant, également :
-nombre) ; 8° quant à ; 9° selon, sui- durare ad dôlorem Ce s'endur- nulla est adxque Acheruns al-
vant, d'après ; 10°pour; ll°aupi'ix cir à là douleur; credulitas ad queubi ego fui PLAUT. il n'y a pas
de, en comparaison de; 12° avec; gaudia TAC facilité de croire au d'enfer comparable à celui où je me
13°
outre; 14° acceptions diverses .bonheur; timidus ad mortem suis trouvé; non munda adxque
|| 1° Asiajacet ad meridiem VARR. ,
Cic. timide quand.il s'agit-de la es ut soles PLAUT. lu n'es pas
l'Asie est située au midi ; ad Ixvam mort || 9° ad naturam Ce sui- aussi parée que de coutume ;. adx-
TER. à gauche; ad puppim LUCR. vant la nature; ad hune modum PLAUT. aussi heur
que fortunalior
vers la poupe; ignominia ad CES. ainsi, de cette manière; sal- reux; me adxque miser PLAUT.
Orientem SUET. la honte recueillie lare ad tibicinis modos Liv. Cas. S, 5, 45, aussi malheureux
en (du côté de 1') Orient ; pugna ad danser au son de la flûte; adprx- que moi.
Cannas Cic la bataillé de Cannes; scriptum CES. d'après des instruc- âdoequo, as, avi, âtum, are : 1°
gratia ad plebem Liv. la faveur tions; ad edictum SUET. en vertu égaler, mettre de niveau; compa-
22 ADA ADA ADD
m. TERT.
rer; 2°neut. devenir égal (au prop. àdâmâtus, a, um, part. p. de -J- âdauctôr, ôris,
et au fig.); 3° atteindre, égaler; adamo, Ov. Test. anim. 2, celui qui aug-
4° absolt. se partager par moitié || âdâmbùlo, 'as, are, n. PLAUT. mente.
1° adxquare solo Liv. ou simplt, marcher auprès: — alicui; — la- 1. âdauctus, a, um, part. p. de
FLOR. raser (une ville) ; teri alicujus APUL. Met. 8, 26, et adaugeo : Ixlitia adaucla est
adxquare
r- virlutem cum . forlunâ Cic. 3, 12, cheminer à côté de qqn. PLIN.-J. la joie s'accrut || décima
— adaucla PLAUT. djme offerte.
joindre le mérite à la fortune ; ? âdâmënôn, i,n. APUL.i/er-fc. 4,
cum omni posleritate Cic faire jusquiame (plante). 2. âdauctus, fis, m. LUCR. 2,
durer autant que le genre humain ; Adârnïâni, ôrum, m. pi. (Adam) 1122. augmentation, accroissement
Claudius Uberlos sibi adoequavit ISID. Adamiens, secte d'hérétiques. Il ? SOLIN. 23,_ 22, marée. . .
TAC Claude égala ses affranchis à âdàrnïta, x} f. ISID. 9, 6, 28, âdaudïo.ïs, ire, SCHOL.-PERS..4,
lui-même; Alexandri fatis adx- tanle au quatrième degré.' 17, comprendre eh outre, ajouter
quare TAC. comparer à la destinée âdâmo, as, are, commencer à par la pensée.
d'Alexandre || 2° lurris qux mosni- aimer, s'éprendre : quum, signa âdaugëo, es, xi, ctum, gère,
bus 'adxquaret HIRT. tour qui s'é- vidisset, adamavit Cic ayant vu PLAUT. CIC augmenter.
levait à la hauteur des murailles ces statues, il en devint amoureux ; âdaugesco, ïs, ëre, n. LUCR. 2,
Il 3° deorum vilam adxquare sentenliam quam adamaverunt, 296, Cic Div. 1, 13, commencera
Cic. atteindre à la vie des dieux, pugnacissime defendunt Cic. ils grossir, croître.
vivre aussi longtemps qu'eux; — défendent énergiquement l'avis T âdaugmën, ïnis, n. LUCR. 6,
cursum navium CES. égaler la qu'ils viennent d'embrasser )| ai- 614, accroissement, augmentation.
vitesse, des vaisseaux || 4° urna mer beaucoup : si virtutem ad.a- âdâvia, x, f. et âdâvus, i, m.
Cic les suf- maveris, amare enim parum est ISID. aïeule et aïeulau quatrième
equitum ad&quavit
frages des chevaliers se partagè- SEN. si tu adores la vertu, car ce degré.
rent par moitié. n'est pas assez de l'aimer || QUINT. àdâvuncûlus, i, m. Ism. 9, 6,
àdaerâtïo, ônis, f. COD. THEOD. aimer d'un amour coupable. 28, oncle au quatrième degré.
estimation en argent. i- âdamplïâtus, a,'um INSCR. âdâvus. Yoy. adavia.
âdasrâtus, a, um, part. p. de part, p. de adamplio. âdaxint, arch. pour adegerint-:
adxro : adxrata prxdia COD. T âdamplîo, as, are, INSCR. me divi adaxinl adsuspendium !
THEOD. terres qui doivent une rede- Grul. 128,5, agrandir, élargir. PLAUT. Aul. 1,1, 11, que les dieux
vance en argent." Adamus, i, m. CYPR. Carm. me conduisent au gibet !
âdoero, as, are, COD. THEOD. Gen. 64; 83. Comme Adam. Adlâris, is, f. ACRO. Comme
estimer, évaluer en argent, fixer un âdâmussim. Voy. amussis. Barium.
prix, taxer || FRONTIN. calculer. Adana, ôrum, n. pi. PLIN. 5, 92, ?adhello,âS; are, AMM. 16, 9,3,
- aâcBStûo,
as,âre,n. STAT. Theb. Adana, ville de Cilicje. (al. advolare), faire la guerre.
5, 517, s'enfler, se gonfler (en pari, âdâpërîo, ïs, erui, ertum, adbLbo, ïs, ëre. TER. boire || au
d'un fleuve). erire, Liv. ouvrir entièrem ît || fig. postquam adbibëre aures
âdaggërâtus, a, um, PLIN. 13, découvrir : adaperiam caput ..EN. mex PLAUT. après que mes oreilles
C^part. p. de adaggero. je me découvrirai (la tête) ; adwpe- eurent entendu; adbibepuro pec-
adaggëro, 5s, are, CATO, entas- rire exlum PLIN. laisser voir le tore verba, puer HOR. enfant, que
ser, accumuler, amonceler : adag- ciel, l'éclaireir. mes paroles pénètrent ton âme en-
gerare lerram circa arborem Go- àdâpertïlis, e, Ov. Trist. 3,11, core neuve..
LUM. 5, 11, 8, rechausser un arbre. 45, qu on peut ouvrir. -j- adbîto, ïs, ëre, n. aller; si
âdâgïo, ônis, f. VARR. AUS. et -j- âdâpertïo, ônis, f. HIER, ac- adbiles propius PLAUT. Capt. 604,
âdâgïum, ïi, H.'GELL. -/, prxf. 19, tion d'ouvrir :— oris ISID. bouche si tu approches.
adage, sentence morale,' proverbe^ béante || AUG. manifestation. T adblandior, ïris, tri, d.
T âdagnïtïo, ônis, f. TERT. adv. âdâpertus, a, um, part. p. de ANTHOL. chercher â obtenir en flat-
Marc. 4, 28, connaissance. adaperio : adaperta sella SUET. tant.
f âdagnosco, ïs, ëre, GLOSS. litière découverte; adapertx vî- ? adblâtëro, as, are, APUL.
reconnaître. tes COLUM. vignes déchaussées || .
Met. 9, 10, débiter vivement.
âdallîgâtus, a, um, PLIN. part, adaperta fides STAT. bonne foi adc... Yoy. ace.
p. de aàalligo. manifeste. T adclâr'assis, arch. pour ad-
âdallïgo, as, are, PLIN. 17, " 211 : àdaptâtus, a, um, SUET. part, claraveris, de l'inus. adclaro, Liv.
20,_ 225, attacher à. _ p. de-adap>to. montrer, révéler.
Adam, ind-BIBL. et Adam, dx, m. âdapto, as, are, SUET. Oth. 12, addax, âcis. m. PLIN. 11, 124,
PRUD. Adam, le premier homme, adapter, ajuster. chevreuil d'Afrique, dont les cornes
-r âdâmâbïlis, e, GLOSS.GR.-LAÏ. âdàquo, as, are, PLIN. arroser sont tournées en vis.
qui mérite d'être aimé. || T faire boire, surtout les ani- addëcet, unipers. PLAUT. Merc.
âdâmauteus, a, um, Ov. et maux : adaquare camelos HIER. 415, SEy.JEdip. 298, il convient.
âdàmantïnus, a, um, HOR. FULG. faire boire les chameaux; adaqua- -j- addëcïmo, as, tire, YULG.
(àoap.âvTLVGç)de fer ou de diamant, vit eos ARN. il les désaltéra (les Reg., 1, 8t 15, lever la dîme.
dur comme le diamant. Hébreux). addenseo, es, ëre, YIRG. Mn.
àdàmantis, ïdis, f. PLIN. 24, ? àdâquor, ôris, âri, d. CES. 10, 432, et addenso, as, are. PLIN.
162, espèce d'herbe magique. Gai. 1, 66, 1, faire provision 20, 230, condenser, épaissir, res-
Adamantïus, ïi, ni. CASS. nom d'eau. Voy: aquor. serrer.
d'un grammairien. âdarca", se, PLIN. 32, 140, et T addîce, arch. pour addic,
âdàmâs, antis, m. (àôâp.aç) àdarce, es, f. YEG. 5, 47, 2, espèce .
PLAUT. 50-
Poen., 2, 1,
poét. ordinairt. fer, tout ce qu'il y d'écume qui s'attache aux roseaux. addîco, ïs, xi, ctum, cëre:
a de plus solïde,,de plus dur : solid'o T àdarcto, as, are, NOT. TIR. 1° exprimer son approbation ; 2° en
adamante columnx VIRG. colon- resserrer. t. d'augures : être favorable, ap-
nes de fer massif || au
fig. carac- âdârëo, es, ûi, ëre, ou âdâ- prouver; 3° en t. de droit : adjuger
tère inexorable :posses adamanta resco, ïs, ëre, n. CATO,'Rust. 98, la personne du débiteur au créan-
movere Ov. tu pourrais toucher les sécher, devenir sec, cier pour qu'il en use comme de
coeurs les plus durs U MANIL. PLIN. Adàrgatis. Yoy. A,targatis. son esclave; constituer (un juge),
diamant (pierre précieuse). àdârïârïus. Yoy.' odariarius. donner action ; 4° adjuger (sur en-
Adâmâstôr, ôris, m. SID. Ada- + âdarmo, as, are, FACUND.De- chère), mettre en vente, vendre;
mastor, géant. fens. cap. 4, 2, armer. 5° consacrer, vouer dévouer (en
Adàrnâstus,ï, m.YiRG.Adamaste, âdasîa, x, f. FEST. vieille bre- bonne et en mauvaise part) : livrer,
un habitant.d'Ithaque. ; bis qui vient de mettre bas. 6° très rarement : at-
abandonner;
T âdâmâtôr, ôris, m. TERT. T âdaucto, as, are, fréq. de tribuer à, mettre sur le
Hab. mut 2, amant passionné. compte de
augeo, ATT. augmenter,' accroître. || 1° addicere est idem dicere
ADD ADD ADD 23
FEST. le mot addicere signifie dire addïtîcïus, a, um, CELS. TERT. bilalum est Liv. on hésita un mo-
la même chose || 2° aves addixe- Res. carn. 52, qui s'ajoute, addi- ment au sujet des envoyés || CURT.
runt Liv. les augures furent favo- tionnel. laisser dans le doute, ne pas dé-
rables; quem aves addixerant addïtïo, ônis, f. action d'ajou- cider.
FEST. celui que les augures .avaient ter : — QUINT. 9, 3, ancien impér. de
figuranîm + addûcë,
désigné || 3° addicere bona alicui— 18, emploi des figures. adduco, PLAUT., TER. . .
Cic adjuger des biens à qqn ; addïtïvus, a, uni, PRISC 11,144, adduco, ïs, xi, ctum, cëre :
liberiim corpus in servitutem Liv. qui s'ajoute.. 1° amener, conduire ; faire c'ompa-
condamner une personne libre à addïtus, a, MOT,.part, p. de raîtrèen jugement; 2° tirer à soi;
l'esclavage ; addicere in diem DIG. addo : addilo tempore TAC avec tendre; 3° rider, contracter, amai-
addicere le temps; addilo, consullandum grir ; 4° amener à un certain point,
adjuger provisoirement;
judicem SEN. nommer un juge; TAC. Ann. 2, 28, en ajoutant qu'il à un état quelconque; 5° amener
— VARR. donner une fallait délibérer; addilo ut PLIN. à un sentiment, à une opinion;
judicium
action en justice || 4° ecquis est, en prenant garde de... || s'attachant au pass. être convaincu ; 6° ame-
Juno
qui sibi bona addici vehl ? Cie y à, acharné : Teucris addita ner, produire || 1° ad cenam ad-
a-t-il qqn qui voulût que ces biens VIRG. Junon acharnée contre les ducam TER. je l'amènerai dîner;
lui fussent adjugés? addicere-in Troyehs. adducere exercilum Cic conduire
publicum Cic. adjuger au fisc, ? addîvînans,. part, de addi- urte armée; adducere ad popu-
confisquer; Antonius régna ad- vino,Pi.is.S5,88, qui devine. ^_. lum Cie citer devant le peuple ||
dixit pecuniâ Cic Antoine ven- addixi, parf. de addico. 2°,adducere oslium PETR. tirer" la
dait les royaumes à prix d'argent addixti, sync. pour addixisti, porte à soi, la fermer; adducere
|| 5° agros addixit dex VELL. il MART. 12, 16, 1. lorùm Liv. -serrer un lien || 3° ad-
consacra les terres à la déesse; addo," ïs, dïdi; dïtum, .dëre ducit cutem macies Ov. la mai-
senatus cui me addixi Cic. le sé- (ad, do) : 1° mettre auprès,. des- greur ride la peau; adducere
nat auquel je me suis dévoué: ad- sus, ensemble,, adapter ; jeter sur ; frontem QUINT, froncer le sourcil ;
dicere eredulitatem suam alicui introduire;,- 2° au fig. apporter, sitis , adduxerat artus VIRG. la
CURT. se faire par crédulité l'es- donner; 3° ajouter, joindre; en- soif avait desséché les membres
clave de qqn; —sanguiheni aj,i- chérir || 1° addere custodem ali- || 4° adducere ad finem NEP. me-
cujus Cie livrer la-tête de qqn; cui PLAUT. donner un gardien à ner à fin, finir ; — ad desperatio-
huie classi me addixi VIRG. je me qqn; -r- arcém jugis VIRG. bâtir nem JUST. réduire au désespoir;
une citadelle sur des hauteurs; — — ad arbitrium
suis livré à cette flotte; non eru- alicujus Cie
bescis palrimonium tuum addi- manus in vincla Ov. unir les mettre à la merci de quelqu'un;
cere V.-MAX. ne rougis-tu pas de mains pour les enchaîner ; — frena — ira invidiam Cic rendre odieux
dissiper ton patrimoine; addicere feris VIRG. brider de fiers cour- || 5° adducere ad misericordiam
suos amores Ov. abandonner ce siers; — aquam flammx TIB. je- TER. émouvoir'; — ad nequitiam
— TER. entraîner au mal-
qu'on aime J| 6° comoedix qux no- ter de l'eau sur la flamme ; ^—inspem
les venenum in SUET. intro- Cic faire adduci in ser-
mini ejus addicunlur GELL. plagam
— espérer;
pièces qu'on met sous son nom. duire du poison dans la plaie ; monem Cic être l'objet d'un blâme
addictïo, ônis, f. Cic Vcrr. 1, se in florem Ov. se changer en (faire parler de soi); adducorpu-
faite par la sen- 'fleur || 2° addere operam PLAUT. tare, ut sperem Cic je suis amené
12, adjudication
tence du préteur || addictio judi- donner ses soins; —animos Ce à penser, à espérer; adduci (ne-
de juge. — metum SALL. in-
cis FRONTIN.désignation encourager; queo) quin existimem Srmr. je ne

•j- addictôr, ôris, m. ANTHOL. spirer de la crainte; — fidem Liv. puis être amené à penser que...
AUG. e. sec. resp. Jul. 1, 48, qui rendre croyable; misericor- ne ; ut jam videar adduci, liane,
met en vente, qui vend, diam alicui Liv. inspirer de la. quo'que, qux le proerçaverit, esse
addictus, a, um, part. p. de pitié pour qqn ; —rhodum dexlrx— palriam Cic de telle sorte que je
addico, Cie adjugé, comme débi- STAT. mettre fin au carnage ; me persuade que cette patrie est
teur insolvable, à son créancier || honores ducloribus YIRG. décer- aussi la tienne ||j 6° adducere si-
emmener ner des récompenses aux chefs ; — tim HOR. amener la soif; —: fe-
addictum ducere Liv.
en esclavage ~\\ Ciç. condamné à vatibus calcar HOR. aiguillonner bres HOR. causer des fièvres.
payer || addictus judex DÏG. juge les poètes H 3° addere animis adductïo, ônisyî, C.-AUR. Acut.
désigné par le préteur où tout au- SALL. ajouter au courage, rendre 2, 1, 32, action d'amener.
tre magistrat pour connaître d'une — ad, in aliquid de l'inus.
plus courageux ; adductïùs, compar.
affaire U mulier addicla PLAUT. CES. ajouter à; — Liv. en tirant
gradum adducte, à, soi :'nemo
femme vendue ||. addictum opus doubler le pas ; —- ira spatia VIRG. adduclius jacula conlorsït Aus.
Cic travaux adjugés-à des entre- redoubler de vitesse (ajouter aux personne ne bandait plus vigou-
preneurs || condamné, dévoué : ad- espaces parcourus) ; —. noctcm reusement un arc ]| au fig. adduc-
dictus feris. HOR. . destiné à être operi VIRG. ajouter la nuit au tra- lius imperitare TAC. Hist. 3, 7,
la proie des bêtès féroces || en- vail du jour; — xtali SEN. con- gouverner trop durement.
: vobis server plus longtemps; adde hue ôris, m. INTERP.
gagé, lié, livré à addictum .+ adductôr,
habebitis Ce vous aurez en lui Ce âdde quod Liv. adde hue quod IREN. 1, 13, 6, qui amène. Voy. ad-
un homme dévoué; addictus ju- HOR. ajoute à cela que, en outre; dictôr.
rare in verba magistri HOR. qui nihil addo.Cic. je n'enchéris pas. f adductôrïum, ïi, n. AUG.
s'est obligé à jurer sur la parole addôcëo, es, cûi, ctum, ère, Quxst. Hept. 2, 177, 8, salle
d'un maître; addictus histrionix HOR. Ep. 1, 5,18, enseigner. . d'entrée.
PETR. passionné pour le théâtre. addoctus, a, um, part, p. de adductus, a, um, part.-adj. de
addïdi, parf. de addo. addoceo : addocti judices Ce les adduco : adductus ad senatum
Addiris, ïs, m,. PLIN. 5, 13, nom juges instruits de. SALL. amené dans le .sénat; au.
de l'Atlas"dans la langue des indi- —
addormïo, ïs, îvi, ïre, n. CELS. fig. cupiditate Cic poussé, par
gènes. Acut. 1, 11, 83, et addormisco, le désir || adductus vultus SUET.
addisco, iscis, dïdïei, discëre, ïs, ëre, n. SUET. Cl. 8, s'endormir. visage refrogné ; adductïor frons
Ce apprendre, ajouter à ce qu'on m. PLIN. CLAUD.Adda, in supercilia CAPITOL, front ridé
Addûa,«j
sait || LAHPR. Sev. 3, 5, apprendre, fleuve d'Italie. vers les sourcils || TAC grave, sé-
entendre dire. addûbïtàtïo, ôraïs, f. CAPEL. 5, rieux, sévère, rigoureux.
addïtâmentum, ï, n. Cie Sest. 523, dubitation (fig.de rhétorique). -j- addûîs, adduit, arch. pour
68, addition, augmentation || CASS. addûbïtâtus, a, uni; Cic part, addas, at, FEST.
accessoire, détail || au fig. iste... p. de addubito. j- addulcp, as, are, C- FEL. 6,
•addilamentum inimicorum meo- addûbïto, as, are, incliner à adoucir.
rum Cic.Sest. 68, cet homme... qui douter, douter, un moment, dou- adduxe, sync. pour adduxisse,
grossit le nombre de mes ennemis. ter : de legalis paululum addu- PLAUT. Rud. 1047-
24 ADE ADE ADH

adduxi, parf. de adduco. Ce or. faites attention à ceci; at- âdëquïto, as, are, aller â che-
'. adduxti, que adeo, antequam dicodc..:.C\c. val auprès, devant, contre : ade-
sync. pour adduxisli,
TER. Heaul. 819. et maintenant, avant de parler de; quitare caslris TAC —- Syracu-
âdëdo, ïs, edi, êsum, dëre, man- id adeo malum reverlerat SALL. sas Liv. se présenter à cheval de-
ger en partie, entamer avec les ce mal donc se reproduisait || 8° ïs vant le camp, devant Syracuse.
dents, ronger : angues duo adc- adeo tu es TER. tu es justement âdëram, imparf. de adsum.
dêre 'jecur Liv. deux serpents en- cet homme-lâ; adeo ex illo YIRG. âdëro, fut. de adsum.
tamèrent le foie || consumer -.quum dès ce moment même; Jupiter,, âderro,as, are, n. STAT. Silv. 2,
autour,
me supremus adedcrit ignis Ov. tuque adeO'Sol. ENN. Jupiter, el 3, 120, errer auprès,
quand la flamme du bûcher m'aura toi surtout, Soleil || 9° ego adeo âdës, 2«pers. indie prés, et im-
consumé. TER. pour moi, quant à moi: nec pér. de adsum.
âdeqi, parf. de adigo.' me adeo fallit LUCR. pour mbi, je Adesa, x, m. Voy. Mdesa.
Adeîphi ou Adelphoe, ôrum, m. n'ignore pas ; si adeo TER. si du i- âdescâtïo, ônis,î. PS.-SOP.AN.
adeo inonilv.s est Q. medic. 31, action d'engraisser,
pi. PRISC. les Adelphes, comédie de moins; nisi
Térence. PLAUT. s'il n'a pas été averti, (adeo de nourrir.
se construit souvent d'un manière -j- âdescâtus, a. um, part. p. de
âdelphis, ïdis, f. PLIN. 13, 45,
Acut. 1, 11,
sorte de dattes. explétive avec un adverbe, un ad- l'inus. adesco, C.-AUR.
âdemi, parf. de adimo. jectif, etc.) 95, nourri, engraissé.
T âdempsit, arch. pour ademe- 2. âdëo, Is, ïvi ouïï. ïtum, îre, adesdum (odes, dum) TE?.,viens
rit, PLAUT. Epid. S, 2, 27. n. et actif : 1° aller, venir à ou vers ; donc (dum ajoute de la force).
âdemptïo ou âdemtïo, ônis, f. 2° aller voir, faire visite; invo- âdesse, inf. prés, de adsum.
Cic TAC action d'enlever. quer, avoir recours; 3° visiter, par- âdest, de oAsum U adest, pour
âdemptôr, ôris, m. AUG. ira courir; 4° poétiq. attaquer: 5° en- adedit, LUCR.
.Joan. 116, 1, celui qui enlève, treprendre, se charger de, s'expo- âdësûrîo, ïs, ïvi et ïi. ïre, n.
àdemptus ou âdemtus, a, um, ser à, tenter; 6° acceptions diver- PLAUT. Trin. 169. être affamé.
part. p. de adimo : adem'ptum ses ||'i° adiré ad consules Cic âdësus, «,8m. part.p. de adedo :
Liv. commandement aller trouver les consuls; — ira exta adesa Liv. chairs consom-
imperium
enlevé || ademplus Hector HOR. conspectum alicujus Cic se pré- mées: adesi lapides HOR. pierres
Heclor enlevé à la terre, mort. senter devant qqn; :— in jus Cic usées! polies |j adesus cladibus
Âdendros, ï, f. PLIN. 4, 57, île comparaître en justice, plaider; Hasdrubal%rL.i\asdruha.l affaibli,
— municipia TAC entrer dans les abattu par ses défaites ; adesx for-
près du promontoire Spirseum.
l.'âdëô, adv. (ad, eo) : 1° à cet villes municipales ;—aras Cic ap- tunx TAC fortune dissipée.
endroit, à ce pointjjusqu'à, jusqu'au procher des autels || 2° adiré ali- âdëundus, a, um, part. fut. de
moment; 2° tant, tellement; 3° bien quem TER. ad aliquem Cic aller adeo, Ov. où l'on peut, oii l'on doil
plus, même, ou plutôt; 4° beau- voir qqn; —aliquem scrïplo TAC pénétrer.
coup, entièrement; 5° bien plus per epistulam PLAUT. s'adresser à adf... Yoy. par aff...
— deos
encore, à plus forte raison; avec qqn par écrit, par lettre; Adgar. Yoy. Agar 2.
une négation : si peu, tant s'en Cie prier les dieux; —pacem dï- adgarrïo, ïs, ïre, n. FULG. jaser
faut que; 6° pour cela, à cause de vûm LUCR. demander le calme aux avec. .
cela: 7° or, maintenant, donc; 8° dieux ; — libros sibyllinos TAC. x adgaudëo, es, gâvîsus sum,
précisément, justement,' principa- avoir recours aux livres sibyllins gaudère, n. P.-NOL. 18, 14, se
iement, surtout ; 9° constructions. (les consulter) || 3° adiré hiberna j réjouir avec.
diverses || i'adeo res rediil TER. la TAC visiter les quartiers d'hiver |j f adgëlat, unipers. NOT. TIR. il
chose en est venue à ce point : 4° prior adito lu TER. tu porteras gèle.
adeo dum inepix redactus est les premiers coups: o6uia adiré adgèmo ou aggëmo, ïs, ëre, n.
Liv. il en vint à ce point de dé- arma SIL. attaquer l'ennemi qu'on Ov. STAT. gémir à.
a devant soi || 5° adiré ad causas — are,TERT. adv.
tresse; adeo donec, àdeo usque adgënëro,5s.
ul PLAUT. usque adeo donec TER. Cic commencer à plaider: — ad Marc. 4, 19. engendrer avec.
jusqu'à ce que || 2° adeo mihi in- rempublicam Cic entrer dans les adgëriïcûlâtïo, ônis, f. HIER.
visus est ut Cic. il m'est tellement affaires publiques; — iter TAC. se Quxst. hist. in gènes. 41, 43, ac-
odieux que...; adeo fortuna cum mettre en route ; — pugnam TAC. tion de s'agenouiller.
barbaris stabat! Liv. tant la for- — dedecus âris. Sri, d- TERT.
engager le combat; adgënïcûlor,
tune combattait pour les barbares TAC. se déhonorer;—adextremum Pxnit. 9, s'agenouiller.
|| Z'posco atque adeo ftagilolER. CES. courir le —
periculum plus adgrettus, pour aggressus,
— summa peri-
je demande, 'et même je supplie ; grand danger; ENN.
inlra meenia, atque adeo in se- cula NEP; affronter les plus grands adgùberno, as, are, FLOR. 2, 8,
nat'u Cic dans nos murs, que dis- périls U 6° adiré hereditatem Ce 1, gouverner, diriger.
se porter —
je?danslesénat;adw(esceras£ut<s. accepter un héritage, adgyro, as, are, n. NOT. TEL
atque adeo noster TER. ton jeune pour héritier; —nomen aiicvjus tourner autour.

homme, ou plutôt le nôtre || 4° or- SUET. prendre le nom de qqn ; àdhaerens, fis. part, de adhx-
thographiam non adeo cuslodi- alicui manum PLAUT. se moquer, reo : obvio quoque adhxrente
vit SUET. il n'observait pas beau- tromper || au pass. adiri non SUET. lous ceux qu'on rencontrait
coup l'orthographe ; non adeo posse Cic n'être pas visible. se ' joignant (à Othon) R tempus
fractus SUET. pas trop abattu: id Âdëôna, x, f. (adeo) Aue Civ. 4: adhxrens QCINT. temps-qui ap-
adeo more suo facere videbdtur 21, déesse qui présidait à l'arrivée'. proche. .
SALL. il semblait en cela suivre âdeps, ïpis, ni. f. PLIN. graisse : àdhoerentïa, x, f. TERT.Afarc.
tout à fait son caractère || 5° eequa- ad tenuandas adipes QUINT, pour 4, 24. adhérence, ce qui touche à.
lium quoque, adeo superiorum, diminuer l'embonpoint ||Auc suif || àdhserëo, es. hxsi, hxsum, hss-
intolerans TAC. ne pouvant souf- PLIN. marne, terre grasse l| PLIN. au- rêre, n. 1° être attaché, adhérent
frir d'égaux, encore moins (à plus bier || au fig. Cic mollesse, apathie. à: s attacher (au prop. él au fig-);
forte raison) de supérieurs ; adeo âdeptîo, ônis, f. Cic Fin. 2,13, 2° être conligu, voisin; 3° venir
non tenuil iram, ut... Liv. il con- 41 ; QUINT. 5,10, 55, acquisition. après || 1° adhxrere in visceribus
tint si peu (tant s en faut qu'il con- 1. âdeptus, a, um. part, deadi- Cie rester attaché aux entrailles ;
tînt) sa colère, que... || 6° id adeo piscor : adepti fugienles Gallos —
fronte Ov. Met. 5, 38, au front;
te oralum venio TER. c'est pour Liv. ayant atteint les Gaulois dans — anchoris (dat.) TAC' être fixé
cela que je viens te prier; adeo leur fuite |1 TAC. qui a acquis || par des ancré! ; —jumento GELL.
mihi ut incommodet TER. pour passivt. adepta Victoria SALL. vic- 20, 1, se tenir à cheval; —- nulli
me faire pièce; adeo quod in ar- toire remportée. fortunx Liv. ne s'attacher à rien,
mis sunt Cie parce qu'ils sont en 2. âdeptùs,ils, m. P -NOL. Ep. être inconstant : altissimis adlix-
armes U 7° id adeo eonsiderate I 32, 18, acquisition. rct invidia YEL'L. l'envie s'attache
ADH ^ ADI ADI 25
, à ce qu'il y a de plus élevé ||'2° ter foi) ; — memoriam NEP. gar- àdîantum, i, n. (àôiocvrov) PLIN.
silva adhxrebat TAC Hist. 2,25, der le souvenir ; adhibebat nobis 22, 62, capillaire (plante).
•un bois était voisin; adhxrere ri- auclorilatem medicorum GELL. Adïâtôrix, ïgis, va. Cic Fam.2,
pis Rheni AMM. toucher aux bords il nous citait l'autorité des méde- 12, 2, roi des Comaniens vaincu
du Rhin H 3° extremùm adlixrere cins ; si adhibcbitur deus HOR. si par Auguste à Aclium.
Cie Vatin. 5, être nommé le der- l'on fait intervenir un dieu.'- T âdïbïlis, e, CASS!Eccl. 11, 18,
nier (il s'agit d'un scrutin). àdhïbïtïo, ônis, f. CAPEL.M.-EMP. abordable.
âdhaeresco, ïs, hxsî, hsssum, emploi, usage:^coîM)iuiï GAI. Inst, âdïcïo, ïs, ëre, poétiq. pour
escëre, n. devenir adhérent, s'atta epit.1, 1, 2, admission à table. adjicio, MART. 4, 54, 9 ; STAT. Th.
cher : adhxrescere egressibus TAC adhïbïtus, a,um, part, p. de 7, 4; SEN. Thyest. 727, etc.
Ann. 11, 12, s'attacher aux-pas de adhibeo : adhibitx manus Cie âdîens, euntis, part, de adeo.
— menti Ce
qqn quand il sort; Nat. 60, mains employées ; adhi- âdïgo, ïs, ëgi, actum, ïgëre
s'emparer de l'esprit (s'y établir) || bitus cenx SUET. Aug. 74, admis (ad, ago) : 1° pousser vers, faire
Cic convenir, sappliquer || Cic au repas. entrer; 2° lancer, précipiter; 3°
hésiter, s'arrêter : oratio ita libère âdhinnïo, ïs, ïvi et ïi, ïre, n. amener devant (un arbitre, forcer
'
fluebat ul nunquam adlixresceret hennir à ou à côté : adhinnire de prendre pour arbitre) ; amener
Cie Brut. 79, sa parole était si visx equx Ov. hennir à la vue à (prêter serment, exiger un ser-
coulante qu'elle ne. s'embrouillait d'une cavale || Cic Pis. 69, pousser ment) ; absolt. lier par un serment;
un cri de joie, frémir de plaisir. - 4° contraindre, forcer || 1° adigere
jamais.
f âdhoesë, GELL. 5, 9, 6, en âdhoc. Yoy. adhuc. vitulos ad niatres VARR. conduire
s'arrêtant, en hésitant. âdhortâmén,ïnïs, n.ApuL.Fior. les petits vers leurs mères; — equos
âdhsesïo, ônis, f. Cie Fin. 1, 18. Comme adhorlalio. per publicum SUET. pousser ses
19, adhérence, juxtaposition || au âdhortâtïo, ônis, f. Cie Liv. chevaux à travers la foule ; — cla-
fig. AUG. Serm. 216, 5, adhésion. exhortation || au plur. Liv. 3, 27, 6, vum in arborera PLIN. enfoncer
1. ? âdhaesus, a, um, part. p. de PLIN.-J. Ep. 1, 8, 11. un clou dans un arbre ; ^- ferrum
adhxrep, PAUL. GR.uni étroitement. âdhortâtîvus, a, um, DIOM. 338, jugulo SUET. enfoncer le fer dans
2. âdhoesùs, ûs, m. LUCR. 4, 11, qui sert à exhorter. la gorge ; —' vulnus per galeam
1234, adhérence. âdhortâtôr,ôris, m. Liv. 2,58, TAC. porter un coup à travers le
âdhàlo, as, are, PLIN. 22, 95, celui qui exhorte. casque, percer le casque || 2° adi-
toucher de son haleine. T âdhortâtôrïë, ALCIM. Ep. 16, gere futmen YIRG. lancer la fou-
Àdherbâl, àlis, m. SALL. Adher- de manière à encourager. dre ; — ad umbras VIRG. préci-
bal, fils de Micipsa. 1. âdhortâtus, a, um, part, de piter dans les enfers || 3° illum (ad)
âdhïbëo, es, bui, bïtum, bêre adhortor, Cic CES. qui a exhorté arbitrum adegit Cie il le força
(ad, habeo) : 1° appliquer, appro- l| +- HEMIN. ap. Prisc. 8, 15; C- de prendre un arbitre; non pôles
cher, mettre auprès (au prop. et au AUR. Acut. 2, 3, 17, qui a été • adigere arbitrum Cic tu ne peux
fig.); 2° offrir, présenter; 3° ajou- exhorté. forcer de s'en rapporter à un arbi-
ter, joindre ; 4° faire approcher, 2. f âdhortâtus, abi. û, m. tre ; adigere ad jusjurandum
admettre, appeler, inviter; 5° ac- APUL. Apol. 102, exhortation. SALL. -^ jusjurandum CES. JU-

cueillir, traiter; 6° se, se con- , i- âdhorto, as, are, arch. PRISC rejurando -Liv. exiger le ser-
duire; 7° employer, faire usage de Comme adhortor. , ment, faire prêter serment, lier
||1° adhibere li'biam ad os GELL. adhortor, ôris, âtus sum, S/ri', par un serment; se ipsx adigunt
emboucher la flûte; — alicui cat à. exhorter, encourager, exciter ': in verba Vespasiani TAC elles
caria Ce donner de l'éperon, ai- adhortari ad certain laudem Cic prêtent' serment d'elles-mêmes à
guillonner;
— manus genibus Ov. promettre une gloire assurée ; — Vespasien; universos adigit TAC
embrasser les genoux ; — aures ira bellum TAC encourager à la il leur fait prêter serment à tous ||
PLAUT. prêter l'oreille; :— vultus guerre ; férus sese adhorlans CA- 4° adegit Pàrthos mittere ad
ad Ov. tourner les yeux vers ; — TUL. 63, 85, l'animal sauvage s'ex- principem... TAC il força lesPar-
alicui consolationem Cic conso- citant lui-même. thes d'envoyer à l'empereur...; mo-
— motus judici Cic parler -j- âdhospïto, DICTYS. rt adigitur TAC elle est con-
ler; âs; are,
"au coeur du juge || 2° adhibere 1, 15, rendre" favorable. trainte de se donner la mort.
cultus, preces dits Cic. honorer âdhûc, adv. 1° jusqu'ici, jusqu'à âdïi, parf. de adeo.
d'un culte, prier les dieux ; quid présent; encore; 2°jusqu'alors; 3° Adîmantus, e, ni. Ov. Adimante.
adliibere potui magnificentix de plus, en outre ||:ï° adhuc loco- roi des Pliliasieris || NEP. général
lux? TAC. qu'ai-je pu t'offrir en rum PLAUT. Capt. 385, jusqu'ici, athénien || PLIN. écrivain grec.
échange de les magnifiques pré- adhuc cessatum est TER. on n'a âdïmo, ïs, ëmi, emptuni, ïmëre
sents? U 3° ad majorum morem rien fait jusqu'à présent; di, qui (ad, emo), enlever, ôter, retirer:
doctrinam liane adhibuerunt Cic liane urbem adhuc.regilis SALL. adimere melum TER. rassurer ; —
aux moeurs antiques ils ont ajouté dieux, qui gouvernez encore cette prospectum Liv. dérober à la vue ;
cette doctrine || 4° adhibere lestes ville || 2° lune adhuc consules — leto HOR. enlever à la mort ||
Ce produire des témoins; —me- SUET. les consuls d'alors, ceux qui COD.JUST;interdire || avec un infin. :
dicum Cic. mander un médecin ; étaient encore consuls ; neque erat adimam cantare sëveris HOR. Ep.
— ad consilium CES. — in con- TAC il n'y avait
adhuc exemplum 1, 19, 9, je défendrai aux Catons
silium PLIN.-J. OU simplt. adhi- pas encore d'exemple || 3° sunt de chanter.
bere Cic. consulter — ira adhuc aliqux PLIN.. il y en a en-
qqn; âdimplëo, es, èvi, êtum, ëre,
auxilium JUST. appeler à son se- core quelques-unes. (Dans ce sens, Liv. Templir || au fig. accomplir:

cours; epulis YIRG. .convier à il se construit fréqt. avec un com- adimplere libertates COD. JUST.
un festin ; Regulus me non adhi- paratif : ut certiorem adhuc in- affranchir des esclaves d'après un
buit PLIN.-J. Régulus ne m'a pas dolem oslenderet SUET. et pour testament ; — creditores COD.JUST.
învilé; adhibere procul PLAUT. mieux révéler son caractère.) payer des créanciers :.— scriptu-
les écritures.
éloigner, chasser J| 5° adhibere se- -|- âdhuccînë, pour adhuene, ra's ISID. accomplir
verius aliquem Cic. Att. 10, 12, APUL. Met. 9, S. -|- àdimplêtïo,ôraïs, f. EJER. Ep.
3, traiter sévèrement qqn || 6° ad- Adïabari, ôrum, m. pi. PLIN. 121,10, action de remplir; _— tem-
hibere se in potestale Cie Q. poruni TERT. consommation des
6, 189, peuple d'Ethiopie.
frat. 1, 1, 22, se conduire quand Adïabàsj- x; m. AMM. 23, 6, 20, temps || LACT. accomplissement.
on est au pouvoir || 7° adhibere fleuve d'Assyrie. T âdimplêtôr, ôris, m. AUG.
medicinam xgroto Cie donner un Adïâbenë", es, f. PLIN. Adiabène, Serm. 144, S, celui qui accomplit.
remède à un malade; '—r fidem contrée d'Assyrie || -eni, ôrum, f- âdimplëtus, a, um, part. p.
Cie se montrer fidèle (chez les m. pi. PLIN. 6t 27, habitants de l'A- de adimpleo : adimpletus libia-
écrivains de la basse latinité : ad- diabènell-ênicus, SPART,et-ënus, rum cantu FIRM. excité par le son
hibere fidem HIER. Aus. ULP. ajou- a, uni, TAC. de l'Adiabène. de la flûte.
26 ADI ADJ ADJ

CHAR. Voy. incitx. PLIN. 6, 167, Adipse, ville de l'E- nouvelles familles || VITR. 3, 2,
adincïtâs,
.+ âdincresco, ïs, ëre, n. VULG. gypte inférieure. saillie, renflement du piédouchede
Eccl. 23, 3, croître, augmenter. , "+ âdïtïâlis, e ; adilialis cena la colonne || QUINT, répétition d'un
, f àdindo, ïs, indïdi, indïlum, VARR. Rust. 3, 6, 6; PLIN. 10, 45, mot || ULP. enchère, surenchère.
ëre, CATO,Rust. 18,1, faire entrer, repas somptueux que donnait un adjectîcïus, a, uni, CASS.11, 8,
introduire en sus. magistrat et surtout un pontife ajouté, qui est en sus.
âdinfëro, fers, lûli, ferre, TERT. lorsqu'il entrait en charge. adjectîvus,o,«rra; qui s'ajoute:
nomen et absolt. àd-
Marc. 5, 9, apporter à; citer. âdïtïcûla, x, f. JUL.-YAL. 3, 45, adjeclivum
et âdïtïcûlus, ï, m. FEST. petite PRISC. adjectif.
âdinflo, as, are, Aue Civ. 19,23, jeclivurn
enfler. entrée, petit passage. 1 àdjecto, as, are, fréq.de ad-
-r âdingëro, ïs, essi, estum, âdïtïo, ônis, f. action d'aller à: jicio, APIC 8, 2-
rëre, SEREN.ap. Schol. Juv. 4, 2, quid tibi liane aditio.est? PLAUT. 1. adjectus, a, um, part. p. de
viens-tu la trouver "? || CES. ajouté : adjectus co-
diriger contre. pourquoi adjicio,
CASS.action de venir présenter une rnilatu. principis TAC Hist. 2,
âdingrêdïor, ëris, i, d. Nov.-
JUST. occuper, prendre possession requête || aditio heredilalis POHP. 65, adjoint à la suite du prince;
JCT. et simplt. aditio ULP. action — ad numerum LNSCR.surnumé-
de quelque chose.
- de se porter pour héritier. raire H subst. m. DIG. fondé de
admquîro, ïs, ëre, JUL.-YAL.
1, s'enquérir. f âdïto, as, are, n. ENN. aller pouvoir, représentant (pour rece-
voir une dette).
âdinstar. Yoy. instar. fréquemment.
àimsuTgo,ïs,ëre.\Toy.adsurgo. 1.— âdïtus, a, um, part. p:,de 2. adjectus, ûs, m. VITR. action

âdintellëgo, is, ëre, MARC-YICT. adeo : adilo Oceano CURT. ayant d'approcher, : odoris LUCR. 4,
comprendre avec ou en outre. pénétré jusqu'à l'Océan ; adita pic- 677, l'approche de l'odeur.
T âdinvënïo, ïs, ïre, SERV..DIG. riculaCic. dangers qu'on a courus. adjîcio, ïs, jêci, jectum, jïcëre
découvrir. 2. âdïtûSj-Ss, m. : 1° action d'al- (ad, jacio) : 1° jeter dans, mettre
-J- âdinventïo, ônis, f. P.-NOL. ler, d'approcher, accès ; 2° faculté dans, sur, à côté; 2°au fig. appli-
Ep. 43, invention, découverte. d'arriver à quelqu'un, de l'aborder, quer, attacher (les regards, sa pen-
- âdinventor, 3° entrée (d'un édifice), sée); 3°ajouter, joindre à; 4° ajou-
Ôris, m. CYPR. abord;
Ep. 68, 10, inventeur. abord (d'un lieu) ; au fig. entrée en ter (à ce qu'on a dit)
;
5° enchérir
— àdinventum, 4° droit || 1° adjicere in vas COLUM.verser
ï, n. TERT. matière; moyen d'arriver;
Gnost. 1, invention. de passage (en t. de droit) H i°ur- dans un vase; —album calculum
— âdinventus, bes captxuno aditu Cie villes PLIN.-J. mettre'une pierre blanche
a, um, part. p.
de adinveniofiiG. INSCR.découvert. prises en se présentant seulement: dans l'urne; —Armenix manum
âdinvestîgo, fis are, BOET. ferre aditum CATUL. s'approcher; VELL. mettre la main sur l'Arménie ;

Geom. p. 400, 1, rechercher. quo neque sit ventis adituS VIRG. rogum sedes aliénas LEG.- XII
. âdinvïcem, AUG. Voy. invicem. où les vents n'aient point accès; TAB. construire un bûcherprès delà
âdïpâlis, e. ARN. 3, 25, gras. aditus in sacrarium Cie l'accès maison d'aulrui || 2° ad omnia cu-
du sanctuaire || 2° aditum oculos adjicere Cic je-
âdîpâtus, a, um, LUCIL. gras, apjud piditatis
rempli de graisse || au fig. adi- regem quxrere Liv. chercher à ter sur tout un regard de convoi-
palx orationis genus Cie Or. 25, parvenir jusqu'.au roi; horno rari tise; adjecitanimum advirginem
style épais || subst. n. Juv. 6, 630, aditûs Lrv. homme qu'on aborde TER. il tourna sa pensée vers la
pâté gras. difficilement H 3° ira primo aditu jeune fille; — animum consilio
âdipes, ÏSJ.PRISC Yoy. adeps. templi Cic à l'entrée du temple : Liv.. il arrêta sa pensée au projet
•j- âdïpëus, a, um, HIER. Ep. aditus insulx muniti Ce les H 3° adjicere ad bellicam laudem
147, 8, gras, vigoureux. . abords de l'île sont fortifiés; clau- Ce ajouter à la gloire des armes;
-|- âdïpïnus, a, um, GLOSS.gras. dere omnes aditus Cic. fermer —provinciam imperio JUST. ajou-
âdïpiscendus, a, um. part. fut. toutes les avenues ; adilus adeau- ter une province à l'empire ; hue
de adipiscor : in adipiscendâ sam Cie l'entrée en matière ; adi- natas adjice septem Ov. ajou-
morte SUET. en se donnant la tum ad aures habere.- Cic. se tez à cela sept filles; adjiciunt
mort. faire écouler; adilus qd multitu- animos juveni Ov. ils ajoutent à
âdïpiscentïâ, x, f. CASSIAN.In- dinem Cie le moyen de plaire à l'ardeur-du jeune homme (s'em-
11, acquisition. la multitude |1 4°" aditum redi- ploie rarement d'une manière ab-
carn.ôj
âdîpiscor, ëris, adeptus sum, niere DIG. racheter un droit de solue-: prioribus adjicere QUINT.
ïpisci, d. (ad, apiscor) : 1° attein- passage. ajouter à ce qu'on a dit) || 4° ad-
dre en courant ; atteindre ; au fig. ,âdîvi, parf. de adeo. jecit in domo esse venenum TAC
arriver à, acquérir, .obtenir; 2° at- adjâcens, lis, part, de adjaceo: il ajouta que le poison était chez
. teindre par l'intelligence, com- adjacentes populi TAC les peu- lui J 5° supra adjecit Âïschrio
prendre || 1° vix adipiscendi po- ples voisins; adjacenlia (s.-ent. CIC. Eschrion mit une enchère.
testas fuit PLAUT. c'est à peine si loca) TAC les environs. T adjôcor, âris, âri, d. CHRYSOL.
j'ai pu l'atteindre; ddipisci senec- adjâcentïa, x, f. AUG. Nat. et Serm. 152, jouer auprès ou avec.
tv.tem Cic. arriver à la vieillesse; grat. 51, bonne disposition (de ? adjùbëo, es, ère, PLAUT. Com-
-— honores a
populo Cie obtenir la volonté). me jubeo.
les honneurs du peuple ; — viclo- adjâcëo, es, cui, ère, n. TAC. T adjûbïlo, as. are, INSCR. Jfai.
riam Liv. remporter là victoire ; être couché auprès || êlre situé au- Y, p. 144, accueillir par des cris
rerum adeptus est TAC il s'em- près : adjacet via QUINT, il y a un de joie, acclamer.
para du pouvoir; nullum crimen chemin tout contre; Tuscus ager adjudîcâtïo, ônis, f. ULP. adju-
adeptus èram Ov. je n'avais com- Romano adjacet Liv. la Toscane dication || GAIUS, droit d'attribuer
mis auéun. crime || 2° si id mens est.conliguë au'territoire de Rome; à l'un des plaideurs la chose en Li-
humana non adepta sit Cic, si gentes qux mare adjacent NEP. tige) J|_? ENNOD. jugement.
l'esprit de l'homme n'a pu y at- -les nations qui habitent près de adjudïcâtus, a, um, part. p. de
teindre ||-J-pass. être acquis, ob- la mer. adjudico, GAIUS, adjugé HT adju-
tenu : non xtate adipiscitur. sa- -j- adjâcùlâtus, a, uni, part. p. dicalus morti HIER, condamné à
,'pientia PLAUT. Trin. 2, 2, 88, la de l'inus. adjaculor, CAPEL. lancé, mort,
sagesse n'est pas le fruit de l'âge. dardé. àdjûdïco, as, are, adjuger par
adips. Yoy. adeps. adjectâmentum, ï, n. CHAR. sentence ou par jugement : adju-
? àdipsâthëôn, i, n. PLIN. 24, 160,22, ce qu'on ajoute (à un mot), dicare sibi rem controversiosam
112, espèce d'arbuste épineux. suffixe. Liv. s'adjuger la chose en litige; ,
âdipsôs, i, f. (aôiJ/oç). PLIN. 12, adjectïo, ônis, f. Liv. addition, — causam alicui Cic. prononcer
103, espèce de datte qui apaise la augmentation: Hispaliensibus fa- en faveur de qqn || attribuer : ad-
soif ||_PLIN. réglisse (plante). mitiaruni adjecliones dédit TAC alicui salutem imperii
judieare
Âdipsôs, ï, f. ou Âdipsôn, i, n. il accrut la colonie dilispalis de Cic faire honneur à qqn d'avoir
ADJ ADJ ADM 27
sauvé l'empire;— optimum sa- T adjûrâmentum, i, n. RUFIN. 1. adjùtus, a, um; part. p. de ad-
porem ostrèis PLIN. reconnaître YULG. Tob. 9, 5, serment. juvo : adjutus prudentiâ NEP. se-
un excellent goût aux huîtres U adjuràtïo, ônis, f. action de condé par la prudence; a me ad-
dévouer : adjudicare animam jurer : cum adjuralione sux sa- jutum fuerit SALL. j aurai aidé.
suam mortuis LACT. dévouer son lutis APUL. Met.'2, 20, en jurant 2. adjùtûs, abi. û, m. MACR.7,7,
.âme à la mort || PLAUT. décider, par sa tête ;" adjuratio divini rao- 5, secours.
prononcer || HIER, être' d'avis de minis LACT. 2,17, 11, action d'in- + adjûvàmën, ïnis, n. et adjù-
(avec l'infinitif). voquer le nom de Dieu. vâmentum, i, n. PS.-CYPR. ISID.
fadjùëro, arch. pour adjuvero, adjurâtor, ôris, m. ALCIM. 2, aide, secours.
ENN.
' 312, qui évoque par des enchante- + adjûvâtïo, ônis, f. DIOM. 391,
adjûgâtus, a, um, part; p. de ments || ISID. exorc'iste. 24, aide.
adjugo || PLIN. attaché (en pari, de adjùrâtërïus, a, um, COD. + adjûvâtus, a, um," part. p. de
la vigne) || LACT. accouplé (en ANAST, appuyé par un serment. adjuvo, HILAR. aidé.
pari, des animaux). adjurâtus, a, um, part, p. de \ adjûvâvi, arch. PAUL. Dig.
adjûgo-, as, are : adjugare vi- adjura, LACT. conjuré, prié instam- 34, 9i 5, 10, ARN. parf. de adjuvo.
, tem COLUM.lier la vigne || au fig. ment ,i| LACT. exorcisé. adjùvo, âs,juvi (t. rar. jûvâvi)
PACUV. joindre, unir. 1. adjûro, as, are: 1°.jurer en ou- jûlum (et t. rar. jûvâtum), are :
adjûmentum, ij n. TER. CIC.OV. tre, jurer, protester avec serment; 1° aider, seconder; 2° entretenir,
aide, secours, assistance. 2° conjurer, prier avec instance; augmenter, fortifier; 3° être utile
adjunctio, ônis, f. union, liai- 3° rarement : exorciser || \°prxter || 1° adjuvare ad colendam vir-
son : adjunctio animi Ce sympa- commune jusjurandum, aliquid tutem Cic aider à pratiquer la
thie 1|addition : sententix in qui-, adjurare Liv. ajouter un serment adjuvare auxiliis Cie
vertu;
bus nulla est virtutis adjunctio au serment ordinaire;.adjuras id fournir des troupes auxiliaires;'
Ce préceptes où la vertu n est pas . te non esse facturùm Cie tu jures fortes forluna àdjuvat Liv. la
mentionnée; adjunçtiones PAUL. que tu ne le feras pas ;per omnes fortune favorise les braves; adju- ,
JCT. 3, 6, 49,. les accessoires (en t. tibi adjuro deos TER. je te jure vent hanc nobis messém GELL.
de droit), ce qui est ajouté à... || par tous les dieux ; adjuro te CAT. qu'ils nous aident à faire cette
Cic exception || Cic sorte de répéti- je le jure par toi || 2° adjurâtus moisson • || 2° adjuvare ignem
tion oratoire || CORNIF. figure qui est.in senatu, ut... VOP. il fut in- Liv. nourrir le feu ; — alicujus
consiste à placer le verbe au com- stamment prié dans le sénat,_de... insaniamLPLAUT. entretenir la fo-
'
mencement ou à la fin dé la phrase || 3° dxmones per Deum adju- lie de qqn ; — formaîn cura Ov.
|| PRISC figure autrement appelée rantur LACT. on exorcise les dé- relever la beauté par la parure ; —
zeugma. mons au nom de Dieu. hxrentes aquas Lua grossir et
—:
adjunctîvus, a, um, qui s'a- 2. adjûro. Voy. adjucro. précipiter des eaux stagnantes;
joute : — modfts.DIOM. subjonctif; + adjûtâbïlis, e, PLAUT. Pers. clamore suum militem Liv. en-
adjuhctivx conjunctiones PRISC 673, secourable. courager son chanjpion par des
conjonctions qui gouvernent le i- adjùtïve, BOET. Arist. top. 6, .cris; nisi nos cibus adjuvet LUCR.
- - si la nourriture, ne nous fortifie
subjonctif. 4, utilement.
adjunctôr, ôris, ta. Cic Att. .-f-adjûtîvus, a, uni, BOET. Arist. pas || ,3° solitudo aliquid adjuvat
8, 3, 3, celui qui a fait ajouter. top. 5L 6, utile, propre à, Cie la solitude est bonne à quel-
adjunctus, a, um, p.-adj. de adjuto, as, are, YARR. aider, que chose. , . -
adjungo :adjunctx tigres Ov. ti- soulager: id adjuta melER.Eun- adl... Yoy. par ail...
gres attelés au même char ; verba 150, aide-moi en cela ; adjuiare adlîvesco, ïs, ëre, n. FEST. de-
ad nomen adjuncta Cic. épithè- onus alicui TER. décharger qqn venir livide.
tes; adjuncta xvo HOR.. traits ca- d'un fardeau || n. seconder une f adluctor, ôris, âri, d. APUL.
ractéristiques d'un âge; pietati prière : adjùta mihi PACUV.' sois- Met. 11, 12, lutter contre.
esse adjunctum putabat Cie il moi favorable. Admagetobrîga, x, f. C^ÉS.
regardait comme un devoir de 1. adjùtor, ôris, âri, d. AFRAN. Galt 1, 31,12, ville..-des Celtes.
piété; qux sunt adjunetioraeau- secourir || pass. LUCR. être aidé., i- admânëo, es, ère, n. NOT.
sx Cie ce qui a plus rapport à la 2. adjûtôr, ôris, m. 1° celui qui TIR. demeurer auprès.
cause \\adjuncta, n. pi. Cie les aide, qui secourt; 2° fauteur, par- + admartyrîzo, as, are, n.
circonstances d'un fait, ce qui l'ac- tisan; 3° aide, adjoint; acteur en COMMOD.Instr. 2,-16, 19, assister
compagne, le précède ou le suit sous-ordre || 1° adjutor belli, vic- '.les martyrs.
|| ? adjunctissimus ARN. 7, 39. torix Cic. qui aide à faire la admàtèrtëra, x, f. ISID. 9, 6,
adjungo, ïs, xi, ctum, gëre : guerre, à remporter la victoire; 28, tante au quatrième degré.
1° attacher au même joug, atteler; adjutor huic veni Ce je suis admatûro, as, are, CES. '
Galt
2° joindre, unir; 3° au fig., atta- venu pourle soutenir; adjutor âd 7, 54, 2, hâter.
cher, appliquer; 4° ajouter une bénigne faciendum Cic qui aide Admederensis, e, INSCR. Orel.
chose à une autre, ajouter (en par- à la bienfaisance. || 2° Plancus 528, d'Admédéra (ville de Numi-
lant) || 1° plostello adjungerè mu- Brùti adjutor YELL. Plancus par- die).
res HOR. atteler des rats à un pe- tisan de Brutùs; ira hoc stoicos + admembrâtim, GLOSS.GR.-LAT.
tit chariot || 2° ad probos se ad- adjutores habemus Ce en cela par parties.
jungerè PLAUT. s'unir aux gens nous avons les stoïciens pour nous admëmôrâtïo, ônis, t. kvG.Ep.
de bien; adjungerè aliquem sibi || 3°Jlfara(i«s adjutor consuli da- 59, 1, mention, commémoration.
Cic se concilier
qqn;— ulmis vî- tur Liv. Manlius est adjoint au -j- admëmordi, ancien parf; de
tes VIRG. marier la vigne aux or- consul ; adjutor ab epistulisIxscR.- adïnordeo, PLAUT.
meaux ;:—dextrasPosno SIL. faire commis d un secrétaire; — a ra-, • admensus, a, um, part, de ad-
- alliance avec le Carthaginois CURT. qui a mesuré
|| tionibus INSCR. employé d'un in- rnetior,' 11
3° animum ad aliquod studium tendant ; Vatinio INSCR. + CATO, mesuré.
adjutori
adjungereTER. se passionner pour à Vatinius,acteur (subalterne ; peut- admentatïo, ônis, f. Yoy. amen-
— ad Cic être comparse); haberes magnum tatio.
qq. ch.; suspicionem
diriger ses soupçons sur || 4° ad- adjutorëm HOR. tu aurais qqn qui adméntïor, ïris, îri, d. ÏREN.2,
jungerè juris scientiani eloquen- te sefconderait puissamment, 30, 9, feindre, cohtrouvër.
lix Cic, ajouter la science du droit J- admëo,
adjûtôrïum, ïi, n. SEN. VELL, as, are, n. P.-NOL.
à l'éloquence
; quod quum dice- aide, secours. . 17, 1191 approcher.
rem, illud adjunxi Ce après avoir adjûtrix, lois, f. Cie celle qui • admetïor, ïris, ensùs sum, ïri,
dit cela, j'ajoutai ; adjungerè se- le- d. Cic mesurer || f CATO, NON. 463,
aide, qui assiste || adjutrices
quenlia Cic' voir ou montrer les giones. TAC légions supplémen- être mesuré.
conséquences d'une taires levées dans les provinces par -
proposition Admêtis, ïdis,- f. INSCR. nom
(en logique). les proconsuls. grec de femme.
28 ADM ADM ADM
sulem admiratio incessit Liv. le
Admëtô, ûs, f. HYG. Adméto, une 1. admïnistratus, a, um, part,
des Néréides. p.de adminislro, TAC Ann. 6,29, consul s'étonna || au pi. admira-
tiones mullx Cic. bien des signes
Admëtus, i, m. TIR. Admète, gouverné, conduit. — efficere Cie ex-
roi de'Phères en Thessalie || NEP. 2. -j- admïnistratus, ûs, m. d'admiration;
roi des Molosses. GLOSS. administration. citer l'admiration.
admïgro, as, are, n. PLAUT. admïnistro, 'as, are : 1° aider admîrâtîvus, a,um, ISID. 2, 21,
Pers. 347, se joindre, s'ajouter. en quelque chose; servir quel- admiratif.
admïnïcûla, x, f. FORT. Vît. qu'un ; 2° fournir, procurer ; 3° s'oc- admïrâtôr, ôris, m. SEN. QUINT.
• celui, qui admire, admirateur.
Radeg. 19, servante. cuper de; soigner; conduire, diri-
admïnïcùlâbundus, o, um, qui ger, administrer ; 4° faire, exécuter ; admîrâtus, a, um, part. p. de
aide : mutuo adminiculabundi 5° absolument : remplir son office admiror, Cic Tre.qui a^ admiré.
ITIN. ALEX. 8, s'aidant les uns les || 1° administrâre ad rem divi- admîror, âris, âtus sum, âri,
aulres. nam alicui PLAUT. aider quel- d. : 1° admirer, faire grande estime
f- admînïcûlâtïo, ônis, f. BOET. qu'un dans un sacrifice; qui Getx de; vénérer; 2° désirer, souhaiter;
Cic. top. 5, soutien, appui. adminislraveranl SPART,ceux qui 3° s'étonner, être. surpris de ||
Géta |) 2° adminis- 1° ingeniurn tuum veliementer
admînîcûlâtôr, ôris, m. GELL. avaientNservi
7,3, 8L qui aide, qui seconde trâre res utiles bello HIRT. four- admiror- Ce je suis plein d'admi-
adinïnicûlâtus, nir ce qui estnécessaire à la guerre ; ration pour ton génie; illton ad-
a, um, p.-adj.
de adminiculo, PLIN. échalassé || mel ad principia convivii admi- mirantur VIRG. elles le révèrent
YARR. appuyé, secondé : memoria nistratur VARR. on sert le miel (en pari, des abeilles et de leur
adminiculàtior GELL. Prxf. au commencement d'un repas || roi) Il 2° nil admirari HOR. n'a-
1,
mémoire sûre. 3° administrâre vindemias COL.'- voir aucun désir (est employé par
-j- adminiculo, as, âvi, are: ad- faire ses vendanges; — rem fo> Cicéron dans le même sens) ||
miniculare vitem Cic Fin. 5, 39, miliarem CIC soigner sa fortune; 3° admiratus sum brevitalem

échalasser une vigne, la soutenir proconsulalum SUET. exercer epiistulx Cic la brièveté de la let-
avec des éclialas j| soutenir, ap- les fonctions de proconsul : — le- tre m'a surpris ; de Dionysio sum
puyer : adminiculavi volunlatem gationes NEP. s'acquitter d ambas- admiratus Cic. Denis m'a causé
VARR. j'ai secondé ta vo- — dextram admiratus sum
tuam sades; partem ope- "de l'étonnement;
lonté || au pass. AUG. être appuyé; ris CES. conduire l'attaque de te ausum esse... Cie je me suis
GELL. être confirmé. droite (il s'agit d'un siège); — étonné que tu aies osé...; admi-
admïnïcûlor, âris, âtus sum, bellum Cic conduire la guerre; rari unde TER. quo pacto HOR.
— exercitum
âri, d. AUG. Gènes, lilt. 1, 18, 36, Cic commander quid Cie cur Cie s'étonner com-
-échalasser^ une armée; — navem CES. diri- ment, de ce que, pourquoi || -5-pass.
— rempublicam
àdmïnïcùium, ï, n. Cic étai, ger un vaisseau : CANUT, ap. Prise, être admiré.
•étançon, écbalas || Cic. Liv. aide, - Ce gouverner l'État; — lulelam admiscëo, es, scûi, xlum ou
appui, secours : adminiculo AMM. ULP. exercer la tutelle || 4° ut ad- stum, scëre: l°mélerà, mélanger;
ressources â la guerre. ministrarent ea qux imperasset 2° au -fig. joindre à, unir; con-

admïnistër, tri, m. celui qui CES. pour qu'ils exécutassent ses fondre ; 3° se, ou, au passif, se
prêle son,ministère, qui aide,en ordres; dum hxc administran- mêler de, s'entremettre || 1° admi- •

-quelque chose : consiliorum tur CES. pendant que ces choses scere sesama cum aniso COLUH.
SALL. instrument des projets; :— se passent || 5° milites non ad- mêler le sésame à l'anis; — Bac-
victûs quotidiani Cie qui prépare ministrâre poterant SALL. les sol- chi lactices olivâ NEM. mêler la
la nourriture de tous les jours || en dats ne pouvaient faire leur devoir. liqueur de Bacchus à l'huile ||
t. de guerre : administras tutari admîrâbîlis, e, Cic admirable, 2° admiscere versus orationi Cic.
•SALL. protéger les travailleurs merveilleux^ surprenant || Cie FLOR'. mêler des vers à la prose : admi-
(dans un siège). extraordinaire || -bilior Ce sceri novis disciplinis Cic. pren-
administra, x, LYARR. CIC celle admïrâbïlïtàs., âtis, f. Cic ce dre de nouvelles moeursparle con-
qui sert, qui aide à quelque chose. qui excite l'admiration ; -cxleslium tact; admiscerenlurne plebeii?
admînistrâtïo, ônis, f. aide, rerum Cic le spectacle admirable Liv.' les plébéiens en feraient-ils
ministère : sine hominum admi- des cieux; admirabilitalem ma- partie (des déeemvirs) ? || 3° ego
nistratione Cic Off. 2, 12, sans le gnam facere Cic faire paraître ad id consilium admiscear! Cic.
secours des hommes || som d'une digne d'admiration. moi, que j'entre dans ce projet! ne
' chose: administralio rerum,JUST. admîrâbïlïtër, Cie admirable- te admisce TER", ne t'en mêle pas.
-conduite des affaires; — belli Cic ment, d'une manière admirable, admîsi, parf. de admitto.
direction de la guerre; —gentis merveilleusement || Cic. contre admissàrïus, a, um (s.-ent.
JUST. gouvernement d'un pays ; — l'opinion commune. equus, asinus) YARR. Rust. 2, 7,
ULP. droit de disposer de T admîrâcûlum, ï, n. OPT.-AF. étalon H au fig. Ce Pis. 28, hom-
' peculii
-sa bourse particulière : — tutelee Comme miraculum. me débauché.
ULP. exercice de la -tutelle; — tor- admîrândùs, a, um, parf. fut. admisse, sync. pour admisisse,
mentorum Ces. manière d'em- de admiror, Cic admirable, digne PLAUT. Mil. 1287.
les machines; — d'admiration
ployer aqux || -|- -dissimus' SALV. admissîo, ôraïs. f. action d'ad-
VITR. distribution des' eaux || au -
Ep. 8. mettre, d'introduire auprès de
administrationes TAC. AMM. admîrantër, GREGOR^ira 1 Reg. quelqu'un, audience (du prince):
' Ïilur.
es affaires; SPART,les adminislra- 3, 2, 5,_ admirablement. facilitas admissionum tuarum
'
teùrs. . . adm'irâtîo, ônis, f. : 1° action PLIN.-J. Pan. 47,3, la facilité d'ar-
administrâtïuncûla, x, f. COD. d'admirer, admiration; 2° éton- river jusqu'à toi; cohors primx
THEOD. 8,4, 10, petite fonction. nement, surprise || 1° magna est admissionis SEN' les visiteurs-de
admïnistrâtivus, a, uni, QUINT. admiratio sapienter dicentis Cic choix (ceux qu'on admet les pre-
2, 18, 5,.actif, capable d'agir, de on admire beaucoup plus celui qui miers);o/7iciK7?i admissionis SUET.
conduire. avec sagesse; est admira-
parle corps des introducteurs ; Faustus
admïnistrâtôr, ôris, m. qui tio in bestiis aquaiilibus Cie on ab admissione INSCR. Faustus, un
•administre : administrator est admire les animaux aquatiques; des introducteurs ; magisler ad-
belli gerendi Cic il est chargé de admiratio divitiarum Cic. l'es- missionum AMM. 'chef des intro-
la conduite de la guerre || DIG. lime qu'on fait des richesses ; ad- ducteurs y DIG. COD. JUST.
6, 15,
conservateur, gardien (de la fortune mirations affici Cic être admiré 5, envoi en possession (d'un héri-
d'un mineur) || ? Cic Tusc. 5, 21, Il 2° non sine admiràtionc SUET. tage) || YARR. Rust. 2, 1,18, monte.
esclave, serviteur. non sans que l'on s'étonnât : ad- adinissïônâlis, ïs, 'IU.'LAMPR.
-f admïnistrâtôrîus, a, um, mirationem habere Cic inferre Sev. 4, S, COD. THEOD. 6, 35, 7, in- .
HIER: ira Isai. 13, 46,11, qui sert, PRISC injicere NEP. movere Cic. troducteur, huissier de la chambre
agent. exciter l'admiration, étonner ; con de l'empereur.
ADM ADM ADM 29
. admissïvoe aves, f. pi. FEST. oi-, mise? quid tantum sceleris ad- lum admonuit HOR. le soleil nous
seaux de bon augure. misit ? TER. quel si grand crime fit souvenir d'aller au bain ; ad-
+ admissôr,.ôris, m. AUG. Civ. ai-je commis? monere debitorem Cic. avertir un
7, 3, celui qui reçoit || LACT. Epit. admixtïo ou admistïo, ônis, f. débiteur (de payer) || 2° exceden-
63, 4, celui qui commet (une mau- Ce mélange || au plur. YARR. dum ignavi admonebant TAC.
vaise action). Rust. 1, 9, 2. les lâches conseillaient de sortir;,
admissum, ï, 'n. Cic Part. or. 1. admixtus ou admistus, a, admo'nere telo bijugos YIRG. ex-
120; Ov. Mel. 14, 92, crime, délit, um, part. p. de admisceo : admix- citer ses chevaux en les frappant
admissûra, x, f. VARR. monte, tus colore Cie mêlé de chaleur || de sa lance ; :— equum expaves-
• saillie || STAT. accouplement, union Ce mélange qui n'est pas pur. cenlem SPART. Sever. 11, frapper
|| HIER, admission (?). 2. admixtus ou admistus, abi. un cheval qui s'effarouche || 3° ad-
1. admissus,a, um,part. p. de û, m. MACR. 2, 1, 6, mélange. monere aliquem poenâ SEN. punir
admitto : admissusinconspectum admôdërâtë, LUCR. S, 169, avec — libcros SEN. châ-
qqn; virgis
SUET. admis en présence || admis- proportion, avec convenance. tier ses enfants en les frappant de
si equi CES. chevaux lancés à admôdëror, âris, âtus sum, verges; non Parlhi sxpius ad-
toute bride; admissuspassus Ov. âri, d. modérer : neqUeo me risu monuere TAC les Parthes ne nous
pas rajlide; admissx jubx Ov. , admoderari PLAUT. je ne puis nie ont pas fait plus souvent la leçon.
crinière qui tombe en désordre || tenir de rire. admônïtïo, oraïs, f. Cic. aver-
au fig. Ce commis. admôdùlantër, FORT. 5, prxf. tissement, avis, leçon amicale ||
2. admissus, ûs, m. PALL. 4,19, harmonieusement. Cic aclion.de rappeler, mémoire,
4, action d'admettre, de laisser pé- admôdûlo, as, are, .FORT. 10, souvenir ||.PLIN. ressentiment d'un .
nétrer || VEG. 4, 7, 3, monte. 12, 1, résonner harmonieusement mal || Die' sommation faite au dé-
admistïo. Voy. admixtio. avec, accompagner. biteur de payer || SUET. châtiment.
/ admistus. Voy. admixlus. admôdûlor, âris, âtus sum, admônïtïuncûla, x, f. CASSIAN.
admitto, ïs, ïsi,issum, ittëre: âri, d. CLAUD.chanter avec, accom- Collât. 18j11, petit avertissement.
1° admettre, donner entrée ou ac- pagner de son murmure. admômtôr, ôris, ni. Cic Fam.
cès, introduire ; 2° donner audience, admodum (ad, modus) : ^beau- 9j S,.1, qui fait souvenir || admo-
recevoir; 3° faire saillir; 4° enter, coup, extrêmement, tout à fait; nitor operum Ov. Met. 4, 664,
greffer un arbre ; 5° lancer (un che- 2° assez, suffisamment ; 3° à peu qui excite au travail. <
val), pousser vers, imprimer un près, environ, presque; 4° oui, pré- , admônïtôrïum, ïi, n. DIG. avis.
mouvement rapide; 6° permet- cisément (chez, les comiques) || admônïtrix, ïeïSjf. PLAUT. Truc.
tre, donner lieu à, place à, ad- 1° admodum puer, Cie tout à fait 2, 6, 20, celle qui donne un avis.
mettre, accueillir; être favorable enfant, tout jeune encore ; admè- admônïtum, ï, n. Cic. de Or.
(en t. d'augurés) ; 7° commettre dum dives SUET. très riche; ad- 2, 64, avertissement, conseil.
1 modum quani sxvus PLAUT. très 1. admonïtus,
(une mauvaise action, un crime) || a, um, part. p. de
1° admittere in cubicuhmi Ce cruel ; qui me admodum diligunt admoneo : admonïtus protendere
admettre dans sa chambre ; — ad Ce ceux qui me portent beaucoup cervicem TAC. averti de tendre la
honores SUET. ouvrir l'accès'aux d'attachement ; admodum raro tête; admoniti ut silentio pre-
— ad consïlium Ce Cic. très rarement ; admodum ni- merent CURT. avertis de taire...
honneurs;
admettre à1délibérer ; — ira raw- hil Ce rien absolument, rien du 2- admonïtus, abi. M, m. Cic
merum... NEP. admettre au nom- tout; nulla pecunïa admodum avis, avertissement, : admonitu
bre de... || 2° Cxsar neminem ad- Liv. pas d'argent du tout || 2° jam mortis tux. Ov. à la nouvelle de
misit Cie César ne donna pas admodum mitigati animi erant, la mort || Liv. conseil, exhorta-
d'audience ; promiseuis saluta- déjà les esprits étaient assez apai- tion Jl Ov. réprimande.
tionibus admittebat et plebem sés; non admodum lionorificus admônùi, parf. de admoneo.
SUET. il y avait des réceptions gé- in... Liv. pas trop honorable pour... admôram, PROP. admôrim, Ov. -
nérales où il (Auguste) recevait || 3° équités, mille admodum Liv. âdmorunt, VIRG. sync. pour ad-
même le menu peuple || 3° admit- des cavaliers à peu près au nom- nioveram, etc.
tere equum eaux ULP. faire saillir bre de mille; usque admodum admordëo, es, ordi (arch. mô- ]
une jument || 4° ab xquinoctio ad- dum numerus CATO, à peu près mordi), orsum, dëre, mordre, en-
mittunt PLIN. on commence à ce qu'il faut de temps pour comp- lever en mordant: admordere ho- '
greffer dès l'équinoxe || 5° Tar- ter... ; exacto admodum mense mines avidos PLAUT. escroquer des
quinius equum aâmisitin...Liv. Liv. vers la fin du mois ; pbst men- avares || PLAUT. mordre en paroles.
Tarquin poussa son cheval con- ses admodum septem JUST. envi- 1. admorsus, a, um, part. p.
tre... ; ubi se admiserat undaOv. ron sept mois -après || 4° advenis de admordëo : brachia admorsa
quand le flot s'était précipité; ad- modo ? admodum TER. tu ne fais PROP. bras mordus.
mittit arcus aquam Ov. l'arc-en- que d'arriver ? oui. 2. admorsus, abi. û, m. SYMM.
ciel précipite la pluie sur la terre + admoenïo, ïs, ïre, PLAUT. PS. Ep. 1, 31, morsure (au fig.). .
||.6° stultum est hoc admittere 384, assiéger. admosti, sync. pour admovisti,
TER. c'est folie de permettre cela; admôlïor, ïris, ïtus sum, ïri, SANCT. Carm. bue 28.
febres curationes admitlunt CELS. d. PLAUT. faire des efforts, s'effor- admôtïo, ônis, f. Cic.Nat. 2,150,
les fièvres peuvent être guéries; cer || CURT. élever auprès || appro- action d'approcher, d'appliquer.
mons ddmittit viam CLAUD. la cher : admoliri manus alicui admôtus, a, um, part, p. de
montagne donne passage; nullos PLAUT. porter la main sur qqn. admoveo : admotus ignis Cie feu
mater admillit melus SEN.-TR. ?admonëfâcïo, ïs, ëre, Ce qu'on approche ; culina sit ad-
une mère ne cOnnaîtpasla crainte; Plane. 34j avertir. mota VARR. que la cuisine soit
admittere fidem CLAUD. ajouter admoneo, es, ûi, ïtum, ère : proche; genus admotum superis
— excusationem Die, admet- 1° avertir,, faire souvenir; 2° ex- SIL. race alliée aux dieux.
foi;
tre une excuse; — bonorum pos- horter, exciter; 3° châtier, donner admôvëo, es, ôvi, ôtum, ôvère:
sessionem ULP. confirmer dans la une leçon || 1° qui admonent 1° approcher, faire approcher:
possession des biens; — visum amice Cic ceux qui nous avertis- s'approcher (avec une armée);
PLIN. permettre à l'oeil de pénétrer, sent amicalement ; ,admonere ali- 2° admettre à, porter à; faire péné-
être — quem foederis Liv. faire souvenir trer jusqu'à; 3° rart. réconcilier ;_
transparent; precationem
LIV. accueillir une prière ; simul d'un traité; de xde Telluris ad-, 4° accélérer, hâter; 5° prêter (l'o-
aves admisissent LIV. dès que les mones Ce tu me fais souvenir du reille), mettre (la main à quelque
augures seraient favorables || 7° si temple de Tellus; illud me prx- chose) ; mettre (la main sur quel^
Mito ddmisisset aliquid Cic si .clare admones Cie tu as raison de qu'un, le châtier).; 6° au fig. appli-
Milon eût fait quelque chose; quid m'averlir; a.dmonuit negoliis ab- quer, employer; rart, inspirer,
unquam in se admisil ? Cic quelle sisleret SUET. il l'avertit de ne pas faire naître (un sentiment) || 1° exer-
mauvaise action a-t-il jamais com- se mêler des affaires; sol ire lava- citum admovere Liv. faire appro-
30 ADN ADO ADO
TAC le printemps
cher son armée ; admovere alicui adnicto pu annicto, as, are, n. %uer adolescil
N.EV. clignoter, faire signe par un lex rnajes-
plures aures HOR. faire un audi- s'avance; adolescebat
toire à quelqu'un; — infantes pa- clin d'oeil. talis TAC la loi de lèse-majesté
TIR. donner le sein à des adnîtor. Vov.-annilor. prenait.vigueur || 3° pupillus si
pillx PAUL. JCT. 4, 8, 6, si le
enfants;—angues curribus STAT. adno, as, are, n. nager vers : adoleveril
atteler des serpents à un char; adnare terrx VIRG. se diriger en pupil le atteint sa majorité || 4° Pan-
— equis clixis adolescunlignibus arxYmG.
quum. (ei) ignés
admovebantur nageant vers la terre;
TAC nager près des. chevaux || les parfums d'Arabie brûlent sur les
Cic quand on lui brûlait le corps;
rex admovebat CURT..le roi s'avan- VIRG. voguer vers || Ce venir par autels II 5° alios operi adolescere.
çait || 2° admovere aliquem con- eau, être apporté par eau. jussil Juv. il ordonna aux autres
tubernio SUET. partager sa lente adnôto. Voy. annolo. de s'associer au travail.
avec quelqu'un ; — in propiorem ? adnôtus, a, um, SUET. très adôlesse, syncop. pour adole-
amicilix locum CURT. donner la connu. visse, Ov.
première place dans son amitié; adnu... Voy. par annu,.. âd'ôlëvi, parf. de adoleo et ad-
— ad curam reipublicx SUET. adnûbïlo, as, are, répandre de olesco.
aux' affaires; l'obscurité sur || ? AMM. obscurcir ? âdolo, as, are, TERT. adorer.
appeler quelqu'un
admovere oralionem sensibus (au fig.). âdôlui, parf. de adoleo, DIOM,
Cic. faire impression sur des au- adnûtno, ïs, ïre, PLIN. nourrir, }- âdômïnâtïo, ônis, f. GLOSS.
diteurs || 3°mors Agrijipx admovit élever auprès. GR.-LAT. bon présage.
propius Neronem Cxsari VELL. âdobruo, ïs, ri«, rûlum, ëre, Àdôn, ônis, m.- ARN. Comme
COL. 55, couvrir de terre, enterrer. Adonis.
2,96, la mort d'Agrippa rapprocha
Néron d'Auguste || 4° admovere •f- âdobrûtïo,ô"raïs,f. CASS.-FEL. Âdônaï, m. ind. BIBL. Adonal,
diem leli CURT. hâter le jour fatal; 76, action de couvrir. un des noms du Seigneur chez les
— Iwras inorlis Luc. avancer ? âdôlâbïlis, e, ENN. adorable. Juifs. .
l'instant de la mort || 5° aurem ? âdôlâtïo, ônis, f. TERT. ado- T àdônëro; as, are, NOT. TIR.
admovi TER. je prêtai l'oreille; ration. surcharger.
marmora quitus manum admo- âdfilëfactus, a, «m, part. p. de 1. Âdônëus, q, um, Aus. LNSCR.
vit PLIN. les sculptures auxquelles l'inus. adolefacio, INSCR. brûlé. d'Adonis.
il a mis la main; admovere no- Adôlenda, x, f. INSCR.Orel. 961, 2. Adôneûs, ëi, m. Aus. Comme
centibus manus Liv. châtier les nom d'une déesse romaine. Adonis.
coupables || 6° admovere stimulos âdôlens, tis, part. pr. de ado- Adônîa, iôrum, n. pi. AMM..

alicui Cic aiguillonner qqn; leo, ARN. brûlant. Adonies, fête en l'honneur d'Adonis.
meraiem ad voces CORNIF.faire at- âdôlëo,ô7ës,ôK«(t. rart. ôlëvi), âdonidïus, a, uni, MAR.-VICT.
tention aux paroles; — terro- ëre : 1° augmenter, charger ; 2° brû- adonique (sorte de mètre).
rem Liv. intimider; — blandilias ler quelque substance dans un sa- 1. Adonis, ïs et ïdis, m. YIRG.
Ov. employer les caressés; — CM- crifice; offrir qq. chose aux dieux; .Adonis, fils de Cinyre et de Myrrha,
rationem ad aliquem Cic soigner 3° siniplt, brûler; 4° n. rendre de prince célèbre par sa beâulé ||

. qqn ; lene tormentum HOR. l'odeur, sentir || i0adolerealtaria PLIN. fleuve de Phénicie.
faire une douce violence; — desi- donis LUCR. YIRG. charger les au- 2. adonis, ïs, m. PLIN. 9, 70,
derium patrix CURT. inspirer le tels de présents; — cruor.e aras sorte de poisson.
regret de la patrie.. TAC' faire couler le sang sur les âdônïum, ïi, n. PLIN. 21, .60,
admûgïo, ïs, ïï, ïtum, ïre, n. autels; — fiammis pénates VmG. espèce d'aurone, fleur que les poè-
Ov. CL. répondre en meuglant, en allumer, le feu dans le foyer || tes disent née du sang d'Adonis.
mugissant. 2° adolebunl cinnama flammx âdônïus, a. um : adonïus ver-
admulcëo, es, Isi, Isum, cëre, Ov: les flammes brûleront des par- sus ACRO, adonium (s.-ent. me-
PALL. 4, 12, 2, flatter avec la main. fums; hosliam tolam adolevil trum) SERV. vers adonique. com-
admûnïo, is, ïre, DOSITH. 63, 4, ENN. il consuma toute la viclime ; posé d'un dactyle et d'un spondée.
annexer à une enceinte fortifiée. adolere honores YIRG. honorer en âdôpërïo, ïs, ïre, COL. couvrir.
admurmûrâtïo, ônis, f. Cic brûlant (des victimes ou des par- âdôpëror, âris, âri, d. SOLIN. 2,
murmure d'approbation ou d'im- fums) || 3° slipulx adolenlur Ov. 26, faire un sacrifice, sacrifier.
probation || au plur. Cie Q. frai. le chaume est consumé par la T âdôpertë, CAPEL. 9, 894, ob-
.2,1,3. _ . flamme || 4° iinde unguenta ado.- scurément.
admurmuro, as, are, n. Cie lent PLAUT. d'où vient cette odeur àdôpertïo, ôraïs, f. action de
murmurer en signe'd'approbation de parfums? || -j- n. PROSP.croître, couvrir : mors virtulis adopertio
ou d'improbation || au pass. ad- grandir. est P.-NOL. Ep. 13, 10, la mort est
est Cic de Oral. -
murmuratum, âdëlescens, entis, part, de ado- l'ensevelissement de la vertu.
2, 285, on murmura. lesco, GELL. AMM. qui croît, qui âdôpertus, a, um, part. p. de
_ i-aamurmûror, âris, âtus sum, grossit || subsl. et adj. Yoy. adu- adoperio : capite adoperto Liv.
âri, d. FRONTÔ, ad M. Cxs. 1, 8. lescens. la tête couverte H subst. n. APUL.
Comme admurmuro. âdôlescentïa, etc. Yoy. adules- mystère.
admùtïlo, as, are, PLAUT. Mil. centia, etc. âdôpïnor, âris, âri, d. LCCR.
588, tondre, escroquer. âdôlesco, ïs, èvi (t. rart. ûi), 4, 813, être d'avis, estimer, penser.
. adnascor, etc. Yoy. agnas- ultum, ëre, n. : 1° croître,pousser, âdoptâbïlis, e, COD. JUST. 11.,
cor, etc. grandir, grossir; 2° s'accroître, se 11, 1, désirable.'
adnâto, as, PLIN. Comme adno. fortifier ; 3° dépasser l'âge de la tu- T âdoptârïus, a, um. ISID. né
adnâtus. Voy. agnatus. telle, devenir majeur; 4° être chargé du fils adoptif.
-j- adnâvïgâtïo, ônis, f. ULP. ac- de substances qu'on doit brûler; âdoptâtîcïus, a, um . PLAUT.
tion de naviguer vers. par ext: brûler, être brûlé; 5° très Poen. 5, 2, 85, adoptif, adopté ||
adnâvïgo, as, are, n. PLIN. 35, rart. s'ajouter || 1° postquam ado- FEST. né du filsadoplif.
.81, naviguer vers. levil ad eam xtalem PLAUT. après âdoptàtîo, ÔÎIÏS. f. SALL. (?)
adne... Voy. par anne... qu'elle fut arrivée à cet âge ; ar un- Jug. 11 ; GELL. 5,19',-BOET. Comme
-j- adnëcéssârîus, a, um, CASS. aines addlescunt PLIN. lès roseaux adoptio.
Music'. p. 558,-5,'indispensable poussent; quoad capiUus adole- àdoptâtSr, ëris, m. GELL. 5. 19.
adnecto. Yoy. annecto. secret GELL. jusqu'à ce que les celui qui_adopte, père adoptiL
? adnëgàtus! a, um, part, p. cheveux fussent repousses; ado- âdoptatus, a, um. part. p. de
de adnego, ULP. nié, dénié. lescere in longitudinem.ï'LK adopta :.adoptalus â plebeio Cic
adnëpôs, ôris,. m. DIG. fils à la s'allonger;—: ira tanlam magni- adopté par un plébéien |] acquis :
cinquième génération. tudinem... PLIN. devenir si gros... nomen civili sanguine adopta-
adneptis, plis, f. Die fille à la H 2° cupiditas agendi adolescil fwmPLiN. nom qu'on doit au
Ce. le besoin d'activité s'accroît; sang
cinquième .génération. versé dans les guerres civiles
||
ADO ADO ADR 31
adoptatx fruges COLUM./ fruits terre || récompense en blé donnée lué le consulat de Germanicus || -
au vainqueur; et. par ext. gloire- 4° adorare priscorum curani
greffés.
âdoptïo, ônis, f. Cie Dom. 35, militaire, victoire : adorea affecil PLIN. admirer le zèle des anciens ||
adoption (acte par lequel un père populares suos PLAUT. il a cou- 5° adorare. purpuram principis
adopte un enfant encore soumis à vert de gloire ses concitoyens; AMM. se présenter au prince (en
la patria potestas) || GAIUS 2, 136, dies qui risit adoreâ HOR. jour OÙ l'abordant, on baisait le bas de sa
condition de l'enfant adoptif || PLIN. sourit la victoire || ISID. sacrifice. robe) || ? 6° si adorât furto LEG. xn
16, 1, greffe des arbres. 1. âdôrëus, a. um, de froment, TAB. s'il commet un ,vol.
âdoptîve, IREN. 4, .20, 5, par. qui concerne le froment : far ado- Adorsi, ôrum, m. pi. TAC peu-
reum VARR. OU absolt. adorcum ple de Scyfhie ou dé Sarmatie.
adoption.
âdoptîvus, a, um, qui adopte : PLIN. blé-froment; adorex falccs adorsus, a, um, part, de lîinus.
adoplivus pater ULP".père adoptif VARR. faucilles de moissonneurs. adordior : qy,od facere adorsus j
:
|| qui est adopté adoptivus filius 2. Adôrëus, ei, m. Liv. 38, 18, sum APUL. ce que j'ai tenté de faire.
GELL. fils adoptif || adoptiva fa- montagne de Phrygiê. . âdortus, a, uni, part, de ado-
milia ULP. famille où l'on entre âdôrïa. Voy. adorea. rior, Liv. NEP. ayantaltaqué || pass.
par adoption || adoptiva sacra )- àdôrïnùs, a, um, GLOSS. adorla urbs FLOR. ville attaquée;
Cie sacrifices particuliers à la fa- Comme adoreus. adorlus clamor Liv. cri proféré,
mille où l'on entre par adoption + âdôrïo, ïs, ïre, NÉV. Comme f- âdoscûlor, âris, âri, dép.
|| Ov. SUET. que l'on reçoit par adorior. DICT. 2, 51, baiser.
adoption || au fig. opes ddoplivx âdôrïor, ôrëris et ôrîris, ortus âdoxus, a, uni, AUG. Rhet. 21
Ov. fruits obtenus par la'greffe. sum, ôrïri (ad, orior) : 1° au prop. (éd. Halm), qui est sans gloire.
àdopto, as, are : 1° adopter, se diriger vers qqn ou qq. ch.; 'adp... Yoy. par app...
choisir, faire choix de; adjoindre, aborder qqn, conférer avec qqn; -J- adpasco, ïs, ëre, repaître ||
réunir; 2° adopter (en t. de droit) ; 2° attaquer; 3° entreprendre (une "au pass. ITIN. ALEX, se repaître.-
3° donner son nom à-qq. chose, chose difficile), tenter || 1° cesso adpatrûus, ï, m. JSID. 9, 6, 28,
-
appeler qq. chose dun nom; hune adoriri? TER; pourquoi ba- oncle' au quatrième degré.
4° enter, greffer || 1° adoplare ac- lancerais-je â l'aborder? || 2° ado- •+ adpectôro, as, are, GLOSS,
lorem causas Cic choisir un dé- riuntur inermem Cic ils l'atta- ISID. approcher de son sein.
fenseur ; — sibi patronum -Cic. quent sans défense; adoriri jur- ï adpertïnëo, es, ëre, n. INNOC
faire choix d'un patron ; — se Cx- gio TER. chercher querelle || 3°/ioc être attenant,
saris libertis PLIN. s'adjoindre aux adoriamurCie entreprenonscela ;. -j- adpëtùlantïa, as, f. GLOSS.
affranchis de César; Etruscas ne convellere adoriamur Cic. ISID. insolence, effronterie.
adoptât opes Ov. il réunit les for- n'essayons pas d'arracher. adpl... Yoy. appl...
ces étrusques aux siennes || 2° adop- âdornâtë, SUET. Rhet. 6, élé- adplumbâ'tûs, a, uni, ULP. sou-
lare aliquem Cic adopter qqn;- gamment. dé avec du plomb.
--î sibi filium Cie' sï6ï pro filio âdornàtus, a, uni, p. de adposco, ïs, ëre, HOR. demander
part.
PLAUT. adopter pour fils; — ira adorno, Liv. TAC équipé, pourvu en sus.
regnum SALL. adopter qqn pour -|| Ce orné, paré || au fig. tantis '+ adpos'tùio, as, are, TERT. de-
s'en faire un successeur au trône adornalus virtuiibus VELL. orné mander en sus.
|| 3" Bxtis provinciam adoptons' de tant de vertus; âdornàtus do- adpr..., adpu...Yoy. par appr....
PLIN. Bélis donnant son nom à la nis TAC. honoré par des présents. appu...
contrée ; campos nomini suo âd'orno, tâs, are : 1° disposer, \ adque. Comme atque.
adoptât PLIN. il donné son nom préparer, équiper, pourvoir à; 2° adquî, pour qtqui.
aux plaines ; adoptant in nomen orner, parer (au prop. et au fig.) || «adquîro_. Voy. acquiro.
régis STAT. ils donnent le nom de 1° adornare nuptias PLAUT. faire -j- adquô, adv. AFRAN. combien,
roi à || 4° ramum ramus adoptet les apprêts d'un mariage ; — •
fu- jusqu'à quel point.
Ov. que le rameau adopte le ra- gam TER. se préparer à fuir;' -— adracnlë,_ês, f. ' (àSpâ/X-o) PLIN.
meau (qu'un rameau soit enté sur naves onerarias CES. équiper des 16, 80, arbrisseau sauvage, sem-
un rameau). vaisseaux de transport || 2° ador- blable à l'arbousier.
-r âdoptûlus, i, m. EHTYCH. nare ufbem monumentis SUET. . adrâdo,.ïs, si, sum, dëre, COL..
Gramm. 453, fils adoptif. 'embellir la ville de monuments; — racler, enlever en raclant || au fig.
adôr, ôris2. et ôris, n. Hon. triuniphum. ducis VELL. orner le PLAUT. tondre, escroquer (?).
PLIN. blé-(ordinaire). triomphe d'un général; —^verbis Adrâmyttëôs, f, et Adrâmyt-
âdôrâbïlis, e, APUL. adorable. benefacta PLIN.-J. faire valoir ce tëum, i, n. PLIN. Àdramytte, ville ,
âdôrâtïo, ônis, f. PLIN. 28, 22, qu'on a fait de bien; si nobïlitas de Mysie || -ënus, a, um, Cic. d'A-
adoration || APUL. Met. 4,28, prière, cum adornaret Liv. si la nais- dramylle.
cérémonie religieuse. sance relevait son mérite. Adrâna,^as, m. TAC Ann. 1, 56,
âdôrâtïvus, a, um : adoraiiva âdôro, as, are : 1° prier, de: rivière de Germanie (auj. l'Eder).
verba PRISC.verbes qui expriment mander en priant; 2° prier (les Adrânum, ï, n. SIL. 14, 250,
une idée de culte, d'hommage. dieux), adorer, rendre un culte; ville de Sicile.
.+ âdôrâtôr, ôris, m. TERT. 3° se prosterner, fléchir les ge- .- ? adrâpïdus, a, um, GELL. très,
Spect. 8, celui qui prie, adorateur. noux ; au prop. et au fig. saluer ; prompt,
1. âdôrâtus, "
a, um, part. p. dé 4°, révérer, admirer; 5° porter à adrarrhiza, as, f. APUL.Herb. 19,
adoro : adoratus caducifer Ov. la bouche; 6° agir (?) || 1° ma- aristoloche (herbe);
Mercure imploré || adoralum neat sic semper, adoro PROP. je Adrastëâ etAdrastïa, as, f.
caput Juv. tête adorée || adoralo demande qu'il reste toujours ainsi ; CIRIS. Adrasléè, déesse dont Adrasle
Cxsare Luc en saluant. César, en adorare pacem deûm Liv.. im- institua le culte (la même que
s'humilianl devant lui || puppis plorer la faveur des dieux || -2° Némésis) || PLIN. contrée et ville
adorala SIL. vaisseau consacré, Cererem pubcs adoret de la Troade. ,
agreslis
saint;. frondes adoratx STAT. YIRG. que la jeunesse des champs Adr'astis, ïdis, f. STAT. Argie, ~
:-feuillage consacré à un dieu. adore Cérès; adorare deos large fille d'Àdrasle. ...
2. âdorâtûs, ûs, m. HIER. GREG. PLIN. honorer les dieux à
grands Âdrastus, ï, m. STAT. Adrasle,
Ep, 7,111, adoration. frais || 3° Alcxander adorari se roi d'Argos, beau-père de Polynice
âdordïnâtïo, ônis, f. IREN. 5, jubel JUST. Alexandre exige qu'on || -têus, a, um, STAT. d'Adraste.
36, 2, arrangement, coordination. se prosterne devant lui; elephanli , adràsus, a, um, part. p. de
f. âdordïno, as, are, APIC 4, 2, regem adorant PLIN. les éléphants adrado, HOR. rasé || ? PLIN.-J. ache- .
préparer. , s'agenouillent devant le roi ; ado- vé, terminé.
?âdordïor. Yoy. adorsus. rare vulgus TAC saluer respec- adrectârïus, a, um. Yoy. ar-
âdôrëa, as, f. (ddor) SULPIT, ap. tueusement la foule; consulalûm rectarius.
Varr. toutes les productions de la Germanici adoravi STAT. j'ai sa- adrectus, à, MOT.Voy. arrectus.
32 ADS ADS ADS
arch. pour adsim,
T- adrëlictïcïus, a, um, INSCR. vente; —poenam foederi Ce ajou- -j- adsiem,
laissé (par testamenl). tera un traité une sanction pénale; PLAUT.
adrëmîgo, as, are, n. FLOR. 1,
— notam alicui Liv. marquer adsignïfîco, as, are, YARR.Rust.
18,4 ; ANTHOL.941, 30, ramer vers. qqn d'une noie d'infamie || 2° ad- 2, 11, 10l indiquer, montrer.
ad amiciliam adsïmilis. Yov. assimilis.
adrêpo, ïs, psi, përe, n. PLIN. scribere aliquem
"n. (ad, sapere)
. ramper vers, se glisser vers || au Cie admettre qqn parmi ses amis; -i- adsïpëre,
HOR. insinue- — ira civitatem ou civilali Cic FEST. être sage, raisonnable.
fig. leniter adrepe
toi doucement; occullis libcllis donner le droit de cité; — mililix T adsisdum (adsis, dum) PLAUT.
sxvitix principes adrepil TAC TAC. enrôler; — alicui tulorem sois présent.
dans un mémoire secret il s'adresse Cie donner un tuteur à qqn; — adsisto ou assisto, ïs, slïli,
à la cruauté du prince. comités alicui Cic donner pour stïtum, sislërc, n. : 1° être ou se.
tenir auprès; 2° êlre ou se tenir
adreptans, anlis, part, de compagnons, associer || 3° adscri-
PLIN. qui rampe. bere colonos Venusiam Liv. en- debout; 3° êlre présent, compa-
adrcplo,
Adrïa, Adriâcus. Voy. Hadria, rôler des colons pour Vénusia; co- raître, assister en justice ]] 1° accè-
Hadriacus, etc. lonos eo adscripiserUnt Liv. ils de, note, adsisle Çjc. approche,
Adrïânus. Yoy. Hadrianus. enrôlèrent les colons pour cet en- mon fils, resle près de moi; adsis-
adrôgo. Yoy. arrogo. droit || 4° adscribere bonos exilus tere lecio Ov. se tenir près du lit;
diis Cic attribuer le succès aux — ad fores alicui Cic ne pas
adrôro, as,"are, M.-EMP. 34, ar-
roser légèrement — alicui damnum PAPIR. quitter la porte de quelqu'un )]
dieux;
2° ita jacere lalum ut reclus
Adrùmêtum, ï,n. PLIN. et Adrû- imputer une perte à qqn : aquila
metus, ï, f. ISID. Adrumèle, co- adscribilur Jovi PLIN. l'aigle est adsistat Cie jeter le dé de ma-
lonie romaine dans la Byzacône || consacré à Jupiter. nière à ce qu'il reste d'aplomb;
-tïnus, a, uni, BIBL. d'Àdrumète. adscriptïcïus ou ascriptîcîus, recto adsislere trv.nco Ov. se te-
-' nir "le corps droit || 3° adsisto di-
-J- adrûmo, as, are, n. FEST. a, um, inscrit, ajouté : adscrip-
grogner || ISID. appor- ticii cives Cic Nat. 3,39, citoyens vinis HOR. j'écoute les diseurs de
murmurer,
ter des nouvelles. — servi, bonne aventure; adsislere consu-
nouveaux, de fraîche date;
adrûo, ïs, ëre, VARR.Rust. 1,35, coloni COD. JUST. 1, 47', 6, escla- lum tribunalibus TAC. s'adresser,
entasser (la terre, en la remuant)'. ves, colons nouveaux attachés â comparaître au tribunal des con-
Adryâs, âdis, f. PROP.1, 20,12, une terre (par oppos. à ceux qui suls; adsislebamVareno.ut arni-
Hamadryade. sont nés sur le fonds même): — cus PLIN.-J. j'assistais Yarénus en
T adsâlùto, as, are, n. NOT. milites FEST. soldats surnumé- justice, comme ami.
.TIR. rendre le salut. raires. adsistrix, ïcis, f. HIER. Sap. 9,
adscalpens, tis, part, de ad- adscriptïo ou ascriptïo, ônis, 4, celle qui assiste, qui défend.
scalpo, APUL. grattant légèrement f. Cic Cxcin. 95, ce qu'on ajoute -j- adsôlo, as, are (ad,' solum)
adsce... Voy. par asce... à un écrit; addition. TER. Apol. 15, j'eter bas.
adscïo, ïs, û>ï et ïi, ïre, PRISC — miles adsôno. Voy. assono.
adscriptîvus, a, um:
faire venir, mander. YARR. Lat. 7, 56, soldat supplé- adspectâbïlïs ou aspectâbïlis,
adscisco, ïs, ïvi, ïtum, sciscëre : mentaire. e, Ce visible || APUL. digne d'être
1° faire venir, mander, adopter, adscriptôr, ôris, m. Cic.Àgr.2, regardé || -Hor APUL.
admettre; 2° acquérir; 3° 22, approbateur, fauteur, partisan. T adspectâmën ou aspectâ-
agréer,
approuver || 1° adsciscere su/i re- adscriptus ou ascrïptus, a, mën, ïnis, n. MAMERT.vue, aspect.
gem alïenigenam Cic se donner um, part. p. de adscribo, écrit T adspéctïo ou aspectïo, ônis,
un étranger pour roi ; — rilus pe- :
sur anliquior dies in lilteris ad- f. FEST. action de regarder, in-
regrinos Cic adopter des cérémo- scripta Cie date plus ancienne spection.
nies étrangères; — aliquem so- sur une letlre |] adscriptus cipis adspecto ou aspecto, as, are,
cium SALL. s'associer quelqu'un ; Cic admis au droit de cité, natu- fréq. de adspicio, Cic regarder
— inter patricios TAC admettre — miles LAMPR. soldat souvent ou attentivement
ralisé; || au fig.
dans le sénat; — ira «ornera TAC payé, mais exempt de service || adspectare jussa principis TAC
donner son nom à qqn, l'adopter || adscriptus dies Ï'RMD. jour, fixé, être attentif aux ordres du prince ;
2° adsciscere sibi oppidum Cic. prescrit. mare quod Hiberniam insulam
s'altacher une ville; — isï&i lau- adsecula. Yoy. assecla. adspectat TAC la mer qui est en
dem Cic s'acquérir de la gloire || adsellâtus, a", um, part, de ad- face de l'Hibernie || au pass. ad-
3° si Latini id adscivissenl Cic sellor, YEG. spectari LUCR. être l'objet de
si les Latins eussent approuvé cela. adsello ou assello, as. are, n. l'admiration.
1. adscïtus, a, um, part. p. de (ad, sella) YEG. aller à la selle, 1. adspectus ou aspectus, a,
adseio et adscisco : adscitus ira fienter (en pari, des animaux) || act. um, part. p. de adspicio, TAC re-
civitatem Liv. admis au droit de YEG. rendre (en allant â la selle). gardé, vu.
cité; adscitx dapes Ov. mets tirés adsellor, âris, âri, d. YEG. 2. adspectus ou aspectus, ûs,
de loin, recherchés; lepos non ad- rendre (en allant à la selle) || YEG. m. Cie regard, vue, yeux : morta-
scitus NEP. agrément naturel. 2, 22, 2, aller à la selle., les adspectus relinquere YIRG. se
2. ? adscïtus, ûs, m. action d'ap- f adsënesco, ïs, ère, n. TERT. dérober aux yeux mortels || aspect,
peler : primus adscitus Cic Fin: Eoehort. cast. «/.vieillir. extérieur.forme,figure: adspectus
_5, 17, le premier désir. adsërd. Yoy. assero. formidabilis GELL. aspect ef-
adscîvi, parf. de adseio et ad- adsessor, kdsessus. Yoy. as- frayant; -- pornorum Cie aspect
scisco. sessor, assessus. des fruits; pingere blandissimo
adscrîbo ou ascrîbo, ïs, psi, adsîbïlo ou assàno, as, are, adspectu PLIN. peindre sous de
ptum, bëre: 1° écrire en sus, ajou- Aus. répondre en sifflant: —ani- riantes couleurs || ton, couleur :
ter; inscrire, imprimer, mam STAT. rendre l'âme avec un Oceanus crûento
2° mettre au
marquer adspectu TAC
(au fig.); nombre, sifflement. l'Océan couleur de sang: columnx
ajouter; adjoindre; 3° enrôler (les adsiceâtus, a, um, part. p. de dispari adspectu PLIN! colonnes
colons) ; 4° attribuer, imputer, rap- adsicco. Luc séché, desséché. de couleurs différentes || adspec-
porter || 4° tibi salutem plurimam adsiccesco, ïs, ère, n. COL. 12, tus morum PLIN. indice, expres-
adscribit Cic il ajoute (à sa lettre) 9, 1, sécher, devenir, sec. sion du caractère || adspectus si-
bien des compliments pour toi ; adsicco, as, are, SEN. COL. sé- derum PLIN. apparition,
adscribere tumulo SUET. inscrire présence
cher,'faire sécher. des astres; — cxli PLIN. horizon
sur un tombeau; — in albo SUET. adsidëlae mensse (ad, sedeo où céleste.
— ad-sta-
porter sur une liste; sido) FEST. tables, sur lesquelles -r adspecti, ancien génit. de
tuam SUET. écrire sur une statue; les flamines sacrifiaient assis.
— empjlioni adspectus; ATT.
nomen suum Cic. adside.
adsïdeo, Yoy. assi- 1. adspérgo ou aspergo, ïnis,
-mettre son nom sur un acte de deo, etc. f. YIRG. aspersion, arrosement:ad-
ADS ADS ADS 33
PLIN. parties ou aspïrans, adsterno ou asterno,
sperqines parietilm adspîrans lis, ïs, ëre,
humides des murs || PRUD. tache, part, de adspiro : pulmones se étendre près : adslerni sepulchro
souillure (au fig.). conlrahunt adspirantes Cic les Ov. Met. 2, 343, se tenir couché
2. adspergo ou aspergo, ïs, rsi, poumons se contractent quand ils près d'un tombeau.
rsum, rgëre (ad, spargo), 'arro- émettent l'air ; amaracus adspi- adstïpûlâtïo ou astïpûlâtïo,

ser, asperger, saupoudrer : adsper- rans VIRG. la marjolaine parfu- ônis, f. QUINT. 11, S, 175, affirma-
gere aram sanguine— Cic arroser mée. tion : exslat Senccx adslipulatio
un autel de sang ; olivam sale adspïrâtïo ou aspïrâtïo, ônis, PLIN. 29, 10, nous avons le témoi-
PLIN. saupoudrer l'olive de sel || f. émission du souffle: — vcnlo- gnage do Sénèque.

jeter sur, meltre sur, ajouter (au rum LACT. souffle des vents; adstïpûlâtôr bu astïpûlâtôr,
ali- aeris Cic Nat. 2, 23, l'air; — ler- ôris, m. GAIUS, qui s'oblige pour,
prop. et au fig.): adspergere
cui aquam PLAUT. (prov.) faire rarum Cic Div. 1, 36, 79, exha- un autre ou solidairement avec un
revenir qqn à lui-même ; — virus laison de la terre || faveur : adspi- autre, garant, 'répondant, caution
, pecori VIRG.infecter un troupeau;— ratio superni numinis AMM. la || celui qui approuve, qui est du.
Cic unir 1 af- protection de Dieu || Cic. Or. 160, même avis : stoici et adstipulator
1 comitatem gravitali
fabilité à la gravité; hoc adspersi la lettre H, signe de l'aspiration. eorum Antiochus Cic Ac. 2, 68
Cic. j'ai ajouté cela (à ma lettre) ; adspîrâtîvus, a, uni, CORNUT. les stoïciens et Antiochus qui.par-
adspergere alicui labeculam Cic ap. Cass. Orth. 1, qui aspire. tage leur avis; adstipulator vaux
porter atteinte à la.réputation de adspïrâtus, a, um, part. p. de opinionis V.-MAX. 7, 1, 2, qui con-
— alicui notam ULP. noter adspiro : fides \cxlitus firme une fausse opinion.
qqn ; adspirata
qqn d'infamie || donner (en petite- CASS.Div. MU. 38, foi qui émane du adstïpûlâtrix, ïcis, f. PS.-FOL- .
quantité) : adspergere sextulam ciel. GENT. celle qui est garante, répon- '
alicui Cic donner la 6° partie de adspïro ou aspîro, as, âvi, dante.
l'once (un 72") à qqn || adspergere âtum, are : 1° souffler vers, souf- adstïpûlâtûs, abi. û, m. PLIN.
linguâ CORNIF. injurier;—aures fler ; envoyer du vent ; 2° favoriser, 7, 152, consentement.
qemitu V.-MAX. fatiguer les oreil- seconder ; 3° communiquer, mettre + adstïpùlo, ÔSJ are, J.-VAL.
les par ses gémissements || répan- dans; 4° approcher; 5° aspirer, 1, 23, Comme adstipulor.
dre, verser devant : adspergere prétendre à; 6° aspirer (en t, de adstïpûlor ou astïpûlor, âris,
glandem bubus PLIN. donner des gramm.) || 1° ne ad eum frigus âtus sum, âri, d. GAI. s'engager,
glands aux boeufs. . adspiret CELS. pour que le froid s'obliger pour un autre ou solidai-
adspersïoou aspersïo, ônis, f. n'arrive pas jusqu'à lui ; si mini- rement avec un autre || approuver,
CIC. Div. 1, 23, aspersion, arrose- ma adspiret dura, PLIN. si le être du même avis : adslipulari
ment. moindre souffle s'élève; ventos iralo consuli.hiv. 39, 5, 3, servir
l.adspersus ou aspersus, a, uni, adspirat VIRG. elle fait souffler les la colère du consul ; huic adstipu-,
de adspergo, HOR. arrosé, vents || 2° paululum latur Damasles PLIN. 7. -154, Da-
1 part. p. ,adspirare
mouillé || au fig. adspersus'niacur CORNIF. être d'un secours; mastès confirme son témoignage.
léger
lis Juv. tacheté ; — urbibus MÊLA, adspirat fortuna labori VIRG. la adstïti, parf. de adsisto etadsto.
semé de villes ; — die. SEN. éclairé fortune seconde nos efforts ; adspi- adstïtûo ou astïtûo, ïs, ui,
par le jour || adspersx lacrimx rare choris HOR. accompagner, ûtum, ëre (ad, slaluo) PLAUT.
PROP. larmes répandues, qui toni- soutenir les choeurs (en pari, delà placer auprès : adsliluere ad le-
> bent ; pigmenta lemere adspersa flûte) || 3° ut tantum ingenii àfc ctum CORNIF. placer près du lit ||
Cic. couleurs jetées, répandues au spiret QUINT, pour qu'il (me) donne au pass. adstituor mJolx APUL. on
hasard || adspersus suspicione Cie autant de talent; adspirare dic- m'attache à la meule.
atteint par le soupçon || GELL. qui tis amorem YIRG. communiquer, adstïtùrum (esse), infin. fut. de
a une légère notion de qq. ch. de la grâce aux paroles || 4° ad-, adslo et adsisto,PORCINA ap. Prise.
2. adspersus ou aspersus,'abi. spirare prope ad pslium LUCIL. adstïtus, a, um, pari. p. de
û, m.calidee a'qux adspersu PLIN. apud Non. s'approcher de la por- adslo et adsisto, PRISC.
— ira curiam
8, 134, en arrosant d'eau chaude. te; Cic approcher adstïtûtus, a, um, part. p. de
PLAUT placé près.
adspexi, parf. de ads'picio. du sénat;— ad Africanum raemo, adstiluo,
i- adspexim, arch. pour ad- potest Cic personne ne peut êlre adsto ou asto, as,slïti,stâtum,
spexerim, PLAUT. comparé à Seipion l'Africain; eos are, n. : 1° s'arrêter à ou près, s'ar- ,
adspïcedum (de adspice et contagium adspirat GELL. la con- rêler; 2° être auprès,'êtreprésent;
dum) PLAUT. tiens, regarde. tagion les gagne || 5° adspirare apparaître (en pari, des dieux); .'
-f adspïcïâlis, e, GLOSS.GR. LAT. ad alienam causam Cic aspirer 3°-s'élever; 4° assister en justice ||
visible. à défendre qqn ; — equis Achillis 1° si stabit, adstato simul PLAUT.
adspïcïo ou aspïcïo, ïs, exi, YIRG. prétendre obtenir les cour- Pseud. 3, 2, 75, s'il s'arrête, tu
ectum, ëre (ad, specio) :>1° regar- siers d'Achille || 6° si adspires t'arrêteras aussi; quum ad Achil-
der, voir: être exposé à (en pari, perperam NIGID. ap. Gell. 13, 6, lis tumulum adslitissèt Cic. s'é-
d'un lieu) ; 2° faire attention, con- 3, si on aspire quand il ne faut tant approché du tombeau d'A-
sidérer; secourir; 3° visiter; 4° te- pas || au pass. insula adspiralur ' chille; adslarc liniine STAT. Theb.
nir pour, regarder comme || 1° frelo SOLIN. l'île est rafraîchie par ~9,606, s'arrêter au seuil |J 2° ad-
'
eliam adspicis me Cic. tu oses le vent de la mer. stare in eonspectu alïcujus Ce.
encore me regarder; adspice ad adstans, lis, part. pr. de.adsto, se tenir en présence' de qqn ; ubï
me PLAUT. regarde-moi; — ad si- Ce qui se tient drôi t. debout ou près tribunali àdstitit TAC • quand il
nistram PLAUT. de : Minerva qux est ih Parlhe- fut arrivé devant le tribunal ; adj
regarde à gauche;
adspicere lucem Cie voir le jour, none adstans PLIN. Minerve qui -store mensis MART. servir à table;
vivre ; — meridiem COL. être est debout dans le Parthénon; finis vitx morlalibus adstat LUCR.
exposé au midi; — Hiberniam squammis âdslanlibus . hydri 3, 1078, le terme fatal est marqué
TAC être en face de l'Hibernie || VIRG. serpents qui dressent leurs pour l'homme; pénates visi ante
2° si genus adspicitur 0v. si l'on écailles || qui est dans un étal flo- oculos adstare YIRG. je vis les
considère la naissance; Jupiter, rissant : adstante ope barbaricâ dieux 3° ipsi
pértatesm'apparaîtrell
adspice nos VIRG. Jupiter, secours- ENN. quand la Phrygie était puis- fjro turribus aâstant YIRG. eux-
nous || 3° adspicere Boeoliam Liv. sante. nlêmés.se tiennent devant les tours
42, 37, visiter, parcourir la Béotie || -J-adstassint, arch. FEST. pour (il s'agit de guerriers d'une taille
4° quos adspicilis . adsliterint. gigantesque) || 4° dum adsto ad- .
pro felicibus
SEN. ceux que vous regardez ? adstâtus, a, um, part. p. dead- vocatus cuidam cognato meo
comme' heureux. sto, PRISC (Il est probable que ce PLAUT. Cas. 3, S, 4, pendant que
adspïrâmën ou aspïrâmën, part, est supposé pour la forma- j'assiste , en justice un mien parent,
ïnis, n. V.-FL. 6, 465, action de tion du part. fut. adslâturus, adstrâtus, a, um, pari. p.. de ad-
communiquer. comme constâlurus', obstâlurùs.) sterno, Juvc. 1,13, étendu auprès.
LATIN-FRANÇAIS.—3
34 ADS ADS ADU
adstrëpo ou astrëpo, ïs, ui, langue || 5° adslringere affinila- adsuesco. Yoy. assuesco.
ëre, n. SEN. répondre au bruit J| lem PLAUT. resserrer des liens de adsuëtus. Voy. assuelus.
à grand parenté ; —hosles FLOR. tenir l'en- adsum, âdës," adfûi ou affûi,
applaudir, approuver
bruit : ddstrepebat huic vulgus nemi sous sa dépendance; — ali- âdesse : 1° être présent, assister, se
alacre TAC An. 1, 17, la multi- quem ad temperanliam PLIN.-J. tenir près, écouter; comparaître en

tude l'applaudissait avec transport obliger qqn à la tempérance ; jugement'; exister, être, se trouver;
|| a. TAC An. 4, 49, répéter avec aliquem alicui Ov. soumettre qqn 2° arriver, venir; 3° prêter assis-
bruit. à un autre ; — se jurejurando tance, défendre ; être favorable :
adstrictë, FORT. Radeg. 25, SUET. se lier, s'obliger par un ser- favoriser; qqf. être contraire, at-
d'unemanière serrée || aufig.rigou- ment;—pjarcimoniâ milites Liv. taquer- être attentif || 1° hic non
reusement : non adstrictë nume- imposer des privations aux sol- adèsl TER. i! n'est pas ici; adesse
rosa oralio Cic. de Or. S, 184, dats; — ovalionem numens Cie spéclaculo SUET. assister à un
style dont l'harmonie
est libre || assujettir la prose,à un rythme || spectacle; —in senalu TER. se-
SEN. PLIN.-J. avec précision (en pari, G" adslringere breviter argumen- natui TAC assister aux délibéra-
du style) || adslriclius SEN. QUINT. ta Cic serrer ses raisonnements; lions du sénat; '— tribut'o TAC.
ôraïs.f. — lu'xurianlia lever le tribut: aderat
adstrictïo ou astrictïo, QUINT, retrancher querenti
PLIN. vertu astringente || COD.JUST. le superflu; fraus adslringil per- Venus HOR. Vénus écoutait ses
Cic. la fraude ajoute au adesse jusse-
charge, accusation. jurium plaintes; lepidum
adstrictôrïus, a, um, PLIN. 24, parjure || 7° adslringere se et runt CIC. ils citèrent Lépidus en
115. astringent, qui resserre. alium furti PLAUT. commettre un vis nulli aderat ad re-
— se magno justice;
a'dstrictus ou astrictus, a, um, vol avec un autre; sistenaum VELL. aucun n'avait la
p.-adj. de adstringo, serré, lié : scelere Cie se rendre coupable forcé de résister ; aderan l rnulti
, ad statuam adslrictus Cic atta- d'un grand crime || 8° adstrin- afeïCic. il y en avait bien d'autres;
ché à une statue; — pugnus gere flumen ponte S:D. jeter un quod adesl Cic la situation pré-
ISID. poing fermé || DIG. lié (mora- pont sur un .fleuve (joindre ses sente || 2°hue ades VIRG. viens .ici;
deux rives) || au pass. adstringi adsunt a Phxdriâ TER.
lement), astreint Hadsfriciuscruor donalibi
Luc. sang glacé dans les veines; lege Cie -être tenu, obligé par la voici des présents qui l'arrivent de
adslricli artus Luc corps glacé loi; — muneribus ULP. être as- la part de Phédria; aderat judi-
(en"pari, d'une personne évanouie) treint à remplir des fondions ; ad- cio dies Liv. le jour du jugement
|| adstrïcla lempora CELS. tempes stringitur color PLIN. la couleur était venu || 3° adesse libertati
affaissées;
— ï'ïa QUINT, flancs pâlit, perd de son éclat; adstringi Liv. défendre la liberté ; — senten-
élroits, amaigris ' || alvus adstric- a morsu marino PLIN. contracter tix PLLV. appuyer, soutenir un
iior; 'corpus adstrictum CELS. un goût salin (en pari, du sable avis; adsis, o fegexe YIRG. sois-
constipation || gustus adslrictus d'une rivière). nous favorable, ô Mercure ; lingua,
PLIN. goût âpre || adstrictum pec- -j- adstructïo, ônis, f. construc- quâ adsim tibi YIRG. Calai, la
tus dolore Ov. coeur serré par la tion' : — melica CAPEL. 8, 930, langue que je veux déchaîner con-
douleur; lingua adslncta mer- composition "musicale || CAPEL. 5, tre toi; non aderam delere Teu-
cede Cic. langue enchaînée par l'or 167, argument, preuve. cros SIL. je n'ai pas conspiré la
(dont le silence est payé) ; poêla T adstructôr, ôris, m. FORT. ruine des Troyens ; adesse anime
numens adstriclior Cic le poète Mart. 2, 403, dialecticien. Cic ne pas craindre, conserver son
est plus esclave de la mesure; ad- adstructus, a, um, part. p. de sang-froid; adestote omnes ani-'
slrictus homo PROP.homme serré,, adslruo \\ au fig. APUL. ajouté. mis Cic vous m'accorderez tous
ladre, avare; mos adslrictus TAC adstrûo ou astrùo, ïs, uxi, votre attention : xguo anïmo ades-
habitudes économes, parcimonie || uctum, ëre (ad, struo) :' 1° bâtir à te per silenlium TER. prêtez une
attentif à, occupé : Jugurtha ma- côté, auprès; accumuler; compo- attention bienveillante ; adesse
joribus adslrictus SALL. Jugurtha ser; 2° ajouter, joindre, mettre en scribendo Cic être présent à la
occupé de soins plus importants. sus; 3° attribuer; 4° aposter, su- rédaction d'un décret, lé souscrire.
adstrïdens,iïs, part, de adslri- borner; 5° affirmer, assurer || 1° adsûmp. Yoy. assumo.
do, STAT. Th. 11,494, qui siffle près. adslruere recèns xdificium ve- adsûOj'etc. Yoy. assuo, etc.
adstringo ouastringo,ïs,ïraa;ï, teri COL. élever un nouveau bâti- adsuscïpïo, ïs, ëre, INSCR. C. I.
ictum, ngère : 1° attacher, lier à, ment près d'un ancien; fortuna L. 6, 2066, entreprendre : ob vota
serrer; 2° diminuer, réduire; ri- adslruxerât viclorias JUST. la o.dsuscipiienda, pour former des
der; resserrer, fortifier (en l. de fortune avait accumulé les victoi- voeux. ,
médecine) ; 3° resserrer par le froid, res ; adslruere medicamentum adsuspîrans, lis, p. de l'inus.
geler ; rafraîchir; 4° être acre, mor- SCRIB. composer un remède || 2° adsuspiro, APUL. Met. 4, 27, sou
dicanl, chatouiller, piquer; 5° res- adslruere edicto PLIN.-J. ajouter pirant avec ou après.
— auditis SIL.
serrer, lier, obliger; au fig. astrein- à un édil ; grossir, adt... Yoy. ait...
6° resser- des bruits — alicui dé-
dre, assujettir; abréger, exagérer ; -T: adtëgro, as, are, FEST. dimi-
rer ; aggraver ; 7° rendre coupable; çus TAC. donner plus de lustre à nuer (le vin dans les sacrifices en
8° joindre || 1° adslringile isli ma- qqn; — alicui laudem PLIN.-J. faisant des libations).
nus PLAUT. attachez-lui les mains;' ajoutera la gloire de qqn: —xlali T adtermîno, as, are, ARN.
adslringere.vinculum Ov. serrer priorum VELL. comprendre parmi enfermer.
S, 13, circonscrire,
un lien ; — toto pectore PE'TR. les auteurs des premiers temps ; — T adtrLbùlâtus, a, um, JIACER
presser contre sa poitrine || 2° ad- sibi QUINT, ajouter par la pensée || 4, 6, brisé par la herse.
arboris COL. -3° qux Neroni adstruit
slringere frondes
— scriptor adtùbernâlis, is, m. FEST. qui
un arbre SEN.- MART. ce
élaguer —
; frontem qu'un auteur attribue à habite la même cabane.
rider son front ; vultum super- Néron || 4° adslruere aliquem Aduaca, x, f. ANTON. Y. le suiv.
ciliis QUINT, froncer le sourcil: — falsis criminibus CURT. aposter Aduatùca ou Atuatûca, x. f.
labra QUINT.' serrer les lèvres : — un calomniateur || 5°periti rerum CES. Gai. 6, 32, 3, villede Belgi-
a/uum. CELS. serrer.le ventre, con- adstruxerunt... PLIN. les bons chez les Eburons
que, (auj. Ton-
SCRIB. fortifier observateurs affirment...
stiper ;.— partem ; adslru- gres).
un membre || 3° vis frigoris ad- entes illum nasci minime con- Aduatùci ou Atuàtùci, ôrum,
slringebat corporaCvRT. la vio- tigisse Aun. YICT.- soutenant qu'il m. pi. CES. peuple de Belgique.
lence du froid paralysait les corps ; n'aurait pas dû naître. -h àdubëro, as, are, n. NOT. TIR.
adslringere undas Luc. faire ge- adstûpëo ou astùpëo, es, ûi, Comme exubero.
ler les eaux ; — MART. se ra- n. STAT. être saisi d'étonne-
corpus ëre, âdûlàbïlis, e, AMM. 14. 11.11,
fraîchir ]|" 4" radix guslu adslrin- nlent, êlre étonné de: adslupere flatteur, qui sent la flatterie || ENN:
. git PLIN. cette racine est âpre au divitiis SEN. admirer les richesses. ap. Non. qui cède devant la flat-
goût: adslringere linguam leni- adsuctuSi a, um, part. p. de terie.
. 1er PLIN. chatouiller doucement la lïnus. adsugo. Î.UGR.4, 1093, siicé-. âdûlans, tis, p.-adj. de aduloei'
ADU ADU ADU 35
adulor, Cic. Ov. qui flalte, caresse libus Liv. flatter ceux qui sont ; létale Cie enfant déjà grand ;
|| f adulantior TERT. présents || TERT. adorer, honorer. adullx virgines Cic vierges nu-
àdûlantër, AUG. Psalm. 73, 13, adultër, cra, crum (ad, aller), biles; adullx vilium propagines
en dallant. altéré, gâté : adultéra d'avis Ov. HOR. rejetons vigoureux de la vi-
Adulas, x, m. AVIEN. Descr. 431, fausse clef; adultéra culta PRUD. gne; adultus crinis STAT. longue
le mont Adule (Saint-Golhard). champs négligés, stériles || adul- chevelure || au fig. avancé, déve-
âdûlâtïo, ônis, f. caresse des tère, qui appartient à un adultère : loppé, fort, puissant: adultânocte
animaux : canum amans domino- adultéra mens est Ov. le coeur TAC au milieu de la nuit; non-
rum adulalio Cic caresses affec- est adultère ; adulleri crines HOR. dum adulta sedilio TAC. sédition
tueuses que font les chiens à leurs cheveux d'un adultère || arbusta qui n'a pas encore fait de progrès;
maîtres; cum .quâdam vocis adu- adultéra MAN. arbustes entés || adullx jam Àlhenx Ce Athènes
latione COL. en caressant de la subst. m. àdultër, ëri, adultère, déjà florissante; adulta pesiis
, voix || CIC adulation, flatterie basse : qui viole la foi conjugale : in nepli reipublicx Cic fléau redoutable
pars regix adulationis Liv. 42, Augusti aduller (Silanus) TAC de la république.
30, une partie des flatteurs du roi qui avait commerce avec la petite- T âdumbrâtë, VINCENT. LIR:
|| Liv. action de se prosterner. fille d'Auguste || HOR. amant : adul- Common. p. 337, avec feinte.
âdûlàtôr, ôris, m. CORNIF. JUV. leros filix punivil TAC il punit ëdumbrâtïm, LUCR. 4, 361, im-
flatteur, vil complaisant. les amants de sa fille || se dit aussi parfaitement, en gros.
âdûlâtôrïë, AUG. Epist. 21, 1, des animaux qui s'accouplent hors âdumbrâtïo, ônis, f. VITR. es-
en vil flatteur. de leur espèce CLAUD. GRAT. || celui image imparfaite || au fig.
'
âdûlâtôrïus, a, um, TAC. ^4rara. qui altère, qui falsifie : aduller 2uisse,
ic ébauche || V.-MAX. feinte.
6, 32, qui sent l'adulation, adula- monetx COD. faux monnayeur ou âdumbrâtus, a, um, part. p.
teur. qui altère la monnaie. || subst. f. de adumbro, PETR. caché, dérobé
f. TREBELL. adultéra, '
âdûlâtrix, ïcis, x, HOR. QUINT, femme aux, yeux || dessiné au trait, es-
Claud. 3,7 ; TERT. Anim. 51, flat- adultère'. (Seditaussidesanimaux.) 'quissé, représenté : cedo mihi is-
teuse. •
âdultërâtïo, ônis, f. PLIN. 21, lorum adumbralorum deoruni
a, um, part, de adu- 32, altération, falsification.
âdûlâtus, formas Cic voyons la forme de
lor : Hephxstionem adulata V.¬ âdultërâtôr, ôris, m. DIG. TERT. ces ombres de dieux; adùmbrala
MAX. 4,7, s'étant prosternée devant falsificateur, qui falsifie, altère. inscriptio PETR. inscription gra-
Héphestion || '-j- pass. adulé, flatté âdultërâtus, a, itm, part. p. vée; adumbrati vultus QUINT, vi-
HEMINA ap. Prisc. de adultéra :' uxor adulleraia 'sages représentés || au fig. om-
Àdùlë, es, f. Adûli, ôrum, m. SUET. épouse coupable d'adultère nium rerum quasi adumbrals
'
pi. Adûlis, ïs, f. et Adùlîtôn oppi- || adultératus nidus PLIN. nid où inlellegenlix Cic. les notions, pour
dum, n. PLIN. 6, 172, Adulis, ville sont déposés des o;ufs d'un oiseau ainsi ; dire, ébauchées de toutes
d'Ethiopie || -ïcus, a, um, PLIN. étranger || altéré : nitrum adulte- '
choses || apparent, extérieur ; vain ;
d'Adulis ||-îtae, ârum, m. pi. PLIN. ratum PLIN. nitre falsiCJ |[ au. fig. '.prétendu, supposé, faux : signa
habitants d'Adulis. adulteratx Gàllorum '
adumbrata virtutum Cic l'appa-
reliquix
âdûlescens ou âdolescens, tis, FLOR. restes des Gaulois altérés rence •
'
des vertus; adumbrata
subst. ou adj. m. f. Cie jeune (par le mélange d'autres peuples). imago glorix Cie vain fantôme
' 'de gloire;
homme (ou fille), qui a passé l'âge âdultërïnus, comilia adumbrata
a, um, adultérin,
de l'adoiescence : adulescentium qui provient de [adultère : nalus Cie prétendus comices; adum-
grèges Cic troupe déjeunes gens; adulterino PLIN. né de brata ' Ixtitia TAC joie feinte.
sanguine
adulescentum pernicies PLAUT. l'adultère: pullus adullerinus âdumbro, as, are (ad, umbra) :
ruine des jeunes gens || adules- PLIN. poulain de race croisée ||,Cie 1° ombrager, mettre à l'ombre;
centior academia Cic. la nouvelle faux, altéré, falsifié. 2° ébaucher, esquisser, peindre,
académie; adulescenlior cederel -j- âdulterïo, ônis, m. LABER. représenter
] (au. prop! et au fig.);
xtati SALL. que le plus jeune cé- homme" adultère. 3° imiter, reproduire: 4° controu-
'
dât à l'âge. + âdultërïtàs, âtis, f. LABER." ver, inventer || 1° adumbrare vi-
âdùlescentïa,