Вы находитесь на странице: 1из 13

LES SUPPLÉMENTS NUTRITIONNELS ORAUX POUR

LUTTER CONTRE LA MALNUTRITION

Lucie VIALLE
Bachelor Diététique et Nutrition Sportive 1ère année

Travail de recherche présenté à :

Emmanuelle BERDAH - Nutrition thérapeutique


Malu-Séverine SANGOLO-GAUBARD - Nutrition et tendances

EDNH - Marseille
Le 26 avril 2019
SOMMAIRE

Introduction …………………………………………………………………………….. 3

Partie I : Contexte socio culturel ………………………………………………………4

I.1 : Dénutrition dans les pays en voie de développement …………………………4

I.2 : Solutions existantes ………………………………………………………………..5

Partie II : L’impact des suppléments nutritionnels oraux …………………………….6

II.1 : Les suppléments et la malnutrition, exemple de la Spiruline ………………….6

II.2 : Les effets de la spiruline sur la santé …………………………………………….7

III.3 : Les autres compléments nutritionnels oraux ………………………….………. 8

Conclusion ………………………………………………………………………………. 9

Annexes …………………………………………………………………………………. 10

Bibliographie ……………………………………………………………………………. 13


2 sur 13
INTRODUCTION

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé le terme de malnutrition est définit par des carences et

un déséquilibre de l’apport alimentaire d’une personne. La malnutrition peut sous entendre 2 grandes

affections. La première et celle dont je vais parler dans ce travail de recherche, est la dénutrition, qui est

un état pathologique engendré par un manque ou un sous apport nutritionnel par rapport aux besoins de

l’organisme. La dénutrition entraine souvent une perte de masse maigre et de masse grasse.

La deuxième affection de la malnutrition est le surpoids, l’obésité et les maladies cardiovasculaires, le

diabète et le cancer engendrés par un déséquilibre de l’apport alimentaire qui ne correspond pas aux

besoins de l’organisme.

D’après une étude de l’OMS, environ 1,9 milliard d’adultes dans le monde sont en surpoids et 462

millions présentent des signes de dénutrition. En avril 2016, l’Assemblée Générale des Nations Unies a

adopté une résolution qui vise à générer des engagements politiques de mise en place de mesures

visant à lutter contre toutes formes de malnutrition.

A travers ce travail de recherche nous nous demanderons si les suppléments nutritionnels oraux

peuvent être utilisés pour lutter contre la malnutrition et plus précisément contre la dénutrition dans les

pays en voie de développement.

3 sur 13
I. Contexte socio culturel

1. Dénutrition dans les pays en voie de développement

Selon la Haute Autorité de Santé (HAS) il existe 2 types de dénutrition. La première, la

dénutrition modérée est définie par une perte de poids supérieure ou égale a 5% dans le mois précédent

ou supérieure ou égale à 10% dans les 6 mois précédents, par un Indice de Masse Corporelle (IMC)

inférieur ou égal à 21kg/m2. La deuxième, la dénutrition sévère est définie par une perte de poids

supérieure ou égale à 10% dans le mois précédent ou 15% dans les 6 mois précédent et par un Indice

de Masse Corporelle inférieur ou égal à 18kg/m2.

Dans les pays en voie de développement la dénutrition est expliquée par une pauvreté due à de faibles

ressources économiques ou par la distribution inéquitable des richesses dans la société. Dans ces pays

il y a autant de cas de dénutrition que de suralimentation. La dénutrition, qui était légèrement en déclin,

augmente de nouveau dû à la croissance démographique et engendre de nouveaux cas comme les

carences en vitamine A, en Iode, en Fer, en Zinc en Vitamine D et B12.

4 sur 13
2. Solutions existantes

Les données provenant du monde entier montrent que les causes de la malnutrition telles que la

pauvreté, l’ignorance, les maladies, l’inégalité, … n’ont que peu changé durant les 50 dernières années

mais ce qui fait évoluer les chiffres et la diminution de la faim dans les pays en voie de développement

ce sont les stratégies mises en place pour la combattre. Par exemple le syndrome Kwashiorkhor, qui est

une pathologie de malnutrition protéino énergétique sévère, était très présent dans les années 50 et 60.

Des remèdes tels que le concentré protéique de poisson et l’enrichissement en acides aminés,

développés grâce à une production accrue d’aliments riches en protéines d’origine animale dans les

régions tropicales et subtropicales, ont permis de faire quasiment disparaitre cette maladie. En 1974, la

Conférence Mondiale de l’Alimentation a le développé une plus grande stratégie pour lutter contre la

malnutrition, notamment à travers la mise en place d’une surveillance nutritionnelle.

Pendant la révolution industrielle, l’alimentation est passée d’un modèle traditionnel à industriel avec des

produits de plus en plus raffinés au détriment des micronutriments indispensables comme les vitamines.

C’est en 1970 que les compléments alimentaires ont vu le jour par Linus Pauling qui introduit le concept

de nutrition orthomoléculaire dans le but de « soulager les personnes par un apport optimal de

substances naturellement présentes dans la nature ». Poussant de plus en plus à la malnutrition dans

les pays occidentaux puisque même en mangeant mal les personnes pouvaient ne pas souffrir de

carences alimentaires grâce à ces compléments. Selon l’ANSES on entend par compléments

alimentaires « les denrées alimentaires dont le but est de compléter le régime alimentaire normal et qui

constituent une source concentrée de nutriments ou d’autres substances ayant un effet nutritionnel ou

physiologique. » De nombreux organismes oeuvrent à lutter contre la famine et la malnutrition dans les

pays en voie de développement, notamment la FAO (Food Agriculture Organisation) organisation

intergouvernementale qui joue un rôle majeur dans les efforts de lutte contre la manultrition. Elle est

composée de 191 pays membres qui se réunissent, débattent et relèvent des fonds pour leurs actions.

La plupart des ONG aide les pays à moderniser et améliorer les pratiques agricoles tout en veillant à la

protection de l’environnement. Certaines, comme Action contre la faim, mettent en place des projets à

court terme comme par exemple les yaourts enrichis en nutriments commercialisé par Danone au

Bangladesh. Danone a installé une usine de fabrication, créant des emplois pour lutter contre la

pauvreté, et y développe Grameen Danone Foods, un yaourt enrichi en vitamines et minéraux pour

lutter contre la malnutrition infantile.

5 sur 13
II. L’impact des suppléments nutritionnels oraux

1. Les suppléments et la malnutrition, exemple de la Spiruline

La Spiruline, de son nom latin Arthrospira

Platensis est une micro-algue qui est l’une des

plus anciennes formes de vie sur la planète, avec

3 milliards d’années. Elle se développe

naturellement dans les lacs au Mexique, dans les

Andes, au Maroc, en Inde et en Chine.

Découverte par la communauté scientifique dans

les années 1950 elle se révèle d’une valeur nutritionnelle exceptionnelle par son enrichissement en

protéines, lipides saturés, vitamines et minéraux. D’où son nom « Or Bleu » dans certains pays. Elle se

trouve généralement dans des lieux riches en minéraux qui sont peu favorables à la culture d’autres

végétaux comme en Afrique ou Amérique centrale, ce qui la rend d’autant plus intéressante pour les

pays en voie de développement souffrant de malnutrition.

Une poignée de spiruline contient autant de protéines que 35g de boeuf, de calcium que 3 verres de lait,

de fer que 3 bols d’épinards, de Béta Carotène que 18 carottes, de Vitamine B12 que 500g de steak et

de Vitamine E que 3 c.à.s de germe de blé. Son taux de protéines est supérieur à tous les autres

aliments d’environ 60 à 70%. Elle contient les 8 acides aminés essentiels indispensables à l’alimentation

: Isoleucine, Leucine, Lysine, Méthionine, Phénylalanine, Thréonine, Tryptophane et Valine. Elle possède

également une grande quantité d’acides aminés non essentiels (Cystine, Glycine, Alanine, …), une

grande source de vitamines (Vitamines du groupe B, Vitamines A,D,E,K), une grande source d’oméga 6,

de minéraux et oligo-éléments (Fer, Magnésium, Phosphore, Potassium, Sodium, …).

La spiruline est un élément intéressant pour répondre à la malnutrition dans les pays en voie de

développement pour lutter contre les carences nutritionnelles qui sont source de morbidité et de

mortalité. A ce jour il n’y a pas d’étude scientifique réalisée sur la Spiruline et sur l’impact de sa

composition sur l’être humain. L’IRD (Institut de la Recherche pour le Développement) a réalisé une

étude critique montrant que malgré sa composition exceptionnelle la spiruline ne doit passer qu’en

option secondaire pour lutter contre la dénutrition. La solution primaire étant le développement de

l’agriculture qui peut être une bonne source d’économie locale et d’éducation à la santé.

6 sur 13
2. Les effets de la spiruline sur la santé

La spiruline ne s'oppose pas aux autres stratégies de lutte contre la malnutrition comme

l'éducation des mères, les conseils diététiques, les farines enrichies ou encore les laits

thérapeutiques. Au contraire, la spiruline se positionne en complémentarité dans la prévention

à long terme de la malnutrition. L’une des études pionnières sur les effets de la spiruline a été menée a

Bangui, en Afrique par l’association Nutrition Santé Bangui qui utilise la spiruline depuis une vingtaine

d’année dans son centre de renutrition infantile. En 1993, plus de 300 enfants ont bénéficié d'un

traitement à base d’un mélange de spiruline et de sardines. Mme M.-E. Picard, responsable du centre

écrit : « ces premières données permettent de se rendre compte de l'intérêt de la spiruline dans les

problèmes de malnutrition même pour les formes sévères. C'est un produit facile à utiliser, bien accepté

par les mères quand il a été bien expliqué. » (Picard, 1993). Par la suite, cette étude a été étendue sur

un groupe de 592 enfants de 0 à 5 ans recevant le mélange sardine-spiruline (5g de spiruline par jour),

en comparaison d'un groupe de 182 enfants ne recevant que de la sardine (en complément d’un repas).

La durée du traitement variant de 94 à 145 jours. L'analyse des résultats montre une amélioration

significative pour les enfants ayant reçu de la spiruline, l’étude a montré que ceux suivant le mélange

sardine-spriruline ont repris du poids plus rapidement que ceux n’en bénéficiant pas.

Les fermes de spiruline semblent représenter un moyen de lutte contre le chômage et une vraie aide

économique. La plupart des fermes dans les pays en voie de développement ont une vocation

humanitaire avec une réelle prise de conscience de l'intérêt de la spiruline pour améliorer l'état

nutritionnel mais aussi pour s'impliquer dans un contexte commercial. Dans la cullture de spiruline, un

bassin de 20m2 peut produire jusqu’a 200g de spiruline sèche par jour et permet à plus de 150 enfants

de rééquilibrer leur état nutritionnel.

7 sur 13
3. Les autres compléments nutritionnels oraux

Les aliments thérapeutiques prêts à l’emploi (ATPE) trouvent leur origine dans les années 1996

et ont été créés par l’entreprise française Nutriset. L’un des produits phares Plumpy-Nut a révolutionné

la prise en charge des crises alimentaires. Tous les ATPE sont destinés aux enfants atteints de

malnutrition sévère. Dans les années 2000 d’autres entreprises ont lancé leurs produits comme Vitaset,

Challenge Dairy, MANA,… Le Plumpy’Nut qui veut dire « noix dodue » est un sachet rempli d’une pâte à

base d’arachide. En 2005 il a été reconnu comme « un produit dont la composition permettra de sauver

des millions de vies » par le Programme alimentaire Mondial (PAM). Il doit son succès du fait qu’il est

prêt à l’emploi, facilement transportable et que sont gout sucré est apprécié.

Des laits thérapeutiques sont également souvent utilisés pour remplacer l’allaitement comme le F-75 qui

est un produit de la marque Nutriset. Le lait doit être utilisé au sein de centres de renutrition bénéficiant

d’un cadre médical et ne peut pas être distribué aux familles.

8 sur 13
CONCLUSION

La malnutrition est un problème international existant depuis toujours. Dans les pays occidentaux

elle a augmenté depuis la révolution industrielle qui a développé des produits alimentaires de plus en

plus raffinés qui comprennent de moins en moins de vitamines et de macronutriments indispensables à

l’organisme. Mais dans les pays en voie de développement, la malnutrition, et plus précisément la

dénutrition, est un problème majeur plus ancien, affectant des millions d’enfants et d’adultes.

Des ONG, des associations ou des organismes privés tentent de développer des solutions permettant

de prendre en charge la dénutrition dans les pays en voie de développement. Les aides alimentaires

telle que les laits thérapeutiques, la pâte d’arachide Plympy’Nut sont des solutions d’aide d’urgence et

semblent, par leur efficacités, aider à combattre la malnutrition à court terme. Mais pour une solution à

long terme c’est par le développement socio-économique local que les problèmes de malnutrition

pourront venir à bout. La culture de spiruline semble donc être une bonne alternative, elle permet de

créer des postes et d’aider les pays en voie de développement à rentrer dans le marché économique

mondial. Les effets de la spiruline pour combattre la dénutrition sont très positif comme complément

nutritionnel.

9 sur 13
ANNEXES

Annexe 1: Tableau de sous alimentation chronique et de carences alimentaires

10 sur 13
Annexe 2 : Projet de résolution déposé en 2005 lors de l'Assemblée générale

de l'ONU pour une prise de position concernant la spiruline.

11 sur 13
Annexe 3 : Valeur nutritionnelle de la spiruline

12 sur 13
BIBLIOGRAPHIE

• Organisation mondiale de la Santé, Qu’est ce que la malnutrition ?, 2016

• Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture, Les causes de la

malnutrition, Partie I, 1996

• ANSES, Les compléments alimentaires, 2019

• La faim dans le monde, Les solutions contre la faim dans le monde

• Spiruline France, Une composition nutritionnelle qui bat des records,

• Christophe HUG et Denis VON DER WEID, La spiruline dans la lutte contre la malnutrition,

2011

• Documentaire ARTE, La culture de la Spiruline face à la malnutrition au Burkina Faso

• Pierre LEPIDI, Le monde, Le Plumpy’Nut, une pâte d’arachide pour lutter contre la famine,

2017

• Institut de Recherche pour le Développement pour le Ministère de l’agriculture et de la pêche,

La Spiruline peut-elle être un atout pour la santé et le développement en Afrique ?

13 sur 13

Оценить