Вы находитесь на странице: 1из 92

 

2007   
 

 
Technologie des 
procédés de construction   
 
Diallo Diaraye   
Ringenbach Laurence 
 
 
 

  [L’ETANCHEITE] 
  Toitures‐terrasses   Toitures‐terrasses jardin 

  Le terme étanchéité désigne tout ouvrage ayant pour objet de rendre étanche une 
paroi : toiture‐terrasse, mur enterré, etc., et le résultat d’un tel ouvrage. (Dicobat, 
 
Jean de Vigan, page 359, éditions Arcature, 1992) 
 

 
 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 2 
LOT ETANCHEITE 
 

1. NORMES, DTU, REGLES DE CONSTRUCTION 
 

Nous avons recensé sept Documents Techniques Unifiés (DTU) concernant l’étanchéité des toitures‐
terrasses et  des toitures végétalisées. Voici leur liste et leur résumé : 

14.1  NF  P11­221­1  (mai  2000)  :  Travaux  de  bâtiment  ­  Travaux  de  cuvelage  ­ 
Partie  1  :  Cahier  des  clauses  techniques  +  Erratum  (novembre  2000)  (2ème 
tirage) (Indice de classement : P11­221) 

Ce DTU s’adresse aux structures résistantes en béton de granulat courant. On s’intéresse ici
aux domaines d’application des cuvelages avec différents revêtements d’imperméabilisation,
aux règles techniques de conception et de calcul. Ce document est scindé en deux parties :

PARTIE 1 : Travaux de bâtiment 
Ce document définit les conditions de mise en œuvre de cuvelage des parties immergées de 
bâtiments ayant une structure résistante, des retours, et des ouvrages solidarisés réalisés en béton. 

PARTIE 2 : Travaux de bâtiment Marchés privés 
Ce  document  définit  les  causes  spéciales  des  marchés  de  travaux  de  cuvelage  passés  avec 
une entreprise de gros œuvre ou d’étanchéité. 

20.12 NF P10­203­1(septembre 1993) : Maçonnerie des toitures et d'étanchéité ­ 
Gros  œuvre  en  maçonnerie  des  toitures  destinées  à  recevoir  un  revêtement 
d'étanchéité  ­  Cahier  des  clauses  techniques  +  Erratum  (février  1994)  + 
Amendement A1 (juillet 2000) (Indice de classement : P10­203­1)   
Ce document  a pour objet de donner les règles nécessaires à la réalisation du gros œuvre en 
maçonnerie  des  toitures  destinées  à  recevoir  un  revêtement  d'étanchéité  (par  référence  aux  DTU 
43.1 et 43.2). Et cela afin d'éviter les désordres des éléments sous‐jacents, et d'assurer à l'étanchéité 
un  support  adapté  à  son  bon  comportement.  La présente norme s'applique au gros  œuvre en 
maçonnerie  des  toitures  à  pente  nulle,  plates  ou  inclinées,  ce  qui  concerne  les  toitures 
inaccessibles  et  accessibles  (piétons,  véhicules),  les  toitures‐jardins,  les  toitures  techniques 
et les balcons et loggias surmontant des locaux. Les maçonneries  en béton visées sont celles 
de  béton  de  granulats  courants.  Les  dispositions  du  présent  texte  sont  valables  pour  des 
constructions d'usage courant réalisées en France métropolitaine : 
9 En climat de plaine ; 
9 En climat de montagne (voir article 8) caractérisé par une altitude > 900 m. 

20.12  NF  P10­203­2(septembre  1993)    Maçonnerie  des  toitures  et  d'étanchéité. 


Gros  œuvre  en  maçonnerie  des  toitures  destinées  à  recevoir  un  revêtement 
d'étanchéité 
La  présente  norme  à  pour  objet  de  définir  les  clauses  spéciales  des  marchés  privés  des 
travaux de gros œuvre en maçonnerie des toitures, destinés à recevoir un revêtement d'étanchéité 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 3 
LOT ETANCHEITE 
par  référence  à  la  norme  NF  P  10‐203‐1  (référence  DTU  20.12).  Les  travaux  d'étanchéité  faisant 
l'objet de la norme NF P 84‐204 (référence DTU 43.1) et NF P 84‐205 (référence DTU 43.2). 

43.1  NF  P84­204­1­1  (novembre  2004)  :  Travaux  de  bâtiment  ­  Etanchéité  des 
toitures­terrasses et toitures inclinées avec éléments porteurs en maçonnerie en 
climat de plaine ­ Partie 1­1 : Cahier des clauses techniques (Indice de classement : 
P84­204­1­1)   
La présente norme s'applique au gros œuvre en maçonnerie des toitures à pente nulle, plates 
ou inclinées (voir pour la définition l'annexe B, paragraphe B.2). 
Les ouvrages concernés sont les suivants : les toitures inaccessibles, les toitures accessibles (piétons, 
véhicules),  les  toitures‐jardins,  les  toitures  techniques  et  les  balcons  et  loggias  surmontant  des 
locaux.  Cette  norme  donne  la  composition  des  ouvrages  d’étanchéité  (panneaux  isolants, 
protection…), les critères de choix des matériaux, les clauses administratives et enfin un guide pour la 
rédaction  des  documents  particuliers  du  marché,  la  préparation  et  l’organisation  des  travaux,  
destiné au maître d’ouvrage. 

43.3  NF  P84­206­1  (juin  1995)  :  Mise  en  œuvre  des  toitures  en  tôles  d'acier 
nervurées avec revêtement d'étanchéité ­ Partie 1 : Cahier des clauses techniques 
(Indice de classement : P84­206­1)   
Le  document  définit  l’exécution  des  ouvrages  de  ce  type  et  leur  composition  ainsi  que  les 
clauses administratives concernant les travaux. 

43.4  NF  P84­207­1  (mai  1993)  :  Toitures  en  éléments  porteurs  en  bois  et 
panneaux  dérivés  du  bois  avec  revêtements  d'étanchéité  ­  Partie  1  :  Cahier  des 
clauses  techniques  +  Amendement  A1  (décembre  1995)  (Indice  de  classement  : 
P84­207­1)   
Ce document donne les ouvrages entrant dans l’exécution de ce type de toiture, la structure 
porteuse  qui  reçoit  l’ouvrage,  les  conditions  d’emploi  de  ce  type  de  toitures  et  les  clauses 
administratives  relatives  aux  travaux.  On  y  classe  ces  toitures  en  quatre  types  (toitures  chaudes 
isolées et non isolées, toitures froides ventilées (isolées ou non).  

43.5  NF  P84­208­1  (novembre  2002)  :  Travaux  de  bâtiment  ­  Réfection  des 
ouvrages  d'étanchéité  des  toitures­terrasses  ou  inclinées  ­  Partie  1  :  Cahier  des 
clauses techniques (Indice de classement : P84­208­1)   
Ce document définit les clauses techniques d’exécution des nouveaux ouvrages, les types de 
toitures  classées  en  fonction  de  leur  accessibilité  et  des  éléments  porteurs  relativement  à  cette 
réfection.  Il  donne  aussi  les  dispositions  générales  à  prendre  en  compte  (nature  du  revêtement 
existant, hygrométrie…) et les clauses administratives. 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 4 
LOT ETANCHEITE 
2. CONCEPTION DU LOT ET COUPES TECHNOLOGIQUES, 
TERMINOLOGIE 
 

Qu’est­ce qu’une toiture­terrasse ? 
 

La toiture‐terrasse est un ouvrage qui sert à abriter et se caractérise par une pente inférieure à 5%. 
On note p la pente et on distingue : 

Les toitures sans pente pour p<1% 

Les toitures terrasses plates : 1< p <5% 

Ce type de couverture   présente l’avantage de  rentabiliser l’espace construit (du fait de l’absence de 
combles) par l’aménagement de la terrasse (parking, jardin …), il permet également  de supprimer la 
charpente. Parmi les fonctions que doit assurer la couverture, l’étanchéité et l’évacuation des eaux 
sont essentielles. 

Choix du système d’étanchéité 
Le choix de l’étanchéité dépend de plusieurs critères : 

• S’il s’agit d’une réfection ou d’une construction neuve. 

• La nature du support d’étanchéité et celle de l’élément porteur (ciment, bois, acier), par 
rapport aux charges mécaniques et à la technique la plus adaptée. 

• L’usage de l’ouvrage : dans le cas des toitures terrasses par exemple, il est indispensable de 
savoir si elle est  accessible ou non. 

• Existence d’une isolation : sa nature, son type (isolation sous étanchéité ou étanchéité 
inversée) ; les propriétés de l’isolant. 

• Connaître l’environnement de l’ouvrage : climat, altitude, présence de la nappe phréatique 
(pour les ouvrages enterrés) …. 

• Technique de mise en œuvre 

• Charge totale admissible de l’ouvrage 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 5 
LOT ETANCHEITE 
Les revêtements d’étanchéité 

Feuilles bitumineuses 
Elles sont constituées : 

o D’une  masse  bitumeuse  d’enrobage :  bitumes  modifiés  ou  soufflés  (oxydés).  Ce  sont  les 
chapes  de  bitume  armé  et  les  feutres  bitumés.  Elle  est  caractérisée  par  deux  données :  le 
ramollissement  donné  en  degré  Celsius  (NF  T  66‐008)  et  la  pénétration  donnée  en  dixièmes  de 
millimètres   

o D’armatures:  Support  pour  la  masse  bitumeuse.  Elles  peuvent  être  en  feutre  non  tissé,  en 
toile pour les bitumes oxydés, et minérales ou synthétiques pour les bitumes modifiés.  

o D’un traitement de surface pour éviter le collage entre les spires du rouleau (autoprotection, 
film plastique pour faciliter le soudage, complément d’indépendance…). 

Bitumes oxydés (obtenus par soufflage)  
Elles sont appliquées en multicouches. Un renforcement est en général utilisé pour protéger 
le revêtement des fissures et du poinçonnement. 

Bitumes modifiés 
Les  bitumes  modifiés  se  caractérisent  par  l’ajout  de  produits  de  synthèse  dans  le  but 
d’améliorer l’élasticité et la pliabilité à  froid. Les armatures  utilisées dans ce cas sont  minérales ou 
synthétiques. 

Feuilles synthétiques 
Elles sont employées en monocouche et sont constituées de feuilles préfabriquées souples  à 
base de résines de  hauts polymères de synthèse associés parfois à des adjuvants et des armatures. 
Elles sont aussi mises en place par collage ou soudage. 

Elles peuvent être laissées apparentes, placées sous des protections rapportées ou sous des 
dalles sur plot pour les toitures accessibles aux piétons. 

Revêtements en asphalte 
On les utilise pour  les toitures de pente inférieure à 3%. Ils sont coulés sur place et à chaud. Ils 
sont constitués d’un assemblage de mastic (mélange de bitume et de fines) et d’un squelette minéral 
(sable et gravillons). Le mélange en différentes proportions donne : 

¾ Asphalte pur et sablé 
¾ Asphalte gravillonné utilisé pour la protection, le dallage et le revêtement. 

On distingue trois types de revêtements : 

¾ Type  A :  Utilisé  pour  toutes  terrasses ;  Asphalte  pur  (5mm)  +  asphalte  sablé  (15  mm).  La 
protection est obligatoire. 
¾ Type P : Toitures accessibles aux piétons (protection dalle sur plot), poids lourds (protection 
en dur) et les véhicules légers (uniquement sur support en maçonnerie);  Type A + asphalte 
gravillonné. 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 6 
LOT ETANCHEITE 
¾ Type rampe  sur support en maçonnerie: elles sont constituées de deux couches d’asphalte 
gravillonné séparées par une résille de verre et sont accessibles à la circulation des véhicules. 

Revêtements en résine ou système d’étanchéité liquide 
Le revêtement est appliqué en projection ou à la brosse, élaboré directement sur le support 
en système multicouche.  Avec ce type de revêtement en général il faut obligatoirement disposer un 
écran  entre  l’isolant  et  l’étanchéité  afin  d’assurer  la  continuité  du  support.  Ce  qui  induit  un  coût 
supplémentaire. 

 Il est plus avantageux de faire une toiture inversée ; le poids de la résine étant de 3kg /m2, 
les  panneaux  isolants  sont  lestés  à  l’aide  de  gravillons  empêchant  ainsi  l’envol  du  revêtement.  Le 
système doit être posé sur un support peu susceptible de se fissurer. 

Revêtement en mousse de polyuréthane projetée 
Ce procédé vise à associer la résine qui à l’avantage d’avoir un poids faible et la mousse de 
polyuréthane qui réunit les propriétés de matériau étanche et isolant. Mais elle est très sensible aux 
conditions  atmosphériques  (température,  rayons  UV,  hygrométrie)  qui  peuvent  provoquer  des 
fissures  et  lui  faire  perdre  son  pouvoir  d’étancheur ;  mais  elle  garde  tout  de  même  sa  capacité 
d’isoler. 

On  obtient  ainsi  un  ensemble  constitué  d’un  élément  étanche  adhérent  au  support  et  
appliqué  en  une  passe  (la  résine)  et  un  isolant  (mousse)  projeté  en  plusieurs  passes  selon  le 
coefficient d’isolation souhaité. 

      L’application qui se fait en trois couches (40 à 60 mm) est faite par projection. La protection est 
assurée par un épiderme sur les relevés et en partie courante où elle est parfois complétée par une 
protection rapportée. 

Les différents types de toitures terrasses 
On réalise un classement des toitures terrasses suivant leur support, leur protection, leur utilité. 

En fonction du support 
Le support est l’élément sur lequel est placé le revêtement d’étanchéité. Les éléments porteurs 
peuvent aussi remplir cette fonction. L’étanchéité peut être reçue par : 
 
¾ des  supports  en  maçonnerie  sans  isolant  (toitures  terrasses  plates) ou  par  une  forme  de 
pente placée directement sur l’élément porteur. 
 
¾ des  panneaux  isolants  non  porteurs  (toitures  sans  pente  p<1%) :  Cette  solution  est  la  plus 
couramment  utilisée ;  elle  a  l’avantage  de  permettre  une  protection  de  l’ensemble  contre 
les chocs thermiques. L’association de l’isolant et du revêtement d’étanchéité se fait de deux 
façons différentes (voir image suivante) :  
 
o Isolation  sous  étanchéité  (isolant  support  d’étanchéité) ;  L’isolant  protège 
thermiquement l’élément porteur  mais pas le revêtement d’étanchéité. Ce dernier 
peut  être  placé  en  dessous  d’une  protection  rapportée  (son  inertie  thermique 
protège le revêtement)  ou auto protégé (utilisé en toiture inaccessible). 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 7 
LOT ETANCHEITE 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
o Isolation inversée (toiture inversée) : dans ce cas, l’étanchéité est placée en dessous 
de l’isolation thermique : un film de désolidarisation est parfois placé entre les deux 
selon la nature de l’étanchéité, car il faut rappeler que l’isolant dans ce cas n’est pas 
protégé  de  l’eau,  c’est  pourquoi  on  utilise  une  protection  lourde.  Cette  solution  a 
l’avantage de protéger l’isolant des écarts importants de température.  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Dans le deuxième cas, la mise en œuvre est plus rapide et moins coûteuse car ne nécessitant 
pas l’utilisation de pare vapeur ;  elle s’applique aux toitures terrasses techniques et accessibles aux 
piétons avec protection en dallettes sur plots. L’élément porteur doit être en béton. 
 
 
 
 
 
 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 8 
LOT ETANCHEITE 
Le support est relié au revêtement d’étanchéité par trois techniques : 

¾ L’adhérence (autoprotection)   
¾ La semi adhérence (fixation mécanique, collage  fixation et adhérence partielle) 
¾ L’indépendance avec lestage (protection lourde …) 

En fonction de l’accessibilité 
Toitures terrasses dont l’accès est réservé à l’entretien de l’étanchéité 
 
Ce sont des toitures dont l’accès est réservé aux personnes chargées de leur entretien. 
Elles  peuvent  être  de  pente  nulle,  plates  ou  inclinées.  Lorsque  l’élément  porteur  est  en  béton 
cellulaire les toitures inaccessibles ne peuvent être que plates ou inclinées. 
Elles sont en général auto protégées, on ajoute parfois une protection meuble (granulats). Et dans le 
cas  des  toitures  exposées  à  des  vents qui  pourraient  déplacer  le  revêtement  un  lestage  est  mis  en 
place :  dalles  (2  m  de  largeur)  sur  le  pourtour  du  bâtiment  ou  une  agglutination  en  surface  des 
gravillons.    
 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 9 
LOT ETANCHEITE 
 

Fig. 1 

  (9)

 
(7) 
 (1)  

 
(6)
(2) 

(3) 

 (4) 

(5) (8)
 

   

ème
(1)Couche de finition                                (4) Isolant thermique                               (7) 2  couche d’étanchéité 
(2)Equerre de renfort                            (5) Pare vapeur                                      (8) Elément porteur en maçonnerie                                                       
(3) Enduit d’imprégnation à froid          (6) 1 ère couche d’étanchéité               (9) Béquet en tête de relevé d’étanchéité 
                      
               
 

Dans la figure 1, le revêtement d’étanchéité auto protégé est appliqué en deux couches (bitume 
modifié  ‐  bicouche)  et  directement  placé  sur  un  isolant  thermique.  Celui‐ci  est  protégé  de  la 
condensation  par  un  pare  vapeur  collé  sur  l’élément  porteur  par  un  enduit  d’imprégnation  à  froid 
(EIF). Le relevé d’étanchéité est placé sur l’équerre de renfort (en bitume modifié). 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 10 
LOT ETANCHEITE 
Fig2 

(1) 
(4) 
 

(5)   

 
(6) 
(2) 

(7)   
(3) 
 
(8)   
(9) 
    (9) 

 
(1) Protection rapportée                            (4)  Couche de finition          (7)  Isolant                           
(2) Revêtement monocouche                     (5)  Equerre de renfort         (8)  Pare vapeur 
(3) Ecran d’indépendance                           (6)  EIF                                  (9)  EAC                                                            
 

Dans  la  figure  2,  le  revêtement  est  placé  sous  une  protection  rapportée.  L’isolant  est  en  système 
monocouche et un écran d’indépendance est placé entre l’étanchéité et la protection. 

Toitures techniques (pente nulle et plate) 
Ce  sont  des  toitures  qui  subissent  un  passage  fréquent  pour  l’entretien  du  fait  de  la  présence 
d’équipements techniques. La différence avec le type de toiture précédent est que le revêtement est 
renforcé. On distingue : 

¾ Type asphalte gravillonné protégé par des dalles de mortier et de béton coulé sur place ; on 
utilise les techniques valables pour les terrasses piétonnes. 

¾ Elastomère  renforcé  par  des  feuilles  d’armature  en  polyester et  protégées  par  des  dalles 
préfabriquées en béton posées à sec sur une couche de désolidarisation.  

La pente maximale admise est de 7%. 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 11 
LOT ETANCHEITE 
 

Toitures accessibles à la circulation des piétons sur dalles sur plots 
 

Ce sont des toitures destinées uniquement au passage des personnes. La pente peut être nulle. 
Elles ont l’avantage de faciliter l’évacuation rapide des eaux de pluie. Le démontage des plots est aisé 
et les chocs thermiques sur le revêtement d’étanchéité sont limités. 
Mais  elles  sont  d’usage  limité  et  ne  permettent  pas  d’accueillir  la  circulation  des  engins 
roulants. 
 

Les revêtements d’étanchéité sont du type (selon la pente comprise entre 0 et 5 %) : 

¾ asphalte (type A avec protection en dur ou du type P sans protection)                                    
¾ multicouches (protection en mortier de ciment ou béton coulé)                                                
¾ tout type de revêtement qui permet la pose directe des plots. 

Pente minimale de 1% pour éviter la stagnation de l’eau : 

On utilise tous les types de revêtement (à l’exception des monocouches).   

   

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 12 
LOT ETANCHEITE 
Toitures‐terrasses accessibles au séjour et à la circulation des piétons 
 

¾ Asphalte  gravillonné:  le  revêtement  est  lui  aussi  en  asphalte  gravillonné  et  coulé  sur  un 
support en maçonnerie. Il est séparé de la protection par une couche de désolidarisation.  
 
¾ Mortier  ou  béton  coulé sur  place :  La  couche  de  désolidarisation  séparant  la  protection  du 
revêtement  est  en  granulats.  La  protection  est  placée  en  périphérie  et  fractionnée  sur  la 
partie courante tous les 4m maximum. 
 

¾ Dalles préfabriquées en  béton de  ciment ou pierre  dure : La  couche de désolidarisation est 


faite  de  granulats  ou  de  sable.  Les  dalles  épaisses  de  4  cm  en  pierre  ou  en  béton,  sont 
fractionnées tous les 6m. 

 
          

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 13 
LOT ETANCHEITE 
      Protection en dalles préfabriquées en béton 

¾ Pavés :  La  couche  de  désolidarisation  en  sable  ‐épaisse  de  6  cm‐,  est  placée  entre  le 
revêtement et la protection en pavés de béton (6cm) 

Toitures‐terrasses parking (pente de 1 à 5%) 

Parcs véhicules légers (véhicules de moins de tonnes par essieu) 

Revêtement d’étanchéité : en asphalte ou en multicouches 
¾ Pour  les  revêtements  en  asphalte  de  type  A  et  multicouche,  la  protection  se  fait  par  un 
dallage  en  béton  armé  placé  sur  une  couche  de  désolidarisation  en  granulats  de  3cm 
d’épaisseur (voir fig). 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 14 
LOT ETANCHEITE 
¾ Pour les revêtements en asphalte de type P (gravillonné), il n’y a pas besoin de protection. 

¾ Pour les revêtements multicouches : La protection se fait aussi par dallage de béton armé. La 
figure qui suit représente le cas où le revêtement est placé sur un isolant ou directement sur 
l’élément porteur. 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 15 
LOT ETANCHEITE 
Parcs poids lourds 
Protection On utilise un dallage en béton armé (du même principe que pour les véhicules légers)  à la 
différence que les dalles sont épaisses de 12 cm au moins. 
Il existe tout de même dans ces deux types de toiture des protections en enrobé bitumineux suivant 
le cahier de charge. 
Revêtement d’étanchéité 

On utilise les mêmes revêtements que dans le cas des parkings de véhicules légers à l’exception du 
fait que les revêtements en asphalte de type P sont protégés. 

¾ Asphalte : 

Asphalte type A                    Asphalte type P

¾ Multicouche 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 16 
LOT ETANCHEITE 
 

Ouvrages annexes 
 

 
Relief  Joint de 
Trop‐plein
dilatation  Canalisations

Evacuation d’eaux pluviales   

Les  reliefs et relevés d’étanchéité 

Les relevés d’étanchéité servent à éviter que l’eau ne s’infiltre par ruissellement entre le revêtement 
d’étanchéité et la façade ;   

L’élément qui leur sert de support est appelé relief ; ce sont: 

¾ des acrotères s’ils bordent le toit (en béton armé, coulé ou préfabriqué) 
¾ des costières  partout ailleurs ; en béton pour les toitures accessibles ; en acier galvanisé ou 
inoxydable pour les inaccessibles aux piétons et des dallettes pour les toitures avec dalles sur 
plots (la hauteur du relevé est de 10 cm min. au dessus de la face supérieure des plots) . 
¾ des élévations (retraits d’étage) : en maçonnerie d’éléments ou en béton. 

On distingue quatre techniques de protection des relevés :  

o Bande solin 
o Becquet 
o Bande à saillant 
o Engravure 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 17 
LOT ETANCHEITE 
Bande Solin 

La bande solin joue le double rôle de protection du relevé et d’ écartement des eaux de ruissellement. 

Becquet 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 18 
LOT ETANCHEITE 
 

Engravure 

Bande saillant à lamier : 

Les relevés peuvent être  exécutés avec ou sans isolation. 

La  hauteur  des  relevés  est  fonction  de  la  nature  de  la  toiture,  de  l’épaisseur  et  de  la  nature    du 
revêtement d’étanchéité mais aussi du climat. 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 19 
LOT ETANCHEITE 
Ils peuvent ne pas recevoir de protection en dur dans le cas des toitures inaccessibles, techniques et 
accessibles lorsqu’ils sont protégés par un ouvrage.  
 

Les seuils 

Ce  sont  des  reliefs  qui  permettent  l’accès  de  la  terrasse  tout  en  empêchant  les  eaux  de 
rejaillissement de pénétrer l’habitation. Ce point est assuré par une hauteur minimale mise en œuvre 
comme un relevé normal (10 cm min. en toiture accessible).  
 

 
Mais cette hauteur est peu compatible avec les exigences quand à l’accessibilité des handicapés (2 
cm maximum). Pour palier ce problème, on peut : 
¾ Créer un caniveau recouvert d’une grille ou d’un caillebotis devant la porte 
¾ Faire  un  passage  à  niveau  avec  le  niveau  intérieur  par  un  décrochement  de  la  dalle  et 
l’installation d’une dalle au même niveau que le sol (dalles sur plot ou caillebotis). Une petite 
grille est placée devant l’entrée. 

Il  arrive  aussi  que  l’étanchéité  soit  supprimée  au  niveau  du  seuil,  ce  qui  peut  entraîner  des 
pathologies. 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 20 
LOT ETANCHEITE 
Exemple de mise à niveau de seuil 

Les lanterneaux  

Ce sont des ouvrages situés sur la toiture qui permettent l’installation de dispositifs assurant l’accès, 
l’éclairage, la ventilation mais aussi le désenfumage. Etant surélevés par rapport au niveau courant 
de la toiture‐ l’étanchéité y est raccordée par des relevés.       

Les joints 

En prévision de la variation dimensionnelle du gros œuvre, on prévoit des joints de fractionnement. 
La  continuité  du  toit  ne  se  vérifiant  pas  à  ces  niveaux,  des  dispositifs  particuliers  en  vue  de  la 
réalisation  de  l’étanchéité  seront  mis  en  œuvre.  Ainsi  en fonction  de  l’usage  de  la  toiture    et  de  la 
protection utilisée, on distingue 3 types de joints : 

Joints saillants : réalisés par deux murets en périphérie des joints d’une hauteur minimale de : 15cm 
au dessus de la protection (pente nulle) et 10 cm (pente >1%). Ces murets (costières)  en béton ou en 
métal sont protégés par un couronnement en béton, par la continuité de la costière en bandeau  à 
larmier ou par un couvre‐joint métallique. 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 21 
LOT ETANCHEITE 
La surélévation ne doit pas gêner pas la circulation. 
 
 

 
 
 
Joints plats : Afin d’éviter la gêne de la circulation par la surélévation, on réalise un dispositif souple 
et  résistant  placé  entre  deux  couches  de  revêtement  étanches.  L’ensemble  est  protégé  par  des 
dallettes en béton. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 22 
LOT ETANCHEITE 
Joints plats surélevés : Ils se réalisent de la même manière que les joints plats, à la différence que 
des costières de hauteur inférieure à 5cm sont mises en œuvre. 
 
 
 

 
 

Dalles de répartition  

Elles sont utilisées pour protéger le système d’étanchéité de l’exploitation de la toiture. Le dallage se 
fait sur la totalité ou une partie de la toiture technique (recevant des équipements techniques : cage 
d’ascenseur,  VMC…).  Il  a  pour  rôle  d’éviter  que  la  protection  meuble  soit  altérée.  Le 
dimensionnement  prend  en  compte  les  contraintes  mécaniques  pour  une  bonne  répartition  des 
charges.  Le béton utilisé reçoit un traitement particulier (adjuvent) et est dosé à au moins 350kg de 
ciment  par  m3  de  béton.  La  dalle  a  une  épaisseur  minimale  de  120mm.  La  dalle  en  béton  est 
désolidarisée du système  étanche par  un panneau  de polystyrène expansé,   les joints de dilatation 
sont distants en longueur de 20mm au max et 5m en large. La photo ci‐dessous représente une dalle 
de répartition, bien qu’elle ne soit pas installée sur une toiture‐terrasse, le principe reste le même. 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 23 
LOT ETANCHEITE 
 

Les 5 éléments d'un plancher PPB à poutrelles béton précontraintes 1

  1 ‐ Poutrelles précontraintes 
  2 ‐ Entrevous 
  3 ‐ Armatures anti‐retrait (treillis soudé) 
  4 ‐ Chapeaux (barres d'acier de liaison) 
  5 ‐ Dalle de répartition coulée en oeuvre sur toute la surface du plancher 

Les évacuations d’eaux pluviales 

Elles sont assurées par des ouvrages de collecte (caniveaux, noues et chêneaux) et d’évacuation 
(entrées d’eaux et trop plein). 

Le diamètre des tuyaux de descente est fonction de la surface d’eau. La distance maximale entre 
chaque évacuation d’eau de la partie de la surface la plus éloignée est de 30m. L’entrée d’eau se 
divise en deux parties : le moignon (réservation qui représente le raccordement avec les 
canalisations d’eaux pluviales) et la platine (surface horizontale insérée dans le revêtement). 

On effectue un décaissé dans le gros œuvre pour que l’évacuation soit en point bas et permette 
l’évacuation de l’eau. Celui‐ci est obligatoire sur une toiture non isolée et recommandé sur une 
toiture isolée. 

                                                            
1
Source : http://www.poterie-3ilets.com
DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 24 
LOT ETANCHEITE 
 

Les canalisations 

Les canalisations qui passent par les terrasses doivent avoir une réservation prévue. Cette 
réservation à l’extérieur de la terrasse se trouve dans un dé en béton dont le relief doit aussi avoir un 
dispositif d’étanchéité ; il doit avoir une pente et une hauteur minimale (150 mm) au dessus de la 
protection du revêtement de la partie courante. 

 
 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 25 
LOT ETANCHEITE 
Les toitures terrasses jardins 
 

Aujourd’hui  il  est  possible  d’installer  une  toiture‐terrasse  jardin  dans  presque  toutes  les  situations, 
grâce  notamment  aux  progrès  faits  par  les  techniques  actuelles  en  matière  d’étanchéité.  Il  faut 
néanmoins  prendre  en  compte  la  surcharge  de  poids  engendrée  par  les  végétaux  eux‐mêmes,  les 
problèmes éventuels liés au développement de la végétation. 

  L’étanchéité des toitures jardins traditionnelles suit le schéma suivant (cf figure). 

Acrotère 

Elément de  Terre végétale (gazon) 
séparation 

Becquet de 
protection 
Hauteur du  Zone 
relevé=15 cm  Relevé 
Stérile
d’étanchéité

Dalle en béton 
E.E.P
armé 

Pare‐vapeur  Isolant  Etanchéité  Couche de  Couche 


thermique  bicouche anti‐ drainage  filtrante 
racines

On installe : 

9 Un revêtement d’étanchéité 
9 Une protection du revêtement 
9 Une couche drainante 
9 Une couche filtrante 
9 Une couche de terre végétale 

La végétation doit être disposée à  une certaine profondeur, en fonction de son type : 

Pelouse : 30 cm 
Arbustes : 60 à 80 cm 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 26 
LOT ETANCHEITE 
Petits arbres : 90 à 120 cm 
Gros arbres : Réaliser des fosses en fonction du volume qui convient 
Une  surface  de  terre  laissée  à  l’air  libre  d’au  moins    4m²  devra  être  respectée,  cela  correspond  à 
l’envergure des arbres une fois  arrivés  à l’âge adulte. 
 

Les charges à prendre en compte 
 

1m3 de terre humide pèse environ 2000 kg, 1m3 de tourbe 1400 kg. Ces charges sont très 
importantes  pour  la  structure  porteuse.  On  cherchera  donc  à  les  alléger  au  maximum.  Et  pour  ce 
faire  on  a  recours  à  des  ajouts  de  matériaux  plus  légers,  comme par  exemple,  les  mousses 
organiques ou les produits végétaux. 
Les charges   des couches drainante, filtrante et l’accumulation d’eau, si elle a lieu, sont loin d’être 
négligeables. 
La végétation n’a pas un poids stable, en grandissant elle va alourdir un peu plus la structure, le vent 
en passant dans le feuillage des  plantations aura également son  importance.  
Enfin,  les  zones  de  circulation  engendrent  des  répartitions  inégales  des  charges :  les  valeurs  sont 
précisées dans la norme NF P 06‐001 : 
Leur largeur est dépendante de leur destination : 
o 3,50m voie piétons trafic important 
o 2,00m voie secondaire 
o 1, 20m petites allées 
o 0,80m sentiers 
Toutes  ces  charges  sont  à  prendre  en  compte  lors  de  la  conception  de  la  structure  de  la  toiture 
terrasse jardin. 

Prise en compte des ouvrages 

Relevés d’étanchéité 
 Les relevés doivent se situer 15 cm au dessus de la terre végétale. Pour les toitures terrasses jardins 
en montagne, cette hauteur passe à 50 cm. Enfin, si le relevé est entièrement recouvert d’étanchéité 
cette hauteur doit être de 0,05m.  

Protection des relevés 
La protection des relevés est la même que  celle utilisée dans le cas des toitures terrasses accessibles. 

Les différentes couches  qui constituent l’étanchéité de la toiture terrasse jardin 

Couche drainante 
Cette  couche  a  pour  but  d’évacuer  la  couche  d’eau  saturante  avec  les  eaux  pluviales.    La  couche 
drainante est très importante dans la réussite de l’ouvrage car elle permet d’éviter le pourrissement 
des racines des végétaux. Elle peut être constituée : 

• De cailloux, graviers sur une épaisseur d’au moins 10cm 
• De matériaux permettant de conserver l’humidité comme des granulats d’argile expansée ou 
des schistes ou du pouzzolane sur une épaisseur d’au moins 10 cm  

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 27 
LOT ETANCHEITE 
• De  plaques  moulées  nervurées  en  polystyrène  expansé  de  masse  volumique  supérieure  ou 
égale à 25Kg/m₃ et d’épaisseur supérieure ou égale à 4cm.  

Couche filtrante 
 La  couche    filtrante  est  disposée  sur  la  couche  drainante  et  doit  être  en  mesure  de  laisser  passer 
l’eau pour hydrater les racines des végétaux, tout en empêchant que des éléments fins, terreux ne 
viennent bloquer le drainage. Ils sont de deux types : 

• Les feutres épais  
• Les matériaux de synthèse non‐tissé synthétiques : laine minérale ou feutre synthétique 

Couche végétale 
C’est la dernière étape : 

Revêtements d’étanchéité traditionnels  
On trouve dans cette classe :  

¾ Les asphaltes 
¾ Les revêtements multicouches à base de bitume oxydé 

Revêtements d’étanchéité spécifiques 
 Ils présentent l’avantage de ne pas nécessiter l’installation d’une protection lourde. On utilise le 
bitume comme agent d’enrobage auquel on ajoute un anti‐racine. 

Aujourd’hui,  ce  sont  les  feuilles  de  bitume  polymères  qui  sont  utilisées  pour  les  toitures‐terrasses 
que l’on emploie, car ils ont une bonne résistance aux chocs thermiques et aux phénomènes d’usure. 
Ils sont posés par système mécanique, collage à chaud ou auto‐adhésivité. Il en existe deux sortes : 

¾ Les bitumes élastomères : élastiques, ils retrouvent leur forme d’origine après déformation.  
¾ Les  bitumes  plastomères :  plastiques,  ils  ne  retrouvent  pas  leur  forme  après  déformation 
mais ont une très bonne résistance. 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 28 
LOT ETANCHEITE 
Certaines nappes bitumeuses sont recouvertes d’une couche protectrice (aluminium…), d’autres sont 
recouvertes de plastique ce qui facilite la pose par soudage. 

Les autres produits : projetés ou liquides 
On peut également utiliser des mousses polyuréthane qui assurent étanchéité et isolation et citer les 
époxys, acryliques ou polyester qui sont utilisés sous forme liquide.  

La protection de l’étanchéité 
Les nappes à excroissances en Polyéthylène Haute Densité (PHD) sont des produits très répandus qui 
assurent  la  protection  de  l’étanchéité  qui  permet  de  drainer  et  de  stocker  l’eau  grâce  aux 
excroissances aménagées sur la face disposer à recevoir la terre et la végétation. 

Les  alvéoles,  qui  permettent  de  laisser  circuler  l’air  entre  la  terre  végétale  et  l’étanchéité, 
garantissent l’isolation et la régulation  thermique du toit. 
Les fonctions assurées par le PHD sont les suivantes : 
¾ Protection anti‐racines 
¾ Ventilation  du  support    et  stockage  de  l’eau  de  pluie,  grâce  aux  alvéoles,  ce  qui  permet  la 
survie des végétaux 
¾ Résistance élevée à la compression (varie de 150 à 250 kN/m²) 
¾ Facilité de pose, rouleaux légers et de grande longueur disponibles 
 
Les  toitures‐terrasses  jardins  sont  des  ouvrages  qui  permettent  d’accueillir  sur  une  terrasse  un 
potager,  de  la  verdure,  etc.  Il  est  nécessaire  de  bien  assurer  l’étanchéité  de  l’ouvrage  tout  en 
conservant  des  conditions  optimales  d’hygrométrie  pour  les  plantes,  gazon  qui  viendront  le 
recouvrir.  D’autre  part,  l’étanchéité  doit  être  particulièrement  résistantes  à  la  pénétration  des 
racines  qui  pourraient  endommager  l’isolation,  voire  l’ouvrage,  c’est  pourquoi  on  ajoute  un  additif 
dans les feuilles d’étanchéité qui joue le rôle de répulsif chimique auprès des racines. 
 

Terminologie  
Bitume :  produit  organique,  mélange  de  carbone  et  d’hydrogène,  que  l’on  peut  trouver  à  l’état 
naturel sous forme solide ou liquide, de couleur noire ou brune. Mais il peut également être obtenu 
par distillation du pétrole ou de la houille. (« La prairie sur le toit », page65) 

Chape :  nf  2/  ETANCH :  ouvrage  d’étanchéité  homogène  d’une  certaine  épaisseur.  (Dicobat,  Page 
191) 

Caniveau : décaissé linéaire d’un revêtement d’étanchéité placé à l’intérieur d’une toiture pour 
recueillir les eaux pluviales sans discontinuité du revêtement. 

EIF : Enduit d’imprégnation à froid 

Feutre :  support  constitué  de  carton‐feutre  de  laine,  coton  ou  jute.  Les  feutres  bitumeux, 
conditionnés en rouleaux, se posent à l’aide d’un enduit d’application à chaud. (« La maison dans la 
prairie », page65) 

Géomembrane :  Membrane  d'étanchéité  artificielle  comprenant  des  membranes  bitumineuses 


épaisses (géotextile tissé ou non imprégné de bitume), et des membranes de  synthèse  constituées 
DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 29 
LOT ETANCHEITE 
d'élastomères,  de  thermoplastiques  (polyéthylène,  PVC)  en  bandes  enroulées,  raccordées  par 
soudage ou collage. (Définition www.actuenvironnement.com) 

Polyéthylène :nm  Matière  thermoplastique  de  la  famille  des  polythènes,  provenant  de  la 
polymérisation de l’éthylène : souple, isolant, étanche et résistant bien aux acides, il sert à faire des 
pièces moulées, injectées ou étirées (films de type polyane).(Dicobat, page 65) 

Le cuvelage 
Le cuvelage est un ensemble étanche continu qui sert à protéger l’ouvrage enterré des eaux. Sa 
conception doit tenir compte des méthodes de mise en œuvre du gros œuvre afin d’éviter des 
pathologies. L’étanchéité est réalisée par deux types de revêtements : les bicouches en bitumes 
modifiés et en asphalte et monocouche (géomembrane et synthétique)  

Les 3 types de cuvelage   

 
Source : PDF Application des revêtements d’étanchéité préfabriqués par Philippe Cognard  
 

Dans les figures (a) et (b), le cuvelage est protégé par des ouvrages externes comportant un pré‐
radier et : 

(a) Un voile périphérique 
(b) Un ouvrage de protection  

Dans la figure (c) le revêtement d’étanchéité est placé entre une protection résistante externe et une 
interne qui sert à reprendre les poussées d’eau. 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 30 
LOT ETANCHEITE 
 

3. PLANIFICATION DE L’ETANCHEITE  
 

Consultation lot Demande d'agrément Révision marché Etudes/ bureau étude et contrôle

Gros œuvre ELEMENT PORTEUR, INSTALLATION DES OUVRAGES ANNEXES


(évacuation d’eau, sorties VMC, ventilation, reliefs, acrotères, costières …)
Séchage de la maçonnerie

ISOLANT ET PARE-VAPEUR (si besoin)

Revêtement d'étanchéité

EEP, canalisations, joints, lanternaux

4 sem. 7 sem. 9 sem. 13 sem. 14 sem. 17 sem. Relevés

Mise à eau de 3 à
48h
Protection étanchéité, relevés
Livraison 
 

4. PLAN DE QUALITE AVEC LES POINTS DE CONTROLE A LA CONCEPTION ET A L’EXECUTION 
 
 
 
 

  POINT A  OUTIL DE  TOLERANCE  FREQUENCE DE  SOLUTION(S) 


CONTROLER  VERIFICATION  DIMENSIONN CONTROLE 
ELLE 
  POINT A  OUTIL DE  TOLERANCE  FREQUENCE DE  SOLUTION(S) 
CONTROLER  VERIFICATION  DIMENSIONN CONTROLE 
ELLE 

PHASE DE   PLAN DE TOITURE QUI  Bureau de vérification       


CONCEPTION  INDIQUE 
L’EMPLACEMENT DE       
CHAQUE OUVRAGE 
     
 
     
ETUDE THERMIQUE 
DE L’OUVRAGE       
(DIMENSIONNER 
Détermination du flux 
L’ISOLANT)     
thermique du bâtiment 
en fonction des 
     
différents matériaux, 
leurs épaisseurs et leur 
     
conductivité thermique 
     

     

                                                            
2
Locaux à faible hygrométrie : w ≤ 2,5 g / cm 3
n
Locaux à hygrométrie moyenne : 2,5 < w ≤ 5 g / cm 3
n
Locaux forte hygrométrie : 5 < w ≤ 7,5 g / cm 3
n
Locaux très forte hygrométrie : w > 7,5 g / cm
3
n
Avec w : qtité de vapeur d’eau (g/h) produite et n : taux de renouvellement d’air (m3/h).
DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 33 
LOT ETANCHEITE 
  POINT A  OUTIL DE  TOLERANCE  FREQUENCE DE  SOLUTION(S) 
CONTROLER  VERIFICATION  DIMENSIONN CONTROLE 
ELLE 

 
ϕ=
(Te − Ti )    
n
ei
  ∑λ
i =1
   
i  
     
  
 
   
 
HYGROMETRIE 
L’hygrométrie des     
  locaux en fonction de 
AUCUNE  Trouver les produits 
leur utilisation et de 
  l’équipement 
adaptés 
thermique prévu est 
  donnée dans les 
documents 2
 
 
 
Se référer aux 
La protection utilisée  documents techniques
doit permettre le 
classement de 
l’ensemble étanchéité, 
isolation et protection 
en classe M0 : 
incombustible. 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 34 
LOT ETANCHEITE 
  POINT A  OUTIL DE  TOLERANCE  FREQUENCE DE  SOLUTION(S) 
CONTROLER  VERIFICATION  DIMENSIONN CONTROLE 
ELLE 

On doit vérifier la 
compatibilité des 
matériaux utilisés 

Des joints de 
fractionnement et de 
dilatation doivent être 
prévus  pour le support 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 35 
LOT ETANCHEITE 
  POINT A  OUTIL DE  TOLERANCE  FREQUENCE DE  SOLUTION(S) 
CONTROLER  VERIFICATION  DIMENSIONN CONTROLE 
ELLE 

RECEPTION DU  Planéité du support    flèche    reprise d’ouvrage (pas à  


Règle de 2m   max=10mm (en 
SUPPORT   la charge du lot étanchéité) 
  tout point) 
 
 
Planéité locale :  respect du délai de  
  flèche max 
réglette 20 cm ;  
=3mm 
  séchage (3 jours en été 
   
et 27 en hiver) 
Pente :  0,5%  au   
moins  pour  les        
protections lourdes.    

 Niveaux  
 
 

   
Revêtements : 

   
asphalte : 1 à3%,   
bitume armé, 
   
feutre bitumé, 
enduit pâteux 1 à   
 
8 %, ciment 
volcanique de 1 à     
2 %. 
   
Le  support  doit  être 
sec     

     

Au droit des seuils, 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 36 
LOT ETANCHEITE 
  POINT A  OUTIL DE  TOLERANCE  FREQUENCE DE  SOLUTION(S) 
CONTROLER  VERIFICATION  DIMENSIONN CONTROLE 
ELLE 

aménagement pour     
les accès handicapés 
(la hauteur doit être     
de 2cm au 
maximum)     

  Passage à niveau ou  

caniveau 
 

Appareils  de  contrôle   


du degré d’humidité 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 37 
LOT ETANCHEITE 
  POINT A  OUTIL DE  TOLERANCE  FREQUENCE DE  SOLUTION(S) 
CONTROLER  VERIFICATION  DIMENSIONN CONTROLE 
ELLE 

MISE EN OEUVRE  • Aucun    Accepté dans    Respect d’un planning qui 


matériel  d’un  autre  permet leur co‐activité avec des 
lot  ne  doit  être  e  cas  où  ça  a  été  moyens de protection du 
   
entreposé  sur  la  prévu  dans  le  revêtement 
terrasse  cahier des clauses 
   
   
 
   
  Circulation réduite (solution) : 
  protection mécanique_ 
   
• Circulation  platelage ou utilisation 
des engins de    d’engins adaptés (pneus à 
   
manutention sur le  faible pression) 
revêtement proscrite   
 
    Prévoir un chemin de circulation  

  Caisse d’intempéries prend en 
• Pas de     
charge les coûts engendrés par 
travail sous    les retards éventuels. 
précipitation (pluie,     
  neige…)     
   
   
 
   
• La   
 
température  du     
support  doit  être   
supérieure à 2°c   
   
   
 
   
   
 
   

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 38 
LOT ETANCHEITE 
  POINT A  OUTIL DE  TOLERANCE  FREQUENCE DE  SOLUTION(S) 
CONTROLER  VERIFICATION  DIMENSIONN CONTROLE 
ELLE 

       

       
       
• Eviter  de       
poser  en 
adhérence 
     
l’étanchéité  sur 
support isolant 
 
     

       

       

       

Epaisseur asphalte       
coulé  (voir  mise 
en œuvre)       

       

       

       

    E est au max < au   
e  donné  dans  les 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 39 
LOT ETANCHEITE 
  POINT A  OUTIL DE  TOLERANCE  FREQUENCE DE  SOLUTION(S) 
CONTROLER  VERIFICATION  DIMENSIONN CONTROLE 
ELLE 

    documents  de   
20%  (asph.  pur 
Contrôle des  Prélèvement  d’un  Sablé)  et  10%  Tout au long de la 
techniques et  échantillon  de  (asph. Grav.)   mise en œuvre 
conditions  30x30cm  et  mesure 
d’application des  de  son  épaisseur  au     
cours  de  la  mise  en 
revêtements 
œuvre 
 
 

 
 
 
 
 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 40 
LOT ETANCHEITE 
 

5. PPSPS + schémas de mise en œuvre 
 

La sécurité sur le chantier 
La sécurité sur le chantier exige de respecter les conditions suivantes : 

• Ne pas fumer 
• Tenir le chantier propre 
• Informer le personnel des principaux produits utilisés et mis en œuvre 
• Prévoir des ancrages, des  fixations et des garde‐corps pour les travailleurs afin de les 
prémunir de chutes accidentelles au de la toiture. 
• Les produits inflammables doivent être stockés et les matériaux d’isolation mis à l’abri. 
• Recouvrir de sable tout produit en cas de fuite. 

Prévention des risques pour la santé 

Risques chimiques 
Nous avons procédé à l’inventaire des matières toxiques présentant des risques pour la santé des 
personnes les manipulant. Pour prévenir de ces risques, des fiches d’information doivent être mises à 
disposition des employés travaillant sur le chantier. Les emplacements des extincteurs doivent être 
indiqués de manière claire. 

 
 

PRODUIT UTILISE      RISQUES ENCOURUS      CONDUITE A TENIR 

BITUME, PRODUITS BITUMINEUX  EFFLUVES CANCEROGENES,  IL FAUT PROTEGER LA PEAU 


PRODUITS AGRESSIFS POUR LA  EXPOSEE .PORTER UN MASQUE 
PEAU. INFLAMMABLE.  DES GANTS, ET DES BOTTES 

ASPHALTE  LORSQUE LE PRODUIT EST  PORT DE MASQUE, GANTS, 


CHAUFFE, EMISSIONS DE FUMEES  CHAUSSURES DE SECURITE, 
NOCIVES. MAUX DE TETE,  COMBINAISON 
IRRITATION DES BRONCHES, DE LA 
PEAU, NAUSEES, 
ETOURDISSEMENTS (EFFETS 
TEMPORAIRES, MAIS NECESSITE 
D’EVITER LA SUREXPOSITION) 

MOUSSE DE POLYURETHANNE  EFFETS CANCEROGENES  Protéger la peau, les voies 


respiratoires. Port d’un masque, 
de gants, d’une combinaison. 

RESINES EPOXYDES  Eczéma de contact allergique,  Toute éclaboussure doit être 


urticaire de contact  immédiatement lavée, les 
vêtements imprégnés changés. 
Gants de type 4H, les coupures 
doivent être lavées, éviter les 
lavages avec des détergents 
agressifs ou des solvants, réduire 
le travail en milieu humide, 
appliquer des émollients, 
fréquemment. 

Risques d’incendie 
Les produits inflammables doivent être stockés, les extincteurs placés en évidence. Il faut prévoir des 
matériaux  ignifuges, en respectant une distance de sécurité,  dans le cas où deux toitures‐terrasses 
se joignent.  

 
DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 42 
LOT ETANCHEITE 
 

Schémas de mise en œuvre 
 

Fixation du revêtement d’étanchéité à l’aide du 
chalumeau. Port du casque, des gants, chaussures de sécurité et combinaison. Conduite sécuritaire 

Mise en œuvre de la couche d’asphalte. 
Non respect du port du masque, or les effluves peuvent causer des maux de tête. 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 43 
LOT ETANCHEITE 
Mise en œuvre de la couche d’asphalte, conduite à 
risque, pas de combinaison, de masque, ni de gants 

Projection de mousse de polyuréthane 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 44 
LOT ETANCHEITE 
 

        Projection de mousse de polyuréthane 

         Application de l’enduit d’étanchéité à chaud  

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 45 
LOT ETANCHEITE 
 

       Détail de l’application de l’enduit d’étanchéité à chaud 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 46 
LOT ETANCHEITE 
6. MISE EN ŒUVRE, PROBLEMES DE COACTIVITE 
Il est conseillé avant tout d’effectuer un pontage par bandes prévues a cet effet (métalliques pour 
metal‐bitume) est indique ; leurs caractéristiques et dimensions sont indiques dans les DTU. 

TOITURES TERRASSES 
Mise en œuvre du système d’isolation 

Pare vapeur  
Il est appliqué de façon solidaire à l’EAC sur le support propre et sec. C’est un écran appliqué  avec un 
recouvrement minimal de 6 cm. Pour les locaux à forte hygrométrie (pour lesquels le taux d’humidité 
est  très  élevé  par  rapport  au  renouvellement  d’air),  on  applique  éventuellement  une  couche  de 
diffusion qui a pour rôle de repartir la pression de la vapeur. 

L’isolation 
 

Elle se constitue de membranes ou de panneaux. Les membranes sont  placées en une ou plusieurs 
couches immédiatement après l’écran pare vapeur. Dans le cas des multicouches, les membranes 
sont  posées en quinconce les unes sur les autres liaisonnées à l’EAC.  

La mise en œuvre se fait par collage au bitume, fixation mécanique, par pose libre ou collage à froid. 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 47 
LOT ETANCHEITE 
 

Source : www.efisol.fr/images/efigreen_duo 

Exemple de mise en œuvre d’un isolant en 
polyuréthane en une couche – pose libre  

Revêtement placé en indépendance 
Le liaisonnement du revêtement au support se fait avec un écran d’indépendance placé entre les 
deux. Dans ce, cas l’étanchéité reçoit obligatoirement une protection lourde. 

Ce système concerne les revêtements multicouches et en asphalte. 

Revêtement placé en adhérence 
Le revêtement est directement relié au support  par collage ou  soudage. La pose en adhérence est 
utilisée  dans  le  cas  ou  la  pente  est  supérieure  à  5%.  C’est  une  solution  uniquement  réservée  aux 
revêtements multicouches généralement auto‐protégés. Ils sont appliqués par collage à l’EAC.  

Cette méthode a quelques inconvénients : 

o Si  le  support  est  un  panneau  isolant,  l’adhérence  fait  que  le  revêtement  suit  toutes  les 
variations dimensionnelles de son support lié a humidité 

o Le revêtement étant auto‐protégé, celui‐ci est soumis à de grandes variations thermiques (‐
20 a +70°C). 

Ces  deux  points  associés,  peuvent,    à  la  longue,  provoquer  la  déchirure  du  revêtement.  Pour  y 
remédier, on diminue l’épaisseur de l’isolant (pour diminuer l’effet de bombement) et on le colle à 
son support pour réduire la variation dimensionnelle. 

Revêtement placé en semi adhérence 
Adhérence entre le support et l’étanchéité est partielle et se fait par collage ou soudage avec 
interposition d’un écran de semi‐indépendance, fixation mécanique ou  ponctuelle à l’EAC.  

Cette méthode présente l’avantage, du fait que le liaisonnement se fait de façon ponctuelle, 
d’atténuer  les  déformations  sur  le  revêtement  provoquées  par  la  dilatation  des  panneaux  isolants. 
On utilise d’ailleurs ce système dans les cas ou l’effet du vent n’est pas assez important pour décoller 
le revêtement 

On l’applique pour les revêtements en asphalte dans le cas des rampes d’accès pour les voitures. 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 48 
LOT ETANCHEITE 
Mise en œuvre des revêtements multicouches 
Ils  sont  livrés  sur  le  chantier  en  lés  d’1m  de  largeur.  Les  multicouches  sont  aujourd’hui 
remplacées par les bicouches, beaucoup plus résistantes au poinçonnement et a la déchirure. Elles 
sont appliquées par : 

o collage a l’EAC : On distingue deux systèmes de liaisonnent entre les couches ; la pose 
a lits successifs ou croises. Dans les deux cas, le recouvrement minimal entre les d’une même couche 
est de 6 cm. 

o soudage au chalumeau 

Recouvrement 
minimal de  6 cm 

 
Source : l’étanchéité des toitures‐terrasses, Conception et réalisation, CSTB,2007 

Liaisonnement des lés avec le respect des dimensions de recouvrement. 

 
Nous  ne  traiterons  pas  des  feutres  bitumés,  car  ceux‐ci  sont  à  présent  remplacés  par  les  bitumes 
élastomères et les chapes. 
 

Chape de bitume armé :  
Comme nous l’avons vu dans la description des matériaux d’étanchéité à base de bitume, les chapes 
sont obtenues par imprégnation et enrobage d’une armature. Sur le marché, leur dénomination est 
donnée en fonction de la nature de l’armature et de la masse nominale d’un rouleau. 
On peut citer comme exemple le carton feutre 30CF, et le tissu de verre 40TV. 
Ils sont mis  en œuvre en multicouche et liaisonnés au support en indépendance par l’intermédiaire 
d’un  voile  de  verre.  En  semi  indépendance  et  en  adhérence,  on  utilise  toujours  une  protection 
lourde. 
 
 
 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 49 
LOT ETANCHEITE 
Pose à lits successifs : 
 Les  rouleaux  ont  les  mêmes  dimensions  et  sont  liaisonnés  sur  chaque  lit  avec  un  recouvrement 
minimal de 6cm. 
Chaque  lit  est  placé  sur  le  précédent  dans  le  même  sens  et  déroulé  au  fur  et  à  mesure,    que  l’on 
verse  l’EAC  (  à  une  température  de  220,  240  °C).  On  peut  aussi  coller  les  deux  faces  de  la  même 
manière en les chauffant avec un chalumeau. 

Pose à lits croisés :  
Dans ce cas, les différents lits sont posés perpendiculairement, le recouvrement minimal entre les lés 
pour chaque couche et toujours de 6cm. 
 

 
 
 
 
 

Pose à lits décalés :  
Les lés sont mis en œuvre de telle sorte que le recouvrement entre les lés correspond toujours à  la 
distance entre le début de la couche supérieure et la fin de celle qui la précède. 
 
 
 
 
DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 50 
LOT ETANCHEITE 
Bitumes modifiés :  
Amélioration  de  la  durabilité  et  de  la  fiabilité.  Ils  sont  mis  en  œuvre  sur  tout  type  de  support  en 
mono ou en bicouche : 
 

En monocouche : 
 L’épaisseur minimum est de 4mm. Elle est exclue pour les pentes nulles et on n’utilise que les dalles 
sur plots comme protection.  Le recouvrement entre les lés se fait longitudinalement, il est supérieur 
ou égal à 10cm pour la protection rapportée  (8 cm pour l’autoprotection) et transversalement 
supérieur  ou égal à 15cm. 

 
En bicouche : 
 EAC : chaque couche est épaisse de 2mm au moins 

Chalumeau : 3 mm pour la couche inférieure et 2 mm pour la couche supérieure. 
Le recouvrement  transversal et longitudinal minimal est de 6cm. 

Mise en œuvre des revêtements en asphalte  
 

Ils sont appliqués en indépendance ou en semi indépendance par coulage avec l’interposition d’1 ou 
2 couches de papier kraft. Ils nécessitent l’utilisation d’un matériel très onéreux pour la livraison et le 
chauffage  des  pains  d’asphalte  (l’asphalte  est  mis  en  œuvre  à  l’aide  de  fondoirs  pouvant  atteindre 
des températures de 200 à 250 degrés). On compte  trois types d’asphalte : 

o Asphalte de type A dit de qualité étanchéité : on coule une couche d’asphalte pur épaisse de 
5mm puis une couche d’asphalte sablée épaisse de 15 mm. Ce type de système peut recevoir une 
protection lourde. 

o Asphalte  de  type  P  qualité  parc :  Il  est  coulé  dans  les  terrasses  parking 
avec  un  support  en  maçonnerie.  L’application  se  fait  en  une  couche 
d’asphalte pur (5mm), sable (15mm) et de l’asphalte gravillonne (20 ou 
25mm). 

Ces deux qualités d’asphalte sont utilises sur les toitures ayant une pente maximale de 3%. 

o Asphalte  de  type  R  (Rampe) :  L’étanchéité  n’est  constituée  que  d’une  couche  d’asphalte 
gravillonnée épaisse de 25 mm. 

Dans  tous  les  cas,  l’application  se  fait  soit  manuellement  soit  au  finisseur  (dans  le  cas  de  grandes 
surfaces accessibles à l’engin). 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 51 
LOT ETANCHEITE 
 
Source : www.foamglas.be/fr

Mise en œuvre des revêtements en mousse de polyuréthane projetée 
Le  système  d’étanchéité  est  issu  de  l’association  de  résine  et  de  mousse  de  polyuréthane. 
Assurant un double rôle d’isolant et d’étanchéité, le produit est appliqué au pistolet en trois couches 
afin d’obtenir une épaisseur de 30 a 40mm ; les reliefs et les ouvrages particuliers doivent être traités 
avant la partie courante. A la surface de cette couche, on applique généralement une enduction de 
finition armée à base de résine de polyuréthane épaisse de 0,5mm afin de protéger le système très 
sensible aux rayons ultraviolets. 

L’ensemble  peut  recevoir  une  protection  lourde  meuble  avec  interposition  d’une  couche  anti‐
poinçonnement. 

La  mise  en  œuvre  de  ce  matériau  nécessite  aussi  un  matériel  onéreux  et  ne  peut  se  faire  sous  un 
vent supérieur à 30km/h. Mais c’est le mieux adapté aux toitures ayant des formes complexes. 

Mise en œuvre des revêtements synthétiques 
La  pente  minimale  est  de  1%.  Le  matériau  est  sous  forme  de  lés  collés,  soudés  ou  thermosoudés 
entre eux. Appliqués en monocouches d’épaisseur de 1 à 3 mm,   ils conviennent à tous les types de 
support en indépendance ou en semi indépendance. 

Mise en œuvre des systèmes d’étanchéité liquide 
 

Le système est appliqué en plusieurs passes à la brosse ou au rouleau directement sur le chantier et 
peut être renforcé par des armatures ; il se présente sous la forme d’un film épais de 0,7 a 1mm ; sur 
support en béton, ils sont placés avec l’interposition d’une couche primaire d’accrochage servant à 
maintenir la durée et la tenue de l’étanchéité sur tous les types de toiture et ce, en fonction de la 
composition du produit.  

Contrairement à la mousse, ce système résiste bien aux UV. 

Mise en œuvre de l’étanchéité pour les ouvrages particuliers  
On se place dans le cas particulier d’une toiture terrasse avec support en maçonnerie et revêtement 
en feuilles bitumineuses de la partie courante. 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 52 
LOT ETANCHEITE 
Relevés 
L’étanchéité  est  relevée  en  système  adhérent  sur  les  reliefs.  Ils  ne  reçoivent  pas  de 
protection dans le cas des toitures techniques, inaccessibles et accessibles aux piétons dans le cas où 
ces  dernières  disposent  d’un  ouvrage  qui  empêche  l’accès  aux  relevés.  C’est  le  cas  des  dalles  sur 
plots. Dans le cas contraire, on doit réaliser une protection en dur. La hauteur du relevé est fonction 
de  l’accessibilité  de  la  toiture  et  de  sa  pente  mais  on  constate  qu’elle  est  toujours  supérieure  ou 
égale  à  10cm.  Dans  le  cas  particulier  des  protections  par  dalles sur  plots,  les 10cm  sont  mesurés  à 
partir de l’assise des plots si la dalle est au dessus du relevé, ou qu’un bardage étanche placé devant 
le relevé retombe sous la dalle. Dans le cas contraire (dalle sous le relevé), les 10cm sont comptés au 
dessus du niveau de la dalle. 

Les  relevés  peuvent  recevoir  une  isolation.  On  utilise  alors    des  panneaux  pouvant  recevoir  un 
revêtement placé en adhérence par soudage. 

Les étapes de la mise en œuvre dans le cas d’un système multicouche sont les suivantes : 

o 1 couche d'EIF. 
o 1 couche d'EAC (facultative en cas de soudage). 
o 1 type 50 * TV VV HR, soudée ou collée, présentant des ailes de 0,10 m minimum  
o 1 couche d'EAC sur la hauteur de l'équerre de renfort (facultative en cas de soudage). 
o 1  bitume  armé  type  50  *  TV  th  soudé  ou  collé  sur  toute  la  hauteur,  avec  talon  de  0,15  m 
minimum en partie horizontale. 
 

Evacuations d’eau pluviales(EEP) et trop pleins:  
Tout point d’une toiture doit se trouver à une distance maximale de 30m d’une EEP. Le manchon doit 
se  trouver  à  15cm  au  dessus  de  la  protection  de  la  partie  courante  s’il  y’en  a  ou  du  revêtement 
d’étanchéité dans le cas contraire. 

Le  raccordement  à  l’étanchéité  se  fait  de  la  manière  suivante :  On  insère  la  platine  enduite  d’EIF 
entre une couche de renfort et la première couche d’étanchéité dans le cas d’un multicouche ; dans 
le  cas  du  monocouche  la  platine  est  insérée  entre  deux  couches  de  renfort.  Celles‐ci  doivent 
dépasser de 10cm le bord de la platine. 

Joints du gros œuvres (cas des costières en béton) 
Le raccordement au système d’étanchéité se fait comme suit : 

o imprégnation du niveau supérieur des costières. 
o mise en place du système d’étanchéité choisi. 
 
 
 
 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 53 
LOT ETANCHEITE 
Matériels utilisés 

Enduit d’Application à Chaud (EAC) 

 
                               Source : L’étanchéité des toitures‐terrasses, Conception et réalisation, CSTB,2007 

Chalumeau pour le soudage des feuilles bitumineuses 

 
Source : www.cstb.fr

Les joints doivent être préalablement chauffés. 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 54 
LOT ETANCHEITE 
Rouleau pour l’application des SEL 
 

 
 
Problèmes de co‐activité 

Au  cours  de  la  réalisation  de  l’étancheité  il  est  fortement  déconseillé  de  stocker  sur  la  toiture 
des matériaux  ou  matériels  d’autres  entreprises  que  celles  qui  s’occupent  de  l’étancheité.  D’autre 
part, l’installation de la plomberie (VMC…), mais aussi évacuations d’eaux pluviales sont réalisées au 
même moment, ce qui peut générer des problèmes de co‐activité. 

TOITURES TERRASSES VEGETALISEES 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 55 
LOT ETANCHEITE 
La  mise  en  œuvre  des  toitures‐terrasses  végétalisées  se  fait  de  la  même  manière  que  celle  des 
toitures‐terrasses.  La  différence  réside  dans  l’ajout  de  couches  d’étanchéité  anti‐racines  d’une 
couche de drainage et d’une couche filtrante, afin d’éviter le pourrissement des plantes, et d’éviter 
que les racines ne viennent abîmer l’étanchéité. On ajoute en dernier la terre végétale, le gazon ou 
les plantes.  
Trois  types  de  techniques  d’étanchéité  sont  utilisées,  les  mêmes  que  pour  l’étanchéité 
traditionnelle : 
 
• Matériaux en masse liquide qui se solidifient en refroidissant (asphalte…) :10% du marché 
• Matériaux bitumineux fixés, soudés ou collés : 88% du marché 
• Les résines polyuréthane : 2% du marché 
 
Les  matériaux  souples  et  légers,  tels  que  les  bitumes  et  les  matériaux  synthétiques  sont  choisis 
préférentiellement  à  l’asphalte.  Néanmoins,  il  faut  bien  choisir  l’étanchéité,  car  la  plupart  des 
bitumes contiennent un herbicide pour éviter la prolifération des racines. Certaines plantes doivent 
être proscrites car elles ne sont pas adaptées. On citera par exemple les bambous. 

7. PATHOLOGIES DU LOT 
 

(Cf tableau) 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 56 
LOT ETANCHEITE 
 

NOM DE LA  PHOTO  CAUSES  EFFETS  SOLUTION 


PATHOLOGIE/  NEGATIFS 
OBSERVATIONS  ENGENDRES 
NOM DE LA  PHOTO  CAUSES  EFFETS  SOLUTION 
PATHOLOGIE/  NEGATIFS 
OBSERVATIONS  ENGENDRES 

FLUAGE E, DISTORSION    Pente trop  Mauvais  Au cours de la 


importante  fonctionnement de  mise en œuvre, 
DU REVETEMENT, 
Fissura l’étanchéité  préconiser 
FISSURATION    l’adhérence et 
tion du 
respecter les 
  revête Liaisonné au support  conditions de mise 
ment  en adhérence, le  en œuvre. 
revêtement suit ses 
  variations  Diminuer 
dimensionnelles  l’épaisseur du 
  support ou le 
désolidariser du 
  revêtement. 

   

DIALLO DIARAYE   
RINGENBACH LAURENCE  Page 58 
LOT ETANCHEITE 
NOM DE LA  PHOTO  CAUSES  EFFETS  SOLUTION 
PATHOLOGIE/  NEGATIFS 
OBSERVATIONS  ENGENDRES 

DYSFONCTIONNEMENT  Poinçonnement :      Infiltrations  Réfection du 


pendant  les  travaux,  système 
DU SYSTEME 
par  les  graviers  de  la    d’étanchéité 
D’ETANCHEITE  protection  meuble  ou 
Moisissures 
par  des  racines  de 
plantes  qui  auraient 
poussé sur la terrasse. 

Déchirure :  les  dalles 


sur  plots  placés  trop 
près  des  reliefs 
peuvent  altérer  le 
 
relevé. 
 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 59 
LOT ETANCHEITE 
NOM DE LA  PHOTO  CAUSES  EFFETS  SOLUTION 
PATHOLOGIE/  NEGATIFS 
OBSERVATIONS  ENGENDRES 

CONDENSATION  Absence de  Humidité et  Ventiler 


ventilation   altération de 
l’isolant 
 
 
Mauvais pare vapeur 
Moisissures 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 60 
LOT ETANCHEITE 
NOM DE LA  PHOTO  CAUSES  EFFETS  SOLUTION 
PATHOLOGIE/  NEGATIFS 
OBSERVATIONS  ENGENDRES 

STAGNATION D’EAU/  Mauvaise  mise  en  Stagnation eau  Respecter le cahier 


œuvre  des  (peut favoriser la  des clauses 
SURCHARGE SUR LE 
évacuations  d’eau  prolifération de  techniques au 
SUPPORT  pluviales  végétation)  cours de la mise en 
œuvre 
   
 
Mauvais calcul des  Destruction du 
charges admissibles  support  Réfection du 
  ou non respect de la  support et de 
limite de charges  l’étanchéité 

Hauteur du relevé    Infiltration d’eau  Refaire 


l’étanchéité avec 
insuffisante 
une hauteur de 
relevé d’au moins 
10 cm 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 61 
LOT ETANCHEITE 
NOM DE LA  PHOTO  CAUSES  EFFETS  SOLUTION 
PATHOLOGIE/  NEGATIFS 
OBSERVATIONS  ENGENDRES 

Relevé décollé  Mauvais collage  Infiltrations d’eau  Mise en place 


derrière le relevé.  d’une protection 
des relevés et 
préfabriquée en 
défaut de  tête du relevé. 
protection en 
tête de relevé.  Refaire 
l’étanchéité à cet 
  endroit. 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 62 
LOT ETANCHEITE 
NOM DE LA  PHOTO  CAUSES  EFFETS  SOLUTION 
PATHOLOGIE/  NEGATIFS 
OBSERVATIONS  ENGENDRES 

Infiltration d’eau par le  Interruption de la  Infiltration d’eau  Continuité de la 


relevé au droit des  protection en  protection en 
joints  tête du relevé au  tête du relevé 
droit du joint  sur le joint 
 
  Couvrir le joint 
par une bande 
métallique 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 63 
LOT ETANCHEITE 
NOM DE LA  PHOTO  CAUSES  EFFETS  SOLUTION 
PATHOLOGIE/  NEGATIFS 
OBSERVATIONS  ENGENDRES 

Montée du niveau  Evacuation mal  Le niveau de  Prévoir un raccord 


facilement 
d’eau  entretenue ou  l’eau monte et 
visitable pour 
mal mise en  décolle le  faciliter 
œuvre.  relevé  l’entretien. 

    Prévoir une 
crapaudine ou 
grille pour 
empêcher de 
boucher les 
canalisations. 

Mise en place de 
trop pleins 
adaptés. 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 64 
LOT ETANCHEITE 
8. ECONOMIE DU LOT 
 

L’économie étant fluctuante, les prix dans le bâtiment sont associés à des coefficients appelés index 
BT    souvent  réactualisé.  Ces  coefficients  diffèrent  selon  les  lots.  Ainsi  ceux  qui  concernent 
l’étanchéité sont : le BT 53  et le BT 49 (On ne s’intéressera qu’au BT 49 associé aux valeurs BT=
154.5 BT0= 153,8 )

 On distingue deux méthodes de réadaptation de prix : 

a. L’ajustement : 

 Il peut arriver que le moment d’établissement du devis et le début des travaux soient à des dates 
différentes.  Quand  ce  délai  est  supérieur  à  3  mois,  on  fait  intervenir  l’ajustement  en  utilisant  la 
formule : 

P= P0 x [BT /BT0] 

Avec : P= prix actualisé HT  n : mois d’actualisation             P0= Prix initial HT 

BT0=BTinitial         BT :Valeur du BT pour la période de réactualisation 

b. La révision :  

Elle  intervient  régulièrement  tous  les  3  mois  après  le  début  des  travaux.  L’index  BT0  est  celui 
établi à la date de signature.  
Dans le tableau suivant, nous avons considéré que la case « quantité », indiquait la quantité de matériau conseillée pour un m² de toiture‐terrasse, bien 
qu’aucune indication dans l’ouvrage Bâtiprix n’ait pu corroborer cela. 

Coût de la main d’œuvre : Fourniture et mise en œuvre : 40,49€ HT Mise en œuvre seule : 48,71€ HT 

Toiture terrasse inaccessible : étanchéité par feuilles de bitume modifié élastomère (SBS) sur élément porteur en maçonnerie ; non isolée ; protection 
lourde meuble par gravillons. 

N°=  Désignation  des  Unité  Quantité  Prix de vente HT 


ouvrages 
           

1. Etanchéité par         
feuilles bitume  Feuille bitume SBS  M²  1,100  10,47 
modifié       
 
élastomère(SBS) : sur     
élément porteur  EAC  2  1,19 
Kg 
maçonnerie­ sans      3,84 
isolant ou sur isolant  l 
EIF  0,110 
   

2. Relevé  EIF  l  0,110  3,84 


d’étanchéité en       
M² 
feuilles bitumineuses  Feuille bitume SBS  0,260  11,28 
 
SBS auto protégé   

3. Protection de  Protection lourde       
revêtement  meuble : 
N°=  Désignation  des  Unité  Quantité  Prix de vente HT 
ouvrages 
           

d’étanchéité  Couche de gravillons  M3 0 ,043  53,00 


de 4cm d’épaisseur 
 

4. Evacuation  Chéneau et caniveau       
d’eaux pluviales  béton dév. 0,80m :   
     
EIF  L  0,440 
Feuille bitume SBS  M²  3,84 
1,100  11,28 
Feuille bitume SBS  M²  1,100 
    14,52 
   
  Entrée d’eaux     
pluviales :     
   
Ǿ 80 avec platine   
   
35*35cm :     
Platine et moignon  U  1,000  21,06 
Mastic élastomère  Kg  0,008  6,95 
       
5. Lanterneau  Lanterneau fixe  U  1,000  418,00 
pour accès toiture  100*100 cm :       
   
     
 
 
 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 67 
LOT ETANCHEITE 
Total pour toiture de 1m² : 485,7836    

 
P= P0 x [BT/BT0] = 990,076584€ 
 

Etanchéité multicouche pour toitures‐terrasses accessibles avec élément porteur en maçonnerie et isolation en panneaux de verre cellulaire ; Protection 
avec dalles sur plots ; Relevés d’étanchéité sur maçonnerie avec une membrane PVC ; une évacuation d’eau pluviale (diamètre du tuyau à moignon 
cylindrique : 80mm) ; 1 lanterneau. 

  Désignation des  Unité  Quantité                           Prix de vente HT (€) 


ouvrages 
 

1. Revêtement  Voile de verre  M²  1,100  1,34 


d’étanchéité bicouche  100g/m² 
posé sur écran  M²  1,100  11,28 
d’indépendance  Feuille bitume SBS 
M²   1,100  6,96 
Feuille bitume SBS 

2. Isolant en  Panneaux  M²  0,22  27,63 


panneaux de verre 
cellulaire  EAC  Kg  3  1,19 

2. Pare vapeur  EIF  L  0.44  3,84 

Chape de bitume armée  kg  1.10  6,28 

3. Relevés  EIF  l  0,110  3,84 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 68 
LOT ETANCHEITE 
d’étanchéité  Chappe bitume armée  m²  0,44  6,28 

  Panneaux de verre  m²  0,22  27,63 


cellulaire 
     
Feuile de bitume SBS 
m²  0,44  14,52 
 

4.  Chéneaux et Joints  Dalle   M²  0,5  19,96 


de dilatation protégés 
par béton  Géotextile  M²  0,63  2,09 
préfabriqué  Polystyrène  M²  0,1  1,81 

Mastic bitume  Kg  0,6  1,74 

5. Protection  Dalles préfabriquées  M²  1,05  15,81 

Plots  Unité  6,5  1,93 

6. Evacuation  Chéneau et caniveau       
d’eaux pluviales  béton dév. 0,80m :   
  0,440   
EIF  L  1,100  3,84 
Feuille bitume SBS  M²  1,100  11,28 
Feuille bitume SBS  M²    14,52 
     

  Entrée d’eaux       
pluviales :   
     
Ǿ 80 avec platine   

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 69 
LOT ETANCHEITE 
35*35cm :       

Platine et moignon  Kg  1,000  21,06 
Mastic élastomère    0,008  6,95 
     

         
   
7. Lanterneau  Lanterneau accès  U  1  418 

  toiture    
 

                         

Total pour 30m² : 2647,68339€ 

Une autre  protection : 

N°=  Désignation  des  Unité  Quantité  Prix de vente HT 


ouvrages 
           

1.  Chappe ou dallage  Mortier  M3  0,042  166,58 


coulé en place pour   
Panneau PSE  M²  0,03  2,5 
toiture accessible 
 
(épaisseur=4cm)  Mastic Bitume  Kg  1,74 
0,6 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 70 
LOT ETANCHEITE 
 

9. ENVIRONNEMENT 
 

PRODUCTION ET GESTION DE DECHETS : DISPOSITIONS REGLEMENTAIRES 
 

« Une grande partie des déchets français provient du bâtiment et des travaux publics. La plupart ont 
un impact direct faible sur l’environnement en dehors de leur transport. Il faut néanmoins gérer leur 
réutilisation ou destination finale. En provenance surtout des travaux publics, deux tiers sont réutilisés 
en  remblais  ou  recyclés  en  sous‐couches  routières.  La  valorisation  des  déchets  de  démolition  est 
freinée  par  la  difficulté  de  séparer  les  différents  matériaux  plus  ou  moins  polluants.  Les  déchets  du 
BTP contiennent aussi une petite proportion de déchets dangereux, principalement du bois traité. » 3

La plupart du temps, les déchets sont  déposés dans des centres d’enfouissement. Néanmoins, 
certains déchets peuvent être recyclés, comme l’asphalte. 

Norme ISO 14001  
 

 La  norme  ISO  14001  est la  plus  utilisée  des  normes  de  la  série des  normes  ISO  14000.  Cette  série  
concerne le management environnemental.  

On peut citer les matériaux suivants qui répondent aux exigences de la norme : 
 
Sarnafil  T,  Sarnavert,  dont  la  production  ne  génère  pas  de  pollution,  et  les  déchets  peuvent  être 
totalement recyclés. 
 
La société Sucoflex, répond aux exigences de la norme ISO 140001, en matière de management. 
 
La  société  Soprema  du  Canada  est  pionnière,  en  termes  de  norme ;  En  effet,    elle  fut  l’une  des 
premières à respecter la norme. 
 

Cibles HQE  
 

  De  nombreuses  cibles  HQE  sont  atteintes  par  les  toitures‐terrasses.    Les  toitures  terrasses 
permettent  notamment,  la  gestion  des  eaux,  grâce  aux  évacuations  d’eaux  pluviales ;  de  plus  la 
hauteur des relevés peut être abaissée à 2 cm au droit des seuils, ce qui facilite l’accès des terrasses 
aux personnes handicapées .Elles permettent de garantir un  confort hygrothermique grâce aux pare‐
vapeurs et à l’isolation.  

L’exemple des toitures jardins 
 

                                                            
3
Source : http://www.ifen.fr [consulté le 24 février 2008]
  Il y a 14 cibles HQE au total. Les toitures terrasses jardins répondent à huit d’entre elles. Nous 
allons voir quelles sont elles dans le tableau ci‐après. 

Les toitures terrasses jardins, en plus de leur avantage esthétique présentent de nombreux 
points positifs pour la protection de l’environnement. 
Elles  permettent  notamment  de  diminuer  la  température  de  l’air  en  été,  grâce  à  l’eau  qu’elles 
stockent, mais également de réduire la pollution atmosphérique, grâce aux végétaux qui absorbent le 
CO2.  
D’autre  part,  elles  stockent  les  excédents  d’eaux  pluviales  et  amortissent  les  effets  des  pluies 
violentes (dépend du type de végétation). Ce qui est très importants lors d’orages car ça contribue à 
réduire les débordements des usines d’épuration et des canalisations. 
Ils permettent aussi de prolonger la vie des membranes de toitures, parfois la multipliant par deux, 
car elles présentent l’avantage de diminuer jusqu’à 50%, les déchets des bitumes produits lors de la 
réfection des toits. 
Ils diminuent également les déperditions de chaleur ce qui permet de faire des économies d’énergie, 
surtout en hiver. Elle permet une bonne isolation 
acoustique. 

  

Kunsthalle, Bonn, Allemagne 4

                                                            
4
 Source image : http://images.google.com/ 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 72 
LOT ETANCHEITE 
Cibles atteintes par les toitures­terrasses jardins 5
 

toiture classique THEME CIBLE HQE toiture végétalisée

L'ENVIRONNEMENT
ECO-
CONSTRUCTION
intégration dans un
environnement
Cible 1 : Relation
minéral urbain de
harmonieuse des
surfaces végétalisées
bâtiments avec
accueillant une
l'environnement
biodiversité (flore et
immédiat
surface faune)
minérale surface végétalisée
L'EAU

Drainage maîtrisé ECO-GESTION


avec effet
retardateur de
Cible 5 : gestion
l'écoulement des
de l'eau
pluies d'orage
(rétention) et
diminution des SANTE
volumes d'eau
rejetées dans le
réseau (par
évaporation)
Cible 14 : qualité
sanitaire de l'eau
filtration des eaux de
surface imperméable surface rétentrice
pluie en vue du
stockage de l'eau
pour un réemploi
domestique
DURABILITE

Le complexe de
végétalisation est ECO-GESTION
une protection
mécanique,
cible 7 : Gestion
thermique et UV qui
de l’entretien et
contribue largement
de la maintenance
à accroitre la
pérénité du
agression revêtement protectio
directe d'étanchéité

HYGROTHERMIE

humidification de l'air CONFORT


ambiant (lutte contre
l'effet îlot de chaleur cible 8 : confort
généré par la hygrothermique
concentration urbaine
minérale
réflexion absorpt

                                                            
5
Source : http://www.adivet.nete
ACOUSTIQUE

en absorption du CONFORT
bruit extérieur
(réverbération) et Cible 9 : confort
isolement acoustique acoustique
amélioré en intérieur
(effet de masse)
réverbération isoleme

ASPECT VISUEL CONFORT

intégration dans un Cible 10 : confort


environnement visuel
minéral de surface
accueillant une
biodiversité (flore) cf. photothèque
surface
végétalisa
inerte

L'AIR
SANTE
absorption des
poussières
Cible 13 : qualité
environnantes et
sanitaire de l'air
fixation du CO2 par
les végétaux

accumulation dépolut
  

Inventaire des matériaux utilisés en étanchéité et perspectives 
environnementales 
 

Nous avons fait l’inventaire des matériaux  utilisés dans l’étanchéité des  toitures ‐terrasses 
et  nous  sommes  demandées  quelles  étaient  leurs  perspectives  environnementales,  en  terme  de 
production  de  déchets,  de  type  d’industrie,  et  d’innovations  environnementales.

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 74 
LOT ETANCHEITE 
NOM DU PRODUIT  TYPE D’INDUSTRIE  APPLICATION DU  PRODUCTION DE  REPERCUSSIONS  INNOVATIONS 
MATERIAU  DECHETS  SUR  ENVIRONNEMENTALES 
L’ENVIRONNEMENT

ASPHALTE   Industrie génère des    • Possibilité de  • Production de  Recyclage dans 


polluants, comme  recyclage, mais coûts  polluants  l’industrie routière 
  les HAP 6 , les COV 7 ,  plus élevés que pour 
elle demande  l’enfouissement des 
beaucoup d’énergie  déchets. 
et utilise le pétrole, 
ressource non  • Déchets 
renouvelable.  inertes et industriels 
banals 

PRODUITS BITUMINEUX  Les produits  • Soudage des     • Enduits à   


bitumineux  feuilles bitumineuses  base de bitume 
proviennent de  contiennent jusqu’à 
l’exploitation du  • Emission de  50% de solvants, 
pétrole. Leur  fumées   parfois même des 
extraction nécessite  solvants chlorés 
de grandes 
quantités d’eau et 
d’énergie. De plus, 
elle pollue l’air en 
émettant des oxydes 
d’azote et du 

                                                            
6
HAP : Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques
7
COV : Composés Organiques Volatiles
NOM DU PRODUIT  TYPE D’INDUSTRIE  APPLICATION DU  PRODUCTION DE  REPERCUSSIONS  INNOVATIONS 
MATERIAU  DECHETS  SUR  ENVIRONNEMENTALES 
L’ENVIRONNEMENT

dioxyde de soufre. 

MOUSSE DE POLYURETHANE  Production de  Projection  imputrescible  • non toxique  Possibilité de recyclage 


dichlorométhane 
• permet de 
Isocyanates  diminuer les 
ponts 
thermiques 

FILM POLYANE  Industrie plastique,  Pose simple       


produit issu de 
l’industrie polluante 
du pétrole. 

COLLES           

EAC  A base de bitume      • Emission de   


oxydé  solvants moins 
importante que pour 
les EIF 

EIF  Ils sont à base de      • Emission de   


bitume  solvants importante 

PARE VAPEUR        •Pose libre   
écologiquement 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 76 
LOT ETANCHEITE 
NOM DU PRODUIT  TYPE D’INDUSTRIE  APPLICATION DU  PRODUCTION DE  REPERCUSSIONS  INNOVATIONS 
MATERIAU  DECHETS  SUR  ENVIRONNEMENTALES 
L’ENVIRONNEMENT

  • Collage  intéressante, sauf 
pour les lés de bitume
  • Soudage  et bitume-
polymère de 4
  mm d'épaisseur
• production de 
  COV

ISOLANT THERMIQUE    • Pose libre    • production de COV  • Panneaux en 


perlite écologiquement 
• Collage    intéressants 
 

JOINTS           

SYSTEMES D’ETANCHEITE        • Résistance  • Produits sans 


LIQUIDE  aux UV  solvant 

PAPIER KRAFT  Industrie du bois.    Réemployé et recyclé    


Utilisation d’un 
papier solide  Décomposable 
nécessitant moins  facilement avec du 
de fibres. Aucune 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 77 
LOT ETANCHEITE 
NOM DU PRODUIT  TYPE D’INDUSTRIE  APPLICATION DU  PRODUCTION DE  REPERCUSSIONS  INNOVATIONS 
MATERIAU  DECHETS  SUR  ENVIRONNEMENTALES 
L’ENVIRONNEMENT

substance nuisible à  compost. 
la couche d’ozone 
n’est utilisée pour sa 
production. 

BECQUESTS METALLIQUES           

ALU/ACIER AU  L’industrie de  NON DEGAGEMENT 


CHROMONICKEL  l’aluminium produit  DE METAUX LOURDS 
beaucoup de CO2. 
   
 
CUIVRE/ZINC‐TITANE/ACIER  DEGAGEMENT DE 
ZINGUE   METAUX LOURDS 

ASSISES POUR REVETEMENTS        FAIBLE ENERGIE   
PRATICABLES  GRISE ET ABSENCE DE 
    SUBSTANCES 
GRAVILLONS/GRAVIER/FIBRE‐ POLLUANTES 
CIMENT     

Membranes synthétiques     

Industrie plastique :  • Soudage 
utilisation de  (production de 
pétrole, ressource  fumées) 
non renouvelable. 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 78 
LOT ETANCHEITE 
NOM DU PRODUIT  TYPE D’INDUSTRIE  APPLICATION DU  PRODUCTION DE  REPERCUSSIONS  INNOVATIONS 
MATERIAU  DECHETS  SUR  ENVIRONNEMENTALES 
L’ENVIRONNEMENT

Industrie polluante. 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 79 
LOT ETANCHEITE 
 

10. INNOVATIONS 
 

PRODUIT  ENTREPRISE  FONCTION  PARTICULARITE  IMAGE 

ISOL ACTIF M1   FRANCE  ISOLATION  • Thermo acoustique 


SYSTÈME  
• Thermo réflecteur 

QUATTRO  ALU THERMO  ISOLATION  • Thermo acoustique 

• Multi réflecteur 

 
PRODUIT  ENTREPRISE  FONCTION  PARTICULARITE  IMAGE 

PEPCO  SOPREMA  Evacuations d’eaux  Le système  est déjà étanché 


pluviales  (bitume armé) et se pose 
directement sur la membrane 
étanche (élastomère) au 
chalumeau ou soudure 

AQUADERE  SOPREMA  EIF  • Adhérence par séchage 

• Ne contient pas de solvants 

SOPRAVAP 3  SOPREMA  Résine de polyuréthane  Assure à la fois, la fonction de 


EN 1  primaire, colle (pour la mise 
en œuvre de l’isolant) et pare 
vapeur 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 81 
LOT ETANCHEITE 
PRODUIT  ENTREPRISE  FONCTION  PARTICULARITE  IMAGE 

Sarnafil S 327  SIKA  Membrane synthétique  • Esthétique : aspect du cuivre


EL Ral 3029  d’étanchéité de toiture 
 

SYSTOP  Knopp  Membrane  • Permet une mise en 


AQAUTENS 10   Vertriebs  d’étanchéité à base de  œuvre rapide même 
résine époxy  avec un support 
humide (humidité 
<4%) 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 82 
LOT ETANCHEITE 
PRODUIT  ENTREPRISE  FONCTION  PARTICULARITE  IMAGE 

TRIXSEL V210  KEMCO TRIXA  Système d’étanchéité  • Les  relevés  ne  nécessitent 


HYPERDESMO‐ liquide pour les relevés  pas de protection en tête 
FB 
• Résistance à la fissuration 

HYPERDESMO‐ ALCHIMICA  SEL à base  • Utilisé  pour  le  traitement 


FB  d’élastomère de  des  points  singuliers  qui  ne 
polyuréthane  peuvent  accepter  l’utilisation 
de flamme 

• Durcissement  rapide  même 


en hiver 

 
 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 83 
LOT ETANCHEITE 
PRODUIT  ENTREPRISE  FONCTION  PARTICULARITE  IMAGE 

Système  Fullflow  Evacuation d’eaux  Réseaux de tuyauterie pour la 


siphoïde  pluviales  collecte sont horizontaux 
 
    Ne laisse pas entrer l’air 

Permet de rentabiliser à 
100% l’évacuation des eaux 
(les tuyaux sont toujours 
pleins) 

Réduit le nombre 
d’évacuations   

DuPont™  DuPont™  Ecran Hautement  • Très  haute 


Tyvek®  Perméable à la Vapeur  perméabilité  à  la 
(HPV)  vapeur d’eau 

• Imperméabilité  à 
l’eau,  légèreté, 
propreté,  solidité, 
longévité,  facilité  et 
 
rapidité  de  mise  en 
œuvre. 8  

                                                            
8
http://fr.news.dupont.com
DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 84 
LOT ETANCHEITE 
PRODUIT  ENTREPRISE  FONCTION  PARTICULARITE  IMAGE 

Derbibrite Derbibrite Membrane  • Refroidisseur passif : 


d’étanchéité en bitume  Pouvoir réfléchissant qui 
modifié à armature permet de diminuer la 
température de surface 
de la toiture. 

• Confort d’été. 

• Recyclable 

Derbisedum  Derbisedum  complexe d'étanchéité  • Associe un antiracine, 


associé à un complexe  une couche filtrante 
    de végétalisation  et des dalles 
extensif  précultivées. 

  • Destiné aux toitures‐
terrasses 
inaccessibles, 
rampantes et 
inclinées jusqu'à 25 %

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 85 
LOT ETANCHEITE 
PRODUIT  ENTREPRISE  FONCTION  PARTICULARITE  IMAGE 

Solar Roof   Urbasolar  Membrane  • Production 


d’étanchéité  d’électricité 
   
photovoltaïques 
 
• Non production de 
gaz à effet de serre 

• Très durable 

Flashing Soprema Résine liquide pour  • Mise en œuvre sans 


étanchéité des relevés. dispositif 
d’écartement des 
eaux de pluies 
(becquets, bandes 
solins, engravures…) 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 86 
LOT ETANCHEITE 
PRODUIT  ENTREPRISE  FONCTION  PARTICULARITE  IMAGE 

GRAVILAND‐ Siplast BAC PRE‐VEGETALISE  • Bac  pré‐végétalisé 


PACK  POUR TOITURES  pour 
TERRASSES  l’enverdissement  des 
VEGETALISEES  toitures  terrasses,  à 
base  de  sédums, 
facile  à  mettre  en 
œuvre,  intégrant  une 
réserve  d’eau 
permettant  la 
récupération  des 
eaux  pluviales  et 
l’arrosage  des 
plantes.  Innovation   

couronnée  à  Batimat 
2005. 9  

                                                            
9
http://www.actu-environnement.com
DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 87 
LOT ETANCHEITE 
 

11.BIBLIOGRAPHIE 
 

Livres 
 
La Prairie sur le toit, Thierry et Marie‐France Houdart, éditions Maiade, 2004  
 
Descriptif du bâtiment T.P, tome 3, éditions Callon, 1981 
 
Dicobat, Jean de Vigan, éditions Arcature, 1992 
 
Nouveau Larousse Encyclopédique, collectif, éditions Larousse, 1998 
 
Humidité : diagnostic remontées d’eau infiltrations condensation (collectif sous la direction de  
Michel Matana) éditions Syros, 1993 
 
L’étanchéité dans l’habitation, Schild, Oswald, Rogier, Schweikert, éditions Eyrolles, 1978 
 
Couvertures Toitures‐terrasses, Bureau Veritas, éditions Le Moniteur, 1997 
 
Anatomie  de  l’enveloppe  des  bâtiments,  Construction  et  enveloppes  lourdes,  D.Bernstein,  J‐P 
Champetier, T. Vidal, éditions Le Moniteur, 1997 
 
Les désordres dans le bâtiment, 270 solutions pour les éviter, Socotec, éditions Le Moniteur, 2005 
 
Réussir la qualité dans la construction, éditions du Moniteur, sous la responsabilité d’Yves Le Sellin, 
1992 
  
La fabrication du bâtiment 2, le second œuvre, Gérard Karsentay, éditions Eyrolles, 2001 
 
Végétalisation extensive des terrasses et toitures, François Lasalle, éditions Le Moniteur, 2006 
 
La pathologie des ouvrages du bâtiment, tome 2, collectif, éditions Weka 
 
Revêtements d’étanchéité de toiture, catalogue des produits du bâtiment, collectif, éditions CATED 
Prix  pour  bâtir  1,  Maçonnerie,  charpentes,  couverture  isolation,  électricité,  Collection  Concevoir  et 
Construire 2003. 
Mémotech Génie Civil, J.M Destrac, D Lefaivre, Y Maldent, S Vila, Collection Casteilla. 

Sites Internet 
 
LEBLANC J., I.E.N. Académie d'Orléans‐Tours. [Consulté le : 13.11.07]   
<URL: http://www.iufmrese.cict.fr/referentiels/2004/DocsAccomp/PPSPS.shtml, > 
 
Site Internet encyclopédie en ligne, Wikipedia, [consulté le 13.11.07] : 
<URL: http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89tanch%C3%A9it%C3%A9 > 
 
Site Internet sur l’humidité et les désordres qu’elle engendre : 
<URL: http://pagesperso‐orange.fr/touristom2000/traitement_salpetre.html> 
 
Site Internet actuenvironnement.com, [consulté le 28 .11.07] 
<URL:http://www.actuenvironnement.com/ae/dictionnaire_environnement/definition/geomembran
e.php4> 
 
Site Internet [consulté le 09.01.08] 
<URL :http://www.etibat.fr/> 
 
Site internet, [consulté le 10.01.08] 
<URL :http://fr.wikipedia.org/wiki/Toiture_v%C3%A9g%C3%A9tale#.C3.89l.C3.A9ments_d.27un_toit
_vert> 
 
Site Internet, [consulté le 24.02.08] 
<URL :http://fr.ekopedia.org> 

Site Internet, [consulté le 24.02.08] 

<URL :http://www.rn19.net/article.php3?id_article=137> 

Site Internet, [consulté le 24.02.08] 

<URL :http://www.artetpaysages.com> 

Site Internet, [consulté le 24.02.08] 

<URL :http://www.greenpeace.org/canada/fr/campagnes/sables‐bitumineux/questions‐reponses> 

Site Internet, [consulté le 24.02.08] 

<URL :http://cat.inist.fr> 

Site Internet, [consulté le 24.02.08] 

<URL :http://www.usherbrooke.ca/> 

Supports numériques 
 
Cédérom Creef : DTU, Normes, édition, année 
 
PDF Application des revêtements d’étanchéité préfabriqués par Philippe Cognard  
 
PDF Guide Pratique Etancheité des toitures terrasses‐ Conception et réalisation CSTB 
 
PDF http://www.eco‐bau.ch/franz/files/ed362F.pdf
 
PDF kraft http://www.ppec‐paper.com/zip/kraftf.pdf 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 89 
LOT ETANCHEITE 
Table des matières 
1.  NORMES, DTU, REGLES DE CONSTRUCTION ................................................................................... 3 
14.1 NF P11‐221‐1 (mai 2000) : Travaux de bâtiment ‐ Travaux de cuvelage ‐ Partie 1 : Cahier des 
clauses techniques + Erratum (novembre 2000) (2ème tirage) (Indice de classement : P11‐221) .... 3 
PARTIE 1 : Travaux de bâtiment ...................................................................................................... 3 
PARTIE 2 : Travaux de bâtiment Marchés privés............................................................................. 3 
20.12 NF P10‐203‐1(septembre 1993) : Maçonnerie des toitures et d'étanchéité ‐ Gros œuvre en 
maçonnerie des toitures destinées à recevoir un revêtement d'étanchéité ‐ Cahier des clauses 
techniques + Erratum (février 1994) + Amendement A1 (juillet 2000) (Indice de classement : P10‐
203‐1) .................................................................................................................................................. 3 
20.12 NF P10‐203‐2(septembre 1993)  Maçonnerie des toitures et d'étanchéité. Gros œuvre en 
maçonnerie des toitures destinées à recevoir un revêtement d'étanchéité...................................... 3 
43.1 NF P84‐204‐1‐1 (novembre 2004) : Travaux de bâtiment ‐ Etanchéité des toitures‐terrasses et 
toitures inclinées avec éléments porteurs en maçonnerie en climat de plaine ‐ Partie 1‐1 : Cahier 
des clauses techniques (Indice de classement : P84‐204‐1‐1) ............................................................ 4 
43.3 NF P84‐206‐1 (juin 1995) : Mise en œuvre des toitures en tôles d'acier nervurées avec 
revêtement d'étanchéité ‐ Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de classement : P84‐
206‐1) .................................................................................................................................................. 4 
43.4 NF P84‐207‐1 (mai 1993) : Toitures en éléments porteurs en bois et panneaux dérivés du bois 
avec revêtements d'étanchéité ‐ Partie 1 : Cahier des clauses techniques + Amendement A1 
(décembre 1995) (Indice de classement : P84‐207‐1) ........................................................................ 4 
43.5 NF P84‐208‐1 (novembre 2002) : Travaux de bâtiment ‐ Réfection des ouvrages d'étanchéité 
des toitures‐terrasses ou inclinées ‐ Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de classement : 
P84‐208‐1) ........................................................................................................................................... 4 
2.  CONCEPTION DU LOT ET COUPES TECHNOLOGIQUES, TERMINOLOGIE ........................................ 5 
Qu’est‐ce qu’une toiture‐terrasse ? .................................................................................................... 5 
Choix du système d’étanchéité ........................................................................................................... 5 
Les revêtements d’étanchéité......................................................................................................... 6 
Les différents types de toitures terrasses ........................................................................................... 7 
En fonction du support.................................................................................................................... 7 
En fonction de l’accessibilité ........................................................................................................... 9 
Ouvrages annexes ......................................................................................................................... 17 
Les toitures terrasses jardins............................................................................................................. 26 
Les charges à prendre en compte ................................................................................................. 27 
Prise en compte des ouvrages....................................................................................................... 27 
Les différentes couches  qui constituent l’étanchéité de la toiture terrasse jardin ..................... 27 
Terminologie ................................................................................................................................. 29 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 90 
LOT ETANCHEITE 
Le cuvelage ........................................................................................................................................ 30 
Les 3 types de cuvelage ................................................................................................................. 30 
3.  PLANIFICATION DE L’ETANCHEITE................................................................................................. 31 
4.  PLAN DE QUALITE AVEC LES POINTS DE CONTROLE A LA CONCEPTION ET A L’EXECUTION ........ 32 
5.  PPSPS + schémas de mise en œuvre ............................................................................................. 41 
La sécurité sur le chantier ................................................................................................................. 41 
Prévention des risques pour la santé ................................................................................................ 41 
Risques chimiques ............................................................................................................................. 41 
Risques d’incendie......................................................................................................................... 42 
Schémas de mise en œuvre........................................................................................................... 43 
6.  MISE EN ŒUVRE, PROBLEMES DE COACTIVITE............................................................................. 47 
TOITURES TERRASSES ........................................................................................................................ 47 
Mise en œuvre du système d’isolation ......................................................................................... 47 
Revêtement placé en indépendance............................................................................................. 48 
Revêtement placé en adhérence .................................................................................................. 48 
Revêtement placé en semi adhérence .......................................................................................... 48 
Mise en œuvre des revêtements multicouches............................................................................ 49 
Mise en œuvre des revêtements en asphalte............................................................................... 51 
Mise en œuvre des revêtements en mousse de polyuréthane projetée.......................................... 52 
Mise en œuvre des revêtements synthétiques................................................................................. 52 
Mise en œuvre des systèmes d’étanchéité liquide........................................................................... 52 
Mise en œuvre de l’étanchéité pour les ouvrages particuliers............................................. 52 
Relevés......................................................................................................................................... 53 
Evacuations d’eau pluviales(EEP) et trop pleins:................................................................ 53 
Joints du gros œuvres (cas des costières en béton)............................................................ 53 
Matériels utilisés ........................................................................................................................... 54 
Enduit d’Application à Chaud (EAC)....................................................................................... 54 
Chalumeau pour le soudage des feuilles bitumineuses ..................................................... 54 
Rouleau pour l’application des SEL........................................................................................ 55 
Problèmes de co‐activité .................................................................................................................. 55 
TOITURES TERRASSES VEGETALISEES ................................................................................................ 55 
7.  PATHOLOGIES DU LOT................................................................................................................... 56 
8.  ECONOMIE DU LOT........................................................................................................................ 65 
T

9. ENVIRONNEMENT ............................................................................................................................. 71 


DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 91 
LOT ETANCHEITE 
PRODUCTION ET GESTION DE DECHETS : DISPOSITIONS REGLEMENTAIRES.................................... 71 
Norme ISO 14001 .............................................................................................................................. 71 
Cibles HQE ......................................................................................................................................... 71 
L’exemple des toitures jardins ...................................................................................................... 71 
Cibles atteintes par les toitures‐terrasses jardins ............................................................................. 73 
Inventaire des matériaux utilisés en étanchéité et perspectives environnementales ..................... 74 
10. INNOVATIONS.................................................................................................................................. 80 
11.BIBLIOGRAPHIE................................................................................................................................. 88 
Livres.................................................................................................................................................. 88 
Sites Internet ..................................................................................................................................... 88 
Supports numériques ........................................................................................................................ 89 
 

DIALLO DIARAYE 
RINGENBACH LAURENCE  Page 92 
LOT ETANCHEITE