Вы находитесь на странице: 1из 78

Université Hassan II

Faculté de Médecine et de Pharmacie


Casablanca
- Cours de Biologie Cellulaire-
Pr. Tahiri Jouti N.
Année Universitaire 2015-2016
Le Noyau
Interphasique
Introduction
Noyau
- centre organisateur de la cellule.

- présent dans la cellule eucaryote:

eu = vrai, caryos = noyau

- présent dans la cellule en Interphase

- disparaît au moment de la division cellulaire.


I / Définition et caractères généraux

- Organite volumineux , ovoïde


- 6 % du volume cellulaire
- Contient l’information génétique
- Caractérisé par : taille
forme
nombre
position
Taille
- 5 à 6 μm en fonction du type cellulaire

- Volume donné par le rapport

nucléo-cytoplasmique : Vn/Vc

- > 1 dans les cellules indifférenciées

- < 0,15 dans les cellules adultes

Sauf lymphocytes : RNC ~ O,8


Forme (1)
- Fonction du :
►type cellulaire arrondi :

Cellules lymphoïdes
neurones
hépatocytes
Forme (2)
- Fonction du :
►type cellulaire ovoïde :

cellules musculaires,
fibroblastes,
entérocytes
Forme (3)
- Fonction du :
►type cellulaire polylobé :

polynucléaires
Forme (4)
- stade de différenciation: encoché, « clivé » :
dans les cellules lymphoïdes

- état fonctionnel
Nombre (1)
- Absent : hématie, kératinocyte….
Nombre (2)

- Généralement unique

- C. binucléées :
hépatocytes,
cellules cardiaques,
C. épithélium urinaire
Nombre (3)

- C. plurinucléées :
ostéoclastes
30 à 50 noyaux
Position
- Centrale : lymphocytes, fibroblastes, C. des glandes
endocrines

- Refoulé à la base de la cellule :


C. muqueuses, C.exocrines

- Périphérique :
C. musculaires, adipocytes
Mise en évidence (1)

- Coloration standard : hématéine / éosine

► hématéine → chromatine colorée en


bleu
► liaison due à l’électronégativité des
groupements phosphates

►basophilie du noyau
Mise en évidence (2)
Colorations spéciales :
Au Bleu de Toluidine, Coloration de Feulgen

Test de Brachet :
- Vert de méthyle → chromatine (noyau) en
vert
- Pyronine → ARN (cytoplasme) en rouge
traitement par DNAse, RNAse
→ annule la coloration → spécifité
II / Constituants du noyau

- L’enveloppe nucléaire

- Le nucléole

- Le nucléoplasme

- La chromatine
Enveloppe nucléaire

- Double membrane : externe, interne

- Lamina nucléaire

- Espace périnucléaire

- Pores nucléaires ou complexes de pores


Membrane externe
- Fait face au cytoplasme

- Trilaminaire : 6 à 8 nm
épaisseur

- Porte des ribosomes

- Continuité avec REG : ponts


(système endomembranaire)
Membrane interne

- En contact avec le nucléoplasme et la chromatine

- Trilaminaire : 6 à 8 nm épaisseur

- Tapissée par la lamina nucléaire du côté du


nucléoplasme
Lamina nucléaire (1)
- Tapisse la face interne de la
membrane interne

- Constituée par des filaments


de lamine qui forment une
structure grillagée

- Lamines: protéines, filaments


intermédiaires
membres de la famille
des protéines du cytosquelette
Lamina nucléaire (2)
- deux types de lamines :
- type A (lamine A et
lamine C).
- type B (lamine B1 et
lamine B2)

- Lamines A présentes dans


toutes les cellules

- Lamines B présentes
seulement dans les
cellules indifférenciées
Lamina nucléaire (3)
- Stabilise
- l’enveloppe nucléaire
- les pores nucléaires à travers leur arrangement spatial
→ maintien de la forme du noyau et résistance
mécanique de l’enveloppe nucléaire.

- fixe la chromatine
→ organisation et fonctionnement du génome:
réplication de l’ADN et transcription à travers la fixation à
des facteurs de transcription
Espace périnucléaire
- Occupé par partie C-terminale des protéines
intrinsèques de la membrane interne

- Protéines caractérisées :
- Peptides associés aux lamines (Lamine Associated
Peptide) « LAP »
- Récepteur de la lamine B
- Emerine
laminopathies: Maladies génétiques dues à des
mutations des lamines de type A (lamines A et C)

- Ensemble de troubles liés à une altération des


lamines

- Une dizaine de pathologies déjà connue, près de


200 mutations du gène LMNA (code pour les
protéines lamines A et C)

- Pathologies caractérisées par un spectre large de


troubles musculaires, cardiaques, neurologiques,
osseux ou cutanés.
LAMINOPATHIES
Nombreuses mutations décrites
- Dystrophie musculaire d’Emery-Dreifuss
- Dystrophie musculaire de type IB et la cardiomyopathie
dilatée
- Lipodystrophie de type Dunningan (pathologie du tissu
adipeux)
- Dysplasie mandibuloacrale (pathologie affectant le
développement osseux)
- Maladie de Charcot Marie Tooth (pathologie du nerf
périphérique)
- Progéria (vieillissement prématuré) due à
l'accumulation de lamine A
- Progéria (vieillissement prématuré) due à
l'accumulation de lamine A

Mutation du gène LMNA


situé sur le chromosome 1
production d’une
protéine tronquée: la
progérine, qui
- reste ancrée dans la
membrane du noyau
des cellules
- s’y accumule
- entraîne sa déformation
et des dysfonctions.
Protéines impliquées dans les
Maladies Neuromusculaires
Complexe de pore nucléaire (1)

- Structure annulaire de 120 nm de diamètre


200 nm de hauteur

- Constituée de 2 anneaux : - cytoplasmique


- nucléaire
- 8 sous unités globulaires par anneau

- 50 protéines différentes : Nucléoporines


Complexe de pore nucléaire (2)

- Anneau cytoplasmique :
8 fibrilles de 50 nm long

- Anneau nucléaire :
8 filaments de 100 nm long fixés sur
un anneau distal de diamètre plus faible

→ formation d’un « panier ou cage nucléaire »


Complexe de pore nucléaire (3)
Complexe de pore nucléaire (4)
Complexe de pore nucléaire (5)

Le complexe de pore est :

- encastré dans l’enveloppe nucléaire


par un anneau luminal

- stabilisé par des protéines


membranaires dont les lamines
Complexe de pore nucléaire (6)
- Nucléoporines : 50 protéines différentes
localisées :
- dans les sous unités (globulaires)
des anneaux
- au niveau des fibrilles et des filaments
interviennent :
- reconnaissance et guidage des
molécules à travers le complexe
Rôle de l’enveloppe nucléaire (1)
Transports nucléo-cytoplasmiques

→ diffusion passive : PM < 5 kD


entrée de nucléotides, ions, enzymes, histones

→ diffusion facilitée : PM de 5 à 50 kD

→ mécanisme actif : PM > 50 kD


sortie d’ARN et de pré-ribosomes grâce à des
récepteurs spécifiques
Dalton
Un dalton = 1/12e de la masse d'un atome de carbone
= la masse d'un atome d‘hydrogène
Le kilodalton (kDa) est beaucoup plus utilisé que le
dalton en biologie et biochimie, du fait de la taille des
molécules étudiées
Molécules cellulaires : masse comprise entre 20 et
100 kDa

Un acide aminé : 110 Da


Une base : 330 Da
Rôle de l’enveloppe nucléaire (2)

- Transport bidirectionnel s'effectuant continuellement


entre le cytosol et le noyau des:

- Protéines fonctionnant dans le noyau: les histones, les


ADN et ARN polymérases, les protéines régulatrices de
gènes et les protéines de maturation de l'ARN
sélectivement importées du cytosol au compartiment
nucléaire.
- ARNt et des ARNm synthétisés dans le compartiment
nucléaire, puis exportés dans le cytosol
Transports Nucléo-Cytoplasmiques
Processus d'importation et d'exportation sélectifs
- Exemples:
- les ARNm exportés qu'après modification par les
réactions de maturation de l'ARN dans le noyau.
- les protéines ribosomiques sont
1- fabriquées dans le cytosol
2- importées dans le noyau où elles s'assemblent en
particules avec l'ARN ribosomique néoformé
3- puis exportées dans le cytosol en tant que partie des
sous-unités ribosomiques.
Chaque étape nécessite un transport sélectif au
travers de l'enveloppe nucléaire.
Importation Nucléaire (1)
• Sélectivité du processus d'importation nucléaire
réside dans les signaux de localisation nucléaire
(NLS pour Nuclear Localization Signal) qui
n'existent que sur les protéines nucléaires.

• NLS: une ou deux séquences riches en lysine et


arginine (acides aminés de charge positive) dont la
séquence varie entre les différentes protéines
nucléaires.
Importation Nucléaire (2)
• Protéines nucléaires peuvent être transportées au
travers du complexe du pore dans leur
conformation complètement repliée
• Sous-unités ribosomiques néoformées
transportées à l'extérieur du noyau sous forme de
la particule assemblée
• les très grosses particules semblent se rétrécir
lorsqu'elles se faufilent au travers du complexe:
restructuration pendant leur transport :
Exemple: Exportation de certains très gros ARNm
Importation Nucléaire (3)
Récepteurs d'importation: protéines
cytosoliques solubles qui se fixent à la fois sur:

- les signaux de localisation nucléaire (NLS) de


la protéine à transporter
et sur
- les nucléoporines, dont certaines forment les
fibrilles
Importation Nucléaire (4)
- Fibrilles et autres nucléoporines contiennent un
grand nombre de courtes répétitions d'acides
aminés à base de phénylalanine et de glycine,
appelées répétitions FG

- Les répétitions FG :
- Sont des sites de liaison aux récepteurs
d'importation.

- tapissent la voie empruntée au travers du


complexe du pore nucléaire par les récepteurs
d'importation chargés de leur cargaison protéique.
Importation Nucléaire (5)
- Ces complexes protéiques se déplacent le long de la voie en se
fixant, se dissociant et se fixant à nouveau de façon répétitive
sur les séquences répétitives adjacentes.
- Une fois dans le noyau, les récepteurs d'importation se
dissocient de leur cargaison et retournent dans le cytosol.
Cargaison Cargaison Cargaison
protéique 1 protéique 2 protéique 3

Récepteur Signal de
d’importation localisation nucléaire
nucléaire
Importation Nucléaire (6)
Les récepteurs d'importation nucléaire:
- ne se fixent pas toujours directement sur
les protéines nucléaires.

- utilisent parfois des protéines adaptatrices


supplémentaires formant un pont entre le
récepteur d'importation et les signaux de
localisation nucléaire de la protéine à
transporter
Importation Nucléaire (7)
Cargaison Cargaison Cargaison
protéique protéique 2 protéique 3

Protéine adaptatrice
d’importation
nucléaire
Récepteur Signal de
d’importation localisation nucléaire
nucléaire
Exportation Nucléaire (1)
- l'exportation nucléaire s’effectue comme
l’importation nucléaire, mais dans le sens
inverse
- Les récepteurs d'exportation nucléaire
structurellement proches des récepteurs
d'importation nucléaire et codés par une
même famille de gènes: celle des récepteurs
de transport nucléaire ou
Caryophérines
GTPase Ran (GuanineTriphosphatase Ran)
Le transport consomme de l'énergie

- L’énergie provient de l'hydrolyse d'un GTP par une


GTPase monomérique appelée Ran.

- La GTPase Ran actionne le transport directionnel au


travers du complexe du pore nucléaire

- Ran est retrouvée à la lois dans le cytosol et dans le


noyau et est nécessaire aux systèmes d'importation
et d'exportation.
GTPase Ran (GuanineTriphosphatase Ran)

Ran: commutateur moléculaire existant sous deux


conformations, selon qu'un GTP ou un GDP y est fixé

Conversion déclenchée par deux protéines régulatrices


spécifiques du Ran :

- Protéine d'activation de la GTPase: GAP = GTP


Activating Protein, cytosolique

- Facteur d'échange de la guanine, la GEF = Guanine


Exchange Factor, nucléaire
GAP = GTP Activating Protein

Protéine d'activation de la GTPase: GAP = GTP


Activating Protein, cytosolique

- déclenche l'hydrolyse du GTP

- transforme Ran-GTP en Ran-GDP


GEF = Guanine Exchange Factor

Facteur d'échange de la guanine, la GEF =


Guanine Exchange Factor, nucléaire

- favorise l'échange du GDP en GTP

- transforme Ran-GDP en Ran-GTP


GTPase Ran (GuanineTriphosphatase Ran)
CYTOSOL

NOYAU
GTPase Ran (GuanineTriphosphatase Ran)
Rôle de l’enveloppe nucléaire (2)
Nombre de CPN augmente en fonction de l’activité
cellulaire
- Plus le noyau est transcriptionnellement actif, plus le nombre
de complexes du pore nucléaire est important

- L'enveloppe nucléaire d'une cellule de mammifères contient


entre 3000 et 4000 complexes du pore.

- Si la cellule synthétise de l'ADN, elle doit importer du cytosol


environ 106 molécules d'histones toutes les 3 minutes pour
empaqueter l'ADN néosynthétisé dans la chromatine.
Rôle de l’enveloppe nucléaire (3)

→ nombre de CPN augmente fonction de l’activité cellulaire.


chaque complexe du pore doit transporter 100 molécules
histones par minute.

Dans une cellule de mammifères en prolifération

►1 MILLION de molécules transitent par les Complexes de


Pores Nucléaires par MINUTE
Biogénèse de l’enveloppe nucléaire (1)

Les complexes de pores nucléaires

- restent intacts

- seront réassociés lors de la


formation de l’enveloppe nucléaire
Biogénèse de l’enveloppe nucléaire (2)

- Apparaît en interphase

- Est le produit de :
- la fusion autour de la lamina des
vésicules du RE
associée
- à des synthèses cytoplasmiques
- Disparaît en mitose après dissociation de
la lamina
Biogénèse de l’enveloppe nucléaire (3)
Nucléole (1)
En microscopie optique :

- Organite nucléaire sphérique ou ovoïde

- N’est pas limité par une membrane

- Incomplètement cerné par la chromatine

- Disparaît en mitose
Nucléole (2)
En microscopie électronique, comporte 2 zones:
- Régions claires
- Régions sombres
* Une zone périphérique granulaire :
ARN, pré-ribosomes
* Une zone centrale fibrillaire : ADN
ribosomal ou organisateur nucléolaire
Les 2 zones contiennent des protéines
Nucléole (3)
Nucléole (4)

L’ADNr ou organisateur nucléolaire correspond


à des boucles

- situées sur les CHS 13,14,15,21,22

- constituent, en fin de mitose, 10 petits


nucléoles qui fusionneront
► nucléole unique
Nucléole : Synthèse des ribosomes
1/ transcription de l’ADNr en ARNr 45S

2/ clivage de l’ARNr 45S en :


ARNr 28S, 18S, 5,8S

3/ ARN 5S tanscrit à partir du CHS 1

4/ début d’association avec des protéines


provenant du cytosol
Nucléole (4)

5/ Assemblage des protéines cytosoliques


et des ARNr
deux sous-unités pré-ribosomiques

6/ Passage des pré-ribosomes à travers


les pores nucléaires
Nucléole (5)

cellule au repos → diminution


du nombre des nucléoles

Synthèse protéique → augmentation


de la taille du nucléole
Nucléoplasme (1)
- Gel renfermant :
→ nucléoles
→ chromatine
→ nucléocytosquelette

- Composition biochimique proche de


celle du hyaloplasme
Nucléoplasme (2)

- Nucléocytosquelette constitué de
protéines fibreuses dont l’actine

- Siège du métabolisme nucléaire :


Réplication de l’ADN, transcription de
l’ARN….
Chromatine (1)
- correspond à la forme décondensée des
chromosomes

- structure complexe constituée :


- d’ADN
- de protéines

- ~ 2 mètres d’ADN doivent être contenus


dans un noyau de quelques microns
Chromatine (2)

- On distingue 2 types de chromatine :

- Euchromatine ou chromatine diffuse

- Hétérochromatine ou chromatine
condensée

et la Chromatine sexuelle ou Corpuscule de


Barr
Chromatine (3)
L’euchromatine :
- totalement décondensée pendant
l’interphase

- répartie dans le nucléoplasme

- active sur le plan transcriptionnel

- 10% de la chromatine totale


L’Euchromatine

correspond
aux zones
grises
Chromatine (4)
L’hétérochromatine :

- plus ou moins condensée tout au long du cycle


cellulaire

- localisée :
* principalement en périphérie
- du noyau (contre la lamina nucléaire)
- du nucléole
* dispersée en mottes dans le nucléoplasme
L’Hétérochromatine
Chromatine (5)

L’hétérochromatine constitutive:

- 90% de la chromatine totale

- inactive sur le plan transcriptionnel

- située à proximité des centromères


et des télomères
Chromatine (6)
Chromatine Sexuelle ou Corpuscule de Barr :

- petite masse d’hétérochromatine située


contre l’enveloppe nucléaire

- résulte de l’inactivation au hasard de l’un


des CHS X chez la FEMME

- Corpuscule de Barr n’existe pas chez


l’homme normal
Chromatine Sexuelle :
Corpuscule de Barr

Chromatine Sexuelle ou
Corpuscule de Barr
Chromatine Sexuelle :
Corpuscule de Barr

Chromatine Sexuelle ou
Corpuscule de Barr
Chromatine Sexuelle :
Corpuscule de Barr

- Nombre de X – 1 = Nombre de
Corpuscules de Barr

- Individu A : 46 chromosomes dont


XY, 0 corpuscule de Barr

- Individu B : 46 chromosomes dont


XX, 1 corpuscule de Barr
Chromatine Sexuelle :
Corpuscule de Barr

Оценить