Вы находитесь на странице: 1из 44

Rapport de Stage de fin d’étude

Pour l’obtention du diplôme : DUT en génie électrique et


énergie renouvelable
Promotion :2018/2019

Rénovation d’un régime de neutre


IT-médicale : Installation et
supervision

Réalisé Par : Encadrée Par :


CHAOUQI Mohammed Mr. Fouad ERRAHMANY
Remerciements

➢ Nous tenons à remercier en premier lieu


ALLAH, le tout puissant, qui nous a donné le
courage et la volonté pour bien mener ce modeste
travail.

➢ Ainsi, nous remercions mon encadrant monsieur


Fouad ERRAHMANY pour leur soin exceptionnel
et conseils judicieux.

➢ Nous remercions Tous les enseignants du


département GE, qui ont assurés ma formation
durant tout cycle d’étude.

➢ Enfin, je remercie tous ceux qui m’aide à


accomplir mon travail, de près comme de loin.

2
DEDICACE
Je dédie ce modeste travail à ceux qui sont la source de
mon inspiration et mon courage.

A ma très chère mère, qui ma donne toujours l’espoir de


vivre et qui n’a jamais cessé de prier pour moi.

A mon très cher père, pour ses encouragements et son


soutien, Et surtout pour son sacrifice afin que rien
n’entrave le déroulement de mes études.
A mes chers frères.
A mes sœurs.
A tous mes amis.

CHAOUQI

3
SOMMAIR

Introduction Général ..................................................................................................................... 7


Chapitre I : Présentation générale ................................................................................................... 8
Présentation générale de CHU :.................................................................................................. 9
1) Les missions du CHU Mohammed VI Oujda :.................................................................. 9
2) Organisation :................................................................................................................. 9
3) Organigramme : ............................................................................................................10
4) Présentation du service d’ingénierie et maintenance : .......................................................11
5) Les missions du service d’ingénierie et maintenance : ......................................................11
Chapitre II : les installations techniques et les équipements du CHU OUJDA...................................12
Introduction : ...........................................................................................................................13
I. Structure du réseau électrique interne à l’établissement :......................................................13
1) La cellule de raccordement HTA à l’hôpital (Poste livraison) : .........................................13
2) Les transformateurs : .....................................................................................................14
3) Le tableau général de basse tension (TGBT) :..................................................................15
4) Le groupe électrogène (GE) : .........................................................................................15
5) Alimentation sans interruption statiques (A.S.I) :.............................................................16
II. Système de contrôle des fluides médicaux :.........................................................................17
Définition : ...........................................................................................................................17
Types des Fluides médicaux : ................................................................................................18
III. La stérilisation :.............................................................................................................19
IV. Le bloc Opératoire :.......................................................................................................20
1) Présentation : ................................................................................................................20
2) Les équipements du bloc opératoire : ..............................................................................21
Conclusion : .........................................................................................................................24
Chapitre III : Rénovation d’un régime de neutre IT-médicale : Installation et supervision .................25
Introduction : ...........................................................................................................................26
Partie 1 : Installation Contrôleur permanent d'isolement (Vigilohm IM20) : .................................26
Introduction : ........................................................................................................................26
1) Les défauts d’isolement : ...............................................................................................26
2) Les régimes de neutre : ..................................................................................................27
3) Le choix d'un SLT : .......................................................................................................27
a) Définition : ...................................................................................................................28
b) Ce que la norme ?..........................................................................................................28
c) Le choix du contrôleur permanant d’isolement : ..............................................................28
Partie 2 : Gestion Technique Centralisée (GTC) : .......................................................................30

4
1) Définition : ...................................................................................................................30
2) Démarrage du poste de supervision :...............................................................................30
3) Interface : .....................................................................................................................30
4) Ses fonctionnalités principales sont les suivantes : ...........................................................31
5) Protocole de communication MODBUS/IP : ...................................................................33
6) Automate WAGO :........................................................................................................36
Partie 3 : Câblage du contrôleur permanant d’isolement ..............................................................39
Conclusion : .........................................................................................................................39
Chapitre IV : Les taches effectuées................................................................................................40

5
Table des figures
Figure 1: Organigramme du CHU .................................................................................................10
Figure 2: cellule de raccordement HTA à l’hôpital .........................................................................14
Figure 3: Transformateur ALSTOM 630 KVA ...............................................................................15
Figure 4:groupe électrogène ..........................................................................................................16
Figure 5: Alimentation sans interruption statiques de 10 KVA ........................................................17
Figure 6: Armoire de L’air médical ...............................................................................................18
Figure 7: Les moteurs aspiration (le vide) ......................................................................................18
Figure 8:Des bouteilles d'oxygéné réserve......................................................................................19
Figure 9:Des bouteilles de Protoxyde d'Azote ................................................................................19
Figure 10:bras plafonnier ..............................................................................................................21
Figure 11:la colonne de coelioscopie .............................................................................................23
Figure 12:Système de communication (multi-console) ....................................................................23
Figure 14:Vigilohm IM20-H .........................................................................................................29
Figure 15 : Schéma de raccordement du Vigilohm IM20-H.............................................................30
Figure 16: Interface système GTC en temps réel.............................................................................31
Figure 17:schéma fonctionnel de GTC...........................................................................................32
Figure 18: architecture GTC .........................................................................................................33
Figure 20: hiérarchie d’un maître et des esclaves ............................................................................35
Figure 21: Automate WAGO..........................................................................................................36
Figure 23:Câblage avec une unique alimentation ...........................................................................37
Figure 26: schéma avec câble croisé ..............................................................................................38
Figure 25:schéma avec câble droits ...............................................................................................38
Figure 28:Telluromètre .................................................................................................................41
Figure 30:analyseur de réseaux Fluke 435......................................................................................42

Liste des Tableaux :


Tableau 1: post de transformations e leur caractéristique .................................................................14
Tableau 2: différence entre CPI Vigilohm IM10-H et Vigilohm IM20-H .........................................29

6
Introduction Général
Le domaine de la médecine utilise comme les autres domaines, des équipements électriques
importants pour assurer le processus de travail et aussi pour préserver la vie des patients. Les
équipements dans ce domaine sont extrêmement sensibles, coûteuses alors ils nécessitent des
soins et une surveillance régulière.

Une bonne organisation de la maintenance des dispositifs médicaux contribue à améliorer


l’efficience et la disponibilité équipements pour les services de soins du fait de de ses relations
directes avec le corps humain.

La surveillance et la maintenance servent à la protection électrique et la continuité de service


contre les défauts électriques et les incidents qui peuvent interrompre et aussi l’installation peut
fonctionner sans danger pour les personnes et les équipements.
La solution parfaite pour protéger l'être humain contre le choc électrique est d’utiliser le régime
de neutre et plus précisément régime IT-médical.
Efficacité du système nous exige de contrôler les différents paramètres des CPI à distance afin
de minimiser le temps d’intervention de réparation des pannes dont l’objectif de connecter CPI
au système GTC existant.
Le CHU dispose d’un système de gestion Technique Centralisé (GTC) gérer par un poste de
supervision. La supervision de la sécurité à distance via une communication ETHERNET est
très importante dans l’industrie pour assurer la sécurité de l’usine et il permet de gérer les
équipements techniques.

7
Chapitre I : Présentation générale

8
Présentation générale de CHU :

Le centre hospitalier universitaire Mohammed VI se situe à Oujda au Maroc, le CHU a été


inauguré le 23 /07/2014 par le roi Mohammed VI, il s’inscrit dans la promotion du secteur de
la santé qui est parmi les grands chantiers du royaume et dans le développement humain et du
droit d’accès aux services de la santé. Ce centre de formation et de soins est doté d’équipements
à la pointe de la technologie, il a mobilisé un investissement de l’ordre 1,2 milliard de dirhams.
Le CHU Mohammed VI d’Oujda permet également l’instruction des ressources humaines
dans le secteur de la santé en leurs attribuant une formation de qualité, adaptée à l’évolutio n
scientifique et technologique intervenue en matière de traitement De prévention et de gestion
sanitaire.
Le CHU a été réalisé par le ministère de la santé, Il occupe une surface de 52,000m² Il
dispose d’une capacité de 653lits, et il comporte :
❖ Un hôpital des spécialités.
❖ Un hôpital Mère- Enfant.
❖ Un centre d’oncologie Hassan II.
❖ Un hôpital de la santé mentale et des maladies psychiatriques.

1) Les missions du CHU Mohammed VI Oujda :


Le centre hospitalier Mohammed VI Oujda, a pour mission de :

• Dispenser les soins médicaux


• Effectuer des travaux de recherche médicales, paramédicale et santé en générale dans le
strict respect de l’intégrité physique, morale, de la dignité des usagers.
• Participer à l’enseignement clinique universitaire et poste universitaire médicale et
pharmaceutique et la formations du personnel infirmier.
• Concourir à la réalisation des objectifs en matière de santé fixés par le département de
tutelle.

2) Organisation :
• Le conseil d’administration : Organe délibérant, investi de tous les pouvoirs de
décisions nécessaire à l’administration de l’établissement.
• Le conseil de gestion : Investi du pouvoir délégué par le conseil d’administration, il
est chargé de suivre et de veiller à l’exécution des décisions du conseil d’administratio n.
• La Direction : Il est charge d’exécuter les décisions du conseil d’administration et du
conseil de gestion.

9
Les différents services de CHU :

➢ Service cardio-vasculaire.
➢ Service cardiologie.
➢ Service de pharmaceutique.
➢ Service médicine interne.
➢ Service pneumologie.
➢ Service urgence.
➢ Service ophtalmologie.
➢ Service neurologie.
➢ Service réanimation.
➢ Service thoracique.
3) Organigramme :

Figure 1: Organigramme du CHU

10
4) Présentation du service d’ingénierie et maintenance :
Le service « ingénierie et maintenance» du CHU Mohammed VI dispose d’un rôle essentiel et
surtout en ce moment d’ouverture et de lancement des différents services, il permet d’assurer
et de superviser les installations d’équipements techniques et biomédicaux réalisées par les
différentes sociétés, il s’occupe de la planification et de la formation des utilisateur pour
garantir le bon fonctionnement des équipements , il a pour rôle également de gérer la
maintenance , réparation et assistance des équipements grâce aux différents techniciens et
en établissant des contrats de maintenance avec les fournisseurs.

Le service d’ingénierie et maintenance du CHU regroupe 3 cellules différentes :

➢ Cellule architecture et bâtiment qui s’occupe de l’entretie n et la gestion du parc


immobilier (maçonnerie, peinture …).
➢ Cellule technique, responsable de la gestion et de la maintenance des équipements
techniques comme la GTC (gestion technique centralisée) système de transport
pneumatique, électricité, climatisation et froid etc.
➢ Cellule biomédicale qui est responsable de la gestion et la maintenance du parc
d’équipements biomédicaux des différents services.
5) Les missions du service d’ingénierie et maintenance :
• Assurer la maintenance et le contrôle des équipements.
• Conseil et traçabilité des actions.
• Gestion et traçabilité des actions.
• Négociation des contrats de maintenance.

Le service a pour principale mission actuellement, la réception et l’installation des différents


équipements et s’assurer de leurs bons fonctionnements. Après équipement complet du CHU
et ouverture de tous les services cette mission va être assurée par le service d’ingénierie et de
maintenance.

11
Chapitre II : les installations techniques et les équipements
du CHU OUJDA

12
Introduction :
L’interaction entre le réseau de distribution électrique local et l’établissement de santé, se situe
au niveau du raccordement de celui-ci au réseau haute tension de type A (HTA) (moyenne
tension de 1à50KVA, la tension normalisée est de 15 à 250KV). Ce réseau alimente des clientes
professionnelles pour lesquels la puissance à fournir est supérieur à 250KVA. Il est le plus
souvent souterrain en zone urbaine et aérien en zone rurale. Le réseau HTA utilisé dans les
établissements de santé est constitué de câbles souterrains d’une tension de 22KV utilisée en
boucle ouverte. Il est triphasé et exploité en antenne selon, l’établissement et le distribute ur
local pour définir la qualité de l’alimentation électrique à fournir. Les établissements de santé
peuvent donc être alimentés par une ou deux alimentations distinctes afin d’assurer la continuité
électrique du réseau local. En cas de panne d’une alimentation HTA, la seconde est mise en
fonctionnement en moins d’une minute par un système d’inverseur télécommandé depuis le
poste de contrôle de Fournisseurs.

I. Structure du réseau électrique interne à l’établissement :

Le local technique installé au sein de l’établissement de santé est constitué des éléments cités
ci-dessous :

1) La cellule de raccordement HTA à l’hôpital (Poste livraison) :


La cellule de raccordement HTA représente la limite de propriété du distributeur électrique.
Son entretien incombe à l’établissement de santé. Bien qu’elle soit située dans l’établisseme nt,
elle est manœuvrée par les services techniques du distributeur.

Cette cellule renferme les points de raccordement de l’arrivée du réseau HTA et les protections
pour les transformateurs de puissance et disjoncteurs de protection générale.

Le poste livraison comporte :


• Les Cellules d’arrivée et de départ (MT).
• Cellule de Comptage en amont.
• Disjoncteur MT.
• Deux Cellules pour la boucle d’alimentation des transformateurs.
• Un automate de surveillance d’alimentation T200.

13
Figure 2: cellule de raccordement HTA à l’hôpital

2) Les transformateurs :

Les transformateurs servent à transformer la haute tension (HTA) de 22 KV en basse tension


(BTA) 400V. Leur installation est souvent doublée afin de fournir une alimentation globale de
800 V repartie selon les besoins de l’établissement de santé. Chaque année il doit être effectué
un contrôle de serrage des connexions HTA et BT, les tests de fonctionnement des dispositifs
de protection, la vérification du fonctionnement des déclenchements ainsi que le report
d’alarme et l’analyse du diélectrique.

Poste de transformations Nombre de transformateur Puissance apparent


2 transformateurs de
Poste 1 4 630KVA
2 transformateurs de
400KVA
Poste 2 2 630KVA
2 transformateurs de
630KVA
Poste 3 3
1 transformateur de
415KVA
Tableau 1:post de transformations et leur caractéristique

14
Figure 3: Transformateur ALSTOM 630 KVA

3) Le tableau général de basse tension (TGBT) :

Le réseau de distribution interne se résume au TGBT. Une panne sur cet élément prive
l’établissement de santé d’électricité pendant la durée de sa réparation sauf si celui-ci est
redondant. Il doit donc être protégé contre les foudres compte tenu de sa sensibilité. Il pilote le
démarrage ou l’arrêt du ou des groupes électrogènes lorsqu’il détecte une absence ou présence
de tension du réseau local en un temps très court grâce au système d’inverseurs normal/seco urs.
Il facilite l’exploitation de la redondance des transformateurs HTA/BTA et palie à la défailla nce
d’un transformateur. Le TGBT est composé des disjoncteurs de commande débrochables dont
certains sont motorisés et commandés par batteries. Son exploitation et sa maintenance doivent
être effectuées avec le minimum de perturbations pour les utilisateurs. Il est choisi selon
l’exploitation, l’évolutivité des installations, de la sécurité des intervenants et de
l’environnement.

4) Le groupe électrogène (GE) :

Les groupes électrogènes sont constitués :

• D’un moteur alternatif à combustion interne produisant une énergie mécanique


• D’une génératrice convertissant cette énergie mécanique en énergie électrique.

15
• D’éléments de transmission de l’énergie mécanique (accouplement, réducteur,
multiplicateur).
• D’éléments de montage et de support.

Les GE servent à produire de l’électricité. Ils sont utilisés pour alimenter les installatio ns
sensibles en cas de perte de la source électrique normale. Au CHU Il y’a 3GE d’une puissance
apparente du 630KVA et 1GE d’une puissance apparente du 415KVA et peuvent être doublés
selon les besoins ou la stratégie des établissements.

Figure 4:groupe électrogène

5) Alimentation sans interruption statiques (A.S.I) :

Les ASI statique sont communément appelées souvent « onduleur » qui n’est réellement qu’un
élément de l’ASI. La réserve d’énergie est constituée par des batteries d’accumulateur ayant
une autonomie variant de 10min à 30min selon le nombre de batteries. Elles servent à produire
l’énergie électrique pour les activités répondant au 1 er niveau de criticité (activités ne supportant
aucune coupure d’alimentation électrique, dont fait partie le bloc opératoire). Elles assurent
l’autonomie et le temps du démarrage du groupe électrogène. Le plus souvent les ASI utilisées
ont une puissance variant de 10 à 160 KVA pour répondre aux exigences de l’alimenta tio n
continue et la fourniture d’une tension stable pour l’exploitation des dispositifs électro -

16
médicaux. Ces appareils sont redondants, certains sont installés pratiquement prés de toutes les
zones critiques ils alimentent directement les prises identifiées par la couleur rouge au bloc
opératoire.

• Deux Onduleurs d’une capacité de 160 KVA Pour Alimenter le centre hospitalier.
• 34 Onduleurs d’une capacité de 10 KVA Pour Alimenter les salles de réanimations et
le bloc.
• Un onduleur d’une capacité de 60 KVA pour alimenter le serveur

Figure 5: Alimentation sans interruption statiques de 10 KVA

II. Système de contrôle des fluides médicaux :


Définition :
Fluide = Ensemble des molécules gazeuses à température ambiante utilisées lors des soins. Les
fluides médicaux sont devenus indispensables pour de nombreuses formes de diagnostic et de
thérapie modernes. Ils sont utilisés en assistance respiratoire, comme agents anesthésiques, pour

17
soulager la douleur et pour diagnostiquer et soigner un grand nombre de troubles cliniques. De
plus, les gaz médicaux sont utilisés pour faire fonctionner et calibrer les équipements médicaux.

Types des Fluides médicaux :


a) L'air médical :
Il est utilisé en mélange avec l’oxygène dans les respirateurs de réanimations et d'anesthésie et
pour la nébulisation pour véhiculer un médicament en inhalation. Il est fabriqué par
compression et filtration pour des consommations à partir de 400m3 /mois. Chaque
compresseur équipé de sa propre chaîne de filtration.

Figure 6: Armoire de L’air médical

b) L'aspiration médicale (vide) :


Il sert pour l'aspiration des mucosités et des liquides biologiques et utilisé dans le bloc
opératoire, la réanimation, les soins intensifs, les urgences, la pneumologie et la chirurgie.

Figure 7: Les moteurs aspiration (le vide)

18
c) L'oxygène médical :
Il est utilisé pour l'alimentation des respirateurs en anesthésie réanimation en mélange
avec d‘autres gaz à usage médical.

Figure 8:Des bouteilles d'oxygéné réserve

d) Le protoxyde d'azote :
Il est utilisé généralement pour l’anesthésie soit en mélange avec d’autres liquides, soit utilisé
directement sans mélange.

Figure 9:Des bouteilles de Protoxyde d'Azote

III. La stérilisation :
Aujourd’hui, la stérilisation et la désinfection des instruments, jusqu’alors considérée par
beaucoup de praticiens, comme quelque chose de simple et de second plan est devenue une
leurs préoccupations principales.

La réglementation est devenue très présente et contraignante. Beaucoup de certitudes dans ce


domaine sont tombées. La stérilisation n’est plus le fait d’un appareil magique, d’une efficac ité
absolue, qui va sans faille détruire tous les germes.

19
Elle est le résultat d’une chaine d’actions successives qui vont permettre une réduction
progressive de la charge bactérienne. Si l’une des étapes n’est pas correctement exécutée, c’est
le résultat final qui sera compromis.

Le circuit de stérilisation comporte 3 zones différentes :

❖ Zone sale :

Tous les instruments sales sont transportés par des chariots vers la zone sale, d’où la première
tâche est de les accueillir et d’entrée leur information dans le système par un enregistre me nt
informatique, puis ils soumises au :

Prélavage manuel par l’eau détergent, l’air comprimé et brossage.

• Lavage désinfection via un laveur désinfecté.


• Zone de conditionnement :

Au niveau de cette zone les instruments reçus de la zone sale soumise à des tests de propreté de
fonctionnalité puis :

• L’emballage et triage des instruments correspond à chaque cycle de l’autoclave.


• Stérilisation dans l’autoclave qui utilise la valeur d’eau d’une température, pression et
délai précises selon la nature des instruments.
❖ Zone de stockage et livraison :

C’est la dernière qui sert à faire un triage des instruments et la traçabilité informatique selon
leurs destinations.

❖ Principe important de stérilisation :

La marche en avant sans retour possible pour que le matériel sal ne croise jamais avec celui qui
est propre. Ce principe est assuré par la différence de pression entre les 3 zone ou la pression
est plus élevée dans la zone propre, ainsi l’écoulement d’aire vers la zone la plus sal.

IV. Le bloc Opératoire :


1) Présentation :
Le CHU dispose de plusieurs salles d'opérations réparties dans plusieurs services dotées
d’équipements à la pointe de la technologie :

• Service des urgences : Dispose de 3 salles opératoires, et une salle cathétérisme.

20
• Le bloc central : 10 salles d'opérations, chaque salle est réservée pour une spécialité
chirurgicale et dispose d'un équipement spécifique. Pour éviter le déplacement des
équipements qui peut être endommagé.
• Service mère enfant : 4 salles d'opérations dans le bloc Mère-enfant et une salle
d'opération pour la césarienne.
• Service des brulées : 1 salle d'opération.

2) Les équipements du bloc opératoire :


❖ Éclairage plafonnier et bras plafonnier :
L'éclairage plafonnier de marque SURGIRIS est l'un des meilleures technologies de l’éclaira ge

Opératoire à LED, il est constitué de bras plafonnier, de deux coupoles orientables avec
éclairages à LED, et d’un dispositif caméra qui permet d’enregistrer et diffuser les opérations
chirurgicales, puis des poignets autoclavables pour manipuler et orienter l’éclairage.

Cet éclairage est doté de quelques LED de couleur bleu et rouge qui permettent aux chirurgie ns
d'avoir un blanc chaud (rouge) ou froid (bleu) selon le besoin.

Figure 10:bras plafonnier

❖ La colonne de coelioscopie :
La colonne de coeliochirurgie est composé de plusieurs modules qui servent à réaliser la
coeliochirurgie qui est une technique de chirurgie mini- invasive utilisée dans plusie urs
spécialités chirurgicales et qui dispose de plusieurs avantages, tel que la diminution de
l’agression du corps du patient, diminution des risques infectieux et complications, diminutio n
de la durée d’hospitalisation etc.… cette technique consiste à opérer le patient à l’aide des
petites incisons et à partir d’une image transmise sur un écran. Les différents modules de la
colonne sont les suivants :

21
• Module caméra vidéo : formé d’une console caméra et d’une tète caméra c’est ce
module qui permet la capture d’image et cela grâce à des capteurs CCD doté d’une très
bonne résolution et sensibilité.
• Module de la source lumineuse : c’est un module qui sert à produire la lumière froide
qui permet l’éclairage des organes a l’intérieurs du corps du patient et cela grâce à la
fibre optique et a un instrument passant par une petite incision. Les sources de lumière
sont de type halogènes ou xénons, cette colonne ne dispose d’une source xénon pour
ces meilleures performances et sa qualité supérieure.
• Module d’enregistrement vidéo : il dispose d’un dur doté d’une grande capacité pour
Permettre l’enregistrement des vidéos ou photos prises pendant les opérations, on peut
y brancher agilement un espace de stockage externe pour transporter des vidéos.
Module d’enregistrement vidéo : il dispose d’un dur doté d’une grande capacité pour
Permettre l’enregistrement des vidéos ou photos prises pendant les opérations, on peut
y brancher agilement un espace de stockage externe pour transporter des vidéos.
• Insufflateur CO2 : il sert à l’injection du CO2 qui est un gaz médical utilisé depuis
longtemps pour gonfler l’abdomen du patient, il sert à la création d’un espace de travail
pour les actes chirurgicaux. Ce module permet également de réguler la température et
le débit du gaz.
• MODULE de lavage et d’aspiration : on y branche un instrument qui permet l’injec tio n
de l’eau et son aspiration à l’intérieur du corps du patient, cela à un rôle essentiel pour
le lavage et la vision.
• Module générateur électro-chirurgical : permet l’alimentation et le contrôle des
instruments, bistouris électriques, il dispose de plusieurs sortie unipolaires et bipolaires.
• Moniteur et écran : cette colonne dispose de deux écrans, un moniteur permettant le
paramétrage de la colonne et du système d’enregistrement vidéo, puis un grand écran
qui permet de visualiser la source vidéo.

22
Figure 11:la colonne de coelioscopie

❖ Système de communication (multi-console) :

La multi-console de marque S-cape, permet de gérer le flux de travail numérique, elle permet à
l’équipe médicale d’afficher différentes informations concernant les patients comme leur
dossier médicales, résultats d’analyses du laboratoire centrale, radiographie, scanner… a
l’intermédiaire de sa connexion au système d’archivage et de transmission d’image médicale
PACS.

Cet équipement permet également d’afficher plusieurs sources vidéo (dispositif caméra de
l’éclairage plafonnier, caméra de colonne de Celio -chirurgie…) Il permet aussi de diffuser en
streaming des vidéos ou de réaliser des vidéoconférences avec la salle des cours du CHU a
l’intérêt des étudiants médecins. Il est notable que la multi -console est entièrement désinfecta
blé et revêtement antimicrobien.

Figure 12:Système de communication (multi-console)

23
Conclusion :
Les matériels et les équipements techniques installés sont très sensibles et coûteux donc il faut
de mettre un régime de neutre convenable et une surveillance continue par un système de
supervision intelligent comme le GTC sert à une protection électrique et une continuité de
service contre les défauts électriques et les incidents qui peuvent interrompre et aussi
l’installation peut fonctionner sans danger pour les personnes et les équipements.

24
Chapitre III : Rénovation d’un régime de neutre IT-médicale :
Installation et supervision

25
Introduction :
Le CHU dispose d’un système de Gestion Technique Centralisé (GTC) gérer par un poste de
supervision, il permet de gérer les équipements techniques (climatisation, électricité, traiteme nt
d’eau, plomberie, fluides médical) et assurer la sécurité de l’usine (vidéosurveillance, détection
incendie).

Le poste de supervision est connecté a des automates, ces dernières sont aussi connectées a des
capteurs différents. Le but de mon projet était d’étudier le fonctionnement de ce système de
supervision et comment installé et relié le Contrôleur permanent d'isolement (CPI) avec ce
system.

Partie 1 : Installation Contrôleur permanent d'isolement (Vigilohm IM20) :


Introduction :
Le schéma de liaison à la terre "isolé de la terre" (IT) est celui qui garantit la meilleure continuité
de service. Même en présence d'un premier défaut d'isolement, l'installation peut fonctio nner
sans danger pour les personnes et les équipements. La détection du circuit défectueux et sa
réparation doivent être effectuées avant l'apparition d'un deuxième défaut. Par sa tolérance à un
premier défaut, le régime IT permet d'améliorer et de sécuriser la maintenance en évitant de la
faire dans l'urgence.
Dans les locaux à usages médicaux, le schéma IT médical doit être utilisé pour les circuits
alimentant, d’une part, les matériels électriques médicaux et les systèmes destinés à la survie et
aux applications chirurgicales, et d’autre part les autres matériels situés dans l’environne me nt
du patient.
1) Les défauts d’isolement :
Lors de la mise en service d’une installation neuve, le risque de défaut d’isolement est très
faible. L’installation vieillissant, ce risque augmente du fait de diverses agressions :
détérioration mécanique de l’isolant d’un câble, poussières plus ou moins conductrices, forces
électrodynamiques développées lors d’un court-circuit, surtensions de manœuvre, de foudre,
surtensions en retour résultant d’un défaut d’isolement en MT (moyenne tension),vieillisse me nt
thermique des isolants (grand nombre de câbles dans un circuit, harmoniq ues,
surintensités...).C’est généralement une combinaison de ces diverses agressions qui conduit au
défaut d’isolement. Il faut distinguer deux types de défauts d’isolement. Il y a d’abord ceux de
type “mode différentiel” (entre les conducteurs actifs), qui se caractérisent par un court-circuit.
Il y a ensuite ceux de “mode commun” (entre conducteurs actifs et masse ou terre).

26
2) Les régimes de neutre :

Il existe trois types de régime de neutre :

Le régime de neutre TT : Le premier "T" indique que le neutre de l'installation est relié à la
terre côté générateur et le deuxième "T" indique que les masses (carcasses métalliques) sont
reliées à la terre.

Le régime de neutre TN : Le première lettre "T" indique que le neutre de l'installation est relié
à la terre côté générateur et le "N" indique que les masses (carcasses métalliques) sont reliées
au neutre.

Le régime de neutre IT : Le première lettre "I" indique que le neutre de l'installation est isolé
de la terre (donc pas de connexion) côté générateur et le "T" indique que les masses (carcasses
métalliques) sont reliées à la terre.

Figure 13 : différents SLT

3) Le choix d'un SLT :


Généralement dans les hôpitaux on est besoin d’installer un régime de neutre pour la protection
des biens ou des personnes, dans notre cas on a choisi un régime de neutre IT grâce à ses
différents avantages :

I : neutre isolé de la terre (ou impédant)

T : liaison des masses à la terre.

En régime IT le premier défaut ne pose aucun problème particulier.

Ce régime de neutre permet donc une continuité de service lors d'un premier défaut (la machine
ou l'installation peut continuer de travailler même avec un défaut).

Cette option intéresse énormément les industriels qui utilisent beaucoup ce régime de neutre.

Dans ce type de schéma, dit à « neutre isolé » le neutre du transformateur est :

27
➢ Soit isolé de la terre (neutre isolé),
➢ Soit relié à la terre par une impédance.
4) Contrôleur permanent d’isolement (CPI) :
a) Définition :
Un contrôleur permanent d'isolement (CPI) est nécessaire pour signaler tout défaut d'isoleme nt
(alarme sonore + voyant).

Le défaut doit être éliminé avant l'apparition d'un second défaut, qui produirait la coupure de
l'installation.

La coupure a lieu lors de deux défauts d'isolement simultanés par déclenchement des
protections contre les surintensités (disjoncteurs, fusibles) élevée (neutre impédant), et toutes
les masses de l'installation sont reliées à la terre.

b) Ce que la norme ?
• Un défaut entre phase et masse doit être éliminé dans un temps d'autant plus court que
la tension de contact Uc (différence de potentiel entre masses simultanément accessibles
ou entre la masse et la terre) est plus élevée.

• En régime de mise en neutre TN ou de neutre isolé IT (défaut double), la protection des


personnes contre les contacts indirects se réalise par les dispositifs de protection contre
les surintensités (dispositif thermique).

• Le déclenchement du disjoncteur doit intervenir en cas de deux défauts simultanés dans


le régime de neutre isolé IT.

• La norme NF C I5-100 impose l'utilisation d'un contrôleur permanent d'isolement (CPI)


sur tout réseau IT pour prévenir l'utilisateur d'un premier défaut par un klaxon et un
voyant.

c) Le choix du contrôleur permanant d’isolement :


Fonction Vigilohm IM10-H Vigilohm
IM20-H
Mesure et affichage de la résistance d’isolement du réseau IT ✓ ✓
Déclenchement d’alarme sur seuil ✓ ✓
Affichage du courant de charge du transformateur -- ✓
Alarme de surcharge du transformateur -- ✓

28
Alarme de température élevée du transformateur -- ✓
Journal horodaté (défauts d’isolement, surcharges et -- ✓
surchauffes du transformateur)
Communication Modbus RS-485 -- ✓
Compatibilité déport en salle d’opération (Vigilohm HRP) ✓ ✓
Tableau 2:différence entre CPI Vigilohm IM10-H et Vigilohm IM20-H

Dans notre cas nous avons choisi Vigilohm IM20-H parce qu’il support le Protocole de
communication MODBUS/IP que nous avons besoins pour communiquer ce CPI avec la salle
GTC (Gestion Technique Centralisé).

Figure 13:Vigilohm IM20-H

29
d) Schéma de raccordement du Vigilohm IM20-H :

Figure 14 : Schéma de raccordement du Vigilohm IM20-H

Partie 2 : Gestion Technique Centralisée (GTC) :

1) Définition :

La GTC est un mode de supervision par System d’automate centralisé, gérant un très grand
nombre de paramètres et de fonctions différentes, à partir des données envoyées par des
capteurs au sein de grandes structures. Elle apporte une sécurité accrue des infrastructures et
une gestion économique de l’énergie.

2) Démarrage du poste de supervision :

Dès l’ouverture du poste les processus suivants s’exécutent automatiquement :

❖ L’ouverture de l’interface graphique d’une façon automatique.


❖ L’acquisition des données en temps réel en « MODBUS/IP & BACNET/IP ».
❖ Le stockage des données pour les faire archiver.
❖ La lecture des alarmes en temps réel.
❖ L’enregistrement des alarmes pour l’historique.
3) Interface :

C’est une visualisation 3D de l’hôpital avec des raccourcies vers les systèmes gérer par la
supervision.

30
❖ Climatisation
❖ Électricité
❖ Plomberie
❖ Fluide médical
❖ Détection incendie
❖ Vidéosurveillance

Figure 15: Interface système GTC en temps réel

4) Ses fonctionnalités principales sont les suivantes :


➢ Assurer la surveillance des installations (photographie du site au fil de l'eau),
➢ Avertir le poste central d'un défaut de fonctionnement,
➢ Archiver les défauts et les mesures,
➢ Faciliter les diagnostics lors de dysfonctionnements,
➢ Assurer le réglage à distance de certains paramètres,
➢ Permettre l'établissement de bilans sur les différentes énergies.

31
Figure 16:schéma fonctionnel de GTC

Le système de GTC se compose :

D'un ou de plusieurs postes de supervision SCADA chargé(s) de l'acquisition et de


l'historisation des différents valeurs recueillies sur les entrées/sorties de l ’environne me nt
contrôlé, en communication avec des automates programmables.

Il contient la BDD dynamique de la GTC. Pour des applications sensibles, le ou les postes
SCADA seront redondé(s).

D'un ou plusieurs postes de conduites composés :

- de postes de supervision VIEW (clients) en réseau Ethernet TCP/IP.


- de postes équipés d'Internet Explorer en réseau Intranet, Extranet ou Internet.

32
Figure 17: architecture GTC

5) Protocole de communication MODBUS/IP :


a) Définition :

Le protocole Modbus a été développé en 1979 par la société Modicon. Ce protocole, simple et
ouvert, a été conçu pour fonctionner sur des liaisons séries (RS232, RS422, RS485, ou encore
boucles de courant). Il fonctionne en mode maître/esclave : le maître envoie une requête à un
esclave, puis l’esclave lui renvoie une réponse. Il ne peut y avoir qu’un seul maître sur un même
réseau Modbus.

33
Figure 19 : interface Modbus

b) Caractéristiques du MODBUS :

❖ 2 modes de transmission des messages : ASCII ou RTU


❖ Choix de la vitesse de transmission
❖ De 50 bits/s à 19200 bits/s
❖ Choix de la parité
Le protocole MODBUS ne définit que la structure des messages et leur mode d’échange. On
peut utiliser n’importe quel support de transmission RS 232, RS 422 ou RS 485, mais la liaiso n
RS 485 est la plus répandue car elle autorise le « multipoints ».

c) Principe des échanges MODBUS :

34
Figure 18: hiérarchie d’un maître et des esclaves

Trame d’échange question/réponse :


Les trames sont de 2 types :
- Mode RTU (Remote Terminal Unit) : les données sont sur 8 bits.
- Mode ASCII : les données sont sur 7 bits (les trames sont donc visibles en hexadécimal
et il faut deux caractères pour représenter un octet).
Question : Format général d’une trame de type question
• Adresse d’esclave : 1 octet
• Code fonction : 1 octet
• Information spécifique concernant la demande : n octet
• Contrôle d’erreur : 2 octets
Réponse : Format général d’une trame de type réponse qui affirme de recevoir correctement la
trame question.
• Adresse d’esclave : 1 octet
• Code fonction : 1 octet
• Information spécifique concernant la demande : n octet
• Contrôle d’erreur : 2 octets
Réponse en cas d’erreur : Format général d’une trame de type réponse qui affirme la
production d’une erreur s’est produit pendant la transmission de la question. L’automate peut
détecter l’erreur grâce au changement du code de la fonction et la taille des informations qui est
égale à 1 octet.

35
• Adresse d’esclave : 1 octet
• Code fonction : 1 octet
• Information spécifique concernant la demande : 1 octet
• Contrôle d’erreur : 2 octets
NB : Les adresses des esclaves varie entre 1 et 254.
6) Automate WAGO :
a) Définition :
Le WAGO est un régulateur de haute performance
équipé d’un puissant microprocesseur 16 bits et d’un
logiciel pour le contrôle de nombreux types
d’équipements mécaniques et électriques. Le régulateur
possède des extensions sorties physiques et sont
compatible avec une large gamme de sondes de
Température et d’actionneurs. Les capteurs actifs, pour
les mesures d’humidité, de pression et de toutes autres
variables sont aussi supportées.
L’automate dispose d’un port IP qui permet de
connecter facilement au PC pour programmer ou tester
les points ainsi faciles d’être lié à un Switch.
Fi gure 19: Automate WAGO
Il peut être collé aux :
• Extension entrée digitale contenant 16 entrées digitales
• Extension sortie digitale contenant 16 sorties digitales avec cordon de liaisons de sortie
(relais)
• Extension pt100 contenant 4 entrées analogique
• Extension 0-10V contenant 4 entrées analogique
• Extension 4-20mA contenant 4 entrées analogique
• Extension Modbus/Rtu contenant 4 fils et 2 Gnd, chaque 2 fils et Gnd peut supporter
32.
• Équipements qui disposent d’une communication Modbus (groupe électrogène,
compteur d’énergie, analyseur de réseau)
b) Alimentation :
Les contrôleurs programmables permettent le câblage de deux alimentations :
❖ L’une pour l’électronique du contrôleur et le bus interne (K-Bus)

36
❖ L’autre pour l’alimentation des capteurs/actionneurs (contacts de puissance)
L’alimentation de l’électronique et du bus interne est repérée sur les contacts 24V et
0V.
L’alimentation des capteurs/actionneurs est repérée sur les contacts + et -. Les deux contacts +
et les deux contacts - sont liés ensembles par un pontage interne.
Il est possible d’utiliser la même alimentation pour les deux fonctions. Dans ce cas, deux shunts
sont à réaliser au niveau du contrôleur.

Fi gure 20:Câ blage a vec une unique alimentation Fi gure 22 : Câ bl age avec deux alimentations

c) Réseau Ethernet :
Excepté le contrôleur 750-881, tous les contrôleurs Ethernet 32 bits disposent de la
fonctionnalité « Auto MDI/MDI-X », qui permet d’utiliser n’importe quel type de câble
(droit/croisé), quel que soit le type de câblage.
Pour le 750-881 uniquement, il est nécessaire de tenir compte du type de câblage. Si le PC de
programmation est relié directement au contrôleur 750-881, il faut utiliser un câble croisé :

37
Figure 21: schéma avec câble croisé

Si le PC de programmation est relié au contrôleur 750-881 au travers d’un Switch, il faut utiliser
des câbles droits :

Figure 22:schéma avec câble droits

d) Paramétrage du contrôleur :
Certains contrôleurs disposent de micro-interrupteurs permettant de régler le dernier octet de
l’adresse IP (750-88x, 750-871). Par défaut, les 3 premiers octets sont fixés en usine à
192.168.1.xxx. Si le PC a été paramétré avec ce même sous-réseau, il n’est pas nécessaire
d’utiliser de logiciel pour régler l’adresse IP. Il suffit de basculer les micro-interrupte urs
correspondants :
- basculer le micro-interrupteur n°1

38
Partie 3 : Câblage du contrôleur permanant d’isolement
Après la partie théorique qui a porté sur l’étude des différents régimes de neutre et choisir le
régime convenable pour l’hôpital et aussi le choix de contrôleur permanant d’isolement (CPI)
qui qui peut être lié à la salle de supervision. Dans cette section nous sommes passés à la partie
pratique qui a porté sur l’installation du CPI.

• Après avoir choisi le bon endroit dans le tableau éléctrique , on a réinstallé le CPI IM-
09 parce que le IM-20 n’est pas disponible, on a essayé de câbler tous les fils de CPI,
nous avons juste réglé les valeurs d’impédance de premier et de deuxième défaut qui
varie entre 500ohm et 1kohm.

Figure 26 : Contrôleur permanant d'isolement installé Figure 27 : Le bouton pour tester CPI

• La dernière étape est la liaison du CPI avec le système de supervision par le protocole
MODBUS par un programme dans le logiciel CODESYS.

Conclusion :
Le system de supervision GTC aidera grandement les techniciens à trouver plus facilement les
problèmes en un seul clic grâce à la communication Modbus qui relie tous les appareils avec la
salle de supervision. Également l’installation de Vigilohm IM20 permet de signaler tout défaut
d’isolement et reporter les défauts dans le system de supervision grâce au protocole de
communication Modbus.

39
Chapitre IV : Les taches effectuées

40
Au cours de ces deux mois, en plus du sujet que je devais accomplir, j’ai participé et aidé les
techniciens à réaliser les travaux suivants :

❖ Mesure de la résistance de la terre :

Nous avons surveillé la valeur de la résistance pour garantir la sécurité des individus.

Figure 23:Telluromètre

Maintenance préventive du scanner de tout le corps : Chaque trois mois, les techniciens de
l'hôpital surveillent cet appareil, le nettoient de la poussière et règlent de nouveau tous les
réglages.

Figure 29 : scanner de tout le corps

41
❖ Installation d’un analyseur de réseaux :
Fluke 435 permet de localiser, prédire, prévenir et résoudre les problèmes de qualité d’énergie
dans les systemes de distribution électrique triphasés et monophasés. De plus, grâce à
l’algorithme Fluke brevete Unified Power Measurement, il est désormais possible de mesurer
et quantifier les pertes d’énergie dues aux harmoniques et aux problèmes de déséquilibre, ce
qui permet de déterminer l’origine du gaspillage d’énergie au sein d’un système.

Figure 24:analyseur de réseaux Fluke 435

42
Conclusion générale
Ce stage de fin d’études a été une occasion pour découvrir deux notions très importantes dans
le domaine d’électricité, qui sont le system de supervision GTC et le régime de neutre IT-
médical.

Mon projet était la rénovation d’un régime de neutre IT-médicale : Installation et supervis io n
qui sert à rénover le régime de neutre IT dans l’hôpital et superviser les défauts à distance via
le system de supervision.

Nous avons effectué ce travail, pour étudier les différents régimes de neutre et choisir le régime
convenable pour l’hôpital et aussi choisir les meilleurs appareils selon le type de régime qui j’ai
choisi et aussi la possibilité de les connecter avec la salle de supervision.

La deuxième phase à porter sur l’étude de système de supervision GTC : les déférents éléments
qui gèrent ce system et aussi comment relier les appareils en général et le CPI en particulier
dans ce système intelligent.

Le travail que j’ai réalisé durant ce projet de fin d’études répond aux exigences fonctionne lles
et qualitatives tracées par les responsables de CHU, à savoir la protection des personnes et des
matériels contre les défauts et aussi de superviser ces défauts à distance sans aller chaque fois
pour vérifier est ce qu'il y a un défaut.
Au terme de ce travail, je peux confirmer que ce projet nous a été d’un grand apport, En effet,
il m'a permis d’approfondir ma connaissance technique et d’appliquer divers concepts
technologiques en matière d’électrotechnique et d’API. De plus, j’ai eu l’occasion de maîtriser
des nouveaux concepts.

43
Webographie

[1] Documentations des techniciens du service d'ingénierie et de maintenance

[2] https://www.automation-sense.com/medias/files/guide-du-modbus-pour- les- nuls-


extrait.pdf

[3] http://blog.formatis.pro/vigilohm

[4] https://www.automation-sense.com/blog/automatisme/automate-wago.html

[5] https://www.schneider-electric.com/en/product/IMD-IM20-H/vigilohm- im20---h-110-230-


v-ca/

[6] https://www.astuces-pratiques.fr/electronique/regime-de-neutre-tt-tn-ou- it

44