Вы находитесь на странице: 1из 76

LE MUSCLE

1
GÉNÉRALITÉS: STRUCTURE DES LIGAMENTS, TENDONS ET MUSCLES
Le muscle
•  Le muscles est très vascularisé (plus de capillaires dans les fibres à
contractions lentes (type 1) que les rapides (type 2a et 2b).
•  Lorsqu’il excède sa longueur de repos, le muscle devient un élastique. Il
est étirable jusqu’à une certain limite, au-delà de laquelle il se déchire.
•  Le muscles se fixe sur l’os par l’intermédiaire d’un tendon beaucoup
moins élastique.
•  Les blessures musculaires sont plus fréquentes dans les mouvements qui
impliquent les fibres rapides.
•  Les blessures musculaires et tendineuses sont plus fréquentes dans les
mouvements qui impliquent des contractions excentriques ou
pliométriques.
•  Un échauffement peut aider à prévenir les blessures sur les différentes
composantes des parties contractiles et élastiques du muscle
Support musculaire

3
Co-contraction musculaire

4
Tirée de : Wirhed, Rolf. (1998), Anatomie et science du geste sportif. 085
Le muscle squelettique

Actine

Éléments élastiques
Myosine

6
GÉNÉRALITÉS: STRUCTURE DES LIGAMENTS, TENDONS ET MUSCLES
Figure 27 à
31

Figure 32

Tirée de : Wirhed, Rolf. (1998), Anatomie et science du geste sportif. page 15 et 16.
Figure 2.12 : Relation tension-longueur. A, relation entre la tension et la longueur des structures
active, passive et globale. B, relations tension-longueur (globale) pour différents
types de muscles de grenouille.

Tirée de : Bouisset,S. & Maton, B (1995). Muscles, posture et mouvement. Page 80. 338
Figure Exemple d ’une courbe de
18.3 : force.
Adapté de : Plowman, Sharon et Smith, Denise. (1996), Exercise Physiology for health, fitness and performance. page 100
451.
Tirée de : Wirhed, Rolf. (1998), Anatomie et science du geste sportif. 085
Tirée de : Wirhed, Rolf. (1998), Anatomie et science du geste sportif. 085!
Tirée de : Wirhed, Rolf. (1998), Anatomie et science du geste sportif. 085!
Figure 3.28 : Modifications du spectre de puissance de l EMG
global avec la fatigue, en contraction isométrique.
Tirée de : Bouisset,S. & Maton, B (1995). Muscles, posture et mouvement. Page 318. 378!
Blessures aux tissus mous:

Les tissus sous-cutanés Choc ou coup modéré

Pression interne

Choc ou coup violent

Les tissus musculaires Contracture

Élongation (étirement),
claquage et déchirure

34
…..également:

Tendinite

Les tissus tendineux Tenosynovite

Étirement, déchirure
(claquage)

Entorse (étirement)
Les tissus ligamentaires
Déchirures

35
Contusion musculaire
(charley horse)
• Blessure par contact appliqué sur un muscle en
phase de contraction
• Douleur musculaire localisée au point d’impact
• Enflure et une ecchymose (hémoragie sous-cutanée
consécutive à la rupture des vaisseaux)
• Gravité dépend de la force du contact (pression
localisée)
• Il ne faut en aucun cas étirer le muscle, ni le masser,
ni lui appliquer de la chaleur
• Application de glace pour réduire l’enflure (limiter
la pression interne pour empêcher l’ischémie) 36
Choc (coup) violent

Hématome Quadriceps
dans le
vaste latéral

Fémur

Sartorius
Fascia

Adducteurs
Ischio-jambiers

Coupe de la cuisse présentant un hématome intramusculaire


à la suite d un choc (coup) violent (Charlie Horse) 37
TRAITEMENT DES BLESSURES MUSCULAIRES

Avec signes de gravité

En urgence !!!

A faire immédiatement sur le terrain et durant 3 jours:

Appliquer le « GREC »

Glace
Repos
Élévation
Compression

38
- La glace doit être appliquée le plus rapidement possible, puis
3 à 4 fois par jour durant 20 minutes (glaçons dans un sachet
de plastique, gobelet isolant , … ).

- La peau doit être protégée par une serviette

- S aider d une canne durant quelques heures à quelques jours

- Élévation du membre inférieur favorisant le drainage de


l hématome

39
Contusion (suite)
Récupération

- La douleur peut être très vive durant les 2-3 premiers jours.

- Le sang répandu est graduellement enlevé par phagocytose.

- Une récupération complète peut prendre jusqu à 6 semaines.


Traitement:

Repos avec application de glace et traitement de physiothérapie


par ultrasons généralement.

Avec un hématome intramusculaire au quadriceps, on ne


doit pas faire porter le poids du corps sur la jambe avant qu elle
puisse se fléchir à 90O.

La mobilisation doit se faire lentement : trop rapide = nouvel


épanchement sanguin.
40
Courbatures

• Douleur musculaire qui apparaît après


l'exercice et peut durer de 24 à 48h
• Présence de petits épanchements de sang
provoqués par rupture des capillaires sanguins
• Des micro-traumatismes entraînant une lyse
des cellules musculaires (effort excentrique).
• Une accumulation déchets métabolique
(acidité, ammoniac…) dans le muscle???
• Un épuisement des stocks de glycogène???

41
Tirée de : Wirhed, Rolf. (1998), Anatomie et science du geste sportif. 085
Figure 3.14 : Relation force-vitesse en
condition isotonique.

A, relation force-vitesse en
raccourcissement obtenue par des flexions
maximales du coude.

B, relation force-vitesse, en contraction


concentrique et en contraction excentrique.

Tirée de : Bouisset,S. & Maton, B (1995). Muscles, posture et mouvement. Page 126. 346
Figure 1.4 : (A) Arrangement des molécules composant un filament fin et un filament
épais. (B) Représentation schématique de la disposition d ’une tête de
myosine par rapport à un filament d ’actine dans trois conditions : a, repos ;
b, raccourcissement rapide; c, allongement. 44
Tirée de : Bouisset,S. & Maton, B (1995). Muscles, posture et mouvement. Page 11. 326!
Les courbatures

Origines:
Types d’efforts:
Exercices nouveaux (muscles non-entraînés: coordination)
Exercices excentriques particulièrement (pliométrie)

Dommages tissulaires:
Micro-déchirures des structures musculaires (bandes Z, etc.)

45
Excentrique (microdéchirures):

Pliométrie

Marathon 46
Les courbatures

Deux façons de mesurer le degré des dommages musculaires


après l’exercice:

la biopsie où l'on prélève une parcelle de tissus musculaire que


l'on analysera au microscope

la mesure de la créatine kinase, une enzyme anaérobique présente


presque exclusivement dans le tissus musculaire

47
48
État des sarcomères d’un muscle sain
État des sarcomères après des contractions 49
excentriques répétées
Les courbatures

Concentration de la créatine kinase après un marathon


(Apple, F.S. et al (1988) App.Phys. 65:2598-2600) 50
Les courbatures

Diminution de la capacité de contraction isométrique maximale


(flexion de l'avant-bras à un angle de 90 degrés). Il y'a diminution
de la force jusqu'au delà de 5 jours après l'exécution de l'exercice
51
Excentrique (Ebbeling, C.B. & Clarkson (1989). Sports Med. 7:208-234.)
Imagerie par résonnance magnétique avant et après un exercice excentrique important

52
Figure 1.4 : (A) Arrangement des molécules composant un filament fin et un filament
épais. (B) Représentation schématique de la disposition d ’une tête de
myosine par rapport à un filament d ’actine dans trois conditions : a, repos ;
b, raccourcissement rapide; c, allongement. 53
Tirée de : Bouisset,S. & Maton, B (1995). Muscles, posture et mouvement. Page 11. 326!
PRÉVENTION DES DOULEURS MUSCULAIRES

Progression et dosage dans la planification de séances d entraînement


pour une activité sportive (nouveaux gestes techniques et coordination).

Les exercices d échauffement peuvent


prévenir les douleurs musculaires ou tout au moins, les limiter.

Éviter les exercices brusques sans un bon échauffement préalable


(multi-bons, foulées bondissantes, mouvements balistiques des
membres supérieurs et inférieursetc.)
Nutrition et hydratation
- Au cours et après l effort intense, ingérer une
boisson contenant des minéraux et manger de fruit frais

54
Effets bénéfiques d'un échauffement avant un exercice
intense
1. Augmente la décomposition d'oxyhémoglobine, permettant un plus grand apport
d'oxygène au muscle au travail.
2. Augmente le relâchement d'oxygène de la myoglobine.
3. Diminue le coût d'activation pour déclencher des réactions chimiques vitales au
métabolisme cellulaire
4. Diminue la viscosité du muscle, augmentant l'efficacité musculaire et la
puissance.
5. Augmente la vitesse des influx nerveux et augmente la sensibilité aux récepteurs
nerveux.
6. Augmente le flot sanguin aux muscles.
7. Diminue le nombre de blessures aux muscles, tendons, ligaments et autres tissus
connectives.
8. Améliore la réponse cardiovasculaire à un exercice intense soudain (surtout la
vascularisation du cœur).
9. Amène une sudation précoce, ce qui réduit le risque d'hyperthermie à l'exercice.
55
Les effets secondaires de l'ingestion de stéroïdes sont
nombreux. Certains effets sont bien démontrés, d'autres
moins.
Effets établis
Niveau de HDL bas
Pression artérielle supérieure
Acné
Retention d'eau dans les tissus
Grossissement de la prostate
Jaunissement des yeux et de la peau
Peau plus épaisse, plus huileuse
Croissance arrêtée (pré-préberté)
Dommages fétaux (durant la grossesse)
Hypertrophie du muscle cardiaque
Arythmie cardiaque
Maladies coronariennes
Stérilité, diminution du nombre de spermatozoïdes, atrophie
testiculaire
Sautes d'humeur, aggressivité, manies, dépressions
Tumeurs et maladies du foie
Mort
Effets additionnels chez les femmes : calvitie masculine,
apparition de poils, voix grave, diminution de la taille des seins,
irrégularités menstruelles, hypertrophie du clitoris
Autres effets possibles
Douleurs abdominales, frissons, diarhée, fatigue, fièvre,
crampes musculaires, maux de tête, vomissements avec du sang,
douleurs aux os, développement de seins chez les hommes, 56
problème pour uriner, pierres au rein, maladies du rein.
TRAITEMENT GÉNÉRAL DES DOULEURS MUSCULAIRES

Un entraînement léger concentrique impliquant les muscles douloureux


semble avoir un effet bénéfique temporaire .

La stimulation électrique semble être un bon moyen de traitement


pour les douleurs musculaires d effort (TENS, EST).

Le massage ne fait pas l unanimité dans le traitement des douleurs


musculaires d effort. Certaines études sont positives, d autres négatives.

Les anti-inflammatoires ne font pas l unanimité pour le traitement de la


douleur musculaire. Cependant, des études récentes sont positives.

Les anti-douleurs (Tylenol, entre autres) sont efficace pour éradiquer


la douleur musculaire et en même temps en accélérer la disparition.

La glace 57
Syndrôme des loges (compartiments)

C est une ischémie musculaire d effort provoquée par


une augmentation anormale de pression dans une loge
ostéo-aponévrotique peu ou pas extensible (jambes).

- Implique une des loges de la jambe, mais dans la plupart


des cas la loge antéro-externe.

- Concerne principalement les jeunes hommes (20-25 ans)

Activités en cause:

Efforts de longue durée, le cyclisme, et diverses autres


activités physiques qui causent une hypertrophie.

58
Syndrôme des loges

Jambier antérieur
Extenseur propre du
gros orteil
Lg. ext. des orteils
Péronier antérieur

59
Syndrôme des loges

Notes physiologiques

La pression intra musculaires normale:

•  10-15 mmHg dans les capillaires


•  100 mmHg dans les artères

Le gradian de pression ainsi créé permet une bonne irrigation


des tissus et aide la circulation sanguine en général.

Au cours de l effort la pression augmente de 20 fois. La pression


dans les tissus augmente parallèlement.

A l arrêt de l exercice, la pression décroît et revient à la normale.

60
Une augmentation pathologique de la pression au-delà
de 30 mmHg :

Entraîne:

•  La compression des vaisseaux sanguins (retour veineux limité)


•  La compression du système lymphatique.

Un œdème se crée ce qui provoque une ischémie musculaire

Les conséquences:

- Une altération des myofibrilles

- Éventuellement une nécrose

61
Abduction, circulation et pression
dans le muscle sus-épineux

62
Traitements

- Le traitement doit être médical


- Anti-inflammatoires
- Cryothérapie après l effort
- Modification de l entraînement (intensité et durée)

Le meilleur moyen de guérison rapide est l opération

63
Élongation (claquage)
• A llongement traumatique du muscle (micro-
déchirures ou déchirures)
• Survient durant une sollicitation excessive à la
limite de l’étirement du muscle
• Suite à des contractions (excentriques) trop fortes
et/ou très répétés du muscle
• Fréquente pour les ischio-jambiers (débalancement
entre les extenseurs et les fléchisseurs du genou)

64
Les élongations (étirement)

•  Survient brusquement, parfois progressivement


au cours de l effort (fatigue, exercices intenses)

•  Les myofibrilles sont rompues

•  Les aponévroses sont intactes

Traitement: glace, physiothérapie (ultrasons)

Récupération entre 3 et 8 jours

65
DÉCHIRURES MUSCULAIRES

Divers degrés de déchirures musculaires


66
CLAQUAGE (étirement sévère)

Origine

Enchaînement rapide d une contraction excentrique avec une


contraction violente concentrique

Soccer/Football: tir au but


67
Claquage au cours
d un sprint

Gd.fessier •  Les ischio-jambiers sont


fragiles.

•  Ils sont impliqués dans


Adduct. l anticipation du contact
au sol, l amorti et dans la
propulsion vers l avant.

•  Ils sont soumis à de


Ischio
violentes tensions au
cours d un sprint.

Vaste ext.

68
Il existe différents degrés de claquages (déchirures)

Claquage

- Les myofibrilles sont rompues

- Les aponévroses sont étirées

- Des vaisseaux sanguins sont déchirés

- Un œdème s est formé

Arrêt total de l activité

La lésion peut mettre de 10 à 21 jours pour cicatriser

69
Déchirure

- Les myofibrilles sont rompues

- Les aponévroses sont partiellement rompues

- Les vaisseaux sanguins sont déchirés

- Un hématome s est formé

Arrêt total de l activité

Le retour à l activité se fait après 4 à 8 semaines

70
Rupture
- Les myofibrilles sont rompues

- Les aponévroses sont totalement rompues

- Les vaisseaux sanguins sont déchirés

- Le muscle se rétracte et saigne abondamment

- On perçoit une encoche (creux) et un hématome

Arrêt total de l activité

Le traitement s étend sur 2 à 3 mois

71
Facteurs prédisposant à la survenue de ruptures
- Absence d échauffement

- Exposition prolongée au froid

- Retour à la compétition sans ré-entraînement (atrophie)

- Compétition aprés un entraînement excentrique intense

- Le muscle a déjà été rupturé (perte de souplesse)

72
Illustration des trois niveaux
de déchirure musculaire

73
Cicatrisation des déchirures

74
Les contractures

•  Le muscle est localement épuisé

•  Privés dATP, les ponts d acto-myosine ne peuvent


plus se défaire

•  La contracture est une « rigidité mortuaire » localisée

•  Massages progressif et traitements externes permettent une


récupération entre quelques heures et 3 jours.

75
Sans signe de gravité

Pour une contracture ou la liaison de quelques myofibrilles,


on peut appliquer le «CREME »

Chaleur
Repos
Étirements
Massage
Essai de reprise

•  Pas d aspirine, pas d anti-inflammatoire


•  Un relaxant musculaire
•  Un veinotonique (résorption de l œdème)
76