Вы находитесь на странице: 1из 8

réalités Cardiologiques – n° 342_Janvier 2019

Billet du mois

L’antidote :
restez calme et continuez
(épisode 1)
“La manière dont nous aimons ce que nous croyons être une vérité a parfois plus
d’importance que la vérité même.”
~ Maurice Maeterlinck, La Sagesse et la Destinée, 1898.

Retour sur 2018

1. Le négationnisme scientifique et le complotisme quantifiés

Sous un certain angle, l’année 2018 avait mal commencé. Et ce, parce que les résultats
d’un sondage effectué un mois auparavant par l’Ifop pour la Fondation Jean-Jaurès et
Conspiracy Watch ont été largement rendus publics en janvier 2018. L’objectif de ce
sondage était d’évaluer la prévalence de certaines croyances au sein d’un échantillon
d’adultes de la population française. Ces croyances concernaient des contre-vérités
scientifiques avec, comme élément sous-jacent, le fait que la vérité commune, celle
qu’on peut apprendre à l’école ou en faculté, ou lire dans les journaux, serait, de fait,
l’outil d’un complot orchestré par certaines élites.

Parmi les résultats principaux, figurent quelques données qui ne peuvent manquer
de surprendre comme le fait que 55 % des personnes interrogées pensent que “le
ministère de la Santé est de mèche avec l’industrie pharmaceutique pour cacher au
F. DIÉVART
grand public la réalité sur la nocivité des vaccins”, 32 % pensent que “le virus du
ELSAN Clinique Villette, DUNKERQUE. sida a été créé en laboratoire et testé sur la population africaine avant de se répandre
à travers le monde”, 24 % pensent qu’il “existe un projet secret appelé le Nouvel
Ordre Mondial consistant à mettre en place une dictature oligarchique planétaire”,
20 % (soit 1 français sur 5) pensent, tenez-vous bien, que “certaines traînées blanches
créées par le passage des avions dans le ciel sont composées de produits chimiques
délibérément répandus pour des raisons tenues secrètes” (pour cette question les taux
de croyance sont de 34 % chez les jeunes de 18 à 24 ans et de 26 % chez ceux de 25 à
34 ans), 18 % pensent que “Dieu a créé l’Homme et la Terre il y a moins de 10 000 ans”
et, enfin, 9 % pensent qu’“il est possible que la Terre soit plate et non pas ronde comme
on nous le dit depuis l’école” (pour cette question les taux de croyance sont de 18 %
chez les jeunes de 18 à 24 ans et de 14 % chez ceux de 25 à 34 ans).

Ces réponses permettent donc, pour une part, de quantifier la prévalence de ce qui est
dénommé le déni scientifique, terme qui correspond au déni du consensus (lorsqu’il
existe) établi par une communauté scientifique.

2. Le ratio optimisme/pessimisme sur l’avenir quantifié

Puis en mars 2018, il y a eu la publication des résultats d’un sondage intitulé “Ce


qui inquiète le monde” effectué par l’Institut Ipsos dans 28 pays, dont la France :

3
réalités Cardiologiques – n° 342_Janvier 2019

Billet du mois

il confirme que le pessimisme est livre peut être considéré comme un réel “Le triomphe des Lumières” est un
plus important en France que dans les antidote contre le pessimisme ambiant livre de 636 pages dont 56 de références
autres pays du monde. Ainsi, ce son- et contre nombre de “fausses vérités”, bibliographiques et 61 de notes, compre-
dage montre que la majorité (65 %) des notamment mais indirectement, celles nant 23 chapitres dont certains titres sont
Français pensent que, dans leur pays, les qui concernent la médecine comme “les “Osez comprendre”, “Progressophobie”,
choses vont dans la mauvaise direction statines sont dangereuses”, “les vaccins “Santé”, “Inégalités”, “Terrorisme”,
alors qu’en moyenne, dans les 28 pays sont dangereux”, “je ne veux pas prendre “Menaces existentielles”… Chaque
analysés, 58 % des personnes pensent de de médicaments car ce sont des produits chapitre aurait pu, à lui seul, faire l’objet
même. Il est à noter qu’entre mars 2010 chimiques donc dangereux”, “la méde- d’un livre entier, c’est dire que pour arri-
et mars 2017, le taux de Français pensant cine est sous la coupe du complexe phar- ver à parler d’un grand nombre de sujets
que “les choses vont dans la mauvaise maco-politico-industriel”… majeurs dans un unique livre, l’auteur
direction” oscillait entre 70 et 90 %. a été synthétique en ne retenant que les
Si ce livre ne répond pas directement à élément forts et probants, même s’ils
Parmi les préoccupations principales ces critiques particulières, il en offre un sont variés et permettent d’apporter un
(3 réponses possibles sur une série de cadre explicatif devant permettre, d’une démenti à de nombreuses thèses.
plusieurs) des Français figurent, en part, de relativiser toutes les “fausses
premier, le chômage (choix de 40 % des vérités” et, d’autre part, de regarder le Qu’est-ce qui lui permet de traiter de ces
interrogés), en deuxième, la pauvreté présent et l’avenir avec optimisme, et différents sujets ? Le fait qu’il soit scienti-
et les inégalités sociales (36 %), puis le ce, simplement parce que ce livre relate fique, qu’il soit psychologue cognitiviste
terrorisme (33 %), les impôts et les taxes des faits quantifiés et scientifiques qui et qu’il ait étudié “Comment fonctionne
(31 %) et le contrôle de l’immigration infirment ou relativisent nombre de l’esprit” (ce qui est le titre d’un de ses
(24 %). À l’échelle mondiale, l’ordre théories et analyses claironnées sur les précédents livres). Steven Pinker est titu-
décroissant des 5 préoccupations prin- principaux médias. Au-delà de l’abord laire d’un doctorat en psychologie expé-
cipales est le suivant : la corruption des purement scientifique, comme il s’agit rimentale de l’Université de Harvard
milieux politiques et financiers (35 %), d’un essai, il est plein de saillies plutôt et a été professeur au Département de
le chômage (34 %), la pauvreté et les pertinentes dans lesquelles certains en Sciences cognitives et cerveau au MIT
inégalités sociales (34 %), la crimina- prennent pour leur grade. Il en est ainsi (Massachusetts Institute of Technology)
lité (31 %) et le système de santé (24 %). de H.-D. Thoreau, penseur porté aux pendant 21 ans, avant son retour à
En France, le système de santé n’arrive nues par certains car considéré comme Harvard en 2003.
qu’en 8e position des préoccupations l’un des premiers écrivains écologiques,
(15 % des répondants). tout à la fois poète des bois et philo- Quelle est sa façon de juger les faits ?
sophe subversif, éléments contribuant Reprenons une phrase qu’il a pronon-
3. Puis, l’antidote, à condition de le lire à en faire le héraut d’une cause “noble”. cée le 8 novembre 2018, lors d’une
Qu’en dit S. Pinker (p. 312) : “Se pro- émission radiophonique : “Le monde
Et, en novembre 2018, heureusement, noncer gravement et sans aucune progresse, mais le progrès n’est pas un
il y a eu la parution d’un livre salutaire, preuve sur les misères du genre humain miracle. Tout ne s’améliore pas pour
écrit par Steven Pinker et ayant pour relève, chez les critiques sociaux, de la tout le monde en même temps. Je ne fais
titre “Le triomphe des Lumières”. Ce déformation professionnelle. Dans son pas de l’optimisme exacerbé, ça serait
ouvrage classique de 1854, Walden ou la irrationnel. Moi, je montre les faits.
vie dans les bois, H.-D. Thoreau écrivait La pauvreté extrême a baissé de 75 %
que ‘l’existence que mènent la plupart en 30 ans, 90 % de l’humanité vivait
des hommes est celle d’un tranquille dans la pauvreté extrême, aujourd’hui
désespoir’. On n’a jamais vraiment com- c’est moins de 10 %. Ce sont des faits,
pris comment un reclus vivant dans une trop positifs pour faire la une des jour-
cabane au bord d’un étang pouvait bien naux, mais des faits néanmoins, irréfu-
le savoir…” tables.” Et il complète : “Le travail des
journalistes n’est pas de rendre les gens
Vous voulez une autre saillie percutante heureux, mais il doivent tout de même
rapportée dans ce livre (p. 113) et attri- donner une image juste du monde. Ils
buée à Radelet ? La voici : “En 1976, Mao donnent des statistiques sur la météo,
changea – à lui seul et de façon specta- le sport. Alors pourquoi se contenter
culaire – le cours de la pauvreté dans le des émotions et du ressenti quand on
monde : il mourut.” parle de sécurité, de terrorisme, de

4
réalités Cardiologiques – n° 342_Janvier 2019

pauvreté ?” Ainsi, le principe de ce livre des philosophes de l’Antiquité et par les raisonnements formels ont peu de
est de remettre les choses en perspective les moralistes du XVIIe siècle, elle a été chance d’être utilisés dans la vie quo-
en montrant comment elles ont évolué, analysée scientifiquement par des psy- tidienne. Les comportements courants
et, comme il l’écrit (p. 376) : “Il est certain chologues comme Daniel Kahneman sont donc largement déterminés par des
que les changements qui se produisent (prix Nobel en 2002) et Amos Tversky, automatismes, c’est-à-dire par un mode
sur une échelle de temps journalistique conduisant à la notion de biais cognitif de traitement qui s’écarte sensiblement
se traduiront par des hauts et des bas. Les et, par un sociologue, Herbert Simon des normes classiques de rationalité.”
solutions créent de nouveaux problèmes (prix Nobel en 1978), conduisant à celle
dont la solution demande elle aussi du de rationalité limitée. 1. Les biais cognitifs
temps. Mais, lorsque nous prenons du
recul par rapport à ces aléas et ces revers, Une des premières contributions Pourquoi ce terme ? Il a donc été constaté
nous constatons que les indicateurs du majeures de Kahneman et Tversky, que, face à des situations devant aboutir
progrès humain sont cumulatifs : aucun publiée en 1974, proposait une théorie à une réponse reposant sur la logique,
d’entre eux ne présente un caractère psychologique sur la manière dont les même si celle-ci est complexe, de nom-
cyclique où les gains sont inexorable- individus jugent la probabilité des événe- breux humains émettent une réponse
ment effacés par des pertes.” ments. Par exemple, plutôt que d’évaluer pour tout ou partie fausse, ou inadap-
les fréquences de manière statistique, les tée. L’approche scientifique a consisté
Alors, après la lecture de ce livre, il m’a individus ont tendance à accorder une à démontrer le caractère universel de
semblé utile de faire 4 billets consécu- probabilité élevée aux événements qui ces erreurs de raisonnement et à en faire
tifs, tant les notions qu’il aborde sont leur viennent facilement à l’esprit. Une une typologie à partir de l’analyse de
importantes à prendre en compte dans autre de leurs contributions majeures a leurs raisons potentielles, comme des
la situation actuelle marquée par la mise été la “théorie des perspectives”, publiée situations dans lesquelles certaines se
en avant de “fausses vérités” ou canulars en 1979. Alors qu’il est postulé que les produisent, et ceci par des méthodes
(fake news), de théories complotistes et individus évaluent les différents états du expérimentales. Il ne s’agit pas ici d’avoir
de dénigrement des avancées, comme monde de manière absolue et objective, prétendu qu’un raisonnement aboutis-
celles de la science, et de la science médi- Kahneman et Tversky ont proposé que sant à une conclusion ou une décision est
cale en particulier. Ces 4 billets auront les individus évaluent les situations de illogique parce qu’il n’est pas conforme
pour thème : l’erreur humaine, le cadre manière relative, par rapport à un point à notre façon de voir les choses, mais
favorisant la mise en avant des erreurs de référence qui peut être subjectif. d’avoir démontré, dans des situations
humaines, les vérités et, enfin, la façon expérimentales (comme soumettre une
de progresser. Plusieurs autres ouvrages Et pour compléter ces notions issues personne à un problème donné ou à une
parus récemment ont permis de complé- d’un article de Grollier C et al. (Revue situation particulière), que la réponse ou
ter la lecture du livre de Steven Pinker et d’économie politique, 2003;3:295-307), l’attitude de cette personne ne répondait
servent aussi de support à ces 4 billets. reprenons un de leurs paragraphes pas à une analyse logique du problème
synthétisant les apports majeurs de comme, par exemple, en surestimant les
Kahneman et Tversky : “L’évolution a faibles probabilités ou en sous-estimant
L’erreur humaine aussi doté notre système cognitif d’une les fortes probabilités.
architecture capable de traiter l’infor-
Le premier de ces billets est donc consa- mation selon deux modes de fonction- Cela a conduit au concept de biais cogni-
cré à l’erreur humaine, comprise ici nement très différents. Le premier fait tifs : il signifie que le cerveau raisonne en
comme les erreurs de raisonnement. intervenir des traitements automatiques empruntant certaines voies biaisées mais
de type heuristiques, rapides, peu plus économiques en termes de dépense
Il est en effet communément constaté et il conscients, fondés essentiellement sur énergétique, voies appelées heuris-
a été démontré que, face à des situations la détection ou la mise en œuvre d’as- tiques. Ce qui a donc fait dire à Daniel
devant conduire à des conclusions ou sociations. Le second mode, dit ‘symbo- Kahneman qu’il y a deux systèmes de
des décisions reposant sur la raison et la lique’, est plus lent. Il est ‘cognitivement raisonnement : le système 1, reposant en
logique, l’homme commet fréquemment coûteux’ car il mobilise l’attention quelque sorte sur la paresse car consom-
des erreurs aboutissant à des conclusions pour inhiber et diriger les traitements mant peu d’énergie, rapide et intuitif, et
fausses ou inadaptées, et donc à une automatiques. Mais lui seul permet le le système 2, reposant sur la logique mais
décision irrationnelle. raisonnement formel, et les modèles nécessitant d’utiliser des moyens céré-
mathématiques comme la théorie de braux plus complexes et consommant
Si cette constatation est ancienne et l’utilité espérée en sont de purs produits. plus d’énergie, et donc à l’origine d’une
avait, entre autres, été exploitée par Du fait de leur ‘coût cognitif’ très élevé, certaine fatigue.

5
réalités Cardiologiques – n° 342_Janvier 2019

Billet du mois

Parmi ces biais cognitifs identifiés, cer- >>> Dans l’étude ACCORD, bras lipides, de la diminution de la glycémie est
tains sont importants à connaître pour chez des patients diabétiques recevant démontré par l’étude UKPDS alors que
diverses raisons parmi lesquelles leur une statine, l’évaluation contre placebo cette étude a des biais tels que ses résul-
prévalence et leurs implications. Les d’un fibrate n’a montré aucun bénéfice tats ne peuvent être considérés comme
connaître permet de comprendre la clinique. Mais, bien que l’étude soit fiables. Et ce, tout en essayant en paral-
nature de plusieurs erreurs fréquentes, “négative”, un sous-groupe a régulière- lèle de trouver toutes les explications
entre autres dans le raisonnement ment été mis en avant par les commen- possibles (traitement trop important,
médical, et les possibilités de mani- tateurs de l’étude, et ce, afin de conforter baisse de glycémie trop importante
pulation. Au moins 4 de ces biais sont une hypothèse préalable supposant que et trop précoce, diabète trop ancien,
indispensables à connaître : le biais de ce type de traitement est bénéfique : un hypoglycémies délétères…), relativi-
confirmation d’hypothèse, le biais de fibrate est bénéfique dès lors qu’il est sant les résultats de l’étude ACCORD,
disponibilité, l’aversion pour la perte utilisé dans une population particulière, bras glycémie, qui a démontré qu’une
et le biais de mémorisation ou mémoire celle ayant un HDL bas et des triglycé- diminution de la glycémie peut tout à
sélective. rides élevés. la fois augmenter la mortalité totale et
la mortalité cardiovasculaire chez les
Au préalable, il convient de rappeler que Les tenants de cette théorie, qui n’est diabétiques.
si plusieurs travaux complémentaires, qu’hypothétique en l’état actuel de la
comme ceux concernant la dissonance science, se sont donc servis de l’analyse Que démontre la notion de biais de
cognitive et ceux sur l’imagerie cérébrale en sous-groupe (sous-groupe HDL bas/ confirmation ? Que nous traitons les
fonctionnelle, ont fourni des supports et triglycérides élevés vs ensemble de la informations que nous recevons à tra-
explications à la réalité et à la fonction de cohorte) de cette étude, indiquant un vers le filtre de nos croyances et de nos
ces biais, ces notions, pour essentielles bénéfice potentiel chez ces patients, préjugés (voir encadré page suivante) et
qu’elles sont à envisager, sont encore pour tenter de rendre positive une étude que nous sommes armés pour persévérer
insuffisantes car elles résument un cer- négative et maintenir la valeur de leur dans l’erreur.
tain nombre de résultats empiriques hypothèse préalable. Or, l’analyse de
mais ne permettent pas d’en comprendre l’étude, outre le fait qu’une analyse en ● Le biais de disponibilité
parfaitement l’origine. sous-groupe n’est pas fiable, notam-
ment dans un essai “négatif”, révèle que C’est aussi un biais très perturbant car
● Le biais de confirmation d’hypothèse la valeur du p pour l’interaction dans ce il consiste à avoir en mémoire un élé-
sous-groupe spécifique par rapport au ment particulier, celui qui est le plus
C’est peut-être le biais le plus fréquent, groupe pris en témoin n’est pas signifi- aisément disponible, et à en surévaluer
en tout cas le plus perturbant dans la cative (p = 0,056). Mais paradoxe, une la portée voire la fréquence alors même
démarche scientifique. Ce biais consiste valeur de p pour l’interaction dans une qu’il serait de faible portée ou rare. Un
à ne prendre en compte, dans un raison- autre analyse en sous-groupe est signifi- exemple simple en médecine : si un
nement ou la formation d’une pensée, cative (p = 0,016) : cette analyse indique médecin effectue une de ses premières
que les éléments allant dans le sens de que le traitement est neutre chez les fibrinolyses pour un infarctus du myo-
la théorie à laquelle on croit a priori, hommes et délétère chez les femmes. carde et que celle-ci se complique d’un
et donc à retenir des éléments comme Lorsqu’il est demandé aux prosélytes AVC hémorragique, dans les semaines
valides mêmes s’ils ne sont pas fiables. du bénéfice du traitement dans le sous- qui suivent, il aura tendance à sures-
Inversement, il consiste à négliger ou à groupe HDL bas/triglycérides élevés timer la fréquence effective de cette
réinterpréter les éléments contraires, pourquoi promouvoir un résultat faux complication.
pour les rendre compatibles avec la théo- et ne pas parler d’un résultat statisti-
rie à laquelle on croit a priori. Ce biais se quement potentiellement plus fiable, la L’information qui sera utilisée prio-
manifeste entre autres chez un individu, réponse est : parce que l’effet dans un cas ritairement comme fondement d’un
lorsqu’il rassemble des éléments ou se est plausible alors qu’il ne l’est pas dans raisonnement biaisé pourra être plus
rappelle des informations mémorisées, l’autre. En d’autres termes, même faux, facilement disponible pour diverses
de manière sélective, les interprétant le résultat mis en avant semble confirmer raisons : sa charge émotive, son rappel
donc d’une manière biaisée. l’hypothèse préalable défendue et doit récent, sa répétition, sa concordance
donc être utilisé. avec ses croyances, son caractère saillant
La science est pleine d’exemples où le dans une démonstration ou une présen-
biais de confirmation d’hypothèse est à >>> Deuxième exemple classique, celui tation comme le fait d’être située en pre-
l’œuvre et nous n’en citerons que deux qui consiste à affirmer que le bénéfice en mier (biais d’ancrage) et de posséder une
relatifs à une même étude. matière d’événements microvasculaires certaine caractéristique…

6
réalités Cardiologiques – n° 342_Janvier 2019

Un exemple de difficulté à exercer sa raison et de certains biais


Soit une maladie X pour laquelle un traitement est évalué dans une législation interdisant aux citoyens dans l’espace public de porter des
étude randomisée contre l’absence de traitement dans le groupe armes à feu dissimulées.
contrôle. Du fait de la maladie prise en compte, l’évaluation porte sur
le fait que les patients sont améliorés ou aggravés par le traitement Et, surprise, en analysant les réponses des personnes maîtrisant
ou sans le traitement. Les nombres de patients dans chaque correctement l’utilisation des chiffres et des proportions, il a constaté
catégorie à l’issue de la période de suivi sont donnés dans le tableau que les réponses obtenues ne dépendaient plus de ce paramètre
suivant. Question : si l’on est atteint de cette maladie vaut-il mieux mais de l’orientation politique des répondants. Dans ce modèle,
recevoir le traitement ou non ? aux État-Unis, les progressistes sont considérés comme étant
contre les armes à feu et les conservateurs pour les armes à feu.
Ainsi, quand les données suggéraient que le contrôle des armes à
Amélioré Aggravé feu avait fait baisser la criminalité, tous les progressistes forts en
Avec traitement 223 75 calcul le repéraient, alors que les conservateurs forts en calcul ne
le remarquaient pas. Quand, à l’inverse, les données montraient
Sans traitement 107 21 que le contrôle des armes à feu faisait augmenter la criminalité, la
plupart des conservateurs forts en calcul le repéraient tandis que les
DN Kahan a soumis ce problème à 1 000 Américains de tous horizons progressistes forts en calcul passaient à côté, ne faisant pas mieux
après avoir évalué préalablement par un questionnaire standard que les progressistes peu à l’aise avec les chiffres.
leurs compétences en calcul et leurs préférences politiques.
Les conclusions de cette expérimentation sont multiples.
Les résultats de cette expérience ont montré que les personnes
évaluées comme les plus à l’aise avec les chiffres ont répondu >>> Du premier problème on peut conclure que, pour apprécier une
rationnellement à la question posée, mais que les autres ont situation modérément complexe, il faut à la fois avoir une capacité
répondu de façon erronée, potentiellement en étant abusées par d’abstraction et quelques notions de calcul et ne pas se laisser
la valeur absolue élevée des patients améliorés dans le groupe abuser par un chiffre absolu. Ici la randomisation 3:1 permettait
avec traitement. Le problème à résoudre ici n’est pas de prendre d’obtenir le chiffre 223, à dessein élevé et présenté en premier, à
en compte les chiffres absolus mais d’établir les pourcentages des fins potentiellement manipulatoires (mobilisant plusieurs biais
de patients améliorés dans chaque cohorte et de comparer ces cognitifs comme le biais d’ancrage par exemple).
pourcentages, sans pouvoir tenir compte toutefois de la significativité
de la différence. Avec ce calcul, il est alors possible de s’apercevoir >>> Des deux autres problèmes, on peut conclure que face à une
que, sans traitement, 84 % des patients sont améliorés alors qu’avec thématique sociétale et politique, les répondants les plus avisés sont
le traitement le taux de patients améliorés n’est que de 75 % et aveuglés par leurs convictions politiques, leurs idées a priori. Ce
qu’il y a donc une plus forte probabilité d’avoir une amélioration que certains journalistes ont traduit dans les termes simplificateurs
sans traitement qu’avec. On peut aussi envisager l’inverse : avec suivants au terme de cette expérience : “La science confirme que la
le traitement 25 % des patients sont aggravés et sans traitement, politique ruine notre capacité de calcul” et “Comment la politique nous
seuls 16 % des patients sont aggravés et donc, la probabilité d’une rend idiots”.
aggravation de la maladie semble plus forte en prenant le traitement
qu’en ne le prenant pas. Cet exemple est adapté de données fournies dans le livre de Steven
Pinker qui, pour sa part, formule, dans l’esprit, cette conclusion : le
DN Kahan a ensuite soumis un problème de nature équivalente à la principal ennemi de la raison dans la sphère publique d’aujourd’hui
même cohorte mais, cette fois, la thématique était celle du contrôle n’est ni l’ignorance, ni l’insuffisante maîtrise des chiffres, ni
des armes à feu : les chiffres indiquant alors les conséquences d’une l’influence des biais cognitifs, mais la politisation.

Le biais de disponibilité rend compte Un autre exemple classique est celui lié aussi les plus récentes, les plus chargées
de la surévaluation qui est faite d’un au terrorisme : si, par définition spéci- d’émotions ou les plus spectaculaires,
phénomène rare, mais qui peut avoir fique, un attentat terroriste est fortement car elles lui arrivent plus facilement. En
été répété par les médias pendant une médiatisé, les gens penseront qu’il va d’autres termes, les faits paraissent pro-
période de temps donné, comme par s’en reproduire un autre très prochai- bables parce qu’ils viennent plus facile-
exemple, un effet secondaire d’un médi- nement et le craindront, alors que leur ment à l’esprit.
cament. Or, ce n’est pas parce qu’il est crainte sera moindre lorsque le temps
fait état de façon répétée d’un événement éloignera de l’événement, et ce, bien que ● L’aversion pour la perte
secondaire rare que cela remet en cause la probabilité d’un nouvel événement
le rapport bénéfice/risque du médica- soit tout aussi forte (ou plutôt tout aussi C’est une notion issue de l’économie
ment, mais cela conduit à se défier de faible) quelques mois plus tard. comportementale (celle qui a valu le
ce médicament. Puis par extension, de prix Nobel à Daniel Kahneman) qui est
l’ensemble des médicaments, avec l’ar- Que démontre la notion de biais de dis- un biais comportemental faisant que les
gument “on nous avait caché le danger” ponibilité ? Que l’esprit privilégie les humains attachent plus d’importance à
pouvant aller jusqu’au “tout va de pire en informations directement disponibles, une perte qu’à un gain du même mon-
pire” voire “tous pourris”… les plus usuelles dans ces exemples, mais tant. Ce phénomène a été largement

7
réalités Cardiologiques – n° 342_Janvier 2019

Billet du mois

démontré dans de nombreuses expé- formulés différemment en mettant en elles réapparaissent. Non seulement
riences. Il se manifeste à travers la ten- saillance dans un cas un gain potentiel certaines informations ont été “oubliées”
dance des individus à exiger une plus et dans l’autre une perte potentielle. mais plusieurs d’entre elles ont été modi-
grande compensation pour renoncer à la fiées. Par ailleurs, ce tri et cette déforma-
possession d’un objet que le prix qu’ils L’imagerie cérébrale a montré que le tion dans l’information emmagasinée
auraient proposé pour acquérir ce même fait de penser à la possibilité d’un gain font que, pour se protéger, notre mémoire
objet (s’ils ne le possédaient pas) : l’ex- active certaines des régions qui sont les garde normalement les bonnes choses
plication fournie est que lorsqu’un sujet mêmes que celles qui sont activées par la pour pouvoir ainsi écarter de notre esprit
entre en possession d’un objet, ce dernier cocaïne, le chocolat ou une belle figure. les faits négatifs désagréables. Ce biais
est intégré dans ses dotations et lui sert Ces régions sont appelées les “centres de rend compte que le passé a une tendance
de point de référence. La renonciation la récompense” et incluent le cortex pré- à être idéalisé, même s’il est antérieur à
à l’objet (perte) est alors plus fortement frontal et le striatum ventral. Penser à la notre existence, par le fait que la mémoire
ressentie que l’entrée en possession de possibilité d’une perte est associé à une sélectionne les informations relatives à
celui-ci (gain). désactivation de ces régions. celui-ci. Toutefois, nous ne pouvons pas
complétement oublier tout ce qui a été
Une expérience menée par Daniel Que démontre la notion d’aversion désagréable et nous pouvons continuer à y
Kahneman auprès de médecins rend pour la perte ? Que la formulation d’un penser, même si nous ignorons pourquoi.
compte de l’effet de ce biais en méde- problème selon que le sujet a un espoir
cine. Le problème et ses différentes de gain ou de perte, dont l’effet sera au Que démontre la notion de mémoire
formes ont été formulés comme suit : final équivalent, modifie profondément sélective ? Que l’individu aura tendance
soit une nouvelle maladie qui se répand la décision que prendra l’individu. À à idéaliser le passé, sous la forme du
dans votre ville, maladie pour laquelle valeur égale, la peur de perdre est un “c’était mieux avant”, ce que certains ont
il existe deux vaccins. facteur de motivation supérieur à la pers- dénommé l’antépathie, rendant compte
pective d’un gain. de la difficulté à appréhender le présent
>>> Dans un premier énoncé, on indique relativement au passé. Steven Pinker cite
aux médecins qu’avec l’un des vaccins Il a donc été démontré que des caracté- ainsi l’exemple classique d’une personne
on est certain de sauver 200 vies, mais ristiques superficielles d’un problème, faisant un voyage en avion de New York à
pas une de plus, tandis qu’avec l’autre, non pertinentes d’un point de vue ration- San Francisco et qui indique à l’issue de
il y a 1 chance sur 3 de sauver 600 vies et nel, ont un effet qualitatif et quantitatif ce voyage que tout ce qu’elle en a retenu ce
2 chances sur 3 de n’en sauver aucune. important sur un choix final, au point de sont les 40 minutes d’attente à l’aéroport.
Vous êtes responsable du choix du vac- provoquer des renversements de préfé- En cela, elle rend compte d’un problème
cin qui sera appliqué, lequel choisis- rences. De nombreuses études ont donc actuel apparu après qu’une solution lui
sez-vous ? confirmé qu’il est possible d’induire des a permis d’aller en quelques heures de
renversements de préférences entre des New York à San Francisco et oubliant
>>> Deuxième énoncé : imaginez l’arrivée options rationnellement équivalentes. par là-même que par le passé, avant
d’une nouvelle maladie alors que 2 autres Ainsi, pour Pinker (p. 241), l’opinion l’avion, effectuer le même voyage pre-
vaccins sont aussi disponibles pour des électeurs varie en fonction de la nait plusieurs jours dans des conditions
celle-ci. Avec le premier vaccin, il est cer- manière dont une question est formu- inconfortables et que, lors des premiers
tain que 400 personnes mourront. Avec le lée : selon la formulation, ils déclarent vols aériens, la probabilité d’un accident
second, il y a 1 chance sur 3 que personne que le gouvernement consacre trop de mortel était nettement plus élevée, mais
ne meure et 2 chances sur 3 que 600 per- moyens aux “aides sociales” mais trop peu importe, c’était mieux avant…
sonnes meurent. Lequel choisissez-vous ? peu à la “lutte contre la pauvreté”, ou
encore qu’il devrait “recourir à la force 2. Aborder la complexité
Les résultats de cette expérience ont militaire” mais “ne pas entrer en guerre”.
montré que les sujets placés devant le Comment comprendre (et non pas croire)
premier choix préfèrent majoritaire- ● La mémoire sélective, composante du que la Terre n’est pas plate et que c’est
ment et significativement l’option la biais de mémoire bien elle qui tourne autour du Soleil et
moins incertaine (certitude de sauver non l’inverse ? Comment comprendre
200 vies) alors que ceux placés devant Alors que nous emmagasinons des que, si elle est sphérique, les personnes
le second choix préfèrent l’option la informations en permanence dans notre et choses situées en-dessous du globe
plus incertaine (possibilité de sauver mémoire, lorsqu’il s’agit de porter ces (pour peu qu’il y ait un dessus et un des-
600 vies). Or, ces problèmes sont logique- informations à la conscience quelque sous…) ne tombent pas dans le néant ?
ment équivalents. Ils sont simplement temps plus tard, seules certaines d’entre Et ce, d’autant plus qu’à l’échelle de

8
réalités Cardiologiques – n° 342_Janvier 2019

l’observation humaine, rien ne permet une explication réconciliant la nature On comprend que ce mode d’explica-
de penser que la Terre puisse être à la fois de cette chose avec nos croyances ou tion des événements et du monde tend
ronde et sphérique. perceptions. Et les psychologues nous à réintroduire du déterminisme dans la
apprennent qu’une autre grande carac- façon d’interpréter le monde et de déci-
Pour arriver à envisager cela, et avant téristique du fonctionnement de l’esprit der ce qui est vrai ou non : si ce n’est
même de le vérifier par un vol spatial, est la quête de sens : en d’autres termes, plus Dieu ou le destin qui explique un
il a fallu vaincre des croyances, ne pas notre système cognitif est gouverné par fait, c’est maintenant une élite organi-
se fier à son intuition et construire des un principe général qui est de construire sée qui vise à prendre le contrôle sur
modèles basés sur la raison et le calcul, une représentation cohérente de notre nos vies et nos pensées. Dès lors qu’il
permettant finalement de ne retenir environnement qui deviendra alors, est difficile de prendre en compte le
comme valide, c’est-à-dire comme une selon ce principe, une vérité. Le pro- hasard, les probabilités statistiques, les
vérité, comme une donnée conforme blème est alors que nous prenons la explications complexes, un détermi-
à la réalité, que le fait que la Terre ne cohérence d’une histoire ou d’un rai- nisme plus simple peut s’imposer. Et
peut être que sphérique. Cette façon sonnement pour un critère de véracité. le fait ou la théorie scientifiques sont
d’appréhender le problème avait d’ail- alors niés, non pas en les réfutant par
leurs permis à Erathostène (276 av. J.-C.- En reprenant le sondage cité plus avant, une expérience qui les invalideraient,
194 av. J.-C.) d’en calculer la circonfé- 9 % des répondants pensent qu’“il est mais par le fait qu’ils sont produits par
rence et à d’autres de prévoir certains possible que la Terre soit plate et non une élite. Comme il y a complot, les faits
phénomènes cycliques. pas ronde comme on nous le dit depuis portés à notre connaissance sont faux,
l’école”. L’élément intéressant dans parce qu’il y a complot, rien ne sert de
Aujourd’hui, le sondage cité plus haut cette croyance est l’expression “comme les invalider scientifiquement, il suffit
le démontre, une grande majorité de on nous le dit depuis l’école”. Ainsi, juste de chercher les éléments montrant
Français est persuadée que la Terre est si, quelle qu’en soit la raison, on pense qu’il y a complot.
sphérique. Mais est-ce parce que cette que la Terre est plate alors qu'on nous
notion leur a été enseignée à l’école ou enseigne le contraire à l’école, un des Ainsi, on peut opposer deux démarches
parce qu’ils possèdent les outils intel- moyens de résoudre cette contradiction selon la méthode qu’elles utilisent :
lectuels pour le démontrer ? De fait, s’ils est de conclure que l’école nous ment, et – la démarche scientifique qui a pour
en sont persuadés, c’est que le langage que si elle nous ment, il y a un dessein, principe d’émettre une hypothèse et
officiel, enseigné et donc partagé, les a un complot, une conspiration. d’en évaluer la valeur en cherchant les
convaincus, faisant d’un fait scientifique faits qui peuvent l’invalider ;
une croyance reposant sur la confiance 3. Les théories complotistes – la démarche complotiste qui a pour
dans les experts et les élites. Ainsi, ils et le conspirationnisme principe d’émettre une hypothèse et
envisagent cette notion comme exacte, d’en évaluer la valeur en ne cherchant
non pas au terme d’une démonstration D’après Rudy Reichstadt (in Note n° 11 – que les faits, arguments ou indices qui
scientifique conduite personnellement Fondation Jean-Jaurès, Observatoire des peuvent la conforter, et donc à ne pas
ou d’un voyage en cabine spatiale, mais, radicalités politiques – 24 février 2015), prendre en compte les contre-argu-
dans la grande majorité des cas, par ce le conspirationnisme peut se définir ments, puisque par principe, ils sont
qui est appelé “allégeance culturelle” ou comme “une tendance à attribuer abu- l’outil du complot.
soumission à l’expertise. sivement l’origine d’un événement cho-
quant et/ou dramatique (catastrophe Ainsi, lorsque Donald Trump dit “Si
Or, dès lors que l’on ne peut démon- naturelle, accident industriel, crise la Russie ou une autre entité nous a
trer soi-même une chose complexe, économique, mort d’une personnalité, hackés, pourquoi la Maison Blanche
surtout si la nature dont cette chose attentat, révolution…) à un inavouable a attendu si longtemps pour réagir ?
est enseignée heurte nos croyances ou complot dont les auteurs – ou ceux à qui Pourquoi se sont-ils plaints quand
perceptions, il peut y avoir une disso- il est réputé profiter – conspireraient, Hillary Clinton a perdu ?”, il défend la
nance cognitive : c’est-à-dire un conflit, dans leur intérêt, à tenir cachée la vérité. notion qu’il existe un complot à son
une tension interne propre au système Une théorie du complot consiste par encontre et les arguments utilisés sont
de pensées, croyances, émotions et conséquent en un récit ‘alternatif’qui ceux d’indices de plausibilité de ce com-
attitudes (cognitions) d’une personne prétend bouleverser de manière signifi- plot. Il en est de même lorsqu’il n’est pas
lorsque plusieurs d’entre elles entrent cative la connaissance que nous avons possible d’envisager que l’attentat ter-
en contradiction les unes avec les d’un événement et donc concurrencer la roriste à Strasbourg en décembre 2018
autres. Afin d’échapper à cette tension, ‘version’qui en est communément accep- puisse avoir des causes spécifiques : il
ce conflit, il faut élaborer un scénario, tée, stigmatisée comme ‘officielle’”. est alors mis en avant le fait qu’il s’agit

9
réalités Cardiologiques – n° 342_Janvier 2019

Billet du mois

d’une manœuvre de diversion pour On reconnaît aussi en quoi la démarche En pratique


détourner l’attention du mouvement utilisée par les contempteurs des sta-
des “gilets jaunes”. tines s’apparente à une démarche Les mécanismes de la pensée et de la
conspirationniste lorsqu’elle prétend prise de décision sont l’objet d’études
Ainsi, sur les réseaux asociaux, si le que les arguments scientifiques soute- scientifiques importantes qui ont contri-
complot a pu être directement évoqué nant la valeur de cette classe thérapeu- bué à forger les concepts de biais cogni-
(“Ne nous laissons pas impression- tique ne sont pas recevables du simple tifs et de rationalité limitée. En d’autres
ner par cet attentat monté de toutes fait que les émetteurs de ces arguments termes, elles ont démontré que l’esprit se
pièces par les services secrets”), de font partie du complot, ce qui est trompe fréquemment et ont produit une
nombreux messages ont simplement démontré par leurs conflits d’intérêts. typologie des erreurs de raisonnement et
mis en avant des éléments coïnciden- Dès lors il n’y a même plus à contre- de leurs circonstances de mise en œuvre.
tiels pour en faire la marque, l’indice, argumenter, il suffit de mettre en avant Elles démontrent donc a contrario que
sinon la preuve du complot : “Bizarre, tous les indices d’une chaîne montrant le chemin est complexe pour vaincre
hier Macron n’a pas convaincu. Les qu’un résultat d’étude a été manipulé ces erreurs et aboutir à l’émergence de
merdias nous disent gilets jaunes c’est pour servir à la domination d’une élite vérités, comprises tout à la fois comme
fini et ce soir attentat à Strasbourg ?”, particulière. Point de science, juste la éléments en accord avec la réalité,
“Plein de gens se disent que l’attentat à révélation d’un complot dont on est fier démontrables ou falsifiables, et comme
Strasbourg a un timing trop parfait…”, de révéler la réalité : je vais vous montrer éléments prédictifs. Seuls la science et ce
“Étrange cet attentat le lendemain de les marionnettistes qui tirent les ficelles qui a été appelé “l’esprit des Lumières”
l’allocution de Macron… coup monté du monde dans les coulisses… ont permis des avancées notables.
pour faire peur aux gens pour la suite
des manifestations”. Ainsi, pour reprendre de nouveau Rudy Connaître les limites de l’esprit humain
Reichstadt, “… le conspirationnisme permet de comprendre à quel point
Un autre argument a été d’en appeler partage avec la science moderne l’idée celui-ci peut être abusé, sinon manipulé,
à une certaine “logique” en indiquant que la vérité n’est pas donnée immé- et s’abuser lui-même, et ce afin de tenter
que, s’il s’agissait vraiment d’un attentat diatement, qu’il faut aller la chercher de démêler progressivement le vrai du
terroriste, le plus emblématique aurait derrière les apparences, que les dogmes faux, le relatif de l’absolu, l’épiphéno-
été de se faire exploser au milieu d’une et les paroles officielles méritent d’être mène de la tendance longue et globale,
manifestation de plusieurs milliers questionnés. Le complotisme se réclame parmi les informations qui nous sont
de personnes à Paris, et non d’en atta- ainsi du doute. Il se présente à nous paré présentées quotidiennement, y compris
quer quelques-unes dans une ville de des atours prestigieux du scepticisme et en matière scientifique.
province. Et donc comme cet attentat de la pensée critique alors même que la
à Strasbourg ne conforte pas la logique mentalité conspirationniste ressortit à
supposée d’un attentat terroriste, il s’agit une forme de pensée antiscientifique…
d’une manœuvre orchestrée par l’État et De plus, en s’affranchissant de la charge L’auteur a déclaré les conflits d’intérêts suivants :
ses services pour faire diversion… et de de la preuve, le complotiste immunise honoraires pour conférences ou conseils ou
conclure : “Macron (et) le gouvernement son discours contre toute critique, l’im- défraiements pour congrès pour et par les
laboratoires : Alliance BMS-Pfizer, Amgen, Astra-
font exprès de faire un attentat pour ins- possibilité à prouver catégoriquement le
Zeneca, Bayer, BMS, Boehringer-Ingelheim,
taurer l’état d’urgence pour empêcher les complot étant retournée en signe de la Daiichi-Sankyo, Ménarini, Novartis, Novo-
gilets jaunes de faire la révolution”. toute-puissance du complot”. Nordisk, Pfizer, Sanofi-Aventis France, Servier.

10

Оценить