Вы находитесь на странице: 1из 14

Géotechnique IV

CHAPITRE IV : DISTRIBUTION DES CONTRAINTES DANS UN MASSIF DE SOL

INTRODUCTION

Dans ce chapitre, nous allons étudier les contraintes induites dans les sols par des charges
ponctuelles, des charges uniformément réparties sur des surfaces rectangulaires ou circulaires
et par des remblais.
Nous nous intéresserons d’abord à la détermination des contraintes initiales c’est-à-dire celles
qui sont dues au poids propre du sol.
Étant donné la nature poreuse du sol, la saturation et la pression de l'eau dans les vides
peuvent agir sur la valeur des contraintes. Pour en tenir compte, il faut calculer la pression
interstitielle ainsi que les contraintes totales et effectives.

I. LES CONTRAINTES INITIALES

Lorsque le sol est au repos, avant qu'il subisse l'imposition d'une surcharge, ses
caractéristiques physiques telles que l'indice des vides et le poids volumique, ainsi que ses
propriétés mécaniques comme la résistance au cisaillement, dépendent, entre autres, de la
force résultant de son poids propre, laquelle tend à rapprocher les grains solides et à réduire
les vides. Le poids de sol augmente avec la profondeur; réparti sur une unité de surface à une
profondeur donnée, il correspond à la pression ou contrainte initiale dans le sol. Selon le
système international, les contraintes s'expriment en kPa ou kN/m2.
A une profondeur donnée, la contrainte initiale dans un sol varie dans le temps selon l'histoire
géologique. Elle augmente lorsque se déposent de nouveaux sédiments en surface et elle
diminue quand il y a érosion. On peut même tenir compte de la réduction de la contrainte
initiale provoquée par une excavation: le dépôt excavé ayant déjà supporté un certain niveau
de contrainte, il pourra supporter de nouveau sous la forme d'une charge une pression
équivalente à celle de la réduction, sans subir de tassement important.
Les contraintes initiales sont donc celles qui résultent du seul effet du poids du sol. Lorsque le
calcul de ces contraintes prend en considération le poids volumique total du sol, y compris le
poids de l'eau présente dans les vides, on parle de contraintes totales.

1
COURS DE L1-L3 USTCI - RUSTA OWOUTI Koffi ING GC.
Géotechnique IV

I.1 CONTRAINTES TOTALES, NEUTRES ET EFFECTIVES DANS LES


SOLS SATURES.

La figure suivante illustre l’état des contraintes verticales et horizontales totales qui
s’exercent sur un élément unitaire de sol. A une profondeur Z, la contrainte verticale totale
(v) équivaut au poids du sol au dessus du niveau Z réparti sur la surface de l’élément
unitaire.

Poids =   l1  l2  Z (KN)



Figure 1 : Contraintes totales agissant sur un massif de sol


Pour connaître la contrainte verticale totale en un point lorsque les couches de sol sont de
nature ou de teneur en eau différentes, on utilise la formule suivante :

 
n
v = i 1 i
Zi
où n = nombre de couches de sols
Zi = épaisseur des couches de sols

2
COURS DE L1-L3 USTCI - RUSTA OWOUTI Koffi ING GC.
Géotechnique IV

La pression verticale engendre une pression horizontale totale qui lui est directement
proportionnelle. Le rapport entre les deux s’exprime par le coefficient de poussée des terres :

K = h / v

Ce coefficient n’est cependant pas constant pour un dépôt donné car les contraintes totales
varient selon les fluctuations du niveau de la nappe phréatique (voir figure 2) : contraintes
dans un dépôt de sol saturé).

Figure 2 : Contraintes dans un dépôt de sol saturé


Les sols saturés sont composés de deux éléments : les particules solides et l’eau. La pression
verticale s’exprime à l’aide du poids volumique saturé du sol sat. Mais les particules solides
subissent une pression due à l’eau interstitielle (poussée d’Archimède). Ainsi pour tenir
compte de l’effet de la saturation, on doit exprimer la pression qui s’exerce aux points de
contact entre les particules du sol sous la nappe phréatique au moyen du poids volumique
déjaugé :
’= sat - w

La contrainte totale verticale diminuée de la poussée d’Archimède s’appelle contrainte


effective et est notée ’v.
La différence entre les contraintes totales et effectives correspond à la pression interstitielle
µ = v - ’v.
La contrainte effective horizontale ’h = Ko ’v et ko est le coefficient de poussée des terres au
repos et il dépend de l’histoire géologique du massif de sol.

3
COURS DE L1-L3 USTCI - RUSTA OWOUTI Koffi ING GC.
Géotechnique IV

Dans les sables, graviers et argiles n’ayant jamais été surchargés, la valeur de Ko est de l’ordre
de 0,4 à 0,5 et on peut l’augmenter artificiellement jusqu’à 1,0 à 1,5 par compactage
mécanique.
Dans le cas d’argile ayant connu de fortes pressions dans le passé, la valeur de Ko peut varier
de 0,5 à 3 et peut être amenée à 6 par compactage mécanique.
I.2 Contraintes dans un dépôt de sol submergé
Déterminons les contraintes verticales totale et effective à une profondeur donnée (z) dans le
dépôt submergé de la figure 3 suivant :

Figure 3 : Dépôt de sol submergé


n
 V    i zi   sat z   w hw
i1

u   w hw  z    w hw   w z
  
u hw  w hw
 z z z
V V
 sat

Ainsi, nous constatons que la contrainte effective dans un dépôt submergé est totalement indépendante
de la hauteur du plan d'eau au-dessus de sa surface. En définitive, un dépôt submergé se comporte
comme un dépôt saturé tout simplement et pour calculer les contraintes effectives on utilise les
poids volumiques déjaugés et les hauteurs des différentes couches de sols correspondantes.

I.3 Effet de l'infiltration sur la contrainte effective

Un écoulement vers le bas à travers un dépôt perturbe l’état de contrainte. Voyons d’abord le cas
d’un écoulement ascendant.

4
COURS DE L1-L3 USTCI - RUSTA OWOUTI Koffi ING GC.
Géotechnique IV

Figure 4 : Ecoulement ascendant

Déterminons la pression interstitielle et les contraintes verticales totale et effective à la base d'une couche
de sol contenue dans un tube en forme de U (figure 4) dans lequel on provoque un écoulement
ascendant (b) sous une charge ΔH à partir d'un état d'équilibre (a) (voir figure).

Si on compare les deux situations on remarque à la base de la couche de sol que la charge d'eau,
responsable de l'écoulement, augmente la pression interstitielle d'une valeur (γwΔH).

Etant donné que la contrainte verticale totale reste inchangée puisqu'elle ne dépend que des
poids de sol et d'eau au-dessus du niveau, il y a nécessairement une réduction équivalente de la
contrainte effective.

Ainsi, on peut conclure qu'un écoulement ascendant entraîne une réduction de la contrainte
effective proportionnelle à la charge hydraulique.

Dans le cas d’un écoulement descendant on constate que la pression interstitielle à la base de la
couche de sol n'est pas modifiée par la charge hydraulique (ΔH) puisqu'elle dépend du niveau
d'eau à la sortie (voir figure 5). Cependant, la surélévation du niveau d'eau dans le tube à l'entrée
augmente le poids de la colonne d'eau et ainsi la contrainte totale aussi ce qui entraine une
augmentation de la contrainte effective.

Ainsi, un écoulement descendant entraîne donc une augmentation de la contrainte


effective proportionnelle à la charge hydraulique.

5
COURS DE L1-L3 USTCI - RUSTA OWOUTI Koffi ING GC.
Géotechnique IV

Figure 5 : Ecoulement descendant

II. LES CONTRAINTES DUES AUX SURCHARGES


Les dépôts de sol sont normalement stables, à moins que des circonstances naturelles ou un
chargement artificiel ne contribuent à y accroître le niveau des contraintes effectives et qu'un
tassement en résulte. On sait qu'un abaissement de la nappe phréatique augmente la contrainte
effective, mais divers types de surcharges induisent également des contraintes dans le sol. Il
s'agit des charges ponctuelles, des charges uniformément réparties sur des surfaces
rectangulaires ou circulaires et des charges de remblai.
II.2.1 Les principes de base
Les contraintes ne sont jamais nulles dans le sol, sauf en surface, puisqu'elles croissent en
fonction de la profondeur. Ainsi, si on érigeait à la surface d'un dépôt de faible épaisseur un
remblai de grande superficie, les contraintes totale et effective augmenteraient en tout point et
à toute profondeur du dépôt d'une valeur Δσv, égale à la hauteur du remblai multiplié par son
poids volumique. Dans ce cas, on peut dire que le remblai génère une pression analogue à
celle résultant de l'accumulation de nouveaux sédiments à la surface du dépôt.
La situation est différente lorsque la surcharge est appliquée sur une région limitée de la
surface du sol. Dans de ce cas, l'accroissement de la contrainte Δσv dépend des dimensions du
cas de chargement, de la profondeur du point où l'on calcule la contrainte et de son
éloignement par rapport au centre du chargement. L'effet de la surcharge s'atténue avec la
profondeur et l'éloignement de la zone sollicitée.

6
COURS DE L1-L3 USTCI - RUSTA OWOUTI Koffi ING GC.
Géotechnique IV

Figure 3 : Répartition des contraintes dans le sol sous des semelles carrées
Ce principe est illustré à la figure 3: deux semelles transmettent à la surface du sol une même
pression unitaire (%). Sous les semelles sont dessinées les courbes reliant les points qui
subissent la même augmentation de la contrainte verticale, exprimée comme une fraction de la
pression unitaire.

Sur le graphique, on peut voir que l'influence de la surcharge diminue avec la profondeur et
l'éloignement. De plus, on remarque que pour une même charge unitaire la distribution des
contraintes en profondeur est plus importante sous une grande semelle que sous une semelle
plus petite. On en déduit que, pour une pression donnée, le tassement sera plus grand sous la
plus grande semelle puisqu'un plus grand volume de sol subira l'accroissement de pression.
Les courbes de la figure 3, que l'on appelle courbes d'égale influence de la charge, illustrent
l'application de la théorie de l'élasticité au calcul des contraintes dans les sols. D'après cette
théorie, les déformations sont directement proportionnelles aux contraintes, c'est-à-dire que
sous une surcharge donnée une couche de sol se tassera de manière uniforme, davantage près
de la surface, puis de moins en moins en s'éloignant du centre de la charge, en périphérie ou
en profondeur. Cette application de la théorie est valable dans la mesure où les contraintes
ajoutées n'entraînent pas la rupture du sol par cisaillement.
Pour évaluer la proportion de la pression de surface qui se transforme en accroissement des
contraintes effectives, on se sert d'un coefficient d'influence de la charge (I) qui permet de
simplifier l'expression des contraintes induites dans le sol par des surcharges sous la forme
suivante:
Δσv = qo x I
où Δσv = contrainte induite (kPa)

7
COURS DE L1-L3 USTCI - RUSTA OWOUTI Koffi ING GC.
Géotechnique IV

qo = chargement unitaire (kPa)


I = coefficient d'influence
À cause des différentes surfaces d'application des surcharges et de l'existence de paramètres
tels que la profondeur et l'éloignement latéral, qui influent sur l'accroissement des contraintes,
la formulation algébrique du coefficient d'influence peut devenir fort complexe. Plusieurs
chercheurs, dont Newmark, Boussinesq et Osterberg, ont cependant développé des abaques et
des tableaux de coefficients d'influence permettant d'effectuer aisément le calcul des
contraintes induites par des surcharges.

II.2.2 Les contraintes induites par des charges ponctuelles et linéaires


Malgré la formulation parfois complexe du coefficient d'influence, il existe un cas simple, qui
consiste à exprimer l'accroissement de la contrainte verticale en un point quelconque dans le
sol, sollicité par une charge concentrée. Bien entendu, quand on érige des fondations
superficielles, les charges sont généralement réparties sur une certaine surface. Toutefois, Il
arrive qu'une charge ponctuelle soit appliquée au sol par le biais d'une semelle de dimensions
négligeables ou, s'il s'agit d'une charge temporaire, sans l'entremise d'une semelle.
S'inspirant de la théorie de l'élasticité, Boussinesq (1885) a développé une équation permettant
de calculer l'accroissement de la contrainte verticale en un point situé à une certaine
profondeur (z) et à une certaine excentricité (x) par rapport au point d'application d'une charge
concentrée ou ponctuelle (Q) :







où Q est exprimé en kN, z et x, en mètres, et Δσv, en kPa.

La dernière partie de l'équation correspond au coefficient d'influence; on peut donc la


simplifier:

v  Q * I
Z2

8
COURS DE L1-L3 USTCI - RUSTA OWOUTI Koffi ING GC.
Géotechnique IV

Figure 4 : Coefficients d’influence pour des charges concentrées et linéaires


x
Puisque le coefficient d'influence dépend du rapport , il est possible d'exprimer la relation
z
sur un graphique comme celui de la figure 4. Sur cette figure, on a également tracé la courbe
du coefficient d'influence d'un chargement linéaire. L'accroissement de la contrainte verticale
sous une charge linéaire se calcule comme suit:

où W= chargement linéaire (kN/m)

II.2.3 Les contraintes induites par une charge répartie uniformément sur une
surface rectangulaire

Le cas de chargement le plus fréquemment rencontré en ingénierie des fondations est celui des
semelles rectangulaires, isolées ou continues, qui transmettent au sol d'infrastructure les
charges des murs et des poteaux. C'est évidemment sous le centre des semelles que les
contraintes induites par la surcharge sont les plus élevées. Il est cependant utile de déterminer
l'accroissement des contraintes en d'autres endroits et même en dehors de la projection de la
surface des semelles, car l'influence de plusieurs semelles en un point est cumulative. On peut,

9
COURS DE L1-L3 USTCI - RUSTA OWOUTI Koffi ING GC.
Géotechnique IV

par exemple, calculer la contrainte verticale en un point situé à mi-chemin entre deux semelles
isolées et subissant l'influence des deux.
Ce dernier exemple nous rappelle que les dimensions des cas de chargement sont très
variables, de sorte qu'il devient nécessaire d'avoir recours à des abaques et à des tableaux pour
déterminer les coefficients d'influence. Le tableau 1 contient les valeurs du coefficient
d'influence d'une charge en un point situé sous le coin d'une surface rectangulaire.

Tableau 1 : Coefficient d'influence d'une charge sous le coin d'une semelle rectangulaire
chargée uniformément.

II.2.3.1 La contrainte induite sous le centre d'une semelle rectangulaire

10
COURS DE L1-L3 USTCI – RUSTA OWOUTI Koffi ING GC.
IIINGGC…GCamine LO,
Ing.
Géotechnique IV

Pour calculer la contrainte induite en un point situé sous le centre de la semelle rectangulaire
chargée uniformément de la figure 5, on subdivise la surface de la semelle en quatre
rectangles égaux, chacun ayant ainsi un coin situé au dessus du point visé. On peut alors se
B L 
servir du tableau 1, en adaptant les mesures au découpage de la semelle  et  pour
 2 z 2 z 
trouver le coefficient d'influence et calculer la contrainte sous le coin. Comme l'influence des
quatre semelles est cumulative, il suffit de multiplier la valeur obtenue par quatre:

 v  4 * I * q0

Figure 5 : Contrainte sous le centre d'une semelle rectangulaire.

On pourra, de la même façon, calculer la contrainte induite en tout point sous la semelle en
découpant celle-ci de manière que le point se situe au coin de quatre rectangles distincts. Il
suffira ensuite de déterminer à l'aide du tableau 1 le coefficient d'influence de chacune des
semelles en fonction de ses dimensions propres et de calculer la contrainte induite par la
charge de la façon suivante:
 v  (I1  I 2  I 3  I 4 ) * q0

II.2.3.2 La contrainte induite à l'extérieur d'une semelle rectangulaire


La technique du découpage en rectangles élémentaires permet également de calculer
l'influence du chargement sur un point situé à l'extérieur de la projection verticale de la
semelle.

11
COURS DE L1-L3 USTCI – RUSTA OWOUTI Koffi ING GC.
IIINGGC…GCamine LO,
Ing.
Géotechnique IV

Figure 6 : Contrainte à l’extérieur d'une semelle rectangulaire.

À la figure 6 qui précède, on peut voir que les dimensions de la semelle chargée (dehc) ont été
prolongées jusqu'au point a, qui se retrouve ainsi sous le coin d'un rectangle élémentaire. Pour
calculer l'augmentation de la contrainte au point a, on calcule les contraintes des quatre
rectangles, on soustrait la part des rectangles (aief) et (abcg) de celle de la grande surface
(dfab), puis on ajoute celle de la petite surface (aghi) afin qu'elle ne soit pas soustraite deux
fois,

II.2.4 Les contraintes induites par une charge répartie uniformément sur une
surface circulaire
En se fondant sur la théorie de l'élasticité, Boussinesq a développé une équation permettant de
calculer l'effet d'un chargement uniforme sous le centre d'une semelle circulaire :





Où z = profondeur sous le centre de la semelle (m)
r = rayon de la semelle (m)
qo = charge uniforme (kPa)
Le dernier terme de l'équation représente le coefficient d'influence de la charge (I) pour un
point situé sous l'axe central de la semelle. Le tableau 2 contient les valeurs du coefficient

12
COURS DE L1-L3 USTCI – RUSTA OWOUTI Koffi ING GC.
IIINGGC…GCamine LO,
Ing.
Géotechnique IV

d'influence d'une charge sur des points situés sous le centre et sous les bords d'une semelle
circulaire.
Ce cas de chargement correspond surtout aux semelles de fondation des silos et des gros
réservoirs de forme cylindrique.

Tableau 2 : Coefficients d’influence sous le centre et le bord d’une semelle circulaire chargée
uniformément

II.2.5 Les contraintes induites sous les remblais en longueur

Nous avons vu que les effets d'un remblai de grande superficie sont comparables à
l'augmentation des contraintes initiales consécutive au dépôt de nouveaux sédiments. Il est
donc logique de penser que, pour une surcharge s'étendant sur une grande surface, la
contrainte verticale s'accroîtra uniformément d'une même valeur, quelle que soit la
profondeur.
Il en est autrement pour les remblais très longs comme les remblais routiers. Ces remblais
s'étendent dans une seule direction (horizontale) et présentent une distribution trapézoïdale de
surcharge dans l'autre direction (verticale). La forme de cette distribution complique
l'expression du coefficient d'influence des équations de Boussinesq. Pour faciliter l'analyse des
contraintes induites dans le sol par ce type de chargement, nous présentons au tableau 3 des
valeurs du coefficient d'influence sous l'axe de symétrie d'un remblai en longueur.

13
COURS DE L1-L3 USTCI – RUSTA OWOUTI Koffi ING GC.
IIINGGC…GCamine LO,
Ing.
Géotechnique IV

Les valeurs du tableau dépendent des rapports de la demi-largeur du remblai (b) et de la


projection horizontale du talus (a) sur la profondeur visée (z). Si le remblai est symétrique, on
multiplie le coefficient d'influence par deux afin d'obtenir l'effet total de la charge de remblai.
Si on cherche l'influence de la surcharge en un point qui n'est pas exactement sous le centre du
remblai, ou encore si les pentes des talus ne sont pas identiques de chaque côté du remblai, on
doit additionner les valeurs des coefficients d'influence des deux demi remblais.

Tableau 3 : Coefficients d’influence sous l’axe de symétrie d’un remblai en longueur

14
COURS DE L1-L3 USTCI – RUSTA OWOUTI Koffi ING GC.
IIINGGC…GCamine LO,
Ing.

Оценить