Вы находитесь на странице: 1из 4

 

 
Bac  2019  
Épreuve  de  littérature  
Série  L  
 
 
Question  1  :    
 
Dans  sa  préface,  Victor  Hugo  remercie  "cette  jeunesse  puissante"  pour  qui  il  dit  travailler.  En  quoi  Hernani  
est-­‐elle  la  pièce  de  la  jeunesse  ?  
 
Le   25   février   1830,   une   bande   de   jeunes   romantiques   hirsutes   et   habillés   de   rouge,   envahit   la   Comédie  
française  en  brandissant  tel  un  étendard  révolutionnaire  son  billet  rouge  siglé  «  Hierro  »  et  signé  par  Victor  
Hugo   :   la   bataille   d’Hernani   est   née   !   Victoire   des   jeunes   contre   les   Anciens,   triomphe   bruyant   et  
indiscipliné  de  la  fougue  romantique  contre  les  «  cranes  d’œufs  »  classiques.  C’est  en  partie  grâce  à  cette  
«  claque  »  hugolienne  que  la  pièce  devient  le  symbole  d’une  jeunesse  littéraire  qui  plébiscite  un  nouveau  
genre  plus  représentatif  de  son  époque.  Hugo,  qui  avait  été  marqué  et  blessé  par  la  censure  de  Marion  de  
Lorme,   sait   qu’il   doit   beaucoup   à   son   armée   de   jeunes   disciples   ;   dans   sa   préface,   il   remercie   «  cette  
jeunesse   puissante  »   pour   qui   il   dit   travailler.   En   quoi   Hernani   est-­‐elle   la   pièce   de   la   jeunesse   ?   Au-­‐delà   des  
circonstances   de   la   représentation,   qu’est-­‐ce   qui   fait   de   cette   pièce   écrite   par   un   très   jeune   dramaturge  
l’allégorie  d’un  souffle  jeune  et  créatif  ?    
 
Plan  possible  :  
 
I.  Une  pièce  qui  insuffle  jeunesse  et  renouveau  dans  le  théâtre  français  
 
-­‐  Une  pièce  écrite  par  un  jeune  dramaturge  qui  comprend  les  préoccupations  de  sa  génération  
 Il  a  28  ans.  Il  est  le  porte-­‐parole  de  la  jeunesse.    
-­‐  Hernani  rajeunit  la  Comédie  française    
La   pièce   signe   le   renouveau   de   la   Comédie   française   :   le   souffle   neuf   du   romantisme.   En   effet,   le   baron  
Taylor,   nommé   à   la   tête   du   vénérable   établissement   en   1825,   constate   que   se   limiter   au   répertoire  
classique  ne  fait  plus  recette  et  souhaite  ouvrir  la  salle  Richelieu  aux  Romantiques.  Ainsi,  Le  More  de  Venise  
de   Vigny,   adaptation   de   Othello   de   Shakespeare   est   accepté   et   l’entrée   au   répertoire   de   Henri   III   et   sa   cour  
d’Alexandre  Dumas  marquent  un  tournant  dans  lequel  Victor  Hugo  va  s’engouffrer.    
-­‐  «  Travailler  »  pour  un  public  jeune  et  nouveau  
Les  amis  de  Hugo  et  toute  la  jeune  garde  romantique  constituent  une  «  claque  »  survoltée.  La  censure  de  sa  
pièce  Marion  de  Lorme  en  aout  1829  est  vécue  comme  une  injustice  qu’il  faut  réparer  et  le  clan  se  mobilise.  
Depuis  plusieurs  semaines,  ils  se  réunissent  chez  Hugo  et  préparent  la  bataille  ;  cette  armée  d’artistes  et  de  
jeunes  révolutionnaires  est  parfaitement  prête  à  se  «  battre  »  le  25  février  1830.  Surexcités,  ils  entrent  dans  
la  salle  dès  15  heures  et  passent  l’après-­‐midi  à  boire,  déclamer  des  vers,  chanter,  s’échauffer  comme  des  
étudiants   agités.   Ils   reçoivent   avec   toute   l’insolence   de   leur   jeunesse   criarde   le   clan   des   classiques.   Ce  
public  plus  traditionnel  et  beaucoup  plus  âgé  est  largement  composé  de  monarchistes  conservateurs  qui  ne  
pardonnent   pas   Hugo   d’avoir   changé   de   camp   politique   et   esthétique.   Ils   sont   porteurs   des   valeurs  
traditionnelles,   défenseurs   des   convenances   et   de   l’ordre   social.   Le   choc   est   violent   entre   les   jeunes  
révolutionnaires   et   ce   public   conservateur.   Cf   -­‐Albert   BESNARD,   La   Première   d’Hernani   –avant   la   bataille  
(1903)  Agitation,  effervescence-­‐  Les  jeunes  bohèmes,  «  chevelus  »  en  gilets  rouges,  Théophile  Gautier  en  
tête  CONTRE  les  «  grisâtres  »,  les  anciens.  
-­‐  Hernani  :  une  esthétique  nouvelle  pour  un  public  jeune    
Victor  Hugo  n’hésite  pas  à  bouleverser  les  règles  du  théâtre  classique  et  fournit  à  son  public  de  nouveaux  
plaisirs,  alliant  la  grandeur  romantique  à  un  divertissement  plus  populaire.  La  jeune  génération  se  reconnaît  
dans  cette  audace  qui  se  manifeste  dans  la  pièce  par  :  
• Le  mélange  de  la  poésie  lyrique  et  de  la  trivialité.  
• La  bienséance  heurtée  avec  les  duels  (ou  menaces  de  duels),  le  fait  que  Dona  Sol  dès  l’exposition  
reçoive  son  amant  de  nuit  dans  sa  chambre  alors  qu’elle  est  fiancée  à  un  autre,  les  sensuels  baisers  
et  Hernani  et  Dona  Sol,  la  mort  violente  sur  scène  de  DRG,  de  DS  et  d’H.      
• Les  invraisemblances  comme  le  dialogue  de  DC  avec  le  tombeau  de  Charlemagne.  
• La  métrique  inhabituelle  et  les  entorses  faites  à  l’alexandrin  traditionnel.  
 
II.  Dans  la  pièce,  les  jeunes  personnages  sont  à  l’honneur  
 
-­‐  Une  pièce  qui  met  en  scène  des  personnages  jeunes  et  fougueux  qui  s’opposent  au  vieux  barbon  
Les   personnages   sont   les   symboles   du   conflit   générationnel   :   les   deux   jeunes   contre   le   vieillard   Cf    
«  Vieillard   stupide,   par   DS   :   «   vieillard   insensé   »   (V,   6,   v.   2065),   par   DRG   lui-­‐même   :   «   vous   prenez   un  
vieillard  »  (I,  3,  v.  234)  «  Hélas  !  seul  je  surnage/  D’un  siècle  tout  entier.  Tout  est  mort  à  présent  »  (v.  308-­‐
309).  
 
-­‐  La  pièce  célèbre  la  jeunesse  comme  «  une  force  qui  va  »  :  Hernani  et  Dona  Sol,  héros  plein  de  fougue  et  
d’énergie.    
 
-­‐  Hernani  satisfait  les  aspirations  d’une  jeunesse  en  proie  au  mal  du  siècle  
La   jeunesse   et   la   révolution   romantique   ont   une   portée   idéologique   certaine,   cf   la   Préface   de   Cromwell   qui  
revendique   «   La   liberté   en   art   contre   le   despotisme   des   systèmes,   des   codes   et   des   règles.   »   La   fin   de   la  
pièce  choque  les  conservateurs  parce  que  le  dénouement  tragique  et  la  mort  des  amants  symbolisent  les  
espoirs  de  la  jeunesse  anéantis  par  une  société  étriquée  et  mesquine.  «  Un  monde  trop  vieux  »  dans  lequel  
les  désirs  d’héroïsme  ne  peuvent  se  réaliser  comme  le  dit  Musset  dans  sa  Confession  d’un  enfant  du  siècle.    
 
 
Question  2  :    
 
En  Avril  1830,  Balzac  déclare  à  propos  d'Hernani  :  «  rien  n'y  est  neuf  ».  Qu'en  pensez-­‐vous  ?  
 
A  priori,  cette  affirmation  de  Balzac  prend  le  contrepied  des  idées  admises  sur  la  pièce  d’Hernani.  En  effet,  
elle   est   devenue   très   vite   le   symbole   de   la   génération   romantique,   l’emblème   d’une   jeunesse   en   attente  
d’un  renouveau  esthétique,  dramatique  et  idéologique.  Néanmoins,  quelques  semaines  après  la  première  
représentation,  Balzac  va  à  l’encontre  de  ce  point  de  vue  en  affirmant  :  «  rien  n’est  neuf  »  dans  Hernani.  En  
quoi  ce  jugement  peut-­‐il  nous  surprendre  ?  Peut-­‐on  néanmoins  le  comprendre  ?  
 
I.  À  première  vue,  tout  est  neuf  dans  Hernani  
 
Une  pièce  qui  veut  insuffler  jeunesse  et  liberté  dans  le  théâtre  français  
 
-­‐  Le  renouveau  dramatique  :  
Hernani  illustre  les  principes  énoncés  dans  la  Préface  de  Cromwell  en  1827,  véritable  révolution  littéraire  :  
• Le  drame  doit  englober  toute  la  vie.    
• Sublime  et  grotesque  doivent  se  côtoyer  :  «  Tout  dans  la  création  n’est  pas  humainement  beau,  le  
laid   y   existe   à   côté   du   beau,   le   difforme   près   du   gracieux,   le   grotesque   au   revers   du   sublime,   le   mal  
avec  le  bien,  l’ombre  avec  la  lumière  »    
• Tout   doit   être   montré   sur   scène   comme   dans   la   vie.   L’unité   de   lieu   et   l’unité   de   temps   doivent   être  
abandonnées  :  «  Toute  action  a  sa  durée  propre  comme  son  lieu  particulier.  »    
•L’importance  de  l’Histoire  dans  l’intrigue.  
 
-­‐  Le  renouveau  esthétique  :    
• Un  théâtre  destiné  au  peuple  :  empruntant  au  mélodrame,  même  au  vaudeville,  coups  de  théâtre,  
dynamisme,  violence  sur  scène,  passions  exacerbées,  pathétique,  rivalités  amoureuses,  tromperies,  
enlèvements,  décors  somptueux  (didascalies)  
• Le  refus  des  unités  
• Jeu  avec  les  limites  de  la  bienséance  
• Le   vers   est   malmené   («   [un   vers]   sachant   briser   à   propos   et   déplacer   la   césure   pour   déguiser   sa  
monotonie  d’alexandrin  »),  le  grotesque  côtoie  le  sublime,  les  rois  sont  triviaux  et  grossiers  
• Une   langue   nouvelle   et   actualisée   comme   Hugo   le   prône   dans   la   Préface   de   Cromwell   :   «   Toute  
époque  a  ses  idées  propres,  il  faut  qu’elle  ait  aussi  les  mots  propres  à  ces  idées.  Les  langues  sont  
comme  la  mer,  elles  oscillent  sans  cesse.»  
 
-­‐  Proposer  l’archétype  du  nouveau  héros  romantique  :  
• Un  banni,  un  marginal  dont  la  tête  est  mise  à  prix,  un  chef  de  bande  des  montagnards  
• Qui  a  fait  le  serment  de  venger  son  père  et  est  prêt  à  mourir  pour  cela    
• Un  oiseau  de  nuit  en  grand  manteau  noir  
• Un  «  lion  superbe  et  généreux  »  
• Un  amoureux  passionné  
• Un  homme  qui  doute  et  se  bat  contre  ses  démons  intérieurs  
• Une  «  force  qui  va  »  vers  son  destin  
 
-­‐  Renouveau  idéologique  
• La  subversion  des  règles  théâtrales  entraîne  une  subversion  de  la  hiérarchie  (un  roi  se  comportant  
comme  un  bouffon,  une  femme  plaçant  au-­‐dessus  de  tout  la  noblesse  de  cœur  d’un  bandit)  
• La  pièce  représente  l’emprise  mortifère  du  passé,  du  vieux  monde  sur  la  jeunesse    
• Le  monologue  du  roi  (IV,  2)  présente  une  dimension  politique  :  le  peuple  est  présenté  comme  au  
fondement  de  toute  légitimité  («  Base  de  nations  portant  sur  leurs  épaules  /  La  pyramide  énorme  
appuyée   aux   deux   pôles,/Flots   vivants,   qui   toujours   l’étreignant   de   leurs   plis,   /         La   balancent,  
branlante,  à  leur  vaste  roulis,/Font    tout  changer  de  place  et,  sur  ses  hautes  zones,  /  Comme  des  
escabeaux   font   chanceler   les   trônes   […]   »)   ;   la   fonction   royale   doit   être   inspirée   par   «   quelque  
chose   de   grand,   de   sublime   et   de   beau   »   (v.1564):     le   monarque   ne   doit   pas   se   contenter   d’hériter,  
mais  est  investi  d’une  responsabilité  historique  supérieure.      
• Déploie   nouvelle   conception   de   l’homme   (esquissée   dans   le   drame   du   XVIIIe)   :   homme   non   plus  
dépendant   d’un   ordre   transcendant   immuable,   anhistorique,   comme   dans   la   tragédie   classique,  
mais  plongé  dans  un  monde  historique,  sans  destinée  assignée,  et  condamné  à  se  choisir  ou  à  errer.    
 
II.  Et  pourtant  …  de  nombreuses  caractéristiques  de  la  pièce  restent  fidèles  à  la  tradition  théâtrale  
 
-­‐  L’esthétique  lyrique  en  alexandrins.  Contrairement  à  certains  de  ses  contemporains  qui  prônent  le  théâtre  
en  prose,  Hugo  veut  conserver  les  vers  qu’il  juge  indispensable  :    «  Nous  vou[l]ons  un  vers  libre,  franc,  loyal,  
osant   tout   dire   sans   pruderie,   tout   exprimer   sans   recherche     […];   tour   à   tour   positif   et   poétique,   tout  
ensemble  artiste  et  inspiré,  profond  et  soudain,  large  et  vrai  »  et  il  reste  très  fidèle  à  la  rime  cette  suprême  
grâce  de  notre  poésie,  ce  générateur  de  notre  mètre  ;  inépuisable  dans  la  variété  de  ses  tours,  insaisissable  
dans  ses  secrets  d’élégance  et  de  facture  ».  
 
-­‐  L’unité  d’action  est  conservée  car  Hugo  reconnaît  dans  la  Préface  de  Cromwell  que  «  L’œil  ni  l’esprit  
humain  ne  sauraient  saisir  plus  d’un  ensemble  à  la  fois.  »  
-­‐  Le  combat  entre  l’honneur  et  l’amour  du  personnage  d’Hernani  =  un  grand  classique  
-­‐  Le  personnage  du  bandit  au  cœur  noble  est  en  réalité  un  grand  noble  d’Espagne  
 
III.  En  définitive,  une  légende  révolutionnaire  qui  a  dépassé  la  réalité  
 
-­‐  La  soif  d’en  découdre  avec  les  Anciens  
-­‐  La  personnalité  de  mentor  de  Victor  Hugo  
-­‐  La  bataille  devient  très  vite  un  mythe.    
• Pas  une  bataille  mais  des  batailles,  15  jours  après  la  première,  la  pièce  est  interrompue  148  fois  par  
des  manifestations  hostiles  (rires,  huées,  sifflets)  
• Publicité   inespérée   et   scandale   qui   a   fixé   la   pièce   dans   la   légende.   Cela   fait   lui   assure   une   postérité  
exceptionnelle.  
• Les   récits   a   postériori   d’Adèle   Hugo,   de   Nerval,   Gautier   ou   encore   Alexandre   Dumas,   des  
comédiens…  font  de  cette  bataille  un  mythe  pour  la  postérité.  
• Il  n’y  aura  pas  une  mais  des  batailles  d’Hernani  puis  des  récits  d’anciens  combattants  qui  assurent  
la  postérité  de  l’événement  !  
 
-­‐   C’est   une   pièce   «   manifeste   »   qui   fait   de   Victor   Hugo   le   porte-­‐parole   de   la   jeune   génération   des  
dramaturges  romantiques.    
• 1852   :   avènement   du   second   Empire   et   exil   de   Hugo   qui   est   ennemi   de   Napoléon   III   –   Le   drame   est  
interdit  de  représentation  et  devient  le  symbole  de  la  fronde.  La  légende  prend  de  l’ampleur.  
• 1867   :   lorsque   les   représentations   reprennent,   Fl.   Naugrette   dit   qu’«une   partie   du   public   connaît  
presque  le  texte  par  cœur.  »  Succès  phénoménal.  «  Pour  la  génération  de  1830,  Hernani  a  été  ce  
que   fut   Le   Cid   pour   les   contemporains   de   Corneille.   Tout   ce   qui   était   jeune,   vaillant,   amoureux,  
poétique,   en   reçut   le   souffle.   Ces   belles   exagérations   héroïques   et   castillanes,   cette   superbe  
emphase  espagnole,  ce  langage  si  fier  et  si  hautain  dans  sa  familiarité,  ces  images  d'une  étrangeté  
éblouissante,   nous   jetaient   comme   en   extase   et   nous   enivraient   de   leur   poésie   capiteuse.   Le  
charme   dure   encore   pour   ceux   qui   furent   alors   captivés.   »   Théophile   Gautier,   Moniteur   (25   juin  
1867).  
 
 
   
 
 
 
 
 
 
 

Оценить