You are on page 1of 127

Fendt 612 L S A


Détail annonce

 Contacter l'annonceur

Type d'annonce : Vente / Offre


Marque : Fendt
Modèle : 612 L S A
Etat : Occasion - bon état
Année : 1986
Heures : 10.520 h
Puissance : 140 ch
Roues motrices : 4 RM
Boîte de vitesses : mécanique
Dimension pneus avant : 540/65/28 MI
Usure pneus avant : 50%
Dimension pneus arrière : 580/70/38
Usure pneus arrière : 30%
Vitesse maxi : 40 Km/h
Equipements : climatisation , cabine suspendue
Numéro de série : 383/21/0531
Disponibilité : Disponible
Commentaires :
TRACTEUR DISPONIBLE AU CAMEROUN A VENDRE AVEC SON COVER CROPP
28 DISQUES QUIVOGNE MATERIEL A BERTOUA CAMEROUN joindre par mail a mon
adresse NOUS CONSULTE POUR PRIX ET AUTRES INFORMATIONS

Ajouter à ma selection

Imprimer

Partager l'annonce

Eviter la fraude

Signaler un problème

 Détail annonce

Contacter l'annonceur

296 bertoua - Cameroun

Particulier
Membre depuis 10 ans et 10 mois

Bulldozers Caterpillar occasion à vendre | Achetez du materiel TP sur ...


https://www.europe-tp.com/bulldozer-caterpillar/2.../bulldozer-caterpillar-occasion.ht...

Prix moyen : 34425€ - Trouvez votre Bulldozer Caterpillar occasion parmis nos 819 annonces de
matériel TP à vendre sur Europe TP. Découvrez notre large selection de bulldozers de marque
Caterpillar au meilleur prix pour réaliser vos travaux. ... Bulldozer Caterpillar D6R XL SU D6R XL Ripper
Tilt occasion. 2001 14581 ...

-24h 2

Bulldozer Caterpillar D5H XL SERIE 2 occasion

1995 10000 heures

depuis 6 h

France - St Feliu D'avall

Bulldozer Caterpillar D6M LGP occasion

2003 14500 heures


France - Fontaine Notre Dame

12

Bulldozer Caterpillar D6H LGP occasion

40 000 € 1989 15175 heures

France - Bon Encontre

14

Bulldozer Caterpillar occasion

89 000 € 2007 10271 heures

depuis 9 j

France - Saint Denis


13

Bulldozer Caterpillar occasion

180 000 € 2013 4957 heures

depuis 9 j

France - Saint Denis

Bulldozer Caterpillar occasion

2008 13622 heures

depuis 9 j

France - Saint Denis

Bulldozer occasion
1 096 annonces de bouteurs sur chenilles d'occasion
Voir les résultats dans d'autres pays :

Chine

Espagne

Pays-Bas

Italie

-24h 2

Bulldozer Caterpillar D5H XL SERIE 2

1995 10000 heures


depuis 6 h

France - St Feliu D'avall

11

Bulldozer Caterpillar D6T LGP

2008

188 CV

depuis 3 j

Belgique - Maasmechelen

Bulldozer Caterpillar D6M LGP

2003 14500 heures

France - Fontaine Notre Dame


Bulldozer Caterpillar D6T

2009

depuis 6 j

Belgique - Lummen

Bulldozer Liebherr PR724LGP

2010 6166 heures

depuis 6 j

Belgique - Lummen

Bulldozer Komatsu Ripper D85/D7


5 000 € 1998 1 heures

depuis 8 j

France - Figeac

12

Bulldozer Caterpillar D6H LGP

40 000 € 1989 15175 heures

France - Bon Encontre

14

Bulldozer Liebherr

2011 7100 heures

depuis 9 j
France - Saint Denis

14

Bulldozer Caterpillar

89 000 € 2007 10271 heures

depuis 9 j

France - Saint Denis

13

Bulldozer Caterpillar

180 000 € 2013 4957 heures

depuis 9 j

France - Saint Denis


1

Bulldozer Caterpillar

2008 13622 heures

depuis 9 j

France - Saint Denis

Bulldozer Caterpillar

95 000 € 2009 7878 heures

depuis 9 j

France - Saint Denis

Bulldozer Caterpillar
2011 9181 heures

depuis 9 j

France - Saint Denis

11

Bulldozer Caterpillar

199 500 € 2015 2507 heures

depuis 9 j

France - Saint Denis

16

Bulldozer Caterpillar

135 000 € 2008 7779 heures

depuis 9 j

France - Saint Denis


14

Bulldozer Caterpillar

65 000 € 2000 7241 heures

depuis 9 j

France - Saint Denis

Bulldozer Caterpillar

2011 7657 heures

depuis 9 j

France - Saint Denis

Bulldozer Caterpillar

225 000 € 2014 3288 heures

depuis 9 j

France - Saint Denis


Bulldozer Caterpillar D5B

1978 7777 heures

depuis 9 j

France - Saint Denis

16

Bulldozer Caterpillar D6R XL SU D6R XL Ripper Tilt

2001 14581 heures

180 CV

depuis 9 j

France - Figeac

Bulldozer
Bulldozer
Le bulldozer, également appelé bouteur, est un engin de
chantier utilisé pour déplacer des matériaux, et pour les
travaux de démolition, de déboisement ou de nivellement.
Le bulldozer est parfois couplé à une décapeuse (scraper)
qu’il pousse.

Un bouteur est un tracteur, généralement sur chenilles, équipé d’une grande lame frontale,
dite lame bull, qui peut être orientée verticalement : elle peut être abaissée pour racler le sol
sur une trentaine de centimètres de profondeur, ou relevée pour transporter des matériaux.
Il existe différents types de lame bull : lame droite, lame universelle, lame semi-
universelle, lame PAT (« Power Angle Tilt »). Les bulldozers équipés d’une lame PAT sont
appelés « angledozers » : leur lame peut être orientée horizontalement. La plupart des
bouteurs sont équipés d’un ripper (scarificateur) à l’arrière, pour travailler le sol. Le ripper
peut être monodent, ou avoir 2 ou 3 dents.

Inventés aux USA, les bulldozers sont arrivés en Europe à la fin de la Seconde Guerre
mondiale pour aider à la reconstruction ; certains modèles blindés ont été utilisés sur les
plages du Débarquement.

En France un Caces de catégorie 3 englobant les engins d’extraction à déplacement alternatif


est requis pour la conduite d’un bulldozer

Caterpillar, Komatsu, Liebherr, Shantui, Fiat-Allis… Sur Europe-TP.com, retrouvez les


annonces de bouteurs d’occasion.

Europe-TP.com est un site web de petites annonces de matériels de travaux publics


d'occasion, neuf ou accidenté

Place de marché entre vendeurs et acheteurs (achat / vente / location longue durée) du marché
des engins de construction et de travaux publics.

Europe-TP.com est un portail dédié aux petites annonces de matériels TP et pelles


d’occasion (des pièces détachées aux bulldozers) : pelleteuses, grues, chargeuses,
tractopelles, bulldozers, dumpers, compacteurs, concasseurs cribles, etc. Retrouvez toutes les
marques de bulldozer d’occasion et tous les types de bulldozer d’occasion.

Bulldozer : Tout savoir sur le bulldozer (bouteur), un engin de chantier puissant et massif

Les autres sites du groupe :

 Europe-Camions.com : Achat vente de camion occasion


 Europe-TP.com : Achat vente de matériel TP occasion
 Europe-Manutention.com : Achat vente de chariot élévateur d'occasion
 Europa-Agri.fr : Achat vente de matériel agricole occasion
 Bulldozer Caterpillar D6R XL SU D6R
XL Ripper Tilt occasion
 180 CV14581 heures01/01/2001


 16 photos disponibles
 Prix : --
 Envoyer un e-mail



Bonjour,
Je suis intéressé(e) par votre a

 Recopiez en respectant la casse


 Société GEMAT
 ZA Pech d'Alon
46100 FIGEAC
Midi-Pyrénées - Lot 46 - France

 Toutes les annonces de ce vendeur
 Voir sur la carte
 Accès au site web du vendeur

Tracteur de collection
24 résultats
 Annonces (24)

1/1

3 800 €

Massey Ferguson 65

Occasion - bon état - Tracteur ancien

France - LUZY ( 58 - Bourgogne )


850 €

Massey Ferguson tea20

Occasion - prévoir des réparations - Tracteur ancien

France - maringues ( 63 - Auvergne )

1 925 €

Massey Ferguson FF 30 DS

Occasion - bon état - Tracteur ancien

France - Andelot-Blancheville ( 52 - Champagne-Ardennes )


3 400 €

Massey Ferguson 1010

Occasion - très bon état - Tracteur ancien

Belgique - Meeuwen

600 €

Massey Ferguson 825

i.015.128 - Occasion - prévoir des réparations - Tracteur ancien

France - bantanges ( 71 - Bourgogne )


Massey Ferguson TEA 20

334793 - Occasion - prévoir des réparations - Tracteur ancien

France - VOUZIERS ( 08 - Champagne-Ardennes )

2 000 €

Massey Ferguson 35

Occasion - NC - Tracteur ancien

Belgique - LES BONS VILLERS

Massey Ferguson PONY 820D-18CV-MF21


Occasion - NC - Tracteur ancien

France - SAINT CLAIR DE LA TOUR ( 38 - Rhône-Alpes )

7 250 €

Massey Ferguson 1100

Occasion - très bon état - Tracteur ancien

Pays-Bas - ijsselmuiden

3 750 €

Massey Ferguson 1080

21449 - Occasion - NC - Tracteur ancien


Pays-Bas - Mijnsheerenland

14 500 €

Massey Ferguson 65 multipower

Occasion - reconditionné - Tracteur ancien

Pays-Bas - Heerenveen

2 900 €

Massey Ferguson 35

Occasion - reconditionné - Tracteur ancien

Italie - Spirano ( BG - Lombardia )


5 775 €

Massey Ferguson MF 135

Occasion - très bon état - Tracteur ancien

Allemagne - Nierstein ( Rheinland-Pfalz )

1 500 €

Massey Ferguson TE F 20

Occasion - état moyen - Tracteur ancien

Italie - molinella ( BO - Emilia-Romagna )


1 000 €

Massey Ferguson FE30

Occasion - prévoir des réparations - Tracteur ancien

Italie - Savigliano ( CN - Piemonte )

2 500 €

Massey Ferguson TF 20

Occasion - très bon état - Tracteur ancien

Italie - martinengo ( BG - Lombardia )


1 000 €

Massey Ferguson MF35

Occasion - bon état - Tracteur ancien

Italie - Rescaldina ( MI - Lombardia )

Massey Ferguson 33

enchère

CANNOT_VERIFY - Tracteur ancien

Canada - Cabri ( Saskatchewan )


Massey Ferguson TEA-20

enchère

Not Available - Tracteur ancien

Canada - Lafleche ( Saskatchewan )

Massey Ferguson 33

enchère

70-GS-4587 - Tracteur ancien

Canada - STRASBOURG ( Saskatchewan )


Massey Ferguson 44

enchère

10950 - Tracteur ancien

Canada - North Battleford ( Saskatchewan )

Massey Ferguson 35

enchère

M241102 - Tracteur ancien

Canada - MONT SAINT HILAIRE ( Quebec )


2 364 €

Massey Ferguson 35

35 - Occasion - reconditionné - Tracteur ancien

Pologne - Radomsko ( Łódzkie )

3 518 €

Massey Ferguson 30

Occasion - NC - Tracteur ancien

Lettonie - Jaunrauna

Page Annonceur
Revenir à l'annuaire
SCPMA (SOCIETE CAMEROUNAISE DE PRODUCTION DE MATERIEL AGRICOLE)
Région : LITTORAL
Département : WOURI
Localité : DOUALA

Filières : Autres (Agriculture)

Adresse : BP: 13195 Douala


Téléphones : (237) 243.011.326 — 679.805.816 — 677.806.122
Site web : www.
Membre depuis le 23.04.2015
Nombre d'annonces : 0

Tractopelle articulé Case 580G occasion


65 CV8200 heures01/01/1988
5 photos disponibles
Prix : 5 900 € HT / 7 080,00 € TTC
Envoyer un e-mail

Bonjour,
Je suis intéressé(e) par votre a

Recopiez en respectant la casse

Société BADA VI
95 Chemin du Charbonnier
69800 Saint-Priest
Caractéristiques - Tractopelle articulé Case 580G occasion
Informations principales
Réf. client : 580
Réf. site : 2272541
Carrosserie Tractopelle articulé
Marque Case
Gamme (marque : Case) 580G
Etat occasion
Année 01/01/1988
Caractéristiques Case 580G
Puissance 65 CV
Type de flèche -
Informations complémentaires
Infos Moteur -
Taille du balancier -
Taille de la flèche -
Caractéristiques Case 580G
Nombre d'heures 8200 heures
Godet
Précisions godets -
Equipement Tractopelle Case
Type d'attache rapide -
Pneus
Usure pneus avant -
Usure pneus arrière -
Dimension pneus avant -
Dimension pneus arrière -
Etat et dimensions des pneus ETAT CORRECT
Pneus -
Remarques
TRACTOPELLE CASE 580G 4 ROUES MOTRICES GODET DROPT
BRAS EXTENDO FOURNI AVEC 2 GODETS
1 GODET AVANT 4 EN 1 - 1 GODET RETRO 0.60m - 1 GODET RETRO 0.45m -
1 GODET DE CURAGE
PROBLEME MARCHE ARRIERE VENDU EN L ETAT
N° DE SERIE 3993464

www.europe-tp.com
Europe-TP.com
Petites annonces 100% TP | BTP


 Acheter
 Vendre
 Annuaire
 Actualités
 Mon espace

Mes recherches Ma sélection

1. Europe TP >
2. Matériels TP >
3. Tractopelle >
4. Venieri 8.23 C* >
5. Annonce n°2535221 : Tractopelle Venieri VF 8.23 C

Tractopelle articulé Venieri 8.23 C* VF 8.23


C occasion
11700 heures01/01/1999 Monobloc
6 photos disponibles

Prix : 10 000 € HT / 12 000,00 € TTC

Envoyer un e-mail
Bonjour,
Je suis intéressé(e) par votre a

Recopiez en respectant la casse

Société Sanial Christian

Le Mas Icard
30140 Saint Sébastien d'Aigrefeuille
Languedoc-Roussillon - Gard 30 - France

Toutes les annonces de ce vendeur

Voir sur la carte

Caractéristiques - Tractopelle articulé Venieri 8.23 C* VF


8.23 C occasion
Informations principales

Réf. site : 2535221

Carrosserie Tractopelle articulé

Marque Venieri

Gamme (marque : Venieri) 8.23 C*

Modèle VF 8.23 C

Etat occasion

Année 01/01/1999

Caractéristiques Venieri 8.23 C*

Puissance -

Type de flèche Monobloc

Informations complémentaires Venieri VF 8.23 C

Infos Moteur moteur Perkins 4 cylindres


Informations complémentaires Venieri VF 8.23 C

Taille du balancier -

Taille de la flèche -

Caractéristiques Venieri 8.23 C*

11700
Nombre d'heures
heures

Godet

 Godet chargeur

Précisions godets 1,3 M3 largeur : 2,20m

Equipement Tractopelle Venieri

 Boîte Powershift

Type d'attache rapide Mécanique

Pneus

Usure pneus avant 20 %

Usure pneus arrière -

Dimension pneus avant -

Dimension pneus arrière -

Etat et dimensions des pneus 20 % les 4 roues

Pneus Simples

Remarques

Année 1999
Nbre d'heures : environ 11700
4 roues articulées
prise DRH
prise pour 1 godet articulé sur le
chargeur
très bon état de marche
Ce véhicule vous intéresse ?

N’attendez pas, contactez la société Sanial Christian pour en savoir plus dès maintenant !

Annonces similaires

Tractopelle articulé occasion Fermec 960


15 500 € 1997

depuis plus d'1 mois

Neuville Saint-Amand

Tractopelle articulé neuve CLC Tracto Pelle T 4000


15 825 € 2017 Vidéo

depuis plus d'1 mois

Arles

Tractopelle articulé occasion FAI 266 D


5 500 € 1989

depuis 7 j

Saint-Priest
Les autres gammes de tractopelle Venieri

Partagez cette annonce

Univers par secteur

 Paysagiste
 Terrassement
 Construction
 Démolition
 Mines et Carrières
 Gestion des déchets

Europe-TP.com

 Qui sommes nous ?


 Nous contacter
 Publicité
 Cookies

Liens utiles

 Mentions légales
 CGV
 Plan du site
 Recherche par localisation
 Top 100 Recherche

Europe-TP.com est un site du Groupe Via-Mobilis - Copyright © 2000-2018


Europe-TP.com : achat vente de matériel de tp et engins de chantier et de construction d’occasion.
Actualités travaux publics et BTP
En poursuivant votre navigation vous acceptez l’utilisation de cookies qui nous permettent de vous
offrir des services adaptés à vos centres d’intérêt.

Le 1er site Internet agricole


 Passer une annonce
 Offres et Services
 Annuaire des fournisseurs
 Observatoire des prix
 Besoin d'aide ?
 Actualités
1. Accueil
2. Annonces
3. Matériel agricole
4. Matériel de collection
5. Tracteur de collection
6. Massey Ferguson 35

Massey Ferguson 35


Détail annonce

 Contacter l'annonceur

Type d'annonce : Vente / Offre

Marque : Massey Ferguson

Modèle : 35

Etat : Occasion - NC

Année : 1948

Prix HT : 2 000 €

Commentaires :

Massey Ferguson 35, année 1948

Ajouter à ma selection

Imprimer

Partager l'annonce

Eviter la fraude

Signaler un problème

 Détail annonce

Contacter l'annonceur

WORLD 4X4

ch de bruxelle 738 - 6210 LES BONS VILLERS - Belgique

Négociant

www.world4x4.be

Membre depuis 9 ans et 5 mois

Rudolphe LEMAIRE

Français

Contacter par email

Autres annonces de WORLD 4X4

Peecon CC180
18 500 € HT

Belgique
Mc Cormick CX A95
18 000 € HT

Belgique

Mecagil Lebon BPI 9000


2 000 € HT

Belgique

Daf CF 75.360
14 900 € HT
Belgique

Volvo BM 4400
4 500 € HT

Belgique

Manitou MC40
13 000 € HT

Belgique
2 000 € HT

Créer une alerte email

Vendre le même
Financer avec Banque Populaire

Faire transporter ce matériel

Tracteur de collection Massey Ferguson les plus populaires


Massey Ferguson 35 - Massey Ferguson 65 - Massey Ferguson TEA 20 - Massey Ferguson 835DS -
Massey Ferguson TEF20


Qui sommes-nous ? | Nous contacter | CGV | CGU | CGV Pub | Mentions légales | Données
personnelles | Charte de validation | Rubriques

Bonjour Français / English

 Accueil
 S’inscrire
 Nous contacter
 Plan du site
 A propos
 Univers agropastoral
 Annonces
 Annuaire
 Echos du marché
 Actualités
 Ressources

Accueil > Univers agropastoral > Elevage et pêche > Filières

Filières
Filière Avicole

Présentation sommaire

Evolution

Pour une contribution de 1% du PIB, le secteur avicole est un pilier de l’économie


camerounaise avec 15 milliards de F CFA et couvre 14% des besoins de la
population en protéines animales.

Malgré le potentiel, le déficit annuel en poulets de chair se chiffre à 40 000 tonnes et


il faudra 98 000 tonnes en 2015 avec un apport supplémentaire de 24 millions de
volaille sur pied.
Figure

Système existant

Les systèmes existants sont de type extensif (l’aviculture villageoise) et semi-intensif


et intensif pour le poulet de chair.

Pourquoi investir dans cette filière ?

Le marché

Les déficits se chiffrent à 40 000 tonnes avec une tendance évolutive de la


consommation.

Tendances évolutives de la consommation avicole 2008 à 2015.


Production Besoins Déficit à Déficit à Déficit à Déficit à
2012(t) estimés 2012 combler 2012 combler 2013 combler 2014 combler 2015
Aviculture 36 142 88 590 52 448 92 550 96 687 101 009
chair
Aviculture 41 800 20 669 21 131 21 640 22 657 23 722
ponte

Approvisionnement

En amont du processus de production : approvisionnement en intrants, en


équipements et matériels d’élevage, etc.

 Au niveau de la production : intrants, (poussins, aliments, produits vétérinaires),


encadrement, etc.
 En aval du processus de production : collecte, transformation, conditionnement,
stockage et distribution.

Le rôle de l’Etat

Actions structurantes

- Mise en place d’un plan de relance de l’aviculture ;

- Appui au Programme Agropole dans les bassins de production et où se développent


les Entreprise de Moyenne et Grande Importance de la Filière avicole ;

- Mise en place d’une politique de financement adapté au secteur rural et PME :


Banque Agricole et Banque des PME en cours de mise en place ;

- Existence d’un programme de Développement des Productions et des Industries


Animales.

Où produire ?

Dans les cinq (5) zones agro-écologiques du Cameroun.

Secteur public Secteur privé


En amont du processus
- Elaboration des normes - Création des fermes de production du
- Encadrement et suivi des investisseurs ; matériel animal (géniteurs, poussins d’un
- Réglementation ; jour) ;
- Encadrement et suivi des - Production des poulets de chair ;
investissements. - Production des aliments pour bétail
(provenderies) ;
- Production et fourniture des
équipements d’élevage ;
- Distribution et commercialisation.
Au niveau du processus de production
En amont du processus de production
- Réglementation en matière d’élevage ; - Elevage des grands parentaux ;
- Appui à l’amélioration génétique ; - Production des poussins d’un jour ;
- Sélection. - Fabrique d’aliments pour volailles ;
- Achat et vente de volailles ;
- Production de matières premières
entrant dans l’alimentation de la volaille
(céréales, tourteaux, farines et poisson,
etc.) ;
- Fourniture, distribution et maintenance
d’équipements et matériels de
production ;
- Construction de bâtiments d’élevage ;
- Prestations et suivi d’exploitation :
conseil technique, formation du
personnel et services spécialisés.
Au cours du processus de production
- Inspection Sanitaire Vétérinaire (ISV) ; - Production des poussins ponte et chair ;
- Appui/ subvention de l’Etat ; - Production de poulets de chair et des
- Appui/accompagnement, formation et œufs de consommation ;
renforcement des capacités ; - Production des parentaux ;
- Certification des produits carnés - Poussins d’élevage ;
- Œufs à couver ;
- Intrants alimentaires, produits
vétérinaires et d’hygiène ;
- Matériels zootechniques et
d’exploitation ;
- Prestations et suivi de la production :
conseil technique, formation du
personnel et services spécialisés.
En aval du processus
- Construction des abattoirs ; - Abattoirs privés modernes ;
- Construction des entrepôts frigorifiques ; - Plumeuses et outillages techniques;
- Transport frigorifique de carcasses ; - Matériels de transport (collecte) ;
- Contrôle / vérification des normes ; - Equipements de conditionnement et de
- Formation/renforcement des capacités ; stockage ;
- Inspection et contrôle de qualité / - Prestations et suivi de la transformation
certification ; – distribution : conseil technique,
- Appui à la commercialisation ; formation du personnel et services
- Publi-reportage / promotion et spécialisés ;
vulgarisation du label.
Share

FILIERES

Filière Aquaculture

Filière Pêche

Filière Bovin-viande

Filière Lait

Filière des petits ruminants

Filière Avicole

Filière Porcine

Filière Apicole

Mon compte

Garder ma session ouverte.

Pas encore de compte ?

Mot de passe oublié ?

Besoin d'aide ?
 Actualités
 Evènement

21/03/2018

Economie:Renforcement de la sécurité alimentaire:

20/03/2018

Economie:Développement rural et agricole: le Minader injecte 5 milliards de F

15/02/2018

Economie:Chaînes de valeurs agricoles


Partenaires

A propos

 Présentation
 Promoteur
 Partenaires

Univers agropastoral

 En bref
 Agriculture
 Elevage et pêche
 Acteurs/Politique
 Zones agro écologiques
 Bassins de production
 Météo
 Comice agropastoral 2011

Espace professionnel

 Témoignages professionnels
 Fiches plantes, maladies, insectes
 Bonnes pratiques
 Itinéraires techniquess

Espace scientifique

 Interviews chercheurs
 Base de données organismes nuisibles/utiles
 Enseignement supérieur / Offres thèses, stages
 Documentation scientifique

© CamAgro | By CAMTEL

Bonjour Français / English

 Accueil
 S’inscrire
 Nous contacter
 Plan du site

 A propos
 Univers agropastoral
 Annonces
 Annuaire
 Echos du marché
 Actualités
 Ressources
Accueil > Univers agropastoral > Elevage et pêche > Filières

Filières
Filière Aquaculture

Présentation sommaire

Evolution

Dans le contexte actuel marqué par la diminution progressive et la raréfaction des


ressources halieutiques issues des pêches de capture, l’aquaculture apparait comme
une alternative à ce phénomène. Au Cameroun, malgré l’existence sur l’étendue du
territoire national de plusieurs sites favorables au développement d’une aquaculture
commerciale, aussi bien continentale que marine, la production piscicole annuelle qui
oscille autour de 1000 tonnes demeure très insuffisantes. L’action du gouvernement
vise à fournir au marché intérieur, du poisson de table en quantité et en qualité pour
satisfaire les besoins des populations estimés à environ 345878 tonnes à l’horizon
2018.

Système existant à développer


- Pisciculture en étang dominé par un système extensif ;

- Pisciculture intensive en cage et dans les bacs bétonnés ou en plastique ;

- Creveticulture marine, mariculture.

Pourquoi investir dans cette filière ?

Le marché

- La demande intérieure est supérieure à l’offre avec un marché interne évalué à cent
trente milliards (130 000 000 000) F CFA par an. Situation géographique favorable à
l’exportation dans la sous-région Afrique centrale et les pays voisins fortement
peuplés (Nigeria et République Démocratique du Congo).

- Les crevettes du Cameroun sont très prisées sur le marché international.

Approvisionnement

- Faible approvisionnement en intrants, en équipements de qualité et matériels


d’élevage, etc.

- Existence d’un Institut des Sciences Halieutique et de l’Institut de Recherche


Agronomique pour le Développement et les Centres Nationaux de Formation des
techniciens, etc.

- En aval du processus de production : collecte, transformation, conditionnement,


stockage et distribution.

Le rôle de l’Etat

- Elaboration du plan de développement de l’aquaculture ;


- Programme de Développement des Productions Halieutiques ;

- Mise en place d’une politique de financement adapté au secteur rural et Petites et


Moyennes Entreprises (PME) : Banque Agricole et Banque des Petites et Moyennes
Entreprises ;

- Exonération de certains équipements et intrants sur la TVA ;

- Facilitation des procédures d’investissement à travers l’application du nouveau code


des investissements ;

- Organisation et structuration des aquaculteurs ;

- Existence d’un programme de Développement des Productions et des Industries


Animales.

Où produire ?

Dans les cinq (5) zones agro-écologiques du Cameroun et les zones


côtières pour la mariculture.

Opportunités d’investissements

Types de projets d’investissements envisageables

 Unités de production des alvins ;

 Unités de production des géniteurs ;

 Unités de production de poissons de table ;

 Unités industrielles de production des crevettes ;

 Chaîne de distribution ;
 Unités de transformation et conditionnement des poissons et des crevettes ;

 Commercialisation du poisson et produits dérivés ;

 Unités de fabrication d’aliments pour poisson ;

 Production et commercialisation des poissons.


Secteur public Secteur privé
En amont du processus
- Acquisition de géniteurs de bonne - Elevage des géniteurs de bonne qualité ;
qualité ; - Production d’alevins de bonne qualité ;
- Recherche et développement (Sélection - Fabrique d’aliments pour poissons ;
des espèces) ; - Production de la matière première pour
- Renforcement de capacités des stations la production des aliments pour poisson ;
aquacoles pour la production des alevins - Fourniture et distribution des
de bonne qualité (réhabilitation des sites équipements et matériels de production
et dotation en personnel qualifié) ; (aérateurs, les filets, les bacs en
- Laboratoires de contrôle des aliments plastiques, les filets anti prédateurs, les
pour poisson ; distributeurs d’aliments les hormones,
- Formation et encadrement des etc.)
producteurs ; - Construction des infrastructures
- Contrôle de qualité et respect des aquacoles.
normes ;
- Prestations et suivi d’exploitation : conseil
technique, formation du personnel et
service spécialisés, vulgarisation des
techniques appropriées ;
- Facilitation de la mise ne place des
coopératives aquacoles.
Au cours du processus de production
- Recherche ; - Production de poisson ;
- Contrôle des produits dérivés ; - Elevage des géniteurs de bonne qualité ;
- Appui/subvention de l’Etat ; - Production d’alevins de bonne qualité ;
- Appui/accompagnement, formation et - Production de poissons de table ;
renforcement des capacités ; - Fabrique d’aliments pour poisson ;
- Poursuite des mesures incitatives ; - Achat et vente d’alevins et de poissons ;
- Contrôle de qualité ; - Production de matières premières
- Facilitation des procédures entrant dans l’alimentation du poisson
administratives. (céréales, tourteaux, farines de poisson,
etc.) ;
- Fourniture, distribution et maintenance
d’équipements et matériels de
production.
En aval du processus
- Elaboration / Contrôle / vérification des - Construction de chambres froides ;
normes ; - Camions frigorifiques et matériels de
- Formation / renforcement des capacités ; distribution ;
- Appui multiforme à la promotion et la - Infrastructures de transformation
vulgarisation. (filetage, conserves) ;
- Equipement de conditionnement et de
stockage ;
- Suivi de la transformation.

Share
FILIERES

Filière Aquaculture

Filière Pêche

Filière Bovin-viande

Filière Lait

Filière des petits ruminants

Filière Avicole

Filière Porcine

Filière Apicole

 Actualités
 Evènement

21/03/2018

Economie:Renforcement de la sécurité alimentaire:

20/03/2018

Economie:Développement rural et agricole: le Minader injecte 5 milliards de F

15/02/2018

Economie:Chaînes de valeurs agricoles


Partenaires
A propos

 Présentation
 Promoteur
 Partenaires

Univers agropastoral

 En bref
 Agriculture
 Elevage et pêche
 Acteurs/Politique
 Zones agro écologiques
 Bassins de production
 Météo
 Comice agropastoral 2011

Espace professionnel

 Témoignages professionnels
 Fiches plantes, maladies, insectes
 Bonnes pratiques
 Itinéraires techniquess

Espace scientifique

 Interviews chercheurs
 Base de données organismes nuisibles/utiles
 Enseignement supérieur / Offres thèses, stages
 Documentation scientifique

© CamAgro | By CAMTEL

Accueil > Univers agropastoral > Bassins de production

Bassins de production
Le Cameroun est un pays particulièrement béni au plan agricole et pastoral dans la mesure où
on peut tout produire partout. Cela tient au fait d’une pluviométrie abondante et régulière, à
des sols diversifiés, riches et volcaniques par endroits. Néanmoins il existe des zones de
prédilection pour certaines spéculations. Du nord au sud, on a :

Au plan agricole

Dans la zone sahélienne : céréales (maïs, sorgho, riz, oignons, fruits, arachides, niébé) ;

Dans la zone de savane de basse altitude : (maïs, tubercules, notamment l’igname, le


manioc) ;
Dans la zone de savane humide d’altitude : (un peu de tout, plus la pomme de terre, le taro,
les cultures maraichères, les légumes, le café arabica) ;

Dans la zone forestière : (cacao, café robusta, manioc, macabo, arachides) ;

Dans la zone des mangroves : (bananier plantain et doux, palmier à huile, caoutchouc,
café arabica, poivre blanc quoiqu’en quantités réduites).

Au plan pastoral

Dans la zone sahélienne : bovins, caprins, ovins, porcs (dans les milieux chrétiens et
animistes) ;

Dans la zone de savane de basse altitude : bovins, notamment l’espèce phare, le goudali

Dans la zone de savane humide d’altitude : bovins (nord-ouest), volailles, porcs en milieu
chrétien et animiste, ovins et caprins ;

Dans la zone forestière : porcs, ovins et caprins.

En ce qui concerne la pisciculture, elle est présente partout dans le pays là où il existe des
plans d’eau naturels ou artificiels et les espèces élevées sont le silure, la carpe, le tilapia et
bien d’autres.

Accueil > Univers agropastoral > Zones agro écologiques

Zones agro écologiques


Le Cameroun compte grosso modo cinq zones agro-écologiques qui sont du nord au sud :

1. La zone sahélienne (extrême-nord, nord et une partie de l’Adamaoua) ;


2. La zone de savane de basse altitude sur le plateau de l’Adamaoua et une partie du
centre ;
3. La zone de savane humide d’altitude (ouest, nord-ouest) ;
4. La zone forestière (centre, sud et est) ;
5. La zone des mangroves (littoral, sud-ouest).

Zone forestière mono-modale

Superficie : 45 658 km2

Pluviométrie : 2 500 à 4 000 mm/an, régime monomodal

Sols : pentes volcaniques, sédiments d’origine rocheuse le long de la côte

Cultures : cacao, banane, café, plantain, huile de palme, gingembre, poivre

Zone forestière bi-modale

Superficie : 165 770 km2

Pluviométrie : 1 500 à 2 000 mm/an, 2 saisons humides distinctes


Sols : ferralitiques, acides, argileux, faible capacité de rétention des éléments nutritifs

Cultures : cacao, café, manioc, plantain, maïs, huile de palme, ananas

Zones des hauts plateaux

Superficie : 31 192 km2

Pluviométrie : 1 500 à 2 000 mm/an, 180 jours de pluie

Sols : très fertiles et propices aux activités agricoles, jeunes sur fortes pentes, lessivés dans les
vieux plateaux, horizon B d’illuviation dans dépressions fermées, plateaux enrichis en
matériaux volcaniques

Cultures : cacao, café, maïs, haricot sec, pomme de terre, maraichage

Zone des hautes savanes

Superficie : 123 077 km2

Pluviométrie : 1 500 mm/an, 150 jrs de pluie

Sols : perméables, capacité de rétention d’eau moyenne, sols ferralitiques bruns ou rouges et
sols hydromorphes

Cultures : maïs, coton, mil-sorgho, igname, pomme de terre.

Zone soudano-sahélienne

Superficie : 100 353 km2

Pluviométrie : 400 à 1 200 mm/an

Sols : grande diversité, ferrugineux, lessivés, hydromorphes, alluvionnaires, lithosols,


vertisols, etc.

Cultures : coton, mil-sorgho, niébé, oignon, sésame

Agriculture
Atelier de formation à l’utilisation et à la
multiplication des semences de maïs
hybrides

Bonjour Français / English

 Accueil
 S’inscrire
 Nous contacter
 Plan du site

 A propos
 Univers agropastoral
 Annonces
 Annuaire
 Echos du marché
 Actualités
 Ressources

Accueil > Univers agropastoral > Elevage et pêche > Filières

Filières
Filière Apicole

Présentation sommaire

Evolution

Le Cameroun produit dans l’ordre de 1000 tonnes de miel et 200 tonnes de cire par
an. Ces produits sont en majeure partie destinés à l’exportation vers le Nigeria et
l’Europe où la demande devient de plus en plus croissante.

Système existant

Au Cameroun on distingue le système de production :

1) Extensif ;

2) Semi intensif.

Pourquoi investir dans cette filière ?

Le marché

Importante demande nationale et extérieure (Nigéria et Europe).

Approvisionnement

Le prix des produits apicoles sur le marché ont connus une augmentation.

Le rôle de l’Etat
Modernisation et l’intensification des productions animales pour garantir une bonne
production ;

Facilitation de l’accès des investisseurs à tous les moyens techniques juridiques et


financiers susceptibles de leur assurer des performances économiques et garantir la
compétitivité et la pérennité de leurs entreprises.

Existence d’un programme de Développement des Productions et des Industries


Animales.

Où produire ?

Dans les cinq zones agro-écologiques du Cameroun

Au regard de la forte demande nationale et extérieure en miel, cire et propolis, la


production apicole présente de réelle opportunités à court et moyen terme.

Pour les investisseurs privés, toutes les présentent un potentiel selon qu’il s’agit de
produire, de collecter ou de traiter et conditionner du miel.

Pour les investissements dans le domaine de la production intensive, la disponibilité


du fourrage (plantes nectarifères, polliniques et résinifères) à floraison étalée sur une
bonne partie de l’année sera déterminante.

Type d’investissement
 La production apicole est un cycle relativement court et continu ;

 Les investisseurs devront, pour réussir fonder leur démarche sur la productivité et la
maitrise des coûts et techniques de production ;

 Les facteurs déterminants qui doivent guider les investisseurs pour la rentabilité d’un
projet apicole sont : le coût des investissements initiaux notamment les
infrastructures et équipements.

Opportunités d’investissements

Types de projets d’investissements envisageables

 Unités d’insémination artificielle ;

 Unités industrielles de production de viande (embouche bovine) ;

 Chaîne d’abattage et de distribution ;

 Unités de transformations (charcuterie)

 Unités de production d’aliments (fourrage, foin, ensilage, concentrés) ;

 Construction des entrepôts frigorifiques ;

 Commercialisation du fourrage, des semences fourragères et de la viande.

Secteur public Secteur privé


En amont du processus
Appui à l’amélioration de la qualité par : - La mise en place des exploitations
- Formation et encadrement des agricoles modèles modulables en
producteurs privés ; fonction de la capacité d’exploitation des
- La création des ruchers stations ; éleveurs ;
- Sélection des colonies meilleurs - Importation du matériel et équipement
productrices et moins défensives ; apicole neuf ;
- Multiplication de ces colonies et diffusion ; - Production et diffusion des colonies
- La mise en place des normes ; d’abeilles et plantes apicoles ;
- Prendre des mesures pour interdire - Création des centres de production des
l’importation du matériel apicole de colonies et d’apprentissage ;
seconde main ; - Fourniture et distribution et maintenance
- Implantation des centres de collectes de de matériel et équipement de production
traitement et de conditionnement du miel. apicole ;
- Prestations de services appui conseil
technique, et formation du personnel
spécialisé.
Au cours du processus de production
- Assurer encadrement et formation ; - Assurer la production apicole à partir de
- Veiller et sensibiliser sur le respect des fermes semi intensives ou extensives ;
normes d’élevage. - Produire la semence apicole de qualité
et la semence de plantes mellifères ;
- Produire du miel et autres produits
apicole ;
- Prestations et suivi de la production :
conseil technique, formation du
personnel et services spécialisés.
En aval du processus
- Appui à l’amélioration de la qualité ; - Le matériel de collecte de
- Formation et encadrement des conditionnement et de stockage ;
producteurs privés ; - Assurer la collecte des différents
- La création des ruchers stations ; produits de la ruche ;
- Sélection des colonies meilleures - Prestation de services pour la fourniture
productrices et moins défensives ; du matériel de collecte de traitement et
- Multiplication de ces colonies et diffusion ; de conditionnement du miel (voiture et
- La mise en place des normes ; camion fourgon).
- Prendre des mesures pour interdire
l’importation du matériel agricole de
seconde main ;
- Implantation des centres de collectes de
traitement et de conditionnement du miel.
Share

FILIERES

Filière Aquaculture

Filière Pêche

Filière Bovin-viande

Filière Lait

Filière des petits ruminants

Filière Avicole

Filière Porcine

Filière Apicole

Mon compte

Garder ma session ouverte.

Pas encore de compte ?

Mot de passe oublié ?

Besoin d'aide ?

 Actualités
 Evènement

21/03/2018

Economie:Renforcement de la sécurité alimentaire:

20/03/2018

Economie:Développement rural et agricole: le Minader injecte 5 milliards de F

15/02/2018

Economie:Chaînes de valeurs agricoles


Partenaires

A propos

 Présentation
 Promoteur
 Partenaires

Univers agropastoral

 En bref
 Agriculture
 Elevage et pêche
 Acteurs/Politique
 Zones agro écologiques
 Bassins de production
 Météo
 Comice agropastoral 2011

Espace professionnel

 Témoignages professionnels
 Fiches plantes, maladies, insectes
 Bonnes pratiques
 Itinéraires techniquess

Espace scientifique

 Interviews chercheurs
 Base de données organismes nuisibles/utiles
 Enseignement supérieur / Offres thèses, stages
 Documentation scientifique

© CamAgro | By CAMTEL

Bonjour Français / English

 Accueil
 S’inscrire
 Nous contacter
 Plan du site

 A propos
 Univers agropastoral
 Annonces
 Annuaire
 Echos du marché
 Actualités
 Ressources

Accueil > Univers agropastoral > Elevage et pêche > Filières

Filières
Filière Porcine

Présentation sommaire

Evolution

Le cheptel porcin actuel est estimé à 1,7 millions de têtes pour une production de
30 000 tonnes de viandes. Le déficit se chiffre à 42 000 tonnes ; soit une valeur de
42 milliards de FCFA. D’ici 2015 il faudra 142 000 tonnes de viande de porc ; cela
nécessite une production de 5 803 933.

Système existant

Système de production prédominant : extensif (60%), semi intensif (30%) ou intensif


(10%).

Pourquoi investir dans cette filière ?

Le marché

Très important dans le plan national et sous régional au vu des besoins de la


population de plus en plus croissants (Cameroun 19,4 millions habitants en 2010 et
CEEAC : 124 millions habitants) pour un taux de croissance respectif de 2,30 pour
le Cameroun et 2,8 pour la CEEAC. Existence de voies de communication terrestres,
maritimes et aériennes entre les pays de la sous-région.

Approvisionnement

 En amont du processus de production : approvisionnement en intrants, en


équipements et matériels d’élevage, etc.
 Au niveau de production : intrants, encadrement, etc.
 En aval du processus de production : collecte, transformation, conditionnement,
stockage et distribution.

Le rôle de l’Etat

- Appui par le programme agropoles ;

- Campagne de vaccination de masse contre les maladies animales ;

- Appui par le Programme Agropole ;

- Mise en place d’une politique de financement adaptée au secteur rural et PME :


Banque Agricole et Banque des PME en cours ;

- Mise en place d’un cadre incitatif ;

- Existence d’un programme de Développement des Productions et des Industries


Animales.

Où produire ?

Dans les cinq (5) zones agro-écologiques du Cameroun.

Opportunités d’investissements

Types de projets d’investissements envisageables

 Unités de production de porcelets améliorés ;

 Unités de production de viande de porc ;

 Chaîne d’abattage de porcs et de distribution ;


 Unités de transformations (charcuterie) ;

 Unités de fabriques d’aliments pour porc

 Commercialisation de la viande.

Secteur public Secteur privé


En amont du processus
- Elaboration des normes ; Elevage des géniteurs à fort potentiel
- L’encadrement et suivi des investisseurs. zootechnique :
- Production des porcelets de race
améliorée
- Production de matières premières
entrant dans l’alimentation du porc
(céréales, tourteaux, farines de poisson,
etc.)
- Fourniture, distribution et maintenance
d’équipement et matériels de production ;
- Construction de bâtiments d’élevage ;
- Prestations et suivi d’exploitation :
conseil technique, formation du
personnel et services spécialisés.
Au cours du processus de production
- Suivi de la production : conseil technique, - Production de viande de porc
formation du personnel à travers les - Production de porcs ;
programmes (PNVRA, ACEFA, AFOP et - Fabrication d’aliments pour porcs ;
structures traditionnelles du MINEPIA). - Achat et vente de porcs
- Prestations et suivi de la production :
conseil technique, formation du
personnel et services spécialisés.

En aval du processus
- Formation et encadrement ; - Abattoirs privés ;
- Normalisation (établissement et - Charcuteries ;
vulgarisation de normes) ; - Camions frigorifiques et matériels de
- Inspection Sanitaire Vétérinaire (ISV) ; transport ;
- Appui/subvention de l’Etat ; - Infrastructures de transformation ;
- Appui/accompagnement, formation et - Equipement de conditionnement et de
renforcement des capacités ; stockage ;
- Certification des produits carnés ; - Unités de fabrication de jambons,
- Construction des abattoirs ; saucissons, etc.
- Promotion / Publi-reportage et label made - Construction des entrepôts frigorifiques ;
in Cameroon. - Transports frigorifiques ;
- Prestations et suivi de la production :
conseil technique, formation du
personnel et services spécialisés.
Share

FILIERES

Filière Aquaculture

Filière Pêche

Filière Bovin-viande

Filière Lait

Filière des petits ruminants

Filière Avicole

Filière Porcine

Filière Apicole

Mon compte

Garder ma session ouverte.

Pas encore de compte ?


Mot de passe oublié ?

Besoin d'aide ?

 Actualités
 Evènement

21/03/2018

Economie:Renforcement de la sécurité alimentaire:

20/03/2018

Economie:Développement rural et agricole: le Minader injecte 5 milliards de F

15/02/2018

Economie:Chaînes de valeurs agricoles


Partenaires

A propos

 Présentation
 Promoteur
 Partenaires

Univers agropastoral

 En bref
 Agriculture
 Elevage et pêche
 Acteurs/Politique
 Zones agro écologiques
 Bassins de production
 Météo
 Comice agropastoral 2011
Espace professionnel

 Témoignages professionnels
 Fiches plantes, maladies, insectes
 Bonnes pratiques
 Itinéraires techniquess

Espace scientifique

 Interviews chercheurs
 Base de données organismes nuisibles/utiles
 Enseignement supérieur / Offres thèses, stages
 Documentation scientifique

© CamAgro | By CAMTEL

Bonjour Français / English

 Accueil
 S’inscrire
 Nous contacter
 Plan du site

 A propos
 Univers agropastoral
 Annonces
 Annuaire
 Echos du marché
 Actualités
 Ressources
Accueil > Univers agropastoral > Elevage et pêche > Filières

Filières
Filière Avicole

Présentation sommaire

Evolution

Pour une contribution de 1% du PIB, le secteur avicole est un pilier de l’économie


camerounaise avec 15 milliards de F CFA et couvre 14% des besoins de la
population en protéines animales.

Malgré le potentiel, le déficit annuel en poulets de chair se chiffre à 40 000 tonnes et


il faudra 98 000 tonnes en 2015 avec un apport supplémentaire de 24 millions de
volaille sur pied.

Figure
Système existant

Les systèmes existants sont de type extensif (l’aviculture villageoise) et semi-intensif


et intensif pour le poulet de chair.

Pourquoi investir dans cette filière ?

Le marché

Les déficits se chiffrent à 40 000 tonnes avec une tendance évolutive de la


consommation.

Tendances évolutives de la consommation avicole 2008 à 2015.


Production Besoins Déficit à Déficit à Déficit à Déficit à
2012(t) estimés 2012 combler 2012 combler 2013 combler 2014 combler 2015
Aviculture 36 142 88 590 52 448 92 550 96 687 101 009
chair
Aviculture 41 800 20 669 21 131 21 640 22 657 23 722
ponte

Approvisionnement

En amont du processus de production : approvisionnement en intrants, en


équipements et matériels d’élevage, etc.

 Au niveau de la production : intrants, (poussins, aliments, produits vétérinaires),


encadrement, etc.

 En aval du processus de production : collecte, transformation, conditionnement,


stockage et distribution.
Le rôle de l’Etat

Actions structurantes

- Mise en place d’un plan de relance de l’aviculture ;

- Appui au Programme Agropole dans les bassins de production et où se développent


les Entreprise de Moyenne et Grande Importance de la Filière avicole ;

- Mise en place d’une politique de financement adapté au secteur rural et PME :


Banque Agricole et Banque des PME en cours de mise en place ;

- Existence d’un programme de Développement des Productions et des Industries


Animales.

Où produire ?

Dans les cinq (5) zones agro-écologiques du Cameroun.

Secteur public Secteur privé


En amont du processus
- Elaboration des normes - Création des fermes de production du
- Encadrement et suivi des investisseurs ; matériel animal (géniteurs, poussins d’un
- Réglementation ; jour) ;
- Encadrement et suivi des - Production des poulets de chair ;
investissements. - Production des aliments pour bétail
(provenderies) ;
- Production et fourniture des
équipements d’élevage ;
- Distribution et commercialisation.
Au niveau du processus de production
En amont du processus de production
- Réglementation en matière d’élevage ; - Elevage des grands parentaux ;
- Appui à l’amélioration génétique ; - Production des poussins d’un jour ;
- Sélection. - Fabrique d’aliments pour volailles ;
- Achat et vente de volailles ;
- Production de matières premières
entrant dans l’alimentation de la volaille
(céréales, tourteaux, farines et poisson,
etc.) ;
- Fourniture, distribution et maintenance
d’équipements et matériels de
production ;
- Construction de bâtiments d’élevage ;
- Prestations et suivi d’exploitation :
conseil technique, formation du
personnel et services spécialisés.
Au cours du processus de production
- Inspection Sanitaire Vétérinaire (ISV) ; - Production des poussins ponte et chair ;
- Appui/ subvention de l’Etat ; - Production de poulets de chair et des
- Appui/accompagnement, formation et œufs de consommation ;
renforcement des capacités ; - Production des parentaux ;
- Certification des produits carnés - Poussins d’élevage ;
- Œufs à couver ;
- Intrants alimentaires, produits
vétérinaires et d’hygiène ;
- Matériels zootechniques et
d’exploitation ;
- Prestations et suivi de la production :
conseil technique, formation du
personnel et services spécialisés.
En aval du processus
- Construction des abattoirs ; - Abattoirs privés modernes ;
- Construction des entrepôts frigorifiques ; - Plumeuses et outillages techniques;
- Transport frigorifique de carcasses ; - Matériels de transport (collecte) ;
- Contrôle / vérification des normes ; - Equipements de conditionnement et de
- Formation/renforcement des capacités ; stockage ;
- Inspection et contrôle de qualité / - Prestations et suivi de la transformation
certification ; – distribution : conseil technique,
- Appui à la commercialisation ; formation du personnel et services
- Publi-reportage / promotion et spécialisés ;
vulgarisation du label.
Share

FILIERES

Filière Aquaculture

Filière Pêche

Filière Bovin-viande

Filière Lait

Filière des petits ruminants

Filière Avicole

Filière Porcine

Filière Apicole

Mon compte

Garder ma session ouverte.

Pas encore de compte ?

Mot de passe oublié ?

Besoin d'aide ?
 Actualités
 Evènement

21/03/2018

Economie:Renforcement de la sécurité alimentaire:

20/03/2018

Economie:Développement rural et agricole: le Minader injecte 5 milliards de F

15/02/2018

Economie:Chaînes de valeurs agricoles


Partenaires

A propos

 Présentation
 Promoteur
 Partenaires

Univers agropastoral

 En bref
 Agriculture
 Elevage et pêche
 Acteurs/Politique
 Zones agro écologiques
 Bassins de production
 Météo
 Comice agropastoral 2011

Espace professionnel

 Témoignages professionnels
 Fiches plantes, maladies, insectes
 Bonnes pratiques
 Itinéraires techniquess

Espace scientifique

 Interviews chercheurs
 Base de données organismes nuisibles/utiles
 Enseignement supérieur / Offres thèses, stages
 Documentation scientifique

© CamAgro | By CAMTEL

Bonjour Français / English

 Accueil
 S’inscrire
 Nous contacter
 Plan du site

 A propos
 Univers agropastoral
 Annonces
 Annuaire
 Echos du marché
 Actualités
 Ressources
Accueil > Univers agropastoral > Elevage et pêche > Filières

Filières
Filière des petits ruminants

Présentation sommaire

Evolution

La consommation par habitant en viande de petits ruminants se situerait autour de


1,9kg/hbt/an. Pour maintenir cette consommation à son niveau actuel déjà très bas
le Gouvernement devra s’appuyer sur le secteur privé pour intensifier la production
des petits ruminants pour combler le gap qui va croissant d’année en année (de
5 722 tonnes de déficit en 2008 à 12 347 tonnes d’ici 2015). Ce déficit représente
un marché potentiel chiffré d’au moins 5,7 milliards de FCFA.

Un cadre incitatif favorable (disponibilité d’un code d’investissement, un avant-projet


de loi sur le pastoralisme en cours.

Système existant

Le petit ruminant accompagne généralement le gros bétail. A ce titre son système


d’exploitation s’appuie sur l’élevage de gros bétail caractérisé au Cameroun par trois
principaux systèmes de production :

1) Un système extensif ou transhumant ;

2) Un système semi-sédentaire ;
3) Un élevage intensif rural et périurbain ;

Pourquoi investir dans cette filière ?

Le marché

La production nationale reste insuffisante et d’année en année le taux de couverture


de la demande nationale actuelle est de 81% et si rien n’est fait en terme
d’amélioration de la production et la santé, il passera à 66% en 2015. A cela il faut
ajouter la demande de la sous-région CEMAC et le Nigeria.

Approvisionnement

En amont du processus de production : approvisionnement en intrants, en


équipements et matériels d’élevage, etc.

Au niveau de la production : intrants, encadrement, etc.

En aval du processus de production : collecte, transformation,


conditionnement, stockage et distribution.

Le Rôle de l’Etat

- En perspective, la restauration des Stations Zootechniques et Vétérinaires en


Station d’Intensification et de Modernisation de l’Elevage (SIMEL) ;

- Le mandat sanitaire ;

- L’appui à la sécurisation du foncier pastoral ;

- Le zonage ;
- La mise en place des infrastructures ;

- L’aménagement des bassins de production ;

- L’appui du Programme Agropole dans les bassins de production et où se


développent les Entreprises de Moyenne et Grande Importance de la Filière bovin
viande ;

- La mise en place d’une politique de financement adapté au secteur rural et PME ;

- Existence d’un programme de Développement des Productions et des Industries


Animales.

Où produire ?

Dans les cinq (5) zones agro-écologiques du Cameroun.

Opportunités d’investissements

Types de projets d’investissements envisageables

 Unités d’insémination artificielle ;

 Unités industrielles de production de viande (embouche bovine) ;

 Chaîne d’abattage et de distribution ;

 Unités de transformations (charcuterie) ;

 Unités de production d’aliments (fourrage, foin, ensilage, concentrés) ;

 Commercialisation du fourrage, des semences fourragères et de la viande.


Secteur public Secteur privé
En amont du processus
Appui à l’amélioration génétique du cheptel - Diffusion des géniteurs ;
par : - La mise en place d’étables modèles
- La sélection massale ; modulables en fonction de la capacité
- Le croisement des races locales d’exploitation des éleveurs ;
performantes aux races exotiques ; Achat, vent et convoyage d’animaux :
- L’insémination artificielle de petits - Importation des géniteurs performants ;
ruminants ; - Métisses issues du programme
- La formation d’inséminateurs privés ; d’insémination artificielle ;
- Le renforcement des Stations d’Impulsion - Création de centres d’amélioration
pour la Modernisation de l’Elevage génétique secondaires ;
(SIMEL) de Batouri, de Louguéré et - Constitution de réserves fourragères et
d’Ebolowa pour appui à la modernisation valorisation des résidus de récolte et des
du système d’élevage ; fourrages pauvres ;
- Amélioration de la productivité des - Fourniture, distribution et maintenance
pâturages naturels par l’introduction des d’équipements et de matériels de
espèces fourragères de qualité ; production ;
Renforcement de la sécurisation alimentaire - Construction de bâtiments d’élevage ;
du cheptel par : - Construction des abattoirs ;
- Le renforcement du réseau de - Prestations en insémination et suivi
multiplicateurs de semences fourragères ; d’exploitation : conseil technique,
- L’appui à l’acquisition de matériel formation du personnel et services
nécessaire à la production de fourrage et spécialisés.
de fabrique d’aliments ;
- Formation et encadrement des
producteurs ;
- Aménagements d’hydraulique pastorale :
réhabilitation des ouvrages existants et
création de nouveaux ouvrages ;
- Création de pistes de production dans
des zones à fort potentiel de production ;
- Construction des abattoirs ;
- Certification des semences ;
- Contrôle de qualité et respect des
normes ;
- Electrification rurale.
Au cours du processus de production
- Détection des zoonoses ; - Production intensive de viande des petits
- Inspection Sanitaire Vétérinaire (ISV) ruminants (embouche ovine, élevage
- Appui/subvention de l’Etat naisseur industriel) ;
- Appui / accompagnement, formation et - Mécanisation agricole ;
renforcement des capacités ; - Intrants alimentaires, produits
- Certification des produits carnés. vétérinaires et d’hygiène ;
- Semences ovines et caprines ;
- Bétail sur pied ;
- Matériels zootechniques et
d’exploitation ;
- Prestations et suivi de la production :
conseil technique, formation du
personnel et services spécialisés.
En aval du processus
- Construction des abattoirs ; - Matériels de traite et outillages
- Construction des entrepôts frigorifiques ; techniques ;
- Transport frigorifique de carcasses ; - Equipement de production et de
- Contrôle / vérification des normes ; transformation des produits carnés ;
- Formation/renforcement des capacités ; - Camions frigorifiques et matériels de
- Inspection et contrôle de qualité / transport ;
certification ; - Infrastructures de transformation ;
- Appui à la commercialisation ; construction des chambres froides et des
- Publi-reportage / promotion et boucheries modernes, rôtisseries,
vulgarisation du label. restaurants
- Equipements de conditionnement et de
stockage ;
- Prestations et suivi de la transformation
– distribution : conseil technique,
formation du personnel et services
spécialisés ;
- Equipements de conditionnement et de
stockage ;
- Commercialisation des trayeuses.
Share

FILIERES

Filière Aquaculture

Filière Pêche

Filière Bovin-viande

Filière Lait

Filière des petits ruminants

Filière Avicole

Filière Porcine

Filière Apicole

Mon compte

Garder ma session ouverte.

Pas encore de compte ?

Mot de passe oublié ?

Besoin d'aide ?
 Actualités
 Evènement

21/03/2018

Economie:Renforcement de la sécurité alimentaire:

20/03/2018

Economie:Développement rural et agricole: le Minader injecte 5 milliards de F

15/02/2018

Economie:Chaînes de valeurs agricoles


Partenaires

A propos

 Présentation
 Promoteur
 Partenaires

Univers agropastoral

 En bref
 Agriculture
 Elevage et pêche
 Acteurs/Politique
 Zones agro écologiques
 Bassins de production
 Météo
 Comice agropastoral 2011

Espace professionnel

 Témoignages professionnels
 Fiches plantes, maladies, insectes
 Bonnes pratiques
 Itinéraires techniquess

Espace scientifique

 Interviews chercheurs
 Base de données organismes nuisibles/utiles
 Enseignement supérieur / Offres thèses, stages
 Documentation scientifique

© CamAgro | By CAMTEL

Bonjour Français / English

 Accueil
 S’inscrire
 Nous contacter
 Plan du site

 A propos
 Univers agropastoral
 Annonces
 Annuaire
 Echos du marché
 Actualités
 Ressources
Accueil > Univers agropastoral > Elevage et pêche > Filières

Filières
Filière Lait

Présentation sommaire

Evolution

La consommation par habitant du lait se situe actuellement à 14Kg. Pour maintenir


cette consommation à son niveau actuel déjà très bas le pays fait recours à des
importations et la facture laitière excessive est évaluée à plus de 20 Milliards de
FCFA par an. Si rien n’est fait il faudra pour le pays d’ici 2018 envisagé des
importations de 662 000 tonnes de lait d’une valeur de 1 596 milliards de F CFA.
La poudre de lait représentait 68 885,8 tonnes pour la période de 2001 à 2006 pour
une valeur globale de 80 milliards de F CFA. Malgré le fort potentiel, la production
nationale laitière reste donc insuffisante à satisfaire et pour l’instant est assurée pour
l’essentiel par le système traditionnel caractérisé par une faible productivité, une des
systèmes de production et de commercialisation du lait au Cameroun.

Système existant

Au Cameroun, on distingue trois principaux systèmes de production :

(1) Un système exécutif ;


(2) Un système semi-intensif ;

(3) Un élevage laitier intensif rural et périurbain.

Pourquoi investir dans cette filière ?

Le marché

Au regard de la forte demande nationale en produits laitiers et de l’évolution des


marchés internationaux, la production laitière présente de réelles opportunités à court
et moyen terme dans les régions de l’Adamaoua, du Nord-ouest, du Nord, de
l’Extrême-Nord dans l’Ouest (Noun, Bamboutos), le Centre (Mbam et Kim, Haute
Sanaga), et de l’Est (Kadey, Lom et Djerem).

Figure

Approvisionnement

Les principaux produits se retrouvent dans la gamme du lait en poudre, le lait


stérilisé, pasteurisé écrémé, le lait sucré et non sucré, le fromage, le beurre et les
crèmes en provenance de l’Union Européenne, la Chine et parmi les importateurs, la
firme Nestlé Cameroun avec 3,6 milliards de F CFA en 2006.
 En amont du processus de production : approvisionnement en intrants, en
équipements et matériel d’élevage, etc.
 Au niveau de la production : intrants, encadrement, etc.
 En aval du processus de production : collecte, transformation,
conditionnement, stockage et distribution

Le rôle de l'Etat

Pour atteindre l’autosuffisance en lait, l’Etat du Cameroun appuyé par l‘Union


Européenne a mis en œuvre le programme d’amélioration de la productivité Agricole
(PAPA) volet amélioration laitière dans les régions de l’Adamaoua, du Nord et de
l’Extrême–Nord pour un montant de 5,6 milliards de F CFA. Les actions phares du
projet portent sur :

- La sélection massale des races locales ;

- Le croisement des races locales performantes avec les races exotiques ;

- L’amélioration de la collecte

- L’appui des acteurs de la filière laitière par un cofinancement (90% apport du projet et
10% apport des bénéficiaires).

- L’appui à la transformation par la construction de trois mini- laiteries dont les unités
sont modulables de 4 00 à 40 000 litres/ jours et la réhabilitation de la laiterie de
Ngaoundéré ;

- L’appui du Programme Agropoles dans les bassins de production et où se


développent les Entreprises de Moyenne et Grande Importance de la Filière Laitière.

- La mise en place d’une politique de financement adapté au secteur rural et PME,


Banque Agricole et Banque des PME.

Où produire ?

Dans les cinq (5) zones agro-économiques du Cameroun.

Opportunités d'investissements

Types de projets d’investissements envisageables


PME agricole : investissement dans des fermes artisanales (familles d’éleveurs ou
petits producteurs) qui peuvent transformer le lait en lait caillé ou huile de beurre ou
le vendre à l’état cru et dans des fermes intensives ou modernes ( transformation du
lait ou la vent à l’état cru) ;

 Exploitation semi-industrielle : investissements dans l’approvisionnement (par une


ferme intégré ou par la collecte), dans des mini-laiteries pour assurer la
pasteurisation du lait, dans la production de lait caillé, yaourt et fromage et dans la
transformation (50 à 1 000 litres de lait par jour) ;

 Exportation industrielle : investissement dans la collecte et transformation du lait


local, secteur appelé à se développer eu égard aux exigences de qualité des
consommateurs ;

 Commercialisation du lait et produits dérivés ;

 Unités de fabrique d’aliments pour bétail (concentrés et fourrages) ;

 Production et commercialisation de fourrage et/ou de semences fourragères.

SECTEUR PUBLIC SECTEUR PRIVE


En amont du processus
- Appui à l’amélioration génétique du cheptel  La mise place d’étables modulables en fonction
par : de la capacité d’exploitation des éleveurs ;
- La sélection massale ;  Achat, vente et convoyage d’animaux ;
- Le croisement des races locales  Importation de génisses et vaches laitières
performantes aux races exotiques ; hautes productrices ;
- L’insémination artificielle bovine ;  Métisses issues du programme d’insémination
- La formation d’inséminateurs privés ; artificiel ;
- Le renforcement de la Station d’Elevage et
 Création de centre d’amélioration génétique
de Production Laitière de Ngaoundéré et de
secondaire ;
la Station d’Impulsion pour la
 Constitution de réserve fourragères et
Modernisation de l’Elevage (SIMEL) de
valorisation des résidus de récoltes et des
Wakwa en insémination artificielle sur bovin
fourrages pauvres ;
laitier ;
 Fournitures, distribution et maintenance
- Amélioration de la productivité des
d’équipements et de matériels de production ;
pâturages naturels par l’introduction des  Construction de bâtiments d’élevage
espèces fourragères de qualité ;  Prestation en insémination et suivi d’exploitation :
- Renforcement de la sécurisation alimentaire conseil technique, formation du personnel et
du cheptel par services spécialisés.
- La constitution d’un capital semencier
fourrager ;
- Le renforcement du réseau de
multiplicateurs de semences fourragères ;
- L’appui à l’acquisition de matériel
nécessaire à la production de fourrage et de
fabrique d’aliments ;
- Formation et encadrement des
producteurs ;
- Aménagements d’hydraulique pastorale :
réhabilitation des ouvrages existants et
création de nouveaux ouvrages ;
- Création des pistes de production dans les
zones à fort potentiel de production ;
- Certification des semences ;
- Contrôle de qualité et respect des normes ;
- Electrification rural.
Au cours du processus de production
- Détection des zoonoses ; Production laitière à partir de fermes semi intensives
- Contrôle des produits laitiers ; ou extensives
- Appui/subvention de l’Etat ;  Intrants alimentaires, produits vétérinaires et
- Appui/ accompagnement, formation et d’hygiène ;
renforcement des capacités.  Semences bovines ;
 Bétail sur pied ;
 Matériels zootechniques et d’exploitation ;
 Prestations et suivi de la production : conseil
technique, formation-du personnel et services
spécialisés.

En aval du processus
- Contrôle/Vérification des normes ; Matériels de traite et outillages techniques
- Formation/ renforcement des capacités ; équipement des centres de collecte et mini laitières :
- Appui à la commercialisation ;  Camions frigorifiques et matériels de transport ;
- Implantation des centres de collectes et  Infrastructures de transformation ;
d’unités de transformation laitières  Equipement de conditionnement et de stockage ;
modèles dans les régions de l’Adamaoua et  Prestation et suivi de la transformation-
du Nord-Ouest ; distribution : conseil technique, formation du
- Publi-reportage/ promotion et vulgarisation personnel et services spécialisés ;
du label.  Equipements de conditionnement et de
stockage ;
 Commercialisation des trayeuses.

Share

FILIERES

Filière Aquaculture

Filière Pêche

Filière Bovin-viande

Filière Lait

Filière des petits ruminants

Filière Avicole

Filière Porcine

Filière Apicole

Mon compte

Garder ma session ouverte.

Pas encore de compte ?

Mot de passe oublié ?

Besoin d'aide ?
 Actualités
 Evènement

21/03/2018

Economie:Renforcement de la sécurité alimentaire:

20/03/2018

Economie:Développement rural et agricole: le Minader injecte 5 milliards de F

15/02/2018

Economie:Chaînes de valeurs agricoles


Partenaires

A propos

 Présentation
 Promoteur
 Partenaires

Univers agropastoral

 En bref
 Agriculture
 Elevage et pêche
 Acteurs/Politique
 Zones agro écologiques
 Bassins de production
 Météo
 Comice agropastoral 2011

Espace professionnel

 Témoignages professionnels
 Fiches plantes, maladies, insectes
 Bonnes pratiques
 Itinéraires techniquess

Espace scientifique

 Interviews chercheurs
 Base de données organismes nuisibles/utiles
 Enseignement supérieur / Offres thèses, stages
 Documentation scientifique

© CamAgro | By CAMTEL

Bonjour Français / English

 Accueil
 S’inscrire
 Nous contacter
 Plan du site

 A propos
 Univers agropastoral
 Annonces
 Annuaire
 Echos du marché
 Actualités
 Ressources
Accueil > Univers agropastoral > Elevage et pêche > Filières

Filières
Filière Bovin-viande

Présentation sommaire

Evolution

La consommation de viande rouge par habitant se situe actuellement à 9 kg. Pour


maintenir cette consommation à son niveau actuel déjà très bas le Gouvernement
devra s’appuyer sur le secteur privé pour relancer la production car si rien n’est fait
d’ici 2018 il faudra sur le marché 400 430 tonnes de viande rouge pour un
investissement de 801 milliards de F CFA.

En dehors des échanges frontaliers observés aux frontières de la partie


septentrionale du pays, les viandes rouges sont pour 90% produites localement et on
dénombre 16 espèces bovines exploitées au Cameroun. Malgré le fort potentiel, la
production nationale de viande rouge reste donc insuffisante à satisfaire et pour
l’instant est assurée pour l’essentiel par le système traditionnel caractérisé par une
faible productivité, une irrégularité de l’offre et de fortes variations saisonnières.

Système existant

Au Cameroun, on distingue trois principaux systèmes de production :

1) Un système extensif ou transhumant à 70%

2) Un système semi-sédentaire (20%)

3) Un élevage intensif rural et périurbain (5%)

Pourquoi investir dans cette filière ?

Le marché

La production nationale reste faible et couvrirait 65% à 75% de la demande selon


l’étude du secteur élevage de 1995. Cette situation est présentée par la figure ci-
contre.

Approvisionnement

 En amont du processus : approvisionnement en intrants, en équipement et matériels


d’élevage, amélioration génétique, etc.
 Au niveau de production : les intrants (fourrage, foin, ensilage, les produits
vétérinaires, le matériel animal…), l’encadrement.
 En aval du processus : collecte, transformation, conditionnement, stockage et
distribution.

Rôle de l'Etat
Dans la perspective de l’atteinte de l’autosuffisance en viande, l’Etat du Cameroun a
entrepris des actions importantes à savoir :

 En perspective, la restructuration des Stations Zootechniques et Vétérinaires en


Station d’Intensification et de Modernisation de l’Elevage (SIMEL) ;
 Mandat sanitaire ;
 Appuis à la sécurisation du foncier pastoral ;
 Zonage ;
 Mise en place des infrastructures ;
 Aménagement des bassins de production ;
 Appui du Programme Agropoles dans les bassins de production et où se
développent les Entreprises de Moyenne et Grande Importance de la Filière bovin-
viande ;
 Mise en place d’une politique de financement adapté au secteur rural et PME :
Banque Agricole et Banque des PME ;
 Existence d’un programme de Développement des Productions et des Industries
Animales.

Où produire ?

Dans les cinq (5) zones agro-écologiques du Cameroun et les zones


côtières pour la mariculture.

Opportunités d'investissements

Types de projets d’investissements envisageables

 Exploitation d’élevage ;
 Unités d’insémination artificielle ;
 Unités de production de viande (embouche bovine) ;
 Chaîne d’abattage et de distribution ;
 Unités de transformations (charcuterie) ;
 Unités de production d’aliments (fourrage, foin, ensilage, concentrés) ;
 Construction des entrepôts frigorifiques ;
 Commercialisation du fourrage, des semences fourragères et de la viande.

Secteur public Secteur privé


En amont du processus
1-Appui à l’amélioration génétique du cheptel - La mise en place d’étables modèles et
par : modulables en fonction de la capacité
d’exploitation des éleveurs.
- L’insémination artificielle bovine ;
- Achat, vente, et convoyage d’animaux ;
- Importation de génisses et vaches
- La formation d’inséminateurs privés ;
laitières hautes productrices ;
- Le renforcement de la Station d’Elevage et - Métisses issues du programme
de Production Laitière de Ngaoundéré en d’insémination artificielle ;
insémination artificielle sur bovin viande. - Création de centres d’amélioration
génétique secondaires
2- Amélioration de la productivité des - Constitution de réserves fourragères et
pâturages naturels par l’introduction des
valorisation des résidus de récolte ;
espèces fourragères de qualité ;
- Fourniture, distribution et maintenance
d’équipements et de matériels de
3- Renforcement de la sécurité alimentaire
production
du cheptel par :
- Construction de bâtiments d’élevage ;
- La constitution d’un capital semencier - Prestations en insémination et suivi
fourrager ; d’exploitation : conseil technique,
formation du personnel et services
- Le renforcement du réseau de spécialisés
multiplicateurs de semences fourragères ;

- L’appui à l’acquisition de matériel nécessaire


à la production de fourrage et de fabrique
d’aliments.

4- Formation et encadrement des


producteurs ;

5- Aménagements d’hydraulique pastorale :


réhabilitation des ouvrages existants et
création de nouveaux ouvrages

6- Création de pistes de production dans les


zones à fort potentiel de production

- Certification des semences ;

- Contrôle de qualité et respect des normes ;


Au cours du processus de production
- Détection des zoonoses ; - Production intensive de viande ;
- Inspection Sanitaire Vétérinaire (SV) - Mécanisation agricole ;
- Appui/subvention de l’Etat - Fabrication des intrants alimentaires ;
- Appui/accompagnement, formation et produits vétérinaires et d’hygiène ;
renforcement des capacités ; - Production des semences bovines ;
- Certification des produits carnés. - Production des matériels zootechniques
et d’exploitation ;
- Prestations et suivi de la production :
conseil technique, formation du
personnel et services spécialisés.
En aval du processus
- Construction des abattoirs ; - Matériels de traite et outillages
- Construction des entrepôts frigorifiques ; techniques ;
- Transport frigorifique de carcasses ; - Equipement de production et de
- Contrôle/vérification des normes ; transformation des produits carnés ;
- Formation / renforcement des capacités ; - Camions frigorifiques et matériels de
- Inspection et contrôle de transport ;
qualité/certification ; - Infrastructures de transformation ;
- Appui à la commercialisation construction des chambres froides et des
- Publi-reportage / promotion et boucheries modernes, rôtisseries,
vulgarisation du label. restaurants
- Equipements de conditionnement et de
stockage ;
- Prestations et suivi de la transformation
– distribution : conseil technique,
formation du personnel et services
spécialisés.
Share

FILIERES

Filière Aquaculture

Filière Pêche

Filière Bovin-viande

Filière Lait

Filière des petits ruminants

Filière Avicole

Filière Porcine

Filière Apicole

Mon compte

Garder ma session ouverte.

Pas encore de compte ?

Mot de passe oublié ?

Besoin d'aide ?

 Actualités
 Evènement
21/03/2018

Economie:Renforcement de la sécurité alimentaire:

20/03/2018

Economie:Développement rural et agricole: le Minader injecte 5 milliards de F

15/02/2018

Economie:Chaînes de valeurs agricoles


Partenaires

A propos

 Présentation
 Promoteur
 Partenaires

Univers agropastoral

 En bref
 Agriculture
 Elevage et pêche
 Acteurs/Politique
 Zones agro écologiques
 Bassins de production
 Météo
 Comice agropastoral 2011

Espace professionnel

 Témoignages professionnels
 Fiches plantes, maladies, insectes
 Bonnes pratiques
 Itinéraires techniquess

Espace scientifique

 Interviews chercheurs
 Base de données organismes nuisibles/utiles
 Enseignement supérieur / Offres thèses, stages
 Documentation scientifique
© CamAgro | By CAMTEL

Bonjour Français / English

 Accueil
 S’inscrire
 Nous contacter
 Plan du site

 A propos
 Univers agropastoral
 Annonces
 Annuaire
 Echos du marché
 Actualités
 Ressources

Accueil > Univers agropastoral > Elevage et pêche > Filières

Filières
Filière Pêche

Présentation sommaire

Evolution

Le sous secteur des pêches est un levier important du développement du Cameroun.


Le Cameroun dispose des ressources halieutiques marines et continentales variées.
L’exploitation de ce riche potentiel halieutique fournit environ 180 000 tonnes de
produits halieutiques. Cependant, cette production ne permet pas de combler les
besoins nutritionnels en produits halieutiques de la population camerounaise estimés
près de 400 000 tonnes. Pour combler ce déficit, le Cameroun fait recours aux
importations de ces produits d’environ 159 000 tonnes pour une valeur de cent
trente milliard (130 000 000 000) F CFA (DREPIA LT 2012).

Système existant

1) La pêche industrielle ;

2) La pêche Traditionnelle ou Artisanale ;

3) La pêche Continentale ;

4) La pêche semi industrielle ;

5) La mariculture ;
6) La pêche scientifique ;

7) La pêche sportive ;

8) La pisciculture.

Pourquoi investir dans cette filière ?

Le marché

- La demande intérieure est supérieure à l’offre avec un marché interne évalué à cent
trente milliards (130 000 000 000) FCFA par an ;

- Situation géographique favorable à l’exportation dans la sous-région Afrique


Centrale et les pays voisins fortement peuplés (Nigeria et République Démocratique
du Congo) ;

- Les crevettes du Cameroun sont très prisées sur le marché international.

Approvisionnement

- Faible approvisionnement en embarcation et engins de pêche, des équipements de


transformation de conditionnement, de conservation et de distribution ;

- Existence d’un Institut des Sciences Halieutiques de l’Institut de Recherche


Agronomique pour le Développement, Institut des Arts et Métiers Nautiques de la
Pêche et des Centres Nationaux de Formation des techniciens de pêche, etc.

Le rôle de l’Etat

- Programme de Développement des Productions Halieutiques ;


- Mise en place d’une politique de financement adapté au secteur rural et des Petites
et Moyennes Entreprises (PME) : Banque Agricole et Banque des Petites et
Moyennes Entreprises ;

- Exonération de la TVA sur certains équipements et matériels de pêche ;

- Facilitation des procédures d’investissement à travers l’application du nouveau code


des investissements ;

- Procédures d’obtention des agréments et licences allégées ;

- Gestion des ressources marines et protection de l’environnement ;

- Restauration des écosystèmes ;

- Signature des conventions des pêches ;

- Organisation et structuration des pêcheurs ;

- Existence d’un programme de Développement des Productions et des Industries


Animales.

Où produire ?

Les plans d’eau continentale et la zone maritime.

Opportunités d’investissements

Types de projets d’investissements envisageables

 Unités industrielles de pêche de crevettes et poissons ;

 Unités de fabrication du matériel de pêche ;

 Chaîne de distribution ;
 Unités de transformations et conditionnement des poissons et des crevettes ;

 Commercialisation du poisson et produits dérivés ;

 Exploitation des espèces de poisson et crevette en eau profonde ;

 Exploitation des espèces de fond rocher

 Unités de montage des bateaux de pêche et pirogues.

Secteur public Secteur privé


En amont du processus
- Recherche et développement ; - Fourniture et distribution des
- Laboratoires de contrôle qualité des équipements et matériels de pêche ;
produits de la pêche et respect des - Construction des installations de
normes ; traitement, de conditionnement, de
- Formation et encadrement des pêcheurs ; conservation et de commercialisation des
- Prestations et suivi d’exploitation : conseil produits de la pêche.
technique, formation du personnel et
services spécialisés, vulgarisation des
techniques appropriées ;
- Facilitation de la mise en place des
coopératives des pêcheurs ;
- Création des débarcadères ;
- Dragage et nettoyage des épaves des
ports de pêches ;
- Equipement de surveillance, contrôle et
suivi.
Au cours du processus de production
- Recherche ; - Fourniture, distribution des équipements
- Contrôle des produits dérivés ; et matériels de pêche.
- Appui/subvention de l’Etat ; - Construction des installations de
- Appui/accompagnement, formation et traitement, de conditionnement, de
renforcement des capacités ; conservation et de commercialisation des
- Poursuite des mesures incitatives ; produits de la pêche.
- Existence d’un laboratoire de référence
pour le contrôle qualité ;
- Facilitation des procédures
administratives ;
- Surveillance, contrôle et suivi des
activités de pêche.
En aval du processus
- Contrôle / vérification des normes ; - Construction de chambres froides ;
- Formation / renforcement des capacités ; - Camions frigorifiques et matériels de
- Appui à la commercialisation ; distribution ;
- Implantation des centres de collecte et - Infrastructures de transformation
d’unités de transformation des produits de (filetage, conserves) ;
pêche ; - Equipement de conditionnement et de
- Publi-reportage / promotion et stockage ;
vulgarisation du label « Made in - Prestations et suivi de la transformation.
Cameroon ».
Share

FILIERES

Filière Aquaculture

Filière Pêche

Filière Bovin-viande

Filière Lait

Filière des petits ruminants

Filière Avicole

Filière Porcine

Filière Apicole
Mon compte

Garder ma session ouverte.

Pas encore de compte ?

Mot de passe oublié ?

Besoin d'aide ?

 Actualités
 Evènement

21/03/2018

Economie:Renforcement de la sécurité alimentaire:

20/03/2018

Economie:Développement rural et agricole: le Minader injecte 5 milliards de F

15/02/2018

Economie:Chaînes de valeurs agricoles


Partenaires

A propos

 Présentation
 Promoteur
 Partenaires

Univers agropastoral

 En bref
 Agriculture
 Elevage et pêche
 Acteurs/Politique
 Zones agro écologiques
 Bassins de production
 Météo
 Comice agropastoral 2011

Espace professionnel

 Témoignages professionnels
 Fiches plantes, maladies, insectes
 Bonnes pratiques
 Itinéraires techniquess

Espace scientifique

 Interviews chercheurs
 Base de données organismes nuisibles/utiles
 Enseignement supérieur / Offres thèses, stages
 Documentation scientifique

© CamAgro | By CAMTEL

Bonjour Français / English

 Accueil
 S’inscrire
 Nous contacter
 Plan du site

 A propos
 Univers agropastoral
 Annonces
 Annuaire
 Echos du marché
 Actualités
 Ressources
Accueil > Univers agropastoral > Elevage et pêche > Filières

Filières
Filière Aquaculture

Présentation sommaire

Evolution

Dans le contexte actuel marqué par la diminution progressive et la raréfaction des


ressources halieutiques issues des pêches de capture, l’aquaculture apparait comme
une alternative à ce phénomène. Au Cameroun, malgré l’existence sur l’étendue du
territoire national de plusieurs sites favorables au développement d’une aquaculture
commerciale, aussi bien continentale que marine, la production piscicole annuelle qui
oscille autour de 1000 tonnes demeure très insuffisantes. L’action du gouvernement
vise à fournir au marché intérieur, du poisson de table en quantité et en qualité pour
satisfaire les besoins des populations estimés à environ 345878 tonnes à l’horizon
2018.

Système existant à développer


- Pisciculture en étang dominé par un système extensif ;

- Pisciculture intensive en cage et dans les bacs bétonnés ou en plastique ;

- Creveticulture marine, mariculture.

Pourquoi investir dans cette filière ?

Le marché

- La demande intérieure est supérieure à l’offre avec un marché interne évalué à cent
trente milliards (130 000 000 000) F CFA par an. Situation géographique favorable à
l’exportation dans la sous-région Afrique centrale et les pays voisins fortement
peuplés (Nigeria et République Démocratique du Congo).

- Les crevettes du Cameroun sont très prisées sur le marché international.

Approvisionnement

- Faible approvisionnement en intrants, en équipements de qualité et matériels


d’élevage, etc.

- Existence d’un Institut des Sciences Halieutique et de l’Institut de Recherche


Agronomique pour le Développement et les Centres Nationaux de Formation des
techniciens, etc.

- En aval du processus de production : collecte, transformation, conditionnement,


stockage et distribution.

Le rôle de l’Etat

- Elaboration du plan de développement de l’aquaculture ;


- Programme de Développement des Productions Halieutiques ;

- Mise en place d’une politique de financement adapté au secteur rural et Petites et


Moyennes Entreprises (PME) : Banque Agricole et Banque des Petites et Moyennes
Entreprises ;

- Exonération de certains équipements et intrants sur la TVA ;

- Facilitation des procédures d’investissement à travers l’application du nouveau code


des investissements ;

- Organisation et structuration des aquaculteurs ;

- Existence d’un programme de Développement des Productions et des Industries


Animales.

Où produire ?

Dans les cinq (5) zones agro-écologiques du Cameroun et les zones


côtières pour la mariculture.

Opportunités d’investissements

Types de projets d’investissements envisageables

 Unités de production des alvins ;

 Unités de production des géniteurs ;

 Unités de production de poissons de table ;

 Unités industrielles de production des crevettes ;

 Chaîne de distribution ;
 Unités de transformation et conditionnement des poissons et des crevettes ;

 Commercialisation du poisson et produits dérivés ;

 Unités de fabrication d’aliments pour poisson ;

 Production et commercialisation des poissons.


Secteur public Secteur privé
En amont du processus
- Acquisition de géniteurs de bonne - Elevage des géniteurs de bonne qualité ;
qualité ; - Production d’alevins de bonne qualité ;
- Recherche et développement (Sélection - Fabrique d’aliments pour poissons ;
des espèces) ; - Production de la matière première pour
- Renforcement de capacités des stations la production des aliments pour poisson ;
aquacoles pour la production des alevins - Fourniture et distribution des
de bonne qualité (réhabilitation des sites équipements et matériels de production
et dotation en personnel qualifié) ; (aérateurs, les filets, les bacs en
- Laboratoires de contrôle des aliments plastiques, les filets anti prédateurs, les
pour poisson ; distributeurs d’aliments les hormones,
- Formation et encadrement des etc.)
producteurs ; - Construction des infrastructures
- Contrôle de qualité et respect des aquacoles.
normes ;
- Prestations et suivi d’exploitation : conseil
technique, formation du personnel et
service spécialisés, vulgarisation des
techniques appropriées ;
- Facilitation de la mise ne place des
coopératives aquacoles.
Au cours du processus de production
- Recherche ; - Production de poisson ;
- Contrôle des produits dérivés ; - Elevage des géniteurs de bonne qualité ;
- Appui/subvention de l’Etat ; - Production d’alevins de bonne qualité ;
- Appui/accompagnement, formation et - Production de poissons de table ;
renforcement des capacités ; - Fabrique d’aliments pour poisson ;
- Poursuite des mesures incitatives ; - Achat et vente d’alevins et de poissons ;
- Contrôle de qualité ; - Production de matières premières
- Facilitation des procédures entrant dans l’alimentation du poisson
administratives. (céréales, tourteaux, farines de poisson,
etc.) ;
- Fourniture, distribution et maintenance
d’équipements et matériels de
production.
En aval du processus
- Elaboration / Contrôle / vérification des - Construction de chambres froides ;
normes ; - Camions frigorifiques et matériels de
- Formation / renforcement des capacités ; distribution ;
- Appui multiforme à la promotion et la - Infrastructures de transformation
vulgarisation. (filetage, conserves) ;
- Equipement de conditionnement et de
stockage ;
- Suivi de la transformation.

Share
FILIERES

Filière Aquaculture

Filière Pêche

Filière Bovin-viande

Filière Lait

Filière des petits ruminants

Filière Avicole

Filière Porcine

Filière Apicole

Mon compte

Garder ma session ouverte.

Pas encore de compte ?

Mot de passe oublié ?

Besoin d'aide ?

 Actualités
 Evènement

21/03/2018

Economie:Renforcement de la sécurité alimentaire:

20/03/2018
Economie:Développement rural et agricole: le Minader injecte 5 milliards de F

15/02/2018

Economie:Chaînes de valeurs agricoles


Partenaires

A propos

 Présentation
 Promoteur
 Partenaires

Univers agropastoral

 En bref
 Agriculture
 Elevage et pêche
 Acteurs/Politique
 Zones agro écologiques
 Bassins de production
 Météo
 Comice agropastoral 2011

Espace professionnel

 Témoignages professionnels
 Fiches plantes, maladies, insectes
 Bonnes pratiques
 Itinéraires techniquess

Espace scientifique

 Interviews chercheurs
 Base de données organismes nuisibles/utiles
 Enseignement supérieur / Offres thèses, stages
 Documentation scientifique

© CamAgro | By CAMTEL

Bonjour Français / English

 Accueil
 S’inscrire
 Nous contacter
 Plan du site

 A propos
 Univers agropastoral
 Annonces
 Annuaire
 Echos du marché
 Actualités
 Ressources

Accueil > Univers agropastoral > Elevage et pêche > Filières

Filières
Filière Avicole

Présentation sommaire

Evolution

Pour une contribution de 1% du PIB, le secteur avicole est un pilier de l’économie


camerounaise avec 15 milliards de F CFA et couvre 14% des besoins de la
population en protéines animales.
Malgré le potentiel, le déficit annuel en poulets de chair se chiffre à 40 000 tonnes et
il faudra 98 000 tonnes en 2015 avec un apport supplémentaire de 24 millions de
volaille sur pied.

Figure

Système existant

Les systèmes existants sont de type extensif (l’aviculture villageoise) et semi-intensif


et intensif pour le poulet de chair.

Pourquoi investir dans cette filière ?

Le marché

Les déficits se chiffrent à 40 000 tonnes avec une tendance évolutive de la


consommation.

Tendances évolutives de la consommation avicole 2008 à 2015.


Production Besoins Déficit à Déficit à Déficit à Déficit à
2012(t) estimés 2012 combler 2012 combler 2013 combler 2014 combler 2015
Aviculture 36 142 88 590 52 448 92 550 96 687 101 009
chair
Aviculture 41 800 20 669 21 131 21 640 22 657 23 722
ponte

Approvisionnement

En amont du processus de production : approvisionnement en intrants, en


équipements et matériels d’élevage, etc.
 Au niveau de la production : intrants, (poussins, aliments, produits vétérinaires),
encadrement, etc.

 En aval du processus de production : collecte, transformation, conditionnement,


stockage et distribution.

Le rôle de l’Etat

Actions structurantes

- Mise en place d’un plan de relance de l’aviculture ;

- Appui au Programme Agropole dans les bassins de production et où se développent


les Entreprise de Moyenne et Grande Importance de la Filière avicole ;

- Mise en place d’une politique de financement adapté au secteur rural et PME :


Banque Agricole et Banque des PME en cours de mise en place ;

- Existence d’un programme de Développement des Productions et des Industries


Animales.

Où produire ?

Dans les cinq (5) zones agro-écologiques du Cameroun.

Secteur public Secteur privé


En amont du processus
- Elaboration des normes - Création des fermes de production du
- Encadrement et suivi des investisseurs ; matériel animal (géniteurs, poussins d’un
- Réglementation ; jour) ;
- Encadrement et suivi des - Production des poulets de chair ;
investissements. - Production des aliments pour bétail
(provenderies) ;
- Production et fourniture des
équipements d’élevage ;
- Distribution et commercialisation.
Au niveau du processus de production
En amont du processus de production
- Réglementation en matière d’élevage ; - Elevage des grands parentaux ;
- Appui à l’amélioration génétique ; - Production des poussins d’un jour ;
- Sélection. - Fabrique d’aliments pour volailles ;
- Achat et vente de volailles ;
- Production de matières premières
entrant dans l’alimentation de la volaille
(céréales, tourteaux, farines et poisson,
etc.) ;
- Fourniture, distribution et maintenance
d’équipements et matériels de
production ;
- Construction de bâtiments d’élevage ;
- Prestations et suivi d’exploitation :
conseil technique, formation du
personnel et services spécialisés.
Au cours du processus de production
- Inspection Sanitaire Vétérinaire (ISV) ; - Production des poussins ponte et chair ;
- Appui/ subvention de l’Etat ; - Production de poulets de chair et des
- Appui/accompagnement, formation et œufs de consommation ;
renforcement des capacités ; - Production des parentaux ;
- Certification des produits carnés - Poussins d’élevage ;
- Œufs à couver ;
- Intrants alimentaires, produits
vétérinaires et d’hygiène ;
- Matériels zootechniques et
d’exploitation ;
- Prestations et suivi de la production :
conseil technique, formation du
personnel et services spécialisés.
En aval du processus
- Construction des abattoirs ; - Abattoirs privés modernes ;
- Construction des entrepôts frigorifiques ; - Plumeuses et outillages techniques;
- Transport frigorifique de carcasses ; - Matériels de transport (collecte) ;
- Contrôle / vérification des normes ; - Equipements de conditionnement et de
- Formation/renforcement des capacités ; stockage ;
- Inspection et contrôle de qualité / - Prestations et suivi de la transformation
certification ; – distribution : conseil technique,
- Appui à la commercialisation ; formation du personnel et services
- Publi-reportage / promotion et spécialisés ;
vulgarisation du label.
Share

FILIERES

Filière Aquaculture

Filière Pêche

Filière Bovin-viande

Filière Lait

Filière des petits ruminants

Filière Avicole

Filière Porcine

Filière Apicole

Mon compte

Garder ma session ouverte.

Pas encore de compte ?


Mot de passe oublié ?

Besoin d'aide ?

 Actualités
 Evènement

21/03/2018

Economie:Renforcement de la sécurité alimentaire:

20/03/2018

Economie:Développement rural et agricole: le Minader injecte 5 milliards de F

15/02/2018

Economie:Chaînes de valeurs agricoles


Partenaires

A propos

 Présentation
 Promoteur
 Partenaires

Univers agropastoral

 En bref
 Agriculture
 Elevage et pêche
 Acteurs/Politique
 Zones agro écologiques
 Bassins de production
 Météo
 Comice agropastoral 2011
Espace professionnel

 Témoignages professionnels
 Fiches plantes, maladies, insectes
 Bonnes pratiques
 Itinéraires techniquess

Espace scientifique

 Interviews chercheurs
 Base de données organismes nuisibles/utiles
 Enseignement supérieur / Offres thèses, stages
 Documentation scientifique

© CamAgro | By CAMTEL