You are on page 1of 134

(PRIX : 100€)

(PRIX D’AMIS : 10€)

Geoffroy Coutellier +32472277296 Année 2015-2016


 www.chanvrez-vous.weebly.com 

MONOGRAPHIE DE FIN D’ETUDES

CANNABIS SATIVA L.
Le chanvre

Formation de chef d’entreprise en Herboristerie

Espace Formation PME – rue de Stalle 292b – 1180 Bruxelles

1
« Tirez le meilleur parti du chanvre et plantez-en partout ! » (George Washington) (1)

« Nous allons bientôt vouloir d’un monde avec plus de chanvre pour notre propre consommation ! »
(John Adams)

« Le chanvre est de première nécessité pour la santé et la protection du pays ! »


(Thomas Jefferson)

« Le jour où tous les combustibles fossiles et leurs dérivés, ainsi que l’abattage des arbres et la
déforestation, seront interdits pour renverser l’effet de serre et sauver la planète, alors on se
tournera vers la seule ressource naturelle renouvelable susceptible de fournir la majeure partie de
notre papier, textile et nourriture, la seule capable de répondre aux problèmes énergétiques de la
planète, tant au niveau des transports que pour la maison ou l’industrie ; une ressource qui permet de
limiter la pollution, de reconstituer les sols et de nettoyer l’atmosphère – tout cela en même temps !
Bref, on tendra la main à notre vieil ami qui a déjà fait cela par le passé: Le CHANVRE/CANNABIS ! »
(Jack Herer) (2)
2
TABLE DES MATIERES
INTRODUCTION
1. Historique..............................................................p4
2. Nom latin.............................................................. p7
3. Famille................................................................. p7
4. Synonyme latin......................................................... p7
5. Dénominations françaises et étrangères................................ p8
6. Parties utilisées........................................................p8
A) OBJECTIFS DE CETTE MONOGRAPHIE
7. Contexte personnel.................................................... p9
8. Actions physiologiques du système cannabinoïde endogène...............p9

B) BOTANIQUE : LA PLANTE ET SA CULTURE

9. Description........................................................... p13
10. Analyse macroscopique................................................p15
11. Analyse microscopique.................................................p15
12. Habitat............................................................... p17
13. Culture – Récolte – Lois................................................p18
14. Falsifications et confusions............................................p22
.

C) BIOCHIMIE : LES PRODUITS ET LEURS QUALITES

15. Analyse de la poudre...................................................p22


16. Graines : composition chimique et réactions physico-chimiques
d’identification........................................................p23
17. Inflorescences : composition chimique et réactions physico-chimiques
d’identification.......................................................p25
18. Examen organoleptique.................................................p29
D) HERBORISTERIE

19. Graines : qualités, propriétés et utilisations............................p30


20. Inflorescences : qualités, propriétés et utilisations....................p36
21. Les cannabinoïdes en utilisations médicinales..........................p39
22. Etude des prix et rendements........................................p46

E) LE RENOUVEAU DU CHANVRE EN BELGIQUE ET CONCLUSIONS….P47

Bibliographie............................................................. p50
Annexes..................................................................p55
3
INTRODUCTION

1. Historique du chanvre

- 8000: le chanvre pousse à l'état sauvage en Asie centrale. (3)


- 2727: la plante est citée pour la première fois dans un texte de la pharmacopée chinoise. (4)
- 1400: usage culturel et religieux du cannabis le long du fleuve Hindus en Inde.
- 500: Bouddha survit en mangeant uniquement des graines de chanvre.
- 450: Hérodote décrit que les Scythes font du linge fin en chanvre.
- 300: les Carthaginois et les Romains se battent pour avoir le monopole de la route des épices
et du chanvre en Méditerranée.
- 100: les Chinois font le premier papier à base de chanvre et de mûrier.
600: les Germains, les Francs et les Vikings utilisaient tous la fibre de chanvre.
770: les Chinois réalisent le premier livre imprimé (le Dharani).
9e siècle: l'introduction du coton entame le monopole du chanvre dans l'habillement et la
fabrication de filets.
800: Mahomet interdit l'alcool et autorise le cannabis.
1150: les Musulmans introduisent le chanvre en Europe qui servira à faire les premiers papiers
du continent (le premier moulin à papier européen est établi à Alicante).
1450: Gutenberg imprime la première Bible sur du papier chanvre.
1484: le Pape Innocent XIII condamne l'usage du cannabis.
1492: 80 tonnes de voiles et de cordages de chanvre ont aidé les caravelles de Christophe
Colomb à atteindre le Nouveau Monde.
1545: l'agriculture du chanvre commence au Chili (Amérique du Sud).
1564: le Roi Philippe d'Espagne ordonne de cultiver le chanvre dans son empire qui s'étend alors
de l'Argentine à l'Orégon.
16ème- 17ème siècle: les Hollandais démarrent leur " âge d'or " grâce au commerce du chanvre.
1631: le chanvre est utilisé comme monnaie à travers les colonies d'Amérique.
1776: la Déclaration d'Indépendance des Etats-Unis est dressée sur du papier de chanvre.

Début de la décadence du chanvre :

18ème siècle: apparition de la machine à égrener le coton qui permet de mécaniser la récolte et
rend ainsi le coton plus compétitif face au chanvre récolté manuellement.
1850: introduction des fibres exotiques; début de l'ère pétrochimique; apparition des procédés
toxiques au sulfite (pour extraire la lignine) et au chlore (pour blanchir la pâte) qui permettront
de faire du papier à base d'arbres au lieu de chanvre, lin et coton; la vapeur remplace la voile...
1890: la Reine Victoria utilise thérapeutiquement le cannabis (ainsi que l'opium).
1895: première utilisation du mot " marijuana " par les partisans de Pancho Vila.
1910: les noirs américains introduisent le jazz et l'herbe en Nouvelle-Orléans.
1930: apparition de la première machine qui puisse décortiquer le chanvre.
1937: la" Marijuana Tax Act " est édictée (à l'initiative de Dupont de Neumours!). Les cultures
sont si fortement taxées qu'elles sont abandonnées aux Etats-Unis.

4
1938: Dupont de Nemours brevète le Nylon.
1943-45: " Hemp for Victory " est un programme pour inciter les agriculteurs américains à
cultiver du chanvre pour participer à leur effort de guerre.
1955: la culture du chanvre est à nouveau bannie aux Etats-Unis.
1961: Convention Unique sur les Stupéfiants. (sauf Chine, Inde, URSS, bloc de l'est...)
Sixties: les hippies, les vétérans du Vietnam et la musique adoptent le cannabis.
1976: la Hollande adopte une tolérance vis-à-vis des variétés de chanvre psychotropes, comme
le cannabis indica.
1988: la Communauté Européenne subventionne la culture des variétés de chanvre non
psychotropes.

Le renouveau du chanvre :

1990: Le Mouvement Chanvre naît suite la publication du livre de Jack Herer, " L'Empereur est
nu " .
1993: L'Angleterre récolte son premier champs de chanvre depuis 70 ans.
1994: - le gouvernement canadien permet une culture d'essai en Ontario.
- 140 hectares de chanvre industriel sont récoltés par Hemp-Flax b.v aux
Pays-Bas (2000 hectares sont plantés l'année suivante).
- Culture d’essai en Australie.

1995 : création en Belgique de l’asbl « La Bombe Verte » … (5)

Pendant plus de 3500 ans, le chanvre a été selon les lieux et les cultures, l’une des
plantes les plus utilisées par la pharmacopée, si ce n’est LA plus utilisée. Ceci est vrai pour la
Chine, l’Inde, le Moyen et Proche-Orient, l’Afrique et l’Europe préchrétienne.

On trouve mention du cannabis dans plusieurs textes anciens chinois et indiens,


notamment dans le Shen Nung Pen Ts’ao king, le plus vieux recueil traitant de plantes
médicinales, attribué à l’empereur Shennong. Le cannabis y est prescrit pour traiter
vomissements, constipation, douleurs rhumatismales, maladies infectieuses parasitaires,
blessures de guerres et hémorragies.

Pendant des millénaires, les docteurs et les guérisseurs dans le monde entier
prescrivaient des préparations de cannabis pour des maladies diverses, et ce, jusqu’au début
du 20e siècle quand le cannabis commença à être remplacé par l’aspirine. Un texte légal de
1937 a proscrit le chanvre et mis fin à la capacité des docteurs de prescrire du cannabis pour
des indications médicales aux USA. (4)

Ces années-là, William R. Hearst, un grand dirigeant d’une maison de presse, accompagné
de la société Dupont Corporation, un groupe ayant des intérêts financiers dans l’industrie
pétrolière, du coton, et des actions dans des banques internationales, ont réduit à néant le
chanvre, sa culture, son utilisation et son exploitation. La famille Hearst fit l’acquisition de
plusieurs millions d’hectares de forêt à des fins d’éditions et de parution de leurs journaux. A
la même époque, le groupe Dupont breveta un processus de fabrication de cordes fait de nylon
(un dérivé du pétrole). Hearst se servit de son pouvoir médiatique pour influencer l’opinion

5
publique au sujet du chanvre et du cannabis en diabolisant la plante sous l’obscur mot d’argot
mexicain « Marijuana ». En 1937, avec le soutien d’Andrew Mellon (alors Ministre des
Finances), le Congrès américain fit passer une loi (Marihuana Tax Act) avec de nombreuses
mesures limitant la culture et la distribution du chanvre. (6)

Contre l’avis de l’Association Médicale Américaine, la loi anti-chanvre fut votée en trois
heures, à l’initiative de la commission des Finances, seule institution habilitée à envoyer
directement les projets de loi au congrès, sans obligation de débats préalables et dont le
président R.L. Doughton, était un allié de DuPont de Nemours…
Après que la loi fut promulguée, les médecins cessèrent de prescrire du chanvre, malgré
les protestations de G.C. Woodward, représentant de l’Association Médicale Américaine. (7)

Les conséquences furent planétaires. Avec la propagande grandissante contre le


cannabis, les autres pays du monde ne tardèrent pas à imposer des lois et restrictions sur la
culture du chanvre industriel et du cannabis thérapeutique.

Avant 1937, année de la première prohibition américaine organisée par le lobby des
grands pollueurs industriels U.S. (concurrents déloyaux du chanvre), on ne se préoccupait
guère de son effet psychoactif. (4)

Le nouvel intérêt pour le développement de la culture du chanvre est récent et encore


bien fragile. Petit à petit, cette culture regagne néanmoins du terrain.

« Le redéveloppement moderne de la filière chanvre contribuerait certainement à la


renaissance de la campagne, et est peut-être, la seule alternative viable aux ravages aveugles
de la culture intensive et des pollutions chimiques industrielles. » (4) On notera à cet effet
que la plante de chanvre a d’énormes qualités en phytoremédiation et est la plante-maîtresse
pour purifier les sols pollués. Ce végétal a la capacité par exemple d’absorber le césium
contenu dans les sols irradiés comme à Tchernobyl et pourrait aussi aider grandement dans la
lutte contre les impacts négatifs de nos centrales nucléaires et la pollution planétaire.

Préoccupé par la déforestation et par l'impact de la pollution de l'industrie qui se


poursuit, le temps est venu où nous ne pouvons plus nous permettre d'ignorer cette plante qui
au début de l'histoire humaine jusqu'au milieu du 19ème siècle a été l'un des piliers de
l'existence… (4)

La Belgique, comme tous ses voisins, a cultivé le chanvre jusqu’au début de ce siècle. La
Flandre possédait plusieurs filatures industrielles, leurs principales productions étaient du fil
pour la corderie et la cordonnerie. En Wallonie, il n’existait aucune industrialisation du
chanvre. Les productions étaient familiales et travaillées de façon artisanale ;
particulièrement en Gaume, où jusqu’au début du xxe siècle, toutes les familles de cette
région réservaient une partie de leurs meilleures terres (environ 2 ares) proches des
habitations, pour y cultiver le chanvre !

En Belgique, la culture de chanvre passa de 621 hectares cultivés en 1895 à moins de 2


ha en 1959, pour ensuite totalement disparaître en 1961, suite à la convention onusienne
internationale qui prohiba le chanvre sous toutes ses formes dans la plupart des pays du
monde.
Le renouveau du chanvre en Belgique sera traité lors de la conclusion. (8)

6
2. Nom latin Cannabis sativa L.

3. Famille

Cannabaceae. Cette famille comprend uniquement deux espèces : - cannabis (chanvre)


- humulus (houblon)
Cette famille fait partie de l’ordre des Rosales.

L’espèce du cannabis compte plus d’une centaine de variétés dans le monde, et s’adapte
par sélection naturelle aux conditions de sol, de climat et de traitement qu’elle rencontre.
Ainsi, l’aspect de la plante, comme ses concentrations en principes actifs, les cannabinoïdes,
varie fortement d’une région à l’autre. (9)

Depuis peu, la science ne reconnaît plus qu’une seule espèce de chanvre et on distingue
principalement trois sous-espèces ou variétés : sativa, indica et rudéralis. Ces trois variétés
ont un aspect morphologique différent et elles présentent une différence importante au
niveau de la composition des résines secrétées par les sommités fleuries (3) :

 Le chanvre indien (indica) contient des taux importants de


delta-9- tétrahydrocannabinol (THC), principe actif du cannabis, qui varie entre 5 et
20%. La culture en est illégale en Belgique.

 Le chanvre sauvage (rudéralis) contient un taux naturel faible de THC, n’excédant pas
0,5%.

 Le chanvre industriel (sativa) ne contient plus que des quantités négligeables de THC,
moins de 0,2%, depuis les nouvelles réglementations européennes. Avant la prohibition
mondiale de l’ONU en 1961, le chanvre utilitaire, cultivé traditionnellement et
librement, possédait un taux naturel minimum d’environ 3% de THC. Ce taux naturel de
THC agissait comme un anti-stress naturel pour les animaux de nos basses-cours et
fermes d’antan. En Belgique, depuis 1996, la culture du chanvre industriel est de
nouveau autorisée, mais « sous certaines conditions » ! (4) (5)

C’est le chanvre industriel que j’ai choisi de vous présenter, pour ses qualités
exceptionnelles en nutrition et pour ses innombrables propriétés médicinales de par sa teneur
en phytocannabinoïdes et principalement la molécule de Cannabidiol (CBD) non-psychoactive
de l’ordre de 3%.

4. Synonyme latin

Sur le site internet « The plant list », on découvre 35 termes latins, synonymes du
Cannabis sativa L. (ex : Cannabis americana Pharm. Ex Wehmer, Cannabis chinensis Delile,
Cannabis gigantea Crevost, Cannabis intersita Sojak, Cannabis lupulus Scop. ,…) (10)

7
5. Dénominations françaises et étrangères
Souvent en fonction de son utilisation : chanvre cultivé, chanvre agricole, chanvre
d’œuvre, chanvre textile, chanvre industriel, hemp (anglais), hanf (allemand), hennep
(néérlandais), hamp (danois), canapa (italien), kannavis (grec), konopie (polonais), huo ma ren
(chinois)… cannabis, marijuana, marie-jeanne, ganja , bhang, weed, … (4)

6. Parties utilisées
Dans le chanvre, tout est utilisé. Les fibres de la tige pour les matériaux de
construction isolants, le textile, le papier, les composites, etc. ; la paille (chènevotte) dans la
construction, pour les paillages horticoles et les litières animales ; les graines et ses produits
dérivés dans l’alimentation humaine et animale ; les inflorescences (grappe de fleurs) et les
feuilles pour les huiles essentielles, les tisanes, l’alimentation et les extraits de résine riches
en cannabinoïdes aux nombreux effets thérapeutiques ; les racines pour les préparations
thérapeutiques et cosmétiques…. (11) (12) (13) (14)

Comme je vous présente les aspects nutritionnels et thérapeutiques de la plante, ce sont


les graines et les inflorescences que je vais détailler. Je n’aborderai pas les racines pour
lesquelles les données sont insuffisantes.

La partie « graine » est utilisée pour l’huile végétale, la farine… ou afin de consommer
les graines entières, décortiquées, germées ou grillées. Appelée « châ douné » (« roi des
grains » par les Perses), la graine de chanvre est une graine oléagineuse qui permet
notamment la production d’huile végétale et de farine. Son utilisation est encore peu connue,
pourtant c’est un excellent aliment très nutritif et riche en protéines de très bonne qualité,
vitamines, minéraux, fibres, et…exempte de gluten ! Les graines de chanvre sont beaucoup
plus nutritives que le soja et contiennent plus d’acides gras essentiels que toute autre source
alimentaire.

La partie « inflorescences » est sélectionnée pour la fabrication des huiles essentielles


et des extraits de résine contenant les précieux phytocannabinoïdes. Pour obtenir une bonne
huile essentielle, c’est une variété dioïque qui est plantée, et ce sont uniquement les plantes
femelles qui sont utilisées (cfr. Cultures). (11) La récolte des fleurs demande beaucoup de
main d’œuvre et un séchage. Jusque maintenant, les fleurs n’étaient que très
occasionnellement récoltées car pas facilement rentables pour la fabrication d’huiles
essentielles. De nos jours, vu l’engouement nouveau pour les extraits de cannabinoïdes riches
en molécules de CBD pour traiter d’innombrables symptômes, de plus en plus de cultivateurs
se penchent à nouveau sur le potentiel (presque oublié) de la résine du chanvre industriel
contenant, en moyenne, entre 1 et 4% de molécule de CBD.

8
A) OBJECTIFS DE CETTE MONOGRAPHIE
7. Contexte Personnel
Ayant personnellement, suite à un accident, souffert de douleurs neurologiques
persistantes ne cédant pas aux traitements médicaux classiques, je me suis intéressé aux
divers extraits de plantes. C’est ainsi que j’ai étudié les aspects nutrionnels et thérapeutiques
du chanvre et ai choisi ce sujet de monographie.
Les cannabinoïdes qui seront extraits du chanvre sont des substances qui en physiologie
humaine, jouent un rôle important. (15)

8. Actions physiologiques du système cannabinoïde endogène


Les phytocannabinoïdes que l’on retrouve dans le chanvre sont des composés terpeno-
phenol et ils agissent sur l’organisme par l’intermédiaire du système cannabinoïde endogène
(ECS), composé de substances neurochimiques (ligands endogènes) et de récepteurs
spécifiques. (16)

Le système des cannabinoïdes est âgé de millions d’années et est d’une grande
importance pour le fonctionnement normal du corps. Il est présent chez tous les animaux
vivants au-dessus du seuil d’organisation des polypes et des mollusques, à l’exception des
insectes. (17)

C’est en 1990, que Miles Herkenham et son équipe ont découvert le Système
Endocannabinoide, un système neuromodulateur. Notre corps fabrique ses propres
cannabinoïdes appelés « endocannabinoïdes » qui sont utilisés par l’ECS pour plusieurs
processus vitaux : la douleur, l’appétit, le sommeil, l’inflammation, le métabolisme, le cycle de
vie/mort cellulaires et afin d’assurer l’homéostasie. (18)

En 1992, le Dr. Mechoulam a identifié le premier endocannabinoïde connu, l’anandamide,


qu’il a appelé ainsi selon le mot Sanskrit « ananda » signifiant « béatitude ». (19) Il a
découvert l’anandamide en clonant un site récepteur de l’ECS, le récepteur CB1, ce qui a
montré qu’il y avait une substance à l’intérieur de nos corps qui s’attachait à ce site récepteur.
Le clonage d’un autre site récepteur quelques années plus tard, le récepteur CB2, mena à
la découverte du 2-arachidonoylglycerol (2-AG) – un autre endocannabinoïde.
Ces 2 sites récepteurs sont localisés sur les surfaces cellulaires à travers le corps humain :

CB1 : en majorité exprimé dans le


système nerveux central et
périphérique, aussi bien dans les
cellules nerveuses que dans les
cellules gliales (plutôt impliqué dans
les effets psychotropes des
cannabinoïdes)

CB2 : exprimé essentiellement dans


les cellules du système immunitaire
(plutôt impliqué dans les effets
immunomodulateurs des
cannabinoïdes)

9
Les cannabinoïdes endogènes sont des neurotransmetteurs à part entière et ils
constituent une famille spécifique d’eicosanoïdes. (20) Pour que le corps puisse les fabriquer,
il est donc important de consommer quotidiennement les apports journaliers recommandés en
acides gras essentiels oméga 3 et 6. A l’inverse des neurotransmetteurs classiques,
l’anandamide et le 2-AG ne sont pas stockés dans les vésicules synaptiques. Ils peuvent être
produits sur demande, après stimulation de différents récepteurs, conduisant à l’hydrolyse de
précurseurs lipidiques membranaires.
Selon les recherches, le THC aurait un effet analogue à l’anandamide sur nos récepteurs
cannabinoïdes et le CBD aurait un effet analogue au 2-AG.

Les scientifiques ont fini par reconnaître que ces substances interagissent avec un
système nerveux spécifique – à la manière, pour une bonne part, des endorphines, de la
sérotonine et de la dopamine. L’exercice physique, a constaté le Dr. Mechoulam, augmente le
taux d’endocannabinoïdes dans le cerveau, et « cela explique probablement pourquoi les
passionnés de jogging parlent de l’euphorie du coureur ». (21)

10
(22) On retrouve de manière naturelle des endocannabinoïdes dans le lait maternel
humain (principalement le 2-AG), et on pense qu’ils sont présents de manière à établir des
processus corporels vitaux comme le système immunitaire, les cycles de sommeil réguliers, un
appétit normal et un métabolisme en bonne santé. Les études sur les cannabinoïdes dans le lait
maternel aident d’ailleurs à démystifier davantage la vérité au sujet du cannabis.

Lorsque nous recevons des endocannabinoïdes maternels pendant l’allaitement, ou


lorsque notre organisme fabrique ses propres cannabinoïdes (endocannabinoïdes), notre
organisme ne les stocke dans aucune réserve, ce qui peut résulter à une inactivité de l’ECS s’il
n’est pas alimenté correctement.

Certaines personnes ne produisent jamais assez d’endocannabinoïdes. Certaines sont


constamment agitées et sont incapables de réparer les dommages. Certaines ont des douleurs
et spasmes chroniques. Certaines peuvent à peine se défendre contre les blessures ou bien le
vieillissement les a poussés dans une constante déficience en endocannabinoïdes.

« Similairement à un diabétique qui ne produit pas assez d’insuline, si votre corps ne


produit pas assez d’endocannabinoïdes, alors vous avez probablement besoin d’une
supplémentation en phytocannabinoïdes. » Les personnes avec une production
d’endocannabinoïdes endommagée ou affaiblie ont donc sûrement besoin de chanvre médical
ou d’autres plantes agissant sur l’ECS. Ce concept et cette situation sont appelés le syndrome
de la Déficience Clinique des Endocannabinoïdes (CECD). Les publications en 2004 du Dr.
Ethan Russo à propos de la CECD expliquent pourquoi le chanvre fonctionne pour autant de
symptômes et pathologies… (23)
Selon le Dr. Russo et conformément à un nombre grandissant de preuves scientifiques,
le syndrome CECD pourrait être la cause sous-jacente de maladies liées à l’âge, ainsi que les
maladies inflammatoires et auto-immunes – même les dépressions, le stress post-traumatique,
les pertes osseuses, le diabète, les douleurs aigues et chroniques, et les cancers. (Annexes)

Est-il possible qu’un spectre aussi large de maladies puisse être attribué à une
déficience en cannabinoïdes? Les recherches le suggèrent ainsi… Comme l’ECS régule
l’homéostasie, son implication dans une grande variété de maladies et de troubles somatiques
est hautement plausible.

11
Alors que notre corps fabrique ses propres cannabinoides, les cannabinoides des plantes
agissent aussi sur notre ECS. Les phytocannabinoides s’attachent aux recepteurs de l’ECS de
la même façon que nos endocannabinoides le font. Dans des essais cliniques, il a été montré
que les phytocannabinoïdes, comme ceux que l’on retrouve dans le chanvre, avaient des effets
anti-inflammatoires, anti-anxiété, antioxydants et bien plus encore. Bien que les recherches
soient toujours en cours, les phytocannabinoïdes pourraient dès lors aider à réguler l’ECS, et
servir d’intermédiaire en cas d’hypoactivité et d’hyperactivité de l’ECS.

Pour les personnes qui ont le syndrome de la CECD (20-30% de la population selon les
estimations du Dr. Richard Noble), les phytocannabinoïdes pourraient être en fait des
nutriments essentiels. Et pour les personnes en bonne santé apparente, l’alimentation en
phytocannabinoides peut être une puissante mesure de prévention contre les maladies.

Certains composés comme les acides gras essentiels ont aussi été reconnu comme
modulateurs de l’ECS, ce qui indique que le système endocannabinoïde est bien plus important
pour notre santé et longévité que ce qu’on pensait auparavant…

D’autres constituants des plantes tels que certains terpènes, certains polyphénols,
certains dérivés d’acides gras sont maintenant reconnus comme des modulateurs de l’ECS, ce
qui permet de mieux comprendre les effets pharmacologiques de ces constituants. On parle
alors d’effets cannabinomimétiques…

Actions pharmacologiques du CBD :

Actions Pharmacologiques :

Le CBD, est considéré comme un cannabinoïde non psychoactif. Son usage médicinale
surpasse ceux de tous les autres cannabinoïdes connus et comprend: la réduction et la
prévention d'inflammations, de nausées, de diabète, d'alcoolisme, de stress post-
traumatique, de schizophrénie, d'arthrose rhumatoïde, d'épilepsie, de maladies
cardiovasculaires, anti-psychotique, anxiolytique. Il agit même comme anti-douleur, anti-
spasmodique musculaire et anti-douleurs neuropathiques, tous des symptômes difficiles à
traiter avec la plupart des médicaments, mêmes pharmaceutiques. (23) (24)

Alors qu’ autant le THC que le CBD ont individuellement de nombreuses propriétés
bénéfiques, quand ils sont utilisés ensemble, tels qu'ils sont fournis par la plante de cannabis,
leurs effets sont encore plus impressionnants. Quand les molécules de THC et de CBD sont
associées, certains des effets d'anxiété provoqués par le THC peuvent s'annuler et l'effet
anti-douleur sur différents types de souffrance peut être plus puissant que celui du THC seul.
Cela fait de la nature le meilleur des médecins, en combinant ces deux composants dans une
12
seule plante pour les rendre plus efficaces quand ils sont administrés ensemble, surtout pour
les personnes qui souffrent de symptômes multiples. Le CBD semble également contrecarrer
les effets excitants du THC.

Les mammifères, les oiseaux, les reptiles et les poissons possèdent tous des éléments
endocannabinoïdes produits par leur corps. Il s'agit en gros d'un THC produit "naturellement"
et appelé anandamide. Techniquement, l'anandamide (Ananda = béatitude en sanskrit et amide
= un type chimique) est un neurotransmetteur présent naturellement dans notre corps. Le
THC et l'anandamide agissent tous deux via des récepteurs de cannabinoïdes situés dans les
cellules corporelles et ont un effet similaire sur la douleur, l'appétit et la mémoire. Les
récepteurs sont des sortes de gardiens pour les protéines ancrées dans les cellules qui
envoient des signaux chimiques directs hors de la molécule vers la cellule pour lui dire de
faire quelque chose. Un peu comme un contrôleur aérien pour vos cellules, mais cette
communication n'a lieu que quand la molécule ou le composant approprié s'y accroche. Une
molécule qui s'accroche à un récepteur est appelée "ligand". Chaque ligand a ses récepteurs
spécifiques, auxquels ne peuvent s'accrocher que certains composés. C'est comme une
serrure et une clé, seules certaines clés ouvrent certaines portes, et quand la porte est
ouverte, il y a une entrée. Dans le cas des récepteurs, c'est une entrée pour un signal
directionnel. Une seule cellule peut avoir de nombreux types différents de récepteurs conçus
pour communiquer avec différents éléments. (25)

B) BOTANIQUE : La plante et sa culture


9. Description
Le chanvre est une plante dicotylédone annuelle herbacée, à croissance rapide (hauteur
de 60 à 600 cm) et qui meurt après fructification. Elle est commune dans toutes les régions
du globe. A l’état naturel, le chanvre présente la particularité d’être dioïque : on distingue des
plantes mâles et des plantes femelles. Comme les pieds mâles sont moins productifs (absence
de graines et mortalité précoce), des travaux de sélection ont abouti à la création de variétés
monoïques porteuses de fleurs mâles et de fleurs femelles dans l’inflorescence située au
sommet de la tige.
Le chanvre dispose d’un système radiculaire très développé autour d’une longue racine
pivotante .Dans des sols bien structurés et drainés, cette racine pivotante peut s’enfoncer à
plusieurs dizaines de cm tandis que si on se trouve en sols compactés de mauvaise structure,
cette racine reste courte et forme de nombreuses racines fasciculées.
Sa tige est dressée, parfois ramifiée, creuse et cannelée, a un diamètre moyen de 1 à
3cm. L’écorce de la tige du chanvre contient des fibres longues et dures qui portent le nom de
filasses .Ces fibres sont de même longueur que les fibres de bois tendre et sont très pauvres
en lignine. Ce sont ces fibres qui lui confèrent la qualité ainsi que la solidité pour lesquelles il
est reconnu. (26) (3)

13
La moelle de la tige, appelée chènevotte, correspond à la partie qui va véhiculer la sève
pendant la période de croissance du chanvre, elle est donc très hydrophile et contient des
fibres courtes, semblables aux fibres de bois dur, qui sont utiles dans d’autres applications
comme le paillage des sols, la confection de panneaux ou encore pour les litières.

Le chanvre est constitué de plusieurs feuilles alternes, palmiséquées comportant 3 à 9


folioles penniformes allongés et dentés, toujours en nombre impair. La face supérieure est
vert foncé recouverte de poils sécréteurs.

Les caractéristiques morphologiques (hauteur, diamètre, ramification), biologiques et


pharmacochimiques dépendent de la variété et des conditions de culture : altitude,
température, hygrométrie, luminosité, densité de semis, environnement…Comme d’une latitude
à l'autre, son comportement, sa biologie et ses propriétés sont différents, on en vient à
distinguer le chanvre textile des pays tempérés, le chanvre à résine, des pays tropicaux et
subtropicaux et le chanvre sauvage qui pousse à l'état sauvage en Europe centrale et
en Europe de l'Est où il est considéré comme une « mauvaise herbe ». On le rencontre
fréquemment en bordure des routes, des champs et des rivières. Le chanvre sauvage poussait
à l'origine dans le Sud-Est de l'ancienne Russie. On pense que ce sont les Scythes qui l'ont
diffusé en Asie notamment en Mongolie. Il est actuellement, naturalisé depuis l'Europe
centrale jusqu'en Chine.

 « Le phénotype dit Cannabis sativa L. var. sativa est une plante appelée dans le langage
commun, selon son usage, chanvre cultivé ou sativa. Elle provient des régions équatoriales. Elle
atteint en quelques mois une hauteur de plusieurs mètres et jusqu'à plus de 6 mètres. Les
folioles de ses feuilles sont fines et la plante est peu ramifiée. Cette plante est réputée pour
ses fibres, elle a largement été utilisée dans le passé et l'est encore à l'époque actuelle pour
les multiples applications qu'elle permet. Son cycle de vie est plus long que celui des autres
sous-espèces, sans doute à cause de la photopériode des régions équatoriales. Sa tige est
souple et creuse. » (27)

 « Le phénotype Cannabis indica Lam. est synonyme de Cannabis sativa L.


var. indica (Lam.) Wehmer. Elle est couramment appelée chanvre indien. La plante est
originaire des régions himalayennes du nord de l'Inde. Le chanvre indien est réputé
essentiellement pour ses propriétés médicales mais également dans une moindre mesure pour
sa fibre. Sa concentration en principes actifs dépend du climat et de l'environnement dans
lesquels la plante a évolué. Elle se caractérise physiquement par des pales larges, une
ramification assez importante et une stature moyenne qui ne dépasse jamais les 3 mètres. Sa
floraison est plus précoce que Cannabis sativa L. var. sativa, raison pour laquelle elle est
davantage appréciée en culture médicale et récréative. Sa tige est souple et presque pleine. »
(27)

 « Le phénotype Cannabis ruderalis Janisch est synonyme de Cannabis


sativa var. ruderalis (Janisch.) S.Z.Liou. Il est appelé couramment chanvre sauvage. La plante
est caractérisée par sa floraison précoce. Cette variété de chanvre est insensible à la
photopériode. Elle supporte des climats assez froids et des conditions environnementales
difficiles. Sa stature est petite ne dépassant pas les 1 m de hauteur et n'est pratiquement
pas ramifiée, souvent à tige unique. La plante entre dans la création d'hybrides pour
augmenter la précocité du chanvre à usage médical et récréatif. Il ne possède en lui-même
que de très faibles effets psychotropes. La teneur en THC n'excède pas les 0,5 %. » (27)
14
10. Analyse macroscopique
 Partie utilisée pour l’huile essentielle et les extraits de résines :
 Les fleurs sont très petites, de couleur blanc-vert. Les fleurs mâles forment des
bouquets ramifiés (panicules) alors que les fleurs femelles forment des cymes compactes,
drues, entremêlées de bractées.
 Les fleurs femelles possèdent deux longs stigmates blancs, jaunes ou roses, qui
jaillissent de l’involucre d’un calice à parois très minces et ces parois sont couvertes de
glandes qui secrètent la résine sous forme de fins cristaux qui adhèrent aux inflorescences
et aux feuilles. Les fleurs femelles apparaissent par paire, à l’aisselle des feuilles. Leur calice,
pas plus long que 3-6 mm, est complètement entouré d’un carpelle.
 Les fleurs mâles, de couleur verte, possèdent un calice muni de 5 sépales de quelques
5mm de longueur, de couleur jaune, blanche ou verte. Elles fleurissent inclinées vers le bas et
possèdent 5 étamines longues d’environ 5mm, constituées d’anthères et de filets.

Fleurs mâles Fleurs femelles(fécondées)

 Analyse macroscopique des graines, utilisées en nutrition :


Après fécondation, les fleurs se transforment en fruits, libérant un akène ovoïde, lisse,
brun à gris luisant, de 3 à 6mm de long. La graine de chanvre est composée d’une cosse de
protection rigide qui referme une amande très tendre. Ces graines sont appelées « chènevis ».
La pollinisation est uniquement assurée par le vent (fleurs anémophiles) .Des grappes de
boules se forment sur les mâles juste avant que les femelles fleurissent. Ces grappes en
s’ouvrant, libèrent le pollen qui fécondera les fleurs femelles ; c’est alors uniquement la plante
femelle qui produira les graines .Peu après la pollinisation, les plantes mâles meurent, tandis
que les plantes femelles poursuivent leur développement pendant encore 5 mois après la
formation de leurs premières fleurs.

11. Analyse microscopique


 Analyse microscopique des poils sécréteurs (pour la résine) :
La surface supérieure des sépales est couverte de trichomes (poils) glanduleux. Les
plantes mâles développent des petits sacs de pollen, qui serviront à féconder les stigmates
poilus et résineux des plantes femelles.
C’est une plante résineuse, la résine étant secrétée par des poils glandulaires
particulièrement nombreux au niveau des sommités fleuries .Chaque poil sécréteur se termine
par une tête globuleuse où s’accumule la résine et qui se détache aisément de son support.
15
L’étude microscopique permet de différencier 3 sortes de trichomes :

 Bulbeux (15-30µ) dispersés sur toutes les parties hors sol de la plante.
 Capitule sessile (25-100µ) qui secrète des cannabinoïdes.
 Capitule tigé (150-500µ) qui ont la plus forte sécrétion de cannabinoïdes et que l’on
retrouvent surtout sur les bractées femelles et un peu sur les fleurs mâles, notamment
en face inférieure des anthères. Tous secrètent une résine d’une couleur orange acajou.
La couleur du contenu de ces têtes de trichome donne une indication sur le
développement des cannabinoïdes et des terpènes et s’ils ont atteint leur potentiel
maximum. Les trois différentes couleurs des glandes de résine peuvent être distinguées,
cette couleur varie (selon la maturité) entre « clair », « laiteux » et « ambre ».
Le cannabis a développé des trichomes pour diverses applications dans la nature. Mis à part le
fait qu'ils contiennent des cannabinoïdes et des terpènes si bénéfiques pour la santé, les
trichomes jouent également un rôle important en ce qui concerne le cycle de vie de la plante :
 Protège contre les insectes/ravageurs. (Les cannabinoïdes ont une influence sur les gènes Id1)
 Protection contre les animaux.
 Protection contre les champignons.
 Protection contre la lumière UV-B. (La lumière UV-B est nocive pour tous les êtres vivants ; le THC a
pour caractéristique d’absorber les rayons UV-B. Cela signifie que les trichomes à pétioles capités
remplis de THC agissent comme un écran solaire naturel contre les rayons UV-B.)
 Protection contre la déshydratation.
(La couche des trichomes aide à isoler les fleurs de cannabis contre la chaleur excessive, les vents
forts et/ou l’humidité pour que la plante ne sèche pas.)

16
12. Habitat

Originaire d’Asie, connu et domestiqué depuis le néolithique, le chanvre est l’une des
plantes les plus cultivées au monde. La culture de cette plante trouve, après un fort déclin, un
regain d’intérêt dans les pays européens. Le chanvre connaît, en effet, de multiples
utilisations. On citera notamment la construction et l'isolation, la papeterie, la fabrication
d'huiles, les matériaux composites, les biocarburants, le textile, le paillage, l'alimentation
humaine et animale, les cosmétiques, les huiles essentielles, les médicaments...

On admet généralement que les zones privilégiées de végétation du chanvre se situent


entre le 25e et le 55e parallèle Nord et Sud, c’est-à-dire les zones tempérées au sens très
large.
A l’heure actuelle, la production mondiale de chanvre industriel se situe principalement
en Chine, en Europe, au Canada et en Amérique du Sud.

Il faut schématiquement retenir que les cultures issues de pays à climat tempéré ne
renferment en général, qu’une faible quantité de résine avec une faible teneur en THC. Ces
variétés sont essentiellement utilisées pour leurs qualités textiles (cordages, toiles,…). Les
cultures issues de pays chauds renferment en général, une grande quantité de résine, dont la
teneur en THC varie entre 5% et 20%, alors que leurs qualités textiles ont tendance à être
moindres.

Le chanvre « industriel » d’aujourd’hui est inexploitable légalement sous les tropiques


car le taux de THC augmente avec la chaleur (dépassant les 0,2% de THC autorisés). Pourtant
ce chanvre ancestral (naturellement chargé en THC) aurait beaucoup plus de rendement sous
les tropiques : 3 récoltes annuelles et 2 fois plus de biomasse (6m au lieu de 3m de haut) que
le chanvre industriel (une seule récolte par an). (4)

Les semenciers de l’Union Européenne travaillent à la création de cultivars de Cannabis


sativa var. Sativa, le chanvre cultivé légalement, afin de répondre aux nouveaux défis
énergétiques et environnementaux. Ces cultivars font l’objet d’un programme de sélection
génétique intensif afin de minimiser leur teneur THC, responsable des effets psychotropes
de certaines parties de la plante. Par ailleurs, actuellement des recherches sont en cours afin
de maximiser la teneur en CBD, de certaines variétés de chanvre pour des utilisations
thérapeutiques sans effet psychotrope.

« Aux Etats-Unis, il existait plus de 5 millions d’hectares de cannabis sauvage


avant 1937, année de la première prohibition américaine organisée par le lobby des
grands pollueurs industriels américains. Des centaines de milliers d’oiseaux se délectaient
de ces graines qu’ils préféraient à toutes les autres, jusqu’à ce que le gouvernement
américain décide la destruction complète de cet élément vital de notre chaîne
alimentaire. De plus, avant 1937, on ne se préoccupait guère de son effet psychoactif.
La prohibition mondiale de la culture du chanvre, mise en place par l’O.N.U. en
1961, au profit des rois du pétrole, quelquefois liés à des dictateurs, a sans doute
contribué à l’émigration des peuples, ainsi privés de cette matière première
essentielle… » (4)

17
13. Culture – Récolte – Lois
 Culture :
La préparation du sol et le semis réclament le plus grand soin. Une bonne structure du
sol est également nécessaire. Lorsqu’on sème du chanvre pour en récolter le grain, le
peuplement recherché est moins important : de l’ordre de 150 à 200 plants par mètre
carré .Si la levée est bonne, la culture à toutes les chances de réussir. Pour la date du semis,
on attend d’observer une température du sol de 12 à 14°C : le meilleur moment est souvent fin
avril. (11)
Grâce à son système racinaire pivotant, le chanvre exploite efficacement et en
profondeur, l’azote minéral présent dans le sol. Ses nombreuses racines fractionnent et
revigorent les sols et aident ainsi à contrôler l’érosion (et les glissements de terrains
éventuellement).
Le feuillage qu’il perd durant sa croissance fournit aux sols la majorité des minéraux
nécessaires à d’autres cultures (ex : céréales) qui pourront y croîtrent à leur tour.
Il ne connaît pas de prédateurs (sauf en milieu très humide : limaces) et peut pousser
sous tous les climats (sauf polaire …).
Le chanvre est une plante de jours courts, très bien adaptée à nos régions, qui se
développe facilement dans des terres profondes et fraîches. Durant sa période végétative, il
supporte des températures diurnes assez élevées (>30°C) jusqu’à des températures beaucoup
plus fraîches (-0,5°C) sans subir de dommages, mais seulement à partir du déploiement de la
troisième paire de feuilles.
C’est une plante dont les besoins en eau sont assez élevés, on parle de 300 à 400 mm de
pluie par récolte. Environ la moitié de cette humidité doit être à la disposition du chanvre
durant la période de floraison et de la montée en graine (maintenant, vers le 15 août) de
manière à ce qu’il donne un rendement maximum.
Par contre, durant les trois premières semaines de développement, les jeunes plants de
chanvre sont très sensibles à une humidité excessive ou à une inondation du sol.
Le début de la floraison sur une culture de chanvre est conditionnée tout d’abord par la
somme des températures reçues depuis la levée et ensuite par la réaction photopériodique de
la variété : une variété donnée, cultivée dans une zone donnée, atteindra ce stade à date fixe
quelle que soit la date du semis et indépendamment des conditions de l’année.
C’est à ce stade cultural que le début du ralentissement de la croissance est marqué.
Cette étape est cruciale et détermine en partie le rendement en chènevis (graines). C’est
pendant cette période que s’élabore le nombre de graines. C’est pourquoi, il faut éviter tout
stress hydrique à ce stade. Néanmoins, il faut quand même rappeler que le chanvre, bien
implanté, est capable de puiser en profondeur l’eau nécessaire à son développement sans avoir
besoin d’être irrigué.
En fin de floraison, les graines commencent à se former et à gonfler, mais ne sont pas
encore assez mûres pour être récoltées. Il faut compter environ 40 jours après la pleine
floraison pour obtenir la maturité des graines. A partir de cette maturité, il convient de
mesurer précisément et régulièrement l’humidité des graines et de se référer aux
recommandations de l’organisme stockeur (surtout pour ce qui concerne la capacité des
séchoirs : humidité correcte, moins de 11%) pour décider la date de la récolte.
Le chanvre laisse le sol en excellent état pour toutes cultures suivantes, en particulier là
où les mauvaises herbes pourraient être gênantes. De plus il nettoie également l’atmosphère

18
en absorbant du CO2 lors de sa croissance, il lutte ainsi anonymement mais activement contre
l'effet de serre.
Les agriculteurs ont signalé une excellente croissance du chanvre sur des terres qui
avaient été cultivées de façon constante depuis près de 100 ans.
La croissance du chanvre comprend donc cinq stades différents : la levée, l’implantation,
la croissance active, la floraison et la maturité des graines. (11) (28)

19
 Récolte :

La récolte s’effectue par moissonneuse-batteuse vers la mi-septembre quand la graine a


atteint sa maturité optimale, c'est-à-dire lorsque les enveloppes des graines s’ouvrent et que
les graines du bas des ’inflorescences commencent à tomber.
On récolte en moyenne une tonne de graines par hectare .Ces dernières doivent être
séchées le jour même de la récolte. Après séchage, les impuretés et les graines non-matures
sont éliminées par triage. Les graines sont ensuite stockées dans des silos ventilés.
Avec les tiges restantes, on peut aussi faire des ballots de paille, pour différents
usages. (12)
Remarque : Le chanvre ne souffre en général pas de maladies.
La maladie possible dans nos régions, mais très peu courante, est une maladie cryptogamique
causée par un champignon Botrytis cinerea qui est responsable de la pourriture grise du
chanvre (Un seul cas du Sclérotinia a été observé en 2007 sur une plante). En France, la seule
cause de problème est une adventice, l’Orobranche, qui est une plante non-chlorophyllienne qui
parasite les racines du chanvre ainsi que plus rarement la Cuscute ou herbe du diable, qui peut
se développer autour des pieds.

Pour la culture du chanvre en vue de l’obtention de l’huile essentielle ou des fleurs


aromatiques non pollinisées, quelques points différents doivent être précisés:

 On utilise une variété spécialement adaptée pour l’huile essentielle.


 Type de plante : dioïque, alors que pour l’huile végétale, on utilise un cultivar monoïque
 Seules les plantes femelles sont utilisées. Dès la fin du mois de juin et jusqu’en août, 5
à 6 passages dans le champ sont nécessaires pour enlever les plantes mâles. Cette
manière de procéder évite une pollinisation anarchique et préjudiciable à une récolte
qualitative, cela s’appelle « l’épuration ».
 Toute la partie aérienne de la plante est récoltée et amenée sur le lieu de distillation.
 On obtient une meilleure qualité lorsque seules les fleurs, récoltées à la main, sont
utilisées pour la distillation. La récolte mécanique, où les sommités fleuries sont
coupées, nécessite moins de travail, mais produit une qualité un peu inférieure.

 Lois concernant la culture du chanvre industriel :

Suite à une loi de 1921, la culture du Cannabis sativa est interdite en Belgique. Seuls les
agriculteurs (avec un N° de producteur) peuvent obtenir une dérogation en envoyant un
formulaire de déclaration de culture de chanvre à la Direction générale de l’Agriculture, des
Ressources naturelles et de l’Environnement (DGARNE).
Avant le semis, les agriculteurs doivent signaler la situation de la parcelle, la quantité de
graines semées et la variété, en utilisant les formulaires adéquats avant la date limite du 15
juillet. Les producteurs de chanvre ne peuvent cultiver que les variétés de chanvre certifiées
et répertoriées dans le Catalogue commun des variétés des espèces agricoles (<0,2%THC). La
production de semences fermières est strictement interdite pour la culture de chanvre.
Les agriculteurs doivent avertir les autorités compétentes quelques jours avant la
floraison du chanvre pour permettre de contrôler, par prélèvement, que les variétés cultivées
sont bien à usage industriel. (28)

20
 Lois concernant la culture du cannabis thérapeutique et récréatif
En Belgique, la culture d’un unique plant de cannabis par personne a été dépénalisée en
2003, car il a été jugé que cela entrait dans la catégorie de la possession négligeable.

 Lois concernant les graines de chanvre et cannabis


La vente de graines de cannabis est une zone d’incertitude ; elle n’est pas
spécifiquement interdite par la loi, mais les distributeurs ont eu des problèmes avec les
autorités. Au milieu des années 2000, de nombreuses boutiques de culture ont été fermées en
Belgique et les producteurs ont été contraints de se rendre aux Pays-Bas pour y trouver
l’équipement dont ils avaient besoin.

 Lois concernant l’utilisation du cannabis médical

Depuis juillet 2001, la Belgique a autorisé l’usage de cannabis médical pour le traitement
du glaucome, de la spasticité musculaire associée à la sclérose en plaques, du SIDA et de la
douleur chronique, pour les personnes en possession d’une prescription médicale valide
délivrée par un médecin accrédité.

Les termes de la législation de 2001 autorisent la vente de petites quantités de cannabis


à usage médical en pharmacie, mais il semble qu’à ce jour aucun patient traité au cannabis
médical en Belgique ne soit parvenu à se faire délivrer sa prescription par une pharmacie
belge. Au contraire, les patients qui en ont besoin peuvent obtenir du cannabis auprès de l’un
des clubs sociaux cannabiques ouverts en Belgique, ou se rendre dans des pharmacies aux
Pays-Bas pour se faire délivrer les traitements prescrits. Les patients belges ont la
possibilité d’obtenir du Sativex, le spray sublingual dont la vente est autorisée et qui est
produit par la société britannique GW Pharmaceuticals.

En novembre 2014, il a été annoncé que la ministre fédérale belge de la Santé, Maggie
de Block, travaillait sur une proposition visant à autoriser la vente de petites quantités de
cannabis à usage médical en pharmacie sur l’ensemble du territoire national. Pour l’heure, les
résultats de cette initiative sont encore incertains.

Le système des clubs sociaux cannabiques est pour le moment le modèle le plus efficace
pour la fourniture de petites quantités de cannabis aux personnes qui en ont besoin. Ils n’ont
toutefois pas été épargnés et ont eu leur part de problèmes avec les autorités. Le Trekt Uw
Plant (littéralement, « tirer votre plant ») fut le premier club social cannabique en Belgique
(29) ; peu après son ouverture, il a fait l’objet d’une descente et ses propriétaires ont été
arrêtés et condamnés pour incitation à l’usage de drogue. Cependant, après avoir fait appel,
les condamnations ont été annulées. Les clubs sociaux cannabiques continuent de produire du
cannabis pour leurs patients sur des sites de culture dont l’implantation est tenue secrète.
L’association « Medicinale Cannabis Club » (30) située à Lierre, cultive des variétés de
cannabis thérapeutiques pour des patients de toute la Belgique à condition qu’ils soient en
possession d’un justificatif médical. L’association propose le cannabis sous plusieurs formes
afin d’aider les membres à trouver la manière de consommation la plus adéquate pour eux :
fleurs séchées, teintures mères, extraits de résine, gélules, suppositoires, vaporisateurs,…

21
14. Falsifications et confusions
 Des erreurs peuvent se produire au niveau des variétés de la plante, car elles sont
morphologiquement quasi identiques.
On peut donc vérifier à quelle variété on a affaire en réalisant une analyse quantitative
de la teneur en THC. (cfr. explication réaction physico-chimique d’identification) ou en
vérifiant sur les étiquettes de semis le nom de la variété utilisée, celle-ci étant très
contrôlée.

 Ne pas confondre l’huile de graines de chanvre (<0,2% THC), l’huile de CBD à base de
fleurs de chanvre agricole (<0,2% THC) et l’huile de « Rick Simpson » à base de fleurs
de cannabis thérapeutique (>1% THC) toutes les trois appelées parfois « Hemp Oil » en
anglais. (31)

C) BIOCHIMIE : LES PRODUITS ET LEURS


QUALITES

15. Analyse de la poudre


On parle de 4 poudres totalement différentes :

 La première est la poudre obtenue en récupérant les glandes productrices de résines


(trichomes), qui tombent de la plante par frottement : Le Kief, le Haschish. En frottant les
plantes de chanvre industriel cultivées légalement, entre les paumes de ses mains pendant
quelques temps, puis en grattant ce qui colle à la peau, on obtient ensuite une résine avec un
haut taux de CBD.

 La deuxième est la poudre qui est le troisième constituant de la paille : elle correspond
en partie aux liants végétaux (ex : pectine) qui assuraient la cohésion de la tige, et en partie
aux particules de fibre et de chènevotte issues du défibrage. Cette poudre est extraite par
aspiration tout au long de la ligne de transformation. Elle représente 20% du poids de la
paille. Ce sont des particules fines allant de quelques microns à 0,5mm à l’état pulvérulent. Elle
peut être granulée pour confectionner des litières pour chats ou compressée pour fabriquer
des briquettes pour diverses applications qui ne concernent pas l’herboristerie (combustion…)

 La troisième est le chanvre en poudre traité à froid, et qui est la protéine de chanvre.
C’est un complément exceptionnel en protéines végétales, sans gluten, très riche en minéraux,
en oméga 3 et en oméga 6, idéal pour les végétariens !

22
 La quatrième est la poudre utilisée à usage thérapeutique (sur ordonnance médicale) :
- Simm 18 (en poudre constitué de 15% de dronabinol et 0,7% de cannabidiol)
- Bedrocan (plusieurs variétés sont disponibles avec des taux de cannabinoïdes
différents)
Les fleurs de cannabis peuvent aussi être prescrites à l’état naturel afin d’être
consommées dans l’alimentation, en tisane ou par inhalation de vapeur de cannabinoïdes
sublimés. (32)

16. Graines : Composition chimique et réactions physico-


chimiques d’identification
 Les graines de chanvre (entières ou décortiquées) apportent :
- tous les acides aminés nécessaires au métabolisme humain (acides aminés essentiels et
non-essentiels)
- une huile nutritive qui contient de 70 à 90% d'acides gras essentiels polyinsaturés
omégas 3 et 6 (ALA & LA) dans une composition idéale pour l'alimentation humaine et
les soins de la peau.
- l'acide gamma-linolénique (GLA) pour le bon équilibre du taux des lipides dans le sang.
- l’acide stéaridonique (SDA), l’acide gras bénéfique « supérieur » Oméga 3, d’une
« puissance » environ 5 fois supérieure à celle de l’ ALA.
- de nombreux minéraux, comme du manganèse, du magnésium, du phosphore, du fer, du
cuivre, du potassium, du zinc, du calcium, etc.
- des fibres naturelles qui aident à la digestion et qui atteignent rapidement l’effet de
satiété.
- et de nombreuses vitamines, comme les vitamines B1, B2, B6, la vitamine E. (33)
23
Précisons que les glucides du chanvre sont composés de :
• Saccharose : 5,5%, • Amidon : 2%, • Fibres insolubles : 83%, • Fibres solubles : 9,5% (34)

24
(34)
17. Inflorescences : Composition chimique et réactions physico-
chimiques d’identification

 Les inflorescences de chanvre:


Durant la floraison, les fleurs ainsi qu’une partie des feuilles proches de celles-ci, se
remplissent de trichomes glandulaires riches en cannabinoïdes et en terpènes. Les trichomes
du chanvre sont des petites excroissances épidermiques, en forme de champignon, qui servent
entre autre à le protéger des parasites, des UV et des mauvaises conditions climatiques.

25
A l’heure actuelle, la plante de chanvre est reconnue comme étant la meilleure source
de phytocannabinoïdes parmi tout le règne végétal. En effet, elle peut produire plus de 100
phytocannabinoïdes différents, dont les principaux sont repris ci-dessous (24) :

Il est intéressant de préciser qu’à l’heure actuelle, le seul phytocannabinoïde qui a été
découvert et qui existe dans d’autres plantes que le cannabis est le β-caryophyllène, qui fait
partie des composants les plus abondants dans les huiles essentielles des plantes. (35)
26
Le β-caryophyllène, qui est aussi un des plus abondants métabolites secondaires de
l’huile essentielle de chanvre, peut être considéré comme un vrai phytocannabinoïde se liant
principalement aux récepteurs CB2, induisant ainsi ses effets anti-inflammatoires.

 Huile essentielle issue des inflorescences de chanvre :

L’huile essentielle de fleurs de chanvre – à ne pas confondre avec l’huile


végétale de graines de chanvre – contient les composés les plus volatiles de
l’arôme du chanvre. Selon Turner et al. (1980) l’huile essentielle
de chanvre contient 58 monoterpènes et 38 sesquiterpènes.

L’huile essentielle de chanvre est produite à partir des fleurs du chanvre. Elles sont
distillées à la vapeur basse pression pour obtenir une huile de grande qualité réunissant un
maximum de composants actifs sans les endommager.
Pour être distillées, les plantes sont mises dans un alambic. Sous l'effet de la chaleur,
l'eau se transforme en vapeur ; elle passe à travers les plantes, volatilise et entraîne les
molécules aromatiques, puis se condense dans le serpentin réfrigérant. A la sortie de
l'alambic, un essencier ou vase florentin sépare l'huile essentielle qui flotte à la surface de
l'eau de distillation, c'est-à-dire l'hydrolat de densité supérieure donc d'un poids plus élevé.
Une huile essentielle pure et naturelle ne contient aucun corps gras, étant uniquement
constituée de molécules aromatiques volatiles. L’huile essentielle de chanvre ainsi obtenue a
une teneur très faible en cannabinoïdes (THC, CBD,…), ces derniers ne pouvant pas être
entraînés avec la vapeur pendant la distillation. Elle est donc dépourvue de propriétés
psychotropes, c’est pourquoi elle est inoffensive pour la santé. L’huile essentielle de chanvre
est exploitée pour ses vertus thérapeutiques et aromatiques.

L’huile essentielle de chanvre est un concentré de bonnes propriétés. Elle est relaxante
et détend efficacement le corps et l’esprit en agissant sur la tête et les muscles. Elle apporte
une sensation générale de paix et tranquillité. Elle réduit aussi le stress et aide à trouver le
sommeil ce qui mène à favoriser la bonne humeur et l’estime de soi.
C’est principalement pour sa faculté à détendre les muscles et protéger la peau que
l’huile essentielle de chanvre est utilisée dans la composition d’huile pour les massages.
Des produits cosmétiques de toutes sortes ont également fait leur apparition sur le
marché grâce à cette nouvelle utilisation du chanvre.
(Une tonne de chanvre frais produit environ 10 litres d'huile essentielle. On produit
entre 10 et 20 litres d’HE par hectare.) (36)

27
Biochimie :
Monoterpènes : alpha et bêta-pinènes (8-11 % et 2,5-4,5%), myrcène (8-37 %), bêta-ocimène
(5-8%), limonène (1,5%).
Sesquiterpènes : bêta-caryophyllène (9-35 %), alpha-humulène (5-12%), allo-aromadendrène
(1-4%).
Oxyde terp. : caryophylène époxyde (4,5-10%).
Terpinolène (8-14%).
Traces de Coumarine.
Oxydes
Sesquiterpènes

Monoterpènes

28
 Réactions physico-chimiques d’identification :
Comment distingue-t-on les 2 sous-espèces principales de chanvre (sativa et indica) ?
Entres autres, de par leur teneur en THC, qui, chez le chanvre industriel, doit être inférieure
à 0,2%.
En 1948, (d’après l’Officine, ou Répertoire général de pharmacie pratique… par
Dorvault), pour caractériser la présence de résine de cannabis indica dans les produits qui en
contiennent, on emploie la réaction alcaline de Beam (violet plus ou moins intense) ou la
réaction à l’alcool amylique (Bouquet J.). Suivant la richesse en résine, l’alcool amylique est
coloré de rose-violet pâle au violet foncé.
Autre technique : mettre sur un papier filtre mouillé une pincée de poudre de chanvre,
ajouter une goutte de la solution du Sel de bleu solide B (produit chimique commercialisé par
les laboratoires),bien mélanger en l’étalant sur le papier mouillé et observer la coloration qui
se développe sur le papier filtre (coloration violette) .

On peut aussi utiliser les réactions suivantes :


-réaction de Ghamravy
-réaction de Duquénois-Ngem
-réaction spectre ultra violet chanvre indien
La chromatographie en phase gazeuse est le dernier recours pour identifier les
différents composants du chanvre.
Pour l’huile essentielle, les dosages ont été obtenus par couplage de la chromatographie
en phase gazeuse à la détection par spectrométrie de masse.

18. Examen organoleptique :


La plante :
- odeur : caractéristique, forte, entêtante (surtout à la floraison et suivant les
variétés), épicée « un peu chlorophylle-menthe », puissante
- saveur : amère, herbacée forte persistante en bouche
- toucher : légèrement duveteux
- couleur : vert soutenu
L’huile végétale :
- odeur : légèrement épicée, odeur d’herbe coupée fraîche
- saveur : goût noisette
- aspect : liquide huileux fluide
- couleur : vert sombre à brune
L’huile essentielle :
- odeur : parfum très herbacé et vert rappelant les herbes aromatiques (notes
de basilic et estragon) et très proche de la plante à l’état naturel
- couleur : dorée et claire
La graine :
- odeur : avec écorce : nulle
- saveur : noix, noisette
- couleur : gris-brun
- aspect : légèrement luisante
29
D) HERBORISTERIE

19. Graines : Qualités, Propriétés et Utilisations

« La consommation d’une poignée de graines de chanvre par jour suffit à couvrir les
besoins en protéines et en acides gras essentiels d’un adulte. » (33)
Les graines de chanvre améliorent ainsi le métabolisme de toutes les cellules et
renforcent les défenses du corps en aidant le système immunitaire. Les graines de chanvre
sont par conséquent un complément important dans l'alimentation quotidienne pour la vitalité
et le bien-être.

Les atouts des graines de chanvre qui contribuent à une alimentation saine sont
difficiles à égaler. Le chanvre alimentaire apporte au corps tous les acides gras essentiels
insaturés qui jouent un rôle vital dans le maintien de cellules robustes, dans la synthèse
d'hormones importantes et dans la stabilisation des lipides dans le sang.

« La qualité nutritive des protéines de graines de chanvre est comparable à celle des
œufs ou de la viande, avec comme avantage d’être sans cholestérol, sans gluten et sans acides
gras transformés. Les sels minéraux et les oligo-éléments présents dans les graines de
chanvre apportent au corps des éléments essentiels qui, avec les vitamines, garantissent le
bon fonctionnement du métabolisme des cellules. » (33)

Les graines de chanvre sont composées pour environ un tiers de glucides qui apportent
au corps de l’énergie et des fibres, ce qui contribue à une bonne digestion. Presque tous les
éléments nutritifs des graines de chanvre sont immédiatement utilisés par le métabolisme
quotidien du corps, et ainsi ne se transforment pas en graisse.

Elles contiennent des antioxydants dont la cystéine, la carotène (vit. A) et les


tocophérols (vit. E), des minéraux (fer, calcium…) de la chlorophylle et des fibres.

Les graines de chanvre constituent une alimentation saine. En fortifiant le système


immunitaire, elles combattent les maladies infectieuses et renforcent les défenses du corps
contre la formation de cellules cancéreuses. L’acide gamma-linolénique (GLA) régule les lipides
dans le sang, intervient dans le métabolisme de l’immunité et aide aussi à prévenir
l’artériosclérose, les crises cardiaques et les attaques cérébrales. Il s’agit d’un acide gras
polyinsaturé qui peut être formé par le corps à partir de l’acide linoléique(LA).
Toutefois, la production de GLA peut être empêchée à cause du stress, du
vieillissement, de certaines maladies (diabète), des infections virales, d’activités trop
sédentaires… Par conséquent, c’est toujours plus intéressant de pouvoir l’apporter
directement par l’alimentation …

De plus, le chènevis est une des seules graines à contenir de l’acide stéaridonique, un
oméga 3 à l’efficacité 5 fois supérieure à l’acide alpha-linolénique (LNA). (3)

30
Un autre bénéfice des protéines des graines de chanvre est qu’elles contiennent la plus
grande quantité (65%) de protéine édestine parmi les graines végétales. (L’édestine est très
proche des globulines que l’on trouve dans le plasma du sang).
La graine de chanvre possède un atout supplémentaire : elle ne contient pas d’inhibiteur
de la trypsine (une enzyme qui digère les protéines), ce qui augmente donc la disponibilité de
ces dernières pour l’organisme.

Cependant, l’isoleucine(AA) n’est pas présente en quantité suffisante, et la vitamine B12


est absente de la graine.

La redécouverte d’une alimentation saine et améliorée grâce aux graines de chanvre est
probablement la meilleure réponse pour traiter les maladies causées par la civilisation
moderne.

 Huile de graines:

L'huile de première pression à froid issue des graines contient un très haut taux
d'acides gras essentiels (AGE). Ses usages innombrables, à la fois médicaux, nutritionnels et
cosmétiques en font l’un des ingrédients actifs les plus efficaces et les plus polyvalents.
Cette huile est un trésor pour la santé, la beauté et le bien-être. Une cuillerée à soupe par
jour d’huile de chanvre, suffit à combler plus de 100% de nos besoins nutritionnels quotidiens
en oméga 3.

L’huile de chanvre est un remède naturel, qui grâce à sa composition, optimise le


fonctionnement du système immunitaire. Les objectifs de son utilisation sont la prévention et
le traitement des pathologies et des maladies, causées par le mal fonctionnement dans la
balance de l’homéostasie du métabolisme.

Les acides gras poly-insaturés oméga 3 et 6 sont dits « essentiels » car ce sont les
seuls acides gras que notre organisme ne peut pas fabriquer. Ainsi, si on ne les lui apporte pas,
via notre alimentation, il y a de (très) grandes chances qu’un jour, notre corps soit en carence.

Lorsque l’on sait que les acides gras essentiels jouent un rôle important dans beaucoup
de processus vitaux et de régulation (hormonal, système nerveux, immunitaire, cardiaque,
transport des vitamines liposolubles…), on se rend compte à quel point il est primordial de ne
jamais les supprimer…

Ils aident aussi l’organisme à former les molécules qui s’appellent les éicosanoïdes (dont
les cannabinoïdes endogènes). Ces molécules participent au processus d’inflammation, aident
l’organisme à contrôler et à réguler la douleur ainsi que la température du corps. Par ailleurs,
ces acides gras essentiels renforcent le système immunitaire, ils le protègent de l’attaque des
virus et autres menaces immunitaires.

Une carence en oméga 3 peut représenter un des facteurs responsable de nombreuses


maladies chroniques.
31
Les pionniers dans les domaines de la biochimie et de la diététique humaine pensent
aujourd’hui que les maladies cardio-vasculaires et de nombreux cancers sont en fait des
affections de dégénérescence graisseuse provoquée par une consommation continuelle et
excessive de graisses saturées, ainsi que d’huiles végétales raffinées, dont les acides gras
essentiels se transforment en tueurs cancérigènes. (2)

Dans l’huile de chanvre, le ratio entre les acides gras essentiels oméga 6 et 3 est de 3/1.
Cette proportion est recommandée dans les investigations médicales, qui étudient la
consommation des acides gras essentiels. Les investigations récentes, qui utilisaient les
différents ratios d’Omega, montrent que pendant l’évolution humaine la proportion entre
oméga 6 et 3 était entre 1 et 2/1. Aujourd’hui dans les pays occidentaux cette proportion
oscille entre 10-20/1. (37)

Les études sur les méthodes de la prévention des maladies cardio-vasculaires trouvent
que le ratio oméga 6/oméga 3 de 4/1 résulte en la baisse de 70% dans le niveau de la
mortalité, causée par ces maladies. Les investigations suivantes ont découvert que le ratio
oméga 6/oméga 3 de 4/1 est optimal pour les fonctions mentales pendant que le ratio 3/1
supprime l’inflammation chez les patients qui souffrent de polyarthrite rhumatoïde. Le ratio
5/1 a un effet positif chez les patients qui souffrent de l’asthme, alors que le ratio 10/1 a un
effet négatif. Les investigations ont conclu qu’un bas ratio entre les acides gras oméga 6/
oméga3 est préféré, à cause de son habilité de lutter contre les complications qui
fréquemment ont lieu dans l’évolution des maladies chroniques.

Une étude de 2002 en «Biomédecine et Pharmacothérapie» a constaté qu’une proportion


en acides gras oméga 6 et oméga 3 qui se situe entre 2 pour 1 et 4 pour 1 réduit le risque
d’une multitude de troubles et maladies chroniques, comprenant l’hypertension, les maladies
coronariennes, l’arthrite, le diabète et d’autres troubles inflammatoires et du système
immunitaire…

Dès les années 90, le Docteur Elia Jonas a obtenu des résultats impressionnants avec
l’huile de graines de chanvre dans les domaines suivants:

•Les affections asthmatiques et respiratoires du tractus respiratoire supérieur et


inférieur. •La dermatite atopique et les autres maladies de la peau (le vitiligo, le psoriasis, la
dermatite, l’acné – même dans les formes plus sérieuses, le lupus, la rosacée et les brûlures)
•Les pathologies gastro-entérologiques •Les maladies de l’appareil circulatoire (la pression
sanguine élevée et les vascularités) •Les maladies gynécologiques (la mammite chronique, les
kystes mamaires, les kystes ovariens, les troubles des menstruations) •L’ostéoporose et
l’arthrite rhumatoïde •Les convulsions •Les problèmes d’élocution, l’autisme pendant la
jeunesse, les désordres du comportement, l’impulsivité •Le trouble déficit de
l’attention/hyperactivité •Les polypes •La sclérose en plaques •Les maladies auto-immunes
•L’ostéoporose •Les tumeurs • … (37)

De plus les acides gras essentiels de l’huile de chanvre et de lin furent utilisés par le Dr
Joanna Budwig pour traiter avec succès des malades atteints de cancers en phase terminale,
ainsi que des patients souffrant de maladies cardio-vasculaires, d’atrophie glandulaire, de
calculs biliaires, d’insuffisance rénale, d’acné, de peau sèche, de problèmes menstruels et de
déficience immunitaire.

32
Propriétés de l’huile de chanvre:

• Optimise le fonctionnement du système immunitaire : Les objectifs de son utilisation


sont la prévention et le traitement des pathologies et des maladies, causés par le mal
fonctionnement dans la balance de l’homéostasie du métabolisme.
• Action anti-âge, antiride, lutte contre l’apparition des radicaux libres.
• Très nourrissante et hydratante.
• Favorise la régénération et le renouvellement des cellules.
• Raffermissante et nutritive, elle redonne à la peau de l’élasticité.
• Calmante, elle assouplit, apaise et soulage les peaux sensibles ou irritées.
• Emolliente, elle adoucit la peau, limite sa perte d’eau et prévient la déshydratation et le
dessèchement.
• Très similaire aux lipides de l’organisme, l’huile de chanvre est très rapidement
absorbée et assimilée par les cellules de la peau.
• Restaure l’équilibre de la peau
• Non grasse et très fluide, elle est absorbée sans laisser de film lipidique.
• Renforce et tonifie les fibres capillaires, redonne de l’épaisseur aux cheveux.
• Redonne de la brillance aux cheveux, améliore l’élasticité et la facilité de peignage.
• N’obstrue pas les pores de la peau.
• Action déstressante (vitamine D).
• Anti-inflammatoire.
• Filtre une partie des UV.

 Graines:

La graine de chanvre est un complément moderne et sain pour la préparation des pains,
des gâteaux ou des pâtisseries. Grâce à sa composition véritablement nutritive, le chanvre
constitue le meilleur choix pour une alimentation complète. Les graines de chanvre
agrémentent facilement tous les mets et y apportent une saveur nouvelle et incomparable.

Elles peuvent se consommer crues, décortiquées, germées ou cuites. Elles sont idéales
dans les smoothies, soupes, salades, yaourts, mueslis, macédoines de fruits, barres de
céréales, sandwichs, taboulés, pâtes, riz, pestos, pâtes à tartiner, glaces, etc…

Les premières traces dans le monde, de l’utilisation des graines de chanvre pour
l’alimentation, remontent à 8000 ans avant J.-C. en Chine. Le hameau de Bapan, dans la
province du Guangxi, est connu, de nos jours, pour le taux de longévité record de ses
habitants, avec 7 centenaires sur 510 villageois recensés (un taux 10 fois supérieur à la
moyenne). Ces vétérans se nourrissent quotidiennement d’un bol de soupe à base de feuilles,
d’inflorescences et de graines de chanvre et d’un peu de sésame appelé « Pomatang ». Outre
l’environnement écologique favorable dont ils disposent, cette « soupe de longévité » semble
compiler pour eux, tous les ingrédients alimentaires indispensables à une vie saine. (4)

L’utilisation des graines en Europe remonte à l’époque des Grecs et des Romains. A
Rome, au IIème siècle, la graine était recommandée contre la constipation du bétail.
Il y a 2 siècles, en Grande-Bretagne, on conseillait une émulsion faite d’huile de chanvre
et de lait pour soigner les maladies vénériennes, l’incontinence et la toux.

33
Les utilisations médicales de la graine de chanvre sont bien connues en Chine, celle-ci
s’appelle Huo Ma Ren, « c’est une graine liée au Bois, elle peut donc soigner les affections
liées au Vent… ». Les propriétés qu’on lui attribue dans la médecine traditionnelle
sont « douce » et « neutre » ; les organes avec lesquels elle est associée sont l’estomac, la
rate et le gros intestin. Ses effets traditionnellement reconnus sont qu’elle lubrifie l’intestin
et fluidifie le sang.
Les textes de médecine chinoise expliquent que les graines sont indiquées dans le cas
des règles irrégulières et de constipation « due à la sécheresse de l’intestin. Elles sont
couramment prescrites pour traiter ce problème, surtout chez les personnes âgées.

 Lait de graines de chanvre : 150g. de chènevis (graines entières) pour 1 litre d’eau. Mettre 2
tasses de graines de chènevis dans une passoire et bien les rincer sous l'eau du robinet. Faire
tremper 24 heures dans l'eau d'un saladier. Mettre dans une passoire et rincer plusieurs fois.
Laisser reposer 24 heures de préférence dans un endroit chaud. Rincer matin et soir et vider
l'eau en filtrant dans un chinois. Rincer une dernière fois avant de mettre les graines dans le
blender, rajouter de l'eau bouillante et mixer environ 3 minutes. Filtrer le tout dans un
chinois à mailles fines. Laisser égoutter puis presser pour recueillir le lait de chanvre. Mettre
le lait obtenu dans une casserole et cuire à feu doux (moins de 180°C) pendant 10 minutes en
remuant de temps en temps. (Peut être facultatif : en effet, certains consommateurs ne
cuisent pas leur lait de chanvre pour lui conserver toutes ses propriétés).
Le résidu du pressage des graines dans le chinois forme le "tourteau de chanvre". Il peut
être utilisé en complément parmi les ingrédients pour la préparation d'un pain ou d'une
pâtisserie, ou comme source de fibres protéinées dans les aliments cuisinés. C'est à partir de
tourteau qu'est fabriquée la farine de chanvre. Lait et tourteau de chanvre ont une durée de
vie courte et doivent être placés au réfrigérateur et consommés très rapidement (dans les 48
heures maximum).

 Beurre de graines de chanvre : Dans un mixeur ou un blender, mélanger : 100g. de graines


décortiquées, 4 cuillères à soupe d’huile de graines de chanvre, 3 cas de miel ou de sirop
d’érable, (2 Dattes Medjool), (1/2 cuillère à café de sel). Autre recette : Chauffer un poêle
sauteuse à T° moyenne puis toaster 1 tasse de graines de chanvre décortiquées pendant 3
minutes en remuant fréquemment. Ensuite réduire la T° sur feu doux et ajouter 1/3 de tasse
d’huile de pépin de raisin ou de canola. Laisser cuire pendant 10 minutes en remuant chaque
minute. Finalement, enlever du feu, verser dans un bol et mixer avec 4 cac de miel et ½ cac de
sel. Garder au réfrigérateur.

 Huile de graines:

On peut recommander l’huile de chanvre aux enfants pour optimiser leur croissance.
C’est une huile qui contribue à faire baisser la tension artérielle, aide à combattre le mauvais
cholestérol et qui retarde les mécanismes biologiques du vieillissement.
Elle lutte contre l’apparition des radicaux libres responsables du vieillissement
prématuré des cellules de la peau et de l’organisme.

Elle possède donc de nombreuses vertus pour la peau: Fluide et de composition proche
aux lipides cutanés, elle a une capacité de pénétration extraordinaire, ce qui en fait une huile
corporelle incomparable. Dotée de propriétés anti-inflammatoires, anti-oxydantes et vaso-
34
actives, c'est une huile réparatrice, hydratante et raffermissante. Elle purifie et harmonise
le teint, tout en luttant contre le vieillissement de la peau. Elle est efficace en cas de
vergetures et de gerçures. Elle est recommandée aux peaux sujettes aux rougeurs, à la
couperose, à l’acné, l’eczéma ou le psoriasis. C’est également un après-rasage très doux, qui
peut être employé sur les pilosités masculines. L’huile de chanvre a aussi un excellent effet
relaxant sur les muscles, son application en massage se révèle douce et bénéfique et permet
de lutter contre l’arthrite. (4)

L’huile de chanvre est de plus en plus utilisée en tant que composant dans les produits de
soins corporels comme les savons, les crèmes, les lotions, les shampoings ou les gels douche.
Ces produits offrent une grande souplesse et une parfaite adaptation à la peau. Sa valeur
nutritionnelle, combinée à ses propriétés hydratantes et reconstituantes des AGE et de
l’acide gamma-linolénique, en font l'une des meilleures plantes de base pour les soins du
corps.

Indications de l’huile de graines :

• Tous les soins anti-âges et antirides.


• Recommandée pour les ongles fragiles.
• Gerçures, Vergetures : Les massages, matin et soir, à l’huile de chanvre puis de karité sont
des plus efficaces.
• Cheveux secs, ternes, fragiles, cassants.
• Shampooings et masques capillaires.
• Huiles de beauté.
• Huiles de massage.
• Laits apaisants.
• Après-rasage très doux, qui peut être employé sur les pilosités masculines.
• En gélules.

Aujourd’hui encore, on vend en Chine des petits flacons de pilules contenant de l’huile de
chanvre, mélangées à des extraits d’autres plantes médicinales, comme le remède le plus
populaire contre la constipation (posologie : de 9 à 30 gr par jour en décoction)… par ailleurs,
des études récentes menées en Chine, ont montré que si l’on donne des graines de chanvre aux
personnes souffrant d’hypertension, pendant quelques semaines, la tension artérielle
diminue. (Kenneth Jone « Nutritional and Medicinal Guide to Hemp Seed »)

35
20. Inflorescences : Qualités, Propriétés et Utilisations

 Inflorescences de chanvre :
 Vaporisation :

Il existe une multitude de façons de consommer des


fleurs de chanvre, mais l'une des façons les plus efficaces et
précices est de les vaporiser. Vaporiser des fleurs de chanvre
offre un niveau de contrôle sans précédent sur l'effet. Une fois
que l'art de la vaporisation est maîtrisé, il permet une expérience
pure et très agréable. (38) (39)
Les vaporisateurs fonctionnent en chauffant le chanvre jusqu'à un point où certains
cannabinoïdes « bouillent » et s'évaporent, ne laissant derrière eux que de la matière
végétale fibreuse., la fumée est un mélange de cannabinoïdes et de bon nombre de produits de
combustion assez toxiques, dont les HAPs. En fait, une analyse a montré que la fumée ne
contient qu'un peu plus de 10 % de cannabinoïdes et que le reste est composé de produits de
la combustion. Au contraire, le nuage qui sort d'un vaporisateur contient jusqu'à 95 % de
cannabinoïdes et uniquement de faibles traces de HAPs. De plus, comme les plus faibles
températures ne détruisent pas de cannabinoïdes, le rendement obtenu des fleurs est bien
plus élevé avec un vaporisateur.
Un des moyens de bien connaître son vaporisateur est de jouer avec les réglages de la
température : après tout, c'est un genre de recherche agréable. Une approche légèrement
plus scientifique est de connaître le point d'ébullition des principaux cannabinoïdes et leurs
propriétés.
Avant d'explorer en profondeur les températures d’ébullition des cannabinoïdes, voici
les découvertes principales de la recherche : Il y a une fourchette de températures dans
laquelle les différents composés du chanvre sont libérés, chacun ayant des qualités uniques.
Seule l'expérimentation montrera quel effet convient le mieux. La fourchette de
température idéale pour le chanvre est entre 180 et 210°C. Des températures inférieures à
190°C ont tendance à produire un effet plus cérébral, alors que des températures supérieures
produisent un effet plus physique.

Comme tous les cannabinoïdes ont des températures d'ébullition différentes, vaporiser
une douille de la même herbe à des températures différentes produit des effets différents.
Note : Bien que certains des cannabinoïdes suivants nécessitent des températures
supérieures à 200 degrés Celsius pour s'évaporer, régler un vaporisateur sur cette
température fait courir le risque de provoquer une combustion, ce qui doit être évité.

THC - 157 °C. (Maximum 0,2% de THC dans le chanvre industriel)


Le cannabinoïde le plus connu. Il a des effets euphorisants et analgésiques et provoque une agréable
sensation de relaxation.

CBD - 160 - 180 °C.


C'est le cannabinoïde le plus apprécié des consommateurs à but médicinal pour ses vastes applications
médicinales. Il contre en partie les effets du THC, contrant efficacement les sensations d'anxiété et
de paranoïa.

36
Delta-8-THC - 175 – 178 °C.
Ce cannabinoïde est très proche du THC, mais il est plus stable et moins psychoactif. Il a également de
bonnes propriétés anti-vomitives.

CBN - 185 °C.


CBN est souvent présent en petites quantités, cependant, ses effets sont toujours perceptibles. Il
décompose le THC et il est très associé à un effet sédatif.

CBC - 220 °C.


Ce cannabinoïde a des propriétés anti-inflammatoires et antifongiques.

THCV - 220 °C.


Le THCV a prouvé ses effets modérant les effets psychoactifs du THC, mais il faudrait plus de
recherches à ce sujet.

 Tisane : Plonger les fleurs et feuilles de chanvre dans de l’eau quasi en ébullition et faire
mijoter à feu doux entre 15 et 20 minutes. Astuce : ajouter du lait entier ou un peu d’huile
de goût neutre (1 c. à café pour 4 tasses d’eau) lors de la préparation pour permettre aux
cannabinoïdes de se diluer dans la boisson et ainsi favoriser l’effet relaxant. Si vous ne
respectez pas le temps de cuisson ou si vous n’ajoutez pas la dose d’huile ou de lait
nécessaire, vous aurez un effet stimulant plutôt que l’effet relaxant désiré.

 Macérât : 25g de fleurs de chanvre + 100ml d’huile d’olive (ou coco). Chauffer au bain-marie
(~98°C) pendant +-120 min. Laisser refroidir puis filtrer avec étamine. Garder dans un
endroit frais, sec et à l’abri de la lumière. Astuce : ajouter de la lécithine dans l’huile de
coco pour l’usage externe

 Teinture alcoolique : Mélanger 25g de fleurs de chanvre + 100 ml d’éthanol dans un bocal.
Mettre le bocal au congélateur et le secouer 2x par jours. Après une semaine, filtrer avec
étamine et filtre à café. Pour obtenir ensuite la concentration désirée, il y a possibilité de
laisser s’évaporer une partie de l’alcool en plaçant la teinture dans un plat recouvert d’un
tissu et en le posant dans un endroit tempéré et aéré ou dans un endroit chaud pour
accélérer le processus .

 Jus de chanvre frais : La consommation de chanvre et de cannabis sous sa forme brute est
le seul moyen de profiter de tous les bénéfices de la plante. En extraire le jus est la
meilleure méthode pour utiliser le chanvre et cannabis en tant que nourriture, mais il est
également possible de mâcher et d’avaler les feuilles et fleurs fraîchement coupés. Un bon
extracteur de jus végétaux sera recommandé pour de grandes quantités de feuilles, alors
que le blender sera idéal pour réduire les fleurs en jus. Utiliser le blender pour les fleurs, à
la place de l’extracteur de jus, permet en effet de réduire la perte en cannabinoïdes, qui
adhèrent sur la fibre interne de l’extracteur. Le jus de chanvre devra être conservé dans de
la glace au frigo pendant 3 jours maximum, ou pourra être conservé congelé plusieurs mois.
Pour préparer les feuilles avant de les passer à l’extracteur de jus, nettoyez-les puis
laissez-les tremper dans l’eau froide pendant 5 minutes. Vérifiez que les feuilles soient
parfaitement propres avant de les mettre à tremper, même si elles sont cultivées
biologiquement. Les plantes ayant reçu un traitement phytosanitaire (insecticide, acaricide,
fongicide…) ne doivent pas être utilisées pour faire du jus de chanvre. Mariellen Jurkovitch,
directrice du Humbolt Patient Resource Center, apprécie l’amélioration de la santé de ses

37
patients grâce au jus frais. Elle déclare que fumer du cannabis soulageait la douleur de
nombreux patients, et améliorait leur qualité de vie, mais qu’elle ne voyait pas vraiment
d’amélioration de leur santé. Le cannabis sous sa forme brute et fraîche a changé cela. La
directrice note que même si presser le jus et nettoyer l’extracteur représente beaucoup de
travail, « ceux qui le font adorent ça, car ils voient les résultats ».

 Huile essentielle de fleurs de chanvre :

Tableau de bord :

Utilisation interne : ok
Utilisation externe : ok
Diffusion : ok

Propriétés principales :

• Anti-inflammatoire, efficace en cas de crampe, de fatigue musculaire, de spasmes,


d’enflure, de paraplégie…
• Antibiotique à large spectre.
• Antifongique.
• Augmente l’énergie.
• Traite le déséquilibre hormonal.
• Régule le système hormonal des femmes et réduit les symptômes liés aux
menstruations.

Usage en cas de :

• Inflammation des voies respiratoires, bronchite, asthme, sinusite.


• Inflammation du tube digestif (vertus décongestionnantes).
• Aide à la cicatrisation des petites blessures.
• Protège la peau en éliminant les réactions allergiques et les irritations de la peau.
• Excellente pour soigner les problèmes de peau tels que l’eczéma et le psoriasis.
• Tonifiante, elle stimule la pousse des cheveux en renforçant les racines tout en ayant
un effet relaxant sur le cuir chevelu.
• Grâce à ses vertus relaxantes, elle peut aussi être utilisée en massage, diluée dans une
huile végétale.
• Utilisée également comme arôme alimentaire…

Utilisations :

L’huile essentielle de chanvre donne d’excellents résultats en aromathérapie, en mettant


quelques gouttes dans un diffuseur, seule ou en complément d’autres huiles essentielles
comme la lavande ou l’eucalyptus. (40)

Riche en monoterpènes et sesquiterpènes, cette huile essentielle a une action calmante,


relaxante, stimulante et rééquilibrante.

• Pour assainir l'atmosphère : quelques gouttes dans un diffuseur d'huile essentielle


• Troubles du sommeil : 1 goutte sur l'oreiller

38
• Effet anti-inflammatoire : 1 à 2 gouttes en massage, ou baume au chanvre.
• Gerçures, dessèchement: stick pour les lèvres, baume au chanvre.
• Détente & Relaxation : quelques gouttes dans un bain

Son utilisation comme substance de contrôle des pestes contre les bactéries (Fournier
et al. 1978, McPartland 1997), les insectes (McPartland 1997) et même contre certaines
plantes (Pate 1994, McPartland 1997) a été rapportée.
Comme toutes huiles essentielles, l’huile essentielle de chanvre doit être utilisée par
petite quantité, entre 3 et 5 gouttes, car c’est un concentré d’extraits actifs.

Parfumerie
Plusieurs parfums contiennent de l’huile essentielle de chanvre. Son caractère olfactif
quelque peu herbacé s’associe favorablement à d’autres odeurs.

Cosmétique
Plusieurs produits cosmétiques contiennent de l’huile essentielle, tels que savon, shampoing,
crème, …

Répulsif d’insectes
Par sa teneur en limonène et en alpha-pinène, l’huile essentielle de chanvre aurait un effet
répulsif contre de nombreux insectes.

21. LES CANNABINOIDES EN UTILISATIONS MEDICINALES

Les cannabinoïdes nous affectent uniquement parce que notre corps contient les
récepteurs qui correspondent à des molécules de cannabinoïdes spécifiques. Le cerveau
humain possède en fait plus de récepteurs de cannabinoïde que n'importe quel récepteur
couplé aux protéines G! Nos cellules contiennent tellement de ces récepteurs spécifiquement
combinés au THC parce que notre corps produit son propre "THC naturel" (l'anandamide) mais
en très faible concentration. Cela pourrait expliquer le fait que les humains soient tellement
attirés par cette plante. Il n'y a rien de contre nature dans la manière dont notre corps
procède les cannabinoïdes. Le cannabis démontre ainsi être une médecine naturelle très
efficace qui devrait être disponible pour les personnes malades.
Nos endocannabinoïdes sont donc des substances similaires à celles que l’on retrouve
dans la plante de cannabis et leurs origines remontent à des centaines de millions d’années
dans le processus de l’évolution. Les endocannabinoïdes servent de modulateurs fondamentaux
de l’homéostasie énergétique de beaucoup d’organismes pluricellulaires, y compris les
vertébrés.
Les endodocannabinoïdes ont une activité biologique étendue qui peut souvent être
attribuée à leurs capacités à minimiser les impacts négatifs des radicaux-libres. En fait,
comme les cannabinoïdes (endo et exo) possèdent de nombreuses propriétés anti-âges, ils
pourraient être considérés comme l’ « huile de vie ». (17) (41)

Jusqu'à présent, on ne connaît que deux récepteurs de cannabinoïdes qui se lient au


THC: les récepteurs CB1 qui se trouvent dans le cerveau et le système nerveux central, et les
récepteurs CB2 qui sont dispersés dans tout le corps et principalement dans le système
immunitaire. En plus des cannabinoïdes qu'on trouve dans le cannabis (qui sont bien sûr les plus

39
puissants) et des cannabinoïdes que notre corps produit naturellement, d’autres substances
affectent instantanément notre système endocannabinoïde interne comme par exemple:
l'echinacea, le curcuma, le poivre noir, le cacao, l’heliopsis, la brède mafane, l’helichrysum
umbraculigerum, la radula marginata, etc. Ceux-ci, ainsi que quelques autres consommables, se
lient aux mêmes récepteurs de cannabinoïdes. Le CBD, cependant, n'a pas beaucoup
d'affinités avec ces deux récepteurs connus. Il a plutôt un effet suppressif sur l'enzyme
FAAH (« hydrolase d'amide d'acide gras ») qui est responsable de la décomposition et de la
destruction de l'anandamide. Cette réaction suppressive du CBD signifie que plus
d'anandamide va rester dans le système et pendant plus longtemps. L'anandamide
préfère le récepteur CB1, comme le THC, et laisse donc moins d'ouverture pour l'action
du THC par ces récepteurs, ce qui en réduit les effets. (42)

Le CBD peut se lier tant aux CB1 qu'aux CB2, et interagit avec d'autres récepteurs pour
renforcer ses effets médicinaux. Il y a plusieurs récepteurs couplés aux protéines G situés
dans le système nerveux central et périphérique qui interagissent avec le CBD. Il y a ensuite
le TRPV-1 (abréviation technique signifiant les récepteurs ionotropiques activés par des
molécules de la famille des V – vanilloïdes) qui réagissent également au CBD. Le récepteur
TRPV-1 qui est également activé par la capsaïcine, le composant 'piquant' du piment est connu
pour relayer la perception de la douleur, les inflammations et la température corporelle
comme ce que l'on peut ressentir quand on mange un piment très piquant.

La famille des récepteurs 5-HT joue un rôle important dans la sensation de l'anxiété
dans notre corps et sont activés par le neurotransmetteur qu'est la sérotonine. Ces
récepteurs déclenchent une réaction via des messages chimiques qui sont soit excitants soit
inhibants, en fonction du contexte chimique de la liaison. Le récepteur de sérotonine 5-HT1A
est membre de la famille des récepteurs compatibles au CBD. Quand il est activé par le CBD,
il déclenche les puissants effets antidépresseurs des cannabinoïdes ainsi que d'autres
fonctions médicinales du CBD car ce récepteur agit sur de nombreux symptômes tels que
l'anxiété, l'appétit, le sommeil, la perception de la douleur, les nausées, vomissements, etc. Il
agit en activant une réaction inhibitrice qui ralentit l'émission des signaux contrairement aux
substances telles que le LSD, les champignons ou autres hallucinogènes qui activent des
récepteurs 5-HT différents en produisant une réaction d’excitation.

Le CBD produit certains de ses effets anxiolytiques en activant des récepteurs


d'adénosine. Ceux-ci régulent les fonctions cardiovasculaires, la consommation d'oxygène du
myocarde et la circulation coronaire, ce qui ouvre la porte à de nombreux symptômes liés à
l'anxiété: crispation, tension dans la poitrine, souffle court, etc. Ces récepteurs sont des
régulateurs importants dans le cerveau pour d'autres neurotransmetteurs comme la dopamine
et le glutamate. La dopamine n'est pas seulement responsable de la sensation de plaisir, elle
agit également sur le sommeil, l'humeur, l'attention et les mouvements volontaires. D'autres
drogues comme la cocaïne et la méthamphétamine agissent en amplifiant les effets des
récepteurs de dopamine mais à plus grande échelle. Alors que le THC relève les niveaux de
dopamine, le CBD pas. LE CBD ne semble avoir qu'un effet sporadique et inhibiteur lors
d'études effectuées sur des souris et des rats. Mais il faudrait plus de recherches pour en
connaître les raisons. C'est peut être lié à l'un des 83 autres cannabinoïdes dont on sait
encore très peu.

40
Il a été démontré que tant le CBD que le THC agissent individuellement contre le cancer
mais il y a une synergie lorsqu'ils sont combinés. Il faut renforcer les essais cliniques pour
pointer exactement les rôles qu'ils jouent quand ils agissent de manière combinée comme
c'est le cas dans le cannabis. Mais le malheur de la prohibition de la culture et de l'usage du
cannabis entraîne un manque de fonds venant des gouvernements et des organismes pour
effectuer ce type de recherches. Même si les études universitaires réalisées à travers le
monde compilant les évidences sur le lien entre cannabis et cancer ne manquent pas, rien n'est
encore tout à fait sûr aujourd'hui. Ce lien semble impliquer une autre protéine G couplée à un
récepteur appelé GPR55 qui est considéré comme récepteur orphelin car il n'a pas encore été
scientifiquement classé dans une famille de récepteurs, même si de nombreux chercheurs
pensent qu'il s'agit d'un troisième récepteur de cannabinoïdes. Les GPR55 se trouvent
principalement dans le cerveau et se concentrent dans et autour du cervelet. Ils sont utilisés
pour réguler la densité osseuse et la tension artérielle. Si vous avez un tel récepteur suractif
cela peut par exemple être lié à l'ostéoporose. Ce récepteur encourage l'action des cellules
ostéoclastes. L'ostéoclaste est responsable de la réabsorption des os, un processus par lequel
le calcium des os est divisé et transféré vers le sang, ce qui l'affaiblit. Quand ce récepteur
est activé, cela encourage également la prolifération des cellules cancéreuses. Il est relié à
de nombreux types de cancer. Certaines études montrent que le CBD bloque les signaux des
GPR55 et réduit ainsi la prolifération des cellules cancéreuses ainsi que la réabsorption des
os. C'est un de ses effets anti-cancer.

La plupart des tests sur le cannabis illégal concernent le THC, mais dans la plupart des
pays, le CBD est totalement légal et peut s'acheter sous diverses formes. Malheureusement,
il n'aura pas les mêmes effets que lorsqu'il est en combiné comme dans le cannabis, mais
même à lui seul, il peut faire des miracles en médecine. Des études universitaires réalisées
avec des souris ont prouvé ses effets incroyables sur les inflammations dues à l'arthrose
rhumatoïde en les réduisant de 50% et en réduisant de 65% la taille des nécroses dues à
l'infarctus lorsqu'il est ingéré juste après l'attaque cardiaque.

Le CBD est aussi un puissant antioxydant des lipides, plus efficace que la vitamine E. Il
est ainsi utile en prévention des maladies oxydatives, causées par exemple par l’exposition à
l’alcool ou aux radiations, ainsi que des maladies du système nerveux central (myélopathie,
encéphalopathie), car le CBD franchit la barrière hémato-encéphalique, et peut donc exercer
son activité antioxydante sur les neurones cérébraux.

Selon une étude publiée en 2013 dans le British Journal of Clinical Pharmacology, le CBD
possède les propriétés médicales suivantes: anti-inflammatoire, immunosuppresseur, stimulant
pour les os, analgésique, anti-procinétique intestinal, antipsoriasique, antidiabétique,
antibactérien, antiémétique, antiprolifératif, anti-ischémique, antispasmodique,
vasodilatateur, neuroprotecteur, antiépileptique, antipsychotique, anxiolytique… (43)

Avec littéralement des milliers d’études publiées montrant maintenant leur sécurité et
leurs utilités, les cannabinoïdes, et en particulier, la plante de cannabis à partir de laquelle ils
sont largement dérivés, sont vraiment des « super » nutriments favorisant la santé avec une
potentiel quasi illimité en promotion de la santé et en prévention de la maladie…

41
Lorsque l’on recherche par exemple, le terme « cannabinoid », dans la rubrique PubMed
du site du National Center for Biotechnology Information , on obtient plus de 20.000
résultats. (44) Pour le terme « cannabis », c’est plus de 15.000 résultats qui s’affichent.(45)

Le brevet N° US/6630507 détenu par le Département de la Santé et des Services


Sociaux des Etats-Unis ainsi que le brevet N° US/20130059018 A1 détenu par GW
Pharmaceuticals, démontrent les propriétés thérapeutiques des phytocannabinoïdes.

D’ailleurs, il faut se rappeler qu’à l’époque, les extraits de cannabis furent pendant 60
ans, à la 2e place des médicaments les plus utilisés aux USA (juste avant de l’arrivée de
l’aspirine, en 1899) et ils étaient considérés comme la panacée de la médecine naturelle…

En 2004, le Dr. Mikuriya a établi une liste exhaustive des pathologies pour lesquelles le
cannabis a prouvé son efficacité. (46) (Annexe)

En 2010, l’Union Francophone pour les Cannabinoïdes en Médecine « UFCM iCare » a été
créé pour permettre le regroupement des médecins, des chercheurs et des patients au sein
d’une même structure et pour promouvoir les informations relatives à l’usage du chanvre et
ses dérivés actifs, les cannabinoïdes, en médecine. (47) La mission de l’ « UFCM iCare » est la
défense des droits et des intérêts, dans leur accès aux meilleurs soins, des personnes vivant
avec une des maladies recensées par l’ IACM (International Association for Cannabinoids in
Medicine).

Le Dr. Raphael Mechoulam, professeur à l’université de Jérusalem est le premier à avoir


isolé et élucidé la structure du THC, en 1964. Il indique que si le cannabis venait aujourd’hui à
être légalisé dans son entièreté, il remplacerait immédiatement 10 à 20% des médicaments
prescrits. Quarante à 50% de l’ensemble des médicaments, y compris les grandes spécialités
pharmaceutiques, comprendraient alors des extraits de cannabis et de chanvre non-
psychotrope.

Les laboratoires pharmaceutiques ont d’ailleurs compris l’intérêt qu’ils peuvent tirer des
multiples applications thérapeutiques de cette plante longtemps présente dans nos
campagnes; ils s’apprêtent à mettre sur le marché une foule de médicaments à base de THC
et CBD ainsi qu’à base d’autres cannabinoïdes naturels ou de synthèse.

Le mercredi 30/11/2016, s’est tenue au Parlement Européen, une conférence


internationale sur le cannabis médical à laquelle j’ai eu l’occasion de participer. Les
témoignages étaient encourageants pour l’avenir des cannabinoïdes en médecine et en
thérapie naturelle. Le programme de la conférence se trouve en Annexes. (48)

42
43
Effets non désirés :

Le CBD, le THC et autres cannabinoïdes sont généralement bien tolérés comme le


montre le classement des drogues du Rapport Roques. (49)(50) Aucun cas de décès n’a jamais
été rapporté dans la littérature scientifique et médicale. Il est conseillé aux personnes qui
préfèrent éviter les effets psychotropes de consommer les fleurs de chanvre et de cannabis
sous leurs formes crues et fraîches.
De plus une variété de chanvre à forte teneur en CBD permet d’en consommer moins
pour un effet similaire aux variétés traditionnelles de nos régions. Si on utilise du cannabis à
teneur en THC plus forte que la dose légale (0,2%) et qu’on le fume, le vaporise ou qu’on le
cuit ; alors les molécules de THCa non-psychotropes à l’état naturel se décarboxylent et se
transforment en molécules de THC psychotropes et peuvent alors provoquer des troubles de
la mémoire, de l’attention, de la réactivité, de la motricité fine et de la coordination
locomotrice.
Mais en général les effets psychotropes du cannabis sont généralement décrits comme
des expériences relaxantes accompagnées d’une légère euphorie (high), de bien-être, d’un
état proche de celui du rêve, de modifications de la perception temporelle avec l’impression
que le temps dure plus longtemps, d’associations d’idées parfois associées à des troubles de la
mémoire à court terme et de perceptions sensorielles accrues. Or, surtout suite à un dosage
élevé de THC, il n’est pas rare que des effets désagréables se produisent, tels que des peurs
et de l’anxiété pouvant parfois provoquer des crises de panique. Des phases de grand bien-
être peuvent succéder à des phases de fort mal-être. Certains consommateurs témoignent
d’effets de fatigue et de sommeil, tandis que d’autres rapportent des effets stimulants…

Contre-indications :
Le principal avantage d’un traitement à base de cannabis est sa grande sécurité.
Néanmoins, le cannabis et surtout le THC est déconseillé chez des personnes souffrant de
troubles cardiaques, à cause de son action sur le système cardio-vasculaire qui peut provoquer
une accélération du rythme cardiaque ou une baisse de la tension artérielle. Si ces personnes
désirent utiliser les produits issus du cannabis, il est indispensable qu’elles prennent toutes
les précautions nécessaires et qu’elles commencent le traitement à un dosage très faible en
ne l’augmentant ensuite que progressivement afin d’éviter au maximum d’éventuels effets
secondaires indésirables.

Le cannabis offre l’avantage de ne pas troubler le fonctionnement physiologique de


l’organisme et de ne pas léser les organes internes, à condition que le dosage soit modéré. Une
personne qui ne manifeste pas immédiatement une intolérance aux produits issus du cannabis
ne court aucun risque de santé même lors d’un traitement sur plusieurs années.
44
Dosage :
Le Docteur William Courtney recommande de consommer quotidiennement de l’huile de
graines de chanvre, de la salade de feuilles de chanvre avec des graines de chanvre germées
(riches en vit. D), et entre 120 et 240 ml de jus de chanvre frais, divisés en 5 doses,
équivalentes à 5 fois 100mg de CBDa (ex : Sana Hemp Juice®). Le docteur précise que « c’est
phénoménal car vous utilisez ces cannabinoïdes qui ne sont pas psychoactifs, mais qui saturent
le corps, facilitant sa régulation. » Selon lui, ce régime permettrait de limiter les risques de
cancer, de réduire les risques de crises cardiaques de 66%, et du diabète insulinodépendant
de 58%. (51)
Précisons aussi que les graines de chanvre font partie des meilleurs aliment nutritionnel
du monde car elles sont les seules graines possédant l’essentiel des qualités nutritives
nécessaires à l’homme. C’est d’ailleurs en partie grâce à l’apport journalier en acides gras
essentiels (fournis en grande quantité dans les graines de chanvre) que le corps va pouvoir
fabriquer ses propres cannabinoïdes comme l’anandamide et le 2-AG.

Le brevet Nº 6,630,507 du gouvernement des Etats-Unis, déclare que certains


cannabinoïdes possèdent des effets thérapeutiques utiles, qui ne sont pas activés par les
récepteurs à cannabinoïdes, et ne sont donc pas accompagnés d’effets psychoactifs. En outre,
cette absence de psychoactivité permet l’usage de dosages très élevés, sans rencontrer aucun
effet déplaisant, ni aucune complication potentiellement dangereuse.

Le Dr Courtney précise que « ces cannabinoïdes aident notre système de régulation


corporelle à être plus efficace. Pour résumer, il s’agit de nutriments essentiels qui aident à
réguler plus efficacement le fonctionnement de nos 210 types de cellules . Je n’en parle pas
en tant que médecine, mais strictement en tant que nutriments essentiels.
Le meilleur moyen de répandre la bonne parole est d’être bien éduqué et de savoir de
quoi vous parlez. Une première réaction typique lorsque l’on parle de consommer la plante de
cannabis est de l’associer à ses effets psychoactifs. La plante de cannabis sous sa forme
brute n’est pas psychoactive, car le THC y est présent sous une forme acide et délicate, le
THCa. Ce THCa pourra ensuite être décarboxylé en THC psychoactif sous l’action du temps
(séchage, affinage, conservation) et/ou de l’exposition à la chaleur (combustion, vaporisation,
cuisson). ».

Il continue « si vous chauffez la plante, vous décarboxylez le THCa et vous aurez de


l’effet psychoactif, à partir de seulement 10 mg de THC. Si vous ne chauffez pas, vous pouvez
consommer jusque 500 mg de THCa, l’utiliser en tant que nutriment essentiel, et profiter des
propriétés antioxydantes et neuro-protectrices qu’il possède à ce dosage de plusieurs
centaines de milligrammes. Cette augmentation spectaculaire de la dose de 10 mg de THC
psychoactif, jusque 500 à 1000 mg de THCa, CBDa, CBGa qui ne sont pas psychoactifs,
explique la principale différence entre le « cannabis médical » traditionnel, et cette méthode
alternative de consommation quotidienne des cannabinoïdes.
Le chanvre est une plante incroyablement complexe, dans laquelle les composants
synergiques n’ont pas encore été complètement catalogués et étudiés. En attendant, c’est à
chaque individu d’essayer d’identifier quel type de plante de chanvre sera la plus adaptée pour
préserver ou restaurer sa santé. ». Le ratio spécifique des cannabinoïdes varie d’un endroit à
un autre de la plante de cannabis, et cette question nécessite d’avantage d’investigation. La

45
consommation de la plante entière, avec les feuilles et les fleurs, représente néanmoins le
meilleur choix.

Il existe désormais sur le marché des variétés de cannabis et chanvre médical enrichies
en CBD. Le dosage idéal de CBD par personne est de 5 à 20 mg par kg de poids corporel. Pour
qu’une personne de 70 kg atteigne un dosage de 5 mg de CBD par kg, il faudra ainsi utiliser 7
grammes de cannabis à 5% de CBD, alors qu’il fallait auparavant utiliser 35 grammes de
chanvre industriel à 1% de CBD pour consommer la même quantité de ce cannabinoïde aux
nombreuses propriétés thérapeutiques.

22.Etude des prix et rendements

Rendements moyens :
1 hectare de plantation de chanvre produit :
- 6 tonnes de paille (dont 1,8 tonnes de fibre ; 3,4 tonnes de chènevotte et 0,8 tonne de
poudre organique)
- 1 tonne de chènevis (équivalente à 200l d’huile végétale, une fois pressée)
- 200 kg de fleurs et feuilles séchées équivalentes à 10 litres d’extraits de résine riches en
CBD
- 10 l d’HE par tonne de chanvre frais distillé (+-2 tonnes de chanvre frais par hectare)

Le commerce des extraits de résine de chanvre est en plein essor et plusieurs sites internet
proposent déjà une panoplie de produits dérivés comme sur www.endoca.com où les extraits
sont vendus à ~100€ pour 1000mg de CBD, soit 100.000€ le kilo de molécules pures de CBD.

46
Prix :

Exemples :
 pour l’huile végétale :

250 ml HV (PURchanvre) : 10,90€


250 ml HV (Hanf Natur) : 12,50€
250 ml HV (Emile Noêl) :11,45 €

 pour les graines de chanvre (bio) :

Entières nature (bio) :


- 200g (PURchanvre) : 4,9€
- 500g (Hanf natur : 6,30€

Décortiquées (bio)
- 200 g (PURchanvre) : 6,50€
- 250 g (CRUBIO) : 6,50€
- 150 g (Hanf natur) : 5,25€

 pour la farine (bio) :

- 500g (PURchanvre) : 4,90€


- 500g (Hanf natur) : 4€

 pour l’HE de chanvre (Olison Suisse) :

- 10ml : 40 €
- 50ml : 130 €
- 100ml : 220 €

E) RENOUVEAU DU CHANVRE EN BELGIQUE


ET CONCLUSIONS

 1995 : création en Belgique de l’asbl La Bombe Verte.


 Fin 95 : aucun document belge, spécifique à la culture du chanvre industriel, n’existe...
(Les dernières informations que la Bombe Verte ait pu obtenir sur des cultures de
chanvre en Belgique, datent de 1942).

47
 Mars 1996 : suite aux multiples (!) demandes de renseignements concernant le
chanvre, les ministères de l’Agriculture, de la Santé Publique et des Affaires Sociales
ont élaboré la première circulaire concernant le chanvre en Belgique. Celle-ci s’aligne
aux réglementations européennes qui subventionnent cette culture de chanvre depuis
1988. Les primes sont d’environ 31 000 FB à l’hectare (uniquement pour des variétés
contenant moins de 0,3 % de substance psychoactive (THC)). (52)
 12 Avril 1996 : première journée d’information sur le chanvre en Belgique.
 12 Mai 1996 : première semis d’essai de La Bombe Verte en Gaume (60 ares). 2
hectares semés dans le Limbourg (premier semis de chanvre en Belgique depuis 1961).
 Septembre 1996 : récolte en Gaume et lancement des divers études spécifique pour
le chanvre belge (alimentation, agglomérés, méthanisation,...).

Relancée ensuite à plus grande échelle en 2009, la culture de chanvre industriel ne cesse
de gagner du terrain en Wallonie. Avec 120 ha en 2010, 250 ha en 2014, et plus de 400 ha en
2015, les surfaces cultivées en chanvre pourraient atteindre les 1000 hectares à l'horizon
2020. Cette évolution rapide est rendue possible par l'engagement d'entreprises belges tant
dans la culture que dans la transformation du chanvre :

 BEhemp sera la première entreprise belge dotée d’une unité de transformation de


fibre et de chènevotte. L’entreprise a entamé la construction de son unité de
défibrage qui sera opérationnelle en Septembre 2016 !
 BELchanvre fédère en coopérative plus de 80 producteurs de chanvre et
commercialise des matériaux isolants, litières, paillages horticoles et aliments pour
animaux
 PURchanvre est la première société belge à valoriser les graines de chanvre d'origine
belge et certifiées BIO sous forme d'huile, de graines décortiquées, graines entières
(germables), graines torréfiées, farine et tous produits alimentaires à haute valeur
nutritive.
 Chanvre&Co est une entreprise de projection d’un mélange chaux-chanvre à base de
chènevotte.
 IsoHemp fabrique des blocs de chaux-chanvre à destination de la construction.
 L'ASBL "Chanvre Wallon" anime et structure cette filière naissante. Ce portail
ouvre sur les actualités, les pratiques culturales, la gamme de produits, les
recherches en cours et surtout les acteurs de la filière chanvre wallonne.

48
(En France, de 175 000 hectares en 1840, les surfaces cultivées ont régulièrement diminué.
En 1960 il n’y avait plus que 700 hectares de chanvre. Ce phénomène a d’ailleurs été général
dans toute l’Europe. Néanmoins, le chanvre est redevenu, en France, une plante industrielle
avec environ 10 000 Ha chaque années depuis le début du XXIe Siècle.)
Les avantages du chanvre pour le développement durable :

Le but est de réhabiliter la filière chanvre afin de répondre aux nouveaux défis
énergétiques et environnementaux.

Le chanvre est une plante à croissance extrêmement rapide, produisant des rendements
de fibres par unité de surface plus élevés que toute autre source. Pour une même surface de
terre, le chanvre produira 2,5 fois plus de fibre que le coton et 6 fois plus de fibres que le lin.
Il est aussi le numéro un pour la production de biomasse sur terre : 25 tonnes par hectare en
4 mois environ. Par ailleurs, 1 hectare de chanvre produit autant de pulpe à papier que 4
hectares de forêt sur une période de 20 ans. Sa culture ne nécessite ni d’irrigation, ni
d’engrais chimiques, ni de pesticide. Le chanvre se défend par lui-même des différentes
agressions extérieures comme les insectes et les moisissures. La culture de chanvre est
simple et saine. Tous les composants de la plante, dont les graines et les fibres, sont sains,
naturels et écologiques. Les graines de chanvre, de par ses propriétés de croissance, peut
fournir des aliments urgents dans de nombreuses régions du globe. (53)

L’utilisation du chanvre est la plus diversifiée de toutes les plantes : comme biomasse ou
comme support énergétique, comme produit d’assemblage de fibres et dans la construction.
Sa culture est possible dans chaque climat et peut fournir à chaque région les produits
dont elle a besoin.

En conclusion le chanvre (Cannabis Sativa L.) est une plante facile à cultiver, écologique
car demandant peu d’intrants et améliorant la qualité des sols. Ses utilisations sont multiples
dans la construction, l’industrie automobile, le textile et l’alimentation animale. De plus les
graines ont des qualités nutritionnelles nobles : protéines, fibres, omégas 3 et 6. Enfin les
extraits des graines et des inflorescences fournissent des huiles et des cannabinoïdes doués
de vertus thérapeutiques intéressantes. Ce chanvre contient très peu de THC, n’a pas d’effet
psychotrope et est parfaitement légal. Sa culture et son utilisation doit être encouragée. (54)

49
Bibliographie
Brevets :
- US 2002/ N° 6403126 B1 : CANNABINOID EXTRACTION METHOD ( Websar Innovations Inc.)
- US 2003/ N° 6630507 B1 : CANNABINOIDS AS ANTIOXIDANTS AND NEUROPROTECTANTS ( The USA
as represented by the Department of Health and Human Services)
- US 2004/ N° 0049059 A1 : METHOD FOR PRODUCING AN EXTRACT FROM CANNABIS PLANT MATTER,
CONTAINING A TETRAHYDROCANNABINOL AND A CANNABIDIOL AND CANNABIS EXTRACTS (Adam
Mueller)
- US 2010/ N° 0286098 A1 : USE OF TETRAHYDROCANNABINOL AND/OR CANNABIDIOL FOR
TREATMENT OF INFLAMMATORY BOWEL DISEASE (GW Pharma Limited)
- US 2013/ N° 0059018 A1 : PHYTOCANNABINOIDS IN THE TREATMENT OF CANCER (Otsuka
Pharmaceutical Co. & GW Pharma Limited )

Bibliographies et sites internet consultés:


(1) Washington, G. & Jefferson, T. (1765) Diaries of ; also Jefferson’s Farm Books, Aug.7.
(2) Herer, J. (2013) L’empereur est nu, Le chanvre et la conspiration contre le cannabis. (3e édition française)
(3) Bouloc, P., Allegret, S. & Arnaud, L. (2006) Le chanvre industriel : production et utilisations.
(4) Chanebeau, A. (2013) Le chanvre, cannabis, du rêve aux mille utilités… Les solutions à la crise
(5) ASBL « La bombe verte », http://ecotopie.chez.com/chanvre.html
(6) Anslinger, H.J. (1937) Congressional testimony, July 12.
(7) U.S. Pharmacopoeia avant 1937.
(8) Les échos du chanvre N°18, p. 4, Automne 2000 : Le chanvre en Belgique (http://www.echosduchanvre.com/N-
18/echosn18p4.pdf)
(9) Deveaux, V. (2008) Mise en evidence de deux nouvelles fonctions du système endocannabinoïde dans la
physiopathologie hépatique (https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00462145/document)
(10) The plant list, http://www.theplantlist.org/tpl1.1/search?q=cannabis
(11) ASBL « Chanvre wallon », http://www.chanvrewallon.be/
(12) Coopérative BELchanvre, http://www.belchanvre.be/
(13) SPRL PURchanvre, http://www.purchanvre.be/
(14) S.A. BEhemp , http://www.behemp.be/
(15) Sugiura, T., Kishimoto, S., Oka, S., & Gokoh, M. (2006) Biochemistry, pharmacology and physiology of 2-
arachadonoylglycerol, and endogenous cannabinoid receptor ligand. Prog. Lipid Res. 45, 405-446.
(16) Ameri, A. (1999) The effects of cannabinoids on the brain. Prog Neurobiol, 58:315-348.
(17) Melamede, R. Endocannabinoids: Multi-scaled, Global Homeostatic Regulators of Cells and Society
(18) Herkenham, M., Lynn, A.B., Little, M.D., Johnson, M.R., Melvin, L.S. & coll. (1990) Cannabinoid receptor localization in
brain. Proc Natl Acad Sci 87:1932-1936.
(19) Devane, W., Hanus, L., Breur, A., Pertwee, R., Stevenson, L., Griffin, G., Gibson, D., Mandelbaum, A., Etinger, A., &
Mechoulam, R. (1992) Isolation and Structure of a Brain Constituent That Binds to the Cannabinoid Receptor.
Science. 258, 1946-1949.
(20) McPartland, J. (2001) Cannabis and Eicosanoids: A review of Molecular Pharmacology
(21) National Geographic N°189 (2015) Marijuana – Un super-médicament ?( https://www.fichier-pdf.fr/2015/05/31/national-
geographic-n-189-juin-2015/)
(22) Guzmán, M., Sanchez, C. & Galve-Roperh, I. (2001) Control of the cell survival/death decision by cannabinoids. J Mol
Med, 78:613-625.
(23) Russo, E.B. (2004) Clinical Endocannabinoid Deficiency (CECD): Can this Concept Explain Therapeutic Benefits of
Cannabis in Migraine, Fibromyalgia, Irritable Bowel Syndrome and other Treatment-Resistant Conditions ?
Neuroendocrinology Letters 25:31-39.
(24) Izzo, A., Borrelli, F., Capasso, R., Di Marzo, V. & Mechoulam, R. (2009) Les Phyto-cannabinoïdes Non-psychotropes:
Les nouvelles Opportunités d’une plante ancienne. Trends in Pharmacological Sciences ; 30: 515-527.
(25) Mechoulam, R. & Shvo, Y. (1963) The structure of cannabidiol. Hasish-I. Tetrahedron 19, 2073-2078.
(26) Wikipedia : Chanvre, https://fr.wikipedia.org/wiki/Chanvre
(27) Wikipedia : Cannabis , https://fr.wikipedia.org/wiki/Cannabis
(28) Le chanvre industriel, Guide cultural (2015) (http://www.chanvrewallon.be/index.php?rub=la-culture)
(29) Trek Uw Plant , http://www.trektuwplant.be/csc/
(30) ASBL « Medical Cannabis Research & Consulting, http://mcrc-asbl.org/
(31) Simpson, R. (2013) Phoenix Tears, Rick Simpson Oil, Nature’s Answer For Cancer.
(32) Bedrocan , http://www.bedrocan.nl/
(33) Rue du chanvre, http://www.rueduchanvre.com/Alimentation/graine.htm
(34) Callaway, J.C. (2004) Hempseed as a nutritional resource: An overiew (http://www.finola.fi/Hempseed%20Nutrition.pdf)
(35) Gertsch, J., M. Leonti, et al (2008) Beta-caryophyllene is a dietary cannabinoid, Proc Natl Acad Sci USA
(36) Les échos du chanvre N°15, p. 9, Automne 1999
(37) Jonas, E. L’emploi de l’huile de chanvre (http://ufcmed.org/cannabis-medical/applications-therapeuthiques-
cannabis/modes-administration-cannabis/huile-de-chanvre/)

50
(38) Gieringer, D., St. Laurent, J. & Goodrich, S. (2004) Cannabis Vaporizer Combines Efficient Delivery of THC with
Effective Suppresion of Pyrolytic Compounds. Journal of Cannabis Therapeutics, Vol. 4(1).
(39) Abrams, D.I., Vizoso, H.P., Shade, S.B., Jay, C., Kelly, M.E. & Benowitz, N.L. (2007) Vaporization as a smokeless
cannabis delivery system: a pilot study. Clinical Pharmacology and Therapeutics 82 : 572–578.
(40) Nigam, M.C., Handa, K.L., Nigam, I.C. & Levi, L. (1965) Essential oils and their constituents. XXIX. The essential oil of
marihuana: composition of the genuine Indian Cannabis sativa L. Canad J Chem 43:3372-6.
(41) Booz, G. W. (2001) Cannabidiol as an emergent therapeutic strategy for lessening the impact of inflammation on
oxidative stress. Free Radical Biology and Medicine 51(5), 1054-1061
(42) Di Marzo, V. & al. (1994) Formation and inactivation of endogenous cannabinoid anandamide. Nature 372, 686–
691.105(26):9099-104
(43) Mechoulam et al., (2013) Cannabidiol for neurodegeneratie disorders : important new clinical applications for this
phytocannabinoid ? British Journal of Clinical Pharmacology.
(44) PubMed : Cannabinoid , https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/?term=cannabinoid
(45) PubMed : Cannabis, https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/?term=cannabis
(46) Mikuriya, T. H. (2004) Chronic conditions treated with Cannabis.
(47) Union Francophone pour les Cannabinoïdes en Médecine , http://ufcmed.org/
(48) International Conference on Medical Cannabis, http://www.guengl.eu/news/article/international-conference-on-medical-
cannabis
(49) Hampson & al. (1998) Cannabidiol and delta-9-tetrahydrocannabinol are neuroprotective antioxidants. Proceedings of
the National Academy of Sciences 95:8268-8273.
(50) Grotenhermen, F. (2002) Effects of Cannabis and the cannabinoids, in Cannabis and Cannabinoids, In: Pharmacology,
Toxicology, and Therapeutic Potential, Grotenhermen, F. & Russo, E., pages 55-65, Haworth Press, New York.
(51) Site du Dr William Courtney , https://cannabisinternational.org/wordpress/
(52) Fédération Nationale des Producteurs de Chanvre. Les variétés de chanvre de la FNPC, Objectifs de sélection, Gamme
développée
(53) Le blog de la Cabane à chanvre, https://blogcabaneachanvre.com/
(54) « Chanvre & Vous » http://www.chanvrez-vous.weebly.com

Autres références, triées par date de parution afin de suivre l’évolution des
découvertes sur la plante de chanvre:
Shen Nung Pen ts’ao King Pharmacopoeia; Han Dynasty classics ; et al.
Bible, King James, Genesis Chapter 1, Verse 12 ; Matthew 15/11 ; Paul 1 ; Timothy 1/4 ; Luke 20/46. Also see Psalm 104
14/15 ; Isaiah 18/4-5 ; Isaiah 61/1 ; Paul 1 Timothy 4/1-6 ; Rev 22/1-2 ; Ezekiel 34/29, Exodus 30: 22-23
Washington, G. & Jefferson, T. (1765) Diaries of ; also Jefferson’s Farm Books, Aug.7.
Jefferson, T. (1871) The Writings of Thomas Jefferson. H.A. Washington, ed., J.B. Lippincotts Co., Philadelphia, PA.
British Indian Hemp Commission Report (1894)
Wood, T., Spivey, W., & Easterfield, T. (1896) The Resin of Indian Hemp. XL.-Charas. Journal of the Chemical Society. 69, 539-
546.
U.S. Pharmacopoeia avant 1937.
Anslinger, H.J. (1937) Congressional testimony, July 12.
Adams, R., Hunt, M., & Clark, J. (1940) Structure of cannabidiol, a product isolated from the marihuana extract of Minnesota
wild hemp. I. J. Am. Chem. Society. 62, 196-199.
U.S. Library of Congress; National Archives; U.S. Mint; etc. ; USDA film (1942) Hemp for Victory
Mechoulam, R. & Shvo, Y. (1963) The structure of cannabidiol. Hasish-I. Tetrahedron 19, 2073-2078.
Mechoulam R. & Gaoni, Y. (1964) Isolation, Structure, and Partial Synthesis of an Active Constituent of Hashish
Mechoulam, R. & Gaoni, Y. (1965) The isolation and structure of cannabinolic, cannabidiolic, and cannabigerolic acids.
Hashish–IV. Tetrahedr 21:1223-9.
Nigam, M.C., Handa, K.L., Nigam, I.C. & Levi, L. (1965) Essential oils and their constituents. XXIX. The essential oil of
marihuana: composition of the genuine Indian Cannabis sativa L. Canad J Chem 43:3372-6.
Mechoulam, R. & Gaoni, Y. (1967) The absolute configuration of delta-1-tetrahydrocannabinol, the major active constituent of
hashish. Tetrahedron Lett, 12:1109-1111.
Mechoulam, R. & Gaoni, Y. (1967) Recent advances in the chemistry of hashish. Fortschritte der Chemie Organischer Naturstoffe
25:175-213.
Yamauchi, T., Shoyama, Y., Yagi, M., & Nishioka, I. (1975) Biosynthesis of cannabinoid acids. Phytochemistry. 14, 10, 2189-
2192.
Li, H.L. (1975) The origin and use of cannabis in eastern Asia: Their linguistic-cultural implications. In: Rubin V (Ed.).
Cannabis and Culture. The Hague: Mouton.
51
Turner, C.E. (1980) Constituents of Cannabis sativa L. XVII. A review of the natural constituents. J. Nat. Prod. 43, 169–234.
Wirth, P.W., Watson, E.S., ElSohly, M., Turner, C.E. & Murphy, J.C. (1980) Anti-inflammatory properties of cannabichromene.
Life Sci 26:1991-5.
Touw, M. (1981) The religious and medicinal uses of cannabis in China, India and Tibet. Journal of Psychoactive Drugs. 13:23-
34.
Zuardi, A.W., Shirakawa, I., Finkelfarb, E.et Karniol, I.G. (1982) Action of cannabidiol on the anxiety and other effects produced
by ∆9-THC in normal subjects. Psychopharmacol 76:245-50.
Herkenham, M., Lynn, A.B., Little, M.D., Johnson, M.R., Melvin, L.S. & coll. (1990) Cannabinoid receptor localization in brain.
Proc Natl Acad Sci 87:1932-1936.
Gerard, C.M., Mollereau, C., Vassart, G. & Parmentier, M. (1991) Molecular cloning of a human cannabinoid receptor which is
also expressed in testis. Biochem J 279:129–134.
Devane, W., Hanus, L., Breur, A., Pertwee, R., Stevenson, L., Griffin, G., Gibson, D., Mandelbaum, A., Etinger, A., & Mechoulam,
R. (1992) Isolation and Structure of a Brain Constituent That Binds to the Cannabinoid Receptor. Science. 258, 1946-1949.
Fride, E. & Mechoulam, R. (1993) Pharmacological activity of the cannabinoid receptor agonist, anandamide, a brain
constituent. Eur J Pharmacol ; 231:313-314.
Grinspoon, L. et Bakalar, J.B. (1993) History of the use of cannabis. In: Marihuana, the Forbidden Medicine. Yale University Press,
New Haven, CT.
Di Marzo, V. & al. (1994) Formation and inactivation of endogenous cannabinoid anandamide. Nature 372, 686–691.
Zuardi, A.W., Morais, S.L., Guimarães, F.S. et Mechoulam, R.(1995) Antipsychotic effect of cannabidiol. J Clin Psychiatr 56:485-
6.
Adams, I.B. et Martin, B.R. (1996) Cannabis: pharmacology and toxicology in animals and humans. Addiction 91, 1585–1614.
Hampson & al. (1998) Cannabidiol and delta-9-tetrahydrocannabinol are neuroprotective antioxidants. Proceedings of the
National Academy of Sciences 95:8268-8273.
Ameri, A. (1999) The effects of cannabinoids on the brain. Prog Neurobiol, 58:315-348.
Di, M., Bisogno, T. & De Petrocellis, L. (2000) Endocannabinoids: new targets for drug development. Curr Pharm Des, 6 :1361-
1380.
Mechoulam, R. & Hanus, L. (2000) A historical overview of chemical research on cannabinoids. Chem. Phys. Lipids.108, 1–13
Galve-Roperh, I. & al. (2000) Anti-tumoral action of cannabinoids: involvement of sustained ceramide accumulation and
extracellular signal-regulated kinase activation. Nature Med. 6, 313–319.
Evrard, A. (2000) Le chanvre en Belgique. Les échos du Chanvre – Automne 2000-N°18
Guzmán, M., Sanchez, C. & Galve-Roperh, I. (2001) Control of the cell survival/death decision by cannabinoids. J Mol Med,
78:613-625.
Elphick, M.R. & Egertova, M. (2001) The neurobiology and evolution of cannabinoid signalling. Philos Trans R Soc Lond B Biol
Sci ,356:381-408.
Robson, P. (2001) Therapeutic aspects of cannabis and cannabinoids. The British Journal of Psychiatry. 178: 107-115.
McPartland, J. & Russo, E. (2001) Cannabis and cannabis extracts: greater than the sum of their parts? J. Cann. Therap. 1, 103-
132.
Grotenhermen, F. (2002) Effects of Cannabis and the cannabinoids, in Cannabis and Cannabinoids, In: Pharmacology,
Toxicology, and Therapeutic Potential, Grotenhermen, F. & Russo, E., pages 55-65, Haworth Press, New York.
Mechoulam, R., Parker, L. A. & Gallily, R. (2002) Cannabidiol: an overview of some pharmacological aspects. J. Clin.
Pharmacol. 42, 11S–19S.
Mechoulam, R., Panikashvili, D. & Shohami, E. (2002) Cannabinoids and brain injury: therapeutic implications. Trends Mol.
Rosenthal, E., Mikuriya T.H. & Gieringer, D. (2003) Du Cannabis pour se soigner : Guide pratique Med. 8, 58–61.
Cannabis-Based Medicines – GW Pharmaceuticals: High CBD, High THC, Medicinal Cannabis – GW Pharmaceuticals,
THC:CBD. Drugs R D (2003), 4:306-309.
Baker, D., Pryce, G., Giovannoni, G. & Thompson, A.J. (2003) The therapeutic potential of cannabis. Lancet Neurol, 2:291-298.
Guzmán, M. (2003) Cannabinoids : potential anticancer agents. Nature Reviews Cancer 3(10):745-756.
Grotenhermen, F. (2003) Pharmacokinetics and pharmacodynamics of cannabinoids. Clin. Pharmacokinet. 42, 327–360.
Portella, G. & al. (2003) Inhibitory effects of cannabinoid CB1 receptor stimulation on tumor growth and metastatic
spreading: actions on signals involved in angiogenesis and metastasis. FASEB J. 17, 1771–1773.

52
Walsh, D., Nelson, K.A. & Mahmoud, F.A. (2003) Established and potential therapeutic applications of cannabinoids in
oncology. Support Care Cancer 11, 137–143.
Russo, E.B. (2004) Clinical Endocannabinoid Deficiency (CECD): Can this Concept Explain Therapeutic Benefits of
Cannabis in Migraine, Fibromyalgia, Irritable Bowel Syndrome and other Treatment-Resistant Conditions ?
Neuroendocrinology Letters 25:31-39.
Mikuriya, T. H. (2004) Chronic conditions treated with Cannabis.
Mikuriya, T. H. (2004) Cannabis as a Substitute for Alcohol: A Harm-Reduction Approach. Journal of Cannabis Therapeutcis,
Vol. 4(1).
Di Marzo, V., Bifulco, M. & De Petrocellis, L. (2004) The endocannabinoid system and its therapeutic exploitation. Nature Rev
Drug Discov. 3: 771-784.
Pertwee, R.G. (2004) The pharmacology and therapeutic potential of cannabidiol. In Cannabinoids (Di Marzo, V., ed.), pp.
32–83, Kluwer Academic/Plenum Publishers.
Gieringer, D., St. Laurent, J. & Goodrich, S. (2004) Cannabis Vaporizer Combines Efficient Delivery of THC with Effective
Suppresion of Pyrolytic Compounds. Journal of Cannabis Therapeutics, Vol. 4(1).
Van Der Stelt, V. & Di Marzo, V. (2005) Cannabinoid receptors and their role in neuroprotection. Neuromolecular Med. 7, 37–
50.
Melamede, R. (2005). Harm reduction – the cannabis paradox. Harm Reduction Journal, 2:17.
Witkin, J., Tzavara, E., Davis, R., Li, X., & Nomikos, G. (2005) A therapeutic role for cannabinoid CB1 receptor antagonists in
major depressive disorders. Trends Pharmacol. Sci. 26, 609-617.
Croxford & Yamamura (2005) Cannabinoids and the immune system: Potential for the treatment of inflammatory diseases.
Journal of Neuroimmunology 166:3-18.
Thomas, A. & al. (2005) Evidence that the plant cannabinoid Delta9-tetrahydrocannabivarin is a cannabinoid CB1 and CB2
receptor antagonist. Br. J. Pharmacol. 146, 917–926.
Bouloc, P., Allegret, S. & Arnaud, L. (2006) Le chanvre industriel : production et utilisations.
Di Marzo, V. & De Petrocellis, L. (2006) Plant, synthetic, and endogenous cannabinoids in medicine. Annual Review of
Medicine 57: 553–574.
Sugiura, T., Kishimoto, S., Oka, S., & Gokoh, M. (2006) Biochemistry, pharmacology and physiology of 2-
arachadonoylglycerol, and endogenous cannabinoid receptor ligand. Prog. Lipid Res. 45, 405-446.
Zuardi, A.W. (2006) History of cannabis as a medicine: a review. Rev Bras Psiquiatr 28: 153-157.
Mechoulam, R. & al. (2007) Cannabidiol recent advances. Chem.Biodivers. 4, 1678–1692.
McAllister, S.D., Christian, R.T., Horowitz, M.P., Garcia, A. & Desprez, P.Y. (2007) Cannabidiol as a novel inhibitor of Id-1 gene
expression in aggressive breast cancer cells. Mol. Cancer Ther. 6, 2921–2927.
Fernandez-Ruiz, J. & al. (2007) Cannabinoid CB2 receptor: a new target for controlling neural cell survival? Trends Pharmacol.
Sci. 28, 39–45.
Abrams, D.I., Vizoso, H.P., Shade, S.B., Jay, C., Kelly, M.E. & Benowitz, N.L. (2007) Vaporization as a smokeless cannabis
delivery system: a pilot study. Clinical Pharmacology and Therapeutics 82 : 572–578.
Thomas, A. & al. (2007) Cannabidiol displays unexpectedly high potency as an antagonist of CB1 and CB2 receptor agonists
in vitro. Br. J. Pharmacol. 150, 613–623.
Hazekamp, A., Bastola, K., Rashidi, H., Bender, J. & Verpoorte, R. (2007) Cannabis tea revisited: A systematic evaluation of the
cannabinoid composition of cannabis tea. J. Ethnopharm ; 113: 85-90.
Pisanti, S. & al. (2007) Antiangiogenic activity of the endocannabinoid anandamide: correlation to its tumor-suppressor
efficacy. J. Cell Physiol. 211, 495–503.
Hayakawa, K. & al. (2007) Delayed treatment with cannabidiol has a cerebroprotective action via a cannabinoid receptor-
independent myeloperoxidase-inhibiting mechanism. J. Neurochem. 102, 1488–1496.
Hayakawa, K. & al. (2007) Repeated treatment with cannabidiol but not Delta9-tetrahydrocannabinol has a neuroprotective
effect without the development of tolerance. Neuropharmacology 52, 1079–1087.
Di Marzo, V. (2008) Targeting the endocannabinoid system: to enhance or reduce? Nat. Rev. Drug Discov. 7, 438–455.
Zuardi, A.W. (2008) Cannabidiol: from an inactive cannabinoid to a drug with wide spectrum of action. Rev. Bras. Psiquiatr.
30, 271– 280.
Pertwee, R.G. (2008) The diverse CB1 and CB2 receptor pharmacology of three plant cannabinoids: delta9-
tetrahydrocannabinol, cannabidiol and delta9-tetrahydrocannabivarin. Br. J. Pharmacol. 153, 199–215.
Grotenhermen, F. (2009) Cannabis en Médecine : Un guide des applications médicales du Cannabis et du THC. Editions Indica

53
Izzo, A., Borrelli, F., Capasso, R., Di Marzo, V. & Mechoulam, R. (2009) Les Phyto-cannabinoïdes Non-psychotropes: Les
nouvelles Opportunités d’une plante ancienne. Trends in Pharmacological Sciences ; 30: 515-527.
Kunos, G. & al. (2009) Should peripheral CB1 cannabinoid receptors be selectively targeted for therapeutic gain? Trends
Pharmacol. Sci. 30, 1–7.
Ryan, D. & al. (2009) Cannabidiol targets mitochondria to regulate intracellular Ca2+ levels. J. Neurosci. 29, 2053–2063.
Fischedick, J.T., Glas, R., Hazekamp, A. & Verpoorte, R. (2009) A Qualitative and Quantitative HPTLC Densitometry Method
for the Analysis of Cannabinoids in Cannabis sativa L. Phytochem. Anal.; 20; 421-426.
UNODC (2009) Recommended methods for the identification and analysis of cannabis and cannabis products. Manual for use
by national drug analysis laboratories. New York: United Nations.
Liu, W.M., Fowler, D.W. & Dalgleish, A.G. (2010) Cannabis-derived substances in cancer therapy--an emerging anti-
inflammatory role for the cannabinoids. Curr. Clin. Pharmacol. 5, 281–287.
Smith, T.H., Sim-Selley, L.J. & Selley, D.E. (2010) Cannabinoid CB1 receptor-interacting proteins: novel targets for central
nervous system drug discovery? Br. J. Pharmacol. 160, 454–466.
El-Alfy, A., Ivey, K., Robinson, K., Ahmed, S., Radwan, M., Slade, D., Khan, I., ElSohly, M., & Ross, S. (2010) Antidepressant-
like effect of [Delta]9-tetrahydrocannabinol and other cannabinoids isolated from Cannabis sativa L. Pharmacology
Biochemistry and Behavior, 95, 4, June 2010, 434-442, ISSN 0091-3057.
Katelaris, A. (2010) Hemp: Our Lifeline to the Future. Nexus Magazine October-November.
Sánchez, A.J. et García-Merino, A. (2011) Neuroprotective agents: Cannabinoids. Clinical Immunology. doi:10.1016
/j.clim.2011.02.010
Armentano, P. (2011) Emerging Clinical Applications for Cannabis and Cannabinoids: A Review of the Recent Scientific
Literature, Fourth Edition, NORML Foundation
Velasco, G., Sãnchez, C. et Guzmán M. (2012) Towards the use of cannabinoids as antitumour agents. Nature Reviews Cancer
12:436-444.
Schall, S. (2012) Chanvre et Cannabis
Hazekamp, A. & Romano, L. (2013) Cannabis Oil: chemical evaluation of an upcoming cannabis-based medicine.
Michka & al. (2013) Cannabis Médical : Du Chanvre indien au THC de synthèse.
Chanebeau, A. (2013) Le chanvre, cannabis, du rêve aux mille utilités…
Herer, J. (2013) L’empereur est nu, Le chanvre et la conspiration contre le cannabis. (3e édition française)
Simpson, R. (2013) Phoenix Tears, Rick Simpson Oil, Nature’s Answer For Cancer.
Kander, J. (2013) The Comprenhensive Report on the Cannabis Extract Movement and the Use of Cannabis Extracts to Treat
Diseases.
McGill, J. (2014) Cannabis Oil: Ideal Solutions for Health, Cancer, Skin, and Other Ailments.
Le chanvre industriel, Guide cultural (2015) (http://www.chanvrewallon.be/index.php?rub=la-culture)
Béguerie S. Cannabinoïdes en Médecine : Connaissances et attitudes des professionnels de la santé et des associations de
patients aux Pays-Bas.
Fédération Nationale des Producteurs de Chanvre. Les variétés de chanvre de la FNPC, Objectifs de sélection, Gamme
développée

54
Annexes
Précisions du Dr. Robert Melamede concernant le Système Cannabinoïde Endogène :

Le système des cannabinoïdes existe depuis près de 600 millions d’années. Il est plus vieux que
les dinosaures. Au fil du temps, ce système a continuellement évolué et toutes les nouvelles
espèces l’ont intégré dans leurs fonctions biologiques. Des recherches ont mis en évidence que
c’est surtout dans le domaine de la faim et de la prise alimentaire que le système des
cannabinoïdes joue un rôle primordial.

1) Le système des cannabinoïdes est présent chez tous les animaux vivants au-dessus du seuil
d’organisation des polypes et des mollusques, à l’exception des insectes. Il maintient l’homéostasie du
corps.

2) Le nouveau-né reçoit sa première dose de cannabinoïdes avec le lait maternel, ce qui sert à stimuler
la faim et à apprendre à manger. Durant la phase utérine, le bébé n’a pas de prise alimentaire autonome,
étant donné qu’il est nourri à travers le cordon ombilical.

3) Des souris sans récepteur aux cannabinoïdes CB1 détestent toute forme de changement. Tout
déplacement dans leur cage les rend agressives. Elles se calment quand elles retrouvent leur ancienne
place - et s’énervent à chaque nouveau déplacement.

Commentaire : Il est fort possible que certaines personnes, en particulier les partisans de la « guerre à
la drogue », souffrent d’un blocage du récepteur CB1 et cela pourrait être la raison de leur résistance à
tout changement. Par contre, les amis du cannabis bénéficient des avantages d’un récepteur non bloqué,
ce qui se manifeste par une attitude détendue et une absence de peur des changements... C’est une
hypothèse intéressante et de surcroît étonnamment correcte, car il y effectivement de nombreuses
personnes dont le cerveau est incapable de faire des liens opérationnels entre les récepteurs CB1 et
CB2.

4) Toutes les nouvelles espèces intègrent le système des cannabinoïdes.

5) Du fait d’être vivant, notre organisme produit des "radicaux libres". Les cannabinoïdes ont la
capacité de neutraliser ces substances nocives.

6) Les cannabinoïdes détruisent des cellules du cerveau, mais il s’agit là des cellules cancéreuses de
tumeurs du cerveau appelées « Gliome ». Tous les autres types de cellules cérébrales sont protégées,
voire réparées, par les cannabinoïdes.

7) Les cannabinoïdes protègent notre peau contre les coups de soleil et le cancer, du fait de la
présence de récepteurs CB1 dans notre épiderme.

8) Les cannabinoïdes ralentissent le processus de vieillissement. En effet, des souris dont le cerveau
réagit aux cannabinoïdes vivent plus longtemps que celles ayant un récepteur CB1 bloqué.

9) Les activités dans les parties les plus évoluées du cerveau se basent sur les récepteurs aux
cannabinoïdes et favorisent des états de conscience supérieure.

10) Des cannabinoïdes ont même été trouvés dans les globules blancs (récepteurs CB2). Les récepteurs
CB2 sont principalement situés dans les cellules immunitaires qui règlent la modulation du système
immunitaire vers un état « anti-inflammatoire ».

11) Les cannabinoïdes protègent le coeur contre les arythmies.

55
12) Leur action anti-douleur est liée au système neuro-sensoriel responsable de la transmission de la
douleur, appelé « récepteurs vanilloïdes ». L’anandamide (« cannabinoïde endogène ») est une substance
synthétisée par le corps qui ressemble chimiquement au cannabis et qui se fixe aux nerfs terminaux
pour atténuer la douleur. L’anandamide est synthétisée en réponse à différents stimuli. Par exemple,
l’aspirine bloque la décomposition de l’anandamide et agit ainsi contre la douleur. C’est ainsi que de
nombreuses personnes qui prétendent ne jamais consommer de cannabis utilisent son équivalent
endogène sans le savoir...

13) Dans la majorité des maladies auto-immunes, les cellules immunitaires produisent des « radicaux
libres » qui attaquent le corps comme un objet étranger. Le cannabis met le système immunitaire dans
un état anti-inflammatoire et contribue au ralentissement de la maladie et au prolongement du temps
de survie.

14) Le cannabis ne contient pas que du delta-9-THC comme substance active, il contient aussi, entre
autres, le cannabidiol (CBD) non psychotrope. Même si le mécanisme exact n’est pas encore connu, il est
tout de même clair que du chanvre contenant beaucoup de CBD inhibe l’effet psychotrope du « high »
provoqué par le THC.

15) En dehors de leur capacité à se lier aux récepteurs des parties supérieures du cerveau, les
cannabinoïdes sont impliqués dans de nombreuses autres parties du corps humain, par exemple la peau
et d’autres tissus.

16) Des laboratoires pharmaceutiques travaillent sur la synthèse de différents composés des
cannabinoïdes et le développement de nouvelles variétés de cannabis. Si ces projets ont du succès, nous
disposerons d’une plus grande palette de médicaments à base de cannabis et nous pourrons choisir celui
ayant l’effet optimal contre une maladie ou pour atteindre un état spécifique.

17) La position et l’importance des récepteurs CB1/CB2 dans le cerveau permettent de conclure que la
voie naturelle de l’évolution humaine va vers un état de conscience supérieure.

18) Les partisans de la « guerre à la drogue » n’agissent guère par méchanceté, mais plutôt parce qu’ils
ont un état de conscience resté primitif, voire « obtus ». Leur vision du monde est empreinte d’hostilité
et d’angoisses et non pas de coopération et de compréhension.

19) Selon une étude réalisée sur 150 personnes dépressives, le cannabis empêche la mort des cellules
saines et protège les nerfs.

20) Les cannabinoïdes favorisent la broncho-dilatation et facilitent l’inspiration et l’expiration chez des
personnes souffrant d’asthme. Mais du fait de l’équilibre maintenu par notre corps pour rester en
bonne santé, un effet inverse est néanmoins possible et peut entraîner la mort en cas de consommation
excessive par inhalation (fumée).

21) Les cannabinoïdes influencent notre vision du futur. Si vous êtes empreint de mauvaises
expériences, l’avenir vous fera peur. Par contre, ceux qui savent profiter des cannabinoïdes ont envie
d’aller vers l’avenir. En matière de cannabinoïdes, c’est l’incapacité au changement face à l’affirmation
de l’avenir et de l’évolution.

22) Les cannabinoïdes protègent contre différentes formes de cancer et il est fort probable qu’ils
feront partie intégrale des médicaments anti-cancer du futur. Ces substances ont la capacité de
détruire les cellules malades et de protéger les cellules saines.

23) Les cannabinoïdes aident en cas de maladies du foie et de démangeaisons incontrôlables. En plus, ils
agissent contre l’insomnie et les dépressions et ceci depuis près de 600 millions d’années.

24) Le THC à petites doses diminue la peur tandis qu’une dose élevée favorisera l’angoisse. L’inhalation
de cannabis peut diminuer la peur. Par voie d’administration orale, le delta-9-THC est transformé lors

56
du premier passage dans le foie en delta-11-THC, qui a un potentiel psychotrope cinq fois plus fort et
dont la durée d’action est bien plus longue.

25) Le cannabis protège les cellules nerveuses contre la mort, il a donc également un effet protecteur
contre la maladie d’Alzheimer.

26) Les blessures à la tête induisent une production renforcée de cannabinoïdes endogènes qui servent
à protéger le corps ; il en est de même en cas d’exposition à des gaz neurotoxiques. Les cannabinoïdes
amorcent l’activation d’un gène particulier. Ce processus a été étudié entre autres sur un modèle de ver
qui a un système nerveux très simple. Il s’est avéré que les molécules impliquées règlent un facteur
appelé « transcription factor » qui « met en action » les gènes. Si l’expression de ce gène particulier
est activée, la durée de vie des vers est prolongée. Nous avons vu le même effet chez la souris. Le
cannabis étant capable de détruire les « radicaux libres », les consommateurs de cannabis ont non
seulement une durée de vie plus longue, mais aussi un aspect plus juvénile. Le cannabis est donc
bénéfique pour la santé par son effet protecteur des cellules nerveuses, l’équilibre sur le système
immunitaire et la réduction des dépôts de graisse dans le système cardio-vasculaire.

27) Ces nouvelles recherches ont anéanti l’argument selon lequel le cannabis « provoquerait le cancer ».
Dans la gorge, il y a des récepteurs à la nicotine, mais pas de récepteurs aux cannabinoïdes. Toute
cellule dispose d’un programme biochimique d’autodestruction, appelé « apoptose ». Ce dernier est
activé lorsqu’une cellule est trop endommagée pour induire l’auto-réparation. Il s’agit d’un processus
réglé par des voies biochimiques. Par contre, la nicotine a pour effet de bloquer l’apoptose. Toute
fumée amène des substances cancérigènes dans le système respiratoire et cardio-vasculaire. Des
cellules endommagées par la fumée meurent, ce qui est un effet désirable, car ces cellules sont
détruites avant de pouvoir se transformer en cellules cancéreuses.

28) L’effet analgésique des cannabinoïdes est connu de longue date, mais le mécanisme de la douleur au
niveau moléculaire et ses interactions avec le système des cannabinoïdes n’a été élucidé que depuis peu.
Nous savons qu’il existe des intersections entre le système des cannabinoïdes et celui des opiacés
(resp. endorphines) et qu’il y a synergie dans le sens d’un renforcement mutuel. C’est ainsi qu’un
traitement analgésique avec des opiacés peut être réduit jusqu’à 50% s’il y a parallèlement traitement
avec des cannabinoïdes.

29) Les cannabinoïdes ont un rôle primordial dans l’homéostasie de chaque système biochimique de
notre corps - que ce soit le système nerveux, le système digestif, le système immunitaire, les organes
reproductifs ou autres. Il s’agit là d’un réseau biochimique qui influence chaque processus dans notre
corps et notre esprit. Mais, si le tout est toujours plus que la somme de ses parties - quel serait donc le
dénominateur commun du système des cannabinoïdes ? Nous étudions l’action du système des
cannabinoïdes sur la régulation de l’alimentation, de la digestion et de l’immunité - mais quel effet a-t-il
sur l’esprit ? Personnellement, je pense que les cannabinoïdes élargissent notre esprit, ils nous libèrent
de nos paradigmes unidimensionnels et c’est précisément ce qui est nécessaire pour avancer vers un
futur par ailleurs toujours inconnu. Le système des cannabinoïdes nous permet d’accepter les
changements de manière décontractée et paisible. Le système des cannabinoïdes est en fait un
système de santé holistique. L’équilibre nécessaire à notre santé est intimement lié à ce système. C’est
la raison pour laquelle le cannabis doit être à la portée de tous et utilisé de façon appropriée.

57
58
59
Interview du Dr. Ethan Russo sur le CBD et la déficience clinique des endocannabinoïdes
(https://www.projectcbd.org/article/dr-ethan-russo-cbd-clinical-endocannabinoid-deficiency):

Project CBD: Today we’re talking with Dr. Ethan Russo. Dr. Russo, a board certified neurologist, is the
medical research director at Phytecs, a biotechnology company that specializes in developing different
ways of targeting the endocannabinoid system for therapeutic benefit. Dr. Russo was formerly the
senior medical advisor to GW Pharmaceuticals and a widely published author in many scientific journals,
as well as a contributor and editor of several books. He has also been a faculty member at the
University of Washington, a guest teacher at Harvard Medical School, and other academic institutions.
Welcome to Cannabis Conversations.
Russo: Thank you for having me.
Project CBD: Ethan, you’ve been way ahead of the curve with respect to cannabidiol, years before
most people in the medical marijuana community had ever heard of it, you were emphasizing its
significance. Tell us briefly, what is the significance of CBD?
Russo: Well I think we need a little background first to indicate that cannabidiol has always been part
of the capabilities of cannabis. It’s just that it’s been pushed into the background through selective
breeding, basically another byproduct of prohibition where the emphasis has been on maximum
psychoactivity to the exclusion, for the most part, of medicinal benefits that might go beyond that.
But, clearly, this is a substance that has a lot to offer on many levels.
Firstly, it synergizes with THC, so it complements the ability of THC to treat pain while in its own
right it’s an excellent anti-inflammatory without the liabilities that we say get from non-steroidal anti-
inflammatory drugs with their tendencies to produce serious side effects like ulcers, heart attacks,
and strokes, these just aren’t a liability with cannabidiol.
So cannabidiol, on the one hand, can counteract some of the less desirable effects of THC such as this
tendency to produce anxiety and rapid heart rate. But at the same time, cannabidiol on its own has
many properties that THC doesn’t – as an anti-anxiety agent, as an anti-psychotic, and doing all this
without producing intoxication, if you will, that can happen with too much THC. So this is just a few of
the things.
Project CBD: You mentioned CBD in the context of it being combined with THC; you also mention it as
an isolate. And GW Pharmaceuticals, when you were involved with the company, has done extensive
clinical trials focusing on CBD in combination with THC for Sativex. It’s been approved in a couple of
dozen countries as a sublingual spray. But also GW has been focusing more recently on Epidiolex, which
is more like a single molecule formula. I realize there are some other things in there, but it’s mainly
CBD.
Russo: That’s true.
Project CBD: So what are the advantages and disadvantages of both ways of looking at it, both as an
isolate or as a whole plant mixture?
Russo: So in Sativex, basically it’s a 1:1 mixture of THC and CBD, plus some other terpenoid
components. That turned out to be the best approach for treating a large variety of symptoms such as
spasticity in MS, some pain conditions, particularly neuropathic pain, and worked out quite well. In the
early days, the company looked at different ratios and different modes of administration and the oral
mucosa spray with Sativex with this 1:1 mixture turned out to be a good balance of efficacy and
safety, meaning fewer side effects.
On the other hand, cannabidiol alone, again, would be very good in treating a variety of other
conditions. One is epilepsy. CBD as an anticonvulsant has a broad spectrum of activity. In other words,
it works on many different kinds of seizures and has the possibility, again, of doing this without any of
the liability that THC might produce, both in terms of side effects but also legal constraints. So that’s
a big advantage. Additionally, as an anti-psychotic, say to treat schizophrenia, there’s already been a
Phase 2 clinical trial with Epidiolex, in essence, with good success apparently. That hasn’t been
published yet. But the preliminary results were announced online.

60
Project CBD: So I’ve heard it described that CBD is like THC without the psychoactivity. Is that
accurate? Or is that sort of a blunt description that really doesn’t get at what’s going on here? Are
there other conditions that really CBD seems more suitable than THC?
Russo: More the latter. It is really distinct. Something I haven’t mentioned is that in its own right
cannabidiol is an endocannabinoid modulator, in other words, when given chronically it actually increases
the gain of system, which is, at its core, a homeostatic regulator. To explain that: homeostasis is a
state of balance. Many diseases interfere with a balance in a given system and if we can bring that
balance back to where it should be there’ll be improvement in the overall condition. This is one reason
that cannabidiol is such a versatile medicine because so many disorders operate on that kind of level.
So, if there’s too much activity in a system homeostasis requires that it be brought back down. If
there’s too little, it’s got to come up. And that’s what cannabidiol can do as a promoter of
endocannabinoid tone, we call it.
Project CBD: Well usually when we think of a drug, it goes in one direction or the other. But you’re
suggesting that CBD really has a bi-directional effect. It can balance either excess or deficiency. Can
you explain how that works? Or would that require a kind of in-depth scientific …
Russo: It would but, looking at the endocannabinoid system, it is sort of a buffer. So CBD can be
thought of as a buffer as well – a buffer is something that will work both ways as need be. So, for
example, in the endocannabinoid system one of its main roles in the brain is to regulate
neurotransmitter function and again, if there’s too much of one kind of neurotransmitter it will bring it
down, if there’s too little it will bring it up. Without diagrams, that’s probably as well as we’re going to
do this evening.
Project CBD: Now does THC do something similar, but in a different way?
Russo: Yes. Okay, we can think of THC as acting directly on the cannabinoid receptors. In contrast,
CBD is quite distinct. It doesn’t tend to bind directly, what’s called the orthosteric site where THC
binds. Rather, it binds on what’s called an allosteric site, another site on the receptor, and it so it
alters the binding of both THC and the endogenous cannabinoids, the endocannabinoids. So, cannabidiol
is what’s called the negative allosteric modulator, which is a fancy way of saying that when THC is
present it interferes with its activity – which is a good thing in terms of wanting too much
psychoactivity and again limiting side effects like anxiety or rapid heart rate that can be a problem if
someone has too much THC.
Project CBD: So the idea that CBD is a negative allosteric modulator of the cannabinoid receptor, that
would suggest – if it’s impeding or reducing the signaling of a particular receptor – that it might be
helpful for diseases that are an expression of an excess, because you want then a limit, and the
opposite would be if you had some kind of allosteric modulator, unlike CBD, that would have a enhancing
effect on a receptor that would then perhaps be helpful for disease of deficiency of the
endocannabinoid system. Now you’ve written a very important paper, I think it was published back in
2001, on clinical endocannabinoid deficiency, maybe you can explain the thesis of that?
Russo: It was a concept I introduced then, I had a larger review paper in 2004, and just this year
2016, I submitted further review that’s currently under consideration for publication. Basically it
occurred to me that many diseases affect neurotransmitter levels. A couple of examples: We know one
of the primary problems in Alzheimer’s disease or other dementias is a lack of Acetylcholine, the
memory molecule in the brain; similarly in Parkinson’s disease there’s not enough dopamine and you try
to replace that with a medicine with a medicine call L-Dopa. So what would a deficiency of
endocannabinoid function look like? Well, we already knew that. If you don’t have enough
endocannabinoids you have pain where there shouldn’t be pain. You would be sick, meaning nauseated.
You would have a lowered seizure threshold. And just a whole litany of other problems. It occurred to
me that a number of very common diseases seem to fit a pattern that would be consistent with an
endocannabinoid deficiency, specially these are migraine, irritable bowel syndrome, and fibromyalgia.
They have some things in common. They’re all hyper-algesic syndromes, meaning that there’s seems to
be pain out of proportion to what should be going on, in other words you can look at the tissues they
look okay, but there’s biochemically something that’s driving the pain.

61
Additionally, they occur in the same individuals. If someone has a chronic problem with migraine
there’s a high likelihood they’re going to have fibromyalgia at some point in their life; similarly, with
the irritable bowel syndrome. Previously there wasn’t a lot of genetic linkage, but we’re still looking for
evidence of that and there seems to be a possibility that there’s some linkages there. But again, the
theory as it started out was that they would have in common an endocannabinoid deficiency.
Subsequently to the review paper in 2004, there’s been a great deal of work done both clinically and
experimentally that supports the concept. I’ll just give one example: Some years ago in Italy a group
Sarchielli, et al, measured the anandamide levels in the cerebrospinal fluid. They did lumbar punctures,
spinal taps –
Project CBD: Anandamide being one of the endocannabinoids.
Russo: Exactly. They showed in people with migraine that the levels were vastly lower than in normal
people that didn’t have migraine headaches. So this was the first strong objective proof, if you will,
behind the theory. There have been other examples that have tried to document the new paper.
Project CBD: Given just the notion of measuring of the levels of one’s own endocannabinoids, if there
was a technology that was relatively inexpensive and accessible that would seem like a very, very
valuable diagnostic. Is there such a thing in the works as far as you know?
Russo: Well, in development – we’re not there yet. There are direct measurements, hopefully we’d have
a technology that didn’t require an invasive procedure like a lumbar puncture to figure these things
out. There are also physiological scans like PET scans and to a lesser extent functional MRI scans that
could look at that, but we’re still in early stages of trying to harness the kind of technology that would
give us these answers particularly without resorting to more invasive techniques.
Project CBD: Phytecs, the company that you’re working with now, as far as I know has been involved
with developing techniques, possibly drugs or herbs or combinations thereof (maybe other techniques,
you’ll have to fill us in) that target the endocannabinoid system in a way to restore balance if it’s
deficiencies as you’ve just described of migraines and other things – presumably that would somehow
enhance the endocannabinoid functioning in the body. Or if it was an excess disease, perhaps
something like obesity you’d want to bring it down. Tell us a little bit about what’s in the works with
Phytecs? Is the focus just on cannabis or are they looking beyond cannabis to other herbs or other
techniques.
Russo: Cannabis is certainly in the mix. We’re interested in developing more focused chemovars that
would be chemical varieties of cannabis that would work better on certain diseases that maybe haven’t
had as much attention heretofore. But yes, you’re right, we’re also interested in non-drug approaches.
This would include herbal approaches that would affect the endocannabinoid system with agents that
aren’t intoxicating. Additionally, it would include lifestyle and dietary approaches. And there’s a large
body of evidence now to show that diet can positively influence the endocannabinoid system and its
balance.
Project CBD: Presumably bad diet, negatively influenced.
Russo: I’m afraid that’s true too.
Project CBD: So, when we talk about the endocannabinoid system, at least when I was first hearing
that term several years ago, a kind of simplistic notion was that there’s these compounds in cannabis,
they bind to these receptors, and that’s what it’s all about. But when you talk about other herbs, are
you suggesting that there are other herbs, other plants, which can also interact directly – or maybe
indirectly – with the endocannabinoid system? What would be some examples?
Russo: There’s an example we need to learn a little bit more about, a thing called the New Zealand
Liverwort. It’s recently been shown to have a cannabinoid agent that works at CB1, the same receptor
where THC binds. I’m afraid the paper isn’t out yet. I’ve just had a tantalizing hint from our colleague
Jurg Gertsch about this. A couple of years ago there was an agent called yangonin that was isolated
from kava, the south sea beverage, that also works on the CB1 receptor, and it could certainly have
something to do with the relaxing properties of that drink. So this is just two examples.
Project CBD: And what about the compounds from the cannabis plant? Do they only bind to the
cannabinoid receptors or are there other interactions going on that we might not be thinking about?

62
Russo: Sure. Let me give a couple of examples: again, CBD is what’s called an agonist, a stimulator of
serotonin 1A receptor. This is something that I had hypothesized and with colleagues of the University
of Montana back about 2005 we described this. And it turns out to be an important mechanism of a lot
of the activity of cannabidiol, seemingly independent of the cannabinoid receptors. Another example is,
another component of cannabis that’s chemically wasn’t thought to be cannabinoid turns out to be, that
is the sesquiterpenoid called beta-caryophellene.
Project CBD: When you say terpenoid or sesquiterpenoid, what do you mean by that?
Russo: Well, this is a 15-carbon molecule, it’s quite distinct in its appearance from the cannabinoids we
think of normally in cannabis, but as it turns out this is a strong selective agonist at the CB2 receptor.
Project CBD: That’s more in the periphery compared to CB1 tends to be more in the center?
Russo: This is thought of, this is a non-psychoactive receptor. It is more important in inflammatory
mechanisms and also in pain. So the advantage of an agent that would act on CB2 would be reducing
inflammation, reducing pain, but without psychoactive side effects. Now as it turns out this
caryophellene is very selective there. It’s a very safe agent. This, for example, is in black pepper. It’s
called GRAS by the government – not that kind of grass – rather GRAS, Generally Recognized As Safe
as a food additive. So this is something with the government’s seal of approval. It’s in our diet. But
more of this would certainly have a positive influence on health, particularly for people with arthritis
or other kinds of chronic pain. And again, without any liability in terms of having unwanted side
effects.
Project CBD: So beta-caryophellene, this sesquiterpene that you refer to, this is actually present in
some cannabis strains and therefore would have presumably an additive effect combined with the
synergy with the cannabinoids like CBD and THC could enhance the painkilling or anti-inflammatory
effect.
Russo: Yes, that certainly would be the case. It’s going to be present to some degree in almost all
cannabis strains. However, if you have, say in a dispensary the ability to have a good assay for the
cannabinoid content and we’re able to select for one that was high in caryophellene we would expect
that to be much better at treating pain and inflammation.
Project CBD: So if you have a situation where the cannabinoids like CBD and THC from the plant are
binding not only to the cannabinoid receptors but other receptors, and then we have other herbs – you
mentioned kava, there’s others as well – that are interacting with the cannabinoid receptors, what does
this mean in terms of our conception of what the endocannabinoid system is? I remember years ago
when I was fumbling around as a non-scientist trying to get a handle on some of these concepts, the
idea was I think maybe somewhat narrow: you have compounds in the plant, they bind with these
receptors, great, and good things happen. Is that too narrow a conception when we say the
endocannabinoid system in that classic way, do we need to expand our idea of it?
Russo: Well it’s a great question because it highlights the problem that we have. First and foremost,
we need to better understand the role of the endocannabinoids in our lives and our health status.
That’s been ignored, possibly because of its name – having cannabis in the name of this pejorative
connation has impeded education, even in medical school. Basically, it hardly exists. Let’s consider this.
There are more cannabinoid receptors in the brain than there are for all of the neurotransmitters put
together. That being true – and it is – recognizing that fact, why would one ignore this system? Why
isn’t this being taught? Our public needs to know about this and how lifestyle and diet affect this
system, and how it could be brought to bear to improve their life condition.
Project CBD: We want to thank you Dr. Ethan Russo for bringing this type of information to our
attention. You’ve been a pioneer in this area and it’s been greatly helpful to all of us. Thank you.
Russo: My pleasure.

63
64
65
66
67
68
69
70
71
72
73
74
75
76
77
78
79
80
81
82
83
84
85
86
87
88
89
90
91
92
93
94
95
96
97
98
99
100
101
102
103
104
105
106
107
108
109
110
111
112
113
114
115
116
117
118
119
120
121
122
123
124
125
126
127
128
129
130
131
Projet d’entreprise
Etant donné qu’à l’heure actuelle, la législation belge ne permet pas encore à un simple citoyen sans terre agricole,
de cultiver son propre chanvre industriel à des fins personnelles ; un de mes objectifs est de fonder une
Association portant le nom « Chanvre & Vous ! » (ASBL/Coopérative/Fondation ?) ( http://www.chanvrez-
vous.weebly.com/) qui aura pour but de permettre aux membres de pouvoir participer à la culture du chanvre
industriel sur plusieurs parcelles communes en toute légalité vis-à-vis du gouvernement. Pour ce faire, il sera
nécessaire d’avoir un N° de producteur ou il faudra faire un partenariat avec un agriculteur agréé qui fera la
demande du certificat de conformité des semences de chanvre industriel. Il sera utile de rejoindre la coopérative
BELchanvre et l’ASBL Chanvre Wallon http://www.chanvrewallon.be/ pour faciliter les démarches administratives
liées à la culture de chanvre industriel en Belgique (exemple de culture collective de chanvre au Danemark :
Fondation ENDOCA http://www.endocafoundation.org/)

L’objectif principal de l’Association « Chanvre & Vous ! » sera de Promouvoir et populariser la culture
du chanvre (Cannabis sativa L.) et les multiples utilisations de ses produits dérivés !

Les parcelles de chanvre collectives permettront aux membres d’avoir accès à du chanvre frais pendant tous les
stades de maturité de la plante. Des stages seront organisés pour apprendre aux membres à utiliser le chanvre de
différentes façons. Je pense par exemple à l’utilisation des feuilles et des fleurs fraîches dans les salades, les
soupes, les tisanes, les smoothies, les jus à l’aide d’extracteurs, les préparations culinaires, etc. mais aussi pour
nourrir ses animaux car le chanvre vert dépasse en valeur le maïs et est volontiers mangé par le gros bétail, les
chevaux, les poules, les éléphants, les rongeurs, les lapins, les cochons, les chèvres, les moutons, et même certains
chiens et chats. Les protéines d’édestine, en nombre record dans les graines de chanvre, sont d’ailleurs l’unique
source de protéines conseillée pour les diètes animales. Il est intéressant de rappeler que les graines de chanvre
sont utilisées depuis la nuit des temps à travers le monde et sont les seules graines possédant l’essentiel des
qualités nutritives nécessaires à l’homme et aux animaux. Ce chanvre vert, une fois séché, peut aussi être brûlé,
notamment, pour désinfecter les écuries, les étables ou pour augmenter la production de lait des bovins.

Afin de lancer le projet « Chanvre & Vous ! », les membres pourront cotiser sous forme de parrainage («crowd-
funding») en fonction du nombre de m2 de plantes de chanvre qu’ils désirent utiliser.
De plus, pour soutenir les projets, des médailles commémoratives en argent métal à l’effigie de « Chanvre &
Vous ! » ainsi que des pièces de collection en argent seront proposées en contrepartie d’un certain montant de
parrainage. Ces médailles pourront ensuite être échangées contre des produits issus de la récolte ou pour
participer aux tournois de poker organisés par l’association « Chanvre & Vous ».

Les membres qui participeront activement à la culture, recevront des « crédits chanvre » en fonction du temps
consacré au projet. Les « crédits chanvre » seront baptisés des « Cannabi-Dol » et seront proposés par exemple
sous la forme de billets en papier de chanvre ou de jetons en Bio-Plastique de chanvre
(https://www.indiegogo.com/projects/hbp-hempbioplastic-filament-for-3d-printing-green#/). Les « Cannabi-Dol »
accumulés pourront ensuite être échangés contre des plantes de chanvre entières ou des produits dérivés issus de
la récolte (graines, inflorescences, huiles essentielles, extraits résineux d’inflorescences (CBD), …).

132
POUR ME SOUTENIR DANS MES PROJETS,
VOUS POUVEZ ME COMMANDER DES
PRODUITS ISSUS DU CHANVRE
( JE VOUS FEREZ UNE REDUCTION SUR LES PRIX INDIQUES ;-) )
Tel : +32 472277296
Mail : bonogeonobo@protonmail.com

133
134